Vous êtes sur la page 1sur 18

Introduction générale

Le monde actuel connait une forte demande d’énergie électrique, qui est devenue une
partie essentielle à la vie et touche la majorité des domaines nécessaires tel que l’industrie
l’agriculture, les communications, les transports, la sante, l’éducation, la recherche scientifique
et toutes les formes de l’activité humaine.

L’énergie électrique est une énergie disponible sous forme de courant d’électrons cette
énergie est utilisée directement pour produire de la lumière ou de la chaleur elle peut être
convertie en énergie mécanique en alimentant un moteur électrique, ou être également
utilisée pour produire certaines réactions chimiques.

l energie electrique est produite dans des centrales electriques dependantes en amont d
autres energies . mais Il ne suffit pas de produire l energie electrique dans les centrales, il faut
aussi l’amener en différentes tensions et puissances jusqu’a l’utilisateur final.c est la raison qui
nous a amené a créer les reseaux electriques, donc Un réseau électrique est un ensemble
d'infrastructures permettant d'acheminer l'énergie électrique des centres de production vers
les consommateurs d'électricité,́ et pour une bonne gestion des reseaux electriques
l’utilisation des techniques de téléconduite permettent de maîtriser la conduite en temps réel
des principaux ouvrages. De plus, la souplesse de l’exploitation que procure un système de
téléconduite permet à l’opérateur de prendre rapidement les décisions nécessaires et de les
mettre en application. D’où l’intérêt des dispositifs de télésurveillance et de télécommande qui
permettent de contrôler l’état des réseaux et d’agir avec rapidité en évitant autant que possible
les déplacements coûteux en temps d’intervention.
Chapitre 01 : les reseaux electriques

Définition : Un réseau est constitué par l'ensemble des appareils destinés à la production, au
transport, à la distribution et à l'utilisation de l'électricité depuis la centrale de génération
jusqu'aux utilisateurs finaux.

Il est constitué́ de lignes électriques exploitées à différents niveaux de tension,


connectées entres elles dans des postes électriques. Les postes électriques permettent de
répartir l'électricité́ et de la faire passer d'une tension à l'autre grâce aux transformateurs.
Un réseau électrique doit aussi assurer la gestion dynamique de l'ensemble production et
transport et consommation, mettant en œuvre des réglages ayant pour but d'assurer la stabilité
de l'ensemble.

Historique des réseaux éléctrique  :

e
XIX siècle

 En 1882, la première transmission à haute tension se fait entre Munich et Bad Brook.
 En 1891, le premier usage de courant alternatif triphasé sur lignes aériennes se fait à
l'occasion du Salon international de l'électricité, à Frankfurt
 En 1892, la ligne aérienne triphasée du Salon international de l'électricité sera
prolongée jusqu'à Heilbronn. C'est donc la première ville au monde à être alimenter en
électricité par des lignes aériennes longue distance.

e
XX siècle

 En 1912, la première ligne à haute tension 110 kv entre en service.


 En 1921,la première ligne de 120 kV pour desservir les aciéries de Saint-Chamond.
 Dans les années 1920, l'Énergie électrique du littoral méditerranéen bâtit une ligne de
170 km et 160 kV.
 En 1923, pour la première fois, c'est une tension de 220 kV qui est appliquée à la ligne.
 En 1957, la première ligne de 380 kV entre en service. Dans la même année, la ligne
aérienne traversant le détroit de Messine a été mise en service en Italie.
 En 1965, au Québec (Canada), Hydro-Québec met en service la première ligne au
mondede 735 kV.

Dès 1967 en Russie et aux États-Unis, des lignes à haute tension de 765 kV sont construites.
En 1982, des lignes sont construites en Union soviétique, près de Moscou alimentées par un
courant alternatif triphasé́ à 1 200 kV.

e
XXI siècle

En 2003, la construction de la plus grande ligne à haute tension a débuté en Chine.

