Vous êtes sur la page 1sur 26

INGÉNIERIE

Fédération des Professionnels de l’Ingénierie • www.syntec-ingenierie.fr

LE MAGAZINE DE L’INGÉNIERIE PROFESSIONNELLE


L ES CAHIERS DE L’I NGÉNIERIE DE P ROJET

THÈME
‘ La Rénovation

LA
LA RÉHABILITATION
RÉHABILITATION -- RESTRUCTURATION
RESTRUCTURATION ::
ENJEUX
ENJEUX ET
ET APPLICATIONS
APPLICATIONS

LES
LES SPÉCIFICITÉS
SPÉCIFICITÉS DE
DE LA
LA LA
LA RÉNOVATION
RÉNOVATION ::
TECHNIQUES,
TECHNIQUES, MÉTHODOLOGIQUES
MÉTHODOLOGIQUES
ET
ET LA
LA SÉCURITÉ
SÉCURITÉ

LE
LE RÔLE
RÔLE DE
DE L'INGÉNIERIE
L'INGÉNIERIE ::
ANTICIPER,
ANTICIPER, GÉRER
GÉRER LES
LES RISQUES,
RISQUES,
INTRODUIRE
INTRODUIRE DES
DES INNOVATIONS,
INNOVATIONS,
PRÉSERVER
PRÉSERVER LE
LE PATRIMOINE
PATRIMOINE

N° 66 - MARS 2004 - 5,50 €


Editorial
‘ ’
C
e second numéro des Cahiers de l’Ingénierie est dédié à la réhabilitation –
restructuration. Dans le large éventail de nos métiers, ce thème nous paraît
important ; d’abord parce qu’il permet de présenter le rôle, trop souvent
méconnu du public, que joue l’ingénierie dans des projets où les dimensions
sociales et environnementales sont toujours essentielles ; ensuite, parce qu’il
«Les interrogations rejoint les interrogations actuelles de notre société sur le bien fondé de l’anticipa-
actuelles de tion, la gestion des risques et la pertinence de l’introduction d’innovations techno-
notre société» logiques, mis en balance avec la préservation du patrimoine.

Un projet de réhabilitation-restructuration consiste bien à se projeter dans le futur à


partir des constats et des contraintes du présent. Cela implique toujours une prise
en compte de facteurs nombreux, complexes et interdépendants. Ils sont d’ordre
technique, et dominants lorsqu’il s’agit de réhabiliter un pont au mode de suspen-
sion original. Ils sont aussi d’ordre environnemental, et essentiels dans le cas de
restructuration de bâtiments nucléaires ou de la réhabilitation de sites pollués. Ils
sont toujours d’ordre humain et social, car restructurer une prison ou un hôpital, c’est
repenser le bâtiment en termes de fonctionnalité pour les services et les personnels
qui y travaillent mais surtout c’est avoir pour objectif le respect de l’usager final.

«Se projeter dans le Pourquoi l’ingénierie est elle si présente dans ce secteur ? Avant tout, sans doute,
futur à partir des parce que concevoir, étudier et gérer la complexité est son métier. Plus concrètement,
constats et des parce qu’elle apporte son savoir-faire et ses connaissances à chaque étape, de
l’amont, avec l’élaboration des diagnostics qui servent à identifier les diverses con-
contraintes du
traintes puis à fixer les exigences (fonctionnalité, confort, sécurité, hygiène, solidité,
présent» etc.), au management du projet, à la direction des travaux et à l’assistance à la mise
en service.

Au vu de cette forte présence et conscients de leurs responsabilités, à l’heure où est


engagé un débat sur le «principe de précaution» qui pourrait dériver en un blocage
de l’innovation responsable par une prévention arbitraire, les ingénieurs doivent
démontrer qu’une pleine gestion de projet consiste à développer une capacité à
anticiper de manière raisonnée les risques afin de les évaluer, de les expliquer, de les
éviter si possible, ou de les faire accepter en tout ou partie, en l’état des connais-
sances du moment et des mesures d’accompagnement proposées.

Tel est en tout cas le sens de la démarche de l’ingénierie dans les exemples qui vous
sont présentés dans ces Cahiers de l’ingénierie.

Yann Leblais
Président de Syntec Ingenierie

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 1


Sommaire
‘ ’
EDITO DE YANN LEBLAIS :
président de Syntec ingenierie P. 1

Crédit photo : Arcora Ingenierie


Architectes DTACC INTERVIEW DE M. FRANÇOIS SCELLIER P. 4
Maître d’ouvrage : SUEZ
Député, Président du Conseil Général du Val d’Oise et Président
Les Cahiers
du Groupe d’Etudes «Construction et Logements» à l’Assemblée Nationale
de l’Ingénierie de Projet
sont édités par
Syntec-Ingénierie,
Fédération des Professionnels INTRODUCTION
de l’Ingénierie
REHABILITATION – RESTRUCTURATION :
3, rue Léon Bonnat QUELS ENJEUX POUR L’INGENIERIE ? P. 6
75016 PARIS
Tél. : 01 44 30 49 60
Fax : 01 45 24 23 54 ■ Pourquoi réhabiliter ou restructurer ?
www.syntec-ingénierie.fr
Le numéro 5,50 €
■ Quels types d’ouvrages sont concernés ?
■ Quel est le processus d’une telle démarche ?
Directeur de la publication :
Jean Félix
■ Quels sont les apports possibles de l’ingénierie ?

Rédacteur en Chef :
Karine Leverger

Ont participé à ce numéro :


Jean MOTTAZ, Virginie CORDIER,
I – LA RÉHABILITATION -RESTRUCTURATION :
Bruno DELANEF, Alexandre LAMI, ENJEUX ET APPLICATIONS P. 8
François BOUTTEAU, Jean-Louis
JAFFRE, Arnaud BURY, Bernard
LOURS, J-C CHARBOIS, Alain ■ Les restructurations de grandes infrastructures
LANGEOIRE, C. BIROT, C. PORCON,
Christian BOUGEARD, Yves MAURY.
■ Les restructurations urbaines ou de quartier
■ Les restructurations lourdes de bâtiments de toutes natures
ISNN 0753-633 X
■ Réhabilitations et réaménagements
Régie publicitaire :
Sodirp
8, rue de Berri
QUELQUES EXEMPLES DE RÉHABILITATION – RESTRUCTURATION
75008 Paris
Bureau commercial :
48, rue de Ponthieu
■ Le village olympique de Turin P. 9
75008 Paris ■ La réhabilitation de la friche industrielle de St Marcel Ferroviaire P. 10
Tél. : 01 42 99 95 61
Fax : 01 58 36 01 97
■ La Gare du Nord à Paris P. 10
sodirp@wanadoo.fr ■ La rénovation du quartier Edouard VII – Paris 9ème P. 11

Conception graphique :
■ La réhabilitation de l’ancien Hôtel Noailles à Marseille P. 11
Sodirp
L.C Création

Impression :
Sodirp

2 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


II – LES SPÉCIFICITÉS DE LA LA RÉNOVATION :
TECHNIQUES, MÉTHODOLOGIQUES ET LA SÉCURITÉ P. 12

■ Connaître l’existant de manière approfondie


■ Elaborer un phasage optimal dès la conception
■ Intégrer la sécurité des personnes

QUELQUES EXEMPLES DE RÉHABILITATION – RESTRUCTURATION

■ La restructuration de l’institut Gustave Roussy à Villejuif P. 13


■ Une tour à Paris P. 14
■ Le Musée Guimet à Paris P. 15
■ La réhabilitation du site de décharge de la Fito à Manosque P. 15
■ La rénovation de Fleury-Mérogis P. 15

INTERVIEW DE M. JEAN PAUL HERSANT P. 16


Directeur de projet à l’AMOTMJ, Agence de Maîtrise d’Ouvrage des Travaux du Ministère de la Justice

III – LE RÔLE DE L'INGÉNIERIE :


ANTICIPER, GÉRER LES RISQUES,
INTRODUIRE DES INNOVATIONS, PRÉSERVER LE PATRIMOINE P. 18

■ Missions Amont
■ Phases de conception et de réalisation
■ Exploitation – Maintenance

QUELQUES EXEMPLES DE RÉHABILITATION – RESTRUCTURATION

■ La restructuration d’un immeuble de bureaux P. 19


■ La modernisation de l’usine d’incinération des déchets ménagers de Sète P. 20
■ Le pont Hercilio Luz sur l’île de Florianopolis P. 21
■ Un exemple d’étude pré-opérationnelle de valorisation : l’immeuble 115-117 Champs Elysées P. 21
■ Nouveau siège social de Suez à Paris P. 22
■ Requalification du site de la digue d’Allos P. 22
■ La restructuration des installations nucléaires de base P. 23
■ Le centre hospitalier de Saint-Pierre de la Réunion P. 24
■ La cité Curel à Moyeuvre (Grande Moselle) P. 24

RÉALISATIONS RÉCENTES

LA LETTRE ’INGÉNIERIE
LESDECLAHIERS DE L’IP DE PROJET
ROFESSIONNELLE
NGÉNIERIE - NOVEMBRE
- MARS 2003
2004 3
Interview

Monsieur François SCELLIER,


‘ ’
d’orientation et de programmation pour la ville votée le
1er août dernier a pris en compte la dimension urbaine
Député, Président du Conseil Général du Val d’Oise
et Président du Groupe d’Etudes et bâtie des territoires.
«Construction et Logements» à l’Assemblée Nationale Je considère que toutes ces actions, ces textes réglemen-
taires, sont de nature à permettre à tous ceux qui vou-
Vous êtes confronté à des attentes multiples de l’opi- dront bien s’en donner la peine d’atteindre à la fois les
nion publique pour améliorer le cadre de vie et veiller objectifs ambitieux qu’ils se sont fixés tout en respectant
au développement durable et en même temps vous l’environnement et par là même les générations futures.
êtes soumis à un cadre réglementaire précis pour les Il ne s’agit pas pour moi de freins mais bien au contraire
constructions et l’aménagement du territoire. d’une stimulation collective pour mieux planifier et mieux
Quels sont les freins et les opportunités de ce cadre construire.
réglementaire pour atteindre des objectifs ambitieux de
qualité durable du cadre bâti ? Les lois SRU, risques…, les réformes de la commande
publique en cours, conduisent-elles à de nouveaux
Tout d’abord, il me paraît plus que légitime que nos outils ou à des nouvelles procédures à l’usage des collec-
concitoyens soient exigeants en matière d’amélioration tivités locales et territoriales ?
du cadre de vie.
De la même manière, il est indispensable que cette amé- En France, l’aménagement de la ville est une préoccupa-
lioration passe par le respect de l’environnement. tion très ancienne et le premier texte qui a régi l’agence-
De ce fait, les responsables politiques doivent répondre à ment urbain est l’Ordonnance de Sully de 1607, qui fonde
ces exigences au sein des collectivités qu’ils dirigent mais l’alignement urbain. Depuis cette date et avant la loi SRU
ils doivent également sensibiliser l’ensemble de nos du 13 décembre 2000, la planification urbaine consistait
concitoyens et les entreprises en faisant en sorte qu’ils en fait et dans l’absolu à maîtriser la croissance urbaine
deviennent eux aussi acteurs. et à édifier les équipements publics nécessaires corres-
Le Gouvernement, à l’issue de son séminaire sur le déve- pondants. Pour y parvenir, les textes se sont superposés
loppement durable du 28 novembre 2002, a élaboré la au fil des siècles et cette accumulation de prescriptions
stratégie nationale de développement réglementaires a fait que les constructions
durable en impliquant tous les ministères, étaient aisées sur des champs de bettera-
l’ensemble des collectivités locales mais Il s’agit d’une nouvelle ves ouverts à l’urbanisation mais de plus
aussi la société civile. approche de l’achat en plus complexes dans les zones urbaines.
Le Président de la République a confirmé public encadrée par Il est vrai que les problèmes de recyclage,
cette forte implication lors du sommet ses trois principes de développement durable n’étaient pas
mondial de Johannesburg en rappelant la fondamentaux : pris en compte.
nécessité d’agir en matière de développe- la liberté d’accès à la La loi relative à la Solidarité Urbaine et au
ment durable. Renouvellement Urbain avait comme
commande publique,
Les principales actions réalisées ont été objectifs de promouvoir un développe-
l’égalité de traitement ment urbain solidaire et durable à travers
présentées par Mme Tokia SAÏFI,
des candidats, une vision transversale des territoires et
Secrétaire d’Etat au Développement dura-
ble, au Conseil des Ministres du 22 décem- la transparence une reconnaissance de l’agglomération ;
bre 2003. des procédures. de renforcer des partenariats institution-
Elles ont porté, pour ce qui concerne les nels et la démocratie locale ; de clarifier les
collectivités, sur la prise en compte dans le compétences et les missions d’aménage-
nouveau code des marchés publics du critère de dévelop- ment et de mieux appréhender les risques.
pement durable dans le choix du titulaire du marché et Cette loi, complétée et modifiée par la loi Urbanisme et
donc des caractéristiques environnementales des candi- Habitat du 2 juillet 2003, donne de nouveaux outils opé-
datures et des offres. rationnels à la planification urbaine, plus lisibles et plus
Parallèlement, 500 agendas 21 locaux, c’est-à-dire 500 transparents.
programmes d’actions, élaborés avec l’ensemble des Le nouveau code des marchés publics affiche quant à lui
acteurs socio-économiques d’un territoire pour définir les trois objectifs principaux que nous pouvons résumer par
objectifs et les moyens de mise en œuvre du développe- une simplification des procédures d’achat des collectivi-
ment durable dans ce territoire, vont être favorisés dans tés territoriales, une transparence encore plus accrue
les cinq ans qui viennent. pour les marchés sans formalités préalables en dessous
Enfin, dans le cadre de la politique de la ville, la loi du seuil de 230 000 et une responsabilisation des

4 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


Interview

personnes publiques soumises au code des marchés.


