Vous êtes sur la page 1sur 5

Devoir Surveillé MPSI

Durée : 3 heures 2018–2019

Les calculatrices sont interdites ! ! !

Ce sujet est composé d’un problème. Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à
la précision, à la concision de la rédaction et à la non-invention de résultats. Si un candidat est
amené à repérer ce qui peut lui sembler être une erreur d’énoncé, il le signalera sur sa copie et devra
poursuivre sa composition en expliquant les raisons des initiatives qu’il a été amené à prendre.

Tous les résultats devront être encadrés ! ! !

Problème : Inégalité de Cauchy-Schwarz et applications

Dans ce problème, on démontre la célèbre inégalité de Cauchy-Schwarz et on étudie quelque unes


de ses innombrables conséquences.

Partie No 1 : Inégalité de Cauchy-Schwarz

Dans cette première partie, on cherche à prouver le résultat qui suit.

Théorème 1 : Inégalité de Cauchy-Schwarz


Pour tous x1 , · · · , xn , y1 , · · · , yn ∈ R,
n v n
v
u n
X u uX uX

xk yk 6
t 2
xk × t yk2


k=1 k=1 k=1

avec égalité si, et seulement si, x1 = · · · = xn = 0 ou s’il existe λ ∈ R tel que, pour tout 1 6 k 6 n ,
yk = λxk .

1. Preuve de l’inégalité.
Soient x1 , · · · , xn , y1 , · · · , yn ∈ R.
(a) Montrer l’inégalité dans le cas où x1 = · · · = xn = 0.
(b) On suppose à présent que l’un des réels x1 , · · · , xn est non nul et on pose, pour t ∈ R,
n
X
P (t) = (txk + yk )2 .
k=1

Montrer que P est une fonction polynomiale de degré 2 positive sur R puis conclure.
Où l’hypothèse de non-nullité de l’un des réels x1 , · · · , xn a-t-elle servi ?
2. Cas d’égalités.
(a) Montrer que si, x1 = · · · = xn = 0 ou que s’il existe λ ∈ R tel que, pour tout 1 6 k 6 n ,
yk = λxk alors il y a égalité dans l’inégalité de Cauchy-Schwarz.
(b) Montrer la réciproque en utilisant 1..

Partie No 2 : Somme parallèle et inégalité de Milne

1
Pour tous a, b > 0, on appelle somme parallèle de a et b, et on note a || b le réel

ab
a || b =
a + b.
1. Vérifier les assertions qui suivent et leur donner un nom.
(a) ∀a, b > 0, a || b est bien définie,
(b) ∀a, b > 0, a || b = b || a,
(c) ∀a, b, c > 0, a || (b || c) = (a || b) || c.
On cherche ensuite à prouver le résultat qui suit.

Théorème 2 : Inégalité de Milne


Pour tous a1 , · · · , an , b1 , · · · , bn > 0,
n n n !
X X X
(ak || bk ) 6 ak bk
k=1 k=1 k=1

avec égalité si, et seulement si, il existe λ ∈ R+? tel que, pour tout 1 6 k 6 n , bk = λak .

2. Preuve de l’inégalité.
n
X n
X
Soient a1 , · · · , an , b1 , · · · , bn > 0. On pose A = ak et B = bk .
k=1 k=1
(a) Montrer que
n
!
X a2k
A2 6 (A + B).
ak + bk
k=1

ak bk a2k
(b) Montrer l’inégalité de Milne en remarquant que, pour tout 1 6 k 6 n, ak +bk = ak − ak +bk .
3. Cas d’égalités.
(a) Montrer que si il existe λ ∈ R+? tel que, pour tout 1 6 k 6 n , bk = λak alors il y a égalité
dans l’inégalité de Milne.
(b) Montrer la réciproque en utilisant 2..
4. Une application.
Parmi les deux circuits électriques qui suivent, lequel dissipe le plus de chaleur ?

Partie No 3 : Inégalité discrète de Grüss

1. Soient m, M ∈ R avec m 6 M et x1 , · · · , xn ∈ [m, M ].


(a) Montrer que
n n
!2
1 X X X
(xi − xj )2 = n x2k − xk .
2
16i,j6n k=1 k=1

2
(b) En déduire l’égalité
n n
1 X 2
X X
(xi − xj ) + n (M − xk )(xk − m) = (nM − s)(s − nm) où s = xk .
2
16i,j6n k=1 k=1

(c) En déduire que


X n2 (M − m)2
(xi − xj )2 6 .
2
16i,j6n

On souhaite pour finir établir l’inégalité qui suit.

