Vous êtes sur la page 1sur 8

CPGE - PTSI - Ch.

Coeffin Etttuuudddeee dddeeesss sssyyyssstttèèèm


E
E meeesss
m

Sciences Industrielles de l’ingénieur Annnaaalllyyyssseee fffooonnnccctttiiiooonnnnnneeelllllleee eeettt ssstttrrruuuccctttuuurrreeelllllleee dddeeesss sssyyyssstttèèèm


A
A meeesss
m

Fiches de cours Analyse structurelle

Compétence(s) :
Analyser,
Conduire l’analyse structurelle d’un système.
Modéliser,
Justifier ou choisir les grandeurs nécessaires à la modélisation.
Communiquer,
Elaborer, rechercher et traiter des informations.
Mettre en œuvre une communication.

1. Le contexte de l’analyse structurelle


L’analyse structurelle d’un système dans le cadre de notre formation pourra être appréhendée suivant deux cas de
figure distincts.

Le système est en phase de conception (le système est souhaité). A partir du cahier des charges fonctionnel, le
processus d’élaboration du système commence par une phase de spécification et de conception. L’architecture
fonctionnelle est obtenue en décomposant les fonctions de services et les contraintes en fonctions techniques.
L’architecture physique (structure du système) est obtenue en associant des composants aux fonctions techniques
et en définissant les interactions entre ces composants.

Le système existe (cas le plus courant dans la formation PTSI). Dans cette situation « pédagogique » l’objet de
l’analyse structurelle sera alors d’identifier et de caractériser les différents composants associés aux fonctions
techniques ainsi que les interactions entre ces composants.

Comme déjà évoqué, l’analyse fonctionnelle et l’analyse structurelle sont évidemment complémentaires ; toutefois,
la relation fonction-structure est plus ou moins directe selon les technologies utilisées dans la mesure où une
structure peut remplir plusieurs fonctions, mais plusieurs structures issues de technologie différentes peuvent
aussi participer à la réalisation d’une même fonction.

L’architecture structurelle des systèmes contemporains répond à plusieurs modèles complémentaires.

- Le modèle « chaîne d’énergie – chaîne d’information ».


- Le modèle « partie commande - partie opérative »,
- Le modèle « chaîne fonctionnelle »,

L’outil SysML permet aussi de décrire la structure d’un système et les différentes interactions entre les
composants. Cette description aura pour avantage l’intégration du modèle dans le contexte global de conception.

2. Modélisation structurelle « Chaîne d’information - chaîne d’énergie »


2.1 Modèle général

On considère au sein des systèmes


Données entrantes Données sortantes
pluritechniques deux chaînes, l’une Chaîne d’information

agissant sur les flux de données, Interface


appelée chaîne d’information, l’autre Energies entrantes Energies sortantes

agissant sur les flux de matières et Chaîne d’énergie


Matières entrantes Matières sortantes
d’énergies, appelée chaîne d’énergie.

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 1 sur 8


Le modèle « chaîne d’énergie – chaîne d’information » permet une vision globale du système en mettant en évidence
le (ou les) flux d’énergie qui traverse(nt) le système indépendamment de la nature des constituants de la chaîne
énergétique. La chaîne d’information insiste sur les communications entre ou à l’intérieur des systèmes.
La structure du système est constituée d’un agencement de modules élémentaires, réalisant chacun une fonction
bien particulière, permettant d'aboutir à la finalité du système.

L’analyse structurelle va consister à associer ou identifier un ou plusieurs composants pour chacune des fonctions
génériques de la chaîne d’énergie et de la chaîne d’information.

Aux chaînes d’information et d’énergie, on peut en général associer les fonctions génériques suivantes :

Grandeurs physiques à acquérir

Informations
Chaîne d’information destinées à d’autres
systèmes et
interfaces H/M
Informations issues ACQUERIR TRAITER COMMUNIQUER
d’autres systèmes et
interfaces H/M FluxMatière
entrantd’oeuvre

ordres

Pertes
énergétiques
Energies d’entrée
ALIMENTER DISTRIBUER CONVERTIR TRANSMETTRE ACTION

Chaîne d’énergie

Flux Matière
sortant d’œuvre
+ Valeur ajoutée

2.2 La chaîne d’énergie


La chaîne d’énergie assure la réalisation d’une ou plusieurs fonctions de service dont les caractéristiques sont
spécifiées dans le cahier des charges fonctionnel.
Repérable sur la plupart des systèmes de notre environnement et des milieux industriels, elle est constituée des
fonctions génériques : Alimenter, Distribuer, Convertir, Transmettre qui contribuent à la réalisation d’une action.

