Vous êtes sur la page 1sur 17

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROUN

Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT MINISTRY OF HIGHER


SUPERIEUR EDUCATION

THE UNIVERSITY OF NGAOUNDERE


UNIVERSITE DE NGAOUNDERE

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES SCIENCES


AGRO-INDUSTRIELLES
NATIONAL SCHOOL OF AGRO-INDUSTRIAL SCIENCES
B.P:455 Ngaoundéré-CAMEROUN Tel : (+237) 222554046/679828800

UFD DE PHYSIQUE APPLIQUEE ET INGENIERIE


Spécialité : Energétique et Procédés Thermiques
PROJET DE THESE DE DOCTORAT/Ph.D.
SUJET:

Modélisation des transferts dans la couche limite


pariétale des produits agro-alimentaires lors du
séchage en régime intermittent
Par
FOUAKEU NANFACK Gildas Armel
(14S210EN)
Master 2 IEAI/EP

Sous la directeur de

EDOUN Marcel ZEGHMATI Belkacem


Maitre de Conférences Professeur
ENSAI-Université de Ngaoundéré Université de Perpignan via Domitia - France

Année Académique 2017/2018


Contenu
I. Contexte et problématique .............................................................................. 3
II. Revue de la littérature ................................................................................... 4
III. Objectifs ......................................................................................................... 9
III.1. Objectif général ...................................................................................... 9
III.2. Objectifs spécifiques ............................................................................... 9
IV. Hypothèses ..................................................................................................... 9
V. Méthodologie ................................................................................................. 10
VI.1. Matériel .................................................................................................. 10
VI.2. Appareils de mesures............................................................................ 11
VII. Chronogramme .......................................................................................... 12
VIII. Faisabilité du projet ................................................................................. 14
Références Bibliographiques ............................................................................ 15
I. Contexte et problématique
Les écoulements de fluide à travers un milieu poreux sont fréquemment
rencontrés aussi bien dans la nature que dans l‟industrie. De façon classique, on
distingue dans les fluides en mouvement des écoulements libres, des écoulements internes
et des écoulements externes. Cette classification structurelle est dictée par la géométrie des
domaines fluides. Dans les écoulements libres tels que jets et panaches, les conditions
aux limites sont rejetées à l‟infini, sauf au voisinage de la source (Didorally, 2014). Au
contraire, les écoulements internes sont essentiellement confinés entre des parois. Les
écoulements externes occupent une position intermédiaire, avec à la fois des conditions à
l‟infini et des conditions de paroi. Au voisinage de cette paroi se passe un phénomène appelé
couche limite. La couche limite est la zone d'interface entre un corps et le fluide environnant
lors d'un mouvement relatif entre les deux, conséquence de sa viscosité. Elle est un élément
important en mécanique des fluides, (aérodynamique, hydrodynamique), en météorologie, en
océanographie (Tcheukam-Toko et al., 2012).. Cette notion de couche limite permet de
montrer qu‟il y‟a des limites de transferts près d‟une paroi. Elle fait intervenir trois nombres
adimensionnels à savoir l‟épaisseur de la couche limite dynamique, thermique et massique
(Jerome, 1998). Ces trois nombres sont liés et sont utiles dans le dimensionnement en génie
de procèdes principalement dans le domaine de séchage. Le but de l‟opération de séchage
est d‟éliminer ou bien évaporer partiellement ou totalement l‟eau qui se trouve à
l‟intérieur du produit, cette opération est assurée par plusieurs méthodes, par exemple :
l‟exposition au soleil, le stockage dans un endroit sec, également par l‟utilisation de l‟air
chauffé sous l‟action du rayonnement solaire comme une source de chaleur, dont le
procédé est effectué dans une chambre bien isolée thermiquement pour assurer l‟opération de
séchage (Kouhila et al., 1998). Le séchage solaire dans les régions où le gisement solaire est
important est très utile d‟un point de vue économique. Cette opération de conservation et
de valorisation qui favorise la conservation des produits agro-alimentaires, qui utilise
l'énergie solaire comme source de chauffage, constitue un moyen rentable pour la
déshydratation de ces produits. En agro-alimentaire, d'une façon générale, l'optimisation de
l'opération de séchage doit répondre à deux impératifs essentiels qui sont la consommation
réduite de l'énergie nécessaire et la conservation des propriétés organoleptiques du produit à
sécher (Tetang, 2018). Il existe deux régimes de séchage solaire des produits agro-
alimentaire à savoir le séchage en régime continu (Dissa et al., 2009) et le séchage en régime
intermittent (Tetang et al., 2014). En partant de la définition du séchage, son principe qui
repose sur les transferts couplés de chaleur et de matière, a permis de présenter la vitesse de
séchage en régime continu. Cependant, le contexte de la zone tropicale humide dans lequel se
déroulent nos recherches, impose un séchage en régime variable, dont le séchage intermittent
est l‟un des corolaires de ce régime (Tetang et al. 2014). En effet, les différents travaux
rencontrés dans la littérature définissent le séchage intermittent qui est une des formes du
régime variable, comme une technique qui consiste à soumettre les produits à une variation
de la température de l‟air asséchant, qui peut être cyclique ou non caractérisée pou non par un
paramètre. Pour contribuer à l‟efficacité du séchage, de nombreux chercheurs ont orienté
leurs travaux sur l‟optimisation du séchage solaire des produits et leurs modélisations.

