Vous êtes sur la page 1sur 73

Université AbdelMAlek Essaadi

ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION


Tanger

E-mail : zakariariahi93@gmail.com

Rapport de Stage 
Stage d’initiation

Le diagnostic financier : outil d’analyse des crédits


d’investissement

Elaboré par: Zakaria Riahi

Encadrant pédagogique M.Ettahiri Younes


(enseignant-chercheur)

Encadrant professionnel M.Semlali Abdelhafid


(directeur d’agence Ibn Toumart)

Année universitaire : 2013-2014


(juillet 2013)

1
SOMMAIRE
Remerciements.....................................................................................................................................4
Introduction..........................................................................................................................................5

chapitre 1: la banque populaire et ses différents départements..............................................................6


I. La Banque Populaire Régionale et agence ibn toumart:.....................................................................7
1. Présentation :.........................................................................................................................7
2. Agence Ibn Toumart...............................................................................................................7
3. Les produits de la BPR :........................................................................................................10
4. Description des départements et services visités :...............................................................15
Chapitre2: Environnement et Hiérarchie de GBP.................................................................................17
I. Environnement du Groupe Banques Populaires................................................................................. 18
1. Environnement économique.................................................................................................18
2. L’environnement institutionnel.............................................................................................19
3. Environnement juridique......................................................................................................20
4. Filiales..................................................................................................................................20
II. La hiérarchie de groupe banque populaire:.......................................................................................... 21

Chapitre I: présentation de la société et du dossier d’investissement..................................................23


I. Présentation générale de la société.............................................................................24

II. Présentation du dossier d’investissement :.................................................................24

III. Caractéristiques de l’investissement :.....................................................................25


Chapitre II : l’appréciation de la santé de la société « BATIKAB » sur la base de l'analyse
financière...................................................................................................................................................................... 26
I. Etude du BILAN:..............................................................................................................27

II. L’étude du C.P.C et de l’E.S.G :.......................................................................................31

III. Etude du tableau de financement :...........................................................................33

Page 2
SYNTHESE GENERALE.................................................................................................................35

Chapitre III : les canevas de crédit d’investissement chez la banque populaire..................................37


I. Fiche de demande de crédit d’investissement........................................................................................... 38
1-Renseignements sur le bénéficiaire :.........................................................................................38
2-Renseignements SUR l’investissement :...................................................................................38
3-Renseignement sur l’état de l’e/se :...........................................................................................38
4-Les Etudes :...............................................................................................................................38
II. Demande de Crédit D’investissement :....................................................................................................... 39
Conclusion...........................................................................................................................................40
BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................................................41

Page 3
REMERCIEMENTS

Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, je tiens à


remercier tout particulièrement et affirmer toute ma reconnaissance ainsi que mes
sincères remerciements à M. ETTAHIRI YOUNES notre encadrant ,qui, malgré
ses occupations et ses responsabilités, a toujours eu le temps de nous diriger,et il
apparaît opportun de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à
ceux qui m'ont beaucoup appris au cours de ce stage, et à ceux qui ont eu la
gentillesse de faire de ce stage un moment très profitable. Aussi, je remercie toutes
les personnes qui m'ont formés et accompagnés tout au long de cette expérience
professionnelle avec beaucoup de patience et de pédagogie, à savoir:

M. Semlali Abdelhafid :Chef d'agence Ibn Toumart.


M. Doahri Khalid :Responsable administratif (chef de caisse).
Mme. Houda Hamzaoui :Chargé de produits.
Mlle. Boukentar Salma : Agent commercial.
M. hamza Aniked :Agent commercial.
M. Abderrafie Khalili : secrétaire.
Mme. El Ismaili Boutaina : Chargé de crédit.

Avec toute ma reconnaissance, je souhaite que ce travail atteigne l’objectif


souhaité. Enfin, veuillez accepter, mesdames et messieurs tous mes sentiments de
reconnaissance les plus distingués

Page 4
INTRODUCTION
La deuxième année de la formation initiale à l’école National de Commerce et de
Gestion, se termine par un stage en entreprise d’une durée minimum d’un mois. Il s’est
déroulé du 08 juillet 2013 au 08 aout 2013, je réalise cette période à la fois d’apprentissage et
de formation dans la Banque populaire (agence Ibn Toumart).

Ce stage permet d’appliquer et d’approfondir les connaissances acquises au cours de la


formation scolaire, et d’en découvrir d’autres. Il permet aussi de s’impliquer de manière
durable dans la vie d’une société ou tout au moins dans l’un de ses services.

Au cours de ce stage, j’ai pu m’intéresser au fonctionnement de cette direction, il s’agit de


comptabiliser, effectuer, contrôler, les opérations d’entrée et de sortie des fonds.

Pour ma part, mon travail est destiné au service financier « crédit de financement »
Le but est de lui permettre de récupérer des informations sur l’entreprise qui désir demander
un financement de son investissement, de faire un suivi du dossier du crédit, de traiter la
solvabilité et la capacité de remboursement des entreprises ayant emprunté.

Plus largement, ce stage a été l’opportunité pour moi d’obtenir l’expérience nécessaire,
développer mes connaissances sur le secteur bancaire et d’être au courant des nouvelles
politiques adoptées par la banque marocaine car elle est en perpétuel changement

Ce rapport qui est avant tout descriptif, vise á donner une représentation fiable de
l’entreprise, á savoir son mode de fonctionnement, les flux d’information existants entre ses
différents départements…

Le travail se composera de deux parties. La première partie sera consacrée aux


informations générales sur le groupe Banque populaire, sa position dans le système bancaire
marocain.
Nous essayerons de traiter, dans la deuxième partie, l’un des aspects les plus importants dans
la vie des entreprises, à savoir le diagnostic financier.

Le choix du thème de mon stage : « Le diagnostic financier : outil d’analyse des crédits
d’investissement » a pour objectif de montrer l’importance du diagnostic financier dans
l’analyse de la santé d’une entreprise qui désire bénéficier d’un crédit d’investissement, et de
porter ainsi un jugement sur ses performances financières notamment et productives afin de
décider de lui octroyer ou non le crédit par la banque.

Page 5
PARTIE I : PRESENTATION
GENERALE DE L’ENTREPRISE

CHAPITRE 1: LA BANQUE
POPULAIRE ET SES DIFFÉRENTS
DÉPARTEMENTS

Page 6
I. LA BANQUE POPULAIRE RÉGIONALE ET AGENCE IBN TOUMART:
1. PRÉSENTATION   :
Les Banques Populaires Régionales (BPR), Banques de proximité, actuellement au
nombre de 10 constituent le socle du Crédit Populaire du Maroc.

Leur mission
Etablissements de crédit habilités à effectuer toutes les opérations de banque dans leurs
circonscriptions territoriales respectives, les BPR ont pour mission de contribuer au
développement de leur région par la diversité des produits qu’elles offrent, le financement
de l’investissement et la bancarisation de l’économie.

Elles constituent le levier du Crédit Populaire du Maroc dans la collecte de l’épargne au


niveau régional, sa mobilisation et son utilisation dans la région où elle est collectée.

Leur organisation
Les Banques Populaires sont organisées sous la forme coopérative à capital variable, à
Directoire et à Conseil de Surveillance.

Leur mode d’organisation unique au sein du système bancaire leur permet d’approcher
différemment leurs clients, puisque ces derniers se trouvent également être les détenteurs
du capital, formant ainsi ce que l’on appelle « le sociétariat ».

Outre le fait qu’ils bénéficient des différents services bancaires, les clients sociétaires
participent également à la vie sociale de leur banque (Participation aux Assemblées
Générales, possibilité de siéger au Conseil de Surveillance). 1

2. AGENCE IBN TOUMART 2:

L’agence IBN TOUMART de la Banque Populaire est une agence différente des autres
agences parce qu’elle traite uniquement avec les personnels de la banque populaire dans
toutes les agences ainsi que la BPR de Tanger.
Pour faciliter les choses au personnels, et dans une optique commerciale, la BP a mis á
disposition des cadres une agence spéciale pour eux. Ceci s’explique par le fait qu’une partie
très importante des dépôts de la Banque Populaire appartient aux personnels de la BP et donc
leur importance majore dans la structure des ressources de la banque. Ces derniers, constituent
et un grand potentiel d’investissements. Ainsi les objectifs de l’agence se résument dans sa
capacité á développer les conditions de travail et les services offerts pour eux et á constituer
un véritable outil de financement pour leur besoins.
1
http://www.gbp.ma/Gouvernance/Pages/BanquesPopulairesRegionales.aspx
2
Source (BP ibn toumart)

Page 7
L’agence IBN TOUMART a pour objectif de répondre aux besoins des personnels bien que
ses activités ordinaires, á savoir faciliter le paiement des quittances d’électricité et de l’eau,
gérer les opérations de dépassement, se charge de préparer les dossiers demandés par les
personnels, informer les personnels sur les rémunérations occasionnelles reçues…
Dans cette partie, on montrera l’organisation interne de l’agence, les opérations bancaires
importantes se déroulant au sein de cette agence, le climat de travail régnant au sein de
l’agence.
1- L’organisation interne de l’agence
Le personnel de l’agence IBN TOUMART est constitué de 6 personnes : un chef d’agence,
deux secrétaires, un chef de caisse et deux agents commerciaux.
L’organigramme suivant montre la structure interne de l’agence :

