Vous êtes sur la page 1sur 44

COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX

A- METRE

1. GENERALITES

2. LES METREURS / T.E.C (TECHNICIENS ECONOMISTES DE LA

CONSTRUCTION)

3. ROLE ET BUT DU METREUR

4. UNITES ET ARRONDIS UTILISES :

5. QUANTITES D’OUVRAGES ELEMENTAIRES :

6. DEVIS QUANTITATIF (MARCHE PRIVE) OU CADRE DE D.P.G.F (MARCHE

PUBLIC)

1
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
A-METRE

1-GENERALITES

1.1-Compétences du métreur

Le "métré" est directement lié aux différentes technologies, puisqu’il s’appuie


sur une connaissance approfondie des matériaux, de leurs mises en œuvre,
ainsi que de la manière dont les travaux sont conduits.
Ces études nécessitent des qualités diverses :
 Scientifiques, pour les connaissances mathématiques de base des calculs des
quantités et de l’étude de prix.
 Techniques, par la connaissance des matériels et matériaux ainsi que leurs
conditions d'emploi et de mise en œuvre.
 Pratiques, par les qualités d'observation et de déduction nécessaires au choix
des quantités.
 Rigueur, pour l’établissement des prix de vente unitaires hors taxes des
ouvrages élémentaires.

1.2-Quelques actes du métré et de l’étude de prix


 Devis : Evaluation du coût d'un ouvrage, faite AVANT travaux
 Mémoire : Evaluation du coût d'un ouvrage, faite APRES travaux.
 Minutes de devis: Document propre à l'entreprise que le client ne voit pas,
qui sert à faire apparaître les calculs intermédiaires
 Devis descriptif (CCTP) : Document écrit accompagnant les plans
d'architecture et servant à définir l'ouvrage très précisément (gros œuvre et
second œuvre détaillés en chapitres).
 Avant-métré (ou devis quantitatif) : Document donnant les quantités à
mettre en œuvre pour exécuter l'ouvrage. L'ouvrage est partagé en chapitre
(terrassements, gros œuvre...), et en tâches élémentaires (béton, acier,
coffrage ...).
2
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 Métré (nm) : pour travaux quantifiés à partir des relevés d’ouvrages
existants

 Décompte (nm) :C’est un document qui certifie la réalisation des travaux et


qui chiffre les droits de l’entreprise à paiement. Les décomptes sont établis à
partir des documents appelés attachements ou situations.

 Acompte (nm) : C’est versement à caractère prévisionnel, effectué le plus


souvent tous les mois, par le maitre d’ouvrage à l’entreprise, correspondant à
l’exécution partielle des travaux.
 Estimations sommaires : avant de « pousser » un projet au stade définitif, il
est courant d’en estimer la valeur approchée, afin de savoir si le coût final est
compatible avec les possibilités financières du client, maître de l’ouvrage.…

 Etats de situation : ces états sont des métrés de travaux exécutés, et des
relevés d’approvisionnements effectués sur le chantier, à une date
déterminée. Ils sont le plus souvent établis pour justifier les demandes
d’acomptes périodiques, présentées par les entreprises.

 Réclamation sur règlements : les mémoires présentées par les


entrepreneurs sont vérifiés par un vérificateur, ou une personne faisant office.
Dans les travaux administratifs, une deuxième vérification est faite par un
réviseur, le premier corrige à l’encre rouge, le second à l’encre bleue (ou
verte).Ces vérifications et révisions, qui ont pour but d’établir la vérité, se
traduisent le plus souvent par une réduction du montant de l’acompte ou du
règlement demandé par l’entrepreneur.

 Comptes prorata : ce compte comprend tous les faux frais du chantier, non
individualisé, relevant donc de l’ensemble des entrepreneurs. Il est géré en
cours de travaux par l’entreprise qui détient le lot le plus important,
généralement l’entreprise pilote, visé et arrêté par le maître de l’œuvre. Son
montant est réparti entre les entrepreneurs au prorata du montant de leurs
travaux respectifs.

3
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 Révision des prix- ou de marché : en raison de l’instabilité des prix de
matériaux et de main d’œuvre, tous les marchés comportent une clause de
révision de prix forfaitaire, avec la formule à appliquer.
Cette révision du marché, à faire en fin de travaux, est faite partiellement au
fur et à mesure de l’établissement des états de situation, par application au
montant de l’acompte correspondant, des coefficients applicables à la période
considérée.

 Etats de lieux : lorsqu’un propriétaire donne un local en bail, ou à


engagement verbal à un locataire, celui-ci s’il n’a pas de constat spécialement
dressé à la prise de possession des locaux, est réputé les avoir pris en
excellent état, et doit les rendre de même à la fin de son occupation.
Il est donc courant que le preneur d’un local, avant d’entrer dans les lieux,
fasse dresser un état mentionnant toutes les dégradations et imperfections qui
existent, et en fasse tenir expédition au bailleur.
De même un propriétaire, au départ d’un locataire, peut faire dresser un état
des lieux relevant toutes les dégradations dont la remise en état incombe à
l’occupant sortant.

1.3-Abréviations utilisées en métré

H.O. ou h.o. signifie Hors œuvre, mesure prise hors des ouvrages c’est-à-
dire depuis leurs faces extérieures
D.O. ou d.o. signifie Dans œuvre, mesure prise dans les ouvrages c’est-à-
dire depuis leurs faces intérieures
h. ou ht : signifie hauteur
ép. ou épr : signifie épaisseur
pr ou prof. : signifie Profondeur
s/ : signifie Sur
s/s : signifie Sous
q.q : signifie Quelques
Ct : signifie Courant
Coefft : signifie Coefficient
B.A. ou b.a. : signifie Béton armé

4
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
M.O. : signifie Main d’œuvre
Ø: signifie Diamètre
L ou l : signifie longueur
larg. : signifie Largeur
CM-CB : signifie Charpente métallique- charpente en bois
ff : signifie Fond de fouille

1.4-Rappel sur les formules des périmètres,des aires, des volumes

NOMS REPRESENTATIONS PERIMETRE SURFACES VOLUMES OBSERVATION


S

Carré 4 a a x a d = a √2

Rectangle 2 (a + b) a x b

a + b + c ½ b x h
Triangle

Triangle √
équilatéral 3a a2 x √
=

Triangle
isocèle
rectangle

5
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Trapèze

Losange 4a

Parallélogr 2 (a x b) a x h
amme

Disque 2πr Πr2

Extrémités
2 x πr2
πr2h
Cylindre

Surface latérale
2πrh

Ellipse πab

Ellipsoïde

6
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Sphère

Cône

surface
laterale= Volume=

Tronc de π x(r12+r22+ r1xr2)xH


cône
π xa(r1+ r2)
a=apothème

Arc de
L= S=
D=diamètre
cercle
α en degré
α en degré

Pyramide

Volume =
Tronc de
pyramide

7
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Volume=

Calotte
sphérique

2-LES METREURS / T.E.C (TECHNICIENS ECONOMISTES DE LA


CONSTRUCTION)

Les métreurssont des techniciens du bâtiment (et des T.P.) spécialisés en matière
d’économie de la construction.Analystes, statisticiens, principalement en matière de
prescription de travaux et de coût de la construction,ils sont aussi étroitement
concernés par la gestion et l’économie des chantiers et des entreprises.
Il en existe quatre grandes catégories :
- Les "métreurs libéraux",qui louent leurs services aux différents acteurs de l’acte
de construire(maîtres d’ouvrages, maîtres d’œuvres, entrepreneurs...etc).Entrent
dans cette catégorie ceux qui possèdent un cabinet comme ceux qui y sont salariés.
- Les "métreurs d’entreprises", salariés des entreprises.
- Les "vérificateurs" d’administrations ou de grandes entreprises privées.
- Les "assistants de concepteurs", métreurs salariés ou associés avec les
architectes ou les bureauxd’études architecturaux.
Les deux premières catégories sont les plus importantes en nombre.
Les rôles des T.E.C. et les tâches respectives qu’ils ont à accomplir sont très
variables. Nous noteronsqu’elles se situent à tous les stades de l’acte de construire,
qu’elles sont très variées.

