Vous êtes sur la page 1sur 148

ROYAUME DU MAROC

SECRETARIAT D’ETAT AUPRES DU MINISTERE


DE L’ENERGIE, DES MINES, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT, CHARGE
DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE LA PLANIFICATION DE L’EAU

ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR


D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU
(PDAIRE)
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Marché n° 106/2008/DRPE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT


DE L’EAU ET DE L’ENVIRRONEMENT

VOLUME 3: RESSOURCES EN EAU SOUTERRAINE


VERSION PROVISOIRE

435, lotissement Azzouhour II, Rue Annahda, Ain Itti, 11, rue de la Vanne
92120 Montrouge
BP 12329, Annakhil, 40016, Marrakech France
Tél : +212 24 32 98 17 / 18 Tél: 33 157631422 / Fax: 33157641401
Fax : +212 24 32 98 19 E-mail : international@antea-ingénierie.fr
Site web : http://www.antea-ingenierie
E-mail : info.resing@resing.ma
Site web: www.resing.ma
Table des matières

ROYAUME DU MAROC _____________________________________________________ 1


DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE LA PLANIFICATION DE L’EAU _________ 1
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA _________________________________ 1
VERSION PROVISOIRE ____________________________________________________ 1
Table des matières ________________________________________________________ 2
Liste des tableaux_________________________________________________________ 3
Liste des figures __________________________________________________________ 3
1. INTRODUCTION_______________________________________________________ 7
2. DEMARCHE METHODOLOGIQUE_______________________________________ 7
2.1 LA DEMARCHE ___________________________________________________________ 7
2.2 DOCUMENTATION DISPONIBLE ______________________________________________ 9
2.3 LES MONOGRAPHIES DE UNITES HYDROGEOLOGIQUES __________________________ 11
3. Contexte géologique ____________________________________________________ 11
3.1 CONTEXTE GENERAL _____________________________________________________ 11
3.2 STRATIGRAPHIE _________________________________________________________ 14
3.2.1 Haut Drâa ___________________________________________________________________ 14
3.2.2 Moyen Draa _________________________________________________________________ 16
3.2.3 Bas Drâa ____________________________________________________________________ 16
4. Les formationS aquifèreS du Haut Draa____________________________________ 17
5. Nappes alluviales ______________________________________________________ 20
5.1 Partie occidentale ________________________________________________________ 20
5.1.1 Les nappes alluviales associée à l’oued Ouarzazate ___________________________________ 20
5.1.2 Les nappes alluviales associée à l’oued Douchen _____________________________________ 33
5.2 Partie orientale __________________________________________________________ 39
5.2.1 Les nappes alluviales __________________________________________________________ 39
6. Nappes profondes ______________________________________________________ 49
6.1 Partie occidentale ________________________________________________________ 49
6.1.1 Formations anciennes métamorphique (schistes, gneiss…) _____________________________ 49
6.1.2 Formation aquifère dans les séries sédimentaires _____________________________________ 49
6.2 Partie orientale __________________________________________________________ 55
7. Les formations aquifère du Moyen Drâa____________________________________ 56
7.1 NAPPES ALLUVIALES _____________________________________________________ 58
7.1.1 Unité de Mezguita_____________________________________________________________ 59
7.1.2 Unité de Tinzouline____________________________________________________________ 67
7.1.3 Unité de Ternata ______________________________________________________________ 76
7.1.4 Unité de Fezouata _____________________________________________________________ 82
7.1.5 Unité de Ktaoua ______________________________________________________________ 90
7.1.6 Unité de M’Hamid ____________________________________________________________ 96
7.1.7 Unité de Foum Zagora ________________________________________________________ 104
7.2 NAPPES DU SOCLE _______________________________________________________ 108
7.2.1 Formations magmatiques et cristallines du Précambrien. ______________________________ 109
7.2.2 Formations calcaires du Géorgien-Adoudounien.____________________________________ 109
7.2.3 Formations plissées de jbel Bani_________________________________________________ 109
8. Les formations aquifère du Bas Drâa _____________________________________ 110
8.1 NAPPES ALLUVIALES ____________________________________________________ 112
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique 3
du Draa

8.1.1 Unité de foum Zguid__________________________________________________________ 113


8.4 UNITE D’AKKA _________________________________________________________ 132
8.5 UNITE D’AIT OUABELLI __________________________________________________ 135
8.6 UNITE DE FOUM EL HASSAN-ICHT _________________________________________ 137
8.8 HAMADA DU DRAA ______________________________________________________ 141
8.8.1 Jbel Ouarkziz _______________________________________________________________ 141
8.8.2 Dépression de la bétana________________________________________________________ 142
8.9 UNITE DE BEN KHLIL ____________________________________________________ 142
8.10 EAUX PROFONDES _______________________________________________________ 143
8.10.1 Eaux des quartzites du Bani __________________________________________________ 143
8.10.2 Eaux des Richs divonien ____________________________________________________ 143

Liste des tableaux

Tableau 1 : Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques des principales formations du


Moyen Drâa .......................................................................................................................16
Tableau 2: Stratigraphie des principales formations du Bas Drâa ............................................17
Tableau 3 : Caractéristiques hydrodynamiques de la nappe de Tikirt.......................................24
Tableau 4 : Caractéristiques hydrodynamiques de la nappe alluviale de Ouarzazate ...............31
Tableau 5 : Caractéristiques des points d’eau d’Ait Douchen aval ...........................................39
Tableau 6 : Bilan de la nappe alluviale de Dadès M’Goun (2010) ..........................................44
Tableau 7 : Caractéristiques des points d’eau d’essai de pompage ...........................................52
Tableau 8 : Points d’eau captant la nappe semi profonde d’Ouarzazate ...................................53
Tableau 9 –Valeurs de transmissivités de la nappe profonde de Ouarzazate ............................54
Tableau 10 : La salinité des points d’eau de la nappe profonde de Ouarzazate ........................55
Tableau 12. Paramètres hydrodynamiques de l’aquifère de Ternata.........................................79
Tableau 13 Bilan moyen de la nappe alluviale de Fezouata (Données en Mm3) ......................90
Tableau 14. Productivité des ouvrages captant la nappe de Foum Zagora..............................107
Tableau 15. Bilan de la nappe de Foum Zagora ......................................................................108
Tableau 17. Analyses d’eau des palmeraies de Foum Zguid ...................................................126
Tableau 18: Analyse des eaux de l’unité de Tata ....................................................................130

Liste des figures

Figure 1 : Carte Géologique du Bassin du Drâa ........................................................................13


Figure 2 : Colonnes stratigraphiques synthétiques du bassin d'Ouarzazate (d’après Jossen &
Filali Moutei 1988)²...........................................................................................................15
Figure 3. Systèmes aquifères du Haut Draa .....................................................................19
Figure 4 : Image satellitaire de la nappe de Tikkert ..................................................................20
Figure 5 : Coupes stratigraphiques de la zone de Tikert au niveau d’oued Imini .....................21
Figure 6 : Profil synthétique des formations aquifères à nappe alluviale de Tikert le long
d’oued Imini.......................................................................................................................22
Figure 7 : Carte de situation des points d’eau de la nappe de Tikert.........................................22
Figure 8 : Carte des profondeurs totales des ouvrages de la nappe de Tikert ...........................23
Figure 9 : répartition des points d’eau de la nappe de Tikert selon les profondeurs de
l’eau...................................................................................................................................23
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique 4
du Draa

Figure 10 : Carte des résidus secs de la nappe alluviale Tikirt (1986) ......................................24
Figure 11 : Image satellitaire de la nappe de Ouarzazate ..........................................................26
Figure 12 : Coupes stratigraphiques détaillées de la plaine de Ouarzazate...............................27
Figure 13 : Profil WNW-ESE au niveau de la plaine de Ouarzazate ........................................28
Figure 14 : Carte de situation des points d’eau de la nappe de Ouarzazate...............................28
Figure 15 : répartition des points d’eau de la nappe de Ouarzazate par type. ...........................29
Figure 16 : Carte des profondeurs totales des ouvrages de la nappe de Ouarzazate ................29
Figure 17 : répartition des captages et sondages d’eau souterraine selon la profondeur...........30
Figure 18 : Réseau de contrôle de la nappe alluviale de Ouarzazate.........................................30
Figure 19 : Fluctuation des niveaux de la nappe de Ouarzazate................................................31
Figure 20: Carte des résidus Sec de la nappe alluviale de Ouarzazate -1986- (d’après PDAE
des bassins .........................................................................................................................32
Figure 21 : Image satellitaire de la nappe alluviale de Taznakht ..............................................33
Figure 22 : Coupes stratigraphiques de la plaine de Taznakht ..................................................34
Figure 23 : Carte de situation des points d’eau de la nappe de Taznakht..................................34
Figure 24 : répartition des points d’eau de la nappe de Taznakht classés par type....35
Figure 25 : répartition des points d’eau selon la profondeur de l’eau .......................................35
Figure 26 : répartition des points d’eau selon leur profondeur totale........................................35
Figure 27 : Carte des profondeurs totales des ouvrages de la nappe de Taznakht ....................35
Figure 28 : répartition des captage de la nappe de Taznakht selon la productivité ...................36
Figure 29 : Réseau de suivi piézomètrique................................................................................36
Figure 30 : Fluctuation piézomètrique du niveau de la nappe de Taznakht .............................37
Figure 31 : Carte des résidus secs de la nappe de Taznakht......................................................37
Figure 32 : répartition des points d’eau selon effectif des points d’eau selon leur salinité.......38
Figure 33 : Image satellitaire de la nappe d’Ait Douchen aval .................................................38
Figure 34 : Image satellitaire de la nappe de Dadès M’Goun ...................................................39
Figure 35 : Coupes stratigraphiques de la nappe de Dadès M’Goun ........................................41
Figure 36 : carte piézométrique de la nappe alluviale du M’goun Dadès .................................42
Figure 37 : Situation du réseau de contrôle de la surface piézométrique de la nappe de Dadès-
M’Goun..............................................................................................................................43
Figure 38 : Fluctuation du niveau piézométrique de la nappe de Dadès ...................................43
Figure 39 : Carte de la salinité des eaux de la nappe de Dadès M’Goun ..................................44
Figure 40: Image satellitaire de la nappe de Skoura..................................................................45
Figure 41 : Coupes stratigraphiques de la zone de Skoura (élaboré à patir des fichiers IRE)...46
Figure 42 : Graphique des effectifs des points d’eau de la plaine de Skoura classées selon leur
profondeur totale................................................................................................................47
Figure 43: répartition des points d’eau selon leur salinité.........................................................48
Figure 44 : Coupes stratigraphiques de l’unité de Tikert ..........................................................50
Figure 45 : Profil stratigraphique de la zone de Tikert..............................................................51
Figure 46 :Carte piézomètrique de la nappe profonde de Tikirt -1986- (d’après PDAE des
bassins Sud Atlasiques) .....................................................................................................52
Figure 47 : Carte piézomètrique de la nappe profonde de Ouarzazate 1986- (d’après
PDAE des bassins Sud Atlasiques) .............................................................................54
Figure 48. Systèmes aquifères de la moyenne vallée du Draa ..................................................57
Figure 49 - Carte de localisation des nappes alluviales du moyen Drâa ...................................58
Figure 50. Profil en long du moyen Drâa dans la zone des palmeraies.....................................59
Figure 51. Extension spatiale de la nappe de Mezguita.............................................................59
Figure 52. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Mezguita................................................60
Figure 53. Coupes type des unités alluviales du Moyen Drâa...................................................61
Figure 54. Situation géographiques des points d’eau captant la nappe de Mezguita ................62
Figure 55. Profondeurs totales des points d’eau captant la nappe de Mezguita ........................62
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique 5
du Draa

Figure 56. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ....................................................63


Figure 57. Débits des points d’eau captant la nappe de Mezguita.............................................63
Figure 58. Productivité des captages d’eau souterraine.............................................................64
Figure 59. Carte piézomètrique de la nappe de Mezguita (2003)..............................................65
Figure 60: Evolution Piézomètrique IRE 240/64 -Nappe de Mezguita.....................................65
Figure 61. Salinité des eaux de la nappe de Mezguita...............................................................66
Figure 62. Extension spatiale de la nappe de Tinzouline ..........................................................67
Figure 63. Profil synthétique de la nappe de Tinzouline ...........................................................68
Figure 64. Situation géographique des points d’eau captant la nappe de Tinzouline................69
Figure 65. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Tinzouline ... Erreur ! Signet non défini.
Figure 66. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ....................................................69
Figure 67. Profondeurs totales des points d’eau captant la nappe de Tinzouline......................70
Figure 68. Productivité des captages d’eau souterraine.............................................................70
Figure 69. Transmissivités de l’aquifère de Tinzouline ............................................................71
Figure 70 - Carte piézomètrique de la nappe de Tinzouline –Année 2003-..............................72
Figure 71 - Carte des épaisseurs saturées de la nappe de Tinzouline (2003) ............................72
Figure 72. Evolution piézomètrique du piézomètre IRE 233/64...............................................73
Figure 73. Evolution piézomètrique du piézomètre IRE 793/73...............................................73
Figure 74. Evolution piézomètrique du piézomètre IRE 838/73...............................................74
Figure 75. Salinité des eaux de la nappe de Tinzouline ............................................................74
Figure 76. Carte de salinité de la nappe alluviale de Tinzouline...............................................75
Figure 77.Extension spatiale de la nappe de Ternata ................................................................76
Figure 78. Situation géographique des points d’eau captant la nappe de Ternata.....................77
Figure 79 - Profondeurs totales des points d’eau captant la nappe de Ternata..........................78
Figure 80. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ....................................................78
Figure 81 - Carte piézomètrique de la nappe de Ternata (2003) ...............................................80
Figure 82. Salinité des eaux de la nappe de Mezguita...............................................................80
Figure 83 - Suivis piézomètriques de la nappe de Ternata........................................................81
Figure 84. Extension spatiale de la nappe de Fezouata .............................................................82
Figure 85 : coupe synthétique de la nappe de Fezouata ............................................................83
Figure 86 - Logs stratigraphiques des points d’eau ...................................................................84
Figure 87. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Fezouata ................................................85
Figure 88. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ....................................................85
Figure 89. Productivité des captages d’eau souterraine.............................................................86
Figure 90 - Carte piézomètrique de la nappe de Mezguita (2003) ............................................87
Figure 91. Composition chimique des eaux souterraines de la nappe ..........................88
Figure 92. Suivis piézomètriques de la nappe de Fezouata .......................................................89
Figure 93. Extension spatiale de la nappe de Ktaoua ................................................................90
Figure 94. Logs stratigraphiques des points d’eau IRE 421/82, 423/82 et 430/82....................91
Figure 95. Profil synthétique de la nappe de Ktaoua.................................................................91
Figure 96. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Ktaoua ...................................................92
Figure 97. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ....................................................92
Figure 98. Productivité des captages d’eau souterraine.............................................................93
Figure 99. Carte piézomètrique de la nappe de Ktaoua –Année 2003- .....................................94
Figure 100. Suivis piézomètriques de la nappe de Ktaoua........................................................95
Figure 101. Extension spatiale de la nappe de M’Hamid..........................................................96
Figure 102. Logs stratigraphiques des points d’eau IRE 402/82, 411/82, 420/82, 691/82 .......97
Figure 103. Profil synthètique de la nappe de M’Hamid...........................................................98
Figure 104 : point d’eau inventoriés sur le fichier IRE .............................................................99
Figure 105. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ..................................................99
Figure 106. Productivité des captages d’eau souterraine.........................................................100
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique 6
du Draa

Figure 107 carte de la piézométrie de la nappe de M’hamid...................................................101


Figure 108 carte des épaisseurs saturées de la nappe de M’hamid..........................................101
Figure 109. Suivis piézométriques de la nappe de M’Hamid dans les piézomètres
109/82,234/82,239/82, 406/82.........................................................................................102
Figure 110. Suivis piézométriques de la nappe de M’Hamid dans les piézomètres
108/82,577/82,578/82, 579/82.........................................................................................103
Figure 111. Extension spatiale de la nappe de foum Zagora...................................................104
Figure 112 - Profil synthétique de la nappe de Foum Zagora .................................................105
Figure 113 Carte des points d’eau captant la nappe de Foum Zagora.....................................106
Figure 114. Profondeur totale des captages d’eau souterraine ................................................106
Figure 115 : carte piézométrique de la nappe de Foum Zagora ..............................................107
Figure 116 - Nappes aquifères du bas Draa.............................................................................111
Figure 117. Carte de localisation des nappes alluviales du Bas Drâa .....................................113
Figure 118. Extension spatiale de l’unité de Foum Zguid.......................................................114
Figure 119 : Contexte hydrogéologique de l’Unité de foum Zguid .......................................114
Figure 120.Points d’eau inventoriés dans l’unité de Foum Zguid...........................................115
Figure 121. Situation géographique des points d’eau captant l’unité de Foum Zguid ............117
Figure 122.Profondeurs totales des points d’eau captant l’unité de Foum Zguid ...................118
Figure 123. Débits des points d’eau captant l’unité de Foum Zguid.......................................119
Figure 124. Extension spatiale de l’unité de Tissint................................................................122
Figure 125 : Contexte hydrogéologique de l’unité de Tissint .................................................122
Figure 126.Points d’eau inventoriés dans l’unité de Tissint....................................................123
Figure 127. Situation géographique des points d’eau captant l’unité de Tissint .....................125
Figure 128. Extension spatiale de l’unité de Tata....................................................................127
Figure 129 : Contexte hydrogéologique de l’unité de Tata .....................................................128
Figure 130. Situation géographique des points du fichier IRE (unité de Tata) .......................129
Figure 131. Suivis piézomètriques de l’unité de Tata .............................................................131
Figure 132 -Extension spatiale de l’unité d’Akka ...................................................................132
Figure 133. Contexte hydrogéologique de l’unité d’Akka ......................................................133
Figure 134 points IRE de ‘Unité d’Akka.................................................................................134
Figure 135.Extension spatiale de l’unité d’Ait Ouabelli .........................................................136
Figure 136. Extension spatiale de l’unité de Foum El Hassan-Icht.........................................138
Figure 137.Contexte hydrogéologique de l’unité de foum El Hassan-Icht .............................138
Figure 138. Extension spatiale de l’unité de Foum Assa.........................................................140

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa 7

1. INTRODUCTION
Le présent document intitulé “Volume 3 : Ressources en eau souterraine” entre dans le cadre de la
Mission 1 de “l’Etude d’Actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en
Eau (PDAIRE) du Bassin Hydraulique du Drâa”. Cette mission porte sur l’Evaluation des
Ressources en Eau ” et porte sur l’actualisation de l’état de connaissance des ressources en eau
souterraine des unités hydrogéologiques du bassin du Drâa, en particulier, elle traite :
ƒ La caractérisation géologique, hydrodynamique et hydrochimique des unités
hydrogéologiques;
ƒ L’analyse de l’évolution des ressources en eaux souterraines (piézométrie, prélèvements,
ect.)
ƒ l'évaluation du potentiel des ressources en eau souterraine ;
ƒ L’établissement du bilan hydraulique de chaque unité hydrogéologique.
La réalisation de ces tâches est cependant tributaire de la disponibilité de données qui est très
inégale d’un bassin à l’autre. Pour la clarté de l’exposé, les unités hydrogélogiques seront traités
par sous-bassin : haut, moyen et bas Draa.

2. DEMARCHE METHODOLOGIQUE

2.1 LA DEMARCHE
Telle qu’elles sont conçues, les études pour l’élaboration des PDAIRE supposent la réalisation par
l’Administration, en l’occurrence les agences de bassins, de plusieurs études préliminaires dont,
notamment :
− l’inventaire des points d’eau et des prélèvements ;
− l’étude hydrogéologique du bassin et l’établissement de modèles de simulation des systèmes
aquifères importants dans le bassin,
− l’étude hydrologique et l’actualisation des séries d’apports des principaux oueds.
Sur la base de ces études, l’élaboration d’un PDAIRE se doit donc de procéder à des
compléments d’investigations (documentaires et de terrains) pour une mise à jour de ces études
préliminaires et effectuer des zooms sur les situations particulières, en vue d’apporter les
éclairages requis pour le diagnostic de la situation actuelle et la formulation des options du
PDAIRE.
Dans le cas du bassin du Draa, l’IC s’est confronté à des difficultés réelles émanent du fait que ces
études préliminaires n’ont pas été réalisées avant le lancement de l’étude PDAIRE1. Ces difficultés
ont été contournées par l’IC, dans la mesure du possible, en procédant à une méthodologie basée
sur (i) l’analyse de la documentation analytique existante (rapports et études antérieures),
l’analyse de la documentation brute (données quantitative et qualitatives sur les points d’eau2,

1
L’ABHSM vient de lancer les études d’évaluation des ressources en eau de surface (AO 81/2010 du 18 Mai 2010, pour une durée
de 6 mois) et des eaux souterraines (AO 79/2010 du 18 Mai 2010, pour une durée 12 mois). Ces études comportent également
l’inventaire des points d’eau.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa 8

coupes de forages, rapports de campagnes géophysiques, ..), et (iii) des missions


complémentaires de terrains.
De manière générale, la documentation existante sur les ressources en eau provient
principalement de l’Administration de l’Hydraulique, ainsi que des organismes opérant dans
différents secteurs de la gestion et l’utilisation de l’eau, notamment l’ORMVA-Ouarzazate, les DPA
de Tata et Tan Tan, l’ONEP, les services de l’eau. Une liste détaillée de cette documentation est
fournie dans la section documentation disponible.
Dans cette démarche, une attention particulière a été donnée aux aspects liés à (i) l’inventaire des
aquifères, (ii) la caractérisation hydrodynamique des systèmes aquifères et (iii) les bilans
hydrauliques des systèmes aquifères.
a) Inventaire des systèmes aquifères : le Bassin du Draa contient un grand nombre d’aquifères
de plus ou moins de grande extension. Ces nappes sont connues à des degrés très variés.
Certaines très peu ou pas du tout. Les aquifères profonds ne bénéficient que de très peu de
données. Dans le cadre de la présente étude, une approche suivant la subdivision classique
Haut Draa, Moyen Draa et Bas Draa a été adoptée étant donnée qu’à l’intérieur de chacun de
ces sous bassins, le contexte géomorphologique et climatique aboutissant à la formation de
nappes aquifères sont assez homogène.
Dans le cadre de la présente étude, l’inventaire des systèmes aquifères a été réalisé sur la
base de la documentation existante. Des sorties sur le terrain ont permis de confirmer et
d’apporter des éclairages utiles pour comprendre certains aspects liés au niveau d’exploitation
des nappes et l’utilisation des eaux. Pour chaque nappe inventoriée, une monographie
succincte a été élaborée.
b) Caractérisation hydrodynamique des systèmes aquifères : Les données sur les
paramètres hydrodynamiques sont très éparses pour plusieurs aquifères, comme c’est le cas
des nappes du Haut Drâa, des nappes liées aux Foums et nappes profondes. Des estimations
basées sur les données existantes et/ou empruntées aux d’études de systèmes aquifères
similaires ont été adoptées. Lorsque des essais de débit de résultats de tests de sondages de
reconnaissance existent, les évaluations des paramètres hydrodynamiques qui en découlent
ont été intégrées aux bases de données et des cartes donnant leurs répartitions spatiales
établies quand la densité des valeurs disponibles le permettait.
c) Bilans hydrauliques des systèmes aquifères : L’établissement des bilans hydrauliques
constitue un élément central pour les études PDAIRE. Il est déterminent pour l’analyse des
scénarios et l’identification des composantes du plan d’aménagement des ressources en eaux.
Les paramètres qui entrent en jeu pour l’établissement des bilans portent sur les entrées et les
sorties. Ces derniers font intervenir des données d’ordre climatique (précipitation,
évaporation..), hydraulique (ruissellement, résurgences, infiltration, échanges profonds entre
nappes.. ), agronomique (assolement, évapotranspiration, irrigation.. ).
A partir d’estimations basées sur les données disponibles, l’étude a établi pour chacune des
principales nappes un bilan approximatif donnant une première approximation de l’état
d’équilibre des systèmes aquifères. Le cas des nappes liées aux périmètres de la grande
irrigation, les données fournies par l’ORMVA-Ouarzazate sont relativement précises (lâchés du
barrage Mansour Eddahbi, efficience de l’irrigation, besoins en eau des cultures..). Ceci permet
des estimations relativement fiables de bilans hydriques.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa 9

2.2 DOCUMENTATION DISPONIBLE


L’élaboration du rapport d’évaluation des ressources en eau souterraine dans le bassin du Drâa
s’est appuyée sur une documentation large et diversifiée portant directement sur des aspects liées
aux ressources en eau (climatologie, hydrologie, géologie et hydrogéologie) ou des aspects liés à
l’utilisation des eaux (AEP, Agriculture, mines..).
Parmi ces études, celle relative au "Plan Directeur des Bassins Sud Atlasiques" élaborée en 19963
constitue l’état de référence en matière de connaissance des eaux souterraines. La présente étude
du PDAIRE reprend cet état comme point de départ pour l’actualisation de la connaissance des
différents systèmes aquifères de la région.
En plus de cette étude de référence, d’autres études ont été consultées. La liste de ces études est
comme suit :

- Etude du schéma d’aménagement des ressources en eau des bassins oasiens de la


province de Tata-2008- Agence pour la Promotion et le Développement Economique et
Social des Provinces du Sud [1] ;

- Travaux de forages de reconnaissance dans les provinces d’Ouarzazate et Zagora,


Rapport fin des travaux-2008-DRPE [2] ;

- Etude de dégagement des ressources en eau dans la région de Tan Tan-2007-ONEP [3] ;

- Elaboration du dossier de base pour l’étude d’aménagement en amont du barrage d’El


Mansour Eddahbi-2007- Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la
désertification [4];

- Les khettaras de Skoura, un système d’irrigation traditionnel en danger de disparition dans


un contexte d’aridification croissante- Mémoire d’ingénieur -2005- M. Salieti [5];

- Monographie des ressources en eau du bassin du Haut Drâa-2003-ABHSM [6];

- Monographie des ressources en eau du bassin du Moyen Drâa-2003-ABHSM [7] ;

- Monographie des ressources en eau du bassin du Bas Drâa-2003-ABHSM [8];

- Etude de la recharge artificielle des nappes dans les bassins du Loukkos, du Sebou, de
Bouregreg, de Tensift et de Draa-DRPE [9];

- Etude de dégagement des ressources en eau dans la Province de Zagora – 2003- ONEP
[10] ;

- Travaux de reconnaissance par forages dans les provinces d’Ouarzazate et Zagora-2003-


ABHSM [11];

- Elaboration du schéma directeur de la province de Ouarzazate pour l’approvisionnement


en eau potable des populations rurales et la définition des projets-2002 – DRHSM [12];

- Schéma directeur des aménagements de PMH dans les CR d’Iknioun cercle de Boumalne
et Ait El Farssi cercle de Tinghir Province de Ouarzazate-2002-ORMVAO [13] ;

3
Vue les retards accusés dans l’élaboration de cette études, les données qu’elle contient datent souvent d’avant 1990.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa 10

- Etude d’approvisionnement en eau potable des populations rurales de la Province de


Zagora – 2001- ONEP [14];

- Etude par prospection électrique : Tagounite, M’Hamid et Zagora -2001- ONEP [15];

- Projet de réhabilitation de périmètres de Petite et Moyenne Hydraulique (PMH) dans la


vallée u Dadés-1999-ORMVAO [16]

- Hydrogéologie de la vallée du Drâa Moyen, thèse de doctorat d’université -1996-


J.Chamayou [17];

- Etude d’amélioration de l’exploitation des systèmes d’irrigation et de drainage de


l’ORMVAO-1995- ORMVAO [18] ;

- Etude des nappes profondes du bassin de Ouarzazate -1989- DRPE [19];

- Etude de la nappe de Tikirt (Province de Ouarzazate) -1989- DRPE [20];

- Le bassin de Ouarzazate, synthèse stratigraphique et structurale-1988- J-A. Jossen et J.