II. Revue de la littérature


Le séchage solaire a déjà fait l‟objet de plusieurs travaux. Dans ces derniers, les
chercheurs se sont motivés à contribuer d'avantage à l‟efficacité de ce type de séchage en
modélisant les phénomènes de transferts de chaleur et de masse qui s‟y trouvent. L'ensemble
de ces travaux porte d‟une part sur le séchage solaire en régime intermittent et d‟autre part sur
ces phénomènes de transferts.

Chou et al. 2000 ont mené leurs travaux sur le séchage intermittent des échantillons de
patates douces d‟une épaisseur moyenne de 15 min, les températures de séchage étant 30 °C
et 35 °C. s‟appuyant sur les travaux de Jumah et al. 1996, ils découpent la durée de séchage
en plusieurs cycles de 2 heures chacun, et utilisent un paramètre appelé intermittence. Les
valeurs (1/4 et 1/2 et 2/3 ) de l‟intermittence retenues dans leurs travaux, ont conduit à des
gains de temps par rapport au séchage continu respectivement de 25%, 48% et 61%.

Pour la contribution de l‟efficacité du séchage solaire Vaquiro et al. (2009) font des
études sur l‟optimisation enthalpique du séchage intermittent de la mangue. Ils ont testé Cinq
Températures (45, 50, 55, 60 et 65°C) de l‟air asséchant pour la validation d‟un modèle
mathématique. Les résultats obtenus ont montré qu‟à 45°C et 65°C, ils ont respectivement des
gains 11% et 3% sur la durée d‟exposition à la source de chaleur par rapport au séchage en
régime continu dans les mêmes conditions.

holowty et al. (2012) s‟intéressent au séchage intermittent du yerba maté, ils sèchent
pendant 15 min et arrêtent pendant 15 min pour 6 valeurs de la température d‟air asséchant
(50, 60, 70, 80, 90 et 100°C) en convection forcée. Ils aboutissent à la conclusion selon
laquelle, le séchage intermittent conduit à un gain énergétique de 10% relativement au
séchage continu dans les mêmes conditions expérimentales.
Tetang (2018) a fait une modélisation expérimentale et numérique du séchage de la
mangue en régime intermittent en intégrant le paramètre α dans les différents modèles de
séchage existants dans la littérature. Les résultats ont montré qu'en régime intermittent, pour
une température et une vitesse de l'air asséchant données, on note d‟une part un gain de
temps d‟environ 180 minutes sur la durée de séchage par rapport au séchage en régime
continu. D‟autre part le meilleur rapprochement de la courbe expérimentale du nouveau
modèle (Midilli et al) ayant intégré l‟intermittence.

Le transfert de chaleur et de masse le long d'une surface a suscité une


attention considérable ces dernières années en raison de son importance dans le domaine
scientifique tel que la biologie, l'océanographie, l'astrophysique, la géologie et les
processus chimiques, séchage…etc. ). L‟étude des transferts de chaleur et de masse des
milieux poreux a fait l‟objet de travaux aussi bien théoriques qu‟expérimentaux.