Théorème 3 : Inégalité de Grüss


Soient a1 , · · · , an , b1 , · · · , bn ∈ R.
On note amax (respectivement amin ) la plus grande (respectivement petite) des valeurs des réels
a1 , · · · , an .
On définit de manière analogue les réels bmax et bmin . Alors
n n
! n
!
1 X 1X 1X 1
ak bk − ak × bk 6 (amax − amin )(bmax − bmin ).

n n n 4

k=1 k=1 k=1

2. (a) Montrer que


n n n
! !
X X X 1 X
n ak bk − ak × bk = (ai − aj )(bi − bj ).
2
k=1 k=1 k=1 16i,j6n

(b) En déduire l’inégalité



n n n
! ! s X s X
1 X 1X 1X 1
ak bk − ak × bk 6 2 (ai − aj )2 × (bi − bj )2 .

n n n 2n

k=1 k=1 k=1 16i,j6n 16i,j6n

(c) Prouver l’inégalité discrète de Grüss

Partie No 4 : Une première inégalité de Hardy

Dans cette partie, on cherche à prouver la première inégalité de Hardy qui suit.

Pour tous a1 , · · · , an > 0,


n n
X k X 1
62 .
a1 + · · · + ak ak
k=1 k=1

Soient n ∈ N? et a1 , · · · , an > 0.
1. Preuve de l’inégalité.
(a) En utilisant l’inégalité de Cauchy, montrer que, pour tout 1 6 k 6 n,
   
k k 2
 2
X X p k(k + 1)
 ap  ×  > .
ap 2
p=1 p=1

3
(b) En déduire que, pour tout 1 6 k 6 n,
k
k 4 X p2
6 .
a1 + · · · + ak k(k + 1)2 ap
p=1

(c) En déduire l’inégalité


 
n n 2 n
X k X p X 1
64 × .
a1 + · · · + ak ap k(k + 1)2
k=1 p=1 k=p

(d) Montrer que, pour tout k ∈ N? ,


2 1 1
2
6 2− .
k(k + 1) k (k + 1)2

(e) En déduire la première inégalité de Hardy.


2. On fixe n ∈ N? .
Montrer que cette première inégalité de Hardy n’est pas optimale, autrement dit, qu’il n’existe
pas de cas d’égalité.
3. Optimalité asymptotique.
On pose, pour 1 6 k 6 n, ak = k.
n
X 1
On pose, pour n ∈ N? , Hn = .
k
k=1
R k+1 1
(a) Montrer que, pour tout k ∈ N? . k1 > k t dt.
R n+1 1
(b) En déduire que Hn > 1 t dt puis que (Hn ) tend vers +∞.
(c) Montrer que
n
P k
a1 +···+ak
k=1 2 2
n =2− + .
P 1 Hn (n + 1)Hn
ak
k=1

(d) En déduire une remarque intelligente.

Partie No 5 : Seconde inégalité de Hardy

On cherche à démontrer la seconde inégalité de Hardy qui suit.

Pour tous u1 , · · · , un > 0,


n  n k
Sk 2
X  X X
2
64× uk où Sk = ui .
k
k=1 k=1 i=1

1. Preuve de l’inégalité. Soit n ∈ N? .


 2
Pour k > 1, on pose Vk = Skk − 2uk Skk .
(a) Montrer que, pour tout k > 2. On a :
 2  2
Sk Sk Sk−1 Sk
Vk = − 2k + 2(k − 1) .
k k k−1 k

4
(b) Montrer que
 2  2
Sk−1 Sk 1 Sk−1 1 Sk
6 + .
k−1 k 2 k−1 2 k
(c) Montrer que
n  n
Sk 2

X X Sk
62 uk .
k k
k=1 k=1

(d) Conclure en utilisant l’inégalité de Cauchy-Schwarz.


2. On fixe n ∈ N? .
Montrer que cette seconde inégalité de Hardy n’est pas optimale.
3. Optimalité asymptotique.
On pose, pour 1 6 k 6 n, uk = k −1/2 .
k
X 1
On pose, pour k ∈ N? , Hk = .
i
i=1
k
X 1
On pose, pour k ∈ N? , Ck = 3 .
i=1 i2
(a) Montrer que la suite (Ck ) est bornée.
(b) Montrer que, pour tout k > 1, √ 
Sk > 2 × k−1 .

(c) En déduire qu’il existe une constante C > 0 telle que, pour tout k ∈ N? .
 2
Sk 1 C
>4× − 3.
k k k2

(d) Montrer que


n 
Sk 2
X 
> 4 × Hn − C × Cn .
k
k=1

(e) Conclure.

* * * FIN DU SUJET * * *

Vous aimerez peut-être aussi