Vous êtes sur la page 1sur 194

Réf.

: 04313-320-DE003-G

N° d’affaire : 04313

Sonatrach/ Activité
Aval/Division raffinage
EDD et AE

Etude de dangers de la raffinerie de Skikda


Chapitre B1 : Distillation atmosphérique (Topping 10 et 11)

Approuvé par Albert Alain Expert senior 24/11/10

Vérifié par Vachon Marc Chef de projet EDD 24/11/10

Rédigé par Verhaeghe Mylène Ingénieur consultant en


maîtrise des risques industriels 24/11/10

Nom Prénom Fonction Date Visa

DIFFUSION : SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE Skikda : Monsieur RETIMA


et Monsieur RECHACHI.
SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE Central : Monsieur BISKRI
Bertin Technologies : Equipe projet

Bertin Technologies
• Siège social :
BT.D03.I

Parc d’Activités du Pas du Lac – 10 bis, avenue Ampère - Montigny-le-Bretonneux


BP 284 - 78053 Saint Quentin-en-Yvelines Cedex
Tél. : + 33 (0)1 39 30 60 00 – Fax : + 33 (0)1 39 30 09 50
• Sites : Aix-en-Provence Bordeaux Tarnos Toulouse
+33 (0)4 42 60 46 00 +33 (0)5 57 02 19 20 +33 (0)5 59 64 86 48 +33 (0)5 61 16 48 10

Société par Actions Simplifiée au capital de 3 000 000 Euros - 422 511 204 RCS Versailles - Code APE 742 C
www.bertin.fr
Page 1/194
Historique des évolutions

Modifications Rédacteur /
Indice Date
(raisons principales, paragraphes et pages concernés) Vérificateur
A 30/04/2008 Création du document MVe - NNr / MVa
B 04/08/08 Vérification par SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION MVe – NNr / AA
RAFFINAGE
C 24/11/08 Intégration des modifications de SONATRACH/ACTIVITÉ MVe – NNr / AA
AVAL/DIVISION RAFFINAGE
D 27/11/08 Rapport final MVe – NNr / MVa
E 22/01/09 Intégration des modifications de SONATRACH/ACTIVITÉ MVe – NNr / MVa
AVAL/DIVISION RAFFINAGE
F 09/07/09 Changement du logo MVe – NNr / MVa
G 09/2010 Intégration risque travailleurs et conséquences économiques MVe / MVa
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 2

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Sommaire

1 Description de l’unité Topping 10 ................................................................. 8

1.1 Fonctions........................................................................................................................................ 8
1.2 Description du procédé .................................................................................................................. 8
1.3 Description des installations .......................................................................................................... 9
1.3.1 Circuit de préchauffe du brut....................................................................................................... 9
1.3.2 Four F-1 A et F-1 B ..................................................................................................................... 9
1.3.3 Colonne de distillation C1 ......................................................................................................... 10
1.3.4 Système d’éjecteurs.................................................................................................................. 12
1.3.5 Colonne de stabilisation C-5 ..................................................................................................... 13
1.3.6 Colonne de splitter C-6 ............................................................................................................. 13
1.3.7 Colonne déiso-pentanisatrice C-7 et four F-2........................................................................... 14
1.3.8 Traitement du kérosène ............................................................................................................ 14
1.3.9 Module de récupération du gaz de torche GTK........................................................................ 15
1.3.10 Système de close-drain .......................................................................................................... 15
1.3.11 Sour water stripper.................................................................................................................. 15
1.4 Stockages associés à l’unité Topping 10..................................................................................... 17
1.5 Utilités .......................................................................................................................................... 23
1.6 Description des opérations .......................................................................................................... 23
1.6.1 Procédures d’arrêt – démarrage et mise à disposition ............................................................. 23
1.6.2 Procédures d’urgence ............................................................................................................... 23
1.6.3 Instructions permanentes.......................................................................................................... 24

2 Description de l’unité Topping 11 ............................................................... 25

2.1 Fonctions...................................................................................................................................... 25
2.2 Description du procédé ................................................................................................................ 25
2.3 Description des installations ........................................................................................................ 26
2.3.1 Circuit de préchauffe du brut..................................................................................................... 26
2.3.2 Four F-1 A et F-1 B ................................................................................................................... 26
2.3.3 Colonne de distillation C1 ......................................................................................................... 26
2.3.4 Système d’éjecteurs.................................................................................................................. 29
2.3.5 Colonne de stabilisation C-5 ..................................................................................................... 29
2.3.6 Colonne de splitter C-6 ............................................................................................................. 30
2.3.7 Traitement du kérosène ............................................................................................................ 30
2.3.8 Module de récupération du gaz de torche ................................................................................ 31
2.3.9 Système de close-drain ............................................................................................................ 31
2.4 Stockages associés à l’unité Topping 11..................................................................................... 32
2.5 Utilités .......................................................................................................................................... 37
2.6 Description des opérations .......................................................................................................... 37
2.6.1 Procédures d’arrêt – démarrage et mise à disposition ............................................................. 37
2.6.2 Procédures d’urgence ............................................................................................................... 37
2.6.3 Instructions permanentes.......................................................................................................... 38

3 Revamping des unités Topping.................................................................. 39

3.1 Topping 10 ................................................................................................................................... 39


3.1.1 Circuit de préchauffe du brut..................................................................................................... 39
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 3

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
3.1.2 Four ........................................................................................................................................... 40
3.1.3 Colonne de distillation atmosphérique ...................................................................................... 40
3.1.4 Colonne de stabilisation C-5 ..................................................................................................... 42
3.1.5 Colonne de stabilisation C62 .................................................................................................... 42
3.1.6 Colonne de splitter I C-63 ......................................................................................................... 42
3.1.7 Colonne de splitter I C-6 ........................................................................................................... 43
3.1.8 Colonne de splitter II C-61 ........................................................................................................ 43
3.1.9 Colonne déiso-pentanisatrice C-7 et four F-2........................................................................... 43
3.1.10 Traitement du kérosène .......................................................................................................... 44
3.1.11 Module de récupération du gaz de torche GTK...................................................................... 44
3.1.12 Système de close-drain .......................................................................................................... 44
3.1.13 Sour water stripper.................................................................................................................. 44
3.2 Topping 11 ................................................................................................................................... 45
3.2.1 Circuit de préchauffe du brut..................................................................................................... 45
3.2.2 Four ........................................................................................................................................... 45
3.2.3 Colonne de distillation atmosphérique ...................................................................................... 45
3.2.4 Colonne de stabilisation C-5 ..................................................................................................... 47
3.2.5 Colonne de stabilisation C62 .................................................................................................... 48
3.2.6 Colonne de splitter I C-63 ......................................................................................................... 48
3.2.7 Colonne de splitter I C-6 ........................................................................................................... 48
3.2.8 Colonne de splitter II C-61 ........................................................................................................ 49
3.2.9 Traitement du kérosène ............................................................................................................ 49
3.2.10 Module de récupération du gaz de torche GTK...................................................................... 49
3.2.11 Système de close-drain .......................................................................................................... 49

4 Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11.......... 50

4.1 Potentiels de dangers des unités actuelles ................................................................................. 50


4.1.1 Potentiels de dangers liés aux produits .................................................................................... 50
4.1.2 Potentiels de dangers liés aux procédés .................................................................................. 53
4.1.3 Dangers liés aux manipulations ................................................................................................ 55
4.1.4 Dangers liés à la perte d’utilités ................................................................................................ 55
4.2 Potentiels de dangers des unités futures..................................................................................... 57
4.2.1 Potentiels de dangers liés aux produits .................................................................................... 57
4.2.2 Incompatibilités ......................................................................................................................... 59
4.2.3 Potentiels de dangers liés aux procédés .................................................................................. 59
4.2.4 Dangers liés aux manipulations ................................................................................................ 62
4.2.5 Dangers liés à la perte d’utilités ................................................................................................ 62

5 Réduction des potentiels de dangers ......................................................... 63

5.1 Choix des produits ....................................................................................................................... 63


5.2 Choix du procédé ......................................................................................................................... 63
5.3 Choix des procédures .................................................................................................................. 63
5.4 Choix du matériel pour les procédés ........................................................................................... 63

6 Analyse des antécédents d’accidents ........................................................ 64

6.1 Accidentologie externe à SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE.................... 65


6.2 Accidentologie interne à SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE..................... 99

7 Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et revamping)


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 4

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
111

7.1 Scénarios retenus pour la modélisation..................................................................................... 112

8 Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant).... 118

8.1 Scénario TOPPING1 : Fuite sur la bride en entrée de l’échangeur E2 (côté essence et GPL) 118
8.1.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 118
8.1.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 119
8.1.3 Résultats ................................................................................................................................. 120
8.1.4 Conclusion .............................................................................................................................. 121
8.2 Scénario TOPPING2 : Rupture franche de la canalisation en pied de la colonne C1............... 122
8.2.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 122
8.2.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 123
8.2.3 Résultats ................................................................................................................................. 125
8.2.4 Conclusion .............................................................................................................................. 126
8.3 Scénario TOPPING3 : Rupture franche de la canalisation du soutirage de kérosène, au
refoulement de la pompe..................................................................................................................... 127
8.3.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 127
8.3.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 128
8.3.3 Résultats ................................................................................................................................. 129
8.3.4 Conclusion .............................................................................................................................. 132
8.4 Scénario TOPPING4 : Rupture franche de la canalisation en aval de l’échangeur E10........... 133
8.4.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 133
8.4.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 133
8.4.3 Résultats ................................................................................................................................. 135
8.4.4 Conclusion .............................................................................................................................. 137
8.5 Scénario TOPPING5 : Rupture du plus gros piquage en pied du ballon accumulateur V8 ...... 138
8.5.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 138
8.5.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 138
8.5.3 Résultats ................................................................................................................................. 140
8.5.4 Conclusion .............................................................................................................................. 142
8.6 Scénario TOPPING6 : Rupture du plus gros piquage en pied du ballon accumulateur V10 .... 143
8.6.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 143
8.6.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 143
8.6.3 Résultats ................................................................................................................................. 145
8.6.4 Conclusion .............................................................................................................................. 147
8.7 Scénario TOPPING7 : Rupture du plus gros piquage en pied du ballon accumulateur V9 ...... 148
8.7.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 148
8.7.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 148
8.7.3 Résultats ................................................................................................................................. 150
8.7.4 Conclusion .............................................................................................................................. 152
8.8 Scénario FOUR1 : Explosion de la chambre de combustion du four ........................................ 153
8.8.1 Description de l’évènement redouté central ........................................................................... 153
8.8.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 153
8.8.3 Résultats ................................................................................................................................. 154
8.8.4 Conclusion .............................................................................................................................. 156
8.9 Scénario FOUR2 : Rupture franche d’une canalisation d’alimentation Fuel Gas...................... 157
8.9.1 Description de l’événement redouté central ........................................................................... 157
8.9.2 Hypothèses ............................................................................................................................. 157
8.9.3 Résultats ................................................................................................................................. 159
8.9.4 Conclusion .............................................................................................................................. 161

9 Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité ......................................... 162


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 5

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
9.1 Tableaux récapitulatif des distances d’effet............................................................................... 162
9.2 Tableau récapitulatif des effets domino pour les unités de TOPPING (existant et revamping) 166
9.3 Conséquences sur l’homme (environnement extérieur) ............................................................ 172
9.3.1 Tableau récapitulatif des gravités pour les unités de TOPPING (existante et revamping) .... 172
9.3.2 Matrice de criticité pour les unités de TOPPING (existant et revamping) .............................. 175
9.4 Conséquences sur les travailleurs ............................................................................................. 177
9.4.1 Configuration actuelle ............................................................................................................. 177
9.4.2 Configuration future ................................................................................................................ 177
9.5 Conséquences économiques et financières .............................................................................. 177
9.5.1 Tableau récapitulatif Probabilité – Coût .................................................................................. 177
9.5.2 Matrice de criticité ................................................................................................................... 177

10 EIPS (Eléments Importants Pour la Sécurité) avant recommandations. 177


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 6

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Liste des annexes

Annexe 5 : Schéma simplifié de l’unité Topping 10

Annexe 6 : PID traitement du kérosène

Annexes 7.1 et 7.2 : Le PID du procédé du GTK

Annexe 8 : PID du système des eaux acides

Annexe 9 : Schéma simplifié de l’unité Topping 11

Annexe 10 : PID traitement du kérosène

Annexe 24 : Détail du calcul de la gravité sur les travailleurs (configurations actuelle et future de la
raffinerie)

Annexe 25 : Détail du calcul des conséquences financières


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 7

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1 Description de l’unité Topping 10


Le schéma simplifié du procédé de la section 10 est présenté en annexe 5.

1.1 Fonctions
L’unité 10 est une unité de distillation atmosphérique ou Topping. Elle a pour but de fractionner le
pétrole brut en un certain nombre de coupes ou fractions classées selon les températures
d’ébullition des hydrocarbures.
L’installation a été conçue pour traiter 22 500 tonnes/jour de brut Hassi-Messaoud ou mélange
*
d’Arzew. Elle peut produire de l’essence légère et lourde, des naphtas , des gasoils lourds et
légers, du kérosène, du jet A1, des isopentanes, des gaz liquéfiés et un résidu.
Ces produits peuvent constituer la charge d’autres installations ou bien être envoyés directement
dans les réservoirs de stockage comme produits finis.

1.2 Description du procédé


Afin de décrire le plus clairement possible l’installation, cette dernière a été divisée en différentes
parties :
 Circuit de préchauffe du brut

 Fours F-1 A et F-1 B

 Colonne de distillation C-1

 Système d’injecteur

 Colonne de stabilisation C-5

 Colonne de splitter C-6

 Colonne déiso-pentanisatrice C-7 et four F-2

 Traitement du kérosène

 Module de récupération des gaz de torche

 Système de closed-drain

 Sour water stripper (S.W.S)

*
Les Naphtas A, B et C, évoqués dans la suite de ce rapport, se différencient par leur intervalle de distillation ; ces naphtas
sont séparés en fonction de leur utilisation ultérieure.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 8

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.3 Description des installations

1.3.1 Circuit de précha uffe du brut

L’unité 10 est alimentée avec du brut aspiré depuis les réservoirs à toit flottant S1/2/3 par les
pompes 10-MP-28 A/B/C. La charge est ensuite préchauffée dans les E-107- 05A/B. Le brut passe
alors par un dessaleur. En sortie du dessaleur, le brut est à 60°C. Après le dessaleur, le brut passe
dans les échangeurs 10-E-2 A/H (la charge est réchauffée par le produit de tête de la colonne 10-
C-1) avant d’être envoyée dans le ballon de détente 10-V-1. Au niveau du ballon V1, de la soude
est injectée à l'aide des pompes 10-MP-19 A/B. Cette injection de soude a pour but de réduire la
présence de chlorures facilement dissociables dans le brut et d’éliminer l’encrassement qui vient
se former sur les tubes des échangeurs situés en amont du four. En sortie des échangeurs 10-E-2-
A/H, le brut est à 147°C.
Dans ce ballon de détente, la pression et le niveau sont régulés. Les vapeurs à 138°C, constituées
d’hydrocarbures légers et d’eau qui peut être présente dans le brut, entrent dans la colonne 10-C-1
à la hauteur de la zone flash. Le brut qui s’accumule au fond du ballon est aspiré par les pompes
de surcompression 10-MP-1 A/B/C puis envoyé dans un train de préchauffe. Ce dernier est
constitué de quatre échangeurs montés en série. Le brut passe successivement par les
ème
échangeurs 10-E-3 A/B (préchauffage, grâce au 3 prélèvement latéral de la colonne 10-C-1, à
156°C), par les échangeurs 10-E-4 A/B (préchauffage , par le brut résiduel, à 165°C), l’échangeur
10-E-5 (brut issu du pump-around supérieur préchauffant la charge à 182°C) et les échangeurs 10-
E-6 A/B (brut issu du pump-around inférieur préchauffant la charge à 194°C). Le brut sortant des
échangeurs 10-E-6 A/B va alimenter en parallèle les fours 10-F-1 A et B possédant chacun 8
passes. Au niveau de ces fours, le débit est contrôlé en permanence et le circuit comporte une
alarme de débit bas.

1.3.2 Four F-1 A et F-1 B

Le brut préchauffé dans le train d’échangeurs entre dans les fours F-1 A/B et absorbe, dans la
section radiation, la chaleur nécessaire à sa distillation. Le fluide vaporisé sort des fours et entre
dans la zone de flash de la colonne 10-C-1. La température du brut sortant des fours (350°C
environ) est régulée. Une pression trop basse au niveau des brûleurs est signalée en salle de
contrôle par une alarme sonore.
Dans la section de convection du four est installé un serpentin de surchauffe de la vapeur basse
pression qui est utilisée comme vapeur de stripping pour la colonne 10-C-1 et le stripper.
Chaque four a 32 brûleurs pouvant être alimentés soit par du gaz naturel soit par du gaz
combustible de raffinerie. Chaque brûleur est muni d'un pilote alimenté au gaz.
En matière de contrôle l’installation possède aussi des analyseurs d’oxygène en sortie de
cheminée qui permettent de contrôler que la combustion est bonne. Toujours en termes de
sécurité, les fours sont équipés de capteurs de pression (qui permettent de mesurer la dépression
à l’intérieur des fours) et de thermocouples pour la prise de température superficielle des tubes de
la section de radiation et de la température du fluide sortant du four.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 9

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.3.3 Colonne de dis tillation C1

Le brut chauffé dans les fours 10-F-1A et 10-F-1B entre dans la zone de flash de la colonne 10-C-
ème ème
1, entre le 5 et le 6 plateau, avec le mélange hydrocarbures légers/eau vaporisés issu du
ballon de détente 10-V-1 et le dégagement de la soupape PSV-2 qui protège le ballon 10-V-1.
La colonne 10-C-1 possède 52 plateaux et peut être divisée en deux parties :
ème ème
- La section d’enrichissement comprise entre le 6 et le 52 plateau
er ème
- La section d’épuisement entre le 1 et le 5 plateau

Prélèvement à la tête de la colonne : vapeurs hydrocarbures


Les vapeurs de tête, constituées par des vapeurs d’hydrocarbures (coupe PI : 180°C) et par des
vapeurs d’eau sortant de la colonne à 174°C, passen t par les échangeurs 10-E-2 A/H (4 batteries
montées en parallèle et comportant chacune deux échangeurs en série) qui sont by-passables.
La température en tête de colonne est régulée. Les vapeurs d’hydrocarbures et les vapeurs d’eau
partiellement condensées après l’échange thermique avec le brut (10-E-2 A/H) entrent dans
l’accumulateur de reflux 10-V-2 dont la température est de 132°C.
Les vapeurs issues du ballon accumulateur passent par 24 caissons aéroréfrigérants (10-EA-1 -/12
et 10-EA-1 13/24), puis par des refroidisseurs à eau (10-E-7 A/B) en série. Les vapeurs
condensées aboutissent dans l’accumulateur 10-V-3. Dans le mamelon de 10-V-2 s’accumule l’eau
de procédé sortant de la colonne 10-C-1. Cette eau est aspirée par les pompes 10-MP-26 A/B et
transférée à l’installation de traitement des eaux de décharge. Enfin, l’essence accumulée dans le
bas de l’accumulateur est aspirée par les pompes 10-MP-2 A/B puis envoyée, en partie comme
ème
reflux du 52 plateau de la colonne 10-C-1 et en partie en amont des refroidisseur à air 10-EA-1.
Au niveau du ballon 10-V-3, l’essence accumulée est envoyée, à l’aide des motopompes 10-MP-3
A/B, comme charge de la colonne de stabilisation 10-C-5. Avant d’être chargée dans cette
colonne, l’essence est réchauffée, à 130°C, par éch ange thermique avec le résidu, le fond du
splitter et le kérosène. La pression dans 10-V-3 est régulée, ce qui fait que lorsqu’un excès de
pression est détecté, ce dernier est déchargé au Blow-Down. Si, au contraire, la pression tombe en
dessous de la valeur « set », elle est rétablie en envoyant dans le ballon du gaz combustible du
réseau. Enfin, l’eau collectée dans le mamelon du bac 10-V-3 est aspirée par les pompes 10-MP-
26 A/B et est transférée à l’installation de traitement des eaux.
Des phénomènes de corrosion se produisant dans le procédé de distillation, les appareils sont
protégés en effectuant des injections de filmants et neutralisants (les pompes 10-MP-21 A/B
aspirent de 10-V-12 et envoient le produit dans la vapor-line de la colonne 10-C-1 en amont des
refroidisseurs à air 10-EA-1).
Premier prélèvement latéral : soutirage kérosène
ème
La coupe 180 : 235°C est prélevée au niveau du 46 plateau de la colonne 10-C-1. Elle entre, à
216°C, dans le stripper 10-C-2.
Le stripper 10-C-2 est constitué d'une colonne possédant 8 plateaux. La charge (205-210°C) entre
dans la partie haute de la colonne et un échange thermique se produit entre la charge et les
vapeurs. Le chauffage du stripper est réalisé à l’aide du rebouilleur à thermosiphon 10-E-20 dans
lequel circule le pump-around inférieur (reflux de tête de la colonne). La température de retour en
colonne 10-C-2 de l’essence partiellement vaporisée dans le rebouilleur 10-E-20 est régulée.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 10

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Après stripping, les fractions légères composées par de l’essence mi-lourde reviennent dans la
ème
colonne 10-C-1 à la hauteur du 47 plateau. Quant au produit de fond, dont la température atteint
246°C, il est aspiré par les pompes MP-10A/B et peu t être envoyé au stockage kérosène, comme
charge de la section traitement du kérosène, pour la fabrication de Jet A1, ou au SLOP. Avant son
stockage, le produit passe successivement dans les échangeurs 10-E-10 A/B où il réchauffe
l’essence de charge de 10-C-5, les refroidisseurs à air 10-EA-8 et le réfrigérant à eau 10-E-21. Le
kérosène atteint alors une température de 35°C. A n oter, qu’en fonction du besoin, une partie du
kérosène peut être envoyée vers le traitement du kérosène pour produire du Jet A1 (unité 20). Le
traitement du kérosène peut être schématisé de la manière suivante : passage du kérosène par un
ballon de charge où on injecte de la soude, passage par un précipitateur horizontal qui permet
d’éliminer toute trace de soude, filtrage puis passage à travers un ballon à sel pour éliminer toute
trace d’humidité. Le procédé est plus détaillé dans le sous-chapitre 1.3.8.
Deuxième prélèvement latéral : Gasoil léger
Ce produit a un intervalle d’ébullition 235-310°C o u 235-320°C dans le cas où l’on veut produire du
ème
fuel-oil avec une teneur de 0,3% de soufre. Il peut être prélevé soit au niveau du 35 plateau soit
ème
au niveau du 20 plateau, selon le cas. Sa température est alors de 247°C.
ème
Le produit entre ensuite dans le stripper 10-C-3 A à la hauteur du 5 plateau. Le stripping est
réalisé grâce à une injection de vapeur surchauffée à basse pression en dessous du premier
plateau du stripper. Le passage dans le stripper permet de modifier le point éclair du produit. A la
sortie du stripper, le produit est à 235°C.
ème
Après le stripping, les fractions légères reviennent sur le 36 plateau de la colonne 10-C-1. Le
produit de fond du stripper 10-C-3 A entre dans l’échangeur 10-E-1 où il réchauffe le brut et entre
ensuite dans le sécheur 10-C-3 B. Le but de ce sécheur, où le produit rentre à une température de
61°C, est d’éliminer le gaz grâce au système d’éjec teur sous vide 10-J-1. Le fond du sécheur est
aspiré par les pompes 10-MP12 et 13 B puis envoyé dans le refroidisseur à air 10-EA-9. Le produit
refroidi à 47°C est envoyé au stockage ou bien au S LOP.
Pump-around supérieur
ème
Le pump-around supérieur (reflux de tête de la colonne), extrait du 33 plateau de la colonne 10-
C-1, est envoyé, à 265°C, par les pompes 10-MP-14 o u 10-MP-16 dans l’échangeur 10-E-5 où il
ème
réchauffe le brut. Le pump-around rentre, à 210°C, dans la colonne 10-C-1 sur le 34 plateau.
Troisième prélèvement latéral : Gasoil lourd
ème
La troisième coupe latérale, prélevée au niveau du 15 plateau de la colonne 10-C-1, entre dans
ème
le stripper 10-C4-A, à une température de 299°C, à la hauteur du 5 plateau. C’est l’injection de
vapeur surchauffée à basse pression qui va permettre le stripping du produit prélevé de la colonne
10-C-1.
ème
Après stripping, les fractions légères entrent à 140°C dans la colonne à la hauteur du 16
plateau.
Le fond de la colonne 10-C-4 A, dont la température vaut 285°C, entre dans les tubes des
échangeurs 10-E-3 A/B où il réchauffe le brut pour ensuite être envoyé au sécheur 10-C-4 B.
La tête du sécheur 10-C-4 B est reliée à un système d’éjecteurs 10-J-1 qui réalise le vide dans
l’appareillage. Le fond de la colonne 10-C-4 B est aspiré par les pompes 10-MP-13 A ou B et est
envoyé dans le refroidisseur à air 10-EA-10.
Le produit refroidi à 49°C est envoyé au stockage o u bien au SLOP.
Pump-around inférieur
Le pump-around inférieur est aspiré à la température de 341°C par les pompes 10-MP-15 A ou B
ème
du 12 plateau de la colonne 10-C-1 puis est envoyé dans le rebouilleur 10-E-20 du stripper 10-
C-2 et dans les échangeurs 10-E-6 A/B, en parallèle, dans lesquels l’échange thermique se fait
avec du brut.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 11

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

ème
Le retour en colonne du pump-around inférieur se fait à température de 246°C au niveau du 14
plateau de 10-C-1.
Fond de colonne 10-C-1 : résidu
Le fond de colonne comporte 5 plateaux. Les hydrocarbures liquides, venant de la zone de flash,
ème
descendent du 5 plateau jusqu’au fond de la colonne. Au dessous du premier plateau est injecté
de la vapeur surchauffée à basse pression pour le stripping du produit de fond.
Le résidu, à la température de 326°C, est aspiré pa r les pompes 10-MP-17 A et 10-MP-17 B et est
envoyé dans les rebouilleurs 10-E-12 A/B et 10-E-18 des colonnes 10-C-5 (colonne de
stabilisation) et 10-C-6 (colonne de splitter). Ces rebouilleurs peuvent être partiellement ou
totalement by-passés grâce à 10-dPIC-20.
Le résidu, après échange dans 10-E-22 A/B, peut être envoyé soit au stockage soit au SLOP sous
un débit régulé par contrôle de niveau. Après les échangeurs 10-E-22 A/B, le résidu est à une
température de 80°C.
Sur la ligne de refoulement des pompes 10-MP-17 A / B est prévue un branchement qui va
s’insérer en amont des fours 10-F-1 A et B. Cette ligne permet de réaliser la re-circulation
« courte » à travers les fours. La re-circulation « longue » se réalise selon le circuit suivant : Fond
de colonne 10-C-1 ; pompes 10-MP-17 A ou B ; échangeurs 10-E-12 A/B, 10-E-18 A (by-
passable), 10-E-8 A/B (by-passable), 10-E-22 A/B ; aspiration des pompes 10-MP-28 A/B/C ;
refoulement des pompes de charge ; train d’échange du brut ; fours 10-F-1 A et B et zone flash de
10-C-1.
Circuit de refroidissement résidu
Le refroidissement du résidu est réalisé à l’aide d’un circuit fermé alimenté avec de l’eau traitée.
L’eau, aspirée du réservoir 10-V-14 par les pompes 10-MP-18 A/B, est envoyée dans les
aéroréfrigérants 10-E-22 A/B où elle refroidit le résidu. L’eau sortant des aéroréfrigérants est
ensuite refroidie dans le refroidisseur à air 10-EA-11 puis envoyée dans le réservoir d’aspiration où
le niveau est maintenu constant.

1.3.4 S ys tème d’éjec teurs

Les têtes des sécheurs 10-C-3 B et 10-C-4 B sont reliées au condenseur à eau 10-J-1 A dans la
calandre duquel a lieu la condensation partielle des vapeurs venant des deux appareillages.
Le condensat s’accumule dans 10-V-4 tandis que la partie encore à l’état de vapeur est aspirée par
des éjecteurs alimentés avec de le vapeur moyenne pression. Le courant de vapeur d’eau et
d’hydrocarbures sortant des éjecteurs est condensé dans la calandre du condenseur 10-J-1 B. La
fraction condensée entre dans le bac de recette 10-V-4 tandis que celle encore à l’état de vapeur
est aspirée par un deuxième groupe d’éjecteurs. Le courant de vapeur d’eau et d’hydrocarbures
qui est condensé dans le condenseur 10-J-1 C est envoyé dans le bac de recette 10-V-4.
Les matières incondensables s’étant accumulées dans l’enveloppe du 10-J-1 C sont collectées
dans un séparateur 10-V-18 et transférées vers les fours 10-F-1 A et B pour y être brûlées par des
brûleurs spéciaux ou bien envoyées à l’atmosphère dans le cas d’un non fonctionnement des fours
(blocs brûleurs).
Le liquide qui s’est accumulé dans 10-V-4 est aspiré par les pompes 10-MP-11 A/B et transféré
dans le séparateur des condensats 10-V-5.
De ce séparateur sort un produit de tête qui est envoyé au réservoir de SLOP lourd et un produit
de fond qui va à l’installation de traitement des eaux.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 12

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.3.5 Colonne de stabil isation C-5

L’essence de tête de la colonne 10-C-1, recueillie au niveau de l’accumulateur 10-V-3, est aspirée
par les pompes 10-MP-3 A/B puis envoyée dans les échangeurs 10-E-8 A/B, 10-E-9 et 10-E-10
A/B. Après échange thermique avec respectivement le résidu, le fond du splitter et le kérosène,
l’essence est préchauffée. Ce train d’échange est protégé, côté essence, contre les surpressions
par les soupapes PSV 20 A/B, PSV 22 et PSV 24 A/B qui dégagent toutes au Blow-Down.
Après ce préchauffage, l’essence arrive à 130°C au niveau de la colonne de stabilisation 10-C-5,
constituée de 38 plateaux, au niveau des plateaux 17 ou 19.
Les vapeurs de tête de la colonne, constituées de GPL à 55°C, sont condensées dans le
refroidisseur à air 10-EA-2 et dans le condenseur à eau 10-E-11 pour être finalement collectées
dans l’accumulateur 10-V-8 où la température est de 31°C.
Le liquide qui s’est accumulé dans le bac de recette de tête 10-V-8 est aspiré par les pompes 10-
MP-4 ou 10-MP-5B. Une partie est envoyée en tête de 10-C-5 comme reflux (débit réglé par 10-
FRC-53) et l’autre partie est envoyée vers l'unité Gas Plant (unité 30).
Le produit de fond de la colonne 10-C-5, réchauffé dans les rebouilleurs à thermosiphon 10-E-12
A/B, rentre dans le ballon 10-V19 où la partie vapeur (à une température de 143°C) et la partie
liquide (à une température de 210°C) sont envoyées dans la colonne de splitter 10-C-6.
Un soutirage latéral au niveau de la colonne 10-C-5 sortant à 194°C passe par les échangeurs 10-
E-12 A/B avant d’être envoyé vers le stockage des naphtas.
La colonne de stabilisation peut être by-passée en envoyant la charge dans le réservoir du SLOP
léger. Dans ce but, on utilise la ligne placée au refoulement des pompes 10-MP-3 A/B.

1.3.6 Colonne de spli tter C-6

La colonne, composée de 36 plateaux, est alimentée avec de l’essence stabilisée dont la


température est de 210°C. L’essence de charge peut entrer soit sur le plateau 23 soit sur le
plateau 21.
Le produit de tête de la colonne sortant à 98°C et constitué de naphta est condensé dans le
refroidisseur à air 10-EA-3 et dans les échangeurs 10-E-26 A/B avant d’être envoyé dans
l’accumulateur 10-V-9. Les hydrocarbures qui sont accumulés dans le bac de recette 10-V-9 (à
73°C) sont aspirés par les pompes 10-MP-29 A/B. Une partie va être envoyée comme reflux à la
ème
tête de la colonne (sur le 36 plateau). L’autre partie sert de charge à la colonne 10-C-7 (à une
température de 84°C). A noter que la colonne déiso- pentanisatrice 10-C-7 peut être by-passée et
l’essence légère peut être directement envoyée, après refroidissement, vers un stockage.
ème
La coupe d’essence moyenne (naphta B), à 142°C, col lectée au niveau du 25 plateau est
ème
aspirée par les pompes 10-MP-6 A/B et est envoyée comme reflux sur le 24 plateau (débit réglé
par FRC-70). Une autre partie est envoyée au stockage après échange thermique avec le 10-E-14
(essence de charge) et refroidissement successif dans le refroidisseur à air 10-EA-6 et dans le
réfrigérant à eau 10-E-17. Ce produit, à une température de 34°C, servira ensuite de charge pour
l’unité 100.
Le produit de fond de la colonne constitué de naphtas C est réchauffé dans l’échangeur à
thermosiphon10-E-18 A. Le rebouilleur de la colonne de splitter est constitué par l’échangeur 10-E-
18 B. L’essence sortant de l’échangeur 10-E-18, à 210°C, rentre dans la colonne au dessous du
er
1 plateau. Le fond du splitter est aspiré par les pompes 10-MP-9 A/B et est envoyé dans
l’échangeur 10-E-9 (échange avec la charge de stabilisation) puis dans le refroidisseur à air 10-EA-
7 et dans le réfrigérant à eau 10-E-19. Après ce refroidissement à 31°C, l’essence lourde est
envoyée vers le stockage.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 13

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.3.7 Colonne déiso-pe ntanisatrice C-7 e t four F-2

Colonne déiso-pantanisatrice C-7


Cette colonne composée de 98 plateaux peut recevoir la charge préchauffée à 84°C dans
ème ème
l’échangeur 10-E-14 soit sur le 44 plateau, soit sur le 38 .
Le produit de tête de la colonne, sortant à 46°C, e st condensé dans le refroidisseur à air 10-EA-4
et dans le condenseur à eau 10-E-25 avant d’être envoyé dans l’accumulateur 10-V-10. Les
hydrocarbures accumulés dans le bac de recette 10-V-10 sont aspirés par les pompes 10-MP-7
ème
A/B. Ils sont ensuite envoyés soit comme reflux de la tête de colonne (98 plateau) soit au
stockage après passage dans l’échangeur 10-E-13. La production de tête de la colonne peut aussi
être envoyée dans le réservoir de SLOP léger.
L’essence de fond de la colonne 10-C-7 est en partie recyclée dans le four 10-F-2 et en partie
envoyée au stockage. Avant d’aller au stockage, l’essence est refroidie dans le refroidisseur à air
10-EA-5 et dans le réfrigérant à eau 10-E-16. En cas de besoin, il est possible d’envoyer le fond de
10-C-7 dans le réservoir de SLOP léger.
Four 10-F-2
Le four 10-F-2 est équipé de 10 brûleurs qui peuvent être alimentés soit au gaz naturel soit au fuel-
gas (gaz combustible de la raffinerie). Chaque brûleur est équipé d’un pilote dont la pression de
gaz est contrôlée par PCV-3. Sur la cheminée du four est installé un analyseur à oxygène pour
contrôler la bonne combustion.
L’essence de fond de colonne 10-C-7 alimente le four 10-F-2 sur lequel sont implantées 8 passes.
Il est possible d’injecter dans le four de la vapeur basse pression pour la purge de la chambre de
combustion ou pour l’étouffement.

1.3.8 Traitement du kér osène

Le PID du procédé de traitement du kérosène est donné en annexe 6.


