Vous êtes sur la page 1sur 6

Electrotechnique– Niveau 3 2010-2011

Corrigé de la série N°1


EXERCICE N° 1 :
 6 10 4
1. Le flux est de 6 10 4 weber, d'où un induction magnétique B    0,66 T .
S 9 10  4
L'induction B  0,66 T corresponde à 6,6 Kilogauss, ce qui implique qu'il faut un
0,5 10 3
champ magnétique de 0,5 œrsted  H   39,8 A/m .
4
La longueur moyenne est de l  2  R  2  15 10 -2 m .
  nI  Hl  37,5 Ampère  tours
Hl
Alors le courant I   75 mA
n
2. Pour obtenir une induction magnétique de 0,75 T, il faut un champ de 1 œrsted, soit
10 3
H A/m , la force magnétomotrice est   Hl  75 Ampère  tours et le courant
4
Hl
I  150 mA .
n
3. Pour un courant de 20 10 3 A, la force magnétomotrice   nI  10 Ampère  tours .
 10 10 4 
D'où H   A/m  H   013 œrsted et B  5000 gausse  0,5 T .
l 2 R 2  R 1000

EXERCICE N ° 2 :
1. La tension primaire suivant le théorème de Boucherot peut être exprimée par la
relation complexe suivante U 1  j w n11 , ce qui implique U 1  4,44 f n1 Bmax S , d'où

U1
n1   3600 spires.
4,44 fBmax S

U 20 n2 U
  n2  20 n1  56 spires.
U1 n1 U1
Bmax  1,147 T
avec : U 1  150 KV
S  0,016 m 2

2. La puissance primaire à vide P10  U 10 I 10 cos  10 , ce qui implique le facteur de


P
puissance cos  10  10  0,08.
U 10 I 10
P10  600 W
avec : U 10  150 KV  cos  10  85,4
I 10  0,5 A

Hichem BEN AMMAR 8


Electrotechnique– Niveau 3 2010-2011

La puissance réactive à vide Q10  U 10 I10 sin  10  7476 VAR.


L'angle d'avance d'hystérésis  0  90   10  4,6 .
U n
3. Le rapport de transformation m  20  2  0,0152 .
U1 n1
U 12
La résistance : R f   375 K
P10
U 12
L'inductance : X m   30,1 K
Q10
P12cc
La résistance ramenée à la sortie : Rs   11,46 m
I 2 cc
U U m
L'impédance ramenée à la sortie : Z s  2 cc  1cc  14,18 m
I 2 cc I 2cc
L'inductance ramenée à la sortie : X s  Z s2  Rs2  8,35 m
U 1cc  485 V
avec : I 2cc  520 A
P1cc  3100 W
S
4. Le courant secondaire nominale est de la forme : I 2n   545 A
U2
U 2  220 V m Rs jX s
avec : I1 I 2n
S  120 KVA
On a :

U U 20  U 2  U
U1 U 20 U2 Z ch U 2  U 20  U

a. La chute de tension est donnée par : U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2


Pour cos 2  1   2  0 , dans le cas d'une charge est purement résistive.
U  R s I 2n  6 V
 U 2  U 20  U  228  6  222 V.

U 20   mV1
 jX s I 2n

I 2n V2 Rs I 2n
2  0

b. Pour cos  2  0,8 AR   2  0 , c'est le cas d'une charge inductive.


U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2  U  7,5 V
 U 2  U 20  U  228  7,5  220,5 V.

Hichem BEN AMMAR 9


Electrotechnique– Niveau 3 2010-2011

 U 20   mV1

V2 jX s I 2n
I 2n 2 Rs I 2n

c. Pour cos  2  0,8 AV   2  0 , dans le cas d'une charge capacitive.


U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2
Puisque :  2  0  U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2  U  2 V
 U 2  U 20  U  228  2  226 V.

U 20   mV1  jX s I 2 n
2  0
Puisque :
I 2n 2 Rs I 2n
  U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2
V2
5. La chute de tension est nulle, lorsque U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2  0
Rs
 R s I 2n sin  2  -X s I 2n cos  2 , ce qui implique tg 2     2  54 .
Xs
C'est bien une charge à caractère capacitive.

U 
La chute de tension est maximale si  0 , alors R s I 2n sin  2  X s I 2n cos  2  0 ,
 2
Xs
tg 2     2  36
Rs
C'est bien une charge à caractère inductive.
6. Le facteur de puissance nominal correspond à un débit de courant nominal sous une
tension nominale c'est-à-dire que U  U 20  U 2  228  220  8 V, d'après la question
précédente lorsque la charge est inductive avec cos  2  0,8 AR sous la tension 220,5
V.
On dit que le courant est en arrière par rapport à la tension, avec un déphasage qui est
négatif (puisque lorsqu'on ramène le courant sur la tension, on fait un angle antihoraire
trigonométrique).
7. Le rendement au maximum pour un courant optimal I 2opt
P2 U 2 I 2 cos  2 1
   , avec P10  Pfer
P2   pertes U 2 I 2 cos  2  P10  Rs I 22 Rs I 22  Pfer
1
U 2 I 2 cos  2
  P P10
 max si  0  Rs  102 , alors I 2opt   I 2opt  229 A.
I 2 I2 Rs
Dans le cas d'une charge résistive cos  2  1 et U  R s I 2opt  2,62 A, alors que le
rendement maximal est  max  0,977 .
8. D'après l'hypothèse de Kapp :

