Vous êtes sur la page 1sur 74

UNIVERSITE PEDAGOGIQUE NATIONALE

B.P : 8815 KINSHASA / NGALIEMA

FACULTE DES SCIENCES


DEPARTEMENT DE CHIMIE

QUALITE PHYSICO-CHIMIQUE ET
MICROBIOLOGIQUE DES EAUX
EMBOUTEILLEES.
CAS DES EAUX CONDITIONNEES EN BIDON
VENDUES A KINSHASA

Emmanuel NONA MANI-A-VITA Junior

Mémoire de fin d’étude défendu en vue de


l’obtention du titre de licencié en Sciences
Orientation : CHIMIE
Option : CHIMIE INDUSTRIELLE
Directeur : Yvonne IBEBEKE BOMANGWA SAÏLA
Professeur

MARS 2018
Page |i

SOMMAIRE
SOMMAIRE ........................................................................................................................................... i
EPIGRAPHIE....................................................................................................................................... iv
DEDICACE............................................................................................................................................ v
AVANT-PROPOS ................................................................................................................................. vi
LISTES DES ABREVIATIONS ET SIGLES ................................................................................... vii
LISTES DE TABLEAUX, PHOTOS ET FIGURES ....................................................................... viii
RESUME ............................................................................................................................................... ix
SUMMARY ............................................................................................................................................ x
INTRODUCTION GENERALE .......................................................................................................... 1
PARTIE THEORIQUE ......................................................................................................................... 5
CHAPITRE PREMIER : GENERALITES SUR L’EAU .................................................................. 6
I.1. INTRODUCTION ............................................................................................................ 6
I.2. CARACTERISTIQUES OU QUALITE DE L’EAU DE BOISSON ............................... 6
I.2.1. LES PARAMETRES MICROBIOLOGIQUES .............................................................. 6
I.2.1.1. LES GERMES TOTAUX OU GERMES AEROBIES MESOPHILES .......................................................... 7
I.2.1.2. LES COLIFORMES TOTAUX & FECAUX ............................................................................................ 7
I.2.1.3. LA NUMERATION d’Escherichia Coli ............................................................................................... 8
I.2.2. LES PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES ..................................................................... 8
I.2.2.1. LA COULEUR ................................................................................................................................... 8
I.2.2.2. L’ODEUR ......................................................................................................................................... 9
I.2.2.3. LE GOUT ......................................................................................................................................... 9
I.2.2.4. LA TURBIDITE ................................................................................................................................. 9
I.2.2.5. LE pH (potentiel en hydrogène) ..................................................................................................... 9
I.2.2.6. La Conductivité et le TDS (total des sels dissous) .......................................................................... 9
I.2.2.7. RESIDUS SECS ............................................................................................................................... 10
I.2.2.8. L’ALCALINITE ................................................................................................................................ 10
I.2.2.9. DURETE – TITRE HYDROTIMETRIE (TH) ........................................................................................ 11
-
I.2.2.10. LES CHLORURES (Cl ) .................................................................................................................. 12
- -
I.2.2.11. LES IONS NITRATES (NO 3) et NITRITES (NO 2) ........................................................................... 12
I.3. POTABILITE DE L’EAU ........................................................................................................... 13
I.3.1. TRAITEMENT DE L’EAU ................................................................................................. 13
I.3.1.1. LA CLARIFICATION ........................................................................................................................ 13
I.3.1.2. LA FILTRATION.............................................................................................................................. 13
I.3.1.3. LA DISTILLATION ........................................................................................................................... 15
I.3.1.4. LA CHLORATION ........................................................................................................................... 16
P a g e | ii

I.3.1.5. LES ULTRAVIOLETS (UV) ............................................................................................................... 17


I.3.1.6. OZONATION ................................................................................................................................. 17
I.3.2. LES DIRECTIVES DE L’OMS ...................................................................................... 18
CHAPITRE DEUXIEME : EAUX EMBOUTEILLEES................................................................ 25
II.1. HISTORIQUE ............................................................................................................................ 25
II.2. CATEGORIES ........................................................................................................................... 25
I.2.1. EAUX MINERALES NATURELLES ................................................................................. 25
II.2.2. EAUX DE SOURCE ........................................................................................................... 27
II.2.3. EAUX DE TABLE .............................................................................................................. 27
II.3. BREF APERÇU SUR LES INDUSTRIES DES EAUX EMBOUTEILLEES DANS LA
VILLE DE KINSHASA .................................................................................................................... 28
II.3.1. HISTORIQUE ..................................................................................................................... 28
II.3.2. FACTEURS DETERMINANTS DANS LE DEVELOPPEMENT DES INDUSTRIES DES
EAUX DES BOISSONS EMBOUTEILLEES .............................................................................. 29
1. Mémoire collective du passé........................................................................................................... 29
2. Les qualités organoleptiques ........................................................................................................... 29
3. Dégradation de l'eau du robinet ..................................................................................................... 29
4. L'urbanisation .................................................................................................................................. 29
5. Les nouvelles classes sociales .......................................................................................................... 29
6. Rester en forme............................................................................................................................... 29
7. Le rôle de la publicité ...................................................................................................................... 29
8. Le packaging .................................................................................................................................... 30
9. Environnement économique ........................................................................................................... 30
II.3.3. TYPES D’EAUX EMBOUTEILLEES vendues à Kinshasa ..................................... 30
II.3.4. ASPECT REGLEMENTAIRE ....................................................................................... 35
PARTIE EXPERIMENTALE ............................................................................................................ 36
CHAPITRE TROISIEME : ETUDE DES PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES ET
MICROBIOLOGIQUES DES EAUX DES BOISSONS EMBOUTEILLEES VENDUES DANS
LA VILLE DE KINSHASA ................................................................................................................ 37
III.1. INTRODUCTION ....................................................................................................... 37
III.2. ECHANTILLONNAGE ET METHODOLOGIE DE TRAVAIL ................................ 38
III.3. LES PARAMETRES D’ANALYSES .......................................................................... 38
III.3.1. LES PARAMETRES MICROBIOLOGIQUES ......................................................... 38
III.3.1.1. PRINCIPE..................................................................................................................................... 39
III.3.1.2. Matériels, produits et appareillage ............................................................................................ 39
III.3.1.3. Précaution avant la stérilisation ................................................................................................. 39
III.3.1.4. Stérilisation ................................................................................................................................ 40
III.3.1.5. Prélèvement des échantillons .................................................................................................... 40
III.3.1.6. Préparation du milieu de culture ............................................................................................... 40
III.3.1.7. Ensemencement ........................................................................................................................ 40
P a g e | iii

III.3.1.8. Normes et observations des colonies ........................................................................................ 41


III.3.2. PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES ................................................................. 41
III.3.2.1. LA COULEUR ............................................................................................................................... 41
III.3.2.2. LA TURBIDITE ............................................................................................................................. 42
III.3.2.3. La Conductivité, la Salinité et le TDS .......................................................................................... 43
III.3.2.4. Le pH (potentiel d’Hydrogène) ................................................................................................... 44
III.3.2.5. Oxydabilité au permanganate ou Indice de permanganate....................................................... 45
III.3.2.6. L’alcalinité : TA et TAC ................................................................................................................ 46
III.3.2.7. La dureté totale ou titre hydrotimétrique ................................................................................. 47
III.3.2.8. La Dureté Calcique ..................................................................................................................... 48
III.3.2.9. La Dureté Magnésienne ............................................................................................................. 48
III.3.2.10. Les Ions Chlorures .................................................................................................................... 49
III.3.2.11. Le fer total ................................................................................................................................ 49
III.3.2.12. LES NITRATES ........................................................................................................................... 50
III.3.2.13. L’ALUMINIUM .......................................................................................................................... 51
III.3.2.14. LES PHOSPHATES TOTAUX ....................................................................................................... 52
III.3.2.15. Matières en suspension ........................................................................................................... 53
RESULTATS DES ANALYSES .......................................................................................................... 55
INTERPRETATION DES RESULTATS ........................................................................................... 59
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ................................................................................. 61
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .......................................................................................... 62
P a g e | iv

EPIGRAPHIE

« Celui qui aime la correction aime la science ; celui qui hait la


réprimande est stupide. »

Proverbes 12 :1

“Nous ne vaincrons ni le SIDA, ni la tuberculose, ni le paludisme, ni


aucune autre maladie infectieuse qui frappe les pays en
développement, avant d’avoir gagné le combat de l’eau potable, de
l’assainissement et des soins de santé de base”.

Kofi Annan, Ancien Secrétaire général de l’OMS.


Page |v

DEDICACE

A mes chers parents :

Papa Emmanuel NONA KIBILA et

Maman Jacqueline ZOLA YEYELO.


P a g e | vi

AVANT-PROPOS

Nous voici au terme de nos études de Licence, il est de notre devoir de


témoigner de notre gratitude à l’égard de tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la
réalisation de ce travail.

Nos hommages, nous les rendons à toutes les autorités académiques, au


corps professoral ainsi qu’aux administratifs de l’Université Pédagogique Nationale en
général et à ceux du département de Chimie en particulier pour leur apport significatif dans
notre formation. Nous pensons particulièrement au professeur Alain BULUKU
EKWAKWA, Chef de Département de Chimie.
Nos remerciements, en la personne du Professeur Yvonne IBEBEKE
SAILA qui, malgré ses multiples occupations, a voulu disposer de son temps pour diriger ce
travail dans la rigueur scientifique et dans l’exactitude. Nous remercions également les Chefs
de Travaux KIMOLE NE KIMOLE et Jeff MALIANI KAWAYA pour leur apport et
encadrement tant scientifique que moral durant toute la période de la rédaction de ce travail.
Nous remercions le Laboratoire Central de la REGIDESO pour sa
collaboration et son aide sur l’orientation des recherches et pour les analyses,
particulièrement, à Mr. Eugène SOPI PHAMBU, Chef de Division Qualité de l’Eau et
Laboratoire et Mr. LUBAKI MANKENDA Serge ainsi que Mesdames Yvette MIHIGO et
Colette Mvuma, agents au Laboratoire Central de la Regideso.
Nos remerciements à tous nos oncles et tantes dans la famille : Cyrille
KIBILA, Martine KIBILA, Felly KIBILA, Auguy KIBILA, Ghoghau KIBILA, Zizhy
KIBILA, Mimi KIBILA, Shibida KIBILA, José MATONDO, Brigitte KIESE, Bibiane
NSAMBU.

Nos remerciements s’adressent aussi à tous nos frères et sœurs de la


famille notamment : Joel NONA, Prisca NONA, Béni NONA, Esther NONA, Keren NONA,
Francis KILU, Merveil LUFUKANSONI, Kevin BASSIALA, Bob BASSIALA, Khyss
KIBILA, Cyndie KIBILA, Sébastien MATONDO, Jennifer MATONDO, Benjamin DIMOSI.

Nous remercions également tous nos amis et collègues avec qui nous
avons partagé cette vie estudiantine et qui ont contribué à la réussite de ce travail : Christian
USSENI, Berger EMUNGU, O’brian KALOLO, Muyaka BOBO, Julien MAWONDA,
Nzuiki NZUIKI, Nzinga HONDE, Gyrline KIPUPA et les autres.

Emmanuel NONA MANI-A-VITA Junior


P a g e | vii

LISTES DES ABREVIATIONS ET SIGLES

FAO : Food and Agriculture Organization of the United Nations traduit en


français par Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et
l’Agriculture
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
UPN : Université Pédagogique Nationale
FDA : Food and Drug Administration
TDS : Total des Sels Dissous
APPI : AFRICAN PAPER & PULP INDUSTRIES
ADG : Administrateur Délégué Général
OCC : Office Congolais de Contrôle
ppm : Partie Par Million
UFC : Unité Formant Colonie
PET : PolyEthylène Téréphtalate
UNT : Unité Néphélométrique de Turbidité
HACCP : Hazard Analysis and Critical Control Points traduit en francais par
« analyses des dangers et points critiques à analyser »
AFDL : Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo
UV : Ultra-Violet (rayons)
P a g e | viii

LISTES DE TABLEAUX, PHOTOS ET FIGURES

1. TABLEAUX

Tableau 1 : Directives de l’OMS pour l’analyse de paramètres de


potabilisation des eaux de boissons
Tableau 2 : Différents types d'eaux embouteillées à Kinshasa
Tableau 3 : Les industries locales de production d’eau minérales et des
sources
Tableau 4 : Composition chimique en mg/L des quelques marques de la
place
Tableau 5 : Industries d’eaux embouteillées faisant l’objet de notre étude
Tableau 6 : Codification des échantillons et séries d’analyses

Tableau 7 : Les informations trouvées sur les étiquettes des eaux analysées
Tableau 8 : Résultats des analyses effectuées du 03 au 10 octobre 2017
Tableau 9 : Résultats des analyses effectuées du 16 au 21 octobre 2017

2. PHOTO

Photo 1 : Tubes à micro filtration

3. FIGURES
Figure 1 : Cycle de l’eau
Figure 2 : Différence entre eau de robinet, eau de source et eau minérale
naturelle
Figure 3 : Dispositif à osmose inversée
P a g e | ix

RESUME

En RDC, les eaux embouteillées font en général l'objet de nombreux contrôles par
l’OCC lors de l'embouteillage, mais très rarement après stockage et mise en vente, et
selon les marques et les pays de provenance, la qualité varie significativement.
Se basant sur des données scientifiques des travaux antérieurs, après l'étude de
l'Industrie des eaux embouteillées et, après analyses physico-chimiques et
bactériologiques d’une vingtaine de bidons (de 5 litres) de huit marques différentes
vendues à travers la ville de Kinshasa, nous avons décelé dans près de 63 % des cas
des problèmes d’hygiène ; soupçons de contamination bactérienne (germes totaux) et
38% des cas physico-chimiques (matières en suspension, couleur, etc…) atteignant ou
dépassant les maxima des normes internationales (OMS en l’occurrence). Nous avons
aussi trouvé des défauts graves d'information sur l'étiquetage (certains bidons
contenant par exemple de l'eau du robinet, pas de date d’expiration, confusion dans la
nature de l’eau, omission de la composition chimique, etc).
Enfin, les normes et contrôles sont, en République Démocratique du Congo à la date
de cette étude, laxistes voire inexistants tant pour les eaux embouteillées que pour
l’eau du robinet, tant pour le nombre de contaminants à rechercher, l'obligation
d’informer le consommateur et les autorités, que pour la fréquence des analyses.
Page |x

SUMMARY

In the DRC, bottled water is generally subject to numerous checks by the OCC during
bottling, but very rarely after storage and sale, and according to the brands and
countries of origin, the quality varies significantly.

Based on scientific data from previous work, after the study of the Bottled Water
Industry and, after physicochemical and bacteriological analyzes of twenty cans (5
liters) of eight different brands sold throughout the city from Kinshasa, we found in
about 63% of the cases hygiene problems; suspicion of bacterial contamination (total
germs) and 38% of physicochemical cases (suspended matter, color, etc.) reaching or
exceeding the maximum of international standards (WHO in this case).
We have also found serious information on labeling (some cans for example are tap
water, no expiration date, confusion in the nature of the water, omission of the
chemical composition, etc).

