Vous êtes sur la page 1sur 21

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A.

HAMADOUCHE

Chapitre 6 Résolution des problèmes d’élasticité

6.1. Introduction

Dans un problème typique de mécanique des solides, on s’intéresse au calcul des déplacements,

des déformations et des contraintes en tout point du corps. La loi de comportement de nombreux

matériaux est non linéaire, inélastique et anisotrope. C’est dans ce contexte que plusieurs approches

on été développées, on citera l’élasticité linéaire et non linéaire, la viscoélasticité, la plasticité et la

viscoplasticité. Dans ce qui suit on va présenter les méthodes de résolution en élasticité linéaire,

valable pour des niveaux de chargement relativement faibles. Cela se justifie par le fait qu’elle est

préliminaire à l’étude de l’élasticité non linéaire ou des phénomènes dissipatifs comme la

viscoélasticité, la plasticité et la viscoplasticité.

Il existe deux méthodes de résolution des problèmes en élasticité linéaire, la, méthode des

déplacements et la méthode des contraintes. La première méthode est une formulation en

déplacements qui prend pour inconnues les déplacements. Tandis que la deuxième est une

formulation en contraintes dont les inconnues sont les contraintes.

6.2. Equations régissant élastique linéaire

Un solide en équilibre soumis à des forces de volume ainsi qu’à des déplacements ou des

tractions imposés sur sa frontière est régit par le système d’équations suivant:

1) six équation définissant la relation déformation-déformation

1 ¶ui ¶uj
eij = 2 ( + (6.1)
¶xj ¶xi

2) les trois équations d’équilibre

sij,j + Fi = r ai (6.2)

avec Fi = r v et est une force de volume (i = 1, 2, 3) et r ai est une force d’inertie ;

3) six équations définissant la loi de comportement

nE E
sij = l trace eij + 2G eij = trace eij + e (6.3)
(1 + n)(1 -2 n) 1 + n ij

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

-l 1 n 1+n
eij = trace sij dij + s - trace sij dij +
E sij
= (6.4)
2G (3 l + 2G) 2G ij
E

Un simple décompte montre qu’il y a 15 inconnues (trois composantes de déplacement ui, six

composantes de déformation eij, et six composantes de contrainte sij) et quinze équations ; le

problème est donc bien posé.

6.3. Méthode des déplacements: Equations Lamé-Navier

En prenant comme inconnues les trois composantes du déplacement ui et en introduisant (6.1)

dans (6.3), on obtient

¶ui ¶ui ¶uj


sij = l dij + G ( + ) (6.5)
¶xi ¶xj ¶xi

Et par substitution dans (6.2)

¶ ¶ui ¶2ui ¶uj


l dij +G( + ) + Fi = 0 (6.6)
¶xi ¶xi ¶xi ¶xj ¶xi ¶xi

¶ ¶ui ¶ ¶ui ¶uj


l +G ( )+ G ) + Fi = 0 (6.7)
¶xj ¶xi ¶xj ¶xi ¶xi ¶xi

Les relations (6.7) sont les équations de Navier qu’on peut également écrire en notation vectorielle

® ® ® ® ®® ®
l grad div u + G grad div u+ G Du + F = 0 (6.8)

® ® ®® ® ®
(l + G) grad div u + G Du + F = 0 (6.9)

En tenant compte de

®® ® ® ® ® ® ®
Du = grad div u - rot rot u + F = 0 (6.10)

l’équation (6.9) devient

® ® ® ® ® ® ®
(l + 2 G) grad div u - rot rot u + F = 0 (6.11)

où le déplacement doit être deux fois continûment dérivable. Ces équations peuvent être résolues

lorsqu’on impose les conditions aux limites soit en terme de déplacement soit en terme de forces de

contact exprimées en fonction du déplacement. Une fois les déplacements connus, les déformations

s’obtiennent par (6.1) et les contraintes par (6.3). Sous forme développée (6.9) peut s’écrire

