Vous êtes sur la page 1sur 10

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère De L’enseiGneMent supérieur

Et de la recherche scientifique

Université Abderrahmane Mira, Bejaia

Faculté des Sciences Exactes

**************

TRAVAUX PRATIQUES

Thermodynamique
1er année SM

SOMMAIRE
TP-1 : Calorimétrie : Enthalpie de fusion de la glace
TP-2 : Equation d’état des gaz parfaits : Vérification de la loi de
BOYLE-MARIOTTE et de GAY-LUSSAC

TP-3 : Transformation physique de la matière : Vaporisation et solidification


de l’eau distillée

BOUNOURI Yassine

1
AVANT-PROPOS

Les manipulations de chimie présentées dans ce polycopié relèvent de la thermodynamique


chimique. Elles sont au nombre de quatre (conservation de l’énergie dans le cas d’un système isolé,
Equation des gaz parfait, transformation d’état). Vu le manque de matériel, il est impossible de
mettre en place autant de postes de travail que de binômes il sera donc demandé de travailler par
rotation.

Dans ce cas, un binôme peut être appelé à effectuer en début du semestre une manipulation
sur un chapitre du cours qui sera traité bien plus tard.

Pour pallier à cet inconvénient et pour une meilleure compréhension les étudiants sont appelés
à se documenter et à préparer au mieux chaque manipulation, chaque TP fera l’objet d’une
préparation contrôlée et notée.

Rappels théoriques

Différence entre température et chaleur :


• La chaleur est une forme d'énergie.
• La température est une variable d'état d'un système.
• C'est la différence de température entre 2 points d'un système, dans l'espace, qui est responsable
du déplacement de la chaleur.
• La chaleur se déplace des températures les plus élevées vers les températures les plus basses.
• La chaleur fournie ou cédée conduit soit, à la variation de température du corps (on parle ici de
chaleur "sensible") soit, a un changement d'état (on parle alors de chaleur "latente").
Définitions :
• Un système c’est un ensemble des corps "regroupés", caractérisés par une même valeur de T et
pouvant échanger de la chaleur avec un autre système.
• L’échange de chaleur sera défini par la quantité de chaleur échangée car le sens des échanges est
déjà connu.
• L’équilibre thermique d’un ensemble de 2 systèmes se produit lorsque ces 2 systèmes sont à la
même température, c'est-à-dire n'échangent plus de chaleur.

Chaleur spécifique (massique) C : C’est la quantité de chaleur nécessaire pour élever de 1 °C la


température de l’unité de masse d’un corps. C [J/(Kg. K)].

Q = m. c. (Tf - Ti)

1
Capacité calorifique (thermique) C : La Capacité calorifique ou thermique d’un corps est la
quantité de chaleur nécessaire pour élever sa température de 1°C (C [J/K]).

Q = C. (Tf - Ti)

Chaleur latente de fusion Lf : C’est la quantité de chaleur nécessaire pour faire passer l’unité de
masse d’un corps à température constante de l’état solide à l’état liquide [J/Kg].

Q = m.Lf

Chaleur latente d’évaporation Lv : C’est la quantité de chaleur nécessaire pour faire passer
l’unité de masse d’un corps à température constante de l’état liquide à l’état gazeux [J/Kg].

Q = m.Lv

Chaleur de réaction : C’est la quantité de chaleur dégagée ou absorbée au cours d’une réaction
chimique [J ou cal].

Chaleur de combustion : C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion de l’unité de


masse d’un corps [J ou cal].

Calorimètre : Appareil servant à mesurer la quantité de chaleur dégagée ou absorbée dans un


phénomène physique ou une réaction chimique.

La valeur en eau du calorimètre μ : L'équivalent en eau (ou valeur en eau) d'un système est la
masse d'eau μ échangeant la même quantité de chaleur avec l'extérieur quand il subit la même
variation de température :
𝒎. 𝒄. ∆𝑻 = 𝝁. 𝒄𝒆 . ∆𝑻

2
TP-1 : Calorimétrie (Enthalpie de fusion de la glace)

La calorimétrie est la mesure des transferts thermiques. Elle s’effectue dans des enceintes
appelées calorimètre. Le calorimètre est constitué de deux parois d'aluminium séparées par de l'air.
Il empêche les transferts thermiques (par conduction et convection) ainsi que le transfert d'énergie
par rayonnement à travers ses parois.

Figure 1 : Dispositif calorimétrique

I. But du TP

• Obtenir d’abord la constante d’étalonnage du calorimètre utilisé.