Le métier de métreur est né dès l'origine dans l'acte de construire. C’est un rôle très
important car il n'y a pas de bons chantiers sans une bonne étude du métreur au-
préalable.

8
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
3- ROLE ET BUT DU METREUR

avant le début des travaux :


- rédaction du descriptif de l'ouvrage (CCTP) pour alléger le maître
d'œuvre,
- estimation des coûts à partir d'un "quantitatif" (comptabilité des matériaux
nécessaires à la réalisation de l'ouvrage),
- remise de l'offre.
pendant travaux :
- réactualisation des prix(méthode de calcul donnée dans le CCAP),
ROLE - gestion des modifications,
- coordination des différentes entreprises en l'absence de pilote
OPC(Ordonnancement, Pilotage, Coordination).
- gestion du budget du chantier,
- contrôle des livraisons des matériaux et matériels et des travaux
effectués.
après les travaux :
- bilan financier (comparaison de l'estimatif et du coût réel),
- archivage de l'étude de prix.
pour une entreprise :préparer ses coûts, avoir une bonne marge et
proposer son prix au client,
BUT
pour le maître d'ouvrage : préparer une enveloppe en fonction des
investissements (acomptes + emprunts).

4- UNITES ET ARRONDIS UTILISES :


4.1-Les unités

9
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
4.2-Les arrondis :

5- QUANTITES D’OUVRAGES ELEMENTAIRES :

5.1-L’avant - métré :
On devra différentier les appellations :
 avant - métré : pour les travaux quantifiés sur plans,

10
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 métré : pour travaux quantifiés à partir des relevés d’ouvrages existants.
L’avant - métré, comme le métré ont pour objet le calcul détaillé des diverses
quantités d'ouvrages élémentaires.

5.2-Les outils de l’avant - métré


Le métreur doit connaître précisément le travail à réaliser. Il dispose pour cela des
outils suivants :
 Les plans
 Le C.C.T.P ou à défaut le descriptif des ouvrages Dans le cas où on ne
dispose ni du C.C.T.P ni du descriptif des ouvrages (marchés privés de peu
d’importance essentiellement), il faudra rechercher attentivement les différents
O.E à partir d’une identification préalable des différents éléments d’ouvrages à
construire.
5.3-LES DIFFERENTES SORTES DE QUANTITES

 Les quantités réelles, exemple : m3 de béton, m2 de carrelage ... (à partir des


côtes du plan)
 Les quantités apparentes, exemple : m2 de coffrage (quantité fonction de la
réalisation de l'élément: préfabriqué en usine ou sur une aire de préfabrication
du chantier ou exécuté en place sur l'ouvrage).
 Les quantités déplacées, exemple : m3 de démolition, m3 de terre en
déblai... (foisonnement ignoré dans le quantitatif)
 Les quantités masquées, ce sont des quantités liées à des phases de
travaux provisoires qui n'apparaissent pas directement dans les devis.
Exemple : Poids de matériel d'étaiement, longueur de lisses de garde-corps

5.4- PRISE DES MESURES

Lors de la prise des mesures il convient :


 de ne pas omettre de compter une partie d'ouvrage
 de ne pas compter une partie d'ouvrage en double.
il convient donc d'adopter une méthode demesure rationnelle et de cocher à
l'aide de couleurs les parties comptabilisées.
Il existe 2 manières de mesurer les ouvrages :
11
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 cotes hors œuvre (H.O.) : de nu à nu extérieurs l'ouvrage
 cotes dans œuvre (D.O.) : de nu à nu intérieurs de l'ouvrage
Pour calculer le volume des ouvrages (quantité de béton à mettre en œuvre), on peut
prendre soit
 les cotes d'axes en axes
 les cotes HO d'un coté et DO de l'autre.

5.5- LE METRE DE BETON ARME


Le métré de Béton armé ne suit pas l'ordre chronologique de déroulement des
travaux. Il s'effectue dans l'ordre suivant :
-Béton
- Coffrage
-Ferraillage
5-5-1 :LE BETON
Les mesures sont effectuées en m3 avec 3 décimales. Le volume occupé par les
armatures n'est pas déduit. La quantité calculée correspond au volume de béton en
œuvre, c'est à dire celui compris dans le coffrage.

ATTENTION
Les majorations des quantités à commander pour tenir compte des pertes sur le
chantier seront intégrées dans les prix et n'apparaissent donc pas dans l'avant
métré qui présente les quantités exactes à partir des plans.

Distinguer les différentes catégories de béton en fonction :


- de leur composition (liant, agrégats, adjuvants, etc.)
- de l'ouvrage à réaliser et de sa complexitéannexes : béton

12
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
5-5-2 :LE COFFRAGE

Le coffrage est quantifié au m2 de parement en contact direct avec le béton, une fois
celui-ci coulé. Les trous et trémies d'une surface inférieure ou égale à 0.50 m2ne
sont pas déduits. Par contre il convient de tenir compte des joues de coffrage
nécessaires à la réalisation de la réservation
Il y a autant de catégories de coffrage que de variété d'ouvrages. Il est impératif de
tenir compte de la qualité du coffrage qui va de paire avec la qualité qui est
demandée au parement (l'aspect du béton "brut de décoffrage" dépend de la "peau"
de coffrage).
Le prix tient compte en général de l'étaiement, serre-joints, cales pour une hauteur
allant jusqu'à 4.20 m. Pour des prestations qui vont au-delà, il faut appliquer des
plus-values. Listes des tâches soumises à plus-values :

 Hauteur d'ouvrage > 4.20 m (étaiement spécial)


 Réservations de trous de scellements
 Larmiers, chanfreins, feuillures....
 Coffrage raboté (toute transformation pose un problème de réutilisation)
 Béton architectonique et utilisation de matrices : qualité particulièrement
élevée pour les formes spéciales de façades (très cher car peu de
réutilisations)
REMARQUE
Les faces coffrées pour un élément préfabriqué en usine sont plus nombreuses et
différentes de celles pour le même élément réalisé en place sur chantier.

5-5-3 :LE FERRAILLAGE


L’avant métré se réduit donc à celle des longueurs de barres, compte tenu de leurs
formes, des crochets et des recouvrements. Les dessins indiquent généralement, la
forme et le détail des longueurs des barres

L'unité de mesure est le Kg ou la Tonne.


