Vous êtes sur la page 1sur 248

M!

dlathèque Ooc

Fra~~:~~~:~SU~~~;:~~~LL1
~~1~lmll~~I!IIII,'
Sylvie PDISSDN-QUINTDN 'i
IIIIII'.
~ 005870~

w..J.
1NTERNATlüNAL
~Bla~
- extraire les informations ou les idées essentielles;
- reformuler ces contenus de manière objective (en
suivant la pensée de l'auteur) avec vos propres
L'unité BI a pour objectif d'évaluer votre com- mots;
préhension et votre expression écrites en français - produire un texte correctement rédigé et bien
général. Elle comporte deux exercices qui por- structuré en respectant la consigne de longueur (une
tent sur le même document: marge de + ou - 10% est tolérée).
- un compte rendu de texte (durée: 1 h 30, coef-
ficient 2); Les questions
- cinq questions concernant le texte (durée: 45',
coefficient 1). Elles sont toujours au nombre de cinq mais peu-
vent être d'importance et de longueur variables
Parfois, un exercice de résumé (plus strict) peut (la longueur attendue pour chacune des questions
remplacer l'exercice de compte rendu mais le cas vous sera indiquée). La notation tient compte de
est rare. l'importance relative des questions.
Ces questions vous permettent de démontrer vos
Qu'est-ce qu'un compte rendu? capacités d'expression à travers des tâches plus
il s'agit d'une contraction de texte, plus souple diversifiées que dans le compte rendu.
cependant que dans le cas du résumé et de carac-
Vous serez évalué:
tère moins formel. Vous aurez à exposer sous une
forme condensée un certain nombre d'informations • sur vos compétences pragmatiques:
mais, contrairement au résumé, vous n'êtes pas tenu - aptitude à adapter votre réponse à la question
de suivre strictement le plan d~rexte si vous' eSti:- posée,
mez qu'une organisation différente est préférable. - aptitudes à expliciter, interpréter, commenter,
argumenter un point de vue;
Il vous faudra:
• sur vos compétences linguistiques:
- prévoir une courte introduction qui identifie le
- compétence grammaticale, compétence lexicale,
texte et en indique le thème principal;
- deg-ré d'élaboration des phrases.
- restituer sous forme plus concise la logique de
la pensée de l'auteur; On vous posera trois types de questions:
- bien mettre en évidence les idées principales et - des questions de compréhension détaillée portant
les rapports qu'elles entretiennent avec les idées sur des points précis du document (une phrase, une
secondaires (argumentation, exemples, présenta- expression, un mot, une donnée chiffrée, etc.);
tion d'arguments opposés et réfutation de ceux- - des questions portant sur la comparaison (com-
ci, modalisation, etc.). paraison entre deux informations, complémentaires
ou contradictoires, entre deux situations, etc.);
Comme pour le résumé, vous devez vous abste-
- des questions permettant d'évaluer vos capacités
nir de commenter ou de juger les idées de l'auteur:
argumentatives (porter un jugement personnel sur
votre compte rendu doit rester parfaitement neutre.
un point du texte, en expliquer les enjeux, faire des
Cependant, dans le cas du compte rendu, c'est à hypothèses sur les conséquences possibles d'un évé-
vous d'introduire les propos de l'auteur dans nement, proposer des solutions à un problème, etc.).
votre texte et d'exposer alors son point de vue (<<l'au-
teur affirme que ... ,), (,il dénonce ... '), ('il précise
que ... '), etc.).
Il s'agit d'un document authentique, en français géné-
En bref, vous aurez à témoigner de votre capa- ral, tiré d'une revue, d'un journal et ne comportant
cité à: pas ou très peu de lexique spécialisé. Sa longueur
- identifier la nature du document; peut varier de 500 à 700 mots, voire davantage s'il
- en dégager le thème principal et repérer le plan s'agit d'un texte facile. Ce document traite généra-
d'ensemble; lement d'un point de civilisation contemporaine.
Entraînement
-=:
Cette unité comporte 112 activités groupées • Objectif 3. S'entraîner à la rédaction à partir d'un
autour d'objectifs. plan, de données chiffrées ou de graphiques.
-> 10 activités (77 à 86).

