Vous êtes sur la page 1sur 63

Page : 1

Dossier d’activité en
entreprise

Apprentissage du métier d’ascensoriste,


maintenance et rénovation.

A.F.A.77
Jérôme ESNAULT
Sous la direction de Mr. Vito Giuseffi

Compte rendu des périodes en entreprise de l’année 2006/2007


En préparation d’un D.U.T. Génie Industriel et Maintenance
Dans la spécialité d’ascensoriste (technicien)
Formation préparée en alternance
Rédigé en Juillet 2007

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 2

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 3

 IUT de Sénart, Département Génie Industriel et Maintenance à


LIEUSAINT (77)

 L’entreprise : A.F.A.77
Située au : 1,000 rue du Maréchal Juin
ZI de Vaux le Pénil
77000 VAUX LE PENIL

 C.F.A. sup 2000


Moulin de la Chaussée
Place Jean Jaurès
94410 Saint-Maurice

 DOSSIER D’ACTIVITE EN ENTREPRISE


APPRENTISSAGE DU METIER D’ASCENSORISTE, MAINTENANCE ET
RENOVATION

 Le diplôme préparé est le D.U.T Génie Industriel et Maintenance

 Pour une mission qui s’étend du 16 octobre 2006 au 5 septembre


2007

 Dont une soutenance de mi-parcours qui a eu lieu le mercredi


28 février 2007 et une soutenance finale le 30 Août 2007.

 Avec pour maître d’apprentissage Mr GRANDJEAN Cyril et pour


tuteur pédagogique Mr ABBASSI Hfaiedh

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 4

Remerciements :

Le voyage que j’effectue cette année (parce qu’on ne peut plus parler de parcours
mais bel et bien d’une grande aventure) parmi les employés de la société A.F.A.77, n’est
autre que très bénéfique. Je suis parti à la découverte de l’ascenseur, non pas tel que
tout le monde le connaît, mais d’une vision plus professionnelle.

 En effet, absolument tout le personnel de l’entreprise A.F.A.77 a joué un rôle


important dans l’expansion de ma vision du monde du travail et plus
particulièrement dans le monde de la fermeture automatique et des ascenseurs.
Il me parait donc INDISPENSABLE de remercier :

Mr GIUSEFFI Vito
Mr GRANDJEAN Cyril
Mr LECLERC Laurent
Mr ZEGHOUDI Miloud Et toute l’équipe.
Mr DONNAT Sylvain
Mr LANDRE Robert
Melle FRATZACK Tiphanie
Mme PESTAT Sylvie

 La formation en alternance n’aurait jamais pu prendre forme pour moi sans


la participation du personnel de l’université de Sénart je veux bien sûr parler de :

Mme SURUGUE-LASNIER
Melle PIEDELOUP Et toute l’équipe.
Mr ABBASSI
Mme DUFLOS

 Et il est évident que le centre de formation par l’alternance CFA sup 2000 a
joué un rôle très important dans le bon déroulement de mon année d’apprenti. Je
tiens donc à remercier :

Mme TATIN
Mr BINAZON Et toute l’équipe.

Sans la participation de toutes ces personnes, je n’aurais jamais pu évoluer et progresser


autant que cette année 2006/2007.

PS : Un grand merci à mon maître d’apprentissage et à ses collègues qui m’ont permis de
faire un grand pas.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 5

Préambule :
Une année d’études en deux parties, dont une étudiante et une autre en
apprentissage est bel et bien le meilleur moyen d’acquérir une expérience professionnelle
tout en exécutant les différents acquis de la période universitaire. C’est aussi
l’apprentissage par l’alternance qui m’a permis cette année de découvrir non seulement
le monde de l’activité professionnelle, mais aussi d’apprendre à travailler en équipe pour
atteindre un objectif concret.

J’ai pu m’apercevoir qu’il était très difficile d’organiser sa journée de travail au


sein d’une petite entreprise (10 salariés) du monde de l’ascenseur, tout dépend du
nombre de pannes, de leur localisation, et de l’effectif disponible… Il faut savoir être
rapide, organisé, mais aussi très efficace pour permettre son bon fonctionnement. De
plus, l’entreprise ne fonctionne correctement que si elle a des employés qualifiés et
motivés. Il est très difficile de pouvoir réunir toutes ses qualités au sein d’une même
structure.

Malgré les difficultés que la société A.F.A.77 a pu rencontrer, j’ai pu suivre son
évolution grandissante. Je vais vous parler de mes principales activités dans cette
entreprise, c'est-à-dire, tout ce qu’on a pu me montrer, ce que j’ai pu observer, et ce que
j’ai pu apporter à la société. Vous pourrez constater que toutes les missions internes à
l’entreprise que j’ai pu effectuer durant cette année, ont été faites sur mon temps
personnel.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 6

Résumé :

Le monde du travail tel que me l’a présenté Mr Giuseffi Vito m’a été très bénéfique.
J’ai pu être témoin de la bataille qu’a mené ce chef d’entreprise pour surmonter les
difficultés récurrentes. J’ai pu participer au bon fonctionnement de l’entreprise et jouer
un rôle important.
Effectivement, mon rôle premier était de suivre un employé et de l’aider dans
toutes sortes de tâches. L’entreprise a pour mission d’entretenir et de dépanner les
ascenseurs, les portes et les fauteuils automatiques dans la région Parisienne.
Je n’aurais jamais pu imaginer qu’il pouvait exister autant de systèmes complexes
afin qu’une personne puisse accéder aux niveaux désirés. De plus, les portes aussi
varient énormément dans leur conception. Cela rend d’autant plus difficile et intéressant
leur dépannage. J’ai pu effectuer des missions un peu plus administratives telles que la
rédaction de fiches d’appels pour les secrétaires, fiches de diagnostics et fiches
d’entretiens systématiques.
Pour conclure, le travail en Ascenseur et Fermeture Automatique n’a pas été de tout
repos, tous les jours de nouveaux objectifs plus difficiles les uns que les autres. Ce
métier que je qualifie de noble m’a permis d’apprendre énormément.

During my period in the firm, I discovered a lot of things about my personality and
my competences. This job of technician in an elevator firm such as A.F.A77 is the best
way to gain experience in a wide area of work. Indeed, I had the opportunity to work on
electric, mechanic, and from times to times on hydraulic equipment. A.F.A.77 takes care
contracts for any elevators of any brands, for automatic doors of any kind. Moreover, this
society can fix equipments of automatic easy chairs.
My role as a learner is to follow a technician in the workplace, and help him. To
begin with, I could not help him much because I had to get used to the variety of work,
but after a few months the technician could say: two minds to repair equipments was
more interesting and the intervention took less time. Added to that, I have executed some
activities in the storehouse such as the development of a calls worksheet, and a file to
inform about the activities of the society to the customers. Other projects are being
developed (inventory, maintenance form…)
Finally, now when I take the elevator, I consider the way it functions differently.
The team let me evolve in a lot of areas.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 7

Sommaire :
Introduction
1/ Récapitulatif
A/ Ascenseurs
1) Introduction
a) Historique
b) Définition de l’ascenseur
c) Analyse fonctionnelle
d) Constitution d’ensemble (ANNEXE1)

2) Descriptif
a) Composants de bases
b) Composants de sécurités

B/ Portes automatiques et fauteuils


1) Portes automatiques
a) Introduction et description du système
b) Analyse fonctionnelle du système
c) Fonctionnement de la partie commande

2) Fauteuils automatiques
a) Introduction et description du système
b) Analyse fonctionnelle

C/ Fonctionnement de l’entreprise
1) Descriptif des services proposés
2) Organisation de l’entreprise
3) Objectifs des missions en entreprise

2/ Les missions pour l’entreprise « service après vente »


A/ Missions externes
1) Présentation
2) Travaux encadrés
a) Interventions sur des ascenseurs
b) Interventions sur des portes automatiques
c) Interventions sur des fauteuils

3) Travaux en autonomie
a) Interventions sur des ascenseurs
b) Interventions sur des portes automatiques

B/ Missions internes
1) Travaux d’entretiens (ANNEXES 2 et 3)
2) Travaux de dépannage (ANNEXES 4 et 5)

3/ Les missions pour l’entreprise « service rénovation »


A/ Missions externes
1) Présentation
2) Travaux encadrés
3) Travaux en autonomie

B/ Missions internes
1) Check-list de fin de rénovation (ANNEXE 6)
2) Etude de sécurité (ANNEXE 7)

Conclusion
IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault
Page : 8

Introduction :
Historique :

La société A.F.A.77 (Ascenseurs et Fermetures Automatiques) a été créée en 1998


à Melun avec à sa tête, un ancien membre d’une grande société d’ascensoriste : Mr
Giuseffi Vito. Cette petite SARL (société à responsabilité limitée) a pour activité principale
l’entretien et le dépannage d’ascenseurs, de portes automatiques et de fauteuils pour
personnes à mobilité réduite.
Avec un capital de 22 867 € et cinq employés (deux secrétaires, un technico-
commercial et deux techniciens), elle a su se développer et prospérer. Son chiffre
d’affaires en 2001 fut de 193 400 €. Aujourd’hui il est de plus de 603 172 €. L’entreprise
a débuté avec une trentaine de contrats d’entretiens pour évoluer jusqu’à plus de deux
cent cinquante contrats de maintenance d’ascenseurs et une centaine de contrats de
portes automatiques.

