Vous êtes sur la page 1sur 168

République Tunisienne

Ministère de l’Enseignement Supérieur, Cycle de Formation d’Ingénieurs


de la Recherche Scientifique, des Technologies dans la Discipline Génie civil
de l'Information et de la Communication
ST-EN07/00
Projet de Fin d’Etude
Université de Sfax N° d’ordre: 2015 – DGC 013
École Nationale d’Ingénieurs de Sfax

ANNEXE
Présenté à

L’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax


(Département de Génie Civil)

en vue de l’obtention

du Diplôme National d’Ingénieur en Génie Civil

par

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH

ETUDE D’UN GRAND OUVRAGE


HYDRAULIQUE SUR OUED MEJESSAR ET
UN TRANÇON AUTOROUTIER

Soutenu le 14 juillet 2015, devant la commission d’examen :

Mr. Fahmi NAIFAR Président


Mr. Khaled MAALLA Examinateur
Mr. Mounir BEN JEDIDIA Encadreur
Mr. Ali ELLOUZE Encadreur
Mr. Samir JMAL Encadreur industriel
SOMMAIRE

ANNEXE I. ETUDE HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE ...................................... 11


1. Etude Hydrologique et hydraulique du bassin versant Mejessar : ................................ 11
1.1. Caractéristiques physiques et géométriques du bassin versant Mejessar: ............. 11
1.2. Estimation des débits de crues de l’oued : ............................................................. 12
1.3. Calcul du remous : ................................................................................................. 17
2. Etude hydrologique et hydraulique des autre ouvrages : .............................................. 19
.2.1........... Estimation des débits des ouvrage hydraulique:Méthode rationnelle(S<4km².):
19
2.2. Dimensionnements hydraulique des ouvrages : ..................................................... 20
2.3. Exemple de calcul : ................................................................................................ 21
ANNEXE II. ETUDE ET CONCEPTION AUTOROUTIERES : ....................................... 25
1. Choix de la route : ......................................................................................................... 25
2. Exemple de calcul de profil en long : ............................................................................ 26
2.1. Cas d’un Raccordement convexe’C2’ : ................................................................. 26
2.2. Cas d’un Raccordementconcave’C9’ : ................................................................... 27
3. Profil en travers : ........................................................................................................... 29
4. Dimensionnement corps de chaussées : ........................................................................ 30
4.1. Classement routier des sols en Tunisie : ................................................................ 30
4.2. Classification à partir du CBR : ............................................................................. 30
4.3. Calcul du trafic : ..................................................................................................... 33
5. Calcul des déformations admissible dans la structure de chaussée : ............................. 35
5.1. Déformation verticale admissible du Sol support : ................................................ 35
5.2. Déformation transversale admissible du grave bitume : ........................................ 35
ANNEXE III. CHOIX DE LA VARIANTE OBTENUE .................................................. 38
1. Manipulation de la méthode AHP : ............................................................................... 38
2. Résultats de la méthode : ............................................................................................... 39
2.1. Poids des critères : ................................................................................................. 39
2.2. Comparaison des variantes.................................................................................... 41
2.3. Résultats : ............................................................................................................... 45
ANNEXE IV. ETUDE DES POUTRES PRINCIPALES : ................................................ 46
1. Etude des caractéristiques géométriques de la poutre principale : ................................ 46
1.1. Inertie de flexion : .................................................................................................. 46
1.2. Inertie de torsion : .................................................................................................. 47
1.3. Valeurs moyennes : ................................................................................................ 48
1.4. Paramètres fondamentaux : .................................................................................... 48
2. Coefficients de Répartition Transversale (CRT) ........................................................... 49
2.1. Lignes d’influence : ............................................................................................... 49
2.2. Détermination des coefficients de répartition transversale CRT : ......................... 52
2.3. Résumé des CRT : ................................................................................................. 62
3. Calcul des sollicitations :............................................................................................... 63
3.1. Sollicitations dus à la charge permanente : ............................................................ 63
3.2. Sollicitations dues à la charge AL : ........................................................................ 65
3.3. Sollicitations dues à la charge BC: ......................................................................... 67
3.4. Sollicitations dues à la charge MC120 : ................................................................... 72
3.5. Combinaison d’action : .......................................................................................... 74
4. Calcul du ferraillage de la poutre : ................................................................................ 74
4.1. Introduction : .......................................................................................................... 74
4.2. Calcul des armatures longitudinales : .................................................................... 75
4.3. Calcul des armatures transversales : ...................................................................... 80
ANNEXE V. ETUDE DE L’HOURDIS .............................................................................. 83
1. Etude de la flexion locale : ............................................................................................ 83
1.1. Sollicitations dues à la charge permanente ............................................................ 83
1.2. Sollicitations dues à la charge Bc : ........................................................................ 84
1.3. Sollicitations dues à la charge Bt : ......................................................................... 88
1.4. Sollicitations dues à la charge Br : ......................................................................... 90
1.5. Sollicitations dues à la charge Mc120 : .................................................................... 90
1.6. Récapitulation des sollicitations : .......................................................................... 91
1.7. Coefficient de majoration dynamique : .................................................................. 91
1.8. Sollicitations dans la dalle continue : ..................................................................... 92
2. Etude de la flexion globale : .......................................................................................... 94
2.1. Détermination des coefficients µn : ........................................................................ 95
2.2. Détermination des moments globaux : .................................................................. 97
3. Flexion totale ............................................................................................................... 107
4. Calcul du ferraillage du hourdis : ................................................................................ 109
4.1. Condition relative au poinçonnement sous charge localisée : ............................. 110
4.2. Condition relative au non-emploi d'armatures d'effort tranchant : ...................... 110
4.3. Condition de non fragilité : .................................................................................. 111
4.4. Calcul des armatures : .......................................................................................... 111
4.5. Disposition des armatures dans l’hourdis ............................................................ 113
ANNEXE VI. ETUDE DES ENTRETOISES D’ABOUT : ............................................ 115
1. Calcul des sollicitations :............................................................................................. 115
1.1. Charges appliquées : ............................................................................................ 115
1.2. Sollicitation de l’entretoise : ................................................................................ 115
2. Ferraillage de l’entretoise : .......................................................................................... 116
2.1. Calcul des armatures longitudinales : .................................................................. 117
2.2. Armature de peau : ............................................................................................... 119
2.3. Calcul des armatures transversales : .................................................................... 119
ANNEXE VII. REPARTITION DES EFFORT HORIZONTAUX : ................................ 122
1. Introductions : ............................................................................................................. 122
2. Etude des souplesses et des rigidités : ......................................................................... 122
2.1. Souplesse d’appareils d’appui : ........................................................................... 122
2.2. Souplesse des appuis : .......................................................................................... 123
3. Effort horizontaux agissant sur les appuis d’un pont : ................................................ 124
3.1. Efforts dus aux déformations et au retrait : .......................................................... 124
3.2. Force de freinage :................................................................................................ 125
3.3. Calcul des rotations : ............................................................................................ 130
ANNEXE VIII. ETUDE DES ELEMENTS DE LA CULEE ............................................ 132
1. Dalle de transition ....................................................................................................... 132
1.1. Sollicitations ........................................................................................................ 132
2. Mur du garde grève : ................................................................................................... 134
2.1. Sollicitations : ...................................................................................................... 135
3. Mur en retours : ........................................................................................................... 137
3.1. Sollicitations : ...................................................................................................... 137
3.2. Ferraillage : .......................................................................................................... 138
4. Chevêtre sur culée : ..................................................................................................... 140
4.1. Evaluation des charges : ....................................................................................... 140
4.2. Sollicitations totales ............................................................................................. 146
5. Ferraillage : ................................................................................................................. 146
5.1. Ferraillage de flexion : ......................................................................................... 146
5.2. Ferraillage de torsion : ......................................................................................... 148
5.3. Résultats de ferraillage: ........................................................................................ 150
ANNEXE IX. ETUDE DES ELEMENTS DE LA PILE ................................................. 151
1. Chevêtre sur pile : ....................................................................................................... 151
1.1. Sollicitations : ...................................................................................................... 151
1.2. Sollicitations de calcul : ....................................................................................... 156
1.3. Sollicitations finales de calcul : ........................................................................... 157
1.4. Ferraillage du chevêtre sur pile : .......................................................................... 158
2. Etude des colonnes : .................................................................................................... 162
2.1. Introduction : ........................................................................................................ 162
2.2. Vérification de la colonne vis-à-vis le flambement : ........................................... 163
2.3. Vérification de la colonne vis-à-vis l’élancement : ............................................. 164
2.4. Ferraillage : .......................................................................................................... 164
Liste des figures
Figure 1. Elévation du bassin versant Mejessar ....................................................................... 11
Figure 2. Carte des pluies journalières centennales P100 ........................................................ 13
Figure 3. Carte des valeurs de la pluie seuil P0 ...................................................................... 13
Figure 4. Sous bassins versant d’oued Mejessar ...................................................................... 14
Figure 5. les courbe IDF de Médenine ..................................................................................... 14
Figure 6. Les cours d'eau du bassin versant ............................................................................. 15
Figure 7: profil en travers du lit d'oued sous l'ouvrage ............................................................ 16
Figure 8. Abaque de calcul remous (SCET Tunisie) ............................................................... 18
Figure 9: section d’oued Hachenna .......................................................................................... 22
Figure 10: plus haute eau sur oued Hachenna .......................................................................... 23
Figure 11. Géométrie du raccordement verticale C2 ............................................................... 26
Figure 12. Géométrie du raccordement verticale C9 ............................................................... 27
Figure 13. Régions climatiques et géotechniques de la Tunisie .............................................. 31
Figure 14. Loi normale de l'essai de fatigue ‘SETRA’ ............................................................ 36
Figure 15. Division de la section de la poutre .......................................................................... 46
Figure 16. Ligne d'influence poutre centrale ............................................................................ 50
Figure 17. Ligne d'influence poutre intermédiaire 1 ................................................................ 50
Figure 18. Ligne d'influence poutre intermédiaire 2 ................................................................ 51
Figure 19. Ligne d'influence poutre de rive ............................................................................. 51
Figure 20. Disposition de la charge AL sur la poutre centrale.................................................. 53
Figure 21. Disposition de la charge AL sur la poutre intermédiaire 1 ..................................... 53
Figure 22. Disposition de la charge AL sur la poutre intermédiaire 2 ...................................... 54
Figure 23. Disposition de la charge AL sur la poutre de rive ................................................... 54
Figure 24. Disposition de la charge BC sur la poutre centrale .................................................. 56
Figure 25. Disposition de la charge BC sur la poutre de intermédiaire 1 ................................. 56
Figure 26. Disposition de la charge BC sur la poutre de intermédiaire 2 ................................. 57
Figure 27. Disposition de la charge BC sur la poutre de rive ................................................... 57
Figure 28. Disposition de la charge MC120 sur la poutre centrale ............................................. 60
Figure 29. Disposition de la charge MC120 sur la poutre de intermédiaire 1 ............................ 60
Figure 30. Disposition de la charge MC120 sur la poutre de intermédiaire 2 ............................ 61
Figure 31. . Disposition de la charge MC120 sur la poutre de rive ............................................ 61
Figure 32. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet de la charge permanente ........... 64
Figure 33. Diagramme des efforts tranchants sous l’effet de la charge permanente................ 64
Figure 34. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet de la charge AL ......................... 66
Figure 35. Diagramme des efforts tranchants dans la section x sous l'effet de la charge AL ... 66
Figure 36. Schéma de calcul de la charge BC dans le sens longitudinal .................................. 67
Figure 37. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet de la charge BC ......................... 69
Figure 38. Diagramme des efforts tranchants sous l’effet de la charge BC .............................. 70
Figure 39. Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge MC120 ................ 73
Figure 40. Détermination des efforts tranchants sous l’effet de la charge MC120..................... 73
Figure 41. Diagramme des moments fléchissant de la poutre pendant la phase de manutention
.................................................................................................................................................. 77
Figure 42. Arrêt de barre de la poutre ...................................................................................... 80
Figure 43. Ferraillage de la poutre ........................................................................................... 82
Figure 44. Panneau de dalle ..................................................................................................... 83
Figure 45. Diffusion d’une charge « P » localisée sur le plan moyen de la dalle .................... 84
Figure 46. Effet de deux rectangles symétriques par rapport au centre de la dalle (1file de Bc)
.................................................................................................................................................. 85
Figure 47. Effet d'un rectangle centré et d'un rectangle placé sur l’axe (1 file de Bc) ............. 85
Figure 48. Effet de 4 rectangles non centrées et symétriques par rapport au centre de la dalle
(2 files de BC) ........................................................................................................................... 86
Figure 49. Effet de quatre rectangles dont deux centrées sur l’axe transversal et symétriques
par rapport à l’axe longitudinal (2files de Bc) ......................................................................... 87
Figure 50. Effet de quatre rectangles non centrées et symétriques par rapport au centre de la
dalle (2files de Bt) ............................................................................................................... 88
Figure 51. Effet de quatre rectangles dont deux centrées sur l’axe transversal et symétriques
par rapport à l’axe longitudinal (2files de Bt) .......................................................................... 89
Figure 52. Courbes de µ1 et µ3 ................................................................................................ 96
Figure 53. Courbes de μ1 et emplacement de la charge permanente ....................................... 97
Figure 54. Courbes de μ3 et emplacement de la charge permanente ....................................... 98
Figure 55. Charge permanente longitudinalement (flexion globale) ....................................... 98
Figure 56. Disposition la plus défavorable pour la charge Bc (flexion globale) ..................... 99
Figure 57. Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Bc .......................................... 100
Figure 58. Disposition la plus défavorable pour la charge Bt (flexion globale) .................... 102
Figure 59. Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Bt ........................................... 103
Figure 60.Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Br ............................................ 104
Figure 61. Disposition la plus défavorable pour la charge Br (flexion globale) .................... 104
Figure 62. Disposition la plus défavorable pour la charge MC120 (flexion globale)............... 105
Figure 63.Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Mc120 .................................... 106
Figure 64. Ferraillage de l’hourdis ......................................................................................... 114
Figure 65. Diagramme des moments fléchissant de l’entretoise à l’ELS .............................. 116
Figure 66. Diagramme des efforts tranchants de l’entretoise à l’ELS ................................... 116
Figure 67. Ferraillage de l'entretoise ...................................................................................... 121
Figure 68. Emplacement des joints de chaussée et des centres de déformation .................... 124
Figure 69. Schéma statique de la dalle de transition .............................................................. 132
Figure 70. Essieux Bt sur la dalle de transition (longitudinalement) ..................................... 133
Figure 71. Essieux Bt sur la dalle de transition (transversalement) ....................................... 133
Figure 72. Moments fléchissant sous l’effet de la charge Bt .................................................. 133
Figure 73. Effort tranchant sous l’effet de la charge Bt ......................................................... 134
Figure 74. Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde grève....................... 136
Figure 75. Dimensionnement de mur en retour ...................................................................... 137
Figure 76. Forces exercées sur le mur en retour .................................................................... 138
Figure 77.Ferraillage du mur en retour .................................................................................. 140
Figure 78. Effet locaux de la dalle de transition .................................................................... 142
Figure 79. Schéma représentatif du chevêtre ......................................................................... 143
Figure 80. Diagramme des moments fléchissant dues à l’action du tablier ........................... 144
Figure 81. Diagramme des efforts tranchants dues à l’action du tablier ................................ 144
Figure 82. Diagramme des moments fléchissant lors du vérinage ......................................... 145
Figure 83. Diagramme des efforts tranchants lors du vérinage .............................................. 145
Figure 84. Modélisation d’un cas de charge en service ......................................................... 154
Figure 85: réaction dus à la charge AL ................................................................................... 156
Figure 86. Modélisation d’un exemple de cas de charge lors du vérinage ............................ 157
Figure 87. Diagramme de calcul de ferraillage pour une section partiellement comprimée .. 165
Liste des tableaux
Tableau 1. les caractéristiques géométriques planes du bassin versant ................................... 11
Tableau 2. Les caractéristiques géométriques d'altitude du bassin versant .............................. 11
Tableau 3. Valeurs de qr .......................................................................................................... 12
Tableau 4. Les valeurs d'infiltration en fonction de la nature du sol ....................................... 15
Tableau 5:Les valeurs de la conductivité hydraulique ............................................................. 16
Tableau 6. Coefficient de ruissellement C ............................................................................... 19
Tableau 7. Tableau récapitulatif des intensités de pluie en fonction des périodes en retour ... 20
Tableau 8. Estimation de débit par la méthode rationnelle ...................................................... 20
Tableau 9. Dimensionnements des OH .................................................................................... 20
Tableau 10. Les principales caractéristiques des différents types de route .............................. 25
Tableau 11. Cordonné des droites du raccordement c2............................................................ 26
Tableau 12. cordonné des droites du raccordement C9............................................................ 27
Tableau 13. Classement routier des sols en Tunisie ................................................................. 30
Tableau 14. Coefficient de pondération en fonction de la région climatique .......................... 31
Tableau 15. Classe du sol en fonction de la valeur de CBR .................................................... 32
Tableau 16. Projection des trafics pour la période 2017-2022 ................................................. 33
Tableau 17. Projection des trafics pour la période 2022-2027 ................................................. 33
Tableau 18. Projection des trafics pour la période 2027-2032 ................................................. 34
Tableau 19. Projection des trafics pour la période 2032-2037 ................................................. 34
Tableau 20. Valeur de A .......................................................................................................... 35
Tableau 21. Valeur indicatives pour les calculs ’SETRA’ ....................................................... 36
Tableau 22. Coefficient de défaut de portance KS .................................................................. 37
Tableau 23. Echelle de comparaison des critères de l'analyse multicritère ............................. 38
Tableau 24. Valeurs de l’indice aléatoire IA ............................................................................ 39
Tableau 25. Matrice des poids des critères............................................................................... 40
Tableau 26. Matrice normalisée des poids des critères ............................................................ 40
Tableau 27. Vecteur propre poids des critères ......................................................................... 40
Tableau 28. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance des critères ................................ 41
Tableau 29. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon l’esthétique ...................... 41
Tableau 30. Vecteur priorité des variantes selon l’esthétique .................................................. 41
Tableau 31. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon l’esthétique ...................... 42
Tableau 32. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon le cout ............................... 42
Tableau 33. Vecteur priorité des variantes selon le cout .......................................................... 42
Tableau 34. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon le cout .............................. 42
Tableau 35. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon l’Impact sur
l’environnement ....................................................................................................................... 43
Tableau 36. Vecteur priorité des variantes selon l’impact sur l’environnement ...................... 43
Tableau 37. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon l’impact environnemental 43
Tableau 38. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon la stabilité et la durabilité . 44
Tableau 39. Vecteur priorité des variantes selon la durabilité et la stabilité ............................ 44
Tableau 40. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon la durabilité et la stabilité 44
Tableau 41. Matrice récapitulative des vecteur priorités de choix de la variante optimale ..... 45
Tableau 42. Section centrale sans hourdis ............................................................................... 47
Tableau 43. Section centrale avec hourdis ............................................................................... 47
Tableau 44. Section sur appuis sans hourdis ............................................................................ 47
Tableau 45. Section sur appuis avec hourdis ........................................................................... 47
Tableau 46. Inertie de torsion sur section centrale et sur appuis .............................................. 48
Tableau 47. Valeurs de la section moyenne ............................................................................. 48
Tableau 48. Abscisses des poutres ........................................................................................... 49
Tableau 49. Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre centrale................................. 50
Tableau 50:Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre intermédiaire 1 ...................... 50
Tableau 51:Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre intermédiaire 2 ...................... 51
Tableau 52:Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre de rive ................................... 51
Tableau 53. Calcul des CRT de la charge AL ........................................................................... 55
Tableau 54. Calcul des CRT de la charge BC ........................................................................... 58
Tableau 55:Calcul des CRT de la charge BC............................................................................ 62
Tableau 56. Tableau récapitulatif des CRT de la poutre modèle ............................................. 62
Tableau 57. Les sollisitations dus à la charge permanente....................................................... 65
Tableau 58. valeur de la charge qAL selon la section de la poutre ............................................ 67
Tableau 59. Détermination des sollicitations dus à la charge AL ............................................ 67
Tableau 60. Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge Bc .................. 69
Tableau 61. Détermination des efforts tranchants sous l’effet de la charge Bc ....................... 71
Tableau 62. Sollicitations dus à la charge Bc ........................................................................... 72
Tableau 63. Détermination du W X correspond au charge MC120 ............................................ 73
Tableau 64. Sollicitations dus à la charge MC120 ...................................................................... 74
Tableau 65. Tableau récapitulatif des sollicitations de calcul .................................................. 74
Tableau 66. Rappel des caractéristiques géométriques de la poutre et les contraintes
maximales des matériaux ......................................................................................................... 75
Tableau 67. Tableau récapitulatif du ferraillage longitudinal de la poutre .............................. 78
Tableau 68. Tableau récapitulatif du ferraillage transversal de la poutre ................................ 81
Tableau 69. Sollicitation dus à la charge permanente .............................................................. 84
Tableau 70. Sollicitions de la charge BC (1ère cas ) .................................................................. 85
Tableau 71. Sollicitions de la charge BC (2ème cas ) ................................................................. 86
Tableau 72. Sollicitions de la charge BC (3ème cas) .................................................................. 86
Tableau 73. Sollicitions de la charge BC (4ème cas ) ................................................................. 87
Tableau 74. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge BC ......................................... 87
Tableau 75. Sollicitions de la charge BC (1ère cas ) .................................................................. 88
Tableau 76. Sollicitions de la charge Bt (2ème cas ) ............................................................... 88
Tableau 77. Sollicitions de la charge Bt (3ème cas) ................................................................. 89
Tableau 78. Sollicitions de la charge Bt (4ème cas ) ................................................................ 90
Tableau 79. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge Bt ......................................... 90
Tableau 80. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge Br ......................................... 90
Tableau 81. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge MC120 .................................... 90
Tableau 82. Tableau récapitulatif des sollicitations (flexion locale) ....................................... 91
Tableau 83. Moments fléchissant en travée pondérés Mxtr (flexion locale) ............................. 93
Tableau 84. Moments fléchissant sur appui pondérés Mxap (flexion locale) ............................ 93
Tableau 85. Efforts trancant pondérés Tapx (flexion locale) ..................................................... 93
Tableau 86. Moments fléchissant en travée pondérés Mytr (flexion locale) ............................. 94
Tableau 87. Moments fléchissant sur appui pondérés Myap (flexion locale) ............................ 94
Tableau 88. Efforts tranchant pondérés Tyap (flexion locale) ................................................... 94
Tableau 89. Détermination de µ1 après interpolation sur α, puis sur θ.................................... 95
Tableau 90. Détermination de µ3 après interpolation sur α, puis sur θ.................................... 96
Tableau 91. Determination du cas le plus défavorable du charge BC (flexion globale) ........ 101
Tableau 92. Détermination du cas le plus défavorable du charge Bt (flexion globale) ......... 103
Tableau 93. Détermination du cas le plus défavorable du charge MC120 (flexion globale) .... 106
Tableau 94. Coefficient de pondération ................................................................................. 106
Tableau 95. Moments fléchissant pondérés de la flexion globale .......................................... 107
Tableau 96. Moments totaux en travées dans le sens xx ........................................................ 107
Tableau 97. Moments totaux sur les appuis dans le sens xx .................................................. 107
Tableau 98. Moments fléchissant totaux en travées dans le sens yy ...................................... 108
Tableau 99. Moments fléchissant totaux sur appuis dans le sens yy ..................................... 108
Tableau 100. Moments fléchissant en travée Mxtr .................................................................. 108
Tableau 101. Moments fléchissant sur appui Mxap ................................................................. 108
Tableau 102. Moments fléchissant en travée Mytr ................................................................ 109
Tableau 103. Moments fléchissant sur appui Myap ................................................................. 109
Tableau 104. Efforts tranchants pondérés .............................................................................. 109
Tableau 105. Sollicitation pour calcul de ferraillage de l'hourdis .......................................... 109
Tableau 106. Données de calcul du ferraillage de l’hourdis .................................................. 109
Tableau 107. Vérification de poinçonnement sous charge localisée...................................... 110
Tableau 108. Vérification du non emploi d’armatures d’efforts tranchants .......................... 110
Tableau 109. Tableau récapitulatif des ferraillages de l’hourdi ............................................. 113
Tableau 110. Charges appliquées sur les entretoises ............................................................. 115
Tableau 111. Tableau récapitulatif des moments fléchissant ................................................. 116
Tableau 112. Tableau récapitulatif des efforts tranchants ...................................................... 116
Tableau 113 : détermination du ferraillage longitudinale de l'entretoise ............................... 119
Tableau 114. Souplesses et rigidités des appareils d’appuis .................................................. 123
Tableau 115. Déplacement et rotations .................................................................................. 123
Tableau 116. Valeur de ‘U2’ et ‘R2’ ...................................................................................... 124
Tableau 117. Efforts dus aux déformations thermiques et retrait .......................................... 124
Tableau 118. Les forces de freinage de la charge AL selon le nombre de travée chargées ... 125
Tableau 119. Déplacement du 1ere partie ................................................................................ 126
Tableau 120. Déplacement du 2éme partie .............................................................................. 127
Tableau 121. Déplacement du 4éme partie ............................................................................ 128
Tableau 122. Résultat de la répartition des efforts horizontaux dus aux charges AL ............ 128
Tableau 123. Déplacement du 1ere partie ................................................................................ 128
Tableau 124. Déplacement du 2éme partie .............................................................................. 129
Tableau 125. Déplacement du 4éme partie .............................................................................. 129
Tableau 126. Répartition des efforts horizontaux dus aux charges BC .................................. 130
Tableau 127. Tableau récapitulatif des rotations dues à la charge BC ................................... 131
Tableau 128.Les valeurs des rotations des différentes charges appliquées ............................ 131
Tableau 129. Sollicitations de calcul de la dalle de transition ............................................... 134
Tableau 130. Détermination du moment de poussée selon h ................................................. 136
Tableau 131. Calcul des sollicitations dues aux charges réparties ......................................... 143
Tableau 132. Sollicitations du mur en retour ......................................................................... 143
Tableau 133. Sollicitations dues à l’action du tablier ............................................................ 144
Tableau 134. Sollicitations lors du vérinage .......................................................................... 145
Tableau 135. Tableau récapitulatif des sollicitations appliquées sur le chevêtre sur culée ... 146
Tableau 136. Tableau récapitulatif des sollicitations dû aux charges roulantes .................... 153
Tableau 137. Moment de torsion dus à la charge routière ..................................................... 153
Tableau 138. Tableau récapitulatif des sollicitations dues aux efforts horizontaux .............. 154
Tableau 139. Couple totale apliquée sur le chevetre .............................................................. 154
Tableau 140. Sollicitations de calcul en service pour une travée chargée ............................. 155
Tableau 141. Sollicitations de calcul en service pour deux travées chargées ........................ 155
Tableau 142. Réaction dus a la charge permanente ............................................................... 155
Tableau 143. Réaction dus à la charge de 0.25 AL (une travée vériné) ................................. 156
Tableau 144. Tableau récapitulatif des réactions dus à la charge AL (deux travées vérinées)
................................................................................................................................................ 156
Tableau 145. Tableau des sollicitations dus aux efforts horizontaux (freinage AL) .............. 156
Tableau 146 tableau de sollicitations lors du vérinage (1 travée chargée) ............................. 157
Tableau 147. Tableau récapitulatif des sollicitations de calcul du chevêtre sur pile ............. 157
Tableau 148:calcul du moment de flexion transversal ........................................................... 158
Tableau 149. Armatures longitudinales du chevêtre sur pile ................................................. 161
Tableau 150. les réactions verticale et horizontales des différente combinaisons à la tête de
colonne (une travées chargées)............................................................................................... 163
Tableau 151. les réactions verticale et horizontales des différente combinaisons à la tête de
colonne (deux travées chargées) ............................................................................................ 163
Tableau 152. Valeurs de sollicitations au pied de la colonne ................................................ 163
ANNEXE I. ETUDE HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE

1. Etude Hydrologique et hydraulique du bassin versant Mejessar :

1.1. Caractéristiques physiques et géométriques du bassin versant Mejessar:


Tableau 1. les caractéristiques géométriques planes du bassin versant
Paramètres Notation Unité Valeur
Superficie du B.V A Km2 300
Périmètre du B.V P Km 157

Indice de compacité c  - 2.56


2 
c *    1,128  
2

Longueur Léq  * 1 1   Km 74.6


1,128   c  
Rectangle  
c *    1,128  
équivalent 2

Largeur léq  * 1 1   Km 4.02


1,128   c  
 

Tableau 2. Les caractéristiques géométriques d'altitude du bassin versant


Paramètres Notation Unité Valeur
Altitude maximale Hmax m 689
Altitude minimale Hmin m 63
Dénivelée D m 626
D
Indice de pente globale Ig  m/km 8.4
Leq
Coefficient de dénivelée spécifique Ds  Ig * A m 145.5

Figure 1. Elévation du bassin versant Mejessar


Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 11
1.2. Estimation des débits de crues de l’oued :
1.2.1. Estimation du débit par des méthodes empiriques :
 Méthode de Kallel(>100km²)
Pour la région du Sud, le débit de crues donné par la formule de Kallel est :
QT = q r × √S × T 0.41
Cette formule n’est valable que pour des bassins versants de superficie supérieure à 100km2.
Q100 = 12.35 × √300 × 1000.41
Avec :
S : superficie du bassin versant en km²
T : la période de retours égale à 100 ans
Le tableau suivant donne la valeur de qr : qr =12.35 (Sud Est et Ouest de la Tunisie)

Tableau 3. Valeurs de qr
Région qr Domaine de validité
Tunisie du Nord et cap bon 5.5 S > 50km²
Noyau dorsal 2.6 S0.31 S > 200km²
14.3 T=10 ou 20 ans
Tunisie centrale et sahel
24.7 T=50 ou 100 ans
Sud Est et Ouest 12.35 S >200km²
Donc Q100 = 1413.3 m3 /s
 Méthode de Frankou-Roudier:
C’est un moyen assez commode pour l’évaluation des crues exceptionnelles pour les grands
bassins versants S > 200 km², Frankou et Roudier ont étudié les crues exceptionnelles dans le
monde et se sont aperçus que pour une même région (caractérisée par un coefficient K).Les
points représentants le débit Q en fonction de la surface d’un bassin versant S sur un
graphique bi-logarithmique s’alignent et les différentes droites convergent vers le point (S0,
Q0) où
Q S K
= ( )1−10
Q0 S0
8 2 6 3
Avec : S0 = 10 km ; Q0 = 10 m /s
Cette méthode a été extrapolée pour le calcul des crues de différentes périodes de retour, en
donnant une signification fréquentielle au coefficient K qui est déterminé à partir des résultats
des observations hydrométriques.
Pour le centre et le Sud Tunisien on a adopté un coefficient K = 5.
300 5
Q100 = 106 . ( 8 )1−10
10
Donc Q100 = 1732.1 m3 /s
 Méthode de Sogreah(4>Km²) :
Le débit de crue QT correspond à la période de retour T, est donnée par la formule suivante :
PT − P0
QT = S 0.75 ×
12
Avec :
PT : pluie journalière de période de retour T
P0 : seuil de ruissellement

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 12


La détermination du débit de pointe passe donc par la détermination de la pluie centennale
P100 et le seuil de ruissellement P0. Deux cartes régionales ont été établies à cet effet.

