Vous êtes sur la page 1sur 29

Table des matières

I. Il était une fois, l’homme qui ressent des besoins et cherche à les satisfaire....................3
A. L’homme ressent des besoins.........................................................................................3
1. Définition du besoin :........................................................................................................3
2. Classification des besoins:.................................................................................................3
3. Caractéristiques des besoins:.............................................................................................3
B. L’homme satisfait ses besoins par l'acquisition de biens...............................................4
II. La rareté impose des choix économiques..........................................................................4
III. En quoi consiste donc l’économique ?...........................................................................5
I. La production.....................................................................................................................6
A. Définition et nature........................................................................................................6
B. Les facteurs de production.............................................................................................6
1. La nature............................................................................................................................6
2. Le travail............................................................................................................................6
3. Le capital............................................................................................................................7
II. La mesure de la production............................................................................................7
I. La distribution de revenus..................................................................................................9
II. La redistribution de revenus...........................................................................................9
III. Formation du revenu disponible...................................................................................10
I. Les ressources et les emplois...........................................................................................11
II. Les composantes de la demande..................................................................................11
A. La consommation finale (C).........................................................................................11
B. L’investissement (I).....................................................................................................11
C. Les exportations (X).....................................................................................................12
I. Définition, mesure et évolution historique......................................................................13
II. Les facteurs et les moteurs de la croissance.................................................................13
A. Les facteurs de la croissance économique...................................................................13
B. Les moteurs de la croissance économique...................................................................14
III. Croissance et amélioration du niveau de vie................................................................14
A. Notion de niveau de vie................................................................................................14
1. Définition.........................................................................................................................14
2. Mesure.............................................................................................................................15
B. La croissance, un moyen pour améliorer le niveau de vie...........................................15
I. Notion de développement................................................................................................16
A. Définition et mesures...................................................................................................16
B. Ses liens avec la croissance économique.....................................................................16
C. Politiques de développement........................................................................................16
II. Le développement durable...........................................................................................17
A. Limites de la croissance économique et la nécessité d’un développement durable.....17
B. Définition, dimensions et mesures du développement durable....................................17
C. Les politiques de développement durable....................................................................17
1. Les principes des politiques de développement durable..................................................17
2. Les instruments des politiques de développement durable..............................................18
D. Impact du développement durable sur la croissance....................................................18
I. Inégalité...........................................................................................................................19
A. Définition.....................................................................................................................19
B. Mesure..........................................................................................................................19
C. Politique de réduction des inégalités............................................................................20
II. Pauvreté........................................................................................................................20
A. Définition.....................................................................................................................20
1. Pauvreté monétaire..........................................................................................................20
2. Pauvreté humaine, en conditions de vie et en termes d’exclusion...................................20
B. Mesure..........................................................................................................................21
III. Cohésion sociale...........................................................................................................21
A. Définition.....................................................................................................................21
B. Indicateurs....................................................................................................................21
C. Enjeux de la cohésion sociale......................................................................................22
IV. Bien-être.......................................................................................................................22
A. Définition.....................................................................................................................22
B. Mesure du bien-être......................................................................................................22
I. Définition et fondement du rôle de l’État........................................................................23
A. Définition.....................................................................................................................23
B. Fondement de l’intervention de l’État..........................................................................23
1. Quels sont les dysfonctionnements que connaissent certains marchés ?.........................24
2. Quelles sont les défaillances que connaissent certains marchés ?...................................24
3. Quel cadre institutionnel pour assurer le bon fonctionnement des marchés ?.................25
II. Les politiques économiques.........................................................................................25
A. Qu'est-ce que la politique économique ?......................................................................25
B. Quelles sont les composantes des politiques économiques ?.......................................25
C. Quelles sont les orientations des politiques économiques ?.........................................26
1. Politique conjoncturelle...................................................................................................26
2. La politique structurelle...................................................................................................28
Chapitre 1 : Les fondements de la connaissance économique
I. Il était une fois, l’homme qui ressent des besoins et cherche à les
satisfaire.
Le véritable sens de l’économie commence par l’existence de besoins à satisfaire.

A. L’homme ressent des besoins.

1. Définition du besoin :
Un besoin est le constat d’un manque, d’une carence, d’un sentiment de privation ou
d'insatisfaction, accompagné du désir ou de la nécessité de le faire disparaître.
Cet état de manque ne se conçoit que dans le cadre de la rareté. Dans une société d’abondance,
l’état de manque disparaîtrait et avec lui, le besoin.

2. Classification des besoins:


Les besoins peuvent être d’origine physiologique (se nourrir, se loger, de vêtir). Il y a aussi des
besoins de civilisation : apparaissent avec le progrès une fois que les besoins physiologiques sont
satisfaits (affectif, culturel, social, intellectuel ou spirituel)

3. Caractéristiques des besoins:
Les besoins ont les caractéristiques suivantes:
 Ils sont illimités en nombre, ils se multiplient avec le progrès technologique. Les besoins
sont essentiellement sociaux et culturels car ils sont relatifs au niveau de développement à
l’évolution du système social d’une économie donnée.
 Ils sont subjectifs car ils varient selon les époques, selon les personnes.
 leur intensité diminue au fur et à mesure qu'ils sont satisfaits.
B. L’homme satisfait ses besoins par l'acquisition de biens.

Pour satisfaire leurs besoins, les hommes utilisent des biens (matériels) ou des services
(immatériels).
Certains biens et services sont dits « libres » et sont disponibles dans la nature et ne nécessite
pas d’être transformés. Ce sont des biens surabondants dont on dispose librement sans devoir
renoncer à d’autres biens (air, eau de source, terre, espace, soleil, flore, faune...)
À cote des biens et services libres, il y a des biens et services économiques. Ces derniers
nécessitent un effort pour l’obtenir. Ils ont besoin d’être produits et leur production induit des
couts (argent, temps) Les biens et services économiques ont les caractéristiques suivantes à
savoir :
 Ils sont utiles : ils sont aptes à satisfaire un besoin.
 Ils sont disponibles : il est possible de s’en procurer
 Ils sont rares : ils sont disponibles en quantité limitée

Il existe trois grandes catégories de biens et services à savoir :


 biens et services de consommation finale: ils satisfont directement les besoins des individus
(nourriture, vêtement, meubles...)
 biens et services de consommation intermédiaire: ils concourent à la production d'autres biens
par transformation ou incorporation dans des produits plus élaborés ou par destruction au
cours du processus de production (tôles, pièces détachées, énergie....)
 biens et services de production: ils permettent de produire d'autres biens mais ne sont pas
détruits ou transformés (machines, bâtiments... ).

II. La rareté impose des choix économiques

La rareté peut être celle des ressources financières (contrainte budgétaire d'un ménage, par
exemple) ou celle de biens et services économiques.

A. Existence d’un conflit entre besoins illimités et biens limités et coûteux.

La rareté des biens et services économiques oblige à faire des choix puisque les besoins sont
illimités (ou en tout cas beaucoup moins limités que les ressources).
Un calcul économique s'impose pour:
 satisfaire le plus possible de besoins
 dépenser le moins possible
 effectuer le minimum d’efforts.

B. les sujets économiques doivent faire des choix.

Le choix est difficile car le sujet doit renoncer à consommer d’autres biens. Plusieurs choix
associés aux grandes fonctions économiques s’imposent:
 La fonction PRODUCTION : quels biens produire, comment les produire, avec quoi les
produire? 
 La fonction REPARTITION : Comment répartir entre les individus le revenu dégagé par la
vente de ces produits? 
 La fonction CONSOMMATION : Comment les individus vont-ils utiliser leurs revenus pour
satisfaire leurs besoins?

III. En quoi consiste donc l’économique ?


Pour Edmond Malinvaud, « l’économie est la science qui étudie comment les ressources
rares sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société ; elle
s’intéresse d’une part, aux opérations essentielles que sont la production, la distribution, et la
consommation des biens, d’autre part, aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter
ces opérations » (Leçons de théorie microéconomique, 1986).
L’économie est donc l’étude des mécanismes allant de la création de biens jusqu'à la
satisfaction des besoins et des interdépendances entre ces mécanismes.

