Vous êtes sur la page 1sur 37

BOSHA

Les Risques de Soudage

1
BOSHA
Les Risques de Soudage
Cours présenté par:
ALI-PACHA MANCEF HSE Manager et Expert
Consultant en HSE.
Bureau Occupational Safety & Health Algeria

0550 463 463 021 38 75 46

boshalgerie@yahoo.com
Siteweb: www.bosha-algerie.com
2
A l’issue de cette présentation , les intervenants sauront:

 Identifier les dangers liés à l’activité de


soudage/coupage .
 et connaitre les moyens de prévention à mettre en
œuvre pour remédier aux conséquences qui pourront
en resulter.
SOMMAIRE
 Définition.
 Les différentes techniques de soudage.
Ø Soudage électrique (Poste à souder)
Ø Soudage à l’oxy-gaz (au chalumeau)
 Les risques de soudage.
 Les moyens de protection.
DEFINITION
Le soudage est l’assemblage de pièces métalliques
ou plastique par fusion avec ou sans métal d’apport.
PROCEDES DE SOUDAGE
On peut diviser le soudage en deux catégories selon
la production de chaleur nécessaires a la fusion des
métaux:
Soudage à l’oxy-gaz (au chalumeau)
Chaleur produite par la combustion de gaz combustible (tel
que: Butane, Propane, Acétylène,…) et un gaz comburant
(l'oxygène): C’est la Soudure au chalumeau.
Il est composé de deux bouteilles de gaz (01 Oxygène+01
Gaz combustible)+des régulateurs de pression+ des
détendeurs + des tuyaux flexibles + des clapets de non
Retour + un chalumeaux.
Soudage électrique (Poste à souder)
Chaleur engendrée par un arc électrique :le poste à souder.
§ avec électrode enrobée fusible (soudage manuel)
§ avec fil électrode réfractaire (non fusible), sous
atmosphère de protection, avec ou sans métal d'apport :
procédé TIG (tungsten inert gas)
§ avec fil-électrode fusible, fourré ou non, sous
atmosphère de protection
o fil plein : procédé MIG (metal inert gas) ; procédé MAG
(metal active gas)
o fil fourré : fils fourré sous gaz ; fil fourré sans gaz
§ avec fil-électrode fusible, fourré, sans atmosphère de
protection
Le laitier au soudage
On appelle laitier la croûte qui se forme sur le bain de la
soudure. Il protège ce bain de l'oxygène de l'air, et l'isole
thermiquement.
Dans le soudage à l'électrode enrobée, c'est l'enrobage qui va,
en fondant, créer le laitier.
On distingue alors les électrodes en fonction de leur enrobage:
 enrobage basique (riche en chaux), dont la mise en œuvre est
difficile, mais qui assurent une excellente résistance
mécanique.
 enrobage acide (riche en silice), à l'utilisation plus facile.
Soudage TIG
Le soudage TIG est un procédé
de soudage à l'arc avec une
électrode non fusible.
TIG est un acronyme de Tungsten
Inert Gas où Tungsten Désigne
l'électrode et Inert Gas
(Gaz inerte) désigne le type de
Gaz inerte utilisé.
Soudage MIG - MAG
Le soudage MIG-MAG selon la norme ISO , ou encore GMAW selon
les normes américaines, est un procédé de soudage semi-
automatique.
La fusion des métaux est obtenue par l’énergie calorifique dégagée
par un arc électrique qui éclate dans une atmosphère de protection
entre un fil électrode fusible et les pièces à assembler.
Les appellations MIG et MAG signifient respectivement Metal inert
gas et Metal active gas. La différence entre les deux procédés tient à
la composition du gaz. Le procédé MIG utilise un gaz neutre qui ne
réagit pas avec le métal fondu (argon ou argon + hélium),
contrairement au procédé MAG (mélange d'argon avec du dioxyde
de carbone et de l'hydrogène en proportions variables selon les
métaux à souder). Le gaz est injecté en continu sur l'arc afin d'isoler
complètement le métal en fusion de l'air ambiant.
RISQUES DU SOUDAGE/COUPAGE
Le soudage et le coupage de matériaux sont parmi les activités qui
ont le plus souvent cours sur les chantiers de construction, que ce
soit pour l'exécution de travaux de charpentes métalliques, de
tuyauterie, de chaudronnerie, de mécanique industrielle, etc.
Bien qu'étant accomplies très fréquemment, les activités de soudage
et de coupage comportent toujours leur lot de risques:
 risques spécifiques à chaque procédé de soudage et de coupage;
 risques liés aux travaux mécaniques: Meulage , Brossage, Pliage,
Découpe
 risques de brûlures;
 risques attribuables au rayonnement;
 Risques liés à des corps étrangers dans l’œil;
 risques reliés à l'émission de fumées et de gaz
 risques associés à des travaux particuliers tels que le soudage et le
coupage à l'intérieur d'espaces clos , en hauteur, en extérieur.
Si l'on ne prête pas attention à ces risques, il peut en résulter des
accidents ou des maladies dont les conséquences sont parfois très
graves.
RISQUES LIES AUX DIFFERENTS PROCEDES
FUMEES DE SOUDAGE
Lors du soudage, des fumées, dont l’importance varie selon le
procédé utilisé, sont dégagées.
Cette production de fumées est très importante lors du soudage
à l’arc à l’électrode enrobée, du soudage à l’arc plasma et lors des
procédés M.A.G et fils fourrés.
La composition chimique des fumées et des gaz de soudage dépend
du matériau soudé, du procédé employé et des électrodes utilisées.
Ces fumées ont une composition complexe, comprenant deux
fractions distinctes:
une phase gazeuse et une phase particulaire.
L’exposition prolongée aux fumées et aux gaz de soudage en
concentrations élevées peut provoquer :
• la sidérose (oxyde de fer)
• la fièvre des fondeurs (oxyde de zinc, oxyde de magnésium, cuivre ,
aluminium)
• des troubles du système nerveux (manganèse)
• une irritation du système respiratoire
• une irritation des yeux, du nez et de la gorge
• des douleurs thoraciques
• une affection des reins (oxyde de cadmium, fl uorures)
• le cancer (oxyde de cadmium, nickel, chrome (VI))
• l’accumulation de liquide dans les poumons (oxyde de cadmium,
fluorures, ozone, oxyde d’azote)
• une hémorragie (ozone)
• une dermatite ou de l’eczéma (nickel, chrome (VI))
• des troubles des os et des articulations (fluorures)
• des maux de tête et des nausées
RISQUES LIES AUX BRUITS
L'exposition au bruit en milieu de travail est un phénomène
qu'il importe de prendre en considération , parce que
l'exposition à des niveaux de bruit excessifs peut entraîner
une perte graduelle de l'ouïe pouvant conduire à la surdité.
Procédés de soudage/ coupage Niveaux de bruit générés(dBA)

