Vous êtes sur la page 1sur 57

ROMARIN (ROSMARINUS OFFICINALIS) : GRAND

TONIQUE, DÉPURATIF ET PROTECTEUR


10 septembre 2020 par Christophe BERNARD 124 commentaires

La santé est entre vos mains


Et les plantes sont vos alliées !
Recevez la lettre d'information gratuite de Christophe afin de garder ou retrouver la santé grâce aux plantes. 

En vous abonnant, vous recevrez le PDF gratuit "Les 6 plantes pour les petits bobos de la vie quotidienne".

Je m'enregistre >>
Romarin (Rosmarinus officinalis) : la puissance aromatique audio (abonnez-vous au
podcast ici) :

Le romarin, plante oubliée, catégorisée comme vulgaire conservateur de plats industrialisés,


rendue insipide par les marchands d'aromates.

Je vous le dis avec conviction : le romarin est une plante qui peut nous aider à reconstruire
notre résilience face à un monde changeant. Il protège nos cellules, notre cerveau et nos
organes contre les méfaits du stress oxydatif. Il stimule nos capacités cérébrales et permet une
meilleure évacuation des toxines au niveau du foie. Il agit sur l'inflammation chronique. Qui
de mieux adapté pour les dégénérescences actuelles ?

Je voulais aussi en parler car nous sommes voisins, lui et moi. Il est habitant de mes collines
calcaires, poussant dans une crevasse de rocher, sans terre ni eau, et dégageant un arôme
enivrant qui n'a rien de comparable aux romarins des jardins.
Nom commun : Romarin

Nom latin : Rosmarinus officinalis

Famille : Lamiaceae

Constituants :

o Diterpènes (carnosol, acide carnosolique, rosmariquinone) ;


o Triterpènes (acide oléanolique, acide ursolique) ;
o Acide rosmarinique et autres acides phénoliques (tanins) ;
o Salicylates
o Flavonoïdes (apigénine, diosmétine, diosmine, lutéonine, etc)
o Huiles essentielles : Eucalyptol (15 à 30 %), α-pinène (˜25 %), Camphre (15 à 25 %),
Bornéol, Camphène, Linalool, Limonène, etc. voir les 3 différents phénotypes définis par
l'aromathérapie.

Goût :

o Aromatique
o Amer
o Astringent

Energétique :

o Réchauffant
o Asséchant
Romarin, Foie et digestion
On oublie souvent que le romarin a longtemps été utilisé comme plante du foie. Il est classé
comme aromatique amer par Cazin (ref : Cazin). Faites le test - mâchez une feuille de
romarin, laissez passer l'aspect aromatique et notez l'effet amer en bouche.

Toute plante amère tonifie la digestion, d'un point de vue sécrétion de sucs (gastriques,
pancréatiques et biliaires), donnant aussi une meilleure tonicité aux muscles lisses digestifs.

Les plantes amères agissent sur le foie et sur la vésicule biliaire. Elles sont cholérétiques
(stimulent le foie à produire plus de bile, évacuant ainsi les toxines) et cholagogues
(provoquent de meilleures contractions de la vésicule biliaire pour expulser la bile épaissie).

Le romarin peut donc être considéré comme plante dépurative douce. Je dis « douce » car je
ne le considère pas aussi efficace que la racine de pissenlit ou de bardane, ou que
la fumeterre par exemple. Mais c'est un effet non négligeable, gardons en tête que sous-jacent
à toutes les indications qui suivent, le romarin aide aussi à expulser les déchets, ce qui
contribue à mon sens à ses actions diverses.
L'effet aromatique se superpose à l'amer, les huiles essentielles ramenant la circulation vers
des organes digestifs déficients. Les composants aromatiques sont aussi antispasmodiques et
antibactériens, soulageant les crampes digestives et éliminant les bactéries responsables
des fermentations.

En ce qui concerne le foie spécifiquement :

o Chez la souris ayant ingéré une nourriture riche en sucres et en graisses, l'acide
carnosique diminue le risque de stéatose hépatique (« foie gras ») et corrige les
désordres métaboliques associés  ;(1)

o Chez la souris diabétique, une infusion de romarin exerce un


effet hépatoprotecteur  (protège les cellules du foie contre le stress oxydatif et la
(2)

destruction causée par certaines substances) ;


o Chez la souris hypercholestérolémique, le romarin fait diminuer les taux de
cholestérol  ;
(3)

o Chez la souris souffrant de cirrhose du foie, le romarin protège le foie contre la


nécrose, l'inflammation et la fibrose du foie  ;
(4)

De nombreuses autres études confirment le fait que le romarin est un protecteur du foie.
Probablement pas aussi efficace et ciblé dans son action que le chardon-marie (Silybum
marianum), l'andrographis (Andrographis paniculata) ou de desmodium (Desmodium
adscendens). Mais accessible à tous, et efficace dans sa forme la plus simple : l'infusion.

Chez la personne souffrant de migraines d'origine hépatobiliaire, le romarin peut être utilisé
en cure prolongée pendant les périodes où le foie est malmené à cause d'un excès de
nourriture ou d'alcool.
Protection cellulaire
Le romarin est l'un des antioxydants les plus puissants du monde végétal. Il bloque le
processus de peroxydation des lipides. Pour parler dans des termes simples, il empêche les
lipides de rancir. Il est utilisé par l'industrie agroalimentaire pour assurer la stabilité des plats
préparés (et approuvé par la communauté européenne à cet effet).

Nos cellules sont composées en grande partie de lipides. Dû au stress oxydatif créé par de
diverses facteurs de la vie moderne, nos cellules sont souvent détruites prématurément, ce qui
amène au long terme un vieillissement externe (rides) mais aussi interne (maladies
dégénératives). Le romarin, consommé régulièrement, peut donc protéger la cellule  contre (5)

le vieillissement.

La peroxydation des lipides, en particulier du LDL, est impliquée dans le développement de


l'athérosclérose (voir article de la Nouvelle Société Française d'Athérosclérose à ce sujet).
Les polyphénols du romarin pourraient donc diminuer le risque d'athérosclérose . (6)

Pour moi, le romarin est une plante qui, pour fournir cet effet, doit être
consommée régulièrement en petite quantité. L'idéal serait de le consommer d'une manière
journalière, le matin, en infusion faiblement dosée.
Je recommande l'ajout de romarin en cuisine, spécifiquement pour toute viande ou poisson
grillé ou passé au barbecue. Le romarin empêche la formation d'amines hétérocycliques,
composant cancérigène formé lors du noircissement de ces aliments.

Le romarin est la plante idéale pour accompagner les compléments alimentaires d'oméga 3,
acides gras polyinsaturés de nature fragile.

Cognition et Santé Cérébrale


Le romarin améliore la circulation périphérique en relaxant les muscles lisses des vaisseaux
sanguins . Ceci peut être utile chez la personne âgée souffrant de troubles cognitifs dus à une
(7)

mauvaise circulation vers les extrémités (la tête en particulier).

De plus, le romarin semble agir sur certains processus cérébraux, augmentant ainsi
la cognition et la mémoire. Il inhibe par exemple l'enzyme acetylcholinesterase , ralentissant
(8)

ainsi la dégradation de l'acétylcholine, un neurotransmetteur clé. Winston le classe dans la


catégorie des nootropiques (ref : Winston & Maimes).

Le romarin, grâce à l'acide ursolique, agit aussi sur le système dopaminergique, exerçant un
effet antidépresseur . Certaines études suggèrent donc l'utilisation du romarin pour traiter
(9)

la dépression nerveuse, avec un effet similaire à la fluoxétine chez la souris .


(10)

En ce qui concerne la maladie d'Alzheimer, j'estime que le romarin a un fort potentiel, car
justement il fournit cet effet multidimensionnel de protection et de stimulation de la sphère
cérébrale.

Notons au passage les bons résultats obtenus dans une étude  examinant les effets de
(21)

l'aromathérapie sur la démence de la personne âgée (une majorité des personnes étudiées
avaient la maladie d'Alzheimer). Les huiles essentielles utilisées dans cette étude : romarin et
citron le matin, lavande et orange le soir.

Je recommande une infusion journalière de romarin et de lavande dans les moments de votre
vie où vous avez besoin de prendre de grandes décisions. Ces périodes sont souvent
stressantes, nous sommes dispersés, incapables de nous concentrer. Le romarin fournira la
clarté de pensée nécessaire.
Romarin, Cancer, radiations et UVs
Il semble logique de penser que si le romarin protège effectivement nos cellules, il peut agir
dans la prévention contre le cancer. Les études confirment cette propriété. Notez néanmoins
que ces études furent effectuées soit in-vitro, soit in-vivo sur animal, rendant une
extrapolation à l'être humain difficile.

o L'acide carnosique et le carnosol, deux composants du romarin, semblent inhiber


le cancer de la prostate, basé sur des études in-vitro et in-vivo effectuées sur animal  ;(11)

o In-vitro, l'acide carnosique inhibe la croissance des cellules du cancer du sein à


récepteurs d'œstrogènes négatifs  ;
(12)

o In-vitro, le romarin inhibe la croissance des cellules du cancer des ovaires  ; (13)

o In-vitro, le romarin inhibe la croissance des cellules du cancer du colon  ;


(14)

o In-vitro, le romarin inhibe la croissance des cellules du mélanome  ;


(15)

Le romarin protège nos cellules contre les radiations . Il diminue la péroxydation des lipides
(16)

et augmente les taux de glutathion chez la souris irradiée . Certaines études utilisent même le
(17)

terme « radioprotecteur » .(18)

Et n'oublions pas que de nos jours, les radiations et les rayons nous parviennent de sources
multiples - téléphones portables, bornes wifi, etc. Le romarin pourrait bien être notre
protecteur journalier, notre assurance contre les effets nocifs de ces ondes.
Il protège les cellules de la peau contre les dommages infligés par les UVs (effet
photoprotecteur) . Chez le rat, le romarin protège contre la dégénérescence maculaire liée à
(19)

la lumière  (les chercheurs extrapolent une utilisation pour la dégénérescence maculaire liée à
(20)

l'âge).