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

¶ ¶u1 ¶u2 ¶u3 ¶2u1 ¶2u1 ¶2u1


(l + G) ( + + )+G( 2+ + ) = - F1 (6.12)
¶x1 ¶x1 ¶x2 ¶x3 ¶ x1 ¶ x22 ¶x23

¶ ¶u1 ¶u2 ¶u3 ¶2u2 ¶2u2 ¶2u2


(l + G) ( + + )+G( 2+ + ) = - F2 (6.13)
¶x2 ¶x1 ¶x2 ¶x3 ¶ x1 ¶ x22 ¶x23

¶ ¶u1 ¶u2 ¶u3 ¶2u3 ¶2u3 ¶2u3


(l + G) ( + + )+G( 2+ + ) = - F3 (6.14)
¶x3 ¶x1 ¶x2 ¶x3 ¶ x1 ¶ x22 ¶x23

6.4. Méthode des contraintes: Equation de BELTRAMI

On peut également considérer les six composantes sij comme inconnues. Ainsi en substituant les

relations (6.4) dans les six équations de compatibilité (6.15) ci-dessous

¶2eij ¶2ekl ¶2eik ¶2ejl


+ - - =0 (6.15)
¶xk¶xl ¶xi¶xj ¶xj¶xl ¶xi¶xk

on obtient après un calcul assez laborieux les équations suivantes

¶2sij 1 ¶2skk n ¶Fk ¶Fi ¶Fj


+ + dij + + =0 (6.16)
¶xk¶xk 1 + n ¶xi¶xj 1 - n ¶xk ¶xj ¶xi

qui peuvent s’écrire encore

1 ¶2 trace sij n ® ® t ®
Dsij + + div F dij + grad F + grad F = 0 (6.17)
1 + n ¶xi¶xj 1-n

Ces expressions sont les équations de compatibilité de contrainte de Beltrami-Michell, sous forme

développée elles deviennent:

1 ¶2S n ® ¶F1
Ds11 + 2+ div F + 2 =0 (6.18)
1 + n ¶x1 1 - n ¶x1

1 ¶2S n ® ¶F2
Ds22 + 2+ div F + 2 =0 (6.19)
1 + n ¶x2 1 - n ¶x2

1 ¶2S n ® ¶F3
Ds33 + 2+ div F + 2 =0 (6.20)
1 + n ¶x3 1 - n ¶x3

1 ¶2S ¶F2 ¶F3


Ds12 + + + =0 (6.21)
1 + n ¶x1¶x2 ¶x2 ¶x3

1 ¶2S ¶F1 ¶F3


Ds13 + + + =0 (6.22)
1 + n ¶x1¶x3 ¶x3 ¶x1

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

1 ¶2S ¶F2 ¶F2


Ds23 + + + =0 (6.23)
1 + n ¶x2¶x3 ¶x3 ¶x3

Si les forces de volume sont constantes, (6.17) se réduit à

1 ¶2 trace sij
Dsij + =0 (6.24)
1 + n ¶xi¶xj

Lorsque les contraintes sont connes, on calcule les déformations par (6.4) et les déplacements par

(6.1).

En conclusion, les composantes du tenseur des contraintes sont calculées de la relation

d’équilibre. Pour que le tenseur de contraintes ainsi calculé soit solution du problème d’élasticité, il

faut qu’il vérifie les six conditions de compatibilité données par (6.15) Puisque l’on désire aborder

le problème en contrainte, il est intéressant de transcrire ces équations de compatibilité en termes de

contrainte. Les équations obtenues sont appelées équation de Beltrami. Les déplacements sont

exclus des inconnues, ils ne peuvent apparaître ni dans les équations du mouvement ni dans les

conditions aux limites. Ainsi cette formulation est limitée aux problèmes d’équilibre statique. De

plus, la complexité des conditions de compatibilité cinématique rend l’application de cette méthode

difficile. Cependant en élasticité plane où les six équations de compatibilité (en réalité il y en a que

trois qui sont indépendantes) se réduisent à une seule équation, on arrive à résoudre de nombreux

problème.

6.5. Conditions aux limites

Le système d’équation précédent ne peu être résolu que si les conditions au limites appropriées

sont imposées.

Conditions aux limites statiques

¶uk
nj sij = nj Dijkl = Ti sur ST (6.25)
¶xl

¶uk ¶ui ¶uj


Matériau isotope l nj + G ( + ) nj = Ti sur ST (6.26)
¶xk ¶xj ¶xi

ST est la partie de la surface du solide où les tractions de surface sont imposées

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Conditions aux limites cinématique

ui = ¾ui sur Su (6.27)

Su est la partie de la surface du solide où les déplacements sont imposés (appuis).