Chef d’agence

Deux secrétaires

Chef de Caisse

Agent Agent
Commercial commercial
3

A-Chef d’agence
Son rôle principal est d’assurer la gestion et le développement de l’agence. Le chef de
l’agence se charge aussi des taches suivantes :
 Affecter, á chaque employé, le rôle qu’ il doit jouer au sein de l’agence.
 Contrôler le travail de chaque employé.
 Développer les relations avec les clients et établir des contacts avec de nouveaux
clients.
 Donner l’accord á l’octroi des crédits, si les crédits relèvent de son compétence.
 Il est responsable de toutes les actes se déroulant dans l’agence.
Le chef d’agence est toujours á la disponibilité des clients pour les conseiller, les mettre
en confiance surtout pour ce qui concerne les placements en Bourse, et essaye d’établir
des contacts avec de nouveaux clients et cela pour accroître le porte-feuille client de
l’agence

B- Secrétaire
L’agence compte dans son personnel, deux secrétaires. L’une remplit les taches suivantes :
3
Rapport de stage (2008)

Page 8
 Traitement du courrier reçu
 Envoi du courrier
 Comptabilisation des virements reçus et les portes feuilles.
 Blocage par caisse.
 Frappe des correspondances et attestations
 Frappe pièces de l’arrêté de la caisse.
 Traitement des virements permanents
 Classements des dossiers.

C- Chef de caisse
C’est le poste de travail le plus dynamique dans l’agence . Il contrôle toutes les opérations
de caisse et il est la référence pour les agents commerciaux. La liste de ces fonctions est
loin d’être exhaustive. Mais ces fonctions principales sont :
 De Veiller sur le bien fonctionnement de l’agence en matière de travail et la
concordance des opérations quotidiennes avec les instructions de travail.
 Ouverture des postes de travail.
 Les travaux de début et fin de journée
 Vérification de la journée comptable
 Ouvertures des comptes
 Pointage
 Traitement et suivi des réclamations
 Suivi du travail de chaque employé
 Réception des courriers
 Vérification et traitement de la compensation
 Les remises de chèques
 Suivi des soldes débiteurs.
Le chef de caisse est le coordinateur entre les agents commerciaux et les autres postes de
travail de l’agence. Il joue un rôle très important dans la circulation de l’information au sein
de l’agence. Il garantit le bien fonctionnement de l’agence et entretient des relations directes
avec les clients.

D-agents commerciaux
Ce sont eux qui se chargent de l’exécution des opérations de caisse. Ils sont en contact direct
avec les clients et remplissent des taches bien déterminés.
Le premier agent commercial a pour fonction :
 Le traitement des opérations de caisse á savoir le versement, le retrait, change…
 Les ouvertures des comptes
 Les produits offerts par l’agence( carnets de chèques, carte guichet automatique…)

Page 9
 Les remises de chèques
 Saisie des opérations
 Pointage
 Alimentation de la caisse du GAB( Guichet Automatique bancaire)
 Ordre de virement et les mises á disposition
 Change ( centralisation-cession des devises-statistique)
 Les opérations concernant les D.A.T(Dépôt á terme).
 Les opérations de blocage.
Le deuxième agent commercial est chargé :
 Des opérations de caisse (paiement, versement)
 Règlement des quittances RAID et classement des quittances
 Pointage
 Règlement des mises á disposition permanente et automatique

3. LES PRODUITS DE LA BPR  :


2.1/ les produits et services divers :4
A. Le compte chèque dépôt :
Il s’agit d’un compte à vue sous forme d’un contrat par lequel le banquier s’engage à
recevoir les dépôts et honorer les retraits en respectant certaines modalités prédéfinis.
Bénéficiaires :
Toutes personnes physiques, majeurs, hommes et femmes de nationalité marocaine.
Toutes personnes physiques ou morales de nationalité étrangère résidente ou non
résidentes au Maroc. Avantages : il offre à son bénéficiaire un certain nombre d’avantage à
savoir :
Le relevé de compte ;
Le chéquier, la carte GAB ;

 La domiciliation …
 La carte BP Visa, Mastercard…
En effet, le produit ALHISSAB ACHAABI propose l'ouverture d'un compte, l'octroie d'une
carte monétaire et l'abonnement au service CHAABI Net et CHAABI Mobil a seulement 9
DH par mois.
Chaque compte est désigné par un chiffre ou RIB (Relevé d'identité bancaire)5
Composé comme suit :
 2111  7867 3984639 023
Le générique Le code agence Le radical La clé désigne le genre de compte
La création d'un compte bancaire passe par plusieurs étapes :

4
http://www.memoireonline.com/01/09/1877/m_Rapport-de-stage--Banque_Populaire5.html
5
http://www.memoireonline.com/01/09/1877/m_Rapport-de-stage--Banque_Populaire4.html

Page 10
D'abord la création du compte via le logiciel NACOM, puis la création de la carte bancaire,
du service de réception téléphonique et postale par les logiciels correspondant, le scannage
d'un prospectus de la signature du client et enfin le versement du solde initial.
Les genres de comptes offerts par la BP sont les suivants :
COMPTE EN DIRHAMS NON CONVERTIBLE
21111 : Comptes pour particuliers ou personnes physiques.
21211 : Comptes pour personnes morales et personnes exerçant une activité
commerciale (Professions libérales, SNC, SARL....)
21216 : Comptes réservés aux artisans.
21140 : Comptes MDM (Marocains Du Monde), nécessite pour son ouverture le
passeport et la carte de séjour en plus d'une photocopie de la CIN.
21116 : Comptes réservés aux associations, ce qui nécessite la présentation du statut,
du tableau des membres, du PV de l'assemblée générale, des copies des CIN des
membres fondateurs et du document présenté par la commune.
21117 : Comptes réservés aux fonctionnaires de l'état de sécurité et de défense
(Policiers, militaires, membres de la protection civile...)
21330 : Comptes sur carnet ou compte de souscription à terme rémunéré à un taux fixe
et dont on ne prélève aucune commission sauf celle de BANK AL MAGHREB.
21340 : Comptes épargne réservés aux MDM.
211150 : Comptes réservés au personnel de la banque.
COMPTES EN DIRHAMS CONVERTIBLE
21184 : Comptes pour les marocains non résident dont l'alimentation se fait en devise
mais le retrait est en devise ou en dirhams.
21182 : Comptes pour les étrangers résidents dont l'alimentation aussi
se fait en devise mais le retrait est en devise ou en dirhams.
-Compte CCPEX : Compte réservé aux entreprises d'exportation.

B. Le compte chèque courant :


C’est contrat par lequel le banquier et son client conviennent d’inscrire ensemble des
opérations qu’ils effectuent au débit et au crédit d’un compte dont seul le solde sera exigible.

Bénéficiaires : idem que ceux du compte chèque dépôt.


Avantages : il offre des avantages spécifiques en plus de ceux offert par le
compte chèque dépôt tels que :

Page 11
La domiciliation de tout effet de commerce ;
L’introduction nécessaire pour l’escompte, le découvert, les crédits nécessaires à
moyen et long terme…

C. Le chèque banque :
C’est un chèque tiré sur le compte financier de la BPR chez la BCP. Il est payable à tout
guichet B.P et ne donne lieu à aucun blocage.
Il ne peut être établi qu’à l’ordre d’un bénéficiaire nommément désigné (personne morale ou
physique).
Les mentions à « moi même » et « au porteur » sont donc exclues. Il est non
endossable sauf au profit d’une banque ou d’un intermédiaire financier.
Avantages : le paiement est garanti auprès de tous les guichets B.P du CPM.
Paiement facile et rapide sans aucune formalité particulière.
D. Le chèque Auto :
Il s’agit d’un chèque spéciale automobile destiné au paiement des frais de véhicule :
carburant, vidange, lubrifiant, nettoyage, graissage… chez toutes les stations service du
Maroc.
Comme les particuliers, les sociétés peuvent aussi bénéficier de ce type de chèque pour leur
parc automobile.
Avantages : on peut citer principalement :
 Eviter letra nsfert d’argent liquide ;
 Assurer une réserve selon le cas pour faire face aux éventualités de la
route ;
 Est accepter par l’ensemble des services stations car son paiement peut
se faire à tous les guichets B.P sans obstacles.

2.2/ les produits d’épargne :


A. Le compte sur carnet :
Comme son nom l’indique, son titulaire lui est délivré un carnet destiné à enregistrer :
 Les opérations de versement et/ou virement ;
 Les opérations de retraits ;
 Les montants du solde du compte après chaque opérations.

C’est ainsi, tout personne et tout particulier peut bénéficier de ce type de compte.

B. Le dépôt à terme :
Il s’agit d’un compte où les fonds sont déposés à terme, c’est à dire qu’ils sont bloqués
pour une durée fixée à l’ouverture par le client et la banque.

Toute personne physique ou morale résidente ou non résidente au Maroc peut


bénéficier de ce genre de compte.
Le DAT s’éteint à la date d’échéance prévue dans le contrat. Toutefois, son
renouvellement est possible et fait l’objet d’un nouveau contrat.

