Vous êtes sur la page 1sur 3

Il n’y a pas de solution au problème du chômage qui touche toute société moderne. Êtes-vous d’accord?

Le chômage remet en cause les conditions de vie, la sécurité et la dignité de millions de personnes à travers le
monde. La crise financière mondiale n’a fait qu’exacerber le problème. Aussi la question qu’on se pose est: Y a-
t-il une solution au chômage?

A cette question, certains n’ont désormais qu'une seule réponse : il faut faire confiance aux gouvernements, eux
seuls ont les moyens de résoudre le problème. Mais il faut être patients, accepter des sacrifices, et surtout il faut
comprendre que le chômage est la rançon que l'humanité doit payer pour le développement du progrès
technologique. Pourtant, aujourd’hui, avec le développement du chômage massif, de plus en plus d'ouvriers se
retrouvent dans une situation de dénuement total, sans maison, n'ayant pas les moyens de se vêtir, se nourrir. Un
nombre croissant d'entre eux, réduits à l'état d'indigents, lorsque l'Etat leur supprime jusqu'au minimum vital, ne
peut survivre que grâce aux associations caritatives et à la mendicité.

De plus, l’arrivée de plus en plus nombreuse d’une population en âge de travailler sur le marché du travail
accentue le problème d’emploi. La demande d’emplois liée à l’exode rural et aux vagues des immigrés ne font
que compliquer la situation. Quant aux jeunes, le marché n’arrive pas à absorber leurs compétences. Une
analyse simpliste révèle que cette incapacité d'insertion professionnelle est due au dysfonctionnement de
l'éducation nationale, mais cette vision du problème est illusoire.

Par conséquent, quoiqu’il n’y a pas de solution magique ou universelle, on peut toujours élaborer une stratégie
dans le souci d’alléger le problème. Ainsi, on aurait pu mettre en place des programmes d’emplois et
d’indemnités de chômage à court terme pour atténuer les tensions sur le marché du travail. Le gouvernement
peut prévoir de différents types de subventions pour accélérer la reprise du marché de l’emploi. Il est impératif
qu’on essaie de former les employés afin qu’ils s’adaptent à l’évolution technologique. Ils deviendront donc
plus productifs.

Finalement, l'emploi est la clé de voûte de l’insertion ou de l’exclusion. Il représente un enjeu social majeur
d’une politique de développement durable. Il est important que chaque pays fasse un effort pour combattre ce
fléau.
Selon les époques et les pays, le chômage peut prendre des formes différentes.

 le chômage conjoncturel est dû au ralentissement de l’activité économique à court terme. C’est le chômage
keynésien : une baisse de la demande entraîne un ralentissement de l’activité économique. La demande anticipée des
entrepreneurs est insuffisante.
 le chômage structurel ou chômage d’adéquation est lié aux changements à long terme intervenus dans les
structures démographiques, économiques, sociales et institutionnelles.
 le chômage frictionnel est lié aux délais d’ajustement de la main d’oeuvre d’un emploi à un autre à court terme
(absence d’information).
 le chômage saisonnier apparaît lorsque l’activité du salarié fluctue avec les saisons.
 le chômage technique est dû à une interruption du processus technique de production à court terme (pannes,
pénuries…).
 le chômage technologique apparaît à la suite d’innovations qui économisent du travail par la substitution du capital au
travail (robotisation, informatisation).
 le chômage partiel est dû à la réduction temporaire de l’activité d’une entreprise. Exemple : une entreprise automobile
reçoit moins de commandes au mois d’août : les employés travaillent 2 heures de moins par jour. En septembre, ils sont
employés à plein temps. Les 2 heures sont payées par les ASSEDICs.

Les causes du chômage en général


1 – Accroissement de la population active

 arrivée de plus en plus nombreuse d’une population en âge de travailler sur le marché du travail
 comportements d’activité (participation accrue des femmes). Note : ce facteur n’explique pas tout.

2 – Affaiblissement de la croissance et de la demande globale depuis le début des années 1970

 baisse de la demande : baisse de la production : baisse de la croissance : baisse de la création d’emploi


 en période de crise, un nombre important de personnes désire exercer une activité professionnelle (un conjoint par
exemple)

3 – Concurrence

 adaptation de l’appareil de production aux nouvelles conditions de production et de concurrence


 investissement de modernisation, investissement de productivité
 délocalisation
 restructuration
 déclin des grands secteurs d’activité
 croissance intensive : productivité. (Note : croissance extensive : produire plus avec plus d’hommes)

Les conséquences du chômage


1 – pour le chômeur
Conséquences économiques :

 difficultés matérielles
 surendettement
 diminution du revenu
 frais de déplacement
 téléphone, journaux, timbres…

Conséquences sociales :

 difficultés morales : dignité


 regard des autres
 perte de repères, d’expérience
 chômage : facteur d’exclusion qui affaiblit le lien social
 divorce
 repli, suicide
 démarche d’inscription à l’ANPE

2 – pour l’entreprise

 les employeurs ont le choix de la main d’oeuvre moins chère


 les cotisations augmentent, il faut indemniser les chômeurs car sinon baisse de la demande : baisse de la
consommation : baisse de la production.

3 – pour le salarié

 les cotisations des salariés augmentent


 crainte d’être licencié
 multiplication des emplois précaires
 les salaires n’augmentent plus aussi vite qu’avant

4 – pour l’Etat

 financement de l’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique)


 manque à gagner par l’exonération des entreprises
 les plans emplois coûtent cher (stages, formations…)
 développement du travail au noir

5 – pour la région

 exode

A cause de l’importance du chômage ces dernières années, les organisations humanitaires ont pris beaucoup d’importance.