Les quantités d'armatures peuvent être déterminées :

13
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
A. après dépouillement des plans béton armé et des nomenclatures :
Le prix des aciers (découpage et façonnage inclus) est calculé en fonction du poids
et du diamètre. Il faut donc calculer les quantités (longueurs puis poids) par
diamètres et par nuances (qualité et type d'acier : résistance, soudabilité).
Il faut connaître la longueur développée de toutes les barres, en fonction des
schémas de pliage.

B. par des ratios avant l'établissement des plans béton armé :


ratio = quantité d'acier en Kg ou tonne par m3 de béton de l'élément considéré

 Constructions sans application des règles parasismiques PS 92


Dalles = 10 à 15 Kg / m3
Poteaux = 60 à 80 Kg / m3
Poutres = 100 à 120 Kg / m3
 Constructions avec applications des règles PS 92
Poteaux = 120 à 130 Kg / m3
Poutres = 180 à 200 Kg / m3
(augmentation de la quantité d'acier en fonction du niveau du risque
sismique dans une région)

N.B.: Dans le cas où certains détails ne sont pas donnés sur le dessin, c’est au
métreur de les établir.
Les longueurs développées pourront être évaluées à partir des formules ci-dessous :

 Les barres :

14
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 Les aciers transversaux :

 NOTION DE RATIO

Les ratios sont différents selon le type d'ouvrage (maisons individuelle, bâtiment
d'habitation, public ou industriel...) et l'élément de la structure (poutre, poteau, voile,
plancher...).
De même pour les matériaux :
QUANTITE TOTALE DE MATERIAUX EMPLOYEE POUR L'OUVRAGE

ELEMENTAIRE

RATIO = -------------------------------------------------------------------------------------
QUANTITE D'OUVRAGE ELEMENTAIRE REALISEE

REMARQUE

15
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 Les ratios sont très souvent utilisés pour les quantités d'armatures dans le
béton. Mais ils peuvent être évoqués pour la quantité de ciment dans le béton
(on l'appelle alors dosage), ou pour le nombre de parpaings au m² de mur
(calepinage de la maçonnerie), ou encore pour la quantité de coffrage
nécessaire au ml de poteau...
 Ces quantités élémentaires devront être comparées, ajustées en vue du futur
chantier, car chaque chantier est un prototype. L'ouvrage peut présenter des
similitudes de formes mais s'avérer plus complexe à réaliser.

Cas particulier des treillis soudés (photo de chantier)


Ils se mesurent au m² en fonction du type de panneau. Les vides inférieurs ou égaux
a 1 m2 ne sont pas déduits.
Le tableau ci-dessous donne les poids unitaire pour chaque diamètre.

LES RATIOS BTP


A RATIOS DE COFFRAGE
Semelle Quantité de coffrage = Quantité Béton x 3 m2 / m3
Poteau Quantité de coffrage = Quantité Béton x 15 m2 / m3
Poutre Quantité de coffrage = Quantité Béton x 10 à 12 m2 / m3
Voile Quantité de coffrage = Quantité Béton x 15 à 20 m2 / m3
Acrotère Quantité de coffrage = Quantité Béton x 15 à 20 m2 / m3
Dalle pleine Quantité de coffrage = Qté Surface dalle x 1,12 m2 / m2
Dalle Quantité de coffrage = Qté Surface dalle x 1,12 m2 / m2
creuse
Chainage- Quantité de coffrage = Quantité Béton x 8 m2 / m3

16
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Longrine
B RATIOS D’ACIER
 Constructions sans application des règles parasismiques PS 92
Dalles Quantité Acier = Quantité Béton x 10 à 15 kg / m3
Poteaux Quantité Acier = Quantité Béton x 60 à 80 kg / m3
Poutres Quantité Acier = Quantité Béton x 100 à 120 kg / m3
 Constructions avec applications des règles PS 92
Poteaux Quantité Acier = Quantité Béton x 100 à 130 kg / m3
Poutres Quantité Acier = Quantité Béton x 180 à 200 kg / m3
C RATIOS BETON
1 Fondation
1a -Semelles
Bâtiment Quantité béton = Surface sol x 0,07 m3 / m2
semelles bâtiment
TP- Quantité béton = Surface sol x 0,08 m3 / m2
Ouvrage semelles bâtiment
d’art
1b -Longrines-Futs Poteaux
Bâtiment Quantités de longrines = Surface sol x 0,035 m3 / m2
et futs de poteaux bâtiment
TP-Ouvrage = Surface sol x 0,04 m3 / m2
d’art bâtiment
2 Elévation
2a Poteaux
Bâtiment Quantité béton poteaux = Surface plancher x 0,05 m3 / m2
TP-Ouvrage Quantité béton poteaux = Surface plancher x 0,065 m3 / m2
d’art
2b- Poutres
Bâtiment Quantité béton poutres = Surface plancher x 0,08 à 0,09 m3 / m2
TP-Ouvrage Quantité béton poutres = Surface plancher x 0,09 à 1,00 m3 / m2
d’art
D RATIOS GLOBAL BETON
Bâtiment Quantité béton total = Surface plancher x 0,35 à 0,40 m3 / m2
TP-Ouvrage Quantité béton total = Surface plancher x 0,50 à 0,60 m3 / m2
d’art
E MATERIAUX
Parpaing de 15
Quantité ciment = Surface x 12 kg /m2
Quantité de sable = Surface x 0,03 m3 / m2
Quantité d’agglos = Surface x 13 U

17
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Enduit (15 mm)
Quantité ciment = Surface x 6 kg /m2
Quantité de sable = Surface x 0,015 m3 / m2
Mortier de pose
Quantité de mortier = Nombre d’agglos x 0,0018 m3 / U
(15 x20 x40)
Quantité de mortier = Nombre d’agglos x 0,0020 m3 / U
(20 x20 x40)
Fil d’attache, pointe pour BA
Quantité Fil d’attache = Quantité de béton x 2 kg / m3
Quantité de pointe = Quantité de béton x 5 kg / m3

Les résultats sont reportés dans un tableau permettant le regroupement des aciers
par diamètre et par nuance. Les poids sont alors facilement calculés.

Pour l’avant métré des aciers on pourra adopter le tableau suivant :

1. on calculera par exemple le nombre, la longueur développée des barres

2. repère de l’acier

3. nombre d’armatures identiques

4. diamètre nominal de l’acier

5. longueur unitaire de l’acier

6. longueur totale de l’acier rond lisse repère de diamètre donné

7. idem colonne 6 mais pour les aciers à haute adhérence. Les colonnes 6 et 7 sont
subdivisées suivant le nombre de diamètres différents

18
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
8. les poids unitaires sont reportés à la fin de l’avant métré face aux totaux
correspondants des colonnes 6 et 7. Pour cela on veillera à décaler chacun des
résultats de ces colonnes

9. les poids sont obtenus par multiplication des longueurs par les poids unitaires.