Rendement : Etant un compte productif d’intérêt à son détenteur, son taux


varie selon la durée de dépôt ou de placement : - à 3 mois,
- à 6 mois
- à 12 mois

Page 12
C. le Bon de caisse :
C’est un titre délivré au client en échange d’un dépôt de fonds sur une période fixée
d’avance. il peut être nominatif, à ordre ou au porteur.

La souscription du bon de caisse peut se faire à tous les guichets B.P, et toute personne
physique ou morale résidente au Maroc ainsi que les MRE peuvent bénéficier de ce produit.

2.3/ les produits monétique :


A. la carte guichet automatique B.P :
Il s’agit d’une carte magnétique individuelle accessible avec un code personnel et qui
permet au client :
- La consultation de son solde,
- Le retrait d’espèce auprès des GAB B.P
Toute personne physique représentant un particulier ou personne morale titulaire d’un
compte chèque B.P peut bénéficier de cette carte, à l’exception des mineurs.

B. La carte B.P MASTERCARD :


Elle permet aussi la consultation du solde, le retrait d’espèce auprès des GAB B.P.

Toutefois, son usage est destiné principalement aux clients supérieurs titulaires d’un
compte chèque et ayant un fonctionnement satisfaisant de leur compte.

2.4/ les produits du NET :


A. CHAABI NET :
Il s’agit d’un nouveau service « Banque Populaire » qui permet, à travers Internet, de :
 Connaître le solde de son compte et du relevé de ses opérations sur une période
déterminée ;
 Disposer de la situation de ses crédits Habitat et Consommation ;
 Faire des simulations de crédit.
Ainsi, il présente plusieurs avantages par sa disponibilité 24h/24h, son accessibilité et
sa rapidité d’exécution.
Pour pouvoir bénéficier de ce nouveau service B.P, il suffit de s’abonner auprès de la
Banque Populaire.

2.5/ les produits de retraite, d’assistance et d’assurance et financement


logement au Maroc :

A. ADDAMANE CHAABI :
Il s’agit d’un produit de retraite qui permet, moyennant une épargne progressive de la
part de son bénéficiaire, la constitution d’une retraite soit :
- Principalement pour les personnes qui n’adhèrent à aucun régime de
retraite ;
- Complémentaire pour les personnes ayant opté à d’autres régime de
retraite.

Page 13
Ainsi, toute personne physique peut bénéficier de ce produit, pour elle même ou pour
sa famille : conjoint et enfant. De même les entreprises le peuvent aussi si elle désire faire
bénéficier leur personnel de ce système-retraite.
De ce fait, ADDAMAN CHAABI et système souple et adapté à toutes les situations, et
il offre un taux de rentabilité performant et un capital protégé et disponible.
Souscription et résiliation : la souscription à ADDAMANE CHAABI peut
se faire selon les moyens de la personne et pendant la durée qu’il aura librement choisi.
(toutefois un seuil minimum de cotisation est fixé annuellement )
Cependant, si l’adhèrent désire résilier son contrat avant la date prédéfini dans le
contrat, Addamane Achaabi lui donne la possibilité de récupérer son épargne diminuée d’un
certain taux relatif aux frais de gestion.

B. AL INJAD CHAABI :
Parce que dans la vie on peut pas tout prévoir, AL INJAD CHAABI offre une
assistance complète médicale, technique et juridique 24h/24h, 7j/t, au Maroc et à l’étranger. il
s’agit d’un contrat d’assistance aux personnes en cas de blessures ou de maladie subite,
d’accidents liés à l’usage du véhicule garanti, du décès, et ce moyennant une cotisation
annuelle permanente au souscripteur et sa famille de 180 DH et qui offre à son titulaire un
choix très large de présentations.

Peut bénéficier de ce contrat d’assistance tous titulaire d’un compte auprès de la B.P, son
conjoint et ses enfants. En cas de réalisation du sinistre, un choix très large de prestations est
offert au client à savoir :
Le transport sanitaire au Maroc ou à l’étranger ;
La prise en charge du déplacement après hospitalisation au Maroc ou à l’étranger ;
Frais de déplacement et de séjour du proche ascendant ou descendant ;
Remboursement des frais médicaux et d’hospitalisation ;
Pour le véhicule : le remorquage, la réparation, renvoi de pièces détachées…

C. ALBAYT CHAABI :
Il s’agit d’un contrat d’assurance multirisques de résidence au Maroc qui permet de
bénéficier d’une couverture complète: le logement, les personnes, les meubles, les objets
précieux… et même pendant l’absence durant l’année : incendie, vol, bris de glace, dégâts des
eaux…  et ce moyennant une cotisation définie selon un barème spécial prédéfini relatif à la
valeur du logement…

D. CHAABI IMMOBILIER :
Il permet à son souscripteur d’assurer le financement de l’acquisition ou de la
construction de son propre logement.

Il offre plusieurs avantages à savoir :


 Un taux d’intérêt parmi les plus bas sur le marché ( à partir de 7,25% H.T) ;
 Le choix entre un taux variable ou fixe ;
 Une durée de crédit qui peut atteindre 20 ans ;
 Un différé de remboursement de 3 mois ( en cas d’acquisition) et de 18 mois
( en cas de construction) ;

Page 14
 Aucun préalable d’ancienneté de compte…

4. DESCRIPTION DES DÉPARTEMENTS ET SERVICES VISITÉS  :6


3.1/ service comptabilité :
Le service comptabilité s’occupe de plusieurs tâches au sein de la BPR – Oujda -,
ainsi parmi ses tâches on site principalement :
 La tenue d’une comptabilité seine, régulière et complète ;
 Le contrôle quotidien de la TVA collectée auprès de l’ensemble des agences
B.P de son réseau ;
 La gestion des chèques Auto relatifs au parc automobile de la BPR ;
 L’établissement des déclarations mensuelles de TVA qui vont être adressées à
la BCP qui se charge de sa liquidation ;
 Le calcul du RF relatif à l’IS ; ainsi que la gestion de l’ensemble des charges
fiscales ;
 …

3.2/ Service Audit et Contrôle Interne :


L’Audit est la procédure de contrôle de travail et de l’exécution des objectifs de
l’entreprise.
Ainsi, sa mission au sein de la BPR est veiller à la régularité des opérations et au
respect des procédures de travail définies dans les circulaires et notes de service BCP et BPR .
Dans ce cadre, ce service assiste d’une part la Direction dans les tâches de gestion,
contrôle les travaux effectués par les autres services et vérifie les opérations d’enregistrement
comptable notamment.
D’autre part, il est chargé de déceler les défaillances de gestion dans chaque service et
dans chaque département et en trouver des solutions pertinentes pour y remédier et afin
d’établir enfin de compte un rapport relatif à la gestion et à la performance de l’entreprise.

Autres tâches particulières :


 Participer à la mise en place de nouvelles procédures et à la bonnes
compréhension des anciennes procédures de travail ;
 Traiter les réclamations clientèle ;
 Traiter les anomalies relevées notamment lors du contrôle des situations
comptables périodiques ;
 Procéder à des enquêtes définies par la Direction Régionales ou par la BCP ;
 …

3.3/ Service engagement :


Le service engagement se charge d’étudier les dossiers de demandes de crédits à
Court, Moyen et Long terme en respectant des plafonds de crédits fixés par la BCP.

Ainsi, les pouvoirs de décision en matière d’octroi de crédit varient selon qu’il
s’agisse :

- De nouveau crédit ;

6
http://www.memoireonline.com/12/08/1776

Page 15
- Ou de renouvellement avec ou sans extension des crédits de la compétence de la
BCP .

3.4/ Service informatique :


Il s’occupe de l’enregistrement sur ordinateur des pièces comptables qui lui sont
fournies par le service comptabilité et relatives à l’ensemble des opérations journalières
effectuées.
Comme il se charge aussi de la maintenance du matériel informatique de l’ensemble
de la banque.

