Vous êtes sur la page 1sur 5

2018

L’importance de la culture dans


l’enseignement/apprentissage
d’une langue étrangère
FLORES MENDIOLA NEYRA LUCERO
IMPORTANCE DE LA CULTURE DANS L’ENSEIGNEMENT/APPRENTISSAGE
D’UN LANGE ETRANGER.

Les débuts et le rôle de la culture dans l’enseignement/apprentissage.

Apprendre une langue étrangère n’est pas seulement apprendre le lexique et la


grammaire mais également la culture. Dans l’histoire de la didactique de lagues,
L’enseignement d’une langue étrangère était visé à la pratique et l’usage de la
langue dans un contexte d’application de l’enseignent. Où le but était parvenu la
communication et par la part de l’apprenant qui était situé au cœur de sa réflexion.
Les didactiques de lagues donnait plus d’importance l’objet qu’au sujet.

Auparavant pendant l’enseignement de langes, la façon d’enseigner était


seulement sur la nature de la langue. Mais c’est ne pas qu’après la linguistique
applique est qui surgissent les disciplines précédentes comme par exemple
didactologie de langues et la didactologie des langues-cultures elle surgit dans les
années 80. La didactologie des langues cultures tient compte de la particularité du
contexte de l’enseignent/apprentissage. Cette discipline il prend des théories
divers et issues d’autres disciplines. L’apprenant dans cette discipline est
autonome et interventionniste et l’enseignent est chercheur. La didactologie de
langues cultures tient compte aussi de l’importance de la diversité qu’existe entre
la linguistique et la culture, et considère que la connaissance de la culture est
nécessaire pour bien communiquer en langue étrangère.

Il faut aussi prendre en considération de beaucoup des définitions du mot culture.


Le terme vient du latin cultura qui définissait le sens propre au travail de la terre,
aussi est liée aux termes comme l’artistique et les ouvre littéraires. Dans le
dictionnaire actuel de l’éducation de Renald Legendre il définit la culture comme
« un ensemble de manières de voir et de sentir de percevoir, de penser de valeurs,
d’exprimer, d’agir, de réagir, des modes de vie, de croyances, des connaissances,
de réalisations, des us et des costumes, des traditions et d’institutions, des
normes, des loisirs. »
Aussi pour moi la culture est un ensemble d’expériences vécus pendant notre qui
peu intervenir dans notre comportement et y compris le modifier. La culture qu’on
reçut des autres et aussi les apportassions de la culture d’autrui. Tout ces
ensembles de cultures font partie de la création de ma propre culture. Quelques
dictionnaires déterminent la culture comme les savoirs, les connaissances qu’on
fait à partir des livres des articles, de informations que on a de la culture générale.
Ou qu’on appelle aussi culture cultivée.

La spécialiste Martine Abdallah instaure un parallèle entre la langue et la culture


comme lieu de mise en scène de soi et d’autrui. Et c’est ça la culture et la langue
vont de la main dans tout moment, il prend son rôle quand on interagit dans
n’importe quel contexte. Il entre en scène quand on parle.

Dans l’apprentissage et l’enseignent de la langue, la culture prend sa place. On ne


peut pas enseigner la langue et surtout une langue étrangère si on ne connait pas
avant la culture, parce que la culture s’est présent dans tous les contextes. Par
exemple si on n’est pas la culture de la façon de parler avec les autres par
exemple aux françaises. Ils ont des codes pour se communiquer avec les autres et
dans des domaines spécifiques, comme dans la vie en famille, avec les amies et
aussi dans le travail.

Rober Gallisons défend leur définition et idée que cette culture acquise par les
natifs (dans ce cas la culture que on n’a pas ou que est à l’extérieur de nous, par
exemple à l’extérieur de l’école où on apprend un langue étrangère) peut être
apprise par les étrangères. Dans un contexte institutionnel par exemple à l’école.

Dans l'enseignement/apprentissage aussi la culture partagée les savoirs et


pratiques qui transmissent une langue en commun. Et qui permet vivre ensemble
et une société, c'est ‘à dire a langue courante. Dans l'enseignement ont acquis
aussi une langue courante. Et ça on sert pour appartenir et s'identifier à un groupe.
Ce que contribue à la création de notre identité.

