Vous êtes sur la page 1sur 73

Français 1re – Livre du professeur

CHAPITRE 4 Séquence 1
Le projet humaniste de Montaigne p. 314

Problématiques : Quel est le projet des Essais ? Comment cette œuvre s’inscrit-elle
dans le courant humaniste ? Quelles interrogations Montaigne partage-t-il avec ses lecteurs ?

Éclairages : En faisant de son œuvre l’essai de son entendement dans son œuvre, en examinant, le
monde dans lequel il vit et les hommes qui l’entourent, en doutant du savoir d’hier et d’aujourd’hui, Mon-
taigne s’interroge sur la condition de l’homme, à travers la sienne. Penseur humaniste, il réfléchit à la
possibilité pour l’homme de se développer dans l’autonomie de la pensée et du jugement moral et fait de
l’éducation la voie à une existence singulière, assumée et lucide.

Texte 1 – « Au lecteur » ; La métaphore du peintre


« De l’affection des pères Dans ces extraits, Montaigne inscrit son livre dans le
aux enfants » ; « Du repentir » p. 314 genre de l’autoportrait, un genre pictural qui émerge
à la Renaissance et qu’il définit parfaitement en écri-
OBJECTIFS ET ENJEUX vant « je suis moi-même la matière de mon livre »
–– Décliner le pacte de lecture des Essais. (l. 13-14) ou « je me suis offert à moi-même comme
–– Évaluer les enjeux pour Montaigne de l’écriture sujet », (l. 21-22), « car c’est moi que je peins » (l. 9)
de son œuvre. ajoute-t-il, et non sans ironie ou facétie il prévient :
« je me serais très volontiers peint tout entier dans
L EC T UR E A N A LYT I QU E mon livre et tout nu » (l. 12‑13). On retrouve égale-
ment son souci de ne pas chercher à donner une
Ces extraits permettent d’approcher la question du
image idéale de soi : « Je peins un homme particu-
rapport à soi de Montaigne et la manière dont un
lier bien mal formé » (l. 27-28).
projet émerge d’un processus d’écriture et de réé-
criture, le projet des Essais. Un projet philosophique
Un projet paradoxal La dernière phrase (l. 38-41) dit la tension de la vision
Dans la préface, pourtant adressée « Au lecteur », humaniste, entre la singularité de l’être et son carac-
Montaigne explique les raisons qui lui ont fait écrire tère irréductible et dans le même temps la valeur
son livre et à qui il le destine. Ce faisant, il développe générale de la qualité d’humain mesure de tout, qui
une série d’oppositions. Dès la première ligne, il est celle de l’homme en général. Cette tension se
attache son texte à la sphère privée en le destinant résout en partie dans l’idée du mouvement, qualité
à sa famille et ses amis afin qu’ils gardent le souve- intrinsèque à l’humanité. « Le monde n’est qu’une
nir de lui après sa disparition et qu’ils le voient « sur balançoire perpétuelle » (l. 30). À cette image s’ajoute
le vif » (l. 9), c’est-à-dire encore vivant. Il répétera celle du passage, un passage qui n’est pas celui des
cette idée en prenant congé de son lecteur à la fin âges de la vie mais celui du changement rapide « de
de la préface avec un « adieu donc » définitif, et en jour en jour, de minute en minute » (l. 33) ; c’est par
qualifiant son livre de sujet « si frivole et si vain » cette articulation entre le temps et le mouvement
(l. 15) que rien ne justifierait qu’on s’y attache. Cette que se trouve résolue l’aporie de la vérité, immuable
préface est donc consacrée à développer un projet et constante. Chaque moment, chaque mouvement
aussi qualifié de « bizarre et extravagant » (l. 23), est le signe d’une vérité qui ne se contredit pas avec
d’idée folle » (l. 20), dans l’essai « De l’affection des la précédente. Le second paradoxe veut que l’on
pères aux enfants ». Loin de toute volonté mon- puisse saisir l’humanité, la dimension morale de cha-
daine, Montaigne apparaît sous sa forme « simple, cun quelle que soit sa valeur personnelle, sa place
naturelle et quotidienne » (l. 8), trois adjectifs qui dans la hiérarchie ou sa qualité sociale : une « vie
caractérisent son état domestique. Et ce n’est pas ordinaire et privée » permet de témoigner d’une exis-
sans humour qu’il insiste sur son « naturel » qui tence morale tout autant qu’une vie illustre.
aurait pu sous d’autres cieux le faire poser nu. Une Synthèse
définition de la nature se lit ici qui implique que l’on
Montaigne fait passer l’homme de sa condition d’être
ne cache pas ses défauts ni qu’on ne pose ou
indifférencié et soumis par la société, par le pouvoir ou
n’adopte une démarche étudiée, tous signes de la
la religion à celle d’individu autonome doté d’une vie
mondanité, de la recherche de la « gloire » (l. 3) ou
morale. C’est cette autonomie qui fait son essence
de la « faveur du monde » (l. 6).
universelle. Dans le même temps il perçoit sa propre
singularité et la revendique pour dire que l’humanité se
décline sous toutes ses formes, variées et originales.
226

9782210105010_.indb 226 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

G RA MMA I R E Une éducation « nouvelle »


Le lecteur de Montaigne s’étonne aujourd’hui d’une
La préface est par définition un texte adressé et
réflexion sur l’éducation qui semble décrire les
l’énonciation que choisit Montaigne en témoigne. Le
enjeux de l’enseignement du début du troisième mil-
lecteur est le « tu » qu’il apostrophe, « lecteur » (l. 1)
lénaire. Mais il s’agit de remettre cette réflexion dans
et quitte, « Adieu donc » (l. 15), qu’il prend à témoin
son contexte et de se souvenir qu’il ne s’agit pas ici
dans un présent du discours « je t’assure », pour lui
d’une éducation généralisée, ouverte à tous mais de
donner un dernier conseil « il n’est pas raisonnable
celle qui est réservée à la part infime de ceux qui
que tu emploies ton loisir à un sujet si vain » (l. 14‑15)
sont bien nés, « des enfants de maison ». Comme
dans des énoncés qui sont autant d’actes de
on le note, l’éducation clairement condamnée est
langage.
celle qui ne vise qu’à l’accumulation de connais-
sances, « la science » (l. 3), un mot au sens plus res-
treint au xvie siècle et synonyme de savoir. C’est
Texte 2 – « De l’éducation
d’une éducation complète, intellectuelle et morale
des enfants » p. 316
qu’il s’agit. Les méthodes préconisées rejettent le
OBJECTIFS ET ENJEUX par cœur, la répétition au profit de découvertes pro-
gressives de l’élève invité à « goûter les choses, les
–– Lire une dénonciation du pédantisme.
choisir et les discerner » (l. 9) avec l’aide d’un maître
–– Reconstruire un programme d’éducation
qui sait se mettre à sa portée et le guider quand il le
humaniste.
faut. On voit l’importance portée à adapter l’éduca-
tion à chaque enfant, une idée largement dévelop-
L E CT U RE A NA LY T I QUE pée dans le quatrième paragraphe qui présuppose
également le caractère profondément original de
Contre les maîtres et leurs usages chacun. Montaigne entre dans le détail des
Un « enfant de famille » issu d’une famille illustre méthodes pour permettre à l’élève de dégager la
comme l’est le fils de la comtesse de Foix est édu- signification de ce qu’il apprend : « qu’il le lui fasse
qué par un précepteur. Dans cet extrait Montaigne mettre en cent formes et adaptées à autant de sujets
définit les qualités de celui qui doit exercer une telle différents » (l. 31‑32). Il inscrit son modèle d’éduca-
charge. Et l’on voit que l’adage devenu commun tion en tension entre des oppositions qu’il dépasse
aujourd’hui qui veut qu’on préfère une tête bien faite ou intègre, entre intelligence et âme, entre répéter et
à une tête bien pleine concerne d’abord le maître, un enfin expliquer, entre conduite et autonomie… Enfin
maître dont on attend autant de qualités morales le résultat de l’éducation ne se mesurera pas à ce
qu’intellectuelles. « On ne cesse de criailler à nos que l’élève aura appris mais à la manière de conduire
oreilles », (l. 5) se plaint Montaigne dans le deuxième « sa vie » (l. 31), une expression qui dit l’importance
paragraphe s’impliquant dans ce reproche fait aux de l’éducation pour Montaigne.
maîtres par l’utilisation d’adjectifs et de pronoms de
la première personne du pluriel. Et l’utilisation du Des images pour faire comprendre
verbe composé d’un suffixe aux connotations péjo- La langue de Montaigne est souvent claire et vivante
ratives et à la sonorité cacophonique, « criailler » grâce à la métaphore qui projette dans le monde
introduit par un verbe inchoatif qui souligne la répé- sensible ce qui touche à l’âme et à l’esprit et trans-
tition et la durée, et insiste sur le caractère très forme les objets de la pensée en êtres vivants, ani-
déplaisant de la méthode en usage, « usuelle ». més. Ainsi l’éducation est-elle associée à ce qu’on
Cette méthode que l’image de l’entonnoir rapproche aurait tort d’appeler le dressage d’un cheval mais
du gavage est réduite à la répétition d’un savoir son « élevage » pour conserver cette image d’une
ingurgité de force. Montaigne propose une autre éducation. C’est ainsi que l’élève est comme un
façon de faire, avec la métaphore de la conduite, cheval mis « sur la piste » comme on l’a déjà relevé.
« mettre sur la piste » (l. 8-9), « lui ouvrant […] le La métaphore est filée ensuite avec les mots
chemin » (l. 10). La citation empruntée à Socrate « allure », « trotter », « conduite », un vocabulaire qui
insiste sur la nécessité de laisser l’élève découvrir le traduit dans l’espace les progrès de l’esprit et de
savoir avant de le lui exposer. Et dans le paragraphe l’âme du disciple, conduit, précédé ou suivi par un
qui suit cette métaphore de la conduite de l’élève maître, « un guide » (l. 1) qui connaît la « juste
permet d’aborder la question de la « juste mesure » mesure » dans un idéal d’équilibre qui pourrait bien
(l. 19) de l’allure à adopter, une allure adaptée à la être caractéristique des valeurs humanistes. Un
force de l’élève. Montaigne insiste sur le paradoxe autre réseau rencontre cette image initiale qu’on a
que constitue cette adaptation « aux allures puériles reconnue sous le titre du gavage et que l’on retrouve
du disciple » (l. 20) car se mettre à son niveau est à la fin de cet extrait. Ne faire que « répéter la leçon »
plus difficile que de le faire monter à soi, comme le c’est la faire régurgiter, sans digestion. Et ce savoir
rappelle la dernière phrase. qui n’a pas changé de forme comme l’indique cette
 227

9782210105010_.indb 227 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

métaphore triviale et péjorative reste sous la forme


de « mots » (l. 28) quand c’est « leur sens et leur Texte 3 – « Des Cannibales » p. 318
substance » (l. 29) qui compte. Ainsi cette double
OBJECTIFS ET ENJEUX
métaphore qui structure ici le discours dessine deux
–– Dévoiler les représentations.
images opposées de l’éducation, l’une triviale et
–– Repérer l’évolution du rôle de Montaigne,
sans changement, l’autre élevée et dynamique et
de témoin à interrogateur.
qui permet au disciple d’évoluer et de mener sa vie.
–– Confronter des civilisations.
Synthèse
Dans la réflexion sur l’éducation de Montaigne se lit L E C TU R E AN ALY TI QU E
un projet humaniste. C’est l’être qui se construit, ori-
ginal et autonome, dans cette relation attentive et Montaigne, témoin de la rencontre
ambitieuse entre le disciple et son maître. L’information dont il est question dans cet extrait
peut être résumée ainsi : « Trois d’entre eux […] se
L E CT UR E D’I MA G E trouvèrent à Rouen au moment où le feu roi Charles
ix y était » (l. 1‑6). Le reste de cette longue phrase
La lumière met l’accent sur la mappemonde, le est consacré au développement de deux longues
maître qui tient un livre et l’élève qui écrit. propositions, l’une introduite par le participe présent
Les lignes de force dessinées par les contrastes « ignorant » (l. 1) et l’autre par l’adjectif qualificatif
lumière/ombre soulignent les lignes qui se pro- « malheureux » (l. 4), deux mots qui résument le
longent d’une part de la mappemonde au pied destin des Indiens tel que Montaigne le perçoit, un
gauche du maître et d’autre part du livre aux mains peu moins d’une centaine d’années après le début
de l’élève qui écrit. de la conquête et une quinzaine d’années après
Ceci vise à souligner l’importance de l’expérimenta- avoir assisté à cette rencontre de Rouen. On estime
tion et de l’exercice personnel dans l’apprentissage : en effet que cet Essai a été rédigé vers 1578. Mon-
l’élève n’est pas en position passive de spectateur taigne d’emblée adopte un regard de compassion
ou d’auditeur : il apprend à construire les savoirs. Le sur ces Indiens victimes d’une ignorance qui n’est
maître n’est pas l’acteur principal, il est davantage pas absence de savoir mais méconnaissance du
accompagnateur. Monde ancien, « des corruptions de ce côté-ci de
l’océan » (l. 2), une ignorance qui causera leur perte
G R A MMA I R E irrémédiable, « leur ruine (comme je présuppose
qu’elle est déjà avancée […]) » (l. 3‑4) et le malheur,
Ce programme d’éducation s’écrit le plus souvent celui d’avoir perdu leur « quiétude » (l. 1). Deux
dans des phrases complexes où les propositions mondes s’opposent, « le côté-ci de l’océan » (l. 2),
principales sont écrites à l’indicatif ou au condition- « le nôtre » (l. 5) dit Montaigne, celui de la tromperie
nel et sont suivies de propositions subordonnées au et du vice, et l’autre, celui des Indiens que caracté-
subjonctif comme il est attendu : les principales à rise « la douceur de leur ciel » (l. 5). Montaigne prend
l’indicatif présent sont suivies de subordonnées au ici clairement fait et cause pour les Indiens. Témoin
subjonctif présent, « il est bon qu’il le fasse trotter » dans un premier temps de l’événement, il raconte
(l. 16) ; tandis que les principales au mode condi- comment on veut éblouir les indigènes en leur fai-
tionnel sont suivies de verbes au subjonctif impar- sant admirer la beauté de la ville. En leur demandant
fait : « Je voudrais aussi qu’on fût soucieux » (l. 1). ce qui les a le plus surpris, le roi pose l’implicite que
tout, ou du moins beaucoup de choses, sont surpre-
S ’ E N T R A Î NE R À L A DI SSE RTAT I O N nantes et admirables. Pour répondre à cette ques-
tion qui contraint leur réponse ; les Indiens déplacent
L’occasion est ici offerte aux élèves de réfléchir à
le propos grâce à un subtil distinguo pour s’attacher
l’organisation et aux enjeux de l’enseignement qu’ils
plutôt à ce qui leur a semblé « étrange » et donc
reçoivent. La variété de leur expérience d’élèves et
éloigné d’eux et de leurs coutumes. Leur étonne-
des modalités de travail dans les classes doit favori-
ment souligne deux questions fondamentales, celle
ser une analyse de méthodes qui ont toujours cours,
du pouvoir et celle de la répartition des richesses.
et d’innovations déjà préconisées par Montaigne.
Dans le royaume de France, le pouvoir de droit divin
peut être hérité par un enfant de dix ans, dans celui
des Indiens il est pris ou reçu par un homme adulte
qui a la force de l’exercer. En prêtant à ses Indiens la
langue simple d’un traducteur, Montaigne renforce
les oppositions « tant d’hommes grands portant la
barbe, forts et armés » (l. 12) et un « enfant » (l. 14).
La parole des Indiens devient plus développée et

228

9782210105010_.indb 228 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

précise quand il s’agit de dénoncer l’inégalité entre devient l’un des interlocuteurs et par là-même parti-
ceux qui sont « remplis et gorgés de toutes sortes cipe à l’échange des points de vue sur l’humanité de
de bonnes choses  » (l. 17-18), expression qui l’autre. Ce faisant, il organise et oriente le propos,
dénonce l’excès et l’avidité et s’oppose à la pau- sélectionne les sujets abordés, fait résonner des
vreté des mendiants « décharnés par la faim et la échos, poursuit la réflexion. Le regard qu’il porte sur
pauvreté » (l. 19). Richesse et pauvreté sont vues de ces Indiens croise celui que les « cannibales »
manière réaliste et matérielle. L’étonnement des portent sur le monde de « deçà », l’occident, un
Indiens va jusqu’à ne pas comprendre comment de monde qui les étonne et les scandalise. Montaigne
telles inégalités ne conduisent pas les pauvres à se utilise cet étonnement comme révélateur de la rela-
révolter, comme ils le feraient dans leur société, tivité des usages, coutumes et lois européennes
transformant l’inégalité en injustice et rendant ainsi voire des principes qui régissent les sociétés civili-
la violence légitime contre cette injustice. Enfin le sées. Dans cette confrontation, le sauvage, le bar-
langage prêté aux Indiens contribue à opposer leur bare n’est peut-être pas celui que l’on nomme ainsi !
civilisation et valeurs à celles des Occidentaux : en Montaigne a semé le doute. L’ultime paragraphe et
appelant les hommes « moitié les uns des autres » ultime phrase du chapitre peuvent sembler trou-
(l. 16) comme l’explique Montaigne, ils posent le blants. L’allusion à la coutume des indigènes d’aller
principe de l’égalité, d’une relation très étroite entre nus semble contredire tout le reste : « mais quoi ! »
les êtres jusqu’à une certaine interdépendance, une (l. 34). La civilisation serait donc incompatible avec
solidarité. la nudité ? N’est-ce que sur ce seul critère que se
fonderait tout discours qui interdirait aux dits sau-
Montaigne, acteur de l’entretien vages d’appartenir à la race humaine ? Cette der-
Le deuxième paragraphe met en scène Montaigne nière pirouette ironique fustige la pauvreté de
qui n’est plus seulement témoin puisqu’il discute l’argumentation de ceux qui interdisent aux Indiens
avec l’un des Indiens et non des moindres puisqu’il et à leurs sociétés d’être qualifié de civilisés à ce
s’agit d’un personnage important, peut-être même seul titre.
un roi, contribuant ainsi à un parallélisme dans les
situations. À nouveau il est intéressant de confronter Lecture d’image
les questions posées et les réponses apportées. Les Deux mondes s’opposent dans cette toile : l’Europe
questions ouvertes de Montaigne peuvent sembler et la ville de Barcelone, un monde ordonné et plutôt
naïves et superficielles. Les réponses montrent statique où sont représentés dans une organisation
qu’elles complètent la question déjà abordée du hiérarchique les souverains et la cour, le prélat placé
pouvoir et qu’un nouveau distinguo s’opère : quand juste derrière les « Rois Catholiques » et derrière, la
Montaigne s’intéresse aux fruits du pouvoir, le chef foule de ceux qui sont venus assister au triomphe de
indien répond sur les devoirs du chef qui est de Colomb, sur fond de bâtiments qui pourraient être la
conduire au combat des milliers d’hommes en pre- cathédrale et/ou un palais. Des marches constituent
nant leur tête, preuve de courage et d’intelligence un trône qui place en surplomb la partie gauche du
stratégique. Et quand Montaigne s’interroge sur tableau. À droite sont représentés l’explorateur, les
l’autorité dont peut encore bénéficier un chef en hommes de sa flotte et les Indiens captifs qu’il a
temps de paix, un nouveau distinguo oriente la ramenés. Agenouillé et richement vêtu, Colomb fait
question sur les honneurs que l’on en retire, notam- la transition entre ces deux univers auxquels il
ment celui bien modeste de se voir tracer des sen- appartient. Mais derrière lui, c’est le monde de
tiers pour aller dans les villages. Ainsi le lecteur l’aventure, dynamique et désordonné où figurent
peut-il conclure que le chef de guerre doit être dans une certaine agitation des hommes et des che-
désintéressé, une vertu que les Conquistadors vaux déchargés d’une embarcation, des soldats et
espagnols ont peu pratiquée. des Indiens, des hommes nus et des hommes armés
et cuirassés, sur fond de ciel chargé mais largement
Le dialogue ouvert. Les Indiens, dont la peau de certains est fon-
Comme on l’a vu, le dialogue n’est pas aisé dans cée mais d’autres plus claire, des hommes et des
des langues qui s’ignorent, celles des Indiens étant femmes, sont à peine vêtus et, si certains témoignent
peu connues, ce qui explique la difficulté à décrire et par leur attitude de respect ou de leur participation à
confronter les mœurs et coutumes. Toutefois c’est la rencontre, d’autres au premier plan semblent plus
aussi l’occasion de révéler, par des périphrases, ce détachés de l’événement et leur visage ne permet
que l’habitude fait perdre de vue. Mais c’est surtout de déterminer s’ils en sont désolés ou absents.
l’occasion de mettre en scène et en débat la ques- Cette représentation des Espagnols et des Indiens
tion fondamentale de la civilisation, des rapports est assez conforme à ce que Colomb a pu en dire :
humains, du bien et du mal. Montaigne se fait le nar- les Indiens beaux et pacifiques offrent des perro-
rateur d’une rencontre entre deux univers différents, quets avec la générosité qu’on leur a déjà reconnue.
il intervient dans le débat par ses commentaires, L’ensemble, une image haute en couleur, oppose

 229

9782210105010_.indb 229 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

plutôt les deux mondes que sont l’Europe ancienne qui n’est pas » (l. 5). Et il n’y a aucune raison que le
et du monde de l’aventure qu’est le Nouveau-Monde coupable avoue davantage que l’innocent. Posée
sans pour autant témoigner de la violence de la ren- ainsi, la conclusion de cette alternative conduit à
contre, dans une image qui a toutes les caractéris- dire qu’il y a autant de chances de connaître la réa-
tiques du romantisme, ce qui étonnera peu pour une lité de la culpabilité ou l’innocence de celui qui est
toile peinte en 1846. soumis à la torture, que la vérité est donc aléatoire et
peut être évaluée à une chance sur deux ! Toutefois,
Synthèse
à ce moment de son raisonnement, Montaigne intro-
Deux paragraphes et deux dialogues permettent de duit une concession qui fait entendre l’argument des
croiser les regards, ceux des Français sur les Indiens défenseurs de la torture : la conscience, c’est le titre
qu’ils imaginent ignorants, naïfs et dénués de de l’Essai d’ailleurs, jouerait un rôle en donnant du
culture. Pourtant ces derniers, grâce à leur habileté courage à l’innocent et en affaiblissant le coupable.
rhétorique et un langage qui s’élabore et se déve- Mais cette concession est immédiatement réfutée
loppe jusqu’à inverser la situation, offrent au travers par l’argument qui évalue l’enjeu qui doit permettre
du dialogue une image critique du monde ancien au coupable de supporter la torture : il a tout à y
caractérisé par le seul intérêt et l’injustice. gagner, « une aussi belle récompense que la vie
[sauve]  » (l. 7‑8). Ainsi la conclusion de cette
G R A MMA I RE démonstration s’impose-t-elle dans la dernière
phrase du paragraphe : la torture est un « moyen
On pourra repérer que les temps employés dans le plein d’incertitude ». Quant au danger, énoncé dans
discours rapporté, le discours indirect, dépendent la première phrase et repris dans cette conclusion,
du temps du récit, le passé simple des verbes qui l’idée en sera développée dans la suite de l’Essai.
introduisent le dialogue. Les verbes des subordon- Ainsi, en s’engageant nettement par l’utilisation de
nées qui transcrivent le discours sont conjugués soit la première personne, « je pense que le fondement
à l’imparfait de l’indicatif ou du subjonctif en corres- de cette invention » (l. 8), Montaigne, dans ce para-
pondance au présent de l’indicatif ou au présent du graphe, développe au service d’un point de vue
subjonctif, soit au plus-que-parfait pour des énon- revendiqué toute la logique d’un discours qui veut
cés se référant au passé. atteindre à la vérité par la force et l’exactitude de la
démonstration.

Texte 4 – « De la conscience » p. 320 Dialoguer pour persuader


Les « allongeails » de cette démonstration contri-
OBJECTIFS ET ENJEUX buent à développer les moyens rhétoriques mis au
–– Lire les étapes de la démonstration au service service de la lutte contre la torture. Montaigne s’en-
de la vérité. gage comme on l’a déjà dit et donne aussi la parole
–– Relever les outils rhétoriques de la persuasion à ceux qui peuvent renforcer son propos, à travers
et mesurer leur efficacité. l’argument d’autorité et la citation d’un moraliste de
l’Antiquité et plus généralement de nations qui l’ont
L EC T UR E A N A LYT I QU E refusée dans l’Antiquité. Il tente aussi d’emporter
l’adhésion de son lecteur par la question rhétorique
Démontrer pour argumenter « Que ne dirait-on pas, que ne ferait-on pas pour
Le premier paragraphe constitue un bel exemple de échapper à d’aussi pénibles douleurs ? » (l.13‑14). Il
ce qui ressemble à une démonstration logique de convoque à nouveau la logique pour dénoncer
l’inefficacité de la torture comme moyen d’investiga- l’aporie, la contradiction que constitue le fait de faire
tion de la vérité, dans le cadre d’une procédure judi- souffrir puis tuer quelqu’un pour ne pas tuer un inno-
ciaire. Écrit d’un seul jet, ce paragraphe permet de cent ! (l. 27‑37) Il dialogue avec ceux qui défendent
reconstruire toutes les phases d’un raisonnement la torture et dont il se dissocie en ajoutant l’indéfini
imparable. Il s’agit d’abord d’énoncer la proposition « on » qui les désigne et à qui il répond ensuite, « à
à défendre et c’est l’objet de la première phrase : mon avis » (l. 22), avec les adverbes qui répètent
« dangereuse » (l. 1) la torture ne répond pas à l’exi- nettement son point de vue « bien inhumainement et
gence de « vérité » (l. 2) qui la fonde, et un distinguo inutilement pourtant » (l. 22). La logique, la rhéto-
annonce qu’elle ne peut que révéler « l’endurance » rique mais aussi la dimension pathétique sont les
(l. 2) de celui qui la subit. La démonstration se outils que Montaigne met au service de sa dénon-
déploie ensuite dans la logique binaire d’une alter- ciation. La torture est évoquée dans toute sa vio-
native  : une double question posée (l.  3‑8) en lence avec les souffrances qu’elle provoque  :
témoigne que l’on peut reformuler ainsi. Il n’y a « pénibles douleurs » (l. 14), « innocent et torturé »
aucune raison pour que la torture conduise à la (l. 18), « horrible et cruel de torturer et de briser »
vérité, à « avouer ce qui en est » (l. 4) qu’à « dire ce (l. 24-25), et le pathétique est ici convoqué est

230

9782210105010_.indb 230 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

redoublé par les questions rhétoriques clairement


adressées aux partisans de la torture : « N’êtres Texte écho – Voltaire,
vous pas injustes vous qui […] faites pire que de le Dictionnaire philosophique (1764) p. 322
tuer ? » (l. 27‑28).
OBJECTIFS ET ENJEUX
La morale de l’histoire –– Analyser la progression de la composition d’un
L’extrait - et l’Essai 5 du livre II - s’achèvent sur un article.
court récit illustratif du propos. Le général vérifie la –– Comprendre l’ironie et mesurer son efficacité
réalité de l’accusation de la femme en ouvrant le argumentative.
ventre du soldat soupçonné. Ce faisant il établit la –– Comparer l’argumentaire de Voltaire à celui de
vérité mais le soldat est mort. S’il n’avait pas décou- Montaigne.
vert la trace de son vol, le soldat serait mort inno-
cent. La conclusion très lapidaire mérite d’être L E C TU R E AN ALY TI QU E
analysée. La proposition relative qui sert d’instruc-
tion souligne le fait que la condamnation du soldat La torture
qui doit être la conséquence de sa culpabilité a lieu L’article commence par la mise en contexte de la
en même temps que l’instruction c’est-à-dire de la question de la torture dans diverses époques et
recherche de la vérité, ce que condamne Montaigne sociétés pour s’attacher ensuite, au début de cet
dans tout son discours mais qu’il rappelle en clau- extrait, à sa place dans l’Antiquité romaine, une réfé-
sule de manière éclatante par la concentration du rence essentielle en un siècle où cette période histo-
propos. Le texte original le dit d’ailleurs de manière rique constitue le modèle unique de la civilisation.
encore plus dense : « condamnation instructive ! » Une concession exonère rapidement les Romains
d’avoir exercé la torture sur les esclaves puisque
Synthèse
ces derniers n’étaient pas considérés comme des
On voit bien comment dans cet extrait les « allon- hommes. Puis les paragraphes s’enchaînent en fai-
geails » servent à explorer, autour de la question que sant alterner les perspectives singulières et géné-
se pose Montaigne et dont il traite de manière rales. Il s’agit tout d’abord de l’exemple développé
concentrée et efficace dans le premier paragraphe, dans les deux premiers paragraphes des agisse-
tous les arguments qui peuvent développer, préciser ments d’un conseiller de la Tournelle dans le cadre
son propos et faire varier toutes les formes suscep- de ses fonctions, pour s’attacher dans le troisième
tibles d’emporter l’adhésion de son lecteur. Mon- paragraphe à l’attitude des Anglais sur cette ques-
taigne impose la force de sa logique, s’implique et tion de la torture, à laquelle ils ont renoncé. Puis un
affiche sa conviction et tente par tous les moyens long paragraphe est consacré à l’affaire particulière
d’émouvoir : les formes du logos, de l’ethos et du du chevalier de La Barre. Le court paragraphe qui
pathos de la rhétorique convergent dans cet essai, suit situe cette affaire dans le siècle où s’écrit le Dic-
appel à la conscience mais aussi à l’intelligence et à tionnaire philosophique, ce qui permet à Voltaire
la sensibilité. d’en faire un combat contemporain. Le dernier para-
graphe enfin remet la culture et les lois françaises en
G R A MMA I R E perspective dans le temps et dans l’espace en les
comparant à celles de la Russie, une culture neuve,
Quatre occurrences se distribuent en deux valeurs récente qui offrira un autre modèle à suivre, pendant
distinctes. Dans les lignes 13‑14 et 20, il s’agit d’un moderne à la civilisation antique. La composition de
pronom qui renvoie à l’ensemble des humains ; il est cet article montre que, confrontée à d’autres civilisa-
fait référence à l’expérience ou à l’opinion com- tions, la coutume de la torture est une spécificité
mune. « On » dans « on l’accuse » ligne 6, renvoie à française, une exception qui la rend encore moins
des êtres déterminés dont on ne connaît pas l’iden- défendable. Voltaire aborde cette question par des
tité dont on n’a pas besoin de connaître l’identité. mouvements opposés mais convergents de concen-
tration sur des détails et des cas individuels qu’il
S ’ E N T R A Î NE R A U COMME NTA I R E articule à des catégories plus générales  : les
peuples, la justice, la barbarie et l’humanité.
Les effets pathétiques sont nombreux dans ce pas- L’exemple développé de l’attitude du conseiller de la
sage : on proposera à la classe de faire un relevé Tournelle permet d’incarner cette justice et de mettre
classé de toutes les occurrences : adresses aux en scène en quelques lignes la figure pitoyable de
défenseurs de l’usage de la torture, adverbes et l’inculpé, « hâve, pâle, défait […] rongé dans un
adjectifs qui la condamnent, questions rhétoriques, cachot » (l. 4‑5) confronté à la légèreté de l’attitude
implication de l’auteur. Puis on demandera aux élèves du juge qui se « donne le plaisir de l’appliquer à la
de rédiger un paragraphe en ordonnant leur analyse grande et à la petite torture » (l. 5‑6) et raconte le
des effets les plus ténus aux plus significatifs. soir à son épouse ses «  expériences  sur son
 231

9782210105010_.indb 231 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

prochain » (l. 11). L’attitude de sa femme dévoile l’occasion d’évoquer d’autres pays, notamment
dans une ironie cruelle combien on peut s’accom- l’Angleterre dont on sait qu’elle constitue une réfé-
moder facilement de la violence au point d’en faire rence positive pour Voltaire. Dans le troisième para-
un sujet de badinage conjugal : « Mon petit cœur graphe, le regard que porte chacun des deux pays
[…] la question à personne ? » (l. 14‑15). Et de sur l’autre est analysé avec les raisons qui le fondent.
manière incidente, au sein de d’une proposition rela- Tout le monde – donc les Anglais également – s’ac-
tive ou d’un complément circonstanciel de manière, corde à trouver le peuple français « fort humain »
Voltaire rappelle que cette justice, fondée sur la (l. 16). Mais les commentaires ironiques de Voltaire
vénalité des charges, se pratique sous la surveil- dans le même temps qu’il énonce ce jugement le
lance d’un médecin. La justice ainsi présentée de contredisent  : cette «  humanité  » reconnue aux
manière ironique et pathétique, apparaît en totale Français ne semble pas justifiée ; « je ne sais pour-
contradiction avec les valeurs d’humanité, de cha- quoi » souligne-t-il. Et en insistant avec la modalisa-
rité qui font de l’autre « un de ses semblables » (l. 3). tion « qui passent » (l. 16), il bat en brèche ce
jugement favorable. À l’inverse, les Français parlent
Le procès du chevalier de la Barre de « l’inhumanité » des Anglais pour avoir pris « tout
Un long paragraphe constitué d’une seule phrase le Canada » (l. 17-18), et s’étonnent pourtant qu’ils
est consacré à cette affaire qui a provoqué l’indigna- aient renoncé à la torture. Poussé à son terme, le
tion de Voltaire. Le chevalier de la Barre y est pré- syllogisme conclut sur l’inhumanité d’un peuple qui
senté comme un « jeune homme » (l. 20) et c’est utilise la torture. L’ironie constitue ici une arme très
cette jeunesse qui est rappelée « jeunesse effrénée » efficace pour retourner le discours. Il en sera de
(l. 21) et soulignée par plusieurs détails : il est dési- même dans le paragraphe six qui examine la société
gné comme « petit-fils » (l. 19) d’un général, ce qui russe. Voilà des « barbares » (l. 34), selon le point de
insiste aussi sur l’origine valeureuse de sa famille ; la vue des Européens qui, en un siècle, ont su élaborer
« grande espérance » (l. 20) qu’il peut espérer, celle un modèle de société de « tolérance universelle »
d’une destinée certainement glorieuse ou éminente (l. 37) où règnent « la justice et l’humanité » (l. 38).
montre aussi qu’il n’est pas encore engagé dans la Voltaire développe ici un propos élogieux sur l’œuvre
carrière. C’est cette jeunesse enfin qui peut être de Catherine II, la Grande Catherine, qui a réformé
cause et excuse de l’inconséquence de son attitude, les lois et l’organisation de son empire selon les
avoir chanté des chansons impies et n’avoir pas ôté idées des Lumières. Son admiration est ici évidente.
son chapeau lors d’une procession. Et c’est dans la Elle renforce d’autant plus la violence de la malédic-
même phrase, qu’à cette jeunesse et ses qualités tion lancée contre une nation, où l’on reconnaît la
sont opposées la cruauté du châtiment auquel il est France, « encore conduite par d’anciens usages
condamné, long, sadique et inhumain mais surtout atroces » (l. 40). Pour finir, Voltaire donne la parole à
la raison pour laquelle la torture lui est appliquée : il la France invitée à se justifier, ce qu’elle fait dans un
s’agit de connaître le détail de ses fautes déjà syllogisme redoublé d’une question rhétorique, que
avouées. Le paragraphe qui suit renforce la condam- l’on pourrait reformuler ainsi : on nous emprunte nos
nation de la torture en la mettant en perspective artisans, c’est donc qu’ils sont bons, donc nos lois
avec le haut degré de civilisation concédé à la sont bonnes et nous n’avons pas de raisons de les
France moderne pour sa vie artistique, admirée de changer. On voit ici que l’extrapolation du domaine
toutes les nations. de la justice dans ceux de la mode et de la cuisine
fait apparaître la nation française comme futile et
De Montaigne à Voltaire : une condamnation prétentieuse. Comme Montaigne, Voltaire ne néglige
virulente ni les figures du pathétique – celle du chevalier de la
La question de la torture que pose Montaigne à la Barre – ni les outils de la rhétorique qui confrontent
Renaissance ne sera pas reprise avant Voltaire et le les discours et les valeurs. L’originalité de son dis-
xviiie  siècle. La phrase de Montaigne qui la condamne cours tient certainement à la force de l’ironie qui, si
avec la plus grande efficacité pourrait être la sui- elle n’est pas absente chez Montaigne, y est plus
vante : « À dire vrai c’est un moyen plein d’incerti- ténue. C’est ici l’arme favorite de Voltaire pour souli-
tude et de danger » (l. 11-12, p. 320). En effet, cette gner tous les traits les plus détestables de ceux qui
conclusion de la démonstration de Montaigne dit pratiquent ou défendent la torture voire, y trouvent
bien que la torture ne garantit pas la vérité, qu’elle du plaisir.
n’est source que de souffrances. Et les arguments
de Voltaire sont proches de ceux de Montaigne, son Synthèse
inefficacité et son inhumanité. Usant avec talent de À deux reprises, Voltaire relaie des argumentaires
l’ironie, il la dénonce pour les mêmes raisons en cri- qu’il prête à des Français et ce faisant il disqualifie
tiquant la justice de son temps. Il élargit également leurs discours en montrant que sur le plan rhéto-
le débat en s’interrogeant sur le degré de civilisation rique ils conduisent à des contradictions voire à des
qu’on peut prêter à une société qui la pratique. C’est absurdités. C’est particulièrement marqué à la fin de

232

9782210105010_.indb 232 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

l’article dans ce que l’on pourrait qualifier une pro- P I STE C OMP L É ME N TAI R E
sopopée, qui donne la parole à la nation française et
la ridiculise. On demandera aux élèves de faire des recherches
sur l’histoire de la torture judiciaire pour s’attacher
ensuite aux formes qui ont perduré jusqu’à nos
G R A MMA I R E
jours. On s’interrogera sur les raisons alléguées à
Le temps dominant du paragraphe 2 est le passé son utilisation pour constituer ensuite un groupe-
composé : ce temps qui peut marquer la valeur de ment de textes du xxe et xxie siècle dénonçant son
l’aspect accompli marque davantage un passé utilisation. On pourra enfin analyser les argumen-
proche en relation avec le présent de l’énonciation. taires et la rhétorique de ces dénonciations pour
Ce faisant, Voltaire rapproche la scène du contexte évaluer la permanence ou l’évolution des outils et
de son discours qu’elle illustre avec une grande formes de la condamnation.
proximité. Le paragraphe 4 est écrit au présent, un
temps qui marque la correspondance entre le
moment de l’énonciation et la situation politique Texte 5 – « De l’affection
française analysée. des pères aux enfants » p. 324

S ’ E N T R A Î NE R A U COMME NTA I R E OBJECTIFS ET ENJEUX


–– Découvrir la langue de Montaigne et sa distance
« Pourquoi changerions-nous notre jurisprudence ? avec celle du lecteur contemporain.
dit-elle : l’Europe se sert de nos cuisiniers, de nos –– Lire la dénonciation d’une éducation sévère qui
tailleurs, de nos perruquiers ; donc nos lois sont interdit toute expression de l’affection.
bonnes. » (l. 40 à 42) Voltaire utilise l’ironie pour
mieux discréditer et ridiculiser la nation française à L E C TU R E AN ALY TI QU E
laquelle il prête ces propos. La relation de cause à
effet ne s’établit que par une fausse logique : quel Un éloge de l’affection
rapport, en effet, entre le renom de « cuisiniers », Ce passage des Essais nous introduit à la question
« de tailleurs » et la pertinence des lois ? Les appa- de l’éducation chez Montaigne. L’exemple des
rences font oublier la barbarie. Voltaire dénonce regrets du Maréchal de Monluc nous permet d’imagi-
ainsi le décalage entre les apparences et la réalité. Il ner les principes d’éducation communs à cette
marque clairement cette opposition jusqu’à la période et qui veulent que le père affecte un « com-
dénonciation sans appel : « Les nations étrangères portement paternel fait de gravité, de mine affectée »
jugent de la France par les spectacles, par les (l. 5‑6), de « rudesse » (l. 16) et d’une « manière tyran-
romans, par les jolis vers… » (l. 29, 30) alors qu’il n’y nique ». (l. 16-17) C’est donc une éducation sévère
a pas de « nation plus cruelle que la française » qui veut qu’on offre à ses enfants « une physionomie
(l. 33). Il ironise en soulignant la différence entre la renfrognée et pleine de mépris » (l. 9-10), signe de
France et l’Angleterre et en inversant volontairement l’autorité paternelle et de la sévérité. Les parents ne
les valeurs : les Anglais sont qualifiés d’inhumains doivent pas se montrer « en toute confiance » (l. 5)
parce qu’ils nous ont pris « tout le Canada » (l. 17, dans ce type d’éducation. En cédant directement la
18) alors qu’ils ont renoncé « au plaisir de donner la parole au Maréchal à la ligne 5, Montaigne redouble
question  » (l. 
18). Il est à souligner l’antithèse l’expression de la souffrance et des regrets du père
appuyée entre « plaisir » et « question » qui vise à qu’il fait entendre à son lecteur. Cette éducation
dénoncer le caractère quasi sadique de la torture. sévère prive le père et son fils de l’occasion de bien
Voltaire ne cesse de montrer le décalage entre l’éclat se connaître et surtout de se dire l’affection partagée.
des apparences propre au Siècle des Lumières et Elle a pour conséquence que le fils du maréchal de
l’irrecevable réalité en faisant, tout au long du texte, Monluc est mort sans savoir l’amour ni l’estime que
référence à l’Histoire. « Les Romains n’infligèrent la son père lui portait (l. 8‑11). Ce regret est d’autant
torture qu’aux esclaves mais les esclaves n’étaient plus désespéré que la mort interdit toute réparation,
pas comptés pour des hommes » (l. 1-2). Une réfé- tout aveu même tardif et sa conséquence ultime est
rence qui, par comparaison, montre comment la jus- que le maréchal de Monluc n’a pu se faire aimer de
tice déshumanise, réduit l’homme à l’état de bête et son fils qui « n’a jamais reçu […] que rudesse » (l. 16).
qui indique surtout que rien n’a changé. Montaigne défend donc ici une éducation moins
Puis il abandonne totalement l’ironie pour faire réfé- sévère à travers le témoignage de ce père et de ses
rence à un dernier exemple emprunté à l’Histoire et regrets. Ainsi son vain masque, sa sévérité affichée
en comparant, pour les opposer, la Russie à la « contraint et tourmenté » (l. 13), n’a servi à rien. Il
France : la Russie, pourtant jugée barbare, a aboli la n’est que le signe de la vanité d’une supériorité qui
torture, la France l’a maintenue. n’est pas fondée et qui prive l’un et l’autre du plaisir
de « la révélation d’une singulière affection » (l. 11).
 233

9782210105010_.indb 233 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

La langue de Montaigne expressions qui donneront à ce courrier un carac-


Une lecture à haute voix du texte authentique de tère de vraisemblance en restituant la saveur de la
Montaigne se révèle toujours difficile. La langue, langue du xvie siècle.
dense et synthétique, la graphie des mots pronon-
cés différemment autrefois font obstacle à la pro-
nonciation et à la compréhension du texte. C’est Texte 6 – « Des coches » p. 326
pourtant l’occasion de faire sentir aux élèves le pas-
OBJECTIFS ET ENJEUX
sage du temps et les évolutions du français au fil
–– Analyser et évaluer l’argumentaire de chacune
des siècles que l’habitude de réécrire et moderniser
des parties.
les textes finit par oblitérer. On pourra tout d’abord
s’attacher à la reproduction du texte corrigé de la –– Comprendre le point de vue de Montaigne sur la
main de l’auteur pour de premières observations : question.
les graphies, « y » pour [i], « i » pour [j], « v » pour [u],
la forme de la lettre « s » qui ressemble à celle du L E C TU R E AN ALY TI QU E
« f » contemporain, l’esperluette, « & » pour « et » et
le tilde, « ~ », à la place de la lettre « n ». On revien- Une mise en scène de la rencontre
dra aussi sur la façon dont Montaigne procède par Montaigne en quelques lignes présente cette ren-
ajouts à son texte initial qu’il amplifie comme on contre dont on ne saura pas quand ni où elle pourrait
aura pu le constater dans le texte 4, p. 320, avec les avoir eu lieu : elle représente davantage le prototype
différentes strates du texte datées, et ce sera l’occa- de ces nombreuses rencontres qui ont eu lieu au fil
sion de souligner combien les ajouts sont impor- des pérégrinations, du cabotage des conquérants,
tants. On pourra ensuite noter les mots dont la « En naviguant le long des côtes » (l. 1). Les indéfinis
graphie témoigne d’une prononciation différente de « quelques Espagnols » (l. 2), « une contrée fertile »
celle d’aujourd’hui : « connoistre » (l. 6) « gardoy-je » (l. 2) ainsi que l’adjectif « habituelles » (l. 3) marquent
(l. 10) et tous les mots dans lesquels le son [e] d’au- le caractère général d’une rencontre « type » entre
jourd’hui s’écrivait « oi » et était prononcé [we]. On les colons et les Indiens. On peut lire ici deux mou-
notera aussi le développement de la majuscule et la vements correspondant aux deux temps de ce dia-
présence de lettres étymologiques «  l’Isle de logue « mis en scène » par Montaigne : le discours
Maderes » (l. 2), « gouster » (l. 5) qui rappellent l’ori- des Espagnols pour commencer, « leurs déclara-
gine latine du français. On relèvera les constructions tions habituelles » (l. 3) qui s’étend sur une dizaine
qui ont changé depuis la Renaissance puisqu’on ne de lignes (l. 3 à 11) ; puis la réponse des Indiens est
dit plus aujourd’hui « communiqué à luy » (l. 4) par développée plus longuement (l. 11‑32). Ce sont les
exemple. Enfin le vocabulaire a évolué comme on le Indiens qui ont le dernier mot dans cet échange qui
voit avec « refroignée » (l. 8) pour « renfrognée », privilégie de ce fait leur discours.
« creance » (l. 9) pour « croyance » même si ce Dès la première ligne, le mot « mines » indique clai-
vocabulaire reste transparent. Les élèves découvri- rement ce que recherchent les Espagnols : de l’or et
ront ainsi que la langue a changé selon les variations des biens. La dernière phrase le rappelle « les Espa-
de sa prononciation et son rapport de plus en plus gnols ne trouvèrent pas les marchandises qu’ils
lointain avec son origine latine. Mais ce sont aussi cherchaient » (l. 34-35). Ainsi le seul moteur de la
les codes de sa graphie qui ont évolué, notamment conquête semble bien être l’avidité et la cupidité. La
à travers une uniformisation due au développement déclaration des Espagnols est un discours autori-
de l’imprimerie. On notera enfin que, quoiqu’éloi- taire qui n’attend pas de réponse puisque leurs
gnée du français d’aujourd’hui, on peut avec interlocuteurs n’ont pas la liberté d’accepter ou de
quelques efforts pénétrer encore ce langage vieux refuser ce qui n’est qu’un coup de force illégitime.
de quatre siècles. Face à cette attitude des Espagnols, la réponse des
Indiens propose une autre image de leurs valeurs au
Synthèse travers également de leurs coutumes et comporte-
C’est dans le registre pathétique que Montaigne fait ments. À la soif du lucre, ils opposent leur généro-
s’exprimer le maréchal de Monluc pour évoquer son sité qui leur fait accepter de donner des vivres et de
fils disparu à la guerre dont il regrette de n’avoir pas l’or à ceux qui en réclament, à la fois parce qu’ils ont
su lui dire son estime et son affection. le sens de l’hospitalité et qu’ils sont généreux. Ils ne
tiennent l’or « en nulle estime » (l. 19) ne s’attachant
S ’ E N T RAÎ N E R À L’É CR I T UR E D’I NV EN TI ON qu’à sa valeur esthétique au service de leurs dieux,
des dieux auxquels ils sont fidèles, ce qui témoigne
La lettre que le Maréchal de Monluc aurait pu écrire aussi de leur piété pour une religion ancienne signe
à son fils doit être cohérente avec le propos qu’il de l’ancienneté de leur civilisation : « après s’en être
tient à Montaigne et les regrets qu’il exprime. servis si utilement pendant si longtemps » (l. 24‑25).
On encouragera les élèves à réemployer des D’autres qualités caractérisent encore ce peuple, le
234

