Vous êtes sur la page 1sur 76

COURS DE PHYSIQUE DE BATIMENT

1
CHAPITRE 1 : LES SONS ............................................................................................................................... 5
1. PHYSIQUE DE SON .......................................................................................................................... 5
NATURE DU SON................................................................................................................................. 5
2. GRANDEURS CARACTERISTIQUES ET ENERGETIQUES DU SON ...................................................... 6
Fréquence et longueur d’onde d’un son ............................................................................................ 6
Célérité ou vitesse de propagation d’une onde acoustique .............................................................. 8
Caractéristiques énergétiques............................................................................................................ 8
Les niveaux de pression et d’intensité (le décibel [dB]) ................................................................... 11
3. Son pur et complexe analyse en fréquence ................................................................................. 12
Bruit blanc ........................................................................................................................................ 15
Bruit rose .......................................................................................................................................... 15
4. Addition des niveaux sonores – Soustraction des niveaux sonores............................................. 16
Addition des niveaux sonores .......................................................................................................... 16
Soustraction des niveaux de bruits .................................................................................................. 18
5. Rayonnement des Sources en champ libre .................................................................................. 18
Source omni -directive ..................................................................................................................... 18
Source directive ................................................................................................................................ 19
Traitement de bruit en champ libre ................................................................................................. 22
6. CARACTERISATION PHYSIOLOGIQUE DES SONS ........................................................................... 25
LE SEUIL DIFFERENTIEL ..................................................................................................................... 26
EMERGENCE ..................................................................................................................................... 26
SENSIBILITE AUDITIVE EN FONCTION DE LA FREQUENCE ................................................................ 26
1.2.1 LA SONIE ....................................................................................................................... 27
1.2.2 LE DECIBEL PONDERE ................................................................................................... 28
1.2.2.1 Origine du décibel pondéré ...................................................................................... 28
1.2.2.2 Définition de la pondération .................................................................................... 28
1.2.2.3 Niveaux Equivalents (LEQ) ........................................................................................ 28
CHAPITRE 2 : CARACTERISTIQUES D’UNE SALLE. ..................................................................................... 30
1. Réponses impulsionnelles et fréquentielles................................................................................. 30
1.1 REPONSE IMPULSIONNELLE ................................................................................................ 30
1.1.1 Définition ...................................................................................................................... 30
1.1.2 Décomposition de la réponse impulsionnelle. ............................................................. 30
1.1.3 Identification des échos ............................................................................................... 32
1.1.4 Distribution temporelle et réflexion diffuse................................................................. 33

2
1.2 REPONSE FREQUENTIELLE .................................................................................................... 33
1.2.1 Définition .......................................................................................................................... 33
1.2.2 Fréquence propre ............................................................................................................. 34
1.2.3 Application........................................................................................................................ 34
2. Phénomènes sonores dans une salle ........................................................................................... 36
2.1 REFLEXION ............................................................................................................................ 36
2.2 DIFFRACTION ........................................................................................................................ 37
2.3 ABSORPTION......................................................................................................................... 37
2.3.1 Définition ...................................................................................................................... 37
2.3.2 Coefficient d’absorption ............................................................................................... 38
2.3.3 Absorption par matériaux poreux ................................................................................ 41
2.3.4 Absorption par un panneau acoustique ....................................................................... 41
2.3.5 Absorption par résonateur ........................................................................................... 42
3. ENERGIE REVERBEREE .................................................................................................................. 43
3.1 LES TROIS PHASES DE SONS REVERBERES ............................................................................ 43
3.1.1 Définition ...................................................................................................................... 43
3.1.2 REGIME STATIONNAIRE ................................................................................................ 44
3.1.2.1 Intensité réverbérée ................................................................................................. 44
3.1.2.2 Niveau d’intensité réverbéré.................................................................................... 44
3.1.2.3 Niveau de pression total........................................................................................... 45
3.1.2.4 Rapport Dir/Rev (son direct et réverbéré) ............................................................... 46
3.1.2.5 Distance critique (rc) ................................................................................................ 46
3.2 DECROISSANCE DU SON REVERBERE.................................................................................... 48
3.2.1 Linéarité de la décroissance ......................................................................................... 48
3.2.2 Temps de réverbération ............................................................................................... 48
3.2.3 THEORIE D’EYRING ....................................................................................................... 49
3.2.3.1 Temps de réverbération ........................................................................................... 49
3.2.3.2 Niveau réverbéré ...................................................................................................... 49
3.2.4 LE TR OPTIMAL ............................................................................................................. 50
CHAPITRE 3 : LES SALLES COUPLEES. ........................................................................................................ 52
1. DEFINITIONS ................................................................................................................................. 52
2. ATTENUATION ACOUSTIQUE ENTRE LES LOCAUX........................................................................ 53
2.1 INDICE D’AFFAIBLISSEMENT BRUT (ISOLEMENT BRUT GLOBAL) ......................................... 53
2.2 INDICE D’AFFAIBLISSEMENT DE LA PAROI............................................................................ 54

3
3. CALCUL DE L’ATTENUATION ......................................................................................................... 54
3.1 Présentation du problème ................................................................................................... 55
3.2 Source acoustique équivalente pour le local 2 .................................................................... 57
3.3 Dans le cas où Sc est fermée par une paroi de transmission τ............................................. 58
3.4 Résumé ................................................................................................................................. 58
3.5 Couplage sans paroi.............................................................................................................. 59
3.6 Influence de l’absorption de la salle réceptrice ................................................................... 59
3.7 Conséquence pour le traitement ......................................................................................... 59
4. COMPORTEMENT ISOLANT D’UNE PAROI .................................................................................... 60
4.1 Basse fréquence ................................................................................................................... 60
4.2 Loi de MASSE ........................................................................................................................ 60
4.3 Fréquence de coïncidence .................................................................................................... 61
5. ASSOCIATION DE PAROI ............................................................................................................... 62
5.1 PAROIS JUXTAPOSEES........................................................................................................... 62
5.2 PAROIS SUPERPOSEES .......................................................................................................... 63
CHAPITRE 4 : ISOLATION AUX BRUITS D’IMPACT ET D’EQUIPEMENTS. ................................................... 66
1. GENERALITES ................................................................................................................................ 66
2. ISOLATION AUX BRUITS D’IMPACT ............................................................................................... 66
2.1 Propagation des bruits d’impact .......................................................................................... 67
2.2 Mesure "in situ" de l'isolement d'une paroi aux bruits d'impacts ....................................... 69
2.3 Mesures en laboratoire ........................................................................................................ 70
2.4 Dimensionnement d’un plancher ......................................................................................... 72
3. ISOLATION AUX BRUITS D’EQUIPEMENTS.................................................................................... 72
3.1 Bruits de plomberie .............................................................................................................. 72
3.2 Les appareils sanitaires (baignoires, douches, lavabos, éviers, …)....................................... 74
3.3 Evacuation des eaux ............................................................................................................. 75

4
CHAPITRE 1 : LES SONS

1. PHYSIQUE DE SON

NATURE DU SON
Nous définissons l’acoustique comme la science relative à l’étude des vibrations
sonores et de ses effets sur l’homme. Le domaine de l’acoustique est très vaste,
nous nous limiterons dans ce cours à l’acoustique appliqué au bâtiment.

Une onde acoustique est produite par la vibration d’un objet matériel. Un son (ou
bruit) est le résultat d’une variation de pression moyenne (dans l’air, l’eau ou toute
autre milieu élastique) qui peut être détecté par l’oreille humaine. La propagation
du son s’effectue sans déplacement des matières, les bruits se déplacent ainsi dans
les solides, les liquides ou les gaz. On peut en effet constater que les éléments
élastiques oscillent sous l’effet d’une oscillation de pression sans se déplacer et que
cette perturbation sous forme de front d’onde se propage circulairement autour
d’un centre d’émission.

Un front d’onde est une surface virtuelle formée par l’ensemble des points qui
vibrent en synchronisme (on dit qu’ils vibrent en phase). Nous rappelons que le son
est une onde longitudinale c'est-à-dire les particules vibrent nécessairement dans la
même direction que la propagation de l’onde. Par opposition une onde est dit
transversale si les particules oscillent dans une direction perpendiculaire à la
direction de propagation.

La vibration sonore se traduit par la modification spatiale et temporelle des


grandeurs caractéristiques du milieu de propagation c'est-à-dire :

− La pression ′
,
− La densité ′
,
− La température ′
,
− La vitesse ,

étant le vecteur position, t l’instant et p0, ρ0, T0, V0 valeurs respectives de la


pression, de la densité, de la température et de la vitesse à l’absence de la
perturbation sonore.

Chaque variable peut être définie dans le cadre de l’acoustique comme la somme
d’une valeur moyenne et d’une valeur fluctuante. C’est cette valeur fluctuante qui
nous intéresse généralement et qui est appelé valeur acoustique.

La valeur de la pression de calcul entre deux instants t1 et t2 est appelée la pression


efficace peff :

5
p²eff= ²

p’ est la pression instantanée (valeur acoustique)

C’est cette pression efficace qui sera noté simplement p dans la suite du cours.

2. GRANDEURS CARACTERISTIQUES ET ENERGETIQUES DU SON

Fréquence et longueur d’onde d’un son


Le son est un phénomène transitoire qui est fonction du temps et de l’espace. On
définit alors les périodicités temporelles spatiales de l’onde acoustique représentées
respectivement par la fréquence et sa longueur d’onde.

La fréquence f est le nombre d’oscillation par seconde, elle est mesurée en Hertz
(Hz). La fréquence est liée à d’autre grandeur temporelle par la relation suivante :

• La période

La période c’est le temps au bout du quel la vibration se répète à l’identique à elle-


même.

• La pulsation
• La longueur d’onde λ est la distance (mesuré en mètre) parcouru par l’onde
sonore pendant un temps égal à une période

Si nous avons des intervalles de fréquence dans lesquelles la borne supérieure est la
borne inferieure multiplié par 2, on parle alors d’Octave ou de borne d’Octave.

Plus généralement en posant :

! "#

et étant les bornes d’un intervalle de fréquences.

n 1 On parle d’Octave

n
(
)
On parle de demi-Octave

n
(
*
On parle de tiers-Octave

On appelle fréquence centrale d’une bande de fréquences [f1 ;f2] la fréquence fc


telle que : fc=+,( ,) .

6
7
Célérité ou vitesse de propagation d’une onde acoustique
On appelle célérité d’une onde la vitesse de propagation de ses fronts d’onde. Elle
est d’environ 340 m/s dans l’air.

λ= -

λ : longueur d’onde

T : période

C : célérité

• Effet du milieu

Plus le milieu est dense plus la célérité est grande.

Milieu C (m/s)
Caoutchouc simple 70
Béton 3000
Acier 5000
Eau 1400

• Effet de la température

La célérité du son augmente également avec la température du milieu. Si on appelle


T la température en Kelvin, on peut approximer la célérité C dans l’air grâce à la
formule :

- √

T en Kelvin

C en m/s

Caractéristiques énergétiques
• La puissance

Définition

Une source diffuse de l’énergie acoustique, comme toute énergie (électrique,


thermique…) elle se mesure en joule.

8
son d’énergie égale à X en joule, on dit quelle possède une puissance acoustique W
Considérons une source acoustique, si pendant un temps t en secondes elle émet un

telle que :

1
0

W en Watt

On dit qu’une source possède une puissance acoustique de 1 W si elle émet 1 Joule
en une seconde.

