Vous êtes sur la page 1sur 84

CYNTHIA BASTIEN-FIGARO

SECTION GÉNIE CIVIL


FACULTÉ DES SCIENCES-UEH

1
ORDRE DU JOUR
 Méthodologie du cours
 Programme
 Les chiffres significatifs
 Éthique professionnelle
 Cycle hydrologique

2
MÉTHODOLOGIE
• Horaire:

Samedi: 8h00-10h30

 Syllabus

3
PRÉSENTATION DES DEVOIRS

4
POUR LES EXAMENS
 Je certifie n’avoir reçu d’aide extérieure pour la
réalisation de cet examen.
Signature de l’élève

5
PROGRAMME
Chapitre I Introduction à l'hydrologie
Chapitre II Le bassin versant et son complexe
Chapitre III Les précipitations
Chapitre IV Analyse de fréquence et du risque en hydrologie
Chapitre V La mesure hydrologique
Chapitre VI Analyse des différentes composantes du bilan
hydrologique
Chapitre VII Méthode d'étude des crues
Chapitre VIII Gestion des eaux pluviales

6
POUR RÉUSSIR LE COURS
 Assiduité

 Devoirs remis à l’heure

 Participation

7
LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS
 Règle #1: Les nombres exacts ont un nombre fini de chiffres significatifs

Ex: 12 oeufs font une douzaine d’oeufs.

 Règle #2: Les zéros utilisés ne sont pas des chiffres significatifs. On ne
les considère que lorsque la décimale est explicite.
Exemple: 0.0224 a trois chiffres signifatifs
20 a 1 chiffre signifacatif
20. a deux chiffres significatifs
20.0 a trois chiffres significatifs.

8
LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS
 Règle #3: Dans les multiplications et divisions, le résultat ne
contiendra pas plus de chiffres significatifs que le nombre
ayant le moins de chiffres significatifs dans l’opération.

Exemple: S = Lxl

S = 12.34 x 1.23

S = 15.1782

S = 15.2

9
LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS
 Règle #4: Dans les additions et les divisions, le dernier chiffre retenu est
determiné par le premier chiffre douteux.

Exemple: 27.87 7 est douteux

-21.2345 5 est douteux

6.6355 réponse calculée

6.64 réponse à rapporter

10
LES CHIFFRES SIGNIFICATIFS-
AVERTISSEMENT
 Les chiffres significatifs sont importants.
 L’hydrologie est une science ayant peu de précision.
 20-30% de votre note finale peut être déduite si vous ne
prenez pas en compte les chiffres significatifs.
 Utilisez toujours les chiffres significatifs pour vos réponses
finales.

11
QUESTIONS

12
INTRODUCTION À L'ÉTHIQUE
PROFESSIONNELLE
 Aspect technique du métier d'hydrologue

 Aspect social du métier d'hydrologue

13
PROFESSION ET SACERDOCE
 Selon le Larousse, se dit d’une profession une activité
rémunérée et régulière exercée pour gagner sa vie.
 Un sacerdoce est une fonction qui présente un caractère
particulièrement respectable en raison du dévouement à
l’égard d’autrui qu’elle exige.

14
VALEURS HUMAINES
Une valeur peut être définie comme un principe ou une
qualité considérée comme désirable.
Une valeur humaine est une qualité liée directement au
potentiel de pouvoir améliorer les conditions de
l'humanité. Cette capacité de prendre une décision de
valeur est l'une des caractéristique différenciant les êtres
humains des autres créatures vivantes. Avec cette capacité
vient la responsabilité de prendre des décisions associées à
ces valeurs: d'où l'importance d'un système de valeurs liées
à la profession.

15
EXEMPLE DE VALEURS
HUMAINES
* La Beauté/L'Esthétique *L’Honneur
* L'Honnêteté * L’Intégrité
* Le Courage * La Gentillesse
* L'Efficacité * L’Efficience
* La Vie * L'Amour
* L'Egalité * Le Respect
* La Connaissance * La Sécurité...

16
LA BEAUTÉ/ L’ESTHÉTIQUE

17
L’HONNEUR

18
L’HONNETETÉ/ L’INTÉGRITÉ

19
LE COURAGE

20
LA GENTILLESSE

21
L’EFFICACITÉ

22
L’EFFICIENCE

23
LA VIE

24
L’AMOUR

25
L’ÉGALITÉ

26
LE RESPECT

27
LA CONNAISSANCE

28
LA SÉCURITÉ

29
VALEURS HUMAINES ASSOCIÉES À
DIFFÉRENTES PROFESSIONS

 Génie industriel: l'efficience et


l'efficacité
 Environnementaliste: la santé publique.
 Architecte urbaniste: la beauté

30
VALEURS DANS UN ORGANISME DE
TRAVAIL
 L’Honnêteté
 La Responsabilité
 La Loyauté
 L’Efficience
 L’Harmonie

31
VALEURS EN HYDROLOGIE
 La Connaissance
 L’Honneur
 L’Intégrité

32
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL

Une personne possédant une connaissance technique


acquise par l'éducation, les recherches et l'expérience.