5.6-Les démarches indispensables de l’avant - métré :


La réalisation d’un avant-métré sera conduite en respectant les démarches suivantes
 S’imprégner des prestations demandéeset des particularités des plans :
 Faire une Liste ordonnée (brouillon) des ouvrages élémentaires (O.E) à
analyser :
 Analyser sans calcul des différents O.E :
 Faire et vérifier les calculs

Le métreur doit être méthodique dans la réalisation de son avant - métré :


Les opérations doivent être menées de façon à être compréhensibles par tous. Pour
cela il faut :
 Décrire au besoin de façon claire et précise les travaux et la partie d’ouvrage
concernée pour éviter toute confusion.
 Décomposer l’ouvrage en corps d’états en fonction des professionnels
intervenants et par spécificités.
 Suivre tant que possible, l’ordre d’exécution.
 Présenter selon un code, une hiérarchisation et une technique de présentation
admise par tous.
 Réaliser des croquis explicatifs qui simplifient les documents graphiques et
comportant les renseignements nécessaires.
 Avoir un bon sens de progression (de haut en bas et de gauche à droite) et
éviter les ratures.

6-DEVIS QUANTITATIF (MARCHE PRIVE) OU CADRE DE D.P.G.F (MARCHE


PUBLIC)
Le devis quantitatif ou le cadre de D.P.G.F (Décomposition du Prix Global et
Forfaitaire) ne comporte que les descriptions des prestations vendues, ainsi que les
quantités à réaliser.

19
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Pour les devis informatisés, le passage de l’avant métré au devis quantitatif ou au
cadre de D.P.G.F. est instantané.
La présentation des calculs se fait sous forme de tableau. Par soucis de
simplification, nous allons utiliser deux des modèles les plus courants :

Le devis quantitatif ne comporte que les descriptions des prestations vendues, ainsi
que les quantités à réaliser.
Il suffit de réaliser un document résumé extrait de l’avant métré qui reprend
seulement :
 le numéro ou la numérotation repère d’article,
 le texte désignant la prestation d’entreprise,
 l’unité de mesurage,
 la quantité finale d’O.E

6.1- Pour les calculs des quantités d’ouvrages élémentaires


a/ Présentation en « Timbre »
N°N II Détails des
Description des U Qtés
Désignation
N° Index
des ouvrages calculs (Unités) (Quantités)
tations ve
1 L
2 S

b/ Présentation en colonne
N°N II Description Détails U Dimensions Qtés
des
N° Index des (Unités) Nombre (Quantités)
Désignation
des calculs L l h
ouvrages
tations ve

1 L

2 S

N° Désignation U NPS Dimensions Résultats. Observations


des ouvrages L larg. ht aux partiels déf.

20
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
6.2-Pour la commande des matériaux

Ventilation des matériaux


Ouvrage
N° Ciment Sable Gravie Bois ……….
élémentaire Fer (t) Banche
(t) (m3) r (m3) (m3)
1 Béton de propriété X X X
2 Coffrage fondation X
3 Béton fondation X X X X
4 Béton banché X X X X
5 Banche X
6 Béton escalier X X X X
7 Coffrage escalier X
…. ……………………
. …
Totaux

Par soucis de simplification, nous peux utiliser lemodèle suivant :

N° d’ordre Désignations Unité Quantités

21
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
B-ETUDE DES PRIX

1. GENERALITES

2. QUANTITES ELEMENTAIRES DE COMPOSANTES

3. ETUDE DES DEBOURSES HORAIRES (OU COUT HORAIRE) DE MAIN

D’OEUVRE (D.H) :

4. CALCUL DES COUTS HORS TAXES DES MATERIAUX RENDUS

CHANTIERS

5. CALCUL DES COUTS D’UTILISATION DES MATERIELS DE

PRODUCTION AFFECTABLES

6. CALCUL DES SOUS-DETAILS DE PRIX EN DEBOURSES SECS

7. CALCUL DES P.V.H.T ET DES COUTS :

8. ELABORATION DU DEVIS QUANTITATIF ESTIMATIF :

22
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
1) GENERALITES
a) But
L’étude de prix a pour but de calculer, les prix de vente unitaires hors taxes
(P.V.H.T.) des ouvrages élémentaires (O.E.) afin d’en déduire à l’aide du devis
quantitatif le montant total ou partiel des travaux hors taxes (H.T) et toutes
taxes comprises (T.T.C.).Notons que :

 L'estimation correcte du prix d'un travail est la condition première du


succès.
 Si le prix proposé est trop élevé, il y a risque de perdre le marché ; si par
contre il est trop faible, il y a risque de perdre de perdre de l'argent.
 De nos jours, avec l’esprit de compétition, il est plus indispensable que
jamais de procéder à une estimation aussi précise que possible du coût
des travaux.
b) Documents de bases

L’étude de prix à pour objet, d'établir des propositions de prix, c'est-à-dire des
devis. Pour ce faire deux documents sont utilités :

 Bordereau de prix : Catalogue de prix unitaires d'ouvrages complets ou


de parties d'ouvrage existant ou à réaliser pour un chantier (moyenne des
prix sur différentes entreprises nationales : en général majorée par rapport
aux statistiques entreprise).
 Série de prix : Recueil de prix unitaires de parties d'ouvrage ou d'ouvrage
complet à caractère régional, national, ou corporatiste

c)Composantes d’un ouvrage élémentaire (O.E)

Un ouvrage élémentaire correspond à une tâche particulière qui va ensuite


seventiler suivant 4 rubriques :

23
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
-Main d'Oeuvre (MO) à payer pour la réalisation
à commander, réceptionner sur
-Matériaux (MAT) chantier et facturer

-Matériel (mat) à louer selon les besoins

à prévoir pour certains matériels ou


-Matières consommables dans
matériaux (Electricité, Téléphone,
(MAT) ou (mat)
Carburant, lubrifiant…).

2-QUANTITES ELEMENTAIRES DE COMPOSANTES

2.1. Temps unitaires de main d’oeuvre (M.O) :


Ce sont des temps d’exécution, exprimés en heures de présence ou en heures
productives, nécessairesà la main d’oeuvre de production pour réaliser une unité
d’O.E donnée.Les temps unitaires sont généralement donnés en heures d’ouvrier.
Nota: vous devez systématiquement ramener les temps unitaires exprimés en
heures d’équipe en temps unitaires exprimés en heures d’ouvrier.

Quelques formules importantes :

 T.U d’ouvrier = T.U d’équipe x Nombre d’ouvrier


 Temps unitaire individuel : Tu=1∕Rd
 Rendement de l’équipe Rdéq = 1∕ Tu eq
 Rendement individuel=Rendement de l’équipe/ nombre d’ouvrier
 Rendement journalier=Rd horaire × nbre d’heure de travail par jour
 Besoin en M.O(C.H) pour l’O.E = T.U x Quantité d’O.E
 Cout en heure= Durée × Nombre d’ouvriers × Nombre d’heures de travail par
Jour
 Durée = Quantité à réaliser / Rendement

2.2. Quantités élémentaires de matériaux :


Ce sont les besoins réels en matériaux y compris les pertes, casses ou chutes
servant à la réalisation d’une unité d’O.E. (sable, armatures, briques,…).
Les pertes, chutes, casses entraînent une majoration des frais engagés par une
majoration des quantités approvisionnées.

24
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Elles sont estimées en % à partir de statistiques d’entreprises ou d’études précises
du besoin réel en matériaux.
Le coefficient permettant de déterminer la quantité élémentaire sera différent, selon
que les pertes sont exprimées en fonction des quantités en œuvre, ou en fonction
des quantités approvisionnées.

