Vous êtes sur la page 1sur 63

C.C.

A Tataoiune 2003/2004

Au terme de stage, je profite cette occasion pour

adresser mes vifs remerciements à mon institue ISSAT

SOUSSE ainsi que tout le personnel du CCA Tataouine 

Qui m’ont permis de faire ce stage.

Je tiens à témoigner mes gratitudes à Monsieur

HADDED HEDI pour son encadrement, aussi aux

techniciens avec eux j’ai travaillé pendant la durée du

stage du 01/08/03 jusqu'au 31/08/03, et qui m’ont

beaucoup aidé par leurs savoirs dans le domaine de

télécommunication.

Finalement, je remercie tous ceux qui m’ont donné la

main pour réaliser ce modeste travail.

BEN GHNIA ASMA 1 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
A fin d’avoir des connaissances sur le domaine de télécommunication et de consolider notre
acquis théorique par un aperçu pratique en s’adaptant avec la nature des travaux dans la partie
ligne et réseau, on a effectué un stage technicien sur chantier.

Dans la période de stage, on a pu participer aux différentes taches effectuées par le système et
son principe de fonctionnement.

SOMMAIRE
Remerciement
Introduction
Chapitre 1 : présentation de l’entreprise……………………………………………………………………5
1-création ……………………………………………………………………………………………….5
2-objectif……………………………………………………………………………………………….5
3-organisation………………………………………………………………………………………..5
4-organigramme……………………………………………………………………………………..6
Chapitre 2 : Energie………………………………………………………………………………………………………..7
A- Entretient de l’énergie comme station.........................................................7
1-Introduction…………………………………………………………………………………………7
2-Classification……………………………………………………………………………………….7
3-La maintenance des équipements d’énergie………………………………….10

BEN GHNIA ASMA 2 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Chapitre 3 : Centre de commutation automatique…………………………………………………….12
Partie 1 : Généralité………………………………………………………………………………………………………….13
I-Définition……………………………………………………………………………………………………….13
II- Fonctionnalité……………………………………………………………………………………………..13
III-Equipement de réseau…..………………………………………………………………………….13
1-idée générale………………………………………………………………………………………13
2-Repartiteur générale (RG)…………………………………………………………… ..13
VI-Types des commutations………………………………………………………………………….13
1-commutation par circuit………………………………………………………………….13
2-commutation par message……………………………………………………………..14
3-commutation par paquet ……………………………………………………………….14
IV-Mode des commutations……………………………………………………………………….15
1-mode connecté………………………………………………………………………………..15
2-mode non connecté………………………………………………………………………..15
Patrie 2 : Commutation téléphonique……………………………………………………………….16
I-composition………………………………………………………………………………………………16
II-Fonction des autocommutateurs……………………………………………………...16
III-Structure d’un autocommutateur……………………………………………………17
Partie 3 : Architecture de l’E10…………………………………………………………………………18
Introduction…………………………………………………………………………………………………..18

I-Composition du système ……………………………………………………………………..18


II-Architecture fonctionnelle………………………………………………………………….19
1-Fonctionnement………………………………………………………………………………….19

2-Les services offerts…………………………………………………………………………19


3-Essai des lignes et des postes d’abonnées…………………………………..19
4-Climatisation………………………………………………………………………………………20
5-Système d’alarme du système……………………………………………………….20
III-Architecture materielle……………………………………………………………………..20
1-Organisation du système………………………………………………………………….21
Partie 4 : Exploitation et maintenance………………………………………………………………………..22
I-Introduction………………………………………………………………………………………………22
II-Gestion d’abonné…………………………………………………………………………………….22
1-Taches à faire et commandes ………………………………………………………….23
2-Création d’une ligne d’abonner…………………………………………………………..23
3-Modification d’une ligne d’abonner…………………………………………………..23
4-Suppression d’une ligne d’abonner……………………………………………………23
5-résiliation d’une ligne d’abonner……………………………………………………….24
6-Modification d’un numéro…………………………………………………………………..24

BEN GHNIA ASMA 3 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Partie 5 : Système informatique de l’OCB…………………………………………………………………25
1-Constituant…………………………………………………………………………………………….26
2-Présentation générale de la SMM…………………………………………………….26
3-Support des données ………………………………………………………………………….26
4-Transfert électronique du fichier et taxation………………………………27
5-Gestion des observations de taxation……………………………………………..27
Chapitre 4 : Centre de transmission ………………………………………………………………………...28
I-Etapes de transmission………………………………………………………………………………28
1-Description de répartiteur…………………………………………………………………..28
2-Multiplexage/ Démultiplexage…………………………………………………………….28
II-Support de transmission……………………………………………………………………….…34
1-Fibres optiques……………………………………………………………………………………….34
2-faisceaux hertziens………………………………………………………………………………35
Chapitre 5 : Centre de construction des lignes …………………………………………………40
I-Introduction………………………………………………………………………………………………40
II-repartiteur générale……………………………………………………………………………….40
III-Sous repartiteur……………………………………………………………………………………41
VI-Point de concentration…………………………………………………………………………..42
IV-Les cables ………………………………………………………………………………………………..42
1 -Catégooories des cables …………………………………………………………………..42
Conclusion
Annexe

Présentation de l’entreprise

1-Création :

L’office national de télécommunication Tunisie TELECOM a été crée


par la loi N°95-36 du avril 1995.
C’est un établissement public à caractère industriel et commercial doté
de la personnalité civil et de l’autonomie financière.

2-Objectif :
L’office a pour mission d’assurer les activités relatives au domaine de

BEN GHNIA ASMA 4 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
télécommunication et en particulier les réseaux de téléphone, de
transmission des données et de télex.

3-Organisation :
L’organisation administrative et financière de l’office national de
télécommunication est déterminée par le discret n°95-2031 du 16
octobre 1995. L’office est administré, par un conseil d’administration
présidé par le ministre des communications, ce conseil comporte les
membres suivants :

 directeur général de l’office, vice- président du conseil.

 Un représentant du premier ministère

 Un représentant du premier ministère de la défense national

 Un représentant du premier ministère de l’intérieur

 Un représentant du premier ministère de finance

 Un représentant du premier ministère de développement


économique.

