Vous êtes sur la page 1sur 2

Correction

Partie I

1. Supposons que le produit (pn ) converge et posons ℓ = lim pn . On a ℓ ≠ 0 , pn → ℓ et pn +1 → ℓ donc


pn +1 ℓ
par opérations sur les limites → i.e. un +1 → 1 donc un → 1 .
pn ℓ
2. Par récurrence sur n ∈ ℕ , on montre facilement pn = n + 1 .
n
p + 1 2×⋯× (n + 1)
On peut aussi observer : pn = ∏ = = n +1 .
p =1 p 1×⋯×n
On a pn → +∞ donc (pn ) diverge.
a  a a a  a a 1  a a a  a
3. pn sin = cos cos ⋯cos n −1 cos n sin n  = cos cos ⋯cos n−1  sin n −1
2n  2 4 2  2 2  sin 2a =2sina cosa 2  2 4 2  2
a 1 a a 1
En reprenant ce processus : pn sin n = n−1 cos sin = n sin a .
2 2 2 2 2
sin a sin a sin a sin a
pn = ∼ = ≠ 0 donc le produit (pn ) converge et lim pn = .
a a a a
2n sin n 2n n
2 2

Partie II

1.a Puisque un → 1 , on a ∀ε > 0, ∃N ∈ ℕ, ∀n ≥ N , un −1 ≤ ε .


En prenant ε = 1 2 , il existe n 0 ∈ ℕ tel que ∀n ≥ n 0 , un −1 ≤ 1 2 donc un ≥ 1 2 > 0 .
 n  p
1.b Sn = ln  ∏ u p  = ln n .
 p=n0  pn0 −1
Si le produit (pn ) converge alors, puisque la suite (pn ) tend vers une limite finie non nulle, le rapport
pn
tend vers une limite finie strictement positive. Par composition de limites, la suite (Sn ) converge.
pn0 −1
pn
Si la suite (Sn ) converge vers ℓ alors =eSn → eℓ donc pn → pn0 −1 e ℓ ≠ 0 donc le produit (pn )
pn0 −1
converge.
1
2.a H n +1 − H n = ≥ 0 donc la suite (H n ) est croissante.
n +1
2n 2n
1 1 1
H 2n − H n = ∑ ≥ ∑ = .
k =n +1 k k =n +1 2n 2
Puisque (H n ) est croissante, soit cette suite converge vers ℓ ∈ ℝ , soit cette suite diverge vers +∞ .
1 1
Or, si H n → ℓ ∈ ℝ alors H 2n − H n ≥ donne à la limite ℓ − ℓ = 0 ≥ ce qui est absurde.
2 2
Donc, nécessairement H n → +∞ .
ln p 1
2.b Pour p ≥ 3 , on a ≥ donc Sn − S 2 ≥ H n − H 2 d’où Sn ≥ H n − H 2 + S 2 → +∞ .
p p
Par comparaison, Sn → +∞ . Par suite (Sn ) et (pn ) divergent.
Partie III

1.a Etudions f : x ֏ x − ln(1 + x ) définie sur ℝ + ⊂ ]−1, +∞[ .


1 x
f est dérivable et f ′(x ) = 1− = ≥ 0 sur ℝ + .
1+ x 1+ x
Par suite f est croissante et puisque f (0) = 0 , f est positive d’où l’inégalité voulue.
1.b Sn′+1 − Sn′ = vn +1 ≥ 0 donc (Sn′ ) est croissante.

1.c Supposons que (Sn′ ) converge vers un réel ℓ . On a ∀n ∈ ℕ*, Sn′ ≤ ℓ .


n n n
ln(pn ) = ln ∏ (1 + v p ) = ∑ ln(1 + v p ) ≤ ∑v p = Sn′ ≤ ℓ .
p=1 p =1 ln(1+x )≤x p =1

La suite (ln pn ) est donc majorée.


pn +1
Pour tout n ∈ ℕ * , ln pn +1 − ln pn = ln = ln(1 + vn +1 ) ≥ 0 donc (ln pn ) est une suite croissante.
pn
Etant croissante et majorée, la suite (ln pn ) converge vers un réel m et par opérations pn → em ≠ 0 .
Par suite le produit (pn ) converge.
Notons, qu’on peut aussi reprendre le résultat de la question II.1 avec n 0 = 1 et en observant Sn ≤ Sn′ .
n
2.a Si a ≥ 1 alors pn ≥ ∏ 2 = 2n → +∞ et donc le produit (pn ) diverge.
p=1

p
2.b On reprend les notations de la question III.1 à partir de v p = a 2 .
n
2n
n
p 1−a 2 a
Sn′ = ∑ a 2 ≤ ∑ a k = a ≤
p =1 k =1 1−a 1−a
La suite (Sn′ ) est croissante et majorée donc elle converge et par suite le produit (pn ) aussi.

( ) ( )
n n
2.c (1−a 2 )pn = ((1−a 2 )(1 + a 2 )) (1 + a 4 )…(1 + a 2 ) = (1−a 4 ) (1 + a 4 )…(1 + a 2 ) .
n +1 1
En réitérant le processus : (1−a 2 )pn = 1−a 2 . Par suite pn → .
1−a 2

Vous aimerez peut-être aussi