Vous êtes sur la page 1sur 20

Master MBA

ESSTIC-CISRE

ESSTIC-CISRE

Module 1 : Considérations
épistémologiques et cadre de
recherche en sciences sociales :
conception du mémoire
Module 1 – Considérations
épistémologiques et cadre de recherche en
sciences sociales : conception du mémoire
*** 1ère partie ***

Pr. Georges Sawadogo


georges_sawadogo@yahoo.fr

Pro-recteur de l’Université de Koudougou – Burkina faso

INTRODUCTION

Le mémoire de recherche fait partir des exigences du système


universitaire. Par conséquent, sa conduite va exiger du postulant la
maîtrise d’un certain nombre d’éléments parmi lesquels : la formulation du
sujet de recherche, l’élaboration de la problématique, la formulation des
hypothèses, la précision du dispositif méthodologique, les règles de
présentation et de rédaction. Ce cours donne les principes de base de la
construction théorique, les outils d’analyse de données et apprend à
utiliser les outils quantitatifs avec un esprit critique sur la construction

2
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en
sciences sociales : Conception du mémoire

théorique et les résultats. La réalisation du mémoire est un travail de


conception qui propulse l’étudiant ou le stagiaire dans l’univers réglé de la
recherche. Toute chose qui suppose par conséquent la maîtrise de
quelques règles administratives, intellectuelles, méthodologiques et
formelles. Aussi bien du point de vue de la conception, de la réalisation et
de la présentation qui sont trois phases essentielles, le mémoire est un
exercice exigeant, loin d’être une « formalité ». La première partie de ce
didacticiel porte sur la conception du mémoire. C’est sur cette partie que
nous nous attarderons dans le cadre de ce premier module Outre des
considérations épistémologiques, elle traite du projet de mémoire. Les
deux parties relatives au Mémoires seront abordées dans le cadre de
deux autres enseignements.

Cette phase est déterminante. La qualité de la production du


mémoire en dépend largement. Pour réussir un mémoire, il convient d’en
avoir une représentation suffisamment claire. Produire un mémoire
suppose qu’on s’inscrive dans un processus de quête permanente
d’objectivité. Aussi, le chercheur doit-il définir son projet de recherche
avec un maximum de clarté.

3
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

1 - Considérations
épistémologiques

1.1. La notion de recherche

La recherche scientifique est un domaine privilégié des acteurs


universitaires. La recherche universitaire implique d’abord une
investigation partant d’un objet ou phénomène particulier. Toute recherche
scientifique est sensée avoir un objet précis, une problématique
pertinente, un plan et une méthode adéquats. Ce qui importe le plus, c’est
l’apprentissage d’une démarche heuristique, rigoureuse et cohérente.
Dans la pratique, la recherche peut prendre plusieurs formes : analyse
d’un phénomène notable nouveau, interprétation et/ou critique, discussion
et approfondissement d’une question récurrente d’un domaine,
confrontation et comparaison d’éléments, lecture critique d’un phénomène
ancien avec un fait nouveau, etc. Quelque soit le type de sujet, la
recherche ne peut être, ni une simple compilation d’informations, ni une
synthèse de l’existant. Elle doit apporter du nouveau par rapport au connu,
soit en termes de contenu, de méthode, de résultats. C’est l’objectif
premier de la recherche universitaire : faire progresser la science et
d’approfondir les connaissances dans un domaine déterminé. La notion de
recherche est polysémique et difficile à déterminer. Toutefois, elle pourrait
être entendue comme une démarche méthodologique de compréhension
et/ou d’explication d’un phénomène. Ellenécessite un objet, une
méthodologie et des objectifs. Le mémoire en tant qu'exercice prescrit
dans les établissements d'enseignement supérieur est avant tout une
aventure de recherche à la fois passionnante et angoissante dans la
mesure même où toute recherche se déploie dans l'horizon de l'incertitude

4
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

et du brouillard. Qui ne s'est pas senti un peu perdu au début d'un


mémoire, à la fois exalté et inquiet ?

Edgar MORIN (1980, p. 63) a bien raison quand il écrit si justement


: "Les incertitudes et les aléas ne sont pas que les vides et creux de la
connaissance ; ils stimulent l'attention, la vigilance, la curiosité,
l'inquiétude qui elles-mêmes stimulent l'échafaudage de stratégies
cognitives, c'est-à-dire des modes de connaître à travers l'incertain, le flou
et l'aléa. C'est bien l'incertitude et l'ambiguïté, non la certitude et
l'univocité, qui favorisent le développement de l'intelligence."

