Vous êtes sur la page 1sur 9

L’éphéméride du mercredi 30 mars

2005 - 1994 un accident mortel sur


le sous-marin nucléaire d’attaque
Emeraude
jeudi 10 mars 2005.
 

 Jean-Luc DELAETER
o Originaire de Dunkerque, j’ai servi dans la Marine Nationale comme
mécanicien sur les Sous-Marins Dauphin, Requin et La Praya de février
1974 à décembre 1977.
o La base sous-marine de Dunkerque de 1941 à 1958
o Marine Nationale - Site Alabordache.com
o Léon REMBERT, adhérent de la section Doris, recherche membres du sous-
marin "Artémis" période 1955 à 1960
o Sous-Marinier pendant la guerre 39-45, Charles BERNARD, nous retrace son
embarquement sur le CASABIANCA... !
o Tragédie du Sous-Marin "DORIS I" - Cérémonie du 16 juillet 2004

Dans la même rubrique


 LA GENESE DE LA PROPULSION NUCLEAIRE
 1985 - L’équipage du Sous-marin Nucléaire d’Attaque RUBIS
 Le Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins FOUDROYANT équipage bleu
(1979/1980)
 De beaux objets, symboles des sous-marins nucléaires.
 TRENTE ANS DE SOUS-MARINS NUCLEAIRES
 Les Sous-marins Nucléaires Lanceurs d’Engins (S.N.L.E) en photos
 Les Sous-Marins Nucléaires d’Attaque (S.N.A) en photos
 Le dernier voyage de L’Indomptable

Le 30 mars 1994

Le 30 mars 1994, un dramatique accident se produisait à bord du SNA Emeraude. Alors


que le bâtiment participait à un exercice de chasse anti sous-marine au large de
Toulon, dix hommes présents à ce moment-là dans le compartiment turbo-alternateurs
à l’occasion d’une inspection de locaux, étaient tués à la suite d’une explosion.

Un témoignage de l’accident posté le 11 avril 2004 sur la toile... !

C’est une suite de réactions qui a provoqué la catastrophe cela a commencé ainsi :

1/9
Lors de la fameuse inspection une entrée d’eau en nappe de brouillard est détectée dans le fond du
compartiment sur le collecteur de refroidissement du condenseur vapeur, ne pouvant quantifier
celle-ci et comme nous l’avons appris cette entrée d’eau est annoncée "voie d’eau " par diffusion sur
un interphone du compartiment, conditionné par un entrainement rigoureux les gars du pcp
actionnent les fermetures d’urgence dont, bien sûr, celle du fameux collecteur et en même temps
envoient toute la sauce pour remonter rapidement. Mais l’arrivée de la vapeur dans le condenseur
non refroidi provoque l’éclatement d’une tape prévue pour ce genre de situation (mais pas avec dix
gars dans le compartiment)10 des onze gars se précipitent sur l’arriére du compartiment et se
retrouvent dans l’impossibilité d’ouvrir cette lourde porte blindée à cause de l’assiette prise par le
navire et restent en plan devant et sont ébouillantés..... Le onzième gars a le réflexe de se précipiter
sur l’avant du compartiment en restant le nez à raz de terre protégé par un renfoncement dans la
coursive à cet endroit mais lui aussi incapable d’ouvrir la porte. Une fois en surface l’infirmier fera
tout son possible pour en sauver quelques-uns mais hélas tous périront dans les minutes qui
suivront. Voilà vous savez à peu près tout, ce que je viens de dire est tiré du rapport d’enquête que
j’avais lu à l’époque. Dix ans déjà je n’avais pas réalisé, quand on repense à ces moments c’est trés
pénible surtout lorsque l’on y a perdu un bon camarade.j’ai entendu beaucoup d’histoires sur cette
inspection beaucoup ne m’ont pas fait rire, mais sachez que les inspections ont continué par la suite.
Il y a seulement eu la construction d’un simulateur voie d’eau à Toulon et Brest et un toilettage des
consignes générales

H.P

Ci-après, un aperçu de la Presse de l’époque avec le journal Var matin

Journal Var matin du 1er avril 1994

2/9
.

Journal Var matin du 1er avril 1994

3/9
.

Journal Var matin du 1er avril 1994

4/9
.

Journal Var matin du 6 avril 1994

Merci à Hervé PERROT pour sa contribution à la réalisation de cette page.