Aujourd’hui, A.F.A.77 basé à Vaux Le Pénil comprend un dépôt aménagé dans les
locaux de l’entreprise afin d’y stocker certaines pièces indispensables et du matériel.
Proxi-line est un centre d'appels spécialisé dans la désincarcération d’usagers en
cabine 24h/24h sur le territoire français, qui assure la mise en relation et l’envoi d’un
technicien (ici, A.F.A.77). Quarante opérateurs cyclés 24h/24 365j/an, réceptionnent les
appels des clients bloqués. Chaque année, il y a plus de 600 000 appels sur plus de
73 000 appareils référencés.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 9

Organigramme structurant la société A.F.A.77

Directeur de A.F.A.77 :
Mr Giuseffi Vito

Administratif Commercial Technique Technique S.A.V :


: Rénovation et Entreprises faisant
installation : partie du groupe

Mme Pestat Sylvie Mr Giuseffi Vito Mr Donnat Sylvain Ets Benoit Jean-Louis Mr Donnat Sylvain
Mlle Fratczak Tiphanie Mr Canovas Jérôme Mr Leclerc Laurent Ets Da Silva Christophe Mr Granjean Cyril
FIDECA (comptable) Mr Zeghoudi Miloud Ets Da Silva Jean Mr Panche Robert
Mr Mumkumpuri J-Baptiste
Mr Henane Farid

Principaux partenaires et concurrents :


Les fournisseurs :

- PRUDOMME (fermeture/serrures portes d’ascenseurs)


- SODIMAS (matériels d’ascenseurs divers)
Ascenseurs - AMPER (matériels d’ascenseurs mécaniques) [notamment matériel OTIS]
- MGTI (composants électriques et autres)
- THYSSEN (matériels fauteuils, installation et maintenance
d’ascenseurs)

- CAME (automatisme des portes)


Portes - ETME (pièces détachées moteurs et carte électrique de commande)
- FAAC (automatisme des portes)
- SIMINOR (automatismes des portes, contrôles d’accès)

Les concurrents :

En Ile-de-France, il existe plus de 140 prestataires de maintenance d’appareils


élévateurs.
A.F.A.77 essaie de plus en plus de rivaliser au même titre que ces concurrents
voisins que ce soit avec des grosses structures (OTIS, KONE, Schindler…) comme des
plus petites (ALMA, levage moderne, SACAMAS, AFEM…). Certains clients peuvent
hésiter dans leur choix d’une entreprise de maintenance. Il est donc indispensable pour
l’entreprise SARL de donner la meilleure prestation possible.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 10

La principale mission de l’entreprise :

La force de l’entreprise est de pouvoir gérer parfaitement son planning d’entretiens


afin d’avoir le temps et la possibilité d’incorporer de nouveaux contrats. De nouvelles
normes sont apparues dans le monde de l’ascenseur. D’ici 2008, certaines de ces normes
devront être appliquées. Par la suite d’autres réglementations devront être effectives pour
2013 et 2018. Cette période de grande rénovation qui a débuté déjà depuis l’année
dernière promet un besoin grandissant de personnel. Si les clients choisissent une
entreprise pour des rénovations, généralement cette entreprise récupère le contrat
d’entretien à la fin des travaux.

Il se trouve qu’A.F.A.77 gère un service de rénovation qui fonctionne bien.


Cependant, aujourd’hui la gestion du service après vente (service gérant les contrats
d’entretiens) devient compliquée. Un recensement flagrant et colossal du nombre de
contrats d’entretiens s’est incorporé très rapidement dans la société (voir courbe
d’évolution). Ainsi, s’il n’y a plus d’entretiens, il y aura un surplus de pannes et A.F.A.77,
de même que ses concurrents, rencontre des difficultés pour embaucher du personnel
dans le service après-vente.
Si le service « rénovation » nous permet de récupérer des contrats d’entretiens, le
service après-vente lui, risque de nous en faire perdre.

L’objectif de l’entreprise est donc de diminuer au maximum le taux de pannes afin


de privilégier l’entretien et la rénovation. Les méthodes s’appliquant aux petites
structures comme la nôtre l’an passé risquent de ne plus être applicables aujourd’hui.
Mes missions en début de période sont simples : Suivre et aider les employés de
l’entreprise. Par la suite cette mission a évolué, il s’agissait d’être accompagné mais aussi
d’accompagner les employés, autant les techniciens que les secrétaires. Je devais trouver
une certaine autonomie et responsabilité afin de m’impliquer concrètement dans
l’évolution de la société.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 11

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 12

A/ Ascenseurs
1/ Introduction
a/ Historique :
236 av J.C : Vitruve, architecte romain, a décrit un appareil élévateur actionné
par un treuil à bras dont l’inventeur serait Archimède.

1854 : Elisha Graves OTIS expose à New-York un monte-charge actionné par une
machine à vapeur et équipé d’un parachute à rupture de suspente.

1857 : Installation du premier ascenseur pour le transport des personnes dans un


grand magasin de Broadway. Cet appareil pouvait transporter 450 kg à la vitesse
très lente de 0.20 m/s (aujourd’hui on peut dépasser 8 m/s).

1867 : En France, Léon Edoux fait connaître son invention de l’ascenseur


hydraulique utilisant l’énergie de l’eau de la ville sous pression (vérin vertical et
cabine équilibrée)

Fin du 19ème siècle : L’invention du moteur électrique en 1873 va permettre aux


constructeurs de mettre au point les premiers ascenseurs électriques. C’est le point
de départ d’un essor considérable de l’ascenseur.

b/ Définition de l’ascenseur :
Un ascenseur est un appareil élévateur installé à demeure desservant des niveaux
définis, comportant une cabine pouvant permettre l’accès à des personnes à différents
niveaux.

De nos jours les ascenseurs fonctionnent grâce à un moteur (à courant continu


10%, ou asynchrone triphasé 90%) ou grâce à un ou plusieurs vérins actionnés par une
centrale hydraulique. La montée ou la descente de la cabine le long des guides se fait par
des câbles, mouflés par une ou plusieurs poulies.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 13

c/ Analyse fonctionnelle :
L’analyse fonctionnelle permet de comprendre le fonctionnement et l’utilité d’un
système à partir de deux organigrammes de références (chaîne d’information et chaîne
d’énergie) que l’on complète avec les spécificités du système étudié.

-obstacle porte cabine


-Position de la cabine
-Couple et température
moteur
(Retour d'informations utiles à la carte éléc)

Chaîne d’information
Informations
Appuie sur Acquérir Traiter Communiquer visuelles pour le
bouton
poussoir Carte électronique
destinataire
Capteurs de positions, Carte (perçu en cabine)
d'appel cabine à DELL
de mouvements, de électronique
verrouillages (TOR)

Ordres de fermeture porte cabine + monter Ascenseur à l'étage A


ou descente

Energie Chaîne d’énergie Action


électrique
EDF Alimenter Distribuer Convertir Transmettre Transporter Pertes
des
Organes protecteurs Carte électronique Moteur électrique Réducteur, poulie personnes
DTU transistors, relais, asynchrone d'enroulement câble, d’un point
Alimentation stabilisée Contacteurs, variateur triphasé guidage en rotation
de fréquences... puis en translation, bas à un
frein... point haut b,
Énergie électrique stabilisée Énergie Énergie ou l’inverse
Énergie électrique
* tension et courant continu (24v) mécanique mécanique
a courant continu
* tension et courant triphasée (400v) couple c1 couple c2
Vitesse w1 Vitesse w2

Ascenseur à l'étage B

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 14

d/ Constitution d’ensemble : (voir ANNEXE 1)


Ascenseur à traction par adhérence : Ascenseur hydraulique :
Les câbles sont entraînés par adhérence Par action vérin(s).
dans les gorges de la poulie motrice.

cab

V
C.P E
R
I
N

Centrale
cab hydraulique

Autres types d’installations : (ascenseur à treuil attelé)

La poulie (1) .est montée sur un


pivot d’axe x et peut donc
translater vers la gauche ou
vers la droite en suivant
cab x l’enroulement ou le
déroulement du câble sur le
treuil.
(1)
cab

Treuil relié au
moteur M
M

Courroies frein
réducteur treuil

Schéma (1) Schéma (2)

Voici quelques constructeurs d’ascenseurs :


« SODIMAS », « OTIS », « THYSSEN », « SCHINDLER », « « KONE », « OCTE »,
« ELCA », « JASPAR » (n’existe plus), « SORETEX » (ascenseur hydraulique et devenu
Thyssen il y a peu).
IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault
Page : 15

2/ Descriptif
a/ Composants de bases :
Les guides et ses coulisseaux cabine :
Les guides assurent le guidage de la cabine et du contrepoids s’il en existe un. Ils
sont fixés tout le long de la paroi de la gaine par l’intermédiaire de supports en fer profilé
scellés dans la maçonnerie. Les guides sont faits de rail en acier, profilés en T.
Les coulisseaux permettent d’assurer le guidage de l’étrier (arcade où la cabine est
montée) dans les guides avec précision. Dans la plupart des cas, il est muni de
garnitures interchangeables en matière anti-friction d’un bon coefficient de frottement
(bronze, bois, matières plastiques…)

Coulisseaux à garnitures Coulisseaux à galets

(Les garnitures de coulisseaux


étaient autrefois amiantés et
ne le sont plus aujourd’hui)

L’opérateur de porte :
L’opérateur de porte est un ensemble électromécanique entraînant l’ouverture ou la
fermeture des portes cabine. Un moteur actionne des courroies reliées aux portes cabine.