Finally, standards and controls are, in the Democratic Republic of Congo at the date of
this study, lax or non-existent for both bottled water and tap water, both for the
number of contaminants to be sought, the obligation to inform the consumer and the
authorities, only for the frequency of analyzes.
Page |1

INTRODUCTION GENERALE

L’histoire de l’eau embouteillée, commence avec celle des eaux minérales, déjà
connues du temps des Celtes et des Gaulois pour leurs vertus thérapeutiques et
transportées à travers l’empire européen dans des amphores (vase ancien à deux anses,
haut et à col étroit). Tout au long du XVIe jusqu’au XVIIIe siècle, les porteurs d’eau
se multiplient et approvisionnent l’élite en lui livrant l’eau dans des jarres en terre
cuite, lui permettant ainsi de poursuivre sa cure thermale à domicile. Pour les moins
riches, le filtre domestique au sable et gravier ou au charbon demeure plus accessible
pour bénéficier d’une meilleure eau. Son utilisation fut très répandue dans la seconde
moitié du XIXe siècle à Paris. Parallèlement, des épidémies dévastatrices de typhoïde
et de choléra, causées par la contamination des puits, amenèrent plusieurs citoyens à se
tourner vers l’eau minérale embouteillée, d’autant plus que Louis PASTEUR avait
affirmé : « Nous buvons 90% de nos maladies. » (ROBIDOUX L. et al, 1998).
Vers 1900, grâce aux progrès de la microbiologie, la désinfection de l’eau par l’ozone
mit fin à l’utilisation des filtres de même qu’au métier de porteur d’eau en Europe. Il
faudra cependant attendre la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour que l’eau
minérale se débarrasse de son image de « remède ». L’explosion de la consommation
d’eau embouteillée principalement en Europe se fait immédiatement après la guerre
39-45. Suite à d’intenses bombardements, les canalisations et aqueducs furent mis à
dure épreuve, il fallait donc livrer l’eau dans des contenants. En général,
l’augmentation de la consommation d’eau embouteillée est intimement liée au
développement rapide de la société occidentale, à l’urbanisation, à la dégradation de
l’environnement, au progrès technique et à l’élévation du niveau de vie.
Les besoins individuels en eau de boisson sont estimés à environ 2 litres par jour pour
un adulte. Un nombre croissant de personnes se tourne vers les eaux de bouteille pour
répondre à une partie ou à l’intégralité de ces besoins individuels quotidiens. Les eaux
en bouteille sont perçues comme étant plus sûres et de meilleure qualité. Dans les pays
industrialisés, les consommateurs cherchent à retrouver la sécurité alimentaire perdue
suite aux nombreux scandales de l’agro-industrie et dans les pays en développement,
ils cherchent à se protéger contre les maladies hydriques ; même dans les pays
bénéficiant d’un accès à une eau de boisson sûre, les consommateurs préfèrent parfois
dépenser jusqu’à 1000 fois plus pour boire de l’eau en bouteille.
La consommation d’eau en bouteille progresse régulièrement dans le monde, aussi en
Afrique, depuis une trentaine d’années au sein de l’Industrie de l’alimentation et des
boissons, le secteur des eaux en bouteille est le plus dynamique: la consommation dans
le monde augmente, en moyenne, de 12% par an, en dépit du prix excessivement élevé
de l’eau en bouteille par rapport à l’eau du robinet (DESCROIX L, 2008).
Page |2

L’eau embouteillée est de l’eau qui a été emballée dans des contenants scellés pour la
consommation humaine. Il peut s’agir d’eau provenant de diverses sources (figure 1),
incluant des sources, des aquifères ou des réseaux municipaux, qui peut être traitée
pour la rendre propre à la consommation humaine (www.fne.asso.fr, 2017).

Figure 1 : Cycle de l’eau


Le développement du marché de l’eau de boisson embouteillée ou conditionnée en
Afrique est un phénomène relativement récent. Il pose de façon pragmatique la
question de l’égalité d’accès à une eau potable de qualité et soulève une multitude de
facettes qui s’interpénètrent. Celles-ci rejoignent les grandes problématiques associées
à la pénurie, à l’exploitation et à la distribution de l’eau sur ce continent et concernent
aussi bien des aspects environnementaux et de santé publique que des choix en matière
de gouvernance et de politique d’investissement (Niasse et al. , 2006 ; Merino, 2008).
Depuis les années 1980, déclarées « décennie mondiale de l’eau », cette question de
l’accessibilité à une eau de qualité et à moindre coût soulève débats et polémiques à
travers le monde. Plusieurs logiques qui s’affrontent, font écho à des réalités de terrain
complexes et diverses (Cans, 2001 ; Descroix, 2003 ; Larbi Bouguerra, 2003 ; Jaglin,
2005) : l’aménagement du réseau hydrographique, l’irrigation agricole, ou encore les
forages de puits, s’inscrivent comme des priorités nationales et internationales sur fond
d’aléas climatiques et parfois d’incertitudes politiques. Dans les zones à forte
concentration urbaine, le problème du traitement des eaux usées comme celui de la
mise en place et de l’entretien d’un réseau de distribution d’une eau répondant aux
normes de sécurité sanitaire reviennent avec insistance (Diagne, 2008).
Page |3

Dans le pays africains surtout pendant une période de forte chaleur comme en
République Démocratique du Congo pendant la saison des pluies, acheter des petites
unités d’eau à boire sous forme de bouteille, bidon ou sachet devient souvent la seule
alternative possible lorsque la REGIDESO, la société nationale chargée de la
distribution collective d’eau potable à travers tout le pays devient défaillante, ou
encore souffre d’une réputation assez douteuse, la demande est d’autant plus
importante que la population congolaise en général et kinoise en particulier est en
essor ; Plus le nombre d’habitants est grand plus la demande est importante et plus les
industries des eaux embouteillées deviennent de plus en plus nombreuses.
Etant donné que ces industries se multiplient, plusieurs pseudo-industries aussi se
mêlent dans le lot créant ainsi une confusion et générant par la même occasion des
inquiétudes majeures (la piraterie, l’usage des faux, empoisonnement des masses,
etc…).
Depuis peu s’est développé dans notre pays plus précisément à travers la ville de
Kinshasa, le commerce d’eau conditionnée en bidon de 5 dm3 (5 litres) et avec
possibilité de consignation du bidon moyennant une somme réduite.
Ce dernier aspect soulève diverses inquiétudes tant sur le plan de la qualité physico-
chimique que bactériologique liées aux questions d’obtention, de conditionnement et
stockage de ces eaux qui ne cessent de gagner de plus en plus la confiance de la
population congolaise en général et kinoise en particulier.
Plusieurs de ces Industries échappent aux contrôles de qualité des produits qu’elles
livrent à la consommation de la population.
En effet les informations clés dans la quasi majorité des eaux ne sont pas fournies. Il
s'agit de :
 l’Adresse ;
 la Composition : les paramètres physico-chimiques ;
 la date de fabrication ;
 la date d’expiration.
C’est dans cette perspective que nous nous sommes décidés de mener une étude sur la
qualité sanitaire de ces aux.
Notre objectif général est d’évaluer la qualité physico-chimique et bactériologique
de ces eaux en rapport avec les normes internationales contenues dans le codex
alimentarius (FAO et OMS).
Page |4

En outre les objectifs spécifiques poursuivis sont les suivants :


Sur le plan bactériologique :
 Déterminer le nombre de colonies des germes totaux ou germes mésophiles par
millilitre de solution
Sur le plan physico-chimique :
 Déterminer les concentrations de quelques cations (Mg2+, Fe2+, Ca2+, Al3+) ;
 Déterminer les concentrations de quelques anions (HCO3-, Cl-, NO3-, PO43-) ;
 Déterminer le pH, le TA et TAC ;
 Déterminer la dureté totale, magnésienne et calcique ;
 Déterminer la turbidité et quantité des matières en suspension ;
Notre travail trouve tout son intérêt dans sa contribution à l’étude microbiologique et
physico-chimique des eaux (des boissons) embouteillées vendues à travers la ville de
Kinshasa. Il se subdivise en deux grandes parties : l’une théorique et l’autre
expérimentale.
La partie théorique pose les bases conceptuelles et présente l’état de lieux des
industries des eaux de boisson embouteillées vendues dans la ville de Kinshasa, elle
est composée de deux grands chapitres. La partie expérimentale retraces les différentes
analyses faites au laboratoire liées à ce présent travail et tire une conclusion quant à ce,
elle n’est constituée que d’un seul chapitre.
Page |5

PARTIE THEORIQUE
Page |6

CHAPITRE PREMIER : GENERALITES SUR L’EAU (1, 2, 4, 5, 6, 7, 9,


11, 12, 14, 15, 25, 26)

I.1. INTRODUCTION

L'eau est la substance minérale la plus répandue à la surface du globe terrestre, elle
constitue l'hydrosphère, son volume est estimé à 1370 million de Km3, on estime entre
1,5 million de Km3 du volume d'eau douce répartie entre les fleuves, les lacs et les
eaux souterraines, les glaces et les calottes polaires représentent 25 millions de Km3 ;
enfin, il y a 50 000 Km3 sous forme vapeur et nuages (Lyonnaise des eaux, 2015).

C'est le constituant majeur de la matière vivante, il entre en moyenne pour 80 % dans


sa composition, chez les animaux supérieures, elle présente entre 60 % et 70 % du
poids total, plus de 98 % chez certains organismes marins tels que les méduses et
certaines algues.

Pour des raisons alimentaires (en particulier pour la boisson), l’homme recourt à
plusieurs types d’eau selon l’endroit (milieu de vie), les niveaux de développement, les
préférences personnelles, etc…

On distingue :

- Les eaux des sources ;


- Les eaux des puits ;
- L’eau du robinet ;
- L’eau embouteillée ;
- Etc.

I.2. CARACTERISTIQUES OU QUALITE DE L’EAU DE BOISSON

La qualité d’une eau peut être évaluée par un certain nombre de paramètres
microbiologiques et physico-chimiques. Nous donnons ci-après un aperçu des
quelques paramètres ainsi que les directives sur la qualité des eaux de boisson et les
méthodes d’analyse les plus usuelles.

I.2.1. LES PARAMETRES MICROBIOLOGIQUES (Regideso, 2015 ; Idrissa,


2013; J. Rodier et al, 2009)

La présence de micro-organismes (bactéries, virus et parasites) dans les eaux de


consommation est le plus souvent due à une dégradation de la qualité de la ressource
en eau, à une mauvaise protection ou un manque d’entretien des ouvrages, de captage,
à une défaillance du traitement de désinfection ou à une contamination de l’eau lors de
son transport ou stockage dans le réseau.
Page |7

La présence des micro-organismes dans l’eau de consommation peut engendrer un


risque à court terme pour le consommateur : maladies hydriques graves : fièvre
typhoïde, cholera et dysenterie.

Les méthodes pour rechercher les germes pathogènes dans l’eau sont longues et
complexes, c’est pourquoi la qualité microbiologique de l’eau est appréciée à partir de
la recherche de germes témoins de contamination fécale (Escherichia coli,
streptocoques et entérocoques). La mise en évidence de ces germes dans l’eau
témoigne de la possibilité de présence de germes pathogènes (Bakole, 2005).

Plusieurs techniques d’ensemencement sont utilisées notamment : la technique de


filtration sur membrane (coliformes) et la technique d’incorporation sur milieu gélosé
(germes totaux) pour ne citer que celles-là.

I.2.1.1. LES GERMES TOTAUX OU GERMES AEROBIES MESOPHILES


Les germes totaux sont également appelés flore totale ou germes aérobies mésophiles
hétérotrophes neutrophiles. Leur dénombrement concerne surtout les bactéries
aérobies mésophiles revivifiables après 72 h d’incubation à 30°C dans un milieu de
culture bien défini ; il est, en effet, presque impossible de réaliser en un seul test le
dénombrement de la flore totale réelle (composition du milieu, température
d’incubation, atmosphère etc.).

Ce nombre de germes totaux pourra représenter l’état de fraîcheur ou l’état de


décomposition du produit. Sur le produit manipulé ou soumis à divers traitements
technologiques, le dénombrement des germes totaux permettra de juger de la qualité
des opérations de production, transport, entreposage, etc.
Bien qu’il n’ait aucune norme (OMS) pour l’eau de robinet mais en ce qui concerne
les eaux embouteillées, l’OMS fixe la norme à 100 UFC/mL d’échantillon, par contre
une eau, même du robinet, avec un nombre élevé de germes totaux, dénote d’un
problème d’hygiène.

I.2.1.2. LES COLIFORMES TOTAUX & FECAUX

Les coliformes sont des entérobactéries qui fermentent le lactose avec production de
gaz à 30°C. Les coliformes fécaux, donc d’origine intestinale, sont des coliformes qui
fermentent le lactose avec production de gaz à 44°C (Tests de MAC CONKEY, 1901
ou d’EIJKMAN, 1904). On les assimile souvent aux coliformes thermotolérants tel
que Escherichia coli dont il existe de nombreux sérotypes, certains étant
entéropathogènes, et identifiable dans le groupe des coliformes fécaux par le test de
MACKENZIE (production d’indole à 44°C). Cette bactérie est le seul coliforme
résistant au phénol à 0,85 ‰.
Page |8

Le dénombrement des coliformes totaux considérés comme des germes indicateurs de


la qualité hygiénique d’un aliment.
Le dénombrement des coliformes fécaux est encore considéré comme un indice de
contamination fécale. Leur présence dans l’eau constitue un bon indice de
contamination fécale récente (matières fécales de l’homme et des animaux). Ces
bactéries sont souvent associées à des entérobactéries pathogènes comme Salmonella
et Shigella.
La croissance de certains de ces germes est possible sur un très grand nombre de
milieux ou d’aliments entre -2 et 50°C, entre pH 4,4 et 9.
La norme fixée par l’OMS pour les coliformes fécaux est de 0 UFC/100 mL
d’échantillon tandis qu’elle n’exprime pas de norme quant aux coliformes totaux.

I.2.1.3. LA NUMERATION d’Escherichia Coli

C’est un bon indice de contamination fécale. Ce germe peut être associé à des germes
pathogènes. La recherche d’E. coli entéropathogène ou entérotoxinogène est très
importante au point de vue sanitaire. Ces germes sont capables de provoquer des
diarrhées graves, en particulier chez les jeunes enfants avec des syndromes
ressemblant au choléra.

Le dénombrement élevé des entérobactéries est indicatrice des mauvaises conditions


de manipulation et de fabrication.
La norme fixé par l’OMS est de 0 UFC/100 mL d’échantillon.

I.2.2. LES PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES (Regideso, 2015 ; BULUKU


E., 2015 ; J. Rodier et al, 2009)

Outre les paramètres physico-chimiques proprement dits, nous avons en amont les
paramètres organoleptiques:

- PARAMETRES ORGANOLEPTIQUES

I.2.2.1. LA COULEUR

La couleur d’une eau est due aux seules substances en solutions. Elle est dite apparente
quand les substances en suspension y apportent leur propre coloration. Les couleurs
réelles et apparentes sont approximativement identiques dans l’eau claire et de faible
turbidité. Le consommateur rejette une eau dépassant 15 Hazen, cette valeur a été
retenue comme limite par l’OMS.
Page |9

I.2.2.2. L’ODEUR

Une eau destinée à la consommation doit être inodore non seulement au moment du
prélèvement mais aussi et surtout après quelques temps de conservation dans un vase
ou récipient clos à température ambiante. Toute odeur est un signe de pollution ou de
présence des matières organiques.

I.2.2.3. LE GOUT

Une eau doit être agréable à boire. L’intensité de la minéralisation de l’eau suivant
qu’elle est faible ou considérable implique un goût plus ou moins accentué. Une
saveur désagréable peut révéler la présence dans l’eau des substances indésirables
telles que les chlorophénols, les détergents, les rejets industriels, etc.

- PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES
I.2.2.4. LA TURBIDITE

La turbidité d’une eau est due à la présence des matières en suspension finement
divisées : argile, limons, grains de silice, matières organiques,… Dans un milieu
aqueux, elle donne une idée sur la teneur en matières colloïdales dans les contrôles des
épurations des eaux superficielles. Mais cette mesure ne donne pas des indications sur
la nature, la concentration et la taille des particules en suspension qui doivent faire
l’objet des mesures spécifiques.
L’OMS fixe la valeur limite à 5 UNT.

I.2.2.5. LE pH (potentiel en hydrogène)

Le pH détermine le degré d’acidité ou de basicité d’une solution, il est l’un des


paramètres opérationnels le plus importants. Les valeurs qui intéressent l’eau de
boisson sont pratiquement comprises entre 6.50 et 8.50.