9782210105010_.indb 234 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

goût pour la vie et le bonheur, le sens de l’amitié. vont opposer la logique prenant au pied de la lettre
Pour autant, ils ne sont pas forcément tels qu’on a les propos des Espagnols pour montrer qu’elles
pu les peindre, craintifs voire lâches. Ils ont une jus- conduisent à des contradictions : on ne peut se dire
tice qui peut se montrer rigoureuse et ils ne craignent pacifique lorsque l’on est en armes ; on ne peut se
pas la confrontation ni le combat menaçant à leur dire puissant quand on est dans le dénuement
tour les Espagnols s’ils se montrent sourds à la rai- «  puisqu’il demandait, il devait être indigent  »
son. Enfin la civilisation de ce peuple éclate tout au (l. 13-14) et enfin on ne peut donner ce que l’on ne
long du texte dans cette volonté de dialoguer, de possède pas. Les deux réponses suivantes se
raisonner, et ce de façon convaincante, avant – ou situent sur un plan différent : les Indiens acceptent
plutôt – que de recourir à la force. En comparaison, de donner sans rechigner des vivres et de l’or, du
la civilisation des Espagnols paraît fondée sur le seul moins dans la proportion de ce dont ils n’ont pas
goût de la richesse, sur la seule volonté de puis- besoin. Et s’ils se montrent enfin intéressés par le
sance et l’intolérance religieuse. Ils méprisent tout Dieu unique dont on leur parle, par fidélité ils
ce que pourraient leur apporter les autres, mis à part déclarent préférer les leurs. La raison et la logique
la richesse, ce sur quoi conclut Montaigne en écri- sont à nouveau convoquées pour signaler combien
vant « ils ne firent arrêt ni entreprise ; quelque autre il est peu raisonnable de menacer des gens dont on
avantage qu’il y eût : témoin mes Cannibales » ignore la puissance, montrant qu’à la force on peut
(l. 35‑36). L’adjectif possessif dit bien de quel côté toujours répondre par la force : « qu’ils se dépê-
va la préférence de Montaigne et l’ironie de l’emploi chassent – et promptement – de quitter leur pays »
du mot « cannibale » renforce son jugement qui a pu (l. 28‑29). Cette réponse est parallèle à la menace
paraître en son temps bien paradoxal mais montre qui conclut le discours des Espagnols mais elle est
de quel côté se trouve la civilisation. fondée sur la raison et non sur la force.
Le dialogue Synthèse
Les « déclarations » des Espagnols adressées aux De toutes les façons possibles, à travers le récit,
Indiens sont avant tous des exigences et des dans ses commentaires, en mettant en scène ce
demandes qu’ils justifient en référence à des droits dialogue entre les Espagnols et les Indiens, en don-
affichés comme légitimes. Envoyés par le roi le plus nant à ces derniers le dernier mot, en leur prêtant le
puissant du monde, ils se présentent comme les discours le plus raisonnable, Montaigne dénonce la
détenteurs du pouvoir sur tout le continent au nom soif de l’or moteur de la conquête, il démonte le por-
du double pouvoir reconnu dans l’occident du trait caricaturé d’un peuple qualifié dans le meilleur
xve siècle : le pouvoir temporel du roi et le pouvoir des cas de peuple enfant, peuple balbutiant, de
spirituel de Dieu délégué au Pape. C’est donc au peuple esclave dans le pire.
nom des puissances du monde qu’ils formulent
leurs demandes. D’abord générales, « être tribu- L E C TU R E D ’I MAGE
taires » (l. 7), c’est-à-dire leur payer des impôts,
elles se précisent avec ce qui est nécessaire aux La composition offre un ordre de lecture narratif ou
Colons, « des vivres » (l. 8), mais aussi de l’or. chronologique, du haut à gauche au bas à droite, qui
Chaque demande est assortie d’arguments ou de permet de reconstituer l’organisation de l’exploita-
justifications qui ne se situent pas nécessairement tion des mines d’or par les Espagnols qui y font tra-
sur le même plan : payer des impôts pour être bien vailler les Indiens. Les Espagnols sont debout,
traité, c’est reconnaître la supériorité de l’autre, don- statiques et armés à l’arrière-plan tandis que dans
ner des vivres pour de la nourriture c’est une tauto- des excavations représentant les mines on voit les
logie qui ne justifie pas la requête. La demande d’or Indiens occupés aux différentes phases de l’extrac-
est assez curieusement destinée à un « médica- tion et du traitement du minerai, jusqu’à la scène du
ment » (l. 9), ce qui ressemblerait assez à un men- premier plan. Quelques palmiers évoquent l’exo-
songe. Enfin, les Espagnols inscrivent la conquête tisme du décor tandis que la tenue et le mobilier des
dans un projet de christianisation des peuples Espagnols représentent au premier plan l’origine
­rencontrés. La religion est alors dite vraie (l. 10), ce européenne des conquérants. Les Indiens sont
qui n’autorise donc pas la discussion. Quelques représentés presque nus dans une représentation
mots en discours narrativisé « ajoutant quelques ethnocentrique qui les fait ressembler à l’idéal de
menaces » (l. 11) servent de conclusion à ces beauté des statuaires de l’Antiquité. En mouvement,
« déclarations ». Le discours des Indiens va consis- courbés sous de lourdes charges, ils semblent acca-
ter à réfuter systématiquement la sincérité, la légiti- blés par le travail tandis que les Espagnols qui les
mité, la logique même des déclarations des surveillent et les commandent voient des fortunes
Espagnols en les reprenant terme à terme au rythme déversées à leurs pieds, un flot d’or qui s’écoule. On
de l’anaphore de la locution « quant à » qui souligne pourra aisément montrer que dans cette représenta-
chaque réponse. Au droit du plus fort, les Indiens tion, cette mise en scène et en couleur, les Indiens

 235

9782210105010_.indb 235 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

apparaissent exploités par des conquistadors uni- corps » (l. 16), « seulement le tour des yeux » (l. 19).
quement intéressés par les richesses, comme l’ex- Plus loin, il dira qu’ils sont « très bien faits » (l. 14),
trait des Essais qu’elle illustre l’aura déjà montré. La avec des corps harmonieux et de très beaux visages.
fonction de cette image consiste à informer mais L’accumulation des détails montre la fascination de
dans le même temps elle offre un jugement sur les Colomb, étonné par la diversité, la fantaisie des
faits qu’elle évoque : on pourra parler à cet égard, peintures dont se parent les Indiens. Il offre ainsi une
évoquer sa dénotation et ses connotations. description édénique et hyperbolique. Il évoque
ensuite leurs armes et par là leur comportement
G R A MMA I RE pacifique : ce qui caractérise les Indiens c’est leur
ignorance qui ressemble à de l’innocence : ils n’ont
On pourra reformuler les propos des Indiens en dis- pas d’armes seulement des sagaies et ils ne
cours direct en prenant quelques libertés avec le connaissent même pas le fer. Toutefois ils se
texte d’origine pour l’éclairer : « Vous dites que vous défendent quand d’autres, plus belliqueux tentent
êtes paisibles mais, si vous l’êtes, cela ne se voit de les réduire en esclavage. Les échanges entre les
pas beaucoup ; quant à votre roi il doit être indigent uns et les autres nous montrent de la part des Espa-
et nécessiteux puisqu’il réclame des choses ; et gnols une générosité bien mesurée car ils donnent à
celui qui vous a distribué nos territoires il doit être un «  quelques-uns d’entre eux quelques bonnets
homme qui aime la dissension pour donner à un rouges » (l. 3‑4) mais qui provoquent un « grand
tiers quelque chose qu’il ne possède en créant ainsi plaisir » (l. 5) aux Indiens : ces derniers apportent
un conflit avec nous, ses anciens possesseurs. » tout ce qu’ils possèdent, d’où la diversité de leurs
cadeaux : perroquets, sagaies, coton. Ces présents
S ’ E N T RAÎ N ER À L’É CR I T UR E D ’I NV E N TI ON vairés et coloriés symbolisent aussi l’exotisme du
territoire découvert. Ils montrent aussi la générosité
Les élèves pourront imaginer que les Espagnols des Indiens qui donnent tout « ce qu’ils avaient »
demandent à des indigènes de venir travailler afin de (l. 10) contre des « petites perles de verre et grelots »
les aider à installer un premier campement, ou (l. 9) et pourtant Colomb a bien précisé qu’ils
encore de les conduire vers les endroits où ils paraissent très « dépourvus de tout » (l. 11). Le
trouvent de l’or. Journal de bord est envoyé aux Rois Catholiques
qui ont commandité la flottille de Colomb. Quand
Colomb décrit les Indiens comme des êtres paci-
Texte écho – Christophe Colomb, fiques qui ne connaissent pas les armes, qu’ils sont
Journal de bord (1492‑1493) p. 328 généreux, on peut imaginer une visée argumentative
à son propos. Il s’agit de persuader les souverains
OBJECTIFS ET ENJEUX que la conquête sera facile.
–– Reconstruire le contexte de la découverte
du Nouveau-Monde. Montaigne, lecteur de Colomb
–– Distinguer l’orientation argumentative Montaigne a été un grand lecteur des historiens de
de l’évocation des Indiens par les Européens. tous les temps et il n’a pu ignorer les propos de
Colomb, le premier à avoir aperçu les habitants du
L EC T UR E A N A LYT I QU E Nouveau Monde. Comme lui, il représente les
Indiens, dans leur apparence, comme des êtres sou-
Le regard de Colomb, l’Européen vent nus ou peu vêtus, simples voire naïfs. Toutefois
Avec cet extrait du Journal de bord de Colomb, le Montaigne leur prête aussi sa voix, ses discours et
lecteur contemporain partage le premier regard raisonnements et montre, ce faisant, qu’ils n’ont rien
porté sur les Indiens. L’évocation des Indiens se fait à envier aux Européens quant à leur intelligence,
dans un portrait en trois temps. Une première évo- logique et culture. Souvent aussi Montaigne les pré-
cation assez précise de leur aspect physique : s’ils sente comme des victimes de la colonisation et les
sont « très dépourvus de tout » (l. 11), ils sont sur- plaint, ce que ne fait pas Colomb comme on peut le
tout dénués de vêtements ! Cette nudité est aussi lire ici : son admiration n’est pas dénuée de préjugés
celle des premiers hommes dans le paradis terrestre ni d’arrières pensées. Quant à sa générosité, elle est
et la suite du texte renforce cette ressemblance. Les calculée et raisonnable.
portraits variés et détaillés sont connotés positive-
ment : les Indiens sont « jeunes » (l. 13), leurs che- Synthèse
veux sont « aussi gros que la soie de la queue des Pour répondre, on proposera une opposition entre la
chevaux » (l. 15‑16) ; ils « se peignent le corps en vision d’un peuple à l’état sauvage, en quelque sorte
brun » (l. 18), et ne sont « ni nègres ni blancs » (l. 19). des enfants ignorants, « très dépourvus de tout » qui
Cette diversité des couleurs est démultipliée par la semblent fragiles, vulnérables chez Colomb, en
diversité des parties peintes, « le visage » (l. 18), « le s’appuyant plus particulièrement sur les réponses
236

9782210105010_.indb 236 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

aux questions 1, 3 et 5 et la présentation d’êtres gesticulent et se montrent menaçants. L’importance


lucides, habiles à raisonner et à argumenter en accordée à la représentation des vases et objets
reprenant les réponses aux questions 4, 5, 7 et sur- précieux souligne à nouveau le désir de richesse et
tout 8, p. 327. d’or des conquérants. On retrouve également l’op-
position entre ces Espagnols en arme face à des
Indiens nus et pacifiques ou du moins très inférieurs
Lecture d’image – Théodore de Bry, en force. Le point de vue de Théodore de Bry est
Destruction des Indes (1598) p. 329 semblable à celui de Las Casas dont il épouse la
cause à travers ses dessins. On notera le point de
OBJECTIFS ET ENJEUX
vue ethnocentriste dans la technique de représenta-
–– Comprendre la dénonciation que constitue
tion de l’univers indien, notamment les vases et les
l’image.
plats précieux représentatifs de l’orfèvrerie euro-
–– Lire l’ethnocentrisme de la représentation
péenne. Les corps des Indiens ressemblent aussi à
de ceux qu’on n’a jamais vus.
la statuaire antique source d’inspiration et seul
modèle des artistes de la Renaissance.
L E CT U RE A NA LY T I QUE

Les événements évoqués dans cette page


concernent la conquête du Pérou. Les faits : en Perspective – Claude Lévi-Strauss,
1532, Pizarre est de retour au Pérou avec 63 cava- Tristes Tropiques (1955) p. 330
liers et 200 fantassins. Deux frères Incas se dis-
OBJECTIFS ET ENJEUX
putent la succession du chef Inca Huayna Capac qui
–– Déterminer le projet de l’ethnologue.
a succombé à la variole amenée par les Européens.
Les Espagnols s’engagent dans la montagne en –– Penser le savoir en dépendance étroite avec le
direction de Cajamarca où se trouve Atahualpa, un degré de culture de l’observateur.
des deux prétendants au trône de l’Inca. Après une
rencontre assez froide entre Indiens et Espagnols L E C TU R E AN ALY TI QU E
une seconde entrevue est prévue : mais c’est un vrai
piège que l’Espagnol tend à Atahualpa. Dès son arri- Dans ce passage du début de son œuvre, Claude
vée, les Espagnols le rejoignent, tuent un grand Lévi-Strauss dit son regret de n’avoir pas vu le
nombre de ses hommes et s’emparent de lui en le « Nouveau Monde » comme ses premiers décou-
faisant tomber de sa litière. Ils négocient ensuite vreurs. Il développe un réseau qui oppose la vérité,
avec lui le paiement d’une rançon contre sa liberté. la pureté des premiers temps d’un objet « non
L’Inca verse une somme supérieure à celle qui était encore gâché » (l. 2), qui procure « la satisfaction la
convenue mais les Espagnols ne tiennent pas leur plus pure […] la moins altérée » (l. 7-8). Il oppose de
promesse et le condamnent à être brûlé vif. Devant fait la vérité de la première rencontre à la dégrada-
ses protestations, ils consentent à lui appliquer le tion engendrée par les rencontres entre les civilisa-
supplice du garrot puis ils brûlent son cadavre. On tions : « se corrompre par leur contact » (l. 14). Mais
retrouve dans le dessin qui illustre la page de titre la ce regret constitue un cercle vicieux pour l’ethno-
technique de Théodore de Bry pour représenter les logue : c’est la connaissance qui aiguise le regard
Espagnols et les Indiens (Cf. p. 327). du voyageur. Or, sans savoir préalable, les premiers
voyageurs n’ont pas perçu tout ce qui se présentait
Le dessin à leurs yeux et qui a disparu. Choisir le moment de
L’espace au centre de la page réservé au long titre son observation, c’est donc choisir entre la pureté et
de l’ouvrage dont on relèvera qu’il raconte et la vérité des premiers regards et la diversité du
dénonce explicitement la conquête, permet de dis- savoir accumulé ; c’est choisir entre le statut de
tinguer le texte du dessin. On notera cependant que « voyageur ancien » (l. 17) et celui de « voyageur
le titre semble reposer sur un soubassement qui se moderne » (l. 18-19). Curieusement, ce dilemme
fond à la manière d’un mur, un arrière-plan. Texte et s’écrit dans un vocabulaire et une rhétorique bien
dessin entretiennent des liens très forts. Autour de éloignés du discours scientifique : pour qualifier le
l’espace de texte s’organisent plusieurs dessins qui monde des Indiens du xve siècle, Claude Lévi-
retracent les événements organisés selon l’ordre Strauss évoque un « prodigieux spectacle » (l. 17)
chronologique : de haut à gauche, au centre en bas ou « vrai spectacle » (l. 21) qui pouvait cependant
on assiste à l’arrestation d’Atahualpa et des deux provoquer « raillerie et dégoût » (l. 17). Il se met en
côtés aux cortèges des Indiens venant payer sa ran- scène dans une attitude de déploration, « je gémis
çon. Les armes des conquistadors renforcent les devant les ombres » (l. 20-21), « aussi désespéré
lignes de force du dessin et attirent le regard sur les que moi » (l. 24), et dit son incertitude au travers
représentations de l’Inca. Ligoté mais serein, il paraît de questions rhétoriques. Enfin le « je » est ici
bien calme face à Pizarre et ses lieutenants qui omniprésent et signifie que c’est de l’attitude de
­
 237

9782210105010_.indb 237 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

l’ethnologue, de son vécu et de ses sensations et du propos de Montaigne. Le titre choisi, Un été avec
sentiments qu’il est ici question. L’ethnologue Montaigne, dit que le commentaire doit être léger et
contemporain selon Lévi-Strauss est donc cet être distrayant, dans une forme courte et dynamique.
incomplet, qui possède une humanité trop insuffi-
sante pour percevoir la diversité, la richesse de son « Cueille le jour »
objet. Ce faisant, il renverse les représentations Ce passage constitue la dernière page, le dernier
communes : la question du savoir est moins dans un commentaire de l’œuvre et, à ce titre, un seuil impor-
objet à élucider qui serait détruit ou corrompu que tant à vocation conclusive. Dès lors, Il n’est donc
dans la capacité humaine à percevoir une vérité qui pas étonnant qu’Antoine Compagnon évoque à la
lui échappe car placée devant lui dans une évolution fin de son ouvrage les dernières pages des Essais
qui ne s’est pas encore produite. qui doivent offrir à la quintessence de la pensée, la
forme la plus aboutie d’une réflexion construite sur
P ROL ONG E MEN T S deux décennies.
La pensée de Montaigne s’inscrit dans une tradition
La description que fait Lévi-Strauss du voyageur antique qui dit les conditions d’une vie bonne. En
ancien « confronté à un prodigieux spectacle dont citant Horace, Montaigne témoigne une fois de plus
tout ou presque lui échappait » (l. 17‑18) correspond de son intérêt pour les historiens, les philosophes et
bien à l’image que l’on peut se faire de Christophe poètes de l’Antiquité, dont il a fait inscrire les pen-
Colomb au travers de sa description des Indigènes sées les plus saisissantes sur les poutres du plafond
(p. 328). L’admiration qu’il montre pour leur beauté de sa librairie. L’aphorisme d’Horace, « Carpe diem »
et celle du décor dans lequel ils vivent tient davan- – « Cueille le jour » – est une métaphore expressive
tage à sa représentation du paradis terrestre. Pri- de l’épicurisme qui dit qu’il faut profiter de chaque
sonnier de sa culture, il ne peut expliquer ce monde jour qui passe ; Antoine Compagnon encadre la
inconnu qu’en le référant à sa religion et à la civilisa- sentence latine par deux reformulations, lignes 1 à 3,
tion européenne dans un ethnocentrisme présent à « savourons tranquillement les plaisirs de l’instant »
chaque ligne. Incapable de voir la différence, il ne et « Cueille le jour présent sans te soucier du lende-
perçoit que la dégradation et la corruption de ce qui main. » qui l’explicitent nettement. Montaigne met
a pour lui a de la valeur et de l’importance. Lévi- en œuvre ce précepte en vivant pleinement les acti-
Strauss, comme Montaigne, fait de l’humanité la vités auxquelles il s’adonne : « Quand je danse, je
condition d’accès à la connaissance. C’est parce danse ; quand je dors, je dors » (l. 6) il ne se laisse
qu’il connaît à la fois la dimension irréductible de sa pas détourner de ses occupations : « si mes pen-
condition et son appartenance à une communauté, sées se sont entretenues des occurrences étran-
qu’il peut essayer son entendement, confronter les gères […] je les ramène à la promenade ». (l. 7 à 9).
points de vue et accéder au savoir. La différence L’expression « esthétique de vie » constitue une
tient peut-être dans une vision plus évolutive de autre façon de dire que la morale de vie de Mon-
l’humanité chez Lévi-Strauss. L’homme est toujours taigne, son « éthique » (l. 11), est la recherche de
en retard pour saisir un objet qui lui échappe en par- moments agréables, vécus pleinement et attentifs à
tie mais le fait pourtant évoluer et le rend plus acces- la beauté du monde : « je les ramène à la prome-
sible à la compréhension d’un monde qui change nade, au verger, à la douceur de cette solitude, et à
plus vite que lui. moi. » (l. 8-9). Mais c’est finalement à soi que cette
beauté renvoie, à Montaigne, qui poursuit son ques-
tionnement, se demandant : « Qui suis-je ? ».
Perspective – Antoine Compagnon,
Un été avec Montaigne (2013) p. 331 La condition humaine
« Et au plus élevé trône du monde, si nous ne
OBJECTIFS ET ENJEUX sommes assis que sur notre cul. » (l. 15-16) : c’est
–– Réfléchir avec Montaigne à l’humaine condition par cette allusion triviale, écrite dans un langage très
–– Comprendre l’intérêt d’une lecture universitaire familier voire vulgaire, que Montaigne rappelle cha-
de Montaigne aujourd’hui cun à sa condition : un être matériel soumis aux lois
d’une nature et de fonctions organiques qui lui per-
L EC T UR E A N A LYT I QU E mettent de vivre. Et l’ambiguïté du « trône » qui
aujourd’hui peut encore signifier « lieux d’aisance »
Pour les citations de Montaigne, les numéros de ramène tout le monde, prince ou manant à cette
page inclus dans le texte renvoient à l’édition des condition humaine. Comme souvent chez Mon-
Essais, sous la direction de Jean Céard, du Livre de taigne, le sens de la formule, le choix de l’ironie, un
poche », coll. « La Pochothèque », 2001). « parler prompt », « simple et naïf », qui peut aller
Antoine Compagnon a accepté le temps d’un été et jusqu’au « style bas », constituent la voie à une
d’une série d’émissions de radio de dire l’actualité « parole vraie » qui saisit le lecteur et lui fait
238

9782210105010_.indb 238 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 1

comprendre l’essentiel d’une philosophie et des C’est aussi ne pas oublier que les textes littéraires
leçons qui en découlent. L’esthétique de la vie qui aux programmes du lycée n’ont pas vocation à res-
est à nouveau proposée ici est celle de l’ordre et de tituer les seuls contextes historique et littéraire qui
la mesure : « sans miracle et sans extravagance. » serait celui de leur écriture, mais qu’ils doivent être
(l. 17-18) La langue de Montaigne doit être prise au reçus par des élèves dans l’univers qui est le leur,
pied de la lettre. « L’extravagance », c’est s’égarer, pour y découvrit en quoi il peut encore leur parler,
prendre des chemins de traverse, se perdre. Quant les toucher voire les convaincre.
au « miracle », il peut renvoyer à l’univers de la Cette séquence engage le lecteur, à partir du projet
croyance, de la superstition, dans un sens très large de Montaigne d’écrire un livre dont il est « la matière »,
et désignant tout ce que la raison doit écarter ; il à s’interroger sur sa condition et à y trouver moins
peut aussi nous amener à nous demander si le des réponses qu’une invitation à vivre (textes 1,
questionnement de Montaigne ne le conduit pas à p. 314 et 2, p. 316 ; texte d’Antoine Compagnon). Ce
douter de la religion, de l’existence d’une transcen- sont les leçons d’un humaniste qui fait œuvre éthique
dance. L’ambiguïté ne peut être levée dans les et morale. Mais Montaigne sait, pour paraphraser
Essais qui se donnent à lire comme un questionne- une phrase célèbre, qu’on ne naît pas homme, mais
ment, « que sais-je ? », plutôt que comme une qu’on le devient. C’est ce point de vue qui est déve-
doctrine. loppé dans l’extrait « De l’éducation des enfants »
(p. 316). Éducation de la réflexion, méfiance du rabâ-
Le projet d’Antoine Compagnon chage et du seul travail de la mémoire, guidage et
Dans ce court extrait, Antoine Compagnon témoigne accompagnement plus que gavage, ce programme
du travail d’un universitaire qui analyse une œuvre d’éducation très moderne peut éclairer une réflexion
pour s’engager dans une démarche interprétative contemporaine sur l’enseignement. Cette question
fondée : il sélectionne des passages et les cite pour est élargie à la famille dans le texte 6 (p. 324), où le
étayer son interprétation. Il questionne l’œuvre selon Maréchal de Monluc regrette la rigueur de l’éduca-
des perspectives qui peuvent être variées, complé- tion prodiguée à son fils qui l’a privé de son affection.
mentaires, mais qui doivent surtout être explicitées : La place de l’enfant dans la société et dans la famille
dans cet extrait, l’interrogation vise surtout à éclairer y trouve une légitimité que développeront les pen-
la philosophie de la vie, l’éthique de Montaigne.  «  Les seurs des Lumières deux siècles plus tard.
dernières pages des Essais déclinent cette morale Enfin, la grande affaire de Montaigne, c’est de pen-
sous toutes ses formes… » (l. 4-5). ser soi et l’autre et la légitimité des rapports de pou-
Mais l’intérêt d’Antoine Compagnon dépasse ici un voir dans la société qui s’accommode bien mal de la
seul projet de savoir, de lecture générale et savante dignité humaine et de la justice. C’est au nom de
d’un ouvrage. Le dernier paragraphe introduit un l’humanité et de la justice qu’il récuse toute torture et
« nous », « la vie telle qu’elle nous est donnée… » tout mépris porté à d’autres hommes, fussent-ils ori-
(l. 19), qui fait du chercheur un lecteur parmi les ginaires d’un Autre et Nouveau Monde. (Cf. Prolon-
autres, dans la communauté des lecteurs de Mon- gements du texte de Claude Lévi-Strauss, p. 330).
taigne qu’il rallie. La preuve en est dans sa dernière
phrase, dont les derniers mots sont : « notre frère ».
Cette fraternité revendiquée dans un possessif qui la Vocabulaire
souligne, c’est l’adhésion à une vision de l’humanité, Le vocabulaire de la délibération p. 332
à une appartenance qui la fonde et qui prolonge,
c’est une pensée humaniste renouvelée qui dit que 1. É TY MOL OGI E
la littérature, c’est aussi une leçon de vie dont nous
tentons de comprendre le sens, que la littérature Délibérer vient du latin deliberare qui signifie faire une
« c’est la vie ». pesée dans sa pensée, réfléchir pour prendre une
décision ; en français moderne l’accent est mis sur le
PR OL ONG E ME NT caractère collectif de l’opération. On peut relever les
mots suivants qui font partie de la famille de délibé-
Lire Montaigne au xxie siècle, c’est entrer dans un rer : une délibération est l’action par une assemblée,
projet qui peut répondre au questionnement de par un groupe de délibérer ; délibératif est une forme
l’homme d’aujourd’hui, enjoint à devenir autonome, adjectivale qui caractérise un texte ou un discours
à construire le sens de sa vie hors de toute trans- qui offre une discussion un débat ; délibéré est une
cendance imposée, de toute vérité et de tout dogme autre forme adjectivale qui signifie en connaissance
partagés. Se penser dans la relation à l’autre est de cause, volontairement et a donné naissance à
également indissociable de cette quête du sens et l’adverbe délibérément ; sous sa forme nominale, le
des règles d’une vie bonne – et donc belle comme mot délibéré désigne le temps de la concertation
dans ces exempla de l’Antiquité – dont ce texte vient entre des magistrats avant la remise de leurs conclu-
d’interroger les conditions. sions ou décision suite à une délibération.
 239

9782210105010_.indb 239 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

2 . SY NONYME S E X P R E SSI ON É C R I TE

Les verbes, débattre, discuter, consulter, examiner, Sujet 1


cogiter, méditer, étudier, penser, réfléchir, sont des On pourra conseiller aux élèves une réponse écrite
synonymes du verbe délibérer classés du plus pré- sur le modèle de la réponse que prête Montaigne
cis au plus général. aux Indiens aux demandes des Espagnols dans le
texte page 326. Si les Indiens ignorent le métal et les
3. S E N T I ME NT S E T DÉ L I BÉ R AT I ON S armes à feu, ils savent travailler avec un grand talent
la pierre, les pierres précieuses qui peuvent rempla-
Rodrigue est partagé entre le devoir de venger son cer aisément les objets en métal et s’ils ignorent les
père et l’amour qu’il éprouve pour Chimène, qui le armes à feu, c’est certainement le signe de leur goût
porte à ne pas le faire. Il délibère entre ces deux pour la paix. Quant à l’utilisation de la roue elle n’est
actes et la métaphore « Que je sens de rudes com- pas très utile dans un pays montagneux. Ils portent
bats » dit sa souffrance et combien il est partagé leurs fardeaux sur leur dos mais c’est le seul moyen
entre deux sentiments, le courage que son souci de dans un pays sillonné par les fleuves et les mon-
l’honneur provoque et l’amour qui le retient. tagnes. Quant à leur nourriture elle paraît détestable
à des Européens qui pourtant se régalent de mol-
4. P RO C É DÉ S DE L A DÉ L I BÉ R AT I ON lusques et de grenouilles qu’un Indien ne mangerait
jamais…
a. L’alternative. Ou bien la vie est sacrée et c’est
pourquoi, on ne doit pas mettre à mort un assassin Sujet 2
ou bien elle ne l’est pas et la peine de mort ne s’im- Le questionnement vaut certainement mieux que
pose pas davantage. l’affirmation. N’est-ce pas, en effet, toujours le doute
b. La concession. Vous avez raison de dire que les qui génère la recherche de la vérité ? Il me paraît
Indiens sont coupables de cruauté mais vous le évident qu’osciller entre deux solutions c’est se
savez, c’est dans une situation de guerre, une guerre contraindre à les analyser, à les confronter pour,
que nous menons sur leurs terres qu’ils défendent et éventuellement, en construire une troisième.
que nous cherchons à leur prendre. On peut certes considérer le questionnement
c. Le distinguo. « C’est une dangereuse invention comme un refus de s’engager et l’affirmation comme
que celle des tortures et il semble que ce soit plutôt une maîtrise de soi ; mais je répondrai à cela que
une épreuve d’endurance que de vérité. » (p. 320, l’on ne doit pas voir le doute comme une faiblesse
l. 1‑2) Le but de la torture est d’amener à la vérité. mais bien plutôt comme une recherche courageuse
Montaigne opère un distinguo en écrivant qu’on de son propre équilibre au milieu de celui des autres,
peut surtout mesurer la capacité de l’inculpé à sup- comme une remise en question de ses propres
porter la souffrance. connaissances et de ses propres visions du monde.
d. La réfutation. Vous dites que les Indiens sont des Personne, me semble-t-il, ne me contestera si j’af-
esclaves par nature, je vous dirais que lorsque les firme, par exemple, que les sciences oscillent tou-
Espagnols sont arrivés, ils ont découvert des socié- jours entre questionnement et affirmation. Elles
tés organisées comme la leur avec des chefs et des n’émettent que des certitudes momentanées qui
sujets qui n’étaient pas pour autant des esclaves seront réinterrogées et dépassées. Mais, me direz-
mais des artisans, des paysans, des soldats, des vous, il s’agit là d’un domaine très spécifique… Ce à
princes et des prêtres aussi. quoi je répondrai par deux questions. N’en va-t-il
pas de même pour la religion ? Pour la politique ?
5. L’E XP R E S SI ON DU DOUT E , Ainsi questionner est-il aussi écouter, tenter de
DE   L’I NCE RT I T UDE comprendre ce qui n’est pas soi, et donc tolérer, On
pourra m’opposer que tout n’est pas acceptable et
a. Étudier, observer, consulter, douter, sonder, scru- que la tolérance extrême conduit à l’anarchie, au
ter, hésiter, résister, balancer, osciller, flotter, tâton- laxisme. La réponse n’est pas dans cette seule alter-
ner, tergiverser, atermoyer, barguigner. native. La réponse est dans une attitude de bon
b. Réticent, perplexe irrésolu, indécis, indéterminé, sens : laisser à l’autre le droit d’exprimer ses idées
incertain, embarrassé. n’empêche pas de les combattre.

240

9782210105010_.indb 240 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

Séquence 2
La question de la femme du xviiie siècle à nos jours p. 334

Problématiques : Quel regard nouveau porte-t-on sur la femme du xviiie siècle à nos jours ? Quels
écrivains contestent l’idée d’une infériorité intellectuelle et morale de la femme ? Quels sont les
enjeux et les formes de cette protestation ?

Éclairages : Il s’agira de voir comment des voix s’élèvent au xviiie siècle pour protester contre l’idée d’une
infériorité de la femme, s’appuyant largement sur la tradition religieuse, et sur un discours scientifique et
même médical. On observera comment des femmes prennent la parole pour dire les difficultés de leur
condition, et comment des hommes éclairés relaient leurs protestations. On verra que ce combat est illus-
tré dans tous les genres de l’argumentation.

Texte 1 – Madame du Châtelet, de distinction. Elle développe surtout son deuxième


Discours sur le bonheur (1779) p. 334 argument : l’amour de l’étude rend possible l’accès
à la gloire. Il s’agit là de deux passions différentes,
OBJECTIFS ET ENJEUX mais qui sont montrées comme étroitement reliées :
–– Découvrir la forme du discours. « dans l’amour de l’étude se trouve renfermée une
–– Observer le lien entre l’argumentaire passion […] celle de la gloire. » On suppose donc
et l’expérience vécue. que, pour Madame du Châtelet, l’étude doit néces-
–– Découvrir une revendication : le droit sairement conduire à des travaux ou des décou-
à l’éducation pour les femmes comme vertes qui permettent de se faire connaître. Enfin, et
pour les hommes. c’est le troisième argument, la passion de l’étude
permet d’affronter plus sereinement l’adversité :
L E CT U RE A NA LY T I QUE « […] c’est une source de plaisirs inépuisables ». Elle
a donc une vertu consolatrice pour reprendre le
Un argumentaire construit terme employé ligne 28.
Dans cet argumentaire construit, Madame du Châ-
telet se propose de défendre la passion de l’étude
Un plaidoyer
– le mot passion étant à prendre ici au sens large de Mais cet éloge de l’étude n’a de sens que dans la
goût vif, ardeur. La thèse qu’elle défend est claire- mesure où il permet à la locutrice de parler de la
ment posée aux lignes 13 et 14 : « […] l’amour de situation faite aux femmes au xviiie siècle. Madame
l’étude est de toutes les passions celle qui contribue du Châtelet s’attache en effet ici à montrer l’injustice
le plus à notre bonheur ». Cette thèse est posée par de leur sort. Elles sont d’abord désignées par une
opposition, au terme d’un raisonnement que l’on périphrase à la ligne 17 : « la moitié du monde »
pourrait qualifier de concessif. La locutrice com- – moyen de rappeler, bien sûr, la légitimité de leurs
mence en effet par rappeler la thèse d’ensemble de revendications. La locutrice dénonce ici en une for-
son discours : « il faut avoir des passions pour être mule incisive l’éducation qui leur est donnée : elle
heureux ». Cette thèse fort originale marque l’esprit leur « ôte les moyens » et « rend le goût impossible »
philosophique éclairé, qui s’oppose à la méfiance de de la gloire et de l’étude. La seule éducation pos-
la morale classique pour les passions considérées sible à cette époque pour les femmes est en effet
comme destructrices. Puis la locutrice concède qu’il tournée vers les arts d’agrément, outre quelques
est des passions dangereuses, et notamment l’am- éléments de culture littéraire – Madame du Châtelet
bition, dont elle mène une critique nuancée, en dis- constitue en elle-même une exception, puisqu’elle a
tinguant d’abord ses avantages (« ce n’est pas par bénéficié, grâce à l’amour de son père, d’une solide
la raison […] », « ce n’est pas parce que […] »), pour éducation scientifique. Cet accès inégal à l’éduca-
souligner ensuite son inconvénient majeur : « de tion compromet donc toutes les chances des
toutes les passions c’est celle qui met le plus notre femmes de s’illustrer. Dans le deuxième paragraphe
bonheur dans la dépendance des autres ». Cette du texte, la locutrice s’emploie à comparer la situa-
comparaison explicite lui permet donc enfin de valo- tion entre homme et femmes en dénonçant l’inéga-
riser par opposition la passion de l’étude. Pour lité entre eux des chances et des carrières : « les
défendre cette passion, elle s’appuie essentielle- hommes ont une infinité de ressources pour être
ment sur trois arguments. Elle montre d’abord, et heureux qui manquent entièrement aux femmes ».
c’est son argument principal, que cette passion Le recours à l’hyperbole (« une infinité de res-
assure les conditions d’une indépendance de l’être sources ») conjugué à l’antithèse (« ressources […]
à la ligne 13 – au contraire de l’ambition qui suscite qui manquent) permet de faire ressortir la cruauté du
une aliénation dans la quête frénétique des marques sort réservé aux femmes. Madame du Châtelet
 241

9782210105010_.indb 241 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

rappelle ensuite toutes les carrières qui s’ouvrent la table reçoivent une leçon de géographie dispen-
aux hommes, et aux hommes seuls : carrières poli- sée par un maître placé en recul, à l’arrière-plan. La
tiques, militaires, diplomatiques. Il faut donc remar- mappemonde, les cartes disposées témoignent de
quer ici l’opposition entre « ils ont bien d’autres leur curiosité scientifique. Mais il faut remarquer sur-
moyens d’arriver à la gloire » et « mais les femmes tout la dignité et l’élégance de la jeune femme pla-
sont exclues, par leur état, de toute espèce de cée à droite, qui, seule debout, la main posée sur la
gloire ». mappemonde et l’autre sur une carte, regarde vers
nous et semble s’approprier le monde.
Un discours plein d’émotion
Même si ce texte n’était pas destiné à la publication, VOC ABU L AI R E
il n’en reste pas moins un discours dans lequel la
locutrice s’implique et tente d’impliquer son locu- Le mot « passion » vient du latin patior signifiant
teur. Au-delà des formules à valeur de maxime, et du « souffrir ». Ce sens premier subsiste encore dans
présent gnomique qui les accompagne, (« il faut une expression empruntée au lexique religieux : « La
avoir des passions pour être heureux »), il faut passion du Christ », le martyr subi par lui, jusqu’à sa
remarquer l’emploi du « je », discret mais bien pré- crucifixion. Cependant, le terme a aussi pour sens
sent : « je ne parle pas ici », « je crois » et qui s’af- « affection vive de l’âme ». Madame du Châtelet
firme aussi dans une formule comme finale « j’ai dit l’utilise en ce sens. Aujourd’hui, le terme est surtout
que… ». La locutrice tente d’ailleurs d’impliquer son utilisé dans un sens spécialisé pour désigner un
lecteur dans son énoncé grâce à l’emploi du amour violent.
« nous », jusque dans la formulation de sa thèse :
« l’amour de l’étude est de toutes les passions celle S’E N TR AÎ N E R À L’É C R I TU R E D ’I N VE N TI O N
qui contribue le plus à notre bonheur ». À plusieurs
reprises, on peut même deviner l’expérience de la Critères d’évaluation :
femme et son vécu personnel derrière les formules • une thèse et deux arguments bien articulés.
généralisantes. La périphrase « une âme élevée »
• utilisation de toutes les marques du discours :
employée deux fois dans le texte (l. 15 et 27‑28) fait
présence d’un locuteur engagé dans son énoncé et
clairement référence à la sienne : c’est elle, cette
s’adressant à un interlocuteur.
âme élevée qui recherche la gloire, et qui aurait
aimé, pour y arriver, un choix de carrières semblable
à celui des hommes. L’indignation de la locutrice P I STE S C OMP L É ME N TAI R E S
devant les inégalités entre hommes et femmes paraît
ici clairement derrière les formules employées : le Autres sujets possibles pour l’oral
terme « exclusion » employé deux fois (l. 26 et 28), le • Comment Madame du Châtelet plaide-t-elle ici la
mot « condamnée » pour parler du sort fait aux cause des femmes ?
femmes, l’expression « il ne lui reste que l’étude » • Pourquoi peut-on dire que ce texte est engagé ?
marquée par l’emploi de la négation restrictive.
Synthèse
Écho de l’Antiquité – Aristophane,
Madame du Châtelet revendique ici surtout, pour les L’Assemblée des femmes
femmes, un accès égal à l’éducation. Plusieurs (vers 392 av. J.-C.) p. 336
arguments lui permettent d’appuyer cette revendi-
cation : elles sont « la moitié du monde » et ne sau- OBJECTIFS ET ENJEUX
raient donc être laissées de côté ; l’étude est pour –– Découvrir un texte fondateur.
elles le seul moyen d’accéder à la gloire ; l’étude les –– Étudier une revendication audacieuse :
console de toutes les autres carrières auxquelles le pouvoir politique.
elles ne peuvent accéder. –– Montrer comment la scène de comédie met
à distance la revendication énoncée.
L E CT UR E D’I MA G E
L E C TU R E AN ALY TI QU E
La lecture d’images permet de compléter la réflexion
menée ici par Madame du Châtelet. Ce tableau Gaillardine, qui répète le rôle qu’elle doit jouer
représente un salon élégant, comme le montre le devant les hommes en assemblée, énonce claire-
mobilier choisi, les rideaux épais, le tableau au mur. ment ici la thèse qu’elle s’apprête à défendre, faire
On pourrait parler de scène de genre : les person- donner le pouvoir politique aux femmes : dans la
nages sont saisis sur le vif, dans une scène de la vie phrase initiale d’abord, aux lignes 1 et 2, puis, dans
quotidienne d’époque. Trois femmes élégantes, dis- une reprise emphatique : « Allons, Messieurs, remet-
posées en triangle au centre du tableau et autour de tons l’État entre leurs mains à elles ». Pour défendre
242

9782210105010_.indb 242 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

cette thèse, et convaincre les hommes, elle compte par le rôle d’homme qu’elle tient. Bref, même s’il
sur plusieurs arguments. L’argument le plus déve- prête la parole aux femmes, le dramaturge ne
loppé porte sur les mœurs. Il s’agit de montrer que manque pas de ridiculiser leurs prétentions à
les femmes transmettent les traditions qu’elles res- gouverner.
pectent et se méfient donc du changement, ce
conservatisme étant ici valorisé. L’expression P R OL ON GE ME N T
« selon l’antique usage » et la mise en épiphore de
« comme dans le temps », contribuent à la force de Une autre comédie d’Aristophane met en scène, sur
cet argument répété. D’autres arguments sont fond de farce grossière, les rapports entre homme et
ensuite évoqués plus rapidement : la prudence mili- femme, Lysistrata. Le personnage éponyme, une
taire des femmes qui sont mères (« leur grand désir belle Athénienne, entraîne les femmes de toutes les
sera de ménager la vie de nos soldats ») ; leur effica- cités grecques dans une grève du sexe, tant que
cité sur le plan économique, mise en valeur par une leurs époux n’auront pas mis fin à la guerre. Le res-
question rhétorique (« qui mieux qu’une mère de sort comique essentiel relève ici de la farce paillarde,
famille en hâterait l’acheminement ») et par une voire obscène, mais la pièce pose aussi, en déca-
comparaison aussi sensible ici : « il n’y a pas plus lage, un vrai discours pacifiste ému au travers du
ingénieux qu’une femme ». L’exclamation et la pro- discours de Démobilisette, par exemple. Cette
messe finales donnent aussi une force persuasive comédie d’Aristophane a fait école et d’autres dra-
au discours de Gaillardine : « quelle heureuse exis- maturges ont mis en scène des femmes désireuses
de prendre le pouvoir, tout en montant plaisamment
tence vous allez mener ! ». La vivacité de ce dis-
leur échec. On peut rapprocher ce texte de La Colo-
cours est encore accentuée par les nombreux
nie de Marivaux, utopie sociale du xviiie siècle. L’ex-
verbes à l’impératif : « Remettons l’État […] laissons
trait suivant témoigne des revendications féminines :
leur […]. Songeons seulement […] ». L’expression
Arthénice, pour la noblesse, et Madame Sorbin,
volontairement assez familière donne aussi de la
femme d’artisan, tiennent ici tête aux hommes.
force aux conseils ainsi prodigués : « c’est elles plu-
tôt qui s’y connaissent pour flouer les autres », ainsi On bat le tambour et Lina affiche.
que la syntaxe souvent plus pittoresque que juste : Hermocrate. – Mais, qu’est-ce que c’est que cette
« Et ce qu’il pourrait y avoir qui marche bien, ne mauvaise plaisanterie ? Parlez-leur donc, seigneur
serait-ce pas le salut pour la Cité […] ? ». Enfin, Gail- Timagène, vous savez de quoi il est question.
lardine, dans le rôle de son époux, ne recule pas au Timagène. – Voulez-vous bien vous expliquer, Madame ?
besoin devant une vraie grivoiserie, sensée sans Madame Sorbin. – Lisez l’affiche, l’explication y est.
Arthénice. – Elle vous apprendra que nous voulons nous
doute faire rire son public : « elles ont le plaisir à se
mêler de tout, être associées à tout, exercer avec vous
faire tisonner comme dans le temps ».
tous les emplois, ceux de finance, de judicature
Cependant, ce discours en apparence féministe et d’épée.
s’inscrit avant tout dans une scène de comédie. Hermocrate. – D’épée, Madame ?
Même si l’argumentaire de Gaillardine est bien Arthénice. – Oui d’épée, Monsieur, sachez que jusqu’ici
mené, l’objectif du dramaturge reste de faire rire aux nous n’avons été poltronnes que par éducation.
dépens des femmes. Parmi les effets comiques, il Madame Sorbin. – Mort de ma vie, qu’on nous donne
faut signaler d’abord les arguments parfois peu effi- des armes, nous serons plus méchantes que vous ;
caces ou discutables de la jeune femme. Ainsi, la je veux que dans un mois, nous maniions le pistolet
longue énumération des usages ménagers tourne comme un éventail, je tirai ces jours passés
un peu au dérisoire : « elles essorent leurs laines […] sur un perroquet, moi qui vous parle.
elles s’accroupissent devant leur gril […] elles font Arthénice. – Il n’y a que l’habitude à tout.
cuire leurs gâteaux ». Même s’il s’agit de montrer la Madame Sorbin. – De même qu’au Palais, à tenir
résistance des femmes aux changements dange- audience, à être présidente, conseillère, intendante,
reux, l’énumération de leurs coutumes montre plus capitaine ou avocate.
leur efficacité ménagère que politique, et prête à Un homme. – Des femmes avocates ?
Madame Sorbin. – Tenez donc, c’est que nous n’avons
sourire ! Surtout, emportée par son enthousiasme,
pas la langue assez bien pendue, n’est-ce pas ?
Gaillardine en vient à risquer des traits qui ne jouent
Arthénice. – Je pense qu’on ne nous disputera pas
pas spécialement en faveur des femmes et qui des-
le don de la parole.
sinent même un portrait plutôt critique : elles ont Hermocrate : Vous n’y songez pas, la gravité
mauvais caractère (« elles font la vie intenable à de la magistrature et la décence du barreau ne
leurs maris »), infidèles et gourmandes (« elles ont s’accorderaient jamais avec un bonnet carré
des amants […] Elles s’achètent des friandises en sur une cornette.
cachette ») et enfin portées au plaisir. On n’est pas Arthénice. – Et qu’est-ce qu’un bonnet carré,
loin ici de la satire : Gaillardine accrédite des thèses Messieurs ? Qu’a-t-il de plus important qu’une autre
plutôt misogynes, emportée peut-être qu’elle est coiffure ?