Dessin d’ensemble et schéma cinématique

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 16

Le contrepoids, pendentif, câbles :


- Le contrepoids est une masse importante, mobile, servant à contre balancer le
poids de la cabine.

Charge nominale Q= 630 kg


Masse étrier + Cabine P1 = 700kg
T2 Masse du contrepoids CP = 1023 kg
T1 Masse du cordon souple P2 = 16 kg
Cordon souple P2
CP = 700 + 630/2 + 16/2 kg

CP = P1 + P2/2 + Q/2

P1 CP

- Le pendentif est un cordon souple qui contient tous les fils électriques
transportant de multiples informations venant de la cabine (capteurs de verrouillages
portes cabine, informations cabine…). D’autres informations sont transportées par
l’intermédiaire de goulottes rampant le long de la gaine jusqu'à la machinerie (capteurs
de positions, verrouillages portes palières…).

- Les câbles sont au minimum de deux, ils


assurent la liaison entre la cabine et le contrepoids,
et permettent ainsi leur déplacement par adhérence
dans les gorges de la poulie motrice. Le diamètre des
câbles doit être au minimum de 8 mm.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 17

b/ Composants de sécurités :
Le limiteur de vitesse, le parachute :
Le limiteur de vitesse est constitué Masselotte
principalement d’une poulie entraînée par un
câble reliée d’un côté au parachute sur la Rochet
cabine, et de l’autre côté maintenu tendu par
Poulie
une seconde poulie lestée placée en fond de
fosse. Un galet ou une masselotte roule le
long d’une roue excentrique reliée à la poulie Cablette
du limiteur.
Lorsque l’ascenseur fonctionne, s’il y a une
survitesse de la cabine, le galet se bloque en Guide
percutant un contact qui stoppe le moteur et
Bloc parachute
peut aussi provoquer la prise parachute par
l’intermédiaire du câble. Levier

Le système de parachute est un


organe mécanique fixé à la cabine
permettant de bloquer l’ascenseur sur les
guides.
Poulie tendeuse

Contrepoids

Cellules sensibles et bords sensibles (capteur de heurt) :


Sur chaque cabine se trouve, au niveau des
portes, des capteurs ou cellules infrarouges. Il en
existe un à 30 / 40 cm du sol pour les
personnes et un autre à 10 / 15 cm du sol pour
les animaux. Si le faisceau infrarouge est coupé,
les portes cabine ne peuvent pas se fermer,
l’ascenseur ne peut donc pas partir.
De même pour le capteur de heurt, si une
ou plusieurs forces s’opposent à la fermeture des
portes, un système à ressort situé sur l’opérateur
de porte enclenche un contact qui actionne la
réouverture des portes.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 18

La chaîne de sécurité :
Avant que l’ordre de départ moteur soit donné, l’information passe par une
multitude de contacts qui doivent tous être validés, c'est-à-dire fermés ; prouvant ainsi
que toutes les sécurités sont bonnes, et que l’ascenseur est prêt à recevoir l’information
de départ. La chaîne de sécurité commence par les contacts les plus importants :

Exemple :

Limiteur de Fin de course parachute Verrouillage


Thermique vitesse bas portes cabine Vers
démarrage
moteur
Antipatinage Fin de course Stop fond de Stop toit de Verrouillage
Protection haut fosse cabine portes palière
contacts
indirects

Cette chaîne de sécurité se trouve dans la carte électronique de manœuvre en


machinerie.

Autres composants de sécurité :


Le garde pied est généralement une plaque en aluminium, mesurant
obligatoirement 70 cm au minimum. Il est situé sous le seuil des portes cabine, afin de
protéger les enfants ou les animaux de la chute au cas où l’ascenseur s’arrêterait entre
deux étages.
L’alarme est située en cabine comme le téléphone. Cela permet aux usagers bloqués
de se manifester pour qu’un dépanneur vienne les secourir.
Le capteur de surcharge est un petit système se fixant sur les câbles de traction et
mesurant leur tension. Si cette tension dépasse un certain seuil alors l’ascenseur se
bloque.
Plusieurs « stop » sont disposés respectivement en fond de fosse, sur le toit de
cabine (avec la boîte d’inspection) et en machinerie, de manière à arrêter d’urgence
l’ascenseur.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 19

B/ Portes automatiques et fauteuils


1/ Portes automatiques
a/ Introduction et description du système :
A.F.A77 possède des contrats d’entretiens de portes de garages, de portails, de
barrières automatiques, de rideaux automatiques… Les explications ci-dessous, sont
tirées d’un type de portail que l’on peut trouver couramment. Ce système fonctionne de
la même manière que tous les autres types d’ouvertures automatiques (Type SIMINOR,
CAME, MGTI…)

L’ouvre portail automatisé et tous les systèmes du même type (portes de garage…)
permettent l’accès de façon automatique ou semi-automatique à un garage ou sous-
terrain…

Un portail est généralement constitué de deux vantaux. Chaque battant est équipé
d’un actionneur. Une seule partie « commande » est suffisante pour piloter l’ensemble.

Les portails sont équipés de cellules photoélectriques pour détecter la présence d’un
obstacle pendant la fermeture, d’un feu clignotant et d’un éclairage de zone. En ce qui
concerne sa partie commande, les portes automatiques fonctionnent sur le système
émetteur/récepteur pour l’ouverture à distance.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 20

A l’intérieur du carter, un moto réducteur actionne une vis. Cette vis provoque la
translation d’un écrou. Ce dernier est articulé au vantail par l’intermédiaire d’une
équerre rigide provoquant le pivotement de ce vantail.

Schéma cinématique du mécanisme du bras :

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 21

b/ Analyse fonctionnelle du système :

(Retour d'informations utiles à la carte éléc) -Détection blocage actionneur


-Couple et température moteur

Chaîne d’information
Eclairage et feu
Acquérir Traiter Communiquer clignotant
Appuie sur
bouton poussoir
télécommande Capteurs de Carte électronique Carte électronique
pour ouverture mouvements, à DELL
ou fermeture d'efforts...

Portail en position initiale


Ordres de fermeture ou d'ouverture du vantail

Chaîne d’énergie
Action

Alimenter Distribuer Convertir Transmettre Pertes


Permettre aux
Énergie véhicules énergétiques
électrique Transformateur, Carte électronique Moteur électrique Réducteur, vis/écrou autorisés l'accès
réseau EDF redresseur et transistors, relais, asynchrone et articulation. à un endroit
230v 50hz organes contacteurs, (place de
protecteurs modulateur parking,
Énergie Énergie cours…)
Énergie électrique mécanique mécanique
* tension et courant continu (12v) couple c1 couple c2
* tension et courant alternative Vitesse de Vitesse de
(230v) rotation w1 translation w2

Portail en position final

c/ Fonctionnement de la partie commande :


Au moment de la première mise en service, l’opérateur actionne le portail qui va
mémoriser par auto apprentissage la durée d’ouverture du portail entre les butées
d’ouverture et de fermeture.
Ce premier déplacement se fait à vitesse constante. Un microprocesseur va alors
mémoriser les données et recalculer un nouveau déplacement du vantail. Cette action
permet un début d’ouverture rapide suivi d’un fort ralentissement pour éviter le choc sur
la butée de fin de course.

Phase 1 : Mise en mouvement des vantaux avec


une accélération constante.

Phase 2 : Déplacement des vantaux à vitesse


rapide et constante.

Phase 3 : Décélération constante pour atteindre


une vitesse réduite.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 22

2/ Fauteuils automatiques :
a/ Introduction et description du système :
A.F.A.77 travaille aussi avec des particuliers qui possèdent des fauteuils
automatiques. Etant donné le faible nombre de contrats de maintenance sur ce genre
d’appareil, les techniciens n’ont pas souvent à intervenir.

Le fauteuil automatique est le meilleur moyen d’accéder à un étage supérieur pour


un particulier ayant des difficultés à monter les marches. Il fonctionne avec trois
joysticks : 1 à chaque étage pour le faire venir d’en bas ou d’en haut, et 1 sur l’accoudoir
pour la personne qui l’utilise.