Généralités sur les réseaux éléctrique  :

Structure generale des reseaux electrique :

un réseau électrique est toujours dissocié en quatre parties :

1.production :

Elle consiste en la génération de l’ensemble de la puissance active consommée par le


réseau tout entier. En grande majorité, les tensions associées à cette production sont produites
sous la forme de systèmes triphasés par l’intermédiaire d’alternateurs entraînés à partir de
divers types de sources d’énergie dites « primaires ».

2.le transport :

Il consiste à acheminer les puissances produites par les unités de production auprès des
lieux de consommation. Les grandes centrales étant en général groupées autour des fleuves,
des cours d’eau et des océans, le « grand transport » consiste à parcourir de longues distances
en direction des extrémités des territoires nationaux. L’ordre de grandeur de ces distances
impose, entre autre, le fait de véhiculer l’énergie électrique sous très haute tension

3.distribution :

Elle consiste en un maillage fin du territoire permettant à chaque utilisateur d’être à


proximité d’une liaison au réseau. C’est l’ultime ramification des lignes et des installations qui
permet également un passage progressif des très hautes tensions du transport aux basses
tensions de la consommation

4.consommation :

Chaque récepteur électrique connecté au réseau consomme une puissance active et une
puissance réactive. La consommation domestique, qui est généralement majoritaire, est très
ramifiée et se fait sous basse tension souvent monophasée 220 V ou triphasé 380 V. Certains «
clients » industriels (grosses usines, ferroviaire, etc.) sont directement reliés en moyenne, haute
ou très haute tension.

Les deffirents types des reseaux electriques :

Le réseau électrique est structuré en différents niveaux, qui sont :

a.Le réseau de transport et d’interconnexion Haute Tension niveau B (HTB) :

Les réseaux de transport sont à haute tension (HTB) (de 50 kV à 400 kV) et ont pour but
de transporter l'énergie des grands centres de production vers les régions consommatrices
d'électricité. Les grandes puissances transitées imposent des lignes électriques de fort capacité
de transit, ainsi qu'une structure maillée (ou interconnectée). Les réseaux maillés garantissent
une très bonne sécurité d'alimentation. Ces lignes parcourent plusieurs centaines, voire
plusieurs milliers de kilomètres et il est possible de les considérer comme les artères principales
des réseaux.

La finalité de réseau de transport est triple :


-Une fonction de « transport » dont le but est d’acheminer l’électricité des centrales de
production aux grandes zones de consommation.
-Une fonction « d’interconnexion nationale » qui gère la répartition de l’offre en orientant la
production en fonction de la répartition géographique et temporelle de la demande.
- Une fonction « d’interconnexion internationale » pour gérer des flux d’énergie entre les pays
en fonction d’échanges programmés ou à titre de secours.

b.Le réseau de distribution Haute Tension niveau A (HTA) :

Les lignes HTA (ou MT) servent à mailler plus finement les gros apports en puissance aux
niveaux des diverses régions des territoires. Elles ont des postes de répartition et
d’interconnexion d’où partent une multitude de tronçons de plus faible tension et plus faible
puissance, en cela elles constituent les artères secondaires des réseaux.

Les réseaux HTA (ou MT) aériens sont majoritaires en zone rurale et semi rurale, sont à
structure arborescente. Des automates de réseaux sont installés afin de scinder ou d’isoler des
tronçons de réseaux en défauts et d’assurer le bouclage éventuel avec les réseaux limitrophes.
Par contre en zone urbaine les contraintes d'encombrement, d'esthétique et de sécurité
conduisent à une utilisation massive des câbles souterrains.

La valeur normalisée pour la tension des réseaux HTA est 30 kV.


Tous ces réseaux sont alimentés à partir du transport par des postes sources HTB/HTA (HT/MT),
généralement, 60kV.