Page 16
Chapitre2:
Environnement et
Hiérarchie de GBP

Page 17
I. ENVIRONNEMENT DU GROUPE BANQUES POPULAIRES7

1. ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE
L’activité bancaire est une activité stratégique dans toute économie. Elle constitue un pôle de
financement primordial pour les agents économiques. Les entreprises s’endettent auprès des
banques pour financer ses investissements. Les ménages eux-aussi demandent des crédits
pour acheter une maison, des biens d’équipement... Certes le marché financier, et en
particulier le marché boursier, commence à concurrencer le marché bancaire puisqu’ il
constitue une autre alternative aux entreprises pour lever des fonds et un placement rentable,
á long terme, pour l’épargnant . Mais vu le marasme qui caractérise actuellement la Bourse
de Casablanca, les banques restent dominantes en matière de financement de l’économie
Marocaine, en dépit d’un taux de bancarisation faible.
L’économie Marocaine nécessite un système bancaire efficient qui puisse jouer un véritable
moteur de financement pour les entreprises et accompagner leur processus de restructuration
et d’amélioration de leur compétitivité surtout que le tissu économique marocain est constitué
en majorité par des PME(92% des entreprises), peu compétitives, et mal structurés.
En outre, la globalisation et l’ouverture des marchés aggravera, dans une certaine mesure, la
situation du pays, puisque les entreprises marocaines, habitués á un environnement
protectionniste, seront soumises á une concurrence féroce surtout de la part des entreprises
européennes avec l’accord de libre échange dans le cadre de partenariat Maroco-Européen.
Devant cette réalité, des mesures urgentes visant á améliorer la compétitivité de l’entreprise
marocaine, s’imposent. Ainsi, des programmes de mises á niveau des PME marocaines
effectués avec l’aide financière de l’état, dans la plupart du cas sous forme de garanties de la
part de la Caisse Centrale de Garantie et les fonds de la coopération de l’Union Européenne
ainsi que les crédits octroyés par les banques commerciales, permettront aux entreprises
marocaines de faire face á la concurrence et profiter des opportunités que offre la libération du
commerce extérieur et l’intégration des marchés mondiaux.
Dans cette optique, la BP joue un rôle très important. De par son poids dans l’échiquier
national, la BP a toujours été associé á la politique économique et financière de l’état, qui lui a
confié plusieurs missions d’intérêt général, notamment le financement de secteurs sensibles
de l’économie nationale, la promotion de l’entreprise et de l’économie sociale et le
développement régional. Elle est une banque très dynamique en matière d’octroi des crédits
pour le financement des projets de mise á niveau des PME/PMI et elle a entamé depuis 1998
une large compagne de sensibilisation au niveau de la PME/PMI marocaine. L’adhésion á
cette démarche tient compte de plusieurs aspects :
 La mise á niveau est un projet national aux retombées décisives sur le tissu
économique du pays.
 Les besoins en financement liés á la mise á niveau sont très importants et offrent par
conséquent d’intéressantes opportunités en terme d’engagements additionnels
7
Rapport de stage (agence Mohamed V 2009)

Page 18
 Les effets induits par la mise á niveau d’entreprises clients seront bénéfiques pour
accroître la part de marché en commerce extérieur et en engagements par signatures.
A l’instar du financement de la mise á niveau de l’entreprise marocaine, la BP constitue un
outil de financement mis á disposition des toutes les acteurs économiques. Ainsi, la BP est le
premier partenaire des jeunes promoteurs. Elle est le premier collecteur de fonds de devises –
grâce notamment á son réseau de banques dispersées dans plusieurs villes européennes- et
finance une grande partie des projets réalisés par les RME. La BP, comme son nom l’indique,
(Populaire vient de peuple) est considérée comme la banque de tout le monde. Ceci se
manifeste d’une part dans le fait qu’une partie importante de sa clientèle est composée des
personnes physiques( commerçants, profession libérales..) et non pas comme les autres
banques commerciales , BCM á la tête, ou les entreprises sont les principaux clients. A cela
s’ajoute une autre particularité du porte-feuille de la BP qui se caractérise par le fait que 60%
des dépôts de la banque sont des dépôts RME. D’autre part, la banque finance beaucoup de
projets á caractère social. Dernièrement, la banque a singé un accord avec les pouvoirs
publiques, dans le cadre d’un programme de lutte contre la pauvreté, pour l’octroi des micro-
crédits. Ces Types de prêts seront financé par la Banque Populaire et par le fond Hassan II.
Concernant la concurrence existante entre les banques, le secteur bancaire marocain se
caractérise par l’existence d’un nombre important de banques représentés par le GPBM
(Groupement Professionnel des Banques Marocaines) surtout après la transformation des
OFS(Organisme Financiers Spécialisés), á savoir le CIH et la CNCA en banques
commerciales . En effet il y a dix sept banques, dix considérés comme les majeurs de la place
marocaine á savoir la BCM, BMCE, WAFABANK, SGMB, CDM, BNDE, GBP, BMCI,
CIH, CNCA et les sept restantes sont de tailles moins grande telles que ABN Maroc, Arab
Bank Maroc, BMAO, Citibank Maghreb, SMDC, UMB, ABEX.
Le système bancaire marocain, malgré sa dimension et le nombre important de ses
opérateurs, est jugé par les professionnels comme peu compétitif, assez rigide et pas
transparent Mais avec la réforme de la loi bancaire (1993) et la libéralisation du secteur, de
bonnes perspectives s’ouvrent face su système bancaire marocain et ce la bénéficiera
énormément á l’économie marocaine. D’ailleurs, on commence, aujourd’hui, á voir une
concurrence entre les banques en matière de taux même-ci elle reste très faible par rapport aux
pays développés. Mais le rôle de l’Etat, représenté par le ministère de Finances, et celui de la
Banque du Maroc, comme organismes de tutelle, ne doit pas s’abolir parce qu’avec la
libéralisation de l’activité bancaire les banques pourraient céder á la tentation d’augmenter
leur parts de marchés au détriment du respect des règles prudentielles.

2. L’ENVIRONNEMENT INSTITUTIONNEL
L’activité bancaire est régie par la loi bancaire promulguée le 6 juillet 1993 .
Le Dahir du 6 Juillet 1993 a donné au Ministre des Finances des pouvoirs de décision
importants en matière de réglementation de l’activité des établissements de crédit et de
politique monétaire.
Le ministre des finances est le seul habilité à donner la permission d’exercer la profession
bancaire et de fixer le montant minimum du capital . Certes, après la libéralisation du secteur
bancaire, l’intervention de l’Etat dans la matière s’est réduite. Ainsi les politiques
d’encadrement du crédit consistant á fixer un plafond pour l’octroi des crédits et les politiques
de sélectivité visant l’encouragement des secteurs prioritaires (Agriculture, textile, tourisme
…) au détriment d’autres secteurs ont été supprimés. Mais son intervention reste nécessaire,

Page 19
surtout pour le contrôle du respect des ratios et des règles prudentielles par les
établissements bancaires.

3. ENVIRONNEMENT JURIDIQUE
L’activité bancaire est très réglementée. Les lois réagissant cette activité sont sévères
car l’épargne public est mis en jeu. Ainsi, par exemple, les dirigeants doivent remplir
certaines critères et exigences. Ces derniers ne doivent pas avoir été condamner pour crime,
malversation des fonds, ou mauvaise gestion et autres délits . En plus ils ne doivent pas
exercer une autre fonction ( non accumulation des fonctions) et cela dans le but d’éviter les
conflits d’intérêt.
Les acteurs environnant la Banque Populaire
Les Clients
La Banque Populaire offre une gamme diversifiée de produits á sa clientèle. Cette
dernière constitue au même temps son fournisseur puisque ses dépôts représentent la
principale ressource financière de la banque. La clientèle de la BP est constituée

4. FILIALES
. La diversification des produits et la segmentation des marchés permettent á la banque d’être
présente dans différents segments et de mieux cibler sa clientèle. Ainsi la BP, á l’instar de
son métier de base qui est d’intermédiaire entre des agents ayant une capacité de financement
et ceux ayant un besoin de financement, diversifie ses produits pour répondre mieux aux
besoins des clients qui sont en constance évolution. Le segment du leasing et du gestion de
porte-feuille sont assez récents, un peu moins ceux de la banque-assurance et du crédit de
consommation. Ainsi la BP dans un souci de diversification et d’augmentation de son chiffre
d’affaires, elle est présente dans les différents niches.
Le tableau suivant montre les différentes filiales de la banque et les segments dans lesquelles
elles opèrent.

Nom de la filial Segment

Page 20
Maghrebail Crédit Bail

IFC Al Wassit Intermédiation boursière

Al Istitmar Chaabi Gestion d’OPCVM

Assalaf Chaabi Crédit á la consummation

Maroc Assistance Internationale Assurance


Assarf Chaabi Change de devises8

II. LA HIÉRARCHIE DE GROUPE BANQUE POPULAIRE:9

III. L’ORGANISATION DE LA STRUCTURE GÉNÉRALE DE LA BPR10

8
Rapport de stage (agence Mohamed V 2009)
9
http://www.gbp.ma/Gouvernance/pages/BanqueCentralePopulaire.aspx
10
http://www.gbp.ma/Gouvernance/

Page 21
10

Page 22
PARTIE II :
ETUDE PRATIQUE : CAS DE LA SOCIÉTÉ
BATIKAB
Le cas que je vais présenter dans cette partie est celui de la société BATIKAB
qui est une société à responsabilité limitée (SARL) qui fabrique et commercialise des
articles en plastiques, et qui désire bénéficiée d’un crédit à moyen terme auprès de la BP
pour le financement d’un nouveau investissement dont le dossier explicatif sera présenté
dans le 1er chapitre.

Donc, vue l’importance de l’investissement, et ainsi du montant du crédit à


octroyer, la BP et notamment le service engagement sera amener à effectuer une analyse
financière de la société sur la base des deux dernières années afin de déceler les points
forts et les points faibles de la société et de juger de sa santé financière en se référant aux
données comptables fictives des deux derniers exercices d’exploitation et de décider en fin
de compte de lui accorder ou non le crédit. (Chapitre II)
Ainsi dans le Chapitre III, on va expliquer les canevas de crédit d’investissement
et les critères de l’étude de ces formulaires avant d’accorder un crédit .

CHAPITRE I: PRÉSENTATION
DE LA SOCIÉTÉ ET DU DOSSIER
D’INVESTISSEMENT.

Page 23
I. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA SOCIÉTÉ .11
Voici ci-après quelques informations sur la société :
 Dénomination sociale : Société « BATIKAB »
 Forme juridique : SARL
 N° du registre du commerce : N° xxxxxxxxxx
 Siège social : zone industrielle
 Activité principale : fabrication et commercialisation des articles en
plastiques.
 Date de création : 10/1/2000
 Capital social : 60.000 de DH (2011)
 Chiffres d’affaires : 1.018.009,84 Dh en 2011
 Personnel employé : 175 (dont ingénieurs, cadres supérieurs, cadres
techniques, employés de bureau, ouvriers spécialisés et simples ouvriers).