Il s’agit donc véritablement d’une nouvelle approche de
‘ ’
questions que l’opération peut être envisagée et, le cas
échéant, un programme élaboré.
l’achat public encadrée par ses trois principes fondamen- Ce qui est vrai aujourd’hui par rapport à un passé récent,
taux qui sont la liberté d’accès à la commande publique, c’est que les décideurs tout comme les populations sont
l’égalité de traitement des candidats, la transparence des plus attentifs aux traces du passé et, s’il y a quelques
procédures. années la facilité consistait à démolir allègrement sans se
L’ensemble de ces textes conduit effectivement à agir poser de questions, la réalité actuelle est toute autre.
autrement et à trouver d’autres formes de partenariat, de
participation et de mise en œuvre.
Comment un maître d’ouvrage public peut-il organiser
une opération de rénovation-réhabilitation pour con-
Quelles sont vos motivations, en qualité de maître server la maîtrise de tous les aspects qualitatifs,
d’ouvrage public, dans le choix et la mise en œuvre sociaux, économiques et environnementaux ? Quelles
d’une politique urbaine ? Quelle part de recherche et compétences recherchez-vous et qu’attendez-vous de
d’expérimentation est développée dans ce cadre ? l’ingénierie ?

Ma motivation première, dans l’hypothèse où j’aurais à Je répondrai à votre question en vous disant simplement :
mettre en œuvre une politique urbaine serait de la défi- en s’entourant des compétences les plus larges et les
nir de manière participative à travers un programme plus adaptées. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire
novateur qui réponde aux véritables enjeux actuels. Nous récemment, la culture de l’acte de bâtir toujours en
ne pouvons plus vivre repliés sur nous-mêmes, nous devons vigueur de nos jours, que ce soit pour un bâtiment neuf
lutter, il y va de notre propre intérêt, contre la pauvreté, ou pour un bâtiment à rénover ou à réhabiliter, repose
l’exclusion et la dégradation de notre environnement. principalement sur trois entités : le maître d’ouvrage, le
Avec le concours d’équipes pluridisciplinaires, j’encoura- maître d’œuvre conseil du maître d’ouvrage et l’entreprise.
gerais dans une démarche de concertation la plus large Cette méthode fonctionne bien et a fait ses preuves mais
possible, les forces vives de la communauté concernée à je crois qu’il serait utile de réfléchir, en fonction des opé-
définir à partir d’un diagnostic un programme d’actions rations à mener et de leurs spécificités, à une extension
répondant aux objectifs qualitatifs à atteindre. des partenariats.
Un maître d’ouvrage doit avoir comme volonté d’obtenir
la construction la plus adaptée et la plus satisfaisante
Dans cette recherche de qualité, quelles parts attribuez- pour les utilisateurs dès lors qu’elle répond aux exigences
vous à la réhabilitation ou à la restructuration d’un de préservation environnementale, urbanistique et patri-
bâtiment, d’un site et toute autre construction ? monial et qui allie donc les aspects d’ordre esthétique,
fonctionnel, ergonomique, technique et économique. Il
Clairement, et si je prends par exemple un bâtiment, je est donc évident que pour réussir pleinement et parvenir
crois qu’avant de se poser la question de sa réhabilitation à atteindre tous ces objectifs, le recours à tous les spé-
en tant que telle, il faut d’abord s’interroger sur la faisa- cialistes de l’acte de bâtir ne peut que se révéler bénéfi-
bilité, la nécessité et l’intérêt de sa conservation. que. L’ingénierie, forte de ses compétences et de sa spé-
Ce n’est qu’après avoir répondu positivement à ces cialité, a évidemment toute sa place dans ce processus.

AIA - Atelier de la Rize Architectes


LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 5
Introduction :
REHABILITATION - RESTRUCTURATION :
QUELS ENJEUX POUR L’INGENIERIE ?
On ne peut pas limiter les besoins actuels à la construction d’ouvrages neufs ; de nouvelles
exigences poussent de plus en plus à réhabiliter ou restructurer les ouvrages existants.

Pourquoi réhabiliter Les motivations


transports, des constructions exis-
ou restructurer ? qualitatives et économi-
tantes et à créer…

Les politiques générales des villes


ques des maîtres ■ Restructuration lourde de bâti-
et d’aménagement du territoire d’ouvrage ou des ments de toutes natures (démoli-
visent à apporter, au cours des simples propriétaires tion partielle, extension, réfection
prochaines décennies, des réponses individuels conduisent à des structures et installations
au constat des difficultés actuelles des besoins d’évolution techniques, réaménagement…).
des agglomérations : ségrégation en termes de sécurité,
sociale, éclatement des différentes de confort, de santé, de ■ Réhabilitation de bâtiments
fonctions habituelles des centres fonctionnalité, de qualité limitée en général à des réamé-
villes (habitat, commerce, lieux de nagements et à des réfections
des prestations et durée d’installations ou de prestations.
travail et de loisirs), extensions
de vie, de considéra-
périphériques des zones commer-
ciales et de travail, prise en compte tions économiques
insuffisante des objectifs de déve- d’exploitation et de Quel est le processus
loppement durable et des risques coût de maintenance. d’une telle démarche ?
naturels (tempêtes, inondations) ou
technologiques (établissements à Le choix de solutions de réhabilita-
risques). tion ou de restructuration, leur
Quels types d’ouvrages conception et leur mise en œuvre
En outre, les évolutions majeures sont concernés ? nécessitent la prise en compte et la
des transports ferroviaires et maîtrise de processus et de con-
aériens conduisent à réenvisager Indépendamment des nouveaux traintes spécifiques.
les gares sous forme de pôles besoins en constructions neuves, il
d’échanges avec tous les transports résulte de ces multiples exigences Le choix des solutions à adopter
de la ville (métro, tramways, taxis, une nécessité de réhabilitation, résulte tout d’abord d’études
bus, voitures…) et à réadapter les restructuration ou extension pré-opérationnelles, nécessitant
aérogares et les infrastructures d’ouvrages existants, de natures l’évaluation précise de la situation
correspondantes. Il en est de même différentes : initiale au travers de diagnostics
pour les infrastructures routières et ■ Restructuration de grandes fonctionnels, techniques, réglemen-
les moyens de stationnement des infrastructures portant, selon les taires… A partir de ces éléments, les
véhicules. cas, sur des bâtiments (gares, différents scénarios peuvent être
aérogares…) ou sur
Par ailleurs, des évolutions techno- des réseaux (routiers,
logiques permanentes (notamment assainissement, eau,
dans les secteurs hospitaliers électricité…).
ou industriels) et réglementaires
(notamment en ce qui concerne la ■ Restructuration
sécurité) conduisent à repenser et à urbaine ou de quar-
réadapter les ouvrages existants. tiers, au niveau des
infrastructures, des

6 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


élaborés et complétés par les pré- ■ En phase amont, elle apporte ■ Dans le cadre de l’exploitation-
évaluations économiques et finan- ses compétences en matière de maintenance, elle peut égale-
cières. Le choix de la solution diagnostic et de faisabilité, ainsi ment apporter ses compétences
d’ensemble peut alors être effectué. que dans l’examen des solutions au-delà de l’optimisation des
possibles et de leur choix de partis initiaux. Ses
L’étape suivante con- estimation en termes apports peuvent alors concerner
Les différents
siste alors à l’élabora- de coût global. Elle l’élaboration des cahiers des
tion d’un programme acteurs de la maî- peut ainsi apporter charges, l’évaluation et la maîtri-
détaillé, conditionnant trise d’ouvrage et son aide aux décisions se des coûts correspondants
l’ensemble des études de la maîtrise du maître d’ouvrage ainsi que la maîtrise éventuelle
architecturales, techni- d’œuvre doivent pour élaborer le pro- de l’exploitation.
ques et économiques. œuvrer en totale gramme fonctionnel
Ces études de concep- synergie et technique de la Jean Mottaz
tion nécessitent, bien solution retenue. OTH
évidemment, la prise
en compte de l’existant pour l’éla- ■ En phase de conception et de
boration des différents choix de réalisation et en collaboration
partis : ouvrages ou façades clas- avec ses partenaires architectes,
sés, compatibilité des structures, elle définit les différents choix de
état des installations techniques, partis techniques optimisés, éla-
démolitions ou extensions nécessai- bore les différents dossiers d’étu-
res… Elles impliquent l’intégration des techniques, maîtrise les
des nouvelles contraintes régle- objectifs économiques. Elle assu-
mentaires et doivent être élaborées re également des planifications
avec le souci permanent d’optimi- complexes et assure la direction
sation des choix en termes de coût et le contrôle de la réalisation en
global. termes de qualité, de délais et de
coût.
Les modalités de mise en œuvre

AIA et Franck Hammoutène Architectes - Cera ingénierie - Buonomo


constituent, bien souvent, l’une des
contraintes majeures pour ces types
d’opérations : phasage complexe
de travaux, réalisation en milieu
occupé et maintien en activité, ges-
tion des nuisances… Enfin, elles
nécessitent une bonne maîtrise per-
Musée Guimet. H. Gaudin
manente des risques et aléas liés à
l’existant.