Quantité approvisionnées = quantité en œuvre + pertes


POURCENTAGE DE PERTES A PRENDRE EN COMPTE

 Sables et graviers 2à5%


 Liants 1 à 3 %.
 Béton 2à5%
 Agglos creux et pleins 2%
 Briques pleines 0.5 %
 Armatures 2à5%
 Bois de coffrage 15 à 20 %

Exemple : On recherche la quantité de béton entrant en compte dans la réalisation


d’un m2 de plancher en B.A de 20 cm d’épaisseur sachant que la perte pour le béton
est estimée à 5% :
La quantité de béton en oeuvre est de : 1x1x0,20 = 0,200 m3 par m2 de plancher.

1er cas : les pertes sont données en fonction des quantités en œuvre
Quantité en oeuvre Pertes Quantité approvisionner
0,200 m3 5% 0,200 x 1,05=0,210 m3

2er cas : les pertes sont données en fonction des quantités réelles
Quantité en oeuvre Pertes Quantité approvisionner
0,200 m3 5% 0,200 / 0,95 = 0,211 m3

2.3. Besoins élémentaires en matières consommables :


Le coût dû aux matières consommables est soit pris en compte dans le sous détail
de prix, soit incorporé comme matériaux ou soit directement répercutés dans les frais
de chantier.(EX :Electricité, Téléphone, Carburant ,lubrifiant…).

2.4-Calculs des couts d’utilisation des matériels de production:

25
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Ce sont des temps d’utilisation, exprimés en heures effectives ou en heures
productives du matériel de production pour réaliser une unité d’O.E donnée.
Ils comprennent la part normale de temps morts (tracé au sol, nivellement,…)
inhérents à la réalisation mais pas les immobilisations prolongées.
Les besoins réels en matériel de production pour réaliser une unité d’O.E donnée
sont obtenus en calculant le produit du temps unitaire d’utilisation du matériel par la
quantité d’O.E.
Le rendement est surtout utilisé pour définir les possibilités de travail ou de
production d’un engin ou d’un matériel ; il dépend de :
 La puissance,
 Les dimensions des outils ou des bennes l’équipant,
 De son bon emploi,
 Des conditions de travail.

Besoin en Matériel pour l’O.E = T.U x Quantité d’O.E

3-ETUDE DES DEBOURSES HORAIRES (OU COUT HORAIRE) DE MAIN


D’OEUVRE (D.H) :

3-1 : Type de main d’œuvre


 Les ouvriers

C’est le personnel d’exécution. On distingue 5 catégories qui sont :

 OM: Les ouvriers manœuvres


Personnel de simple exécution sans responsabilité et effectuant des
manutentions ou des tâches auxiliaires ne nécessitant pas de spécialisation et
adaptation préalable
 OS: Les ouvriers spécialisés
C’est le personnel effectuant les travaux simples nécessitant une
spécialisation et une adaptation préalable sans initiative particulières.
 OQ: Les ouvriers qualifiés
C’est le personnel effectuant les travaux pouvant appeler à des initiatives et
nécessitant des équivalences
 OHQ: Les ouvriers hautement qualifiés

26
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
C’est un ouvrier qualifié possédant par formation et par expérience une
parfaite maîtrise de son métier. Il effectue les travaux les plus délicats dans sa
spécialité.
 CE : Les chefs d’équipe
Ce sont des ouvriers qui ont une autonomie et à qui on confie des
responsabilités
 les I.A.C. : Ingénieurs Assimilés et Cadres: les chefs de services, les
conducteurs de travaux, les techniciens supérieurs, les chefs métreurs, les
chefs comptables,...
 les E.T.A.M.: Employés, Techniciens et Agents de Maîtrise: les chefs de
chantiers, les métreurs, les techniciens moyens des services techniques, les
agents de la gestion administrative.

27
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Le déboursé horaire main d’oeuvre est le coût que doit payer l’entreprise pour une
heure de travail demain d’oeuvre.
C’est le résultat du rapport suivant :

DHi = Déboursé horaire catégorie i


ni = Nombre d'ouvriers dans la catégorie i

n = Nombre total d’ouvriers composant l'équipe

Effectif de l’équipe=
é
CH=cout en heure
nh=nombre d’heure de travail par jour ;

3.2. Durée légale du travail :


C'est le temps qui est pris en compte pour déterminer la durée de travail effectuée
par les salariés d'une entreprise. Il détermine si le salarié dépasse la durée légale et
doit être rémunéré en heures supplémentaires. C'est le temps également qui
permet de contrôler les durées maximales de travail
Equivalence des durées du travail

Année Mois Semaine Jour


12 mois 52 /12 =4,3333 5 jours 8h
semaines
52 semaines 260 /12 =21,66 40 h
260 jours 21,66 x 8= 173,28

3. 3-Le taux horaire de base (T.H.B)

C’est le salaire horaire brut de base qui correspond à l’horaire hebdomadaire légal
(sans heuresupplémentaire : 40 h par semaine), en fonction de la qualification de
l’ouvrier ou de l’employer :
La fédération du B.T.P édite un document par département dans lequel les
taux horaires de base sontfixés en fonction de l’échelon de l’ouvrier.
 Salaire mensuel : salaire correspondant à 1 mois de travail d'un ouvrier
28
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 Salaire minimal indexé sur la croissance : SMIC brut
 Salaire mensuel légal : basé sur 8 h / jour, 40 h / semaine,
 Salaire mensuel conventionnel : Etabli sur la base de l'horaire
hebdomadaire moyen arrêté après consultation des représentants du
personnel. Cela constitue la rémunération de base du salarié.
 Salaire mensuel effectif : Représente le salaire mensuel complété par les
primes et les avantages ayant un caractère régulier.
 Salaire brut : Salaire mensuel total perçu par l'employé avant qu'il déduise
ses cotisations sociales ou retenues sur salaire (Sécurité Sociale, retraite,
mutuelle complémentaire ....).
 Salaire net : Salaire mensuel total perçu par l'employé après déduction des
charges sociales ou retenues sur salaire.

3.4-Les heures supplémentaires :


Ce sont les heures rémunérées en plus du salaire mensuel lorsqu’elles sont
effectuées en plus del’horaire convenu.
Majoration pour heures supplémentaires. Les heures accomplies au-delà de la durée
légale du travail ou de la durée considérée comme équivalente donnent lieu à une
majoration du salaire réel, déduction faite de l'indemnité de dépaysement fixée
comme suit :
 15 % de majoration pour les heures effectuées de la 41e à la 48e heure
 35 % de majoration pour les heures effectuées au-delà de la 48e heure ;
 50 % de majoration pour les heures effectuées de nuit ;
 60 % de majoration pour les heures effectuées de jour les dimanches et les
jours fériés ;
 120 % de majoration pour les heures effectuées de nuit les dimanches et jours
fériés.
Le décompte des heures supplémentaires et l'application des majorations prévues ci-
dessus devront se faire, compte tenu des dispositions réglementaires, qui fixent par
branche d'activité, les modalités d'application de la durée du travail et prévoient des
dérogations permanentes pour l'exécution de.certains travaux.

