Vous êtes sur la page 1sur 6

SEMINAIRE DE FORMATION (en français)

POUR LES NOUVEAUX FONCTIONNAIRES DES


COMMISSIONS NATIONALES AFRICAINES
POUR L’UNESCO

Libreville, 03 – 05 novembre 2004

RAPPORT

Le mercredi 03 novembre 2004 s’est tenue au Novotel


Rapontchombo de Libreville la première journée du séminaire de
formation (en français) pour les nouveaux fonctionnaires des
Commissions Nationales africaines pour l’UNESCO.

Organisé par la Commission Nationale Gabonaise pour


l’UNESCO, dans le cadre du programme de participation 2004-2005,
la cérémonie d’ouverture officielle a été présidée par Monsieur Jean
Norbert DIRAMBA, Ministre Délégué auprès du Ministre de
l’Education nationale.

Dans son allocution d’ouverture, Monsieur Jean Marie


Vianney BOUYOU, Secrétaire Général de la Commission Nationale
pour l’UNESCO a souhaité la bienvenue aux participants venus du
Bénin, de la Côte-d’Ivoire, du Sénégal, du Togo, du Cameroun, du
Tchad, de l’Angola, de Sao-Tomé et Principe, de la RCA, du Congo, de
la RDC, de Madagascar, de la Guinée Equatoriale…

Il n’a pas manqué d’exalter les liens de coopération qui


unissent le Gabon et l’UNESCO. Il a en outre manifesté sa gratitude
au Bureau de l’UNESCO à Libreville pour son soutien apporté au
cours de la préparation de la présente rencontre.

La parole est ensuite revenue à Monsieur Makhily


GASSAMA, Représentant du Bureau Sous-Régional de l’UNESCO à
Libreville qui, après avoir fait un bref historique de la création de
l’UNESCO, a défini les Commissions nationales comme étant Organes
et Outils de l’Organisation. Ainsi ce séminaire vise à renforcer les
capacités du personnel des Commissions Nationales.

-1-
La dernière allocution fut celle de Monsieur Jean Norbert
DIRAMBA, Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Education
Nationale.

Dans ses propos, il a d’abord situé le cadre des assises. Il a


ensuite souhaité la bienvenue au Représentant et aux experts de
l’UNESCO aux délégués des Commissions Nationales et à l’ensemble
des invités. Il a adressé ses vifs remerciements au Directeur Général
de l’UNESCO pour l’ensemble de ses initiatives heureuses en faveur
de l’Afrique en général et du Gabon en particulier.

Enfin il a souhaité plein succès aux travaux et a déclaré


ouvert le séminaire de formation (en français) pour les nouveaux
fonctionnaires des Commissions Nationales pour l’UNESCO de la
Région Afrique francophone.

Cependant avant le début de la formation, il a proposé la


composition du Bureau du séminaire qui a été adopté par
acclamation.

Ce Bureau est ainsi constitué :

Président : Monsieur Jean-Marie Vianney BOUYOU, Secrétaire


Général de la Commission Nationale Gabonaise pour
l’UNESCO ;

Vice-Président : Madame Nivo RAFARAMALALA, Déléguée de la


Commission Nationale Malgache pour l’UNESCO ;

Rapporteur Général : Madame Sophie Espérance NDONG KINGBO,


Délégué de la Commission Nationale Sénégalaise pour
l’UNESCO ;

1er Rapporteur Général Adjoint : Monsieur Lobota IFUPE


Délégué de la Commission Nationale de la RDC ;

2ème Rapporteur Général Adjoint : Monsieur Atcha Djobo AFFO,


Délégué de la Commission Nationale Togolaise pour
l’UNESCO ;

-2-
Modérateurs : MM. Xiaolin CHENG, spécialiste du programme de la
Division des relations avec les Commissions nationales et
des nouveaux partenariats et Amara Camara, consultant
au Siège de l’UNESCO à Paris.

Déroulement des travaux

Après lecture du programme et présentation des


participants, les travaux proprement dits ont commencé avec la
présentation du thème : Elaboration et gestion des projets, qui a
été développé en deux volets :

- Différentes étapes d’élaboration des projets par Monsieur


Achille OLLOY ;
- Stratégies de recherche de financement par Monsieur
Amara CAMARA.

Ils ont résumé le processus d’élaboration des projets


comprenant les étapes suivantes : Analyse de la situation actuelle,
logique d’intervention, indicateurs objectivement vérifiables et sources
de vérification, apports et coûts, analyse des risques, durabilité,
modalités d’exécution, suivi et évaluation, révision finale.

Dans l’après-midi, la reprise des activités a été marquée


par la communication de Monsieur Xiaolin CHENG qui a développé le
thème « Statut et rôle des Commissions Nationales ».

Il a principalement évoqué le mandat dévolu aux


Commissions Nationales, de leurs relations avec l’UNESCO et les
Etats membres, de leurs relations avec le Bureau hors siège, de leur
participation à l’élaboration et à la mise en œuvre de programme de
l’UNESCO, du renforcement de leurs capacités opérationnelles et
enfin de la préparation des requêtes du programme de participation et
leur mise en œuvre.