Tour F-Balard
Quels sont les apports
possibles de l’ingénierie ?
Dans ce cadre complexe, les répon-
ses à apporter sont évidemment
architecturales, techniques et éco-
nomiques et les différents acteurs
de la maîtrise d’ouvrage et de la
maîtrise d’œuvre doivent œuvrer en
totale synergie. Les apports de l’in-
génierie sont multiples : Friche St Marcel

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 7


I

LA REHABILITATION - RESTRUCTURATION

Le domaine Les restructurations réaménagements et mises aux Les restructurations lourdes


concerné de grandes infrastructures normes de stations d’épuration, de de bâtiments de toutes natures
par les traitement des déchets…
réhabilitations - Le développement des lignes ferro- Dans le domaine hospitalier, l’évolu-
restructurations viaires nationales et internationales Les restructurations urbaines tion des techniques médicales et le
est très mais également les réseaux rapides ou de quartier développement des alternatives à
vaste. régionaux conduisent à l’hospitalisation traditionnelle suppo-
repenser la destination Ce champ de restructura- sent des adaptations importantes
des gares et à prévoir des tion recouvre plusieurs des locaux. En outre, les nouvelles
restructurations profon- réalités : règles sanitaires, de sécurité, de con-
des. C’est notamment le • Le renouvellement fort constituent des facteurs décision-
cas de la Gare du Nord à urbain «naturel» qui nels majeurs, conduisant à des res-
Paris qui a conduit à inté- est le résultat d’ac- tructurations lourdes.
grer le terminal Eurostar, tions individuelles
celui du TGV Nord, deux d’acteurs privés qui Dans le secteur de l’éducation, l’état
lignes de métro et trois démolissent et restruc- dégradé de bâtiments anciens et leur
lignes de RER. turent sans interven- inadaptation aux exigences pédago-
Les gares d’Avignon, tion de la puissance giques du XXIème siècle (absence de
d’Aix-en-Provence consti- publique. salles polyvalentes, d’amphithéâtres,
tuent des pôles de développement et • Le renouvellement urbain résul- de centres de documentation…) con-
de nouvelles urbanisations. Celle de tant d’un changement d’usage de duisent là encore à des restructura-
Marseille Saint-Charles a été égale- l’espace. C’est notamment le cas tions lourdes.
ment recomposée en pôle d’échange, d’entrepôts, d’usines, de friches
dans un quartier en plein développe- industrielles qui nécessitent des Pour les bâtiments culturels (musé-
ment. De nouvelles perspectives transformations profondes et peu- es, théâtres, opéras), la modernisa-
importantes sont liées au développe- vent conduire à des démolitions et tion et la mise en conformité
ment des TGV Est, Méditerranée et nouvelles constructions. des locaux nécessitent, bien souvent,
Atlantique. • Le renouvellement urbain des la préservation d’une architecture
Le développement des transports quartiers d’habitat centraux ou ancienne, mais de qualité, au niveau
aériens conduit, en dehors de la cré- péricentraux, de conception des façades, d’espaces et escaliers
ation de nouvelles pistes, à restructu- ancienne et souvent dégradés ou monumentaux intérieurs,…
rer et à étendre les grandes aérogares insalubres.
existantes. C’est notamment le cas de • Le renouvellement urbain au nive- Les restructurations de bureaux ou
l’Aérogare Charles de Gaulle avec ses au des quartiers d’habitat social bâtiments administratifs sont
nouveaux terminaux conduisant à qui constitue un enjeu majeur pour souvent conditionnées par une fonc-
restructurer ou adapter certaines l’avenir en conduisant là aussi à tionnalité et des surfaces inadaptées,
installations existantes. C’est aussi le des restructurations lourdes. des nécessités de mise en sécurité ou
cas, à titre d’exemple, de l’aérogare d’amélioration de confort, de possibi-
de Nice ayant fait l’objet de Ce type de restructurations urbaines lité de commercialisation.
nombreuses restructurations et exten- ou de quartiers porte non seulement
sions. sur les bâtiments existants et à Dans le domaine industriel, l’évolu-
Il y a lieu de noter également les créer mais aussi sur l’ensemble tion du process et la meilleure
grands travaux de restructuration des infrastructures de circulation, de maîtrise des règles de sécurité sont
de réseaux d’assainissement, de dis- stationnement, d’espaces verts, généralement à l’origine de restruc-
tribution d’eau ou d’électricité, les d’éclairage public... turations.

8 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


Pour les bâtiments à vocation com- sitent que des réaménagements et tions de second œuvre (menuiseries,
merciale enfin, ce sont bien souvent rénovations, sans modifi- revêtements de sols et de
des surfaces inadaptées, des condi- cations structurelles, murs). Elles peuvent con-
tions de rentabilisation et des insta- démolitions partielles ou Le choix des cerner des réfections de
llations vétustes qui motivent une res- extensions. Elles portent, solutions à façades. C’est notamment
tructuration. en général, sur des modi- adopter résulte le cas d’immeubles de
fications de cloisonne- d’études pré- bureaux et bâtiments
Réhabilitations ment interne et création opérationelles administratifs et de loge-
et réaménagements de nouveaux espaces, sur ments dont les qualités
la réfection de certains fonctionnelles, de niveau
Certaines opérations que nous quali- équipements techniques (chauffage, de prestations, de sécurité et de
fierons de «réhabilitations» ne néces- électricité, plomberie) et de presta- confort ne sont plus adaptées.
Jean Mottaz
OTH

LE VILLAGE OLYMPIQUE DE TURIN aboutie se met au service de la légèreté et


de l’élégance des structures pour les
Les évolutions de la distribution alimen- restaurer, les mettre en valeur et leur
taire dans la seconde moitié du XXème adjoindre les équipements du XXI° siècle
siècle avaient fini par vider ce site proche adaptés à leur nouvelle vocation.
de la périphérie sud de Turin de toute acti-
vité et par le transformer en «friche indus- Trois grandes actions originales ont donc
trielle». été menées pour parvenir à cet objectif,
L’opportunité des Jeux Olympiques qui caractérisent bien la vocation d’une
d’Hiver à Turin en 2006 va lui redonner ingénierie associée dés l’amont aux con-
vie à travers un grand projet urbain : le cepts :
village olympique. - diagnostiquer l’existant et préconiser
les interventions de renforcement
Une équipe internationale à laquelle par- - concevoir la restauration et les adap-
ticipe AIA-Atelier de la Rize Architectes et tations des structures aux nouvelles
création d’une nouvelle façade ;
AGIBAT Ingénierie a remporté le concours vocations (et donc aux nouvelles charges)
- d’utiliser un vocabulaire technique spéci-
international lancé par «Torino 2006», - réaliser les compléments de program-
fique (métal, bois, verre) pour rendre
organisme organisateur de jeux. me qui permettront aux fonctions spéci-
lisibles les deux strates d’évolution du
S’appuyant sur des confrères italiens pour fiques de services aux athlètes et aux
bâtiment.
étudier les structures de ce journalistes d’investir l’espace.
projet de 117 Millions
Dans cet objectif , Les études menées en 2003 doivent
d’Euros de travaux, Agibat Ces interventions ont permis
l’ingénierie la plus permettre un démarrage du chantier au
Ingénierie, chargée des étu- grâce à une collaboration
aboutie se met printemps 2004 pour une livraison fin
des de structure, a particu- étroite entre architectes et
au service de la 2005 !
lièrement accompagné l’é- ingénieurs :
légèreté et de Christian Bougeard
quipe d’architectes français - de revaloriser la «place cen-
l’élégance des AIA - AGIBAT Ingénierie
d’AIA- Atelier de la Rize dans trale» et son bâtiment à la
la réutilisation des grandes structures pour les toiture suspendue par la
halles en voûtes de béton restaurer, les conception d’une structure
conçues par l’architecte mettre en valeur et plissée en verre ;
Umberto GUZZI. leur adjoindre les - de mettre en valeur les pers-
Elément structurant du pro- équipements du pectives des arcs voiles en
jet, le village olympique lui- XXI° siècle adaptés béton ;
même qui investit ces halles, à leur nouvelle - de créer des mezzanines
règle toute la composition vocation. démontables sous les arcs
du site : les jardins, les loge- en jouant sur la lumière
ments, les circulations. zénithale ;
Dans cet objectif , l’ingénierie la plus - d’ouvrir le site sur la via Giordano par la

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 9


LA REHABILITATION - RESTRUCTURATION

L’apport de LA REHABILITATION DE LA FRICHE de réaliser une excavation et un stockage ment impacté, mais aussi en termes de
l’ingénierie est ici INDUSTRIELLE DE St MARCEL in situ des mâchefers, protégés des infil- revalorisation du patrimoine foncier, sur
notable en termes FERROVIAIRE trations par une membrane en PEHD. lequel des solutions adaptées à chaque
Au droit d’une seconde partie pour laque- situation ont été mises en œuvre.
d’optimisation des
En 1999, Marseille Aménagement, man- lle les activités des entreprises installées
dépenses liées dataire de la Ville de Marseille pour la sur la zone sont encore existantes, compte Alexandre Lami
à la dépollution d’un réhabilitation du site de Saint Marcel tenu des faibles épaisseurs de mâchefers Arcadis
site assez Ferroviaire, engage une série d’études et du devenir de la zone en aire de
lourdement géotechniques et environnementales. Les stockage (pas de fouilles de fondation), le
impacté, diagnostics aboutissent à la mise en choix est fait d’étancher les sols au moyen
mais aussi en évidence de remblais de mâchefers d’une technique de génie civil habituelle-
termes de d’anciennes fonderies, chargés en ment mise en œuvre pour protéger les
métaux lourds (Plomb, Zinc et Mercure), ouvrages d’art.
revalorisation
impactant la nappe phréatique qui ali- Enfin, au droit d’une troisième zone
du patrimoine mente la rivière l’Huveaune (qui se jette devant recevoir des bâtiments commer-
foncier elle même en Méditerranée). Le Maître ciaux, le choix a été fait d’excaver les
d’Ouvrage décide d’engager une opéra- mâchefers en vue de les réutiliser en
tion de réhabilitation des sols pour laque- remblais routier pour un parking associé
Avant
lle Arcadis (*) est missionnée. à l’opération de requalification du site.
Le suivi hydrochimique mis en place à
A partir des concentrations mesurées la suite de ces travaux montre que
dans les mâchefers, leur localisation, et l’impact des métaux lourds sur les eaux
l’usage actuel et futur des zones où ces souterraines est aujourd’hui en quasi
derniers ont été localisés, différentes stra- totalité résorbé, les concentrations étant
tégies de réhabilitation sont proposées. en diminution continue depuis la fin des
Ainsi, au droit de la plus importante par- travaux.
tie du site, représentant près de 30000 L’apport de l’ingénierie est ici notable en
m3 de terres polluées, le choix est fait termes d’optimisation des dépenses liées Après – au fond le merlon paysager, au premier plan,
(validé par arrêté préfectoral de dépollution) à la dépollution d’un site assez lourde- les sols reconstitués.
(*) anciennement EEG SIMECSOL et GESTER

LA GARE DU NORD A PARIS L’étude de définition Le pôle d’échange


Cette étude de définition à laquelle OTH Le pôle d’échange multimodal, inscrit
L’arrivée des TGV (Nord, Eurostar, puis a été associé a permis de préciser et de dans un carré de 100 mètres de côté, per-
Thalys) a conduit la SNCF à une réflexion comparer de nombreux scénarios met d’organiser les échanges sur cinq
globale sur l’évolution de la Gare du Nord, d’aménagement sur l’ensemble du qua- niveaux, entre la gare grande lignes TGV,
au travers d’une étude de définition drilatère délimité par les rues de la gare banlieue, les RER B et D, le réseau
débouchant sur les restructurations Dunkerque (façade de la gare), de Eole, les différentes lignes de métro et la
nécessaires. Maubeuge et du Faubourg Saint-Denis gare des bus RATP.
(côtés) et les ouvrages d’art du Sur cette importante opération, OTH a
boulevard de la Chapelle. effectué les études techniques de structu-
Cette étude a pris en compte les res, de fluides et d’électricité ainsi que la
aménagements nécessaires pour synthèse des études d’exécution.
accueillir les TGV et a permis d’in- Les contraintes de phasage liées au main-
tégrer un projet d’extension et d’a- tien en activité et à l’état de l’existant ont
mélioration d’un pôle d’échange constitué l’un des éléments majeurs de
entre la gare grandes lignes et complexité.
l’ensemble des autres moyens de OTH
communication.
Maitrise d’œuvre : Agence d’étude des gares SNCF

10 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


LA RENOVATION DU QUARTIER en conservant l’ensemble des façades ses impacts sur l’environnement
EDOUARD VII - PARIS IXEME existantes tout en augmentant la capaci- (nuisances, bruits, poussières, logistique
té du site. Ainsi 7 niveaux d’infrastructure chantier…) dans un des quartiers les plus
Un grand projet de rénovation urbaine ont été créés en même temps que les nive- fréquentés de la capitale.
A la suite du transfert de ses services aux de superstructures, selon la méthode
centraux de Paris à la Défense, la Société top/down, après avoir mis en place des JACOBS
Générale a décidé d’engager une opéra- poteaux précontraints.
tion de valorisation de son patrimoine
en confiant à sa filiale de promotion L’un des autres enjeux a été de déplacer et
immobilière SOGEPROM la rénovation de de reconstruire l’Olympia à l’identique et
l’ilôt Edouard VII (110 000 m2) en plein en un temps record : il fallait que
cœur de Paris. l’Olympia maintienne son activité jus-
Ce programme comportait en particulier : qu’en avril 1997, et que le nouvel Olympia
- la reconstruction à l’identique de puisse rouvrir ses portes dès octobre1997.
l’Olympia ; Le planning initial devait absolument être
- la sauvegarde du Théâtre Edouard VII ; respecté compte tenu des dates de spec-
- la réalisation de 40 000 m2 de bureaux, tacles programmées à l’avance.
10 000 m2 de commerces et plus de
10 000 m2 de logements. Enfin, l’une des contraintes majeures de
l’opération fut l’obligation de limiter les
Enjeux et contraintes nuisances sur la population : il a fallu
L’un des enjeux majeurs de ce projet a été gérer, organiser et réussir un chantier de
de préserver l’esprit architectural du site rénovation complexe, tout en maîtrisant

LA REHABILITATION DE L’ANCIEN patrimoine. Il fut donc décidé d’y implan- existante et la mise en œuvre des
HOTEL NOAILLES A MARSEILLE ter le commissariat central de la ville, afin planchers, nécessités par le respect des
de remplir les objectifs suivants : contraintes fonctionnelles et la réalisation
Un bâtiment de caractère ■ la redynamisation du quartier par de 2 niveaux de parkings enterrés.
implantation d’un équipement public
L’ancien Hôtel Noailles, fleuron de l’hôte- central ; 2- Le choix des éléments techniques : la
llerie marseillaise de la première moitié du ■ la réhabilitation d’un immeuble de problématique a consisté à réaliser un
XXème siècle, occupe une place privilégiée caractère ; bâtiment entièrement climatisé et muni
au cœur de la cité phocéenne : situé au ■ la sécurisation de l’hypercentre afin de des dernières innovations en matière de
carrefour principal de la Canebière, artère faciliter sa reconquête et sa remise en courants faibles, sans création de locaux
centrale de la ville, il constitue un des valeur. techniques hors du volume initial tout en
repères de la composition urbaine de Il s’agissait dès lors de mettre en adéqua- assurant la pérennité de fonctionnement
l’hypercentre. Abandonné depuis de tion un programme fonctionnel, adapté à et de maintenance. Le choix d’une
nombreuses années, sa réhabilitation une administration centrale et moderne, production d’eau glacée au gaz et de
représentait un enjeu clé du développe- avec un bâti de caractère à réhabiliter, le générateurs chauds électriques a permis
ment urbain et de la mise en valeur du tout dans une situation urbaine centrale. de satisfaire ces contraintes.