La science économique cherche dans un 1er temps à observer et décrire les faits
économiques, puis elle cherche dans un 2è temps à interpréter les phénomènes économiques pour
bâtir des lois et des modèles et guider ainsi l’action politique. Elle s'articule autour de 3 pôles qui
correspondant aux trois questions précédentes:
 La production (les biens ne sont pas souvent disponibles en l’état ; il faut les produire)
 La répartition de la richesse entre tous ceux qui ont participé directement ou indirectement
à sa création.
 La consommation (pour satisfaire les besoins) ou plus largement la demande.
On étudie l'économie car elle est au cœur de la vie sociale (chômage, prix, épargne...). Elle
permet de comprendre l'actualité et les décisions prises par les gouvernements.
Chapitre : 2 Production de biens et services
I. La production

A. Définition et nature

La production est l’acte par lequel les unités de production combinent des facteurs pour des
nouveaux biens et services. Produire, c'est créer des biens et services destinés à la satisfaction des
besoins.
La production peut être marchande ou non marchande.
 La production peut être marchande est le fait des entreprises privées ou publiques. Ces
dernières sont des organisations économiques et sociales qui fournissent des biens et
services en vue de satisfaire un besoin. Ce sont :
 Sociétés non financières produisant des biens et services non financiers (Nestlés,
Unilevers, Orange, etc.)
 Sociétés financières produisant des services financiers (Ecobank, BRVM, Cofina, etc.)
 Entreprises individuelles (avocats, Notaires, etc.)
 La production non marchande est réalisée par les administrations publiques et les
administration privée.
 Les administrations publiques regroupent, les administrations publiques centrale
(APU Centrales) ; les administrations publiques locales (APU Locales) ; les
administrations publiques de sécurité sociale (APU de sécurité sociale) ;
 Les administrations privées sont aussi appelées institutions sans but lucratif au service
des ménages (ISBLSM). Ce sont par exemple, les associations, les partis politiques,
les ONG qui produisent divers services de conseils-informations, de soins ou de
subsistance , etc.
Les économies modernes sont des économies de production.

B. Les facteurs de production

Les biens et services utilisés dans production sont appelés facteurs de production. Ce sont :

1. La nature

Elle composée entre autres du sol et du sous-sol, de l’eau, de l’air qui permet de réaliser la
production associée la culture, l’élevage, l’extraction minière, la pèches, …

2. Le travail
C’est l’ensemble des capacités physiques et intellectuels des hommes mobilisées pour la création
de biens et de services pouvant satisfaire leurs besoins.
La contribution et l'efficacité du facteur travail dans la production dépendent de sa quantité et de
sa qualité.
 La quantité de travail  disponible dépend du volume de la population active et de la durée
du travail. La population active est constituée par l’ensemble des individus exerçant ou
déclarant chercher à exercer une activité rémunérée. Elle dépend des variables
démographiques (taux de natalité, pyramide des âges…). Son accroissement dépend
également de facteurs culturels (exemple : taux d'activité féminin).
 La qualité du travail dépend du niveau de qualification des travailleurs et de la
productivité du travail. Le niveau de qualification, la formation et l'allongement de la
durée des études contribuent à améliorer la qualité du travail. La productivité du
travail est le rapport entre les quantités produites et la quantité de travail utilisée.

3. Le capital

Le capital se définit comme un bien produit dans le passé et qui sert à produire d'autres biens
dans le futur.  On distingue :
 Le capital technique ou physique désignant l'ensemble des moyens de production utilisés
pour produire des biens et des services. Il comprend le capital fixe (les grues de chantier,
les micro-ordinateurs, les machines, les bâtiments, les équipements dont dispose une
entreprise pour réaliser sa production) et le capital circulant ou consommations
intermédiaires qui sont des biens ou services bruts ou semi-finis utilisés dans un seul
processus de production soit parce qu'ils sont incorporés aux produits plus élabores
(pneu), soit parce qu' ils disparaissent en cours de processus (exemple, les matières
premières, l’ énergie, etc.).
 Le capital financier  désigne la valeur des capitaux propres d'une entreprise. Il permet de
financer en partie le capital technique.
Le facteur capital s’accroit quantitativement et qualitativement. L'accroissement de la quantité du
capital provient de l'investissement matériel (biens durables) et immatériel (recherche,
formation…) destiné à augmenter les capacités de production. Il résulte de la mobilisation de
l'épargne intérieure et des capitaux venant de l'étranger (IDE entrants). La qualité du capital est
mesurée par la productivité du capital, c'est-à-dire par le rapport entre la valeur ajoutée et le
stock de capital fixe.
En permettant à chaque travailleur d’être plus efficace, plus productif, plus performant,
l’accumulation de capital a un impact fondamental sur la croissance économique.

II. La mesure de la production


Au niveau microéconomique, la production peut fait l’objet d’une mesure physique
(tonnes, hectolitres, mètre) et d’une mesure en valeur. Dans le deuxième cas, la valeur de la
production d’une entreprise durant une période, au prix de vente ou prix de marché, est appelé le
chiffre d’affaires auquel on ajoute la variation de stocks de produits finis. Le chiffre d’affaire
d’une entreprise durant une période est le prix de vente d’une unité de produit multiplié par la
quantité d’unités produites.

Au niveau macroéconomique, la production marchande totale ne peut être mesuré par la


sommation des chiffres d’affaire réalisés par les unités productives d’un pays. En effet, pour
produire, certaines unités productives utilisent la production d’autres entreprises comme
consommations intermédiaires. Additionner les chiffres d’affaires reviendrait à compter deux
fois les coûts des biens intermédiaires : une première fois comme la production d’une entreprise,
une deuxième fois comme la composante de la production d’une autre entreprise. Les
économistes utilisent plutôt le concept de valeur ajoutée c’est-à-dire la contribution propre de
l’unité productive à la création de la richesse.
Valeur ajoutée = production – consommations intermédiaires

Ainsi, l’entreprise ajoute de la valeur à des biens intermédiaires utilisés en mettant en œuvre
une combinaison de travail et de biens d'équipement. Au niveau macroéconomique, c’est plutôt la
valeur ajoutée qui permet de calculer correctement la production marchande réalisée par
l'appareil productif d'un pays. La production marchande totale s’obtient en agrégeant les valeurs
ajoutées pour toutes les différentes unités marchandes.

La production non marchande est difficile à évaluer à partir de la notion de valeur ajoutée.
En effet, cette production n’est pas vendue et son prix n'est pas économiquement significatif. Par
convention, la valeur de la production de services non marchands est égale au coût de
production en travail et en capital de ces services. Ce coût de production est assimilé à une
valeur ajoutée. La production non marchande est donc évaluée « au coût des facteurs » alors que
la production marchande est calculée « au prix du marché ».

Résultat final de l’ensemble des activités productives des unités productrices résidentes d’un
pays donné est mesuré par le produit intérieur brut (PIB). Il est obtenu par agrégation des valeurs
ajoutées des différents agents économiques augmentée des impôts sur les produits moins les
subventions sur les produits.

n
PIBt   VAt  impôts sur les produits  subventions sur les produits
t 1

C’est le principal agrégat macroéconomique de mesure de la performance économique.

Le PIB ainsi est appelé PIB nominal ou en valeur ou à prix courant, car il est évalué par
rapport au prix de l’année courante. En général, les variations du PIB nominal année après années
peuvent être causées par :

 Le PIB en valeur s'accroît et les prix restent stables : dans ces cas la richesse réelle
(quantités produites) augmente (effet volume)
 Le PIB en valeur reste stable et les prix augmentent : dans ces cas, la richesse n'a pas
augmenté (effet prix)

Pour éliminer les effets de la variation des prix, on calcule le PIB réel ou en volume ou à
prix constant. Le PIB réel est dit à prix constant car sa valeur est calculée en utilisant le prix
d’une année de base donnée.
Chapitre 3 La répartition de revenu
La richesse créée dans le processus la production est distribuée puis redistribuée entre les
agents économiques. La répartition des revenus comprend donc : la distribution et la
redistribution.