I.2.2.6. La Conductivité et le TDS (total des sels dissous)

La conductivité électrique d’une eau traduit l’aptitude que possède celle-ci à laisser
passer le courant électrique. Le transport des charges se faisant par l’intermédiaire des
ions contenus dans l’eau, il est logique d’admettre que la conductivité d’une eau sera
d’autant plus importante que sa minéralisation sera élevée. Il existe donc une relation
entre la conductivité d’une eau et sa minéralisation, d’où l’intérêt que présente cette
mesure de conductivité.

L’OMS fixe la norme pour l’eau de boisson à 400 µS/Cm comme valeur moyenne.
P a g e | 10

I.2.2.7. RESIDUS SECS

Les résidus sec est un indicateur de minéralisation, elle exprime le taux de minéraux
recueillis après évaporation d’un litre d’eau soumis à 180 °C. Elle permet d’évaluer la
teneur en matières dissoutes et en suspension non volatiles ; ces valeurs peuvent être
recoupées à partir de la mesure de la conductivité.

Pour les valeurs inférieures à 600 mg/L, l’acceptabilité par le consommateur est bonne
au-dessus de 1200 mg/L, l’eau devient désagréable.

Pour des raisons des saveurs, l’OMS recommande une valeur limite de 1000 mg/L.

I.2.2.8. L’ALCALINITE

L’alcalinité d’une eau correspond à la présence des hydrogénocarbonates (de Calcium,


de Magnésium, de sodium et de Phosphore), carbonates et hydroxydes. Cette alcalinité
est mesurée par l’addition à l’eau d’une solution titrée acide.

L’alcalinité est reliée de façon étroite au pH et à l’acide carbonique dissous, ces 3


facteurs étant d’ailleurs en stricte interdépendance.
Pour cela, on distingue deux expressions pour la contrôler :
Le titre alcalimétrique simple (TA) : permet de connaitre la teneur en hydroxyde
(OH-) plus une partie de carbonate. Le titre alcalimétrique simple ou TA, exprimé en
degré français, est égal au nombre de cm3 d’HCl N/50 nécessaires pour neutraliser en
présence de phénolphtaléine 100 cm3 d’eau.
Le titre alcalimétrique complet (TAC) : permet de connaitre la teneur en hydroxydes,
carbonates et hydrogénocarbonates alcalins et alcalino-terreux. Le titre alcalimétrique
complet ou TAC, exprimé en degré français, est égal au nombre de cm3 d’HCl N/50
nécessaires pour neutraliser en présence de méthylorange 100 cm3 d’eau.
Les réactions responsables de cette interdépendance sont les suivantes :
Réactions d’hydrolyse des bicarbonates et carbonates
HCO3- + H2O OH- + H2CO3
CO32- + H2O OH- + HCO3-
A cause des ions OH- libres, la réaction résultante sera alcaline.
Réactions d’équilibre bicarbonates - carbonates
Ca(HCO3)2 CaCO3 + H2O + CO2
2HCO3- CO32- + H2CO3 (H2O+CO2)
Les bicarbonates ont un fort pouvoir tampon de pH (amortissement des fluctuations de
pH).
P a g e | 11

I.2.2.9. DURETE – TITRE HYDROTIMETRIE (TH)


La dureté ou titre hydrotimétrique d’une eau correspond à la somme des
concentrations en cations métalliques à l’exception de ceux des métaux alcalins et de
l’hydrogène. Elle représente la somme des concentrations en cations polyvalents.
Dans la plupart de cas, elle est surtout due aux ions calcium Ca2+ et magnésium Mg2+
auxquels s’ajoutent quelquefois les ions fer (III) Fe3+, aluminium Al3+, manganèse (II)
Mn2+. Les sels de calcium et de magnésium qui sont les principaux constituants
minéraux des eaux, réagissent avec le savon pour donner des composés insolubles.
Tant que tout le calcium et tout le magnésium ne sont pas précipités, le savon ne
mousse pas ; la consommation de savon d’une eau est donc un indice de sa dureté.
Le calcium et magnésium se dissolvent généralement sous forme de bicarbonates
solubles, mais ceux-ci peuvent se transformer, par chauffage en carbonates moins
solubles, qui précipitent et sont une des causes d’incrustations dans les conduites de
distribution et les chaudières.
La dureté s’exprime en degré français ; peut aussi être exprimé en méq.g/L de
concentration ou en mg/L de CaCO3.
Avec 1 degré français = 10 mg/L de CaCO3 = 0,2 méq/L
On distingue :
 La dureté totale ou titre hydrotimétrique (TH) qui est la somme des
concentrations calcique et magnésienne ;
 La dureté calcique qui correspond à la teneur globale en sels de calcium,
appelée aussi titre hydrotimétrique calcique THCa ;
 La dureté magnésienne qui correspond à la teneur globale en sels de
magnésium. Elle est égale à TH – THC : THMg ;
 La dureté permanente ou non carbonatée P : c’est la dureté qui persiste après
ébullition de l’eau. Elle est égale à TH – TAC. Elle représente la teneur en
sulfates et en chlorures de Ca et de Mg.
Elles sont souvent mesurées par complexométrie.
P a g e | 12

I.2.2.10. LES CHLORURES (Cl-)

Les teneurs en chlorures des eaux sont extrêmement variées et liées principalement à
la nature des terrains traversés. Ainsi les eaux courantes exemptes de pollution ont une
teneur généralement inférieure à 25 mg/L, en ce qui concerne les eaux destinées à la
consommation humaine, on considère que la teneur moyenne en chlorures est de 200
mg/L (Cl-).
Les teneurs en chlorures des eaux naturelles sont susceptibles de variations
provoquées :
- Dans les zones arides par lessivage superficiels en cas de fortes pluies ;
- Dans les zones urbaines et industrielles par la pollution liée à des eaux usées
- En zones côtière par des infiltrations d’eau de mer dans les nappes, en
particulier lors des pompages excessifs.
La présence des chlorures est un signe de pollution d’origine humaine ou animale. Il
est recommandé par l’OMS qu’une eau destinée à la consommation ne dépasse pas
250 mg/L de chlorures.
I.2.2.11. LES IONS NITRATES (NO-3) et NITRITES (NO-2)

La présence des nitrates dans les eaux est due :

- à leur présence naturelle dans l’environnement,


- à une contamination de la ressource en eau par des activités humaines (rejets
urbains ou industriels, pollution agricole due aux engrais minéraux et
organiques).

Toutes les formes d’azote (azote organique, ammoniaque, nitrites, etc.) sont
susceptibles d’être à l’origine des nitrates par un processus d’oxydation biologique.
Dans les eaux naturelles non polluées, le taux de nitrates est très variable suivant la
saison et l’origine des eaux ; il peut varier de 1 à 15 mg/L et une concentration de 2 ou
3 mg/L peut être considérée normale.

Dans l’organisme humain, les nitrates se transforment en nitrites, ce qui présente un


risque pour la santé, par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang en
empêchant un transport correct de l’oxygène par les globules rouges. Chez les très
jeunes enfants de moins de 6 mois, cette maladie appelée méthémoglobinémie,
provoque des cyanoses parfois sévères. Les femmes enceintes, les nourrissons et les
personnes âgées sont les populations les plus sensibles.

Les nitrates sont recherchés au niveau des ressources en eau utilisées pour la
production d’eau potable, à la sortie des installations de production d’eau potable ou
sur le réseau de distribution publique.
P a g e | 13

La valeur limite recommandée par l’OMS est de 25 mg/L pour le nitrate NO-3 et
0.1 mg/L pour le nitrite NO-2.
I.3. POTABILITE DE L’EAU

Les eaux destinées à la consommation humaine doivent être potables, c’est-à-dire une
eau qu’on peut boire toute une vie sans risque pour la santé, elle est définie comme
étant une eau ayant les caractéristiques microbiennes, chimiques et physiques qui
répondent aux directives ou aux normes internationales relatives à la qualité de l’eau
de boisson (OMS, 2004).

A chaque fois qu’une eau destinée à la consommation ne répondra pas aux critères de
potabilité, elle devra être traitée.

I.3.1. TRAITEMENT DE L’EAU (BESSEDIK M., 2015)

Il existe plusieurs techniques de traitement de l’eau dont nous passerons en revue


celles les plus utilisées :

I.3.1.1. LA CLARIFICATION

Cette opération consiste à éliminer autant que possible les particules dissoutes et en
suspension dans l’eau. Elle peut ou ne pas comporter toutes les étapes suivantes en
fonction de la turbidité mesurée :

- La coagulation et la floculation ;
- La décantation ;
- La filtration.

I.3.1.2. LA FILTRATION

La filtration est un procédé permettant de séparer les constituants d'un mélange qui
possède une phase liquide et une phase solide au travers d'un milieu poreux.

L'utilisation d'un filtre permet de retenir les particules du mélange hétérogène qui sont
plus grosses que les trous du filtre (porosité). On peut aussi nommer différemment
l'opération de filtration suivant la taille des pores du filtre :
- filtration clarifiante : diamètre des pores entre 10 et 450 µm ;
- microfiltration : diamètre des pores entre 10 ou 20 nm et 10 µm ;
- ultrafiltration : diamètre des pores entre 1 ou 2 et 10 ou 20 nm ;
- osmose inverse : diamètre des pores entre 0,1 et 1 nm
P a g e | 14

 La microfiltration
La microfiltration est un traitement utilisé par une majorité d’embouteilleurs et permet
de séparer les matières solides du liquide au moyen d’une membrane poreuse. Il existe
trois catégories de traitement par microfiltration soit :

o ceux qui permettent l’élimination des matières instables et non dissoutes;


o ceux qui influence la population de pathogènes et de microbes; et,
o ceux qui influent sur la composition chimique.
Les deux dernières techniques sont généralement utilisées pour traiter l’eau de source
et l’eau du robinet. Quant à la première catégorie, on l’utilise essentiellement dans le
traitement des eaux minérales. Les multiples traitements par filtration utilisés pour les
industries visent à éliminer les plus petites particules et à protéger les filtres, encore
plus fins, utilisés en aval du processus.

Photo 1 : Tubes à micro filtration


 L’osmose inversée ou osmose inverse
L'osmose inverse est un procédé de filtration à travers une membrane semi-perméable
à l'inverse du gradient osmotique par application d'une pression sur le liquide à filtrer,
elle consiste à forcer le passage de l’eau au travers une membrane semi-perméable
capable de bloquer près de 90 % de tous les constituants. Généralement, cette
technique est recommandée pour les eaux à forte teneur en minéraux. Peu coûteuse,
l’osmose inversée, comme son nom l’indique, est le contraire du phénomène naturel de
l’osmose. Il existe des appareils domestiques fonctionnant selon ce principe et que l’on
peut installer sous l’évier de la cuisine. En fait, on peut se procurer un appareil
domestique de traitement par osmose inversée partout pour plus ou moins une somme
de 500 $. Contrairement à ce que les grandes industries laissent entendre, on est loin
des technologies de l’ère spatiale. Cependant, certains croient que les appareils
domestiques représentent des lieux propices au développement de bactéries
responsables de certains types de pneumonies.
P a g e | 15

Bien qu’ils ne représentent qu’un risque très faible pour la santé d’individus en bonne
santé, ils peuvent mettre en danger les personnes souffrant d’immunodéficience (Tony
Clarke, 2005).
Elle est utilisée dans la désalinisation de l'eau de mer et la production d'eau purifiée ;
dans l'industrie agroalimentaire pour concentrer sirops de fruit, mélasses, moûts, lait,
etc.

Figure 3 : Dispositif à osmose inversée

I.3.1.3. LA DISTILLATION

Ce procédé consiste à mettre sous forme de vapeur l’eau de mer, en la portant à


ébullition, pour pouvoir séparer l’eau pure du sel et des autres composants qui
pourraient empêcher l’eau d’être potable. Il s’agit de chauffer l’eau de mer pour en
vaporiser une partie. La vapeur ainsi produite ne contient pas de sels, il suffit alors
de refaire passer cette vapeur à l’état liquide en la refroidissant pour obtenir de
l’eau potable. C’est le premier procédé qui a été mis en œuvre dans les usines de
dessalement et est encore utilisé de nos jours.

La distillation occupe aujourd’hui environ 60% du marché mondial du


dessalement. La distillation est la plus vielle et la plus rustique des techniques de
dessalement. En fait elle reproduit en milieu industriel le processus naturel de
dessalement. L’inconvénient majeur des procédés de distillation est leur
consommation énergétique importante.
P a g e | 16

I.3.1.4. LA CHLORATION

La chloration est un moyen simple et efficace pour désinfecter l’eau en vue de la


rendre potable. Elle consiste à introduire des produits chlorés (pastilles de chlore,
eau de javel,….) dans de l’eau pour tuer les micro-organismes pathogènes qu’elle
contient. Après un temps d’action d’environ 30 minutes, l’eau est normalement
potable. Elle le reste pendant quelques heures ou jours (en fonction des conditions
de stockage) grâce à l’effet rémanent du chlore.

Dans les grands réseaux de distribution d’eau potable, du chlore est ajouté dans
l’eau pour que l’eau ne soit pas contaminée pendant son transport depuis l’usine de
traitement jusqu’à l’utilisateur. Par ailleurs, la chloration est utilisée à l’échelle
individuelle, familiale ou collective dans de nombreux pays en développement là
où l’eau disponible est susceptible d’être contaminée. Elle est aussi mise en place
par les organismes de solidarité internationale dans des situations d’urgence.

Le traitement de l’eau par chloration permet d’éliminer de façon simple et à faible


coût la plupart des microbes, bactéries, virus et germes responsables de maladies
comme la dysenterie, la typhoïde et le choléra. Il ne peut toutefois détruire certains
microorganismes parasites pathogènes. La chloration désinfecte donc l’eau mais ne
la purifie pas entièrement. La chloration est appropriée dans tous les milieux où les
sources d’eau ne sont pas de qualité suffisante et où des produits chlorés adaptés
sont disponibles.
Le chlore, ou ses dérivés chlorés, est un oxydant puissant qui, mélangé à l’eau,
détruit les matières organiques qu’elle contient, et en particulier les virus
pathogènes et les microbes en une demie heure. Une partie importante du chlore
étant nécessaire pour neutraliser ces matières organiques, il n’en reste cependant
qu’une partie, appelée chlore résiduel libre, pour traiter la contamination éventuelle
ultérieure de l’eau dans le réseau ou les habitations. La concentration en chlore
libre de l’eau traitée doit être selon l’OMS de 5 mg/L maximum. Il faut donc
utiliser assez de chlore pour qu’il en reste assez une fois l’eau traitée, sauf
consommation immédiate.

Il existe plusieurs procédés de chloration, lesquels varient d’ailleurs selon la qualité


de l’eau à traiter. La chloration n’est en effet efficace que sur une eau claire,
turbidité 5 UNT si pas 1 UNT, sinon il faut procéder à un traitement préliminaire,
la clarification. Les produits les plus utilisés sont les plus souvent :
- Eau de javel,
- Hypochlorite de calcium.
P a g e | 17

I.3.1.5. LES ULTRAVIOLETS (UV)

Le traitement de l'eau par rayonnement UV, a un effet bactéricide, les rayons ultra-
violets sont des ondes électromagnétiques qui regroupent des fréquences oscillants
entre 10 et 400 nm (10 nm étant la limite des rayons X et 400 nm la limite des
radiations visibles).

L'action stérilisante, est due à la perturbation apportée par les radiations ultra-
violettes dans la structure chimique des constituants de la cellule vivante, et par
suite, de leur fonctionnement.
Le système de décontamination de l'eau par UV possède de nombreux avantages.
Le plus intéressant est que la désinfection s'accompagne de la formation d'aucun
produit de réaction avec les matières organiques de l'eau. L'utilisation de l'appareil
est simple, il est adaptable sur un circuit de distribution d'eau déjà en place, son
entretien réduit et son coût de fonctionnement est relativement bas.
Ces avantages sont contrecarrés par quelques inconvénients majeurs. Il n'y a pas
de possibilité d'apprécier de façon immédiate l'efficacité du traitement par la
mesure d'un résiduel comme dans le cas d'un oxydant chimique. Il n'y a pas d'effet
rémanent. L'emploi de la désinfection par UV est donc réservé à la désinfection
d'eaux dont le circuit de distribution est court et bien entretenu. Enfin, le bon
fonctionnement de l'appareil nécessite une eau de bonne transmittance, c'est à dire
une turbidité inférieure à 1 UNT.