 Un représentant du ministère de l’environnement et de


l’aménagement du territoire.
Pour s’approcher plus de ses abonnés et repartir ses services sur tout
le territoire tunisien, TUNISIE TELECOM a adapté une organisation
qui consiste à installer une direction régional à chaque GOUVERNERA.
L’office a décidé aussi de repartir son travail sur trois sous unité :

 Les centraux (les centres de commutation et transmission)


 Les centres de construction de ligne C.C.L
 L’agence commerciale ACTEL
4-Organigramme :
Ministre de communication

BEN GHNIA ASMA 5 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Post : direction TECOM : PDG


Générale

Chef régional

CCA/CAA*
ACTEL*

Service Table
d’accueil d’essai
Service
D’abonnement Exploitation
& maintenance

Service Bureau
contentieux d’ordre C.C.L

La caisse
Bureau de
liquidation

L.G.D

L’énergie

I. Entretien d’énergie comme station :


1-Introduction :
Comme toute entité, le centre de télécommunication
doit être alimenté en énergie pour permettre aux systèmes de
fonctionner quelque soit le l’ état du réseau de distribution
publique du courant électrique

BEN GHNIA ASMA 6 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Cette permanence d’alimentation est assurée par le grand rôle
joué par le STEG ainsi que les batteries d’accumulation comme
réserves d’énergie .La chaîne d’alimentation se présente comme
une session d’équipement réalisant des conversions d’énergie à
trois niveaux.

2-Classification d’énergie :
a/ Le niveau primaire :
Ce niveau est formé essentiellement des éléments suivants :
 Un transformateur : cet élément est branché à l’entrée de
centre d’énergie, il est branché directement réseau STEG, sa
fonction est de fournir une tension exploitable (380/220 v) à
partir de la tension du secteur (généralement 30kv) .A la sortie
le transformateur en garde la même fréquence (50hz) et on
modifie seulement le niveau de tension avec une incertitude de
+-5%.

30kv /50hz Transformateur 380/220 v

 Un groupe électrogène : constitue le deuxième secours en cas de


coupure de courant de STEG puisque les batteries ne peuvent
fournir de l’énergie que pendant une courte durée (6h).
i) Supervision de groupe :
Le système MAGE 16 permet la gestion de groupe électrogène .Il
assure toute les fonctions de démarrage et de surveillance d’alarme
ainsi la facilité des opération de maintenance. C es principaux
fonctions sont :
 Gestion de démarrage du groupe électrogène
 Gestion de contacteurs normal / secours

BEN GHNIA ASMA 7 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
 Surveillance de défaut de groupe
 Affichage des informations
 Interface de commande
 Gestion de l’entretien du groupe

Ce système se présente en deux parties reliées par un câble :


Une face avant prévu pour être installée sur la porte de
l’armoire ou coffret de commande.
Un bac à carte ou’ sont logées les cartes d’interface entre
le Système MAGE16 et le groupe électrogène.
Sur la partie avant on trouve :
 Sélecteur de mode de fonctionnement
 Les commandes manuelles
 L’acquittement des défauts
 Les touches de maintenance
 La visualisation de défauts
 L’interface de dialogue dont on peut afficher l’état de
groupe soit en fonctionnement soit en arrêt.
 affichage de journal des événements (sauvegarde des 128
derniers événements)

ii) Remarque :
Le groupe électrogène effectue toujours un teste cyclique périodique
pour qu’il soit à tout moment près à l’utilisation .Dans le centre de
commutation automatique à tatouine le groupe assiste à un test chaque
mercredi de 10 h à11h.

b/ Le niveau secondaire :
Ce classement d’énergie est constitué de plusieurs éléments dont les
principaux sont :
 Convertisseurs : les convertisseurs de respecter les
limites de la tension de distribution, en cas de panne de

BEN GHNIA ASMA 8 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
secteur : il fournit une tension additionnelle à la tension de
batterie afin que la tension de distribution soit constante
.La valeur à respecter est de 50 v +-2 v..
 Le survolteur : il assure un niveau de tension exploitable
par les équipements de niveau tertiaire. La tension à fournir
par le survolteur est de à 8 v.
 Les batteries d’accumulation : c’est un réservoir d’énergie,
lorsque le courant de STEG est établie , elle accumule l’énergie
en cas de coupure ce dernier ,elle devient le seule source
d’énergie jusqu’à le démarrage de groupe .
La tension continue est régulier par un dispositif de réglage appelé
régulateur .En cas de défaillance de secteur , le premier secours est
assuré par une batterie d’accumulation placée en parallèle à
l’utilisation. Pour les autocommutateurs importants ,il est nécessaire
d’utiliser pour compenser le maque secteur , un groupe électrogène qui
se compose d’un alternateur entraîné par un moteur par un moteur
diesel (équipement de niveau primaire).

Donc le redresseur alimente l’utilisation, à tension constante, quelque


soit l’importance de débit demandé par la station .En fonction normale
la batterie associe aux redresseurs ne fonctionne jamais lorsque les
redresseurs sont en service. C’est une batterie exploitée en
« FLOATING ».

c/ Le niveau tertiaire :
Ce niveau est constitué d’un convertisseurs
continu/alternatif, des onduleurs et éventuellement des générateurs
des courants spéciaux (courant d’appel, tonalité d’invitation,tonalité
d’occupation…)

Les onduleurs de puissance alimentent sans coupure, les


calculateurs et les périphériques et délivrent la haute tension de
transmission .La stabilité en tension est de +-5%.

BEN GHNIA ASMA 9 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Les générateurs de courant spéciaux délivrent les courants d’appels et
de signalisation, les tonalités d’occupation, les différentes cadences
nécessaires pour l’acheminement du trafic.
Les convertisseurs de courant permettent de télé alimenter les
amplificateurs ou les générateurs intermédiaires des câbles de
transmission .Le courant continu injecté sur les câbles est réglé avec
une précision de +-1%.
Remarque :
Une coupure d’énergie affecte la tonalité du trafic local ou
interurbaine .La sécurité de l’alimentation est renforcée par une
structure modulaire : marche en parallèle entraide ou commutation
normal / secours et par des dispositifs de shunt age des organes
vitaux (inverseur, disjoncteur, contacteur…) ainsi que les dispositif de
sécurités (fusibles, prise de terre).

3-La maintenance des équipements d’énergie :


Il est évident que la maintenance de l'ensemble d'équipements de la
salle d'énergie est opération primordiale vue qu'un mauvais
fonctionnement de cet équipement peut perturber gravement le
déroulement de la commutation ce qui a pour conséquence l'arrêt total
du trafic téléphonique.
Certaines opérations de maintenance doivent être conduites
successivement et d'autres simultanément, le but essentiel de ces
opérations est d'assurer un entretien général des équipements d'une
installation d'énergie.
On peut citer quelques exemples des opérations :

* contrôle visuel des appareils de mesure de tous les équipements


* listage des alarmes d'environnement
(Ces deux tâches sont journalières)
* nettoyage à sec des corps des batteries
* essais des différentes tonalités de la machine d'appel
* essai en charge du groupe électrogène
(Ces deux tâches sont hebdomadaires)

BEN GHNIA ASMA 10 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Conclusion
On conclue qu’il y a un lien et une cohérence entre les différents
travaux effectués par l’Actel, le CCL, LGD et le Central.
On note une complémentarité de leurs rôles.