Il est constitué d’un moteur avec une roue dentée lui permettant de se déplacer sur
la crémaillère (rail). Deux galets permettent le guidage du fauteuil sur le rail. Le moteur
est alimenté par deux batteries 12v. Lorsque le siège s’arrête sur son fin de course par
l’intermédiaire d’un capteur, une lamelle conductrice reliée à l’alimentation du secteur
vient toucher les bornes des batteries leur permettant ainsi de se recharger pendant que
l’appareil n’est pas utilisé.

Un système complexe constitué d’une carte électronique et d’un microprocesseur


calculant la raideur de la pente et d’un deuxième moteur permettent de garder le siège et
le dossier perpendiculaire au sol pendant une descente ou une montée. Ce système évite
ainsi l’utilisateur de glisser ou de basculer.
Comme pour les deux autres systèmes vus précédemment, une chaîne de sécurité
est contrôlée par la carte de commande avant le fonctionnement.

Pour l’installation ou la réinitialisation du système, l’appareil exécute un auto


apprentissage à vitesse lente, comme pour les portes automatiques. Un microprocesseur
calcule et mémorise alors le parcours du siège en prenant en compte la pente et les
courbures du rail.

Voici la dénomination de quelques entreprises fabriquant ou/et posant ce type de


système : Thyssen, AEF, SECMA, STANNAH, CAMIF, ASCIER…

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 23

b/ Analyse fonctionnelle :

-état de la batterie
(Retour d'informations utiles à la carte éléc) -Détection fin de course
-Couple et température moteur

Chaîne d’information
LED d’information
Acquérir Traiter Communiquer de fonctionnement
Appuie sur
joystick de mise
en mouvement Capteurs d'efforts, Carte électronique Carte électronique
capteurs de fin de à DELL
courses, de point de
charge…
Siège en position initiale

Ordres de monter ou de descente du siège

Deux batteries Chaîne d’énergie


rechargeables Action
12V mises en
série
Alimenter Distribuer Convertir Transmettre
Énergie Permettre aux
électrique personnes Pertes
réseau EDF Transformateur, Carte électronique Moteur électrique à Guidage sur galet, d’accéder à un énergétiques
230v 50hz redresseur et transistors, relais, courant continu 24V engrenage sur étage supérieur.
organes modulateur crémaillère
protecteurs
Énergie Énergie
Énergie électrique mécanique mécanique
* tension et courant continu (24v) couple c1 couple c2
Vitesse de Vitesse de
rotation w1 translation w2

Siège en position finale

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 24

C/ fonctionnement de l’entreprise :
1/ Descriptif des services proposés :
Comme le montre l’organigramme structurant l’entreprise A.F.A.77, il existe
plusieurs services tenus par des techniciens que l’on peut classer vulgairement en deux
catégories : « le service après-vente», et « le service de rénovations ».

Le service après-vente est la clé maîtresse de l’entreprise. Tous les contrats


d’entretiens sont classés et distribués de manière égale à tous les techniciens du « service
après-vente » en fonction de leur localisation. Environ 10% des appels reçus à A.F.A.77
sont des dépannages qui ne sont pas sous contrat et rapportent 20% du chiffre
d’affaires.
60% des activités de l’entreprise se trouve dans ce service rapportant 70% du chiffre
d’affaires de la société.
Deux secrétaires recensent les appels à A.F.A.77 puis distribuent les interventions
aux techniciens. Le technicien exécute le dépannage, fait signer un bon au client puis
prévient les secrétaires afin qu’elles puissent mettre à jour le planning d’interventions.
Tous les bons sont retournés au bureau puis enregistrés grâce au logiciel AFASAV afin
de créer un historique. Cet historique peut être alors retranscrit sur le logiciel EXCEL
pour le travailler, l’imprimer, ou le mettre à la disposition du client si celui-ci le
demande.

Le service rénovation prend beaucoup d’ampleur depuis les mises aux normes
obligatoires qui doivent être appliquées d’ici 2008 pour certaines, et 2013 et 2018 pour
d’autres. En effet, ce service est dédié à toutes les rénovations d’ascenseurs qu’elles
soient sous contrat ou non. Un particulier, un syndicat, une entreprise, peut contacter
A.F.A77 pour cette prestation. Lorsque celle-ci est réalisée, un contrat d’entretiens leur
est proposé. S’il est accepté, l’adresse est transmise au « service entretien et dépannage ».
Une rénovation peut être un simple changement de pièce, ou bien un renouvellement
complet d’équipement (moteurs, câbles, armoire de manœuvre, limiteur de vitesse…)
40% des activités de l’entreprise se trouvent dans ce service, mais ce chiffre augmente de
jour en jour. Ces activités rapportent 30% du chiffre d’affaires global à la société.
Une rénovation complète (en ne gardant que la cabine et les guides) sur un ascenseur à 6
niveaux prend 4 à 6 semaines.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 25

2/ Organisation de l’entreprise :

A.F.A.77

Service Briefing, Service après-


rénovation départ des vente
(40%) (60%)
techniciens

Rénovation en Rénovation
cours n°=1 terminée
Dépannage Entretiens
(45% en (55% en baisse)
Rénovation en augmentation)
cours n°=2

Standardisation
Rénovation en Temps de trajet
cours n°=3

Appel panne sous Appel pour panne Rappel du client


contrat (80% en sans contrat (10% en
augmentation) (10%) augmentation) Accueil par le
client Commande
Inspection et
proposition de
non
contrat oui Prise Intervention Intervention non
d’entretien au d’informations prise en charge prise en charge Stock, pièce
client oui de rechange ?
client (70%) (30%) Dépannage et/ou
entretien Expérience
non Client impatient ou mécontent
Fin de relation Intervention Appel technicien
client reportée ou libre ou proche
annulée de l’intervention Bon
d’intervention
(duplicata)

Les moyens techniques mis à disposition dans la société sont les suivants :
Légende :
oui
- Des téléphones portables pour chaque technicien afin de contacter A.F.A.77. Intervention
Flux d’informations - Des cahiers de bons pour créer un historique des interventions. suivante ?
- Des outils pour dépanner efficacement. non Appel
Flux physique - Une voiture pour chaque employé.
- Un dépôt pour aménager et entreposer les pièces.
(____%) Activités en % - Les logiciels Office 1998 et le logiciel AFASAV.
(Hors chiffre d’affaires) - Internet.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Service après vente Rénovation

En autonomie

Encadré En autonomie Encadré


Dépannage Entretiens
M
I
S - Fiche diagnostic
S de dépannage (x2) - Fiche d’entretien
I périodique
O
N - Livret d’appel - Check liste de fin de chantier
S (x2)
I
N - Etude de sécurité
T
E
R
N - Inventaire dans le dépot
E
S
3/ Objectifs des missions en entreprise :

M
I - Guarche - Paris (VF)
S (racourcicement de câble) - Ivry x2 dépannages (opérateur)
S - Corbeil (problème de - Fontainebleau (AS hydraulique)
I
O masse) - Melun (cellules + queu de billard)
N - La ferté Gaucher - Le mée Sur Seine x2 dépannage - Massy (x2 ascenseurs) - Massy (x2 ascenseurs)
S (remplacement des - Paris (prise de mesures)
E panneaux de portes) - Melun (barrière automatique) - Melun (x1 ascenseur) - Melun (x1 ascenseur)
X
T
- Magny le Hongre - Autre (installations
E (remplacement d’un d’émetteurs/recepteurs)
R tablier)
N - St Maur (dépannage
E

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


S
d’un fauteuil)
Page : 26
Page : 27

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 28

A/ Missions externes :
1/ Présentation :
Un technicien doit impérativement vérifier le bon fonctionnement de l’appareil
lorsqu’il est sous contrat d’entretiens. Il doit faire fonctionner toutes les sécurités, vérifier
l’état des défauts mémorisés par la carte électrique, et palier aux éventuels problèmes de
graissage et de lubrification. Le tout afin de prévenir un éventuel disfonctionnement de
l’appareil.
En cas de panne, le technicien doit être capable d’intervenir dans la journée suivant
l’appel et de remettre l’appareil en fonctionnement. S’il s’agit d’une personne bloquée, le
technicien se doit d’intervenir dans un délai maximum de 4h, auquel cas l’entreprise
devra faire appel à un sous-traitant.
Durant ma période en entreprise, j’ai appris à entretenir des appareils, et à résoudre
quelques pannes.

2/ Travaux encadrés :
Une majeure partie de ma période d’apprentissage s’est effectuée en compagnie
d’un ou de plusieurs professionnels. Dans un premier temps (jusqu’en Février) j’ai dû
m’intégrer à l’entreprise et suivre les techniciens dans leurs interventions afin
d’apprendre et d’aider en cas de besoin (voir « Dossier d’activité en entreprise,
apprentissage du métier d’ascensoriste, maintenance et rénovation. », dossier de
mi-parcours). Dans un second temps, j’ai dû prendre plus d’autonomie et participer à
l’évolution de l’entreprise.

a/ Interventions sur des ascenseurs :


J’ai participé aux entretiens et aux dépannages d’ascenseurs. Voici un petit listing
des actions effectuées avec mon tuteur (Mr Grandjean) au service après-vente :

- Coupure du surplus de câble de traction afin d’obtenir une réserve sous contre
poids raisonnable (70cm mini). En effet, les câbles étant d’origine et
l’ascenseur ayant plus de 20 ans (situé à Guarche), les câbles se sont allongés
provoquant régulièrement des pannes de fin de course (l’ascenseur descendait
trop bas par rapport à son seuil et actionnait un contact de sécurité).

