Vous êtes sur la page 1sur 259

Marguerite Morin

La pédagogie
Montessori
en maternelle

Pour une pratique


à l’école publique

SCTENCFS
HUMAINES
Sommaire

Introduction...........................................................................................

1 La pédagogie Montessori
à travers le temps
Qui était Maria Montessori ?.................................................................... 6

Q Les grands principes de la pédagogie de Maria Montessori... 9

ft J Les neurosciences et la pédagogie de Maria Montessori.......... 17

La préparation
1 Mettre en place la pédagogie Montessori dans sa classe :
pourquoi et comment ?............................................................................... 22

-2 Informer ses collègues.................................................................................. 30

3 Informer l’inspecteur...................................................................................... 32

4 (In)former l’atsem........................................................................................... 34

5 Adapter son emploi du temps.................................................................. 38

6 Acheter le matériel......................................................................................... 43

7 S’entraîner à présenter les activités........................................................ 47

8 Informer les parents...................................................................................... 53

VII
La mise en place concrète
Agencer la classe.............................................................................................. 60

Accueillir les élèves......................................................................................... 67

Être disponible ................................................................................................... 69

Modifier son attitude...................................................................................... 70

Expliquer les règles de la classe.............................................................. 76

Faire les premières présentations d’activités...................................... 81

Suivre les élèves : observer et évaluer................................................ 85

Les programmes et la pédagogie


Montessori
Les attendus de fin de grande section
et les activités Montessori............................................................................ 92

Programmation annuelle des activités ................................................ 128

Exemple de programmation (séquence et séances).................... 145

VIII
Les fiches pratiques des activités
5 Montessori
Préambule............................................................................................................. 154

Vivre ensemble
Les exercices préalables............................................................................... 160

Explorer le monde
Vie pratique........................................................................................................ 167

Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


Développement sensoriel............................................................................ 84

Explorer le monde
Botanique, géographie, zoologie et sciences.................................... 204

0 Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


Mathématiques................................................................................................... 217

Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions


Langage et graphisme.................................................................................... 228

Agir, s’exprimer; comprendre à travers les activités artistiques


Art............................................................................................................................ 239

Agir s’exprimer; comprendre à travers les activités physiques


Motricité................................................................................................................ 245

Conclusion............................................................................................. 251

Bibliographie......................................................................................... 252

Sitographie............................................................................................. 253

IX
------------------------------------------ ,
DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES EN LIGNE2

• Notice d’explication des documents


• Fiche de besoins pour faire le point
• Frises chronologiques des activités
• La construction du nombre : I séquence et 9 séances
• Le langage : 5 séquences
• Feuille de présentation des activités pour une journée
•Tableau de suivi des présentations réalisées aux élèves
• Tableau de suivi des présentations des lettres
et digrammes rugueux
•Tableau de suivi des pochettes de lecture vertes
•Tableau de suivi de la comptine numérique
• Évaluation : symboles et quantités
• Évaluation : Symboles et quantités (barres rouge et bleu)
• Fiche d’observation de l’atsem
• Exemple d’un « jour type » dans un cahier journal
•Vidéos des activités Montessori dans la classe
de Marguerite Morin

2. Les explications pour les télécharger sont en p. 4.

X
Introduction

a pédagogie de Maria Montessori divise souvent. Il y a les inconditionnels et les scep­


L tiques. Pourtant, il s'agit souvent de préjugés. Certains pensent que la pédagogie de
Maria Montessori se résume à une accumulation d'outils magiques, d’autres que l'enfant
est libre de faire ce qu’il veut et peut devenir un tyran, d’autres encore que l'individuali­
sation des apprentissages va à l’encontre de la socialisation...

Cet ouvrage, issu de ma pratique de classe, a pour objectif d'expliciter les fondements
de la pédagogie de Maria Montessori, sa convergence avec les récentes découvertes en
neurosciences, mais, surtout, de faire le lien entre la « pédagogie Montessori » et les
programmes scolaires. En effet, il est temps d'arrêter d’opposer les principes de Maria
Montessori avec ceux de l'Éducation nationale, car une grande partie des demandes
institutionnelles peuvent être atteintes en mettant en place cette pédagogie, tout en
permettant le développement le plus harmonieux possible de l'enfant.

La pédagogie Montessori, c’est avant tout un regard spécifique sur l'enfant. Celui-ci est
considéré avec toutes ses potentialités, avec le pari que chacun peut se développer et
apprendre si on lui offre l'environnement et les outils adéquats.

Ainsi, la célèbre phrase que Maria Montessori a adaptée de Montaigne « L'enfant n’est
pas un vase que l'on remplit mais une source que l’on laisse jaillir » prend tout son sens
lorsque l’enseignant parvient à avoir une -----------------------------------------
confiance sans faille dans les capacités de (( L'enfant n’est pas un vase
l'enfant à se construire en évoluant dans que l’on remplit mais une
un environnement adapté à ses besoins source que l’on laisse jaillir. »
et lorsque la classe devient le cadre qui
Maria Montessori
permet cet épanouissement dans une
ambiance sereine.

Le changement d’attitude de l’enseignant est à la base de la personnalisation des


apprentissages qui est au cœur de la pédagogie Montessori. Votre cheminement
passera par des temps de préparation du matériel, mais aussi par un changement de
posture qui entraînera inévitablement des doutes et des interrogations qui ne doivent
pas être confondus avec un sentiment d'incompétence, mais doivent être vécus comme
une étape de votre métamorphose.Vous ne pourrez pas toujours tout contrôler !

Comprendre l'approche de la pédagogie Montessori, en vous appuyant sur les règles de


présentation et les principes du travail avec le matériel et l’environnement, vous aidera
à tracer votre propre sillon.

1
Cet ouvrage a pour but de vous donner les clés d’une mise en place réfléchie et
d’un changement de posture progressif. Il sera aussi là pour vous rassurer et vous
accompagner.

2^' - Le chapitre I retrace le parcours de Maria Montessori et la construction de sa


pédagogie à travers ses observations et expérimentations. Nous verrons également
comment les neurosciences confirment les intuitions de Maria Montessori et remettent
cette pédagogie sur le devant de la scène éducative.

fA Le chapitre 2 présente les principes et la méthodologie Montessori afin de com­


prendre comment vous préparer à présenter des activités, quel matériel acheter et
comment le temps de classe peut être aménagé. Il insiste sur l'importance de bien com­
muniquer autour de vous sur votre choix pédagogique : vos collègues, votre inspecteur
votre atsem et, bien sûr les parents.

*JB® Le chapitre 3 explicite le fonctionnement concret d'une classe Montessori dans


une école publique. C'est aussi l’occasion de réfléchir à comment accueillir les enfants,
leur expliquer les nouvelles règles de la classe et de quelle manière réaliser le suivi et
l’évaluation des élèves.

Le chapitre 4 présente, de manière claire et concise, le parallèle entre les attendus


des programmes de l’Éducation nationale et les activités Montessori. Il vous aidera éga­
lement à construire votre programmation annuelle des activités.

B^ Le chapitre 5 est un ensemble de fiches pratiques, classées par thématiques, qui


présentent de manière synthétique un panel d'activités Montessori.

A la fin de l’ouvrage, vous trouverez une bibliographie et une sitographie incontour­


nables pour approfondir le sujet et se lancer dans l'aventure Montessori.

Je vous propose également des documents de travail dont je me sers au quotidien dans
ma classe pour m’organiser suivre mes élèves et préparer les présentations d’activités. Ils
sont tous disponibles en téléchargement gratuit sur le site www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4 pour plus de précisions).

Ce livre pourra être lu chronologiquement pour


entrer petit à petit dans ce nouveau point de vue
éducationnel, ou en allant directement dans le vif du
sujet avec les chapitres 4 et 5 sur la mise en place
dans la classe.

Dans tous les cas, gardez à l’esprit que l’essentiel des


programmes de l’Éducation nationale de 2015 et
de la pédagogie Montessori met en œuvre un prin­
cipe simple : toujours porter un regard bienveillant
sur l’enfant, un regard qui l’invite à engager l’énergie

2
nécessaire à ses propres apprentissages et à son développement, un regard positif qui
le soutienne dans ses activités.

Il s'agit, dans cet ouvrage, de s’inspirer et de mettre en place les dispositifs issus de la
pédagogie Montessori, de la communauté scientifique et de la pédagogie traditionnelle
de ¡’Éducation nationale.

L'école n’est pas là pour maintenir des inégalités, mais bien pour favoriser l’émancipation
de l'être humain, riche de savoir et de confiance en lui.

Attention, si le style de ce manuscrit est assez prescriptif, ce n'est pas dans le but de don­
ner des leçons, mais plutôt de mettre en garde le lecteur sur la nécessité de n’omettre
aucun des éléments fondamentaux qui interagissent dans la pédagogie Montessori : la
posture de l’enseignant, la préparation de l'environnement, le mélange des âges, l’obser­
vation et la régulation de leurs activités. Car l’objectif, au quotidien dans la classe, est
de parvenir à créer les conditions optimales pour l’activité intellectuelle de l’enfant par
l’environnement préparé et les sollicitations tant de l’adulte que des autres enfants de la
classe. Mais c'est aussi de fédérer le groupe autour de valeurs et d’une culture commune
par la littérature, les arts et le sport. C'est alors qu'émergera une microsociété respon­
sable et coopérative dans laquelle chacun trouvera la place de son épanouissement.

Il ne vous reste plus qu’à vous lancer dans cette belle aventure qu’est la mise en place de
la pédagogie de Maria Montessori au sein de l’école maternelle et dans le respect des
programmes et des attendus institutionnels. Et si, in fine, vous êtes capable de respecter
la dignité de chaque enfant en participant à la construction des citoyens de demain, alors
vous ferez réellement « le plus beau métier du monde » !

Bienvenue dans le monde de la personnalisation des apprentissages, du vivre et du faire


ensemble.

Bonne lecture et belles découvertes !

Une partie de la classe

3
A
OM SUR««»
Code couleurs pour les domaines entre ^Éducation nationale
et la pédagogie Montessori
Afin de vous aider à mieux circuler entre les attentes de ¡'Éducation nationale
et les domaines développés dans la pédagogie Montessori, un code couleurs a été
mis en place. Il se retrouve principalement dans les tableaux du chapitre 4 ainsi que
dans les fiches et schémas du chapitre 5.

Vie pratique Langage et graphisme

Développement sensoriel

Botanique, géographie, zoologie et sciences

Mathématiques

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES EN LIGNE3


:
Pour vous lancer dans la mise en place de la pédagogie Montessori, je vous propose
les outils de travail dont je me sers au quotidien, avec une notice d’explication,
à télécharger gratuitement sur le site de l’éditeur ESF Science humaines.
1. Aller sur la page du livre La pédagogie Montessori en maternelle :
http://esf-scienceshumaines.fr/accueil/286-la-pedagogie-montessori-en-maternelle.html

2. Sur la page de l’ouvrage, cliquer sur « Contenus complémentaires »

3. Indiquer le code : eSfmonT0617

4. Télécharger les documents qui vous intéressent

La liste des documents complémentaires est disponible p. X.

3.Tous ces documents sont à usage personnel uniquement. Leur reproduction et leur diffusion sont stric­
tement interdites.

4
1 La pédagogie
Montessori
à t r ave r s 1 e t e m p s
Qui était Maria Montessori ?

Les grands principes


de la pédagogie de Maria Montessori

Les neurosciences
et la pédagogie de Maria Montessori

5
pédagogie Montessori
travers le temps
i

Qui était Maria Montessori ?

ui était Maria Montessori et quels sont ses apports pédagogiques ? Afin de


Q comprendre comment Maria Montessori voit l’enfant, commençons par une pré­
sentation de ce qui constitue l’essentiel de ses nombreux écrits1.

Maria Montessori naît en 1870 en Italie et décède en 1952 aux Pays-Bas. Première
femme médecin dans son pays, elle conçoit sa pédagogie à partir d'une observation
scientifique de l'enfant, c’est-à-dire détachée de tout préjugé et de toute attente prédé­
finie. Sa vision de l’éducation est un accompagnement de l’adulte pour aider au déve­
loppement psychique et intellectuel de l'enfant. L’éducation n’est donc pas seulement
perçue comme une transmission de savoir; mais aussi comme la révélation du potentiel
de tout être humain en chacun.

Sa vision nouvelle et révolutionnaire, pour l’époque, prend en compte la globalité de


l’enfant en s’opposant à une vision « adulto-morphiste » de ce dernier Maria Montessori
s’engage activement pour l’enfant et pour la défense de ses droits.

Elle a œuvré toute sa vie pour éclairer les adultes sur les potentialités considérables de
l'enfant, en commençant à mettre en place les bases de la confiance en soi, du déve­
loppement intellectuel et humain de l’enfant, futur citoyen du monde. C’est à partir de
ces bases que l’on construit des adultes équilibrés qui feront la société de demain. La
volonté de Maria Montessori est de bâtir une société de paix.

La jeune femme commence sa car­


(( .N’élevons pas nos enfants pour rière de médecin en s’occupant d’en­
le monde d’aujourd’hui. Ce monde fants « déficients intellectuels » avec
aura changé lorsqu’ils seront grands. pour objectif de les « rééduquer »
Alors, apprenons-leur à s’adapter3. » et de les « civiliser ». Elle s'intéresse
Maria Montessori
alors aux travaux de Jean Itard et
________________ > d’Edouard Seguin2.

1. Toutes les citations de Maria Montessori sont issues de Maria Montessori, sa vie, son œuvre d’Edwing Mortimer
Standing, L'Enfant, Éducation pour un monde nouveau, Pédagogie scientifique, L'Esprit absorbant de l'enfant, L'Édu­
cation et la paix, Les Etapes de l'éducation et Psycho géométrie de Maria Montessori. Les références complètes
sont dans la bibliographie en fin d'ouvrage.
2. Jean Itard était un éducateur de sourds-muets ; c'est surtout lui qui adopta et fit travailler Victor l’enfant
sauvage de l'Aveyron dont le film de François Truffaut L'Enfant sauvage décrit l’histoire. Édouard Seguin, dis­
ciple de Jean Itard, a poursuivi ses travaux et s'est occupé des déficients mentaux. Ils ont conçu beaucoup de
matériel spécifique.
3. Maria Montessori, La Découverte de l'enfant Pédagogie scientifique,tome I, Desclée De Brouwer 2016 (1958).

6
pédagogie Montessori
Car c'est cela le combat de Maria Montessori : respecter et faire respecter la dignité de

La
chaque enfant.

Durant deux ans (1899-1901), Maria Montessori dirige une école d’État d’éducation
pour les enfants en grande difficulté. A force d’observations, d'analyses, d’intuitions et
d’expérimentations, elle met en
place une pédagogie spécifique,
Je fus, pendant des années, obsédée
empruntée pour une large part
par ce qu’il fallait faire pour permettre
à Itard, mais inventée également
à ces malheureux de se réintégrer dans
à partir de ses propres observa­
tions. Les résultats sont fulgurants.
la société, de conquérir leur place et
Très vite, Maria Montessori a leur indépendance dans un monde
l'intuition que sa méthode basée civilisé, retrouvant ainsi leur dignité
sur le développement sensoriel et d’être humain4. »
Maria Montessori
kinesthésique de l'enfant peut ser­
vir à tous les enfants.

Maria Montessori approfondit alors ses recherches en philosophie et en psychologie.


Elle devient professeur à l’université de Rome en anthropologie. Elle donne des confé­
rences où elle insiste systématiquement sur deux points :« Le devoir du maître est d’aider,
5. »
non de juger ; le véritable travail mental n’épuise pas, il nourrit l’esprit4

En 1907, on lui demande de s'occuper d'enfants très pauvres, mais « normaux »,


dans une banlieue de Rome à San Lorenzo. Elle équipe « la classe », quelle appelle
« maison des enfants », de meubles adaptés à la taille des enfants et de matériel spé­
cifique qu'elle avait soit repris d’Itard et Seguin, soit créé et utilisé avec les enfants
déficients (voir « Agencer la classe », p. 60 et tout le chapitre 5). Elle va alors décou­
vrir les « trésors » que recèle le psychisme de l’enfant lorsque celui-ci évolue
dans un environnement favorable : une grande concentration mentale, un besoin
de répétition-assimilation, l’amour de l’ordre, le travail sans souffrance, le besoin
de calme et de silence, la capacité de prendre l’autre en compte, la puissance de
la motivation, le sens de la dignité... C’est ainsi quelle va élaborer un dispositif
(liberté de choix, bienveillance plutôt que sanction...) où tout sera mis en oeuvre pour
permettre à l’enfant d’être en lien avec sa motivation intrinsèque6.
■ — — -

(( Tandis qu’on admirait mes débiles, je cherchais ce qui pouvait


entraver les enfants sains et heureux des écoles ordinaires qui, dans
les tests d’intelligence, ne dépassaient pas mes malheureux élèves7. »
Maria Montessori

4. Edwing Mortimer Standing, Maria Montessori, sa vie, son œuvre, Desclée De Brouwer, 2011.
5. Ibid.
6. Ibid.
7. Ibid.

7
pédagogie Montessori
travers le temps

À partir de toutes ces découvertes, Maria Point clé


Montessori va mettre en place les fonde­
i

ments de ce qui va devenir la « pédagogie


Montessori » et permettre à l'enfant d’aug­ L’éducation
menter son champ des possibles. Sa renom­ Pour Maria Montessori, on est
mée devient rapidement internationale. humain par son entrée dans
la culture. Et la société a le devoir
Contrainte à l’exil lorsque le gouvernement d’éduquer.
fasciste comprend le caractère « subversif » L’école est une institution
de sa pédagogie, Maria Montessori forme des publique qui doit réduire
éducateurs depuis les Etats-Unis, l’Espagne, les inégalités et transmettre
des savoirs. C’est pourquoi
l'Inde,les Pays-Bas...
l’enseignant doit créer les
conditions de la réflexion
C'est alors que de nombreuses écoles ouvrent
des élèves, mais aussi promouvoir
dans le monde, portées par des éducateurs une culture commune.
formés par Maria Montessori ou ses proches.
En mettant en place la pédagogie
Depuis, le mouvement Montessori est resté Montessori dans les classes,
actif dans le monde entier ainsi qu'en France. tout en gardant certains champs
disciplinaires en fonctionnement
Paradoxalement, alors que cette pédagogie traditionnel, vous permettez
est de plus en plus plébiscitée et reconnue, à chaque enfant d’acquérir
les conditions de son
elle est peu présente dans l’Éducation natio­
émancipation.Vous appliquez
nale. Mais les choses changent, et de plus en ainsi la fameuse formule que
plus d’enseignants de l’école publique s’y inté­ Maria Montessori met dans
ressent comme un moyen privilégié pour par­ la bouche de chaque enfant :
venir à l’acquisition des compétences atten­ « Aide-moi à faire tout seul. »
dues par les programmes.

La vie en groupe

8
pédagogie Montessori
Les grands principes de

La
la pédagogie de Maria Montessori

n s'appuyant sur ses connaissances en médecine, en psychologie, en philosophie et


E en utilisant toutes les recherches et expérimentations faites avant elle et, surtout,
en observant les enfants, Maria Montessori met au jour des étapes de développement
communes à chaque enfant.

Les quatre plans du développement

Pour Maria Montessori, qui raisonne comme une biologiste, la différence fondamentale
entre l’enfant et l’adulte est que l’enfant est perpétuellement en croissance et en méta­
morphose, tandis que l'adulte est stabilisé.

En 1938, après avoir observé que l'enfant ne grandit pas de façon linéaire, elle met en
lumière quatre grands moments de développement de l’individu de 0 à 24 ans, chacun
durant six ans. Des périodes de grands changements physiques et psychiques alternent
avec des périodes de consolidation.

Entre 0 et 6 ans, l’individu commence à se construire


Il découvre et « absorbe » son environnement (Maria Montessori parle de I’« esprit
absorbant » de l’enfant). Tout peut être apprentissage. Plus spécifiquement entre 0 et
3 ans, Maria Montessori parle d'« esprit absorbant inconscient ». « Auparavant, rien n’existe.
On part de zéro. [...] A partir de rien,
l’enfant va, grâce à des potentialités «<( Auparavant, rien n’existe. On
secrètes, créer quelque chose...8 » iéro. [...] À partir de rien,
part de zéro.
L’enfant est, en effet, un explora- l’enfant va, grâce à des potentialités
teur insatiable mû par le désir de se ^crêtes, créer
secrètes, quelque chose...
créer quelque chose...9’ »»
construire et d’évoluer. Il a besoin
de l’adulte, mais porte en lui les V
y
Maria Montessori

moyens de son propre développement. L’intelligence et le développement de l’enfant


fonctionnent « naturellement » sans contrainte, si l’environnement éducatif est bien
construit. Pour preuve, l’énorme travail qu’il accomplit spontanément au cours de ses

8. Maria Montessori in Edwing Mortimer Standing, op. cit.


9. Ibid.

9
.a pédagogie Montessori
i travers le temps

trois premières années de vie. Il développe, seul, au prix d’intenses efforts, la capacité
de marcher II apprend sa langue maternelle, sans instruction formelle et sans l’effort
conscient et fastidieux que doit produire un adulte pour maîtriser une langue étrangère.
Pour Maria Montessori, le petit enfant va engranger inconsciemment un nombre consi­
dérable de données sans que l’adulte s'en aperçoive.

De 3 à 6 ans, l’enfant a un « esprit absorbant conscient ». Il mémorise, pense, expéri­


mente, trie, classe, et cela en associant activité psychique et manuelle. Progressivement,
il devient un être social en entrant en interaction avec les autres.

18^- À partir de 6 ans, l’enfant est construit intérieurement


Il s'ouvre plus largement aux autres et au monde. Il a une soif de découvertes et un
grand besoin de justice et de vérité. En parallèle, il construit une pensée abstraite basée
en partie sur sa capacité à imaginer ce qui n’est pas directement perceptible par les
sens. C’est une période de développement social et moral. L’enfant a alors besoin de
travailler en groupe, et il faudra, en classe, privilégier les interactions avec les autres pour
favoriser les situations d’apprentissage.

De 12 à 18 ans, c’est l’adolescence, le troisième moment


de développement
C’est la véritable naissance de l'être social. L’adolescent n’est plus seulement un individu,
mais un membre de la société humaine. Il se bat pour ses convictions et veut changer le
monde. Un grand changement physique s'opère, accompagné de grands changements
psychiques qui rappellent le développement de l’enfant entre 0 et 6 ans.

fe®0" Entre 18 et 24 ans, advient la maturité


C’est la fin de la croissance et l’entrée dans la vie « active ». Le jeune adulte consolide ses
acquis, il se connaît et identifie précisément ses forces et ses faiblesses. Il va pouvoir trou-
ver une place dans la société et s'y épanouir.
Point clé
k________________

Maria Montessori
et l’observation
de l’enfant
Méthodique, Maria Montessori
s’est appuyée sur l’expérience
et l’observation afin de dégager
des principes pédagogiques
fondés sur une « loi intérieure
de développement » commune à
chaque enfant entre 0 et 24 ans.

Être fier de soi

10
ie Montessori
Les périodes sensibles

En faisant le parallèle avec les découvertes du biologiste Hugo deVries10 sur les che­
nilles, Maria Montessori met au jour l’idée qu’il existe des périodes propices à certaines
phases de développement de l’enfant. Ces périodes dites sensibles sont transitoires, et
leur moment précis peut varier d’un enfant à l’autre. Ce sont des « sensibilités » qui
poussent l’enfant à se concentrer sur une partie de son environnement parce qu’il a
besoin de ces acquis pour son développement. Il va ainsi identifier ce qui va l’aider à se
construire. Cette acquisition se fait alors pour lui naturellement et sans que ce lui soit
pénible. Lorsqu'elle sera maîtrisée, il passera à autre chose.

Il est donc important pour un enseignant d'ob­ (( La qualité fondamentale


server attentivement l'enfant, afin d’essayer de
pour le parent ou l’éducateur
connaître dans quelle période sensible il se
est de savoir observer. »
trouve pour saisir cette opportunité d'appren­
Maria Montessori
tissage « naturel ».
V J
Maria Montessori répertorie cinq périodes sensibles différentes.

La période sensible du langage


Cette période a, en général, lieu de 0 à 6 ans. Sans
aucun effort conscient, l’enfant apprend la langue qu’il
entend, et ce, bien avant d’en comprendre précisé­
ment le sens.

Le langage est la base de la vie sociale, il se déve­


loppe en plusieurs phases : l’enfant l’apprend d'abord
spontanément en « baignant » dans les sons de sa
langue maternelle, puis il se met à parler et, enfin, à
écrire et à lire. Pour aider l’enfant lors de cette période
sensible, l’adulte doit toujours utiliser le mot précis et
juste, donner le vocabulaire approprié et interagir avec
l'enfant, sans oublier de le rassurer; de l’encourager et
de le sécuriser

jB5*” La période sensible du mouvement


Cette période est particulièrement active de la naissance à 5 ans. L’enfant construit son
intelligence par le mouvement, car celui-ci est le lien entre soi et un environnement
rempli de découvertes. Plus l'enfant est jeune, plus les mouvements sont « grands », mal
« ciblés » ; plus il grandit et plus il précise ses gestes. Pour favoriser le raffinement des

10. Hugo deVries, The Mutation Theory,The Open Court Publishing Company, 1910.

11
pédagogie Montessori
travers le temps

mouvements et la construction de l’intelligence qui va avec, il est donc important d'offrir


à l'enfant de faire travailler ses mains, de lui permettre de toucher; de répéter; mais aussi
i

de lui laisser la liberté de se déplacer...

La période sensible de l’ordre


Cette période est particulièrement forte de 0 à 4 ans. Tout doit être à sa place, car
l’ordre et la stabilité aident l’enfant à se construire des repères intérieurs stables. Il est
nécessaire de lui proposer un espace rangé et organisé, mais aussi un respect de l’ordre
temporel des choses. « Le petit enfant qui ne connaît ni l’espace, ni le temps, ni le nombre,
ni les causes, ni les données les plus connues de l’expérience [...] se bat sans cesse pour
ordonner cet univers étrange. Rien d’étonnant à ce qu’il soit déconcerté lorsque l’ordre qu’il
a découvert vient à être détruit' »

La période sensible de I’« affinement des sens »


Cette période trouve son apogée entre 3 et 4 ans. L’enfant affine sa perception en
caractérisant des impressions sensorielles. Il développe ses sens : le toucher; la vue, l’ouïe,
le goût et l’odorat, grâce au matériel proposé. Ce dernier est composé de différentes
matières, textures, couleurs, formes, longueurs que l’enfant va pouvoir catégoriser et
classer L’adulte veille à le laisser explorer avant de lui proposer le vocabulaire spécifique :
long ou court, épais ou fin, rugueux ou lisse, foncé ou clair...

Le mélange des âges

I I. Edwing Mortimer Standing, Maria Montessori, sa vie, son œuvre, op. cit

12
La période sensible des relations sociales
Cette période intervient plus tard entre 3 et 6 ans. L'enfant se met à construire son
rapport aux autres après avoir construit son identité. L’hétérogénéité des âges est, à ce
moment-là, nécessaire ; elle permet à l'enfant de développer un sentiment d'apparte­
nance au groupe basé sur des valeurs d’entraide et de collaboration. L’unicité du maté­
riel, les règles de vie et la patience dans les activités mettent l’enfant dans la réalité de
la vie sociale. Ainsi les valeurs morales ne sont pas, à proprement parler; « enseignées »,
mais transmises par l’expérience de cette vie en communauté. L’ordre social représenté
par les règles incarnées et mises en place par l’adulte rassure et sécurise l'enfant.

QUESTION FRÉQUENTE
"A
Pourquoi le mélange des âges et l’hétérogénéité des élèves sont-ils
des atouts ?
Le mélange des âges fait partie des fondamentaux de la pédagogie de Maria
Montessori. Il apporte à l’enfant :
• une vie sociale riche avec :
- une communauté de vie variée,
- des échanges langagiers riches, spontanés et constants,
- une transmission et une imprégnation des codes sociaux et des règles
de vie,
- la transmission spontanée de savoirs et de l’expérience (présentations
et corrections faites par les enfants) ;
• l'entraide spontanée ;
• l'émulation ;
• la coopération ;
• le développement de la patience ;
• l’apprentissage de la gestion de ses frustrations (nécessité de différer certains
désirs, attente de la disponibilité de l’enseignant, attente pour avoir accès
à certains matériels, règles de classe limitantes) ;
• le développement du sens des responsabilités ;
• l’exemplarité et la responsabilisation ;
• une grande diversité des centres d’intérêt ;
• la limitation des conflits.
En conclusion, cet environnement extrêmement riche et peu conflictuel permet
à l’adulte de :
• laisser le temps à l'enfant de grandir et d’apprendre sur une longue période
de trois ans ;
• connaître intimement chaque enfant (fonctionnement et personnalité)
et donc de personnaliser les apprentissages avec pertinence et efficacité ;
• accueillir sereinement les nouveaux enfants à la rentrée puisqu’un tiers
seulement de la classe est renouvelé.

Réponse réalisée en collaboration avec Agnès Putoud, formatrice à « La Pédagogie Montessori


aujourd'hui ».

13
a pédagogie Montessori
travers le temps

Le besoin d’autonomie

C’est la demande implicite de l’enfant à l'adulte selon Maria Montessori : l’aider à gran­
dir; à se déployer et à voler de ses propres ailes. Car une éducation surprotectrice ou
trop autoritaire s’oppose au développement de l’enfant. L’adulte doit savoir s’effacer au
profit d’un environnement soigneusement préparé pour
permettre à l’enfant de développer son potentiel. Il est « Aide-moi à faire
fondamentalement présent, mais agit de manière indirecte. tout seul ! »
Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui-même pour qu’il
Maria Montessori
fasse ce qu'il veut, mais de lui préparer un milieu où il
puisse agir librement.

L'autonomie de l’enfant est due à la grande liberté qu'on lui laisse (mouvement et choix
de l'activité) et qui permet le développement de la confiance en soi et de l’indépen­
dance. Mais elle est également renforcée par le caractère autocorrectif des activités.
Ainsi, l'enfant peut se passer du regard approbatif de l’adulte en lui faisant modifier ses
représentations mentales, en les adaptant aux résultats de ses essais et erreurs.

C’est un des quatre piliers nécessaires à l’apprentissage selon Stanislas Dehaene (voir
« Les neurosciences et la pédagogie de Maria Montessori », p. 18).

Une grande capacité de concentration et d’apprentissage

Le but de l'éducation, dans la pédagogie de Maria Montessori comme, évidemment,


pour ¡'Éducation nationale, est donc de cultiver chez l’enfant son propre désir d’ap­
prendre. Si l’enfant est respecté et nourri, tout naturellement, il pourra développer ses
capacités de concentration, son goût du travail, son envie d’apprendre, de tout essayer;
de tout comprendre.

L’enfant apprend en « absorbant » son environ­


nement. Jusqu’à l’âge de 6 ans environ, et s'il est
bien entouré, l’enfant se nourrit d’informations
un peu « comme une éponge ». Il s’imprègne
tant émotionnellement qu’intellectuellement de
son environnement. Il s’empare de tout ce qu’il
entend, voit, touche. Ainsi, si les adultes jouent
correctement leur rôle, il peut apprendre à lire,
écrire et calculer avec la même appétence qu’il
a appris à marcher et à parler

Ajoutons que, pour Maria Montessori, l'enfant


L’approche multisensorielle de la correspondance lettre-son n’est pas un adulte en miniature. Il ne travaille

14
ie Montessori
pas comme un adulte, pour une motivation
A
extérieure ou une finalité immédiate. Il tra­
OOM SUR... vaille inlassablement, en répétant si néces­
saire son action, s'active pour se parfaire,
main est « le professeur
obéissant ainsi à une dynamique interne,
principal » de l’enfant
dans un éternel présent. L’adulte se doit
Pour apprendre, il faut de la de respecter ce rythme en n’interrompant
concentration. Et la meilleure façon pas un enfant absorbé dans une tâche. Il
pour un enfant de fixer son attention n'est pas rare, pour Maria Montessori, que
sur une tâche est de l'accomplir l’adulte, pourtant bien intentionné, distraie
avec ses mains.
inutilement l’enfant.
L’ensemble du matériel d’une classe
Montessori invite l’enfant à utiliser ses ( '■ “
Tout ce qui est aide inutile
mains pour apprendre. Celui-ci aborde
les concepts de façon concrète, par
constitue une entrave
les sens et la manipulation ; c'est ce qui au développement
lui permet d’accéder progressivement des forces naturelles'2. »
à l'abstraction (voir p. 19). Maria Montessori
<________ _____ J

La leçon en trois temps

12. Maria Montessori, La Découverte de l'enfant, Desclée de Brouwer, 2016 ( 1958).

15
La pédagogie Montessori
à travers le temps

Le rôle de l’adulte

Pour Maria Montessori, l’adulte doit être au service du développement de l'enfant. Il doit
être le guide et le modèle, mais doit être discret et confiant en l’enfant. Les montesso-
riens ont élaboré un guide de dix principes pour aider l’éducateur dans sa tâche (voir
chapitre 3, « Modifier son attitude »).

OOM SUR...
Les 10 principes de l’éducateur selon Maria Montessori
I. Ne touchez jamais l'enfant sauf s'il vous y invite (d'une manière ou d’une autre).
2. Ne dites jamais de mal d’un enfant devant lui ou en son absence.
3. Concentrez votre effort à renforcer et à aider le développement de ce qui est positif
en l’enfant.
4. Mettez toute votre énergie dans la préparation du milieu, prenez-en soin
régulièrement d’une façon méticuleuse. Aidez l’enfant à établir de bonnes
relations avec le milieu.
5. Montrez-lui l’endroit où le matériel se range et indiquez-lui comment il doit
s'en servir
6. Soyez toujours prêt à répondre à l’appel de l'enfant qui a besoin de vous,
écoutez et répondez toujours à l’enfant qui a recours à vous.
7. Respectez l’enfant qui fait une erreur et qui peut se corriger de lui-même, mais
arrêtez fermement et immédiatement tout mauvais usage du matériel et toute
action qui met en danger l’enfant, son développement ou les autres enfants.
8. Respectez l'enfant qui se repose ou observe les autres travailler ou réfléchit
à ce qu'il a fait ou fera. Ne l’appelez pas et ne le contraignez pas à une autre
forme d’activité. Aidez ceux qui cherchent une activité et n’en trouvent pas.
9. Présentez inlassablement des activités à l'enfant qui les a refusées auparavant ;
aidez-le sans cesse à acquérir ce qu'il n'a pas encore et à surmonter ses
imperfections. Faites tout ceci :
- en animant le milieu avec soin ;
- en ayant volontairement une attitude réservée ;
- en usant de mots aimables ;
- et en étant une présence aimante.
Faites que votre présence et votre disponibilité soient ressenties par l’enfant
qui cherche et quelles demeurent cachées à celui qui a déjà trouvé.
10. Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur
de ce dont vous disposez.

16
le Montessori
Les neurosciences et la pédagogie
de Maria Montessori

râce aux avancées de la recherche en neurosciences, l'imagerie cérébrale tend à


G valider des intuitions que Maria Montessori a eues en son temps.

En effet, les neurosciences soulignent que plusieurs facteurs aident à l'apprentissage.


Le fait d’être « acteur de ses apprentissages » permet de les consolider Ainsi un
enfant passif apprend moins bien qu’un enfant actif. Mais Giacomo Rizzolatti, en 1999,
montre qu'« être actif » ne signifie pas forcément « faire l’action », au sens concret
du terme. L’élève observateur attentif fait travailler les mêmes aires neuronales que
celui qui fait l’action. En effet, Rizzolatti a découvert des neurones qui s’activent lors­
que l’on fait l'action, mais aussi lorsque l’on voit quelqu’un d'autre la réaliser II précise que
« les neurones miroirs jouent un rôle important dans notre capacité d’apprentissage par
imitation13 ». Ainsi, « la capacité de reproduire une action observée est celle d’apprendre
une nouvelle action par l’observation14 ».

Dans la pédagogie Montessori, l’enfant observe l'enseignant faire les présentations, mais
aussi les autres enfants réaliser leurs activités. Il a la possibilité d’analyser une même action
plusieurs fois.Tout cela est déterminant. Mais au-delà de l’observation, l’enfant a égale­
ment la possibilité de répéter l'activité une multitude de fois. Cette répétition permet de
renforcerles liaisons neuronales qui favorisent l’apprentissage. Stanislas Dehaene identifie
quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage qui sont « ¡’atten­
tion, /’engagement actif, le retour d’information et la consolidation15 » (voir Zoom sur Stanislas
Dehaene, ci-après). « Peut-être le plus grand talent d’un enseignant consiste à canaliser et
captiver, à chaque instant, /’attention de l’enfant16.»

13. Giacomo Rizzolatti, Les Neurones miroirs, Éd.tion Odile Jacob, 2011.

14. /b/d.
15. Stanislas Dehaene, Les Neurones de la lecture, Édition Odile Jacob, 2007.

16. /b/d.

17
La pédagogie Montessori
à travers le temps

OOM SUR
Les 4 piliers de l’apprentissage de Stanislas Dehaene

> Premier pilier : l’attention et ses limites


- Nous ne pouvons pas réaliser deux tâches simultanément.
- Lorsque nous sommes engagés dans une tâche donnée, les stimuli
non pertinents peuvent devenir littéralement invisibles.
- Même si les stimuli sont visibles, leur traitement est massivement différé.
Les conséquences pour l'éducation sont mises en place dans la pédagogie
Montessori. A travers le calme d’une classe Montessori, la concentration est
favorisée. Les présentations captivent l’enfant et sont dans sa zone proximale de
développement. Le travail individuel permet de se concentrer et de recommencer
les manipulations autant de fois que l’enfant le souhaite. Le matériel est attrayant,
mais avec un seul objectif à la fois.

I Deuxième pilier : l’engagement actif


- Un organisme passif n’apprend pas.
- L’apprentissage est optimal lorsque l'enfant alterne apprentissage
et test répété de ses connaissances.
- Ce test permet à l'enfant d'apprendre à savoir quand il ne sait pas
(métacognition).
Dans la pédagogie de Maria Montessori, l'enfant est pleinement acteur de ses
apprentissages, d'où l'importance du mouvement, de la volonté et du libre choix.
Dans le matériel mis en place, le contrôle de l’erreur est inclus, il est immédiatement
perçu par l'enfant qui peut valider et invalider ses hypothèses cognitives autant de
fois qu’il le souhaite et en toute autonomie.

> Troisième pilier : le retour d’information


- Le rôle essentiel de la prédiction et de l'erreur de prédiction.
Stanislas Dehaene explique que notre cerveau utilise des modèles internes afin
de générer des prédictions sur le monde extérieur. L'apprentissage se déclenche
lorsqu’un signal d’erreur montre que cette prédiction n’est pas parfaite. Les signaux
d'erreur se propagent dans le cerveau, sans que nous en ayons nécessairement
conscience, et ajustent sans cesse nos modèles mentaux.
Grâce au matériel Montessori, l'enfant peut, lui-même, valider ou invalider
ses hypothèses cognitives et se rend compte s'il commet une erreur

> Quatrième pilier : la consolidation


- Transfert de l'explicite vers l’implicite.
Au début de l’apprentissage, le cortex préfrontal est fortement mobilisé : traitement
explicite conscient avec effort. Progressivement, l’automatisation transfère les connais­
sances vers des réseaux inconscients, libérant les ressources. Cette automatisation
est essentielle. Par exemple, lorsque la lecture devient fluide et automatique, l'enfant
cesse de se concentrer sur le décodage et peut mieux réfléchir au sens du texte.
Le phénomène de répétition de la pédagogie de Maria Montessori favorise
la consolidation.
_____________________________________________________

18
Pour capter l’attention de l’enfant de
maternelle, il est important de passer
par les sens. La vue et l'ouïe sont sou­
vent utilisées, mais le toucher l’odorat
et le goût sont plus rarement mis en
avant. Pourtant, en multipliant le recours
aux différents sens, l’enfant perçoit plus Le développement sensoriel
finement le monde qui l’entoure. Ainsi, il
peut concrétiser plus facilement les concepts abstraits grâce à une approche multisenso-
rielle. C’est ce que montrent les recherches d’Edouard Gentaz : les apprentissages sont
bien meilleurs lorsque tous les sens sont sollicités'7.

La science révèle et révélera encore bien d'autres façons de développer et de renforcer


les fonctions cognitives de l’enfant. Mais Maria Montessori aura fait les bonnes propo­
sitions, et ce, grâce à l’observation attentive de l’enfant à la suite d’Itard et de Seguin.

Comprendre le fonctionnement du cerveau de l'enfant, ses périodes sensibles et les


grands principes de la pédagogie de Maria Montessori permet de les appliquer en classe,
mais cette démarche exige aussi une préparation minutieuse.

1
OOM SUR...
Le message de Maria Montessori
« Ce qui a débuté dans une banlieue pauvre de Rome est devenu un mouvement
international visant la reconnaissance de l'enfant en tant qu'avenir de la personne humaine.
A l’heure du questionnement, et des réformes en éducation, le message de
Maria Montessori nous enjoignant de "suivre l’enfant comme notre guide" continue
d’être très actuel. Le renouveau de l’éducation sans l’enfant comme moteur principal est
voué à l'échec. Si nos sociétés veulent recentrer l’éducation dans sa nature véritable,
elles devront redécouvrir le secret de l’enfance et bâtir à partir de l'enfant. C’est
certainement le message que continue de nous communiquer cette grande dame.
Il faudra s’approcher de la vie et puiser en notre âme de jardinier pour la cultiver à
travers l’enfant. Ce ne seront pas nos systèmes, nos programmes ou nos institutions
qui apporteront les solutions aux questions fondamentales de civilisation qui
se posent, mais la vie et la personne de l’enfant, celui qui actuellement semble être
le citoyen oublié. Maria Montessori nous invite, à travers toute son œuvre, à trouver
dans les yeux mêmes de l'enfant la motivation et la détermination nécessaires à la tâche
d'éducation1718. »
_____________________________________________________

17. Édouard Gentaz, La Main, le cerveau et le toucher, Dunod, 2009.

18. Benoît Dubuc, « Maria Montessori : l’enfant et son éducation », in Maurice Tardif, La pédagogie, Théories et
pratiques de /’Antiquité à nos jours, sous la direction de Clermont Gauthier et Maurice Tardif, Gaëtan Morin
éditeur 1996, p. 173.

19
1pédagogie Montessori
travers le temps

La soif de connaissance

20
Mettre en place la pédagogie Montessori
dans sa classe : pourquoi et comment ?

2 Informer ses collègues

Informer l’inspecteur

4 (In)former l’atsem
5 Adapter son emploi du temps

6 Acheter le matériel
S’entraîner à présenter les activités

Informer les parents

21
Mettre en place la pédagogie
Montessori dans sa classe :
pourquoi et comment ?

orsque l’on connaît les principes de la pédagogie de Maria Montessori, il est important
L de prendre le temps de les mettre en place et de préparer avec soin l'environnement.
Cette pédagogie apporte une réponse respectueuse à la question du développement
de l’enfant pour atteindre les objectifs des programmes de ¡'Éducation nationale.

L’objectif de l’école maternelle publique

L’objectif de la maternelle est l’acquisition des compétences et connaissances fonda­


mentales1, telles que définies par les Instructions officielles de l’Éducation nationale pour
chaque enfant. L'enseignant s'assure donc que chacun des élèves de sa classe acquiert
effectivement l’ensemble de ces compétences. Certains diront qu’il est extrêmement
difficile de faire classe en tenant compte de chaque enfant. En général, un enseignant
prépare sa classe pour un élève moyen et ensuite différencie pour un petit groupe
d’élèves dit « en difficulté », car ne comprenant pas la notion au moment où il la leur
propose. Mais la pédagogie de Maria Montessori permet de ne pas en rester là. Elle met
en place un dispositif dont l’enfant s’empare. Ainsi l'enseignant devient un organisateur
des situations d'acquisition de savoirs au profit de tous les enfants.

Les objectifs implicites de l’école maternelle

Pour arriver à l’acquisition des compétences fondamentales, nous pouvons nous appuyer
sur le développement des compétences transversales qui sont attendues chez les élèves
pour atteindre les objectifs des programmes.

Le préalable à tous les apprentissages est la concentration qui permet de mobiliser


son attention. Citons aussi l'autonomie, c’est-à-dire être capable de choisir : faire seul

I. Afin d’alléger la lecture, nous appellerons « compétences et connaissances fondamentales » simplement


« compétences fondamentales ».

