Vous êtes sur la page 1sur 58

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT REPUBLIQUE TOGOLAISE

SUPERIEUR ET DE LA Travail – Liberté - Patrie


RECHERCHE
Thème : Contribution à l’assainissement du quartier Ablogamé à Lomé

INSTITUT DES SCIENCES TECHNOLOGIQUES, ECONOMIQUES


ET ADMINISTRATIVES

Domaine : Sciences et Technologies

Mention : Sciences de l’Ingénieur

Grade : Master Professionnelle


N° d’ordre : PFE/LP-737-1/2013

Option : GENIE CIVIL

BETON PRECONTRAINT
Exposé de Structure Complexe

Présenté par : Chargé du cours :


ANANI Kossivi Séwa Dr AMEY Kossi Bollanigni, Docteur-
Ingénieur Génie Civil

Septembre 2020

Exposé SC- ANANI K. S. 2 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES................................................................................................I


LISTE DES FIGURES..................................................................................................IV
LISTE DES TABLEAUX...............................................................................................VI
INTRODUCTION...........................................................................................................8
1- GENERALITES : CONCEPTS DE BASE ET MODES DE REALISATION........10
1.1- CONCEPTS DE BASE..................................................................................10
1.1.1- Définition de la précontrainte.........................................................................10
1.1.2- Béton précontraint appliqué à une poutre.....................................................10
1.1.3- Principe du béton précontraint.......................................................................11
1.1.4- Précontrainte d’une poutre isostatique fléchie...............................................12
1.2- PROCEDES DE MISE EN PRECONTRAINTE.............................................18
1.2.1- Précontrainte par pré-tension........................................................................18
1.2.2- Précontrainte par post-tension.......................................................................19
1.2.3- Procédé d’injection.........................................................................................20
1.3- SYSTÈMES DE PRECONTRAINTE, DOMAINE D’APPLICATION ET
REGLEMENTATION......................................................................................21
1.3.1- Systèmes de précontrainte............................................................................21
1.3.2- Domaine d’application....................................................................................21
1.3.3- Règlémentation..............................................................................................22
2- PERTE DE PRECONTRAINTE............................................................................24
2.1- DÉFINITION...................................................................................................24
2.2- TENSION À L’ORIGINE.................................................................................24
2.3- PERTE DE TENSION INSTANTANÉES.......................................................24
2.4- PERTE DE TENSION PAR FROTTEMENT..................................................25
2.5- PERTE DE TENSION PAR RECUL DE L’ANCRAGE..................................26
2.6- PERTE DE TENSION PAR DÉFORMATIONS INSTANTANÉES DU
BÉTON...........................................................................................................28
2.7- PERTE DE TENSION DIFFÉRÉES...............................................................28
2.7.1- Perte de tension due au retrait du béton.......................................................29
2.7.2- Perte de tension due au fluage du béton.......................................................29

Exposé SC- ANANI K. S. i FORMATEC


Thème : Béton précontraint

2.7.3- Perte de tension due à la relaxation de l’acier...............................................30


2.7.4- Perte de tension différée totale......................................................................30
3- DIMENSIONNEMENT ET JUSTIFICATION........................................................33
3.1- DIMENSIONNEMENT DE LA PRECONTRAINTE........................................33
3.1.1- Objectif du dimensionnement........................................................................33
3.1.2- Diagramme de vérification.............................................................................33
3.1.3- Données de base...........................................................................................34
3.1.4- Approche de la précontrainte.........................................................................34
3.1.4.1- Câble moyen fictif...........................................................................................34
3.1.4.2- Centre de pression.........................................................................................35
3.1.4.3- Noyau limite....................................................................................................35
3.1.4.4- Excentricité du câble moyen fictif...................................................................37
3.1.5- Fuseau de passage.......................................................................................37
3.1.6- Notion de section critique...............................................................................38
3.1.7- Evaluation de la précontrainte.......................................................................38
3.1.7.1- Cas de section sous critique et critique..........................................................38
3.1.7.2- Cas de section sur critique.............................................................................39
3.1.7.3- Cas particulier.................................................................................................39
3.1.8- Section minimale de béton.............................................................................40
3.1.8.1- Cas d’une section sous critique......................................................................40
3.1.8.2- Cas d’une section sur critique........................................................................40
3.2- JUSTIFICATION VIS-À-VIS DES SOLLICITATIONS....................................41
3.2.1- justification vis-a-vis des sollicitations normales............................................41
3.2.1.1- Vérification à l’état limite de service...............................................................41
3.2.1.2- Vérification à l’état limite ultime.....................................................................44
3.2.2- justification vis-a-vis des sollicitations tangentes...........................................47
3.2.2.1- Justification à ELS.........................................................................................47
3.2.2.2- Justification à ELU.........................................................................................49
3.2.2.3- Justification du béton.....................................................................................51
3.3- DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES.............................................................51
3.3.1- Précontrainte par post tension.......................................................................51
3.3.1.1- Groupement des armatures de précontrainte................................................51
3.3.1.2- Espacement des armatures de précontrainte................................................51

Exposé SC- ANANI K. S. ii FORMATEC


Thème : Béton précontraint

3.3.1.3- Distance des armatures de précontrainte aux parements.............................52


3.3.2- Précontrainte par pre tension........................................................................53
3.3.2.1- Groupement des armatures de précontrainte................................................53
3.3.2.2- Espacement des armatures de précontrainte................................................53
3.3.2.3- Distance des armatures de précontrainte aux parements.............................53
3.3.2.4- Enrobage des armatures passives................................................................53
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS................................................................55
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.......................................................................56

LISTE DES FIGURES

Exposé SC- ANANI K. S. iii FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 1-1 : poutre soumis a son poids propre et une charge d’exploitation....11
Figure 1-2 : position des armatures capable de reprendre les efforts de
traction…………………………………………………………………………………11
Figure 1-3 : principe du beton precontraint...........................................................11
Figure 1-4 : explication par diagramme du principe du beton precontraint.......12
Figure 1-5 : poutre soumise a une charge lineaire p.............................................13
Figure 1-6 : application du pmin pour eliminer les contraintes de trcation.......13
Figure 1-7 : diagrammes des contraintes elastiques lineaires sur la poutre.....13
Figure 1-8 : diagrammes des contraintes elastiques lineaires............................13
Figure 1-9 : poutre soumise a une charge lineaire p.............................................15
Figure 1-10 : application du pmin excentre pour eliminer les contraintes de
traction…………………………………………………………………………………15
Figure 1-11 : diagrammes des contraintes elastiques lineaires sur la poutre...15
Figure 1-12 : diagrammes des contraintes elastiques lineaires..........................16
Figure 1-13 : procede par pre-tension....................................................................18
Figure 1-14 : procede par post-tension..................................................................19
Figure 1-15 : mise en tension par les cables..........................................................20
Figure 2-1 : evolution de la tension appliquee a l’origine.....................................25
Figure 2-2 : perte de tension par glissement de l’armature par rapport a son
ancrage…………………………………………………………………………………26
Figure 2-3 : perte de tension par recul d’ancrage.................................................27
Figure 2-4 : evolution de la tension par rapport au glissement de l’ancrage.....27
Figure 3-1 : premiers cas de chargement...............................................................33
Figure 3-2 : deuxieme cas de chargement.............................................................33
Figure 3-3 : diagramme de verification...................................................................34
Figure 3-4 : cable moyen fictif.................................................................................35
Figure 3-5 : position de l’effort de precontrainte par rapport au centre de
pression………………………………………………………………………………..35
Figure 3-6 : fuseau de passage................................................................................37
Figure 3-7 : les differentes sections critique..........................................................38
Figure 3-8 : les contraintes limites de calcul.........................................................43
Figure 3-9 : les contraint regle de trois pivots ......................................................45
Figure 3-10 : diagramme contrainte-deformation du beton..................................45

Exposé SC- ANANI K. S. iv FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 3-11 : diagrammes contrainte-deformation de l’acier...............................45