Soudage avec électrode de tungstène 50 à 60


Soudage avec fil fourré 50 à 86
Soudage au chalumeau inférieur à 70
Soudage avec électrode enrobée 62 à 82
Soudage sous protection gazeuse 70 à 82
Coupage à l'arc avec électrode de carbone et jet d'air 96 à 116
CORPS ETRANGERS DANS L’OEIL
Lors de la préparation des pièces à souder
(brossage , meulage),et du piquage du laitier,
notamment lors du soudage à l’arc à l’électrode
enrobée, des éclats chauds et pointus peuvent
engendrer des lésions oculaires dont les
conséquences, avec la formation de cicatrices se
traduisent, à la longue, par une baisse plus ou
moins importante de l’acuité visuelle.
Risques liés à la chaleur
Les symptômes les plus courants de la réaction du corps à la chaleur
comprennent notamment :
• la transpiration due à une température interne élevée
• un rythme cardiaque élevé
• une fréquence d’élimination urinaire inférieure à la normale
• une urine en faible volume et de couleur sombre
• l’irritabilité
• un manque de coordination
• un manque de discernement
L’exposition excessive et prolongée à un environnement de travail à
température élevée peut provoquer des maladies, notamment :
• bouffées de chaleur
• crampe de chaleur
• épuisement par la chaleur
• syncope de chaleur (perte de conscience)
RISQUES ELECTRIQUES
Effets du courant électrique sur le corps humain

Effet Intensité de c. c. (mA)

Mort 120+

Fibrillation ventriculaire 50 à 120

Paralysie du diaphragme 20 à 50

Crispation musculaire empêchant la personne de desserrer son 16 à 20


étreinte

Réactions involontaires 4à9

Perception 1à4

Lorsqu'une personne touche un conducteur électrique sous tension, le courant peut


