Vous êtes sur la page 1sur 7

Faculté de Sociologie, Université de Bucarest 25 Janvier 2011

CMMS 1

La représentation des sources

au cadre du discours médiatique roumain

Rotaru Corina, Cmms 1

1. Cadre théorique

Les années ’60 ont entendu sonner le glas du behaviorisme dans les sciences
humaines. Dans son rapport à la télévision, la société n’est plus envisagée comme un public
passif et parfaitement homogène. Le modèle mécanisiste-informationnel et le modèle
Shannon&Weaver perdent leur validité, le message médiatique n’etant plus perçu de façon
uniforme par une population sans profil phychologique individualisé1. Le behaviorisme se
voit dépasser, l’émetteur n’est plus une voix incontestable. Au cadre du courant
fonctionnaliste, la légitimité du locuteur n’est plus automatique, elle peut être mise en
question par le public. La réception est susceptible de se constituer comme un acte
contestataire.

Les dernières théories vont même plus loin que cela. Le public prend plus de pouvoir
que jamais et il devient une instance, on peut le dire, créatrice reconnue. Dans les théories, les
symboles et les normes ne constituent plus des piliers exhaustifs dans le contexte de la
réception. L’individu est libre de donner aux formes et aux images la signification qu’il
considère comme appropriée. On voit surgir une vision constructiviste sur le monde. On ne
parle plus d’une réalité univoque, ni d’une naturalité automatique et monosémantique de ce
qui pourrait être présenté comme des faits. Le réel n’existe plus en tant que tel, la subjectivité
intrinsèque des choses est bien reconnue et prise en compte au niveau scolastique. L’un des
1
Ioan Dragan, Comunicarea : paradigme si teorii, vol.2, XIIeme partie, chap. I, “Publicurile si receptarea”,
édition Rao, Bucarest, 2007

1

cap. variatia perceptiei si definitiilor. Un autre philosophe. (o pagina de ziar. deoarece in memoria si in gandirea umana s-au sedimentat prin experienta. 1984 . Amy. o pelicula de film. Donald Davidson. L’ouvrage du professeur Ioan Dragan est particulièrement évocateur pour cette direction de pensée : „Receptarea este un ansamblu. 3 Donald Davidson. dans son ouvrage «La Communication » rend compte de la façon dont les directions paradigmatiques évoluent dans le domaine de la représentation sociologique : „Dezbaterea pozitivism-simbolism este chiar in mai mare masura o lupta intre teoreticienii care acorda o mai mare importanta considerabila ideii de realitate materiala. Acestia din urma subliniaza evidenta coplesitoare ca realitatea sociala este construita. imagini. formule cette question de la manière suivante: « l’un des gestes de la déconstruction consiste en particulier à ne pas naturaliser. notiuni si semnificatii corespunzatoare. rêveur. un afis. negocierii. „Inscrutability of reference”. Clarendon Press. autrement dit de formuler des perceptions. éditions de l’Institut Européen. cit. dans un entretien publié au cadre du filme documentaire « Derrida ». c’est lui qui entreprit l’exercise de la réception et qui exerce la prise de position.”5 Le professeur mentionne également que le niveau de décodification le plus signifiant est celui du téléspectateur lui- même. car les faits bruts ne constituent qu’un prétexte pour des interprétations subjectives.”4 Le concepte de réception en tant que création apparaît comme parfaitement applicable au cadre du processus médiatique. à Sundance Film Festival. Inquiries into Truth and Interpretation. encore plus anarchiste peut-être. des façons alternatives d’assertir les faits restent ouvertes »3. . Denis McQualil. efectiv. p 567 2 . (eng. Comunicarea. car le processus de communication met le téléspectateur dans une posture où il est censé recevoir et resignifier des images.Faculté de Sociologie. le philosophe Jacques Derrida. il y aura un 2 Jacques Derrida. sunete. Oxford. o emisiune de televiziune) nu procura perceptiei noastre decat un ansamblu de semale/semne (nu sensuri). lancé aux Etats Unis en Janvier 2002. si. si cei care accentueaza natura contingenta a realitatii.. réalisation par DICK Kirby et ZIERING. comunicare. op. Université de Bucarest 25 Janvier 2011 CMMS 1 pères de ce courant. Iasi.. observabilia si verificabila. litere. 4 Denis Mcquail. 1999 5 Ioan Dragan.. a rescrierii a tot ceea ce pozitivistii considera fapt indiscutabil.”) . Suporturile mesajelor. reprend dans ses raisonnements la même idée : « Quand toutes les preuves sont évidentes. Autrement dit. Selon les types de récepteurs (réflexif. posibilitatea redefinirii. le constructivisme propose de juger le monde plutôt en termes de représentations qu’en termes de réalité. : „When all the evidence is in. alternative ways of stating the facts remain open.) et des genres d’attitudes d’évaluation. o constructie de acte creatoare. limbaj. deci o suma de forme perceptibile. »2. à ne pas faire comme si ce qui n’est pas naturel était naturel. Doar constiinta cititotului/ascultatorului/telespectatorului poate conferi semnificatii acestor semnale/semne.