Une montre mécanique : 1 µW

Voix normale : 0,01 mW

Voix forte : 0,1 mW

Voix criée : 1 mW

Haut parleur : 1W

Avion à réacteur : 1 KW

• Addition de plusieurs sources sonores

Lorsque plusieurs sources acoustiques émettent simultanément, on admettra que


leur énergie s’ajoute :

L’énergie rayonnée par l’ensemble des sources est égale à la somme des énergies
rayonnées par chacune d’elle.

Soit n sources acoustique s1, s2,….., sn, appelons X1, X2,……, Xn les énergie rayonnées
par chaque source sur un temps t donné :

1 1 1
0 2

• La pression

Définition

Considérons une surface S située sur le trajet d’une onde sonore.

Générée par l’onde sonore une force F s’exerce sur cette surface. La pression P est
rapport de la force sur la surface.

4
3
5

9
La pression atmosphérique selon les conditions climatiques est estimée à
Po=1,113.105 Pa soit environ 105 Pa au niveau de la mer.

• Seuil d’audition et de douleur

Le seuil d’audition correspond au son le plus faible que l’oreille humaine est capable
de percevoir. La pression acoustique correspondante appelée pression au seuil ou
pression de référence vaut : 3 6 . 8
39 À 1000 Hz

On appelle seuil de douleur la pression maximale que l’oreille humaine peut


supporter sans dommage, elle vaut 20 Pa.

Le tableau suivant donne une idée de niveaux de pression :

Niveau sonore Db Source du son Sensation auditive


0 Seuil d’audition calme
10 Bruissement d’une feuille
20 Studio de radiodiffusion
30 Chambre à coucher
40 Bibliothèque
50 Bureau Bruit courant
60 Conversion normale
70 Machine à écrire
80 Trafic dans une rue Très bruyant
90 Poids lourd à qlq mètres
100 Atelier de tôlerie Difficilement supportable
110 Presses d’emboutissage
120 Burin pneumatique
130 Marteau riveur insupportable
140 Banc d’essai réacteurs

• Intensité

Définition

Considérons une surface S (réelle ou virtuelle) placée sur le trajet d’une onde
acoustique, supposons que pendant un temps t elle soit travée par une énergie égale
à X joule. On définit l’intensité sur cette surface par :

1
:
5
S en m²

T en secondes

I en W/m²

10
• Seuil d’audition et de douleur

Au seuil d’audition, l’intensité acoustique vaut :Iref =10 -12W/m²

Au seuil de douleur elle vaut : 1W/m²

• Relation entre intensité et pression

Appelons :

− C la célérité du son : 340 m/s dans l’air.


− ;0 la masse volumique de l’aire (Kg/m³)

;0 dépend de la température et de la pression atmosphérique.

Cependant on prend généralement comme valeur (;0=1,2 Kg/m³)

On admet que : : avec -= 400 SI



-

NB : Cette «égalité » n’est valable que pour les sons qui partent de la source
pour atteindre directement le point récepteur.

Les niveaux de pression et d’intensité (le décibel [dB])


Le son le plus faible que l’oreille humaine puisse détecter est de 2.10-5 Pa. Or
l’oreille est capable de supporter des pressions allant jusqu'à 20 Pa. Une échelle en
Pascal nous emmènerai à manipuler des nombres immenses.

Décupler et même centupler l’amplitude d’un son produit une augmentation


d’intensité peu sensible surtout si le son est déjà fort. C’est se que traduisent les
propos du physiologiste et philosophe Gustav Theodor Fechner : «La sensation
varie comme le logarithme de l’excitation ».

Pour ces deux raisons nous allons utiliser une autre échelle graduée en décibel (dB).

• Définition du niveau de pression

Soit un son de pression acoustique P, rappelons que le seuil d’audition est

Pref = 2.10-5. On définit le niveau de pression par :

3
? ! " 6 @A
36

Lorsqu’on parle de P niveaux sonores il s’agit de la mesure en dB.

11
• Définition du niveau d’intensité

Considérons un son qui produit une intensité acoustique I, rappelons que l’intensité
au seuil d’audition est Iref =10-12 W/m2, On définit le niveau d’intensité par :

?: B C
:
:6
en dB

• Relation entre niveau de pression et niveau d’intensité

Nous avons vu que l’intensité pouvait s’exprimer en fonction de la pression : :


3
D

3
?: ?3 ! "
. 8

On voit donc que les niveaux d’intensité et de pression son égaux, il sera plus
pertinent d’utiliser l’un ou l’autre selon le problème considéré et les données dont
on dispose.

NB : Cette «égalité » n’est valable que pour les sons qui partent de la source
pour atteindre directement le point récepteur.

• Définition du niveau de puissance

Considérons un son qui produit une puissance acoustique W. Le niveau de puissance


Lw est :

0
?0 ! " avec WE 10 ()
W
0

3. Son pur et complexe analyse en fréquence

Un son composé d’une seule fréquence est dit pur (le son d’une flûte). Il se définit
par le caractère sinusoïdal en fonction du temps par la variation de pression.

La plupart des bruits que l’on rencontre dans la vie quotidienne ou dans l’industrie
consiste en un mélange de nombreuses fréquences appelé bruit.

Le bruit est dit stationnaire lorsque la valeur efficace est indépendante de l’instant
t où on la mesure (bruit de cascade à débit constant, bruit de circulation régulière
perçu à distance, bruit d’une machine en régime stationnaire, etc.). Le bruit
stationnaire se caractérise par de faibles variations d’intensité en fonction du
temps.

On parle de bruit pseudo-stationnaire lorsque la valeur efficace retrouve


régulièrement des valeurs identiques en fonction du temps. L’intensité varie
davantage que pour les bruits stationnaires (bruits de foule, bruit des outils à

12
moteur thermique : tondeuses ou tronçonneuses, bruits de circulation même
régulière, mais perçue de près, conversation humaine, etc.).

On parle de bruit transitoire ou impulsif lorsque le bruit passe par une grande
intensité, à certains moments seulement, de façon régulière ou totalement aléatoire
(bruits de marteaux, chocs, cris d’animaux, etc.).

La musique, la parole, le chant sont des signaux désirables le plus souvent, mais
dont l’intensité pourtant varie davantage que celle des bruits pseudo-stationnaires
et comporte même des bruits impulsifs. Il peut paraître assez légitime que ces
bruits, lorsqu’ils sont imposés, puissent occasionner des gênes importantes pour ces
raisons.

Afin d’avoir une information plus détaillée sur les signaux complexes, le procédé de
convertir un signal temporel en un signal fréquentiel est appelé analyse en
fréquence.
Dans le programme de lutte contre la réduction du bruit, il sera nécessaire
d’effectuer une analyse en fréquence par bande d’octave ou tiers d’octave pour
mesurer les valeurs supérieures à la limite tolérable.

13
Amplitude
3

2
A2

A1
1

T1

T2

Tracé temporel

Amplitude

A2

A1

I I Fréquence
J J

Spectre du signal

Courbe 1 : Onde fondamentale


Courbe 2 : Onde harmonique de rang 1
Courbe 3 : Onde résultante

14
Le son 3 à été décomposé en 1 et 2 avec f2=2f1. C’est le principe de la
décomposition en série de FOURIER qui dit que : Pour un son périodique non
sinusoïdal on peut le décomposer en une succession de sons sinusoïdaux appelés
harmoniques dont les fréquences sont toutes les multiples d’une même
fréquence f appelée la fondamentale.
La décomposition d’un son en une succession d’harmonique constitue le spectre de
ce son.
Contrairement au spectre d’un son périodique qui est discret, le spectre d’un bruit
est continu.

Bruit blanc
On appelle bruit blanc, un bruit dont toute les fréquences possèdent le même
niveau sonore (tube à air comprimé).

DB

+3 dB/Octave

125 250 500 1000 2000 4000 Hz


Bruit blanc

Bruit rose
On appelle bruit rose un bruit dont le niveau par bande d’octave est constante. Le
bruit rose est utilisé dans certaine mesure d’acoustique des salles. Par exemple pour
évaluer l’isolant acoustique d’une paroi, on émet un bruit rose d’un coté de celle-ci
et on mesure.
Au auditivement le bruit rose semble plus «doux» que le bruit blanc.

15
DB

125 250 500 1000 2000 4000 Hz

Bruit rose

4. Addition des niveaux sonores – Soustraction des niveaux


sonores

Addition des niveaux sonores


Considérons plusieurs sources sonores qui émettent simultanément. Supposons que
l’on connaisse le niveau de chaque source et que l’on souhaite connaitre le niveau
total produit par leur superposition.

Nous distinguons deux cas :

a) Les sources ne sont pas corrélées c'est-à-dire qu’elles sont


indépendantes et sans relation entre elles. Dans le cas général les
sources sont indépendantes : par exemple un piano, une flute, le trafic
routier, la ventilation d’un bureau etc… les tracés temporels de pression
ne présente alors rien en commun.
b) Les sources sont corrélées c'est-à-dire sont en phase ou en opposition
de phase

Tout le long de ce cours, nous considérerons que les sources ne sont pas corrélées.

• Addition des intensités

Lorsque les sources ne sont pas corrélées on admettra que l’intensité totale Itot est
égale à la somme des intensités totale produit par chaque source I1, I2, …, In
(intensité produit respectivement par 1, 2,…, n)

: : : 2 :

16
Le niveau total est par définition

: : : :
?: ! " ! 2 "

Or nous savons que si

: ?
? ! "#: .

? ? ?
?: 2

• Méthode de calcul rapide

On peut calculer rapidement les niveaux sans passer par le calcul des intensités, il
suffit pour cela de retenir un nombre de règles simples.

Additionnons deux sources dont le niveau diffère de 1 dB, par exemple 90dB et
89dB :

Le niveau total est : LItot=10 log (109+108,9)= 92,5dB

On pourrait multiplier ces situations et vérifier que si deux sources diffèrent de 1


dB, le niveau total produit par la superposition est toujours supérieure de 2,5 dB à
celui de la source la plus forte quelque soit le niveau de la source.

Différence de niveau entre les deux Augmentation de niveau par rapport à


sons (dB) la source la plus forte (dB)
0 3
1 2,5
2 2,1
3 1,7
4 1,5
5 1,2
6 1
10 0,4

On peut remarquer que lorsque les sources ont plus de 6 dB de différence, le niveau
correspond à la superposition des deux sons excède de 1 dB du niveau le plus grand.
L’augmentation n’étant pas perceptible, on admet que la présence de la source la
plus faible n’a pas affecté le niveau sonore global par rapport à la situation où lit n’y
avait que la source la plus forte.

17
Soustraction des niveaux de bruits
• Calcul rapide
Les opérations s’effectuent selon le tableau suivant :

Différence de niveau entre les Valeur à retrancher au plus grand


différentes sources (dB) niveau
0 -
1 6,87
2 4,33
3 3,02
4 2,21
5 1,65
6 1,26
7 0,96
8 0,75
9 0,58
10 0,46

Exemple : on mesure le bruit total dans une salle avec une machine en marche on
trouve 77dB, on arrête la machine et on mesure le bruit de fond, on trouve 75 dB.

Résolution : 77 – 75 = 2 (2 correspond à 4,33) : 77 – 75 = 77 – 4,33= 73dB

5. Rayonnement des Sources en champ libre

Source omni -directive


Considérons une source de puissance W, on dit qu’elle est omni directive si elle
rayonne la même quantité d’énergie dans toutes les directions .En pratique on peut
considérer qu’une source est omni directive si ses dimensions sont petites par
rapport à la longueur d’onde du son. C’est pourquoi pour une taille donnée une
source est d’autant plus omni directe que la fréquence émise est basse.