I. La distribution de revenus
La distribution de revenus est la répartition fonctionnelle basée sur la participation de chaque
agent aux processus de production.
Elle permet la formation des revenus primaires :
 des ménages qui reçoivent des revenus du travail salarié, des revenus du travail non
salarié ou revenus mixtes et des revenus du patrimoine (loyer, intérêt et dividende)
 des entreprises propriétaires du capital qui dégagent des excédents bruts d’exploitations
(bénéfices nets)
 des administrations publiques qui reçoivent des impôts taxes sur les produits et les
patrimoines
II. La redistribution de revenus
La redistribution de revenu est la répartition personnelle basée sur la situation personnelle
des agents économiques. C’est l’État qui est le pivot du processus de redistribution.
La redistribution occasionne des transferts de pouvoir d'achat :
 Verticaux entre le haut et le bas de l'échelle des revenus. La redistribution diminue les
disparités de revenus primaires : la disparité des revenus disponibles est plus faible.
 Horizontaux des personnes non "victimes" de risques sociaux de l'existence vers les
personnes exposées à ces risques. Les risques sociaux sont des événements qui se
traduisent par une perte de ressources et/ou un surcroît de dépenses relatifs. Ce sont les
risques associés :
o à la « santé » (maladie, invalidité, accidents du travail)
o à la « vieillesse » (préretraite et retraite)
o à la « dépendance »
o à la « maternité, famille » (incluant les aides au logement)
o à l’« emploi » (chômage et inadaptation professionnelle)
o aux risques « divers ».
Les risques sociaux peuvent être non couverts, couverts collectivement ou de façon
privative. La prise en change collectivement des risques répond à deux logiques :
 Logique de l'assurance (Bismarck)
 Logique de l’ assistance ou de la solidarité ( Beveridge)
L’État prélève des impôts, taxes et cotisations sociales (où prélèvements obligatoires) qu’il
utilise pour verser des transferts sociaux pour permettre aux bénéficiaires de faire face aux
risques de l'existence. Les transferts sont :
 Des transferts monétaires (bonification d'intérêt, aides à l'investissement, subvention),
 Des transferts en nature (fonctionnement des services publics, services fournis non
directement monétaire : les consommations collectives ; assurance chômage, santé,
éducation).
III. Formation du revenu disponible
La combinaison de la distribution et de la redistribution conduit à la formation du revenu
disponible. Le revenu disponible dans une économie est égal aux revenus primaires plus les
transferts sociaux moins les prélèvements obligatoires (impôts, taxes et cotisations sociales).

Le revenu disponible est utilisé pour consommer et épargner. L'épargne est donc la partie du
revenu qui n'est pas consommée. L'épargne des ménages est composée de :
 Leur épargne non financière : les acquisitions de logements et l'investissement des
entrepreneurs individuels, l’investissement
 Leur épargne financière, thésaurisée (détenir son épargne par devers soi) ou placée (mise
à la disposition d'un autre agent économique, moyennant une contrepartie, rémunération).
  Pour les entreprises, l'épargne correspond à leur capacité d'autofinancement des
investissements.

Le PIB est égal à la somme de la rémunération des salariés (S), des impôts sur la
production et les importations (IPI), de l’excédent brut d’exploitation (EBE) et des revenus
mixtes (RM) moins les subventions à l’exploitation (SE).
Chapitre 4 : les dépenses
Les revenus sont dépensés pour obtenir les biens et les services qui ont été produits.

I. Les ressources et les emplois


Dans une économie, les ressources en biens et services sont constituées par le PIB et les
importations. Il représente l’offre globale de l’économie.

Les emplois c’est-à-dire l’utilisation des ressources sont au nombre de trois : la


consommation finale, l'investissement et les exportations. Il représente la demande globale de
l’économie.

II. Les composantes de la demande


A. La consommation finale (C)
La consommation de biens et services entraîne la disparition, plus ou moins rapide, par
destruction ou par transformation, des biens ou services utilisés. 
Elle comprend :
 La consommation finale des ménages : ce sont les dépenses effectuées directement par
les ménages pour acquérir des biens et services marchand de consommation finale. On
peut y ajouter la consommation individualisable de services non marchand déterminée par
la part des dépenses individualisables d'éducation, de santé, de sécurité, de logements, de
culture ou de sport restant à la charge des individus en vue de satisfaire leurs besoins.
 Les consommations collectives : ce sont des dépenses dans les services non marchands
non individualisables liés au fonctionnement (rémunération des fonctionnaires, entretien
des bâtiments…), aux prestations sociales aux ménages, à l’ aide aux entreprises
(subventions, bonification) et au service de la dette. Elles forment la consommation finale
des administrations publiques et des institutions sans but lucratif au service des ménages.
La consommation dépend du revenu.  Au XIX° siècle, E. Engel a énoncé une loi qui porte
son nom : lorsque le revenu augmente, la part des dépenses alimentaires dans la dépense totale
diminue (la loi d'Engel).

B. L’investissement (I)
D'un point de vue individuel (microéconomique), investir, c'est consentir un coût immédiat
en échange d'un gain futur.
D'un point de vue global (macroéconomique), l'investissement correspond à la Formation
brute de capital fixe (FBCF) c’est-à-dire aux acquisitions nettes d'actifs corporels (matériels) ou
incorporels (immatériels) issus de processus de production et utilisés dans d'autres processus
productifs pendant au moins un an. Elle comprend :
 Les biens destinés à être utilisés dans le processus de production pendant au moins un an
 Les brevets
 Les achats de logiciels
En général, tous les agents investissent. Pour les ménages, cela correspond à leurs achats de
logements et aux grosses réparations (définition fiscale).
Les investissements bruts d’une économie se composent des investissements de
remplacement et des investissements nets.
Les investissements de remplacement visent à remplacer le capital existant. On l’appelle
également amortissement. Un amortissement est une opération économique par laquelle
l'entreprise met en réserve des sommes de manière à faire face à la dépréciation du capital due à
l'usure et à l'obsolescence (vieillissement technique).
L’investissement net concerne la formation de capital nouveau. En investissant au-delà du
simple motif de remplacement (Investissement net >0), une entreprise cherche :
 Soit à produire plus, à accroître sa capacité productive : on parle d'investissement de
capacité. L' investissement net est positif et il n'y a pas de modification de la combinaison
productive. Ainsi, la proportion capital/travail reste inchangée même s’il y a plus de
capital et plus de travail.
 Soit, à production égale, à utiliser moins de facteurs de production c'est-à-dire à réaliser
des gains de productivité : on parle d'investissement de productivité ou d'investissement
de rationalisation. L' investissement net est positif et il y a modification de la combinaison
productive c’est-à-dire que la proportion capital/travail est modifiée.
NB : dans les faits, on trouve la plupart du temps des investissements qui tiennent à la fois
de la recherche de capacité et de productivité : l'investisseur cherche dans la plupart des cas à
améliorer ses capacités de production tout en essayant de réaliser des gains de productivité.

C. Les exportations (X)


La troisième manière d' utiliser les biens et services obtenus par l'activité de production et
l'achat aux non-résidents, outre la consommation et l' investissement, consiste à les vendre
auprès du reste du monde : c'est l'exportation.
Elles sont prises ici dans leur sens « réel », c'est à dire un emploi de biens et services
s'analysant en vue d'une sortie du territoire économique (en ce sens une exportation est bien une
dépense) et non dans leur aspect monétaire, qui est la contrepartie du mouvement réel, et qui
s'analyse comme une ressource en devises (cet aspect monétaire est analysé par la balance des
paiements).
Chapitre 5 : La croissance économique

I. Définition, mesure et évolution historique

La croissance économique se définit comme une augmentation des richesses produites par un
pays, sur une période suffisamment longue. Elle est le plus souvent accompagnée de
changements de structures (industrialisation, urbanisation).
La croissance d’un pays est mesurée par le taux de variation du PIB réel. Le taux de croissance de
l'économie pour l'année t est égal au :

Taux de variation du PIB réel = [(PIBt – PIBt-1) / PIBt-1] x 100

La croissance économique est un phénomène récent dans l'histoire de l'humanité. Très lente


voire stagnante jusqu'à la révolution industrielle au XIXe siècle, la croissance s'est accélérée
depuis. Elle a transformé en profondeur les structures productives et la vie des individus. La
forte croissance des "Trente glorieuses" (les années de 1945 à 1975) a permis un accroissement
rapide du PIB par habitant et du revenu moyen réel dans les pays développés. Depuis 1975, le
rythme annuel de croissance s'est ralenti dans la plupart des économies occidentales. Aujourd'hui,
les économies émergentes comme la Chine ou le Brésil connaissent des rythmes de croissance
annuels élevés.
L'histoire économique montre que le rythme de croissance peut être plus ou moins élevé et que la
croissance n'est pas un processus linéaire. Des chocs économiques peuvent déclencher des
récessions et des crises, périodes durant lesquelles le taux de "croissance" est négatif.

