Vous êtes sur la page 1sur 117

Master 2 – Dynamique des fluides

et énergétique

Cours 7 : Ecoulement supersonique bidimensionnel, stationnaire,


adiabatique, d’un fluide non-visqueux

Théorie des caractéristiques


Méthode numérique des caractéristiques

Reynald Bur
Reynald.Bur@onera.fr
Écoulement supersonique bidimensionnel, stationnaire,
adiabatique, d’un fluide non visqueux

Dassault Aviation Mirage 2000 et Rafale


Les méthodes de prévision en aérodynamique classique

ESSAIS EN SOUFFLERIE
LES EQUATIONS GENERALES DU MOUVEMENT

EQUATIONS DE NAVIER-STOKES

APPROXIMATION DU FLUIDE NON VISQUEUX

Cas général : Equations d'Euler


Ecoulement irrotationnel
Monodimensionnel Bidimensionnel
Equation du potentiel

complète linéarisée stationnaire instationnaire Supersonique : Méthode des caractéristiques

Transsonique, Supersonique : Méthodes


numériques
Ecoulement incompressible
Equation de Laplace théorie des profils
minces et de la ligne
Solutions analytiques portante Tridimensionnel : Méthodes numériques
Méthode des singularités

PRISE EN COMPTE DES EFFETS VISQUEUX

L'approximation de couche Simulation numérique directe (DNS)


frottement, flux de chaleur Problème complet
limite
Résolution numérique des Simulation des grosses structures (LES)
Equations d'Euler : Méthode de couplage : équations de Navier -Stokes
modèles non Equations moyennées (RANS)
fluide parfait - fluide
visqueux visqueux
Théorie des caractéristiques
Système de coordonnées intrinsèques

y
y1

x1
V
P
ligne de courant
ϕ

O x

x1 : selon la ligne de courant


y1 : selon la normale locale
y : distance à l’axe de révolution
Équations du mouvement en coordonnées intrinsèques

∂  ∂ϕ sin ϕ 
continuité ( ρ V ) + ρ V  + ε  = 0 1
∂x 1  ∂y1 y 

∂V ∂p
ρV + =0 2
∂x 1 ∂ x 1
mouvement
2 ∂ϕ ∂p
ρV + =0 (équilibre radial)
∂x 1 ∂y1

∂s
énergie =0 isentropie
∂x 1

ε = 0 : écoulement plan ε = 1 : écoulement de révolution


Équations du mouvement en coordonnées intrinsèques

∂ρ 2  ∂ϕ sin ϕ  ∂p
×V - 2
1× V 2
+ ρ V  +ε  − =0
∂x 1  ∂y1 y  ∂x 1
 ∂p 
a2 =   =
(∂p / ∂x1 )
 ∂ρ  s (∂ρ / ∂x 1 )
vitesse du son (car isentropique)

 V2  ∂p 2 ∂ϕ 2 sinϕ
 2 −1 + ρV = − ε ρV
a  ∂x1 ∂y1 y

∂ϕ ∂p
ρ V2 + =0
∂x1 ∂y1

∂s
=0
∂x 1
système différentiel du premier ordre quasi linéaire
Problème de Cauchy : prolongement de la solution de P en P+dP

y1

 x1
V
P
ϕ
courbe initiale (C)
dy1 P + dP
dx1

écoulement connu sur la courbe initiale (C)


Directions caractéristiques

1 
angle de Mach α α = Arc sin  
M 

l’angle de Mach n’est défini que si M>1 → supersonique


directions caractéristiques

η)
- montante (η α par rapport au vecteur vitesse
angle +α
ξ)
- descendante (ξ angle - α par rapport au vecteur vitesse

y caractéristique montante
V

P -α
caractéristique descendante

x
Relations ou équations caractéristiques

Formes que prennent les équations de conservation projetées


sur les directions caractéristiques

les équations de base sont projetées sur les directions


caractéristiques (η) et (ξ) au moyen des opérateurs

∂ ∂ ∂
= cos α + sin α
∂η ∂x 1 ∂y1

∂ ∂ ∂
= cos α − sin α
∂ξ ∂x 1 ∂y1
Relations caractéristiques

équations caractéristiques pour des variations le long de (η) et (ξ)

