Vous êtes sur la page 1sur 9

CHAPITRE III

MISE EN ŒUVRE OPTIMALE D’UNE REACTION UNIQUE

Introduction
L’objectif du présent chapitre est d’exploiter les connaissances acquises (bilans de
matière dans les réacteurs idéaux) pour comparer les performances des différents réacteurs
et choisir le type d’appareil fournissant la conversion optimale ou le temps de passage le plus
petit, compte - tenu des contraintes cinétiques et opératoires. Ceci conduit parfois à associer
plusieurs réacteurs idéaux en série ou en parallèle.

I- REACTEUR UNIQUE

I-1 Comparaison : Réacteur fermé agité / réacteur piston


A B Réaction isotherme d’ordre 1
Co = CAo ; X = XA (A pur)
I-1-1 Réacteur fermé

dnj
νj r V = dt

dX
νj r V = νj no dt

ts Xf dX
ts = 0
dt = Co 0 β (1 + α X) r(X)

En milieu indilatable (V est constant) : V = Vo (β = 1 et α = 0)

X f dX
ts = Co 0 r (X)

r = k CA = k Co (1 - Xf) Xf : valeur de l’avancement en fin de réaction.

ln (1−X f)
ts = - et Xf = 1 – e-kt
k
I-1-2 Réacteur piston

νj r dV = νj Fo dX Fo = Qo Co

r dV = Qo Co dX
Xs
dV dX
ts = = Co
Q Xe β Qo(1 + αX)r

si le débit volumique Q est constant (milieu indilatable)


Xs
V dX
ts =  = = Co
QO 0 r
Xs Xs
dX 1 dX
ts = Co =
0 k Co (1 − X) k 0 (1 − X)

ln (1−X s)
ts = - et Xs = 1 – e-kt
k

En milieu indilatable, le réacteur fermé agité et le réacteur piston continu présentent


une certaine analogie. Les équations caractéristiques de ces deux réacteurs sont identiques
(Xf = 1 – e-kt pour RF et Xs = 1 – e-kt pour RP). Le même taux de conversion d’un réactif
nécessite le même temps de séjour. Néanmoins, pour le réacteur fermé, il faut tenir compte
des périodes d’arrêt nécessaires pour le remplissage, la décharge et le nettoyage.

I-2 Comparaison des réacteurs continus idéaux : réacteur agité continu


(RAC) / réacteur piston (RP)

Le rapport des tailles des réacteurs RAC et RP nécessaires à obtenir le taux de


conversion souhaité du réactif clé dépend de ce taux de conversion et de l’équation cinétique
de la réaction. Il dépend également des quantités relatives des réactifs pour une réaction du
second ordre (A + B  Produit).
I-2-1 Comparaison des deux réacteurs continus (RAC et RP) pour la réaction d’ordre n

Hypothèses

 La même équation stœchiométrique décrit la réaction chimique ;


 Le même taux de conversion du réactif clé est imposé au même mélange
d’alimentation (même débit et même composition).

Considérons une réaction isotherme d’ordre n :

A  B r = k CAn

Co = CAo ; X = XA (A pur)
F Ao F Ao (1−X) C Ao (1−X)
CA = = =
Q β Q o (1+α X) β (1+α X)

Milieu indilatable : β = 1 et α = 0 CA = CAo (1- X)

I-2-1-1 Réacteur agité continu (RAC)

Fje + νj r V = Fjs
Fjs = Fjo + νj Fo Xs
Fje = Fjo + νj Fo Xe
νj r V = νj Fo (Xs - Xe)
r V = Fo (Xs - Xe) = Qo Co (Xs - Xe)

V Co Xs − Xe
A = =
QO r

Xs : valeur de l’avancement à la sortie du réacteur

Xe = 0 : valeur de X à l’entrée du réacteur (Xe = 0)

Le temps de passage pour un réacteur agité continu s’écrit :

Co Xs Co Xs Xs
A = = n n = n
r k Co (1−Xs ) k Con−1(1− Xs )
I-2-1-2 Réacteur piston (RP)

νj r dV = νj Fo dX

r dV = Fo dX = Qo Co dX

Le temps de passage pour un réacteur piston s’écrit :

V dV
P = =
QO QO

Xs dX Xs dX
 P = Co X e = Co X e n
r k Con (1−X)

(RAC ) 
=
A
Calculons le rapport
 RP p

 Xs 1
= ∗
A

 P (1−X s)n X s dX
0 (1−X )n

X s dX
Pour n = 1 I= 0 1−X
= −Log (1 − Xs)

A − Xs 1 − Xs
= ∗ =
p 1 − Xs Log(1 − Xs) (1 − Xs ) Log(1 − Xs)

Pour n ≠ 1

Xs Xs
dX −n
(1 − X)−n+1 Xs
I= = (1 − X) dX = −
0 (1 − X)n 0 1−n 0

1 1 1 1 − (1 − Xs)n−1
I= − 1 =
n − 1 (1 − Xs)n−1 n−1 (1 − Xs)n−1

A Xs 1
= ∗
p (1 − Xs)n 1 1 − (1 − Xs)n−1
n−1 (1 − Xs)n−1
A Xs (n − 1)(1 − Xs)n−1
=
p (1 − Xs)n 1 − (1 − Xs)n−1

A n − 1 Xs
=
p 1 − Xs 1 − (1 − Xs)n−1

Exemples :