BEN GHNIA ASMA 11 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Centre de

Commutation

Automatique

BEN GHNIA ASMA 12 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Généralité

I. Définition :
La commutation est la partie intelligente du réseau, elle permet
l’arrivée d’une ligne d’abonnée entrante à une ligne d’abonnée
demandé ou à un circuit aboutissant à un centrale qui soit le plus
proche au demandé.
II. Fonctionnalité :
L’autocommutateur assure des fonctions de connections pressoir et
de déconnection à la fin de la communication et ceci sans intervention
humaine. C’est ainsi l’autocommutateur dispose de deux
parties distinctes :
 Le réseau de connexion : pour établir la liaison
provisoire.
 L’unité de commande : suivant les signaux numérique
reçus elle commande la mis en place du réseau de
connexion.
III. Equipements de réseaux :
1-Idée générale :
Le réseau des lignes d’abonnés (R.L.A) est un ensemble des lignes qui
assurent l’interconnections entre les abonnés et leur centre de
rattachement ainsi que les éléments de jonctions.
Le regroupement se fait à l’aide des câbles multi paires de capacité
décroissante en allant de répartiteur de centre urbain vers l’abonné.
2-Le répartiteur R.G :
On l’appelle également « répartiteur d’entrée».C’est un bâti métallique
destiné à supporter des réglettes verticales d’une part et des
réglettes horizontales d’autre part.

BEN GHNIA ASMA 13 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
C’est le milieu favorable qui nous permet d’assurer la de connexion
d’une ligne, de changer des lignes et de pouvoir effectuer des mesures
et des essais sur les lignes.

IV. LES TYPES DE COMMUTATION :


Trios méthodes pour mettre en relation deux abonnées :
1-Commutation par circuit :

 Un lien est établi entre les utilisateurs pour toute la durée de


chaque communication.
 Des ressources du réseau sont utilisées de façon exclusive par le
circuit.
 Exemple : Réseau Téléphonique Commuté
Avantages :
°Transfert rapide
° Mode conversationnel autorisé
° Adapté pour la parole
Inconvénients :
° Faible optimisation des ressources
° Pas de protection contre les erreurs
° Compatibilité des équipements nécessaires.
2-Commutation par message :
 Contrôle de l’intégralité de l’information à chaque nœud.
 Réémission d’un message entre deux nœuds en d’erreur de
transmission
 Possibilité d’adapter les débits binaires, d’effectuer des
conversions de codes mais las délais d’acheminement peuvent
être important.
Avantages :
° Contrôle des erreurs.
° Adapté pour le transport de messages courts.
° Conversion de code.
Inconvénients :
° Non transparence aux codes et aux procédures =>
délai de traitements de l'entête.

BEN GHNIA ASMA 14 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
° Non adapté à la parole.
° Besoin d’équipements performants, pourvus de
mémoire importante
3-Commutation par paquet :
 Information découpée en troçons
 Paquets d’information provenant des plusieurs utilisateurs sur
un même support de transmission.

Avantages :
° Optimisation des ressources.
° protection contre les erreurs liaison
conversationnelle.
° Bien adapté au transport de données.
Inconvénients :
° faible transparence
° complexité des procédures
° pas adapté au transport de la parole.

Message à transmettre

messag e à trans mettre

messag e à trans mettre

Vers le réseau

V. MODE DE COMMUTATION :
1-Mode connecté par des circuits virtuels:

BEN GHNIA ASMA 15 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Procédure d’établissement d’un circuit entre les deux
correspondants,et de libération du chemin. Chaque paquet
suivra le chemin tracé.
2-Mode non connecté ou Datagrame :
Les paquets d’un même message sont indépendants les
uns des autres et peuvent prendre des chemins variés, au
risque d’arriver dans un ordre différents de celui de
départ.

Commutation téléphonique
I.Composition de la commutation téléphonique:

Composition d’un réseau téléphonique commuté :


 Centre d’abonnés pour superviser les abonnés et le trafic
 Centre de transit pour brasser les circuits entre les
commutateurs
 Les PABX ou autocommutateur privé,à l’extérieur du
domaine public pour concentrer le trafic et pour
commuter les appels vers l’extérieur et en interne , pour
servir de passerelles de conversion de protocoles
incluant ainsi des services de messagerie,d’annuaire ,des
systèmes de recherches de personnes…
 Structure de commande pour les fonctions de traitement
des appels, de surveillance des communications, des
taxations et de maintenance.

II. Fonctionnement d’un autocommutateur :


Un autocommutateur est composé de :

 Réseau de connexion
 Organe de commande
 Interface avec les systèmes de transmission

BEN GHNIA ASMA 16 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Les organes de commande assurent les fonctions suivantes :

 Traitement des appels


 Surveillance des communications
 Taxation exploitation et maintenance .

Interface
X réseau de connexion
Interface

Auxiliaire Auxiliaire Auxiliaire Marqueur


multi décimale ss7
fréquence

Taxeur Enregistreur Traducteur

III. Structure d’un auto commutateur:


 Enregistreur : fonction centrale
 Reçoit et enregistre les caractéristiques de la ligne
appelante +N°du demandé
 Commande les opérations pour établir la communication
 Traducteur :
 Consulté par l’enregistreur, il fournit les
informations nécessaires à l’établissement :
° Choix de l’acheminement, choix de
faisceau, signalisation à utiliser taxation.
 Marqueur :

BEN GHNIA ASMA 17 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
 Reçoit l’information de l’enregistreur pour
mettre en place la connexion dans le réseau
 Auxiliaire de signalisation :
 Auxiliaire pour la signalisation décimale.
 Auxiliaire pour la signalisation
Multifréquence.
 Auxiliaire pour la signalisation Sémaphore 7.

Architecture de l’E10
Introduction :
Alcatel 1000 E10 ou nommé aussi OCB 283* est un système de
commutation numérique développé par ALCATEL CTI. C’est un système
multiplication qui dessert tous les types des centraux de plus petit au
petit grand
L’OCB 283*offre les service de communication moderne :
téléphone, radiotéléphonie et toutes les applications des réseaux
intelligents .En plus il traite divers types de signalisation (voie par voie
et sémaphore S 7).
L’E 10 constitue trois blocs fonctionnels :
 La collecte d’abonné : qui assure le raccordement
 Connexion et commande : assurent la connexion et le
traitement d’appel.
 Exploitation et maintenance : assure la maintenance et
l’exploitation.
I. Composition du système :
Les besoins en exploitation et maintenance locale, l’accroissement de
puissance
De traitement des appels ont abouti à la conception du système OCB
283*.Ce système est composé des unités suivantes :
 Base de temps (BT).
 Matrice centrale de connexion (MCX).
 Unité de raccordement multiplex (URM).

