Vous êtes sur la page 1sur 10

Université Cheikh Anta Diop de Dakar ECOLE SUPÉRIEURE POLYTECHNIQUE

U.C.A.D.
DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE
B.P. 5085 Dakar - Fann (SENEGAL)

E.S.P.  / Fax : (221) 825-47-20

Juin 2018
TD2 Equilibrage – Vbrations mécanique DIC2
_______________________
Exercice 1
On considère un système comprenant quatre volants montés sur des arbres alignés
(cf. figure). Les caractéristiques des volants (moments d’inertie) et des arbres
(raideurs en torsion) sont données dans le tableau ci-dessous.
I1 I2 I3 10-3k1 10-3k 2 1) Q
I1 I2
1,8 1,5 0,8 150 100 uel
I3 ସ ൌଷ

k1 k2 k2
kg.m2 daN.m.rad-1 est
le
Figure

système à trois volants équivalent à ce système du


point de vue vibrationnel les volants étant ramenées sur le second arbre (arbre de
raideur k 2). Donner les fréquences propres approchées des premier et second modes
de vibration de ce système.
2) Lorsque ce système vibre à la fréquence du premier mode, on mesure sur le
volant I 1 l’accélération maximale de 3500 rad . s−2. Calculer le couple de torsion
transmis de I 4 à I 1.

Exercice 2
Les différentes caractéristiques de la machine schématisée sur la figure sont
données dans le tableau ci-dessous :
I1 100I2 100I3 I4 I5 10-3k1 10-3k2
0,8 1,8 2,5 0 ,3 1,5 50 150
Kg. m2 daN.m.rad-1

I1
I2
nx dents

k1
I5
I4 I4

k2 k2 k2
x dents

I3

Figure

Pour n = 2
1) Donner une fréquence propre approchée du premier mode de vibration de
cette machine.

2) Lorsque la machine vibre à la fréquence du premier mode, on mesure sur I 4


l’accélération maximale de 5 000 rad.s-2. Calculer le couple de torsion transmis de
I3 à I2.

_________
_____
_
Exercice 1
1) Système à trois roues équivalent à ce système – Fréquence propres du
premier et du second mode de vibration
 Système à trois roues équivalent à ce système


ଶൌଵ൅ ଶ
ସ ൌଷ

k2 k2 Avec :
I '2=I 1 + I 2=3,3 kg . m 2

 Les pulsations propres du premier et du second mode de vibration


L’équation liant la pulsation propre aux moments d’inertie pour le système
équivalent est (méthode numérique de Gümbol et Holzer):
1 1 1 1 1 1 1
ω 4n−k 2 ω2n
[( ) ( ) ] (
'
+ + +
I 2 I3 I3 I4
+ k 22 ' + + '
I2 I3 I 3 I 4 I 2 I 4
=0
)
En tenant compte de I '2=I 1 + I 2 et I 4=I 3, il vient :
2
1 3 k2 2 1
4
ω −k 2 ω
n
2
n
(
+ +
) (
+ =0
I1 + I 2 I3 I 3 I1 + I 2 I3 )
Soit en numérique et les pulsations propres:
ω 4n−4,05.10 5 ω 2n +2,32.1010=0

ω 2n 1 ≃69 060 rad . s−1 premier mode



{
ω2n 2 ≃ 335 940 rad . s−1 second mode

2) Le couple de torsion transmis de I 4 à I 1 lorsque le système vibre à la fréquence du

premier mode
 2 2
Connaissant ω n=ω n 1 ≃69 060 rad . s on peut dresser le tableau de Holzer du
−1

système pour une amplitude de rotation A1=1 du volant I 1


N° Ḿ i−1
Ii ki I i ω 2n Ai= A i−1− Ḿ i= Ḿ i−1+ I i ω2i A i Ḿ =∑ Ḿ i
volant k i−1

1 1,8 1,5. 105 1,24.10 5 1,00 1,24.10 5 1,24.10 5

2 1,5 1. 105 1,04.10 5 0,17 1,42.10 5 2,66. 105

3 0,8 1. 105 5,52.10 4 −0,87 9,40. 104 3,60. 105

4 0,8 −¿ 5,52.10 4 −1,42 1,56.10 4 3,76. 105

Remarque : On observe qu’un seul changement de signe des amplitudes : il n’existe par conséquent qu’un seul
mode de vibration du système, le premier mode.
 Le couple de torsion transmis de I 4 à I 1