L’archétype d’une source omni directive pour toutes les fréquences est donc une
source ponctuelle.

• Intensité à la distance r (diffusion libre)

Soit une source acoustique omni directionnelle (que l’on suppose ponctuelle), on
désire exprimer l’intensité en un point M(r) situé à la distance r du centre de la
source.

18
Nous avons vu que l’intensité est définie comme le rapport entre la puissance et la
surface sur laquelle l’énergie est repartie .Pour appliquer cette définition, il reste à
choisir la surface la plus adaptée au calcul ; le plus simple est de prendre le front
d’onde qui passe par M(r) autrement dit la sphère virtuelle de rayon r centrée sur la
source.

A la distance r toute l’énergie est uniformément repartie sur la sphère de rayon r.

Si on appelle S la surface on a donc :

:
0
5
Avec S= 4 ²

0
:
D ²
W la puissance acoustique de la source ponctuelle.

:
?: ! "
: 6

0
?: P D ² R
Q 8

LI=LW -20 log(r)-11 en dB

NB : Si la source est linéique sur un plan (route par exemple, tuyauterie ou gaine de
ventilation), la surface virtuelle est cylindrique ou demi cylindrique dans le cas
d’une propagation d’énergie cylindrique ou demi cylindrique de rayon r et de
longueur l on a donc :

0
:
D

NB : Ces «égalités » ne sont valables que pour les sons qui partent de la source
pour atteindre directement le point récepteur.

Source directive

• Définition

19
En général l’énergie n’est pas uniformément repartie autour de la source, on dit que
la source est directive.

Les sources acoustiques sont toujours plus directives pour les fréquences élevées que
pour les fréquences basses.

I axe(r) est l’intensité de la source à la distance r.

I(r,S) est l’intensité de la source à la distance r et dans une direction S par rapport à
l’axe.

θ
Iaxe(r,θ)
θ

I(r,θ)

• Intensité moyenne

:T U
0
D ²
pour une source omni directive

• Facteur de directivité Q

On définit le facteur de directivité Q par :

V
:9Q6
:T U
(dB)

L’indice de directivité ID est défini par :

:W V en dB

Fréquence (Hz) 500 1000 3000


Violon 1 2 2
Violoncelle 2 2 2,5
F lute 1,5 1.5 1,5
Haut bois 1 1.5 2
Clarinette 1 2 2
Trompette 1 2 4,5
Tuba 2 4,5 6,5

• Source contre une paroi

20
Considérons une source omni directive sans obstacle.

Nous avons vu qu’à une distance r l’énergie est repartie sur une surface S=4 ² et
:
0
D
W étant la puissance acoustique. Lorsqu’il y’a la présence d’un obstacle, la
²
même quantité d’énergie à la distance r n’est plus repartie que sur une demi sphère
de rayon r , sur un quart de sphère de rayon r , sur un huitième de sphère de rayon
r … selon les positions relatives de la source et de l’obstacle. Nous allons dégager 4
cas :

Cas a : Source en diffusion libre


Les fronts d’onde forment une sphère.

Cas b : Source placé contre une paroi


Les fronts d’onde forment une demi-sphère.

Cas c : Source placée contre deux parois

Les fronts d’onde forment un quart de sphère.

Cas d : Source placée contre trois parois

21
Les fronts d’onde forment un huitième de sphère.

² X :
0
D ²
(a) Sa = 4
² X : Y
0
D
(b) Sb = 2
X : Y4
0
²

D
(c) Sc = ²
X : Y8
0
²
²
D
(d) Sd =
²

Tout se passe comme si la source rayonnait sur une sphère entière avec un
facteur de directivité Q avec Q=2 pour le cas b), Q= 4 pour cas c) et Q=8 pour le
cas d)

Q est appelé facteur de directivité.

0V
:
D ²
Li = Lw – 20log(r) – 11 +10 log Q

Li = Lw – 20log(r) – 11 +ID

REMARQUE

Le niveau sonore décroit au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la source ; deux
phénomènes sont responsables de cette atténuation :

- l’ atténuation géométrique, due au fait que l’énergie sonore est repartie sur une
surface de plus en plus grande au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la source,
elle ne dépend pas de la fréquence

- l’atténuation par disposition atmosphérique, due au frottement des molécules de


l’air, les unes contre les autres, elles dépendent de la fréquence. Les sons à très
basse fréquence peuvent se propager plus loin que les sons à haute fréquence.
L’atténuation diminue si l’humidité augmente.

Traitement de bruit en champ libre


• Réduire le bruit à la source.

L’on développe des stratégies de protection souvent contre les bruits d’origine
mécaniques. Pour les bruits issus du trafic routier les mesures suivantes peuvent
contribuer à l’amélioration du confort acoustique :

22
La réduction des vitesses de circulation au seuil de 50 km/h.
Le détournement de trafic
Le traitement des bruits de contact au sol des engins en rendant les surfaces
de contact poreuses ou en travaillant sur les pneumatiques.

• Les tissus urbains.

Certaines formes urbaines présentent une «porosité» au passage du bruit. Une


disposition adéquate des bâtis peut contribuer au confort acoustique :

Limiter ou réduire les façades exposées au bruit. Traiter les façades exposées
au bruit.
Organiser les bâtiments en fonction du bruit. Attention aux zones où les
bâtiments ont des hauteurs différentes. Le somment du bâtiment de petite
hauteur se comporte comme une source de bruit.

• Les protections.

Il consiste à mettre un obstacle entre la source de bruit et le récepteur.

Les buttes en terre.

Des remblais de terres de hauteur suffisante par rapport à la source de bruit


absorbent ou renvoient les bruits dans des zones désirables.

La végétation.

Elle attenue faiblement le niveau de bruit. Il faut 100 m de forêt dense pour
atténuer de 10 dB par exemple.

Végétation : très peu


d’effet en transmission

absorption :
limite de protection
évite réflexions

remblai

23
Les écrans acoustiques.

Ils peuvent être en bois, en béton, en plastique en acier etc.…On peut utiliser des
écrans réfléchissants (lisse), absorbants (poreux) à double face. Ils sont adaptés aux
bâtiments à hauteur peu importante.

espace protégé

24
II- CARACTERISATION PHYSIOLOGIQUE DES SONS

Le son se fait percevoir à l’homme par l’oreille,


l , c’est un récepteur très élaboré, il
est composé de 3 parties :

-
-
l’oreille externe : c’est le capteur d’onde sous forme de pression

-
l’oreille moyenne : c’est le transformateur mécanique
l’oreille interne : c’est le transformateur électrique qui transforme
t les
impulsions mécanique en impulsion nerveuse.

L’être humain perçoit des sons compris entre 20Hz et 20000Hz, les sons de
fréquence inférieur à 20Hz sont appelés les infra-
infra sons et ceux de la fréquence
supérieur à 20KHz les ultra-sons.
ultra

Bien que les infra-sons


sons ne soient pas audibles
audible ils peuvent être perçus comme
vibration par les organes internes du corps (cœur, viscère) ce qui peut provoquer des
malaises (nausées, mal de transport …), des nombreux animaux perçoivent et
émettent des ultra-sons (insectes,
nsectes, chauves souris, chiens). Les plus rares sont ceux
qui perçoivent ou émettent les infra-sons
infra (baleine, éléphants).
Sons audibles

Infrasons Basse Médium Ultrasons


Aigu

20 Hz 20 KHz

25
LE SEUIL DIFFERENTIEL
On appelle seuil différentiel de niveau la plus petite variation que l’oreille humaine
puisse percevoir, sa valeur est d’environ 1dB. Il serait absurde de faire figurer les
100ièmes de dB car ils ne sont perçus.

EMERGENCE
Si on veut qu’une source (voix, haut parleur …) puisse être nettement perçue dans
une ambiance bruyante son niveau doit être supérieur d’au moins 15 dB au bruit de
fond.

SENSIBILITE AUDITIVE EN FONCTION DE LA FREQUENCE


La sensibilité auditive dépend de la fréquence comme le montre le diagramme de
FLETCHER et MUNSON.

Sur l’axe des abscisses se trouvent les fréquences et les niveaux sonores en dB sur
l’axe des ordonnées. Le niveau sonore une valeur physique mesurable avec un
sonomètre mais ces valeurs décrivent pas nécessairement des valeurs auditives.

Pour comprendre ses courbes le mieux est de prendre un cas particulier, considérons
par exemple un son de 60 dB à 1000Hz. En projetant les axes parallèles aux axes de
repère passant par 60 dB et 1000 Hz, le point d’intersection se trouve sur la courbe
60 phones. Le phone est l’unité de la sensation auditive. On dira qu’un son de 60
phones produit la même sensation auditive qu’un son pur de 1000 Hz de niveau
sonore de 60 dB. Si on garde le même niveau sonore de 60 dB et que la fréquence
diminue le son paraitra subjectivement moins fort.

En mesurant les niveaux subjectifs pour toutes les fréquences on construit ainsi les
courbes d’iso sonie. Ces courbes d’iso sonie montrent également qu’à des
fréquences élevées, la sensibilité auditive diminue (les courbes sont aplaties).

26
1.2.1 LA SONIE
Les tests d’écoute montre que la sensation de niveau ou niveau subjectif
n’augmente pas linéairement avec le niveau en décibel par exemple un son de 80dB
ne parait pas deux fois plus fort qu’un son de 40dB.

Pour exprimer linéairement la sensation de niveau,


niveau une autre unité a été proposée
le sone. Par convention, la sonie d’un son pur de 1 kHz à 40 dB SPL (Sound Pressure
Level) correspond à une valeur de 1 sone. Un son de 2 sones est perçu deux
d fois plus
fort qu’un son de 1 sone.

Une relation déterminée à partir de la fonction de sonie d’un son pur de 1 kHz,
permet de passer de l’échelle des sones à l’échelle des phones.. Une augmentation
de 10 phones entraîne ainsi un doublement de la sonie. Par exemple, si la sonie d’un
son pur de 1 kHz à 40 dB (ou 40 phones) est de 1 sone, elle est de 2 sones à 50 dB
(ou 50 phones), de 4 sones à 60 dB (ou 60 phones) etc.

27
1.2.2 LE DECIBEL PONDERE

1.2.2.1 Origine du décibel pondéré


En raison de la variation fréquentielle de la sensibilité auditive, deux sons peuvent
avoir le même niveau dB mais offrir à l’écoute des niveaux subjectifs différents.

Basses Médiums Aigus

f (Hz) 125 250 500 1000 2000 4000


Bruit 1(dB) 65 60 65 80 70 85
Bruit 2 (dB) 85 70 80 65 65 60

Prenons l’exemple de deux bruits dont la répartition fréquentielle est ci-dessus.

Ces bruits possèdent le même niveau global en dB cependant la sensation subjective


risque d’être différente : l’énergie du bruit 2 est essentiellement concentrée dans
les basses fréquences, il va paraitre moins fort que le bruit 1 dont l’énergie est
placée dans les zones de meilleures sensibilités auditives.

Le décibel tel qu’il a été définit dans le paragraphe précédent n’est donc pas
approprié pour traduire la sensation subjective de niveau ; Afin de tenir compte du
rôle de la fréquence une autre unité a été proposée, le décibel pondéré.

1.2.2.2 Définition de la pondération


Pour calculer le décibel pondéré des valeurs de pondération ont été définies, ces
pondérations sont des moyennes établies de manière à compenser les variations des
perceptions auditives selon la fréquence pour un même niveau sonore, il existe 4
types de pondérations :
-la pondération A
-la pondération B
-la pondération C
-la pondération D
Les niveaux s’expriment respectivement en dB(A), dB(B), dB(C), dB(D) selon les
types de pondérations.