Filali [21];

- Etude géologique et hydrogéologique du secteur ouest du bassin d’Ouarzazate (Région


Ouarzazate-Tikirt), Mémoire d’ingénieur d’état -1986- J.Khalil et A. Rachach [22];

- Carte au 1/500 000 de Marrakech qui couvre le Bas Drâa et la carte 1/500 000 de
Ouarzazate qui couvre le Haut et le Moyen Drâa et la partie amont du Bas Drâa [23]

- La documentation (rapports, mémoires..) du projet IMPETUS[24],


D’autre part, les bases de données de l’ABHSMD et la base de données BADRE21 ont été
consultées. La base de données IRE disponible (Annexe 1) en partie en numérique et en partie sur
papier au niveau des services de l’eau de la Région (Ouarzazate, Tata et Tan Tan) a été analysée
et exploitée. Dans ce cadre, les fiches de forages, sondages et puits ont été compilées en portant
une attention particulière sur les réalisations récentes en matière de forages et de sondages de
reconnaissance. Les pompages d’essai réalisés ainsi que les données quantitatives et qualitatives
des ressources en eau souterraine ont été exploités.
Par ailleurs, l’aire du PDAIRE est couverte totalement par la cartographie géologique au 1/500
000. Les cartes suivantes ont été scannées et géoréférencées sur le SIG :
- Carte géologique de Marrakech ;
- Carte géologique de Ouarzazate.
La région bénéficie aussi d’une couverture topographique satisfaisante, Au total, 45 cartes
topographiques à l’échelle 1/100 000 ont été scannées et géoréferencées : Tinerhir, Zaouiat
Ahançal, Bomalne, QalaatM’Gouna, Skoura, Telouat, Oukaimeden-Toubkal, Taliwine, Taznakht,
Ouarzazat, Agdz, Tazarine, Tarhbalt, Hassi Bou Haiara, Zagora, El Gloa, Foum Zguit, Açdif,
Masmouda, Tagounite, Zaouia Sidi Abdenbi, Mdaouer, Tissint, Tata, Tleta de Tagmoute,
Tafraoute, Foum El Hassane, Akka, Ain Bou Mellous, Oued Branes, Tafagount, Talrhaicht, Assa,
Fask, Goulimine, Tafnidilt, Cap Draa, Tan-Tan, Hassi Arsane, Hassi Bou Al Mamra, Hassi Bou
Talha, Hassi Rtem, Hassi Targant, Merkala.
La carte des systèmes aquifères du Maroc à l’échelle 1/1 000 000 a été également scannée et
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa 11

géoréferencée.

2.3 LES MONOGRAPHIES DE UNITES HYDROGEOLOGIQUES

Dans le cadre de la présente étude, l’inventaire des formations aquifères a été affiné et a abouti à
une cartographie des systèmes aquifères par sous bassin. Les sections qui suivent présenteront
cet inventaire sous forme d’une monographie pour chaque formation. Ces monographies
adopteront un canevas identique qui reprend l’ensemble des aspects géométrique, géologiques,
hydrodynamique, géochimique, hydraulique, etc. Le niveau de détail dépendra des données
disponibles pour chaque formation. Ce canevas est comme suit :

A- Extension spatiale
B- Caractéristiques de l’aquifère
C- Puissance de l’aquifère
D- Points d’eau
E- Profondeur totale
F- Profondeur de l’eau
G- Productivité
H- Paramètres hydrodynamiques
I- Piézométrie
J- Géochimie
K- Essai de bilan hydraulique.

3. CONTEXTE GEOLOGIQUE

Cette section a pour objet de décrire le contexte géologique et d’en sortir les éléments qui
favorisent l’existence de formations aquifères. Cette description se base sur :

ƒ Une revue bibliographique comprenant les principaux documents de référence intéressant


la zone d’étude,
ƒ Une relecture de la carte géologique4, assortie des interprétations et compléments ajoutés
a l’occasion de cette présente étude.
ƒ Observations de terrain à l’occasion des sorties de l’équipe du projet au niveau de la
région.

3.1 CONTEXTE GENERAL

Le bassin hydraulique de Draa est subdivisé en trois sous bassins principaux dont les
caractéristiques géologiques régionales sont décrites ci-dessous (Fig 1) :
Le Haut Draa, l’unité médiane du sillon Sud atlasique, forme une vaste dépression entre le Haut-
Atlas au Nord et l'Anti-Atlas au Sud. Il se présente sous forme d'un haut plateau, généralement
peu accidenté sauf sur sa bordure nord dans la zone plissée sud atlasique. Il comporte
essentiellement, des sédiments épicontinentaux et continentaux d'âges secondaire et tertiaire peu
puissants. Aux époques géologiques plus anciennes, le bassin n'a été que la zone de rivage des

4
Carte au 1/500 000 de Marrakech qui couvre le Bas Drâa et la carte 1/500 000 de Ouarzazate qui couvre le Haut et le Moyen
Drâa et la partie amont du Bas Drâa
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa 12

formations, jurassiques et triasiques, largement représentées au Nord dans le Haut Atlas alors
qu’elles sont totalement absentes au Sud, dans le socle antécambrien du Jbel Sarhro.
Le Moyen Draa fait partie du domaine géologique de l'Anti-Atlas et du Bani ; les formations
géologiques qui le constituent sont d’âges variés allant du Précambrien jusqu’au Quaternaire. Les
horizons précambriens y affleurent en faveur de multiples massifs et boutonnières constitués de
terrains granitisés, magmatisés et métamorphisés. Sur ces termes, repose en discordance
angulaire une couverture sédimentaire paléozoïque, elle-même recouverte de terrains
mésozoïques, cénozoïques puis quaternaires.
Le Bas Draa est marquée par des formations précambriennes constituées essentiellement de
roches ignées et volcaniques (affleurant au centre de la chaîne) au Sud de la zone axiale de l’Anti-
Atlas, surmontées d’une couverture sédimentaire de calcaires, schistes et grès de l’infracambrien
et du géorgien (auréole sédimentaire de la zone axiale), par une structure monoclinale, s’étendant
sur un axe quasi-rectiligne d’orientation ENE-WSW sur plus de 300 km de long, dont le Jbel Bani
est une arête constituée de quartzites ordoviciens ; et par les terrains des Jbel Richs dévoniens au
Sud du Bani qui sont affectés de structures particulières d’interférences de plis (Burkhard et al.
2006).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 1 : Carte Géologique du Bassin du Drâa5

5
Légende : Annexe 2
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

3.2 STRATIGRAPHIE
3.2.1 HAUT DRAA

Le cycle tectogénétique du Haut Atlas a débuté par des dépôts permo-triasiques discordants sur le
substratum précambrien et paléozoïque [24]. Le Trias est représenté par une épaisse série
sédimentaire rouge déposée au sein d’un bassin structuré en horsts et grabens, ce qui explique les
importantes variations d’épaisseur. Au sud du Haut Atlas, le Trias est absent, et ce sont les couches
rouges du Jurassique continental qui reposent directement en discordance sur le socle paléozoïque
(Carte géologique du Maroc au 1/500 000, feuille Ouarzazate) ; en revanche, au nord, se déposent
d’épais sédiments marins argileux fins, à intercalations de couches de sel et dont l’origine du
matériel détritique est vraisemblablement l’arrière pays antiatlasique soumis à l’érosion [25]. La fin du
Trias et le début du Jurassique sont marqués par des coulées basaltiques en relation avec le rifting
de l’Océan
Deux faciès du Jurassique sont décrits dans le versant sud du Haut Atlas: le "Jurassique carbonaté"
du Lias inférieur et moyen, pouvant atteindre 1500 m d’épaisseur, et le "Jurassique continental"
détritique formé de grès et de conglomérats. Les dépôts diminuent rapidement d’épaisseur en liaison
avec les failles bordières qui limitent la fosse atlasique vers le sud. Le comblement final a eu lieu au
Jurassique moyen par une épaisse série détritique. Le Crétacé inférieur de la bordure nord et de
l'extrémité ouest du bassin est épais de 100 m à 500 m. Il est représenté par des sédiments
détritiques rouges composés de grès et de conglomérats fluviatiles à lagunaires (présence de
lignites et d’évaporites).
La transgression du Cénomano-Turonien a déposé des carbonates ne dépassant pas 30 m
d’épaisseur dans la vallée du Dadès. La barre carbonatée correspondante est subdivisé en deux
unités : les calcaires massifs à Astartes et Exogyres et les calcaires lités à silex [26] (Fig. 2).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 2 : Colonnes stratigraphiques synthétiques du bassin d'Ouarzazate (d’après Jossen & Filali
Moutei 1988)²

Le Sénonien est un ensemble monotone de sables roses et rouges plus ou moins argileux, avec des
lits de gypse fibreux.
Ces formations lagunaires sont épaisses de 50 m à 100 m près du Jbel Saghro et de 250 m à 300 m
dans le bassin d’Imini.
Le Paléocène correspond à un ensemble de calcaires et de grès alternant avec des marnes,
montrant une forte variation latérale de faciès sur de faibles distances. L'Eocène inférieur phosphaté
est subdivisé en plusieurs unités marines représentées par des grès coquilliers et des niveaux
calcaires peu épais, séparés par des horizons marneux et des formations détritiques grossières. La
puissance de cet ensemble est de l'ordre de 40 m, mais elle peut atteindre 100 m à M'goun [27].
L'Eocène moyen, puissant de 30 à 40 m, débute par un ensemble calcaire formé de plusieurs barres
séparées par des niveaux marneux. A l’Eocène supérieur, ces dépôts passent progressivement à
des grès et à des conglomérats continentaux. C’est une série laguno-continentale rouge
essentiellement détritique. Elle se distingue du Sénonien par l’absence de niveaux marins et par la
présence de calcaires lacustres et de conglomérats qui deviennent plus abondants à proximité du
Haut Atlas [28]. Les faciès sont très conglomératiques dans la vallée du Dadès où la puissance
maximale est de 400 m [29]. L’Oligocène et le Mio-Pliocène recouvrent en discordance les
formations sous-jacentes. Leurs faciès sont très variables : grès, sables et conglomérats, calcaires
lacustres et argiles à gypses. A proximité du Haut Atlas, les poudingues grossiers passent à des
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

micro-conglomérats puis à des sables fins gypsifères avec des intercalations de calcaires lacustres.
Localement, se déposent des argiles sableuses et gypseuses. Près de l’Anti-Atlas, les sédiments
sont plus grossiers, sables roses et arènes à galets et cailloux provenant de l’érosion du Jbel
Saghro. L’épaisseur du Mio-Pliocène est évaluée à 1200 m [30].
Au Quaternaire, les dépôts alluviaux se différencient par leur altimétrie et leur faciès [25]. Les
conglomérats des regs anciens et moyens qui couronnent les buttes sont stériles en eau. Les
alluvions récentes qui sont surmontées de limons constituent de très bons réservoirs des nappes
alluviales. Des dépôts lacustres et des travertins liés à des sources affleurent de façon sporadique et
discontinue avec généralement de faibles épaisseurs.

3.2.2 MOYEN DRAA

Le Tableau 1 présente les caractéristiques géologiques (lithostratigraphie) des principales formations


du Moyen Drâa.

Tableau 1 : Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques des principales formations du Moyen


Drâa

Ere Age Lithostratigraphie Perméabilité


Alluvions détritiques parfois des grès
Cénozoique Quaternaire Perméable
à ciment calcaire, conglomérats, limons
Dévonien Séries schisto-gréseuse Peu Perméable
Silurien Séries schisto-gréseuse Peu Perméable
Paléozoique
Ordovicien Schistes, Quartzites, séries gréseuses Peu Perméable
Cambrien Séries schisto-calcaires et grès terminaux Peu Perméable
Conglomérats de base peu épais,
Adoudounien Perméable
calcaires inférieurs, calcaires supérieurs
Précambrien Coulées de rhyolites et d'andhésite avec
Précambrien III intércalation de brèches rhyolitiques et Imperméable
des tufs volcaniques

On peut retenir que les formations les plus productives qui se détachent sont les formations
alluviales du Quaternaire.
Ensuite viennent les séries aplanissement de l’Adoudounien.
Le reste des formations oscillent entre peu perméables pour les niveaux gréseux et quartzitiques à
pratiquement imperméables pour les niveaux du Précambrien III.

3.2.3 BAS DRAA

Le Tableau 2 présente la stratigraphie des principales formations du Bas Drâa.


Comme pour le bassin du Moyen Drâa, les formations les plus productives qui se détachent sont les
formations alluviales du Quaternaire, suivis par les calcaires dolomitiques de l’Adoudounien.
Le reste des formations oscillent entre peu perméables pour les niveaux gréseux et quartzitiques à
pratiquement imperméables pour les niveaux du Précambrien III.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Tableau 2: Stratigraphie des principales formations du Bas Drâa 6


Âge Dénominations de l’étage
Nature des roches
géologique géologique
Quaternaire Formations alluviales grossières, regs, remplissages et limons des vallées,
limons des plaines
DEVONIEN
Schistes, calcaires et grès
SUPERIEUR
DEVONIEN MOYEN Schistes et calcaires
Schistes et calcaires gréseux ferrugineux
er
Assise d’Assa (1 rich) Schistes, calcaires, grès et quartzites
DEVONIEN
INFERIEUR Assise du Mersakhsai
ème Schistes et grès
(2 rich)
Assise d’El Ansar Calcaires, schistes
ème
(3 rich) et grès
Schistes argileux, calcaires noirs
SILURIEN
Schistes et grès
Schistes de Fezouata
Schistes du Tachilla ou Schistes des feijas externes
Grès du Zini
er
1 Bani Grès et quartzites
ORDOVICIEN
Ktaoua inférieur / Rouïd
(Grés de Foum Zguid) Schistes et grès
Aissa
Ktaoua supérieur Argile et grès
ème
2 Bani Grès terminaux
Schistes des feijas internes
CAMBRIEN MOYEN avec « barre de Goulimine Schistes verts à Paradoxides et grès
« ACADIEN » »
Grès du Tabanit Grès et quartzites
« étage d’Amouslek » Série
schisto-calcaire (calcaires Calcaires, dolomies, schistes gris ou violacés
géorgiens)
CAMBRIEN
INFERIEUR « « étage d’Issafen » Schistes verst et violacés avec des niveaux
GEORGIEN » Schistes supérieurs gréseux
« étage d’Asrhir » Grès
Grès
terminaux
« Calcaires inférieurs » et
Dolomies et calcaires dolomitiques avec
conglomérat de base
conglomérats à la base
(calcaires adoudouniens)
INFRACAMBRIEN «
ADOUDOUNIEN » « série lie de vin » «
THALWINIEN » avec« Dolomies litées et schistes violacés
barre de Tata »
« Calcaires supérieurs » Dolomies et calcaires
« série de Tagragra » Granites et métamorphiques
PRECAMBRIEN
« série d’Anzi » Volcaniques et sédimentaires

4. LES FORMATIONS AQUIFERES DU HAUT DRAA

Les ressources en eau souterraine du Haut Drâa sont contenues dans deux types de réservoirs : les
nappes aquifères alluviales (Plioquaternaire) et les nappes aquifères anciens (plus ou moins
profondes (Figure 3).

6
D’après les cartes géologiques 1/500 000 de Marrakech et Ouarzazate et 1/200 000 de Foum El Hassane-Assa, Akka- Tafagount-Tata, Agadir Tissint-
Oued Zemoul, Ouarzazate-Allogoum-Telouet Sud.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

1 Aquifères alluviales
Il s’agit d’un système constitué des formations récentes d’extension significative, contenant des
nappes subordonnées à des cours d’eau qui leur imposent ses niveaux de manière prépondérante
sur tout autre facteur.
En terme de formations aquifères, il y a lieu de faire une distinction importante entre la zone orientale
et la zone occidentale du Haut Draa.
Dans la partie orientale drainée par l’Oued Dadès et son affluent le M’goun. Les plus importantes
nappes quaternaires existant dans cette partie du bassin de Haut Draâ sont : la nappe de Dadès
M’Goun et la nappe de Skoura.
Dans la partie occidentale drainée par l’oued Ouarzazazate, les formations superficielles
constituées de dépôts quaternaires, les quatre principaux aquifères qui occupent cette partie sont, en
allant du nord vers le sud:
ƒ Nappe de Tikert;
ƒ Nappe alluviale de Ouarzazate;
ƒ Nappe d’Ait Douchen aval;
ƒ Nappe de Taznakht.
2 Les aquifères anciens
Dans la partie orientale, les formations calcaires du Haut Atlas prédominant et les impluviums
fortement fracturées et fissurées infiltrent les eaux pluviales et produisent des écoulements pérennes
le long des vallées de ces oueds. Les formations aquifères sont constituées par :
ƒ les calcaires et dolomie du lias ;
ƒ les grés du jurassique où les aquifères sont multicouches à nappes supérieures libres et
nappes inférieures captives possédant des caractéristiques de discontinuité importantes.
Dans la partie occidentale, les terrains du socle métamorphique et granitique imperméable en
masse, sont le siége de circulation d’eau selon des axes préférentiels et dans les franges altérées
aréniques. Le potentiel constitué, fortement influencé par les déficits pluviométriques.
Les principales formations aquifères sont les formations anciennes métamorphiques (schistes,
gneiss…) et les calcaires dolomitiques crétacés et liasiques.
Ces formations constituent des aquifères discontinus avec prédominance de circulations d’eau dans
les arènes, les fissures et les fractures.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 3. Systèmes aquifères du Haut Draa

Source : extrait de la carte des systèmes aquifères du Maroc éditée en 1976

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

5. NAPPES ALLUVIALES

5.1 Partie occidentale


5.1.1 LES NAPPES ALLUVIALES ASSOCIEE A L’OUED OUARZAZATE

Le système aquifère associé à l’oued Ouarzazate ou ses affluents est le résultat du sous
écoulement de ces derniers. Souvent, et en raison des formations encaissantes peu perméables et
de l’étroitesse des vallées en zone de montagne. Ces sous écoulements se limitent à des bandes
étroites autour de l’oued. Souvent, le sous écoulement est peu exploité en raison de l’abondance
des eaux de surfaces en comparaison à la faible étendue des terres agricoles. Les cultures sont
souvent en terrasses irriguées par des seguias issues de prises au fil de l’eau ou captant des
sources. Cependant, lorsque la vallée s’élargie, les dépôts alluviaux devient importants et peuvent
donner lieu, si le contexte géo structural le permet, à des nappes aquifères d’extension
significative. C’est le cas de la nappe de Tikert, de la nappe de Ouarzazate, de la nappe de
Taznakht, et de la nappe d’Ait Douchen aval.

5.1.1.1 LA NAPPE DE TIKERT

Extension spatiale
La nappe de Tikert est située à la confluence des oueds Mellah et Imini et s’étend sur une
superficie de 50 km² le long des deux oueds dans le remplissage alluvial des vallées de ces cours
d’eau (Figure 4).

Figure 4 : Image satellitaire de la nappe de Tikkert

O.Mellah
O.Imini

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Contexte géologique :
L’eau circule dans les formations plioquaternaires très hétérogènes suivant des paléocheneaux
dont les directions sont celles des oueds Imini et Mellah.
Sur la base des sondages mécaniques et géo-électriques, Il est possible d’établir un ensemble
des coupes stratigraphiques (Figure 5) qui montrent de bas en haut la série suivante :
- Le socle du Précambrien représenté par des massifs rhyolitiques, altérés et très fracturés ;
- Le Crétacé constitué par les marnes de Sénonien ;
- Les alluvions récentes formées de galets, graviers, et sable sont peu étendues et peu
épaisses.

Figure 5 : Coupes stratigraphiques de la zone de Tikert au niveau d’oued Imini

Puissance de l’aquifère :
Le profil synthétique de l’aquifère (Figure 6) réalisé à partir des coupes stratigraphiques des
sondages, 780/63 (X= 330790 m ; Y= 448205 m), 752/63 (X=327100 ; Y=451700) et 752/63
(X=321700; Y=453050) montre que l’épaisseur des formations alluvionnaires varie entre 7 en aval
et en amont de la nappe et 17 mètres au centre de la nappe sur l’oued Imini.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 6 : Profil synthétique des formations aquifères à nappe alluviale de Tikert le long d’oued
Imini

Points d’eau :
La carte de la Figure 7 représente la répartition spatiale des points d’eau inventoriés dans la
nappe alluviale de Tikert classés selon leur type. On compte 31 sondages, 22 puits et 5 forages.
Leur profondeur totale varie entre 10 et 185m.
Figure 7 : Carte de situation des points d’eau de la nappe de Tikert

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 8 : Carte des profondeurs totales des ouvrages de la nappe de Tikert

Profondeur de l’eau :
La carte de la répartition spatiale des points d’eau selon la profondeur de l’eau (Figure 8) montre
que la nappe est plus profonde en amont, qu’en aval. La profondeur varie globalement entre
quelques mètres à plus de 10 m (Figure 9).
Figure 9 : répartition des points d’eau de la nappe de Tikert selon les profondeurs de l’eau

30
24
25 22 22

20 18
Effectif %

14
15

10

0
0_4 4_6 6_8 8_12 >12

Profondeur d'eau (m )

Productivité
Les puits et forages sont généralement profond plus de 80% ont une profondeur de plus de 50 m.
Les productivités moyennes est de 6 à 7 l/s, mais varies dans une large intervalle (0,1 à 25 l/s).

Piézométrie
Au niveau de la nappe de Tikert, la carte piézométrique établit dans le cadre de l’étude des
bassins Sud Atlasiques montre, sans surprise, que la physionomie et le gradient de la nappe suit
le sens de l’écoulement dans les deux oueds. Dans le détail, la nappe est radiale à filets

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

convergents; avec un axe principal d'écoulement longe la rive gauche de la vallée coïncidant avec
un paleochenal détecté par la géophysique. La carte montre également la manifestation d’apports
latéraux des Oueds Irriri et Mellah ;
Paramètres hydrodynamiques
Les transmissivités calculées à partir des résultats de quelques points qui ont fait l’objet des essais
de pompage (Tableau 3) varient de 4,2 10-3 au puits 318/63 situé dans la partie nord-ouest de la
nappe entre Taskoukt et Amerzgane à 82,3 10-3 m²/s au point 666/63 avec une moyenne de 25,41
10-3 m²/s. le coefficient d’emmagasinement est de l’ordre de 5%, caractéristique d’une nappe libre.