Cardiovasculaire
Comme le note Rudolf Weiss dans son fameux livre « Lehrbuch der Phytotherapie »,
l'hypotension est plus difficile à traiter que l'hypertension. Weiss explique que le romarin a
un effet tonique général sur le système neurovasculaire. Il est utile pour traiter l'hypotension,
probablement dû à sa teneur élevée en camphre. Il est particulièrement efficace chez le jeune
adulte asthénique, pale et manquant d'énergie.

La constitution frêle, pâle (manque de circulation) et manquant de force vitale se retrouve


dans de nombreux écrits et nous guide dans le choix du romarin en fonction de la personne.

Le romarin est tonique et stimulant


Vous entendrez souvent dire « le romarin est trop stimulant ». Il peut en effet être excitant
chez certaines personnes sensibles s'il est mal utilisé, et calmant chez d'autres. Comment est-
ce possible ? Je m'explique.
Chez la personne âgée ayant des problèmes de circulation et certains troubles cognitifs, le
romarin pris au long terme peut améliorer la situation. Ces personnes sont souvent stressées
par leur déclin, leurs petites pertes de mémoire, leur incapacité à faire certaines activités
comme les mots croisés ou le sodoku. Dans ce cas de figure, le romarin peut au contraire
calmer ce stress et ramener une certaine clarté d'esprit.

Chez la personne relativement jeune, en bonne santé, sportive, le romarin peut effectivement
exciter. C'est un stimulant circulatoire, et ce genre de personne n'a pas besoin d'une telle
stimulation. Si vous êtes dans ce cas et que vous désirez utiliser le romarin comme protecteur,
je recommande une infusion régulière le matin, et faiblement dosée.

Le romarin est parfois utilisé comme succédané au café. Basé sur mes observations, il a
tendance à fonctionner plutôt sur la personne de la gente féminine, ou sur la personne très
sensible aux plantes. Chez les autres cherchant une stimulation similaire au café, le résultat est
souvent décevant.

Leclerc considère le romarin comme « un simple doué de propriétés stimulantes


incontestables », obtenant de bons résultats dans les cas de faiblesses qui suivent les grandes
fièvres, dans les « dyspepsies atoniques » (troubles digestifs dus à un manque de sucs et de
tonicité des muscles lisses digestifs), chez les malades affaiblis par le surmenage physique
ou intellectuel (ref : Leclerc).

Astringent, antibactérien et antiinflammatoire


Le romarin est un antibactérien  et antifongique puissant . Il est aussi astringent, le rendant
(22) (23)

utile pour toute peau ou muqueuse infectée et enflammée - bouche, gorge, muqueuse


digestive, et en application externe sur la peau pour une plaie qui a du mal à guérir (en
infusion ou teinture mère diluée).

Son action antiinflammatoire  est parfois utilisé par les gens souffrant d'articulations
(24)

douloureuses, en appliquant en externe une huile essentielle diluée de romarin, ou une


teinture mère diluée. La méthode Mességué peut aussi être appliquée, en préparant une
infusion de romarin et en baignant les parties concernées.
Préparation du romarin
Le romarin sauvage est de loin préférable au romarin de jardin. Il dégage un arôme puissant
qui, comme pour la vigne, est le résultat d'un environnement aride et pauvre en nutriment,
forçant la plante à aller puiser ses ressources en profondeur.

L'herboristerie pratique nous dit bien évidemment ceci : si vous n'avez pas accès au romarin
sauvage, le romarin de jardin fera aussi l'affaire, amenant certes des résultats moins marqués
que son confrère habitant plus au sud.

Parties utilisées :

o Parties aériennes en fleur si possible (printemps et automne), sinon feuilles toute


l'année ;
o Les jeunes pousses sont préférables au « vieux bois » (moins tanniques) ;
o La plante est relativement stable au séchage ;

Formes utilisées :

o La forme la plus simple : l'infusion de plante fraiche ou récemment séchée ;


o Teinture des sommités fleuries récemment séchées (1:5 – alcool à 50°) ;
o Macérât huileux préparé à partir de la plante récemment séchée ;
o Onguent, idem ;
Doses :

o Infusion : 1 cuillère à soupe de plante récemment séchée par grande tasse, ou une
branchette de plante fraiche ;
o Teinture : Hoffmann recommande 1 à 2 ml 3 fois par jour (ref : Hoffmann) ;

Références
(1) Park MY, Mun ST. Dietary carnosic acid suppresses hepatic steatosis formation via
regulation of hepatic fatty acid metabolism in high-fat diet-fed mice. Nutr Res Pract. 2013
Aug;7(4):294-301.

(2) Ramadan KS, Khalil OA, Danial EN, Alnahdi HS, Ayaz NO. Hypoglycemic
and hepatoprotective activity of Rosmarinus officinalis extract in diabetic rats. J Physiol
Biochem. 2013 Apr 28.

(3) Afonso MS, de O Silva AM, Carvalho EB, Rivelli DP, Barros SB, Rogero
MM, Lottenberg AM, Torres RP, Mancini-Filho J. Phenolic compounds from
Rosemary (Rosmarinus officinalis L.) attenuate oxidative stress and reduce blood cholesterol
concentrations in diet-induced hypercholesterolemic rats. Nutr Metab (Lond). 2013 Feb
2;10(1):19.

(4) Gutiérrez R, Alvarado JL, Presno M, Pérez-Veyna O, Serrano CJ, Yahuaca P. Oxidative


stress modulation by Rosmarinus officinalis in CCl4-induced liver cirrhosis. Phytother Res.
2010 Apr;24(4):595-601.

(5)  Fadel O, El Kirat K, Morandat S. The natural antioxidant rosmarinic acid spontaneously


penetrates membranes to inhibit lipid peroxidation in situ. Biochim Biophys Acta.
2011;1808:2973-80.

(6) Sinkovic A, Suran D, Lokar L, Fliser E, Skerget M, Novak Z, Knez Z. Rosemary extracts


improve flow-mediated dilatation of the brachial artery and plasma PAI-1 activity in healthy
young volunteers. Phytother Res. 2011 Mar;25(3):402-7.

(7) Sagorchev P, Lukanov J, Beer AM. Investigations into the specific effects of rosemary oil
at the receptor level. Phytomedicine. 2010 Jul;17(8-9):693-7.

(8) Ozarowski M, Mikolajczak PL, Bogacz A, Gryszczynska A, Kujawska M, Jodynis-Liebert


J, Piasecka A, Napieczynska H, Szulc M, Kujawski R, Bartkowiak-Wieczorek J, Cichocka J,
Bobkiewicz-Kozlowska T, Czerny B, Mrozikiewicz PM. Rosmarinus officinalis L. leaf
extract improves memory impairment and affects acetylcholinesterase and
butyrylcholinesterase activities in rat brain. Fitoterapia. 2013 Dec;91:261-71.

(9) Machado DG, Neis VB, Balen GO, Colla A, Cunha MP, Dalmarco JB, Pizzolatti MG,
Prediger RD, Rodrigues AL. Antidepressant-like effect of ursolic acid isolated from
Rosmarinus officinalis L. in mice: evidence for the involvement of the dopaminergic system.
Pharmacol Biochem Behav. 2012 Dec;103(2):204-11.
(10) Machado DG, Cunha MP, Neis VB, Balen GO, Colla AR, Grando J, Brocardo PS, Bettio
LE, Dalmarco JB, Rial D, Prediger RD, Pizzolatti MG, Rodrigues AL. Rosmarinus officinalis
L. hydroalcoholic extract, similar to fluoxetine, reverses depressive-like behavior without
altering learning deficit in olfactory bulbectomized mice. J Ethnopharmacol. 2012 Aug
30;143(1):158-69.

(11) Petiwala SM, Puthenveetil AG, Johnson JJ. Polyphenols from the Mediterranean herb
rosemary (Rosmarinus officinalis) for prostate cancer. Front Pharmacol. 2013;4:29.

(12) Einbond LS, Wu HA, Kashiwazaki R, He K, Roller M, Su T, Wang X, Goldsberry


S. Carnosic acid inhibits the growth of ER-negative human breast cancer cells and synergizes
with curcumin. Fitoterapia. 2012 Oct;83(7):1160-8.

(13) Tai J, Cheung S, Wu M, Hasman D. Antiproliferation effect of Rosemary (Rosmarinus


officinalis) on human ovarian cancer cells in vitro. Phytomedicine. 2012 Mar 15;19(5):436-
43.

(14) Barni MV, Carlini MJ, Cafferata EG, Puricelli L, Moreno S. Carnosic acid inhibits the
proliferation and migration capacity of human colorectal cancer cells. Oncol Rep. 2012
Apr;27(4):1041-8.

(15) Russo A, Lombardo L, Troncoso N, Garbarino J, Cardile V. Rosmarinus officinalis


extract inhibits human melanoma cell growth. Nat Prod Commun. 2009 Dec;4(12):1707-10.

(16) Jindal A, Agrawal A, Goyal PK. Influence of Rosemarinus officinalis extract


on radiation-induced intestinal injury in mice. J Environ Pathol Toxicol
Oncol. 2010;29(3):169-79.

(17) Soyal D, Jindal A, Singh I, Goyal PK. Modulation of radiation-induced biochemical


alterations in mice by rosemary (Rosemarinus officinalis) extract. Phytomedicine. 2007
Oct;14(10):701-5.

(18) Jindal A, Soyal D, Sancheti G, Goyal PK. Radioprotective potential of Rosemarinus


officinalis against lethal effects of gamma radiation : a preliminary study. J Environ Pathol
Toxicol Oncol. 2006;25(4):633-42.