L’installation est alimentée en kérosène provenant de l’unité. Le produit entre dans le ballon 20-V-1
où le niveau est maintenu constant. La pression dans le ballon est maintenue grâce à de l’azote.
Le kérosène aspiré par les pompes 20-MP-1 A/B est envoyé vers le précipitateur électrostatique
20-V-2 en amont duquel est injecté de la soude afin d’enlever l’acide naphténique du produit. Le
mélange kérosène/solution sodique entre dans la partie basse du précipitateur électrostatique 20-
V-2. Le NaOH épuisé s’accumule sur le fond du 20-V-2 et est renvoyé à l’égout.
Le kérosène sortant de 20-V-2 subit un filtrage dans le coalesceur 20-FT-1 afin de réduire les
teneurs en eau et sodium du produit. Le kérosène passe ensuite dans un sécheur à sel.
L’installation est reliée au close-drain (réseau de drainage) ce qui permet de décharger, en cas de
besoin, dans le réservoir V-16, le kérosène des différents appareils.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 14

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.3.9 Module de récupé ration du gaz de torche GTK

Le PID du procédé du GTK est donné en annexe 7.1 et 7.2.


Le but de cette installation est de traiter le gaz provenant des colonnes de distillation au lieu de les
envoyer à la torche. Ce module traite les gaz provenant du ballon accumulateur 10-V-3. Les gaz
issus de cet accumulateur sont envoyés dans le ballon 10-V-101 (C1 : 1.7% - C2 : 18.3% - C3 :
40.3% - C4 : 30.8% - C5 : 7.7% - C6 : 1.2%). Au niveau de ce ballon, la phase liquide est envoyée
au close-drain et la phase gaz, aspirée par le compresseur 10-K-01 est en partie renvoyée vers
l’alimentation de 10-V-01 et en partie envoyé vers le ballon accumulateur 10-V-102 après
refroidissement à travers les condenseurs à eau 10-E-101 A/B. En sortie de ce ballon, la phase
liquide est envoyée vers le système des eaux acides alors que le gaz est envoyé vers le réseau
fuel-gaz.

1.3.10 S ys tème de close-drain

L’installation est munie d’un système de « close-drain » permettant le drainage dans le réservoir V-
16 des différents appareils (pompes, échangeurs, colonnes…).
Dans le réservoir V-16 se trouve, immergée, la pompe MP-22 qui peut envoyer le produit au SLOP
léger ou lourd. Le démarrage ou l’arrêt de la pompe MP-22 est automatique.

1.3.11 Sour w ater stripper

Le PID du système des eaux acides est donné en annexe 8.


L’unité a été conçue pour extraire l’hydrogène sulfuré et l’ammoniac de l’eau de procédé venant
des unités :
 Unité Topping 10

 Unité Topping 11

 Unité Bitumes 70

 Unité de traitement du kérosène 20/21

 10 GTK V102

 Unité Reforming 2

L’hydrogène sulfuré et l’ammoniac sont extraits de l’eau de procédé par la vapeur basse pression.
Les gaz extraits sont brûlés dans les fours des unités 10 et 11.
Les eaux de procédé issues des diverses unités et l’eau de recyclage condensée dans le
refroidisseur à air 10-EA-5/12 A accumulées dans le bac de recette 10-V-17 sont aspirées par les
pompes 10-MP-27 A/B. Elles sont ensuite envoyées comme charge au stripper 10-C-8 après
préchauffage dans l’échangeur 10-E-23. Le débit est contrôlé par FRC-51 sur lequel agit en
cascade le contrôleur de niveau LIC-18.
La colonne de stripper 10-C-8 est constituée de 20 plateaux. L’eau de charge entre au niveau du
ème
20 plateau. L’hydrogène sulfuré et l’ammoniac sont extraits par la vapeur à basse pression. Les
vapeurs de tête de la colonne, partiellement condensées dans le refroidisseur à air 10-EA-12,
entrent dans l’accumulateur 10-V-17.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 15

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

L’eau strippée sort du fond de la colonne 10-C-8 et échange la chaleur avec l’eau de charge du
stripper dans l’échangeur 10-E23. Elle est ensuite refroidie dans le 10-E-24 et déchargée dans le
réseau d’égout des eaux huileuses.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 16

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.4 Stockages associés à l’unité Topping 10

La charge utilisée au niveau de l’unité Topping 10 est constituée de pétrole brut conservé dans les réservoirs à toit flottant S1, S2 et S3 d’une
3
capacité nominale de 59 850 m .
L’unité Topping 10 permet la production d’isopentane, de naphta (A déisopentanisé, A, B et C), du kérosène, du Jet A1, de coupe de gasoil
lourd et léger, de SLOP lourd et léger et de fuel BTS. Au niveau de la raffinerie de Skikda, l’isopentane est stocké dans 2 sphères (S16 et
3 3
S17) d’une capacité 850 m chacune. Le naphta A déisopentanisé est stocké dans 2 bacs à toit fixe S18 et S19 d’une capacité de 1444 m
3
chacun. Les réservoirs S4 à S7 d’une capacité de 5380 m chacun sont eux aussi associés à l’unité Topping 10. Ils sont destinés au stockage
intermédiaire de l’excédent de kérosène non traité et du jet A1. Après remplissage et contrôle qualité du jet A1 stocké dans S4 à S7, les
produits sont transférés vers les bacs S75 et S76. Le gasoil léger est stocké dans 4 réservoirs (S8 à S11) d’une capacité nominale de 7102
3 3
m chacun. Le gasoil lourd est aussi stocké dans 4 réservoirs (S12 à S15) d’une capacité nominale de 4250 m . Le fuel BTS est conservé
3
dans 8 réservoirs (S95 à S99 et S102, S104 et S105) d’une capacité nominale de 58580 m chacun. Ces réservoirs sont munis d’un serpentin
de chauffage permettant de chauffer (jusqu’à une température de 65°C) le produit à l’aide de la vapeur basse pression. Enfin, le SLOP est
stocké dans les réservoirs S132 et S133 (réservoirs à toit fixe munis de serpentins de chauffage) pour le lourd et S131 pour le léger (réservoir
à toit flottant).

Les caractéristiques de ces stockages sont les suivantes :

Soupape
Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre
Bac totale max min totale Type Protection Pression
Produit Aire ligne ligne Alarme
n° toit azote Repère de Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie
tarage
Brut PSV
20 et 22 lLA1 et
S1 840 17080 15600 3000 59850 24’’ 20’’ Flottant Non Bac
PSV 4 hLA1
21
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 17

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Soupape
Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre
Bac totale max min totale Type Protection Pression
Produit Aire ligne ligne Alarme
n° toit azote Repère de Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie
tarage

Brut PSV
22 et 22 lLA2 et
S2 840 17080 15600 3000 59850 24’’ 20’’ Flottant Non Bac
PSV 4 hLA2
23
Brut PSV
24 et 18 lLA3 et
S3 840 17080 15600 3000 59850 24’’ 20’’ Flottant Non Bac
PSV 4 hLA3
25
Isopentane PSV
3.5 lLA16
1A et
S16 820 11610 8500 600 850 3’’ 6’’ Sphère Non Atmosphère et
PSV 3.5 hLA16
1B
Isopentane PSV
3.5 lLA17
2A et
S17 820 11610 8500 600 850 3’’ 6’’ Sphère Non Atmosphère et
PSV 3.5 hLA17
2B
Naphta PSV
18 lLA18
déisopentanisé 69 et
S18 680 14640 13800 1000 2444 6’’ 10’’ Fixe Non Bac et
PSV 18 hLA18
70
Naphta PSV
18 lLA19
déisopentanisé 72 et
S19 680 14640 13800 1000 2444 6’’ 10’’ Fixe Non Bac et
PSV 18 hLA19
73
Kérosène/Jet PSV 17.5 lLA4 et
S4 A1 800 17080 16200 800 5380 2’’ / 6’’ 12’’ Fixe Oui 54 et Bac
17.5 hLA4
PSV 5
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 18

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Soupape
Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre
Bac totale max min totale Type Protection Pression
Produit Aire ligne ligne Alarme
n° toit azote Repère de Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie
tarage

Kérosène/Jet PSV
A1 100 et 17.5 lLA7 et
S7 800 17080 16200 800 5380 6’’ 12’’ Fixe Oui Bac
PSV 17.5 hLA7
101
Jet A1 PSV
17.5 lLA75
146 et
S75 640 14640 13600 1800 3763 10’’ 24’’ Flottant Non Bac et
PSV 4 hLA75
147
Jet A1 PSV
17.5 lLA76
148 et
S76 640 14640 13600 1800 48985 10’’ 24’’ Flottant Non Bac et
PSV 4 hLA76
149
Gasoil léger PSV
58 et 17.5 lLA8 et
S8 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac
PSV 17.5 hLA8
59
Gasoil léger PSV
60 et 17.5 lLA9 et
S9 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac
PSV 17.5 hLA9
61
Gasoil léger PSV
17.5 lLA10
95 et
S10 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA10
96
Gasoil léger PSV
17.5 lLA11
93 et
S11 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA11
94
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 19

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Soupape
Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre
Bac totale max min totale Type Protection Pression
Produit Aire ligne ligne Alarme
n° toit azote Repère de Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie
tarage

Gasoil lourd PSV


17.5 lLA12
50 et
S12 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 19.5 hLA12
51
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA13
52 et
S13 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA13
53
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA14
88 et
S14 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA14
89
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA15
90 et
S15 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA15
91
Fuel lourd PSV
200 et 20
S95 540 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
201
Fuel lourd PSV
202 et 20
S96 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
203
Fuel lourd PSV
204 et 20
S97 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
205
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 20

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Soupape
Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre
Bac totale max min totale Type Protection Pression
Produit Aire ligne ligne Alarme
n° toit azote Repère de Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie
tarage

Fuel lourd PSV


206 et 20
S98 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
207
Fuel lourd PSV
208 et 20
S99 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
209
Fuel lourd PSV
20 lLA102
214 et
S102 600 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac et
PSV 5 hLA102
215
Fuel lourd PSV
20 lLA104
218 et
S104 600 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac et
PSV 5 hLA104
219
Fuel lourd PSV
20 lLA105
220 et
S105 600 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac et
PSV 5 hlA105
221
SLOP léger PSV
17.5 lLA131
26 et
S131 531 17080 16200 1800 9070 10’’ 8’’ Flottant Non Bac et
PSV 17.5 hLA131
27
SLOP lourd PSV
16.5 lLA132
28 et
S132 531 17080 16300 600 9070 10’’ 8’’ Fixe Non Bac et
PSV 16.5 hLA132
29
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 21

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

Soupape
Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre
Bac totale max min totale Type Protection Pression
Produit Aire ligne ligne Alarme
n° toit azote Repère de Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie
tarage

SLOP lourd PSV


16.5 lLA133
30 et
S133 531 17080 16300 600 9070 10’’ 8’’ Fixe Non Bac et
PSV 16.5 hLA133
31
Tableau 1 : Caractéristiques des bacs de stockages associés à l'unité existante
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 22

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

1.5 Utilités
Les utilités nécessaires au fonctionnement de l’unité de Topping 10 sont les suivantes :
 Vapeur moyenne pression

 Vapeur basse pression

 Eau de refroidissement

 Eau traitée

 Air instrument

 Électricité

 Combustible Fuel Gaz

 Azote

Ces utilités sont fournies par les réseaux existants dans la raffinerie, présentés dans le ChapitreB9.

1.6 Description des opérations


Les installations sont surveillées à partir de la salle de contrôle située à proximité de l’unité.
Cependant, certaines phases nécessitent des interventions particulières des opérateurs de l’unité.
Les procédures permettent de définir ces opérations et de détailler les actions à mener pour
effectuer chaque tâche en toute sécurité.
Le présent paragraphe a pour but de présenter brièvement les différents types de procédure mises
en œuvre sur l’unité.
Ces procédures sont disponibles dans le manuel opératoire du topping 10 (M-PROD 1) mis en
application le 6 novembre 2004.

1.6.1 Procédures d’arrêt – démarrage et mise à disposition

Ces procédures consignent étape par étape les actions à mener pour un arrêt complet ou partiel
(ou mise à disposition) et pour démarrer l’installation à la suite de n’importe quel type d’arrêt.
Les précautions prises pour ces phases transitoires d’arrêt et de démarrage permettent de
minimiser les risques d’accident.
L’ensemble de ces procédures est disponible sur le site de Skikda.

1.6.2 Procédures d’urgence

Les procédures d’urgence indiquent la marche à suivre lors de phénomènes accidentels. Cela
comprend notamment la conduite en cas de :
 Manque de charge

 Manque d'utilités
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 23

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 10

 Rupture des tubes des fours

 Incendie

L’ensemble de ces procédures est disponible sur le site de Skikda.

1.6.3 Instructions perm anentes

En plus des procédures de démarrage, d’arrêt et d’arrêt d’urgence, des instructions permanentes
ont été mises en place afin de :
 Assurer la sécurité des biens et des hommes.

 Assurer la bonne qualité des produits en amont et aval de l’unité.

 Enregistrer toute anomalie sur le registre de quart et la signaler à la hiérarchie.

 Assurer une bonne relève entre les postes.

 Passer clairement les consignes (par écrit) sur le registre de quart qui doit être dûment signé
et approuvé.

 Appliquer les consignes permanentes et les consignes de la hiérarchie ; assurer le suivi.

 Eliminer toute fuite et épandage sur les équipements et les alentours (propreté des lieux).

 Assurer les conditions strictes et obligatoires pour chaque intervention sur n’importe quel
équipement.

 Assister tous les travaux se déroulant sur le site.

 Accompagner toute entrée et sortie des engins et individus sur le site.


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 24

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

2 Description de l’unité Topping 11


Le schéma simplifié du procédé de la section 11 est présenté en annexe 9.

2.1 Fonctions
L’unité 11 est une unité de distillation atmosphérique ou Topping. Elle a pour but de fractionner le
pétrole brut en un certain nombre de coupes ou fractions classées selon les températures
d’ébullition des hydrocarbures.
L’installation a été conçue pour traiter 22 500 tonnes/jour de brut Hassi-Messaoud ou mélange
d’Arzew. Elle peut produire de l’essence légère et lourde, des naphtas, des gasoils lourds et
légers, du kérosène, du jet A1, des isopentanes, des gaz liquéfiés et un résidu.
Ces produits peuvent constituer la charge d’autres installations ou bien être envoyés directement
dans les réservoirs de stockage comme produits finis.
Cette unité 11 diffère de l’unité 10 par l’absence de colonne de déisopentanisation.

2.2 Description du procédé


Afin de décrire le plus clairement possible l’installation, cette dernière a été divisée en différentes
parties :
 Circuit de préchauffe du brut

 Fours F-1 A et F-1 B

 Colonne de distillation C-1

 Système d’injecteur

 Colonne de stabilisation C-5

 Colonne de splitter C-6

 Traitement du kérosène

 Module de récupération des gaz de torche

 Sour water stripper (S.W.S)


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 25

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

2.3 Description des installations

2.3.1 Circuit de précha uffe du brut

L’unité 11 est alimentée avec du brut aspiré depuis les réservoirs à toit flottant S1/2/3 par les
pompes 11-MP-28 A/B/C. . La charge est préchauffée dans l’échangeur E-107-06A/B. Le brut
passe alors par un dessaleur. En sortie de ce dessaleur, le brut passe dans les échangeurs 11-E-2
A/H (la charge est réchauffée par le produit de tête de la colonne 11-C-1) avant d’être envoyée
dans le ballon de détente 11-V-1. Au niveau de ce ballon, de la soude est injectée avec les
pompes 11-MP-19. Cette injection de soude a pour but de réduire la présence de chlorure
facilement dissociable dans le brut et d’éliminer l’encrassement qui vient se former sur les tubes
des échangeurs situés en amont du four.
Dans ce ballon de détente, la pression et le niveau sont régulés. Les vapeurs, constituées
d’hydrocarbures légers et d’eau qui peut être présente dans le brut, entrent dans la colonne 11-C-1
à la hauteur de la zone flash. Le brut qui s’accumule au fond du ballon est aspiré par les pompes
de surcompression 11-MP-1 A/B/C puis envoyé dans un train de préchauffe. Ce dernier est
constitué de quatre échangeurs montés en série. Le brut passe successivement par les
ème
échangeurs 11-E-3 A/B (préchauffage grâce au 3 prélèvement latéral de la colonne 11-C-1), par
les échangeurs 11-E-4 A/B (préchauffage par le brut résiduel), l’échangeur 11-E-5 (brut issu du
pump-around supérieur) et les échangeurs 11-E-6 A/B (brut issu du pump-around inférieur). Le
brut sortant des échangeurs 11-E-6 A/B va alimenter en parallèle les fours 11-F-1 A et B
possédant chacun 8 passes. Au niveau de ces fours, le débit est contrôlé en permanence et le
circuit comporte une alarme de débit bas.

2.3.2 Four F-1 A et F-1 B

Le brut préchauffé à environ 226°C dans le train d’ échange entre dans les fours F-1 A/B et
absorbe, dans la section radiation, la chaleur nécessaire à sa distillation. Le fluide vaporisé sort
des fours et entre dans la zone de flash de la colonne 11-C-1. La température du brut sortant des
fours (350°C environ) est régulée. Une pression tro p basse au niveau des brûleurs est signalée en
salle de contrôle par une alarme sonore.
Dans la section de convection du four est installé un serpentin de surchauffe de la vapeur basse
pression qui est utilisée comme vapeur de stripping pour la colonne 11-C-1 et le stripper.
Chaque four a 32 brûleurs pouvant être alimentés soit par du gaz naturel ou par du gaz
combustible de raffinerie. Chaque brûleur est muni d’un pilote alimenté au gaz.
En matière de contrôle l’installation possède aussi des analyseurs d’oxygène en sortie de
cheminée qui permettent de contrôler que la combustion est bonne. Toujours en termes de
sécurité, les fours sont équipés de capteurs de pression (qui permettent de relever la dépression à
l’intérieur des fours) et de thermocouples pour la prise de température superficielle des tubes de la
section de radiation et de la température du fluide sortant du four.

2.3.3 Colonne de dis tillation C1

Le brut chauffé dans les fours 11-F-1A et 11-F-1B entre dans la zone de flash de la colonne 11-C-
ème ème
1, entre le 5 et le 6 plateau, avec le mélange hydrocarbures légers/eau vaporisés issu du
ballon de détente 11-V-1 et le dégagement de la soupape PSV-2 qui protège le ballon 11-V-1.
La colonne 11-C-1 possède 52 plateaux et peut être divisée en deux parties :
ème ème
- La section d’enrichissement comprise entre le 6 et le 52 plateau
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 26

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

er ème
- La section d’épuisement entre le 1 et le 5 plateau

Prélèvement à la tête de la colonne : vapeurs hydrocarbures


Les vapeurs de tête, constituées par des vapeurs d’hydrocarbures (coupe PI : 180°C) et par des
vapeurs d’eau passent par les échangeurs 11-E-2 A/H (4 batteries montée en parallèle et
comportant chacune deux échangeurs en série) qui sont by-passables.
La température en tête de colonne est régulée. Les vapeurs d’hydrocarbures et les vapeurs d’eau
partiellement condensées après l’échange thermique avec le brut (11-E-2 A/H) entrent dans
l’accumulateur de reflux 11-V-2.
Les vapeurs issues du ballon accumulateur passent par 24 caissons d’aéroréfrigérant (11-EA-1 -
/12 et 11-EA-1 13/24), puis par des refroidisseur à eau (11-E-7 A/B) en série. Les vapeurs
condensées aboutissent dans l’accumulateur 11-V-3. Dans le mamelon de 11-V-2 s’accumule l’eau
de procédé sortant de la colonne 11-C-1 au même état de vapeur. Cette eau est aspirée par les
pompes 11-MP-26 A/B et transférée à l’installation de traitement des eaux de décharge. Enfin,
l’essence accumulée dans le bas de l’accumulateur est aspirée par les pompes 11-MP-2 A/B puis
ème
envoyée, en partie comme reflux du 52 plateau de la colonne 11-C-1 (débit réglé par FRC-40) et
en partie en amont des refroidisseur à air 11-EA-1.
Au niveau du ballon 11-V-3, l’essence accumulée est envoyée, à l’aide des motopompes 11-MP-3
A/B, comme charge de la colonne de stabilisation 11-C-5. Avant d’être chargée dans cette
colonne, l’essence est réchauffée par échange thermique avec le résidu, le fond du splitter et le
kérosène. La pression dans 11-V-3 est régulée, ce qui fait que lorsqu’un excès de pression est
détecté, ce dernier est déchargé au Blow-Down par les vannes 11-PRC-15v B et 11-PRC-15v C.
Si, au contraire, la pression tombe en dessous de la valeur « set », elle est rétablie en envoyant
dans le ballon du gaz combustible du réseau. Enfin, l’eau collectée dans le mamelon du bac 11-V-
3 est aspirée par les pompes 11-MP-26 A/B et est transférée à l’installation de traitement des
eaux.
Des phénomènes de corrosion se produisant dans le procédé de distillation, les appareils sont
protégés en effectuant des injections de filmants et neutralisants (les pompes 11-MP-21 A/B
aspirent de 11-V-12 et envoient le produit dans la vapor-line de la colonne 11-C-1 en amont des
refroidisseurs à air 11-EA-1).
Premier prélèvement latéral : soutirage kérosène
ème
La coupe 180 : 235°C est prélevée au niveau du 46 plateau de la colonne 11-C-1. Elle entre
dans le stripper 11-C-2.
Le stripper 11-C-2 est constitué par une colonne possédant 8 plateaux. La charge (205-210°C)
entre dans la partie haute de la colonne et un échange thermique se produit entre la charge et les
vapeurs. Le chauffage du stripper est réalisé à l’aide du rebouilleur à thermosiphon 11-E-20 dans
lequel circule le pump-around inférieur. La température de retour en colonne 11-C-2 de l’essence
partiellement vaporisée dans le rebouilleur 11-E-20 est régulée.
Après stripping, les fractions légères composées par de l’essence mi-lourde reviennent dans la
ème
colonne 11-C-1 à la hauteur du 47 plateau. Quant au produit de fond, il est aspiré par les
pompes MP-10-A/B et peut être envoyé au stockage kérosène, comme charge de la section
traitement du kérosène, à la fabrication du Jet A1 ou au SLOP. Avant son stockage, le produit
passe successivement dans les échangeurs 11-E-10 A/B où il réchauffe l’essence de charge de
11-C-5, les refroidisseur à air 11-EA-8 et le réfrigérant à eau 11-E-21. A noter, qu’en fonction du
besoin, une partie du kérosène destiné au stockage peut être envoyée vers le traitement du
kérosène pour produire du Jet A1 (unité 21). Le traitement du kérosène peut être schématisé de la
manière suivante : passage du kérosène par un ballon de charge où on injecte de la soude,
passage par un précipitateur horizontal qui permet d’éliminer toute trace de soude, filtrage puis
passage à travers un ballon à sel pour éliminer toute trace d’humidité. Le procédé est plus détaillé
dans le sous-chapitre 2.3.7.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 27

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Deuxième prélèvement latéral : Gasoil léger


Ce produit a un intervalle d’ébullition 235-310°C o u 235-320°C dans le cas où l’on veut produire du
ème
fuel-oil avec une teneur de 0,3% de soufre. Il peut être prélevé soit au niveau du 35 plateau soit
ème
au niveau du 20 plateau, selon le cas.
ème
Le produit entre ensuite dans le stripper 11-C-3 A à la hauteur du 5 plateau. Le stripping est
permis grâce à une injection de vapeur surchauffée à basse pression en dessous du premier
plateau du stripper. Le passage dans le stripper permet de modifier le point éclair du produit.
ème
Après le stripping, les fractions légères reviennent sur le 36 plateau de la colonne 11-C-1. Le
produit de fond du stripper 11-C-3 A entre dans l’échangeur 11-E-1 où il réchauffe le brut et entre
ensuite dans le sécheur 11-C-3 B. Le but de ce sécheur est d’éliminer le gaz grâce au système
d’éjecteur sous vide 11-J-1. Le fond du sécheur est aspiré par les pompes 11-MP12 et 13 B puis
envoyé dans le refroidisseur à air 11-EA-9. Le produit refroidi est envoyé au stockage ou bien au
SLOP.
Pump-around supérieur
ème
Le pump-around supérieur, extrait du 33 plateau de la colonne 11-C-1, est envoyé par les
pompes 11-MP-14 ou 11-MP-16 dans l’échangeur 11-E-5 où il réchauffe le brut. Le pump-around
ème
rentre dans la colonne 11-C-1 sur le 34 plateau.
Troisième prélèvement latéral : Gasoil lourd
ème
La troisième coupe latérale, prélevée au niveau du 15 plateau de la colonne 11-C-1, entre dans
ème
le stripper 11-C4-A à la hauteur du 5 plateau. C’est l’injection de vapeur surchauffée à basse
pression qui va permettre le stripping du produit prélevé de la colonne 11-C-1.
ème
Après stripping, les fractions légères entrent dans la colonne à la hauteur du 16 plateau.
Le fond de la colonne 11-C-4 A entre dans les tubes des échangeurs 11-E-3 A/B où il réchauffe le
brut pour ensuite être envoyé au sécheur 11-C-4 B.
La tête du sécheur 11-C-4 B est reliée à un système d’éjecteurs 11-J-1 qui réalise le vide dans
l’appareillage. Le fond de la colonne 11-C-4 B est aspiré par les pompes 11-MP-13 A ou B et est
envoyé dans le refroidisseur à air 11-EA-10.
Le produit refroidi est envoyé au stockage ou bien au SLOP.
Pump-around inférieur
ème
Le pump-around inférieur est aspiré par les pompes 11-MP-15 A ou B du 12 plateau de la
colonne 11-C-1 puis est envoyé dans le rebouilleur 11-E-20 du stripper 11-C-2 et dans les
échangeurs 11-E-6 A/B, en parallèle, dans lesquels l’échange thermique se fait avec du brut.
ème
Le retour en colonne du pump-around inférieur a lieu au niveau du 14 plateau de 11-C-1.

Fond de colonne 10-C-1 : résidu


Le fond de colonne comporte 5 plateaux. Les hydrocarbures liquides, venant de la zone de flash,
ème
descendent du 5 plateau jusqu’au fond de la colonne. Au dessous du premier plateau est injecté
de la vapeur surchauffée à basse pression pour le stripping du produit de fond.
Le résidu, aspiré par les pompes 11-MP-17 A et 11-MP-17 B, est envoyé dans les rebouilleurs 11-
E-12 A/B et 11-E-18 des colonnes 11-C-5 (colonne de stabilisation) et 11-C-6 (colonne de splitter).
Ces rebouilleurs peuvent être partiellement ou totalement by-passés grâce à 11-dPIC-20.
Le résidu, après échange dans 11-E-22 A/B, peut être envoyé soit au stockage soit au SLOP sous
un débit régulé par contrôle de niveau.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 28

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Sur la ligne de refoulement des pompes 11-MP-17 A / B est prévue un branchement qui va
s’insérer en amont des fours 11-F-1 A et B. Cette ligne permet de réaliser la re-circulation
« courte » à travers les fours. La re-circulation « longue » se réalise selon le circuit suivant : Fond
de colonne 11-C-1 ; pompes 11-MP-17 A ou B ; échangeurs 11-E-12 A/B, 11-E-18 A (by-
passable), 11-E-8 A/B (by-passable), 11-E-22 A/B ; aspiration des pompes 11-MP-28 A/B/C ;
refoulement des pompes de charge ; train d’échange du brut ; fours 11-F-1 A et B et zone flash de
11-C-1.
Circuit de refroidissement résidu
Le refroidissement du résidu est réalisé à l’aide d’un circuit fermé alimenté avec de l’eau traitée.
L’eau, aspirée du réservoir 11-V-14 par les pompes 11-MP-18 A/B, est envoyée dans les
aéroréfrigérants 11-E-22 A/B où elle refroidit le résidu. L’eau sortant des aéroréfrigérants est
ensuite refroidie dans le refroidisseur à air 11-EA-11 puis envoyée dans le réservoir d’aspiration où
le niveau est maintenu constant.

2.3.4 S ys tème d’éjec teurs

Les têtes des sécheurs 11-C-3 B et 11-C-4 B sont reliées au condenseur à eau 11-J-1 A dans la
calandre duquel a lieu la condensation partielle des vapeurs venant des deux appareillages.
Le condensat s’accumule dans 11-V-4 tandis que la partie encore à l’état de vapeur est aspirée par
des éjecteurs alimenté avec de le vapeur moyenne pression. Le courant de vapeur d’eau et
d’hydrocarbures sortant des éjecteurs est condensé dans la calandre du condenseur 11-J-1 B. La
fraction condensée entre dans le bac de recette 11-V-4 tandis que celle encore à l’état de vapeur
est aspirée par un deuxième groupe d’éjecteur. Le courant de vapeur d’eau et d’hydrocarbures qui
est condensé dans le condenseur 11-J-1 C est envoyé dans le bac de recette 11-V-4.
Les matières incondensables s’étant accumulées dans l’enveloppe du 11-J-1 C sont collectées
dans un séparateur 11-V-18 et transférées vers les fours 11-F-1 A et B pour y être brûlées par des
brûleurs spéciaux ou bien dégagées à l’atmosphère dans le cas d’un non fonctionnement des fours
(blocs brûleurs).
Le liquide qui s’est accumulé dans 11-V-4 est aspiré par les pompes 11-MP-11 A/B et transféré
dans le séparateur des condensats 11-V-5
De ce séparateur sort un produit de tête qui est envoyé au réservoir de SLOP lourd et un produit
de fond qui va à l’installation de traitement des eaux.

2.3.5 Colonne de stabil isation C-5

L’essence de tête de la colonne 11-C-1, recueillie au niveau de l’accumulateur 11-V-3, est aspirée
par les pompes 11-MP-3 A/B puis envoyée dans les échangeurs 11-E-8 A/B, 11-E-9 et 11-E-10
A/B. Après échange thermique avec respectivement le résidu, le fond du splitter et le kérosène,
l’essence est préchauffée. Ce train d’échange est protégé, côté essence, contre les surpressions
par les soupapes PSV 20 A/B, PSV 22 et PSV 24 A/B qui dégagent toutes au Blow-Down.
Après ce préchauffage, l’essence arrive à la colonne de stabilisation 11-C-5, constituée de 38
plateaux, au niveau des plateaux 17 ou 19.
Les vapeurs de tête de la colonne, constituées de GPL, sont condensées dans le refroidisseur à air
11-EA-2 et dans le condenseur à eau 11-E-11 pour être finalement collectées dans l’accumulateur
11-V-8. Les matières incondensables accumulées dans 11-V-8 (C1 : 0.1% - C2 : 3.1% - C3 :
30.2% - iC4 : 14.9% - nC4 : 51.1% - C5 : 0.6%) peuvent être déchargées manuellement au Blow
Down. De plus, sur la vapor-line, en amont du refroidisseur à air 11-EA-2, peut s’effectuer, à l’aide
des pompes 11-MP-20 ou 21 B, une injection d’inhibiteur de la corrosion.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 29

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Le liquide qui s’est accumulé dans le bac de recette de tête 11-V-8 est aspiré par les pompes 11-
MP-4 ou 11-MP-5B. Une partie est envoyée en tête de 11-C-5 comme reflux (débit réglé par 11-
FRC-53) et l’autre partie est envoyée vers Gas Plant (unité 30).
Une partie du produit de fond de la colonne 11-C-5, réchauffé dans les rebouilleurs à thermosiphon
11-E-12 A/B, rentre dans le ballon 11-V19 où la partie vapeur et la partie liquide sont envoyées
dans la colonne de splitter 11-C-6 ; alors que l’autre partie ne passe par le splitter (colonne C6).
La colonne de stabilisation peut être by-passée en envoyant la charge dans le réservoir du SLOP
léger. Dans ce but, on utilise la ligne placée au refoulement des pompes 11-MP-3 A/B.

2.3.6 Colonne de spli tter C-6

La colonne, composée de 36 plateaux, est alimentée avec de l’essence stabilisée. L’essence de


charge peut soit entrer sur le plateau 23 soit sur le 21.
Le produit de tête de la colonne constitué de naphta est condensé dans le refroidisseur à air 11-
EA-3 et dans les échangeurs 11-E-26 A/B.
Les hydrocarbures qui sont accumulés dans le bac de recette 11-V-9 sont aspirés par les pompes
ème
11-MP-29 A/B. Une partie va être envoyée comme reflux à la tête de la colonne (sur le 36
plateau). Les soupapes PSV 40 A/B situées sur la vapor-line et la soupape PSV-51 installée sur le
bac de recette 11-V-9 ont leur dégagement relié au Blow-Down. De plus, une décharge manuelle
de gaz du 10-V-9 au Blow-Down a été prévue.
ème
La coupe d’essence moyenne (naphta B) se collectant au niveau du 25 plateau est aspirée par
ème
les pompes 11-MP-6 A/B et est envoyée comme reflux sur le 24 plateau (débit réglé par FRC-
70). Une autre partie est envoyée au stockage après refroidissement successif dans le
refroidisseur à air 11-EA-6 et dans le réfrigérant à eau 11-E-17. Ce produit servira ensuite de
charge pour l’unité 100.
Le produit de fond de la colonne constitué de naphtas C est réchauffé dans l’échangeur à
thermosiphon11-E-18 A. Le rebouilleur de la colonne de splitter est constitué par l’échangeur 11-E-
er
18 B. L’essence sortant de l’échangeur 11-E-18 rentre dans la colonne au dessous du 1 plateau.
Le fond du splitter est aspiré par les pompes 11-MP-9 A/B et est envoyé dans l’échangeur 11-E-9
(échange avec la charge de stabilisation) puis dans le refroidisseur à air 11-EA-7 et dans le
réfrigérant à eau 10-E-19. Après ce refroidissement, l’essence lourde est utilisée dans l’unité
magnaforming.

2.3.7 Traitement du kér osène

Le PID du traitement du kérosène est donné en annexe 10.


L’installation est alimentée en kérosène provenant de l’unité. Le produit entre dans le balon 21-V-1
où le niveau est maintenu constant. La pression dans le ballon est maintenue grâce à de l’azote.
Le kérosène aspiré par les pompes 21-MP-1 A/B est envoyé vers le précipitateur électrostatique
21-V-2 en amont duquel est injecté de la soude afin d’enlever l’acide naphténique du produit. Le
mélange kérosène/solution sodique entre de manière homogène dans la partie basse du
précipitateur électrostatique 21-V-2. Le NaOH épuisé s’accumule sur le fond du 21-V-2 et est
renvoyé à l’égout.
Le kérosène sortant de 21-V-2 subit un filtrage dans le coalesceur 21-FT-1 afin de réduire les
teneurs en eau et sodium du produit. Le kérosène passe ensuite dans un sécheur à sel.
L’installation est reliée au close-drain (réseau de drainage) ce qui permet de décharger, en cas de
besoin, dans le réservoir V-16 le kérosène des différents appareils.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 30

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

2.3.8 Module de récupé ration du gaz de torche

Le but de cette installation est de traiter le gaz provenant des colonnes de distillation au lieu de les
envoyer à la torche. Ce module traite les gaz provenant du ballon accumulateur 11-V-3. Les gaz
issus de cet accumulateur sont envoyés dans le ballon 11-V-101. Au niveau de ce ballon, la phase
liquide est envoyée au close-drain et la phase gaz, aspirée par le compresseur 11-K-01 est en
partie renvoyée vers l’alimentation de 11-V-101 et en partie envoyé vers le ballon accumulateur 11-
V-102 après refroidissement à travers les condenseurs à eau 10-E-101 A/B. En sortie du ballon 11-
V-102, la phase liquide est envoyée vers le système des eaux acides alors que le gaz est envoyé
vers le réseau fuel-gaz.

