Vous êtes sur la page 1sur 16

Courriel : diopmo97@gmail.

com
Tel : +221781206771

05/05/2020 COVID-19 :
L’INNOVATION
SENEGALAISE
POUR LA RIPOSTE
SOCIO-
ECONOMIQUE

Mouhamadou Moustapha DIOP


LICENCE 3 EN ANALYSES STATISTIQUES ECONOMIQUES ET
FINANCIERES
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE


POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Mouhamadou Moustapha DIOP Licence 3 en analyses statistiques économiques


et financières

1
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

INTRODUCTION

Alors que la menace (COVID-19) met dos au mur de nombreux pays africains, la
riposte s’organise doucement. Plusieurs Etats mettent en place des stratégies pour
tenter de freiner l’impact de la pandémie. Face à ce fléau, les services
gouvernementales ne sont heureusement pas seuls dans la course. Le secteur privé
tente lui aussi de trouver des solutions pour répondre à la crise. C’est dans cette
dynamique qu’au Sénégal, qu’on observe aussi des mesures prisent au niveau socio-
économique et sanitaire.
À la vue de l’épidémie actuelle et de mes compétences en statistique, je vous propose
une petite analyse des données. Le but de ce document sera d’éclaircir certains
aspects de l’impact du COVID-19 dans notre pays.

Approche de l’analyse

Pour commencer, nous allons indiquer tout d’abord les sujets sur lesquels se porteront
l’analyse. J’ai choisi les suivants :

• Les différentes mesures de riposte


• Leurs impacts économiques au Sénégal

I. Les mesures sanitaires

La stratégie de lutte contre une épidémie dont l’objectif est de ralentir la transmission
de l’agent pathogène responsable de la maladie, est le confinement. Elle réduit les
contacts humains les déplacements. Elle arrive au troisième stade de lutte après
l’échec des mesures barrières, d’hygiène des mains et de distanciation sociale. Des
pays comme la Chine ou encore l’Espagne l’ont adopté et ont obtenu des résultats
assez satisfaisants. Mais est-ce pertinent pour le Sénégal ? La réponse à cette
question est loin d’être évidente. Pour y arriver, il est nécessaire d’analyser les
différentes variables qui entrent en jeu et dont la confrontation peut aboutir à une prise

2
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

de décision objective. Il faut noter que certains comme la Corée du Sud, Singapour qui
ont réussi à endiguer l’épidémie sans aller jusqu’à un confinement total de la
population confirme la réussite du dépistage massif.

1. Cinétique de l’épidémie au Sénégal

Le Sénégal a enregistré son premier cas de coronavirus le 02 Mars 2020 et compte à


ce jour (05 mai 2020) 1329 cas dont 470 guéris et 11 décès (patients âgés de plus de
60 ans avec des comorbidités) après 63 jours d’épidémie. Voici le tableau des données
qui montre la répartition des cas de covid-19 ainsi qu’un graphique de carte.

Régions Habitants Infectés


Dakar 3732284 786
Diourbel 1801991 239
Tambacounda 841518 63
Saint-Louis 1063542 7
Thiès 2105707 97
Fatick 870361 1
Kaffrine 703555 0
Kaolack 1155433 6
Kédougou 184275 0
Kolda 796582 0
Louga 1032645 24
Matam 706037 0
Sédhiou 553005 75
Ziguinchor 662179 31
Somme 16209114 1329

Tableau 1 : Tableau de la population sénégalaise et des cas de Covid19 par région

A noter que les cas enregistrés sont notés à la base par district (75 en tout). Mais sur
ce tableau, le nombre de personnes contaminées a été regroupé par région (14 en
tout) vu que chaque district appartient à une région.