II. Les facteurs et les moteurs de la croissance

A. Les facteurs de la croissance économique

La croissance dépend de la mobilisation et de l'efficacité avec laquelle sont combinés les facteurs
de production : travail, capital (bâtiments, machines, matériels…) et le progrès technique.  La
croissance dépend des combinaisons possibles du travail et du capital :
 Croissance extensive : la croissance provient de l’utilisation d'une plus grande quantité de
facteurs de production (capital et travail).
 Croissance intensive : la croissance résulte d'une hausse de la productivité de ces facteurs.
Elle correspond à une utilisation plus efficace des facteurs de production.
Mais, lorsque l'on additionne le taux de croissance du travail et celui du capital, on n'explique
qu'une partie du taux de croissance, le résidu est appelé progrès technique.
Selon Joseph Schumpeter (1883-1950), le progrès technique provient des innovations mises en
œuvre par les entrepreneurs et qui se traduisent par :
 La mise au point de produits nouveaux
 La mise en œuvre de nouveaux procédés de fabrication
 La mise en place de nouvelles méthodes d'organisation
 Le développement de nouveaux marchés
À la suite des innovations majeures, un certain nombre d'entreprises disparaissent au profit de
celles qui ont innové et un certain nombre de secteurs entrent en expansion tandis que d'autres
secteurs connaissent le déclin : c'est le phénomène de "destruction créatrice". Les périodes de
croissance s'expliquent par l'apparition cyclique de grappes d'innovations (machine à vapeur,
chemins de fer, automobile, ordinateur...).
Dans les années 1980, les nouvelles théories de la croissance considèrent le progrès technique
comme le résultat de quatre types d'investissements :
 L'investissement en capital physique qui accroît la productivité des autres firmes
par un effet d'apprentissage (Romer, 1986)
 L'investissement en recherche et développement qui accroît le stock de
connaissances et permet des innovations cumulatives (Romer, 1987)
 L’investissement en capital humain : en donnant la priorité à l'éducation, la
formation, la santé, on améliore la qualité du travail (Lucas 1988)
 L'investissement en infrastructures qui améliore le rendement de l'investissement
privé en capital physique (Barro ,1990)
Ces quatre types d'investissements sont identifiés comme des facteurs de croissance endogènes
sur lesquels on peut agir. Ils créent des externalités positives qui ne peuvent être prises
totalement en charge par le secteur privé. C'est pourquoi, l'intervention de l'État en faveur de
ces activités est nécessaire à différents niveaux :
 La création d'un environnement économique et institutionnel favorable à l'investissement 
 La prise en charge directe des investissements en infrastructures publiques 
 La mise en place d’incitations économiques et financières pour stimuler la formation, la
recherche et l'innovation.

B. Les moteurs de la croissance économique

L’analyse des moteurs de la croissance consiste à se poser la question suivante : pourquoi ou


pour quelles raisons produit-on plus ?
 La consommation finale des ménages (C), c’est-à-dire tous les achats de biens et de
services opérés par les ménages à l’exception du logement, qui dépend de l’évolution du
pouvoir d’achat des ménages et de leur propension à consommer.
 La consommation finale des administrations (G), c’est-à-dire tous les achats de l’État qui
ne sont pas considérés comme des investissements, qui dépend des décisions de l’État en
matière d’évolution des dépenses publiques.
 L’investissement en capital fixe (I) des entreprises, des ménages et des administrations
publiques, c’est-à-dire l’achat de biens d’équipement durables, de bâtiments et de
logiciels, qui dépend de l’évolution de la demande, des profits réalisés et anticipés et de
leur capacité à les financer. À cela on ajoute la variation des stocks.
 Les exportations (X) qui correspondent à la demande adressée aux pays par des non-
résidents et qui dépendent de la compétitivité des produits nationaux vis-à-vis des
produits étrangers et de la croissance du pouvoir d’achat des non-résidents.

III. Croissance et amélioration du niveau de vie

A.  Notion de niveau de vie

1. Définition
Le niveau de vie est l'ensemble des biens et services qu'un individu peut se procurer avec le
revenu dont il dispose.
Le niveau de vie est une notion qualitative qui prend en compte l’accès à certains biens ou à
certains services (soins, éducation, Internet…).
Mots voisins du niveau de vie : pouvoir d'achat, mode de vie, qualité de vie.
 Pouvoir d'achat : on définit le pouvoir d'achat comme la quantité de biens et
services qu'on peut acheter avec le revenu disponible. L'évolution du pouvoir d'achat
dépend de la croissance relative du revenu et de l'augmentation des prix des biens et
services.
 Mode de vie : on définit le mode (ou genre) de vie comme l'ensemble des
manières de vivre d'un individu ou d'un groupe d'individus. Il dépend des conditions
matérielles d'existence, des facteurs sociaux culturels qui déterminent les habitudes de
consommation (nourriture, habillement, loisirs.).
 Qualité de vie : la qualité de vie exprime le bien-être global des individus. Cette
notion recouvre les biens matériels et les éléments immatériels tels que la qualité de
l'environnement, la sécurité individuelle et collective, les libertés politiques et
économiques.
Le revenu disponible par ménage ne mesure pas le niveau de vie effectif des individus. Cela
dépend du nombre de personnes composant le ménage.

2. Mesure

Le PIB par habitant ou par tête est un indicateur du niveau de vie, même si cet indicateur ne tient
pas compte de la répartition des richesses créées. Il est égal au PIB rapporté à la population totale
d’un pays donné. Il mesure le revenu moyen d'un habitant dans un pays.  Le classement des
nations est souvent effectué en termes de PIB et de PIB par habitant. Les variations du PIB par
habitant année après années peuvent être causées par deux effets :
 Effet démographique
 Effet revenu

Taux d'augmentation du niveau de vie = Taux de croissance du PIB en volume par habitant

B. La croissance, un moyen pour améliorer le niveau de vie.


Les finalités de la croissance sont :
 D’accroître la consommation des ménages
 De Permettre aux ménages d'épargner davantage et de se constituer un patrimoine
Un taux de croissance négatif signifie que l'économie d'un pays est moins productive qu'elle ne
l'a été au cours de l'année précédente, le chômage augmente et le niveau de vie de la population
diminue. Lorsque le taux de croissance est négatif, on dit que l'économie est entrée en récession.
Chapitre 6 : Le développement économique et social

I. Notion de développement

A. Définition et mesures
La notion de développement est très différente de celle de croissance. Le développement est un
ensemble de transformations qualitatives qui accompagnent une croissance durable : évolution
des structures économiques, sociales et culturelles d'un pays donné.
Le développement économique se traduit par :
 La hausse du taux d’alphabétisation
 Le développement du système de santé
 La construction d'infrastructures
 L'urbanisation
Le développement économique possède plusieurs dimensions et nécessite à ce titre plusieurs
indicateurs pour le mesurer. Les indicateurs les plus usuels sont :
 Le PIB par habitant : cet indicateur permet de mesurer la richesse produite par la
nation et par individu
 L’indicateur de développement humain (IDH) : développé par Amartya Sen, cet
indicateur prend en compte le niveau de vie, l’espérance de vie à la naissance,
l'alphabétisation des adultes
 L’indicateur de pauvreté humaine (IPH) : cet indicateur mesure les privations ou
exclusions fondamentales que peut supporter une partie de la population

B. Ses liens avec la croissance économique


Croissance et développement sont des notions interdépendantes. Le développement est une fin
dont la croissance économique est le moyen. La croissance économique ne peut durablement
s’installer que si elle s’appuie sur un développement robuste.