I.3.1.6. OZONATION

L'ozone est un gaz oxydant qui désinfecte l'eau par oxydation des composants
indésirables qu'elle véhicule. Son procédé est généralement jugé plus efficace que
les autres types de traitements (chimique, manuel ou automatique), car tous les
micro-organismes contenus dans l'eau (bactéries, germes, algues) sont
systématiquement détruits au contact de l'ozone.

Une fois ajouté à l’eau, l’ozone agit de deux façons. Dans un premier temps, il agit
comme désinfectant en éliminant les virus, les bactéries et les parasites, dont le
giardia et le cryptosporidium. Dans un deuxième temps, ses propriétés oxydantes
éliminent les éléments qui donnent à l’eau un mauvais goût ou une mauvaise
odeur. La plupart des usines d’embouteillage dans le monde utilisent l’ozone afin
d’assurer la fraîcheur de l’eau embouteillée et aussi afin que l’eau contenue dans la
bouteille soit exempte de bactéries. L’ozonation est donc souvent la dernière étape
du processus de traitement chez les embouteilleurs.
Cependant, l’emploi de l’ozone n’est pas sans risque.
P a g e | 18

Ce procédé restant délicat à manier (risque de concentration dans l'air devenant


nocif) et assez onéreux à acquérir et à employer (prix d'achat, consommation
électrique), l'ozonateur équipe plutôt les collectivités et les entreprises. Mais on
l'utilise également pour les piscines, jacuzzis et spas publics et privés.
Autre inconvénient ; il n’est pas rémanent pour le réseau de distribution.
I.3.2. LES DIRECTIVES DE L’OMS

I.3.2.1. QUALITE DE L’EAU ET SANTE DE L’ETRE HUMAIN

La qualité de l’eau de boisson est un problème de santé universel. L’eau est essentielle
pour la vie, Pouvoir s’approvisionner en eau potable est un besoin élémentaire et
plus encore, un droit fondamental, disait Kofi Annan, Ancien Secrétaire général de
l’Organisation des Nations Unies (Noémie Galvez, 2010).

Garantir aux hommes une eau de bonne qualité est une mesure efficace de protection
de la santé. Il a été signalé que le nombre de cas de maladies diarrhéiques chez les
enfants a diminué d’environ un tiers dans le cadre de projets mis en place pour aider
les ménages pauvres à traiter l’eau chez eux et à se protéger contre la recontamination.

Même si des millions de personnes disposent quotidiennement d’eau de boisson


salubre, notamment dans les pays industrialisés, des améliorations s’imposent avant
d’éviter des incidents tels que la poussée de cryptosporidiose à Milwaukee (États-
Unis d’Amérique) qui a touché 400000 personnes et la poussée d’infection à E. coli et
à Campylobacter à Walkerton (Canada) qui a infecté plus de 2000 personnes et en a
tué sept.
En outre, la présence de produits chimiques dans l’eau de boisson continue à faire la
une de l’actualité
Les dangers liés aux produits chimiques dans l’eau de boisson entraînant de très
nombreux effets sur la santé ne sont pas limités. Les «gros problèmes» sont
probablement l’arsenic, les fluorures et les nitrates/nitrites.
 La présence d’arsenic constitue toujours un problème majeur de santé publique
au Bangladesh et survient de plus en plus dans des pays aussi différents que les
États-Unis.
 La présence, à laquelle peu d’attention a été prêtée, de fluorures naturels dans
les eaux souterraines de certains des pays les moins avancés atteint gravement
des dizaines de millions de personnes et entraîne des effets invalidants.
 La présence de cyanobactéries toxiques dans l’eau a fait les gros titres de
l’actualité en Californie (États-Unis) et inquiète de plus en plus ailleurs
(Noémie Galvez, 2010).
P a g e | 19

 ASPECTS MICROBIOLOGIQUES
Toutes les éclosions de maladies d’origine hydrique sont évitables. Les pathogènes ne
peuvent causer la mort et la maladie chez les humains qu’en cas d’échec de la
protection des sources d’eau, de l’élimination des pathogènes par la désinfection ou la
filtration, ou de l’intégrité des réseaux de distribution.

D’autres facteurs font augmenter le risque de maladie d’origine hydrique, notamment :


les pathogènes nouvellement découverts qui résistent à la désinfection; les
changements apportés par les humains aux écosystèmes aquatiques, y compris
l’eutrophisation, la modification des réseaux trophiques, l’introduction d’espèces
nuisibles et non indigènes et la création d’aires de reproduction pour les vecteurs de
maladie ; l’accroissement de la densité de la production agricole à proximité des zones
d’habitation et la détérioration de l’infrastructure hydraulique en milieu urbain.

Les experts en santé publique conviennent généralement que les pathogènes


microbiologiques représentent le plus gros risque associé à l’eau potable. Ces
pathogènes peuvent causer l’apparition de maladies responsables de graves problèmes
de santé pour une forte proportion de la population touchée (David Boyd R., 2007).

 ASPECTS CHIMIQUES
Les préoccupations sanitaires associées aux constituants chimiques de l’eau de boisson
sont de nature différente de celles suscitées par la contamination microbienne et
résultent principalement de la capacité de ces constituants chimiques à provoquer des
effets nocifs pour la santé à l’issue de durées d’exposition prolongées. Il existe peu de
constituants chimiques de l’eau susceptibles d’entraîner des problèmes de santé après
une exposition unique, sauf en cas de contamination accidentelle massive d’un
approvisionnement en eau de boisson. En outre, l’expérience montre que, dans une
forte proportion des cas d’incidents de ce type, mais non tous, l’eau devient imbuvable
en raison d’un goût, d’une odeur ou d’un aspect inacceptable.

Dans les situations où il n’existe pas de risque qu’une exposition à court terme
conduise à des dommages pour la santé, il est souvent plus efficace de concentrer les
ressources disponibles à des actions correctives visant à déterminer et à éliminer la
source de contamination plutôt qu’à mettre en place un traitement coûteux de l’eau de
boisson, destiné à éliminer le constituant chimique en question.

De nombreux produits chimiques peuvent être présents dans l’eau de boisson.


Toutefois, seul un petit nombre d’entre eux est immédiatement préoccupant sur le plan
sanitaire en toutes circonstances.
P a g e | 20

Il convient d’organiser les priorités accordées à la surveillance des différents produits


chimiques et aux actions pour remédier à leur présence dans l’eau de boisson de
manière à éviter que des moyens limités soient inutilement affectés à des produits
faiblement ou non préoccupants pour la santé.
L’exposition à de fortes concentrations d’ions fluorure, dont la présence dans l’eau
peut être d’origine naturelle, conduit parfois à une coloration en brun des dents et, dans
les cas graves, à une fluorose osseuse paralysante. De même, l’eau peut contenir
naturellement de l’arsenic et une exposition excessive à l’arsenic présent dans l’eau de
boisson conduit parfois à un risque notable de cancer et de lésions cutanées. D’autres
substances chimiques d’origine naturelle, dont l’uranium et le sélénium, peuvent
inspirer d’autres préoccupations pour la santé lorsqu’elles sont présentes en excès.

La présence de nitrates et de nitrites dans l’eau est associée à la méthémoglobinémie,


notamment chez les enfants nourris au biberon. La présence de nitrates peut résulter de
l’épandage excessif d’engrais ou de la lixiviation des eaux usées ou d’autres déchets
organiques vers les eaux de surface et les eaux souterraines.
Dans les zones où l’on trouve des eaux agressives et acides, en particulier, l’utilisation
de tuyauteries et d’accessoires de robinetterie en plomb ou de soudure peut se traduire
par une augmentation des concentrations de plomb dans l’eau de boisson, d’où des
effets neurologiques néfastes.

Il existe peu de produits chimiques pour lesquels la contribution provenant de l’eau de


boisson dans la dose absorbée globale est un facteur important dans la prévention de
maladies. Comme exemple de tels produits, on peut citer l’ion fluorure dont la
présence dans l’eau de boisson favorise la prévention des caries dentaires. Les
Directives de l’OMS ne tentent pas de définir des concentrations minimales
souhaitables de ces substances dans l’eau de boisson.
Des valeurs guides sont établies pour de nombreux constituants chimiques de l’eau de
boisson. Une valeur guide représente normalement la concentration à laquelle un
constituant n’entraîne aucun risque notable pour la santé lorsque l’eau qui le contient
est consommée sur la durée totale d’une vie. Un certain nombre de valeurs guides
provisoires a été défini sur la base des concentrations que l’on peut obtenir, dans la
pratique, par un traitement ou par voie analytique. Dans ces cas, la valeur guide est
plus élevée que la valeur calculée à partir de critères sanitaires.
P a g e | 21

 LES ELEMENTS MINERAUX


À l'état naturel, l'eau contient une variété d’éléments minéraux (magnésium, calcium,
potassium, sodium, sulfate, fer, etc...). Les teneurs de minéraux dissous varient d'un
endroit à l'autre, selon la composition du sol. En fait, l'eau est l’un des plus puissants
solvants qui existent, elle peut dissoudre à peu près tous les minéraux sur son passage
(www.ecosynthese.com, 2017).

 MINERAUX DISSOUS OU TDS

On exprime en général la quantité totale de minéraux dissous à l'aide d'une valeur


exprimée en mg/L, ou partie par million (ppm). (en anglais: TDS - Total Dissolved
Solids). Le niveau TDS de l'eau est constitué principalement des minéraux suivants:
carbonates, bicarbonates, chlorures, sulfates, phosphates, nitrates, calcium,
magnésium, sodium, potassium, fer, manganèse et quelques autres. Les sédiments non-
dissous ne font pas partie de cette mesure.

 MINERALITE ET GOUT DE L'EAU

Ce sont les minéraux qui donnent un goût à l'eau. Une eau très faiblement minéralisée
aura un goût plat et sans vie (insipide). À l'inverse, plus une eau possède un fort niveau
de minéraux, plus elle aura un goût distinctif (www.ecoconso.be/, 2017).

 MINERALITE ET SANTE

Notre corps a besoin des minéraux contenus dans l'eau pour fonctionner correctement
et pour maintenir une bonne santé. Traditionnellement, les eaux minérales ont été
consommées à des fins thérapeutiques, pour palier une carence d'un minéral ou un
autre. De nos jours, la publicité pour les eaux fortement minéralisées, utilise encore cet
aspect, en ciblant plus particulièrement une certaine clientèle, comme par exemple les
femmes pour l'eau ayant un fort taux de calcium. Quant aux eaux très faiblement
minéralisées, certains médecins déconseillent également de boire régulièrement ce
genre d'eau parce que cela revient à diluer les niveaux de minéraux dans le corps. Dans
les deux cas, on ne recommande pas ce genre d'eau pour les enfants en très bas âge
(www.ecoconso.be/, 2017).
P a g e | 22

 EFFETS DES QUELQUES IONS DANS L’EAU


 L’effet des chlorures est pratique. En quantité élevée, il donne un goût
désagréable à l’eau et peut provoquer un accroissement de la corrosion des
conduites. C’est pourquoi la recommandation de l’OMS concernant ce produit
est de 250 mg/L. Le seul traitement efficace pour l’élimination des chlorures est
l’osmose inverse et l’enlèvement optimal est obtenu en ajoutant du charbon
actif granulaire avant les membranes (BESSEDIK M., 2015).
 La présence de nitrates dans l’eau potable peut avoir un impact sur la santé des
nourrissons de moins de trois mois et, dans une moindre mesure, sur les
personnes âgées consommant de l’eau potable contenant une quantité
appréciable de nitrates. C’est pourquoi la norme de l’OMS quant à la teneur
dans l’eau potable de ce produit a été fixée à 25 mg/L (BESSEDIK M., 2015).

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) édicte des directives ou recommandation


pour un certain nombre des paramètres.

On distingue 2 catégories :

- Les paramètres ayant un impact direct sur la santé, leurs valeurs sont
impératives,
- Les paramètres sans effet sanitaire direct.

Le tableau 1 ci-dessous reprend les normes édictées par l’OMS pour l’eau de boisson
en général.
P a g e | 23

Tableau 1 : Directives de l’OMS pour l’analyse de paramètres de potabilité des eaux de boissons (OMS 3e ed., 2004)

PARAMETRES OMS
Sans effet sanitaire* Effet sur la santé** Valeur
1. MICROBIOLOGIQUES
Germes totaux + Max 100 UFC/mL
Coliformes fécaux + 0 UFC/100 mL
Coliformes totaux + -
2. PHYSICO-CHIMIQUES
Coloration (couleur) + Max 15 HAZEN
Turbidité + Max 5 UNT
pH + 6,5 – 8,5
Aluminium + Max 0,2mg/L
Ammoniaque + Max 0,02 mg/L
Antimoine + -
Argent + Max 0,05 mg/L
Arsenic + Max 0,05 mg/L
Baryum + Max 1 mg/L
Bore + Max 5 mg/L
Cadmium + Max 0,005mg/L
Chlorures + Max 250 mg/L
Chrome total + Max 0,05 mg/L
Conductivité + 400 µS/Cm
Cuivre + Max 1 mg/L
Cyanure + Max 0,05mg/L
Fer + Max 0,3 mg/L
Fluorure + Max 1,50 mg/L
P a g e | 24

Manganèse + Max 0,1 mg/L


Matières oxydables ( MO) + -
Mercure + Max 0,001 mg/L
Nitrates + Max 25 mg/L
Nitrites + Max 0,1 mg/L
Pesticides + Max 0,1 mg/L
Phénol + Max 0,002 mg/L
Plomb + Max 0,05 mg/L
Sélénium + Max 0,01 mg/L
Sodium + Max 200 mg/L
Sulfates + Max 250 mg/L
Sulfure (H2S) + Max 0,05 mg/L
Titre alcalimétrique (TA) + -
Titre alcalimétrique complet (TAC) + -
Uranium + Max 0,02 mg/L
** : Paramètre présentant un effet négatif sur la santé humaine
*: Paramètre sans risque sur la santé humaine mais réglementé pour raison d’esthétique, de traitement ou d’acceptabilité.
P a g e | 25

CHAPITRE DEUXIEME : EAUX EMBOUTEILLEES (3, 13, 14, 16, 17,


21, 27, 28, 29, 31)

II.1. HISTORIQUE

Dans la dernière décennie, les ventes d’eau embouteillée ont explosé partout dans le
monde. C’est maintenant le segment de l’industrie des boissons qui présente la plus
grande croissance. Aux États-Unis seulement, la consommation d’eau embouteillée a
presque doublée entre 1995 et 2005 passant de 48 litres par personne à 97 litres. Au
Québec, la consommation par personne est passée d’une quinzaine de litres au début
des années 1990 à plus de 50 litres en 2001.

Actuellement, l’eau en bouteille se range deuxième dans le classement des boissons


commerciales vendues aux États-Unis sur la base du volume, derrière les boissons
gazeuses. En chiffres, on parle de près de 30 milliards de litres embouteillés en 2005
pour des ventes atteignant les 10 milliards de dollars américains. Au Canada, on parlait
d’un milliard de litres vendus en 2003 pour des recettes frôlant les 700 millions de
dollars.
Alors que l’eau en bouteille n’était qu’un luxe occasionnel ou une mode passagère à
ses débuts, elle occupe maintenant une place importante dans la diète des gens du
globe terrestre.

II.2. CATEGORIES

Les eaux embouteillées se répartissent en trois grandes catégories : les eaux minérales
naturelles, les eaux de source et les eaux de table.

