Vous êtes sur la page 1sur 4

I.

L’AUDITEUR EXTERNE
1. Définition
L’audit externe se définit comme étant un examen indépendant
et formel de la situation financière d'un organisme ainsi que de
la nature et des résultats de ses activités. Cette étude est mise
en œuvre par des commissaires aux comptes professionnels.
À quoi sert l'audit externe ?
 à recommander toute mesure de correction pour assurer  la
conformité de la société en vertu des normes comptables
 à participer activement à l’élaboration des procédures de
vérification et à l’évaluation des contrôles internes clés
 à aider la direction du service de la vérification interne à établir
un plan de vérification interne annuel
 à élaborer les rapports périodiques au Comité de vérification et
des finances
 à effectuer le suivi de résolution des problèmes identifiés au
cours de mandats de vérification
 à collaborer à l’identification et à l’évaluation des risques
d’affaires afin de déterminer la nature, l’ampleur et la
fréquence des procédures d’audit

2. Rôle de l’audit

L'audit est une procédure qui certifie les comptes d'une


entreprise. Elle est assurée par un auditeur (personne en charge
de cette mission) qui atteste de la bonne santé financière de
l'entreprise ainsi que de la régularité de sa gestion.
L’Audit externe est mis en œuvre par un organisme
indépendant. Son but est de s’assurer de la validité des
informations communiquées par les entités économiques. Il
s’agit donc d’un examen indépendant.
Cette étude est mise en œuvre par des commissaires aux
comptes professionnels.
 identifier et évaluer les risques d'anomalies significatives, que
celles-ci proviennent de fraudes ou résultent d'erreurs ;
 définir et mettre en œuvre des procédures d'audit répondant
aux risques évalués ;
 recueillir des éléments probants suffisants et appropriés pour
fournir une base raisonnable à l’opinion exprimée ;
 prendre connaissance des résultats du contrôle interne afin de
définir des procédures d'audit et non d'exprimer une opinion
sur l'efficacité de contrôle.

3. Les caractéristiques d’un auditeur externe


L’auditeur doit respecter le code d’éthique professionnelle publié par
l’IFAC, notamment les règles d’éthique ci-après:
 Intégrité
 Objectivité
 Indépendance
 Compétence professionnelle, soin et diligence
 Confidentialité
 Professionnalisme
 Respect des normes techniques et professionnelles.
a)Compétence professionnelle

L’équipe d’audit doit posséder collectivement les compétences et les


expériences requises: une formation technique adéquate et une
expérience professionnelle suffisante. Des assistants peuvent
participer à une mission d’audit, mais ils doivent être bien sensibilisés
aux normes, supervisés et contrôlés. L’auditeur doit compléter sa
formation initiale par une formation continue contribuant au
renforcement de sa compétence.
b)Indépendance

L’auditeur et son équipe doivent être dégagés de toute contrainte et de


tout lien d’ordre personnel, professionnel, financier, voire politique
pouvant être interprété comme constituant une entrave à son intégrité
ou à leur objectivité.

c) Secret professionnel

Devoir de discrétion dans l’utilisation de toute information dont ils ont


connaissance dans le cadre de leur mission.
4. Les objectifs
Les objectifs généraux d’une pratique d’audit externe consistent
à vérifier que les résultats obtenus correspondent aux résultats
prévus. Il s’agit notamment de :
 vérifier que les procédures comptables ont été respectées ;
 détecter des dysfonctionnements éventuels, leurs causes et
mettre en évidence les améliorations nécessaires ;
 comprendre, analyser un incident, un écart, un
dysfonctionnement spécifique.
Dans le cadre d’un audit financier externe, il s’agira plus
précisément de mesurer l’organisation comptable de l’entité afin
d’en déceler les insuffisances, de les améliorer, et de prévenir les
fraudes et les détournements.
À l’issue de sa mission, l’auditeur émet une opinion sur la
situation financière de son client. Il peut émettre 3 opinions :
 une opinion sans réserve si aucune anomalie significative n’a été
relevée ;
 une opinion avec réserve si des problèmes de gestion ont été
constatés ;
 une opinion défavorable en cas de manquement grave.