Figure 3-12 : diagramme contraintes-deformations de l’essai de traction de
l’acier……………………………………………………………………………………46
Figure 3-13 : flexion composee non deviee...........................................................46
Figure 3-14 : force de traction unitaire sur la fibre moyenne...............................48
Figure 3-15 : angle d’inclinaison des bielles..........................................................49
Figure 3-16 : distance ev et eh entre armatures......................................................52

Exposé SC- ANANI K. S. v FORMATEC


Thème : Béton précontraint

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 2-1 : natures des armatures......................................................................26


Tableau 3-1: limitations de la variation de tension des armatures de
precontrainte.......................................................................................................44

Exposé SC- ANANI K. S. vi FORMATEC


Thème : Béton précontraint

INTRODUCTION

Exposé SC- ANANI K. S. 7 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

INTRODUCTION

Le béton armé, découvert dans les dernières années du XIXe siècle a été utilisé comme
matériau composite où le béton reprend les efforts de compression alors que les
armatures en acier travaillent en traction. Mais comme le béton ne peut pas s’allonger
autant que les armatures, des microfissures apparaissent à leur voisinage et il ne
reprend que partiellement son état initial lorsque la charge est enlevée. Ces
microfissures sont des voies privilégiées d’entrée de l’eau dans la structure qui peut à
terme subir de graves dommages. Pour éviter ces problèmes, Eugène Freyssinet (1879-
1962) a l'idée de pré comprimer le béton. Ainsi le béton précontraint sera désormais
utilisé pour franchir de grande portée pour réaliser les ouvrages où le béton armé ne
résisterait pas. Nous présenterons dans ce document quelques points essentiels du
dimensionnement par précontrainte.
Le présent document sera subdivisé en trois (03) chapitres à savoir :
- généralités : concepts de bases et modes de réalisation ;
- perte de précontrainte ;
- dimensionnement et justification.
Ces chapitres sont précédés d’une introduction et suivis d’une conclusion et des
recommandations.

Exposé SC- ANANI K. S. 8 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

CHAPITRE 1 :

GENERALITES : CONCEPTS
DE BASE ET MODES DE
REALISATION

Exposé SC- ANANI K. S. 9 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

1- GENERALITES : CONCEPTS DE BASE ET MODES DE REALISATION


1.1- CONCEPTS DE BASE
1.1.1- Définition de la précontrainte
« Précontraindre une construction, c'est la soumettre, avant l'application des charges, à
des forces additionnelles déterminant des contraintes telles que leur composition avec
celles qui proviennent des charges donne en tout point des résultantes inférieures aux
contraintes limites que la matière peut supporter indéfiniment sans altération » E.
Freyssinet
La précontrainte est un pré-chargement d’un système mécanique ou d’une structure
visant l’amélioration de ses performances mécaniques (résistance, rigidité, etc.). Elle est
aussi est une technique ancienne qui est utilisée dans plusieurs systèmes mécaniques.
La roue d’une bicyclette est un exemple de système précontraint : les rayons sont
tendus préalablement en prenant appui sur la jante et le moyeu pour empêcher leur
rupture par flambement lorsqu’ils seront comprimés sous l’action du poids du cycliste.
Le béton résiste bien à la compression mais très mal à la traction (sa résistance à la
traction est de l’ordre 1/12 seulement de sa résistance à la compression). Le béton
armé remédie à ce défaut en disposant dans les zones tendues des armatures d’acier
dirigées suivant la direction des forces de traction et capables d’y résister. Cependant,
le béton armé présente plusieurs défauts qui limitent son emploi :
- Le béton enrobant les armatures est tendu en même temps qu’elles ne peuvent subir
leur allongement sans se rompre ; il en résulte des fissures. Par ces fissures, les
armatures peuvent être en contact direct avec le milieu ambiant, d’où un risque de
corrosion. Ainsi le béton armé convient mal aux ouvrages situés en milieu agressif.
- Le béton armé est lourd : les parties tendues du béton ne sont utilisées que pour
enrober l’acier et leur poids constitue un handicap pour les poutres de grande portée. La
charpente métallique se révèle souvent plus économique.
Il est donc logique de chercher à utiliser à plein la résistance du béton moyennant la
précontrainte.
Pour mieux expliquer les principes de la précontrainte et son dimensionnent nous allons
étudier le cas des poutres précontraint.

1.1.2- Béton précontraint appliqué à une poutre


Le béton est un matériau hétérogène qui présente une très bonne résistance à la
compression, par contre, il a une très mauvaise résistance à la traction. C’est ainsi

Exposé SC- ANANI K. S. 10 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

qu’une poutre reposant sur deux appuis, soumise à l’effet de son poids propre (G) et
d’une charge d’exploitation (Q), subit des contraintes de flexion qui se traduisent par
une zone comprimée en partie supérieure et par une zone tendue en partie inférieure
montré par la figure 1-1.

Figure 1-1 : poutre soumis à son poids propre et une charge d’exploitation

La poutre subit également des contraintes de cisaillement dues aux efforts tranchants
qui se produisent vers les appuis. Ces contraintes occasionnent des fissures à 45° que
le béton ne peut reprendre seul. Dans ce cas de figure, deux solutions sont possibles :
l’ajout d’une quantité d’armatures capable de reprendre les efforts de traction dans le
béton (Principe du béton armé) présenté sur la figure 1-2, ou l’application d’un effort de
compression axial qui s’oppose aux contraintes de traction dues aux chargements
(Principe du béton précontraint) qui est présenté à la figure 1-3.

Figure 1-2 : position des armatures capable de reprendre les efforts de traction

Figure 1-3 : Principe du béton précontraint

1.1.3- Principe du béton précontraint


Appliquer à l’avance (un pré-chargement) une compression permanente au béton afin
d’éliminer les contraintes de traction dues aux charges qui seront appliquées
postérieurement. La variation de contraintes dues à ces tractions ne provoque qu’une
décompression du béton. Ainsi la section du béton demeure entièrement comprimée

Exposé SC- ANANI K. S. 11 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

La section et la résistance du béton sont exploitées à plein (100%) et on note une


absence de fissuration du béton.
La précontrainte a pour objectif, en imposant aux éléments un effort de compression
axial judicieusement appliqué, de supprimer (ou fortement limiter) les sollicitations de
traction dans le béton. Cette schématisation du concept est présenté à la figure 1-4.

Figure 1-4 : explication par diagramme du principe du béton précontraint

Cette précontrainte peut être :


 Une précontrainte partielle : autorisation des contraintes de traction limitées.
 Une précontrainte totale : élimination totale des contraintes de traction.

1.1.4- Précontrainte d’une poutre isostatique fléchie


Le principe est de soumettre la pièce en béton fléchie à un effort de compression
convenablement appliqué, pour éliminer, d’une part, les contraintes de traction dans la
membrure tendue et limiter, d’autre part, les contraintes de compression dans la
membrure comprimée, afin de faire disparaître tout risque de fissuration.
En fonction du chargement on a :
a) Précontrainte centrée : maîtrise de la fissuration du béton par traction

Soit une poutre chargée présenté à la figure 1-5. Pour appliquer la précontrainte centrée
présenté à la figure 1-6 il faudra déterminer P min appliqué au centre de gravité de la
section de la poutre (plan x, z) de tel sorte que les contraintes dans la partie tendue de
la poutre (fibre inférieur) soit null.

Exposé SC- ANANI K. S. 12 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 1-5 : poutre soumise à une charge linéaire P

Figure 1-6 : application du Pmin pour éliminer les contraintes de trcation

Dans ce cas le diagrammes des contraintes élastiques linéaires sur la poutre se


présente comme le montre les figure1-7 et figure1-8.

Figure 1-7 : diagrammes des contraintes élastiques linéaires sur la poutre

Figure 1-8 : diagrammes des contraintes élastiques linéaires

Exposé SC- ANANI K. S. 13 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

En désignant par B la section transversale de la poutre, l’ effort de précontrainte P min est


donné par l’équation (1-1) , le moment max M ou M max en travée est calculé à partir de
l’équation (1-2) et le moment d’inertie I ou IGZ est donné par l’équation (1-3).