1.2.2.3 Niveaux Equivalents (LEQ)


Pour évaluer une nuisance sonore il ne suffit pas de mesurer le niveau à un instant
donné car le bruit est généralement fluctuant autour du temps. On effectue donc
une moyenne pendant une certaine durée T, cette moyenne est appelée niveau de
bruit équivalent notée LEQ , on peut effectuer la moyenne sur plusieurs durées : 1h,

28
1 journée (7h du matin à 7h du soir), une soirée (7h du soir à 10h du soir) ou une
nuit (10h du soir à 7h du matin).

10
[ \] ^
(
_`
E
LEQ=10log ([ dt

T peut être de quelques secondes à quelques jours.

Lp(t) niveau de pression pendant la durée T

29
CHAPITRE 2 : CARACTERISTIQUES D’UNE SALLE.

1. Réponses impulsionnelles et fréquentielles

1.1 REPONSE IMPULSIONNELLE


1.1.1 Définition
Supposons qu’un son très bref (impulsion) soit émis par une source sonore (S) et
considérons un point de réception (R) dans la salle. L’onde est émise dans toutes les
directions. Le premier front d’onde qui parvient au point de réception est celui qui
part de la source pour atteindre directement le point de réception ; on l’appelle le
son direct.

La multitude d’onde réfléchie qui part des parois de la salle constituent le son
réverbéré. La pression recueillie en un point donné constitue la réponse
impulsionnelle de la salle.

Le tracé du son direct et de la succession des réflexions constitue l’écho gramme.

dB Son direct
R
Réflexion

S : Source Echo gramme

R : Réception

1.1.2 Décomposition de la réponse impulsionnelle.


La réponse impulsionnelle peut se décomposer en 3 parties :

Le son direct, les réflexions précoces, le champ diffus.

30
Son direct

dB Réflexion précoce

Champ diffus

• Son direct

Nous savons que le son direct ne dépend que des caractéristiques de la source
(puissance, directivité) et de la distance entre la source et le récepteur ; la salle
n’intervient pas. Pour une source de puissance W, de facteur de directivité Q situé à
la distance r de la source le son direct vaut :
0V
I(r)= D ²

• Les réflexions précoces

On appelle réflexion précoces les réflexions qui parviennent au point de


réception dans les 80 à 100 premières ms qui suivent le son direct.

• Champ diffus et temps de réverbération

Au delà d’un certain temps après l’arrivée du son direct, le récepteur reçoit le son
diffus. Celui-ci présente 3 caractéristiques principales :

En un point donné, l’intensité réverbérée décroit de manière exponentielle


(la décroissance en niveau est donc linéaire). On appelle durée de
réverbération ou temps de réverbération, la durée nécessaire pour que le
son réverbéré décroisse de 60 db dans la salle après l’extinction de la source.

31
60dB

Arrêt de la TR60 t
source
Le champ diffus est homogène dans la salle : son intensité est statistiquement
la même dans toute les positions de la salle (alors que les réflexions précoces
dépendent des positions dans la salle.).
Le son diffus est chaotique, les deux oreilles reçoivent une multitude de
réflexions provenant de toutes les directions.

1.1.3 Identification des échos


La réponse impulsionnelle peut servir à détecter les échos qui sont de plusieurs
types :

Echo franc : on appelle écho franc un écho perçu en tant que tel : autrement dit le
son est entendu 2 fois de suite. On admet généralement qu’une réflexion de fort
niveau est identifiée comme un écho franc s’il parvient plus de 50 ms après le son
direct.

Lorsqu’il ya des échos dans une salle on cherche a le supprimer en rendant


absorbante les surfaces qui produisent les échos.

Echo tonal : on appelle écho tonal une succession d’écho qui arrive régulièrement et
avec le même décalage temporel ∆t, de la sorte qu’on ne perçoit pas une répétition
du son, mais une fréquence précise qui suit l’émission du son. Un écho tonal peut
être produit par une structure périodique en gradin ou par des murs réfléchissants
d’une ruelle étroite.

Le flutter écho ou écho flottant est une succession d’écho qui arrive avec
régularité tout étant suffisamment séparé pour être discerner les uns des autres.
Dans ce cas on n’entend pas une note précise comme dans le cas de l’écho tonal
mais des répétitions de la manière du battement d’aile d’oiseau d’où le nom de
flutter. On peut rencontrer un écho flottant lorsqu’un son est émis entre deux parois

32
réfléchissantes et parallèles alors que les autres parois sont absorbantes ou très
éloignées.

1.1.4 Distribution temporelle et réflexion diffuse


• Définition

Considérons une source sonore. On peut mentalement décomposer l’énergie émise


en une multitude de rayons sonores qui partent de la source pour se réfléchir sur
toutes les parois. Il parcourt une distance L1 avant de subir une première réflexion,
puis une distance L2 avant d’en subir une autre etc. On appelle libre parcours
moyen noté (L) la distance moyenne parcourue par un rayon sonore entre deux
réflexions sur les parois.

• Formule

Da
Soit V le volume de la salle et S la surface interne des parois. On admettra que L

b
peut s’exprimer par la formule suivante : L=

• Nombre moyen de réception

? D
Si on note C la célérité de l’onde sonore dans le milieu considéré, le temps moyen

- -5
entre deux réflexions est égal a : t= = .
D
-5
Pour une réflexion le rayon met t secondes soit
-5
D
Le nombre de réflexion par seconde est ainsi n= .

1.2 REPONSE FREQUENTIELLE

1.2.1 Définition
La réponse fréquentielle illustre la façon dont la salle accentue ou attenue les
différentes fréquences émises par la source. (La réponse fréquentielle peut
s’obtenir a partir de la réponse impulsionnelle en effectuant une opération
mathématique appelé transformation de fourrier. Quand on connait la réponse
fréquentielle et vice versa.

dB

t f
33
1.2.2 Fréquence propre
Chaque pique de la réponse fréquentielle correspond à une fréquence propre de
la salle.

• Définition
Les fréquences propres sont les fréquences de vibration naturelle de la salle,
elles correspondent aux fréquences pour lesquelles existent des ondes
stationnaires.

Il y a de très nombreuses fréquences propres dans une salle, il faut toujours


veillez à atténuer les résonances, elles produisent un accroissement gênant de
certains sons, généralement les basses fréquences.

• Formules des fréquences propres


Considérons une salle parallélépipédique de dimensions X, Y, Z ; on admettra
qu’il existe une infinité de mode propre et qu’on peut calculer de la manière
suivante : si C est la célérité du son ; l, m, n des entiers naturels quelconques
on peut montrer qu’il existe une fréquence propre pour les valeurs de l, m et n
choisies :

fl,m,n= dB1C BeC BfC


c T

1.2.3 Application
Calculons les fréquences propres de quatre (4) salles parallélépipédiques

• la salle (1) de dimension 30×20×20 (m3)


• la salle (2) de dimension 5×4×3 (m3)
• la salle (3) de dimension 4×4×5 (m3)
• la salle (4) de dimension 4×4×4 (m3)

Principe :
Commençons par calculer les fréquences propres les plus basses en donnant à l, m et
n les valeurs (0, 1, 2) ; on se contente généralement de calculer les dix premières
fréquences propres. Il serait possible de calculer la série en donnant à l, m et n des
valeurs plus élevés mais cela n’a aucune utilité car plus on avance dans le spectre
plus la densité des fréquences propres augmentent si bien qu’une fréquence n’est
plus audible individuellement.

34
Fréquences propres Salle 1 Salle 2 Salle 3 Salle 4

f1,0,0 6 34 42 42

f0,1,0 8 42 42 42

f0,0,1 8 57 34 42

f2,0,0 11 68 85 85

f0,2,0 17 85 85 85

f0,0,2 17 113 68 85

f1,1,0 10 54 60 60

f1,0,1 10 66 54 60

f0,1,1 12 71 54 60

f1,1,1 13 78 69 74

• Rôle des dimensions de la salle

Le calcul des fréquences propres permet de déterminer les zones fréquentielles à


traiter, par exemple dans la salle n°1 les premiers modes sont inférieurs à 20 Hz et
par conséquent inaudibles. Au delà de 20 Hz les fréquences propres sont
suffisamment rapprochées les unes des autres pour ne plus être audibles
individuellement. Il n’est pas nécessaire d’effectuer un traitement acoustique dans
la salle.

Dans la salle n°2 les dix premiers modes propres ont des fréquences supérieures à 20
Hz et sont isolées les unes des autres : ils sont donc parfaitement audibles. Cela
montre que les modes propres sont plus gênants aux basses fréquences dans les
petits locaux. Pour les atténuer il faut alors effectuer un traitement en installant
des matériaux qui absorbent les basses fréquences.

• Rôle des symétries architecturales

Dans la salle n°3, les fréquences propres de 42Hz et 85Hz risquent d’être perçues
car elles résultent de la superposition de deux modes propres.

Dans la salle n°4, les modes propres sont encore plus distants les uns des autres de
plus de trois fréquences (triple) existent pour 42Hz, 85Hz et 60Hz ce qui produit un
effet nettement audible.

35
Cela montre qu’il faut rejeter les salles ayant plusieurs dimensions identiques, il
faut également éviter que les dimensions soit multiples les unes des autres.

• Fréquences de coupure
On peut considérer qu’un mode propre n’est pas audible si sa fréquence est
supérieure à une certaine valeur appelée fréquence de coupure de la salle, si on
appelle TR le Temps de Réverbération de la salle et V son volume en m3 on admet
que la fréquence de coupure s’exprime par la formule empirique suivante :
g
fc=2000d

2. Phénomènes sonores dans une salle

2.1 REFLEXION
• Réflexion spéculaire
Considérons une onde sonore qui frappe une paroi si sa longueur d’onde est
petite devant les dimensions de l’obstacle, l’onde sonore se comporte comme
une balle frappant un mur ou comme un rayon lumineux frappant un miroir. Elle
obéit aux lois de l’optique géométrique et lois de Descartes (on parle ainsi
d’acoustique géométrique). On modélise alors l’onde sonore par une droite
qu’on appelle un rayon sonore.

S
i=angle d’incidence

r= angle de réflexion

i r

S’

• Réflexion diffuse

36
On dit qu’une réflexion est diffuse si l’onde incidente est réfléchie selon de
multiples directions. La surface qui produit une telle réflexion est appelée surface
diffusante.

Une surface est diffusante si elle présente des irrégularités dont les dimensions sont
du même ordre de grandeur que la longueur d’onde de l’angle d’incidence.

2.2 DIFFRACTION
On dit qu’une onde sonore est diffractée lorsqu’elle rencontre un obstacle et le
contourne. Ce phénomène se produit lorsque la longueur d’onde du son est grande
devant les dimensions de l’obstacle.

S+
+R

Une onde sonore peut également être diffractée lorsqu’elle rencontre une ouverture
dont les dimensions sont très inférieures sa longueur d’onde. On peut alors
considérer que chaque point de l’ouverture se comporte comme une source
acoustique secondaire.

S+
+R

2.3 ABSORPTION
2.3.1 Définition
• PRINCIPE
Lorsqu’une onde sonore rencontre une paroi et qu’une partie de l’énergie est
absorbée : on parle de phénomène d’absorption acoustique. Une certaine quantité
est alors transformée en chaleur. Pour cela il faut que l’énergie acoustique de

37
l’onde provoque la vibration d’un corps matériel ; celui-ci peut être de trois (3)
types :

Des pores d’air compris dans un matériau (tissu par exemple) : c’est
l’absorption par matériaux poreux
Un panneau placé à une certaine distance d’un mur : c’est l’absorption par
panneau absorbant.
L’air compris dans une cavité : c’est l’absorption par résonateur.