22
ou savoir rechercher des aides. Elle va de pair avec la confiance en soi : être capable de
prendre une décision et de l’assumer ; être capable de voir ses réussites et ses erreurs.
Mais l’enfant a besoin aussi de la mémorisation qui permet de se souvenir pour repro­
duire. Et enfin, il faut I aider à accéder à la volonté et à la persévérance qui permettent
de choisir et de mener une tâche à son terme.

Le dispositif chez Montessori

Pour développer ces compétences transversales et atteindre les objectifs de l’Éducation


nationale, nous mettons en place un dispositif composé de différents éléments qui intera­
gissent entre eux. « Dans chaque système, tous les organes sont essentiels,chacun d’eux ayant
un rôle à jouer. Il en va de même pour le système Montessori qui est un organisme vivant2.»

Pour que le dispositif « Montessori » fonctionne et conduise les élèves à l'acquisition des
compétences attendues par l’Éducation nationale, il est essentiel de prendre en compte
l’ensemble des éléments suivants.

"B** La posture de l’enseignant


Le premier élément à mettre en place, peut-être le plus difficile, c'est la posture de
l’enseignant (voir « Modifier son attitude », p. 70).

Son rôle consiste à avoir profondément confiance en l’enfant et en ses capacités à


réussir. Pour l’y aider; l’enseignant doit poser un cadre très structurant avec des règles
claires et explicites (voir « Expliquer les règles de la classe », p. 76). Il doit aussi être
exemplaire dans ses gestes, ses paroles et ses actes. La discrétion est importante pour
ne pas gêner les enfants qui travaillent. En même temps, l’enseignant aide, soutient et
guide ceux qui ne savent pas quoi ou comment faire. Et, dans tous les cas, il prend
du temps pour observer les élèves, mieux les connaître et pouvoir répondre à leurs
attentes en matière d'apprentissage.

"
IB
** L’aménagement de la classe
Le deuxième élément à mettre en place concerne l’aménagement de la classe (voir
« Agencer la classe », p. 60).

La classe est destinée à l’enfant, tout doit être à sa hauteur et à son intention. Elle
est épurée afin qu'il puisse concentrer son attention. La classe est belle, accueillante,
confortable et rangée. On s'y sent bien et on a envie d’y venir

2. Edwing Mortimer Standing, Maria Montessori, sa vie, son œuvre, op. cit.

23
La classe est organisée par zones de travail : vie pratique, raffinement des sens,
mathématiques, langage, art... (voir « Agencer la classe », p. 60) pour donner des points
de repère clairs et simples aux enfants.

Le matériel est adapté aux enfants et disposé dans un ordre croissant de difficulté.
Pour Maria Montessori, il est important qu’il soit « cassable » pour que l’enfant ait
conscience de l'impact de ses mouvements. C’est ainsi qu’il apprendra à maîtriser ses
gestes. Chaque activité proposée a un but défini et explicite, elle a un début, un dérou­
lement et une fin.

Une organisation et une préparation minutieuse quotidienne


Tous les jours, une organisation et une préparation minutieuse permettent d’agir sur
l'environnement, et non sur l’élève, pour l’amener à apprendre.

L'aménagement de la classe fait l'objet d'un soin quotidien. L’enseignant vérifie les acti­
vités proposées, taille les crayons, humecte les éponges... Tout doit être le plus parfait
possible et à sa place.

L’enseignant développe une connaissance approfondie de chaque enfant par l’obser­


vation quotidienne qui fait office, entre autres, d’évaluation diagnostique. Pour chaque
journée, il prépare une sorte de « programme » de présentations personnalisées et
adaptées à la zone proximale de développement3 de chaque enfant.

Activité autotélique
Il s’agit d’une activité qui n’est
entreprise pour d’autre but
qu’elle-même.
Une activité (ou expérience)
autotélique se caractérise par
une récompense intrinsèque
impliquant un sens profond
d’enjouement, de joie et
d’enrichissement.

Respecter le rythme de l’enfant

3. Cela signifie que l'enfant est en mesure de faire l'activité, d'abord avec l'aide de l’adulte, puis tout seul, en
autonomie.

24
--------------------------------------------------------------------------- \
MES PRATIQUES
LA PREMIÈRE ANNÉE ET LE RYTHME DE CHAQUE ENFANT
La première année de mise en place de la pédagogie Montessori est une année
difficile et stressante.
Difficile car le chemin pour parvenir à modifier sa position d’enseignant est long : il faut
à la fois lâcher prise sur le fait que tous les enfants font ce qu'on leur demande quand
on leur demande et en même temps être cadrant, structurant et bienveillant. Il faut
parvenir à être organisé et dépouillé de mise en scène pour aller droit à l'essentiel sans
oublier personne. Il faut également apprendre à se mettre en retrait pour observer
et faire confiance à l’enfant, et cette posture est déroutante pour l’enseignant qui a
l'habitude de tout contrôler
Stressante car l'enfant évolue à son rythme et en fonction de ses choix. Il peut passer
de longs moments à refaire la même activité sans lassitude. L’année avance et on se dit
qu’ils n'apprennent rien ! On ne peut pas cocher des cases de compétences abordées
pour tout le monde en même temps, et c'est stressant. Dans la pédagogie Montessori,
l’enfant avance par palier; il prend du temps pour poser les bases de la concentration,
de la précision, de l'ordre, du rangement et du sensoriel. Puis tout à coup, le voilà prêt
à se lancer à la conquête des apprentissages plus cognitifs ! Et il vous sollicite pour
apprendre tellement vite qu'il dépasse les objectifs que vous aviez imaginés. Mais cette
période de construction interne est stressante. Heureusement pour vous rassurer;
vous avez votre suivi des présentations individuelles des élèves qui vous permet
de savoir où se situe chaque enfant sur la frise chronologique des activités4
à présenter (voir « Les chronologies des activités », p. 145).

La personnalisation des apprentissages


L’enseignant met en place la personnalisation des apprentissages qui peut prendre
la forme d’un travail individuel spécifique à un enfant ou à plusieurs enfants. Pour cela,
il est important de porter son attention sur plusieurs points.

Le matériel est en un seul exemplaire pour éviter la comparaison, mais aussi pour
apprendre l’observation, la patience, la frustration et la collaboration. C’est ainsi que
l’enfant va apprendre la vie en communauté et le partage.

L’enseignant est bienveillant et porte attention à chacun. Il n’oublie personne.


Chaque jour; il essaie d’avoir un regard nouveau sur ses élèves, sans préjugé, ni attente
particulière.

Chaque enfant apprend à son rythme. Il n’y a ni élève en avance, ni élève en difficulté,
mais des enfants avec des envies, des besoins et des acquisitions différents les uns des
autres.

4.Téléchargez les frises chronologiques des activités pour le suivi des élèves surwww.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

25
Un temps est laissé aux essais et aux erreurs sans interventions inopportunes. D'ailleurs
les activités Montessori sont pensées et construites pour être autotéliques et stimu­
lantes, ce qui favorise l’autonomie de l’enfant.

La zone proximale de développement est le fil directeur des présentations réalisées. Elle
permet aux enfants d'ancrer durablement leurs apprentissages. On parvient à cerner
cette zone lors de l’observation
de chaque enfant. Cette obser­
vation sert à la fois d’évaluation r (( L’enfant n’est pas un être vide qu’on j
diagnostique, mais aussi d’éva­ remplit de tout ce qu’il sait. Non,
luation sommative. Elle permet à l’enfant est le constructeur de l’homme
l’enseignant de réguler la classe en
et il n’existe pas un homme qui n’ait été
proposant des activités ciblées à
formé par l’enfant qu’il a été. »
l’enfant et donc porteuses de sens
Maria Montessori
pour lui (voir « Suivre les élèves : __________________________________ __ ____________ J
observer et évaluer », p. 85).

Les cours multiples et l’hétérogénéité

Pour mettre en place correctement la pédagogie de Maria Montessori, il est précieux


d'avoir un cycle I complet (petit section moyenne section - grande section). Si vous
le pouvez, vous serez heureux de ce choix,
mais si, comme dans la majorité des écoles,
vos collègues ne veulent pas fonctionner
en cycles, alors essayez au moins d’avoir un
double niveau et de garder vos élèves deux,
voire trois ans d’affilée. Ainsi, les élèves
pourront évoluer plus longtemps dans un
cadre qu’ils maîtrisent. Le mieux étant de
commencer par un mélange petite section-
moyenne section et de poursuivre l’année
suivante par petite section-moyenne sec­
tion-grande section.

Dans l’enseignement classique, un des gros


problèmes à résoudre est la gestion de
l'hétérogénéité. Et, en une année scolaire,
nous manquons de temps pour enseigner
à nos élèves tout ce que nous aimerions
au rythme que nous souhaiterions. Nous
Le mélange des âges
faisons donc des groupes où les enfants

26
r
acquièrent la même compétence au même Point clé
k________________ ¿
moment. Dans la pédagogie Montessori, ce
problème est résolu : chaque enfant apprend
de façon personnalisée des compétences
Le tutorat
qui lui conviennent au bon moment pour lui. Laissez les grands montrer
Et surtout, il le fait une compétence après aux plus jeunes si c’est spontané,
l’autre. Cela rend l’apprentissage extrême­ ne les obligez pas à faire
une présentation ou du tutorat.
ment efficace et fait gager in fine, du temps
à l’enseignant.

Le fait d’avoir des classes d’âge mélangées présente de vrais avantages :

• les enfants n’ont pas les mêmes besoins au même moment, on peut donc leur pré­
senter des compétences spécifiques ;

• les plus jeunes sont stimulés par les plus âgés, ils voient ce que sont capables de faire
leurs aînés et n’ont qu'une envie : faire comme eux. Le plus souvent, à force de les voir
faire, ils apprennent sans l'enseignant ;

• les plus âgés acquièrent de la confiance en eux en aidant les plus jeunes sans faire à
leur place et en étant le modèle.

(t De 0 à 6 ans, se forment

non seulement l’intelligence


mais aussi l’ensemble des
facultés psychiques. »
Maria Montessori
J
Enfin, avoir les élèves sur plusieurs
années nous laisse le temps de leur
laisser le temps. Par exemple, un enfant
peut ne faire que des mathématiques
pendant plusieurs semaines, il aura le
temps de faire du langage plus tard.
C'est également un gain précieux pour
connaître chaque élève et son fonction­
nement d’apprentissage spécifique. Ainsi,
en début d’année suivante, on sait déjà
comment fonctionne l’enfant, ce qu’il sait
et ce qu’il ne sait pas encore.
L'expérience

27
La vérification du dispositif

II est indispensable d'avoir un regard critique sur la mise en place des dispositifs afin de
les améliorer au fil de l’année.

L'enseignant peut se poser plusieurs questions pour évaluer ses dispositifs :

• Les élèves sont-ils autonomes ?

• Les règles sont-elles respectées ?


• Chaque élève travaille-t-il sur une activité ou observe-t-il les autres ?

• La bienveillance et le bien-être, signes d'une vie harmonieuse au sein de la commu­


nauté enfantine, empreignent-ils naturellement la classe ?

L’acquisition des apprentissages

La vérification de l’acquisition des apprentissages fondamentaux par les élèves se fait


au travers de l’évaluation des compétences et des connaissances acquises ainsi qu en
observant le développement social de l’enfant.

L’observation va permettre de valider


un grand nombre des apprentissages.
Cependant, l’ajout de quelques « fiches »
ou traces écrites permet une transmission
aux familles et aux collègues.

Souvent, dans une classe traditionnelle, lors


des évaluations, l’enseignant constate qu’un
grand nombre d’enfants a acquis moins de
choses que ce que l’enseignant pensait. On
lorsque l'on met en place la pédagogie
Montessori dans sa classe, on est surpris
de constater que la majorité des enfants a
acquis plus de choses que ce que l'ensei­
gnant pensait. Cela est dû au mélange des
âges, les plus petits observant les activités
des plus grands et les plus grands trans­
mettant des savoirs et savoir-faire aux plus
jeunes, mais aussi grâce aux présentations
L'entraide

28
individuelles qui font baigner l’enfant
dans une répétition des connaissances.
Ainsi, durant ses trois ans dans la classe,
il n’est pas impossible qu’un enfant
entende 75 fois une même présenta­
tion (3 présentations x 25 élèves). Ceci
se fait de façon inconsciente puisque
les présentations ne lui sont pas spécifi­
quement destinées, mais elles s’ancrent
de façon de plus en plus fine en lui. Il
n’est pas rare de faire une présentation
à un enfant qui nous montre qu’il la maî­
trise déjà (grâce à l’observation et aux
neurones miroirs). Cependant, l’enfant
est généralement heureux de partager
ce moment privilégié avec l’enseignant
et d’obtenir le fameux sésame : l’auto­
risation de réaliser l’activité. La sécurité affective

MES PRATIQUES
LES ENFANTS « EN DIFFICULTÉ »
La grande majorité des enfants va s’investir spontanément dans le dispositif
que vous leur proposez. Cependant, certains auront des difficultés à faire
des choix seuls et à s'atteler à une activité sans aide.
Vous avez plusieurs solutions pour aider les « papillonneurs » ou ceux qui se réfugient
toujours dans des activités connues et faciles pour eux :
• leur faire une présentation ;
• restreindre leur choix à deux ou trois activités ;
• leur proposer un plan de travail ;
• proposer à un autre élève de les accompagner dans une activité, en soutien ;
• les installer sur un tapis à côté de vous pour les accompagner dans leur activité
(tout en faisant une présentation à un autre).
Il est nécessaire d'accorder une plus grande part de votre disponibilité aux enfants
qui bloquent sur certains concepts. Chaque jour; prenez un temps pour revenir
sur ce qui bloque, afin de les aider à passer au-delà de leur difficulté.

Si vous êtes maintenant convaincu, il va être important de communiquer avec votre


entourage professionnel :vos collègues, l’atsem et l’inspecteur II convient alors d’explici­
ter votre choix pédagogique et les conséquences (ou pas) de celui-ci. Il s'agit avant tout
de rassurer et de ne pas être isolé dans cette nouvelle aventure.

29
Informer ses collègues

es enseignants connaissent en général mal la pédagogie Montessori. Ils sont donc par­
L fois sceptiques quand vous leur annoncez votre choix de la mettre en place. Il arrive
qu’ils aient des représentations négatives qui peuvent faire obstacle au travail d’équipe...
Il est de votre devoir d’expliciter votre choix pédagogique et de les rassurer en prenant
du temps lors d'un conseil des maîtres.

Garantissez-leur que les compétences et connaissances des programmes seront assu­


rées, même si certaines ne seront pas abordées dans le même ordre qu’eux. Dites-leur
que vous allez informer les parents de vos choix pédagogiques, mais sans faire de pro­
pagande (voir « Informer les parents », p. 53). Et, bien entendu, rassurez vos collègues en
précisant que vous effectuerez votre quota de temps de surveillance de récréation.Vous
pouvez également leur proposer de mettre en place un système où chacun surveille sa
classe. Ainsi, chaque enseignant est indépendant et peut faire sortir ses élèves quand il
le souhaite.

Mais le plus important est de faire preuve de souplesse et d’écoute, car votre choix
aura des répercussions sur le travail de vos collègues. Or; ce n’est pas parce que vous
êtes convaincu que tout vous est dû.Vous serez amené à faire des aménagements pour
rester en lien avec votre communauté éducative et ne pas enfermer les élèves dans un
système en vase clos.

Vous pouvez dire à vos collègues que


MES PRATIQUES vous ferez avec vos élèves du travail plus
LES RÉCRÉATIONS traditionnel. Vous prendrez également
soin de faire du travail sur fiche, ce qui
Le matin, je sors en récréation
en même temps que mes
permettra aux élèves d’avoir une bonne
collègues afin que mes élèves fassent continuité avec la classe suivante. Vous
partie du groupe école. En revanche, remplirez aussi des carnets de réussites
je ne sors pas en récréation permettant à l'enseignant suivant de
l'après-midi. situer les acquisitions de chaque enfant.

30
Il faut faire attention à ne pas juger les QUESTION FRÉQUENTE
pratiques de vos collègues, car chaque
enseignant est libre de ses choix péda­ Comment faire le lien en fin
gogiques. Et ce, même si vous êtes d’année avec l’enseignant
convaincu qu’avec telle ou telle activité, qui aura nos élèves l’année
le petit Untel entrerait plus facilement suivante ?
dans les apprentissages et serait moins Faites comme d'habitude ! Parlez-lui
perturbateur A l’inverse, un enfant peut de l'enfant, de sa façon d’être, de
être plus heureux dans une autre classe son comportement, de ses forces
que la vôtre avec une forme de pédago­ et de ses faiblesses.Vous pouvez
gie différente. vous appuyer sur ses cahiers et
productions pour illustrer vos propos.
Il faut trouver le juste équilibre pour tout La différence sera que vous aurez
de même essayer de faire entendre vos une connaissance fine et précise
demandes : vous souhaitez un double, de vos élèves.

voire un triple niveau, en gardant plu­ < __________ )


sieurs années d'affilée les mêmes élèves ; vous aimeriez ne pas sortir forcément en
même temps que tout le monde en récréation... Mais tout cela se discute et peut se
mettre en place progressivement.

OOM SUR...
Les possibles différences avec vos collègues
Vous personnalisez les apprentissages.
Vous commencez par de l’écriture cursive (même en PS) et ne passez pas
.forcément par de l’écriture « bâton ».
Vous donnez le son de la lettre, jamais le nom sauf en toute fin de GS.
Vous n’avez pas de banc au coin regroupement.
Vous êtes souvent assis parterre et peu visible lorsque l’on entre dans votre classe.
Vous chuchotez dans la classe.
Vos élèves vont seuls aux toilettes.
Vous n'avez pas de groupes de couleurs, mais des bureaux individuels et des tapis.
____________________________________

31
Informer l’inspecteur

'Éducation nationale est une institution avec des programmes. Elle garantit la liberté
L pédagogique des enseignants.

La pédagogie Montessori, comme d’autres pédagogies, est une méthode qui doit être
examinée sous l’angle de ce quelle peut apporter aux objectifs de l’Éducation nationale.

Dans tous les cas, vous devez respecter les demandes institutionnelles. Sont concernés
les programmes par cycles, les affichages obligatoires (progressions, livres lus, comptines
et chants, emploi du temps, PPMS, plan d’évacuation...), les documents de préparation
de la classe, le livret d’appel et les outils d’information des parents, c’est-à-dire, au mini­
mum, le carnet de suivi des apprentissages, à pouvoir fournir à tout moment.

Pour être en bons termes avec votre


hiérarchie et que tout se passe pour le QUESTION FRÉQUENTE
-------- ---------------
mieux, rassurez-la en lui présentant tous
vos outils et en les rendant explicites et Et que va dire mon inspecteur
compréhensibles, c’est-à-dire en les écri­ si je mets en place la pédagogie
vant en « langage Éducation nationale » Montessori ?
(voir chapitre 4). Si vous oubliez de respecter
les Instructions officielles, votre
N’oubliez pas que notre métier a main­ inspecteur sera en droit de vous
tenant un « référentiel de 19 compé­ demander des explications.
tences ». En montrant que vous intégrez Mais si vous justifiez l'utilisation
parfaitement l’utilisation de la pédagogie de la pédagogie Montessori comme
Montessori dans ce référentiel, vous affi­ moyen pour atteindre une partie
chez votre implication et votre connais­ des objectifs de l’Éducation
sance du métier nationale, il comprendra mieux
votre fonctionnement.
\________________________________ y

32
MES PRATIQUES
LE JOUR DE L’INSPECTION
Lors de mes inspections, je prépare, outre les documents obligatoires,
des affichettes des cinq domaines du cycle I (Explorer le monde...) que
je positionne au-dessus des étagères correspondantes... Ainsi,en se rapportant
au plan de la classe, l’inspecteur peut situer les apprentissages (voir « Agencer
la classe », p. 60).
Je présente tous les plans de séquences et fiches de séances de chaque activité
proposée rédigée dans le langage de l’Éducation nationale (voir « Exemple de
programmation (séquence et séances) », p. 145).
Les cahiers des élèves montrent le travail réalisé en classe (voir « Suivre les élèves :
observer et évaluer », p. 85.)
Enfin, je présente, dans l’heure et demie de sa visite, une activité de motricité
afin de montrer que ma pratique et mes compétences ne se cantonnent pas
à l'utilisation de la pédagogie Montessori.

L'écriture

33
(In)former l’atsem

’atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) va être votre partenaire.
L Vous allez donc travailler avec elle conjointement au profit des élèves. Mettre
en place la pédagogie Montessori est votre choix, pas le sien, il vous faudra donc lui
expliquer les raisons de celui-ci et les bienfaits pour les élèves.Tout comme vous, l’atsem
de la classe aura à modifier totalement son comportement. Il n'est jamais facile de
changer sa façon d'être, surtout quand les habitudes sont ancrées depuis des années.
La patience, le compromis et l'explicitation seront vos meilleures armes.

Il vous faudra présenter à l’at-


sem la façon dont vous souhai­
tez quelle agisse, pour quelle
puisse se faire une idée précise
de ce que vous lui demandez.
Mais ce n'est pas tout, il vous
faudra aussi redéfinir son travail,
lui expliquer les avantages et les
inconvénients pour elle de ce
changement.

En vous observant, elle com­


prendra mieux ce que vous
attendez. Laissez-lui du temps
pour assimiler les change­
ments, donnez-lui la possibilité
de lire et de comprendre la
philosophie de la pédagogie
Montessori, de s’en imprégner
voire de se former Vous pouvez
définir ensemble un emploi du
temps ou une liste d’activités
quelle peut présenter une fois
que vous lui aurez montré com­
ment faire.

Faites-lui confiance et observez


avec elle les changements d'atti­
tude des élèves : ils sont plus
parlants que de longs discours.
L’atsem dans la classe

34
MES PRATIQUES
L’ATSEM DE MA CLASSE
Je confie à mon atsem la responsabilité de certaines activités quelle peut
présenter aux élèves.
Mais surtout, son rôle est primordial pour gérer « l’ambiance », c’est-à-dire le niveau
sonore, et le respect des règles de fonctionnement de la classe lorsque je suis en
présentation avec un ou des élèves. Elle a un rôle extrêmement important de régulation.
L'atsem se charge souvent de la vérification du matériel avant l'arrivée des élèves.
Elle veille à ce que tout soit en ordre et prêt à l’emploi.
Elle est un partenaire fort avec qui je partage les grandes étapes des élèves
et la fierté de les voir s'épanouir, mais aussi les déceptions des jours plus difficiles.
Elle est au cœur de la classe et voit tout ce qui s'y passe.

Vous pouvez prévoir des rencontres régulières pour faire le point sur les éléments et les
attitudes à faire évoluer Vous pouvez rappeler à l'atsem quelle accompagne les enfants
dans leurs apprentissages, sans faire à leur place, afin qu’ils réussissent en étant fiers
d’eux-mêmes.

Il faut également que l’atsem veille à parler très doucement et à se déplacer dans la
classe pour s’adresser à un enfant. Ainsi, on ne dérange pas les autres, et on considère
et respecte l'enfant en s’adressant à lui
directement sans le mettre mal à l’aise
ou l’humilier QUESTION FRÉQUENTE

L’atsem joue un grand rôle dans le déve­


Si l’atsem ne comprend pas,
loppement de l’autonomie vestimen­ que puis-je faire ?
taire. Il est bon de prendre le temps et
Proposez-lui des temps d'observation
de montrer explicitement et lentement
de la classe. La prise de recul est très
la façon de mettre ses chaussures, sa instructive et, si vous lui donnez
veste, les boutons, de se laver les mains, une grille d'observation, elle saura
d’aller aux toilettes. L’enfant va devenir quoi observer
autonome, si on lui montre comment le Vous pouvez lui proposer de pointer
devenir; et non en lui disant de le deve­ les activités de chaque élève
nir ! L'accompagner sur ce chemin prend ou de suivre un seul élève toute
du temps, plus de temps au départ la matinée...
que de faire à sa place. Mais l’enfant en Vous aurez ainsi de quoi débattre
sortira grandi. L’atsem est la personne- ensemble sur ce quelle a observé...
ressource toujours disponible pour
écouter et aider l’enfant.
k______ _ ______ )

35
Ce changement de pédagogie jouera positivement sur la légitimité et la reconnais­
sance de l’atsem. En devenant votre partenaire, elle gagne en considération. Son rôle ne
se limite plus à des tâches subalternes, elle est autonome et indispensable. Son métier
est véritablement reconnu ainsi que son rôle auprès des enfants.

L’atsem a la possibilité de prendre des initiatives et de mettre en place une relation


importante avec les enfants. Elle n’est plus « la dame qui fait faire pipi et qui fait le
ménage ». Elle est celle qui donne les clés aux enfants pour pouvoir se prendre en
charge seul5. Parce quelle les aide à devenir autonomes, ils lui portent une grande
reconnaissance.

L’atsem gagnera en qualité de travail au quotidien. En effet, les élèves sont tellement
investis dans l'entretien de la classe qu’ils font attention à moins salir et font une partie
du ménage. La classe est beaucoup moins bruyante, car chaque enfant est occupé à réa­
liser ses activités. La journée est donc beaucoup moins fatigante. Il règne dans la classe
une atmosphère sereine et des enfants épanouis, occupés et silencieux, ce qui rend la
journée agréable.

L’atsem n’a plus la gestion d’un groupe


a Lorsque nous comprendrons d’enfants pendant les temps dédiés à la
tout ce que l’enfant acquiert personnalisation des apprentissages, elle est
par lui-même, nous saurons donc libre de ses faits et gestes et de ses
décisions.
mieux ce que peut devenir
l’homme. » Certains changements peuvent remettre en
Maria Montessori cause la conception et les habitudes de l’at­
______ J sem et peuvent être sources de difficultés.

• La plus grande difficulté, qui incombe à chacun, semble être d’arriver à se décentrer
de sa vision d’adulte pour faire confiance à l’enfant et à ses capacités d’apprendre. Il est
donc difficile mais indispensable de ne pas enfermer l'enfant dans un rôle d'être dépen­
dant de l’adulte, incapable de se prendre en charge.

• Chaque personne a un caractère, des comportements et des attitudes qui lui sont
propres. L’atsem aussi. Et pourtant, en tant que modèle pour l'enfant, elle va devoir
adopter un ton de voix calme, posé et rassurant. Il va lui falloir se mettre à sa hauteur et
le considérer comme un être à part entière.

5. L’atsem peut utiliser une « fiche d'observation » qui lui permet de noter les activités que les enfants réa­
lisent jour après jour Ce document est téléchargeable sur www.esf-scienceshumaines.fr (voir p. 4 pour plus
de précisions).

36
Il y aura sans doute bien d’autres choses
sur lesquelles échanger; s'expliquer et trou­ (( Un enfant enfermé dans
ver des compromis. Les relations humaines ses limites reste incapable
sont riches d’une infinité de possibilités. Il de se valoriser et n’arrivera
est important de ne jamais cesser le dia­ pas à s’adapter au monde
logue, car il est nécessaire d’être partenaires extérieur. »
pour le bien-être des élèves, « l'ambiance
Maria Montessori
de classe », pour la personnalisation des
apprentissages et la construction d'un col­
J
lectif respectueux de chacun.

Le développement du goût

37
Adapter son emploi du temps

ntre les exigences de l’Éducation nationale et les recommandations de la pédagogie


E Maria Montessori, il va certainement vous falloir repenser votre emploi du temps
pour qu’il ne soit plus fragmenté en permanence.

Privilégier la concentration

Selon Maria Montessori, l'enfant a besoin de temps pour se réaliser dans l'activité qu’il
a choisie. Il lui faut de grandes plages continues où il ne sera pas interrompu dans sa
concentration et sa construction de la notion. Il est préconisé de faire trois heures sans
coupure, c'est-à-dire sans récréation et sans regroupement collectif. L’enfant comble
son besoin de mouvement par ses déplacements et ses manipulations en classe. Si vous
souhaitez adapter votre emploi du temps, c’est possible, même au sein de l’Éducation
nationale, en vous mettant d’accord avec vos collègues et en faisant des compromis.

Vous êtes libre de concevoir votre emploi du temps en fonction du temps que vous
souhaitez consacrer à la pédagogie Montessori, à vos créneaux de motricité, aux ser-
r1 vices de récréation et à tous les autres projets et
Point clé dispositifs qui vous tiennent à cœur
k._______________
Votre emploi du temps doit montrer que vous
Le travail pendant prenez en compte l’ensemble des domaines de
le temps de classe l’Éducation nationale, mais on y voit tout de même
apparaître la mise en place du dispositif particulier
Pendant que les enfants travaillent, de personnalisation des apprentissages, élément
vous ne chômez pas.Vous faites
central dans la pédagogie de Maria Montessori.
des présentations, répondez
aux sollicitations, observez Il est important pour l'enfant d’avoir des temps
quel est le centre d’intérêt de spécifiques alloués à la pédagogie Montessori
chacun, prévoyez la prochaine pour qu’il puisse s’emparer de ce fonctionnement
présentation à faire... nouveau.
En aucun cas vous ne pouvez être
occupé à préparer quelque chose, Il ne faut pas confondre la pédagogie Montessori
à discuter avec un adulte, à relire au sens strict avec ce que l’on appelle les « ate­
une présentation ou à réaliser
liers autonomes ». Dans ce cas, vous vous servez
un nouveau plateau.Tout cela
se fait en dehors du temps
uniquement du matériel pour occuper les élèves
de présence des enfants. pendant que vous « faites classe » avec un groupe
d'élèves, les résultats seront très différents, car

38
vous n'aurez ni le calme, ni l’attention de l’élève et vous n'aurez ni le temps d’observa­
tion, ni le temps de présentation nécessaire aux apprentissages. Il s'agit d’un dispositif
différent que l'on appelle « ateliers autonomes », mais pas de la pédagogie de Maria
Montessori au sens strict.

EMPLOI DU TEMPS PS/MS/GS

Activités individuelles ciblées Activités collectives

Activités en petits groupes Activités physiques

39
MES PRATIQUES
MON EMPLOI DU TEMPS
Mon emploi du temps diffère peu d'un emploi du temps traditionnel. Ce sont
le dispositif, les gestes professionnels et mon positionnement qui sont différents.
J'ai des temps de regroupement, des temps de travail en groupe, de la motricité...
Dans ma classe, j’essaie de mélanger la neutralité de la pédagogie Montessori et la mise
en valeur des projets culturels de la classe. Nous vivons ensemble dans l’entraide,
l’écoute et le partage. La référence aux programmes de ('Education nationale est
partout, mais en filigrane on y retrouve la philosophie de Maria Montessori, à travers
la confiance en l’enfant, le respect de son rythme, la bienveillance et le cadre
contenant et rassurant qui permet la liberté de choix et de mouvements.

r 1
Point clé
k._______________

Avant et après la classe


En dehors du temps de classe, vous avez beaucoup de choses à faire :
• vérifier le bon rangement et l’approvisionnement des activités ;
• noter les acquis de chaque enfant ;
• noter quelle sera la prochaine présentation que vous ferez à quel enfant ;
• réviser les présentations ;
• préparer de nouvelles activités si nécessaire ;
• discuter avec votre atsem sur ce qu’elle a observé ou présenté ;
• modifier l’aménagement de la classe ou changer quelques activités pour modifier
le fonctionnement du dispositif...

Prendre en compte les autres domaines


de l’Éducation nationale

Cependant, il vous faut garder du temps pour mettre en place des moments de regrou­
pements collectifs, des temps de motricité et des temps de projet en art visuel ou en
langage ou autre. Ces temps sont indispensables pour répondre à la demande institu­
tionnelle de l’Éducation nationale et ils ne sont pas incompatibles avec la pédagogie
Montessori.

Certains objectifs de l’Éducation nationale sont peu ou pas abordés dans la pédagogie
Montessori. C’est pourquoi votre emploi du temps doit aussi comporter des plages

40
horaires dédiées à la littérature jeunesse,
QUESTION FRÉQUENTE
aux projets d’art visuel, de musique,
de langues étrangères ou encore à la
À quel moment les enfants vont-ils
motricité... aux toilettes et boivent-ils ?

Il s’agit de jongler avec les activités L’autonomie passe aussi par


la satisfaction des besoins
Montessori et d’autres plus tradition­
fondamentaux.
nelles ou issues de la recherche pour
• Les enfants peuvent boire quand
répondre aux attentes de l’Éducation
ils veulent. Des verres sont
nationale, qui sont d’amener tous les laissés à leur disposition avec
enfants d’une même classe d'âge à la un pichet d’eau.
réussite de mêmes compétences. Il s’agit • Ils peuvent aller aux toilettes
de parvenir à équilibrer les choses pour quand ils en ont besoin. Un
réduire les inégalités entre les enfants collier de perles est accroché
sans en brider aucun. Pour enfin parvenir à la porte de sortie. L’enfant
à vivre tous ensemble dans le respect de le prend avec lui quand il va
l’intégrité de chacun. aux toilettes et le raccroche à
son retour Ainsi, les élèves s'y
L’important c'est que vous preniez du rendent un seul à la fois et on
plaisir à être dans la classe, mais surtout sait lorsqu’ils sont revenus.
que les enfants soient au cœur de votre V______ ______ )
préoccupation. Il est toujours positif de remettre en question des habitudes de travail
pour vérifier quels sont leurs impacts sur l’enfant et ses apprentissages.

Jouer ensemble

41
MES PRATIQUES
PARTAGER SA CLASSE AVEC UN AUTRE COLLÈGUE
Du fait de mon activité de maître-formateur et de ma vie de famille, je partage
ma classe chaque année avec un autre enseignant.
Il est donc primordial pour moi que ma classe puisse fonctionner de façon traditionnelle.
Je veille ainsi à ce qu’il y ait de grandes tables pour faire du travail de groupe, à ce que
mes étagères ne gênent pas le travail de mon collègue (elles sont disposées autour
de la classe), à ce qu’il y ait du matériel pour réaliser des ateliers traditionnels (jeux,
feutres...), à lui faire de la place dans les armoires pour qu’il se sente à l'aise et
à communiquer au mieux avec lui pour que l’on suive ensemble les avancées
des élèves (classeur commun, e-mails, document de cahier de vie commun, suivi
de la même programmation...).
La mise en place de la pédagogie Montessori adaptée à l’Éducation nationale est
un choix personnel qui, même s’il a des répercussions sur la vie de la classe (élèves
et atsem) et de l’école (collègues), ne peut pas être imposé à un autre enseignant.
En six ans, j’ai expérimenté plusieurs modes de fonctionnement : présentations réalisées
sur mon temps de classe, utilisation des activités autorisées sur le temps de classe de
mon collègue ou mise en place de certaines activités pouvant servir hors de mon temps
de classe. Il s’avère qu'il est compliqué d'instaurer le cadre structurant qui permet l’usage
correcte des activités. De fait, celui-ci ne peut pas se faire sans le changement de posture
de l’enseignant et l'ambiance de classe comprenant les règles de fonctionnement.
Depuis trois ans, les élèves de ma classe fonctionnent de façon traditionnelle la moitié
du temps (avec la possibilité d’utiliser des ateliers autonomes spécifiques lorsqu'ils ont
terminé leur travail de groupe), et l’autre moitié du temps en pédagogie Montessori.
Les enfants intègrent très rapidement ce fonctionnement (seul un tiers des élèves
se renouvelle chaque année) et ne demandent pas à faire les activités les jours
où je ne suis pas présente.

42
Acheter le matériel

our démarrer une classe Montessori, il faut un gros budget. Vous n’aurez sans doute
P pas les moyens de tout acheter la première année. Cependant, tout n'est pas néces­
saire pour commencer, et vous pouvez vous équiper progressivement.

Si vous êtes manuel et que vous avez du temps, vous pouvez fabriquer une partie du
matériel en vous référant à des sites Internet qui proposent des tutoriels (voir L'atelier
Montessori, 123Montessori, Le jardin de Maria, A la douce...).

Attention tout de même à ne pas vous


perdre dans cette fabrication, car elle MES PRATIQUES
prend beaucoup de temps et elle est
FABRICATION DE MATÉRIEL
souvent trop fragile pour la manipula­
tion d’une classe. Au départ, j'ai passé beaucoup
de temps à fabriquer du matériel.
Sinon, vous achetez les matériaux les Non seulement cela a tout de même un
plus importants avec votre budget de coût, mais c’est souvent peu satisfaisant.
classe et vous épargnez pour acheter En effet, le matériel ne fait pas le poids ou
l’épaisseur exacte et il s’abîme beaucoup
le reste au fur et à mesure. Dans tous
plus vite.
les cas, il vous faudra faire avec les
contraintes budgétaires de votre classe. Pour une classe dans laquelle il va être
manipulé de façon intensive, je pense
que celui du commerce est plus adapté.
C'est pour cette raison que j'ai remplacé
progressivement tout le matériel que
j'avais fabriqué.
Cependant, je recommande de confec­
tionner ses propres lettres et digrammes
rugueux. Car ceux du commerce
sont peu satisfaisants selon moi.

Les activités « vie pratique »

Les premières activités présentées aux enfants sont dites de « vie pratique ». Elles per­
mettent à l’enfant de développer sa concentration et sa motricité fine en réalisant des
activités de la vie quotidienne comme verser; transvaser, balayer éponger...

43
Ces activités peuvent être facilement réalisées avec des objets de récupération. N’hésitez
pas à solliciter vos amis, votre famille, mais aussi les parents d’élève en début d’année.
Ils seront certainement ravis de se débarrasser des « vieilleries » qui vous intéressent !
(Voir « Explorer le monde/Vie pratique », p. 167.)

Vous aurez besoin de beaucoup de


petit matériel cassable, de plateaux de
différentes tailles. Ce matériel est peu
onéreux, mais prend énormément de
temps à glaner Vous le trouverez dans
les recycleries et les grandes enseignes
de « bricoles » en tout genre (voir
Centrakor, La Foir' Fouille...).

Point clé
k______________ j

Le matériel cassable
Le matériel de vie pratique est
du vrai matériel cassable ; ainsi
l’enfant, s’il le casse, verra les
conséquences de ses actes.
Tout matériel abîmé ou ébréché
sera remplacé.

Trier des graines

Les activités « vie sensorielle »

Ces activités développent la classification, l’organisation et l’observation à travers l’uti­


lisation et le raffinement des sens.

Ce matériel est très spécifique. Il a été créé par Jean Itard, Édouard Seguin et Maria
Montessori dans l’idée que chaque activité fait intervenir une notion spécifique : épais/
mince, grand/petit, doux/rugueux... (voir « Construire les premiers outils pour structu­
rer sa pensée / Développement sensoriel », p. 184).

Dans ce matériel, tous les détails sont importants (le poids, le bois choisi, la couleur...), il
paraît donc judicieux de l'acheter pour être sûr du résultat (voir « Sitographie », p. 253).

44
Point clé

Le matériel sensoriel
Le matériel de développement sensoriel est celui qui incarne le plus souvent
la pédagogie Montessori : il s’agit de la tour rose, des blocs de cylindres, du cube
du trinôme,des solides géométriques...
Il permet à l’enfant d’aborder des notions abstraites (comme les faces constitutives
d’un solide géométrique) de façon sensorielle et concrète (en touchant les solides
puis en en faisant les empreintes).

Les activités de mathématiques

Pour ce domaine, vous pouvez créer des activités qui vous semblent essentielles à
la construction du nombre, mais le matériel pensé par Maria Montessori est progressif
et très bien fait (voir « Sitographie », p. 253 et « Construire les premiers outils pour
structurer sa pensée / Mathématiques », p. 219).

Les activités de langage

Enfin, concernant le matériel de langage de Maria Montessori, peu adapté à notre langue
française, vous pouvez le fabriquer en suivant des tutoriels (voir L’atelier Montessori,
l23Montessori, Le jardin de Maria, A la
douce...). Sinon, vous pouvez l’acheter
dans le catalogue très complet d'Agnès MES PRATIQUES
Putoud6 qui a beaucoup développé le FEUTRES ET CRAYONS
matériel de langage (voir « Mobiliser le
Pour vos commandes, prévoyez
langage dans toutes ses dimensions /
beaucoup de crayons de couleur
Langage et graphisme », p. 230). (des gros triangulaires adaptés aux PS, des
classiques pour les MS et d’autres plus fins
En plus du matériel, vous aurez besoin d'éta­
pour les GS).
gères et de tapis (voir « Vivre ensemble /
Les feutres ne sont pas fonctionnels au
Les exercices préalables », p. 161).
début de l’apprentissage de l’écriture, car
Une fois le matériel reçu et les activités ils glissent trop facilement et n’entraînent
pas l’enfant à exercer une pression précise
confectionnées, vous n’avez plus qu'à
pour pouvoir écrire. Prévoyez-en
vous exercer à faire les présentations
des fins pour les GS.
aux élèves.

6. Pour obtenir le catalogue, vous pouvez écrire à l'adresse suivante : catalogue@formation-montessori.net

45
OOM SUR...
L’écriture cursive

Dans la pédagogie de Maria Montessori, l'entrée dans l’écriture se fait à travers


la cursive. À aucun moment, l’écriture dite « bâton » est enseignée. Cependant, rien
ne vous empêche de répondre à la demande des élèves de recopier leur prénom
en majuscules ou des petits mots, mais il n’y a pas d’enseignement de l’écriture
majuscule script.
En effet, les mouvements naturels de l’enfant ne sont pas des mouvements linéaires
saccadés. L'enfant spontanément produit ses premiers tracés d’écriture imaginaire
en réalisant des boucles, des ponts, des ponts inversés... Il faut donc utiliser
cette acuité naturelle de l'enfant pour écrire.
La difficulté est que l’enfant de 3 ou 4 ans n’est souvent pas en capacité physique
de produire des lettres cursives. C’est pourquoi Maria Montessori utilise les lettres
rugueuses, pour apprendre le geste de l’écriture de chaque lettre, mais aussi
les lettres de l’alphabet mobile pour que l’enfant puisse composer des mots
et des phrases sans attendre d’être en capacité motrice d'écrire.
Danièle Dumont, docteur en sciences du langage, dans son ouvrage Le geste
d’écriture, montre qu'il n'est pas naturel pour un enfant d’écrire en lettres bâton
et que la difficulté n’est pas l'écriture cursive, mais d’arriver à la précision des
mouvements qui permet l'écriture. Ses petits cahiers progressifs d'écriture sont
très bien faits. Personnellement, je les utilise en classe pour les enfants de 3 et 4 ans.

X_____________________________ _________________

Point clé

La réalisation des plateaux d’activités


Pour réaliser les « plateaux d’activités », ce qui doit toujours vous guider, c’est :
- la finalité de l’activité, c’est-à-dire quelle est la compétence que vous recherchez
à travers cette activité ;
- le matériel adapté aux mains de l’enfant qui compose l’activité ;
- le respect des règles de présentation (à droite de l’enfant, de gauche à droite
et de haut en bas) ;
- l’autocorrection de l’activité (la réussite ou l’erreur se voient d’elles-mêmes,
elles sont induites par le matériel et non par l’enseignant).

46
S’entraîner à présenter les activités

haque activité de la pédagogie Montessori a un début, un déroulement et une fin.


C Elle aborde une notion précise à la fois et demande de la manipulation et de la
concentration à l’enfant. Elle est présentée personnellement à l’enfant, que ce soit de
façon individuelle ou à plusieurs.

La présentation a pour objectif de donner les clés de la réalisation d’une activité et


donc d’une notion sous-jacente. Pour Maria Montessori, l'adulte est un « modèle » qui
sert de « passeur de connaissances » lors de ces présentations. D’où l'importance de
votre rôle et de vous être bien préparé en amont. « Chaque présentation doit marquer
l’enfant, c’est un moment de grand privilège et de partage7. »

Le déroulement d’une présentation

La présentation commence devant l’étagère en nommant l’activité : « Je vais te pré­


senter le cube du trinôme », et s'achève devant la même étagère avec la phrase clé :
« Maintenant, tu peux faire cette activité quand tu le voudras et aussi souvent que tu le
voudras. » C’est le sésame qui autorise l’enfant à utiliser cette activité.

Pour commencer; chaque objet présent est nommé (ce qui apporte du vocabulaire) et
l’activité à réaliser est explicitée.

L’enfant doit observer chacune de vos actions pour pouvoir les reproduire (apprentis­
sage grâce aux neurones miroirs). Par conséquent, tous vos mouvements et toutes vos
paroles comptent. Il vous faut être le plus clair possible et
enlever tout ce qui peut parasiter la compréhension de
l’activité par l’enfant (gestes inutiles, paroles trop nom­
breuses) pour vous centrer et donc centrer l’enfant sur la
mémorisation de la réalisation de l’activité.

Les présentations de vie pratique et les premières de


développement sensoriel sont généralement silencieuses
une fois la nomination des objets réalisée. Cependant,
certains enfants plus auditifs ont besoin que l’on donne Une présentation
quelques mots d’action pour mieux fixer l’activité.