Pmin =bh σ 0 (1-1)


pl2
M= (1-2)
8
bh3
I= (1-3)
12
B=bh (1-4)

Du diagramme des contraintes, on a :

−MV i Pmin
+ =0 (1-5)
I bh
en remplaçant Vi par h/2 dans l’équation (1-5) on obtient l’équation (1-6) :

l h M max Pmin
( )
σ 0 x= =
2 2 I
=
bh
(1-6)

avec :
- l = la portée de la poutre ;
- x = la position du moment sur l’axe des x ;
- b = la base de la poutre ;
- h = la hauteur de la poutre ;
- σ0 = la contrainte dans la section x=l/2 ;
- Pmin : l’ effort de précontrainte ;
- Mmax : moment max en travée ;
- I ou IGZ : le moment d’inertie.
De l’équation (1-5) on peut tirer Pmin donné par l’équation (1-7)

MV i
Pmin = B (1-7)
I

En remplaçant Vi par h/2, B et I par leur expression dans l’équation (1-7) on a :
6 M max
Pmin = (1-8)
h

Exposé SC- ANANI K. S. 14 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

b) Précontrainte excentrée : maîtrise de la fissuration du béton par traction et


compression
Soit une poutre chargée présenté à la figure 1-9. Pour appliquer la précontrainte
excentrée comme présenté à la figure 1-10 il faudra déterminer P min appliqué excentrée
dans la section de la poutre (plan x, z) de tel sorte que les contraintes dans la partie
tendue de la poutre (fibre inférieur) soit null.

Figure 1-9 : poutre soumise à une charge linéaire P

Figure 1-10 : application du Pmin excentré pour éliminer les contraintes de traction

D’après la position de Pmin nous avons deux cas à considérer :

 Première cas : Pmin se trouve à une excentricité hors du noyau centrale mais suivant
le sens de h (hauteur de la poutre). La figure 1-11 réprésente les diagrammes des

Exposé SC- ANANI K. S. 15 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

contraintes élastiques linéaires sur la poutre dans ce cas.

Figure 1-11 : diagrammes des contraintes élastiques linéaires sur la poutre


Du diagramme des contraintes, on a :

−MV i Pmin Pmin e .V i


+ + =0 (1-9)
I bh I
De l’équation (1-9) on peut tirer Pmin donné par l’équation (1-10)

MV i
Pmin =
1 e .V i (1-10)
I ( B
+
I )
 Deuxième cas : Pmin se trouve à l’excentricité maximum dans le noyau centrale et
suivant le sens de h (hauteur de la poutre). La figure 1-12 réprésente les
diagrammes des contraintes élastiques linéaires sur la poutre dans ce cas.

Exposé SC- ANANI K. S. 16 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 1-12 : diagrammes des contraintes élastiques linéaires

L’excentricité maximum eo est donné par l’équation (1-11) et l’effort de précontrainte P min
est donné par l’équation (1-12).

−h
e 0= (1-11)
6

bh σ 0
Pmin = (1-12)
2

D’après les diagrammes on  a :


l h M max Pmin h Pmin . e0
( )
σ 0 x= =
2 2 I
= −
bh 2 I
(1-13)

avec :
- l = la portée de la poutre ;
- x = la position du moment sur l’axe des x ;
- b = la base de la poutre ;
- h = la hauteur de la poutre ;
- σ0 = la contrainte dans la section x=l/2 ;
- eo = l’excentricité ;
- Pmin : l’ effort de précontrainte ;
- Mmax : moment max en travée ;
- I ou IGZ : le moment d’inertie.
En tirant Pmin à partir de l’équation (1-13) on a :
3 M max
Pmin = (1-14)
h

Exposé SC- ANANI K. S. 17 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

On remarque que l’effort de précontrainte excentrée se trouvant dans l’excentricité


maximum du noyau central réduit de moitié par rapport à celui nécessaire en
précontrainte centrée ; soit un gain de 50% sur le coût de la précontrainte.
On peut alors calculer la flèche maximale vers le bas sous le moment Mmax en travée à
partir de l’équation (1-16) et la flèche maximale vers le haut sous le moment induit par
l’effort de précontrainte donné par l’équation (1-15), peut être calculée à partir de
l’équation (1-17).

M p=Pmin .e 0 (1-15)

2
l −5 M max l
( )
ƒb x = =
2 48 EI
(1-16)

2
l −P min e 0 l
ƒh x=( ) 2
=
8 EI
(1-17)

En remplaçant Pmin et eo par leur expression dans l’équation (1-17) on obtient l’équation
(1-18).
2
l 3 M max l
ƒh x=( ) 2
=
48 EI
(1-18)

La flèche totale après application de l’effort de précontrainte est donnée par l’équation
(1-19).
2
l −2 M max l
ƒ tot
( )
x= =
2 48 EI
(1-19)

l
( 2)
ƒtot x=

( 1−
l
ƒ (x= )
b
2
)
×100=60 % (1-20)

D’après l’équation (1-20) on peut affirmer qu’il y’a une réduction de la flèche de 60%
grâce à l’excentricité négative eo de la précontrainte (Mp = Pmin.eo <0).

1.2- PROCEDES DE MISE EN PRECONTRAINTE


Pour réaliser l’opération de précontrainte, il existe deux possibilités.
1.2.1- Précontrainte par pré-tension
Dans ce procédé, les câbles de précontrainte sont tendus entre deux massifs
solidement ancrés avant le coulage du béton comme présenté à la figure 1-13. Cette

Exposé SC- ANANI K. S. 18 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

technique est surtout employée sur les bancs de préfabrication, pour réaliser des
éléments répétitifs.

Figure 1-13 : procédé par pré-tension

 Etapes générales de réalisation :


 mise en tension des cables;
 coulage du béton;
 la libration des câbles après le durcissement du béton.
 par adhérence, la précontrainte de compression est transmise au béton.
D’une façon plus détaillée, la méthode de précontrainte par pré-tension suit les cycles
suivants :
 nettoyage des moules;
 mise en place d’huile de décoffrage sur les moules ;
 déroulement des armatures actives et blocage aux extrémités dans des plaques;
 mise en place des armatures passives ;
 mise en place des moules dans leur position finale;
 mise en place des déviateurs éventuels ;
 mise en tension des armatures par des vérins ;
 mise en place du béton par pont- roulant ou grue ;
 lissage de la partie supérieure ;
 vibration du béton ;
 étuvage ou chauffage du béton ;
 décoffrage ;
 pré-tension des armatures actives ;
 découpage des fils situés entre deux éléments préfabriqués ;
Exposé SC- ANANI K. S. 19 FORMATEC
Thème : Béton précontraint

 manutention et stockage.

1.2.2- Précontrainte par post-tension


Ce procédé consiste à tendre les câbles de précontrainte, après coulage et
durcissement du béton, en prenant appui sur la pièce à comprimer comme présenté à la
figure 1-14. Cette technique est utilisée pour les ouvrages importants est, généralement,
mise en œuvre sur chantier. La précontrainte par post tension se présente sous deux
formes :
- Une précontrainte par post-tension interne ;
- Une précontrainte par post-tension externe.
 Etapes générales de réalisation :
 placement des gaines dans le coffrage ;
 coulage du béton;
 après le durcissement du béton, la mise en tension des câbles ;
 le blocage se fait par différents systèmes de cales sur une zone de béton fretté ;
 l’injection d’un coulis de ciment.

Figure 1-14 : procédé par post-tension


La mise en tension peut être faite en tendant l’acier aux deux extrémités de la pièce
(actif - actif) ou en tendant une seule extrémité uniquement (actif – passif). Ceci est
présenté à la figure 1-15.