Remarque

..
Dans les problèmes dynamiques, l’accélération dans (6.2) est liée au déplacement par (aj = ui) on

. .
doit ajouter les conditions initiales ui = u0i et ui = u0i)

Méthode de Lamé-Navier

Equation d’équilibre: sij,j + Fi = 0 (6.28)

1 ¶ui ¶uj
Relations déplacement-déformation: eij = 2 ( + ) (6.29)
¶xj ¶xi

Loi de comportement sij = 2G eij + l trace (eij) dij (6.30)

¶ui ¶ui ¶uj


sij = l dij +G( + ) (6.31)
¶xi ¶xj ¶xi

®
Dans l’équation (1) de l’équilibre locale remplaçons sij par son expression en fonction de u on

obtient

¶ ¶ui ¶2ui ¶uj


l d +G( + ) + Fi = 0 (6.32)
¶xi ij ¶xi ¶xi ¶xj ¶xi ¶xi

¶ ¶ui ¶ ¶ui ¶uj


l +G ( )+ G ) + Fi = 0 (6.33)
¶xj ¶xi ¶xj ¶xi ¶xi ¶xi

En notation vectorielle

® ® ® ® ®® ®
l grad div u + G grad div u+ G Du + F = 0 (6.34)

® ® ®® ® ®
(l + G) grad div u + G Du + F = 0 (6.35)

®® ® ® ® ® ® ®
En tenant compte de Du = grad div u - rot rot u + F = 0 (6.36)

® ® ® ® ® ® ®
l’équation (8) devient (l + 2 G) grad div u - rot rot u + F = 0 (6.37)

Les équations (9) et (10) sont équivalentes. La forme développée de l’équation (9) s’écrit

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

¶ ¶u1 ¶u2 ¶u3 ¶2u1 ¶2u1 ¶2u1


(l + G) ( + + )+G( 2+ + ) = - F1 (6.38)
¶x1 ¶x1 ¶x2 ¶x3 ¶ x1 ¶ x22 ¶x23

¶ ¶u1 ¶u2 ¶u3 ¶2u2 ¶2u2 ¶2u2


(l + G) ( + + )+G( 2+ + ) = - F2 (6.39)
¶x2 ¶x1 ¶x2 ¶x3 ¶ x1 ¶ x22 ¶x23

¶ ¶u1 ¶u2 ¶u3 ¶2u3 ¶2u3 ¶2u3


(l + G) ( + + )+G( 2+ + ) = - F3 (6.40)
¶x3 ¶x1 ¶x2 ¶x3 ¶ x1 ¶ x22 ¶x23

En intégrant les équations ci-dessus on obtient les composantes du vecteur déplacement

(u1, u2, u3), dont dérivent les déformations eij . Tandis que les contraintes sij sont déterminés par la

loi de comportement ou la loi de Hooke.

Exercice : Etablir les équations de BELTRAMI

¶2eij ¶2ekl ¶2eik ¶2ejk


+ - - =0 (6.41)
¶xk¶xl ¶xi¶xj ¶xj¶xl ¶xi¶xk

¶2eij ¶2ekk ¶2eik ¶2ejk


k=l + - - =0 (6.42)
¶xk¶xk ¶xi¶xj ¶xj¶xk ¶xi¶xk

¶2 1 + n ¶2 n ¶
2
eij = E sij - trace sij dij (6.43)
¶xk¶xk ¶xk¶xk E ¶xk¶xk

¶2 1 + n ¶2sij n ¶S
2
eij = E - d (6.44)
¶xk¶xk ¶xk¶xk E ¶xk¶xk ij

1+n n 1-2n
ekk = E skk - (trace sij) (dkk = 3) = E skk (6.45)
E

¶2 1 - 2 n ¶2skk 1 - 2 n ¶2S
e = E = E (6.46)
¶xi¶xj kk ¶xi¶xj ¶xi¶xj

¶2 1 + n ¶2 n ¶
2
1 + n ¶2 n ¶
2
eik = E sik - trace sij dik = s - (6.47)
¶xj¶xk ¶xj¶xk E ¶xj¶xk E ¶xj¶xk ik E ¶xj¶xi S

¶sij ¶ ¶sik ¶ ¶Fi


= - Fi Þ = - Fi = - (6.48)
¶xj ¶xj ¶xk ¶xj ¶xj

¶2 1 + n ¶Fi n ¶2S
eik = E (- ) - (6.49)
¶xj¶xk ¶xj E ¶xj¶xi

¶2ejk 1 + n ¶ sjk n ¶ trace sij 1 + n ¶ ¶sjk n ¶2S


2 2
= + djk = + (6.50)
¶xi¶xk E ¶xi¶xk E ¶xi¶xk E ¶xi ¶xk E ¶xj¶xi

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

¶2ejk 1 + n ¶Fj n ¶2S


= E (- ) - (6.51)
¶xi¶xk ¶xi E ¶xj¶xi

1 + n ¶2sij n ¶S
2
1 - 2 n ¶2S 1 + n ¶Fi n ¶2S 1 + n ¶Fj n ¶2S
- d + + + E ¶xi + E ¶xj¶xi (6.52)
+
E ¶xk¶xk E ¶xk¶xk ij E ¶xi¶xj E ¶xj E ¶xj¶xi