La recherche appliquée permet la généralisation d’une théorie. On


procède par une procédure de correspondance. La recherche théorique
fondée sur une procédure de falsification théorique apporte solidité et
donc validité nomologique. Les types de recherches diffèrent sur la
procédure d’échantillonnage, l’opérationnalisation des variables et la
sélection du cadre de recherche. La recherche nous fait pénétrer
l'intelligence des choses à condition bien sûr de renoncer aux certitudes
faciles et de développer autant qu'il est possible une exigence de rigueur.

Pourquoi fait-on une recherche ? A quoi sert de faire une recherche


en sciences sociales ?
"A mieux comprendre les significations d'un événement ou
d'une conduite, à faire intelligemment le point d'une situation,
à saisir plus finement les logiques de fonctionnement d'une
organisation, à réfléchir avec justesse aux implications d'une
décision politique, ou encore à comprendre plus nettement
comment telles personnes perçoivent un problème et à mettre
en lumière quelques-uns des fondements de leurs
représentations." (Raymond QUIVY et Luc Van
CAMPENHOUDT, 1995, p. 8).
5
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

Ainsi la recherche peut servir à faire un bilan, à déterminer les


causes ou les conséquences d’un phénomène social, à en préciser le
sens, à mettre à jour des représentations, etc. La recherche est une
véritable enquête car il s'agit de trouver des indices, une démarche de
preuve visant à fonder le jugement. Qui dit enquête dit à la fois
méthodologie c'est-à-dire règles à suivre et en même temps flair et
intuition. Toute démarche de preuve engage d'emblée dans le positivisme,
la possibilité de vérification ou de prédiction. Une telle démarche
aujourd'hui signifie expérimentation, observation, démonstration. Pour y
parvenir de manière satisfaisante, celui qui entreprend une recherche doit
se méfier de l'illusion de la familiarité, surtout dans le domaine des
sciences sociales et humaines où l'exigence d'objectivité se pose avec
plus de complexité. Il convient de se méfier de son opinion et de prendre
congé de ses préjugés qui sont de véritables obstacles à une recherche
féconde. La connaissance des phénomènes nécessite toujours une
rupture par rapport à nos représentations qu'il convient par conséquent de
tenter d'objectiver pour mieux les contrôler. C'est l'idée bachelardienne de
la coupure épistémologique. Cette rupture va de pair avec une nécessaire
décentration qui signifie que l'observateur ou le sujet épistémique opère
une distanciation par rapport à son objet. Comme il n'existe pas d'objet
indépendamment de l'observateur, il faut bien concevoir que cet objet est
construit. Le fait social pour ainsi dire n'existe pas à l'état pur : il est
construit par différentiation dans la masse indiscernable des phénomènes.
Il sera nécessaire d’adopter une démarche de preuve qui permette la
constatation et l’analyse des faits en cause.

6
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

Quelque soit le domaine d’investigation et spécifiquement pour ce


qui est des sciences sociales, toute recherche obéit à quatre phase
principales :
- la phase d’investigation : elle consiste à réunir toute la
documentation nécessaire au traitement du sujet. L’objectif étant
de constituer une bibliographie générale ou spécifique ;
- la phase d’analyse : elle consiste à décortiquer les sources,
les postulats du domaine, afin de permettre l’élaboration d’un plan
détaillé pour la recherche ;
- la phase de documentation : elle consiste à organiser et à trier les
données utiles et pertinentes issues des investigations. Son
objectif final étant la constitution de fiches de lecture ;
- la phase de rédaction : elle consiste à mettre par écrit les idées et
les données organisées dans les fiches, l’objectif étant de
rédiger des paragraphes et des sections suivant une logique
démonstrative.