7. Agnès Putoud, formatrice « La Pédagogie Montessori aujourd’hui ».

47
Une fois la présentation terminée, vous allez céder la place à l’enfant et vous mettre
en retrait. Vous l'invitez à réaliser l’activité sous votre regard bienveillant, sécurisant et
encourageant. Si celui-ci est perdu, vous pouvez l’aider à se remettre dans l’action, en lui
montrant où il a perdu le fil, mais sans faire à sa place et sans le dévaloriser

À la fin de chaque présentation, on range le matériel à sa place.

Pour approfondir le sujet, vous pouvez aller voir le chapitre 5 qui présente en détail les
activités. Parmi les documents complémentaires téléchargeables, vous trouverez égale­
ment un plan séquence et neuf séances de la construction du nombre, ainsi que cinq
séquences du langage (voir p. 4 pour plus d'informations).

Point clé

Exemple d’une présentation étape par étape :


le cube du trinôme
•Vous observez l’enfant pour mieux le connaître et le comprendre.
• En fonction des observations, vous choisissez la présentation à lui faire.
•Vous lui proposez : « Est-ce que tu veux que je te présente le cube du trinôme ? »
•Vous vous déplacez avec lui dans la classe jusqu’à l’endroit où est rangé le cube
du trinôme.
•Vous passez à l’étape de la verbalisation : «Je vais te présenter le cube du trinôme.»
•Vous prenez l’activité et vous allez vous asseoir en invitant physiquement (avec
le regard) l’enfant à vous suivre.
•Vous vous asseyez à la droite de l’enfant (à gauche pour les gauchers).
•Vous lui expliquez ce que vous allez faire : « C’est un gros cube composé de plusieurs
cubes et pavés rangés dans un ordre précis. Nous allons le démonter, puis le refaire
dans un ordre précis. Es-tu prêt ? »
• Il est important que vous captiez le regard de l’enfant avant de commencer
la présentation. Celle-ci se fait sans parler et en effectuant des gestes précis
(sans parasite).
•Vous devez décomposer chaque étape en marquant une légère pause et en captant
le regard de l’enfant pour vérifier qu’il suit.
•Vous avez la possibilité de le laisser finir la présentation si vous avez vu qu’il
a compris et qu’il a très envie de manipuler le cube :«Tu veux continuer ? »
• À la fin de la présentation, vous lui proposez de faire l’activité à son tour :
«Tu as compris ? À toi maintenant. »
• Lorsqu’il a terminé, vous l’accompagnez pour ranger l’activité à sa place.
•Vous lui délivrez le sésame :« Maintenant,tu pourras faire cette activité quand
tu le voudras et aussi souvent que tu le voudras. »
•Vous laissez l’enfant retourner à ses activités. Plus tard, si l’enfant revient à cette
activité, vous l’observerez pour vérifier qu’il maîtrise la compétence. Si ce n’est pas
le cas, représentez-lui une prochaine fois, c’est que vous n’avez pas été assez précis !

48
Faire vivre le matériel

Une fois les présentations réalisées, si l’on veut éviter que les activités soient délaissées,
n’oubliez pas de les proposer de temps en temps à un enfant qui ne sait pas quoi
faire, ainsi elle suscitera à nouveau l’intérêt. Car vous êtes celui qui fait vivre le matériel.
Celui-ci ne peut pas être appréhendé par l’enfant si vous ne faites pas le lien, si vous ne
suscitez pas l’envie de le manipuler et de le découvrirVous devez donc maîtriser parfai­
tement le matériel présent dans votre classe, qu’il s'agisse du nom de chaque élément
qui compose votre activité, des gestes à faire ainsi que du concept sous-jacent.

Votre apprentissage

Les présentations ne s'improvisent


pas. Il est nécessaire de les faire et
de les refaire pour acquérir petit à
MES PRATIQUES
petit le geste précis, l’ordre et l'atti­ LES PRÉSENTATIONS
tude qui vont permettre à l’enfant Vous allez rapidement vous
de percevoir l'utilisation du matériel améliorer dans les présentations,
(voir « Exemple de programmation car vous allez quasiment toutes les refaire
au moins 26 fois par an si vous avez
(séquence et séances), p. 147).
26 élèves !
Au fur et à mesure que vous ferez Il est difficile de trouver le juste milieu
les présentations, vous vous rendrez entre donner trop de détails et ne pas
compte de l'importance de chaque dire un mot... Alors essayez et adaptez-
geste. Ainsi, vous repérerez les gestes vous en parlant plus ou moins en fonction
de ce qui convient le mieux à chaque
ou les paroles parasites que l’on dit
enfant (plutôt visuel ou auditif).
ou fait sans s’en rendre compte et qui
gênent l’enfant dans sa compréhen­ Il en va de même pour votre place,
à la droite de l'enfant s’il est droitier;
sion de la notion. Il faut savoir qu'en
à sa gauche s’il est gaucher Ainsi, il peut
général, l’enfant va refaire le plateau
voir en même temps le matériel
à l’identique de ce que vous lui avez et votre main qui travaille. &&
présenté (gestes parasites compris !).
« La vérité qu’offre un enseignant à un
élève est la vérité optimale qu’il pouvait donner à ce moment-là8. »

8. Annie Barthélémy. Elle est co-auteur de Pour une clinique de la relation éducative. Recherche sur les dispositifs
d'analyse des pratiques professionnelles avec Marie-Claude Baietto et Ludovic Gadeau, L'Harmattan, 2004.

49
L’environnement et votre attitude

C’est en influant sur le dispositif en place et le matériel que les élèves apprendront.

La présentation est un moment de relation privilégiée entre vous et l’enfant. Le moment


doit être bien choisi. L’atsem veille à ce que l’atmosphère de travail soit sereine.

L’atmosphère
Les enfants se construisent grâce à l’environnement préparé qui comprend trois
points principaux :
• le lieu, le matériel, l’aménagement ;
• les adultes ;
• le groupe des enfants d’âges mélangés.
L’atmosphère de classe englobe l’environnement préparé et les relations humaines,
c’est-à-dire la qualité des relations entre enfants, entre enfants et adultes, mais aussi
entre adultes.
Ce sont sur ces choses que l’on peut influer pour modifier l’ambiance générale et
amener l’enfant à se sentir bien et à apprendre.
C’est un enseignement indirect où le plaisir et la joie sont importants.

Lors d’une présentation, vous êtes disponible pour les autres enfants, mais présent
uniquement pour celui ou ceux qui sont concernés par la présentation.

qu’ily ait plaisir et joie.

L’intelligence ne grandit et
ne porte de fruits que dans
la joie. La joie d’apprendre
est aussi indispensable aux
études que la respiration
aux coureurs. »
Maria Montessori

Les étagères à la hauteur de l'enfant

50
MES PRATIQUES
LA PRÉSENTATION
Lorsque l’on propose de présenter une activité à un élève (ou que l'on accepte
de présenter une activité choisie par un élève), il attend cela généralement depuis
un certain temps et avec impatience, car il l’a déjà vu (de près ou de loin) faire à un autre
enfant cette année ou l'année dernière.
L'enfant est en général ravi de ce moment privilégié et honoré d’accéder à ce nouveau
savoir.
Parfois, il connaît déjà pratiquement toute la présentation à force d’avoir observé
les autres faire l’activité. Ce n’est pas grave, car c’est la présentation qui lui permet
d'obtenir le fameux sésame qui lui offre la possibilité de réaliser cette activité seul. 19

La réussite d’une présentation

Pour vous assurer de la réussite d’une


présentation, ayez toujours le consente­
ment de l’enfant ; s’il ne veut pas faire
cette activité, cela ne sert à rien de la
lui présenter Proposez-lui-en une autre,
vous ferez cette présentation une autre
fois.

Votre présentation doit marquer l’enfant.


Elle doit lui plaire et lui donner envie de
faire l’activité. Lui donner le désir et la
joie.

Il vaut mieux que l’activité ne soit pas


trop difficile pour l’enfant, sinon naîtra
un sentiment d’incompétence. Mais elle
ne doit pas être trop facile, sinon elle
ne l’intéressera pas. Cherchez la « zone
proximale de développement ».
La leçon en trois temps

51
Point clé

La leçon en trois temps


C’est une étape d’ancrage cognitif dans la mémoire, mise en place par Édouard Seguin
à la fin du xixe siècle et développée ensuite par Maria Montessori. Cette méthode
pédagogique est utilisée pour faire découvrir et mémoriser tous les nouveaux
apprentissages aux élèves. Elle consiste en trois temps distincts qui permettent
La préparation

de donner le nom des trois objets étudiés, puis de s’assurer de la reconnaissance


de ces objets à travers une demande d’identification et, enfin, de montrer que
l’on s’en souvient (métacognition) en en resituant le nom.
• Dans un premier temps, les trois lettres sont étalées devant l’élève, et l’enseignant
prononce les sons en les pointant de gauche à droite. Par exemple, l’enseignant
va pointer la lettre o, en faisant le son [a], puis la lettre i, en faisant le son [i] et enfin
la lettre m en faisant le son [m], L’enfant doit être attentif.
• Dans un deuxième temps, l’enseignant demande à l’élève de lui montrer la lettre
correspondante au son prononcé. L’enseignant devra prendre soin de dire les sons
dans l’ordre des lettres étalées devant l’élève (de gauche à droite), afin de ne pas
le piéger et qu’il réussisse. Dans notre exemple, cela donne : « Montre-moi le [a],
montre-moi le [i],montre-moi le [m].» Il s’agit donc de conserver la position
des objets et de poser les questions en respectant leur ordre.
Ensuite, sans déplacer les lettres, nous demandons à l’enfant de nous montrer
les lettres correspondantes au son, mais cette fois dans le désordre. Nous avons
conservé la position des objets, mais nous posons les questions dans un ordre variable.
Dans notre exemple : « Montre-moi le [m], montre-moi le [a], montre-moi le [i], »
Enfin, l’enseignant demande à l’enfant de changer l’ordre des lettres, puis de pointer
les sons demandés dans l’ordre initial, puis dans un ordre aléatoire. L’enseignant réitère
ses demandes plusieurs fois. Cette étape permet à l’enfant d’associer le graphème
au phonème.
• Si l’enfant réussit à identifier les lettres, l’enseignant passe au troisième temps
de la leçon. Cette fois-ci, c’est l’enseignant qui pointe la lettre, et l’élève doit en
donner le son.
Cet exercice permet de savoir s’il est capable d’associer le phonème au graphème
correspondant et s’il a intégré la correspondance phonémique des trois lettres
proposées. Dans notre exemple, l’enseignant pointe la lettre m, en demandant
à l’élève : « Qu’est-ce que c’est ? » Celui-ci répond [m].

52
Informer les parents

i vous choisissez de mettre en place la pédagogie Montessori, il vous sera sans doute
S nécessaire d’instaurer une relation étroite avec les parents. Pour cela, la réunion de
rentrée mais aussi des rencontres régulières durant l’année seront utiles.

Préparer votre réunion de rentrée

Il sera indispensable d'aborder certains points dès la première réunion de rentrée pour
rassurer les parents et être le plus clair possible sur vos objectifs et vos méthodes.

Rappelons, tout d'abord, que parents


et enseignants (y compris l’atsem)
sont partenaires au service du déve­
loppement, de l'apprentissage et
de l’épanouissement de l’enfant. Ils
cherchent tous à l'aider à devenir un
être autonome, responsable et heu­
reux dans sa vie.

En tant qu’enseignant, vous êtes libre


de vos choix pédagogiques et vous
n’êtes pas obligé de justifier de manière
détaillée votre choix. Mais vous devez
informer les parents de votre décision
de fonctionner en cycles et de garder
les mêmes enfants plusieurs années
d'affilée, si c’est le cas.

Il sera sans doute nécessaire d’insis­


ter sur le fait que, durant l’année,
beaucoup de manipulations seront
réalisées, en expliquant que le petit
enfant a besoin de concret pour se
construire. Cela implique que vous
leur présenterez moins de fiches que
d'autres enseignants. Cependant, il y
Faire comme les adultes

53
en aura quelques-unes à la fin de l’année pour préparer la transition avec la classe
suivante (pour les enfants qui changent de classe).Vous pouvez, si vous le souhaitez, pro­
poser aux parents de récupérer des photos sur clé USB ou sur un espace numérique de
travail (ENT) à la fin de chaque période, pour qu'ils puissent voir leur enfant en activité
dans la classe.

Si vous entrez dans les détails de votre pédagogie lors de la réunion de rentrée, vous
pouvez expliciter les différentes phases de travail que va réaliser l’enfant.Tout d’abord
la concentration et la motricité fine à travers des activités de la vie quotidienne, puis
le raffinement des sens, et enfin le langage, l’écriture et les mathématiques, sans oublier
les arts, les sciences... Vous pouvez aussi rappeler aux parents l’importance de la mani­
pulation et du travail de la main et de
sa musculature (pour pouvoir être
capable d’écrire). Vous pouvez expli­ MES PRATIQUES
quer l’emploi du temps en montrant LA RÉUNION DE RENTRÉE
comment il est au service des appren­
Je n’ai jamais dit que je faisais
tissages (voir « Adapter son emploi du
de la pédagogie Montessori.
temps », p. 38). Parlez également des Je dis plutôt que j'ai choisi une pédagogie
cahiers et des supports de produc­ basée sur la bienveillance, la confiance
tions des élèves ; rassurez les parents en l'enfant et la manipulation, qui respecte
sur les programmes, les évaluations et le rythme de chacun (d’où la nécessité de
la continuité avec vos collègues. Enfin, suivre les enfants sur plusieurs années) et
encouragez les parents à vous rencon­ qui s'inspire de certains principes
trer au moins deux fois par an, pour de la pédagogie Montessori.
faire un point et mieux accompagner
l'enfant.

Dans un second temps, vous pouvez aborder la mise en place de nouvelles règles de
fonctionnement comme le chuchotement, la nécessité de marcher (et non pas courir)
et d'être attentif afin que la classe soit un lieu de travail et de concentration. Les parents
ont donc aussi un rôle à jouer en arrivant calmes et sereins au moment de l’accueil,
autant que possible.

Enfin, il faut aborder la question de l'autonomie de l'enfant pour assurer un lien entre
l'école et la maison. En classe, l'enfant apprend à travailler de plus en plus en autonomie.
Par exemple, il est responsable de ses affaires et de son habillage. Ce sera plus facile si
ses parents lui facilitent la tâche en lui achetant des vêtements appropriés et en lui mon­
trant ses vêtements pour qu’il les reconnaisse. Ils peuvent aussi favoriser l’autonomie de
leur enfant à la maison.Vous pouvez leur donner quelques exemples d’activités : le laisser
manipuler de vrais objets (petit pot à eau, couteau non dangereux...), mettre la table en
rangeant des objets à sa portée, aider à étendre le linge...

54
MES PRATIQUES
LES RENCONTRES AVEC LES PARENTS
Je fais trois réunions de rentrée distinctes pour chaque section, car les parents
n’ont pas les mêmes attentes.
J’utilise la même base de PowerPoint avec beaucoup de photos, mais en l'adaptant
aux attentes des parents. Selon la section, je traite :
• du fonctionnement et de l’organisation pour les PS ;
• des apprentissages et des grands changements pour les MS ;
• de la lecture, de l’écriture, des mathématiques et de la continuité
des apprentissages avec le CP pour les GS.

La relation au quotidien

Les parents sont vos partenaires. Il est très important de communiquer régulièrement
avec eux.Vous pouvez le faire de différentes façons.Vous pouvez leur parler directement
si vous les voyez en leur demandant d’attendre que tous les enfants soient partis pour
discuter rapidement et faire un point.Vous pouvez également le faire à travers le carnet
de liaison en écrivant un mot ou en demandant un rendez-vous.

Les parents aiment avoir des informations sur le comportement de leur enfant à l'école,
et vous trouverez toujours du positif à dire, même si certaines choses sont à améliorer.
Si vous êtes dans une impasse face à certains comportements d’un enfant, essayez de
trouver des solutions avec ses parents.

Pour faire le lien entre l’école et la maison, vous pouvez aussi utiliser le cahier de vie,
en le donnant chaque fin de semaine avec un texte qui explique ce que vous avez fait
ensemble et des images qui montrent les comptines apprises et les livres lus. C’est un
support important pour l’enfant et qui lui permet de développer le langage d’évocation,
de chanter...

Les autres supports comme les cahiers d’écriture, de progrès, de graphisme, de produc­
tion d'écrits. ..,1e classeur et le carnet de suivi des apprentissages peuvent être présen­
tés aux parents deux fois par an (voir « Suivre les élèves : observer et évaluer », p. 85).

Il est aussi possible de mettre en place un espace numérique de travail (ENT), qui est
un blog privé avec accès paramétré pour les parents. Il vous permet de tenir les parents
informés de ce que vous faites en classe, mais aussi de leur transmettre des messages et
surtout des photos téléchargeables par eux seuls.

55
Dans la pédagogie Montessori, l’enseignant n’agit plus directement sur l’élève, mais par
le biais du dispositif mis en place. Ce dispositif est constitué de différents éléments qui
interagissent : l'agencement de la classe, l’accueil des élèves, les règles de vie et les pré­
sentations. C'est ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

OOM SUR...
Quelques conseils et astuces à suggérer aux parents

Suggérez un coin bricolage à la maison avec des crayons de couleur; du papier,


des ciseaux, de la colle, du Scotch...
Encouragez les parents à faire de la cuisine et du bricolage avec leur enfant.
Insistez sur l'autonomie et les capacités de l'enfant que l'on peut rendre responsable
de tâches à la maison, comme mettre la table (en rangeant la vaisselle à sa portée),
vider le lave-vaisselle, plier le linge...
Insistez sur le fait de lui montrer comment s’habiller seul, en lui donnant
des indications de température (« En ce moment, c’est l’automne, tu peux

—------------------
mettre un tee-shirt à manches longues, un pull et un pantalon »).

Réaliser des tâches complexes

56
Avant de poursuivre, faites le point...
Oui Non En cours

Pourquoi mettre en place la pédagogie Montessori ?


• Pour permettre l'acquisition par chaque enfant des compétences attendues
par les Instructions officielles.
□ □ □
• Pour développer les compétences transversales : autonomie, confiance en soi,
concentration, mémorisation, persévérance, vivre ensemble...
□ □ □
• Le dispositif est composé d'éléments qui interagissent ensemble :
la posture de l’enseignant, l’aménagement de la classe, une préparation minutieuse,
la personnalisation des apprentissages :

- J'ai modifié ma posture d’enseignant. □ □ □


-J’ai revu l’aménagement de la classe. □ □ □
- Les élèves sont autonomes. □ □ □
- Les règles sont respectées. □ □ □
- La classe est une communauté bienveillante et respectueuse. □ □ □
- La vérification des apprentissages passe par l’observation, l'évaluation
et le développement social des enfants.
□ □ □
Comment et à qui communiquer son choix de mettre en place
la pédagogie Montessori ?
• Informer ses collègues en étant rassurant, explicite et rigoureux. □ □ □
• Informer son inspecteur en montrant le respect des Instructions officielles
et en explicitant ses choix pédagogiques.
□ □ □
• Former l'atsem en expliquant les avantages et les inconvénients, en lui montrant
ce quelle peut/doit faire et en la laissant observer.
□ □ □
- Points réguliers pour échanger □ □ □
- L’atsem a modifié son attitude. □ □ □
- Elle est responsable de certaines activités. □ □ □
- Elle fait respecter les règles. □ □ □
- Elle vérifie le matériel. □ □ □
• Entrer en relation avec les parents en étant explicite et honnête. □ □ □
Comment préparer sa mise en place ?
• J’ai modifié mon emploi du temps :

- pour avoir de longues phases de travail personnalisé ; □ □ □


- mais en gardant des temps de travail en groupe et collectif. □ □ □
• J'ai acheté le matériel en faisant des choix pour entrer dans le budget. □ □ □
• Je me suis entraîné à faire des présentations des activités sans élève pour maîtriser
mes gestes et mes paroles.
□ □ □
• J’ai intégré les étapes clés d'une présentation : choisir l'activité, la nommer;
la présenter inviter l'enfant à la faire, offrir la possibilité de faire l'activité
autant de fois que possible sans l’enseignant, ranger.
□ □ □
• Je fais vivre le matériel en présentant les activités délaissées. □ □ □
• J'ai intégré le fonctionnement de la leçon en trois temps : nomination,
reconnaissance, restitution.
□ □ □

57
Déjà acheté À acheter
plus tard

Liste du matériel

................................................... □ □
............................ :..................... □ □
................................................... □ □
................................................... □ □
□ □
................................................................ □ □
................................................... □ □
................................................... □ □
................................................... □ □
je fais Je ferai
plus tard

Mes choix d’organisation

................................................... □ □
□ □
................................................... □ □
□ □
□ □
□ □
□ □
□ □

58
.1 Modifier son attitude

ï Expliquer les règles de la classe

S Faire les premières présentations d’activités

3 Suivre les élèves : observer et évaluer

59
ans une classe voulant intégrer la pédagogie Montessori, il est capital de réfléchir et
D d’agencer la classe en fonction de différents critères : la sobriété, l'agencement des
meubles et l’accessibilité aux activités.
se en place concrète

Il est important que l’enfant apprenne à centrer son attention. Pour l’y aider; les murs
sont couverts de peu d’affichage, hormis celui obligatoire et les productions des enfants.

Vous aurez à faire un grand ménage et un grand rangement pour ne garder dans la
classe que ce qui va être utile à l’enfant. Car l’enfant aura accès à tout ce qui sera mis
à sa portée et que vous lui aurez présenté.Veillez donc à ne pas lui tendre des pièges
en mettant au milieu des choses qu’il n’aurait pas le droit de toucher. Vos affaires, vos
documents préparatoires et les jeux peuvent être rangés dans des étagères fermées.

Les activités, posées sur les étagères à la portée de l’enfant, doivent être bien rangées
et complètes, sans éléments inutiles ou abîmés. Il n'est pas nécessaire de conserver dans
la classe le traditionnel bureau de la maîtresse ni la table « fourre-tout » de l'atsem, car
ils ne servent pas directement aux apprentissages de l’enfant et encombrent l’espace.

Aménager l’espace

60
La classe se retrouve donc composée de
petites tables individuelles disposées le long
du mur ou dans la classe avec une chaise
adaptée à la hauteur de la table. Vous pouvez Un environnement
garder une ou deux grandes tables collec­
tives pour vos moments de travail en groupe
préparé
autour de projets. L’environnement est primordial,
c’est en lui que l’enfant peut
Il n’y aura pas un bureau individuel par enfant, puiser ses connaissances.Veillez
car sinon votre espace sera vite encombré. Or à ce qu’il soit riche, précis, étayé
le but recherché est la possibilité de se mou­ et attractif.
voir dans une classe aérée. Afin de délimiter Sans la dynamique que vous
des espaces de travail, on mettra à disposition insufflerez à l’environnement
en le faisant vivre, le matériel
des tapis (six à huit suffisent), rangés dans un
sera moins pertinent.
meuble à la portée des enfants. Ils les pren­
La permanence des lieux,
dront pour faire leur travail à même le sol. des objets, des personnes
va sécuriser l’enfant qui va
Il faut également prévoir des étagères basses
pouvoir appréhender la classe
accessibles à l’enfant, réparties dans la classe et les activités. Si vous modifiez
en fonction des domaines d'activité. l’agencement de la classe,
informez-en au préalable
Une ellipse tracée au sol remplace les habi- les élèves.
tuels bancs de regroupement. Elle sert aux
moments de travail collectif, aux regroupe­
ments, aux chants et aux lectures. L’ellipse sert
également de lieu d’exercice de motricité fine et de concentration, en offrant à l’enfant
la possibilité de marcher dessus de différentes façons et avec différents objets (voir p. 248).

La classe sera d’autant plus accueillante et investie par les enfants si elle est lumineuse,
ordonnée, fleurie et attirante.

L’ellipse
L’ellipse appelée « ligne » est tracée à l'aide d'une corde, de deux points d'attache
et d’une craie, puis matérialisée au sol à l'aide d'un gros ruban de chantier adhésif.
Son périmètre doit permettre à chaque enfant de s'asseoir dessus
(P = 30 cm x nombre d’élèves) ou derrière (P = 20 cm x nombre d’élèves).
Lors des différents temps de regroupement, la ligne sert de point de repère
pour se réunir et discuter ensemble de façon coopérative plutôt que frontale.

61
MES PRATIQUES
L’ELLIPSE
Pour réaliser la ligne, j’achète un rouleau de Scotch de bricolage orange de 5 cm
de largeur. Je trace l'ellipse à l’aide de deux pieds d’une chaise, d’une ficelle et
d’une craie. Puis, je colle le Scotch au sol sur le trait.
Les enfants ne doivent pas l’abîmer; mais il est possible que vous ayez à la changer
à chaque période de vacances, le temps que la règle soit respectée.
Si vous souhaitez que les enfants s’assoient à l’extérieur de la ligne, faites une petite
ellipse.
Les tapis peuvent être posés dans l’ellipse ou autour pendant le temps d'activité,
mais ne doivent pas couper la ligne afin de la laisser libre si un enfant veut en faire
mise en place concrète

le tour en marchant.
La

Évidemment, l'organisation de l’espace


et le choix des meubles jouent un
rôle très important dans l'atmosphère
de sérénité et de concentration que
demande la pédagogie Montessori. Il
y a donc plusieurs points à respec­
ter pour créer un espace dans lequel
l’enfant pourra évoluer en toute
autonomie.

Les étagères basses ne doivent pas


entraver la vue d'ensemble, afin que
l’enseignant et l'atsem puissent avoir
un regard sur ce que fait chacun des
enfants.

Le matériel est réparti sur les étagères


en fonction de ce qui a été présenté
ou va l’être. Tout au long de l’année
le matériel est amené à évoluer, mais
pas de façon très visible, et les espaces
doivent rester définissables. Une classe agréable et accueillante

62
g lea —
! s gr

Les tables individuelles peuvent être tournées


vers les murs ou vers la classe, mais pas face à
un autre bureau pour ne pas tenter les bavar­
dages. Cette disposition crée un espace de
travail individuel et presque intime. Chaque
enfant peut ainsi faire son travail sans avoir sur
lui le regard des autres et sans être déconcen­
tré. Cet espace lui permet de faire son activité
sereinement sans se sentir isolé.

Les tapis offrent à l’enfant une définition de


l’espace à même le sol. Ainsi, celui-ci peut s'ins­
La personnalisation des apprentissages taller où il le souhaite et partager parfois ses
n'est pas l'individualisme
découvertes avec un autre.

Il est possible de prévoir une table


double pour les présentations ou QUESTION FRÉQUENTE
de les réaliser sur des tapis. En
effet, lors des présentations de utilise-t-on les jeux
l’enseignant, l’enfant doit être assis symboliques (poupées, voitures, jeux
de construction...) et où les range-t-on
à sa droite (à sa gauche si l'enfant
dans la classe ?
est gaucher), et l’espace de travail
doit être suffisamment grand pour Les jeux symboliques, à la différence des
activités montessoriennes, n’ont pas de fin.
ne pas gêner la présentation.
On peut organiser des moments de jeux
Les étagères sont réparties par symboliques dans la classe (conformément
thèmes pour composer des aux Instructions officielles) : pendant l'accueil,
espaces clairement définis pour au retour de la motricité, en début d’après-
l'enfant. Je vous propose comme midi.. . Mais ces jeux ne doivent pas être
utilisés en même temps que les activités,
exemple le plan de ma classe divi­
car cela entraverait la compréhension du
sée ainsi :
fonctionnement du dispositif de la pédagogie
l’espace « vie pratique » se Montessori mis en place.
rattache au domaine « Explorer Les jeux symboliques sont hors de la vue
le monde » de l’Éducation natio­ de l’enfant, rangés dans un placard ou dans
nale' ; une autre pièce et accessibles à des moments
spécifiques et choisis par vous.
l’espace « vie sensorielle » se
On peut aussi réfléchir à une salle de jeux
rattache au domaine « Construire
libres, que l’on utiliserait en commun avec
les premiers outils pour structurer les collègues comme on le fait avec la salle
sa pensée » de l’Éducation natio­ de motricité.
nale ;
V_______

I. Pour plus d'informations sur les thèmes Montessori et les compétences des programmes, veuillez vous référer
au chapitre 4.

63
l'espace « sciences, géographie, zoologie et botanique » se rattache au domaine
« Explorer le monde » de l’Éducation nationale ;

l’espace « mathématiques » se rattache au domaine « Construire les premiers outils


pour structurer sa pensée » de l’Éducation nationale ;

l’espace « langage et graphisme » se rattache au domaine « Mobiliser le langage dans


toutes ses dimensions » de l’Éducation nationale ;

l’espace « art » se rattache au domaine « Agir; s’exprimer; comprendre à travers


les activités artistiques » de l’Éducation nationale.
mise en place concrète
La

L'aménagement de la classe

64
Explbrer le monde
I Explorer :
• le vivant
• les objets
• la matière
estime de soi
autonomie
Placards
préparation
graphique

s’exprimer,

¡se en Dlace concrète


comprendre à
travers les activités
artistiques
• productions instruire
plastiques et visuelles
les crémiers
Mobiliser
le langage
dans toutes les formes
0s dimensions les grandeurs
® le principe
i
Lavabos alphabétique
les gestes de
l’écriture Construire
les premiers
outils pour
Mobiliser structurer
le langage sa pensée
dans toutes les quantités
ses dimensions les nombres
les sons
de la parole
Bibliothèque
Entree
Accès dortoir

Travail classe entière Personnalisation Personnalisation


Botanique, Dév. sensoriel
Travail en groupe
géographie...
Personnalisation Personnalisation
Personnalisation Mathématiques
Vie pratique
Langage et
Personnalisation graphisme
Art
Plan de ma classe

65
Les activités et le matériel spécifique
QUESTION FRÉQUENTE
sont répartis sur les différentes étagères
selon le thème qui leur est propre.
Comment faire pour que
Chaque plateau doit être accessible aux les enfants remettent le matériel
à la bonne place ?
enfants, la hauteur et la praticité de la
prise en main doivent donc être ajustées Pour aider les enfants à retrouver
en fonction de la taille des enfants. la bonne place pour chaque plateau,
vous pouvez :
Les activités seront rangées de gauche coller une photo plus petite de
mise en place concrète

à droite et de haut en bas par ordre de l’activité à sa place sur l'étagère ;


complexité. Chaque plateau doit être utiliser deux gommettes de
couleur et de forme précises :
clairement définissable de l’extérieur et
une sur la boîte et une à sa place.
sa place sur l'étagère doit pouvoir être
repérable facilement. Veillez à ne pas <_____ _______ )
trop charger les étagères, l’aération donne toute sa valeur à chaque activité.
La

Le soin et le rangement

66
Accueillir les élèves

e principe de base de la pédagogie Montessori est de donner un maximum d'atten­


L tion à chaque enfant et cela commence dès l'accueil.

Dès le matin, soyez disponible pour vos élèves. Dites-leur bonjour individuellement sans
pour autant attendre une réponse de leur part. Il s’agit d'établir un lien de confiance et
non d’imposer un code autoritaire. S’ils vous voient faire, ils vous imiteront. Les « jeux
de politesse » viendront ensuite quand ils seront prêts.

L’accueil est un moment de transition entre la famille et le centrage sur soi que requiert
le travail scolaire. C’est un moment important. Un enfant qui veut vous dire quelque
chose doit pouvoir le faire afin de se libérer et de pouvoir ensuite entrer pleinement
dans les apprentissages.

Pendant ce temps d’accueil, les enfants sont déjà en activité. Rien ne vous empêche de
continuer les rituels qui vous sont propres.

MES PRATIQUES
L’ACCUEIL DE MES ÉLÈVES
Lors de l'accueil dans ma classe, les jeux symboliques sont sortis sur les tables
ou sur des tapis spécifiques. Sont à disposition des jeux de bricolage, de dessin,
des voitures, des jeux de construction, des puzzles...
L’enfant arrive, je lui dis bonjour puis il prend son étiquette-prénom pour l’accrocher
au tableau (sous son initiale, un son de son prénom, fille ou garçon, en fonction
du moment de l’année) et ainsi signifier qu'il est arrivé dans la classe. Ensuite, il peut
aller jouer avec ses camarades.
Cette transition avec la maison est importante pour moi. J’ai expérimenté le fait de
les faire commencer directement en activité Montessori, mais je trouvais qu'il manquait
ce moment d'échange entre pairs. Cependant, s'il le souhaite, l'enfant peut faire
une activité Montessori.
Quand tous les enfants sont arrivés, le gardien du bruit actionne le bâton de pluie
qui signifie le moment du rangement pour faire le regroupement.
C’est seulement à l’issue du regroupement, durant lequel nous faisons un retour
au calme et une préparation du corps en plus du traditionnel bonjour et
des chants, que le temps d’activités Montessori commence.
\___________________

67
Des idées d’activités à l’accueil
L’accueil est un bon moment pour mettre en place les jeux symboliques
ou de construction.
Vous pouvez également instaurer d’autres rituels comme faire une lettre rugueuse,
écrire un mot, coller les chiffres ou les lettres de son prénom dans l’ordre...,
afin d'être certain que ces activités seront faites une fois dans la journée.
Vous pouvez également sortir quelques activités Montessori quelque peu délaissées
pour susciter à nouveau l’engouement.

Combien d’élèves avez-vous ? Est-ce possible de mettre en place


la pédagogie Montessori avec un grand groupe ?
Suivant les années, j’ai eu entre 24 et 29 élèves.
Au contraire de ce que l'on pense, un trop petit nombre d’enfants (une dizaine)
ne permet pas de créer les conditions de mixité des âges, d'effusion de
connaissance, de lâcher-prise de l’enseignant qui sont essentielles au bon
fonctionnement de la pédagogie de Maria Montessori.
Il est nécessaire d'avoir suffisamment d’élèves pour que la microsociété se mette
en place (entraide, répétition des mêmes présentations en fond sonore,
appétence...) et que l’enseignant soit contraint de ne pas tout voir et tout
savoir (afin d'arriver à faire suffisamment confiance aux enfants).
Plus vous aurez d’élèves (toute proportion gardée I), plus le fonctionnement
de classe sera autorégulé. Les enfants vont devoir s'organiser pour collaborer;
attendre leur tour observer les autres, s’entraider L’enseignant reste tout de même
le garant du respect du cadre et des règles de fonctionnement de la classe.
Mais il n’est pas le chef d’orchestre qui indique qui doit jouer à quel moment
sa partition. Il est l’organisateur des savoirs qui met en place un dispositif efficace
permettant à chacun d’apprendre à son rythme et dans le respect des autres.
Certes, le nombre de présentations personnelles est proportionnel au nombre
d'enfants. Mais si votre dispositif est bien en place, cela ne sera pas réellement une
charge supplémentaire - les plus grands prenant en charge certaines présentations
ou régulations -, et le fait de répéter plus de fois la présentation à chaque enfant
permet à l’apprentissage de s’inscrire inconsciemment plus profondément en
chaque enfant, accélérant l’apprentissage de la notion le moment venu.
y
urant tout le temps de la classe, vous devez vous rendre disponible pour chaque
D enfant. Certains vous solliciteront sans cesse pour avoir une nouvelle présentation,
d'autres se feront oublier à vous de veiller à une juste répartition de votre temps pour
chacun.

La présentation est un instant privilégié


avec un ou quelques enfants. Il est donc
difficile d’être disponible pour tous. Ce
moment va apprendre la patience à La main sur l’épaule
l'enfant.
Lorsqu’un enfant pose sa main sur votre
épaule pour vous signifier qu’il a besoin
Il existe un code extrêmement pra­
de vous, c'est que vous êtes occupé
tique à mettre en place : la main sur
à parler; à faire une présentation ou à
l'épaule (voir encadré). Lorsqu’un
observer Rassurez-vous, il ne perd pas
enfant veut vous parler; il doit venir à son temps, car il observe ou écoute
vous sans bruit et signifier sa présence ce que vous êtes en train de faire.
en mettant sa main sur votre épaule,
Lorsque vous pouvez être disponible,
puis attendre que vous soyez dispo­ vous vous tournez vers lui et l’inviter
nible pour l'écouter Ce code permet à exprimer sa demande (par le regard
de rester centrer sur la présentation en ou en chuchotant).
cours, tout en étant disponible pour les Ensuite, à vous de voir comment réagir
autres : leur demande est seulement à sa demande : en répondant à sa
différée. Il se peut parfois que vous question (toujours en chuchotant), en
ayez quatre mains sur les épaules et l’envoyant s'adresser à l'atsem si elle est
quatre visages silencieux observant la disponible et qu’elle peut l’aider
présentation que vous êtes en train de à réparer un dégât ou à remettre une
faire. C'est impressionnant pour l'en­ activité en place, en lui demandant de
prendre son tapis et son activité pour
seignant, mais indispensable pour que
s’installer à côté de vous pour que vous
le dispositif fonctionne. Pour que cela
puissiez le guider si besoin... Mais tout
soit possible, évidemment, l’enseignant
cela sans perdre de vue que l’important,
doit être à la hauteur de l’enfant : assis c’est la présentation que vous êtes en
sur une chaise ou parterre. train de faire.

69
n général, vous ne pouvez pas vous absenter ne serait-ce que quelques minutes de
E votre classe.Vous en êtes le pilier central, sans lequel les rouages ne fonctionneraient
pas.Vous êtes le décideur des tâches à accomplir; le chef d’orchestre du temps, le garant
du silence et des règles de vie.

Ce positionnement change du tout au


(t « Le premier pas pour résoudre tout lorsque l’on entre dans la pédagogie
mise en place concrète

\ entièrement le problème de Montessori. En effet, même s’il y a toujours


l'éducation ne doit pas être des règles de vie à respecter; la classe ne
fait vers l'enfant, mais vers vous appartient plus de la même manière,
l'éducateur : il faut apporter elle est au service des élèves, tout comme
de la clarté à sa conscience vous. Votre rôle en tant qu’enseignant va
et le libérer d'un grand évoluer

nombre de préjugés. » Votre travail d'enseignant va être réparti en


La

Maria Montessori deux temps : en dehors de la présence des


\_____________ _ _______ / élèves et en leur présence.

——
MES PRATIQUES
LE TRAVAIL DE L’ENSEIGNANT
Les objectifs de l’enseignant diffèrent suivant l’activité présentée à l'élève, mais
ils ont tous deux points communs : développer le langage et la confiance en soi.
Pour les activités de « vie pratique », c’est le développement de l'autonomie et
la motricité fine qui sont visés.
Pour les activités de « développement sensoriel », les objectifs sont de catégoriser
et de raffiner les perceptions.
Pour les « mathématiques », ce sont la manipulation, la pensée logique et l'abstraction.
Pour le « langage », les objectifs sont l’enrichissement et la compréhension du code.
Pour la « botanique, géographie, zoologie et sciences », ce sont la curiosité et l’attention
au monde.
Et enfin, avec I'« art », il s’agit de développer l'imaginaire et l’entrée dans la culture.

70
Une grande partie de votre travail va être de prévoir et d’anticiper. Ce travail concerne
le temps de préparation de classe. Il va au-delà du travail de préparation de séquences
et de séances, il englobe également la préparation de l’ambiance et l’anticipation des
présentations et des évaluations à réaliser pour chaque enfant. En premier lieu, il s'agit
de sélectionner et de préparer vos activités à mettre à disposition des élèves.

Puis chaque jour; et même plusieurs fois par jour; il convient de vérifier la mise en
place des activités et de tous les éléments qui le composent ; crayons taillés, éponge
humectée, poubelles vidées, plateau
nettoyé...

En amont de la présence des élèves,


il est important de réfléchir aux pré­
sentations d’activités à réaliser pour
chaque enfant, ainsi qu'aux évaluations
à planifier en fonction de l’activité de
l'enfant, de son développement, de ses
centres d’intérêt et des programmes
de ¡’Éducation nationale (voir « Mes
pratiques : le cahier-journal », p. 82).
Découvrir le monde

Il est important de prendre le temps d’observer attentivement les élèves, afin de


déterminer quelles activités leur présenter pour être en adéquation avec leur niveau
de développement. Pour ce faire, observez chaque enfant dès que vous le pouvez
(lors des temps d’accueil sur les jeux symboliques, par exemple), regardez aussi quelles
activités (parmi celles présentées) sont ses favorites, ou demandez-lui (parmi plusieurs
possibilités) laquelle lui fait le plus envie. Il vous faut trouver des éléments qui vont vous
permettre de savoir quel chemin suit la construction de sa pensée pour pouvoir être au
plus près de son développement cognitif.

Une fois l’observation réalisée et le choix de l’activité à présenter déterminé, vous pou­
vez vous lancer dans des présentations d’activités spécifiques et adaptées à la zone
proximale de développement de l’enfant. Vous pourrez vous appuyer sur les périodes
sensibles correspondant à l'enfant que vous aurez observé (voir « Les grands principes
de la pédagogie de Maria Montessori », p. 9).

71
Lors du temps de classe, vous allez
ME$ PRATIQUES essayer de faire à l’enfant les présenta­
LA FORMATION tions que vous avez prévues pour lui.
Mais, surtout, vous allez l'accompagner
Pour ma part, afin de vraiment
dans ses découvertes et ses difficultés.
m'imprégner de ce regard
nouveau sur l'enfant et d'arriver à modifier
Aussi, il est important de ne jamais
ma posture d’enseignante, j'ai réalisé un juger négativement l’élève, ni de faire
stage de formation auprès d’Agnès Putoud une activité à sa place, car naîtrait en
à l’association « La Pédagogie lui un sentiment d'infériorité et de
Montessori aujourd’hui ». dépendance à l’adulte. Or le but de la
V.............. . .......... . pédagogie Montessori est que l’élève se
développe et prenne confiance en ses propres capacités de réussite et d’apprentissage.
Vous êtes son guide, pas un chef tout-puissant.
mise en place concrète

Pour arriver à guider l’enfant vers la connaissance, vous allez lui apprendre à faire les
choses en lui montrant comment faire et en lui faisant confiance.

Pour y parvenir; Maria Montessori a élaboré deux « techniques » :


la présentation silencieuse ;
la leçon en trois temps.
La

Ces deux techniques (voir « S'entraîner à présenter les activités », p. 47 à p. 52) ne


remplaceront pas la bienveillance, ni le regard neuf que vous porterez chaque jour sur
chaque enfant, afin de toujours lui permettre de se sentir fier

Point clé

Les gestes professionnels


• Adoptez une attitude sereine, confiante et empathique.
• Prenez une voix douce et posée, encourageante mais ferme si besoin.
• Ne tenez plus votre classe, mais accompagnez l’enfant dans ses découvertes
et ses difficultés.
• Soyez toujours disponible et à son écoute.
• Pour qu’une présentation fonctionne bien, il est important de mettre en jeu
des gestes professionnels.
• Essayez de présenter à l’enfant une activité qui va l’intéresser et iui donner l’envie
d’apprendre.
• Et enfin, gardez à l’esprit que pour qu’il y ait improvisation, il faut qu’il y ait
de la préparation.

72
Un de vos plus gros défis sera de renoncer à la célèbre phrase : « Je tiens ma classe. »
Il faut au contraire lâcher prise : non pas laisser faire tout et n’importe quoi, mais être à
l’écoute, patient et confiant.

MES PRATIQUES
L’ANNÉE ZÉRO
L’année zéro, la première année où l’on change sa posture d’enseignant, est la plus
difficile. La perte de contrôle sur l’activité de l’enfant est inquiétante. On voit
l'année qui avance et les enfants qui n’accumulent pas les compétences comme ils l’auraient
fait (mais sans forcément les avoir assimilées) dans l’enseignement traditionnel.
Il faut garder confiance, même si le temps passe, car l’enfant apprend d’abord
intérieurement, il assimile les connaissances, puis subitement il nous révèle ses acquis.
La surprise est grande, car ensuite tout s'accélère et il dépasse bien souvent ce que l'on
pensait qu'il savait. C'est un long processus, souvent invisible, mais qui, lorsqu'il se révèle,
nous impressionne.
Avec un enseignement traditionnel, en général, un enfant sait moins de choses que
ce qu’on lui a appris. En utilisant la pédagogie Montessori, l'enfant sait toujours plus
de choses que ce qu’on lui a montré. Cela est dû au triple niveau et à l’apprentissage
entre pairs, mais aussi à la répétition des présentations que l’enfant entend faire
aux autres enfants.

__________________________________________________

Quand l’enseignant traditionnel occupait l'espace


pour devenir le leader de la classe, celui qui pra­
tique la pédagogie Montessori doit arriver à se
faire oublier de tous.