Compréhension écrite (56 activités) • Objectif 4. Nuancer son expression, trouver le


1. Objectifs généraux mot juste, respecter les registres de la langue, moda-
liser.
• Objectif 1. Approche globale d'un texte (identi- -> 12 activités (87 à 98).
fication, fonction, domaine de référence).
-> 6 activités (1 à 6). 2. Objectifs spécifiques
• Objectif 2. Repérer la structure d'un texte (orga- Répondre aux différents types de questions.
nisation générale, composition, plan). -> 12 activités (99 à 110).

-> 6 activités (7 à 12).


La partie « Expression écrite» comprend en outre
• Objectif 3. Repérer les procédés de substitution une double activité bilan (111-112) dans le for-
(reprises, synonymes, nominalisations, verbalisa- mat de l'examen: compte rendu d'un texte et réponse
tions) . à cinq questions.
-> 6 activités (13 à 18).

• Objectif 4. Repérer les mots clés, les idées essen-


tielles, les idées secondaires dans un texte. La division en objectifs permet une approche
-> 6 activités (19 à 24).
« modulaire» de la préparation de cette unité: elle
• Objectif 5. Repérer les indicateurs temporels et les vous permet de vous entraîner au format des
relations logiques dans un texte. épreuves de compréhension et expression écrites
-> 6 activités (25 à 30). (pour bien connaître ce que les correcteurs atten-
• Objectif 6. Repérer les différents types d'argu- dent de vous) et en même temps de vous perfec-
mentation et les marques de l'argumentation. tionner dans la maîtrise de la langue écrite à un
-> 6 activités (31 à 36). niveau très avancé.
• Objectif 7. Repérer les différents types de textes; Pour chaque objectif, les activités sont progres-
repérer les marques de l'énonciation, l'implicite, sives, c'est-à-dire que si une activité est trop simple,
les modalités appréciatives. vous pouvez passer à la suivante. Si l'objectif vous
-> 9 activités (37 à 45). semble atteint, passez à un autre objectif, mais
efforcez-vous d'aller jusqu'au bout d'une activité,
2. Objectifs spécifiques en la réalisant complètement, puis regardez le cor-
Comprendre les différents types de questions. rigé. Si le résultat n'est pas bon, recommencez
->9 activités (46 à 54). cette activité.
La compréhension écrite comprend en outre deux Vous pouvez utiliser des dictionnaires (unilingue
activités bilans (55 et 56). et bilingue) et des grammaires avec modération,
car il vaut mieux bien comprendre la consigne
Expression écrite (56 activités) de l'activité et l'accomplir dans un premier temps
sans aide.
1. Objectifs généraux
L'important est de travailler à son rythme, mais
• Objectif 1. Réduire un texte, supprimer ce qui sachez que ces activités vôus demanderont cinq à
n'est pas indispensable, dégager les idées essentielles quinze minutes chacune. Organisez-vous pour réa-
d'un document. liser un objectif complet au cours d'une séance
-> 10 activités (57 à 66).
de travail.
• Objectif 2. Enchaîner les idées, utiliser les arti- Enfin, effectuez les activités bilans qui clôturent
culateurs logiques. la préparation de l'unité dans les conditions d'un
-> 10 activités (67 à 76). examen blanc.
Compréhension écrite

Objectifs généraux

1. Approche globale d'un texte: identifier/situer


Qu'entend-on par «approche globale d'un texte»?
En langue maternelle, vous ne lisez pas linéairement un document écrit mais vous en
prenez d'abord connaissance globalement. Il vous faut adapter à la langue étrangère
vos stratégies de lecture en langue maternelle, vous y gagnerez en rapidité et en efficacité.
Les gros titres, sous-titres et intertitres, la longueur et l'organisation du texte, la typo-
graphie (présence ou non d'italiques, par exemple, ou encore de tirets), éventuellement
les photos ou schémas qui l'illustrent, toutes ces indications vous permettent de faire'des
hypothèses sur la nature de ce texte et sur sa fonction.
Ce n'est que dans un second temps que vous procédez par «balayages» successifs, ce
qui vous permet de vérifier ou d'infirmer vos premières hypothèses: lecture des premières
lignes (où la problématique est généralement indiquée) et de la conclusion, repérage
des mots ou expressions qui reviennent souvent, des noms propres, des chiffres ...
Vous avez, au terme de cette seconde phase, une idée générale du thème qui est
traité et des arguments avancés par l'auteur.
Pour une lecture plus en profondeur, vous allez repérer les termes d'articulation du texte
(<< tout d'abord », «d'autre part », «il faut également préciser que », etc.), ce qui vous
permettra d'en comprendre la logique et les mots ou les phrases qui expriment les idées
les plus importantes. On conseille souvent d'utiliser un surligneur de couleur pour cette
dernière étape.