2.3.9 S ys tème de close-drain

L’installation est munie d’un système de « close-drain » permettant le drainage dans le réservoir V-
16 des différents appareils (pompes, échangeurs, colonnes…).
Dans le réservoir V-16 se trouve, immergée, la pompe MP-22 qui peut envoyer le produit au SLOP
léger ou lourd. Le démarrage ou l’arrêt de la pompe MP-22 est automatique.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 31

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

2.4 Stockages associés à l’unité Topping 11


La charge utilisée au niveau de l’unité Topping 2 est du brut conservé dans les réservoirs à toit flottant S1, S2 et S3 d’une capacité nominale
3
de 59 850 m .
L’unité Topping 1 permet la production de naphta (A, B et C), de kérosène, de Jet A1, de coupe de gasoil lourd et léger, de SLOP lourd et
3
léger et de fuel BTS. Au niveau de la raffinerie de Skikda, Les réservoirs S4 à S7 d’une capacité de 5380 m chacun sont eux aussi associés
à l’unité Topping 11. Ils sont destinés au stockage intermédiaire de l’excédent de kérosène non traité et de jet A1. Après remplissage et
contrôle qualité du jet A1 stocké dans S4 à S7, les produits sont transférés vers les bacs S75 et S76. Le gasoil léger est stocké dans 4
3
réservoirs (S8 à S11) d’une capacité nominale de 7102 m chacun. Le gasoil lourd est aussi stocké dans 4 réservoirs (S12 à S15) d’une
3
capacité nominale de 4250 m . Le fuel BTS est conservé dans 8 réservoirs (S95 à S99 et S102, S104 et S105) d’une capacité nominale de
3
58580 m chacun. Ces réservoirs sont munis d’un serpentin de chauffage permettant de chauffer (jusqu’à une température de 65°C) le produit
à l’aide de la vapeur basse pression. Enfin, le SLOP est stocké dans les réservoirs S132 et S133 (réservoirs à toit fixe munis de serpentins de
chauffage) pour le lourd et S131 pour le léger (réservoir à toit flottant).

Les caractéristiques de ces stockages sont les suivantes :

Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre Soupape


Bac totale max min totale Type Protection
Produit Aire ligne ligne Pression Alarme
n° toit azote Repère Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie de tarage
Brut PSV
20 et 22 lLA1 et
S1 840 17080 15600 3000 59850 24’’ 20’’ Flottant Non Bac
PSV 4 hLA1
21
Brut PSV
22 et 22 lLA2 et
S2 840 17080 15600 3000 59850 24’’ 20’’ Flottant Non Bac
PSV 4 hLA2
23
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 32

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre Soupape


Bac totale max min totale Type Protection
Produit Aire ligne ligne Pression Alarme
n° toit azote Repère Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie de tarage

Brut PSV
24 et 18 lLA3 et
S3 840 17080 15600 3000 59850 24’’ 20’’ Flottant Non Bac
PSV 4 hLA3
25
Kérosène/Jet PSV 17.5 lLA4 et
S4 A1 800 17080 16200 800 5380 2’’ / 6’’ 12’’ Fixe Oui 54 et Bac
17.5 hLA4
PSV 5
Kérosène/Jet PSV
A1 100 et 17.5 lLA7 et
S7 800 17080 16200 800 5380 6’’ 12’’ Fixe Oui Bac
PSV 17.5 hLA7
101
Jet A1 PSV
17.5 lLA75
146 et
S75 640 14640 13600 1800 3763 10’’ 24’’ Flottant Non Bac et
PSV 4 hLA75
147
Jet A1 PSV
17.5 lLA76
148 et
S76 640 14640 13600 1800 48985 10’’ 24’’ Flottant Non Bac et
PSV 4 hLA76
149
Gasoil léger PSV
58 et 17.5 lLA8 et
S8 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac
PSV 17.5 hLA8
59
Gasoil léger PSV
60 et 17.5 lLA9 et
S9 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac
PSV 17.5 hLA9
61
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 33

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre Soupape


Bac totale max min totale Type Protection
Produit Aire ligne ligne Pression Alarme
n° toit azote Repère Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie de tarage

Gasoil léger PSV


17.5 lLA10
95 et
S10 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA10
96
Gasoil léger PSV
17.5 lLA11
93 et
S11 800 17080 16200 800 7102 8’’ 14’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA11
94
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA12
50 et
S12 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 19.5 hLA12
51
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA13
52 et
S13 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA13
53
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA14
88 et
S14 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA14
89
Gasoil lourd PSV
17.5 lLA15
90 et
S15 800 17080 16200 800 4250 6’’ 12’’ Fixe Non Bac et
PSV 17.5 hLA15
91
Fuel lourd PSV
200 et 20
S95 540 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
201
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 34

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre Soupape


Bac totale max min totale Type Protection
Produit Aire ligne ligne Pression Alarme
n° toit azote Repère Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie de tarage

Fuel lourd PSV


202 et 20
S96 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
203
Fuel lourd PSV
204 et 20
S97 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
205
Fuel lourd PSV
206 et 20
S98 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
207
Fuel lourd PSV
208 et 20
S99 560 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac /
PSV 5
209
Fuel lourd PSV
20 lLA102
214 et
S102 600 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac et
PSV 5 hLA102
215
Fuel lourd PSV
20 lLA104
218 et
S104 600 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac et
PSV 5 hLA104
219
Fuel lourd PSV
20 lLA105
220 et
S105 600 18400 17600 600 58580 14’’ 26’’ Fixe Non Bac et
PSV 5 hlA105
221
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 35

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

Hauteur Niveau Niveau Capacité Diamètre Diamètre Soupape


Bac totale max min totale Type Protection
Produit Aire ligne ligne Pression Alarme
n° toit azote Repère Décharge
(mm) (mm) (mm) (m3) entrée sortie de tarage

SLOP léger PSV


17.5 lLA131
26 et
S131 531 17080 16200 1800 9070 10’’ 8’’ Flottant Non Bac et
PSV 17.5 hLA131
27
SLOP lourd PSV
16.5 lLA132
28 et
S132 531 17080 16300 600 9070 10’’ 8’’ Fixe Non Bac et
PSV 16.5 hLA132
29
SLOP lourd PSV
16.5 lLA133
30 et
S133 531 17080 16300 600 9070 10’’ 8’’ Fixe Non Bac et
PSV 16.5 hLA133
31
Tableau 2 : Caractéristiques des bacs de stockages associés à la future unité
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 36

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

2.5 Utilités
Les utilités nécessaires au fonctionnement de l’unité de reforming 1 sont les suivantes :
 Vapeur moyenne pression

 Vapeur basse pression

 Eau de refroidissement

 Eau traitée

 Air instrument

 Électricité

 Combustible Fuel Gaz

 Azote

Ces utilités sont fournies par les réseaux existants dans la raffinerie, présentés dans le Chapitre
B9.

2.6 Description des opérations


Les installations sont surveillées à partir de la salle de contrôle située à proximité de l’unité.
Cependant, certaines phases nécessitent des interventions particulières des opérateurs de l’unité.
Les procédures permettent de définir ces opérations et de détailler les actions à mener pour
effectuer chaque tâche en toute sécurité.
Le présent paragraphe a pour but de présenter brièvement les différents types de procédure mises
en œuvre sur l’unité.
Ces procédures sont disponibles dans le manuel opératoire du topping 11 (M-PROD 2) mis en
application le 6 novembre 2004.

2.6.1 Procédures d’arrêt – démarrage et mise à disposition

Ces procédures consignent étape par étape les actions à mener pour un arrêt complet ou partiel
(ou mise à disposition) et pour démarrer l’installation à la suite de n’importe quel type d’arrêt.
Les précautions prises pour ces phases transitoires d’arrêt et de démarrage permettent de
minimiser les risques d’accident.

2.6.2 Procédures d’urgence

Les procédures d’urgence indiquent la marche à suivre lors de phénomènes accidentels. Cela
comprend notamment la conduite en cas de :
 Manque de charge
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 37

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description de l’unité Topping 11

 Manque d’utilités

 Rupture des tubes des fours

 Incendie

2.6.3 Instructions perm anentes

En plus des procédures de démarrage, d’arrêt et d’arrêt d’urgence, des instructions permanentes
ont été mises en place :
 Assurer la sécurité des biens et des hommes.

 Assurer la bonne qualité des produits en amont et aval de l’unité.

 Enregistrer toute anomalie sur le registre de quart et la signaler à la hiérarchie.

 Assurer une bonne relève entre les postes.

 Passer clairement les consignes (par écrit) sur le registre de quart qui doit être dûment signé
et approuvé.

 Appliquer les consignes permanentes et les consignes de la hiérarchie. Assurer le suivi.

 Eliminer toute fuite et épandage sur les équipements et les alentours (propreté des lieux).

 Assurer les conditions strictes et obligatoires pour chaque intervention sur n’importe quel
équipement.

 Assister tous les travaux se déroulant sur le site.

 Accompagner toute entrée et sortie des engins et individus sur le site.


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 38

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

3 Re vamping des unités Topping


Le but du revamping de l’unité Topping est d’augmenter sa capacité de traitement de 10%. La
suite de cette partie décrit l’installation une fois le revamping réalisé.

Comme cela a déjà été fait pour l’unité existante, la description du procédé a été divisée en
plusieurs parties :

 Circuit de préchauffe du brut

 Fours F-1 A et F-1 B

 Colonne de distillation C-1

 Colonnes de stabilisation C-5 et C62

 Colonne de splitter I C-6 et C63

 Section splitter II (colonne C61)

 Colonne déiso-pentanisatrice C-7 et four F-2 (pour l’unité 10)

 Traitement du kérosène

 Module de récupération des gaz de torche

 Système de closed-drain

 Sour water stripper (S.W.S) pour l’unité 10

3.1 Topping 10

3.1.1 Circuit de précha uffe du brut

L’unité 10 est alimentée avec du brut aspiré depuis les réservoirs à toit flottant S1/2/3 par les
pompes 10-MP-71 A/B. La charge est ensuite préchauffée dans les échangeurs 10-E107 05 A/B
puis dans l’échangeur 10-E-72. Le brut passe alors par le dessaleur V51. Après le dessaleur, le
brut passe dans les échangeurs 10-E-2 A/H (la charge est réchauffée par le produit de tête de la
colonne 10-C-1) avant d’être envoyée dans le ballon de détente 10-V-1. Au niveau du ballon V1,
de la soude est injectée à l'aide des pompes 10-MP-19 A/B. Cette injection de soude a pour but de
réduire la présence de chlorures facilement dissociables dans le brut et d’éliminer l’encrassement
qui vient se former sur les tubes des échangeurs situés en amont du four.
Dans ce ballon de détente, la pression et le niveau sont régulés. Les vapeurs constituées
d’hydrocarbures légers et d’eau qui peut être présente dans le brut, entrent dans la colonne 10-C-1
à la hauteur de la zone flash. Le brut qui s’accumule au fond du ballon est aspiré par les pompes
10-MP-72 A/B et 10-P-61 A/B puis envoyé dans un train de préchauffe. Ce dernier est constitué de
plusieurs échangeurs montés en série. Le brut passe successivement par les échangeurs 10-E-82
A/B, 10-E61 A/B, 10-E-83 A/B, 10-E-91, 10-E-90, 10-E-62 et les échangeurs 10-E-63 A/B/C/D. Le
brut sortant des échangeurs 10-E-63 A/B/C/D va alimenter en parallèle les fours 10-F-1 A et B
possédant chacun 8 passes. Au niveau de ces fours, le débit est contrôlé en permanence et le
circuit comporte une alarme de débit bas.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 39

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

3.1.2 Four

Le brut préchauffé dans le train d’échangeurs entre dans les fours F-1 A/B et absorbe, dans la
section radiation, la chaleur nécessaire à sa distillation. Le fluide partiellement vaporisé sort des
fours et entre dans la zone de flash de la colonne 10-C-1. La température du brut sortant des fours
est régulée. Une pression trop basse au niveau des brûleurs est signalée en salle de contrôle par
une alarme sonore.
Dans la section de convection du four est installé un serpentin de surchauffe de la vapeur basse
pression qui est utilisée comme vapeur de stripping pour la colonne 10-C-1.

3.1.3 Colonne de dis tillation atmosphérique

Le brut chauffé dans les fours 10-F-1A et 10-F-1B entre dans la zone de flash de la colonne 10-C-
ème ème
1, entre le 5 et le 6 plateau, avec le mélange hydrocarbures légers/eau vaporisés issu du
ballon de détente 10-V-1.
La colonne 10-C-1 possède 52 plateaux et peut être divisée en deux parties :
ème ème
- La section d’enrichissement comprise entre le 6 et le 52 plateau
er ème
- La section d’épuisement entre le 1 et le 5 plateau

Prélèvement à la tête de la colonne : vapeurs hydrocarbures


Les vapeurs de tête de la colonne C1 passent par les échangeurs 10-E-2 A/H qui peuvent être by-
passés.
La température en tête de colonne est régulée. Les vapeurs d’hydrocarbures et les vapeurs d’eau
condensées après l’échange thermique avec le brut (10-E-2 A/H) entrent dans l’accumulateur de
reflux 10-V-2.
Les vapeurs issues du ballon accumulateur passent par 12 caissons aéroréfrigérants (10-EA-1 A à
L), puis par des refroidisseurs à eau (10-E-92 A/B) en série. Les vapeurs condensées aboutissent
dans l’accumulateur 10-V-3. Dans le mamelon de 10-V-3 s’accumule l’eau de procédé sortant de la
colonne 10-C-1, via 10-V-3. Cette eau est aspirée par les pompes 10-P-70 A/B et transférée à
l’installation de traitement des eaux acides. Au niveau du ballon 10-V-3, les naphta accumulés sont
envoyés, à l’aide des nouvelles pompes 10-P-73 A/B, vers la colonne 10-C-1 comme reflux et
comme charge de la section de stabilisation à l’aide des pompes 10-P-3 A/B. La phase vapeur de
ce ballon V3 est envoyé vers le système de récupération du gaz de torche GTK.
Avant d’être chargée dans la section de stabilisation constituée de l’actuelle 10-C5 et de la
nouvelle colonne 10-C62, les naphtas sont réchauffés par échange thermique au niveau des
échangeurs 10-E-8 A/B, 10-E-9 et 10-E-10 A/B. La pression dans 10-V-3 est régulée, ce qui fait
que lorsqu’un excès de pression est détecté, ce dernier est déchargé au Blow-Down. Si, au
contraire, la pression tombe en dessous de la valeur « set », elle est rétablie en envoyant dans le
ballon du fuel gas.
Des phénomènes de corrosion se produisant dans le procédé de distillation, les appareils sont
protégés en effectuant des injections de filmants et neutralisants (injection sur la vapor-line de la
colonne 10-C-1 en amont des refroidisseurs à air 10-EA-1).
Premier prélèvement latéral : soutirage kérosène
ème
Le kérosène est prélevé au niveau du 45 plateau de la colonne 10-C-1 et rentre dans le stripper
10-C-2.
Le stripper 10-C-2 est constitué d'une colonne possédant 8 plateaux. La charge entre dans la
partie haute de la colonne et un échange thermique se produit entre la charge et les vapeurs. Le
chauffage du stripper est réalisé à l’aide de l’échangeur 10-E-20.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 40

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

Après stripping, les fractions légères composées par de l’essence mi-lourde reviennent dans la
ème
colonne 10-C-1 à la hauteur du 47 plateau. Quant au produit de fond, il est aspiré par les
pompes P-10A/B et peut être envoyé au stockage kérosène, comme charge de la section
traitement du kérosène ou au SLOP. Avant son stockage, le produit passe successivement dans
les échangeurs 10-E-10 A/B, les refroidisseurs à air 10-EA-8 et le réfrigérant à eau 10-E-21. A
noter, qu’en fonction du besoin, une partie du kérosène peut être envoyée vers le traitement du
kérosène pour produire du Jet A1 (unité 20). Le traitement du kérosène peut être schématisé de la
manière suivante : passage du kérosène par un ballon de charge où on injecte de la soude pour
éliminer les acides naphténiques, passage par un précipitateur horizontal qui permet d’éliminer
toute trace de soude, filtrage puis passage à travers un ballon à sel pour éliminer toute trace
d’humidité. Le procédé est plus détaillé dans le sous-chapitre 3.1.10.
Deuxième prélèvement latéral : Gasoil léger
Ce produit est prélevé au niveau de la colonne 10-C-1. Il entre ensuite dans le stripper 10-C-3 A à
ème
la hauteur du 5 plateau. Le stripping est réalisé grâce à une injection de vapeur à moyenne
pression en dessous du premier plateau du stripper. Le passage dans le stripper permet de
modifier le point éclair du produit.
ème
Après le stripping, les fractions légères reviennent sur le 21 plateau de la colonne 10-C-1. Le
produit de fond du stripper 10-C-3 A entre dans les échangeurs 10-E-72, 10-E-107-5 A/B puis est
envoyé, à l’aide des pompe 10-P-74 A/B vers le stockage (après passage dans l’aéroréfrigérant
10-EA-9 et l’échangeur 10-E-65 A/B) après passage dans un coalesceur pour réduction de
l’humidité.
Pump-around supérieur
ème
Le pump-around supérieur, extrait du 33 plateau de la colonne 10-C-1, est envoyé par les
pompes 10-MP-75 dans les échangeurs 10-E-91 et 10-E-61A/B avant de revenir dans la colonne
ème
10-C-1 au niveau du 34 plateau.
Troisième prélèvement latéral : Gasoil lourd
ème
La troisième coupe latérale, prélevée au niveau du 15 plateau de la colonne 10-C-1, entre dans
ème
le stripper 10-C4-A à la hauteur du 5 plateau. C’est l’injection de vapeur à moyenne pression qui
va permettre le stripping du produit prélevé de la colonne 10-C-1.
ème
Après stripping, les fractions légères entrent dans la colonne à la hauteur du 16 plateau.
Le fond de la colonne 10-C-4 A entre dans les tubes des échangeurs 10-E-82 A/B où il réchauffe le
brut pour ensuite être envoyé au stockage par l’intermédiaire des pompes 10-P13 A/B. Avant son
arrivée au stockage, le gasoil lourd est refroidi par le passage dans l’aéroréfrigérant 10-EA-10 et
l’échangeur à eau 10-E-66 A/B et passe par un coalesceur pour réduction de l’humidité.
Pump-around inférieur
ème
Le pump-around inférieur est aspiré par les pompes 10-MP-16 ou 10-MP-15 A/B du 12 plateau
de la colonne 10-C-1. Le liquide est ensuite envoyé dans le rebouilleur 10-E-20 du stripper 10-C-2,
dans les échangeurs 10-E-62 et 10-E-90. Le produit est par la suite renvoyé vers la colonne C1 au
ème
niveau du 14 plateau.
Fond de colonne 10-C-1 : résidu
Le fond de colonne comporte 5 plateaux. Les hydrocarbures liquides, venant de la zone de flash,
ème
descendent du 5 plateau jusqu’au fond de la colonne. Au dessous du premier plateau est injecté
de la vapeur à moyenne pression et de la vapeur basse pression surchauffée pour le stripping du
produit de fond.
Le résidu est aspiré par les pompes 10-MP-76 A/B et est envoyé au stockage. Cependant, avant
d’arriver au niveau du bac de stockage, le résidu est refroidi par passage à travers les échangeurs
10-E-63 A/B/C/D, 10-E-83 A/B, 10-E-8 A/B, 10-E-22 A/B et 10-E-67.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 41

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

Circuit de refroidissement résidu


Les deux derniers échangeurs (E22 A/B et E67) sont alimentés avec de l’eau traitée comme fluide
froid L’eau, aspirée du réservoir 10-V-65 par les pompes 10-MP-82 A/B, est envoyée dans
l’échangeur 10-E-67 où elle refroidit le résidu. L’eau sortant de l’échangeur est ensuite refroidie
dans le refroidisseur à air 10-EA-11 puis envoyée dans le réservoir d’aspiration où le niveau est
maintenu constant.

3.1.4 Colonne de stabil isation C-5

L’essence de tête de la colonne 10-C-1, recueillie au niveau de l’accumulateur 10-V-3, est aspirée
par les pompes 10-P-3 A/B puis envoyée dans les échangeurs 10-E-8 A/B, 10-E-9 et 10-E-10 A/B.
Après ce préchauffage, l’essence arrive au niveau de la colonne de stabilisation 10-C-5, constituée
ème
de 38 plateaux, au niveau du 19 plateau. A noter que 70% de la charge alimente l’actuelle
colonne 10-C5 et le reste 30% alimente la nouvelle colonne de stabilisation 10-C62.
Les vapeurs de tête de la colonne, constituées de GPL, sont condensées dans le refroidisseur à air
10-EA-2 et dans le condenseur à eau 10-E-11 pour être finalement collectées dans l’accumulateur
10-V-8.
Le liquide qui s’est accumulé dans le ballon de tête de reflux 10-V-8 est aspiré par les pompes 10-
P-4 A/B. Une partie est envoyée en tête de 10-C-5 comme reflux et l’autre partie est envoyée vers
l'unité Gas Plant (unité 30) comme charge.
Le produit de fond de la colonne 10-C-5, réchauffé dans les rebouilleurs 10-E-69 A/B, est envoyé
dans la colonne de splitter I (10-C-63).
La colonne de stabilisation peut être by-passée en envoyant la charge dans le réservoir du SLOP
léger. Dans ce but, on utilise la ligne placée au refoulement des pompes 10-P-3 A/B.

3.1.5 Colonne de stabil isation C62

Une partie (30%) de l’essence issue de la colonne C1 est envoyée dans la colonne de stabilisation
ème
C62. L’essence rentre dans la colonne au niveau du 19 plateau.
Les vapeurs de tête de la colonne sont recueillies au niveau de l’accumulateur 10-V-62. A noter
que la phase vapeur peut soit arriver directement depuis la colonne C62 ou bien être refroidie par
le passage à travers l’aéroréfrigérant 10-EA-62 A/B et le condenseur à eau 10-E-71. L’essence
liquide recueillie dans le ballonn10-V-62 est ensuite aspirée à l’aide des pompes 10-P-63 A/B pour
servir de reflux à la colonne 10-C-62 et envoyer le GPL vers l’unité Gas Plant.
Quant au produit de pied de la colonne, composé de naphta stabilisé, il est envoyé vers le nouveau
splitter I (10-C-63).

3.1.6 Colonne de spli tter I C-63

La colonne, composée de 36 plateaux, est alimentée avec de l’essence stabilisée. L’essence de


ème
charge entre au niveau du 24 plateau. Elle est constituée de l’essence issue des colonnes de
stabilisation 10-C-62 et 10-C-5.
Le produit de tête de la colonne constitué de naphta A est condensé dans le refroidisseur à air 10-
EA-63 A à J et dans les échangeurs 10-E-78 A à H avant d’être envoyé dans l’accumulateur 10-V-
67. Les hydrocarbures qui sont accumulés dans le ballon de reflux 10-V-67 sont aspirés par les
pompes 10-MP-29 A/B et 10-P-87 A/B. Les pompes 10-P-29 A/B envoient le naphta comme reflux
ème
de tête de la colonne (sur le 36 plateau). Alors que les pompes 10-P-87 A/B envoient le naphta
comme charge de la colonne de coupe C6.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 42

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

Le produit de fond de la colonne constitué de naphtas B+C est aspirée par les pompes 10-P65 A/B
pour être envoyé vers les colonnes 10-C61 ou 10-C6.

3.1.7 Colonne de spli tter I C-6

Le produit de pied de C63 est, pour partie et à l’aide des pompes 10-P-65 A/B, envoyé vers le
douzième plateau de la colonne C6.
Le produit de tête de la colonne constitué d’une coupe C6 est condensé dans le refroidisseur à air
10-EA-3 A/D avant d’être envoyé dans l’accumulateur 10-V-69 (une partie du liquide peut
directement être envoyée vers le ballon V9 sans passer par 10-EA-3). Les hydrocarbures qui sont
accumulés dans le ballon de reflux 10-V-9 sont aspirés par les pompes 10-MP-88 A/B puis
envoyés au stockage après passage dans l’échangeur à eau 10-E-86. Les pompes MP 84 A/B
assurent le reflux de la colonne à partir du même ballon.
Le rebouillage de la colonne est assurée dans le rebouilleur E87 à l’huile de Hot-Oil.
Le produit de fond de la colonne C6, constitué de naphta C, est aspiré par les pompes 10-P-85 A/B
pour être envoyé vers le stockage avec passage préalable par l’échangeur 10-E-9, l’aéroréfrigérant
10-EA-7 et l’échangeur 10-E-68 A/B.

3.1.8 Colonne de spli tter II C-61

La portion de liquide issue du pied de la colonne C63 qui est dirigée à l’aide des pompes 10-P65
ème
A/B vers la colonne C61, entre dans cette dernière au niveau du 27 plateau.
Une partie du produit de tête de la colonne C61 (naphta B) peut être condensée au niveau des
aéroréfrigérant 10-EA-64 A à E avant d’être envoyé vers le ballon accumulateur 10-V-63. Le
produit de tête peut aussi être directement envoyé dans le ballon 10-V-63 sans être préalablement
refroidi. Au niveau de ce ballon, la phase liquide est aspirée par les pompes 10-P-77 A/B et 10-P-5
A/B. Les pompes 10-P-77 A/B permettent le reflux au niveau de la colonne C61. Les pompes 10-P-
5 A/B envoient le naphta B vers le stockage en commençant par refroidir le produit grâce à un
passage à travers l’échangeur 10-E-14, l’aéroréfrigérant 10-EA-6 et l’échangeur 10-E-17.
Le produit de pied de la colonne 10-C-61 (naphta C) est aspirée par les pompes 10-P-86 A/B,
mélangé avec le naphta C issu du fond de la colonne C6 et envoyé au stockage, après passage
dans l’échangeur 10-E-9, l’aéroréfrigérant 10-EA-7 et l’échangeur 10-E-68 A/B.
Le rebouillage de la colonne est assuré dans le rebouilleur E73 A/D à l’huile de Hot-Oil.

3.1.9 Colonne déiso-pe ntanisatrice C-7 e t four F-2

Cette section n’existe pas sur l’unité 11 et naintenu tel qu’ell est dans l’unité 10 existante. Elle ne sera
utilisée qu’en cas d’arrêt de la colonne coupe C6.

Colonne déiso-pantanisatrice C-7


Cette colonne composée de 98 plateaux peut recevoir la charge préchauffée dans l’échangeur 10-
ème ème
E-14 soit sur le 44 plateau, soit sur le 38 .
Le produit de tête de la colonne est condensé dans le refroidisseur à air 10-EA-4 et dans le
condenseur à eau 10-E-25 avant d’être envoyé dans l’accumulateur 10-V-10. Les hydrocarbures
accumulés dans le bac de recette 10-V-10 sont aspirés par les pompes 10-MP-7 A/B. Ils sont
ème
ensuite envoyés soit comme reflux de la tête de colonne (98 plateau) soit au stockage après
passage dans l’échangeur 10-E-15.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 43

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

L’essence de fond de la colonne 10-C-7 (naphta A) est en partie recyclée dans le four 10-F-2 et en
partie envoyée au stockage. Avant d’aller au stockage, l’essence est refroidie dans le refroidisseur
à air 10-EA-5 et dans le réfrigérant à eau 10-E-16.

Four 10-F-2
Le four 10-F-2 est équipé de 10 brûleurs qui peuvent être alimentés soit au gaz naturel soit au fuel-
gas (gaz combustible de la raffinerie). Sur la cheminée du four est installé un analyseur à oxygène
pour contrôler la bonne combustion. L’essence de fond de colonne 10-C-7 alimente le four 10-F-2
sur lequel sont implantées 8 passes.
Il est possible d’injecter dans le four de la vapeur basse pression pour la purge de la chambre de
combustion ou pour l’étouffement.

3.1.10 Traitement du kér osène

La section de traitement du kérosène reste la même que celle de l’unité existante. Les seules
modifications apportées par le projet de revamping impactent l’instrumentation de cette section.
Toute amélioration de l’instrumentation est susceptible de conduire à une diminution de la
probabilité des phénomènes dangereux. En l’absence de données, la probabilité considérée sera
celle de la section existante. Les probabilités des phénomènes dangereux seront certainement
pénalisantes.

3.1.11 Module de récupé ration du gaz de torche GTK

Le but de cette installation est de traiter le gaz provenant des colonnes de distillation au lieu de les
envoyer à la torche. Ce module traite les gaz provenant du ballon accumulateur 10-V-2. Les gaz
issus de cet accumulateur sont envoyés dans le ballon 10-V-101. Au niveau de ce ballon, la phase
liquide est envoyée au close-drain et la phase gaz, aspirée par le compresseur 10-K-101 est en
partie renvoyée vers l’alimentation de 10-V-01 et en partie envoyé vers le ballon accumulateur 10-
V-102 après refroidissement à travers les condenseurs à eau 10-E-101 A/B. En sortie de ce ballon,
l’eau recueilli dans le mamelon est envoyée vers le système des eaux acides. La phase liquide est
quant à elle aspirée par les pompes 10-P-101 A/B avant d’être envoyée vers les colonnes de
stabilisation C5 et C62. La phase gaz est quant à elle envoyée vers le réseau fuel-gas.

3.1.12 S ys tème de close-drain

L’installation est munie d’un système de « close-drain » permettant le drainage dans le réservoir V-
16 des différents appareils (pompes, échangeurs, colonnes…).
Dans le réservoir V-16 se trouve, immergée, la pompe P-22 qui peut envoyer le produit au SLOP
léger ou lourd. Le démarrage ou l’arrêt de la pompe MP-22 est automatique.

3.1.13 Sour w ater stripper

L’unité a été conçue pour extraire l’hydrogène sulfuré et l’ammoniac de l’eau de procédé venant
des unités :
 Unité Topping 10

 Unité Topping 11

 Unité Bitumes 70
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 44

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

 Unité de traitement du kérosène 20/21

 10 GTK V102

 Unité Reforming 2

L’hydrogène sulfuré et l’ammoniac sont extraits de l’eau de procédé par la vapeur basse pression.
Les gaz extraits sont brûlés dans les fours des unités 10 et 11. Cette section est peu modifiée par
le revamping, on retrouvera toujours la colonne C8, le ballon V17, pompes et aéroréfrigérant. Un
échangeur ainsi qu’une pompe sont modifié. De même qu’une partie de l’instrumentation.

3.2 Topping 11

3.2.1 Circuit de précha uffe du brut

L’unité 11 est alimentée avec du brut aspiré depuis les réservoirs à toit flottant S1/2/3 par les
pompes 11-MP-71 A/B. La charge est ensuite préchauffée dans les échangeurs 11-E107 05 A/B
puis dans l’échangeur 11-E-72. Le brut passe alors par un dessaleur V51. Après le dessaleur, le
brut passe dans les échangeurs 11-E-2 A/H (la charge est réchauffée par le produit de tête de la
colonne 11-C-1) avant d’être envoyée dans le ballon de détente 11-V-1. Au niveau du ballon V1,
de la soude est injectée à l'aide des pompes 11-P-19 A/B. Cette injection de soude a pour but de
réduire la présence de chlorures facilement dissociables dans le brut et d’éliminer l’encrassement
qui vient se former sur les tubes des échangeurs situés en amont du four.
Dans ce ballon de détente, la pression et le niveau sont régulés. Les vapeurs constituées
d’hydrocarbures légers et d’eau qui peut être présente dans le brut, entrent dans la colonne 11-C-1
à la hauteur de la zone flash. Le brut qui s’accumule au fond du ballon est aspiré par les pompes
11-P-72 A/B et 11-P-61 A/B puis envoyé dans un train de préchauffe. Ce dernier est constitué de
plusieurs échangeurs montés en série. Le brut passe successivement par les échangeurs 11-E-82
A/B, 11-E61 A/B, 11-E-83 A/B, 11-E-91, 11-E-90, 11-E-62 et les échangeurs 11-E-63 A/B/C/D. Le
brut sortant des échangeurs 11-E-63 A/B/C/D va alimenter en parallèle les fours 11-F-1 A et B
possédant chacun 8 passes. Au niveau de ces fours, le débit est contrôlé en permanence et le
circuit comporte une alarme de débit bas.

3.2.2 Four

Le brut préchauffé dans le train d’échangeurs entre dans les fours F-1 A/B et absorbe, dans la
section radiation, la chaleur nécessaire à sa distillation. Le fluide partiellement vaporisé sort des
fours et entre dans la zone de flash de la colonne 11-C-1. La température du brut sortant des fours
est régulée. Une pression trop basse au niveau des brûleurs est signalée en salle de contrôle par
une alarme sonore.
Dans la section de convection du four est installé un serpentin de surchauffe de la vapeur basse
pression qui est utilisée comme vapeur de stripping pour la colonne 11-C-1.

3.2.3 Colonne de dis tillation atmosphérique

Le brut chauffé dans les fours 11-F-1A et 11-F-1B entre dans la zone de flash de la colonne 11-C-
ème ème
1, entre le 5 et le 6 plateau, avec le mélange hydrocarbures légers/eau vaporisés issu du
ballon de détente 11-V-1.
La colonne 11-C-1 possède 52 plateaux et peut être divisée en deux parties :
ème ème
- La section d’enrichissement comprise entre le 6 et le 52 plateau
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 45

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

er ème
- La section d’épuisement entre le 1 et le 5 plateau

Prélèvement à la tête de la colonne : vapeurs hydrocarbures


Les vapeurs de tête de la colonne C1 passent par les échangeurs 11-E-2 A/H qui peuvent être by-
passés.
La température en tête de colonne est régulée. Les vapeurs d’hydrocarbures et les vapeurs d’eau
condensées après l’échange thermique avec le brut (11-E-2 A/H) entrent dans l’accumulateur de
reflux 11-V-2.
Les vapeurs issues du ballon accumulateur passent par 12 caissons aéroréfrigérants (11-EA-1 A à
L), puis par des refroidisseurs à eau (11-E-92 A/B) en série. Les vapeurs condensées aboutissent
dans l’accumulateur 11-V-3. Dans le mamelon de 11-V-3 s’accumule l’eau de procédé sortant de la
colonne 11-C-1, via 11-V-3. Cette eau est aspirée par les pompes 11-P-70 A/B et transférée à
l’installation de traitement des eaux acides. Au niveau du ballon 11-V-3, les naphta accumulés sont
envoyés, à l’aide des pompes 11-P-3 A/B, vers la colonne 11-C-1 comme reflux et comme charge
de la section de stabilisation à l’aide des pompes 11-P-3 A/B. La phase vapeur de ce ballon V3 est
envoyé vers le système de récupération du gaz de torche GTK.
Avant d’être chargée dans la section de stabilisation constituée de l’actuelle 10-C5 et de la
nouvelle colonne 10-C62, les naphtas sont réchauffés par échange thermique au niveau des
échangeurs 11-E-8 A/B, 11-E-9 et 11-E-10 A/B. La pression dans 11-V-3 est régulée, ce qui fait
que lorsqu’un excès de pression est détecté, ce dernier est déchargé au Blow-Down. Si, au
contraire, la pression tombe en dessous de la valeur « set », elle est rétablie en envoyant dans le
ballon du fuel gas.
Des phénomènes de corrosion se produisant dans le procédé de distillation, les appareils sont
protégés en effectuant des injections de filmants et neutralisants (injection sur la vapor-line de la
colonne 11-C-1 en amont des refroidisseurs à air 11-EA-1).
Premier prélèvement latéral : soutirage kérosène
ème
Le kérosène est prélevé au niveau du 45 plateau de la colonne 11-C-1 et rentre dans le stripper
11-C-2.
Le stripper 10-C-2 est constitué d'une colonne possédant 8 plateaux. La charge entre dans la
partie haute de la colonne et un échange thermique se produit entre la charge et les vapeurs. Le
chauffage du stripper est réalisé à l’aide de l’échangeur 11-E-20.
Après stripping, les fractions légères composées par de l’essence mi-lourde reviennent dans la
ème
colonne 11-C-1 à la hauteur du 47 plateau. Quant au produit de fond, il est aspiré par les
pompes 11-P-10A/B et peut être envoyé au stockage kérosène, comme charge de la section
traitement du kérosène ou au SLOP. Avant son stockage, le produit passe successivement dans
les échangeurs 11-E-10 A/B, les refroidisseurs à air 11-EA-8 et le réfrigérant à eau 11-E-21. A
noter, qu’en fonction du besoin, une partie du kérosène peut être envoyée vers le traitement du
kérosène pour produire du Jet A1 (unité 21). Le traitement du kérosène peut être schématisé de la
manière suivante : passage du kérosène par un ballon de charge où on injecte de la soude pour
éliminer les acides naphténiques, passage par un précipitateur horizontal qui permet d’éliminer
toute trace de soude, filtrage puis passage à travers un ballon à sel pour éliminer toute trace
d’humidité. Le procédé est plus détaillé dans le sous-chapitre 3.2.9.
Deuxième prélèvement latéral : Gasoil léger
Ce produit est prélevé au niveau de la colonne 11-C-1. Il entre ensuite dans le stripper 11-C-3 A à
ème
la hauteur du 5 plateau. Le stripping est réalisé grâce à une injection de vapeur à moyenne
pression en dessous du premier plateau du stripper. Le passage dans le stripper permet de
modifier le point éclair du produit.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 46

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

ème
Après le stripping, les fractions légères reviennent sur le 21 plateau de la colonne 11-C-1. Le
produit de fond du stripper 11-C-3 A entre dans les échangeurs 11-E-72, 11-E-107-5 A/B puis est
envoyé, à l’aide des pompe 11-P-74 A/B vers le stockage (après passage dans l’aéroréfrigérant
11-EA-9 et l’échangeur 11-E-65 A/B) après passage dans un coalesceur pour réduction de
l’humidité.
Pump-around supérieur
ème
Le pump-around supérieur, extrait du 33 plateau de la colonne 11-C-1, est envoyé par les
pompes 11-MP-75 dans les échangeurs 11-E-91 et 11-E-61 A/B avant de revenir dans la colonne
ème
11-C-1 au niveau du 34 plateau.
Troisième prélèvement latéral : Gasoil lourd
ème
La troisième coupe latérale, prélevée au niveau du 15 plateau de la colonne 11-C-1, entre dans
ème
le stripper 11-C4-A à la hauteur du 5 plateau. C’est l’injection de vapeur à moyenne pression qui
va permettre le stripping du produit prélevé de la colonne 11-C-1.
ème
Après stripping, les fractions légères entrent dans la colonne à la hauteur du 16 plateau.
Le fond de la colonne 11-C-4 A entre dans les tubes des échangeurs 11-E-82 A/B où il réchauffe le
brut pour ensuite être envoyé au stockage par l’intermédiaire des pompes 11-P13 A/B. Avant son
arrivée au stockage, le gasoil lourd est refroidi par le passage dans l’aéroréfrigérant 11-EA-10 et
l’échangeur à eau 11-E-66 A/B et passe par un coalesceur pour réduction de l’humidité.
Pump-around inférieur
ème
Le pump-around inférieur est aspiré par les pompes 110-P-16 ou 11-P-15 A/B du 12 plateau de
la colonne 11-C-1. Le liquide est ensuite envoyé dans le rebouilleur 11-E-20 du stripper 11-C-2,
dans les échangeurs 11-E-62 et 11-E-90 A/B. Le produit est par la suite renvoyé vers la colonne
ème
C1 au niveau du 14 plateau.
Fond de colonne 10-C-1 : résidu
Le fond de colonne comporte 5 plateaux. Les hydrocarbures liquides, venant de la zone de flash,
ème
descendent du 5 plateau jusqu’au fond de la colonne. Au dessous du premier plateau est injecté
de la vapeur à moyenne pression et la vapeur basse pression surchauffée pour le stripping du
produit de fond.
Le résidu est aspiré par les pompes 11-P-76 A/B et est envoyé au stockage. Cependant, avant
d’arriver au niveau du bac de stockage, le résidu est refroidi par passage à travers les échangeurs
11-E-63 A/B/C/D, 11-E-83 A/B, 11-E-8 A/B, 11-E-22 A/B et 11-E-67.
Circuit de refroidissement résidu
Les deux échangeurs E22 A/B et E67 sont alimentés avec de l’eau traitée comme fluide froid.
L’eau, aspirée du réservoir 11-V-65 par les pompes 11-P-82 A/B, est envoyée dans l’échangeur
11-E-67 où elle refroidit le résidu. L’eau sortant de l’échangeur est ensuite refroidie dans le
refroidisseur à air 11-EA-11 puis envoyée dans le réservoir d’aspiration où le niveau est maintenu
constant.