sin α cos α ∂p ∂ϕ sin α sin ϕ


sur (η) + = −ε
γp ∂η ∂η y

sin α cos α ∂p ∂ϕ sin α sin ϕ


sur (ξ) − = −ε
γp ∂ξ ∂ξ y

chaque équation ne fait intervenir que les dérivées par rapport


à une des variables indépendantes

ε = 0 : écoulement plan ε = 1 : écoulement de révolution


Relations caractéristiques

autres formes

M − 1 ∂p ∂ϕ
2
sin α sin ϕ
sur (η) + = −ε
γ p M ∂η ∂η
2
y

M − 1 ∂p ∂ ϕ
2
sin α sin ϕ
sur (ξ) − = −ε
γ p M ∂ξ ∂ξ
2
y

ε = 0 : écoulement plan ε = 1 : écoulement de révolution


Relations caractéristiques

autres formes

écoulement bidimensionnel plan

M − 1 (+)
2
(+)
sur (η) δp + δϕ = 0
γ pM 2

M2 − 1 ( − ) (−)
sur (ξ) δp − δϕ = 0
γ pM 2

δp(+) , δϕ(+) variations de p et ϕ pour un déplacement δη sur (η


η)

δp(-) , δϕ(-) variations de p et ϕ pour un déplacement δξ sur (ξ


ξ)
Relations caractéristiques

Cas du gaz calorifiquement parfait

γ
p  γ −1 2 −
γ −1
=  1+ M 
pi  2 

dp γ M dM
pi = constante =−
p γ −1 2
1+ M
2

M2 − 1 dp M2 − 1 dM
=−
γM 2
p γ −1 2 M
1+ M
2
Relations caractéristiques

Cas du gaz calorifiquement parfait

il existe une fonction ω(M,γγ) telle que :

M2 − 1 dM
dω =
γ −1 2 M
1+ M
2

γ +1 γ −1 2
ω(M, γ ) =
γ −1
Arctg
γ +1
( )
M − 1 − Arctg M − 1
2

nombre de pression de Busemann


ou angle de Prandtl-Meyer
Relations caractéristiques

Propriétés de la fonction de pression ω(M,γγ)

ω (M)

M → ∞ valeur asymptotique ω → ωmax (γγ)

M
O

angle limite
 γ +1 
ωmax ( γ ) =  − 1  × 90° = 130,45° pour γ = 1,4
 γ −1 
Propriétés de la fonction de pression ω(M,γγ)

300 g = 1.10 om(lim) = 322.43

ω (° )
g = 1.15 om(lim) = 250.73
g = 1.20 om(lim) = 208.50
g = 1.25 om(lim) = 180.00
g = 1.30 om(lim) = 159.20
250 g = 1.35 om(lim) = 143.21
g = 1.40 om(lim) = 130.45

200

150

100

50

M
0
1 2 3 4 5 6
Relations caractéristiques

Écoulement plan d'un gaz calorifiquement parfait

sur (η)

M2 − 1
dp + dϕ = 0 → d ω(M, γ ) − dϕ = d[ω(M, γ ) − ϕ ] = 0
γ pM 2

sur (ξ)

M2 − 1
dp − dϕ = 0 → d ω(M, γ ) + dϕ = d[ω(M, γ ) + ϕ ] = 0
γ pM 2

sur (η) ω ( M , γ ) − ϕ = cons tan te

sur (ξ) ω ( M , γ ) + ϕ = cons tan te


Transmission d'une perturbation

(ξ0 ) H
(η0 )
écoulement
uniforme (η0 )A
P0

écoulement uniforme M0 , p 0
jusqu'à la section AH ϕ0 = 0
paroi rectiligne A
B

sur caractéristique (η0 ) ω ( MP0 , γ ) − ϕP0 = ω ( M0 ) − ϕ 0 = ω ( M0 )


sur caractéristique (ξ0 ) ω ( MP0 , γ ) + ϕP0 = ω ( M0 ) + ϕ 0 = ω ( M0 )

ω ( MP0 , γ ) = ω ( M0 ) ⇒ MP0 = M0 ϕP0 = ϕ0 = 0


écoulement uniforme jusqu'à la caractéristique (η0 )A
Onde simple progressive de détente

ξ)
(ξ η0)

ξ)

M0 η)

P0
P3
P2
P1
η1)

A
Q1
η)

B
Q2
M1

η)
les points P1 et P2 sont sur la même onde montante (η
Onde simple progressive de détente

η)
les points P1 et P2 sont sur la même onde montante (η

1 ω ( MP1 , γ ) − ϕP1 = ω ( MQ1 , γ ) − ϕ Q1

2 ξ)
sur la (ξ ω ( MP1 , γ ) + ϕP1 = ω ( M0 , γ )

3 ω ( MP2 , γ ) − ϕP2 = ω ( MQ1 , γ ) − ϕ Q1

4 ξ)
sur la (ξ ω ( MP 2 , γ ) + ϕP2 = ω ( M0 , γ )