BEN GHNIA ASMA 18 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
 Equipement de tonalité auxiliaire (ETA).
 Traitement de protocole CCITN°7(pupe et pc). 
 Traitement d’appel (multi enregistreur).
 Base de donnée (traducteur).
 Taxation des communications (TX)  .
 La gestion des connexions (GX).
 Distribution des messages (MARQUER ; MQ).

II. Architecture fonctionnelle de l’OCB 283 


Le central OCB 283* est constitué d’organe de commande et
d’équipement des décisions qui gèrent l’établissement et la rupture des
communications tandis que
Les organes de connexions et de signalisations sont des organes
d’exécution
On distingue les fonctions se rapportant aux événements qui es
produisent sur les lignes d’abonnés et les circuits.
1-Fonctionnement :
 Raccorder physiquement les abonnés
 Convertir la sélection par impulsion
 Contrôler la boucle de l’abonné
 Générer et envoyer le courant d’appel
 Administrer les données d’abonné
 Générer et transmettre la tonalité
 Traiter la signalisation
 Vérifier l’interface physique de raccordement
 Convertir les chiffres
 Déterminer la zone de taxation
 Commuter les trafics
 Choisir le chemin
 Faire l’acheminement à travers le réseau téléphonique.
2-Les services offerts :
Parmi les services offerts par le central de commutation on peut
citer : *transfert d’appel
*service réveil

BEN GHNIA ASMA 19 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
*appel en attend
*affichage du numéro du demandeur
*ligne prépayée
*clé électrique.
3-Essai des lignes et des postes d’abonnés :
A fin de s’assurer de bon fonctionnement des lignes et de postes
d’abonnés l’exploitation dispose de la commande ESAB qui déclanche
une série de meure sur la ligne à essayer, ainsi on peut localiser le
défaut.

4-La climatisation :
a/ Nécessité du climatisation :
Le matériel de commutation se chauffe très vite à cause des
opérations continues et rapides qu’il effectue.Ce ci peut entraîner la
panne des plusieurs composants .Le remède à ce problème est la
climatisation.
b/ Maintenance de la climatisation :
La climatisation occupe une place très importante dans le processus de
commutation, c’est pour cette raison le personnel de CCA accorde une
importance à la maintenance de la climatisation :
Relève de la température
Vérification de la marche normale de ventilateur de
renouvellement d’air
Vérification de thermostat, ce dernier doit avoir le
même réglage pendant les saisons d’été et d’hiver.
Vérification des dispositifs de sécurité et de régulation
tels que :
disjoncteurs, temporisateurs, fusibles…

c/Protection contre incendie  :


Le risque d’incendie est un risque commun à toutes les installations.
Pour cette raison la fonction de sécurité est primordiale dans un
centrale téléphonique qui permet la protection des personnels ainsi que
l’équipement disponible contre toutes accident potentiel qui peut
entraver la bonne marche de la centrale.
5-Système d’alarme de la centrale :

BEN GHNIA ASMA 20 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Les différents problèmes dans le traitement de message sont
symbolisés par :
*La couleur verte ou ( !) signifier défaut sans intervention
* La couleur oranger ou (!!) signifier fautes mineures.
*La couleur rouge ou (!!!) signifier fautes majeures.
La signalisation causée par ces fautes est basée par un logicielle du
système d’informatique associer dans le central OCB 283.
III-Architecture matériel :
1-Organisation de système :
L’E10 est compose pour l’essentiel :

 De stations multiprocesseurs
 De machines logiques
 D’un réseau local de communication
 Stations multiprocesseur :
Les SM (station multiprocesseur) sont les modules matériels
du sous système OCB283 .une SM est un ensemble de cartes
enfichées dans une alvéole et alimentées par des convertisseurs.
Les cartes qui supportent les processeurs et les cartes mémoire
sont reliées par un bus.
Chaque SM est connectée au réseau local de communication.
Les SM sont les éléments matériels qui sont manipules au cours
des opérations d’exploitation et de maintenance .ainsi une SM peut
être positionnée (mise en service, blocage), interrogée et testée.
Machines logiques :
Les ML (machine logique) sont les modules logiciels du
sous système OCB283 .Une ML est supportée par une station
multiprocesseur .plusieurs ML peuvent cohabiter sur une même
SM.
La MLSM (machine logique de station multiprocesseur) est
présente sur chacune des SM.Elle permet l’exploitation de la
station. Les autres ML, qui sont appelées ML fonctionnelles,
correspondent aux fonction principales du commutateur
(traitement d’appel, gestion des connexions
 Réseau local :

BEN GHNIA ASMA 21 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
le réseau local est le support de communication entre les SM
(stations multiprocesseurs )de l’E10 et le serveur
2-Présentation du CSN :
Le CSN est une entité de raccordement d’abonné capable de
desservir des abonnés numériques au débit de base 144 kbs/s ou
analogiques 2 fils ou 4 fils .Il peut être local : CSNL ou
distant : CSND
Le CSN présente les avantages suivants :
 Permet de raccorder les abonnés RNIS
 collecte d’abonnés fiables par la numérisation des
liaisons, les équipements d’abonné de secours.

Exploitation et maintenance
I-Introduction :
Les fonctions d’exploitation et maintenance sont assurer par
la logiciel (OM*).L’exploitation accède à l’ensemble des équipements
matériels et logiciels de système à travers les terminaux informatiques
de sous système d’exploitation et maintenance tel que : consoles,
terminal.
Peuvent être classées comme suit :
i) Gestion et supervision des incidents : surveillance
après réclamation essais automatique des lignes et des
circuits des alarmes, exploitation par terminal intelligent.
ii) Supervision de l’exploitation : fichier d’abonnés groupement,
service supplémentaire, équipement d’abonnée, taxation,
acheminements.
iii) Gestion des taxes : conteur à domicile, facturation détaillée,
cabine public.
iv) Mécanisme de sécurité : mot de passe pour les agents et les
postes de travail.

La partie gestion de l’abonnée est personnellement la plus


assistée,pour cette raison je veux citer les taches que j’ai déjà vécut.

