Vous êtes sur la page 1sur 4

14ème semaine de grossesse (16 SA)

14ème semaine de grossesse (16 SA)

Où en est le bébé ?

Où en est le corps de la maman ?

Quels aliments privilégier ?

Comment s’adapter ?

Ce qu'il ne faut pas oublier

Les conseils

Le bébé en images

14 semaines de grossesse : où en est le bébé ?

En cette 14ème semaine de grossesse, la taille du bébé de 16 SA, est de 14 cm et son poids de 110 g.
Sa croissance va désormais prendre un rythme très rapide. En une semaine seulement, il aura
quasiment doublé son poids.

Tous ses principaux organes sont en place et commencent à fonctionner, individuellement pour
commencer, puis au fil des semaines, de façon coordonnée.

Lorsque le fœtus a 14 semaines, son apparence se rapproche de plus en plus de celle d’un petit
homme, tant au niveau de la position que des proportions des différentes parties de son anatomie.
Son corps n’est plus courbé comme un petit haricot : sa tête est droite et ses jambes sont désormais
plus longues que les bras. L’intestin commence à réintégrer l’abdomen.

Son visage s’humanise avec de petites mimiques : il fronce les sourcils, tournent les yeux.

L’ossification de son squelette se poursuit.

Il alterne des périodes de veille et de sommeil. Et lorsqu’il est éveillé, il bouge de plus en plus, pliant
les bras et les jambes, serrant les poings. Mais à 16 semaines d’aménorrhée (14 SG), impossible
encore pour la future maman de ressentir ces mouvements.

Le cœur du fœtus de 16 SA est parfaitement formé, il se contracte et se dilate, envoyant le sang dans
les veines qui parcourent son corps. La circulation du fœtus répond à celle de la maman : si celle-ci a
une brusque montée de tension, l’afflux d’hormones maternelles entraînent chez le bébé un afflux
de sang. Les veines gonflent, créant des reliefs sur sa peau.

Cette dernière, jusqu’alors translucide, se modifie : le derme se constitue en un tissu conjonctif


contenant des fibres élastiques et des fibres de collagène. Au niveau de l’épiderme, les petites
papilles du toucher se mettent en place, signant l’ébauche du sens du toucher. Le fœtus commence à
percevoir les bruits du corps de la maman : les battements du cœur, les gargouillis du ventre, les
bruits de la respiration.

La thyroïde sécrète l’hormone thyroïdienne, très importante pour sa croissance et son


développement.

Où en est le corps de la maman à 14 semaines de grossesse ?

C’est le début du 2ème trimestre, il est souvent présenté comme le plus agréable de la grossesse. Les
petits désagréments du début de grossesse ont normalement disparu et la grossesse est bien
installée. Le ventre à 16 SA est désormais visible, mais pas encore encombrant, si bien que cela reste
confortable.

Dans le 4ème mois de grossesse, des régurgitations peuvent toutefois apparaître ou persister. Elles
sont dues au ralentissement du transit gastrique et à la baisse du tonus du cardia, petit clapet qui
empêche le contenu de l’estomac de remonter dans l’œsophage.

L’utérus grossit ; il a encore une forme à peu près ronde car en début de grossesse, il se développe
dans les deux sens. À la fin du sixième mois, il se développera davantage en largeur, et à terme, plus
en longueur.

Quels aliments privilégier à 14 semaines de grossesse (16 SA) ?

Pour débuter ce 2ème trimestre, la future maman doit consommer du fer. C’est un oligo-élément
indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, en particulier lors d’une grossesse, même s’il
doit être apporté en toute petite quantité. Si la consommation en fer, ou en autres oligo-éléments
est trop importante, cela peut être nuisible pour le corps. Le fer a un rôle très important : il aide les
globules rouges à capter l’oxygène dans les poumons. Il assure aussi son transport, par le placenta,
de la maman vers le fœtus.

Enceinte de 3 mois, il est donc très important d’avoir une alimentation contenant suffisamment de
fer. Il est présent dans les abats (rognons, boudin noir), les viandes rouges (bœuf, veau) et la volaille
(dinde, poulet). Les poissons et fruits de mer (maquereaux, moules) en contiennent en bonne
quantité également, ainsi que les légumineuses (pois cassés, lentilles), les algues ou les épices (thym,
cumin).