 243

9782210105010_.indb 243 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

D’ailleurs, il n’est pas de notre bail, non plus que votre est assise à sa table de travail, et non pas alanguie
Code, jusqu’ici c’est votre justice et non pas la nôtre, sur un sofa, et le peintre n’a représenté que son
justice qui va comme il plaît à nos beaux yeux, quand ils buste. La pose est celle d’une intellectuelle qui réflé-
veulent s’en donner la peine, et si nous avons part à chit, la main contre la joue. De son autre main, elle
l’institution des lois, nous verrons ce que nous ferons tient un compas avec lequel elle dessine des figures
de cette justice-là, aussi bien que du bonnet carré, sur les grands livres ouverts devant elle. Tout nous
qui pourrait bien devenir octogone si on nous fâche ; rappelle ici la brillante scientifique qu’elle est.
la veuve et l’orphelin n’y perdront rien.
Deux mises en scène différentes
Les deux femmes ici présentes, opposées par leur
Le personnage est par ailleurs placé dans un cadre
statut social mais solidaires, revendiquent des droits
très différent. Tout, autour de Madame de Pompa-
légitimes ; cependant, elles prêtent à rire et l’ironie
dour, évoque le luxe et l’élégance. De précieuses
des hommes à leur égard comme la maladresse de
tentures tombent en d’élégants drapés à droite et à
leur expression alimentent la verve comique de la
gauche et dessinent comme un deuxième cadre au
scène.
tableau. Elles entourent en fait un miroir précieux,
richement encadré, qui forme un magnifique trompe-
l’œil, puisque s’y reflète, outre la nuque gracieuse de
Lecture d’images – François Boucher,
la marquise, le mobilier qui orne la pièce. On observe
La Marquise de Pompadour (1759) et œuvre
une bibliothèque bien remplie, et fastueusement
anonyme d’après Quentin de La Tour, rehaussée par une horloge en bronze. Rien de tel
Madame du Châtelet (xviiie siècle) p. 337 autour de la divine Émilie, pour reprendre le surnom
que Voltaire avait donné à Madame du Châtelet. Le
OBJECTIFS ET ENJEUX
peintre a choisi de gommer complètement le cadre :
–– Découvrir deux figures importantes de la vie
l’œil ici ne se concentre que sur la figure de la jeune
intellectuelle du xviiie siècle.
femme qui est d’ailleurs au centre du tableau : de
–– Lire les implicites au travers de deux
son visage, de son décolleté, de ses bras blancs
représentations codées.
émane la lumière, puisqu’elle se détache sur un fond
–– Mener une lecture comparée.
brun. L’expression des deux jeunes femmes est
d’ailleurs très différente. François Boucher a rendu
L EC T UR E D ’I MA G ES hommage à tout le charme mélancolique de la mar-
quise de Pompadour, qui n’entretient plus à ce
Deux images différentes de la femme
moment avec le roi qu’une relation platonique : elle
François Boucher représente une femme élégante, fixe au loin, d’un air rêveur, peut-être vers ses sou-
cultivée et sensuelle. La marquise est nonchalam- venirs. Le peintre a choisi de la surprendre dans son
ment allongée sur un sofa, dans une posture qui intimité et dans un moment d’abandon. Au contraire,
suggère la rêverie. La ligne dessinée par son corps Madame du Châtelet regarde bien en face d’elle,
et sa robe aux plis nombreux forment dans le tableau l’œil vif, l’air réfléchi : ses traits n’ont pas la finesse
une diagonale qui contraste avec les lignes verti- de ceux de la favorite du roi, elle a le nez un peu
cales du mobilier à l’arrière-plan. La marquise est en épais, les yeux petits. Le charme de cette brillante
grande toilette de cour : sa robe ample, au tissu pré- scientifique vient clairement plus de son esprit que
cieux, est brodée de fleurs et ornée de rubans. Elle de sa physionomie, comme en attestent les juge-
porte avec coquetterie une faveur rose autour du ments parfois cruels de ses contemporains.
cou et des fleurs assorties dans les cheveux. On
devine, sous sa jupe, de petits pieds finement Synthèse
chaussés. De nombreux objets sont immédiatement Ces tableaux montrent la coexistence de deux
disposés à côté d’elle : ils évoquent son charme, sa images de la femme au xviiie siècle. La courtisane
féminité, comme les roses à ses pieds et le petit s’oppose à l’intellectuelle, l’admiratrice des arts à
chien qui la regarde. Mais d’autres montrent son l’esprit scientifique, la femme coquette à la cher-
esprit brillant, attiré par les arts et la culture : le car- cheuse. Mais au-delà de toutes leurs différences, il
net négligemment ouvert et posé sur ses genoux ; la s’agit bien toujours de femmes de qualité.
plume sur le secrétaire entrouvert à portée de main,
le fouillis de gravures posées au sol à côté du chien. P I STE S C OMP L É ME N TAI R E S
La représentation de Madame du Châtelet est très
différente. Certes, la toilette élégante est compa- ➤➤ Le tableau de Maurice-Quentin de La Tour, expo-
rable : amples manches, tissu précieux, jusqu’au sé au Louvre, constitue un autre portrait, plus officiel,
ruban noué autour du cou et à la coiffure qui dégage de la favorite. Elle est représentée expressément
haut la nuque et le front. Et cependant, c’est une dans son rôle de protectrice des Arts : avec une viole
tout autre femme qui nous est montrée. La marquise de gambe, des cartons à dessins et des livres de
244

9782210105010_.indb 244 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

gravures, et sur sa table de travail, les ouvrages des La dénonciation de la condition féminine
philosophes avec leurs noms bien visibles. Pour contester la phrase de Saint Paul qui la choque,
➤➤ Un téléfilm français, La Divine Émilie, a été réalisé la maréchale utilise d’abord un argument ad homi-
en 2007 par Arnaud Sélignac et constitue une bonne nem. Elle discrédite donc la personne même de
initiation à la vie et l’œuvre de la marquise du Châtelet. l’apôtre : « je suis persuadée que votre saint Paul
était un homme très difficile à vivre ». Elle l’attaque
en fait plus particulièrement dans sa vie conjugale,
comme le montre l’expression qui suit : « il fallait
Texte 2 – Voltaire, « Femmes soyez soumises
que sa femme fût une bien bonne créature ». Elle
à vos maris… », Mélanges, Pamphlets
emploie ensuite plusieurs arguments pour contester
et œuvres polémiques (1768) p. 338 plus rationnellement l’invitation à la soumission
OBJECTIFS ET ENJEUX féminine. Elle montre d’abord que la différence entre
–– Découvrir la forme du pamphlet. sexes fonde les conditions d’une interdépendance,
–– Étudier un dialogue argumentatif. et non d’une soumission : « […] en nous rendant
–– Découvrir un des enjeux de la protestation : le nécessaires les uns aux autres ». Elle explique
refus de la soumission chrétienne des épouses ensuite que l’inégalité entre hommes et femmes n’a
à leurs maris. pour base que la force physique des premiers : « je
sais bien qu’en général, les hommes ont les muscles
plus forts que les nôtres ». Ce deuxième argument
L E CT U RE A NA LY T I QUE
est souligné par la force de son ironie, sensible à
Le portrait d’une originale l’antiphrase : « j’ai bien peur que ce ne soit là l’ori-
gine de leur supériorité ». Mais la maréchale ne se
Voltaire dresse le portrait d’une femme qui détient borne pas à contester le texte des Évangiles, elle
une grande force de caractère. Les premières lignes témoigne aussi avec beaucoup d’émotions de la dif-
du texte sont un récit de vie qui montre plutôt une ficulté de la vie des femmes à son époque. Elle rap-
femme à la mode, une aristocrate qui a mené une pelle combien la femme est soumise à l’obligation
existence futile. Mais le portrait s’affirme ensuite, au de procréer, le mariage n’existant en effet qu’à cette
travers du dialogue entre la maréchale de Grancey fin : « N’est-ce pas assez qu’un homme […] ait le
et l’abbé de Châteauneuf. On y découvre la maré- droit de me donner une maladie de neuf mois ». Elle
chale prompte à s’emporter, comme le montre la souligne les dangers de la grossesse et de l’accou-
violence de sa réaction après la lecture, dans les chement : « une maladie qui est quelquefois mor-
Épîtres de Saint Paul, de la phrase qui lui a déplu : telle », « de très grandes douleurs ». Elle montre la
« toute rouge de colère ». Son geste même (« j’ai vulnérabilité des femmes, même devant la justice :
jeté le livre ») témoigne de sa fureur. Cet emporte- « un enfant qui pourra me plaider quand il sera
ment est toujours sensible dans l’entretien qui nous majeur ». Bref, elle dresse un tableau pathétique du
est rapporté, et la force de son indignation se mesure sort réservé aux femmes qui ajoute une force per-
aux menaces virtuelles adressées à l’apôtre (« je lui suasive à sa thèse.
aurais fait voir du pays ») mais aussi à ses questions
indignées et répétées : « Sommes-nous donc des L’ironie du narrateur
esclaves ? » Elle utilise aussi des exclamations Le narrateur n’hésite cependant pas à se moquer du
véhémentes, marquées d’ironie « voilà une plaisante personnage qu’il met en scène. Les premières
raison pour que j’aie un maître ! ». La maréchale phrases du texte sont empreintes d’ironie puisqu’on
refuse avec la plus grande énergie l’invitation chré- y dresse le portrait d’une femme futile, comme le
tienne à la soumission, et cette énergie est aussi souligne l’antithèse plaisante « […] cette dissipation
sensible au développement de sa réplique qui a tout […] qui occupe(nt) sérieusement les femmes ».
de la diatribe passionnée – ne laissant plus guère de Cette femme élégante vit dans la frivolité d’occupa-
place à son interlocuteur, ici l’abbé de Châteauneuf. tions oiseuses : « n’ayant jamais mis dans sa tête
La maréchale ne mâche pas ses mots, quoique fré- que les nouvelles du jour […] ». Son ignorance paraît
quentant la société élégante et, pour plaider la cause même à la limite du crédible puisqu’elle est censée
des femmes, elle n’hésite pas à évoquer de manière découvrir un des textes sacrés des Évangiles, avec
très directe les plaies propres à la condition fémi- les lettres de Saint Paul. Sa conversion à la culture
nine : la grossesse, nommée ici « une maladie de est présentée par le narrateur comme imposée par
neuf mois », les menstruations féminines nommées l’âge et les contraintes de la nature : il faut renoncer
« des incommodités très désagréables pour une à plaire d’où la métaphore ironique du « trône » que
femme de qualité ». Il s’agit certes de périphrases, l’on change. La reine des cœurs entreprend de se
mais qui évoquent des réalités physiologiques très cultiver ! On peut remarquer combien les expres-
claires, et qui sont donc très crues pour une conver- sions qui suivent « on lui fit lire », « on lui donna
sation d’époque. ensuite  » sont péjoratives et montrent le peu
 245

9782210105010_.indb 245 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

d’autonomie de la maréchale dans ses choix cultu- proposer de lire par exemple un extrait du Traité sur
rels. Dans son ignorance, dans sa futilité passée, la tolérance, ou bien l’article « Torture » du Diction-
dans son emportement incontrôlé, le personnage naire philosophique (p. 322) textes qui leur donne-
peut sembler quelque peu caricatural : on reconnaît ront un aperçu des convictions de l’écrivain.
surtout sans doute l’effet d’une ironie souveraine qui
➤➤ Exercice de réécriture
n’épargne pas même les personnages détenteurs
de la bonne parole. Le texte a un caractère fortement narratif : on peut
donc proposer aux élèves un exercice de réécriture
Synthèse avec changement de point de vue : L’abbé de Châ-
Les traits caractéristiques du pamphlet sont bien teauneuf rapporte à un ami, par oral ou par écrit,
présents ici : l’étonnant entretien qu’il a eu avec Mme de Grancey.
–– l’ironie : ironie du narrateur à l’égard de la Maré- Il lui donne son point de vue sur cette scène.
chale de Grancey ; ironie du personnage dans son
discours ;
–– un texte de combat : Voltaire choisit ici un porte- Texte 3 – Denis Diderot, Supplément
parole pour dénoncer l’inégalité entre homme et au voyage de Bougainville (1772) p. 340
femme telle qu’elle paraît recommandée par une
lecture littérale de cette parole évangélique ; OBJECTIFS ET ENJEUX
–– un texte qui suscite l’indignation : l’injustice du –– Découvrir la forme du dialogue philosophique.
sort réservé aux femmes apparaît clairement dans la –– Étudier une utopie.
réplique de la maréchale de Grancey qui souligne –– Découvrir une revendication : la libération
les difficultés liées à leur condition même. des mœurs pour les femmes comme
pour les hommes.
V OCA BUL A I R E
L E C TU R E AN ALY TI QU E
De la même famille que epistula (erratum epistola),
on emploie encore aujourd’hui le mot « épistolier » Un dialogue tendu
(celui qui écrit) et l’adjectif « épistolaire » notamment Le dialogue est ici clairement dominé par le vieux
utilisé dans l’expression « un roman épistolaire » sage tahitien qui s’affirme à partir de la ligne 9. La
(roman fictif qui repose sur des lettres échangées). longueur de ses deux répliques principales témoigne
d’une force de conviction qui s’impose à l’aumônier.
S ’ E N T R A Î NE R A U COMME NTA I R E Le dialogue philosophique, dans lequel chaque per-
sonnage expose tour à tour sa thèse, permet ici
Les éléments utiles à la rédaction de cette partie
aussi de faire ressortir le pouvoir inégal de leur per-
auront été découverts par les élèves grâce aux
suasion. L’aumônier est progressivement réduit à
réponses aux questions. Voltaire privilégie en effet
écouter, voire à relancer le vieux sage tahitien par
une forme divertissante pour dénoncer la condition
ses questions à partir de la ligne 27. Ce déséquilibre
féminine de l’époque :
s’instaure même dès les premières lignes du texte.
–– le registre ironique du texte a déjà été évoqué ;
L’aumônier y explique en effet les conséquences de
–– la forme du dialogue entre deux personnages, qui
la naissance d’un enfant hors mariage en Europe :
contribue à donner de la vivacité à la scène ;
les phrases sont courtes et déclaratives, elles
–– la construction du portrait de Mme de Grancey, à
décrivent toutes chacune à leur manière le jugement
travers la courte biographie initiale et sa parole libre
social qui s’abat sur chacun des responsables de la
et pittoresque.
naissance : « méprisée », « lâche séducteur »,
« désolés ». Personne n’est épargné comme le
P I S T E S COMPL É ME NTA I R E S montre le groupe ternaire à la ligne 7, comme le
montrent aussi le parallélisme et l’opposition entre
➤➤ Confrontation de textes « l’époux volage » et « l’époux trahi » tous deux éga-
• On peut utilement inviter les élèves à lire la « Lettre lement coupables aux yeux de la morale sexuelle
aux Éphésiens » dont est extrait le court fragment d’époque. L’indignation d’Orou devant ces condam-
ici contesté et leur rappeler qu’il s’inscrit dans une nations est sensible aux reprises rhétoriques ponc-
perspective d’ensemble : l’union entre un homme tuées d’exclamations et d’interrogations. Il manifeste
et une femme est comparée à celle du Christ avec ainsi comme une sorte d’incrédulité douloureuse
l’Église. La lettre contient aussi ces mots : « Du devant les jugements sociaux des Européens. Mais
reste, que chacun de vous aime sa femme comme cette indignation éclate surtout dans sa première
lui-même, et que la femme respecte son mari. » longue réplique (l. 9 à 26). L’expression initiale
• Il est souhaitable de donner aux élèves un autre « monstrueux tissu d’extravagances » souligne bien,
aperçu sur les combats voltairiens : on peut leur grâce à l’hyperbole, la force de sa dénonciation.
246

9782210105010_.indb 246 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

Orou déploie ensuite toute sa force persuasive grâce –– le mariage conçu comme une libre et provisoire
à de nombreux procédés : procédés syntaxiques et union de deux êtres ;
lexicaux essentiellement. Il reproche aux Européens –– l’importance accordée aux naissances.
de se faire les juges de toutes choses et en montre
les conséquences dans la vie sociale grâce à une
GR AMMAI R E
énumération qui dénonce l’atmosphère viciée et
corrompue : « on se blâme, on s’accuse, on se sus- Les verbes sont employés ici sous une forme prono-
pecte, on se tyrannise ». Il emploie un lexique vio- minale. C’est un moyen de souligner les rapports de
lemment péjoratif pour qualifier les Européens, à tension qui se nouent ici entre les Européens, le cli-
l’intérieur d’une autre énumération : « […] un ramas mat de défiance entre eux, tel que le voit le vieux
ou d’hypocrites […] ou d’infortunés […] ou d’imbé- sage tahitien.
ciles […] ou d’êtres mal organisés ». La corruption
de la société européenne ressort grâce au lexique
S’E N TR AÎ N E R À L A D I SSE RTATI ON
du crime qui lui est systématiquement associé :
« étoufferont » « négligeront », « abandonneront ». Le sujet de dissertation invite à examiner la littéra-
ture comme arme de combat. Le sujet, dans sa for-
L’éloge d’une vie naturelle
mulation, n’exclut aucun genre littéraire, on peut
En opposition à ce qu’il a condamné, le vieux sage donc conseiller aux élèves de songer à croiser poé-
tahitien propose ici une tout autre définition du sie et argumentation ou roman et argumentation
mariage et de la morale sexuelle, caractéristique de indirecte. Pour développer la première partie, les
l’utopie. Le mariage est, pour les Tahitiens ici imagi- élèves pourront d’abord interroger les genres de
nés, « le consentement d’habiter une même cabane l’argumentation directe : essai, traité, discours, mais
et de coucher dans un même lit ». Elle est l’associa- aussi bien sûr poésie de combat. On s’attend à ce
tion provisoire, consentie entre deux êtres libres, de que les élèves montrent comment l’écrivain mobilise
partager une même vie commune. Le fondement du toutes les ressources de son talent pour mieux servir
mariage est donc la libre volonté, et cela en fixe sa cause : indignation ou révolte devant les injus-
aussi les limites, puisqu’il n’existe que tant que cette tices, tableau saisissant des misères sociales. Mais
volonté s’exprime, c’est-à-dire tant que les parte- les élèves pourront ensuite interroger les formes de
naires sont heureux. Si ce modèle social paraît ici un l’argumentation indirecte (roman, fable, conte philo-
idéal, c’est parce qu’il garantit une place toute spé- sophique) et montrer comment le détour par la fic-
ciale à l’enfant, considéré comme « un bien pré- tion est une arme tout aussi efficace pour éveiller les
cieux », comme le montre le jeu d’oppositions à consciences. Le recul permis par la fiction, la dra-
l’intérieur du parallélisme de construction : « la nais- matisation des faits, le choix de personnages
sance d’un enfant est toujours un bonheur et sa typiques voire allégoriques dans le conte, permet de
mort un sujet de regrets et de larmes ». Le mariage mieux appréhender les misères sociales.
n’est donc pas envisagé comme l’institution qui légi-
time la procréation, c’est la procréation elle-même
qui est conçue comme une fin en soi parce qu’elle P I STE S C OMP L É ME N TAI R E S
fait la force de la nation tahitienne. Le locuteur
recourt ici aux effets de symétrie (« un accroisse- ➤➤ Confrontation de textes
ment de fortune pour la cabane et de force pour la Le texte de Diderot s’inscrit dans un mythe en plein
nation »), sur les groupes binaires (« la joie domes- essor au xviiie siècle, celui du bon sauvage. Mon-
tique et privée », « des bras et des mains de plus »), taigne a sans doute contribué à la naissance de ce
sur les énumérations (« un agriculteur, un pécheur, mythe avec le chapitre « Des cannibales », extrait
un chasseur […] ») pour souligner l’importance des Essais (p. 318). On pourra aussi renvoyer les
accordée à l’enfant. Diderot utilise donc le vieux élèves au texte de Rousseau, extrait du Discours sur
tahitien comme porte-parole pour défendre un l’inégalité (p. 346). Mais il faudrait surtout leur
modèle social différent où la liberté sexuelle garantit conseiller la lecture de la première partie du Dis-
l’harmonie des rapports entre les hommes et la force cours : Rousseau y imagine, à titre d’hypothèse,
du peuple. Mais il est clair que ce modèle relève de l’homme naturel vivant seul, occupé à la seule satis-
l’utopie. faction de ses besoins primaires.

Synthèse ➤➤ Autres sujets possibles pour l’oral


• En quoi ce dialogue met-il en place une utopie ?
Le sage tahitien sert ici de porte-parole à Diderot
• Comment le sauvage parvient-il ici à ébranler le
pour imaginer des rapports différents entre hommes
civilisé ?
et femmes :
–– l’éloge de la liberté sexuelle et le refus des
condamnations morales ;
 247

9782210105010_.indb 247 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

➤➤ Lecture d’image Une défense des femmes


Paul Gauguin, Jours délicieux (p. 341). On peut La libertine adresse toute une série de reproches
mettre ce tableau en relation avec le texte : la mode aux femmes de son époque. Elle dénonce d’abord
de l’exotisme au xixe siècle, la continuité de l’idéali- l’emportement sentimental de ces femmes grâce à
sation de la vie sauvage. On peut interroger le titre un lexique péjoratif : « imagination exaltée », « folle
du tableau : quels éléments montrent un paradis illusion ». Elle leur reproche aussi leur manque d’es-
perdu et retrouvé ? prit de discernement : elles « confondent sans cesse
l’amour et l’amant ». Pour la libertine qu’elle est, seul
le plaisir compte et la personne qui le procure n’en
Texte 4 – Choderlos de Laclos, est que l’instrument. C’est en ce sens qu’il faut com-
Les Liaisons dangereuses (1782) p. 342 prendre la distinction plutôt sacrilège établie par la
métaphore du « Prêtre », celui qui dispense le plaisir
OBJECTIFS ET ENJEUX amoureux, et « La Divinité » le plaisir lui-même. En
–– Découvrir un roman épistolaire. opposition, elle affirme orgueilleusement son libre
–– Étudier un contre-modèle : le portrait arbitre et sa capacité de réflexion et d’analyse : elle
d’une libertine. oppose ainsi sans pitié aux principes des autres
–– Découvrir une forme de révolte interne qu’elle juge « donnés au hasard, reçus sans examen
à la société. et suivis par habitude » les siens « fruit de (ses) pro-
fondes réflexions ». La frivolité et l’inconscience des
L EC T UR E A N A LYT I QU E amantes ordinaires s’opposent donc à la détermina-
tion et la science de la libertine. L’idéal féminin
Une lettre de protestation qu’elle défend est celui d’une femme maîtresse
Les premières phrases de cette lettre établissent clai- d’elle-même et des autres, une souveraine absolue,
rement l’intimité entre la marquise et le vicomte. pour reprendre la métaphore présente dans le pre-
Mme de Merteuil fait en effet à plusieurs reprises allu- mier paragraphe. L’objectif qu’elle se fixe est de
sion à son passé et Valmont est pris ici à témoin : « venger [son] sexe » : l’expression a fait fortune, elle
l’emploi du passé composé montre à la fois l’ancien- rappelle la situation humiliante des femmes au
neté de leur relation, et les traces qui en perdurent xviiie siècle et témoigne d’une volonté de revanche.
dans le présent : « si cependant, vous m’avez vue L’autobiographie d’une libertine
[…] si, au milieu de ces révolutions fréquentes, ma
Pour montrer ce qu’elle est, la libertine entreprend ici
réputation s’est pourtant conservée pure […] ». L’em-
pour son ami un récit de sa formation, tout à fait
ploi de l’impératif présent (« ah ! gardez vos conseils
extraordinaire, puisqu’il s’agit de la formation qu’elle
et vos craintes ») marque également une relation suf-
s’est donnée à elle-même. L’expression « je suis mon
fisamment établie pour que la marquise s’autorise le
ouvrage » a elle aussi un parfum de sacrilège dans la
droit de donner des ordres à son interlocuteur. Ces
mesure où Mme de Merteuil se met ici en parallèle
premières phrases sont aussi remarquables par l’in-
avec Dieu, qui, pour les chrétiens d’époque, est seul
dignation sensible qu’on y lit. Valmont s’est permis
créateur. Démiurge moderne, la locutrice refuse de
dans la lettre précédente de donner des conseils à
reconnaître, dans la femme qu’elle est devenue, un
son amie, de la mettre en garde contre un libertin qui
autre pouvoir que le sien. Elle évoque donc pour son
s’est juré de la séduire. L’orgueil de la jeune femme
ami les « principes » qu’elle a suivis : les fondements
est ici blessé et elle entreprend de rappeler à son de sa formation. Le texte prend ici un tour nettement
ancien amant le pouvoir qu’elle a sur elle-même et narratif, comme le montre le passage à l’imparfait et
sur les hommes. Toute une série d’antithèses illustre au passé simple. Le choix des verbes marque claire-
ainsi ce pouvoir : ces « hommes si redoutables » ment tous les efforts faits sur elle-même : « j’essayai »,
deviennent « le jouet de [ses] caprices » ; « ces tyrans etc. Il s’agit d’apprendre à « dissimuler », de se pré-
devenus [ses] esclaves » ; elle sait les « attacher » ou parer à la vie sociale en arborant en toutes circons-
les « rejeter ». Les questions rhétoriques nombreuses tances un masque. Le jeu des antithèses entre chagrin
qui ponctuent ici la lettre témoignent aussi de la force et sérénité, douleurs et plaisirs, peine et joie signale
de son indignation, comme des lignes 20 à 22. Enfin, cet effort extrême de domination sur soi-même. Se
la locutrice entreprend de se mettre en opposition à dominer soi-même pour mieux dominer les autres,
celles qu’elle nomme, dans une expression qui n’est telle est la leçon que Mme de Merteuil rappelle ici à
pas sans mépris, les « femmes à délire » ou les Valmont et qui est le fondement de sa « puissance ».
« femmes inconsidérées », soit celles qui se laissent
emporter par leurs sentiments : elle en dresse donc Synthèse
un portrait fort critique dans le deuxième paragraphe Mme de Merteuil est un personnage qui incarne la
du texte par rapport auquel elle se met en opposi- révolte des femmes contre une société inégalitaire
tion : « Mais moi, qu’ai-je de commun […] ? ». par son goût de la domination et sa volonté de
248

9782210105010_.indb 248 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

puissance. Mais cette révolte n’est pas ouverte : il les « eunuques » (l. 1) prennent soin des femmes et
s’agit de dominer les hommes en les manipulant, en surtout les gardent : elle y est captive, elle vit dans
adoptant un masque social. Elle est un personnage « la servitude » (l. 11). Roxane toutefois fait l’aveu
d’exception par son orgueil qui la pousse à s’égaler d’avoir fait du sérail « un lieu de délices et de plai-
à Dieu même. sir. » (l. 2-3) ce qui correspond précisément à l’ima-
gerie orientale qui va durer bien au-delà du seul
P I S T ES C OMPL ÉME NTA I R ES xviiie siècle. Enfin l’empoisonnement que choisit
Roxane pour mourir renvoie à la violence du Palais
➤➤ Sujet d’invention ottoman, à la dissimulation et aux passions qui se
La marquise de Merteuil répond ici à une lettre écrite développent dans la promiscuité d’un lieu clos. Le
par son ami, le vicomte de Valmont. Imaginez la lecteur ne peut qu’être charmé par la promesse d’un
lettre que Valmont a pu écrire pour susciter une telle exotisme qui renvoie également à des images sédui-
réponse. Vous veillerez à la cohésion et à l’enchaîne- santes, romanesques voire sensuelles comme celles
ment des deux lettres. qu’il trouve également dans Les mille et une nuits.
Cette lettre, la dernière qu’écrira la sultane Roxane
➤➤ Autres sujets pour l’oral avant de se donner la mort, constitue un testament.
• Quelle figure de la libertine se dégage au travers Deux informations s’y disent d’emblée et fort bruta-
de cette lettre ? lement dans les deux premiers paragraphes. Tout
• Pourquoi peut-on dire que la marquise est une d’abord Roxane avoue son infidélité dès la première
femme révoltée ? ligne, en interpellant directement son correspon-
dant : « oui, je t’ai trompé ». Dans le même registre
• Quel regard peut-on porter sur cette libertine ? elle annonce sa mort, prochaine comme le signifie
Pour cette 3e question, on peut proposer un plan l’emploi du futur proche : « je vais mourir. » (l. 4). Ces
rapide qui fasse ressortir toute l’ambiguïté du texte : deux nouvelles s’accompagnent d’une troisième qui
I. Un regard admiratif (une femme révoltée, un esprit est l’annonce de la mort de son amant : « Le seul
supérieur, une volonté de fer) ;
homme qui me retenait à la vie n’est plus. » (l. 5) la
II. Un regard critique (une femme méprisante pour
lettre s’inscrit dans un registre pathétique, avec l’an-
les autres, le goût du pouvoir absolu, un esprit
nonce de la « mort de la belle héroïne » et tragique
sacrilège).
pour cette mort que provoque l’emportement de la
➤➤ Lecture d’image passion.
Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears, Glenn Dès le premier paragraphe, sans s’embarrasser des
Close dans le rôle de la marquise de Merteuil (p. 342). formules rituelles de la lettre, Roxane entre dans un
Étudiez la composition de ce plan rapproché. Com- dialogue qui semble se poursuivre avec le premier
ment le réalisateur fait-il ressortir la parfaite maîtrise mot « oui », en réponse à la question implicite de
de la marquise ? son infidélité. Trois courtes propositions suivies
d’une dernière plus longue offrent un rythme rapide
et scandé par l’alternance des adjectifs et pronoms
Texte écho – Montesquieu, de la première et deuxième personne : « Oui, je t’ai
Les Lettres persanes (1721) p. 343 trompé ; j’ai séduit tes eunuques,/je me suis jouée
de ta jalousie. » un enchaînement qui crée des allité-
OBJECTIFS ET ENJEUX rations des sons [t], [p]. Sur le plan sémantique les
–– Entrer dans un univers oriental aveux de Roxane constituent un crescendo qui
–– Lire une lettre d’adieu culmine sur une opposition « de ton affreux sérail
–– Lire le manifeste d’une femme qui s’est libérée faire un lieu de délices et de plaisirs » (l. 2-3). La pre-
mière personne y est en position de sujet, la seconde
L E CT U RE A NA LY T I QUE en objet, ce qui confère à Roxane une position supé-
rieure, une position d’attaque. C’est elle qui conduit
Montesquieu a inscrit son roman épistolaire dans le le procès d’Usbek, qui l’accuse et construit sa
royaume de Perse qui concentre au xviiie siècle toute propre défense. Tout concourt ici à fonder le pouvoir
la rêverie orientale : comme le précisent l’en-tête, la de la parole.
date ainsi que le destinataire, l’histoire se passe « Nous étions tous deux heureux : tu me croyais
entre Ispahan et Paris, le sultan porte un nom aux trompée, et je te trompais. »(l. 21-22) la première
sonorités étranges d’Usbek et le nom des mois ne proposition de cette phrase peut être lue comme
correspondent en rien au calendrier européen : « l. 8 l’évocation d’un bonheur fondé sur un amour réci-
de la lune de Rébiab ». C’est un Orient éloigné dans proque et que l’on pourrait reformuler ainsi : nous
le temps et dans l’espace mais surtout distant de la étions heureux d’un amour partagé. Les deux propo-
France par ses mœurs et coutumes. Roxane vit sitions qui suivent forment une antithèse écrite dans
enfermée dans le sérail du palais du sultan (l. 2) où un chiasme qui invalide cette première lecture. Le
 249

9782210105010_.indb 249 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

bonheur des deux personnages est fondé sur ce qui


les sépare : l’infidélité doublée de la satisfaction Texte 5 – Choderlos de Laclos,
pour l’un, de tromper sa femme en croyant qu’elle Des femmes et de leur éducation (1783) p. 344
l’ignore et pour l’autre de savoir qu’il la croit double-
ment la tromper alors qu’elle le trompe à son tour, ce OBJECTIFS ET ENJEUX
qu’il ne pourrait concevoir. Cette double structure, –– Découvrir la forme de l’essai.
de ressemblance et d’opposition met Roxane en –– Étudier la question de la femme au travers
position de supériorité : elle est infidèle comme son de l’histoire de l’Homme.
époux mais contrairement à lui elle sait tout de ce jeu –– Étudier un enjeu de contestation : l’inégalité
de dupes : « je me suis jouée de ta jalousie » (l. 1-2) entre hommes et femmes.

Synthèse
L E C TU R E AN ALY TI QU E
Roxanne s’adresse dans cette lettre pour la dernière
fois à son époux le sultan : comme on l’a vu, l’an-
Cet essai de Laclos propose, à la manière de Rous-
nonce de sa mort offre un registre pathétique à cette
seau dans le Discours sur l’inégalité, une histoire
lettre qui clôt également le roman et scelle le destin
possible de l’humanité. Le caractère hypothétique
des personnages. Par son discours emporté et
de la réflexion est accusé par le recours à divers
lyrique, elle offre l’image d’une femme amoureuse et
modalisateurs : « on est tenté de croire », « nous
passionnée revendiquant « les délices et plaisirs ».
croirions plutôt ». L’expression « on sent assez que »
Cette figure amoureuse se double dans sa douleur
présente comme une intuition intime l’histoire ainsi
d’une femme véhémente et violente qui se flatte
brossée. Laclos s’attache donc à imaginer les
d’avoir envoyé à la mort « ces gardiens sacrilèges »
grandes étapes de la socialisation de l’homme. On
(l. 6-7) que sont les eunuques. Les questions rhéto-
peut en distinguer trois : les premiers regroupe-
riques, les interjections disent aussi ses reproches,
ments uniquement masculins (l. 7) puis les pre-
le mépris dont elle accable le sultan. Les mots ne
mières communautés mixtes : « ils sentirent bientôt
sont pas assez forts pour dire sa haine et son res-
le besoin qu’ils avaient des femmes ». Ces commu-
sentiment. « J’ai lâchement gardé dans mon cœur
nautés sont présentées comme un temps d’équi-
ce que j’aurais dû faire paraître à toute la terre. »
libre et de juste partage, reposant sur des besoins et
(l. 14-15). Mais cette amoureuse emportée reproche
des tâches mutualisés : « cette communauté de tra-
aussi à Usbek sa prétention à la supériorité, à l’avoir
vaux et de fruits ». Elles sont caractérisées aussi par
maintenue dans la servitude, à n’avoir pas cru
une grande liberté de mœurs : « toutes étaient à
qu’elle aussi pouvait aimer quelqu’un d’autre que
tous ». Enfin, la troisième étape est l’aliénation de la
lui, comme en témoignent de nombreuses opposi-
femme, mise en parallèle avec la naissance de la
tions : « pendant que tu te permets tout, tu eusses le
propriété : « les hommes étendirent bientôt jusqu’à
droit d’affliger tous mes désirs.  » (l.  10). Les
elles cette même idée de propriété ». On remarque
reproches de Roxane se doublent d’une revendica-
que le locuteur passe progressivement d’un raison-
tion, celle d’être libre comme la nature a fait tous les
nement hypothétique, et donc d’une reconstitution
hommes. « J’ai toujours été libre » (l. 11). Elle reven-
fictive de l’histoire de l’humanité, à un récit, comme
dique ici un statut fondé sur le droit naturel. « J’ai
s’il retraçait une réalité historique. Le passage de
réformé tes lois sur celles de la nature, et mon esprit
l’un à l’autre s’opère dès la deuxième phrase du
s’est toujours tenu dans l’indépendance » (l. 11-12).
texte, comme le montre le recours aux temps du
On peut enfin lire dans ces aveux provocateurs, la
récit (passé simple et imparfait). S’ensuit un enchaî-
volonté d’être reconnue jusque dans sa dissimula-
nement d’actions, dont les péripéties sont marquées
tion et son infidélité jusqu’à ses meurtres, par un
par des adverbes temporels : « Cependant » (l. 15)
homme qui y reconnaîtra les effets d’une volonté et
et « bientôt » répété plusieurs fois (l. 17 ; 20 et 25),
d’une autonomie dignes d’admiration : « serait-il
qui indiquent une certaine accélération dramatique.
possible qu’après t’avoir accablé de douleurs, je te
Au travers de cette fiction historique, Laclos s’em-
forçasse encore d’admirer mon courage  ?  » (l.  23-24).
ploie à dénoncer les rapports entre hommes et
Roxane en captive orientale offre une figure de la
femmes tels qu’ils perdurent à son époque. Repre-
révolte à un ordre contre-nature qui abaisse la
nant à son compte l’expression rousseauiste de
femme. La fantaisie exotique permet ici de dépayser
« contrat social » (l. 3), il montre qu’il repose non sur
une pensée audacieuse qui reconnaître aux femmes
une libre approbation des deux partis, mais sur un
les mêmes aspirations et droits désirs qu’aux
coup de force : c’est la thèse qu’il défend, dans une
hommes. Dans sa revendication d’un droit au plaisir,
phrase essentielle du texte, qui évoque la rupture de
à un amour passionné, elle constitue une figure de la
l’égalité première entre sexes, grâce à une antithèse
liberté prête à en payer le prix, la mort.
riche de sens, « elles n’ont que cédé et non pas
consenti au contrat social ». Il s’agit donc d’un pacte
social injuste et Laclos dénonce avec vigueur la
250

9782210105010_.indb 250 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

domination des hommes sur les femmes, ce qu’il P I STE S C OMP L É ME N TAI R E S
appelle « la loi du plus fort » et qui n’est en rien une
loi bien sûr, comme le montre tout le lexique de la ➤➤ La réflexion sur les femmes chez Laclos
violence et de la force  : «  subjuguées  », «  conquête  », Cet essai de Laclos a été rédigé un an après son
« contrainte », « force », « contraindre ». L’expres- roman épistolaire, et son chef-d’œuvre, Les Liaisons
sion quasi conclusive du texte (« telle fut en général dangereuses (1783). L’œuvre témoigne dans son
l’origine du droit ») résume de la même manière le ensemble de la continuité des préoccupations de
fondement abusif de l’inégalité entre sexes. Toute la Laclos. On peut établir des liens entre les deux
compassion du locuteur va donc vers les femmes textes : la critique de la corruption féminine au tra-
dont la situation d’oppression est présentée avec vers de la figure de la libertine du roman aboutit à
beaucoup d’émotion. On peut évoquer en particulier une critique de la société en général qui pervertit les
la formule finale, qui repose sur une double anti- femmes par l’éducation. Cela conduit ensuite Laclos
thèse « compagnes de nom, elles devinrent bientôt dans son essai à étudier les étapes de la dénatura-
esclaves de fait ». Et cette comparaison des femmes tion de la femme, effet de la socialisation. La liber-
avec les esclaves sur laquelle se termine le texte a tine du xviiie siècle, qui assoit son pouvoir grâce à la
été préparée par tout un champ lexical de la soumis- coquetterie et la séduction s’oppose complètement
sion : « subjuguées », « chaînes », « assujetties ». à « la femme naturelle », définie par Laclos comme
Synthèse « un être libre et puissant » et aussi « heureux » dans
le chapitre II de cet essai.
Le caractère hypothétique de la réflexion est claire-
ment sensible aux réserves oratoires introduites ➤➤ Confrontation de textes
grâce aux modalisateurs. Mais cette démonstration On comparera utilement les textes de Laclos et de
est cependant convaincante, parce qu’elle s’appuie Voltaire, qui posent le même problème de la soumis-
sur des intuitions, et parce qu’elle se déroule suivant sion des femmes aux hommes. On invitera les élèves
une chronologie bien précise, dans un enchaîne- à comparer les démarches utilisées, pour montrer
ment cohérent de faits. Laclos vise donc à la laquelle est la plus efficace : d’un côté un dialogue
vraisemblance. philosophique, de l’autre un essai ; un texte mettant
en scène un choc de personnes contre une argu-
G R A MMA I R E mentation vraisemblable.

Le pronom indéfini « on » est employé en deux sens ➤➤ Autres sujets possibles pour l’oral
différents dans le texte. Il est d’abord employé en • Quelle est la place de l’écrivain dans ce teste ?
alternance avec « nous » pour désigner en fait le • Pourquoi ce texte est-il polémique ?
locuteur, et peut-être le lecteur qu’il invite à suivre sa • Comment l’écrivain parvient-il ici à convaincre et
démonstration : « on est tenté de croire ». Mais le persuader le lecteur ?
pronom « on » sert aussi pour désigner les hommes
des premiers regroupements : « on partageait »,
« on en usait ». Texte écho –
Jean-Jacques Rousseau,
S ’ E N T R A Î NE R A U COMME NTA I R E Discours sur l’inégalité (1755) p. 345
On peut retrouver dans ce texte toutes les marques OBJECTIFS ET ENJEUX
de l’essai. L’essai est un genre argumentatif au –– Étudier la forme du discours.
caractère expérimental : le locuteur pose progressi- –– Étudier une démarche argumentative originale.
vement sa thèse, souvent en s’opposant à ses –– Étudier un autre enjeu de contestation au
adversaires. Ici, Laclos pose bien une thèse polé- xviiie siècle : l’inégalité sociale.
mique : contre l’idée que la soumission des femmes
est un fait de nature ou un dogme religieux, Laclos
dénonce un coup de force des hommes contre les L E C TU R E AN ALY TI QU E
femmes. Le caractère expérimental de la réflexion
est marqué par l’abondance des modalisateurs qui Rousseau évoque ici les premiers regroupements
nuancent l’exposé. Enfin, cet essai marque l’enga- humains, une étape intermédiaire avant la socialisa-
gement de l’écrivain par la virulence de sa dénoncia- tion. Il s’agit bien d’une étape hypothétique dans une
tion du sort injuste réservé aux femmes. reconstruction historique imaginaire comme le
montre l’emploi des modalisateurs sembler et devoir :
« cette période […] dut être », « il n’a dû en sortir »,
« semble confirmer le fait ». On remarque cependant
l’enthousiasme du locuteur pour cette période, pré-
sentée comme un âge d’or de l’humanité ; cela se
 251

9782210105010_.indb 251 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

manifeste par l’emploi d’un lexique mélioratif parfois donc surtout dans une perspective polémique, pour
associé à des superlatifs : « l’époque la plus heu- mieux faire ressortir par opposition les grandes
reuse et la plus durable », « le meilleur à l’homme ». plaies de l’âge social que sont d’après lui le partage
Deux raisons fondent essentiellement cet éloge : cet des tâches et la propriété.
état sauvage est présenté à la fois comme un état
Synthèse
d’équilibre, et de stabilité. L’expression « un juste
milieu » renvoie bien à l’idée d’un équilibre entre En fervent rousseauiste, Laclos utilise dans son
« l’état primitif » et l’âge social. Quant à la stabilité, essai une démarche comparable à celle de Rous-
elle est indiquée à deux reprises : « l’époque la plus seau : tous deux affirment leur thèse à l’intérieur
heureuse et la plus durable », « pour y durer tou- d’un raisonnement qui se présente comme hypothé-
jours ». Le locuteur joue ensuite sur un jeu de parallé- tique, mais ils lui donnent de la vraisemblance en
lismes et d’antithèses pour montrer que la sortie de glissant de l’argumentation à la narration. Enfin, tous
cet âge intermédiaire s’est faite au détriment de l’in- deux prennent position en même temps qu’ils déve-
térêt de l’espèce : « en apparence » s’oppose ainsi à loppent leur thèse : leur indignation est sensible au
« en réalité » et « la perfection de l’individu » à « la lexique péjoratif, et au choix de comparaison
décrépitude de l’espèce ». (notamment la comparaison avec l’esclavage).
Cette critique est menée au travers de la période
oratoire qui compose le deuxième paragraphe du VOC ABU L AI R E
texte et qui oppose au bonheur de l’homme primitif
le malheur de l’homme socialisé. La rupture est Le mot « art » vient du latin ars. Au sens où l’emploie
introduite par l’emploi de l’adversatif « mais » qui Rousseau, il désigne les « techniques ». Ce sens est
montre l’irruption de changements significatifs dans encore attesté aujourd’hui et donne son nom par
une époque de stabilité. Le bonheur de l’homme pri- exemple au Conservatoire des Arts et des Métiers,
mitif est marqué par la première partie de la période, grande école qui promeut la culture scientifique et
dans une série de subordonnées introduites par technique. Nous employons maintenant surtout ce
« tant que ». Ce bonheur vient de la capacité de mot dans son sens spécialisé pour désigner l’ex-
l’homme à limiter ses désirs, comme le montre l’em- pression dans les œuvres humaines d’un idéal de
ploi des verbes à sens restrictif : « se contentèrent », beauté, et l’ensemble des règles qui permettent d’y
« se bornèrent », « ne s’appliquèrent qu’à ». arriver.
L’homme s’adonne ici à des activités simples
comme la chasse, la pêche, et ne développe que P I STE C OMP L É ME N TAI R E
des techniques rudimentaires : « leurs cabanes rus-
tiques  », «  quelques grossiers instruments de Laclos est un admirateur de Rousseau, dont il imite
musique ». Le bonheur vient aussi de l’indépen- ici la démarche. Pour bien comprendre la démarche
dance ; l’égalité entre les hommes est garantie par le de Rousseau dans le Discours sur l’inégalité, on
fait que, quoique vivant en collectivité, chacun veille relira avec profit le préambule dont voici un extrait :
à ses propres besoins : « tant qu’ils ne s’appli- « Que mes lecteurs ne s’imaginent donc pas que
quèrent qu’à des ouvrages qu’un seul pouvait faire ». j’ose me flatter d’avoir vu ce qui me paraît si difficile
L’oxymore « commerce indépendant » illustre cet à voir. J’ai commencé quelques raisonnements ; j’ai
équilibre paradoxal entre vie sociale et indépen- hasardé quelques conjectures, moins dans l’espoir
dance réelle. Le malheur de l’homme social est de résoudre la question que dans l’intention de
décrit dans la deuxième partie de la période. Une l’éclaircir et de la réduire à son véritable état.
série de deux subordonnées introduites par « dès D’autres pourront aisément aller plus loin dans la
que » introduisent les conditions qui font basculer même route, sans qu’il soit facile à personne d’arri-
l’histoire de l’humanité. Parmi ces circonstances ver au terme. Car ce n’est pas une légère entreprise
aggravantes, le locuteur mentionne surtout la nais- de démêler ce qu’il y a d’originaire et d’artificiel dans
sance de la propriété et la division du travail qui la nature actuelle de l’homme, et de bien connaître
l’accompagne : « dès l’instant qu’un homme eut un état qui n’existe plus, qui n’a peut-être point
besoin du secours d’un autre ». Tout cela conduit à existé, qui probablement n’existera jamais, et dont il
l’aliénation de l’homme comme le montrent les est pourtant nécessaire d’avoir des notions justes
termes forts employés (« sueur », « esclavage », pour bien juger de notre état présent. » Pour Rous-
« misère ») et qui sont mis en parallèle avec le travail seau, la description de l’homme naturel relève donc
de la terre : « on vit bientôt l’esclavage et la misère bien d’un raisonnement hypothétique, il s’agit
croître avec les moissons ». Si Rousseau commence d’avoir une norme de référence pour mieux com-
par idéaliser un âge d’or perdu de l’humanité, c’est prendre et évaluer l’homme socialisé.