33
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL

Une personne agréant aux codes de conduite comme


représentés dans les règles éthiques.

34
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL
Une personne ayant le statut légal d'admission à la
profession (la forme la plus courante en Haïti est la
graduation d'une université avec un programme en
Génie civil reconnu par l'Etat).

35
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL

36
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL
Une personne fière de sa profession ayant le désir de
promouvoir la connaissance technique et les idéaux
professionnels.

37
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL

Une personne reconnaissant le service comme motif pour


la société dans des activités vitales et honorables.

38
CARACTÉRISTIQUE D'UN
INGÉNIEUR PROFESSIONNEL
Une personne oeuvrant dans une relation de confiance
avec ses employeurs, le public et tous ceux qui
bénéficient de son travail.

39
DILEMNES LIÉS À L'ÉTHIQUE DANS
LE MONDE PROFESSIONNEL
Pour trouver la solution à ces dilemnes, quatre questions
doivent être répondues:
1- Quelles sont les problèmes de valeurs présentés?
2- Quel est l'ordre d'importance des conséquences
associé à ces problèmes?
3- Quelle pondération associer à ces conflits?
4- Quelle est la marche à suivre afin d'arriver à la
résolution de ces conflits?
40
DILEMNES LIÉS À L'ÉTHIQUE DANS
LE MONDE PROFESSIONNEL
 Cas 1: La firme pour laquelle vous travaillez a obtenu un
contrat pour concevoir une buse acheminant l'huile toxique
d'une usine vers un entrepôt de stockage. Les deux entités
ont 10 km d'écart. Durant la visite des lieux, vous vous
rendez compte que le chemin proposé traverse une région au
sol perméable où la population a l'habitude de puiser l'eau
pour ses besoins courants. Une fuite de votre buse aurait
des conséquences désastreuses sur la vie des riverains. Vous
proposez à votre employeur une route alternative plus
longue donc plus coûteuse pour votre firme. Votre
superviseur vous réplique que le projet doit être exécuté tel
quel. Quelles valeurs sont en conflits? Quelle est votre
marche à suivre?

41
DILEMNES LIÉS À L'ÉTHIQUE DANS LE
MONDE PROFESSIONNEL
 Cas 2: La firme pour laquelle vous travaillez a obtenu
un contrat pour concevoir un réservoir de distribution
d'eau. Vous venez à peine d' être gradué de la Faculté
et vous signalez à votre superviseur que vous n'avez
pas les compétences nécessaires pour étudier seul le
problème et que vous aimeriez qu'il engage un
consultant externe avec l'expérience nécessaire. Le
gestionnaire de projet vous répond que ce n'est pas une
solution économiquement envisageable et que vous
êtes responsable de la conception de ce projet. Quelles
sont les valeurs en cause? Quelle est votre marche à
suivre?

42
RÉACTIONS COURANTES
 Pratique courante dans la profession.
 Je fais ce qu'il m'est demandé de faire.
 Des millions ne sont pas en jeu.
 C'est de la responsabilité du gestionnaire de projet
de décider des questions d'argent.
 Loyauté à la compagnie

43
RÉSOLUTION DE CONFLITS
I- Options internes
Documentations du problème, suivi avec le
superviseur direct, appel à travers la chaîne de
commande.
II- Options externes
Actions personnelles, contact avec le client, contact
avec les médias.

44
INTRODUCTION À
L’HYDROLOGIE

45
QU’EST CE QUE L’HYDROLOGIE?
 « L’hydrologie est la science qui traite des eaux de la
Terre, leur occurrence, circulation et distribution, leurs
propriétés chimiques et physiques et leurs réaction avec
l’environnement y compris leur rapport aux créatures
vivantes. Le domaine de l’hydrologie englobe l’histoire
de vie complète de l’eau sur terre. »

46
BRANCHES DE L’HYDROLOGIE
 l'hydrologie de surface au sens strict, pour les écoulements
à la surface des continents ;
 l'hydrodynamique des milieux non saturés pour les
échanges entre les eaux de surface et les eaux souterraines
(infiltration, retour à l'atmosphère à partir des nappes,
etc.);
 la climatologie, pour la partie aérienne du cycle de l'eau
(précipitations, retour à l'atmosphère, transferts, etc.) ;
 l'hydrodynamique souterraine pour les écoulements en
milieux saturés.