Le débat qui a suivi a permis de préciser que l’UNESCO est


une organisation intellectuelle et non une institution de financement,
que le manque de synergie entre certaines Commissions Nationales et
certains Bureaux hors siège est une question de personnes, qu’il ne
saurait y avoir une structure organique type imposée par l’UNESCO
aux Commissions Nationales. Quand bien même celles existantes
différent d’un pays à l’autre, elles concourent, par conséquent, à la
réalisation des idéaux de l’UNESCO.

-3-
Monsieur Amara CAMARA, dans son exposé intitulé
« l’UNESCO et le processus de réforme » a repris l’historique de la
création de l‘UNESCO et le mandat qui lui est dévolu, par son Acte
Constitutif. Il a souligné le rôle que joue l’Organisation dans le
système des Nations Unies, le processus de décentralisation et de
réforme intervenu au sein de l’Organisation.

Le jeudi 04 novembre, l’Honorable Raphaël NGAZOUZE a


introduit le thème : « possibilités de coopération entre l’Assemblée
Nationale Gabonaise et l’UNESCO ».

A la suite de l’Honorable Député Raphaël NGAZOUZE,


Monsieur CHENG a salué la présence des parlementaires qui jouent
un rôle clé dans les politiques des Nations. Il a souhaité que leurs
contributions à ces assises puissent apporter des éléments de
réponses aux interrogations des séminaristes.

Il a été suivi par le Vénérable Sénateur Alphonse


NDIMANGOYE qui a développé le thème :  « les possibilités de
coopération entre le Sénat Gabonais et l’UNESCO ».

Après ces deux contributions, Monsieur Abdourahamane


DIALLO, spécialiste du programme du Département Afrique de
l’UNESCO a présenté une communication sur le programme du
NEPAD.

Pour compléter l’exposé de Monsieur DIALLLO, Monsieur


François OBEMBE, Directeur de Cabinet du Secrétaire Général de la
CEEAC s’est penché sur le thème : « les communautés économiques
régionales comme piliers de la mise en œuvre du NEPAD et de
l’intégration africaine : l’exemple de la CEEAC ».

Après la contribution de Monsieur OBEMBE, Monsieur


DIALLO a repris la parole pour parler du thème : « l’UNESCO et le
NEPAD ».

Dans sa communication, l’intervenant a porté à la


connaissance de l’Assistance l’engagement de l’UNESCO en faveur du
NEPAD. Deux initiatives importantes ont été prises, à cet effet, par le
Directeur Général de l’UNESCO dans le sens d’un accroissement et
d’une amélioration de l’appui de l’Organisation à la mise en œuvre du
NEPAD :

-4-
- d’une part, la mise en place du comité UNESCO pour le
NEPAD
- d’autre part, la mise en place du Forum des Organisations
Sous-régionales et Régionales Africaines de Soutien à la
coopération entre l’UNESCO et le NEPAD (FOSRASUN).

En outre, il a indiqué que l’accompagnement des Etats


membres se situent au niveau du plaidoyer, de la sensibilisation, de
la communication et du rôle des Commissions nationales pour
l’UNESCO.

Il a par ailleurs indiqué les principaux domaines de


coopération avec le Secrétariat du NEPAD et la Commission de
l’Union africaine à savoir: l’éducation , la culture et les sciences et
technologies.

Dans l’après-midi trois thèmes ont été développés :


toujours dans le cadre de la mobilisation des partenaires :

 Les ONG par Madame Fatoumata MAREGA, spécialiste du


programme de la Division des relations avec les
organisations internationales au Siège de l’UNESCO à
Paris.
 Les clubs UNESCO par Monsieur DIARRA, Président de la
Confédération africaine des Clubs UNESCO et Monsieur
ZIHOU-ZIHOU, Président de la Fédération des Clubs
UNESCO du Gabon.
 Les Ecoles Associées par Monsieur Maxime POUPI.

L’exposé sur les ONG a insisté sur le partenariat


dynamique qui lie les ONG à l’UNESCO à travers une diversification
des modalités de coopération située dans un cadre officiel, à travers
un partenariat triangulaire (Commissions Nationales, ONG
nationales, Unités hors Siège) ou dans un cadre ad-hoc.

Les communications sur les clubs UNESCO ont présenté


l’historique des clubs UNESCO, les critères d’adhésion, leurs objectifs
leur fonctionnement, leurs financements, ainsi que la crise qui a
secoué la Fédération mondiale des Associations et clubs UNESCO
(FMACU) et les perspectives de sa restructuration.

-5-
La dernière intervention sur les Ecoles Associées a mis en
relief leur historique, les critères d’adhésion, leur fonctionnement et
leur collaboration avec les Commissions Nationales.

Lors de la troisième journée, le vendredi 05 novembre


2004, Monsieur CHENG a planché sur les nouvelles techniques
d’information et de communication.

Il a fait remarquer qu’il existe une soixantaine de


Commissions nationales au monde qui disposent d’un site web sur
192 Commissions nationales.

Les grands thèmes développés à ce sujet sont les objectifs


du modèle, ses fonctionnalités et la constitution d’une base de
données.

Le deuxième point inscrit à l’ordre du jour concernait


l’évaluation du séminaire. De cette évaluation il en ressort une
satisfaction globale sur les objectifs de la formation, cependant des
améliorations sur les aspects organisationnels ont été proposés pour
les prochains séminaires.

Fait à Libreville, le 05 novembre 2004

-6-