- Dépannage d’un ascenseur à Corbeil. Il était bloqué au dernier étage, le


disjoncteur avait coupé son alimentation. L’appareil était de marque OTIS et
avait une trentaine d’année.
Nous avons changé les fusibles, puis contrôlé l’alimentation du moteur.
Ensuite nous avons remonté le schéma électrique en vérifiant chaque organe.
Le transformateur était bouillant, et visiblement le pont de diode grillé. Nous
avons changé ces deux éléments et rebranché à l’identique (car le branchement
initial ne correspondait pas au schéma, les modifications faites au préalable
n’avaient pas été décrites sur le schéma). Nous avons remarqué que le
disjoncteur coupait encore le courant.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 29
Nous avons alors repris la chaîne de sécurité en espérant trouver une
masse. Nous avons shunté l’un après l’autre des groupes de sécurité en
regardant si l’ascenseur disjonctait ou pas. Ainsi nous avons pu localiser un
groupe de sécurité dans lequel il y avait une masse. Ce groupe correspondait
aux contacts du fin de course haut et bas, de la bande de sélection du niveau,
du stop sur le toit de cabine. Nous avons donc descendu l’ascenseur au 1er
étage pour pouvoir accéder sur le toit de cabine et vérifier les contacts et ainsi
que sous la cabine où la masse a été détectée dans les borniers.

Armoire de
manœuvre OTIS
de 1976. (vue de
face)

Bas de l’armoire de
manœuvre OTIS avec
pont de diode et
transformateur.
(vue de dos)

Chaine de sécurité : Après identification sur le schéma et sur les connecteurs, shunter un
connecteur l’un après l’autre en faisant les essais pour localiser la panne.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 30

La ferté Gaucher :
La société Villeroy et Bosh, qui fabrique principalement du carrelage, nous a appelé pour
une panne sur un de leur monte charge. En effet, les panneaux de portes cabine avaient
été complètement broyés. Un chariot a mal été positionné dans la cabine et les portes
mal fermées, (avec la poussière qui s’échappe constamment des machines à proximité
des montes charge, les contacts de fermeture des portes cabine avaient été shuntés…).
En appelant le monte-charge, les portes cabine avaient raccroché toute la gaine et
s’étaient coincées au palier.
Nous avons donc remplacé les 5 panneaux de portes cabine en adaptant le rail (qui
s’était tordu). Puis nous avons remis en fonctionnement les contacts de portes. Par la
suite la société nous a confié ses appareils en contrat d’entretien.

Porte palière. Panneaux tordues. Panneaux vue de la gaine.

b/ Interventions sur des portes automatiques :


Magny le Hongre :
Suite à un accident le long de la voie de garage d’une sortie d’immeuble, nous devions
remplacer la porte automatique et ne garder que les piliers et la carte de manœuvre. Le
fournisseur nous a livré sur place le nouveau tablier avec ses accessoires. Voici les
différentes étapes au remplacement de cette porte pesant environ 200 kg :
- Démontage de l’ancien tablier (désaccoupler des deux moteurs et sortir du
rail).
- Récupération des pattes et vis de fixation.
- Récupération de la barre palpeuse.
- Démontage du carter et remise à l’équerre du pilier droit (endommagé).
- Démontage des deux cablettes et contrepoids dans chaque pilier.
- Montage de la nouvelle cablette (coupée aux bonnes longueurs)
- Positionnement du nouveau tablier dans les rails, puis accouplement de
celui-ci.
- Fixation de la barre palpeuse.
- Remplacement de la cellule photosensible haute (endommagée par
l’accident).
- Mise en service.
- Remplacement du carter de protection de la manœuvre.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 31

c/ Interventions sur un fauteuil automatique :

Saint-Maur :
Un fauteuil qui n’était pas sous contrat est tombé en panne. Mr Granjeand et moi même
sommes allés sur place pour un dépannage. Le fauteuil était bloqué en milieu de course.

Les batteries étaient hors service du fait que le siège se soit bloqué pendant son
parcourt et que les personnes propriétaires ne l’aient pas débranché. Nous avons donc
dû les changer.

La panne était toujours là, le fauteuil se bloquait intempestivement, plus


régulièrement en montée qu’en descente. Nous avons remarqué que le contact de heurt
sur le repose pied ne fonctionnait pas, puis que le contact à clef pour verrouiller le
fauteuil était shunté…Nous l’avons alors fait descendre pour le démonter, changer le
contact de heurt, le contact à clef et vérifier l’état du parachute. Après le réglage d’une
vis de prise parachute, nous avons remarqué que le fauteuil fonctionnait mieux.

Deux jours plus tard la panne revenait, les batteries étaient encore hors service,
mais les propriétaires du fauteuil avaient pourtant débranché l’appareil. Nous avons
alors vérifié les points de charge en haut et en bas des rails pour s’apercevoir qu’ils
avaient été montés à l’envers, le contact ne donnant pas sur les lamelles de recharge des
batteries. Le propriétaire n’étant pas satisfait de l’ancienne entreprise d’entretien de son
fauteuil, nous a expliqué qu’il y avait eu beaucoup trop d’interventions sur son fauteuil
depuis la fin de son contrat, la dernière panne étant la semaine passée. C’était donc pour
cela qu’il avait fait appel à A.F.A.77. Nous avons donc été chez le fabriquant du fauteuil
pour avoir un nouveau parachute et une notice du fauteuil (que nous n’avons pu obtenir,
le modèle étant trop vieux). Nous avons donc changé les batteries, le parachute et inversé
les points de charge. Par la suite nous avons mesuré la tension délivré par le
transformateur aux points de charge, elle était trop basse pour alimenter les batteries.
Nous avons donc dû remplacer également le transformateur. L’appareil était remis en
état et le client a engagé des poursuites contre l’entreprise qui lui avait monté l’appareil.

Siège démonté, vue du bloc moteur de face et de profil avec le système parachute : s’il
y a survitesse, la tige métallique s’emboite dans le galet et bloque le moteur.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 32

3/ Travaux en autonomie :
Lors de déplacement sur un secteur qui contient un grand nombre d’ascenseurs ou
de portes à entretenir, mon tuteur et moi nous sommes séparés pour entretenir les
appareils chacun de notre côté. Le détail d’un entretien à suivre se trouve sur une fiche
(dans mes missions internes) que j’ai eu l’occasion de créer.

a/ Interventions sur des ascenseurs :


Paris, Rue Blanche :
Nous avons reçu quelques plaintes sur un ascenseur récemment rénové. En effet, des
personnes se plaignaient de secousses au démarrage et à l’arrivée et avaient remarqué
un bruit étrange au rez de chaussée. Le garde pied était rétractable et la glissière faisait
trop de bruit au démarrage et à l’arrêt de l’ascenseur. J’ai reprogrammé la Variation de
fréquence de manière à avoir un démarrage et un arrêt plus souple. Il m’a suffit de
baisser la pente de la courbe (le coefficient directeur) et de faire des essais. Le temps de
déplacement est légèrement plus long mais le bruit est atténué.
V

Accélération Grande Décélé- Petite Décélération 2


vitesse ration 1 vitesse

Ivry, Rue de Paris N°=14 :


L’ascenseur était à l’arrêt au rez de chaussée. Après observation des défauts sur la carte
NG-12 (appareil rénové), j’ai pu localiser la sécurité manquante au niveau des portes
cabine. En effet, en ouvrant les portes palières, j’ai pu accéder à l’opérateur et constater
que le contact de fermeture des portes ne se faisait pas. Après le réglage de celui-ci,
l’appareil ne se mettait plus en défauts.

Contact de fermeture des portes cabine.


IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault
Page : 33

Ivry, Rue de Paris N°=14 :


L’ascenseur présentait les mêmes défaillances que son voisin. Ici, c’est le contact de
heurt qui ne donnait plus, ce qui désaccouplait le bras du moteur et empêchait les
portes de se refermer.

« Bras de heurt »
Lorsque les portes se referment, si elles
rencontrent une force qui s’oppose à la
fermeture, le moteur continu de tourner
entrainant le « bras de heurt » et actionnant un
contact de heurt. Ce contact envoi
l’information de réouverture des portes cabine.

« Contact de heurt »

Fontainebleau :
L’ascenseur hydraulique est tombé sur son fin de course. Après un trop long temps
d’attente avant la réutilisation, la cabine est retombée plus bas que son niveau le
mettant à l’arrêt. Il a fallu pomper au niveau de la centrale hydraulique pour remonter
progressivement l’ascenseur à l’étage.