• Déterminer ensuite la chaleur latente de la glace.

I.1. Détermination de la constante d’étalonnage du calorimètre

I.1.1. Manipulation

• Laver le vase intérieur du calorimètre (figure1) à l’eau de robinet ; ensuite rincer le à l’eau
distillée.
• Déterminer par pesée la masse m0 du calorimètre vide
• Introduire exactement 100 mL d'eau dans le calorimètre (utiliser pour cela l'éprouvette graduée)
et déterminer par pesée la masse m1 de l’ensemble.
• Déduire la masse mfr de l’eau.
• Relever au bout de quelques instants la température d'équilibre de l'ensemble Tfr.
• Chauffer environ 100mL d’eau dans un bécher (environ 40°C). Noter la température Tch de cette
eau puis l’introduire rapidement dans le calorimètre à l’aide d’un entonnoir dans le calorimètre et
agiter pendant 5minutes pour que l’équilibre thermique s’établisse.
• Mesurer la température d’équilibre Tmél.

3
• Noter la nouvelle masse m2 du calorimètre (avec ses accessoires) et déterminer précisément la
masse d’eau chaude mch.
I.1.2. Méthode de calcul
La quantité de chaleur reçue (ou perdue) par le calorimètre est donné par la relation suivante :

𝑸 = 𝑲. ∆𝑻
Où K est la capacité calorifique du calorimètre.

Il est possible expérimentalement de déterminer cette capacité calorifique en effectuant, par


exemple, un mélange d’eau chaude et d’eau froide dans le calorimètre. Le système étant considère
comme isolé, il y a conservation de l’énergie et l’échange thermique n’intervient qu’entre l’eau
chaude, l’eau froide et le calorimètre. Ceci se traduit par l’équation suivante :
∆𝑯𝒎é𝒍𝒂𝒏𝒈𝒆 = ∆𝑯𝒇𝒓 + ∆𝑯𝒄𝒉 + ∆𝑯𝒄𝒂𝒍𝒐𝒓𝒊𝒎 = 𝟎
D’où ΔHmélange est la variation d’enthalpie du mélange, ΔHfr et ΔHch les variations d’enthalpie
respectivement de l’eau froide et de l’eau chaude et ΔHcalorim la variation d’enthalpie du calorimètre.
On sait que : ∆𝑯 = −𝒎. 𝒄. ∆𝑻

𝑯 𝑶
D’où : ∆𝑯𝒇𝒓 = −𝒎𝒇𝒓 . 𝑪𝒑 𝟐 . (𝑻𝒎é𝒍𝒂𝒏𝒈𝒆 − 𝑻𝒇𝒓 )
𝑯 𝑶
∆𝑯𝒄𝒉 = −𝒎𝒄𝒉 . 𝑪𝒑 𝟐 . (𝑻𝒎é𝒍𝒂𝒏𝒈𝒆 − 𝑻𝒄𝒉 )

𝑯 𝑶
Où 𝑪𝒑 𝟐 = 𝟒. 𝟏𝟖 𝐉 𝒈−𝟏 𝑲−𝟏

Ce qui conduit à :

𝑯 𝑶
𝑪𝑷 𝟐 [𝒎𝒇𝒓 . . (𝑻𝒎é𝒍𝒂𝒏𝒈𝒆 − 𝑻𝒇𝒓 ) + 𝒎𝒄𝒉 . (𝑻𝒎é𝒍𝒂𝒏𝒈𝒆 − 𝑻𝒄𝒉 )]
𝑪=−
(𝑻𝒎é𝒍𝒂𝒏𝒈𝒆 − 𝑻𝒇𝒓 )

I.2. Détermination de la chaleur latente de la glace

Lorsqu'on échange de la chaleur avec un corps, sa température ne varie pas toujours, elle peut
rester constante alors le corps change de phase. C'est le cas, par exemple, lorsque le corps passe
d'un état physique (solide, liquide, gazeux) à un autre, ou lorsqu'il modifie sa structure cristalline ou
son aimantation.

La chaleur Q qu'il faut fournir ou soutirer pour modifier la phase d'un corps est proportionnelle à sa
masse m :
Q = L·m

Où L en [ J/kg ] est la chaleur latente qui dépend de la nature du corps et du type de transition.