3.2.4 Colonne de stabil isation C-5

L’essence de tête de la colonne 11-C-1, recueillie au niveau de l’accumulateur 11-V-3, est aspirée
par les pompes 11-P-3 A/B puis envoyée dans les échangeurs 11-E-8 A/B, 10-E-9 et 10-E-11 A/B.
Après ce préchauffage, l’essence arrive au niveau de la colonne de stabilisation 10-C-5, constituée
ème
de 38 plateaux, au niveau du 19 plateau. A noter que 70% de la charge alimente l’actuelle
colonne 10-C5 et le reste alimente la nouvelle colonne de stabilisation 10-C62.
Les vapeurs de tête de la colonne, constituées de GPL, sont condensées dans le refroidisseur à air
11-EA-2 et dans le condenseur à eau 11-E-11 pour être finalement collectées dans l’accumulateur
11-V-8.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 47

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

Le liquide qui s’est accumulé dans le ballon de tête de reflux 11-V-8 est aspiré par les pompes 11-
P-4 A/B. Une partie est envoyée en tête de 11-C-5 comme reflux et l’autre partie est envoyée vers
les unités Gas Plant comme charge.
Le produit de fond de la colonne 11-C-5, réchauffé dans les rebouilleurs 11-E-69 A/B, est envoyé
dans la colonne de splitter I (11-C-63).

3.2.5 Colonne de stabil isation C62

Une partie (30%) de l’essence issue de la colonne C1 est envoyée dans la colonne de stabilisation
ème
C62. L’essence rentre dans la colonne au niveau du 19 plateau.
Les vapeurs de tête de la colonne sont recueillies au niveau de l’accumulateur 11-V-62. A noter
que la phase vapeur peut soit arriver directement depuis la colonne C62 ou bien être refroidie par
le passage à travers l’aéroréfrigérant 11-EA-62 A/B et le condenseur à eau 11-E-71. L’essence
liquide recueillie dans le ballonn11-V-62 est ensuite aspirée à l’aide des pompes 11-P-63 A/B pour
servir en partie de reflux à la colonne 11-C-62 pour être envoyée vers l’unité Gas Plant.
Quant au produit de pied de la colonne, composé de naphta stabilisé, il est envoyé vers le nouveau
splitter I (11-C-63).

3.2.6 Colonne de spli tter I C-63

La colonne, composée de 36 plateaux, est alimentée avec de l’essence stabilisée. L’essence de


ème
charge entre au niveau du 243 plateau. Elle est constituée de l’essence issue des colonnes de
stabilisation 11-C-62 et 11-C-5.
Le produit de tête de la colonne constitué de naphta A est condensé dans le refroidisseur à air 11-
EA-63 A à J et dans les échangeurs 11-E-78 A à H avant d’être envoyé dans l’accumulateur 11-V-
67. Les hydrocarbures qui sont accumulés dans le ballon de reflux 11-V-67 sont aspirés par les
pompes 11-MP-84 A/B et 11-P-87 A/B. Les pompes 11-P-84 A/B envoient le naphta comme reflux
ème
de tête de la colonne (sur le 36 plateau). Alors que les pompes 11-P-87 A/B envoient le naphta
comme charge de la colonne de coupe C6.
Le produit de fond de la colonne constitué de naphtas B+C est aspirée par les pompes 11-P65 A/B
pour être envoyé vers les colonnes 11-C61 ou 11-C6.

3.2.7 Colonne de spli tter I C-6

Le produit de pied de C63 est, pour partie et à l’aide des pompes 11-P-65 A/B, envoyé vers le
douzième plateau de la colonne C6.
Le produit de tête de la colonne constitué d’une coupe C6 est condensé dans le refroidisseur à air
11-EA-3 A/D avant d’être envoyé dans l’accumulateur 11-V-69 (une partie du liquide peut
directement être envoyée vers le ballon V9 sans passer par 11-EA-3). Les hydrocarbures qui sont
accumulés dans le ballon de reflux 11-V-9 sont aspirés par les pompes 11-MP-88 A/B puis
envoyés au stockage après passage dans l’échangeur à eau 11-E-86. Les pompes MP 84 A/B
asurent le reflux de la colonne à partir du même ballon.
Le rebouillage est assuré dans le rebouilleur E87 à l’huile Hot-Oil.
Le produit de fond de la colonne C6, constitué de naphta C, est aspiré par les pompes 11-P-85 A/B
pour être envoyé vers le stockage avec passage préalable par l’échangeur 11-E-9, l’aéroréfrigérant
11-EA-7 et l’échangeur 11-E-68 A/B.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 48

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Revamping des unités Topping

3.2.8 Colonne de spli tter II C-61

La portion de liquide issue du pied de la colonne C63 qui est dirigée à l’aide des pompes 11-P65
ème
A/B vers la colonne C61, entre dans cette dernière au niveau du 27 plateau.
Une partie du produit de tête de la colonne C61 (naphta B) peut être condensée au niveau des
aéroréfrigérant 11-EA-64 A à E avant d’être envoyé vers le ballon accumulateur 11-V-63. Le
produit de tête peut aussi être directement envoyé dans le ballon 11-V-63 sans être préalablement
refroidi. Au niveau de ce ballon, la phase liquide est aspirée par les pompes 11-P-77 A/B et 11-P-5
A/B. Les pompes 11-P-77 A/B permettent le reflux au niveau de la colonne C61. Les pompes 11-P-
5 A/B envoient le naphta B vers le stockage en commençant par refroidir le produit grâce à un
passage à travers l’échangeur 11-E-14, l’aéroréfrigérant 11-EA-6 et l’échangeur 11-E-17.
Le produit de pied de la colonne 11-C-61 (naphta C) est aspirée par les pompes 11-P-86 A/B,
mélangé avec le naphta C issu du fond de la colonne C6 et envoyé au stockage, après passage
dans l’aéroréfrigérant 11-EA-6 et l’échangeur 11-E-17.
Le rebouillage de la colonne est assuré dans le rebouilleur E73 A/D à l’huile de Hot-Oil.

3.2.9 Traitement du kér osène

La section de traitement du kérosène reste la même que celle de l’unité existante. Les seules
modifications apportées par le projet de revamping impactent l’instrumentation de cette section.
Toute amélioration de l’instrumentation est susceptible de conduire à une diminution de la
probabilité des phénomènes dangereux. En l’absence de données, la probabilité considérée sera
celle de la section existante. Les probabilités des phénomènes dangereux seront certainement
pénalisantes.

3.2.10 Module de récupé ration du gaz de torche GTK

Le but de cette installation est de traiter le gaz provenant des colonnes de distillation au lieu de les
envoyer à la torche. Ce module traite les gaz provenant du ballon accumulateur 11-V-2. Les gaz
issus de cet accumulateur sont envoyés dans le ballon 11-V-101. Au niveau de ce ballon, la phase
liquide est envoyée au close-drain et la phase gaz, aspirée par le compresseur 11-K-101 est en
partie renvoyée vers l’alimentation de 11-V-01 et en partie envoyé vers le ballon accumulateur 11-
V-102 après refroidissement à travers les condenseurs à eau 11-E-101 A/B. En sortie de ce ballon,
l’eau recueillie dans le mamelon est envoyée vers le système des eaux acides. La phase liquide
est quant à elle aspirée par les pompes 11-P-101 A/B avant d’être envoyée vers les colonnes de
stabilisation C5 et C62. La phase gaz est quant à elle envoyée vers le réseau fuel-gas.

3.2.11 S ys tème de close-drain

L’installation est munie d’un système de « close-drain » permettant le drainage dans le réservoir V-
16 des différents appareils (pompes, échangeurs, colonnes…).
Dans le réservoir V-16 se trouve, immergée, la pompe P-22 qui peut envoyer le produit au SLOP
léger ou lourd. Le démarrage ou l’arrêt de la pompe MP-22 est automatique.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 49

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

4 Description des potentiels de dangers des


unités Topping 10 et 11

4.1 Potentiels de dangers des unités actuelles

4.1.1 Potentiels de dangers liés aux produits

4.1.1.1 Produits mis en œuvre

Le chapitre traitant des potentiels de dangers concerne principalement les produits entrant et
sortant de l’unité étudiée. Ainsi les tableaux suivants listent et donnent uniquement les propriétés
physico-chimiques de ces produits. A noter qu’en fonction de l’équipement considéré, l’inventaire
peut être constitué d’un mélange des produits sortants. Concernant ces mélanges, les propriétés
physico-chimiques sont médianes par rapport à celles des produits purs. Si les produits purs qui
constituent le mélange sont inflammables, il sera considéré dans cette étude que le mélange est lui
aussi inflammable.
Ainsi, au niveau des unités de Topping 10 et 11, les principaux produits dangereux rentrant ou
sortant de l’unité sont les suivants :

Nom du produit Utilisation

Pétrole brut Matière première de la distillation atmosphérique


Produit injecté dans le pétrole brut afin de réduire la présence de
chlorures et utilisé dans le traitement du kérosène pour éliminer l’acide
Soude naphténique du kérosène.
Produit ne constituant pas une source potentielle de dangers.
Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne C1
Résidu atmosphérique
(produit de pied de la colonne).
Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne C1
Gasoil lourd
(premier soutirage latéral).
Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne C1
Gasoil léger
(deuxième soutirage latéral).
Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne C1
Kérosène
(troisième soutirage latéral).
Jet A1 Produit issu du traitement du kérosène.
Produit issu de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne C5
GPL
(produit de tête de la colonne)
Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne de
Naphta A, B ou C
stabilisation C5.
Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne de
Essences splitter C6 et dans la colonne de déisopentanisation C7 (produit de pied
de la colonne).
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 50

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

Nom du produit Utilisation

Isopentane (uniquement Produit de la distillation atmosphérique réalisée dans la colonne de


présent dans l’unité 10) déisopentanisation C7 (produit de tête de la colonne).
Pour injection au niveau du ballon V1 et pour la section de traitement du
Soude caustique
kérosène.
Produit fortement acide utilisé durant les arrêts des unités pour le
BS-12
nettoyage des circuits d’eau de refroidissement des pompes chaudes.
Fuel Gas Produit alimentant le four.
Produits d’entretien en faible quantité et à usage industriel courant : ils ne
Huiles, graisses…
constituent pas une source potentielle de dangers.
Eau de refroidissement, air
Utilités ne constituant pas une source potentielle de dangers.
instrument, vapeur
BPR 81100 Filmant (produit anti-corrosif)
BPR 81202 Filmant (produit anticorrosif)
Tableau 3 : Produits présents et/ou utilisés sur les unités Topping 10 et 11

Les propriétés physico-chimiques en termes d’inflammabilité et de toxicité pour les principaux


produits de l'unité sont les suivantes :

Inflammabilité
Nom du Température
Température Toxicité Conclusion
produit Point maximale
Point éclair d'auto-
d'ébullition atteinte dans
inflammation
l'unité

Température 263°C < 30°C 350°C (sortie / Inflammable


Pétrole brut ambiante des fours F1
A/B)
Résidu 66°C 380°C 549°C 326°C (pied de / Inflammable
atmosphérique la colonne C1)
299°C (entrée Inflammable
Gasoil lourd 220°C
de C4A)
75°C 338°C /
198°C 247° (entrée Inflammable
Gasoil léger
de C3A)
38 – 50°C 210°C 160°C 249°C (sortie / Inflammable
Kérosène
de E20)
41°C 230°C Donnée non 70°C / Inflammable
Jet A1
disponible
-50°C Donnée non Température 36°C / Inflammable
GPL
disponible ambiante
-20°C Donnée non Donnée non 194°C (sortie / Inflammable
Naphta A, B
disponible disponible soutirage
ou C
latéral sur C5)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 51

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

Inflammabilité
Nom du Température
Température Toxicité Conclusion
produit Point maximale
Point éclair d'auto-
d'ébullition atteinte dans
inflammation
l'unité
< 25°C 243°C 30°C 200°C (pied de / Inflammable
Essences
la colonne C6)
Isopentane -20°C 420°C / 87°C (pied de / Inflammable
(uniquement la colonne C7)
présent dans
l’unité 10)
BPR 81100 Aucune donnée disponible
BPR 81202 Aucune donnée disponible
Tableau 4 : Propriétés physico-chimiques des produits des unités Topping 10 et 11

Les différentes coupes de distillation et le pétrole brut peuvent être inflammables car, à certains
endroits du procédé, elles se trouvent à une température supérieure à leur point d’éclair. De plus,
l’unité Topping nécessite l’utilisation ou véhicule des produits qui sont très inflammables. C’est
notamment le cas du Fuel Gas, des naphta, de l’isopentane et du GPL essentiellement constitué
de propane et de butane. A noter que la colonne toxicité ne concerne que les produits toxiques
pour l’homme. Certains produits peuvent être dangereux pour l’environnement mais ces effets ne
sont pas pris en compte dans l’étude de dangers. En outre, concernant la toxicité sur l’homme,
seule la toxicité aiguë par inhalation est considérée, c’est-à-dire modélisée, dans cette étude de
dangers. Ainsi, même s’il on trouve, dans l’unité de Topping, du STADIS 450 qui est un produit
toxique, en termes d’effets sur la reproduction, ce dernier ne sera pas spécifiquement considéré
dans l’étude de dangers. A noter que la dispersion de produits toxiques issus d’une décomposition
thermique (par exemple en cas d'incendie) n'est pas considérée dans le cadre de la présente
étude.

4.1.1.2 Incompatibilités

Lors des réunions d’analyse de risques, il est apparu que les produits pouvaient rentrer
accidentellement en contact (corrosion aboutissant à un percement sur les tubes d’un échangeur
par exemple). Cependant, les produits issus des différentes opérations de distillation pouvant
rentrer en contact, dans les unités Topping 10 et 11, ne présentent pas d’incompatibilités.
Concernant le STADIS 450, aucune incompatibilité particulière n’est apparue.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 52

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

4.1.2 Potentiels de dangers liés aux procédés

4.1.2.1 Conditions opératoires

Le choix des conditions de température et de pression est déterminé afin d’assurer la bonne
réalisation du procédé de fabrication et de limiter les besoins énergétiques. Cependant, l’opération
de distillation atmosphérique nécessite des températures élevées pour séparer les différentes
coupes du pétrole brut.

Les principaux équipements de l’unité sont repris dans le tableau suivant :

Conclusion
sur les
Pression Température potentiels de
Equipement Fluide maximale de maximale de dangers liés
service service aux
conditions
opératoires

Ballon de flash V1 Pétrole brut 2.8 bar 135°C Infla mmable


Pétrole brut qui donne le
Colonne de distillation résidu atmosphérique, le 2.3 bar 340°C
Inflammable
atmosphérique C1 gasoil lourd, le gasoil léger (zone flash) (zone flash)
et le kérosène
Ballon accumulateur V2
Essence totale 1.6 bar 114°C Inflammable
de la tête de C1

Ballon accumulateur V3 Essence totale 0.4 bar 35°C Inflammable

245°C
Colonne C2 Kérosène 0.8 bar Inflammable
(fond C2)
Ballon V1 Kérosène 4 bar 70°C Inflammable
Ballon V2 Kérosène 12 bar 70°C Inflammable
Coalesceur FT1 Kérosène 12 bar 70°C Inflammable
Ballon V3 (sécheur à sel) Kérosène 12 bar 70°C Inflammable
Stripper latéral C3A Gasoil léger 2.8 bar 229°C Inf lammable
Dryer latéral C3B Gasoil léger 2.1 bar 118°C Inflam mable
Stripper latéral C4A Gasoil lourd 2.8 bar 280°C Inf lammable
Dryer latéral C4B Gasoil lourd 2 bar 142°C Inflamma ble

Colonne de stabilisation 174°C


Naphta 7.8 bar Inflammable
C5 (fond C5)
Ballon accumulateur V8 GPL (mélange
7.6 bar 38°C Inflammable
de la tête de C5 propane/butane)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 53

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

Conclusion
sur les
Pression Température potentiels de
Equipement Fluide maximale de maximale de dangers liés
service service aux
conditions
opératoires
Ballon V19 Essence totale 3.2 bar 60°C Inflammable
202°C
Colonne de splitter C6 Essences 2 bar Inflammable
(fond C6)
Ballon accumulateur V9
Naphta A 1.6 bar 50°C Inflammable
de la tête de C6
Colonne
déisopentanisatrice C7 86°C
Naphta A 4 bar Inflammable
(uniquement pour l’unité (fond C7)
10)
Ballon accumulateur V10
Isopentane 1.4 bar 40°C Inflammable
de la tête de C7
Tableau 5 : Conditions opératoires des principaux équipements des unités Topping 10 et 11
Les dangers associés aux produits inflammables sont des feux de nappe en cas de fuite et de
présence d’air (le feu pouvant se déclencher si la température du produit est supérieure à son point
éclair). De plus, en cas de relâchement accidentel, la vaporisation des produits légers peut
également entraîner la formation d’un nuage non confiné, susceptible d’exploser (explosion de type
UVCE) dans des conditions particulières de mélange dans l'air. A noter que plus la pression de
l’équipement où se situe la fuite est importante plus le phénomène d’atomisation sera conséquent
et la probabilité d’un UVCE importante.
En outre, en complément du potentiel de danger lié au caractère inflammable des différents
produits traité dans le tableau ci-dessus, il faut aussi considérer les problèmes de surpression. En
effet, si la pression dans l’équipement augmente et qu’elle atteint sa pression de rupture, ce
dernier éclatera. Lors de l’éclatement d’une capacité, les phénomènes dangereux à craindre sont
l’épandage, les effets missiles et les ondes de surpression. A noter qu’en matière d’éclatement, le
cas particulier de l’explosion de la chambre de combustion d’un four a été étudié dans l’étude de
dangers de la raffinerie de Skikda.

4.1.2.2 Conditions de stockage

Sur l’unité de distillation atmosphérique, il n’y a aucun stockage de produit.

4.1.2.3 Conditions de transfert

A l'intérieur du procédé, les fluides sous phase gazeuse ou liquide sont transférés d’un équipement
à l’autre via des pompes. Les produits transférés sont essentiellement du pétrole brut et les coupes
obtenues au cours de la distillation atmosphérique et des procédés de stripage, de splittage et de
stabilisation.
Les circuits sont dimensionnés afin de résister aux pressions maximales de refoulement et à
d’éventuels «coups de bélier» de pression lors des phases de démarrage et d’arrêt de transfert.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 54

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

Même si les canalisations sont bien dimensionnées, les opérations de transfert des liquides
peuvent éventuellement présenter un risque au niveau des fuites sur les pompes, aux brides, aux
joints, de corrosion ou d’une intervention externe…..

4.1.3 Dangers liés aux manipulations

Compte tenu des produits manipulés et des procédés utilisés sur la raffinerie, les opérations
humaines (opérations de maintenance, d’exploitation…) peuvent présenter un potentiel de danger
et être à l’origine de problèmes comme des chutes de charge, des impacts par véhicule, le non
respect de procédure… Vis-à-vis de ces opérations, le rôle du service HSE de la raffinerie, qui a
comme objectif principal de limiter les risques, notamment par le suivi de chantiers, la réalisation
de plans de prévention et de permis de travail, est essentiel.

4.1.4 Dangers liés à la perte d’utili tés

4.1.4.1 Perte d’alimentation électrique

En cas de perte de courant, certains équipements ne pourront plus fonctionner. C’est notamment
le cas des pompes alimentées en électricité et des aéroréfrigérants. En cas de perte d’électricité, la
circulation des différents produits dans l’unité n’est plus assurée. On va donc potentiellement avoir
une augmentation du niveau de liquide dans les capacités. De plus, le refroidissement n’est plus
aussi efficace : il peut donc y avoir envoi de produits trop chauds vers les stockages.
Dans le cas de cette perte d’utilité, une procédure dite « d’urgence » prévoit différentes
manœuvres.
Dans le cas d’un arrêt de courte durée (environ 3 minutes), la procédure prévoit redémarrer
l’installation et de la mettre en service normal.
En cas de longue coupure de courant la procédure consiste à :
 Sectionner les vannes sur les lignes du gaz combustible des brûleurs et des pilotes (les
brûleurs sont déjà éteints suite à l’intervention du bloc bas débit de charge).

 Purger les chambres de combustion.

 La turbopompe TP17B étant en marche, démarrer la recirculation de l’installation.

 Tenir sous contrôle les pressions dans les colonnes C5, C6 et C7 (pour l’unité 10) en
dégageant au Blow-Down.

 Dégager au close-drain les hydrocarbures accumulés dans les bacs de recette de tête.

 Appliquer le mode opératoire pour l’arrêt d’urgence lorsque cela est nécessaire.

4.1.4.2 Perte de l’alimentation en vapeur

L’installation utilise de la vapeur basse ou moyenne pression. La vapeur moyenne pression est
utilisée au niveau des éjecteurs J1 et des turbopompes TP2B et TP17B. Ainsi, en cas de perte de
vapeur moyenne pression, le système de création du vide ne peut plus fonctionner et la circulation
du fluide à travers les pompes TP2B et TP17B ne se fait plus. Ainsi cette perte d’utilité peut
entraîner une augmentation du niveau de liquide dans les capacités.
Dans le cas d’une perte de vapeur moyenne pression, il faut :
 Couper les éjecteurs J1 en laissant ouverte l’eau au niveau du condenseur J1A.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 55

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

 Sectionner et arrêter, si nécessaire, les pompes MP11 A/B et fermer la LIC15v sur V4.

 Réduire la charge de l’installation à 50% de celle de calcul et les prélèvements en proportion.

 Vérifier s’il est possible d’exploiter l’unité avec un tel débit.

 Dans le cas où il ne serait pas possible de garder l’unité en marche, procéder à son arrêt
selon le mode opératoire.

La vapeur basse pression est utilisée au niveau des surchauffeurs des fours F1A/B, des strippers
C3A et C4A, au fond de la colonne C1 et enfin comme vapeur de purge des fours. La perte de
vapeur basse pression, a essentiellement des conséquences en termes de qualité des produits. En
cas de manque de vapeur basse pression, il faut procéder à l’arrêt général de l’installation.

4.1.4.3 Perte de l’alimentation en air instrument

Si l’air instrument vient à manquer au niveau de l’unité, toutes les vannes de contrôle se mettront
en position de sécurité (fermée ou ouverte). Les positions par manque d’air sont définies par
conception et sont adaptées pour garantir la sécurité des installations.
Cependant, SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE met en avant que cela doit
être considéré comme une mesure temporaire devant donner le temps à l’opérateur de mettre
sous contrôle manuel l’installation jusqu’à son arrêt ou jusqu’au retour de l’air instrument.

4.1.4.4 Perte de l’alimentation en eau

L’unité de distillation atmosphérique utilise deux types d’eau : l’eau de refroidissement, et l’eau
traitée.
Dans le cas d’une perte de l’alimentation en eau de refroidissement, tous les condenseurs, les
réfrigérants et les pompes chaudes ou turbines (perte du circuit de refroidissement) s’arrêteraient.
On aurait donc une augmentation de la température des différents produits (certains produits
peuvent éventuellement être envoyés au stockage avec une température élevée) et une perte de la
circulation des produits (augmentation du niveau de liquide). La raffinerie de Skikda a mis en place
une procédure dans ce cas. En effet, dans ces conditions, il faut procéder à l’arrêt général de
l’unité.
Le manque d’eau traitée a des conséquences sur les réfrigérants du résidu, sur les pompes de
recirculation de l’eau et entraîne une perte d’efficacité du process. Dans ce cas, il faut :
 By-passer les réfrigérants côté résidu (fond de colonne de distillation).

 Détourner le stockage du résidu.

 Maximiser la récupération thermique du résidu en variant, si nécessaire, les paramètres


opératoires normaux.

 Réduire, le cas échéant, la charge de l’installation en tenant sous contrôle la température du


résidu de stockage.

 Insérer éventuellement des connexions temporaires d’eau pour établir une circulation d’eau à
travers les tubes des aéroréfrigérants.

 Si le manque d’eau traitée se prolonge, l’installation peut être arrêtée.


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 56

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

4.1.4.5 Perte de l’alimentation en fuel gas

Ce type de perte d’utilité n’engendre pas de sérieuses conséquences sur la sécurité. Les brûleurs
doivent être coupés avant de procéder à l’arrêt normal de l’installation. Les volets de la cheminée
doivent être fermés afin de minimiser le choc thermique sur les structures du four.

4.1.4.6 Conclusions sur les dangers liés aux pertes d'utilités

Les précédents paragraphes ont permis de mettre en évidence les procédures d’urgence prévues
en cas de perte d’utilités. Ces procédures permettent une mise en sécurité rapide des installations.
Il est à noter la présence de positions de sécurité par manque d’air pour les vannes automatiques
qui constituent une barrière passive efficace contre toute dérive.
La perte générale d’utilités ne constitue pas directement un potentiel de dangers significatif mais
peut intervenir en tant qu’événement initiateur conduisant à un accident mettant en jeu un potentiel
de dangers réel (conditions opératoires particulières,…).

4.2 Potentiels de dangers des unités futures

4.2.1 Potentiels de dangers liés aux produits

4.2.1.1 Produits mis en œuvre

Pour les deux unités de Topping (unités 10 et 11), le projet de revamping, n’entraîne pas de
modifications majeures des potentiels de dangers liés aux produits par rapport à la situation
actuelle.
Toujours pour ces deux unités, les modifications concernent essentiellement le remplacement du
potentiel de danger lié à l’utilisation de vapeur moyenne pression par le potentiel de danger lié à
l’utilisation d’huile chaude. De plus, une colonne est rajoutée permettant d’isoler la coupe C6. Pour
le reste des produits circulant dans cette unité (kérosène, gasoil, essences, naphta…), les
potentiels de dangers restent inchangés.

Les propriétés physico-chimiques de l’huile chaude et de la coupe C6 sont les suivantes :

Inflammabilité
Point Température Point Température
Nom du produit éclair d’auto d'ébullition maximale Toxicité Conclusion
inflammation atteinte dans
l’unité

Coupe C6
(caractéristiques -
240°C 68°C 89°C / Inflammable
données pour le 22°C
n-hexane)
Huile chaude Aucune donnée disponible pour le moment
Tableau 6 : Nouveaux produits introduits par le revamping des unités Topping 10 et 11
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 57

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

A l’heure de la rédaction de ce dossier, les caractéristiques physico-chimiques du Hot-Oil ne sont


pas disponibles. Cependant, la raffinerie d’Arzew utilise elle aussi un Hot-Oil dont le point éclair est
de 200°C. Ce produit pouvant être utilisé jusqu’à u ne température de 290°C, il est donc
inflammable.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 58

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

4.2.2 Incompatibilités

Concernant les incompatibilités, aucune donnée n’est disponible pour le Hot-Oil.

4.2.3 Potentiels de dangers liés aux procédés

4.2.3.1 Conditions opératoires

A l’issue du revamping, les installations des unités Topping vont connaître des modifications telles
que décrites aux chapitres 2 et 4. Il s’agit principalement :
 De remplacement d’équipements existants,

 De l’ajout de nouveaux équipements,

 De modification de technologies.

Le tableau suivant synthétise, pour les principaux équipements, les conditions opératoires
actuelles et futures. Ainsi, l’impact des modifications issues du revamping sur les potentiels de
dangers liés aux conditions opératoires peut être analysé.

Conclusion
sur les
potentiels
Caractéristiques Situation Caractéristiques
Situation actuelle Produit de dangers
de l’équipement future de l’équipement
liés aux
conditions
opératoires

Colonne Mélange de Modifiée Tête : 176°C Inflammable


distillation 245°C (tête) – GPL, Naphta,
atmosphérique kérosène, 1,8 bar
395°C (fond)
C1 gasoil et Fond : 346°C
< 6,9 bar résidu
atmosphérique 2,3 bar

Stripper C2 245°C Kérosène Modifiée 205°C Inflammable


0,8 bar 2,8 bar
Stripper C3A Gasoil léger Modifié Tête : 249°C Inflammable
282°C 2 bar
< 6,9 bar Fond : 242°C
2 bar
Sécheur C3B Non utilisé mais maintenu en support de C3A
Sécheur C4B Non utilisé mais maintenu en support de C3A
Colonne C5 174°C (fond de GPL (tête) Modifiée Inflammable
C5) Caractéristiques
Naphta (fond) inchangées
8.5 bar
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 59

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

Conclusion
sur les
potentiels
Caractéristiques Situation Caractéristiques
Situation actuelle Produit de dangers
de l’équipement future de l’équipement
liés aux
conditions
opératoires
Colonne C6 Naphta (tête) Modifiée Tête : 89°C Inflammable
227°C (fond de
Essence 1 bar
C7)
(fond)
Fond : 138°C
2 bar
1,4 bar
Colonne C7
Usage redondant mais cette colonne ne sera pas démantelée
Déisopentaniseur
Pas d’existant Naphta Colonne Tête : 137°C Inflammable
C61
1 bar
/ Splitter II
Fond : 209°C
1,4 bar
Pas d’existant Naphta Colonne Tête : 61.3°C Inflammable
C62
7.7 bar
/ Stabilisateur
Fond : 174°C
8.1 bar
Pas d’existant Naphta Colonne Tête : 55°C Inflammable
C63
1 bar
/ Splitter I
Fond : 131°C
1,4 bar
Ballon V1 Brut Modifié 141°C Inflammable
< 6,9 bar
Pré-flash 2,7 bar
Ballon V2 Naphta et GPL Modifié Inflammable
Reflux de 166°C 135°C
colonne de
< 6,9 bar 1,3 bar
distillation
atmosphérique
Ballon V3 Naphta et GPL Modifié Inflammable
70°C 40°C
Accumulateur
< 6,9 bar 0,64 bar
tête de C1
Ballon V4
Accumulateur du Démantelé
système sous
vide
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 60

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

Conclusion
sur les
potentiels
Caractéristiques Situation Caractéristiques
Situation actuelle Produit de dangers
de l’équipement future de l’équipement
liés aux
conditions
opératoires
Ballon V5
Accumulateur du Démantelé
séparateur des
eaux acides
Ballon V8 70°C GPL Modifié Inflammable
44°C
Accumulateur 6,9 bar < P <
7.1 bar
tête de C5 34,5 bar
Ballon V9 Naphta Modifié Inflammable
75°C 73°C
Accumulateur
< 6,9 bar 0,3 bar
tête de C6
Ballon V10
Accumulateur Usage redondant mais cette colonne ne sera pas démantelée
tête C7
Ballon V18 Démantelé
Ballon V19 Démantelé
Pas d’existant Ballon V62 Inflammable
44°C
/ Naphta Ballon reflux
du 7 bar
stabilisateur
Pas d’existant Ballon V63 Inflammable
103°C
/ Naphta Ballon reflux
0,3 bar
du splitter II
Pas d’existant Ballon V67 Inflammable
40°C
/ Naphta Ballon reflux
0,3 bar
du splitter I
Tableau 7 : Conditions opératoires des nouveaux équipements ou des équipements modifiés
des unités revampées
Les dangers associés aux produits inflammables sont des feux de nappe en cas de fuite et de
présence d’air (le feu pouvant se déclencher si la température du produit est supérieure à son point
éclair). De plus, en cas de relâchement accidentel, la vaporisation des produits légers peut
également entraîner la formation d’un nuage non confiné, susceptible d’exploser (explosion de type
UVCE) dans des conditions particulières de mélange dans l'air. A noter que plus la pression de
l’équipement où se situe la fuite est importante plus le phénomène d’atomisation sera conséquent
et la probabilité d’un UVCE importante.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 61

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Description des potentiels de dangers des unités Topping 10 et 11

En outre, en complément du potentiel de danger lié au caractère inflammable des différents


produits traité dans le tableau ci-dessus, il faut aussi considérer les problèmes de surpression. En
effet, si la pression dans l’équipement augmente et qu’elle atteint sa pression de rupture, ce
dernier éclatera. Lors de l’éclatement d’une capacité, les phénomènes dangereux à craindre sont
l’épandage, les effets missiles et les ondes de surpression. A noter qu’en matière d’éclatement, le
cas particulier de l’explosion de la chambre de combustion d’un four a été étudié dans l’étude de
dangers de la raffinerie de Skikda.

4.2.3.2 Conditions de stockage

Le revamping des installations ne modifie pas les potentiels de dangers liés aux conditions de
stockage identifiés au paragraphe 4.1.2.2.

4.2.3.3 Conditions de transfert

Le revamping des installations ne modifie pas les potentiels de dangers liés aux conditions de
transfert identifiés au paragraphe 4.1.2.3.

4.2.4 Dangers liés aux manipulations

Le revamping des installations ne modifie pas les potentiels de dangers liés aux manipulations
identifiés au paragraphe 4.1.3.