Quand il donnait tel ou tel travail en fonction


d'une progression commune à la classe, il lui
faut désormais observer l’enfant personnelle­
ment et lui présenter un matériel ou des notions
qui correspondent à sa zone proximale de
développement.

Quand avant il parlait fort pour se faire entendre,


il lui faut maintenant chuchoter et susciter l’atten­
tion pour créer une ambiance de classe sereine Savoir ce que l'on sait
et propice au travail, le fameux bourdonnement
de la ruche montessorienne.

73
Quand l’enseignant évaluait l’enfant au regard de sa performance, il lui faut lui mon­
trer lui apprendre, puis le laisser expérimenter essayer tâtonner manipuler pour qu'il
perçoive et s'imprègne du sens de la notion abordée, qu’il la maîtrise et qu’il se rende
compte seul à travers le matériel autocorrectif qu’il y est arrivé.

De là naîtront une grande fierté et une


confiance en lui qui n’est plus arbitrairement
r « il faut faire pour les
attribuée ou non par l'enseignant détenteur générations futures clés
de tous les pouvoirs ! hommes puissants, c’est-à-dire
indépendants et libres. »
Quand l’enseignant « faisait classe », tête
dans le guidon à vouloir tout maîtriser il faut Maria Montessori
_______ . J
se mettre en retrait, observer prendre son
temps et poser le cadre nécessaire au bon fonctionnement : chuchoter attendre son
tour

Quand il était intransigeant à ce que l’enfant fasse ce qu’il lui demandait dès qu’il lui
demandait, il lui faut être flexible et ouvert à la volonté de l’enfant, être l’accompagnant
et le garant des règles, pas le patron.

On pense trop souvent que l’enfant arrive « vide » en classe et que le rôle de l'ensei­
gnant est de le remplir de savoirs et de connaissances. Or pour pratiquer la pédagogie
Montessori, il est nécessaire, au contraire, de considérer que l’enfant a tout ce qu’il faut
en lui pour apprendre. Le rôle de l’enseignant est de l’aider à connecter entre elles les
bonnes synapses de son cerveau et à inter­
agir avec les objets dans des situations que
a L’enfant a une forme d'esprit,
nous avons construites. C’est ainsi que nous
capable d'absorber
transmettons à l’enfant nos savoirs.
la connaissance. »
Maria Montessori Il ne faut donc pas s’inquiéter systémati­
quement lorsque l'on croit qu'un enfant ne
fait rien dans la classe, ou qu’il fait quelque chose de trop simple pour lui au lieu de
se concentrer sur les apprentissages que l’on considère plus fondamentaux. L’enfant
apprend en regardant, il s’entraîne en manipulant et, parfois, il a besoin de repos pour
pouvoir être plus concentré lors de la compréhension d’une notion difficile... Il faut
du temps pour apprendre, et vous devez être capable de laisser ce temps-là à l'enfant.

De plus, l'enfant, pour apprendre, tâtonne, essaie, expérimente, et il a donc le droit et


même la nécessité de se tromper; de commettre des erreurs pour pouvoir intégrer
ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Sur ce long chemin, tel un chercheur

74
l’enfant a besoin d’avoir toute la confiance
de l’adulte dans sa capacité à y arriver Trop « Le véritable devoir du maître l
souvent, l'enseignant, pressé de parvenir à est d’aider, pas de juger. »
ses fins, saute des étapes dans la présenta­
Maria Montessori
tion des notions, perd l'enfant en route et
__________________________
désespère de ne pas le voir réussir. L’enfant
ressent cette impatience et cette déception, il perd confiance en lui et n’ose plus essayer

Ayez foi en l'enfant, il se trouvera à travers la concentration, l’accomplissement de lui-


même et le travail. Aidez-le à accéder à cette connaissance, précieuse et indispensable
pour le reste de sa vie.

MES PRATIQUES
LE LÂCHER-PRJSE
Comme un enfant apprend à parler ou à marcher tout seul, il saura apprendre
beaucoup de choses si vous êtes serein et confiant en ses capacités.
Vous ne lui avez pas appris à parler ou à marcher, mais vous l’avez encouragé et vous lui
avez donné confiance pour oser aller de l’avant, faites pareil avec les autres compétences.
Vous serez beaucoup moins stressé en classe en ayant confiance en les capacités
de l’enfant et en l’accompagnant, plutôt qu'en voulant boucler votre programme,
même si c'est rassurant. Ce qu’il apprendra sera acquis pour la vie. Préférez donc
le mieux au plus. L’enfant ira dans tous les cas plus loin que ce que vous auriez
imaginé en début d’année.

S'appliquer

75
Expliquer les règles de la classe

our que les règles soient appliquées, il faut d’abord montrer puis faire vivre à l’enfant
P ce qu’on attend de lui. « Les enfants deviennent sages et ordonnés dès qu’ils ont appris
à travailler2. »
mise en piace concrete

La première règle est le chuchotement. Pour créer une ambiance de travail et de


concentration, il faut du silence. C'est pourquoi les adultes d’abord, mais aussi les enfants,
doivent apprendre à se déplacer sans bruit et à chuchoter. Plusieurs techniques peuvent
être appliquées.

Dans les tout premiers jours d'école, vous allez faire des exercices d’entraînement au
La

déplacement silencieux (sans chaussures ni chaussons de préférence). Il est inutile de


grossir les traits et de se déplacer en caricaturant la Panthère rose. Il s’agit seulement
de maîtriser son corps pour se mouvoir sans bruit et en toute conscience de soi (voir
«Vivre ensemble / Les exercices préalables », p. 160).

On demande souvent aux enfants de


faire moins de bruit, mais on ne leur
montre jamais comment c’est pos­
sible. Alors que si on prend le temps
de leur expliquer les différentes
façons de ne pas faire de bruit, ils
seront attentifs et feront vite de leur
mieux pour être silencieux.

Par exemple, on présente des exer­


cices de déplacement de chaise,
d’ouverture et de fermeture de
porte... Cela permet d’apprendre à
l’enfant toutes les étapes qui feront
que la maîtrise de l’action n’entraî­
Chacun son activité
nera pas de bruits involontaires.

2. Edwing Mortimer Standing, Maria Montessori, sa vie, son œuvre, Édition Desclée de Brouwer 2013.

76
On peut également faire des exercices
1
de déplacement avec un plateau pour MES PRATIQUES
que l'enfant soit à l'aise dans les dépla­ LES PICTOGRAMMES
cements (voir « Vivre ensemble / Les
À l’entrée de la classe et à hauteur
exercices préalables », p. 160).
des enfants, j’ai positionné deux
pictogrammes représentant le silence
Chuchoter s’apprend. Souvent les en­
(doigt sur la bouche) et la marche (pieds
fants ne savent pas ce que chuchoter
qui marchent).
veut dire. L’utilisation de la comptine
J'explique aux enfants que ce sont les deux
Chuchoti chuchota permet à l’enfant
règles de la classe pour pouvoir y entrer
d'entendre et de s’entraîner aux trois
Si un enfant entre en criant ou en courant,
niveaux sonores de la voix : parler; par­ je lui demande d'aller regarder les deux
ler à mi-voix et chuchoter. Ainsi, lorsqu’il règles de la classe et d'entrer à nouveau
doit chuchoter, il sait comment placer en les respectant. Ainsi, ce n’est pas
sa voix. une demande de ma part, mais
une nécessité pour la classe.
Pour les adultes aussi, l’exercice est
intéressant. Ils ont à maîtriser leur voix,
même s'ils doivent intervenir rapidement auprès d'un enfant qui se met ou met autrui
en danger II est difficile mais obligatoire de ne pas crier à travers la classe, il convient
plutôt de se rendre rapidement sur les lieux et d'intervenir fermement mais sans crier

Et pour ne pas entendre de « Maîtresse » ou « Maître » crié du fond de la classe ou à


vos oreilles alors que vous êtes occupé, expliquez très rapidement le principe de la main
sur l’épaule. C’est-à-dire que lorsqu’il veut vous parler; l’enfant doit se déplacer jusqu’à
vous et mettre sa main sur votre épaule pour montrer qu’il est là, puis attendre silencieu­
sement que vous soyez disponible pour l’écouter (voir « Être disponible », p. 69).

Comme nous l’avons abordé précédemment, l’ordre


est très important pour l’enfant. Il lui donne les
repères qui lui permettent de comprendre et de
classer le monde qui l’entoure. Il faut donc lui donner
la possibilité de faire lui-même le rangement de son
matériel et de ses activités. Il est nécessaire que vous
veilliez à cet ordre-là tous les jours, plusieurs fois par
jour.

L’enfant doit ranger le matériel utilisé sur son plateau


à la fin de son activité, puis ranger le plateau à sa place.
Le rangement fait partie intégrante de l’activité. Par S'organiser

77
conséquent, vous devez le faire lors de la présentation. N'oubliez pas que la présentation
commence et se termine devant l'étagère.

Lorsque l’enfant renverse un plateau, casse un objet ou fait un quelconque dégât, il est
inutile de le gronder; car le fait de ne pas avoir maîtrisé son geste est déjà un échec pour
lui et, de plus, il est à l’école pour apprendre et cela implique des essais, des erreurs ou
des approximations. Si nous devions tout réussir tout de suite sans tâtonner nous n’ose­
rions plus rien tenter Le seul principe à expliquer à l’enfant est qu’il doit nettoyer les
dommages causés. Comme dans toutes les situations, montrez-lui comment procéder
et laissez-le continuer
mise en place concrète

L’hygiène
L'enfant aime être propre. Il se sent ainsi
digne et développe une bonne estime
de lui-même. L’adulte a donc pour rôle
de lui montrer comment faire pour
prendre soin de lui. Il va lui montrer
La

comment se moucher comment se


laver les mains, comment faire sa toilette
du visage, comment aller aux toilettes...
C’est-à-dire tout ce qui lui permettra de
se prendre en charge et de se valoriser.

Se laver les mains

Les principes mis en place dans la pédagogie Montessori, dont la personnalisation des
apprentissages, ne conduisent pas à l'individualisme. Bien au contraire, la classe devient
une microsociété d’entraide et de bienveillance.

Si l’on se construit intérieurement, c’est aussi pour pouvoir vivre en société. Le respect
de chacun est donc primordial pour pouvoir collaborer et apprendre de l’autre. Se
connaître soi-même avec ses besoins et ses limites permet d’entrer en contact avec
l’autre de façon beaucoup plus sereine.

Les plus grands accueillent avec beaucoup de plaisir les plus jeunes, leur expliquent les
règles, leur font des présentations. Ils sont fiers de montrer leur savoir-faire. Les plus
jeunes sont valorisés d’être considérés par les plus grands et les imitent beaucoup. Cette
entraide crée une ambiance agréable et coopérative d’où la compétition est absente,
puisque chacun a des besoins diffé­
rents. Les enfants comprennent vite
qu’ils sont à l’école pour apprendre
des choses qui les aident à grandir
Les leçons de courtoisie
et à comprendre le monde qui les
entoure. Ils s’investissent donc énor­ Maria Montessori proposait aux
mément dans leur travail et dans enfants des jeux de rôles pour illustrer
des situations qui mettaient en jeu
la vie de la classe. Ils sont fiers des
la politesse et les comportements
progrès de chacun qui stimulent l'en­
attendus par la société. Il peut s'agir
semble du groupe. de deux personnes qui se rencontrent
et qui discutent, d'un achat chez un
Comme vous avez pu le lire précé­
commerçant...
demment, chaque activité n’existe
Finalement, c’est le même principe que
qu’en un seul exemplaire. Ce point
celui d'expliciter comment faire moins
est extrêmement important, car
de bruit. Il s’agit, non pas de demander
c’est grâce à cela que l’enfant va à l'enfant de « bien se tenir », mais
apprendre la patience. Bien sûr; au de lui montrer quels sont les codes
début, l’enfant en éprouve souvent attendus par la société.
une grande frustration. C’est à vous
de lui montrer ce qu’il peut faire si l’activité désirée est déjà utilisée : il peut se tourner
vers une autre activité, attendre en regardant silencieusement l’autre réaliser l’activité,
venir observer votre présentation...

Le partage est la suite logique de l’apprentissage de la patience. Les enfants partagent


l'espace classe, les tables, les tapis et le matériel, il est donc impossible de tout garder
pour soi.

Le dosage entre contrainte et liberté est un des enjeux fondamentaux de la péda­


gogie Montessori. L’enfant est libre de ses mouvements, libre de ses choix, libre de ses
paroles, libre de son temps, mais en même temps il est contraint par le respect des
règles du vivre ensemble et du matériel.

Maria Montessori précise sa vision de la


liberté ainsi : « Nous devons cependant « Toute personne dans une
être très nets sur le sens de cette liberté. situation d'autorité incontestée,
Liberté ne veut pas dire être libre de faire libre de toute critique, court le
tout ce que l'on veut : cela signifie plutôt être danger de devenir un tyran. »
capable de satisfaire ses besoins vitaux sans Maria Montessori
dépendre de l’aide directe d’autrui. » Puis K_____________________ J

79
elle ajoute : « Toute personne dans une situa­
tion d'autorité incontestée, libre de toute critique,
court le danger de devenir un tyran. »

Il faut donc prendre garde de ne pas laisser


naître chez l’enfant un sentiment d’impunité et
de toute-puissance.

La plus grande punition pour un enfant est


d’être privé de cette liberté.
nient ne suffit pas, le gêneur est séparé de ses
compagnons et prié de s'asseoir derrière l’édu­
catrice. La leçon éveillera en général son intérêt
et il se mettra au travail. Ou bien, il s’ennuiera et
mise en place concrète

demandera à retourner à sa place. Ce genre de


‘'punition”se révèle tout à fait suffisant3.»

Le choix de son activité


La

La main à la poche
Lorsqu’un enfant n'arrive pas à travailler normalement et qu’il nuit au bon fonctionnement
de la classe, vous ne pouvez pas le laisser faire.
Une des solutions est la main à la poche. L’enfant doit s'accrocher à votre poche et donc
se conformer à ce que vous faites.Vous ne lui accordez pas d’attention, mais votre présence
est rassurante pour lui.
L’enfant est privé de sa liberté de choix et de mouvement, mais il n’est pas inactif puisqu’il
regarde et entend tout ce que vous faites.
Lorsqu’il se sent prêt à retourner travailler, il retrouve sa liberté.

3.Témoignage d'une éducatrice dans une des premières écoles Montessori issu de Maria Montessori, so vie, son
œuvre de Edwing Mortimer Standing, Édition Desclée de Brouwer, 2013.

80
6
Faire les premières présentations
I d’activités

'année de départ, l’année zéro, est l'année la plus difficile, car toutes les habitudes
L de travail sont à mettre en place auprès des élèves, et l’enseignant qui modifie son
attitude doute souvent énormément.

Concrètement, une fois la préparation


réalisée (voir chapitre 2) et la classe
—-- --- ---
MES PRATIQUES
agencée (voir « Agencer la classe », LES PREMIÈRES
p. 60), comment introduire les premières PRÉSENTATIONS
présentations ? Occupez les élèves, le plus
silencieusement possible, pour-
Le démarrage peut se révéler compli­
être libre d’enchaîner vos présentations
qué, car les enfants ne connaissent pas
individuelles.
encore les règles de vie de la classe, et il
Ne présentez pas le même matériel à
est difficile pour l’enseignant de conte­
tous, car sinon il n’y aura pas suffisamment
nir l’envie des enfants d’essayer tout le
de possibilités de rotation entre les activités,
matériel mis à leur disposition. ce seront toujours les mêmes qui seront
utilisées.
C’est un vrai challenge à relever car
N’essayez pas de gagner du temps
tous les enfants ont presque la même
en faisant une présentation à plusieurs
demande et en sont presque au même
enfants en même temps,
stade de développement (vous aurez
seul l'enfant qui partira avec
rarement trois niveaux de classe pour l'activité la réinvestira.
démarrer).

Tout d’abord, vous pouvez commencer par des ateliers dits « préliminaires » qui mettent
en place les règles de vie de la classe : se déplacer silencieusement, déplacer des chaises
sans bruit, dérouler et rouler un tapis, marcher sur la ligne... (voir «Vivre ensemble /
Les exercices préalables », p. 160).

Ensuite, vous pouvez démarrer progressivement les présentations individuelles. Plusieurs


façons de faire sont envisageables.

1. Mettre en place des ateliers par groupes : coloriage, pâte à modeler; Lego, Clipo,
puzzles... Les élèves sont occupés et surveillés par l’atsem. Ils seront certainement un
peu bruyants, mais ils vous laisseront libre de faire vos présentations individuelles.

2. Commencer par mettre des ateliers individuels avec du matériel de classe sur les
bureaux (les étagères sont pleines du matériel spécifique prévu pour l’année) : puzzles,
perles, pâte à modeler Lego, Kapla... Ainsi les élèves travaillent seuls, mais ils n'ont pas

31
besoin de présentations, ni de se dépla­
cer sauf pour changer de place.

3. Multiplier les activités de vie pratique


et de transvasement, afin qu'il n’y ait tou­
jours qu'un seul exemplaire de chaque
activité, mais avec la même compétence
déclinée en plusieurs activités différentes.

Une fois que vous aurez présenté trois


ou quatre activités à chaque élève, votre
classe va commencer à tourner toute
seule, et vous pourrez prendre le temps
d’observer les élèves pour choisir et ajus­
mise en place concrète

ter vos présentations.

Pour les autres années, aux élèves que


vous aviez déjà, vous pouvez leur rap­
peler les activités à plusieurs. Ainsi, vous
pouvez vous concentrer ensuite sur les Expérimenter
nouveaux élèves.
La

Plus les années passent et plus le fonctionnement est simple, car les plus grands maî­
trisent les règles et les activités et vous apportent une grande aide.

MES PRATIQUES
LE CAHIER-JOURNAL
Pour anticiper la journée, votre cahier-journal sera votre meilleur allié. Il vous
permettra de vous référer à tout moment au déroulé prévu de votre journée.
Un agenda accompagne mon cahier-journal. Je note sur celui-ci les présentations et
les évaluations que je compte faire dans la journée. Il me permet de penser à chacun
et de prévoir une ou plusieurs présentations que j’ai ciblées pour chaque enfant.
Mais en aucun cas il n’est prédictif. Je m’adapte à la situation que j'observe en classe
et réalise les présentations qui me paraissent opportunes. Pour autant, c’est un très
bon support qui me sert de base de travail. Car pour pouvoir improviser il faut
déjà avoir préparé le plus possible de choses et anticiper le maximum de variables.
V

82
Point clé

Les invariants d’une présentation


La présentation commence devant l’étagère où se trouve l’activité et se termine
à cette même place.
On recourt toujours au langage avant de commencer l’activité ou après, mais le moins
possible pendant la présentation.
Les gestes sont lents, et on s’assure que l’enfant suit en captant son regard.
C’est un moment de relation privilégiée avec l’enfant.
La pi ésentation a toujours comme but intrinsèque de développer la confiance en soi
et l’estime de soi de l’enfant.

5<>sut:nu «»0
5? français A.
Lundi siéerani
3 J
Octobre P
Présentations / Evaluation Présentations réalisées
Présentations / Evaluation
Présentations réalisées te. jf.i . , -,
Alois: se. y I 'j CsuAiw -'f
Alois: -*rê /zc< tx ït^zzzx.
Aurel: C Aurel: L . ■, Li'n ■
Charlotte: ..
Charlotte: .¿v.zj 4. tx*.
Charlotte: o
*
Enzo: ( ic-Ciirin i ■&> Enzo-
Léane: ztâ-y ¿¿Z tf'tzAz. Léane:
Manon: Manon:
Tiago: t<Lé<WMÜ ÿ, Tiago: „/¿Z<7.. ¿.

Crystal: ¿¿¿eu-
* ; Crystal: . . ......
Loenr ^7-'VyZ« Loen: . , . '.
Maélie: z.;o zZ^z x.^lz)?<' Maëlie: < - , —c>6 l,T,3
Mathilda: z?
K-'U.-O
i 0- - ----
Mathilda: ‘
Sohan: / / Sl/IIOII.
Sohan: ».■ ■ ■ ■ -
Thomas: ¿S'- b<
Thomas: ....77 < 1
+ bilupMf,.
Cléa: fMJjé <x. • <
-.f'Kn Cléa: ■ ...." ...
« Jade: ' t .. U'pn<xJ2 x • ■ . Jade: ’ '
Jérémy: ¿¿¿..¿¡e •<
Zi-r/tC4?i X •' ' Jérémy:
Lilwenn: /14^ yf Lilwenn: <
Louann: Louann: -
Maia: ;7imi'.r(£W'4O
¿V. < •••
Maia:
Matt: " ' ' ‘ ihizfCX-
Roxane/ " zftzzAL.
s Matt:
Roxane:
Shéryne:
Théo: VCfZAP'C
. <Aa
4J Shéryne:
Théo:
Valentin: 4 t ¿i-~
Valentin; •

Exemple d’agenda des présentations (anticipation et réalité)

83
La mise en place concrète

84
4. Ce document est téléchargeable sur www.esf-scienceshumaines.fr (voir p. 4 pour plus de précisions).
our s’assurer de l’acquisition des compétences et les connaissances par l’enfant ainsi
P que pour renseigner et transmettre ces informations aux parents et à ses collègues,
l’enseignant a recours à l'évaluation.

Avant toute chose, il ne faut pas oublier que l'évaluation est une photographie de ce que
sait faire ou du moins de ce que veut bien vous montrer l’enfant à un moment précis !
L’évaluation ne permet jamais de juger un enfant ou de le faire rentrer dans une case.
Elle peut servir de guide pour orienter certaines présentations.

L’Education nationale demande que les enseignants réalisent un livret recensant les
acquisitions de l’enfant et qu’il soit transmis aux familles au moins deux fois par an. Les
acquis peuvent être ainsi rassemblés dans un document appelé « cahier de suivi des
apprentissages ». « Le carnet de suivi peut être un carnet d'observation au long cours.
C'est-à-dire, un recueil d'observations régulières sur un temps suffisamment long pour
permettre aux apprentissages de se réaliser »

Les évaluations doivent toujours être positives. Mettez en avant tout ce que l’enfant
réussit. Cependant, il ne s’agit pas de tromper les parents sur les difficultés de leur enfant,
celles-ci doivent être explicitées dans les commentaires de façon à souligner les évolu­
tions à mettre en œuvre et non présentées comme un couperet sans appel.

¿AaSoi/v

Exemple d'un carnet de suivi des apprentissages

5. Des exemples de documents pour l’évaluation des élèves sont téléchargeables sur
www.esf-scienceshumaines.fr (voir p. 4 pour plus de précisions).

85
Tris, classements, rangements, algorithmes

Classer des objets en fonction de caractéristiques liées à leur forme. Savoir nommer quelques
formes planes (carré, triangle, cercle ou disque, rectangle) et reconnaître quelques solides
(cube, pyramide, boule, cylindre)

Je reconnais et Je reconnais et
nomme le triangle, nomme le cube,
le disque et le carré la boule et la pyramide
date : date :
le 21 novembre 2016 le 27 décembre 2016

Classer ou ranger des objets selon un critère de longueur ou de masse ou de contenance

Je classe des objets


en fonction de leur
longueur
date :
le 29 novembre 2016

Exemple d'un carnet de suivi des apprentissages

Indiquez au préalable à l'élève ce sur quoi vous allez l'évaluer; puis prévenez-le que vous
allez vérifier s’il sait faire ceci ou s'il a besoin qu'on y revienne. Le mieux serait encore
de lui demander s’il veut qu’on lui remontre ou s’il pense qu’il peut vous montrer ce
qu'il sait faire. Souvenez-vous que dans les programmes de 2015, une grande place est
faite à l’observation.

En reliant l'observation des élèves, l'explicitation des connaissances et la métacognition


(je sais ce que je sais et je sais ce que je ne sais pas), l’évaluation mise en place dans votre
classe sera susceptible de rendre les élèves totalement acteurs de leurs apprentissages
et conscients de leurs acquis, car ils sauront ce que vous attendez d’eux, ce vers quoi ils
doivent tendre et ce qu’ils savent déjà.

De même, pour développer le langage et faire le lien avec la maison, il est utile d’avoir
un cahier de vie qui fait la navette entre ces deux lieux. Dans ce cahier; vous synthéti­
sez semaine après semaine les grands moments de la vie de la classe : les projets, les
sorties, les anniversaires, les livres lus et les chants appris ! Cela permet aux parents de
partager avec leur enfant le temps de vie en classe. En parallèle, à la maison, parents et
enfants notent, collent ou dessinent les moments importants de la vie de famille : sorties,
naissances, événements... Ainsi, ce cahier regroupe succinctement la vie de l’enfant à
l’école et à l’extérieur; et lui permet de parler de choses qui ne sont plus présentes, ce
qui développe son langage d’évocation.

86
D’autres cahiers servent à rassembler les productions des enfants : le cahier de gra­
phisme ou d'écriture, le cahier d'addition, le cahier du bonhomme... Ils sont des outils
qui permettent à tous (enfants, parents, enseignants) de mesurer les acquisitions et les
progrès de l’enfant. Ils permettent à l’enfant d'expliciter à ses parents ce qu'il fait et
apprend à l’école.

87
Exemple d’une semaine dans le cahier de vie6

Septembre et octobre 2016


lundi mardi mercredi vendredi samedi dimanche

Présentation
Présentation du
du tableau
tableau 74 de
Lollipop trees de
Alexander Calder
Hundertwasser

Nous avons fait un projet d'art visuel autour des œuvres de Hundertwasser pour les GS et
les MS. Il s'agit d’arbres et de paysages colorés. Les PS ont peint à la manière de Calder : des
fleurs noires et deux colorées...
mise en place concrète

Nous avons reçu une lettre de Céline (la maîtresse de l'année dernière), nous lui avons
répondu et nous sommes allés acheter un timbre à la poste.
Les GS s’entraînent à écrire leur prénom en attaché dans le sable (et sur les ardoises pour
certains). Ils font des dictées de chiffres et s'entraînent beaucoup à la tenue de leur crayon et
au graphisme... Les PS n'arrêtent pas de faire de la peinture et des ateliers pour travailler leur
motricité fine ! Quant aux MS, ils comptent, font des pochettes d’images classifiées (mettre
ensemble deux images et mots identiques). Nous avons travaillé sur le journal, comment le
reconnaître et à quoi il sert.
La

POUR, apprendre à chuchoter


(À voix haute, normale)
Papoti papota
Nous parlons comm'ça
Nous parlons normalement
Ainsi tout le monde entend
Ce que nous disons aux gens
Papoti, papota, là !

(À voix basse, mais on entend


encore le « timbre » de la voix)
À mivi, à mi voix
Nous parlons plus bas
Nous parlons plus doucement
Pour ne pas gêner les gens
Parents, amis ou passants
A mivi, à mi voix, mmmm...

(En chuchotant vraiment :


on n’entend plus le timbre des voix)
Chuchoti chuchota
Nous parlons tout bas
Nous parlons si doucement
Que si quelqu'un nous entend
Il croira que c’est le vent
Chuchoti chuchota, chhhhut...

6. Issu de la pratique de classe de Marianne Berrard

88
MES PRATIQUES
LES SUPPORTS DE PRODUCTION DES ÉLÈVES
En guise de repères avec les élèves et pour garder une trace de leurs productions
au fil des trois années dans la classe, j’utilise différents cahiers.
Cahier de vie : en dictée à l'adulte, les enfants expliquent ce qu’ils ont fait dans
la semaine. Une poutre du temps, l’image des albums ou des œuvres étudiés ainsi que
la comptine ou la chanson apprise illustrent le document. Une feuille incluant des photos
témoigne des grands moments vécus collectivement (motricité, sorties, découvertes,
grands projets...). Les enfants emportent le cahier de vie chez eux toutes les semaines.
Il permet de faire le lien entre l’école et la famille. Car les enfants racontent aussi
ce qu’ils ont fait chez eux et l’expliquent à leurs amis de retour à l’école.
Cahier de suivi des apprentissages : conçu à partir des observables (qui sont la déclinaison
des compétences attendues en fin de GS), ce cahier permet à l’enfant de savoir ce qu’il sait.
Il est transmis aux familles deux fois par an.
Cahier de graphisme de Danièle Dumont, Les Cahiers d’écriture : il est adapté au niveau
de développement moteur de l’enfant. Les enfants s’entraînent aux gestes graphiques
progressivement à certains moments de la journée. Le cahier de graphisme est transmis
aux parents une fois par an.
Cahier d’écriture : conçu à partir de feuilles lignées, il permet aux GS de s’entraîner à
l’écriture sur ligne en vue de l'entrée en CR Le cahier d'écriture est transmis à la famille
une fois par an.
Cahier de calcul : ce cahier compile les tables d'addition de I à 9. Il permet à l'enfant
de mettre par écrit les résultats obtenus lors du travail sur l'addition et de chercher toutes
les façons de faire un résultat (par exemple 9 = 4 + 5,9 - 3 + 3 + 3). Il est transmis
annuellement.
Livrets de mots à lire : ces livrets sont composés de mots simples écrits par l’enseignant,
que l’enfant doit déchiffrer; dessiner pour montrer sa compréhension,
et réécrire pour s’exercer Ils sont complétés quotidiennement par l’enfant de GS et
transmis aux familles tout au long de l'année.
Cahier de production d’écrits : il commence par de l’encodage de sons à partir d'images
(p/i/a/n/o), continue par des dictées de syllabes, et enfin par des productions de phrases
ou de messages (p/a/p/i/v/a/t/a/p/é/l/e/s/o/l). Il est transmis aux parents à la fin de l’année.
Cahier d’art :ce cahier regroupe les analyses d'œuvres (tableaux, sculptures, musiques...)
réalisées en classe. Il est conservé durant les trois années, mais transmis une fois par an.
Cahier de sciences : il compile les expériences, les découvertes, les schémas,
les dessins, les photos, les objets naturels et les questionnements scientifiques
des trois années. Il est transmis une fois par an aux familles5.

.................. ... ............ .......................... =

7. Cahiers imaginés et conçus en grande partie par Marianne Berrard.

89
Avant de poursuivre, faîtes le point...
Oui Non En cours
Agencer la classe

□ □

□□□ □□□
J’ai mis le matériel au niveau de l’enfant.
J'ai créé des aires de travail et défini des espaces par thèmes. □ □
J’ai revu l’affichage de la classe pour ne garder que l’essentiel. □ □
J’ai disposé le matériel sur les étagères de gauche à droite
et de haut en bas par ordre de complexité. □ □
J’ai tracé une ellipse au sol pour supprimer les bancs. □ □
J'utilise mieux l’espace. □ □
Modifier son attitude

□ □

□ □□
Je deviens un organisateur de savoir
J'apprends à lâcher prise en faisant confiance à l’enfant. □ □
Je comprends l'intérêt des cours multiples : respect du rythme de
l’enfant, vie sociale, besoins différents, renouvellement d’un tiers □ □
de la classe, connaissance fine et précise de chaque enfant.

Comment commencer avec les élèves ?

• L'accueil des élèves.


□ □
□□ □ □ □□□
- Il se fait avec bienveillance.
-Je suis disponible pour chacun. □ □
- J’ai mis en place un rituel. □ □
• J'ai expliqué les règles de vie de la classe dont chacun est le gardien.
- L'importance de l’ordre et du rangement pour respecter
les lieux et ceux qui prendront l'activité ensuite.
□ □
- Les déplacements silencieux. □ □
- Le chuchotement qui permet de partager tout en respectant
la concentration de chacun. □ □
- La main sur l'épaule pour demander quelque chose. □ □
La liberté n’est possible que si le cadre est clair, explicite et rassurant.
Réaliser les exercices préalables permet de poser le fonctionnement.
Les premières présentations sont les plus difficiles à faire :
□ □
□□□

- Les autres enfants sont en ateliers autonomes.


- Je varie les présentations pour permettre une bonne rotation. □ □
-J’ai mis en place un cahier-journal pour organiser mes journées. □ □
L’observation et l’évaluation des élèves

□ □
□ □□

Le carnet de suivi des apprentissages.


L’évaluation positive. □ □
La mise en place de cahiers pour la production des élèves. □ □

90
Les attendus de fin de grande section
et les activités Montessori

Programmation annuelle des activités

Exemple de programmation
(séquence et séances)

91
1
Les attendus de fin de grande
section et les activités Montessori

'école est une institution publique, et l’enseignant est un fonctionnaire de I État.


L Il doit respecter les missions qui lui sont confiées. Certaines, fondamentales comme
transmettre les savoirs et réduire les inégalités, doivent être un souci permanent du
professeur dans la conception de son enseignement.
La mise en place de la pédagogie de Maria Montessori ne permet pas d’atteindre
l’ensemble des attendus de l’Éducation nationale. C’est pourquoi il est nécessaire
d’aborder certains domaines d'apprentissage et certaines compétences autrement. Une
mise en parallèle des activités issues de la pédagogie Montessori et des programmes
de l’Éducation nationale ainsi que des exemples de programmation, de séquences et de
séances d’apprentissage permettront d’appréhender cette nécessité.
et la pédagogie Montessori

Afin de mieux situer les activités de la pédagogie Montessori qu’il est possible de mettre
en place dans sa classe, voici une liste des différentes activités avec, pour chacune
d'elles, les compétences et connaissances des programmes ainsi que le principe de la
pédagogie Montessori correspondant.
Les activités marquées d’un astérisque ne sont pas issues de la pédagogie Montessori
mais je les ai transposées sous la forme d’activité personnalisée (exemplaire unique,
autotélique avec début/fin) afin d'atteindre certains objectifs de l’Éducation national non
présents dans la pédagogie de Maria Montessori.
Les programmes

OM SUR...
Code couleurs pour les domaines entre l’Éducation nationale
et la pédagogie Montessori
Afin de vous aider à mieux circuler entre les attentes de l’Éducation nationale et
les domaines développés dans la pédagogie Montessori, un code couleurs a été mis
en place. Il se retrouve principalement dans les tableaux du chapitre 4 ainsi que
dans les fiches et schémas du chapitre 5.

Vie pratique Langage et graphisme

Développement sensoriel

Botanique, géographie, zoologie et sciences Motricité

Mathématiques

92
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

" Se déplacer avec aisance dans des environnements • Construire la confiance en soi
variés, naturels ou aménagés • Développer son autonomie
• Ajuster et enchaîner ses actions et ses déplacements ’ S'adapter à son environnement
en fonction d’obstacles à franchir ou de trajectoire • Développer la psychomotricité
d'objets sur lesquels agir • Développer sa volonté, son engagement dans l’action
• Développer la concentration et l'attention aux autres

- Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués • Construire la confiance en soi
par l'homme • Développer son autonomie
- Communiquer avec les adultes et avec les autres • S'adapter à son environnement
enfants par le langage en se faisant comprendre ■’ Développer la psychomotricité (relation œil-main)
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer sa volonté, son engagement dans l’action
évoquer, expliquer; questionner; proposer des solutions,
discuter un point de vue
••• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
d'un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
■ Choisir; utiliser et savoir désigner des outils et
des matériaux adaptés à une situation, à des actions
techniques spécifiques (plier; couper; coller; assembler
actionner...)
Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués ° Construire la confiance en soi
Ouvrir et fermer par l’homme • Développer son autonomie
de petites boîtes • Communiquer avec les adultes et avec les autres • S’adapter à son environnement
enfants par le langage en se faisant comprendre Développer la psychomotricité (relation œil-main)
- Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer sa volonté, son engagement dans faction
évoquer; expliquer; questionner; proposer des solutions,
discuter un point de vue
Manipuler Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
des pinces à linge d’un projet ou d’une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
• Choisir; utiliser et savoir désigner des outils et
des matériaux adaptés à une situation, à des actions
techniques spécifiques (plier couper coller assembler,
actionner...)
Presser l’éponge

* Activités non issues de la Pédagogie Montessori.

L
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

■ Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués » Construire la confiance en soi
par l'homme • Développer son autonomie
Coller du papier
" Communiquer avec les adultes et avec les autres • S'adapter à son environnement
enfants par le langage en se faisant comprendre ’ Développer la psychomotricité (relation œil-main)
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer sa volonté, son engagement dans l'action
évoquer; expliquer; questionner; proposer des solutions,
discuter un point de vue
Transvaser avec ■ Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
une cuillère la bonne d'un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
quantité de graines son geste
• Choisir; utiliser et savoir désigner des outils et des
matériaux adaptés à une situation, à des actions
techniques spécifiques (plier; couper; coller, assembler;
actionner...)
Transvaser
avec une louche
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués • Construire la confiance en soi
Verser dans
par l'homme • Développer son autonomie
des verres
• Communiquer avec les adultes et avec les autres • S'adapter à son environnement
(avec un entonnoir)
enfants par le langage en se faisant comprendre Développer la psychomotricité (relation œil-main)
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer sa volonté, son engagement dans l’action
évoquer; expliquer; questionner; proposer des solutions,
discuter un point de vue
• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
Balayer
d’un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
° Choisir; utiliser et savoir désigner des outils et des
matériaux adaptés à une situation, à des actions
techniques spécifiques (plier; couper; coller, assembler;
*0 actionner...)
Prendre
de soi

I AC nrnorammM la nArlaanaio Mnntaccni*i


Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués • Construire la confiance en soi
par l’homme • Développer son autonomie
Laver le linge
Communiquer avec les adultes et avec les autres S’adapter à son environnement
enfants par le langage en se faisant comprendre • Développer la psychomotricité (relation œil-main)
Pratiquer divers usages du langage oral : raconter ■■ Développer sa volonté, son engagement dans l’action
évoquer expliquer questionner proposer des solutions,
discuter un point de vue
Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
Poinçonner
* d'un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
Choisir utiliser et savoir désigner des outils et
des matériaux adaptés à une situation, à des actions
techniques spécifiques (plier, couper coller assembler
actionner...)
Planter de
petits clous
*

Bouc er

Coudre

Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


1

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués ° Construire la confiance en soi
Lacer par l'homme • Développer son autonomie
• Communiquer avec les adultes et avec les autres • S'adapter à son environnement
enfants par le langage en se faisant comprendre - Développer la psychomotricité (relation ceil-main)
<■ Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer sa volonté, son engagement dans l'action
évoquer; expliquer; questionner; proposer des solutions,
discuter un point de vue
» Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
d’un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
” Choisir; utiliser et savoir désigner des outils et
des matériaux adaptés à une situation, à des actions
techniques spécifiques (plier; couper, coller; assembler;
*0 actionner...)