Selon le type d’absorption l’énergie réverbérée dans la salle fait vibrer l’air
compris dans les pores ; les cavités ou le panneau. Il en résulte des frottements,
ce qui conduit à une dissipation de l’énergie acoustique en chaleur. C’est cette
transformation d’énergie acoustique en chaleur qui fait baisser le niveau sonore
dans une salle.

• Bilan énergétique:
Soit une onde qui frappe une paroi, définissons les grandeurs suivantes :
ENERGIE INCIDENTE(Ei) : l’énergie de l’onde qui frappe la paroi
-ENERGIE ABSORBEE(Ea) : l’énergie transformée en chaleur dans la
surface absorbante.
ENERGIE REFLECHIE(Er) : l’énergie renvoyée par la surface.
Une partie de l’énergie Et de l’énergie incidente peut éventuellement être
transmise de l’autre coté de la paroi grâce à la vibration de celle-ci.

L’énergie totale se conserve Ei=Er+Ea+Et

Ei Et

Ea

Er Et

Paroi

2.3.2 Coefficient d’absorption


• Définition
hi
α = énergie absorbée/énergie incidente. α = hj

38
α est un nombre sans unité qui varie de 0 (pour une paroi totalement réfléchissante)
à 1 (pour une paroi totalement absorbante).

0< α<1.

• Absorption d’une surface


Considérons une salle dont les parois sont constituées de n surfaces recouvertes de
matériaux différents (mur en bois, plancher en moquette etc.), appelons S1, S2, Sn
les surfaces de ces matériaux et α1, α2, αn leur coefficient d’absorption respectif.
On appelle absorption (m²) de la surface Si la quantité Ai= Si αi

• Absorption d’une salle

L’absorption totale de la salle (mesurée en m²) est définie comme la somme des
absorptions des surfaces qui la compose :

Atot=α1s1+α2S2+…………+αnsn=A1+A2+……An

• Coefficient d’absorption moyen

On définit le coefficient d’absorption moyen (αmoy) d’une salle par la moyenne


arithmétique de ces différents coefficients d’absorption.

Si la surface totale est Stot.


k
5
αmoy

REMARQUE :

Lorsque l’onde sonore rencontre une fenêtre ouverte, toute l’énergie qui atteint
cette surface est transmise au dehors. Cependant on peut considérer que vue de la
salle, l’énergie passe par l’ouverture et ne revient pas. Tout ce passe comme si
cette énergie était absorbée par la surface de l’ouverture. Pour un point de la salle
cette surface se comporte donc comme si elle avait un coefficient d’absorption α=1.

39
Quelques facteurs d’absorption

40
2.3.3 Absorption par matériaux poreux
On appelle matériaux poreux une surface qui contient une multitude de petites
cavités remplies d’air. C’est le cas des tissus, de la laine de verre ou de la peau
humaine.

Comme les pores sont petits ils interagissent essentiellement avec les hautes
fréquences en se mettant à entrer en vibration multipliant ainsi les frottements qui
absorbent l’énergie. L'absorption aux fréquences basses est d'autant plus importante
que le matériau est épais et que ses pores ou cavités sont grandes.

2.3.4 Absorption par un panneau acoustique


Les panneaux acoustiques encore appelés diaphragmes sont des panneaux placés a
une distance d’un mur. Le panneau et la masse d’air situé derrière celui-ci entrent
en vibration. Cet ensemble forme une masse relativement lourde qui oscille sur des
basses fréquences. Ces dernières sont donc particulièrement absorbées. L’absorption
est maximale pour la fréquence propre du panneau.

On admettra que la fréquence propre d’un panneau situé à une distance d d’un mur
et de masse surfacique ρs (kg/m²) vaut :
lE
+mn o
f0=

On augmente l’absorption d’un panneau en plaçant un matériau absorbant sur le


mur. Au lieu d’être concentré sur la fréquence propre l’absorption s’étend alors sur
une zone fréquentielle plus large.

Panneau
Mur

41
EXERCICE : soit un panneau de contre plaqué de masse surfacique ρs=5kg/m² placé
a 8cm du mur.

Calculez sa fréquence propre.

A quelle distance faut il placé le panneau si la salle possède une résonnance gênante
à 130 Hz.

Inversement si l’on veut que le panneau reste a 8cm du mur et qu’il observe la
fréquence gênante, calculer la masse surfacique du panneau.

2.3.5 Absorption par résonateur

V S : section

Ce sont des résonateurs acoustiques, en ce sens qu’ils sont constitués d’une cavité
reliée au milieu extérieur par un petit orifice, et que leur excitation par une onde
acoustique produit un effet «piège» pour cette onde. La fréquence de résonnance
d’un tel système est :

d
p r
q st
f0=

C : La célérité du son

Exemple : Calculer la fréquence de résonnance d’une bouteille de vin. La longueur


du col l=7 cm ; le diamètre est de 1,8 cm ; le volume V=75 cl.

Dans une salle les résonateurs de Helmholtz peuvent être constitués par des cavités
dans les murs (les fréquences atténuées dépendent des creux). Pour absorber de
l’énergie sur une large bande de fréquence, On utilise les résonateurs de différentes
tailles. Pour qu’une cavité absorbe de l’énergie selon le principe du résonateur de
Helmholtz, il n’est pas nécessaire qu’il présente un goulot, on peut avoir une simple
cavité comme dans le cas des briques creuses.

On peut aussi jumeler plusieurs types d’absorption par exemple : un panneau


absorbe les basses fréquences, si l’on perfore des trous sur toute la surface, ils
absorbent des fréquences dont les longueurs d’onde correspondent aux diamètres

42
des trous, et si on couvre le panneau d’un matériau poreux, il absorbe des
fréquences encore plus élevées, il est ainsi possible d’obtenir un coefficient
d’absorption indépendamment de la fréquence. La solution pour réaliser une
absorption uniforme avec la fréquence consiste à utiliser un assemblage ou
panachage de matériaux différents dans un même local.

3. ENERGIE REVERBEREE

Nous allons maintenant étudier l’énergie réverbérée dans une salle et plus
particulièrement son évolution dans la salle en fonction des caractéristiques.
Nous nous placerons dans le cadre de la théorie de Sabine qui considère que le son
réverbéré est statiquement homogène dans la salle. Cette théorie n’est valable que
dans les salles suffisamment réverbérantes. Pour les salles absorbantes, il faudra
utiliser le modèle d’Eyring.

3.1 LES TROIS PHASES DE SONS REVERBERES


Soit un haut-parleur dans une salle ; à l’instant t=0 s on branche l’alimentation
électrique. La puissance délivrée par le haut-parleur est, maintenue constante
pendant un certain temps. On coupe alors l’alimentation électrique au temps t1.
Trois (3) phases sont alors discernables :

- La phase d’établissement du son réverbéré pendant laquelle celui-ci


augmente progressivement dans la salle
- La phase stationnaire où le niveau réverbéré reste constant
- La phase d’extinction pendant laquelle le son réverbéré diminue
progressivement jusqu’à devenir inaudible.

3.1.1 Définition

• Constante de temps de la salle


Soit une salle de volume V (m3) et d’absorption A (m2) dans laquelle se trouve une
source de puissance W (W), c représente la célérité du son en m/s. on appelle
constante de temps de la salle :

u
D
k-

Cette constante mesure la ‘’rapidité de réponse’’ de la salle, c'est-à-dire la rapidité


d’établissement et d’extinction du son réverbéré.

• Etablissement du son réverbéré

43
Considérons une source de puissance W, appelons A l’absorption de la salle. A
l’instant précis où la source est mise sous tension, il n’y a pas de son réverbéré dans
la salle. On admettra que l’intensité réverbérée varie selon la loi:

v6
0 B C
u
k
Ir(t)=

• Régime stationnaire
Supposons que la puissance de la source soit constante :

Si tX ∞ on a : 6 u X ; donc
0
Ir(t)= k

• Extinction
t1 est l’instant où on arrête l’émission du son. Effectuons un changement de repère
en prenant pour nouveau origine t=t1,en comptant désormais le temps t à partir de
cette nouvelle origine, on peut montrer que :

Ir(t)= k 6B
0 C
u

L’établissement et l’extinction dépendant du temps. Etant souvent dans un temps


bref, nous allons nous intéresser au régime stationnaire.

3.1.2 REGIME STATIONNAIRE

3.1.2.1 Intensité réverbérée


• Formule de l’intensité réverbérée
On admettra que l’énergie réverbérée est :
3
Ir=D
c

Pr : pression de son réverbéré


ρ0c= 400 SI

3.1.2.2 Niveau d’intensité réverbéré


Si Ir est l’intensité réverbérée, le niveau d’intensité est :
: 0
LIr=10 log ( w
= 10 log (k. w

LIr=Lw - 10log(A)

44
NB : il faudrait au moins 7dB d’atténuation pour que la sensation du confort
acoustique soit améliorée.

• Niveau de pression réverbérée


3
. w8
LPr= 20 log (


DQ w
LPr= 10 log (

3
DYD
Or Ir= on a donc

LPr=Lw-10log (A) + 6

Des deux dernières formules, nous concluons que pour le son réverbéré, il y’a une
différence de 6 dB entre le niveau d’intensité et l’intensité de pression.

NB : Lorsqu’on parle de ‘’niveau réverbérée’’ sans d’avantage de précision, c’est


du niveau de pression qu’il s’agit. C’est lui qui est mesuré par le sonomètre.

• Résumé des formules

Son direct Son réverbéré


Intensité en fonction de 3@ 3
D DxD
Id= Ir=
la pression
Intensité en fonction de 0V 0
Id=D Ir=k
la puissance de la source
Niveau d’intensité LId=Lw-11-20log(r) LIr=Lw-10log(A)
Niveau de pression LPd=Lw-11-20log(r)+ID LPr=Lw-10log(A) +6

3.1.2.3 Niveau de pression total


Par définition le niveau de pression totale est :
3
. w8
LPr= 20 log (

Comme le son direct et le son réverbéré ne sont pas corrélés, il faut additionner les
pressions quadratiques :
P2tot=P2d+P2r
V D
LPtot= LW+10 log (D
k

45
REMARQUE :
V
D
Loin de la source le terme attribué au son direct : devient tres petit par rapport
D
k
au terme relatif au son réverbéré si bien qu’on peut le négliger.

On retrouve alors la formule du son réverbéré seul :


LPtot= Lw – 10 log A + 6

A l’inverse, à faible distance de la source c’est le son direct qui prédomine et le


terme devient faible faible devant
D V
k D
.

On retrouve alors l’expression du son direct seul :


LPtot=Lw – 11 – 20 log r + ID

3.1.2.4 Rapport Dir/Rev (son direct et réverbéré)


On appelle rapport entre le son direct et le son réverbéré en un point donné de la
salle la différence de niveau entre le son direct et le son réverbéré.
3@
3
Dir/Rev=LPd-LPr ou aussi : Dir/Rev= 10 log (

• Expression de Dir/Rev en fonction de la salle et de la source


Appelons W la puissance de la source, Q son facteur de directivité et R la distance
du point de réception à la source.
3@ 0V
D D
I d=

3 0
Ir=D k

Wz kV
! "
g6a {

3.1.2.5 Distance critique (rc)

• Définition
On appelle distance critique d’une salle (pour une source) donnée la distance
mesurée par rapport à la source pour laquelle le niveau de son direct est égal au
niveau du son réverbéré. Autrement dit c’est la distance à laquelle :

LPd (rc) =LPr (rc)

46
Or le niveau direct diminue avec la distance, tandis que le niveau réverbéré est
constante.
Lpd(r) =Lw-11-20 log(r)+ID
Lpr(r)=Lw-10 logA+6

Ce qui nous donne les courbes ci-dessous :

Nv(dB)

Log(rc) Log(r)

En deçà de la distance critique (r< rc) le niveau direct est supérieur au niveau
réverbéré.