3
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Figure 1 : Carte Choroplèthe de la répartition des contaminés dans les régions

Comme si bien illustré par la représentation graphique, le territoire sénégalais est


touché de partout, soit 10 des 14 régions enregistrent des cas du virus. Dakar et
Diourbel sont les centres de l’épidémie avec plus de 1025 cas à eux deux, soit 77,12%
contre 22,88% pour le reste du pays.
Bien que la cinétique de l’épidémie soit plus modérée au Sénégal qu’ailleurs, la
question du confinement général a fait l’objet de débat. Cependant, on s’interroge sur
la pertinence de ce dernier quand on voit l’état actuel de nos sociétés. A vrai dire, est-
il nécessaire de vouloir ralentir une propagation du virus déjà assez lente avec notre
système de santé qui est déjà à la traine. De plus le confinement total pourrait être un
obstacle à l’installation de l’immunisation collective de la population qui est absolument
nécessaire en l’absence d’un éventuel traitement.

4
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Nombre de cas par


Jours jour
03-mars-20 2
04-mars-20 1
05-mars-20 0
06-mars-20 0
07-mars-20 0
08-mars-20 0
09-mars-20 0
10-mars-20 0
11-mars-20 1
12-mars-20 5
13-mars-20 11
14-mars-20 3
15-mars-20 2
16-mars-20 1
17-mars-20 5
18-mars-20 5
19-mars-20 2
20-mars-20 9
21-mars-20 9
22-mars-20 11
23-mars-20 12
24-mars-20 7
25-mars-20 13
26-mars-20 6
27-mars-20 14
28-mars-20 11
29-mars-20 12
30-mars-20 20
31-mars-20 13
01-avr-20 15
02-avr-20 5
03-avr-20 12
04-avr-20 12
05-avr-20 3
06-avr-20 4
07-avr-20 11
08-avr-20 7
09-avr-20 6
10-avr-20 15
11-avr-20 13
12-avr-20 2
13-avr-20 11
14-avr-20 8
15-avr-20 15

5
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

16-avr-20 21
17-avr-20 7
18-avr-20 8
19-avr-20 17
20-avr-20 10
21-avr-20 35
22-avr-20 30
23-avr-20 37
24-avr-20 66
25-avr-20 69
26-avr-20 57
27-avr-20 64
28-avr-20 87
29-avr-20 59
30-avr-20 51
01-mai-20 91
02-mai-20 91
03-mai-20 67
04-mai-20 89
05-mai-20 58

Tableau 2 : Tableau des nombres de cas par jour depuis le premier cas de COVID19

6
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Ce graphique ci-dessous nous montre comment le virus évolue depuis sa première apparition dans le territoire sénégalais. Bien que les
chiffres ne soient pas aussi importantes comparés à ceux des pays du nord, le résultat reste tout de même alarmant. En effet, ce
diagramme nous précise bien que la maladie a une tendance croissante avec le nombre des cas qui augmente. D’un autre côté, il faut
rappeler que les tests sur les échantillons de la population ont était augmentés, ce qui élargi logiquement le nombre de cas enregistré.

Evolution des cas confirmés par jour


87 91 91 89
100
Nombre de cas

80 66 69 64 67
57 59 58
51
60 37
35 30
40 20 21 17
11 11 12 7 13 6 14 11 12 13 15 5 12 12 11 7 6 15 13 11 8 15 10
20 2 1 0 0 0 0 0 0 1 5 3 2 1 5 5 2 9 9 3 4 2 7 8
0

Série1
Jours

Figure 2 : Diagramme de l’évolution des cas confirmés/jour

7
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

II. La riposte sanitaire

Avant toute chose, il nous faut signaler au préalable que les tests numériques faits ci-
dessous, sont sous la base d'hypothèses. Ces tests font une prévision de l’évolution
du virus si la situation n’est pas encore sous contrôle (pic atteint en mi-Mai 2020,
Figure). Il est donc urgent de proposer des mesures de riposte pour atténuer fortement
les dommages causés par le COVID19 au Sénégal.

Figure 3 : Prédiction de l’évolution de la maladie au Sénégal

1. Le confinement
De nombreux pays dans le monde ont mis en place des mesures de confinement afin
de stopper la propagation du coronavirus.