traverser son corps pour compléter le circuit à la terre, et l'organisme subit un choc dit
électrique.
Plus le contact avec la terre est important, plus le risque de choc électrique est élevé.
Il faut éviter de travailler les pieds dans l'eau ou sur une surface mouillée, les mains
mouillées, ou la peau et les vêtements mouillés par la sueur.
Un choc électrique même faible peut vous surprendre et vous faire perdre pied et causer
une chute, ce qui peut être grave si le soudeur travaille en hauteur.
RISQUES D’ASPHIXIE
Pour les soudages T.I.G et M.I.G, il existe un risque
d’asphyxie provoqué par l’usage de gaz inertes lorsque
ceux-ci sont mis en œuvre dans des espaces confinés.
LES RISQUES DU SOUDAGE AU CHALUMEAU
 Les projections et les brûlures si l’on surchauffe le bain de fusion ou si la buse
entre en contact avec le métal en fusion (donc port de vêtement en coton
ignifugé, couvrant obligatoire),
 les irritations O.R.L. par les fumées dégagées par les décapants,
 U.V. peu importants donc des lunettes avec protection indice 4 à 7 suffisent.
 Incendie ou explosion lors de l’utilisation ou lors du stockage.

RISQUES PRÉCAUTIONS
BOUTEILLES DE GAZ Principales
Haute pression Eloigner les bouteilles et récipients des
Fuite, asphyxie sources de chaleur
voire éclatement ou explosion du contenant
Compression adiabatique Ouvrir lentement le robinet de la bouteille
ouverture rapide =compression brutale de l’O² => T Contrôler et entretenir les détendeurs
=500°c
Inflammation violente
Inflammation : combinaison des 3 => lire les pictogrammes
Comburant (O² ) Pas de flamme en présence d’O²
Combustible (acétylène ) Ne pas graisser les raccords
Source énergie (étincelle ,température élevée) Dégraisser le matériel
COULEURS NORMALISEES DES BOUTEILLES DE GAZ
 Oxygène ........................................ O2Blanc
 Acétylène ....................................... C2 H2Marron clair
 Butane ........................................... C4 H10Bleu
 Propane ......................................... C3 H8Bleu
 CO2 Anhydride carbonique ........... Ogive grise
 Argon ............................................. Ogive vert soutenu
(Nouvelle Norme européenne)
 Mélange Argon + CO2.................... Ogive vert clair
(Nouvelle Norme européenne)
 Azote. ............................................. Ogive noire
COULEUR DES TUYAUX FLEXIBLES
 O2 = bleu (comburant),
 H2-acétylène = rouge (combustible)
 propane = rouge
Les moyens de protection
PROTECTION RESPIRATOIRE
Les fumées de soudage sont nocives et doivent donc être captées à leur
source d’émission en privilégiant, selon les procédés mis en œuvre et la
configuration des pièces, les dispositifs de ventilation suivants :
- Cabine de soudage (la taille de la pièce à souder ne doit pas excéder celle
de la cabine)
- Aspiration fixe à la source (pour poste fixe et petites pièces)
- Aspiration mobile à la source (tuyau flexible aspirant fixé sur une potence
réglable suivant la localisation du cordon de soudure)
- Aspiration associée à l’outil ou à l’outillage (torche aspirante dont
l’extrémité est équipée d’une buse d’aspiration des fumées adaptée aux
systèmes MIG et MAG
Il faut utiliser un appareil respiratoire lorsque les lieux ne sont pas
suffisamment ventilés pour éliminer les fumées de soudage, ou lorsqu'il y a
risque d'appauvrissement de l'air en oxygène.
De plus, afin de minimiser l'exposition aux fumées et aux gaz de soudage, il
est important d’enlever tout produit de revêtement sur une pièce avant de
procéder au soudage ou au coupage pour éviter le dégagement de produits
nocifs.
Protection oculaire
Les yeux du soudeur peuvent être endommagés par la
lumière vive et les radiations UV que génère l'arc
électrique ainsi que par les projections de laitier en
fusion lors de l'exécution de la soudure ou de
particules de laitier durci lors des opérations de
piquage et de ponçage pour cela il faut:
• Protéger ses yeux contre les effets de l'arc
électrique en portant un casque de soudeur muni
d'un filtre approprié aux travaux à exécuter.
• À défaut de porter le casque de soudeur, porter des
lunettes de protection à coques latérales lors des
opérations de piquage du laitier et de ponçage des
soudures.
En soudage, coupage et brasage au gaz, l'intensité de
la lumière produite est nettement moindre que celle
de l'arc électrique, et le soudeur peut porter, pour ces
opérations, des lunettes munies d'un filtre de teinte
moins foncée à la place du casque de soudage.
PROTECTION DU CORPS
 Porter des vêtements de travail épais
et tissés serré pour protéger la peau