Figure 3. Carte des valeurs de la pluie seuil P0 Figure 2. Carte des pluies journalières
centennales P100
D'après ces cartes pluviométriques, on a P0 = 40 mm et P100 = 150 mm.
150 − 40
QT = 3000.75 ×
12
Donc Q100 = 660.77m3 /s

1.2.2. Estimation du débit à l’aide du logiciel SWMM5 :


Le logiciel SWMM (Strom water Management Model) est le logiciel le plus utilisé
en Amérique du nord pour l’analyse des réseaux d’égouts. Il peut être utilisé pour simuler,
pour un seul événement ou en continu, le comportement hydrologique et hydraulique de
réseaux simples ou très complexes

- Lors de l’insertion d’une image sur SWMM, on dessine les contours des sous bassins
versant et on définit leur caractéristiques réels (surface, pourcentage de surface
imperméable, pente…hyhyy

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 13


Figure 4. Sous bassins versant d’oued Mejessar
- On définit ensuite les stations de mesure de précipitations disponibles dans la zone
étudié ; la valeur de la pluie centennale dans la région de notre projet est 150 mm et dure
20 min (d’après les courbe IDF).

Figure 5. les courbe IDF de Médenine


- Ensuite, on introduit les nœuds de jonction avec leurs caractéristiques ainsi
que les conduites entre les sous- bassins avec leur caractéristiques (rugosité,
forme, longueur, côte,…)

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 14


Figure 6. Les cours d'eau du bassin versant

- On introduit les paramètres d’infiltration selon la théorie choisie :

C'est un modèle empirique qui exprime la décroissance exponentielle, au cours d'une


averse, de la capacité d'infiltration du sol i(t) depuis une valeur initiale imax jusqu'à une
valeur limite imin qui exprime le potentiel d'infiltration à saturation.

Concernons les paramètres de la théorie de Horton :

 Imax : capacité d’infiltration maximale du sol (Max.Infi.Rate), dépend de la


nature du sol.

 Imin : capacité d’infiltration minimale du sol (Min.Infi.Rate), dépend de la


conductivité hydraulique à saturation (Ks) du sol

Pour oued Mejessar on à entamer une capacité d’infiltration maximale égale à 80


mm/h et 9 mm/h pour la valeur de Ks

 Constante de temps (Decay.const)

 Durée d'assèchement du sol (Drying Time) : Durée (en jours) pour passer d'un
sol saturé à un sol complètement sec. Usuellement entre 2 et 14 jours

 Volume maximum infiltrable (Max. Infil. Volume) en mm (0 si non applicable)

Tableau 4. Les valeurs d'infiltration en fonction de la nature du sol


Type de sol imax: (Max. Infil. Rate)
A) Sol SEC avec peu ou pas de végétation
Sableux 125 mm/h
Limoneux 75 mm/h
Argileux 25 mm/h
B) Sol SEC avec végétation dense Multiplier par 2 les valeurs de A)

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 15


C) Sol HUMIDE

Drainé (A la capacité au champ) Diviser par 3 les valeurs de A) ou B)

Proche de la saturation Choisir une valeur proche de imin

Partiellement drainé Diviser par 3 les valeurs de A) ou B)

Tableau 5:Les valeurs de la conductivité hydraulique


Conductivité
Groupe
Description hydraulique
de sol
Ks en (mm/hr)
Potentiel de ruissellement faible. Sols à forts taux d'infiltration. Sols profonds sableux
A 11
ou graveleux, très bien drainés.
Sols à taux d'infiltration modérés. Sols moyennement profonds à profonds, bien à très
B 8à4
bien drainés, à texture assez grossière (limon sableux ou loess)
Sols à faibles taux d'infiltration. Sols comportant un horizon faisant obstacle au
C mouvement vertical de l'eau ou sols à textures moyennement fines à fines. (limons 4à1
argileux)
Potentiel de ruissellement élevé. Sols à très faibles taux d'infiltration. Sols argileux à
fort potentiel de gonflement, sols en présence d'une nappe permanente à faible
D 1à0
profondeur, sols comportant un horizon argileux proche de la surface et sols
superficiels sur matériau imperméable.

- Pour modéliser le bassin versant, on attribue à chaque conduite une section plus proche
de l’état naturel déterminée par le logiciel Global Mapper et civil 3D.

Figure 7: profil en travers du lit d'oued sous l'ouvrage


- Pour atteindre un résultat plus proche du réel, on introduit un profil du lit de l’oued en
amont et en aval de l’ouvrage.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 16


1.3. Calcul du remous :
Lorsque l’ouvrage proposé réduit la section naturelle de l’écoulement, on observe un
exhaussement de la ligne d’eau h en amont de l’ouvrage qui est fonction du coefficient de
contraction M.
La méthode la plus facilement utilisable est celle du bureau of public ROADS des USA
élaborés à partir d’essai sur modèle et dont la validité a été suffisamment vérifiée pour qu’il
soit possible de lui accorder plein confidence.
Le remous h* peut s’exprimer par :

Va 2
h K .
* *

2g

 g est l’accélération de la pesanteur égale 9.81 m²/s
 Va= la vitesse moyenne dans la section rétrécie sous un tirant d’eau égal à celui
de l’écoulement non perturbé :
Qmax 850
Va    2.434m / s
S 349.2
 K* il est donné dans les figures 1 et 2 en fonction du coefficient d’obstruction M
pour les divers types de culées représentés en vue de dessus.
K*  K b  K p

 Kb : coefficient de base, terme principale de calcul :


 On a M = b/B = 0.724
 b : largeur entre culé=167.6m
 B : la largeur de la cour d’eau B=231.51m

En utilisant l’abaque pour culée de type 4 : pour M= 0.724, Kb=0.4

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 17


 Kp : terme correcteur rendant compte de l’effet d’obstruction des piles :
K p  K0 .

 Coefficient d’obstruction : J =n.E/b =0.042


 n : nombre des piles : 7
 E : épaisseur des piles : 1.0
A partir de l’abaque (figure suivante) nous trouvons K0=0.07

σ est déterminée à partir de l’abaque suivant : pour M= 0.724 ; σ=0.91

Figure 8. Abaque de calcul remous (SCET Tunisie)


Kp=0.07*0.91=0.064
K*  K b  K p  K*  0.4  0.064  0.464

Finalement la valeur de remous :

Va 2 2.4342
h K .
* *
 0.464.  0.14m
2g 2 * 9.81
Signalons enfin que le remous n’est sensible que lorsque l’obstruction est de plus de 10%
de la section de la section offerte à l’écoulement

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 18


2. Etude hydrologique et hydraulique des autre ouvrages :

2.1. Estimation des débits des ouvrage hydraulique:Méthode rationnelle(S<4km².):


La formule permet de déterminer le débit maximum à partir de l’intensité de pluie
calculée sur le temps de concentration du bassin versant. Cette méthode est utilisé
généralement pour les bassins versant de superficie S<4km².

C. A.i.Ka 3
Q (m /s)
3.6
Avec :
 Q : débit de pointe (m3/s)
 C: Coefficient de ruissellement
 Ka: Coefficient d’abattement (Ka=1pour S<25km²)
 A: superficie du bassin versant (km2)
 i: intensité de pluie (mm/h)

i  a  tc b
 tc : temps de concentrations déterminé par la formule de VENTURE suivante :

7.6 A
tc 
I
 I : pente de talweg principale en m/m.
Les paramètres d’ajustement a et b sont calculés à partir de la courbe IDF de la
région considérée.

Tableau 6. Coefficient de ruissellement C


Période de retour
Indice de pente
végétation 10à 20 50 à 100
Ip%
ans ans
Type I 0.3 0.4
<15 Type II 0.4 0.5
Type III 0.5 0.6
Type I 0.4 0.5
>15 Type II 0.5 0.6
Type III 0.5 0.7
Avec :
 Type I : Plus de 50% de surface de bassin recouverte de végétation
 Type II : De 30à 50% de surface de bassin recouverte de végétation
 Type III : Moins de 30%de surface de bassin recouverte de végétation

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 19


Tableau 7. Tableau récapitulatif des intensités de pluie en fonction des périodes en retour
T (an) a(T) b(T) Equation
2 598.35 0.86 I = 598.35× t −0.86
5 806.17 0.86 I = 806.17× t −0.86
10 980.37 0.86 I = 980.37× t −0.86
20 1201.39 0.87 I = 1201.39× t −0.87
50 1551.62 0.88 I = 1551.62× t −0.88
100 2172.2 0.88 I = 2172.2× t −0.88

Tableau 8. Estimation de débit par la méthode rationnelle


pente Pente lit
Superficie Périmètre
moyenne d’oued tc i50 i100 Q50(m3/s) Q100(m3/s)
(km²) (km)
(%) (%)
BV1 0.193 2.603 1.14 1.02 33.06 71.42 99.98 2.297 3.22
BV2 2.473 9.63 1.43 1 119.52 23.05 32.27 9.5 13.3
BV3 :
300 157 7.55 0.6 * * * * *
Mejessar
BV4 0.365 3.51 1.67 0.61 59.28 42.72 58.8 2.6 3.6
BV5 0.29 2.93 1.61 1.09 39.2 61.47 86.06 2.97 4.16
BV6 :
18.03 32.57 2.72 1.06 * * * * *
Hachenna
BV7 0.41 3.37 2.15 0.49 69.52 37.13 52 2.37 3.55
BV8 0.69 4.805 1.78 0.3 115.26 23.8 33.31 2.74 3.83
BV9 0.48 3.68 1.87 1.6 41.63 58.31 81.62 4.66 6.5
BV10 1.53 7.92 1.8 1.45 78.07 33.53 46.94 8.55 12
(*) Les surface des bassins versant >4Km²
2.2. Dimensionnements hydraulique des ouvrages :
Les ouvrages hydrauliques sont calculés par un fichier Excel traité.
Tableau 9. Dimensionnements des OH
Q B hmax hmin hchoisi Ouvrage PHE Revanche Vitesse
Bassin versant DébitMAX(m3/s)
(m3/s) (m) (m) (m) (m) hydraulique (m) (m) (m/s)

OH10 BV1 3,22 3,00 0,96 0,64 1,5 Dalot (3*1.5) 0,77 0,99 2,10 11,59

OH9 BV2 13,30 8,00 1,28 0,86 2 Dalot 2*(4*2) 1,03 1,32 2,43 47,59

OH 7 BV4 3,60 4,00 0,85 0,57 1 Dalot 2*(2*1) 0,68 0,55 1,98 8,41

OH6 BV5 4,16 4,00 0,94 0,63 1 Dalot 2*(2*1) 0,75 0,50 2,08 8,41
BV6 :
OH5 Hachenna (*)
95,00 16 Dalot 4*(4*3) 1.4 0.74 3.6 115.2

OH4 BV7 3,55 3,00 1,02 0,68 1,5 Dalot (3*1.5) 0,82 0,95 2,17 11,59
Dalot
OH3 BV8 3,83 6,00 0,68 0,45 1,5
2*(3*1.5)
0,54 1,14 1,77 23,18

OH2 BV9 6,50 3,00 1,53 1,02 1,5 Dalot (3*1.5) 1,22 0,68 2,66 11,59
Dalot
OH1 BV10 12,00 9,00 1,11 0,74 1,5
3*(3*1.5)
0,89 0,91 2,26 34,78

(*) : Ces ouvrages hydrauliques sont calculés par la méthode de Maning Strickler

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 20


2.3. Exemple de calcul :
2.3.1. OH 1(BV10): méthode déversoir :
 Dimensionnement hydraulique :
Q  1,6.L.H 3/2
2/3
 Q 
H  
 2.1* L 

On a : 0.8 hmax<H<1.2 hmin

 Si H=0.8h

Q  1,6  L   0.8hmax 
3/2

Q  1.145  L   hmax 
3/2

2/3 2/3
 Q   12 
hmax    
 1.145  L   1.145* 9 
hmax  1.11m

 Si H=1.2 h

Q  1,6  L  1.2hmin 
3/2

Q  2.1  L   hmin 
3/2

2/3 2/3
 Q   12 
hmin    
 2.1  L   2.1* 9 
hmin  0.74m

On choisit h=1.5mOH1 Sera un dalot de 3 alvéoles (3*1.5)

 Hauteur d’eau amont :


2/3
 12 
Q  1,6.L.H 3/2
H    0.89
 1.6* 9 

 Revanche r :
2 2
r  h  H  r  1,5  * 0,89
3 3
 r = 0,91
 Vitesse de l’eau :
V  2,4x H  V=2.4x 0.89
 2,26m/s <4m/s

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 21


 Débit maxi :
Qmax  1,6  L  1, 2 * hchoisi   Qmax  1,6  9  1, 2  1,5
3/2 3/2

 Qmax  34,78m3 / s

2.3.2. Example OH 4 d’oued Hachenna :méthode MANNING-STRICKLER:

 PHE :
Ce calcul est valable dans le cas où l’ouvrage cadre parfaitement un lit bien marqué et
pouvant faire transiter sons débordements la crue de projet .on admet alors que le régime est
uniforme dans l’ouvrage et on utilise la formule de MANNING-STRICKLER.
Où :

Q  K.Sm .R 2/3
H I (m3/s)

 k : Coefficient de rugosité de STICKLER.


 Rh : rayon hydraulique= Sm/Pm
 Sm : section mouillée
 Pm : périmètre mouillé
 I : est la pente du lit de l’écoulement

On a utilisé un fichier Excel pour déterminer le PHE.


Sm =26.37m²
Pm =35.93m
PHE = 1.4m

Figure 9: section d’oued Hachenna

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 22


Figure 10: plus haute eau sur oued Hachenna
 Calcul remous :
Va 2
h K .
* *

2g

 g est l’accélération de la pesanteur égale 9.81 m²/s
 Va= la vitesse moyenne dans la section rétrécie sous un tirant d’eau égal à celui
de l’écoulement non perturbé :
Qmax 95
Va    3.6m / s
S 26.37
 K* il est donné dans les figures 1 et 2 en fonction du coefficient d’obstruction M
pour les divers types de culées représentés en vue de dessus.
K*  K b  K p

 Kb : coefficient de base, terme principale de calcul :


 On a M=b/B=0.44
 b : largeur de l’ouverture =16m
 B : la largeur de la cour d’eau B=36m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 23


En utilisant l’abaque pour culée de type 2 : pour M= 0.44, Kb=1.2
 Kp : terme correcteur rendant compte de l’effet d’obstruction des piles :
K p  K0 .

 Coefficient d’obstruction : J =n.E/b =0.056


 n : nombre des voil : 3
 E : épaisseur des piles : 0.3
A partir de l’abaque nous trouvons K0=0.17

σ est déterminée à partir de l’abaque pour M= 0.44 ;σ = 0.6

Kp=0.17*0.6=0.102
K*  K b  K p  K*  1.2  0.102  1.302

Finalement la valeur de remous :

Va 2 3.62
h*  K * .  1.302.  0,86m
2g 2 * 9.81

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 24


ANNEXE II. ETUDE ET CONCEPTION AUTOROUTIERES :

1. Choix de la route :
Tableau 10. Les principales caractéristiques des différents types de route
TYPES R (routes multifonctionnelles) T (transit) L (liaison)
de Artères Routes express
Routes Autoroutes
ROUTES interurbaines (à une chaussée)
Nombre de
1 chaussée 2 chaussées 1 chaussée 2 chaussées
chaussées
plans ordinaires, giratoires, ou plans
Carrefours ou sans traversée du dénivelés dénivelés
giratoires TP.C
selon les cas, sans
si accès, pas de sans accès sans accès
Accès accès, ou accès
traversée du T.P.C riverains riverains.
possibles.
Limitation de
vitesse 110 km/h 130 km/h
90 km/h 90 ou 110km/h
hors ou 90 km/h ou 110 km/h
agglomération
Traversée
oui, éventuellement non non
d'agglomérations
Catégories R 60 (6) L 100 ou L 120
T80 ou T 100
possibles ou R80 (L80)
fonction de liaison fonction de liaison
fonction de liaison à courte ou moyenne à à
Domaine d'emploi distance, moyenne ou moyenne ou
(àtitreindicatif) et prise en compte des usages liés grande grande
à l'environnement. distance distance
privilégiée. privilégiée
Trafic à terme trafic moyen fort trafic trafic moyen fort trafic

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 25


2. Exemple de calcul de profil en long :

2.1. Cas d’un Raccordement convexe’C2’ :

Figure 11. Géométrie du raccordement verticale C2

Tableau 11. Cordonné des droites du raccordement c2


Abscisse cote Rayon
P1 411.7 71.468
P2 1160.559 77.47 20000
P3 1579 74.112

 Calcul des pentes :


z P 2  z P1 77.47  71.468
i1    0.008  0.8%
xP 2  xP1 1160.559  411.7
zP 3  zP 2 74.112  77.47
i2    0.008  0.8%
xP 3  xP 2 1579  1160.559
 Calcul des tangentes :
  i1  i1  
R 20000
T   0.008  0.008   160m
2 2
 Calcul des flèches :
T2 1602
H   0.64
2 * R 2 * 20000
 Calcul de la longueur de raccordement :
L  2* T  2*160  320m
 Calcul des coordonnées des points de tangentes :
XA=XP2-T=1160.559-160=1000.6

ZA=ZP2-T×|i1|=77.47 -160×0.008=76.19

XB=XP2+T=1160.559 +160 =1320.559

ZB=ZP2-T×|i2|=77.47 -160 ×0.008=76.19

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 26


 Calcul des coordonnées du sommet de la courbe :
Xs/p1=R*i1=20000*0.008=160

Z s/p1=Xs/P1*i1- Xs/P1/2R=160*0.008–(160²)/2*20000=0.64

Xs= XA+Xs/p1 =1000.6+160=1160.6

Z s=ZA+ Z s/p1=76.19+0.64 =76.83

2.2. Cas d’un Raccordementconcave’C9’ :

Figure 12. Géométrie du raccordement verticale C9

Tableau 12. cordonné des droites du raccordement C9


Abscisse cote Rayon
P1 3263.571 81.129
P2 3853.143 69.333 12000
P3 6321.00 75.503

 Calcul des pentes :


z P 2  z P1 69.333  72.033
i1    0.02  2%
xP 2  xP1 383.143  3718.33
zP 3  zP 2 69.671  69.333
i2    0.0025  0.25%
xP 3  xP 2 3988.333  3853.143
 Calcul des tangentes :
  i1  i1  
R 12000
T   0.02  0.0025  135m
2 2
 Calcul des flèches :
T2 1342
H   0.7594
2 * R 2 *12000
 Calcul de la longueur de raccordement :
L  2* T  2*135  270m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 27


 Calcul des coordonnées des points de tangentes :
XA=XP2-T=3853.143-135=3718.143

ZA=ZP2+T×|i1|=69.33 -135×0.02=72.033

XB=SP2+T=3853.143+135 =3988.143

ZB=ZP2-T×|i2|=69.333-135×0.02=69.671

 Calcul des coordonnées du sommet de la courbe :


Xs/p1=R*i1=12000*0.02=240

Z s/p1=Xs/P1*i1- (Xs/P1)²/2R=240*0.02–(240²)/2*12000=2.4

Xs= XA+Xs/p1 =3718.143+240=3958.143

Z s=ZA+ Z s/p1=72.033+2.4 =69.633

On remarque bien que le calcul et le même que le calcul automatique (donné par
PISTE 5.05).

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 28


3. Profil en travers :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 29


4. Dimensionnement corps de chaussées :

4.1. Classement routier des sols en Tunisie :


A défaut d’information relative au CBR du sol en place, on peut moyennant la
connaissance de la nature du sol et sa classification géotechnique pour déterminer sa
classe.

Notons que cette classification tient également en compte des régions climatique.

Tableau 13. Classement routier des sols en Tunisie

4.2. Classification à partir du CBR :


Pour déterminer le CBR caractéristique d’un sol, il faudrait faire des mesures
mensuelles et ensuite déduire la moyenne annuelle. Ceci est fait dans le but de prendre en
compte les CBR des mois secs et des mois humides. Or il se trouve que cette procédure est
difficile à être réaliser dans le sens où il est difficile d’atteindre une année entière pour
pouvoir déterminer la classe du sol.

La méthode utilisée consiste à déterminer le CBR au laboratoire sur éprouvette


compactée à la teneur en eau de l’optimum Proctor modifié et à 95% de la densité sèche
maximale correspondante.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 30


La valeur de la portance CBR est déterminée en fonction des indices portants
pondérés à l’aide de la formule suivante:

𝑪𝑩𝑹 = 𝑪𝑩𝑹𝒊 𝜶 × 𝑪𝑩𝑹𝒔 𝜷

Avec :
- CBRi : indice CBR immédiat avant imbibition
- CBRs : indice CBR après 4 jours de saturation
- α : coefficient de pondération traduisant le rapport de nombre des mois sec
(pour la région sud ; α=2/12)
- β : coefficient de pondération traduisant le rapport de nombre des mois humide
(pour la région sud ; β=10/12)
- Le territoire de la Tunisie est subdivisé en trois régions climatiques (À, B, C).

Figure 13. Régions climatiques et géotechniques de la Tunisie

Tableau 14. Coefficient de pondération en fonction de la région climatique

coefficient de pondération coefficient de pondération


zone
pluviométrique
Secs Humides α β

A 6 6 0.5 0.5

B 8 4 0.67 0.33

C 10 2 0.83 0.17

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 31


Tableau 15. Classe du sol en fonction de la valeur de CBR
Classe de sol CBR (%)
S1 5-8
S2 8-12
S3 12-20
S4 >20

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 32


4.3. Calcul du trafic :
Tableau 16. Projection des trafics pour la période 2017-2022
Année 2017 2022

cumul
Trafic Trafic croissance croissance CUMUL
Section VL PL %PL VL PL %PL essieu 13t
Total Total trafic total PL 2023/2027
(10^6)

Gabès centre - Gabès sud 9 016 1 045 10 061 10,4 12 259 1 342 13 601 9,9 6,22 5,13 2 221 505 1,555

Gabès sud - Echangeur Jerba 12 491 1 495 13 986 10,7 17 330 1 887 19 217 9,8 6,56 4,77 3 144 300 2,201
Echangeur Jerba - Echangeur
10 241 1 175 11 416 10,3 13 954 1 460 15 414 9,5 6,19 4,44 2 447 421 1,713
Médenine

Tableau 17. Projection des trafics pour la période 2022-2027


Année 2022 2027
cumul
croissance croissance CUMUL
Section VL PL Trafic Total %PL VL PL Trafic Total %PL essieu 13t
trafic total PL 2023/2027
(10^6)
Gabès centre - Gabès sud 12 259 1 342 13 601 9,9 15 571 1 642 17 213 9,5 4,82 4,12 2 768 819 1,938

Gabès sud - Echangeur Jerba 17 330 1 887 19 217 9,8 22 522 2 278 24 800 9,2 5,23 3,84 3 861 177 2,703
Echangeur Jerba - Echangeur
13 954 1 460 15 414 9,5 17 768 1 746 19 514 8,9 4,83 3,64 2 970 204 2,079
Médenine

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 33


Tableau 18. Projection des trafics pour la période 2027-2032
Année 2027 2032

croissance trafic croissance CUMUL cumul essieu


Section VL PL Trafic Total %PL VL PL Trafic Total %PL
total PL 2023/2027 13t (10^6)

Gabès centre - Gabès sud 15 571 1 642 17 213 9,5 20 150 2 069 22 219 9,3 5,24 4,73 3 449 818 2,415
Gabès sud - Echangeur
22 522 2 278 24 800 9,2 30 081 2 801 32 882 8,5 5,80 4,22 4 714 265 3,300
Jerba
Echangeur Jerba -
17 768 1 746 19 514 8,9 23 049 2 128 25 177 8,5 5,23 4,04 3 593 713 2,516
Echangeur Médenine

Tableau 19. Projection des trafics pour la période 2032-2037


Année 2032 2037

croissance trafic croissance CUMUL cumul essieu


Section VL PL Trafic Total %PL VL PL Trafic Total %PL
total PL 2023/2027 13t (10^6)

Gabès centre - Gabès sud 20 150 2 069 22 219 9,3 26 182 2 593 28 775 9,0 5,31 4,62 4 332 449 3,033
Gabès sud - Echangeur
30 081 2 801 32 882 8,5 40 131 3 457 43 588 7,9 5,80 4,30 5 810 007 4,067
Jerba
Echangeur Jerba -
23 049 2 128 25 177 8,5 30 038 2 596 32 634 8,0 5,33 4,06 4 382 486 3,068
Echangeur Médenine

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 34


5. Calcul des déformations admissible dans la structure de chaussée :

5.1. Déformation verticale admissible du Sol support :


Ԑz adm = A NE −0,222
Avec :
A : coefficient attaché à la déformation du au trafic
Tableau 20. Valeur de A
Trafic A
Ti≥T3 12000
Ti<T3 16000

 z adm  12000 (5.52*106 )0,222  382déf


5.2. Déformation transversale admissible du grave bitume :

ε t adm  ε  NE,θéq ,f  * K C * K r * K s

Avec :

 ε  NE,θéq ,f  =ε6 10 °C,25Hz  . E 10 °C  /E  θéq   NE/10 


0.5 b
6

 ε  NE,θéq ,f  =K1+K2+K3
 K1=ε6 10 °C,25Hz  : Déformation admissible en fatigue à 106 cycles à 10°C et 25Hz.

ε6=90.10-6 pour une grave bitume normale etε6=100.10-6enrichie en fatigue dosée à


4.5% en bitume.

K 2   E 10 °C  /E  θéq  
0.5

 : coefficient lié à la température de dimensionnement


E (10°C) : Module de Young du GB à 10°C : E (10°C) =12300°C
E (θéq) : Module de Young du GB à θéq =23°C : E (23°C) =5220°C

 E 10 °C  /E  θéq   12300 / 5220   1.535


0.5 0.5
 

K3   NE/106  : est lié au risque supporté par la chaussé.


b


NE : est le nombre cumulé d’essieux de 13t supportés par la chaussée, NE=5.52*106
b : pente de la courbe de fatigue du matériaux (b=1/5 pour la grave bitume enrichie).

K3   NE/106    5.522 
b -0.2

 0.71

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 35


ε  NE,θéq ,f  =K1*K2*K3=100*10-6 *1.535*0.711=109.14*106

 Kr est lié au risque supporté par la chaussée


K r  10 u.b.
u : est la fractile de la loi normale correspondant au risque choisi: pour un risque 5% u=1.645

Figure 14. Loi normale de l'essai de fatigue ‘SETRA’

b : pente de la courbe de fatigue du matériaux


δ : l’ecartype sur la durée de service compte tenue de la dispersion du comportement en


fatigue et de la dispersion.   S N2  Sh2 C 2 / b2 
Sh : l’épaisseur de la couche de base h=0.1m donc Sh=0.025m
c: coefficient reliant la variation de déformation à la variation aléatoire d'épaisseur de la
chaussée, Δh, (logε= logε - cΔh). Pour les structures courantes, c’est de l'ordre de 0,02 cm-1.

  S N2  Sh2 C 2 / b2   (0.3)2  2.52 0.022 / 0.22  =0.391


1,645*0,2*0.931
D’où : K r  10  0.744
Tableau 21. Valeur indicatives pour les calculs ’SETRA’
Matériaux
bitumineux ε6 (10°C, 25Hz).(10-6) 1/b SN Sh Kc

BBSG 100 5 0.25 (*) 1.1

GB 1 70 5 0.4 (*) 1.3


GB 2 80 5 0.3 (*) 1.3
GB 3 90 5 0.3 (*) 1.3
EME 1 : BB 100 5 0.3 (*) 1.0
EME 2 : BB 130 5 0.25 (*) 1.0

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 36


(*).Sh dépend de l’épaisseur mise en œuvre : Sh=0.01m si h≤0.10m Sh=0.025m si h≥0.15 ;
Sh=0.01+0.3*(h-0.10) si 0.10≤h≤0.15
 Kc : coefficient de calage attaché au matériau d’après le tableau de des valeurs
indicatives Kc=1.3
 𝐾𝑠:Coefficient tenant compte des hétérogénéités de portance du support
La plateforme est de classe PF3 donc d’après le tableau si de sous Ks=1

Tableau 22. Coefficient de défaut de portance KS


PF1 1
PF2 1/1.1
PF3 1/1.2

ε t adm  ε  NE,θéq ,f  * KC * K r * K s  109.14*106 *1.3*0.744*1


ε t adm  105.56*106 déf  105.56 déf

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 37


ANNEXE III. CHOIX DE LA VARIANTE OBTENUE

1. Manipulation de la méthode AHP :


Pour faire le choix entre les variantes adoptées on suit les étapes suivantes :

- D’abord, on définit une arborescence hiérarchique des critères et des sous critères. Elle
comporte 3 niveaux comme la montre la figure ci-dessous :

Niveau 0 Choix de l'ouvrage

Niveau 1 Impact sur


fonctionnement Coût Esthétique
environnemnt

Niveau 2
Pont mixte Pont mixte Pont mixte Pont mixte

VIPP VIPP VIPP VIPP

TIBA TIBA TIBA TIBA

 Niveau 0 : on définit l’objectif cible.