Les principaux éléments de structure qui constituent la chaîne d'énergie sont:

3 Les préactionneurs.
3 Les actionneurs.
3 Les transmetteurs.
3 Les effecteurs.

Energie électrique, Energie mécanique,


pneumatique, pneumatique,
hydraulique Energie distribuée hydraulique
Ordres Energies disponibles pour l’action
Energies demandée par le cahier des
d’entrée charges
Alimenter Distribuer Convertir Transmettre

Assemblage démontable, guidage


Prise réseau, Contacteur, relais, Machines
en rotation, en translation,
raccord réseau, variateur, asynchrones, à
accouplement, embrayage, limiteur
pile, batterie, distributeur, … courant continu,
de couple, frein, poulies courroies,
vérins, …
accumulateur, … engrenages, systèmes vis-écrou,
transformateurs plans, …

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 2 sur 8


Les actionneurs permettent l'exécution de tâches opératives. En général, l'énergie issue de la chaîne d’information
n'est pas suffisante pour être utilisable directement par les actionneurs.
Le rôle du préactionneur est alors de distribuer en totalité ou partiellement une énergie « importante » en attente,
à partir d'un signal de commande « tout ou rien » ou variable (énergie de commande plus « faible »).

Relais électrique Distributeur pneumatique

La fonction des actionneurs, est de convertir l’énergie de puissance provenant du préactionneur en une énergie
adaptée à l'exécution de la tâche à effectuer.

Vérins Moteur électrique

Le transmetteur adapte l’énergie issue de l’actionneur à l’effecteur.


Ce dernier est l'élément terminal de la chaîne d’énergie. Il apporte la finalité attendue par le cahier des charges.

Pince pneumatique Réducteur

2.3 La chaîne d’information

La chaîne d’information permet :


• d’acquérir des informations :
o sur l’état d’un produit ou de l’un de ses éléments (en particulier de la chaîne d’énergie),
o issues d’interfaces homme/machine ou élaborées par d’autres chaînes d’information,
o sur un processus géré par d’autres systèmes (consultation de bases de données, partage de
ressources, ...),

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 3 sur 8


• de traiter ces informations ;
• de communiquer les informations générées par le système de traitement pour réaliser l’assignation des
ordres destinés à la chaîne d’énergie ou (et) pour élaborer des messages destinés aux interfaces
homme/machine (ou à d’autres chaînes d’information).

Grandeurs physiques, Images informationnelles


consignes utilisables Informations traitées Ordres, messages

Acquérir Traiter Communiquer

Capteurs TOR, Capteurs Matériels : - Commandes TOR,


analogiques, - Automates programmables ; - Interfaces homme/machine,
Capteurs numériques, - Ordinateurs ; - Liaisons utilisant le mode
Interfaces homme / machine, - Microcontrôleurs ; de transmission série,
Systèmes numériques - Modules logiques - Liaisons utilisant le mode
d’acquisition de données. programmables ; de transmission parallèle,
- circuits de commande - Réseau Ethernet
câblés, … - Bus capteurs/actionneurs, …
Logiciels :
- Ateliers logiciels,
- Éditeur de modèles de
commande avec générateur
de code, …

Le capteur a pour fonction d'acquérir l'information sous forme logique, numérique ou analogique.

Capteur de force Potentiomètre rotatif Thermistance

L’unité de traitement est le plus souvent dans l'industrie une carte électronique, un automate programmable
industriel (API) ou un P.C. industriel. C'est un ensemble électronique qui gère et assure la commande du système.

Automate programmable

3. Modélisation « Partie opérative - Partie commande »


Cette modélisation est plutôt adaptée aux systèmes ayant un comportement autonome, systèmes qui sont qualifiés
de systèmes automatiques. Un Système Automatique est composé de deux parties :

o la Partie Commande (P.C.) ;


o la Partie Opérative (P.O.) ;

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 4 sur 8


Ordres Action
Consignes Finalité du
Partie système
Partie
commande
Informations Comptes opérative
rendus Milieu extérieur :
- énergie,
Homme - information,
- déchets…

La P.C. assure le fonctionnement de la P.O., elle gère le déroulement des opérations à réaliser en fonction
d'informations issues de la P.O. et de l’environnement.
La P.O. est en général mécanisée, c'est elle qui fournit la finalité du système. L’utilisateur via des interfaces
homme/machine (clavier, écran,…..) peut dialoguer avec le système, c'est à dire lui donner des consignes et recevoir
des comptes rendus sur son état.
Ce modèle met essentiellement en évidence les informations échangées entre les deux parties.
Le modèle « chaîne fonctionnelle » prendra la suite de l’étude en permettant d’isoler l’ensemble des constituants
opératifs et de commande qui concourent à la réalisation d’une fonction opérative élémentaire.