I.2.1. EAUX MINERALES NATURELLES

L’eau minérale naturelle est une eau qui se distingue nettement de l’eau de boisson
ordinaire du fait qu’elle est :

 caractérisée par sa teneur en certains sels minéraux, les proportions relatives de


ces sels et la présence d’oligo-éléments ou d’autres constituants;
 elle provient directement de nappes souterraines par des émergences naturelles
ou forées (pour lesquelles toutes les précautions devraient être prises afin
d’éviter toute pollution ou influence extérieure sur les propriétés physiques et
chimiques de l’eau minérale naturelle), elle est captée dans des conditions qui
garantissent la pureté microbiologique et la composition chimique de ses
constituants essentiels;
 elle est constante dans sa composition et stable dans son débit et sa température,
compte tenu des cycles de fluctuations naturelles mineures;
P a g e | 26

 elle est conditionnée à proximité de l’émergence de la source avec des


précautions d’hygiène particulières;
 elle n’est soumise à aucun traitement autre que ceux autorisés par la norme
CODEX STAN 108 (FAO/OMS, 2007)
Une Eau minérale naturelle peut être :
 naturellement gazeuse

Une eau minérale naturelle naturellement gazeuse est une eau dont la teneur en
gaz carbonique est, après traitement éventuel conformément à la norme
CODEX STAN 108-1981 dans sa Section 3.1.1. Il s’agit du gaz carbonique
spontanément et visiblement dégagé dans des conditions normales de
température et de pression.

 non gazeuse

Une eau minérale naturelle non gazeuse est une eau minérale naturelle qui, à
l’état naturel et après traitement éventuel conformément à la norme CODEX
STAN 108-1981 dans sa section 3.1.1 et conditionnement, compte tenu des
tolérances techniques usuelles, ne contient pas de gaz carbonique libre en
proportion supérieure à la quantité nécessaire pour maintenir dissous les sels
hydrogénocarbonates présents dans l’eau.

 dégazéifiée

Une eau minérale naturelle dégazéifiée est une eau minérale naturelle dont la
teneur en gaz carbonique, après traitement éventuel conformément à la norme
CODEX STAN 108-1981 dans sa section 3.1.1 et conditionnement, n’est pas
la même qu’à l’émergence et qui ne dégage pas visiblement et spontanément de
gaz carbonique dans des conditions normales de température et de pression.

 renforcée au gaz carbonique de la source

Une eau minérale naturelle renforcée au gaz carbonique de la source est une
eau minérale naturelle dont la teneur en gaz carbonique, après traitement
éventuel conformément à la norme CODEX STAN 108-1981 et
conditionnement, est supérieur à sa teneur en gaz carbonique à l’émergence.

 gazéifiée

Une eau minérale naturelle gazéifiée est une eau minérale naturelle rendue
gazeuse, après traitement éventuel conformément à la norme CODEX STAN
108-1981 (FAO/OMS, 2007).
P a g e | 27

II.2.2. EAUX DE SOURCE

Une eau de source est une eau d’origine souterraine microbiologiquement saine et
protégée contre les risques de pollutions, apte à la consommation humaine sans
traitement ni adjonction, qu’une séparation des éléments instables et d’une
sédimentation des matières en suspension par décantation ou filtration et/ou d’une
incorporation. La qualité des eaux de source dépend des caractéristiques
géologiques de la nappe et des voies souterraines suivies. Elles doivent répondre
aux mêmes normes de qualité que l'eau de distribution et recevoir l'autorisation du
Ministère de la Santé publique pour être commercialisées. Le producteur est obligé
de conditionner l’eau sur les lieux de captage dans des récipients clos destinés au
consommateur.

II.2.3. EAUX DE TABLE

Il s'agit d'eau du robinet (ou de puits), mise en bouteille, après traitement,


stérilisation et parfois, ajout de minéraux. Elles sont de composition variable,
peuvent être gazéifiées et décolorées. Elles doivent satisfaire aux prescriptions
légales qui s'appliquent à l'eau de distribution.

Dans tous les cas lorsque la composition d'un des minéraux est dominante, on utilise
souvent un terme spécifique pour la décrire :

 Eau bicarbonatée • Bicarbonate > 600 ppm


 Eau sulfatée • Sulfates > 200 ppm
 Eau chlorée • Chlore > 200 ppm
 Eau calcique • Calcium > 150 ppm
 Eau magnésique • Magnésium > 50 ppm
 Eau fluorée • Fluor > 1 ppm
 Eau ferreuse • Fer > 1 ppm
 Eau sodique • Sodium > 200 ppm
 Eau dure • Calcium & Magnésium élevés
 Eau douce • Calcium & Sodium faibles
P a g e | 28

Figure 2 : Différence entre eau de robinet, eau de source et eau minérale naturelle
Source : Chambre syndicale des eaux minérales (CSEM)/France.

II.3. BREF APERÇU SUR LES INDUSTRIES DES EAUX EMBOUTEILLEES


DANS LA VILLE DE KINSHASA
II.3.1. HISTORIQUE

En RD Congo, le marché de l’eau embouteillée a vu le jour vers la fin des années 70


avec l’eau conditionnée appelée « MAKALA » produite par la Bralima mais le
marché a réellement pris son envol avec l’entrée de l’AFDL, favorisé par la venue en
masse des commerçants indiens, le retour des nombreux citoyens partis à l’étranger et
des investisseurs venus d’ailleurs.

Les eaux telles que : eau vive, tonic, et vital ’O ont commencé à circuler, produites
par la Bralima et la BraCongo.
P a g e | 29

II.3.2. FACTEURS DETERMINANTS DANS LE DEVELOPPEMENT DES


INDUSTRIES DES EAUX DES BOISSONS EMBOUTEILLEES

1. Mémoire collective du passé

Le souvenir des épidémies de choléra du siècle dernier dans les provinces du Kongo-
Central ancien Bas-Congo) et les deux Kivu a longtemps persisté, de même que celui
des épidémies de fièvre typhoïde de KINSHASA, et encore récemment on pouvait lire:
"Une catastrophe dans le bidonville de Pakadjuma et dans le vaste camp militaire
Kokolo au cœur de la capitale et pire encore dans la province du Kasaï déjà touchée en
2002 (lemonde.fr, 2017).

2. Les qualités organoleptiques

Ce sont les minéraux qui donnent un certain goût à l'eau. Une eau très faiblement
minéralisée aura un goût plat et sans vie (insipide). À l'inverse, plus une eau possède
un fort niveau de minéraux, plus elle aura un goût distinctif (econconso.fr, 2017).

3. Dégradation de l'eau du robinet

Le vieillissement et l'interconnexion des réseaux de distribution altèrent l'eau d'origine.


Selon les jours, les saisons et la place, l'eau que reçoit le consommateur a une odeur,
une couleur et un goût différents.

4. L'urbanisation

Dans les années 70, le développement rapide de nouvelles villes a exigé une prompte
extension du réseau de distribution, entraînant une baisse de la qualité de l'eau. A
cause de manque de maintenance et de contrôle régulier de ces canalisations.

5. Les nouvelles classes sociales

Le boom du secteur tertiaire a entraîné un mode de vie plus sédentaire, d'où la


nécessité de surveiller ses habitudes alimentaires. La bouteille d'eau s'est imposée dans
les bureaux et lors des repas d'affaires.

6. Rester en forme

On ne boit plus l'eau minérale et embouteille pour se soigner, mais pour rester en
forme, mince et équilibré; un message qui rejoint particulièrement les femmes.

7. Le rôle de la publicité

La publicité a aidé l'eau minérale à se défaire de son discours paramédical et à se


positionner comme boisson haut de gamme en empruntant des images au sport, à la
pureté, à l'effort et à la réussite sociale.
P a g e | 30

8. Le packaging

Les petites bouteilles individuelles de 500ml, sont très appréciées pour leur côté
pratique. De plus, pour attirer le consommateur, des bouteilles au design séduisant ont
vu le jour grâce aux possibilités du PET (polyéthylène téréphtalate)

9. Environnement économique

Qu'est-ce qui pousse le consommateur à acheter un litre d'eau embouteillée alors qu'il
peut avoir mille litres d'eau courante pour le même prix? Poser la question, c'est y
répondre: même mille fois plus élevé, le prix de l'eau embouteillée est encore perçu
comme très accessible. C'est donc dire que les coûts de production sont minimes si
l'eau peut être vendue aussi "bon marché".

II.3.3. TYPES D’EAUX EMBOUTEILLEES vendues à Kinshasa

Comme dit plus haut, il y a différents types d’eau que les industries puissent
conditionner en bouteille ou en bidon. A Kinshasa, nous en avons dénombré plusieurs
que nous reprenons clairement dans le tableau 2 ci-dessous.

Nous tenons à signaler que faute de crédibilité concernant certaines industries qui
prétendent livrer de l’eau minérale naturelle, nous avons menés notre propre enquête
et avons jugé de ne considérer aucune eau comme étant « minérale naturelle » malgré
que définie comme tel par l’embouteilleur.
P a g e | 31

Tableau 2 : Différents types d'eaux embouteillées vendues à Kinshasa


Eau de source Eau provenant d'une formation souterraine et s'écoulant
naturellement à la surface de la terre. L'eau de source ne peut
être captée qu'à la source ou par l'intermédiaire d'un sondage
pratiqué dans la formation souterraine qui alimente la source.
Des eaux recueillies auprès de différentes sources peuvent être
commercialisées sous une même marque. Ex : Ma Vie, Abeer
cooling.
Eau purifiée Eau de surface tirée majoritairement à partir de la REGIDESO,
ayant subie un ou plusieurs traitements supplémentaire (s) pour
s'adapter à la consommation humaine ou pour améliorer
certaines caractéristiques organoleptiques ou physico-
chimiques…Seuls la façon dont elle est distribuée (dans des
bouteilles ou bidons plutôt que par l'intermédiaire d'un réseau
d'approvisionnement) et son prix élevé la différencient de l'eau
du robinet. Ex : Extra cool, Queen
Eau gazeuse Eau traitée à laquelle on ajoute parfois du CO2 afin qu'elle
présente la même teneur en gaz carbonique que lors du captage à
la source (à ne pas confondre avec les sodas, eaux de Seltz ou
sodas toniques). Ex : Bracongo
Eau de Puits Eau recueillie grâce à un trou creusé dans le sol pour capter l'eau
d'une formation aquifère. Ex : Safi Mayi
Source : Enquêtes sur terrain
De nos jours, on dénombre plus d’une trentaine d’industries d’eaux embouteillées qui
prolifèrent à travers le pays et surtout à travers la ville de Kinshasa. Le tableau 3 que
voici, reprend de façon non exhaustive les industries locales avec leurs types, leurs
adresses et/ou numéro de téléphone.
P a g e | 32

Tableau 3 : Les industries locales de production d’eau minérales et des sources


Nom de l’entreprise Types d’eau vendue Adresse et/ou N° de téléphone
1. Bracongo SA Eaux minérales et de 7666 Avenue des Brasseries
source (production) Kingabwa - Kinshasa

2. EDEN Eaux minérales et de Centre-ville Gombe - Kinshasa


source (production) (+243) 81 71 10 914 ;
82 08 00 107

3. AFRICAN PAPER & Eaux minérales et de 19/740 8ème Rue Limete


PULP INDUSTRIES source (production) Quartier Industriel Limete -
(APPI) Kinshasa
(+243)817863232
4. MEGA CONGO Eaux minérales et de 5066 Avenue Poids Lourds
source (production) Quartier Kingabwa Limete -
Kinshasa
(+243) 903165254
(+243) 970045245
(+243) 851250262
(+243) 898422255

5. AQUA KOOL Eaux minérales et de 19 8ème rue Quartier


source (production) Industriel Limete - Kinshasa
+243 81 71 53 065
+243 81 71 53 066
+243 81 78 63 232

6. ABC Eaux minérales et de N°8 16ème Rue Quartier


source (production) industriel Gombe - Kinshasa+243
99 50 02 006

7. SOLUTIONS FOR Eaux minérales et de 88 Avenue Colonel Ebeya


AFRICA source (production) Gombe - Kinshasa
(+243)81 07 85 676
(+243)81 91 11 111

8. AL OUSSAILY Eaux minérales et de Avenue Colonel Ebeya


source (production) GALERIE PACHA Gombe -
Kinshasa

9. SOTRAD WATER Eaux minérales et de 4630 Avenue de la science


source (production) Gombe - Kinshasa
+243(0) 99 09 08 543
+243(0) 81 16 02 395
P a g e | 33

10. SMD Eaux minérales et de 10 ème Rue Quartier industriel


source (production) Limete - Kinshasa
+243(0)89 89 71 971

11. DIVINE Eaux minérales et de 41 Avenue Kipako Quartier


MINERALE source (production) Ngafani Selembao - Kinshasa
+243(0)99 99 12 892

12. BEJA Eaux minérales et de 009 Boulevard Lumumba


source (production) Quartier Kingabwa - LEZA
Limete - Kinshasa

13. MAYA Eaux minérales et de 17ème RUE Quartier industriel


source (production) (KINGABWA) Limete -
Kinshasa
(+243) 85 12 50 265

14. LA SOURCE Eaux minérales et de Boulevard du 30 Juin Galérie


source (production) Molaert, en Face de Restaurant
AL DAR Gombe - Kinshasa

15. LA SOURCE MAYO Eaux minérales et de Avenue du Port 7ème étage


source (production) Immeuble FORESCOM Gombe -
Kinshasa
089 89 22 634
081 17 51 787

16. ABEER COOLING Eaux minérales et de 26 Avenue Lubefu Proche du


source (production) Rond Point Batetela Gombe -
Kinshasa
+243 81 89 95 577
+243 99 99 35 560
+243 81 99 44 500

17. PAANI Eaux minérales et de 3 Avenue des Entrepôts Quartier


source (production) Kingabwa Limete - Kinshasa
(+243)818843190
0818804961
0818845671

18. SWISSTA Eaux minérales et de 5788 13ème rue Quartier


source (production) Kingabwa Limete - Kinshasa
+243 998 262185
P a g e | 34

+243 85 1696474
+243 85 4940114

19. QUEEN Eaux minérales et de Avenues de l’Est n°7085


source (production) Kingabwa Kinshasa / LIMETE

Source : pagesclaires.com
Parmi ces dernières, voire autres que ces dernières ; à caractère semi-industriel
telles que : Abeer cooling, Aqua vie, Extra cool, HOPE water, Canal pure, ATK
Cooling, Queen, etc… dont la particularité est la commercialisation d’eau
embouteillée minérale, de source ou de table dans des bidons de 5 litres et avec
possibilité de consignation à faible coût en utilisant le même bidon ; ont
particulièrement retenues notre attention et ont fait l’objet de notre étude (nous y
reviendront au prochain chapitre).
Toutes ces industries passent par différents traitements tant physico-chimiques que
bactériologiques pour rendre leurs produits propres à la consommation et exempts
des germes pathogènes.

II.3.3.1. TRAITEMENT SUBI

Ces eaux embouteillées vendues à travers le pays sont pour la plupart produites à
partir de l’eau de la REGIDESO, elles subissent plus ou moins des traitements tels
que : la clarification, la filtration, la chloration, l’osmose inverse, le passage aux UV,
etc.