Quelles contraintes pour un tel 3- La réalisation en milieu urbain : le site


projet ? disponible pour le chantier correspond
Les contraintes majeures rencontrées sur cette exactement à l’emprise du bâtiment.
opération ont concerné essentiellement : Conjuguée avec sa position au cœur de la
1- La structure porteuse de l’opération : ville, cette contrainte a conduit à une
la qualité architecturale du bâtiment et réflexion poussée sur les modalités de
son classement imposaient la conserva- mise en œuvre, d’approvisionnement, de
tion des façades. Le programme fonction- levage et de respect des règles de sécurité
nel, quant à lui, imposait la démolition en ce qui concerne le code du travail.
complète des intérieurs. La solution rete- A cela s’ajoute enfin le traitement des
nue a consisté en une structure porteuse nuisances issues des travaux.
plaquée à la façade fondée sur pieux,
assurant à la fois la tenue de la façade SECHAUD INGENIERIE

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 11


II
LES SPÉCIFICITÉS DE LA LA RÉNOVATION :
TECHNIQUES, MÉTHODOLOGIQUES ET LA SÉCURITÉ
Les réhabilitations

Q
uel que soit le secteur d’appli- Dans le cas d’un bâtiment en activité, d’un phasage de réalisation souvent
nécessitent donc, cation de la restructuration une analyse de la nature de cette complexe, intégrant des opérations
dès la phase (industriel, tertiaire, loge- activité, des besoins techniques indis- tiroirs, des interventions de nuit, des
de conception, ment…), une opération de rénovation pensables à la garantie de continuité travaux provisoires, des micro-chantiers
présente toujours des particularités et d’exploitation et du mode de fonction- et, parfois même, la recherche de
des approches
des contraintes spécifiques : il s’agit en nement des utilisateurs est impérative. locaux provisoires en dehors du périmè-
et des méthodes effet d’interventions techniques sur tre d’intervention dans
de travail des bâtiments existants, ce qui signi- Cette prise de connais- le but de tenir compte
spécifiques, fie, d’une part, que l’on n’en connaît sance de l’existant impli- des contraintes opéra-
afin de pouvoir pas toujours en détail les principes que la mise en place tionnelles des occu-
anticiper et gérer de construction, et, d’autre part, d’une méthodologie pants et de limiter les
au mieux les qu’ils sont dans la majorité des cas d’étude intégrant : nuisances et les inte-
risques techni- occupés. Dès lors, l’objectif de telles • l’analyse des dossiers rruptions de fonction-
interventions doit être une améliora- techniques existants ; nement.
ques, économi-
tion de l’existant sans mise en péril du • le recueil in situ des
ques et humains bâti ou des installations techniques informations man- A titre d’exemple, la
qu’elles peuvent existantes et sans interruption majeure quantes par l’utilisa- rénovation des systè-
générer . de l’activité qui s’y déroule. Il faut ajou- tion, notamment, de mes électriques et de
ter à cet enjeu majeur deux types de fiches d’état des lieux ; sûreté-sécurité du
contraintes : d’abord, la sécurité des • l’analyse des écarts Palais de Justice de
personnes vivant ou travaillant sur ces entre l’existant et la Paris n’a pas seulement
sites pendant le déroulement des tra- réglementation en exigé une prise en
vaux ; ensuite, le contrôle des budgets vigueur (notamment dans le cadre compte du caractère historique du bâti-
et des délais des projets, alors même d’une mise aux normes d’un bâti- ment ; elle a en outre nécessité la mise
que les paramètres qui les déterminent ment IGH par exemple) ; en place d’un phasage qui autorise le
sont souvent difficilement identifiables • la constitution de groupes de travail maintien de l’activité judiciaire.
et maîtrisables. intégrant les utilisateurs afin d’iden- Certaines interventions ont dû être
tifier les besoins en fonctionnement ; planifiées en accord avec le
Les réhabilitations nécessitent donc, • l’analyse avec le Maître d’ouvrage Commandement Militaire et ont été
dès la phase de conception, des des priorités opérationnelles ou de réalisées sous surveillance permanente.
approches et des méthodes de travail confort à suivre (gestion des nuisan- Ainsi, la réalisation de travaux dans un
spécifiques, afin de pouvoir anticiper et ces, basculement des équipements site occupé peut être réfléchie selon
gérer au mieux les risques techniques, techniques, interventions de nuit, trois logiques de processus et résulte,
économiques et humains qu’elle peuvent zones prioritaires d’intervention…). dans la plupart des cas, d’un compro-
générer . mis entre ces 3 logiques :
Cette première phase de diagnostic
peut s’avérer délicate (à l’instar des • une logique technique : réalisation
Une prise de connaissance interventions sur des monuments his- des travaux, système technique
indispensable de l’existant toriques pour lesquels il est parfois dif- après système technique ;
ficile de retrouver les dossiers d’origine) • une logique géographique : réalisa-
Une intervention sur de l’existant impli- et peut en conséquence nécessiter des tion des travaux TCE par zone (par
que des diagnostics ou états des lieux investigations poussées qui génère des exemple, dans le cas d’une interven-
exhaustifs qui constituent le préalable coûts et des délais supplémentaires. tion par demi-plateau de bureau) ;
à toutes les études de conception. • une logique fonctionnelle : celle-ci
Ces diagnostics portent d’une part sur est fonction de l’activité et des prio-
la présence de matériaux dont le retrait Elaboration d’un phasage rités du Maître d’ouvrage.
est imposé par la réglementation optimal dès la conception
et d’autre part sur les différents Afin de maîtriser au mieux les risques Le plus souvent, la logique d’organisa-
composants structurels et techniques liés aux travaux, la phase de concep- tion d’un chantier en site occupé
du bâtiment. tion doit comprendre l’élaboration résulte donc de la prise en compte de

12 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


ces contraintes majeures : budget, En effet, la programmation des travaux prévention. L’intervention de spécialis-
continuité opérationnelle, gêne des (nature et planification) doit intégrer tes chantier dans les équipes de con-
usagers. les mesures de protection nécessaires ception permet d’identifier très tôt
Le rôle de l’ingénierie est d’identifier pour garantir cette sécurité. dans le processus les situations à
avec le Maître d’ouvrage, dès la phase Une analyse des risques peut conduire risques et les mesures à prévoir : sépa-
étude, la logique la plus adaptée et de à préconiser une organisation plutôt ration des flux entre utilisateurs et
lui proposer des scénarios intégrant qu’une autre et aide à choisir entre dif- entreprises, ouverture temporaire en
l’ensemble des ces contraintes ou férents systèmes constructifs ; elle per- façade pour des issues de secours pro-
objectifs. met également d’identifier des impacts visoires…
planning ou coûts. Ici encore, l’ingé- Les opérations de rénovation, notam-
La sécurité des personnes nierie doit être un partenaire impor- ment lorsqu’elles sont réalisées en site
tant du Maître d’ouvrage car elle est à occupé, sont donc des opérations
Cruciale dans la phase de réalisation même de sensibiliser tous les interve- complexes, tant au niveau de la con-
des travaux, la sécurité des personnes nants du projet sur cet enjeu majeur, ception qu’au niveau de la réalisation :
doit être pensée très en amont du tout en travaillant en étroite collabora- c’est pourquoi elles nécessitent l’inter-
projet, lors des études de conception. tion avec les autres acteurs de la vention d’acteurs spécialisés.

Virginie Cordier
Jacobs France

LA RESTRUCTURATION d’une extension qui devait se trouver le fluides et énergies, les contraintes
DE L’INSTITUT GUSTAVE ROUSSY plus près possible des services actuels. étaient lourdes : il fallait augmenter les
A VILLEJUIF ■ La partie structure a nécessité des étu- capacités de production et dévoyer un
des poussées pour stabiliser les appuis nombre de réseaux tout en conservant
L’enjeu : restructurer un centre hos- actuels avant d’envisager la construc- une continuité de service à l’utilisateur.
pitalier sans interrompre son activi- tion de nouveaux éléments bâtis. La
té réalisation la plus complexe a été La composition finale comporte une
L’institut Gustave Roussy à Villejuif est un l’ancrage d’une tour de liaison verticale, extension d’environ 12 000 m2 et une
centre de recherche et de lutte contre le équipée de trois appareils élévateurs, restructuration de 4 500 m2. Les études
cancer d’environ 400 lits et places. L’âge dont l’assise est dans l’emprise du sous- ont duré 2 ans et les quatre phases du
de l’établissement d’une part, les évolu- sol tandis que l’élévation se situe hors chantier s’étalent sur 40 mois.
tions d’activité et de technologie d’autre façade actuelle.
part ont nécessité divers agrandissements ■ En ce qui concerne la gestion des INGEROP
et déplacements à l’intérieur de l’envelop-
pe bâtie. La fonctionnalité générale en a
été largement affectée. L’établissement a
donc décidé d’engager une extension per-
mettant de dégonfler l’occupation du
bâtiment actuel afin de permettre sa res-
tructuration et sa réorganisation par pha-
ses successives, sans arrêter pour autant
le fonctionnement des services.