D’un autre côté, les pays du continent africain, ont beaucoup appris de la lutte contre
des épidémies telles que le VIH et le virus Ebola, ce qui devraient être mises à profit

8
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

pour faire face à l'impact du Covid-19. C’est peut-être grâce à ce vécu et surtout à la
faiblesse de nos économies que la mesure du confinement total n’est pas le choix de
nos gouvernements.
Mais la leçon la plus importante est que les communautés doivent être à la pointe de
la stratégie de riposte. En Afrique, la charge de morbidité est différente. Dans chaque
cas, les facteurs clés sont les comportements sociaux.
L'Afrique a un fardeau de maladies différent des autres continents. Il y a de bonnes
raisons de craindre que le Covid-19 soit particulièrement dangereux pour des dizaines
de millions de personnes atteintes de tuberculose ou dont le système immunitaire est
affecté par le VIH. En plus on n’a pas des éclaircissements sur l'infection par le virus
pour les personnes atteintes de paludisme ou souffrant de malnutrition . D'autre part, il
y’a la jeunesse africaine. L'une des raisons soulevées pour expliquer les taux de
mortalité élevés en Italie, par exemple, est qu'une grande partie des personnes âgées
(23 % de la population a plus de 65 ans) sont les plus exposées au risque de contracter
la maladie. En revanche, moins de 2 % de la population africaine a plus de 65 ans.
Pour cette seule raison, le taux de mortalité du virus pourrait être plus faible sur le
continent.
Il est clair que chaque pays africain devra concevoir sa propre riposte sanitaire adaptée
à sa situation. Alors quelle est la place confinement dans tout ça ?
Dans le cas du Sénégal, le gouvernement a voulu suivre l'exemple des pays du nord,
mais en général, le confinement peut être tout simplement impossible à mettre en
œuvre sur le pays. Une trentaine d'universitaires de toutes les disciplines ont mis en
garde dans un rapport contre les effets d'un confinement total qui causerait, selon eux,
une récession de - 9,9% en 2020 s'il durait un mois, avec des conséquences
redoutables pour les plus vulnérables et des risques d'instabilité sociale. Seuls
quelques pays africains, tels que le Rwanda et l'Afrique du Sud, ont la capacité
d'administrer une stratégie centralisée.
Pour les personnes qui vivent au jour le jour et qui doivent gagner de l'argent sur le
marché pour acheter de la nourriture, quelques jours de confinement font la différence
entre la pauvreté et la famine. Ceci est un titre d’article du journal le Monde : « Mourir
de faim ou tomber malade : en Afrique, un confinement à hauts risques face au
coronavirus ». Ce titre ne laisse pas indifférent le Sénégal, car le pays présente aussi
ce problème. En outre, Pour les personnes qui connaissent déjà des difficultés à cause
du chômage, de la pauvreté, etc. L'aide sociale est assurée par les proches en général.

9
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Les lock-down interrompent les chaînes d'approvisionnement en médicaments


essentiels pour traiter la tuberculose et d'autres maladies. Alors si l'on veut qu'une
forme quelconque de confinement fonctionne, des mesures d'aide d'urgence sont
nécessaires.

a. Impacts économiques du confinement


Tableau 3 : Coûts économiques pour 1 mois de confinement total au Sénégal

Pertes de PIB au 1er Pertes de PIB sur l’année Pertes Fiscales


Trimestre 2020 (2020)

En % Milliards cfa En % Milliards cfa En % Milliards cfa

66,4 2998,8 9.9 1485 7,4* 297

*7,4% du budget de 2020


Source : Estimations GRI-COVID19-ARCES

La perte fiscale serait de 297 milliards ou 7,4% du budget 2020. Le secteur informel
subirait une perte de revenu de 594 milliards.

Le coût économique total d’un mois de confinement total pour le Sénégal serait
supérieur à 2485 milliards (16,56% du PIB). Ce coût aura son équivalent en termes de
chômeurs, d’augmentation de la pauvreté et d’instabilité sociale et politique.