Les principaux principes de la recherche scientifique sont :


démarche hypothético-déductive
le chercheur pose une hypothèse qui vise à falsifier la théorie
la théorie étant l’explication d’un phénomène
la recherche fonctionne sur un aller-retour permanent entre les
données et la théorie
cette démarche permet d’expliquer, de prévoir et de maîtriser des
modèles

Une théorie se concrétise par la construction d’un cadre conceptuel. Les


composantes d’un cadre conceptuel sont :
une stratégie de recherche
les éléments constitutifs
les relations entre les boites

7
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

variables indépendantes variables dépendantes

prédicteurs critères

variable modératrice

En matière de recherche scientifique, on retiendra les critères


suivants :
les résultats doivent être reproductibles.
Ils doivent être généralisables
Une recherche doit être cumulative, permettre de faire le point sur la
question : un état de l’art peut être une contribution

Le processus de la recherche se construit en plusieurs étapes :


Définition et intérêt du problème

Point et évaluation des connaissances

Formation des concepts

Mise en place du plan de recherche

Collecte et analyse des données

Présentation des résultats

Discussion des résultats avec implications stratégiques


8
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

Commentaire du schéma :
1. Apres avoir défini le problème de la recherche et évalué l’intérêt du
problème
2. le chercheur fait le point sur les connaissances et les données
existantes afin définir sa critique de la recherche, évaluent les
zones d’ombre et les faits peu ou pas encore expliqués, et prévoir
quelle sera sa contribution
3. dans une troisième étape, le chercheur forme de nouveaux
concepts explicatifs ou stabilise ceux qui existent déjà
4. le plan de recherche doit répondre a au moins quatre questions :
quelle est la méthode employée (expérimentation, questionnaire,
analyse de données secondaires). Dans quel univers l’étude se
réalise-t-elle ? Quels sont les instruments de mesure ? Quelles sont
les méthodes d’analyse de données ? il faut résoudre ces
problèmes avant la collecte des données car elles conditionnent par
exemple le format des réponses ‘échelles, variables qualitatives ou
nominales) et par voie de conséquence les méthodes appropriées.
5. la collecte des données est une phase éprouvante et longue. Tenir
compte des réactions des individus
6. les résultats sont présentés en fonction des hypothèses initialement
présentées
7. la conclusion discute les résultats et les implications stratégiques
8. Ultérieurement la recherche peut être vulgarisée au travers
d‘articles de vulgarisation

NB :Ces diverses phases d’un processus de recherche correspondent


au plan d’un article

9
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

Le développement théorique procède d’un aller et retour entre la


théorie et les observations. Selon le point de départ de la démarche de
recherche le processus est dit inductif ou déductif. L’hypothèse est au
cœur de l’approche théorique déductive. On l’appelle approche
hypothético-déductive. On distingue deux types d’approches : approche
qualitative et approche quantitative qui ne s’opposent pas, elles se
complètent.

1. L’approche qualitative, par observation, par entretien, par


protocoles, etc. permet de récolter énormément d’informations.
Certaines d’entre elles n’étaient pas attendues. Elles font
progresser la recherche. Cependant, la durée d’une enquête
qualitative limite son recours à des sujets de recherche pour
lesquelles on dispose de peu d’informations. L’enquête qualitative
sera choisie dans une phase exploratoire d’un nouveau sujet de
recherche. Elle permet de développer une théorie et relève donc
d’un processus inductif. Cependant ce qui fait la force de l’approche
quantitative (profondeur des entretiens) est source de faiblesses
(durée de l’entretien) : on bne peut interroger qu’une faible partie
des individus. La validité de la recherche est questionnable.

2. L’approche quantitative repose sur un corpus théorique qui a


permis de poser des hypothèses. La phase empirique d’une telle
recherche se réalise souvent en conduisant une enquête par
questionnaires. Le questionnaire permet d’interroger un plus grand
nombre d’individus. Mais le format de l’enquête ne permet de
recueillir que l’information relative aux questions.

Les deux formes d’enquêtes ne s’opposent pas. La première permet de


découvrir le thème, lorsque la seconde permet la généralisation basée sur
un visitable corpus théorique.
10
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

1.2. Définition du mémoire

En milieu universitaire et d’une manière générale, dans les Instituts


ou établissements d’enseignement supérieur, le mémoire est un travail de
recherche portant sur un sujet donné, mené selon l’exigence de rigueur
scientifique et dans un délai déterminé.

1.2.1 Le projet de
mémoire

Le projet de mémoire est déterminant dans le travail de recherche.