252

9782210105010_.indb 252 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

Un plaidoyer en faveur des femmes


Texte 6 – Olympe de Gouges,
Déclaration des droits de la femme Olympe de Gouges s’emploie ici à défendre ce qui est
sa principale revendication, le droit des femmes à une
et de la citoyenne (1791) p. 346
représentation politique égale à celle des hommes :
OBJECTIFS ET ENJEUX « les mères, les filles, les sœurs […] demandent d’être
–– Découvrir un texte historique fondateur. constituées en Assemblée nationale ». Il s’agit d’ob-
–– Étudier une revendication audacieuse tenir par là même le droit à l’égalité qui constitue le
en son temps : une représentation politique. premier article de la Déclaration. Le recours au groupe
–– Découvrir une figure emblématique ternaire (mères/filles/sœurs) est sans doute un moyen
du féminisme. de légitimer cette revendication en rappelant les liens
étroits qui unissent les hommes aux femmes.
L E CT U RE A NA LY T I QUE
Pour défendre cette revendication, Olympe de
Gouges s’appuie sur plusieurs arguments. L’argu-
Une dénonciation ment principal, développé dans l’avant-propos, est
une comparaison : l’exemple de toutes les formes
Pour défendre les droits des femmes, Olympe de
de vie naturelle fait ressortir la singularité de l’es-
Gouges rédige une déclaration empreinte de pas-
pèce humaine qui seule, sépare et oppose les sexes.
sion. Elle conteste avec vigueur, dans son avant-
La locutrice invite ici son lecteur à une démarche
propos, la primauté masculine et utilise pour cela un
expérimentale : il doit mener une enquête, comme le
lexique politique comme le montrent les expressions
montrent les ordres donnés à l’impératif présent :
suivantes : « souverain empire », « opprimer »,
« remonte aux animaux, consulte les éléments, étu-
« empire tyrannique  », «  commander en des-
die les végétaux ». Mais cette enquête ne peut que
pote. » L’emprise de l’homme sur les femmes est
valider l’hypothèse de départ : l’homme est une
donc bien assimilée aux formes les plus contes-
anomalie dans la nature, une « exception ». La mise
tables d’exercice politique que la Révolution pré-
en épanaphore de « partout » met ainsi en évidence
tend d’ailleurs abattre. Olympe de Gouges montre le
l’harmonie universelle, à laquelle l’homme se dérobe,
décalage des hommes avec leur temps, nommé ici
comme le montre l’emploi de l’adjectif « seul » à la
comme « un siècle de lumière et de sagacité. » Tout
phrase suivante. Un autre argument, plus politique
montre ici que l’homme prétend jouir d’un pouvoir
et historique, peut se repérer dans le préambule :
obsolète et notamment l’antithèse entre l’expression
« l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la
hyperbolique « l’ignorance la plus crasse » qui le
femme sont les seules causes des malheurs
qualifie et « siècle de lumière ». Le discours de l’écri-
publics ». L’homme ne peut donc espérer atteindre
vaine est marqué par l’indignation comme le montre
le bonheur politique que pour autant qu’il laisse à la
la forme oratoire accusée de l’avant-propos : l’apos-
femme toute la place qu’elle mérite, comme le rap-
trophe adressée à l’homme dès la première ligne, les
pelle aussi sans doute l’énumération initiale. Enfin,
questions qui sont autant de reproches implicites :
ultime argument, Olympe de Gouges rappelle ici la
« es-tu capable d’être juste ? » « qui t’a donné le
dignité de son sexe, sur tous les plans : « […] un
souverain empire […] ? ». Le registre est ici claire-
sexe qui a reçu toutes les facultés intellectuelles »,
ment polémique : l’écrivaine entre en débat, en tant
« le sexe supérieur en beauté comme en courage ».
que femme, avec celui qui exerce un pouvoir injuste,
et met en cause les fondements de ce pouvoir : les Synthèse
questions empreintes d’ironie («  ta force  ? ton Olympe de Gouges conteste avec force l’inégalité
talent ? ») conteste à l’homme tout droit à affirmer sa entre hommes et femmes, et la domination des
supériorité. Son indignation éclate enfin dans le der- hommes sur les femmes. Elle montre que cette
nier temps de l’avant-propos au travers de l’accu- domination n’a aucun fondement, et surtout pas un
mulation de termes péjoratifs associés à l’homme : fondement dans la nature. Elle défend l’idée que
« bizarre, aveugle, boursouflé de sciences et dégé- l’inégalité entre hommes et femmes cause le mal-
néré […] ». Elle le montre clairement ici comme un heur des nations.
monstre en son temps. Le préambule marque
cependant un changement de ton et le passage VOC ABU L AI R E
d’une grande violence polémique à une grande
solennité. C’est ce que montrent les phrases décla- Le mot « auspice », du latin auspicium, c’est-à-dire
ratives qui jouent sur des procédés d’emphase en « divination », désigne à l’origine dans l’Antiquité les
particulier grâce aux accumulations d’adjectifs et de présages envoyés par les dieux. Au sens moderne, le
noms : « les mères, les filles, les sœurs », « les droits mot désigne les circonstances qui permettent d’en-
inaliénables et sacrés de la femme ». La colère fait visager l’avenir. L’expression « sous les auspices » a
place à la gravité au moment d’énoncer pleinement un sens figuré et veut dire sous la protection. C’est
les droits de la femme. en ce sens que l’emploie ici Olympe de Gouges.
 253

9782210105010_.indb 253 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

S ’ E NT R A Î NE R À L A QUE ST I ON « marché », « accepte ») montre la prostitution


SUR   LE  C ORP US comme une forme de transaction où la femme
devient un objet. En ce sens, le locuteur rapproche
Les trois textes de Voltaire, Laclos, et Olympe de ce phénomène de l’esclavage ou plutôt le dénonce
Gouges contestent bien tous les trois la soumission comme une forme moderne d’esclavage. Les
des femmes aux hommes. Mais ils passent par des phrases courtes et simples donnent de la force à
moyens différents : les genres littéraires comme les cette dénonciation : « on dit que l’esclavage a dis-
stratégies argumentatives. Voltaire choisit la forme paru […] C’est une erreur. Il existe toujours […] et il
du pamphlet et dessine le portrait piquant d’une s’appelle prostitution ». Le caractère scandaleux de
femme de qualité qui refuse la soumission évangé- cet esclavage moderne est montré par deux argu-
lique. Laclos imagine dans son essai un tableau plus ments : d’abord, il s’oppose à la parole évangélique,
général, une histoire de l’humanité et de l’asservis- comme le montre l’antithèse significative entre « la
sement des femmes. Quant à Olympe de Gouges, sainte loi de Jésus-Christ gouverne » et « mais elle
femme, elle passe de la dénonciation à la revendica- ne la pénètre pas ». Surtout, le locuteur condamne
tion et dresse dans sa célèbre Déclaration la liste une exploitation qui vise une créature sans défense,
des droits de la femme. Les stratégies aussi sont comme le montre l’énumération associée à la femme
différentes : Olympe de Gouges cherche à aux lignes 11 et 12 : on remarque ici une représenta-
convaincre et persuader et construit un argumen- tion idéalisée et assez conventionnelle de la femme.
taire pour contester le pouvoir des hommes, en
même temps qu’elle manifeste son indignation. L’in- Un plaidoyer émouvant
dignation est plus contenue chez Laclos, qui privilé-
gie le raisonnement à base d’hypothèses. Dans le Pour toucher son lecteur, le locuteur cherche d’abord
pamphlet de Voltaire, le personnage de la maréchale à l’impliquer dans sa dénonciation. Il emploie donc
mis en scène n’est pas loin de la caricature et fait le « nous » pour l’inclure dans son analyse : « au
plutôt sourire le lecteur, même si elle sait déployer point de ce douloureux drame où nous sommes arri-
du bon sens pour justifier sa colère contre l’injustice vés ». Plus étonnamment, il emploie aussi le « vous »
du sort réservé aux femmes. quand il décrit l’évolution de Fantine, figure emblé-
matique de la prostitution : « Elle passe, elle vous
subit et elle vous ignore ». Mais le locuteur cherche
Texte 7 – Victor Hugo, aussi à émouvoir son lecteur en lui montrant toute
l’horreur de la situation de Fantine, réduite à la pros-
Les Misérables (1862) p. 348
titution. Pour cela, il utilise essentiellement des
OBJECTIFS ET ENJEUX métaphores et un réseau serré de répétitions : répé-
–– Lire un texte romanesque à visée argumentative. tition de « tout » et « rien » à l’intérieur d’énuméra-
–– Critiquer la société en dénonçant la prostitution. tions, pour montrer sa situation extrême : « elle
–– Observer l’utilisation du registre pathétique. n’évite plus rien. Elle ne craint plus rien. » Et « elle a
tout ressenti, tout supporté, tout éprouvé […] ». On
remarque de même la reprise en dérivation de « rési-
L EC T UR E A N A LYT I QU E gnée » : « elle est résignée de cette résignation
[…] ». Mais le locuteur emploie aussi des méta-
Un plaidoyer argumenté phores pour montrer sa souffrance terrible : « elle
Le passage qui nous intéresse constitue une paren- est devenue marbre en devenant boue ». On peut
thèse dans le récit. Le narrateur, qui évoque la lente commenter particulièrement la métaphore filée des
descente aux Enfers de Fantine, s’interrompt pour lignes 20 à 22 qui oppose à la fureur des éléments
une réflexion à portée générale sur la prostitution. (« Tombe sur elle toute la nuée et passe sur elle tout
Fantine devient un emblème de la misère sociale, l’océan ! ») l’indifférence fataliste de la jeune femme :
comme le montre clairement le jeu initial de question « c’est une éponge imbibée ». L’usage expressif et
et réponse initiale aux lignes 1 et 2. La portée de presque poétique des paragraphes qui fonctionnent
cette méditation est aussi sensible à l’emploi du pré- comme des versets, isolant des unités de sens,
sent de vérité générale ainsi qu’aux termes géné- contribue aussi à la force pathétique du passage.
riques : « la société », « la misère », « l’esclavage », On peut commenter notamment les trois derniers
« la femme », « l’homme ». L’histoire de Fantine est paragraphes qui, sur le ton de l’élégie, marquent un
donc exemplaire de « toutes ces destinées » sur les- épuisement progressif en même temps qu’une élé-
quelles s’interroge le locuteur et qui ont connu un vation vers Dieu. Si les hommes en société résistent
même malheur. Le narrateur analyse ainsi la prosti- à la parole évangélique, Dieu est ici le seul recours et
tution en montrant qu’elle est la conséquence le seul espoir de ceux qui ont tout perdu, et c’est
directe de la misère. La formule courte et synthé- donc sur ce nom que se termine ce très court cha-
tique est significative : « la misère offre, la société pitre qui a d’ailleurs pour titre : « Christus nos libera-
accepte  ». Le lexique employé («  achetant », vit », rappel et promesse à la fois.
254

9782210105010_.indb 254 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 2

Synthèse tout temps, et en tout lieu, des êtres humains n’ont


Victor Hugo prend la défense des femmes conduites pas pu donner la mesure de leur talent car on ne les
à la prostitution d’abord en attaquant la société qui y autorisait pas. Simone de Beauvoir reprend ici une
les réduit à cette ultime ressource en les plongeant parole de Jefferson, sur l’autorité de qui elle s’ap-
dans la misère. Il argumente donc, mais il cherche puie pour demander, comme lui en son temps pour
aussi à toucher le lecteur dans sa sensibilité en les américains, plus de temps pour les femmes afin
montrant l’extrême souffrance de ces femmes qui qu’elles donnent la mesure de leur génie : « Laissez-
n’ont plus d’espoir qu’en Dieu. nous exister avant de nous demander de justifier
notre existence ». Mais elle utilise aussi un argument
P ROL ONG E MEN T d’autorité en s’appuyant sur une citation de Rim-
baud, qui annonce un avenir brillant pour la femme :
Dans Les Contemplations, le début de « Melancho- « elle sera poète elle aussi ! ». Dans cet extrait d’une
lia » décrit le triste itinéraire d’une jeune fille progres- lettre à son ami Pierre Demeny, le poète affirme sa
sivement réduite à la prostitution par la misère. De confiance dans un génie féminin créateur, apte à
nombreux romanciers du xixe siècle ont évoqué des trouver « des choses étranges, insondables, repous-
figures de prostituées au grand cœur : Coralie dans santes, délicieuses », et l’énumération des adjectifs
Illusions perdues de Balzac et Boule de suif dans la met ici en valeur la force et la puissance du génie
nouvelle de Maupassant qui porte son nom. À tra- féminin, tout comme l’expression « nous les pren-
vers son héroïne Nana, Zola montre au contraire la drons, nous les comprendrons », annonce l’harmo-
puissance destructrice d’une prostituée qui charme nie à venir entre homme et femme.
et ruine tous les hommes qu’elle rencontre, tous les Tout en affirmant sa confiance dans le génie féminin,
hauts dignitaires du Second Empire. Nana, courti- la locutrice reste prudente sur les formes de son
sane de luxe, incarne la revanche sociale des femmes avenir. Il faut d’abord que la femme trouve les
réduites à la misère. Parmi les poètes, on peut relire moyens de sa liberté : « quand elle se sera conquise
« Crépuscule du soir » de Baudelaire, dans Les […] ». L’objectif est d’abord de sortir de l’esclavage
Fleurs du Mal, ainsi que « Les Promeneuses » d’Émile à l’égard des hommes comme le montre l’emploi du
Verhaeren dans Les Villes tentaculaires. verbe « s’affranchir » à la ligne 17. Ce mouvement
de libération est bien montré comme un élan irré-
pressible avec l’emploi du futur de l’indicatif. Mais la
Texte 8 – Simone de Beauvoir, forme du génie féminin à venir reste une question. La
Le Deuxième Sexe (1949) p. 349 locutrice se pose la question de la différence de la
femme, et, au contraire de Rimbaud sur l’autorité de
OBJECTIFS ET ENJEUX
–– Lire un essai contemporain. qui elle s’est pourtant appuyée, n’est pas sûre que
–– Découvrir une figure du féminisme contemporain. son génie soit essentiellement différent de celui des
hommes : « il faudrait se hasarder à des anticipa-
tions bien hardies ». Elle oppose donc cette incerti-
L E CT U RE A NA LY T I QUE
tude sur l’avenir à la nécessité de cet avenir meilleur.
Simone de Beauvoir s’attaque ici à un des éléments La dernière phrase du texte donne toute son ampleur
du discours des hommes sur les femmes : leur infé- à la revendication féminine qu’elle relaie ici. La
riorité intellectuelle et créatrice. La thèse est posée femme y apparaît bien comme l’avenir de l’homme,
dès les premières lignes du texte au travers d’une et l’on sent ici l’impatience de la locutrice (« il est
question rhétorique : ce sont les circonstances his- grand temps […] qu’on lui laisse enfin […] ») pour un
toriques et sociales qui ont rendu impossible l’éclo- partage équitable des tâches et des responsabilités.
sion du génie féminin : « comment les femmes L’avenir de la femme est mis clairement en parallèle
auraient-elles eu jamais du génie alors que toute ici avec celui de l’humanité tout entière, comme le
possibilité leur était refusée ? » On remarque ici montre la progression des termes dans l’expression
l’emploi du conditionnel passé pour souligner ce « dans son intérêt et dans celui de tous. »
regret sur le passé, ainsi que l’opposition entre
« jamais » et « toute possibilité qui montre la résis- P R OL ON GE ME N T
tance passée de la société au génie féminin. Pour
défendre sa thèse, la locutrice s’appuie ici sur plu- Les Mémoires d’une jeune fille rangée, titre du pre-
sieurs arguments. Elle utilise essentiellement un rai- mier tome de l’autobiographie de Simone de Beau-
sonnement par analogie pour montrer que d’autres voir, sont une référence à sa jeunesse sans histoire
catégories d’opprimés ont subi le même reproche dans une famille bourgeoise. Son goût pour l’étude
de prétendue infériorité créatrice. Trois exemples et son brillant parcours universitaire l’amènent pro-
sont évoqués à la suite : les américains, les noirs, le gressivement à prendre ses distances par rapport à
prolétariat français. Il s’agit donc de montrer que, en son milieu, et aux préjugés bourgeois sur les femmes.
 255

9782210105010_.indb 255 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

Séquence 3
Le discours en action p. 350

Problématiques : Comment définir l’éloquence ? Qu’est-ce qui fait la force oratoire d’un discours ?

Éclairages : Il s’agira de voir comment des voix s’élèvent au cours des siècles pour protester contre la
guerre. On s’attachera à observer la forme du discours et à étudier la stratégie argumentative de chaque
auteur, attachée à la défense de valeurs de liberté, de fraternité, quel que soit le siècle.

Texte 1 – Maximilien de Robespierre, Ainsi, dès les deux premiers paragraphes, l’orateur
Discours sur la guerre (1791) p. 350 laisse entendre que la thèse adverse est apparem-
ment généreuse mais irréfléchie. Il amorce ainsi son
OBJECTIFS ET ENJEUX argumentation, en laissant entendre que celle qu’il
–– Découvrir la forme du discours. défend est sérieuse. Il s’agit pour lui de défendre
–– Observer une stratégie argumentative. son « ethos », d’inspirer confiance. L’éthos prend
–– Analyser comment l’orateur aborde l’exorde appui sur les valeurs républicaines : « servir la
et présente sa thèse. patrie », la liberté, faire triompher « la vérité ».
Robespierre est conscient que son point de vue est
L EC T UR E A N A LYT I QU E minoritaire et va à l’encontre de la pensée domi-
nante. Il ne récuse pas la guerre en tant que telle
Il ne s’agit pas de transformer la séance de français mais c’est l’intérêt de la nation qui prime. D’ailleurs,
en cours d’histoire mais il est bon de rappeler les s’il considère que c’est « la cour et le ministère » qui
circonstances de ce discours. À la fin de 1791, la « veulent la guerre » (l. 21), il substitue au « je » de
Révolution est en marche, mais les tenants d’une l’orateur « la nation » (l. 22 à 25). Il s’en fait le
monarchie constitutionnelle, voire d’une restaura- porte-parole.
tion de l’absolutisme subsistent et sont majoritaires Robespierre accumule les périphrases qui per-
au sein de la nouvelle Assemblée nationale législa- mettent de mieux préciser les enjeux du débat,
tive. La fuite de Louis xvi en juin 1791, stoppée à comme par exemple : « un grand nombre de bons
Varennes, permet cependant de douter de la sincé- citoyens » (l. 2) ; il dédouane ainsi la masse de ceux
rité du roi d’autant plus que les nobles émigrés qui sont pour la guerre, en explicitant ce qui motive
s’agitent aux frontières. Ils croient en la désorgani- leur volonté pour désigner les véritables respon-
sation de l’armée et souhaitent la guerre avec les sables, la cour et le ministère, et dénoncer « leur
puissances étrangères pour mettre un terme à la plan. »
Révolution. La gauche, ceux qui se réunissent au Le discours de Robespierre suit un ordre très rigou-
club des jacobins, est divisée. D’un côté, Brissot et reux et académique. L’exorde comprend une capta-
Vergniaud, les futurs Girondins, souhaitent propager tio benevolentiae qui vise à sensibiliser l’auditoire
les idées révolutionnaires hors des frontières. Face à « avant de prendre une résolution décisive » (§1).
eux, ceux qu’on appellera les Montagnards, s’in- Ensuite, Robespierre annonce sa thèse (§2) et
surgent contre cette position qu’ils jugent contraire dénonce ses adversaires (§3), puis il précise le plan
à l’esprit pacifique de la Révolution et préfèrent lut- de son discours (§4). Il développe par la suite son
ter contre les ennemis de l’intérieur. argumentation. La guerre doit être menée contre les
On fera remarquer qu’il s’agit du début d’un discours. ennemis de la Révolution. Ils ne sont pas à l’étranger
(§5). Enfin, la réflexion prend un tour plus général
La stratégie argumentative
(§6), même si elle vise la cour et le ministère : la
Le discours de Robespierre défend cette thèse avec guerre sert à renforcer le pouvoir exécutif au détri-
rigueur. D’emblée, il se présente (l. 2 à 6) comme un ment du peuple et de la liberté.
minoritaire, comme quelqu’un qui va à l’encontre de
l’opinion générale. Mais il fait la différence entre le Le point de vue de Robespierre
sentiment irréfléchi et la mûre délibération ; il définit La guerre doit être menée contre les ennemis de la
deux camps : d’un côté, « innombrables » sont ceux Révolution « qui sont au milieu de nous. » Est-ce
qui semblent animés par un cri, « la guerre », les dans la cour et le ministère ? Robespierre n’y répond
passionnés enthousiastes qui agissent dans la pré- pas mais il va démontrer que « la guerre permettrait
cipitation ; de l’autre, il y a ceux qui méditent, déli- « la direction suprême des forces de l’état et les des-
bèrent, qui savent attendre. tins de la liberté », en achevant d’épuiser le peuple
Habilement, Robespierre donne du poids à son et de dissiper les finances. On fera remarquer aux
intervention et attaque le point de vue de ses adver- élèves l’habile prétérition qui permet d’accuser la
saires bellicistes qui « caressent » et « flattent » (l. 15). politique menée déjà par le ministère (l. 42 à 46).
256

9782210105010_.indb 256 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 3

Pendant la guerre, l’état exerce « une espèce de dic-


tature », et le peuple oublie ses droits civils et poli- Texte 2 – Victor Hugo,
tiques pour ne s’occuper que des événements Discours d’ouverture du Congrès
extérieurs. Pour la guerre, on accorde la toute puis- de la paix (1849) p. 352
sance aux commandants militaires, et les chefs des
OBJECTIFS ET ENJEUX
armées deviennent les arbitres du sort du pays.
–– Étudier des procédés oratoires.
Robespierre développe la thèse que la guerre entraîne
–– Observer la réception d’un discours.
la fin des libertés. Après avoir usé du conditionnel
(l. 37), il est beaucoup plus catégorique dans ses
affirmations. C’est un véritable exposé qu’il déve- L E C TU R E AN ALY TI QU E
loppe. Il a le souci du salut de l’état, de la destinée de Le deuxième extrait présenté dans cette séquence
la constitution, de l’intérêt de la nation, mais le mot est la péroraison d’un discours célèbre de Victor
qui revient le plus dans la bouche de l’orateur est le Hugo repris souvent par les partisans des États-
terme liberté (l. 10 ; l. 23 ; l. 24 ; l. 38 ; l. 48), « le plus Unis d’Europe qui ont vu dans l’orateur un père spi-
cher de nos intérêts », qu’il oppose à « dictature », rituel. Ce discours pour la paix nous fait entendre la
« faire taire », « punir arbitrairement », « obéissance parole d’un poète qui voit dans l’histoire en marche
passive », « arbitres ». le rêve de fraternité.
Robespierre n’est pas contre la guerre en soi. Ce Au début du discours, Hugo accueille les congres-
n’est pas un pacifiste ni un lâche (l. 16 et 17). Il s’in- sistes, les remercie de l’avoir désigné comme pré-
terroge sur cette opportunité et y voit une manœuvre sident, mais évoque aussitôt l’idée de paix universelle
des ennemis de la Révolution en dégageant les qui les réunit, et qui est universelle comme la loi de
dangers que la guerre fait courir à « la liberté
­ Dieu. Après le temps des guerres, ce sera celui de la
naissante ». paix. On peut être incrédule mais l’histoire témoigne
Synthèse des progrès de l’humanité. Le jour viendra où les
Le discours de Robespierre semble être un bon pays européens ne s’affronteront plus. Le temps
exemple de discours délibératif. Il respecte les don- s’accélère, les distances raccourcissent ; il suffit de
nées de la rhétorique traditionnelle, se veut rigou- s’aimer. Or, Victor Hugo constate que les statistiques
reux. Robespierre engage son auditoire à délibérer et les budgets des nations font état de dépenses
« mûrement » (l. 7 ; l. 39). Il va « discuter la ques- exorbitantes pendant la paix pour la guerre.
tion » (l. 26). Le professeur fera remarquer que la transcription du
Mais son discours prend la tournure d’un exposé discours nous donne les réactions de l’auditoire. Il
dans le dernier paragraphe. Robespierre veut faire devra insister sur la date à laquelle il a été prononcé
triompher la vérité (l. 14) en s’appuyant sur l’expé- et rappeler que les conflits n’ont pas manqué d’exis-
rience. Il use du présent gnomique ou présent de ter depuis, au sein même du continent européen.
vérité générale, et d’anaphores qui martèlent son Les procédés oratoires
discours. Victor Hugo accuse « les nations et les gouver-
On fera remarquer aux élèves que c’est aussi un dis- nants  » d’être aveugles, d’avoir dépensé des
cours polémique. Les adversaires sont présentés sommes énormes. La précision du texte (l. 2) contri-
comme des personnes « exercé[e]s sur les intrigues bue à chiffrer la folie, l’illogisme de la situation
des cours » (l. 5), qui ne songent pas à « l’intérêt de (l. 3-4). Le tableau est sombre. Hugo parle à deux
la nation » (l. 19). Le ministère et la cour ne sont pas reprises de « spectacle douloureux », « terrible »,
directement accusés mais on peut « raisonnable- « sinistre » (l. 6-7 ; l. 10) : il accumule les exemples,
ment » le penser. Robespierre laisse entendre qu’ils les lieux géographiques en proie à la misère, à
profiteront de la guerre. Ils poursuivront leur poli- « l’obscurité sur l’avenir ». Au noir, à l’aveuglement,
tique – il est clair qu’il la dénonce même s’il passe il oppose « le rayonnement de la concorde univer-
très vite (l. 42 à 45) –, à savoir « épuiser le peuple, selle ». Hugo remet en cause les politiques suivies,
dissiper les finances, les déprédations et les fautes ». le manque de visions.
Pourtant, il invite à l’espoir (l. 21). Les impératifs
G R A MMA I R E contribuent à regarder autrement l’époque qu’il qua-
lifie de « prodigieuse et admirable […] après tout »
Robespierre assène une véritable leçon que ren- (l. 25), en usant même d’hyperbole : « la plus grande
forcent les répétitions anaphoriques de « C’est pen- page de l’histoire ». Il énumère tous les progrès
dant la guerre… », entraînant ainsi son auditoire à le avant de conclure sur un balancement symé-
suivre. trique aux lignes 39 et 40.
Ensuite, Hugo développe une véritable profession de
foi en l’avenir. Il croit en « l’action religieuse et calme
des pacificateurs » qu’il oppose aux préoccupations,
 257

9782210105010_.indb 257 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

aux «  oscillations misérables de la politique humaine  » l’unité, la paix, la civilisation, la justice qu’il oppose à
(l. 8), et en « l’action désordonnée des agitateurs » la barbarie, les batailles, la force. Hugo accompagne
(l. 47-48). Il croit à « la politique grande, […] vraie » par son discours le genre humain en marche. Il pour-
(l. 51-52), un programme dont il énumère les points. suit la métaphore en usant de la prosopopée (l’An-
La péroraison se termine par un appel aux peuples gleterre et la France sont devenues des personnes),
qui serait le dernier élément d’une trinité : liberté, de la répétition. Après l’Angleterre et la France, il
souveraineté, fraternité. invite par son énumération le monde entier à scan-
Les réactions de l’auditoire, les applaudissements der un nouveau mot d’ordre très œcuménique qu’il
ponctuent des formules qui répondent aux préoccu- amplifie : « Vous êtes frères ! »
pations des congressistes de la paix. On peut légiti-
mement penser que l’analyse de Victor Hugo est Synthèse
partagée par l’auditoire (l. 20), mais aussi que sa En imitant Victor Hugo, on peut dire qu’il est « une
vision politique l’amène à imaginer un règlement par force qui va ». Il entraîne son auditoire par son
la justice des conflits internationaux, ce qui ne peut enthousiasme en donnant à son discours le mouve-
manquer de surprendre et de créer la sensation. ment qu’il croit percevoir dans son temps. Il donne
ainsi tout son sens à ce qu’on appelle l’engagement.
Un orateur visionnaire Il ne se contente pas de constater « le spectacle ter-
Hugo porte deux regards sur son époque. D’un côté, rible » du monde, mais parce qu’il croit dans les
il voit en Europe « un spectacle douloureux et ter- signes du progrès, il sent une nouvelle ère et se fait
rible » lié aux dépenses et aux précautions contre la le porte-parole des temps nouveaux. Il invite à agir,
guerre : « la misère, le deuil, la guerre civile, l’obscu- il propose un programme politique (§5) et encourage
rité sur l’avenir » (l. 9-10). De l’autre, il invite à ne pas les congressistes à porter la bonne parole.
voir l’« époque autrement qu’elle n’est » (l. 24-25).
Les élèves pourraient y voir une inconséquence, une
GR AMMAI R E
incohérence.
Or, si Hugo fait état de la réalité, du bilan des poli- L’adresse aux congressistes « Messieurs » (l. 1 ;
tiques, des « commotions », il ne se contente pas l. 21 ; l. 60) et l’impératif de la 1re personne du pluriel
a contrario de donner une leçon d’espoir et de faire contribuent à les interpeller.
preuve d’optimisme et d’indulgence. Il prend aussi
« Disons-le, et disons-le bien haut » (l. 4) ; « disons-
de la hauteur ; il procède à une analyse de son
le hautement » (l. 26) est une façon pour l’orateur de
époque, y voit des signes encourageants, des
souligner ses propos, de les mettre en valeur.
marques de progrès. Il faudra replacer l’extrait dans
« Je le dis en terminant » (l. 42 et l. 60) : à la dimen-
le contexte du discours : Hugo y a annoncé la venue
sion phatique du discours, l’orateur ajoute le poids
prochaine du jour « où l’on verra ces deux groupes
de la conclusion à venir.
immenses, les États-Unis d’Amérique et les États-
« Comme je vous le rappelais tout à l’heure » (l. 27)
Unis d’Europe, placés en face l’un de l’autre, se ten-
est une autre manière de montrer la cohérence du
dant la main par-dessus les mers, échangeant leurs
discours.
produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts,
« C’est là pour ma part le but… » (l. 38) contribue
leurs génies, défrichant le globe, colonisant les
par l’insertion à souligner le point de vue personnel
déserts, améliorant la création sous le regard du
de l’orateur.
Créateur, et combinant ensemble, pour en tirer le
« Et ceci résume tout » (l. 56) attire l’attention dans
bien-être de tous, ces deux forces infinies, la frater-
une énumération.
nité des hommes et la puissance de Dieu. Hugo croit
en l’idée de progrès, d’une histoire en marche : Enfin, « que cette pensée nous encourage » (l. 61)
« tous les progrès s’y révèlent et s’y manifestent à la explicite l’exhortation finale.
fois, les uns amenant les autres. » (l. 28-29) ; « tout
se meut en même temps » (l. 35). S’E N TR AÎ N E R À L A D I SSE RTATI ON
Et ce n’est plus l’historien de son temps qui peu à
peu s’exprime, mais l’idéologue qui professe sa foi : Certains élèves pourront considérer que les guerres
les termes prennent de l’ampleur. Ce n’est plus une des xixe et xxe siècles témoignent de ce que le genre
époque, mais une ère. On quitte l’histoire de cette humain n’a pas répondu à ses attentes et ses
première moitié du xixe siècle pour aborder celle des espoirs.
civilisations. L’orateur est devenu prophète : « l’ère D’autres pourront écrire que le message d’espoir
des améliorations commence » (l. 43-44) ; « Le subsiste et qu’aucun artiste ne se déshonore à
temps est venu. » (l. 46) ; « le genre humain est en défendre la paix et la fraternité.
marche dans cette voie providentielle » (l. 61-62). On se mettra d’accord sur l’idée que l’engagement
Hugo use d’un langage mystique propre à exalter de l’écrivain ne nous intéresse que s’il apporte un
son auditoire. Il convoque, dans son discours, message politique et/ou artistique.
258

9782210105010_.indb 258 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 3

périodes reprennent ensuite de l’ampleur. Le profes-


Texte 3 – Jean Jaurès, seur fera aussi relever les phrases nominales de la
Discours à la jeunesse (1903) p. 354 fin du deuxième paragraphe. Jean Jaurès sait que,
pour persuader, il faut tenir son auditoire en éveil. Il
OBJECTIFS ET ENJEUX
également joue sur les sonorités (l. 2-3), et notam-
–– Étudier la forme argumentative de la persuasion  :
ment les assonances (l. 15-16 ; l. 42).
les moyens de rendre un discours légitime,
Cependant, même s’il est porté par l’enthousiasme,
crédible et exaltant.
Jean Jaurès sait prendre en compte les objections
qui pourraient lui être opposées. D’abord, il refuse
L E CT U RE A NA LY T I QUE de considérer la guerre comme une fatalité (l. 1 à 4 ;
Au début de son discours, Jaurès rappelle qu’il a été l. 45 à 51), de se limiter aux « conseils de prudence
élève puis professeur au lycée d’Albi. Il se souvient que nous donnent ces grandioses déceptions »
du discours d’usage qu’il a prononcé et des recom- (l. 5). La paix est fragile parce qu’il existe entre les
mandations qu’il faisait « à ceux qui m’écoutaient de nations des points de friction susceptibles de géné-
juger les hommes avec bienveillance, c’est-à-dire rer des conflits (l. 25-26). Il est donc paradoxal et
avec équité, d’être attentifs, dans les consciences naïf de croire en « la grande paix humaine », mais
les plus médiocres et les existences les plus l’œuvre est difficile et non pas impossible (l. 31-32).
dénuées, aux traits de lumière, aux fugitives étin- Le discours fourmille de personnifications et
celles de beauté morale par où se révèle la vocation d’images. « La paix » est une fuyarde (l. 1), si sou-
de grandeur de la nature humaine. Je les priais d’in- vent raillée, si souvent piétinée comme l’a été la
terpréter avec indulgence le tâtonnant effort de l’hu- République (l. 21). Jean Jaurès ne veut pas en faire
manité incertaine. » un concept idéal : l’histoire même lui « donnera le
Il fait ensuite l’éloge de cette confiance en l’homme ; dernier mot » (l. 21), grâce au concours « des forces
instituer la République a été un acte de confiance ; neuves » (l. 7), de « la génération qui se lève » (l. 37).
« l’audace même de la tentative a contribué au suc- Jaurès lève ainsi une armée pacifique.
cès. » Jaurès réclame pour le prolétariat encore plus Par opposition, il mobilise les images de bruit et de
de poids dans les relations économiques. Mais il flammes (l. 2 à 4), de corps victimes de la maladie
n’oublie pas qu’il s’adresse à la jeunesse et il l’incite (l. 25 à 26), de mort (l. 16-17), d’enfer et d’enferme-
à être exigeante. Comme la République a su impo- ment (l. 45-46). Il personnifie « les représailles »
ser sa forme malgré le scepticisme et le conserva- (l. 47).
tisme, il lui faut vouloir la nouveauté dans les Le combat tourne à la confusion, au cauchemar :
relations économiques, mais aussi au sein des « le droit et la violence » sont personnifiés « sous la
nations : ce sera la paix durable. Jean Jaurès ne nie même livrée  » (l.  49) et «  l’humanité déchirée  pleure.  »
pas le rôle de la guerre dans l’histoire. Il en rappelle On peut même penser que « déchirée » fait écho à
les grands moments avant notre extrait. « livrée », et que l’orateur poursuit sa métaphore.

Un discours persuasif L’obstacle de la guerre


Jaurès croit en la paix ; il l’affirme « prochaine » ; Jean Jaurès, comme nous l’avons écrit, est lucide.
« Des forces neuves y travaillent » (l. 7). Ces « forces Dès le début de cet extrait, la répétition de « tou-
neuves », « la démocratie » (l. 8 à 11), « la science » jours », l’emploi du verbe « continuer » montrent bien
(l. 8 à 17), « l’universel prolétariat solidaire » (l. 18 à sa prise de conscience. L’oxymore « grandioses
20), font que « la guerre est plus difficile ». déceptions » (l. 5) ne fait que confirmer le regard qu’il
Ensuite, il reprend ce qu’il a développé précédem- porte sur le monde. Même s’il ne nie pas « l’ivresse
ment et use d’un argument par analogie : « comme guerrière, [les] haines et [les] rivalités de nations et de
l’histoire a donné le dernier mot à la République […], races » (l. 19-20), « la fureur des événements et des
elle donnera le dernier mot à la paix » (l. 20-22). passions » (l. 23), même s’il sait que la paix n’est pas
Et cette foi en la paix, Jaurès tient à la faire passer une « certitude toute faite » (l. 24), qu’il existe des
auprès de son auditoire. On ne relèvera pas ici tous points de tension entre les nations susceptibles de
les procédés oratoires dont il use mais nous en sou- générer un conflit généralisé (l. 26), que l’œuvre est
lignerons quelques-uns qui charpentent son dis- « difficile », il ne la croit pas « impossible » (l. 32). Il ne
cours. D’abord, nous pouvons relever cette façon voudrait pas décevoir son auditoire (l. 38). Ce rêve
d’interpeller les « jeunes gens » (l. 36) en les interro- est un programme de combat et non de démission.
geant (l. 1 à 4), de répondre pour eux. (l. 4 ; l. 20 ; « La période » est « difficile et incertaine » (l. 39-40)
l. 38), de penser pour eux (l. 39). Malgré les répéti- et Jaurès revient surtout sur cette fatalité, ce cercle
tions qui martèlent le discours, l’orateur ne s’en- infernal qu’enclenchent la guerre et son tourbillon.
ferme pas dans un schéma répétitif. Ainsi, les On peut analyser le dernier paragraphe, cette longue
phrases au début de l’extrait sont de plus en plus période dans laquelle l’orateur témoigne des obs-
longues avant la rupture « Non ! non ! » (l. 4). Les tacles auxquels la paix est confrontée. Il met en
 259

9782210105010_.indb 259 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

cause l’engrenage des événements : des « revendi- Jean-Paul Sartre, dans ce discours, développe
cations même justes » à « des représailles qui se l’analyse que la bombe atomique change la donne
flattent de l’être » (l. 46-47) ; il dénonce le rôle de la et justifie la guerre froide : « Hier encore, pour tuer
propagande, la mise en place d’un processus perpé- des millions d’hommes, il fallait des millions
tuel à travers les mots qui se répondent, la confusion d’hommes, et pour que ces millions d’hommes
entre le droit et la violence. On fera remarquer que acceptent de recevoir la mort ou de la donner, il était
Jean Jaurès ne prend pas parti pour un des deux nécessaire que le conflit reflétât, dans une certaine
camps. Le plus grand ennemi de la paix est certaine- mesure, sinon leurs intérêts, du moins leurs pas-
ment l’esprit partisan, cocardier. La grande victime sions, et qu’il ne choquât pas leur sens de la jus-
de la guerre, c’est l’humanité, qui pleure la victoire tice. » C’est pour cette raison que Sartre fait l’éloge
autant que la défaite. Cet humanisme, Jaurès le des armées populaires : « Le peuple par le fait même
défend comme il défend la France, « parce qu’elle est d’assumer entièrement la guerre qu’il soutient,
humaine. » Un peu plus loin dans son discours, il dira conquiert la Paix. Une guerre populaire est menée
que « l’humanité est maudite, si pour faire preuve de contre un agresseur, un occupant ou un colon, l’ar-
courage elle est condamnée à tuer éternellement. » mée du peuple se forme sur place, parfois elle se
substitue à une armée nationale en retraite ou en
Synthèse déroute, la guerre populaire ne peut être que défen-
Il faudra rappeler aux élèves ce qu’est une allégorie. sive et libératrice. »
Nous avons évoqué comment Jaurès incarnait la Sa thèse est claire dans cet extrait : il faut « pros-
paix, comment il la personnifiait, comment, par des crire définitivement la fabrication et l’usage de l’arme
images, il suggérait les forces ancestrales qui font la nucléaire » (l. 25-26).
guerre. L’orateur grandit la paix humaine (l. 6 ; l. 30). Les arguments qu’il développe visent à accuser
Il en fait un objectif lumineux, un rêve, « le plus haut « les dirigeants occidentaux » (l. 5), « une poignée
effort et la plus haute gloire de la génération qui se d’hommes » (l. 9), « une bureaucratie coupée du
lève » (l. 36-37). Il faudra du courage à ces jeunes pays » (l. 10), « quelques privilégiés et leurs merce-
gens. Jean Jaurès les invite à se mobiliser avec les naires » (l. 14) qui « possèdent un terrible pouvoir »
forces neuves. « Mais d’abord, mais avant tout, il (l. 5). A contrario, « la participation du peuple appa-
faut rompre le cercle de fer… », défendre l’homme. raît comme un facteur de paix, ou de limitation de la
guerre » (l. 4).
S ’ E N T R A Î N ER A U C OMMEN TA I R E Son deuxième argument vise l’arme nucléaire elle-
même. On s’appuiera sur la question de grammaire.
On peut imaginer le plan suivant : Son troisième argument, « il faut lutter contre la ter-
I. La croyance chez l’orateur en la grande paix reur » (l. 23-24), a été développé dans le passage
possible coupé.
II. Les procédés rhétoriques qui accentuent son Sartre conclut que « l’Histoire ne peut plus se faire
parti pris que dans et par la PAIX ».
Sartre oppose l’armée du peuple à une poignée
d’hommes, « les masses » (l. 11) à « une bureaucra-
Texte 4 – Jean-Paul Sartre, tie coupée du pays » (l. 10) Il insiste sur le nombre
Défense de la paix (1954) p. 356 pour mieux mettre en évidence le « terrible pouvoir »
de nuisance de « quelques privilégiés », capable de
OBJECTIFS ET ENJEUX « faire sauter une capitale, [d’]anéantir une nation »
–– Étudier la forme du discours polémique. (l. 9) alors que l’armée du peuple est « un facteur de
paix, ou de limitation de la guerre » (l. 4), « un organe
L EC T UR E A N A LYT I QU E politique qui vit en pleine harmonie avec les travail-
leurs, et qui, souvent, les aide » (l. 7-8). En usant de
Il convient de replacer ce texte dans le contexte de ces oppositions très nettes, Sartre témoigne de son
la guerre froide. Plaider pour la paix en 1954, c’est engagement marxiste : il oppose l’armée des travail-
lutter contre l’impérialisme américain et soutenir la leurs à l’arme des privilégiés.
politique prônée par l’URSS qui légitimait son arme-
ment nucléaire au nom de sa défense. Pour mémoire, GR AMMAI R E
Hiroshima et Nagasaki datent du mois d’août 1945
et de l’explosion de la première bombe A soviétique Sartre, en usant du superlatif de supériorité, « la plus
de 1949. L’idée n’était pas encore répandue que cet abstraite des abstractions », pour constituer une
équilibre de la terreur assurerait la paix, aucun des hyperbole, montre ce qui ce fait de mieux en terme
deux camps n’osant user de l’arme atomique. En de violence ; elle échappe à l’ordre normal, au
même temps, de nombreux états luttaient pour leur concret sur lequel les hommes peuvent peser. C’est
indépendance. une arme totalitaire : « elle veut forcer et casse
260

9782210105010_.indb 260 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 3

tout ». Sartre revient ensuite sur son premier argu- Commission Européenne ; il débute avec l’éloge de
ment : c’est pour cela qu’elle convient « aux minori- la confiance dans les valeurs communes : liberté et
tés oppressives » (l. 19-20). justice. Il vante ensuite le « nouvel ordre juridique »
et « le sentiment profond d’une communauté de
destin. ». C’est un exemple pour la planète entière et
Perspectives – un exemple pour la paix.
Les orateurs du xxie siècle p. 357 Il nous a semblé intéressant de terminer une
séquence intitulée « le discours en action » en don-
L E CT U RE A NA LY T I QUE nant la parole à des orateurs qui, à partir de deux
événements d’actualité, ont parlé de la paix.
Pourquoi ces choix ? Il nous a semblé intéressant Dominique de Villepin, habilement, associe ses
d’opposer au discours de Sartre deux discours du auditeurs à sa cause : il poursuit son image (voir la
xxie  siècle. Il ne s’agit pas de considérer leurs rubrique Vocabulaire) ; ils sont des gardiens du
auteurs comme littéraires, mais de montrer com- temple, dont la responsabilité et l’honneur sont
ment, à l’heure actuelle, ces orateurs ont su user engagés. On retrouve la première personne, dans le
d’une rhétorique traditionnelle. On pourra faire pronom possessif, « le mien » ; l’orateur évoque
observer aux élèves que les discours étudiés en l’Europe mais c’est pour mieux l’élargir à tous les
classe de français servent à appréhender leur monde membres de la communauté internationale et expri-
et notamment les discours politiques. mer sa confiance « en notre capacité à construire
Le discours de Dominique de Villepin présente plu- ensemble un monde meilleur. » Il y a bien avec cet
sieurs intérêts pour les élèves. Nous avons la possi- emploi d’une première personne du pluriel l’idée de
bilité de voir et d’entendre l’orateur lors de son « conduire » ses auditeurs et de les élever vers l’idéal
intervention. La persuasion passe aussi par la voix, d’un monde meilleur.
et même si le cadre du conseil de sécurité de l’ONU Le « nous » dans le deuxième extrait renvoie aux
a ses contraintes, il est utile justement d’observer habitants du continent européen. Les orateurs se
les codes. On pourra aussi comparer le traitement veulent des porte-paroles. Le « nous » (l. 14) peut
qui est fait de ce discours dans la bande dessinée sembler ne concerner que la personne qui s’ex-
Quai d’Orsay d’Abel Lanzac et Christophe Blain (éd. prime ; on peut légitimement penser qu’il parle au
Dargaud, 2010), repris en 2013 dans le film du même nom des générations actuelles.
titre par Bertrand Tavernier. L’extrait proposé reprend Dans le premier extrait, l’esprit de responsabilité
les dernières lignes du discours du Ministre des s’exprime dans le choix même des termes : « idéal »,
Affaires étrangères. Après avoir rappelé l’attache- « conscience », « désarmement », « paix »,
ment de la France à l’unité du Conseil de Sécurité « liberté », « l’Histoire », « les hommes ». Les adjec-
qui avait décidé à l’unanimité « le choix du désarme- tifs, « lourde », « immense » (l. 2-3) contribuent à
ment » de l’Irak « par la voie des inspections », solenniser la parole. La répétition de «  nous
Dominique de Villepin va s’appliquer à montrer qu’il sommes » (l. 1-2), accentuée ensuite par « qui sont
est utile pour la paix de poursuivre cette démarche les nôtres » (l. 3) lui confère une gravité. L’adjectif
qui n’a pas été conduite à son terme. Elle a donné « vieux » (l. 5), qui ne manquait pas d’ironie à l’égard
des résultats et peut être efficace. La France met en du Secrétaire de la Défense américain, souligne
garde contre une action militaire qui pourrait avoir aussi la sagesse, l’expérience acquise au cours des
des conséquences intolérables et qui nuirait à l’unité siècles, la mémoire.
de la communauté internationale garante de la paix Dans le second extrait, l’orateur emploie lui aussi le
à construire. terme de responsabilité, responsabilité économique
Le prix Nobel de la paix a été décerné à l’Europe en et morale liée là aussi au passé de l’Europe (guerres
2012 pour avoir « contribué pendant plus de six et combats). Il en rappelle (l. 1 ; l. 4 et l. 12) les
décennies à promouvoir la paix et la réconciliation, la moments douloureux qui ont fait son expérience. Il
démocratie et les droits de l’homme en Europe ». Le convoque lui aussi les termes de « paix », « justice »,
Président du Conseil Européen, Van Rompuy, dans « démocratie », « dignité humaine » pour renforcer
un premier discours, rappelle que « la guerre est son propos. Cette responsabilité est née aussi de
aussi ancienne que l’Europe ». Il fait l’éloge de la son unification, exemple à suivre pour les autres et
réconciliation, de la négociation, de compromis. responsabilité pour les prochaines générations.
Selon ses propres mots, la guerre est devenue Les valeurs sont aussi les mêmes : recherche de la
« impensable », mais non « impossible ». Il s’agit de paix, de la liberté. José Manuel Barroso ajoute « jus-
préserver la paix alors que la crise fait rage dans tice », « démocratie ». Il parle de dignité humaine
l’Union. Il compte sur les générations futures. C’est quand Dominique de Villepin parle de conscience,
le dernier paragraphe de son discours que vous de fidélité à des valeurs. Tous les deux attachent une
avez ici. Les lignes qui précèdent sont extraites du importance à « la communauté internationale », à
discours de José Manuel Barroso, président de la « la communauté de nations ». Si le discours des
 261

9782210105010_.indb 261 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

messieurs Van Rompuy et Barroso invite à « pour- 2. E X P R E SSI ON S L ATI N E S


suivre cette aventure commune » après avoir vanté
l’exemple de l’Union Européenne, celui de Domi- a. ad litteram : à la lettre. – ad hominem : qui vise
nique de Villepin, qui souligne lui aussi cette capa- la personne. – pro domo : pour sa propre cause.
cité à se réinventer, à se tenir debout, vise « un b. Mme du Châtelet mène un plaidoyer pro domo
monde meilleur ». Tous les deux sont les reflets des quand elle évoque les âmes élevées qui n’ont pas
Lumières. d’accès facile à la gloire. La maréchale de Grancey,
dans le texte de Voltaire, utilise un argument ad
Synthèse hominem quand elle s’en prend à la vie conjugale
Ces discours tenus au xxie siècle répondent à des de l’apôtre Paul.
circonstances précises. Pour l’un, il s’agissait de
s’opposer à une prise de décision américaine qui 3. SY N ON Y ME S
mettait en péril la paix. Pour l’autre, les orateurs
célèbrent l’Union Européenne, en tant que facteur a. récuser : rejeter une idée ou un témoignage. –
de paix. démontrer : montrer en s’appuyant sur des faits. –
S’ils recourent à une stratégie de séduction, en fai- insinuer  : donner à entendre. – suspecter :
sant appel notamment aux valeurs propres à tou- soupçonner. – s’interroger : douter.
cher l’auditoire, nous avons affaire à des discours b. Olympe de Gouges s’interroge dans sa Déclara-
officiels tenus par des représentants de gouverne- tion sur les fondements du pouvoir de l’homme sur
ments. Ce sont les circonstances qui ont fait l’intérêt les femmes. Elle récuse l’idée d’un fondement natu-
de ces discours. Pour les autres textes du corpus, rel de ce pouvoir car elle démontre en s’appuyant
ce sont leurs auteurs qui justifient l’intérêt qu’on leur sur une comparaison avec la Nature que tous les
porte, par la façon dont ils ont construit, argumenté sexes travaillent ensemble à l’harmonie universelle.
leur propos : leur écriture nous parle encore, nous
séduit encore. 4. MOD AL I SATI ON D E S P R OP OS

Certains : savoir ➞ On sait que la terre est ronde. –


V OCA BU LA I R E Probables : reconnaître ➞ Je reconnais que tu as
raison./admettre ➞ Il n’est pas agréable d’admettre
L’étude du discours de Dominique de Villepin peut ses torts. – Douteux : paraître ➞ Il faut paraître s’in-
commencer par l’analyse de l’emploi du terme téresser en cours./sembler ➞ Tu sembles enfin heu-
« temple ». En donnant un caractère sacré à la salle reux./croire ➞ Je crois que l’avenir sera meilleur./
de réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, l’orateur douter ➞ Je doute qu’il remporte son procès. –
confère aux membres de ce conseil une sagesse, Faux : prétexter ➞ On peut prétexter une maladie
une sérénité qui est l’apanage de ceux qui, séparés pour ne pas honorer un rendez-vous./prétendre
du reste du monde, se recueillent pour prier ou médi- ➞ On peut prétendre avoir raison même quand on
ter. On peut penser que, pour Dominique de Villepin, sait qu’on a tort./s’imaginer ➞ On s’imagine aimer et
ce temple est voué à la paix. Ainsi, le « nous » usité être aimé.
dans la suite du discours conserve cette solennité.
5. GE N R E S D E L’AR GU ME N TATI ON

Vocabulaire – Une épigramme est un petit poème satirique, ou un


Le vocabulaire de l’argumentation p. 358 mot mordant.
Ex. : Voltaire a manié efficacement l’épigramme
1 . MOT S DÉ RI V É S contre ses adversaires, au point de se faire beau-
coup d’ennemis.
allocution : discours officiel./élocution : façon de Un pamphlet est un court écrit satirique qui vise à
s’exprimer. – argutie : raisonnement subtil jusqu’à susciter l’indignation.
l’excès./argument : idée qui soutient une thèse. – Ex. : Le pamphlet de Voltaire met en scène un per-
plaidoyer : exposé en faveur d’une personne ou sonnage féminin pour mieux dénoncer la situation
d’une cause./plaidoirie : action de plaider pour un humiliante des femmes d’époque.
avocat, d’organiser une défense argumentée. – La satire est un écrit ironique et critique qui vise les
arguer  : prétexter, tirer argument./argumenter : mœurs des hommes, leurs passions déréglées.
défendre une opinion. – contredire : défendre une Ex. : Dans Le Misanthrope de Molière, on peut trou-
idée opposée./contrarier : chagriner, mécontenter. ver une satire des salons précieux.
– déduire : tirer une conclusion./dédire : revenir sur Une diatribe est une critique amère, voire injurieuse.
une parole, un engagement. – légitimer : rendre Ex. : Dans le texte de Voltaire, Mme de Grancey
conforme à la morale./légaliser : rendre conforme développe une vraie diatribe contre les hommes qui
au droit. espèrent de leurs femmes une soumission.
262

9782210105010_.indb 262 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 3

Un libelle est un écrit critique, souvent court, parfois E X P R E SSI ON É C R I TE


injurieux et diffamatoire.
Ex. : Sous l’ancien régime, des libelles circulaient ➤➤ Sujet 1
sous le manteau, pour critiquer les mœurs dissolues On peut proposer aux élèves un ou deux noms de
de la cour. personnages, en rappelant la réputation juste ou
fausse dont il a joui en son temps. Rousseau (sa
6 . CHA MPS L E X I CA UX solitude, son hypocondrie, sa timidité maladive avec
les femmes, son sentiment de persécution) ou Sta-
a. On repère un champ lexical composé par les line (son goût pour la boisson, son hypocrisie, sa
mots « présents », « providence », « dons ». Le versatilité, sa cruauté).
registre est ironique. La figure de rhétorique qui lui
est associée est l’antiphrase. ➤➤ Sujet 2
b. Deux champs lexicaux s’opposent, celui de la Quelques critères d’évaluation :
guerre (« infernale », « meurtriers », « exterminer ») et –– la qualité de l’expression écrite, et la mise en
celui de la religion (« merveilleux », « bénir », « Dieu »). place de la situation d’énonciation ;
L’aventure profitable des boat people, quand ils ont –– un argumentaire bien construit et formulant des
eu la fortune d’accoster sur nos côtes, se poursuit revendications claires ;
avantageusement, puisqu’ils ont la chance de pou- –– des procédés de persuasion : recours au registre
voir poursuivre leur périple en promenant leur de polémique ou ironique, procédés oratoires, figures
pays en pays, au gré des gouvernements (champs de rhétorique, etc.
lexicaux opposés de l’aventure et du profit ou de la
chance).