Chen et al. (1970), effectuent une étudie des caractéristiques du transfert de chaleur et
de masse en convection mixte le long de plaques planes verticales ou inclinées, sous
l‟influence des effets combinés de flottabilité thermique et massique. Ils ont supposé que les
effets Soret et Dufour ainsi que les vitesses interfaciales sont négligeables. La plaque est
maintenue soit à température et concentration uniforme ou encore à flux thermique et
massique uniforme. Les résultats numériques sont présentés pour le nombre de Nusselt local
et le nombre de Sherwood local pour la diffusion de masse dans l‟air ainsi que l‟eau. Ils ont
déduit que les flux surfaciques locaux augmentent lorsque les forces dues à la diffusion
massique (poussée due à la différence de concentration) assistent celle de flottabilité
thermique, et diminue si ces deux dernière sont opposées. De plus, les effets combinés des
deux forces sur le taux de transfert de masse et de chaleur ont tendance à diminuer avec
l‟augmentation de l‟angle d‟inclinaison par rapport à la verticale. Finalement, ils mettent en
place une comparaison entre les deux cas étudiés (température/concentration uniforme et flux
massique/de chaleur uniforme).

Afin d‟étudier les effets combinés des forces de poussée thermique et massique sur les
caractéristiques du transfert de masse et de chaleur Chen et al. (1980), ont analysés le cas d‟un
écoulement de couche limite laminaire se développant sur une plaque plane horizontale. Les
auteurs se sont limités aux processus présentant des niveaux faibles de concentration. Les
Résultats numériques pour le coefficient de frottement, le nombre de Nusselt et le nombre de
Sherwood sont présentés pour les gaz ayant un nombre Prandtl de 0,7, Avec des nombres de
Schmidt allant de 0,6 à 2,0. Ils ont constaté que, les taux des transferts de chaleur et de masse
ainsi que la contrainte de cisaillement à la paroi augmentent avec l'augmentation de la force
de flottabilité thermique, dans le cas où cette dernière est du même sens que l‟écoulement.
Ces quantités sont plus importantes lorsque les forces de flottabilité massique renforcent les
forces de flottabilité thermique, mais diminuent lorsque les deux forces de poussée s'opposent.
Ils ont constaté qu'un transfert de chaleur plus élevé est associé à un nombre de Schmidt
faible, alors qu‟un transfert de masse élevé est associé à un nombre Schmidt important.

Nasrallah et Arnaud (1986) ont étudié théoriquement les transferts unidimensionnels


de chaleur et de masse lors du séchage d‟un milieu poreux contenant de l‟eau en quantité
faible. La matrice solide est inerte et indéformable. La phase gazeuse est constituée
d‟air et de vapeur d‟eau. Dans cette étude il est supposé que le milieu poreux est
adiabatique et imperméable sur une face, l‟autre face étant perméable et en contact d‟un
écoulement d‟air de température et d‟humidité fixées. La résolution de système
d‟équations qui gouverne ce problème a été faite par une méthode implicite de
différences finies. L‟influence des transports convectifs lors du séchage du milieu poreux à
la pression atmosphérique et à des températures inférieures à 90 0C , a été étudiée.

Amir et al. (1987) considèrent le séchage d‟une plaque épaisse d‟un matériau poreux
humide placé dans un écoulement forcé d‟air chaud. Cette étude considère que l‟écoulement
est laminaire et permanent. Dont les caractéristiques (vitesse, température, humidité Absolue)
sont supposées constantes. La formulation mathématique de ce problème est présentée
par les équations de la couche limite et celles décrivant les transferts d‟humidité et de chaleur
dans le milieux poreux, déduite de la théorie de Luikov, puis ils les couplent en exprimant
à l‟interface air-produit la continuité des flux thermiques et massique compte tenu
de l‟évaporation. Les équations sont discrétisées et résolues à l‟aide de la méthode des
différences finies implicite. L‟influence d‟un certain nombre de paramètres physiques
(nombre de Reynolds, nombre de Nusselt et le nombre de Sherwood) du système
sur les transferts dans le milieu poreux et la couche limite est analysée.