A − Xs − X s 1 − Xs
n=0 = = =1
p 1 − Xs 1 −
1 1 − Xs 1 − Xs − 1
1 − Xs

n=0 A = P (même efficacité)

A − Xs
= >1 Xs < 1
p (1 − Xs ) Log(1 − Xs)

n = 1 A > P RAC moins efficace que le RP

A Xs 1
n=2 = =
p 1 − Xs 1 − 1 − Xs 1 − Xs
A 1
Xs < 1 = > 1
p 1 − Xs

n=2 A > P RP plus performant que le RAC

Exercice d’application :

Réaction d’ordre n = 1 en milieu indilatable : r = k CA

r = k CA = k CAo (1-XA)
CAo XA XA
 RAC = A =
r
= k (1−X A)

XA dXA 1 XA dXA
 RP = P = CAo 0
r
= k 0 1−XA
1
P = − Log (1 − XA)
k

A − XA 1 − XA
= ∗ =
p 1 − XA Log(1 − XA) (1 − XA ) Log(1 − XA)

XA 0,1 0,5 0,8

A /P 1,05 1,44 2,48

L’efficacité du réacteur piston est plus importante à conversion élevée.

Conclusion :

Pour une réaction d’ordre n, on peut comparer l’efficacité du réacteur agité continu
(RAC) et du réacteur piston (RP) et choisir le type de réacteur qui a le temps de passage le
plus petit pour une conversion de sortie donnée ou celui fournissant la conversion optimale
dans un volume donné.

Pour n > 0 P < A le réacteur piston est plus efficace que le réacteur agité continu.

En marche isotherme (n > 0) le RAC est moins performant que le RP, ceci s’explique
par le fait qu’il travaille sur la composition de sortie où les réactifs sont appauvris et donc la
vitesse faible : il faut donc un volume réactionnel plus grand que dans le réacteur piston pour
obtenir la même conversion.

Pour n = 0 A = P le RAC et le RP ont le même temps de passage (même efficacité).

Pour n < 0 (plus rare en pratique) A < P.

Il faut retenir que le réacteur piston est plus performant que le réacteur agité continu.

I-2-2 Influence des proportions de réactifs pour une réaction du second ordre
Considérons une réaction isotherme d’ordre 2 :

A + B  Produit r = k CA CB
A étant le réactif clé et XA le taux de conversion de A

C BO
M étant le rapport stœchiométrique : M =
C AO
I-2-2-1 En réacteur agité continu (RAC)

FAO - r V = FA et FA = FAO (1 – XA)


FAO - r V = FAO (1 – XA) = FAO - FAO XA
- r V = - FAO XA
r = k C A CB
k CA CB V = FAO XA
En milieu indilatable (Q est constant) : Q = Qo (β = 1 et α = 0)

CA = CAO (1 – XA)
C BO
CB = CBO - CAO XA = CAO (M – XA) avec M=
C AO

r = k CA CB = k C AO2 (1 – XA)(M – XA)

k C AO2 (1 – XA)(M – XA)V = FAO XA = QO CAO XA


Le temps de passage pour un réacteur agité continu s’écrit :

V C AOX A XA
A = = =
QO r k C AO 1 − X A (M −X A)

V C AO X A XA
Pour M = 1 A (M = 1) = = =
QO r k C AO 1 − X A 2

XA
Pour M > 1 A (M > 1) =
k C AO 1 − X A (M −X A)

C BO
M=
C AO
>1 et XA < 1

A(M > 1) 1 − XA
= <1
A(M = 1) M − XA

Pour une concentration CAo donnée à l’entrée, on trouve A (M > 1) < A (M = 1). On
constate que l’utilisation d’un excès de B réduit le temps de passage pour réaliser le
même taux de conversion. On a donc intérêt à opérer avec un excès de réactif B pour
améliorer la conversion dans le réacteur agité continu.
I-2-2-2 En réacteur piston (RP)

FA - r dV = FA + dFA

- r dV = - FAO dXA

k C AO2 (1 – XA)(M – XA) dV = QO CAO dXA


Le temps de passage pour un réacteur piston s’écrit :

XA XA
dXA dXA
P(M > 1) = CAO =
0 r 0 k CAO ( 1 − XA)(M − XA)
dXA a dXA b dXA
= +
( 1 − XA)(M − XA) 1 − XA M − XA

A M − XA + b 1 − XA = 1  aM+ b = 1
(– a − b) = 0

−1
On trouve : b = − a =
M−1

XA XA
1 a dXA b dXA
P(M > 1) = +
k CAO 0 1 − XA 0 M − XA

XA
1 1 dXA (− 1) dXA
P(M > 1) = +
k CAO (M − 1) 0 1 − XA M − XA

1 M − XA
P(M > 1) = Log M > 1
k CAO (M − 1) M(1 − XA)

Pour M = 1

XA Xs
1 dXA 1
P(M = 1) = = (1 − X)−2 dX
k CAO 0 (1 − XA)2 k CAO 0
1 1 XA 1 1
P M = 1 = = −1
k CAO 1 − XA 0 k CAO 1 − XA

XA
P M = 1 =
k CAO(1 − XA)

P (M > 1) 1 − XA M − XA
= Log
P (M = 1) XA (M − 1) M(1 − XA)

P (M > 1)
<1
P (M = 1)
P (M > 1) < P (M = 1)

Le temps de passage est plus faible avec l’utilisation d’un excès de réactif B. L’effet
est plus sensible dans un réacteur agité continu.

Vous aimerez peut-être aussi