(19) Martin R, Pierrard C, Lejeune F, Hilaire P, Breton L, Bernerd F. Photoprotective effect


of a water-soluble extract of Rosmarinus officinalis L. against UV-induced matrix
metalloproteinase-1 in human dermal fibroblasts and reconstructed skin. Eur J Dermatol. 2008
Mar-Apr;18(2):128-35.

(20) Jindal A, Soyal D, Sancheti G, Goyal PK. Radioprotective potential of Rosemarinus


officinalis against lethal effects of gamma radiation : a preliminary study. J Environ Pathol
Toxicol Oncol. 2006;25(4):633-42.

(21) Jimbo D, Kimura Y, Taniguchi M, Inoue M, Urakami K. Effect of aromatherapy


on patients with Alzheimer's disease. Psychogeriatrics. 2009 Dec;9(4):173-9.
(22) Sienkiewicz M, Łysakowska M, Pastuszka M, Bienias W, Kowalczyk E. The potential of
use basil and rosemary essential oils as effective antibacterial agents. Molecules. 2013 Aug
5;18(8):9334-51.

(23) Centeno S, Calvo MA, Adelantado C, Figueroa S. Antifungal activity of extracts of


Rosmarinus officinalis and Thymus vulgaris against Aspergillus flavus and A. ochraceus. Pak
J Biol Sci. 2010 May 1;13(9):452-5.

(24) Checker R, Sandur SK, Sharma D, Patwardhan RS, Jayakumar S, Kohli V, Sethi


G, Aggarwal BB, Sainis KB. Potent anti-inflammatory activity of ursolic acid, a triterpenoid
antioxidant, is mediated through suppression of NF-κB, AP-1 and NF-AT. PLoS One.
2012;7(2):e31318.

Livres et ouvrages cités :

o Cazin, F.J., « Traité Pratique et Raisonné des Plants Médicinales Indigènes », 1850
o Hoffmann, « Medical Herbalism », 2003
o Leclerc, « Précis de Phytothérapie », 1973
o Winston & Maimes, « Herbs for Strength, Stamina, and Stress Relief », 2007

Si vous avez aimé cet article, abonnez-vous à la lettre d'information


gratuite et recevez un PDF cadeau sur les plantes !

JE M'ABONNE

Classé sous :Articles


Commentaires

1. Hervé GOURIOU dit
2 septembre 2020 à 16:50

Quelques minutes avant de me connecter au présent Blog de Christophe, je naviguais sur Google à la recherche de
renseignements plus frais pour ma mémoire sur les bienfaits du gingembre et comme à mon habitude dans ce genre de
recherches, j'ai tapé :"gingembre altheaprovence"... En bas de la page Google j'ai vu que Christophe avait été
interviewé par le Laboratoire Herbiolys fin septembre 2019... et qu'il déclarait tout son amour pour le Romarin !... Je
me suis retrouvé encore plus proche de Lui et de ses idées car je fais également partie de la même mouvance ... Dans
mon jardin on retrouve effectivement des haies ou de gros buissons de Romarin qui côtoient de grandes touffes de
Lavande... Décidé de continuer mon chemin, après la lecture de cet interview, jusqu'au Blog Altheaprovence pour y
puiser mes renseignements sur le gingembre, quel ne fut pas mon étonnement de voir en articles récemment affichés et
postés par Christophe, il était inscrit : " ROMARIN (ROSMARINUS OFFICINALIS) : GRAND TONIQUE,
DÉPURATIF ET PROTECTEUR"...j'ai regardé à deux fois la date de diffusion... 1er septembre 2020... étrange
coïcidence !...bizarre...bizarre...un grand Marabout guiderait-il ma main et orienterait-il mon esprit.... C'est vraiment un
heureux hasard pour me plaire et me rafraîchir la mémoire sur les utilisations et bienfaits de cette merveilleuse plante
qu'est le Rosmarin... et que je consomme à volonté et sans modération chaque jour !... Bonne rentrée et bonne reprise à
Christophe et.... à vous aussi, Sabine, qui n'avez, semble-t-il, pas pris de congés... (je peux vous conseiller,
discrètement, si vous le voulez pour faire valoir vos droits ... êtes-vous syndiquée ?... 🙂

Répondre

o sabine dit

4 septembre 2020 à 15:59

Bonjour Hervé , toujours aussi fan de vos envolées lyriques , un vrai régal
le plaisir d’œuvrer et de continuer d'apprendre en compagnie de Christophe en tant que Padawan est en soi nourrissant et
enthousiasmant et puis je suis libre comme l'air et choisis mes horaires comme bon me semble , ce qui est une épice rare de
nos jours et, et en plus mon ordi me suit partout 🙂
bref "Saint-Aise" est plus approprié pour moi que "Saint-dit-cat" 🙂

Répondre

2. Lucie Hamelin dit

28 août 2020 à 16:37

Bonjour Christophe,

Le matin, j'aime bien me préparer une infusion de plantes fraîches de mon jardin avec un peu de miel que je bois tout
au cours de la journée (environ un litre). Je la bois froide et à partir de l'après-midi. Je travaille à l'ordinateur jusqu'au
soir. Ces derniers temps, je la prépare avec du romarin et du basilic. Est-ce que c'est un bon mélange ou si les
propriétés de ces deux plantes ne sont pas compatibles?Je la bois principalement pour me concentrer sur mon travail
intellectuel. Merci de votre réponse.

Répondre

o Lucie Hamelin dit

28 août 2020 à 16:46

Encore moi! Combien de romarin et de basilic dois-je utiliser pour un litre (ne pas mentionner en grammes, car je n'ai pas
de balance)? En plus d'une cuillère à café de miel, j'y ajoute aussi le jus de 1 1/2 citron environ. Est-ce un bon mélange et
puis-je en boire tous les jours. J'adore le goût de cette infusion.

Répondre

 sabine dit

31 août 2020 à 09:50

avec plante fraiche , vous le faites un peu intuitivement et fiez-vous à votre goût
les infusions sont diurétiques, et pour s'hydrater c'est bien de boire aussi de l'eau

Répondre

o sabine dit

31 août 2020 à 09:48

bonjour Lucie
oui c'est un bon mélange, je prépare très souvent le même 🙂

Répondre
3. Dany dit

17 août 2020 à 13:22

Selon votre expérience, le macérat huileux de romarin est plus optimal avec la méthode "plante fraiche", "plante
sèche" ou "intermédiaire alcoolique" ? quelle méthode donne une huile la plus concluante .
Merci

Répondre

o sabine dit

19 août 2020 à 09:51

bonjour Dany
selon mon expérience, le mhia de romarin est vraiment plus puissant et il faut avoir testé les deux pour s'en rendre compte,
ce qui ne veut pas dire que le macérat simple est inefficace , il est très correct

Répondre

 Dany dit

19 août 2020 à 10:17

C'est pénible vous n'avez pas une solution pour trouver un alcool pur ? C'est désespérant...

Répondre
 sabine dit

21 août 2020 à 17:11

non , c'est un peu un système D

Répondre

4. Tulsi dit

11 août 2020 à 06:53

Bonjour,

Ayant été convaincu par votre article, je tiens à mettre à profit le buisson de romarin qui pousse dans mon jardin.

J'ai plusieurs questions.

1) Comment préparer la tisane, afin d'avoir bien les effets du romarin ? De ce que j'ai lu, il faut faire frémir l'eau (on ne
veut pas qu'elle soit bouillante), il faut couvrir pendant l'infusion (pourquoi ?), mais quel est la quantité de romarin
nécessaire pour une tasse (~20cl) ? 1g ? 10g ?

2) Ayant du mal avec l'arôme amer du romarin, je pense ajouter à mon infusion du basilic sacré (frais du jardin).
Aucune contre indication à ce sujet ? Est-ce qu'une quantité particulière de basilic sacré serait recommendé en
combinaison avec le romarin ?

Merci pour vos articles très informatifs.

Répondre

o sabine dit

15 août 2020 à 11:22

bonjour Tulsi
il y a plusieurs méthodes, la puriste est de mettre le romarin (juste ses feuilles) dans l'eau froide, vous faites frémir l'eau (à
couvert), dès que l'eau frémit vous éteignez le gaz et laissez infuser 10mn
si vous ne voulez que les aromatiques , parfois 3-4 mn suffisent (comme pour le thym par exemple)
https://www.altheaprovence.com/infuser/

Répondre

5. Alebe dit

13 juillet 2020 à 16:42

Bonjour Christophe et Sabine, j'aimerais savoir quelle est la manière la plus judicieuse de transformer le romarin
(teinture mère, huile solarisée,ect.),outre de le faire sécher pour la tisane?En passant, est-il absolument nécessaire de
garder la partie ligneuse pour le séchage ou puis-je garder uniquement les "feuilles" ? Aussi, le mois de juillet est-il un
bon moment pour la récolte et ais-je absolument qu'il soit en fleurs pour la transformation ? Je vous remercie d'avance
de votre temps précieux que vous mettez à disposition pour répondre à chaque demande! Bien à vous

Répondre

o sabine dit

16 juillet 2020 à 08:09

je vous ai répondu ici https://www.altheaprovence.com/romarin-rosmarinus-officinalis/#comment-52757

Répondre

 Alebe dit

23 juillet 2020 à 17:15

Merci beaucoup pour votre temps précieux Sabine!