Mahajan et al. (1993), ont présenté une étude numérique sur l‟action combinée du
transfert de chaleur et de masse en mode de convection naturelle dans le cas d‟un écoulement
sur une surface verticale avec la partie adverse des effets de flottabilité. La méthode
numérique utilisée pour résoudre les équations de transfert de chaleur et de masse est les
différences finies. Une comparaison avec les solutions de similitude montre que l'analyse de
la couche limite ne convient que lorsque les deux forces de flottabilité (thermique et
massique) sont de même signe. Pour des forces de poussée opposées l'analyse de couche
limite ne traduit pas de résultats précis en ce qui concerne le taux de transfert. Une
comparaison détaillée avec les données expérimentales avec flottabilités adverse montre un
bon accord entre les données et les solutions numériques. Les taux de transfert de chaleur et
de masse varient en fonction du rapport de flottabilité, du nombre de Prandtl, ainsi que du
nombre de Schmidt. Le nombre de Nusselt global et le nombre de Sherwood sont présentés
pour une large gamme de nombre de Grashof thermique, le nombre de la flottabilité et les
nombre de Prandtl et Schmidt.

Une étude effectuée par Kendoush (1998), lui a permis de mettre en place de nouvelles
équations pour la convection forcée double diffusive au sein d‟un écoulement impactant sur
une surface solide. Il prend en considération l‟écoulement laminaire d‟un jet impactant
provenant de buses rondes et à volet. Les solutions sont restreintes à la zone de stagnation.
Avec cette nouvelle théorie développée, il réussit à prédire le taux de transfert de chaleur et de
masse. Les résultats analytiques obtenus sont en concordance avec les résultats expérimentaux
et numériques disponibles.

Luna et Mendez (2004) ont étudié le transfert thermique en convection forcé au


sein d‟une plaque poreuse horizontale chauffée, de longueur L et d‟épaisseur h est placé
dans un milieu poreux homogène. Le milieu poreux est saturé avec un fluide incompressible,
en équilibre thermodynamique local avec la matrice poreuse. Les équations régissant le
transfert dans le milieu poreux saturé de fluide sont résolues analytiquement en
utilisant l‟approximation intégrale de la couche limite. Les équations résultantes sont alors
réduites à une équation intégro-différentielle résolue par les techniques de perturbation et
des méthodes numériques. Les prévisions analytiques et numériques pour l e profil de
température et les nombres locaux et moyens de Nusselt sont tracés pour des valeurs
finies du paramètre de conduction, qui représente les effets longitudinaux de conduction de
chaleur. Les résultats montrent l‟importance des transports convectifs par rapport aux
transports diffusifs.

Candelier et al. (2007), ont effectué une étude expérimentale par LDV (Laser Doppler
Velocimetry) d‟un jet laminaire axisymétrique impactant sur une plaque horizontale chauffée
maintenue à une température fixe. Ils ont étudié les effets de la distance buse - paroi, la
différence de température fluide - plaque et le nombre de Reynolds sur le lieu du décollement
de la couche limite. Ils ont trouvé d‟après l‟analyse des résultats concernant l‟influence du
nombre de Reynolds et la différence de température sur le lieu du décollement de la couche
limite suit une loi empirique valable pour H/D=1.

Mai et al. (2001), ont étudié en régime transitoire, la couche limite laminaire sur une
plaque verticale en convection mixte. Le système d‟équations est résolu à l‟aide de la méthode
numérique aux différences finies, avec un schéma implicite. Ils ont montré que la nature de la
plaque influe sur les épaisseurs des couches limites dynamique et thermique ainsi que sur la
vitesse de l‟écoulement. Ils ont observé qu‟une faible perturbation de vitesse engendre une
instabilité de l‟écoulement.

Quant à eux, Mayouf et al. (2008), ont analysé numériquement l‟effet de la force de
flottabilité opposée sur la convection naturelle thermique et massique le long d‟un cylindre
verticale. La méthode numérique utilisée pour résoudre les équations de transfert de chaleur et
de masse est les différences finies avec l‟algorithme de Gauss Seidel. Les résultats obtenus
montrent que l‟épaisseur de la couche limite thermique et massique dépend essentiellement de
la valeur N (N=Grc/Grt) et de la valeur de Pr et Sc. Aman et al. (2011), se sont intéressés à la
convection mixte lors d‟un écoulement de couche limite laminaire d‟un fluide visqueux et
incompressible au voisinage du point de stagnation sur une surface verticale avec effet de
glissement. Les équations gouvernantes sont d'abord transformées en un système d‟équations
différentielles ordinaires, qui sont ensuite résolues numériquement en utilisant une méthode
de tir, les auteurs posent comme hypothèse, une variation linéaire de la température de la
plaque ainsi que la vitesse extérieure de l‟écoulement selon la distance du point de stagnation.
Les résultats montrent que pour des forces de flottabilité opposées à l‟écoulement il existe une
solution double alors que dans le cas inverse la solution est unique. De plus, la vitesse de
glissement augmente le taux de transfert de chaleur à la surface, alors que le glissement
thermique le diminue.