4. Modélisation structurelle « Chaînes fonctionnelles »


Une chaîne fonctionnelle est un sous-ensemble d’un système.
Elle permet la mise en œuvre d’une des fonctions élémentaires (transférer, réguler, positionner, maintenir,
transformer, …) participant à la finalité du système.
Ce découpage permet la mise en évidence de constituants génériques.
Dans un système donné on peut rencontrer un nombre important de chaînes fonctionnelles (appelées parfois axes).
On considèrera qu’une chaîne fonctionnelle est associée à un actionneur unique.

Dans le laboratoire certains systèmes ne sont constitués que d’une seule chaîne fonctionnelle :

– MAXPID : chaîne fonctionnelle générique de commande d’axe ;


– Barrière SYMPACT : chaîne fonctionnelle d’ouverture - fermeture.

Une chaîne fonctionnelle comporte en général :

o la chaîne d’action, du traitement à son effet ;


o la, ou les, chaîne(s) d’acquisition :
• chaîne d’acquisition d’information(s) sur le produit ou le processus (appelée aussi chaîne de retour) ;
• chaîne d’acquisitions d’informations extérieures (consignes de l’opérateur, messages transmis par
une autre partie commande) ;
o la partie traitement de la chaîne fonctionnelle, qui traite les informations des chaînes d’acquisition pour
élaborer les ordres à destination de la chaîne d’action.
Flux entrant
Matière d’œuvre

Partie Commande
Energie Agir
Gérer

Partie
Processus
Communiquer

Consignes Opérative
Adapter

Informations
Traiter Acquérir

Autres organes Matière d’œuvre


Flux sortant
+ Valeur ajoutée

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 5 sur 8


Transducteur Capteur

5. Modélisation structurelle avec SysML


Ce langage permet d’unifier la démarche depuis la reprise du cahier des charges jusqu’à l’obtention détaillée d’un
système virtuel testable. Il permet aussi de concevoir la partie logicielle du système simulé qui sera utilisée dans le
système réel.
SysML est un langage graphique informatisé à base de diagrammes. On distingue deux types principaux : les
diagrammes de structure (de quoi est composé le système) et les diagrammes de comportement (comment évolue le
système) auxquels on ajoute un diagramme particulier qui reprend le cahier des charges : le diagramme des
exigences.

Dans le cadre de l’analyse structurelle, on pourra être amené à utiliser les diagrammes SysML suivant :

- Le diagramme SysML de définition de blocs [bdd] (block definition diagram),


- Le diagramme SysML de bloc interne [ibd] (internal block diagram),
- Le diagramme SysML des exigences [req] (requirements),
- Le diagramme SysML paramétrique [par] (parametric).

Tous ces diagrammes seront développés au travers d’études de cas accompagnées des fiches ressources ‘’SysML’’

Diagramme de définition de bloc [bdd]

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 6 sur 8


Le diagramme SysML de définition de bloc constitue la brique de base pour la modélisation de la structure d’un
système
Il peut représenter un système complet, un sous-système ou un composant élémentaire.
Les blocs sont décomposables et peuvent posséder un comportement. Le diagramme de définition de blocs décrit la
hiérarchie du système et les classifications système/composant.

Diagramme de bloc interne [ibd]

Issu du diagramme de définition de bloc, le diagramme SysML de bloc interne permet de montrer les liens entre les
"ports" des différents blocs du système. Il décrit la structure interne du système en termes de parties, ports et
connecteurs.

Diagramme des exigences [req]

Le diagramme SysML des exigences permet de montrer graphiquement les exigences auxquelles doit satisfaire un
système. Ce diagramme capture les hiérarchies d’exigences, ainsi que leurs relations de dérivation et de
raffinement. Ce diagramme n’est pas considéré comme un diagramme de structure (diagramme transversal ou
fonctionnel). Toutefois, l’aspect structurel pourra être mis en évidence en utilisant les relations de traçabilité (ou
d’allocation) caractérisées par le stéréotype « Satisfy ».

Diagramme paramétrique [par]

Le diagramme paramétrique est une spécialisation du diagramme de bloc interne,


Il fait apparaître des grandeurs physiques sur les liens, par exemple : tension, intensité, chaleur.
C’est à partir de ce graphe renseigné que l’on peut aller vers la simulation du système.

Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 7 sur 8


Doc. Cours - Analyse Structurelle Page 8 sur 8