no. tandis qu’être vu équivaut à être contrôlé.95. L’objet de la vision n’a pas.Faculté de Sociologie. à contrôler. en fonction de sa propre expérience ou hiérarchie des valeurs. Voir équivaut. la mémoire. entre les nouvelles qui offrent des images exposant leurs sources sur l’écran et les nouvelles qui n’offrent pas d’image avec leurs sources. 568 7 Patrizia Faccioli. [.. Sujet et problématique Dans ce cadre théorique constructiviste. parmi lesquelles les états d’âme. Les études antérieures sur le sujet soulignent son importance théorique et pratique: „La crédibilité des nouvelles commence par les sources. pp 137-156. „le point de vue est ainsi en quelque sorte équivalent du pouvoir: le puvoir d’affirmer son propre point de vue. nous proposons par cet ouvrage un court exercise d’analyse sur la représentation médiatique des sources dans la télévision roumaine.6 Ou. “La sociologie dans la société de l’image” in Sociétés.. comme l’argumente Patrizia Faccioli. la différence est plutôt réduite. les expériences passées. de goûts vis-à-vis des formes et des styles des „textes”.”9 Selon l’étude. ce qui légitime la provenance des informations 6 Ibid. 2010 3 . Sage Publications. Sous l’égide du postmodernisme où l’auteur disparaît. la projectualité de l’observateur. 2007 8 Ibid 9 Andrea Miller et David Kurpius.” 7 L’auteur évoque Roland Barthes et sa théorie sur l’image: „Barthes nous dit que la caractétistique de l’image est sa polysémie. la crédibilité. donc.] la faiblesse de son code la rend interprétable de diverses façons. il faut d’abord voir: seul celui qui voit peut donner une définition visuelle de ce qu’il voit. Université de Bucarest 25 Janvier 2011 CMMS 1 type de disposition qui se refere à l’horyson d’attente. les vécus. lui.”8 2. c’est-à-dire la multiplicité des significations connotatives. L’image est ambiguë par sa nature intrinsèque et son ambiguïté est dissipée par les contenus qui lui sont attribués subjectivement. le même pourvoir. in American Behavioral Scientist 54(2). comment fait la télévision pour rendre compte de ce qui parle. Mais pour affirmer celui-ci. p. ce qui peut signifier que le spectateur construit sa perception sur l’histoire relatée de manière fortement subjective. Ce sont les sources qui servent à déterminer le contenu des nouvelles. établi en fonction d’un système de préférences. „A Citizen-Eye View of Television News Source Credibility”. la diversité et comment les gens comprennent et donnent du sens à l’information. ce qui affirme.

sources non-institutionnelles et sources non-mentionnées. que la manière la plus fréquente de désigner les sources est l’emploi de substantifs communs appartenant à des régistres catégoriaux limités à quelques qualités. heure de transmission 19:00 La recherche comprend deux parties. qui conste en la comparaison des fréquences avec laquelle les sources de diverses catégories sont présentées au cours du disours. les sources sont une sorte de dispositif télévisuel systématiquement construit. avec une ambiguïté volontaire. Tout d’abord. 10 Sources médiatiques. Comme première observation. Faculté de Sociologie. nous allons essayer d’analyser comparativement les termes et les expressions utilisés pour désigner ces différents types de sources durant les trois émissions. professeur Ioan Dragan. que nous mentionnons respectivement : • TVR 1 – Telejurnal. 2011 4 . 3. Analyse appliquée et conclusions Pour donner une réponse aux questions lancées lors de énonciation de l’hypothèse. support de cours “Discours Informationnel des Mass-Media”. a) L’analyse qualitative Nous observons. heure de transmission 18:00 • Pro Tv – Stirile ProTv. nous avons constaté que toutes les quatre types10 de sources sont utilisées dans la construction du discours médiatique.Faculté de Sociologie. Dans la seconde partie. sources institutionnelles. Ce dispositif cherche à s’identifier à une sorte d’émetteur – „passe-par-tout” qui. dans le discours des médias roumains télévisé. l’étude continue par un court exercise de recherche quantitative. Université de Bucarest 25 Janvier 2011 CMMS 1 devant le public? Quel est l’imaginaire des sources dans les journaux télévisés en Roumanie? Quels instruments utilise-t-on pour mettre en scène un tel appareil? L’hypothèse que nous avançons est que. nous avons analyse le contenu du discours métiatique dans trois journaux télévisés de trois chaînes de télévision de Roumanie. non- identifiées. heure de transmission 17:00 • Antena1 – Observator. Université de Bucarest. s’erige en une instance qui laisse comprendre ce que l’auditeur considère comme approprié.