¶2sij ¶2S ¶2S ¶Fi ¶Fj


(1 + n) -n dij + + (1 + n)[ + ]=0 (6.53)
¶xk¶xk ¶xk¶xk ¶xi¶xj ¶xj ¶xi

¶2sii ¶2S ¶2S ¶Fi ¶Fi


(1 + n) -n (dii = 3)+ + (1 + n)[ + ]=0 (6.54)
¶xk¶xk ¶xk¶xk ¶xi¶xi ¶xi ¶xi

¶2sii ¶2S (1 + n) ¶Fi (1 + n) ® ¶2S (1 + n) ®


= =- =- div F Þ - n =+n div F (6.55)
¶xk¶xk ¶xk¶xk (1 - n) ¶xi (1 - n) ¶xk¶xk (1 - n)

¶2sij 1 ¶2S n ® ¶Fi ¶Fj


+ + div F + + =0 (6.56)
¶xk¶xk (1 + n) ¶xi¶xj (1 - n) ¶xj ¶xi

Exercice 2 : Ecrire les conditions aux limites statiques en fonction des déplacements

nj sij =Ti sur ST (6.57)

nj Dijkl ekl = Ti sur ST (6.58)

1 ¶uk ¶ul ¶uk


nj Dijkl 2 ( + ) = nj Dijkl =Ti sur ST (6.59)
¶xl ¶xk ¶xl

Loi de Hooke isotrope

Dijkl = l dij dkl + G (dik djl + dil djk) (6.60)

¶uk ¶uk ¶uk


Dijkl = l dij dkl + G (dik djl + dil djk) (6.61)
¶xl ¶xl ¶xl

¶uk ¶uk ¶uk ¶uk


Dijkl = l dij dkl + G dik djl + G dil djk (6.62)
¶xl ¶xl ¶xl ¶xl

¶uk ¶uk ¶uk ¶uk


Dijkl =l dij + G dik + G djk (6.63)
¶xl ¶xk ¶xj ¶xi

¶uk ¶uk ¶ui ¶uj


nj Dijkl =l nj dij + nj G + nj G (6.64)
¶xl ¶xk ¶xj ¶xi

¶uk ¶uk ¶ui ¶uj


nj Dijkl =l ni + G ( + ) n = Ti sur ST (6.65)
¶xl ¶xk ¶xj ¶xi j
Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE
Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

¶uk ¶ui ¶uj


l ni + G ( + ) n = Ti sur ST (6.66)
¶xk ¶xj ¶xi j

Exercice 3 Ecrire les équations d’équilibre statique en fonction des déplacements (équation de

Navier)

sij,j + Fi = 0 (6.67)

¶uk
sij = Dijkl (6.68)
¶xl

¶uk ¶uk ¶uk


sij = l dij dkl + G dik djl + G dil djk (6.69)
¶xl ¶xl ¶xl

¶uk ¶ui ¶uj


sij = l dij +G +G (6.70)
¶xk ¶xj ¶xi

¶ ¶ ¶uk ¶ ¶ui ¶ ¶uj


sij = l dij + G +G (6.71)
¶xj ¶xj ¶xk ¶xj ¶xj ¶xj ¶xi

¶ ¶ ¶uk ¶ ¶ui ¶ ¶uj


sij = l +G +G (6.72)
¶xj ¶xi ¶xk ¶xj ¶xj ¶xj ¶xi

¶ ®
sij = - F (6.73)
¶xj

¶ ¶uk ¶ ¶ui ¶ ¶uj ®


l +G +G =- F (6.74)
¶xi ¶xk ¶xj ¶xj ¶xj ¶xi

¶ ¶uj ¶ ¶ui ®
(l + G) +G =- F (6.75)
¶xj ¶xi ¶xj ¶xj

® ® ®® ® ®
(l + G) grad div u + G Du + F = 0 (6.76)

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Complément

Méthode des Déplacements


®
(I) Choix d’un champ u (M)

¯
®
(I) ¬ Non ¬ Ce champ u(M) vérifie-t-il les conditions limites en déplacement?

oui ¯
1 ¶ui ¶uj
Calcul des déformations (eij = 2 ( + )
¶xj ¶xi

¯
Calcul des contraintes (sij = 2G eij + l trace (eij))