L’Emeraude sous-marin nucléaire d’attaque

Répondre à cet article


5/9
 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le sous-marin
nucléaire d’attaque Emeraude

14 mai 2007, par Olivier LECLERC

Je viens de lire avec émotion cet article et les témoignages des personnes présentes le jour du
drame, ou l’ayant vécu de manière indirecte. Avec beaucoup de sincérité je tiens a saluer la
mémoire des victimes avec une pensée plus particulière pour Christophe, le chimiste, qui m’a
remplacé au pied levé car la veille j’avais mis mon sac à terre .....

Je suis d’ailleurs encore surpris que la commission d’enquête ne soit pas venue vers moi pour
connaître les raisons de ma démission (qui m’a été, il faut le reconnaitre, providentielle) en
pleine période de nav.

13 ans déjà, la plaie ouverte par cet accident se cicatrise doucement, la douleur s’estompe
mais je n’oublie pas les bons moments passés avec mes camarades de plongée sur l’Emeraude
comme les autres sous-marins sur lesquels j’ai navigué.

le ChiChi

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le sous-marin
nucléaire d’attaque Emeraude

21 octobre 2006

L’accident sur l’émeraude ce 30 mars 1994 a fait 10 victimes directes et de nombreux


dommages "collatéraux" dans les familles de nos amis, les meurtrissures chez leurs épouses,
leurs compagnes, leurs enfants, leurs parents sont toujours ouvertes, encore à ce jour.

Pensons aussi à l’infirmier et aux premiers secouristes qui se sont occupés de nos copains.

Un ancien de L’Emeraude

PS : la plaque commémorative dans les bureaux n’ indique pas les grades, ceci à ma
demande, ce qui a été accepté par l’ état major...

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le sous-marin
nucléaire d’attaque Emeraude

3 juillet 2005, par MGDS

Je suis tjs surpis de constater que personne n’ait jamais précisé que le compartiment où s’est
produit cette catastrophe est le "CTA", conçu comme étant un compartiment d’expansion de
pression du compartiment réacteur "CCN" en cas d’accident thermodynamique grave de la
chaufferie. Par conception, le dit CTA est donc un compartiment normalement non habité,
uniquement fréquenté et momentanémént par du personnel en transit, par les rondiers, ou
par le chimiste, etc. (exigences précisées dans les consignes).

Répondre à ce message
6/9
 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le sous-marin
nucléaire d’attaque Emeraude

28 mars 2005

Ce qui m’avait le plus choqué à l’époque, c’était la volonté de certains journalistes de montrer
que la Marine n’avait récolté que ce qu’elle avait semé (selon lui). Sur une photo de
l’Emeraude en train de rejoindre le quai (je ne suis même pas sur qu’elle ait été prise ce jour-
là), on voyait un léger nuage de fumée sortir au niveau du pont (probablement un pousseur...
en tout cas la fumée sortait du coté opposé à la photo). Ce journaliste écrivait dans la légende
que la fuite de vapeur continuait et s’échappait dans l’athmosphère, mettant en danger la vie
des habitants de la région de Toulon.

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le sous-marin
nucléaire d’attaque Emeraude

28 mars 2005, par Mr LUX eric

c’est juste sauf pour la tape (explosive) c’est le condenseur tribord qui c’est fendu ancien sous
marinier de l’Emeraude

Répondre à ce message

o > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le sous-
marin nucléaire d’attaque Emeraude

31 mars 2005, par le heron ancien sous marinier 15000 h de plongée, Dauphin, M20, ,
M4, SNA, SNG

Salut

C’est vrai sauf que la tape du condenseur a bien claqué mais le dit condenseur n’étant
plus réfrigéré avec une admission de vapeur plein pot il s’est rompu, à noter que la
tape n’est pas explosive

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur le


sous-marin nucléaire d’attaque Emeraude

11 juin 2006, par marin du rubis

Bon c’est pas une tape explosive mais une tape claquante ! ! ! ! ! Abus de
language ! ! ! Enfin bon je tiens a dire aussi qu’a l’epoque de l’accident, les
consignes ne precisait pas le nombre d’occupant pour le cta et beaucoup de
personne y transitait en short et tee shirt ! ! ! ! ! Nos amis et collegue qui sont
decedes a bord de ce sous marin etait quand meme en tenue 28 (panache ! !)
dans ce compart qui est un peu hostile et je peux en parle vu que je suis
embarquer sur un sna le rubis , et oui sur l’aine enfin bon tout ca pour dire que
l’on a devoir de souvenir envers nos mort et que maintenant la securite et de
rigueur dans ce compartiment machine avec un nombre limete de personne une
connaissances des risques et des reflexes a acquerir en cas de problemes et on
7/9
ne s’y promene qu’en tenue coton a manche longue (bleu de chauffe !) avec des
completifs coton ! ! !