Tableau 3 : Caractéristiques hydrodynamiques de la nappe de Tikirt

Coefficient
Transmissivité
N° IRE/63 X Y -3 d'emmagasinement
(10 m²/s)
%
160 330000 449000 1,9 9
316 334750 443450 9,4 7
317 - - 9,1 7
318 326800 450450 4,2
341 326700 450550 10,4 4
p342 326900 450550 12,8 2
p147 334800 450225 18,1 6
544 330800 447800 5,3
666 336100 442450 82,3 1
Hydrochimie

La qualité des eaux de la nappe de Tikert dépend de la lithologie des roches traversées par les
écoulements. (Figure 10) :

Figure 10 : Carte des résidus secs de la nappe alluviale Tikirt (1986)

(Source : PDBSA)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

ƒ Sur le tronçon de l’oued Imini la minéralisation varie entre 1 et 3 g/l ;


ƒ Les eaux du tronçon de l’Oued Irriri ont une faible salinité ne dépassant pas 0.5 g/l ;
ƒ En aval de la confluence des oueds Imini et Irriri, le mélange des deux eaux donnent une
minéralisation inférieure à 1 g/l ;
ƒ Le long de l’oued Malleh, les eaux sont de mauvaise qualité; dans la partie amont la
minéralisation est supérieure à 3 g/l, elle dépasse 4 g/l dans la partie aval. Cette
augmentation est due au lessivage des marnes gypseuses présentes dans les alluvions.
Après la confluence avec l’Oued Malleh, la qualité des eaux se détériore ; donnant lieu à des
dépôts de sels fréquents en raison de l’évaporation des eaux dans la zone de stagnation des eaux.

Elément du bilan hydraulique :


Etant donné le manque de données, il serait prétentieux d’établir un bilan de la nappe de Tikert.
Parmi les éléments manquant figurent les volumes des prélèvements, les sorties des résurgences
et sources, les underflows ; les jaugeages différentiels sur les oueds. Nous nous contentons dans
ce cas de donner des ordres de grandeurs sur certains éléments du bilan comme suit :
- Infiltration des eaux de pluies : sur la base d’un coefficient de 7%, d’une superficie
d’extension de la nappe 50 Km2 et d’une pluviométrie moyenne de 103 mm. Le volume
issue des infiltrations s’élève à 0,36 Mm3/an.
- Recharge le long des oueds : En l’absence de jaugeages différentiels, il est difficile
d’établir le volume de la recharge. Dans ce cas, et en vue de fixer les idées, nous adoptons
un taux de retour de 10% des apports des 3 oued Imini, Iriri et Mellah estimé
respectivement à 23 Mm3/an, 40 Mm3/an et 18 Mm3/an. Soit un volume de retour de 8,1
Mm3/an.
- Retour des eaux d’irrigation : La superficie irriguée est estimée à environs 500 ha.
L’irrigation est gravitaire en grande partie, le coefficient de retour est estimé à 10%. pour
une dotation de 10000 m3/ha/an, le retour serait de 0,5 Mm3/an.

5.1.1.2 LA NAPPE ALLUVIALE DE OUARZAZATE

Extension spatiale :

La nappe alluviale de Ouarzazate s’étend sur une superficie de près de 150 km² à l’amont de
Barrage El Mansour Addahbi (

Figure 11).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 11 : Image satellitaire de la nappe de Ouarzazate

Barrage
El Mensour Eddahbi

Contexte géologique :
La nappe de Ouarzazate prolonge la nappe de Tikert vers l’Est. Elle circule dans les formations
plioquaternaires à travers le remplissage de lit de l’oued. La coupe type la nappe, établie à partir
de logs de forages et de résultats de géophysique, montre que +-l’aquifère est formé, de haut en
bas, de :
- dépôts plioquaternaires (sables et de graviers plus ou moins enrobés dans une matrice
argileuse) d’une dizaine de mètres d’épaisseur,
- limons argilo-sableux d’épaisseur formant les terrasses alluviales récentes.
- marnes rouges parfois sableuses mio-pliocène, moins perméables que les couches sus
jacentes, substratum (prospection géo-éléctrique 1986) dont les épaisseurs peuvent
dépasser 30 m ;
Le socle précambrien est représenté par des massifs rhyolitiques, altérés et très fracturés (Figure
12). La Figure 13 présente une coupe WNW-ESE de la nappe de Ouarzazate. Elle montre que les
formations aquifères présentent une épaisseur d’environ 30 m.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 12 : Coupes stratigraphiques détaillées de la plaine de Ouarzazate

Elaboré à partir des fichiers IRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Figure 13 : Profil WNW-ESE au niveau de la plaine de Ouarzazate

Source :(Etude géologique et hydrogéologique du secteur ouest du bassin de Ouarzazate, 1986)

Points d’eau :
La Figure 14 présente la répartition spatiale des points d’eau captant la nappe alluviale de
Ouarzazate. Notons que les points d’eau présente une densité relativement grande au centre de la
nappe, autour de la ville de Ouarzazate.

Figure 14 : Carte de situation des points d’eau de la nappe de Ouarzazate

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
Etude d’actualisation du Plan Directeur d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau (PDAIRE) du bassin hydraulique du Draa

Notons que sur les 44 points d’eau répertoriés sur le fichier IRE, plus de 50% sont des puits et
39% sont des sondages de reconnaissances (Figure 15). L’exploitation par forages est peu
pratiquée (environ 5%).

Figure 15 : répartition des points d’eau de la nappe de Ouarzazate par type.

39%

56%

5%

Puits Forage Sondage

Profondeur totale des ouvrages :

L’exploitation des données du fichier IRE permet d’établir les profondeurs des puits à mois de
50m. Les forages et les sondages de reconnaissance sont généralement de 50 à 100 m de
profondeur ( Figure 16 et Figure 17) :

Figure 16 : Carte des profondeurs totales des ouvrages de la nappe de Ouarzazate

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 30
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 17 : répartition des captages et sondages d’eau souterraine selon la profondeur

40

35

30

25

Effectif % 20

15

10

0
[0-10] [10-40] [40-60] [60-80] [80-100] [100,120]
Profondeur d'ouvrage en m

Profondeur de l’eau
Le niveau de la nappe se situe généralement à des profondeurs inférieures à 20 m. A l’exception
de quelques points existant dans la partie drainée par l’oued El Mergoub affluent d’oued
Ouarzazate.

Suivi piézomètrique :
Le contrôle mensuel de la nappe de Ouarzazate se fait au niveau de 9 piézomètres (Figure 18).
Le contrôle de la nappe au niveau de ce réseau montre que les niveaux sont relativement stables
avec des fluctuations ne dépassant pas 1 à 5 m. (Figure 19).

Figure 18 : Réseau de contrôle de la nappe alluviale de Ouarzazate

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 31
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 19 : Fluctuation des niveaux de la nappe de Ouarzazate

IRE 630/63, Partie aval de la IRE 201/63, partie centrale de IRE115/63, partie amont de la
nappe la nappe nappe

Piézométrie :
Notons que le suivi piézométrique n’est pas régulier et il n’est pas possible d’établir des cartes
piézométrques récentes. Seule une exquisse de la piézométrie pour l’année 1986 existe. Celle-ci
montre une morphologie de la surface piézométrique largement contrôlée par l’écoulement dans
l’oued Ouarzazate.

Paramètres hydrodynamiques :
L’interprétation de résultats disponibles de quelques essais de pompages montre que les valeurs
de transmissivité varient entre 2 10-5 et 0,48 m²/s et le coefficient d’emmagasinement varie entre
8% et 9% (Tableau 4).

Tableau 4 : Caractéristiques hydrodynamiques de la nappe alluviale de Ouarzazate


Nappes N° T retenue
alluviales IRE/63 X Y (10-3m²/s) S en (%)
412 355000 346200 9,1 9
p427 355050 436150 89,3 8
Ouarzazate p428 355150 436150 480 9
546 352600 437150 2 -
569 356000 432300 0,25 9

Géochimie :
La carte de la minéralisation de la nappe alluviale de Ouarzazate fait apparaître deux zones
principales complètement distinctes par le degré de minéralisation des eaux.
Dans la première zone correspondant à la rive droite de l’oued Ouarzazate. Les eaux y sont
douces, le résidu sec ne dépassant pas 1g/l, alors que dans la rive gauche le résidu sec varie de 2
à 9g/l. (Figure 20)
La qualité de l’eau de la nappe est dégradée, le résidu sec passe de 2g/l dans la partie amont à
plus de 4 g/l dans la partie avale.
L’origine de cette salinité peut être liée soit à des venues d’eau provenant de zones à gypse des
formations sous jacentes par drainance verticale à travers une formations poreuse peu perméable

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 32
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

soit par l’intermédiaire d’accidents structuraux favorisant les échanges entre les aquifères semi
profonds et les aquifères de surface.
Figure 20: Carte des résidus Sec de la nappe alluviale de Ouarzazate -1986- (d’après PDAE des
bassins

Essai de bilan hydraulique.


Il est impossible d’établir un bilan avec les données actuellement disponible. On peut néamoins
énoncer les remarques suivantes:
- L’alimentation de cette nappe s’opère principalement par l’infiltration des eaux de crues et
par le transfert souterrain de la nappe Tikirt et le retour des eaux d’irrigation.
- Les prélèvements sont estimés à 130 l/s.
- L’exploitation de la nappe est importante : les prélèvements ONEP s’élèvent à 1,1Mm3/an ;
les prélèvements pour l’agriculture (ORMVA) sont évaluées à 55 l/s, Ces données, datant
de 1986, doivent cependant être revues à la hausse.
- On ne dispose pas de jaugeages différentiels qui pourront nous informer sur le taux
d’infiltration des eaux de l’oued.
- Le débit de sortie à l’exutoire de la vallée n’est pas jaugé.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 33
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
5.1.2 LES NAPPES ALLUVIALES ASSOCIEE A L’OUED DOUCHEN

Le système aquifère associé à l’oued Douchen renferme deux principales nappes alluviales :
nappe de Taznakht et nappe d’Ait Douchen aval.

5.1.2.1 LA NAPPE DE TAZNAKHT

Extension spatiale,
La nappe de Taznakht s’étend sur une superficie de près de 1100 km². Elle est située dans
l’extrémité sud-ouest du bassin de haut Drâa, Sa limite nord est soulignée par la chaîne d’Adrar –
n- youtti et par Jebl Amsing au nord-est. La nappe est drainée par les oueds Teadalt et Medrar
(Figure 21).

Figure 21 : Image satellitaire de la nappe alluviale de Taznakht

Contexte géologique,
La nappe de Taznakht circule dans les formations plioquaternaires constituées par des alluvions,
des argiles sableuses, des limons argileux cailloutés, des sables et conglomérats. Ces formations
surmontent les roches granitiques et rhyolitiques d’âge précambrien.
Des coupes réalisées à partir des logs stratigraphiques des sondages 1007/72 (X=314600 ;
Y=365200 m), 1055/72 (X=320900 ;Y=377400m), 1066/72 (X= 322250;Y=379100) et 1002
(X=326040;Y=399371 m) donnent la lithologie suivante (Figure 22):
- Alluvions récentes formées par des limons sableux, des sables et des conglomérats,
d’épaisseur moyenne de 12m
- Granite avec passage du quartzite par endroit.
L’épaisseur des formations aquifères varie entre 10 à 30 m.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 34
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Figure 22 : Coupes stratigraphiques de la plaine de Taznakht

Points d’eau

La figure suivante présente la répartition spatiale des points d’eau captant la nappe alluviale de
Taznakht, dont le nombre total est de 145 points. Environ la moitié de ces points d’eau sont des
khettaras.

Figure 23 : Carte de situation des points d’eau de la nappe de Taznakht

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 35
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

38
40 40
60
50
35
35 35 32
50

Effectif (%)
30
30
37 26
40 25

Effectif (%)
25

20
30 20 17
15

15 15
10
20 15
10
8 5
10 7
10 6 5

5 0
0
<40 40 - 60 60 - 80 8 0 - 10 0 >10 0
0
Forage Sondage Puit s Khet t ara
<5 5 - 10 10 -15 15 - 20 >20

Ty pe d' ouv r a ge Profondeur de l'eau/sol (m)


Profondeur totale (m )

Figure 24 : répartition des Figure 26 : répartition des points


Figure 25 : répartition des points
points d’eau de la nappe de d’eau selon leur profondeur
d’eau selon la profondeur de
Taznakht classés par type totale
l’eau

Les profondeurs de l’eau varient entre 1 et 50 m avec une moyenne de 16 m (Figure 25).
Les profondeurs des captages d’eau varie entre 10 et 120 m, avec une moyenne de 70 m (Figure
26 et Figure 27).

Figure 27 : Carte des profondeurs totales des ouvrages de la nappe de Taznakht

Productivité
Les productivités des ouvrages captant la nappe de Taznakht sont généralement faibles,
ne dépassant pas les 4 l/s avec plus de la moitié des ouvrages inférieur à 1 l/s dans la

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 36
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
partie amont et au niveau de l’oued Taidert dans la partie aval. Les fortes valeurs qui
dépassent 2 l/s sont enregistrées au centre de la nappe au niveau d’oued Tamriwine et
au niveau d’oued Azgumerzi à l’extrémité sud-est de la nappe (Figure 28).

Figure 28 : répartition des captage de la nappe de Taznakht selon la productivité

60
50
Effectif (%) 50

40

30
20
20 13
11
10 6

0
<1 1-2 2-3 3-4 >4
Débit (l/s)

Suivi piézométrique
Le réseau de suivi piézométrique de la nappe de Taznakht est composé de 20 piézomètres de
contrôle (Figure 29) dont la répartition couvre la totalité de l’aire de la nappe. Malheureusement, le
suivi qui a démarré en 1995 s’est arrêté en 2001, avec même des lacunes au niveau de cette
période.

Figure 29 : Réseau de suivi piézomètrique

L’analyse d’évolution piézométrique au niveau du piézomètre IRE 14/63 situé en aval, montre que
les fluctuations de la nappe est de l’ordre de 1m, alors que dans la partie amont, les variations sont
très importantes. Le piézomètre IRE 379/63 une baisse de 7 m a été constatée. Dans la partie
centrale, la baisse est de l’ordre 2 m de (IRE 390/63).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 37
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Piézom ètre IRE 14/63 Piézom ètre IRE 210/63

1420 1560

1419 1559

1418 1558

1417 1557

1416 1556

1415 1555

1414 1554
1413 1553
1412 1552
1411 1551
1410 1550

D at e
D at e

Piézom ètre IRE 379/63 Piézom ètre IRE 390/63

1480 1545

1479 1544

1478 1543

1477 1542

1476 1541

1475 1540

1474 1539

1473 1538

1472 1537

1471 1536

1470 1535

Dat e D at e

Figure 30 : Fluctuation piézomètrique du niveau de la nappe de Taznakht

Géochimie
En se basant sur les résultats des analyses de la salinité de l’eau au niveau de 50 points répartis
sur toute la plaine de Taznakht (Figure 31), La qualité de l’eau est moyennement bonne, le résidu
sec ne dépasse pas généralement 2 g/l dans la plupart des points d’eaue, à l’exception des points
situés dans la partie aval de l’oued Taidert où le résidu sec est égal à 2,4 g/l.

Figure 31 : Carte des résidus secs de la nappe de Taznakht

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 38
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 32 : répartition des points d’eau selon effectif des points d’eau selon leur salinité

45

40

35

30

25

20

15

10

0
0,25- 0,5 0,5 - 1 1- 1,5 1,5 - 2 2 - 2,4

RS (g/l)

5.1.2.2 LA NAPPE D’AIT DOUCHEN AVAL

La nappe alluviale d’Ait douchen aval s’étend sur une superficie de près de 140 km², le
long d’oued Ait Douchen entre Oued Aguersif en amont et le barrage El Mansour Eddahbi
en aval (Figure 33).

Figure 33 : Image satellitaire de la nappe d’Ait Douchen aval

L’eau de cette nappe circule dans les alluvions du Quaternaire. Le substratum est constitué de
rhyolites du Précambrien. L’épaisseur des alluvions est peu importante (quelques
mètres au niveau du puis IRE 1390/63 (X= 351 650 ; Y= 425 650m) situé dans la partie
centrale de la nappe.
Les données disponibles au niveau du fichier IRE sont éparses et ne permettent pas de formuler
une caractérisation adéquate de la nappe. Nous présentons ci-après (Tableau 5) les quelques
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 39
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

points dont les fiches existent. Ces points montrent que la nappe se situe à moins de 10 m de
profondeur, des débits de l’ordre de 6 – 10 l/s et des résidus secs de 1g/l.
Tableau 5 : Caractéristiques des points d’eau d’Ait Douchen aval

Niveau
N-IRE TYPE X (m) Y (m) piézométrique/sol PT (m) Q (l/s) RS (g/l)
(m)
1222/63 Sondage 338850 407500 10 70 6 1

1223/63 Sondage 340100 409150 7 70 11 1

1390/63 Puits 351650 425650 2 15 6 0

5.2 Partie orientale


5.2.1 LES NAPPES ALLUVIALES

5.2.1.1 La nappe Alluviale du M’goun Dades

Extension spatiale,
L’oued Dadès est alimenté principalement par les oueds qui prennent naissance dans le
Haut Atlas (Figure 34), ces oueds sont :
- Oued M’goun qui draine une superficie de 1850 km², dont 70% se trouve dans le
Haut Atlas,
- La partie amont de l’oued Dadès drainent 850km² dont 90% est situé dans le Haut
Atlas et irrigue les périmètres de Tilmi, M’semrir et Dadès.

Figure 34 : Image satellitaire de la nappe de Dadès M’Goun

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 40
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Contexte géologique,

La nappe de M’Goun Dadès s’organise le long des deux oueds M’Goun et Dadès dans les
matériaux alluvionnaires comblant le fond des vallées et dans les formations encaissantes.
elles s’imbriquent de l’amont à l’aval pour ne former qu’un seul système longiforme
débordant parfois les limites des vallées quand les conditions hydrogéologiques des
formations traversées sont favorables (

Figure 35 ).
Au passage dans les grés tendres de l’éocène supérieur, les écoulements souterrains engendrés
par les eaux de surface resurgées et infiltrées, se produisent dans l’alluvionnaire.
A l’aval, les terrasses récentes et les glacis du Quaternaire constituent le relais de transfert.
S’étendant tout au long des vallées en épousant leur forme, le système aquifère se développe à
quelques kilomètres du centre El Kelaa M’gouna.
Dans la plaine de M’gouna, l’écoulement s’étale en s’organisant en véritable nappe phréatique
pour se confondre en continuité hydraulique avec celle plus étendue que transporte les formations
moi-pliocène. Cet aquifère est décelé par tous les forages et puits réalisés.
On peut donc considérer que cet ensemble forme une nappe généralisée s’écoulant dans les
matériaux alluvionnaires récents du Quaternaire, les conglomérats remaniés du Néogène et les
grés moi-pliocène.
La nappe principalement libre, présente des secteurs de semi-captivité dans les conglomérats et
grés du mio-pliocène dont l’eau est mise en charge par les horizons argileux de couverture.
La nappe s’écoulant dans les alluvions grossières des vallées et dans les niveaux
conglomératiques et gréseux présente d’assez bonne productivité ; les débits unitaires très
variables dépassent 20 l/s. Par contre, dans les grés et sables argileux, les productivités sont
faibles, inférieures à 5 l/s.
Bien que dans les deux vallées, les formations calcaires de haute montagnes déchargées
naturellement à fort débit, écoulées en surfaces et utilisées pour la satisfactions des besoins
d’irrigation, le potentiel en eau souterraine parait, à prime à bord, particulièrement important. Ce
potentiel mérite d’être précisé par une étude qui devrait se baser sur une modélisation globale des
écoulements souterrains et de surface.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 41
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 35 : Coupes stratigraphiques de la nappe de Dadès M’Goun

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 42
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Points d’eau
Un inventaire exhaustif des points d’eau n’est pas disponible. Le fichier IRE comprend quelques
Khettaras, puits et sondages,
Les points d’eau inventoriés dans la nappe de Dadès M’Goun ont des profondeurs totales qui
varient entre 14 et 115m.
La profondeur de l’eau varie entre 5 et 65m avec une moyenne de 18m.
Les débits de la nappe au niveau des ouvrages prennent des valeurs comprises entre 0,1 et 2 l/s
avec une moyenne de 0,55 l/s. les plus grande valeurs sont enregistrées au niveau des points
situés sur l’oued M’Goun juste avant sa confluence avec oued Dadès.

Piézomètrie
Une esquisse piézomètrique (Figure 36) a été dressée lors de la réalisation de l’étude du schéma
directeur de la province de Ouarzazate pour l’approvisionnement en eau potable des populations
rurales et la définition des projets. Cette esquisse basée sur des relevés concentrés le long des
oueds ne reflète aucunement l’organisation et le fonctionnement hydraulique de l’aquifère du faite
de l’extrapolation. Elle laisse croire que les cours d’eau drainent la nappe des terrains encaissants.
L’état actuel devrait faire l’objet d’une campagne piézomètrique. Et l’inexistence d’un suivi de
l’évolution quantitatif de ces nappes et le manque des paramètres hydrodynamiques ne permet pas
d’établir un bilan représentatif.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 43
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 36 : carte piézométrique de la nappe alluviale du M’goun Dadès7

E- Suivi piézométrique
Pour caractériser le régime des fluctuations de la surface piézométrique de la nappe alluviale de
Dadès, des historiques piézométriques allant de 1995 à 2002 ont été constitués à partir des
relevés mensuels qui sont caractérisés par des lacunes durant la période entre février 2007 et
novembre 2001. La carte de la Figure 37 donne la situation des 10 points de contrôle qui sont
répartis seulement dans l’unité de Dadès amont.

Figure 37 : Situation du réseau de contrôle de la surface piézométrique de la nappe de Dadès-


M’Goun

7
ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR DE LA PROVINCE DE OUARZAZATE POUR L’APPROVISIONNEMENT EN EAU
POTABLE DES
POPULATIONS RURALES ET LA DEFINITION DES PROJETS

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 44
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

L’analyse des fluctuations piézométriques de la nappe de Dadès M’Goun (Figure 38) montre que
le niveau de la surface de l’eau est moyennement stable dans de la plupart des piézomètres avec
des fluctuations de l’ordre de 1 à 2 m.
Figure 38 : Fluctuation du niveau piézométrique de la nappe de Dadès

N°IRE 424/55 N°IRE 444/55 N°IRE 478/55


NP (m)
NP (m ) NP (m)
1555 1410
1475
1553
1473 1408
1551
1471 1406
1549
1469 1404
1547
1467 1402
1545
1465 1400
janv.-95
janv.-96
janv.-97
janv.-98
janv.-99
janv.-00
janv.-01
janv.-02

janv .-95
av r.-95
juil.-95
oc t.-95
janv .-96
av r.-96
juil.-96
oc t.-96
janv .-97
janv .-95

janv .-97

janv .-99

janv .-01

Date
Date Date

F- Géochimie

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 45
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Les résultats de mesure de la salinité des eaux de la nappe de Dadès M’Goun sont consignés dans la
carte de la Figure 39. Elle est inférieure à 1g/l dans l’ensemble des points de mesure, on en déduit
donc que les eaux sont de bonne qualité.
Figure 39 : Carte de la salinité des eaux de la nappe de Dadès M’Goun

I- Essai de bilan hydraulique.

Le bilan de la nappe alluviale de Dadès M’Goun qui a été évalué pour l’année 2010, est détaillé
dans le
3 3
U n ité Apports M m P ré lè v e me nts M m Bila n M m 3

-Infiltration effic ac e 4,61 Irrigation 30,76


-Apports des oueds : 27,00 AE P 0,50
M 'G oun
R es titution agric ole 4,61
T otal de s apports 36,23 T otal de s pré lè v e me nts 31,27 4,96
-Infiltration effic ac e 0,81 Irrigation 5,43
-Apports des oueds : 16,00 AE P 0,35
Dadès
R es titution agric ole 0,81
T otal de s apports 17,63 T otal de s pré lè v e me nts 5,78 11,85 .
Recharge directe : (Plan directeur des bassins Sud-Atlasiques)
- Oued M’goun: 150 l/s soit un volume de 5 Mm³/an
- Oued Dadès: 20 l/s soit un volume de 1 Mm³/an
Recharge par les sous écoulements: (OVMVAO,1999)
- Oued M’goun: 850 l/s soit un volume de 27 Mm³/an ;
- Oued Dadès: 500 l/s soit un volume de 16 Mm³/an
Tableau 6 : Bilan de la nappe alluviale de Dadès M’Goun (2010)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 46
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

3 3
Unité Apports M m Prélèvements M m Bilan M m3
-Infiltration efficace 4,61 Irrigation 30,76
-Apports des oueds : 27,00 AEP 0,50
M'Goun
Restitution agricole 4,61
Total des apports 36,23 Total des prélèvements 31,27 4,96
-Infiltration efficace 0,81 Irrigation 5,43
-Apports des oueds : 16,00 AEP 0,35
Dadès
Restitution agricole 0,81
Total des apports 17,63 Total des prélèvements 5,78 11,85
Extension spatiale :
Le réservoir qui alimente le bassin versant de l'oued Hajjaj se situe entre le piémont du Haut Atlas
au Nord, jusqu’à l'Oued Dadès au Sud. Les limites Est et Ouest ne sont pas bien matérialisées,
elles se situent à peu près aux bords de la palmeraie. La plaine de Skoura s’étend sur une
superficie de 1027 km². Son altitude varie de 1275 à 1150m (Figure 40).
Figure 40: Image satellitaire de la nappe de Skoura

Contexte géologique
Le substratum anté-Quaternaire de la plaine est essentiellement constitué de dépôts du Pontico-
Pliocène. On y trouve des roches sédimentaires en alternance très variable. Les marnes sont les
plus présentes et servent de couches imperméables. Ces couches sont discontinues et permettent
ainsi la formation de nappes isolées souvent captives. Le Quaternaire recouvre la presque totalité
de la plaine; on observe des cônes de déjections et des terrasses alluviales constituées de dépôts
sédimentaires grossiers fortement cimentés. Ces roches sont souvent remaniées en conglomérats
ou encroûtées. Le sol arable est produit par le dépôt de limon plus ou moins épais (de 0.5 à 5m).
Ces dépôts Pontico-Pliocène et récents contiennent la nappe phréatique à surface libre. On estime
sa profondeur entre 5 et 35 m, étant largement influencée par la topographie et les contraintes
géologiques (Figure 41). En règle générale, plus on va vers le sud et vers Skoura, plus la nappe
est superficielle.