Il en est le premier exercice et en inaugure la phase de conception. Il
nourrit les échanges avec le directeur de mémoire sur la base d'un projet
plus ou moins mûri. Il doit par conséquent être envisagé avec le plus de
précision possible, notamment dans les points suivants :
le sujet de recherche ;
l’intérêt de la recherche ;
les objectifs de la recherche ;
la question de départ ou question principale ;
le plan provisoire de la recherche ;
les moyens envisagés pour la recherche (méthodes, stratégies) ;
l’organisation d’ensemble de la recherche (chronogramme
d’exécution) ;
le choix du directeur de mémoire ;
la conduite du travail exploratoire.

11
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

2 – Le projet de mémoire

2.1. Le sujet de recherche

Le sujet de recherche doit partir d’une réelle motivation. Il importe


de bien se renseigner auprès d’enseignants rompus à la question et dans
la littérature spécialisée. Cette phase d’auto formation théorique, à partir
des informations et des différentes lectures, accroît la culture du chercheur
sur le sujet et débouche sur la formulation d’une problématique et
l’émission d’hypothèses. Si on faisait un distinguo, il faudrait concevoir le
thème de recherche comme étant une formulation relative à un domaine
large. Par contre le sujet requiert une formulation plus précise. Un
chercheur peut par exemple s’interroger sur le thème « Enseignement et
genre au Burkina Faso » en formulant le sujet suivant : « Les
conséquences socio-économiques de la sous-scolarisation des filles au
Burkina Faso : le cas dans la province du Bam ».

2.2. Intérêt et objectifs de la recherche

Parce qu’aucune recherche n’a d’intérêt en soi, il revient au


chercheur d’en déterminer l’intérêt scientifique, pédagogique,
professionnel, etc. Pour bien conduire sa recherche, il importe d’avoir une
idée précise sur les objectifs poursuivis afin de procéder si nécessaire à
un recentrage du travail.

2.3. La question de départ

La difficulté première dans tout travail de recherche est de trouver


un sujet intéressant. Selon QUIVY et CAMPENHOUDT (1995, p. 22), la
12
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences sociales :
Conception du mémoire

« question de départ » est un excellent moyen de formuler avec netteté le sujet


qui fera l'objet de la recherche :
« Elle consiste à s'efforcer d'énoncer son projet de recherche sous
la forme d'une question de départ par laquelle le chercheur tente
d'exprimer le plus exactement possible ce qu'il cherche à savoir, à
élucider, à mieux comprendre ».

La question de départ doit être :

claire, précise et concise afin d’être communicable et sans ambiguïté ; pertinente,


sans moralisation ni prescription pour tenter de décrire, expliquer et comprendre
à partir de variables isolables ;
réaliste, c’est-à-dire faisable du point de vue des ressources et des moyens
disponibles.
Exemple : « Les NTIC ont-elles une incidence sur les apprentissages
scolaires en milieu urbain au Burkina Faso ? »

Nous proposons ci-après, trois fiches qui peuvent aider à mieux préciser le projet
de recherche :

FICHE 1 : Objectif : favoriser l’émergence des thèmes possibles de mémoire, grâce


à l’observation (classe, établissement, environnement).

Cette observation permet de noter ce qui :


- étonne ;
- rappelle sa propre expérience ;
- motive à réfléchir davantage sur le sujet ;
- plaît particulièrement ;
- paraît présenter des difficultés.

Cette fiche est utilisable dès le début de la recherche. Il est


conseillé de bien avoir en tête tous ses items afin de pouvoir noter les idées,
les impressions qui se présentent au fur et à mesure que la
13
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

recherche avance. Cette fiche permet d’étayer le sujet et d’avoir d’autres


idées au cas où le thème d’origine s’avérerait trop difficile à traiter.

FICHE 2 : Objectif : structurer l’ensemble de la réflexion en vue de


l’élaboration du mémoire.

Thème du mémoire :
- pourquoi ce thème ?
- à quelle occasion m’est venue l’idée de ce travail ?
- ce que je sais du thème ;
- que voudrais-je montrer par cette recherche ?

Quels problèmes pose-t-il ?


- puis-je formuler mon sujet à l’aide d’une série de questions ?
- lesquelles ?
- reformuler le sujet en quelques lignes (cinq au maximum).

A quelles références documentaires dois-je recourir ?