III. Une stratégie de riposte sanitaire adaptée


Le gouvernement sénégalais a bien déclaré l’état d’urgence, mais n’est pas allé
jusqu’au confinement pour une raison simple, les habitants auraient beaucoup de mal
à le supporter. D'un point de vue sanitaire, les autorités ont choisi de ne plus
hospitaliser systématiquement les malades présentant pas ou peu de symptômes,
préférant les isoler afin de ne pas embouteiller les hôpitaux. Les autorités ont
également annoncé leur intention de continuer à prescrire l'hydroxychloroquine aux
malades du Covid-19 après une analyse préliminaire montrant une réduction prouvée
de la durée d'hospitalisation. Les frontières et les écoles sont fermées, les
rassemblements et les prières collectives interdits ainsi que la circulation entre les

10
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

villes. Les autorités ont imposé le port obligatoire du masque dès le 22 avril dans les
services publics et privés ce qui est déjà une très bonne décision. Mais est-ce
suffisant ?

2. Les tests de dépistage


Le dépistage est aujourd’hui l’un des plus grands enjeux de la pandémie Covid-19.
Certains pays, comme la Corée du Sud ou plus récemment l’Allemagne, ont pu mettre
en place des stratégies massives de test. Les tests de sérologie reposent sur une prise
de sang, afin d’y trouver des anticorps que le corps est en train de produire contre
Covid-19 mais également des anticorps que le corps conserve après avoir vaincu
l’infection. Cela fonctionne même si la personne testée n’a pas été « malade », c’est-
à-dire lorsqu’elle n’a pas montré de symptômes mais a été malgré tout porteuse.
Comme le titre Science, cette méthode de dépistage pourrait ainsi montrer « la
véritable échelle de la pandémie ». Concrètement, un dépistage massif à l’aide de
tests sérologiques permettrait de savoir qui a été contaminé et qui ne l’a pas été. Cela
préciserait également les données sur le nombre de personnes immunisées. Le taux
de mortalité aurait également plus de sens, puisqu’il est calculé à partir du nombre de
personnes infectées détectées.

b. Impacts économiques du dépistage massif

A la lecture du Sitrep Numéro 13 du 20 Avril 2020, les informations suivantes se


dégagent à savoir Vingt-cinq (25) districts sanitaires ont enregistré des cas, soit une
proportion de 32% (25/78). La distribution géographique de cas montre que plus de
96% des cas se concentrent dans six régions : Dakar (236), Diourbel (avec Touba 34
cas), Louga (29), Thiès (26), Tamba (24) et Ziguinchor (13). A partir de ces
informations, il est possible de pouvoir agir en connaissance de cause. Il est important
à ce stade d’avoir une approche graduelle de la prévention et de la prise en charge en
s’appuyant sur le profil épidémiologique. Ainsi on peut calculer le coût de dépistage
massif dans ces six régions et le comparer avec le cout d’un mois de confinement.
Connaissant le prix du kit de dépistage et le nombre d’habitants dans les zones les
plus touchés on peut évaluer le coût. D’après les informations le kit de dépistage coûte
aux environ de 40000 francs CFA. Les données sur le nombre d’habitants par région
sont issues de la base de données de l’ANSD 2019

11
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

A la lecture du Sitrep numéro 17 à la date du 04/05/2020, trente-trois (33) districts


sanitaires ont enregistré des cas, soit une proportion de 42% (33/79) :

Dakar-Ouest (169),
Dakar-Nord (112),
Dakar-Sud (172),
Dakar-Centre (133),
Mbao (39),
Yeumbeul (21),
Guédiawaye (34),
Pikine (39),
Rufisque (21),
Sangalkam (10),
Diamniadio (6),
Keur Massar (9),
Thiès (35),
Mbour (17),
Popenguine (3),
Tivaouane (1),
Pout (44),
Touba (152),
Mbacké (29),
Ziguinchor (14),
Oussouye (1),
Diouloulou (2),
Saint-Louis (6),
Richard-Toll (1),
Fatick (1),
Kaolack (3),
Nioro (3),
Tambacounda (1),
Goudiry (63),
Vélingara (31),