1 + 2 2ω ( MP1 , γ ) = ω ( MQ1 , γ ) + ω ( M0 , γ ) − ϕ Q1

3 + 4 2ω ( MP2 , γ ) = ω ( MQ1 , γ ) + ω ( M0 , γ ) − ϕ Q1

2 - 1 2ϕP1 = ω ( M0 , γ ) − ω ( MQ1 , γ ) + ϕ Q1

4 - 3 2ϕP2 = ω ( M0 , γ ) − ω ( MQ1 , γ ) + ϕ Q1
Onde simple progressive de détente

ω ( MP2 , γ ) = ω ( MP1 , γ ) = ω ( MQ1 , γ )


ϕP2 = ϕP1 = ϕ Q1

l’écoulement est constant sur toute onde (η)

ξ) aboutissant en Q1
sur l’onde (ξ
ω ( MQ 1 , γ ) + ϕ Q 1 = ω ( M0 , γ )

ω ( MQ 1 , γ ) = ω ( M0 , γ ) − ϕ Q 1
ω ( MQ 1 , γ ) > ω ( M0 , γ ) car ϕ Q1 < 0 (paroi convexe)

les ondes (η) forment une onde de détente


Onde simple progressive de détente
(η ) ψ
α

V
η)
pente des caractéristiques (η
ϕ
ψ=ϕ+α

η) : ondes (η
écoulement constant sur chaque (η η) rectilignes

détente : la pression diminue dans l’onde

• le nombre de Mach augmente α diminue

• comme ϕ diminue
ψ=ϕ+α diminue

η) sont de plus en plus couchées


les ondes (η

les ondes de détente (η) sont des droites divergentes


Onde simple progressive de détente

à la limite : arc AB 0 discontinuité de pente

(η0 )
(η)

M0

(η1 )
AB ϕ1 M1

ω ( M1 , γ ) = ω ( M0 , γ ) − ϕ1

faisceau d’ondes de détente centrées de Prandtl-Mayer


Onde simple progressive de détente

ondes (η)
ondes (η)
M0 M0

AB M1
M1
p
p
pression à la paroi
p0 p0

p1 p1
x x

détente étalée détente centrée


Onde simple progressive de détente

B
A A

ξ)

ξ)

détente étalée détente centrée

paroi "en haut" ξ)


détente par ondes descendantes (ξ
Détente centrée à l'origine d'un jet supersonique

(f )
p = pa
M1
E ϕ1

M0 , V0

la pression pa est imposée nombre de Mach M1

déflexion ∆ϕ = ϕ 1 − ϕ 0 = ω (M1, γ ) − ω(M0 , γ )


Déviation maximale pour une détente jusqu’au vide

détente depuis M = 1

ϕ1 = − ω ( M1 , γ )

si M1→ ∞
ϕ → ϕmax
vide
ϕmax
p=0 ϕmax = ωmax ( γ )

(ϕ max = 130,45° pour γ = 1,4)

détente depuis M0 : ∆ϕ max = ϕ1 − ϕ 0 = ωmax ( γ ) − ω ( M0 , γ )


Onde simple progressive de détente

perturbation
M0 = 3
frontière de la couche limite

défaut de surface

document Onera - strioscopie interférentielle

détente centrée provoquée par une déviation de paroi


Détente centrée à l'origine d'un jet supersonique

région sonique

détente centrée

couche de mélange

ligne de glissement

document Onera - interférogramme

détente centrée provoquée par un décrochement de paroi


Éclatement des jets des boosters du lanceur de la Navette Spatiale
Éclatement des jets des boosters du lanceur de la Navette Spatiale
Éclatement des jets des boosters du lanceur de la Navette Spatiale
Éclatement des jets des boosters du lanceur de la Navette Spatiale

l’angle de déflexion limite est atteint à haute altitude


Onde simple progressive de compression

ondes (η)

(η1 )
M0
(η0 )

ξ)
(ξ P1 M1

P2 • ϕ1
• B
Q1
A

η) passant par
les points P1 et P2 sont sur la même onde montante (η
le point Q1 à la paroi
Onde simple progressive de compression

η) passant par
les points P1 et P2 sont sur la même onde montante (η
le point Q1 à la paroi

ω ( MP1 , γ ) − ϕP1 = ω ( MQ1 , γ ) − ϕ Q1

ξ)
sur la (ξ ω ( MP1 , γ ) + ϕP1 = ω ( M0 , γ )

ω ( MP2 , γ ) − ϕP2 = ω ( MQ1 , γ ) − ϕ Q1

ξ)
sur la (ξ ω ( MP 2 , γ ) + ϕP2 = ω ( M0 , γ )
Onde simple progressive de compression