Exposé SC- ANANI K. S. 20 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 1-15 : mise en tension par les cables

A côté de ces procédés classiques, il existe des procédés spéciaux qui sont réservés à
certains ouvrages ou qui font appel à d’autres principes pour la mise en tension :

 précontrainte par enroulement ;


 précontrainte par compression externe ;
 mise en tension par dilatation thermique ;
 mise en tension par expansion du béton.

1.2.3- Procédé d’injection


L’injection est une opération extrêmement importante, car elle assure un double rôle :
 La protection des armatures de précontrainte contre la corrosion ;
 L’amélioration de l’adhérence entre les armatures et les gaines.

L’opération de l’injection doit être réalisée dès que possible après la mise en tension
des armatures. Le produit d’injection doit répondre aux impératifs suivants :
 avoir une assez faible viscosité pour couler facilement et pénétrer dans
toutes les ouvertures et entre fils des câbles de précontrainte ;
 conserver cette faible viscosité pendant un délai suffisant pour que l’injection
puisse s’effectuer dans de bonnes conditions avant le début de prise ;
 après durcissement, avoir une résistance suffisante pour assurer
efficacement l’adhérence de l’armature au béton ;
 présenter un retrait minimal ;
 ne pas être agressif vis-vis de l’acier de précontrainte.
Le produit d’injection était autrefois un mortier formé de ciment, de sable et de l’eau ;
aujourd’hui le sable est à peu près complètement abandonné, au profit de coulis
de ciment CPA, comportant un adjuvant.
L’ensemble d’un procédé de précontrainte comprend, généralement, les éléments
suivants :
a) dispositif d’ancrage : on distingue, principalement, deux types d’ancrage :
 Ancrage actif, situé à l’extrémité de la mise en tension ;
 Ancrage passif (ancrage mort), situé à l’extrémité opposée à la mise en tension.
b) les coupleurs : dispositif permettant les prolongements des armatures ;

Exposé SC- ANANI K. S. 21 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

c) matériels de mise en tension : vérins, pompes d’injection, pompe d’alimentation des


vérins etc… ;
d) les accessoires gaines, tubes d’injection etc…

1.3- SYSTÈMES DE PRECONTRAINTE, DOMAINE D’APPLICATION ET


REGLEMENTATION
1.3.1- Systèmes de précontrainte
Les systèmes de précontrainte font l’objet de brevet et sont fabriqués par leurs
exploitants. Les principaux systèmes sont :
Système Freyssinet :
Ce système utilise des câbles composés de torons T 13, T 13 S, T 15 et T 15 S. La
lettre T est remplacée par la lettre K (exemple 12 K 15)
Système PAC :
Ce système utilise des câbles composés de 1 à 37 T 13, T 13 S, T15 ou T15 S.
Système CIPEC :
Ce système utilise des câbles 4 T 13 à 19 T 13, 4 T 15 à 27 T 15, normaux et super.
Système VSL :
Ce système utilise des unités 3 T 12 à 55 T 13, 3 T 15 à 37 T 15, normales ou super.
Leur dénomination est de la forme 5-n pour n T 13 et 6-n pour n T 15. (exemple :6-37
représente un câble ou un ancrage 37 T 15).

1.3.2- Domaine d’application


L’invention du béton précontraint est due à l’ingénieur français Eugène
Freyssinet. Les premières applications pratiques sont tentées en 1933. Dans les
années qui suivent, les performances exceptionnelles de ce nouveau concept
sont brillamment démontrées.
Grâce à ces avantages le béton précontraint est utilisé dans les ouvrages d’art et
les bâtiments de dimensions importantes : il est d’utilisation courante pour les
ponts et d’un emploi très répandu pour les poutrelles préfabriquées des
planchers de bâtiments.
On le retrouve dans de nombreux autres types d’ouvrages, parmi lesquels nous
citerons les réservoirs, les pieux de fondation et tirants d’ancrage, certains
ouvrages maritimes, les barrages, les enceintes de réacteurs nucléaires...
Elle admet les trois hypothèses suivantes :

1.3.3- Règlémentation
Pour les calculs des éléments en précontraint les règlementations utilisés sont :

Exposé SC- ANANI K. S. 22 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

IP1 : Instruction Provisoire n°1 du 12 Août 1965


IP2 : Instruction Provisoire n°2 du 13 Août 1973
BPEL 91 : Béton précontraint aux états limites
Euro code 2 : (Béton Armé et Béton précontraint).

Exposé SC- ANANI K. S. 23 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

CHAPITRE 2 :

PERTE DE PRECONTRAINTE

2- PERTE DE PRECONTRAINTE
2.1- Définition
D’une façon générale, on désigne sous le nom perte de tension perte de
précontrainte ou perte de précontrainte toute différence entre l’effort
exercé lors de sa mise en tension et l’effort qui s’exerce en un point donner
d’une armature à un instant donné.
En post tension, l’effort de précontrainte varie à la fois :
 dans l’espace, avec l’abscisse le long du câble, du fait de fortement ;
 dans le temps, à cause du retrait et du fluage du béton et de la relaxation des
aciers.
Exposé SC- ANANI K. S. 24 FORMATEC
Thème : Béton précontraint

En pré tension, l’effort de précontrainte varie principalement dans le temps


du fait de l’application successive des actions.
Les pertes de tension se divisent en deux groupes :

 les pertes de tension instantanées: se produisant lors de la mise en tension


des câbles de précontrainte;
 les pertes de tension différées: se produisant dans un temps plus au moins
long après la mise en tension.

2.2- Tension à l’origine


Les efforts de précontrainte sont variables le long des armatures et dans le
temps. Ils sont évalués à partir de la valeur probable de la tension à l'origine,

notée σpo. Ils ne doivent pas non plus dépasser la plus faible des valeurs
suivantes :

Min (0,80 ƒprg , 0 ,90 ƒpeg ) en post-tension


Min (0,85 ƒprg , 0,95 ƒpeg ) en pré-tension

2.3- Perte de tension instantanées

Dans le cas de la post-tension, les armatures de précontrainte subissent des pertes de


tension instantanées qui sont :
- les pertes de tension par frottement ;
- les pertes de tension par recul de l'ancrage ;
- les pertes de tension par déformations instantanées du béton. La valeur totale de
ces pertes de tension instantanées, dans une section d'abscisse « x » de l’armature est
notée ∆σpi(x).
La tension au point d'abscisse x, après pertes de tension instantanées, appelée tension

initiale, est notée σpi(x) et est donné par l’équation (2-1).

σpi(x) = σpo - ∆σpi (x) (2-1)

2.4- Perte de tension par frottement

Ce type de perte se produit par fortement des câbles sur la gaine lors de la mise en

tension. La tension appliquée σpo à l’origine diminue entre le point d’application et un

Exposé SC- ANANI K. S. 25 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

point donné d’abscisse «x » comme l’indique la figure 2-1. Sa nouvelle valeur est
donnée par l’équation (2-2) :

σp(x) = σpo.e-(ƒα+φx) (2-2)


avec :

σpo = la tension à l’origine ;


e = la base des logarithmes népériens ;
ƒ = coefficient de frottement en courbe (rd-1) ;
α = somme des déviations angulaires arithmétiques du câble sur la distance x (rd) ;
φ = coefficient de frottement en ligne (m-1) ;
x = la distance de la section considérée (m).

Figure 2-1 : évolution de la tension appliquée à l’origine

La perte de tension par frottement est estimée par les équations (2-3) et (2-4) :

∆σfrot(x) = σpo - ∆σp (x) (2-3)

∆σfrot(x) = σpo(1- e-(ƒα+φx)) (2-4)


Si l’exposant est faible, on peut admettre la l’équation (2-5).

∆σfrot(x) ≈ σpo(ƒα+φx) (2-5)

Tableau 2-1 : natures des armatures

Exposé SC- ANANI K. S. 26 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

2.5- Perte de tension par recul de l’ancrage

Cette perte de tension résulte du glissement de l’armature par rapport à son ancrage, du
tassement ou de la déformation de l’ancrage. Son influence diminue à partir de
l’ancrage jusqu’à s’annuler à une distance « d » à partir de laquelle la tension demeure
inchangée.