- quelles sont les notions à définir ?
- les références (bibliographiques, etc.) dont je dispose ;
- de quelles références ai-je besoin dans les domaines suivants (les citer):

Comment répondre aux questions posées ?


- quelles données dois-je recueillir (productions d’élèves, d’enseignants,
etc.) ?
- sous quelle forme (enregistrement, interview, questionnaire, etc.) ?
- comment les analyser ?

Comment planifier le temps ?


- les échéances pour les lectures ;
- la mise en place du dispositif de recueil des données ;
- leur analyse ;
- la rédaction finale.

14
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

Avec cette fiche, le chercheur peut commencer à structurer sa


réflexion sans en oublier les points importants. En effet, l’information
systématique de tous les items le conduit progressivement vers une
définition précise de son objet de recherche et ceci, sous la conduite
discrète et éclairée du directeur de mémoire.

FICHE 3 : Objectif : permettre de valider le projet avec l’expérimentation


définitive.

Titre du mémoire
Le sujet a trait à :
- cette question qui m’intéresse ;
- ce problème rencontré (en classe, dans l’établissement, dans
l’institution, etc.).

Pour le traiter, les références documentaires suivantes ont été utilisées


(lectures, discussions, etc.).
La réflexion conduit à la formulation de la problématique suivante :
A partir de celle-ci, les hypothèses suivantes peuvent être formulées :
Leur vérification requière la démarche suivante (à décrire précisément) :
- recueil d’informations au près des élèves, des enseignants, etc. ;
- traitement de ces informations ;
- interprétation et conclusion.
Observations et remarques pertinentes :

Cette fiche doit être utilisée avant l’expérimentation.

2.4. Le plan de recherche

On distingue deux types de plan : le plan de travail et le plan de


rédaction. Le plan constitue l’ensemble construit et raisonné des étapes
qui seront suivies, soit à l’étape de la phase de recherche, soit à celle de
la rédaction

15
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

Le plan de travail vise à fixer les différentes étapes qui seront


suivies lors de la phase de recherche et d’investigation. Il concerne les
outils, les démarches, les documents et les enquêtes à réunir pour l’étude.
Ce type de plan doit permettre d’énumérer l’ensemble des tâches à
réaliser lors des phases préparatoires.

Le plan de rédaction fixe les parties et sections qui seront


développées lors de l’écriture. Il concerne la structuration des éléments
réunis en vue de leur mise par écrit dans le cadre d’un exposé argumenté
et cohérent. Ce plan doit être progressif ; du général au particulier, de la
thèse à la synthèse en passant par l’antithèse. Il est généralement
ternaire, c'est-à-dire qu’il est construit en trois temps :
-exposé et questionnement sur ce qui est dit (existe) sur le sujet ;
-hypothèses de travail à partir de la recherche menée sur l’existant ;
-construction d’un raisonnement visant la démonstration d’une thèse issue
de l’analyse, et l’étayer par des exemples commentés.

Le plan de recherche renvoie aux grands axes que tout chercheur


est amené à suivre. Il se distingue du plan de rédaction qui laisse plus de
place à l’expression de l’originalité et de la créativité. Le plan de recherche
comprend grosso modo la problématique, la méthodologie, l’analyse et
l’interprétation des données, les conclusions de la recherche. Le plan de
rédaction est l’ensemble des titres et sous-titres qu’on est amené à donner
aux différentes rubriques qui composent le mémoire. Ce plan va de
l’introduction à la conclusion et s’étend aux éléments du paratexte (avant-
propos, préfaces, annexes, bibliographies, etc.).

16
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

2.5. Les moyens de la recherche

A supposer que vous vouliez effectuer un voyage à Athènes, à


Alexandrie ou à Rome, il vous faut prévoir les moyens que nécessite ce
projet (moyens de locomotion, frais de séjour, condition physique, etc.). Il
en est de même pour tout travail de recherche qui exige entre autres, des
ressources matérielles et financières, des ressources psychologiques,
intellectuelles, documentaires, un chronogramme d’exécution, etc.