contre les rayons U.V.
 Boutonner sa chemise complètement
pour protéger la gorge et le cou.
 Porter des pantalons longs et une
chemise à manches longues.
 Porter un bonnet en tissu pour
protéger le cuir chevelu contre les
rayons U.V.
 Porter une cagoule pour se protéger
l'arrière de la tête et la nuque.
 Porter des gants résistants aux hautes
temperatures.
 Les vêtements en tissu doivent être
résistants à la chaleur, aux flammes et
aux étincelles. Porter des vêtements
propres et exempts de matières
combustibles susceptibles de prendre
feu au contact d'une étincelle.
PROTECTION ELECTRIQUES
Vérifier régulièrement l'état des gaines isolantes. Il ne faut
pas hésiter à réparer un câble dont la gaine isolante est
détériorée.
Prévention des incendies et des explosions
Les travaux de soudage présentent des risques importants d'incendie en raison
des très hautes températures atteintes durant ces opérations ainsi que des
inévitables projections d'étincelles et de débris de métal chaud.
les mesures applicables pour prévenir les risques d'incendies et d'explosions.
 Ne jamais exécuter de travaux de soudage et de coupage à proximité de
matériaux combustibles ou dans des lieux contenant des poussières, des gaz
ou des vapeurs inflammables ou explosives, à moins que des précautions ne
soient prises pour prévenir le feu ou les explosions.
 Protéger les planchers de matériaux combustibles au moyen de toiles
ignifuges ou de panneaux de contreplaqué.
 Ne jamais effectuer de coupage, de soudage ni aucun travail à flamme nue sur
un récipient, un réservoir, un tuyau ou tout autre contenant pouvant
renfermer une substance inflammable ou explosive à moins que l’on n’ait
prélevé des échantillons d'air indiquant que le travail peut être fait sans
danger (explosimetre)
 S'assurer qu'un extincteur portatif de type ABC est placé en permanence à
proximité du lieu où s'effectuent les travaux.
 Une fois les travaux terminés, effectué une inspection de l’aire de travail et
des alentours en prêtant une attention particulière aux endroits où il y a des
matières inflammables ou combustibles.
STOCKAGE DES BOUTEILLES DE GAZ
Pour prévenir l’accumulation de gaz dans l’air, entreposer les
bouteilles de gaz comprimé dans un endroit sec, bien aéré,
constitué d’une plate-forme ignifuge (ex. béton) et, de
préférence, à l’extérieur. Si l'entreposage se fait à l'intérieur,
s'assurer que le local est suffisamment aéré.
Ne jamais entreposer une bouteille d'oxygène à moins de 6 m
d'une bouteille de gaz inflammable (ex.: acétylène) ou d'une
matière combustible (ex.: huile, graisse), à moins qu'elle n'en
soit séparée par une cloison faite d'un matériau incombustible,
d'une hauteur minimale de 1,5 m et d'une résistance au feu d'au
moins 30 minutes.
Ne pas remiser les bouteilles près des escaliers, des sorties et
des ascenseurs.
Munir les bouteilles de leur capuchon de sécurité et les attacher
à la verticale.
Protéger les bouteilles contre les chutes, les manipulations
brusques et les chocs excessifs.
Marquer les bouteilles vides et les séparer des bouteilles pleines.
Manutention des bouteilles de gaz comprimé
Avant de déplacer une bouteille, toujours
s'assurer que la valve est fermée.
Munir les bouteilles de leur capuchon de
sécurité et les attacher à la verticale.
De préférence, transporter les bouteilles
de gaz arrimées sur un chariot conçu à
cette fin. Si le transport des bouteilles se
fait manuellement, prendre soin d’enlever,
au préalable, le manodétenteur et de
mettre le capuchon de sécurité pour
protéger le robinet.
Utiliser un chariot ou une cage appropriés
pour hisser les bouteilles.
Ne jamais soulever les bouteilles par leur
capuchon de sécurité ou par leur collier, ni
au moyen de câbles métalliques.
PHENOMENE DE RETOUR DE GAZ OU DE FLAMME
Deux phénomènes particuliers risquant
d'entraîner des conséquences fâcheuses peuvent
se produire lors des travaux de soudage ou de
coupage au chalumeau: il s'agit des retours de gaz
et des retours de flamme.
Voici donc quelques mesures de sécurité à
appliquer pour éviter les retours de gaz et les
retours de flamme.
Voir à maintenir le matériel toujours en bon état.
Voir à ce que le chalumeau soit muni d’un clapet
anti-retour de gaz et d’un dispositif anti-retour de
flamme au point d’alimentation en gaz
combustible et au point d’alimentation en
oxygène situés à la poignée du chalumeau.
PROTECTION ORGANISATIONNELLE
Toute les protections citées se complètent avec la mise
en place des permis de travail à chaud.
L’Ecole SMATECH
vous remercie de
votre attention.