C. Politiques de développement

Il existe différentes politiques de développement. Il s’agit de :


 La politique d'aménagement du territoire et d'infrastructures,
 La politique industrielle (sectorielle, de la concurrence, de l'innovation),
 La politique réglementaire (droit du travail),
 La politique de l'emploi.
La mise en œuvre de ces politiques dépend des caractéristiques initiales des pays et de leur
évolution dans le temps.
II. Le développement durable

A. Limites de la croissance économique et la nécessité d’un


développement durable

La croissance économique, source d'enrichissement et de progrès, engendre en parallèle


des externalités négatives : pollution, nuisances, gaspillages, réduction de la biodiversité,
déforestation, épuisement des ressources non renouvelables (ex: pétrole, gaz naturel…). La
volonté de produire et de consommer toujours plus, d’améliorer sans cesse la croissance, peut
amener l’humanité dans une impasse.
Le concept de développement durable est né de la prise de conscience de la gravité des effets
pervers de la croissance et de la nécessité d'en limiter les impacts.

B. Définition, dimensions et mesures du développement durable

Le concept de développement durable est apparu en 1987 dans un rapport commandé par les
Nations Unis à l'ancien Premier ministre norvégien Groharlem Brundland.  Le développement
durable se définit comme un développement qui doit répondre aux besoins du présent sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.
Le développement durable comporte trois dimensions :
 Économique : lutte contre la pauvreté, réduction des déséquilibres régionaux
 Sociale : protection des droits fondamentaux, promotion de la parité entre les hommes
et les femmes
 Écologique : protection de la biodiversité, promotion des énergies renouvelables
Pour quantifier et mesurer chacune des dimensions du développement durable, on utilise des
indicateurs tels que « l’empreinte écologique » et « les PIB verts ».
 L'empreinte écologique mesure la pression qu’exerce l’homme sur la nature. Elle évalue
la surface productive nécessaire à une population pour répondre à ses besoins de
consommation de ressources et d’absorption de déchets. C’est la surface minimale pour
lui permettre de vivre, manger, cultiver, disposer d’eau potable et traiter ses déchets. 
 Les PIB verts visent à exprimer le PIB de manière plus juste en soustrayant tous les
coûts liés à la dégradation de l'environnement et en ajoutant les activités non évaluées (ex:
bénévolat).

C. Les politiques de développement durable 

Les mesures prises par les pouvoirs publics pour intégrer les objectifs du développement durable
se sont multipliées ces dernières années (ex : le protocole de Kyoto, le Grenelle de
l'environnement…).

1. Les principes des politiques de développement durable 


Ces politiques reposent sur trois principes :
 Le principe de solidarité recouvre la solidarité entre les personnes d’une même
génération et la solidarité intergénérationnelle. Ils mettent en avant les dimensions sociale
et écologique du développement durable et affirment le rôle de l’État dans ces domaines
 Le principe de précaution postule que l'on s'abstient de toute action lorsqu'un dommage
sur l'environnement ou la santé humaine reste incertain dans l'état actuel des
connaissances scientifiques. Il concerne les OGM par exemple
 Le principe de participation postule que pour être légitime, le développement doit
prendre en compte l’avis de chacun, en s’appuyant sur des organisations représentatives et
démocratiques.
2. Les instruments des politiques de développement durable
Trois instruments sont utilisés par les pouvoirs publics pour la mise en œuvre des politiques de
développement durable : la réglementation, la taxation et le marché des droits à polluer.
 La réglementation fixe un certain nombre de règles relatives aux activités
polluantes. Exemples : étiquetage des produits polluants, obligation de recyclage des
déchets industriels et ménagers
 La taxation consiste à instaurer des taxes sur les activités polluantes afin que les
pollueurs supportent le coût de leur pollution
 Le marché des droits à polluer : un certain nombre de droits à polluer sont distribués
gratuitement aux entreprises par les pouvoirs publics. Ces droits sont échangeables : les
entreprises qui polluent moins pourront revendre leurs droits aux entreprises qui dépassent
le niveau de pollution correspondant au montant de leurs droits. Cet échange se traduit par
une hausse des coûts de production pour les entreprises polluantes et un bénéfice pour
celles qui polluent moins.

D. Impact du développement durable sur la croissance


Le respect des impératifs du développement durable suppose des changements du mode de
production des biens et services de même que celui du mode de consommation des biens et
services. Pour les entreprises et les ménages le développement durable engendre à la fois des
contraintes et constitue une source d'opportunités.

Acteurs Contraintes Opportunité


Entreprise Respect des Apparition de nouveaux marchés
s normes environnementales, obligation porteurs dans le domaine de
de recyclage, écotaxes… l'environnement (ex : solaire, éolien,
géothermie…)
Ménages respect des normes environnementales Incitations fiscales pour encourager les
pour les bâtiments, taxes sur les économies d'énergie,
véhicules polluants, taxe carbone afin investissement dans les énergies
de réduire la consommation renouvelables
énergétique 
Chapitre 7 : inégalité, pauvreté et cohésion sociale

I. Inégalité

A. Définition
Les différences sociales, inhérentes à la vie en société, peuvent tout à fait conduire à des
traitements différents entre personnes ou groupes sociaux. Lorsque ces traitements différents
avantagent un groupe social ou une personne par rapport à une autre on parle d'inégalités sociales
qui traduisent une hiérarchie sociale.
Par exemple, la différence de genre entre hommes et femmes conduit à des écarts salariaux,
puisque, les femmes disposent d'un salaire inférieur à celui des hommes. On peut dans ce cas
parler d'inégalité car un salaire supérieur donne bien sûr un avantage en terme de pouvoir d'achat,
mais aussi en terme de prestige social. Par cette différence de salaire, la société valorise plus le
travail des hommes que celui des femmes, et institue une hiérarchie sociale implicite.
Les différences d'âge, de profession, de situation matrimoniale, d'apparence physique, de
niveau d'études, etc. deviennent donc de fait des inégalités dès que la société leur confère une
importance et valorise certaines caractéristiques par rapport à d'autres. Cette valorisation peut être
explicite, reconnue et même assumée. Par exemple, les écarts entre niveau de diplômes entraînent
une inégalité dans l'accès aux postes à responsabilité. L'inégalité peut tout aussi bien être
implicite, mais réelle : dans l'accès aux postes à responsabilité, on s'aperçoit que les femmes ou
les travailleurs d'origine étrangère, à diplôme égal, sont désavantagés.
La définition se complique singulièrement lorsqu'on la lie à des principes de justice sociale.
Les inégalités peuvent être "injustes" dans certains cas ou aux yeux de certaines sociétés, alors
que pour d'autres elles peuvent paraître acceptables.
La notion d’inégalité peut s’appréhender à partir de celle de l’égalité. L’égalité renvoie à
plusieurs approches:
 Une égalité des situations juridiques (droits politiques, droits de propriété)
 Une égalité des chances qui repose sur un principe de compensation d’inégalités en amont
du marché (accès des plus défavorisés à l’éducation, la santé)
 Une égalité des situations par exemple, en matière de salaire, de revenus, de
patrimoines…
La question de l’égalité renvoie plus précisément, à l’interrogation fondatrice d’Amatya Sen
(prix Nobel 1998), “l’égalité de quoi ?”. Le choix de critères d’égalité relève de la justice sociale.
Selon L.-P. Fitoussi, “l’affirmation d’un principe d’égalité possède son négatif social, le
consentement à d’autres inégalités. L’égalité des changes peut s’accommoder de très grandes
inégalités de réalisation et donc de positions.