Figure 2-2 : perte de tension par glissement de l’armature par rapport à son ancrage

Le glissement à l’ancrage « g », qui dépend du type d’ancrage, est donné par l’équation
(2-6).
d
1
g= ∫ [ σ (x )−σ ' p ( x )] dx (2-6)
Ep o p
En pratique, en assimilant les branches d’exponentielle à des droites, la perte par recule
d’ancrage peut être évaluée à partir de l’aire d’un triangle comme présenté sur la figure
2-3.

Figure 2-3 : perte de tension par recul d’ancrage

Exposé SC- ANANI K. S. 27 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Dans ce cas, on a l’équation (2-7).


d
g E p=(σ pA −σ pAl ) (2-7)
2

Figure 2-4 : évolution de la tension par rapport au glissement de l’ancrage

D’après la loi des triangles semblables sur IJL et INM on a l’équation (2-8).
σ pA −σ pAl σ pA−σ pB
= (2-
2d l AB
8)
La longueur du glissement du bloc d’ancrage est donnée par l’équation (2-9).
¿ l AB
d=
√ σ pA −σ pB
(2-

9)

2.6- Perte de tension par déformations instantanées du béton

La perte de tension qui résulte des déformations instantanées du béton dues à l’action
des armatures de précontrainte et aux autres actions permanentes peut être assimilée à
une perte moyenne affectant chacune des armatures et égale dans une section donnée
à l’équation (2-10).
n−1 E p
∆ σ racc ( x )= σ (x) (2-10)
2n E ij b
Avec :

 n = nombre de gaines;
 Ep = module d’élasticité des armatures ;
 Eij = module instantané du béton au jour j ;

Exposé SC- ANANI K. S. 28 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

 σb (x) = contraintre normale du béton.

La contrainte normale du béton est donnée par l’équation (2-11).


2
P Pe (x) M ( x ) e ( x )
σ b ( x )= + + (2-11)
Bn In In
P=(σ po −∆ σ frot −∆ σ recu ) A p (2-12)
e(x) = excentricité du câble de précontrainte.

Remarque : Le BPEL préconise de prendre un coefficient « 2 » pour les variations de


contraintes dues à la contrainte relative à la phase de mise en tension et aux actions
permanentes appliquées simultanément à cette mise en tension, et la valeur de « 1 »
pour les variations de contrainte dues aux actions permanentes postérieures à cette
phase de précontrainte, y compris celles dues aux armatures de précontrainte mises en
tension ultérieurement.

2.7- Perte de tension différées

Dans le cas de la post-tension, les armatures de précontrainte subissent des pertes de


tension différées qui sont :
 Perte de tension due au retrait du béton ;
 Perte de tension due au fluage du béton
 Perte de tension due à la relaxation de l'acier

La valeur totale de ces pertes de tension différées, dans une section d'abscisse « x » de

l'armature, est notée ∆σpd (x).


La tension au point d'abscisse x, après pertes de tension instantanées, appelée tension
finale, est donnée par l’équation (2-13).

σpf (x) = σpo - ∆σpi (x) -∆σpd (x) (2-


13)

2.7.1- Perte de tension due au retrait du béton


La perte finale de tension due au retrait du béton est exprimée par l’équation (2-14).

∆ σ r=E p ε r [ r (t)−r (t 1) ] (2-14)

 εr = retrait total du béton ;

Exposé SC- ANANI K. S. 29 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

 t1 = l’âge du béton au moment de la mise en précontrainte ;


 r(t) = une fonction traduisant l’évolution du retrait en fonction du temps.

Très souvent, on peut négliger r(t 1) devant 1, ce qui simplifiée la formule pour donner
l’équation (2-15).

∆ σ r ≈ E p εr (2-15)

2.7.2- Perte de tension due au fluage du béton


Lorsqu'une pièce est soumise, à partir de sa mise en précontrainte, à des actions
permanentes subissant des variations dans le temps, la perte finale de tension
due au fluage du béton est prise égale à l’équation (2-16).
M F Ep
∆ σ fl =(σ b + σ b )
Eij
(2-16)

 σbM = contrainte maximale dans le béton; après les pertes instantanées;


F
 σb = contrainte finale dans le béton; après les pertes différées;
 j = l’âge du béton lors de sa mise en précontrainte.

M
Si σb ≤ 1,5 σbF, il est loisible, à titre de simplification, d'évaluer la perte finale de
tension due au fluage du béton par l’équation (2-17).
Ep
∆ σ fl =(2,5 σ Fb ) (2-17)
Eij
Comme Ep/Eij ≈ 6, donc l’équation (2-17) se transforme en l’équation (2-18).
∆ σ fl =15 σ bF (2-18)

2.7.3- Perte de tension due à la relaxation de l’acier


La perte finale de tension due à la relaxation de l‘acier est donnée par l’équation (2-19) :
6 ρ 1000 σ pi ( x )
∆ σ rel (x )=
100 [
f prg ]
−μ 0 σ pi ( x ) (2-19)

Avec :

 σ pi (x ) = contrainte dans les armatures de précontrainte après les pertes


instantanées;
 ρ 1000 = coefficient de relaxation à 1000h ;
 f prg = contrainte limite garantie à la rupture ;

Exposé SC- ANANI K. S. 30 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

 μ 0 étant un coefficient pris égal à:


- 0,43 pour les armatures à très basse relaxation (TBR) ;
- 0,30 pour les armatures à relaxation normale (RN) ;
- 0,35 pour les autres armatures.

2.7.4- Perte de tension différée totale


La formule donnée pour la relaxation suppose que la longueur de l’armature est
constante ; or la perte par relaxation est diminuée par l’effet du raccourcissement due
au retrait et fluage du béton.
Pour tenir compte de cette interaction, le BPEL propose de minoriser forfaitairement la
relation par le coefficient 5/6. Ainsi la perte différée finale est donnée par l’équation (2-
20).
5
∆ σ d =∆ σ r +∆ σ fl + ∗∆ σ rel (2-20)
6
Lorsqu’il est nécessaire de tenir compte de l’évolution des pertes de précontrainte en
fonction du temps, on peut admettre que la valeur totale des pertes différées ∆ σ d (t ),
évaluée « j » jours après la mise en tension du groupe d’armatures considéré, suit la loi
donnée par l’équation (2-21).
∆ σ d ( x )=r ( j )∗∆ σ d (2-21)
La fonction r(j) étant identique à la fonction r(t).

Exposé SC- ANANI K. S. 31 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

CHAPITRE 3 :

DIMENSIONNEMENT ET
JUSTIFICATION

3- DIMENSIONNEMENT ET JUSTIFICATION

3.1- DIMENSIONNEMENT DE LA PRECONTRAINTE


3.1.1- Objectif du dimensionnement
L’objectif du dimensionnement de la précontrainte est de déterminer la force effective P
(après soustraction des pertes de tension) qui doit régner dans la section étudiée afin
que les contraintes limites soient assurées.