¯
(I) ¬ Non ¬ Ce champ de contrainte vérifie-t-il les équations d’équilibre (sij,j + Fi = 0) ?

oui¯
(I) ¬ Non ¬ Ce champ de contrainte vérifie-t-il les conditions limites en effort (sij nj= Ti) ?

oui ¯
®
Solution exacte: u (M), eij sij

Méthode de Navier (c’est une méthode des déplacements modifié)


®
(I) Choix d’un champ u (M)

¯
®
(I) ¬ Non ¬ Ce champ u (M) vérifie-t-il les conditions limites en déplacement ?

oui¯
(I) ¬ Non ¬ Vérifie-t-il les équations de Navier ?

oui¯
1 ¶ui ¶uj
Calcul des déformations (eij = 2 ( + )
¶xj ¶xi

¯
Calcul des contraintes (sij = 2G eij + l trace (eij))

¯
(I) ¬ Non ¬ Ce champ de contrainte sij vérifie-t-il les conditions limites en effort (sij nj= Ti) ?

oui¯
®
Solution exacte: u (M), eij sij

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Méthode des contraintes


(I) Choix d’un champ sij (M)
oui ¯
(I) ¬ Non ¬ Ce champ de contrainte sij vérifie-t-il les équations d’équilibre (sij,j + Fi = 0) ?
oui ¯
(I) ¬ Non ¬Ce champ de contrainte sij vérifie-t-il les conditions limites en effort (sij nj= Ti) ?
oui¯
Calcul des déformations par la loi de Hooke
¯
(I) ¬ Non ¬ Ces déformations vérifie-t-il les conditions de compatibilité
oui¯
®
Intégration de eij pour obtenir u(M)
¯
®
(I) ¬ Non ¬ u(M) vérifie-t-il les conditions limites en déplacement?
oui ¯
®
Solution exacte: sij, eij, u

Méthode de BELTRAMI (c’est une méthode de contraintes modifié)


Choix d’un champ sij (M)
¯
(I) ¬ Non ¬ Ce champ de contrainte vérifie-t-il les équations d’équilibre (sij,j + Fi = 0) ?
oui ¯
(I) ¬ Non ¬ Ce champ de contrainte sij vérifie-t-il les conditions limites en effort (sij nj= Ti) ?
oui ¯
(I) ¬ Non ¬ ¬ Ce champ de contrainte sij vérifie-t-il les équations de BELTRAMI
oui ¯
®
Intégration de eij pour obtenir u(M)
¯
®
(I) ¬ Non ¬ u(M) vérifie-t-il les conditions limites en déplacement?
oui ¯
®
Solution exacte: sij, eij, u

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Application de la méthode des déplacements

Soit un cylindre épais, creux, infiniment long de rayon intérieur Ri = a et de rayon extérieur

Re = b. Ce cylindre est soumis à une pression intérieure Pi et à une pression extérieure Pe comme il

est montré sur la figure. On néglige les forces de volumes.

Questions

1) Montrer que le déplacement est purement radial.


® ® ® ®
u (r, q, z) = ur (r, q, z) er + uq (r, q, z) eq + uz (r, q, z) ez = ur(r)

2) Déduire les tenseurs de déformation eij et de contrainte sij.

3) A partir de la loi de comportement sij = 2G eij + l trace (eij) déduire sr sq, sz.

du u
(Les déformations sont données par : er =
dr et eq = r

4) En exprimant l’équilibre en fonction du déplacement u, montrer que l’équation différentielle qui

régit ce problème est de la forme :

2 d2u du
r + r dr - u = 0
dr2

Pour ce problème les trois équations d’équilibre se réduisent à une seule équation donnée par:

dsr 1
+ (s - sq) = 0
dr r r

B
5) Vérifier que ur(r) = (A r + r ) est solution de l’équation différentielle donnée ci-dessus.

6) A partir des conditions aux limites statiques déterminer les constantes A et B.

- la première condition est obtenue pour sr(r = Ri) = Pi

- la deuxième condition est obtenue pour sr(r = Re) = Pe.

7) Calculer ur(r), er(r), eq(r), sr(r), sq(r).