7. V OCA BUL A I R E É VA L UAT I F

Voltaire utilise ici deux termes impropres (« mâles »


et « femelles » pour parler de divinités) qui prennent
de ce fait un sens péjoratif. Cela complète l’emploi
inusité du mot « grands » devant « dieux », qu’on
utilise en général de manière absolue.

 263

9782210105010_.indb 263 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

Séquence 4
Figures du monstre p. 360

Problématique : Comment la figure du monstre interroge-t-elle la nature de l’homme ?

Éclairages : La figure du monstre traverse la littérature et c’est cette dimension diachronique qui permet
de repérer les grandes évolutions des mythes et récits associés à cette figure. Celui qui fait peur ne se
donne pas à voir de la même façon, de l’Antiquité au roman contemporain. Il configure des oppositions
structurantes des cultures, entre l’homme et les Dieux, l’homme et la bête, la nature et la culture, les
figures du bien et celles du mal, etc. Chacun témoigne à sa façon des valeurs d’une société, de la construc-
tion des relations sociales ainsi que des grandes interrogations sur la condition de l’homme et son rapport
violent à l’autre.

Texte 1 – Leprince de Beaumont, Le procès du père de la Belle


« La Belle et la Bête » (1757) p. 360 « […] il pensa, au moins, j’aurai le plaisir de les
embrasser encore une fois. Il jura donc de revenir, et
OBJECTIFS ET ENJEUX
la Bête lui dit qu’il pouvait partir quand il voudrait »
–– Retrouver les personnages et les spécificités
(l. 22 à 24) ; « et le bonhomme dit en lui-même ; s’il
des contes, un genre didactique.
faut que je meure […] pauvres enfants » (l. 27-28) : le
–– Construire le portrait du monstre et ses effets discours indirect privilégié pour le père est en fait un
sur les autres personnages. discours intérieur qui marque sa crainte, sa soumis-
sion mais aussi la force de son amour paternel. Le
L EC T UR E A N A LYT I QU E discours direct, le plus présent dans cet extrait, est
à une courte réplique près, celui qui est privilégié
Rencontre avec le monstre pour la Bête. Elle monopolise la parole, énonce une
Conformément au genre du conte, les personnages véritable sentence montrant ainsi son ascendant sur
de « La Belle et la Bête » sont peu individualisés et le père de la Belle : comme on l’a vu, c’est sa voix
constituent des prototypes. On pourra à l’occasion qui lui confère son aspect monstrueux et le texte
de la lecture de ce texte reconstruire les codes du donne donc à l’entendre.
genre et reconstituer le corpus des récits lus par les Le marchand est accusé d’avoir volé des roses,
élèves depuis leurs premières années d’école. Le faute grave aux yeux de la Bête pour qui ces roses
récit didactique de madame Leprince de Beaumont représentent ce qu’il « aime mieux que toutes
n’échappe pas aux lois du genre, comme on le voit choses au monde » (l. 8). Le châtiment dispropor-
dès le titre avec la désignation des personnages et tionné montre le caractère impitoyable de la Bête
une opposition également constitutive de la dyna- mais aussi la force fabuleuse de cet attachement à
mique du récit. des fleurs, un attachement qui rend la Bête insen-
Le personnage du père est le plus souvent désigné sible à la dimension symbolique du geste du père,
par le terme « le bonhomme » (l. 1, 21 et 27), une témoignage de son amour paternel. La Bête semble
désignation qui s’appuie sur la signification première insensible à la bonne foi et à la noble intention du
du terme apparu au xiie siècle et qui désigne un marchand, à la prière qu’il lui adresse « à genoux »
homme simple, bon et vertueux. C’est donc ainsi sur et « en joignant les mains » (l. 11). La bête paraît
son aspect moral que la lumière est mise. donc impitoyable.
Le monstre n’est pas davantage décrit, ce qui a per- « ne me raisonnez pas : partez et si vos filles refusent
mis aux illustrateurs de proposer une grande diver- de mourir pour vous, jurez que vous reviendrez dans
sité de représentations comme en témoignent les trois mois » (l. 18-20) : par cette formule, la Bête
illustrations de la double page. On l’appelle certes refuse tout pardon, rejette l’argumentaire du père.
« la Bête » – bien qu’il soit doué de parole – mais on Cet argument d’autorité où la force l’emporte sur la
ne dit seulement de lui qu’il est « horrible » (l. 4). Et raison n’est pas sans rappeler la fable de La Fon-
rien d’autre. taine « Le Loup et l’Agneau » quand le loup, après
C’est seulement la réaction du marchand qui peut avoir entendu les arguments pourtant pertinents de
nous aider à prendre la mesure de la laideur du l’agneau, décide de le manger « sans autre forme de
monstre puisqu’en le voyant, « il fut tout prêt de procès ». Ces deux situations illustrent la morale
s’évanouir » (l. 5). « La loi du plus fort est toujours la meilleure ».
C’est donc davantage « sa voix terrible » (l. 6) et ses
propos impitoyables (« Il faut mourir pour réparer Une justice ambivalente
cette faute », l. 8-9) qui laissent cette impression Le bonhomme est placé devant un terrible dilemme :
redoutable. sacrifier sa vie ou celle de l’une de ses filles. C’est
264

9782210105010_.indb 264 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

spontanément qu’il choisit de donner sa vie. La l’objet déclencheur du récit. Le visage de la Bête a
bonté, la générosité, le sens du sacrifice pour quelque chose du vampire et du fauve. Pour autant,
l’amour de l’autre : ce sont les valeurs morales qui la peur n’émerge pas vraiment de ce tableau. La
l’emportent. Les biens matériels promis n’entrent Belle a les traits apaisés et la Bête semble plus pro-
pas une seconde en conflit avec ces valeurs. Il ne dit tectrice qu’agressive, plus triste et résignée qu’ef-
rien de ce choix à la Bête par crainte, peut-être, frayante. Ces expressions du visage des deux
qu’elle ne lui donne plus le choix. On peut imaginer personnages constituent une sorte de cataphore,
également qu’il n’a plus confiance dans sa capacité d’anticipation de l’issue de l’histoire.
à entendre raison et que de ce fait, il juge inutile de
Synthèse
discuter davantage.
Le monstre utilise d’abord le vouvoiement pour Le monstre du conte de madame Leprince de Beau-
énoncer sa sentence ; il ne passe au tutoiement que mont a, comme son nom le dit, tout de l’animal, et
lorsqu’il fait preuve d’un semblant d’humanité et surtout son apparence et une voix terrifiantes. Il
d’une générosité  inattendue –  et quelque peu emprunte à la fable sa forme et son rôle anthropo-
déconcertante : « tu y trouveras un grand coffre morphes pour montrer que « la loi du plus fort est
vide ; tu peux y mettre tout ce qu’il te plaira » toujours la meilleure ». Et il le prouve en imposant au
(l. 25-26). Le monstre rend ainsi une justice ambiva- « bonhomme » qu’est le père de la Belle des
lente et paradoxale. « je veux bien vous pardonner » épreuves et un châtiment exemplaires. Mais il est
(l. 17), dit-il, alors qu’il ne propose qu’une solution aussi accessible à la beauté au travers de ses roses
pire que la première : remplacer la mort du père par qu’il aime plus que tout et cette sensibilité va le
celle de l’une de ses filles. Il punit et récompense conduire à sa double métamorphose : la Bête intrai-
dans le même temps. table va devenir un amant attentif et conquérir l’es-
prit qui fait l’homme ; le monstre effrayant et solitaire
Lecture d’images va se transformer en prince, transporté d’un coup
La gravure d’Andrew Lang semble tout droit sortie de baguette magique dans son royaume où il
des Contes des Mille et une nuits : l’architecture du retrouve sa cour et ses sujets.
palais, les vêtements du marchand, la flore et même
la représentation du monstre sous les traits d’un élé-
phant à l’attitude agressive. Ce choix peut traduire Œuvre intégrale – Étude d’ensemble p. 362
l’universalité du conte et de sa portée morale. Cette
gravure retient l’élément déclencheur du conte et OBJECTIFS ET ENJEUX
fait du marchand un personnage central : celui dont –– Recomposer le personnage au travers de la
la décision va générer la suite. Le décor oriental narration.
ajoute au merveilleux du récit, grâce à l’exotisme –– Interpréter la fonction du personnage et sa
qu’il véhicule également. L’affiche, quant à elle, est dimension sociale et morale.
une mise en image du titre : on y voit la Belle et la –– Dégager une vision du monde et de la condition
Bête – deux gros plans sur les visages et la rose, humaine.

L A STR U C TU R E D U C ON TE

Séquences narratives Personnages Cadre Idées principales


Situation initiale : « Il y avait Le marchand Chez une riche Opposition entre la Belle et les deux
une fois… quelques années » et sa famille famille aînées.
« Tout d’un coup… à tout Le marchand Une petite maison Le marchand perd toutes
moment. » et sa famille de campagne ses richesses. Des trois filles, seule
la Belle apporte son aide au père.
« Il y avait un an… à mon Le père Un mystérieux Le père s’égare et trouve refuge
déjeuner. » château dans un château. Il y cueille
une rose pour la Belle.
« Le bonhomme… mes Le père Le même château La Bête apparaît et demande la mort
pauvres enfants. » La Bête du père ou de l’une de ses filles
en échange de la rose volée.
« Il retourna dans la chambre… La famille puis Sur le chemin Les deux aînées accusent la Belle.
elle me fait si bonne chère. » le père et la Belle du palais puis au La Belle veut donner sa vie et
palais de la Bête accompagne son père chez la Bête.

 265

9782210105010_.indb 265 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

Séquences narratives Personnages Cadre Idées principales


« Quand ils eurent soupé… La Belle Le palais La Belle fait un beau rêve.
paraissait sur leur visage. » Le château semble fait pour bien
l’accueillir.
« Un moment après, tout… elle La Belle Le palais La Belle découvre la bonté du
est si bonne ! » La Bête monstre mais refuse de l’épouser.
« Belle passa trois mois… La Belle Le palais La Bête, par amour, laisse la Belle
Adieu la Belle. » La Bête retourner voir son père. Elle promet
de revenir.
« La bête soupira… mon Le père, la Belle La maison du père Les sœurs jalouses essaient
ingratitude. » et ses sœurs de retenir la Belle.
La Belle décide d’épouser la Bête.
« À ces mots, Belle… vivre La Belle et la Le palais La Bête est prête à se laisser mourir
sans vous voir. » Bête de chagrin.
La Belle la sauve en lui déclarant
son amour.
Situation finale : « À peine la La Belle « Le château L’amour de la Belle a délivré la Bête
Belle… fondé sur la vertu. » Le prince brillant de d’un maléfice. La Bête est un beau
La famille de la lumière » prince. Il épouse la Belle qui devient
Belle reine. Les deux sœurs sont
statufiées.

La situation finale est conforme au genre du conte : du souci qu’elle a des autres, de sa bonté et de son
une bonne fée transforme la Bête en prince. Les honnêteté soulignés dans le conte. La « perspective
méchantes sont punies. La jeune fille vertueuse immature qui attribue à l’homme une existence
devient reine… Et, selon la formule finale attendue, dédoublée comme animal et comme esprit  »
ils vécurent «  longtemps et dans un bonheur (l. 32-35) au début du conte est en revanche plus
parfait ». lisible : la Belle représentant l’esprit et la vertu. Et le
D’autres aspects sont également caractéristiques portrait de la Bête s’élabore progressivement sous
du genre, notamment : forme d’une lente conquête de son « humanité ».
–– la situation de déséquilibre qui enclenche l’his-
toire : la famille devient brusquement pauvre ; L E S P E R SON N AGE S
–– l’opposition entre la jeune fille vertueuse et ses
sœurs méchantes et envieuses ; Le portrait édifiant du père et sa fonction
–– les personnages de la bonne et de la mauvaise argumentative
fée associées à leurs pouvoirs magiques ; Le portrait du père se construit par étapes, au fil des
–– la transformation de la Bête en prince (les person- épreuves. Il se montre courageux devant l’adversité,
nages victimes de sortilèges) ; cherche avant tout le bonheur de ses enfants, est
–– l’inscription dans un espace et un temps peu prêt à donner sa vie pour eux, s’en tient aux valeurs
déterminés, des événements peu expansés. morales. L’auteur dresse donc un portrait représen-
Le titre « La Belle et la Bête » évoque une double tatif de la bonté naturelle, un portrait qui idéalise
opposition : une opposition physique qui opposerait l’image du père.
la beauté à la laideur et une opposition morale qui
opposerait un comportement humain fondé sur les Le portrait des deux aînées
sentiments à un comportement animal fondé sur À l’égoïsme, à la paresse, à l’envie, à la suffisance, à
l’instinct et l’agressivité. Le conte dépasse cette l’attrait du luxe, des richesses faciles, à l’orgueil et la
double opposition, et l’annihile même, en associant fierté de ses deux sœurs, la Belle oppose toutes les
finalement la beauté et la vertu aux deux person- vertus possibles – des vertus qui s’additionnent au
nages. Il fait également intervenir une opposition fil des épreuves qui lui sont proposées et composent
entre noblesse et roture plus historique et embléma- une sorte d’idéal moral.
tique de la question sociale au xviiie siècle.
L’analyse de Bruno Bettelheim peut donner lieu à La Belle
débat. L’aspect ennuyeux de la vie rêvée par la Belle « Il faut tâcher d’être heureuse sans fortune. » : La
est une interprétation qu’aucun passage ne vient Belle met en application cette philosophie de la vie
réellement valider. Si la Belle « attend impatiemment qui consiste à trouver son bonheur ailleurs que dans
les visites nocturnes de la Bête » (l. 31, p. 363) cela les apparences et les artifices. Travailler devient une
peut être aussi pour mieux la connaître et témoigner évidence ; elle recherche les plaisirs simples et sains
266

9782210105010_.indb 266 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

que toute vie peut offrir : lire, chanter, jouer du clave- moins qu’elles ne trouvassent un duc ») et sur les
cin. Avant l’heure, elle cultive son jardin et y trouve la apparences (« L’aînée avait épousé un gentilhomme
paix (« contente de sa malheureuse situation »). beau comme l’amour ; mais il était si amoureux de
La Belle est donc courageuse, désintéressée, atta- sa propre figure qu’il n’était occupé que de cela… »).
chée à sa famille, dévouée jusqu’au sacrifice. Autant La Belle fait également référence à la monstruosité
de qualités que sa rencontre avec la Bête confir- du cœur : « Il y a bien des hommes qui sont plus
mera : son attachement à sa famille (et surtout à son monstres que vous, dit la Belle, et je vous aime
père), le respect de la parole donnée, sa bonté mieux avec votre figure, que ceux qui avec la figure
naturelle. d’hommes, cachent un cœur faux, corrompu. ».
Cette thématique constitue un argument développé
La Bête dans d’autres œuvres. On peut penser aux portraits
Le portrait de la Bête se construit par étapes dans que fait Silvia dans Le Jeu de l’amour et du hasard
une sorte de gradation ascendante. Elle apparaît de Marivaux (1730), des maris de ses amies qui
d’abord « terrible » (« Il faut mourir pour réparer cette cachent sous des apparences séduisantes et
faute », dit-elle). Mais très vite elle infléchit cette aimables des défauts et des laideurs morales :
décision brutale et sans appel et adopte un compor- « fiez-vous-y à cette physionomie si douce, si préve-
tement paradoxal : elle veut bien pardonner mais nante, qui disparaît un quart d’heure après pour faire
exige le sacrifice d’une fille. Autre paradoxe : elle place à un visage sombre, brutal, farouche qui
exige ce sacrifice mais comble le père de richesses. devient l’effroi de toute une maison ! » (Scène 1,
Elle réagit ensuite à la bonté de la Belle et se montre acte I).
sensible. Puis, avant l’heureuse fin, c’est la Bête Le conte « La Belle et la Bête » ouvre à de multiples
elle-même qui est prête à faire le sacrifice de sa vie, interprétations dont les plus communes visent à
dévoilant ainsi une extrême sensibilité, une réelle opposer la laideur physique à la beauté du cœur, à
grandeur d’âme (« J’aime mieux mourir moi-même souligner le pouvoir de l’amour qui peut métamor-
[…] que de vous donner du chagrin »). Derrière la phoser le monstre en être sensible ; on pourrait
Bête se dévoile l’homme. aussi souligner comment la générosité de la Belle et
« La Belle, lui dit ce monstre, voulez-vous bien que son désintéressement viennent à bout de la fureur.
je vous voie souper ? […] c’est que je vous suis bien Des morales de fables de la Fontaine peuvent
obligé. » : dans ce passage, le monstre s’accuse de convenir à ce conte. On peut citer celles-ci : « Garde-
ne point avoir d’esprit. Un jugement que la Belle toi, tant que tu vivras, / De juger des gens sur la
retourne habilement (« On n’est pas bête […] quand mine. » (Le Cochet, le Chat, et le Souriceau ; VI, 5) ;
on croit n’avoir point d’esprit : un sot n’a jamais su « de quoi ne vient à bout / L’esprit joint au désir de
cela »). La sincérité de ses propos ne peut être mise plaire ? » (Les Dieux voulant instruire un fils de Jupi-
en doute puisqu’elle reconnaît la laideur du monstre. ter ; XI, 2) ; « la plus forte passion / C’est la peur ;
Par son discours, la Bête témoigne d’une sorte de elle fait vaincre l’aversion. » (Le Mari, la Femme, et le
dualité de la nature humaine : son humilité, voire sa Voleur ; IX, 15) ; « Il ne faut point juger des gens sur
soumission, s’oppose à son apparence. l’apparence. » (Le Paysan du Danube ; Xl. 7) ; « Plus
On peut lire une véritable progression dans les sen- fait douceur que violence » (Phébus et Borée ; VI, 3).
timents que le monstre inspire à la Belle. Elle est Sur ces modèles, les élèves pourront à leur tour
d’abord effrayée « voyant cette horrible figure » ; inventer la morale qui leur semblera le mieux conve-
puis quelque peu rassurée devant les nombreux nir à leur lecture du conte.
présents et signes favorables laissés par la Bête.
Elle finit par penser « qu’elle n’avait rien à craindre ».
Elle découvre enfin, au-delà des apparences, son Écho – Bruno Bettelheim,
extrême bonté et finit par oublier sa laideur et Psychanalyse des contes de fées (1976) p. 363
l’aimer.
OBJECTIFS ET ENJEUX
LA P ORT É E MOR A L E DU CONTE –– Interroger le rôle du conte de fées pour permettre
à l’enfant de grandir.
Les nombreuses oppositions entre la Belle et ses –– Comprendre ce que dit le conte de l’âme
sœurs construisent une véritable critique sociale : humaine.
critique d’une vie mondaine qui ne repose que sur
les apparences, engendre le mépris, la suffisance et L E C TU R E AN ALY TI QU E
les plaisirs futiles (« elles allaient tous les jours au
bal » ; « elles faisaient les dames et ne voulaient pas Bruno Bettelheim désapprouve le fait qu’on ne
recevoir les visites des autres filles de marchands »), montre à l’enfant qu’un monde idéal, et l’homme
critique également du mariage qui ne se construit comme un être quasi parfait et bon. On le trompe en
que sur les titres (« elles ne se marieraient jamais, à faisant cela. À l’opposé, il estime qu’il faut lui dire
 267

9782210105010_.indb 267 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

« le penchant qu’ont tous les homme à agir agressi- nature humaine qu’il comprend enfin : l’homme
vement, égoïstement, par colère ou par angoisse » n’est pas naturellement bon mais il est double, à la
(l. 2-4). fois animal et esprit, et il ne s’accomplit que dans le
Si on laisse croire à l’enfant « que l’homme est fon- triomphe de l’esprit.
cièrement bon » (l. 4-5), on l’amène au syllogisme : il Ainsi c’est tout un programme d’éducation qu’ex-
croit que les hommes sont naturellement bons, or il pose et soutient Bruno Bettelheim en le fondant sur
a conscience de ses propres défauts et sa conclu- un point de vue fondateur sur la condition humaine.
sion sera de se sentir « comme un monstre à ses
propres yeux » (l. 7-8), ce qui risque de le déstabili-
ser, voire de le culpabiliser. Texte 2 – Victor Hugo,
Selon Freud, c’est la conscience des difficultés de la Notre-Dame de Paris (1832) p. 364
vie, des épreuves inévitables qu’elle fait surgir qui
donne à l’enfant le courage et la force nécessaires OBJECTIFS ET ENJEUX
pour les franchir. De nombreux contes illustrent –– Lire la description d’un spectacle barbare.
cette vision finalement optimiste : c’est la bonne fée –– Découvrir une figure de monstre.
qui récompense la bonne fille, celle qui a été –– Comprendre le renversement des valeurs.
généreuse, courageuse, vertueuse – comme, par
­
exemple, dans « Madame Hollé », l’un des célèbres L E C TU R E AN ALY TI QU E
contes de Grimm, ou «  Le Petit Poucet  » de
Perrault. Un supplice spectaculaire
Dans de nombreux contes, il suffit « d’exprimer un C’est sous forme d’un discours narrativisé qu’est
désir pour le voir aussitôt satisfait ». Nous en cite- signifiée la sentence. La proclamation de Michel
rons deux des frères Grimm : « Les Trois Plumes », Noiret n’est qu’à peine évoquée, confrontant tout de
où chacun des vœux exprimés par Simplet, l’un des suite le lecteur à la brutalité des faits.
trois fils du roi, est immédiatement exaucé par une En dehors de ce crieur public, le prévôt est celui qui
grosse grenouille, et « Fuseau, navette et aiguille », est l’ordonnateur de la condamnation. Puis l’exécu-
l’histoire d’une jeune orpheline qui file, tisse et coud teur des basses œuvres apparaît : maître Pierrat Tor-
et voit ses vœux exaucés lorsqu’elle en fait la terue, dont le nom est l’anagramme quasi parfaite
demande à son fuseau, à sa navette ou à son de « torture », et dont le métier de « tourmenteur-
aiguille ; et elle épousera ainsi le fils du roi. juré du Châtelet » (l. 28-29) dit clairement qu’il est un
Dans Psychanalyse des contes de fées, la pensée de bourreau.
Bruno Bettelheim se fonde, comme on l’a vu, sur un Les détails donnés par le narrateur suffisent à se
syllogisme qui veut qu’on dise la vérité aux enfants représenter le supplice du pilori  : on met le condamné
sur la nature de l’homme. La réflexion épouse à genoux sur une planche circulaire après lui avoir lié
ensuite le point de vue de Freud qui pose que, pour les mains, on le met torse nu, on fait tourner la roue,
donner du sens à sa vie, l’homme doit lutter « contre et, à chaque tour, le bourreau fouette violemment le
des inégalités écrasantes » (l. 11). Le moyen d’y par- dos du condamné. Le supplice dure le temps que
venir est, pour l’enfant, le conte de fées, qui lui per- met un sable rouge à s’écouler dans un sablier noir.
met de découvrir par étapes les difficultés de la vie, La description précise du dispositif, et jusqu’aux
comme l’injustice, mais aussi un message : « si, au noms des liens qui attachent la victime, contribuent
lieu de se dérober on affronte fermement les à le rendre effrayant et cruel.
épreuves […] on finit par remporter la victoire » Plusieurs phrases sont placées entre parenthèses :
(l. 15-17). Et Bettelheim explique comment le conte « Le bagne et la guillotine » (l. 11), « car les deux
de fées constitue un message efficace grâce à la écoliers avaient suivi le patient comme de raison »
simplicité du récit, la diversité des personnages et (l. 21-22), « il était monté pour cela sur les épaules
des épreuves qu’ils rencontrent qui permettent, de de Robin Poussepain » (l. 37). Cette disposition
façon symbolique, de prendre conscience des pro- signale très clairement qu’elles portent la parole
blèmes qui surgiront inévitablement et de la manière d’un narrateur très éloigné du cadre du roman. La
de les surmonter. première est ironique et condamne la violence en
Le conte de fées délivre un autre message essentiel associant « le bagne et la guillotine » à « nous,
qui permet à l’enfant de dépasser « un fantasme peuple civilisé » (l. 10) ; la seconde l’est également,
narcissique » (l. 26), celui de voir tous ses vœux le commentaire « comme de raison » venant en anti-
exaucés. L’exemple de « La Belle et la Belle » montre phrase dénoncer l’attitude des jeunes réjouis par le
que, pour grandir, il faut découvrir la vacuité et l’en- spectacle de la souffrance, ce qui n’a évidemment
nui de ce rêve que vit la Belle dans le palais de la rien de raisonnable ; la troisième renforce cette
Bête. Enfin pour conclure ce qui pourrait être le par- condamnation en soulignant les acrobaties des
cours initiatique de l’enfant nourri de contes de fées, témoins qui ne veulent rien perdre du spectacle de
son passage de l’enfance à l’âge adulte, c’est la la souffrance de Quasimodo.
268

9782210105010_.indb 268 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

Le cadre spatio-temporel qui situe l’action au Moyen semble bien connu de tous (« son nom circula bien
Âge renforce le caractère spectaculaire du supplice : vite dans l’assistance », l. 27-28) et certainement
le spectacle de la rue, la description précise du sup- craint : le fouet qui pend à sa main semble redou-
plice et de ses acteurs donnent à voir la violence table avec « ses longues lanières blanches […]
d’une époque et interrogent également sur la per- armées d’ongles de métal » (l. 33-34). Ses gestes
manence de cette violence. semblent obéir à un froid rituel (« il repliait négligem-
ment sa chemise », l. 34-35). La cruauté et la vio-
Un monstre grotesque et pitoyable lence du châtiment sont soulignées par la description
Quasimodo est présenté comme un monstre dans précise du fouet avec sa longue suite de qualificatifs
son aspect physique avec « son visage difforme » renforcés par une allitération du son consonne [l]
(l. 45), « la bosse » (l. 24), « ses épaules calleuses et (« effilé de longues lanières blanches luisantes »,
velues » (l. 25). Cette image est renforcée par les l. 33) qui dénotent la cruauté. Tout est pensé pour
comparaisons ou métaphores qui en font à chaque redoubler la douleur : la finesse des lanières, les
fois un animal (« il soufflait bruyamment comme un nœuds et tresses du cuir, l’ajout « d’ongles de
veau dont la tête pend et ballotte au rebord de la métal » (l. 34). La comparaison « les fines lanières
charrette du boucher », l. 18-20 ; « sa poitrine de […] comme une poignée de couleuvres » (l. 49-50),
chameau », l. 25). Ses expressions et attitudes (« un suivie de la métaphore « et retombèrent avec furie »
étonnement de sauvage ou d’idiot », l. 13 ; « il souf- (l. 50-51), souligne et amplifie cette évocation de la
flait bruyamment », l. 18) contribuent au registre souffrance que doit provoquer le supplice.
dépréciatif qui redouble l’image de la bestialité avec Les écoliers symbolisent la cruauté face à la diffé-
celle de la stupidité. rence. C’est leur attitude, leurs regards qui amènent
C’est à cet aspect difforme et à ce comportement à se poser la question : « qui est le vrai monstre ? ».
inhabituel que réagissent les spectateurs. Ils rient de Les spectateurs sont désignés par un seul substan-
ce qu’ils ne comprennent pas, de cette différence : tif : « la foule » (l. 24, 37 et 42). Seuls les deux
« Ce fut un fou rire […] quand on vit à nu la bosse de ­étudiants s’en distinguent : Jehan Frollo du Moulin
Quasimodo » (l. 24). Ils rient des plaisanteries et et son ami Robain Poussepain. Ils ironisent sur
insultes qui la soulignent : « Le butor, dit Jehan Frollo ­Quasimodo et sont les déclencheurs des rires et des
du Moulin » (l. 21). ­sarcasmes de la foule qui semblait n’attendre que
Quasimodo semble ne pas réagir au supplice qu’on cela. Comme l’explique la référence à leur statut
lui inflige : « Quasimodo, impassible, ne sourcillait « d’écoliers », dans une tradition de mauvais gar-
pas » (l. 5). D’ailleurs, comme la suite du texte le çons illustrée par François Villon, ils y mettent une
souligne, « toute résistance lui était rendue impos- certaine verve : « un drôle d’architecture orientale,
sible » (l. 5-6) par les liens qui l’immobilisent. Victime qui a le dos en dôme et les jambes en colonnes
expiatoire, « il s’était laissé mener et pousser » (l. 12) torses » (l. 40-41). Ils ont le pouvoir de la parole et
et les seuls indices de ses souffrances, comme cela contribuent à l’hilarité de la foule autant que le phy-
a déjà été relevé, l’assimilent à un animal ou à un sique de Quasimodo qu’ils soulignent et dont ils
être stupide. Pire, son impassibilité ou ses mimiques commentent les expressions : « il ne comprend pas
et réactions à la douleur provoquent également l’hi- plus qu’un hanneton enfermé dans une boîte »
larité de la foule : « La stupeur qui se peignit sur son (l. 22-23).
visage difforme fit redoubler alentour les éclats de Dans le second paragraphe, le narrateur dénonce
rire » (l. 45-46). Et quand il semble enfin prendre avec ironie la violence et l’inhumanité de la justice. Il
conscience de ce qui lui arrive, et vouloir se rebeller présente une idée absolument antinomique de l’idée
(« il commençait à comprendre. Il se tordit dans ses de « peuple civilisé » (l. 10).
liens ; une violente contraction de surprise et de
douleur décomposa les muscles de sa face », Synthèse
l. 52-55), ses efforts déforment ses traits et l’enlai- C’est en rendant compte de façon très précise et
dissent encore, ses mouvements le font ressembler détaillée de la souffrance humaine du monstre et en
à « un taureau piqué au flanc par un taon » (l. 56-57), dénonçant la monstruosité de ceux qui en rient que
une comparaison qui l’assimile à nouveau à une Victor Hugo sensibilise son lecteur au problème de
bête furieuse pour laquelle la foule n’éprouve aucune la différence, de l’exclusion. Il y a là une véritable
compassion. inversion des rôles : l’homme se cache derrière la
Bête et la Bête derrière l’homme. Ce qui fait le
Qui sont les monstres ? monstre c’est le regard que l’on porte sur lui, c’est
Le bourreau se nomme « maître Torterue », un expert son exclusion du groupe des hommes et ce qu’on
en torture comme son nom le suggère et comme en lui fait subir qui le ravalent au rang de bête et « d’im-
témoigne son vêtement d’employé de la cité de bécile ». Le monstre est donc révélateur de l’image
Paris : « un homme à la livrée de la ville » (l. 26). Il de l’autre que portent un groupe social, une culture.

 269

9782210105010_.indb 269 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

F I G UR E S DE ST Y L E l’objet de l’analyse, de l’empathie à l’identification,


de l’allégorie qui permet de mieux comprendre le
Les trois premières phrases du quatrième para- monde des idées à l’utopie.
graphe ont une même structure syntaxique : Cette question très ouverte peut permettre à l’élève
–– « On le mit à genoux… , il s’y laissa mettre. » de questionner sa propre culture et ses préférences
–– « On le dépouilla… , il se laissa faire. » en termes de lecture pour apporter une réponse per-
–– « On l’enchevêtra… , il se laissa boucler et ficeler. » sonnelle qui témoigne également de sa capacité à
Deux propositions indépendantes juxtaposées font trouver des catégories et des critères organisateurs
se succéder à chaque fois une action des bourreaux de sa réflexion.
(désignés par le pronom indéfini « on ») et une abso-
lue passivité, une absolue soumission de la victime,
soulignée par l’expression répétée « il se laissa… ». Écho – Homère,
On peut parler ici d’une anaphore doublée d’un Odyssée (viiie s. av. J.-C.) p. 366
parallélisme syntaxique.
OBJECTIFS ET ENJEUX
P R OL ONG E ME NT –– Découvrir le personnage de Polyphème.
–– Inscrire le personnage dans une civilisation dont
« spectaculaire » vient de latin spectaculum qui il éclaire les codes et les valeurs.
désigne ce qui s’offre aux regards, est susceptible
d’éveiller des sentiments, des réactions. L E C TU R E AN ALY TI QU E
« monstrueux » vient du latin monstrum qui signifie
prodige, chose incroyable. Polyphème, une figure du monstre
L’étymologie rend parfaitement compte de ce que Polyphème est fils de Poséidon, le dieu des mers, et
traduit le texte de Victor Hugo : une « chose » d’une nymphe. Il est donc censé appartenir lui aussi,
incroyable – en l’occurrence Quasimodo – s’offre au groupe des dieux. Or, non seulement il a renoncé
aux regards et provoque de vives réactions. Elle à appartenir à sa famille, mais encore il la méprise et
souligne également la tension qui existe entre admi- va même jusqu’à les défier : « Les Cyclopes n’ont
ration et horreur, entre pitié et dérision. pas souci du Porte-égide/Ni des dieux bienheureux :
nous sommes les plus forts » (v. 40-41).
S ’ E N T R A Î NE R À L A DI S SE RTAT I O N Dès sa première réplique, ses questions directes,
dénuées de toute formule d’accueil ou de courtoisie,
Cette problématique large et générale, qui interroge montrent Polyphème comme un personnage froid et
la capacité de la fiction à dénoncer la cruauté des brutal, une impression renforcée par « sa voix pro-
hommes, peut être nourrie des textes du corpus et fonde » (v. 29) et effrayante.
de maintes autres lectures. Un travail préparatoire Un seul indice évoque son portrait physique : « sa
conduira à mesurer en quoi la question peut sembler grande taille » (v. 29). Son aspect monstrueux est
paradoxale au premier abord ; mais de nombreux implicitement tracé par l’impression terrible qu’il
exemples empruntés à des genres différents pour- laisse à ses visiteurs, comme le souligne la méta-
ront montrer comment la fiction peut conduire le lec- phore « il repartit d’un cœur cruel » (v. 37).
teur à réfléchir et à prendre position.
La question du « comment » conduit à examiner les Polyphème, une figure bestiale
différents genres et la manière dont chacun investit les Les animaux revêtent une grande importance dans
formes de la fiction : le conte de fées constitue un bon le quotidien de Polyphème et on devine qu’ils four-
exemple des effets de la narration, des personnages nissent l’essentiel de sa nourriture : « des chèvres
et du merveilleux comme vecteurs de questionnement en grand nombre y vivent », v. 14 ; « sans semailles,
des enfants sur la vie, les hommes et le sens de la vie. sans labours », v. 16.
Il s’agira également de voir comment les différents La comparaison « Comme un lion né des mon-
genres se prêtent tout particulièrement au débat, à tagnes » (v. 57) rattache le cyclope à l’univers des
l’exemple du théâtre. Les formes didactiques de l’apo- bêtes sauvages. Cette parenté est renforcée par son
logue de la fable pourront également offrir d’autres cannibalisme, sa cruauté absolue («  Découpés
exemples et amener à questionner des modalités membre à membre », v. 56 ; « la cervelle giclant… »,
d’écriture plus spécifiques. Le conte philosophique v. 55 ; « il les mangea sans rien/laisser, entrailles,
pourra représenter un questionnement moins univer- chair… » v. 57-58). Son discours est en parfait
sel, voire plus ancré dans une culture, une Histoire. Le accord avec ses actes et laisse redouter le pire (« Et
roman y a également sa part, et ce surtout quand il se ce n’est pas la peur de la haine de Zeus/Qui me
veut le témoignage, l’analyse des lois du réel. ferait vous épargner si j’y songe ! », v. 42-43). Il défie
Il s’agira aussi d’analyser les effets de la fiction sur le les dieux et les hommes et refuse toute forme de
lecteur : ce sont dès lors d’autres qualités qui feront civilisation et d’humanité.
270

9782210105010_.indb 270 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

Le cyclope « hors-la-loi » des hommes meurtres que par un symbole. Dans cette demeure
Les cyclopes ont un mode de vie particulier et sont royale du ive siècle après J.-C., il n’était certaine-
qualifiés de « hors-la-loi » (v. 2) par le narrateur. ment plus acceptable de témoigner d’une telle
Hors-la-loi, parce qu’ils ne se comportent pas violence.
comme des Achéens représentant ici la civilisation À noter que le dessin de la grotte et la disposition de
de référence. Une différence marquée par le grand la scène dans une distribution ovale des person-
nombre de phrases négatives (« ne plantent pas de nages évoquent la forme d’un œil, le symbole du
plantes […] ni ne labourent », v. 4 ; « Ils n’ont pas cyclope.
d’assemblée […] et pas de lois », v. 8 ; « […] ne
connaît ni le bétail ni la charrue », v. 15) et, de plus,
ils ne craignent pas les Dieux. À l’inverse des Écho – Franz Kafka,
Achéens, les cyclopes ne sont pas civilisés, ils ne La Métamorphose (1915) p. 368
sont même pas des Barbares : ce sont des monstres.
Face à cette brutalité furieuse, des indices laissent
OBJECTIFS ET ENJEUX
penser que le héros s’en sortira par la ruse et l’intel- –– Lire la panique créée par l’image du monstre.
ligence car le héros conscient de ses qualités (« mais –– Comprendre comment l’image du monstre, de
j’en savais trop long pour être dupe », v. 46 ; « et je la différence, dénature les relations humaines.
lui rétorquai par ce rusé discours », v. 47). Il raconte
ainsi que son bateau a été brisé sur des écueils se L E C TU R E AN ALY TI QU E
laissant ainsi une chance de le récupérer ; il ne tue
pas le cyclope parce qu’il n’aurait pas la force de Une scène burlesque
déplacer « l’énorme bloc dont il [le cyclope] avait La présence du « fondé de pouvoir » constitue une
bouché la haute entrée… » (v. 70). étrangeté supplémentaire au récit de la métamor-
phose de Gregor en cafard. Car, comment com-
P R OL ONG E ME NT prendre que l’absence d’un petit employé puisse
conduire un personnage important de l’entreprise à
Polyphème est le prototype de la cruauté gratuite, venir chez ses parents s’en inquiéter ? Sa présence
impitoyable, destructrice. Il est le sauvage en oppo- est donc assez inattendue au milieu du cercle fami-
sition à l’homme civilisé et semble transgresser à lial. Mais tous sont conscients de son importance :
plaisir toutes les lois des hommes : l’hospitalité, la Gregor tient à tout prix à le retenir. Quant au père, il
reconnaissance, la solidarité face à l’adversité. C’est est « dans un état de totale confusion » (l. 33) lorsque
un anthropophage qui, comme ses congénères, le fondé de pouvoir part précipitamment. Comme
refuse toutes les activités propres aux hommes : la son nom le signale, ce personnage représente le
culture, la navigation, toute organisation sociale et pouvoir, l’univers du travail, un échelon élevé dans la
politique. Son mépris va jusqu’aux Dieux qu’il ne hiérarchie sociale et tout le monde le respecte et le
respecte pas. À l’instar de la Bête du conte de fées craint.
(p. 360), il n’a pas conquis l’esprit qui fait l’homme. Tous les personnages ont une même réaction de
Mais sa cruauté impitoyable le rapproche aussi des répulsion envers Gregor. Son aspect provoque une
monstres de la bande dessinée d’Art Spiegelman sorte de peur panique incontrôlable, comme s’il
qui dénonce l’horreur nazie (p. 373). Mais il est sur- s’agissait d’un monstre redoutable. L’intensité dis-
tout l’homme d’avant la civilisation, celui qui n’est proportionnée des réactions est soulignée par des
régi que par la loi du plus fort, celui qui n’a pas comparaisons qui connotent la souffrance, la vio-
découvert la transcendance et qui, n’éprouvant lence et la perte de contrôle (« au mouvement
aucune empathie pour l’autre, le traite par la vio- brusque qu’il eut […] on aurait pu croire qu’il venait
lence selon ses besoins ou ses envies. de se brûler la plante du pied », l. 6-8 ; « Son père
repoussait Gregor implacablement émettant des sif-
L E CT UR E D’I MA G E flements de sauvage », l. 51-53).
Ces réactions provoquées par la métamorphose de
• L’image représente la rencontre entre Polyphème Gregor s’amplifient de façon irrationnelle, démesu-
et Ulysse et ses compagnons à l’intérieur de la rée jusqu’à l’extrême. Ainsi le fondé de pouvoir fuit-il
caverne. Polyphème est reconnaissable à son impo- « comme si l’attendait là-bas une délivrance propre-
sante stature et à ses chèvres, au premier plan, à ment surnaturelle » (l. 9-10). La mère se précipite
ses pieds. Ulysse est représenté au moment où il dans les bras du père. Et le père va jusqu’à chasser
offre un cratère de vin au monstre. Gregor « en tapant des pieds et en brandissant
• L’artiste a choisi de remplacer les compagnons canne et journal » (l. 37-38). L’action semble s’em-
d’Ulysse dévorés par le cyclope par un bélier éven- baller dans une réaction en chaîne qui provoque une
tré gisant sur ses genoux, vraisemblablement pour série de catastrophes : la mère « bondit sur ses
rendre la scène plus supportable et n’évoquer les pieds », recule à toute allure, s’assied sur la table et
 271