47
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
L'hydrologie de surface est la science qui traite
essentiellement des problèmes qualitatifs et
quantitatifs des écoulements à la surface des
continents.
Ces problèmes se ramènent généralement à des
prévisions (associer à une date une certaine grandeur)
ou des prédéterminations (associer à une grandeur une
certaine probabilité) de débits ou de volume en un
point ou sur une surface

48
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 l'agriculture : irrigation, drainage

49
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 l'étude des ressources en eaux : eau potable, eau pour
l'industrie

50
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 la lutte contre la pollution : étude des débits d'étiage
évacuant les effluents, les calories

51
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 l'énergie hydraulique ;

52
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 le transport solide (dépôt ou érosion) ;

53
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 la navigation ;

54
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 les loisirs (plans d'eau) ;

55
DOMAINES D’APPLICATION DE
L’HYDROLOGIE DE SURFACE
 la sécurité des biens et des personnes : protection
contre les crues

56
L’EAU SUR LA TERRE
L’eau se présente, dans la nature, sous trois états :
 Solide : neige et glace.
 Liquide : eau chimiquement pure ou chargée en
solutés.
 Gazeux : à différents degrés de pression et de
saturation.

57
LES MÉCANISMES DE MOUVEMENT
DE L’EAU DANS LA NATURE
Ils sont déterminés par l'énergie thermique solaire,
la gravité, l'attraction solaire, l'attraction lunaire,
la pression atmosphérique, les forces
intermoléculaires, les réactions chimiques,
nucléaires et les activités biologiques, et enfin les
activités humaines.

58
L‘ÉNERGIE THERMIQUE ET LA
GRAVITÉ
 L'énergie thermique du soleil produit une
circulation de l'air dans l'atmosphère, en raison du
fait que la surface terrestre est réchauffée de façon
inégale.
 La force de gravité est responsable des
phénomènes de précipitations, de ruissellement,
d'infiltration et de courant de convection.

59
LES DIFFÉRENCES DE PRESSION
ATMOSPHERIQUE

 Les différences de pression atmosphérique


occasionnent les déplacements horizontaux de
l'air. Les vents sont eux-mêmes responsables du
mouvement des couches superficielles dans les
lacs et les océans.

60
LES FORCES
INTERMOLÉCULAIRES

 Les forces intermoléculaires dans le sol provoquent


les phénomènes capillaires ainsi que la viscosité et
influencent donc la vitesse d'écoulement.

61
RÉACTIONS CHIMIQUES ET
L’HOMME
 L'eau est une des composantes de plusieurs
réactions chimiques organiques ou inorganiques.
Un autre type de transformation de l'eau est le
processus physiologique qui se produit dans
l'organisme animal.
 Finalement, l'homme intervient directement sur
les processus de mouvement et de transformation
de l'eau.

62
LE CYCLE DE L’EAU
 Les eaux sont en constante circulation sur la terre
et subissent des changements d'état. L'importance
de ces modifications fait de l'eau le principal agent
de transport d'éléments physiques, chimiques et
biologiques.
 L'ensemble des processus de transformation et de
transfert de l'eau forme le cycle hydrologique.

63
LE CYCLE DE L’EAU

64
DÉFINITION ET COMPOSANTE
DU CYCLE DE L’EAU
Le cycle hydrologique est un concept qui englobe les
phénomènes du mouvement et du renouvellement
des eaux sur la terre. Le cycle hydrologique n'a
donc ni commencement, ni fin.

65
LES COMPOSANTES DU CYCLE
DE L’EAU
L’eau se présente, dans la nature, sous trois états :
 Solide : neige et glace.
 Liquide : eau chimiquement pure ou chargée en
solutés.
 Gazeux : à différents degrés de pression et de
saturation.

66
LES COMPOSANTES DU CYCLE
DE L’EAU
 les précipitations,
 l'évaporation,
 la transpiration (des végétaux),
 l'interception,
 le ruissellement,
 l'infiltration,
 la percolation, l'emmagasinement
 les écoulements souterrains.

67
LES PRÉCIPITATIONS
 Liquide: bruine, pluie, averse
 Solide: neige, grésil, grêle
 Déposées ou occultes: rosée, gelée blanche, givre...
GRÉSIL
PLUIE
GRÊLE

NEIGE

68
L’ÉVAPORATION/
L’ÉVAPOTRANSPIRATION
 C’est le passage de la phase liquide à la phase
vapeur, il s'agit de l'évaporation physique. Les
plans d'eau et la couverture végétale sont les
principales sources de vapeur d'eau. On parle de
sublimation lors du passage direct de l'eau sous
forme solide (glace) en vapeur. Le principal
facteur régissant l'évaporation est la radiation
solaire.