Points d’eau
La nappe alluviale de Skoura est exploitée par voie des khettaras et de puits. Un inventaire
exhaustif des points d’eau n’est pas disponible. Le fichier IRE comprend quelques Khettaras, puits
et sondages.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 47
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

A partir de ces points, on peut extraire les caractéristiques suivantes :


- Les profondeurs varient entre 15 et 110 m, avec une moyenne de 75 m (Figure 41)
- La profondeur du niveau d’eau est varie entre 5 et 45 m avec une moyenne de 18 m. Au
niveau de l’oasis de Toundoute, la nappe est caractérisée par des profondeurs importantes
qui dépassent 20 m. alors qu’au niveau de la palmeraie d’Amekchoude au centre et celle
de Tighouzzirine au nord de la plaine, la nappe est profonde de 5 à 8m.
- La productivité des ouvrages varie de 0,5 l/s à 5 l/s (Figure 41).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES
48 EN EAU (PDAIRE)
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 41 : Coupes stratigraphiques de la zone de Skoura (élaboré à patir des fichiers


IRE)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 49
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 42 : Graphique des effectifs des points d’eau de la plaine de Skoura classées selon leur
profondeur totale

45

40

35

30

Effectif (%)
25

20

15

10

0
< 40m 40 - 60 m 60 - 80 m > 80 m
Profondeur totale d'ouvrage (m )

Paramètres hydrodynamiques

D’après les données disponibles, il est possible d’établir une transmissivité moyenne de 3 10-3
m²/s. Mais ce paramètre connaît une grande variabilité d’une zone à l’autre avec des valeurs
basse de l’ordre de 5 10-4m²/s. Les hautes valeurs de transmissivité sont enregistrées en amont
de la palmeraie, sur le cône de déjection de Toundoute, ainsi que le long du lit principal de l’Oued
Hajjaj. Les valeurs intermédiaires sont enregistrées dans la majeure partie de la palmeraie de
Skoura. Et enfin, les valeurs faibles sont plus liées aux affleurements des roches du Pontico-
Pliocène, c'est-à-dire aux bords de la palmeraie; mais aussi dans les zones directement
alimentées en eau par la nappe du Pontico-Pliocène (douars Rouha, Khamsa, Ihazgane, Gaddara,
Oulad Arbia .dans le centre de l'oasis) La transmissivité est très faible dans les dépôts de l'Eocène
(Nord de Skoura).

Géochimie

Exprimé en résidu sec (Figure 43), la qualité chimique des eaux de la nappe de Skoura peuvent
être classés comme suit8:
- qualité moyenne (RS entre 1000 et 2000mg/l, à l’amont de Skoura et entre Skoura et
Toundoute, mais relativement de bonne près de Toundoute;
- moyenne à mauvaise : près de l’oued Targa et Dans la partie Nord de Skoura.

8
Classification de la qualité des eaux selon les valeurs du résidu sec

Classe Très bonne bonne moyenne mauvaise


Résidu sec
<500 500-1000 1000-2000 >2000
(mg/l)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 50
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

- mauvaise qualité : nord et centre de Skoura


- très mauvaise qualité : en aval de Toundoute centre, au sud de Skoura et à l’aval de
Skoura.
Cette distribution montre que la qualité de l’eau présente un gradient de l’amont vers l’aval due
en partie à la remise à la nappe des eaux d’irrigation chargées en en sels et à l’évaporation.

Figure 43: répartition des points d’eau selon leur salinité


effectif
45
40
35
30
25
42
20
15 25
10 17
5 8 8
0 RS (g/l)
0,45-0,5 0,5-1,5 1,5-2 2,0-3,0 >3

Essai de bilan hydraulique


Il s’agit d’un essai d’estimation des paramètres entrant dans le bilan à partir les données
disponibles. L’établissement d’un bilan précis nécessitera l’élaboration d’un modèle de simulation,
précédé par un certain nombre d’études destinées, entre autres, à cerner les points d’eau et les
prélèvements ainsi que les débits infiltrés le long des cours d’eau (jaugeages différentiels).
L’alimentation de cette nappe est attribuée à : l’infiltration des eaux de pluie (pluies efficaces),
la recharge par les sous écoulements des oueds adri, Boujhila et hajjaj et le retour des eaux
d’irrigation.
- pluies efficace : sur la base d’un taux d’infiltration de 4%, la recharge par les eaux de pluies
est estimée à 1,5 Mm3/an
- Retour des eux d’irrigation : sur la base d’un taux de retour de 10%, la recharge par les
eaux d’irrigation est estimée à 1 Mm³/a,
Les sorties de la nappe peuvent être attribuées au : drainage souterrain le long du
Dadès, les sources et résurgences naturelles, les prélèvements pour l’AEP et l’agriculture, les
prélèvement par les khettaras.
- Les prélèvements agricoles : en se basant sur les autorisations de pompages, les
prélèvements peuvent être estimés à 5 Mm3/an
- Les Prélèvements pour l’AEP sont estimés à 0,08 Mm3/an
- Les prélèvements par les khettaras sont estimés à 208 l/s soit un volume de 6,6 Mm3/an.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 51
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

6. NAPPES PROFONDES

6.1 Partie occidentale


6.1.1 FORMATIONS ANCIENNES METAMORPHIQUE (SCHISTES, GNEISS…)

Ces formations sont très peu reconnues et de ce fait peu de données sont disponibles à leurs
sujets. Nous nous contenterons ici de les mentionnées et recommandons qu’elles fassent l’objet
d’analyses approfondies notamment à l’occasion de l’étude lancée récemment (2010) par l’ABH
pour l’actualisation de l’état de connaissances des eaux souterraines.

6.1.2 FORMATION AQUIFERE DANS LES SERIES SEDIMENTAIRES

Les séries sédimentaires de l’oligocène, Mio-pliocéne et du crétacé présentent des réservoirs


ayant de conditions hydrogéologiques favorables au piégeage et aux écoulements des eaux
souterraines. Ces formations on fait l’objet d’études préliminaire (géophysique et sondages
mécanique). Aussi, une caractérisation préliminaire des ces aquifères est possible. Mais pour les
besoins d’une caractérisation approfondie des potentialités, des études spécifiques sont
nécessaires.

6.1.2.1 LA NAPPE PROFONDE DE TIKIRT

Extension spatiale :
Les formations à nappe profonde de Tikirt buttent contre les massifs cristallins du Précambrien
vers le sud, le sud-est (piément nord de l’anti-Atlas) et vers l’est (oued n’Tidili), au nord leur
extension est partiellement limitée par les affleurements des schistes de l’Ordovicien (région
d’Imini).

Contexte géologique :

Il s’agit d’une nappe multicouche ‘gisant’ dans (

Figure 44 et Figure 45).


ƒ les conglomérats, les sables conglomératiques et les grès de l'Infra-cénomanien;
ƒ les calcaires et les dolomies du Cénomano-Turonien;
ƒ les séquences sables-calcaires et marno-calcaires du Sénonien.
Le substratum est constitué de formations rhyolitiques du précambrien présentant dans sa partie
supérieure une tranche altérée.
Notons que le sondage N°IRE1010/63 (X= 334 361 ; Y= 450 756) situé au nord de la plaine de
Tikirt près de douar Ait ben Haddou, a rencontré un banc calcaire incorporé dans une couche
épaisse de marnes.

Les formations aquifères aurait une épaisseur d’environ 50 à 100 m. Les forages ayant reconnu
ces formations montrent que l’aquifère est captif, artésien par endroit.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 52
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 44 : Coupes stratigraphiques de l’unité de Tikert

Elaboré à partir des fichiers IRE

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 53
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 45 : Profil stratigraphique de la zone de Tikert

W E
Route N°32 Oued Imini R.P N°31 Oued Mellah

1400 1400
883/63 780/63 866/63 777/63

1300 1300

1200 1200

?
? ?
? 1100
1100 ?
0 1,5 3 km

Légende:
Alluvions récents Marnes sableuses Grès rouge à ciment calcaire Argile rouge
Série marno-calcaire de l'éocène Marno-calcaire Argile légèrement sableuse Roche cristalin du Précambrien
Marnes rouges et grises Conglomérat à ciment calcaire Sable fin rose à rouge

source : :(Etude géologique et hydrogéologique du


secteur ouest du bassin de Ouarzazate, 1986)

Piézométrie :
Il n’existe pas de relevés récents de la piézométrie. La carte piézométrique dressée en 1986 à
partir d’une vingtaine de points montre que la nappe s'écoule d’abord du Nord vers Sud puis vers
le Sud-Est.

Les gradients hydrauliques paraissent faibles dans les parties méridionales et septentrionales, de
l’ordre de 5 10-3, plus élevées dans la partie centrale, de l’ordre de 2.5 10-2.

L’alimentation de ce complexe s’opère au niveau des affleurements au Nord de la plaine


notamment par les pertes des oueds à la faveur d'accidents structuraux.

Les exutoires n’étant pas connus, ce complexe doit se décharger par drainance verticale dans la
nappe semi-profonde d’Ouarzazate.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 54
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 46 :Carte piézomètrique de la nappe profonde de Tikirt -1986- (d’après PDAE des bassins Sud
Atlasiques)
Paramètres hydrodynamiques
Le Tableau 7 établi à partir du fichier IRE, résume les caractéristiques des points d’eau ayant fait
l’objet d’essais de pompage. Les valeurs de transmissivité sont de l’ordre de 0,2 10-3 à 7 10-3 m2
/s. Les productivités varient entre 5 et 25 l/s.

Tableau 7 : Caractéristiques des points d’eau d’essai de pompage

N° IRE/63 X Y T (10-3m²/s)
777 336800 435200 0,4
781 329800 448375 2,5
782 328700 448800 0,8
783 332875 443550 6,6
881 334400 454950 0,2
883 324600 447400 0,2

Géochimie :
Les eaux de la nappe ont une minéralisation de l’ordre de 2 et 4 g/l. Les variations locales de
salinité peuvent être attribuées aux poches de gypse dans le toit de l'aquifère.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
55
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE)
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

6.1.2.2 LA NAPPE SEMI-PROFONDE DE OUARZAZATE

Contexte géologique :
Aussi bien pour la vallée de Ouarzazate, que pour la plaine de Tikert, les nappes profondes ont
comme substratum des formations rhyolitiques du Précambrien présentant parfois une tranche
superficielle altérée. Les sondages qui ont rencontré ce massif cristallin montrent qu’il plonge vers
le nord, ses affleurements forment la limite sud du bassin.

Les formations Oligocène et Mio-Pliocène argilo-marneuses légèrement sableuses de 50m


d’épaisseur reposent sur un niveau conglomératique à élément détritiques de nature diverse, à
aspect parfois rhyolitique et à ciment marno-calcaire du. Le tout surmonte le substratum constitué
de rhyolites plus ou moins fracturées et altérés dans sa partie supérieure. Cet ensemble constitue
un aquifère captif ;

La coupe géologique de la Figure 13 montre que lorsque le toit marneux de l’aquifère disparaît, la
nappe est en liaison directe avec le sous écoulement de l’oued Ouarzazate (forage 889/63 et
888/63).

Points d’eau :
Au niveau de plaine d’Ouarzazate, 4 sondages captant la nappe semi profonde ont été inventoriés.
Dont les profondeurs totales dépassent 90m (Tableau 8).

Tableau 8 : Points d’eau captant la nappe semi profonde d’Ouarzazate

Niveau de
N° IRE Type X (m) Y (m) Pt (m) l'eau (m) /sol

771/63 Sondage 356100 443750 - 11,35

1386/63 Sondage 361000 441000 120,40 29,40

1384/63 Sondage 347500 442500 90,40 18,30

1387/63 Sondage 360250 441700 147,40 38,30

En raison du caractère semi captif, l’eau remonte dans les forages et se stabilise à des
profondeurs allant de 10 à 30 m.

Piézométrie
Comme pour la nappe de Tikert, la nappe semi profonde de Ouarzazate ne bénéficie d’aucun suivi
piézométrique continu. La carte piézométrique esquissée en 1986 à partir de quelques points de
mesure (Figure 47) montre qu'il s'agit d'une nappe radiale à filets convergents. Elle montre un axe
principal d'écoulement de direction Est-Ouest. L’écoulement se fait de l’ouest vers l’est où le
gradient hydraulique augmente par suite d’une dégradation éventuelle de la transmissivité.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3: Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 56
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 47 : Carte piézomètrique de la nappe profonde de Ouarzazate 1986- (d’après


PDAE des bassins Sud Atlasiques)

Paramètres hydrodynamiques
Trois valeurs de transmissivité sont disponibles au niveau du fichier IRE (Tableau 9) .Les
ouvrages concernées sont situés sur la rive gauche d’oued principal au nord ouest de la ville
Ouarzazate. La transmissivité moyenne est de 3,4 m²/s.

Tableau 9 –Valeurs de transmissivités de la nappe profonde de Ouarzazate

N° IRE/63 X Y
T (10-3 m²/s)

885 352400 437750 3,2

889 353550 435850 2,7

891 353000 437100 4,3


Géochimie
Les quelques valeurs disponibles au niveau des sondages de reconnaissance montres des
salinités plutôt élevées, pouvant atteindre par endroit plus de 10 g/l due à la présence de
gypse. Cependant des valeurs faible de moins de 1 g/l sont également possibles (Tableau 10).
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 57
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Tableau 10 : La salinité des points d’eau de la nappe profonde de Ouarzazate

N° IRE X (m) Y (m) Rs g/l


771/63 356100 443750 0,48
1386/63 361000 441000 0,14
1384/63 347500 442500 4,87
1387/63 360250 441700 12,60

6.2 Partie orientale


Dans la partie orientale, les aquifères profonds sont mal connus aussi bien en termes
d’extensions qu’en matière hydrodynamique et hydrochimique. Ces aquifères pourraient
présenter certainement un potentiel, qui devrait cependant prendre en considération des
aspects qualitatifs (salinité excessive) et au caractère discontinu des formations aquifères. A
l’est de l’Oued M’goun entre Kalaa M’gouna et le plateau de Boulmane dans les formations mio-
pliocène et entre Boulmane et Thinghir dans les Formations Cénomano-Turonienne, seraient
des formations à ciblées. Les forages qui les ont captés ont fourni des productivités atteignant
15 l/s avec une eau de bonne qualité (0.5 g/l).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 58
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

7. LES FORMATIONS AQUIFERE DU MOYEN DRAA

Les ressources en eau souterraine du Moyen Drâa sont renfermées dans deux types de
réservoirs :
2. les aquifères de couverture (Plio-Quaternaire)
3. les aquifères du socle (Précambrien et Primaire)
Les grands traits de l'hydrogéologie du Moyen Drâa sont présentés par l'extrait de la carte des
systèmes aquifères du Maroc éditée en 1976 (On peut distinguer 5 types de systèmes) :
- Les aquifères de couverture
Le système hydrogéologique de la région est caractérisé par l’affleurement de terrains
quaternaires perméables, disposant à la fois d’une situation en bas fond et d’une faible pente.
Ces différentes caractéristiques sont autant de paramètres favorables à l’infiltration des
précipitations directes et des eaux de ruissellement.
Les plaines alluviales constituent les aquifères les plus importants pour plusieurs raisons :
1. leur situation basse leur permet de drainer l’ensemble des eaux du bassin ;
2. leurs bonnes caractéristiques hydrogéologiques leurs attribuent les plus grandes
productivités ;
3. leur contact avec le cours d’eau principal leur assure une plus grande pérennité.
- Les aquifères du socle
Les aquifères du socle sont de trois types :
- Milieux fissurés et altérés
Il s’agit d’aquifères discontinus, libres ou captifs, dans des roches métamorphiques ou
volcaniques, avec prédominance de nappes d’arènes, de fissures ou de fractures. Ces
aquifères médiocres sont localisés au niveau des grés et quartzites du Primaire et des granites
altérés du Précambrien.
- Milieu karstique discontinu
Il s’agit d’un aquifère discontinu, à surface libre, assimilable à un aquifère monocouche, en
domaine karstique, se présentant en structures tabulaires, monoclinales.
Cette catégorie concerne les calcaires adoudouniens et géorgiens qui se présentent en forme
de causse tabulaire à pendage orienté vers les feijas. Ces calcaires disposent d’une surface
d’affleurement limitée et de conditions climatiques sévères.
- Aquifère très discontinu
Il s’agit d’un aquifère très discontinu, comportant plusieurs nappes à surfaces libres contigües,
sans communication entre elles et d’extensions limitées.
- Domaine sans système aquifère souterrain
Il s’agit d’un domaine, ne contenant aucune nappe phréatique ou profonde d’extension
significative. Un tel domaine concerne les schistes primaires.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
Figure 48. Systèmes aquifères de la moyenne vallée du Draa

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 60
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

7.1 NAPPES ALLUVIALES

La moyenne vallée du Draa se présente sous forme de corridors entre l’Anti-Atlas occidental et
l’Anti-Atlas oriental. Après avoir forgé son lit sur les roches rhyolitiques, l’oued Draa développe
son cours dans les schistes en érigeant des terrasses étagées.
Les plus importantes nappes quaternaires sont au nombre de six, depuis Mezguita en amont
jusqu’à M’hamid en avale en passant successivement par Tinzouline, Ternata, Fezouata et
Ktaoua. Chaque nappe est limitée en amont par un Foum qui barre presque complètement
l’écoulement de la nappe précédente qui prend une extension plus importante ensuite dans les
alluvions du Quaternaire et s’étrangle à nouveau à l’approche du Foum. De façon générale, les
caractéristiques hydrogéologiques ainsi que la qualité de l’eau sont meilleures dans les
palmeraies situées à l’amont par rapport à celles situées en aval.
A ces nappes de la vallée du Drâa, s’ajoute la nappe de la feija de Zagora, associée à l’oued
Feija, qui s’écoule de l’Ouest vers l’Est et qui se jette dans le Drâa à l’aval de Zagora (Figure
49).

Figure 49 - Carte de localisation des nappes alluviales du moyen Drâa

La Figure 50 présente le profil en long du Moyen Drâa dans la zone des palmeraies. Sur les 245
km parcourus, avec une pente moyenne très faible, à peine de 1.75 pour mille. Comprise entre
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 61
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

1.5 et 2.2 pour mille dans les feijas, la pente est plus faible dans les foums où elle ne dépasse
pas 2 pour mille. Cette constatation permet déjà de comprendre le faible rôle de ces seuils dans
les échanges entre nappes.

Figure 50. Profil en long du moyen Drâa dans la zone des palmeraies
7.1.1 UNITE DE MEZGUITA
Extension spatiale :
La nappe de Mezguita est située en amont du moyen Drâa. Elle s’étend sur une longueur
de 40 km. Sa superficie totale est d’environ 45 km2 (Figure 51). Elle est limitée en aval par le
seuil de Tansikht.
Figure 51. Extension spatiale de la nappe de Mezguita

Seuil de
Tansikht
Agdz

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 62
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

L’eau de cette nappe circule dans les formations détritiques d’âge Plio-Quaternaire. Cette
unité assure l’alimentation en eau potable du centre d’Agdz.
Caractéristiques de l’aquifère :
La coupe type de remplissage reconnue par sondage comprend du haut en bas (Figure 53):
- 4 m de limons ;
- 5 m de sables moyens et graviers ;
- 5 m de sables grossiers avec galets ;
- le bed rock schsiteux ou gréseux.
L’épaisseur de l’aquifère ne dépasse pas 20 m, avec une moyenne de l’ordre de 10 m.

Points d’eau
Le secteur de la nappe est à prédominance de puits (

Figure 52 ) : Sur les 160 points inventoriés (Figure 54) on compte 147 puits (91%), 12 forages
(8%) et 1 sondage (1%).

Puits Forages Sondages


1; 1%
12; 8%

147; 91%

Figure 52. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Mezguita

La Figure 55 montre la répartition spatiale des profondeurs totales des points d’eau captant la
nappe de Mezguita. Près de 90 % des captages réalisés ont une profondeur totale comprise
entre 1 et 20m.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA 63

Mezguita Tinzouline Ternata Fezouata Ktaoua Mhamid

Figure 53. Coupes type des unités alluviales du Moyen Drâa

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 64
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 54. Situation géographiques des points d’eau captant la nappe de Mezguita

Figure 55. Profondeurs totales des points d’eau captant la nappe de Mezguita

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 65
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Figure 56. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

70

60

50

Fréquence (%)
40

30

20

10

0
[0-10] ]10-20] ]20-40] ]40-80] ]80-100]
Profondeur totale (m )

La profondeur du niveau d’eau est variable et dépend de la topographie. Dans les zones basse l’eau
est quasi-affleurante, mais les profondeurs peuvent atteindre 40 m, par endroit. La moyenne est de
10 m.
Productivité :
La Figure 57 visualise la productivité des points d’eau IRE dont les débits sont disponibles.(26
points). La productivité varie largement d’un minimum de 0,1 l/s) plus de 60 l/s. la moyenne est de
l’ordre de 20 l/s
Prés de 15% des captages ont un débit faible, inférieur à 0.5 l/s. Les ouvrages dont les productivités
sont plus importantes, supérieurs à 10 l/s sont concentrés le long de la vallée et représentent environ
43 %.
Figure 57. Débits des points d’eau captant la nappe de Mezguita

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 66
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

45

40

35

30

Fréquence (%)
25

20

15

10

0
[0.1-0.5] ]3-5] ]5-10] ]10-69]
Débit (l/s)

Figure 58. Productivité des captages d’eau souterraine

Paramètres hydrodynamiques :
- Transmissivité
On dispose de 28 valeurs de transmissivités. Les points d’eau testés par un essai de pompage
ainsi que les valeurs de transmissivité correspondantes sont reportés en annexe 3.
Les transmissivités sont comprises dans l'intervalle [1.5×10-3m2/s;1.3×10-1m2/s]. La moyennes
est de l’ordre de 4.6 ×10-2 m2/s (écart type : 3 ;6 10-2).
- La conductivité hydraulique
Les valeurs de conductivité hydraulique K ont été déduites de celles de la transmissivité issues
des essais de pompage. Les valeurs varient entre 8.7×10-4 m/s et 3.1×10-2 m/s avec une valeur
moyenne de 7.1×10-3 m/s (écart type : 6,5 10-3).
- Le coefficient d’emmagasinement est de l’ordre de 5%.

Piézométrie :
La Figure 59 présente la carte piézomètrique de la nappe de Mezguita pour l’année 2003. Elle a
été tracée sur la base de 33 points d’eau issus de l’enquête points d’eau réalisée dans le cadre
de l’étude de dégagement des ressources en eau de la province de Zagora.
L'observation de cette carte montre des courbes isopiézes parallèles entre elles. L'allure générale
des lignes de courant prend une orientation nord-sud/est-ouest.
Les valeurs du gradient hydraulique varient entre 1 ‰ et 5 ‰. Les valeurs les plus faibles (1 ‰)
sont enregistrées dans la partie avale de la nappe. Dans la partie amont, les gradients
hydrauliques déterminés entre les isopièzes 925 m et 920 m sont de l’ordre de 5 ‰.
Les épaisseurs saturées de la nappe sont faibles et varient entre 1.5 et 5.5 m.
L'évolution piézométrique de cette nappe (Figure 60) montre des variations plus au moins
régulières d’amplitude faible entre 1964 et 1978 à l’exception de 1975 où on remarque une

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 67
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
remontée notable du niveau de la nappe de l’ordre de 5 m. A partir de 1979 des fluctuations de
remontée s’établissent. Ensuite une baisse brutale de 4 m entre 1980 et 1985 est enregistrée
suite aux années sèches. Le niveau le plus bas s’établit entre 1983 et 1985. Une remontée
brutale de 4 m s’opère en 1988.
De 1990 à 2000, on note des variations plus ou moins régulières d’amplitude faible avec une
tendance légère à la baisse.
Cette évolution piézomètrique reflète l’évolution du stock d’eau de surface et par conséquent des
lâchés à partir du barrage Mansour Eddahbi et les baisses brutales découlent de l’exploitation
intensive durant la période de déficit hydrique.
Figure 59. Carte piézomètrique de la nappe de Mezguita (2003)

Figure 60: Evolution Piézomètrique IRE 240/64 -Nappe de Mezguita

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 68
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Géochimie :
La salinité de la nappe de Mezguita mesuré au niveau des 75 points d’eau montre des valeurs
variant entre 01 g/l et 2 g/l et une moyenne de 0.92 g/l (écart type : 0,44) .sur ces points l’eau
jugée (
Figure 61).
- de très bonne qualité (RS< 0.5 g/l) sur 17 % des points;
- de bonne qualité (entre 0,5 et 1 g/l) sur 44% des points;
- de moyenne qualité (entre 1 et 2 g/l) sur 39 % des points.
Les eaux souterraines de cette nappe sont carbonatées calcique douces, chlorurées.