 L’industrie brassicole (Bralima et BraCongo) utilise comme schéma de


procédé :

Clarification filtration surchloration filtration sur charbon actif


ajout des minéraux embouteillage.
Ex : eau vive et vital’o.
 D’autres utilisent un schéma de procédé relativement simple :
Osmose Inverse passage aux UV embouteillage.
Ex : Abeer Cooling et Ma Vie.
 D’autres encore font simplement une microfiltration suivie d’un passage aux
Ultra-violets.
Microfiltration UV embouteillage.
Ex : Aqua vie et Aqua Congo.
P a g e | 35

Selon le type d’eau et le traitement subi, la composition physico-chimique du produit


final varie très significativement d’une marque à une autre. Le tableau 4 reprend la
composition chimique des quelques marques de la place.
Tableau 4. Composition chimique en mg/L des quelques marques de la place
Abeer cooling Aqua vie Canal pure
pH 6,2 7,0 7,4
Alcalinité 36,60 0,6 36,60
Chlorure 21,30 14,2 21
Calcium 16,03 4,4 21
Magnésium 4,86 0,69 9,00
Nitrate 0,018 0,3 3,00
Aluminium - 0,6 -
libre
Oxygène 8,01 - 8,02
dissous
Source : Etiquetage sur bidon
II.3.4. ASPECT REGLEMENTAIRE

Le marché de l'eau embouteillée est de plus en plus florissant à Kinshasa et dans


d'autres villes de la République démocratique du Congo. Il se pose, cependant, un
problème réel de la qualité de cette eau embouteillée en vente sur le marché au pays.
Cela préoccupe le ministère de l'Industrie et l'Office congolais de contrôle (OCC). Ces
derniers tiennent à la normalisation du marché de ce produit en pleine floraison dans le
pays. Le 13 octobre dernier, la question de l’eau embouteillée a été au centre des
discussions à l'occasion de la «Journée mondiale de la normalisation». Les Autorités
de l’OCC et le ministère de l'Industrie se sont résolus de travailler en synergie pour
mettre en place des mécanismes efficaces de contrôle de la gamme variée de l’eau
embouteillée (ou conditionnée en bidon) en vente sur le marché congolais. Les
normes sont élaborées par le ministère de l'Industrie (TSHIBAMBE K., 2017).
P a g e | 36

PARTIE
EXPERIMENTALE
P a g e | 37

CHAPITRE TROISIEME : ETUDE DES PARAMETRES PHYSICO-


CHIMIQUES ET MICROBIOLOGIQUES DES EAUX DES BOISSONS
EMBOUTEILLEES VENDUES DANS LA VILLE DE KINSHASA (8, 10,
23, 25, 26)

III.1. INTRODUCTION

L’eau destinée à la consommation des populations doit avoir des caractéristiques qui la
distinguent des autres eaux de la nature. Ainsi, quiconque offre à la population de l’eau
en vue de l’alimentation humaine à titre onéreux ou à titre gratuit et sous quelques
formes que ce soit est tenu de s’assurer que cette eau est propre à la consommation.

Les eaux embouteillées vendues à travers la ville de Kinshasa ne se soustraient guerre


à cette règle, de ce fait elles doivent faire l’objet des analyses rigoureuses pour en
juger la potabilité tant sur le plan physico-chimique que bactériologique en rapport
avec les normes édictées par le codex alimentarius ou l’OMS (Regideso, 2015).
Les marques d’eau qui ont fait l’objet de notre étude sont reprises dans le tableau 5 qui
donne le type, l’origine et l’adresse du fabricant.
Tableau 5 : Les industries d’eaux embouteillées faisant l’objet de notre étude
Industries Types d’eau Origines Adresse/téléphone
1. Abeer Eau de source Forages à 90 mètres 26 Avenue Lubefu Proche
cooling de profondeur du Rond-Point Batetela
Gombe - Kinshasa

2. Aqua vie Eau de source Forages 19 8ème rue Quartier


Industriel Limete -
Kinshasa
3. ATK Eau de source Forages 0897288701 ;
Cooling 0819278300 ;
0819278301
4. Canal Eau de source Forages 0854417754 ;
pure 0825544889 ;
0909320138
5. Extra cool Eau purifiée Regideso
(ou de table)
6. HOPE Eau purifiée Regideso Gombe immeuble attoué
water (ou de table) 1er niveau local 204
7. Mayi Safi Eau de puit Forages 089852419
8. Queen Eau purifiée Regideso Avenue de l’Est n°7085
(ou de table) arrêt socobelam,
Kingabwa/Limeté
P a g e | 38

III.2. ECHANTILLONNAGE ET METHODOLOGIE DE TRAVAIL

Les échantillons considérés pour notre étude sont les eaux conditionnées en bidon de
5 dm3 ou 5 litres de contenance (emballées dans les établissements semi industriels)
vendues par les détaillants ainsi que les diverses alimentations dans les quartiers
Binza- Pigeon et Binza-Delvaux dans la commune de Ngaliema.

Nos échantillons et les différentes analyses effectuées ont été codifiés dans le tableau
6 que voici :
Tableau 6 : codification des échantillons et séries d’analyses
Code Identité échantillon Identification analyse Identification analyse
I* II**
E1 Hope Water E1a E1b
E2 Abeer Cooling E2a E2b
E3 Queen E3a E3b
E4 Mayi Safi E4a E4b
E5 ATK Cooling E5a E5b
E6 Canal Pure E6a E6b
E7 Extracool E7a E7b
E8 Aqua-vie E8a E8b
* : première série d’analyse
** : deuxième série d’analyses

Nous n’avons acheté que les échantillons hermétiquement fermés.


La méthodologie appliquée dans ce présent travail est celle de prélever les échantillons
de façon aléatoire ensuite de les analyser un à un.
Nos analyses ont été effectuées au Laboratoire Central de la REGIDESO.
III.3. LES PARAMETRES D’ANALYSES

Dans cette section nous allons passer en revue les différents paramètres analysés pour
lesquels pour donnons également la méthode et le principe de celle-ci, ainsi que le
mode opératoire appliqué, les réactifs et les matériels utilisés.

III.3.1. LES PARAMETRES MICROBIOLOGIQUES (Regideso, 2015 ; Idrissa,


2013 ; J. Rodier et al, 2009)

Les analyses bactériologiques des eaux consistent non pas à isoler et identifier
directement les bactéries pathogènes mais plutôt à rechercher et dénombrer par culture
bactérienne, les bactéries dites indicatrice de pollution pour la plupart d’origine
fécale : les coliformes (entérobactéries) et les streptocoques fécaux (entérocoques) qui
sont de hôtes habituels du tube digestif de l’homme et des animaux à sang chaud.
P a g e | 39

Ces bactéries sont considérées à ce titre comme étant des germes test d’une
contamination des eaux par les matières fécales.

Ainsi, leur présence dans les eaux potables constitue un indice précieux pour la
détection des risques d’épidémie. En effet ils peuvent être accompagnés des
microorganismes pathogènes responsables de certaines maladies d’origine hydrique
telles que la dysenterie, le choléra, la fièvre typhoïde,…
Les analyses bactériologiques servent à la détermination des germes totaux pour porter
un jugement sur l’état de propreté des différents systèmes d’emballage ou
empaquetage (en bouteille, en sachet,…) d’eau vendues à Kinshasa.

III.3.1.1. PRINCIPE

La qualité bactériologique de l’eau consiste au dénombrement des coliformes et des


germes pathogènes (indicateur de la pollution fécale de l’eau).

L’eau destinée à la consommation et aux besoins ménagers ne doit pas contenir les
microorganismes pathogènes.
III.3.1.2. Matériels, produits et appareillage pour analyse bactériologique

- Allumettes - Becher
- Ouate, alcool, thiosulfate 1,8% - Bec bunsen
- Flacon de prélèvement - Balance analytique
- Pince - Autoclave
- Pipette - Etuve
- Bonbonne de gaz butane - Incubateur
- Agitateur magnétique - Frigo
- Papier aluminium - Rampe à filtration et accessoires
- Membrane filtrante (réservoirs, couvercles, support des
- Tube à essai membranes, etc…)
- Plaque chauffante

III.3.1.3. Précaution avant la stérilisation


Il est à noter que les matériels ainsi que le milieu de culture utilisés pour les analyses
bactériologiques doivent être stériles. Sur ce, on procède au nettoyage des matériels:
Les boites sont trempées dans l’eau de javel puis lavées au détergent avant d’être
rincées et portées à l’étuve.
Les flacons sont abondamment rincés à l’eau puis imbibés des quelques millilitres de
thiosulfate 1,8% jouant le rôle de déchlorant c’est-à-dire inhibe l’action du chlore
résiduel qui pourrait détruire les micro-organismes recherchés.
Les éléments de la rampe sont scrupuleusement rincés à l’eau puis mis à l’étuve.
P a g e | 40

III.3.1.4. Stérilisation
Elle a lieu dans l’étuve (à 120°C pendant deux heures, à 160°C pendant 30 minutes, à
180°C pendant 20 minutes) où l’on met également les éléments de la rampe, les boites
à pétri, les flacons, les verres…
Les milieux de culture quant à eux, sont stérilisés dans l’autoclave.
III.3.1.5. Prélèvement des échantillons
Etant donné que nos échantillons étaient des bidons hermétiquement fermés, achetés
auprès de revendeurs et supermarché de la place dans la périphérie de Ngaliema.
Nous avons commencé par prélever une quantité dans la ouate avant toute autre
analyse que ce soit.
Nous avons procédé de la manière suivante :
- Saisir la ouate à l’aide d’une pince
- Ouvrir le bouchon de la ouate
- Imbibé cette ouate d’alcool à bruler
- Y approché la flamme du bec bunsen et procédé au flambage
- Très rapidement prélever l’eau au ¾ du flacon tout en continuant le flambage
- Aussitôt fermer hermétiquement le flacon (ouate)
- Flamber le contour du flacon (goulot compris).
Remarques
Le flacon ne doit pas être totalement rempli (d’eau) pour permettre la survie micro-
organismes aérobies.
III.3.1.6. Préparation du milieu de culture
Nom : plate count agar
o Suspendre 23.5 g dans 1 litre d’eau distillée
o Chauffer jusqu’à la dissolution totale
o Autoclaver à 121°C pendant 15 minutes.
III.3.1.7. Ensemencement
Pour dénombrer les germes totaux nous avons utilisés la méthode d’ensemencement
dite : Incorporation sur milieu gélosé
o Matériel
- Boite de pétri,
- Pipette jaugée de 1 mL
P a g e | 41

o Mode opératoire
- Relier le bec bunsen à la bonbonne de gaz butane pour flambage ;
- Pipeter 1mL d’échantillon ;
- Le couler dans la boite de pétri sous température ambiante (+/- 45°C) ;
- Verser quelques millilitres du milieu de culture dans la même boite et la
recouvrir ;
- Agiter lentement la boite pour homogénéiser le milieu obtenu ;
- Après solidification du milieu, renverser (retourner) la boite en vue d’éviter la
condensation de la vapeur d’eau.
- Mettre la boite de pétri dans l’incubateur réglé à 37°C pendant 24 heures.
Remarques
Le manipulateur doit éviter de parler pendant l’ensemencement pour éviter de
contaminer les échantillons.
III.3.1.8. Normes et observations des colonies
Notre analyse bactériologique n’a consistait qu’au dénombrement des germes totaux
contenus dans nos échantillons d’eau.
La norme définie par l’OMS est de maximum 100 UFC/mL.
L’observation des colonies peut être réalisée à l’œil nu mais nécessite parfois un
compte colonie.
Les colonies blanches et arrondies accusent la présence des germes totaux.

III.3.2. PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES (Regideso, 2015 ; J. Rodier et al,


2009)

III.3.2.1. LA COULEUR

Elle détermine le degré de coloration de l’eau (influencée par la présence des matières
en suspension) ou réelle de l’eau (due aux seules substances en solution dans cette eau)

1. Méthode : colorimétrie
2. Principe : la coloration de l’eau est comparée à des écrans colorés étalonnés
avec une solution de platine-cobalt
3. Matériels et réactifs :
- Colorimètre et accessoires
- Cuvette
- Pissette
- Solution étalon
P a g e | 42

4. Mode Opératoire
 Allumer le colorimètre
 Etalonner l’appareil avec la solution étalon appelé solution zéro
 Prélever à l’aide de la cuvette 10 mL de l’échantillon à analyser
 Essuyer la cuvette de façon à ne laisser aucune empreinte sur la paroi
 Mettre la cuvette contenant l’échantillon dans le trou du colorimètre
 Appuyer sur READ et attendre le résultat qui s’affiche sur l’écran du
colorimètre
5. Expression des résultats
La couleur est exprimée Hazen.

III.3.2.2. LA TURBIDITE

1. Méthode : La Néphélométrie

2. Principe : C’est l’expression de la propriété optique qui fait que la lumière est
dispersée et absorbée plutôt que transmise en ligne droite à travers l’échantillon.
Cette dispersion est provoquée par l’interaction de la lumière avec des
particules en suspensions dans l’échantillon. L’interférence de particules et de
la transmission de la lumière donne à l’échantillon un aspect flou et nébuleux.
Simplement dit la turbidité est le contraire de la limpidité

3. Matériels et réactifs
- Turbidimètre et accessoires
- Cuvette
- Pissette
- Solution tampon
4. Mode opératoire
 Allumer le turbidimètre et le calibrer
 Prélever 10 ml de l’échantillon à analyser et le mettre dans la cuve
 Bien essuyer la cuve avec un linge propre ou du papier mouchoir
 Mettre la cuve contenant l’échantillon dans l’orifice du turbidimètre mis en
marche au préalable
 Lire le résultat qui s’affiche sur l’écran (display) de l’appareil
5. Expression des résultats
La turbidité est exprimée UNT (unité néphélométrique de turbidité)
P a g e | 43

III.3.2.3. La Conductivité, la Salinité et le TDS (total des sels dissous)


La conductivité électrique, C, d’une eau, est la conductance, c, d’une eau comprise
entre deux électrodes métalliques de 1 cm2 de surface, séparée l’une de l’autre par une
distance de 1 cm. La conductivité est l’inverse de la résistivité R.

L’unité de conductivité utilisée en chimie des eaux est le micro Siemens par
centimètre (µS/cm).
1. Principe : La mesure de la conductivité se ramène à celle de la résistance r
d’une colonne d’eau de longueur L. A cet effet on utilise un conductimètre qui
n’est en fait qu’un résistivimètre particulier. Le conductimètre fait appel à un
montage dérivé du pont de WHEATSTONE, ce pont est alimenté par un
courant alternatif à une fréquence de 1000 à 4000 Hz, afin d’éviter le
phénomène de polarisation des électrodes.

2. Matériels et Réactifs
- Un conductimètre ;
- Un bécher ou erlenmeyer ;
- Les solutions étalons pour le calibrage de l’appareil ;

3. Mode Opératoire
 Vérifier les connexions cellule/conductimètre ;
 Rincer soigneusement la cellule de mesure à l’eau distillée et l’essuyer
convenablement ;
 Mettre l’appareil sous tension ;
 Faire le calibrage de l’appareil suivant la notice du fabriquant ;
 Remplir le bécher avec l’échantillon ;
 Immerger l’électrode avec les précautions habituelles et agiter ;
 Appuyer sur Read ;
 Lire le résultat affiché en µS/cm pour la conductivité, en ppt (partie par
trillions) pour la salinité et mg/L pour le TDS en appuyant sur la touche mode
pour varier entre différents paramètres.
4. Expression de résultats
La conductivité est exprimée en µS/Cm et le TDS en mg/L.
P a g e | 44

III.3.2.4. Le pH (potentiel d’Hydrogène)

Le pH d’une substance varie entre 1 et 14. Au-dessus de 7, la substance est considérée


comme basique et la quantité d’ions OH- est supérieure à celle d’ions H3O+. En
dessous de 7, la substance est acide ; les ions H3O+ sont en quantités supérieures.

1. Méthode : La potentiométrie

2. Principe : la différence de potentiel existant entre une électrode de verre et une


électrode de référence (calomel-KCl saturé) plongeant dans une même solution
est une fonction linéaire de pH de celle-ci. Selon l’expression de NERNST, le
potentiel de l’électrode est lié à l’activité des ions H+ présents par la relation
suivante :

E= E0 + 2,3(RT / nF)(Log aH)

Avec E = Potentiel en volt


E0 = Potentiel standard dépendant du choix de l’électrode de référence (en volt)
R = Constante des gaz (J.mol-1.K-1)
T = température absolue (K)
n = Nombre d’électrons mis en jeu dans l’équilibre ox/red.
F = Constante de Faraday (96500 C).
aH = Activité de l’ion H+

3. Matériels et réactifs :
- pH-mètre et accessoires
- Pissette
- Becher
- Réactifs (pour étalonnage) : solution tampon à pH 4.01 ; 7.01 et 10.01
4. Mode opératoire
 Démarrer le pH-mètre ;
 Etalonner le pH-mètre suivant la notice du fabriquant ;
 Prélever un échantillon d’eau dans un bécher rincé à l’eau distillée ;
 Rincer l’électrode du pH-mètre avec de l’eau distillée ;
 Immerger l’électrode dans le bécher contenant l’échantillon ;
 Attendre jusqu’à l’affichage d’une valeur stable à l’écran (display) du
pH-mètre ;
 Lire la valeur affichée.
P a g e | 45

III.3.2.5. Oxydabilité au permanganate ou Indice de permanganate

Réalisé en milieu acide et à l’ébullition pendant 10 minutes, ce test permet d’évaluer


la quantité de matières organiques oxydables présentes dans l’eau ainsi que la
contamination d’un échantillon d’eau faiblement chargée en matières organiques. Les
résultats étant exprimés en milligrammes d’oxygène par litre d’eau.