Chaque phase d'une substance est caractérisée par un arrangement particulier de ses molécules. La
chaleur latente de fusion représente le travail nécessaire pour rompre les liaisons entre les molécules
dans l'état solide et pour leur permettre ainsi de se déplacer les unes par rapport aux autres dans

4
l'état liquide. La chaleur latente de vaporisation est nécessaire pour accroître la distance entre les
molécules au passage de l'état liquide à l'état gazeux. Ces chaleurs latentes sont des énergies
"dissimulées" que l'on récupère lors des transitions inverses :

Lfusion = Lsolidification et Lvaporisation = Lliquéfaction

I.2. 1. Manipulation

• Laver le vase intérieur du calorimètre (figure1) à l’eau de robinet ; ensuite rincer le à l’eau
distillée.
• Introduire exactement 100mL d'eau dans le calorimètre (utiliser pour cela l'éprouvette graduée),
déterminer par pesée la masse de l’ensemble et la température T1 de cette eau.
• Déduire la masse m1 de l’eau.
• Peser un glaçon dans un récipient et noter sa masse m2. Puis déterminer sa température T2.
• Introduire le glaçon dans le calorimètre.
• Agiter régulièrement le mélange jusqu’à ce que le glaçon ait complètement fondu et noter la
température d’équilibre T3.

I.2.2. Méthode de calcul


La loi de conservation de l’énergie indique que la somme des énergies transférées par l’eau froide,
le calorimètre et le glaçon est nulle. Soit la relation :
𝑸𝟏 + 𝑸𝒄𝒂𝒍 + 𝑸𝟐 = 𝟎
Soit :

(𝑪 + 𝒎𝟏 . 𝑪𝒆𝒂𝒖 ). (𝑻𝟑 − 𝑻𝟏 ) + 𝒎𝟐 . 𝑪𝒈𝒍𝒂𝒄𝒆 . (𝑻𝒇𝒖𝒔 − 𝑻𝟐 ) + 𝒎𝟐 . 𝑳𝒇 + 𝒎𝟐 . 𝑪𝒆𝒂𝒖 . (𝑻𝟑 − 𝑻𝒇𝒖𝒔 ) = 𝟎


𝑻𝒇𝒖𝒔 : Température de fusion de la glace = 273 K.
Ceau = 4180 J.K-1.kg-1, Cglace = 2060 J.K-1.kg-1
L’enthalpie molaire de fusion de la glace est donnée par : ∆𝑯𝒇𝒖𝒔 = 𝑳𝒇 𝑴𝒈𝒍𝒂𝒄𝒆
Avec : 𝑀𝑔𝑙𝑎𝑐𝑒 la masse molaire de la glace.
I.3. Compte rendu

a) Calculer la constante d’étalonnage du calorimètre C ?


b) Calculer la chaleur latente de fusion de la glace Lf ?
c) Calculer l’enthalpie molaire de fusion de la glace ?
d) Comparer la valeur expérimentale obtenue avec celle dans la littérature qui est de 3,3.105 J.kg-1 ?
e) Déduire l’enthalpie molaire de solidification de l’eau (∆Hsol) ?
f) Calculer l’erreur relative commise sur l’enthalpie molaire de fusion ?
g) Quelles sont les facteurs influençant l’expérience ?
h) Faites les conclusions nécessaires ?

5
TP-2 : EQUATION D’ETAT DES GAZ PARFAIT
Vérification des lois de Boyle-MARIOTTE(Isotherme)
et de GAY-LUSSAC (Isobare)

Le gaz parfait est un modèle thermodynamique décrivant le comportement des gaz réels à
basse pression. Alors on exclut les variables électriques et magnétiques, du coup l’état du gaz
ne dépend plus que de ces paramètres : la pression (P), le volume (V), et la température (T).
L’équation d’état du gaz parfait est : PV = n RT (1)
n : le nombre de moles qui réagit
R : la constante des gaz parfaits (R = 8,31 J.mol-1. K-1)
P : en Pascal
T : en Kelvin

I. Principe et objectif

On fait varier la pression, la température et le volume d’un gaz. On détermine


graphiquement la relation entre les variables d’état.
On étudiera de ce fait pour une masse d’air (supposé parfait) emprisonné dans une seringue.
• La variation de la pression en fonction du volume à température constante (loi de BOYLE-
MARIOTTE)
• La variation du volume en fonction de la température à pression constante (loi de Charles)
I.1. Loi de Boyle-Mariotte (température constante)
Si la température est maintenue constante (T1 = T2= T3), alors :
P1V1 = P2V2 = P3V3 = nRT1 = constante (2)
I.2 Loi de Charles (pression constante)
La loi de Charles stipule qu'à pression constante, le volume d'un gaz parfait est directement
proportionnel à la température, soit, pour une même quantité de gaz dans deux états 1 et 2 à la
même pression :
𝐓𝟏 𝐓𝟐 𝐓𝟏 𝐕𝟏
= ⇒ = = 𝐏𝟏 /𝐧𝐑 = 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐭𝐚𝐧𝐭𝐞 (3)
𝐕𝟏 𝐕𝟐 𝐓𝟐 𝐕𝟐