Figure 61. Salinité des eaux de la nappe de Mezguita

50

45

40

35
Fréquence (%)

30

25

20

15

10

0
[0.06-0.5] ]0.5-1] ]1-2]

Résidu sec (g/l)

Essai de bilan hydraulique. :


Les prélèvements
Plus de 800 stations de pompage ont été recensées dans cette unité (ORMVAO).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 69
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
La moyenne annuelle des prélèvements agricoles par pompage, par khettaras, et par dérivation des
eaux des résurgences s’élève à 9.8 Mm3.
Les apports
- Les apports souterrains des oueds latéraux sont estimés à 4.7 Mm3
- Les apports par l’oued Draa sont de l’ordre de 2.5 Mm3
- Les apports par irrigation sont estimés à 4.3 Mm3
- Le sous écoulement transitant au niveau de seuil Agdez sont de l’ordre de 0.3 Mm3
Soit un total des apports de l’ordre de 11.8 Mm3.
De ces valeurs de terme de bilan, il ressort un excédent, cet excédent ne peut s’opérer que par suite
d’un régime régulier de fourniture d’eau par le barrage Mansour Eddahbi et se manifeste par des
résurgences. L’historique piézométrique montre une évolution en dent de scie avec des creux pour
les années de déficits hydriques, autour d’un niveau piézométrique d’équilibre général.

7.1.2 UNITE DE TINZOULINE

Extension spatiale : ,

Elle s’étend à l'aval de la nappe de Mezguita sur une superficie de 69 Km² à partir du seuil de
Tansikht jusqu’au Foum Azlag. Le réservoir est constitué par les formations détritiques du
Quaternaire moyen et récent.

Figure 62. Extension spatiale de la nappe de Tinzouline

Seuil de
Tansikht

Foum Azlag

Lithologie de l’aquifère :
Les terrains généralement rencontrés dans les captages de la Tinzouline comprend du haut en
bas (Fig.53):
- 4 m de limons et argiles de couverture ;
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 70
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
- 13 m de sables, graviers et galets ;
- le substratum schsitogréseux.
Le recoupement de logs de plusieurs captages permet d’établir un profil synthétique de la nappe
(Figure 63). L’analyse de ce profil montre que les dépôts plioquaternaires ont des épaisseurs
inégales, mais ne dépasse pas 20 m, avec une moyenne voisine de 10 m.

Figure 63. Profil synthétique de la nappe de Tinzouline

Points d’eau :
La

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 71
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
FIGURE 64 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés dans la
nappe de Tinzouline. Sur un inventaire de 213 points, on compte 176 puits (82%), 21 forages
(10%) et 16 sondages (8%), (Erreur ! Source du renvoi introuvable.).

Figure 64. Situation géographique des points d’eau captant la nappe de Tinzouline

Puits Forages Sondages


16; 8%

21; 10%

176; 82%

La Figure 65 montre la répartition spatiale des profondeurs totales des points d’eau captant la nappe
de Tinzouline. Près de 61% des captages réalisés ont une profondeur totale inférieur à 20m (Figure
57). Les ouvrages les plus profonds (> 80m) se situent le long de la vallée et représentent 18% des
points d’eau réalisés.

45

40

35

30
Fréquence (%)

25

20
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
15
Volume 1 : Ressources en eau souterraines

10

0
[0-10] ]10-20] ]20-40] ]40-80] ]80-100] ]100-130]
Profondeur totale (m )
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 72
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 65. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

La profondeur de l’eau est très variable, elle varie entre 1 et 30 m. La profondeur moyenne est de
l’ordre de 10 m.

Figure 66. Profondeurs totales des points d’eau captant la nappe de Tinzouline
G- Productivité
La 30

25

20
Fréquence (%)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


15 Volume 1 : Ressources en eau souterraines

10

0
[0.02-0.5] ]0.5-1] ]1-3] ]3-5] ]5-10] ]10-69]
Débit (l/s)
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 73
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

FIGURE 67 visualise la productivité des points d’eau IRE dont les débits sont disponibles (50
ouvrages) La productivité des points d’eau varie entre 0.02 l/s et 60 l/s avec une moyenne de 11.2 l/s
(écart type 17,3). Prés de 22% des captages ont un débit faible, inférieur à 0.5 l/s. Les ouvrages dont
les productivités sont plus importantes, supérieurs à 10 l/s sont concentrés le long de la vallée et
représentent environ 28 %.

Figure 67. Productivité des captages d’eau souterraine

Paramètres hydrodynamiques :
- Transmissivité
On dispose de 16 valeurs de transmissivités (annexe3). Ces valeurs sont comprises entre 8×10-4m2/s
et 1×10-1m2/s. La transmissivité moyenne est de l'ordre de 1.72 ×10-2 m2/s.
L’hétérogéneité des dépôts et la répartition inégale des divers niveaux Quaternaire expliquent les
valeurs très différentes des transmissivités mesurées.

Figure 68. Transmissivités de l’aquifère de Tinzouline

60

50

40
Fréquence (%)

30

20

10

0
<10-4 ]10-4-10-3] ]10-3-10-2] ]10-2-10-1]
Transm issivité (m 2/s)

- La conductivité hydraulique

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 74
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Les valeurs de conductivité hydraulique de l’aquifère de Tinzouline varient entre 3.92×10-5 m/s et
1.72×10-2 m/s avec une valeur moyenne relativement importante de 2.06×10-3 m/s.

- Le coefficient d’emmagasinement entre 2 et 20 % avec une moyenne de l’ordre de 5%.

Piézométrie :
La carte piézomètrique de la nappe de Tinzouline pour l’année 2003 (

Figure 69) a été tracée sur la base de 15 points.


L'observation de cette carte montre des courbes isopiézes parallèles entre elles. L'allure générale
des lignes de courant prend une orientation nord-ouest/sud-est.
Les valeurs du gradient hydraulique varient entre 1.5 ‰ et 16 ‰. Les valeurs les plus fortes (7 et
16 ‰) sont enregistrées dans l’extrémité avale et au centre de la nappe. Les gradients
hydrauliques déterminés entre les isopièzes 785 m et 780 m sont de l’ordre de 1.5 ‰.
La carte des épaisseurs saturées de la nappe de Tinzouline (
Figure 70) montre que les tranches saturées sont faibles et varient entre 1.5 et 4.5 m.

Figure 69 - Carte piézomètrique de la nappe de Tinzouline –Année 2003-

Figure 70 - Carte des épaisseurs saturées de la nappe de Tinzouline (2003)

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 75
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 76
HYDRAULIQUE DU DRAA

Les relevés piézomètriques s’étalent sur une période de 5 à 11 ans (entre février 1989 et décembre
2000). Les piézomètres 233/64, 793/73 et 838/73 fournissent des données mensuelles du niveau de la
nappe, mais présentent des lacunes.
Au niveau du piézomètre 233/64, On a enregistré une baisse globale de 2.25 m entre février 1989
et décembre 2000. Cette baisse globale est cependant jalonnée par des remontées dues aux
lâchers d’eau à partir du barrage Mansour Eddahbi (
Figure 71).

Figure 71. Evolution piézomètrique du piézomètre IRE 233/64

août - 87 déc- 88 ma i - 9 0 sept - 91 j anv- 93 j ui n- 94 oct - 95 ma r s - 9 7 j ui l - 98 déc- 99 avr -01 sept - 02

-4

-5

-6

-7

-8

-9

-10

-11

-12 I R E n° 233/ 64

Pour le piézomètre 793/73, l’historique piézomètrique pour la période avril 1989-Aout 1989 (
Figure 72) montre une baisse de 0.5 m, une hausse de 0.9 m entre aout 1989 et décembre 1989, une
baisse brutale de 1.6 m entre décembre 1989 et septembre 1990 suivie d’une remontée de 1 m entre
septembre 1990 et juin 1994. Cette évolution reflète le mode de gestion du barrage Mansour Eddahbi.

Figure 72. Evolution piézomètrique du piézomètre IRE 793/73

déc-88 j ui l - 89 j anv- 90 août - 90 ma r s - 9 1 sept- 91 avr -92 oct - 92 ma i - 9 3 nov- 93 j ui n- 94

-3, 5

-3, 7

-3, 9

-4, 1

-4, 3

-4, 5

-4, 7

-4, 9

-5, 1

-5, 3

-5, 5 I R E n° 7 93/ 73

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 77
HYDRAULIQUE DU DRAA

Pour le piézomètre 838/73, l’historique piézomètrique pour la période février 1989-Juin 1995 montre une
tendance générale à la baisse de l’ordre de 1.5 m. Une remontée de 1.5 m du niveau de la nappe a été
enregistrée durant la période de septembre 1992 à avril 1992.

Figure 73. Evolution piézomètrique du piézomètre IRE 838/73

déc- 88 ma i - 9 0 sept - 91 j anv- 93 j ui n- 94 oct - 95

-3,5

-4

-4,5

-5

-5,5

-6

-6,5

-7 I R E n° 838/ 73

J- Géochimie
La Figure 75 présente la salinité des eaux de la nappe de Tinzouline. On remarque que, globalement, la
salinité de la nappe de Tinzouline est plus importante que celle de la npaae de Mezguita. Cette salinité
varie entre 0.2 g/l et 4 g/l avec une moyenne de 1.15 g/l.
La salinité augmente en allant de l’amont vers l’aval. La minéralisation de l’eau est bonne pour 38% des
points d’eau analysés, moyenne pour 34% et mauvaise pour 16%.

Figure 74. Salinité des eaux de la nappe de Tinzouline

45

40

35

30
Fréquence (%)

25

20

15

10

0
Très bonne Bonne Moyenne Mauvaise
Minéralisation

Les faciès chimiques des eaux souterraines sont très variables bicarbonatées calciques douces,
chlorurées calciques, chlorurés sodiques, et bicarbonatées sodiques.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 78
HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 75. Carte de salinité de la nappe alluviale de Tinzouline

Essai de bilan hydraulique : .


Les prélèvements
Plus de 1100 stations de pompage ont été recensées dans cette unité (ORMVAO).
La moyenne annuelle des prélèvements agricoles par pompage, par khetaras, et par dérivation des eaux
des résurgences s’élève à 24.5 Mm3
Les apports
- Les apports souterrains des oueds latéraux sont estimés à 7.9 Mm3
- Les apports par l’oued Draa sont de l’ordre de 3.6 Mm3
- Les apports par irrigation sont estimés à 7 Mm3
- Le sous écoulement transitant au niveau de seuil Tansikht sont de l’ordre de 0.5 Mm3
- Soit un total des apports de l’ordre de 19 Mm3.
De ces valeurs de terme de bilan, il ressort un déficit de l’ordre de 5.5 Mm3, ce déficit explique l’évolution
très variable du niveau piézométrique mettant en évidence une tendance à la baisse.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 79
HYDRAULIQUE DU DRAA

7.1.3 UNITE DE TERNATA

Extension spatiale :,
La nappe de Ternata s’étend entre le foum Azlag et le seuil de Zagora sur une superficie de 224
Km² (
Figure 76). Elle s’écoule dans les formations détritiques récentes du Quaternaire.

Figure 76.Extension spatiale de la nappe de Ternata

Foum Azlag

Seuil de
Zagora

Caractéristiques de l’aquifère :
La coupe type de remplissage des formations aquifères de la nappe de Ternata est consignée dans la
figure 53. Cette coupe comprend du haut en bas :
- 3 m de terrain de couverture à dominante de limons ;
- 17 m d’alluvions grossières sableuses dont 3 à 4 m en moyenne sont cimentés pour donner
une intercalation conglomératique ;
- le bed rock schisteo-gréseux.
L’épaisseur de l’aquifère ne dépasse pas 20 m (IRE 1292/73 et 1337/73), avec une moyenne de l’ordre
de 15 m

Points d’eau
La
Figure 77 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés dans la nappe de Ternata.
Sur les 414 points inventoriés, on note la prédominance des puits (395 puits).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 80
HYDRAULIQUE DU DRAA

Puits Forages Sondages


10; 2% 9; 2%

395; 96%

Figure 77. Situation géographique des points d’eau captant la nappe de Ternata

La Figure 78 montre la répartition spatiale des profondeurs totales des points d’eau captant la nappe
de Ternata et dont les données sont disponibles.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 81
HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 78 - Profondeurs totales des points d’eau captant la nappe de Ternata

Près de 26 % des captages réalisés ont une profondeur totale inférieure à 20m (Figure 79). Les
ouvrages les plus profonds (> 80m) représentent 25% des points d’eau réalisés.

30

25

20
Fréquence (%)

15

10

0
[7-10] ]10-20] ]20-40] ]40-80] ]80-100]
Profondeur totale (m )

Figure 79. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 82
HYDRAULIQUE DU DRAA

La profondeur moyenne de l’eau est de 15 m mais peut atteindre 50 m. Au niveau des points bas, la
profondeur peut être inférieure à 1 m.
Productivité :
Sur les 504 points d’eau inventoriés au niveau du fichier IRE pour la nappe de Ternata, seuls 17 points
disposent de valeurs de productivité. Celle-ci varie entre 0.1 l/s et 24 l/s avec une moyenne de 4.25 l/s
(Tab).

Paramètres hydrodynamiques :

Seuls 4 valeurs de transmissivités et 4 valeurs de conductivités hydrauliques sont disponibles pour la


nappe de Ternata (Tableau 11).

Tableau 11. Paramètres hydrodynamiques de l’aquifère de Ternata

X Y Z Transmissivité Conductivité
Type N°IRE
(km) (km) (m) m²/s hydraulique (m/s)
Puits 903/73 460.300 374.200 723 5.35E-02 2.68E-03
Puits 183/73 460.850 379.500 736 4.72E-03 2.36E-04
Puits 184/73 461.000 379.000 733 1.28E-03 6.40E-05
Puits 14/73 457.400 373.300 730 1.95E-02 9.75E-04

Les transmissivités varient entre 1.28×10-3 m2/s et 5.35×10-2 m2/s. La transmissivité moyenne est de
l'ordre de 1.98×10-2 m2/s.

Les valeurs de conductivité hydraulique sont comprises entre 6.4×10-5 m/s et 2.68×10-3 m/s avec une
valeur moyenne relativement importante de 9.88×10-4 m/s.
Le coefficient d’emmagasinement est de l’ordre de 5%.

Piézométrie :
La carte piézométrique la plus récente de la nappe de Ternata date de 2003 (
Figure 80). Elle a été tracée sur la base de 12 points d’eau.
L'allure générale des lignes de courant prend une orientation nord-ouest/sud-est. Les valeurs du
gradient hydraulique varient entre 1.5 ‰ et 5 ‰.
Les épaisseurs saturées de la nappe de Ternata sont plus importantes comparativement à celles de
Tinzouline et Mezguita et varient entre 2 et 8 m.
Le réseau de contrôle de la nappe de Ternata est composé de 8 piézomètres qui couvrent l’essentiel
de l’aire couverte par la nappe. Les historiques piézométriques permettent de rendre compte des
fluctuations saisonnières du niveau de la nappe de Ternata. Ces relevés s’étalent sur une période de
14 ans (entre 1987 et 2001). Pendant cette période les mesures avait une cadence mensuelle. Mais
depuis, le réseau est à l’arrêt.
L'évolution piézométrique de cette nappe (Figure 82) montre des tendances générales à la baisse entre
1987 et 2001 qui peuvent atteindre 7m dans la partie amont (576/73 et 622/73), 3 à 5 m dans les
piézomètres 904/73, 1057/73, 809/73, 257/73 et 1 à 2m dans les piézomètres 898/73 et 258/73.
Les baisses importantes enregistrées sont liées à l’effet conjugué de la sécheresse et de l’exploitation
intensive de la nappe pendant les périodes de déficit hydrique. Toutefois, des remontées brusques du
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 83
HYDRAULIQUE DU DRAA

niveau peuvent être enregistrées dans tous les piézomètres suite aux lâchers d’eau à partir du barrage
Mansour Eddahbi.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN 84
HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 80 - Carte piézomètrique de la nappe de Ternata (2003)

Géochimie :
La salinité de la nappe de Ternata varie dans un grand intervanlle (0.24 g/l et 9 g/l) avec une moyenne
de 1,6 g/l (Figure 81). En fait, cette variation d’observe plus suivant un gradient amont-aval de la vallée,
mettant en évidence un concentration continue des eaux en sels.
La minéralisation de l’eau est bonne pour 20% des points d’eau analysés, moyenne pour 32% et
mauvaise pour 34%.

40

35

30

25
Fréquence (%)

20

15

10

0
Très bonne Bonne Moyenne Mauvaise
Minéralisation

Figure 81. Salinité des eaux de la nappe de Mezguita

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA 85
IRE 576/73
744

IRE 622/73 742 742 IRE 904/73


750

Niveau piézométrique (m)
741
740
748
740
Niveau piézométrique (m)

Niveau piézométrique (m)
746 738
739
744
736 738
742 737
734
740 736

738 732 735

736 734
730
733
734 août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01
août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01 732
août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01

IRE 1057/73
757 IRE 809/73
730
756
729
755
Niveau piézométrique (m)

728

Niveau piézométrique (m)
754 727

753 726

752 725

751 724

750 723
IRE 898/73
732 722
749
721
748 730
août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01 720
Niveau piézométrique (m)

728 août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01

726

724

722

720

718
août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01 IRE 257/73
718
IRE 258/73
720
717

Niveau piézométrique (m)
719
Niveau piézométrique (m)

716
718

715
717

716 714

715 713

714
712

713
août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01
août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01

Figure 82 - Suivis piézomètriques de la nappe de Ternata

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 86
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Essai de bilan hydraulique :


Les prélèvements
Plus de 1300 stations de pompage ont été recensées dans l’unité de Ternata (ORMVAO).
La moyenne annuelle des prélèvements agricoles par pompage, par khetaras, et par dérivation
des eaux des résurgences s’élève à 37.2 Mm3
Les apports
- Les apports souterrains des oueds latéraux sont estimés à 4.4 Mm3
- Les apports par l’oued Draa sont de l’ordre de 2.6 Mm3
- Les apports par irrigation sont estimés à 16 Mm3
- Le sous écoulement transitant au niveau de seuil Ifly sont de l’ordre de 0.6 Mm3
- Soit un total des apports de l’ordre de 23.6 Mm3.
De ces valeurs de terme de bilan, il ressort un déficit de l’ordre de 13.6 Mm3.

7.1.4 UNITE DE FEZOUATA

Extension spatiale :
Entre le seuil de Zagora et le seuil d’Azaghar s’étend la nappe alluviale libre de Fezouata
couvrant une superficie de l’ordre de 110 Km2 (Figure 83) La forme générale de l’aquifère
correspond à une cuvette à substratum schisteux, comblée par des dépôts alluvionnaires du
Quaternaire moyen et récent.

Seuil de
Zagora

Seuil
d’Azaghar

Figure 83. Extension spatiale de la nappe de Fezouata

Caractéristiques de l’aquifère :
En se basant sur de nombreuses coupes des points d’eau obtenues à partir du fichier IRE, il est
possible d’établir une coupe type de haut en bas de l’aquifère comme suit (Fig.53).
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 87
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
ƒ 5m de limons de couverture, de nature sableuse ;
ƒ 13m de formations alluvionnaires grossières plus ou moins cimentées pour donner des
conglomérats peu perméables ;
ƒ le substratum schisteux
.
Puissance de l’aquifère :
Les deux profils synthétiques 1 et 2 (Figure 84) montrent que l’épaisseur de l’aquifère de
Fezouata varie de quelques mètres à plus de 30 m (IRE 1356/73). L’épaisseur moyenne est de
l’ordre de 15 m.
La coupe 1 montre qu’en amont de l’aquifère, les épaisseurs des formations plioquaternaires
sont plus importantes (33 m dans le sondage 1356/73). Elles sont de l’ordre de 14 m dans la
partie centrale et passent à 23 m en aval (IRE 141/73). Cette variation des épaisseurs est
également visible sur la coupe transversale numéro 2 : l’épaisseur des alluvions est plus
importante au centre (14 m dans le sondage 149/73). Elle devient plus réduite vers les
bordures.

Coupe 1 Coupe 2

Figure 84 : coupe synthétique de la nappe de Fezouata

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA 88

Figure 85 - Logs stratigraphiques des points d’eau

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 89
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Points d’eau :
En l’absence d’un inventaire exhaustif des points d’eau au niveau de la nappe de Fezouata, nous
reportons sur la Figure 86 les 51 points inventoriés sur le fichier IRE. L’effectif de ces points est loin
de représenter l’ensemble des points de prélèvements existant.

Puits Forages Sondages

9; 18%

19; 37%

23; 45%

Figure 86. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Fezouata

En terme de profondeurs, 52% des captages répertoriés ne dépassent pas 20 m et seuls 3


dépassent les 80 m (

FIGURE 87 ).

50

45

40

35
Fréquence (%)

30

25

20

15

10

0
[0-10] ]10-20] ]20-40] ]40-80] ]80-101]
Profondeur totale (m )

Figure 87. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

La profondeur moyenne de l’eau par rapport est de l’ordre de 11 m, mais elle peut atteindre un

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 90
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
maximum de 50 m sur les points topographiquement hauts. En zone basse, la profondeur peut être
inférieure à 1 m
Productivité :
Sur la base de 23 points d’eau, La productivité des ouvrages varie entre 0,1 l/s et 15 l/s et est en
moyenne de 6,3 l/s (Figure 88). Les captages à forte productivité (plus de 10 l/s) sont généralement
situés le long de la vallée à proximité de l’axe de l’écoulement dans l’oued.

40

35

30
Fréquence (%)

25

20

15

10

0
[0.1-0.5] ]0.5-1] ]1-3] ]3-5] ]5-10] ]10-14.3]
Débit (l/s)

Figure 88. Productivité des captages d’eau souterraine

Paramètres hydrodynamiques
- Transmissivité
On Dispose de 18 valeurs de transmissivités (annexe 3). Ces dernières varient de 1×10-4m²/s à
3.5×10-2m2/s. La valeur moyenne est de l'ordre de 5.6 ×10-3 m2/s.

L’hétérogéneité des dépôts et la répartition inégale des divers niveaux Quaternaire expliquent les
valeurs très différentes des transmissivités mesurées.
- La conductivité hydraulique
Les valeurs de conductivité hydraulique K ont été déduites de celles de la transmissivité issues des
essais de pompage. Les valeurs rencontrées varient entre 4. ×10-6 m/s et 3.2×10-3 m/s avec une
valeur moyenne de 5.0×10-4 m/s.
- Le coefficient d’emmagasinement est de l’ordre de 5%

Piézométrie
La carte piézométrique la plus récente disponible est celle établie en

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 91
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 89. Cette carte permet de confirmer la nautre libre à surface régulière de la nappe. La
direction générale de l’écoulement est nord-ouest/sud-est. Le gradient hydraulique varie entre 1 ‰ et
2.5 ‰.

Le réseau de contrôle de la nappe de Fezouata est composé de 7 piézomètres. Les relevés dispoible
couvrent la période 1989 – 2000, soit 11, toutefois tous les piézomètres n’ont pas couvert cette
période en totalité.

Figure 89 - Carte piézomètrique de la nappe de Mezguita (2003)

L'évolution piézométrique de cette nappe (Figure 91) montre des variations plus ou moins régulières
d’amplitudes variables. Des remontées brutales du niveau de la nappe sont observés et
correspondent aux lâchers du barrage.
Le piézomètre 897/73 possède une série de données mensuelles entre 1989 et 2000. Il est localisé
dans la partie amont de la nappe. Le niveau d’eau dans ce piézomètre montre une remontée de 7 m
entre avril 1989 et mai 1995. Entre mai 1995 et décembre 2000, le niveau de la nappe a chuté de 8
m.
Le piézomètre 906/73 situé plus en aval, montre un comportement différent par rapport aux autres
piézomètres. Une hausse de 2 m du niveau piézomètrique de la nappe est enregistrée dans ce
piézomètre entre mai 1990 et janvier 2000.

Géochimie :
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 92
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
La caractérisation de la salinité des eaux de la nappe a été établie sur la base de 32 points de
mesure. Cette salinité varie entre 0.7 g/l et 7 g/l et une moyenne de 2. g/l. Elle augmente de l’amont
vers l’aval dans le sens de l’écoulement.
A partir de la prospection du terrain, il a été remarqué qu’au-dessus de la nappe, des zones incultes
à efflorescences blanchâtres s’individualisent à l’approche du foum aval et des zones basses où le
niveau d’eau est proche du sol. Une évolution positive verticale de la salinité est observée. La
confrontation Résidus sec profondeur totale des points d’eau met en évidence une évolution
verticale. En effet, plus la profondeur des puits augmente jusqu’à atteindre le substratum schisteux
plus la salinité augmente, ceci ne peut être expliqué que par les faibles échanges en profondeur
qu’en surface et donc par le renouvellement à partir des eaux de surface.