Là où l’ingénierie peut intervenir


L’emprise des services lourds (radiothéra-
pie et imagerie médicale, locaux logisti-
ques) en sous-sol déborde largement de la
volumétrie visible du bâtiment.
L’ingénierie a réalisé un diagnostic de la
composition des structures porteuses,
ainsi que du parcours de toutes les
innervations en fluides et énergies,
avant de pouvoir imaginer la faisabilité
INGEROP. AIA Architectes

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 13


LES SPÉCIFICITÉS DE LA LA RÉNOVATION :
TECHNIQUES, MÉTHODOLOGIQUES ET LA SÉCURITÉ
UNE TOUR À PARIS déroulera de l’été 2006 à l’été 2008. Un contrôle et désinfection aisés.
projet au long cours, eu égard à sa com- 4 – Cible 14 : Qualité de l’eau : le contrô-
Vaste ensemble domanial, la Cité de l’Air plexité technique, qui verra transformé le de la pollution des réseaux est pris en
s’étire en limite du 15° arrondissement l’immeuble actuel en un ensemble cohé- compte dans ses aspects réglementaires
parisien sur quelque 4 hectares. rent superposant 9 000m2 de bureaux et pratiques (disconnecteurs hydrauli-
Emergeant de cet ensemble, la «tour F», rafraîchis et 740 chambres individuelles ques, protections antipollution,…
immeuble de grande hauteur de 62 mètres pour un coût de travaux de 63 Millions Par ailleurs, une attention particulière a
de haut sur 20 niveaux, représente d’Euros. été accordée au développement des
35.OOOm2 de planchers, occupés pour légionnelles et Cera ingénie-
parti, par des bureaux (les 5 étages infé- L’originalité des propositions rie a importé sur son projet
rieurs) et pour partie techniques et en matière les 10 cibles tout son savoir faire d’ingé-
par des logements d’exploitation/maintenance «HQE» utilisées nierie hospitalière.
militaires (niveaux 5 a permis à l’équipe d’être par Cera 5 – Cible 3 : Déchets à
Ingénierie comme
à 20). retenue. La démarche s’est faible nuisance : pour un
guide de sa
Construite dans les inscrite dans une perspective démarche chantier de cette ampleur en
années 70, elle révè- de prise en compte du déve- conceptuelle. centre ville, qui manipule
le les qualités cons- loppement durable, objectif par ailleurs de l’amiante, un
tructives de son épo- particulièrement adapté dossier spécifique de «chan-
que : noyau central lorsque l’ingénierie intervient sur un tier vert» est développé sur les thèmes
de contreventement bâtiment de trente ans d’âge qui s’apprête suivants : tri et contrôle des déchets et
en béton armé, pla- à connaître une nouvelle vie. Nous retien- traçage de leur évacuation, conditions de
teaux libres périphé- drons dans ce bref aperçu les 10 cibles travail des personnes, nuisances sonores.
riques sur structure «HQE» utilisées par Cera Ingénierie comme
métallique. guide de sa démarche conceptuelle. Celles- Citons rapidement sans détails les cibles
ci sont ici rappelées dans suivantes qui ont fait l’objet d’une démar-
l’ordre de leur prise en compte che spécifique : gestion de l’énergie,
dans le projet : gestion de l’eau, confort hygrométrique et
1 – Cible 7 : Exploitation- confort visuel.
Equipe AIA + Franck Hammoutène Architectes - maintenance : ont en particu-
Cera ingénierie - P : Buonomo lier été analysées, évaluées et On constate ainsi qu’un projet de restruc-
chiffrées les conditions d’ac- turation de centre ville est parfaitement
cessibilité, de démontabilité et adapté à une démarche de développe-
d’interchangeabilité de tous ment durable : l’ingénierie trouve là une
les matériels et équipements, «trame» d’intervention particulièrement
et leur facilité de nettoyage efficace. Dans sa liaison étroite avec
2 – Cible 9 : Confort acousti- l’équipe d’architectes (AIA Architectes et
que : compte tenu du site Franck Hammoutène), cette démarche
(périphérique, héliport et conduit à une cohérence conceptuelle glo-
depuis un an survol aérien de bale d’où émergent quelques innovations
l’ouest parisien depuis Roissy), particulièrement intéressantes comme,
des dispositions exceptionne- dans le cas de la tour F :
lles ont été intégrées au projet - l’utilisation généralisée de plafonds
architectural (façades simples rayonnants froids
Malheureusement, l’usage généralisé de mais protégées, regroupement de - la protection aux crues des installations
l’amiante rendait urgente une intervention l’implantation de équipements bruyants, sensibles
de désamiantage complet. dispositifs antivibratils,…) - la répartition optimisée dans les niveaux
Le chantier de désamiantage de la tour, 3 – Cible 13 : Qualité de l’air : pour les de locaux techniques
qui conduira à la mise à nu totale de la même raisons de pollution de l’environne- - à l’étude, le plus grand bouclier photo-
structure de la tour, se déroulera de l’été ment, un système de ventilation double voltaïque européen.
2005 à l’été 2006, tandis que la reconfi- flux a été généralisé, renforcé par une con- François Boutteau
guration de l’ensemble de la tour se ception des réseaux de gaines autorisant AIA - CERA Ingenierie

14 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


LE MUSEE GUIMET A PARIS existants a conduit OTH à effectuer une réaliser, à leur phasage, aux incertitudes
campagne de reconnaissance complé- liées à l’existant ont conduit à des adap-
Le programme consistait à redonner au mentaire qui a fortement conditionné cer- tations fréquentes des calendriers de réa-
bâtiment toutes les caractéristiques tains choix de partis de conception. lisation, dans le cadre du souci perma-
d’un musée moderne, tout en respectant Phase conception. Une attention particu- nent de la tenue
au mieux les qualités originelles : lisibi- lière a été portée sur la présentation des d’un délai global.
lité de l’espace, restructuration des logiques structurelles, la rationalisation
locaux et circulations verticales, statut du fonctionnement et la meilleure inté- OTH
d’étage noble à l’ancien sous-sol, exposi- gration architecturale et technique.
tions temporaires et auditorium en rez- Etudes de synthèse. Elles ont été forte-
de-chaussée et création en sous-œuvre ment conditionnées par l’état des exis-
de deux niveaux de sous-sol. tants. Elles ont permis de multiples opti-
misations et une bonne gestion des impré-
Particularités de la mission vus.
Diagnostic de l’existant. Le niveau de Direction des travaux et OPC. Les diffi-
connaissance insuffisant de l’état des cultés liées à la complexité des ouvrages à

PALAIS DE JUSTICE DE PARIS

Le Palais de Justice de Paris - Missions JACOBS FRANCE : Rénovation


des systèmes électriques moyenne et basse tension et mise en sécu-
rité - La rénovation a consisté en une mise en place d'installations
Crédit photo : P.O Leroy

neuves (poste de livraison, groupe électrogène de secours, colonnes


montantes...), a nécessité le basculement des installations d'un
réseau diphasé sur un réseau neuf triphasé et a intégré la réfection
de l'éclairage de sécurité, l'installation d'un SSI et la réalisation
d'un poste de contrôle incendie.

REHABILITATION DU SITE DE des matériaux de ce terril car les terrains du chantier (17 mois), les déchets verts
DECHARGE DE LA FITO qu’il occupe pourraient servir pour d’éven- issus de la déchetterie communale et une
MANOSQUE (04) tuelles extensions du lycée. Arcadis (*) partie des boues de la STEP communale
étudie et propose une qualification des sont réutilisées dans le processus de fabri-
En 2000, lorsque la fermeture de la matériaux qui est acceptée par les servi- cation du composte qui permettra la
décharge intercommunale de la Fito à ces de l’Etat. Les matériaux sont ainsi inté- constitution du substrat végétalisable.
Manosque (04) est décidée à l’horizon grés dans le projet de réhabilitation qui
2002, la ville de Manosque engage des prévoit la réalisation d’un réseau de déga- Maître d’ouvrage : Ville de Manosque
études de réhabilitation de ce site de 17 zage des biogaz et d’une couverture Maître d’œuvre : Arcadis
hectares, localisé en bordure de la rivière imperméable, constituée, de bas en haut, Entreprise : GTM
La Durance. d’une couche de réglage, d’un géosynthé- terrassements
tique bentonitique, une couche de
La ville a par ailleurs en projet la cons- protection et d’une couche de terre (*) anciennement
truction d’un lycée et cherche à libérer (et composte) végétalisée. EEG SIMECSOL
une emprise à proximité de ce futur équi- et GESTER
pement. Dans ce contexte, un des terrains Outre l’économie apportée par la réutili-
mitoyens dont l’emprise foncière lui sation des matériaux du terril, le projet de
appartient est occupé par le terril de la réhabilitation prend aussi en compte
mine de Gaude (mine de lignite fermée, l’optimisation des filières de valorisation Aspect du site en cours de
terril de 250 000 m3). Le Maître locales de certains déchets, qui sont recouvrement avec les
d’ouvrage propose alors de réaliser l’étude intégrés à la couverture. Pendant la durée matériaux du terril de la
Mine de Gaude.

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 15


Interview

Monsieur Jean Paul HERSANT


‘ ’
Quelles sont les contraintes réglementaires auxquelles
Directeur de Projet à l’AMOTMJ vous êtes confrontés quand vous réhabilitez un site ?
Agence de Maîtrise d’Ouvrage des Travaux
du Ministère de la Justice Deux types de raisons peuvent nous pousser à rénover un
site pénitentiaire :
- soit le mauvais état général de l’ensemble, qui rend
Quels sont les éléments déterminants pour décider de nécessaire une remise à niveau des bâtiments et des
réhabiliter un site plutôt que de construire un bâtiment équipements techniques ;
neuf ? - soit des dysfonctionnements patents au
regard de la réglementation existante ou
Les prisons n’échappent pas à la règle : les La mission de Thales nouvelle en termes de sécurité, d’hygiène,
rénovations lourdes sont d’un coût compa- Engineering & de conditions de détention, qui rendent
rable à la construction neuve. Il est donc Consulting, comporte nécessaire une amélioration fonctionnelle.
la programmation des
effectivement pertinent de s’interroger sur
missions des maîtres Tout programme de réhabilitation d’un
l’intérêt que présente pour nous une réha- d'œuvre, l’objectif
bilitation par rapport à une construction bâtiment pénitentiaire intègre d’emblée
premier étant de
neuve. garantir la sécurité un certain nombre de contraintes régle-
Une reconstruction sur place, si elle est pénitentiaire ; mentaires, qui ont évolué dans le temps et
techniquement imaginable, a un poids l'assistance à la qui peuvent continuer à évoluer :
organisationnel très lourd : elle suppose maîtrise d'ouvrage - les règles définissant les conditions de
soit de mettre en place des contraintes pour le lancement et détention résultent du « Code de procédu-
extrêmes de phasage pour maintenir le suivi des études de re pénale » et fixent les normes à respecter
l’établissement en exploitation avec une maîtrise d'œuvre dans chaque prison, tant au regard des
capacité d’accueil conséquente, soit de définitions des différents régimes de
vider l’établissement, ce qui revient à construire une détention, que des obligations et es droits
nouvelle structure d’accueil. des détenus (conditions de vie, travail en détention,
Dans les années 60, on devait construire Fleury-Mérogis visites…) ;
afin, notamment, d’abandonner le bâtiment de La Santé : - les principales réglementations concernant l’habitabilité
or, on a construit Fleury-Mérogis mais on a également relèvent en revanche du Code de la Construction : sécuri-
gardé La Santé. Aujourd’hui, alors qu’il est devenu té des personnes (notamment la protection en cas
nécessaire de rénover Fleury-Mérogis, nous avons écarté d’incendie), accessibilité aux personnes handicapées ;
l’hypothèse d’une reconstruction sur d’autres sites. Il Concernant l’urbanisme, il y a en revanche plus de facili-
aurait fallu trouver 6 ou 7 terrains en région parisienne, tés en général pour adapter les règles au programme.
de 10 hectares chacun, plats, bien desservis, et les faire La principale contrainte réside plutôt dans l’acceptabilité
accepter par les riverains. Il en va de même pour La Santé du projet par l’environnement.
et Fresnes, ou pour les Baumettes à Marseille : pour cha-
cune de ces prisons, il fallait trouver 2 terrains de rem-
placement de 10 hectares chacun. C’est pourquoi l’hy- En termes de sécurité, de confort et d’environnement,
pothèse d’une reconstruction à neuf ne peut convaincre : comment définissez-vous la qualité du site réhabilité ?
elle implique de se confronter à des problèmes trop
importants. L’ensemble des exigences en matière de qualité de l’in-
frastructure pénitentiaire est clairement formulé dans le
Cette approche est valable pour les grands établisse- programme.
ments ; pour les plus petits, un programme de rénovation S’il est question de rénover les murs, il s’agit également
est en cours d’étude. Si la problématique est la même, la de rénover l’usage. Il faut penser la prison comme un lieu
barrière du foncier sera sans doute moins forte, et des de vie, mais également comme un outil : un outil à voca-
réponses peuvent par ailleurs être trouvées à travers le tion humaine et sociale. Dès lors la réhabilitation doit
remodelage de la carte pénitentiaire. rendre possible une bonne appropriation de cet outil. Elle
doit permettre d’améliorer l’acceptabilité de cet outil

16 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


Interview

dans le site lui-même, à l’intérieur de la prison, mais aussi


‘ ’
préparation à la réinsertion des détenus.
dans son environnement urbain. Une réhabilitation de Il s’agit d’un véritable process, certainement plus subtil
qualité est celle qui diminue sensiblement l’ensemble des qu’un process industriel, car les conditions d’exercice sont
gênes qui peuvent être occasionnées par l’équipement. éminemment variables.
Dans ce contexte, l’ingénierie doit bien sûr apporter ses
Dans le cadre d’une rénovation, quelles compétences compétences habituelles en termes de techniques, d’a-
recherchez-vous et qu’attendez-vous de l’ingénierie ? nalyses fonctionnelles (feux, simulation d’évènements…),
mais également et surtout participer et souvent piloter la
J’attends tout de l’intelligence de l’équipe de conception, synthèse technique et architecturale. Car même une
prise dans toute l’acceptation du terme. simple rénovation purement technique conduit à reconsi-
La prison est un lieu particulièrement compliqué. dérer les conditions d’usage et de vie dans le bâtiment, et
L’administration pénitentiaire doit constamment gérer la on se trouve bien là me semble-t-il dans le champ de
confrontation entre ses deux missions fondamentales, compétence de l’architecte, qui doit donner un sens à
qui sont l’obligation de maintenir des conditions de sécu- l’objet. Ce dont nous avons besoin, c’est donc d’une
rité adéquates, à l’intérieur du bâtiment mais également ingénierie sensible et intelligente, à l’écoute des vérita-
vis-à-vis de l’extérieur et la mission de resocialisation et de bles besoins du milieu pénitentiaire.