4.2.5 Dangers liés à la perte d’utili tés

A l’issue du revamping des deux unités, le fluide caloporteur utilisé au niveau des rebouilleurs sera
de l’huile chaude. Le danger lié à la perte de l’alimentation en huile chaude doit donc être étudié et
vient compléter les dangers liés à la perte d’utilités analysés au paragraphe 4.1.4.
En cas de perte de l’alimentation en huile chaude, les rebouilleurs seront en défaut et s’arrêteront.
L’unité devra être arrêtée selon la procédure normale d’arrêt d’urgence.
D’autre part, la vapeur MP n’étant plus utilisée au niveau de ces rebouilleurs, les dangers liés à la
perte de l’alimentation en vapeur MP sont supprimés.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 62

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Réduction des potentiels de dangers

5 Réduction des potentiels de dangers

5.1 Choix des produits


La nature même de l’activité de SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE (le
raffinage du pétrole) ne permet pas de substituer les produits de charge et les produits obtenus
lors des différentes étapes de la distillation atmosphérique.

5.2 Choix du procédé


Le procédé de distillation atmosphérique est utilisé depuis l'ouverture de la raffinerie. Il consiste à
fractionner le pétrole brut et ses distillats dans des conditions spécifiques (température, pression,
…) au produit utilisé. Or, pour fractionner une charge composée d'un mélange d'hydrocarbures en
différentes coupes, le seul procédé connu est le procédé de distillation par chauffage.

5.3 Choix des procédures


A la conception de l'unité ou partie d'unité, les procédures sont décrites par l'ingénierie. Elles sont
adaptées et révisées selon les exigences de SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
RAFFINAGE.

5.4 Choix du matériel pour les procédés


Les procédés utilisés sur le site de Skikda sont des procédés éprouvés qui nécessitent parfois des
apports d'énergie important ou des étapes à pression et températures élevées. Le matériel retenu
tient compte des conditions de pression et de température, ainsi que des conditions d'exploitation.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 63

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des antécédents d’accidents

6 Anal yse des antécédents d’accidents


Dans le cadre de l’étude de l’accidentologie, les documents suivants ont été pris en référence :

 Base de données ARIA du BARPI (Ministère de l’écologie et du développement durable -


DPPR/SEI/BARPI).

 Base de données interne de SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE


concernant les accidents survenus au niveau des unités de la raffinerie de Skikda.

Concernant l’accidentologie externe la recherche a été lancée sur les années 1965 à 2007 et a
porté sur les spécificités de l’unité.
L’accidentologie interne à SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE porte sur les
années 2003 à 2007 et traite aussi les spécificités de l’unité.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 64

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
6.1 Accidentologie externe à SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE

Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour


l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc

2
: 1 pour le moins grave et 6 pour le plus grave
3
: Matières Dangereuses relâchées
4
: Conséquences Humaines et Sociales
5
: Conséquences Environnementales
6
: Conséquences Economiques
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 65

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
12/02/2007 Incendie sur un Fuite ou Effet domino :
N°32800 bac de débordement au incendie sur
récupération des sommet du bac de l’unité de
FRANCE eaux de récupération des traitement du
dessalage du brut eaux dû à la kérosène alimenté
contenant des rupture de la par les fuites sur
eaux huileuses soudure frangible les presse
(mélange eau et du toit. étoupes et brides
gazoil). soumises aux
effets thermiques.
Alarme haut et bas
Conclusion : 1 0 0 0 Oui
niveau en SDC
arrosage pour
refroidissement
avec mise en
place d’un tapis
mousse.
Conséquences
limitées à des
dégâts matériels
et à un panache
de fumée.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 66

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
19/06/2006 Rupture Présence de coke Emission
longitudinale d’un à l’intérieur du importante de
N°31902
tube d’un four tube véhiculant le fumées noires
FRANCE (diamètre du tube pétrole brut. depuis la
150 mm ) Réduction des cheminée reliée
capacités aux trois fours de
d’échange l’unité de
thermique distillation
Relevé d’épaisseurs
entraînant un atmosphérique.
0 0 0 4 Oui spot des tubes chaque
échauffement Conclusion : Arrêt
24 mois
anormal de la progressif de
paroi du tube. plusieurs unités
par manque de
charge. Effets
environnementaux
limités, fortes
conséquences
économiques.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 67

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
16/06/2006 Ouverture des Perte Conclusion :
N°31900 soupapes de la d’alimentation des plusieurs plaintes
FRANCE distillation aéroréfrigérants de riverains sont
atmosphérique et entraînant une enregistrées.
émission de gaz élévation de la
à l’atmosphère. température.
Les soupapes sont
Incident d’origine
dirigées vers le réseau
électrique :des
Blow-Down (sauf celles
travaux de ND ND ND ND Oui
de l’eau et de la vapeur
vérification des
d’eau qui crachent à
réseaux
l’atmosphère)
électriques
réalisés par une
société extérieure
étaient en cours
lors du
déclenchement.
27/02/2006 Percement d’un / Arrêt à la chaîne
N°31487 tube du four. des unités de
FRANCE distillation
atmosphérique,
de gas plant, de Relevé d’épaisseurs
refrorming et ND ND ND ND Oui spot des tubes chaque
d’hydrosulfuration. 24 mois
Conclusion :
nuisances
réduites au
minimum.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 68

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
07/08/2005 Rejet de 10 à 20 Accident dû à une Présence d’un fort
N°30406 tonnes succession vent : une partie
FRANCE d’hydrocarbures d’erreurs dans le du rejet retombe
gazeux et liquides suivi des sur la végétation,
en 5 minutes par procédures de les habitations et
3 des 5 soupapes redémarrage et la plage de la
de la colonne de dans la commune voisine Suivi de procédures
distillation transmission des (zone atteinte d’un strictes de redémarrage
atmosphérique en informations entre 1 km de large sur des fours
redémarrage. et au sein des 8 de long).
équipes de quart : Conclusion : Cet Les soupapes sont
4 3 3 3 Oui dirigées vers le réseau
colonne accident aurait pu
anormalement être beaucoup Blow-Down (sauf celles
pleine, plus grave si le de l’eau et de la vapeur
nombreuses nuage s’était d’eau qui crachent à
alarmes ignorées allumé sur l’une l’atmosphère)
mettant en des 2 torches du
évidence site ou si la partie
manquements et liquide était
lacunes retombée sur
organisationnelles. l’unité de
distillation.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 69

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
26/05/2005 Fuite enflammée La colonne de Inflammation du
N°29903 sur stabilisation est mélange essence
FRANCE l’échappement rebouillie en pied et de gaz en tête
d’une soupape de par un échangeur sur un point chaud
sécurité d’une sur lequel est situé en pied de
colonne de installée la colonne.
stabilisation des régulation de Conclusion : Le
essences niveau de fond de vent orienté Sud-
(débutaniseur). la colonne. Une Est dissipe le Mesure de niveau avec
dérive est apparue nuage de fumées. alarme sur colonne de
sur la mesure Les eaux 1 0 0 0 Oui stabilisation
correspondante d’extinction sont
conduisant à la collectées vers le
fermeture traitement interne
progressive puis des eaux de la
complète de la raffinerie. Les
vanne de fond et dégâts matériels
donc au sont limités.
remplissage de la
colonne en
essence.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 70

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
20/02/2004 Incendie sous le / Conclusion :
N°26495 four de la L’incendie est
FRANCE distillation éteint à l’aide des
atmosphérique moyens propres à
d’une raffinerie. l’établissement.
Les dommages
sont qualifiés de ND ND ND ND Non exploitable car cause du sinistre inconnue
mineurs par
l’exploitant qui
indique qu’il n’y a
pas eu d’impact
significatif à
l’extérieur.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 71

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
12/02/2003 Incendie sur unité Incendie causée Conclusion : feu
N°24040 de distillation par une fuite de maîtrisé par les
FRANCE atmosphérique fuel lourd sur une pompiers internes
pompe de l’unité en 40 minutes.
de distillation Conséquences
atmosphérique. minimes et dégâts
matériels peu
importants.
Mesures prises :
changement de la
vanne de purge,
modification de la Maintenance des
procédure pompes
1 0 0 0 Oui
précisant la
nécessité de Pompiers sur site
fermer cette
vanne après
ouverture de la
vanne manuelle
vers la tour ceci
afin d’éviter le
retour de brut en
température vers
l’évent, vérification
de la pompe de
reprise du fond.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 72

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
13/01/2003 Incendie dans Selon l’exploitant Conclusion : Les
N°23886 une unité de les causes ne sont équipes de
FRANCE distillation pas claires. Il secours maîtrisent
atmosphérique. semblerait le sinistre en
cependant qu’un 4h30. Selon
transformateur l’exploitant, un
électrique du site contrôle de l’air
ait pris feu, ambiant aurait été
interrompant réalisé sans
l’alimentation mettre en
électrique du site. évidence de Pompiers sur site
10 minutes plus pollution. 0 4 0 0 Oui Maintenance des
tard, une bride, Toutefois entre 40 transformateurs
raccordant deux et 60 personnes
canalisations, se se sont
serait ouverte, présentées à
aggravant la l’hôpital, en se
situation. plaignant de
nausées,
d’irritations des
yeux et de
difficultés
respiratoires.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 73

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
25/10/2002 Feu sur l’unité de La cause de Conclusion : Le
N°23356 distillation l’accident feu se déclare à
FRANCE atmosphérique au résiderait dans la 6h30 et les
niveau d’une défaillance de la secours (30
pompe de sous- pompe, suite à la pompiers) se
tirage de gazole. destruction du replient vers 18h.
3
Le feu est coussinet. 2 Au total, 65,75 m
alimenté par un hypothèses sont d’émulseurs ont
reflux interne et la avancées par été consommés Pompiers sur site
3
vanne de l’exploitant : une pour 7500 m
sectionnement charge excessive d’eau. 1 0 0 0 Oui Changement des
est difficile sur le coussinet équipements en cas de
d’accès. consécutif à un suspicion de défaillance
mauvais
alignement, une
dégradation de la
lubrification après
un défaut de
refroidissement ou
une entrée d’eau
dans le palier.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 74

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
10/06/2002 Ouverture de la Prise manuelle de Conclusion : Les
N°22626 soupape de la la régulation de la mesures
FRANCE colonne de colonne de effectuées par les
stabilisation des stabilisation pour pompiers de la
essences de la un réglage du raffinerie ne
colonne de contrôleur de révèlent aucune
distillation pression, en tête concentration
atmosphérique. de colonne. anormale.
Le mélange Pendant cette Cependant, selon
gazeux estimé à opération une la presse, 46
5 t par l’exploitant variation de la enfants ou Pompiers sur site
est rabattu en chauffe de la enseignants
direction du sol. colonne a entraîné auraient été 1 0 0 0 Oui Changement des
une légère montée indisposés, pris équipements en cas de
de pression, de malaises ou suspicion de défaillance
atteignant la vomissements le
valeur de la jour de l’incident
pression de tarage et le lendemain.
de la soupape qui
s’est normalement
ouverte. Elle s’est
refermée sitôt la
pression passée
au-dessous de la
valeur de tarage.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 75

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
Incendie sur une Une dégradation Conclusion :
pompe de résidu progressive du Incendie
atmosphérique roulement a rapidement
permis un maîtrisé. Les
déplacement axial dégâts se limitent
de l’arbre puis une à la pompe, à des
perte d’étanchéité calorifuges de
au niveau de la tuyauterie et à des Maintenance des
12/05/2002 garniture. Du réseaux de filerie pompes
N°22717 résidu électrique. 1 0 0 0 Oui
Pompiers sur site
FRANCE atmosphérique,
hydrocarbure
visqueux à froid
s’est alors déposé
sur la pompe, les
organes voisins
ainsi que sur le
sol, puis s’est
enflammé.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 76

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
15/05/2001 Fuite de gaz / Conclusion : Deux
N°20681 inflammable au employés sont
Etats-Unis niveau du brûlés dont un
procédé de sérieusement.
distillation L’ensemble des
atmosphérique. employés est
évacué. Le trafic
1 1 0 0 Non exploitable car la cause est inconnue
est interrompu sur
les routes
voisines. Le
sinistre sera
finalement
maîtrisé en 20
minutes.
23/03/2000 Incendie sur une Défaillance du Arrêt de l’unité par
N°24623 pompe de naphta joint d’étanchéité dispositif d’arrêt
Allemagne de l’arbre de d’urgence. De
pompe entraînant nombreuses
Maintenance des
un épandage de modifications sont
pompes avec relevés de
naphta notamment apportées :
vibrations quotidiens et
le roulement remplacement des 0 0 0 4 Oui
entretien préventif V1,
devenu très chaud pompes,
V2 et V3 (visuel, révision
remplacement des
partielle et générale)
soupapes de
sécurité,
automatisation du
système.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 77

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
26/11/2000 Une canalisation La ligne présente Formation d’un
N°19538 alimentée en GPL des symptômes nuage noir et
FRANCE éclate sur une de corrosion odeur de H2S.
unité de interne,
distillation du notamment en
brut. génératrice
inférieure. Les
percement est Contrôle régulier des
intervenu dans la canalisations, relevés
1 0 0 0 Oui
zone d’épaisseurs spot des
thermiquement canalisations
affectée par la
soudure. Les
mesures
d’épaisseur font
apparaître des
sous épaisseurs
locales.
18/03/1999 Incendie sur une Le produit Conclusion :
N°26557 pompe de supposé Incendie éteint au
FRANCE soutirage de responsable de bout de 20
pétrole lampant l’incendie serait le minutes. Arrêt de Pompiers sur site
de la colonne de kérosène. l’installation Relevés de vibrations
distillation L’accident aurait pendant 5 à 6 quotidiens et entretien
ND ND ND ND Oui
atmosphérique. pour origine une jours. préventif V1, V2 et V3
rupture de (visuel, révision partielle
piquage suite à et générale)
des vibrations
exercées sur la
pompe.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 78

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
09/03/1999 Incendie sur une Une fuite sur la Conclusion :
N°15519 pompe située sur garniture se serait Aucune victime à
FRANCE un circuit de enflammée au déplorer
lampant dans niveau des pièces Pompiers sur site
l’unité de d’accouplement
distillation chauffées par Relevés de vibrations
atmosphérique. frottements. Cette 1 0 0 0 Oui quotidiens et entretien
fuite pourrait être préventif V1, V2 et V3
due à un serrage (visuel, révision partielle
défaillant ou à des et générale)
vibrations
provoquées par
l’accouplement.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 79

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
15/10/1996 Incendie pendant La fuite initiale, Conclusion : Arrêt
N°9882 travaux de ayant causée temporaire de
FRANCE maintenance pour l’intervention, l’unité.
supprimer une serait due à la Le montant des
fuite au droit du déformation du pertes est estimé
clapet anti-retour clapet. Quant à la à à 2,15 MF pour
d’une pompe à fuite de distillat en les dégâts
l’arrêt, isolée du cours de travaux, matériels et 2 MF
strippeur de elle serait due à pour les pertes
gazole. Un une erreur d’exploitation. Maintenance des
1 0 0 1 Oui
bouchon est d’appréciation sur équipements
éjecté et un jet de l’état de
distillat contenu l’installation en
dans le tronçon préalable à
isolé s’enflamme. l’intervention : les
indications
erronées d’un
manomètre non
raccordé auraient
été utilisées.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 80

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
10/08/1995 Incendie sur une Les causes Conclusion : Le
N°7386 canalisation de matérielles du sinistre reste
FRANCE reflux de la sinistre ne sont limité à l’unité de
fraction légère pas connues. distillation. Il n’y a
(lampant) ni victime ni
atteinte à
l’environnement. 1 0 0 1 Non exploitable car cause inconnue
Les pertes
matérielles et
d’exploitation sont
estimées
respectivement à
3 et 2 MF.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 81

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
04/06/1994 Incendie lors deDes travaux de Conclusion : Une
N°5464 travaux desoudage sont à équipe de
FRANCE maintenance surréaliser sur la reconnaissance
colonne deligne de tête qui découvre les
distillation relie la tête de corps de 2
colonne distillation employés partis
atmosphérique à inspecter les
des échangeurs plateaux. On
en aval. Après dénombre 5
mesure blessés dont 3
d’explosivité, le pompiers du site.
pompier donne
son accord pour
les travaux en
notant la présence
d’un liquide dans
la canalisation
principale qu’il
prend pour de
Procédures travaux
l’eau. Après début
particulières : test
des travaux, des
1 3 0 0 Oui d’explosivité et
témoins voient des
d’habitabilité (%
fumées sortir par
Oxygène)
les trous
d’homme.
Le liquide vu dans
la canalisation
était en fait du
kérosène qui s’est
enflammé sous
l’action de
particules
BT.D03.I

incandescentes Réf. : 04313-320-DE003-G


Page 82
générant des
fumées qui
Ce document,remontent
propriété de dans
Bertin Tla
echnologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
colonne. Des
employés se
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
11/01/1994 Emission de Panne d’un Conclusion : Pas
N°17329 vapeurs générateur et d’un de dommages
ALLEMAGNE d’essence brute compresseur.
Les soupapes sont
par les soupapes Le non-
dirigées vers le réseau
de sécurité (3 300 déclenchement de
Blow-Down (sauf celles
kg de vapeurs l’ouverture de la 1 0 0 0 Oui
de l’eau et de la vapeur
d’essence brute). soupape de
d’eau qui crachent à
régulation suite à
l’atmosphère)
la panne est à
l’origine de
l’émission.
23/11/1993 Une fuite Des défaillances /
N°4917 d’hydrocarbure dans la Conclusion :
lourd se produit préparation des collecté et traité,
sur unité de plans d’exécution ce rejet n’a pas de
distillation. de travaux, dans conséquence sur
1 0 0 0 Oui Procédures travaux
la mise à jour des l’environnement.
documents et
dans les contrôles
externes sont à
l’origine de la fuite.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 83

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
01/09/1992 Emission à Une corrosion Le nuage formé
N°3912 l’atmosphère de interne provoque s’enflamme sur le
GRECE naphta et la rupture d’une site à 150 m et
explosion conduite en partie provoque une
basse d’une violente explosion.
colonne de Conclusion : 14 Contrôle régulier des
stabilisation de morts et 22 canalisations, relevés
1 4 0 2 Oui
naphta dans une blessés parmi le d’épaisseurs spot des
unité de distillation personnel de canalisations
atmosphérique l’entreprise. Les
(5,5 t d’un dommages
mélange naphta / matériels
butane / propane) s’élèvent à plus
de 10 MF.
03/06/1992 Incendie sur four Procédure Conclusion : 5
N°26287 d’engazage non employés brûlés
France suivie, du fuel-gas au visage
1 1 0 0 Oui /
s’échappe en
direction d’un four
et s’enflamme.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 84

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
12/04/1991 Explosion d’un Un incendie au Conclusion :
N°3204 des fours poste électrique dommages
France d’alimentation entraîne une matériels
coupure importants (4MF)
d’électricité :
l’explosion a lieu 1 0 0 2 Non exploitable car cause du sinistre inconnue
pendant le
redémarrage,
l’origine de
l’explosion est
inconnue.
12/01/1991 Incendie + Fuite sur joint de Conclusion :
N°11284 rupture du ballon pompe Fermeture de
Etats-Unis de reflux et des l’unité pendant 6
lignes de process mois. 25,5 M$ de Maintenance et
0 0 0 4 Oui
dommages surveillance des pompes
matériels + 76M$
de pertes
d’exploitation
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 85

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
25/06/1989 Incendie sur L'incendie s'est Conclusion : 3
N°26571 ballon de développé entre le personnes ont été
France réception des four, la colonne, les blessées, et les
eaux de procédé strippeurs et le installations sont
au démarrage ballon de recette. Le
arrêtées
d'une distillation. flash prend
naissance sous le
four de l’unité et le 1 1 0 0 Oui /
manque
d’étanchéité d’une
vanne de bloc
permet l’arrivée
d’essence au
ballon
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 86

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
23/11/1985 Inflammation de Après travaux et Conclusion : Arrêt
N°26583 gasoil de rinçage ré-épreuve, temporaire des
France en phase de l'échangeur installations.
redémarrage brut/résidu sous
vide est en phase
de redémarrage.
La procédure
prévoit un
remplissage de
l'échangeur et un
lavage au gasoil
froid pour éviter
toute surpression
au cas où il
resterait de l'eau
dans
l'appareil. Le
remplissage du
gasoil s'effectue à
l'aide d'un flexible 1 0 0 0 Oui /
utilisé
habituellement
pour la vapeur. Au
moment de sa
mise en service, le
flexible se rompt
et projette du
gasoil sur des
brides chaudes
d'appareils en
service.
L'inflammation du
BT.D03.I

gasoil est Réf. : 04313-320-DE003-G


Page 87
immédiate.
L'incendie
Ce document,entraîne
propriété de Bel'arrêt
rtin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
temporaire des
installations.
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
02/11/1984 Incendie sur Mauvais serrage Conclusion : Arrêt
N° 26586 échangeur d’un joint temporaire des
France d’échangeur installations,
entraînant une modification de la Maintenance régulière
1 0 0 0 Oui
fuite de gasoil sur procédure de des équipements
la calandre de serrage et
celui-ci. réduction du débit
de gasoil.
11/08/1982 Explosion d’un Fuite sur piquage L’explosion
N°15987 nuage de gaz de compresseur provoque une
France de recyclage des fuite enflammée
gaz de têtes d’une qui dure environ
colonne de 18h.
distillation Conclusion : Chef
atmosphérique à opérateur brûlé à Relevés de vibrations
la suite de 85% + 2 agents quotidiens et entretien
vibrations. brûlés au visage. 1 2 0 0 Oui préventif V1, V2 et V3
La salle de (visuel, révision partielle
contrôle est et générale)
partiellement
détruite malgré un
vitrage protégé
par film adhésif
(plafond tombé,
portes bloquées)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 88

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
24/10/1981 Incendie sur Ejection d’un Conclusion : Arrêt
N°26584 échangeur de bouchon de purge temporaire des
France brut d’un échangeur, installations et
0 0 0 5 Non exploitable car cause du sinistre inconnue
fuite de brut. 680 MF de
Apparition d’un feu dommages
d’environ 20 min. matériels.
29/05/1978 Explosion de four Desserrage de Conclusion :
N°26581 l’écrou maintenant destruction des
France les pièces de nez équipements mis
d’un brûleur. La en cause.
température du
produit en sortie
de four baisse,
1 0 0 0 Oui /
l’opérateur
augmente la
pression de Fuel-
Oil, qui pendant 5
min est 5 fois
supérieur à la
valeur normale.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 89

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
15/11/1977 Incendie sur Baisse volontaire L’incendie est
N°26591 compresseur (économie) de la alimenté par la
France capacité nourrice via des
d’alimentation en durites.
air comprimé d’un Conclusion : le
compresseur. Un matériel est détruit
appoint temporaire mais aucun
est réalisé avec un blessé.
équipement de
location : un
Oui /
opérateur voit le
collecteur
d’échappement
rouge et arrête le
compresseur. La
présence
d’hydrocarbure
sous les capots
provoque
l’incendie.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 90

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
26/10/1977 Incendie sur Défaut de Conclusion :
N°26585 collecteur d’un conception d’un destruction des
France réseau d’égout collecteur du câbles électriques
réseau d’égout : et arrêt temporaire
des hydrocarbures des installations.
sont piégés et
1 0 0 0 Oui /
remonte dans
l’unité : la
présence d’un
soudeur provoque
l’inflammation du
produit.
04/07/1977 Incendie Soupape de
N°26556 stabilisation
France fuyarde.
Inflammation de
Oui /
l’échappement
commun avec le
ballon de reflux du
à l’orage
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 91

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
26/05/1977 Explosion sur un Un violent orage
N°26579 four entraîne de
France multiples
coupures : perte
de pression dans
le four environ 45 Procédure de
min après le redémarrage des fours
1 0 0 0 Oui
redémarrage après arrêt d'urgence
Effondrement du sur panne d'électricité
réseau fuel gas,
chute de pression
des pilotes…
autoallumage des
gaz accumulés.
18/07/1976 Incendie sur De violents coups Unité arrêtée en
N°26595 tuyauteries. de bélier se sont urgence et mise
France produits sur sous vapeur –
l’installation arrêt temporaire
entraînant des des installations,
Dimensionnement
fissurations dans le feu durera 25 1 0 0 0 Oui
correct des canalisations
les soudures et min.
des fuites de fuel
sur la tuyauterie
(inflammation
avec les brûleurs).
05/05/1975 Incendie Fuite de naphta Arrêt temporaire Contrôle régulier des
N°26578 dans le bras mort des installations canalisations, relevés
du strippeur, due à 1 0 0 0 Oui
d’épaisseurs spot des
la corrosion. canalisations
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 92

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
23/04/1975 Incendie Un démontage de 1 opérateur
N°26543 vanne provoque blessé et arrêt
France des projections et temporaire des
une fuite installations
d’essence sur
1 1 0 0 Oui /
l’opérateur, qui
heurte une poste
de soudure –
inflammation de la
nappe.
14/03/1975 Incendie Rupture de ligne Arrêt temporaire
N°26590 d’aspiration de des installations,
Contrôle régulier des
France fond de colonne – le feu étant arrêté
canalisations, relevés
diminution de son au bout de 20 Oui
d’épaisseurs spot des
épaisseur puis minutes
canalisations
rupture due à la
corrosion
09/10/1973 Incendie dû à une Détachement de Arrêt temporaire
N°26574 chute de cheminée sur 8 m des installations
France cheminée tombant au sol par Contrôle régulier des
métallique fort vent : le canalisations, relevés
Oui
détachement est d’épaisseurs spot des
provoqué par la canalisations
corrosion interne
due aux fumées
29/08/1970 Incendie Rupture de joint Arrêt temporaire Contrôle régulier des
N°26569 encastré et des installations canalisations, relevés
France corrodé libérant du Oui
d’épaisseurs spot des
brut dans l’unité canalisations
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 93

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
17/04/1970 Incendie Débordement de Incendie alimenté
N°26572 ballon de par des fuites de
France réception des joints – circonscrit
purges, les en 2h et éteint en
produits 4h – destruction
s’échappent par des équipements
Oui /
l’évent, se
dispersent et
s’enflamment au
contact des
tuyauteries
chaudes.
10/10/1969 Incendie lors de Un ouvrier prélève Incendie maîtrisé
N°26561 l’entretien de l’essence (à par le personnel –
France 100°C) à la purge 1 blessé et pas de 1 1 0 0 Oui /
– phénomène de conséquence sur
flash immédiat l’installation
10/10/1969 Incendie Un incident sur Arrêt temporaire
N°26580 transformateur des installations
France déclenche les
pompes de reflux.
La température Contrôle des
monte en tête de installations électriques
colonne et les 1 0 0 0 Oui Mesure de température
soupapes dans les colonnes et
s’ouvrent et contrôle
crachent du
liquide et du gaz –
embrasement au
contact du four
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 94

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
26/02/1969 Rejet de pétrole Lors d’un orage la Non
N°26577 brut par la soupape de la fonctionnement
France soupape de la colonne de des capteurs mais
Oui Capteurs fonctionnels
colonne de prédistillation aucune
prédistillation crache le brut sur conséquence.
800 m²
26/02/1969 Explosion sans Erreur de Entraînement de
N°26594 feu dans un conception des fuel gas et de
France préchauffeur de équipements – butane dans les
Conception des
four présence d’un parties hautes de
équipements datant de
point bas dans les la gaine ; celle-ci 1 0 0 0 Non
l'ouverture de la
lignes de gaz se retrouve
raffinerie.
éventrée et les
équipements
détruits
04/12/1968 Incendie Une montée en Sans
N°26555 pression entraîne conséquences
France un trop plein de
liquide, évacué
Oui /
par la soupape et
qui retombe sur
les lignes
chaudes.
06/10/1968 Incendie lors de Erreur de Arrêt temporaire
N°26587 l’entretien l’opérateur des installations
France d’échangeurs pendant la purge
1 0 0 0 Oui Personnel formé
– rejet brutal du
gasoil qui s’auto
enflamme
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 95

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
26/06/1968 Incendie Erreur humaine – Sans
N°26560 vanne de purge conséquence
France laissée ouverte au Oui Personnel formé
démarrage de la
pompe
26/10/1967 Inflammation du Echappement de Arrêt temporaire
N°26558 brut brut par une des installations
Oui /
France vanne fuyarde lors
d’une purge
26/10/1967 Incendie Perte de niveau Arrêt temporaire
N°26582 sur un ballon de des installations
France condensats
liquides – rejet
mélange 1 0 0 0 Oui /
eau/gazole à
travers un évent et
retombant sur une
ligne chaude
06/06/1967 Incendie Erreur de Arrêt temporaire
N°26568 dimensionnement mais aucune
France d’égout qui victime
déborde lors d’un Egouts suffisamment
Oui
orage – dimensionnés
1 0 0 0
inflammation
d’essence avec
les lignes chaudes
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 96

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
21/04/1967 Incendie La corrosion de la Arrêt temporaire
N°26576 d’exploitation base d’une des installations
France cheminée non
Oui /
haubanée
entraîne sa chute
avec un vent fort
17/04/1967 Incendie pendant Erreur dans le 4 ouvriers
N°26566 entretien démontage de décédés par
France l’échangeur – fuite brûlures – arrêt
sur une vanne non temporaire des 1 3 0 0 Oui /
étanche ; le installations
gazole libéré
flashe
09/02/1967 Incendie Torsion de l’arbre Feu alimenté qui
N°26563 d’une pompe de la détruit les
France tour de distillation équipements Maintenance des
Oui
du brut et pompes
explosion du palier
avec le joint
02/11/1965 Incendie Rupture d’un Arrêt temporaire
N°26540 niveau à glace sur des installations
France ballon de reflux –
essence coule et 1 0 0 0 Oui /
tombe sur des
pompes chaudes
en dessous
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 97

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Classement selon Existences du danger Dispositions prises pour
l’accident Evènement l’échelle européenne des sur les installations de les installations
Evénement Evénement secondaire accidents industriels sur
Référence 2 SONATRACH/ACTIVITÉ SONATRACH/ACTIVITÉ
central initiateur une échelle de 6
BARPI et conclusion AVAL/DIVISION AVAL/DIVISION
3 4 5 6 RAFFINAGE RAFFINAGE
Lieu MD CHS CE CEc
09/10/1965 Incendie tardif Bouchage de la Destruction des
N°26593 purge et expulsion équipements
France du bouchon par la
1 0 0 0 Oui /
suppression de
l’essence au
redémarrage
09/07/1965 Incendie lors L’opérateur laisse Destruction des
N°26559 d’une purge ouverte la purge appareils de
France lors d’un contrôles et des
échantillonnage équipements 1 0 0 0 Oui Personnel formé
électriques – arrêt
de l’unité pendant
1 semaine
09/07/1965 Incendie Mauvaise Destruction des
N°26562 conception d’une équipements –
France pompe de résidu pas de victimes Oui /
de la tour de
distillation
18/05/1965 Incendie Rupture de joint Propagation de
N°26570 sur échangeur lors l’incendie aux
France d’un test de caniveaux et aux
/ /
pression – jet de égouts – arrêt
1 0 0 0
gazole sur des temporaire des
lignes chaudes installations
Tableau 8 : Accidentologie pour une unité de distillation atmosphérique
L’étude de cette accidentologie montre que le risque principal sur l’unité de distillation atmosphérique est l’incendie. Parmi les causes de ces
incendies, on peut citer le mauvais suivi de procédures (procédure de démarrage, vanne de purge laissée ouverte….), des opérations de
maintenance mal réalisées (incendie suite à travaux par point chaud….), des défaillances de pompe (fuite, vibrations excessives…..), de
régulation, la corrosion pouvant entraîner une perte de confinement……
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 98

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
6.2 Accidentologie interne à SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE

Date de Evènement Dispositions prises par


l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

08/12/2007 11 Ligne de Epandage de Corrosion de la Inspection périodique des lignes,


kérosène kérosène ligne entraînant
Relevé d’épaisseur
une fuite de
/
kérosène. Application des recommandations du service
inspection (changement des tronçons de
ligne fragilisées)
23/09/2007 10 Ligne de sortie Epandage de Fuite de naphta Inspection périodique des lignes,
de la colonne C6 naphta sur la colonne C6.
Relevé d’épaisseur
Arrêt de l’unité.
Application des recommandations du service
inspection (changement des tronçons de
ligne fragilisées)
27/07/2007 10 Echangeur E1 Epandage de Fuite sur Respect de la durée de vie des joints.
gasoil l’échangeur E1.
Isolation des échangeurs, en attendant les
arrêts d’entretien
/
Formation et supervision des travaux
effectués par des chaudronniers
inexpérimentés
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 99

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

19/07/2007 11 Aéroréfrigérants Epandage de Fuite de naphta Inspection périodique des cordons de


naphta sur les soudures et des tubes d’aéro
aéroréfrigérants.
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
Cette fuite a été
anti corrasion) en amont
constatée par le /
chef de quart Augmenter la fréquence des rondes (mise en
exploitation lors de place d’un operateur équipement pour la
sa ronde. batterie des a éros si effectif suffisant)

30/05/2007 10 Aéroréfrigérants Fuite de GPL Fuite au niveau de Inspection périodique des cordons de
MEA-2 B la bride de soudures et des tubes d’aéro
l’Aéroréfrigérants
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
MEA-2 B.
anti corrasion) en amont
/
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des a éros si effectif suffisant)

09/05/2007 11 Aéroréfrigérants Epandage Fuite Inspection périodique des cordons de


MEA 1 à 4 hydrocarbures d’hydrocarbures soudures et des tubes d’aéro
au niveau des
aéroréfrigérants
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
de l’unité 11.
/ anti corrasion) en amont
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des a éros si effectif suffisant)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 100

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

25/04/2007 11 Aéroréfrigérants Fuite de GPL Suite au Inspection périodique des cordons de


démarrage de soudures et des tubes d’aéro
l’unité 11, fuite de
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
GPL au niveau
anti corrasion) en amont
des /
aéroréfrigérants. Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des a éros si effectif suffisant)

24/04/2007 11 Colonne C5 et Epandage Fuite Inspection périodique des cordons de


aéroréfrigérants hydrocarbures d’hydrocarbures soudures et des tubes d’aéro
suite au
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
démarrage de
anti corrasion) en amont
l’unité : plusieurs /
fuites se sont Augmenter la fréquence des rondes (mise en
produites sur la place d’un operateur équipement pour la
colonne C5 et les batterie des a éros si effectif suffisant)
aéroréfrigérants.
28/05/2006 10 Ligne de Début Suite aux travaux Chercher l’origine de la pollution de l’eau de
refroidissement d’incendie à chaud sur la refroidissement.
ligne de
Isoler les échangeurs fuyards
refroidissement de
l’unité XXXXXX Arrêter l’unité incriminée si nécessaire
/
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
anti corrasion) en amont
Analyse de la teneur en H/ C dans les
bassins de la TAR et atmosphères
avoisinantes
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 101

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

01/03/2006 10 Ligne de gaz Début Suite à des Contrôle de l’explosibilité au voisinage du


d’incendie travaux à chaud point d’intervention à chaud.
sur la ligne de gaz.
Mettre en place des abris pour contenir les
Une projection
étincelles projetés
d’étincelle est à /
l’origine d’un début Mettre en place une assistance de sécurité
de feu. intervention (pompier)
Utilisation de flexibles de vapeur si
nécessaire
28/01/2006 10 Aéroréfrigérant 1 Epandage Fuite d’essence au Inspection périodique des cordons de
à3 d’essence niveau des soudures et des tubes d’aéro
Assistance en
aéroréfrigérants 1
permanence de Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
à 3.
la sécurité vu anti corrasion) en amont
que l’unité est
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
toujours en
place d’un operateur équipement pour la
fonctionnement.
batterie des a éros si effectif suffisant)

27/01/2006 11 Aéroréfrigérants Fuite de GPL Fuite importante Inspection périodique des cordons de
15 de GPL sur les soudures et des tubes d’aéro
aéroréfrigérant de
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
l’unité 11.
anti corrasion) en amont
Arrêt de l’unité.
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des a éros si effectif suffisant)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 102

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

23/01/2006 10 Colonne C5 Début Suite aux Contrôle du dispositif de para foudre.


d’incendie intempéries, un
Contrôle de l’explosibilité au voisinage des
début de feu s’est
/ évents et égouts avant l’autorisation de
déclaré sur l’évent
travail à chaud
de la tête de la
colonne C5.
19/10/2005 11 Pompe TP-17 Echauffement Frottement de Respect de la durée de vie des garnitures
au rouge de l’arbre de la mécaniques
l’arbre de la pompe TP-17. /
Entretien prédictif et préventif
pompe TP-17.
Formation du personnel intervenant
16/10/2005 11 Pompe MP-17 Epandage Fuite Respect de la procédure de démarrage de la
Hydrocarbures d’hydrocarbures pompe
sur la garniture
mécanique de la Respect de la durée de vie des garnitures
/
pompe MP-17. mécaniques
Entretien prédictif et préventif

04/08/2005 11 Aéroréfrigérants Epandage de Fuite de naphtas Inspection périodique des cordons de


1 à 14 naphtas au niveau des soudures et des tubes d’aéro
aéroréfrigérants.
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
anti corrasion) en amont
Arrêt de l’unité.
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des a éros si effectif suffisant)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 103

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

31/03/2005 10 Pompe TP-17 Début Un début de feu


Respect de la procédure de démarrage et
d’incendie s’est déclaré au
conditions de fonctionnement de la pompe.
niveau du coude
de refoulement de
/ Respect de la durée de vie des garnitures
la pompe TP-17.
mécaniques

Contrôle des cordons de soudure du coude

14/11/2004 Toutes / Coupure Cas de force majeur (l’énergie éclectique est


les d’énergie fournie par un organisme externe à
unités électrique. SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
RAFFINAGE).
L’éclairage des SDC de contrôle Et de
quelques équipements de sécurité
Arrêt des (fermetures des électrovannes de gaz) sont
unités. assurés par des onduleurs.
NB/ /Sonatrach/Activité Aval/Division
raffinage a investi dans deux
turboalternateurs de capacité de 12
mégawatt pour assurer le fonctionnement
des installations et équipement prioritaires,
mais ceux
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 104

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

09/09/2004 10 Aéroréfrigérants Fuite GPL Fuite de GPL sur Inspection périodique des cordons de
les brides des soudures et des tubes d’aéro
aéroréfrigérants
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
de l’unité 10.
anti corrasion) en amont
Arrêt de l’unité.
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des a éros)

27/08/2004 10 Echangeur E18 B Epandage Fuite Respect de la durée de vie des joints de
hydrocarbures d’hydrocarbures brides
au niveau de la
Entretien préventif de la bride et vérification
bride de
de sa planimétrie
l’échangeur E18 Arrêt de l’unité.
B.
Formation et supervision des travaux
effectués par des chaudronniers
inexpérimentés

23/07/2004 10 Pompe MP17 Début Un début de feu


d’incendie s’est déclaré au
Entretien préventif
niveau du
refoulement de la Respect de la procédure de démarrage et
pompe. / conditions de fonctionnement de la pompe.