Au delà de celle-ci est (r > rc) le niveau direct est inférieur au niveau réverbéré.

• Formules
On cherche à exprimer rc en fonction des caractéristiques de la salle, de la source,
pour cela on exprime les égalités de pression ;
LPd (rc) =LPc (rc)
Pd=Pr
(P2d)=(P2r)
D 0V DYD 0
D k
Pd2= ,Pr=

= d8
kV kV
{
rc=d

Exemple:

coefficient d’absorption moyenne α} =0,5 ; Q=2.


Considérons les dimensions d’une salle parallélépipédique 10X15X10 et de

47
Calculer le rayon critique de la salle.
Conclusion

3.2 DECROISSANCE DU SON REVERBERE


3.2.1 Linéarité de la décroissance
Nous avons vu que l’intensité réverbéré au cours du temps évolue de manière
exponentielle. La courbe décroit du niveau réverbéré est une droite

Ir(t) LPr(t)

t t

3.2.2 Temps de réverbération

• Définition
Nous avons vu que le temps de réverbération (TR) est le temps mis par les sons pour
décroitre de 60 dB dans la salle après l’extinction de la source.

• Formule de Sabine
De nombreuses formules permettent de calculer le TR en fonction des
caractéristiques de la salle, la plus utilisée est la formule de Sabine.
, {
k
TR =

V est volume de salle en m3


A absorption en m2

• Limite de la formule de Sabine

Pour étudier la validité de la formule de Sabine considérons les valeurs extrêmes de


la formule de l’absorption.

48
Si le coefficient d’absorption est très faible (α X 0), l’absorption de la salle tend
vers une valeur nulle (AX0) et TRX +∞ (vers une grande valeur), ce qui est
effectivement le cas dans une salle très réverbérant.
A l’inverse si la salle est très absorbante, le coefficient d’absorption tend vers (1)
E,(l~

(αX1) dans ce cas AXS et le TR (tend vers la valeur 0,16V /S) (TR = ).

Cela n’est pas logique, car la salle est absorbante toute l’énergie sonore est
absorbée. Le TR devait être nul.

Ce résultat révèle l’imperfection de la théorie de Sabine, dû au fait que celle-ci est


fondée sur l’hypothèse d’un champ réverbéré uniformément répandu dans la salle.
En pratique on utilise la formule de Sabine lorsque le coefficient d’absorption de la
salle est inferieure à 0,2; pour les salles plus absorbantes, il est préférable de
calculer le TR en utilisant la formule d’EYRING.

3.2.3 THEORIE D’EYRING

3.2.3.1 Temps de réverbération

• Principe
Nous avons vu que la formule de sabine donne des résultats incohérents lorsque la
salle est trop absorbante. Si tel est le cas il est préférable d’utiliser la formule
proposée par Eyring. D’autres formules existent certes, mais elles ne sont pas
couramment utilisées.

Le modèle d’Eyring est fondé sur une approche microscopique plutôt que de
considérer que l’énergie réverbérée est absorbée de la même manière dans toute la
salle. La méthode d’Eyring consiste à suivre le parcours d’un rayon source dans la
salle et à calculer l’absorption de chaque réflexion.

• Formule
La formule du temps de réverbération d’Eyring est :
, {
5. €
TRe = -

• Situation limite
Si l’absorption de la salle est très faible αX0 alors TReX +∞. Comme dans la formule
de sabine ce qui est incohérent.

Si l’absorption est très forte αX1 alors TRe X 0, résultat logique.

3.2.3.2 Niveau réverbéré


Dans la théorie d’Eyring on définit une grandeur appelée constante de la salle

49
•=
5Y€

(en m2)

remplaçant A par •.
On admettra que l’on obtient les même formules que dans la théorie de Sabine en

W
Ir
ƒ
Intensité réverbérée

niveau réverbérée LPr=Lw+6-10 log(•)

Niveau total „ …
LPtot= Lw+ 10 log (…π†‡ ƒ
)

d et d 8
Rayon critique •V •V
{

3.2.4 LE TR OPTIMAL
On appelle TR optimal le temps de réverbération qui convient pour un volume
de salle donné.

Lorsqu’on recherche la précision du son, il faut peu de réverbération soit un TR


faible. Ce qui s’obtient avec des matériaux absorbants.
Lorsqu’on recherche une bonne homogénéité de la salle, il faut plus de résonnance
soit un TR élevé. Ce qui s’obtient avec des matériaux réfléchissants.

Le TR optimal est un compromis entre les deux cas, il est spécifique à chaque salle.

Courbe de TR optimal
Le TR optimal dépend des goûts individuels des différences interculturelles ou
encore de l’époque. Les courbes des TR optimal sont fonction du volume de la salle
et de l’exploitation de la salle.
Pour bénéficier d’une bonne acoustique dans un lieu d’habitation, notamment
dans le cas d’écoute de la musique, le temps de réverbération optimal pour les
fréquences moyennes (vers 1000 Hz) doit être compris entre 0,7 et 0,6 secondes.

50
51
CHAPITRE 3 : LES SALLES COUPLEES.

1. DEFINITIONS

• Principe de couplage

On dit qu’il ya couplage acoustique entre deux locaux lorsqu’un local contenant une
source (local émetteur) est placé à coté d’un autre local (local récepteur) de sorte
que ce dernier reçoit l’énergie sonore en provenance du local émetteur.

Une partie de l’énergie contenue dans la salle réceptrice retourne dans la salle
émettrice.

L’intensité réverbérée dans chaque local est nommée Ir1 dans le local émetteur et
Ir2 dans le local récepteur.

• Différentes situations de couplage

Des situations de couplage très diverses peuvent être étudiées.

Considérons 2 salles séparées par une paroi, la surface qui sépare les 2 locaux
est appelée surface de couplage, c’est la vibration de cette surface qui
transmet l’énergie à l’autre.

Ir1
Ir2
s

Plusieurs parties peuvent aussi exister dans une salle : loges, balcons etc,
Même si aucune paroi matérielle ne sépare les locaux le raisonnement est
toujours valable ; on considérera que cette surface de couplage se comporte
comme une paroi virtuelle : toute l’énergie qui lui est l’atteint est transmise
de l’autre coté.

Ir2 Ir2

Ir2 Ir1
s

Ir2

52
La théorie du couplage s’applique également dans le cas d’une fenêtre
ouverte. Cette fois il n’y a pas de local émetteur à proprement parlé. Mais le
type de raisonnement est possible : le son extérieur entre dans la salle puis
une partie de l’énergie réverbérée repart à l’extérieur.

Ir1

s Ir2

2. ATTENUATION ACOUSTIQUE ENTRE LES LOCAUX

2.1 INDICE D’AFFAIBLISSEMENT BRUT (ISOLEMENT BRUT


GLOBAL)
On cherche à calculer les niveaux réverbérés dans les locaux émetteur et récepteur,
en fonction des caractères de ces locaux, de la source et de la paroi.

Nous savons qu’au delà des rayons critiques qui sont de quelques mètres c’est
l’énergie réverbérée qui prédomine. Aussi peut-on considérer que l’énergie qui
atteint la surface de couplage n’est formée que de l’énergie réverbérée (sauf si la
source est très proche de la paroi des surfaces de couplages.)

Si on appelle L1 et L2 les niveaux réverbérés dans les salles 1 et 2, on définit l’indice


d’affaiblissement brut (mesurée en dB) par :

Db= L1-L2.

Pour mesurer l’indice d’affaiblissement brut, on émet un bruit rose dans le local
émetteur puis on mesure les niveaux de chaque local.

• Isolement normalisée (ISOLEMENT GLOBAL STANDARDISE)

Appelons Tr le temps de réverbération de la salle réceptrice. On appelle isolement


acoustique normalisé la quantité :

Dn = ? v ?
,8

On considère ici le temps de réverbération d’une pièce d’habitation standard qui est
de 0,5 s.

53
2.2 INDICE D’AFFAIBLISSEMENT DE LA PAROI
• Coefficient de transmission

Considérons une paroi soumise à une onde sonore.

Appelons :

Ei l’énergie incidente de la paroi,

Et l’énergie transmise de l’autre coté de la paroi,

On définit τ le coefficient de transmission (A ne pas confondre avec la constante de


salle) de la paroi par :

u ‰ u‰1
ˆ
ˆz
avec

Le coefficient de transmission τ dépend de la fréquence de l’onde incidente.


Quelque soit la paroi, τ diminue si la fréquence augmente. Toutes les parois
transmettent donc davantage d’énergie dans les basses fréquences que dans les
hautes.

parois matériels, on considère que celle-ci possède un u =1.


Si les locaux émetteurs et récepteurs sont séparés par une simple ouverture et sans

• Indice d’affaiblissement

On définit R l’indice d’affaiblissement d’une paroi par R= -10log (u) dB

Ordre de grandeur : Pour qu’une conversation ne soit pas perçue d’une pièce à
l’autre, un indice d’affaiblissement d’au moins 60 dB est nécessaire. S’il est de 50
dB, la conversation est audible mais inintelligible. En deçà de 30 dB, la conversation
est clairement perçue.

3. CALCUL DE L’ATTENUATION

• Définition

Considérons le cas général de deux salles séparées par une paroi de surface de
couplage Sc et de coefficient de transmission τ (cette paroi peut être matérielle ou
virtuelle).

54
Il s’agit de calculer les niveaux réverbérés dans les salles émettrices et réceptrices.

Nous allons considérer que les énergies réverbérées utilisent la théorie de SABINE.

A2 leur absorption, I11 et I12 les intensités réverbérées dans les salles émettrices et
Appelons S1 et S2, les surfaces internes des salles émettrices et réceptrices ; A1 et

réceptrices et Sc la surface de couplage entre les deux salles.

3.1 Présentation du problème

V1,A1,ε1 V2,A2,ε2

Sc
SC ε1 C/4 SC ε2 C/4

Caractéristiques des locaux couplés en champ réverbéré stationnaire

Dans le local 1 se trouve la source de puissance acoustique, le local 2 est considéré


comme récepteur (il n’y a pas de source propre). V1 et V2 sont les volumes respectifs
et A1, A2 les aires équivalentes d’absorption. Les aires A1 et A2 font abstraction de la
surface commune Sc. ε la densité d’énergie.

On démontre que la densité d’énergie ε est donnée par les formules suivantes :

p²=ρ0 c2 ε

ID= ε c

IR= ε c/4

W= ε c A/4= A IR

Avec ρ0 : masse volumique de l’air, c : la célérité du son, p : la pression, ID :


intensité du son direct, IR : intensité du son réverbéré, W : Energie absorbée par
seconde (puissance) et A : aire d’absorption du local.