 Niveau 1 : on définit les critères de décision ou d’analyse.
 Niveau 2 : on détermine les différentes solutions (variantes) choisies préalablement.
-L’étape d’après permet de Comparer l’importance relative de tous les éléments appartenant à
un même niveau de la hiérarchie pris deux par deux, par rapport à l’élément du
niveauimmédiatement supérieur, en configurant une matrice carrée réciproque formée par les
évaluations des rapports des poids (K x K), K étant le nombre d’éléments comparés. On
obtient de cette façon : a = aij avec ajj = 1 et aji = 1/aij (valeur réciproque).Les valeurs aij sont
déterminées à l'aide de l'échelle suivante :
Tableau 23. Echelle de comparaison des critères de l'analyse multicritère
Echelle numérique Echelle verbale
1 Importance égale des deux éléments
3 L’élément est un peu plus important que l’autre
5 L’élément est plus important que l’autre
7 L’élément est beaucoup plus important que l’autre
9 L’élément est absolument plus important que l’autre
Valeurs intermédiaires entre deux jugements, utilisés pour
2, 4, 6,8
affiner le jugement

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 38


-L’étape suivante consiste à calculer la priorité de chaque critère en relation avec sa
contribution vers l'atteinte de l'objectif. La procédure mathématique est assez complexe et se
résume en trois étapes :
 On fait la somme des valeurs de chaque colonne.
 On divise chaque élément de la matrice par le total de sa colonne (normalisation).
 On calcule la moyenne des éléments de chaque rangée de la matrice. Ces moyennes
donnent un estimé des priorités du critère (vecteur propre).
-Finalement, La méthode AHP nécessite que les préférences soient exprimées avec cohérence.
Pour vérifier le degré de cohérence, un ratio RC est calculé. La méthode est telle qu'un ratio
plus grand que 0.1 indique un niveau trop élevée d'incohérence.
IC
RC =IA

Avec :
RC : Le ratio de cohérence
IA : Un indice aléatoire
λmax −K
IC : L'indice de cohérence IC = K−1

Tel que :
K : nombre d'éléments comparés.
λmax: la valeur propre maximale de la matrice à l'étude
IA est déterminée à partir du tableau ci-dessous. Dans notre cas, N=5 donc IA = 1.12 .
Tableau 24. Valeurs de l’indice aléatoire IA
N=nombre de
2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
critères
IA 0 0.58 0.9 1.12 1.24 1.32 1.41 1.45 1.49 1.51

2. Résultats de la méthode :

2.1. Poids des critères :


D’abord, en raison de l’importance de la durée d’exécution et de sécurité, nous
avons jugé que le critère de fonctionnement est défini comme le critère le plus important
dans cette étude.

Ensuite, vient le critère économique car, il ne serait jamais logique de réaliser un


ouvrage peut coûteux s’il n’assure pas la sécurité au conducteurs.

Le critère qui occupe la troisième place est l’expérience et la facilité d’exécution qui
ne doit pas recalé des deux derniers critères .Puis vient le critère environnemental étant

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 39


donné que le projet franchit un obstacle naturel et pour la continuité de la route nous
sommes obligés d’avoir cet ouvrage.

Le dernier critère est l’esthétique .Le projet étant situé dans une zone rurale, on ne
lui donne pas beaucoup d’importance.

Tableau 25. Matrice des poids des critères


fonctionnement coût impact esthétique
fonctionnement 1 3 6 9
coût 0,33 1 5 8
impact 0,17 0,2 1 2
esthétique 0,11 0,125 0,5 1
somme 1,61 4,325 12,5 20

Après avoir calculé la totale des colonnes, on divise chaque valeur par la totale de sa
colonne afin de normaliser la matrice. On obtient alors le tableau suivant :

Tableau 26. Matrice normalisée des poids des critères


fonctionnement coût impact esthétique
fonctionnement 0,62 0,69 0,48 0,45
coût 0,21 0,23 0,40 0,40
impact 0,10 0,05 0,08 0,10
esthétique 0,07 0,03 0,04 0,05

En calculant la moyenne arithmétique des valeurs de chaque ligne, on obtient le


vecteur propre de la matrice, qui est le vecteur relatif aux poids des critères. La somme de
ces valeurs doit être égale à 1.

Tableau 27. Vecteur propre poids des critères


Critères Vecteur propre
fonctionnement 0,561
coût 0,310
impact 0,082
esthétique 0,047
On vérifie maintenant la cohérence des comparaisons. En multipliant chaque ligne
de la matrice binaire non-normalisée par le vecteur propre, on obtient le vecteur somme
pondérée. Ensuite, on divise les valeurs de ce vecteur par les valeurs du vecteur propre,
une par une, on obtient le vecteur de cohérence. La moyenne des valeurs de ce dernier
vecteur est la valeur λmax .

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 40


Tableau 28. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance des critères
Vecteur somme Vecteur
Critères
pondéré consistance
fonctionnement 2,407 4,290
coût 1,284 4,150
impact 0,332 4,025
esthétique 0,189 4,029
On obtient λmax = 4,123
On calcule ensuite l’indice de cohérence par la formule :
λmax −K 4.123−4
IC = = =0.041
K−1 4−1

Enfin, on obtient le ratio de cohérence en divisant l’indice de cohérence par un l’indice


aléatoire correspondant à la valeur 4 :
IC 0.041
RC =IA = = 0.046≤ 0.10 OK
0.9

Le ratio de cohérence est inférieur à 0.1, donc on estime que nos jugements sont bien
cohérents entre eux.

2.2. Comparaison des variantes


2.2.1. Comparaison selon l’esthétique
Vu la minceur des profilés métalliques, on estime que la variante pont mixte
bipoutre est plus esthétique que la variante VI-PP même si tous les deux se caractérisent
parun nombre réduit de poutres. Ces dernières sont par contre beaucoup plus esthétiques
que lavariante TI-BA.

Tableau 29. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon l’esthétique


PONT PONT
Esthétique VIPP TIBA Esthétique VIPP TIBA
MIXTE MIXTE
PONT PONT
1 6 8 0,77 0,80 0,73
MIXTE MIXTE
VIPP 0,167 1 2 VIPP 0,13 0,13 0,18
TIBA 0,125 0,5 1 TIBA 0,10 0,07 0,09
somme 1,292 7,5 11
Ainsi le vecteur propre des poids des variantes est obtenu en calculant la moyenne
arithmétique des valeurs de chaque ligne.
Tableau 30. Vecteur priorité des variantes selon l’esthétique
Esthétique Vecteur propre
PONT MIXTE 0,767
VIPP 0,148
TIBA 0,085

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 41


Tableau 31. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon l’esthétique
Vecteur somme Vecteur
Esthétique
pondéré consistance
PONT MIXTE 2,334 3,042
VIPP 0,445 3,009
TIBA 0,255 3,004

On obtient λmax= 3,018


λmax −K 3.018−3
IC = = = 0.0092
K−1 3−1

IC 0.0092
RC = IA = = 0.0159≤ 0.10 OK
0.58

2.2.2. Comparaison selon le coût.


On estime que la variante TIBA est plus économique que la variante VIPP. Par
contre, la variante pont mixte est plus coûteuse vue les matériaux de constructions utilisés.

Tableau 32. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon le cout


PONT
Coût VIPP TIBA PONT
MIXTE Coût VIPP TIBA
PONT MIXTE
1 0,167 0,125 PONT
MIXTE 0,077 0,027 0,094
MIXTE
VIPP 5 1 0,2
VIPP 0,385 0,162 0,151
TIBA 7 5 1
TIBA 0,538 0,811 0,755
somme 13 6,167 1,325
Ainsi le vecteur propre des poids des variantes est obtenu en calculant la moyenne
arithmétique des valeurs de chaque ligne.

Tableau 33. Vecteur priorité des variantes selon le cout


Coût Vecteur propre
PONT MIXTE 0,066
VIPP 0,233
TIBA 0,701

Tableau 34. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon le cout


Coût Vecteur somme Vecteur
pondéré consistance
PONT MIXTE 0,193 2,913
VIPP 0,703 3,024
TIBA 2,327 3,318

λmax= 3.085
λmax −K 3.085−3
IC = = = 0.0042
K−1 3−1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 42


IC 0.102
RC = IA = = 0.073 ≤ 0.10 OK
0.58

2.2.3. Comparaison selon l’impact sur l’environnement


On juge les variantes selon ce critère par la quantité de béton utilisé pour la
construction de l’ouvrage puisque la production du béton influe négativement sur
l’environnement, ainsi que par l’ampleur de l’espace du sol occupé par la préfabrication
des éléments de l’ouvrage.

On estime que le pont mixte consomme moins de béton que le TI-BA et le VI-PP à
cause des différences notables entre nombre de travées et nombre de poutres entre les 3
variantes. Le pont mixte occupe presque le même espace que le VI-PP et TI-BA, mais
avec une bonne intégrité avec l’

Tableau 35. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon l’Impact sur l’environnement
Impact sur Pont
VIPP TIBA Impact sur Pont
l’environnement mixte VIPP TIBA
l’environnement mixte
Pont mixte 1 6 4
Pont mixte 0,706 0,667 0,727
VIPP 0,167 1 0,5
VIPP 0,118 0,111 0,091
TIBA 0,25 2 1
TIBA 0,176 0,222 0,182
somme 1,417 9 5,5

Ainsi le vecteur propre des poids des variantes est obtenu en calculant la moyenne
arithmétique des valeurs de chaque ligne.

Tableau 36. Vecteur priorité des variantes selon l’impact sur l’environnement
Impact sur
Vecteur propre
l’environnement
Pont mixte 0,700
VIPP 0,107
TIBA 0,194

Tableau 37. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon l’impact environnemental
Impact sur Vecteur somme Vecteur
l’environnement pondéré consistance
Pont mixte 2,113 2,113
VIPP 0,320 0,320
TIBA 0,582 0,582

λmax= 3.009
λmax −K 3.009−3
IC = = = 0.045
K−1 3−1

IC 0.0046
RC = IA = = 0.0079 ≤ 0.10 OK
0.58

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 43


2.2.4. Comparaison selon le fonctionnement :
On juge que la variante TIBA est meilleure que la variante pont mixte et VIPP vu
que l’entrepreneur a une grande expérience dans l ‘exécution des TIBA et ce dernier a un
meilleur temps d’exécution.

Tableau 38. Matrice de comparaison et matrice normalisée selon la stabilité et la durabilité


Pont
Fonctionnement VIPP TIBA Pont
mixte Fonctionnement VIPP TIBA
mixte
Pont mixte 1 0,5 0,167
Pont mixte 0,125 0,111 0,1
VIPP 2 1 0,5
VIPP 0,250 0,222 0,3
TIBA 5 3 1
TIBA 0,625 0,667 0,6
Somme 8 4,5 1,67

Ainsi le vecteur propre des poids des variantes est obtenu en calculant la moyenne
arithmétique des valeurs de chaque ligne.

Tableau 39. Vecteur priorité des variantes selon la durabilité et la stabilité


Fonctionnement Vecteur propre
Pont mixte 0,112
VIPP 0,257
TIBA 0,6306

Tableau 40. Vecteur somme pondéré et vecteur consistance selon la durabilité et la stabilité
Vecteur somme Vecteur
Fonctionnement
pondéré consistance
Pont mixte 0,346 3,087
VIPP 0,797 3,095

TIBA 1,963 3,113

λmax= 3.098
λmax −K 3.384−3
IC = = = 0.049
K−1 3−1

IC 0.049
RC = IA = = 0.085 ≤ 0.10 Ok
0.58

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 44


2.3. Résultats :
Nous récapitulons tous les vecteurs propres dans une même matrice puis on
multiplie cette dernière par le vecteur propre des critères afin d’obtenir au final le vecteur
priorité selon lequel nous allons choisir la variante optimale :

Tableau 41. Matrice récapitulative des vecteur priorités de choix de la variante optimale
Vecteur
Variante Fonctionnalité Coût Impact Esthétique propriété
Pont
0,063 0,020 0,058 0,036 0,177
mixte
VIPP 0,144 0,072 0,009 0,007 0,23

TIBA 0,354 0,217 0,016 0,004 0,591

Le vecteur priorité a comme valeur maximale 0.591 qui correspond à la variante


pont à poutres en béton Armée TIBA.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 45


ANNEXE IV. ETUDE DES POUTRES PRINCIPALES :

1. Etude des caractéristiques géométriques de la poutre principale :

1.1. Inertie de flexion :

Figure 15. Division de la section de la poutre

Afin de calculer le moment d’inertie, on utilise le théorème de Huygens:


I ∆ = I∆G + Bi × d²
Où : d est la distance entre l’axe passant par le centre de gravité de la poutre et l’axe passant
par le centre de gravité de la section i.
L’équation des inerties partielles des différentes sections :
Ii = IGi+ Bi × d²
bi ×hi 3
Avec : IGi= pour une section rectangulaire
12

bi ×hi 3
IGi= pour une section triangulaire
36
∑ Bi ×yi
v= ∑ Bi
; v’ = hp - v

Le rendement de la section est obtenu par la formule suivante :


I
ρ = B×v×|v′|

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 46


Tableau 42. Section centrale sans hourdis
Section Bi Yi Bi.Yi IGi di I

1 0,100 0,10 0,0100 0,0003 0,44 0,0193

2 0,010 0,23 0,0023 V = 0,535 m 0,00001 0,30 0,0009

3 0,201 0,54 0,1075 0,0075 0,00 0,0075 ρ = 0 ,4

4 0,010 0,84 0,0084 V’ =- 0,535 m 0,00001 0,30 0,0009

5 0,100 0,97 0,0970 0,0003 0,44 0,0193

Somme 0,421 0,2252 0,0479

Tableau 43. Section centrale avec hourdis


Bi Yi Bi.Yi IGi di I
0 0,252 0,09 0,0227 0,0007 0,39 0,0392
1 0,100 0,28 0,0280 0,0003 0,20 0,0044
V = 0,48 m
2 0,010 0,4133 0,0041 0,00001 0,07 0,0001
3 0,201 0,715 0,1437 0,0075 0,23 0,0185 ρ = 0 ,44
4 0,010 1,017 0,0102 V’ =- 0,77 m 0,0000 0,54 0,0029
5 0,100 1,15 0,1150 0,0003 0,67 0,0451

Somme 0,673 0,3237 0,1101

Tableau 44. Section sur appuis sans hourdis

Bi Yi Bi.Yi V = 0,535 m IGi di I


Section ρ = 0 ,33
0,535 0,535 0,2862 V’ =- 0,535 m 0,05104 0,00 0,0510

Tableau 45. Section sur appuis avec hourdis


Section Bi Yi Bi.Yi IGi di I
V = 0,51 m
0 0,252 0,09 0,0227 0,0007 0,42 0,0462
ρ = 0 ,4
1 0,535 0,72 0,3825 0,0510 0,20 0,0725
V’ =- 0,74m
Somme 0,787 0,405 0,1186

1.2. Inertie de torsion :


La détermination des moments d’inertie de torsion fait appel à l’application de la
théorie de l’analogie de la membrane, tel que l’inertie de torsion d’un rectangle de
longueur b et de largeur a (b supérieur à a) est donnée par :

Γ = k (b /a) × b × a3

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 47


Tableau 46. Inertie de torsion sur section centrale et sur appuis

Section centrale Section sur appuis

b (m) a (m) K (b/a) Gi b a K (b/a) Gi

1 1,40 0,18 0,0014 1,40 0,18 0,0014

2 0,25 0,20 0,171 0,0003 2,14 0,50 0,284 0,0380

3 2 ,14 0,30 0,301 0,0087

4 0,25 0,20 0,171 0,0003

Somme 0,0107 0,0394

1.3. Valeurs moyennes :


Comme la section de l’âme n’est pas la même tout au long de la poutre, il est
judicieux de chercher la section moyenne à partir de laquelle on détermine l’inertie
moyenne de la poutre.

Bmoy = K. Ba + M. Bc
Imoy = K. Ia + M. Ic
Γmoy = K. Γa + M. Γc

 8 d 1   8  0,35 1 
Avec: K      0,38
 3 Lp 3   3  21,2 3 
 2 8d   2 8  0,35 
M      0,62
 3 3Lp   3 3  21, 2 
Tableau 47. Valeurs de la section moyenne
Section avec hourdis Section sans hourdis
B moy (m²) 0,716 0,464
I moy (m4) 0,1133 0,0491
Γmoy( m4) 0.0215 0.0202

1.4. Paramètres fondamentaux :


Suite à la détermination des inerties de flexion et de rigidité moyennes de la poutre,
on calcule :
3
Kp ×E 11000 × √30×0,0215
La rigidité de torsion de poutre : γp = = = 262,825
2×b0 2×1,4
3
E × Ip 11000 × √30×0,1133
La rigidité de flexion de poutre :ρp = = =2766.981
b0 1,4

Ainsi, en appliquant la méthode de Guyon-Massonnet à un tablier de pont à poutres sans


entretoises intermédiaires, c’est l’hourdis qui joue le rôle des entretoises, et par suite on a :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 48


3
E×hd 3 11000 × √30×0,183
Les rigidités de l'entretoise :ρE = γE = = =16,611
12 12

Le comportement du pont est complètement défini par ces deux paramètres


principaux:
γp +γE 262,825+16,611
 Paramètre de torsion :α = 2× = 2× = 0,65
√ρp ×ρE √2766.981×16,611

b 4 ρp 7,25 4 2766.981
 Paramètre d'entretoisement :θ = L × √ρ = 20,5 × √ = 1,27
E 16,611

2. Coefficients de Répartition Transversale (CRT)

2.1. Lignes d’influence :


La détermination des différentes lignes d’influence fait appel à utiliser la méthode de
Guyon-Massonnet.

On va procéder par Excel afin d’obtenir la courbe K = K(e) en se basant sur les tables de
Guyon Massonnet pour le calcul du CRT.
On a déjà : α = 0.65 ; θ = 1,27
LTab=2b=14.5m alors b=7.25m

Tableau 48. Abscisses des poutres


poutre poutre
position de la poutre poutre centrale poutre de rive
intermédiaire 1 intermédiaire 2
Y (m) 0 2,8 4,2 7
y/b 0 0,39 0,58 0.97

 L’interpolation suivant:

Kα  K0  (K1  K0). α
Kα  K0  (K1  K0). 0.65
Kα  0.19 K0  0.81 K1
 L’interpolation suivant θ :

θ = 1,27 alors, Interpolation entre θ1 = 1,2 et θ2 = 1,3

L’interpolation suivant y :

On effectue des interpolations suivant la position de la poutre afin d’obtenir les


lignes d’influences correspondantes à chaque poutres.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 49


Tableau 49. Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre centrale
e (-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m) -7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
K centrale 0,116 0,385 0,851 1,599 2,185 1,599 0,851 0,385 0,116

2,500
K(e)

2,000

1,500

1,000

0,500

e (m)
0,000
-8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8
Figure 16. Ligne d'influence poutre centrale

Tableau 50:Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre intermédiaire 1


e (-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m) -7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
K int 1 0,036 0,098 0,243 0,630 1,211 1,914 2,035 1,455 0,864

2,500
K(e)

2,000

1,500

1,000

0,500

e (m)
0,000
-8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8
Figure 17. Ligne d'influence poutre intermédiaire 1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 50


Tableau 51:Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre intermédiaire 2
e (-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m) -7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
K int 2 0,030 0,049 0,114 0,362 0,736 1,428 2,201 2,236 1,866

2,500
K(e)

2,000

1,500

1,000

0,500

e (m)
0,000
-8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8
Figure 18. Ligne d'influence poutre intermédiaire 2

Tableau 52:Les coordonnées de ligne d’influence de la poutre de rive


e (-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
y(m) -7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
K rive 0,032 0,029 0,034 0,057 0,167 0,475 1,338 3,159 6,019

7,000
K(e)
6,000

5,000

4,000

3,000

2,000

1,000

e (m)
0,000
-8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8
Figure 19. Ligne d'influence poutre de rive

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 51


2.2. Détermination des coefficients de répartition transversale CRT :
On prévoit l’installation d’une barrière de type BN4 à gauche et d’une glissière de
sécurité à droite fixées sur deux longrines de largeur 0,66m et 0,38m successivement
donc on a :

 Largeur roulable ’Lr’ ; c’est la largeur du tablier comprise entre dispositifs de retenue,
s’il y en a, ou bordures, elle comprend donc la chaussée proprement dite et les sur
largeurs éventuelles telles que les bandes d’arrêt d’urgence (BAU) , bande dérasées
gauches ( BDG)
Lr=14,5 – (0,76+0,5)= 13,24 m

 Largeur chargeable : c’est la largeur entre dispositifs de retenue avec diminution de


50 cm de chaque coté.
Lch = 13,5 – 2 ×0.5 = 12,5 m
Lch 12,5
 Nv = E ( 3 ) = E ( 3
) = 4 voies
12,5
 V= 4
=3,125 m

 Lr ≥ 7 m donc il s’agit d’un pont de 1ère classe

2.2.1. Charge AL :

On varie la position de la charge AL selon les règles de chargement de manière à


aboutir le cas le plus défavorable. Pour cela et à cause de la variation de « a1 » et de la
largeur de chargement LAL, on essaye les différents cas (1 voie chargée, 2 voies chargées,
3voies chargées et 4 voies chargées).

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 52


 Poutre Centrale :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 voix AL

3 voix AL

2 voix AL

1 voix AL
5

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 20. Disposition de la charge AL sur la poutre centrale

 Poutre intermédiaire 1 :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 voix AL

3 voix AL

2 voix AL

1 voix AL

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 21. Disposition de la charge AL sur la poutre intermédiaire 1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 53


 Poutre intermédiaire 2 :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 voix AL

3 voix AL

2 voix AL

1 voix AL
5

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 22. Disposition de la charge AL sur la poutre intermédiaire 2

 Poutre de rive :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 voix AL

3 voix AL

2 voix AL

1 voix AL
5

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 23. Disposition de la charge AL sur la poutre de rive

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 54


Soit : LAL: largeur de chargement
WAL : l’aire de la largeur correspondant à la charge,
KAL = WAL/ LAL
ηAL = KAL/n avec n : nombre de poutres, n = 11 poutres
C = a1.ηAL.LAL
Les résultats de CRT de la charge AL sur la ligne d’influence de la poutre centrale
sont illustrés dans le tableau suivant :

Tableau 53. Calcul des CRT de la charge AL


NP 1V 2V 3V 4V
CHARGE
LaL= LaL= LaL= LaL=
AL 11 a1 =1 a1 =1 a1 =0,9 a1 =0,75
3,125 6,250 9,375 12,5
W AL 6,2951 10,5531 12,9584 14,1605
PC K AL 2,014 0,572 1,688 0,959 1,382 1,060 1,133 0,965
 0,183 0,153 0,126 0,103
W AL 6,2008 10,8537 13,1025 13,5891
PI1 K AL 1,984 0,564 1,737 0,987 1,398 1,072 1,087 0,927
 0,180 0,158 0,127 0,099
W Alɳ 6,9313 11,1527 12,4593 12,6922
PI2 K AL 2,218 0,630 1,784 1,014 1,329 1,019 1,015 0,865
 0,202 0,162 0,121 0,092
W Alɳ 7,5240 8,9934 9,2368 9,3342
PR K AL 2,408 0,684 1,439 0,818 0,985 0,756 0,747 0,636
 0,219 0,131 0,090 0,068

 Pour la charge AL, le cas de 3 voies chargées de la poutre intermédiaire 1 est le plus
défavorable et on retient :
 AL =0.127 avec LAL=9.375 m

2.2.2. Charges BC :
Les règles d`application de la charge BC considèrent que dans le sens transversal du
pont le nombre de files de camions Nf ne doit pas dépasser le nombre des voies Nv .

A cause de la variation de bc , on essaye 4 cas différents ( 1 file, 2 files, 3 files, 4


files de BC ).

On place les différentes files de roues sur la largeur chargeable de la manière la plus
défavorable.

On place les convois de BC décalées à droite en prenant soin de laisser 0.25 m entre
le bord de la largeur chargeable et la première file de roues.

n
1
K
K Bc
ηBc  ; K Bc  i ;C = bc.η.Bc
n 2 i 1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 55


 Poutre Centrale :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 cv Bc pos asym

4 cv Bc pos sym

3 cv Bc pos asym

3 cv Bc pos sym

2 cv Bc pos asym

2 cv Bc pos sym
5
1 cv Bc pos asym
4

1 cv Bc pos sym
3

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 24. Disposition de la charge BC sur la poutre centrale

 Poutre intermédiaire 1 :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 cv Bc

3 cv Bc

2 cv Bc pos asym

2 cv Bc pos sym

1 cv Bc pos asym

1 cv Bc pos sym 5

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 25. Disposition de la charge BC sur la poutre de intermédiaire 1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 56


 Poutre intermédiaire 2 :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 cv Bc

3 cv Bc

2 cv Bc

1 cv Bc pos asym

1 cv Bc pos sym
5

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 26. Disposition de la charge BC sur la poutre de intermédiaire 2

 Poutre de rive :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

4 cv Bc

3 cv Bc

2 cv Bc

1 cv Bc
5

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 27. Disposition de la charge BC sur la poutre de rive

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 57


Tableau 54. Calcul des CRT de la charge BC
CHARGE NP 1 file de camion 2 files de camion
BC 11 bc =1,2 bc =1,1
DIS1 1,9656 1,9656 1,9656 1,3982 2,1716 2,1716 1,3982 3,5698
DIS2 2,1540 1,5123 1,8332 1,5123 2,1880 2,1257 1,2877 3,5569
PC
KBC 1,9656 3,5698
0,214 0,357
 0,179 0,325
DIS1 1,9612 1,9605 1,9609 1,5239 2,0735 2,0768 1,5279 3,6011
DIS2 1,6285 2,0826 1,8556 1,4167 2,0499 2,0826 1,6242 3,5867
PI1
KBC 1,9609 3,6011
0,214 0,360
 0,178 0,327

DIS1 2,1679 2,2300 2,1990


1,2825 2,1710 2,2697 2,1453 3,9343
PI2 DIS2 2,2697 2,1453 2,2075

KBC 2,2075 3,9343


0,241 0,393
 0,200 0,358

DIS 1,6222 3,9559 2,7891 0,3916 1,2517 1,6222 3,9559 3,6107


PR
KBC 2,7891 3,6107
0,304 0,361
 0,254 0,328

NP 3 files de camion
CHARGE BC
11 bc = 0,95
DIS1 0,8938 1,7475 1,9656 1,9656 1,7475 0,8938 4,6069
DIS2 1,2877 2,1257 2,1880 1,5123 1,2877 0,5923 4,4969
PC
KBC 4,6069
C= 0,398
 0,419
DIS1
0,8614 1,6305 1,8191 2,0544 1,9592 1,2563 4,7905
DIS2
PI1
KBC 4,7905
C= 0,414
 0,435

DIS1 0,5066
1,0718 1,2825 2,1710 2,2697 2,1453 4,7235
4,7235
PI2 DIS2
KBC 0,429
C= 0,408
 0,092

DIS 0,2918 0,3916 1,2517 1,6222 3,9559 3,8028


3,8028
PR
KBC 0,346
C= 0,328
 4,607

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 58


CHARGE NP 4 files de camion
BC 11 bc = 0,8
DIS1 0,5304 1,1814 1,3982 2,1716 2,1716 1,3982 1,1814 0,5304 5,2816

PC DIS2 0,5923 1,2877 1,5123 2,1880 2,1257 1,2877 1,0801 0,4732 5,2735
KBC 5,2816
C= 0,384
 0,480

DIS 0,2690 0,7151 0,8614 1,6305 1,8191 2,0544 1,9592 1,2563 5,2783
PI1 KBC 5,2783
C= 0,384
 0,480

DIS 0,1253 0,4160 0,5066 1,0718 1,2825 2,1710 2,2697 2,1453 4,9941
PI2
KBC 4,9941
C= 0,363
 0,454

DIS 0,0345 0,0681 0,0923 0,2918 0,3916 1,2517 1,6222 3,9559 3,8541

PR
KBC 3,8541
C= 0,280
 0,350

 Le cas de 3 files de camion disposition unique pour la poutre intermédiaire 1 est le


plus défavorable et on retient pour la charge BC :
 Bc = 0.435 avec bc = 0.95

2.2.3. Charges MC120 :


Dans le sens transversal, un seul convoi est supposé circuler quelle que soit la
largeur de la chaussée. Les chenilles peuvent être disposées sur toute la largeur
chargeable, de manière à obtenir le cas le plus défavorable, c.à.d. un char (2 chenilles)
avec LMc= 2 m.

Soit KMc = (1/2) ×∑ WMC120

Mc  K Mc / n

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 59


 Poutre centrale :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

1 ch Mc120 pos asym2

1 ch Mc120 pos asym1

1 ch Mc120 pos sym

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 28. Disposition de la charge MC120 sur la poutre centrale

 Poutre intermédiaire 1 :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

1 ch Mc120 pos asym

1 ch Mc120 pos sym

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 29. Disposition de la charge MC120 sur la poutre de intermédiaire 1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 60


 Poutre intermédiaire 2:

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

1 ch Mc120

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 30. Disposition de la charge MC120 sur la poutre de intermédiaire 2

 Poutre de rive :

Lt = 14.5 m
0,76 Lr = 13.24 m 0,5
0,5 Lch = 12.5 m 0,5

1 ch Mc120

-6 -4 -2 0 2 4 6

Figure 31. . Disposition de la charge M C120 sur la poutre de rive

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 61


Tableau 55:Calcul des CRT de la charge BC

CHARGE Mc120 NP =11 MC


W MC120 (1) 1,6760
disposition 1 W MC120 (2) 1,6760 0,152
K MC120 1,6760
W MC120 (1) 2,1094
PC disposition 2 W MC120 (2) 1,1640 0,149
K MC120 1,6367
W MC120 (1) 2,1667
disposition 3 W MC120 (2) 0,9694 0,143
K MC120 1,5681
W MC120 (1) 1,7580
disposition 1 W MC120 (2) 1,7515 0,160
K MC120 1,7548
PI1
W MC120 (1) 2,0349
disposition 2 W MC120 (2) 1,3447 0,154
K MC120 1,6898
W MC120 (1) 1,7419
PI2 W MC120 (2) 2,1858 0,179
K MC120 1,9639
W MC120 (1) 0,7037
PR W MC120 (2) 3,6030 0,196
K MC120 2,1534

 Pour la charge Mc120,on retient :


 Mc120 =0.196 avecLMc= 2 m

2.3. Résumé des CRT :


Au final, en comparant les CRT de différentes poutres étudiées, nous adoptons les
valeurs les plus défavorables pour calculer une seule poutre (poutre modèle).