Tube graisseur
automatique

Poulie de renvoie monté


sur la tige du vérin.

Distributeur hydraulique
avec pompe de manœuvre Guides
de secours.

Melun :
Les portes de l’ascenseur ne se refermaient plus. En effet, une feuille bloquait le faisceau
infrarouge de la cellule. De plus on pouvait observer une « queue de billard » (la porte
n’était plus droite). Effectivement lorsque les gens (ré)ouvrent régulièrement les portes
avec leur pied lorsqu’elles sont sur le point de se refermer automatiquement, malgré le
contact de heurt permettant la réouverture rapide, la porte se tord et ne donne plus le
contact de fermeture.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 34

Remarque :
Les différents dépannages que j’ai pu résoudre étaient bien souvent des problèmes de
sécurités à réactiver, une fois visualisées sur la carte de manœuvre. Ces défauts sont
souvent causés par une mauvaise manipulation de l’ascenseur (blocages des portes
cabine répétés, réouverture forcée, charge maximale non respectée, coups brusques
répétés dans les portes palières, endommagement des cellules…).

b/ Interventions sur des portes automatiques :

Le Mée sur Seine :


Suite à du vandalisme, une porte de garage automatisée était en position ouverte et ne
fonctionnait plus. Le bras accouplant le moteur au tablier était complètement tordu et
bloquait la fermeture. J’ai coupé le courant et bloqué la porte en position haute sur sa
prise parachute pour démonté le bras. Ensuite, je l’ai remplacé par le nouveau bras
(monté à l’identique). Le courant remis, j’ai effectué un auto apprentissage de la porte par
la carte électronique. Enfin, j’ai effectué l’entretien de l’appareil.

Bras neuf et bras


tordu avec « patte
d’accouplement ».

Sortie moteur.

Descente du tablier.
Montée du tablier.
Galet.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 35

Le Mée sur Seine :


Suite à une détérioration, deux portes de garage sont restées en position
fermées/entrouvertes. Le rail dans lequel circulait le galet de guidage du tablier avait été
tordu volontairement pour coincer le galet lors de sa fermeture, afin d’avoir accès au
sous sol. J’ai remis le rail en état et Mr Guiseffi a proposé un devis pour remplacer les
anciens rails par des rails plus solides.
Rail
volontairement
tordu de façon à
coincer le galet.

Descente du tablier.
Montée du tablier.
Galet.

Paris :
Un tablier faisait beaucoup de bruit gênant les appartements du dessus. J’ai pris les
dimensions de l’ouverture de garage pour pouvoir proposer un remplacement du tablier
et/ou des piliers. En attendant, j’ai graissé les rails.

Melun :
Une barrière automatique a été endommagée. Celle-ci ne distribuait plus de tickets de
parking et ne détectait pas de présence de véhicule dans la zone, empêchant ainsi tout
accès. Une simple remise en état (rebranchement et remise en place des tickets) et un
changement de canon (pour ouverture ou fermeture du cater) a suffit.

Vue de face Vue de profil.

Vue de haut.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 36

Autre :
J’ai eu l’occasion d’installer et de programmer plusieurs émetteurs/récepteurs de type
« CARDIN » pour commander des portes de box.

Pour programmer un émetteur, il suffit d’appuyer deux


fois de suite sur un des boutons du récepteur afin de le mettre en
attente de réception, de se placer dans sa zone de réception et
d’appuyer sur le bouton de commande voulu. Lorsque la porte
s’ouvre, c’est que le récepteur a bien enregistré la fréquence du
bouton à programmer. Il faut ensuite sortir de la programmation.

Remarque : Pour certains récepteurs, il faut lui choisir une


fréquence non occupée par une autre télécommande et la valider
en appuyant sur la commande d’ouverture de l’émetteur.

Sur la deuxième photo, nous pouvons voir un autre mode


d’ouverture. Un moteur entraine une chaine le long d’un rail
provoquant la translation d’une patte fixée au tablier. Le tablier
suit alors la trajectoire du rail jusqu’à l’arrêt du moteur.

Remarque :
Les dépannages que j’ai pu aussi effectuer sont liés à des problèmes de cellules (à
nettoyer), de temps de cycle (refaire un auto apprentissage en augmentant le temps de
cycle), de fuite d’huile (remplacement de l’opérateur)…

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 37

B/ Missions internes :
Depuis mon arrivée dans l’entreprise, j’ai pu remarquer un « Turn Over »
important (changement de personnel). J’ai eu l’occasion de discuter et d’observer leur
méthode de travail. J’ai remarqué que personne n’utilisait de fiche d’entretien ou de fiche
diagnostic pour gagner du temps et les aider. J’ai donc décidé avec l’accord de Mr
Guissefi de créer ces fiches destinées à optimiser le service après-vente.

1/ Travaux d’entretiens :
J’ai eu la connaissance d’une fiche d’entretien
d’ascenseur que Mr Guiseffi avait créé. Mais je n’ai retrouvé
dans aucun carnet d’entretien ni dans les dossiers des
techniciens de trace de ce document. Je me suis alors
impliqué dans l’amélioration de cette fiche.
Vous trouverez en ANNEXE 2 l’ancienne fiche d’entretien et
on peut voir en ANNEXE 3 la nouvelle fiche d’entretien. J’ai
proposé à Mr Guiseffi de l’incorporer dans le carnet
d’entretien sur chaque adresse en première page, de manière
à ce que le technicien puisse voir ce qui a été fait, voir ce qui
est à faire et prévoir ce qui sera à faire. En effet, le service
après-vente a connu quelques problèmes d’effectifs et les
secteurs ont très souvent été remaniés. Cette fiche n’est donc
qu’un repaire pour que le technicien puisse voir ce que son
collègue a effectué et pour lui rappeler (en cas de manque
d’expérience) les différents moments des étapes d’entretien.
Remarque : J’ai aussi participé au remaniement des secteurs avec les secrétaires durant
les périodes difficiles.

2/ Travaux de dépannages :
J’ai pensé que créer une fiche diagnostic pour les portes automatiques et les
ascenseurs pour chaque employé pouvait les aider en cas de dépannage difficile.
Effectivement ces fiches peuvent servir pour des techniciens peu expérimentés et/ou
pour des dépannages le week-end en astreinte. (Voir ANNEXE 4 et 5)

J’avais déjà créé une fiche d’appel pour instaurer un historique papier des
recensements des appels. Malheureusement, je me suis aperçu que cette fiche n’était pas
beaucoup utilisée par les secrétaires n’ayant bien souvent ni le temps ni l’expérience
pour diagnostiquer les pannes en plus de récupérer les informations du client. J’ai alors
confectionné un nouveau livret d’appel plus simple d’utilisation. (Voir ANNEXE 6)

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 38

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 39

A/ Missions externes :
1/ Présentation :
Voici les différentes étapes à la réalisation d’une rénovation plus ou moins classées
dans un ordre chronologique. Les étapes de rénovation ne sont pas tout le temps dans le
même ordre selon l’adresse et le type de rénovation à effectuer. En effet, généralement
lors d’une rénovation tout est changé sauf la cabine, les guides, le contrepoids, et les
portes. Ensuite l’ordre dépend de la machinerie (haute ou basse), et de la place
disponible.

 Réceptionner et stocker le matériel


 Déplacer en machinerie le moteur neuf avec son châssis et le matériel
nécessaire.
 Démonter les anciens capteurs fixés aux guides tout le long de la gaine.
 Monter l’éclairage en machinerie et en gaine : Monter la « Sodigaine » (le
pendentif de l’éclairage), puis monter et brancher les néons en gaine.
 Couper l’ascenseur de manière à ce que le toit de cabine soit accessible au
palier du dernier étage avec le contrepoids en fond de fosse.
 Soutenir le contrepoids en fond de fosse par des étais.
 Mettre l’ascenseur sur ses prises parachute et sangler l’arcade aux guides.
 Couper le disjoncteur E.D.F. de l’ascenseur au pied de colonne.
 Remplacer le D.T.U., et câbler la force motrice (380v) ainsi que l’éclairage et
les prises électriques.
 Couper les câbles, démonter l’ancien moteur, et l’armoire de manœuvre.
 Positionner le nouveau châssis et monter le nouveau moteur.
 Monter les nouveaux câbles.
 Monter la nouvelle armoire de manœuvre et la câbler en manœuvre de
chantier avec une boîte et un pendentif de chantier.
 Aménager la machinerie : goulottes en plastique sur les murs et en fer par
terre avec interconnexions à la masse, installation du contrepoids de
balancement des ventaux, protections des points rentrants, peinture sur les
câbles de traction pour indiquer les niveaux, nettoyage. (Cette étape reste
effective tout le long des travaux)
 Installer la rambarde de sécurité sur le toit de cabine.
 Monter les goulottes le long de la gaine proche des futures serrures de
portes.
 Faire passer la colonne palière dans les goulottes (c’est dans ces fils que
circulent toutes les informations ne passant pas par les pendentifs).
 Faire passer les pendentifs et les fixer.
 Installer la boîte d’inspection sur le toit de cabine.
 Démonter la boîte à boutons, l’éclairage cabine, et l’habillage (si cela est
compris dans la rénovation).
 Remplacer les boutons d’appels paliers et les serrures de portes.
 Installer les nouveaux capteurs de sélection le long de la gaine [skis en haut
et en bas de la gaine ainsi que le moyen de sélection (à drapeaux ou à
rubans)].
 Remplacer le limiteur de vitesse et la poulie tendeuse (avec prise parachute
simple ou double sens).
 Remplacer le système de parachute (si compris dans la rénovation).
 Remplacer les coulisseaux (si compris dans la rénovation).
 Aménager le fond de fosse (stop et prise cuvette, contact de poulie tendeuse)
 Installer la tôle chasse pieds sur la cabine et brancher son contact.
IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault
Page : 40
 Remplacer le nouvel opérateur de porte et installer les portes cabine (si
compris dans la rénovation).
 Effectuer l’habillage cabine (si compris dans la rénovation) et installer la
boîte à boutons.
 Effectuer les derniers câblages et tester le bon fonctionnement de
l’ascenseur.