BEN GHNIA ASMA 22 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

II-Gestion d’abonné :
1-Taches à faire et leurs commandes :
 Création d’une ligne d’abonné : ABOCR
 Modification d’un ligne d’abonné : ABOMO
 Suppression d’un nouvel équipement : ABOSU
 Interrogation d’une ligne d’abonné : ABOIN
 Résiliation, suppression d’une ligne d’abonné : ABORT
 Muter un abonné : ABOMU

2-Création d’une ligne d’abonné :


Pour créer une nouvelle ligne il faut suivre la procédure suivant :
 Vérifier que le numéro d’appel et l’équipement existent et
libres(nlibr) ;
 Faire la création par la commande ABOCR;
Exemple :
exp@ABOCR :ND=75860279 :numéro de demandeur
NE=002-0-16 : numéro d’ équipement
TY=kla, type de création(kla :clavier)
CAT=fd2 : catégorie
 Vérifier la création ( aboin ) :
Après la création on doit remplir le registre de la création en
précisant la référence de l’ordre ,sa date , la date de l’exécution ,le
ND l’index de départ
Enfin il faut le enregistrer ce nouvelle abonné dans les fiches de
service .
3-modification d’ une ligne :
 Vérifier que le ND spécifié est attribué (aboin)
 Vérifier que les types ou catégories ajoutés n’existent pas
 Modification de la ligne : que peut porté sur le ND , la CAT
le TY ou le NE
Exemple : Suspension auto international :
@ abomo : ND =75860279 :numéro de demandeur

BEN GHNIA ASMA 23 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
TY=/SR3 : type de création

Après cette commande l’abonné est ne


peut plus communiquer internationnalement.
4-suppression d’ une ligne :
 Vérifier que le ND existe
 Suppression de la ligne(ABOSU)
 Vérifier la suppression
Puis on doit enregistrer cette modification dans un registre
,aussi dans une fiche de modification.

5-résiliation d’une ligne :


 Vérifier que le ND existe
 Introduction de la catégorie ( exemple : dF5 :bloquer le
trafic départ et arrivé,ct32:bloquer le trafic départ)
6-Modéfication d’un numéro :
C’est une opération qui est fait pour changer un ancien numéro par un
autre nouveau en suivant les étapes suivantes :
 Muter l’ancienne ligne par la commande ABOMU
 Créer la nouvelle ligne par la commande ABOCR.
Exemple :
Ancien N°=75860279
Nouveau N°=75882311
@ABOMU : ND=75860279
CAT=fd2 (commande qui active un message quand on
appelé ce numéro).
@ABOCR : ND=75882113
NE = 1-15-4

BEN GHNIA ASMA 24 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Système

Informatique

BEN GHNIA ASMA 25 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

De l’OCB283

Système informatique de l’OCB 

1-Constituants :

Deux utilisations sont possibles pour les terminaux :


*utilisation des terminaux en édition : appelé aussi terminal affecte à
édition des résultats de quelques traitements
* utilisation des terminaux en dialogue : sont des périphériques sur
lequel l’opérateur pourra passer des commandes afin d’assurer
l’exploitation et la maintenance du commutateur ainsi que la gestion
des périphériques.
2-Presentation génerale de la SMM :

La SMM (Station Multiprocesseur de Maintenance) est constituée des


sous_ensembles suivants :__ deux station multiprocesseurs identiques
__ Une mémoire secondaire, partageable
entre les deux stations (SM)
__ Des accès externes.
a/ Rôle de la SMM :
__ Supervision et gestion du système ALCATEL

BEN GHNIA ASMA 26 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
__ Archivage des donnés du système
__ défense des stations
__ supervision des multiplexe de communication
__ traitement de RHM
__ Initialisation et réinitialisation générale.
3-Support de données :

Les données du système sont localisées sur trois types de supports :


BM  : support magnétique (bond ou streamer).
Ce type de support est utilisé pour le chargement initial des données
permanents et semi permanents et pour se protéger contre les pannes
simultanées du système et des supports non volatiles (disque de l’OM)

DM : mémoire de masse non volatile de l’OM


Ce type de support contient un exemplaire des données permanentes et
semi permanentes .il est utilisé pour le redémarrage partiel ou total
du système
RAM : mémoire volatile
Ce type de support les fichiers de tous les types

4-Transfert électronique du fichier de taxation :


Dans la situation actuelle les comptes de taxes des abonnés
raccordés sur le centre de commutation de tatouine sont relevés sur
bande magnétique.Ces bandes sont envoyés ensuite pour le traitement
au centre de facturation KASAB.

Le transfert électronique des donnés de taxation est développé sur


une plate forme matérielle d’un réseau serveur /client avec un système
d’exploitation WINDOWS NT.Ainsi on a deux intervenants principaux :
Le centre de facturation KASBAH dit aussi serveur et le noeud une
LA (ligne asynchrone) est installé pour le dialogue micro-
ordinateur /centrale E10 .Parmi la caractéristique de ce LAS* :
vitesse : 19200 bits/s ; nombre de bit= 7
a/ configuration logicielle :

BEN GHNIA ASMA 27 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Pour établir la connexion avec le centre de facturation de KASBA, il
est obligatoirement un outil de communication qui présente une grande
flexibilité à la connexion de différentes postes informatiques que se
soit en mode locale ou distante et le transfert de fichier : c’est le
logicielle HYPERTERMINAL*
b/Collection des données de taxation :
i) sauvegarde des données de taxation sur une bande magnétique :
cette opération se fait chaque mois.
ii) création de fichier texte : les données de taxation sont
transformées sous forme d’un fichier de facturation KASBA
ensuivant des étapes bien précises
iii) transfert des fichiers de taxation

5- Gestion des observations :


L’observation est une tache très importante, il permet de déterminer
la qualité de service offert aux abonnés, le taux d’occupation des
organes, ainsi que le taux de trafic les heures et les jours chargés.

a/ Compteur d’observation permanente:
Ce sont de résultats de calcul élaboré l’OM périodiquement ou à la
demande, par la commande OCHLA (lancement de
l’observation), OCHAR (arrêt de l’observation).

b/ Type d’observation :
Classe z : enregistreurs taxeurs et multi enregistreur.
S : mesure concernant le réseau sémaphore.
R : mesure concernant le réseau de connexion
H : tableau récapitulatif édité à l’heure chargée
T : mesure de flux de trafic
Les commandes de gestion des observations :
OCHLA : lancement de l’observation
OCCHAR : arrêt de l’observation
OCHTP : modification des classes de compteurs à éditer

BEN GHNIA ASMA 28 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

c/ vérification de taxation internationale :


Cette opération est faite pour vérifier le système de taxation.