Le tableau suivant présente les CRT à retenir des différentes surcharges de la poutre
modèle :

Tableau 56. Tableau récapitulatif des CRT de la poutre modèle


Charge CRT Caractéristiques Cas le plus défavorable
AL 0,127 a1= 0,9 et LAL= 9,375m Trois voies chargées
Bc 0,435 bc= 0,95 trois files de Bc
MC120 0,196 LMc = 2m Un char de Mc120

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 62


3. Calcul des sollicitations :

3.1. Sollicitations dus à la charge permanente :


La valeur de la charge permanente gper est évaluée comme la somme des poids des éléments
suivants :
g per = g pp + g pré + g h + g st

 Poids propre de la poutre : g pp = Smoy × γBA = 0,464 × 2.5 = 1,16 t/m


 Poids de la prédalle : g pré = d × c × γBA = 0.05 × 0.9 × 2.5 = 0.113 t/m
 Poids propre de l’hourdis : g h = hd × b0 × γBA = 0.18 × 1.4 × 2.5 = 0.63 t/m
 Poids de la superstructure : g st = g et + g roul + g gliss + g BN4 + g long + g cor + g caill
 Couche d’étanchéité d’épaisseur 3 cm ; γet = 2.2 t/m3
g et = 1.2 × e × b0 × γet = 1.2 × 0.03 × 1.4 × 2.2 = 0.111 t/m
 Couche de roulement d’épaisseur 6 cm ; γBB = 2.4 t/m3
Lcr 13.38
g roul = 1.4 × e × b0 × × γBB = 1.4 × 0.06 × 1.4 × × 2.4
Lt 14.5
= 0.26 t/m
 1 Glissière de sécurité : pgli= 0.015 t/ml
1.05 × b0 × pgliss 1.05 × 1.4 × 0.015
g gliss = = = 0.002 t/m
Lt 14.5
 1 Barrière BN4 : pBN4 = 0.065 t/ml

1.05 × b0 × pBN4 1.05 × 1.4 × 0.065


g BN4 = = = 0.007 t/m
Lt 14.5
 2 Longrines supportant les dispositifs de retenue :γlong = 2.5 t/m3

S = 0.2 × 0.38 + 0.66 × 0.25 = 0.241 t/m


1.05 × S × b0 × γlong 1.05 × 0.241 × 1.4 × 2.5
g long = = = 0.061 t/m
Lt 14.5
 1 Corniche : pcor = 0.30 t/ml
1.05 × b0 × pcor 1.05 × 1.4 × 0.3
g cor = = = 0.030 t/m
Lt 14.5
 Caillebotis : pcaill = 0.015 t/ml
1.05 × b0 × pcail 1.05 × 1.4 × 0.015
g caill = = = 0.002 t/m
Lt 14.5
 On aura finalement : gper= 2.375 t/m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 63


 Moment fléchissant :
La charge permanente est une charge uniformément répartie sur toute la poutre. Afin
de déterminer les sollicitations dues à cette charge, il suffit de déterminer les sollicitations
de la charge permanente uniformément répartie sur une poutre simplement appuyée.
Le calcul est exécuté selon la formule suivante :

per x(Lc  x)
M x  γG  g per 
2
Avec : Lc = 20.5 m
Les coefficients de pondération γG à l’ELS et à l’ELU sont respectivement 1 et 1.35.

Figure 32. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet de la charge permanente

 Efforts tranchants :
De même pour les efforts tranchants, on utilise le diagramme des efforts tranchants d’une
charge répartie sur une poutre simple.

Figure 33. Diagramme des efforts tranchants sous l’effet de la charge permanente

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 64


L’effort tranchant a l’expression suivante :

per L
Tx  γG  g per  ( c  x) pour x ≠ 0
2
per L
Tx  γG  g per  c  γG  Ge pour x = 0
2
Tableau 57. Les sollisitations dus à la charge permanente
0 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Section X=
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25
ELS 0,00 54,58 69,31 93,57 124,76
MXPer
ELU 0,00 73,69 93,57 126,32 168,43
ELS 24,93 18,26 16,23 12,17 0,00
TXPer
ELU 33,66 24,65 21,91 16,43 0,00
3.2. Sollicitations dues à la charge AL :
D’après le règlement du système de chargement AL, on a :
36
AL = 0.23 + =1.338 t / m²
(Lc +12)

Afin de tenir compte des efforts dynamiques, cette surcharge est pondérée par deux
coefficients a1 et a2 :

q AL = a1 × a2 × AL × LAL × η
Le cas le plus défavorable de la poutre modèle correspond à 3 voies chargées, par
suite :

a1 =0.9
V0 3.5
a2 = = 3.125 =1.12 (pont 1ère classe)
V

LAL = 9.375 m
η = 0.127
D’où la charge par mètre linéaire est : q AL = 1.606 t/ml

 Moments fléchissant :
Le moment fléchissant sous l’effet des charges AL a pour expression :
x  Lc  x 
M xAL   Q1  A L  q AL 
2
Avec :
Q1= 1.2 à l’ELS
Q1= 1.6 à l’ELU

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 65


Figure 34. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet de la charge A L

 Efforts tranchants :
Les efforts tranchants sont calculés à partir de leurs lignes d’influence comme le montre la
figure suivante :

Figure 35. Diagramme des efforts tranchants dans la section x sous l'effet de la charge AL

L’effort tranchant dans une section sous l’effet de la charge AL est :

TxAL  γ Q1  ηAl  q xAL  w'AL


Avec :
36
q xAL  a1  a 2  (0.23  )  L AL
(L c  x)  12

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 66


(L c  x)²
w'AL 
2  Lc

Tableau 58. valeur de la charge qAL selon la section de la poutre


0,00 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Section X
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25

qxAL 12,64 13,54 13,87 14,60 17,46

wALX 10,25 7,85 7,12 5,77 2,56

Les moments fléchissant et Les efforts tranchants des différentes sections de calcul
sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 59. Détermination des sollicitations dus à la charge AL


0,00 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Section X
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25
ELS 0,00 44,30 56,25 75,93 101,25
MXAL
ELU 0,00 59,06 75,00 101,25 134,99
wALX 10,25 7,85 7,12 5,77 2,56
TXAL ELS 19,76 16,20 15,05 12,84 6,82
ELU 26,34 21,60 20,07 17,11 9,10

3.3. Sollicitations dues à la charge BC:


Longitudinalement, on dispose une longueur de travée suffisante pour placer deux
files de camions. Le schéma de calcul de la charge BC dans le sens longitudinal est le
suivant :

Figure 36. Schéma de calcul de la charge BC dans le sens longitudinal

 Coefficient de majoration dynamique B :


Les surcharges du système BC sont multipliées par un coefficient de majoration dynamiqueδB .
0.4 0.6
δB = 1 + + G
1 + 0.2 L 1+4×S

Avec :
L : longueur de la travée ; L = Lc = 20.5 m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 67


S : poids total le plus élevé du système B placé sur la travée (en tenant compte du Br et Bt )
S = sup ( SBc ; SBt ; SBr ) = SBC
G : poids total de la travée qui comprend :
 Gpoutre = n × (Smoy × BA × Lc ) = 261.59 t

 Gprédalle = d × c × BA × Lc = 23.06 t

 Ghourdis = hd × BA × Lt × Lc = 133.76 t

 Gétanchéité = eet × et × LT × Lc = 19.62t

 Groulement = er × bb × Lcr × Lc = 39.50 t

 Gglissiére = 0.015 × Lc = 0.31 t

 GBN4 = 0.065 × Lc =1.33 t


 Gcorniche = 0,3 × Lc =6.15 t
 Gcaillebotis = 0.015 × Lc = 0.31 t
 Glongrines = 0.3 × long × Lc =12.35 t

D’où G = 497.981 t
D’après l’étude du CRT, le cas le plus défavorable pour le système de chargement Bc
correspond à 3 files de camions (bc = 0.95), donc :
SBC = 0.95 × 3 × 60 = 171 t
Par suite𝛅𝐁 = 1.126

 Moments fléchissant :
Ces moments sont calculés à l’aide de la ligne d’influence (Li) dans la section considérée en
plaçant la charge Bc dans le sens longitudinal de manière la plus défavorable.
 Pour x =Lc / 2 :
Le théorème de Barré nous donne directement l'expression du Moment maximal en
fonction de Lc .
14.878
On a Lc> 18.38 𝑚 donc Mmax = 12 × (1.25 Lc + − 13.125) = 158.709 t.m
Lc

D’où
Bc
MLc/2 = γQ .× ηBc × δB × bc × Mmax

 Pour x ≠Lc / 2 :
Deux dispositions sont possibles : soit le dernier essieu sur l’ordonnée maximale soit l’avant
dernier essieu .L’expression du moment fléchissant est déterminée par la formule suivante :
MxBc = γQ × ηBc × δB × bc × ∑pi . yi

Où ∑ Pi × yi = Sup [(∑ Pi × yi ) 1ère disposition ; (∑ Pi × yi ) 2ème disposition]

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 68


Avec :
ηBc =0.436 ;δB = 1.126 ; bc = 0.95
Q1= 1.2 à l’ELS ;Q1= 1.6 à l’ELU

Figure 37. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet de la charge BC

Tableau 60. Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge Bc


X = (Lc/8)= 2,56 Pos 1: xi Yi Pi Pi.Yi
Lc-X = 17,94 0,00 2,24 12,00 26,91
Y0 2,24 1,50 2,05 12,00 24,66
6,00 1,49 6,00 8,95
10,50 0,93 12,00 11,16
12,00 0,74 12,00 8,91

Sup ( Σ Pi Yi)= 80,58


16,50 0,18 6,00 1,08
Σ Pi Yi 80,58

Pos 2: xi Yi Pi Pi.Yi
-1,50 0,93 12,00 11,16
0,00 2,24 12,00 26,91
4,50 1,68 6,00 10,08
9,00 1,12 12,00 13,41
10,50 0,93 12,00 11,16
15,00 0,37 6,00 2,20
Σ Pi Yi 74,91

X = (Lc/6)= 3,42 Pos 1: xi Yi Pi Pi.Yi


Lc-X = 17,08 0,00 2,85 12,00 34,17
Y0 2,85 1,50 2,60 12,00 31,17
Sup ( Σ Pi Yi) = 101,17

6,00 1,85 6,00 11,08


10,50 1,10 12,00 13,17
12,00 0,85 12,00 10,17
16,50 0,10 6,00 0,58
Σ Pi Yi 100,33

Pos 2: xi Yi Pi Pi.Yi
-1,50 1,92 12,00 23,00
0,00 2,85 12,00 34,17

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 69


4,50 2,10 6,00 12,58
9,00 1,35 12,00 16,17
10,50 1,10 12,00 13,17
15,00 0,35 6,00 2,08
Σ Pi Yi 101,17

X = (Lc/4)= 5,13 Pos 1: xi Yi Pi Pi.Yi


Lc-X = 15,38 0,00 3,84 12,00 46,13
Y0 3,84 1,50 3,47 12,00 41,63
6,00 2,34 6,00 14,06
10,50 1,22 12,00 14,63

Sup ( Σ Pi Yi)= 128,81


12,00 0,84 12,00 10,13
16,50 0,00 6,00 0,00
Σ Pi Yi 126,56

Pos 2: xi Yi Pi Pi.Yi
-1,50 2,72 12,00 32,63
0,00 3,84 12,00 46,13
4,50 2,72 6,00 16,31
9,00 1,59 12,00 19,13
10,50 1,22 12,00 14,63
15,00 0,09 6,00 0,56
Σ Pi Yi 128,81

 Efforts tranchants :
Les efforts tranchants sont obtenus à partir de la ligne d’influence de l’effort
tranchant. La position la plus défavorable est tel que : 2 essieux arrière sur le maximum de
la ligne d’influence.

En faite, l’expression de l’effort tranchant dans une section d’abscisse x est :


TxBc = γQ × ηBc × δB × bc × ∑pi . yi

Figure 38. Diagramme des efforts tranchants sous l’effet de la charge BC

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 70


Tableau 61. Détermination des efforts tranchants sous l’effet de la charge Bc
X=0 0,00 Pos : xi Yi Pi Pi.Yi
Lc-X = 20,50 0,00 1,00 12,00 12,00
Y0 1,00 1,50 0,93 12,00 11,12
6,00 0,71 6,00 4,24
10,50 0,49 12,00 5,85
12,00 0,41 12,00 4,98
16,50 0,20 6,00 1,17
Σ P i Yi 38,20

X = (Lc/8)= 2,56 Pos : xi Yi Pi Pi.Yi


Lc-X = 17,94 0,00 0,88 12,00 10,50
Y0 0,88 1,50 0,80 12,00 9,62
6,00 0,58 6,00 3,49
10,50 0,36 12,00 4,35
12,00 0,29 12,00 3,48
16,50 0,07 6,00 0,42
Σ P i Yi 31,45

X = (Lc/6)= 3,42 Pos : xi Yi Pi Pi.Yi


Lc-X = 17,08 0,00 0,83 12,00 10,00
Y0 0,83 1,50 0,76 12,00 9,12
6,00 0,54 6,00 3,24
10,50 0,32 12,00 3,85
12,00 0,25 12,00 2,98
16,50 0,03 6,00 0,17
Σ Pi Yi 29,20

X = (Lc/4)= 5,13 Pos : xi Yi Pi Pi.Yi


Lc-X = 15,38 0,00 0,75 12,00 9,00
Y0 0,75 1,50 0,68 12,00 8,12
6,00 0,46 6,00 2,74
10,50 0,24 12,00 2,85
12,00 0,16 12,00 1,98
16,50 0,00 6,00 0,00
Σ Pi Yi 24,70

X = (Lc/2)= 10,25 Pos : xi Yi Pi Pi.Yi


Lc-X = 15,38 0,00 0,50 12,00 6,00
Y0 0,50 1,50 0,45 12,00 5,41
6,00 0,30 6,00 1,83
10,50 0,16 12,00 1,90
12,00 0,11 12,00 1,32
16,50 0,00 6,00 0,00
Σ Pi Yi 16,46

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 71


Les moments fléchissant et Les efforts tranchants des différentes sections de calcul
sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 62. Sollicitations dus à la charge Bc


0,00 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Section X=
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25
ELS 0,00 45,04 56,55 72,00 88,71
MXBC
ELU 0,00 60,05 75,40 96,00 118,28
ELS 21,35 17,58 16,32 13,80 9,20
TXBC
ELU 28,47 23,44 21,76 18,40 12,27

3.4. Sollicitations dues à la charge MC120 :


 Coefficient de majoration dynamique δMc :
Les charges militaires doivent être multipliées par un coefficient de majoration
dynamique donné par la même formule de celui du système Bc.

0.4 0.6
δMc = 1 + + G
1 + 0.2 L 1+4×S

L : longueur de la travée ; L = Lc

G : poids total de cette travée ; G = 497.981 t
S : poids total le plus élevé du système Mc120 ; S = 110 t

 𝛅𝐌𝐜 = 1.11

 Moments fléchissant :
En utilisant les lignes d’influences, le moment fléchissant de système de chargement Mc est
donné par :
MxMc = γQ1 × Mc × δMc × q × w

Avec :
 W = Aire de L correspondante à M C120
 i

 q = 18 t / m
η =0.196

 MC120
γQ1 = 1.00 à l’ELS ;γQ1 = 1.35 à l’ELU

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 72


Figure 39. Détermination des moments fléchissant sous l’effet de la charge M C120

 Efforts tranchants :
Pour la charge Mc120, l’effort tranchant est donné par la formule suivante :

TxMc = γQ1 × Mc × δMc × q × w′

Figure 40. Détermination des efforts tranchants sous l’effet de la charge MC120

Tableau 63. Détermination du W X correspond au charge MC120


0,00 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
X
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25
Y0(M) 0,00 2,24 2,85 3,84 5,13
t 0,00 1,80 2,40 3,60 7,20
y1 0,00 1,58 2,00 2,70 3,60
y2 0,00 1,58 2,00 2,70 3,60
wx(M) 0,00 11,64 14,78 19,96 26,61
Y0(T) 1,00 0,88 0,83 0,75 0,50
y1(T) 0,70 0,58 0,54 0,45 0,20
wx(T) 5,19 4,43 4,18 3,67 2,14

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 73


Les moments fléchissant et Les efforts tranchants des différentes sections de calcul
sont récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 64. Sollicitations dus à la charge M C120


0,00 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Section X=
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25
ELS 0,00 45,61 57,92 78,19 104,26
MXMc120
ELU 0,00 61,58 78,19 105,56 140,75
ELS 20,34 17,36 16,36 14,37 8,39
TXMc120
ELU 27,46 23,43 22,09 19,40 11,33
3.5. Combinaison d’action :
La combinaison des actions pour les moments fléchissant et les efforts tranchants est :

Mx = Mper +Sup (MAL ; MBC ; MMc)


Tx= Tper + Sup (TAL; TBC; TMc)
Tableau 65. Tableau récapitulatif des sollicitations de calcul
0,00 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Section X=
0,00 2,56 3,42 5,13 10,25
ELS 0,00 100,20 127,23 171,76 229,02
MX
ELU 0,00 135,26 171,76 231,88 309,18
ELS 46,28 35,83 32,59 26,54 9,20
TX
ELU 62,12 48,08 44,00 35,83 12,27
4. Calcul du ferraillage de la poutre :

4.1. Introduction :
Pour les ponts à poutres en béton armé, la section de la poutre en T avec 2 talons est
calculée à la flexion simple. Le calcul du Béton Armé se fait d’après le règlement BAEL
91. La condition de fissuration est très préjudiciable si l’ouvrage est sur site très agressif,
si non la fissuration est considérée comme préjudiciable.

Il est à noter qu’on laisse en attente les armatures de la face supérieure (cadres) pour
constituer un mariage avec l’hourdis. Les armatures longitudinales des poutres sont ainsi
introduites lors du ferraillage d’hourdis. On prend 5cm comme valeur d’enrobage, le
calcul se fait donc à l’ELS.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 74


Tableau 66. Rappel des caractéristiques géométriques de la poutre et les contraintes maximales des
matériaux
b0 hd hp bp d Fc28 Ft28 Fe

1,4 0,18 1,25 0,5 1,125 30 2,4 500

LC I(m4)

20.5 0.1101

4.2. Calcul des armatures longitudinales :


 Calcul à ELS de la section médiane :

On a la fissuration est préjudiciable d’où :

 Contrainte dans le béton :


Compression : ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 = 0.6× fc28=0.6×30=18 MPa

Traction : ft28=2,4MPa

 Contrainte de l’acier :
FeE  500MPa
2

 F .P  min   f e ; 110  .f tj 
3 
 avec:   1.6 :HA

 F .P  min 333.33 ; 215.56 

 F .P  215.56 MPa

9 f c 28 9  30
1    0.556
 st  9 f c 28 215.56  9  30
h0
 avec d  0.9hp  0.9 1.25  1.125m
d
0.18
  0.16
1.125

Position de l’axe neutre avec b0 = 0.5 m:

b0 2  h2 
y1   (b b0 )h0  15 Asc  15 Ast  y1  (b b0 ) 0  15 Ast  d  15 Asc  d '  0
2  2 
0.25 y12  0.32 y1  0.192  0

y1  0, 445; y1   1.725
or 0  y1  1.25 donc y1  0.445m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 75


 La position de l’axe neutre est au-dessous du talon supérieur (y1 > 0,38 m)
Alors on refait le calcul avec b0 = 0,3 m

Alors :

y1  0, 459; y1   2.819
Nouveau position de l’axe neutre:
or 0  y1  1.25 donc y1  0.459m

Le moment résistant de la section du béton comprimé devient :

 bc d 2 .b0 2 3 b  bo b  bo
M rb 
T
((31  1 )  ( )(6  3 ²)1  ( )(2 3  3 ²))
61 bo bo

18 1.125²  0.3 1.4  0.3


M T rb  ((3  0.5562  0.5563 )  ( )(6  0.16  3  0.16²)  0.556
6  0.556 0.3
1.4  0.3
( )(2  0.163  3  0.16²))  4.197 MN .m  4197 KN .m
0.3

30M ser 30  2290.2 103


s    0.839
d ².b0 . st 215.56 1.125²  0.3

 b  b0   b  b0 
13  312  ( )(3 ²  6 )  3 s  1  3 s  ( )(3 ²  2 3 )   0
 b0   b0 
13  312  5.7571  2.77  0
Alors :

1  0.407

b0.d .12  2. .d (b  b0 )1   ².d (b  b0 )


d ' ou Ast 
30(1  1 )
Ast  0.010422m ²  104.22cm ²
choix d ' armature 13HA32 avec Ast adopté  104.55cm²

 Armatures minimales :
Section du béton : B= 0,673 m².

v  0, 48m

D’où v’= hp – v = 0,77m

1 I ft 28 1 0,1101 2, 4 4
Amin     10  6.78cm² < Ast
0,81hp v ' fe 0,811, 25 0, 77 500

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 76


 Vérification à ELU de la section médiane :
0.85 f c 28 0.85  30
fbu    17 MPa
1.5 1.5
h 0.18
M TU  b.h0 . f bu (d  0 )  1.4  0.18 17  (1.125  )  4.434 MN .m
2 2
M TU  M U  3.0918MN .m

Donc la section se comporte comme rectangulaire.

Mu 3.0918
u    0.103
b.d ². fbu 1.4 1.125² 17
  1.25  (1  1  2u )  0.136
z  d .(1  0.4 )  1.064m
M u 3.0918 104 1.15
Ast    66.83cm²
z. f su 1.064  500
Ast ( ELS )  Ast ( ELU )

On dimensionne avec L’ELS avec 13 barres HA32.

 Vérification des contraintes pendant la phase de manutention :

Figure 41. Diagramme des moments fléchissant de la poutre pendant la phase de manutention

Dans cette phase, les poutres sont déplacées de l’aire de préfabrication jusqu’à leurs
emplacement sur les chevêtres du pont, en effet, nous prévoyons des crochets de
manutention à une distance ‘a’ de l’extrémité de la poutre que nous allons la déterminer de
la façon suivante :

g  (L p  2a)² g  a² g  a²
 
8 2 2
g  (L p  2a)²
alors :  g  a²
8
Avec g=βmoy .γBA =0,464 x 25=11.6 KN.m
 a = 4.39 m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 77


Moment maximal de la fibre supérieure est :
g  a² 11.6  4.39²
Ma     111.8KN .m
2 2
Moment maximal de la fibre inférieure est :
g  (L p  2a)² g  a ² 11.6  (21.2  2  4.39)² 11.6  4.39²
M tr      111.8KN .m
8 2 8 2
Alors Mser=111.8 KN.m
D’où Mu=1,35 Mser =150.93 KN.m
1 
M rb   bc  b  d ²   1 (1  1 )  1.134MN .m
2 3
Mser < Mrb  Asc = 0
13
30  M ser
1 ² 
 3  0.053
b  d ²   st 1  1

α1=0,22
b  d  1 ²
Ast   4,9cm²
30  (1  1 )
Vérification à l’ELU :
Mu 0.150
u    0.032
b.d ². fbu 0.3  (0.9 1.07)² 17
  1.25  (1  1  2u )  0.04
z  d .(1  0.4 )  0.947m
M u 0.15 104 1.15
Ast    3.64cm²
z. f su 0.947  500
Ast ( ELS )  Ast ( ELU )
On choisit comme armature supérieur 5 barres HA 20 alors le ferraillage est vérifié
vis-à-vis la manutention.

Tableau 67. Tableau récapitulatif du ferraillage longitudinal de la poutre


Section X= LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Mser 100,20 127,23 171,76 229,02
Ast (cm²) 44.29 57.05 77.36 104.55
Ferraillage 6 HA 32 7 HA 32 10 HA 32 13 HA 32

 Arrêt de barre :
L’épure d’arrêt de barres se construit en utilisant la courbe enveloppe des moments
fléchissant à l’état limite de service. La section d’acier des moments maximums est
calculée, puis un choix sur le nombre de barres est effectué. Le ferraillage est composé de

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 78


plusieurs lits, le moment résistant repris par chacun des lits est tracé sur le diagramme des
moments fléchissant. L’intersection de ces droites de moment résistant avec la courbe
enveloppe détermine les arrêts de barres (il faut ensuite rajouter 0,8h).

0,8 h = 0,8 * 1,25 = 1m



dli  hp  Enr  n 
2
La part du moment repris par chaque lit d’armature est donné par :

M li   st  Asli  dli  (1  )
3
 Section 1 (13 HA 32 )  Ast = 104.55 cm²
 0.032
dli  hp  Enr  n   1.25  0.05   1.184m
2 2
 0.407
M li   st  Asli  dli  (1  )  215.56 104.55 104 1.184  (1  )  2.306MN .m  230.6t.m
3 3

 Section 2 (10 HA 32 )  Ast = 80.42 cm²


 0.032
dli  hp  Enr  n   1.25  0.05  3   1.152m
2 2
 0.407
M li   st  Asli  dli  (1  )  215.56  80.42 104 1.152  (1  )  1.726MN .m  172.6t.m
3 3

 Section 3 (5 HA 32 )  Ast = 40.21 cm²


 0.032
dli  hp  Enr  n   1.25  0.05  7   1.088m
2 2
 0.407
M li   st  Asli  dli  (1  )  215.56  40.21104 1.088  (1  )  0.815MN .m  81.5t.m
3 3

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 79


courbe du moment réelle

courbe du moment décalé de 1m

2120

1800

1180

81.5 KN.m

172.6 KN.m
229.02 KN.m

Figure 42. Arrêt de barre de la poutre

4.3. Calcul des armatures transversales :


 Contrainte tangentielle
Vu 0 T0
 u 0  
bp  d b  d

Vu(0)=62.12T=0,6212MN.

0.6212
 u (0)   1.84MPa
0,3 1,125

 Vérification de la contrainte tangentielle


 f 
 u max  min 0.15  C28 ; 4MPa 
 b 
 30 
 min 0.15  ; 4MPa 
 1,5 
 3 MPa  300 t/m 2

 u (0)  1.84MPa   u max  3MPa (Condition vérifié).

 Armatures d’Ame
Calculé :
At ( u (0)  0,3.k. ftj )bp . s (1.84  0,3  2, 4)  0.3 1,15
  104  8.59cm² / ml
st 0,9(sin  cos )f et 0,9  500

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 80


0.4  bp 0.4  0.3
 t min   104  2.4cm² / ml  8.59cm² / ml
Pourcentage minimal : f et 500

 Diamètre

h bp  1250 30 
t  min  p ; ; l   min  ; ; 32   min 35.71; 30 ; 32  30
 35 10   35 10 

On choisit donc : HA=10 mm.

At = 4 x 0.79 = 3.14 cm² (un cadre+ un étrier)

At  0,9  f et 3,14  0.9  500


st    104  0,36cm
( u (0)  0,3.k . f tj )bp . s (1,84  0,30  2,4)  0,3  1,15

At  FeE 3,14  104  500


st max    0,57m  57cm
 u0 0,92  0,3
sup(0.4; )  b0
2

 Espacement maximal
St max  min  0.9d ; 40 cm 
 min 101.25 ; 40 cm 
 40 cm

S t0  S t max  Condition vérifié. On prend St0=35cm

 Vérification du béton de la bielle


2Vu max 2  0.6212 fc 28
 bc    13.8MPa  0,8  16MPa
bp  a 0.3  0.3 b

Tableau 68. Tableau récapitulatif du ferraillage transversal de la poutre


Section X= 0 LC/8 LC/6 LC/4 LC/2
Tu 62,12 48,08 44,00 35,83 12,27
Espacement (cm) 35 40 40 40 40

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 81


140
5 HA 20

18
Etrier HA 10

20
10
2*(1 barre HA 16
filantes)
2*(4 barres HA 20 filantes)
125

47
cadre HA 10 cadre HA 10

Goujon HA 32

10
20
13 HA 32
( 2 nappes de 5 barres
+ 1 nappe de 3 barres)
50
Figure 43. Ferraillage de la poutre

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 82


ANNEXE V. ETUDE DE L’HOURDIS

1. Etude de la flexion locale :

Figure 44. Panneau de dalle

Notre ouvrage est un pont à poutre qui fait un angle de bias de 120 grades avec la fondation.
1
Alors : k = sin(120) = 1,051

Autrement le ferraillage de l’hourdis suivis le sens des poutres longitudinalement et


le sens des entretoises transversalement. Alors, on va considérer notre panneau de dalle
comme un panneau rectangulaire de dimension :

Lx = Inf ( b0 – bp ; Lc – be )*k = Inf ( 1,4 –0,3 ;20,5 –0,3 )*1,051 = Inf ( 1,1 ;20,2 ) *1,051 =
1,16 m
Ly = Sup ( b0 – bp ; Lc – be ) = Sup ( 1,4 –0,3 ;20,5 –0,3 ) = Sup ( 1,1 ;20,2 ) = 20,2 m
L
Donc ρ = Lx = 0,0573 < 0.4
y

 La dalle est considérée portante dans une seule direction vis-à-vis les charges
uniformément réparties et portant dans les deux sens vis-à-vis les charges concentrées.