La finalité de ce réseau est d’acheminer l’électricité du réseau de répartition aux points


de moyenne consommation. Ces points de consommation sont :

* Soit du domaine public, avec accès aux postes de distribution publique HTA/BT.
* Soit du domaine privé, avec accès aux postes de livraison aux abonnés à moyenne
consommation, tels que les hôpitaux, les bâtiments administratifs, les petites industries...etc

c.Le réseau de distribution Basse Tension (BT) :

Les lignes BT enfin représentent le maillage le plus fin permettant au consommateur


d’être à proximité d’une source d’énergie électrique.

La finalité de ce réseau est d’acheminer l’électricité du réseau de distribution HTA aux


points de faible consommation dans le domaine public avec l’accès aux abonnés BT. Il
représente le dernier niveau dans une structure électrique.

Ce réseau permet d’alimenter un nombre très élevé de consommateurs correspondant au


domaine domestique. Sa structure, de type aérien ou souterrain, est souvent influencée par
l’environnement.
Les tensions sur ces réseaux sont comprises entre 100 et 440 V. Ces réseaux sont le plus
souvent exploités manuellement.

Figure.1. : schema d un reseau electrique.


Organisation d un reseaux electrique :

Pour que l'énergie électrique soit utilisable, le réseau de transport et de distribution doit
satisfaire les exigences suivantes :
1. Assurer au client la puissance dont il a besoin
2. Fournir une tension stable dont les variations n'excèdent pas ± 10 % de la tension
nominale;
3. Fournir une fréquence stable dont les variations n'excèdent pas ± 1 Hz
4. Fournir l'énergie à un prix acceptable
5. Maintenir des normes de sécurité rigoureuses
6. Veiller à la protection de l’environnement

Les défauts qui surviennent dans un réseau électrique :

Une augmentation ou une diminution anormale des grandeurs nominales dans un


réseau électrique constitue un défaut ou une perturbation. Ce sont le plus souvent les
variations anormales de la tension et de l’intensité qui sont à l’origine de ces perturbations

Les courts-circuits :
Les courts-circuits sont des phénomènes transitoires, ils apparaissent lorsque
l’isolement entre deux conducteurs de tensions différentes ou entre un conducteur sous
tension et la terre est rompu. Ils engendrent des courants très importants dans les éléments
constituants le réseau. Les courts-circuits sont de natures et de types différents.
On distingue :
 Les courts-circuits monophasés à la terre.
 Les courts-circuits biphasés à la terre où isolés.
 Les courts-circuits triphasés à la terre où isolés

Les surtensions :
On distingue différents types de surtension telle que :
*Les surtensions de manœuvres: les déclenchements et enclenchements des équipements
engendre des surtensions à front long de crête comprise entre 20 et 5000 µs.
* Les surtensions de foudre: Au moment de l’impact, la foudre provoque une impulsion de
courant qui arrive à atteindre des dizaines de milliers d’ampères. Cette décharge génère une
surtension dans le système électrique qui peut provoquer des incendies et la destruction des
équipements électriques.
* Surtensions de commutation: Ces surtensions sont générées dans les lignes électriques,
principalement en raison des commutations de machines de grande puissance. Les moteurs
électriques sont des charges très inductives dont la connexion et le débranchement provoque
des surtensions.

Les surcharges :
La surcharge d’un appareil est caractérisée par un courant supérieur au courant
admissible, les origines de surcharges sont :
 Les courts-circuits.
 Les reports de charge.
 Les pointes de consommation.
 L’enclenchement des grandes charges

4 Les déséquilibres :
Les déséquilibres sont généralement dus à la mauvaise répartition des charges sur les
trois phases. Ils apparaissent surtout dans les réseaux de distribution, ils donnent naissance à la
composante inverse du courant, cette composante provoque :
 Des chutes de tension supplémentaires.
 Des pertes de puissance.
 Des échauffement

Protection des réseaux électriques :


La protection des réseaux électriques désigne l'ensemble des appareils de surveillance
et de protection assurant la stabilité d'un réseau électrique. Cette protection est nécessaire
pour éviter la destruction accidentelle d'équipements coûteux et pour assurer une alimentation
électrique ininterrompue.
La Commission électrotechnique internationale (C.E.I) définit la protection comme
l’ensemble des dispositions destinées à la détection des défauts et des situations anormales des
réseaux afin de commander le déclenchement d’un ou de plusieurs disjoncteurs et, si
nécessaire d’élaborer d’autres ordres de signalisations pour être exploité par le superviseur au
centre de conduit.