Les Droprammes et la oédapopie Montessori


Compétences et connaissances
Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter Développer la discrimination visuelle des dimensions
décrire, évoquer expliquer questionner proposer Construire des concepts mathématiques
des solutions, discuter un point de vue Construire la confiance en soi
Classer des objets en fonction de caractéristiques Construire la pensée abstraite
liées à leur forme
Reconnaître quelques solides (cube, pyramide,
boule, cylindre)
Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur de masse ou de contenance
Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés (devant,
derrière, droite, gauche, dessus, dessous...)
dans des récits, descriptions ou explications
1
Compétences et connaissances
Activité Principes de ia pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; Développer la discrimination visuelle des dimensions
décrire, évoquer; expliquer questionner proposer Construire des concepts mathématiques
des solutions Construire la confiance en soi
Classer des objets en fonction de caractéristiques Construire la pensée abstraite
liées à leur forme
Le cabinet
Classer ou ranger des objets selon un critère
de géométrie
de longueur
Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés (devant,
derrière, droite, gauche, dessus, dessous...)
dans des récits, descriptions ou explications
Savoir nommer quelques formes planes
Reproduire, dessiner des formes planes

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; Développer la discrimination sensorielle


Les planchettes décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer Construire la confiance en soi
rugueuses des solutions, discuter un point de vue Construire la pensée abstraite
Classer des objets en fonction de caractéristiques Construire le sens stéréognostique (le fait de reconnaître
liées à leur forme les objets au toucher, par leur forme, leur consistance,
Classer ou ranger des objets selon un critère leur température)
de longueur, de masse ou de contenance
Les tablettes
graphiques
rugueuses

ac nrnorammpc pf la nArlaanaÎA MnntAccnri


tea piugraiiiinea et id peuagogie noniessorl

102

Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


Les programmes et la pédagogie Montessori
104
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; Développer la discrimination sensorielle


décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer Construire la confiance en soi
Le cube du binôme
des solutions, discuter un point de vue Construire la pensée abstraite
Classer des objets en fonction de caractéristiques Construire le sens stéréognostique (le fait de reconnaître
* liées à leur forme les objets au toucher, par leur forme, leur consistance,
Reconnaître quelques solides (cube, pyramide, leur température)
boule, cylindre)
Reproduire un assemblage à partir d'un modèle
(assemblage de solides)

Le cube du trinôme

Les cylindres
de couleur
Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter, Développer la discrimination sensorielle


Construire la confiance en soi


décrire, évoquer; expliquer questionner proposer
des solutions, discuter un point de vue Construire la pensée abstraite
La table Classer des objets en fonction de caractéristiques
de Pythagore liées à leur forme
Savoir nommer quelques formes planes (carré,
Bi triangle, cercle ou disque, rectangle)
Reproduire un assemblage à partir d'un modèle
(assemblage de solides)
106
Botanique, géographie, zoologie et sciences
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués • Développer la concentration


par l'homme • Construire la confiance en soi
• Communiquer avec les adultes et avec les autres • Développer l'attention à la nature
enfants par le langage en se faisant comprendre
- Pratiquer divers usages du langage oral : raconter,
évoquer; expliquer; questionner; proposer des solutions,
discuter un point de vue
Prendre soin
• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
des plantes
d’un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
• Reconnaître les principales étapes du développement
d'un animal ou d'un végétal, dans une situation
d’observation du réel ou sur une image
• Connaître les besoins essentiels de quelques animaux
et végétaux

• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer la discrimination sensorielle


décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer • Construire la confiance en soi
des solutions, discuter un point de vue • Développer l’attention à la nature
• Classer des objets en fonction de caractéristiques
Le cabinet
liées à leur forme
de botanique . ;
• Reproduire un assemblage à partir d'un modèle
(puzzle, pavage, assemblage de solides)
• Reconnaître les principales étapes du développement
des végétaux
Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Choisir différents outils, médiums, supports • Construire la confiance en soi


en fonction d’un projet ou d'une consigne ♦ Développer l’attention à la nature
Observer à la loupe et les utiliser en adaptant son geste

• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer la discrimination sensorielle


Les puzzles décrire, évoquer, expliquer; questionner; proposer • Construire la confiance en soi
de botanique des solutions, discuter un point de vue • Développer l’attention à la nature
• Classer des objets en fonction de caractéristiques
liées à leur forme
• Reproduire un assemblage à partir d’un modèle
108

(puzzle, pavage, assemblage de solides)

Les puzzles • Reconnaître les principales étapes du développement

des saisons des végétaux


• Connaître les besoins essentiels de quelques animaux
et végétaux

Découvrir des espaces moins familiers • Développer la discrimination sensorielle


(paysages, pays et cultures) • Construire la confiance en soi
• Développer l'attention à la nature
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

« Découvrir des espaces moins familiers • Développer la discrimination sensorielle


(paysages, pays et cultures) • Construire la confiance en soi
Le planisphère
• Développer l'attention à la nature

Les puzzles Jfc


des continents, ...
des drapeaux, — *’
109

• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer la discrimination sensorielle


évoquer; expliquer; questionner; proposer des solutions, • Construire la confiance en soi
discuter un point de vue • Développer l'attention à la nature

Les contrastes ZMn * 1


I ... | - 1
• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
d'un projet ou d'une consigne et les utiliser en adaptant
• Développer la compréhension du monde
• Modeler
terre/eau
son geste
• Découvrir des espaces moins familiers
(paysages, pays et cultures)
• Reproduire un assemblage à partir d'un modèle
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués • Développer la concentration


par l'homme • Construire la confiance en soi
Les images
• Communiquer avec les adultes et avec les autres • Développer l'attention à la nature
d’animaux
enfants par le langage en se faisant comprendre
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter
évoquer expliquer questionner proposer des solutions,
discuter un point de vue
• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
La famille
d’un projet ou d’une consigne et les utiliser en adaptant
d’animaux
*
son geste
• Reconnaître les principales étapes du développement
d’un animal ou d'un végétal, dans une situation
d’observation du réel ou sur une image
• Connaître les besoins essentiels de quelques animaux
Les puzzles et végétaux
de zoologie

Les livrets
renseignés
des parties du corps
des animaux

Le corps humain
*

Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


Activités non issues de la Pédagogie Montessori.
Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter • Développer la discrimination sensorielle


évoquer expliquer questionner proposer des solutions, • Construire la confiance en soi
discuter un point de vue
*
Tangram • Reproduire un assemblage à partir d’un modèle
• Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés (devant,
derrière, droite, gauche, dessus, dessous...)
dans des récits, descriptions ou explications

• Communiquer avec les adultes et avec les autres • Développer la concentration


enfants par le langage en se faisant comprendre • Construire la confiance en soi
Chercher
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter • Développer l’attention aux détails
des différences
*
évoquer expliquer, questionner proposer des solutions,
discuter un point de vue
K)
• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués • Développer la concentration
par l’homme • Construire la confiance en soi
Coule/flotte • Communiquer avec les adultes et avec les autres • Développer la réflexion et l’analyse
enfants par le langage en se faisant comprendre
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter
évoquer, expliquer questionner proposer des solutions,
discuter un point de vue
• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
Les engrenages JJ d’un projet ou d’une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
W ■" +
* Activités non issues de la Pédagogie Montessori.
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Agir sur la matière, les matériaux naturels ou fabriqués Développer la concentration


par l'homme Construire la confiance en soi
• Communiquer avec les adultes et avec les autres Développer la réflexion et l’analyse
enfants par le langage en se faisant comprendre
• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter;
évoquer expliquer; questionner, proposer des solutions,
discuter un point de vue
• Choisir différents outils, médiums, supports en fonction
d’un projet ou d’une consigne et les utiliser en adaptant
son geste
Les programmes et la pédagogie Montessori

Mathématiques
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Réaliser une collection dont le cardinal est donné. Développer le dénombrement des quantités jusqu’à 10
Utiliser le dénombrement pour comparer deux - Construire la confiance en soi
quantités, pour constituer une collection d'une taille Développer l'intelligence et l'esprit mathématique
donnée ou pour réaliser une collection d'une quantité
égale à la collection proposée
Mobiliser des symboles analogiques, verbaux
ou écrits, conventionnels ou non conventionnels
pour communiquer des informations orales ou écrites
sur une quantité
Les barres rouge » Avoir compris que le cardinal ne change pas si on
et bleu modifie la disposition spatiale ou la nature des éléments
Avoir compris que tout nombre s’obtient en ajoutant
un au nombre précédent et que cela correspond
à l'ajout d'une quantité sur la quantité précédente
Quantifier des collections jusqu'à 10 au moins ;
les composer et les décomposer par manipulations
effectives puis mentales
Dire combien il faut ajouter ou enlever pour obtenir
des quantités ne dépassant pas 10
Parler des nombres à l'aide de leur décomposition
Dire la suite des nombres jusqu'à 30

Lire les nombres écrits jusqu'à 10 Introduction des 9 symboles mathématiques des chiffres
• Écrire les nombres jusqu'à 10 » Construire la confiance en soi
Les chiffres Développer l'intelligence et l’esprit mathématique
rugueux
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)
< 3: ’■> Réaliser une collection dont le cardinal est donné. • Développer le dénombrement des quantités jusqu'à 3
• •• es® Utiliser le dénombrement pour comparer deux • Construire la confiance en soi
La collection
quantités, pour constituer une collection d’une taille Développer l'intelligence et l'esprit mathématique
*
témoin
”‘»f-
donnée ou pour réaliser une collection d’une quantité
M. égale à la collection proposée

Æ, 07,S: Réaliser une collection dont le cardinal est donné. • Construire les concepts de nombre et de quantité
Utiliser le dénombrement pour comparer deux Construire la confiance en soi
Les fuseaux quantités, pour constituer une collection d'une taille ° Développer l’intelligence et l'esprit mathématique
donnée ou pour réaliser une collection d'une quantité
égale à la collection proposée
I^Hi Mobiliser des symboles analogiques, verbaux
ou écrits, conventionnels ou non conventionnels
1 2 3
Les jetons pour communiquer des informations orales ou
1 2 3
• •• •• écrites sur une quantité
Avoir compris que le cardinal ne change pas si on
modifie la disposition spatiale ou la nature des éléments
Les tickets Avoir compris que tout nombre s’obtient en ajoutant
Bah. /¿JwVWI
de mémoire un au nombre précédent et que cela correspond
des nombres à l'ajout d'une quantité sur la quantité précédente
Quantifier des collections jusqu'à I0 au moins ;
les composer et les décomposer par manipulations
/ Ut|
effectives puis mentales
Le serpent
Dire combien il faut ajouter ou enlever pour obtenir
de l’addition
-f" " V” des quantités ne dépassant pas 10
Parler des nombres à l'aide de leur décomposition
• Dire la suite des nombres jusqu'à 30
- Lire les nombres écrits jusqu'à I0
La table d’addition ■4— 'T™-
k -X À
* Activités non issues de la Pédagogie Montessori.
Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

■ Réaliser une collection dont le cardinal est donné. Construire les concepts de nombre et de quantité
Le porte-perles
Utiliser le dénombrement pour comparer deux Construire la confiance en soi
ou table de Seguin
quantités, pour constituer une collection d'une taille Développer l’intelligence et l'esprit mathématique
de I I à 19
donnée ou pour réaliser une collection d’une quantité
égale à la collection proposée
Mobiliser des symboles analogiques, verbaux
ou écrits, conventionnels ou non conventionnels
Le système décimal pour communiquer des informations orales ou
écrites sur une quantité
- Avoir compris que le cardinal ne change pas si on
modifie la disposition spatiale ou la nature des éléments
Avoir compris que tout nombre s’obtient en ajoutant
un au nombre précédent et que cela correspond
L’addition à l’ajout d'une quantité sur la quantité précédente
■ Quantifier des collections jusqu’à 10 au moins ;
les composer et les décomposer par manipulations
effectives puis mentales
Parler des nombres à l'aide de leur décomposition

La table de Seguin
de 20 à 99

La table de 100
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Réaliser une collection dont le cardinal est donné. Construire les concepts de nombre et de quantité
Utiliser le dénombrement pour comparer deux ' Construire la confiance en soi
La chaîne de 100 quantités, pour constituer une collection d’une taille Développer l’intelligence et l’esprit mathématique
donnée ou pour réaliser une collection d'une quantité
égale à la collection proposée
Mobiliser des symboles analogiques, verbaux
ou écrits, conventionnels ou non conventionnels
pour communiquer des informations orales ou
écrites sur une quantité
Avoir compris que le cardinal ne change pas si on
modifie la disposition spatiale ou la nature des éléments
Avoir compris que tout nombre s’obtient en ajoutant
un au nombre précédent et que cela correspond
à l’ajout d'une quantité sur la quantité précédente
Quantifier des collections jusqu'à ! 0 au moins ;
les composer et les décomposer par manipulations
effectives puis mentales
Parler des nombres à l’aide de leur décomposition
Les programmes et la pédagogie Montessori

Langage
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Comprendre des textes écrits sans autre aide que le Développer le langage
langage entendu Développer la discrimination visuelle
La bibliothèque Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit. Pouvoir Développer la motricité fine
redire les mots d’une phrase écrite après sa lecture par • Développer l’entrée dans la culture
l'adulte, les mots du titre connu d'un livre ou d'un texte Construire la confiance en soi

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter, Développer la discrimination visuelle fine
décrire, évoquer expliquer questionner proposer Construire la confiance en soi
Les images des solutions, discuter un point de vue Développer le langage
classifiées Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit. Pouvoir
redire les mots d’une phrase écrite après sa lecture par
l'adulte, les mots du titre connu d'un livre ou d'un texte

' Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer la discrimination visuelle fine
décrire, évoquer; expliquer questionner proposer Construire la confiance en soi
des solutions, discuter un point de vue Développer le langage
S’exprimer dans un langage syntaxiquement correct
et précis
Reformuler pour se faire mieux comprendre
Les animaux
Utiliser des marqueurs temporels adaptés dans
de la ferme
des récits, descriptions ou explications
- Situer des objets par rapport à soi, entre eux,
par rapport à des objets repères
Reconnaître les principales étapes du développement
d'un animal ou d'un végétal, dans une situation
d’observation du réel ou sur une image
Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Communiquer avec les adultes ou les autres enfants Développer la discrimination visuelle fine
par le langage en se faisant comprendre Construire la confiance en soi
Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; Développer le langage
décrire, évoquer; expliquer questionner proposer
des solutions, discuter un point de vue
Le jeu d’analyse S'exprimer dans un langage syntaxiquement correct
des sons et précis
Reformuler pour se faire mieux comprendre
Repérer des régularités dans la langue à l'oral
en français
Manipuler des syllabes
Discriminer des sons

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter Développer la discrimination visuelle fine
décrire, évoquer expliquer questionner proposer Construire la confiance en soi
Les images des solutions, discuter un point de vue Développer le langage
*
séquentielles Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit. Pouvoir
redire les mots d’une phrase écrite après sa lecture par
l'adulte, les mots du titre connu d'un livre ou d’un texte

Communiquer avec les adultes ou les autres enfants Développer la discrimination visuelle fine
par le langage en se faisant comprendre Construire la confiance en soi
Suivre des pistes
Pratiquer divers usages du langage oral : raconter Développer le langage
*
graphiques
décrire, évoquer expliquer questionner proposer
des solutions, discuter un point de vue
S’exprimer dans un langage syntaxiquement correct
et précis
Reformuler pour se faire mieux comprendre
Tracer des pistes Repérer des régularités dans la langue à l'oral
*
graphiques en français
Manipuler des syllabes
Discriminer des sons

* Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


I
.es programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Manifester de la curiosité par rapport à l'écrit * Développer la discrimination visuelle fine


Discriminer des sons • Construire la confiance en soi
Reconnaître les lettres de l’alphabet » Développer le langage
Repérer des régularités dans la langue à l'oral
en français

Communiquer avec les adultes ou les autres enfants Développer la discrimination visuelle fine
par le langage en se faisant comprendre • Construire la confiance en soi
Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; Développer le langage
décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer
des solutions, discuter un point de vue
S'exprimer dans un langage syntaxiquement correct
et précis
120

Reformuler pour se faire mieux comprendre


Repérer des régularités dans la langue à l’oral
en français
• Manipuler des syllabes
Discriminer des sons

Savoir nommer quelques formes planes Développer la discrimination visuelle fine


Reproduire, dessiner des formes planes • Construire la confiance en soi
Affiner sa gestuelle conduisant à la maîtrise des tracés Développer le geste graphique
de base de l’écriture
Affiner sa coordination oculo-manuelle
Tenir correctement son crayon

Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Communiquer avec les adultes ou les autres enfants Développer la discrimination visuelle fine
par le langage en se faisant comprendre Construire la confiance en soi
Pratiquer divers usages du langage oral : raconter Développer le langage
décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer Développer la lecture
des solutions, discuter un point de vue

Les syllabes à lire S'exprimer dans un langage syntaxiquement correct


et précis
•" Reformuler pour se faire mieux comprendre
• Repérer des régularités dans la langue à l'oral
en français
» Manipuler des syllabes
Discriminer des sons

Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit ■ Développer la discrimination visuelle fine


Reconnaître les lettres de l’alphabet Construire la confiance en soi
Repérer des régularités dans la langue à l'oral Développer le geste graphique
L’alphabet mobile en français
Discriminer des sons
Écrire seul un mot en utilisant des lettres ou groupes
de lettres empruntés aux mots connus

- Manifester de la curiosité par rapport à l'écrit Développer la discrimination visuelle fine


La première • Reconnaître les lettres de l'alphabet Développer la lecture
boîte d’objets Repérer des régularités dans la langue à l’oral s Construire la confiance en soi
en français • Développer le langage
Discriminer des sons
Les programmes et la pédagogie Montessori

Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit ‘ Développer la discrimination visuelle fine


Reconnaître les lettres de l'alphabet " Construire la confiance en soi
Les ardoises Repérer des régularités dans la langue à l’oral Développer le geste graphique
et autres supports en français Développer la lecture
d’écriture Discriminer des sons
Ecrire seul un mot en utilisant des lettres ou groupes
de lettres empruntés aux mots connus
• Écrire son prénom en écriture cursive, sans modèle

Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit Développer la discrimination visuelle fine


Reconnaître les lettres de l’alphabet Développer la lecture
Les mots à lire
Repérer des régularités dans la langue à l'oral ° Construire la confiance en soi
Sons simples
en français Développer le langage
122

Discriminer des sons

Les ordres à lire


tape à la porte
Sons simples

Les digrammes
rugueux
Sons complexes
Activité Compétences et connaissances
____________ (programmes de 2015) Principes de la pédagogie Montessori

Manifester de la curiosité par rapport à l'écrit Développer la discrimination visuelle fine


Reconnaître les lettres de l’alphabet Construire la confiance en soi
Repérer des régularités dans la langue à l'oral Développer le geste graphique
L’écriture
en français Développer la lecture
dans le cahier 1 Discriminer des sons
I gâ. Ecrire seul un mot en utilisant des lettres ou groupes
de lettres empruntés aux mots connus
Écrire son prénom en écriture cursive, sans modèle

Manifester de la curiosité par rapport à l'écrit Développer la discrimination visuelle fine


Reconnaître les lettres de l'alphabet Développer la lecture
Repérer des régularités dans la langue à l'oral Construire la confiance en soi
en français
123

Développer le langage
Discriminer des sons

Les mots à lire


Sons complexes

La lecture de livres
Art
Compétences et connaissances
Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer la discrimination visuelle


décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer • Construire la confiance en soi
des solutions, discuter un point de vue • Construire la pensée abstraite
Connaître les couleurs • Développer le sens artistique

Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

• Pratiquer divers usages du langage oral : raconter; • Développer la discrimination visuelle


décrire, évoquer expliquer questionner proposer • Construire la confiance en soi
des solutions, discuter un point de vue • Construire la pensée abstraite
• Connaître les couleurs • Développer le sens artistique
125

* Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


Compétences et connaissances
Activité Principes de la pédagogie Montessori
(programmes de 2015)

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter, • Développer la discrimination visuelle


Réaliser décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer • Construire la confiance en soi
des pochoirs
* des solutions, discuter un point de vue • Construire la pensée abstraite
Connaître les couleurs • Développer le sens artistique

L’expérimentation
des crayons
de couleur*

L’expérimentation
des feutres*

Pratiquer divers usages du langage oral ; raconter; • Développer la discrimination sensorielle


décrire, évoquer; expliquer; questionner; proposer • Construire la confiance en soi
des solutions, discuter un point de vue • Construire la pensée abstraite
Repérer et reproduire, avec des instruments, • Développer le sens artistique
des formules rythmiques simples • Partager une culture commune
Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur; de masse ou de contenance
Motricité

Principes de la pédagogie Montessori

Adapter ses équilibres et ses déplacements • Développer sa concentration


à des environnements ou des contraintes variés • Construire la confiance en soi
• Satisfaire son besoin de mouvement
• Raffiner sa gestuelle

Marcher sur la ligne


avec des objets

Positionner
son corps suivant
un modèle*

* Activités non issues de la Pédagogie Montessori.


Programmation annuelle
des activités

our atteindre les objectifs de l’Éducation nationale, les enseignants sont tenus de
P réaliser une programmation, c’est-à-dire une répartition dans le temps (par périodes
d'enseignement) des différentes compétences à acquérir par l'enfant. A priori, cette
démarche va à l'encontre de la personnalisation des apprentissages et de la pédagogie
de Maria Montessori. Or il est possible d’établir une programmation qui fera apparaître
une périodicité pour les apprentissages abordés de façon traditionnelle et un étale­
ment sur l’année pour les apprentissages abordés de façon personnalisée.

Les programmations permettent une lecture claire et précise de la place des com­
pétences abordées en personnalisation des apprentissages. Elles permettent aussi de
montrer à l’inspecteur que tous les domaines et toutes les compétences de l’Éducation
et la pédagogie Montessori

nationale sont abordés en classe.

Cette programmation n’est qu’un exemple issu de ma pratique de classe. Le tableau


est constitué à partir des compétences devant être acquises en fin de cycle I (grande
section). Elles sont réparties par domaines de l’Éducation nationale et par périodes
d'enseignement. Les compétences précises sont inscrites en couleur

Les compétences abordées de façon personnalisée sont grisées et font apparaître le


nom des activités utilisées.
Les programmes

OM SUR...
Code couleurs pour les domaines entre l'Éducation nationale
et la pédagogie Montessori
Afin de vous aider à mieux circuler entre les attentes de l’Éducation nationale et
les domaines développés dans la pédagogie Montessori, un code couleurs a été mis
en place. Il se retrouve principalement dans les tableaux du chapitre 4 ainsi que
dans les fiches et schémas du chapitre 5.

Vie pratique Langage et graphisme

Développement sensoriel

Botanique, géographie, zoologie et sciences

Mathématiques

128
MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS
Domaine 1 Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre.

jeux symboliques Jeux symboliques avec Jeux symboliques


Débat philosophique Débat philosophique
en communication sans langage dirigé et sans langage dirigé avec langage dirigé
Oser entrer

S’exprimer dans un langage syntaxiquement correct et précis.

Sujet, adjectif, verbe Sujet, adjectif, verbe


Nom et verbe Sujet et verbe Sujet, adjectif et verbe
et complément et complément

Reformuler pour se faire mieux comprendre.


129

Avec une aide Avec une aide Sans aide


Sans aide à la syntaxe Seul
à la prononciation à la syntaxe à la prononciation
réfléchir avec

Pratiquer divers usages du langage oral : raconter, décrire, évoquer, expliquer, questionner, proposer des solutions, discuter un point de vue.
Échanger et

les autres

Évoquer à l'aide du Discuter un point de Proposer des solutions


Décrire des images et Questionner lors
cahier de vie et des vue lors des débats lors de conseils
des photos d'expérimentations
photos de la classe philosophiques de classe
et apprendre
Comprendre

Dire de mémoire et de manière expressive plusieurs comptines et poésies.

Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants
Les programmes et la pédagogie Montessori

Domaine I Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5


Repérer des régularités dans la langue à l’oral en français (éventuellement dans une autre langue).

Activités individualisées : les pochettes d'images, les pochettes de sons

Dictée de syllabes
Dictée de syllabes Dictée de mots Dictée de mots
ngue et
ogique
Dictée à l’adulte Anglais : les formules
Anglais : les couleurs Anglais : les numéros Anglais : les objets
de présentation
rt o
JS o Manipuler des syllabes.
. -C
ncer à réfléchir sui
r une conscience p

Moitié de prénom Fabrication de mots


nouveaux à partir de Trouver les rimes
(début ou fin Lecture de syllabes Trouver les allitérations
différentes syllabes et les accroches
à compléter)
mélangées
130

Discriminer des sons (syllabes, sons-voyelles ; quelques sons-consonnes hors des consonnes occlusives).
r
E .fe Activités individualisées : les pochettes d'images, les pochettes de sons
E =>
,X
° u°"
U ns
Correspondances Correspondances Correspondances Correspondances Correspondances
graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes
(lettres rugueuses : (lettres rugueuses : (lettres rugueuses : les (lettres rugueuses : (écriture script)
voyelles et consonnes les consonnes) digrammes les plus utilisés) les digrammes)
Production de phrases
les plus utilisées)
w
O 0)
*L- i- Comprendre des textes écrits sans autre aide que le langage entendu.
Écouter de l’ t
et comprenc

Lecture offerte : Lecture offerte : Lecture offerte : Lecture offerte : Lecture offerte :
albums imaginaires albums imaginaires documentaires bandes dessinées récits réels
1
Domaine 1 Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit.

Découvrir la fonction
Type d'écrit : l’affiche

de l ’écrit
Type d’écrit : la lettre Type d'écrit : le journal et le compte rendu Type d'écrit : la publicité Type d’écrit : la recette
d’expérience

Pouvoir redire les mots d’une phrase écrite après sa lecture par l’adulte, les mots du titre connu d’un livre ou d’un texte.

Avec aide Avec aide Avec aide Sans aide Sans aide
des écrits et en découvrir

Participer verbalement à la production d’un écrit.


Commencer à produire

le fonctionnement

Le compte rendu
La lettre Le journal L’affiche La recette
w d'expérience

Savoir qu’on n’écrit pas comme on parle.

Productions écrites
Productions écrites Productions écrites Productions écrites Productions écrites
par dictée à l'adulte :
par dictée à l'adulte : par dictée à l’adulte : par dictée à l’adulte : par dictée à l’adulte :
le compte rendu
la lettre le journal l’affiche la recette
d'expérience

Reconnaître les lettres de l’alphabet.


D écouvrir le principe
alphabétique

Correspondances Correspondances Correspondances Correspondances Correspondances


graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes graphèmes-phonèmes
(lettres rugueuses : (lettres rugueuses : (lettres rugueuses : les (lettres rugueuses : (écriture script)
voyelles et consonnes les consonnes) digrammes les plus utilisés) les digrammes)
Production de phrases
les plus utilisées)
Mots à dessiner Mots à dessiner Mots à écrire

Les oroprammes et la nédaporie Mnntessnri


Domaine 1 Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Connaître les correspondances entre les trois manières de les écrire : cursive, script, capitales d’imprimerie.

<p
Q. Le prénom
.£ a> Les 3 alphabets Les correspondances dans les 3 écritures Lecture de mots Lecture de phrases
L- D
CL cr différents entre les 3 alphabets Lecture de syllabes dans les 3 écritures dans les 3 écritures
dans les 3 écritures
i-S

o Copier à l’aide d’un clavier.
U
Q
Copie et production Copie et production Copie et production
de mots de mots de phrases

Écrire son prénom en écriture cursive, sans modèle.


132

écrire to u t sei

Écriture du prénom Écriture du prénom Écriture du prénom


Écriture du prénom Écriture du prénom
sans modèle sur une sans modèle sur une sans modèle entre des
avec modèle dans le sans modèle dans le
ardoise et sur une ligne ligne de cahier et entre lignes et en respectant
sable et sur une ardoise sable et sur une ardoise
de cahier des lignes les interlignes
'CO
L. Écrire seul un mot en utilisant des lettres ou groupes de lettres empruntés aux mots connus.
CD
U
Commer

Alphabet mobile : Alphabet mobile : Mots à écrire


Alphabet mobile : production de mots production de mots Mots à écrire
production de mots Production de phrases
Dictée de syllabes Dictée de syllabes
1

AGIR, S’EXPRIMER, COMPRENDRE ÀTRAVERS L’ACTIVITÉ PHYSIQUE


Domaine 2 Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5

dans l’ espace,
Courir, sauter, lancer de différentes façons, dans des espaces et avec des matériels variés, dans un but précis.

dans la durée
et sur les
objets
Agir

Sauter Lancer Courir vite Courir longtemps


ses équilibres et

environnements ou des
ses déplacements à des

Ajuster et enchaîner ses actions et ses déplacements en fonction d’obstacles à franchir ou de la trajectoire d’objets sur lesquels agir.
contraintes variés

Activités d'équilibration Activités d'équilibration Parcours sur vélo

Se déplacer avec aisance dans des environnements variés, naturels ou aménagés.


133

Adapter

Activités d'équilibration Cycle randonnées


expressive ou
Communiquer avec

Construire et conserver une séquence d’actions et de déplacements, en relation avec d’autres partenaires, avec ou sans support musical.
d ’actions
les autres

artistique

Projet « mime » Projet « mime » Projet « mime »


au travers

Coordonner ses gestes et ses déplacements avec ceux des autres, lors de rondes et jeux chantés.
à visée

Rondes et jeux chantés Rondes et jeux chantés


s’opposer
coopérer,

Coopérer, exercer des rôles différents complémentaires, s’opposer, élaborer des stratégies pour viser un but ou un effet commun.
borer,
Colla ­

Expérimentations de Mise en place de


S'opposer S’opposer Coopérer
stratégies stratégies de collaboration

Les programmes et la pédagogie Montessori


Les programmes et la pédagogie Montessori

AGIR, S’EXPRIMER, COMPRENDRE ÀTRAVERS LES ACTIVITÉS ARTISTIQUES


Domaine 3 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Pratiquer le dessin pour représenter ou illustrer, en étant fidèle au réel ou à un modèle, ou en inventant.

Cahier du bonhomme Cahier du bonhomme Cahier du bonhomme


LES P R O D U C T IO N S P LA S T IQ U ES E T V IS U E L L E S

Cahier du bonhomme Cahier du bonhomme du mois du mois du mois


du mois du mois
Illustration de l’affiche Illustration des expériences Illustration de la recette

Réaliser une composition personnelle en reproduisant des graphismes.


Dans le sable
Peinture et feutres Peinture et crayons Crayons et stylos
et sur les ardoises

Créer des graphismes nouveaux.


Dans le sable
Dans le sable Peinture et feutres Peinture et crayons Crayons et stylos
et sur les ardoises

Choisir différents outils, médiums, supports en fonction d’un projet ou d’une consigne et les utiliser en adaptant son geste.
Activités individualisées :
poinçon, découpage, collage, pochoirs, gouache, aquarelles, tampons, craies grasses, pâte à modeler; gommettes, formes à dessin
Réaliser des compositions plastiques, seul ou en petit groupe, en choisissant et combinant des matériaux,
en réinvestissant des techniques et des procédés.
Activités individualisées :
poinçon, découpage, collage, pochoirs, gouache, aquarelles, tampons, craies grasses, pâte à modeler; gommettes, formes à dessin

Décrire une image et exprimer son ressenti ou sa compréhension en utilisant un vocabulaire adapté.

Hundertwasser Matisse Cragg


Britto
Calder Miró Matisse
Domaine 3 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
■u £ Avoir mémorisé un répertoire varié de comptines et de chansons et les interpréter de manière expressive.
<U
5
X L. (/) (/)
O d) (D C O
> CL .£ (/)
« -O U Q. C
u c E -C Comptines et chants Comptines et chants
ZJ o V
ä U O Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants
S— L. <u w
'(U
(D 23 -O O Rondes et jeux chantés Rondes et jeux chantés
□ cr
SO N O RES

O O

Jouer avec sa voix pour explorer des variantes de timbre, d’intensité, de hauteur, de nuance.

Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants
Rondes et jeux chantés Rondes et jeux chantés Instruments Instruments Instruments
U N IV E R S

Repérer et reproduire, corporellement, des formules rythmiques simples.

Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants
Rondes et jeux chantés Rondes et jeux chantés Instruments Instruments Instruments
LES

Repérer et reproduire, avec des instruments, des formules rythmiques simples.

Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants Comptines et chants
Rondes et jeux chantés Rondes et jeux chantés Instruments Instruments Instruments

Parler d’un extrait musical et exprimer son ressenti ou sa compréhension en utilisant un vocabulaire adapté.

Musique française Pop anglaise Classique Fado portugais Rap


Les programmes et la pédagogie Montessori

Domaine 3 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5


Proposer des solutions dans des situations de projet, de création, de résolution de problème avec son corps,
S P E C T A C L E V IV A N T sa voix ou des objets sonores.

Spectacle de Spectacle aux parents


présentation aux du projet mime
parents des chants,
comptines et rondes
chantées et dansées
LE
CONSTRUIRE LES PREMIERS OUTILS POUR STRUCTURER SA PENSÉE*1
Domaine 4 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5

D É C O U V R IR LES N O M BRES ET LEURS U TILISA TIO N S Évaluer et comparer des collections d’objets avec des procédures numériques ou non numériques.

Brissiaud : « Je compte Brissiaud : « Je compte Brissiaud : « Je compte Brissiaud : « Je compte


et je compare » et je compare » et je compare » et je compare »

Réaliser une collection dont le cardinal est donné. Utiliser le dénombrement pour comparer deux quantités, pour
constituer une collection d’une taille donnée ou pour réaliser une collection de quantité égale à la collection proposée.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu'à 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les perles colorées, les jetons,
les tickets de mémoire, le serpent de l'addition, le jeu de la banque, le système décimal, les tables de Seguin I et 2

Utiliser le nombre pour exprimer la position d’un objet ou d’une personne dans un jeu, dans une situation organisée,
sur un rang ou pour comparer des positions.

Jeux de société Jeux de société Jeux de société Jeux de société Jeux de société
Date Date Date Date Date

Mobiliser des symboles analogiques, verbaux ou écrits, conventionnels ou non conventionnels pour communiquer
des informations orales et écrites sur une quantité.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu'à 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les chiffres rugueux,
les perles colorées, les fuseaux, les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l'addition, le jeu de la banque,
le système décimal, les tables de Seguin I et 2

I. Ce domaine fait appelle à deux compétences de la pédagogie Montessori : les mathématiques (orange) et le développement sensoriel (vert)

I npnckammoc of la norlaannio Mnnfoccnrî


Les programmes et la pédagogie Montessori

Domaine 4 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5


Avoir compris que le cardinal ne change pas si on modifie la disposition spatiale ou la nature des éléments.

Activités individualisées :
D É C O U V R IR LES N O M BRES ET LEU RS U TILIS A TIO N S
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqua 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les perles colorées, les fuseaux,
les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l'addition, le jeu de la banque, le système décimal,
les tables de Seguin I et 2, les tables d’addition

Avoir compris que tout nombre s’obtient en ajoutant un au nombre précédent et que cela correspond
à l’ajout d’une unité à la quantité précédente.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqua 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les chiffres rugueux,
les perles colorées, les fuseaux, les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l’addition, le jeu de la banque,
le système décimal, les tables de Seguin I et 2

Quantifier des collections jusqu’à 10 au moins ; les composer et les décomposer par manipulations effectives puis mentales.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu’à 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les chiffres rugueux,
les perles colorées, les fuseaux, les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l’addition, le jeu de la banque,
le système décimal, les tables de Seguin I et 2

Dire combien il faut ajouter ou enlever pour obtenir des quantités ne dépassant pas 10.

Résolution de problème

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu a 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les perles colorées, les fuseaux,
les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l'addition, les tables d’addition
Domaine 4 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Parier des nombres à l’aide de leur décomposition.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu'à 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les perles colorées,
les fuseaux, les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l'addition

Dire la suite des nombres jusqu’à 30.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu’à 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les chiffres rugueux,
les perles colorées, les fuseaux, les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l’addition, le jeu de la banque,
le système décimal, les tables de Seguin I et 2

Lire les nombres écrits en chiffres jusqu’à 10.

Activités individualisées :
le « 1,2 et 3 » collection témoin, le jusqu'à 10 avec 1,2 et 3, les barres rouge et bleu, les chiffres rugueux,
les perles colorées, les fuseaux, les jetons, les tickets de mémoire, le serpent de l’addition

Classer des objets en fonction de caractéristiques liées à leur forme.

Activités individualisées :
le tri de formes, les encastrements colorés, les solides géométriques, le cube du binôme, le cube du trinôme,
le cube arithmétique, les cylindres colorés, les triangles constructeurs

Savoir nommer quelques formes planes (carré, triangle, cercle ou disque, rectangle).

Activités individualisées :
le tri de formes, les encastrements colorés, les solides géométriques, le cube du binôme, le cube du trinôme,
le cube arithmétique, les cylindres colorés, les triangles constructeurs, les triangles bleus et les formes à dessin

Les programmes et la pédagogie Montessori


Les programmes et la pédagogie Montessori

Domaine 4 Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5

Reconnaître quelques solides (cube, pyramide, boule, cylindre).

Activités individualisées :
le tri de formes, les encastrements colorés, les solides géométriques, le cube du binôme, le cube du trinôme,
E X P LO R E R DES FO RM ES, DES G R A N D EU R S ,

le cube arithmétique, les cylindres colorés

Classer ou ranger des objets selon un critère de longueur, de masse ou de contenance.


DES SU ITES O R G A N ISÉES

Activités individualisées :
les blocs de cylindres, le tri de formes, les encastrements colorés, les solides géométriques, le cube du binôme,
le cube du trinôme, le cube arithmétique, les cylindres colorés, les triangles constructeurs, les triangles bleus

Reproduire un assemblage à partir d’un modèle (puzzle, pavage, assemblage de solides).

Activités individualisées :
le tri de formes, les encastrements colorés, les solides géométriques, le cube du binôme, le cube du trinôme,
le cube arithmétique, les cylindres colorés

Reproduire, dessiner des formes planes.

Activités individualisées :
les formes à dessin, les triangles constructeurs, les triangles bleus

Identifier le principe d’organisation d’un algorithme et poursuivre son application.

Activités individualisées :
les algorithmes, les perles avec modèle, les « Matrica »
EXPLORER LE MONDE
Domaine 5 Période I Période 2 Période 3 Période 4

Situer des événements vécus les uns par rapport aux autres et en les repérant
dans la journée, la semaine, le mois ou une saison.
SE REPÉRER. DAN S LE TEM PS ET L’ ESPACE

Rituels du matin :
jours, mois, poutre du temps... Observation de la nature et arbre témoin des saisons et du temps qui passe

Triple niveau

Utiliser des dispositifs permettant de visualiser l’écoulement du temps.

Les perles Les perles Les perles Les perles


Les perles
Les sabliers Les sabliers Le « timer » L’horloge

Ordonner une suite de photographies ou d’images, pour rendre compte d’une situation vécue ou d’un récit fictif
entendu, en marquant de manière exacte succession et simultanéité.

Activités individualisées : les puzzles des saisons, les puzzles de la croissance animale, les images séquentielles
Travail sur les albums

Utiliser des marqueurs temporels adaptés (puis, pendant,avant,après...) dans des récits,descriptions ou explications.

Activités individualisées : les puzzles des saisons, les images séquentielles


Travail sur les albums

Le compte rendu
Le journal L’affiche
d’expérience

I. Ce domaine fait appelle à plusieurs compétences de la pédagogie Montessori : botanique, géographie... (bleu) et vie pratique (turqoise)
Domaine 5 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Situer des objets par rapport à soi, entre eux, par rapport à des objets repères.

Activités Activités
Orientation Orientation Orientation
d'équilibration d'équilibration
SE REPÉRER DAN S LE TEM PS ET L ’ ESPACE

Se situer par rapport à d’autres, par rapport à des objets repères.

Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés (devant, derrière, droite, gauche, dessus, dessous...) dans des récits,
descriptions ou explications.

Lors des présentations de chaque activité individuelle

En motricité et en rondes chantées

Activités individualisées : Logico

Dans un environnement bien connu, réaliser un trajet, un parcours à partir de sa représentation


(dessin ou codage).

Logico Logico Orientation Orientation Orientation

<D Élaborer des premiers essais de représentation plane, communicables (construction d’un code commun).
O
cd
Cl
V)
JD Orientation Orientation Orientation
u
O
w
c
O
Orienter et utiliser correctement une feuille de papier, un livre ou un autre support d’écrit,
on en fonction de consignes, d’un but ou d’un projet précis.
-0)
U
CL
<D
ÛÏ
Lors des présentations de chaque activité individuelle
Domaine 5 Période I Période 2 Période 3 Période 4 Période 5
Découvrir des espaces moins familiers (paysages, pays et cultures).

Anglais Orientation Randonnées

Activités individualisées : les globes, le planisphère, les animaux, les animaux et leurs lieux de vie

Reconnaître les principales étapes du développement d’un animal ou d’un végétal,


________________ dans une situation d’observation du réel ou sur une image.
Projet jardin et plantations
E X P LO R E R LE M O N D E DU VIVAN T,

_______________________________ Un animal de chaque catégorie par période_______________________


DES O BJETS ET D E LA M ATIÈRE

Connaître les besoins essentiels de quelques animaux et végétaux.

Projet jardin et plantations


Un animal de chaque catégorie par période
Activités individualisées : les catégorisations des animaux

Situer et nommer les différentes parties du corps humain, sur soi ou sur une représentation.

Activités individualisées : le corps humain

Sur soi Les articulations Les articulations Sur une


Sur l’autre
sur soi sur les autres représentation

Connaître et mettre en œuvre quelques règles d’hygiène corporelle et d’une vie saine.

Activités individualisées : se laver les mains, les toilettes, les fruits et légumes, se faire beau...

Prendre en compte les risques de l’environnement familier proche


_____________ (objets et comportements dangereux, produits toxiques).

Activités individualisées : les présentations, la responsabilisation, couper; râper presser

I PC nrnarammpç pf la nprlarrnnia Mnntnccn


Les programmes et la pédagogie Montessori

Domaine 5 Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5

la ma.tière
Expl orer
Agir sur les matières, les matériaux naturels ou fabriqués par l’homme.

Activités individualisées : les aimants, coule ou flotte, le tissage, la couture, le tressage, clouer
_______
Choisir, utiliser et savoir désigner des outils et des matériaux adaptés à une situation, à des actions techniques

man ipuler des objets


Ut iliser, fabriquer, spécifiques (plier, couper, coller, assembler, actionner...).
Activités individualisées : plier du tissu, plier du papier, découper, coller les serrures, les cadenas,
les fabrications, clouer, tresser, coudre

Réaliser des constructions ; construire des maquettes simples en fonction de plans ou d’instructions de montage.

Activités individualisées : les Clipo, les tangrams, les puzzles, les Kapla, les perles, les algorithmes, les Attrimaths,
la pyramide, tresser; clouer tisser coudre

1/ï V)G)
S_ ~ “5
Utiliser des objets numériques ¡appareil photo,tablette,ordinateur.
tu 4-» A-
numeric
Utilisi
des ou

Appareil photo Appareil photo Appareil photo


Appareil photo Appareil photo
Ordinateur Ordinateur Ordinateur
3
Exemple de programmation
I (séquence et séances)

a personnalisation des apprentissages s’insère dans une progressivité qui corres­

L pond à une partie des attentes de l’Éducation nationale. En effet, il est possible
de mettre en place des plans de séquences avec les séances correspondantes qui
répondent à tous les critères de l’Éducation nationale à partir des activités de la péda­
gogie de Maria Montessori.

Mais, à la différence de l’enseignement classique, tous les enfants en sont à un point


différent de ce plan de séquence. Ainsi, chaque enfant passe par les mêmes séances,
les mêmes ateliers individualisés, mais à des moments différents de l’année (voire des
années), et ce, en fonction de son développement, de sa zone proximale de développe­
ment et de son centre d'intérêt (période sensible). C'est pourquoi on appelle souvent
les classes Montessori des ruches, car chaque enfant est en train de travailler; mais sur
quelque chose d’unique qu’il a choisi et dans lequel il met toute son attention !

A partir de la programmation de vos apprentissages, vous allez pouvoir élaborer des


séquences d’apprentissage et des séances de travail.

Voici un exemple d’une séquence d’apprentissage sur la construction du nombre


en grande section, suivi d’une séance. L’intégralité du plan de séquence et des neuf
séances de « La construction du nombre » sont téléchargeables sur le site www.esf-
scienceshumaines.fr (voir p. 4, pour plus de précision).Vous y trouverez également cinq
séquences du Langage.

145
- ■........................... ■■ . ........■■■ ' ■ ■ .........c

OM SUR...
Le vocabulaire de l’enseignant
>de est composée des sept semaines situées entre des vacances.
La programmation permet l’anticipation et la progressivité de l’enseignement
des compétences attendues par l’Éducation nationale. Les compétences sont réparties
par périodes. C’est un carnet de route sur l’année.
Une séquence est un tableau recensant les différentes phases de l’apprentissage,
ainsi que le matériel, les modalités et les objectifs détaillés. Elle permet de décomposer
un apprentissage en différentes phases d’enseignement, appelées « séances ».
Une séance est une phase d’apprentissage issue d’une séquence.
Un cahier de suivi des apprentissages regroupe les acquis d’un enfant. Il est créé
individuellement à partir d’observables.
Un observable est une déclinaison des compétences à acquérir en fin de GS
en petites réalisations de l’enfant, observables en classe.
Un cahier de vie accompagne le quotidien de l’enfant, à la maison comme à l’école.
___________________________________

146
Plan de la séquence :
« La construction du nombre » en personnalisation des apprentissages

Consigne Organisation spatiale


Séance Action Objectifs Action de l’élève

147
(tâche prescrite) et matérielle

-
Instantanée Évaluation diagnostique « Peux-tu dire comment - Reconnaître les Individuellement
des MS et GS sur s'appelle ce nombre ? » nombres de à 9 1

la reconnaissance des Consigne identique pour les Les chiffres rugueux Les chiffres rugueux
symboles mathématiques nombres 1,2, 3 ,4 ,5 ,6 ,7 ,8 ,9
(chiffres)
« Peux-tu les ranger dans - Ordonner les nombres
Rangement dans l’ordre l'ordre en partant du ? » 1
de 1 à9
1
croissant

(N
Instantanée Présentation « Peux-tu montrer 1 ?» Visualiser les quantités Individuellement
des quantités 1 ,2 ,3 ,4 1
de à 4
Consigne identique Les barres rouge et bleu
pour 1,2, 3,4
2 bis Instantanée Présentation « Peux-tu montrer 5 ? » Visualiser les quantités Individuellement
des quantités 5, 6,7 1
de à 7
Consigne identique Les barres rouge et bleu
pour 1,2, 3 ,4 ,5 ,6 ,7
I
.es programmes et la pédagogie Montessori

Consigne Organisation spatiale


Séance Action Objectifs Action de l’élève
(tâche prescrite) et matérielle

2 ter Instantanée Présentation des « Peux-tu montrer 8 ? » Visualiser les quantités Individuellement
quantités 8,9, 10 Consigne identique pour 1,2, de 1 à 10 Les barres rouge et bleu
Présentation 3,4,5. 6,7, 8,9, 10
du nombre 10

3 Différée Manipulation des « Peux-tu aller chercher 4 ? » S'approprier les quantités Individuellement
quantités à distance Consigne identique pour 1,2, de 1 à 10 puis en groupe
3,4,5,6,7,8,9, 10 Les barres rouge et bleu

4 Instantanée Association symboles « Voici le nombre 1, peux-tu le Dénombrer les quantités Individuellement
et quantités mettre avec la quantité 1 ? » pour les associer au puis en groupe
148

Consigne identique pour 1,2, symbole demandé Les barres rouge et bleu
3,4,5,6,7,8,9, 10 et les nombres rouges

5 Différée Association à distance « Peux-tu aller chercher Dénombrer des quantités En groupe
des nombres et quantités la quantité correspondante pour les associer au Les barres rouge et bleu
à partir du nombre à ce nombre ? » symbole demandé et les nombres rouges
Consigne identique pour 1,2,
3,4,5,6,7,8,9, 10

6 Différée Association à distance « Peux-tu aller chercher le Dénombrer une quantité En groupe
des nombres et quantités nombre correspondant à cette demandée pour trouver Les barres rouge et bleu
à partir de la quantité quantité ? » le symbole associé et les nombres rouges
Consigne identique pour 1,2,
3,4,5, 6,7,8,9, 10
Séance Consigne Organisation spatiale
Action Objectifs Action de l’élève
(tâche prescrite) et matérielle
7 Instantanée Construire une quantité « Nous allons construire Dénombrer les fuseaux Individuellement
demandée les quantités qui correspondent pour les associer au chiffre
au nombre, peux-tu construire demandé
la quantité 3 ? » Les fuseaux
Introduction du 0
1 et 1 = 2,
1 et 1 = 2 et 1 = 3...
« Connais-tu ce nombre ?
C'est 0, doit-on mettre une
quantité dans sa case ? »
8 Instantanée Construire une quantité « Peux-tu mettre la quantité Dénombrer et positionner Individuellement
demandée de jetons qui correspond les jetons pour les associer
au nombre demandé ? » aux chiffres et au nombre
Les jetons
demandés
9 Différée Construire la notion « Peux-tu aller chercher Lire et mémoriser le Individuellement
d'unité dans la classe la quantité nombre demandé puis en groupe
marquée sur ce papier ? » Aller chercher le nombre
d'objets demandés Les tickets de mémoire
« Qu'as-tu rapporté ? » Exprimer la notion d’unité
(5 billes ou 5 crayons ou
5 objets, mais pas 2 billes
et 3 crayons)
10 Instantanée Évaluation finale Fiche évaluative sur Passer à l’abstraction Individuellement
l'association nombres et
quantités, la construction des
quantités, la notion d'unité

Variables de différenciation : Changer l’ordre de lecture 10,9, 8.. ./Ordonner les barres et les symboles/Compléments à 10 avec les barres/
Compléments à 10 avec les symboles/Emporter le symbole/etc.
Les programmes et la pédagogie Montessori

Domaine d’activité : Compétences visées (programmes de 2015) : Lire les nombres écrits en chiffres jusqua 10
- Construire les premiers outils Objectifs généraux :
pour structurer sa pensée - Quantifier des collections jusqu’à 10 au moins
- Construire des premiers savoirs - Lire les nombres écrits en chiffres jusqu'à 10
et savoir-faire avec rigueur - Mobiliser des symboles analogiques, verbaux ou écrits, conventionnels ou non conventionnels
- Ecrire les nombres avec les chiffres pour communiquer des informations orales et écrites sur une quantité

Objectif spécifique de la séance : Lire les nombres écrits en chiffres jusqu'à 10


Niveau : MS-GS Matériel de la séance : Les chiffres rugueux
Fonctionnement : 1 élève
Lexique travaillé : Les mots-nombres (de 1 à 10)
Séance n° 1 : Lire et ordonner
les nombres écrits en chiffres Observables pour le carnet de suivi :
150

Durée : 10 minutes - Montrer une quantité demandée d’éléments


- Dire le mot-nombre correspondant au cardinal d’une collection proposée

Descriptif de l’atelier
Atelier individuel : Les chiffres rugueux Dispositif pédagogique :
Objectif spécifique : Lire les nombres écrits en chiffres jusqu’à 10 • Effectif : 1 élève
• Mode : individuel

Consigne : « Peux-tu dire comment s’appelle ce nombre ? » • Matériel :


- 1 tapis
- les 10 chiffres rugueux
•Variable de différenciation :
Critère de réussite : « Tu as réussi lorsque tu donnes le nom du chiffre qui correspond - Présenter un seul nouveau chiffre à la fois
au symbole montré. » - Présenter trois nouveaux chiffres à la fois
• Durée : 10 minutes
Déroulement de la séance

Dispositif
Phases Déroulement
pédagogique
1. Évaluation • Effectif : 1 élève 1. Consigne : « Peux-tu me dire comment s’appelle ce chiffre ? [« 1 »] »
diagnostique et l’enseignant Idem pour les autres chiffres et le nombre 10.
• Mode : individuel
Action de l’élève : Dire le nom des chiffres qu'il connaît.
• Matériel :
- 1 tapis Rôle de l’enseignant : Formuler la demande, soutenir l’élève, pointer les chiffres connus
- les 10 chiffres et les inconnus.
rugueux ( 1,2,3,4,5,
Critère de réussite : «Tu as réussi lorsque tu donnes le nom du chiffre qui correspond au symbole
6,7,8,9, 10)
montré. »
• Durée : 3 minutes
2. Apprentissage : • Effectif : 1 élève Les différentes étapes de présentation
leçon en trois et l’enseignant des chiffres rugueux
temps • Mode : individuel
Phases de
• Matériel : Action de l’enseignant
l’enseignement- Répétition de l’action Exemple
- 1 tapis ou de l’élève
apprentissage
- 3 chiffres rugueux
inconnus de l'élève Phase n° 1 L’enseignant présente Perception globale : Voici comment
Explicitation le symbole associé au l'enfant appréhende on écrit
• Durée : 3 minutes
de la correspondance nom du chiffre. l'ensemble du symbole le chiffre
symbole/nom du chiffre avec la paume de la main
et en répète le nom. 4
Phase n° 2 L'enseignant trace Le même protocole est
Association du sens le chiffre les yeux ouverts suivi pour les deux autres
visuel, auditif et haptique en prononçant le nom chiffres de la séance.
associé. Analyse précise
de la forme.
.es programmes et la pédagogie Montessori

Les différentes étapes de présentation


des chiffres rugueux (suite)
Phases de
Action de l’enseignant Répétition
renseignement- Exemple
ou de l’élève de l’action
apprentissage
Phase n° 3 L'élève trace à son tour Le même protocole
Association du sens le chiffre en suivant est suivi pour les
visuel, auditif son tracé rugueux et deux autres chiffres
et haptique en prononçant le nom de la séance.
associé. Analyse précise
de la forme.
Phase n° 4 Nous refaisons le tracé Idem pour les deux
Représentation du chiffre, mais les yeux autres chiffres.
mentale fermés afin d'en faire une
4,7,8
152

à l'aide du sens représentation mentale,


haptique le nom est toujours
associé.
Phase n° 5 L'enfant est amené Montre-moi 4,
Leçon de à pointer du doigt le montre-moi 7,
mémorisation en trois chiffre correspondant montre-moi 8.
temps (Seguin) au nom prononcé par
l'enseignant, dans l'ordre
1. Nomination Montre-moi 8,
puis dans le désordre,
2. Reconnaissance montre-moi 4,
puis après un mélange
3. Restitution montre-moi 7.
de l’ordre des lettres.
Enfin, l’enseignant pointe
un chiffre et demande à Qu’est-ce que c’est ? [4]
l’enfant quel est son nom. Qu’est-ce que c'est ? [7]
Qu’est-ce que c’est ? [8]
fiches
pratiques
des activités
Montessori
Préambule

Vivre ensemble/Les exercices préalables

Explorer le monde/Vie pratique

Construire les premiers outils pour structurer


sa pensée/Développement sensoriel

Explorer le monde/Botanique, géographie,


zoologie et sciences

Construire les premiers outils pour


structurer sa pensée/Mathématiques

Mobiliser le langage dans toutes


ses dimensions/Langage et graphisme

Agir; s’exprimer; comprendre à travers


les activités artistiques/Art

Agir; s’exprimer; comprendre à travers


les activités physiques/Motricité

153
Préambule

a personnalisation des apprentissages est un principe exigeant. Il nécessite beau­


L coup de temps de réflexion et un aménagement réfléchi de chaque situation. Il y a
un long cheminement à faire pour évoluer dans sa posture d'enseignant et cela peut
s'avérer déstabilisant par rapport aux habitudes de travail. Ce dispositif nécessite donc
de l’engagement et de la conviction. Mais il procure sens et joie aux élèves comme aux
enseignants.