CENTRE

DE

BEN GHNIA ASMA 29 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

TRANSMISS
ION

Centre de transmission

LGD est un central de transmission qui permet l’échange de


l’information entre deux autocommutateurs dans le cas d’une
communication interurbaines ou internationale. Ce système permet la
conversion de 30 voies en trains numériques de 2,04 M bit/s à travers
un terminal numérique d’extrémité.
Ce système renferme un ensemble d’équipements et supports réalisant
l’échange d’information afin d’assurer la transmission du trafic
téléphonique.

BEN GHNIA ASMA 30 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
I-Les étapes de transmission
Ce centre ne peut accueillir que 2Mbits du centre de commutation elle
passe à travers le répartiteur ensuite elle passe au multiplexage et
finalement ils seront transmis sur un support soit la fibre optique soit
le faisceau hertzien.
1- Description du répartiteur :
C’est le lien entre le centre de commutation et le centre de
transmission.
Il est constitue de deux faces :
 Face liée à la commutation et divisée en deux parties une pour
l’émission et l’autre pour la réception ; les réglettes sont
disposées verticalement
 Face liée à la transmission, elle est de même divise en deux
parties émission et réception ; les réglettes sont disposées
horizontalement
Ces deux faces sont liées par une jarretière
2-Multiplexage /Démultiplexage :
Comme le nombre de raccordement d’abonnés est en croissance
continue et vu la difficulté d’installation des nouveaux câbles, il a fallu
chercher une solution qui consiste à augmenter le nombre de
communications acheminées sur les mêmes circuits déjà existants.

Cette solution consiste à multiplexer les voies, ce qui


revient à diminuer le coût des artères de transmission.
On dit multiplexer si on partage entre des nombreux usagers le
même support physique de transmission. Les techniques de multiplexage
peuvent être classées en deux grandes catégories :

 Le multiplexage fréquentiel, MRF (Multiplexage par


répartition de fréquence).
 Le multiplexage temporel, MRT (Multiplexage à répartition
dans le temps).
a/ Multiplexage temporel (MRT ou TDM)
La modulation numérique consiste à convertir une information
analogique porté par un signal à variation continue en une séquence de

BEN GHNIA ASMA 31 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
caractères discrète. Cette conversion comporte essentiellement trois
opérations fondamentales
 Echantillonnage.
 Quantification.
 Codage.
Le signal analogique est transformé en un signal numérique à
l’entrée du CL ou du CAA par un équipement spécialisé, le codec
(codeur- décodeur) qui délivre en sortie une suite de blocs de données
de 7 à 8 bits (appelés train binaires).
i) Echantillonnage
Pour reconnaître l’information contenue dans un signal contenu, il
n’est pas indispensable de connaître la valeur prise par ce signal à
chaque instant. Très souvent on peut se contenter d’observer sa valeur
à certains instants correctement choisis et avoir toujours une
information correcte. Le choix de ces valeurs particulières appelées
échantillons, doit obéir à certaines règles.
Application
Il existe deux hiérarchies pour les systèmes MIC.
Une hiérarchie Américaine et Japonaise PCM 24voies.
Une hiérarchie Européenne et Asiatique MIC 30voies.
Le réseau Tunisien suit l’hiérarchie Européenne.
D’ou proviennent les 30 voies téléphoniques ?

Z : normalisé à 3.9µs.


La bande passante téléphonique est de 300-3400 Hz (0 – 4 KHz)
SHANNON : Fe ≥ 2 Fmax
Fe ≥ 2 × 4 KHz
Fe ≥ 8 KHz
Pour les deux systèmes (Américain et Européen) l’échantillonnage se
fait toujours à 8 KHz.
Fe = 8 KHz normalisée => Te=1/8 ×103 = 125 µs.
Nombre de voies = Te/z =125 / 3.9 = 32 Echantillons.
32 voies :
 30 voies téléphoniques.
 1 voie de signalisation.

BEN GHNIA ASMA 32 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
 1 voie pour le verrouillage de trame
A la réception il faut utiliser un filtre passe-bas de fréquence
de coupure Fc = Fe/2 ; Fe étant la fréquence d’échantillonnage.

ii) Quantification
Le signal obtenu après échantillonnage est constitué d’une suite
d’impulsions finies modulées en amplitude. Ces impulsions sont très
sensibles aux distorsions, donc on ne transmet pas l’impulsion même
mais un mot binaire représentatif de sa mesure.
Quantifier un signal revient à choisir parmi toutes les valeurs
prises par le signal un ensemble fini de valeurs qui serviront à
approcher le signal.

iii) Le codage
Le codage est la mesure de niveau des impulsions, le codage
constitue la troisième étape de la conversion analogique /numérique.
Le codage et la quantification se font mutuellement on distingue deux
lois de codage :
Le codage selon la loi « A » (système Européen).
Le codage selon la loi « µ » (système Américain).

vi) Le décodage
C’est l’opération inverse du codage ; en effet à la réception, un
code à 8 bits est présenté au décodeur. On a à convertir ce code en
tension qui est l’amplitude de l’échantillon.

b/ Multiplexage plésiochrone PDH


Le multiplexage temporel TDM permet de regrouper plusieurs
canaux de commutation sur une seule artère de communication à plus
haut débit, comme par exemple les canaux E1 associés à la technique
MIC regroupant respectivement 30 voies et qui constitue le multiplex
numérique primaire ou multiplex de base des grands réseaux.
A nouveau, les canaux E1 peuvent être multiplexés sur des
artères à plus haut débit. De même, ces dernières peuvent être

BEN GHNIA ASMA 33 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
également multiplexées et ainsi de suite selon une hiérarchie numérique
à plusieurs niveaux appelée hiérarchie numérique plésiochrone ou PDH
(Plésiochronous Digital Hierarchy).
La hiérarchie numérique PDH définie en Europe comprend quatre
niveaux, notés TN1 à TN4.
 E1 = 2.048 Mbits/s,
 E2 = 4 *E1= 8.448 Mbits/s.
 E3 = 4 E2 = 34.368 Mbits/s.
 E4 = 4 E3 = 139.264 Mbits/s.

1
Figure
2 1.5. Hiérarchie PDH des multiplex numériques en Europe.
TN 1 1
c/ Le multiplexage temporel synchrone SDH :
TN 2 1
30
Ce n’est qu’en juin 1986 que l’UIT (Union Internationale de
TN 3 1
4
Télécommunication) s’intéressa à la définition d’une nouvelle hiérarchie
30 voies
numérique
analogiquessynchrone appelée SDH 4 (Synchronous Digital TN 4Hiérarchie);
elle devrait constituer le réseau de transport de futur RNIS à large
30 voies numériques par canal 4
bande, la4 canauxSDHE1 constitue
à 2.048 Mbits/s une réponse aux nouveaux besoins des
réseaux de transmission 120actuellement voies numériques par fondés
canal sur 1920la voies
hiérarchie
numérique
4 canaux E2 à 8.448 Mbits/s 1 canal E4 à 139.264 Mbits/s.
plésiochrone.
480 voies numériques par canal 4
Aujourd’hui, la quasi totalité du trafic canaux E3téléphonique
à34.368 Mbits/s à longue
distance aux Etats-Unis emprunte des artères de communications
mettant en œuvre SONET (constitue un sous ensemble entièrement
défini de la norme SDH) aux niveaux de leur couche physique, càd là
oǔ se passent les problèmes de transmission de signaux.