Le transport de l energie electrique en algerie :

1.Reseau electrique national :

La longueur totale du réseau national de transport de l’électricité, tous niveaux de tensions


confondus (60 à 400 kV), a atteint 29 233 km à fin 2017
Figure.2. :Tableau d’Évolution de la longueur du réseau de transport électrique  2005-
2017

Figure.3. :architecture d un reseau elecrique en algerie.

2. Interconnexions Électriques Internationales :


Le réseau de transport électrique Algérien est relié au deux réseaux marocain et
tunisien
via plusieurs lignes électrique, dont les plus récentes sont deux lignes 400 kV. Ces nouvelles
interconnexions entre les trois pays confortent les liens traditionnels déjà existants depuis de
longue date en matière de coopération dans le domaine de l'énergie électrique.
Elle permet également de faciliter les échanges électriques en renforçant d'avantage la
sécurité du système électrique et en sécurisant l'approvisionnement en énergie de ces trois
pays.
Elles permettent en outre de gérer avec plus d'efficacité les risques liés à l'exploitation des
parcs de production et des réseaux de transport de l'électricité et assurent ainsi une meilleure
sécurité au réseau Maghrébin.
Du point de vue technique, l’interconnexion avec les pays frontaliers se fait à travers un
réseau électrique Très Haute Tension (THT- 400 kV).
Liaisons électriques réalisées avec le Maroc et la Tunisie:
a) Avec la Tunisie :
El Aouinet-Tadjerouine en 90 kV (1952).
El Kala-Fernana en 90 kV (1954).
El Aouinet-Tadjerouine en 220 kV (1980).
Djebel Onk-Metlaoui en 150 kV (1984).
Cheffia-Djendouba en 400 kV (2014)
b) Avec le Maroc :
Ghazaouet-Oujda en 220 kV (1988).
Tlemcen-Oujda en 220 kV (1992).
Hassi Ameur –Bourdim en 400 kV (2010).

Conclusion :

A travers les différents points traités précédemment, ce chapitre vise à présenter les
réseaux électriques en globale. Nous avons commencé par la description du sujet, la définition
des réseaux électriques, ainsi que les differents types de ces réseaux qui sont constitué de
différents niveaux de tension. Ensuite Nous avons présenté les defauts qui sourvient sur un
reseau electrique et aussi sur le transport de l energie electrique en algerie, pour enfin arriver
au fonctionnement des réseaux électriques qui ’est géré et exploité par la teléconduite, et c’est
l’objet de notre prochain chapitre.
Chapitre 02 : la teleconduite des reseaux electriques.

1.Definition :
la téléconduite c’est conduire le réseau, alors nous pouvons dire que c’est avoir
l’initiative d’exécuter ou de faire exécuter les manœuvres qui assurent au mieux et en
permanence le maintien de la qualité de Service. Ceci explique réellement qu’elle vise
essentiellement à assurer la continuité et la qualité de l'alimentation électrique des
consommateurs tout en assurant la protection des personnes et des installations.

Donc La téléconduite est la conduite à distance des ouvrages (réseaux électriques, poste
électrique, …), à partir d un poste de commande (ou est installé le système SCADA) situé
généralement loin des organes de manœuvre, ces organes sont accessibles via des postes
asservis (RTU). Les échanges de données entre le poste de commande (généralement un PC) et
les postes asservis sont gérés par un frontal de communication. Par ailleurs, les liaisons entre le
frontal de communication sont les postes asservis (PA) peuvent êtres :
- des linges téléphoniques ;
- des lignes spécialisées ;
- des liaisons radio ;
- des fibres optiques.