ω ( MP2 , γ ) = ω ( MP1 , γ ) = ω ( MQ1 , γ )

ϕP2 = ϕP1 = ϕ Q1

l’écoulement est constant sur toute onde (η)

ξ) aboutissant en Q1
sur l’onde (ξ

ω ( MQ 1 , γ ) + ϕ Q 1 = ω ( M0 , γ )

ω ( MQ 1 , γ ) = ω ( M0 , γ ) − ϕ Q 1

ω ( MQ 1 , γ ) < ω ( M0 , γ ) car ϕ Q1 > 0 (paroi concave)

les ondes (η) forment une onde de compression


Onde simple progressive de compression
(η ) α ψ 
V
η)
pente des caractéristiques (η ϕ
ψ=ϕ+α
η) : ondes (η
écoulement constant sur chaque (η η) rectilignes

compression : la pression augmente dans l’onde


• le nombre de Mach diminue α croît
• comme ϕ augmente
ψ=ϕ+α croît
η) sont de plus en plus redressées
les ondes (η

les ondes de compression (η) sont des droites convergentes


Onde simple progressive de compression

η 1)
(η η 0)
(η onde de choc (C)
P

ligne de courant
F
M0 M1

M1
M0
ϕ1
B
A B
A

les ondes de compression peuvent se croiser


plusieurs états sont possibles en aval du point de croisement
la solution par onde progressive n’est plus acceptable
au-delà du point de focalisation des ondes de compression

il faut introduire une discontinuité ou onde de choc


Onde simple progressive de compression

à la limite : arc AB 0 discontinuité de pente

η 1)
(η η 0)

onde de choc (C)

M1
M0

ϕ1 ϕ1
A A

l’onde finale précède l’onde initiale !

il faut remplacer l’onde progressive par une onde de choc


Onde progressive
de compression (η)1 (η)0
il y a en un point du 1 0
domaine limité par X
les caractéristiques

(η)0 , (η)1
trois états possibles
p
1 p1
impossibilité
physique
0
p0
nécessité d'une
onde de choc X
Théorie des caractéristiques – Solutions élémentaires
Onde progressive de détente

détente étalée détente centrée


p = pa

détente d’un jet

Onde progressive de compression


onde de choc

focalisation
Structure d'un jet supersonique

document Onera
Structure d'un jet supersonique plan isobare sous - détendu
0, 2, 4, 6, 8, 10... régions uniformes
1, 3, 5, 7, 9, 11... régions par ondes simples
frontière isobare (f) ligne de courant
pa
6 10
3
5 11
2
0 7 9
1 4 8

frontière isobare (f)

onde de détente onde de compression


Structure d'un jet supersonique plan isobare sous - détendu

Formation d'un choc par focalisation d'ondes de compression

frontière isobare (f) point de focalisation zone rotationnelle

onde de choc

zone rotationnelle
frontière isobare (f) point de focalisation
Structure d'un jet supersonique plan isobare sur - détendu

Réflexion régulière de l'onde de choc sur le plan de symétrie

frontière isobare (f)


ϕ1 ligne de courant

ϕ1

frontière isobare (f)


Structure d'un jet supersonique plan isobare sur - détendu

Formation d'un disque de Mach

frontière isobare (f)


point triple

(C1 ) (C2 )
0
1
disque de Mach 2
3
M<1 ligne sonique
(C3 ) M>1

ligne de glissement

point triple
frontière isobare (f)
Intersection régulière de deux ondes de choc

(C2 )
(C1 ) 2
ϕ1 3

X' 1 I − ϕ1 X

(C )'

(C )
2
'
1
Intersection régulière de deux ondes de choc

soufflerie S8Ch Onera

intersection régulière à Mach 1,95


Intersection régulière de deux ondes de choc

p
p1 cas M1 = 1.95 , ϕ 1 = −8°
polaire (Γ1 )

polaire (Γ1 )

choc (C2 ) 3

1
choc (C1 )
ϕ
− ϕ1 ϕ1

intersection régulière dans le plan des polaires de choc


Intersection singulière ou phénomène de Mach

(C1 ) 2
(C2 )
− ϕ1

3
point triple (Σ )
4
1
X' lignes de glissement X
(C3 ) M<1
disque de Mach

(Σ')
point triple
M>1
M>1
(C )
'
1
M>1
(C )'
2
Intersection singulière ou phénomène de Mach

soufflerie S8Ch Onera

intersection singulière ou phénomène de Mach à M = 1,95


Intersection singulière ou phénomène de Mach

shock (C 2 ) p cas M1 = 1.95 , ϕ 1 = −15°


3 p1

4
shock (C3 )

polar (Γ2 )