9782210105010_.indb 271 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

renverse le café (l. 14-19). On peut imaginer un Le choix du participe présent, en effaçant le pronom
témoin s’amuser de cette panique, de cet emballe- sujet, marque davantage le caractère subi, incon-
ment burlesque de la scène. trôlé, des gestes de la mère.
Les réactions de Gregor
P R OL ON GE ME N T
Les réactions des parents sont pour le moins inat-
tendues. Seul l’aspect repoussant de Gregor est pris Ce texte concentre des effets déjà rencontrés chez
en compte. Ils ne semblent plus reconnaître leur fils Hugo ou Homère : la peur et le rejet de la différence,
ni vouloir l’aider. Quelle est l’origine de sa métamor- source d’exclusion, l’image du monstre comme
phose ? Comment l’aider ? Ce sont des questions révélateur de la nature humaine. Chez ces écrivains,
qu’ils ne semblent pas se poser. Leurs réactions le monstre est une figure qui cherche à distinguer
offrent une image négative de la famille dénuée de l’humanité de la bestialité, qui interroge l’homme et
tout sentiment et qui ne semble attachée qu’à la ses valeurs.
fonction sociale du fils et à son intérêt économique :
« c’est lui qui faisait vivre la famille ».
Face à la fuite du fondé de pouvoir, Gregor fait tout Dossier Cinéma – Figures du monstre
ce qu’il peut pour le rattraper. Face à sa mère, il à l’écran
tente une supplication : « Maman, maman » (l. 20).
Quant à son père, il reste, lui, insensible à ses David Lynch, Elephant Man (1980) p. 370
prières. Toutes ses attitudes et réactions, paradoxa-
lement, témoignent d’une déshumanisation de ceux David Lynch (né en 1946), peintre de formation, s’in-
qui fuient devant la seule apparence. La « métamor- téresse très rapidement au cinéma et mène des
phose » de Gregor entraîne celle de la famille qui expériences qui aboutissent à un premier long
passe de l’affection à l’exclusion. métrage : Eraserhead en 1976. Après l’avoir vu, un
C’est finalement Gregor qui semble avoir le compor- producteur décide de lui confier la réalisation d’un
tement le plus conforme aux valeurs humaines : il film s’inspirant de la vie de Joseph Merrick (1862-
continue de marquer son affection, son attachement 1890), atteint du syndrome de Protée : Elephant
aux siens. Il semble être le seul à manifester de véri- Man en 1980.
tables sentiments. Ce sont, en fait, les parents qui Le contexte est celui de l’Angleterre de l’époque vic-
semblent perdre leur humanité. Le monstre est ici torienne, apogée de la révolution industrielle, dont
révélateur à la fois de l’incommunicabilité et de l’ex- Charles Dickens (1812-1870), entre autres, décrit les
clusion familiale et sociale, du jeu des seules appa- ambiances glauques de Londres dans Oliver Twist.
rences qui cachent l’être. Toutefois, en Angleterre, le gouvernement britan-
nique interdit, au milieu du xixe siècle, l’exhibition
Lecture d’image des êtres humains sujets de malformations outre-
Cet extrait de la bande dessinée de Corbeyran passant les limites de la décence, ce qui explique le
Horne offre une illustration et une suite à la scène où départ vers le continent de nombreux montreurs de
le père repousse Gregor dans sa chambre, un balai freaks.
remplaçant canne et journal. La violence du père et Les choix esthétiques des extérieurs de David Lynch
l’impuissance de Gregor, représenté sous sa forme renvoient à cet univers : les rues étroites et grouil-
de cafard dénué de parole et ne pouvant que geindre lantes des quartiers populaires, les fumées, les habi-
« HHH… », sont nettement marquées. Cette vio- tations insalubres, le goût pour le spectacle
lence se voit dans le geste du père qui projette le sensationnel se traduisent par le choix de réaliser un
cafard contre la porte et le blesse, comme on le per- film en noir et blanc et des éclairages inspirés du
çoit au bruit que fait sa carapace contre la porte et le cinéma expressionniste allemand.
liquide qui coule ensuite sur le sol. Cette bande des- David Lynch réalise un film proche de la vie de J.
sinée reproduit fidèlement le scénario du roman et Merrick, en ajoutant/modifiant certains faits ou per-
son atmosphère sombre, bien soulignée par le choix sonnages : il crée Bytes (le « propriétaire » de Mer-
expressionniste du noir et blanc. rick) et le portier de nuit qui l’exploite, ce qui
accentue la part de réalisme sordide et provoque un
G R A MMA I R E sentiment de compassion et de révolte encore plus
grand chez le spectateur.
« penchant la tête », l. 15 ; « reculant », l. 16 ;
« oubliant », l. 16 ; « et ne semblant pas », l. 18 ; Mise en abyme du regard
« s’asseyant », l. 28 : l’énumération de participes L’origine latine de « monstre » vient du verbe mons-
présents marque la succession rapide, presque tro, monstrare qui signifie « désigner, indiquer, mon-
simultanée des réactions de la mère. Cette énumé- trer ». En employant ce substantif pour désigner,
ration aurait pu se décliner à l’indicatif passé simple. entre autres, les personnes différentes de la
272

9782210105010_.indb 272 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

normale, la langue leur attribue d’emblée cette monstrueux mais s’étonne tout de même de l’am-
capacité à être montrées. Le regard entre en jeu car pleur des anomalies, puis progressivement il admire
à quoi cela sert-il de montrer si l’autre ne regarde et s’émeut de la sensibilité de Merrick et de ses pro-
pas ? Pour satisfaire la curiosité malsaine, scienti- grès dans les apprentissages et le comportement
fique ou esthétique des hommes, différents disposi- (photogramme 2, 4 et 9).
tifs sont mis en place. David Lynch, par des choix esthétiques, insiste sur
Au xixe siècle, les baraques de foire proposaient les différences de regard que les personnes portent
pour quelques sous d’observer l’étrangeté, la singu- sur Merrick. Il établit un parallélisme fort dans les
larité de certains, qu’elle soit due à des anomalies photogrammes 6 et 7 : même cadrage (gros plan
réelles, à des déguisements plus ou moins réussis, qui permet de voir avec précision l’expression des
ou à des particularités d’hommes venus d’autres visages), même position des personnages (Merrick
continents. Au xxe siècle, nous les retrouvons dans à droite, la femme à gauche), même thème (le bai-
les musées comme le squelette de la Vénus Hotten- ser) alors que le décor et les expressions des per-
tote qui fut exhibée nue de son vivant en Angleterre sonnages montrent une opposition intense. D’un
puis en France ; morte, son squelette et son mou- côté, le visage de Miss Kendal exprime la sérénité et
lage en plâtre ont été exposés au Musée de J. Merrick, qui est de dos, ce qui nous permet de
l’Homme, à Paris, jusqu’en 1974. faire abstraction de sa difformité, la tranquillité ; de
C’est au nom de la science également que le doc- l’autre, le couple grimaçant de souffrance, les
teur Treves présente à ses pairs J. Merrick, lors excroissances exposées à notre regard, est entouré
d’une conférence. La méthode est peu différente de de têtes hurlantes de plaisir qui les contraignent à
la baraque de foire : il est installé sur une scène s’embrasser. Le cadrage est serré, les quatre têtes
mobile, caché aux yeux du public que le discours du occupent le champ de l’image ; nous, spectateurs,
médecin tient en haleine ; à l’ouverture du rideau, ne pouvons nous échapper, nous sommes obligés
Merrick doit se faire voir sous différents angles, à la de voir, nous assistons, impuissants, à un viol.
demande du médecin. Dans le photogramme 4, le champ est élargi. David
Lorsque Madge Kendal, comédienne célèbre (pho- Lynch laisse de l’air entre Treves et Merrick, conver-
togramme 6), demande à rencontrer J. Merrick, sant dans la chambre de celui-ci. Cet intervalle sym-
nous ne savons pas ce qui l’anime au départ : est-ce bolise le respect et la bienveillance que montre
la curiosité ? L’occasion de faire la une des jour- Treves, dans une attitude humble, la tête penchée.
naux ? La compassion ? C’est dans cet espace que la lumière, symbole de
À la fin du xixe siècle, le cinéma est lui-même consi- connaissance, entre dans la pièce par la lucarne,
déré comme une curiosité, les séances sont propo- elle illumine les visages.
sées au public dans des baraques de foire ; en cela, A contrario, dans le photogramme 8, un cadrage
il partage les mêmes espaces que les monstres. plus large fait découvrir une foule dense, noire de
Mais, le spectacle se transforme et devient plus dis- dos, donc anonyme, qui cerne J. Merrick, acculé
tancié puisque l’écran offre une image qui repré- contre un mur, sans issue. La scène se passe dans
sente une réalité absente. Le spectateur de cinéma les toilettes de la gare, en sous-sol, espace méta-
peut regarder un film et éprouver moins de culpabi- phorique de la perception du monstre par la foule.
lité face à cette attraction. Le contraste violent, noir/blanc, crée une tension
Pourtant, quel que soit le dispositif le regard est bien entre la foule et le mur du fond sur lequel est adossé
en jeu. Le film de D. Lynch le démontre clairement et Merrick.
en joue : il ménage un suspense, frustrant provisoi-
rement le voyeurisme du spectateur. Le protagoniste Les changements de point de vue s’accompagnent
du film n’est pas donné à voir immédiatement à d’un changement de la condition de vie de J. Mer-
l’écran : objet de discours, représenté de manière rick et réciproquement.
très vague sur un panneau, il se dérobe à nos yeux. Bytes, le montreur, considère Merrick comme un
Mais, par un jeu d’assimilation, notre regard se être dont l’animalité l’emporte sur l’humanité. Il ne
confond avec celui des spectateurs intradiégétiques se soucie pas de ce qu’il ressent, le tient enfermé
(ceux qui sont dans l’histoire) qui traduit les réac- dans une cave et lui parle comme à un animal. Mer-
tions provoquées par le monstre. rick vit dans la peur, aphasique, désœuvré et se
Le spectacle change parfois notre regard sur l’objet meut avec une grande maladresse liée à sa malfor-
montré. La misère, l’infirmité, la malchance mais mation, (photogramme 1). La considération que lui
aussi la sincérité, nous émeuvent et changent notre porte Treves (photogramme 4), l’attention du per-
point de vue. Dans les photogrammes 3 et 5, l’infir- sonnel de l’hôpital (photogramme 5), celle de Miss
mière passe de la frayeur à l’attention après avoir Kendal (photogramme 6) donnent à Merrick
pris conscience de la sensibilité de Merrick. Pour confiance en lui et une certaine assurance. Il devient
Treves, le changement est moins marquant : au coquet et, encouragé par son entourage bienveil-
début, il sait qu’il va être confronté à un être lant, il s’adonne à des occupations demandant
 273

9782210105010_.indb 273 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

beaucoup de précision et de réflexion abstraite P R OL ON GE ME N T


comme la réalisation de la maquette d’une église.
Photogramme 9 : son habillement (tenue de soi- Nombreuses sont les œuvres envisageables pour ce
rée), les objets qui l’entourent (cadres sur cheminée, prolongement.
maquette d’une église, etc.) le présentent comme un Dans la même veine qu’Elephant Man, c’est-à-dire
homme civilisé, cultivé. la monstruosité liée à des malformations et le regard
Seules ses malformations le montrent différent et porté sur elle, la marchandisation du monstre, citons
l’obligent à vivre autrement qu’un être normal. En les films Freaks (La Monstrueuse Parade) de Tod
effet, le poids de sa tête le contraint à dormir assis, Browning (1932), L’homme qui rit de Paul Leni (1928)
la position allongée entraînerait une asphyxie. Pour- qui s’inspire du livre éponyme de Victor Hugo (1869),
tant, ayant atteint la dignité humaine, probablement et du même auteur le roman Notre-Dame de Paris
las du regard ahuri de certains, il décide de dormir (1831), parmi les plus importants.
allongé conscient des conséquences que cela aura :
« Il me disait souvent qu’il souhaitait pouvoir s’allon-
ger pour dormir “comme les autres”… Avec une cer- Texte 3 – Primo Levi,
taine détermination, il en a fait l’expérience… Ainsi il Si c’est un homme (1947) p. 372
apparaît que sa mort est due à la volonté qui avait
dominé sa vie – le désir pathétique mais sans espoir OBJECTIFS ET ENJEUX
d’être “comme les autres” » (Treves, Frederick, The –– Lire le moment crucial de l’arrivée au camp.
Elephant Man and Other Reminiscences, 1923), –– Découvrir les signes de la déshumanisation,
London, Cassell and Co). du mal.
La tératologie
L E C TU R E AN ALY TI QU E
La tératologie (du grec ancien τέρας/téras,
« monstre » et λογία/loggia, « étude ») est l’étude La fin du voyage
scientifique des malformations congénitales. Cette
« Et brusquement ce fut le dénouement. » (l. 1)
science prend son essor au xixe siècle. En France
donne à lire une phrase paradoxale puisqu’elle
Georges Cuvier (1769-1832) et Étienne Geoffroy
marque le début de terribles souffrances. Ce
Saint-Hilaire (1772-1844) en sont des figures
« dénouement » est à prendre comme marquant la
fondatrices.
fin d’une étape dont l’issue restait sans réponse…
L’apparition des monstruosités organiques, après
Maintenant, on allait savoir !
n’avoir été pendant longtemps qu’une cause de ter-
« La portière s’ouvrit » (l. 1), « nous découvrîmes un
reurs superstitieuses pour le vulgaire, puis un objet
large quai » (l. 4), « il fallait descendre les bagages »
de curiosité pour les érudits, a fini par donner lieu à
(l. 6) : chaque étape est une avancée lente vers l’in-
une théorie scientifique qui, sous le nom de tératolo-
connu, un inconnu inquiétant marqué à la fois par
gie, rentre aujourd’hui dans le cadre des sciences
les « ordres hurlés » (l. 2) par les Allemands et par la
naturelles (Cournot, Essai sur les fondements de nos
crainte paralysante qu’elle engendre (« nous avions
connaissances et sur les caractères de la critique
peur de rompre le silence », l. 8).
philosophique, 1851).
« La portière s’ouvrit » (l. 1), « l’obscurité retentit »
Le tandem, formé par le docteur Treves et le monstre
(l. 2), « Nous découvrîmes » (l. 4), « tout se tut » (l. 5),
Joseph Merrick, est le fil conducteur de la narration.
« Quelqu’un traduisit » (l. 6), « le quai fourmillait »
Cette histoire démontre que la science, en recon-
(l. 7), « nous avions peur » (l. 8), « tous s’affairaient »
naissant l’autre dans sa différence, permet de suppri-
(l. 8) : les sujets de ces verbes se répartissent en
mer la peur engendrée par l’inconnu. Nous sommes
deux ensembles :
à l’époque du développement du positivisme.
–– « nous » et « tous » qui désignent les déportés ;
Sublime et grotesque –– « La portière », « l’obscurité », « quelqu’un » : des
« Grotesque » : ce qui offre un côté absurde et de objets ou des êtres qui ne sont pas identifiables, qui
mauvais goût. marquent les faits inquiétants face auxquels ils réa-
« Sublime » : celui dont les actes ou les sentiments gissent et qui provoquent leur peur et leur
suscitent l’admiration. incompréhension.
Elephant Man, personnage de foire au début du film, Sont-ils humains ?
relève du grotesque malgré lui, par la curiosité mal-
Le second paragraphe relate une série de faits orga-
saine qu’il déclenche.
nisés chronologiquement et qui commencent par le
Son humanisation, l’attention que les autres lui
groupe nominal complément de temps « À un
portent le transforme en un être sublime qui ignore la
moment donné » (l. 11). Les expressions « ils s’ap-
raillerie de certains.
prochèrent » (l. 11), « se mirent à interroger » (l. 12),
« indiquaient deux directions » (l. 14) déroulent une
274

9782210105010_.indb 274 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

chronologie qui marque une organisation froide et


bien rôdée. Le jeune âge et la bonne santé appa- Écho – Art Spiegelman, Maus (1991) p. 373
rente de Primo Levi sont les deux critères qui, on le
OBJECTIFS ET ENJEUX
devine implicitement, lui ont sauvé la vie (l’autre
–– Comprendre comment le dessin peut rendre
direction, chacun le sait, conduisant à la mort).
compte de la réalité de l’expérience humaine.
Primo Levi veut mener, dit-il, « une étude dépassion-
–– Comment dire l’indicible ?
née de l’âme humaine ». Pour cela, il essaie de
mettre les événements à distance, tentant de les res-
tituer avec la plus grande précision. Une manière de L E C TU R E AN ALY TI QU E
rapporter les faits, qui décrit ici les agissements sou-
vent violents des nazis comme un travail quotidien La bande dessinée fait apparaître essentiellement
accompli mécaniquement, sans état d’âme, ou, trois groupes de personnages :
devrait-on dire sans âme du tout (« d’un seul coup en –– le narrateur et son père, qui enclenchent la narra-
pleine figure ils l’envoyèrent rouler à terre : c’était tion et à qui l’on donne l’aspect de souris, vêtues
leur travail de tous les jours », l. 25-26). À noter cependant comme des humains. Les lunettes per-
cependant que l’auteur/narrateur ne réussit pas tou- mettent de distinguer le père du fils ;
jours à garder cette distance et qu’il ne peut, parfois, –– les nazis à qui Art Spiegelman donne l’apparence
retenir un jugement (« et de ces aboiements barbares de chats et que l’on identifie aisément à l’uniforme
naturels aux Allemands quand ils commandent, et qu’ils portent ;
qui semblent libérer une hargne séculaire », l. 2-4). –– les déportés juifs facilement identifiables à leur
tenue rayée et à leur attitude craintive. Il faut rajouter
Synthèse à ce bestiaire, qui semble transformer le témoignage
C’est d’abord par leur voix, à leur voix, que le narra- en fable, le cochon dont on peut deviner ici qu’il
teur reconnaît les Allemands, une langue qui lui est représente un captif polonais.
étrangère mais qui semble surtout révélatrice d’une L’incompréhension est criante chez les déportés :
nature particulière, « barbare » (l. 3), un adjectif à pourquoi leur a-t-on enlevé vêtements, cheveux et
prendre dans son sens propre : qui n’est pas civilisée. papiers ? Cette incompréhension génère l’angoisse
Cette langue est également référée au langage ani- et l’incertitude du sort qu’on leur réserve. L’un d’eux
mal au travers de ces ordres aboyés et à la « hargne tente d’en rassurer un autre dans un échange bref et
séculaire » (l. 4) dont elle témoigne. C’est donc une en parlant à voix basse, ce qui est marqué typogra-
haine ancienne que les Allemands portent aux juifs. phiquement par de petits caractères entourés de
Un second tableau les représente dans l’organisa- parenthèses.
tion, la gestion des arrivants. L’image souligne alors Le lecteur est immergé dans l’histoire : chaque épi-
leur impassibilité et leur efficacité qui semble sode raconté par le père dans les récitatifs est mis
démentir la dimension angoissante et cruciale de la en scène dans une restitution précise qui réactualise
scène et provoque l’incompréhension de leurs vic- les faits.
times. C’est ce qui conduit à cette dernière repré- Cette bande dessinée est un récit autobiographique.
sentation des Allemands en fonctionnaires zélés, Le fils sollicite la parole du père qui raconte sa
seulement soucieux semble-t-il de faire « leur travail propre histoire. La disposition en colonnes en rend
de tous les jours » (l. 24-25). Toutefois la haine et la nettement compte : la colonne de gauche rappelle le
violence peuvent à tout moment s’exprimer comme cadre de l’énonciation – un fils qui interroge son
on peut le lire à la fin du texte avec ce « coup en père dans les années 1970 sur son histoire, sa vie – ;
pleine figure » (l. 24) qui interrompt une scène de la colonne de droite ramène à ce passé des années
séparation certainement pathétique entre deux 1930-1940, à l’histoire rapportée. Les récitatifs rap-
jeunes amoureux. portent les paroles du père, sa narration ; les
vignettes mettent en image les scènes rapportées
G R A MMA I R E pour les partager « en direct » avec le lecteur.
Ce témoignage vivant et sa mise en images mettent
« Quelqu’un osa s’inquiéter des bagages » (l. 18) le lecteur face à la violence des faits et provoquent
« Un autre ne voulait pas quitter sa femme » (l. 19) nécessairement l’émotion.
« beaucoup de mères refusaient de se séparer de Le noir et blanc ajoute à la dimension historique des
leurs enfants » (l. 20) faits, à leur authenticité, à leur dimension pathé-
Les discours narrativisés s’appliquent presque tique. Avant la Seconde Guerre mondiale, on saisis-
exclusivement aux déportés juifs, un choix qui ren- sait le réel, les événements, en noir et blanc. Le
force leur statut de victime et le sentiment de peur choix du chat pour représenter le bourreau et celui
qui les anime : on n’ose s’exprimer ou on le fait de la souris pour représenter la victime est évidem-
« timidement, à mi-voix » (l. 9). Le discours direct est ment à rapprocher de la symbolique du prédateur,
réservé aux bourreaux. de la cruauté du chat qui joue avec sa proie avant de
 275

9782210105010_.indb 275 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

l’achever. À signaler également que la figure du juif Figures du mal


était souvent représentée par la souris ou le rat dans La première image du Mal est une image de l’en-
la propagande nazie. Le porc représente le Polonais, fance : évoquée en quelques mots, elle a les carac-
peut-être parce qu’il avait persécuté des juifs, téristiques du livre auquel elle est empruntée : une
comme d’autres peuples avant la Seconde Guerre Bible illustrée, peut-être destinée aux enfants dont il
mondiale. Le choix de cette représentation animale semble bien que ce soient les couleurs qui aient
peut servir d’écran à une réalité trop douloureuse et marqué le narrateur (« cette chute colorée d’un ange
faciliter également la compréhension du récit en sty- de feu », l. 13). Il n’y a rien d’effrayant a priori dans
lisant les rôles des uns et des autres. cette image, sinon qu’elle va constituer le lien avec
L’Enfer de Dante, et ses images autrement terri-
Texte 4 – Fabrice Humbert, fiantes. Mais il y a avant cela le Mal découvert dans
L’Origine de la violence (2009) p. 374 le camp de Buchenwald et cette visite de la salle en
sous-sol dont on a vu qu’elle concentre l’image du
OBJECTIFS ET ENJEUX froid mortel et de la chaleur extrême (« trou noir
–– Évoquer l’indicible  : la visite du camp de absorbant toutes les esquisses et les ébauches »,
concentration. l. 16-17). Cette image souterraine qui emprunte à la
–– Lire différentes figures et évocations du mal. physique moderne les phénomènes d’absorption de
–– Découvrir les sources du « Mal absolu ». la matière, est développée avec la métaphore de la
« Bouche sombre » (l. 17).
L EC T UR E A N A LYT I QU E Reste l’apparition de Satan telle que la raconte
Dante. Le Mal y apparaît sous une représentation
Évocation du camp de Buchenwald animale et dans une grande profondeur, insondable
Les lieux évoqués sont ceux qui témoignent de la et infinie comme le suggèrent les cercles qui y
barbarie du camp d’extermination : lieux de la tor- mènent. La position même du monstre « immobile »
ture, de l’organisation de la chaîne de destruction, (l. 21), aux aguets, ajoute à sa dimension terrifiante.
« les cellules de torture, [ni] les fours crématoires » Les connotations attachées à sa forme renforcent le
(l. 1-2) comme cette salle de la toise qui servait à ras- caractère immonde du Mal : la chauve-souris, ani-
surer les déportés avant de les exécuter ou encore mal des grottes et des souterrains, le monstre
cette salle en sous-sol dont les caractéristiques la mythique à trois têtes renvoient aussi aux histoires
font ressembler à une « gigantesque chambre froide, primitives de l’humanité, aux terreurs ancestrales.
avec des crochets suspendus » (l. 8-9), une « salle à Comme on le voit, ces images provoquent l’horreur
la fois étouffante et glacée » (l. 20). Tous ces endroits et le dégoût ainsi que la peur (« visqueuse, terrifiante
évoquent la mort et l’extermination, la dimension dévorant tous les hommes. », l. 18). Tous les sens
mortifère du camp de concentration. Les visiteurs sont concernés par ces visions : la vue avec les cou-
que sont les élèves et leur professeur sont évidem- leurs et les formes, le toucher avec le chaud, le froid,
ment bouleversés par cette visite et les lecteurs par- le visqueux, etc. L’imagination joue également son
tagent le même effroi qu’eux. rôle.
La prétérition est une figure de style paradoxale La citation de Dante introduit de l’étrangeté dans le
puisqu’elle annonce que l’on ne va pas parler de ce récit : comme une formule magique ou incantatoire,
dont on parlera. Elle traduit dans ce passage l’im- les vers en italien opposent des mots tout de même
possibilité à raconter dans le détail l’extermination transparents (« bel/brutto », l. 24). La traduction
mais aussi la nécessité de dire ce qui s’est passé ouvre à l’histoire de l’ange déchu se révoltant contre
même si c’est de manière allusive. Le temps privilé- son créateur. C’est une nouvelle image qui lie plus
gié pour évoquer la visite du camp est le plus-que- étroitement encore le bien et le mal, qui fait du mal
parfait de l’indicatif, qui signale un temps antérieur à une autre forme de la création, un péché originel ins-
un moment passé, le point de référence du récit : crit dans l’homme et que seul l’homme peut éradi-
« Nous avions lu, écouté, regardé. », l. 4. Cela signi- quer (« À chacun de trouver la source et le lieu du
fie que le moment qui suit constitue l’origine du mal. Il ne semble pas vain de le découvrir, de l’arra-
récit. « Dans cette salle, brusquement, la vision de cher… », l. 43-44).
mon enfance s’imposa », l. 11 : le passé simple joue
son rôle de mise en relief d’une action qui s’insère Nouveau regard sur la ville
dans la chaîne narrative. La ville de Weimar, qui a pu représenter un phare de
Le narrateur montre l’extrême attention du groupe, la culture allemande, apparaît comme un lieu théâ-
la préparation et le sérieux d’une visite qui se voulait tral et factice, artificiel. Cette image traduit le carac-
avant tout objet de savoir, comme en témoignent les tère dérisoire de l’art et de la culture, inefficaces
verbes qui référent aux pratiques scolaires : la lec- contre la barbarie (« de simples façades de carton »,
ture, l’écoute, l’observation, dans une attitude res- l. 32). C’est aussi une image enfantine qui s’oppose
pectueuse du lieu, « Tout cela en silence » (l. 4-5). à la réalité de la barbarie avec ces contes que font
276

9782210105010_.indb 276 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 4

les guides (« Les discours des guides s’embar- plutôt enfantine et colorée se transforme en deux
rassent de pâteux mensonges et de contes pour images qui renvoient à des mondes opposés, mais
enfants. », l. 34-35), et une statue qui ressemble tout aussi effrayants comme les « deux infinis » de
« aux soldats de plomb d’autrefois » (l. 34). Pascal : l’image sidérale en noir et blanc du trou noir,
Les écrivains cités, Goethe et Schiller, nés tous les et le « Monstre gigantesque, à trois têtes » (l. 23),
deux à Weimar, représentent les grandes figures de tapi dans les entrailles de la terre. L’image de la
l’art du xixe siècle : le classicisme allemand. Écri- dévoration est partagée ici et elle entraîne celles du
vains, poètes et dramaturges qui ont pu s’inscrire dégoût déjà relevées et dont on a mis en évidence la
dans des formes d’inspiration, des références, des dimension effrayante, propre à terroriser le lecteur.
visions du monde diverses, ils représentent surtout
la complémentarité et l’amitié qu’ils se portaient l’un L E C TU R E D ’I MAGE
à l’autre. Face à eux, il y a l’Histoire moderne de
l’Allemagne, la « coexistence d’une grande pensée, • La toile de Chagall semble redoubler de manière
d’un grand art et de ce qu’on a coutume d’appeler le saisissante l’ekphrasis développée par Fabrice
Mal absolu » (l. 36-37). Cette Histoire s’élargit à l’Eu- Humbert. À moins que ce ne soit l’inverse. Dans
rope qui partage avec l’Allemagne le « destin de civi- cette toile du peintre russe d’origine juive Marc Cha-
lisation brillante tourmentée par son péché mortel » gall, « l’ange déchu » est représenté avec ses attri-
(l. 38-39). buts que sont ses ailes et un corps de femme pris
La réflexion de l’auteur se développe dans une dans le mouvement de sa chute. Il tombe la tête la
vision large de l’Histoire européenne, dans la coexis- première, les ailes déployées, un œil balayé par sa
tence de la civilisation et du mal, selon un point de chevelure  : « l’ange déchu  » est monochrome,
vue sur le monde qui se vérifie aussi dans l’histoire rouge, si l’on exclut ses cheveux, son œil et sa main.
individuelle (« l’image-clef […] qui gouvernait le des- • Un Christ en croix et une madone tenant son
tin de notre continent comme l’histoire singulière enfant dans ses bras évoquent la religion chrétienne.
que j’allais découvrir », l. 40-42). Cette expérience Un rabbin juif portant la Torah renvoie à la religion
n’est pas seulement la sienne : elle est partagée et juive. Un homme sans trait distinctif et peint en bleu
implique chacun comme on le voit dans les formes pourrait figurer l’être humain hors de toute apparte-
de la 1re personne du pluriel et du pronom personnel nance religieuse.
indéfini sujet « on » (« notre continent », l. 27). Dans • Cette toile allégorique a fait l’objet de longues
ces formulations, il partage sa réflexion et ses années de travail, avant, pendant et après la
conclusions avec les lecteurs, au nom d’une com- Seconde Guerre mondiale. Chagall, qui a dû s’exiler
munauté de destin (« Aussi peut-on penser », l. 31 ; de France juste après avoir obtenu la nationalité
« À chacun de trouver la source et le lieu du Mal », française, témoigne ici de la fracture qu’a représen-
l. 43). tée dans sa vie l’holocauste. Son projet s’est certai-
nement infléchi et nourri de son expérience pour
Synthèse interpréter cet épisode biblique qui s’est chargé dès
Les diverses figures du monstre ont vocation à évo- lors d’une portée beaucoup plus large et universelle
quer dans ce passage l’image du « Mal absolu » à la lumière de l’holocauste.
(l. 37), image hyperbolique et indépassable. Le Mal • La composition de la toile peut se lire autour de la
conjugue ici la forme primitive et biblique de l’ange diagonale qui part du haut du côté gauche et rejoint
déchu, qui va contrecarrer le dessein de Dieu puis le sommet opposé. La figure de l’ange occupe tout
emprunte les contours de la forme bestiale du Mal l’espace à droite. En bas à gauche c’est le rabbin qui
qui guette l’humanité. La dernière métamorphose tente de protéger les écritures saintes. Autour de
endosse une forme humaine, celle du bourreau qui ces deux figures se répartissent les symboles reli-
déshumanise l’humanité. Telle est l’image que pro- gieux déjà relevés, et d’autres, profanes, comme le
duit Buchenwald et qui va changer la vision du violon et l’horloge. Presque au point d’intersection
monde du narrateur. des diagonales, un astre figure d’espoir fait écho à la
simple bougie qui éclaire la madone et le crucifié.
F I G UR E S DE ST Y L E Une étrange figure d’animal peint en jaune au pre-
mier plan dit l’innocence des bêtes au milieu de la
Le caractère spectaculaire de l’hypotypose se fureur des hommes. À l’arrière-plan, un village du
donne à lire dans la préparation de son apparition et passé pourrait représenter le village juif de l’enfance
l’effet de retardement provoqué par la segmenta- de Chagall en Russie. Les couleurs primaires, bleu
tion, le rythme de la première phrase évoquant les et rouge, se partagent la toile illuminée du jaune des
circonstances de la réminiscence du narrateur lumières et de l’innocence de l’animal au premier
(« brusquement », l. 11). Deux questions suivent qui plan. L’ange déchu d’une beauté monstrueuse que
constituent également un commentaire de ce qui n’a souligne sa couleur rouge, anime la scène par sa
pas encore été présenté. La première évocation chute et semble tout emporter.
 277

9782210105010_.indb 277 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

Cette toile semble une allégorie du Mal absolu tel l’expérience de son père rescapé de Treblinka. C’est
que l’imagine Fabrice Humbert. L’ange satanique en sollicitant les souvenirs paternels qu’il tente de
représente la réalité de la Shoah, découverte par le comprendre l’origine du mal. À cette dimension bio-
narrateur au camp de Buchenwald. Cette prise de graphique et autobiographique – il se met aussi en
conscience s’inscrit aussi dans la vision colorée de scène dans son rôle de dessinateur –, il ajoute la
l’épisode biblique pour être remotivée par l’expé- dimension de la fable. En transformant les hommes
rience singulière de l’auteur et la manière dont elle en animaux, il accentue les traits de la violence et de
questionne les religions et une image de l’humanité la cruauté des bourreaux, de la peur et de la déshu-
innocente, martyrisée. manisation des victimes.
Quand Art Spiegelman et Fabrice Humbert
S ’ E N T R A Î NE R À L A QE ST I ON empruntent les voies de la fiction et de la littérature
S UR   L E   COR P US pour questionner le mal, Primo Levi le raconte en
témoin, en rescapé. Au travers d’une écriture
Comme on vient de le voir à propos de son narra- blanche qui refuse les effets et l’expressivité, voire le
teur, Fabrice Humbert fait le projet de comprendre pathétique, il dit la banalité, la professionnalité, l’or-
les racines du mal en interrogeant les traces de ganisation du métier de bourreau qui lui fait « accom-
l’Histoire, celles que l’on trouve dans le camp de plir son travail de tous les jours » (l. 22, p. 372), « l’air
Buchenwald, ainsi que dans son histoire person- indifférent » (l. 11). « Là où nous nous attendions à
nelle. Ces images constituent un filtre qui amène à quelque chose de terrible, d’apocalyptique  »
regarder le monde autrement. C’est ainsi que Wei- (l. 15-16), il ne trouve que « de simples agents de
mar, symbole du classicisme allemand et d’un haut police » (l. 17), une réalité banale pour un mal qui ne
degré de civilisation, perd de sa réalité. Ni la civilisa- l’est pas mais provient de la banale déshumanisa-
tion ni l’art ne sont des remparts contre la barbarie : tion de l’homme, réduit, comme le souligne Primo
ils ne sont qu’une autre face d’une vision pessimiste Levi, à son métier, à sa tâche. Un homme qui comme
de la condition humaine. l’analysera Anna Arendt a perdu toute conscience,
La vision du mal d’Art Spiegelman est également toute réflexion morale et politique et qui par « indif-
rétrospective, vue depuis la fin du xxe siècle. L’au- férence » et négation de l’autre devient coupable du
teur de Maus interroge l’Histoire au travers de Mal absolu.

Séquence 5
L’homme artificiel p. 376

Problématique : Comment la littérature s’interroge-t-elle sur les origines de l’homme et sur l’avenir
de l’humanité ? Comment les auteurs nous présentent-ils l’idée de progrès ?

Éclairages : L’objet d’étude « La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation » implique
d’amener les élèves à réfléchir sur l’identité de l’homme. Les discours scientifiques permettent d’apporter
certaines réponses : l’homme est d’abord vu comme l’alliance d’un corps et d’un esprit. L’enveloppe char-
nelle est soumise à divers aléas, que la science essaie de combattre. Considéré parfois comme une
machine, l’homme peut être modifié ou amélioré. Cette question du rapport de l’homme à la science est
au cœur des débats qui agitent nos sociétés : clonage, eugénisme, « cyborgisation »… La littérature roma-
nesque s’est elle aussi emparée de cette question, manifestant les craintes de leurs auteurs ou leur
enthousiasme. Le scientifique prend la double figure de Prométhée : à la fois démiurge tout-puissant qui
vise le bonheur de sa créature, il combat l’ordre de la nature.
Les textes de la séquence correspondent à des genres divers : ils appartiennent à la littérature d’idées
mais aussi aux romans (dont le roman de science-fiction). La réflexion sur le créateur démiurge prend
appui sur un texte antique et montre comment le mythe est repris dans la littérature moderne.

Texte 1 – René Descartes, L E C TU R E AN ALY TI QU E


Discours de la méthode (1637) p. 376
Essai de définition de l’homme
OBJECTIFS ET ENJEUX Le texte de Descartes s’attache à définir de façon
–– Étudier une argumentation directe, dans un méthodique et scientifique l’homme. Pour faire com-
texte appartenant à la littérature d’idées. prendre ce qu’il est, il a recours à une analogie. Le
–– Comprendre la notion d’homme-machine. texte s’ouvre ainsi sur la mention des « automates »
278

9782210105010_.indb 278 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

(l. 2), terme mis en valeur par les italiques. Il peut idée, il opère un mouvement concessif : sa première
être utile d’avoir recours à l’étymologie pour com- idée – la machine peut être douée de paroles – est
prendre la raison pour laquelle ce mot est employé. introduite par la tournure « on peut bien concevoir
Le terme « automate » est issu du grec αὐτόματος, que » (l. 18), puis rectifiée ligne 23 (« mais non pas
comportant le préfixe αὐτός, « soi-même », qui sert à que ») : la machine ne saurait organiser sa parole.
former de nombreux mots : « auto-mobile », « auto- Descartes cherche enfin à démontrer que l’homme
nome », « auto-didacte ». L’« automate » agit de lui- possède une spécificité qui le distingue des autres
même. L’homme, selon Descartes, agit de lui-même, animaux et qui empêche qu’on puisse l’assimiler à
mais il possède d’autres caractéristiques qui le dis- une machine : il use de sa raison. Le mot « connais-
tinguent de la machine. Seul le corps de l’homme sance » intervient à la fin du texte (l. 28), mais Des-
est comparé à une machine (l. 6). Descartes en énu- cartes, sans la nommer, décrit plusieurs de ses
mère les nombreuses composantes : « la grande aspects : c’est le principe qui ordonne la parole, qui
multitude des os, des muscles, des nerfs, des « arrange » (l. 23) et « compose » la parole (l. 17), qui
artères, des veines, et de toutes les autres parties permet la connaissance.
qui sont dans le corps de chaque animal » (l. 3-5), ce
Synthèse
qui permet d’insister sur la complexité de ce corps.
L’homme est assimilé à une machine, un automate, L’auteur s’attache, dans ce texte, à montrer que
puisque celui-ci, par son corps, peut se mouvoir, et l’homme n’est pas une machine. Il compare les
son esprit lui permet de le faire de lui-même. Diffé- hommes aux automates fabriqués et a l’air de se
rents comparatifs de supériorité sont employés : montrer admiratif envers ces objets mouvants, en
cette « machine » qu’est l’homme, est « incompara- raison du petit nombre de pièces qui les composent.
blement mieux ordonnée » (l. 6-7), a des « mouve- L’énumération des différentes parties du corps de
ments plus admirables » (l. 7) que la machine. l’homme vise à souligner la complexité de son corps.
Descartes attribue la cause de cette supériorité de En ce sens, la machine semble supérieure à l’homme.
l’homme au créateur de l’homme, Dieu, cité dans Mais la suite du texte vient souligner les imperfec-
l’extrait, à la ligne 6. L’œuvre de Dieu est supérieure tions de la machine : fabriquée par des hommes, elle
à toutes les créatures que l’homme pourrait fabri- est nécessairement moins perfectionnée que
quer, imparfaites. l’homme, créé par Dieu. L’homme a en plus la faculté
d’organiser ses paroles, d’user de sa raison pour le
Une démonstration faire. Il possède donc une caractéristique inimitable
qui l’empêche d’être assimilé à une machine.
L’argumentation développée par Descartes essaie
d’être aussi claire que possible. Son discours se
veut rigoureux, scientifique, et se fonde en raison. Il P I STE S C OMP L É ME N TAI R E S
emploie toutefois des hypothèses. Celles-ci, intro-
duites par « si », se trouvent développées aux lignes S’entraîner à l’écriture d’invention
8 à 16, avec les conditionnels attendus. L’auteur Sujet : Un inventeur vient de créer une machine
imagine la création de machines semblables à des semblable à l’homme. Il éprouve ses capacités et
animaux : rien ne pourrait les distinguer de ceux-ci. découvre ses limites. En vous aidant des exemples
Il oppose cette création à celles d’êtres humains, qui du texte, rédigez ce récit qui visera à montrer que la
seraient différents de l’homme : l’expression mar- machine ne saurait se substituer à l’homme.
quant l’opposition « au lieu que » introduit cette deu- Pistes de réflexion :
xième hypothèse. L’homme ne peut être imité par Le sujet proposé amène l’élève à partir de l’étude
des machines. Deux arguments, introduits par « le d’une argumentation directe pour composer une
premier » (l. 16) puis « le second » (l. 25), expliquent page romanesque, qui pourrait constituer un apo-
son affirmation. Il démontre que le langage, orga- logue. On pourra être particulièrement attentif aux
nisé, fait la spécificité de l’homme. Puis il montre points suivants :
que l’homme agit « par connaissance ». Le premier –– la prise en compte des éléments constitutifs du
argument est particulièrement développé. L’homme, récit : liberté dans les temps à employer (récit au
selon Descartes, est le seul à pouvoir organiser sa présent ou aux temps du passé), dans le mode de
parole : deux exemples sont donnés, introduits par narration (narrateur homodiégétique / hétérodiégé-
« comme si » et « si » (l. 21 et 22). Il imagine les tique), dans les paroles rapportées (discours direct /
paroles que pourrait prononcer cette machine res- indirect) ;
semblant à l’homme. Le simple fait de la toucher –– un récit sous forme d’apologue : il s’agit de mon-
déclencherait, dans sa fiction, des paroles : elle trer l’infériorité de la machine à l’homme. Il faut aussi
interrogerait sur le sens de ce contact ou elle évo- construire le récit, en opérant un retournement de
querait sa douleur. La parole de la machine, selon situation, par exemple ;
Descartes, nécessite d’être stimulée, contrairement –– le repérage des deux exemples dans le texte de
à celle de l’homme. Dans le développement de cette Descartes : la machine qui demande pourquoi on la
 279

9782210105010_.indb 279 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

touche ; la machine qui exprime sa douleur lorsqu’on aimer votre créature]. Lord Ewald incarne une
la touche ; sensibilité romantique, qui fait de l’amour la ren-
­
–– la nécessité aussi de bien cerner ce qui fait la contre mystérieuse, presque mystique, d’entités
spécificité de l’homme : sa capacité à organiser ses irrationnelles.
réponses, à user de son entendement. La machine
Une réflexion sur l’homme
ainsi décrite doit être incapable de composer son
discours. La reprise en anadiplose de la lettre – ou du mot –
« x » donne à la réplique d’Edison l’apparence d’une
formule mathématique. Cette lettre, qu’on utilise
Texte 2 – Villiers de L’Isle-Adam, pour désigner une inconnue dans une équation, est
L’Ève future (1886) p. 377 ainsi associée à une réflexion qui relève de la psy-
chologie. Edison, à la façon d’un alchimiste, suggère
OBJECTIFS ET ENJEUX qu’on peut réaliser une essence par des procédés
–– Étudier la mise en scène d’un dialogue qui semblent scientifiques. Son entreprise peut donc
romanesque. être comparée à celle de Prométhée, qui s’est
–– Montrer la faculté du roman fantastique à révolté contre l’ordre naturel des choses et s’est
façonner le visage de l’homme. arrogé les pouvoirs du Créateur. Comme Promé-
thée, il souhaite recueillir une de ces « étincelles »
(l. 26) qui animent l’Être. Dans le mythe raconté par
L EC T UR E A N A LYT I QU E
Hésiode, le Titan dérobe à Zeus le feu céleste pour
Un débat scientifique ? le donner aux hommes (Théogonie, vers 565-567 ;
Eschyle Prométhée enchaîné, vers 109-111) : cet
L’enchaînement des répliques dessine les contours
acte fait de lui le bienfaiteur de l’humanité qui lui doit
d’une relation déséquilibrée, et résulte souvent du
sa survie et son bien-être. L’« étincelle » à laquelle
heurt entre les modalités interrogatives et les moda-
font allusion les personnages est tout d’abord celle
lités exclamatives.
que Prométhée a enfermée, après l’avoir volée, dans
Le dialogue est inauguré par une exclamation de Lord
une tige creuse. Mais, dans la bouche d’Edison, le
Ewald : cette modalité subjective révèle l’état d’esprit
mot désigne également un phénomène électrique. Il
de ce personnage, qui est désespéré et veut faire
s’assimile donc à Prométhée, et se reconnaît un
partager à son interlocuteur le sentiment douloureux
pouvoir qui dépasse celui de l’humanité. Sa voix
qui l’étreint. À cette exclamation répond étrangement
emprunte certains accents à la figure du Christ
une interrogation, qui traduit la perplexité d’Edison
(cf. note 2) ; il assimile délibérément son action à
devant une émotion sans fondement dont il cherche
celle du Messie : « pour que cette phase du miracle
à entendre les raisons. Dès lors, ce sont les questions
soit accomplie » (l. 17). Comme le dieu de l’Ancien
de Lord Ewald qui entretiennent le dialogue. Les
Testament, il parle au futur de prophétie : « une seule
questions qu’il pose sont des interrogations totales
de ces mêmes étincelles […] suffira pour en vivifier
(« animerez-vous votre Hadaly ? », l. 4-5 ; « saura-t-
l’ombre » (l. 25-29).
elle qui elle est ? ce qu’elle est, veux-je dire ? »,
Le rappel du châtiment de Prométhée, qui fut
l. 8-9 ; « sur moi ? » l. 18), et montrent sa stupéfac-
cloué sur le Caucase, et dont le foie était offert en
tion. Les réponses d’Edison interdisent l’établisse-
pâture à un aigle (« nul n’échappe au bec du
ment d’un échange équilibré : sûr de son fait, il
­vautour », l. 25) préfigure la tragique issue de l’or-
répond tantôt par un syllogisme (« On anime bien…
gueilleuse entreprise.
c’est l’inconnu, aussi », l. 6-7), tantôt par une excla-
mation ponctuant une phrase averbale exprimant la Synthèse
certitude (« Sans doute ! », l. 14, 16), tantôt par une I. Une argumentation qui semble rationnelle
autre interrogation qui reprend les mots de la ques-
–– usage de connecteurs logiques et de raisonne-
tion posée pour en accuser l’inanité (« – Saura-t-elle
ments adoptant une forme logique ;
qui elle est ? » ; « – Savons-nous donc si bien […] qui
–– recours à des termes qui appartiennent au lexique
nous sommes ? », l. 8-11). Le présent est dans sa
de la science ;
bouche celui des vérités admises par tous, vérifiées
–– usage du présent de vérité permanent, qui sert à
par la science ou par l’expérience. Dans cette joute
la formulation de définition ou de vérités générales.
entre les deux personnages, le scientifique semble
systématiquement opposer à son interlocuteur la II. Une argumentation en réalité entièrement
­certitude qui l’habite. Le syllogisme émis par Edison subjective
répond lui-même au raisonnement syllogistique sur –– Le lexique scientifique revêt un double sens qui
lequel reposaient les deux premières répliques de relève de l’irrationnel ;
Lord Ewald (l. 1, 4). On pourrait en effet comprendre : –– Edison se présente comme le récitant et comme
« On n’aime qu’un être animé… » [or] « l’âme c’est le héros d’un nouveau mythe de création. Il fascine
l’inconnu » [= prémisses] [donc je ne pourrai pas plus qu’il ne convainc.
280

