Vous êtes sur la page 1sur 6

CHAPITRE I : INTRODUCTION

I-1 Généralité :

Les ouvrages et leurs éléments doivent être conçus et calculés de manière à pouvoir résister,
avec une sécurité appropriée, à toutes les sollicitations prévues, et à présenter une durabilité
satisfaisante durant toute la période d’emploi envisagée.
Une conception correcte est essentielle en ce qui concerne les dispositions générales des
ouvrages et les détails constructifs (chaînage ; ferraillage…..)

I-2 Présentation de l’ouvrage :

I-2-1 Description générale :

Le projet qui nous a été confié par « BESAT » un bureau d’étude et de suivi et d’Assistance
Technique de la wilaya de Chlef ; Ce projet consiste à faire l’étude globale des éléments
résistants d’un bâtiment à usage d’habitation composée de :
-RDC : comportant des locaux commerciaux
-Etages courants : destinés à des logements d’habitation

I-2-2 Situation et implantation de l’ouvrage :

Notre bâtiment se situe à « Hay-Chara » dans la wilaya de Chlef. Cette zone est connue par
une forte sismicité après les séismes de 1954 et celui du 10-10-1980.
Cette région est, donc, classée en zone III ; selon le R.P.A 99 qui à été modifié en 2003 après
le séisme de Boumerdes, qui à fait plus de 2800 victimes.

I-2-3 Caractéristiques géométriques :

Le bâtiment en forme d’angle possède les caractéristiques dimensionnelles suivantes :


 En plan :
-Sens longitudinal lX = 16,325m.
-Sens transversal lY = 16,325m.
 En élévation :
-Hauteur total ………………………………...…….19.98m.
-Hauteur R.D.C …………………………………….4.08m.
-Hauteur d’étage courant.…………………….……....3.06m.
-Hauteur de l’acrotère…………………………………0.6m.
I-2-4 Ossature :

L’ossature du notre bâtiment est doit assurer la tenue de l’ensemble sollicité par deux types
d’efforts
 Efforts verticaux : ils résultent du poids propre de l’ouvrage et des surcharges
d’exploitations.
 Efforts horizontaux : ils sont dus au séisme ou éventuellement le vent. Le
contreventement de la structure est assuré par un système mixte portiques /voiles.

ETUDE D’UN BATIMENT D’HABITATION R+5 -1-


CHAPITRE I : INTRODUCTION

I-2-5 Eléments de la structure :

 Planchers :
Les planchers du bâtiment sont constitués par deux types :
-Plancher à corps creux et dalle de compression (16+4) reposant sur des
poutrelles préfabriquées en béton armé, disposées selon la petite portée.
-Plancher en dalle pleine
 Les escaliers :
Ils se composent de deux paillasses et un palier de repos, qui repose sur une poutre ( la
poutre palière). Notre bâtiment comporte deux types d’escaliers.
 Maçonnerie :
Elles sont réalisées en briques creuses selon deux types :
-Murs extérieurs : Une cloison en briques creuse de 15 cm.
L’âme d’air de 5 cm.
Une cloison en brique creuses de 10cm.
-Murs intérieurs : Brique creuses de 10cm.

 Les balcons : ils sont des éléments non structuraux en béton armé. La dalle pleine a une
d’épaisseur allant de10 à 20cm selon la portée et le mode d’encastrement
 Les revêtements : ils sont composés de :
- Carrelages de 2cm pour les différents planchers.
- Enduit en plâtre de 2cm pour les murs intérieurs et les plafonds
- Enduit de ciment de 2cm pour les murs extérieurs.
 Infrastructures :
La contrainte du sol, considérée comme base supportant la structure de notre projet, est prise
égale à 1.5 bar (ssol = 1.5bars).
Cette valeur de contrainte nous a été confiée selon le rapport du sol ; Elle a été confirmée par
le bureau d’étude.
I-3 Caractéristiques physique et mécaniques des matériaux :

1- Le béton :
Le béton est une pierre artificielle, obtenue en mélangent des proportions de ciment et de
granulats (gravier ; sable) et de l’eau ; On distingue deux types : le béton ordinaire et le béton
armé. La déférence entre les deux consiste dans le dosage en ciment et la grosseur des
granulats utilisés.
La composition élémentaire du béton, pour 1 m3 cube est de masse volumique estimée à 2500
kg /m2 dans une température de 23o environ, est à peut prêt la suivante :
- 800 l / m3 de gravier Dg = (8/15 – 15/25) mm
- 400 l / m3 de sable Ds = (0/5) mm
- 350 kg / m3 de ciment CPJ 45.
- 140 à 180 l / m3 d’eau

ETUDE D’UN BATIMENT D’HABITATION R+5 -2-


CHAPITRE I : INTRODUCTION

 Résistance du béton :
 à la compression :
- Un béton est généralement caractérisé par sa grande résistance à la compression. Le
béton résiste mal à la traction
- Le béton est défini par sa résistance à la compression à 28 jours notée fc28
La formule empirique de la résistance caractéristique à la compression à" j " jours est la
suivante : fcj =0.685 fc28 log (j+1) d’après (B.A.E.L 91 art 2-1-13)
Pour notre étude, on prend fc28 = 20 Mpa.
 à la traction :
Elle est donnée par la formule suivante:
ftj = 0.6+0.06 ftj d’après (B.A.E.L 91 art 2-1-29)
Pour j = 28 jours  ft28 = 1.80 Mpa,