Répondre

 sabine dit

24 juillet 2020 à 07:58

il devient précieux car partagé 🙂

Répondre

6. Gréban dit

10 juillet 2020 à 16:32

Bonjour Christophe et Sabine,


étant entourée de romarin sauvage, j'aurais aimé savoir quelle était la manière la plus judicieuse de le transformer
(teinture mère, huile solarisée,ect.), outre de le faire sécher pour la tisane. En passant, est-il absolument nécessaire de
garder la partie ligneuse pour le séchage ou puis-je garder uniquement les "feuilles" ? Aussi, le mois de juillet est-il un
bon moment pour la récolte et ais-je absolument qu'il soit en fleurs pour la transformation ? Je vous remercie d'avance
de votre temps précieux que vous mettez à disposition pour répondre à chaque demande! Bien à vous, Alexia

Répondre

o sabine dit

15 juillet 2020 à 08:30

bonjour Gréban
vous pouvez aussi l'utiliser frais surtout lorsque l'on en a à disposition , pour les teintures c'est mieux de "l'épiler" , vous
pouvez l'épiler aussi pour le faire sécher, ou alors le faire sécher sur branches et ensuite secouer pour récupérer les feuilles
on peut aussi récolter en été même sans les fleurs
Répondre

7. Caroline M. dit

1 juillet 2020 à 12:12

Bonjour,
Puis-je utiliser le macérât de romarin pour la fabrication de savons à froid. Les propriétés sont elle conservées. Merci
beaucoup. Quelle richesse ce site et un vrai régal.

Répondre

o sabine dit

2 juillet 2020 à 15:22

bonjour Caroline
oui tout à fait les macérats huileux peuvent être utilisés pour faire des savons

Répondre

 Caroline M. dit

2 juillet 2020 à 18:56

Merci beaucoup de votre réponse très rapide.

Répondre
8. Julien.C dit

9 juin 2020 à 22:17

Bonsoir Sabine et Christophe,

Je n'ai pas vu de commentaire à ce sujet sous cet article. Je me demandais si ajouter du macérat huileux de romarin
dans un autre macérat huileux d'une autre plante pouvait offrir une meilleure conservation du macérat (pour que l'huile
ne rassisse pas par exemple, ou peut être mieux conserver les propriétés du macérat). Si cela est une bonne idée, il vaut
mieux faire le macérat de romarin à part et l'ajouter après la filtration ou il est possible de mélanger les plantes lors de
la macération.

PS : J'ai 20ans, j'espère me soigner et me maintenir en bonne santé toute ma vie grâce aux plantes. Un grand merci
pour tout le partage que vous faites !!!!!

Répondre

o sabine dit

10 juin 2020 à 10:10

bonjour Julien
non car le côté anti oxydant du romarin ne sera pas suffisant pour protéger du rancissement une autre huile , et même dans
un macérat huileux de romarin , ses propres anti oxydants se seront pas assez nombreux pour le protéger et selon l'huile il
faudra rajouter de la vitamine E

Répondre

9. leslie meignent dit

18 avril 2020 à 15:24

bonjour je souhaiterais savoir les contre-indications a la consommation du romarin svp ? si il y en a 😉 merci

Répondre
o sabine dit

19 avril 2020 à 16:23

bonjour Leslie
nous parlons bien du romarin la plante dans son totum pas l'huile essentielle
Les précautions à prendre avec le romarin
- il peut éventuellement exciter les personnes sensibles en provoquant des troubles du sommeil
• Si c’est le cas le prendre loin du coucher
ou provoquer des palpitations
• Si c’est le cas choisir une autre plante ou diminuer éventuellement les doses

Répondre

10. Laurène Robitzer dit

30 mars 2020 à 11:03

Bonjour Sabine et Christophe,


J'espère que vous et vos proches êtes en parfaite santé ? Un grand merci pour les contenus vidéos, articles et newsletter
que vous partagez qui sont toujours extrêmement intéressants. J'ai pu résoudre quelques petits soucis en suivant vos
conseils naturels, simples et de bon sens 🙂

Suite à la taille printanière (activité idéale de confinement), j'ai beaucoup de romarin et bien que je consomme une
tasse de tisane par jour, je cherchais d'autres moyens de l'utiliser pour ne pas le perdre.

Ainsi j'avais pensé aux utilisations ci-dessous, qu'en pensez-vous?


- Dans le beurre clarifié maison afin de bénéficier de sa propriété "anti-rancissement" + ses autres bienfaits ?
- Idem : peut-on en mettre dans l'huile d'olive ? Pour en avoir les bienfaits dans l'huile?
- Vous dites qu'il est bon d'en mettre sur les grillades pour contrecarrer l'aspect nocif lié à cette cuisson : comment en
mettez-vous précisément ?
Pendant ou après la cuisson ? Feuilles fraîches ou sèches ? Sous quelle forme : feuille entière ou en poudre etc.. ?
- Conservera-t-il ses propriétés si je le réduis en poudre +ou- fine ? Afin de l'utiliser en cuisine par exl ?

Longue vie à l'Herboristerie et longue vie à vous et votre site 🙂


Bien à vous, Laurène

Répondre
o sabine dit

5 avril 2020 à 08:30

Bonjour Laurène
voici la réponse de Christophe
"Avant la cuisson, feuilles fraiches coupées finement au ciseau, ou feuilles sèches cassées finement ou même passées au
moulin à café juste avant de les utiliser. Certains utilisent une infusion de romarin dans un bouteille dans laquelle on a percé
des trous dans le bouchon pour humidifier viande ou légumes pendant la cuisson. J'ai testé et cela donne un goût
sympathique et réduit le noircissement. "

Répondre

11. Marie-Pierre dit

21 mars 2020 à 15:02

Bonjour Christophe. J'ai arrêté (bien à contrecœur) ma tisane de thym quotidienne à cause de l'hypertension. Le
romarin présente-t-il la même contre indication ? J'essaie, en ces tristes jours, de renforcer mes moyens de défense et
de soulager une toux sèche récalcitrante (rhinite). Merci infiniment, Christophe, pour votre travail et vos précieuses
informations, que je guette toutes les semaines.

Répondre

o sabine dit

22 mars 2020 à 21:57

Bonjour Marie Pierre


non le romarin à ma connaissance ne présente pas de contre indication
pour votre rhinite, pensez à vous faire des inhalations (casseroles d'eau chaude ou infusion de thym (là pas de problème
avec votre hta) et une ou deux gouttes d'he de ravintsara ou eucalyptus globulus

Répondre
 MICHEL TOLLARD dit

1 avril 2020 à 17:49

J'utilise le romarin en infusion, sous forme de cure hebdo, (environ 1/mois) en prenant une tasse tous les matins à jeun .
Mais je le conserve au frigo, est ce qu'il conserve ses propriétés ou non?
Merci de votre conseil

Répondre

 sabine dit

3 avril 2020 à 13:40

bonjour Michel
vous conservez l'infusion au frigo? ou le romarin en feuilles?

Répondre

 Michel dit

3 avril 2020 à 17:25

Bonjour, c'est l'infusion que je garde au frigo et j'en bois un verre tous les matins soit environ 1l/semaine

Répondre

 sabine dit
3 avril 2020 à 17:49

bon l'infusion se garde au frigo pas plus de 24h , les bactéries sont friandes des constituants présents dans la tisane et cela peut vite devenir
bouillon de culture , la décoction environ 48h

12. Sauvage dit

7 décembre 2019 à 11:55

Bonjour,
je me demande s'il est possible d'utiliser le romarin cru, mâchonner une ou deux feuilles régulièrement (cure de trois
semaines par exemple). J'ai eu beau regarder dans mes livres et sur le net, on ne parle jamais de l'utiliser cru, mais en
infusion, le cuire avec la viande....

Répondre

o sabine dit

9 décembre 2019 à 06:30

bonjour Sauvage
oui vous pouvez , les sucs digestifs sont nos meilleurs solvants

Répondre

13. Nadine dit

26 novembre 2019 à 15:39

Dans votre étude, vous évoquez le romarin officinal.


Or, j'ai découvert récemment qu'il existe 3 ou 4 types de romarins. Ma question est donc en marge de votre dossier,
mais comme il s'agit encore de romarin...
Sur : https://www.huiles-et-sens.com/fr/content/92-huiles-essentielles-chemotype
On lit :
"Prenons l'exemple du romarin (Rosmarinus officinalis) et regardons de plus près ses variations biochimiques.
Le romarin qui pousse en Tunisie ou Maroc contient proportionnellement plus de 1.8-cinéol et donne une huile
essentielle aux vertus expectorantes et fluidifiantes. On l'appelle donc Romarin cinéol et on va l'utiliser dans les
affections respiratoires.
En revanche le romarin qui pousse en Corse va contenir plus d'acétate de bornyle et va donner une huile essentielle
utilisée dans les pathologies du foie et des voies biliaires. C'est le Romarin verbénone.
Encore le romarin qui pousse en Provence et dans le sud d'Espagne, caractérisé par la contenance plus importante de
camphre va donner une huile essentielle qui facilite l'activité cardiaque et l'effort musculaire. Par contre elle peut être
hépatotoxique. C'est le Romarin camphre."

Finalement, lorsque vous préconisez des tisanes de romarin peu concentrées, je me dis que c'est plus prudent, vu ce
que je lis sur l'hépatotoxicité...

Qu'en pensez-vous ?

Connaissant un producteur qui affiche sur ses H.E. de Romarin camphré "Favorise un bon tonus général, l'aisance
articulaire, l'aisance digestive", je me dois de l'alerter, il me semble.
Que puis-je lui dire ?

Bien à vous et encore mille merci pour votre site qui est un régal...

Répondre

o sabine dit

29 novembre 2019 à 14:57

bonjour Nadine
vous avez parfaitement raison concernant les "voyages du romarin" 🙂
mais concernant la prise traditionnelle c'est à dire les tisanes , nous pouvons consommer le Rosmarinus officinalis quelque
soit son chémotype par contre l'utilisation des he demande de la réflexion et il est donc important de signaler et le
chémotype et les précautions d'emploi correspondant à la molécule prépondérante (cétone, verbenone (qui est aussi un
cétone un peu moins problématique) ou cinéole

Répondre

14. Sandrine dit

1 juillet 2019 à 11:04


Bonjour,
Il y a une quinzaine de jours j'ai commencé à prendre tous les jours une tisane de romarin. Le but était de prendre soin
de mon foie.
Ménopausée depuis environ 2 ans je souffrais de bouffées de chaleur qui me réveillaient plusieurs fois par nuit. Or,
depuis que je prends ma tisane quotidienne de romarin mes bouffées de chaleur ont disparu... Cette info pourrait être
utile à d'autres.
Un grand merci à Sabine et Christophe, pour votre travail remarquable et votre générosité.
Sandrine

Répondre

o sabine dit

1 juillet 2019 à 11:17

Bonjour Sandrine
merci pour votre retour d'expérience 🙂

Répondre

15. Gauthier dit

21 février 2019 à 01:12

Bonjour,

J'aimerais réaliser une crème hydratante visage a base d'un macérât huileux de romarin, est ce qu'en l'utilisant
quotidiennement sur la peau la crème aura les effets attendus sur la protection cellulaire ? Où est ce plus efficace en
infusion ?