B. Mesure
Les indicateurs permettant de repérer les inégalités sont très nombreuses, puisque les
inégalités sont de diverses natures. Voici quelques exemples:
 Les inégalités des revenus ou de patrimoine peut être observées grâce à une représentation
graphique particulière comme la courbe de Lorenz, liant les effectifs cumulés en % de la
population et des revenus. L’inégalité des revenus est mesurée par l’indice de GINI. Plus,
la valeur est proche de zéro, plus la société a une répartition égalitaire des revenus.
Inversement, plus la valeur est proche de 100, plus les revenus sont très inégalement
répartis dans toute la société.
 Pour mesurer les inégalités dans l'accès au diplôme, on peut croiser l'origine sociale des
parents avec les % de succès des élèves par diplôme. On peut aussi calculer les chances
d'un élève fils de cadre d'obtenir un diplôme comparativement à un élève fils d'ouvrier.
 Les inégalités homme-femme sont très faciles à observer... On peut comparer la
proportion de cadres dirigeants hommes et femmes dans les grandes entreprises privées
par exemple.
C. Politique de réduction des inégalités
L'enjeu propre à la définition des inégalités est d'ordre politique et concerne l'acceptation
même des inégalités. De cette acceptation ou du refus des inégalités naitra une forme
d'intervention politique et sociale corrigeant ou essayant de corriger les inégalités. De façon très
schématique :
 Pour certains, les inégalités sociales sont tout à fait acceptées et ne nécessitent pas
nécessairement d'interventions correctrices. C'est au contraire l'égalité qui serait
préjudiciable pour trois raisons : elle serait source d'uniformité et de "nivellement par le
bas"; elle serait inefficace en gênant la reconnaissance des qualités individuelles ; elle
signifierait, enfin, une perte de liberté.
 Pour d'autres, les inégalités sociales témoignent d'une domination économique, politique
ou sociale qu'il faut contraindre ou limiter. Les mécanismes correcteurs doivent donc
exister et permettre de réduire le plus possible les inégalités sociales, au nom de la justice.
II. Pauvreté
A. Définition
La pauvreté est l’état d'une personne (ou d'un ménage) manquant (absolu ou relatif) de
ressources, matérielles ou non (revenu, savoir, considération, etc.), cet état pouvant déboucher sur
une marginalisation de la personne vis-à-vis du groupe ou de la société. On distingue la
pauvreté monétaire de la pauvreté en conditions de vie (pauvreté humaine).
1. Pauvreté monétaire
Selon une approche monétaire, la pauvreté désigne l’état des individus ou des ménages dont
le revenu ou les dépenses sont inférieurs à un seuil de pauvreté. Elle peut être absolue ou relative.
 La pauvreté absolue concerne les personnes qui ne disposent pas de ressources
permettant de couvrir leurs besoins essentiels. Elle se traduit par une incapacité pour un
individu de satisfaire ses besoins élémentaires : se nourrir, se vêtir, se loger, se chauffer,
faire subsister sa famille.
 La pauvreté relative concerne, « tous les individus ou les familles dont les ressources
(matérielles, culturelles et sociale) sont si faibles qu'ils sont exclus des modes de vie
minimaux acceptables » (Union Européenne).
2. Pauvreté humaine, en conditions de vie et en termes
d’exclusion
La pauvreté humaine ou sociale ou en condition de vie intègre dans les besoins
fondamentaux non seulement l’alimentation, le vêtement et l’habitat, mais aussi la santé,
l’éducation, l’accès à l’eau, c’est-à-dire des biens et services qui sont fournis sur une base
collective.
La pauvreté en condition de vie s'appréhende par l'insuffisance des revenus, mais aussi par
de nombreux autres indicateurs, comme par exemple les retards de paiement des loyers, le
mauvais équipement du logement en éléments de confort jugés indispensables (douche, par
exemple), etc.
La pauvreté d’exclusion se réfère non seulement aux diverses formes de privation matérielle
ou de services sociaux, mais à un processus de désintégration sociale, fondé sur diverses
dimensions entretenant des liens étroits les unes avec les autres. On peut noter en particulier la
place accordée au travail non seulement comme mode d’accès à des moyens d’existence, mais
aussi comme principal vecteur de lien social et d’identité sociale.

B. Mesure
La pauvreté absolue s'évalue en monnaie et comme un minimum vital (une certaine
quantité d’argent nécessaire par personne).
La pauvreté relative s’évalue par les revenus : sont pauvres les individus dont le revenu
disponible est inférieur à 50 % ou 60 % (selon les statistiques et les pays) du revenu disponible
médian (ou moyen). Il n’est pas inutile de dire qu'il y a davantage de pauvres quand on retient le
seuil de 60 % que quand on retient celui de 50 %. On voit donc que la définition de la pauvreté
est socialement construite : il n'est pas anodin de choisir l'un ou l'autre seuil...
La pauvreté non monétaire, ou en conditions de vie, se mesure par toute une batterie
d'indicateurs qui évaluent la pauvreté en matière de logement, en matière d'accès à la culture, en
matière d'accès aux infrastructures de garde d'enfants, etc.
Un indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) du PNUD, a été créé dans les années
quatre-vingt-dix, sur la base de la théorie des capabilités développée par A. Sen (prix Nobel
1998).

III. Cohésion sociale


A. Définition
La cohésion sociale correspond à la situation d'un groupe fortement solidaire et intégré ; en
découlent l'existence de buts communs, l'attraction des individus les uns par rapport aux autres et
enfin l'attachement des individus au groupe.
Cette cohésion favorise donc l’intégration des individus, c'est-à-dire la participation à un
réseau de relations sociales qui confère aussi une identité propre.

B. Indicateurs
Il n'y a pas d'indicateurs qui mesurent la force ou la faiblesse de la cohésion sociale. Mais,
certains indicateurs statistiques peuvent être utilisés comme indiquant une évolution des liens
sociaux et des formes de cohésion dans quelques domaines des activités sociales. Par exemple :
formation et dissolution des couples (divorces) ; création d'associations ; pratiques religieuses
anciennes et nouvelles ; nombre d'emplois précaires et de chômeurs pour le monde du travail ;
évolution de la délinquance et de la criminalité…

C. Enjeux de la cohésion sociale


La cohésion sociale signifie aussi un « esprit de discipline », un respect des valeurs et
normes communes ; mais est-ce possible dans une société individualiste valorisant la liberté et
l'autonomie des individus ? Et comment maintenir la cohésion sociale, sans laquelle il n'y a pas
de société, dans une société marquée par la montée de l’individualisme ? Vouloir décrire la
société comme un ensemble cohérent, intégré, n'est-ce pas minorer le rôle des conflits sociaux qui
existent dans toute société ? Dans une société multipolaire, où les références culturelles sont
multiples et où l'accès au travail n'est pas garanti, le travail, sur lequel reposait l’intégration et la
cohésion sociale, peut-il encore assurer cette fonction, comme c'était le cas depuis deux siècles ?
IV. Bien-être
A. Définition
On entend par bien-être l’ensemble des facteurs dont une personne a besoin pour jouir d’une
bonne qualité de vie. Ces facteurs l’aident à jouir d’une existence tranquille et d’un état de
satisfaction.
Le bien-être social englobe donc les choses qui incident de manière positive sur la qualité de
vie: un emploi digne, des ressources économiques pour satisfaire les besoins, une maison, l’accès
à l’éducation et à la santé, du temps pour les loisirs, etc. Bien que la notion de bien-être soit
subjective (ce qui est bon pour une personne peut ne pas l’être pour une autre), le bien-être social
est associé à des facteurs économiques objectifs.
Par exemple : dans un pays où une famille typique (quatre intégrants) a besoin de 1 968 000
FCFA par mois pour répondre à ses besoins basiques, toutes les familles dont les revenus sont
inférieurs à ce chiffre ont beaucoup de mal à parvenir au bien-être social. Il est donc fort probable
que les membres d’une famille qui gagne 984 000 Fcfa par mois (soit la moitié) souffrent de
carences alimentaires et aient moins de perspectives de vie. L’État est tenu de promouvoir le
bien-être social parmi tous ses citoyens. Pour ce faire, des mesures et des politiques sont
nécessaires pour corriger les inégalités propres du marché capitaliste. La répartition des revenus
et le développement des services sociaux libres et gratuits pour toutes les personnes sont des
conditions nécessaires pour atteindre le bien-être social. La possibilité de répandre le bien-être
social à toutes les couches sociales implique l’existence de richesse (pour acquitter les dépenses
étatiques); ceci dit, il appartient également à chaque gouvernement d’assurer la génération de
richesses.