„pensionarii”. „un barbat din orasul X” . Pour les sources institutionnelles. „liderii”. Après une analyse pratique de fréquence11. nous avons constaté que le rapport entre le type de sources employées ne varie pas beaucoup. Université de Bucarest 25 Janvier 2011 CMMS 1 L’ambiguïté est rendue encore plus importante par l’emploi des substantifs à article non- déterminé pour parler des sources. une antithèse dans la représentation des sources. „o femeie din satul Y” . Ils ont souvent un profile anonyme. Ils sont souvent placés avant les entretiens avec les sources officielles pour créer le suspense. „soferul” vs. „locuitorii orasului X”. „orasenii” . pour polariser les sources non-institutionnelles. -la qualité d’habitant. le cadre est peu focalisé sur leur identité.1 5 . „satenii”. „martorii incidentului”. Une dimension que l’on peut donc distinguer vis-à-vis de ces représentations est. „oficialii”. l’intervalle dans lequel une source est mentionnée est de 15 à 35 secondes pour les reprises sans transmission directe et de 2-3 minutes en cas d’entretien avec un correspondent ou avec un invité parlant en direct. „guvernul” vs. donc. „politistii” . „medicii”. Quelques exemples en sont: „braconierii” vs.. ou l’expertise: „doctorii”. qui renstent avec un pourcentage particulièrement bas dans tous les cas. ou d’appartenant à une communauté: „locatarii”. une confrontation. TVR1 semble être en 11 À consulter tableau 1. les sources prédominantes pour les trois chaînes étant les sources non insitutionnelles. pour tranquiliser une angoisse. pour laisser une impression de calme satisfait. b) Etude de la fréquence Dans une estimation générale pour les trois journaux faisant partie du corpus. „analistii”. Nous avons trouvé une certaine difficulté d’encadrer les sources non-mentionnées ou non-identifiées.” . Le disours des individus habituels est souvent conclus par la voix des sources officielles. -la qualité de témoin: „martorii” . „locuitorii”. Cette proximité est suie par un certain antagonisme. -la qualité professionnelle. celle de la proximité immédiate. „oamenii din satul X”. „potrivit surselor unor martori” . „oamenii care se afla in zona”. „politistii”. „inspectorii” . qui sont moins nombreuses et qui se fond entendre en dernier.Faculté de Sociologie. „anchetatorii”. -la qualité de l’autorité: „autoritatile”. „Exista locatari care spun ca . „martori oculari” „oamenii de la fata locului”. Une autre méthode fréquemment employée d’afficher les sources est l’entretien avec les témoins.

Faculté de Sociologie. comme un dispositif télévisuel qui invite le téléspectateur à mettre du sens dans des expressions volontairement floues.7 2 Sources 35/126 27.0 16/139 11. Lorsqu’on parle des sources dans les journaux télévisés. le temps accordé à chaque source n’est pas pris en calcul dans cette étude. encore une fois. à cette base. 31/139 22.0 38/157 24. comme l’indique le titre du sous-chapitre. ne se prétend évocateur que pour la fréquence de l’appatition des sources plutôt d’un type que d’un autre. Ce fait se constitue. 6 . bien que les termes désignant les sources sont polarisés autour de certains piliers de crédibilité. Pour ce qui est des transmissions des correspondents ou de délégués. Pourtant. 33/139 23. mais la différence n’indique qu’un détachement léger. 1 institutionnelles Sans 11/126 8. Conclusions La manière de désigner les sources au cadre du discours médiatique et de construire. 59/139 42.3 institutionnelles 7 Sources 51/126 40.9 13/157 9. une certaine ambiguïté est comprise dans ces termes. donc les résultats. Chaînes Média Appartenance Tvr1 % Pro tv % Antena1 % des sources Fréquence/ Fréquence/ Fréquence/ nombre nombre nombre Sources média 29/126 23. un dispositif télévisuel de fidélisation est au moins tout aussi importante que la source elle-même. elles sont placées dans tous les cas en troisième position.1.6 mentionner/ identifier les sources Tableau 1.7 42/157 26. juste avant les sources non-indiquées. Université de Bucarest 25 Janvier 2011 CMMS 1 tête du classement.4 64/157 40.4 non.

Denis . David . Université de Bucarest 25 Janvier 2011 CMMS 1 Bibliographie générale: DERRIDA. “La sociologie dans la société de l’image” MCQUAIL. Inquiries into Truth and Interpretation Bibliographie thématique: DRAGAN. Andrea et KURPIUS. Ioan.“Discours Informationnel des Mass-Media” FACCIOLI. Donald . Jacques. „A Citizen-Eye View of Television News Source Credibility” 7 . Ioan . Comunicarea : paradigme si teorii DRAGAN. entretien documentarire „Derrida” DAVIDSON. Comunicarea MILLER. Patrizia . Cursus .Faculté de Sociologie.