II. PRÉSENTATION DU DOSSIER D’INVESTISSEMENT   :


 Bénéficiaires : société « BATIKAB »
 Forme juridique : SARL
 Siège social : zone industrielle (Tanger)
 Objet du projet d’investissement : création d’une nouvelle unité de
production.
 Coût du projet d’investissement : 4 Millions 964 milles DHS
 Crédit à moyen terme sollicité auprès de la BP : 2 Millions de DHS soit
43,82%.
 Taux d’intérêts : 10% l’an plus TVA
 Modalité de remboursement : annuités semestrielles
 Garanties à prendre :
 Caution personnelles des principaux associés,
 Hypothèque (ancienne unité de fabrication estimé à 6 Millions 500 milles
DHS ;
 Nantissement matériel ;
 Conditions spéciales :
- Augmentation du capital de 120 Millions de CTS en 2002;
- Apport en comptes courant d’associé de 800.000 DHS.

III. CARACTÉRISTIQUES DE L’INVESTISSEMENT   :

11 Dossier de crédit (BATIKAB)

Page 24
La nouvelle unité de production sera d’une superficie de 26.320 m2 , située dans la
zone industrielle –Tanger- dont plus de 16.000 m2 couverte. (unité de production, aire de
stockage plus l’administration)

La société désire acquérir deux nouvelle machines ; vue l’augmentation de sa part sur
le marché régional et afin de répondre à la demande croissante ; d’un montant global de 2
Millions 324 milles DHS.

Le projet permettra la création de 123 emplois, dont :


- Cadre supérieur : 1
- Cadres administratifs : 5
- Cadres commerciaux : 2
- Intermédiaires administratifs : 13
- Techniciens spécialisés : 28
- Le reste se répartie entre exécutants, ouvriers qualifiés et simples ouvriers.

Page 25
CHAPITRE II :
L’APPRÉCIATION DE LA SANTÉ
DE LA SOCIÉTÉ « BATIKAB »
SUR LA BASE DE L'ANALYSE
FINANCIÈRE.

Page 26
I. ETUDE DU BILAN:
A. Extrait de bilan  : (exercices 2011 et 2012)
1. L’étude de l’actif : (valeur en 1000 dh)12

2011 2012
Actif
Montant % Montant %
Actif immobilisé
1.277,14 53,34 1.163,090 56,99
8
Actif circulant
(HT) 1.110,69 46,40 549,726 26,94
7
Trésorerie actif
6,224 0,26 327,966 16,07

TOTAL 2.394,06 100 2.040,783 100


968 9

2. L’étude du passif (valeur en 1000 dh)13

2011 2012

Passif Montant % Montant %


- Fin. permanent 19,31915 0,80 1.993,3645 97,67

- Passif circulant 2.374,7505 99,20 47,41934 2,33

- Trésorerie 0 - 0 -
passif
TOTAL 2.394,069 100 2.040,7839 100

12
Voir annexe bilan actif
13
Voir annexe bilan passif

Page 27
3. Représentation graphique des structures du bilan :
 Année 2011.

Actif
ActifImmobilisé Financement
Immobilisé FinancementPermanent
Permanent
53,34% 0,80%
53,34% 0,80%

Actif
ActifCirculant Passif
Circulant PassifCirculant
Circulant
46,40% 99,20%
46,40% 99,20%

Trésorerie Trésorerie
Trésorerie Trésorerie
Actif
Actif0,26% Passif
0,26% Passif0%
0%

 2012.

Actif
ActifImmobilisé
Immobilisé Financement
FinancementPermanent
Permanent
56,99%
56,99% 97,67%
97,67%

Actif
ActifCirculant
Circulant Passif
PassifCirculant
Circulant
26,94%
26,94% 2,33%
2,33%

Trésorerie
Trésorerie Trésorerie
Trésorerie
Actif
Actif Passif
16,07% Passif0%
0%
16,07%

4. Interprétation :
A partir du tableau du bilan ( Actif et passif) et de la représentation graphique, on
constate que le total Actif a connu une faible variation de 8,83% durant les deux derniers
exercices (2011 et 2012). Ainsi, l’actif immobilisé a connu une diminution de 8,93% due à
des nouvelles acquisitions, tandis que l’actif circulant a connu une variation considérable de
-50,5% due notamment à l’augmentation des créances clients qui s’est répercutée sur la
trésorerie actif (+51,69%).

Page 28
 Le fonds de roulement fonctionnel : (2012)

Actif immobilisé 1.163.090 Dhs Financement permanent


1.993.364,5 Dhs
FRF 830.274,5 Dhs

 Besoin de financement global :

Actif circulant hors BFG 502.306,66 Dhs


Actif circulant hors
trésorerie
trésorerie Passif circulant hors tré sorerie
549.726 Dhs Passif circulant hors tré sorerie
549.726 Dhs 47.419,34
47.419,34

 La trésorerie nette :

B.F.G.
B.F.G. F.R.F.
F.R.F.

502.306,66 Dhs
502.306,66Dhs Dhs
830.274,5Dhs
830.274,5

Trésorerienette
Trésorerie nette
327.967,84Dhs
327.967,84 Dhs

Interprétation :
De première vue, le FRF qui correspond aux ressources acycliques, paraît assez
suffisant pour financer les besoins de financement du cycle d’exploitation de l’entreprise ou
son besoin de financement global ( B.F.G).

Ainsi, cela se confirme plus en calculant le degré de couverture du B.F .G. par le

F.R.F :

F.R.F 830.274,5
= = 1,65

Page 29
B.F.G 502.306,66

Donc , l’entreprise peut dégager jusqu’à 166.054,4 Dhs (0,20 *830.274,5) comme
disponibilités importantes et se mettre ainsi dans une situation moyennement favorable.

Les ratios : (2012)

 Financement propre :

Capitaux propres 2000


= = 1,71
Actif immobilisé 1163,1
 L’autonomie financière :

Capitaux 2000
= 0,98
propres = 2040,78
Total passif

 Liquidité générale :
Actif circulant 549,726
= = 11,60
47,419
Passif circulant

 Liquidité immédiate :
Disponibilité 327,966
= = 6,91
47,419
Passif circulant

INTERPRETATION :
 Les capitaux propres financent largement l’actif immobilisé de l’entreprise, cette
situation est très satisfaisante puisque les capitaux propres dépasse les immobilisations de
1,71 fois.

Page 30
 Les capitaux propres ne représentent que 0,98 % du total du passif, situation
considérée non satisfaisante.

 Le ratio de liquidité générale est de 11,6 ce qui est assez satisfaisant puisque l’actif
circulant couvre de 11,6 le passif circulant.
 Le ratio de liquidité immédiate montre que l’entreprise ne peut honorer que 6,91%
de ses engagements par ses propres moyens disponibles.

II. L’ÉTUDE DU C.P.C ET DE L’E.S.G  :14


1. Calcul des grandeurs : (en dhs)

Grandeurs Exercice 2011 Exercice 2012 Variation


Chiffrer d’affaires 1018009,84 1543098,44 +51,57%
Production de l'exercice 1115659,84 146684,44 +16,16%
Consommation de 928377,48 1220689,3 +19,26%
l'exercice 4
Valeur ajouté 187282,36 248959,10 +8,38%
Excédent brut 139325,61 156591,04 +8,09%
d'exploitation E.B.E.
Résultat d'exploitation 34210,95 37533,01 +2,74%
Résultat financier 72,79 252,18 -47,92%
Résultat courant 34138,16 37280,83 +2,32%
Résultat non courant - 3235,42 -34,24%
Résultat net de l'exercice 34138,16 34045,41 +1,76%
Capacité 139252,82 173592,44 +6,63%
d'autofinancement

INTERPRETATION :
A l’issu d’une première lecture de ce tableau, nous constatons que l’entreprise est
profitable, son bénéfice a augmenté de 1,76 point en 2012 par rapport à 2011
atteignant3.463.923,2 Dhs.

Sa CAF est aussi importante et connaît des variations positives d’une année sur
l’autre. Elle a atteint 4.514.013 Dhs en 2012 soit une augmentation de 6,63% par rapport à
l’année écoulée 2011 ce qui est important.

De plus, les variations des différents soldes de gestion sont positives, à l’exception du
résultat financier et du résultat non courant.

Pour la banque, l’entreprise est dans une bonne santé jusqu’à présent, puisqu’elle
réalise des résultats important et en augmentation. Ainsi, pour mieux pouvoir donner un

14
Annexe CPC et ESG.

Page 31
jugement définitif sur la santé de l’entreprise, nous allons approfondir l'analyse par le calcul
des principaux ratios puis par l’étude du tableau de financement .