B. Mesure du bien-être
L'indicateur de bien-être économique (IBEE) est proposé par deux chercheurs Canadiens
(Lars Osberg et Andrew Sharpe) afin de mesurer l’évolution du bien-être et de la prospérité dans
différents pays. Les deux chercheurs ont pu appliquer leur méthode à six pays de l’OCDE (États-
Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie, Norvège et Suède), mais pas au cas de la France, en
raison de l'absence de disponibilité de certaines données sur les inégalités. L'indice est construit
en faisant la moyenne de quatre indicateurs synthétiques, portant respectivement sur :
 Les flux de consommation courante : consommation de biens et services marchands, flux
réels de production domestique, loisirs et autres biens et services non marchands. 
 L'accumulation nette de stocks de ressources productives : accumulation nette de biens
corporels, de parcs de logements et de biens de consommation durables ; accumulation
nette de capital humain, de capital social et d'investissement en recherche et
développement ; changements nets dans la valeur des réserves de ressources naturelles ;
coûts environnementaux et évolution nette de l'endettement extérieur ;
 La répartition des revenus, les inégalités et la pauvreté économique. 
 Le degré de sécurité ou d'insécurité économique : risques économiques liés au chômage, à
la maladie, à la vieillesse, aux ruptures de la cellule familiale, à la pauvreté chez les
personnes âgées. 
Ce travail de recherche est devenu une référence et a été repris dans le rapport de l’OCDE
publié en 2001 consacré au capital humain et au capital social.

Chapitre 7 : le rôle de l’ État dans l’activité économique et sociale

I. Définition et fondement du rôle de l’État

A. Définition
L'État est un ensemble d’institution qu’incarne le pouvoir suprême de la nation. Il existe
indépendamment des hommes politiques et des fonctionnaires qui le servent.
L'évolution vers une conception élargie de l'État, a permis de passer de l'État central à la notion
de puissance publique. En tant que puissance publique, l’État a le monopole de la violence légale.
Dans une économie de marché l'État décide et engage des politiques publiques dans les domaines
économiques et sociaux.
La problématique de l'intervention de l'État dans le cadre d'une économie de marché reste au
cœur des débats.

B. Fondement de l’intervention de l’État

Deux doctrines économiques s'opposent concernant la justification de la politique économique


 La doctrine libérale, pour qui, l'équilibre économique peut s'obtenir sans
intervention de l'État. Les libéraux préconisent une intervention minimale restreinte à la
stabilité monétaire et aux règles de la concurrence. L'objectif de la politique économique
doit être d'assurer le libre fonctionnement des marchés et la libre concurrence. Ils
recommandent une pratique de la politique économique basée sur des règles strictes, pour
en limiter le caractère déstabilisant.
 La doctrine Keynésienne qui stipule que l'État doit intervenir pour rétablir les
équilibres économiques car le libre fonctionnement de marché ne permet pas de parvenir à
une croissance équilibrée. Les keynésiens, favorables à une intervention plus directe et
permanente de l’État pour lutter contre le chômage, préconisent des politiques
discrétionnaires modifiables selon les besoins de la conjoncture économique.
1. Quels sont les dysfonctionnements que connaissent certains
marchés ?
Les dysfonctionnements des marchés sont coûteux pour les consommateurs en termes de
quantités de biens disponibles et en terme de prix à payer. Les dysfonctionnements peuvent
concerner l'information relative aux biens échangés ou le comportement des offreurs.
 L'insuffisance d'information : sur la plupart des marchés, l'information du
consommateur est limitée. La publicité ne véhicule pas des informations fiables.
 L'asymétrie d'information : certains marchés sont caractérisés par une asymétrie
d'information. C'est une situation où les acheteurs connaissent mal la qualité d'un bien
qu'ils envisagent d'acquérir. Les vendeurs vont tenter de leur proposer le bien à un prix
excessif. Dans ces conditions, les acheteurs ne font plus confiance aux vendeurs puisqu'un
prix élevé n'est plus synonyme de qualité. D'où l'élimination des bons produits et la
réduction des échanges.
 Les concentrations excessives : les concentrations sont des regroupements
d'entreprises concurrentes dans le but de réduire le nombre de concurrents sur un marché.
Elles peuvent conduire à la constitution d’un monopole (un seul offreur qui contrôle le
marché) ou d'un oligopole (un nombre réduit de concurrents qui se partagent un marché). 
Dans ces deux cas, le prix est défini par l'offre et non par le marché.
 Les ententes : les ententes sont des arrangements entre entreprises concurrentes,
destinés à limiter ou à éliminer la concurrence s'exerçant entre elles. Le but des ententes
est d'augmenter les prix et les bénéfices des entreprises participantes.

2. Quelles sont les défaillances que connaissent certains


marchés ?

Les défaillances du marché concernent les externalités et les biens publics.


Les  externalités 
Une externalité (ou effet externe) est une situation par laquelle un agent économique occasionne
par son action un impact sur un tiers ou un milieu sans qu'il y ait compensation financière.
 Si l'impact est un bienfait, on parle d'externalité positive. Exemple : lorsque l'État
finance des infrastructures, il crée des effets bénéfiques pour l'activité économique.
 Si l'impact est un dommage, on parle d'externalité négative. Une externalité
négative est une défaillance du marché. Exemple : la pollution engendrée par une usine
chimique entraîne des effets externes négatifs sur le territoire dans lequel elle est
située. Les dégâts causés aux riverains, à la faune, à la flore et aux nappes phréatiques ne
sont pas pris en compte financièrement par l'entreprise polluante.
Les  biens publics  (ou collectifs)
Un bien public (ou collectif) est un bien susceptible d'être consommé par plusieurs
consommateurs en même temps.  (Exemples : l’éclairage public, l'eau d'une fontaine, la défense
nationale ; la justice…). 
Un bien public présente deux caractéristiques :
 Il est indivisible : la consommation d'un individu ne réduit pas la quantité
disponible pour les autres. Il n’existe pas de rivalité entre les consommateurs.
 Il est non excluable : il est impossible d'exclure un consommateur de l'accès à ce
bien par un mécanisme de prix
Les biens publics ne peuvent être satisfaits par le marché pour deux raisons:
 Du côté de l'offre : aucune entreprise privée ne serait en mesure de les produire
avec profit.
 Du côté de la demande : les consommateurs adopteraient le comportement de
passager clandestin ( profiter d'un bien sans payer)
C'est donc l'État qui doit assumer, seul ou en partenariat avec un organisme privé, la fourniture
des biens publics en faisant supporter le coût à la collectivité par l'intermédiaire de la fiscalité.

3. Quel cadre institutionnel pour assurer le bon


fonctionnement des marchés ?

Le fonctionnement du marché repose sur des règles qui visent à sécuriser les transactions.
L'ensemble de ces règles constitue le cadre institutionnel. Objectifs recherchés :
 Promouvoir une concurrence loyale
 Garantir la qualité de l'information
 Assurer la transparence des marchés
 Établir la traçabilité des produits
 Contrôler les campagnes publicitaires
L'État contrôlent l'application des règles et, le cas échéant, sanctionnent les infractions commises.
L'État se substitue au marché pour pallier les défaillances et corriger ses dysfonctionnements. En
outre, en plus de la production des biens publics, l'État peut également encourager les activités
produisant des externalités positives en prenant des mesures incitatives : exonérations fiscales,
subventions. À l'inverse, l'État peut contrôler les activités génératrices d'externalités négatives par
:
 La réglementation (ex : normes)
 Des incitations fiscales
 La création d'un marché particulier (ex : marché du CO2)

II. Les politiques économiques

A. Qu'est-ce que la politique économique ?


La politique économique est l'ensemble des décisions prises par l'État dans le but d'orienter
l'activité économique afin d'atteindre les objectifs économiques et sociaux qu'il s'est fixé.