Mendil et al. (2015), se proposent d'examiner les effets de transfert de masse sur
l'instabilité thermique d'un écoulement stationnaire de couche limite bidimensionnel au point
de stagnation. En outre, ils se sont limités aux forces de flottabilité thermique et de
concentration qui sont de signe opposé et de grandeur égale. L‟écoulement de base a été
obtenu en résolvant les équations de continuité, de quantité de mouvement, d‟énergie et de
concentration en utilisant une analyse de similarité, qui sont résolues numériquement en
utilisant la méthode de Runge-Kutta d‟ordre quatre avec la technique de tir. La stabilité de
l'écoulement de base est alors étudiée en se servant de la décomposition en modes normaux.
Le problème aux valeurs propres résultant est résolu numériquement par la méthode pseudo-
spectrale de Laguerre. Il se trouve par le calcul des courbes de stabilité neutre que les effets de
concentration stabilisent l'écoulement de base, tandis que le nombre de Lewis stabilise ou
déstabilise. L‟augmentation du nombre de Lewis augmente la stabilité de l'écoulement de
base pour Le <1, elle diminue pour Le> 1. Pour Le = 1, l‟écoulement de base est toujours
stable.

A partir de cette étude bibliographique concernant quelques travaux qu‟on a pu


rencontrer dans la littérature, on constate que jusqu‟ici, seule les comportements thermiques à
l‟interface air-produit des produits en régime intermittent sont étudiés. C‟est ainsi que dans le
cadre de cette étude, nous envisageons étudier les transferts à la couche limite des produits
agroalimentaires lors du séchage en régime intermittent.

III. Objectifs

III.1. Objectif général


Développer un modèle mathématique de transfert à la couche limite lors du séchage en
couche mince d‟un produit agro-alimentaire à forte teneur en eau.

III.2. Objectifs spécifiques


 Caractérisation de l‟environnement ;
 Caractérisation des profils de température et de vitesse à l‟interface air produit;
 Modélisation des coefficients de frottement pariétale et du nombre de Reynolds;
 Ecriture d‟un modèle de diffusion massique et thermique à la couche limite air
produit.

IV. Hypothèses
Pour faciliter ce travail ils ont proposé les hypothèses suivantes :

 H1 : l‟intermittence réduit l‟épaisseur de la couche limite;

 H2: La température de séchage à une influence significative sur le coefficient de


frottement pariétale;

 H3: la vitesse de l‟air asséchant a une influence significative sur la contrainte de


cisaillement.
V. Méthodologie
Notre démarche méthodologique pour atteindre les objectifs assignés à ce travail passera
par les étapes suivantes :
 Caractérisation de l‟environnement ;
 Caractérisation des profils de température et de vitesse à l‟interface air produit;
 Modélisation des coefficients de frottement pariétale, de la contrainte de cisaillement,
et du nombre de Reynolds;
 Ecriture d‟un modèle de diffusion massique et thermique à la couche limite air
produit.

VI.1. Matériel
Pour accomplir ce travail, nous allons mener expérimentalement le séchage solaire au
sein du Laboratoire d‟Energétique et de Thermique Appliquée (LETA) de l‟ENSAI. Ce
laboratoire est équipé d‟un séchoir indirect. Il est constitué des éléments suivants :