L’Agence de Maîtrise d’Ouvrage des Travaux du Ministère de la Justice (A.M.O.T.M.J.) est un établissement public
administratif créé le 31 août 2001.
L’Agence se voit confier pour le compte de l’Etat des missions de maîtrise d’ouvrage déléguées à partir de conven-
tions de mandat d’études préalables ou de recherches foncières signées avec le Ministère de la Justice.
L’Agence est actuellement en charge de près d’une centaine d’opérations de rénovation, de construction ou
d’extension dont la moitié concerne les palais de justice et l’autre moitié les centres pénitentiaires.
Parmi celles-ci, les opérations les plus avancées qui ont fait l’objet d’un mandat de réalisation représentent pour
plus de deux milliards d’euros, non compris le programme pénitentiaire de nouveaux établissements envisagés en
Partenariat Public-Privé (PPP).

LA RÉNOVATION DE FLEURY MEROGIS, décidé d’engager une opération de rénova- - ensuite, l'assistance à la maîtrise d'ouvra-
LA PLUS GRANDE PRISON D’EUROPE tion et de mise en conformité technique ge pour le lancement et le suivi des études
UN PROJET DE VASTE AMPLEUR sécuritaire et fonctionnelle de cette prison. de maîtrise d'œuvre jusqu'à l'établisse-
Cette réhabilitation consiste d’une part, ment des dossiers de consultation des entre-
En 1999, le Ministère de la Justice lance un dans la mise aux normes techniques (incen- prises.
vaste programme de rénovation et de mise die, électricité, chauffage…) de la totalité de
en conformité technique et fonctionnelle des l’établissement et d’autre part, dans l'insta- L'originalité de ce projet porte essentielle-
plus grands centres pénitentiaires. Thales llation de douches individuelles dans les ment sur le statut particulier de cet établis-
Engineering & Consulting est retenu pour cellules. La durée des travaux s'étale sur 10 sement. En effet, tout doit être mis en œuvre
réaliser, notamment, la programmation de ans et associe six maîtres d'œuvre. pour garantir la sécurité et éviter que les
la prison de Fleury Mérogis.. Ce centre péni- pensionnaires ne « prennent la clef des
tentiaire est le plus important d’Europe, Objectif : garantir la sécurité pénitentiaire champs » pendant les différentes phases de
avec 136 000 m2 de cellules et 68 000 m2 travaux. Les équipes de Thales ont établi un
de bâtiments divers : accueil, ateliers, bure- La mission de Thales Engineering & programme de sécurité pénitentiaire qui va
aux, locaux médicaux…. Sa capacité fluctue Consulting, qui s’étale jusqu’en 2009, com- dans ce sens et assurent les missions de pro-
de 3 500 places théoriques (2800 hommes, porte différents aspects : grammation technique et d'AMO pour les
200 femmes et 500 jeunes) jusqu'à 6 000 - d’abord, la programmation des missions spécialités dont ils ont la charge : économie
places. Achevée en 1973, la Maison d'Arrêt des maîtres d'œuvre du point de vue tech- de projet, climatisation fluides, électricité,
de Fleury Mérogis a subi l'usure du temps nique mais également du point de vue fonc- plomberie.
sans bénéficier de travaux d’entretien tionnel, l’objectif premier étant de garantir Jean-Louis JAFFRE,
sérieux. Le Ministère de la Justice a donc la sécurité pénitentiaire ; THALES ENGINEERING & CONSULTING

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 17


III
LE RÔLE DE L'INGÉNIERIE :
ANTICIPER, GÉRER LES RISQUES, INTRODUIRE
DES INNOVATIONS, PRÉSERVER LE PATRIMOINE

Réhabiliter

S
i les projets de réhabilitation jet et l’ingénierie peut apporter son du projet, il s’agit d’aider à la défini-
un site, qu’il soit laissent souvent la part belle au savoir à chacune de ses étapes : tion des choix architecturaux, tech-
urbain, tertiaire rêve, qui incite à transformer un • Le diagnostic : il s’agit d’établir un niques et économiques. Le savoir
existant techniquement dépassé, état des lieux à la fois technique, spécifique des sociétés d’ingénierie
ou industriel,
esthétiquement déprimant, sociale- architectural, fonctionnel, réglemen- aide à l’optimisation de ces choix :
un bâtiment ment problématique, en un espace taire etc (la liste des aspects du diag- on va pouvoir définir les matériaux,
ou un ouvrage, exemplaire, modèle de développe- nostic varie selon la spécificité de l’e- les matériels et les solutions techni-
est un pari, ment durable, ils nécessitent pour- xistant). Cette étape préliminaire est ques les mieux adaptés.
un trait d’union tant avant tout du réalisme et de la nécessaire avant toute transforma- • La maîtrise d’œuvre de conception
entre le passé méthode. Au-delà des constructions tion. Elle permet par exemple de et les études : elle a pour objectif de
intellectuelles, les exigences de faisa- retracer la vie de l’ouvrage : transfor- définir les choix de partis et le projet
et le futur.
bilité imposent d’avoir recours à une mations successives, usure, analyse avec le plus de précision possible.
méthodologie rigoureuse qui permettra des matériaux… Elle doit également L’ingénieur s’appuie alors sur une
de transformer un vestige du passé permettre de pointer les nouvelles méthode interactive d’optimisation,
en une réalisation fonctionnelle, normes et réglementations qui dev- permettant de concevoir de plus en
esthétique et moderne. ront être respectées. plus précisément le futur ouvrage.
Envisager l’ensemble des contraintes • A partir de là, on peut concevoir Les études matérialisent alors le pro-
techniques, financières et humaines différents scénarios possibles ainsi jet à travers des documents qui ne
d’un projet de rénovation, afin que que leur pré-programmation. Pour laisseront que peu de place à l’inter-
celui-ci soit réalisable : tel est le rôle cela, il faut que la première étape ait prétation de la part des entreprises
que l’ingénierie est appelée été menée à bien et qu’elle ait per- en charge de l’exécution. La concep-
à jouer dans les opérations mis un repérage de toutes les con- tion et la définition des solutions
de réhabilitation et de res- traintes techniques. retenues vont ainsi permettre
tructuration. • L’ingénierie peut ensuite apporter sa l’établissement des dossiers de
Les principales missions de compétence pour l’élaboration des consultation, puis la mise en place
l’ingénierie sont ici les scénarios financiers : elle aide à éva- de marchés d’entreprises.
mêmes que dans le cas des luer les budgets et coûts globaux et • L’économie de projet en terme de
projets de construction ex peut participer à l’élaboration du «coût global» : à ce stade, le coût
nihilo : audit et diagnostic, financement. En ce sens, elle a un global de l’opération de restructura-
phases de conception et de rôle central à jouer dans l’aide à la tion - réhabilitation peut ainsi être
réalisation, exploitation et décision. définitivement arrêté.
maintenance. Mais la phase • L’ingénierie intervient alors au nive- • Il s’agit alors de mener à bien la
amont du projet prend une au de la programmation fonction- planification, souvent complexe,
importance singulière dans les opéra- nelle et technique. Elle aide à rem- des travaux, celle-ci incluant souvent
tions de réhabilitation – rénovation ; plir des exigences diverses en termes le maintien en activité de l’ouvrage
c’est ici que l’ingénierie peut intervenir de sécurité, d’hygiène, de fonction- existant. Ce travail de phasage impli-
de manière particulièrement efficace. nalité, de confort, d’esthétique, etc… que la connaissance des contraintes
Elle a pour objectif le développe- d’un chantier.
Missions Amont ment durable, qui vise la qualité des • L’ingénierie participe alors à la coor-
ouvrages non plus seulement d’un dination transversale économique
La phase amont d’un projet de réhabi- point de vue technique, mais égale- et technique : elle fait le lien entre
litation-restructuration comprend l’en- ment d’un point de vue humain et les différents acteurs du projet, entre
semble des missions «pré-opérationne- environnemental. les différents types de contraintes à
lles» qui permettent d’évaluer l’existant assumer etc.
(espace, bâtiment, quartier…). Cette Phases de conception • La maîtrise d’œuvre de réalisation
phase conditionne ainsi le champ des et de réalisation et les travaux : cette étape permet
possibles et permet d’exclure des pro- de concrétiser l’opération de réhabi-
jets de réhabilitation techniquement A cette seconde étape du projet, l’ingé- litation ou de restructuration.
ou économiquement incompatibles nierie peut encore intervenir sur des L’ingénierie joue alors le rôle de chef
avec la réalité. Il s’agit donc d’un terrains variés : d’orchestre qui fédère et intègre l’en-
moment clé dans l’élaboration du pro- • Avant même la phase de conception semble des corps d’état et des inter-

18 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARSS 2004


venants. L’ingénieur est à la fois rage. On constate alors générale- future exploitation et à la mainte-
Expert et Manager de projet. En tant ment que le nombre de réserves for- nance de l’ouvrage.
qu’intégrateur, il doit être en mesure mulées à ce stade est inversement • La formation des exploitants est
d’associer de multiples compétences proportionnel à l’implication de indispensable au bon usage de
ainsi que des données techniques, l’ingénierie dans la phase de maîtrise l’ouvrage et seul l’ingénierie est en
juridiques, sociales, économiques et d’œuvre de réalisation. mesure de transmettre sa connais-
environnementales. Cet ensemble de sance des particularités techniques
données est souvent plus complexe Exploitation – Maintenance et des spécificités du site réhabilité à
dans le cas des projets de réhabilita- l’utilisateur.
tion ou de restructuration. Comme Contrairement aux missions précéden- • L’accompagnement au démarrage
dans tout projet, l’ingénierie aura la tes (maîtrise d’œuvre de conception et est le prolongement de la formation.
charge de l’exécution des contrats de réalisation) parfaitement décrites Il permet de valider toutes les procé-
de travaux, c’est à dire de s’assurer dans la loi MOP, cette dernière étape dures d’exploitation et de prendre en
que les documents et les travaux du projet ne figure pas dans ces textes. compte, pour le futur, de nouvelles
effectués sont conformes aux Elle permet cependant d’inscrire les pro- adaptations.
contrats. Et bien sûr, il ordonnance, jets de réhabilitation et de restructura- • La maintenance : Tout au long du
pilote et coordonne le chantier. tion dans le cadre du développement projet de réhabilitation, l’ingénierie
Enfin, il assiste le maître de l’ouvrage durable. Par définition, ces projets ont a pris en compte l’utilisation ulté-
et lui garantit, par ses actions et sa une dimension temporelle. Après avoir rieure de l’ouvrage ; Au cours des
présence en continu tout au long traversé des décennies, les sites réhabi- phases d’études, elle a intégré les
des travaux, une maîtrise des coûts lités devront poursuivre leur parcours. Il contraintes de maintenance. Elle a
et des délais de l’opération. est donc essentiel de leur assurer des opté pour certaines solutions techni-
• La réception de l’ouvrage : elle conditions d’exploitation optimales ques qui facilitent la maintenance et
symbolise le transfert de propriété afin de leur garantir une certaine limitent ses coûts. Grâce à sa parfai-
entre les entreprises et la maîtrise de longévité. C’est dans ce cadre que te connaissance du produit fini, elle
l’ouvrage. L’ingénierie en tant que s’inscrivent les missions suivantes : est donc en mesure d’assister la
maître d’œuvre ne réceptionne pas • A toutes les étapes, l’ingénierie maîtrise d’ouvrage dans la mise en
mais participe à la réception en prend en charge l’intégration de la place de prestations de maintenance
qualité de conseil du maître de l’ouv- conception des objectifs liés à la multitechniques adaptées.
Bruno Delanef
G3i

LA RESTRUCTURATION D’UN tions et encore moins de sondages des-


IMMEUBLE DE BUREAUX tructifs, en ce qui concerne notamment
certains éléments d’infrastructure ou les
Des bureaux d’Air France à ceux du jour- forces portantes des planchers d’étages.
nal Le Monde. Maître d’ouvrage - Des écarts se sont ainsi avérés entre les
Bouygues Immobilier données des documents disponibles et la
L’ensemble architectural qu’occupait AIR réalité (par exemple pour le ferraillage des
FRANCE boulevard Blanqui, à Paris, et planchers), mis en exergue dans une
maintenant destiné à accueillir le Journal seconde phase d’investigation rendue pos-
LE MONDE, a subi une profonde transfor- sible à la libération des locaux.
mation que l’on peut résumer en trois ■ Le curage du bâtiment comprend
temps : démolition partielle, restructura- l’élimination de l’amiante et du plomb
tion, reconstruction simultanée. présents dans les structures.