II-Supports de transmission :
1-Transmission sur fibres optiques
Le but d’une liaison de télécommunication et de transmettre
des informations entre deux points éloignés.
Une liaison classique comporte :

BEN GHNIA ASMA 34 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
 Un émetteur qui transforme le message à transmettre
(son, images, etc.) en signal électrique.
Un support de transmission (câble) qui véhicule ce
signal
 Un récepteur qui reconvertit le signal électrique reçu
en un signal de même nature que le signal d’origine.
Une liaison optique comporte en plus de la liaison classique :
 Un émetteur de lumière qui convertit le signal
électrique en un signal lumineux.
 Le support de transmission devient un guide de
lumière (fibre).
 Un récepteur de lumière qui reconvertit le signal
lumineux en un signal électrique.

a) Différents types de fibre 


On a trois types de fibre :
 Les fibres multi modes à saut d’indice
 Les fibres multi modes à gradient d’indice
 Les fibres monomodes

b) Fibre optique monomode

Dans une fibre optique monomode, le cœur est très fin ce qui
permet une propagation du faisceau laser presque en ligne droite.

BEN GHNIA ASMA 35 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
De cette façon, elle offre peu de dispersion du signal et celle-ci
peut être considérée comme nulle. Aussi, la bande passante approche
l'infini c'est-à-dire plus de 10GHz. Elle est très utilisée pour les liens
de très grandes distances. À cause du cœur mince de 10 micromètres,
les diodes lasers doivent posséder une grande puissance parce que la
surface du cœur est très petite. Par ce fait, les diodes deviennent
plutôt onéreuses.

c) Principaux avantages

- Débit d'informations élevé.


- Faible atténuation, transport sur des longues distances.
- Pas de problème de mise à la terre.
- Immunité contre les perturbations électromagnétiques.
- Pas de diaphonie.
- Installation en milieu déflagrant (pas d'étincelle).
- Discrétion de la liaison et inviolabilité.
- Résistance à la corrosion.

Connecteurs optiques  :

d)Atténuation des fibres 


Aucune substance n’est parfaitement transparente, et la
propagation de la lumière dans la fibre s’accompagne toujours d’un
affaiblissement proportionnel à la longueur parcourue.

BEN GHNIA ASMA 36 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Ce phénomène d’atténuation s’exprime en décibels par Km.


Après l’expérience, on sait que dans le proche infrarouge existent
des fenêtres oǔ l’atténuation est plus faible.
 La première fenêtre se situe autour de 0.85 µm et
permet une atténuation de 3 dB / Km.
 La deuxième fenêtre se situe autour de 1.3 µm et permet
une atténuation de 0.7 dB / Km.
 La troisième fenêtre se situe autour de 1.55µm et permet
une atténuation de 0.2 dB / Km.

Figure 2.7. Atténuation des fibres en fonction de la longueur d’onde

e) Puissance de transmission 
La transmission sur fibre optique est beaucoup plus
performante que sur les câbles à âme en cuivre, quelque soit la
configuration en paires symétriques ou en paires coaxiales.
Le potentiel de transmission d’informations offert par une
source optique (diode LASER) est, en effet énorme.

BEN GHNIA ASMA 37 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Il suffit de n’exploiter que 0.1 % de la bande passante du
guide optique pour transmettre une information de 1000 GHz de
bande (1400 canaux TV ou 250 millions de lignes téléphoniques).
2- Transmission sur faisceaux hertziens
Dans les régions montagneuses, il est difficile de procéder à
l’enfouissement des câbles. Dans ce contexte, il est préférable de
recourir aux liaisons radio, tels que les faisceaux hertziens, le
satellite, etc.
Pour pouvoir être transmis par voie radio, l’information est
transformée sous forme d’ondes électromagnétiques
a)Transmission par faisceaux hertziens 
Le faisceau hertzien est un système de transmission qui utilise des
ondes radioélectriques de fréquence élevée (micro-ondes) pour établir
une liaison entre un émetteur et un récepteur.
Micro-ondes : utilisation des fréquences > 1GHz
Généralement, entre le point de départ du signal et le point d’arrivée
il y a des stations relais intermédiaires, comme le montre la figure
suivante 
Une liaison par faisceaux hertziens peut être unilatérale ou
bilatérale :
 Les liaisons unilatérales sont fréquentes en transmission de
télévision
 Par contre les liaisons de transmission des données, de
téléphonie, etc. sont bilatérales.

b/ Classification des faisceaux hertziens 


On distingue deux types de faisceaux hertziens :
 Les faisceaux hertziens analogiques
 Les faisceaux hertziens numériques
En effet,les faisceaux hertziens numériques acheminent
principalement :
 Des multiplex TΦ numériques de 2 à 140 Mbit/s
 Des images de télévision numérisées

BEN GHNIA ASMA 38 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
 De transmission des données
Des signaux de radiophonie numérisés
Structure générale d’une liaison FH  : La structure d’une liaison par
faisceaux hertziens est donnée par la figure suivante :

BB Modulation Emission
Entrée

BB Démodulation Réception

Sortie

Schéma bloc d’une liaison unilatérale par faisceaux hertziens

BB  : Bande de base


Le trajet hertzien entre un émetteur et un récepteur constitue un
bond.

BEN GHNIA ASMA 39 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Centre de construction
des lignes C.C.L

I-INTRODUCTION :
Le CCL est le centre de construction des lignes d’abonnés.Il assure la
construction des nouvelles lignes d’abonnés, l’intervention lors d’un
dérangement côté réseau extérieur. Donc on peut résumer son rôle en
trois grandes parties qui sont :
-La conception
-L’exécution
-le contrôle
De plus, le CCL est chargé de maintenir à jour les fiches
techniques de tous les abonnés.
Afin d’assurer le bon travail, et faciliter les tâches, le CCL
a une organisation bien déterminée.