 Une unité de production d’air chaud: constitué d‟un capteur solaire en dents de scie
à simple circulation (Latitude de la ville de Ngaoundéré) par rapport au plan horizontal
et orienté vers le sud.
Les matériaux simulés constituants le capteur sont :
Une tôle galvanisée peinte en noir avec une forme à dents de scie, utilisée comme
absorbeur, ce dernier est couvert de haut par du verre pyrex, laissant passer le rayonnement
solaire, et par le bas par un polystyrène d‟épaisseur 4 cm, utilisé comme isolant.
 Une chambre de séchage: c‟est une boite de petites dimensions
Le matériau simulé constituant ce séchoir est un ensemble de contre plaquetassurant aussi une
isolation externe de l‟échange de chaleur avec le milieu extérieur. Le séchoir comporte
plusieurs claies galvanisées et grillagées, sur lesquelles sont posés les produits à sécher. Les
claies sont distantes les unes des autres; un espace suffisamment important pour que la
circulation de l‟air puisse se faire de la meilleure façon.
Un ventilateur est aussi utilisé (placé) à la fin de la hauteur du séchoir pour assurer la
convection forcée.
Pour l‟étude numérique de ce projet, nous allons utiliser quelques logiciels à savoir :
 FORTRAN Fortran est un langage de programmation, développé par IBM vers 1955,
et destiné à fournir aux scientifique un moyen simple pour passer de leurs formules
mathématiques jusqu‟à un programme éffectif (son nom est une abréviation de FORmula
TRANslator). Il est très efficace dans le domaine du calcul numérique, et offre de nombreuses
bibliothèques de programmes d‟analyse numérique.
 TECPLOT est un outil de visualisation graphique bien adapté à la simulation
numérique de mécanique des fluides (CFD). Ses fonctionnalités sont relativement étendues et
son utilisation est particulièrement simple. Il peut globalement réaliser des visualisations 1D,
2D et 3D à partir de champs issus de maillages structurés ou non.

VI.2. Appareils de mesures

Pour effectuer les différentes mesures, nous aurons à utiliserles appareils suivants :

 Un pyranométre de marque „Ahlborn Mess_Und Regelung Stechnik Gmbh‟, Type


FLA613-GS, pour la mesure de l‟éclairement global.
 Un anémomètre à hélices de marque „Almemo FVAD 15S120 R1E4‟ avec une
étendue demesure 0 à 20 m/s pour la mesure de la vitesse de l‟air.
 Les thermocouples de type K (Nicr_Ni, BE Nicr °C) pour la mesure de la
températurede l‟air à deux endroits du conduit et à la sortie.
 Un thermocouple à infra-rouge de marque „Velleman DVM 8090‟ pour la
mesure de la température à la surface des composants du capteur ainsi que celle du
sol.
 Un hygromètre de marque „Almemo ZAD936 RAK, (D6 R5E4)‟ pour la
mesure del‟humidité relative de l‟air et de la température ambiante (Température de
l‟air à l‟entrée du capteur).
 Une centrale d’acquisition de données „Almemo 2590‟ à 4 entrées et 2 sorties sur
laquellesont montés les thermocouples, l‟hygromètre, le pyranomètre et l‟anémomètre.
 Un ordinateur (processeur AMD 1,30 GHz, RAM 2Go) pour le stockage des données
et le logiciel Origin pour le traitement.
VI. Résultats attendus

Comme résultats attendus, nous présenterons :

 Modèle expérimental de transfert de masse et de chaleur ;


 Courbes de température et de vitesse à l‟interface air produit ;
 Modèle mathématique de transfert de masse et de chaleur de la couche limite;
 Validation du modèle.

VII. Chronogramme
Les travaux de présentation d‟une thèse Ph/D. en physique Appliquée et Ingénierie se
dérouleront de Janvier 2018 à Décembre 2020. Durant cette période, nous allons travailler
avec nos directeurs de thèse, en cherchant toutefois de la collaboration à l‟extérieur, car une
fois la collaboration trouvée et établie, cela va accélérer nos travaux. Un chronogramme bien
établi est nécessaire et indispensable pour le respect des délais. Il est illustré par le tableau 1 :

Tableau 1: Chronogramme prévisionnel des travaux de thèse

Période Durée Travail à effectuer Lieu de


(mois) déroulement
-Etude bibliographique
Janvier 2018
0 -Rédaction de l‟avant-projet de thèse Université de
A
04 -Séminaire de présentation du sujet de Ngaoundéré
Avril 2018
thèse
Mai 2018 -Suite de l‟étude bibliographique
-Rédaction du projet de thèse Université de
A
04 -Rédaction de l‟état de l‟art Ngaoundéré
Septembre 2018