Respect de la durée de vie des garnitures


mécaniques
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 105

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

29/06/2004 11 Echangeur E12 Epandage Fuite importante Respect de la durée de vie des joints.
hydrocarbures de fuel sur
l’échangeur E12. Isolation des échangeurs, en attendant les
arrêts d’entretien
/

Formation et supervision des travaux


effectués par des chaudronniers
inexpérimentés
14/02/2004 11 Pompe TP Epandage Fuite
Respect de la procédure de démarrage et
hydrocarbures d’hydrocarbures
conditions de fonctionnement de la pompe.
au niveau de la
pompe TP-17.
Dégagement de
fumées. Respect de la durée de vie des garnitures
mécaniques.

Entretien préventif
09/02/2004 10 Echangeur E2 Epandage Fuite
Procédure de vidange des lignes,
hydrocarbure d’hydrocarbures
équipements et capacité à respecter
suite aux travaux /
de déplatinage de Schéma de platinage des lignes et
l’échangeur E2. équipements et capacités.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 106

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

07/02/2004 10 Echangeur E20 Epandage Fuite Respect de la durée de vie des joints de
hydrocarbures d’hydrocarbures brides
au niveau de la
Entretien préventif de la bride et vérification
bride de
de sa planimétrie
l’échangeur E20.
/
Formation et supervision des travaux
effectués par des chaudronniers
inexpérimentés.

06/02/2004 10 Pompe MP17 Epandage Vibrations très Relevé de vibrations


hydrocarbures importantes sur la
pompe MP-17 Vérifications périodiques de l’alignement et
entraînant une Arrêt de l’unité Contrôle de la poussée axial
fuite importante
Entretien préventif (graissage, changement
d’hydrocarbures.
de PDR usée)
09/2003 10 Echangeur E12 Epandage Fuite Isolement de l’échangeur, en attendant l’arrêt
hydrocarbures d’hydrocarbures d’entretien
sur l’échangeur
E12. /
Changement du joint mal installé

Formation des chaudronniers intervenants


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 107

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

09/2003 10 Aéroréfrigérant 2 Fuite de GPL au Fuite de GPL.


Contrôle périodique tubes d’aéros et des
à 13 niveau des
cordons de soudure.
aéroréfrigérants.
Assurer un traitement chimique (anti tartre ou
anti corrasion) en amont
/
Augmenter la fréquence des rondes (mise en
place d’un operateur équipement pour la
batterie des aéros si effectif suffisant)

21/08/2003 10 Echangeur E18 Début Rupture du joint Isolement de l’échangeur, en attendant l’arrêt
d’incendie sur l’échangeur d’entretien
E18

Début Changement du joint mal installé


d’incendie.
Formation et supervision des chaudronniers
intervenants

15/07/2003 10 Colonne C3 Dégagement de Dégagement Inspection périodique des lignes,


fumée d’une fumée
Relevé d’épaisseur
blanche au niveau
de la colonne C3. /
Application des recommandations du service
inspection (changement des tronçons de
ligne fragilisés)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 108

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

23/06/2003 10 Colonne C4 Dégagement de Mélange du fuel


Changement du clapet anti retour défectueux
fumée avec la vapeur au
niveau de C4, ce
qui a provoqué le /
dégagement de
fumée.
18/05/2003 11 Ballon V18 Epandage Suite au Drainage du ballon V4 en cas de montée de
hydrocarbures démarrage de en pression du V18.
l’unité, fuite de / Respect de la procédure de travail,
gasoil au niveau
notamment la coordination entre le service
du ballon V18.
stockage/ service production.
02/2003 10 Pompe MP-17 Epandage Fuite
Respect de la procédure de démarrage et
d’hydrocarbures d’hydrocarbures
conditions de fonctionnement de la pompe.
au niveau du
refoulement de / Respect de la durée de vie des garnitures
MP-17.
mécaniques.

Entretien préventif
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 109

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Date de Evènement Dispositions prises par
l’accident Siège de Evénement Evénement secondaire
Unité SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
l’incident central initiateur
et conclusion RAFFINAGE après l’accident

02/2003 Toutes Toutes les unités Arrêt de toutes Chute de tension. Cas de force majeur (l’énergie éclectique est
les les unités de fournie par un organisme externe à
unités production SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION
RAFFINAGE).
L’éclairage des SDC Et de quelques
équipements de sécurité (fermetures des
électrovannes de gaz) sont assurés par des
/
onduleurs.
NB/ /Sonatrach/Activité Aval/Division
raffinage a investi dans deux
turboalternateurs de capacité de 12
mégawatt pour assurer le fonctionnement
des installations et équipement prioritaires,
mais ceux – sont actuellement hors service
27/01/2003 10 Pompe MP-17 Epandage Fuite
Respect de la procédure de démarrage et
d’hydrocarbures d’hydrocarbures
conditions de fonctionnement de la pompe.
au niveau de la
garniture
mécanique de MP- /
Respect de la durée de vie des garnitures
17.
mécaniques.

Entretien préventif

Tableau 9 : Accidentologie de la raffinerie de Skikda pour les unités 10 et 11


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 110

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et
revamping)

7 Anal yse des risques des unités Topping 10 et


11 (existantes et re vamping)
L’analyse des risques de l'unité de distillation atmosphérique a été réalisée par une partie de
l'effectif du groupe de travail cité dans le paragraphe 3.2.1 du chapitre B (Etude de dangers
générale) de la présente étude de danger.
Le tableau présenté en annexe, dans les chapitres 04313-320-DE019-ChapitreC1-1-ADR10 et
04313-320-DE020-ChapitreC1-2-ADR11 (pour les unités existantes) et le chapitre 04313-320-
DE021-ChapitreC1-3-ADRToppingRev (pour le revamping), présente les résultats de l’analyse des
risques pour chaque équipement étudié, conformément à la méthodologie présentée dans le
paragraphe 3 du chapitre B de la présente étude de danger.
Les tableaux renseignent, pour chaque équipement :
 les évènements initiateurs et leur indice de fréquence,

 Les barrières de prévention et leur niveau de confiance associé

 les événements redoutés centraux identifiés et leur probabilité d'occurrence,

 les phénomènes dangereux liés aux ERC et leurs probabilités d'occurrence,

 Les barrières de protection et leur niveau de confiance associé,

 la classe de probabilité la plus basse de chaque phénomène dangereux,

 la gravité estimée la plus grande de chaque phénomène dangereux.

Le choix des modélisations effectués a été réalisé par Bertin Technologies, en fonction :
 de la nature du produit ou du phénomène dangereux,

 des quantités de produits présentes dans les équipements,

 des températures,

 des pressions,

 de la localisation des installations.


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 111

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et
revamping)

7.1 Scénarios retenus pour la modélisation

Les scénarios retenus pour l’unité de distillation atmosphérique ainsi que leur justification sont
donnés ci-dessous :

Scénario TOPPING1 : Perte de confinement sur l’échangeur E2


Ce scénario a été modélisé sur demande du groupe de travail. En effet, cet échangeur véhicule de
l’essence portée à une température de près de 170°C , et des fuites sur brides se sont déjà
produites entraînant incendie et feu de jet. Le groupe de travail a souhaité évaluer la gravité de ce
type d’accident.
Scénario TOPPING2 : Perte de confinement sur la canalisation au pied de la colonne C1
En pied de colonne, on retrouve du résidu atmosphérique à une température élevée (supérieure à
sa température d’auto-inflammation). Ce scénario a donc été choisi compte tenu de la température
du produit et de la quantité qui peut être déversée. En effet, une rupture en pied de la colonne a
été préférée à une rupture en sortie du four car l’inventaire de la colonne serait à l’origine d’un
épandage plus important que celui issu de la rupture en sortie de four, la problématique de la
température élevée étant sensiblement la même dans les deux cas. Ce scénario a notamment été
choisi pour le caractère supposé majorant du feu de nappe.
Scénario TOPPING3 : Perte de confinement sur la canalisation de soutirage du kérosène
A l'issu de la distillation atmosphérique, le kérosène est l’une des coupes les plus légères issue du
brut. Il est donc un des produits issus de la distillation générateur d’effets importants en cas de
fuite (notamment en termes d’explosion) pour la colonne de distillation atmosphérique. De plus, sa
température est élevée en sortie de la colonne C2.
Ces éléments ont donc conduit à modéliser une rupture de la canalisation de kérosène en sortie de
la colonne C2. Le scénario a plus précisément été réalisé au refoulement de la pompe car la
pression de la pompe pourrait accentuer les effets du feu de jet notamment.
Scénario TOPPING4 : Perte de confinement sur la canalisation en sortie de V3
Le ballon V3 recueille les vapeurs de tête de C1 condensées dans l’aéroréfrigérant EA1. Il contient
donc la coupe la plus légère de la distillation atmosphérique constituée d’essence et de GPL. Ainsi
la perte de confinement sur ce ballon a été étudiée toujours dans le but d’obtenir des résultats
majorants en termes d’effets, notamment dans le cas de l’explosion vu la nature du produit.
Ces éléments ont donc conduit à modéliser une rupture du plus gros piquage en pied du ballon
accumulateur V3.
Scénario TOPPING5 : Perte de confinement sur le ballon V8
Ce ballon recueille le GPL qui sera ensuite envoyé vers l’unité Gas Plant. Ce GPL est
essentiellement constitué de propane et de butane, produits très inflammables. Ce scénario a donc
été retenu compte tenu de la dangerosité des produits contenus dans cette capacité.
Ces éléments ont donc conduit à modéliser une rupture du plus gros piquage en pied du ballon
accumulateur V3.
Scénario TOPPING6 : Perte de confinement sur V10 (ce scénario n’est valable que pour l’unité 10,
l’unité 11 ne possédant pas de section de déisopentanisation)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 112

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et
revamping)

Ce ballon recueille l’isopentane issu de la colonne déisopentinsatrice C7 et ensuite envoyé vers le


stockage. L’isopentane est un produit très inflammable. Ce scénario a donc été retenu compte tenu
de la dangerosité du produit contenu dans cette capacité.
Ces éléments ont donc conduit à modéliser une rupture du plus gros piquage en pied du ballon
accumulateur V10.
Scénario TOPPING7 : Perte de confinement sur le ballon V9
Ce ballon recueille les naphta (ou essence légère) issus de la colonne de splitter C6. Ce produit
est très inflammable, ce scénario a donc été retenu compte tenu de la dangerosité du produit
contenu dans cette capacité.
Ces éléments ont donc conduit à modéliser une rupture du plus gros piquage en pied du ballon
accumulateur V9.
Scénario FOUR1 : Explosion dans la chambre de combustion du four
Les fours, des unités de distillation atmosphérique, alimentés par fuel gas sont des équipements
sensibles. Le fuel gas peut s'accumuler dans la chambre de combustion du four sans être brûlé
(panne de bruleur, extinction de la flamme) puis générer une explosion confinée du four par
inflammation du nuage de gaz.
Le caractère très inflammable du fuel gas et la gravité du phénomène dangereux considéré ont
conduit à modéliser l'explosion confinée dans la chambre de combustion des fours.
Scénario FOUR2 : Perte de confinement sur l’alimentation fuel gas du four
Le fuel gas utilisé pour alimenter les fours des unités de distillation atmosphérique est un produit
très inflammable. Il peut être à l’origine de phénomènes dangereux aux conséquences importantes
tels que le feu de jet ou l’explosion UVCE.
Ces éléments ont donc conduit à modéliser une rupture de l’alimentation fuel gas du four.

A noter que pour la modélisation de l’explosion de la chambre de combustion du four et pour la


fuite de l’alimentation fuel gas, une seule configuration a fait l’objet d’une analyse approfondie et a
ensuite été généralisée a l’ensemble des fours. Ce cas a été modélisé en considérant le four le
plus volumineux de la raffinerie, toujours avec le souci d’être majorant en termes de
conséquences.

Les modifications apportées aux deux unités de distillation dans le cadre du revamping ne sont pas
à l’origine de changements tels que de nouveaux scénarios ont été modélisés. Cependant,
l’analyse de risques a mis en évidence certains éléments qui pourraient être ajoutés afin
d’améliorer la sécurité de l’installation revampée.
- Pour les ballons accumulateurs situés à 11 m du sol, il a été estimé par le bailleur de
licence que les flammes ne pouvaient pas atteindre cette capacité et qu’il n’était pas
nécessaire de les équiper d’une soupape de feu. Bertin technologies préconise d’équiper
ces capacités de soupapes car des flammes de 11 m de hauteur sont envisageables dans
le cas d’un feu de nappe se déroulant sous cette capacité.
- Au niveau de la section déisopentnisation, il pourrait être intéressant d’installer une
alarme débit bas en amont de la vanne LV25. Ce système pourrait ainsi indiquer, par
exemple, une fermeture intempestive de la vanne.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 113

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et
revamping)

- Pour les nouveaux fours, une norme (EN746-2) indique les équipements à placer sur les
alimentations fuel-gas. Ces dernières doivent ainsi être équipées d’une vanne manuelle,
d’un filtre, d’alarmes pression basse et haute et de deux vannes automatiques pour
permettre l’arrêt de l’alimentation. Au jour de la rédaction de cette étude de dangers et
compte tenu de l’avancement du projet de revamping, le four rebouilleur de la colonne de
déisopentanisation (F2) ne semble pas suffisamment équipé. Bertin technologies
préconise l’installation d’une coupure automatique de l’alimentation fuel gas suite à une
pression haute dans la chambre de combustion par exemple. Bertin Technologies
recommande aussi à SONATRACH/ACTIVITÉ AVAL/DIVISION RAFFINAGE de suivre les
préconisations de la norme EN746-2.
- Pour les fours, notamment pour le four F2 de la colonne C7, il serait pertinent d’installer
une alarme basse pression ou bas débit et haute pression ou haut débit. Ces alarmes
permettraient d’identifier facilement une dérégulation de l’alimentation fuel gas des
brûleurs qui pourrait aboutir soit à une surchauffe soit à un soufflage de la flamme et une
accumulation de fuel gas.
- Toujours pour ce four F2, il serait pertinent d’installer une alarme haute sur les
températures de peau. Cette dernière permettrait d’identifier facilement une surchauffe
des tubes pouvant entraîner une perte de confinement sans correction. Ces alarmes
hautes sur les températures de peau des tubes pourraient être généralisées. Bertin
technologies préfère ce système à une alarme sur température haute de la charge. En
effet, compte tenu de l’inertie de la charge la surchauffe serait plus longue à détecter.

Les ERC retenus pour modélisation sont présentés dans le tableau page suivante et les résultats
sont détaillés dans la suite de ce rapport :
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 114

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et revamping)

Phénomènes Classe de Gravité


Dangereux Gravité après
Equipement ERC probabilité des estimée des Remarque
modélisation
(PhD) PhD PhD

Echangeur E2 Epandage d’essence Explosion UVCE B G1 Cas considéré : fuite G1

Feu de jet D G1 G1
Canalisation en
pied de la Perte de confinement Cas considéré : rupture
colonne de de résidu D G1 franche de la canalisation G1
distillation atmosphérique Feu de nappe à l’aspiration de la pompe
atmosphérique
Explosion UVCE D G1 G1

Feu de jet C G1 G1
Cas considéré : rupture
Canalisation sur
Perte de confinement franche de la canalisation
le soutirage de C G1 G1
de kérosène Feu de nappe au refoulement de la
kérosène
pompe
Explosion UVCE C G1 G1

7
Feu de jet D G1 Cas considéré : rupture G1
Perte de confinement
Ballon V3 d’un mélange franche du plus gros
essence et GPL D
7
G1 piquage en pied du ballon G1
Explosion UVCE

7
L’étude de l’ADR conduit à une fuite ayant une probabilité C de se produire. Or d’après le TNO Purple Book, une rupture franche est moins probable (facteur
-1
de 10 environ par rapport à la probabilité de la fuite). Pour cette raison, la probabilité de la rupture franche à été prise égale à D pour ce cas. A noter que,
toujours d’après le Purple Book, pour une canalisation d’un diamètre de plus de 150 mm, la probabilité d’une fuite serait plutôt de l’ordre de D. Le cas
considéré dans l’ADR est donc majorant par rapport aux références usuelles.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 115

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et revamping)

Phénomènes Classe de Gravité


Dangereux Gravité après
Equipement ERC probabilité des estimée des Remarque
modélisation
(PhD) PhD PhD

Feu de jet D G1 Cas considéré : rupture G1


Perte de confinement franche du plus gros
Ballon V8
de GPL piquage en pied du ballon
Explosion UVCE D G1 G1

8
Feu de jet D G1 G1
Cas considéré : rupture
Perte de confinement D
8
G1 franche du plus gros G1
Ballon V10 Feu de nappe
d’isopentane piquage en pied du ballon
8
Explosion UVCE D G1 G1

Feu de nappe D G1 Cas considéré : rupture G1


Perte de confinement franche du plus gros
Ballon V9
d’essence légère piquage en pied du ballon
Explosion UVCE D G1 G1

Cas considéré :
Explosion de la accumulation de gaz dans
Explosion : B G1 la chambre de G1
Four chambre de
surpression combustion suivie d’une
combustion du four
inflammation
Cas considéré : rupture
Four Perte de confinement Feu de jet D G1 G1
franche de la canalisation

8
L’étude de l’ADR conduit à une fuite ayant une probabilité C de se produire. Or d’après le TNO Purple Book, une rupture franche est moins probable (facteur
-1
de 10 environ par rapport à la probabilité de la fuite). Pour cette raison, la probabilité de la rupture franche à été prise égale à D pour ce cas. A noter que,
toujours d’après le Purple Book, pour une canalisation d’un diamètre de plus de 150 mm, la probabilité d’une fuite serait plutôt de l’ordre de D. Le cas
considéré dans l’ADR est donc majorant par rapport aux références usuelles.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 116

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Analyse des risques des unités Topping 10 et 11 (existantes et revamping)

Phénomènes Classe de Gravité


Dangereux Gravité après
Equipement ERC probabilité des estimée des Remarque
modélisation
(PhD) PhD PhD
sur l’alimentation fuel d’alimentation en fuel gas
Gas Explosion UVCE D G1 du four G1

Tableau 10 : Tableau récapitulatif des scénarios modélisés, de leur probabilité et de leur gravité estimée
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 117

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8 P hénomènes dangereux et accidents de l’unité


Topping 10 (existant)

8.1 Scénario TOPPING1 : Fuite sur la bride en entrée de


l’échangeur E2 (côté essence et GPL)

8.1.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une fuite sur la bride (côté essence et GPL) en entrée de l’échangeur E2. Cet
échangeur réchauffe la charge avant sont entrée dans le ballon V1.
Cette fuite n’a qu’une seul contribution faite d’essence et de GPL. Le liquide servant à réchauffer
le brut au niveau de l’échangeur E2 est constitué d’essence et de GPL (coupes les plus légères du
brut) dans les proportions massiques suivantes :
 33 % de GPL

 67% d’essence

Afin de pouvoir modéliser à l’aide du logiciel PHAST® version 6.51, l’essence doit être assimilée à
un corps pur. Le produit choisi pour modéliser l’essence est l’heptane. Ses caractéristiques
physico-chimiques principales sont les suivantes :

 Masse volumique : 0,68 g/cm3

 Pression de vapeur à 20°C : 48 hPa

 Viscosité dynamique à 20°C : 0.42 mPa*s

 Point éclair : -4°C

 Température d’inflammation : > 215°C

 Température d’ébullition : 90 – 100°C

Le GPL est quant à lui composé de différentes coupes, leur répartition massique est la suivante :
 1,4% d’éthane

 24% de propane

 74% de butane

 0,6% de pentane

Un mélange reprenant ces proportions massique a été créé sur PHAST® version 6.51.

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 118

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

 feu de nappe

 explosion UVCE dans l'unité

8.1.2 Hypothèses

Produit : n-heptane + éthane + propane + butane +


pentane
Phase Liquide/Gaz
Caractéristique de la fuite
Température dans l’échangeur 170°C
Pression dans l’échangeur 2 bar
Diamètre de la fuite 50 mm
Durée de la fuite : 30 minutes
Caractéristiques générales de la fuite :
Hauteur de la rupture par rapport au sol : 23 m
Direction de la fuite : Horizontale
Type de sol : Béton (l’échangeur est situé sur une passerelle
métallique mais le liquide tombe sur le sol de
l’unité qui est en béton)

8.1.2.1 Caractéristiques de la fuite

Les caractéristiques de la fuite sont les suivantes :

Fuite

Durée : 1800 s
Débit : 1,4 kg/s
Vitesse : 306 m/s
Fraction liquide : 0
Température : 147°C
Quantité de produit émise : 2574 kg

D’après le tableau ci-dessus, la fraction liquide est nulle. Le produit flash donc dès qu’il est émis à
l’atmosphère.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 119

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.1.3 Résultats

8.1.3.1 Phénomène dangereux TOPPING1-1 : Feu de jet

La fuite du mélange essence et GPL au niveau de la bride de l’échangeur E2 est à l’origine d’un
feu de jet dont les caractéristiques sont les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 134 kW/m² 126 kW/m²


Longueur de flamme 15 m 16 m

A noter que malgré l’existence d’une flamme, aucun des seuils thermiques de 3 – 5 – 8 – 16 et 20
kW/m² n’est atteint.

8.1.3.2 Phénomène dangereux TOPPING1-2 : Feu de nappe

Dans la mesure où il n'y a pas de fraction liquide, le feu de nappe n'est pas envisagé.

8.1.3.3 Phénomène dangereux TOPPING1- 3 : Explosion UVCE

A noter que la fuite forme un nuage qui atteint rapidement son état stationnaire (moins de 1 s). De
plus, les dimensions du nuage sont telles que ce dernier est confiné dans l’unité et la vitesse
initiale du gaz est élevée. Ainsi, les effets de cette explosion UVCE sont modélisés à l’aide de la
méthode multi-énergie en force 7.

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales du feu de nappe sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Distance LIE : 10 m 10 m
Masse explosive : 200 g 175 g
Force d’explosion : 7 7
20 mbar 61 m 59 m
50 mbar 31 m 30 m
140 mbar 18 m 18 m
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 120

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

200 mbar 16 m 16 m
300 mbar 14 m 14 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

SEI 11 m 11 m
SEL 10 m 10 m
SELS 10 m 10 m
Distances données depuis le centre de l’unité

8.1.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 121

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.2 Scénario TOPPING2 : Rupture franche de la


canalisation en pied de la colonne C1

8.2.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture franche de la canalisation en pied de C1. La colonne .C1 est la première
colonne de distillation atmosphérique qui permet de séparer les coupes suivantes :
 Résidu atmosphérique

 Gasoil léger

 Gasoil lourd

 Kérosène

 Essence et GPL

Afin de pouvoir modéliser à l’aide du logiciel PHAST® version 6.51, le brut envoyé dans la colonne
doit être assimilée à un corps pur. Sachant que le brut acheminé par pompe a un taux de flash de
71% dans les conditions de température envisagées (330°C), le produit choisi pour modéliser le
brut est le n-pentadecane. Ses caractéristiques physico-chimiques principales sont les suivantes :

 Pression de vapeur à 91,6°C : 1 mm Hg

 Point éclair : 132°C

 Température d’ébullition : 268 – 270°C

Lors de la rupture de la canalisation, le fond de la colonne va se répandre puis la fuite sera


alimentée jusqu’à ce que l’alimentation de la colonne soit arrêtée. L’alimentation de la colonne dure
30 minutes. La fuite modélisée a donc deux segments, un premier correspondant à la vidange du
produit initialement contenu dans la colonne puis un deuxième correspondant à l’alimentation de la
colonne.
3
La colonne C1 a un volume de 3268 m . Dans la suite de ce rapport, la quantité de liquide
3
contenue dans cette colonne a été estimée à 20% du volume total soit 654 m ou 336 t. Cette
quantité de liquide contenue dans la colonne correspond à une hauteur de liquide de 13 m.
A noter que suite à la rupture de la canalisation en pied de colonne, il devrait y avoir un retour au
niveau des différents soutirages. En effet, au niveau des différents strippers latéraux de la colonne
C1, la partie située au dessus de l’entrée des canalisations va retourner dans la colonne. Or étant
donné la dimension de la colonne C1 par rapport aux stripper latéraux et le fait qu’une seule partie
du produit contenu dans les strippers peut revenir, la contribution des soutirages latéraux a été
négligée dans la modélisation.
La fuite est donc faite d’une seule contribution correspondant à la vidange de la colonne.
Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 feu de nappe
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 122

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Compte tenu du niveau de température en pied de colonne, l’inflammation du brut va se produire


immédiatement après rejet. Une explosion UVCE est donc exclue car les vapeurs ne pourront pas
se mélanger avec l’air.

8.2.2 Hypothèses

Produit : n-pentadecane
Phase Liquide et gaz
Caractéristique de la fuite amont (vidange)
3
Volume de la colonne : 3268 m
Quantité de produit initialement contenu dans la 336 t
colonne :
Hauteur de liquide correspondante : 13 m
Pression dans la colonne : 3,5 bar
Température dans la colonne : 330°C
Diamètre da la canalisation : 355,6 mm
Caractéristique de la fuite amont (alimentation)
Débit d’alimentation : 260 kg/s
Durée de l’alimentation : 30 minutes
Caractéristiques générales de la fuite :
Hauteur de la rupture par rapport au sol : 10 m
Direction de la fuite : Verticale vers le bas
Type de sol : Béton

8.2.2.1 Caractéristiques de la fuite

 Débit de fuite : vidange de la colonne

Durée : 241 s
Fraction liquide : 0,23
Température finale : 270°C
Vitesse finale : 148 m/s
Diamètre des gouttes : 3,6 µm
Débit de fuite : 1392 kg/s
Quantité de produit émise : 336 t
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 123

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

A noter que le liquide contenu dans la colonne et faisant office de bouchon permettant ainsi de
garder les conditions de température et pression constantes est évacué en 241 secondes. Or en
241 secondes, le débit d’alimentation ne permet pas de renouveler ce bouchon. La colonne va
donc se trouver à pression atmosphérique au bout de 241 secondes.

 Débit de fuite : alimentation

Durée : 1800 s
Fraction liquide : 0,93
Température finale : 270°C
Vitesse finale : 15,61 m/s
Diamètre des gouttes : 327 µm
Débit de fuite : 257,7 kg/s
Quantité de produit émise : 464 t

a. Détermination des conditions de fuite

Le terme source créé sur le logiciel PHAST® version 6.51 possède deux segments, un premier de
241 secondes correspondant à la vidange de la colonne et un deuxième de 1800 secondes
correspondant à la fuite alimentée.

Segment 1 : vidange de la colonne Segment 2 : Alimentation

Durée : 241 s 1800 s


Débit : 1392 kg/s 257,7 kg/s
Vitesse : 148 m/s 15,61 m/s
Fraction liquide : 0,23 0,93
Température : 270°C 270°C
Diamètre des 3,6 µm 0 µm
gouttes :
Quantité de produit 336 t 464 t
émise :
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 124

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.2.3 Résultats

8.2.3.1 Phénomène dangereux TOPPING2-1 : Feu de jet

Les effets du feu de jet sont donnés pour le cas de la vidange de la colonne, condition majorante
en termes de distances d’effet. La fuite au niveau de la rupture franche est à l’origine d’un feu de
jet dont les caractéristiques sont les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 366 kW/m² 342 kW/m²


Longueur de flamme 258 m 278 m
A noter que la longueur de flamme est donnée en ne tenant pas compte de l’impact au sol.
Les distances d’effets pour les flammes décrites ci-dessus sont reprises dans le tableau suivant :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

3 kW/m² 526 m 520 m


5 kW/m² 414 m 410 m
8 kW/m² 331 m 328 m
16 kW/m² 235 m 234 m
20 kW/m² 209 m 208 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.2.3.2 Phénomène dangereux TOPPING2-2 : Feu de nappe

Les distances d’effet et les caractéristiques principales du feu de nappe sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Diamètre flaque : 115 m 115 m


Hauteur de flamme : 73 m 74 m
Emissivité flamme : 20 kW/m² 20 kW/m²
3 kW/m² 147 m 152 m
5 kW/m² 117 m 125 m
8 kW/m² 87 m 93 m
16 kW/m² 60 m 60 m
20 kW/m² Non Atteint Non Atteint
200 kW/m² Non Atteint Non Atteint
Distances données depuis le centre de la nappe
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 125

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

A noter que dan ce scénario, l’épandage de la nappe est limité par la rétention formée par l’unité.
En effet, les unités sont toutes entourées d’un muret dont le but est de retenir un éventuel
épandage. Dans le cas des unités topping, la rétention créée par l’unité fait environ 10421 m².

8.2.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
Il est à noter que les distances d’effets calculées sont particulièrement importantes. Il convient de
tenir compte des incertitudes liées aux modèles mis en œuvre. Néanmoins, les résultats obtenus
démontrent que les phénomènes dangereux envisagés sont susceptibles de produire des effets à
plus de 100 m du point de rejet.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 126

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.3 Scénario TOPPING3 : Rupture franche de la


canalisation du soutirage de kérosène, au refoulement
de la pompe

8.3.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture franche de la canalisation en phase liquide en sortie du stripper C2 au


refoulement de la pompe P10. Le stripper C2 récupère le kérosène qui va soit être envoyé au
stockage soit subir un traitement pour donner du Jet A1.
A noter qu’en aval de la fuite, les canalisations sont disposées de telle sorte qu’il existe un point
haut. Ainsi, il faut tenir compte de deux contributions lors de la modélisation de ce scénario.
Pour la première contribution, appelée amont, la pompe perdant sa contrepression, le kérosène est
répandu à un débit égal à 2,5 fois le débit nominal au refoulement de la pompe (débit maximal au
refoulement d’une pompe lorsqu’elle perd sa contrepression – cf. Guide Bleu de l’UFIP). Pour la
deuxième contribution, appelée aval, il peut y avoir un retour gravitaire de kérosène au niveau de
la canalisation située entre le refoulement de la pompe et l’aéroréfrigérant EA8 (point haut).
A noter que pour la contribution amont, la proximité entre la température au refoulement de la
pompe et la température de fin de distillation du kérosène est telle que dans l’hypothèse d’une
rupture de la tuyauterie (lorsque la pression au refoulement de la pompe va se rapprocher de la
pression atmosphérique), la fraction de liquide qui va flasher est importante. Au niveau de la
pompe la succession des évènements est la suivante : suite à la rupture de la canalisation, dans
un premier temps la vitesse de rotation et le débit au refoulement de la pompe vont augmenter. Le
fluide va ensuite flasher jusque dans le corps de pompe, la pompe va alors caviter, le débit au
refoulement va diminuer jusqu’à ce que la pompe s’arrête. La pompe n’aspirant plus que du gaz, il
y a un risque d’endommagement de la pompe lors de la cavitation de cette dernière. Pour cette
raison, le durée de la fuite, en termes d’alimentation, a été estimé à 2 minutes.
D’après l’UFIP, le débit au refoulement de la pompe en l’absence de contrepression vaut 2,5 fois le
débit nominal. Dans le cas étudié cela revient à un débit de 80 kg/s.
En outre, afin de pouvoir modéliser à l’aide du logiciel PHAST® version 6.51, le kérosène doit être
assimilé à un corps pur. Le produit choisi pour modéliser le kérosène est le nonane (coupe la plus
légère du Jet A1). Ses caractéristiques physico-chimiques principales sont les suivantes :
 Pression de vapeur à 20°C : 3,22 mmHg

 Température d’ébullition : 151°C

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 feu de nappe

 explosion UVCE dans l'unité du fait du rejet aval


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 127

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.3.2 Hypothèses

Produit : Nonane
Phase Liquide
Caractéristique de la fuite côté amont
Débit nominal au refoulement de la pompe P10 : 32 kg/s
Débit de fuite (2,5 * Débit nominal au 80 kg/s
refoulement) :
Température au refoulement de la pompe : 245°C
Diamètre de la canalisation : 152,4 mm
Durée de la fuite : 2 minutes
Hauteur de la fuite par rapport au sol : 6m
Caractéristique de la fuite côté aval
Quantité de produit dans le tronçon de 6000 kg
canalisation :
Température dans le tronçon : 245°C
Pression dans le tronçon : Pression atmosphérique
Longueur du tronçon : 200 m
Durée de la fuite : Vidange gravitaire. La durée de la fuite
correspond au temps nécessaire pour vidanger le
tronçon.
Caractéristiques générales de la fuite :
Direction de la fuite : Verticale vers le bas
Type de sol : Béton

8.3.2.1 Caractéristiques de la fuite

a. Détermination des débits de fuite

 Débit de fuite côté amont : alimentation par la pompe

Durée : 120 s
Fraction liquide : 0,13
Température finale : 150°C
Vitesse finale : 244 m/s
Diamètre des gouttes : 1,9 µm
Débit de fuite : 81,6 kg/s
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 128

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Quantité de produit émise : 9800 kg

 Débit de fuite côté aval

Durée : 1893 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 88°C
Vitesse finale : 88 m/s
Débit de fuite : 3,16 kg/s
Quantité de produit émise : 6000 kg

b. Détermination des conditions de fuite

Le terme source créé sur le logiciel PHAST® version 6.51 possède deux segments, un premier de
120 secondes où il y a une contribution de l’amont et de l’aval et un deuxième de 1773 secondes
où il y a uniquement une contribution de l’aval.