Si l’angle de rotation du volant I 1 à la pulsation du premier mode ω n=ω n 1 du


système est  θ1 ( t ) =A 1 sin ωn t , l’amplitude de son accélération en valeur absolue
sera :

γ = A 1 ω 2n

D’où l’amplitude A1:

γ 3500
A1= = ≃0,05 rad
ω n 69060
2

Il vient que le couple transmis de I 4 à I 1 est :

|M 41|= A 1 Ḿ 4 ≃0,05 ×3,76. 105=1880 daN . m

Remarque : Ce couple correspond à une puissance transmise de :

P=| M 41|. ω n

ω n ≃ 262,8 rad . s−1 ⟹ P≃18800 × 262,8≃ 4,9.106 W =4,9 MW


Exercice 2
1) Fréquence propre approchée du premier mode de vibration
F Système équivalent
Remarque :
Pour deux rotations élémentaires d θi et d θi+1 de deux roues engrenées comprenant
respectivement ni et ni +1 dents, le nombre de dents mises en jeu sur chacune des
roues pour décrire ces rotations étant le même, nous aurons :
d θi −d θi+1
= ⟹ ni θi=−ni+1 θi+1
2π 2π
ni n i+1

Les équations du mouvement sont :

I 1 θ̈ 1=−k 1 ( θ1−θ 2 ) (1)

{
I 2 θ̈2=k 1 (θ1−θ 2)(2)
I 3 θ̈3=−k 2 (θ3−θ 4 )(3)
I 4 θ̈ 4=−k 2 ( θ4 −θ5 ) +k 2 ( θ3 −θ4 ) (4)
(I)
I 4 θ̈5 =−k 2 ( θ5−θ 6 ) +k 2 ( θ 4−θ5 ) (5)
I 5 θ̈6=k 2 ( θ 5−θ6 ) ( 6 )
θ2 −1
= ⟺ θ3=−nθ 2 (7)
θ3 n

En remplaçant dans ce système d’équations les équations (2) et (3) par la


combinaison ( 2 )−n×(3) et en tenant compte de (7), il vient :

I 1 θ̈1=−k 1 ( θ 1−θ2 ) −θ4

{ {
θ 7=
( I 2+ n2 I 3 ) θ̈2=−n2 k 2 ( θ 2−θ7 ) +k 1 ( θ1 −θ2 ) n
−θ
n2 I 4 θ̈7 =−n2 k 2 ( θ7−θ8 ) +n2 k 2 ( θ2−θ 7 ) avec : θ8❑❑= 5 (II)
n
n2 I 4 θ̈8 =−n2 k 2 ( θ8−θ 9 ) +n2 k 2 ( θ7−θ 8 ) −θ
n2 I 5 θ̈ 9=n 2 k 2 ( θ8 −θ9 ) θ9❑❑= 6
n
En posant :
I 6 =I 2 +n2 I 3

{ I 7=n 2 I 4
I 8=n2 I 5
k 3=n2 k 2

on obtient le système équivalent suivant où tous les couples de torsion sont


ramenées sur un seul arbre :
I8
I1 I6 I7 I7

k1 k3 k3 k3
A E
B C D

On ramène ensuite tous les couples sur l’arbre composé


des tronçons AB et BC de rigidités respectives k 1 et k 3, En concentrant en C les
masses en C, D et E (sommation). En posant θi ( t ) =A i sin ωt , les équations de
mouvement de ce nouveau système équivalent sont :
−I 1 ω2 A 1=−k 1 ( A 1−A 6 )
I1