Il y a des exemples où on pouvait participer ou pas. Par exemple existe le


pluriculturalisme, le multiculturalisme et l'interculturel Dans le pluriculturalisme et
l'interculturel on peut parfaitement nous débrouiller dans des différentes cultures.
Le pluriculturalisme est donc la capacité à s'identifier et à participer à plusieurs
cultures. (Concepts théoriques). Pour sa part l'interculturel est un processus
d'échanges entre deux cultures différentes.

Tout l'intérieur sont des processus qu'emmène aux auteurs du Cadre européen
Commun de référence leurs objectifs par exemple : l'utilisateur du CECR doit
acquérir une compétence plurilingue et pluriculturel ces compétences facilitent la
mobilité surtout aux autres pays, aussi préserver le pluriculturalisme. Dans la
licence en langue français on travaille sur la base du CECR en coupant en niveau
par exemple A1, A2, B1, B2, C2 et C2.

Chaque chapitre est lié avec la culture, mais l’utilisateur se verra dans la nécessité
de développer une compétence sociolinguistique, les apprenant doivent adapter
les discours aux besoins de la communication avec les marques distinctives de la
société et la situation ou il devait s’adapter. Les niveaux sont adaptés aux
apprenants qui maitrise la culture et l’expression. Il me semble que chaque niveau
est plus haut en parlant de culture. Il a une vraie variation entre le niveau A1 et le
niveau C2, depuis le premier niveau qui nous donne le cadre, le niveau A1 il s’agit
d’établir contact et l’apprenant seulement utilise les formes communes de base par
exemple la politesse au contraire du niveau C2 ou approfondissent dans les
bonnes maitrises des expressions de la langue comme de la culture aussi.
L’apprenant doit avoir une sensibilisation et une immersion dans l’autre culture. Il
peut intervenir et interagir avec les autres, aussi s’il y a un échange des cultures
étrangères¿, il peut être aussi interprète, en expliquant sa propre culture et l’autre
culture.

Je pense que la culture est un pilier de la communication, est ce que on devait


savoir en tant qu’étudiantes des langues étrangères. Sans la culture et surtout la
conscience de qu’il existe une autre culture diffèrent à la nôtre. On devait aussi
être capables d’identifier l’importance des autres cultures et aussi ce que on
apporte à la nôtre. Quand on arrive à la découverte d’une autre culture on est
plein d’stéréotypes et préjuges que dans quelques cas sont mauvais pour notre
perception et pour l’acceptation d’une culturel nouvelle.

Ça c’est qu’on appelle le choque culturel. Et comme tout le coc culturel est aussi
coupe en étapes d’adaptation, il a trois étapes : l’étape idyllique ou on voit tout de
l’autre culture merveilleuse et les premiers approche à l’autre culture sont positifs.
L’étape de la survie est ou la compréhension de l’autre culture se rend difficile par
exemple de codes de formes de parler et l’interprétation de mode de vie aussi. Il
se sent déconnecté et aussi la communication se rend difficile. L’étape de
l’adaptation ou l’individu il y a un progrès dans sa perspective de l’autre culture et il
l’accepte, il interagisse aussi, comprendre et communique.

Il va sens dire que la culture nous aide à communiquer. Une institutrice un fois m’a
dit que la culture et la langue sont comme le comme humain, ou les os sont la
langue et la culture sont les muscles. La langue est parfaitement bien formée est
tout mais il a besoin de la culture pour s’appuyer et s’équilibre.

C’est une jolie métaphore parce qu’on en tant que maitrises de la langue et la
culture étrangère on devait aussi réfléchir a propos de tout ce qu’implique acquérir
une langue étrangère ce n’est pas apprendre et maitriser bien la langue. On devait
être curieux avec l’autre culture et aussi avoir une sensibilité et aimer la langue et
la culture nouvelles, mais aussi notre langue et notre culture, on devait reconnaitre
l’importance de notre langue et notre espace pour savoir acquérir et interagir dans
la culture cible. On pourrait devenir maitresse de la langue si on savait bien agir,
faire et aussi être dans l’autre culture.

Si on aussi connait la culture on pourrait appartenir et créer un sentiment de


communauté avec les autres et sa culture et d’une certaine manière être
confortable.