2 shock (C1 )

polar (Γ1 )

1
ϕ
− ϕ1 ϕ1

intersection singulière dans le plan des polaires de choc


Disques de Mach dans un jet supersonique

disques de Mach dans le jet d'un F104

apparition de points chauds rayonnement fortement dans l'infra-rouge


vulnérabilité aux missiles anti-avion
Jet débouchant d'une tuyère propulsive de révolution

ligne de glissement

onde de choc de confluence

écoulement externe
Jet débouchant d'une tuyère propulsive de révolution

point triple (C )
2
(C1 )
choc droit (C3 )

lignes de glissement
subsonique

formation d'un disque de Mach


Théorie des caractéristiques
Méthode numérique des caractéristiques

soufflerie S5Ch de l'Onera


Théorie des caractéristiques
Directions caractéristiques
1 
angle de Mach α α = Arc sin  
M 

y caractéristique montante (η)

V

P −α
caractéristique descendante (ξ )
l’angle de Mach n’est défini que si M >1 → supersonique
x
Théorie des caractéristiques

Équations caractéristiques

sin α cos α ∂p ∂ϕ sin α sin ϕ


η)
sur (η + = −ε
γp ∂η ∂η y

sin α cos α ∂p ∂ϕ sin α sin ϕ


ξ)
sur (ξ − = −ε
γp ∂ξ ∂ξ y
forme équivalente
M2 − 1 ∂ p ∂ ϕ sin α sin ϕ
η)
sur (η + = −ε
γ p M ∂ η ∂η
2
y

M2 − 1 ∂ p ∂ ϕ sin α sin ϕ
ξ)
sur (ξ − = −ε
γ p M ∂ξ ∂ξ
2
y

écoulement plan : ε = 0 - écoulement de révolution : ε = 1


Méthode numérique des caractéristiques

On pose pour condenser l’écriture

p  pi 
pression z = Log   entropie s = − Log  
 pr   pr 
pr pression de référence constante

M2 − 1 sin α sin ϕ
Z= N=−ε
γ M2 y
Relations caractéristiques de travail

Z dz + dϕ = N dη dz , dϕ variations de
z et ϕ le long de
Z dz − dϕ = N dξ (η) ou (ξ)
Méthode numérique des caractéristiques

Point courant : opérateur N

calcul de l’écoulement au sein d’un champ

l’écoulement au point 3 est


calculé à partir des points 1 et 2
où il est connu

le point 3 est à l’intersection :

ξ) passant par 1
- de la (ξ

η) passant par 2
- de la (η
Méthode numérique des caractéristiques

Relations caractéristiques discrétisées et linéarisées

Z13 ( z(3n) − z1 ) − ( ϕ(3n) − ϕ1 ) = N13 δξ(n−1)

Z 23 ( z (3n) − z 2 ) + ( ϕ(3n) − ϕ 2 ) = N23 δη(n−1)

(n) : rang de l’itération courante


(n-1) : rang de l’itération précédente où l’état est connu

valeurs moyennes pour la linéarisation:

= ( Z1 + Z (3n−1) ) = ( Z 2 + Z (3n−1) )
1 1
Z13 Z 23
2 2

N13 = ( N1 + N(3n−1) ) N23 = ( N2 + N(3n−1) )


1 1
2 2
Méthode numérique des caractéristiques

Les caractéristiques sont assimilées à des droites

- passant par 1 et de pente


= ( ϕ1 − α1 + ϕ(3n−1) − α(3n−1) )
1
ψ13
ξ)
pour la (ξ 2

- passant par 2 et de pente

= ( ϕ 2 + α2 + ϕ(3n−1) + α(3n−1) )
1
ψ 23
η)
pour la (η 2

la résolution du système linéarisé donne un nouveau


couple de valeurs
[z ( n)
3 , ϕ(3n) ]
d’où l’engagement dans un nouveau cycle d’itération
Écoulement à entropie variable ou méthode des caractéristiques
rotationnelle (voir relation de Crocco)
l’entropie est interpolée entre les lignes de courant passant par 1 et 2

s1 sin(α 23 )∆η + s 2 sin(α13 )∆ξ


s3 =
sin(α 23 )∆η + sin(α13 )∆ξ
Méthode numérique des caractéristiques

Cycle d’itération

[z (n−1)
3 , ϕ(3n−1) ] x (3n−1) , y(3n−1)
δξ(n−1) ,δη(n−1)
Z13 , Z 23 , N13 , N23
équations linéarisées