3.5-Les primes et les indemnités


3-5-1 : Primes
29
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
 Les primes versées aux ouvriers (rendement, ancienneté, outillage....).Elles
font partie intégrante du salaire et elles sont assujetties aux charges
salariales. Les primes et gratifications sont des récompenses en argent
assujetties aux charges salariales
3.5-2 : Indemnités
Les indemnités versées aux ouvriers. Elles correspondent à des
remboursements de frais occasionnés par un éloignement du lieu de travail par
rapport au siège de la société. Elles ne sont pas assujetties aux charges
salariales sauf cas particuliers (trajet, repas...).

3.6-Les charges salariales et professionnelles


Les charges salariales payées par l'employeur (Taxe d'apprentissage, assurances
maladies, caisse de retraite complémentaire, formation professionnelle Sécurité
sociale,congés payés, chômage, intempérie ...).

3.7-Les temps improductifs (T.I).


On appelle temps improductifs tous les temps qui ne sont pas inclus dans les
temps unitaires mais qui peuvent donc être indemnisés (habillage,
déshabillage,temps perdu pour la paye,casse- croûte). Ils représentent de 6 à 11 %
du temps de travail, soit 0.33 à 0.66 h/j.

3.8-NOTION DE TEMPS DE TRAVAIL EFFECTIF


C'est le temps qui est pris en compte pour déterminer la durée de travail effectuée
par les salariés d'une entreprise. Il détermine si le salarié dépasse la durée légale et
doit être rémunéré en heures supplémentaires. C'est le temps également qui
permet de contrôler les durées maximales de travail :

30
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
4 CALCUL DES COUTS HORS TAXES DES MATERIAUX RENDUS CHANTIERS
La valeur de chaque matériau rendu chantier est un élément essentiel du calcul des
prix. Cette valeur est toujours calculée hors taxe. Ce calcul doit être effectué en
dehors de celui des déboursés d’ouvrages, généralement en étude préliminaire.

4.1-Eléments à prendre en considération


La détermination d’un coût HT d’un matériau rendu chantier fait entrer en jeu les
éléments suivants :
- Valeur d’achat hors taxes (H.T) nette de remise
- Frais d’emballage et de conditionnement
- Frais de transport
- Frais de manutention (chargement et déchargement)
- Frais relatifs aux assurances
- Certaines charges complémentaires
Nota: Les incidences des pertes, casses, chutes, etc. sont rajoutées au niveau des
quantités mises enœuvre et non sur le coût hors taxe rendu chantier.

4.2-Etude des valeurs d’achat hors taxes nettes de remises :


Les prix sur les matériaux sont hors taxes, c’est à dire sans la T.V.A :
o T.V.A au BURKINA : 18 % PVHT
o T.V.A en France métropolitaine : 19,6 %
o T.V.A dans les D.O.M(Département D’outre-mer) : 8,5 %
o T.V.A Travaux de rénovation et d’entretien : 2,1% à 5,5%
On doit aussi tenir compte des avantages accordés par le vendeur :
o Remises pour quantités importantes, fidélité, etc…
o Facilités liées à des conditions particulières de paiement (escompte)

4.3-Etude du transport et de la manutention :


Il y a trois solutions possibles pour transporter et manutentionner les matériaux :
o Le fournisseur
o Un transporteur (spécialiste des livraisons)
o L’entrepreneur

31
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Les frais engagés sont assimilables à un coût supplémentaire. Ces frais s’appliquent
aux quantités approvisionnées ou quantités à commander (pertes incluses) et non
aux quantités en oeuvre ou quantités nécessaires.
 Si les frais sont engagés par le fournisseur ou un transporteur, ils figurent en
clair sur sa facture ;
Il faut donc reprendre le montant facturé et le ramener à l’unité de matériau avant de
l’ajouter à lavaleur d’achat.

Exemple : transport de sable : 7000 F pour 8 m3 : 7000 / 8 = 875 pour 1 m3 de


sable
 Si les frais sont engagés par l’entreprise, ils sont estimés en D.S (puisque
c’est un coûtsupplémentaire) puis ramenés à l’unité de matériau avant d’être
ajoutés à la valeur d’achat :
Exemple : Déchargement de 500 sacs de ciment : 3 heures de main d’oeuvre pour 2
ouvriers, sachant qu’unouvrier coûte 8000F par heure à l’entreprise
Incidence du déchargement : ((8000 x3) x2)/ 500 = 96 par sac.

4.4-Etude des charges complémentaires :


Ces charges ont pour origine :
o Assurance pour matériau nouveau
o Assurance sur approvisionnement
o Frais relatifs à des matériaux importés : octroi de mer
o Etc.…
Il faut calculer l’incidence unitaire, puis la rajouter dans le calcul de la valeur hors
taxe du matériau rendu chantier.

32
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
4.5-Tableau de synthèse
N° Désignation Unité Prix d’achat Prix d’achat Transport Manutention Charges Cout H.T
(PA)TTC HT= (T) (M) complémen rendu sur chantier
(PA)TTC x 100 taires (C) (à pied d’œuvre)
/118 =PA HT +T+M +
(C)

1
2
3
4
5
6

5 CALCUL DES COUTS D’UTILISATION DES MATERIELS DE PRODUCTION


AFFECTABLES :
Deux éléments sont nécessaires au calcul du coût d’utilisation d’un matériel de
production :
o la somme des dépenses engagées pour l’utilisation du matériel pendant
une période,
o la production correspondante.

û ’ é ( / , / ,...)
é é
=

Les dépenses constituant les coûts d’utilisation varient en fonction du type de


matériel et des conditions de son emploi.

5.1 Nature des dépenses à prendre en compte


Dans le cas des matériels de production quatre dépenses principales sont à
considérer :
o l’amortissement (ou les frais de location),
o l’entretien et les réparations (dans le tarif de location),
o les matières consommables (carburants, lubrifiants,),
o les frais complémentaires (assurance...).
Les frais de main d’oeuvre de conduite peuvent être intégrés à ces coûts.
Il convient toutefois de les étudier à part.

33
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
5.2 Estimation de la production
Il existe trois moyens principaux pour estimer une production :
o les rapports de chantier ou d’activité, qui doivent préciser les conditions
du travail,
o l’expérience des conducteurs de travaux et conducteurs d’engins,
o les données des constructeurs, souvent optimisées.

6- CALCUL DES SOUS-DETAILS DE PRIX EN DEBOURSES SECS :


Chaque sous-détail fera l’objet d’une étude méthodique comportant 5 phases :
 bilan des composants du prix étudié,
 recherche ou étude, puis report des "quantités élémentaires de composants ",
 recherche ou étude, puis report des" déboursés unitaires correspondants",
 calcul des parts de composants, puis du D.S. de l’unité d’O.E. ou de l’O.E.,
 calcul du (ou des) P.V.H.T. correspondants à reporter dans le D.Q.E :
o . soit en utilisant les pourcentages majorateurs de charges
complémentaires et bénéfice,
o . soit en utilisant un coefficient de P.V.H.T. applicable aux D.S. des O.E
(coefficient k).

6.1 Calcul des sous détails primaires :


Lors de la construction d’un ouvrage, on va retrouver généralement des similitudes
entre des bétons,mortiers, enduits, du coffrage… de différents éléments de ce
bâtiment, mais aussi d’autres ouvrages.
Pour simplifier les calculs, on va donc rechercher le déboursé sec unitaire de ces
composants, que l’onutilisera alors, pour le calcul des déboursés secs unitaires
d’ouvrages élémentaires.
Pour calculer un déboursé sec unitaire primaire, on va établir un sous-détail primaire.