Au plaisir de vous lire ! Et merci pour tout !

Répondre
o sabine dit

21 février 2019 à 10:49

Bonjour Gauthier
si c'est pour une protection spécifique de la peau, en crème c'est super, pour une protection cellulaire anti oxydant plus
générale c'est mieux en interne

Répondre

16. Adjai dit

13 janvier 2019 à 08:42

Bonjour Christophe

Pendant combien de semaine ou de mois peut on boire le the de romarin?

Merci pour votre reponse.


Adjai

Répondre

o sabine dit

13 janvier 2019 à 11:25

Bonjour Adjai
si c'est une petite branchette le matin , vous pouvez tous les jours autant de temps que vous voulez, si c'est un protocole par
exemple détox à raison de 2 tasses par jour, 15 jours -3 semaines sont suffisants

Répondre
17. Fabienne dit

12 janvier 2019 à 19:01

Bonjour,
J’habite en ce moment dans le sud de la France et j’en profite pour me balader dans la garrigue. Comment faire la
différence entre le Romarin officinale et le romarin à camphre car j’aimerai réaliser une teinture.
Merci

Répondre

o sabine dit

14 janvier 2019 à 07:51

Bonjour Fabienne
le romarin officinale peut avoir des chémotypes différents en fonction de l'endroit où il pousse En principe, la composante
dominante pour le romarin de Provence est généralement le camphre (bornéone).

Répondre

18. JEAN dit

29 décembre 2018 à 09:29

Bonjour Christophe,

J’ai préparé une TM associée à une huile de noisette + huiles essentielles (lipolytique) à appliqué sur un lipome. La
teinture mère pour nettoyer le foie, l’huile pour une application locale. Mais j’ai un doute et une question 🙂
Mon ami prend tous les jours de l’hydrocortisone, la teinture mère de romarin ne risque t’elle pas d’accélérer
l’assimilation de l’hydrocortisone?
Un grand merci pour tout ton travail sur les plantes, c’est passionnant ! Bonnes fêtes.
Emmanuel.

Répondre
o Christophe BERNARD dit

6 janvier 2019 à 11:24

Bonjour Emmanuel,
Au final, on n'a pas assez de recul aujourd'hui sur l'interaction entre les plantes et les médicaments. Il est donc compliqué
d'évaluer le risque ici. En théorie, une plante qui stimule les fonctions du foie pourrait favoriser une élimination un peu plus
rapide de la cortisone. Donc assimilation plus rapide, probablement pas, élimination plus rapide, possible. Mais ceci est
purement spéculation théorique. En pratique, on en revient souvent tout simplement au ressenti - sent-il une amélioration
avec ce programme ou pas.

Répondre

o reillier dit

23 mai 2019 à 08:30

bonjour
quelle huile essentielle vous associez à la Teinture mère de romarin pour traiter les lipomes? merci
Cathy

Répondre

19. Nawal dit

4 décembre 2018 à 17:29

Bonjour,
Merci pour ce site très riche et qui nous apprend tellement de choses !
On m'a diagnostiqué une petite faiblesse pulmonaire et une amie m'a conseillé de boire de l'hydrolat (pas infusion) de
romarin et/ou de faire des "bains de vapeur" (excusez moi je ne me souviens plus du tout du terme) pour ouvrir les
bronches et renforcer le poumon.
Qu'en pensez-vous ?
Merci 🙂
Répondre

o Christophe BERNARD dit

12 décembre 2018 à 17:56

Bonjour Nawal,
Le romarin, pourquoi pas. Mais personnellement je préfère largement le thym pour toute faiblesse pulmonaire, que ce soit
en infusion, hydrolat ou inhalation.

Répondre

20. Mollière dit

1 novembre 2018 à 10:46

Bonjour,
Concernant le mode d'emploi d'une infusion, j'ai lu sur la notice de mon paquet de romarin (acheté dans une grande
herboristerie de Paris citée sur votre site) qu'il fallait en verser une cuillère à soupe dans 250 ml d'eau froide et porter à
ébullition pendant 3 minutes et laisser infuser pendant 10 minutes. Est-ce vraiment ainsi qu'il faut s'y prendre pour une
infusion à boire chaque jour comme vous le préconisez ?
Merci par avance de votre réponse.

Répondre

o Christophe BERNARD dit

7 novembre 2018 à 07:07

Bonjour,
Pour les préparations et les dosages, vous entendrez de nombreuses versions car il n'y a pas vraiment de consensus entre les
différentes pratiques et traditions.
En revanche, en ce qui me concerne, je ne fais jamais bouillir une plante aromatique afin de ne pas détruire et perdre les
huiles essentielles. Au contraire, je favorise plutôt une infusion à 85°C ou 90°C afin de préserver ces substances fragiles. Et
toujours bien couvrir pendant l'infusion.

Répondre

 Olga dit

14 mai 2020 à 14:47

Bonjour,

Je rebondis sur la question de Mollière car je me suis posé exactement la même après avoir acheté une tisane probablement chez
le même herboriste. Christophe, je pense que je vais suivre plutôt votre conseil. Toutefois, 1/ les températures que vous indiquez
(< 100°C) laissent penser que si je verse l'eau bouillante directement, sans attendre, je perd toutes les HE, 2/ je me demande si à
ne pas faire bouillir (comme ils le demandent) ou à baisser la température (à 85-90°C) je n'extrais pas (beaucoup) moins les
autres actifs (hors HE). Qu'en pensez-vous ? Recevez, vous et Sabine, mes sincères remerciements pour les informations
partagées. Bien cordialement

Répondre

 sabine dit

16 mai 2020 à 10:54

bonjour Olga
l'extraction sera très bonne au contraire, une des astuces est de faire en sorte de bien "boucher" le récipient dans lequel vous faites
macérer vos plantes , et c'est l'effet gonflement par la chaleur qui va optimiser l'extraction
pour ma part j'ai opté pour la presse à café https://www.altheaprovence.com/infuser/

Répondre

 Olga dit
20 mai 2020 à 00:39

Merci Sabine.
Je vais lire les informations mises en lien.

Répondre

21. Vienne dit

10 octobre 2018 à 18:06

Bonsoir depuis que j’ai appris les vertues du romarin j’en bois pas mal un peu comme de l’eau et j’aime son goût amer
... je le cueille dans mon jardin et le consomme froid ou tiède faut il que je diminue ma consommation ? Est ce nocif de
trop en boire? Je vous remercie d’avance. Cordialement

Répondre

o sabine dit

16 octobre 2018 à 18:48

Bonjour
Comme pour tout l'excès n'est pas bon, boire une infusion de romarin tous les jours est intéressant, par contre en boire un
litre par jour ne me parait pas judicieux , il ne s'agirait pas de fatiguer le foie, donc oui je vous invite à diminuer

Répondre

22. Sofia DOMINGUEZ dit

21 septembre 2018 à 20:26


Bonjour Christophe,
Je visionne vos vidéos et lis vos articles au gré des bocaux que je rempli des trésors de mon jardin. Cette année mon
romarin off. est tout "déplumé" et comme j'ai aussi un romarin rempant, je l'ai recolte lui. Mais est ce que tous les
romarins ont les mêmes vertus?

Répondre

o sabine dit

22 septembre 2018 à 06:57

Bonjour Sofia
fiez vous à son parfum ...., car les vertus ou la teneur en he du romarin ou des différentes variétés de romarin vont dépendre
surtout du sol dans lequel il pousse

Répondre

23. Fabienne dit

13 septembre 2018 à 15:04

Bonjour Sabine et bonjour Christophe,


J’ai réalisé ma teinture de feuilles fraiches de romarin avec de l’alcool à 96 degré. J’aimerai savoir combien de temps
dois je la laisser macérer ?
Un grand merci
Fabienne

Répondre

o sabine dit
13 septembre 2018 à 17:25

Bonjour Fabienne
pas plus de 15jrs

Répondre

o Fabienne dit

13 septembre 2018 à 18:51

Merci pour votre réponse si rapide.

Répondre

24. Madeleine dit

12 septembre 2018 à 10:47

Bonjour, je suis tombée sur votre site en recherchant des informations sur les différents types d'huiles essentielles de
romarin qui existent, notamment l'HE pranaröm, rosm. Offi. CT cinéole que j'utilise actuellement.
Dans votre article que je trouve par ailleurs extrêmement riche, vous ne semblez pas préconiser la consommation de
romarin sous forme d'HE. La tisane (plantes fraîches ou séchées ?) est-elle préférable ?
Merci par avance de votre réponse.
Madeleine

Répondre

o sabine dit

12 septembre 2018 à 11:19


Bonjour Madeleine
Christophe ne préconise pas spécialement les he car il préfère se centrer sur les plantes entières, cela n'enlève rien aux
vertus des he, mais ce n'est pas la spécificité premier du site 🙂

Répondre

25. Muleg dit

16 août 2018 à 20:30

Bonjour,
Merci pour la richesse de ces informations !
Je consomme régulièrement des tisanes de romarin en pensant à son effet dépuratif. Mais en vous lisant, je me
demande si cela agit quand on a été opéré de la vesicule biliaire ? Peut être y a-t-il des plantes mieux adaptées ?