I.3. Dispositif expérimental

I.3.1. Appareil permettant de vérifier la loi de Boyle-Mariotte


Un cylindre transparent gradué, relié sur le fond à un manomètre. Grâce au piston on peut réduire le
volume d’air contenu dans le cylindre et lire la valeur de la pression sur le manomètre. L'ensemble
est équipé d’un thermomètre numérique qui vous permet de lire la température.

6
I.3.2. Appareil permettant de vérifier la loi de Charles
Avec cet appareil il est possible de confirmer les lois qui régissent les variations du volume
d’un gaz en fonction de la température (à pression constante). Et par conséquent mesurer le
coefficient de la dilatation.

I.4. Manipulation
➢ Loi de Boyle-Mariotte
- Lisez la température sur le thermomètre numérique
- Faite varier le volume V (10 compressions par saut de 10mL) et lisez la pression
- Dresser un tableau de mesure

V (mL) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10

P (hPa)

7
➢ Loi de Charles
- Lisez la température et le volume avant d’allumer le bec Bunsen.
- Allumer le bec Bunsen et chauffer doucement.
- Lisez le volume en fonction de la température.
- Dresser un tableau de mesure.

T(°C)

V (cm3)

I.5. Compte rendu

a) Rassembler les résultats de la transformation isotherme dans le tableau puis le compléter.


b) Tracer les graphes P = f(V) et 1/P = f(V) ?
c) Commenter les allures des courbes obtenues ?
d) Que peut-on dire approximativement du produit P×V ?
e) Rassembler les résultats de la transformation isobare dans le tableau donné ci-dessous puis le
compléter ?
f) Tracer les graphes V = f(T) ?
g) Commenter l’allure de la courbe obtenue ?
h) Que peut-on dire approximativement du rapport T/V ?
i) Que peut-on déduire sur le comportement du gaz dans ces conditions ?

8
TP-3 : TRANSFORMATION PHYSIQUE DE LA MATIERE :
Vaporisation et solidification de l’eau distillée
I. Introduction

L’eau se présente sous trois états physiques : Liquide, gazeux et solide. On se propose dans ce
TP d’étudier expérimentalement la transformation de l’eau d’un état liquide à l’état gazeux et
de l’état liquide à l’état solide.

II. But de la manipulation

Déterminer la température de vaporisation et de solidification de l’eau distillée à pression


atmosphérique.

III. Manipulation

III.1. Vaporisation de l’eau distillée

• Verser 100mL d’eau distillée dans un bécher et le mètre sur une plaque chauffante.
• Un thermomètre accroché au support plonge dans le liquide (eau distillée) sans toucher le fond
du bêcher.
• Déclenchez le chronomètre et relever la température de l’eau à intervalles de temps réguliers.
Consignez vos mesures dans le tableau ci-dessous. T0 : température de l’eau distillée avant
chauffage.

Temps (min) 0 1 2 3 4 5 6
Température (°C) T0

III.2. Cristallisation de l’eau distillée

• On prépare un mélange de glace pilée et de sel de cuisine dans un bêcher (environ quatre
volumes de glace pour un volume de sel) ; ce mélange permet d’obtenir une température -20°C ;
on l’appelle mélange réfrigérant.
• On plonge dans ce mélange, un tube à essais contenant un certain volume d’eau distillée et un
thermomètre.
• Déclenchez le chronomètre et relever la température de l’eau à intervalles de temps réguliers.
Consignez vos mesures dans le tableau ci-dessous

Temps (min) 0 1 2 3 4 5 6
Température (°C) T0

III.3. Compte rendu


a) Remplir le tableau 1 de vaporisation et le tableau 2 de solidification ?
b) Tracer les graphes suivants : Le graphe de vaporisation T = f (temps) à partir du tableau 1
Le graphe de solidification T = f (temps) à partir du tableau 2
c) Expliquer et discuter les différentes étapes des graphes ?
d) Déterminer la température d’ébullition et de solidification de l’eau pure ?
e) Quelles sont les facteurs influençant l’expérience ?
f) Faites les conclusions nécessaires.