9782210105010_.indb 280 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

F I G UR E DE S T Y L E lumineux emprisonne le personnage et traduit sym-


boliquement, avec une grande économie de
Les mots « âme » et « animer » ont un étymon com- moyens, la folie et la violence d’un monde apoca-
mun, le nom latin anima, qui signifie « souffle, souffle lyptique. On peut voir dans l’aspect très géomé-
vital, âme, vie ». trique de cette image un effort vers l’abstraction,
Dans le texte, ces mots conservent un sens abstrait caractéristique des recherches du cinéma expres-
et désignent le principe immatériel qui subsiste sionniste allemand.
après la mort, et le verbe « animer » devient un acte On pourra également songer à d’autres robots ciné-
religieux par lequel on insuffle la vie. matographiques : C3PO et R2D2 dans la Guerre des
Toutefois, l’acte que se prépare à accomplir Edison Étoiles (1977, etc.). La figure de l’andréïde apparaît
comporte une ambiguïté, que relève Lord Ewald, qui dans la série des Alien, ou encore dans Terminator
reformule sa question : « Je vous demande si votre (1984).
créature aura le sentiment d’elle-même » : on peut
en effet interpréter le verbe « animer » dans le
concret de « douer de mouvement », attesté dès le Écho – Platon,
xvie siècle. Dès lors, la créature ne serait qu’une Protagoras (ive s. av. J.-C.) p. 378
marionnette.
OBJECTIFS ET ENJEUX
–– Étudier un récit mythique.
P I S T E S COMPL É ME NTA I R E S
–– Revenir aux sources de l’humanisme.
Photogramme extrait du film de Fritz Lang,
Metropolis. L E C TU R E AN ALY TI QU E
Dans Metropolis, film de science-fiction réalisé en Un récit des origines
1926-1927, Fritz Lang emprunte à Villiers de L’Isle-
Le passage distingue trois époques : les temps pri-
Adam le personnage du savant démiurge et de l’an-
mordiaux qui précèdent la création et qui ne sont
dréïde. Il met en scène pour la première fois une
habités que par les figures cosmogoniques (l. 1-34),
machine qui imite l’homme. Le photogramme appar-
le jour de la création (l. 34-52) et les premiers temps
tient à la séquence durant laquelle le savant,
de l’humanité (l. 53-58).
Rotwang, anime un robot anthropomorphe et lui
La naissance des créatures mortelles résulte de la
communique les traits d’une jeune femme. Cette
volonté ou de l’effort de plusieurs entités :
andréïde doit maintenir dans l’asservissement une
–– 1. le destin «  fixe » «  le temps de leur
population qui, enfermée dans une cité souterraine,
naissance » ;
s’épuise sur des machines destinées à faire vivre
–– 2. les dieux les créent puis assignent aux titans la
une classe d’élus, établie dans une ville haute. La
mission de « répartir les capacités » entre elles ;
créature est façonnée sur le modèle de Maria, une
–– 3. le Titan Épiméthée répartit les facultés entre
jeune femme qui pousse les ouvriers opprimés à la
ces espèces, mais oublie l’homme ;
révolte.
–– 4. Son frère, le Titan Prométhée, procure à
À mesure que les anneaux lumineux circulent autour
l’homme le savoir et le feu.
du robot, la créature semble prendre vie : la région
de son cœur luit d’une intensité croissante, et, tan- Deux frères
dis que ses avant-bras et ses jambes conservent un L’homme, après l’intervention d’Épiméthée, est
aspect métallique, une carnation et une expression dénué de tout : « sans chaussures, sans couverture,
humaine apparaissent sur son visage. Dans les sans armes » (l. 37). Prométhée s’aperçoit immédia-
séquences suivantes, l’andéïde, soudainement tement de la négligence de son frère. Ce sont donc
incarnée par l’actrice qui joue Maria (Brigitte Helm), deux caractères qui s’opposent catégoriquement,
darde un regard malfaisant, puis Maria, allongée sur ce que l’onomastique permet de vérifier (cf. note 2).
une table d’opération et coiffée d’un casque métal- Les deux Titans ont tous deux été animés par la
lique percé d’électrodes, s’évanouit. volonté d’obéir aux Dieux : ils devaient « répartir les
Ce photogramme fait écho au discours d’Edison, et capacités » (l. 6) entre les « races mortelles » (l. 1).
emprunte à l’univers de la science les effets lumi- Épiméthée a exécuté la mission qui lui était confiée,
neux que permet l’électricité : les anneaux rap- mais a commis un pas de clerc. Il a ainsi déterminé
pellent l’« étincelle » de Villiers de L’Isle-Adam, l’intervention de son frère, qui, pour parfaire le des-
tandis que l’éclat dans la région du cœur symbolise sein divin, a désobéi à la volonté divine en prenant
l’avènement d’une âme dans la machine. Cette l’initiative de leur voler le savoir et le feu.
image reflète les interrogations qui parcourent le
texte de Villiers de L’Isle-Adam sur la possibilité de Une vision humaniste
construire un être humain par des moyens scienti- Les verbes d’action qui ont pour sujet Prométhée
fiques. L’espace cylindrique délimité par les cercles sont conjugués, dans la traduction comme dans le
 281

9782210105010_.indb 281 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

texte grec, au présent de l’indicatif. Le présent his- comporte une fonction ludique (Protagoras reven-
torique succède au passé simple et à l’imparfait et dique son agrément avant de commencer sa narra-
signale donc une rupture décisive. Prométhée pose tion) et une fonction anthropologique.
le premier un pied dans le présent : « Prométhée
arrive », l. 34-35 (en grec, « ἔρχεται Προμηθεὺς »,
S’E N TR AÎ N E R À L A QU E STI ON
« erchetai promètheus »). Le moment revêt une
SU R  C OR P U S
importance capitale dans le récit de Protagoras : ce
petit pas pour le Titan est un grand pas pour l’Hu- La réponse à cette question peut se distribuer de
manité. Son intervention décisive, qui se fait dans part et d’autre d’une ligne distinguant l’homme
l’urgence, permet en effet à l’homme de s’élever au- comme héritier du don prométhéen, et l’homme
dessus des autres espèces. Épiméthée, conformé- devenant à son tour une figure prométhéenne.
ment à la volonté divine, a donné aux créatures des
« capacités » (l. 6, 12, 15, 32). Ce mot traduit le I. Prométhée et l’homo faber
nom grec « ἡ δύναμις », « è dunamis », « pouvoir 1. Prométhée, figure providentielle. Grâce à sa
physique et moral, force de tout l’être » (Magnien- prudence et à sa prévoyance, Prométhée a réparé
Lacroix, Dictionnaire grec-français, Belin) ; Promé- une erreur qui aurait conduit l’homme à disparaître
thée quant à lui a donné à l’homme le savoir (l. 41, (Protagoras).
44 ; « ἡ σοφία », « è sophia », en grec), l’art (l. 49, 2. Prométhée, véritable créateur de l’homme.
50, 55 ; « ἡ τέχνη », « è tèchnè », en grec) et le feu Grâce aux dons qu’il lui a faits, Prométhée a façonné
(l. 42, 59). Le premier a donné une essence, alors une créature qui se distingue de toutes les autres
que l’autre a donné les instruments du développe- parce qu’elle a reçu une part de la perfection divine
ment : Prométhée crée donc l’homo faber, celui qui (Protagoras, L’Ève future). Dans le mythe, l’affabula-
ne se contente pas d’exploiter ce qu’il est, mais qui tion, par ce qu’elle a de plaisant et de dramatique,
est ingénieux, et qui peut créer à son tour grâce aux sert l’exposé d’un manifeste humaniste ; dans le
techniques de l’artisanat. Ce sont donc des qualités roman, le dialogue entre le créateur et son suppliant
divines qu’a reçues l’homme : « Puisque l’homme devient le moyen d’une étude psychologique.
avait sa part du lot divin » (l. 53). Ce récit de créa- 3. Prométhée, agent du progrès. L’homme est
tion fait donc de l’homme une créature comme les dépositaire du savoir technique et de l’intelligence,
autres, mais qui, par accident, s’est hissée à la hau- qui lui permettent de parler, de fonder des cités, de
teur de son créateur. Le sophiste Protagoras entend fabriquer les produits nécessaires à sa survie comme
montrer par là que l’homme a le pouvoir d’agir sur le à son bien-être (Protagoras, L’Ève future).
monde, de le transformer par sa technique et son Mais les Dieux ont châtié le créateur en frappant sa
ingéniosité : il définit de cette façon le métier du créature.
rhéteur, qui, à la façon du démiurge, a le pouvoir de 4. Prométhée est un voleur, qui provoque le châti-
transformer la cité au moyen d’une technique ora- ment du receleur et lui donne donc en partage la
toire persuasive. Plus généralement, ce texte souffrance (Protagoras, L’Ève future).
célèbre en l’homme le dépositaire des virtualités du
5. L’homme a reçu une parcelle de la divinité,
progrès. À ce titre, Protagoras et les sophistes
mais il est habité par un doute essentiel : il ne
peuvent être considérés comme les précurseurs de
peut pas se connaître lui-même (L’Ève future). Le
l’humanisme.
dialogue romanesque permet de dramatiser cette
interrogation constitutive de l’inquiétude humaine.
G R A MMA I R E 6. Solitude de l’homme coupé du divin. L’homme
n’a pas été créé, ou a été coupé des dieux par le
La première phrase du texte situe les événements châtiment. Il erre seul dans un monde sans trans-
dans le temps du mythe : « Il fut un temps où ». Le cendance. Il a donc l’intuition d’une perfection dont
passé simple employé par Frédérique Ildefonse tra- il constate l’absence chez lui. Dès lors, il est habité
duit un imparfait grec. L’imparfait grec, en effet, par une « honte prométhéenne » (Anthropologie du
emprunte ses valeurs à notre imparfait et à notre corps et modernité).
passé simple : il peut indiquer l’état passé sans lien
avec le présent, et correspond à notre passé simple ; II. L’homme prométhéen
mais il signifie aussi, comme l’imparfait français, 1. Prométhée peut être perçu comme le symbole
qu’on « s’intéresse au développement des faits pas- de l’humanité, puisqu’il est au service des Dieux :
sés » (Jean Humbert, Syntaxe grecque, Klincksieck, l’acte religieux accompli par l’homme (cf. Protago-
1945 rev. et augm. 1972). On aurait donc pu envisa- ras) ne dit pas autre chose. À ce titre, on peut hasar-
ger de traduire ce début de mythe par « Il était un der lestement que Prométhée, c’est l’homme. On
temps où », qui rappelle la formule traditionnelle par peut d’ailleurs établir une analogie entre Prométhée
laquelle débutent les contes : récit fictif et imagé, le et le Christ, qui se sacrifient tous deux pour
mythe (« parole, récit, fable »), comme le conte, l’humanité.
282

9782210105010_.indb 282 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

2. Une figure de l’apprenti sorcier l’opacité fuligineuse des nuages. Il donne l’image
–– La machine fabriquée par l’homme dépasse en déplorable et comique d’un voleur qui se hâte de se
perfection son créateur, ou se substitue à lui. Dès mettre à l’abri et guette d’un œil inquiet la demeure
lors, l’homme finit par se soumettre à la volonté des qu’il vient de piller. Le contraste entre l’oranger vif de
machines qu’il a lui-même conçues (L’Ève future, la flamme qui sort du narthex et l’ocre qui en obscur-
Anthropologie du corps et modernité). L’Essai, qui cit la cime, les colorations sombres qui souillent les
relève du logos, de la parole ordonnée, sert donc ici carnations de Prométhée soulignent le caractère
d’avertissement : David Le Breton met en garde paradoxal de l’entreprise : Prométhée apporte la
contre les effets d’un progrès qui échappe à toute lumière sous les cieux, mais il semble avoir emporté
maîtrise ; chez Villiers de L’Isle-Adam, la dimension avec lui un fragment de la noirceur des desseins
fantastique jette sur la figure prométhéenne une célestes.
ombre inquiétante. L’homme prométhéen offre donc
➤➤ Prolongement : le mythe de Prométhée
à l’essayiste un instrument argumentatif et au
romancier un canevas narratif. La figure de Prométhée a inspiré de nombreux
–– La machine réduit l’homme qui l’a fabriquée à l’état auteurs :
de produit (Anthropologie du corps et modernité). –– Hésiode, Théogonie, 510-616 : lutte de Promé-
thée contre les desseins de Zeus et châtiment du
Titan  ; l’offrande trompeuse, le vol du feu  ;
P I S T E S COMPL É ME NTA I R E S
Pandore.
➤➤ Jan Cossiers, Prométhée donne le feu –– Hésiode, Les Travaux et les Jours, vers 47-106 : le
aux hommes, xviie siècle. mythe de Pandore. Les peines, les fatigues, les
La composition de ce portrait repose sur la superpo- maladies et la mort viennent assombrir la vie de
sition de deux plans : le décor est constitué d’un l’homme.
vaste espace céleste occupant les huit dixièmes du –– Eschyle, Prométhée enchaîné : Prométhée se
tableau, et d’une étroite bande représentant un hori- présente comme le bienfaiteur de l’humanité, vic-
zon terrestre. Au premier plan, Prométhée, portant le time de la tyrannie de Zeus, et comme le détenteur
narthex qu’il vient de dérober, est encore suspendu d’un secret qui menace le premier des Dieux.
entre les deux espaces. –– Ovide, Métamorphoses, I, vers 82-86 : fabrication
Le fond du tableau est enveloppé dans une indéci- de l’homme, à l’image des Dieux, supérieur aux
sion que n’interrompent que les contours du cadre. autres animaux ; début de l’âge d’or.
Tout traduit le caractère symbolique du moment : –– Juvénal, Satires, XIV, v. 35 : référence à la fabrica-
l’atmosphère, comme la terre, est encore envahie tion de l’humanité par le Titan.
par les ténèbres dont un tracé curviligne souligne le –– André Gide, Le Prométhée mal enchaîné : Promé-
flottement. Les nuances de gris qui dessinent les thée, lassé de sa captivité, s’est rendu à Paris avec
volutes sombres des nuages s’amassent et forment son aigle. Il se demande s’il doit se débarrasser de
un tapis de brume sur le sol plongé dans une ombre l’oiseau, qui le torture, mais qui lui apporte une
crépusculaire ; la lisière qui représente la terre forme forme de bonheur.
elle-même une ligne qui se perd dans la moitié Comme tous les autres mythes, celui de Prométhée
gauche du tableau sous l’amoncellement des nuées. est donc très plastique : comme un organisme, il vit
Seule une échancrure lumineuse déchire les gibbo- et se prête à des interprétations multiples, propres à
sités des nuées, et semble avoir livré passage au épouser le questionnement singulier de chaque
Titan, dont le flambeau illumine déjà la terre sur époque. Le mythe hésiodique peut ainsi être lu
laquelle il projette une lueur : le tableau est ainsi par- comme un déchiffrement de la dure réalité de la vie
tagé de façon oblique par une ligne indécise, qui humaine sur l’ingrate terre de Béotie au viie siècle
forme un rayon lumineux surgi avec Prométhée. Le av. J.-C. Chez Gide, ce mythe illustre une réflexion
mouvement rapide de la descente est suggéré par sur le déchirement de la jeunesse à la fin du
une concrétion nuageuse lancéolée surgie d’une xixe siècle, qui doit choisir entre deux attitudes
nuée, par le pan supérieur du manteau, qui semble contradictoires  : l’émancipation ou l’acceptation
être encore accroché aux nuages, et par le souffle des injonctions sociales et nationalistes.
qui imprime un même mouvement à la flamme et
aux boucles de la chevelure de Prométhée. L’en-
semble donne l’impression d’une apparition. Écho – Mary Shelley, Frankenstein
Prométhée descend des cieux dont il semble être ou le Prométhée moderne (1818) p. 380
encore vêtu : les formes s’engendrent mutuellement
dans le tableau : la barbe et les cheveux de Promé- OBJECTIFS ET ENJEUX
thée, en désordre, sont à l’image des nuages noirs –– Étudier les relations créateur / créature dans
qui le surplombent. Ses pieds sont noircis, comme une page de roman.
ceux d’un va-nu-pieds qui aurait marché dans –– Établir la part d’humanité de la créature.
 283

9782210105010_.indb 283 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

L E CT UR E A NA LY T I QUE accomplissant ce travail dans le plus grand secret,


le créateur a conscience d’accomplir un acte répré-
Le récit de la création hensible moralement. Il s’accuse d’impiété. En effet,
Le premier passage est centré sur le personnage en voulant créer un autre homme, il se substitue à
principal, Victor Frankenstein, et relate le début de la Dieu. Il bouleverse les lois naturelles, qui imposent à
création d’un nouvel être, en détaillant les sentiments l’homme sa finitude et qui supposent la reproduc-
du créateur. Le narrateur-personnage, Frankenstein, tion. Il cherche même à dépasser la création
livre les raisons pour lesquelles il entreprend une telle humaine, en donnant à son être une « stature gigan-
création. Il cherche tout d’abord à façonner un être tesque » (l. 4), et à supprimer chez l’être ainsi créé
nouveau, « Une espèce nouvelle » (l. 10), inventer toute tentation du mal.
quelque chose de nouveau. Il vise ensuite la recon-
naissance de cette créature : « Une espèce nouvelle Le plaidoyer de la créature
bénirait en moi son créateur et sa source », l. 10-11. Le deuxième passage correspond aux paroles de la
Frankenstein s’assimile à un père, se prend pour créature rapportées au style direct. Sa demande
Dieu. Sa démesure se lit dans la traduction avec le n’est pas évidente : son discours s’apparente à un
pronom personnel de la première personne mis en plaidoyer qui se clôt sur cet impératif, « Rends-moi
relief : « c’est à moi que devraient l’existence… », la joie » (l. 55), mais, dans cet extrait, on ignore ce
l. 11). Il cherche également à vaincre la mort (« renou- que la créature entend par « joie ». En réalité, il
veler la vie lorsque la mort avait apparemment livré le s’agira de donner une compagne de même nature à
corps à la corruption », l. 15-16). l’être façonné par Frankenstein. Pour parvenir à
Le créateur est partagé dans ses sentiments : il obtenir le bonheur, la créature commence par rap-
évoque ses « sentiments variés » (l. 7). Il est enthou- peler ses souffrances. Si elle souligne sa force phy-
siaste, il fait preuve d’une « ardeur sans défaillance » sique, c’est pour montrer qu’en tant que créature de
(l. 18), d’une « impulsion irrésistible et presque fré- Frankenstein elle ne s’opposera pas à lui (noter le
nétique » (l. 28) : les mots employés soulignent son lien logique d’opposition qui ouvre la phrase ligne
obstination et son empressement, avec des for- 47). Elle évoque la responsabilité que le créateur a
mules hyperboliques. Le narrateur signale explicite- envers elle : Frankenstein doit s’« acquitter de [s]on
ment « l’intensité de [s]es sentiments » (l. 31). Une rôle, de [s]on devoir envers [elle] » (l. 49-50), plus
« curiosité sans cesse croissante » (l. 40) se mêle au que pour tout autre être. Elle promet enfin de devenir
sentiment d’«  écœurement  » (l. 39). Toutes ses vertueuse (l. 56). Le discours progresse sensible-
forces et ses pensées sont dirigées vers ce seul ment : de constats, soulignant malheur de la créa-
but : « mes sensations ne semblaient plus exister ture, on glisse vers la demande de celle-ci. Les
que pour cette seule recherche » (l. 29-30). On peut dernières phrases, à partir de la ligne 52, expriment
d’ailleurs noter les négations exceptives concen- le paradoxe de sa situation (les « et », les « ; »
trées dans ces lignes. Des signes physiques tra- peuvent être remplacés par des liens logiques mar-
hissent cet entêtement  : la pâleur des joues, quant l’opposition). Comme un être humain, la créa-
l’amaigrissement (l. 18-19). Il veut progresser rapi- ture cherche le bonheur.
dement comme on le voit avec la comparaison de La créature cherche avant tout à persuader Fran-
l’ouragan (l. 7-8). kenstein. Son discours vise à susciter différents sen-
Le récit prend une dimension fantastique. Le troi- timents chez son interlocuteur. Tout d’abord, elle
sième paragraphe, consacré à la création, emploie insiste sur ses malheurs, avec en particulier une
des thèmes emblématiques : celui de la mort (« l’hu- hyperbole (« accumulation d’angoisses », l. 45),
midité des tombes », l. 25 ; les « ossements », l. 32 ; pour provoquer la compassion de son créateur, ou
les « charniers », l. 33 ; « salle de dissection », l. 37 ; l’image utilisée pour se présenter (« tête sacrifiée »,
« abattoir », l. 38), le moment choisi pour effectuer l. 43). Elle rappelle ses obligations envers lui, en tant
ce travail (« la lune contemplait mes labeurs noc- que « père » : les manquements à cette responsabi-
turnes », l. 22-23), l’isolement dans lequel se trouve lité doivent entraîner le sentiment de culpabilité chez
le créateur (la lune, personnifiée, est l’unique témoin l’auditeur. Enfin, elle joue sur la peur de son audi-
de son labeur, l. 22 ; « une cellule solitaire », « sépa- teur : elle rappelle sa supériorité, à travers des com-
rée de tous les autres appartements » l. 34-35). paraisons : « plus puissant », « taille plus grande »,
L’horreur de la création est indiquée explicitement. « articulations plus souples » (l. 45-46), avant d’indi-
A posteriori, il juge de façon négative cette exalta- quer qu’elle ne s’attaquera pas à lui. Les futurs utili-
tion et il semble regretter cet épisode de sa vie : un sés laissent planer une menace : « la vie […] m’est
passage au présent d’énonciation le signale : « Ce chère et je la défendrai » (l. 45). Elle impose égale-
souvenir fait aujourd’hui trembler mes membres et ment ses conditions : ses promesses s’accom-
trouble mon regard » (l. 26-27). Il emploie un lexique pagnent de conditionnelles (« j’irai jusqu’à obéir […]
religieux (les mots « profaner », « profane » appa- si […] », l. 48-50) ; sa demande finale insiste sur
raissent à plusieurs reprises, l.  25 et 33)  : en la conséquence des actions de Frankenstein
284

9782210105010_.indb 284 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

(« Rends-moi la joie, et je deviendrai vertueux », l’autre. Les rochers dissimulent en partie le corps de
l. 56). L’être ainsi créé cherche à émouvoir le scien- la créature, qui semble surgir et effrayer Frankens-
tifique, et emploie des moyens qui le font rentrer tein. Le ciel, nuageux, laisse planer une menace. La
dans l’humanité. Or, dans le premier passage, le nar- lumière est ténue, et, orientée de la gauche vers la
rateur signale : « mainte fois mon humanité se droite, met dans l’ombre le visage de Frankenstein,
détourna avec écœurement de mon œuvre  » partiellement éclairé par sa torche, tandis qu’elle se
(l. 38-39), objectivant la créature et la repoussant dirige vers celui de la créature, le rendant encore
hors de l’humanité. Et pourtant, le plaidoyer de plus terrifiant. Les vêtements sombres qu’elle porte
celle-ci semble montrer un être doué d’une parole accentuent le contraste.
éloquente, qui utilise des procédés rhétoriques
comme la question oratoire afin d’émouvoir son
P I STE C OMP L É ME N TAI R E
auditeur. La créature est capable d’agiter de nom-
breux sentiments chez son créateur : pitié, peur, Il peut être utile de faire réfléchir les élèves au sens
indignation. Elle se révèle habile et perspicace dans que prend le sous-titre du roman de Mary Shelley.
les mobiles qui ont conduit Frankenstein à procéder La lecture du mythe de Prométhée, tel qu’il est
à une telle création : elle insiste sur les obligations raconté dans le Protagoras de Platon peut être lu
qui lient le père à son « fils ». Mais elle semble avoir (p. 378-379). L’étude de ce texte peut trouver son
conscience des notions de bien et de mal, et emploie prolongement dans une réflexion sur l’acte de créa-
à cet effet le langage religieux (elle se compare à tion en établissant une comparaison avec le mythe
Adam, pour mieux marquer la singularité de sa de Pygmalion. Ce mythe diffère de l’histoire de Fran-
situation aux lignes 12 et 13). Néanmoins, on peut kenstein : le créateur est un artiste ; sa « créature »
parler aussi d’inhumanité de la créature, au sens est une œuvre d’art dont on souligne la beauté ; il ne
moral du terme : criminelle, celle-ci tente de justifier cherche pas à se substituer aux divinités créatrices,
sa conduite passée en arguant de sa misère, de son mais tombe amoureux de l’être façonné ; le merveil-
malheur, du rejet qu’elle a subi. Son corps même, leux parcourt le texte ; l’animation de la statue n’est
fait d’ossements, de chair morte, d’animaux vivants due qu’à l’action des dieux, touchés de l’amour et
torturés semble influer sur le comportement de la de la piété de Pygmalion. La création reste dans les
créature, qui ne peut entrer dans l’humanité du fait compétences divines. Seule la piété de Pygmalion
même de sa conception. lui permet d’accéder à la félicité. C’est la leçon que
l’on pourrait tirer d’une telle histoire.
G R A MMA I R E

Les lignes 10 à 14 comportent de nombreux condi- Texte 3 – Émile Zola, Le Docteur


tionnels : « bénirait », « devraient », « ne pourrait », Pascal (1893) p. 382
« mériterais ». Le narrateur-personnage nous fait
rentrer dans ses pensées de l’époque : à ce moment- OBJECTIFS ET ENJEUX
là, il envisage le futur. Les conditionnels ont donc la –– Étudier le dispositif narratif d’un roman à thèse.
valeur de futurs dans le passé. Ces pensées rappor- –– Comprendre le regard posé par Zola et par le
tées constituent du discours indirect libre. naturalisme sur la condition humaine.

L E CT UR E D’I MA G E L E C TU R E AN ALY TI QU E

Les deux personnages se font face, dans une scène Un médecin passionné
de confrontation. La taille de l’un est démesurée par Le vocabulaire de la médecine peut se partager en
rapport à l’autre : la créature semble dominer son trois catégories. Certains termes désignent les
créateur. Les vêtements de celle-ci accentuent aussi affections, d’autres les buts poursuivis par la méde-
sa dimension surhumaine (manches trop courtes). cine, d’autres enfin le corps médical et les théories
La confrontation entre eux est rendue manifeste par qu’il a élaborées :
leur position, le corps en avant. Mais là où le corps –– affections : « maladie » (l. 6), « souffrance » (l. 6),
de Frankenstein paraît imprimé d’un mouvement, « malade » (l. 7), « souffrir » (l. 7), « phtisie »
celui de la créature est figé, raidi. Le créateur, tel (l. 14 ; 16), « phtisique » (l. 15) ;
Prométhée, porte un flambeau, seule source de –– buts : « santé » (l. 10), « sains » (l. 10), « forts »
lumière. La créature semble sortie du néant : un (l. 10) ; « force » (l. 18, 20, 21) ;
rocher la dissimule à moitié. –– corps médical et théorie étiologique : « docteur »
Le décor contribue à amplifier la dimension fantas- (l. 1), « hérédité » (l. 3, 4, 17), « médecin » (l. 6),
tique de cette rencontre : rocailleux, il amplifie la « vie » (1, 2, 3), « santé » (l. 10), « expérimentale-
solitude des deux personnages, aux prises l’un avec ment » (l. 13), « héréditaire » (l. 15), « terrain
 285

9782210105010_.indb 285 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

dégénéré » (l. 15-16), « terrain appauvri » (l. 17), naturellement songer à l’auteur des Pensées, mais
« organisme » (l. 19), « parasites » (l. 18) « ferments sa foi en Dieu le conduit à la science. L’hérédité est
destructeurs » (l. 19), « microbes » (l. 20), « cer- en effet pour lui l’un de ces signes que le Dieu caché
veau » (l. 22), « organes » (l. 22). a placés sous les yeux de celui qui le cherche. Le
La place occupée par la théorie médicale dans cette raisonnement du Docteur Pascal fait de l’hérédité
page s’explique par l’intérêt de Zola pour les travaux un outil à la fois rationnel et mystérieux donné à
du physiologiste Claude Bernard, qui, par la méthode l’homme par Dieu : « La vie, c’était Dieu… et la vie
expérimentale, et en particulier la vivisection, étu- n’avait d’autre instrument que l’hérédité », l. 2-3. Il
diait le fonctionnement des organes. On peut reflète la démarche inductive adoptée par la nou-
constater que le Docteur Pascal s’intéresse tout velle physiologie que pratique Claude Bernard, qui
particulièrement aux maladies infectieuses. D’autres part de l’expérience et s’élève vers des conclusions
termes désignent une action sur la psychologie. Le générales.
Docteur Bernard, fidèle aux principes médicaux La notion d’hérédité, située à mi-chemin entre théo-
énoncés par Hippocrate, veut guérir les malades en rie scientifique et produit de l’imagination, constitue
considérant le corps et l’esprit (Hippocrate se livre à un véritable instrument romanesque, car elle promet
l’étude des songes, qui révèle la bonne santé ou la une action sur le vivant et offre ainsi un canevas nar-
maladie du corps). Il établit une relation de récipro- ratif qui nourrit l’expérimentation du romancier natu-
cité entre la santé de l’esprit et la santé du corps. raliste, soucieux de construire ses personnages et
Tout ce passage a pour temps de référence l’impar- de suivre leur évolution.
fait. Ce sont les paroles et les pensées du person-
nage qui sont rapportées au discours indirect libre. Synthèse
Le lecteur est entraîné dans le flux des pensées du I. La morale prend deux sens dans ce texte :
Docteur Pascal, selon un point de vue que Gérard –– un sens hérité de la philosophie antique : la
Genette nomme « focalisation interne ». Cette res- morale se comprend comme la doctrine qui élit un
triction du champ narratif à la pensée du person- but suprême, et détermine le chemin qui permet de
nage met en lumière son caractère et ses intentions : l’atteindre ;
l’exclamation, les interjections traduisent son –– un système de valeur qui oppose le mal et le bien.
enthousiasme ; une phrase interronégative témoigne Il n’est pas question dans ce texte de moralité de
de son cheminement philosophique et épistémolo- l’action.
gique. Les négations exceptives (« n’avait qu’une II. Vision d’un personnage : un médecin pieux
croyance », l. 1, « n’avait d’autre instrument que… », –– le Docteur Pascal a sans cesse sous les yeux le
l. 3) véhiculent une certitude paradoxale, qui se spectacle de la mort et de la maladie : en somme, ce
fonde moins sur les conclusions d’une démarche personnage est constamment confronté, en tant
scientifique ou positiviste que sur l’élan passionné que scientifique, au problème du mal. Il entreprend
qui entraîne l’homme adonné à la recherche de véri- de résoudre ce problème par la guérison du corps et
tés pressenties. En ce sens, le Docteur Pascal est de l’âme, et par une action sur l’hérédité qui, si elle
encore le truchement de Zola dans la fiction. peut propager le mal, peut aussi être le remède qui
La focalisation interne a pour conséquence, en défi- le combat ;
nitive, d’effacer la lisière qui sépare le personnage –– la doctrine du Docteur Pascal définit un but, le
du narrateur ; les deux semblent se confondre, pour « bonheur universel » et le perfectionnement de
signifier l’approbation d’une troisième instance, l’au- l­
’humanité, ainsi que le moyen d’y parvenir : la
teur, à la vision qui s’énonce. médecine.
Le credo d’un idéaliste III. Vision d’un romancier naturaliste
La pensée du Docteur Pascal naît au point où se –– le dispositif narratif fait du Docteur Pascal le
rencontrent une démarche scientifique et une foi porte-parole de Zola. La pensée du Docteur Pascal
religieuse. Ce médecin est avant tout un croyant, coïncide avec le projet littéraire du romancier natu-
qui croit en la communication du monde humain et raliste qui a sondé les âmes et les corps pour com-
du monde divin comme il croit en la communication prendre l’évolution de l’homme ;
du corps et de la volonté. La référence au cycle des –– Le Docteur Pascal, dernier roman du cycle des
renaissances dans les religions de l’Inde, la série Rougon-Macquart, en ferme le cycle par la mise en
des constructions attributives qui donnent à la relation théorique de l’aspiration au bonheur et des
parole du Docteur Pascal la forme d’un syllogisme buts de la médecine ;
(« La vie, c’était Dieu », l. 2 ; « la vie n’avait d’autre –– les voix mêlées du personnage et du romancier
instrument que l’hérédité », l. 3 ; « de sorte que », assignent à l’homme une règle de conduite et une
l. 4) font de ce texte une profession de foi religieuse mission : rechercher librement la vérité et com-
et médicale. Le nom du Docteur Pascal fait prendre l’homme par une méthode scientifique.

286

9782210105010_.indb 286 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

F I G UR E DE S T Y L E paroles qui ont été prononcées, si nous suivons une


pensée qui se construit, ou si nous sommes témoins
L’anadiplose et l’anaphore permettent l’enchaîne- de la récitation d’un discours préexistant que le per-
ment des idées qui forment progressivement l’argu- sonnage aurait admis.
mentation du personnage. On voit donc cette L’effacement des marques de la subordination
pensée naître dans le mouvement qu’accomplit efface les frontières qui séparent la parole narrée de
l’esprit pour se ressaisir d’une idée qui a été lancée l’instance narrative. Ce saut énonciatif autorise un
et qui s’apprête à retomber. L’anadiplose dévoile autre saut qui fait du personnage le porte-parole de
l’idée fixe qui assiège le personnage, et signale qu’il l’auteur : Zola a été fortement influencé par les théo-
s’intéresse à la vie avant de s’intéresser à la science. ries que met en œuvre son personnage.
Les anaphores font résonner cette idée, tout en
scandant les étapes d’un effort accompli pour par- 4. Un personnage mis au service
venir à une définition. d’une philosophie optimiste
Étayage : lexique évaluatif ; infinitif traité comme
S ’ E N T R A Î NE R A U COMME NTA I R E noyau de propositions indépendantes ; expression
du futur dans le passé ; éléments de cartographie
Le docteur Pascal, instrument d’une réflexion sur le du vivant, qui appartiennent à la méthode du Doc-
perfectionnement de l’homme. Cet axe de commen- teur Pascal, mais qui reposent sur des théories
taire pourra être développé par les arguments scientifiquement non prouvées et qui, à ce titre,
suivants : relèvent tout autant du dispositif romanesque : l’hé-
1. Portrait d’un penseur rédité et le cycle des renaissances.
Étayage : verbes et syntagmes verbaux désignant Interprétation : le Docteur Pascal n’a qu’un but : le
une opération de l’esprit, ayant pour sujet le Docteur perfectionnement de l’humanité par la médecine. Il
Pascal ; formes de raisonnement. est persuadé de son succès. Ce personnage sert de
Interprétation : le personnage est à la fois un truchement à l’auteur, mais il est aussi un instrument
homme sensible qui rêve, et un esprit rationnel qui au sens où le scalpel est l’instrument de la vivisec-
élabore un raisonnement et parvient à des conclu- tion : comme le scalpel découpe le corps pour le
sions. Les détours et les mécanismes de la pensée comprendre, le personnage du médecin, qui scrute
du médecin sont pour le lecteur une invitation à les entrailles des personnages, est un instrument de
exercer une pensée libre agençant les éléments dissection appliqué par le romancier à la compré-
épars disponibles dans le domaine de la science et hension de l’humanité et à la guérison de ses tares.
de la spiritualité. Le Docteur Pascal est d’ailleurs un Le roman expérimental porte en lui le germe d’un
hapax dans les Rougon-Macquart, où il est le seul autre roman qui n’explorerait plus les effets d’une
exemple de personnage tout à fait sain. Il offre donc hérédité naturelle délétère, mais les effets béné-
un promontoire idéal d’où peut s’élancer un regard fiques d’une hérédité infléchie par la science.
sur la détresse humaine.
2. Un personnage de médecin idéaliste P I STE C OMP L É ME N TAI R E
Étayage : lexique scientifique  ; références reli- Léon Augustin Lhermitte, La Leçon de Claude
gieuses  ; modalités d’énonciation qui montrent Bernard ou Séance au laboratoire
l’exaltation du personnage.
de vivisection, 1889.
Interprétation : un médecin qui a embrassé la car-
rière de la physiologie, et qui, à ce titre, s’intéresse Au centre du tableau se tient le professeur Claude
aux agents pathogènes qui altèrent la santé ; cette Bernard (1813-1878). Ce professeur de médecine,
discipline est un moyen de comprendre l’homme et qui fut brièvement dramaturge, ne fondait plus son
d’œuvrer en faveur de son perfectionnement. Il est enseignement sur la transmission des connais-
animé de surcroît par une foi inébranlable en la vie, sances, mais sur la mise en scène de l’expérience,
qu’il assimile à Dieu. Il possède donc une méthode avec ses imperfections et ses risques d’échec.
et son activité est guidée par une conviction intime : Ce tableau du peintre Léon Augustin Lhermitte
cette conjonction explique son enthousiasme, et fait donne une représentation du travail de Claude Ber-
de lui le sûr agent d’une action énergique en faveur nard où transparaissent son goût pour la dramatur-
de l’humanité. gie et son intérêt pour la méthode expérimentale.
L’expérience médicale est mise en scène comme un
3. Un dispositif narratif intrusif véritable drame. Le maître, debout, pourvu d’un
Le discours transposé (discours indirect libre). tablier qui forme son costume, secondé par deux
Interprétation : les paroles du personnage sont assistants de laboratoire et un secrétaire, dissèque
traitées comme un élément du récit assumé par le un animal sous les yeux de ses confrères qui sont
narrateur. Nous ne savons pas si nous lisons des installés en hémicycle autour de lui.
 287

9782210105010_.indb 287 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

Les regards suivent des lignes très différentes,


témoignant de l’intensité d’un moment de réflexion : Écho – Aldous Huxley,
tandis que le secrétaire de Claude Bernard, la main Le Meilleur des mondes (1932) p. 383
suspendue, attend avidement les instructions du
OBJECTIFS ET ENJEUX
maître, celui-ci semble consulter du regard l’un de
–– Étudier une contre-utopie.
ses confrères ; une question soulevée par l’expé-
–– Examiner comment le roman s’empare
rience a suscité une conversation entre trois person-
des questions de société.
nages debout à gauche  ; un personnage à
l’arrière-plan baisse la tête et semble plongé dans
ses pensées. C’est donc un moment d’intense acti- L E C TU R E AN ALY TI QU E
vité expérimentale et interprétative que le peintre
Léon Augustin Lhermitte a fixé. Le jeu des regards, Un modèle de société ?
dénué de point de convergence, restitue à la façon Les « jumeaux identiques » sont évoqués dans
d’un instantané l’atmosphère de la séance. L’un des l’avant-dernier paragraphe : ce sont des « hommes
témoins de l’opération porte encore sa serviette et des femmes conformes au type normal » (l. 24),
sous le bras et n’a pas enlevé son écharpe, comme des « groupes uniformes » (l. 24-25). Une précision
s’il était arrivé après les autres, conduit par une ins- est ensuite apportée : « tout le personnel d’une
piration soudaine ou retenu ailleurs par un cours ou petite usine » (l. 25). Les êtres ainsi créés servent de
une étude. La lumière verte qui baigne le tableau sai- main-d’œuvre, semblables en tout point, et capables
sit la froide ambiance d’un laboratoire de dissec- d’utiliser les mêmes machines. La société ainsi for-
tion ; les scalpels sont rangés sur le bord de la table, mée conditionne ainsi un personnel obéissant, fac-
prêts à être utilisés. L’esthétique de ce tableau teur, selon le Directeur, de stabilité, conformément à
semble dictée par la volonté de saisir la réalité avec la « devise planétaire ». Le Directeur est entièrement
la plus grande minutie, sans laisser d’espace vacant favorable à ce modèle de société : il oppose le mode
à l’imagination. Ce qui est montré, ce sont les de reproduction antérieur au procédé lui-même («
choses telles qu’elles sont : l’animal écorché, les maigres groupes » s’oppose à « par douzaines, par
instruments, les pauses, les accessoires ne sont jus- vingtaines », l. 12 à 15), dont il souligne les fai-
tifiés par aucune signification symbolique ou esthé- blesses. Le lexique employé est laudatif : ce pro-
tique explicite. Ils sont là et disent seulement : cédé est pour lui un « perfectionnement prodigieux »
« nous sommes le réel ». Le réalisme de ce tableau (l. 11), « l’un des instruments majeurs de la stabilité
donne donc l’illusion qu’il n’y a pas de filtre entre sociale » à la ligne 22 (tournure superlative). Il glorifie
l’observateur et la scène observée. la devise planétaire en la qualifiant de « mots gran-
Le physiologiste représenté sur ce tableau a exercé dioses » (l. 30).
une influence notoire sur le projet littéraire de Zola. Le texte semble adopter le point de vue du Direc-
La méthode scientifique qu’il décrit dans son Intro- teur : on le note dès le début de l’extrait avec la
duction à la médecine expérimentale et sa concep- répétition de termes appartenant à la famille de
tion du vivant ont en effet inspiré à Zola son Roman « bourgeons » en polyptotes : « bourgeons », l. 1-2 ;
expérimental, une étude dans laquelle il théorise son « bourgeonnaient », l. 2 ; « ayant bourgeonné », l. 3.
œuvre romanesque : il souhaite appliquer à la psy- On remarque également une succession de complé-
chologie humaine la démarche de la médecine ments du nom : « bourgeons des bourgeons des
expérimentale. bourgeons » (l. 7-8), comme si le processus engagé
Le Docteur Pascal, porte-parole de Zola, peut être était interminable. La gradation, dans le discours du
mesuré à l’aune de ce scientifique. Claude Bernard Directeur («  par douzaines, par vingtaines  », l.  14-15),
s’est engagé dans la voie de la recherche médicale manifeste son enthousiasme de la même manière.
avec une conception du vivant radicalement nou- Dans ses paroles, il cherche à persuader son audi-
velle pour son temps. Il considère l’organisme toire des bienfaits du processus : il effectue des
comme un foyer dans lequel en permanence des répétitions et insiste sur le progrès accompli par la
substances ou des corps se détruisent et se créent. société (« On sait vraiment où l’on va. Pour la pre-
Comme lui, le Docteur Pascal cherche à détruire les mière fois dans l’histoire », l. 29). Il cherche égale-
« ferments destructeurs qu’il soupçonnait dans l’or- ment l’assentiment de son auditoire (« vous en
ganisme ». Le tableau témoigne également d’une conviendrez », l. 11), feint l’indignation quand on ose
effervescence scientifique, qui trouve un écho dans poser une question, en apparence anodine (« vous
l’enthousiasme du personnage de Zola. Le portrait ne voyez donc pas ? », l. 20-21). Son intonation vise
psychologique et intellectuel du Docteur Pascal à le rendre plus éloquent : « sa voix était presque
pourrait donc constituer le prolongement scriptu- vibrante d’enthousiasme » (l. 28). Il se fait orateur
raire du tableau de Léon Augustin Lhermitte. également par les gestes qu’il emploie : il montre
l’importance du procédé en « écarta[nt] les bras
comme s’il faisait des libéralités à une foule »
288

9782210105010_.indb 288 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

(l. 16-17) ; il met en valeur la devise planétaire par ➤➤ Histoire des arts


ses mimiques : « il leva la main ; il prit une expres- Le cinéma reprend et développe le thème du double.
sion solennelle » (l. 21). De nombreux films de science-fiction présentent
Un seul étudiant intervient ici au discours indirect : des sociétés où l’homme possède un double, qu’il
« l’un des étudiants fut assez sot pour demander en soit son clone génétique ou un robot qui le rem-
quoi résidait l’avantage » (l. 18-19). Mais son inter- place, à son image. Le monde dans lequel le double
vention demeure une question, qui ne remet pas en évolue laisse peu de place à la singularité : dans Star
cause le clonage. Tous les autres sont muets. Ils Wars, les clones ont pour unique fonction de com-
prennent des notes, comme le montre le passage en battre ; le double virtuel, dans Matrix, est lui aussi
italique à la ligne 23, reprenant les paroles du Direc- conditionné. Ces films montrent les tentatives de
teur, sans les remettre en question. Les étudiants l’homme pour s’affirmer en tant qu’être à part
n’exercent donc pas leur esprit critique. (Matrix), pour réapprendre à vivre de façon active
Toute l’ambiguïté de ce passage réside dans la foca- (Clones), pour découvrir le sens de son existence
lisation choisie. Le narrateur adopte le point de vue (La Possibilité d’une île).
du Directeur : il émet un jugement de valeur sur
l’étudiant qui pose une question, en le qualifiant de
« sot » (l. 18) ; le récit emploie les mêmes procédés
Texte 4 – David Le Breton,
rhétoriques que le Directeur ; les prises de notes, en
« La cyborgisation de l’homme » (1990) p. 384
italiques, se confondent avec le discours du Direc-
teur et contribuent à marteler les mêmes idées ; du
OBJECTIFS ET ENJEUX
discours indirect libre, dans l’avant-dernier para-
–– Étudier la forme libre de l’examen sociologique.
graphe, intègre les paroles du Directeur au récit.
–– Comprendre les questions anthropologiques
Tous ces éléments semblent lénifiants, et immergent
soulevées par l’évolution des techniques.
le lecteur dans un monde étrange, totalement diffé-
rent du nôtre, où une pensée unique semble régner,
dans un monde totalitaire. Ces procédés d’écriture, L E C TU R E AN ALY TI QU E
qui accentuent la mimesis, poussent le lecteur à la
réflexion a posteriori. Une enquête méthodique
Celui-ci, en effet, peut se poser de nombreuses Ce texte aborde la question de la place de l’homme,
questions. Les êtres vivants ainsi créés sont tous créature imparfaite, dans un monde où le règne de la
identiques : aucune place n’est laissée à la diffé- machine s’étend. Cette question se pose depuis
rence, à la singularité. De plus, les êtres vivants « 1956 » (l. 25) ; cette date peut correspondre au
servent uniquement à la production industrielle : ce moment où est apparue la volonté de créer une
sont des esclaves dont le véritable nom est tu. Enfin, machine douée d’intelligence artificielle. La thèse
la méthode du clonage – la reproduction – ne laisse présentée est formulée dans la première phrase du
aucune place à la dimension affective. texte, où l’antithèse s’associe au paradoxe : « réifi-
cation » s’oppose à « humanisation » (l. 1) ; les for-
mules « réification de l’homme » et « humanisation
G R A MMA I R E
de l’homme » (l. 1-2) ébranlent les représentations
Dans le premier paragraphe, on trouve des connec- admises pas notre sens commun.
teurs temporels : « puis », « alors », « à ce moment ». Les formules « il ne s’agit jamais de » (l. 11) et « pour
On assiste d’abord au bourgeonnement de l’œuf ; d’autres » (l. 14) peuvent être mises en relation pour
l’homme intervient ensuite, en injectant une « dose des raisons sémantiques et grammaticales : d’une
presque mortelle » d’alcool ; enfin, on laisse les part, elles présentent chacune l’une des preuves tes-
bourgeons se multiplier. L’homme intervient pour timoniales qui ont permis l’étayage de la thèse.
amplifier un phénomène naturel. D’autre part, la locution pronominale formée de l’ad-
jectif « autre » précédé du déterminant indéfini sup-
pose symétriquement une locution «  les uns  »,
P I S T E S COMPL É ME NTA I R E S absente du texte, qu’on peut restituer avant la tour-
nure impersonnelle. On peut donc comprendre :
➤➤ La contre-utopie « [pour les uns] il ne s’agit jamais de ». Le texte dévoile
Le genre de la contre-utopie peut être examiné, à la ainsi en quelque sorte l’échantillon des opinions qu’a
lumière de ce qu’est une utopie (voir chapitre 5, pu rassembler le sociologue. À cette enquête s’ajoute
séquence 3). Le titre peut ainsi être interprété : il un témoignage d’une autre nature : D. Le Breton cite
constitue une antiphrase. La société présentée ne les propos d’un philosophe, dont la voix fait entendre
laisse aucune place à la différence, à la singularité non plus une opinion, mais un fragment de discours
des êtres. Cette contre-utopie souligne les dérives sociologique. L’auteur se présente donc comme un
possibles de la science. chercheur, dont les conclusions reposent sur un
 289