Pour mettre en pratique la pédagogie de Maria Montessori de façon concrète tout en


l’adaptant aux demandes institutionnelles, j’ai choisi de répartir les activités par aires
montessoriennes tout en les couplant avec les domaines de l’Education nationale.

Pour vous donner une indication sur quelles présentations faire à quel moment, j’ai
synthétisé les différentes activités par domaines et par âges dans des cartes heuristiques
(p. 156 à 159).

Dans les fiches techniques, l’ordre « théorique » des présentations à faire à l’enfant est
respecté. Vous pouvez donc suivre cet ordre tout en l’adaptant à vos observations sur
les centres d’intérêt de chaque enfant (voir « Les grands principes de la pédagogie de
Maria Montessori », p. 9).

Enfin, dans la liste du matériel, pour chaque thématique, j'indique par un astérisque
* le
matériel indispensable à avoir pour commencer le travail dans chaque domaine d’activité.

Z Joom SUR...
Code couleurs pour les domaines entre ¡’Education nationale
et la pédagogie Montessori
Afin de vous aider à mieux circuler entre les attentes de l’Éducation nationale et
les domaines développés dans la pédagogie Montessori, un code couleurs a été mis
en place. Il se retrouve principalement dans les tableaux du chapitre 4 ainsi que
dans les fiches et schémas du chapitre 5.

Vie pratique Langage et graphisme

Développement sensoriel Art

Botanique, géographie, zoologie et sciences Motricité

Mathématiques

154
------------------------------------------------------ >
MES PRATIQUES
LE SUIVI DES ÉLÈVES
Pour suivre les élèves et savoir où ils en sont d'un jour à l'autre, j'affiche dans
la classe les frises chronologiques de présentation des activités. Par-dessus,
je positionne à l’aide de pâte à fixe les étiquettes-prénoms des élèves que je fais évoluer
j au fur et à mesure de mes observations et présentations. Ainsi, en un clin d'œil, je vois
■i où en est chacun dans chaque domaine d'activité.
Ce système m'évite de me déplacer avec un classeur rempli de cases à cocher
\ ou d’avoir un tableau à double entrée affiché au mur1.
V _________________

Le groupe classe

I. Sur le site www.esf-scienceshumaines.fr , vous trouverez l'ensemble des frises avec une notice et une photo
de la façon dont je les utilise en classe (voir p. 4, pour plus de précisions).

155
’ ...... .......
VIE PRATIQUE
• Transvaser des grosses graines
• Visser/dévisser des boulons
Ouvrir/fermer des boîtes
• Ouvrir/fermer des flacons
• Ouvrir/fermer des pinces -
LES EXERCICES PRÉALABLES
• Ouvrir/fermer des cadenas
(À L’ENTRÉE À L’ÉCOLE)
• Presser une éponge
• Cadre à boutons • Se déplacer dans la classe
• Cadre à glissière • Porter une chaise
• Cadre à pressions • Porter un plateau d’activité
• Plier du tissu • Ouvrir et fermer une porte
• Découper du papier • Dérouler et rouler un tapis
• Coller du papier
• Transvaser des petites graines
• Transvaser de l’eau A
1

Autour
de 3 ans
4
DÉVELOPPEMENT
SENSORIEL
Trier des graines t............... .......
▼ ' 1

Tablettes baryques LANGAGE


Boîtes à bruits
Images classifiées simples
Tablettes thermiques
Bibliothèque
Sous-sujet 5

I
• Histoires racontées
Flacons des goûts
Questions/réponses
Boîtes à odeurs
• Ferme
Lisse/rugueux
Ki .......................... „■>
Blocs de cylindres
Tour rose
Escalier marron

156
'................ .
VIE PRATIQUE
• Prendre soin de soi
• Se laver les mains
• Laver la table
• Laver le linge
• Cadre des agrafes

/*
À /•

BOTANIQUE, LANGAGE
GÉOGRAPHIE, Images classifiées
ZOOLOGIE ET Jeu d’analyse des sons
SCIENCES Images séquentielles
>- ..................
Prendre soin
des plantes
Globe rugueux
Globe coloré
Images classifiées
des animaux
Flotte/coule
Autour
Engrenages
de 3 ans /2
© Aimants

MOTRICITÉ
• Marcher sur la ligne
avec des objets
• Marcher sur la ligne
ART de différentes façons
Boîte des couleurs n° I
Boîte des couleurs n° 2
Peinture libre
Plateaux de créations
artistiques 1
Coloriage DEVELOPPEMENT
Clochettes SENSORIEL
Sac à mystères
v.
Sac stéréognostique
Barres rouges
Cabinet de géométrie
Mise en paires tissu
Cadre à boucles

157
ts
Préam bule ---------------------------------------------------------------------------------------------- U . ^ h es pratiques

O
des activités Montesson

158
MATHÉMATIQUES

’............. ........ Table de Seguin 20 à 99

BOTANIQUE, Serpent de l’addition


GÉOGRAPHIE, Table de 100
ZOOLOGIE ET Chaîne de 100
SCIENCES • Chaîne de 1000
Compter en sautant
• Contrastes terre/eau Mémorisation
de l’addition
Division
Boulier hiérarchique
Fractions

* '
ART
• Images classifiées Entre
des oeuvres
• Images classifiées
des artistes
5 et 6 ans
f....... ...........
▼ ..........

LANGAGE
Lecture de syllabes
Production de mots :
encodage
Digrammes rugueux
Ecriture dans cahier
*................................. * Boîte d'objets : lecture
MOTRICITÉ n° 2 (sons complexes)
• Mots à lire :
• Les déplacements
sons complexes
contrôlés
Homophones
• Lecture de phrases
Lecture de livres
Nom et verbe
Analyse de la phrase :
nature des mots
Analyse de la phrase :
fonctions

"...................................................................

159
Les exercices préalables -- ----------------------------- --------------- des attivités Montessori
p rd u u u o
u e b IK .H C »

Vivre ensemble
Les exercices préalables

es exercices préalables (ou préliminaires dans la pédagogie Montessori) se font dès


L l’entrée en classe des enfants. Ils sont un préalable à toute présentation, car ils per­
mettent de définir une partie des règles de la classe, non en les énumérant mais en les
faisant vivre aux enfants. Ils peuvent être présentés à plusieurs enfants en même temps.
Ils leur permettent d’appréhender les savoir-faire nécessaires ensuite à la présentation
des activités.

Le matériel indispensable
s
s
<

Une salle avec au moins une porte


r

• Une chaise
.

• Un tapis

© Des plateaux
• Vivre ensemble

Les activités

Porter une chaise

Porter un plateau

© Ouvrir et fermer une porte


Dérouler et rouler un tapis

160
Chronologie des activités 1

I. J’affiche cette frise chronologique dans ma classe et j’y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l'imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

161
Se déplacer dans la classe

Objectif : prendre conscience


de ses gestes
Effectif ^enfants
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Aucun

La présentation

Inviter l'enfant à vous suivre à travers la classe en adaptant votre démarche pour marcher
lentement et en contournant les tapis, les chaises, les tables et les autres enfants.
Ainsi, lorsque vous direz à l’enfant « Marche tranquillement » ou « Fais attention aux autres »,
vous pourrez vous référer à cette présentation.

Les variables de différenciation

Le temps passé dépend de la capacité des enfants à réaliser l’exercice.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Se déplacer avec aisance dans - S'adapter à son environnement
des environnements variés, naturels - Développer la psychomotricité
ou aménagés (relation pied-main)
- Ajuster et enchaîner ses actions et - Développer sa volonté, son engagement
ses déplacements en fonction d'obstacles dans l’action
à franchir ou de trajectoire d’objets - Développer la concentration et l'attention
sur lesquels agir aux autres

162
Le matériel de l’activité

Une chaise adaptée à la taille de l’enfant.

La présentation

• Nommer les choses en les montrant : chaise, dossier; assise, pieds, dessus, dessous.
• Montrer comment saisir la chaise : une main au milieu du dossier; une main au milieu de
l’assise.
• La soulever verticalement pour ne pas se déplacer avec les pieds de la chaise en avant.
• Se déplacer jusqu’à la destination choisie.
• Poser la chaise délicatement et silencieusement un pied après l’autre.
• Inviter l’enfant à le faire à son tour

Les variables de différenciation

La taille de la chaise est à adapter à la taille et à la force de l'enfant.


On peut coller sous les pieds de la feutrine pour plus de discrétion.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Se déplacer avec aisance dans des - S'adapter à son environnement
environnements variés, naturels ou aménagés - Développer la psychomotricité
- Ajuster et enchaîner ses actions et (relation ceil-main)
ses déplacements en fonction d’obstacles - Développer sa volonté, son engagement
à franchir ou de trajectoire d'objets dans l’action
sur lesquels agir - Développer la concentration

163
pratiques
Les exercices préalables ----------------------------------------------- des tMtfe Mon£essori
Tierces
tes

Obiectif : devenir autonome


°Xagestion derate

Effectif : 5 enfants
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Un plateau adapté à la force de l’enfant.

La présentation
, .s

• Nommer les choses avec un vocabulaire précis en les montrant : plateau, dessus,
,

dessous, côtés.
• Montrer comment saisir le plateau sur l’étagère : une main de chaque côté du plateau.
• Le soulever verticalement pour ne pas faire tomber ce qu’il y a dessus.
.

• Se déplacer dans la classe en évitant les tapis, les chaises, les tables et les autres enfants
et en restant droit pour ne pas faire tomber ce qu’il y a sur le plateau.
• Le reposer sur l’étagère à sa place (sur l’image ou la gommette correspondante) délicate­
ment et horizontalement.
• Inviter l’enfant à faire l’exercice à son tour
.

, .
Vivre ensemble

Les variables de différenciation

Adapter la taille et le poids du plateau à l’enfant. Adapter également les éléments disposés sur
le plateau (plus ils sont courts, plus ils sont stables).

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Se déplacer avec aisance dans des - S’adapter à son environnement
environnements variés, naturels ou aménagés - Développer la psychomotricité
- Ajuster et enchaîner ses actions et ses (relation œil-main)
déplacements en fonction d’obstacles - Développer sa volonté, son engagement
à franchir ou de trajectoire d’objets dans l’action
sur lesquels agir - Développer la concentration
Ouvrir et fermer une porte

objectif -.ne pas faire de bruit


en étant autonome
Effectif:' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Une porte avec une poignée.

La présentation

• Nommer les objets et les actions en les montrant : porte, poignée, pêne, ouvrir, fermer;
abaisser relever
• Montrer comment abaisser la poignée, tirer (ou pousser) la porte.
• Lâcher la poignée, passer de l’autre côté de la porte.
• Abaisser la poignée, pousser (ou tirer) la porte sans bruit, puis remonter la poignée.
• Inviter l’enfant à le faire à son tour

Les variables de différenciation

Faire remarquer que c’est lorsque le pêne est rentré que la porte ne fait pas de bruit.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre et - Construire la confiance en soi
travailler ensemble - Développer son autonomie
- Se déplacer avec aisance dans des - S’adapter à son environnement
environnements variés, naturels ou aménagés - Développer la psychomotricité
- Ajuster et enchaîner ses actions et ses (relation œil-main)
déplacements en fonction d'obstacles - Développer sa volonté, son engagement
à franchir ou de trajectoire d’objets dans l'action
sur lesquels agir - Développer la concentration et l’attention
- Choisir; utiliser et savoir désigner des outils aux autres
et des matériaux adaptés à une situation,
à des actions techniques spécifiques (plier;
couper; coller; assembler actionner...)

165
I Dérouler et rouler un tapis

Obiectif : devenir autonome


Xa gestion de
dans sa gestion
Effectif : 4 enfants
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Un tapis par personne.

La présentation

• Nommer les choses en les montrant avec un vocabulaire précis : tapis, dessus, dessous, côtés.
• Montrer comment saisir le tapis : les deux mains au milieu en tenant la lisière du tapis (pour
éviter qu’il se déroule).
• Le soulever et le transporter verticalement pour ne pas se déplacer avec le tapis en avant.
• Se déplacer jusqu’à la destination choisie, s’agenouiller et poser le tapis au sol devant soi,
la lisière à gauche. Dérouler le tapis en le poussant avec la main droite et en se déplaçant de la
gauche vers la droite à genoux si nécessaire.
• Pour rouler le tapis, se positionner face à la lisière du côté droit du tapis à genoux. Rabattre
la lisière sur le tapis, puis pousser le tapis vers l'autre extrémité en alternant les deux mains et
en prenant garde d’avancer au même rythme pour que le tapis reste dans son axe.
• Saisir le tapis avec les deux mains au centre en tenant la lisière. Le redresser verticalement
et aller le ranger.
• Inviter l'enfant à le faire à son tour

Les variables de différenciation

La taille et la rigidité du tapis sont à adapter à l’enfant.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
Choisir utiliser et savoir désigner des outils - Développer la psychomotricité
et des matériaux adaptés à une situation, (relation œil-main)
à des actions techniques spécifiques (plier - Développer sa volonté, son engagement
couper coller assembler actionner...) dans l'action
- Développer la concentration et l'attention
aux autres

166
Explorer le monde
Vie pratique

es activités de vie pratique sont à


L concevoir par l’enseignant de manière
à s’adapter à la vie quotidienne de l'en­
fant et aux contraintes dues au cadre
scolaire. Elles varient d’une classe à
l’autre en fonction des choix de chaque
enseignant.

Toutefois, ces activités ont pour inva­


riants des principes intrinsèques :

elles s’appuient sur la vie quotidienne


de l'enfant pour lui permettre de com­
prendre les processus culturels et
sociaux de son environnement et pou­
voir y jouer un rôle ;

par la volonté de faire comme les


grands pour exister dans la société, l'en­ Les avantages du multi-âge
fant tend vers l’imitation de l’adulte ;

les activités de vie pratique ont toujours un but explicite (exemple : remplir les verres),
mais aussi un début, un déroulement et une fin qui expliquent la différence avec le jeu
imaginaire qui ne se finit jamais. Cette caractéristique permet également la répétition
de l'activité.

a Le but de la première forme


d’intervention éducative est de conduire
l'enfant à l'indépendance. On ne saurait
être libre sans être indépendant'. »
Maria Montessori
J

I. Maria Montessori, Pédagogie scientifique.

167
Le matériel indispensable

« Des plateaux neutres de différentes tailles

Des pichets de petites tailles opaques et transparents

t Des bols

Des verres miniatures

Des pinces de tout genre (à escargot, à épiler; à linge, baguettes chinoises reliées
entre elles)

Des cuillères de toutes les tailles et de toutes les formes (louche, chinoise, à soupe,
à café, miniature...)

•• Un entonnoir

î Des boutons de différentes tailles mais par deux

Des ciseaux et des bandes de papier spécifiques

De la colle

Des graines différentes pour faire du tri

Des marrons, des noisettes, des graines de haricots blancs, de la semoule, du sel...
pour faire les transvasements

168
Des éponges coupées en morceaux pour faire le nettoyage et une éponge végétale

Un petit balai, une balayette et une pelle pour faire le ménage

Des panières et des boîtes de différentes tailles pour ranger les différents éléments
des plateaux

Des boîtes de différentes tailles et avec différents moyens de fermeture pour s’entraî­
ner à ouvrir et fermer

Des cadenas de différentes tailles avec leur clé

Une corde à linge et des pinces à linge

Une brosse et une bassine pour faire la vaisselle

Une bassine et du savon pour faire la lessive

Les activités

Les activités de vie pratique sont déclinables à l’infini. Elles sont en lien avec la vie
quotidienne de l'enfant. Vous pouvez les concevoir et les faire évoluer au fil de l’année.
Vous trouverez page suivante un exemple de frise chronologique des présentations des
activités de vie pratique.

OOM SUR...
Vers ^autonomie
Petit à petit, les enfants vont organiser leurs actions pour prendre l'activité sur
l’étagère, s’installer, la faire, replacer les éléments sur le plateau, ranger l'activité sur
l’étagère à sa place. Ils vont aussi assumer les conséquences de leurs actes en essuyant
ou balayant. Ils vont devenir de plus en plus autonomes et fiers d’eux-mêmes.

169
>
1J s» Chronologie des activités1
» V
«î

1. J'affiche cette frise chronologique dans ma classe et j'y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles activités ils
ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l'imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr (voir p. 4, pour plus
de précisions).

17©
^ c^es pratiques
Transvaser et verser des graines

^es
ou de l’eau

Objectif: se concentrer
et savoir verser
Effectif : I enfant
Durée : courte

n r a fifiiiA — _________________________________
Le matériel de l’activité

Suivant l’activité, on peut transvaser et verser des graines


ou de l’eau, avec ou sans objet, le matériel varie : un pla­
teau, deux pichets ou deux paniers ou une carafe, des graines de haricots, de riz, de semoule
ou de l'eau, des verres (avec un entonnoir et un morceau d’éponge colorée) ou des cuillères
si le transvasement se fait au moyen d'un outil.

La présentation : transvaser de l’eau dans des verres

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : carafe, anse, bec, verres,
entonnoir; éponge.
Aller remplir la carafe (avec un pichet situé près du lavabo). Remplir les verres aux trois
quarts en tenant la carafe avec deux doigts sous l’anse et le pouce dessus et deux doigts
de l'autre main sous le bec. Redresser la carafe et essuyer la goutte du bec avec l'éponge. Vî₽>
Puis positionner l’entonnoir dans la carafe et vider les verres.
*
• Inviter l'enfant à le faire à son tour. Aller vider l’eau dans le lavabo.
E x o lo r e r le m o n r lp

Les variables de différenciation

La taille de la carafe est adaptée à l'enfant, il peut y avoir des traits sur les verres pour marquer
la limite de remplissage. Il est possible de remplacer les verres par d'autres récipients plus fins
(pipettes, vases) pour complexifier la tâche.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir; utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l'action

171
Visser et dévisser des boulons

objectif : se concentrer
° savoir visser et dévsser

Effectif : I enfent
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Un morceau de bois percé à différents diamètres, entre cinq et sept boulons (vis et écrous) de
diamètres différents mais de même longueur

La présentation

• Nommer les éléments en les montrant avec un vocabulaire précis : base en bois, trous, vis,
écrous, diamètre.
• Dévisser les boulons un à un en tenant d’un côté la vis et en faisant tourner de l’autre l’écrou.
Poser les vis et les écrous correspondants au fur et à mesure devant le trou correspondant.
• Observer les différences de diamètre. Revisser les boulons un à un en enfilant la vis dans
le trou correspondant, puis en tenant d’un côté la vis et en tournant de l’autre l’écrou dans le
bon sens.
• Inviter l'enfant à le faire à son tour

Les variables de différenciation

Lorsque l’enfant a compris la mise en correspondance du diamètre du trou, du diamètre de la


vis et de l’écrou, mélanger les vis et les écrous.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S'adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier; (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l’action

172
Ouvrir et fermer des objets

Objectif : se concentrer
Xir ouvrir toutes sortes

de boîtes
Effectif : ' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité
_______________

V ia n ra fir...» Les ficl,es Prati<lues


Ouvrir et fermer des pinces à linge, des boîtes, des flacons, des cadenas. Suivant l’activité, le
matériel varie : un plateau ou une corbeille, 10 pinces à linge (de différentes tailles suivant
l'activité), ou 6 boîtes (avec des modes de fermeture différents), ou 6 flacons (avec des modes
de fermeture différents), ou 3 cadenas avec leur clé.

La présentation : les boîtes

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : boîte à thé, boîte à glissière,
boîte à crochet...
• Sortir une boîte, l’observer; l’ouvrir en décomposant chacun de ses gestes pour permettre à
l’enfant de comprendre le mécanisme d’ouverture de la boîte. Regarder et toucher l’intérieur
• Refermer la boîte de la même façon.
.
• Inviter l’enfant à le faire à son tour Prendre la boîte suivante.
Fvnlnror l₽ mnndA

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier, (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l’action


www»«:

173
Objectif: muscler la main
et savoir éponger
Effectif:' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Un plateau, deux bols stables et bas, une éponge végétale, un morceau d'éponge colorée.

La présentation

® Donner le vocabulaire en montrant les objets : bol, éponge végétale, éponge.


• Aller remplir l'un des bols (avec un pichet situé près du lavabo). Poser l'éponge végétale dans
le bol rempli d’eau et l’observer se gonfler d’eau.
• Prendre l'éponge avec une main, retourner sa main et serrer les doigts pour que l’éponge
ne coule plus.
• Positionner ses mains avec l'éponge au-dessus du bol vide. Presser l’éponge avec les deux
mains pour faire couler l’eau contenue dans l’éponge et ainsi la vider
• Inviter l’enfant à faire l’opération à son tour et à la recommencer jusqu’à ce que le bol soit
vide. Essuyer l'eau tombée à côté avec l'éponge colorée si nécessaire. Aller vider l’eau dans le
lavabo.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Se déplacer avec aisance dans - S’adapter à son environnement
des environnements variés, naturels - Développer la psychomotricité
ou aménagés (relation œil-main)
- Ajuster et enchaîner ses actions et - Développer sa volonté, son engagement
ses déplacements en fonction d’obstacles dans l’action
à franchir ou de trajectoire d’objets - Développer la concentration
sur lesquels agir
- Choisir; utiliser et savoir désigner des outils
et des matériaux adaptés à une situation,
à des actions techniques spécifiques (plier
couper coller assembler actionner...)

174
tes fiches pratiques
Cadres à boutons, glissière,
boucles, nœuds, lacets

Objectif: se concentrer
et savoir se boutonner
Effectif : ' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Suivant l'activité, le matériel varie : cadre à petits ou gros


boutons, cadre à glissière, cadre à boucles, cadre à lacets...

La présentation : cadre à boutons

Nommer les choses en les montrant avec un vocabulaire pré­


cis : cadre, pans de tissu, boutonnières, boutons.
■ Choisir le cadre. Le placer devant soi. Saisir le bouton le plus
haut avec sa main droite et le bord de la boutonnière dans sa
main gauche.Tirer sur le bord de la boutonnière pour faire pas­
ser la moitié du bouton.Tirer sur le pan de tissu de droite pour
m n n d p « V îc
dégager le bouton de la boutonnière.
• Renouveler l'opération, puis inviter l'enfant à la faire à son tour
avec les boutons suivants.
• Ouvrir en grand les deux pans de tissu, faire toucher le vide.
Refermer les pans de tissu et effectuer l'opération inverse.
Ia
E v n ln m r

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir, utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier; (relation œil-main)
couper; coller, assembler; actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l'action
Plier du tissu ou plier du papier
te

I
Objectif: se concentrer
et savoir plier
Effectif:' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Plier du tissu : une boîte contenant quatre carrés de tissu


avec les diagonales et les médianes cousues en rouge.
Plier du papier : une boîte contenant plusieurs exemplaires de cinq carrés de papier avec les
médianes, les diagonales et le point central marqués en rouge.

La présentation : plier du tissu

• Nommer les choses en les montrant avec un vocabulaire précis : carré de tissu, médiane,
diagonale.
• Prendre le premier carré de tissu. Suivre avec son doigt la ligne médiane (positionnée hori­
zontalement à l’enfant) . Saisir les angles supérieurs avec ses pouces et index et les rabattre
sur les angles inférieurs pour que la pliure se fasse sur la médiane marquée. Suivre à nouveau
la médiane avec son doigt.
• Inviter l’enfant à le faire à son tour
• Passer au carré de tissu suivant et procéder de la même façon.

Les variables de différenciation

Possibilité de donner le nom des formes géométriques obtenues.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir; utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier; (relation œil-main)
couper; coller; assembler; actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l'action

176
Un plateau, des ciseaux (montrer aux gauchers les ciseaux pour eux), un petit panier; des
bandes de modèles à découper de difficultés croissantes.

• Donner le vocabulaire en montrant les objets : bande de papier; ciseaux, panier


• Prendre les ciseaux, les positionner sur ses doigts et montrer le mécanisme d’ouverture et
de fermeture en actionnant ses doigts.
• Prendre la première bande de papier dans l’autre main, positionner les ciseaux pour couper
sur le trait.
• Couper sur le trait en faisant tomber le morceau coupé dans le panier
• Renouveler l’action. Inviter l’enfant à continuer

Possibilité de faire un second plateau de découpage avec des formes de plus en plus compli­
quées à découper

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier, (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l’action

177
Coller du papier

Objectif: se concentrer
et savoir coiier
Effectif : ' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Un plateau, de la colle (avec un pinceau), un petit panier


avec des morceaux de papier découpés, des feuilles
colorées A5.

La présentation

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire


précis : feuille de papier, colle, pinceau, morceaux de papier.
• Prendre un petit morceau de papier et saisir le pinceau.
Prendre de la colle en essuyant le pinceau sur le bord du pot.
Déposer la colle sur le petit morceau de papier Retourner le
morceau de papier pour le déposer sur la feuille. Appuyer
• Renouveler l’action, puis inviter l’enfant à la faire à son tour

Les variables de différenciation

Possibilité de faire coller des morceaux de papier ayant un sens ou demandant un assemblage
particulier

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S'adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l’action

178
Un plateau, un panier rempli de petits nœuds (tissu ou
papier), une petite boîte comportant une craie et un
morceau deponge colorée.
Le balai, la pelle et la balayette de la classe.

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : balai, pelle, balayette, craie,
éponge, nœuds.
• Prendre la craie et tracer un cercle (30 cm de diamètre) au sol. Jeter les nœuds à balayer
hors du cercle mais à proximité.
• Saisir le balai avec les deux mains l’une en dessus de l’autre et tirer les nœuds jusqu’au centre
du cercle en vous déplaçant autour du cercle pour toujours rester dans la bonne position.
• Saisir la pelle et la balayette, une dans chaque main, et pousser les nœuds à l’aide de la
balayette dans la pelle.
• Vider les nœuds dans le panier
• Effacer le cercle à l’aide de l’éponge.
• Inviter l’enfant à le faire à son tour

Faire avec de vraies balayures.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre et - Construire la confiance en soi
travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l'action

179
Objectif: se concentrer
et savoir prendre som de

Effectif : ' enfant


Durée : courte

Le matériel de l’activité

Se faire beau : un plateau, un panier rempli de boules


de coton, un spray rempli d’eau, un miroir; une petite
poubelle.

La présentation

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : boule de coton, spray, miroir,
poubelle.
• Prendre une boule de coton dans une main.Vaporiser de l’eau dessus. Saisir le miroir et faire
sa toilette du visage en commençant par les yeux et en se regardant dans le miroir Jeter le
coton à la poubelle, vider la poubelle.
• Inviter l’enfant à le faire à son tour

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S'adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l’action

180
Laver la table

Objectif: se concentrer
et savoir laver une table
Effectif : I enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Un tablier; un chariot à roulettes à deux étages. Sur la partie haute : une bassine, un pichet,
un savon sur un porte-savon, une brosse circulaire sur une soucoupe, un morceau d'éponge
colorée sur une soucoupe. Sur la partie basse : une serviette éponge, un seau.

La présentation

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : tablier, chariot, bassine,
pichet, savon, porte-savon, brosse, soucoupe, éponge, serviette, seau.
• Enfiler le tablier (en avoir un en taille adulte dans la classe) et remonter ses manches.
Positionner le chariot à gauche d'une table que l'on souhaite laver (sale ou propre).
< Saisir le pichet et aller le remplir au lavabo.Vider l’eau dans la bassine en essuyant la dernière
goutte avec l'éponge. Poser le pichet en bas du chariot.
• Prendre la brosse, la tremper dans la bassine, puis la frotter sur le savon. Effectuer des
boucles sur la table de gauche à droite (sens d’écriture). Passer à la ligne suivante, remettre du
savon si nécessaire, et ainsi de suite du haut vers le bas. Lorsque toute la table est savonnée,
rincer la brosse et la ranger. Prendre l’éponge, la tremper dans l’eau, l'égoutter et nettoyer
la table en formant une ligne horizontale en haut de la table de gauche à droite. La rincer,
l’égoutter et essuyer la table en formant une ligne en dessous, ainsi de suite jusqu’en bas de la
table. Ranger l’éponge.
• Vider l'eau de la bassine dans le seau, nettoyer le savon qui s’est déposé sur les bords de la
bassine avec l’éponge.
• Prendre la serviette et sécher la table de gauche à droite et de haut en bas en effectuant à
nouveau des boucles. Aller étendre la serviette sur l’étendage.
• Vider le seau dans le lavabo.
• Approcher d’une autre table et inviter l’enfant à refaire l’activité.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l'autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir; utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier; (relation œil-main)
couper; coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l’action

181
Objectif: se concentrer
et savoir se laver les mains

Effectif: I enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

L’activité peut varier : se laver les mains ou laver le linge.


Se laver les mains : un grand plateau ou une table fixe dans la classe, un tablier, un seau, un
pichet, une bassine, un savon sur un porte-savon, une brosse à ongles sur une coupelle,
un morceau d’éponge colorée, une serviette, un petit pot de crème pour les mains.

La présentation : se laver les mains

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : tablier; seau, pichet, bassine,
savon, porte-savon, brosse à ongles, éponge, serviette, crème.
• Enfiler le tablier (en avoir un en taille adulte dans la classe) et remonter ses manches. Saisir
le pichet et aller le remplir au lavabo.Vider l’eau dans la bassine en essuyant la dernière goutte
avec l’éponge.
• Tremper ses mains dans la bassine, saisir le savon de la main droite et frotter le dessus de la
main gauche avec, en restant bien au-dessus de la bassine. Faire la même chose avec l’autre main.
Poser le savon et frotter ses deux mains : dessus, dessous, entre les doigts puis chaque doigt.
• Saisir la brosse à ongles et frotter les ongles de chaque main. Rincer la brosse, l'égoutter et
la ranger.
• Tremper ses mains et les frotter dans l’eau pour les rincer
• Saisir la serviette et s’essuyer les mains en frottant, dessus, dessous et chaque doigt méti­
culeusement.
•Vider l’eau de la bassine dans le seau et aller vider le seau. Nettoyer la bassine avec l’éponge.
Aller mettre la serviette à sécher et en prendre une sèche pour remplacer celle utilisée.
• Ouvrir le pot de crème, tremper son index de la main droite et déposer la crème sur le
dessus de la main gauche, faire la même chose pour l’autre main. Frotter ses mains dessus,
dessous, entre les doigts puis chaque doigt.
• Inviter l'enfant à le faire à son tour

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir utiliser et savoir désigner des outils - S’adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier (relation œil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l'action

182
Coudre ou tisser
i
Objectif: se concentrer
et savoir coudre
Effectif : I enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Suivant l’activité, le matériel varie.


Coudre : une boîte, un dé à coudre, une aiguille, du fil, un
petit morceau de toile à canevas, des petits ciseaux, une
poubelle, un enfile-aiguilles.

La présentation : coudre

• Nommer les objets en les montrant avec un vocabulaire précis : dé à coudre, aiguille, fil, toile,
ciseaux, poubelle, enfile-aiguilles.
• Mettre le dé sur le majeur de la main droite (gauche si l’enfant est gaucher). Couper un
morceau de fil. Enfiler le fil dans l’enfile-aiguilles et le passer dans l’aiguille. Faire un nœud au
bout du fil.
• Saisir la toile avec la main gauche et passer l'aiguille par-dessous en poussant avec le dé.
Coudre de droite à gauche en alternant dessus et dessous.
• A la fin de la ligne, poser l'aiguille, le fil et la toile et couper la fin du fil. Jeter le fil restant dans
la poubelle.
• Inviter l'enfant à le faire à son tour

Les variables de différenciation

Modifier le tissu et la taille du fil. Ajouter des modèles à suivre.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Développer l’autonomie et le vivre - Construire la confiance en soi
et travailler ensemble - Développer son autonomie
- Choisir; utiliser et savoir désigner des outils - S'adapter à son environnement
et des matériaux adaptés à une situation, - Développer la psychomotricité
à des actions techniques spécifiques (plier (relation ceil-main)
couper coller assembler actionner...) - Développer sa volonté, son engagement
dans l'action

183
Montessori

jj F
4 ■
W v ités

Construire les premiers outils



^es

pour structurer sa pensée


s e n s o r ie l _____________________________________________________________ _

Développement sensoriel

ne fois que les enfants ont bien intégré le fonctionnement de la classe et surtout
qu’ils arrivent à se concentrer sur les activités de la vie quotidienne, il est possible
de commencer les présentations qui développent les sens. Il n’est pas nécessaire d’avoir
présenté l'ensemble des activités de « vie pratique » pour commencer les activités de
« vie sensorielle », même si petit à petit l'ensemble des activités de « vie pratique » sera
présenté.

Pour structurer sa pensée, l’enfant


expérimente avec ses cinq sens ZjOOM SUR...
puis compare, classe, trie, orga­
nise le monde qui l’entoure. Maria La concentration
Montessori part du matériel déve­ pour Maria Montessori
loppé par Edouard Seguin et de son
La concentration est pour Maria Montessori
écrit1. Elle teste ce matériel sur les le préalable à la socialisation. Car en
enfants, puis l’étalonne et l’améliore. polarisant son attention, l'enfant s’apaise
et se discipline.
Le travail de l'enseignant est à ce
« Chaque fois que survenait une polarisation
moment-là de nommer les percep­
semblable de l’attention, l’enfant commençait
tions et les classifications de l'enfant.
à se transformer complètement, à devenir plus
Le matériel est conçu pour ne pas calme, plus intelligent, plus expansif1
2. »
perdre l'enfant sous la multitude de
L'enfant se tourne alors vers les autres
perceptions, en n'apportant qu’une
dans « le respect pour le travail d’autrui et
seule notion à la fois, de façon à la considération pour le droit des autres3 ».
lui faciliter la compréhension du
monde qui l’entoure.

Avant 3 ans, l’enfant développe sa pensée concrète à travers l’action. À partir de 3 ans,
grâce à ses perceptions sensorielles et au langage, l’enfant va aborder des concepts
(exemple : épais/fin) et passer à une pensée conceptuelle de plus en plus abstraite. Il va
construire les bases de son intelligence en utilisant ses cinq sens.

Le matériel est autocorrectif ; de ce fait, l’enfant n'a pas besoin de l’adulte pour réaliser
l'activité, former sa pensée et se corriger II répète l’activité autant de fois qu’il le souhaite

1. Édouard Seguin, Traitement moral, hygiène et éducation des idiots.

2. Maria Montessori, Pédagogie scientifique.


3. Maria Montessori, Ibid.

184
en exerçant son libre choix. Sans la validation par l'adulte, l’enfant gagne en confiance en
lui. Dans tous les cas, le processus mis en œuvre et la volonté de faire et de faire bien
comptent plus que le résultat lui-même.

Pour résumer; voici les caractéristiques principales des activités de « vie sensorielle » :
elles isolent une perception à la fois ;

elles permettent un « feedback »


par contrôle de l’erreur ; MES PRATIQUES
elles sont belles, attractives et de LES ACTIVITÉS DES ÉLÈVES
bonne qualité, faites dans des maté­ Parfois un élève va refaire la même
riaux nobles ; activité durant des jours et sans
lassitude. Lorsqu’il sera satisfait et qu’il aura

Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


elles ne sont présentes qu’en un
intégré le concept de cette activité, il s’en
seul exemplaire ;
détournera pour passer à une autre. L'enfant
elles impliquent un mouvement et a besoin de temps pour intégrer certaines
notions...
une prise de décision, un critère de
choix, qui demande de la réflexion S’il n’arrive pas à terminer une activité et
en plus de l’action. qu’il a besoin de vous, soyez disponible
et à son écoute, remettez de l’ordre
Hormis quelques exceptions, il y a là où il s'est perdu et donnez-lui
toujours un temps de manipulation, l'opportunité de retrouver ses repères
d’imprégnation sensorielle avant de pour pouvoir terminer l’activité.
donner le concept ou le vocabulaire
spécifique de l’activité à l’enfant.

185
Les 4 blocs de cylindres
* Les boîtes à bruits
*

*
La tour rose Les tissus à mettre par paires
*

L’escalier marron
* Les clochettes

Les barres rouges


* Le sac à mystères
*

Le cabinet de géométrie Les solides géométriques


*

Les tablettes lisse/rugueux


* Le sac stéréognostique

Des graines à trier


* Les 6 boîtes des triangles constructeurs

Les boîtes des couleurs 1,2 et 3


* Les figures superposées

Les boîtes à odeurs Le cube du binôme


*

Les flacons des goûts Le cube arithmétique


*

Les tablettes rugueuses Le cube du trinôme

Les tablettes baryques La table de Pythagore

Les tablettes thermiques Les cylindres colorés

4. Le matériel indispensable est indiqué par un astérisque.

186
Les fiches pratiques
Chronologie des activités

Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


Escalier
marron

<u
0S m

X.
3
0
F

Ç <u
£ 3
e cr
<y T
¿ü "G
0 c
ec x
V
ÜJ

5. J'affiche cette frise chronologique dans ma classe et j'y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l’imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

187
Les emboîtements cylindriques
■ (4 blocs) __________

Objectif ’.classifier des objets


et développer les sens

Le matériel de l’activité

Quatre blocs de cylindres.


Bloc I : les hauteurs sont constantes mais les diamètres changent.
Bloc 2 : les hauteurs et les diamètres varient (du plus épais au plus fin).
Bloc 3 : les hauteurs et les diamètres varient (du plus fin au plus épais).
Bloc 4 : les diamètres sont constants, les hauteurs varient.

La présentation

4 Nommer l’activité.
Sortir un à un les cylindres et les déposer devant chaque cavité, ainsi l’enfant voit la progres­
sivité. Mélanger les cylindres. Prendre un cylindre, en faire le tour avec son doigt, faire le tour
de la cavité correspondante et y placer le cylindre. Faire de même avec quelques cylindres, puis
inviter l’enfant à le faire à son tour
Une autre fois, présenter un autre bloc de cylindres... Puis, une fois les quatre blocs présen­
tés, les présenter par deux puis par quatre en mélangeant l'ensemble des cylindres.
Enfin, donner le concept qui permet de classifier les cylindres (fin/épais, grand/petit, haut/bas).

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
décrire, évoquer expliquer questionner des dimensions
proposer des solutions - Construire des concepts mathématiques
- Classer des objets en fonction de - Construire la confiance en soi
caractéristiques liées à leur forme - Construire la pensée abstraite
- Reconnaître quelques solides (cylindre)
- Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur ou de masse

188
Objectif‘.comparer
les volumes et développer

les sens
Effectif I enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité
Dix cubes de 10 cm3 à I cm3.

La présentation

Nommer l’activité.
Faire apporter sur un tapis les cubes un à un par l'enfant, ainsi il
perçoit la différence de volume et de poids.
Monter la tour sur le tapis en montrant à l'enfant la recherche du
plus gros cube restant à mettre au fur et à mesure sur ceux déjà en
place. Faire observer la tour à l'enfant sous tous les angles de vue, puis défaire la tour et inviter
l'enfant à la faire à son tour Ne pas indiquer d’éventuelles erreurs à l’enfant, car s'il les fait, c’est
qu'il ne les voit pas. Défaire la tour et aller la ranger en la remontant sur le socle.
Une autre fois, présenter la tour en version allongée sur le tapis et faire observer que la
différence entre chaque cube est égale à la taille du plus petit cube.
Enfin, donner le concept qui permet de classifier les cubes (gros/petit).

Les variables de différenciation


On peut dans un second temps faire l’exercice en mettant deux tapis à distance pour aller
chercher le cube nécessaire à la tour

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
décrire, évoquer; expliquer questionner; des dimensions
proposer des solutions - Construire des concepts mathématiques
- Classer des objets en fonction de - Construire la confiance en soi
caractéristiques liées à leur forme - Construire la pensée abstraite
- Reconnaître quelques solides (cube)
- Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur ou de masse

189
des activités Montessori

Le matériel de l’activité

Dix pavés de 20 cm de long et allant de 10 cm2 à I cm2.