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Corrigé

1) Forme du vecteur déplacement


® ® ® ®
u (r, q, z) = ur (r, q, z) er + uq (r, q, z) eq + uz (r, q, z) ez
® ® ®
Tube long Þ déformation planes (uz = 0) Þ u (r, q) = ur (r, q) er + uq (r, q) eq

Le tenseur de déformation

æ ε11 ε12 0ö
ç ÷ ® ® ®
eij = ç ε12 ε 22 0 ÷ dans la base (x1, x2, x3)
ç 0 0 ÷ø
è 0

® ®
Présente une symétrie axiale (uq = 0) Þ u (r) = ur(r) er

Tenseur de déformation

æ ε rr 0 ε rz ö
ç ÷ ® ® ®
eij = ç 0 ε θθ 0 ÷ dans la base (er, eq, ez)
çε 0 ε zz ÷ø
è rz

Tenseur déformation (déformation plane + symétrie de révolution) est de la forme

æ ε rr 0 0ö
ç ÷ ® ® ®
eij = ç 0 εθθ 0 ÷ dans la base (er, eq, ez)
ç0 0 ÷ø
è 0

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Tenseur de contrainte associé

æ σ rr 0 0ö
ç ÷ ® ® ®
sij = ç 0 σθθ 0 ÷ dans la base (er, eq, ez)
ç 0 0 ÷ø
è 0

® ® ®
Les axes (er, eq, ez) sont des axes principaux.

3) Loi de comportement (sij = 2G eij + l trace (eij))

srr = 2G err + l (err + eqq) = 2G er + l (er + eq) = sr (contrainte principale)

sqq = 2G eqq + l (err + eqq) = 2G eq + l (er + eq) = sr (contrainte principale)

szz = l (err + eqq) = l (er + eq) (contrainte principale)

dsr 1
dr + r (sr - sq) = 0.
4) Equation d’équilibre

du du u
srr = 2G er + l (er + eq) = 2G ( dr ) + l ( dr + r )

dsr d du du u d2u d u d2u


= [2G ( ) + l ( + )] = l + l ( ) + 2G
dr dr dr dr r dr2 dr r dr2

d u 1 du d 1 1 du u
r dr - r2
( ) = + u ( ) =
dr r r dr dr r

dsr d2u l du u
= (l + 2G) 2 + -l 2
dr dr r dr r

1 1
r (sr - sq) = r (2G er + l (er + eq) - 2G eq - l (er + eq))

2G 2G du u
(sr - sq) = (e - e ) = ( - )
r r q r dr r

dsr 1 d2u l + 2G du l + 2G
r - sq) = (l + 2G)
dr - r2 u = 0
+ (s + r
dr r dr2

2 d2u du
r 2 +r -u=0
dr dr

5) La est solution de l’équation différentielle donnée ci-dessus est de la forme

B
ur(r) = (A r + r )

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

du B d2u 2B 2 2B B B
Vérification = (A - 2) = r 3 + r (A - 2) - (A r + ) = 0
dr r dr2 r3 r r r

Détermination des constantes A et B

du du u B
srr (r) = 2G ( dr ) + l ( dr + r ) = 2A (l + G) - 2G 2
r

B
Pour R = Ri sr (R = Ri)= 2A (l + G) - 2G 2 = - Pi
Ri

B
Pour R = Re sr (R = Re) = 2A (l + G) - 2G 2 = - Pe
Re

2 2
1 1 (P - P ) R R
sr (R = Ri) - sr (R = Re) = Pe - Pi = 2GB ( 2- 2) Þ B = e i2 e 2 i
Re Ri 2G (Ri - Re )

2 2 2
B (Pe - Pi) Ri Pe Re - Pi Ri
2A (l + G) - 2G 2 = 2A (l + G) - 2 2 = - Pe ÞA= 2 2
Re (Ri - Re ) 2 (l + G) (Ri - Re )

7) Déplacement et déformations
2 2 2 2
B P e Re - P i Ri (Pe - Pi) Re Ri 1
ur(r) = (A r + r ) = 2 2 r+ 2 2
2 (l + G) (Ri - Re ) 2G (Ri - Re ) r

2 2 2 2
B P e Re - P i Ri (Pe - Pi) Re Ri 1
er = A - 2 = 2 2 - 2 2 2
r 2 (l + G) (Ri - Re ) 2G (Ri - Re ) r

2 2 2 2
u B P e Re - P i Ri (Pe - Pi) Re Ri 1
eq = r = A + 2 = 2 2 + 2 2 2
r 2 (l + G) (Ri - Re ) 2G (Ri - Re ) r

B
srr(r) = 2A (l + G) - 2G 2
r

2 2 2 2
Pe Re - Pi Ri (Pe - Pi) Re Ri
sr(r) = 2 2 - 2 2 2
(Ri - Re ) r (Ri - Re )

2 2
2 Ri 2 Re
P e Re (1 - 2 ) - Pi Ri (1 - 2 )
r r
sr(r) = 2 2
(Ri - Re )

2 2
2 Ri 2 Re
P e Re (1 - 2 ) + Pi Ri (1 - 2 )
B r r
sq (r) = 2A (l + G) + 2G 2 sq(r) = 2 2
r (Ri - Re )

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Méthode Lamé-Navier

Soit un cylindre creux de longueur L, de rayon intérieur Ri = a et de rayon extérieur Re = b. Ce

cylindre est soumis à une pression intérieure Pi et à une pression extérieure Pe, et il est bloqué en ses

deux extrémités Z = 0 et Z = L. Dans tout le problème, on négligera les forces de volume.