merci et a bientot

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur


le sous-marin nucléaire d’attaque Emeraude

24 octobre 2006

un gars des sna parle de la tenue de ceux qui étaient dans le cta au
momment de l’accident ; peut-ètre qu’en pompier lourd ils auraient pu
respirer plus longtemps, mais je n’aurais pas donné cher de leur peau
quand même....ils auraient souffert un peu plus longtemps, c’est tout...
panaché ou bleu de chauffe, rien n’aurait changé la tenue grise avec
bandes blanches n’était pas encore en vigueure à l’époque le seul
soulagement que j’ai eu à l’époque au momment des faits ne sachant pas
encore le nombre et le nom des copains blessés (avant confirmation du
pire) c’était que le commandant était parmis eux, il ne pouvait pas ainsi
faire porter le chapeau à qui que ce soit, comme c’était souvent son
habitude... un ancien de l’émeraude qui remerciera toujours le maitre de
central Gérard, sans qui le reste de léquipage ne s’en serait pas sorti

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident mortel sur


le sous-marin nucléaire d’attaque Emeraude

1er novembre 2006

  j’étais avec lux sur ce sous-marin lors de l’accident, c’est bien le


condenseur qui a pété...
  tenue 28 ou combi anti- feu grise, il n’y a pas de différence sensible je
pense au moins ils sont morts beaux...
  certaines consignes ont bien sur changées et des aménagements de
sécurité on été apportés dans le cta et certainement dans le reste du
bateau (zones refuges entre-autres)
  on doit un grand merci à gérard, le maitre de central de quart qui
nous a sorti de là
  une pensée toute particulière aux familles, aux enfants et aux veuves,
la tragédie a continué bien après et des dégats "collatéraux" sont encore
perceptibles...
  il faut savoir qu’il y a eut à ma connaissance 3 ou 4 mariages post-
mortem accordés par mitterand
  une plaque commémorative a été posée dans les couloirs des bureaux
sans les grades dans l’ordre alphabétique, ils n’en avaient plus besoin...
30.000 heures de plongée et terminer par 100 secondes de doute, j’y
pense souvent... merci de penser à eux, et aux autres, doris, galatée,
minerve, euridyce... fanch’

Répondre à ce message

8/9
 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un accident
mortel sur le sous-marin nucléaire d’attaque Emeraude

25 février 2007, par Franck B.

Je salue la mémoire de nos camarades ainsi que leurs familles


dont le deuil est immense.

Le 30 mars j’étais à Cecmed, les heures ont été longues et le


souvenir est vivace. La cérémonie fut d’une dignité remarquable.

Un bonjour amical à mes camarades sous-mariniers de la part


d’un aéro "moustachu" dont la fanfarre a résonné dans les
coursives de l’Améthyste Rouge en 92 et 93, et sur le Rubis Rouge
en 93... quelques mois avant ce drame.

Répondre à ce message

 > L’éphéméride du mercredi 30 mars 2005 - 1994 un


accident mortel sur le sous-marin nucléaire d’attaque
Emeraude

21 mars 2007, par PERREYMOND Gilles

A bord également lors de l’accident et de quart lorsque


l’accident a eu lieu. Un des quelques rares à avoir re-
naviguer sur sous-marins après cela, jusqu’en 1998, date
où j’ai quitté l’armée.

A chaque nouvelle plongée... A chaque 300m... Tout me


revenait continuellement...

Je tiens à dire que durant toutes les autres plongées que j’ai
effectué après cet épisode, je ne suis JAMAIS retourné à
l’arrière, je traversais cette zone rapidement à quai lors de
mes rondes, et même une fois je me suis pris la tête avec un
officier qui me voulait, en mer, en tenue de pompier lourd
lors d’un exercice incendie dans ce compartiment. Il va de
soit que je l’ai "légèrement" envoyé sur les roses, en lui
disant qu’en cas de vrai incendie je serais certainement le
premier à y aller, mais que là franchement je devais finir
ma tartine de pâté.

Voilà je profite de ce thread pour vider un peu mon esprit


pour la première fois depuis fort longtemps. Je ne LES
oublierai jamais. Non jamais !

Je suis depuis 8 ans maintenant dans le civil et tout va pour


le mieux, mais franchement, j’y pense encore très souvent.

9/9