Répondre

o sabine dit

17 août 2018 à 06:14

Bonjour Muleg
Tout va dépendre depuis quand vous avez été opéré, en général lorsque l'on vient de subir une cholécystectomie il faut
laisser à l'organisme le temps de "s'organiser", de s'adapter, et là il vaut mieux éviter tout ce qui va stimuler la production de
bile puisque celle ci ne peut être stocké et se déverse en permanence mais au fil des mois il se forme une mini vésicule dans
le reste du canal cystique qui permet entre autre de mieux digérer les graisses, et là oui vous pouvez faire de petites cures
dépuratives et le romarin est une bonne option

Répondre

 Muleg dit
17 août 2018 à 19:37

Merci pour la précision et la rapidité de votre réponse !


L'opération date d'il y a 2 ans... Me voilà 'rassurée'.
Je suis tellement ravie d'avoir découvert votre site. Mille mercis pour votre travail.

Répondre

26. Lucile dit

28 juin 2018 à 14:28

Bonjour,
Je prends une infusion de romarin le matin et je réutilise les mêmes feuilles pour une 2è infusion l'après midi.
La 2è est beaucoup plus amère.
Et j'ai cru lire quelque part qu'il ne fallait pas laisser le romarin dans l'eau toute la journée. Savez vous pourquoi ?
Je suis en formation d'herboriste et votre site m'aide beaucoup à avancer. Merci.

Répondre

o sabine dit

28 juin 2018 à 16:41

Bonjour Lucile
le romarin commence par libérer ses molécules aromatiques (dans les 3-5 premières minutes) et ensuite libère ses autres
composants dont les tanins qui donnent une certaine âpreté et amertume donc plus on attend et plus le romarin est fort en
bouche

Répondre

27. CAROLINE HUILLE dit


13 juin 2018 à 23:19

merci beaucoup pour cet article vraiment très intéressant...


je me pose une question :
je pratique le jeûne intermittent quotidiennement pour me soigner, et je ne bois qu'en fin de journée et ne mange que le
soir...
la prise d'une infusion de romarin est-elle aussi efficace le soir que le matin ?
et dans ce cas, vaut-il mieux avant ou après le repas ?
j'ai aussi entendu dire que le romarin était une plante adaptogène, qu'en pensez-vous ?
je suis en épuisement chronique avec des surrénales très fatiguées et une hypothyroïdie d'Hashimoto, puis-je utiliser le
romarin quotidiennement au long court ?
merci beaucoup pour votre réponse

Répondre

o sabine dit

14 juin 2018 à 09:55

Bonjour Caroline
Pourquoi ne buvez vous que le soir? et lorsque vous dites ; " jeûne intermittent quotidiennement" j'ai du mal à saisir , c'est
un mode de vie sur le long terme? ou pour des raisons précises surune durée limitée ?
pour le romarin, on peut le boire le soir, après le repas il peut aider à la digestion, c'est un dépuratif léger
non elle n'est pas répertoriée comme adaptogène
il n'y a pas de contre indications (à ma connaissance) avec l'hypothyroïdie (on parle bien là de la plante et non de l'he.
quant à son utilisation sur du long terme, tout va dépendre de votre état, des doses que vous prenez, mais dans ce que je
viens de lire
vous parlez des "surrénales" fatiguées : avez vous fait des examens ? ou c'est votre déduction liée à un état de stress et/ou de
fatigue chronique?

Répondre

 CAROLINE HUILLE dit

22 juin 2018 à 14:13

merci de votre réponse rapide...


oui le diagnostic a été posé par 2 naturopathes hygiénistes, pour eux les surrénales sont à l'origine de mon état d'épuisement
chronique et de tous les symptômes qui en découlent...
je travaille donc à rétablir tout ça au mieux de ce que je peux faire... environnement/entourage/alimentation
bio/jus/repos/soleil/nature etc... et depuis 2 ans maintenant je pratique le jeûne (sec si possible) intermittent (1 seul repas/jour) et
cela a changé ma vie, cela m'a permis de retrouver de l'énergie, car en mettant mon organisme au repos et en mangeant que le
soir, au moment où mon corps est au top de son potentiel digestif, cela lui permet de se régénérer...
j'applique la loi de l’homéostasie et ça me réussit bien...
mon système digestif entre autre, se restaure petit à petit et ça c'est la preuve que cela fonctionne pour moi...
j'ai eu l'appel récemment pour le romarin et je me suis dit que c'était bien pour mon foie et pour aussi apporter un + pour
améliorer ma digestion...
c'est du romarin sauvage que j'ai fait sécher, j'en prends une bonne cuillère à soupe dans un mug d'environ 200ml le soir après
mon repas...
d'ailleurs je pensais qu'il fallait le faire sécher pour le prendre en infusion, mais visiblement je peux l'utiliser frais, ça a même
l'air mieux d'après ce que j'ai lu ?
en tout cas merci encore pour vos articles et vos vidéos, c'est vraiment très intéressant
une belle journée à vous

Répondre

 sabine dit

22 juin 2018 à 18:58

Bonjour Caroline
merci pour votre explication 🙂
oui le romarin peut se prendre frais, je ne dirais pas "mieux", mais plein de vitalité c'est certain

Répondre

28. Claudia dit

4 mars 2018 à 17:55

Bonjour,
C'est toujours un régal de lire vos articles. J'ai beaucoup de romarin dans mon jardin gersois (j'en ai toujours planté
partout où j'ai vécu, ainsi que du chèvrefeuille) mais j'aimerais trouver du romarin sauvage. Comme il se bouture
facilement, peut-on s'en procurer dans votre boutique? Par ailleurs j'utilise votre recette de macérat huileux pour le
visage, c'est une merveille, très confortable pour la peau sèche et le parfum est fabuleux. Encore merci, je vais prendre
des infusions régulièrement.
Je fais une tisane baptisée "jus de jardin " ou "tisane de sorcière": un mélange de thym, romarin, menthe poivrée, sauge
et mélisse, c'est bon, tout le monde en raffole.
Mon chien a un eczéma de contact depuis plusieurs jours et le véto a prescrit un lait à la cortisone. Puis-je lui passer
une infusion de romarin ou une autre plante? (C'est un gros chien) Connaissez-vous un site dédié aux animaux, vos
adresses sont toujours excellentes?
Merci d'avance.
Répondre

o sabine dit

4 mars 2018 à 22:03

bonsoir Claudia
- j'ai répondu en partie à votre question concernant l'eczéma de votre chien sur un autre post, il y a un site que je visite de
temps à autre qui s'appelle Arnaud véto qui donne pas mal d'info, mais j'ai un peu de mal à m'y retrouver
Christophe ne vend pas de plants ni de plantes, juste des graines
difficile de "transplanter du romarin sauvage "provençal" ailleurs qu'en Provence, à moins de lui recréer les conditions un
peu rudes de son climat natal 🙂

Répondre

 Claudia dit

5 mars 2018 à 17:38

Bonjour Sabine,
Merci de me répondre aussi vite. Je ne trouve pas votre autre réponse, à quelle rubrique l'avez-vous postée? Je vais aller sur le
site que vous m'indiquez.

Encore merci.

Répondre

 sabine dit

5 mars 2018 à 18:56


bonjour Claudia
c'est une question que vous aviez posté au sujet de l'eczéma de votre chien sur l'article une peau sans
souci https://www.altheaprovence.com/blog/une-peau-sans-souci/

Répondre

29. jean-christophe dit

31 janvier 2018 à 13:16

Bonjour christophe, bonjour sabine.

Vraiment merci pour toutes ces informations. Une question toutefois : voilà, je suis sportif, âge de 48 ans et j'ai la
chance de n'avoir aucun problème de santé particulier, je fais juste de la prévention. A la suite d'une discussion avec
christophe, je me suis décidé à intégrer certains plantes dans ma routine de boissons dans la semaine en + de mes 3
tasses de thé vert le matin : le gingembre que j’associe une paire de fois dans la semaine au thé vert le matin, le
romarin et l’ortie dont je prends une paire de tasse en alternance dans la semaine après le repas de midi (je sais, cela à
l’air un peu compliqué tout ça, mais quand on a l’habitude, cà và tout seul…). Bref...ma question est au sujet de la
remarque de christophe : « Pour moi, le romarin est une plante qui, pour fournir cet effet, doit être consommée
régulièrement en petite quantité. L’idéal serait de le consommer d’une manière journalière, le matin, en infusion
faiblement dosée » .
le romarin en infusion « faiblement dosée », cela donne quoi en quantité ? Personnellement, je mets une cuièllere à
café par tasse mais christophe indique plus bas une cuillère à soupe. Une cuillère à soupe c’est la dose
« thérapeutique » d’attaque quand besoin ou est-ce l’infusion faiblement dosée pour le quotidien évoquée plus haut,
comme moi je cherche à faire?
J’ai un peu la même question pour le gingembre (christophe parle d’une cuillère à café par tasse mais je n’en met
qu’une demie) et l’ortie (je mets 2 cuillères à café par tasse) : finalement, en « prévention », mais pour profiter au
mieux de leurs bienfaits dans le cadre de ma routine, quelles doses en infusion me conseillez vous?

Merci d’avance de vos commentaires si appréciés

amicalement

jean-christophe

NB : si j'ai posté plusieurs fois le même message, ne m'en veuillez pas=problèmes de gestion de cookies

Répondre

o Christophe BERNARD dit
2 février 2018 à 11:58

Bonjour JC,
Le sportif a des besoins un peu à part. Il faut fournir au corps une bonne quantité d'antioxydants divers et variés.
Personnellement je n'hésiterais pas à faire une infusion de romarin tous les matins, frais si possible, une branchette pour que
ça libère un bon goût bien aromatique.
Pour l'ortie, j'en mettrais plus car le sportif a besoin de beaucoup de minéraux. Monter à 4 g/tasse par exemple.
Pour le gingembre, il faut rechercher cet effet réchauffant et agréable sans pour autant que l'infusion soit difficile à boire.
Cela dépend de la personne. Perso, il m'en faut pas mal pour avoir cet effet (je suis accro aux épices 🙂 - une cuillère à café
bien remplie est un bon départ.