Segment 1 : fuite côté amont + fuite Segment 2 : fuite côté aval


côté aval

Durée : 120 s 1773 s


Débit : 84 kg/s 3 kg/s
Vitesse : 240 m/s 88 m/s
Fraction liquide : 0,12 0
Température : 147°C 88°C
Diamètre des 1.9 µm 0
gouttes :
Quantité de produit 10171 kg 5600 kg
émise :

8.3.3 Résultats

8.3.3.1 Phénomène dangereux TOPPING3-1 : Feu de jet

La fuite au niveau de la rupture franche est à l’origine d’un feu de jet dont les caractéristiques sont
les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 383 kW/m² 378 kW/m²


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 129

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Longueur de flamme 155 m 161 m


A noter que la longueur de flamme est donnée en ne tenant pas compte de l’impact au sol.

Les distances d’effets pour les flammes décrites ci-dessus sont reprises dans le tableau suivant :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

3 kW/m² 299 m 295 m


5 kW/m² 234 m 232 m
8 kW/m² 186 m 185 m
16 kW/m² 130 m 131 m
20 kW/m² 115 m 116 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.3.3.2 Phénomène dangereux TOPPING3-2 : Feu de nappe

Les distances d’effet et les caractéristiques principales du feu de nappe sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Diamètre flaque : 50 m 50 m
Hauteur de flamme : 52 m 53 m
Emissivité flamme : 20 kW/m² 20 kW/m²
3 kW/m² 83 m 87 m
5 kW/m² 65 m 70 m
8 kW/m² 45 m 48 m
16 kW/m² 27 m 28 m
20 kW/m² 27 m 27 m
200 kW/m² Non Atteint Non Atteint
Distances données depuis le centre de la nappe
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 130

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.3.3.3 Phénomène dangereux TOPPING3- 3 : Explosion UVCE

La méthode multi-énergie habituellement utilisée pour ce type de scénario ne donnant pas de


résultats correspondant au retour d’expérience (notamment de l’accident de Filxborough), une
autre méthode a été choisie. En effet, dans ce cas, la modélisation s’est basée sur l’accident de
Filxborough où 30 tonnes de cyclohexane ont été rejetés dans la maille d’une usine chimique.
L’explosion s’est produite 30 à 90 secondes après le début de la fuite et l’équivalent TNT de cette
explosion est compris entre 0,045 et 0,16. Ainsi, pour le cas considéré dans cette partie, la
méthode multi-énergie a été abandonnée au profit de l’équivalent TNT estimé à une valeur
moyenne de 10%. En outre, la masse explosive a été estimée au bout de 60 secondes, cette durée
correspondant à la durée moyenne au bout de laquelle une inflammation peut se produire d’après
le TNO Yellow Book et correspond aussi à la valeur moyenne dans le cas de l’accident de
Filxborough. Dans ces conditions, les valeurs obtenues correspondent plus au retour d’expérience.

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales de l’explosion UVCE sont données dans le
tableau ci-dessous :
Les distances d’effet et les caractéristiques principales de l’explosion UVCE sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Masse explosive : 12221 kg 13302 kg


Equivalent TNT : 10 % 10 %
20 mbar 770 m 792 m
50 mbar 385 m 397 m
140 mbar 192 m 197 m
200 mbar 153 m 157 m
300 mbar 119 m 123 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

LIE 155 m 295 m


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 131

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

SEI 170 m 324 m


SEL 155 m 295 m
SELS 155 m 295 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.3.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 132

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.4 Scénario TOPPING4 : Rupture franche de la


canalisation en aval de l’échangeur E10

8.4.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture franche de la ligne de charge de la colonne C5, en aval de l’échangeur
E10. Ce dernier chauffe le mélange essence/GPL avant qu’il soit envoyé dans la colonne de
distillation C5 à peu près au niveau du 18ème plateau (sur 38 plateaux au total).
D’un côté de la rupture, il y aura rejet du mélange d’essence et de GPL tant que la pompe est
maintenue en service. De l’autre côté de la rupture, il y aura retour du produit contenu dans les
plateaux situés au dessus du 18ème plateau de la colonne C5.
Au niveau du logiciel PHAST® version 6.51, le mélange créé pour modéliser la charge
(essence/GPL) est le même que celui décrit pour le scénario TOPPING1.

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 feu de nappe

 explosion UVCE dans l'unité

8.4.2 Hypothèses

Produit : n-heptane + éthane + propane + butane +


pentane
Phase Liquide/Gaz
Caractéristique de la fuite côté amont
Débit d’alimentation 97 kg/s
Température au niveau de l’échangeur 152°C
Diamètre de la canalisation : 355,6 mm
Durée de la fuite : 30 minutes
Hauteur de la fuite par rapport au sol : 4m
Caractéristique de la fuite côté aval
Hauteur de la fuite par rapport au sol : 4m
ème
Quantité de produit contenue entre le 18 et le 11040 kg
ème
38 plateau
Température dans la colonne : 130°C
Pression dans la colonne : 8 bar
Durée de la fuite : Vidange des plateaux
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 133

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Caractéristiques générales de la fuite :


Direction de la fuite : Verticale vers le bas
Type de sol : Béton

8.4.2.1 Caractéristiques de la fuite

a. Détermination des débits de fuite

 Débit de fuite côté amont

Durée : 1800 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 124°C
Vitesse finale : 323 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 98 kg/s
Quantité de produit émise : 176400 kg

D’après le tableau ci-dessus, la fraction liquide est nulle. Le produit flash donc dès qu’il est émis à
l’atmosphère.

 Débit de fuite côté aval : retour depuis la colonne C5

Durée : 44 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 89°C
Vitesse finale : 345 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 250 kg/s
Quantité de produit émise : 11000 kg

D’après le tableau ci-dessus, la fraction liquide est nulle. Le produit flash donc dès qu’il est émis à
l’atmosphère.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 134

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

b. Détermination des conditions de fuite

Le terme source créé sur le logiciel PHAST® version 6.51 possède deux segments, un premier de
44 secondes où il y a une contribution de l’amont et de l’aval et un deuxième de 1756 secondes où
il y a uniquement une contribution de l’amont.

Segment 1 : fuite côté amont + fuite Segment 2 : fuite côté amont


côté aval
Durée : 44 s 1756 s
Débit : 348 kg/s 98 kg/s
Vitesse : 338 m/s 323 m/s
Fraction liquide : 0 0
Température : 98°C 124°C
Diamètre des 0 µm 0 µm
gouttes :
Quantité de produit 15312 kg 172088 kg
émise :

8.4.3 Résultats

8.4.3.1 Phénomène dangereux TOPPING4-1 : Feu de jet

Les effets du feu de jet sont donnés pour le cas de la vidange de la colonne, condition majorante
en termes de distances d’effet. A noter que la vidange de la colonne étant effectuée en moins de 2
minutes (44 secondes), les distances d’effet sont données pour des doses :
4/3
- seuil de 600 (kW/m²) .s soit 7,1 kW/m²
4/3
- seuil de 1000 (kW/m²) .s soit 10,4 kW/m²
4/3
- seuil de 1800 (kW/m²) .s soit 16,2 kW/m²
La fuite au niveau de la rupture franche est à l’origine d’un feu de jet dont les caractéristiques sont
les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 358 kW/m² 386 kW/m²


Longueur de flamme 113 m 117 m
A noter que la longueur de flamme est donnée en ne tenant pas compte de l’impact au sol.

Les distances d’effets pour les flammes décrites ci-dessus sont reprises dans le tableau suivant :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D
4/3
600 (kW/m²) .s (7,1 kW/m²) 139 m 138 m
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 135

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D
4/3
1000 (kW/m²) .s (10,4 kW/m²) 115 m 114 m
4/3
1800 (kW/m²) .s (16,2 kW/m²) 91 m 91 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.4.3.2 Phénomène dangereux TOPPING4-2 : Feu de nappe

Dans la mesure où il n'y a pas de fraction liquide, le feu de nappe n'est pas envisagé.

8.4.3.3 Phénomène dangereux TOPPING4- 3 : Explosion UVCE

La méthode multi-énergie habituellement utilisée pour ce type de scénario ne donnant pas de


résultats correspondant au retour d’expérience (notamment de l’accident de Filxborough), une
autre méthode a été choisie. En effet, dans ce cas, la modélisation s’est basée sur l’accident de
Filxborough où 30 tonnes de cyclohexane ont été rejetés dans la maille d’une usine chimique.
L’explosion s’est produite 30 à 90 secondes après le début de la fuite et l’équivalent TNT de cette
explosion est compris entre 0,045 et 0,16. Ainsi, pour le cas considéré dans cette partie, la
méthode multi-énergie a été abandonnée au profit de l’équivalent TNT estimé à une valeur
moyenne de 10%. En outre, la masse explosive a été estimée au bout de 60 secondes, cette durée
correspondant à la durée moyenne au bout de laquelle une inflammation peut se produire d’après
le TNO Yellow Book et correspond aussi à la valeur moyenne dans le cas de l’accident de
Filxborough. Dans ces conditions, les valeurs obtenues correspondent plus au retour d’expérience.

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales de l’explosion UVCE sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Masse explosive : 9348 kg 8900 kg


Equivalent TNT : 10% 10%
20 mbar 708 m 696 m
50 mbar 354 m 349 m
140 mbar 176 m 173 m
200 mbar 141 m 138 m
300 mbar 109 m 108 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 136

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

LIE 70 m 110 m
SEI 77 m 121 m
SEL 70 m 110 m
SELS 70 m 110 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.4.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 137

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.5 Scénario TOPPING5 : Rupture du plus gros piquage


en pied du ballon accumulateur V8

8.5.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture du plus gros piquage en pied du ballon accumulateur V8. Ce dernier
récupère les vapeurs de tête de la colonne C5 avant d’envoyer le produit liquide vers l’unité Gas
Plant. Ce ballon contient donc du GPL.
La composition du GPL est la suivante :
 1,4% d’éthane

 24% de propane

 74% de butane

 0,6% de pentane

Un mélange reprenant ces proportions massique a été créé sur PHAST® version 6.51.

A noter que lors de la rupture du plus gros piquage en pied du ballon V8, la fuite sera alimentée
pendant 60 minutes. Le seul retour possible est le liquide contenu dans le tronçon de canalisation
compris entre le pied du ballon et la pompe P4. Cependant, comparativement à la quantité de
liquide qui va être émise au niveau du ballon, où l’alimentation sera maintenue pendant 60
minutes, la quantité de liquide contenu dans ce tronçon est minime. Ce retour a donc été négligé. Il
n’y a donc qu’une seule contribution au niveau de la fuite, la vidange du ballon alimenté pendant
60 minutes.

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 feu de nappe

 explosion UVCE dans l'unité

8.5.2 Hypothèses

Produit : GPL
Phase Liquide + Gaz
Caractéristique de la fuite (vidange du ballon)
Quantité de produit dans le ballon : 9000 kg
Pression : 7,6 bar
Température : 44°C
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 138

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Caractéristique de la fuite (alimentation ballon)


Débit d’alimentation : 46,38 kg/s
Température : 44 °C
Caractéristiques générales de la fuite :
Hauteur de la rupture par rapport au sol : 5m
Direction de la fuite : Verticale vers le bas
Type de sol : Béton
Diamètre de la fuite : 254 mm

8.5.2.1 Caractéristiques de la fuite

a. Détermination des débits de fuite

 Débit de fuite: vidange du ballon

Durée : 79 s
Fraction liquide : 0
Température finale : -10°C
Vitesse finale : 364 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 115 kg/s
Quantité de produit émise : 9000 kg

 Débit de fuite : alimentation

Durée : 3600 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 7°C
Vitesse finale : 329,9 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 47 kg/s
Quantité de produit émise : 169200 kg

b. Détermination des conditions de fuite

Le terme source créé sur le logiciel PHAST® version 6.51 possède deux segments, un premier de
79 secondes correspondant à la vidange du ballon et un deuxième de 3600 secondes
correspondant à la fuite alimentée.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 139

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Segment 1 : vidange du ballon Segment 2 : fuite alimentée

Durée : 79 s 3600 s
Débit : 115 kg/s 47 kg/s
Vitesse : 364 m/s 330 m/s
Fraction liquide : 0 0
Température : -10°C 7°C
Diamètre des 0 µm 0 µm
gouttes :
Quantité de produit 9085 kg 169 200 kg
émise :

8.5.3 Résultats

8.5.3.1 Phénomène dangereux TOPPING5-1 : Feu de jet

Les effets du feu de jet sont donnés pour le cas de la vidange du ballon, condition majorante en
termes de distances d’effet. A noter que la vidange du ballon étant effectuée en moins de 2
minutes (79 secondes), les distances d’effet sont données pour des doses :
4/3
- seuil de 600 (kW/m²) .s soit 4,6 kW/m²
4/3
- seuil de 1000 (kW/m²) .s soit 6,7 kW/m²
4/3
- seuil de 1800 (kW/m²) .s soit 10,4 kW/m²
La fuite au niveau de la rupture franche est à l’origine d’un feu de jet dont les caractéristiques sont
les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 339 kW/m² 347 kW/m²


Longueur de flamme 83 m 87 m
A noter que la longueur de flamme est donnée en ne tenant pas compte de l’impact au sol.

Les distances d’effets pour les flammes décrites ci-dessus sont reprises dans le tableau suivant :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D
4/3
600 (kW/m²) .s (4,6 kW/m²) 119 m 118 m
4/3
1000 (kW/m²) .s (6,7 kW/m²) 99 m 98 m
4/3
1800 (kW/m²) .s (10,4 kW/m²) 79 m 78 m
Distances données depuis le lieu de la fuite
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 140

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.5.3.2 Phénomène dangereux TOPPING5-2 : Feu de nappe

Dans la mesure où il n'y a pas de fraction liquide, le feu de nappe n'est pas envisagé.

8.5.3.3 Phénomène dangereux TOPPING5- 3 : Explosion UVCE

La méthode multi-énergie habituellement utilisée pour ce type de scénario ne donnant pas de


résultats correspondant au retour d’expérience (notamment de l’accident de Filxborough), une
autre méthode a été choisie. En effet, dans ce cas, la modélisation s’est basée sur l’accident de
Filxborough où 30 tonnes de cyclohexane ont été rejetés dans la maille d’une usine chimique.
L’explosion s’est produite 30 à 90 secondes après le début de la fuite et l’équivalent TNT de cette
explosion est compris entre 0,045 et 0,16. Ainsi, pour le cas considéré dans cette partie, la
méthode multi-énergie a été abandonnée au profit de l’équivalent TNT estimé à une valeur
moyenne de 10%. En outre, la masse explosive a été estimée au bout de 60 secondes, cette durée
correspondant à la durée moyenne au bout de laquelle une inflammation peut se produire d’après
le TNO Yellow Book et correspond aussi à la valeur moyenne dans le cas de l’accident de
Filxborough. Dans ces conditions, les valeurs obtenues correspondent plus au retour d’expérience.

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales de l’explosion UVCE sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Masse explosive : 3000 kg 2000 kg


Equivalent TNT : 10% 10%
20 mbar 487 m 426 m
50 mbar 244 m 213 m
140 mbar 121 m 106 m
200 mbar 97 m 84 m
300 mbar 75 m 66 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 141

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

LIE 95 m 165 m
SEI 104 m 181 m
SEL 95 m 165 m
SELS 95 m 165 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.5.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 142

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.6 Scénario TOPPING6 : Rupture du plus gros piquage


en pied du ballon accumulateur V10

8.6.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture du plus gros piquage en pied du ballon accumulateur V10. Ce dernier
récupère les vapeurs de tête de la colonne déisopentanisatrice C7 avant d’envoyer le produit
liquide vers les stockages. Ce ballon contient de l’isopentane.
A noter que lors de la rupture du plus gros piquage en pied du ballon V10, la fuite sera alimentée
pendant 30 minutes. Le seul retour possible est le liquide contenu dans le tronçon de canalisation
compris entre le pied du ballon et la pompe P7. Cependant, comparativement à la quantité de
liquide qui va être émise au niveau du ballon, où l’alimentation sera maintenue pendant 60
minutes, la quantité de liquide contenu dans ce tronçon est minime. Ce retour a donc été négligé. Il
n’y a donc qu’une seule contribution au niveau de la fuite, la vidange du ballon alimenté pendant
60 minutes.

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 feu de nappe

 explosion UVCE dans l'unité

8.6.2 Hypothèses

Produit : isopentane
Phase Liquide/Gaz
Caractéristique de la fuite : vidange ballon
Quantité de produit : 9 000 kg
Température : 60°C
Pression : 4,2 bar
Diamètre de la fuite : 254 mm
Caractéristique de la fuite: alimentation du ballon
Débit d’alimentation: 58 kg/s
Température : 60°C
Caractéristiques générales de la fuite :
Hauteur de la rupture par rapport au sol : 10 m
Direction de la fuite : Verticale ves le bas
Type de sol : Béton
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 143

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.6.2.1 Caractéristiques de la fuite

a. Détermination des débits de fuite

 Débit de fuite : vidange du ballon

Durée : 13 s
Fraction liquide : 0.79
Température finale : 27°C
Vitesse finale : 96 m/s
Diamètre des gouttes : 1 µm
Débit de fuite : 698 kg/s
Quantité de produit émise : 9000 kg

A noter que le liquide contenu dans le ballon et faisant office de bouchon permettant ainsi de
garder les conditions de température et pression constantes est évacué en 13 secondes. Or en 13
secondes, le débit d’alimentation ne permet pas de renouveler ce bouchon. Le ballon va donc se
trouver à pression atmosphérique au bout de 13 secondes. Le produit arrivant dans le ballon à une
température de 60°C, supérieure à sa température d’ ébullition de 27°C, ce dernier va
immédiatement flasher.

 Débit de fuite : alimentation

Durée : 3600 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 27°C
Vitesse finale : 357 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 58 kg/s
Quantité de produit émise : 209 t

b. Détermination des conditions de fuite

Le terme source créé sur le logiciel PHAST® version 6.51 possède deux segments, un premier de
13 secondes correspondant à la vidange du ballon et un deuxième de 1800 secondes
correspondant à la fuite alimentée.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 144

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Segment 1 vidange du ballon Segment 2 : alimentation du ballon

Durée : 13 s 3600 s
Débit : 698 kg/s 58 kg/s
Vitesse : 95.8 m/s 356,9 m/s
Fraction liquide : 0.79 0
Température : 28°C 28°C
Diamètre des 15.8 µm 0 µm
gouttes :
Quantité de produit 9000 kg 209 t
émise :

8.6.3 Résultats

8.6.3.1 Phénomène dangereux TOPPING6-1 : Feu de jet

Les effets du feu de jet sont donnés pour le cas de la vidange du ballon, condition majorante en
termes de distances d’effet. A noter que la vidange du ballon étant effectuée en moins de 2
minutes (13 secondes), les distances d’effet sont données pour des doses :
4/3
- seuil de 600 (kW/m²) .s soit 17,7 kW/m²
4/3
- seuil de 1000 (kW/m²) .s soit 25,9 kW/m²
4/3
- seuil de 1800 (kW/m²) .s soit 40,3 kW/m²
La fuite au niveau de la rupture franche est à l’origine d’un feu de jet dont les caractéristiques sont
les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 356 kW/m² 306 kW/m²


Longueur de flamme 174 m 201 m
A noter que la longueur de flamme est donnée en ne tenant pas compte de l’impact au sol.

Les distances d’effets pour les flammes décrites ci-dessus sont reprises dans le tableau suivant :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D
4/3
600 (kW/m²) .s (17,7 kW/m²) 137 m 139 m
4/3
1000 (kW/m²) .s (25,9 kW/m²) 120 m 129 m
4/3
1800 (kW/m²) .s (40,3 kW/m²) 109 m 118 m
Distances données depuis le lieu de la fuite
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 145

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.6.3.2 Phénomène dangereux TOPPING6-2 : Feu de nappe

Les distances d’effet et les caractéristiques principales du feu de nappe sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Diamètre flaque : 49 m 48 m
Hauteur de flamme : 76 m 77 m
Emissivité flamme : 20 kW/m² 20 kW/m²
3 kW/m² 94 m 100 m
5 kW/m² 68 m 75 m
8 kW/m² 44 m 46 m
16 kW/m² 27 m 27 m
20 kW/m² 26 m 26 m
200 kW/m² Non Atteint Non Atteint
Distances données depuis le centre de la nappe

8.6.3.3 Phénomène dangereux TOPPING6- 3 : Explosion UVCE

La méthode multi-énergie habituellement utilisée pour ce type de scénario ne donnant pas de


résultats correspondant au retour d’expérience (notamment de l’accident de Filxborough), une
autre méthode a été choisie. En effet, dans ce cas, la modélisation s’est basée sur l’accident de
Filxborough où 30 tonnes de cyclohexane ont été rejetés dans la maille d’une usine chimique.
L’explosion s’est produite 30 à 90 secondes après le début de la fuite et l’équivalent TNT de cette
explosion est compris entre 0,045 et 0,16. Ainsi, pour le cas considéré dans cette partie, la
méthode multi-énergie a été abandonnée au profit de l’équivalent TNT estimé à une valeur
moyenne de 10%. En outre, la masse explosive a été estimée au bout de 60 secondes, cette durée
correspondant à la durée moyenne au bout de laquelle une inflammation peut se produire d’après
le TNO Yellow Book et correspond aussi à la valeur moyenne dans le cas de l’accident de
Filxborough. Dans ces conditions, les valeurs obtenues correspondent plus au retour d’expérience.

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales de l’explosion UVCE sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Masse explosive : 1546 kg 496 kg


Masse TNT
2300 kg 1320 kg
équivalente :
20 mbar 443 m 417 m
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 146

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

50 mbar 222 m 209 m


140 mbar 110 m 104 m
200 mbar 88 m 83 m
300 mbar 68 m 64 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

LIE 85 m 135 m
SEI 93 m 148 m
SEL 85 m 135 m
SELS 85 m 135 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.6.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 147

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.7 Scénario TOPPING7 : Rupture du plus gros piquage


en pied du ballon accumulateur V9

8.7.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture du plus gros piquage en pied du ballon accumulateur V9. Ce dernier
récupère les vapeurs de tête de la colonne C6 avant d’envoyer le produit liquide vers la colonne
déisopentanisatrice C7. Ce ballon contient de l’essence légère.

Afin de pouvoir modéliser à l’aide du logiciel PHAST® version 6.51, l’essence doit être assimilée à
un corps pur. Le produit choisi pour modéliser l’essence est l’heptane. Ses caractéristiques
physico-chimiques principales sont les suivantes :
 Masse volumique : 0,68 g/cm3

 Pression de vapeur à 20°C : 48 hPa

 Viscosité dynamique à 20°C : 0.42 mPa*s

A noter que lors de la rupture du plus gros piquage en pied du ballon V9, la fuite sera alimentée
pendant 30 minutes. Le seul retour possible est le liquide contenu dans le tronçon de canalisation
compris entre le pied du ballon et la pompe P6. Cependant, comparativement à la quantité de
liquide qui va être émise au niveau du ballon, où l’alimentation sera maintenue pendant 60
minutes, la quantité de liquide contenu dans ce tronçon est minime. Ce retour a donc été négligé. Il
n’y a donc qu’une seule contribution au niveau de la fuite, la vidange du ballon alimenté pendant
60 minutes.

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 feu de nappe

 explosion UVCE dans l'unité

8.7.2 Hypothèses

Produit : n-heptane
Phase Liquide
Caractéristique de la vidange du ballon
Quantité de produit : 9000 kg
Pression : 1.2 bar
Tempérture : 35°C
Diamètre de la fuite : 254 mm
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 148

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Caractéristique de la fuite : alimentation du ballon


Débit d’alimentation de la fuite : 44 kg/s
Température : 35°C
Caractéristiques générales de la fuite :
Hauteur de la rupture par rapport au sol : 5m
Direction de la fuite : Verticale vers le bas
Type de sol : Béton

8.7.2.1 Caractéristiques de la fuite

a. Détermination des débits de fuite

 Débit de fuite : vidange ballon

Durée : 22 s
Fraction liquide : 1
Température finale : 34°C
Vitesse finale : 20 m/s
Diamètre des gouttes : 452 µm
Débit de fuite : 412 kg/s
Quantité de produit émise : 9000 kg

A noter que le liquide contenu dans le ballon et faisant office de bouchon permettant ainsi de
garder les conditions de température et pression constantes est évacué en 22 secondes. Or en 22
secondes, le débit d’alimentation ne permet pas de renouveler ce bouchon. Le ballon va donc se
trouver à pression atmosphérique au bout de 22 secondes. Cependant, le produit arrivant dans le
ballon à une température de 35°C, inférieure à sa t empérature d’ébullition de 98°C, ce dernier va
rester en phase liquide.

 Débit de fuite côté stockage :

Durée : 3600 s
Fraction liquide : 1
Température finale : 44°C
Vitesse finale : 2.3 m/s
Diamètre des gouttes : 773 µm
Débit de fuite : 45.8 kg/s
Quantité de produit émise : 165 t
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 149

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

b. Détermination des conditions de fuite

Le terme source créé sur le logiciel PHAST® version 6.51 possède deux segments, un premier de
13 secondes correspondant à la vidange du ballon et un deuxième de 1800 secondes
correspondant à la fuite alimentée.

Segment 1 : vidange ballon Segment 2 : alimentation du ballon

Durée : 22 s 3600 s
Débit : 412 kg/s 45.8 kg/s
Vitesse : 20 m/s 2 m/s
Fraction liquide : 1 1
Température : 35°C 44°C
Diamètre des 452 µm 773 µm
gouttes :
Quantité de produit 9000 kg 165 t
émise :

8.7.3 Résultats

8.7.3.1 Phénomène dangereux TOPPING7-1 : Feu de jet

La fuite d’essence légère au niveau du ballon V9 est à l’origine d’un feu de jet dont les
caractéristiques sont les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 2,57 kW/m² 1,81 kW/m²


Longueur de flamme 1,71 m 1,34 m

A noter que malgré l’existence d’une flamme, aucun des seuils thermiques de 3 – 5 – 8 – 16 et 20
kW/m² n’est atteint.

8.7.3.2 Phénomène dangereux TOPPING7-2 : Feu de nappe

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Diamètre flaque : 77 m 61 m
Hauteur de flamme : 84 m 74 m
Emissivité flamme : 20 kW/m² 20 kW/m²
3 kW/m² 123 m 110 m
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 150

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

5 kW/m² 93 m 87 m
8 kW/m² 63 m 56 m
16 kW/m² 40 m 33 m
20 kW/m² Non Atteint 33 m
200 kW/m² Non Atteint Non Atteint
Distances données depuis le centre de la nappe

8.7.3.3 Phénomène dangereux TOPPING7- 3 : Explosion UVCE

Les dimensions du nuage formé lors de la perte de confinement au niveau du ballon V9 sont telles
que dans ce cas, la modélisation a été réalisée avec la méthode multi-énergie en force 6. La
masse explosible a, dans ce cas été estimée lors de l’état stationnaire du nuage (à partir de 75
secondes), les dimensions du nuage avant ces 75 secondes étant telles que les effets d’une
explosion dans ces conditions ne seraient pas représentatives.

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales de l’explosion UVCE sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3 F Atmosphère 5D

Distance LIE : 19 m 18 m
Masse explosive : 32 kg 13 kg
Force d’explosion : 6 6
20 mbar 284 m 212 m
50 mbar 124 m 92 m
140 mbar 50 m 37 m
200 mbar 37 m 28 m
300 mbar 26 m 19 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 151

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

SEI 20 m 19 m
SEL 19 m 18 m
SELS 19 m 18 m
Distances données depuis le lieu de la fuite

8.7.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 152

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.8 Scénario FOUR1 : Explosion de la chambre de


combustion du four

8.8.1 Description de l’é vènement redouté central

On suppose l’explosion interne du four suite à une accumulation de fuel gas. Dans la suite de cette
partie, il a été supposé, compte-tenu de la nature des parois du four, que ce dernier se
fractionnerait en 100 morceaux.
Les phénomènes dangereux associés sont l’onde de surpression et les effets missiles.

8.8.2 Hypothèses

Compte tenu de la diversité des produits constituant le fuel gas, on évalue une molécule
représentative de l’ensemble des produits présents dans le fuel gas.
La composition du fuel gas est la suivante

Produit Fraction molaire

Hydrogène 0.6202
Méthane 0.1004
Ethane 0.0675
Propane 0.1095
Isobutane 0.00208
n-butane 0.0402
Isopentane 0.0099
n-pentane 0.0065
Hexane 0.007
Azote 0.018

A partir de ces données, on obtient la molécule équivalente pour l’entrepôt :


C0,93 H3.8 N0.036

Produit : Molécule équivalente/Air (mélange


stoechiométrique)
Phase Gaz
Caractéristiques de la rupture de la chambre de combustion :
3
Volume de la chambre de combustion: 1225 m
Masse du four : 16 000 Kg
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 153

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Forme du missile projeté: Cylindrique avec :


2
- maître couple du fragment AD = 3,24 m
- coefficient de trainée du fragment CD = 1,2

Masse du missile projeté : 160 kg

8.8.3 Résultats

8.8.3.1 Quantité de gaz considérée

On considère un mélange stœchiométrique homogène d’air et de molécule équivalente dans le


volume total du foyer. La masse de combustible est déterminée à pression atmosphérique et à
température ambiante.
La réaction de combustion du fuel gas dans l’air s’écrit :

C0,93 H 3.83 N 0,036 + 9,04(0,21O2 + 0,79 N 2 ) → 0,93CO2 + 1,915 H 2O + 7,1776 N 2


Pour un volume de molécule équivalente, il faut donc 9,04 moles d’air pour se situer à la
stœchiométrie.
A pression atmosphérique et température ambiante la masse volumique de cette molécule
équivalente est de 0,64 kg/m3.
Compte tenu du volume du foyer de 1225 m3, la masse de fuel gas contenue dans la chambre de
combustion lors de l'explosion est donc de 78 kg.

8.8.3.2 Phénomène dangereux FOUR1-1 : Explosion de la chambre de combustion


du four

a. Ondes de surpression liées à l'explosion du four

A l'aide du logiciel PHAST 6.51, on modélise les conséquences de l’explosion du gaz à l'aide de
la méthode multi-énergies avec confinement de niveau 6. En effet, le foyer est supposé s'éventrer
rapidement lorsque l'explosion interne survient (résistance mécanique insuffisante).
Les résultats obtenus sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Explosion de la chambre de combustion

20 mbar 397 m
SEI 173 m
50 mbar
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 154

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Explosion de la chambre de combustion

SEL1% 70 m
140 mbar
SEL5% 53 m
200 mbar
300 mbar 37 m
Distances données depuis la chambre de combustion

b. Effets missiles

On considère que l’énergie disponible pour la mise en mouvement de fragments (énergie


cinétique) et l'arrachement des structures est égale à 20% de l’énergie de surpression. Dans le cas
considéré et de façon pénalisante, on suppose que cette énergie, absorbée par l'ensemble de la
masse de l’équipement, est utilisée pour la mise en vitesse de fragments de petite taille (fragments
émis dans la ou les zones de rupture).
Il est donc possible de calculer la vitesse initiale de fragments de faible masse à partir de l’énergie
de surpression par l’intermédiaire de la relation suivante :
1
EC =
2
M Vi
2
avec :
M masse totale du four (kg)
Vi vitesse initiale (m/s)
EC énergie cinétique égale à 20% de l'énergie de surpression (J)

A partir de cette vitesse initiale, la trajectoire est modélisée à l’aide des équations du guide UFIP
pour donner une distance maximale d’impact des projectiles (sans tenir compte de la dissipation
d’énergie pour l’arrachement des structures).

Les résultats obtenus sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Explosion interne de la chambre de combustion

Vitesse initiale de projection (m/s) 186,7


Temps de montée (s) 3,7
Apogée (m) 115
Vitesse verticale à l’impact (m) 26
Temps de vol (s) 10
Distance d’impact (m) 209
Vitesse horizontale à l’impact (m/s) 7
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 155

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Explosion interne de la chambre de combustion

Vitesse à l’impact (m/s) 27


Distance de pénétration dans le béton (mm) 155
Distances données depuis la chambre de combustion

8.8.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 156

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.9 Scénario FOUR2 : Rupture franche d’une canalisation


d’alimentation Fuel Gas

8.9.1 Description de l’é vénement redouté central

On suppose une rupture franche du plus grand tronçon non sectionnable d’une canalisation
d’alimentation Fuel Gas.
La fuite au niveau de cette canalisation a deux contributions. Une première, appelée amont,
alimentée pendant 30 minutes et une deuxième, appelée aval, correspondant à la vidange du
tronçon situé à l’aval de la rupture. A noter que pour la fuite amont, la pompe perdant sa
contrepression, le Fuel Gas est répandu à un débit égal à 2,5 fois le débit nominal au refoulement
de la pompe (débit maximal au refoulement d’une pompe lorsqu’elle perd sa contrepression – cf.
Guide Bleu de l’UFIP).
Un mélange reprenant les proportions molaires données dans la partie ci-dessus a été créé sur
PHAST® version 6.51.

Les phénomènes dangereux pouvant éventuellement se produire pour ce type de produit sont :
 feu de jet au niveau de la rupture

 explosion UVCE dans l'unité

8.9.2 Hypothèses

Produit : Fuel Gas


Phase Gaz
Caractéristique de la fuite amont
Débit d’alimentation : 30 t/h (2,5 * débit nominal 12 t/h)
Température dans la canalisation : 25°C
Diamètre de la canalisation : 330,2 mm
Longueur de la canalisation se vidant : 100 m
Durée de la fuite : 30 minutes
Caractéristique de la fuite aval
Pression dans la canalisation : 1,4 bar
Température dans la canalisation : 25°C
Diamètre de la canalisation : 330,2 mm
Longueur de la canalisation se vidant : 100 m
Caractéristiques générales de la fuite :
Hauteur de la rupture par rapport au sol : Fuite au niveau du sol
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 157

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Direction de la fuite : Horizontale


Type de sol : Béton

8.9.2.1 Caractéristiques de la fuite

a. Détermination des débits de fuite

 Débit de fuite côté amont lorsque la fuite est alimentée:

Durée : 1800 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 22°C
Vitesse finale : 162 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 8,9 kg/s
Quantité de produit émise : 16500 kg

 Débit de fuite côté amont lorsque la fuite n’est plus alimentée et débit de fuite côté aval:

Durée : 0,66 s
Fraction liquide : 0
Température finale : -3,75°C
Vitesse finale : 417 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 25 kg/s
Quantité de produit émise : 16,5 kg

b. Détermination des conditions de fuite

D’après ce qui précède, la durée de la fuite côté aval et de la fuite côté amont non alimentée est
telle que cette contribution peut être négligée par rapport à la fuite côté amont alimentée. Ainsi, le
terme source considéré sur le logiciel PHAST® version 6.51 correspond à la fuite côté amont
alimentée. Ses caractéristiques sont reprises ci-dessous.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 158

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

Durée : 1800 s
Fraction liquide : 0
Température finale : 22°C
Vitesse finale : 162 m/s
Diamètre des gouttes : 0 µm
Débit de fuite : 8,9 kg/s
Quantité de produit émise : 16500 kg

8.9.3 Résultats

8.9.3.1 Phénomène dangereux FOUR2-1 : Feu de jet

La fuite au niveau de la rupture franche est à l’origine d’un feu de jet dont les caractéristiques sont
les suivantes :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Pouvoir émissif 278 kW/m² 253 kW/m²


Longueur de flamme 34 m 38 m

Les distances d’effets pour les flammes décrites ci-dessus sont reprises dans le tableau suivant :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

3 kW/m² 57 m 53 m
5 kW/m² 50 m 48 m
8 kW/m² 27 m 46 m
16 kW/m² 22 m 43 m
20 kW/m² 21 m 43 m
Distances données depuis le lieu de fuite

8.9.3.2 Phénomène dangereux FOUR2-2 : Feu de nappe

Dans la mesure où il n'y a pas de fraction liquide, le feu de nappe n'est pas envisagé.