-Séminaire de présentation du sujet de


Septembre 2018
thèse Université de
A
-Recensement du matériel de Ngaoundéré
Février 2019 05
Laboratoire
-Elaboration du protocole expérimental
-Achat des produits
-Essai préliminaires en Laboratoire
Premier séjour de recherche à
l’Université de Perpignan en France
Septembre 2019 -Etude bibliographique
Université de
A -Formation à l‟utilisation du logiciel de
04 Perpignan en France
Décembre 2019 programmation Fortran
-Ecriture des équations de transferts à la
couche limite du produit
Janvier 2020
-Suite des essais préliminaires en
Université de
A Laboratoire
03 Ngaoundéré
ère
Mars 2020 -1 phase essais en Laboratoire

- Fin 1ère phase essais en Laboratoire


Avril 2019 -Traitements et analyse des résultats
Université de
A obtenus
Ngaoundéré
Mai 2020 03 -Discussion des résultats obtenus
-Colloques scientifiques et séminaires
-Exploitation des résultats obtenus
Juin 2020
-Rédaction d‟un projet d‟article Université de
A
02 -Présentation de l‟état d‟avancement de Ngaoundéré
Août 2020
la thèse
Deuxième séjour de recherche à
l’Université de Perpignan en France
Septembre 2020
-Etude bibliographique Université de
A
04 -Modélisation numérique Perpignan en France
Décembre 2020
-Résolutions des équations de transferts
-Rédaction d‟un projet d‟article
-2ème phase essais en Laboratoire
Janvier 2021
-Traitements et analyse des résultats Université de
A
03 obtenus Ngaoundéré
Mars 2021
-Discussion des résultats obtenus
-Présentation de l‟état d‟avancement de
la thèse.
Avril 2021 -Exploitation des résultats obtenus
Université de
A -Présentation de l‟état d‟avancement de
02 Ngaoundéré
Mai 2021 la thèse
-Dernière phase des essais en
Juin 2021 Laboratoire
Université de
A 03 -Vérification et validation du modèle
Ngaoundéré
Août 2021 -Rédaction d‟un projet d‟article
obtenu
Troisième séjour de recherche à
l’Université de Perpignan en France
Septembre 2021 -Validation du modèle
Université de
A -Discussion des résultats numériques et
04 Perpignan en France
Décembre 2021 expérimentaux
-Finalisation de la rédaction de la thèse
-Rédaction d‟un projet d‟article
Janvier 2021
-Séminaire Bilan Université de
A 03
- Dépôt de la version finale de la Thèse Ngaoundéré
Mars 2021
Université de
Avril 2021 - - Soutenance de la thèse
Ngaoundéré

VIII. Faisabilité du projet


Elle comporte les éléments consignés dans le tableau 1 suivant.

Tableau 1 : Faisabilité du projet de Thèse de Doctorat/Ph.D.

Matériel et outil Désignation Nombre


Capteur solaire en dents de scie / 01
Chambre de séchage / 01
Un pyranomètre FLA613-GS 01
Un anémomètre Almemo FVAD 15S120 R1E4 01
Les thermocouples K (Nicr_Ni, BE Nicr °C) 05
Un thermocouple à infra-rouge Velleman DVM 8090 01
Almemo ZAD936 RAK, (D6 01
Un hygromètre
R5E4)
Une centrale d’acquisition de données Almemo 2590 01
Balance AE Adam 01
Chronomètre / 01
Couteaux / 02
Pied à coulisse / 01
Claies / 10
Echantillon du produit /
Récipients / 02
Produits (mangues, ananas, papaye, ...) / /