69
L’INTERCEPTION ET LE
STOCKAGE
 La pluie (ou dans certains cas la neige) peut être
retenue par la végétation, puis redistribuée en une
partie qui parvient au sol et une autre qui
s'évapore. La partie n'atteignant jamais le sol
forme l’interception.
 Le stockage dans les dépressions est, tout comme
l'interception, souvent associé aux pertes. On
définit l'eau de stockage comme l'eau retenue dans
les creux et les dépressions du sol pendant et après
une averse.

70
L’INFILTRATION ET LA
PERCOLATION
 L’infiltration désigne le mouvement de l'eau
pénétrant dans les couches superficielles du sol et
l'écoulement de cette eau dans le sol et le sous-sol,
sous l'action de la gravité et des effets de pression.
 La percolation représente plutôt l'infiltration
profonde dans le sol, en direction de la nappe
phréatique. La capacité d'infiltration ou
l'infiltrabilité est la tranche d'eau maximale qui
peut s'infiltrer par unité de temps dans le sol et
dans des conditions données.

71
LES ÉCOULEMENTS
 On distingue les écoulements rapides et les
écoulements lents.
 Les écoulements qui arrivent le plus rapidement
dans les exutoires pour constituer les crues se
subdivisent en écoulement de surface (mouvement
de l'eau sur la surface du sol) et écoulement de
subsurface (mouvement de l'eau dans les premiers
horizons du sol). L’écoulement souterrain désigne
le mouvement de l'eau dans le sol.

72
LA RÉPARTITION DES EAUX
 Répartition quantitative et qualitative
 Répartition spatiale

73
RÉPARTITION SPATIALE
 Les océans occupent en effet une superficie à peu
près égale à 70% de la surface du globe et
représentent 97% de la masse totale d'eau dans la
biosphère.

74
RÉPARTITION DES EAUX À
L’ÉCHELLE DES CONTINENTS
Continents Précipitations Evaporation Ruissellement
mm mm mm
Europe 790 507 283
Afrique 740 587 153
Asie 740 416 324
Amérique du Nord 756 418 339

Amérique du Sud 1600 910 685


Australie et Océanie 791 511 280

Antartique 165 0 165


Moyenne pour tous 800 485 315
les continents

75
LES PRÉCIPITATIONS ANNUELLES
DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI

76
L’ÉQUATION DU BILAN
HYDRIQUE

 P : précipitations (liquide et solide) [mm],


 S : ressources (accumulation) de la période précédente (eaux
souterraines, humidité du sol, neige, glace) [mm],
 R : ruissellement de surface et écoulements souterrains [mm],
 E : évaporation (y compris évapotranspiration) [mm],
 S + DS : ressources accumulées à la fin de la période [mm].

77
ÉVAPORATION

 E : évaporation [mm] ou [m³],


 I : volume entrant [mm] ou [m³],
 O : volume sortant [mm] ou [m³],
 DS : variation de stockage [mm] ou [m³].

78
DÉFICIT D’ÉCOULEMENT

 Si le bassin versant est imperméable D=I-O

79
FORMULE DE TURC

 D : déficit d'écoulement [mm],


 P : pluie annuelle totale
 T : température moyenne annuelle [°C].
 L = 300 + 25 T + 0.05 T3.

80
FORMULE DE COUTAGNE

 D : déficit d'écoulement [m],


 P : pluie annuelle [m],
 et

81
APPLICATION
Soit le tableau suivant présentation les moyennes de précipitations mensuelles de
la ville du Cap-Haïtien. Calculer le déficit d’écoulement sur le Cap-Haïtien à
partir des formules de Coutagne et de Turc.

Mois Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Précip. 164 117 99.0 130 135 108 46.0 73.0 115 150 253 205
(mm)
Temp. 22.9 23.5 24.0 25.3 25.9 26.6 26.7 26.9 26.9 26.6 25.1 23.8
moy.
(⁰C)

82
APPLICATION
Réponse:
𝐷𝐷𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇𝑇 = 1200 mm
𝐷𝐷𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶𝐶 = 1100 mm

Mois Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
Précip. 164 117 99.0 130 135 108 46.0 73.0 115 150 253 205
(mm)
Temp. 22.9 23.5 24.0 25.3 25.9 26.6 26.7 26.9 26.9 26.6 25.1 23.8
moy.
(⁰C)

83
BIBLIOGRAPHIE
 “Hydrologic analysis and design”
Richard H. McCuen

 “Hydrologie générale”
Prof André Musy

• Éléments d’hydrologie de surface


Professeur J. P. Laborde

84