8.9.3.3 Phénomène dangereux FOUR2- 3 : Explosion UVCE

Dans ce cas, les fours se trouvant en limite d’unité et les canalisations d’alimentation en fuel-gas
venant de l’extérieur, l’explosion UVCE a été modélisée en force 4 (champ libre).
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 159

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

a. Détermination des effets de surpression

Les distances d’effet et les caractéristiques principales du feu de nappe sont données dans le
tableau ci-dessous :

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

Distance LIE : 22 m 68 m
Masse explosive : 30 kg 68 kg
Temps nécessaire
pour avoir la masse 6s 15 s
explosive :
Force d’explosion : 4 4
20 mbar 84 m 110 m
50 mbar 33 m 44 m
140 mbar Non atteint Non atteint
200 mbar Non atteint Non atteint
300 mbar Non atteint Non atteint
Distances données depuis le lieu de fuite

A noter qu’afin d’être majorant en termes de distance d’effets, la distance à la LIE est donnée à 10
m de hauteur pour les conditions météorologiques 3F. Ce résultat est majorant car le gaz est léger
et le nuage formé s’élève rapidement. Or au niveau du sol, la LIE est proche du point de fuite. En
prenant la LIE à 10 m, cette dernière va plus loin et il est supposé que des effets peuvent être
ressenti au niveau du sol. En outre, les distances d’effets pour déterminer les gravités ont été
évaluées en considérant une inflammation prise à ½ LIE.

b. Détermination des effets thermiques

Les effets thermiques du flash fire consécutif à la fuite sont calculés de la manière suivante :
- seuil des effets irréversibles (SEI) : 1,1 fois la distance à la LIE (distance arrondie à l’unité
supérieure)
- seuil des effets létaux 1% (SEL) : distance à la LIE
- seuil des effets létaux 5% (SELS) : distance à la LIE

Atmosphère 3F Atmosphère 5D

SEI 24 m 74 m
SEL 22 m 68 m
SELS 22 m 68 m
Distances données depuis le centre de l’unité
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 160

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Phénomènes dangereux et accidents de l’unité Topping 10 (existant)

8.9.4 Conclusion

Les effets en termes de gravité et d’effets domino sont donnés dans les tableaux récapitulatifs se
trouvant dans la suite de ce rapport.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 161

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9 Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9.1 Tableaux récapitulatif des distances d’effet


Remarque : Les phénomènes ne présentant aucune distance d’effet ne figurent pas dans les tableaux.
Le tableau ci-dessous reprend pour chaque phénomène dangereux considéré les distances d’effet obtenues après modélisation :

Phénomènes dangereux Type d’effet Distance d’effet Distance d’effet Distance Distance
pour le seuil pour le seuil d’effet pour le d’effet
bris de vitres des effets seuil des pour le
irréversibles effets létaux seuil des
(S.E.I.) (S.E.L. 1%) effets
létaux
significatif
(S.E.L.
5%)
TOPPING1 : Perte de confinement sur les échangeurs E2
PhD TOPPING1-3.a
UVCE Surpression 61 m 31 m 18 m 16 m
PhD TOPPING1-3.b
UVCE Flux thermiques / 11 m 10 m 10 m

TOPPING2 : Perte de confinement sur la canalisation en pied de la colonne C1


PhD TOPPING2-1
Feu de jet Flux thermiques / 526 m 414 m 331 m
PhD TOPPING2-2
Feu de nappe Flux thermiques / 152 m 125 m 93 m

TOPPING3 : Rupture franche de la canalisation au refoulement de la pompe P10 (soutirage kérosène)


PhD TOPPING3-1
Feu de jet Flux thermiques / 299 m 234 m 186 m
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 162

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomènes dangereux Type d’effet Distance d’effet Distance d’effet Distance Distance
pour le seuil pour le seuil d’effet pour le d’effet
bris de vitres des effets seuil des pour le
irréversibles effets létaux seuil des
(S.E.I.) (S.E.L. 1%) effets
létaux
significatif
(S.E.L.
5%)
PhD TOPPING3-2
Feu de nappe Flux thermiques / 87 m 70 m 48 m
PhD TOPPING3-3.a
UVCE Surpression 792 m 397 m 197 m 157 m
PhD TOPPING3-3.b
UVCE Flux thermiques / 324 m 295 m 295 m

TOPPING4 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V3


PhD TOPPING4-1
Feu de jet Flux thermiques / 139 m 115 m 91 m
PhD TOPPING4-3.a
UVCE Surpression 708 m 354 m 176 m 141 m
PhD TOPPING4-3.b
UVCE Flux thermiques / 121 m 110 m 110 m

TOPPING5 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V8


PhD TOPPING5-1
Feu de jet Flux thermiques / 119 m 99 m 79 m
PhD TOPPING5-3.a
UVCE Surpression 487 m 244 m 121 m 97 m
PhD TOPPING5-3.b
UVCE Flux thermiques / 181 m 165 m 165 m

TOPPING6 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V10


PhD TOPPING6-1
Feu de jet Flux thermiques / 139 m 129 m 118 m
PhD TOPPING6-2
Feu de nappe Flux thermiques / 100 m 75 m 46 m
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 163

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomènes dangereux Type d’effet Distance d’effet Distance d’effet Distance Distance
pour le seuil pour le seuil d’effet pour le d’effet
bris de vitres des effets seuil des pour le
irréversibles effets létaux seuil des
(S.E.I.) (S.E.L. 1%) effets
létaux
significatif
(S.E.L.
5%)
PhD TOPPING6-3.a
UVCE Surpressions 443 m 222 m 110 m 88 m
PhD TOPPING6-3.b
UVCE Flux thermiques / 148 m 135 m 135 m

TOPPING7 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V9


PhD TOPPING7-2
Feu de nappe Flux thermiques / 123 m 93 m 63 m
PhD TOPPING7-3.a
UVCE Surpressions 284 m 124 m 50 m 37 m
PhD TOPPING7-3.b
UVCE Flux thermiques / 20 m 19 m 19 m

FOUR10 ou 11 1 : Explosion de la chambre de combustion du four


PhD FOUR10 ou 11 1-1.a
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les modélisations) Surpression 397 m 173 m 70 m 53 m
Surpression explosion four
PhD FOUR10 ou 11 1-1.b
(Scénario FOUR1-1.b de la partie sur les modélisations) Distance d’impact 209 m
Effets missiles explosion four
FOUR10 ou 11 2 : Perte de confinement sur l’alimentation fuel Gas
PhD FOUR10 ou 11 2-1
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les modélisations) Flux thermiques / 57 m 50 m 27 m
Feu de jet
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 164

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomènes dangereux Type d’effet Distance d’effet Distance d’effet Distance Distance
pour le seuil pour le seuil d’effet pour le d’effet
bris de vitres des effets seuil des pour le
irréversibles effets létaux seuil des
(S.E.I.) (S.E.L. 1%) effets
létaux
significatif
(S.E.L.
5%)
PhD FOUR10 ou 11 2-3.a
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les modélisations) Surpressions 110 m 44 m / /
UVCE
PhD FOUR10 ou 11 2-3.b
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les modélisations) Flux thermiques / 74 m 68 m 68 m
UVCE
Tableau 11 : Distances d'effet
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 165

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9.2 Tableau récapitulatif des effets domino pour les unités de TOPPING (existant et revamping)
Remarque : Les phénomènes ne présentant aucune distance d’effet ne figurent pas dans les tableaux.
Le tableau ci-dessous reprend les effets domino liés aux scénarios modélisés pour les unités de TOPPING (existant et revamping) :

Unités existantes Nouvelles unités


Phénomène dangereux U100 U10 U11 U200 U400 U31 U30 U104 U101/103 Cen. Élec Tours réf. Torche Effluents Melex Bras ch. U70 U400 U500 U700/701 U702/703
PhD TOPPING10-1-3.a - UVCE effets de
+
surpression
PhD TOPPING10-1-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD TOPPING10-2-1 - Feu de jet + + + + + + + + + +
PhD TOPPING10-2-2 - Feu de nappe + + +
PhD TOPPING10-3-1 - Feu de jet + + + + +
PhD TOPPING10-3-2 - Feu de nappe + +
PhD TOPPING10-3-3.a - UVCE effets de
+ + +
surpression
PhD TOPPING10-3-3.b - UVCE effets
+ + + + + + + + + +
thermiques
PhD TOPPING10-4-1 - Feu de jet + + +
PhD TOPPING10-4-3.a - UVCE effets de
+ + +
surpression
PhD TOPPING10-4-3.b - UVCE effets
+ + +
thermiques
PhD TOPPING10-5-1 - Feu de jet + + +
PhD TOPPING10-5-3.a - UVCE effets de
+ + +
surpression
PhD TOPPING10-5-3.b - UVCE effets
+ + + +
thermiques
PhD TOPPING10-6-1 - Feu de jet + + +
PhD TOPPING10-6-2 - Feu de nappe +
PhD TOPPING10-6-3.a - UVCE effets de
+ + +
surpression
PhD TOPPING10-6-3.b - UVCE effets
+ + +
thermiques
PhD TOPPING10-7-2 - Feu de nappe + +
PhD TOPPING10-7-3.a - UVCE effets de
+
surpression
PhD TOPPING10-7-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD TOPPING11-1-3.a - UVCE effets de
+
surpression
PhD TOPPING11-1-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD TOPPING11-2-1 - Feu de jet + + + + + + + +
PhD TOPPING11-2-2 - Feu de nappe + + +
PhD TOPPING11-3-1 - Feu de jet + + + +
PhD TOPPING11-3-2 - Feu de nappe +
PhD TOPPING11-3-3.a - UVCE effets de
+ + + +
surpression
PhD TOPPING11-3-3.b - UVCE effets
+ + + + + +
thermiques
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 166

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Unités existantes Nouvelles unités


Phénomène dangereux U100 U10 U11 U200 U400 U31 U30 U104 U101/103 Cen. Élec Tours réf. Torche Effluents Melex Bras ch. U70 U400 U500 U700/701 U702/703
PhD TOPPING11-4-1 - Feu de jet + + +
PhD TOPPING11-4-3.a - UVCE effets de
+ + +
surpression
PhD TOPPING11-4-3.b - UVCE effets
+ + +
thermiques
PhD TOPPING11-5-1 - Feu de jet + +
PhD TOPPING11-5-3.a - UVCE effets de
+ + +
surpression
PhD TOPPING11-5-3.b - UVCE effets
+ + + +
thermiques
PhD TOPPING11-7-2 - Feu de nappe +
PhD TOPPING11-7-3.a - UVCE effets de
+
surpression
PhD TOPPING11-7-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD FOUR10 1-1.a - Surpression explosion
four
+ + +
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 2-1 - Feu de jet
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les +
modélisations)
PhD FOUR10 2-3.a - UVCE effets de
surpression
Le seuil des effets domino n'est pas atteint pour ce phénomène dangereux
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 2-3.b - UVCE effets thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les + + +
modélisations)
PhD FOUR11 1-1.a - Surpression explosion
four
+ +
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 2-1 - Feu de jet
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les +
modélisations)
PhD FOUR11 2-3.a - UVCE effets de
surpression
Le seuil des effets domino n'est pas atteint pour ce phénomène dangereux
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 2-3.b - UVCE effets thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les + +
modélisations)

Groupes de bacs (les bacs sont regroupés par cuvette de rétention)


Phénomène dangereux 1/2 3/201/202 62 126/127 122-125 171-175 Nouveaux bacs kéro 56/57/59 60/61 20/21 51/52 53/54/55/58 bacs GPL Nouveaux bacs GPL 4/5/6/7/131
PhD TOPPING10-1-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-1-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-2-1 - Feu de jet + +
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 167

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Groupes de bacs (les bacs sont regroupés par cuvette de rétention)


Phénomène dangereux 1/2 3/201/202 62 126/127 122-125 171-175 Nouveaux bacs kéro 56/57/59 60/61 20/21 51/52 53/54/55/58 bacs GPL Nouveaux bacs GPL 4/5/6/7/131
PhD TOPPING10-2-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-3-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-3-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-3-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-3-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD TOPPING10-4-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-4-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-4-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-5-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-5-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-5-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-6-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-6-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-6-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-6-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-7-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-7-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-7-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-1-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-1-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-2-1 - Feu de jet + + +
PhD TOPPING11-2-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING11-3-1 - Feu de jet
PhD TOPPING11-3-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING11-3-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-3-3.b - UVCE effets
+ + +
thermiques
PhD TOPPING11-4-1 - Feu de jet
PhD TOPPING11-4-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-4-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-5-1 - Feu de jet
PhD TOPPING11-5-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-5-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-7-2 - Feu de nappe
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 168

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Groupes de bacs (les bacs sont regroupés par cuvette de rétention)


Phénomène dangereux 1/2 3/201/202 62 126/127 122-125 171-175 Nouveaux bacs kéro 56/57/59 60/61 20/21 51/52 53/54/55/58 bacs GPL Nouveaux bacs GPL 4/5/6/7/131
PhD TOPPING11-7-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-7-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD FOUR10 1-1.a - Surpression explosion
four
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 2-1 - Feu de jet
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 2-3.a - UVCE effets de
surpression
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations) Le seuil des effets domino n'est pas atteint pour ce phénomène dangereux
PhD FOUR10 2-3.b - UVCE effets thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 1-1.a - Surpression explosion
four
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 2-1 - Feu de jet
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 2-3.a - UVCE effets de
surpression
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations) Le seuil des effets domino n'est pas atteint pour ce phénomène dangereux
PhD FOUR11 2-3.b - UVCE effets thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les
modélisations)

Groupes de bacs (les bacs sont regroupés par cuvette de rétention)


8- 18/19+22- 108- 96- 26- 87- 83-
Phénomène dangereux 15+132/133 25 69/70 71/72/75/76+65-68 111 106/107 102/104/105 77/78/95 79/81/82 99 42 80/93/94 92 86
PhD TOPPING10-1-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-1-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-2-1 - Feu de jet +
PhD TOPPING10-2-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-3-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-3-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-3-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-3-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD TOPPING10-4-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-4-3.a - UVCE effets de
surpression
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 169

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Groupes de bacs (les bacs sont regroupés par cuvette de rétention)


8- 18/19+22- 108- 96- 26- 87- 83-
Phénomène dangereux 15+132/133 25 69/70 71/72/75/76+65-68 111 106/107 102/104/105 77/78/95 79/81/82 99 42 80/93/94 92 86
PhD TOPPING10-4-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-5-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-5-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-5-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-6-1 - Feu de jet
PhD TOPPING10-6-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-6-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-6-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING10-7-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING10-7-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING10-7-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-1-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-1-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-2-1 - Feu de jet +
PhD TOPPING11-2-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING11-3-1 - Feu de jet
PhD TOPPING11-3-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING11-3-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-3-3.b - UVCE effets
+
thermiques
PhD TOPPING11-4-1 - Feu de jet
PhD TOPPING11-4-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-4-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-5-1 - Feu de jet
PhD TOPPING11-5-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-5-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD TOPPING11-7-2 - Feu de nappe
PhD TOPPING11-7-3.a - UVCE effets de
surpression
PhD TOPPING11-7-3.b - UVCE effets
thermiques
PhD FOUR10 1-1.a - Surpression explosion
four
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 170

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Groupes de bacs (les bacs sont regroupés par cuvette de rétention)


8- 18/19+22- 108- 96- 26- 87- 83-
Phénomène dangereux 15+132/133 25 69/70 71/72/75/76+65-68 111 106/107 102/104/105 77/78/95 79/81/82 99 42 80/93/94 92 86
PhD FOUR10 2-1 - Feu de jet
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 2-3.a - UVCE effets de
surpression
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations) Le seuil des effets domino n'est pas atteint pour ce phénomène dangereux
PhD FOUR10 2-3.b - UVCE effets thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 1-1.a - Surpression explosion
four
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 2-1 - Feu de jet
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR11 2-3.a - UVCE effets de
surpression
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations) Le seuil des effets domino n'est pas atteint pour ce phénomène dangereux
PhD FOUR11 2-3.b - UVCE effets thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les
modélisations)
Tableau 12 : Effets domino
Ces effets dominos ont été déterminés à l’aide des tracés associés à la présente étude. Au niveau de ces tracés, les distances d’effets ont été centrées sur l’unité.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 171

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9.3 Conséquences sur l’homme (environnement extérieur)

9.3.1 Tableau récapitulatif des gra vi té s pour les unités de TOPPING (existante et
re vamping)

Remarque : Les phénomènes ne présentant aucune distance d’effet ne figurent pas dans les tableaux.
Le tableau ci-dessous reprend la gravité associée à chaque scénario modélisé conformément à la méthode décrite dans le chapitre 3.1.3 de
l’étude de dangers générale :
Tableau 13 : Gravités
Phénomène dangereux SEI Gravité SEL 1% Gravité SEL 5% Gravité Gravité retenue
PhD TOPPING10-1-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-1-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-2-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-2-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-3-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-3-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-3-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-3-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-4-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-4-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-4-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-5-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-5-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-5-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-6-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-6-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-6-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-6-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-7-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 172

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomène dangereux SEI Gravité SEL 1% Gravité SEL 5% Gravité Gravité retenue
PhD TOPPING10-7-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING10-7-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-1-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-1-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-2-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-2-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-3-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-3-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-3-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-3-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-4-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-4-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-4-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-5-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-5-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-5-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-7-2 - Feu de nappe Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-7-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD TOPPING11-7-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site G1
PhD FOUR10 1-1.a - Surpression explosion four Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR10 2-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR10 2-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR10 2-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR11 1-1.a - Surpression explosion four Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR11 1-1.b - Effets missiles explosion four Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR1-1.b de la partie sur les modélisations)
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 173

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomène dangereux SEI Gravité SEL 1% Gravité SEL 5% Gravité Gravité retenue
PhD FOUR11 2-1 - Feu de jet Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR11 2-3.a - UVCE effets de surpression Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les modélisations)
PhD FOUR11 2-3.b - UVCE effets thermiques Les effets restent à l’intérieur du site
G1
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les modélisations)
Ces gravités ont été déterminées à l’aide des tracés associés à la présente étude.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 174

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9.3.2 Matrice de criticité pour les unités de TOPPING (existant et re vamping)

9.3.2.1 Tableau récapitulatif Probabilité – Gravité - Cinétique

Remarque : Les phénomènes ne présentant aucune distance d’effet ne figurent pas dans les tableaux.
Le tableau ci-dessous reprend, avant de les placer dans la matrice de criticité, l’ensemble des scénarios étudiés pour les unités de
TOPPING :

Phénomènes dangereux Type d’effet Indice de S.E.I. S.E.L. 1% S.E.L. 5% Gravité Cinétique
probabilité retenue
après
modélisation
TOPPING1 : Perte de confinement sur les échangeurs E2
PhD TOPPING1-3.a - UVCE effets de
Surpression B Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
PhD TOPPING1-3.b - UVCE effets thermiques Thermique B Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
TOPPING2 : Perte de confinement sur la canalisation en pied de la colonne C1
PhD TOPPING2-1 - Feu de jet
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING2-2 - Feu de nappe
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
TOPPING3 : Rupture franche de la canalisation au refoulement de la pompe P10 (soutirage kérosène)
PhD TOPPING3-1 - Feu de jet
Thermique C Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING3-2 - Feu de nappe
Thermique C Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING3-3.a - UVCE effets de
Surpression C Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
PhD TOPPING3-3.b - UVCE effets thermiques
Thermique C Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
TOPPING4 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V3
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 175

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomènes dangereux Type d’effet Indice de S.E.I. S.E.L. 1% S.E.L. 5% Gravité Cinétique
probabilité retenue
après
modélisation
PhD TOPPING4-1 - Feu de jet
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING4-3.a - UVCE effets de
Surpression D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
PhD TOPPING4-3.b - UVCE effets thermiques
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
TOPPING5 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V8
PhD TOPPING5-1 - Feu de jet
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING5-3.a - UVCE effets de
Surpression D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
PhD TOPPING5-3.b - UVCE effets thermiques
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
TOPPING6 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V10
PhD TOPPING6-1 - Feu de jet
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING6-2 - Feu de nappe
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING6-3.a - UVCE effets de
Surpression D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
PhD TOPPING6-3.b - UVCE effets thermiques
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
TOPPING7 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V9
PhD TOPPING7-2 - Feu de nappe
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
PhD TOPPING7-3.a - UVCE effets de
Surpression D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
PhD TOPPING7-3.b - UVCE effets thermiques
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
FOUR10 ou 11 1 : Explosion de la chambre de combustion du four
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 176

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Phénomènes dangereux Type d’effet Indice de S.E.I. S.E.L. 1% S.E.L. 5% Gravité Cinétique
probabilité retenue
après
modélisation
PhD FOUR10 ou 11 1-1.a - Surpression
Surpression B Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
explosion four
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les
modélisations)
FOUR10 ou 11 2 : Perte de confinement sur l’alimentation fuel Gas
PhD FOUR10 ou 11 2-1 - Feu de jet
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
(Scénario FOUR2-1 de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 ou 11 2-3.a - UVCE effets de
Surpression D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
surpression
(Scénario FOUR2-3.a de la partie sur les
modélisations)
PhD FOUR10 ou 11 2-3.b - UVCE effets
Thermique D Les effets ne sortent pas du site G1 Rapide
thermiques
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les
modélisations)
Tableau 14 : Tableau récapitulatif probabilité - gravité - cinétique

9.3.2.2 Matrice de criticité

La matrice présentée en page suivante place les différents phénomènes dangereux examinés précédemment dans la grille de criticité
probabilité – gravité.

Chaque phénomène dangereux est identifié par un couple représentant respectivement le numéro du phénomène dangereux attribué à l’issue
de l’analyse des risques et le type de phénomène dangereux avec, pour convention, l’identification suivante des phénomènes dangereux :
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 177

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

 Feux de jet : TOPPINGX-1 / FOUR10 ou 11 X-1,

 Feux de nappe : TOPPINGX-2,

 Explosions UVCE : TOPPINGX-3 / FOUR10 ou 11 X-3,

 Onde de surpression liée à une explosion interne : FOUR10 ou 11 1-1.a

 Projection de missiles : FOUR10 ou 11 1-1.b,

L’examen de cette matrice montre que tous les phénomènes dangereux liés aux installations des unités de TOPPING se trouvent dans la
zone verte.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 178

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Probabilité d’occurrence du phénomène dangereux et de l’accident associé


(sens croissant de E vers A)

E D C B A
Gravité des conséquences sur les personnes exposées aux risques à

Désastreux
(G5)

Catastrophique
(G4)

Important
l’extérieur de l’établissement

(G3)
Sérieux
(G2)
Accident TOPPING2-1
Accident TOPPING2-2
Accident TOPPING5-1
Accident TOPPING5-3
Accident TOPPING7-2
Accident TOPPING7-3
Accident TOPPING6-1 Accident TOPPING1-3
Modéré Accident TOPPING3-1
Accident TOPPING6-2 Accident FOUR10 ou 11
Accident TOPPING3-2
(G1) Accident TOPPING6-3 1-1.a
Accident TOPPING3-3
Accident FOUR10 ou 11
2-1
Accident FOUR10 ou 11
2-3
Accident TOPPING4-1
Accident TOPPING4-3

Tableau 15 : Matrice de criticité


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 179

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9.4 Conséquences sur les travailleurs

9.4.1 Confi guration actuelle

9.4.1.1 Tableau récapitulatif Probabilité – Gravité

Le tableau ci-dessous reprend, pour chaque scénario considéré dans cette étude et avant de les
placer dans la matrice de criticité, les phénomènes dangereux majorant en indiquant la probabilité
et la gravité associée.
Les résultats détaillés de l’évaluation de la gravité sont disponibles en annexe 24.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 180

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Effectif atteint par les


Phénomènes dangereux - Majorant Type d’effet Indice de probabilité
SEL 1% / Gravité

TOPPING1_U10 ou U11 : Perte de confinement sur les échangeurs E2


Pour U10 – 1,8
personne / G2
PhD TOPPING1-3.a - UVCE effets de surpression Surpression B
Pour U11 – 1,8
personne / G2
TOPPING2_U10 ou U11 : Perte de confinement sur la canalisation en pied de la colonne C1
Pour U10 – 89,9
personnes / G5
PhD TOPPING2-1 - Feu de jet Thermique D
Pour U11 – 91,4
personnes / G5
TOPPING3_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au refoulement de la pompe P10 (soutirage kérosène)
Pour U10 – 72,3
personnes / G5
PhD TOPPING3-3.b - UVCE effets thermiques Thermique C
Pour U11 – 48,2
personnes / G4
TOPPING4_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V3
Pour U10 – 30
personnes / G4
PhD TOPPING4-3.a - UVCE effets de surpression Surpression D
Pour U11 – 33,4
personnes / G4
TOPPING5_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V8
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 181

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

Effectif atteint par les


Phénomènes dangereux - Majorant Type d’effet Indice de probabilité
SEL 1% / Gravité

Pour U10 – 30
personnes / G4
PhD TOPPING5-3.b - UVCE effets thermiques Thermique D
Pour U11 – 30,5
personnes / G4
TOPPING6_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V10
Pour U10 – 30
personnes / G4
PhD TOPPING6-3.b - UVCE effets thermiques Thermique D
Pour U11 – 25
personnes / G4
TOPPING7_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V9
Pour U10 – 15
personnes / G4
PhD TOPPING7-2 - Feu de nappe Thermique D
Pour U11 – 10,8
personnes / G4
FOUR1_U10 ou U11 : Explosion de la chambre de combustion du four
Pour U10 – 11,8
PhD FOUR1-1.a - Surpression explosion four personnes / G4
Surpression B
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les modélisations) Pour U11 – 11,7
personnes / G4
FOUR2_U10 ou U11 : Perte de confinement sur l’alimentation fuel Gas
Pour U10 – 11,8
PhD FOUR2-3.b - UVCE effets thermiques personnes / G4
Thermique D
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les modélisations) Pour U11 – 11,7
personnes / G4
Tableau 16 : Tableau récapitulatif probabilité - gravité
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 182

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Tableaux récapitulatifs et matrices de criticité

9.4.1.2 Matrice de criticité

La matrice place les différents phénomènes dangereux examinés précédemment vis-à-vis des
travailleurs.

D C B A >A
Gravité des conséquences sur le s travailleurs de l’événement

TOPPING2_U10
G5 TOPPING3_U10
TOPPING2_U11
TOPPING4_U10
TOPPING4_U11
TOPPING5_U10
TOPPING5_U11 FOUR1_U10
TOPPING6_U10 FOUR1_U11
G4 TOPPING6_U11 TOPPING3_U11 TOPPING1_U10
TOPPING7_U10 TOPPING1_U11
redouté

TOPPING7_U11
FOUR2_U10
FOUR2_U11

G3

G2

G1

Tableau 17 : Matrice de criticité


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 183

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
9.4.2 Confi guration future

9.4.2.1 Tableau récapitulatif Probabilité – Gravité

Le tableau ci-dessous reprend, pour chaque scénario considéré dans cette étude et avant de les
placer dans la matrice de criticité, les phénomènes dangereux majorant en indiquant la probabilité
et la gravité associée.
Les résultats détaillés de l’évaluation de la gravité sont disponibles en annexe 24.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 184

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Effectif atteint par les
Phénomènes dangereux - Majorant Type d’effet Indice de probabilité
SEL 1% / Gravité

TOPPING1_U10 ou U11 : Perte de confinement sur les échangeurs E2


Pour U10 – 1,8
personne / G2
PhD TOPPING1-3.a - UVCE effets de surpression Surpression B
Pour U11 – 1,8
personne / G2
TOPPING2_U10 ou U11 : Perte de confinement sur la canalisation en pied de la colonne C1
Pour U10 – 85,9
personnes / G5
PhD TOPPING2-1 - Feu de jet Thermique D
Pour U11 – 87,4
personnes / G5
TOPPING3_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au refoulement de la pompe P10 (soutirage kérosène)
Pour U10 – 66,5
personnes / G5
PhD TOPPING3-3.b - UVCE effets thermiques Thermique C
Pour U11 – 47
personnes / G4
TOPPING4_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V3
Pour U10 – 30
personnes / G4
PhD TOPPING4-3.a - UVCE effets de surpression Surpression D
Pour U11 – 33,4
personnes / G4
TOPPING5_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V8
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 185

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Effectif atteint par les
Phénomènes dangereux - Majorant Type d’effet Indice de probabilité
SEL 1% / Gravité

Pour U10 – 30
personnes / G4
PhD TOPPING5-3.b - UVCE effets thermiques Thermique D
Pour U11 – 30,5
personnes / G4
TOPPING6_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V10
Pour U10 – 30
personnes / G4
PhD TOPPING6-3.b - UVCE effets thermiques Thermique D
Pour U11 – 25
personnes / G4
TOPPING7_U10 ou U11 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V9
Pour U10 – 15
personnes / G4
PhD TOPPING7-2 - Feu de nappe Thermique D
Pour U11 – 10,8
personnes / G4
FOUR1_U10 ou U11 : Explosion de la chambre de combustion du four
Pour U10 – 11,8
PhD FOUR1-1.a - Surpression explosion four personnes / G4
Surpression B
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les modélisations) Pour U11 – 11,7
personnes / G4
FOUR2_U10 ou U11 : Perte de confinement sur l’alimentation fuel Gas
Pour U10 – 11,8
PhD FOUR2-3.b - UVCE effets thermiques personnes / G4
Thermique D
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les modélisations) Pour U11 – 11,7
personnes / G4
Tableau 18 : Tableau récapitulatif probabilité - gravité
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 186

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
9.4.2.2 Matrice de criticité

La matrice place les différents phénomènes dangereux examinés précédemment vis-à-vis des
travailleurs.

D C B A >A
Gravité des conséquences sur le s travailleurs de l’événement

TOPPING2_U10
G5 TOPPING3_U10
TOPPING2_U11
TOPPING4_U10
TOPPING4_U11
TOPPING5_U10
TOPPING5_U11 FOUR1_U10
TOPPING6_U10 FOUR1_U11
G4 TOPPING6_U11 TOPPING3_U11 TOPPING1_U10
TOPPING7_U10 TOPPING1_U11
redouté

TOPPING7_U11
FOUR2_U10
FOUR2_U11

G3

G2

G1

Tableau 19 : Matrice de criticité

Il n’y a pas de différence en termes d’acceptabilité entre les deux configurations.


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 187

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
9.5 Conséquences économiques et financières

9.5.1 Tableau récapitulatif Probabilité – Coût

Le tableau ci-dessous reprend, pour chaque scénario considéré dans cette étude et avant de les
placer dans la matrice de criticité, les phénomènes dangereux majorant en indiquant la probabilité
et la gravité associée.
Les résultats détaillés de l’évaluation de la gravité sont disponibles en annexe 25.
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 188

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Coût associé au
Phénomènes dangereux - Majorant Type d’effet Indice de probabilité scénario (US$) /
Gravité

TOPPING1 : Perte de confinement sur les échangeurs E2


Pour U10 -
$11 549 553 / G3
PhD TOPPING1-3.a - UVCE effets de surpression Surpression B
Pour U11 -
$11 311 937 / G3
TOPPING2 : Perte de confinement sur la canalisation en pied de la colonne C1
Pour U10 -
$618 365 333 / G5
PhD TOPPING2-1 - Feu de jet Thermique D
Pour U11 –
541 869 179 / G5
TOPPING3 : Rupture franche de la canalisation au refoulement de la pompe P10 (soutirage kérosène)
Pour U10 -
$557 847 370 / G5
PhD TOPPING3-3.b - UVCE effets thermiques Thermique C
Pour U11 -
$497 034 158 / G5
TOPPING4 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V3
Pour U10 -
$414 620 815 / G5
PhD TOPPING4-3.a - UVCE effets de surpression Surpression D
Pour U11 –
$283 317 131 / G5
TOPPING5 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V8
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 189

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
Coût associé au
Phénomènes dangereux - Majorant Type d’effet Indice de probabilité scénario (US$) /
Gravité

Pour U10 -
$410 974 185 / G5
PhD TOPPING5-3.b - UVCE effets thermiques Thermique D
Pour U11 -
$343 490 693 / G5
TOPPING6 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V10
Pour U10 -
$396 081 444 / G5
PhD TOPPING6-3.b - UVCE effets thermiques Thermique D
Pour U11 –
$279 667 722 / G5
TOPPING7 : Rupture franche de la canalisation au pied du ballon V9
Pour U10 -
$74 953 285 / G4
PhD TOPPING7-2 - Feu de nappe Thermique D
Pour U11 –
$62 334 463 / G4
FOUR10 ou 11 1 : Explosion de la chambre de combustion du four
Pour U10 -
PhD FOUR10 ou 11 1-1.a - Surpression explosion four $76 776 878 / G4
Surpression B
(Scénario FOUR1-1.a de la partie sur les modélisations) Pour U11 –
$73 646 401 / G4
FOUR10 ou 11 2 : Perte de confinement sur l’alimentation fuel Gas
Pour U10 -
PhD FOUR10 ou 11 2-3.b - UVCE effets thermiques $76 776 878 / G4
Thermique D
(Scénario FOUR2-3.b de la partie sur les modélisations) Pour U11 –
$73 646 401 / G4
Tableau 20 : Tableau récapitulatif probabilité - coût
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 190

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
9.5.2 Matrice de criticité

La matrice place les différents phénomènes dangereux examinés précédemment vis-à-vis des
conséquences économiques et financières.

D C B A >A
TOPPING2_U10
TOPPING2_U11
Gravité des conséquences financières de l’événement

TOPPING4_U10
TOPPING4_U11 TOPPING3_U10
G5 TOPPING5_U10 TOPPING3_U11
TOPPING5_U11
TOPPING6_U10
TOPPING6_U11
TOPPING7_U10
redouté

TOPPING7_U11 FOUR1_U10
G4 FOUR2_U10 FOUR1_U11
FOUR2_U11
TOPPING1_U10
G3 TOPPING1_U11

G2

G1

Tableau 21 : Matrice de criticité


BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 191

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
EIPS (Eléments Importants Pour la Sécurité) avant recommandations

10 E IP S (E léments Importants P our la S écurité)


a vant recommandations
Les EIPS recensés dans cette partie sont ceux issus des analyses détaillées des risques
complétées par les modélisations décrites dans le chapitre 8 de la présente étude. Le tableau ci-
dessous reprend les EIPS, conformément à la méthode décrite dans le chapitre 5 de l’étude de
dangers générale, pour le cas des ruptures franches.

ERC Equipement Fonction EIPS EIPS

Perte de Colonne de Limiter Procédure pour la


confinement sur distillation l’épandage de conduite de
la ligne en pied de atmosphérique résidu véhicule à
C1 C1 atmosphérique l’extérieur et à
l’intérieur (clark)
de l’unité.
Pour la conduite
de clark : permis
de travail
systématique +
signalisation des
zones où la
circulation est
autorisée +
présence de 2
personnes
obligatoires
Perte de Refoulement de la Limiter Ronde opérateur
confinement sur pompe P10 l’épandage de pour le contrôle
le soutirage de kérosène des fuites
kérosène
Procédure de
contrôle des
vibrations des
pompes
BT.D03.I

Réf. : 04313-320-DE003-G
Page 192

Ce document, propriété de Bertin Technologies, ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation
EIPS (Eléments Importants Pour la Sécurité) avant recommandations

ERC Equipement Fonction EIPS EIPS


Atmosphère Fours de l’unité Limiter la Présence de
explosible dans la Topping (unités formation d’une pilotes pour
chambre de 10 et 11) atmosphère empêcher
combustion du explosible dans la l’extinction des
four chambre de brûleurs
combustion du
Alarme débit bas
four
sur l’alimentation
Empêcher la Fuel-Gas du four
défaillance de la + Bloc de
régulation l’alimentation
Fuel-Gas en cas
de débit bas
Procédure de
maintenace des
organes de
régulation
Trappe
d’explosion
Procédure de test
des composants
Tableau 22 : EIPS dans le cas de ruptures franches
Comme cela a été indiqué dans le chapitre 5 de l’étude de dangers générale, les EIPS pour les
fuites sont considéré pour les équipements sus mentionnés. Les EIPS ainsi identifiés sont repris
dans le tableau ci-dessous :

Lien avec le Equipement Cas considéré Fonction EIPS EIPS


tableau
précédent
Colonne C1 Fuite sur la Empêcher la Alarme de
colonne C1 (trop fuite température haute en
Soutirage de de chauffe) sortie de four
pied de la