2/ Travaux encadrés :
Une majeure partie de ma période d’apprentissage s’est effectuée en compagnie d’un
ou de plusieurs professionnels. Ma deuxième partie en entreprise s’est effectuée
principalement dans le service rénovation (avec Mr Leclerc et Mr Donnat). J’ai découvert
la finalisation de chantier à Alfortville (2 semaines) où j’ai constamment été encadré.
Ensuite, j’ai été à Massy (5 semaines) où j’ai participé et pu m’impliquer un peu plus
dans la rénovation. Enfin, j’ai effectué une rénovation à Melun (2 mois) avec une plus
grande liberté. Progressivement, j’ai pu travailler dans une complète autonomie tout le
long d’une rénovation.
De plus, j’ai eu l’occasion de participer à quelques rénovations ponctuelles et
rapides (Remise en conformité de l’éclairage, de l’opérateur de portes cabine, de serrures)
sur différents chantiers.

Cependant, quelques travaux nécessitent de travailler en binômes :

 Réception et stockage du matériel puis remplacement du châssis et


du moteur.

Démontage du moteur, suppression des câbles et de l’armoire, montage du châssis et du


nouveau moteur.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 41
 Changement du limiteur de vitesse et de la poulie tendeuse :
Une personne est en machinerie pour remplacer l’ancien limiteur et faire
passer les câbles. L’autre personne est en fond de fosse pour remplacer la
poulie tendeuse et faire passer le câble pour le faire remonter sur le toit de
cabine afin d’accrocher chaque bout au toit de cabine.

1/ Couper le câble et remplacer l’ancien limiteur

2/ Démonter l’ancienne poulie tendeuse et pré-positionner la


nouvelle (sans la fixer au sol)

3/ Faire passer le premier bout de câble neuf d’un coté du


limiteur jusqu’à la poulie tendeuse.

4/ Faire passer ce bout de câble dans les gorges de la poulie


tendeuse et l’attacher au toit de cabine à la prise parachute.

5/ Faire passer l’autre bout de câble de l’autre coté du limiteur jusqu’au toit de
cabine, fixer le câble et couper le surplus.

6/ Fixer la glissière du contrepoids de la poulie tendeuse au sol une fois qu’il se


soit positionner de lui-même.

Ancienne et nouvelle poulie tendeuse. Fixation des câbles sur la prise


parachute sur le toit de cabine.

(Voir « récapitulatif/ascenseur/composant de sécurité/limiteur de vitesse.)

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 42
 Faire passer les pendentifs et la colonne palière :
Une personne en machinerie pour faire glisser les câbles électriques et
l’autre personne sur le toit de cabine réceptionnant l’ensemble et les fixant
en gaine.

Trois pendentifs

Trou de passage de la filerie vers la gaine.

Colonne palière : partie commande


(serrures et boutons paliers) et partie
puissance (sécurités fond de fosse)

 Monter les portes cabine, l’habillage cabine, la « cellule tout hauteur » et


l’opérateur de porte :
Une personne sur le toit de cabine et l’autre sur le palier car l’ensemble se
fixe sur le toit de cabine et sous le rail des portes cabine.

 J’ai pu aussi aider au montage d’un monte charge à Paley


avec Mr Donnat (voir « Dossier d’activité en
entreprise, apprentissage du métier d’ascensoriste,
maintenance et rénovation. », dossier de mi-parcours).

 Nous avons remplacé deux portes palières avec leurs


montants à Epinay dans un immeuble de 16 étages. Les
anciennes portes étant trop vieilles et rouillées, nous
avons dû adapter les nouveaux montants en les
découpant aux bonnes dimensions et en plâtrant les
bords (l’ouverture étant trop large).

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 43
 J’ai eu l’occasion d’installer et de programmer des « pèses charges ». En
effet, trois petits modules se fixent sur les câbles et renvoient une
information sur la tension de ceux-ci à un boîtier principal qui en déduit la
charge de la cabine. Il suffit de régler le seuil maximal de charge à ne pas
dépasser. Dans son utilisation normal, si il y a une surcharge, un voyant
s’allume en cabine informant les passagers que la cabine de partira pas.

 J’ai pu installer et programmer des téléphones « AMPHITECH » sur


différentes adresses [Gendarmerie de Melun (x3 téléphones), Immeubles de
Claye Sous Bois (x4 téléphones)].

Le téléphone se compose de trois modules :


- un boîtier central que l’on fixe sur l’arcade de la cabine. Il est relié à :
- un module auxiliaire qui se fixe également sous la cabine, sur l’arcade.
- Un micro à brancher en cabine qui est aussi relié au boîtier principal.

Une petite programmation est à effectuer pour rentrer le numéro d’appel du


centre de réception d’appel (ici, PROXILIGNE) et un numéro d’identification
(avec lequel l’agent de PROXILIGNE peut localiser l’ascenseur).

J’ai pu installer toutes les lignes


téléphoniques à Corbeil Rue Pablo Picasso sur
six appareils. Il fallait débrancher l’ancien
appareil OTIS de télésurveillance et brancher
deux fils sur la prise téléphonique pour la
ramener jusqu’à l’armoire de manœuvre.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 44

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 45

3/ Travaux en autonomie :
Comme décrit dans la partie précédente, j’ai participé progressivement à diverses
rénovations durant les 6 derniers mois. Durant ma dernière période en entreprise j’ai pu
avoir une plus grande liberté d’action. Toujours en binôme avec Mr Leclerc, j’ai pu
travailler sur le chantier de Melun afin de gagner un maximum de temps pour
commencer un nouveau chantier.

Le chantier à rénover était celui de la résidence des Maréchaux au A1. Il y avait 5


étages et un sous sol. La rénovation comprenait les remplacements de tous les
équipements sauf de la cabine, du contrepoids et des guides avec du matériel
« SODIMAS ». Tout ce qui suit sont des actions faites en complète autonomie :

 Installation de la « SODIGAINE » et de l’éclairage gaine : la gaine n’étant pas


éclairée, avant de commencer le chantier, nous devons éclairer la machinerie
et le fond de fosse. Un petit pendentif violet faisant la longueur de la gaine fut
lâché et attaché en haut de gaine. Plusieurs connectiques (environ une tous
les 2 mètres) servent à brancher les néons. Le premier néon en haut de gaine
et le dernier en fond de fosse a été branché de façon à éclairer un minimum
la gaine. Ensuite, il a fallu fixer la « SODIGAINE » avec des chevilles, puis
placer les embases pour les néons près des connectiques pour les emboîter et
les brancher.

 Cette installation de l’éclairage n’a pu se faire sans avoir démonté au


préalable les anciennes pattes de sélection de niveaux :

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 46
 Une fois la cabine bloquée, et le disjoncteur coupé au pied de colonne, le
remplacement du D.T.U. et de l’ancienne installation en machinerie est
possible :

Chantier de Massy

Chantier de Melun

 Lorsque la machinerie est aménagée avec les nouveaux équipements


SODIMAS, il faut brancher la boîte de chantier de façon à pouvoir circuler
dans la gaine comme on le souhaite à partir du toit de cabine :

Contrepoids pour alléger la trappe Boîte de chantier : Un bouton de


d’accès machinerie + installation des commande moteur, un autre pour la
goulottes en plastique et en fer. commande de descente et le dernier
pour la commande de montée. On fait
passer un petit pendentif de chantier,
un bout relié à la boîte de chantier, et
Schéma de câblage pour la manœuvre l’autre branché sur une connectique de
de chantier : l’armoire de manœuvre.

Contact STOP NO (bouton vert)


Fil d’alimentation de la commande de montée/descente.
Contact donnant l’information de descente.

Contact donnant l’information de montée.

Fil d’alimentation de la commande moteur.

