Vous êtes sur la page 1sur 2

L’étude de la réponse des structures aux tremblements de terre est l’application la plus

répondue de la dynamique des structures en génie civil. La raison principale est que les
séismes génèrent des forces d’inertie importantes pour la grande majorité des bâtiments et des
structures de génie civil. Les séismes restent le mode d’excitation dynamique dominant.

Le problème fondamental du calcul parasismique est la détermination de la réponse d’une


structure à des mouvements sismiques forts ou modérés. En général, les structures ont un
comportement linéaire tant qu’elles sont soumises à des séismes de faibles intensités, mais il
est bien connu que pour des structures soumises à des séismes majeurs leur comportement
devient non linaire et se marque par l’apparition de déformations inélastiques. Dans ce cas, les
caractéristiques mécaniques de la structure changent pendant les vibrations, par conséquent, le
calcul linéaire devient insuffisant et le recours à un calcul non linéaire apparaît plus réaliste et
mieux adapté, notamment, pour satisfaire le compromis sécurité-économie.

C’est quoi un système non linéaire ?

L’analyse statique des structures se ramène à la résolution des systèmes linéaires

K.U=F

Où K est la matrice de rigidité, constante et indépendante de U et de F, qui sont les vecteurs


des déplacements et des forces respectivement Donc :

Système linéaire  K.  .U=  .F

Si cette équivalence n’est pas vérifiée, on est en présence d’un phénomène non linéaire et quelle
que soit la source du non linéarité, Elles appartiennent à l’une des deux classes suivantes:

Géométrie : les non linéarités géométriques sont rencontrées lorsque la morphologie


du système subit des modifications importantes au cours du chargement. Leur prise en
compte consiste à écrire systématiquement les équations d’équilibre dans la
configuration déformée du système.
Matériau : les non linéarités matérielles les plus communément rencontrées induisent
des relations non linéaires entre contraintes et déformations au sein des matériaux et
sont liées au caractère dissipatif des phénomènes (frottements internes dans le
matériau, écoulement plastique,…). Leur prise en compte recourt à des modèles de
matériaux aptes à représenter les plastifications des structures en acier ou les
écrasements et les fissurations des structures en béton armé.[nordinne]

la méthode statique non- linéaire (méthode pushover), Cette méthode a été présenté pour la
première fois en 1975 par Freeman, Le but était d’utiliser une méthode simplifiée et rapide pour
l’évaluation de la vulnérabilité des structures. La méthode pushover suppose que la réponse de
la structure soit contrôlée par le premier mode de vibration, Le principe consiste à appliquer un
chargement monotone jusqu’a l’effondrement de la structure, ce qui nous permet d’obtenir une
courbe force-déplacement (courbe de capacité), qui représente le comportement globale de la
structure.