34
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Exemple:Calcul d’un déboursé sec d’un m3 de béton matériaux seuls)
Sous détail primaire :

N° Désignation U Quantité Déboursé Déboursé sec


unitaire (DS)
Matériaux
1 Sable m3 0,400 1 3000 5200
2 Gravier m3 0,800 11 000 8800
3 Ciment t 0,350 120 000 42 000
TOTAL 56 000

6.2- Calcul des sous détails de prix :


Le sous-détail de prix est la décomposition du prix d'un ouvrage élémentaire ou unité
d'ouvrage en plusieurs éléments.
Pour chaque O.E. (poteau, poutre, fondation, plancher, voile…) décrit dans le cahier
des clauses techniques particulières, (C.C.T.P), on va calculer un déboursé sec
unitaire correspondant (m2 deplancher, ml de voile,...).
Pour calculer ce D.S. unitaire d’O.E. on doit établir un sous détail de prix.

Exemple :Déboursé sec d’un m2 de dallage

Déboursés secs (DS)


N° Désignation U Quantité Déboursé Matériaux Main Matériel
Unitaire d’œuvre
1

2
3
4
5
6
7
8
TOTAL PARTIEL

35
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
TOTAL

7-CALCUL DES P.V.H.T ET DES COUTS :


7.1 -Composants du prix de vente hors taxes (P.V.H.T) :
a) Déboursés secs ou directement affectables (DS) : Ce sont les frais de :
 Main d'Œuvre (MO)
 Matériaux (MAT)
 Matériel (mat)
 Matières consommables dans (MAT) ou (mat)

b)LES FRAIS DE CHANTIER (FC)


Il s'agit des frais en rapport direct avec la réalisation d'un ouvrage sans qu'il soit
possible de les affecter à l'exécution de tel ou tel ouvrage élémentaire en particulier.
On peut les estimer :
 de manière analytique en chiffrant chacune des dépenses qui les constituent
sur l'étude et la réalisation de l'ouvrage
 de manière statistique en se référant aux résultats enregistrés à propos de
chantiers antérieurs similaires, avec réactualisation des coûts et prévisions
futures des évolutions pour les chantiers longs
 en utilisant une méthode mixant les 2 manières précédentes

 But : trouver un rapport entre la somme totale des frais de chantier FC et


le total des frais directs pour l'ouvrage DS (via l'estimatif interne de
l'entreprise) sous forme de pourcentage, différent suivant chaque type
d'ouvrage (bâtiment, route, ouvrage d'art...)

 LISTE TYPE DES FRAIS DE CHANTIER

 FRAIS D'ENCADREMENT ET DE PERSONNEL NON DIRECTEMENT PRODUCTIF

o personnel de maîtrise et technique : chef de chantier, topographie, planning -


méthodes
o personnel de bureau : comptabilité du chantier, paie sur chantier, tenue des
livres de comptes, rapports de chantiers
36
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
o personnel d'entretien : entretien de l'outillage, des bungalows, gardiennage
de sites sensibles (armée, nucléaire...), etc.

 FRAIS DE MATERIEL NON AFFECTE


o installations fixes de chantier, ateliers liés à la réalisation de l’ouvrage
(stockages, centrale à béton, aires de préfabrication) - et à la présence du
personnel (bungalows)
o matériel de levage (grues et accessoires)
o matériel de transport (camions, décapeurs...) pour les chantiers de
terrassement
o outillage fréquemment utilisé souvent dans un magasin installé sur chantier,
accessible à tous les ouvriers (scies circulaires, théodolite, aiguilles
vibrantes...)
 FRAIS D'INSTALLATION ET DE REPLIEMENT
o main d’œuvre de l'équipe s'occupant de l'installation et du repliement du
chantier
o matériaux et fournitures concernant l'interface avec l'extérieur du chantier
(clôtures, portails, panneaux de sécurité : "chantier interdit au public", "port du
casque obligatoire"...)
o raccordement aux réseaux (eaux vannes et usées, gaz, électricité, air
comprimé, chauffage de ville, téléphone...)
 FRAIS COMPLEMENTAIRES
o autorisations
o assurances du chantier et du personnel (permis de construire, type d'ouvrage,
intervenants, date, superficie, altitude...)
o panneaux de chantier et publicité
o éclairage et chauffage des bungalows et des parties d'ouvrage terminées pour
éviter l'humidité
o frais de papeteries, téléphone, tirage de plans
o vêtements de travail et protections diverses
o essais de matériaux (éprouvettes béton) avant et pendant le chantier afin de
tester les résistances et comportements des matériaux utilisés pour des
ouvrages particuliers

37
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Les frais de chantier sont variables d'une entreprise à l'autre et d'un chantier à
l'autre. Ils représentent en moyenne 5 à 10 % des DS

c)Déboursé Total (DT)ou cout de production (Cp) : Ensemble exigées par la mise
en œuvre. Il regroupe donc le DS d’une part et les FC d’autre part d’où l’égalité
caractéristique :
D.T =DS + FC

d) LES FRAIS GENERAUX (FG)

 Ces frais sont indispensables à la bonne marche du chantier mais ils servent
également à la direction et à la gestion de l'affaire. On les appelle frais
généraux (ou frais d'exploitation).
Ils ne sont pas directement affectés à un chantier donné.
Ils sont chiffrés sur la base des années antérieures ou de manière statistique
sur une année complète. Toutefois la notion "d'affectation" ou de "non
affectation" est relative. Les services du personnel du siège peuvent être
spécifiquement facturés à un chantier particulier ou dispatcher sur l'ensemble
des chantier selon leur nature.
 But: trouver un rapport entre la somme totale des frais généraux FG et le
total des frais totaux pour l'ouvrage DT (= DS + FC) sous forme de
pourcentage indépendant du type d'ouvrage réalisé.

 LISTE TYPE DES FRAIS GENERAUX


On les décompose souvent en deux catégories, soit :
 FRAIS GENERAUX DE SIEGE OU DE SIEGE SOCIAL
Ils comprennent l'ensemble des dépenses qu'il n'est pas possible d'imputer
directement au compte d'exploitation des différents chantiers et qui,
naturellement, ne figurent pas dans les « frais industriels »
o personnel de direction de l'entreprise et personnel administratif
o frais de locaux du siège : loyer, entretien, chauffage, électricité, gardiennage
o frais de mobilier : matériel, téléphone, véhicules de société
o frais d'assurances : locaux entreprise et personnel y travaillant

38
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
o frais commerciaux, publicité, prospection (internet, journaux, radio, télévision,
forum, salon...)
o frais financiers liés aux gros achats : intérêts des emprunts
 FRAIS GENERAUX D'EXPLOITATION OU INDUSTRIELS
Ils comprennent, l'ensemble des dépenses communes à plusieurs chantiers de
l'entreprise et qu'il n'est pratiquement pas possible de ventiler entre ces différents
chantiers.
o frais de bureau d'études (personnel et fournitures) : intégrés aux grandes
exploitations ou externes
o frais de bureau des méthodes (personnel et fournitures) : préparation du
chantier (environ 1 mois et
o pendant le chantier) pour organiser les tâches, anticiper les problèmes,
gérer les besoins en matériel, veiller à la sécurité du personnel de chantier
=> assiste et allège le conducteur de travaux
o frais de personnel technique commun à différents chantiers : ingénieurs,
conducteurs travaux
o gestion de la main d'œuvre : paie...
o frais communs aux chantiers : gestion du parc matériel, dépôts, ateliers,
gros outillage, entretiens...