k1
I6

k3
I9

{
−I 6 ω 2 A6 =−k 3 ( A6 −A 9 ) + k 1 ( A 1−A 6 ) ( III )
−I 9 ω 2 A 9=k 3 ( A 6− A 9)
(III)

avec :
I 9=(2 I ¿ ¿ 7+ I 8)=n2 (2 I 4 + I 5 )¿

D’où le système équivalent et les différentes


caractéristiques :
I 1 =0,8 kg . m2

{
I 2=1,8.10−2 kg . m2
I 3=2,5.10−2 kg . m2
I 4 =0,3 kg . m2
I 5 =1,5 kg . m2
I 6=I 2 +n2 I 3 ≃ 0,118 kg . m2
I 7 =n2 I 4 ≃ 1,20 kg . m2
I 8 =n2 I 5 ≃6 kg . m2
I 9 =(2 I ¿ ¿ 7+ I 8 )=n 2 ( 2 I 4 + I 5 ) ≃ 8,4 kg . m2 ¿ k 1=5. 104 DaN . m .rad −1
k 2=¿ 1,5. 105 DaN .m . rad−1
2 5
k 3=n k 2 ≃6. 10 DaN .m . rad
−1

En éliminant les Ai des équations (III) on obtient :


1 1 1 1 1 1 1
ω 4− k 1
[( ) I1 I 6 I6 I9 ]
+ + k 3 ( + ) ω2 +k 1 k 3 +
( +
I1 I6 I1 I9 I6 I9
=0
)
Soit :
ω 2n ≃6,319. 104 rad 2 . s−2
ω 4−5,642. 106 ω2 +3,525. 1011=0⇒
{ 2
1
6
ω ≃5,579. 10 rad . s
n2
2 −2

D’où la pulsation et la fréquence propres du premier mode :


ω n ≃251,4. rad . s−1 soit
1
f n ≃ 40 Hz
1

2) Puissance transmise de I 3 à I 2 lorsqu’on mesure sur I 4 une accélération


maximale de 5 000 rad . s−2
On utilise la méthode de Holzer (Tab.5)
Tableau 5 : ω 2n 1 ≃ 6,319.10 4 rad 2 . s−2
ki Ii Ḿ i=I i ω 2n 1 Ḿ M i=I i ω 2n 1 Ai
Ai= A i−1− i−1 M =∑ M i M
i (daN.m. (kg.m2 (daN.m.ra k i−1 (daN.m.rad-
(daN.m.rad-1) ki
rad ) -1
) d )-2 (rad) 1
)
1 5.104 0,8 5,055.104 1 5,055.104 5,055.104 1,011
1,8.10
2 - -2
1,137.103 0,973 1105,85 5,166.104 -
−M 2 (M 1 + M 2)
2,5.10 =¿ + M 3 =¿
3 1,5.105 1,580.103 −nA 2=¿--1,946 n −n -0,176
-2
-552,93 -2,638.104
4 1,5.105 0,3 1,896.104 -1,957 -3,710.104 -6,348.104 -0,423
5 1,5.105 0,3 1,896.104 -2,083 -3,950.104 -1,030.105 -0,687
M ext =¿
4 5
6 - 1,5 9,478.10 -2,209 -2,094.10 -
-3,124.105
Si pour la 4ème masse on a θ 4= A 4 sin ωn 1 t alors :
θ̈ 4=− A 4 ω2n 1 sin ωn 1 t
L’accélération maximale de la masse repérée 4 est donc :
A 4 ω2n 1=5000 rad . s−2
D’où A 4:
5000
A 4= ≃ 0,079 rad
ω2n 1
Le couple transmis de la masse repérée 3 à la masse repérée 2 par référence à la
masse repérée 4 est donc :
|M 3−2|= A 4 .| M 3|≃0,079 ×2,638. 104 ≃2084 daN . m
***********
*****
*

Vous aimerez peut-être aussi