L’audit du bâtiment existant La recherche des solutions techniques


L’audit réalisé par Bérim a du affronter un pour le projet
certain nombre de difficultés :
■ Les documents d’archives à partir des- 1) Il a fallu d’abord procéder à la sup-
quels les travaux d’étude sont à réaliser ne pression de la contrainte IGH par écrêtage
sont pas toujours fiables. du bâtiment : cette phase, délicate, utili-
■ Le repérage des ouvrages et le diag- sant des moyens légers de découpe et de
nostic doivent s’effectuer avant la libéra- broyage du béton et nécessitant des repri-
tion de l’immeuble par l’occupant, donc ses de structures, s’est déroulée en toute
sans possibilité de véritables investiga- sécurité. .../... Architecte : Ch. de Portzamparc

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 19


2) En ce qui concerne les fondations, une bles de provoquer de nouveaux tasse- en fonction d’un délai d’exécution remar-
centaine de micropieux d’une longueur ments déjà constatés ; quablement court, défini par deux dates à
moyenne de 25 m ont été forés. Cette ■ reprendre les modifications de structu- respecter : la prise de possession des locaux
phase de travaux a été concomitante res lourdes à la jonction du bâtiment existants et la livraison à l’utilisateur.
avec les démolitions, les excavations et les existant et des extensions ;
premières reprises de structure. Il a fallu ■ créer les fondations des extensions en Ainsi, l’ingénierie peut apporter à des pro-
modifier la trame porteuse en façade : travers d’infrastructures existantes et jets de cette ampleur les compétences qui
selon les zones, il a été nécessaire de pas- non démolies ; lui sont propres : faisabilité, études tech-
ser d’une trame de 3 m à une trame de 6 ■ gérer la réappropriation des sous-sols niques, ordonnancement des travaux,
m et déplacer des poutres de reprise à un pour une meilleure fonctionnalité. maîtrise des coûts, aide à la décision.
niveau supérieur. Il s’agissait de répondre
à quatre objectifs : 3) La gestion du projet impliquait en Arnaud BURY
■ ne pas ramener de charges suscepti- outre un phasage rigoureux des travaux, Bernard LOURS
BERIM

LA MODERNISATION DE L’USINE l’équipement fonctionne à pleine puissan- • à l’amélioration des performances et au


D’INCINERATION DES DECHETS ce. Par ailleurs ce dispositif ne permettait respect des échéances réglementaires,
MENAGERS DE SETE pas d’abaisser la teneur en SO2 sous le • à la suppression des boues industrielles
Sivom de la Mer et des Etangs seuil de 50 mg/Nm3 et n’était pas prévu et donc à la séparation des procédés
pour traiter les dioxines et les furannes. (UIOM/STEP),
L’usine d’incinération de déchets ména- De plus, les boues issues du traitement • à la suppression des rejets liquides et
gers de Sète, mise en service en novembre des fumées par voie humide sont traitées donc à l’indépendance des entités
1992, est constituée d’un four de 5,6 t/h dans l’installation de traitement des UIOM/STEP,
(40 000 t/an) et d’une chaudière pro- boues urbaines qui ne peuvent pas être • au maintien de la libre circulation des
duisant 13,7 t/h de vapeur à 27 bars. Le valorisées dans l’agriculture. Enfin, les véhicules au niveau zéro.
traitement des fumées de type humide est fines sous chaudière sont mélangées avec
composé d’un électrofiltre, d’une tour de les mâchefers. La solution technique retenue
lavage constituée d’un quench et d’un Le déroulement des études / Les orien- Elle est du type semi-sec en solution bi-
étage de rings jets avec injection de lait tations techniques réactif (chaux-bicarbonate) permettant
de chaux. Ce dispositif répond largement un libre choix du réactif dans le temps
aux limites fixées par l’arrêté d’exploita- Les orientations permettent de répondre : pour des opportunités commerciales
tion, mais une dérive dans les teneurs en • à la continuation du fonctionnement et/ou techniques.
HCl et poussières a été constatée lorsque de l’usine,
Les critères de choix ont été les suivants :
Bicarbonate/Charbon actif • absence d’effluents liquides,
ou • dimensions réduites plus facilement
Chaux/Coke de lignite
intégrable au sein de l’usine existante,
• système adapté à des pointes de con-
centration en polluants,
Chaudière Electro-filtre Echangeur Réacteur Filtre à manches • adaptabilité à deux types de réactifs
(polyvalence).
Air/Fumées
ou pulvérisation d’eau Résidus ultimes
L’entreprise vient d’être désignée. Le début
des travaux est prévu au printemps 2004.
Chaux/Coke de lignite
J.C. CHARBOIS
Eau
BERIM

Incinération Chaudière Réacteur Filtre à manches

Résidus ultimes

20 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


LE PONT HERCILIO LUZ que sous forme de plats ; satisfaisant à toutes les contraintes, en
sur l’île de FLORIANOPOLIS - l’intégration de cette suspension comme particulier en mettant au point de vérita-
membrure supérieure de la poutre de rigi- bles scénariis d’équilibristes qui doivent
Un ouvrage exceptionnel dité dans la partie médiane de la travée manutentionner des tonnes à l’aide de
centrale. câbles provisoires.
Le Pont Hercilio Luz, du nom du C’est ce qui explique l’existence, en place
gouverneur brésilien qui le fit réaliser, relie des câbles traditionnels, de « chaînes » de Faire évoluer la fonctionnalité de
l’île de Florianopolis, où se trouve suspension, faisant également office de l’ouvrage
la capitale de l’état de Santa Catarina, barres supérieures du treillis.
fédération du Brésil, au continent sud D’autre part, à son initiative, Ingérop s’est
américain. Mener à bien une réhabilitation «en posé la question du devenir du pont réha-
place» bilité : en effet, dans les années 60, l’île a
été munie d’une autre ligne de ponts, con-
Devenu le symbole nectée à une voirie routière de forte capa-
emblématique de la ville cité comme il était d’usage à cette époque
et de la province, il n’a du « tout voiture ». La localisation du pont
pas été épargné par l’a- suspendu, arrivant directement dans l’hy-
gression du temps et son percentre, ne convient plus à un schéma
état de corrosion a con- de circulation routière homogène.
duit à en restreindre l’u- C’est pourquoi Ingérop a proposé d’im-
sage dans les années planter une ligne de Transport en
70, puis à le fermer à la Commun en Site Propre, empruntant le
circulation à la fin des pont rénové, particulièrement adaptée à
années 80. la très forte demande d’échange domici-
Mais la force de son le/travail entre l’île, siège du commerce et L’action de
image a conduit la pro- des administrations, et les villes nouvelles l’Ingénierie
vince locale et l’état qui se déploient sur les réserves foncières a permis de
Cet ouvrage, conçu par Steinmann dans fédéral, sur fonds d’aide de la Banque continentales. proposer
les années 20, est exceptionnel si l’on con- Interaméricaine de Développement, à lan- Ainsi l’action de l’Ingénierie ne s’est pas au Maître
sidère l’optimisation de sa structure por- cer une mission lourde de diagnostic et limitée à une prestation purement techni- d’Ouvrage une
teuse ; il est le représentant significatif de de projet de réhabilitation «en place», que, mais a permis de proposer au Maître nouvelle
la grande recherche américaine en ponts c’est à dire sans démontage d’ensemble d’ouvrage une nouvelle destination pour destination
de grande portée du début du siècle der- du tablier. L’objectif était d’autant plus son pont, d’autant plus noble qu’elle pour son pont
nier. ardu qu’il fallait également mettre l’ouv- dépasse le caractère initial d’un simple
La suspension de la travée centrale méta- rage réhabilité en conformité avec les lien routier pour s’élargir à celle d’une
llique, de 330 mètres d’ouverture, se dis- charges d’exploitation et les règlements infrastructure structurante d’Aména-
tingue des types de suspension classiques actuels, sans changer les équarrissages gement du Territoire.
sur deux points : de l’ancien ouvrage.
- l’utilisation d’aciers à très haute limite Ingérop a eu l’honneur d’être adjudicatai- Yves Maury
élastique, qui n’était réalisable à l’époque re de la mission et a réalisé un projet INGEROP

UN EXEMPLE D’ETUDE lle leur permettant d’éclairer leur choix Bilan de la situation initiale
PRE-OPERATIONNELLE quant à l’évolution et la valorisation de ce
DE VALORISATION : bâtiment bénéficiant d’une adresse excep- L’examen porte notamment sur :
L’IMMEUBLE tionnelle. - L’état détaillé des fonctions et surfaces
115-117 CHAMPS ELYSEES existantes, s’élevant à près de 12 000 m2
La mission consistait à établir un bilan de (bureaux, surfaces annexes, parkings).
Les maîtres d’ouvrage ont confié à la situation initiale, à imaginer les scéna- - Le contexte urbain et les contraintes
OTHEM et PATMO, filiale du groupe OTH riis possibles d’évolution et à en évaluer réglementaires (intégration urbaine,
une étude stratégique et pré-opérationne- les éléments financiers. évolutions envisageables…). .../...

LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 21


- Le diagnostic fonctionnel de chaque ■ Un scénario de restructuration lourde,
niveau et les contraintes structurelles. permettant de valoriser le potentiel des
- Le respect des dispositions réglementai- surfaces et, bien entendu, de procéder aux
res et constructives. remises en état nécessaires.
- Le diagnostic technique de l’ensemble
des ouvrages. Evaluation des éléments financiers

Les scénarios possibles A partir d’un programme établi sur les


bases précédentes, le coût de chacun des
Crédit photo : P.O Leroy

Deux scénarios principaux ont été scénarios a ainsi été évalué. Ont été
étudiés : également étudiés le rendement locatif, le
■ Un scénario de réhabilitation générale, plan de trésorerie ainsi que la fiscalité de
portant notamment sur la mise aux nor- l’opération.
mes, la remise en état technique, les réfec-
tions de prestations diverses. OTH

NOUVEAU SIÈGE SOCIAL REQUALIFICATION DU SITE


DE SUEZ À PARIS DE LA DIGUE D’ALLOS (04)

Avec conservation du seul bâtiment conservé de Etienne-


Louis Boullée, l’Hôtel Suchet, entièrement restauré à l’iden-
tique, en même temps que l’on démolissait et reconstruisait
autour des bâtiments d’aspect contemporain (verrière et
façades intérieures légères en structures câbles et verre
attaché).

Avant : une décharge de mâchefers au premier plan et de


décharge brute au second plan.
Crédit photo : Arcora Ingenierie - Architectes DTACC - Maître d’ouvrage : SUEZ

Après : requalification du site en déchetterie intercommunale,


constituée d’un quai dans lequel les mâchefers ont été réuti-
lisés en remblais et mis hors d’eau. Le reste du site est imper-
méabilisé par une couverture argileuse puis végétalisée pour
sa réinsertion paysagère.