Connectique se branchant sur le


bornier C17 de l’armoire électrique

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 47
 Faire de la place sur le toit de cabine est nécessaire. Il faut donc démonter
l’ancien opérateur de porte, puis installer la rambarde de sécurité et son
contact (lors du mode inspection, la cabine ne partira pas tant que le contact
de rambarde de sécurité n’est pas ouvert). Pour circuler dans la gaine en
manœuvre de chantier, il est obligatoire de programmer la V.F. en rentrant
les caractéristiques moteur (ici, GEARLESS) et celles voulues pour la
manœuvre de chantier. Il est alors possible de circuler dans la gaine en toute
sécurité pour installer la goulotte de la colonne palière, et faire passer la
colonne palière :

 Après ces actions, il faut passer les pendentifs, les fixer et installer la boîte
d’inspection :

Boîte d’inspection fixée sur le toit de cabine avec Fixation du pendentif sous
l’alarme au milieu et le téléphone sur la droite. la cabine.

 L’installation de la sélection est la prochaine étape logique dans la


rénovation :
Détection de zone de
porte par un doigt
magnétique ou par
drapeaux.

Galets de ralentissement, de fin de course et de


recalage haut et bas sur des skis (came) montés sur
des pattes fixées aux guides.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 48
 Une des dernières étapes de la rénovation est le remplacement des boutons
d’appel palier à chaque étage ainsi que les serrures des portes palières :

Changement des boutons d’appel palier de Massy.

Changement des serrures des portes palières, blocage par pièce étau de la cablette de
retour du contrepoids de porte, puis déboulonnage de la porte pour accéder aux vis
des anciennes serrures.

Remplacement des serrures des portes et remontage des portes.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 49
 Le chasse pied est aussi à monter avec le nouveau rail de porte si les portes
cabine sont à changer. Profitant d’être en fond de fosse, l’aménagement de
celui-ci est préférable pour gagner du temps (branchement du STOP, des
sécurités…) :

Suppression de l’ancien rail, mise en Garde pied vue du fond de fosse.


place du chasse pied.

 Enfin, la dernière étape est le câblage :

Info de numéro de palier


024 (noir) (gris)

24v (rose)

Exemple de câblage de bouton d’appel palier à la colonne


palière pour un étage.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 50

Identification des pendentifs et des


numéros de fils (24 fils par
pendentif) puis câblage aux
borniers de la boîte d’inspection.

D’après l’identification, brancher


les fils à différentes connectiques.
Brancher les connectiques sur la
carte de manœuvre, ici, une
SC4/30 pour gearless (moteur
sans réducteur).

C’est ici que se branche les alimentations aux autres modules.


La sortie du transformateur en 24v se branche ici aussi.

Chaine de sécurité, Branchement des


toutes les sécurités informations pour
comme le limiteur de l’opérateur des
vitesse, les stops, les portes cabine.
fermetures de portes
cabine et palières,
les verrouillages…
sont tous mis en
série par ordre de
priorité. 3 afficheurs 7 segments
et ses 4 boutons qui
permettent de
reprogrammer la carte
et de visualiser les
défauts lors de pannes.

Branchement des
appels paliers.

Branchement de la boîte d’inspection sur le toit Branchement de certaines informations


de cabine : commande de montée ou de remontant des pendentifs : accès à l’éclairage
descente à une vitesse plus faible (0.6 m/s à la + prise électrique disponible + téléphone +
place de 1m/s en fonctionnement normal) + alarme + détection de surcharge + infos de
stop. came (voir photo jointe).

Remarque :
Pour certaines manœuvres, il existe différents types d’équipements adaptables comme le
système de sélection (à drapeau avec les détections infrarouge, ou à doigts magnétiques
avec les détections des aimants). Il existe aussi différents modules adaptables aux cartes
de manœuvre « SODIMAS » comme la commande de l’opérateur de porte, le branchement
des sécurités…
J’ai pu aussi câbler certains de ces modules à Massy.
IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault
Page : 51

B/ Missions internes :
1/ Check-list de fin de rénovation :
Au service rénovation, j’ai proposé aux techniciens une petite check-list des
différents points à vérifier avant la mise en service définitive de l’appareil. En effet, j’ai
expliqué que dans le service après-vente, un peu moins d’un quart des pannes sont des
problèmes sur des appareils récemment rénovés. La durée de vie d’un appareil est
d’environ une trentaine d’année. Par la suite l’ascenseur est souvent en panne jusqu’au
changement progressif de toutes les pièces.
Cette fiche, située en ANNEXE 7, a donc été adoptée en espérant qu’elle fasse ses
preuves dans le service après-vente.

Courbe moyenne de tendance des taux de pannes en fonction du temps

140
Taux de pannes de l'appareil

120

100

80 Courbe moyenne de tendance


des taux de pannes en fonction
60 du temps

40
Possibilité de
20 réduction du taux.
0
0 5 10 15 20 25 30 35
Années d'anciennté de l'appareil

2/ Etude de sécurité :

En discutant avec le nouveau commercial et les


secrétaires, j’ai appris qu’ils cherchaient une fiche
d’analyse des risques. En effet, il est obligatoire de fournir
pour chaque adresse, une fiche d’analyse de risques : un
exemplaire pour le client, un pour l’employeur et le dernier
en machinerie affiché de manière visible. Depuis la création
de l’entreprise A.F.A.77, toutes les fiches de risques sont
celles affichées par les anciennes entreprises d’entretien.
J’ai donc créé une étude de sécurité adaptable pour chaque
adresse et respectant les nouvelles normes imposées d’ici Fiche de sécurité de KONE
2018. Cette étude est à remplir par le commercial ou un
technicien, elle est ensuite retournée aux secrétaires qui la retranscrivent par ordinateur
et l’impriment en trois exemplaires. Pour faire gagner du temps aux secrétaires, j’ai
inventé un programme VISUAL BASIC pour que la retranscription prenne le moins de
temps possible. Cette étude de sécurité et un extrait du programme sont visibles en
ANNEXE 8.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 52

Conclusion :
L’apprentissage, avec A.F.A.77 a été très instructif. Nous intervenons dans
différents domaines, et sur différents appareils ce qui rend les missions encore plus
intéressantes malgré la complexité qu’elles entraînent.
L’entretien est la force première d’une entreprise de maintenance. Malgré les efforts
déployés pour éviter les pannes (fiche d’entretiens systématiques, fiche diagnostic, carnet
d’entretiens…), il y a toujours un problème à résoudre dans l’entreprise : l’organisation
de l’effectif, du temps, de l’entreprise joue beaucoup sur les taux de pannes. Et
malheureusement, le service après-vente est en pleine perdition. Il y a un manque
flagrant de personnel pour entretenir les appareils. Etant donné l’ampleur de l’entreprise
aujourd’hui, elle devrait adopter certaines méthodes de grande société, comme incorporer
une gestion des stocks, attribuer les portes à une ou deux personnes spécialisées pour
laisser un peu de temps et d’organisation aux employés s’occupant des ascenseurs…
De plus, du coté commercial, beaucoup de contrat sont à venir pour des rénovations. Le
service rénovation de la société fonctionne très bien, et donc il se pourrait bien que d’ici
quelques années, si les contrats continuent d’affluer aussi vite et que le service après-
vente ne s’améliore pas, A.F.A.77 pourrait perdre des clients pour négligence des
entretiens.

Dans ces deux services, il y a une règle d’or : l’adaptation. Avec la multitude de
possibilités de pannes, de dépannages, de gammes de montage/démontage, de mises en
service…etc et les différentes manières d’agir, il faut savoir être méthodique et agir avec
efficacité dans ce monde des ascenseurs et des fermetures automatiques. La société doit
recruter plus de personnel compétent et polyvalent pour passer la période charnière et
s’imposer un peu plus encore sur le marché.

Ce métier reste néanmoins un métier comportant certains risques :

Même si on peut dire que l’ascenseur est un des moyens de transport le plus sûr au
monde, il ne faut pas oublier l’aspect sécurité. Et les intervenants sont les plus exposés à
ces risques.

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 53

Sources :

 Données de l’entreprise (écrites et orales)

 Livres de formation au métier d’ascensoriste KONE France.

 Livret d’information sur l’installation d’un ascenseur hydraulique .

 Notice SODIMAS (montage d’un ascenseur avec la carte SC4/30).

 Documentations publicitaires diverses, prises sur place dans le cadre du


travail (SODIMAS, MGTI, CAME, pour ascenseurs et portes automatiques).

 Documentation se trouvant à la société.

 L’Internet :

- Sites des fabricants de fauteuils automatiques :


www.Thyssen.fr

- Sites des fabricants de portes automatiques :


www.novofermhabitat.fr

- Sites d’informations sur le monde de l’ascenseur :


www.afnor.fr/collectivites/normesreglementation/ascenseurs
www.sietram.fr

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 54

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 55

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 56

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 57

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 58

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 59

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 60

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 61

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 62

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault


Page : 63

IUT de Sénart - Département Génie Industriel et Maintenance - Rapport de stage J. Esnault