2. L'analyse par les ratios :

Ratios 2012 2011 Variation


Résultat Net 0,016 0,014 0,14

Total actif

V.A 0,16 0,17 -0,05

Production

V.A 0,21 0,14 0,5

Immobilisations
brutes

INTERPRETATION
D’après ces différents ratios on peut avancer que :

 La valeur ajouté a connu une augmentation pendant l’exercice 2012 par rapport à
l’exercice 2011, le degrés d’intégration des activités de l’entreprise a augmenté de 14%. Ainsi
la VA a connu une faible augmentation par rapport à la production.
 En ce qui concerne l’outil de production, il a connu une diminution de 5% en 2012
par rapport à 2011, et il participe de 50% dans la productivité, ce qui est important car
l’entreprise envisage d’investir dans de nouvelles machines.

Donc malgré quelques variations négatives en 2012 de certains ratios d’activité et de


rentabilité, on peut dire que la situation de l’entreprise est satisfaisante.

III. ETUDE DU TABLEAU DE FINANCEMENT   :

1. Synthèse des masses du bilan :


L’interprétation de la synthèse des masses du bilan se confond avec l’interprétation
des indicateurs d’équilibre financier qu’on a présenté dans la partie d’étude du bilan.

Page 32
2. Tableau des emplois et des ressources : (année 2012)15
Informations complémentaires  :16
 Acquisitions : au cours de 2012, l’entreprise a fait les acquisitions
suivantes :
 Installations techniques matériels et outillages : 1.350.325,73
Dhs.
 Mobilier matériel du bureau et aménagements : 4.166,67 Dhs

Exercice 2012
Emplois Ressources
I - RESSOURCES STABLES DE L'EXERCICE (FLUX)
AUTOFINANCEMENT ( A ) 173.592,44
Capacité d'autofinancement 173.592,44
Distribution des benefices
CESSIONS ET REDUCTIONS D'IMMOBILISATIONS ( B )
Cessions d'immobilisations incorporelles
Cessions d'immobilisations corporelles
Cessions d'immobilisations financiers
Récupérations sur créances immobilières
AUGMENTATION DES CAP. PROPRES ET ASSIMILES ( C )
Augmentations de capital, apports 2.000.000
Subventions d'investissement
AUGMENTATION DES DETTES DE FINANCEMENT ( D )
( Nettes de primes de remboursement )
TOTAL I - RESSOURCES STABLES ( A + B +C +D ) 2.173.592,44
II. EMPLOIS STABLES DE L'EXERCICE ( FLUX )
ACQUISITIONS ET AUGMENTATIONS D'IMMOB. ( E )
Acquisitions d'immobilisations incorporelles -
Acquisitions d'immobilisations corporelles 1354492,4
Acquisitions d'immobilisations financiers
Augmentations des créances immobilières -
Remboursement des capitaux propres (F)
REMBOURSEMENT DES DETTES DE FINANCEMENT ( G )
EMPLOIS EN NON VALEURS ( H ) -
TTOTAL II - EMPLOIS STABLES ( E + F + G + 1354492,4
H)
III . VATIATION DU BESOIN DE FINANCEMENT GLOBAL
( B.F.G. ) 834.100,04
IV . VARIATION DE LA TRESORERIE 15.000
TOTAL GENERAL
2.188.592,44 2.188.592,44

15
Selon Etat de solde de gestion
16
Annexe (Tableau des immobilizations autres que financieres)

Page 33
3. Les ratios d’analyse du tableau de financement 

173.592,44
C.A.F
* = = 0,69
V.A 248.959,10
La valeur ajoutée participe d’une partie importante dans la formation de la C.A.F
(69%).

173.592,44
Autofinancement
* = = 0,048
Inv. de l’exercice 3.600.792
On déduit que l’autofinancement arrive à financer les investissements de 4,8%.

SYNTHESE GENERALE

Au terme de cette analyse, il nous est possible de dégager un diagnostic de la situation


financière de la société « BATIKAB ».

En effet, le fonds de roulement fonctionnel qui correspond aux ressources acycliques,


paraît assez suffisant pour financer les besoins de financement du cycle d’exploitation de
l’entreprise ou son besoin de financement global ( B.F.G).
On peut indiquer qu’il existe une marge de sécurité susceptible de couvrir une baisse de
valeur des actifs circulants, il traduit l’excès de liquidité potentielle par rapport aux
obligations à court terme de l’entreprise.
Les capitaux propres financent largement l’actif immobilisé de l’entreprise, cette situation est
très satisfaisante puisqu’ils couvrent totalement les immobilisations.

On remarque aussi l’actif circulant couvre de 11,6 le passif circulant, ce qui exprime la
capacité de l’entreprise à payer ses dettes à court terme, mais ce ratio de liquidité varie
tellement avec la nature de l’activité de l’entreprise, sa politique de crédit, qu’il est impossible
de lui assigner une valeur souhaitable a priori.
De l’autre côté, la liquidité immédiate de l’entreprise BATIKAB montre que
l’entreprise ne peut honorer que 6,91% de ses engagements par ses propres moyens
disponibles.

Page 34
La valeur ajoutée a connu une augmentation pendant l’exercice 2012 par rapport à
l’exercice 2011, le degré d’intégration des activités de l’entreprise a augmenté de 14%. Ainsi
la VA a connu une diminution par rapport à la production.
En ce qui concerne l’outil de production, il a connu une augmentation de 31% en 2012 par
rapport à 2011, ce qui est important car l’entreprise envisage d’investir dans de nouvelles
machines.

Sa CAF est aussi importante et connaît des variations positives d’une année sur
l’autre. Elle a atteint une augmentation de 6,63% par rapport à l’année écoulée 2011, et son
autofinancement arrive à financer 4,8% des investissements, ce qui indique un surplus
monétaire dégagé par l’exploitation et exprime la capacité de l’e/se a financer sa croissance.

D’une part, sur le plan économique, le nouvel investissement va permettre à


l’entreprise d’élargir son activité d’un marché local vers un marché régional, dont elle se
trouve en situation de quasi-monopole. Donc, le projet d’après les prévisions doit être rentable
à 100% et permettra à l’entreprise de générer des bénéfices importants à court et moyen
terme.

D’autre part, et sur le plan financier, on constate que l’analyse des performances
financières de cette entreprise met en évidence une évolution favorable des principaux
agrégats de production et de la valeur ajoutée. Ainsi, elle a dégagé des résultats positifs durant
les deux dernières années.

Toutefois, malgré quelques problèmes qui persistent la rentabilité de l’entreprise


« BATIKAB », le banquier peut les considérer comme des situations normal dont l’entreprise
peut maîtriser en optimisant ses charges d’exploitation. Pour la banque, l’entreprise est dans
une bonne santé jusqu’à présent, puisqu’elle réalise des résultats important et en
augmentation.

Page 35
CHAPITRE III : LES CANEVAS
DE CRÉDIT D’INVESTISSEMENT
CHEZ LA BANQUE POPULAIRE

Page 36
Il existe 2 documents destinés au client demandeur d’un crédit d’investissement :
 Liste des pièces pour le dossier de crédit d’investissement.
 Fiche de demande de crédit d’investissement.17

I. FICHE DE DEMANDE DE CRÉDIT D’INVESTISSEMENT18


1-RENSEIGNEMENTS SUR LE BÉNÉFICIAIRE  :
Forme juridique
Capital social : la valeur du capital y compris les apports.

2-RENSEIGNEMENTS SUR L’INVESTISSEMENT  :


Objet du programme : objectif souhaité de l’investissement
Coût du programme : le demandeur doit crédit doit remplir le cout total y compris tout les
frais supporte.
Crédit sollicité
Durée de remboursement souhaitée et durée du différé en capital
Relations bancaires : Numéro de compte

3-RENSEIGNEMENT SUR L’ÉTAT DE L’E/SE :


Répartition de capital : un volet où peut remplir les apports de chaque associé.
Management de l’e/se : la qualité de chaque associé et sa fonction principale.
Organisations commerciales : le client doit mentionner les échanges qu’il effectue avec ses
tiers en indiquant les modes de règlements possibles.
Relations avec les banques : le client peut supporter plusieurs crédits des autres banques, la
banque populaire teste la crédibilité du client d’une façon indirecte.
Programme d’investissement : un ensemble de calcules et des extraits de documents
comptables pour mesurer la surface patrimoniale que dispose le client.
Il s’agit des moyens d’exploitation pour la description et évaluation des moyens envisagés
pour l’exploitation du projet : nature, coûts, origine, disponibilité et accessibilité.

4-LES ETUDES :
Parmi les études effectuées, le client est censé de faire un étude technique concernant la
capacité de production et de fabrication, ainsi une étude du marché en indiquant la
compétitivité existante (les principaux concurrents) et le positionnement du projet dans le
marché.

17
Annexe (Fiche à remplir par le client : demande de crédit d’investissement -création-)
18
Annexe (liste des pièces à fournir pour constituer un dossier de crédit -E/se et profession libéral-)

Page 37
Il existe un document traité au sein de département financier de la banque :

II. DEMANDE DE CRÉDIT D’INVESTISSEMENT :19

Sur la base de formulaire accord é au client, la banque met en pratique ce document qui
comporte d’autres informations supplémentaires utiles pour la le traitement de la situation
patrimoniale et financière de client demandeur de crédit pour étudier son engagement et sa
capacité de remboursement, et à partir de tous ses mesures , la banque indique le taux d’intérêt
adéquate en respectant la fourchette étatique .

Le traitement de crédit d’investissement se fait par la présence des états de synthèses y


compris le bilan des trois exercices précédents.