1.2.le systeme SCADA :


Definition :
Le système SCADA (en Anglais, Supervisory Control And Data Acquisition) est un
système d’acquisition et de contrôle de données, et permet la télégestion à grande échelle et
de traiter en temps réel un grand nombre de télémesures et de contrôler à distance des
installations techniques, exemple pour commander la génération, la transmission et la
distribution d’énergie électrique, les canalisations de gaz et de pétrole, et d’autres protocoles
industriels. Le système SCADA collecte des données de divers appareils d’une quelconque
installation, puis transmit ces données via des RTU’s à un ordinateur central ou serveur (MTU),
que ce soit proche ou éloigné, qui alors contrôle et supervise l’installation, ce dernier est
subordonné par d’autres postes d’opérateurs qui fournit une interface graphique représentant
les installations et les informations relatives. Le système permet aussi l’archivage et
l’interprétation de données sous la forme de courbes de tendances. Ces archives peuvent être
conservées sur les serveurs d’archivage à des fins de statistiques.
Certains des protocoles les plus célèbres / populaires utilisés dans la communication
SCADA sont les suivants :
-Le protocole Modbus
-Le protocole IEC 60870-5-101
- Le protocole DNP3
-Le protocole PROFIBUS
-Le protocole Fieldbus

1.3. un terminal distant (RTU) :

Definition :
Un terminal distant (RTU) est un périphérique multifonction utilisé pour la surveillance
et le contrôle à distance de divers appareils et systèmes pour l'automatisation. Un RTU est
considéré comme un ordinateur autonome, car il possède toutes les parties de base qui,
ensemble, définissent un ordinateur: un processeur, une mémoire et un stockage. De ce fait, il
peut être utilisé en tant que contrôleur ou contrôleur maître intelligent pour d'autres
périphériques qui, ensemble, automatisent un processus tel que le réseau de distribution
électrique.
Figure.5. :schema fonctionel d’un système de teleconduite.

2.Nécessité de surveiller et commander à distance les installations :

La conduite de réseaux aussi complexes et divers nécessite une grande coordination


dans l’exécution des manœuvres d’exploitation.
Des incidents se produisent à tout moment et il faut constamment faire face à des
problèmes très variés, qui peuvent survenir sur des installations électriques (postes et réseau)
géographiquement très dispersées. On conçoit tout l’intérêt de systèmes de téléconduite qui
permettent d’intervenir à distance et avec rapidité sur un réseau. Selon le type de réseau, les
priorités peuvent être sensiblement différentes.
* Dans le cas des réseaux de distribution, qui sont exploités de façon radiale, toute rupture
entraîne une coupure chez le client. Le système de téléconduite permet surtout d’agir sur les
interrupteurs du réseau pour réalimenter au plus tôt la clientèle à la suite d’une anomalie.
* Dans le cas des réseaux de transport, le client n’est, le plus souvent, pas directement affecté
par un défaut. D’une manière générale, le problème est de prendre l’énergie là où elle est la
moins chère pour la transporter là où elle est demandée, tout en étant en mesure de faire face
à des incidents possibles. Le système de téléconduite permet une mise en œuvre rapide des
mesures indiquées par les programmes informatiques d’optimisation et de sécurité du système
de production-transport.

3.Fonction d un système de teleconduite :

La téléconduite est donc une fonction. On l’exerce à l’aide d’un outil que l’on appelle
système de téléconduite et que l’on peut définir comme étant l’ensemble des moyens
techniques mis à la disposition d’une équipe d’exploitation pour exercer la téléconduite sur les
installations dont elle a la charge.