3.1.2- Diagramme de vérification


Les vérifications des contraintes peuvent se ramener aux deux cas suivants :

Cas 1 : élément soumis à la précontrainte et à un moment minimum Mm

M
Exposé SC- ANANI K.
P S. m 32 P FORMATEC
Thème : Béton précontraint

Figure 3-1 : premiers cas de chargement

Cas 2 : élément soumis à la précontrainte et à un moment maximum MM

Figure 3-2 : deuxième cas de chargement

Ces deux ensembles, un peu contradictoire, peuvent être regroupés sous forme du
diagramme de vérification suivant :

Figure 3-3 : diagramme de vérification

Avec :

s1 : contrainte limite à la fibre supérieure sous chargement 1 (P et Mm)


s2 : contrainte limite à la fibre supérieure sous chargement 2 (P et MM)
i1 : contrainte limite à la fibre inférieure sous chargement 1 (P et Mm)
i2 : contrainte limite à la fibre inférieure sous chargement 2 (P et MM)
3.1.3- Données de base
Les données de base du dimensionnement de la précontrainte sont :

Exposé SC- ANANI K. S. 33 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

 Les données géométriques :


 La géométrie de la section
 L’aire de la section « B »
 Moment d’inertie « I »
 Distance de la fibre supérieure « Vs »
 Distance de la fibre inférieure « Vi »
 Rendement de la section  =I / B Vs Vi
 Les contraintes limites : s1,s2, i1, i2
3.1.4- Approche de la précontrainte

3.1.4.1- Câble moyen fictif


Les câbles de précontrainte dans chaque section, forment un ensemble qui peut
être assez complexe ; c’est pourquoi, pour les calculs, on remplace souvent cet
ensemble par un câble moyen fictif qui aurait, dans chaque section, le même effet
des câbles réellement mis en place comme le montre la figure 3-4.

Figure 3-4 : câble moyen fictif

3.1.4.2- Centre de pression

L’effet d’un effort de précontrainte P excentré de « e o » et d’un moment


fléchissant Mf est équivaut à un effort de précontrainte P, appliqué en point
appelé « centre de pression» d’ordonnée e donné par l’équation (3-1).

e=e0 +
P

Mf e
Exposé SC- ANANI K. S. 34 FORMATEC

e
P o
Thème : Béton précontraint

(3-1)
Figure 3-5 : position de l’effort de précontrainte par rapport au centre de pression

3.1.4.3- Noyau limite

La contrainte dans une fibre d’ordonnée « y » s’écrit en valeur algébrique, sous la forme
suivante :

(3-2)

Puisque  =I / B Vs Vi
Dans le cas général, on doit avoir l’équation (3-3).

(3-3)

Sur la fibre supérieure y= (+) Vs on a :

(3-4)
Sur la fibre inférieure y= (-) Vi on a:
(3-5)

Ces deux doubles inégalités peuvent se mettre sous la forme suivante :

(3-6)

(3-7)
si on pose
(3-8)

(3-9)

On peut écrire alors


(3-10)

(3-11)

 Le segment [- Bi, Bs] est le noyau limite de compression.


 Le segment [- Ci, Cs] est le noyau limite de traction.
 Le segment [- Di, Ds] = [- Bi,Bs]  [- Ci,Cs] est le noyau limite au sens strict.
Remarque
En pratique, le concept de noyau au sens strict est lourd à manier. Au niveau du
pré dimensionnement, seule est facilement exploitable la notion de noyau de

Exposé SC- ANANI K. S. 35 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

traction qui permet de définir la précontrainte P et son excentricité eo.


Le noyau de compression conditionne, pour sa part les caractéristiques à donner
aux sections droites mais, pour effectuer leurs dimensionnements, il est
beaucoup plus simple d’écrire directement, dans les zones déterminantes, le
respect des contraintes limites de compression s2 et i1.

3.1.4.4- Excentricité du câble moyen fictif

On a :

(3-12)
-Ci e correspondant au cas de chargement 1 : Mf=Mm
-Ci eo + (Mf /P) équivaut à eo ≥ -Ci- (Mm /P)
-e Cs correspondant au cas de chargement 2 : Mf=MM
(3-13)

L’excentricité du câble moyen fictif doit être comprise entre deux bornes :
(3-14)

Le câble moyen fictif doit passer à l’intérieure du segment [e o1 ; eo2] appelé segment de
passage.

 Le segment [- Bi - Mm/P, Bs -MM/P] est le noyau de passage de compression


 Le segment [- Ci - Mm/P, Cs - MM/P] est le noyau de passage de traction
 Le segment [-Di-Mm/P, Ds- MM/P] est le noyau de passage au sens strict.

3.1.5- Fuseau de passage


La zone qui, sur tout l’élément, est délimité par l’ensemble des segments de passage
s’appelle fuseau de passage.

Figure 3-6 : fuseau de passage

Pour que la précontrainte d’un élément soit possible, il faut réunir deux conditions :

 L’existence du segment de passage

Exposé SC- ANANI K. S. 36 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

 Un enrobage suffisant

3.1.6- Notion de section critique

Nous pouvons distinguer trois types de section critique :


- Section sous critique :si tous les segments de passage sont à l’intérieure de la
zone qui permet un enrobage suffisant ;
- Section critique : dans le cas où il serait possible que le segment de passage soit
réduit à un point ;
- Section sur critique :si le segment de passage à une de ses frontières découpe la
zone d’enrobage (segment ouvert).

Figure 3-7 : les différentes sections critique

3.1.7- Evaluation de la précontrainte


3.1.7.1- Cas de section sous critique et critique
Le segment de passages est limité à un point eo qui est donné par l’équation (3-15).

(3-14)
(3-15)
(3-14)
On peut alors tirer PI.
(3-16)

Et comme :

(3-17)

(3-18)

On obtient

(3-19)

En remplaçant B donné par l’équation (3-20) dans l’équation (3-19) on obtient l’équation

Exposé SC- ANANI K. S. 37 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

(3-21).
(3-20)

(3-21)

3.1.7.2- Cas de section sur critique


a- Moment positif
Lorsqu’on est dans le cas de section sur critique et que le moment est positif, le
segment de passages est limité à un point eo qui est donné par l’équation (3-22).

(3-22)
D’où on tire

(3-23)
De même

(3-24)

b- Moment négatif
Lorsqu’on est dans le cas de section sur critique et que le moment est négatif, le
segment de passages est limité à un point eo qui est donné par l’équation (3-25).

(3-25)

D’où
(3-26)

De même

(3-27)

Remarque :
Si PI > PII la section est sous critique

Si PI < PII la section est sur critique

3.1.7.3- Cas particulier


Si on suppose s1 = i2=o, alors on a :
CsVs (3-28)

CiVi (3-29)

Exposé SC- ANANI K. S. 38 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

a- Section sous critique


(3-30)

b- Section sur critique


- Moment positif

(3-31)
- Moment négatif
(3-32)

Par comparaison, on peut constater les économies obtenues sur l’effort de précontrainte
lorsqu’on tolère des contraintes de traction dans le béton (s1 = i2<o).

3.1.8- Section minimale de béton


3.1.8.1- Cas d’une section sous critique
Dans ce cas de section sous critique il faut considérer les équations (3-33) et (3-34).
(3-33)

(3-34)

3.1.8.2- Cas d’une section sur critique


a- Moment positif
Dans ce cas de section sur critique avec un moment positif il faut considérer les
équations (3-35) et (3-36).

(3-35)

(3-36)

b- Moment négatif
Dans ce cas de section sur critique avec un moment négatif il faut considérer les
équations (3-37) et (3-38).
(3-37)

(3-38)

Exposé SC- ANANI K. S. 39 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

3.2- JUSTIFICATION VIS-A-VIS DES SOLLICITATIONS


3.2.1- Justification vis-à-vis des sollicitations normales
3.2.1.1- Vérification à l’état limite de service
a- Principe de verification
Cette vérification consiste à calculer les contraintes dans le béton et de les comparer
aux contraintes limites autorisées. Elle doit être établi pour chacune des
phases de construction et en phase de service.
Le calcul des contraintes se fait par l’application de la formule générale, en valeur
algébrique selon l’équation (3-39).

(3-39)

Dans le cas général, on doit avoir l’équation (3-40).