[z ]
état (n) remplace état (n-1)
(n)
3 , ϕ(3n)
test de convergence

non z(3n) − z(3n−1) < ε z et ϕ(3n) − ϕ(3n−1) < εϕ s 3(n )


oui

passage au point suivant


Méthode numérique des caractéristiques
Point sur une paroi : opérateur P

la condition de glissement impose la direction de la vitesse ϕp en P

η)
le point 3 est calculé à l’intersection de la paroi et de la (η
assimilée à une droite de pente
ψ 23 =
1
2
( ϕ 2 + α2 + ϕP(n−1) + α(3n−1) )
la relation caractéristique permet de calculer la pression en 3

Z 23 ( z(3n) − z 2 ) + ( ϕP(n) − ϕ 2 ) = N23 δη(n−1)


Méthode numérique des caractéristiques
Point sur une frontière fluide : opérateur J

(j)
la condition sur (j) impose
la pression p3

le point 3 est calculé à l’intersection


1 (n−1)
- de la frontière (j) : droite passant par 1 de pente : J ϕ = ( ϕ 1 + ϕ 3 )
2

η) : droite de pente :
- de la (η ψ 23 =
1
2
( ϕ 2 + α 2 + ϕ ( n − 1)
J + α ( n − 1)
J )
la relation caractéristique permet de calculer la direction ϕJ en 3

Z 23 ( z(Jn) − z 2 ) + ( ϕ(Jn) − ϕ 2 ) = N23 δη(n−1)


Méthode numérique des caractéristiques

Point sur un axe de révolution : opérateur A


sin α sin ϕ
problème : expression du terme N=−
y
0
sur axe de révolution y→0 , ϕ →0 d' où : N →
0
il faut lever l’indétermination

 ∂ϕ   ∂ϕ  sin ϕ  ∂ϕ  δϕ
sin ϕ ≈ ϕ = 0 +   dy =   y ≈   ≈
 ∂y  ξ  ∂y  ξ y  ∂y  ξ δy
sin α sin ϕ  ∂ϕ  δϕ δy
− δξ ≈ −   δξ sin α = sin α = δϕ
y  ∂y  ξ δy sin α

forme limite Z dz − 2 dϕ = 0
Méthode numérique des caractéristiques

Point sur un axe de révolution : opérateur A

la condition sur l’axe


impose la direction ϕ3 = 0
axe de révolution

première relation (en 1) : Z1 ( z3 − z1 ) + ϕ1 = N1 δξ

deuxième relation (en 3) : Z 3 ( z 3 − z1 ) + 2ϕ1 = 0

1  1 2  N1 
évaluation avec la moyenne z 3 = z1 − ϕ1  +  − δξ 
2   Z1 Z 3  Z1 
Méthode numérique des caractéristiques

Origine d’un faisceau de détente : opérateur Q

η) tend vers
en Q la relation caractéristique sur (η

M2 − 1 dp
+ dϕ = Ndη en Q dη → 0
γM 2
p
M2 − 1 dp
+ dϕ = 0 écoulement plan
γM 2
p
Méthode numérique des caractéristiques
Origine d’un faisceau de détente : opérateur Q

entre les états 0 et 1

ω (M1 , γ ) = ω (M0 , γ ) + ϕ1 − ϕ0 = ω (M0 , γ ) + ∆ϕ


ϕ1 = ϕ0 + ω (M1 , γ ) − ω (M0 , γ )
la détente est fractionnée en NQ détentes élémentaires

∆ϕ
δϕ =
NQ

ϕn = ϕ0 + n δϕ ω (Mn , γ ) = ω (M0 , γ ) + n δϕ
Méthode numérique des caractéristiques
Domaines de dépendance et d'influence

domaine calculable à partir d'une courbe initiale (C) non caractéristique

courbe initiale (C)

ABP : domaine de dépendance de P le calcul ne peut être


QAB : domaine d'influence de Q prolongé au-delà de AP et BP
Méthode numérique des caractéristiques
Données de départ sur une courbe caractéristique

01 A
caractéristique
montante 02

11
03 12
courbe initiale (C)

04 13

caractéristique
14 descendante
05

B 15

si la courbe initiale (C) est caractéristique, le champ ne peut être


prolongé en dehors de (C)
Méthode numérique des caractéristiques

Domaine calculable à partir d'une courbe initiale (C)


non caractéristique et d'une paroi

le calcul ne peut être prolongé au-delà de la descendante AC


Méthode numérique des caractéristiques

Domaine calculable à partir d'une caractéristique initiale et


d'une paroi

η0)
caractéristique initiale (η

paroi

η0)
la condition sur la paroi permet de prolonger le calcul au-delà de (η
η0) s'arrête en 05
on ne peut dépasser la descendante (05,45) si (η
Écoulements élémentaires : détente continue par ondes simples