Il ressort de toutes les analyses chimiques effectuées que les faciès rencontrés sont de type (Figure
90) :
1- chlorure et sulfate, calcique et magnésien ;
2- chlorure sodique et potassique sulfate sodique ;
3-bicarbonate calcique et magnésien

Figure 90. Composition chimique des eaux souterraines de la nappe9

9
Apport des techniques geo-spatiale pour la caractérisation de la qualité des eaux souterraine des oasis de la vallée de Draa – cas de la nappe de
fezouata 2000
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
IRE n° 892/73 IRE n° 894/73
700.0 695
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES
694 EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA 93
699.5

Niveau piézomètrique (m)


Niveau piézomètrique (m)
693
692
699.0
691
698.5 690
689
698.0
688
687
697.5
686
697.0 685
août-87 mai-90 janv.-93 oct.-95 juil.-98 avr.-01 août-87 mai-90 janv.-93 oct.-95 juil.-98 avr.-01

IRE n° 159/73
704.00 IRE n° 906/73
654.50
703.50
Niveau piézomètrique (m)

654.00

Niveau piézomètrique (m)


703.00
653.50

702.50 653.00

702.00 652.50

652.00
701.50
651.50
701.00
651.00
déc.-88 juil.-89 janv.-90 août-90 mars-91 sept.-91 avr.-92 oct.-92 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01

IRE n° 134/73
677.00

676.50
Niveau piézomètrique (m)

676.00

675.50

675.00

674.50

674.00
déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01 sept.-02

IRE n° 17/73 IRE n° 190/73


670.00 661.00
669.50 660.50

Niveau piézomètrique (m)


Niveau piézomètrique (m)

669.00 660.00
668.50 659.50
668.00
659.00
667.50
658.50
667.00
658.00
666.50
657.50
666.00
657.00
665.50
665.00 656.50
déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95
déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98

Figure 91. Suivis piézomètriques de la nappe de Fezouata

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 94
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Essai de bilan hydraulique :.


Les termes du bilan moyen de la nappe de Fezouata sont consignés au Tableau 12 :
Tableau 12 Bilan moyen de la nappe alluviale de Fezouata (Données en Mm3) 10
Concepts Entrées Sorties
Entrées
Infiltration efficace 0.55
Infiltration des lâchers du barrage Mansour Ed Eddahbi 6.5
Apport souterrain au droit des seuils 0.8
Apport souterrain à partir des sous-écoulements des oueds feija 2.24
Total des entrées 10.09
Sorties
Résurgences 2.07
Prélèvements 11
Perte à l’aval des foums 0.53
Total des sorties 13.6
Bilan -3.51

De ce tableau, il ressort que le bilan relatif à la nappe de Fezouata est légèrement déséquilibré.
L’historique piézométrique montre une évolution en dent de scie avec des creux pour les années de
déficits hydriques accentués, au tour d’un niveau piézométrique d’équilibre générale.

7.1.5 UNITE DE KTAOUA

Extension spatiale : ,
A l'aval du foum de Takka, s'étend la nappe de Ktaoua sur une superficie de 564 Km2 jusqu'au Foum
de Tidri. Elle constitue la nappe alluviale la plus étalée de la province de Zagora. L'eau de cette
nappe circule dans les formations détritiques du Quaternaire moyen et récent. Le substratum est
constitué par les schistes du Ktaoua appartenant à l'Ordovicien.
Figure 92. Extension spatiale de la nappe de Ktaoua

Foum de
Takka

Foum de
Tidri

10
Apport des techniques geo-spatiale pour la caractérisation de la qualité des eaux souterraine des oasis de la vallée de Draa – cas de la nappe de
fezouata 2000

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 95
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Caractéristiques de l’aquifère :
En se basant sur plusieurs coupes des points d’eau IRE, la coupe type du remplissage alluvial
quaternaire de la nappe de Ktaoua peut être établie, de haut en bas,comme suit (Fig.53);
ƒ 5m de limons de couverture ;
ƒ 25m de formations alluvionnaires grossières sableuses dont la moitié apparaît cimentée avec
un aspect conglomératique ;
ƒ le substratum schisteux.
La Figure 93 montre les logs stratigraphiques des points d’eau IRE (421/82, 423/82 et 430/82) captant
la nappe de Ktaoua.
Figure 93. Logs stratigraphiques des points d’eau IRE 421/82, 423/82 et 430/82

Puissance de l’aquifère :
Les deux profils synthétiques (Figure 94) montrent que l’épaisseur de l’aquifère de Ktaoua est
variable et dépasse les 20 m. L’épaisseur moyenne est de l’ordre de 15 m.

Coupe E-W) (Coupe N-S)

Figure 94. Profil synthétique de la nappe de Ktaoua


MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 96
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Les épaisseurs des formations plioquaternaires sont plus importantes dans la partie centrale avec 29
m dans le sondage 423/82.
Points d’eau :
La Figure 95 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés dans la nappe de
Ktaoua. Sur les 23 points inventoriés on compte 12 forages (52%) et 11 sondages (48%)

Forages Sondages

11; 48%
12; 52%

Figure 95. Points d’eau inventoriés dans la nappe de Ktaoua

En terme de profondeurs, près de 72 % des captages réalisés ont une profondeur totale comprise
entre 20 et 40m (Figure 96) Les ouvrages les plus profonds (> 80m) sont au nombre de 2.
80

70

60
Fréquence (%)

50

40

30

20

10

0
]10-20] ]20-40] ]40-80] ]80-101]
Profondeur totale (m )

Figure 96. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

La profondeur de l’eau est très variable, elle varie entre 3 et 50 m. La profondeur moyenne est de
l’ordre de 18 m.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 97
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Productivité :
La

Figure 97 visualise la productivité des points d’eau IRE dont les débits sont disponibles.
La productivité des points d’eau varie entre 0.8 l/s et 18 l/s avec une moyenne de 7.46 l/s
Généralement la productivité des ouvrages est moyenne à bonne. 36 % des points d’eau ont des
débits supérieurs à 10 l/s.

40

35

30
Fréquence (%)

25

20

15

10

0
]0.5-1] ]1-3] ]3-5] ]5-10] ]10-17.8]
Débit (l/s)

Figure 97. Productivité des captages d’eau souterraine

Paramètres hydrodynamiques :
- Transmissivité
On dispose de 20 valeurs de transmissivités (Annexe 3). Celles-ci sont comprises entre 1×10-
5
m2/s;3×10-3 m2/s, avec une moyenne de l'ordre de 1.05 ×10-3 m2/s.

L’hétérogéneité des dépôts et la répartition inégale des divers niveaux Quaternaire expliquent les
valeurs très différentes des transmissivités mesurées.
- La conductivité hydraulique
Les valeurs de conductivité hydraulique de l’aquifère de Ktaoua varient entre 5×10-7 m/s et 1.08×10-4
m/s avec une valeur moyenne relativement faible de 4.51×10-5 m/s.
- Le coefficient d’emmagasinement : les valeurs typiques varient entre 1 et 7 % (moyenne : 5%)
Piézométrie
La carte de la Figure 98 illustre la carte piézomètrique de la nappe de Ktaoua pour l’année 2003.
Elle a été tracée sur la base de 20 points d’eau. L'observation de cette carte montre que
l'écoulement général de la nappe prend une orientation nord-est/sud-ouest dans sa partie amont
et nord-ouest/sud-est dans sa partie avale.
Les valeurs du gradient hydraulique varient entre 1 ‰ et 8 ‰. Les valeurs les plus faibles (1 et 4
‰) sont enregistrées dans la partie amont de la nappe. Dans la partie avale, les gradients
hydrauliques déterminés entre les isopièzes 570 m et 560 m sont de l’ordre de 8 ‰.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 98
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Le réseau de contrôle de la nappe de Ktaoua est composé de 7 piézomètres. Les relevés
piézométriques s’étalent sur une période d’un an à 11 ans (entre 1989 et 2000). Ils ont été établis
à partir des données du réseau de surveillance de la nappe.
L'évolution piézométrique de cette nappe (Figure 99) montre des tendances générales à la baisse.
Des remontées brutales du niveau de la nappe ont été enregistrées dans tous les piézomètres et qui
s’établissent corrélativement aux lâchers d’eau à partir du barrage Mansour Eddahbi.

Figure 98. Carte piézomètrique de la nappe de Ktaoua –Année 2003-

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA 99

IRE n° 68/74
618.5

618

Niveau piézomètrique (m)


617.5

617
IRE n° 35-82
607.5 616.5
607

Niveau piézomètrique (m)


606.5 616
606
605.5 615.5
605 août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01
604.5
604
603.5
603
602.5
août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01

IRE n° 51/82
601
600.5

Niveau piézomètrique (m)


600
599.5
599
598.5
IRE n° 33-82
598
602.6
597.5
602.4
597
Niveau piézomètrique (m)

602.2
602 596.5

601.8 596
août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01
601.6
601.4
601.2
601
600.8
juin-94 sept.-94 janv.-95 avr.-95 juil.-95 oct.-95 févr.-96 mai-96 août-96 déc.-96 mars-97 IRE n° 439-82
588
587.5

Niveau piézomètrique (m)


587
586.5
586
585.5
585
584.5
IRE n° 516-82 584
585.5
583.5
585
déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99
Niveau piézomètrique (m)

584.5

584

583.5

583

582.5 IRE n° 111-83


582 593
juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01
592.5

Niveau piézomètrique (m)


592

591.5

591

590.5

590

589.5
août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01

Figure 99. Suivis piézomètriques de la nappe de Ktaoua

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 100
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Géochimie/
Le fichier IRE présente 12 point avec des données de salinité. Celle ci varie entre 1.7 g/l et 8. » g/l et
une moyenne de 4.10 g/l. Elle augmente de l’amont vers l’aval dans le sens de l’écoulement.
Au sud, on peut observer d’ailleurs des croûtes de sel qui se sont déposées sur la rive droite de
l’Oued Drâa.

Essai de bilan hydraulique/ .


Les prélèvements
La moyenne annuelle des prélèvements agricoles par pompage, par khetaras, et par dérivation des
eaux des résurgences s’élève à 15.5 Mm3 .
Les apports
Œ Les apports souterrains des oueds latéraux sont estimés à 3.2 Mm3
Œ Les apports par l’oued Draa sont de l’ordre de 1.8 Mm3
Œ Les apports par irrigation sont estimés à 11.7 Mm3
Œ Le sous écoulement transitant au niveau de seuil Azaghar sont de l’ordre de 0.5 Mm3
Soit un total des apports de l’ordre de 17.2 Mm3.

De ces valeurs de terme de bilan, il ressort que le bilan de cette nappe parait équilibré. IL est a noté
que des déséquilibres très sévères sont vécues lors des périodes de déficit hydrique accentué et
prolongé.

7.1.6 UNITE DE M’HAMID

Extension spatiale :,
A l'aval du Foum de Tidri, la nappe de M'Hamid s'étend sur une superficie de 195 Km2 (Figure 100).
L'eau circule dans les formations détritiques du Quaternaire moyen et récent reposant sur un
substratum constitué par les schistes du Silurien.

Foum de
Tidri

Figure 100. Extension spatiale de la nappe de M’Hamid


MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 101
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Caractéristiques de l’aquifère :
De Haut en Bas la nappe de Ktaoua comprend le remplissage alluvial suivant (Fig.53):
- 4 à 6 m de limons argileux de couverture ;
- 10 à 15 m d’alluvions grossières sableuses comportant de nombreuses intercalations soit
argileuses soit conglomératiques ;
- le substratum schisteux.
La figure suivante montre les logs stratigraphiques des points d’eau IRE (402/82, 411/82, 420/82 et
691/82) captant la nappe de M’Hamid.

Figure 101. Logs stratigraphiques des points d’eau IRE 402/82, 411/82, 420/82, 691/82

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 102
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Puissance de l’aquifère :
Les deux profils synthétiques (Figure 102) montrent que l’épaisseur de l’aquifère de M’Hamid est
variable et peut dépasser les 40 m. L’épaisseur moyenne est de l’ordre de 30m.

Coupe N-S Coupe Amont-Aval

Figure 102. Profil synthètique de la nappe de M’Hamid

Les épaisseurs des formations plioquaternaires augmentent en allant de l’amont vers l’aval : elles
passent de 7 m dans le sondage 417/82 à 40 m dans le sondage 691/82 et à 38 m dans le sondage
402/82.
Dans la partie centrale de la nappe, la coupe transversale montre que les épaisseurs des alluvions
sont plus importantes et peuvent atteindre 45 m d’épaisseur (cas du sondage 411/82).

Points d’eau :
La Figure 103 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés (fichier IRE) dans la
nappe de M’Hamid. Le secteur de la nappe est à prédominance de sondages. Sur les 30 points
inventoriés, on compte 22 sondages (73%), 6 forages (20%) et 2 puits (7%).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 103
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Puits Forages Sondages


2; 7%

6; 20%

22; 73%

Figure 103 : point d’eau inventoriés sur le fichier IRE

La Figure 104 montre la répartition spatiale des profondeurs totales des points d’eau captant la nappe
de M’Hamid (échantillon de 30 points). Près de 33 % des captages réalisés ont une profondeur totale
comprise entre 0 et 20m Les captages d’eau ayant des profondeurs comprises entre 40 et 80 m
représentent 33%.
35

30

25
Fréquence (%)

20

15

10

0
[0-10] ]10-20] ]20-40] ]40-80]
Profondeur totale (m )

Figure 104. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

La profondeur de l’eau est généralement faible, avec un maximum de 12 m et un minimum de 0.5 m.


La profondeur moyenne est de l’ordre de 6 m.
Productivité :

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 104
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
La productivité des points d’eau IRE dont les débits sont disponibles (17 points) varie entre 0.5 l/s et
12 l/s avec une moyenne de 3.03 l/s Prés de 60% des captages ont un débit variant de 1 à 3 l/s (

FIGURE 105 ) Les ouvrages dont les productivités sont plus importantes, supérieurs à 10
l/s sont peu nombreux. Seul le sondage IRE 404/82 donne un débit de 12 l/s.

70

60

50
Fréquence (%)

40

30

20

10

0
]0.5-1] ]1-3] ]3-5] ]10-12]
Débit (l/s)

Figure 105. Productivité des captages d’eau souterraine

Paramètres hydrodynamiques :
- Transmissivité
On dispose de 10 valeurs de transmissivités (annexe 3). Celles-ci sont comprises entre 1×10-4m2/s et
1.7×10-2m2/s]. La transmissivité moyenne est de l'ordre de 3.6×10-3 m2/s.
- La conductivité hydraulique
Les valeurs de conductivité hydraulique K ont été déduites de celles de la transmissivité issues des
essais de pompage. Les valeurs de conductivité hydraulique de l’aquifère de M’Hamid varient entre
8.2×10-6 m/s et 1.01×10-3 m/s avec une valeur moyenne de 2.05×10-4 m/s.
- Le coefficient d’emmagasinement est de l’ordre de 5%.

Piézométrie
La carte piézomètrique de la nappe de M’Hamid pour l’année 2003 a été tracée sur la base de 12
points d’eau. L'observation de cette carte montre que l'écoulement général de la nappe prend une
orientation nord-est/sud-ouest. Les valeurs du gradient hydraulique varient entre 1 ‰ et 2.5 ‰.
Le réseau de contrôle de la nappe de M’Hamid est composé de 8 piézomètres qui couvrent
uniquement la partie centrale et avale de la nappe. Les relevés piézométriques s’étalent sur une
période de 3 à 11 ans (entre 1989 et 2000). Ils ont été établis à partir des données du réseau de
surveillance de la nappe.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 105
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
L'évolution piézométrique de cette nappe (Figure 108 et Figure 109) montre des variations
irrégulières du niveau de la nappe avec une tendance à la baisse à partir de 1996. Entre 1996 et
2000, le niveau piézomètrique de la nappe a connu des chutes allant de 2 à 5 m (piézomètres
579/82, 578/82, 108/82, 577/82 et 239/82). Des remontées brusques du niveau de sont également
enregistrées dans tous les piézomètres et qui s’établissent corrélativement aux lâchers d’eau à partir
du barrage Mansour Eddahbi.

Figure 106 carte de la piézométrie de la nappe de M’hamid

Figure 107 carte des épaisseurs saturées de la nappe de M’hamid

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 106
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA
Géochimie :
Les données disponibles sur le fichier IRE (7 points) ont permis de constater que la salinité varie
entre 1.9 g/l et 4.3 g/l et une moyenne de 3.1 g/l. Elle augmente de l’amont vers l’aval dans le sens
de l’écoulement.
La forte évaporation a engendré des dépôts de sel, à l'aval au niveau de la rive gauche de l'oued
Drâa.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
IRE n° 406/82
545.00

544.50

Niveau piézomètrique (m)


IRE n° 239/82
541.00 544.00

540.50 543.50
Niveau piézomètrique (m)

540.00 543.00

539.50 542.50

539.00 542.00

538.50 541.50
août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99
538.00

537.50
août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97 juil.-98 déc.-99 avr.-01

IRE n° 234/82
550.50

550.00

Niveau piézomètrique (m)


549.50

549.00

548.50

IRE n° 109/82 548.00


536.50
547.50

536.00
Niveau piézomètrique (m)

547.00
déc.-88 juil.-89 janv.-90 août-90 mars-91 sept.-91 avr.-92 oct.-92
535.50

535.00

534.50

534.00

533.50
déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97

Figure 108. Suivis piézométriques de la nappe de M’Hamid dans les piézomètres 109/82,234/82,239/82, 406/82

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
IRE n° 579/82
568
567

Niveau piézomètrique (m)


566
565
564

IRE n° 577/82 563


531.50 562
561
531.00
Niveau piézomètrique (m)

560
559
530.50
août-87 mai-90 janv.-93 oct.-95 juil.-98 avr.-01

530.00

529.50

529.00

528.50
août-87 déc.-88 mai-90 sept.-91 janv.-93 juin-94 oct.-95 mars-97

IRE n° 108/82
IRE n° 578/82 539.00

537.50 538.50

Niveau piézomètrique (m)


537.00
538.00
N iveau p iéz o m ètriq u e (m )

536.50
537.50
536.00
535.50 537.00
535.00
536.50
534.50
536.00
534.00
533.50 535.50
533.00 535.00
532.50 août-87 mai-90 janv.-93 oct.-95 juil.-98 avr.-01
août-87 mai-90 janv.-93 oct.-95 juil.-98 avr.-01

Figure 109. Suivis piézométriques de la nappe de M’Hamid dans les piézomètres 108/82,577/82,578/82, 579/82

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 109
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Essai de bilan hydraulique : .


Les prélèvements
La moyenne annuelle des prélèvements agricoles par pompage, par khetaras, et par
dérivation des eaux des résurgences s’élève à 4.5 Mm3
Les apports
-
Les apports souterrains des oueds latéraux sont estimés à 2 Mm3
- Les apports par l’oued Draa sont de l’ordre de 1.6 Mm3
- Les apports par irrigation sont estimés à 3.9 Mm3
- Le sous écoulement transitant au niveau du seuil Bounou sont de l’ordre de 0.6 Mm3
Soit un total des apports de l’ordre de 8.1 Mm3.
De ces valeurs de terme de bilan, il ressort que le bilan de cette nappe parait excédentaire.

7.1.7 UNITE DE FOUM ZAGORA

Extension spatiale :
La nappe de foum Zagora est une zone étirée d’Ouest en Est sur environ 80 Km de longueur
et de 8 à 12 Km de Largeur. Elle est située à l’Ouest de la palmeraie de Fezouata et s’ouvre
au niveau du Foum de Zagora (Figure 110).

Foum
Zagora

Figure 110. Extension spatiale de la nappe de foum Zagora

Caractéristiques de l’aquifère :
La Feija se présente comme une dépression comblée par des dépôts quaternaire et pliocène
reposant sur les schistes du paléozoïque, elle est érigée par les atterrissements de l’oued
feija qui joue le rôle de collecteur des eaux provenant du flanc sud de l’Anti-Atlas.
D’une façon générale, la coupe synthétique suivante permet de décrire le remplissage alluvial.
Du haut en bas, on trouve (Fig.53).
- 15 à 25 m de matériau à prédominance conglomératique au cœur de la feija ;
- 10 à 15 m de sable marneux d’origine continental ;
- Substratum schisteux.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 110
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

L’épaisseur des alluvions est variable et est largement influencée par la morphologie assez
mouvementée du substratum schisteux.. Elle atteint 34 m dans le puits 1325/73 (Figure 111).

Figure 111 - Profil synthétique de la nappe de Foum Zagora

Points d’eau
La Figure 112 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés dans la nappe
de Foum Zagora. Le secteur de la nappe est à prédominance de forages : Sur les 44 points
inventoriés, on compte 32 forages (72%), 10 puits (23%) et 2 sondages (5%).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 111
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Puits Forages Sondages


2; 5%

10; 23%

32; 72%

Figure 112 Carte des points d’eau captant la nappe de Foum Zagora

Profondeur totale
Figure 113 montre la répartition des points d’eau captant la nappe de Foum Zagora selon la
profondeur totale des captages (44 points disponible sur le fichier IRE). Près de 55 % des
captages réalisés ont une profondeur totale comprise entre 0 et 20 m Les captages d’eau
ayant des profondeurs comprises entre 40 et 80 m représentent 38%.

60

50

40
Fréquence (%)

30

20

10

0
]10-20] ]20-40] ]40-80] ]80-100]
Profondeur totale (m )

Figure 113. Profondeur totale des captages d’eau souterraine

La profondeur de l’eau varie entre 2 m et 22 m. La profondeur moyenne est de l’ordre de 14


m.
Productivité :
Sur les 44 points d’eau captant la nappe de Foum Zagora, seuls 6 ouvrages disposent de
valeurs de débits (Tableau 13). La productivité est très variable (de 1 à 40 l/s).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 112
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Tableau 13. Productivité des ouvrages captant la nappe de Foum Zagora

IRE X (m) Y(m) Z (m) Q (l/s)


1018/73 452500 367250 736 40
1323/73 450500 364900 740 12
1225/73 452200 365550 782 12
981/73 417400 344800 843 6
980/73 418500 345850 840 4
1324/73 449800 364750 742 1
1226/73 451700 365000 782 1

Paramètres hydrodynamiques :
Une seule valeur de transmissivité de l’aquifère de Foum Zagora est disponible (IRE
1225/73) la transmissivité est de 3.75×10-4 m2/s.
Piézométrie
La carte piézomètrique de la nappe de Foum Zagora pour l’année 2003 (Figure 114 :
carte piézométrique de la nappe de Foum Zagora) a été tracée sur la base de 13 points
d’eau.L'observation de cette carte montre que l'écoulement de la nappe est variable. Il
prend une orientation ouest/est en amont, sud-est/nord-ouest au centre et nord-
ouest/sud-est en aval.
Les valeurs du gradient hydraulique varient entre 2 ‰ et 6 ‰.
Les épaisseurs saturées de la nappe sont faibles et varient entre 1.5 et 9.5 m.

Figure 114 : carte piézométrique de la nappe de Foum Zagora

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 113
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Géochimie :
La salinité de l’eau est obtenue à parti de 39 points pour lesquels des anyalyses de RS
sont disponible. La salinité est généralement faible donnant lieu à des eaux de qualité
moyenne à bonne. Elle varie entre 0.1 g/l et 1.6 g/l avec une moyenne de 0.54 g/l.

Essai de bilan hydraulique :


Le bilan de la nappe de Foum Zagora est déficitaire de 0.12 Mm3 (Tableau 14).
Les apports de la nappe sont estimés à 2.44 Mm3 et correspondent à la pluie efficace,
les apports latéraux et le retour des eaux d’irrigation.
Les sous écoulements à la sortie et les prélèvements agricoles représentent les
principales sorties de la nappe avec 2.53 Mm3.
Tableau 14. Bilan de la nappe de Foum Zagora

Apports 106 m3 Prélèvements 106 m3

-Infiltration efficace 2,01 - Sous écoulements à la sortie 0,43


-Apports latéraux : 0,18 - Prélèvements agricoles 2,1
-Restitution agricole 0,25

Total des apports 2,44 Mm3 Total des dépenses 2,53 Mm3

7.2 NAPPES DU SOCLE

A l'exception des formations quaternaires, le moyen Draa est couvert en grande partie par des
terrains peu perméables du socle précambrien. La faible quantité précipitée annuellement et les
faibles pentes sont autant des facteurs défavorables à l’infiltration. Ces conditions hydriques
extrêmes ne favorisent pas la constitution de nappes d'eau souterraines importantes.
Les percolations des eaux pluviales s’effectuent le long des interfaces entre les bancs de grès
et de quartzites, à travers les diaclases et dans les zones fracturées ou altérées des formations
carbonatées. Ces formations ont essentiellement des perméabilités et des porosités de fissure,
avec un faible écoulement et un faible emmagasinement.
Notons aussi que ces formations sont drainées dans une bonne proportion par les nombreux
talwegs dont les crues occasionnelles constituent une possibilité de recharge.
Il est très difficile de parler d’aquifères d’eau souterraine dans ces formations géologiques, Il
s'agit d'un milieu très discontinu présentant de mauvaises caractéristiques hydrogéologiques et
la rencontre de venues d’eaux est très aléatoire.
Il est important de signaler que les nappes du socle n’ont fait l’objet d’aucune étude
hydrogéologique permettant de définir des systèmes hydrogéologiques et d’en établir les
caractéristiques et les potentialités.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 114
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

7.2.1 FORMATIONS MAGMATIQUES ET CRISTALLINES DU PRECAMBRIEN.

Ces terrains, les plus anciens du Moyen Drâa affleurent au cœur de Jbel Sarhro et le chainon
de Bouazar ; ils sont compacts dans leur masse, mais présentent une importante fissuration et
une zone d'altération et d'accumulation notable. Leurs potentialités en ressources en eau sont
très limitées en raison de leur situation en crête défavorable à l’infiltration.