(3-40)

Les contraintes limites ne sont pas les mêmes pour les différentes combinaisons de
charges, pour les vérifications en phase de construction et pour les vérifications en
phases de service.
b- Hypothèses de calcul
Les calculs en section courante sont conduits moyennant les deux hypothèses
fondamentales suivantes :

- les sections droites restent planes;


- les contraintes des matériaux sont proportionnelles à leurs déformations
Selon le type de vérification envisagé, les hypothèses complémentaires sont :
 calcul en section non fissurée
o le béton tendue résiste à la traction ;
o les matériaux ne subissent aucun glissement relatif.
Cette dernière hypothèse entraîne que les contraintes normales dues à toutes les
actions autres que les actions permanentes peuvent être calculées sur la section entière
homogène.
 calcul en section fissurée
o le béton tendu est négligé ;
o Les matériaux ne subissent aucun glissement relatif ;
o Lorsque la déformation du béton s’annule au niveau d’une armature, la

Exposé SC- ANANI K. S. 40 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

tension dans cette dernière vaut :


 0 s’il s’agit d’une armature passive ;
 pd + nibpd (avec ni = 5) s’il s’agit d’une armature de précontrainte ;
o La contrainte dans les aciers passifs aussi bien que la variation de
surtension dans les aciers de précontrainte qui se manifestent après
décompression du béton sont évaluées à partir du coefficient
d'équivalence nv = 15.
c- Classe de vérification
Le souci de moduler les exigences vis-à-vis de la non-traction du béton a conduit à
distinguer trois classes différentes de vérifications des contraintes :
 Classe I (la plus pénalisante)
Elle n’admet pas les contraintes de traction. Elle concerne les pièces soumises à la
traction simple (tirants, parois de réservoir contenant des fluides) et les pièces sollicitées
à la fatigue ;
 Classe II (la plus courante)
Elle admet les contraintes de traction dans le béton, mais pas la formation des fissures.
Elle concerne le cas des éléments exposés à des ambiances agressives ;
 Classe III (la moins pénalisante)
Elle admet une ouverture limitée des fissures sous les sollicitations extrêmes. Elle
concerne les pièces en atmosphère peu agressive.

d- Limitation des contraintes


Les contraintes limites de calcul sont regroupées sur la figure 3-8.

e- Limitation de la variation de tension des armatures


Les limitations de la variation de tension des armatures de précontrainte
et de la contrainte des armatures passives, en classe III, sont récapitulées dans le
tableau 3-1.

f- Armatures Passives longitudinales


Elles résultent de la plus sévère des exigences suivantes :

 Armatures de peau
Le but de ces armatures est essentiellement de limiter la fissuration du béton avant
l’application de la force de précontrainte sous l’action de phénomène tels que retrait
différentiel.

Exposé SC- ANANI K. S. 41 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

La section des armatures de peau doit être au moins 3cm2 par mètre de longueur,
sans pouvoir être inférieure à 0.10% de la section de béton.

Figure 3-8 : les contraintes limites de calcul

Exposé SC- ANANI K. S. 42 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Tableau 3-1: limitations de la variation de tension des armatures de


précontrainte

 Armatures des zones tendues


Dans les parties de la section où le béton est tendu, il est nécessaire de disposer une
section d’armatures minimale As donné par l’équation (3-41).

(3-41)

Avec :

Bt : l’aire de la partie du béton tendu


NBt : la résultante des contraintes de traction correspondantes.
Bt : la valeur absolue de la contrainte maximale de traction .

3.2.1.2- Vérification à l’état limite ultime


La vérification aux états limites ultime est une vérification de sécurité vis à vis de la
rupture soit par allongement critique des aciers, soit par rupture du béton (compression
ou traction). Elle consiste à s'assurer que les sollicitations de calcul Su sont intérieures à
un domaine résistant dont la frontière est constituée par l’ensemble des sollicitations
résistantes ultimes Slim u.

Les hypothèses de calcul sont les suivantes :


 les sections droites restent planes ;
 la résistance à la traction du béton est négligée ;
 les matériaux ne subissent aucun glissement relatif ;
 le diagramme des déformations de la section est un diagramme limite tel que
défini par la règle de trois pivots ;

Exposé SC- ANANI K. S. 43 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 3-9 : les contraint règle de trois pivots

 le diagramme contraintes-déformations du béton est celui de la figure 3-10 ;


 les diagrammes contraintes-déformations de calcul des aciers se déduisent de
ceux des figures 3-11 et 3-12 .

Figure 3-10 : diagramme contrainte-déformation du béton

Figure 3-11 : diagrammes contrainte-déformation de l’acier

Exposé SC- ANANI K. S. 44 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Figure 3-12 : diagramme contraintes-déformations de l’essai de traction de l’acier

Le domaine résistant convexe est limité par une courbe (ou une surface, en cas de
flexion déviée) dite d'interaction moment - effort normal.
Compte tenu de la convexité de ce domaine, une méthode possible consiste à se fixer n
- 1 des n paramètres dont dépend la sollicitation (N = 2 en cas de flexion composée non
déviée) en les prenant égaux à ceux de la sollicitation de calcul Su et à comparer le ne
paramètre de Su avec celui des deux points correspondants de la frontière.
Ainsi, sur la figure 3-13 (flexion composée non déviée) N = Nu. La justification consiste
à s'assurer que l’équation (3-42) est vérifiée.
Mlim u min  Mu  Mlim u ma (3-
42)
En général, pour une sollicitation de calcul donnée, il suffit de vérifier l’une des
inégalités, l'autre se trouvant d'évidence satisfaite.

Figure 3-13 : flexion composée non déviée

Exposé SC- ANANI K. S. 45 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

3.2.2- Justification vis-à-vis des sollicitations tangentes


Une poutre soumise à un effort tranchant doit faire l'objet des justifications suivantes :
 dans toutes les zones de la poutre vis-à-vis de:
- l'état-limite de service,
- l'état-limite ultime
 dans les zones d'appui simple et d'about de la poutre. , justifications
complémentaires relatives à l'équilibre de la bielle d'effort tranchant et
éventuellement du coin inférieur.
La présence de la précontrainte induit une nouvelle donnée dans le calcul des
éléments précontraints. Ainsi aux effets des charges permanentes et des charges
d’exploitation s’ajoute celui de la précontrainte donné par l’équation (3-43).
V=Vg+Vq+Vp (3-
43)
Pour le cas d’une précontrainte de force P inclinée d’un angle «  » par rapport à la
fibre moyenne, l’action de l’effort de précontrainte sur la section peut se décomposer
en deux forces : l’une « N » normale et l’autre « Vp » perpendiculaire.
N=Pcos N>0 (3-
44)
Vp=- P sin Vp<0 (3-
45)
En conséquence, la valeur de l’effort tranchant à considérer est un effort tranchant
réduit définit par l’équation (3-46).
Vréd=(Vg+Vq)-Psin (3-
46)

N.B : En fonction du signe de sin, l’effort tranchant peut être favorable ou


défavorable.

3.2.2.1- Justification à ELS


Les justifications sont conduites pour une section donnée de la poutre à partir des

contraintes x,t et t, calculées pour l’élément considéré au niveau de la vérification,


dans l'hypothèse de déformations élastiques et linéaires des matériaux et en supposant
le béton non fissuré.

Exposé SC- ANANI K. S. 46 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Dans le cas général d'un élément de poutre comportant des armatures transversales

de précontrainte de force de traction unitaire Ft inclinées de ' sur la fibre moyenne et



espacées de st comme sur la figure 3-14, les contraintes sont données par les
équations (3-47) à (3-49).

(3-47)

(3-48)

(3-49)

x : contrainte normale à la section ;

t : contrainte normale à la section transversale ;

 : contrainte de cisaillement de l’élément ;


réd : contrainte de cisaillement due à l’effort tranchant réduit l'élément qui peut se
calculer par l’équation (3-50).

(3-50)

Vréd : effort tranchant réduit


S : moment statique
bn : largeur nette de la section
In : moment d’inertie nette de la section

Figure 3-14 : force de traction unitaire sur la fibre moyenne

Exposé SC- ANANI K. S. 47 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

Sous l'effet des sollicitations de service dans le cas de charges les plus défavorables ;
et quelque soit les sections considérées, on vérifié les conditions exprimées par les
équations (3-51) et (3-52).