Questions
®
1) Donner la forme du vecteur déplacement u (r, q, z).

2) Déduire que le déplacement est purement radial.

® ® ® ® ® ®
3) Résoudre l’équation de Lamé-Navier ((l + 2G) grad (div u) – G rot rot u + F = 0). En

® 1 ¶ 1 ¶uq ¶uz
coordonnée cylindrique div u = r (r ur) + r + .
¶r ¶q ¶Z

¶ur 1 ¶uq ur
4) Déterminer les déformations err, eqq avec err = et eqq = r + .
¶r ¶q r

5) Déterminer le tenseur des contraintes sij (sij = 2 G eij + l trace (eij) dij) solution du problème.

6) Exprimer els conditions aux limites et déterminer les constantes d’intégrations.

Corrigé

1) Forme du vecteur déplacement


® ® ® ®
u (r, q, z) = ur (r, q, z) er + uq (r, q, z) eq + uz (r, q, z) ez

Le cylindre est bloqué en ses deux extrémité Þ uz = 0, il se réduit à un problème de déformation

® ®
plane c'est-à-dire que u (r, q, z) = u (r, q).

2) Le problème présente aussi une symétrie de révolution autour de l’axe z à la fois du point de vue

de la géométrie et du chargement. Il en résulte que uq = 0 et le déplacement est indépendant de q. Le

déplacement est purement radial.


® ® ® ® ® ®
u (r, q, z) = u (r) = ur er + 0 eq + 0 ez = ur er
Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE
Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

® ® ®
3) Déplacement est purement radial Þ rot u = 0 et les forces de volume F = 0, l’équation de Lamé-

® ®
Navier se simplifie à (l + 2G) grad (div u) = 0.

® 1 ¶ 1 ¶ur
div u = = r (r ur) = r ( ur + r )
¶r ¶r

® ® d 1 d
grad (div u) = 0 Þ dr [ r dr (r ur)] =0

1 d d
r dr (r ur) = A, dr (r ur) = r A

A A B
r ur = 2 r2 + B ur = 2 r + r .

En intégrant l’équation de Lamé-Navier on trouve donc pour le déplacement

A B
ur = 2 r + r .

4) Déformation:

¶ur A B ur A B
err = = 2 - r2. et eqq = r = 2 + r2
¶r

Le tenseur de déformation
® ® ® ®
eij = err (er Ä er) + eqq (eq Ä eq)

5) Tenseur des contraintes


® ® ® ® ® ®
sij = srr (er Ä er) + sqq (eq Ä eq) + szz (ez Ä ez)

srr = 2G err + l (err + eqq) (err + eqq) = A

sqq = 2G eqq + l (err + eqq)

B D
srr(r) = (l + G) A - 2 G r2 = C - r2

B D
sqq(r) = (l + G) A + 2 G r2 = C + r2

szz = n (srr + sqq) = 2 n C


avec C = (l + G) A, et D = 2GB.

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

6) Conditions aux limites

D
srr(r = a) = - Pi = C - a2

D
srr(r = b) = - Pe = C - b2

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
C= D=
a2 - b2 a2 - b2

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
A= B=
(l + G)(a2 - b2) 2G (a2 - b2)

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
srr(r) = - 2 2
a2 - b2 r (a - b2)

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
sqq(r) = + 2 2
a2 - b2 r (a - b2)

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
err = -
2(l + G)(a2 - b2) 2G r2 (a2 - b2)

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
eqq = +
2(l + G)(a2 - b2) 2G r2 (a2 - b2)

A B b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
ur = 2 r + r = r +
2 (l + G)(a2 - b2) 2G r (a2 - b2)

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Méthode de Beltrami

On se propose de résoudre le même problème par la méthode de Beltrami.

Questions

1) A partir des considérations de symétries du problème définir la forme du tenseur de contrainte.