Dans ce document, on indique d’une façon plus profonde les données suivantes :
 Etude de marché
 Compte d’exploitation prévisionnelle
 Calcul de besoin de fond de roulement
 La trésorerie prévisionnelle
 Proposition de cotation
 Renseignement sur les promoteurs et les cautions
 La surface patrimoniale
 Canevas d’estimation du bien donné en garantie

19
Annexe: Demande de Crédit d’investissement

Page 38
CONCLUSION

En guise de conclusion, le stage que j’ai effectué au sein de la BP m’a été très
fructueux et il a été une expérience supplémentaire dans le métier de la gestion.

Il a été très formateur, il m'a permis d'élargir mon expérience en entreprise.


Les nombreuses personnes que j'ai rencontrées m'ont permis de confirmer la vision
que je m'étais faite les années précédentes, qui est le travail en équipe. J'ai pu mettre en
pratique mes connaissances en gestion mais aussi relationnelles.

J'ai aussi découvert l'organisation et le règlement de la banque qui met en avant une
qualité de service et d'étude très élevée.

Ce stage d’initiation de la 2eme année est donc une très bonne occasion de confirmer
son projet professionnel et de cerner toutes les facettes du métier de la gestion. Même
si le stage n'est pas en rapport direct avec la formation acquise, je pense que c'est une
bonne expérience et un bon complément à cette année.

Page 39
BIBLIOGRAPHIE

 http://www.gbp.ma/Gouvernance/Pages/BanquesPopulairesRe
gionales.aspx
 Source (BP ibn toumart)
 Rapport de stage (2008)
 http://www.memoireonline.com/01/09/1877/m_Rapport-de-
stage--Banque_Populaire5.html
 Dossier de crédit (BATIKAB)
 http://www.memoireonline.com/01/09/1877/m_Rapport-de-
stage--Banque_Populaire4.html
 http://www.memoireonline.com/12/08/1776
 Rapport de stage (agence Mohamed V 2009)
 http://www.gbp.ma/Gouvernance/pages/BanqueCentralePopul
aire.aspx

Page 40
ANNEXE

Page 41
BANQUE POPULAIRE DE TANGER TETOUAN
CENTRE D’AFFAIRES PLACE DES NATIONS

DEMANDE DE CREDIT
D'INVESTISSEMENT

Affaire :
Crédit sollicité :
Date de la demande :

Charge d'étude :
Poste Téléphonique  :
FAX :

Page 42
Page 43
CRÉDIT D'INVESTISSEMENT (EXTENSION)

 Bénéficiaire :
 Forme Juridique :

 Siège Social :
 Adresse projet :
 Objet du programme :
 Coût du programme :
 Crédit sollicité :
 Quantum de financement :
 Taux d'intérêt :
 Durée :
 Plan de remboursement :

Garanties à prendre :

Page 44
Conditions spéciales :

NOTE DE SYNTHÈSE

Page 45
Signatures accréditées :

Appui technique Directeur de Succursale

Page 46
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE
L’AFFAIRE
I. Identité de l’affaire  :

 Dénomination :
 Forme juridique :
 Siège social :
 Adresse projet :
 Objet social :
 Capital :
 Compte bancaire :
 PI Global :

Répartition du capital Part dans le capital %

Présentation des associés :

II. Principaux Promoteurs et Administration de


l’affaire  : 
Principaux promoteurs % du capital
-
-
-
Conseil d'Administration
-
-
-
Dirigeants
-
-

Page 47
-

III. Renseignements sur les principaux promoteurs :

cf. fiche (s) en annexe.

Page 48
MOYENS D’EXPLOITATION EXISTANTS

Fonds de commerce :

 créé ou acquis le / / au prix de ………………DH.


 N° du Registre de commerce : ………………
 N° de Patente : … ……………
 Montant du loyer : ……………………………………………………………
 Charges éventuelles grevant le FDC : …………………………………….

Immeubles :
Adresse (s), superficie totale du terrain, nature des constructions, surface au sol et
surface totale couverte, prix d'acquisition ou montant loyer, date et durée de bail.

Matériel :
Liste des principaux équipements en propriété et celle du matériel pris en leasing,
état du matériel - charges éventuelles - Investissements réalisés sur les 3
derniers exercices.

Effectifs employés :

Postes Nombre Masse salariale Masse salariale


mensuelle annuelle
Personnel de
direction
Employés
administratifs
Techniciens
Ouvriers
Total

Page 49
DONNÉES TECHNIQUES ET
COMMERCIALES ACTUELLES

Capacité de production de l'affaire :

Position sur son marché :

Principaux concurrents :

Appréciation de l'organisation de l'affaire :

 Appréciation de la qualité de l'encadrement administratif, financier, technique


et commercial
 Organisation commerciale : canaux de distribution et d'approvisionnement.

Partenaires commerciaux :

Principaux clients % CA Modalités de paiement

Principaux fournisseurs % CA Modalités de règlement

Page 50
RELATIONS AVEC LA BANQUE

I. Profil Client :

 Notation :
 Client depuis :
 Statut particulier : Administrateur de la BPR, fonctions assumées
dans des organisations professionnelles, etc.…

II. Qualité des relations avec l'affaire :

 Engagements actuels sur l'affaire :

Nature crédits Autorisations Encours Echéances

Garanties détenues
-
-
-
-
 Mouvements confiés sur les 3 derniers exercices :
-
-
-
 Crédits d'investissement précédents :
(Programmes financés, ressources mises en œuvre, dénouement des
CMT/CLT, ....)

 Incidents de paiement :

 Tenue des engagements et respect des échéances : Bonne tenue


 Incidents SCIP : Néant

 Autres opérations confiées :


 Ressources a vue : Néant

Page 51
 Dépôts a terme : Néant
 Epargne gérée : - OPCVM souscrits : Néant
- PTF valeurs mobilières confié : Néant

Page 52
III. Relations avec les promoteurs et les autres affaires du
Groupe :

 Engagements actuels (cf annexe) :


 Incidents de paiement éventuels :
 Autres opérations confiées : Ressources à vue, OPCVM, PTF
TITRES, ETC…

 Autres affaires du groupe non


domiciliées auprès de la BPR : Dénomination, activité,…

IV. Autres relations bancaires :

 Banques de la place :

 Concours accordés :

 Conditions appliquées :

V. Fiche SCR : (la plus récente)

VI. Rentabilité du client :

VII. Renseignements Centrale du Contentieux :

 Sur l'affaire :

Page 53
 Sur les promoteurs :

COMMENTAIRE
(en cas d'extension)

1. Sur le plan financier :

 Analyse des 3 derniers bilans (lorsque l'affaire a plus de 3 années d'existence).

 Appréciation de l'équilibre du bilan : FDR - BFDR - Analyse des ratios,….

 Faits marquants : * Investissements réalisés


* Ressources mises en oeuvre
* Pertes enregistrées.

 Explication de l'évolution des postes les plus significatifs.


Stocks et clients
Fournisseurs
Créanciers privilégiés
Détail des postes importants

2. Sur le plan commercial :

 Aperçu sur le marché

 Evolution du CA sur les derniers exercices avec explication de cette évolution et


mise en évidence des spécificités de l'affaire et/ou du secteur d'activité.

 Structure du CA au cas où l'affaire exerce des activités ou vends des produits et


services différents et/ou si une partie du CA est exportée.

 Perspectives d'activités justifiées :

- Carnet de commandes
- Portefeuille des marchés (pour le secteur BTP)

Page 54
PROGRAMME D'INVESTISSEMENT

I- Objet du programme :

II- Coût du programme (en mDH) :

Montant
Frais préliminaires
Terrain
Constructions
Equipements
Frais d'approche
Divers et imprévus
B/FDR
_________

TOTAL
Arrondi à

III Plan de financement (en mDH) :

Montant %
Capital:
C/C associés
Prélèvement /FDR
CMT ou CLT sollicité
Autres (autres crédits bancaires, crédits
fournisseurs,…)
__________ ______
TOTAL 100%

IV Planning de réalisation :

Page 55
V Détail du programme & des moyens :

 Terrain :
Situation, superficie, prix et date d'acquisition,..

 Constructions :
Description, superficie au sol et superficie totale couverte, prix d'acquisition ou
montant du loyer, date et durée du bail, ...

 Matériel :

- Liste des différents matériels avec le prix de chaque pièce.


- Distinguer entre matériel d'origine locale et matériel à importer.
- Préciser s'il s'agit de matériel neuf ou d'occasion, dans ce dernier cas, donner
à titre indicatif le prix du neuf.
- Capacités de production théorique du matériel et taux d'utilisation
prévisionnels de ladite capacité.

 Effectif à recruter :

Postes Nombre Masse salariale Masse salariale


mensuelle annuelle
Personnel de
direction
Employés
administratifs
Techniciens
Ouvriers
Total

Page 56
ETUDE TECHNIQUE

 Explication du procédé de fabrication.

 Description précise des produits à fabriquer ou des services à offrir.

 Spécificité du matériel et appréciation de son état (si d'occasion)

 Appréciation du personnel technique.

Page 57
ETUDE DU MARCHÉ

 Position du secteur d'activité et du projet :

 Potentialités du marché objet de l'investissement :

 Sur le plan national (statistiques disponibles).