1. Méthode : oxydoréduction
2. Principe : Le test consiste à mesurer en milieu acide la quantité d’oxygène
utilisée pour la réduction du permanganate de potassium par les matières
oxydables contenues dans l’eau (Regideso, 2015).

3. Matériels & Réactifs :


- Plaque chauffante
- Pied gradué
- Erlenmeyer
- Statif et pinces
- Chronomètre
- H2SO4 25%
- KMnO4 N/80
- Na2C2O4 N/80
4. Mode opératoire
 Prélever 100 mL d’échantillon à l’aide d’un pied gradué
 Verser l’échantillon dans un erlenmeyer de 250 mL
 Ajouter 10 mL d’une solution de H2SO4 25%
 Porter le mélange à ébullition et dès que les premières bulles apparaissent,
ajouter 10 mL d’une solution de KMnO4 N/80 ce qui laisse apparaitre une
coloration rose, maintenir l’ébullition pendant 10 minutes puis
 Ajouter 10 mL de Na2C2O4 N/80, il se produit une décoloration complète
 Titrer l’oxalate de sodium en excès à chaud par le permanganate de potassium
 Lire la chute de la burette au point de virage (coloration rose) et noter la valeur
soit V.
-
Oxydation : MnO4 + 5ès + 8 H+ Mn2+ + 4 H20
Réduction : C2O4 2- 2CO2 + 2 ès
2 KMnO4 +5 Na2C2O4 +8 H2SO4 2MnSO4+5 Na2SO4+K2SO4 +8 H2O
+10CO2
5. Expression des résultats
Si le volume lu est V mL, alors nous aurons comme résultat
mg O2 /L = V
P a g e | 46

III.3.2.6. L’alcalinité : TA et TAC

1. Principe : en ajoutant un acide fort dans l’eau, les hydrates alcalins en solution
sont neutralisés et les carbonates alcalins et les alcalino-terreux sont
transformés en bicarbonate. La fin de la réaction, repérée par la décoloration de
la phénolphtaléine
A pH 8.3 correspond à un début de décomposition des bicarbonates.
Si la solution reste incolore après additions de la phénolphtaléine, le TA est
zéro ; c’est souvent le cas des eaux naturelles dont le pH est inférieur à 8.3
La totalité des hydrates, des phosphates, des carbonates et bicarbonates alcalins
et alcalino-terreux est neutralisé par un acide fort, la fin de la réaction est
repérée par le virage de l’hélianthine (indicateur mixte passant du jaune à
l’orange à pH 4.5) (Regideso, 2015).
2. Matériels et réactifs
- Burette
- Erlenmeyer
- Compte-goutte
- H2SO4 N/50
- Phénolphtaléine,
- Indicateur mixte
3. Mode opératoire
 Prélever 100 mL de l’échantillon
 Ajouter 3 gouttes de phénolphtaléine, si aucune coloration n’apparait, le
TA = 0 ; si on a une coloration rose :
1. Le titre alcalimétrique simple
 Titrer la solution avec le H2SO4 N/50
 Lire la chute de la burette et exprimer la valeur du TA en degré français
(°f) ou mg CaCO3/L soit V.
Expression des résultats : TA = V° F = V x 10 mg de CaCO3/L
2. Le titre alcalimétrique complet
 Ajouter à la même solution 3 gouttes d’indicateur mixte (méthyl orange),
il se produit une coloration ;
 Titrer avec le H2SO4 N/50 jusqu’au virage : la solution se colore en rose
pale
 Lire la chute de la burette qui représente le TAC exprimé en degré
français (°f) mg CaCO3/L soit V.
Expression de résultats : TAC = V° F = V x 10 mg de CaCO3/L
P a g e | 47

III.3.2.7. La dureté totale ou titre hydrotimétrique (THT)


Les sels alcalins de calcium et de magnésium donnent à l’eau un caractère
particuliers : les eaux s’opposent à la coulée de la lessive, le savon ne mousse pas, les
légumes ne se ramollissent pas à la cuisson, l’eau a un gout astringent,…
1. Méthode : la compléxométrie
2. Principe : les alcalino-terreux présents dans l’eau sont amenés à former un
complexe du type chélate par le sel disodique de l’acide éthylène diamine tétra
acétique à pH compris entre 9 et 10. La disparition des derrières traces
d’éléments libres à doser est décelée par le virage de l’indicateur spécifique, le
noir ériochrome. En milieu convenablement tamponné pour empêcher la
précipitation des ions magnésium Mg2+). La méthode permet de doser la somme
des ions calcium et magnésium (J. Rodier et al, 2009).
3. Matériels et réactifs
- Erlenmeyer
- Burette
- Pipette de 3 mL
- Pied gradué
- Flacon de 5 mL
- EDTA 0.1 M (Ethylène-Diamine-Tétra-Acétique)
- NH4OH
- Indicateur de compléxométrie (comprimé tampon)
Composition du comprimé tampon :
-sel de sodium de l’acide [(hydroxy-1-naphtylazo-2) nitro-6-naphtol-
2-sulfonique-4)] : 0,5 g
- triéthanolamine : 100 mL
- chlorure d’ammonium : 67,5 g
- ammoniaque (d = 0,925) : 570 mL
- sel disodique de magnésium de l’EDTA (C10H12N2O8Na2Mg) : 5 g
- eau déionisée : 1 L
4. Le mode opératoire
 Prélever 100 mL de l’échantillon d’eau à analyser
 Ajouter 2 mL d’ammoniaque (NH4OH) 25%
 Dissoudre un comprimé tampon dans la solution, celle-ci devient rouge-
vin
 Titrer avec l’EDTA 0.01 M jusqu’à l’apparition de la coloration verdâtre
(point de virage)
 Noter le volume de l’EDTA au point de virage (chute de la burette) qui
correspond à la dureté totale de l’échantillon, elle est exprimée en degré
français (°F) soit V.
P a g e | 48

5. Expression des résultats


TH = V° F = V x 10 mg de CaCO3/L
III.3.2.8. La Dureté Calcique THCa
C’est la mesure de la concentration des ions Ca2+ dans l’eau
1. Principe : le complexe calcium reste encore stable à des valeurs de pH >11,
tandis que les ions magnésiums sont présents sous formes d’hydroxydes de
magnésium
Le complexe EDTA-Magnésium est instable à des valeurs de pH >11,
l’indicateur de complexométrie ne se combine qu’avec le calcium.
2. matériels et réactifs
- Burette
- Pipette
- Becher ou erlenmeyer de 250 mL
- EDTA 0.01 N ou Titriplex III
- Indicateur calcon
- NaOH 25%
3. Mode opératoire
 Prélever 100 mL de l’échantillon
 Ajouter 2 mL de NaOH 1N
 Ajouter une pincée de l’indicateur calcon
 Homogénéiser la solution puis titrer ave l’EDTA 0.01 N jusqu’au virage
du rouge-vin au bleu pur
 Lire la chute de la burette en degré français (°F) soit V.

4. Expression des résultats


THCa = V° F = V x 10 mg de CaCO3/L.
III.3.2.9. La Dureté Magnésienne (THMg)
Correspond à la teneur en ions magnésium, elle équivaut à la différence entre la
dureté totale et la dureté calcique
THT = THCa + THMg
THMg = THT - THCa
Unité de mesure : mg de CaCO3/litre.
P a g e | 49

III.3.2.10. Les Ions Chlorures (Cl-)


1. Méthode : Argentimétrie (méthode de Mohr)
2. Principe : Les ions chlorures dissous dans l’eau sont précipités en milieu neutre
par le nitrate d’argent en présence du chromate de potassium ; la fin de la
réaction est indiquée par l’apparition de la couleur rouge brique caractéristique
du chromate d’argent (Bahizire K. et al, 2015).
3. Matériels & Réactifs
- Erlenmeyer 250 mL
- Burette automatique
- Pipette
- Pied gradué
- AgNO3 (nitrate d’argent) N/25
- K2Cr2O4 10 %
4. Mode opératoire
 Prélever 100 mL d’échantillon à analyser
 Y verser 6 gouttes de la solution verdâtre de K2Cr2O4 10%
 Titrer avec AgNO3 N/25 jusqu’à la coloration rouge brique caractéristique du
bichromate d’argent Ag2Cr2O7
 Lire la chute de la burette, soit V
5. Expression des résultats

V x 35.5 x 10
Cl- (mg/L) =
25

III.3.2.11. Le fer total


Le fer peut se trouver dans l’eau sous différentes formes. Dans les conditions
habituelles, c’est-à-dire pour un pH variant entre 4, 9 et 10, le fer soluble est présent
généralement à l’état ferreux (Fe2+). Si le milieu est réducteur comme dans beaucoup
d’eaux souterraines, le fer ferreux peut atteindre des teneurs élevées.
Schématiquement ; le fer total peut se retrouver à l’état de :
- Fer en suspension (Fer l’état ferrique principalement)
Fer à l’état ferrique solubilisé
- Fer dissous
Fer à l’état ferreux
1. Principe : après oxydation en milieu acide, le fer est réduit à l’état ferreux
pouvant se retrouver sous forme cité ci-haut, le fer est dosé par spectrométrie en
utilisant la coloration rouge donnée par les sels ferreux avec la
phénantroline 1, 10
P a g e | 50

2. Matériels et réactifs
- Le spectrophotomètre HACH et accessoires
- Cuvette
- Becher ou erlenmeyer
- pH-mètre
- HCl 32% et NH4OH 25%
- Solution de Fer-1 (composée de la phénanthroline 1, 10)

3. Mode opératoire
 Préparer le blanc dans un bécher comme suit : 50 mL d’eau distillée + 2
mL d’HCl 32% puis ramener le pH entre 3.5 et 4.5 à l’aide du pH-mètre,
y ajouter 6 gouttes de Fer-1 (réactif pour l’appareil HACH)
 Faire de même pour chaque échantillon d’eau à analyser
 Allumer le spectrophotomètre
 Programmer le dosage du fer total ; durée d’attente : 3 minutes
 Prélever 10 mL du blanc à l’aide de la cuvette fournie à cet effet et le
placer dans l’appareil (la valeur affichée est de 0.00 mg/L de fer)
 Prélever ensuite dans la cuvette (rincée à l’eau distillée) 10 mL de
l’échantillon à analyser, le placer dans l’appareil
 Lire le résultat qui s’affiche à l’écran
NB : s’assurer d’essuyer convenablement les parois la cuvette avant de le
remettre dans l’appareil.
4. Expression des résultats
La teneur en fer total est exprimée en mg/L de fer
III.3.2.12. LES NITRATES
1. Principe
En présence de salicylate de sodium, les nitrates donnent du paranitrosalicylate
de sodium, coloré en jaune et susceptible d’un dosage spectrométrique.

2. Matériels et réactifs
- Le spectrophotomètre HACH et accessoires
- Cuvette
- Becher ou erlenmeyer
- HCl 32%
- Comprimé de nitraver (composé de salicylate de sodium)
P a g e | 51

3. Mode opératoire
 Préparer le blanc dans un bécher comme suit : 50 mL d’eau distillée + 4 mL
d’HCl 32% y ajouter 1comprimé de nitraver (réactif pour l’appareil HACH)
 Faire de même pour l’échantillon d’eau à analyser
 Allumer le spectrophotomètre
 Programmer le dosage de nitrate ; durée d’attente : 5 minutes
 Prélever 10 mL du blanc à l’aide de la cuvette fournie à cet effet et le placer
dans l’appareil (la valeur affichée est de 0.00 mg/L de NO3-)
 Prélever ensuite dans la cuvette (rincée à l’eau distillée) 10 mL de l’échantillon
à analyser, le placer dans l’appareil
 Lire le résultat qui s’affiche à l’écran
NB : s’assurer d’essuyer convenablement les parois de la cuvette avant de la
remettre dans l’appareil.
4. Expression des résultats
La teneur en nitrate est exprimée en mg/L de NO3-.
III.3.2.13. L’ALUMINIUM (Al3+)
1. Méthode : Spectrométrie
2. Principe
En milieu tampon acétique, l’aluminon ou aurine tricarboxylate
d’ammonium donne avec les sels d’aluminium une coloration rouge
susceptible d’un dosage spectrométrique.

3. Matériels et Réactifs

- Le SPECTROPHOTOMETRE PALINTEST 7100 et accessoires


- Cuvette
- Becher ou erlenmeyer
- Comprimé d’aluminium I & II (composés de l’aluminon)
P a g e | 52

4. Mode opératoire
 Allumer le SPECTROPHOTOMETRE PALINTEST 7100
 Programmer le dosage de l’aluminium ; durée d’attente : 5 minutes
 Prélever 10 mL du blanc à l’aide de la cuvette fournie à cet effet et le placer
dans l’appareil (la valeur affichée est de 0.00 mg/L d’Al3+)
Le blanc est déjà fourni avec l’appareil.
 Prélever ensuite dans un bécher (rincée à l’eau distillée) 10 mL de
l’échantillon à analyser
 Y dissoudre 1 comprimé d’aluminium I, remuer jusqu’à la dissolution
complète
 Y dissoudre encore 1 comprimé d’aluminium II jusqu’à la dissolution
complète
 Transvaser la solution dans la cuvette fournie à cet effet puis le placer dans
le spectrophotomètre
 Lire le résultat qui s’affiche à l’écran
NB : S’assurer d’essuyer convenablement les parois de la cuvette avant de le
remettre dans l’appareil.
5. Expression des résultats
La teneur en Al3+ est exprimée en mg/L d’Al3+.

III.3.2.14. LES PHOSPHATES TOTAUX


1. Méthode : spectrométrie
2. Principe : dans une solution sulfurique, les ions ortho phosphates forment
avec les ions molybdates, l’acide phosphomolybdique ; celui-ci est réduit
par l’acide ascorbique en bleu phosphomolybdate (PMB) qui est dosé
spectrométrie (Bahizire K. et al, 2015).

3. Matériels et Réactifs
- Le spectrophotomètre HACH et accessoires
- Cuvette
- Becher ou erlenmeyer
- Poudre de phosphaver (composé de molybdate d’ammonium)
P a g e | 53

4. Mode opératoire
 Préparer le blanc dans un bécher comme suit : 10 mL d’eau distillée y
ajouter un comprimé de phosphaver (réactif pour l’appareil HACH)
 Faire de même pour l’échantillon d’eau à analyser
 Allumer le spectrophotomètre
 Programmer le dosage des phosphates totaux ; durée d’attente : 5 minutes
 Prélever 10 mL du blanc à l’aide de la cuvette fournie à cet effet et le placer
dans l’appareil (la valeur affichée est de 0.00 mg/L de PO43-)
 Prélever ensuite dans la cuvette (rincée à l’eau distillée) 10 mL de
l’échantillon à analyser, le placer dans l’appareil
 Lire le résultat qui s’affiche à l’écran
NB : s’assurer d’essuyer convenablement les parois la cuvette avant de le remettre
dans l’appareil.
5. Expression des résultats
La teneur en phosphates est exprimée en mg/L de PO43-.