Références Bibliographiques
 Amir H., Le Palec G., Daguenet M., "Séchage superficiel d‟un matériau
poreux humide par convection forcée d‟air chaud : couplage entre les équations de
transfert dans le matériau et celles de la couche limite", Int. J. Heat Mass Transfer,
Vol.30, No.6, pp.1149-1158, 1987.
 Aman F., Ishak A. et Pop I., “Mixed convection boundary layer flow near stagnation
point on vertical surface with slip“, J. App. Mathematics and Mechanics, Vol.32,
N°.12, Pp.1599-1606, 2011.
 Chen T.S. et Strobel F.A., “combined heat and mass transfer in mixed convection
over a horizontal flat plate”, J. Heat Transfer, Vol.102, N°.3, pp.538-543, 1980.
 Chen T. S. et Yuh C. F., “Combined heat and mass transfer in mixed convection
vertical and inclined plates”, Int.J.Heat Mass Transfer, Vol.23, pp.527-537, 1979.
 Chou S. K., Chu A K. J., Mujumdar A. S., Ha Wlader M. N. A. et Ho J. C., “On
the intermittent drying of an agricul tural product”, Institution of Chemical Engineers
Trans IChemE, Vol.78, pp.0960– 3085, 2000.
 Candelier F., Bournot P., Caminat P. et Ghrab Z., ”Etude expérimentale d‟un
jet laminaire impactant une plaque plane chauffée”, 13émes journées
internationales de thermique, pp. 28-30, Albi, France, 2007.
 Didorally S., "Prévision des flux de chaleur turbulents et pariétaux par des simulations
instationnaires dans des écoulements turbulents chauffés"Thèse de doctorat/PhD,
Soutenue, Université de Toulouse, 2014.
 Jerome B., ”Transferts De Masse et de Chaleur dans la Couche Limite Parietale et à
L'interieur d'une Paroi Poreuse Plane Soumise à de L'effusion ou de la Transpiration”
Thèse de Doctorat/Phd, Soutenue, Institut National des Sciences Appliquees de Lyon,
1998.
 Iumah R.Y. et Mujumdar A.S., ’’ A Mathematical Model for Constant and
Intermittent Batch Drying of Grains in a Novel Rotating Jet Spouted bed ‟‟, Drying
Technology, Vol.14, pp.765-802 1996.
 Kendoush A.A., “Theory of stagnation region heat and mass transfer to fluid jets
impinging normally on solid surfaces”, J. Chemical Engineering and Processing,
Vol.37, N°.3, pp.223–228, 1998.
 Kouhila M., Belghit A., Kaoua M. et Daguenet M., "Etude Expérimentale du
Séchage Convectif de la Menthe dans un Séchoir Modulaire Polyvalent à Chauffage
partiellement Solaire", Rev. Energ. Ren. : Physique Energétique, Pp. 1 – 5, 1998.
 Luna N., Mendez F., "Forced convection on a heted horizontal flat plate with
finite thermal conductivité in a non-Darcian porous medium", International
Journal of thermal siences, Vol. 44, Pp. 656-664, 2004.
 Mahajan R.L. et Angirasa D., “Combined heat and mass transfer by natural
convection with opposing buoyancies”, Journal of Heat Transfer, Vol. 115, N° 3, Pp.
606-612, 1993.
 Maouf A. et Zeghmati B., “Numerical study of laminar natural convection in the
boundary layer around a vertical cylinder with opposing buoyancies”, Int.Comm. Heat
and Mass Transfer, 2008.
 Mendil, F. Nait B. et Sadaoui D., ”Instability of opposing double diffusive
convection in 2D boundary layer stagnation point flow”, Int. J Thermal Sciences,
,Vol.98, pp.192-201, 2015.
 Mai T. H., Zebriri R. et Lorenzo T., ”Convection mixte en régime transitoire de
couche limite laminaire sur une plaque verticale”, C.R. Acad. Sci. Paris,
t.329.Série II b, p. 627 -631, 2001.
 Nasrallah S., Arnaud G., "Séchage d‟un milieu poreux contenant une faible teneur en
eau", In. J. Heat Mass Transfert, V ol.29, No.9, pp.1443-1449, 1986.
 Tcheukam-Toko D., Kongue L., Koueni-Toko C. A. Mouangue R. et Belorgrey
M., ”Numerical Simulation And Experiemental Validation Of The Boundary Layer
Generated By A Turbulent Flow On A Hydraulically Smooth Bed”, Research Journal
Of Applied Sciences, Vol. 2, Pp. 108-112, 2012.
 Tetang F. A., “ Modélisation des transferts de chaleur et de matière lors du séchage
en régime intermittent des fruits à forte teneur en eau ”Amelie””, Thèse de
doctorat/PhD, Soutenue, Ecole Nationale Supérieur des sciences Agro- industrielles/
université de Ngaoundéré (cameroun), 2018.
 Tétang F. A., Edoun M., Kuitche A. et Zeghmati B., "Etude expérimentale du
séchage de la mangue en régime intermittent", 3ème Conférence Internationale sur les
Matériaux et l‟Énergie (CIMATEN2014), Sousse, Tunisie, Pp. 14 – 16, 2014.