Les frais généraux sont variables d'une entreprise à l'autre et on retiendra une
valeur moyenne de 10 à 15 % des DT

e) FRAIS DE MARCHÉ (Fm)


Les « frais de marché » ou «frais dus au marché» sont des dépenses affectables à
un chantier ou à un marché déterminé, mais qui ne sont nécessaires, ni à l'exécution,
ni à la gestion courante l'entreprise.
Il s’agit le plus souvent, de dépenses imposées à l'entreprise par les conditions
contractuelles, commerciales ou financières du marché.
Il existe deux catégories de « frais de marché», soit :
(a)
- Les frais de marché exprimés en % du prix de vente et notés Fm
(Exemple : frais d'assurance complémentaire, frais d’intervention des bureaux de
contrôle, frais de réalisation de plans, certaines commissions, certains frais
financiers particuliers, etc.°.

39
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
(b)
- Les « frais de marché » déterminés en valeur réelle et notés Fm
Ces frais correspondent au « déboursés ».
(Exemple : Frais d'adjudication, frais de cautionnement, certains frais financiers
particuliers, certaines commissions, frais d'étude d’intervention de bureaux extérieurs
imposés par le client, etc.).

f) Prix de revient (PR) ou coût de revient (C.R): Il est la somme du coût de


production (C.p) ou Déboursé Total (D.T), des frais de marché (F.m) et des frais
généraux (F.G) :
P.R = DT + F.m + F.G

 Le Prix de Vente Hors Taxes (P.V.H.T)est obtenus à partir des "coûts de


revient prévisionnels" (C.R. prévus.), auxquels on ajoute la "marge de
Bénéfice et aléas" (B. & a.) choisie pour l’opération.
P.V. H.T = P.R. + B. & a
 Le bénéfice (B) est la marge que s’attribue l’entreprise ;
 Les aléas (a) sont destinés à compenser les imprévus.
B&a sont évalués en Fancs ou en % du prix de vente hors taxe.

 Le Prix de Vente Toutes Taxes Comprises (P.V.T.T.C):est le prix de


vente hors taxes auquel est appliqué les taxes prévues par la législation en
vigueur.
PVTTC = PVHT + Taxes

7.2-Calcul du coefficient d'adjudication(K) :


Le "coefficient d'adjudication" (ou "d'entreprise" ou "de vente" ou global)
englobe, sous forme d'un pourcentage directement applicable aux résultats en
déboursés secs unitaires du sous-détail de prix, les frais de chantier FC, les frais
généraux FG et la marge bénéficiaire B de l'entreprise Rappel : P.V.H.T = D.S+ F.C
+ F.m + F.G + B&a
Les différents frais sont généralement établis en % des déboursés secs ou du
P.V.H.T :
Exemple :

40
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
F.C = a % D.S F.op = b % P.V.H.T F.G = c % P.V.H.T B&a = d % P.V.H.T
D’où : P.V.H.T = D.S + a % D.S +(b + c +d)% P.V.H.T ⇒
Que l’on transforme en : P.V.H.T = K × D.S

SCHEMATISATION DES ELEMENTS CONSTITUTIFS D’UN PVTTC

TABLEAU RECAPITULATIF

41
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
DESIGNATIONS UNITE QUANTITE PRIX TOTAL OU
ELEMENTAIRE D’ACHAT DEBOURSE SEC

1 2 3 4 5

Matériaux : M3 ou Matériaux Valeur HT Part de matériaux


(sable,gravier,ciment,acier,coffrage,eau etc ….) m2 ou élémentaires rendu sur = (3) x (4)
kg chantier
etc.

Matériels : (Bétonnière,grue,etc…) Besoins Prix Part de matériels


élémentaires d’utilisation = (3) x (4)
horaire

Matières consommables : (électricité,carburant M3 ou Besoins Valeur HT Part de matières


etc…) l etc. élémentaires rendu sur cons.
chantier = (3) x (4)

Main d’œuvre U exécution Valeur HT Part main d’œuvre


= (3) x (4)

DS de l’unité d’ouvrage élémentaire ∑ des DS (5)

FC =

DT= ∑DS+FC =

FG +Fm =

PR=DT+FG =

Marge bénéficiaire =

PVHT=PR+B =

Taxes =

PVTTC=PVHT+Taxes =

42
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
DS=Déboursé Sec (matériaux, matériels, main d’œuvre, matières
consommable)
DT=Déboursé Total (cout de réalisation)
PR=Prix de revient
Fg=Frais généraux
FS=frais spéciaux
PVHT=Prix de Vente Hors Taxe (Prix reçu par l’entreprise)
PVTTC=Prix de Vente Tout Taxe Compris (Prix payé par le client).
Cg=Coefficient global TVA=Taxe sur la Valeur Ajouté
DS ×Cg=PVHT PVHT= PVTTC- (Part TVA)
Cg=PVHT/DS 1,5 < Cg <1,8

8- ELABORATION DU DEVIS QUANTITATIF ESTIMATIF


Le D.Q.E. ou le D.P.G.F. est élaboré à partir du D.Q. ou du cadre de D.P.G.F. à
compléter auquel onajoute deux colonnes : "P.V.H.T." et "montant".
Voici les fonctions des différentes colonnes :
 Colonnes "N° à Quantité" :
Ces colonnes ont la même fonction que précédemment pour l’avant-métré mais le
détail descalculs ne figure pas (comme pour le D.Q. ou le cadre de D.P.G.F. à
compléter).
 Colonne "P.V.H.T." :
Cette colonne sert à noter les prix de vente hors taxes des unités d’ouvrages
élémentaires issus :
. De l’étude de prix d’entreprise (K x D.S),
. Du bordereau de prix préétabli par l’entreprise, (statistique de P.V.H.T.
reconductibles)
 Colonne "montant partiel" :
Cette colonne sert à noter le montant partiel H.T résultant du produit de la quantité
d’O.E par leP.V unitaire H.T.
Le total des montants H.T. des ouvrages élémentaires inscrits dans la colonne
"montant partiel"représente le montant total H.T. de l’ouvrage.

43
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX
Ce montant doit être suivi du montant correspondant à la taxe sur la valeur ajoutée
(T.V.A).Pour finir, on calcul le montant total toutes taxes comprises (T.T.C) en
ajoutant le montant de la T.V.A.au montant total H.T. de l’ouvrage.

Montant total T.T.C = Montant total H.T + T.V.A

Devis quantitatif estimatif (D.Q.E)

N° Désignations U Quantité P.V.H.T Montant partiel H.T

Montant total hors taxes (HT)

Montant Toutes Taxes comprises (TVA)

Montant total Toutes Taxes Comprises (TTC)

44
ESTPO / COURS DE METRE ET ETUDE DES PRIX

Vous aimerez peut-être aussi