1.1. Sollicitations dues à la charge permanente


g per = g h + g bb + g et
Poids de l’hourdis : g h = hd × γBA = 0.18 × 2.5 = 0.45 t/m²
Poids de la couche de roulement : g bb = e × γBA = 0.06 × 2.4 = 0.144 t/m²
Poids de la couche d’étanchéité : g et = e × γBA = 0.03 × 2.2 = 0.066 t/m²
On aura donc : g per = 0.660 t/m²
Etant donné ρ < 0.4, donc, la dalle ne porte que dans le sens X-X et on néglige donc les
moments fléchissant My ainsi que les efforts tranchants Ty .
gper × l2x gper ×lx
−Dans le sens xx : M0x = et Tap,x =
8 2

−Dans le sens yy :Moy = Tap,y = 0

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 83


Les sollicitations dues à la charge permanente sont mentionnées dans le tableau suivant :
Tableau 69. Sollicitation dus à la charge permanente
Mox (t.m/ml) Moy (t.m/ml) Tap,x (t/ml) Tap,y (t/ml)
0,110 0 0,382 0

1.2. Sollicitations dues à la charge Bc :


On a u0 = v0 = 0.25m

Figure 45. Diffusion d’une charge « P » localisée sur le plan moyen de la dalle

Au niveau du plan moyen, la charge se répartit sur (u x v) appelée rectangle de répartition


Où u=u0 + 2 tg37° hr+ hd
Avec :hd =0.18 m et hr =er +eét=0,06 + 0,03 = 0,09 m.
u=u0 + 1.5 hr+ hd= u0 + 0.315 = 0.565
v=v0 + 2 tg37° hr+ hd
v=v0 + 1.5 hr+ hd= v0 + 0.315 = 0.565
Désignons par « u »la dimension de la roue parallèle à l`axe (XX) et « v » celle parallèle à
l`axe (YY)
u v
α= et β=
lx ly
P 6
La densité de charge est égale à : p = u×v = 0.565×0.565 = 18.8 t/m²

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 84


 1er cas : une seule file de camions, effet de deux roues symétriques :

Figure 46. Effet de deux rectangles symétriques par rapport au centre de la dalle (1file de Bc)

(A1A2 A3A4)+ (B1B2B3B4) = (A1A2B3B4) - (A3A4A1B2)


u v
En utilisant les abaques de Mougins, on obtient M1 et M2 en fonction deα = ;β = et ρ.
lx ly

Tableau 70. Sollicitions de la charge BC (1ère cas )


Mox Moy
Rectangle u v α β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1A2B3B4 0,565 2,065 0,488 0,102 21,93 0,093 0,013 2,098 2,042 0,689 0,281 4,671 3,540
A4A3B2B1 0,565 0,935 0,488 0,046 9,93 0,123 0,031 1,284 1,222 0,554 0,310 4,078 3,540
Sollicitations 0,814 0,820 0,135 -0,029 0,593 0,000

 2èmecas : une seule file de camions, effet d’un rectangle centré et d’un rectangle
placé sur l’axe

Figure 47. Effet d'un rectangle centré et d'un rectangle placé sur l’axe (1 file de Bc)

1
(A1A2A3A4) + (B1B2B3B4) = 2 [(A1A2C3C4) – (A3A4C1C2)] + (B1B2B3B4)

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 85


Tableau 71. Sollicitions de la charge BC (2ème cas )
Mox Moy
Rectangle u v α Β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1A2C3C4 0,565 3,565 0,488 0,176 37,86 0,059 0,000 2,230 2,232 0,438 -0,008 4,920 3,540
A4A3C2C1 0,565 2,435 0,488 0,121 26 0,083 0,008 2,183 2,143 0,626 0,197 4,758 3,540
B1B2B3B4 0,565 0,565 0,488 0,028 6 0,129 0,036 0,819 0,777 0,369 0,213 3,540 3,540
Sollicitations 0,843 0,821 0,275 0,111 3,621 3,540

 3ème cas : deux files de camions, effet de quatre rectangles non centrées et
symétriques deux à deux
Dans le 3ème et 4ème cas de Bc, les roues se chevauchent au niveau de leur
rectangle de répartition .Alors :
P 12
La densité de charge est égale à : p = u×v = 0.565×1.065 = 19.94 t/m²

Figure 48. Effet de 4 rectangles non centrées et symétriques par rapport au centre de la dalle (2 files de BC)

Il y a un chevauchement entre les roues au niveau de leur rectangle de répartition,


d’où en se basant sur la partie de la figure après chevauchement, le calcul est comme suit :

(A1B2B3A4) + (D1C2C3D4) = (A1B2C3D4) – (A4B3C2D1)

Tableau 72. Sollicitions de la charge BC (3ème cas)


Mox Moy
Rectangle u v α Β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1B2C3D4 1,065 2,065 0,921 0,102 43,86 0,065 0,010 2,952 2,868 0,994 0,421 8,442 7,080
A4B3C2D1 1,065 0,935 0,921 0,046 19,86 0,085 0,023 1,782 1,690 0,799 0,461 6,215 6,479
Sollicitations 1,170 1,178 0,195 -0,040 2,227 0,601

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 86


 4ème cas : deux files de camions, effet de quatre rectangles dont deux centrées sur
l’axe transversal et symétriques par rapport à l’axe longitudinal :

Figure 49. Effet de quatre rectangles dont deux centrées sur l’axe transversal et symétriques par rapport
à l’axe longitudinal (2files de Bc)
Il y a un chevauchement entre les roues au niveau de leur rectangle de répartition, d’où
en se basant sur la partie de la figure après chevauchement, le calcul est comme suit :
1
(A1B2B3A4) + (D1C2C3D4) = 2[(A1B2E3F4) – (A4B3E2F1)] + (D1C2C3D4)

Tableau 73. Sollicitions de la charge BC (4ème cas )


Mox Moy
Rectangle u v α Β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1B2E3F4 1,065 3,565 0,921 0,176 75,72 0,042 0,000 3,190 3,192 0,629 -0,009 9,239 7,080
A4B3E2F1 1,065 2,435 0,921 0,121 51,72 0,059 0,006 3,088 3,029 0,902 0,296 8,714 7,080
D1C2C3D4 1,065 0,565 0,921 0,028 12 0,089 0,026 1,134 1,071 0,531 0,317 3,756 4,453
Sollicitations 1,185 1,152 0,395 0,164 4,019 4,453

Finalement, on prend le maximum des sollicitations pour chaque cas, à l’ELS et à


l’ELU, on obtient le tableau des moments fléchissant et des efforts tranchants des charges Bc :

Tableau 74. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge BC


Mox Moy
Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
1,185 1,178 0,395 0,164 4,019 4,453

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 87


1.3. Sollicitations dues à la charge Bt :
On a u0 = 0.6m et v0 = 0.25m d’où u = 0.915m et v = 0.565m
P 8
La densité de charge est égale à : 𝑝 = u×v = 0.915×0.565 = 15.475 t/m²

De même que pour la charge BC, on considère deux cas de charge (une file de tandem
de Bt et deux files de tandems de Bt avec deux dispositions chacune.

 1er cas : une seule file de tandems, effet de deux roues symétriques :

Tableau 75. Sollicitions de la charge BC (1ère cas )


Mox Moy
Rectangle u v α Β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1A2B3B4 0,915 1,915 0,791 0,095 27,11 0,077 0,013 2,147 2,078 0,759 0,343 5,714 4,720
A4A3B2B1 0,915 0,785 0,791 0,039 11,11 0,098 0,027 1,149 1,088 0,523 0,305 4,049 4,250
Sollicitations 0,998 0,990 0,236 0,037 1,665 0,469

 2ème cas : une seule file de tandems, effet d’un rectangle centré et d’un rectangle
placé sur l’axe
Tableau 76. Sollicitions de la charge Bt (2ème cas )
Mox Moy
Rectangle u v α β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1A2C3C4 0,915 3,265 0,791 0,162 46 0,051 0,001 2,374 2,368 0,502 0,029 6,210 4,720
A4A3C2C1 0,915 2,135 0,791 0,106 30,23 0,072 0,010 2,234 2,175 0,731 0,296 5,830 4,720
B1B2B3B4 0,915 0,565 0,791 0,028 8 0,100 0,029 0,851 0,804 0,396 0,235 2,914 3,340
Sollicitations 0,921 0,901 0,282 0,102 3,104 3,340

 3ème cas : deux files de tandems, effet de quatre rectangles non centrées et
symétriques deux à deux

Figure 50. Effet de quatre rectangles non centrées et symétriques par rapport au centre de la dalle
(2files de Bt)

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 88


L’effet des rectangles d’impact est déterminé par la méthode des différences de
rectangles centrées :

(A1A2A3A4) + (B1B2B3B4) + (C1C2C3C4) + (D1D2D3D4) = (A1B2C3D4) – (A4B3C2D1) –


(A2B1C4D3) + (A3B4C1D2)
Tableau 77. Sollicitions de la charge Bt (3ème cas)
Mox Moy
Rectangle u v α β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1B2C3D4 1,16 1,915 1,000 0,095 34,275 0,063 0,011 2,239 2,166 0,794 0,361 6,873 5,966
A2B1C4D3 0,085 1,915 0,073 0,095 2,52 0,130 0,017 0,336 0,327 0,108 0,043 0,643 0,438
A4B3C2D1 1,16 0,785 1,000 0,039 14,050 0,081 0,023 1,196 1,132 0,548 0,321 4,049 4,535
A3B4C1D2 0,085 0,785 0,073 0,039 1,03 0,174 0,038 0,187 0,180 0,075 0,039 0,624 0,438
Sollicitations 0,894 0,887 0,213 0,035 2,805 1,431

 4ème cas : deux files de tandems, effet de quatre rectangles dont deux centrées sur
l’axe transversal et symétriques par rapport à l’axe longitudinal :

Figure 51. Effet de quatre rectangles dont deux centrées sur l’axe transversal et symétriques par rapport
à l’axe longitudinal (2files de Bt)

(A1A2A3A4) + (B1B2B3B4) + (C1C2C3C4) + (D1D2D3D4) =


1
[(A1B2E3F4) – (A2B1E4F3) – (A4B3E2F1) + (A3B4E1F2)]+ (D1C2C3D4) – (D2C1C4D3)
2

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 89


Tableau 78. Sollicitions de la charge Bt (4ème cas )
Mox Moy
Rectangle u v α β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1B2E3F4 1,16 3,265 1,000 0,162 58,437 0,042 0,001 2,482 2,476 0,526 0,031 7,602 5,966
A2B1E4F3 0,085 3,265 0,073 0,162 4,30 0,082 0,001 0,351 0,350 0,073 0,003 0,649 0,438
A4B3E2F1 1,16 2,135 1,000 0,106 38,212 0,059 0,008 2,330 2,268 0,766 0,312 7,042 5,966
A3B4E1F4 0,085 2,135 0,073 0,106 2,80 0,120 0,013 0,346 0,338 0,105 0,037 0,645 0,438
D1C2C3D4 1,16 0,565 1,000 0,028 10,112 0,083 0,025 0,885 0,836 0,415 0,248 2,914 3,513
D2C1C4D3 0,085 0,565 0,073 0,028 0,74 0,179 0,040 0,139 0,133 0,057 0,030 0,612 0,438
Sollicitations 0,819 0,800 0,254 0,094 2,581 3,075

Alors, les valeurs des sollicitations les plus défavorables dues à la charge Bt sont :

Tableau 79. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge Bt


Mox Moy
Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
0,998 0,990 0,282 0,102 3,104 3,340

1.4. Sollicitations dues à la charge Br :


La charge Br est une charge localisée (P =10t) considérée comme centrée sur le panneau
de dalle.

On a u0 = 0.6 m et v0 = 0.3 m d’où u = 0.915m et v = 0.615m


Le tableau suivant résume les résultats de ce système de charge :

Tableau 80. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge Br


P Mox Moy
Rectangle u v α β M1 M2 Tap,x Tap,y
(t) ELS ELU ELS ELU
A1A2A3A4 0,915 0,615 0,791 0,030 10 0,100 0,029 1,058 1,000 0,490 0,290 3,643 4,090
Sollicitations 1,058 1,000 0,490 0,290 3,643 4,090

1.5. Sollicitations dues à la charge Mc120 :


La charge militaire Mc120 est une charge localisée (P = 55t) considérée comme centrée
sur le panneau de dalle.

Les dimensions du rectangle d’impact sont :


u0 = 1m d′ où u = 1.315m
v0 = 6.1m d′ où v = 6.415m
Tableau 81. Tableau récapitulatif des sollicitation de la charge MC120
Mox Moy
Rectangle u v α β P (t) M1 M2 Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
A1A2A3A4 1,16 6,415 1,000 0,318 48 0,023 0,00006 1,092 1,092 0,221 0,003 3,420 2,514
Sollicitations 1,092 1,092 0,221 0,003 3,420 2,514

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 90


1.6. Récapitulation des sollicitations :

Tableau 82. Tableau récapitulatif des sollicitations (flexion locale)


Mox Moy
Surcharge Tap,x Tap,y
ELS ELU ELS ELU
gper 0,110 0,149 0,000 0,000 0,382 0,000

Bc 1,185 1,178 0,395 0,164 4,019 4,453


Bt 0,998 0,990 0,282 0,102 3,104 3,340
Br 1,058 1,000 0,490 0,290 3,643 4,090
Mc120 1,092 1,092 0,221 0,003 3,420 2,514

Ces sollicitations doivent être pondérées par des coefficients de pondérations afin de
tenir compte des effets dynamiques des charges roulantes.

1.7. Coefficient de majoration dynamique :


 Coefficient de majoration dynamique 𝛅𝐁

0.4 0.6
δB = 1 + + G
1 + 0.2 L 1+4×S

Avec :
S : le poids total le plus élevé des essieux du système B qu'il est possible de placer sur la
longueur L du tablier.
G : le poids propre d'une section du hourdis, et des éléments reposant sur lui, de longueur L et
de même largeur que le tablier
L = inf (sup (Lr ; Lrive) ; Lc) = inf (sup (13.24; 14) ; 20.5) = 14 m
Où : Lrive : la distance entre les deux poutres de rives.
G = g h + g et + g roul + g gliss + g BN4 + g long + g cor + g caill

 Ghourdis = hd × BA × Lt × Lc = 91.35 t

 Gétanchéité = eet × et × LT × Lc = 13.40 t

 Groulement = er × bb × Lcr × Lc = 26.97 t

 Gglissiére = 0.015 × Lc = 0.21 t

 GBN4 = 0.065 × Lc = 0.91 t


 Gcorniche = 0,3 × Lc = 4.20 t
 Gcaillebotis = 0.015 × Lc = 0.21 t
 Glongrines = 0.3 × long × Lc =8.44 t

D’où G = 154.687 t

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 91


D’après l’étude du CRT, le cas le plus défavorable pour le système de chargement Bc
correspond à 3 files de camions (bc = 0.95), donc :
SBC = 0.95 × 3 × 54 = 153.9 t
Par suite 𝛅𝐁 = 1.231

 Coefficient de majoration dynamique 𝛅𝐌

Le Coefficient de majoration dynamique des charges militaires est donné par :


0.4 0.6
δM = 1 + + G
1 + 0.2 L 1+4×S

L = 14 m
G = 154.678 t
S = 110 t
Ce qui donne 𝛅𝐌 = 1.201

1.8. Sollicitations dans la dalle continue :


1.8.1. Dans la direction lx, sens x-x :
 Moments en travée :
Travée de rive Mx tr = 0.80 Mox
Travée intermédiaire Mx tr = 0.75 Mox
 Moments sur appui
Appui de rive Mx ap = − sup(0.5 Mox ; |Me |)
Appui intermédiaire Mx ap = − 0.50 Mox
Me étant le moment d’encorbellement calculé sous l’effort des charges permanentes.
n
Lcs 2
Me = −γG × g per × ( )
2
Avec :
bt −ba 0.5−0.3
Lcs : Longueur de la console; Lcs = = = 0.1 m
2 2

g per = 0.660 t/m²


D’où Me = −0.003 t. m à l’ELS
Me = −0.004 t. m à l’ELU
Ces calculs doivent être effectués pour chaque type de charge.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 92


Les valeurs des moments locaux de tous les systèmes après multiplication par les coefficients
de pondération et de majoration dynamique sont :
Tableau 83. Moments fléchissant en travée pondérés Mxtr (flexion locale)
Travée de rive Travée intermédiaire
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
gper 0,088 0,119 0,083 0,112
Bc 1,330 1,763 1,247 1,653
Bt 1,179 1,560 1,105 1,462
Br 1,250 1,575 1,172 1,476
Mc120 1,049 1,416 0,984 1,327

Tableau 84. Moments fléchissant sur appui pondérés Mxap (flexion locale)
Appui de rive Appui intermédiaire
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
gper -0,055 -0,074 -0,055 -0,074
Bc -0,831 -1,102 -0,831 -1,102
Bt -0,737 -0,975 -0,737 -0,975
Br -0,781 -0,984 -0,781 -0,984
Mc120 -0,656 -0,885 -0,656 -0,885

Tableau 85. Efforts trancant pondérés Tapx (flexion locale)


Tap,x
Surcharge
ELS ELU
gper 0,382 0,515
Bc 5,638 7,517
Bt 4,584 6,112
Br 5,380 7,173
Mc120 4,106 5,543

1.8.2. Dans la direction ly, sens y-y


 Moments en travée :
Travée de rive : My tr = 0.80 Moy
 Moments sur appui
Appui de rive My ap = − 0.50 Mox
Appui intermédiaire My ap = − 0.50 Mox

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 93


Les valeurs des moments locaux de tous les systèmes après multiplication par les
coefficients de pondération et de majoration dynamique sont :

Tableau 86. Moments fléchissant en travée pondérés M ytr (flexion locale)


Moments fléchissant en travée Mytr
Travée de rive
Surcharge
ELS ELU
gper 0,000 0,000
Bc 0,443 0,246
Bt 0,333 0,160
Br 0,579 0,457
Mc120 0,213 0,004

Tableau 87. Moments fléchissant sur appui pondérés Myap (flexion locale)
Moments fléchissant sur appui Myap
Appui de rive
Surcharge
ELS ELU
gper -0,055 -0,074
Bc -0,831 -1,102
Bt -0,737 -0,975
Br -0,781 -0,984
Mc120 -0,659 -0,885

Tableau 88. Efforts tranchant pondérés Tyap (flexion locale)


Tap,y
Surcharge
ELS ELU
gper 0,000 0,000
Bc 6,247 8,329
Bt 4,933 6,577
Br 6,040 8,053
Mc120 3,018 4,074

2. Etude de la flexion globale :


Pour le calcul manuel du moment, on utilise la formule suivante :

b
My   (μ 1  q1  μ 3  q3 )
8
µ1 et µ3 sont les coefficients de Guyon-Massonnet.
q1 et q3 sont les charges appliquée en forme de lame de couteau
On doit donc déterminer les charges q1 et q3 tout en considérant l’effet des charges

g nper
, Bc, Bt , Br et Mc120. Puis on détermine les coefficients µ1 et µ3 .

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 94


2.1. Détermination des coefficients µn :
Les coefficients µn dépendent de :
 paramètre de torsion  .
 la valeur du paramètre d’entretoisement  .
 l’ordonnée de la fibre considérée du hourdis y.
 la position de la charge e.
Ces coefficients sont déterminés d’une manière analogue à celle des coefficients K employés
pour le calcul des CRT.

2.1.1. Les courbes µ1 et µ3en fonction de e


 Interpolation sur α
La demi largeur du pont b = 7.25 m
Le paramètre de torsion  = 0.65
L’interpolation se fait comme suit :
μ = μ0 + (μ1 − μ0 )√α d’où μα = 0.19 μ(α=0) + 0.81 μ(α=1)

 Interpolation sur 𝛉
En ce qui concerne θ, nous déterminons ceux de la 1ère et la 3ème harmonique :
b 7.25
θ1 = L = 20.5 = 0. .354 →θ1 ϵ [θ0.3 , θ0.4 ]pour le calcul de 1.
c

3b 3×7.25
θ3 = = = 1.061 →θ3 ϵ [θ1 , θ1.2 ] pour le calcul de 3.
Lc 20.5

0.354 − 0.3
μθ1 =0.354 = μθ1 =0.3 + (μθ1 =0.4 − μθ1 =0.3 ) ×
0.4 − 0.3
1.061 − 1
μθ3 =1.061 = μθ1 =1 + (μθ1 =1.2 − μθ1 =1 ) ×
1.2 − 1
 Détermination de µ1=f(e) après interpolation sur α, puis sur θ :
Tableau 89. Détermination de µ1 après interpolation sur α, puis sur θ
θ =0,3
(-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
μ(α=0).104 -2430 -1220 -7 1217 2457 1217 -7 -1220 -2430
μ(α=1).104 -1401 -787 -102 734 1820 734 -102 -787 -1401
μ(α=0,65).104 -1599 -870 -84 827 1943 827 -84 -870 -1599
θ =0,4
(-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
μ(α=0).104 -2292 -1161 -20 1151 2372 1151 -20 -1161 -2292
μ(α=1).104 -1016 -617 -131 546 1563 546 -131 -617 -1016
μ(α=0,65).104 -1262 -722 -110 663 1719 663 -110 -722 -1262

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 95


θ1 =0,354
(-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
μ1 (α=0,65).104 -1418 -791 -98 739 1823 739 -98 -791 -1418

 Détermination de µ3=f(e) après interpolation sur α, puis sur θ :


Tableau 90. Détermination de µ3 après interpolation sur α, puis sur θ
θ =1
(-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
μ(α=0).104 -393 -329 -185 231 1159 231 -185 -329 -393
μ(α=1).104 -145 -149 -124 58 779 58 -124 -149 -145
μ(α=0,65).104 -193 -184 -136 91 852 91 -136 -184 -193
θ =1,2
(-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
μ(α=0).104 -120 -190 -190 80 940 80 -190 -190 -120
μ(α=1).104 -77 -94 -102 7 657 7 -102 -94 -77
μ(α=0,65).104 -85 -113 -119 21 712 21 -119 -113 -85
θ3 =1,061
(-b) (-3b/4) (-b/2) (-b/4) 0 b/4 b/2 3b/4 b
e
-7,25 -5,4375 -3,625 -1,8125 0 1,8125 3,625 5,4375 7,25
μ3 (α=0,65).104 -160 -162 -131 70 809 70 -131 -162 -160

2000

1500

1000

500
μ1. (104)
4
μ3. (10 )
0
-8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8

-500

-1000

-1500

-2000
Figure 52. Courbes de µ1 et µ3

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 96


2.2. Détermination des moments globaux :
2.2.1. Moment dû à la charge permanente :
 Transversalement :
On charge toute la largeur transversale, il s’agit d’une charge uniformément répartie.
On détermine les coefficients 1 et 3 en prenant les différentes surfaces positives et
négatives.

g per

0,25

0,20
S1
0,15

0,10

0,05

-6 -4 -2 0 2 4 6

S2
Lt = 14.5 m

Figure 53. Courbes de μ1 et emplacement de la charge permanente

μ1 = S1 – S2 = 0,6031 – 0,5659 = 0,0372

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 97


g per

0,25

0,20

0,15
S1
0,10

0,05

-6 -4 -2 0 2 4 6

S2
Lt = 14.5 m

Figure 54. Courbes de μ3 et emplacement de la charge permanente

μ3 = S1 – S2 = 0,1820 – 0,1458 = 0,0362

 Longitudinalement

Figure 55. Charge permanente longitudinalement (flexion globale)

Dans le sens longitudinal, la charge permanente est g per = 0.660 t/m².


4q 4 × 0.660
q1 = = = 0.840 t/m²
π π
4q 4 × 0.660
q3 = = = 0.280 t/m²
3π 3π
Enfin, on obtient le moment de la flexion globale sous l’effet de la charge permanente :
b 7.25
My   (μ1  q1  μ 3  q3 )   (0.0372  0.840  0.0362  0.280)
8 8
My  0.019t.m / ml

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 98


2.2.2. Moment dus à la charge Bc
 Longitudinalement
La position la plus défavorable est déterminée par le théorème de Barré.

On a : Lc = 20,5 m > 18,38 m

20.5
Figure 56. Disposition la plus défavorable pour la charge Bc (flexion globale)

Les distances di sont déterminées d’après la valeur de δ = 1.725m :


Lc
d1 = − ( 4,5 + 1,5 + 1,725) = 2,525 m
2

d2 = d1 + 4,5 = 7,025 m
d3 = d2 + 1,5 = 8,525 m
d4 = d3 + 4,5 = 13,025 m
d5 = d4 + 4,5 = 17,525 m
d6 = d5 + 1,5 = 19,025 m
P = 12 t
2P  1  π  d1   π  d2   π  d3  1  π  d4   π  d5   π  d6 
q1   sin   sin   sin   sin   sin   sin 
lc  2  lc   lc   lc  2  lc   lc   lc 
→ q1 = 3.693 t /m
2P  1  3π  d1   3π  d2   3π  d3  1  3π  d4   3π  d5   3π  d6 
q3   sin   sin   sin   sin   sin   sin 
lc  2  lc   lc   lc  2  lc   lc   lc 
→ q3 = 1.323 t /m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 99


 Transversalement
Les charges Bc sont placées sur les courbes de la manière la plus défavorable tel qu’il a
été fait pour le calcul du CRT et notamment pour la poutre centrale vue sa symétrie.

Les valeurs de µ sont lues directement sur la courbe.

4 cv Bc pos asym

4 cv Bc pos sym

3 cv Bc pos asym

3 cv Bc pos sym

2 cv Bc pos asym

2 cv Bc pos sym

1 cv Bc pos asym

1 cv Bc pos sym

-6 -4 -2 0 2 4 6

Lt = 14.5 m

Figure 57. Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Bc


1
μ i,j  μ j,i
2 i
j = 1,3

b
My   (μ1  q1  μ3  q3 )
8
Enfin les moments fléchissant sont obtenus et comparés pour en tirer la valeur
maximale. Comme les coefficients  sont multipliés par les charges q, la comparaison entre
les différents cas doit ce faire à ce niveau. C’est là aussi qu’on tient compte des coefficients b c
pour comparer les différents cas.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 100


Tableau 91. Determination du cas le plus défavorable du charge BC (flexion globale)
CHARGE b 1 file de camion 2 files de camion
BC 7,25 bc =1,2 bc =1,1
(μ1,i) 0,1371 0,1371 0,1371 0,0468 0,1788 0,1788 0,0468 0,2256
(μ3,i) 0,0479 0,0479 0,0479 -0,0058 0,0782 0,0782 -0,0058 0,0724
DIS 1
My 0,401 0,668
My x bc 0,482 0,735
(μ1,i) 0,1823 0,0614 0,1219 0,0614 0,1823 0,1691 0,0342 0,2235
(μ3,i) 0,0809 0,0005 0,0407 0,0005 0,0809 0,0710 -0,0099 0,0713
DIS 2
My 0,359 0,662
My x bc 0,431 0,729

CHARGE b 3 files de camion


BC 7,25 bc =0,95
(μ1,i) -0,0053 0,0976 0,1371 0,1371 0,0976 0,0053 0,2347
(μ3,i) -0,0132 0,0212 0,0479 0,0479 0,0212 -0,0132 0,0559
DIS 1
My 0,718
My x bc 0,682
(μ1,i) 0,0342 0,1691 0,1823 0,0614 0,0342 -0,0431 0,2191
(μ3,i) -0,0099 0,0710 0,0809 0,0005 -0,0099 -0,0141 0,0593
DIS 2
My 0,662
My x bc 0,629

CHARGE b 4 files de camion


BC 7,25 bc =0,8
(μ1,i) -0,0528 0,0230 0,0468 0,1788 0,1788 0,0468 0,0230 -0,0528 0,1958
(μ3,i) -0,0147 -0,0122 -0,0058 0,0782 0,0782 -0,0058 -0,0122 -0,0147 0,0455
DIS 1
My 0,601
My x bc 0,481
(μ1,i) -0,0431 0,0342 0,0614 0,1823 0,1691 0,0342 0,0130 -0,0625 0,1943
(μ3,i) -0,0141 -0,0099 0,0005 0,0809 0,0710 -0,0099 -0,0132 -0,0153 0,0450
DIS 2
My 0,596
My x bc 0,477

Enfin, on peut conclure que le cas le plus défavorable correspond au deuxième cas c’est
à dire deux files de Bc avec sa première position symétrique.

Alors: My =0,668t.m /ml.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 101


2.2.3. Moment dus à la charge Bt :
 Longitudinalement :

20.5

Figure 58. Disposition la plus défavorable pour la charge Bt (flexion globale)

Lc 1.35
d1 = − = 9.575 m
2 2
Lc 1.35
d2 = + = 10.925 m
2 2

P = 16t
2P   π  d1   π  d2 
q1  sin   sin 
lc   lc   lc 
q1 = 3.105 t/m
2P   3π  d1   3π  d2 
q3  sin   sin 
lc   lc   lc 
q3 = -2.973 t/m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 102


 Transversalement :
Les charges Bt sont placées sur les courbes de la manière la plus défavorable.

2 cv Bt pos asym

2 cv Bt pos sym

1 cv Bt pos asym

1 cv Bt pos sym

-6 -4 -2 0 2 4 6

Lt = 14.5 m

Figure 59. Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Bt


1
μ i,j  μ j,i
2 i
j = 1,3

b
My   (μ1  q1  μ3  q3 )
8
Tableau 92. Détermination du cas le plus défavorable du charge Bt (flexion globale)
CHARGE b 1 tandem 2 tandems
Bt 7,25 bt =1 bt =1
(μ1,i) 0,1371 0,1371 0,1371 0,0342 0,1691 0,1691 0,0342 0,2033
DIS 1 (μ3,i) 0,0479 0,0479 0,0479 -0,0099 0,0701 0,0701 -0,0099 0,0602
My 0,515 0,734
(μ1,i) 0,1823 0,0614 0,1219 0,0614 0,1823 0,1371 0,0130 0,1969
DIS 2 (μ3,i) 0,0809 0,0005 0,0407 0,0005 0,0809 0,0479 -0,0132 0,0581
My 0,453 0,710

Donc le 2èmecas de 2 files de Bt à sa disposition symétrique est le cas le plus


défavorable.

Alors My =0.734 t.m /ml

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 103


2.2.4. Moment dû à la charge Br :
Le traitement de cette charge est plus simple vue qu’elle est représentée par une seule
roue isolée.