M0 = 2,5
caractéristiques déflexion : ∆ϕ = −10°
Écoulements élémentaires : détente continue par ondes simples

caractéristiques

M0 = 2,5
déflexion : ∆ϕ = −10°

contours iso-Mach
Écoulements élémentaires : compression et focalisation

caractéristiques M0 = 2,5
déflexion : ∆ϕ = +10°
Écoulements élémentaires : compression et focalisation

M0 = 2,5
caractéristiques
déflexion : ∆ϕ = +10°
zoom sur la
focalisation
Écoulements élémentaires : compression et focalisation

contours iso-Mach

M0 = 2,5
déflexion : ∆ϕ = +10°

contours iso-pression génératrice


Application de la méthode des caractéristiques
Définition de la forme d’une tuyère supersonique
Application au calcul d’une tuyère supersonique

problèmes

- direct calculer l'écoulement produit par une tuyère de


forme donnée

- inverse calculer le contour d'une tuyère donnant un


écoulement aux propriétés données (uniforme, par exemple)

deux étapes principales

1 - calculer le domaine transsonique au col par une méthode


adéquate (analytique, numérique)

2 - à partir d'une caractéristique initiale déduite de 1, prolonger


le calcul dans la partie supersonique par la méthode des
caractéristiques
Détermination de la région transsonique du col

paroi au col y

col géométrique 
v V
axe de révolution
ou plan de symétrie
u
h ou rc
x
O
Structure de la région transsonique du col d’une tuyère

ligne sonique : lieu géométrique des points tels que

u 2 + v2 = 1
ligne des sommets : points où la vitesse est parallèle à l’axe
ou des cols
v=0
la ligne des sommets peut être graduée en valeurs de la courbure

1 ∂  v (∂ u / ∂x )
=   =
ℜ ∂x  u  v = 0 u
Structure de la région transsonique du col d’une tuyère

caractéristique de départ pour la partie supersonique

= tg (ϕ − α )
définie par
dy
dx

 1  a2 
avec α = Arc sin   = Arc sin  
M  u 2 + v2 
 

v
et ϕ = Arctg  
u
Structure de la région transsonique du col d’une tuyère

ligne sonique

ligne des cols

ligne de courant

la ligne sonique ≠ du col géométrique, elle présente une courbure

la solution analytique obtenue par résolution


de l’équation du potentiel est valable tant que R/h > 4
Autre méthode : calcul de l’écoulement dans la région du col
par résolution des équations d’Euler
2

1.5

0.5
Y

-0.5

-1

-1.5

-2
-2 -1 0 1
X

exemple : tuyère sonique pour le cas R/H = 1


Autre méthode : calcul de l’écoulement dans la région du col
par résolution des équations d’Euler
2

1.5

0.5
R

-0.5

-1

-1.5

-2
-2 -1 0 1 2
X

exemple : calcul Euler pour le cas R/H = 1, maillage


Autre méthode : calcul de l’écoulement dans la région du col
par résolution des équations d’Euler
2

1.5

0.5
R

-0.5

-1

-1.5

-2
-2 -1 0 1 2
X

exemple : calcul Euler pour le cas R/H = 1, plages iso-Mach


Autre méthode : calcul de l’écoulement dans la région du col
par résolution des équations d’Euler

ligne sonique caractéristique de départ


Y

0.5

ligne des sommets

-1 -0.5 0 0.5 1
X

exemple : domaine sonique pour le cas R/H = 1


Détermination de la région transsonique du col

y
00

01
ligne sonique dy
02

M<1 M>1
03

caractéristique
04
initiale ou de départ
(ξ)0 05
0 x
06
Calcul de l'écoulement dans une tuyère de forme donnée :
mode direct

cheminement : 01+P→→ 11, 02 +11→


→ 12 , 12+P→
→ 21 -
→ 13, 13+21 → 22, 22+P → 31 - 04+13 → 14, 22+14 → 23
02+ 12→
etc jusqu'à la dernière montante [35,71]
Calcul de l'écoulement dans une tuyère de forme donnée :
mode direct

nombre de Mach en sortie M0 = 2

réseau des caractéristiques


Calcul de l'écoulement dans une tuyère de forme donnée :
mode direct
nombre de Mach en sortie M0 = 2

réseau des caractéristiques – zoom sur la région du col


Calcul de l'écoulement dans une tuyère de forme donnée :
mode direct

nombre de Mach en sortie M0 = 2

plages iso nombre de Mach


Calcul du contour d'une tuyère produisant un écoulement
donné : mode inverse ou design

la section de sortie AE et le nombre de Mach en sortie ME étant


donnés → calculer la section du col :