Répondre

30. Hervé GOURIOU dit

2 novembre 2017 à 21:55

Bonjour Christophe et Sabine, Cette année je me suis retrouvé avec une surproduction de près de 40 kgs de Romarin...
J'en ai pulvérisé 1 kg que je conserve dans un bocal de verre bien étanche et je consomme ma poudre de Romarin en
infusions comme du café en poudre... délicieux !... Je varie en y rajoutant du citron ou du gottu kola etc...Mais même
avec deux ou trois tasses de 25cl/jour... je ne me vois pas consommer toutes mes petites feuilles vertes odoriférantes et
cognitives avant la nouvelle récolte 2018 !... Je les ai bien séchées et je les conserve dans des sacs en papier kraft
doublés d'alu bien étanches... J'en ai offert autour de moi mais je n'en vois pas la fin... Alors, en désespoir de cause j'ai
décidé de les distiller et d'en extraire les HE... Habituellement et suivant la littérature ad hoc il est préférable et même
impérativement conseillé d'utiliser des plantes fraiches pour obtenir le meilleur rendement d'HE... Mais à ma grande
surprise, mes feuilles séches depuis un à deux mois me donnent un meilleur rendement qu'avec les feuilles fraiches...
Je crois comprendre les raisons... mais j'attends de finaliser l'opération...
Commentaire pour info...

Répondre

o sabine dit

3 novembre 2017 à 06:16

Bonjour Hervé
Je suis impatiente de lire la suite

Répondre
 Hervé GOURIOU dit

3 novembre 2017 à 15:41

J'ai omis de préciser que je trouve, en fait, la distillation gaspilleuse d'énergie mais également de plantes, car il faut une grande
quantité de fleurs ou feuillages pour extraire 10 ou 20ml d'HE... Je préfère les infusions ou teintures, mais à un moment il faut
bien tailler et rabattre les touffes qui deviennent très vite arbustes et développent du bois plutôt que des feuilles et qui finissent
par devenir des squelettes... et puis j'ai un défaut, je ne peux m'empêcher de bouturer les plus belles branches que je coupe, plutôt
que de les dessécher, et en une année, deux ans maxi, elles deviennent de magnifiques buissons qu'il faut élaguer au moment des
floraisons et récupérer les rameaux fleuris etc...etc.... rapidement les kilos de feuilles sèches augmentent qu'il est impossible de
consommer et de conserver indéfiniment ... La distillation est une manière de palier aux excédents et de bien conserver les
extraits et d'utiliser au maximum des plantes comme le Romarin, la Lavande, le Laurier, entre autres, qui poussent avec
profusion sous nos latitudes....
Je voulais me justifier pour le "gaspillage" d'une noble plante qu'est le Romarin... Voilà qui est dit...

Répondre

31. Lucie dit

1 novembre 2017 à 19:41

Bonjour et merci pour tous vos généreux articles. Ma Maman me dit que le romarin est abortif...que faut-il en penser ?
Merci et belle journée

Répondre

o sabine dit

2 novembre 2017 à 14:37

Bonjour Lucie
Le romarin en tant que plante dans son totum n'est pas abortif, les HE de romarin à camphre et à verbénones peuvent être
neurotoxiques et abortives de part la présence de cétones,si utilisées à fortes doses, mais dans tous les cas contrindiquees
pour les femmes enceintes, les bb,les enfants, les personnes hépatiques hypersensibles (verbénone)
Répondre

32. Karine dit

12 septembre 2017 à 20:18

bonjour!
quelle plaisir de vous lire à chaque nouveau post!
pour ce qui est du romarin, je l'ai pris de divers manière.
j'ai fait une réaction pas terrible au dolipran il y a 1 an et demi et mon foie a bien trinqué, du coup, cure de dépuratif
boldo romarin, etc... et là patatra, je me retrouve épuisée! Ma pharmacienne et moi même arrivons à la conclusion
qu'une plante est top forte pour moi, je passe donc à l'hydrolat de romarin le soir au coucher, et là, le drame (j'essaie de
mettre un peu de suspens dans une histoire somme toute assez banale...), je me réveille chaque nuit à 3h du matin en
galérant à me rendormir.
Sur les conseils d'une amie, je vais dans une boutique spécialisée en ayurvéda où l'on me dit que selon mes
symptômes, céphalée, déprime, constipation, tristesse, colère, peur, réveil nocturne avec suée, j'ai trop de chaleur dans
le foie et que le romarin étant une plante réchauffante, il est normal que je ressente une énorme fatigue.
Je prend donc du triphala depuis quelques jours, méthode plus douce visiblement, mais j'aimerai savoir si tout cela
vous paraît cohérent.
Encore merci pour votre blog si instructif!

Répondre

33. Marylore dit

22 août 2017 à 09:44

Bonjour.
Encore merci pour votre travail, vos expériences, votre savoir partagés. Les plantes ont beaucoup de choses à nous
apporter. Nous avons du romarin dans notre jardin de curé et nous ne connaissions pas toutes ses vertus... il n' a plus
qu'à passer à la mise en pratique.
J"ai deux questions : - puis-je faire un mélange de romarin/ortie/ plantain en tisane ? se sont trois plantes qui me
semblent intéressantes et qui peuvent apporter beaucoup de choses ; l'ortie et le plantain ne sont-elles pas redondantes
ou se complètent-elles dans leur apport (ex. : leur vertu reminéralisante) ?
- puis-je faire un onguent de reine des près et l'utiliser pour des problèmes circulatoire, de rétention d'eau (pieds,
mollets qui gonflent) ?
Vous remerciant pour votre réponse.
Marylore

Répondre
o Christophe BERNARD dit

23 août 2017 à 15:16

Bonjour Marylore,
L'ortie et le plantain ne sont pas redondantes, elles ont chacune leurs spécialités, donc oui elles peuvent se mélanger. Le
plantain, par exemple, est un grand réparateur des muqueuses digestives alors que l'ortie ne l'est pas.
Pour les problèmes circulatoires, il y a mieux que la reine des prés en onguent : marron d'inde, fragon, vigne rouge... et
certaines huiles essentielles comme le cyprès toujours vert. En interne par contre, pour la rétention d'eau, c'est une bonne
plante (en infusion).

Répondre

34. Elena dit

10 avril 2017 à 23:02

Bonjour Cristophe:

On peut fair une Teinture mère des sommités fleuries de la plante fraiche? 1:2 a 90º?

Combien de minutes pour l'infusion optimal?

Merci.
Elena

Répondre

o Christophe BERNARD dit

12 avril 2017 à 11:36

Bonjour Elena,
Oui on peut faire une teinture des sommités fraiche qui est sacrément musclée. Je préfère personnellement la forme aqueuse
pour le romarin, mais la teinture est faisable et assez puissante.
Pour une infusion optimale, j'aime bien laisser 5 minutes tout au plus, surtout si le romarin fait beaucoup de bois. Si ce sont
de jeunes ou nouvelles pousses, on peut laisser plus longtemps.

Répondre

35. Jacqueline dit

28 septembre 2016 à 13:47

Bonjour Christophe,

Actuellement je fais une cure de cortex cérébral 8DH en ampoules sur 30 jours ( 1 ampoule/jour sous la langue.) Puis-
je prendre de la teinture mère de romarin 1DH en m^me temps. Si oui A quel moment vous me conseillez de la
prendre et en quelle quantité

Merci pour votre réponse

Bien cordialement,
Jacqueline

Répondre

o Christophe BERNARD dit

28 septembre 2016 à 21:09

Bonjour Jacqueline,
Je ne suis hélas pas formé en homéopathie, je ne pourrais vraiment pas vous dire la compatibilité entre une teinture de
romarin diluée au 1DH et le cortex. Mieux vaut vous adresser à votre homéopathe.

Répondre

36. dahu dit
21 septembre 2016 à 09:21

Bonjour,
Je n'aime pas les infusions.
Est-ce que l'on peut manger des" feuilles/épines" de romarin fraiches ? si oui, combien par jour ?

Répondre

o Christophe BERNARD dit

21 septembre 2016 à 21:13

Pour avoir l'équivalent d'une infusion, il faudrait arriver à intégrer disons une demi à une cuillère à café de feuilles fraiches
coupées menu. Pas désagréable sur la nourriture.

Répondre

37. Sonia dit

13 mai 2016 à 09:11

Depuis une semaine, avec l'application du macérat huileux sur le thymus et la nuque au moment du coucher, nous
constatons que nous nous levons plus facilement mon compagnon et moi-même le matin, les idées plus claires, moins
fatigués.

Répondre

o Christophe BERNARD dit

13 mai 2016 à 10:11

Merci Sonia pour ce retour d'expérience.


Répondre

38. patrick dit

6 février 2016 à 18:56

bonjour, merci pour cet article, j'ai l'habitude de prendre le romarin en infusion, et en général j'infuse les tiges
fraîchement cueillies avec les fleurs ; est ce çà pose un problème ? peut-on s'intoxiquer avec du romarin, si on
prolonge longtemps une cure d'infusions disons 3 fois par jour ( sur 15 jours admettons )... ce sont les questions qui se
posent à moi....
d'autre part je le mélange avec du thym frais (et fleuri) à parties égales....est ce çà pose un problème comme exposé ci-
dessus ?
merci de vos conseils

Répondre

o Christophe BERNARD dit

7 février 2016 à 19:28

Bonjour Patrick,
L'infusion de romarin frais est excellente. Une cure sur 15 jours ne devrait pas poser de problèmes car le romarin stimule le
foie mais relativement en douceur comparé aux autres dépuratives (bardane, fumeterre, aubier de tilleul, etc). Il se combine
bien avec le thym. Ici en Provence, on consomme très souvent ces aromatiques afin de favoriser une bonne digestion par
exemple.