 Transversalement :

1 cv Br

-6 -4 -2 0 2 4 6

Lt = 14.5 m

Figure 60.Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Br

On lit directement les valeurs de µ sur les courbes ; 1 = 0.1823 et 3 = 0.0809


 Longitudinalement :

20.5

Figure 61. Disposition la plus défavorable pour la charge Br (flexion globale)


𝐋
d = 𝐜 = 10.25 m et P = 10 t
𝟐

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 104


2P  π  d  = 0.976 t/m.
q1  sin 
Lc  lc 
2P  3π  d 
q3  sin  = -0.976 t/m
Lc  lc 
7.25
My = (0.1823 0.976+ 0.0809  0.976)  = 0.233 t.m/ml.
8
Alors : My =0.233 t.m /m

2.2.5. Moment dus à la charge MC120 :


 Longitudinalement :

20.5

Figure 62. Disposition la plus défavorable pour la charge MC120 (flexion globale)

Lc
d= = 10.25 m
2
6.1
c= = 3.05 m
2
110
q = 6.1×1 =18.03 t/m²

4q πc πd
q1  sin( )sin( ) = 10.345 t/m²
π Lc Lc
4q 3cπ 3dπ
q3  sin( )sin( ) = -7.545 t/m²
3π Lc Lc

 Transversalement :
La charge Mc120 est placée sur les courbes de la manière la plus défavorable.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 105


1 ch Mc120 pos asym2

1 ch Mc120 pos asym1

1 ch Mc120 pos sym

-6 -4 -2 0 2 4 6

Lt = 14.5 m

Figure 63.Courbes de μ1 et μ3 et emplacement de la charge Mc120

Tableau 93. Détermination du cas le plus défavorable du charge MC120 (flexion globale)
b 1 char
CHARGE MC120
7,25 S1 S2 (S1-S2)/2
(μ1,i) 0,1739 0,0000 0,0870
DIS1 (μ3,i) 0,0312 0,0005 0,0154
My 0,920
(μ1,i) 0,1876 0,0000 0,0938
DIS2 (μ3,i) 0,0688 0,0117 0,0286
My 1,075
(μ1,i) 0,1834 0,0036 0,0899
DIS2 (μ3,i) 0,0775 0,0132 0,0322
My 1,063

On tiendra compte par la suite des différents coefficients, à savoir bt, bc, br, δB, δMc120 et
Q1. Avec :

Tableau 94. Coefficient de pondération


Type charge ELS ELU
Charge permanente 1 1,35
B 1,2 1,6
Mc 1 1,35

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 106


Le tableau suivant récapitule les valeurs des moments de la flexion globale pour les
différents chargements :

Tableau 95. Moments fléchissant pondérés de la flexion globale


My (t.m/ml)
Surcharges
ELS ELU
gper 0,019 0,026
Bc 1,085 1,447
Bt 1,084 1,446
Br 0,344 0,458
Mc120 1,290 1,742

3. Flexion totale
Pour chaque charge, la flexion totale est obtenue de la manière suivante :

- Dans le sens xx :
En travées : Mxtot= Mxloc+Myglob
Sur les appuis : Mxtot = Mxloc
- Dans le sens yy :
Mytot = Myloc
Ainsi on présente les tableaux des moments totaux résultants :
 Dans la direction lx , sens xx
Tableau 96. Moments totaux en travées dans le sens xx
Travée de rive Travée intermédiaire
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
gper 0,107 0,145 0,102 0,138
Bc 2,416 3,211 2,332 3,100
Bt 2,263 3,005 2,189 2,908
Br 1,593 2,033 1,515 1,935
Mc120 2,339 3,157 2,274 3,069

Tableau 97. Moments totaux sur les appuis dans le sens xx


Appui de rive Appui intermédiaire
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
gper -0,055 -0,074 -0,055 -0,074
Bc -0,831 -1,102 -0,831 -1,102
Bt -0,737 -0,975 -0,737 -0,975
Br -0,781 -0,984 -0,781 -0,984
Mc120 -0,656 -0,885 -0,656 -0,885

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 107


 Dans la direction ly , sens yy

Tableau 98. Moments fléchissant totaux en travées dans le sens yy


Travée de rive
Surcharge
ELS ELU
gper 0,000 0,000
Bc 0,443 0,246
Bt 0,333 0,160
Br 0,579 0,457
Mc120 0,213 0,004

Tableau 99. Moments fléchissant totaux sur appuis dans le sens yy


Appui de rive
Surcharge
ELS ELU
gper -0,055 -0,074
Bc -0,831 -1,102
Bt -0,737 -0,975
Br -0,781 -0,984
Mc120 -0,656 -0,885

Enfin, nous procédons à la combinaison des charges :

Les combinaisons des moments sont les suivantes :

Mx  γG  Mper B

Xtotal  sup δB .γ Q1 .(bc .MXtot ; bt .MXtot ; MXtot ), δMc .γ Q1 .MXloc
Bc Bt Br Mc Mc120

My  γG  Mper B

ytotal  sup δB .γ Q1 .(bc .Mytot ; bt .Mytot ; M ytot ), δMc .γ Q1 .Myloc
Bc Bt Br Mc Mc120

Concernant les efforts tranchants, les combinaisons sont comme suit :
Tx  γ G  TXtotal
per

 sup δB .γQ1
B Bc
.(bc .TXtot Bt
; bt .TXtot Br
; TXtot Mc
), δMc .γQ1 Mc120
.TXloc 
Ty  γ G  T per
ytotal  supδ B .γ B
Q1
Bc
.(bc .T
ytot ; bt .T Bt
ytot
Br
;T
ytot ), δMc .γ Mc
Q1
Mc120
.T
yloc 
Tableau 100. Moments fléchissant en travée M xtr
Travée de rive Travée intermédiaire
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
Mx totale (Travée) 2,523 3,356 2,434 3,238

Tableau 101. Moments fléchissant sur appui M xap


Appui de rive Appui intermédiaire
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
Mx totale (appuis) -0,887 -1,177 -0,887 -1,177

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 108


Tableau 102. Moments fléchissant en travée Mytr
Travée de rive
Surcharge
ELS ELU
My totale (Travée) 0,579 0,457

Tableau 103. Moments fléchissant sur appui M yap


Appui de rive
Surcharge
ELS ELU
My totale (appuis) -0,887 -1,177

Tableau 104. Efforts tranchants pondérés


Tap,x Tap,y
Surcharge
ELS ELU ELS ELU
T totale 6,019 8,032 6,247 8,329

4. Calcul du ferraillage du hourdis :


Pour le calcul de ferraillage de l’hourdis, on prend les valeurs suivantes :

Tableau 105. Sollicitation pour calcul de ferraillage de l'hourdis


Moments fléchissants (t.m) Efforts Tranchants (t)
Sens xx Sens yy
Sens Tx Ty
Sur appuis En travées Sur appuis En travées
ELS -0,887 2,523 -0,887 0,579 6,019 6,247
ELU -1,177 3,356 -1,177 0,457 8,032 8,329

Tableau 106. Données de calcul du ferraillage de l’hourdis


Hauteur hd (m) 0.18 Fe (MPa) 500
Largeur b (m) 1 Fbu (MPa) 17
Enrobage inférieur et supérieur (cm) 3 Fsu (MPa) 434,78
Caractère d’adhérence des aciers η 1.6 ̅̅̅(MPa)
𝛔𝐬 215.56
fc28 et ft28 (MPa) 30 ; 2.4 ̅̅̅̅̅(MPa)
𝛔𝐛𝐜 18

-Moment résistant du béton Mrb : C’est le moment dans le quel on atteint l’état limite de
service pour compression du béton σ bc = σbc lorsque la contrainte d’acier tendu est invariable
̅̅̅̅
σst = σst .
et égale à sa valeur à l`état limite d`ouverture des fissures ̅̅̅̅
1 α
̅̅̅1
Mrb = ×α
̅̅̅1 × (1 − ) × b × d² × σ ̅̅̅̅
bc
2 3
y̅1 15σ̅̅̅̅
bc
α1 = =
̅̅̅ = 0.556
d 15σ ̅̅̅̅
bc + σst
̅̅̅̅
b= 1 m ; d = 0.15 m ; hd = 0.18 m
1 0.556
 Mrb = 2 × 0.556 × (1 − 3 ) × 0.15² × 18 = 0.092 MN. m Pas d’aciers comprimés

Asc = 0

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 109


Le calcul du ferraillage de l’hourdis doit satisfaire certaines conditions constructives
afin de permettre une bonne mise en place des armatures et surtout pour éviter d’utiliser des
armatures d’effort tranchant.

4.1. Condition relative au poinçonnement sous charge localisée :


Afin de ne pas disposer d'armatures d'efforts tranchants (armatures transversales),
l’épaisseur de l’hourdis doit vérifier la condition suivante :

Qu
hd ≥ h′d = fc28
0,045 × Uc × γb

Avec :
Qu = γQ1 × δB × P : Charge de calcul vis-à-vis de l’ELU
P = 6t pour Bc
{ P = 8t pour Bt
P = 10t pour Br
Uc = 2(u + v) Périmètre du rectangle de répartition
δB = 1.231 et γb = 1.5 et γQ1 = 1.6 à l’ELU

Tableau 107. Vérification de poinçonnement sous charge localisée


Charge Qu (t) Uc (m) hd’ (m)
Bc 11.818 2.26 0.058
Bt 15.757 2.96 0.059
Br 19.696 3.06 0.072
Alors la condition est verifier pour tous type de charges concentrées.

4.2. Condition relative au non-emploi d'armatures d'effort tranchant :


Aucune armature d’effort tranchant n’est nécessaire si la dalle est bétonnée sans reprise
de bétonnage sur toute son épaisseur et si la contrainte tangente est telle que :

Tu fc28
τu = ≤ 0,07 × = 1.4 MPa
bd × d γb

Avec :
Tu : valeur de l’effort tranchant à l’ELU
d : hauteur utile du hourdis égale à hd − 3cm = 0.15 m
bd : un mètre linéaire du hourdis
Tableau 108. Vérification du non emploi d’armatures d’efforts tranchants

Effort tranchant à Tx (t) Ty (MN)


l’ELU 8.032 8.329
𝛕𝐮 (MPa) 0.53 0.55

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 110


Alors cette condition est vérifier dans les deux sens selon x et selon y

4.3. Condition de non fragilité :


Une valeur minimale des armatures est requise pour une dalle appuyée sur les 4 côtés
d’épaisseur hd = 0.18 m :

1 lx
Ax ≥ × ρ0 × (3 − ρ) × b × hd ; avec ρ =
2 ly
Ax
Ay ≥ ρ0 × b × hd ; avec Ay ≥
3
Avec :
1.2 10−3 ∶ pour les ronds lisses Fe E22 et Fe E24
−3
ρ0 = {0.8 10 ∶ barres ou fils HA, Fe E40, treillis soudés en fils lisses de ∅ > 6mm
0.6 10−3 : barres ou fils HA, Fe E50, treillis soudés en fils lisses de ∅ ≤ 6mm
On prend ρ0 = 0.6 10−3
 Ax ≥ 1.59 cm² et Ay ≥ 1.08 cm²
Ax
Ainsi Ay ≥ 3

4.4. Calcul des armatures :


Le calcul des armatures du hourdis est à l’état limite de service ELS (fissuration
préjudiciable) section rectangulaire.

4.4.1. Dans le sens xx :


 En travées :
Mser = 2.523 t.m = 0.02523 MN.m <Mrb = 0.092 MN
→ Pas d’aciers comprimés Asc = 0
30 Mser 30 × 0.02523
u= = = 0.156
b0 d²σ
̅̅̅̅
st 1 × 0.15² × 215.56

Donc λ = 1 + u =1.156 , ensuite φ = cos-1(λ-3/2) = 36.43°


𝜑 36.43
α1 = 1 + 2 × √𝜆 × cos(240° + ) = 1 + 2√1.156 × cos (240 + ) = 0.341
3 3
D’où
b. d. α1 ² 1 × 0.15 × 0.341²
Ast = = = 8.82 cm²/ml
30(1 − α1 ) 30 × (1 − 0.341)
ft28 2.4
Amin = 0.23 × × b × d = 0.23 × × 1 × 0.15 = 1.66 cm²/ml
fe 500
Ast ≥ Amin
On choisit alors 6HA14 : As = 9.24 cm²

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 111


 Sur appuis :
Mser = -0.887 t.m = - 0.00887 MN.m <Mrb = 0.118 MN
→ Pas d’aciers comprimés Asc = 0
30 Mser 30 × 0.00887
u= = = 0.055
b0 d²σ
̅̅̅̅
st 1 × 0.15² × 215.56

Donc λ = 1 + u =1.055 , ensuite φ = cos-1(λ-3/2) = 22.66°


𝜑 22.66
α1 = 1 + 2 × √𝜆 × cos(240° + ) = 1 + 2√1.055 × cos (240 + ) = 0.216
3 3
D’où
b. d. α1 ² 1 × 0.15 × 0.216²
Ast = = = 2.98 cm²/ml
30(1 − α1 ) 30 × (1 − 0.216)
ft28 2.4
Amin = 0.23 × × b × d = 0.23 × × 1 × 0.15 = 1.66 cm²/ml
fe 500
Ast ≥ Amin
On choisit alors 6HA10 : As = 4,71 cm²

4.4.2. Dans le sens yy


 En travées
Mser = 0.579 t.m = 0.00579 MN.m <Mrb = 0.118 MN
→ Pas d’aciers comprimés Asc = 0
30 Mser 30 × 0.00579
u= = = 0.036
b0 d²σ
̅̅̅̅
st 1 × 0.15² × 215.56

Donc λ = 1 + u =1.036 , ensuite φ = cos-1(λ-3/2) = 18.5°


𝜑 18.5
α1 = 1 + 2 × √𝜆 × cos(240° + ) = 1 + 2√1.036 × cos (240 + ) = 0.177
3 3
D’où
b. d. α1 ² 1 × 0.15 × 0.177²
Ast = = = 1.91 cm²/ml
30(1 − α1 ) 30 × (1 − 0.177)
ft28 2.4
Amin = 0.23 × × b × d = 0.23 × × 1 × 0.15 = 1.66 cm²/ml
fe 500
Ast ≥ Amin
On choisit alors 6HA10 : As = 4,71 cm²
 Sur appuis
Mser = -0.887 t.m = - 0.00887 MN.m <Mrb = 0.118 MN
→ Pas d’aciers comprimés Asc = 0

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 112


30 Mser 30 × 0.00887
u= = = 0.055
b0 d²σ
̅̅̅̅
st 1 × 0.15² × 215.56

Donc λ = 1 + u =1.055 , ensuite φ = cos-1(λ-3/2) = 22.66°


𝜑 22.66
α1 = 1 + 2 × √𝜆 × cos(240° + ) = 1 + 2√1.055 × cos (240 + ) = 0.216
3 3
D’où
b. d. α1 ² 1 × 0.15 × 0.216²
Ast = = = 2.98 cm²/ml
30(1 − α1 ) 30 × (1 − 0.216)
ft28 2.4
Amin = 0.23 × × b × d = 0.23 × × 1 × 0.15 = 1.66 cm²/ml
fe 500
Ast ≥ Amin
On choisit alors 6HA10 : As = 4,71 cm²

4.5. Disposition des armatures dans l’hourdis


 Diamètre maximal des armatures :
hd
 max   max  18mm
10
 Diamètre minimal des armatures :
La fissuration est préjudiciable :  min  6mm
 Espacement maximal des armatures :
St = inf (2hd; 25 cm) =25 cm
 Enrobage minimal des armatures :
L’enrobage est e = 3cm pour les aciers supérieurs et inférieurs.
Le calcul des armatures longitudinales et transversales a conduit au ferraillage présenté
au suivant :

Tableau 109. Tableau récapitulatif des ferraillages de l’hourdi


en travée Sur appui
Disposition
x-x y-y x-x y-y
Nappe supérieure - - 6HA10 6HA10
Nappe inférieure 6 HA14 6HA10 - -

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 113


EN TRAVEE SUR APPUIS
100 100
6 HA 10 6 HA 10
18

18
6 HA 14 6 HA 10

Nappe inférieure Nappe inférieure


X-X

X-X
6 HA 10

6 HA 10
Y -Y Y -Y

Nappe supérieure Nappe supérieure


X-X

X-X
6 HA 10

6 HA 10

Y -Y Y -Y

Figure 64. Ferraillage de l’hourdis

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 114


ANNEXE VI. ETUDE DES ENTRETOISES D’ABOUT :

1. Calcul des sollicitations :

1.1. Charges appliquées :


 Charge uniformément répartie :
g e = (he − hd ) × be × γBA = (1.05 − 0.18) × 0.3 × 25 = 6.525 kN/m

 Charge concentrées :
L’entretoise reçoit des charges concentrées à travers les poutres principales,
GC=Gp+Gd+Gpd+Gst+0.25.Q

Avec :

- GP: poids propre d’une poutre principale

- Gd: poids propre du hourdis

- Gpd: poids propre de la prédalle

- Gst: poids propre de la superstructure

- Q : charge d’exploitation due à l’effort tranchant du système A L (trafic léger)


Q=TAL(x=0)=19.76

lc 20.5
Gp = A × × γBA = 0.464 × × 25 = 118.9 KN
2 2
lc 20.5
Gd = b0 × hd × × γBA = 1.4 × 0.18 × × 25 = 64.58 kN
2 2
lc 20.5
Gpd = g pd × = 1.1 × = 11.275 kN
2 2
lc 20.5
Gst = g st × = 4.69 × = 48.07 kN
2 2
Q = 0.25 × QAL = 0.25 × 197.6 = 49.4KN
Les charges appliquées sur les entretoises sont récapitulées dans le tableau suivant :

Tableau 110. Charges appliquées sur les entretoises


Charge concentrées (KN)
Uniformément
Charge Charge Surcharge
répartie (KN/m) Somme
permanente du trafic
ELS 6.525 242.825 49.4 292.23
ELU 8.81 327.814 65.85 393.66

1.2. Sollicitation de l’entretoise :


On modélise l’entretoise sur le logiciel RDM6 afin de déterminer les sollicitations et les
réactions d’appuis.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 115


Figure 65. Diagramme des moments fléchissant de l’entretoise à l’ELS
Le diagramme des moments montre bien qu’il n’y a pas de soulèvement du tablier lors du
vérinage avec cette disposition choisie des vérins.

Tableau 111. Tableau récapitulatif des moments fléchissant


Moment max en travée (t.m) Moment max sur appui (t.m)
ELS ELU ELS ELU
24.73 33.31 37.74 50.85

Figure 66. Diagramme des efforts tranchants de l’entretoise à l’ELS

Tableau 112. Tableau récapitulatif des efforts tranchants


Effort tranchant positif max (t) Effort tranchant négatif max (t)
ELS ELU ELS ELU
48.86 65.74 -48.88 -65.85

2. Ferraillage de l’entretoise :
Le calcul sera fait à l’ELS et la vérification à l’ELU (fissuration préjudiciable-
section rectangulaire).

L’enrobage des armatures et pris égal à 3cm

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 116


2.1. Calcul des armatures longitudinales :
2.1.1. Nappe inférieure :
Section b = 0 ,3m ; h= 0,87 ; d = 0,9 h = 0,783

Dimensionnement à l’ELS

M = 24.73 t.m

 st  min  
2
fe;110   f t 28   min  333,33; 215.555  215.555MPa
3 

9  f c 28
1   0.556
 st  9  f c 28

M ser 0,247
ser    0.0746
b  d   bc 0.3  0.7832  18
2

1  1 
rb   1   1    0.226
2  3

ser  rb  ASC  0  pas d ' aciers comprimés 

30  M ser -
3
on calcul ainsi u= ;  =1+u puis cos = 2
et on détermine  .
b  d 2   st

u  0,187;  =1,187  =39.353


1  1  2  cos  240    0.367
 3

b  d  12
on obtient : Ast  16,60 cm ²
30  1  1 

f t 28
acier minimale: A min =0,23   b  d  2.59cm ²
fe

Choix d’armature : 6 HA 20 soit Ast=18.85cm²

Justification à l’ELU :

Mu=0,333 t.m

0.85  f c 28 0,85  30
f bu    17 MPa
  b 1  1,5

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 117


Mu 0,333
u    0.1065
b  d  f bu 0.3  0,7832  17
2

Posons :

 u  0,1065   1  0.39   pas d'acier comprimés Asc  0;


  1.25  1  1  2 u  0.141
Mu
alors : Ast   10.36cm ²  donc le choix des armatures à l'ELS est vérifié
fe
d (1  0, 4 ) 
s

2.1.2. Nappe supérieure :


Dimensionnement à l’ELS

M = 0,377 t.m

9  f c 28
1   0.556
 st  9  f c 28

M ser 0,377
ser    0.114
b  d   bc 0.3  0.7832  18
2

1  1 
rb   1   1    0.226
2  3

ser  rb  ASC  0  pas d ' aciers comprimés 

30  M ser -
3
on calcul ainsi u= ;  =1+u puis cos = et on détermine  .
2
b  d 2   st

u  0,285;  =1,285  =46.645


1  1  2  cos  240    0.434
 3

b  d  12
on obtient : Ast  26,06 cm²
30  1  1 

f t 28
acier minimale: A min =0,23   b  d  2.59cm ²
fe

Choix d’armature : 6 HA 25 soit Ast=29.45cm²

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 118


Justification à l’ELU :

Mu=0,51 t.m

0.85  f c 28 0,85  30
f bu    17 MPa
  b 1  1,5

Mu 0,51
u    0,163
b  d  f bu 0.3  0,7832  17
2

Posons :

 u  0,163   1  0.39   pas d'acier comprimés Asc  0;

 
  1.25  1  1  2 u  0, 224

Mu
alors : Ast   16.455cm ²  donc le choix des armatures à l'ELS est vérifié
fe
d (1  0,4 ) 
s

Tableau 113 : détermination du ferraillage longitudinale de l'entretoise


Nappe inférieur Nappe supérieure
Moment (t.m) 24,73 0,377
Asc (cm²) 0 0
Ast(cm²) 16.60 26,06
Amin (cm²) 2.59 2.59
Choix d’armature 6 HA 20 6 HA 25
Ast, choisit (cm²) 18.85 29.45
2.2. Armature de peau :
Les armatures de peau sont absolument nécessaires pour les poutres de grande
hauteur (hp>0.7m). Elles sont réparties partiellement à la fibre moyenne des poutres. Leur
densité est de 3cm² par mètre de parement.

Pour notre cas, le périmètre de l’entretoise est égal à p=1,74 m, ce qui donne une
section minimale d’armatures de peaux égales à Ap=3*1,74=5,22cm²

Soit 6HA12 qui correspond à Ap=6,79cm²

2.3. Calcul des armatures transversales :


 Contrainte conventionnelle

Tu 0,657
   2.797
b0d 0.3  0.783

 Contrainte tangente limite :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 119


 f cj 30 
0,15  0,15   3MPa 
 lim  min  b 1,5   3MPa
4 MPa 
 

5
Tu0  Tu  pu  h
6

5
Tu0  0,657   (1,35  0,025  0,3  0,87)  0,87  0.65
6

Tu 0 0,65
 u0    2.767   lim  3MPa
b0d 0,3  0,783

 Calcul des armatures d’âme :

At f  u  0.3Kf t 28
 et 
b0 St  s 0.9  sin   cos  
avec : k  1,   0,9
At b0  u  0,3Kf t 28 
  15,92cm ²
St 0,9 sin   cos  f et
 
s

 Pourcentage minimal :

At A b0 0.3
f et  0, 4 MPa  t  0, 4   0, 4  2.4 cm ² / cm
b0 St St f et 500

At
 15.92cm ² / m  3cm ² / m  ok
St

 Diamètre des aciers transverse aux

   
l  20mm 
   
h   870 
t  min    t  min   25mm   t  20mm  on prend   10mm
 35   35 
 b0   300 
 10   10  30mm 

On choisie un cadre HA10 et un étrier HA10 alors At=3.14 cm²

At
St   19.7cm ²
15,92

 Espacement maximal :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 120


0,9d  70,47 
St  min     40cm
40cm  40cm 

 conclusion:onprend un cadre HA10 et un étrier HA10 tous les 18 cm

Figure 67. Ferraillage de l'entretoise

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 121


ANNEXE VII. REPARTITION DES EFFORT HORIZONTAUX :

1. Introductions :

La transmission des efforts horizontaux s’effectue par le calcul des efforts


développés par le Tablier en tête d’appui provoqués par les déplacements imposés à ces
derniers par les déformations de la structure à savoir (retrait, température).

La transmission des efforts horizontaux, exercés sur le tablier aux différents appuis
s’effectue selon une répartition bien déterminée. Pour s’y faire, on doit calculer les efforts
développés par le tablier en tête d’appui provoqués par les déplacements imposés à ces
derniers par les déformations de la structure à savoir le retrait et la température.

2. Etude des souplesses et des rigidités :

Les efforts horizontaux sont répartis sur les appuis en fonction de la rigidité totale
Rt, de chaque appui. La souplesse totale des appuis St qui est l’inverse de la rigidité,
(St=1/Rt) est exprimée par :

St = U1 + U2 + U3

Avec :
 St : souplesse totale
 U1 : souplesse des appareils d’appui
 U2 : souplesse des colonnes
 U3 : souplesse des fondations
U1, U2et U3 sont dus à un effort unitaire H = 1 KN appliqué au niveau des appareils
d’appui.

On va adopter comme hypothèse que les culées et les fondations sont infiniment rigides
alors que les appuis intermédiaires sont moins rigides.

Pour les culées U2 = U3 = 0

Pour les piles U3 = 0

2.1. Souplesse d’appareils d’appui :


La souplesse des appareils d’appui est définie par :

T
U1 
na  A  G

Avec :
 na : Nombre d’appareils par ligne d’appui na = 11

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 122


 T : épaisseur totale de l’élastomère T = 40 mm
 A : surface des appareils d’appui A = 0.09 m²
 G : module d’élasticité transversale de l’élastomère qui dépend du type de la souplesse
effet instantané ou différé : Gd = 0.9 MPa et Gi = 1.8 MPa
Les résultats des souplesses des appareils d’appui et de ses rigidités sont représentés
dans le tableau suivant :

Tableau 114. Souplesses et rigidités des appareils d’appuis


U1 (instantané) R1 (instantané) U1 (différé) R1 (différé)
Appui
(m / MN) (MN / m) (m / MN) (MN / m)
Une ligne d’appareil 0.0224 44.55 0.04489 22.27
Deux lignes d’appareil 0.0112 89.1 0.0224 44.55
2.2. Souplesse des appuis :
Les appuis de notre projet sont des colonnes surmontées par des chevêtres. Alors les
formules utilisées pour le calcul des souplesses et des rotations sont :

u  c 
U2 
nc
 c : hauteur du chevêtre c = 1 m
 θ: rotation en tête des colonnes
 nc : nombre des colonnes, nc = 4
 L3 c  L2
 u  
 3EI 2 EI

  L  c  L
2


 2 EI EI
Avec :
 L : longueur de la colonne, soit L=9.6m
 I : Moment d’inertie du composant de l’appui par rapport à la ligne d’appui
  D4   14
I   0.0491
64 64
 E : module élastique de l’appui :
Instantané : Ei  11000 3 f c 28  34179,55 MPa

Différé : Ed  3700. 3 f c 28  11496,76 MPa

Les résultats sont présentés dans les tableaux suivant :

Tableau 115. Déplacement et rotations


instantanée différée
U (m/KN) 2,03.10-4 6,04.10-4
θ (KN-1) 3,32.10-5 9.86.10-5

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 123


Tableau 116. Valeur de ‘U2’ et ‘R2’
U2 (instantané) R2 (instantané) U2 (différé) R2 (différé)
Appui
(m / KN) (KN / m) (m / KN) (KN / m)
Pile 5.91.10-5 16918,6 17,6.10-5 5690,8
Culés 0  0 

3. Effort horizontaux agissant sur les appuis d’un pont :

3.1. Efforts dus aux déformations et au retrait :


Le pont est constitué de 8 travées donc il est composé de 7 piles et 2 culées. On a fixé 5
joints de dilatation. Le centre de déformation se situe au centre de chaque deux travée entre
joints. On s’intéresse à calculer les efforts horizontaux de freinage pour le système AL et
système BC ainsi que les efforts horizontaux dus aux effets thermiques et au retrait et fluage
de béton.

Joint de Centre de Joint de Centre de Joint de Centre de Joint de Centre de Joint de


chaussée déformation chaussée déformation chaussée déformation chaussée déformation chaussée

C1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 C2

Figure 68. Emplacement des joints de chaussée et des centres de déformation

Pour une répartition d’un joint pour chaque deux travées, les centres de déformation
devient distancé de Lc=20.5m par apport au joint de chaussé.

 Effet thermique de courte durée :


Action de courte durée : εt = 4.10-4
H  Lc   t  Ri
 Effet thermique de longue durée :
Action de longue durée : εt = 3.10-4
H  Lc   t  Rd
 Effet de retrait :
Action du retrait :εr = 4.10-4
H  Lc   r  Rd
Tableau 117. Efforts dus aux déformations thermiques et retrait
Appuis HT,CD (KN) HT,LD (KN) HR(KN)
Culé (C1, C2) 365,31 136,99 182,66
Piles (P3, P5, p7) 365,31 136,99 182,66
Pile (P2, P4,P6,P8) 730,62 273,9825 365,31

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 124


3.2. Force de freinage :
3.2.1. Charge AL :
a1  a2  Ali  Si
H AL 
20  0,0035  Si
Si  Lch  Lc  i ; Ali  2.3  360 ; a1  a2  1 ; Lch  12.5m ; Li  Lc  i
li  12
i  1,2,3selon le nombre de travée chargée.
D’où :

Tableau 118. Les forces de freinage de la charge AL selon le nombre de travée chargées
Si (m²) Ali (KN/m²) HAL (KN)
1 travée chargée 256.25 13,377 164,04
2 travées
512.5 9,092 213,82
chargées

Mise en équations du problème de répartition :

On note : Ui : déplacement de l’appareil d’appui au niveau de l’appui i

Vi : déplacement Du sommet d’appui au niveau de l’appui i

 Le tablier est considéré indéformable, alors :


Ui  Vi  Ui 1  Vi 1

 Les efforts repris par les appareils d’appuis sont égales aux efforts transmis aux appuis
donc :
RU  Ui  RVi Vi

 L’équilibre statique donne :


n
H   RUi  U i
i 0

H  213,82

 1er partie (C1, P2, P3) :


- Tablier indéformable :
u1 + v1 = u2 + v2 = u3 + v3
- Egalité des efforts repris par les appareils d’appui et transmis aux appuis :
R u2 × u2 = R v2 × v2
R u3 × u3 = R v3 × v3
- Equilibre statique
H = ∑3i=1 Fi = R u1 × u1 + R u2 × u2 + R u3 × u3
- Le système à résoudre est :
Notons que nous avons par hypothèse que la fondation est infiniment rigide signifie que :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 125


R v1 = ∞ et v1 = 0
 1 1 1 0 0  U1   0 
 0 1 1 1 1  U 2   0 
     
 0 Ru 2  Rv 2 0 0    V2    0 
     
 0 0 0 Ru 3  Rv 3  U 3   0 
 Ru1 Ru 2 0 Ru 3 0  V3   H 

 1 1 1 0 0  U1   0 
 0 1 1 1 1  U 2   0 
     
 0 89,1 16,92 0 0    V2    0 
     
 0 0 0 44,55 16,92  U 3   0 
 44,55 89,1 0 44,55 0  V3   213.82 

 [ui ]  [ K ( 1) ][ H i ]

U1   0.373 0,173 0,012 0,01 0,014   0   3.01


U   0,100 0,028 0,008 0,002 0,002   0  0, 48
 2      
V3    0,527 0,145 0,019 0,009 0,012    0    2,53
       
U 3   0,173 0, 228 0.003 0,013 0,04   0   0,83
 V3   0.455 0,06 0,009 0,024 0,01  213.82   2,18 

La résolution du système nous donne les résultats suivants (le calcul est effectué
manuellement et à l’aide d’un programme sous environnement Excel).