Tout système de téléconduite doit donc comporter, au moins, deux sous-ensembles : un


sous-ensemble de téléinformation et de télécommande, et un sous-ensemble de traitement

1.Le sous-ensemble de téléinformation et de télécommande réalise les fonctions suivantes :

 l’acquisition d’informations, donnant la position des organes à surveiller, l’état des


indicateurs d’alarme, ainsi que des valeurs de mesure ;

 l’exécution d’ordres, destinés à modifier la position d’un organe, à agir sur une valeur
de consigne ou un réglage ;

 la transmission de données entre les divers équipements matériels constituant le


système de téléconduite, pour véhiculer les informations acquises ou les ordres à
exécuter.

2.Le sous-ensemble de traitement constitue le cœur du système de téléconduite.


Ses fonctions de base sont les suivantes :

— la mémorisation des données statiques (caractéristiques des postes électriques) ;

— la mémorisation des données dynamiques, reflétant l’évolution des grandeurs des


postes électriques, ainsi que celle du système de téléconduite lui-même ou les
conditions d’exploitation décidées par l’opérateur ;

— la surveillance automatique, détectant tout écart entre la situation normale et la


situation réelle et déclenchant une alerte en cas de franchissement de seuil ;

— la visualisation, fonction qui fournit à l’opérateur, sous la forme appropriée, les


données qui lui permettent d’appréhender la situation réelle ; en général, on distingue
trois modes de représentation :
• le journal de bord qui est un enregistrement au fil de l’eau de tous les événements
significatifs qui sont datés, pour permettre une lecture chronologique détaillée,

• la représentation graphique des postes électriques avec des indications symboliques


ou numériques de leur état,

• la visualisation de l’état du système de téléconduite lui-même et des conditions


d’exploitation ;

— la commande, qui permet d’agir sur les postes électriques à distance, par désignation
directe des organes sur les écrans de visualisation.

Certains sous-ensembles de traitement comportent des fonctions plus élaborées


comme par exemple :

— les diagnostics des incidents survenant sur les postes électriques ; le système
n’indique pas à l’opérateur les alarmes brutes, mais une synthèse de celles-ci, où l’on
peut distinguer l’événement qui a déclenché l’incident, puis les événements qui en sont
la conséquence ; cette synthèse est alors élaborée en fonction des alarmes reçues et des
règles de fonctionnement de l’installation ;

— le traitement a posteriori des informations : un système de téléconduite reçoit en


permanence une quantité importante d’informations sur l’état et le fonctionnement des
postes électriques ; il est intéressant d’archiver ces informations et de disposer de
fonctions supplémentaires qui permettent de faire des statistiques sur les mesures.

Objectif de la téléconduite
L’objectif à attendirent permettre un fonctionnement optimal de l’ensemble du système
électrique du point de vue économique, de la qualité et de la sécurité de l’approvisionnement
électrique.

1) Qualité :
* Fourniture continue.
* Amélioré service client.
2) Economie :
*Optimisation de l’exploitation.
* Minimisation des pertes.
* Planification du développement du réseau télécommandé.
* Maintenance.
3) Sécurité :
* Employés (exploitant).
* Publique (consommateur).
* Environnement.

4) Suretés :

* Détection rapide des pannes.


* Restauration rapide du réseau électrique

4. Architecture d’un système de téléconduite


La transmission des données entre les divers équipements matériels constituant
le système de téléconduite pour véhiculer les informations acquises ou les ordres
exécuter.

1. Centre de conduite de réseau (équipe dispatcheur)


On trouve dans le service de conduite l’équipe des dispatcheur (personnel formé
et qualifier), qui assure la gestion des réseaux électrique.
Cette équipe service assure la transmission, contrôler et détecter les défauts de
réseaux.
Le poste de conduite est constitué des plusieurs écrans, qui affichent l’état
dynamique des différents linge électriques de distribution. Chaque dispatcheur a
son propre mot de passe.
Une équipe d’ingénieur spécialiste dans le système SCADA, Télécommunication et
en informatique assure la configuration, La mise a jours du système SCADA et la
surveillance du fonctionnement des équipements.
2. Frontaux de communication :

Un frontal de communication peut designer une interface de communication entre


plusieurs applications hétérogènes ou un point d’entrée uniformisé pour des services
différents.
Il permet :
 De gérer la communication entre le micro et les organes asservis ainsi que micros
fixes, Les radios et RTU.
 L’unicité de télécommande des organes asservis.
 De gérer la commande et les boucles d’alarme.
 De convertir les protocoles de communications.