7.2.2 FORMATIONS CALCAIRES DU GEORGIEN-ADOUDOUNIEN.

Les calcaires et dolomies de la série inférieure et les calcaires de la série supérieure, séparées
par la série schisteuse, et faiblement perméable, constituent des réservoirs potentiels. Ils
affleurent sur le pourtour des formations magmatiques et cristallines qu’ils drainent.
Ces réservoirs se déversent dans les feijas internes qui constituent des niveaux de base. Il
existe cependant des possibilités de rencontrer des nappes captives sous le recouvrement
primaire, mais les conditions de réalimentation sont limitées en raison des aires d’affleurements
limitées.

7.2.3 FORMATIONS PLISSEES DE JBEL BANI

Il s’agit des formations ordoviciennes et siluriennes plissées. On compte trois structures


synclinales perchées dont les crêtes sont formées par des quartzites de l’Ordovicien supérieur
ayant une perméabilité de fissures.
Les eaux de ruissellement s’infiltrent à travers les quartzites fortement fracturées, rejoignent le
sous écoulement des oueds traversant le cœur des synclinaux. Les eaux ainsi collectées
convergent vers des petites cluses (foums) perçant les barres quartziques pour rejoindre le
réseau des feijas externes ayant pour substratum les schistes de la base de l’Ordovicien.
Les plus importants sont les quartzites de l’Acadien et de l’Ordovicien essentiellement au
niveau du premier Bani, le second étant recouvert par une épaisse série schisteuse du Silurien.
On retiendra que les systèmes aquifères du socle sont médiocres et surtout très vulnérables à
l’assèchement. Même quand on est obligé de les exploiter, il faut les rechercher au niveau des
feijas et surtout des foums.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) 115
DU BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

8. LES FORMATIONS AQUIFERE DU BAS DRAA

Les grands traits de l'hydrogéologie du Bas Drâa sont présentés par l'extrait de la carte des
systèmes aquifères du Maroc éditée en 1976 (Figure 115). D’après cette carte, on peut
distinguer plusieurs types de systèmes hydrogéologiques :
- Nappes aquifères alluviales
Ce sont les nappes qui présentent le plus d’intérêt du fait qu’elles sont à l’origine des
nombreuses palmeraies de la région du Bas Draa. Il s’agit de systèmes constitués d’e nappes
aquifères alluviales de plus ou moins grande extension, contenant une nappe subordonnée à
un cours d’eau qui lui impose ses niveaux de manière prépondérante sur tout autre facteur. Les
plus importantes nappes quaternaires sont siégées au niveau des foums des feijas : Foum
Zguid, Foum El Hisn, Foum Tissint, Foum Tata,…
Les autres nappes alluviales situées au sud du Bas Drâa comme l’exemple de la nappe
alluviale de Tan Tan et la nappe de Oued Khlil sont de faible extension et présentent des
salinités excessives.
- Aquifère captif sans nappe phréatique
On a affaire à un système aquifère monocouche ou multicouche sans nappe phréatique
significative, pouvant présenter sous une couverture imperméable, une nappe profonde
continue ou discontinue et comporter des zones d’artésianisme.
- Milieux fissurés et altérés
Il s’agit d’aquifères discontinus, libres ou captifs, dans des roches métamorphiques ou
volcaniques, avec prédominance de nappes d’arènes, de fissures ou de fractures. Ces
aquifères médiocres sont localisés au niveau des grés et quartzites du Primaire et des granites
altérés du Précambrien.
- Milieu karstique discontinu
Il s’agit d’aquifères discontinus, à surface libre, assimilable à un aquifère monocouche, en
domaine karstique, se présentant en structures tabulaires, monoclinales.
Cette catégorie concerne les calcaires adoudouniens et géorgiens qui se présentent en forme
de causse tabulaire à pendage orienté vers les feijas. Ces calcaires peuvent donner lieu à des
sources, généralement de faibles débits.
- Aquifère très discontinu
Il s’agit d’un aquifère très discontinu, comportant plusieurs nappes à surfaces libres contiguës,
sans communication entre elles, nappes trop peu étendues pour être individualisées.
- Domaine imperméable
Domaine essentiellement imperméable, ne contenant aucune nappe phréatique ou profonde
d’extension significative. Un tel domaine concerne les schistes primaires.
Dans le présent document, les nappes alluviales seront traitées à un niveau de détail assez
avancé étant donné la disponibilité de documents. Pour les autres nappes, on présentera des
descriptifs tels qu’il est permis par les données disponibles. Le PDAIRE consacrera à ces
nappes une attention particulière en matière de recommandations d’études.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 3 : Ressources en eau souterraines
Figure 115 - Nappes aquifères du bas Draa

Légende en page suivante

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 3 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 117
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

8.1 NAPPES ALLUVIALES

Formant une bande, s’étendant du bassin semi endoréique d’Iriki à l’Est à l’océan a l’Ouest, le sous
bassin du bas Drâa se présente comme une succession de crêtes plus ou moins parallèles
recoupées par des cluses (foums) et séparées les unes des autres par des plaines appelées Feijas
que le remplissage quaternaire tapit sur un substratum hercynien.
Ces feijas renferment des nappes d’eau exploitées en grandes parties pour l’irrigation des
palmeraies. Ces systèmes sont liés directement aux cluses et leur organisation hydraulique en
dépend. C’est dans les remplissages quaternaires des plaines reposant en générale sur les
schistes primaires que se trouve l’eau mobilisable. Leur fonctionnement parait simple :
En amont du foum, les bassins pourvoyeurs d’eau principalement les formations calcaires de l’Anti-
Atlas dont les impluviums fortement étendus, fracturés et fissurés infiltrent les eaux pluviales qui
s’accumulent dans les parties basses pour soit immerger en faveur d’accidents ou alimenter les
sous écoulements des remplissages des vallées encaissées.
Les feijas bénéficient des sous écoulements se produisent à l’amont les long des vallées et des
abouchements des calcaires de l’Anti-Atlas.
Au droit du foum le substratum affleure et constitue un seuil, le niveau d’eau augmente pour
émergés en faveur de ces barrages naturels.
En aval du foum, dans les plaines extérieures, les écoulements souterrains transférés s’étalent
pour s’enfoncés dans les parties basses des alluvions.
Dans chaque sous bassin, la continuité est assurée par l’oued principal qui traverse le dernier
foum. Successivement, le cours d’eau draine le haut bassin s’étendant dans l’Anti-atlas, alimente
les écoulements souterrains de glacis amont, récupère l’excédent d’eau au niveau du foum et
alimente à nouveau par ses divagations, ses épandages et les infiltrations la nappe des glacis aval
avant de rejoindre le cours du Draa. Dans ce contexte, il semblerait que le bassin hydrogéologique
coïncide avec le bassin hydrologique.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 118
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Ainsi plusieurs systèmes s’identifient le long de la basse vallée (Figure 116) et présentent une
importance hydrologique certaine pour l’économie locale. Il s’agit des unités de Foum Zguid,
Tissint, Tata, Akka, Ait Oubelli, Foum El Hassan-Icht, Foum Assa, Hamada du Drâa et BenKhlil.

Figure 116. Carte de localisation des nappes alluviales du Bas Drâa

8.1.1 UNITE DE FOUM ZGUID


Extension spatiale :
Cette unité est dominée par un bassin versant d’une superficie 3400 km². La chaîne du Bani barre
tous les écoulements produits qui ont comme seul passage le foum ordovicien Zguid (Figure 117).
Après avoir drainé le flanc Sud de l’Anti-Atlas où ils sont alimentés dans leurs cours supérieurs par
les eaux des nappes des calcaires adoudouniens et géorgiens, les trois oueds qui le forme drainent
la feija, convergent et confluent à l’amont du foum (l’oued Tlit, l’oued Ben Hmdi et l’oued Hellal).
Cette unité comprend les oasis suivantes : Foum zguid, Lamhamid, Es Smeyra, Alougoum, Aghlal,
Tlite, Foum EL Oued, Tasstift, Talat, Ait Mrabet, Tagourgint, Ait Hammou, Talmadrt, Nsoula, Qcar
en Nkheyla, Lakhriwia, Lligh, Foum Zguit, Assaka, Taguint, Agoulf et Asmlil.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 119
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 117. Extension spatiale de l’unité de Foum Zguid

Caractéristiques de l’aquifère
La feija interne constituée de matériaux divers (alluvions, calcaires lacustre, marnes et
conglomérats) s’érige entre les formations schisteuses quartzitiques acadiennes au Nord et la barre
gréso-schisteuse quartzitique au Sud.
Figure 118 : Contexte hydrogéologique de l’Unité de foum Zguid 11

11
Etude Schéma d’aménagement intégré des ressources en eau des bassins Oasiens de la province de Tata
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 120
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Elle est le siège de deux nappes individualisées et séparées par un filon dolérique (la nappe de
Lamhamid à l’ouest et la nappe de Smiria à l’Est). La nappe de Smeira est alimentée par les sous
écoulements et les infiltrations des eaux de crues de l’oued Halal et l’oued Ben Hmdi, la nappe
Lamhamid bénéficie des sous écoulements et de la recharge des oueds Alougoum et Tlit ainsi que
les eaux provenant des aquifères calcaires par abouchement direct ou par l’intermédiaire de failles.
A la sortie du foum, la feija externe s’érige dans les formations Plio-quaternaires d’épandage
constitués de sédiments fluviatiles à lacustre recouverts d’alluvions, éboulées et limons. Elle
renferme une nappe relativement étendue avec une épaisseur dépassant 20 m ponctuellement.
L’exploitation des données du Fichier IRE et de la documentation existante, les remplissages des
alluvions présente une épaisseur estimée à 20 m.
Points d’eau :
La base de données IRE exploitée dans le cadre de la présente étude compte quelques 583 points
d’eau. Sur ces points on compte 361 puits (61%), 158 sondages (27%), 36 sources (6%), 28
khettaras (5%) et 3 forages (1%) (
Figure 119 ).
Figure 119.Points d’eau inventoriés dans l’unité de Foum Zguid
28; 5%
36; 6%

158; 27%

361; 61%

3; 1%

Puits Forages Sondages Sources Khettaras

La Figure 120 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés dans l’unité de
foum Zguid.
Les profondeurs totales des ouvrages captant l’unité de Foum Zguid varient beaucoup. Les puits
sont généralement de faible profondeurs (<30 m), mais de plus en plus le recours au forage permet
de capter les niveaux plus profonds. Plusieurs forages dépassent les 100 m.
Sur la base d’un échantillon de 179 ouvrages pour lesquels nous disposons de données, la
profondeur moyenne des captages est de 62 m et les valeurs varient entre 5,5 et 205 m.

Productivité
La Figure 122 visualise la productivité des points d’eau IRE dont les débits sont disponibles
(échantillon de 123 points). Les valeurs observés varient de 0.01 l/s à 35/s avec une moyenne de 4
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 121
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

l/s.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
Figure 120. Situation géographique des points d’eau captant l’unité de Foum Zguid

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
Figure 121.Profondeurs totales des points d’eau captant l’unité de Foum Zguid

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
Figure 122. Débits des points d’eau captant l’unité de Foum Zguid

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 125
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Paramètres hydrodynamiques :
Les essais de pompages réalisés dans le cadre d’études entreprises par la DRH et l’ONEP
fournissent des valeurs de transmissivités au droit des axes principaux des oueds de l’ordre de 10-1
m2/s.
Le coefficient d’emmagasinement est estimé à 5.10-2.
Piézométrie
Faute de données suffisantes, il n’est pas réaliste d’établir une carte piézométrique de l’unité de
Foum Zguid.
Des valeurs indicatives du gradient hydraulique sont obtenues à partir de la littérature [1]. Ces
valeurs ont été obtenues par des mesures ponctuelles effectuées lors de visite de terrain.
Selon un profil Nord-Sud, le gradient de la nappe est estimé à 2 pour mille (-50 m sur 25 km) en
amont du foum. Il est maximal, de 1%, au droit du foum (-30 m sur 3 km) et de 1.5 pour mille à l’aval
du foum (-15 m sur 10 km).
Géochimie :
Les eaux de la nappe de Mhamid12 présentent une concentration inférieure à 2 g/l alors que les
eaux de la nappe de Smeira présentent une concentration plus élevée entre 2 et 4 g/l ; un gradient
de salinité croissante de la rive droite vers la rive gauche au droit du foum est relevé.
Quelques sondages profonds réalisés par la DRH en 2001 dans la feija ont montré que la salinité
des venues d’eau augmentait de manière conséquente dans le substratum schisteux. La salinité est
de 1,5 g/l à 26 mètres de profondeur et de 9 g/l à 180 mètres de profondeur où le sondage 1012/27
réalisé à Trayfia ayant traversé 10 m d’alluvions et atteint 205 m (niveau statique à 18 m/sol). C’est
le cas également du sondage 1006/72 à Smeira dont la salinité à augmenté de 2,45 g/l dans les
alluvions d’une épaisseur 27 m à 4,86 g/l dans les schistes forés jusqu’à 62 (niveau statique à 16,5
m/sol).
La conductivité des eaux du champ captant ONEP dans la nappe alluviale du foum Zguid est de
3600 µS/cm, soit 2,4 g/l environ.
Les conductivités mesurées dans les puits de production d’eau potable des douars de la commune
rurale de Foum Zguid à l’amont varient entre 700 et 4 000 µS/cm, soit une salinité de 0,5 à 2,7 g/l.

Essai de bilan hydraulique :


Des bilans d’eau ont été dressés par les études antérieures [1,2]. A partir de ces études, nous
présentons le bilan suivant :
Apports
L’Unité de Foum Zguid est alimentée par les sous écoulements de l’oued Lamhamid à l’amont de la
palmeraie et par les infiltrations des eaux des crues le long de son parcours et l’oued Smeira :
ƒ Oued Lamhamid : sous écoulement 300 l/s, infiltrations le long de l’oued sur la base d’un
débit moyen ruisselé 430 l/s, de l’ordre de 43 l/s, soit un total de 343 l/s ;

12
A ne pas confondre avec M’hamid El Ghizlane du Draa Moyen.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 126
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

ƒ Oued Smeira et son affluent N’Khila: sous écoulement 90 l/s, infiltration sur la base d’un
débit moyen ruisselé de 430 l/s, de l’ordre 43 l/s, soit un total de 133 l/s.
Soit un total de : 480 l/s (15.1 Mm3/an)

En utilisant la fonction de production infiltration, en appliquant un coefficient de 7% pour les


formations calcaires affleurant sur le quart du bassin et un coefficient de 4% sur les trois autres
quarts où les impluvium sont formés par des terrains fracturés du paléozoïque et une pluviométrie
moyenne de 90 mm, le potentiel d’infiltration sur tout le bassin atteint 460 l/s (14.5 Mm3/an .
En retient un débit d’apport de 470 l/s (14.8 Mm3/an).
Prélèvements
ƒ palmeraie de Lamhamid :
Cette palmeraie est constituée d’une superficie approximative de 55 ha irrigués par
pompage et cultivés en sous étages. Sur la base d’une dose de 12500 m3/an/ha, 20 l/s sont
prélevés soit 0.6 Mm3.
ƒ palmeraie de Smeira :
− prélèvements pour AEP (ONEP et milieu rurale) 5 l/s (0.16 Mm3) ;
− sources et khetaras: 330 l/s (10.4 Mm3);
− pertes par évaporation: 60 l/s (1.9 Mm3);
− sortie par sous écoulement au niveau du foum: 40 l/s (1.3 Mm3).
Soit un total de 455 l/s (14.3 Mm3/an)
Le bilan est relativement équilibré.

8.2 UNITE DE TISSINT

Extension spatiale :
Le bassin versant de l’oued Tissint à l’amont du foum s’étend sur une superficie d’environ 3550
km², il draine le versant sud de l’Anti-Atlas, et traverse deux barres rocheuses qui délimitent deux
feijas :
ƒ la première Feija assimilable à un rectangle de 60 km sur 10 km est délimitée
longitudinalement à l’aval par la barre acadienne du Jbel Azagzag, traversée par l’oued au
niveau du foum Tamerjit ;
ƒ la deuxième feija assimilable à un rectangle de 50 km sur 2 km délimitée
par barre quartzitique de la chaîne du Bani (ordovicien) et le foum de Tissint.
Cette unité comprend les oasis suivantes : Tissinnt, Akka n'Ait Sidi, Tanzida, Trhit, Kesbet Ej Jou,
Isser Rhine, Tiskemoudine, Akka Ighane, Afouza, Tisnassamine, Tisfriwine, Asghar, Timguissint,
Imaghatn et Isngarn.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 127
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 123. Extension spatiale de l’unité de Tissint

Caractéristiques de l’aquifère
Dans le contexte géologique décrit plus haut s’érigent deux systèmes aquifères individualisés:
ƒ un système à l’amont du foum Tamerjit renfermant une nappe décomposée en deux sous
unités occidentale et orientale ;
ƒ un système appelé nappe de la palmeraie de Tanzida, s’érige entre le Bani et le foum de
Tissint.
Figure 124 : Contexte hydrogéologique de l’unité de Tissint13

13
Etude Schéma d’aménagement intégré des ressources en eau des bassins Oasiens de la province de Tata
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 128
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

L’épaisseur du remplissage Plioquaternaire constituant la nappe principale au niveau du Foum est


formée de calcaires lacustres et de travertins affleurant dans le lit de l’oued sous la couverture
limono-argilo-sableuse, atteindrait plusieurs dizaines de mètres.
Points d’eau :
Sur les 120 points inventoriés au niveau du Fichier IRE, on compte 79 puits (65%), 20 sondages
(17%), 13 khettaras (11%), 6 sources (5%) et 2 forages (2%). La répartition spatiale de ces points
est consignée dans la carte de la Figure 126.

Figure 125.Points d’eau inventoriés dans l’unité de Tissint

13 ; 11%

6; 5%

2 0 ; 17 %

79; 65%
2; 2%

Puits Forages Sondages Sourc

Les profondeurs totales des ouvrages obtenu à partir d’un échantillon de 69 points varient
généralement entre 7 m et 120 m avec une moyenne de 57 m.

Productivité
La productivité des ouvrages est obtenue à partir d’un échantillon de 27 points. Les valeurs varient
entre 0.1 l/s et 15 l/s avec une moyenne de 4 l/s.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 129
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
Figure 126. Situation géographique des points d’eau captant l’unité de Tissint
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 131
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Piézométrie :
Comme pour la nappe de Foum Zguid, les données disponibles ne permettent pas d’établir des
cartes piézométrique. Il est cependant possible d’avancer des valeurs indicatives au gradient
hydraulique de la nappe suivant un profil Nord-Sud. Dans la palmeraie de Tanzida ce gradient est
estimé à 1 %. Celui de la nappe amont entre les émergences de Tiskmoudine-Isserhine et les
khettaras de Kasbat El Joua est estimé à 6 pour mille.

Paramètres hydrodynamiques :
A partir de résultats de sondages de reconnaissance, une valeur indcative de 10-2 m2/s pourrait être
retenue pour la transmissivité.
Géochimie :
Les eaux souterraines du système du foum Zguid sont très chargées en sel dissous. A l’entrée de
la feija, les eaux, généralement douces avec une salinité située entre 0.5 et 1 g/l, se chargent dans
les formations de la feija par le lessivage des lentilles gypseuses rencontrées dans les formations
de remplissage.
Ainsi les conductivités mesurées en juin 2008 pour les eaux du barrage desservant la seguia
donnent une salinité de l’ordre de 4 g/l. Cette salinité augmente de l’amont à l’aval pour atteindre 10
g/l, elle serait liée à l’évaporation de la nappe située à moins de 2 m de profondeur.
A titre inductif le tableau suivant fournit une image des concentrations :

Tableau 15. Analyses d’eau des palmeraies de Foum Zguid14

Concentration ++ ++ + + - 2- 3-
Résidu
(en mg/l) Ca Mg Na K Cl SO4 HCO
sec (en g/l)

Eau du barrage 160 202 1 277 22 1 626 998 665 4,9

Essai de bilan hydraulique.


Infiltration sur le bassin versant : Pour une pluviométrie moyenne de 110 mm sur tout le bassin
dont les impluviums sont constitués pour les 2/3 de la superficie par les formations calcaires et le
reste par des dolomies fracturés et en admettant un coefficient d’infiltration de 6 %, on évalue le
potentiel d’infiltration à 640 l/s soit l’équivalent de 20 Mm3/an.

Prélèvements nets agricoles : Pour une superficie de 1750 ha irrigué par les khettaras et
pompages à l’amont et aux débouchés sur la feija interne et en admettant une consommation due a
l’évapotranspiration de 0.15 l/s par ha sur les 2/3 de la superficie identifié, les prélèvements nets
agricoles s’élèvent a 160 l/s (5 Mm3/an)

Prélèvements pour AEP : Les prélèvements pour l’alimentation en eau potable de population dans
le sous bassin sont estimés à 12 l/s (0.4 Mm3/an).

14
Le schéma d’aménagement intègre des ressources en eau des bassins oasiens de la province de Tata (I2008)
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 132
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Sous écoulements au niveau du foum : Tous les sous écoulements résurgent au niveau du foum
et des mesures de ces débits aux étiages 2001 et 2004 ont donnés un débit moyen de 250 l/s (8
Mm3/an).

Pertes par évaporation : Les pertes par évaporation au niveau du foum sont évaluées à 30 l/s (0.9
Mm3/an) eu égard à la superficie de la nappe dont le plan d’eau est proche du sol.

Les sorties du système sont donc évaluées à environ 14 Mm3/an.

8.3 UNITE DE TATA

Extension spatiale :
Le foum Adis est dominé par un bassin d’une superficie d’environ 2150 km2, drainé par trois oueds :
Tata, Tighremt et Adis (Figxxx). Ces cours d’eau après avoir parcouru la feija, franchissent t le foum
Adis sans confluer.
Figure 127. Extension spatiale de l’unité de Tata

Cette unité comprend les oasis suivantes : TaTa, Addis, Akka n'Izankad, Tigezmirt, Tiiti, Tiguisselt,
Toug Errih, Agarzarane, Tammacht, Irhir n'Zad, Agoujga, Msalit, Tagmoute, Assa Tagmoute,
Ta'angoumt et Irtem.

Caractéristiques de l’aquifère
La feija interne se développe sur un synclinal acadien entaille plusieurs foums. Après le foum Adis
ces oueds divergent dans la plaine dévonienne entrecoupée de richs orientés SW/NE.
L’oued Tata, principal collecteur de ce sous bassin, draine les calcaires dolomitiques adoudouniens
affleurant au SE par l’intermédiaire de son affluent oued Gboul, les terrains précambriens de la
boutonnière de Tagragra de Tata par l’intermédiaire des assif N’lerhourtane et Tifarchar sur le
versant SW, la vaste plaine de Tagmout formée par un synclinal calcaire supérieur géorgien par
son propre cours.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 133
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 128 : Contexte hydrogéologique de l’unité de Tata15

Entre Tata et le foum Adis plusieurs feijas s’identifient et sont caractérisées par un matériau
constitué des calcaires lacustres avec des niveaux à faciès travertineux, d’une puissance
supérieure à 20 mètres.
A l’aval du foum d’Addis, la couverture quaternaire est formée principalement par des éléments
limoneux, se structuré par les dépôts des inondations.
Points d’eau
Sur les 22 points inventoriés (Fichier IRE), on compte 19 puits et 3 sondages. Figure …. Montre
que ces points sont principalement situés à l’amont de la plaine et ne permettent pas une
représentativité de l’ensemble de l’aquifère. La figure suivante présente la situation géographique
des points d’eau inventoriés dans l’unité de Tata.
Les profondeurs totales des ouvrages varient généralement entre 9 m et 86 m avec une moyenne
de 49 m.
La productivité des points d’eau est généralement faible. Elle varie entre 0.04 l/s et 3 l/s avec une
moyenne de 1 l/s.