AE
Ac =
Σ(ME , γ )

Étape 1 : calculer le domaine transsonique par la méthode numérique

ξ0) située dans


Étape 2 : en extraire une caractéristique de départ (ξ
la partie supersonique (caractéristique partant du col géométrique)
Calcul du contour d'une tuyère produisant un écoulement
donné : mode inverse ou design

Étape 3 : fixer une répartition de Mach sur l'axe de la tuyère


a - passer par le point 0 dans le domaine transsonique connu
b - atteindre un niveau M = ME à partir de x = xE
c - être constante à la valeur M = ME au-delà de xE

XE
Calcul du contour d'une tuyère produisant un écoulement
donné : mode inverse ou design

ξ0) et de la loi de Mach imposée sur l'axe, calculer


Étape 4 : à partir de (ξ
l'écoulement supersonique par la méthode des caractéristiques
Calcul du contour d'une tuyère produisant un écoulement
donné : mode inverse ou design

Étape 5 : mise en place de la paroi de la tuyère

conservation du débit entre le col et le point Pn sur une


caractéristique calculée

( )
d qm = 2π ρ V.n y dξ d qm = 2π ρ V sin α y dξ
 

d qm = 2π ρ a y dξ
P0
débit au col qm = 2 π ∫ ρ a y d ξ
0

Pn
ξ)
débit à travers (ξ 2π ∫ ρ a y dξ = qm
0

définit la position du point Pn à la paroi


Calcul du contour d'une tuyère produisant un écoulement
donné : mode inverse ou design

Algorithmique
données de
définition de
donnée : nombre de Mach sur axe
la tuyère : M0

calcul du opérateur A : point sur l'axe


domaine
transsonique
opérateur N : point courant
ξ)
caractéristique (ξ
caractéristique
de départ ξ) en cours
calcul du débit qm sur la (ξ

qm > (qm)col non

fin du calcul non oui

Mach paroi
oui constant = M0 localisation du point de la paroi
Définition d'une tuyère plane Mach 2

caractéristique de départ
Définition d'une tuyère plane Mach 2

Mach

loi de nombre de Mach imposée sur l'axe


Définition d'une tuyère plane Mach 2

réseau des caractéristiques calculées


Définition d'une tuyère plane Mach 2

réseau des caractéristiques - zoom sur la région du col


Définition d'une tuyère plane Mach 2

plages iso nombre de Mach


Structure de l’écoulement dans une tuyère supersonique

M0
ligne de Mach
α0
C α0

A’

 1  écoulement
α 0 ≡ angle de Mach = Arc sin  uniforme en aval
 M0  de CA et CA’
Structure de l’écoulement dans une tuyère supersonique

α0 α0
C C’
α0 α0

A’

écoulement uniforme dans le domaine CAC’A’ → rhombe de Mach


Soufflerie supersonique équipée d'une tuyère en forme

maquette dans le rhombe de Mach

tuyère Mach 2 de la soufflerie S5Ch de l'Onera-Meudon


Tuyère symétrique plane type coquetier

M0 = 1,005 − ME = 2
Caractéristiques
Tuyère symétrique plane type coquetier

Caractéristiques M0 = 1,005 − ME = 2
Tuyère symétrique plane type coquetier

M0 = 1,005 − ME = 2
Plages iso-Mach
Tuyère symétrique plane type coquetier M0 = 1,005 − ME = 2

Plages iso-Mach
Tuyère symétrique plane type coquetier

Caractéristiques – domaine calculable M0 = 1,005 − ME = 2


Tuyère symétrique plane type coquetier
M0 = 1,005 − ME = 2
Nombre de Mach sur les parois
2.5

2
Mach

1.5

1 paroi superieure
paroi inferieure

0.5
0 10 20 30 40 50 60
x
Jet supersonique plan

caractéristiques

contours iso-Mach
M0 = 2
pa
= 0,469
p0
p0
= 2,13
pa

première cellule
Jet supersonique de révolution

caractéristiques

M0 = 3
pa
= 0,147
p0
p0
= 6,8
pa

départ du choc de
focalisation
Jet supersonique de révolution

contours iso-Mach

M0 = 3
pa
= 0,147
p0
p0
= 6,8
pa

contours iso pression génératrice


Fin du cours

avion de transport supersonique Concorde