II-Le Répartiteur Général :

Le répartiteur général est un bâti métallique ,il représente une


interface entre le central et le réseau extérieur .Ce répartiteur
représente 2 faces :
*Coté central rassemblant les réglettes horizontales
sur lesquelles sont câblés les équipements de commutateur
*Coté réseau extérieur rassemblant des réglettes
verticales (tête)qui représentent les terminaisons des câbles
souterrains du réseau de transport .
Le répartiteur contient des têtes dont chacune contient
16amorces et chaque amorce renferme 7 paires donc 7 abonnés.
Pour la mise en service d’une ligne d’abonné, on dispose 4
bornes coté réglette horizontale dont 2 sont reliées directement au
central pour le test de la ligne d’abonné et la deuxième paire identique

BEN GHNIA ASMA 40 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
au première est reliée à la paire de la réglette verticale par
une jarretière.
Ainsi à partir de répartiteur ,on peut changer le numéro
d’abonné en gardant la position géographique et cela en déplaçant la
jarretière coté central.
De même on peut faire le contraire c’est à dire garder le
numéro et modifier la position géographique dans ce cas on change la
position de jarretière coté réglette verticale.
Ce dispositif permet de :
 Réaliser des coupures ,des mutations et des interventions pour la
localisation de dérangement
 Protéger les équipements et le personnel contre les effets de
l’environnement tel que les surcharges électriques dues aux orages
,courant induit les lignes hautes tension ;pour cela on utilise des
fusibles.
 Couper des lignes d’abonnés en cas de résiliation ,de suspension ,
en posant un bouchon isolant qui rompt la continuité de la ligne de
central.

III-Le sous répartiteur (SR)


C’est un équipement intermédiaire entre RG et le PC, parfois,
peut ne pas exister. Le SR se présente prés d’une voie publique sous
forme d’une armoire métallique fermée à clé sur des trottoirs, on peut
le trouver aussi dans des boîtiers étanches placés dans des chambres
souterraines.

En général, on distingue 2 types de SR :


 le sous répartiteur de zone : ils regroupe des câbles d’une zone
de distribution qui a au maximum 600 abonnés
 Le sous répartiteur d’îlot  : qui dessert une immeuble ou un grand
bâtiment ou local.
Le SR est constitué de deux types de tête :
Les têtes de distribution sur lesquelles aboutissent les câbles de
distribution qui sont reliés au PC

BEN GHNIA ASMA 41 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004
Les têtes de transport qui sont reliées au RG par des câbles de
transport.
Ainsi lors d’une construction d’abonné, il suffit d’une jarretière entre
la tête ( D) et tête (T),dans le S /R.

Les avantages de sous répartiteur :Il permet


• L’intervention et l’exploitation aussi la recherche des
dérangements.
• La diminution des paires en partant de câble de transport au
câble de distribution.
• D’éviter l’encombrement des câbles de transports
VI- Le point de concentration :
C’est un coffret monté dans l’air sur un poteau ou une façade
ou un immeuble.Le PC contient 7 paires et une paire réserve aussi il y
a ceux qui contiennent 14 paires.
IL relie l’abonné au coté distribution, chaque PC est repéré par un
numéro de tête de distribution et un numéro d’amorce. Lors d’une
installation il suffit d’un tirage du câble 5/1 de PC vers le poste
d’abonné. Ce point de coupure a une zone d’action qui mesure 50
mètres.
Remarque  :
La Jarretière : c’est un fils souple qui permet la connexion d’un
élément aval avec un élément amont. On l’utilise pour l’établissement
de la continuité de la liaison entre les Têtes D et T dans le sous
répartiteur aussi bien entre les deux barres de la réglette horizontale
coté central et la Tête verticale coté réseau dans le répartiteur
général.
IV-Les câbles :
Le câble est un support fondamental dans le réseau téléphonique. Il
sert à assurer l’acheminement de la communication entre deux abonnés
quelles que soient leurs destinations
1)Catégories des câbles
on distingue  :

BEN GHNIA ASMA 42 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

 les câbles d’entrée de poste : Ils assurent la continuité de la


liaison entre la poste d’abonné et le branchement, autrement dit, ils
relient l’appareil téléphonique à la partie branchement
 Les câbles de branchement : Ils joignent le point de concentration
PC à l’entrée de poste d’abonné, ils sont généralement les câbles 5/1
ou les câbles 278 1/6

 Les câbles de distribution : Ils regroupent l’ensemble des câbles de


branchement, reliant les PC au sous répartiteur (SR). Ils sont
généralement de capacité moyenne qui varie entre 7 et 112 paires.

 Les Câbles de transport : ils regroupent l’ensemble des câbles de


distribution de capacité minimale 112 paires. Ces câbles permettent
l’échange de l’information entre le RG et SR. Ils prennent source du
répartiteur général coté tête pour venir alimenter un sous répartiteur.
La contenance du câble devient de plus en plus importante plus qu’on
s’approche du central, elle est entre 112 à 1792 (elle peut atteindre
2688 et même 8962).Ils sont le plus souvent tirés dans des tubes en
plastique enrobés de béton ou dans des canalisations.

 Les Câbles de Jonction : C’est l’ensemble des câbles reliant deux


centraux.
 Les Câbles de liaison : Ils relient deux SR entre eux ou deux RG.

BEN GHNIA ASMA 43 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

Conclusion

A la fin de ce stage que j’ai passé au sein de l’opérateur Tunisie TÉLÉ COM en
participant dans les différents services, j’ai abouti à analyser le fait que le travail au centres de
télécommunication est d’une part un domaine où on pratique toutes les techniques des
télécommunications, et d’autre part une responsabilité sincère .
Cependant, les domaines d’abonnement se multiplient d’un jour à un autre et par la suite une
extension de réseau est nécessaire.
Ainsi, pour améliorer la qualité des services offertes par la Tunisie TÉLÉ COM et pour
réussir la concurrence, je propose de :
 multiplier les relations avec les entreprises privées pour diversifier les
applications et par suite aboutir à des progressions considérables
 encourager les gens à diversifier leurs demandes en assurant un compromis
entre la qualité et le coût de service .
 encourager les employés à faire des recherches et suivre des formations pour
casser la routine et enrichir leurs connaissances en télécommunications.

Enfin , on peut affirmer que ce stage de découverte du monde des


télécommunications m’ a permis d’observer et de comprendre la structuration de l’entreprise
ainsi que ses moyens et ses méthodes de travail .

BEN GHNIA ASMA 44 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

ANNEXES

BEN GHNIA ASMA 45 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 46 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 47 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 48 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 49 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 50 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 51 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 52 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 53 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 54 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 55 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 56 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 57 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 58 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 59 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 60 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 61 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 62 I.S.S.A.T Sousse


C.C.A Tataoiune 2003/2004

BEN GHNIA ASMA 63 I.S.S.A.T Sousse