Pour le local 1 :

55
Š( ‹( Œ

L’énergie absorbée par les parois est :

•Œ ‹( Œ

L’énergie transmise à travers Sc est :

•Œ ‹) Œ

L’énergie reçue du local 2 est :

Pour le local 2 :
Š) ‹) Œ

L’énergie absorbée par les parois est :

•Œ ‹) Œ

L’énergie transmise à travers Sc est :

•Œ ‹( Œ

L’énergie reçue du local 1 est :

Bilan d’énergie :
Š( ‹( Œ •Œ ‹( Œ •Œ ‹) Œ
… … …
W1 = + – : puissance de la source salle 1

Š) ‹) Œ •Œ ‹) Œ •Œ ‹( Œ
… … …
0= + – : puissance du local que reçoit la salle 2

En posant : A11 A1 Sc

A22 = A2 Sc

La résolution du système d’équation en prenant comme inconnues les densités


d’énergie donne:
Ž •_ Ž •_
B C Š)) B C •Œ
ε1 = Š((•Š)) •
•Œ²
ε2 = Š(( Š))
•Œ²
et

On en déduit que l’affaiblissement entre les deux locaux est :

Lp1-Lp2=10 log(ρ0 c² ε1)-10 log(ρ0 c² ε2)=10 log(ε1/ε2)=10 log(A22/SC)

Si on avait considéré l’ensemble des locaux on aurait :



D D‘
p
ε=’
“’ p ’ “’

En introduisant k1 et k2 les facteurs ou coefficients de couplage respectifs des locaux


1 et 2
” ”
K1= ’ • et K2= ’ • ; le coefficient global de couplage est k tel que k²=k1k2

– ’ “’
– ’ —˜ ’
On peut calculer

56
‹‡ ’ “’ ’ “’
=›)
‹ ’ —’ /š ’ —˜ ’
Et

Tout se passe comme si l’absorption pour la salle source A1+A2 était changée en

A1 +K2 A2 et en A2+A1/K2 pour la salle réceptrice c'est-à-dire seule la fraction k2


de l’absorption A2 intervient ; la section de couplage Sc revêt donc une
importance primordiale dans le couplage des deux locaux.

Si A2œSC : k2=Sc/(A2+Sc) est plus proche de


•ž
Š‡
• l’absorption total de la salle 1
sera voisine de A1 + SC
• Si A2ŸSC : k2=Sc/(A2+Sc) tend vers 1 l’absorption de la salle 1 sera voisine de
A1+A2

On parlera d’une absorption apparente ou équivalente pour le local 1

A1app= A1 +(1-k2) SC = A1 + K2 A2

Les intensités réverbérées dans chacun des deux locaux sont donc:

’ —r• ’ ⁄ ’ —r•
Ir1 Local 1

¡¢

’ —’ —’ ’ ⁄r•
Local 2

3.2 Source acoustique équivalente pour le local 2


Il peut être commode de modéliser la présence de W1 comme une source
équivalente W2 placée dans le volume V2 et qui donnerait le même effet
acoustique

ε2=k2 ε1

Avec ε1=c W1/4(A1+k2 A2) et ε2 =c W2/4(A2+k1 A2)

D’où par combinaison on trouve W2=k1 W1.

On peut donc généraliser les résultats si chacune des salles contient une source
W1 et W2 respectivement, on pourra considérer, grâce aux coefficients de couplage
et au calcul de la source équivalente que les intensités sont :

IR1=(W1+k2 W2 )/(A1+k2 A2) et IR2=(W2+k1 W1 )/(A2+k1 A1)

57
3.3 Dans le cas où Sc est fermée par une paroi de
transmission τ

La démarche est la même que précédemment mais il faut remplacer Sc par τSc
(surface de couplage équivalente)
£ ”•

K2= avec A11=A1+τ Sc et A22=A2+τ Sc

V1,A1,ε1 V2,A2,ε2
Sc
τSC ε1 C/4 τSC ε2 C/4

paroi de transmission τ entre deux locaux

La différence des niveaux acoustique entre les deux locaux devient :

Lp1-Lp2=10 log(ρ0 c² ε1)-10 log(ρ0 c² ε2)=10 log(ε1/ε2)=-10 log(k2)

k2=τ Sc/(A2+τSc)

avec ε1=c W1/4(A1+k2 A2) et ε2 =k2 ε1 )

IR1=W1/(A1+k2 A2) et IR2=k2 W1 /(A1+k2 A2)

3.4 Résumé
L’atténuation entre les deux locaux est donc donnée par la formule suivante :

: 5c u
: k 5c u
La différence de niveaux entre les deux salles est :
k —5c u
5c
L1-L2 = R + 1O log

u étant toujours faible, Sc u est négligeable par rapport à A2, la formule devient
alors :

58
k
5c
L1-L2 = R + 1Olog

On peut ainsi écrire une relation entre D et R


k
5c
D = R + 1Olog

3.5 Couplage sans paroi

précédentes en prenant u=1, l’atténuation vaut alors :


Lorsqu’il n’ya pas de paroi entre les deux locaux, on peut appliquer les formules

k —5c
5c
L1-L2 = R + 1Olog

3.6 Influence de l’absorption de la salle réceptrice


D’après la formule :

: 5c u
: k 5c u
On voit que si A2<<Sc., il y’a très peu de différence de niveau entre les salles
émettrices et réceptrices : le couplage est donc négligeable. Cela se produit si la
salle réceptrice est très réfléchissante.

3.7 Conséquence pour le traitement


k
5c
La formule L1-L2 = R + 1O log montre que pour augmenter l’isolation, on peut
utiliser trois méthodes :

Augmenter l’indice d’affaiblissement de la paroi R.


Augmenter l’absorption du local récepteur A2.
Réduire la surface de couplage entre les salles Sc.

Les deux derniers traitements ne sont guère efficaces : en effet il faut doubler
l’absorption A2 ou diviser par deux de la surface Sc pour gagner seulement 3 dB
d’isolation ; ce qui est couteux et compliqué pour un résultat relativement faible, il
est donc nettement plus pertinent de changer ou de renforcer cloison.

59
4. COMPORTEMENT ISOLANT D’UNE PAROI

L’allure typique de l’indice d’affaiblissement d’une paroi avec la fréquence f est


donnée par la courbe suivante:

R (dB)
+9 dB/Octave

-6 dB/Octave
+6 dB/Octave

Fréquence de coïncidence de la paroi

Fréquence de résonnance de la paroi

4.1 Basse fréquence


Dans les basses fréquences l’isolement diminue de 6 dB/octave. Puis l’isolation
sonore est minimisée par les premiers modes de résonnance de la paroi. Pour ces
fréquences de résonnance, la paroi vibre avec une grande amplitude et le son est
très bien transmis. Il faut s’arranger que les résonnances soient les plus basses
possibles de façon à ce que la paroi ne transmette pas trop d’énergie sonore dans la
bande fréquentielle audible.

4.2 Loi de MASSE


Pour les fréquences supérieures aux fréquences de résonnance de la paroi,
l’isolement qui intervient augmente linéairement avec la fréquence. On gagne alors
théoriquement 6 dB par octave en théorie. (4 à 5 dB /octave en pratique). Ce
comportement est appelé la loi de masse.

60
A titre de référence, on peut retenir qu’une paroi ayant une masse surfacique de
100 kg/m² possède un indice d’affaiblissement de 40 dB à 500 Hz, et que son
isolation augmente d’environ 4 dB pour chaque doublement de la fréquence ou de la
masse de la paroi.

Pour une paroi homogène et non encastrée, on peut démontrer la loi de masse :
¤ m• ²

R=10 log( = 20 log(ω ρs)-10 log(ρ c)

ρs : Masse surfacique de la paroi

ω : Pulsation de l’onde sonore en rad/s (ω=2πf f fréquence du son en Hz)

c : Célérité de l’onde sonore.

Cependant, la loi de masse est très rarement vérifiée expérimentalement. D’un point de
vue pratique, on lui préfère des lois empiriques, plus en adéquation avec la réalité
(exception faite des éléments complexes tels portes et fenêtres) :

R = 17 log (ρs) + 4 dB pour ρs < 150 kg/m2

R = 40 log (ρs) - 46 dB pour ρs > 150 kg/m2

Le tableau ci-contre montre que ces formules empiriques sont assez bien vérifiées pour
des parois simples.

Paroi ρs (kg/m2) R(dB) mesuré par rapport à un

bruit routier
Béton 385 59
Carreau de plâtre 108 39
Parpaing creux 145 41
Béton (1cm) + laine de roche 34 49
(5cm) + béton (1cm)
Vitrage simple (8 mm) 20 31
Vitrage double (4-6-4) 20 31
Vitrage double (8-16-8) 20 35

4.3 Fréquence de coïncidence


Dans les fréquences plus élevées, on trouve de forte atténuation de l’isolation qui
corresponde au phénomène de coïncidence.

Ce phénomène se produit lorsque l’onde sonore frappe la paroi avec une incidence
oblique et une fréquence particulière, de sorte que la paroi vibre sur un mode

61
propre qui la fait déformer en flexion. La paroi vibre avec une grande amplitude et
transmet une grande quantité d’énergie.

Il est préférable d’avoir des fréquences de coïncidence les plus élevées possibles de
sorte que la chute d’atténuation correspondante soit située au delà de la gamme
audible .Au delà de la fréquence de coïncidence les approximations qui conduisent à
la loi de masse ne s’applique plus et l’isolation augmente de 9 dB par octave.

Quelques fréquences de coïncidence Fc (1 cm) en Hz:

Plomb : 5500 Acier : 1200 Aluminium : 1200

Verre : 1200 Plexiglas : 3500 Brique pleine : 2500 à 3500

Béton : 2000 Plâtre : 4100 Liège :13000 à 18000

Bois agglomérés : 2400


¥¦ ( ¦§
¨
On a Fc=

e : épaisseur du matériau en cm

5. ASSOCIATION DE PAROI

5.1 PAROIS JUXTAPOSEES

transmission u , u … … u .On peut montrer que le coefficient global de l’ensemble


Considérons plusieurs surfaces juxtaposées S1, S2,……….Sn le coefficient de

des parois est égal à la moyenne arithmétique des coefficients de transmission de


chacune d’elle.

u
u 5 —u 5 —2u 5
5
Avec Stot = S1+S2+…Sn

62
Exemples :

- Façade avec mur et vitrage.

- Cloison de séparation (mur et porte) entre deux pièces d’un appartement

5.2 PAROIS SUPERPOSEES


Considérons plusieurs surfaces superposées S1, S2,……….Sn où il n’ya aucune liaison
entre les parois le coefficient de transmission total est :

u u x u ……u

Exemples de parois doubles:

Deux parois lourdes séparées par un vide ou un produit très compressible.

Pour une meilleure efficacité les 2 parois doivent avoir des masses surfaciques
différentes et n’avoir aucun contact entre elles.

Une paroi lourde et un complexe léger (laine minérale + parement).

Ce procédé est principalement efficace si la paroi lourde conduit à une mauvaise


isolation (ρ masse surfacique insuffisant).

Deux parois légères. Généralement constituées de plaque de plâtre montées


sur structure porteuse, chaque complexe ayant sa propre structure et étant
séparé par un matelas de fibres minérales.

Soit deux parois de masses surfaciques ρ1 et ρ2 séparées d’une distance d.

63
ρ1 ρ2

Les éléments d’une double paroi séparés par une lame d’air ou d’argon se
comportent comme un système oscillant, avec un phénomène de résonance et une
fréquence de résonance fr qui entraîne une perte d’ affaiblissement donnée par.

fr= 84 d
ª ª

Ce système présente deux fréquences de coincidence souvent différentes qui


peuvent être atténuées par la présence de la deuxième paroi et vice versa.

Selon la fréquence f de l’onde sonore incidente, la paroi double se comporte comme


suit :

Si f < fr : la double paroi se comporte comme une paroi simple de masse


surfacique ρ1+ρ2. R augmente donc de 6 dB(A) par octave.
Si f = fr : bonne transmission de l’énergie à travers la double paroi, l’isolation
acoustique très mauvaise.
Si f > fr : la double paroi est plus performante qu’une simple paroi de même
masse surfacique. R augmente de 18 dB(A) par octave.