Tableau 119. Déplacement du 1ere partie


Déplacement U1 U2 V2 U3 V3
Valeur (mm) 3,01 0,48 2,53 0,83 2,18

- 2éme partie (P3, P4, P5) :


- Tablier indéformable :
u3 + v3 = u4 + v4 = u5 + v5
- Egalité des efforts repris par les appareils d’appui et transmis aux appuis :
R u3 × u3 = R v3 × v3
R u4 × u4 = R v4 × v4
R u5 × u5 = R v5 × v5
- Equilibre statique
5

H = ∑ Fi = R u3 × u3 + R u4 × u4 + R u5 × u5
i=3

- Le système à résoudre est :


  K . ui    H i 

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 126


 1 1 1 1 0 0  U 3   0 
 0 0 1 1 1 1  V3   0 
   
 RU 3  RV 3 0 0 0 0  U 4   0 
     
 0 0 RU 4  RV 4 0 0  V4   0 
 0 0 0 0 RU 5  RV 5  U 5   0 
     
 RU 3 0 RU 4 0 RU 5 0   V5   H 

 1 1 1 1 0 0  U 3   0 
 0 0 1 1 1 1  V3   0 
   
 44,55 16,92 0 0 0 0  U 4   0 
     
 0 0 89,1 16,92 0 0  V4   0 
 0 0 0 0 44,55 16,92  U 5   0 
     
 44,55 0 89,1 0 44,55 0   V5  213,8

 [ui ]  [ K ( 1) ][ H i ]
U 3   0,188 0,087 0.11 0.006 0.005 0.007  1.52 
V   0, 495 0, 229 0.03 0.016 0.014 0.019   4 
 3    
U 4   0,051 0,051 0.003 0.006 0.003 0.004  0.88 
   
V4   0, 266 0, 266 0.016 0.028 0.016 0.022   4.64
U 5   0,087 0,188 0.015 0.006 0.011 0.007  1.52 
     
 V5   0, 229 0.495 0.014 0.016 0.03 0.019   4 

Tableau 120. Déplacement du 2éme partie


Déplacement U3 V3 U4 V4 U5 V5
Valeur (mm) 1,52 4,00 0,88 4,64 1,52 4,00
 3éme partie (P5, P6, P7) :
Puisque les parties 1 et 2 sont de même conception on va obtenir les mêmes résultats.
 4éme partie (P7, P8, C2) :
 1 1 1 1 0  U 7   0 
 0 0 1 1 1   V7   0 
     
 Ru 7  RV 7 0 0 1   U 8    0 
     
 0 0 RU 8  RV 8 0  V8   0 
 RU 7 0 RU 8 0 RU 9  U 9   H 

 1 1 1 1 0  U 7   0 
 0 0 1 1 1   V7   0 
     
 44,55 16,92 0 0 1   U 8    0 
     
 0 0 89,1 16,92 0  V8   0 
 44,55 0 89,1 0 44,5 U 9   213.8

La résolution de ce système [Ui ] = [R−1 ][Hi ]nous donne les résultats suivants :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 127


Tableau 121. Déplacement du 4éme partie
Déplacement U7 V7 U8 V8 U9

0,788
Valeur (mm) 2,254 0,485 2,556 3,041
Donc on remarque que les valeurs trouvé dans ce cas sont presque les même calculé
dans le 1er cas (culée-pile-pile), donc les hypothèses de calcul sont vérifié.

Alors la répartition des efforts horizontaux dus aux charges AL sera comme suit :

H i  Ri  Ui

Tableau 122. Résultat de la répartition des efforts horizontaux dus aux charges AL

Appuis C1 P2 P3j P3j’ P4 P5j P5j’ P6 P7j P7j’ P8 C2

HAL 134,11 42,80 36,91 67,67 78,47 67,67 67,67 78,47 67,67 35,09 34.24 135.49

3.2.2. Efforts horizontaux de freinage dus à BC :


HBC = 30 t = 300 KN

 1er partie (C1, P2, P3) :


Le système à résoudre est :

1 1 1 0 0  U1   0 
 0 1 1 1 1  U 2   0 
     
 0 Ru 2  Rv 2 0 0    V2    0 
     
 0 0 0 Ru 3  Rv 3  U 3   0 
 Ru1 Ru 2 0 Ru 3 0  V3   H 

 1 1 1 0 0  U1   0 
 0 1 1 1 1  U 2   0 
     
 0 89,1 16,92 0 0    V2    0 
     
 0 0 0 89,1 16,92  U 3   0 
 44,55 89,1 0 89.1 0  V3  300

La résolution de ce système [Ui ] = [R−1 ][Hi ]nous donne les résultats suivants :

Tableau 123. Déplacement du 1ere partie


Déplacement U1 U2 V2 U3 V3
Valeur (mm) 4,22 0,67 3,55 1,16 3,06

 2éme partie (P3, P4, P5) :


Le système à résoudre est :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 128


 1 1 1 1 0 0  U 3   0 
 0 0 1 1 1 1  V3   0 
   
 RU 3  RV 3 0 0 0 0  U 4   0 
     
 0 0 RU 4  RV 4 0 0  V4   0 
 0 0 0 0 RU 5  RV 5  U 5   0 
     
 RU 3 0 RU 4 0 RU 5 0   V5   H 

 1 1 1 1 0 0  U 3   0 
 0 0 1 1 1 1  V3   0 
   
89,1 16.92 0 0 0 0  U 4   0 
     
 0 0 89,1 16.92 0 0  V4   0 
 0 0 0 0 89,1 16.92  U 5   0 
     
89,1 0 89,1 0 89,1 0   V5  300

La résolution de ce système [Ui ] = [R−1 ][Hi ]nous donne les résultats suivants :

Tableau 124. Déplacement du 2éme partie


Déplacement U3 V3 U4 V4 U5 V5
Valeur (mm) 2,13 5,61 1,24 6,51 2,13 5,61

 3éme partie (P5, P6, P7) :


Puisque les parties 1 et 2 sont de même conception on va obtenir les mêmes résultats.

 4éme partie (P7, P8, C2) :


 1 1 1 1 0  U 7   0 
 0 0 1 1 1   V7   0 
     
 Ru 6  RV 6 0 0 1   U 8    0 
     
 0 0 RU 7  RV 7 0  V8   0 
 RU 6 0 RU 7 0 RU 8  U 9   H 

 1 1 1 1 0  U 7   0 
 0 0 1 1 1   V7   0 
     
89.1 36.08 0 0 1   U 8    0 
     
 0 0 89.1 36.08 0  V8   0 
89.1 0 89.1 0 44.5 U 9   300

La résolution de ce système [Ui ] = [R−1 ][Hi ]nous donne les résultats suivants :

Tableau 125. Déplacement du 4éme partie


Déplacement U7 V7 U8 V8 U9
Valeur (mm) 1,11 3,16 0,68 3,59 4,27

Alors la répartition des efforts horizontaux dus aux charges AL sera comme suit :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 129


H i  Ri  Ui
Tableau 126. Répartition des efforts horizontaux dus aux charges BC
Appuis C1 P2 P3j P3j’ P4 P5j P5j’ P6 P7j P7j’ P8 C2

HBC 188,16 60,05 51,79 94,95 110,1 94,95 94,95 110,1 94,95 49,23 60,67 190,10

3.3. Calcul des rotations :


3.3.1. Rotation due aux charges permanentes :
g per  L3c
 per 
24  Ed  i
Avec :

 gper : 23,75 KN/m

 Ed  3700 3 30  11496,76MPa
 I : inertie de la poutre principale avec hourdie I=0,1133m4
 D’où θper=6,54.10-3rad

3.3.2. Rotation due aux charges AL


qAL  L3c
 AL 
24  Ei  I
 qAL : 126,4 KN/m

Ed  11000. 3 30  34179,6MPa

 I : inertie de la poutre principale avec hourdie I= 0,1133
 D’où θAL = 11,72.10-3rad

3.3.3. Rotation due au charge BC :


Les charges BC sont des charge concentrée alors le calcul de la rotation sera par la
formule suivante :

PBc  a  b   Lc  b 
 Bc 
6  Ei  I  Lc

Alors, la charge concentrée PBc est distante de a à partir de l’appui gauche, et de b à


partir de l’appui droite, alors a + b = Lc

La ligne d’influence de rotation des charges BC correspond à l’équation suivante :

x   Lc  x    2 Lc  x 
  x 
6  Ei  I  Lc

Alors la position de la rotation maximale est la solution de l’équation suivante :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 130


d  x 
  2 Lc 2  6 Lc x  3x 2   0
1

dx 6  Ei  I  Lc

On trouve ainsi deux solutions :

X1=8.66 et X2=32.33>LC

Pour trouver la position du cas plus défavorables des charge BC on à étudier les
dispositions suivant :

Tableau 127. Tableau récapitulatif des rotations dues à la charge B C


Description  P   10
i i
2

1ére disposition Le dernier essieu sur x 0,20769

2éme disposition L’avant dernier essieu sur x 0,24246

3éme disposition Le premier essieu sur x 0,28232

D’où θBC=0.0028rad valeur des différente charges appliquées sont récapitulées dans
le tableau suivant :

Tableau 128.Les valeurs des rotations des différentes charges appliquées


Charges
Charges AL Charges BC
permanentes
θ (rad .10-3) 6,54 11,72 2,8

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 131


ANNEXE VIII. ETUDE DES ELEMENTS DE LA CULEE

1. Dalle de transition
La dalle de transition est supposée simplement appuyée d’un coté sur la culée sur une

bande de 0.15 m et de l’autre coté sur le remblai d’accès sur une largeur de 0.6 m .

Figure 69. Schéma statique de la dalle de transition

Les dimensions de la dalle de transition selon le document SETRA [7] sont :

Longueur : d = 5 m
Largeur : La dalle de transition doit contribuer à supporter la chaussée sous les zones
circulées. Elle règnera donc au droit de la chaussée au sens géométrique et sa largeur sera
celle de la chaussée D’où,Ld = Lr = 13.5m
Epaisseur : e = 0.30 m
Pente : P = 4%
0.3 0.6
lc = 5 − − = 4.65m
2 3
La dalle de transition est coulée directement sur un béton de propreté dosé à 150 Kg de
ciment d’épaisseur 10cm.

1.1. Sollicitations
Les surcharges prises en compte sont le poids propre, les charges permanentes de la
chaussée (couche de roulement et remblai) et l’essieu tandem Bt.

1.1.1. Sollicitations dues à la charge permanente :


On a lc = 4.65m . Pour une bande de 1 m , on a :
-poids propre :g1 = e × L × γBA = 0.3 × 13.5 × 25 = 101.25 KN/m
-poids de la chaussée + remblais :
0.807 + 0.56
g 2 = g r + g rem = 13.5 × (0.06 × 24 + 0.03 × 22 + × 20) = 212.9KN/m
2

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 132


g per = g1 + g 2 = 314.15 KN/m
Par suite, on aura les sollicitations suivantes :
lc 2 4.652
Mgu = 1.35 × g per × = 1.35 × 314.15 × = 1146.3 KN. m
8 8
Mgs = 849.1 KN. m
lc 4.65
Tgu = 1.35 × g per × = 1.35 × 314.15 × = 986 KN
2 2
Tgs = 730.4KN

1.1.2. Sollicitations dues à la charge Bt


Les essieux Bt sont placés de la manière décrite dans les figures ci-dessous.

Figure 70. Essieux Bt sur la dalle de transition (longitudinalement)

Figure 71. Essieux Bt sur la dalle de transition (transversalement)

Dans ce que suit, on détermine les moments fléchissants comme le montre la figure
suivante :

Figure 72. Moments fléchissant sous l’effet de la charge B t


MBt = γQ × ∑ Pi × Yi

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 133


l x(lc − x) lc 4.65
Y0 = y ( c⁄2) = = = = 1.1625m
lc 4 4

l
( c⁄2 − 1.35⁄2)
(4.65⁄2 − 1.35⁄2)
Y1 = Y2 = × Y0 = × 1.625 = 0.825m
lc⁄ 4.65⁄
2 2

→ ∑ Pi × Yi = 2 × (160 × 0.825) = 264 KN


Bt
Par conséquent, Mser = 1.2 × 264 = 316.8 KN. m ; MuBt = 1.6 × 264 = 422.4 KN. m
En ce qui concerne l’effort tranchant, les positions défavorables des essieux sont
pour :
X
Y1 = 1 − lc = 1m (x=0)

X
Y2 = 1 − lc = 0.71m (x=1.35)

Figure 73. Effort tranchant sous l’effet de la charge B t

D’où TBt = ∑ Pi × Yi = 160 × (1 + 0.71) = 273.6 KN


Bt
Par suite, Tser = 1.2 × 273.6 = 328.32 KN. m ; TuBt = 1.6 × 273.6 = 437.76 KN. m
Finalement, la somme des sollicitations dues à la charge permanente et à la surcharge
d’exploitation donnent les sollicitations de calcul.

Tableau 129. Sollicitations de calcul de la dalle de transition


Moments fléchissants
Efforts tranchants (KN)
(KN.m)
ELS 1165.9 1058.71
ELU 1568.7 1423.76

2. Mur du garde grève :


Le mur garde grève a comme dimensions : [7]
Hauteur h = hp + ha + hb =1.25+0.052+0.098= 1. 4

Epaisseur e = 0.25 m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 134


Longueur l =14,5.K = 15.24 m

Les forces verticales qui comprennent le poids propre et la réaction d’une charge
appliquée sur le mur, sont négligeables puisqu’elles ne créent pas du moment au niveau du
mur. Les forces horizontales à considérer sont la poussée de terre, la poussée d’une charge
locale située en arrière du mur garde grève et la force de freinage d’un essieu lourd de camion
Bc.

2.1. Sollicitations :
2.1.1. Poussée de terre :
Nous ne tenons pas compte de la présence de la chaussée, le moment maximal à
l’encastrement a pour expression :

i × Δ × h3
Mt =
6
Avec
h: hauteur de mur de gréve h = 1.4 m
i:Coefficient de poussée i = 0.3
Δ: poids volumique de remblai = 20KN/m3
0.3×20×1.43
D’où Mt = = 2.74 KN. m/ml
6

2.1.2. Poussée d’une charge locale située en arrière du mur :


Il a été vérifié que la sollicitation totale due aux camions Bc (poussée des charges
locales + freinage) était la plus défavorable pour le mur garde grève que d`autres charges sans
freinage telles que le tandem Bt, convois militaires.

L’effet le plus défavorable est produit par deux roues arrière de 6t de deux camions
accolés placées de telle manière que les rectangles d`impact soient au contact de la face
arrière du mur garde grève.

Les charges réelles (2 roues de 6t distantes de 0.5 m) sont remplacées par une roue
équivalente uniforme de 12t répartie sur un rectangle de (0.25m x 0.75m). Il sera admis que la
pression sur le rectangle d'impact ainsi défini se répartira à 45° latéralement et en arrière du
mur. On néglige l’effet de roues situées à 1.5m en arrière. Les schémas ci-après montrent les
principaux paramètres :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 135


Figure 74. Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde grève

Le moment fléchissant en un point de profondeur h a pour expression générale :


h
12 × K h−x
Mp = ∫ dx
0.75 + 2h 0.25 + x
0

Avec K : coefficient ayant pour valeurK = i × γ × δ × bc


i: coefficient de poussée = 0.3
γ: coefficient de penderation = 1.2
{
δ: coefficient de majoration dynamique
bc = 1.1
K = 0.3 × 1.2 × 1 × 1.1 = 0.396
Mp
La valeur de est explicitée ci-dessous pour différentes valeur de h : (selon SETRA)
K
Tableau 130. Détermination du moment de poussée selon h
h(m) 0.5 0.75 1 1.5 2 2.5 3
Mp 8.56 9.49
K
(KN. m/ml) 22.3 34 44.1 61.1 74.5
Mp 61.1−44.1
D’où pour h=1.4 m on a : = 44.1 + ( ) × (1.4 − 1) = 57.7 KN. m/ml
K 1.5−1

Donc Mp = 22.85 KN. m/ml

2.1.3. Force de freinage d’un essieu lourd du camion Bc :


Compte tenu de l`écartement des roues d’un essieu (2m) et pour des hauteurs courantes
du garde grève, nous ne considérons que l’effet d`une seule roue.La force de freinage est prise
égale au poids de la roue 6 t et nous avons :

6×h×γ 6 × 1.4 × 1.2


MF = = = 3.3 t. m/ml = 33 KN. m /ml
0.25 + 2 × h 0.25 + 2 × 1.4

2.1.4. Moment total à l’encastrement


Le moment d'encastrement à la base du mur garde grève aura pour expression la
formule suivante MTOT = MF + Mp + Mt = 33 + 22.85 + 2.74 = 58.6 KN. m/ml

Le SETRA propose, avec des hypothèses simplifiées pour la prise en compte des actions, une
expression approchée pour la valeur du moment à l’encastrement :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 136


MTOT = 2.5 × (h + 1) = 2.5 × (1.4 + 1) = 6 t. m/ml = 60 KN. m/ml

3. Mur en retours :
Les dimensions géométriques du mur en retour sont :

Hauteur :
2l 24
h   soit h = 2.62m
3 3
Hauteur d’encastrement :
2 h
h1   soit h1  2.4m
3
Epaisseur :
l2
e  soit e = 0.3m
20

Figure 75. Dimensionnement de mur en retour

3.1. Sollicitations :
Le mur en retour est soumis aux différentes charges suivantes :

 Poids propre y compris la superstructure.

 Poussées horizontales réparties.

 Charges concentrées vers l’extrémité du mur.

Les charges concentrées sont appliquées à 1m de l’extrémité théorique du mur et


comprennent une charge verticale de 4 tf et une charge horizontale de 2 tf.

Ces valeurs conventionnelles permettent de représenter :

 Les actions appliquées en cours de construction.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 137


 Les poussées sur le mur dues à des charges locales sur le remblais.
 Les charges accidentelles appliquées au mur en service.

Figure 76. Forces exercées sur le mur en retour

3.2. Ferraillage :
3.2.1. Flexion d’axe horizontale :
Mser = Mv = 19.64t. m
b=0.3m ; h=2.62m ; d=2.36m

σ bc  0.6.fc28  18MPa ; σ  215.56MPa


st
Mser 19.64 × 10−2
μs = = = 0.0065
b × d² × σbc 0.3 × 2.36² × 18

1 α
μ rb   α 1  (1  1 )
2 3
15  σ bc
α1   0.56
15  σ bc  σst

Donc
1 0.56
μ rb   0.56  (1  )  0.23
2 3
μs < μrb doncAsc = 0
15 40 × μs + 1 15 40 × 0.0065 + 1
Zb = ×d× = × 1.8 × = 1.57m
16 54 × μs + 1 16 54 × 0.0065 + 1
Ms 19.64×10−2
Donc la section d’armatures est Ast = Z = 1.57×215.65 = 5.8 cm²
b ×σst

0.23 × b × d × ft28 0.23 × 0.3 × 2.36 × 2.4


Ast,min = = = 7.8 cm²
fe 500
On choisit donc 3HA20As = 14.73 cm²

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 138


3.2.2. Flexion d’axe horizontal :
Mser = Mh = 15.57t. m
b=2.62m ; h=0.3m ; d=0.27m
Mu 15.57 × 10−2
μs = = = 0.042
b × d² × σbc 2.8 × 0.27² × 18

1 α
μ rb   α 1  (1  1 )
2 3
1 0.56
μ rb   0.56  (1  )  0.23
2 3
μs < μrb doncAsc = 0
30 × Mser 30 × 15.57 × 10−2
u= = = 0.11
b × d² × σst 2.62 × 0.27² × 215.65
−3⁄
λ = 1 + u = 1.11 →cos(φ) = λ 2 = 0.85 → φ = 31.78°
φ 31.78
α1 = 1 + 2 × √λ × cos(240 + ) = 1 + 2 × √1.1 × cos(240 + ) = 0.298
3 3
y1 = α1 × d = 0.298 × 0.27 = 0.08
1 1
Z = d − × y1 = 0.27 − × 0.079 = 0.24m
3 3
Ms 15.57 × 10−2
Ast = = = 29.6 cm²
Z × σst 0.244 × 215.65
0.23 × b × d × ft28 0.23 × 2.62 × 0.27 × 2.4
Ast,min = = = 7.8 cm²
fe 500
Donc on choisit 10 HA 20 = 31.4 cm²

3.2.3. Ferraillage transversal :


2.5 × l × h × e
Tu = 1.35 × + 1.5 × (0.3 × l + 4) = 13.47 t
2
b=0.3m ; d=2.52m

Tu 13.1 × 10−2 fc28


τu = = = 0.185 < τlim = min {0.15 1.5 = 3MPa
b×d 0.3 × 2.36
4MPa
τu < τlim OK
At b × γs × (τu − 0.3 × K × ft28 )
≥ (K = 0 reprise dé bétonnage)
St 0.9 × fe
At 30 × 1.15 × 0.185
≥ = 0.014 cm²/cm
St 0.9 × 500
At τu b
( )min = sup (0.4; ) × = 2.4 cm²/m
St 2 fe

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 139


On considère donc cette section.
Soit des barres HA10 : At = 1.57 cm²
Donc St ≤ 65.4 cm
L’espacement maximal est
0.9 d = 240.3 cm
St,max ≤ min { = 40cm
40 cm
On prend des HA10 tous les 30 cm.

Figure 77.Ferraillage du mur en retour

4. Chevêtre sur culée :


Les dimensions du chevêtre sur culée sont :

-Hauteur :hc = 1m
-Largeur lch = 1.55m
-Longueur : Lch = 14.8m × k
1
avec : K=  1.05146
sin 120 gr 

4.1. Evaluation des charges :


Le chevêtre peut être soumis en plus de son poids propre à certaines des actions ci-après
provenant du :

 -Mur garde grève


 -Dalle de transition
 -Mur en retour
 -Tablier lorsque des points d’appui ne sont pas disposés au droit des colonnes
 -Des vérins utilisés pour soulever le tablier.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 140


4.1.1. Poids propre :
La densité de charge est donnée par Δ1 = 2 × 25 × S = 50 × S

Tel que :
 S: la section totale du chevêtre y compris le mur de garde grève = 2.1
 un coefficient qui tient compte du poids moyen de la partie du tablier situé au droit du
chevêtre au moment de la construction = 2.
 25KN/m3 : poids volumique du béton
D’où Δ1 = 50 × 2.1 = 105 KN/m

4.1.2. Actions du mur garde grève :


 Charges verticales :

Les charges sont produites par les roues du système Bc ou Bt (seules en pratique à
considérer).
Cette charge n’est pas à considérer vu qu’il y a une dalle de transition.
 Charges horizontales :

L’effet des charges horizontaux sur le mur garde grève (freinage, poussées dues au poids
des terres ou aux charges) est détaillé dans l’étude du mur de garde grève, on utilise les
résultats pour le calcul du chevêtre.
MTOT = 58.6 KN. m/ml .

4.1.3. Actions de la dalle de transition :


Pour le calcul du chevêtre, nous devons prendre en compte les effets locaux de la dalle
de transition.

 Réaction de la charge permanente :

Δ3G = D × (1.25 × HD + 1.1 × HR )


Avec :
D : largeur de la dalle de transition=5m
HD : Épaisseur de la dalle de transition=0.3m
0.8+0.6
HR : Hauteur moyenne de la chaussée HR = = 0.70m
2

Donc Δ3G = 5 × (1.25 × 0.3 + 1.1 × 0.7) = 5.73 t/ml


 Réaction des charges Bc ou Bt :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 141


Figure 78. Effet locaux de la dalle de transition

On a des roues de rangées P1 et P2 équivalentes chacune à une charge répartie de


5.5t/ml.
P1 est affectée d’un coefficient de majoration dynamique égale à 2.
P2 se répartit entre les deux appuis de la dalle de transition et affectée d’un
coefficient de majoration dynamique égale à 1.5.
 Réaction totale :

En pratique, la densité de réaction maximale au niveau du chevêtre due à la dalle de


transition et aux rangées de roues P1 et P2 peut être prise égale à (15+D) en t/ml.

R max = 15 + 5 = 20t/ml
La densité de réaction minimale correspond à une dalle de transition non chargée
5.73t
exerçant une action au plus égale à Δ3G = = 57.3 KN/ml
ml

La densité totale est Δ = Δ3G + Δ1 = 57.3 + 105 = 162.3 KN/ml


Alors on a comme sollicitation sur 4 colonnes :

a² a²
M1 = −∆ 2 MA = ∆ 12
M < 0{ e²
; M > 0{ e²
; Tmax = 0.6 × ∆ × e
M2 = −∆ 10 MB = ∆ 12

Tel que ∆ : somme des réactions réparties


a : console du chevêtre a = 1.4.K m
e : entraxe des colonnes (pieux) e = 4.K m
1
avec : K=  1.05146
sin 120 gr 

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 142


Figure 79. Schéma représentatif du chevêtre

Tableau 131. Calcul des sollicitations dues aux charges réparties


Efforts
Moments négatifs Moments positifs
Moments fléchissants
M1 -175.85 MA 29.33
(KN.m)
M2 -287.1 MB 239.2
Efforts tranchants
409.6
(KN)
4.1.4. Actions du mur en retour
Les actions transmises par les murs en retour au chevêtre sont très diverses et aléatoires.
Les plus importantes d’entre elles sont dues à des charges variables concentrées appliquées au
mur.

L’ensemble des actions transmises au chevêtre peur être simulée par deux forces concentrées
appliquées à 1m de l’extrémité théorique du mur et égales respectivement à 5t dans le sens
vertical et 3t dans le sens horizontal (perpendiculairement au mur).

Tableau 132. Sollicitations du mur en retour


Forces verticales Forces horizontales
𝐌𝐯 (𝐊𝐍. 𝐦) 𝐓𝐯 (KN) 𝐌𝐡 (𝐊𝐍. 𝐦) 𝐓𝐡 (KN)
19.64 91.3 155.7 92

Éventuellement les sollicitations dues au mur en retour qui ont pour expression :
- Effort tranchant : T = Tv = 91.3 KN
- Moment fléchissant : M = −a × T = −134.4 KN. m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 143


4.1.5. Actions du tablier
Le chevêtre est porteur lorsque les points d’appui ne sont pas disposés en face des
colonnes, dans le cas contraire c'est-à-dire lorsque les points d’appui sont disposés en face des
colonnes le tablier n’exerce pas des efforts sur le chevêtre.

-Charge concentrée du tablier/

Pt = G + 0.25 × Q + Gentre = 242.825 + 0.25 × 49.4 + 9.6 = 302 KN


-Poids propre du chevêtre

Pc = lc × hc × 25 = 2 × 25 = 50.8 KN/m
En modélisant le chevêtre et les actions exercées sur lui à l’aide de RDM6 , on obtient
les moments et l’effort tranchant résultant.

Figure 80. Diagramme des moments fléchissant dues à l’action du tablier

Figure 81. Diagramme des efforts tranchants dues à l’action du tablier

Tableau 133. Sollicitations dues à l’action du tablier


M > 0 (KN.m) M < 0 (KN.m) T (KN)
230 -400 60

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 144


4.1.6. Action des vérins de soulèvement du tablier
Les Opérations du vérinage créent dans le chevêtre des efforts tranchants essentielles
qui doivent être pris en compte pour le dimensionnement des chevêtres.

Les réactions d’appui lors de l’action de vérinage sont déterminées pendant le calcul de
l’entretoise.

Poids propre du chevêtre Pc = 41.2 KN/m

Figure 82. Diagramme des moments fléchissant lors du vérinage

Figure 83. Diagramme des efforts tranchants lors du vérinage

Tableau 134. Sollicitations lors du vérinage


M > 0 (KN.m) M < 0 (KN.m) T (KN)
109.7 - 270 1002

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 145


4.2. Sollicitations totales
Les efforts dus aux différentes charges sont récapitulés dans le tableau suivant.

Tableau 135. Tableau récapitulatif des sollicitations appliquées sur le chevêtre sur culée
M (KN.m)
Nature de charge T(KN)
M>0 M<0
Poids propre (y compris le mur
239.2 -287.1 409.6
garde grève et la dalle de transition)
Mur en retour 0 -134.4 91.3
Mur garde grève 58.6 0 0
Tablier 230 -400 60
Vérins de soulèvement du tablier 109.7 - 270 1002
Total 637.5 -1091.5 1562.9

5. Ferraillage :
Le chevêtre en tête de piles-culées ou piles à colonnes doit comporter un ferraillage
longitudinal constructif minimal, dont le pourcentage de l’ensemble des nappes ne sera
pas inférieur à 0.5 %.

La section minimale d’armatures transversales par un plan horizontal doit être au


moins égale à 0.2 % fois l’aire du béton correspondant, et l’espacement des cours
successifs d’armatures transversales doit être inférieure à 10 cm.

5.1. Ferraillage de flexion :


5.1.1. Calcul des armatures de flexion longitudinale :
On a b=1.55m; h=1 m; d=0.9m

 Nappe supérieure
Mser = 1091.5 KN. m
Mser 1091.5 × 10−3
μs = = = 0.048
b × d² × σbc 1.5 5 × 0.9² × 18
μs < μrb donc Asc = 0
30 × Mu 30 × 1091.5 × 10−3
u= = = 0.12
b × d² × σst 1.55 × 0.9² × 215.56
−3⁄
λ = 1 + u = 1.12 ; cos (φ) = λ 2 = 0.84 ; φ = 33.47°
φ 33.47
α1 = 1 + 2 × √λ × cos(240 + ) = 1 + 2 × √1.12 × cos(240 + ) = 0.3
3 3
y1 = α1 × d = 0.3 × 0.9 = 0.27m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 146


1 1
Z = d − × y1 = 0.9 − × 0.253 = 0.82m
3 3
Ms 1091.5 × 10−3
Ast = = = 61.75 cm²
Z × σst 0.82 × 215.56
0.23 × b × d × ft28 0.23 × 1.55 × 0.81 × 2.4
Ast,min = = = 13.86 cm²
fe 500
Donc on choisit 9HA32. Soit As,ch = 72.38 cm²
 Nappe inférieure :
Mser = 637.5 KN. m
Mser 637.5 × 10−3
μs = = = 0.028
b × d² × σbc 1.55 × 0.9² × 18
μs < μrb donc Asc = 0
30 × Mu 30 × 637.5 × 10−3
u= = = 0.071
b × d² × σst 1.55 × 0.9² × 215.56
−3⁄
λ = 1 + u = 1.071 ; cos (φ) = λ 2 = 0.9 ; φ = 25.55°
φ 25.55
α1 = 1 + 2 × √λ × cos(240 + ) = 1 + 2 × √1.071 × cos(240 + ) = 0.242
3 3
y1 = α1 × d = 0.242 × 0.9 = 0.22m
1 1
Z = d − × y1 = 0.9 − × 0.22 = 0.826
3 3
Ms 637.5 × 10−3
Ast = = = 35.8 cm²
Z × σst 0.826 × 215.56
0.23 × b × d × ft28 0.23 × 1.55 × 0.81 × 2.4
Ast,min = = = 13.86 cm²
fe 500
Donc on choisit 9 HA 25. Soit As,ch = 44.17 cm²

5.1.2. Armatures transversales:


On a Tser = 1562.9 KN Tu = 2110 KN
 Vérification du béton :
Tu 2110 × 10−3
τu = = = 1.51 MPa
b×d 1.55 × 0.9
fc28
τlim = min {0.15 = 3MPa
1.5
4MPa
τu ≤ τlim Ok
 Armatures :
At b × γs × (τu − 0.3 × K × ft28 )

St 0.9 × fe

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 147


At 1.55 × 1.15 × 1.51
≥ = 59.8 cm²/cm
St 0.9 × 500
 Acier transversal minimal :
At τu b
( )min ≥ sup (0.4; ) ×
St 2 fe
At 1.51 1.55
( )min ≥ sup (0.4; )×
St 2 500
At
( )min ≥ 23cm²/cm
St
 Armatures de flexion transversale :
b=15.56m ; h=1 m ; d=0.9m
M = 1034.6 KN. m
Mser 1034.6 × 10−3
μs = = = 0.0046
b × d² × σbc 15.56 × 0.9² × 18
Donc

μs < μrb donc Asc = 0


30 × Mu 30 × 1034.6 × 10−3
u= = = 0.011
b × d² × σst 15.56 × 0.9² × 215.56
−3⁄
λ = 1 + u = 1.011 ; cos (φ) = λ 2 = 0.98 ; φ = 10.66°
φ 10.66
α1 = 1 + 2 × √λ × cos(240 + ) = 1 + 2 × √1.011 × cos(240 + ) = 0.104
3 3
y1 = α1 × d = 0.104 × 0.9 = 0.094m
1 1
Z = d − × y1 = 0.9 − × 0.094 = 0.87m
3 3
Ms 1034.6 × 10−3
Ast = = = 55.81 cm²
Z × σst 0.86 × 215.56
0.23 × b × d × ft28 0.23 × 15.56 × 0.9 × 2.4
Ast,min = = = 151.42cm²
fe 500
D’où pour 1m on aura :
136.28
Ast = = 9.94 cm²/m
15.24
Soit 4HA20. As = 12.57cm²/m

5.2. Ferraillage de torsion :


Pour déterminer le ferraillage nécessaire pour résister aux efforts de torsion, on
considère une section en forme de rectangle ayant la hauteur du chevêtre et dont la largeur
lt est égale à la largeur du chevêtre lc.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 148


La section équivalente a comme dimensions :

b= lc = 1.55m
a = hc = 1m
h
e = 6 =0.167m

Avec :
U : périmètre moyen U = 2 × [(1.55 − 0.167) + (1.55 − 0.167)] = 5.53m
Ω : L’aire moyenne Ω = (1.55 − 0.167) × (1.55 − 0.167) = 1.912 m²

5.2.1. Calcul des armatures longitudinales :


Cu × U γs 785.7 × 10−3 × 5.53 1.15
Al = × = × = 26.1cm²
2×Ω fe 2 × 1.912 500
Il faut que :
0.4 × t × U 0.4 × 0.167 × 5.53
Al ≥ = = 7.4 cm² OK
fe 500
On choisit 4HA20. As = 12.57 cm²

5.2.2. Calcul des armatures transversales :


Les armatures transversales sont constituées de cadres enveloppant dont les plans
sont normaux à la ligne moyenne et l’écartement au plus égal à 35 cm.