2) Ecrire les conditions d’équilibre

3) Ecrire l’équation de compatibilité du problème (pour obtenir cette dernière, il suffira d’éliminer

les déplacements entre composantes du tenseur de déformation.

4) Résoudre les équations obtenues en tenant compte des conditions aux limites. En déduire le

champ de déformation et de déplacement solution du problème.

Corrigé
® ® ® ® ® ®
La forme du tenseur de contrainte : sij = srr (er Ä er) + sqq (eq Ä eq) + szz (ez Ä ez)

Les contraintes ne dépendent que de la variable r, srr = srr (r), sqq= sqq (r), szz = n (srr + sqq).

Equations d’équilibre

¶srr 1 ¶srq srr - sqq


+ + + Fr = 0
¶r r ¶q r

¶sqr 1 ¶sqq srq


+ +2 + Fq= 0
¶r r ¶q r

¶sqq
Du fait de la symétrie de révolution du problème srq = 0 et = 0, il en résulte
¶q

¶srr srr - sqq


+ =0 (1)
¶r r

Equation de compatibilité

¶ur ur
err = eqq = r
¶r

¶eqq ¶ ur 1 ¶ur 1 1 1
= ( )= + 2 ur = err + eqq
¶r ¶r r r ¶r r r r

¶eqq eqq - err


+ =0 (équation de compatibilité en coordonnée cylindrique purement radiale) (2)
¶r r

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

1
err = (s +n (sqq + szz))
E rr

szz = n (srr + sqq)

1+n
err = ((1 - n) srr - n sqq) (3)
E

1+n
eqq = ((1 - n) sqq - n srr) (4)
E

1 - n2 n (1 + n) 1 - n2 n (1 + n)
(eqq - err) = sqq - srr - srr + sqq
E E E E

1+n
(eqq - err) = (srr - sqq) (5)
E

¶eqq 1 + n ¶s ¶s
= ((1 - n) qq - n rr) (6)
¶r E ¶r ¶r

1+n ¶s ¶s 11+n
(2) ((1 - n) qq - n rr) + (srr - sqq) = 0
E ¶r ¶r r E

¶sqq ¶s 1
(1 - n) - n rr + (srr - sqq) = 0 (7)
¶r ¶r r

¶sqq ¶s ¶s
(1) (1 - n) - n rr + rr = 0
¶r ¶r ¶r


(s - sqq) = 0 (8)
¶r rr

srr - sqq = A (9)

sqq A - srr
sqq = A - srr = (10)
r r

¶srr srr srr - A


(1) + + =0
¶r r r

On obtient finalement l’équation différentielle du premier ordre,solution du problème

¶srr 2srr A
+ = (11)
¶r r r

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Solution sans second membre

¶srr 2srr s 1
= Þ lnï rrï = - 2 ln r = ln 2
¶r r B r

B
srr = (12)
r2

Solution particulière: variation de la constante

B ¶srr B' 2
srr = = 2- 3B
r2 ¶r r r

B' 2 2 A A 2
(11) - B=- 3B+ B' = Ar B= r +C
r2 r3 r r 2

B A C
srr = 2= + (13)
r 2 r2

A C
sqq = A - srr = - (14)
2 r2

Les constantes A et C seront déterminées à partir des conditions aux limites statiques.

A C
Pour r = ri = a srr(r = a) = - Pi = +
2 a2

A C
Pour r = re = b srr(r = b) = - Pe = +
2 b2

2 2
A b Pe - a Pi
= 2 2 (15)
2 a -b

2 2
(Pi - Pe) a b
C= 2 2 (16)
a -b

2 2 2 2
A C b Pe - a Pi 1 (Pi - Pe) a b
srr = + 2 = 2 2 + 2 2 2 (17)
2 r a -b r a -b

2 2 2 2
A C b Pe - a Pi 1 (Pi - Pe) a b
sqq = - 2 = 2 2 - 2 2 2 (18)
2 r a -b r a -b

2 2
b Pe - a Pi
szz = n (srr + sqq) = n A = 2 n 2 2 (19)
a -b

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE


Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE

Une fois qu’on a déterminé les contraintes, on déduit les déformations et le déplacement

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
err = - (20)
2(l + G)(a2 - b2) 2G r2 (a2 - b2)

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
eqq = + (21)
2(l + G)(a2 - b2) 2G r2 (a2 - b2)

b2 Pe - a2 Pi (Pe - Pi) a2 b2
ur = r + (22)
2 (l + G)(a2 - b2) 2G r (a2 - b2)

Université de Boumerdès-Faculté de Technologie -Génie Civil M. A. HAMADOUCHE