12
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Louga (30),
Sakal (1),
Sédhiou (68)
Cumul de dix (10) décès enregistrés soit une létalité de 0,8%.
A partir de ces informations, on peut calculer le coût de dépistage massif des six zones
les plus touchées et le comparer avec le cout d’un mois de confinement. Connaissant
le prix du kit de dépistage et le nombre d’habitants dans les zones les plus touchés on
peut évaluer le coût. D’après les informations le kit de dépistage coûte aux environ de
40000 francs CFA. Les données sur le nombre d’habitants par région sont issues de
la base de données de l’ANSD 2019

Tableau 4 : Coûts économiques pour le dépistage massif dans les régions les plus touchées

Dakar Diourbel Louga Thies Tamba Ziguinchor Total


(Touba
et
Mbacké)

Nombre de 765 181 62 100 64 17 1189


cas

Habitants 3732284 1588938 1032645 2105707 841518 662179 9963271

Coûts de 149,3 63,6 41,3 84,3 33,7 26,5 398,7


dépistages
(Milliards
fcfa)

Source : Estimation auteur

13
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Sitrep Numéro 13 du 20 Avril 2020, les informations suivantes se dégagent à savoir


Vingt-cinq (25) districts sanitaires ont enregistré des cas, soit une proportion de 32%
(25/78). La distribution géographique de cas montre que plus de 96% des cas se
concentrent dans six régions : Dakar (236), Diourbel (avec Touba 34 cas), Louga (29),
Thiès (26), Tamba (24) et Ziguinchor (13).

Tableau 5 : Coûts économiques pour le dépistage massif dans les régions les plus touchées

Habitants Coûts
Dakar 3732284 149.3
Touba 878596 35.14
Louga 104000 4.16
Thiès 1531645 61.26
Tamba 841518 33.66
Ziguinchor 662179 26.5
Total 7750222 310,02

Coût du dépistage (Milliards FCFA)


Source : estimations GRI-COVID19-ARCES

Si on compare les tableaux 4 et 5 on constate que le coût total de dépistage massif de


chaque estimation est différent. On observe une croissance de ce dernier qui est
logiquement dû à l’augmentation des cas de coronavirus entre le 20/04 et 04/05 de
l’année 2020. Néanmoins, on constate que le coût de dépistage s’élève à un peu plus
de de 398,7 milliards de francs CFA à ce jour soit presque 5 fois inférieur au coût fiscal
d’un mois de confinement. Mais cela représente un coût 6 fois inférieur au coût
économique total d’un mois de confinement. A noter que nous sommes dans une
hypothèse pessimiste, le dépistage massif probablement sera plus faible et donc aura
un coût beaucoup plus faible.
En plus, cette stratégie accompagnée de la généralisation du port du masque semble
plus efficace. Les mesures de résilience économique et sociale arrêtées par le
gouvernement pour un budget de 1000 milliards CFA dans l’ensemble vont dans le
bon sens mais il convient de dire que le secteur informel et le secteur agro-sylvo-
pastoral méritent une gestion particulière. D’une part parce qu’ils contribuent pour près
de 50% au PIB et d’autre part parce qu’ils regroupent 95% des emplois.

14
COVID-19 : L’INNOVATION SENEGALAISE POUR LA RIPOSTE SOCIO-ECONOMIQUE

Conclusion
En somme, nous pouvons dire que ce rapport montre clairement que le confinement
total ne semble pas être la meilleure solution. Il est donc nécessaire d’améliorer la
communication, la sensibilisation des masses populaires afin qu’ils puissent adhérer à
la lutte ainsi que la promotion du dépistage. Il est plus que jamais temps de respecter
vigoureusement toutes les mesures et gestes barrières comme le port de masque ou
encore se laver les mains. Le Sénégal qui avait une avance sur la maladie est
désormais dans un scenario où la tendance s’est inversée. Aussi, il semble judicieux
de responsabiliser et d’encadrer la jeunesse sénégalaise pleine d’énergie dans la
surveillance du strict respect de ces mesures dans chaque commune ou localité du
Sénégal, ceci en étroite intelligence avec les forces de défense et de sécurité.

15