9782210105010_.indb 289 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

travail d’enquête et de documentation. La prédomi- 2. Procédés rhétoriques (antithèse, paradoxe, énu-


nance de la conjonction de coordination « mais » (l. 3, mération, citation, rupture de construction) permet-
12, 20, 23) reflète l’antagonisme entre homme et tant de montrer les liens complexes qui unissent
machine, la difficulté que comporte la présentation la machine à son constructeur, et accompagnant
d’une vision qui heurte le sens commun et l’humanité, le cours d’une pensée qui semble se former en
ainsi que les complexes détours qu’impose l’examen même temps qu’elle s’énonce, à la façon d’une
d’une question sociologique. conversation.
Analyse de la fragilité humaine
F I GU R E D E STY L E
La subjectivité que l’on entend dans ces lignes
émane de voix diverses, qui sont le reflet de la Le caractère paradoxal de la thèse émise par David
méthode adoptée par le sociologue enquêteur : les Le Breton s’incarne dans la figure du chiasme, qui
mots et les syntagmes « insupportable indignité » manifeste l’effondrement irréversible de la frontière
(l. 3), « créature physiquement imparfaite » (l. 8), qui séparait la machine de son créateur : « tout ce
« intolérable limite » (l. 14), « imperfection » (l. 18), qui éloigne l’homme de la machine […] mais […] ce
« indigne » (l. 18), « perfection prêtée à la tech- qui rapproche la machine de l’homme » (l. 3 à 5). La
nique » (l. 18-19), « inférieur » (l. 24), « honte promé- confusion de la chose fabriquée et de l’artisan
théenne » (l. 24), « humiliante qualité » (l. 26), menace l’idée humaniste d’une singularité irréduc-
véhiculent un jugement de nature axiologique : le tible de l’homme.
« renversement radical de valeur » réside dans un
procès fait au corps, qui renie les conceptions de P I STE C OMP L É ME N TAI R E
l’humanisme pour célébrer la grandeur de l’inhu-
main. L’homme est conduit à ce raisonnement par S’entraîner à la dissertation
un sentiment de honte, mais aussi par une attitude Sujet : « Par la littérature, la collectivité passe à la
que dénonce avec ironie l’auteur : l’adjectif « insup- réflexion et à la médiation, elle acquiert une
portable » (l. 3) constitue une exagération sous conscience malheureuse, une image sans équilibre
laquelle s’entend la voix moqueuse du sociologue. d’elle-même qu’elle cherche sans cesse à amélio-
L’adverbe « complaisamment » donne au texte la rer », écrit Jean-Paul Sartre dans Qu’est-ce que la
tournure polémique d’un réquisitoire contre une littérature ? Pensez-vous que la représentation de
dérive destructrice. La citation du philosophe autri- l’homme artificiel dans les genres de l’argumenta-
chien Gunther Anders, dont les travaux sont recon- tion vérifie cette affirmation ?
nus par les sociologues contemporains, constitue Par « homme artificiel », on entendra « homme
un argument d’autorité : le prestige de cette réfé- transformé par le savoir-faire (ars, en latin) humain ».
rence constitue le garant scientifique de l’argumen- Vous répondrez à cette question en un développe-
tation développée. Cette citation permet d’autre ment argumenté. Vous vous appuierez sur des réfé-
part à l’auteur d’ouvrir de nouvelles perspectives : rences aux œuvres que vous avez étudiées pendant
une perspective historique, qui signale la résurgence l’année, et aux lectures personnelles que vous avez
d’un problème déjà connu  ; une perspective effectuées.
mythique, qui signale le caractère intemporel de
l’interrogation sur l’homme artificiel. I. Une image de l’imperfection humaine :
la conscience malheureuse
Synthèse 1. Accusation de la faiblesse de corps : l’essai prête
I. Réunion d’une matière abondante la parole au discours du monde sur les défaillances
1. Des témoignages et des constats divers : du corps humain (D. Le Breton, Anthropologie du
–– une opinion commune, qui a permis l’énoncé de corps et modernité) ; le personnage du médecin est
la thèse ; deux perceptions différentes des raisons témoin des ravages de la maladie (E. Zola, Le Doc-
qui justifient un « renversement de valeur » promou- teur Pascal).
vant la machine ; 2. Incapacité de l’homme à se connaître (Villiers de
–– des démarches déjà entreprises pour corriger L’Isle-Adam, L’Ève future).
l’homme (les recherches de la « technoscience ». 3. Accusation de la faiblesse de l’esprit : l’orgueil et
2. Une question intemporelle, qui touche aux racines le défaut d’intelligence (E. Zola, Le Docteur Pascal ;
mêmes des représentations humaines. M. Shelley, Frankenstein).
II. Une forme souple : l’essai II. Une célébration de la singularité humaine : une
1. Hétérogénéité énonciative : superposition de voix conscience heureuse et une invitation à nous
multiples suggérant la complexité du problème et améliorer
permettant à la voix de l’auteur de se faire entendre. 1. L’homme, une créature sans équivalent dans la
Diversité des tons et des intentions discursives : iro- nature ni dans la technique : l’essai permet un exa-
nique, polémique, didactique ; men du lien indissoluble entre l’action et la volonté
290

9782210105010_.indb 290 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

qui fait la singularité de l’homme (R. Descartes, Elles opposent deux idées, comme le montrent
­Discours de la méthode.). les liens logiques d’opposition («  mais », l. 7 ;
2. La création de l’homme a permis qu’il soit pourvu « au contraire », l. 10) : la science, pour certains,
de toutes les qualités nécessaires à la vie en société seraient dangereuse ; pour d’autres, la connais-
et au respect des Dieux. Le mythe est un instrument sance doit être privilégiée, car elle constitue le fon-
d’affabulation qui sert la thèse optimiste d’un dement de l’humanité. Accroître les connaissances
sophiste (Platon, Protagoras). permettrait de lutter contre ses égarements. L’auteur
3. La vie est un bien suprême qu’il faut s’efforcer de est favorable à cette dernière idée. Le lecteur a
prolonger indéfiniment : le discours indirect permet l’impression que les questions sont orientées :
­
de sonder l’enthousiasme philanthropique du per- ­l’expression « anthropoïde ancestral » (l. 9) semble
sonnage du médecin (E. Zola, Le Docteur Pascal). dévalorisante, et l’on sent l’absurdité de l’expression
4. La perfection de ses facultés permet à l’homme « renier l’essence même de l’humanité » (l. 9-10). La
de se construire lui-même. Le robot peut seconder négation de la connaissance, pour l’auteur, consti-
utilement l’homme : l’essai permet de rendre compte tue une régression. Les paragraphes qui suivent
des découvertes les plus récentes (Daniel Aronssohn, prolongent cette idée. Dans une forme de raisonne-
La Ruée vers le génome) et d’en exposer les bien- ment déductif, l’auteur livre différents exemples
faits (Asimov, Les Robots). issus de la vie quotidienne : le couteau, l’escalier, le
fil électrique, l’autocuiseur, dans une sorte de grada-
III. À travers l’image qu’ils tracent de notre per- tion, puisqu’il part d’objets assez simples jusqu’à
fection et de notre imperfection, ces textes nous d’autres, d’invention plus récente, et plus com-
adressent une mise en garde, qui est encore une plexes. Sa thèse est ensuite énoncée : « dans tout
invitation à nous améliorer. ce qu’il crée, l’homme cherche à réduire le danger »
1. Manipulé sans conscience, l’homme artificiel (l. 16-17). Asimov veut montrer que toute invention
devient l’instrument du totalitarisme. La science-­ possède une sécurité, et l’homme trouve progressi-
fiction permet de précéder la marche de la science vement les moyens d’améliorer ses fabrications.
et d’en mesurer de façon fictive et expérimentale les L’auteur essaie de montrer que le robot est un objet,
conséquences sociales (A. Huxley, Le Meilleur des une invention, comme une autre. Il réduit l’impor-
mondes). tance de celui-ci : c’est un « dispositif de plus »
2. La créature qui sort de nos mains peut porter nos (l. 20), une « machine » (l. 22), un simple « proces-
propres faiblesses à de funestes extrémités (M. sus » (l. 25), conçu par des « ingénieurs humains »
Shelley, Frankenstein). (l. 25-26). Un adverbe comme « simplement » (l. 20),
une expression comparative « ni plus ni moins que »
aux lignes 21-22 vont accentuer cette idée. Le der-
nier paragraphe constitue la suite logique de celui
Écho – Isaac Asimov,
qui précède : après le couteau, l’escalier, le fil élec-
Les Robots (1950) p. 385
trique, l’autocuiseur, le robot est un outil muni d’un
dispositif de sécurité. C’est un objet, non un être
OBJECTIFS ET ENJEUX
humain. Asimov envisage un futur possible : la
–– Étudier une préface de roman d’anticipation.
machine pourra, dans l’avenir, « imiter le processus
–– Aborder un texte manifestant la confiance
de la pensée humaine » (l. 24). Mais il souligne le fait
de l’auteur en la science.
qu’il s’agira avant tout d’une création humaine,
« conçue par des ingénieurs humains » (l. 25-26).
L E CT U RE A NA LY T I QUE L’auteur insiste sur cette création de l’homme,
comme le montre l’ajout de l’adjectif « humains ». La
Les dangers de la science machine ne pourra fonctionner de manière auto-
La science est vue comme dangereuse : elle sup- nome : l’auteur fait confiance en l’homme pour
pose une sorte de pacte avec le diable, comme inventer les moyens de combattre les dangers
Faust avec Méphistophélès. Du point de vue moral, potentiels d’une telle machine.
certains condamnent la science. On retrouve cette
idée dans le dernier paragraphe : la science est vue
Une préface
par certains comme « une invasion sacrilège du Le premier paragraphe est rédigé au passé (passé
domaine du Tout-Puissant » (l. 21), où le lexique reli- simple, passé composé), qui constitue des marques
gieux domine. L’auteur, quant à lui, refuse de diabo- du récit, tandis que le reste de l’extrait est au pré-
liser la science : la connaissance n’est pas le signe sent ou au futur, marqueurs du discours. La première
d’une démesure de l’homme, c’est au contraire ce personne n’intervient qu’au début du texte. L’auteur
qui fait sa spécificité. L’extrait débute donc par un évoque son passé et son goût pour la lecture
constat que ne partage pas l’auteur. Dans les d’œuvres de science-fiction : il explique comment il
lignes 7 à 11, les phrases interrogatives dominent. s’est forgé une culture littéraire. Il relate également
 291

9782210105010_.indb 291 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

son goût pour la science : il montre que la lecture et P I STE C OMP L É ME N TAI R E
la science ne sont pas inconciliables. La suite de
l’extrait correspond à un exposé plus général sur les L’origine du mot « robot » est intéressante, et montre
représentations (erronées) de la science. Asimov le lien entre littérature et science. Le terme vient du
juge négativement les œuvres précédentes (« je me tchèque et signifie « travail ». Il apparaît pour la pre-
lassai », l. 2 ; « je me rebellai », l. 5). Celles-ci, mière fois dans la pièce de Karel Čapek,
en effet, possèdent une uniformité de point de R. U. R. (Rossum’s Universal Robots) (1920), et
vue sur la science, qu’il amplifie avec l’adverbe désigne des androïdes fabriqués dans une île.
« inlassablement », l. 3. Toutes, en effet, à l’instar de Le thème s’apparente à celui d’Asimov, dans le sens
l’histoire de Faust et Méphistophélès, accentuent où il s’agit d’œuvres de science-fiction. Le « robot »,
les dangers de la science et la présentent sous un tel que l’envisage Karel Čapek, d’après l’étymologie,
jour négatif. L’auteur cherche ainsi à inscrire son est destiné à être utilisé, tout comme il est comparé
texte en opposition aux œuvres antérieures, et à par Asimov à un couteau ou un autocuiseur.
manifester sa singularité. Par ce biais, il incite le lec-
teur à lire son texte, ce qui est le but d’une préface.
Le lecteur, dès le titre, connaît le thème du livre. Le Dossier Cinéma – L’homme artificiel
long passage argumentatif s’achève sur la question au cinéma
des robots. Le lecteur aboutit à l’idée que les robots David Cronenberg, eXistenZ (1999) p. 386
présentés dans cet ouvrage auront un dispositif de
sécurité : on perçoit le nœud de l’intrigue. Face à eXistenZ de David Cronenberg, sorti en 1999, est
cette œuvre de science-fiction, on s’attend à ce que considéré comme une référence dans la catégorie
l’histoire fasse se rencontrer l’entendement humain des films d’anticipation (S.-F.) traitant des inventions
et des robots, que l’on peut imaginer aisément pour- technologiques liées à la virtualité, au même titre
vus d’intelligence. que Tron (1982) de Steven Lisberger, qui raconte les
Toutefois, l’auteur ne voue pas un culte à la science : aventures d’un programmeur de jeux vidéo se trou-
il en voit aussi les limites. De nombreuses conces- vant projeté dans un univers numérique généré par
sions sont effectuées dans le texte, marquées par un programme informatique et Matrix (1999) de Larry
un des liens logiques. Ainsi, il reconnaît que « le et Andy Wachowski, qui décrit une humanité asser-
savoir a ses dangers » (l. 7). Les liens logiques « sans vie par des machines où la réalité qu’elle perçoit est
doute, mais » introduisent une restriction, à la même un leurre ; seul Neo, l’élu, peut manipuler la matrice
ligne : il faut continuer à accroître ses connais- et sortir la civilisation du virtuel.
sances. Il reconnaît aussi que les sécurités inven- eXistenz narre l’histoire d’un lancement (ou de
tées par les hommes sont insuffisantes, parfois. Le deux…) de jeu vidéo particulièrement innovant dans
lien logique « néanmoins » (l. 19) ajoute l’idée que sa dimension d’immersion totale du joueur-specta-
l’homme expérimente différents moyens de com- teur dans l’univers du jeu. Aujourd’hui, les casques
battre les dangers, que la science procède parfois d’immersion vendus au grand public ont fait de tels
par tâtonnements. Dans le dernier paragraphe progrès que leur technologie s’approche des propos
consacré plus particulièrement aux robots, il recon- de ce film qui date de 1999. Toutefois, la différence
naît encore une fois que les sécurités inventées essentielle reste l’idée de la présence physique des
seront imparfaites. Le lien logique « cependant » joueurs, ou plutôt leur image dans le jeu même.
constitue le deuxième moment de la concession, Avec les casques actuels, nous sommes en caméra
l. 27-28 : la connaissance est perfectible, mais ne subjective ; dans le film, les points de vue subjectif
saurait être parfaite. La parenthèse, constituant une et objectif sont confondus.
phrase générale, une sorte de maxime, vient à l’ap- Le film raconte une partie qui se joue à trois niveaux,
pui de cette idée. véritable mise en abyme de réalités : exiStenZ /
transCendanZ / la vie réelle.
P R OL ONG E ME NT En un instant T du film, les personnages appar-
tiennent à ces trois niveaux. Par la présence des
On trouve le mythe de Faust dans de nombreux joueurs dans le jeu, D. Cronenberg crée une ambi-
arts : le théâtre, avec la pièce de Goethe, mais guïté pour le spectateur du film qui hésite sans
aussi la musique, avec la symphonie de Berlioz, La cesse sur le degré de réalité des scènes auxquelles
Damnation de Faust ou l’opéra de Gounod. La il assiste. Parfois, lors des passages entre ces
pièce de Goethe s’achève avec la mort de Faust, niveaux, sorties et entrées dans l’un des jeux, le réa-
dont l’âme est rachetée par Marguerite. Une mora- lisateur entrelace les lieux et les actions dans des
lité est donnée à cette histoire dans l’épilogue : le fondus enchaînés assez longs afin de faire passer
véritable génie est destiné à retourner au ciel, les personnages d’une réalité à l’autre.
­malgré ses erreurs. Goethe réconcilie la science et Dans le photogramme 7, nous voyons cet entrela-
la morale. cement entre eXistenZ et transCendanz : le premier
292

9782210105010_.indb 292 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

plan composé de fragments de charpente de la Ajoutons à cette liste les jeux de rôle qui offrent la
ferme en flammes (eXistenZ) s’efface progressive- possibilité d’être un autre, d’échapper à une réalité
ment pour laisser place à la chambre du chalet où qui semble banale. Allegra en est un exemple. Dans
Allegra et Ted se sont réfugiés (transCendanz). la virtualité, c’est un personnage sûr de lui qui a des
L’extrait proposé dans le supplément numérique admirateurs ; elle est addicte au jeu et manipule Ted
aide à mieux appréhender ce type d’enchaînement. Pikul, peu enclin aux jeux, car elle a besoin d’un par-
L’entrelacement entre ces réalités est également tenaire ; en fin de partie, elle jouit avec effusion de sa
rendu possible par le choix des décors. Les lieux victoire comme le font ceux qui se prennent au jeu.
d’une grande banalité sont de même nature : église, Sa posture dans le photogramme 1 est explicite sur
route, paysages, chalet, ferme ; tous appartiennent ce point : seule en scène en contreplongée, les
à la vie ordinaire nord-américaine. Par ailleurs, cer- jambes écartées, la tête haute et les bras croisés,
taines situations se répètent en écho, comme la elle adopte l’attitude type des dominateurs au
scène d’introduction (transCendanZ) et la scène de cinéma, elle s’adresse en prêtresse à l’assemblée.
clôture du film (vie réelle) qui se situent toutes deux Tandis que dans le photogramme 9, elle est filmée
dans une église avec le même dispositif scénique, et en gros plan, en légère plongée, la tête penchée de
contribuent à brouiller les repères du spectateur. côté et en avant, un sourire aux lèvres et les pau-
Seule, parfois, la qualité de l’environnement permet pières à peine baissées, ce qui dénote un certain
celui qui est attentif de comprendre la virtualité de effacement, voire de la timidité. Dans la réalité, Alle-
la  scène : au photogramme 5, les éléments du gra semble une femme ordinaire.
décor – pompe à essence et vitrines de la station ser- David Cronenberg donne à son film une dimension
vice – sont traités à la manière des jeux vidéo, sans philosophique et religieuse. Il interroge les questions
grand réalisme, sans volume, sans consistance. liées au rapport à la croyance, au libre arbitre et au
L’intrigue, le jeu dans sa dimension futuriste, se corps dans la société contemporaine.
construit loin d’un univers technologique aseptisé
pour entrer dans un univers glauque et biologique, La métaphore filée sur la religion
cher à Cronenberg. La réunion de la scène d’ouverture et celle de la
Les accessoires de jeu renvoient au corps humain : scène de clôture se situent dans une église. Allegra
photogramme 2, la console, biopod, rappelle un est présentée, dans transCendanZ, comme une
fœtus, des mamelons servent de boutons d’action ; créatrice et une prêtresse. Une assemblée de fidèles
photogramme 2 et 6, ici pas de connexion élec- assiste au lancement du jeu présenté comme un
trique mais un branchement sur le système nerveux système, c’est-à-dire un ensemble organisé dont les
des joueurs grâce à un « cordon ombilical » via un éléments sont interdépendants pour atteindre une
bioport, orifice très organique qui permet au joueur certaine fin. Parmi cette assemblée, des élus au
de jouir du plaisir de participer au jeu ; ces acces- nombre de douze communient grâce à « l’ombili-
soires contribuent à donner une dimension sexuelle cable » : la référence à la Cène est explicite.
évidente aux relations entre les personnages du jeu.
L’arme même du début du film est réalisée à partir La croyance remplace la réflexion critique
du vivant : le gristle gun se compose d’os pour la Le jeu en immersion annihile la conscience du corps
structure, de tendons pour le propulseur et de dents réel qui est en état de léthargie alors que le corps vir-
comme projectiles, photogramme 4. tuel agit. Si Allegra est convaincue de l’intérêt de ce
Si Cronenberg apporte une certaine dose d’humour déplacement au sens psychanalytique du terme,
dans l’invention de ces objets, cela lui permet aussi c’est-à-dire « le processus par lequel l’énergie psy-
de dénoncer les manipulations génétiques, les tra- chique se détache d’une représentation pour s’investir
fics d’organes. Nous assistons à des greffes, à la dans une autre qui lui est reliée par une suite d’asso-
mise en place de prothèses, à la fabrication d’orga- ciations » (Sylvain Auroux, Yvonne Weil, Nouveau
nismes vivants où s’inscrit l’ADN de batraciens vocabulaire des étude philosophiques, coll. « Faire le
mutants élevés et disséqués à cet effet. Or, ces opé- point », Classiques Hachette, 1975), Ted est entraîné
rations ne sont pas envisagées pour pallier des défi- dans l’aventure malgré lui et reste réticent : au début
ciences physiques ou intellectuelles mais seulement du film, il n’est pas « branché » et s’inquiète des
pour le plaisir du destinataire ou pour sa manipula- conséquences de cette opération, il craint de rester
tion par une autorité quelconque. paralysé, puis dans le jeu, il marque des pauses pour
Quels moyens sont utilisés pour tendre vers l’homme vérifier qu’il peut revenir à la réalité ou parce que les
augmenté / artificiel ? scènes lui sont difficilement supportables. De toute
Chirurgie, prothèses, implants, manipulation phy- évidence, ce n’est un joueur ni convaincu, ni invétéré.
sique et psychique, drogue, accessoires, outils,
armes : tout ce qui s’ajoute à l’homme pour le rendre Un film qui pose la question de la liberté
plus efficace, plus performant, plus intelligent, diffé- Les trois niveaux de réalité proposent une réflexion
rent de la réalité (photogrammes 4, 6, 8, 10). sur la liberté de choix en en illustrant trois degrés.
 293

9782210105010_.indb 293 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

Déjà les titres des jeux donnent des indications :


Perspective – Clonage
–– « existence » : en référence à Heidegger pour qui
c’est « la détermination d’être qui ne convient qu’à et manipulations génétiques p. 388
l’être-là » dont « les caractères ne sont pas des pro-
priétés subsistantes mais des modes possibles OBJECTIFS ET ENJEUX
d’être » (Sylvain Auroux, Yvonne Weil, Nouveau –– Étudier un article de presse argumentatif.
vocabulaire des étude philosophiques, coll. « Faire –– Découvrir les enjeux du clonage.
le point », Classiques Hachette, 1975) ;
–– « transcendance » : signifie dépassement. Pour L E C TU R E AN ALY TI QU E
Heidegger, « est transcendant ce qui réalise ce
« dépassement », ce qui s’y maintient habituelle- Les avancées de la science
ment » (Sylvain Auroux, Yvonne Weil, Nouveau voca- Le texte s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur
bulaire des étude philosophiques, coll. « Faire le les rapports de la science et de l’argent. L’auteur y
point », Classiques Hachette, 1975). évoque les avancées scientifiques, le clonage plus
Dans eXistenZ, l’homme se plie au programme, il ne particulièrement. Les buts poursuivis par tous ceux
peut choisir ni son devenir, ni ses dialogues, pour qui expérimentent la pratique de multiplication des
que le jeu avance. Pikul, dans la deuxième partie du cellules sont livrés aux lignes 11 à 14 : il s’agit de
film, prend conscience du fonctionnement du jeu, réparer (« greffer sur des organes défaillants ») ou de
aucune anticipation n’est possible, il doit être là, ici « mieux comprendre », de détecter aussi « une ano-
et maintenant, et répondre à l’attente du programme. malie génétique ou [un] handicap » (l. 18-19). Le clo-
Pour cette raison il s’exclame : « Nous avançons à nage d’un être humain ne semble donc pas leur
tâtons dans un monde dont nous ne connaissons objectif, d’autant plus que se posent des problèmes
pas les règles et nous sommes à la merci des forces d’éthique face à cette pratique, comme il est rappelé
inconnues qui cherchent à nous détruire sans que dès le début de l’article. Les travaux scientifiques
nous sachions pourquoi. » Si le joueur n’est pas sont encadrés par des textes de lois qui fixent un
attentif au présent, le jeu « bug », l’action s’arrête et cadre rigide à l’expérimentation et empêchent toute
se met en boucle jusqu’à ce que la bonne la ques- dérive, cadre qui évolue en fonction des pays et des
tion ou la bonne réponse soient données. Tout est avancées de la science. L’auteur de l’article suggère
prédéterminé. que les scientifiques sont conscients des dangers
Dans transCendanz, la question du choix est plus des manipulations génétiques : « ils espèrent seule-
complexe. Ce jeu dépasse eXistenZ car il laisse plus ment réussir à cultiver des cellules humaines »
de place aux envies et aux intentions du joueur. Sa (l. 11-12). Mais il montre que petit à petit les progrès
sensibilité peut infléchir le cours du jeu. Dans la de la science amènent à reculer les limites imposées
scène finale, le concepteur du jeu s’inquiète, en par les lois : celle qui a été promulguée en Grande-
aparté auprès de son équipe, du fait qu’il a perçu Bretagne est remarquable, puisqu’elle permet l’ex-
des intentions malveillantes de la part de certains périmentation du clonage d’embryons humains
joueurs. (l. 9-10) : une date est donnée (« à la mi-août », l. 8),
Dans la réalité, Cronenberg fait triompher le libre soit un mois avant la rédaction de l’article. L’auteur
arbitre qui s’oppose à toute imposition venue de indique également l’avancée rapide des travaux,
l’extérieur de l’être. Nous avons le choix et nos choix avec l’expression temporelle « chaque jour » (l. 13).
nous définissent. Le renversement de la scène finale Il rappelle des étapes dans la voie vers le clonage
présente Allegra et Ted comme des résistants. Ils d’êtres humains, comme les tests en vigueur
ont fait le choix de s’opposer à ce qui abrutit « aujourd’hui » (l. 18) et le choix du donneur dans le
l’homme, le rend dépendant, le diminue en endor- cadre de l’insémination artificielle (« dès à présent »,
mant son corps et sa volonté. Le double jeu terminé, l. 22) ; il indique la prochaine : la connaissance de
ils brandissent des armes et éliminent le concepteur critères physiques très précis. La proximité de cette
du jeu et son équipe pour sauver l’humanité de ces époque est marquée par le repère « demain » (l. 19)
manipulateurs qui entraînent les humains dans des et la reprise du verbe, au futur de l’indicatif, marque
systèmes totalitaires. Leurs figures rappellent ceux la certitude de l’auteur. La suite du paragraphe, rédi-
des résistants, tels Lucie et Raymond Aubrac, qui, gée au conditionnel (« les parents pourraient égale-
lors de la Seconde Guerre mondiale, se sont oppo- ment intégrer », l. 21), Aronssohn livre les dérives
sés au nazisme, régime totalitaire bâti sur la peur et possibles : le choix de qualités par les parents, en
l’absence de liberté. fonction de leurs revenus.
Ce film, construit en boucle, ne propose-t-il pas une
réflexion sur l’être, la conscience qu’il a de ses Les dangers du clonage
choix, son libre arbitre ? Est-ce une mise en garde L’article, loin d’être élogieux devant les progrès de la
contre les dangers de toute forme d’aliénation, science, rend compte des problèmes éthiques que
d’augmentation ? Est-ce un voyage initiatique ? pose la manipulation génétique. Le choix de critères
294

9782210105010_.indb 294 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

précis dans les futurs enfants à naître correspond à une double visée : informative, puisqu’elle évoque
un « eugénisme privé » (l. 20), détaillé dans le der- des lois récentes, comme celle promulguée en
nier paragraphe. L’auteur veut particulièrement sou- Grande-Bretagne, mais aussi argumentative. Le
ligner l’influence de l’argent dans la recherche journal dans lequel il s’insère traite de questions
scientifique : la course aux profits pourrait engen- économiques : ce sont les dangers de l’économie
drer des pratiques moralement douteuses. C’est appliquée à la science qui sont ainsi pointés du
pour cette raison qu’il mentionne, dès le début de doigt.
l’article, les « start-up des biotechnologies ou les
multinationales de la pharmacie » (l. 2). Différents GR AMMAI R E
exemples d’eugénisme sont cités : le choix de cri-
tère de beauté ou de « performances scolaires » Le verbe « pourraient » (l. 21) est un conditionnel qui
(l. 24-25) existe déjà dans le cadre de l’insémination permet de marquer une éventualité, un futur pos-
artificielle. Celui de « talents supérieurs » est pos- sible. Il implique une certaine incertitude du journa-
sible, avec les manipulations génétiques. Cette liste : si l’on ne borne pas la recherche scientifique
expression, à la ligne 22, est placée entre guillemet, et surtout les multinationales qui permettent son
ce qui paraît manifester l’ironie de l’auteur. financement, il est possible qu’on arrive à l’« eugé-
nisme privé » évoqué dans le texte.
Un article argumentatif
Cet article n’est pas neutre : le journaliste manifeste L E C TU R E D ’I MAGE S
son engagement et ses craintes face aux progrès
scientifiques dans le cadre de la manipulation géné- ➤➤ Dolly
tique. Le premier paragraphe sert d’introduction et La photographie de Dolly est un photomontage : la
se fonde sur un constat. Les préoccupations brebis a été photographiée à plusieurs reprises et
éthiques se heurtent à ce qu’il appelle « la course au on a ajouté son reflet à côté d’un autre qui existait
profit » (l. 5) dans le cadre des progrès scientifiques : déjà. L’illusion a été signalée explicitement par les
chacun cherche à gagner « un nouvel Eldorado » photographes, comme pour indiquer que la photo-
(l. 3). L’image montre l’importance du profit que cha- graphie avançait parallèlement à la biologie. Le
cun peut obtenir grâce à la science. Le deuxième miroir correspond à une ligne de démarcation :
paragraphe, qui s’ouvre sur une phrase elliptique d’une brebis, la science permet de créer deux bre-
(« Première question », l. 6) et sous-entend qu’il y bis, totalement identiques. Le savant pose sa main
aura d’autres thèmes abordés, développe la ques- sur celui-ci, pour indiquer qu’il est à l’origine du
tion du clonage humain, comme exemple d’avancée procédé. Il contemple de haut la brebis, et se trouve
se heurtant à des problèmes éthiques et financiers. du même côté que les reflets de Dolly, que semble
Le journaliste relate les derniers changements opé- regarder l’animal. Le photomontage ainsi créé nous
rés dans les lois qui encadrent la recherche. Le rai- fait entrer dans une sorte de science-fiction, dans
sonnement concessif, visible dans les deuxième et une dimension fantastique. Le décor est épuré : les
troisième paragraphes (« certes », l. 10 ; « mais », photographes ont choisi un paysage campagnard,
l. 15) souligne le hiatus entre des intentions bienveil- un pré nu, à l’herbe rase, quasiment sans arbres,
lantes et la réalité. Le dernier paragraphe nous fait ce qui met en valeur les lignes horizontales et verti-
rentrer dans ses craintes : il montre l’incidence que cales (les délimitations du miroir, par exemple). À
cette loi a dans le cas du clonage. Il évoque les pos- gauche, en arrière-plan, on distingue une maison,
sibles conséquences, contraires aux aspirations des quelques arbres : ces éléments se trouvent de
scientifiques, comme le prouve l’utilisation du lien l’autre côté du miroir et semblent suggérer que le
logique d’opposition, « mais » à la ligne 15. L’auteur, scientifique, les deux brebis reflétées, se situent du
dont la présence est discrète, manifeste toutefois côté de la culture, du progrès, de l’avancée tech-
son opinion par divers procédés rhétoriques. Il nologique. Le miroir oppose nature et culture. Le
emploie des images (celle de l’Eldorado, l. 3), des biologiste, en position de supériorité, vêtu de
hyperboles afin d’attirer l’attention du lecteur sur les sombre (ce qui l’oppose à la brebis et au ciel), est
dangers de l’alliance entre science et monde finan- mis en valeur par sa position centrale. Sa position
cier (par exemple, les «  multiples problèmes l’assimile à un créateur tout-puissant, qui contemple
éthiques », l. 1-2). Les phrases, elliptiques, caracté- son œuvre. Les photographes semblent avoir voulu
ristiques d’un style journalistique qui cherche à déli- immortaliser le savant et la brebis, dans une inten-
vrer l’essentiel, mettent en évidence aussi les tion informative. Mais le choix du photomontage,
dangers de la manipulation génétique, comme la du paysage, semble aussi donner une dimension
phrase qui se trouve à la ligne 20. Des répétitions symbolique à l’événement : on rend hommage aux
soulignent également la rapidité des avancées progrès de la science, mais on souligne aussi le
scientifiques : « qui permettent aujourd’hui », l. 18 ; côté inquiétant d’une telle démarche, par la pré-
« permettront demain », l. 19. Cet article possède sence de ce double reflet dans le miroir.
 295

9782210105010_.indb 295 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

➤➤ Ian Wilmut lignes éditoriales adoptées par les journaux, comme


La photographie du savant, seul, semble répondre à les grands quotidiens : les informations sont choi-
celle de Dolly : on retrouve Ian Wilmut, dans un sies et traitées en fonction de politiques prédéfinies.
cadre campagnard également. Mais le photographe Si les éditoriaux permettent de livrer l’opinion d’un
a choisi, cette fois-ci, de le placer devant une journaliste de façon évidence et explicite, les articles
grange, partiellement remplie de foin, dont les révèlent parfois des prises de position qu’une lec-
bottes, rangées, semblent symboliser la domination ture attentive permet de déchiffrer.
de la nature. On retrouve le thème du reflet : mais
deux miroirs ont été disposés de part et d’autre du
BI BL I OGR AP H I E
scientifique, ce qui permet de le montrer sous trois
angles différents (de face, et deux fois de profil). Il
n’y a plus de photomontage. De même, la photogra- –– Gérard Genette, Figures III, Le Seuil, 1972
phie est cette fois-ci en couleur. On peut s’interroger –– Jean-Michel Besnier, Demain les posthumains,
sur les choix opérés par le photographe pour immor- Pluriel, 2012
taliser le biologiste : s’agit-il de suggérer que le clo- –– Paul Poupard, Dictionnaire des religions,
nage de Dolly ouvre la voie, à présent, au clonage Puf, 1984
humain ? Que les avancées scientifiques et techno- –– Marie-Catherine Huet-Brichard, Littérature
logiques permettront d’améliorer le processus ? Les et Mythe, Hachette supérieur, 2001
choix du cadre, de la couleur, des deux miroirs, nous –– Pierre Grimal, La Mythologie grecque,
laissent penser que le photographe cherche à nous Puf Quadriges, 1953
montrer l’évolution possible de la science. Sur le mythe de Faust :
–– J. W. von Goethe, Faust, GF Flammarion, 1999
S ’ E N T R A Î NE R À L A DI SSE RTAT I O N –– Paul Valéry, Mon Faust, Folio essais, 1988.
–– Sur le mythe de Prométhée : cf. livre
Le sujet invite à réfléchir sur les visées des articles du professeur, prolongement à l’extrait
de journaux, à la fois informatives et argumenta- de Protagoras.
tives. Il permet aussi d’examiner la question des

Corpus vers le Bac – Dénoncer la cruauté p. 392

Jean de La Bruyère, Les Caractères (1688), Voltaire, tuent cent mille autres animaux couverts d’un tur-
Micromégas (1752), Jacques Sternberg, 188 Contes ban ». Les exagérations qui parcourent les textes
à régler (1988). alliées aux visions horribles qu’elles proposent parti-
cipent de la dénonciation (la « puanteur » des chats
LA Q UE ST I ON S UR L E COR P US morts chez La Bruyère ; les termes forts « sont mas-
sacrés », « s’égorgent » dans Micromégas et « tue-
Par quels procédés la cruauté ries », « meurtres », « suicides » chez Sternberg).
est-elle dénoncée dans ces textes ? L’ironie parcourt également ces textes : par exemple,
Dans ces trois textes, les auteurs ont recours à une dans Les Caractères, La Bruyère emploie l’anti-
fiction pour dénoncer la guerre  : dans «  Les phrase « instruments commodes » pour évoquer les
Jumeaux », Sternberg met en scène des extrater- armes. Voltaire, quant à lui, dénonce les puissants
restres, les Adrèles, dont les parties jumelles se qui ordonnent les massacres par la périphrase iro-
déchirent ; Voltaire donne la parole à des philo- nique « barbares sédentaires ».
sophes minuscules, interrogés par un géant venu de
Sirius ; La Bruyère imagine une horde de chats qui C OMME N TAI R E
s’entretuent (l. 20-23). Par le biais d’une image, ils
montrent l’absurdité des conflits : les hommes sont Vous ferez le commentaire du texte
comparés à des animaux dans le texte de La de La Bruyère (texte A)
Bruyère, des « animaux raisonnables » (l. 28), tandis Les Caractères de La Bruyère se proposent de défi-
que la phrase finale du texte de Sternberg donne la nir l’Homme dans tous les aspects de sa vie. Dans le
clef de l’histoire : « les Adrèles pouvaient passer chapitre consacré aux « Jugements », l’auteur s’in-
pour les êtres dont les mœurs étaient le plus insi- téresse plus particulièrement à la façon dont il se
dieusement semblables à celle des Terriens ». La définit. Cet extrait présente l’homme comme pré-
présentation que le philosophe fait au Sirien des somptueux et bien peu raisonnable. Comment le
hommes qui se battent tend à les assimiler à des moraliste compose-t-il ici une image saisissante de
fourmis étranges « couvert[e]s de chapeaux », « qui la nature humaine ? Il convient d’étudier d’abord
296

9782210105010_.indb 296 16/07/15 11:04


La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du xvie siècle à nos jours – Séquence 5

l’idée selon laquelle l’homme n’est pas un animal II. La dénonciation de l’attitude belliqueuse
raisonnable, idée tournée en dérision par La Bruyère. des hommes
Puis nous verrons comment l’attitude belliqueuse Dans un texte qui n’est pas dépourvu d’humour, le
des hommes est dénoncée. Enfin, ce texte est un moraliste entreprend de dénoncer la guerre.
appel à une prise de conscience. 1. Pour cela, il représente une bataille des chats,
dans une parodie d’épopée, dont les acteurs « ont
I. La réfutation de La Bruyère : l’homme n’est pas
joué ensemble de la dent et de la griffe ». L’exagéra-
un animal raisonnable
tion des chiffres (« neuf à dix mille chats »), le carac-
Cette thèse, délivrée au début du paragraphe, est
tère effrayant de la bataille (« ils se sont jetés avec
d’emblée contestée par La Bruyère avec l’emploi du
fureur les uns sur les autres ») reprennent des carac-
verbe « corner », clairement péjoratif. L’expression
téristiques de l’épopée, mais la présence de ces
apparaît à plusieurs reprises, à chaque fois de
chats humanisés opère un détournement parodique.
manière ironique.
Le moraliste montre ainsi le caractère absurde d’une
1. Un échange des rôles. L’homme est, à plusieurs
telle entreprise. Les hommes qui se battent entre
reprises, assimilé à un animal, mais de manière iro-
eux ne sont pas « raisonnables ».
nique, par exemple lorsque le moraliste évoque les
2. Les images de violence s’attachent au thème de
animaux et les désignent comme « vos confrères »,
la guerre : le mot « boucherie » renvoie même à
en s’adressant aux hommes. Les exemples succes-
cette entreprise. Dans une gradation, l’auteur
sifs présentés de façon parallèle (le tiercelet de
évoque les violences effectuées sans armes (« vous
faucon, le lévrier, l’homme « qui court le sanglier »)
arracher les cheveux, vous égratigner au visage »,
accentuent la ressemblance entre l’homme et l’ani-
« vous arracher les yeux de la tête »), avant de se
mal. Mais les animaux aussi sont humanisés, à la
complaire dans une description des souffrances
manière d’une fable (« si les uns ou les autres vous
endurées par le fait des armes (« vous faire récipro-
disaient qu’ils aiment la gloire », « les uns ou les
quement de larges plaies d’où peut couler votre
autres » renvoyant aux chats ou aux loups). La
sang jusqu’à la dernière goutte »).
Bruyère semble donc d’accord avec l’idée que
3. Cette attitude belliqueuse des hommes ne semble
l’homme est un animal, mais il conteste l’adjectif
due qu’à un seul défaut : l’amour-propre. Si celui-ci
« raisonnable ».
n’est pas nommé, il est sous-entendu à travers des
2. L’homme est présenté comme un animal déna-
formules comme « vous donn[ez] aux animaux […]
turé. La taupe et la tortue, comparées à l’homme,
ce qu’il y a de pire, pour prendre pour vous ce qu’il
placé dans une position d’infériorité (« au-dessous
y a de meilleur ».
de…  ») possèdent «  l’instinct de leur nature  »,
Conformément à son projet de moraliste, La Bruyère
contrairement à l’homme, dévalorisé ici pour ses
étudie l’homme et montre ses faiblesses, afin d’ame-
« légèretés », « folies », et « caprices » (dans un
ner le lecteur à une prise de conscience.
rythme ternaire qui mime son égarement). Son ima-
gination et son intelligence technicienne sont mises III. Un appel à une prise de conscience
au profit de la destruction (« car avec vos seules 1. L’ouvrage s’adresse explicitement aux hommes,
mains que vous pouviez-vous vous faire les uns aux comme le montre l’apostrophe « ô hommes » qui
autres […] ? ») et l’énumération des armes (« les traduit la condescendance de l’auteur. L’utilisation
lances, les piques, les dards, les sabres et les cime- récurrente de la deuxième personne du pluriel et des
terres ») s’oppose aux « dents » et « ongles » des questions rhétoriques (« ne ririez-vous pas de tout
animaux. votre cœur […] ? ») incitent le lecteur à réagir. Le
3. La Bruyère s’attache à montrer que la raison passage se veut persuasif.
conseille de ne pas se battre contre son prochain. Il 2. Mais dans cet extrait, le moraliste convie son lec-
emploie l’exemple de deux chiens qu’il met en teur à participer aux différentes visions qu’il lui pro-
scène : ils « s’aboient, s’affrontent, se mordent et se pose, dans des tournures parallèles. La vision du
déchirent ». Face à ce spectacle, le jugement des « tiercelet de faucon » qui « fait une belle descente
hommes est transcrit : « Voilà de sots animaux ». sur la perdrix » appelle des paroles au style direct
Cette phrase fait suite aux jugements précédents, « Voilà un bon oiseau », et trois autres scènes sont
donnés au style direct : un animal qui suit sa nature alors proposées au lecteur, dont l’auteur imagine les
et qui en tue un autre pour se nourrir est un « bon » paroles. De même, trois fictions, introduites par l’hy-
animal ; celui qui s’attaque à un autre de son espèce pothétique « si » s’achèvent par les réactions sup-
ne fait pas preuve de raison. L’homme n’est donc posées de celui-ci. Le lecteur est invité à construire
pas un « animal raisonnable », et La Bruyère déve- le raisonnement, dans une argumentation imagée et
loppe plus particulièrement l’exemple de la guerre. qui se veut efficace.

 297

9782210105010_.indb 297 16/07/15 11:04


Français 1re – Livre du professeur

DI SSE RTAT I ON 2. Le message, en étant brouillé par une image, n’est


pas toujours clair. La pensée de l’auteur se déguise
Selon vous, le détour par l’Autre est-il un bon derrière celle d’un autre personnage.
moyen pour dénoncer les travers de sa propre Ex. : Les Fables de La Fontaine, par leur récit qui
société ? peut présenter des animaux, constituent des
I. Différentes modalités pour dénoncer la société énigmes. Dépourvues parfois de moralité, elles dis-
à travers l’Autre simulent leur sens véritable, comme « Le Rat qui
s’est retiré du monde », qui se finit sur une note
1. L’Autre peut être mis en scène dans un apologue
ironique.
et sa parole, ses actions, mettent en évidence les
défauts de la société.
Ex. : L’Ingénu, personnage de Voltaire, porte un É C R I TU R E D ’I N VE N TI ON
jugement sur la société française.
En vous appuyant sur le texte de Jacques
2. La rencontre avec l’Autre permet de revenir sur
Sternberg (Texte C), composez le discours
soi : la société française est comparée à une autre
qu’un penseur Adrèle, plus raisonnable et
société qu’on observe.
Ex. : Les utopies présentent un monde autre que le
pacifique, pourrait tenir à ses congénères pour
nôtre. Les différences entre les habitants sont les exhorter à faire preuve de mesure.
perceptibles. Le genre du discours doit être adopté. Il suppose la
présence de destinataires clairement identifiés,
II. Le détour par l’Autre est un bon moyen l’emploi de tournures convaincantes, et une organi-
pour dénoncer les travers de sa société sation qui peut suivre le schéma des discours
1. C’est un détour commode pour permettre au lec- antiques : exorde (ou début ex abrupto), exposé des
teur de prendre de la distance avec sa propre arguments (contentio), éventuellement narration (le
société. Trop engagé dans le monde, le lecteur ne discours peut être lié à un événement particulier),
peut pas toujours distinguer les injustices, les péroraison (résumé et appel à de forts sentiments).
travers. On peut proposer auparavant l’étude d’un discours
Ex. : Dans Micromégas, le territoire convoité est (cf. Séquence  3 du chapitre, «  Le discours en
désigné comme un « tas de boue ». En le diminuant action », p. 350).
de taille, le philosophe montre la futilité des causes Le discours doit être placé dans un contexte qui doit
de la guerre. être transparent à la lecture de l’écrit d’invention :
2. En adoptant un regard neuf, le lecteur aborde les qui est ce penseur adrèle (un homme politique, un
grands sujets sous un angle d’approche inédit. Les simple citoyen… ?), pourquoi s’adresse-t-il à ses
incohérences et les absurdités n’en sont que plus concitoyens (à la suite d’un épisode particulière-
flagrantes. ment sanglant ? parce qu’un peuple plus pacifique a
Ex. : Les inconséquences des Parisiens, dans les été rencontré  ?), dans quelles conditions se produit
Lettres persanes, deviennent manifestes sous la ce discours (à la radio ? dans une assemblée ?)
plume d’un étranger. constituent des questions importantes qui ont une
3. Par le biais de la fiction de l’Autre, l’argumentation influence sur la composition du discours.
devient plus efficace, car elle sollicite l’imagination Si l’appel à la raison est un argument fondamental et
du lecteur en même temps que la réflexion. Elle sus- nécessaire (comment vivre si l’on pousse son
cite chez lui des émotions, comme le rire ou la jumeau adrèle à tuer ?), l’écrit d’invention doit trou-
fascination. ver d’autres mobiles. On peut envisager une compa-
Ex. : Les Adrèles dans « Les Jumeaux » fascinent et raison entre le peuple adrèle et un autre peuple
inquiètent, mais nous font réfléchir à notre propre pacifique ; la question du bonheur peut être soule-
monde. vée ou encore celle de l’utilité : ne vaudrait-il pas
III. Les dangers de la fiction de l’Autre mieux envisager ces forces à construire plutôt qu’à
1. La fiction a un pouvoir de séduction : le lecteur est détruire ? La question de la légitimité morale peut
captivé par les aventures de l’Autre et peut oublier la aussi être soulevée.
dimension argumentative du texte. Le locuteur peut donner différentes images de lui-
Ex. : Les contes philosophiques de Voltaire comme même (ethos), afin d’accréditer son discours : il peut
L’Ingénu peuvent passer pour des récits, des se montrer suppliant, inquiet, attristé.
romans. Il doit agir sur les sentiments des auditeurs, en sus-
citant chez eux différents sentiments (pathos) : l’in-
dignation, la pitié, l’effroi, la honte.

298

9782210105010_.indb 298 16/07/15 11:04

Vous aimerez peut-être aussi