B. Quelles sont les composantes des politiques économiques ?


Toute politique économique se caractérise par un ensemble interdépendant de finalités,
d'objectifs, d'instruments et de moyens de contrôle.
 Les finalités : elles représentent la raison d'être des politiques économiques. Parmi les
finalités essentielles on peut citer : l'amélioration du niveau de vie, l'amélioration de la
qualité de vie, la réduction des inégalités, la justice sociale, la solidarité nationale…
 Les objectifs : ils sont les étapes qui conduisent vers les finalités. Ils concernent les
grandes variables économiques (croissance, emploi, inflation …). Exemples : le taux de
croissance du PIB le plus élevé possible, le taux d'inflation le plus bas possible…
 Les instruments : ils représentent les moyens qui permettent d'atteindre les objectifs. Deux
instruments sont utilisés de manière coordonnée par les institutions publiques : le budget
de l'État et la monnaie en circulation
 Les outils de contrôle : ils permettent d'apprécier l'efficacité des politiques économiques.
Les résultats de toute politique économique doivent être évalués au regard des objectifs
fixés.

C. Quelles sont les orientations des politiques économiques ?

Les politiques économiques s'inscrivent dans un cadre national et mondial. En conséquence les
objectifs, comme les instruments, sont soumis à des contraintes, nationales (Loi de finances),
régionales (UEMOA) et internationales (OMC, FMI). Elles ont une portée conjoncturelle ou
structurelle.

1. Politique conjoncturelle

La politique économique conjoncturelle vise à réguler l'activité à court terme pour garantir une
croissance forte sans déséquilibres (chômage, inflation, déficit budgétaire…). Elle peut
être procyclique ou contracyclique.
 La politique conjoncturelle est procyclique lorsque l'État agit dans le sens de la
conjoncture pour l'amplifier. Exemple : prendre des mesures de relance pour stimuler la
demande et la croissance économique en période de récession.
 La politique conjoncturelle est contracyclique lorsque l'État intervient pour contrer
une évolution conjoncturelle indésirable. Exemple : prendre des mesures d'augmentation
des taux d'intérêt pour diminuer les tensions inflationnistes.
La mise en œuvre de la politique économique conjoncturelle nécessite des politiques
complémentaires : politique des revenus, politique fiscale, politique de l'emploi…

Les objectifs de la politique économique conjoncturelle sont la croissance du PIB, le plein


emploi, la stabilité des prix ainsi que l'équilibre des échanges et des paiements extérieurs. Ces
objectifs sont synthétisés par les quatre indicateurs du "carré magique" de Nicholas
Kaldor (1971) : le taux de croissance, le taux de chômage, le taux d'inflation et le solde de la
balance commerciale.
Ce carré est réputé magique car l'expérience prouve qu'il est difficile, voire impossible,
d'atteindre simultanément les quatre objectifs. La croissance s'obtient parfois au détriment de
l'équilibre extérieur, le plein emploi aux dépens de la stabilité des prix. C'est la raison pour
laquelle certains objectifs sont privilégiés au détriment d'autres. Une hiérarchie de ces objectifs
est fréquemment établie en fonction des contraintes de l'environnement économique et des
conceptions politiques des dirigeants.
Le carré magique permet de comparer les économies entre elles ou de situer une économie à
différentes périodes. Plus la surface du quadrilatère correspondant aux statistiques d'un pays à
une période donnée s'éloigne de la surface théorique du carré magique, plus la situation
économique se détériore.
La régulation conjoncturelle de l'activité s'effectue au moyen de deux instruments :
 La politique budgétaire : le budget de l'État
 La politique monétaire : le taux d'intérêt.
La politique budgétaire et la politique monétaire peuvent être combinées pour maintenir un taux
de croissance économique soutenu et un faible taux d'inflation.

Politique conjoncturelle dite de relance

D’inspiration keynésienne, la politique économique conjoncturelle dite de relance privilégie les


objectifs de stimulation de la croissance économique et de lutte contre le chômage. En cas de
croissance faible et de chômage élevé, l'État peut mettre en œuvre une politique conjoncturelle
qui vise à accroître la demande globale (consommation et investissement) pour stimuler l'activité
économique. Cette politique est mise en œuvre à l'aide d'une politique budgétaire et monétaire
expansionnistes.
 Une politique budgétaire expansionniste se traduit par une hausse des dépenses
publiques, une baisse des impôts et un creusement du déficit budgétaire. Celui-ci est
considéré comme favorable parce qu’il stimule la demande globale. Le mécanisme
économique qui justifie cette politique est le suivant : l'augmentation des dépenses
publiques et la diminution des impôts déclenchent une hausse du revenu disponible des
ménages et une hausse de la consommation, ce qui engendre une hausse de la production
des entreprises et donc une hausse de l'emploi.
 Une politique monétaire expansionniste se traduit par une baisse des taux d'intérêt,
une progression des crédits et de la masse monétaire. Le mécanisme économique qui
justifie cette politique est le suivant : une baisse des taux d'intérêt génère des sources de
financement moins coûteuses pour les agents économiques. Ménages et entreprises vont
donc recourir à plus de crédits et vont effectuer plus d'échanges donc plus d'activité
économique et plus d’emploi.
Les politiques de relance ont des effets positifs sur l’activité économique, sur le revenu des
ménages et sur l’emploi. Cependant ces politiques peuvent favoriser l’inflation des prix et
dégrader l’équilibre extérieur en raison de l’augmentation des importations.

Politique conjoncturelle dite de rigueur

D'inspiration libérale, la politique économique conjoncturelle dite de rigueur (stabilisation)


privilégie la lutte contre l’inflation et la réduction des déficits. Elle implique le plus souvent le
freinage de la croissance économique.
 Elle est mise en œuvre à l'aide de politiques monétaire et/ ou budgétaire
restrictives.
 Une politique budgétaire restrictive recherche l’équilibre ou l’excédent du budget
afin de limiter le poids de la dette publique.
 Une politique monétaire restrictive se traduit par une limitation du crédit et une
hausse des taux d’intérêt.
Les politiques de rigueur ont, en principe, des effets bénéfiques sur les prix, sur les équilibres
extérieurs et sur les résultats des entreprises. Cependant, elles peuvent avoir des effets dépressifs
sur l’emploi, sur le pouvoir d’achat des ménages et sur la production.

2. La politique structurelle

La politique économique structurelle est l’ensemble des actions mises en œuvre par les pouvoirs
publics pour transformer le système économique afin d’en améliorer le fonctionnement. Elle vise
à assurer durablement la croissance et la compétitivité de l’économie nationale. Elle s’inscrit dans
le moyen et le long terme.
Les politiques structurelles nationales visent à accroître les possibilités de production, à orienter
l’activité vers des secteurs d’avenir, à renforcer la concurrence par la réglementation et à mettre
en place des autorités indépendantes de régulation.
Au niveau nationale, les principales politiques structurelles sont :
 La politique industrielle  favorise les secteurs considérés comme stratégiques,
soutien aux PME…
 La politique énergétique cherche à développer les énergies renouvelables et non
polluantes
 La politique de recherche et d’innovation finance la R&D et le développement de
nouvelles technologies
 La politique de formation cherche à développer le capital humain
 La politique d’aménagement du territoire vise à corriger les disparités entre les
régions, à développer les infrastructures de transport et de communication…
Les politiques structurelles régionales visent à supprimer les obstacles économiques à la
croissance et à améliorer le fonctionnement des marchés en renforçant la concurrence.
Les domaines essentiels de la politique structurelle au niveau européen sont l’agriculture, la
concurrence, le social et l’environnement :
 La politique agricole commune (PAC) vise à protéger l’agriculture européenne en
assurant l’indépendance alimentaire de la zone et l’entretien du patrimoine naturel.
 La politique de concurrence cherche à défendre les intérêts des consommateurs
européens, à lutter contre les monopoles et les pratiques anticoncurrentielles (ententes,
abus de position dominante).
 La politique sociale vise à éviter, au niveau européen, l’harmonisation par le bas
des taux d’imposition et des cotisations sociales.
 La politique de l’environnement cherche à lutter contre la pollution, à prévenir les
risques et à protéger la biodiversité.