Il faut faire en sorte que fr soit la plus faible possible, de façon que dans les bandes
sensibles on se trouve dans la zone f > fr.

64
65
CHAPITRE 4 : ISOLATION AUX BRUITS D’IMPACT ET
D’EQUIPEMENTS.

1. GENERALITES

Le bruit est classé en 3 grandes catégories :

les bruits d'impact qui sont émis par une paroi mise en vibration par des pas,
chocs, chutes ou déplacement d'objets,

les bruits aériens qui sont émis à l'intérieur ou à l'extérieur de la construction


et qui se propagent dans l'air (bruit de trafic, parole etc…),

les bruits d'équipements qui sont émis par les appareils d'équipements dans la
construction (ventilation, canalisation, ascenseur, robinetterie, machines à
laver..).

Nous avons traité au chapitre 2, la correction acoustique qui correspond à la mise en


œuvre des matériaux absorbants pour limiter le temps de réverbération ou parfois la
mise en œuvre des matériaux réfléchissant pour l’augmenter.

Le chapitre 3 permet de limiter la propagation des sons de l’intérieur vers


l’extérieur et vice-versa. Ces deux chapitres nous permettent d’isoler le bâtiment
des bruits aériens. Maintenant, nous allons voir comment lutter contre les deux
autres catégories de bruit.

2. ISOLATION AUX BRUITS D’IMPACT

Les bruits d'impacts résultent du choc d'un objet sur une paroi.

Exemples
• coup de marteau contre un mur,
• déplacements de personnes ou de meubles…
• chute d'un objet sur un plancher,

L'énergie incidente élevée (choc direct sur une surface très faible) est insensible à la
masse de la paroi.
Si un bruit aérien ne gêne que les occupants des locaux voisins, un bruit d'impact lui,
peut s'entendre dans tout un immeuble.

66
2.1 Propagation des bruits d’impact

Réflexion interne dans les solides

L’énergie communiquée au solide au moment du choc se propage à l’intérieur sous


forme d'ondes solidiennes de vibration dont la vitesse dépend du matériau.
A chaque fois que les ondes atteignent l'extrémité, elles agitent l'air qui est en
contact : il y a production de bruit.

Si on réalise une coupure dans le solide, l'énergie transmise par la couche d'air est
très faible et la deuxième partie du solide ne vibrera pratiquement pas.
Coupure

D'où l'intérêt de réaliser une coupure avec des matériaux souples et élastiques
(matelas de fibres, mousse...) appelés matériaux résilients.

67
Cas d’un plancher

Les planchers sont les parois qui sont les plus soumises aux bruits d'impacts. Un choc
sur la face supérieure d'un plancher entraîne des ondes de vibration dans toute son
épaisseur donc transmission importante du bruit dans la pièce au-dessous.

Pour éviter que ce bruit ne soit gênant, on peut utiliser trois possibilités:

• Mettre un revêtement de sol élastique et mou (moquette par exemple).

Plinthe

Revêtement

Dalle

• Réaliser un faux plafond dans la pièce située sous le local où se produit le


bruit d'impact (plaque de plâtre + vide d'au moins 5 cm bourré de fibre
minérale. C’est le principe du système masse- ressort-masse). La transmission
directe (1) sera réduite mais le système n'empêche pas les transmissions
latérales (2).

Plinthe

Revêtement

Dalle

Faux -plafond

2
1
68
• Intercaler entre la dalle et le plancher porteur un matériau résilient (fibre
minérale, polystyrène, caoutchouc, liège,...) qui absorbera une importante
quantité d'énergie.

On réalise ainsi une dalle flottante.

Plinthe

Dalle flottante

Revêtement

Matériau résilient

2.2 Mesure "in situ" de l'isolement d'une paroi aux bruits


d'impacts

Machine à chocs normalisée

La source de bruit est la machine à chocs, frappant le plancher à raison de 10 coups


par seconde. Les chocs sont produits par cinq marteaux de 500 g tombant de 4 cm
sur le sol. Lors d'un essai, la machine à chocs peut être placée dans n'importe quelle
pièce. De même, la mesure peut se faire dans n'importe quelle pièce et pas
forcément sous le plancher où est produit le choc.

69
Niveau sonore normalisé de bruit de choc Lnt

Lorsque le plancher à analyser est excité par la machine à chocs, on définit, dans le
local de réception, un niveau sonore normalisé LnT :
J
,8
LnT=Lb-10 log ( ) en dB/oct

Lb : niveau sonore brut mesuré dans le local de réception,


T = temps de réverbération du local de réception.
Plus LnT est petit, meilleure est l'isolation par rapport aux bruits d'impacts.

2.3 Mesures en laboratoire


Les chambres d'essais sont conçues
pour éliminer toute transmission
latérale (comme pour la mesure de R).
La mesure est identique à celle
effectuée sur le site.

Transmission des bruits de chocs Ln


(plancher seul)
Ln caractérise l'isolation d'un plancher
aux bruits d'impacts.
Ln s'exprime en dB/oct ou en dB(A).

Amélioration des bruits de chocs ∆L


(revêtement)
∆L caractérise l'atténuation d'un
revêtement de sol ou d'une dalle
flottante aux bruits d'impacts.
∆L s'exprime en dB/oct ou en dB(A).

Détermination de ∆L

∆L=Ln0-Ln1

Plus L est grand, meilleure est la performance acoustique du revêtement de sol.

70
Exemple

Plancher de référence : dalle pleine de 14 cm : Ln0 = 83 dB(A)


Dalle flottante sur sous-couche en polystyrène expansé élastifié : Ln1= 53 dB(A)
Dalle flottante sur sous-couche en polystyrène expansé élastifié posée sur une dalle
pleine de 14 cm : ∆L=83 - 53 = 30 dB(A).

Valeurs de ∆L pour quelques revêtements de sol en dB(A)

Moquette courante sur thibaude : 28 à 43


Tapis caoutchouc : 22 à 26
Tapis aiguilleté sans mousse : 14 à 25
Dalles vinyliques sur mousse : 11 à 21
Linoléum : 3à6
Dalles vinyliques sans sous-couche : 1à4
Carrelage (ciment, marbre, grès) : 0à1

Valeurs de ∆L pour une dalle flottante de 4 cm en béton armé en fonction de la

sous-couche résiliente

Panneaux rigides en fibres minérales : 15 à 40 mm 26 à 34 dB(A)


Fibre minérale-liège : 8 mm 15 dB(A)
Caoutchouc : 10 mm 20 dB(A)
Matelas de fibres synthétiques : 15 mm 19 dB(A)
Feutre : 10 mm 22 dB(A)
Mousse de polyéthylène expansé : < 5 mm 13 à 22 dB(A)
Polystyrène expansé élastifié : 20 à 40 mm 13 à 30 dB(A)

71
2.4 Dimensionnement d’un plancher
La réglementation impose un niveau sonore LnAT à ne pas dépasser dans le local de
réception (actuellement LnAT < 61 dB(A)).

Pour déterminer le plancher (R) et le revêtement de plancher (∆L) à mettre en


œuvre on utilise la relation suivante :
R+ ∆L= 154*-LnAT reglémentaire-10 log(V)+ (a-5) en dB(A)
avec : R: indice d'affaiblissement acoustique R(rose) du plancher, en dB(A)
L : amélioration aux bruits de chocs du revêtement, en dB(A)
V: volume du local de réception, en m3
a : réduction de l'isolement due aux transmission latérales, en dB(A).
Cette valeur est la même que celle qui intervient dans les bruits aériens.
(*) Il s'agit ici d'une dalle pleine en béton ; dans le cas de planchers à corps
creux, on prend généralement 159.

3. ISOLATION AUX BRUITS D’EQUIPEMENTS

Les équipements (plomberie, chauffage, ventilation, ascenseurs, vide- ordures, …)


sont des sources de bruits car les vibrations se transmettent à l'air et à la structure.

3.1 Bruits de plomberie


Alimentation en eau des appareils : robinets, canalisations, pompes et
surpresseurs

Les robinets

La vitesse de l'eau est grande dans un robinet, ce qui crée des vibrations qui se
transmettent dans l'eau à 1000 m/s et dans la canalisation à une vitesse de 3000 à
5000 m/s.
La pression d'alimentation a une grosse influence sur le bruit des robinets. Elle doit
être limitée à 3 bars (réducteurs de pression si nécessaire).
Le niveau augmente de 6 à 10 dB(A) chaque fois que la pression double.
La fermeture du robinet ne doit pas être brutale, ce qui provoquerait des coups de
bélier.

72
La performance acoustique d'un
robinet est caractérisée par une valeur
Ds déterminée en laboratoire

DS= Lsource étalon –Lrobinet alimenté avec une


pression de 3 bars

Le robinet est d'autant plus silencieux


que Ds est élevé.

Il existe deux classements :


Norme NF Classement E.P.E.BAT
A3 : Ds >= 30 dB(A)
Groupe 1:Ds>=25 dB(A) A2 :25 dB(A)<= Ds <= 30 dB(A)
Groupe 2 :15 dB(A) <= Ds <= 25 dB(A) A1 :15 dB(A) <= Ds <= 25 dB(A)

Les canalisations

Le frottement de l'eau sur les parois des canalisations et les turbulences dues aux
coudes créent un bruit ressemblant à un sifflement.
Pour diminuer ces bruits, il faut :

• Rendre difficile la propagation


des vibrations dans la
tuyauterie. Pour cela, il faut
faire des coupures (manchons
souples).

• Diminuer la vitesse
d'écoulement de l'eau à environ
2 m/s en utilisant les diamètres
adéquats.

• Désolidariser les canalisations


de la structure.

73
Les pompes et les surpresseurs

• Le choix de l'emplacement de ces appareils est capital :


Local éloigné des locaux sensibles au bruit (séjours, chambres, …) et des
gaines qui transmettent les bruits,
Local bien isolé par des parois lourdes.
• Appareils montés sur socle antivibratile convenablement étudié.
• Manchettes antivibratiles en amont et en aval de la pompe.
• Capotages des surpresseurs pour des puissances élevées.

3.2 Les appareils sanitaires (baignoires, douches, lavabos,


éviers, …)
Deux types de bruits :

• bruits aériens (chute d’eau dans le réceptacle),


• bruits solidiens (vibrations transmises du réceptacle à la structure).

Certains appareils sanitaires (chasse de W.C.) ont un système de remplissage


relativement silencieux.
On limite les bruits solidiens :
• en interposant des joints élastiques entre les réceptacles d'eau et les parois
sur lesquelles ils s'appuient,

74
• en collant des plaques amortissantes qui limitent le bruit rayonné dans la
salle d’eau.

3.3 Evacuation des eaux


Les bruits d’évacuation des eaux dans les canalisations sont principalement :
• des bruits de chute dans les colonnes verticales,
• des bruits d’impact aux changements de direction entre les colonnes
verticales et les tronçons horizontaux,
• des bruits d’écoulement dans les tronçons horizontaux.

L’atténuation des ces bruits est délicate. Elle se limite essentiellement à :

• Améliorer acoustiquement les gaines techniques,

• Regrouper les pièces dites humides, loin des pièces de séjour, vers les cages
d'escalier par exemple.

D’où l’importance de penser à l’acoustique du bâtiment dès la conception de


l’immeuble.

75
Nota :
*Revoir les définitions de bruit rose et bruit blanc.

76

Vous aimerez peut-être aussi