At Cu γ 785.7 × 10−3 1.15


= × s= × = 4.76 cm²/cm
St 2 × Ω fe 2 × 1.9 500
 Justification du béton
On désigne par :
-τuv la contrainte tangente due à l’effort tranchant Vu
Tu 2110 × 10−3
τuv = = = 1.51 MPa
b×d 1.55 × 0.9
-τuT : la contrainte tangente due au couple torsion Cu
Cu 2110 × 10−3
τuT = = = 3.3 MPa
2×Ω×t 2 × 1.91 × 0.167
- τ u : la contrainte de cisaillement limite définie pour les armatures d’âme droite qui sont les
seules à utiliser en torsion
fcj
0.2 = 4MPa
τ u  = min { γb
5MPa
On doit vérifier que (τuv )² + (τuT )² ≤ ( τ u )²
(1.51)2 + (3.3)2 ≤ (4)²

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 149


13.17 ≤ 16 OK

5.3. Résultats de ferraillage:


5.3.1. Armatures longitudinales :
 Flexion longitudinale :
 Nappe inférieure : 9 HA 25
 Nappe supérieure : 9 HA 30
 Flexion transversale : 4 HA 20/ml
 Torsion 4 HA 20

5.3.2. Armatures transversales :


At At At
( )Totale = ( )V + 2 × ( )C = 59.8 + 2 × 4.76 = 69.3cm²/cm
St St St
-Diamètres des aciers transversaux

Φl Φl = 20mm
h h
= 28.57mm
Φt ≤ min 35 = min 35 = 25 mm
b0 b0
{10 { 10 = 155mm
On choisit Φt = 12mm
Soit 1 cadre HA12+ 9 épingles HA8
Alors At = 11.31
At 11.31
St ≤ = = 16 cm
ATOT 69.33
0.9 × d
-Espacement maximal St ≤ min { = 40cm
40 cm

Alors on prend 1 cadre HA12+9 épingles HA8 tous les 16 cm.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 150


ANNEXE IX. ETUDE DES ELEMENTS DE LA PILE

1. Chevêtre sur pile :

1.1. Sollicitations :
Le chevêtre est soumis, en plus de son poids propre, à certains des actions ci-après
provenant du :

- Poids propre du tablier

- Surcharge d`exploitation Bc

- Charge linéaire du chevêtre

-Vérins : Les vérins sont généralement placés à côté des appareils d’appui, là où le chevêtre
est dimensionné sous une action plus importante (réaction du tablier).

Les Dimensions du chevêtre sur pile sont :

h =1m

l =1.8 m

L= Ltab=14.5.K = 15.56 m

On va modéliser le chevêtre à l’aide du logiciel RDM 6 ossature afin de déterminer la


répartition des charges appliquées sur cette dernière en service et en vérinage .Deux cas de
chargements se présentent :

- 1er cas: si les deux travées sur pile intermédiaire sont chargées par les surcharges
d’exploitation.

- 2eme cas: si l’une des travées est chargée et l’autre est déchargée ce qui entraine un moment
de torsion en tête de colonne.

Le moment de torsion dans la section d’encastrement du chevêtre sur la colonne sera


maximal si la réaction au niveau d’un appareil d’appui est maximale et la réaction en face
est minimale.

D’où R = R max − R min .

Le moment de torsion est donné : C = R. Er + H. ev

Tel que :
 Er est l’excentricité de la réaction du tablier Er = 0.375 m
 ev est l’excentricité verticale est = 0.5+0.098 =0.598m.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 151


 H : Effort horizontal

Pour les efforts permanents maximaux et minimaux Gmax et Gmin ,les sollicitations sont
min max
déterminées comme suit : Gper = 0.97Gmin ; Gper = 1.03Gmax .
Nous donnons les différentes combinaisons traitées en état de limite ultime aussi bien
que l’état ultime de service.

-Combinaisons à l’ELS
C1 = Gmax + R ret
C2 = C1 + 1.2 (Al + FAL ) + 0.6 TLD
C3 = C1 + 1.2 (BC + FBC ) + 0.6 TLD
C4 = C1 + Mc120 + 0.6 TLD
C5 = Gmin + R ret + TCD
-Combinaisons à l’ELU
C6 = 1.35 C1 + 1.6 (Al + FAL ) + 0.78 TLD
C7 = 1.35 C1 + 1.6 (BC + FBC ) + 0.78 TLD
C8 = 1.35 C1 + 1.35 Mc120 + 0.78 TLD
C9 = Gmin + R ret + 1.35 TCD

1.1.1. En service :
 Effort dû à la charge permanente :
Après modélisation avec le logiciel RDM6 on a : g =23.75 KN/m
On obtient le résultat suivant pour la réaction d’appuis :Nper =251.7 KN
Pour le cas de deux travées chargées on a Nper =2×251.7 =503.4 KN
Donc :
Gmax=503.4 * 1.03 = 518,502
Gmin=503.4 * 0.97 = 488,298

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 152


 Effort du à la charge AL
1er cas: Une travée chargée : R AL = 1340.24 × ηAL = 1340.24 × 0.127 = 170.21 KN
2er cas: Deux travées chargées : R AL = 2 × 1340.24 × ηAL = 2 × 1340.24 × 0.127 =
340.42 KN
Le moment de torsion est C = R × Er = 63.83
 Effort du à la charge Bc
1er cas: Une travée chargée :
R BC = 403.9 × ηBC × δBC × bc = 480 × 0.435 × 1.126 × 0.95 = 187.9 KN
2ème cas: Deux travées chargées :
R BC = (299.85 + 156.7) × ηBC × δBC × bc = 212.46KN
Le moment de torsion est C = R × Er = 70.463 KN

 Effort dus à la charge Mc120


1er cas : Une travée chargée :
R Mc120 = 953.4 × ηMc120 × δMc120 = 953.4 × 0.196 × 1.11 = 207.42 KN
2ème cas: Deux travées chargées :
R Mc120 = (2 × 517.53) × ηMc120 × δMc120 = 225.188 KN
Le moment de torsion est C = R × Er = 77.783 KN

Tableau 136. Tableau récapitulatif des sollicitations dû aux charges roulantes


Efforts 1travée chargée 2 travées chargées
Nper 251.7 503.4
𝐑 𝐀𝐋 170.21 340.42 KN
𝐑 𝐁𝐂 187.9 212.46
𝐑 𝐌𝐜𝟏𝟐𝟎 207.42 225.188
 Moment de torsion :
Le moment de torsion est à C=R.Er
Avec R est la réaction dans le cas d’une travée chargée
Tableau 137. Moment de torsion dus à la charge routière
AL BC Mc120
Moment de torsion (KN.m) 63.83 70.46 77.783
Les efforts horizontaux seront devisés par le nombre des appareils d’appuis sur chevêtre
n=2×11=22

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 153


Tableau 138. Tableau récapitulatif des sollicitations dues aux efforts horizontaux
Efforts horizontaux (KN) Couple du au Fr (KN.m)

Une travée deux travées Une travée deux travées

Fr_AL (KN) 3.57 7.13 2.13 4.27


Fr_BC (KN) 5.01 10.02 3 6
RET (KN) 8.3 8.3 4.96 4.96
TCD (KN) 16.61 16.61 9.93 9.93
TLD (KN) 6.23 6.23 3.73 3.73

Tableau 139. Couple totale apliquée sur le chevetre


Une travée Deux travées travée
AL+FrAL 65.96 4.27
Bc+FrBC 73.46 6
RET 4.96 4.96
TCD 9.93 9.93
TLD 3.73 3.73

Ces efforts horizontaux et verticaux seront appliques par la suite sur le logiciel RDM
6 qui nous donne les sollicitations maximales de calcul pour chaque combinaison.

On traite toutes les combinaisons d’action citées précédemment pour une travée
chargée et deux travées chargées afin d’avoir les sollicitations de calcul en service.

Figure 84. Modélisation d’un cas de charge en service

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 154


 1 Travée chargée
Tableau 140. Sollicitations de calcul en service pour une travée chargée

Efforts Moments de
M
tranchants torsion RZ RY MX
fléchissant
(KN) (KN.m)

C1 1000,5 673,5 8,19 1789,9 23,6 14,1


C2 1277,7 828,5 142,59 2244,5 37,6 246,1
ELS C3 1312,74 850,9 157,45 2305 51,4 271,8
C4 1282,93 831,85 140,33 2253,5 34,3 242,2
C5 890,71 581,15 24,59 1575,7 71 42,4
C7 1689,62 1091,8 190,13 2956,1 62 328,2
C6 1736,33 1121,66 209,92 3036,8 68,6 362,4
ELU C8 1702,29 1099,9 15,85 2978 45,8 27,4
C9 890,71 581,15 30,33 1575,9 1575,9 52,4

 2 Travées chargées
Tableau 141. Sollicitations de calcul en service pour deux travées chargées
Efforts Moments
M
tranchants de torsion RZ RY MX
fléchissant
(KN) (KN.m)
C1 1000,46 673,47 8,19 1789,8 23,6 14,1
C2 1614,84 1044 20,35 2826,9 68,6 35,1
ELS C3 1361,39 882 23,78 2389 58,7 41
C4 1312,26 850,59 140,33 2304,2 34,3 34,3
C5 890,71 581,15 24,74 1575,9 82,9 42,7
C6 2139,14 1379,12 27,14 3732,7 91,4 46,8
C7 1801,19 1163,12 31,71 3148,8 78,3 54,7
ELU
C8 1741,89 1125,21 15,86 3046,4 45,8 27,4
C9 890,71 581,15 30,33 1575,9 87,5 52,3

1.1.2. Lors du vérinage :


Au cours de la phase de vérinage, il existe seulement la réaction des vérins et la
surcharge d’un trafic léger (25% de la surcharge AL) sur le chevêtre avec la présence des
efforts horizontaux (RET, TLD,TCD).

 Efforts dus à la charge permanente :


Tableau 142. Réaction dus a la charge permanente
Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4
G 1202 1567 1567 1202
Gmax 1238,06 1614,01 1614,01 1238,06
Gmin 1165,94 1519,99 1519,99 1165,94

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 155


 Sollicitation dus à la charge AL :
En cas de vérinage, on tient compte de la charge d’exploitation engendrée par le trafic

léger (système AL) et cette charge est limitée à 25% de la charge normale de service.

D’après le calcul précédent, on a déjà l’effort dû à la charge AL par chaque poutre égale à
170.21 KN pour une travée chargée et 340.42 pour deux travées charger

Figure 85: réaction dus à la charge AL

Tableau 143. Réaction dus à la charge de 0.25 AL (une travée vériné)


Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4
Réaction 101.6 132.5 132.5 101.6
couple 38.1 49.7 49.7 38.1

Tableau 144. Tableau récapitulatif des réactions dus à la charge AL (deux travées vérinées)
Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4
Réaction 203.2 264.9 264.9 203.2

 Efforts horizontaux:

Lors du vérinage, le nombre des appuis sur chevêtre considérée est égale aux nombre
des vérins de seule ligne d’appui = 4

Tableau 145. Tableau des sollicitations dus aux efforts horizontaux (freinage AL)
Appui FAL (KN)
Pile 78.47
F /4 19.62
Moment de torsion
11.73
M=F×e
1.2. Sollicitations de calcul :
Ces efforts horizontaux et verticaux seront appliques par la suite sur le logiciel RDM6
qui nous donne les sollicitations maximales de calcul pour chaque combinaison.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 156


Figure 86. Modélisation d’un exemple de cas de charge lors du vérinage

Tableau 146 tableau de sollicitations lors du vérinage (1 travée chargée)


Effort Moment
Moment de
tranchant fléchissant Ry Rz
Combinaison torsion (KN.m)
(KN) (KN.m)
C1 1980 0 140,31 0 1769
ELS C2 1720 71,61 455,35 23,5 1809,2
C5 1487,99 0 395,7 0 1577.3
C6 2285,78 95.5 598,05 31,3 2375
ELU
C9 1487,99 0 395,7 0 1577.3

1.3. Sollicitations finales de calcul :


M = max ( │Mservice │; │Mvérinage │)
T = max(Tservice ; Tvérinage )
C = max(Cservice ; Tvérinage )
Tableau 147. Tableau récapitulatif des sollicitations de calcul du chevêtre sur pile

Effort Moment de Moment longitudinal (KN.m)


Combinaison
tranchant (KN) torsion (KN.m) En travée Sur appui
ELS 1614,84 157,45 850,9 -850,9
ELU 2285,78* 209,92 1379,12 -1379,12
(*) L’effort tranchant est maximal lors de vérinage, car la position des vérins sont très proche
des axes de colonnes, (on peut minimiser l’effort tranchant par l’utilisation d’autre
positionnement des vérins).
Plus que la torsion, on a aussi transversalement un moment de flexion qui est défini
par : Moment de flexion transversal : Mtablier= 2 R Er

Avec, R = Rmax - Rmin

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 157


Le calcul précédent montre que le cas le plus défavorable pour avoir une flexion
transversale maximale est de charger une travée par une file de BC et l’autre travée est
déchargée 𝑅 = 187.9 KN ;

Tableau 148:calcul du moment de flexion transversal

Moment transversal (KN.m)


ELS 140.93
ELU 190.25
1.4. Ferraillage du chevêtre sur pile :
1.4.1. Armatures de flexion (MFZ) :
b = 1.7 ∗ K = 1.79 m ; h = 1m ; d = 1 ∗ 0.9 = 0.9m
Fissuration préjudiciable
 Dimensionnement à l’ELS ( Mser = 850.9 KN. m)
Mser 850.9 × 10−3
μs = = = 0.0325
b × d² × σbc 1.79 × (0.9)² × 18
μs < μrb donc Asc = 0
30 × Ms 30 × 850.9 10−3
u= = = 0.0816
b × d² × ̅̅̅̅
σst 1.79 × 0.9² × 215.65
−3⁄
λ = 1 + u = 1.0816 ; cos (φ) = λ 2 = 0.889 ; φ = 27.252°
φ 27.252
α1 = 1 + 2 × √λ × cos(240 + ) = 1 + 2 × √1.0816 × cos(240 + ) = 0.257
3 3
y1 = α1 × d = 0.257 × 0.9 = 0.23m
1 1
Z = d − × y1 = 0.9 − × 0.232 = 0.823m
3 3
Ms 851 × 10−3
Aser = = = 47.96 cm²
Z × σst 0.823 × 215.65
0.23 × b × d × ft28 0.23 × 1.79 × 0.9 × 2.4
Ast,min = = = 17.78 cm²
fe 500
Donc on choisit 10 HA 25.Soit As = 49.1 cm²
 Dimensionnement à l’ELU (Mu = 1379.12 KN. m)
Mu 1379.12 × 10−3
μu = = = 0.056
b × d² × fbu 1.79 × 0.9² × 17

μu < μl = 0.39 donc Asc = 0


α = 1.25 × (1 − √1 − 2 × μu ) = 1.25 × (1 − √1 − 2 × 0.056) = 0.072
Zb = d × (1 − 0.4 × α) = 0.9 × (1 − 0.4 × 0.072) = 0.874m
La section d’acier est :

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 158


Mu 1379.12 × 10−3
As = = = 45.36 cm²
Zb × fsu 0.874 × 347.826
On a Aser = 47.97 cm² > As = 45.36 cm²
Alors le choix des armatures donc 10 HA25 AS=49.1 cm²

1.4.2. Armatures transversales :


On a Tu = 2285.78 KN
 Vérification du béton
Tu 2285.8 × 10−3
τu = = = 1.42 MPa
b×d 1.79 × 0.9
fc28
τlim = min {0.15 1.5 = 3MPa
4MPa
τu ≤ τlim OK
 Armatures
At b × γs × (τu − 0.3 × K × ft28 )

St 0.9 × fe
At 1.79 × 1.15 × 1.42
≥ = 64.95 cm²/cm
St 0.9 × 500
 Acier transversal minimal
At τu b
( )min ≥ sup (0.4; ) ×
St 2 fe
At 1.42 1.79
( )min ≥ sup (0.4; )×
St 2 500
At
( )min ≥ 25.4 cm²/cm
St

1.4.3. Armatures de flexion (MFY):


b = 15.56 m ; h = 1 m ; d = 0.9 m
On a Mser = 140.93 KN. m
Mser 140.93 × 10−3
μs = = = 62,12 . 10−5
b × d² × σbc 15.56 × 0.9² × 18
μs < μrb donc Asc = 0
30 × Ms 30 × 140.93 × 10−3
u= = = 15,56.10−4
b × d² × σst 15.56 × 0.9² × 215.65
−3
λ = 1 + u = 1.0016 → cos (φ) = λ ⁄2 = 0.997 →φ = 3.97
φ
α1 = 1 + 2 × √λ × cos(240 + ) = 1 + 2 × √1.0016 × cos(240) = 0.04
3
y1 = α1 × d = 0.04 × 0.9 = 0.036m

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 159


1 1
Z = d − × y1 = 0.9 − × 0.036 = 0.89m
3 3
Ms 140.93 × 10−3
Ast = = = 7.34 cm²
Z × σst 0.89 × 215.65
0.23 × b × d × ft28 0.23 × 15.56 × 0.9 × 2.4
Ast,min = = = 154.6 cm²
fe 500
D’où pour 1m on aura :
154.6
Ast = = 9.936cm²
15.56
Soit 4HA20. As = 12.57cm²

1.4.4. Armatures de torsion :


h
e = 6 = 0.167 m ; a = 1m ; b = 1.96m

Avec :
Ω : L’aire moyenne Ω = (1.79 − 0.167) × (1 − 0.167) = 1.35 m²
U : périmètre moyen U = 2 × [(1.79 − 0.25) + (1 − 0.25)] = 4.58m
 Calcul des armatures longitudinales :
Cu = 209,92 KN. m
Cu × U γs 209.92 × 10−3 × 4.58 1.15
Al = × = × = 8.2 cm²
2×Ω fe 2 × 1.35 500
0.4×t×U 0.4×0.167×4.58
Il faut que Al ≥ = = 6.11 cm² OK
fe 500

On choisit 4HA20 As = 12.56 cm²


 Calcul des armatures transversales :
Les armatures transversales sont constituées de cadres enveloppant dont les plans sont
normaux à la ligne moyenne et l’écartement au plus égal à 35 cm.

At Cu γs 209.92 × 10−3 1.15


= × = × = 1.8 cm²/cm
St 2 × Ω fe 2 × 1.35 500
 Justification du béton :
On désigne par
- τuv la contrainte tangente due à l’effort tranchant Vu :
Tu 2285.8 × 10−3
τu = = = 1.42 MPa
b×d 1.79 × 0.9
- τuT : contrainte tangente due au couple torsion Cu :
Cu 140.93 × 10−3
τuT = = = 0.313MPa
2×Ω×t 2 × 1.35 × 0.167

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 160


- τ u : la contrainte de cisaillement limite définie pour les armatures d’âme droite
qui sont les seules à utiliser en torsion

fcj
τ u  = min { γb = 4MPa
0.2
5MPa
On doit vérifier que

(τuv )² + (τuT )² ≤ (  u )²
(1.42)2 + (0.313)2 ≤ (4)²
2.11 ≤ 16 Ok

1.4.5. Armatures de peau :


Le périmètre de chevêtre est égal à : p = 2 × [(1.79 − 0.167) + (1 − 0.167)] = 4.9m,
ce qui donne une section minimale d’armature de peau égale à Ap = 3×4.9=14.7 cm².

On prend 8 HA16qui correspond à Ap = 16.08 cm2

1.4.6. Récapitulation :
 Armatures longitudinales

Tableau 149. Armatures longitudinales du chevêtre sur pile


Armatures de flexion longitudinale Armatures de
Armatures de flexion Armatures de peau
Nappe supérieure Nappe inférieure torsion
transversale
10HA25 10 HA 25 4HA20 4 HA 20 8 HA16

 Armatures transversales
At At At
( )Totale = ( )V + 2 × ( )C = 64.95 + 2 × 1.8 = 68.55 cm²/cm
St St St
-Diamètre des aciers transversaux
Φl Φl = 25mm
h h
= 28.57 mm
Φt ≤ min 35 = min 35 = 25 mm
b0 b0
{10 { 10 = 179 mm
On choisit Φt = 10mm
Soit 1 cadre HA10+10 épingles HA10
Alors At = 9.42cm²
At 9.42
St ≤ = = 137cm
ATotale 68.55
-Espacement maximal

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 161


0.9 × d
St ≤ min { = 40cm
40 cm
Alors on prend 1 cadre HA10+10 épingles HA10 tous les 12cm

2. Etude des colonnes :

2.1. Introduction :
Les appuis sont définis essentiellement par leurs caractéristiques géométriques et
mécaniques, ils ont pour but de transmettre les descentes des charges à la fondation.

On distingue différentes types telles que : les voiles, les colonnes et les poteaux.
La justification des piles d’un pont nécessite la connaissance des efforts qui sont appliqués,
ces efforts sont repartis en fonction de la rigidité de chaque appui.
Pour dimensionner les colonnes, plusieurs cas sont susceptibles d’être envisagées :

 Les colonnes sont soumises à un effort normal suite à un chargement symétrique des
deux travées.
 Les colonnes sont soumises à une flexion dans le cas ou une seule travée est chargée
(l’effet des charges permanentes et le plus prépondérant).
 Les colonnes sont soumises à l’action des charges horizontales (freinages, effet
thermique, retrait, fluage….).
 Calcul des efforts
Les efforts appliqués au pied de colonne sont déterminées dans la première partie
(étude de chevêtre sur appui intermédiaire) par RDM ossature (Rz Ry correspond
respectivement à l’effort normal et l’effort horizontale).

Par suite la hauteur à considérer pour avoir le moment au pied de la colonne qui
résulte des actions horizontales est celle de la colonne augmentée par la hauteur du
chevêtre avec h=1.00+9.6=10.6m

Φ 2 1 2
On ajoute le poids propre de colonne : Pc = π × ( 2 ) × Lc × γ = π × (2) × 9.6 ×

25 = 188.5 KN

Le moment de torsion appliqué au niveau du chevêtre va être transmis en un moment


fléchissant aux colonnes. D’où : M = H × L + C

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 162


Tableau 150. les réactions verticale et horizontales des différente combinaisons à la tête de colonne (une
travées chargées)
ELS ELU
C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9
RZ (KN) 1789,9 2244,5 2305 2253,5 1575,7 2956,1 3036,8 2978 1575,9
RY (KN) 23,6 37,6 51,4 34,3 71 62 68,6 45,8 1575,9
MX (KN.m) 14,1 246,1 271,8 242,2 42,4 328,2 362,4 27,4 52,4

Tableau 151. les réactions verticale et horizontales des différente combinaisons à la tête de colonne (deux
travées chargées)
ELS ELU
C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9
RZ (KN) 1789,8 2826,9 2389 2304,2 1575,9 3732,7 3148,8 3046,4 1575,9
RY (KN) 23,6 68,6 58,7 34,3 82,9 91,4 78,3 45,8 87,5
MX (KN.m) 14,1 35,1 41 34,3 42,7 46,8 54,7 27,4 52,3
A partir des résultats de calcul en service et lors du vérinage, on peut extraire les
réactions verticales et horizontales les plus sollicitées. Le tableau suivant résume les efforts
appliqués à la tête de la colonne qui entraient dans le calcul du ferraillage.

Tableau 152. Valeurs de sollicitations au pied de la colonne

Combinaisons N/col(KN) H/col(KN) M (KN.m) M/col(KN)


ELS 3015.4 82,9 271,8 1150.54
ELU 3987.18 91,4 362,4 1331.24

2.2. Vérification de la colonne vis-à-vis le flambement :


L’effort normal est une force de compression appliquée sur la pile.

Le phénomène de flambement est annulé si et seulement si la condition suivante est vérifiée :


lf 20 × e0
≤ sup(15; )
Φpile Φpile
Avec e0 : excentricité
lf : longueur de flambement
l0 : longueur libre du colonne
Mu 1331.24
e0 = = = 0.33 m
Nu 3987.18
lf = K × l0
I1 I2
R1 = = R 2 = > R 0 alors K = 0.7
l1 l2
lf = 0.7 × 10.6 = 7.42m
lf 7.42 20 × 0.36
= = 7.42 ≤ sup(15; ) = 15
Φpile 1 1

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 163


2.3. Vérification de la colonne vis-à-vis l’élancement :
Pour une colonne de section circulaire, l’élancement est donné par la formule suivante :

4×lf 4×7.42
λ= = = 29.68 < 50
Φpile 1

2.4. Ferraillage :
Nous utilisons des armatures hautes adhérence Fe 500pour les diamètres HA25 et
HA32. Enrobage e = 5 cm

2.4.1. Ferraillage longitudinal


 Calcul à l’ELU : M = 1331.24 KN.m ; N = 3987.18 KN
Soit R: rayon de la colonne = 0.5m
R s : rayon de la colonne prévu de l′enrobage
RS
= 0.9 alors R S = 0.9 × 0.5 = 0.45m
R
c = R − R S = 0.05m
0.85fc28 0.85×30
On a : fbu = = = 17 MPa
θ×γb 1.5

0.8fc28 0.8 × 30
fbc = = = 16 MPa
θ × γb 1.5
4M 4 × 1331,24 .10−3
μ= = = 0.1
π × fbu × D3 π × 17 × 13
4N 4 × 3987,18 .10−3
v= = = 0.3
{ π × D² × fbu π × 17 × 1²

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 164


Figure 87. Diagramme de calcul de ferraillage pour une section partiellement comprimée

M b
e0 = = 0.33m > 8 = 0.125m → Section partiellement comprimée
N

En projetant les 2 paramètres v sur l’axe des ordonnées et µ sur l’axe des abscisses, on pourra
déterminer le paramètre ρ = 0.04
La section d’armature est donnée par :
ρ × π × D² × fbu × 𝛾 0.04 × π × 1² × 17 × 1.15
A= = = 22,72. 10−4 m²
4 × fe 4 × 500
La section d’armature minimale : 0.2% de la section du béton
π × D² π × 1²
Amin = 0.2 × = 0.2 × = 15.7 cm²
4 4
Alors, nous considérons comme ferraillage longitudinal 16 HA20
Une distance maximale entre les armatures de 40 cm est à respecter.

2.4.2. Ferraillage transversal :


- Contrainte tangentielle conventionnelle :
Hu max 0.091
τu = = = 0.0095MPa
b0 × d 1 × 10.6
- Contrainte tangente limite :
fc28
τlim = min {0.15 = 3MPa = 3MPa
γs
4MPa
τu = 0.0095MPa < τlim = 3MPa Ok

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 165


- Section minimale est de 0,05B :
π×D²
At B
= 0.05 × = 0.05 × 4 = 3.93 cm²/ml
St 100 100
40 cm
- espacements maximale : St ≤ min { = 37.5cm
15Φl
Nous disposons donc des cerces HA12 espacées de 25 cm.

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH Page 166


ETUDE D’UN GRAND OUVRAGE
HYDRAULIQUE SUR OUED MEJESSAR ET
UN TRANÇON AUTOROUTIER

Mahdi FEKI & Houssem BEN ABDALLAH

Résumé :

Le présent sujet rentre dans le cadre de la réalisation du projet de prolongement de


l’Autoroute Maghrébine A1 : section Gabès-Médenine. Il comporte deux parties :

Partie A : contient la conception et l’étude d’un tronçon autoroutière d’environ 7


Km de longueur. L’étude hydrologique faite à conduit de détecter des cours d’eau passant
par ce tronçon qui nécessite la réalisation de 10 ouvrages hydrauliques. L’étude
géométrique a abouti à la conception d’un profil en long qui répond aux règles de l’art.
Enfin, suite à une reconnaissance géotechnique du sol support et une étude du trafic, le
corps de chaussé a été vérifié.

Partie B : comporte la conception et l’étude d’un ouvrage de franchissement sur


oued Mejessar. Le bassin versant de l’oued couvre 300 Km². La valeur retenue pour le
débit de pointe par différentes méthodes est 850 m3/s. L’analyse multicritère des
différentes variantes possibles pour cet ouvrage d’art a abouti au choix d’un pont à poutre
en béton armée (TIBA) comportant 8 travées de longueur de calcul Lc = 20,5 m chacune.
La conception et le dimensionnement du tablier et des appuis à permit de déterminer le
ferraillage des poutres, de l’hourdis, des entretoises et des différentes éléments d’appuis
tels que le chevêtre sur pile, les colonnes et les éléments de la culée, la fondation choisie
est profonde. Finalement le tablier conçu a été modélisé par éléments finis sur logiciel
Midas civil afin de comparer les sollicitations trouvées par calcul manuel.

Mots clés :
Modélisation, conception, dimensionnement, profil en long, corps de chaussé, tracé
combiné, profil type, culé, chevêtre...