Maître d’ouvrage : Syndicat Intercommunal


du Haut Verdon
Maître d’œuvre : Arcadis

22 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


LA RESTRUCTURATION DES INSTALLATIONS NUCLEAIRES DE BASE SECHAUD
Le projet : réévaluer la sûreté du génie civil des installa- La construction d’un tel modèle doit permettre à la fois de
tions nucléaires représenter correctement le fonctionnement de la structure et,
De nombreuses installations nucléaires françaises ont été cons- dans la mesure du possible, de permettre d’apprécier la sensibili-
truites il y a plus de vingt ans. La sûreté du génie civil de ces ins- té de la structure aux paramètres présentant des incertitudes.
tallations a été initialement évaluée sur la base d’analyses réali- Une même structure peut également être représentée par
sées à partir des règles techniques en vigueur, des méthodes de plusieurs modèles permettant l’étude de phénomènes distincts
calcul et des connaissances scientifiques disponibles au moment (échelles globale ou locale, modèles simplifié ou détaillé).
de leur conception.
Depuis leur construction, ces installations peu- Le réexamen d’une Dans le cadre d’une réévaluation, les résultats
vent avoir subi des transformations se traduisant installation nucléaire obtenus doivent être analysés avant d’être inter-
par des aménagements du génie civil. Ces der- consiste à établir un prétés et peuvent donner lieu à des analyses
niers ne sont pas toujours anodins car ils peuvent état des lieux et à semi-locales complémentaires tenant compte
être à l’origine d’un changement de comporte- procéder à des modifi- d’un comportement plus réaliste des matériaux
ment des structures vis-à-vis des actions auxque- cations permettant (redistribution des efforts, appel à ductilité …).
lles elles sont susceptibles d’être soumises. Par d’améliorer sa sûreté Des modèles non linéaires peuvent également
ailleurs, la réglementation technique et les mét- par référence à des être réalisés pour étudier des effets particuliers.
hodes de calcul des structures ont considérable- normes ou des exigen- Leur utilisation et l’interprétation des résultats ne
ment évolué ces dernières années et des progrès ces plus récentes. sont pas toujours aisées et relèvent de l’expertise.
importants ont été réalisés dans plusieurs domai-
nes scientifiques en rapport avec le génie civil, en particulier celui Troisième étape :
du génie parasismique. Les exigences de sûreté ont suivi cette le confortement des structures
évolution. Les travaux de génie civil en milieu nucléaire sont toujours déli-
En France, la réévaluation de sûreté d’une installation nucléaire cats et coûteux et ne peuvent être réalisés que par des entrepri-
de base est prévue dans le décret du 11 décembre 1963. Elle est ses spécialisées. A volume constant, le coût de travaux de remise
actuellement effectuée environ tous les dix ans. Le réexamen à niveau du génie civil peut être cinq fois plus élevé dans une ins-
d’une installation nucléaire consiste à établir un état des lieux et tallation nucléaire que dans une installation industrielle non
à procéder à des modifications permettant d’améliorer sa sûreté classée. Il convient donc de rechercher des solutions de conforte-
par référence à des normes ou des exigences plus récentes. ment permettant de limiter le nombre de zones de travaux et la
durée d’intervention, et de minimiser le volume des déchets de
Première étape : démolition.
la démarche de réévaluation
L’exploitant établit une démarche de réévaluation du génie civil Ainsi, l’évaluation et la remise à niveau de la sûreté du génie civil
de son installation. Elle comporte le recensement des données d’une installation nucléaire de base sont toujours des opérations
existantes, la définition des actions à considérer lors de la longues et complexes. Leur pratique nécessite une grande
réévaluation et des objectifs de sûreté, enfin l’établissement expérience dans de nombreux domaines du génie civil mais
d’une méthodologie d’évaluation du comportement des également une excellente connaissance des contraintes de
structures de génie civil. l’industrie nucléaire.
Le recensement des données est généralement complété par des
expertises destinées d’une part à vérifier leur validité (conformité SECHAUD – Alain LANGEOIRE
aux plans d’exécution, bilan des modifications, état de conser-
vation des structures, état de chargement, caractéristiques des
matériaux et du sol…), d’autre part à pallier les manques de la
documentation existante. La définition des actions nécessite
l’identification des risques d’origine interne (incendies, explosions,
perte de ventilation…) et externe (séismes, explosions, missiles,
actions climatiques…) auxquels sont soumis les bâtiments de
l’installation. Ces actions sont ensuite caractérisées soit par
référence à la réglementation actuelle, soit par des études
spécifiques appropriées.
Il s’agit alors d’évaluer le comportement des structures vis-à-vis
des différentes actions considérées.

Deuxième étape :
l’analyse du comportement des structures
La représentation de la structure d’un bâtiment par un modèle
élastique aux éléments finis constitue aujourd’hui un moyen en
Le modèle de la structure béton armé d’un ouvrage nucléaire
général bien adapté à l’analyse du comportement des strcutures.
LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004 23
Architectes Beauvais et Torcatis
RESTRUCTURATION ET EXTENSION Contraintes techniques - Réalisation des accès urgences provisoi-
AVEC MAINTIEN EN ACTIVITE : Elles portent tout d’abord sur des reprises res, nouveau P.C. sécurité, une partie des
LE CENTRE HOSPITALIER DE SAINT- en sous-œuvre de murs, poteaux et fonda- urgences et du parking enterré.
PIERRE DE LA REUNION tions de bâtiments existants, en vue de la - Fin des travaux des urgences, du SMUR,
création de nouveaux locaux et de la prise du parking enterré, réalisation de la réa-
Cette opération comprend la restructura- en compte de charges supplémentaires. nimation.
tion et le réaménagement de locaux exis- Elles portent également sur la rénovation - Déménagement du bloc obstétrical et
tants ainsi qu’une extension neuve. Elle d’installations techniques existantes et IVG, création de nouvelles liaisons provi-
porte essentiellement sur les fonctions sui- sur la réalisation d’installations neuves, soires entre services.
vantes : service des urgences, bloc opéra- permettant de satisfaire aux nouveaux - Restructuration bloc obstétrical et IVG,
toire, salle de césarienne, réanimation besoins. première partie du bloc opératoire.
polyvalente et chirurgie ambulatoire. - Restructuration de l’imagerie, suite du
Les principales caractéristiques de cette Contraintes de phasage bloc opératoire…
réalisation concernent la prise en compte Un phasage complexe a dû être envisagé - Redéploiement de toutes les unités fonc-
de contraintes techniques spécifiques afin d’assurer au mieux la contrainte des tionnelles dans les services nouvellement
ainsi que de phasage, en vue du maintien fonctions de l’hôpital : créés.
en activité de l’hôpital. - Transfert du P.C. sécurité pour permettre
l’extension neuve. OTH

LA REHABILITATION DE LA CITE ries a conduit l'administration à envisa- Quand l’ingénierie apporte son savoir-
CUREL A MOYEUVRE GRANDE ger le comblement de ces galeries pour faire
(MOSELLE) garantir la pérennité des habitations pré-
servées. Ingérop a su gérer les particularités de
Le projet : combler des galeries minières L’ingénierie devait intégrer les contraintes cette opération et mettre au point un
ennoyées et non visitables imposées par l’Administration, notam- processus de traitement des galeries qui
ment un comblement pérenne par un corresponde aux attentes de l’administra-
La cité Curel à Moyeuvre matériau perméable et non polluant. Elle tion et des habitants.
Grande, près de Metz, est un devait, par ailleurs, innover dans un con- Les travaux ont consisté à réaliser des
quartier édifié entre 1920 et texte particulièrement complexe : forages depuis la couverture jusqu'au toit
1930 par la sidérurgie sur - imprécision sur la position et la géomé- des galeries. L'implantation et la géomé-
l'emprise d'anciennes galeries trie exactes des galeries au moment de la trie exacte des galeries ont été déterminées
de minerai de fer situées entre passation du marché travaux (Archives par examen SONAR. Des «bouchons» ont
15 et 30 m de profondeur. En au 1/5000 – quelques reconnaissances été réalisés dans les galeries situées en
octobre 1998, ce quartier a été au SONAR) ; limite de la zone à traiter pour le comble-
le siège de fontis d'origine - impossibilité de visiter les galeries (gale- ment. Les injections de clavage ont été
minière. Suite à ces événe- ries ennoyées sous 5 à 8 m d'eau et situé- exécutées à la faveur des forages de com-
ments, une partie du quartier es entre 15 et 30 m de profondeur) ; blement préalablement débouchés au jet
a été jugée « à abandonner » - réalisation de travaux dans des proprié- haute pression. L'ensemble des travaux a
compte tenu des risques poten- tés privées (environ 40 conventions) ; été réalisé à partir des pistes situées dans
tiels d'effondrement des gale- - forte sensibilisation de la population et les jardins privés et les voiries publiques.
ries. Dans l'autre partie du des élus sur ces problèmes miniers. Le contrôle des comblements a été effec-
quartier, le bon état des gale- tué à la sonde R.A.N.

24 LES CAHIERS DE L’INGÉNIERIE DE PROJET - MARS 2004


Réalisations récentes de l’ingénierie
BETOM INGÉNIERIE. Domaine BETOM INGENIERIE est lauréat avec AACD (architectes) du concours pour la construction du nouveau
tertiaire : Siège Social pour la Communauté d'agglomérations d'EVREUX.

Domaine BETOM INGENIERIE vient de gagner avec l'architecte EVA SAMUEL le concours pour la restructuration
hospitalier d'un bâtiment dit «de l'antenne pharmacie» en vue de l'installation du service ophtalmologique sur le
site de l'hôpital COCHIN à PARIS

Domaine Massimiliano FUKSAS et BETOM INGENIERIE ont été choisis par la Communauté Urbaine
culturel de STRASBOURG pour la construction du ZENITH.

ACOUSTIQUE TISSEYRE Domaine Création d'un Centre de Musiques Actuelles et Art Intéractif dans l'ancien théâtre de la Gaïté Lyrique
Acoustique à Paris

Construction du Lycée de Lognes

Missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage d’un équipement culturel et de logements sociaux sur la
parcelle St Anne à Neuilly sur Seine : Conservatoire de Musique 600 élèves - Théâtre 800 places

BCEOM Domaine Sur financement de la Banque Mondiale, BCEOM a signé en janvier 2004 un contrat concernant la
Eau-Environnement supervision et le contrôle de travaux relatifs à :
- la reconstruction des collecteurs sur tous les sites répertoriés,
- la protection des talus,
- la construction des dissipateurs d’énergie (chambre de chute, déversoir, etc.),
- la consolidation des talus par la plantation de la végétation appropriée.

PINGAT INGENIERIE, Domaine Ardennes Chicorées, filiale de Cosucra Groupe Warcoing, a confié à PINGAT, Groupe SNC-Lavalin
GROUPE SNC LAVALIN Agro-industrie France, le projet de réalisation d'une unité de transformation de chicorée construite sur le site de
l'ancienne sucrerie de St-Germainmont (08).

Domaine TROUVIN, Groupe SNC-Lavalin France, va construire la Clinique des Cèdres à Echirolles près de Grenoble
Santé en équipe avec le cabinet d'architecture Atelier A : un ensemble de 176 lits, 16 000 m2 comportant une
maternité IIb, 16 salles d'opération, 24 places de chirurgie ambulatoire et une Maison Médicale.

Domaine La société LONGCHAMP a confié à BOPLAN, Groupe SNC-Lavalin France, la réalisation d'une plate-
Logistique forme logistique de 26,000 m2 pour produits de maroquinerie.

INGEROP Ingérop effectue les études d'exécution d'un bâtiment technique dans le cadre de la dénitrificaion
des eaux de l'usine d'épuration d'Achères.

Ingérop démarre, pour le groupement Eiffage-ACS, une mission de conception de la LGV Perpignan
Figeras (45 Km, 8 Km de tunnel). Montant travaux : 800 M€.

Ingérop effectuera la maîtrise d'œuvre (Structure et lots techniques) de la nouvelle médiathèque de


Béziers avec JM Wilmotte en démarche HQE.

THALES ENGINEERING Domaine Thales Engineering & Consulting réalise pour URGO une mission de maîtrise d'œuvre pour la construc-
& CONSULTING Bâtiment tion d'un magasin de grande hauteur destiné à l'expédition des produits de soin vers les 22 000 points
de vente. Ce centre de distribution sera construit sur le nouveau site d'Urgo près de Dijon.

Réhabilitation de la route de Taihoae aux îles marquises en Polynésie (15km à Terre Déserte).

Dans le cadre de l'achèvement de la première phase de TEOR - ligne de bus de nouvelle génération qui
traverse Rouen d'est en ouest - Thales Engineering & Consulting réalise la maîtrise d'œuvre pour
l'aménagement et les infrastructures du centre ville de Rouen.

Thales Engineering & Consulting a gagné, en collaboration avec Valode & Pistre, la mission de réalisa-
tion d'un bâtiment de laboratoires dédié aux métiers du maquillage sur le campus de recherche de
Chevilly-Larue.