Répondre

 patrick dit

7 février 2016 à 19:43


Merci Christophe ! j'habite en Provence ! ma tendance est que j'infuse très fort ( j'aime ! ) avec 3 ou 4 brins de romarin , plus le
thym en même quantité , pour un gros bol ( 0,5 l presque ).....est ce trop ? qu'en pensez vous ?....j'ai lu la rubrique romarin et
vous préconisez 1 brin. Merci de votre éclairage.

Répondre

 Christophe BERNARD dit

9 février 2016 à 09:10

Non, c'est juste que j'explique comment réaliser une infusion un peu plus subtile et moins âcre et amère si on laisse infuser moins
longtemps. De plus, si l'on veut prendre le romarin sur le long terme, mieux vaut doser léger sinon on se lasse. Si vous laissez infuser
plus longtemps, vous allez extraire plus de tanins, ce qui peut parfois irriter le système digestif au long terme. Ce qui est intéressant
car on utilise les tanins sur le court terme pour calmer une inflammation des muqueuses - mais trop de tanins, ou trop longtemps, peut
créer l'effet inverse. Ceci étant dit, si vous appréciez votre infusion journalière et que vous sentez qu'elle vous fait du bien, c'est tout
bon.

Répondre

 patrick dit

9 février 2016 à 14:20

merci Christophe ! j'avais pas pensé à l'extraction des tanins irritants le système digestif, aussi votre réponse est judicieuse et j'en tiendrai
compte à l'avenir, bonne journée!

Répondre

39. suzeau dit

22 septembre 2015 à 18:54


Bonjour,
C'est encore moi : j'en profite pour demander également concernant l'utilisation de l'ortie en cure pour le magnésium
(20 g). Je manque souvent de fer et je suis très stressée et anxieuse donc c'est utile pour cela aussi ? Mais durant
combien de temps faut il faire cette cure ? je vous remercie encore pour les renseignements
Catherine

Répondre

o Christophe BERNARD dit

23 septembre 2015 à 20:27

Oui absolument, utile pour le fer aussi. Pour info, environ 2,5 mg de fer pour 100 g d'ortie.
La cure dure autant que nécessaire pour vous fournir un soulagement ou palier à vos carences.

Répondre

40. suzeau dit

22 septembre 2015 à 18:43

Bonjour,
Je viens de découvrir votre site et il est très intéressant pour moi qui suit novice. Pouvez vous me dire où je pourrais
me procurer un plant de romarin sauvage à planter puisque vous dites qu'il s'adapte à Paris (j'habite en Normandie !!).
Puis en acheter sur internet ?
En attendant votre réponse je vais acheter du romarin séché.
MERCI
Catherine

Répondre

o Christophe BERNARD dit
23 septembre 2015 à 20:29

Le romarin des jardinerie fera l'affaire - c'est en principe du Rosmarinus officinalis. Ce qui change, c'est l'endroit où il
pousse, c'est cela qui lui donne un chémotype particulier (verbénone, cinéole, etc).

Répondre

41. chicotte dit

17 avril 2015 à 10:32

Bonjour;
Je me pose une question?. Le romarin acheté en paquet (pas forcément récent!) a t'il les mêmes vertus que le
romarin"fraîchement séché"; merci et bonne journée.

Répondre

o Christophe BERNARD dit

17 avril 2015 à 22:27

Probablement pas, mais le meilleur test est celui du goût et de l'odeur. Préparez une infusion avec ce romarin et jugez par
vous même.

Répondre

 chicotte dit

18 avril 2015 à 10:40

Effectivement, meme acheté au magasin bio, rien à voir avec du frais!!!. Merci de votre réponse.
Répondre

42. klibi dit

14 avril 2015 à 12:14

BONJOUR!
j'ai posté un commentaire sur la préparation du macérât huileux de romarin avec intermédiaire alcoolique, le samedi
dernier, et je n'ai toujours pas de réponse. Puis-je en connaître la raison?

Répondre

o Christophe BERNARD dit

14 avril 2015 à 13:29

Vous avez bien posté, le commentaire a été accepté, et j'ai répondu. Par contre vous avez posté sur la page d'accueil, donc la
réponse se trouve à cet endroit.

Répondre

43. chicotte dit

13 avril 2015 à 19:45

Je connaissais les différentes vertues du romarin, et c'est décidé, demain matin et chaque jour, j'en prends une tasse.
Merci de vos bons consels.

Répondre
44. violette dit

16 décembre 2013 à 20:02

bonsoir...merci pour vos articles vraiment tres interressant..J ai un romarin qui doit faire 1mètre de haut .. un vrai
buisson.....c'etait une bouture que j avais fait..j en utilise en tisane , dans la cuisine...mais apres avoir vu votre article
sur le sirop de sureau, je me demande si on pourrait faire un sirop avec ? cordialement. Violette

Répondre

o Christophe BERNARD dit

16 décembre 2013 à 20:12

Bonsoir,
C'est une idée intéressante. Le seul petit hic - c'est que dans le processus de confection d'un sirop, il faut faire infuser la
plante (jusque là, pas de problème) puis réduire le liquide. Pour le processus de réduction, il faut laisser évaporer une partie
du liquide. Et pour les aromatiques, c'est là que le bas blesse, car les composants aromatiques sont plus volatiles que l'eau,
et vont donc s'échapper rapidement. Il ne restera quasiment que les composants astringents et amers.

Une alternative serait de faire une infusion très concentrée dès le départ (en mettant une grande quantité de romarin) et de
ne pas faire réduire du tout - de rajouter le sucre dans les bonnes proportions.

Mais bon, c'est peut être beaucoup de travail pour rien, pour une plante qui 1. résiste bien au froid et reste donc disponible
une grande partie de l'année pour les tisanes et 2. est très efficace en tisanes.

Répondre

45. virginie dit

9 novembre 2013 à 11:32

Bonjour Christophe et merci pour cet article. Peut-il y avoir des interactions entre le romarin et une prise de
médicaments?

Répondre
o Christophe BERNARD dit

9 novembre 2013 à 14:10

Le romarin n'est pas connu pour provoquer des interactions notables, contrairement à d'autres comme le millepertuis. Mais
en théorie, toute plante agissant sur le foie peut interférer avec le métabolisme d'un médicament. Je pense qu'il est bon de
toujours garder ce principe en tête, afin de prendre ses précautions, surtout pour certains médicaments qui sont pris pour des
conditions très sérieuses.

Répondre

 virginie dit

10 novembre 2013 à 10:48

Oui, ça semble logique. Merci pour la réponse.

Répondre

46. Mélia dit

8 novembre 2013 à 19:09

Merci ! Il est bien au soleil et s'y plaît, donc je peux en prendre sans problème.

Répondre

47. Mélia dit
7 novembre 2013 à 15:21

Bonjour, et merci pour le soin que vous apportez à vos recherches. Ces articles sont très fouillés, et j'attends avec
impatience que vous ayez de quoi publier un livre (à bon entendeur...)
J'ai un beau romarin qui a prospéré à partir d'un petit plant acheté au marché. Ce serait alors plutôt un romarin de
jardin qu'un romarin sauvage ?

Répondre

o Christophe BERNARD dit

7 novembre 2013 à 18:07

Merci Mélia pour ces compliment. Effectivement c'est un romarin de jardin que vous avez, mais comme je le dis dans
l'article, il faut aussi être pragmatique, et vu les propriétés de la plante, il vaut largement mieux profiter d'un de jardin que
d'attendre un sauvage. Pour le sauvage que j'utilise régulièrement, un petit morceau de branche suffit. Il en faudra un peu
plus pour un romarin de jardin, en particulier dans les zones humides, tout simplement. Bonnes tisanes !

Répondre

48. Mamie Bio Sellier dit

6 novembre 2013 à 23:34

Merci beaucoup pour ce sujet;


moi non plus, je ne connaissais pas toutes ses vertus..Je regarderai mon romarin autrement.

Répondre

49. Carole dit
6 novembre 2013 à 17:17

Merci pr cet article pertinent sur cette belle simple à l'odeur enivrante...Je vais m’empresser d'aller en cueillir de la
fraîche pr faire une tisane, et surement un bain de pied (en effet les engelures sont revenues me faire des misères, suite
à un peu d'inflammation du corps je pense, due à une petite grippe passagère) et un temps un peu plus froid en
Bretagne...J'ajouterai aussi des écarts alimentaires!!
Peut-on bien cultiver/acclimater la version sauvage par ici?

Répondre

o Christophe BERNARD dit

6 novembre 2013 à 17:39

J'en ai déjà passé des plants à des connaissances en région parisienne, il a relativement bien pris. En Bretagne je ne suis pas
sur, mais j'ai l'impression que tout a l'air de pousser dans certains endroits de Bretagne à voir la beauté des jardins et la
grande variété de plantes, même les plantes grasses (ce qui m'a beaucoup étonné lors de mon passage dans votre belle
région).

Répondre

50. Johan Lips dit

6 novembre 2013 à 08:34

Jusqu' aujordhuie je savourais du romarin seulement, comme epice a tranches de pommes de terres (cuit au feu, four
ou barbecue), mais de maintenant je sais qu'il y a aussi d'autres raisons de prendre le romarin....... Une article tres
interessant!

Répondre

51. Muller dit
5 novembre 2013 à 18:25

Je consomme le romarin depuis des décennies (Dignois d'adoption)....avec mon plat principal en entrée qui se compose
de piments, gingembre, salades diverses, citron vert, poivrons, oignon, cerfeuils et bien d'autres composants crus
etc...avec du vinaigre et de l'huile d'olive...et cela m'a conservé en forme pour activités de cinéaste en Provence
Cordialement.
Gérard