La présentation

Nommer l'activité.
Faire apporter sur un tapis les pavés un à un par l'enfant, ainsi il perçoit la différence de
volume et de poids.
Construire l'escalier en partant du plus épais en haut à gauche, au plus fin en bas à droite
et en montrant à l’enfant la recherche du pavé le plus épais. Faire observer l'escalier à l'enfant
sous tous les angles de vue, puis mélanger les pavés et inviter l'enfant à le faire à son tour. Ne
pas indiquer d'éventuelles erreurs à l’enfant, car; s’il les fait, c’est qu’il ne les voit pas. Aller ranger
l’escalier sur l'étagère en portant les pavés un à un.
Une autre fois, faire observer à l'enfant que la différence entre chaque pavé est égale à la
taille du pavé le plus fin.
Enfin, donner le concept qui permet de classifier les pavés (épais/fin).

Les variables de différenciation

Il est possible de faire l’exercice avec deux tapis à distance. Puis, faire une tour allongée ou une
tour en hauteur avec les pavés.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
décrire, évoquer; expliquer; questionner; des dimensions
proposer des solutions - Construire des concepts mathématiques
- Classer des objets en fonction de - Construire la confiance en soi
caractéristiques liées à leur forme - Construire la pensée abstraite
- Reconnaître quelques solides
- Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur ou de masse
- Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés

190
nhiectif ’• ordonner
Te^ongœursetdévetopper

les sens
Effectif : 1 enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Dix barres rouges allant de 10 cm à 100 cm.

La présentation

Nommer l’activité.
Faire apporter sur un tapis les barres une par une par l’enfant en lui montrant comment les
tenir verticalement à deux mains, ainsi il perçoit la différence de taille.
Prendre la plus grande barre et la placer en haut à gauche du tapis. Faire glisser sa main tout
le long de la barre et inviter l’enfant à le faire à son tour. Montrer à l’enfant que l’on compare
les longueurs pour trouver la barre suivante, afin de les ordonner de la plus grande à la plus
petite en les alignant sur le bord gauche du tapis. Inviter l’enfant à poursuivre l’activité. Ranger
les barres.
Une autre fois, faire observer à l’enfant que la différence entre chaque barre est égale à la
taille de la plus petite barre.
Enfin, donner le concept qui permet d’ordonner les barres (long/court).

Les variables de différenciation

Dans un second temps, il est possible de jouer avec les longueurs en les accumulant pour
obtenir 100 cm, ou de faire mesurer des hauteurs dans la classe à l’aide des différentes barres
rouges.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
décrire, évoquer; expliquer; questionner, des dimensions
proposer des solutions - Construire des concepts mathématiques
Classer des objets en fonction de - Construire la confiance en soi
caractéristiques liées à leur forme - Construire la pensée abstraite
Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur
Utiliser des marqueurs spatiaux adaptés

191
Un cabinet de géométrie composé de 7 tiroirs contenant 35 encastrements géométriques
(6 disques, 6 triangles, 6 rectangles, 6 quadrilatères, 6 polygones, 4 figures curvilignes, I carré).
Trois fois six séries de cartes représentant de différentes manières les formes géométriques.

La présentation

Nommer l’activité et donner le vocabulaire en montrant les éléments : formes géomé­


triques, plateaux, meubles.
Prendre le premier plateau de présentation contenant un carré, un disque et un triangle
équilatéral. Sortir le disque avec la main gauche, en faire le tour avec les doigts de la main
droite, le poser hors du plateau, puis faire le tour de l’encastrement. Ranger la forme dans
son encastrement. Faire la même chose avec les autres formes, puis inviter l’enfant à refaire
l’activité. Ranger les formes.
Petit à petit, faire la même chose avec les autres formes géométriques. Puis travailler à partir
des cartes.
Une autre fois, donner le vocabulaire à l'enfant.

Les variables de différenciation

Il y a une multitude d’activités possibles avec le cabinet de géométrie, des mises en paires,
des mises en paires à distance ou avec les cartes, des classifications, des jeux de déduction...
L'important est que l'enfant manipule et observe attentivement toutes ces formes pour les
appréhender sensoriellement.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
décrire, évoquer; expliquer; questionner - Construire des concepts mathématiques
proposer des solutions - Construire la confiance en soi
- Classer des objets en fonction de - Construire la pensée abstraite
caractéristiques liées à leur forme
- Savoir nommer quelques formes planes
- Reproduire, dessiner des formes planes

192
! Lisse et rugueux

Objectif : développer les sens


Effectif : ' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Deux planchettes en bois. L’une lisse d’un côté et rugueuse de l’autre, l’autre alternant des
bandes lisses et des bandes de plus en plus rugueuses.

La présentation

Nommer l’activité.
Toucher le côté lisse puis le côté rugueux en essayant de ne voir qu’avec les doigts, de se
concentrer sur la perception. Inviter l’enfant à le faire. Puis refaire l’opération en apportant le
vocabulaire (lisse/rugueux).
Passer à l’autre planchette en touchant chaque bande de haut en bas et de droite à gauche.
Faire faire à l’enfant, puis apporter le vocabulaire pour chaque bande.
Inviter l’enfant à refaire l’activité les yeux fermés en nommant si ce qu’il touche est lisse ou
rugueux.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
décrire, évoquer expliquer questionner - Construire des concepts mathématiques
proposer des solutions, discuter un point - Construire la confiance en soi
de vue - Construire la pensée abstraite

193
Trier des graines

Objectif’.trier des objets


et développer les sens
Effectif : ' enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Un plateau, un bol avec trois sortes de graines mélangées,


trois coupelles vides.

La présentation

Nommer l’activité.
Toucher une sorte de graines sans les regarder, inviter l’enfant à faire la même chose. Renou­
veler l’opération avec les autres sortes de graines.
Mélanger deux sortes de graines dans la coupelle vide, les trier dans les bonnes coupelles
sans regarder
Renouveler l’opération avec les trois sortes de graines, en ne laissant qu’une graine témoin
dans chaque coupelle.

Les variables de différenciation

Il peut y avoir des activités similaires avec des graines plus petites, des boutons...

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter; décrire, évoquer; expliquer; - Construire la confiance en soi
questionner; proposer des solutions, discuter - Construire la pensée abstraite
un point de vue - Construire le sens stéréognostique
- Classer des objets en fonction de (le fait de reconnaître les objets au toucher, par
caractéristiques liées à leur forme leur forme, leur consistance, leur température)

194
Les fiches pratiques
Mise par paires
Objectif :aPParefer des ob,ets
identiques et développer tes
Effectif:' enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


La mise par paires peut concerner des odeurs, des rugosités, des
saveurs, des poids, des températures, des bruits, des clochettes, des étoffes...
Suivant l’activité choisie, le matériel varie.
Les tablettes thermiques : une boîte contenant deux tablettes en fer deux tablettes en bois,
deux tablettes en verre, deux tablettes en pierre, deux tablettes en tissu rigide.

La présentation : mise par paires


des tablettes thermiques

Nommer l’activité.
Saisir une tablette et la toucher (avec les mains, les poignets ou les joues) sans la regarder;
inviter l’enfant à faire la même chose. Renouveler l'opération avec les autres tablettes. Les
aligner au fur et à mesure devant soi de gauche à droite.
Sortir la deuxième série de tablettes et les aligner verticalement à droite.
Saisir la première tablette de droite, puis la comparer sans regarder à chacune des tablettes
alignées devant soi jusqu’à trouver la tablette identique thermiquement. Les mettre côte à
côte en haut à gauche. Et procéder de la même manière avec une autre tablette, puis inviter
l’enfant à terminer l'activité.
Donner le vocabulaire (verre, bois,acier...) et le concept (froid/chaud).

Les variables de différenciation

Dans un second temps, il est possible de classer les tablettes par gradation, de la plus froide à
la plus chaude.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer; expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, discuter - Construire la pensée abstraite
un point de vue - Construire le sens stéréognostique (le fait de
- Classer des objets en fonction de reconnaître les objets au toucher, par leur forme,
caractéristiques liées à leur forme leur consistance, leur température)
- Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur de masse, ou de contenance

195
Les fiches pratiques
Développement sensoriel —----------------------------------------------------------------------- ^es activités Montessori

i
Objectif -.reconnaître
i , ■ + nar le toucher
des objets par
Effectif : ' enfant
Durée : courte
Construire Ses premiers outils pour structurer sa pensee

Le matériel de l’activité

Un sac en tissu contenant 6 à 10 petits objets reconnaissables


par le toucher (petite cuillère, bouton, voiture, crayon...).

La présentation

Nommer l’activité.
Dire ce que l'on va faire : « Je vais deviner les objets qu'il y a dans le sac en les touchant. »
Mettre sa main dans le sac sans regarder; réfléchir en touchant et dire : « Je pense que j’ai
trouvé... » Sortir l’objet et vérifier.
Faire la même chose avec les autres objets du sac. Remettre les objets dans le sac et inviter
l’enfant à faire l’activité.
Donner le vocabulaire.

i
i Les variables de différenciation

Dans l’année, il est possible de changer les objets présents dans le sac. Il est aussi possible de
prévoir deux sacs ayant les mêmes objets pour jouer à deux à une mise par paires.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter; décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner, proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Construire le sens stéréognostique
- Classer des objets en fonction de (le fait de reconnaître les objets au toucher, par
caractéristiques liées à leur forme leur forme, leur consistance, leur température)

196
Les fiches pratiques
Les solides géométriques

Objectif -.manipuler
des solides géométriques

Durée-courte^ plusieurs fois |

Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


Le matériel de l’activité

Un panier contenant 10 solides géométriques en bois (cube, pavé, boule, cylindre, prisme, py­
ramide à base carrée, pyramide à base triangulaire, cône, ovoïde, ellipsoïde), les « empreintes »
des différentes faces des solides.

La présentation

Nommer l’activité.
Saisir un solide connu de l'enfant. L'explorer tactilement (faces, arêtes...) en le regardant,
puis sans le regarder. Inviter l'enfant à faire la même chose. Puis renouveler l’opération avec
deux autres solides.
Donner le vocabulaire des trois solides présentés. Puis faire une leçon en trois temps avec
ces trois solides (voir « Leçon en trois temps »).
Une autre fois faire la même chose avec trois autres solides. Puis avec les quatre derniers.

Les variables de différenciation

Dans l’année, il est possible de recouvrir le panier d’un foulard et de reconnaître les solides en
utilisant le sens stéréognostique : « Je vais sortir le prisme. » Il est également possible de jouer
à deux : « Peux-tu trouver l'ellipsoïde ? » Ou encore de faire correspondre les faces des solides
à leurs empreintes. Ou de les ranger par familles en fonction de critères « ceux qui ont une
face carrée... ». Ou encore d’observer leurs empreintes dans le sable.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter; décrire, évoquer; expliquer; - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Construire le sens stéréognostique
- Classer des objets en fonction de (le fait de reconnaître les objets au toucher, par
caractéristiques liées à leur forme leur forme, leur consistance, leur température)
- Reconnaître quelques solides

197
Objectif : manipuler
des formes géometnques
et développer les sens
Effectif:! ou 2 enfants
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Un ou deux sacs en tissu contenant 10 paires de solides géométriques en bois (soit tous dans
un sac, soit 10 dans chaque sac).

La présentation

Nommer l'activité.
Dire ce que l'on va faire : « Je vais faire des paires avec les objets qu’il y a dans le sac en les
touchant. »
Mettre sa main dans le sac sans regarder
Sortir un solide, l'observer le poser devant soi et replonger la main dans le sac pour cher­
cher le même solide. Le sortir et en faire une paire.
Donner le sac à l’enfant et l'inviter à sortir un solide, puis à chercher le deuxième identique.
Passer au deuxième enfant.
Continuer de la même façon pour tous les solides.
Donner le nom des solides.

Les variables de différenciation

Possibilité de faire cette activité avec la moitié des objets dans un sac pour chacun et de
demander à l’autre enfant : « Peux-tu sortir celui-ci ? » Cet exercice est plus difficile, car l’enfant
n'a pas eu la perception tactile avant de chercher l'objet. Possibilité également de nommer un
solide et de le chercher

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Construire le sens stéréognostique
- Classer des objets en fonction de (le fait de reconnaître les objets au toucher, par
caractéristiques liées à leur forme leur forme, leur consistance, leur température)
- Reconnaître quelques solides
Les fiches pratiques
Les triangles constructeurs

Objectif : manipuler des


triangles pour construire de
Nouvelles formes géometnques

Le matériel de l’activité

Construire les premiers outils pour structurer sa pensée


Il existe six boîtes différentes de triangles constructeurs.
Suivant l'activité, le matériel varie.
La boîte des triangles constructeurs n° I : 14 triangles avec
un trait noir sur le côté.

La présentation : la boîte n° I

Nommer l'activité.
Étaler six des triangles devant l'enfant (jaunes, verts, gris), lui faire nommer les formes qu’il
connaît et les superposer deux à deux pour montrer l’égalité en haut à gauche du tapis.
Prendre la première paire (jaune), faire se rejoindre les triangles sur la ligne noire. Inviter
l’enfant à nommer la nouvelle forme construite (carré). Ranger les triangles à gauche du tapis
et procéder de la même façon pour les suivants (losange et rectangle).

Les variables de différenciation

Possibilité de créer ensuite des parallélogrammes, des trapèzes.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue
- Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
- Savoir nommer quelques formes planes

199
Les figures superposées

Objectif: manipuler,
compas et inventer avec de
formes géométriques de ba

Effectif:' enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

10 disques, 10 triangles et 10 carrés allant de I cm à 10 cm représentés en trois couleurs


(rouge, jaune, bleu). Et rangés par boîtes de couleurs.

La présentation

Nommer l’activité.
Étaler le contenu d’une boîte. Choisir une forme.
Effectuer la gradation par superposition des formes de la
plus grande à la plus petite. Inviter l’enfant à réaliser la grada­
tion avec une autre forme, puis avec la dernière.
Faire la même chose avec les autres boîtes.

Les variables de différenciation

Il est possible de mélanger les boîtes, de faire des mises par paires, puis des compositions libres,
de suivre une fiche de modèle...

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer; expliquer; - Construire la confiance en soi
questionner; proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Développer la créativité
Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
Savoir nommer quelques formes planes
Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle

200
I Le cube du binôme,
p du trinôme ou arithmétique

Objectif -.mander comparer .


et assembler des solides
géométriques
Effectif : I enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Suivant l’activité, le matériel change.


Un cube construit en volume à partir de cubes et de pavés.

La présentation : le cube du binôme

Nommer l’activité.
Ouvrir la boîte. Sortir le cube bleu et le poser à droite de la boîte. Sortir les trois pavés bleu
et noir et les poser en colonne à droite du carré bleu sans en changer l’orientation. Sortir les
trois pavés rouge et noir et les disposer à leur tour en colonne à droite des pavés noir et bleu.
Puis sortir le cube rouge.
Faire observer l’alignement des cubes et des pavés, car c’est cette organisation dans l'espace
qui déterminera la capacité de l'enfant à refaire le cube.
Refaire le cube lentement et étape par étape (en marquant une pause à chaque changement
de solides), en commençant par le dernier cube sorti.
Inviter l'enfant à refaire l’activité.

Les variables de différenciation

Il est possible de reconstruire le cube à l'extérieur de la boîte, ou plan par plan.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Manipuler la matérialisation de l’équation
- Classer des objets en fonction de (a + b)3
caractéristiques liées à leur forme
- Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur de masse ou de contenance
- Reconnaître quelques solides
- Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle

201
Objectif’.manipuler,
comparer et assembler
des formes géométriques

Effectif : ' enfant


Durée :très longue

Une boîte compartimentée contenant des rectangles et


des carrés colorés variant de I cm2 à 10 cm2.
Une planche de 55 cm2.

La présentation

Nommer l'activité.
Ouvrir la boîte. Sortir les 10 carrés. Les empiler du plus grand au plus petit. Faire nommer le
solide réalisé (pyramide). Inviter l’enfant à faire à son tour une pyramide.
Ordonner les carrés du plus petit au plus grand (de gauche à droite) en bas du tapis, puis
poser le carré rouge (I cm2) en haut à gauche de la planche. Poser le carré suivant (vert,
2 cm2) en dessous de lui dans sa diagonale. Ajouter les deux autres rectangles verts de chaque
côté du carré vert pour former un nouveau carré.
Renouveler cette opération avec le carré suivant (rose, 3 cm2) et ainsi de suite jusqu'à
terminer la table de Pythagore par le carré doré de 10 cm2 et ses rectangles. Laisser l’enfant
intervenir lorsqu'il est prêt.
Montrer à l'enfant comment ranger la table par couleur dans les compartiments.

Les variables de différenciation

Il est possible de chercher à construire des équivalences, de compléter des carrés...

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter; décrire, évoquer; expliquer; - Construire la confiance en soi
questionner, proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Manipuler la matérialisation de la table
- Classer des objets en fonction de de Pythagore
caractéristiques liées à leur forme
- Ranger des objets selon un critère de longueur
- Reconnaître quelques solides
- Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle
- Savoir nommer quelques formes planes

202
Les cylindres colorés

Objectif : manipuler,
comparer et assembler
des solides géométriques
Effectif : I enfant
Durée : moyenne

Quatre boîtes contenant chacune 10 cylindres identiques


aux « 4 blocs de cylindres ». Une boîte rouge (bloc de cy­
lindres n° I : variation en diamètre). Une boîte jaune (bloc
de cylindres n° 2 : variation en hauteur et en diamètre). Une boîte verte (bloc de cylindres
n° 3 : variation en diamètre et en hauteur). Une boîte bleue (bloc de cylindres n° 4 : variation
en hauteur).

La présentation : la boîte jaune et la boîte verte

Nommer l'activité.
Ouvrir la boîte jaune. Sortir les 10 cylindres. Ranger les cylindres du plus grand au plus petit,
de gauche à droite en haut du tapis. Faire refaire cette activité à l'enfant.
Faire la même chose avec la boîte verte (du plus épais au plus fin).
Superposer les deux lignes de cylindres. Observer le résultat (formation de 10 cylindres de
hauteur équivalente).

Les variables de différenciation

Refaire I activité avec les autres boîtes, mélanger les boîtes, manipuler chercher les cylindres
identiques, refaire des assemblages suivant un modèle...

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, - Construire la pensée abstraite
discuter un point de vue - Gradation de solides géométriques
- Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
- Classer ou ranger des objets selon un critère
de longueur de masse ou de contenance
- Reconnaître quelques solides
- Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle

203
Explorer le monde
Botanique, géographie, zoologie
et sciences

n plus de découvrir le monde par


E ses sens, l’enfant est avide d'expé­
riences, de grandes découvertes, et
MES PRATIQUES
LES ACTIVITÉS « EXPLORER
curieux du monde qui l’entoure. Il
LE MONDE » DE MA CLASSE
prend particulièrement soin des ani­
En plus des activités montessoriennes,
maux et de la nature.
pour développer davantage
Ce domaine est peu développé par les expériences des enfants avec le monde
qui les entoure, j'essaie de mettre en place
Maria Montessori qui inclut beaucoup
chaque année :
de ces activités dans la « vie senso­
• un cycle jardinage et découverte de la
rielle ». Je les ai donc extraites pour
faune et de la flore (avec les jardins partagés
les mettre dans cette partie. Pourtant, de la commune) ;
en plus des choses que les ensei­ • un cycle randonnée dans les rues de la
gnants ont l’habitude de faire dans commune et dans la nature ;
le domaine « Explorer le monde », il • un animal de chaque espèce par période
existe des spécificités dans la pédago­ en observation dans la classe ;
gie Montessori. • des activités en plus présentées sous le
même dispositif (l’électricité, les engrenages,
les champs magnétiques, les puzzles des
saisons, les cycles de vie, la pyramide colorée,
les serrures...) ;
• des projets sur les pays du monde (mode
de vie, faune, flore, habitation, nourriture,
langue...) ;
• des rituels sur le temps (calendrier, perles
des jours, date, saisons, anniversaires...) ;
• une observation attentive (reportage
photo) d'un arbre référent avec une chasse
aux indices indiquant les quatre changements
de saison sur les trois années de l’enfant dans
la classe ;
• des germinations.
Ajoutons à cela des projets spécifiques
variant d'une année à l’autre.

204
Le matériel1

• Le globe rugueux
*

• Le globe coloré
*

• Le planisphère
*

• Les puzzles des continents

• Les drapeaux

• Le puzzle de l’Europe

• Le puzzle de la France

• Les contrastes terre et eau

• Prendre soin des plantes


*
(vaporisateur ciseaux, poubelle,
éponge, griffe)

• Le cabinet de botanique et ses cartes

• Des cartes d’images classifiées des animaux


*

• Les livrets renseignés des parties du corps des animaux

I. Le matériel indispensable est indiqué par un astérisque

205
Chronologie des activités2

2. J’affiche cette frise chronologique dans ma classe et j'y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l’imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

206
p Prendre soin des plantes
Objectif ¡connaître tes be
d'une plante et enchaîner

plusieurs actions
Effectif : I enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Un plateau, un tablier; un vaporisateur; des ciseaux, une


éponge sur une coupelle, une poubelle, un arrosoir, une griffe.

La présentation

• Donner le vocabulaire de l’activité : tablier; vaporisateur éponge, poubelle, ciseaux, griffe,


arrosoir
• Enfiler un tablier (toujours en avoir un de taille adulte dans la classe) et remonter ses
manches.
• Vaporiser de l’eau sur les feuilles de la plante. Prendre l’éponge et essuyer délicatement
chaque feuille avec une main pendant que l’autre est dessous pour soutenir la feuille. Inviter
l’enfant à continuer Repérer les feuilles mortes, les montrer à l’enfant, les couper et les mettre
à la poubelle (préciser que seules les feuilles mortes sont coupées). Inviter l’enfant à continuer.
Aérer la terre avec la griffe. Inviter l’enfant à poursuivre.
• Prendre l’arrosoir et arroser délicatement la terre (les racines de la plante). Inviter l’enfant
à terminer
• Vider la poubelle, remplir l’arrosoir et ranger l’activité.

LES PROGRAMMES - Reconnaître les principales étapes


du développement d’un animal ou d’un
- Agir sur la matière, les matériaux naturels
végétal, dans une situation d’observation
ou fabriqués par l’homme
du réel ou sur une image
- Communiquer avec les adultes et avec
- Connaître les besoins essentiels de quelques
les autres enfants par le langage en se faisant
animaux et végétaux
comprendre
— Pratiquer divers usages du langage oral :
raconter évoquer, expliquer; questionner; MONTESSORI
proposer des solutions, discuter un point - Développer la concentration
de vue - Construire la confiance en soi
— Choisir différents outils, médiums, supports - Développer l’attention à la nature
en fonction d’un projet ou d’une consigne
et les utiliser en adaptant son geste

207
P Le cabinet de botanique

nhiectif : connaître
Srents types de
et enchaîner plusieurs a«*0

Le matériel de l’activité

Un cabinet de botanique composé de trois tiroirs


contenants 14 représentations de feuilles.
Trois fois 14 séries de cartes de feuilles (silhouette pleine, trait épais, trait fin).

La présentation

• Nommer l'activité et donner le vocabulaire en montrant les éléments : formes des feuilles
(limbes), plateaux, meubles, cartes.
• Prendre trois limbes différents (triangulaire, linéaire, réniforme). Sortir un limbe avec la main
gauche, en faire le tour avec les doigts de la main droite, le poser hors du plateau, puis faire le
tour de l’encastrement. Ranger le limbe dans son encastrement. Faire la même chose avec les
autres limbes, puis inviter l'enfant à refaire l'activité. Ranger les limbes.
• Petit à petit, faire la même chose avec les autres limbes.
• Une autre fois, donner le vocabulaire à l'enfant (triangulaire, linéaire, réniforme...).

Les variables de différenciation

Il existe une multitude d’activités possibles avec le cabinet de botanique : des mises par paires,
des mises par paires à distance ou avec les cartes, des classifications, des jeux de déduction...
Il est important de comparer les représentations avec les vraies feuilles de la nature. L’impor­
tant est que l'enfant manipule et observe attentivement tous ces limbes pour les appréhender
sensoriellement et les reconnaître dans la nature.

LES PROGRAMMES - Connaître les besoins essentiels de quelques


animaux et végétaux
- Pratiquer divers usages du langage oral :
raconter; évoquer; expliquer questionner
proposer des solutions, discuter un point MONTESSORI
de vue - Développer la discrimination sensorielle
- Classer des objets en fonction de - Construire la confiance en soi
caractéristiques liées à leur forme - Développer l’attention à la nature
- Reconnaître les principales étapes du
développement d’un animal ou d’un végétal,
dans une situation d’observation du réel
ou sur une image

208
I Les puzzles de botanique

Objectif : manipuler
°connaître les différentes

parties d’une plante

C
4
Í
ç
*iÍ
4
C
Le matériel de l’activité c
Trois puzzles : arbre, feuille, fleur
1
<
c
r
La présentation : le puzzle de l’arbre <
2
c
• Nommer l’activité.
f
5
• Sortir les parties du puzzle lentement, puis les remettre à leur place. Inviter l'enfant à faire
t
C
la même chose. "C
• Ensuite, ou une autre fois, donner le vocabulaire à l'enfant (feuillage, branche, tronc, racine...). (
c
2
Les variables de différenciation 4
<

Il est possible de se servir de chaque pièce pour en faire le tour la dessiner et la légender
ensuite.
a
<
<
■ç
s
<
LES PROGRAMMES MONTESSORI _ç
- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle 6
raconter évoquer expliquer questionner - Construire la confiance en soi Í
proposer des solutions, discuter un point - Développer l'attention à la nature C
de vue 1
- Classer des objets en fonction de >
U
caractéristiques liées à leur forme
- Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle
- Reconnaître les principales étapes
du développement d'un animal ou d’un
c
végétal, dans une situation d’observation
du réel ou sur une image
- Connaître les besoins essentiels de quelques
animaux et végétaux

209
Globe rugueux, globe coloré,
* planisphere_

Objectif'.appréhender les
représentations du mond
Effectif : ' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Suivant l’activité, le matériel varie.


Le globe rugueux : un globe lisse avec les continents rugueux.

La présentation : le globe rugueux

• Nommer l’activité.
• Dire ce que c’est : « C’est un globe, il représente notre pla­
nète, la Terre. » Faire toucher globalement le globe à l’enfant
pour qu’il s’imprègne de l’aspect rond et de l’aspect lisse/ru-
gueux.
• Toucher les parties lisses et dire : « Ce qui est lisse représente
l’eau. » Faire toucher l’enfant et lui faire dire : « Eau, c’est l’eau. »
• Toucher les parties rugueuses et dire : « Ce qui est rugueux
représente la terre. » Faire toucher l’enfant et lui faire dire :
«Terre, c’est de la terre. »
Si nécessaire, faire une leçon en trois temps pour s’assurer de la
mémorisation des mots : globe, terre et eau.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter, évoquer expliquer questionner - Construire la confiance en soi
proposer des solutions, discuter un point - Développer la compréhension du monde
de vue
Découvrir des espaces moins familiers

210
Les puzzles de géographie
Objectif : appréhender
les représentations du mond ,
des continents, des pays
et des régions
Effectif:' enfant
Durée : courte

Le matériel de l’activité

Les puzzles peuvent traiter des continents, des drapeaux, de


l’Europe, de la France... Suivant l'activité, le matériel varie.
Puzzle de la France : un puzzle avec les régions.

La présentation : le puzzle du planisphère

• Nommer l'activité.
• Sortir les parties du puzzle lentement, puis les remettre à leur place. Inviter l’enfant à faire
la même chose.
• Ensuite, ou une autre fois, donner le vocabulaire à l’enfant (Asie, Europe...). Préciser le
continent de l’enfant, s’il en connaît d’autres...

Les variables de différenciation

Il est possible de se servir de chaque pièce pour en faire le tour; la dessiner et la légender
ensuite.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter; évoquer; expliquer questionner, - Construire la confiance en soi
proposer des solutions, discuter un point - Développer la compréhension du monde
de vue
- Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
- Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle
- Découvrir des espaces moins familiers

211
I Les contrastes terre et eau

îtefec.gofe/pé™nsUte.>sthm

détroit
Effectif : i enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Un grand plateau, un tablier; deux boules d’argile, un pichet, une éponge, une cuillère à soupe,
une spatule, une serviette, un seau, une bouteille avec de l’eau colorée bleue, six petits plateaux.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Enfiler le tablier, remonter ses manches et verser de l’eau colorée dans le petit plateau de
gauche. Déposer une boule d’argile au fond du deuxième petit plateau.Toucher l’argile et dire
« terre ».toucher l’eau et dire « eau ». Inviter l’enfant à le faire à son tour
• Creuser la boule d’argile avec la spatule pour en faire une cavité, et poser l’argile récupérée
dans le premier plateau rempli d’eau. Avec la cuillère, remplir la cavité. Nommer « île » pour
le premier plateau et « lac » pour le second plateau. Faire une leçon en trois temps pour la
mémorisation du vocabulaire.
• Faire refaire l’activité depuis le début à l’enfant.
• Une autre fois, présenter de la même façon golfe et péninsule. Puis présenter isthme et
détroit.

Les variables de différenciation

Il est possible de refaire les activités sur du papier marron et bleu et de le légender

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter, évoquer; expliquer; questionner, - Construire la confiance en soi
proposer des solutions, discuter un point - Développer la compréhension du monde
de vue - Modeler
- Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
- Reproduire un assemblage à partir
d’un modèle
- Découvrir des espaces moins familiers

212
Les images classifiées des animaux

Objectif : découvrir
des éléments de la nature
non accessibles
Effectif : I enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Une pochette contenant six images d'animaux en double (une série avec le nom de l’animal,
une série sans le nom de l'animal) et six étiquettes avec le nom de l’animal.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Sortir et disposer devant l'enfant en haut et de gauche à droite les six images renseignées
(avec le nom). Demander à l'enfant s’il reconnaît des animaux représentés. Discuter autour de
ces animaux. Donner le nom des autres animaux.
• Sortir les six images non renseignées (sans le nom) et demander à l'enfant de procéder à
une mise par paires, en lui montrant comment placer l’image identique sous l'autre.
• Sortir les six étiquettes portant le nom. Si l’enfant ne sait pas lire, lui montrer comment
procéder à une observation visuelle fine des mots pour retrouver la bonne place de chaque
étiquette.
• Ranger soigneusement chaque groupe d’images et d’étiquettes séparément.

Les variables de différenciation

Il est possible soit de ne sortir que les images renseignées et de discuter autour de celles-ci, soit
de ne sortir que la série des images non renseignées et les étiquettes pour faire lire l’enfant.

LES PROGRAMMES dans une situation d’observation du réel


ou sur une image
- Pratiquer divers usages du langage oral :
- Connaître les besoins essentiels de quelques
raconter; évoquer, expliquer; questionner;
animaux et végétaux
proposer des solutions, discuter un point
de vue
- Classer des objets en fonction de MONTESSORI
caractéristiques liées à leur forme - Développer la discrimination visuelle fine
- Reconnaître les principales étapes du - Construire la confiance en soi
développement d'un animal ou d’un végétal, - Développer l'attention à la nature

213
des activités Montessori

Les puzzles de zoologie

nhiectif î manipuler et
connaître les différentes partes
I

des animaux
I

Le matériel de l’activité

Cinq puzzles : cheval, oiseau, poisson, tortue et grenouille.

La présentation : le puzzle du cheval

• Nommer l’activité.
• Sortir les parties du puzzle lentement, puis les remettre à leur place. Inviter l'enfant à faire
la même chose.
• Ensuite, ou une autre fois, donner le vocabulaire à l’enfant (tête, queue, crinière...).

Les variables de différenciation

Il est possible de se servir de chaque pièce pour en faire le tour, la dessiner et la légender
ensuite.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter évoquer expliquer questionner - Construire la confiance en soi
proposer des solutions, discuter un point - Développer l’attention à la nature et
de vue aux animaux
- Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
- Reproduire un assemblage à partir
d'un modèle
- Reconnaître les principales étapes du
développement d’un animal ou d’un végétal,
dans une situation d'observation du réel
ou sur une image
- Connaître les besoins essentiels de quelques
animaux et végétaux

214
Les parties du corps des animaux

Obiectif: observer et connaître


^rentes parties du corps
les
des animaux

Le matériel de l’activité

Cinq livrets renseignés des parties du corps des animaux : cheval, oiseau, poisson, tortue et
grenouille, et cinq séries de huit cartes et de huit étiquettes issues des livrets.

La présentation : le livret du cheval

• Nommer l'activité.
• Sortir les livrets et observer chaque partie du corps colorisée. Faire nommer à l'enfant ce
dont il se souvient. Nommer le reste en utilisant si nécessaire la leçon en trois temps.
• Sortir les cartes. Les faire placer à l’enfant en dessous de chaque partie colorisée corres­
pondante.
• Sortir les étiquettes et les faire placer à l’enfant en dessous de chaque partie colorisée
correspondante.
• Un autre jour; faire la même chose avec les autres livrets.

Les variables de différenciation

Il est possible soit de ne sortir que les images renseignées et de discuter autour de celles-ci, soit
de ne sortir que la série des images non renseignées et les étiquettes pour faire lire l'enfant.

LES PROGRAMMES - Connaître les besoins essentiels de quelques


animaux et végétaux
- Pratiquer divers usages du langage oral :
raconter; évoquer; expliquer; questionner;
proposer des solutions, discuter un point MONTESSORI
de vue - Développer la discrimination visuelle fine
- Classer des objets en fonction de - Construire la confiance en soi
caractéristiques liées à leur forme - Développer l'attention à la nature et aux
- Reproduire un assemblage à partir animaux
d’un modèle
- Reconnaître les principales étapes du
développement d'un animal ou d’un végétal,
dans une situation d’observation du réel ou
sur une image

215
U
Flotte/coule
<3
v>
<y
-o
Objectif : connaître I
(es propriétés des objet
Effectif : ' enfant
Durée : moyenne

:
| Le matériel de l’activité

Un plateau, un tablier; un bocal plein d’eau, une coupelle avec un pictogramme « flotte », une
coupelle avec un pictogramme « coule », une coupelle avec des objets de différentes matières :
bois, verre, fer, plastique.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Enfiler un tablier (toujours en avoir un de taille adulte dans la classe) et remonter ses
manches.
• Prendre un objet, le laisser tomber dans le bocal plein d’eau. Observer. Faire observer à
l’enfant : « Où est l’objet ? » « Sur l’eau. » Préciser : « Quand il reste au-dessus de l’eau, on dit
qu’il flotte. » Montrer le pictogramme correspondant et y déposer l’objet.
• Prendre un autre objet et le laisser tomber dans le bocal. Observer Faire observer à l’enfant :
« Où est l’objet ? » « En bas ». Préciser : « Quand il tombe au fond de l’eau, on dit qu’il coule. »
Montrer le pictogramme correspondant et y déposer l’objet.
• Inviter l’enfant à terminer l’activité.

Les variables de différenciation

Il est possible de faire beaucoup d’expérimentations puis d’en déduire des principes de fonc­
tionnement : les objets en bois flottent toujours, les objets en fer coulent toujours...

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Agir sur la matière, les matériaux naturels - Développer la concentration
ou fabriqués par l’homme - Construire la confiance en soi
- Communiquer avec les adultes et avec - Développer l'attention au fonctionnement
les autres enfants par le langage en se faisant du monde
comprendre
- Pratiquer divers usages du langage oral :
raconter évoquer expliquer questionner
proposer des solutions, discuter un point
de vue

216
Construire les premiers outils
pour structurer sa pensée
Mathématiques

rogressivement, l’enfant entre dans le monde de l’abstraction. Il arrive à se faire des


P représentations mentales des choses qu’il ne peut pas appréhender directement.
Les mathématiques vont lui permettre, tout en s'appuyant sur des choses concrètes et
matérielles, de développer cette capacité d’abstraction.

Entre Biaise Pascal et Stanislas Dehaene, il y a plus de trois cents ans d’écart. Pourtant,
ils s’accordent à dire que le propre de l'être humain est de posséder des facultés
mathématiques. Dès la naissance, l’enfant a cette capacité de comparaison, d'ordre,
d’exactitude, de répétition et cette intuition
mathématique. Maria Montessori ajoute à cela r
..— ■ ---------------- - —---------- -,
« Si l’homme n’avait pas
l’abstraction et l'imagination qui permettent la possibilité d’imaginer et
ensuite de construire l’esprit mathématique.1 d’abstraire, /7
il ne
ne serait pas
serait pas
Maria Montessori, en tant que scientifique, a intelligent2., »»
intelligent'
beaucoup développé le matériel de mathéma- Maria Montessori
tiques conçu par Édouard Seguin3. J
v---- --------------- ----------------- '

Ce matériel, pensé pour aborder progressivement les notions mathématiques, est


encore tout à fait actuel. En en modifiant légèrement les présentations, on retrouve
les attentes institutionnelles et les préconisations récentes4. Afin de respecter les pro­
grammes de l'Éducation nationale, toutes les présentations relatives aux nombres supé­
rieurs à 30 ne seront pas abordées.

MES PRATIQUES
LES ACTIVITÉS DES ÉLÈVES
Pour être au plus près des programmes et des besoins des élèves, j’ajoute
régulièrement d’autres activités : des comparaisons de collections, des créations
de collections témoin, des jeux mathématiques...
Cependant, le matériel de mathématiques développé dans la pédagogie Montessori est si
complet et va si loin que les élèves dépassent largement les demandes institutionnelles
en matière de numération et de manipulation de quantités et de nombres.

1. Maria Montessori, L’Esprit absorbant de l’enfant.

2. Ibid.
3. Édouard Seguin, Traitement moral, hygiène et éducation des idiots.

4. Rémi Brissiaud.

217
Le matériel5

Les chiffres rugueux


*

Les barres numériques


*

' Les fuseaux


*

Les tickets de mémoire


*

Le serpent de l’addition

Le porte-perles de I I à 19

La table de Seguin n° I

La table d’addition

U.

O
Q.

3
O

5. Le matériel indispensable est indiqué par un astérisque.

218
Chronologie des activités6

6. J’affiche cette frise chronologique dans ma classe et j'y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l’imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

219
Dix barres (de 10 à 100 cm), mais découpées en segments de
10 cm colorés alternativement en rouge et en bleu.

• Nommer l'activité.
i Apporter toutes les barres et les déposer aléatoirement sur le tapis. Faire ranger les barres
de la plus longue (en haut à gauche) à la plus courte, en les alignant sur le bord du tapis gauche
et en commençant toujours par le rouge.
Prendre la plus petite barre. La toucher entièrement et dire : « Un, c’est un. » Inviter l’enfant
à le faire.
Prendre la barre suivante. Commencer à gauche, suivre la partie rouge et dire « Un », puis
continuer sur la partie bleue et dire « Et encore un : deux, c’est deux ». Inviter l’enfant à le
faire à son tour.
• Procéder de la même manière pour la barre du trois.
® Faire une leçon en trois temps avec les trois premières barres pour s’assurer de la mémo­
risation de l’enfant.
Un autre joue faire la même chose pour les trois barres suivantes, puis pour les quatre res­
tantes en s’assurant de la mémorisation des premières.

Vient ensuite un long travail d’association des symboles (chiffres) avec les quantités (barres
numériques), seul et à deux, à distance (voir « exemple de programmation », p. 1457).

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Lire les nombres écrits jusqu'à 10 - Développer le dénombrement des quantités
jusqu’à 10
- Construire la confiance en soi
- Développer l'intelligence et l'esprit
mathématique

7. L'intégralité de la séquence et des séances de « La construction du nombre » sont téléchargeables sur


le site www.esf-scienceshumaines.fr (voir p. 4, pour plus de précisions).

220
1

Les chiffres rugueux

Obiectif: observer et intégrer


°b “ Jugent les chiffres
sensoriellement

Le matériel de l’activité

Neuf chiffres rugueux de I à 9.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Sortir un chiffre choisi par l’enfant. Toucher avec l’ensemble de sa main le chiffre8. Suivre
l’écriture du chiffre avec ses doigts en disant son nom « 3 ». Le refaire plusieurs fois, puis les
yeux fermés. Inviter l’enfant à faire toutes ces étapes à son tour.
• Sortir un autre chiffre choisi par l'enfant et renouveler l'activité. Sortir un troisième chiffre
choisi par l’enfant et refaire l’activité.
• Faire une leçon en trois temps pour la mémorisation de ces trois chiffres.
4 Un autre jour, faire la même chose avec trois autres chiffres, après avoir vérifié la connais­
sance des trois premiers appris. Idem pour les trois restants.

Les variables de différenciation

Il est possible ensuite de demander à l’enfant de classer les chiffres dans l’ordre de la comptine
et de les écrire dans le sable ou sur une ardoise.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Lire les nombres écrits jusqu’à 10 - Introduction des 9 symboles mathématiques
des chiffres
- Construire la confiance en soi
- Développer l'intelligence et l’esprit
mathématique

8. Méthode d'Édouard Gentaz d'approche multisensorielle.

221
Les fuseaux
Objectif : concevoir
des quantités en fonction
des symboles
Effectif : I enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Une boîte à fuseaux ( 10 compartiments de 0 à 9) et un panier contenant 45 fuseaux (bâton­


nets de bois), une boîte de 8 petits élastiques.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Placer la boîte compartimentée devant l'enfant, et le panier des fuseaux avec les élastiques
à sa droite. Demander à l’enfant de restituer le nom des symboles (de I à 9, le 0 sera appris
lors de cette activité).
• Montrer le chiffre I, demander à l’enfant : « Qu’est-ce que c'est ? » « Un. » Prendre un
fuseau avec sa main droite et le placer dans la paume de sa main gauche en disant « Un ».
Fermer la main et dire « Un ». Puis le poser dans le compartiment du I.
• Montrer le chiffre 2, demander à l’enfant : « Qu’est-ce que c’est ? » « Deux. » Prendre un
fuseau avec sa main droite et le placer dans la paume de sa main gauche en disant « un ».
Puis prendre un autre fuseau, le placer dans sa paume avec le premier et dire « Et encore
un : deux ». Fermer la main et dire « Deux ». Prendre un élastique, le passer autour des deux
fuseaux et les placer dans le compartiment du 2.
• Faire la même chose avec les autres chiffres. Lorsque l'enfant éprouve l'envie de continuer
l’activité, le laisser faire en s'assurant qu'il compte lorsqu’il pose le fuseau dans sa paume.
• À la fin de l’activité, il n’y a plus de fuseau.
• Montrer le 0 et dire : « C’est zéro. Zéro, ce n’est rien. » Faire taper trois fois dans ses mains
puis zéro fois... Jouer à éprouver la notion de rien.

LES PROGRAMMES - Quantifier des collections jusqu’à 10 au


moins ; les composer et les décomposer
- Réaliser une collection dont le cardinal
par manipulations effectives
est donné
- Parler des nombres à l'aide de leur
- Utiliser le dénombrement pour constituer
décomposition
une collection d'une taille donnée
- Lire les nombres écrits jusqu'à 10
- Mobiliser des symboles écrits pour
communiquer des informations orales
ou écrites sur une quantité MONTESSOR1
- Avoir compris que le cardinal ne change pas - Construire les concepts de nombre
si on modifie la disposition spatiale et de quantité
ou la nature des éléments - Construire la confiance en soi
- Avoir compris que tout nombre s’obtient - Développer l’intelligence et l'esprit
en ajoutant un au nombre précédent et mathématique
que cela correspond à l'ajout d'une quantité
sur la quantité précédente

222
| Les jetons
Objectif construire des quantités
I

caractéristiques (pa.retmq
Effectif: I enfant
mirée ztrès longue

Le matériel de l’activité

Une boîte contenant 10 chiffres de I à 10 et 55 jetons.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Sortir tous les chiffres et les ranger dans l'ordre croissant de gauche à droite en haut du tapis.
® Montrer le I, demander à l’enfant : « Qu'est-ce que c’est ? » « Un. » Sortir un jeton et le
placer sous le chiffre I, en disant « Un ».
Montrer le 2, demander à l’enfant : « Qu’est-ce que c’est ? » « Deux. » Sortir un jeton et le
placer sous le chiffre 2, en disant « Un », puis sortir un deuxième jeton et le poser à côté du
premier et dire « Et encore un, deux ».
• Procéder de la même façon pour les autres chiffres, en prenant garde à alterner les range­
ments par deux pour les chiffres pairs et les rangements par deux plus un, au milieu en dessous,
pour les chiffres impairs. Laisser faire l'enfant lorsqu'il est prêt à poursuivre seul.
. Lorsque tous les jetons sont en place, demander à l'enfant si on peut faire passer son doigt
face au jeton un : « Non. » Puis entre les jetons deux : « Oui. » Le passer et relever le chiffre...
Faire la même chose pour tous les chiffres. Les nombres pairs sont donc en hauteur par rapport
aux nombres impairs. Les faire nommer à l'enfant. Puis lui dire que ce sont des nombres pairs,
car il fonctionne par deux, comme des paires de gants ou des paires de chaussettes... Deman­
der à l'enfant de trouver d’autres choses qui vont par paire. Puis faire nommer les nombres
impairs et lui dire que ce sont des nombres impairs, car ils ne fonctionnent pas par deux.
• Enfin, montrer chacun des nombres à l'enfant et lui demander s’il est pair ou impair.