Hichem BEN AMMAR 10


Electrotechnique– Niveau 3 2010-2011

n1 I 1n  n2 I 2 n  I 1  8,284 A.
I 10 0,5
  6% , le courant I 1n est admissible.
I 1n 8,284
9. D'après l'hypothèse de Kapp :
U 1cc
I 2cc  mI1cc  m  I 2cc  16079 A.
Zs
I 2cc
 30 ! , le courant est inadmissible par l'enroulement secondaire du transformateur.
I 2n

EXERCICE N ° 3 :
V20 n 2
1. Le rapport de transformation m    2.
V1 n1
V20  101, 2 V
avec : V1  50,6 V  n1  41 spires
n2  82 spires
2. Détermination des paramètres : R f , Rs et X s .
V12
La résistance : R f   17 
P10
La résistance ramenée à la sortie : Rs  r2  m 2 r1  0,108 
V V m
L'impédance ramenée à la sortie : Z s  2 cc  1cc  0,220 
I 2cc I 2cc
L'inductance ramenée à la sortie : X s  Z s2  Rs2  0,192 

V1cc  6,6 V S  6 KVA


avec : I 2cc  60 A et R1  0,009 
P10  150 W R 2  0,072 
V1  50,6 V

V20  V2  R s I 2  jX s I 2  V20  V2  V , avec V  R s I 2 cos  2  X s I 2 sin  2

cos  2  0,5 AR
avec
I 2  60 A

V20
alors, V20  93,22 V et V1   46,6 V
m
 U 20   mV1
I2
V2
2  0 Rs I 2 jX s I 2

Hichem BEN AMMAR 11


Electrotechnique– Niveau 3 2010-2011

V2 sin  2
3. On a : V2 cos  2  X s I 2 , d'où L   L  3,6 mH
2 f I 2
V20  101, 2 V
avec : V1  50,6 V  n1  41 spires
n2  82 spires

4. On a les pertes par effet Joule au secondaire Pj  R s I 22  388,8 W et les pertes


P2
constantes P10  Pfer  150 W, alors le rendement    82% .
P2  Pj  P10

. EXERCICE N ° 4 :

1. Les rendements :

U 2 I 2 n cos  2 S cos  2
a. Le rendement  1 2
 , avec cos   1   1  0,943
U 2 I 2 cos  2  P10  RS I 2 n S  P10  P1cc

U 2 I 2 n cos  2 S cos  2
b. Le rendement  1 2
 , avec cos  0,6   1  0,906 .
U 2 I 2 cos  2  P10  RS I 2 n S  P10  P1cc

2. Les paramètres du transformateur :

P2cc
a. La résistance totale RS   107,4Ω. l'inductance de fuite totale XS  Z S2  RS2  74,4
I 22cc

mV1cc
Ω, puisque ZS   128,8 Ω.
I 22cc

Sn
b. I 2n   1,33A
U 2n

U
 cos  2  0,9AR, U  R s I 2n cos  2  X s I 2n sin  2  169V,  5,67%.
U 2n

U
 cos  2  1, U  R s I 2n  142V,  4,7%.
U 2n

3. R'S = 100Ω, X'S = 126Ω et m'=m.

a. m  m' et Z S I 2  Z ' S I ' 2 , les courants débités sont déphasés d'un angle    2   1
Ir= Ich
I2n
' I'2


Hichem BEN AMMAR 12
Electrotechnique– Niveau 3 2010-2011

X 'S X
b.  2  arctg ,  1  arctg S     2   1  51,5  33,5  18
R' S RS

ZS
Sachant que Z S  129Ω, Z ' S  161Ω alors I ' 2  I 2 n  1,06A.
Z 'S

Le courant résultant I r  I 22n  I ' 22  I 2n I ' 2 cos  2,63A.

c. La valeur efficace de la tension aux bornes du récepteur.

X'S I'2 =XS I2n =Xeq Ir j XS I2n


j X'S I'2 I2n
 V2
RS I2n j Xeq Ir
' Ir

 I'2
R'S I'2

 2  0 , V2// Ir et ∆V=Rseq Ir, graphiquement on trouve le segment Rseq Ir égal à 5 cm d'où


une chute de tension de 125 V et une tension V2=V20-V=3015V.

d. T débite P2=V2 I2 cos (α1) = 3950W avec α1= I 2 ˆI r // V2 

T' débite P'2=V2 I'2 cos (α2) = 3165W avec α2= I 2 ˆV2 

Remarque :
Pour T, I2 est en avance de phase sur V2, il voit donc un circuit capacitif.
Pour T', I'2 est en retard de phase sur V2, il voit donc un circuit inductif.
e. Z eq  Z S // Z ' S  Req  jX eq

Req 
 
R' S RS2  X S2  RS R' 2S  X ' 2S    54,3Ω.
R S  XS   R'
2
S  X 'S 
2

X eq 
 
X ' S RS2  X S2  X S R' 2S  X ' 2S    48,2Ω.
R S  XS    R'
2
S  X 'S 
2

V  Req I r  128V.

Hichem BEN AMMAR 13

Vous aimerez peut-être aussi