2.6. Organisation d’ensemble du mémoire

Le mémoire obéit à une structure de base qui comprend


l’introduction, la recherche théorique, l’expérimentation, l’analyse et
l’interprétation, la conclusion et les annexes. L’introduction renseigne sur
les éléments de motivation ainsi que sur l’origine du thème dont elle
justifie la pertinence pour l’apprenant, le formateur et l’institution. La
recherche théorique se fonde sur une analyse personnelle qui s’appuie sur
des documents (bibliographiques, statistiques, etc.) et qui permet de
déboucher successivement sur :
- la problématique qui comportera un questionnement et une
étude de ce qui a été dit sur le sujet dans la littérature ;
- l’émission d’hypothèses traduisant la problématique en
affirmations qui seront testées dans l’expérimentation ;
- le protocole de l’expérimentation professionnelle précisant le
cadre (situation et type de l’établissement, type de classe,
environnement…), le recueil de données prévu, la chronologie
etc.

17
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

La description de l’expérimentation doit comprendre :


- un recueil de données initial et sa description (date, outils,
protocoles de passation…) ;
- l’expérimentation proprement dite (récit de « l’expérience »
menée avec les élèves) ;
- un recueil final de données et sa description (date, outils,
protocoles de passation…) ;
- un commentaire sur le déroulement de l’expérimentation.

Le volet « Analyse et interprétation » doit comprendre :


- les résultats bruts du traitement des données ;
- leur analyse et leur interprétation à l’aide de la théorie
développée au paragraphe 2 et mise en cohérence avec les
hypothèses.

La conclusion doit :
- dire si les hypothèses sont vérifiées ;
- retourner à la problématique ;
- faire une conclusion générale et ouvrir des perspectives (actions
permettant d’améliorer l’expérimentation et recherches
permettant d’approfondir les résultats obtenus).

Les annexes comprennent des documents illustrant


l’expérimentation.

18
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

2.7. Choix et rôle du directeur de mémoire

Le choix du directeur, lorsqu'il n'est pas imposé par l'institution, est


très important : il y va de la crédibilité scientifique de la recherche. A cet
effet, le directeur est normalement un chercheur ou un enseignant-
chercheur titulaire de l'enseignement supérieur. C’est lui qui va
accompagner le chercheur débutant jusqu'à la réalisation effective du
projet. Il faut donc s'assurer de sa disponibilité. C’est avec ce dernier que
le chercheur s’engage à suivre une forme de code de déontologie qui
implique un travail régulier, des rencontres tout aussi régulières, avec la
fourniture d’écrits montrant la progression des travaux et l’examen avec lui
de la teneur du travail. Le directeur sera à même de réorienter le travail en
fonction de son évolution, d’y apporter des critiques sans complaisance ou
d’avertir le chercheur d’éventuelles objections que pourrait faire un jury.
Cela dit, le chercheur, même débutant, a l'entière responsabilité de sa
recherche. Il doit par conséquent être à l'écoute de son directeur tout en
se montrant capable de défendre son point de vue. Il n’est pas inutile de
rappeler que le mémoire vise à développer la capacité de recherche mais
aussi à affirmer l’indépendance intellectuelle.

2.8. La conduite du travail exploratoire

Cette étape de la recherche aide à mieux concevoir et à définir le


projet. Elle consiste essentiellement en une recherche documentaire et en
des entretiens. Une fois le thème choisi, on cherche à accroître sa culture
sur le sujet, en consultant son directeur, les enseignants de disciplines
ayant un rapport avec le sujet, ou toute autre personne ressource. Il est
recommandé d’établir une première bibliographie, de se procurer les
ouvrages les plus utiles et, dès les premières lectures, de prendre des

19
Considérations épistémologiques et cadre de recherche en sciences
sociales : Conception du mémoire

notes et de conserver les références en vue de la rédaction. Cette phase


implique donc des lectures susceptibles d’aider non seulement à baliser
les contours du sujet de recherche, mais aussi, à trouver une orientation
propre et originale. Par conséquent, la recherche documentaire doit être
ciblée, c'est-à-dire en rapport étroit avec le thème de recherche. Il faut
éviter de vouloir tout lire. Quant aux entretiens, ils sont utiles pour une
bonne formulation du sujet et particulièrement de la question de départ.
Outre les chercheurs et les enseignants-chercheurs dont la contribution
est décisive, ils peuvent être menés auprès du public cible de l'étude et/ou
auprès de personnes ressources, du fait de leur expérience, leur position
ou leur statut.

20

Vous aimerez peut-être aussi