Exposé SC- ANANI K. S. 48 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

(3-51)

(3-52)

3.2.2.2- Justification à ELU


Les justifications des éléments d'une poutre vis-à-vis de l'état-limite ultime comportent
la vérification, d’une part, de la résistance des armatures transversale et, d’autre part,
celle des bielles comprimées.

Figure 3-15 : angle d’inclinaison des bielles

La première étape consiste à déterminer l’angle ßu que forment les bielles de béton
avec la fibre moyenne de la poutre, cet angle est donné par l’équation (3-53).

(3-53)

ßu étant toutefois borné inférieurement à 30°.

Les règles PBEL définissent ensuite la contrainte de cisaillement ultime uilm


correspondant à la pleine utilisation de la résistance des armatures transversale,
actives et passives. La contrainte de cisaillement est calculée à partir de l’équation (3-
54).

(3-54)

Avec :
At : aire totale des sections d’un cours d'armatures passives transversales ;

Exposé SC- ANANI K. S. 49 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

st : espacement de deux cours de ces armatures, mesuré suivant la fibre moyenne de


la poutre ;

fe : limite d'élasticité de l'acier ;

 : angle de ces armatures avec la fibre moyenne de la poutre (angle compris entre
45°et 90°) ;
Ftu : effort résistant des aciers d'un cours d'armatures transversales de précontrainte ;
st' : espacement de deux cours de ces armatures, mesuré suivant la fibre moyenne de
la poutre ;
' : angle de ces armatures avec la fibre moyenne de la poutre (angle compris entre
45°et 90°). Avec :
p = s = 1,15 pour les justifications vis-à-vis des combinaisons
fondamentales.
p = s = 1 pour les justifications vis-à-vis des combinaisons
accidentelles. On doit vérifier que  u ≤ u lim

Il est d'autre part loisible, dans le cas d'une section non entièrement tendue, d'ajouter à

u lim le terme complémentaire ftj/3. Ce terme tient compte du fait qu’une partie de
l’effort tranchant est équilibrée par la partie comprimée de la poutre.
Dans le cas, très fréquent, où l’âme ne comporte que des armatures passives
Perpendiculaires à la fibre moyenne de la poutre, on aura l’inégalité donné par
l’équation (3-55).

(3-55)

Les règles BPEL imposent en outre des dispositions constructives :


 Un minimum d'armatures d'âme est exigé dans toutes les zones de la poutre.
Il est donné par la condition que la quantité donnée par l’équation (3-56).

(3-56)

 L'espacement st' des armatures transversales d'âme de précontrainte doit


être au plus égal à 0,8 h.

Exposé SC- ANANI K. S. 50 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

 L'espacement st des armatures transversales d'âme passives doit être au

plus égal à la plus petite des trois valeurs 0,8 h, 3 bo et un mètre ; h désignant
la hauteur totale de la section et bo l'épaisseur brute minimale de l'âme.
Ces dispositions ont pour objectif d’éviter une trop grande fragilité du béton de l’âme de
la poutre.

3.2.2.3- Justification du béton


La justification concernant le béton consiste à vérifier que la contrainte de compression

b des bielles de béton demeure inférieure la contrainte ultime du béton. Cette

vérification se traduit par le fait que la contrainte de cisaillement réd, u doit vérifier

(3-57)

l’équation (3-57).

3.3- DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES


3.3.1- Précontrainte par post tension
3.3.1.1- Groupement des armatures de précontrainte
Le groupement des armatures de précontrainte doit satisfaire aux conditions suivantes :
le nombre de conduits dans chaque paquet est limité :
 dans le sens horizontal à :
q= 2 si  ≤ 5cm (3-58)

q= 1 si  > 5cm (3-59)

 dans le sens vertical à :


p= 3 si  ≤ 5cm (3-60)

p= 2 si 5 cm <  < 10 cm (3-61)

p=1 si   10 cm (3-62)

 est l e diamètre d'encombrement maximal des conduits

Exposé SC- ANANI K. S. 51 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

3.3.1.2- Espacement des armatures de précontrainte


En section courante l'espacement horizontal e h et l’espacement vertical eV des conduits
isolés ou des paquets de conduits doit satisfaire aux conditions présentées par les
équations (3-63) et (3-64).

(3-63)

(3-64)

Avec :

p :nombre de ligne de conduits (p ≤ 3)


q :nombre de colonne de conduits (q ≤ 2)

3.3.1.3- Distance des armatures de précontrainte aux parements


La distance minimale c entre un conduit ou un paquet de conduits et un parement doit
satisfaire aux conditions exprimées par l’équations (3-65).

(3-65)

Figure 3-16 : distance ev et eh entre armatures

3.3.2- Précontrainte par Pré tension

3.3.2.1- Groupement des armatures de précontrainte


Les armatures de précontrainte par pré-tension ne doivent pas être groupées en
paquets

Exposé SC- ANANI K. S. 52 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

3.3.2.2- Espacement des armatures de précontrainte


L'entre axe minimal à prévoir entre les armatures (fils ou torons) ne doit pas être
inférieur à trois fois leur diamètre.

3.3.2.3- Distance des armatures de précontrainte aux parements


La distance de l'axe de ces armatures au parement le plus proche ne doit pas être
inférieure à 2,5 fois leur diamètre.
En outre, l'enrobage doit être au moins égal à :
1 cm pour les parois coffrées qui sont situées dans les locaux couverts et clos et qui ne
sont pas exposées aux condensations ;
3 cm pour les parois coffrées exposées aux intempéries ou susceptibles de l'être,
exposées aux condensations, ou au contact d'un liquide ;
3 et 4 cm, respectivement, pour les parois non coffrées, dans les cas définis dans les
deux cas qui précèdent ;
5 cm pour les ouvrages exposés à une atmosphère agressive .

3.3.2.4- Enrobage des armatures passives


L'enrobage de toute armature doit être au moins égal à :
1 cm pour les parois qui sont situées dans des locaux couverts et clos et qui ne sont
pas exposées aux condensations ;
3 cm pour les parois coffrées ou non qui sont soumises (ou sont susceptibles de l'être)
à des actions agressives, ou des intempéries, ou des condensations, ou au contact
d'un liquide ;
5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins,
ainsi que pour les ouvrages exposés à une atmosphère agressive.

Exposé SC- ANANI K. S. 53 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

CONCLUSION

Exposé SC- ANANI K. S. 54 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

L’objectif de ce document est de ressortir les points essentiels dans le


dimensionnement par précontrainte. Le béton précontraint est un procédé très
répandu dans le monde puisqu’il aide plus l’ingénieur à assouvir les désires artistique
de l’architecte. Ces calculs aujourd’hui ne cours pas encore les bureaux d’études du
Togo. Néanmoins, il va falloir tenir compte du précontraint si nous voulons construire
au Togo de grands édifices comme les ponts, tabliers, les viaducs, les murs de
soutènement, les réservoirs de stockage de gaz liquéfié, les dômes des centrales
nucléaires, les plates-formes pétrolières etc. pour accéder à un développement du
domaine Génie Civil et architecturale au Togo.

Exposé SC- ANANI K. S. 55 FORMATEC


Thème : Béton précontraint

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
1 - Association Eugène Freyssinet ; 2004 ; « une révolution dans l’art de construire
» ; Édition Presses de l’ENPC
2 - Aurelio Muttoni ;2011 ; « Conception et dimensionnement de la précontrainte » ;
note de cours de à l'usage des élèves de l'ECOLE POLYTECHNIQUE
FEDERALE DE LAUSANNE.
3 - Bernard Marrey ; 1995 ; « Les Ponts modernes au XXe siècle » ; Édition Picard ;
ISBN 27084-0484-9
4 - Georges DREUX ; 1984 « Cours pratique de béton précontraint Règles BPEL »
5 - Madeleine De vineau ; 2013 ; « Le béton précontraint : méthode de fabrication » ;
mémoire de fin d’étude
6 - Norme SIA 260 ; Bases pour l’élaboration des projets de Structures porteuses,
Zurich 2003, 44p.

Exposé SC- ANANI K. S. 56 FORMATEC