 Sur le plan régional : (Nombre d'unités - % d'utilisation des


capacités, consommation – concurrence - …)

 Sur le plan extérieur : possibilité d'exportation – marché cible - …

 Compétitivité du projet :

 Prix de revient du (des) produit(s)

 Prix de référence des produits similaires à l'importation

 Impact du démantèlement douanier

 Qualité des engagements de la Banque sur le secteur :

 Engagements au contentieux : Nombre d'affaires et


montant global
 Affaires en difficulté : Nombre et montant global des
engagements

Page 58
EXPLOITATION PRÉVISIONNELLE
DÉTAILLÉE
1/ Chiffre d’affaires :

A1 A2 A3 A4 A5
- Taux d'utilisation de la
capacité de production
- Production
- Prix de vente
- Chiffre d'affaires

2/ Achats :

A1 A2 A3 A4 A5
- Quantités consommées
- Prix d'achat
- Montants achats

3/ Charges d’exploitation :

A1 A2 A3 A4 A5
3.1 Frais de personnel

3.2 Impôts et taxes


(PATENTE, TE, TU, …)

3.3 Charges externes


(À DÉTAILLER)

3.4 Frais Financiers

Page 59
3.5 Amortissements :
Rubriques Montant Taux A1 A2 A3 A4 A5

Page 60
COMPTE D’EXPLOITATION
PRÉVISIONNELLE
(EN MDH)
A1 A2 A3 A4 A5

1. CHIFFRE D'AFFAIRES

2. Achats

3. Marge (1 – 2)

Charges d'exploitation

4. Frais Personnel

5. Autres Charges

6. Frais Financiers

7. Impôts & taxes

8. Amortissements

9. Total (4+5+6+7+8)

10. Résultats (3 – 9)

11. Reprise pertes

12. Résultats avant


impôts (10 – 11)

12. IS

13. Résultat Net


(12 – 13)
14. Cash Flow

Page 61
(8 + 14)

Page 62
CALCUL DU BESOIN EN FOND DE
ROULEMENT (EN MDH)

A1 A2 A3 A4 A5

Besoins

- Stocks
Matières 1ères

PRODUITS ½ FINIS
Produits finis
- Clients

- Trésorerie

1- Total besoins

Ressources

- Fournisseurs

- Crédits d'exploitation
(ASM - Escompte,…)

2- Total Ressources

3- B/FDR (1) - (2)

4- FDR existant

5- B/FDR additionnel ou
excédent (3) – (4)

Page 63
TRÉSORERIE PRÉVISIONNELLE (EN MDH)

A. Besoins A1 A2 A3 A4 A5

1. Programme d' investissement


2. CAsh flow négatif
3. Remboursement
- CMT & CLT en cours
- CMT ou CLT sollicité

Total (a) = (1+2+3)

B. Ressources

4. Autofinancement
. Capital
. C/C associés
. Prélèvement / FDR
5. CMT ou CLT sollicité
6. Autres
7. Cash flow

Total (b) = (4+5+6+7)

C. Soldes de trésorerie (B –

Page 64
A)

D. Soldes cumulés

Page 65
PROPOSITION DE COTATION

Taille : Petite & moyenne entreprise


Nature :  

CRITERES NOTES
* QUALITE DES ENGAGEMENTS  
* SITUATION FINANCIERE  
- Equilibre de la structure financière :
-Rentabilité :  
* TAUX D'ENDETTEMENT  
* GARANTIES DETENUES  
* APPRECIATION DES PRINCIPAUX ACTIONNAIRES OU DIRIGEANTS
* SITUATION DU SECTEUR D'ACTIVITE  
TOTAL
COTATION
* TAUX APPLIQUES ACTUELLEMENT :
-CCT par décaissement hors export :  
-CCT ACNE et Pref Export :  
-Cautions et avals :  
-Credocs :  
-Crédit moyen terme : 5,50%
-Crédit Long Terme : 6,75% / 7,25%
Taux
TAUX PREFERENTIEL DE LA COTATION SELON CIRCULAIRE : demandés
par le client
-CCT par décaissement hors export :  
-CCT ACNE et Pref Export :  
-Cautions et avals :  
-Credocs :    
-Crédit moyen terme : 5,50%  
-Crédit Long Terme : 6,75%/7,25%  
* TAUX FIXES PAR LE COMITE :
-CCT par décaissement hors export :  
-CCT ACNE et Pref Export :  
-Cautions et avals :  
-Credocs :  
-Crédit moyen terme : 5,50%
-Crédit Long Terme : 6,75% / 7,25%

Page 66
ETAT RÉCAPITULATIF DES ENGAGEMENTS
SUR LE GROUPE
(en mDH)

Nom ou raison Autorisations Encours Dont Echéance


sociale impayés
Numéro de compte
Nature Montant

Mouvements (en m DH)

Garanties détenues

67
Rapport de stage

RENSEIGNEMENTS SUR LES PROMOTEURS


&
LES CAUTIONS
- Nom & Prénom :

- N° de la carte d'identité : - Nationalité :

- Date et Lieu de Naissance:

- Situation de Famille : - Nombre D'enfants :

- Adresse :

- Téléphone :

- Statut de l'habitation : - En propriété :


- En location :

- Relations bancaires :

- Références et expérience professionnelles :

- Profession actuelle :
- Nom & adresse de l'employeur :
- Revenus professionnels annuels (nets) :
- Autres revenus annuels (nets) :

- Surface (patrimoine immobilier et mobilier) : cf. annexe

- Emprunts en cours :

Organismes Objet de Montant Durée Charges Echéances Garanties


l'emprunt par an

Banque Populaire 68
Rapport de stage

SURFACE PATRIMONIALE

- Nom : - Prénom :

- N° CIN :

- N° de compte :

Description des biens Adresse Estimation Charges inscrites


avec références tiers bénéficiaires
(n° du TF, RC,…)

- Montant des cautions données :

Etabli le……………………….

Banque Populaire 69
Rapport de stage

CANEVAS D’ESTIMATION DU BIEN DONNÉE


EN GARANTIE

Nature du bien
(Terrain nu, immeuble, appartement,
villa, FDC…)
Référence du bien
(N° TF, n° RC,…)
Description :
 Superficie du terrain
 Superficie couverte au sol et totale
 Nombre d'étages
 Nombre de pièces
 Date de la construction
 Qualité des installations, commodités

Adresse exacte du bien :

Affectation : Donné en location 


Montant mensuel du loyer :

INOCCUPÉ 
Occupé par l'emprunteur 
Valeur estimée et Base
d'évaluation (1)

Charges grevant le bien :


Nature de la charge (2) Rang Montant Bénéficiaire Encours

Date de visite des lieux :

Estimation faite par M. : Signature et date :

Banque Populaire 70
Rapport de stage

VALIDATION PAR LE Signature et date :

RESPONSABLE DES
ENGAGEMENTS OU LE
DIRECTEUR DE LA SUCCURSALE
OU LE DIRECTEUR DE LA BPR

(1) Valeur des biens similaires, droit au bail intéressant, facilité de revente,…
(2) Hypothèque, nantissement, saisie, opposition,…

Banque Populaire 71
Rapport de stage

TABLE DES MATIÈRES
Remerciements.....................................................................................................................................4
Introduction..........................................................................................................................................5
Partie I : PRESENTATION GENERALE de l’entreprise......................................................................6
chapitre 1: la banque populaire et ses différents départements..............................................................6
I. La Banque Populaire Régionale et agence ibn toumart:.....................................................................7
1. Présentation :.........................................................................................................................7
2. Agence Ibn Toumart...............................................................................................................7
3. Les produits de la BPR :........................................................................................................10
4. Description des départements et services visités :...............................................................15
Chapitre2: Environnement et Hiérarchie de GBP.................................................................................17
I. Environnement du Groupe Banques Populaires................................................................................. 18
1. Environnement économique.................................................................................................18
2. L’environnement institutionnel.............................................................................................19
3. Environnement juridique......................................................................................................20
4. Filiales..................................................................................................................................20
II. La hiérarchie de groupe banque populaire:.......................................................................................... 21

Partie II : Etude pratique : Cas de la société  BATIKAB  ...............................................................23


Chapitre I: présentation de la société et du dossier d’investissement..................................................23
I. Présentation générale de la société.............................................................................24

II. Présentation du dossier d’investissement :.................................................................24

III. Caractéristiques de l’investissement :.....................................................................25


Chapitre II : l’appréciation de la santé de la société « BATIKAB » sur la base de l'analyse
financière...................................................................................................................................................................... 26
I. Etude du BILAN:..............................................................................................................27

II. L’étude du C.P.C et de l’E.S.G :.......................................................................................31

III. Etude du tableau de financement :...........................................................................33


Banque Populaire 72
Rapport de stage

SYNTHESE GENERALE.................................................................................................................35

Chapitre III : les canevas de crédit d’investissement chez la banque populaire..................................37


I. Fiche de demande de crédit d’investissement........................................................................................... 38
1-Renseignements sur le bénéficiaire :.........................................................................................38
2-Renseignements SUR l’investissement :...................................................................................38
3-Renseignement sur l’état de l’e/se :...........................................................................................38
4-Les Etudes :...............................................................................................................................38
II. Demande de Crédit D’investissement :....................................................................................................... 39
Conclusion...........................................................................................................................................40
BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................................................41

Banque Populaire 73

Vous aimerez peut-être aussi