LES PROGRAMMES - Quantifier des collections jusqu'à 10 au moins ;


les composer et les décomposer
- Réaliser une collection dont le cardinal est donné
par manipulations effectives
- Utiliser le dénombrement pour comparer
- Parler des nombres à l'aide de leur décomposition
deux quantités, pour constituer une collection
- Lire les nombres écrits jusqu’à 10
d'une taille donnée
- Mobiliser des symboles écrits pour communi­
MONTESSORI
quer des informations orales sur une quantité
- Avoir compris que le cardinal ne change pas - Développer la composition des quantités
si on modifie la disposition spatiale jusqu’à 10
ou la nature des éléments - Construire la confiance en soi
- Avoir compris que tout nombre s’obtient - Développer l’intelligence et l'esprit
en ajoutant un au nombre précédent et mathématique
que cela correspond à l’ajout d'une quantité
sur la quantité précédente

223
P Les tickets de mémoire

Objectif : renforcer
te concept de nombre
et aborder la notion dunrte

Effectif : 3 enfants
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Une boîte contenant les I I chiffres de 0 à 10, imprimés sur des morceaux de papier pliés.

La présentation

• Nommer l'activité.
• Demander aux enfants de prendre chacun un papier; de lire le nombre écrit dessus, de poser
le papier sur la table et d'aller dans la classe chercher ce qu'il y a d’écrit.
Lorsqu'ils reviennent, leur demander ce qu'il y avait sur le papier; et ce qu’ils ont apporté.
Ainsi l'enfant est obligé de définir l’unité de ses quantités : « six cubes » ou « trois crayons »...
Refaire plusieurs fois l’activité, puis proposer à un enfant de prendre votre place, les laisser
réaliser l’activité.

LES PROGRAMMES - Quantifier des collections jusqu'à 10


au moins ; les composer et les décomposer
- Réaliser une collection dont le cardinal
par manipulations effectives
est donné.
- Parler des nombres à l'aide de leur
- Utiliser le dénombrement pour comparer
décomposition
deux quantités, pour constituer une collection
- Lire les nombres écrits jusqu'à 10
d'une taille donnée
- Mobiliser des symboles écrits pour
communiquer des informations orales MONTESSORI
sur une quantité - Développer la composition des quantités
- Avoir compris que le cardinal ne change jusqu'à 10
pas si on modifie la disposition spatiale - Construire la confiance en soi
ou la nature des éléments - Développer l’intelligence et l’esprit
- Avoir compris que tout nombre s'obtient en mathématique
ajoutant un au nombre précédent et - Développer la notion d'unité
que cela correspond à l'ajout d'une quantité
sur la quantité précédente

224
Le serpent de l’addition
Objectif -.développer la notion |

de composition de drame
Effectif : I enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Une boîte contenant des dizaines en perles dorées, des perles colorées de I à 9, un cavalier;
des modèles de serpent coloré simple.

La présentation

• Nommer l’activité. Présenter les perles colorées, faire compter chaque quantité à l'enfant.
• Expliquer l’activité : « Nous allons réaliser un serpent coloré avec les perles en suivant le
modèle, et ensuite, nous allons le transformer en serpent doré. »
• À partir du premier modèle, réaliser le serpent coloré.
• A l'aide du cavalier; dénombrer les perles colorées jusqu'à 10. Poser le cavalier au niveau
du 10. Prendre une dizaine et la poser devant les 10 perles que vous venez de compter Vérifier
l'équivalence. Enlever les perles colorées (dans un compartiment de la boîte) et laisser la dizaine.
Renouveler l'opération avec les 10 perles suivantes. Puis inviter l’enfant à poursuivre l’activité.
• Lorsque le serpent est devenu doré (que des dizaines), reposer les perles colorées en paral­
lèle du serpent pour vérifier que les serpents sont identiques.
• Ranger les perles. Et inviter l’enfant à poursuivre l'activité sans vous avec le modèle n° 2.

Les variables de différenciation

Il est possible de faire compter l'enfant de 10 en 10, une fois le serpent terminé pour connaître
rapidement la taille du serpent d’origine.
Ensuite, l’enfant peut réaliser des serpents sans modèle en lui présentant les perles noires et
blanches qui se substituent provisoirement à la non-égalité à 10.

LES PROGRAMMES - Parler des nombres à l’aide de leur


décomposition
- Réaliser une collection dont le cardinal est donné
- Utiliser le dénombrement pour comparer deux
quantités, pour constituer une collection d'une MONTESSORI
taille donnée - Développer la composition des quantités
- Avoir compris que le cardinal ne change pas si jusqu'à 10
on modifie la disposition spatiale ou la nature - Construire la confiance en soi
des éléments - Développer l'intelligence et l’esprit
- Quantifier des collections jusqu’à 10 au mathématique
moins ; les composer et les décomposer - Développer la notion d’égalité à 10
par manipulations effectives

225
des activités Montessori

i
Objectif : développer
matnematiques

ta notion de composition
des nombres de a
Effectif:' enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

construire les premiers outils pour structurer sa pensee

Un porte-perles de 11 à 19 avec les perles correspondantes (9 dizaines et les perles de I à 9),


les nombres II à 19.

La présentation

• Nommer l’activité.
® Expliquer l'activité : « Nous allons fabriquer les nombres
de II à 19.»
© Présenter les nombres de I I à 19, et vérifier que l’enfant
les connaît et qu'il sait les ranger dans l'ordre.
• Placer au-dessus du porte-perles le nombre I I. Prendre une dizaine et l’accrocher en
dessous du nombre I I et dire « 10 », puis prendre une perle, l’accrocher à la droite de la
dizaine et dire « 1, 10 et I, ça fait I I » en pointant tour à tour les chiffres sur le nombre et la
représentation avec les perles colorées.
• Procéder à l’identique pour les autres nombres, en laissant faire l’enfant quand il a compris.

Les variables de différenciation

Il est possible de faire surcompter l’enfant à partir de la dizaine « 10, I I et 12 ».

LES PROGRAMMES - Parler des nombres à l'aide de leur


décomposition
- Réaliser une collection dont le cardinal
est donné
- Utiliser le dénombrement pour comparer MONTESSORI
deux quantités, pour constituer une collection - Développer la composition des quantités
d'une taille donnée jusqu’à 19
- Avoir compris que le cardinal ne change pas - Construire la confiance en soi
si on modifie la disposition spatiale - Développer l’intelligence et l'esprit
ou la nature des éléments mathématique
- Quantifier des collections jusqu’à 10
au moins ; les composer et les décomposer
par manipulations effectives

226
La table de l’addition avec ses barres rouges et ses barres bleues, un cahier d'addition, un
crayon et une gomme, une table de contrôle.

La présentation

• Nommer l'activité.
4 Expliquer l’activité : « Nous allons faire des calculs, des additions, puis trouver un résultat et
le noter dans ce cahier »
• Mettre en place la table d’addition avec les barres rouges rangées dans l’ordre croissant de
haut en bas, à gauche de la table d'addition et les barres bleues rangées dans l’ordre croissant
de haut en bas, à droite de la table d'addition.
Demander à l'enfant quelle addition il veut faire : « 3 + 4 ». Prendre la barre bleue du 3 et la
poser sur la table d'addition. Prendre la barre rouge du 4 et la poser à la suite de la barre bleue.
Montrer à l'enfant où lire le résultat (au-dessus de la fin de la barre). L’inviter à lire le résultat
« 7 ». Reformuler «3 + 4 = 7». Faire d’autres additions en exemple.
• Lorsqu’il a compris le principe, demander à l’enfant de choisir une table d’addition sur son
carnet et de la faire en inscrivant les résultats des additions.
• Montrer à l'enfant comment vérifier son travail sur la table de contrôle.

Les variables de différenciation

Il est possible ensuite, de faire rechercher toutes les façons de composer un nombre donné.

LES PROGRAMMES - Parler des nombres à l'aide de leur


décomposition
- Réaliser une collection dont le cardinal
est donné.
- Utiliser le dénombrement pour comparer MONTESSORI
deux quantités, pour constituer une collection - Développer la composition des quantités
d'une taille donnée jusqu’à 19
- Avoir compris que le cardinal ne change - Construire la confiance en soi
pas si on modifie la disposition spatiale - Développer l’intelligence et l'esprit
ou la nature des éléments mathématique
- Quantifier des collections jusqu'à 10 au
moins ; les composer et les décomposer
par manipulations effectives

227
7 ■■■■■■■■■■
Mobiliser le langage dans toutes
■ ses dimensions

Langage et graphisme
a priorité de l’école maternelle est le développement du langage. Comment se passe
L cet apprentissage dans la pédagogie Montessori ?

Maria Montessori était italienne, mais elle a enseigné dans le monde entier en adap­
tant son matériel de langage aux différentes langues. Cependant, il existe cer­
taines spécificités françaises non abordées par Maria Montessori. Agnès Putoud1
a développé une progression dans l’acquisition et le développement de la langue fran­
çaise. Ces deux apports vont permettre d'accompagner l’enfant dans sa connaissance
de l’oral et de l'écrit.

En développant le langage de l'enfant à travers les activités de « vie pratique », de


« développement sensoriel » ou des autres activités, l’adulte offre la possibilité à l'enfant
d'enrichir son vocabulaire et donc de s'exprimer, lui donnant par là même la capacité de
devenir un être autonome et réfléchi.

Le langage permet avant tout de devenir


« Le langage est l’instrument un être social. Les Instructions officielles font
de la pensée commune2. » une priorité du développement du langage à
Maria Montessori l’école maternelle, car c’est la clé de la sociali­
_____________________ J
sation et de l'unicité de la population.

Contrairement au langage oral qui s'ap­


prend grâce à l’immersion et aux inter­
actions langagières, le langage écrit (lec­
ture et écriture) répond à des codes qui
doivent être explicitement présentés.
La lecture comme l’écriture demandent
une suite d'opérations complexes (discri­
mination visuelle, décodage à l’aide des
sons, reconstitution de la chaîne parlée
puis recherche du sens ou discrimination
auditive, encodage à l'aide des lettres,
puis mouvements de tracés). Ces étapes

1. Formatrice Montessori à l'association « La Pédagogie Montessori aujourd'hui ».


2. Maria Montessori, Éducation pour un monde nouveau.

228
doivent être abordées progressivement QUESTION FRÉQUENTE
pour permettre à l’enfant de construire
cet apprentissage. Dans la pédagogie Montessori,
il n’y a plus de travail en groupe
Toutes les occasions d’accueillir ou de
ni de regroupement ?
faire produire du langage oral à l'enfant
Comme dans l’enseignement
sont à saisir pour enrichir et complexi­
traditionnel, des groupes de langage,
fier ce langage oral, base de la commu­
des débats d’idées, des explicitations
nication et du langage écrit. D’abord en de sentiments à partir d’œuvres, des
situation duelle, puis en petits groupes et récits sont réalisés avec les enfants afin
enfin en groupe classe, la parole de l’en­ de leur faire vivre différentes fonctions
fant est soutenue, reformulée, enrichie du langage.
par l'adulte et les autres enfants dans un Les regroupements avec des lectures
climat serein et bienveillant. Car pour d’histoires, des chants, des comptines,
que l’enfant ose s'exprimer; il lui faut un des jeux mathématiques sont
cadre rassurant et encourageant, et ce, conservés afin de préserver cette
quel que soit son niveau de langage ou culture commune à la classe qui
sa langue d’origine. se transmet au fil des trois ans.
Le travail personnalisé ne prend pas
L'adulte est le modèle tant dans son tout le temps de la vie de la classe,
timbre de voix, sa syntaxe, son vocabu­ et la vie en groupe avec ses règles,
laire (le plus précis et spécifique pos­ ses attentes, ses frustrations, mais aussi
sible) que par sa relation et son atten­ ses apports culturels, son entraide et
tion aux autres. Il est à l’écoute, mais son développement social fait partie
instaure aussi le dialogue, présente des intégrante de la vie de la classe.

résolutions de conflits (en jouant des Un travail autour de la littérature


saynètes ou sur le vif d’une situation) jeunesse est aussi mené pour
et veille à ce qu’aucun enfant ne reste à développer la culture littéraire.

l’écart ou ne prenne trop de place.

Par l'écriture, l’enfant peut laisser une trace de sa pensée. Pour pouvoir écrire, il travaille
en amont sa motricité fine à l’aide des activités de « vie pratique » et de « dévelop­
peront sensoriel ».

L'enfant apprend le geste de chaque


« L’enfant ne se perfectionnera pas
lettre avec les lettres et digrammes
en répétant les gestes de l’écriture,
rugueux. Et il peut composer des
mais en répétant les gestes
mots phonétiques, sans souci du
geste, à l’aide de l’alphabet mobile préparatoires à l’écriture. »
(voir « Les lettres3 rugueuses », p. Maria Montessori
\__ ____________ J
234 et « L'alphabet mobile », p. 236).

3. Maria Montessori, Pédagogie scientifique.

229
À la suite de l’écriture, l’enfant se met à
vouloir déchiffrer ce qu’il a produit, puis MES PRATIQUES
ce que les autres ont écrit. Grâce à la LES ACTIVITÉS LANGAGIÈRES
lecture, il accède à une culture infinie :
la pensée des autres sans leur présence. Au quotidien dans la classe,
un travail est fait au niveau de
Dans toutes les activités présentées,
l’écoute et de la prononciation :
l'enfant a pris l’habitude de travailler de
haut en bas et de gauche à droite. Il va jeux de sonorités ;

connaître le son de chaque lettre grâce = loto des bruits ;


aux lettres et digrammes rugueux, puis • écoutes musicales ;
apprendre à fusionner les sons pour • reconnaître son prénom épelé
accéder au mot et à son sens (voir « Les par syllabes ;
lettres ou digrammes rugueux », p. 234 et reconnaître son prénom épelé
« La boîte d'objets », p. 237). par les sons ;
• chants ;
Une fois l’enfant encodeur et décodeur;
son langage connaît une explosion. Il peut • comptines ;
prendre son envol, riche de la capacité ■ rimes ;
d’exister hors du temps. ° allitérations ;
• saynètes...
Par respect pour les programmes, l’étude
des sons complexes ne sera pas abordée.

Le matériel4

Une bibliothèque
* Un plateau de sable

*
Des histoires à raconter La boîte d’objets : lecture n° I *

Des images à classifier


* Des ardoises
*

Le jeu des sons


* Des images séquentielles
*

Les lettres rugueuses


* *
Des mots à lire (pochettes vertes)

Les formes à dessin


* Des ordres à lire (verts)

L’alphabet mobile
*

4. Le matériel indispensable est indiqué par un astérisque.

230
Chronologie des activités’

Les activités au-dessus de la ligne correspondent au langage oral. Les activités en dessous de la ligne correspondent à la graphie.

I. J'affiche cette frise chronologique dans ma classe et j'y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l'imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

231
Objectif : enrichir
le vocabulaire
Effectif : I enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Une pochette contenant six images en double (une série avec


le nom de l’objet, une série sans le nom de l'objet) et six éti­
quettes avec le nom de l'objet.

La présentation

S Nommer l’activité.
Sortir et disposer devant l'enfant en haut et de gauche à droite les six images renseignées
(avec le nom). Demander à l'enfant s'il en reconnaît. Discuter autour de ces représentations
d’objets : « Qu’est-ce que c'est ? A quoi ça sert ? En as-tu déjà vu ? », etc. Donner le nom des
autres objets.
• Ranger soigneusement les images.

Les variables de différenciation

Il est possible de faire une mise par paires ou une discrimination visuelle fine avec les étiquettes.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle fine
raconter évoquer expliquer questionner - Construire la confiance en soi
proposer des solutions, discuter un point - Développer le langage
de vue
- Classer des objets en fonction de
caractéristiques liées à leur forme
- Manifester de la curiosité par rapport à l'écrit

232
r

Le jeu d’analyse des sons

Objectif: discriminer les sons i


de la langue
Effectif : 4 enfants
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Une grande boîte contenant des objets connus de


l’enfant et contenant le plus possible de phonèmes différents (tortue, caméléon, marteau, vis,
aubergine, éléphant, asticot...).

La présentation

Nommer l’activité.
• Sortir et disposer devant les enfants en haut et de gauche à droite quatre objets commen­
çant par des sons distincts. Les faire nommer par les enfants.
< Dire ce que l’on va faire : « Chacun votre tour; vous allez deviner quel objet je regarde.
Je vais vous donner un indice. »
• Commencer par l’enfant de gauche et dire : « Je vois un objet dont le nom commence par le
son [a]. Peux-tu me le montrer ? Connais-tu d’autres choses qui commencent par le son [a] ? »
• Faire la même chose avec les autres enfants et les autres objets.

Les variables de différenciation

Faire cette activité le plus souvent possible. Puis chercher le son de fin de mot, le son du
milieu...

LES PROGRAMMES - Reformuler pour se faire mieux comprendre


- Repérer des régularités dans la langue à l'oral
- Communiquer avec les adultes ou les
en français
autres enfants par le langage en se faisant
- Manipuler des syllabes
comprendre
- Discriminer des sons
- Pratiquer divers usages du langage oral :
raconter décrire, évoquer expliquer
questionner proposer des solutions, discuter MONTESSORI
un point de vue - Développer la discrimination visue le fine
- S'exprimer dans un langage syntaxiquement - Construire la confiance en soi
correct et précis - Développer le langage

233
MoX'Xi
des ac7jvités

Les lettres ou digrammes rugueux


Langage et graphisme —

Obiectif: associer graphèmes


° phonèmes par une approche

multisensonelle

Le matériel de l’activité

Suivant l’activité, le matériel varie.


Les lettres rugueuses : les 26 lettres de l'alphabet en cursives, réalisées en papier de verre et

collées sur des planches en bois peintes (consonnes en bleu, voyelles en rouge, ou inversement
User le langage dans toutes ses dimensions

en lien avec l'alphabet mobile).

La présentation

• Nommer l’activité.
• Sortir trois lettres du prénom de l’enfant, dont une voyelle
(exemple s, a et r). Demander à l'enfant : « Qu’est-ce que tu
entends au début de Sarah ? » « [s] » « Connais-tu d'autres
mots qui commencent par [s] ? » Prendre la lettre 5 et dire à
l'enfant : «Voici la représentation du son [s], c’est la façon de
l'écrire, la lettre s. »
Q Inviter l’enfant à toucher l’ensemble de la lettre. Tracer la
lettre en passant deux doigts sur le rugueux et dire [s]. Inviter
l’enfant à le faire à son tour plusieurs fois, puis les yeux fermés.
Faire la même chose avec les lettres suivantes. Puis faire une
leçon en trois temps pour ces trois lettres.
C Une autre fois, choisir trois autres lettres, jusqu’à faire les 26.

Zo Les variables de différenciation


E
Ensuite, l'enfant peut aller tracer les lettres dans le sable ou sur une ardoise.
0
LES PROGRAMMES MONTESSORI
- Manifester de la curiosité par rapport à l'écrit - Développer la discrimination visuelle fine
- Reconnaître les lettres de l'alphabet - Construire la confiance en soi
- Repérer des régularités dans la langue à l'oral - Développer le langage
en français
- Discriminer des sons

234
Les formes à dessin
I____________________

Objectif : affinere geste

SïïS.,»-
*
Le matériel de l’activité

Deux supports de formes à dessin composés de 10 formes


géométriques différentes et un plateau de présentation des
formes à dessin avec des feuilles.
Dans la classe, des pots de crayons de couleur bien taillés (un pot par couleur).

La présentation

• Nommer l’activité.
• Sur le plateau, poser une feuille, trois crayons et une forme à dessin avec son encastrement.
® Poser l’encastrement sur la feuille. En faire précisément le tour avec le crayon. Prendre la
forme et la poser sur la trace réalisée. Ranger la forme dans son encastrement. En faire le tour
avec un autre crayon. Prendre le troisième crayon et remplir la forme de traits verticaux de
gauche à droite et de haut en bas. Le bras est posé sur la table, seuls les doigts et le poignet
bougent2.
Ranger le matériel et inviter l’enfant à faire l’activité.
• Une autre fois, refaire cette activité en remplissant la forme d’un trait sinusoïdal ininter­
rompu.
• Puis, refaire l’activité en coloriant la forme.

Les variables de différenciation

Ensuite, l’enfant peut jouer à superposer les tracés pour développer son imagination et créer
des oeuvres complexes.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Savoir nommer quelques formes planes - Développer la discrimination visuelle fine
- Reproduire, dessiner des formes planes - Construire la confiance en soi
- Affiner sa gestuelle conduisant à la maîtrise
des tracés de base de l’écriture
- Affiner sa coordination oculo-manuelle
- Tenir correctement son crayon

2. Enrichi par la méthode d’écriture de Danièle Dumont.

235
; or i
des activités Montes
P

| L’alphabet mobile
Langage et graphisme —

Objectif, produire del'écnt


purtXÏ^PlusieUr5f°iS

Le matériel de l’activité

Les 26 lettres de l'alphabet en cursives, réalisées en bois


peint (consonnes en bleu, voyelles en rouge, ou inversement

en lien avec les lettres rugueuses) en six exemplaires de chaque.


dans toutes ses dimensions

La présentation

• Nommer l’activité.
• Faire dire à l'enfant le son des lettres qu'il connaît.
Lui dire : « Tu vas écrire avec ces lettres. Que souhaites-tu
écrire ? » « Papa. »
® Placer la boîte en haut à gauche du tapis. Dire [p] en sortant la
lettre p. La poser sur le tapis devant l’enfant. Dire [a] en sortant
la lettre o. La poser sur le tapis à côté du p.
• Inviter l’enfant à terminer le mot : papa.
se langage

• Inviter l’enfant à écrire d’autres mots. Puis ranger le matériel.

Les variables de différenciation


mobiliser

Il est possible de proposer des images (dictées muettes) à l'enfant pour lui donner des idées
de mots à écrire. On peut aussi présenter à l'enfant l'écriture d'une phrase avec l’espacement
entre les mots.
Un jour; l’enfant voudra savoir ce qu’il a écrit et lira sa production.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit - Développer la discrimination visuelle fine
- Reconnaître les lettres de l'alphabet - Construire la confiance en soi
- Repérer des régularités dans la langue à l’oral - Développer le langage
en français
- Discriminer des sons
- Ecrire seul un mot en utilisant des lettres

236
La boîte d’objets :
la première lecture

Objectif : fusionner les »ns


Effectif : 1 enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Une boîte contenant des objets constitués de sons simples


(épi, vis, vélo, moto, bébé, sac, car..
Des étiquettes, un stylo.

La présentation

• Nommer l’activité.
• Faire nommer les objets à l'enfant.
: Lui dire : « Je vais écrire le nom d’un objet et tu vas dire quel objet c’est. »
Écrire devant l’enfant, lentement et sans attacher les lettres du mot : s (l’inviter à dire le son
[s]), a (l'inviter à dire le son [a]), c (l’inviter à dire le son [k]).
< Inviter l’enfant à redire le son de chaque lettre. Puis de plus en plus vite. Enfin, l’enfant va
entendre le mot sac.
Poser l’étiquette sous l'objet.
• Refaire l’exercice avec les autres objets.
• Une fois tous les mots placés, mélanger les étiquettes et laisser l’enfant recommencer
• Conclure : « Ce que tu viens de faire, c’est lire. »

Les variables de différenciation

Par la suite, l’enfant utilisera des étiquettes plus petites pour pouvoir refaire cette activité seul.
Puis des étiquettes en script.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit - Développer la discrimination visuelle fine
- Reconnaître les lettres de l’alphabet - Construire la confiance en soi
- Repérer des régularités dans la langue à l'oral - Développer le langage
en français
- Discriminer des sons

237
| Les mots à lire3

Objectif î'ire les mots


d’images
Effectif : ' enfant
Durée : longue

Le matériel de l’activité

Une série de 12 pochettes vertes contenant chacune 8 images d’objets et les 8 étiquettes de
mots composés de sons simples mais progressivement de plus en plus difficiles.

La présentation

• Nommer l'activité.
< Faire nommer les images à l’enfant.
• Lui dire : «Tu vas lire le nom d’un objet et tu vas mettre
l’étiquette sous l’image. »
« Accompagner l'enfant dans son décodage et sa fusion de
sons pour trouver le mot. Puis le laisser poser l'étiquette.
• Faire la même chose pour les autres noms.
• Une prochaine fois, lui présenter les autres pochettes.

Les variables de différenciation

Par la suite, l’enfant utilisera des étiquettes en écriture script.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Manifester de la curiosité par rapport à l’écrit - Développer la discrimination visuelle fine
- Reconnaître les lettres de l’alphabet - Construire la confiance en soi
- Repérer des régularités dans la langue à l'oral - Développer le langage
en français
- Discriminer des sons

3. Matériel développé par Agnès Putoud.

238
Agir, s’exprimer, comprendre
I à travers les activités artistiques
Art

e langage permet l’entrée dans la culture humaine et les relations sociales ; l’art ajoute
L encore d’autres richesses.

Pour Maria Montessori, on devient humain par son entrée dans la culture. Une des
grandes missions de la société est d’éduquer chaque enfant et de lui permettre cet
accès à la culture commune, celle qui fait la société.

Lors des activités de la « vie pratique » et de la « vie sensorielle », la main et les sens
ont été préparés, aiguisés, éduqués. Maria Montessori, en cherchant à développer le
potentiel de chacun, pense également au potentiel artistique de l’enfant. Son objectif est
que l’enfant ait « un œil qui voit, une main qui agit et une pensée pour réfléchir ».

MES PRATIQUES
LES ACTIVITÉS ARTISTIQUES DES ÉLÈVES
Pour compléter les activités proposées par la pédagogie Montessori, sont présentes
dans la classe d’autres activités qui s'intégrent au dispositif : des pochoirs ;
un poinçon ; des craies grasses ; des feuilles de calque ; des empreintes ; des compositions
en volume...
Mais j’organise aussi des projets artistiques par période pour étudier des œuvres
collectivement, afin de développer une culture commune de classe et enrichir
les connaissances culturelles des enfants.

Le matériel 1

• La boîte des couleurs primaires (n° I)


* • Les images classifiées artistiques
• La boîte des couleurs secondaires • Les boîtes à bruits
*
*
(n° 2) • Les clochettes
• Les dégradés de couleurs (n° 3)
* • La peinture libre
*

I. Le matériel indispensable est indiqué par un astérisque.

239
Chronologie des activités2

2. J’affiche cette frise chronologique dans ma classe et j'y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l'imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4. pour plus de précisions).

240
Le matériel de l’activité

Il y a trois boîtes des couleurs : primaires, secondaires et dégradés. Suivant l'activité choisie, le
matériel varie.
La boîte des couleurs secondaires : une boîte contenant I I paires de tablettes représentant
les couleurs primaires et secondaires (bleu, rouge, jaune, vert, orange, violet, rose, marron, gris,
noir et blanc).

La présentation : les couleurs secondaires

• Nommer l’activité.
• Étaler les 22 tablettes de couleur de gauche à droite devant l’enfant. Vérifier s’il connaît
toutes les couleurs présentées. Faire une leçon en trois temps pour les couleurs inconnues.
• Sortir la première tablette. L'observer puis chercher l’autre tablette de même couleur
Déposer les deux tablettes identiques en haut à gauche, l’une à côté de l’autre.
• Renouveler l’activité avec la tablette suivante.
• Inviter l’enfant à terminer l’activité.

Les variables de différenciation

Dans un second temps, il est possible de jouer avec les tablettes à distance, de les appareiller
à des objets de la classe.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
raconter décrire, évoquer; expliquer; - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, discuter - Construire la pensée abstraite
un point de vue - Développer le sens artistique
- Connaître les couleurs

241
Les images classifiées artistiques1

Une pochette contenant six images d'œuvres d’art en double (une série avec le nom de
l’œuvre, une série sans le nom de l'œuvre) et six étiquettes avec le nom de l’œuvre.

• Nommer l’activité.
• Sortir et disposer devant l'enfant en haut et de gauche à droite les six images renseignées
(avec le nom). Demander à l’enfant s'il en reconnaît. Discuter autour de ces œuvres d'art (vues
en classe), ce qu'elles lui inspirent, à quoi elles lui font penser... Donner le nom des autres
œuvres d'art.
• Sortir les six images non renseignées (sans le nom), et demander à l’enfant de procéder à
une mise par paires, en lui montrant comment placer l'image identique sous l’autre.
• Sortir les six étiquettes portant le nom. Si l'enfant ne sait pas lire, lui montrer comment
procéder à une observation visuelle fine des mots pour retrouver la bonne place de chaque
étiquette.
• Ranger soigneusement chaque groupe d’images et d'étiquettes séparément.

Il est possible de ne sortir que la série des images non renseignées et les étiquettes pour faire
lire l'enfant. L'enfant peut également produire une œuvre à partir de ces cartes.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, discuter - Construire la pensée abstraite
un point de vue - Développer le sens artistique
- Partager une culture commune

I. Matériel développé par Marianne Bernard

242
È
i

Effectif : I enfant
purée : iongne

Le matériel de l’activité

Suivant l’activité choisie, le matériel varie.


Les boîtes à bruits : deux boîtes (une rouge et une bleue) contenant chacune 6 cylindres
remplis de matières différentes (sable, boutons, cailloux...), mais identiques dans chaque boîte.

La présentation : les boîtes à bruits

• Nommer l’activité.
• Sortir un cylindre, le secouer à son oreille, le passer à l’enfant. Renouveler l’opération avec
les autres cylindres. Les aligner au fur et à mesure devant l’enfant de gauche à droite.
• Sortir la deuxième série de cylindres et les aligner verticalement à droite.
• Saisir le premier cylindre de droite, puis le comparer en écoutant la sonorité de chacun des
cylindres alignés devant l’enfant jusqu’à trouver le cylindre de la même sonorité. Les mettre
côte à côte en haut à gauche. Et procéder de la même manière avec un autre cylindre, puis
inviter l’enfant à terminer l’activité.
• Donner le vocabulaire (fort/faible).

Les variables de différenciation

Dans un second temps, il est possible de classer les cylindres par gradation, du plus faible au
plus fort bruit, ou de passer des commandes « Apporte-moi un plus fort que celui-ci »...

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination sensorielle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, discuter - Construire la pensée abstraite
un point de vue - Développer le sens artistique
- Classer ou ranger des objets selon un critère - Partager une culture commune
de longueur de masse, ou de contenance

243
La peinture libre
Objectif : laisser libre cours
à sa création artistique
Effectif : I enfant
Durée : moyenne

Le matériel de l’activité

Un chevalet avec des feuilles, de la peinture et des pinceaux ou un plateau, un set de table
nettoyable, une boîte de peinture, un petit pot d’eau, des feuilles et un pinceau, un tablier

La présentation

• Nommer l’activité et dire ce que l’on va faire : « On va


apprendre comment utiliser de la peinture. »
• Enfiler le tablier et relever ses manches. Poser une feuille
devant l’enfant sur le set de table. Aller remplir le petit
pot d’eau. Tremper le pinceau dans l'eau, l’égoutter sur le
rebord, mouiller la couleur choisie. Peindre quelque chose.
Rincer le pinceau. Renouveler l’opération avec une autre
couleur
• Vider l’eau, mettre la production à sécher, laver sa table.
• Inviter l’enfant à faire l'activité.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


- Pratiquer divers usages du langage oral : - Développer la discrimination visuelle
raconter décrire, évoquer expliquer - Construire la confiance en soi
questionner proposer des solutions, discuter - Construire la pensée abstraite
un point de vue - Développer le sens artistique
- Connaître les couleurs

244
9
Agir, s’exprimer, comprendre
I à travers les activités physiques
Motricité
*
4
a libre expression de soi passe aussi par le mouvement qui a une place importante
L dans la pédagogie de Maria Montessori. Pour se construire, l’enfant a besoin de vivre
les choses à travers son corps.

Dans toutes les activités, il y a du mouvement. L’enfant ne reste pas statique, assis sur
une chaise. Il se déplace pour aller chercher un tapis, le déroule, va chercher son acti­
vité, la pose sur son tapis. Puis, dans la réalisation de l’activité, la main ou le corps sont
en mouvement. Pour Maria Montessori, si on empêche le mouvement, on empêche la
pensée, on empêche la vie. Mais tout mouvement doit être « habité » par la conscience
de l’enfant.

Il n’y a, de fait, que peu d’activités spécifiques à la grande motricité. Car les enfants
de l’époque de Maria Montessori vivaient dans les rues, jouaient dehors, couraient,
dansaient... Dans notre société, l’enfant engage moins son corps dans les mouve­
ments, il est plus sédentaire. C’est pourquoi, dans le cadre de la classe, pour répondre
aux Instructions officielles mais aussi aux changements de notre société, l'enseignant
consacre un temps spécifique à l’expérimentation physique, en plus des activités de la
pédagogie de Maria Montessori.

Pour développer sa motricité, il est bon d’aller dehors se confronter aux véritables élé­
ments de la nature. En faisant un rapide repérage, vous trouverez des terrains de jeux
grandeur nature : des objets à contourner à gravir, pour s’équilibrer des places ou des
chemins pour courir des sentiers à gravir des efforts à faire et des attentions à porter...

L’enfant développera ainsi sa


motricité et son goût de l’effort
dans la réalité du terrain. Vous
pouvez organiser des cycles
« randonnée » pour découvrir
des espaces proches et plus loin­
tains en adaptant votre emploi
du temps et en demandant des
accompagnateurs et des autorisa­
tions de sortie.
<

245
Chronologie des activités1

I. J’affiche cette frise chronologique dans ma classe et j’y colle le nom de mes élèves pour savoir quelles
activités ils ont déjà réalisées. Vous pouvez la télécharger et l'imprimer sur le www.esf-scienceshumaines.fr
(voir p. 4, pour plus de précisions).

246
1

Marcher sur la ligne

La présentation

• Nommer l’activité.
• Saisir le grelot. Marcher soigneusement sur la ligne en
tenant le grelot devant soi. Se déplacer et faire le tour de
la ligne sans le faire tinter
• Proposer le grelot à l’enfant et l’inviter à faire le tour
de la ligne.
• Prendre un autre objet et refaire le tour de la ligne.
Inviter l’enfant à continuer l'activité sans vous.

Les variables de différenciation

Dans un second temps, il est possible de montrer à l’enfant comment se déplacer de diffé­
rentes façons : à pas de fourmi, sur la pointe des pieds... avec ou sans objet.

LES PROGRAMMES MONTESSORI


Adapter ses équilibres et ses déplacements à - Développer sa concentration
des environnements ou des contraintes variés - Construire la confiance en soi
- Satisfaire son besoin de mouvement
- Raffiner sa gestuelle

247
Avant de poursuivre, faites le point
Oui Non En cours

Les fiches pratiques pour travailler avec les élèves


Les exercices préalables permettent de poser le fonctionnement de la classe. □ □ □
Les activités de vie pratique apportent l’estime de soi et la concentration. □ □ □
Le développement des sens permet de catégoriser le monde et ses sensations. □ □ □
La découverte du monde se fait au travers de plusieurs sous-domaines :
botanique, géographie, zoologie et sciences.
□ □ □
Les mathématiques permettent d’aborder des concepts de façon concrète
par la manipulation, puis d'aller petit à petit vers l'abstraction.
□ □ □
Le langage est présent partout et tout au long de la scolarité de l'enfant □ □ □
L'enfant entre dans l’écrit par l’écriture, puis par la lecture. □ □ □
Le son de chaque lettre est donné, son nom ne sera dévoilé que bien plus tard. □ □ □
L’art permet de développer l’imaginaire et de partager une culture commune. □ □ □
Les activités artistiques, physiques et la littérature jeunesse sont à développer
en plus de la personnalisation des apprentissages lors de projets spécifiques
en groupe ou collectivement.
□ □ □
Le rôle de l’enseignant
Je m'aide des cartes heuristiques pour repérer les présentations d'activités susceptibles
d’intéresser les enfants par âge dans les différentes aires montessoriennes.
□ □ □
Je m'aide des frises chronologiques élaborées par aires d'activités
pour suivre les présentations faites aux élèves.
□ □ □
Le rôle de l'enseignant est différent suivant les activités qu’il présente :
donneur de langage, accompagnateur de sensations, guide vers des concepts,
autorisateur d'imaginaire, transmetteur de codes...
□ □ □
Le suivi des élèves se fait au travers de temps d'observation, de traces écrites
sur différents supports et cahiers et devaluations sommatives.
□ □ □

248
Mes choix/mes idées Je fais déjà Je ferai
plus tard

Exercices préalables

□ □
□ □
□ □
Vie pratique

□ □
□ □
□ □
Développement sensoriel

□ □
□ □
□ □
Sciences, botanique, géographie et zoologie

□ □
□ □
□ □
Mathématiques

□ □
□ □
□ □

249
Langage et graphisme

................................... □ □
................................... □ D
................................... □ □
Art

................................... □ □
................................... □ □
................................... □ □
Motricité

................................... □ □
................................... □ □
................................... □ □

250
Conclusion

ous avez à présent toutes les clés en main pour mettre en place une pédagogie per­
sonnalisée utilisant le matériel Montessori et respectant les Instructions officielles
de l’école maternelle !

Cette mise en place va vous demander du temps et de l’investissement, mais vous serez
mille fois récompensé par l’ambiance de travail et le vrai sens de votre métier enfin
révélé : permettre à chaque enfant d’apprendre à son rythme dans le respect de sa
personne et des autres !

Voir éclore de futurs citoyens qui se connaissent, se font confiance et s’estiment eux-
mêmes et, qui plus est, apprennent vite et facilement est un bonheur qui donnera à vos
journées de travail un goût d'accomplissement et de réussite. Réussite de contribuer
à former des êtres humains construits, épanouis et respectueux des autres... N’est-ce
pas ainsi que l’on peut faire avancer la société vers la paix ? Et n’est-ce pas, tout à la fois,
l’objectif de l'Éducation nationale et de la pédagogie Montessori ?

Pour vous aider concrètement dans le fonctionnement de la classe, je vous pro­


pose de nombreux documents de travail téléchargeables gratuitement sur le site
www.esf-scienceshumaines.fr (voir p. 4 pour plus de précisions).

Avant le premier jour de classe, faites un point sur ce que vous avez fait et mis en place
et sur ce qu’il vous reste à faire en utilisant le document « Fiche de besoins ».

Utilisez les tableaux de suivi des élèves : les présentations, ou les frises chronologiques,
mais aussi le suivi des lettres et digrammes rugueux, des pochettes de lecture des sons
simples et de la mémorisation de la comptine numérique.

Des plans de séquences et de séances rédigés dans le vocabulaire de l'Éducation natio­


nale vous permettront de comprendre les principes sous-jacents et la progressivité du
matériel de langage et de construction du nombre de Maria Montessori.

Une bibliographie vous permettra de lire les ouvrages de référence pour approfondir
vos connaissances.

Enfin, une sitographie vous facilitera la tâche pour acheter le matériel et vous documenter

251
Bibliographie

Maria Montessori
L’Education et la paix, Édition Desclée de Brouwer; 2001
L’Esprit absorbant de l'enfant, Édition Desclée de Brouwer; 2003
Pédagogie scientifique, tomes I et 2, Édition Desclée de Brouwer; 2004 et 2007
L’Enfant dans la famille, Édition Desclée de Brouwer; 2006
Education pour un monde nouveau, Édition Desclée de Brouwer; 2010
Eduquer le potentiel humain, Édition Desclée de Brouwer; 2016
L'Enfant, Édition Desclée de Brouwer; 2016
De l’enfant à l'adolescent, Édition Desclée de Brouwer; 2016
Les Etapes de l’éducation, Édition Desclée de Brouwer; 2017

Autres auteurs
Barratt Carol, Atelier Adontessori, Édition Desclée de Brouwer; 2016
Standing Edwing Mortimer, Maria Montessori, sa vie, son œuvre, Édition Desclée
de Brouwer; 2013
Missant Béatrice, Des ateliers Montessori à l’école, ESF éditeur, 2014
Poussin Charlotte, Apprends-moi à faire seul, Édition Eyrolles, 2016
Spinelli Patricia et Benchetrit Karen, Un autre regard sur l’enfant, Édition Desclée
de Brouwer; 2017

Autres thèmes
Dehaene Stanislas, La Bosse des maths, Édition Odile Jacob, 2003
Dehaene Stanislas, Les Neurones de la lecture, Édition Odile Jacob, 2007
Dehaene Stanislas, Apprendre à lire, des sciences cognitives à la salle de classe, Édition Odile
Jacob, 201 I
Dumont Danièle, Le Geste d’écriture, Édition Hatier; 2015
Gentaz Édouard, La Main, le cerveau et le toucher, Édition Dunod, 2009
Rizzolatti Giacomo, Les Neurones miroirs, Édition Odile Jacob, 201 I

252
Sitographie

Achat de matériel
marimonte.com oppa-montessori.net
formation-montessori.eu natureetdecouvertes.com
montessori-store.fr absorbentminds.co.uk
montessoria.fr tangrammontessori.fr
montessori-spirit.com/fr ambiance-montessori.fr

Blogs
http://www.montessori-ecole-publique.fr/ (blog de Marguerite Morin)
L’atelier Montessori
Alternative Montessori
Eve Herrmann
A la douce
Montessori « En ce nid »

DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES EN LIGNE1

Pour vous lancer dans la mise en place de la pédagogie Montessori, je vous propose
les outils de travail dont je me sers au quotidien, avec une notice d’explication,
à télécharger gratuitement sur le site de l’éditeur ESF Science humaines.
1. Aller sur la page du livre La pédagogie Montessori en maternelle :
http://esf-scienceshumaines.fr/accueil/286-la-pedagogie-montessori-en-maternelle.html

2. Sur la page de l’ouvrage, cliquer sur « Contenus complémentaires »

3. Indiquer le code : eSfmonTOô I 7

4. Télécharger les documents qui vous intéressent

La liste des documents complémentaires est disponible p. X.

I.Tous ces documents sont à usage personnel uniquement. Leur reproduction et leur diffusion sont stric­
tement interdites.

253
La pédagogie Montessori
I en maternelle
Pour une pratique à l’école publique

La pédagogie Montessori considère l’enfant avec toutes ses potentialités, faisant le pari que
chacun peut se développer et apprendre si on lui offre un environnement et les outils adéquats.
Ni élitiste, ni contraignante, encore moins individualiste, cette pédagogie promeut, au contraire,
la personnalisation des apprentissages.
Enseignante en maternelle depuis plusieurs années, Marguerite Morin partage, dans ce livre,
son expérience et montre qu’il est tout à fait possible de mettre en place la pédagogie
Montessori à l'école publique. Elle offre des pistes à tous ceux qui voudraient se lancer dans
la même aventure.
Elle répond aux questions concrètes que les enseignants se posent : emploi du temps, budget,
relations avec les collègues, nombre d'élèves... Mais surtout, elle fait le lien entre la pédagogie
Montessori et les récents programmes officiels, afin de répondre aux exigences de l'Educatior.
nationale.
Des fiches pratiques présentent pas à pas plus de 60 activités Montessori, toutes illustrées
de photos d’élèves en situation.
Véritable guide pratique, cet ouvrage accompagnera l'enseignant qui souhaite changer de
posture et mettre en place la pédagogie Montessori dans sa classe.

Des outils téléchargeables en ligne sont un complément indispensable pour bien démarrer plans
de séquences thématiques détaillés séance par séance, fiches de suivi, document d’évaluation
vidéos de vie de classe...

L’au teure

Enseignante depuis 2004, Marguerite Morin essaie de contribue'' à


l'épanouissement des élèves de l'école publique.
Elle se forme à la pédagogie Montessori en 2011 et décou me
que les fondements de cette approche répondent profondément
au désir d’apprendre de chaque enfant. Elle adapte alors cette
pédagogie aux exigences institutionnelles de [Education nationae
et est rapidement enthousiasmée par les résultats de ses élèves
Soucieuse d'en faire profiter toujours plus d’enfants, elle propose
des animations pédagogiques en tant que maître-formateur

SCIENOFS
HUMAINES 24 € 9 782710 132752