1.3. Ordinateurs principaux :


C’est le cerveau du système de commande, il gère et commande le réseau a distance
ainsi que les postes asservis et traite les informations reçues.
C’est l’élément ou réside la base de données du système (configuration de
fonctionnement).
Types des micros :
*Micro Opérateur :
 Envoyer des ordres d’ouverture et de fermeture des organes télécommandés.
 Acquittement des différentes alarmes.
 Recevoir les télésignalisations et les reconnaitre, ainsi que les télémesures.
 Visualiser l’Etat des IAT et IAT-CT.
 Recueille des informations (évènements, ordre …), et stocker dans une base de
données accessible en cas des besoins.
*Micro ingénieur SCADA :
 Permet la mise a jour de la base des données SCADA .
*Micro TIA :
 A travers ce micro, l’opérateur TIA gère les réclamations des clients.
*Micro d’archivage:
*Utilisés pour l’archivage des données.

Conclusion :
Chapitre 03 : la teleconduite en algerie

1.Introduction :
Suites a l evolution des reseaux de distribution en algerie,l augmentation de l aport de l
investissement des etrangers en algerie, l utilisation des equipements de precision dans divers
domaines, et qui necessitent la qualite et la continuite de livraison en electricite,tout cela exige
l adoption de la teleconduite des reseaux electrique en algerie.

2.Debut des systemes de teleconduite en algerie :

-CASTOR : c est le nom d un système micro-scada du constructeur MORS concepteur des


logiciels en debut des annees 90
Le système CASTOR a été acquis debut de l annee 97 pour l agence de merouana-
Batna de distribution batna en raison de l etendue de son reseaux et de ses parametres
eleve d exploitation de l epoque.

-MISTRAL : c’est le nom du système micro-scada succedant le CASTOR

Le système MISTRAL a été acquis pour les cinq directions de distribution : Setif ,
Annaba, Tiaret et Blida afin de lancer la processus de generalisation des systemes de
teleconduite et de passer a une version de nouvelle technologie.

L’evolution de teleconduite en algerie :

L'avenir et l'extension du réseau électrique existant se trouvent confrontés à de


nouveaux défis. A travers cette étude, nous sommes parvenus à connaître, les déférents
équipements de réseau et du poste électrique et connaitre les anomales et les défauts qu'il
subits, pour cela il faut installer des équipements et des systèmes fiables et sur pour les
conduire. La SONELGAZ a employés des systèmes scada et installer des centres de téléconduite
pour la commande, le contrôle et la protection des réseaux électriques dont l'objectif principal
est de réduire les durées des interruptions lors d'incidents et de proposer à l'opérateur des
reconfigurations du réseau permettant une exploitation optimale des équipements. Ce système
a apporté des atouts incontestables aux entreprises notamment : ses fonctionnalités dans la
supervision, l'analyse de données et une rapidité d'intervention d'où il s'est avéré un outil très
puissant à utiliser dans l'industrie.

L’evolution de la teleconduite dans le monde :

??????????????????????

Evolutions des systèmes SCADA :

L'évolution technologique actuelle des systèmes SCADA pour la distribution de l'énergie


électrique, est vers des systèmes intelligents (Smart Grids), qui permettent de gérer des
données de plusieurs sous système de différentes natures. On trouve sur une même plate-
forme de Smart-Grids des données relatives aux: Compteurs intelligents (Téléreléve), SCADA de
la Téléconduite , Centre d'appel, réseau phonie et systeme de géolocalisation incluant la
position des postes sur des Map et les déplacements des véhicules sur terrain.