15
Le schéma d’aménagement intègre des ressources en eau des bassins oasiens de la province de Tata
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 134
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 129. Situation géographique des points du fichier IRE (unité de Tata)

Piézométrie :
Le réseau de contrôle de l’unité de Foum Tata est composé de 19 piézomètres. Les historiques
piézométriques permettent de rendre compte des fluctuations saisonnières du niveau de la
nappe de l’unité de Foum Tata. Les relevés piézométriques s’étalent sur une période de 19 ans
(entre 1984 et 2003). Ils ont été établis à partir des données du réseau de surveillance de la
nappe.
L'évolution piézométrique de cette nappe (Figure 130) montre des tendances générales à la baisse
entre 1990 et 2003 qui peuvent atteindre 8 m dans le piézomètre 330/80 situé plus en amont, 4 m
dans les piézomètres 124/80 et 287/80 et 2 à 3m dans les piézomètres 130/80 et 156/80.
Des remontées du niveau de la nappe ont été observées dans ces piézomètres entre 1988 et 2000.
Le niveau piézomètrique de la nappe a augmenté de 11 m dans le piézomètre 330/80 et de 4 m
dans le piézomètre 124/80.
Les baisses importantes enregistrées sont liées à l’effet conjugué de la sécheresse et de
l’exploitation intensive de la nappe pendant les périodes de déficit hydrique.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 135
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Géochimie
Le tableau qui suit, caractérise les faciès chimique des eaux selon leurs gîtes :
Tableau 16: Analyse des eaux de l’unité de Tata16
Concentration Faciès Résidu
Ca++ Mg++ Na+ Cl- SO42- HCO3-
(en mg/l) chimique sec (en g/l)
Eau des calcaires 90 79 46 62 267 404 Sulfaté 0,5
Eau des feija internes 146 142 98 124 444 531 Chloruré 1,9
Eau des foums 101 73 80 105 267 252 Calcique 0,5
Eau des feijas externes 146 148 74 115 600 457 Magnésien 1,9

La salinité dépasse 2 g/l à l’aval des oasis d’Oum El Guerdane et Tazoult.


A l’amont du foum d’Addis, une salinité supérieure à 1 g/l est observée au droit de la plupart des
palmeraies.
En montagnes, les eaux sont généralement douces avec une salinité située entre 0,5 et 1 g/l.

Essai de bilan hydraulique.


Infiltration sur le bassin versant : Pour une pluviométrie moyenne de 130 mm et un coefficient
d’infiltration global de 7 % du fait de la prédominance des formations calcaires du bassin de l’oued
Tata, un débit de 620 l/s (20 Mm³/an) en moyenne constitue le potentiel d’infiltration sur le bassin
versant.
Prélèvements nets agricoles : Dans la vallée de Tagmout et en amont de Tata les prélèvements
nets agricoles sont estimés à 185 l/s captés par les khettaras. Les débits prélevés par les khettaras
des palmeraies de Tata (85 l/s), de celles situées à l’amont du foum (20 l/s) et celles de l’aval sont
estimés à 190 l/s.
Les prélèvements par pompages, par puits collectifs ou individuels sont de l’ordre de 65 l/s.
Ainsi le débit total des prélèvements agricoles s’élèvent 440 l/s (14 Mm3/an)
Prélèvements pour AEP : Les prélèvements en eau des populations de la région de Tagmout sont
estimés à 5 l/s, ceux de la zone de Tata à l’amont du foum Dadès sont estimés à 20 l/s ;
Sous écoulements à la sortie du foum : Avec une transmissivité de 10 -2 m/s ; 1,05 km de
largeur du foum et un gradient hydraulique de 1% un débit de 110 l/s transitent de l’amont vers
l’aval du foum.
Pertes par évaporation Les pertes par évaporation en amont du foum Adis sont estimées à 30 l/s
dans la zone ou le niveau de la nappe est proche du sol.
Les sorties du système sont donc évaluées à environ 19 Mm3/an.

16
Le schéma d’aménagement intègre des ressources en eau des bassins oasiens de la province de Tata (INGEMA 2008), d’après les données en meq/l
de l’Annexe 4.4 de (WILMERS, 1990), tableau IV extrait de (MEILHAC, 1972)
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
IRE 330/80 IRE 156/80 IRE 124/80

680 721 812

678 811.5
720.5

811
676
720
Niveau piézomètrique (m)

Niveau piézomètrique (m)

Niveau piézomètrique (m)


810.5
674
719.5 810
672
719 809.5
670
809
718.5
668
808.5

666 718
808

664 717.5 807.5


juil-83 mars-86 déc-88 sept-91 juin-94 mars-97 déc-99 sept-02 févr-82 nov-84 août-87 mai-90 janv-93 oct-95 févr-82 nov-84 août-87 mai-90 janv-93 oct-95 juil-98 avr-01 janv-04

IRE 130/80 IRE 287/80

732.5 677

676.5
732
676

731.5

Niveau piézométrique (m)
675.5
Niveau piézométrique (m)

731 675

674.5
730.5

674
730
673.5

729.5
673

729 672.5

672
728.5 août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01
février‐82 novembre‐ août‐87 mai‐90 janvier‐93 octobre‐95 juillet‐98 avril‐01
84

Figure 130. Suivis piézomètriques de l’unité de Tata

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 137
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

8.4 UNITE D’AKKA

Extension spatiale
Le bassin versant de l’unité palmeraie d’Akka s’étend sur une superficie de 2 190 km2. Il se
divise en trois parties (
Figure 131):
ƒ la partie amont, drainée par l’oued Issafen affluent principal de l’oued Akka,
ƒ la partie centrale drainée par des affluents latéraux de l’oued Akka,
ƒ la partie aval collectant l’ensemble des écoulements débouchant dans la plaine, d’une
superficie de l’ordre de 700 km².
Une succession de palmeraies s’installe de l’amont vers l’aval. On site :
ƒ l’oasis de la vallée d’Issafen d’une superficie de l’ordre de 400 ha le long de l’oued principal
d’Akka ;
ƒ l’oasis de Tizgui Idaouballoul s’édifiant au débouché de la vallée d’Issafen dans la partie
centrale du bassin sur une superficie de 130 ha ;
ƒ l’oasis d’Imitek au niveau d’un foum géorgien structuré par l’oued Imitek sur une superficie
de 40 ha ;
ƒ La palmeraie d’Akka à l’aval du foum ordovicien d’Akka (Jbel Bani) sur une superficie de
l’ordre de 1000 hectares.

Figure 131 -Extension spatiale de l’unité d’Akka

Cette unité comprend les oasis suivantes :Akka, Tagadirt, Imitek, Tizgui Ida Balout et Issafen.

Caractéristiques de l’aquifère

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 138
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Dans la partie amont, se développe sur un synclinal à cœur acadien, d’une longueur de 45 km et
d’une largeur de 16 km, les formations affleurantes sont constituées des calcaires supérieurs
(Géorgien).

Figure 132. Contexte hydrogéologique de l’unité d’Akka

Dans la partie centrale, affleurent les calcaires inférieurs (Adoudounien) puis supérieurs (Géorgien)
séparés par la série « Lie de Vin ».
Dans la partie aval, la plaine est entrecoupée par les grès acadiens du Tabanit qui délimitent la
feija interne et la feija externe. Les écoulements se concentrent au niveau des traversés des
cluses d’Akka Arhib, Takermout, Akka Issyl et Melgourine.
Les eaux infiltrées dans les calcaires supérieurs et inférieurs alimentent par abouchement direct le
fond des vallées encaissées dans les parties hautes du bassin. Les plaines des feijas collectent
l’ensemble des écoulements se produisant dans les vallées ou se manifestant le long des fractures
et fissures des massifs anciens.
Au niveau du foum d’Akka, l’épaisseur des alluvions est de l’ordre de 20 m sur une largeur de 400
mètres.

Points d’eau :
Le fichier IRE comporte 18 points appartenant à cette unité, sur lesquels ont compte 16 puits et 2
sondages. Ces points, loin de représenter, l’unité, seront néanmois utilisés pour caractériser la
nappe. La Figure 133 présente la situation géographique des points d’eau inventoriés dans l’unité
d’Akka.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 139
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 133 points IRE de ‘Unité d’Akka.

Les profondeurs totales des ouvrages varient généralement entre 50 m et 300 m avec une
moyenne de 118 m.
Productivité :
La productivité des points d’eau est généralement faible. Elle varie entre 0.01 l/s et 2.5 l/s avec une
moyenne de 0.7 l/s.
La transmissivité au niveau du foum est de l’ordre de 3,4×10-2 m2/s.
Piézométrie
Le profil des niveaux d’émergences des sources et des khetaras donne un gradient théorique
de la nappe à l’aval du foum d’Akka de l’ordre de 8 pour mille, et du 7 pour mille à l’aval de la
palmeraie d’Akka.
Géochimie
Les résidus secs sont compris entre 1 et 1,2 g/l au niveau du foum. La salinité des eaux augmente
à l’aval de la palmeraie d’Akka et varie entre 1,75 et 3 g/l.
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 140
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Essai de bilan hydraulique


Infiltration sur le bassin versant : On prenant comme pluviométrie moyenne de 130 mm et un
coefficient global d’infiltrations de 7 % du fait de prédominance des calcaires, le potentiel
d’infiltration sur le bassin versant est estimé à 620 l/s (20 Mm3/an).
Prélèvements agricoles : Les palmeraies de montagnes, selon la DPA de Tata, s’étendent sur
une superficie de 800 ha, le débit prélevé par khettaras est estimé à 130 l/s (4 Mm3/an).
Les débits prélevés par les sources d’Akka varient entre 185 l/s en années sèches et 300 l/s en
années pluvieuses soit 240 l/s en années moyennes. Dans la même palmeraie, les prélèvements
par pompages effectués par les associations agricoles s’élèvent à 110 l/s.
Soit un total des prélèvements agricoles de 480 l/s (15 Mm3/an).
Prélèvements pour AEP : Les prélèvements pour l’alimentation en eau potable des populations
sont estimés à 0,5 Mm3/an
Pertes par évaporation : Les pertes par évaporation en amont du foum Akka sont estimées à 1
Mm3:/an dans la zone où le niveau de la nappe est proche du sol.
Sous écoulements à la sortie du foum : Le sous écoulement transitant à travers le foum, calculé
est évalué à 100 l/s, une partie de ce débit est exploitée par pompage au niveau du foum Oum el
Aleg pour l’irrigation d’une cinquantaine d’hectares, le reste soit s’évapore soit se perd à l’aval.
L’augmentation rapide de la salinité de la nappe à l’aval de la palmeraie d’Akka milite en faveur de
la forte évaporation.
Les sorties du système sont donc évaluées à environ 20 Mm3/an.

8.5 UNITE D’AIT OUABELLI

Extension spatiale :
Au droit du foum ordovicien d’Ait Ouabelli le bassin de l’oued couvre une superficie de 1500 km².
Du Nord au Sud on distingue les entités suivantes :
ƒ la partie amont occupée par la Tagragra d’Akka ;
ƒ les plaines des feijas interne et externe s’étendant sur une superficie de 150 km²
Les eaux de surface et les écoulements souterrains dans les calcaires débouchent dans la feija,
siége d’une nappe d’eau souterraine dans des formations Plio-quaternaire.
Cette unité comprend les oasis suivantes : Ait Oubelli, Tamzart et Tadakoust

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 141
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 134.Extension spatiale de l’unité d’Ait Ouabelli

Caractéristiques de l’aquifère :

La partie amont est caractérisée par la présence de dépôts calcaires lacustres plio-villafranchiens
sur les formations calcaires inférieurs (Adoudounien) ;
Des calcaires inférieurs, la série « Lie de Vin » et les calcaires supérieurs aux grès terminaux du
Géorgien, enveloppé, par les terrains schisteux du Précambrien II forme un synclinal de Direction
Est/Ouest.
A l’aval du foum ordovicien, l’oued Aït Ouabelli rejoint l’oued N’Tamia (qui suit l’ancien lit de l’oued
Akka) pour former l’Oued Aguemnamou qui se déverse dans le Draa après avoir traversé la plaine
et les richs dévoniens.
Des travertins affleurent dans le foum Icht, ainsi que des calcaires lacustres à son aval dans la
plaine siluro-dévonienne.

Paramètres hydrodynamiques :
Le fichier IRE ne comporte que quelques points (IRE 120/72, 187/71, 228/71 et 278/71), ceci ne
nous permet pas de caractériser la nappe sur le plan hydrodynamique et piézométrique. Les
estimations de transmissivités sont comme suit :
ƒ Aït Ouabelli (foum ordovicien) : 4×10-2 m2/s,
ƒ Aguemmamou (foum dévonien) : 2,9×10-2 m2/s.
Géochimie
Des mesures disponibles, il ressort que les eaux d’Aït Ouabelli sont douces (0.5 g/l) et de faciès
bicarbonaté calco-magnésien riche en sulfates.
La salinité des eaux du foum dévonien foum Aguemmamou (IRE 75/89) N’Tamia est de 1,2 g/l
d’après Ressources en eau du Maroc (1978).
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 142
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Essai de bilan hydraulique.

Les chiffres suivants sont donnés purement à titre indicatif.


Potentiel d’infiltration sur le bassin versant : En prenant comme une pluviométrie moyenne de
110 mm et un coefficient global d’infiltration de 6 %, tenant compte de la répartition spatiale des
formations affleurante. Le potentiel d’infiltration sur le bassin versant est estimé à 10 Mm3/an.
Prélèvements agricoles : Les prélèvements agricoles sont estimés sur la base des données
disponibles à la DPA de Tata.
Les oasis de montagne à l’amont de la palmeraie d’Akka, couvrent une superficie de l’ordre de 75
ha, ces palmeraies sont irriguées par des khettaras dont le débit moyen est de l’ordre de 45 l/s.
Les débits des khettaras des palmeraies d’Ait Ouabelli, Ait Haman et Tizgui sont de l’ordre de 20
l/s. Les prélèvements de complément d’irrigation par pompages sont évalués à 70 l/s.
Soit un total de 4 Mm3/an utilisé dans ces trois palmeraies.
Prélèvements pour AEP : Les prélèvements de l’alimentation en eau potable des populations ne
dépassent pas 2 l/s et peuvent être considéré négligeables. Soit 0,07 Mm3/an
Pertes par évaporation : Les pertes par évaporation sont estimées à 1 Mm3/an dans la zone où le
plan d’eau de la nappe est proche du sol.
Sous écoulements à la sortie du foum : Les sous écoulements à l’aval de la palmeraie estimés
par calcul (Darcy) différence à 148 l/s.
Les sorties du système sont donc évaluées à environ 9 Mm3/an.

8.6 UNITE DE FOUM EL HASSAN-ICHT

Extension spatiale,
La superficie du bassin versant de Foum El Hassan est de 1 650 km2 et celle du foum Icht est
de 100 km2, soit 1 750 km2 au total. Ces deux bassins versants sont rassemblés dans la même
sous-unité parce qu’ils partagent une même feija du point de vue hydrogéologique avec deux
exutoires que sont les deux foums ordoviciens.
Cette unité comprend les oasis suivantes : Foum El Hassan, Irhir Ouilouln, Kasbat Ait Herbil,
Iguiouaz, Aguerd, Irhir Irhnain, Tisslguit, Imi Ouzlag et Anamer.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 143
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Figure 135. Extension spatiale de l’unité de Foum El Hassan-Icht

Caractéristiques de l’aquifère :
Les deux bassins versants, rassemblés dans la même sous unité ont édifiés une même feija à
l’aval des deux foums ordoviciens (Figure 136).

Figure 136.Contexte hydrogéologique de l’unité de foum El Hassan-Icht


MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 144
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Le bassin versant de l’oued Icht peu développé et a comme limite septentrionale les grès terminaux
du Géorgien dans le massif de l’Adrar Ouyeye.
L’oued Imi N’Talate et son affluent Ousguin s’étendent sur un synclinal de terrains précambriens à
cœur formé de calcaire supérieur.
Les deux branches confluent à l’amont de la feija interne pour former l’oued Tamanart qui rejoint,
après le seuil de Tircht (1er Bani), l’oued latéral Tassift qui draine la feija occidentale. Cet ensemble
forme l’oued El Hassan drainant une superficie globale de 2583 km². Les deux oueds traversent la
barre ordovicienne au niveau des seuils El Hassan et Icht.
Au niveau de l’unité de foum El Hassan-Icht, l’épaisseur des alluvions varie entre 15 et 30 m avec
une moyenne de 20 m.

Productivité :
Le fichier IRE ne comporte que 5 pouvant fournir des éléments sur la productivité et les paramètres
hydrodynamique de la nappe.
La productivité es généralement faible de lordre de 0,5 à 2 l/s.
Les paramètres hydrodynamiques des alluvions de la feija externe sont les suivants,
ƒ Transmissivité : T= 8×10-3 m2/s
ƒ Conductivité hydraulique : K= 1,74×10-3 m/s
ƒ Emmagasinement : S = 20%

Géochimie
La salinité des eaux de l’unité de Foum El Hassan varie entre 0,5 et 0,6 g/l (conductivité mesurée
entre 800 et 850 µS/cm en juin 2008), celle des eaux du foum Icht de l’ordre de 0,7 à 0,8 g/l
(conductivité mesurée de l’ordre de 1100 µS/cm en juin 2008).
La salinité augmente de l’amont de la feija vers l’aval du foum.
Les eaux du foum El Hassan sont sulfatées et très en carbonates (Ressources en eau du Maroc
(1978)).

Essai de bilan hydraulique.


Infiltration sur le bassin versant : En prenant comme pluviométrie moyenne de 90 mm et un
coefficient moyen d’infiltrations de 5% , le potentiel d’infiltration sur le bassin versant est estimé à
480 l/s (15 Mm3/an).
Prélèvements nets agricoles : Les prélèvements agricoles sont estimés sur la base des données
des débits et des superficies irriguées transmis par la DPA de Tata.
En amont de la feija 685 ha repartis le long des vallées d’oued sont irrigués et prélèvent un débit de
l’ordre de 195 l/s (6 Mm3/an).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 145
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

Le débit prélevé par les khetaras de foum El Hassan 120 ha et celle d’Icht 200 ha s’élève à 55 l/s.
Un apport complémentaire par les pompages est estimé à 30 l/s. Un débit de 85 l/s (2.7 Mm3/an)
serrait prélever pour l’irrigation des palmeraies de foum El Hassan-Icht
Prélèvements pour AEP : Le prélèvement pour l’alimentation en eau potable des populations et
des cheptels est estimé à 15 l/s sur la base d’une dotation journalière par habitants du 50 litres.
Pertes par évaporation ; Les pertes par évaporation sont estimées à 45 l/s dans la zone où le plan
d’eau de la nappe est proche du sol.
Sous écoulements à la sortie des deux foums : Un débit de l’ordre de 140 l/s (4 Mm3/an)est
transféré à l’aval de la barre ordovicienne au droit des foums El Hassan et Icht pour s’étendre
ensuite dans la basse plaine de l’oued Draa.
Les sorties du système sont donc évaluées à environ 15 Mm3/an.

8.7 UNITE DE FOUM ASSA

Extension spatiale :
Le foum Assa situé en rive droite de l’oued Draa reçoit les eaux de ruissellement de l’oued Assa
provenant du Jbel Bani. Sa superficie totale est de 570 Km2.

Figure 137. Extension spatiale de l’unité de Foum Assa

Caractéristiques de l’aquifère :
Le bassin est constitué de formations schisteuses dans sa quasi-totalité et de formations
quartzitiques formant la base rocheuse limitant au Sud le Jbel Bani où passe le Foum Assa. De
nombreux forages ont été réalisés pour la recherche d'eau. Les formations schisteuses et
MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT
Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 146
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

quartzitiques sont avérées objet de circulation d’eau le long des fissures ou dans les zone de
fractures de broyage.
Productivité
Au niveau de l’unité de foum Assa, le fichier IRE comporte 10 points relvant de cette unité (IRE
95/91, 96/91, 99/91, 100/91, 101/91, 102/91, 127/91, 128/91 et 183/91). La productivité de ces
ouvrages est généralement variable. Elle est de l’ordre de 1 l/s dans les schistes et de 5 l/s dans
les quartzites.
Géochimie
Les ressources en eau souterraine dans la région des foums Assa sont peu importantes et de
mauvaise qualité. La salinité des eaux peut atteindre 2.5 g/l dans les formations quartzitiques.

8.8 HAMADA DU DRAA

La Hamada du Draa appartient au grand bassin de Tindouf. Trois unités morpho-structurales s’y
distinguent :
ƒ le jbel Ouarkziz allongé selon une direction ENE-WSW ou affleurent les terrains primaires
du Carbonifère ;
ƒ les plateaux des Hamada du Draa, vaste plateau ou affleurent les terrains tabulaires du
Crétacé ;
ƒ la dépression du Bétana, édifiée entre le Jbel Ouarkziz et les plateaux des Hamadas.
L’érosion a rongé les terrains crétacés pour permettre aux terrains carbonifères d’affleurés.
Les réservoirs potentiels sont :
ƒ le Crétacé moyen formé par des grés calcaires, surmonté par une série argileuse à
évaporites ;
ƒ le primaire sur la bordure septentrional du plateau, plus particulièrement la série calcaire du
Viséen ;
La région est très mal connue du point de vue hydrogéologique. Mais, d’une manière générale, les
eaux souterraines sont rares du fait que les précipitations sont très faibles et les terrains peu
perméables.

8.8.1 JBEL OUARKZIZ

Le Jbel Ouarkziz, vaste structure synclinale de terrains primaire d’une superficie de 85.000 Km² fait
partie du bassin sédimentaire de Tindouf. Ses reliefs supérieurs sont constitués de calcaire viséen
formant un contrefort parallèle à l’oued Draa et sans interruption sur 345 Km.
Les formations calcaires sont très hétérogènes et forment un réservoir qui peut présenter un intérêt
sur le plan hydrogéologique. Ces calcaires affleurent sur une grande superficie de 3800 Km² offrant
aussi un impluvium susceptible de faire infiltrer les eaux pluviales, même si la pluviométrie

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 147
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

moyenne est de l’ordre de 80 mm. Plusieurs points d’eau ont été inventoriés sur les versant Nord et
Sud et au fond des cluses qui entaillant la chaîne.
Les reconnaissances entreprises ont mis à jour des débits en général faible, inférieur à 1l/s avec
des salinités très variables de 3 à 6 g/l. Dans quelques cas, l’eau peut être douce (IRE 48/91).

8.8.2 DEPRESSION DE LA BETANA

S’étendant sur une superficie dépassant 1900 km², entre le Jbel Ouarkziz au Nord et la Hamada au
Sud, la dépression de Betana édifiée dans les séries subhorizontale du Carbonifère a fait l’objet de
campagne et de prospection notamment entre Bouirat, Smeira et Zag.
Les terrains affleurant sont constitués de calcaire viséen et grés du namurien, siége de circulation
d’eau dont la profondeur s’établie entre 15 et 20 m. Les sous écoulements souterrains faibles en
général à cause des conditions climatiques sévères sont drainés par le Bas Draa et résurgent au
foum Touizgui Remz.
Les productivités des ouvrages sont très variables :
ƒ 2 l/s dans les schistes viséen ;
ƒ 5 l/s dans les calcaires et grés du viséen supérieur ;
ƒ entre 5 à 10 l/s dans les terrains alluviales.
La qualité de l’eau est très variable, douce dans les terrains alluviaux et les dépressions de l’oued
et saumâtre (1.7 à 4 g/l) dans les calcaires et grés.

8.9 UNITE DE BEN KHLIL


Le bassin versant de l’oued Ben Khlil couvre une superficie d’environ 1000 Km². La nature
géologique du bassin est constituée de formations schisto-gréseuses du Primaire à l’amont (Jbel
ini), des formations continentales du Crétacé inférieur selon un axe Nord-Sud passant par Tantan
et de limons quaternaires à l’aval.
Les apports sont estimés à 10 Mm3 / an dont plus de la moitié au droit de l’exutoire de Tantan qui
connaît de nombreux épisodes de crues dévastatrices.
Dans l’oued Ben Khlil, 5 m d’alluvions grossières surmontent le Crétacé inférieur. La perméabilité
atteint 6 10-4 m/s et la porosité avoisine 10%. L’épaisseur des alluvions augmente au fur et à
mesure qu’ont se rapproche de sa confluence avec l’oued Draa ou elle atteint 30 m.
Les débits des points d’eau existants sont faibles et ne dépassent pas 1 l/s. Les forages réalisés
près de la confluence se situent entre 10 et 15 l/s (IRE 514/90 et IRE 518/90). La salinité de l’eau
est relativement forte, le résidu sec atteint 5 g/l.
Les prospections orientées vers la nappe du Crétacé inférieur se sont avérées intéressantes, mais
la qualité de l’eau reste un facteur limitant (résidu sec voisin de 10 g/l).

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines
ETUDE D’ACTUALISATION DU PLAN DIRECTEUR D’AMENAGEMENT INTEGRE DES RESSOURCES EN EAU (PDAIRE) DU 148
BASSIN HYDRAULIQUE DU DRAA

8.10 EAUX PROFONDES

8.10.1 EAUX DES QUARTZITES DU BANI

Très peu perméables, les quartzites du Bani contiennent des réserves d’eau dans leurs fissures et
dans la partie broyée. Ces réserves quoi que faibles présentent un grand intérêt pour la population
locale. Les circulations d’eau dans ces formations donnent naissance à des sources dont la plus
part est pérenne mais à de très faibles débits.

8.10.2 EAUX DES RICHS DEVONIEN

Les crêtes des richs Dévonien forment un impluvium peu étendu. Le peu d’ouvrages qui les ont
reconnus montrent que les niveaux gréseux et calcaires sont le siége de circulation d’eau mais dont
l’importance est méconnue. Cependant, ces circulations alimentent quelques points d’eau à l’Est
d’Assa et au Sud de Torkoz. Il faut, néanmoins relever que les formations du Dévonien peuvent
former de bons aquifères et méritent de faire l’objet d’investigations.

MISSION I : EVALUATION DES RESSOURCES EN EAU ET ETAT DE LA QUALITE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


Volume 1 : Ressources en eau souterraines

Vous aimerez peut-être aussi