Vous êtes sur la page 1sur 2

c Christophe Bertault - MPSI - Devoir sur table du samedi 13 décembre 2008 (durée 4h)

Devoir sur table


Exercice 1
r
1 1 2
8
1+ − 2esin n + cos
2n n
Déterminer un équivalent simple de lorsque n tend vers ∞.
1 1
tan + sin
n n

Exercice 2
Soient a ∈ R×
+ et (un )n∈N la suite définie par u0 = a et : ∀n ∈ N, un+1 = u2n + un .

I − Convergence de (un )n∈N :

1) Montrer que la suite (un )n∈N est monotone et strictement positive.

2) Montrer qu’elle diverge vers l’infini.

II − Comportement asymptotique de (un )n∈N :


1
On définit la suite (vn )n∈N par : ∀n ∈ N, vn = ln un .
2n
 
11
1) a) Prouver que pour tous n, p ∈ N : 0 6 vn+p+1 − vn+p 6 ln 1 + .
2n+p+1 un
 
1 1
b) En déduire que pour tous n, k ∈ N : 0 6 vn+k+1 − vn 6 n ln 1 + .
2 un
c) En déduire que (vn )n∈N converge vers un réel noté α.

2) a) Déterminer un encadrement de α − vn pour tout n ∈ N.


n
b) En déduire que pour tout n ∈ N : un 6 e2 α
6 un + 1.
n
c) Obtenir enfin l’équivalent suivant : un ∼ e2 α
.
n→∞

n
3) On pose, pour tout n ∈ N : βn = e2 α
− un .
1 βn+1 + βn2 − βn −2n α
a) Montrer que la suite (βn )n∈N est bornée et que pour tout n ∈ N : βn = + e .
2 2
1
b) En déduire que (βn )n∈N est convergente de limite .
2
n 1 1 n n 
c) Démontrer enfin que : un = e2 α
− − e−2 α + o e−2 α .
n→∞ 2 8

Exercice 3
Soit (Fn )n∈N la suite définie par F0 = 0, F1 = 1 et : ∀n ∈ N, Fn+2 = Fn+1 + Fn . Cette suite très célèbre est appelée suite
de Fibonacci.

1) a) Montrer que pour tout n ∈ N× : Fn−1 Fn+1 − Fn2 = (−1)n .

b) En deduire que Fn et Fn+1 sont premiers entre eux pour tout n ∈ N.

2) a) Montrer que pour tout n ∈ N et pour tout p ∈ N× : Fn+p = Fn Fp−1 + Fn+1 Fp .


Indication : On pourra faire une récurrence sur p.

b) En deduire que pour tous n, p ∈ N : PGCD(Fn+p , Fp ) = PGCD(Fn , Fp ).

c) Soient a ∈ N et b ∈ N× . Si r désigne le reste de la division euclidienne de a par b, montrer que :


PGCD(Fa , Fb ) = PGCD(Fb , Fr ).

d) Montrer que pour tous m, n ∈ N : PGCD(Fm , Fn ) = FPGCD(m,n) .


Indication : On pourra s’inspirer de l’algorithme d’Euclide.

1
c Christophe Bertault - MPSI - Devoir sur table du samedi 13 décembre 2008 (durée 4h)

Exercice 4
On souhaite dans cet exercice résoudre l’équation de Pell-Fermat x2 − 2y 2 = 1 d’inconnue (x, y) ∈ Z2 .

√  n √ o √
On note Z 2 l’ensemble a + b 2 . On rappelle que 2 est irrationnel.
a,b∈Z

√ 
1) Montrer que Z 2 est un sous-anneau de C.

2 , il existe un et un seul couple (a, b) ∈ Z2 tel que
√ 
2) a) Montrer que pour tout x ∈ Z x = a + b 2.
√ √ √ 
b) En déduire qu’on peut sans ambiguïté poser pour tout x = a + b 2 ∈ Z 2 .
x̄ = a − b 2
√ 
L’élément x̄ ainsi défini est appelé le conjugué de x (dans Z 2 ). On ne confondra pas cette nouvelle notion de
conjugaison avec la notion
√  bien connue de conjugaison dans C. Dans la suite de cet exercice, x̄ désignera toujours le
conjugué de x dans Z 2 .
 √  √ 
Z 2 −→ Z 2
c) Montrer que l’application est un endomorphisme d’anneau.
x 7−→ x̄
√ 
3) Pour tout x ∈ Z 2 , on appelle norme de x et on note N (x) le nombre xx̄.
√ 
a) Montrer que N (x) est un entier relatif pour tout x ∈ Z 2 .
√ 
b) Montrer que pour tous x, x0 ∈ Z 2 : N (xx0 ) = N (x)N (x0 ).
n √  o
c) En déduire que l’ensemble G= x∈Z 2 / N (x) = 1 est un sous-groupe de R× .

√ √
4) a) Soit x = a + b 2 ∈ G ∩ ]1, ∞[. Calculer x + x̄ et en déduire que a > 0. Montrer ensuite que x2 = 1 + 2bx 2 et
en déduire que b > 0. Peut-on avoir b = 1 ?

b) En déduire que G ∩ ]1, ∞[ possède un plus petit élément et que ce plus petit élément est 3 + 2 2.
√ n √ n+1
5) a) Soit x ∈ G ∩ ]1, ∞[. Montrer qu’il existe un entier naturel n tel que 3+2 2 6 x < 3+2 2 à l’aide de
√ n
la fonction partie entière. En déduire, sachant que G est un groupe, que x= 3+2 2 .
n √ n o
b) Montrer finalement que G = ± 3+2 2 .
n∈Z

c) En déduire toutes les solutions de l’équation de Pell-Fermat étudiée.

Vous aimerez peut-être aussi