 Contrainte du béton :
 Diagramme de déformation, contraintes pour l’état de résistance :
La contrainte ultime du béton en compression est donnée par la formule suivante :
 0,85  fcj 
b   
   b 

Avec :
- gb = 1.50  cas durable.
- gb = 1.15  cas accidentelle.
- q = 1 la durée d’application d’action > 24h.
- q = 0.9 la durée d’application d’action comprise entre 1h et 24h.
- q = 0.85 la durée d’application d’action < 1h.
On prend : q = 1 Þ cas durable sb = 11.33 Mpa.
Þ cas accidentel sb = 14.78 Mpa.
La masse volumique du béton est de : r = 2500 kg/m3
sbc: la contrainte du béton
 bc: le raccourcissement relatif du béton
sbc
A B
bc  
0,85 fc28 
   b 

2‰ 3.5 ‰ bc

FigureI-1 contrainte - raccourcissement du béton

ETUDE D’UN BATIMENT D’HABITATION R+5 -3-


CHAPITRE I : INTRODUCTION

Contrainte limite de service du béton en compression :


Elle est définit par la relation suivante :
sbc = 0.6 fc28 = 12 Mpa.
 Contrainte limite ultime de cisaillement :
tu = Vu /b0.d
Avec : - Vu : l’effort tranchant ultime agissant sur la section cisaillée
- b0 : la largeur de la section
- d : la hauteur utile de la section
D’après B.A.E.L 91page 108 on vérifie que :
tu = min (0.2 fc28/γb ; 5Mpa) : si la fissuration est peut nuisible.
tu = min (0.15 fc28/γb  ; 4Mpa) : si la fissuration est préjudiciable ou très préjudiciable.
 Coefficient de poisson : m = 0.2 à E.L.S
m=0 à E.L.U
 Déformation relative :
-Le module de déformation instantanée du béton :
Eij1100003 fcj

- Le module d’élasticité longitudinal différé :


Eij
Evj 
3
2 Les aciers :
 Nuances des aciers :
Les aciers utilisés pour le béton armé se distinguent par leur nuance, les caractéristiques des
aciers utilisés dans notre étude :
- Ronds lisses FeE235 limite d’élasticité 235 Mpa
- Barres à haute adhérence FeE400 limite d’élasticité 400 Mpa
 module d’élasticité de l’acier :
Le module d’élasticité de l’acier sera prés égale à :
Es = 200000 Mpa
 contrainte des aciers :
La contrainte ultime de l’acier est donnée par la formule suivante :
fe
s 
s

Avec : - gs = 1.15   cas durable  ss = 348 Mpa.


- gs = 1.00   CAS accidental  ss = 400 Mpa.
fe : limite d’élasticité de l’ acier

ETUDE D’UN BATIMENT D’HABITATION R+5 -4-


CHAPITRE I : INTRODUCTION

On aura à vérifier que :


- fissuration peu nuisible : aucune vérification à faire.
- fissuration préjudiciable: 
  s min 2 fe;110 .ftj
3

- Fissuration très préjudiciable :   s min 1 fe;90 .ftj 
2
Avec : h = 1 Þ rond lisse.
h = 1.6 Þ haute adhérence.

 Contrainte de calcul pour les états limites ultimes :


Pour les états limites ultimes les contraintes de calcul ss des armatures longitudinales
Sont données en fonction de déformation  s par le diagramme suivant :

ss

s 
fe A B
s
Allongement
10‰
έs 10‰
εs
Raccourcissement

B' A'

s's

Figure I-2 : contrainte des aciers

I-4 Indication générale sur les règles (B.A.E.L 91 modifier en 99) :

 Etats limites ultimes :


Ceux qui correspondent à la valeur maximale de la capacité portante de la structure
Ces états sont relatifs à la limites soit de :
- La résistance de l’un des matériaux utilisés (béton – acier)
- La stabilité de forme des éléments de construction
- L’équilibre statique de l’ouvrage

 combinaison fondamentale :
Lors des situations durables ou transitoires, on considère :
S = 1.35 Gmax + Gmin +γQ1.Q1 +1.3  Ψ0i.Qi
Avec : - G : la charge permanente
- Q1 : la charge variable de base (exploitation)
- γQ1 : 1.5 (cas général)
- Qi : la charge variable d’accompagnement
- Ψ0i : 0.3  0.6

ETUDE D’UN BATIMENT D’HABITATION R+5 -5-


CHAPITRE I : INTRODUCTION

 Combinaison accidentelle :
On considère :
S = Gmax + Gmin + FA + Ψ11.Q1 +  Ψ0i.Qi
Avec : - FA : valeur nominale de l’action accidentelle
- Ψ11.Q1 : la charge variable de base (exploitation)
- Ψ0i.Qi : la valeur quasi permanente d’une autre action variable
- Ψ11 : 0.5  0.7
- Ψ0i : 0.3  0.6

 Etats limites de service :


Ceux qu’au –delà desquels les conditions normales d’exploitation de la construction ne sont
plus satisfaites, on est donc amené à considérer :
- Une limite pour l’ouverture des fissures
- Une limite pour les déformations des éléments d’une construction

 Combinaison fondamentale :

S = Gmax + Gmin +Q1 +  Ψ0i.Qi

N.B : Le calcul se fait à l’état limite ultime et suivant (R.P.A 99 +addenda aux R.P.A 99) ;
La vérification se fait à l’état limite de service.

ETUDE D’UN BATIMENT D’HABITATION R+5 -6-