III.3.2.15. Matières en suspension (MES)

1. Méthode : gravimétrie

2. Principe : peser le papier filtre encore vide, puis filtrer l’échantillon à analyser ;
sécher ce dernier à l’étuve à 105°C pendant 4 heures ; refroidir ce papier à la
température ambiante dans le dessiccateur. Puis le repeser et la différence de
poids correspond aux matières en suspension contenue dans l’échantillon.
3. Matériels
- Dispositif de filtrage sous une trompe à eau
- Papier filtre
- Spatule en verre
- Etuve
- Dessiccateur
- Balance électronique
- Pince
P a g e | 54

4. Mode opératoire
 peser la spatule + papier filtre ; soit P1 le poids de la spatule + papier
filtre vide ;
 filtrer 1000 mL d’échantillon sur le papier ainsi pesé dans le dispositif de
filtrage sous trompe à eau;
 remettre à l’aide d’une pince le papier filtre (contenant le filtrat) sur la
spatule puis mettre le tout à l’étuve à 105 °C Pendant 4 heures ;
 Après séchage, placer la spatule + papier filtre dans le dessiccateur
pendant 15 minutes
 Repeser la spatule + papier filtre ; soit P2 le poids obtenu
5. Calcul et expression des résultats
MES = (P2-P1) exprimé en mg/L.
P a g e | 55

RESULTATS DES ANALYSES


P a g e | 56

Les résultats sont repris dans les tableaux ci-après :


1. Etiquetage : Le tableau 6 reprend les informations fournies par l’étiquetage des eaux analysées.
Tableau 7 : Les informations trouvées sur les étiquettes des eaux analysées
Code Durée de conservation/ Adresse Composition chimique en mg/L
date de production/
date d’expiration

DC DP DE pH Alc. Ca Mg NO3- Cl- Al O2


libre dissous
E1 18 mois - - Gombe immeuble attoué 1er - - - - - - - -
niveau local 204
E2 18 mois - - 26 Avenue Lubefu Proche du 6,2 36,60 16,03 4,86 0,018 21,30 - 8,01
Rond-Point Batetela Gombe -
Kinshasa
E3 - - - Avenue de l’Est n°7085 arrêt - - - - - - - -
socobelam, Kingabwa/Limeté
E4 12 mois - - - - - - - - - - -
E5 - - - - - - - - - - - -
E6 18 mois - - - - - - - - - - -
E7 - - - - 7,4 36,60 21 9,00 3,00 21 - 8,02
E8 18 mois - - 19 8ème rue Quartier Industriel 7,0 0,6 4,4 0,69 0,3 - 0,6 -
Limete - Kinshasa
Avec DC : durée de conservation ; DE : date d’expiration ; DP : date de production ; Alc. : Alcalinité
P a g e | 57

2. Les analyses microbiologiques et physico-chimiques : Les tableaux 8


et 9 reprennent les analyses microbiologiques et physico-chimiques
effectuées pendant la période du 03 au 27 Octobre 2017.
Tableau 8 : Résultats des analyses effectuées du 03 au 10 Octobre 2017
Paramètres Unités Normes E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8
OMS
Couleur Hazen 15 20 00 00 00 20 00 10 00
Turb UNT 5 2.42 0.22 0.26 1.60 1.70 0.48 0.90 0.22
pH - - 6.8 6.9 7.2 6.7 6.6 6.7 6.7 8.1
Cond µS/cm 400 91.2 113.1 33.2 44.3 80.9 57.4 77.4 83.7
Salinité mL 0.05 0.06 0.02 0.03 0.04 0.03 0.04 0.04
TDS mg/L 45.6 55.9 16.88 22.1 40.6 28.7 38.8 41.8
PHYSICO-CHIMIQUES

M.O mgO2/L 5 5.4 3.2 1.8 1.6 4.2 1.6 5.2 4.4
TA mgCaCO3/L - 0 0 0 0 0 0 0 0
TAC mgCaCO3/L - 12.5 52.5 7.5 15.0 14.0 8.5 7.0 20.0
THT mgCaCO3/L - 31.0 41.0 2.5 14.0 27.5 16.5 20.0 25.0
Ca2+ mgCaCO3/L - 25.0 37.5 0.0 12.5 22.5 12.0 15.1 21.0
Mg2+ mgCaCO3/L - 6.0 4.5 2.5 1.5 5.0 4.5 4.9 4.0
Al3+ mg/L 0,2 0.06 0.00 0.00 0.00 0.03 0.00 0.08 0.10

Fer mg/L 0.3 0.124 0.06 0.00 0.174 0.058 0.000 0.019 0.055
total
Cl- mg/L 250 17.75 20.59 18.46 17.04 13.49 15.62 17.04 17.75
NO3- mg/L 25 0.01 0.03 0.00 0.03 0.07 0.07 0.02 0.04
PO43- mg/L - 1.31 0.73 1.37 1.87 1.42 2.11 3.03 3.04
MES mg/L 0 0.23 0.04 0.02 0.22 0.02 0.12 0.04 0.10
MICROBIOLOGIQUES

G.T UFC/mL 100 +100 + 150 5 2 Ind* 13 + 200 Ind*

* : dénombrement des colonies impossible


P a g e | 58

Tableau 9 : Résultats des analyses effectuées du 16 au 21 octobre 2017


Paramètres Unités Normes E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8
OMS
Couleur Hazen 15 20 00 00 20 10 00 10 00
Turb UNT 5 2.20 0.23 0.16 1.84 2.14 0.41 1.1 0.26
pH - - 6.9 7.1 7.3 6.9 6.9 6.9 6.8 7.0
Cond µS/cm 400 92.0 153 43.7 59.2 96.8 59.6 66.7 97.4
Salinité mL - 0.05 0.08 0.03 0.03 0.05 0.03 0.04 0.05
TDS mg/L - 45.3 76.0 22.0 30.5 48.4 29.7 33.3 48.7
PHYSICO-CHIMIQUES

M.O mgO2/L 5 2.10 0.30 0.50 0.50 3.20 1.50 1.75 2.25
TA mgCaCO3/L - 0 0 0 0 0 0 0 0
TAC mgCaCO3/L - 15.0 75.0 5.0 6.0 16.0 7.5 6.0 5.0
THT mgCaCO3/L - 31.0 65.0 2.5 21.5 38.0 15.5 17.5 30.0
Ca2+ mgCaCO3/L - 22.5 43.5 1.0 15.0 30.0 8.0 8.5 24.0
Mg2+ mgCaCO3/L - 8.5 21.5 1.5 6.5 8.0 7.5 9.0 6.0
Al3+ mg/L 0,2 0.17 0.05 0.13 0.11 0.24 0.11 0.19 0.19

Fer mg/L 0.3 0.037 0.000 0.000 0.122 0.089 0.120 0.101 0.002
total
Cl- mg/L 250 7.1 12.78 10.65 9.23 12.07 9.94 12.78 12.78
NO3- mg/L 25 0.0 0.0 1.5 0.0 0.0 0.0 0.0 0.4
PO43- mg/L - 3.04 2.11 2.52 2.75 1.72 2.08 3.22 0.80
MES mg/L 0 0.08 0.02 0.01 0.08 0.32 0.01 0.02 0.01
MICROBIOLOGIQUES

G.T UFC/mL 100 +120 + 150 25 + 190 Ind* + 180 37 Ind*

* : dénombrement des colonies quasi-impossible

NB : les analyses des tableaux 8 et 9 proviennent des échantillons (bidons) différents,


achetés à intervalle de temps.
P a g e | 59

INTERPRETATION DES RESULTATS

Il ressort des analyses effectuées ce qui suit :

1. Etiquetage

 Sur 5/8 échantillons soit 62,5%, la composition chimique n’est pas présentée ;
 Les date de fabrication et d’expiration ne sont repris dans aucun échantillon ;
 3/8 échantillons ne renseignent pas la durée de conservation ;
 Sur 4/8 échantillons, l’adresse physique du fabricant n’est pas signalée.

2. Qualité physico-chimique

D’une manière générale la qualité physico-chimique dans les deux séries d’analyses
est acceptable pour toutes les marques analysées cependant quelques échantillons
présentent une déviation pour certains paramètres :
 La couleur : Hope Water présente une valeur en couleur, 20 Hazen (pour E1a et
E1b) au-dessus de la norme ;
 Etant donné que l’alcalinité simple (TA) est nulle pour toutes les marques dans
les deux séquences d’analyses, ces eaux sont donc corrosives.
 Les matières en suspensions (MES) : les échantillons de Hope Water (E1a),
Mayi Safi (E4a) et ATK Cooling (E5b) ont une teneur supérieure à la norme.
Il est à noter que la composition chimique signalée pour les échantillons E2 et E7
présentent des écarts par rapport à celles de nos analyses E2b, E7a et E7b.
Pour Abeer cooling (E2), sur l’étiquette le pH est légèrement acide (6,2) tandis que
nos analyses montrent un pH neutre ⁓ 7,0. Néanmoins en considérant la valeur
élevée du TAC on peut dire que ces eaux sont corrosives cela justifie le pH acide
Pour Extracool (E7), sur l’étiquette les valeurs plus excentriques par rapport aux
valeurs fournies par nos analyses.

3. Qualité microbiologique

En ce qui concerne la qualité microbiologique, la majorité des eaux analysées sont


hors normes, cela dénote un problème d’hygiène. La présence des germes totaux en
grande quantité peut signifier une probabilité de trouver des bactéries pathogènes tels
que Escherichia ; de ce fait les marques Hope Water (E1), Abeer Cooling (E2), ATK
Cooling (E5), Extracool (E7) et Aqua-vie (E8) présentent des risques élevés de
contamination des bactéries pathogènes.
P a g e | 60

La présence des germes totaux en quantité peut se justifiée par le fait que ces bidons
sont consignés, le nettoyage efficace des bidons en plastiques n’est pas évident.
Tandis que les échantillons des marques Queen (E3), Mayi Safi (E4) et Canal Pure
(E6) sont de bonne qualité.
P a g e | 61

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Au terme de ce travail, les résultats d’analyses montrent que la majorité des


échantillons d’eaux conditionnées en bidon de 5 litres, analysés sont de qualité
microbiologique douteuse, cela traduit un problème d’hygiène, cependant la qualité
physico-chimique est bonne ;
La qualité microbiologique étant déterminante pour la potabilité d’une eau, ces
résultats révèlent un problème de santé publique et pensons qu’on devrait davantage
mettre de rigueurs dans les instances de contrôle-qualité de ces eaux conditionnées en
bidon. Aussi, doivent-ils apparaitre clairement les dates de fabrication, de péremption
et la durée de conservation accompagnés d’une estampille de l’organe de contrôle de
l’Etat (OCC en l’occurrence) en passant par un mode de consignation minimisant au
maximum les contaminations microbiennes ;
Nous suggérons qu’une étude sur la recherche des indicateurs de la pollution fécale
(Coliformes fécaux et E. coli) sur ces eaux soit menée afin de confirmer ou non nos
inquiétudes sur la qualité microbiologique ;
Nous recommandons aux institutions compétentes de mettre en place des mécanismes
de contrôle et suivi des aliments en l’occurrence les eaux embouteillées vendues à
travers la RD Congo en général.
Ces mécanismes peuvent comprendre :
 L’organisation des contrôles périodiques de la qualité microbiologique et
physico-chimique des eaux embouteillées en général et de l’eau
commercialisée en bidon de 5 litres en particulier étant donné que la plupart de
ces fabriques ne disposent pas de laboratoire de contrôle pour leur production ;
 Le renforcement des lois et règles régissant le marché de l’eau embouteillée ;
 La sensibilisation de la population sur le danger que représente la
consommation des eaux ne contenant aucun renseignement sur la date de
fabrication, de péremption ou la durée de conservation.
P a g e | 62

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

OUVRAGES
1. BESSEDIK Mamadi ; « Traitement de l’eau II », Danemark, 2015 ;
2. Clarke T. ; Regard sur l’industrie de l’eau embouteillée en Amérique du Nord,
Institut Polaris, Ottawa, 2005 ;
3. DAVID BOYD R. ; L’eau que nous buvons, normes et recommandations en ma
tière de qualité de l’eau potable, Vancouver, 2007 ;
4. FAO/OMS ; « codex alimentarus : l’Eau 1ere édition », Rome, 2007 ;
5. GALVEZ N. ; « L'Eau et la santé - Directives sur la qualité de l'eau de
boisson » OMS/Centre de documentation, Genève, 2010 ;
6. JAGLIN S. ; « L’eau potable dans les villes en développement : les modèles
marchands face à la pauvreté », Tiers-Monde, vol. 42, Dakar, 2001 ;
7. OMS ; « directives de qualité pour l’eau de boisson 3eme édition », Genève ;
2004 ;
8. REGIDESO ; recueil des procédures d’analyses physicochimiques, service
dosage et qualité DTE-EST, Kinshasa, 2015 ;
9. ROBIDOUX L., GHEDIN E., « La qualité de l’eau de boisson à Richard-Toll.
Influence du comportement de l’utilisateur », HERVÉ, J.-P., BRENGUES
« Aménagements hydro-agricoles et santé », ORSTOM éditions, Colloques et
séminaires, Paris, 1998 ;
10. RODIER J., LEGUBE B., MERLET N. et coll. ; l’Analyse de l’eau 9e edition ;
Dunod, Paris, 2009.
11. TONY CLARKE ; Regard sur l’industrie de l’eau embouteillée en Amérique du
Nord, Institut Polaris, Ottawa, 2005.

ARTTICLES & REVUES


12. CANS R., La ruée vers l’eau, Ed. Gallimard, Paris, 2001 ;
13. TSHIBAMBE K., Congo-Kinshasa : Vers la normalisation du commerce de
l'eau minérale en RDC, 2017
14. DESCROIX L., LASSERRE F. ; L’eau dans tous ses états. Chine, Australie,
Sénégal, États-Unis, Mexique, Moyen-Orient..., le Harmattan, Paris, 2008 ;
15. DIAGNE A. ; « L’accès des ménages pauvres à l’eau potable dans les banlieues
de Dakar », in Daffé G., Diagne A., « Le Sénégal face aux défis de la pauvreté,
Les oubliés de la croissance », Éditions Karthala, CRES et CREPOS, Paris,
2009 ;
16. ECOCONSO-WALLONIE, « l’eau en bouteille fiche n°37 », Bruxelles, 2008
17. France-nature-environnement « l’eau embouteillée », Paris, 2015
18. JAGLIN S. ; Services d’eau en Afrique subsaharienne. La fragmentation
urbaine en question, CNRS éditions, Paris, 2010 ;
P a g e | 63

19. LARBI BOUGUERRA M. ; Les batailles de l’eau. Pour un bien commun de


l’humanité, Paris, Enjeux Planète, 2003 ;
20. MÉRINO M. ; « L’eau : quels enjeux pour l’Afrique subsaharienne ? », Note de
la FRS, 2008.
21. Mise en place de système HACCP pour l'eau de table, et préparation de l'iso
22000, 2010
22. NIASSE M., IZA A., GARANCE A., VARIS O., La gouvernance de l’eau en
Afrique de l’Ouest/Water Governance in West Africa, 2004 ;
MEMOIRE & TFC
23. BAKOLE M., Contribution à l’étude comparative des paramètres physico-chimiques
et bactériologiques des eaux des boissons vendues dans la ville de Kinshasa, mémoire
de fin d’études, Université Pédagogique Nationale, Kinshasa, 2005;
24. NDIAYE A., Les eaux minérales au Sénégal, Approche générale et problème socio-
sanitaire, mémoire de Maîtrise, Université Gaston Berger de Saint-Louis, Dakar, 2002.

NOTES DES COURS


25. BULUKU EKWAKA Alain., Chimie Analytique approfondie 1 ere Licence Chimie
Industrielle, UPN, Kinshasa, 2015 ;
26. IDRISSA A., Microbiologie alimentaire/contrôle microbiologique des aliments 2eme
Graduat Chimie, UPN, Kinshasa 2013.
WEBOGRAPHIE
27. www.ecoconso.be/
28. www.ecosynthese.com/
29. www.fne.asso.fr/
30. www.memoireonline.com/
31. www.pagesclaires.com/