Enceinte de 14 semaines (16 SA) : comment s’adapter ?

Enceinte de 14 semaines (16 SA), la femme enceinte retrouve un peu de sérénité. Le début du 2ème
trimestre est souvent un très bon moment de la grossesse. En effet, les désagréments disparaissent
et les inconvénients du 3ème trimestre n’ont pas encore fait leur apparition. Ça peut être le moment
de commencer à réfléchir à un éventuel projet de naissance ou de s’offrir quelques beaux vêtements
de grossesse confortables.
Ce qu'il ne faut pas oublier à 16 SA

pratiquer les examens mensuels : analyse d’urine pour la recherche de sucre et d’albumine, sérologie
de la toxoplasmose pour les femmes enceintes non immunisées, recherche d’agglutinines irrégulières
si la maman est rhésus négatif ;

se rendre à l’entretien individuel du 4ème mois de grossesse. Ce rendez-vous, non obligatoire mais
pris en charge à 100% par l’Assurance maladie, diffère des 7 consultations prénatales du calendrier
de grossesse. Il ne s’agit pas d’une consultation médicale mais d’un entretien avec un professionnel
de santé (sage-femme, gynécologue ou médecin généraliste) durant lequel seront abordés tous les
sujets touchant la grossesse : le suivi de grossesse, les droits des parents, le lieu de naissance, les
différentes préparations à l’accouchement, le projet de naissance, etc. C’est aussi l’occasion, pour le
praticien, de repérer une éventuelle situation à risque : violence conjugale, conditions socio-
économiques difficiles, difficultés à vivre la grossesse, etc.

Les conseils

Enceinte de 3 mois, c’est normalement la fin des nausées. L’appétit revient souvent en ce début de
2ème trimestre. Et c’est tant mieux ! Attention cependant aux excès. Même si les besoins
énergétiques sont quelques peu accrus durant la grossesse du fait de l'augmentation du métabolisme
de base, il ne s’agit pas de « manger pour deux ». Une prise de poids trop importante peut entraîner
des complications durant la grossesse et l’accouchement.

Contre les remontées acides, on commence par adopter quelques règles hygiéno-diététiques :
fractionner ses repas, identifier les aliments qui provoquent les brûlures (plats épicés ou trop riches,
café, boissons gazeuses…) et éviter de s’allonger après le repas. Une marche digestive favorise une
bonne digestion. Des médicaments (pansements anti-acide en première intention, inhibiteurs de la
pompe à proton en cas de reflux persistant et douloureux) peuvent être prescrits à la future maman.
Pas d’automédication en revanche : certains médicaments sans prescription sont contre-indiqués
durant la grossesse. Pensez également aux médecines douces :

en homéopathie : prendre systématiquement Robinia pseudo-acacia 5 CH, 5 granules avant les repas
et au coucher. Ajouter Iris versicolor 5 CH et Sulfuricum acidum 9 CH 5 granules 3 fois par jour si les
brûlures sont particulièrement intenses. Si elles sont accompagnées de ballonnements et
d’éructations : Kalium carbonicum 9 CH, 5 granules au coucher et lors de l’apparition des brûlures
(1) ;

en phytothérapie, différentes plantes digestives peuvent être consommées en tisane durant la


grossesse : gingembre frais râpé, cosses de cardamome écrasées, graines d’anis, graines de cumin,
camomille romaine, mélisse officinale, verveine citronnelle. Prises en décoction, les plantes riches en
mucilages (racine de guimauve, graine de lin) ont également une action apaisante sur les muqueuses
digestives (2) ;

l’acupuncture est également une ressource intéressante sur le long terme.

Attention au masque de grossesse, qui peut apparaître tôt durant la grossesse. Evitez l’exposition au
soleil, utilisez une crème SPF 50 et portez un chapeau. On continue par ailleurs d’appliquer
quotidiennement sur le ventre une crème spéciale ou une huile végétale (amande douce ou mieux
encore, rose musquée) afin de prévenir les vergetures.