-=1 En regardant 1'«image globale)} de ce document (titre, typographie, etc.), pouvez-vous


dire de quel type de texte il s'agit? Justifiez votre réponse.
a. une information extraite d'un quotidien national?
b. un article sur la circulation automobile paru dans un mensuel?
c. un fait divers paru dans un quotidien régional?

Un malaise à l'origine
d'une embardée: un blessé léger
Peu avant midi, hier, M. Denis Mouilley, 72 ans, demeurant à
Bragelogne, circulait sur la départementale 452 entre Balnot-sur-Laignes
et Les Riceys.
Apparemment victime d'un malaise, M. Mouilley a perdu le contrôle
de son véhicule, un Renault Nevada, qui a traversé la chaussée avant
de s'échouer quelques dizaines de mètres plus bas dans un champ.
C'est au docteur Jean-Luc Michelin qu'il revint de lui porter les
premiers secours, après quoi les sapeurs-pompiers du Centre de secours
des Riceys le transportèrent au centre hospitalier de Troyes.
Les gendarmes de la brigade des Riceys ont procédé aux consta-
tations d'usage.
1. Voici le titre et le chapeau d'un article. Selon vous, de quel type de revue provient-
il? Justifiez votre réponse.
a. revue très spécialisée?
b. revue grand public?
c. revue de vulgarisation?
2. Que veut ce texte? Justifiez votre réponse.
a. inciter à faire quelque chose?
b. mettre en garde contre quelque chose?
c. apporter une information?

EUROPE
CONSTRUIRE LE PLURALISME LINGUISTIQUE
Si tout le monde s'accorde à reconnaître que l'avenir de l'Europe
dépend, pour une large part, de la manière dont elle saura
relever le défi du pluralisme linguistique et culturel, rares sont
les initiatives qui permettent d'avancer réellement dans la voie
de la diversification. En dépit des efforts accomplis, la réflexion
n'a pas débouché sur des solutions concrètes, ni sur des pers-
pectives d'envergure.

1. Selon vous, d'où provient ce document? Justifiez votre réponse.


a. rubrique « Fait divers» d'un journal régional?
b. rubrique « Vie pratique» d'une revue écologique?
c. « Courrier des lecteurs» d'une revue municipale?
2. Quel est l'objectif de ce document? Justifiez votre réponse.
a. se plaindre?
b. féliciter?
c. informer?

Les pigeons
Nous sommes indignés de la conduite des gens pollueurs qui nour-
rissent les pigeons à grands renforts de kilos de riz. Ceci se passe non
seulement sur les trottoirs, dans les squares mais aussi dans les cours
des bâtiments de l'OPAC. Journellement, des dizaines et des dizaines
de pigeons foncent au-dessus de nos têtes pour atterrir sur les pelouses.
Ces dernières n'ont d'ailleurs plus de gazon qui repousse! Ceci au
détriment des merles que l'on ne voit plus guère, des quelques pies
et mésanges!
Les affiches à l'intérieur des bâtiments ont plutôt l'air inutiles, sans
effets. Quel triste avenir pour ceux qui nous suivront. ..

En regardant l'image globale de ce texte (son titre, les notes, les premières et les dernières
lignes, les débuts de paragraphes) mais sans le lire entièrement, pouvez-vous dire:
1. de quel type de revue il provient? Justifiez votre réponse.
a. revue professionnelle
b. revue grand public adultes
c. revue pour enfants et jeunes adolescents
2. dans quelle rubrique il a été publié? Justifiez votre réponse.
a. Actualité scientifique
b. Loisirs - Culture
c. Famille - Santé
Peur de tout, pour un rien
e vocabulaire des maladies psychiques leur profonde. Il L'angoisse est une bouée qui angoisse s'accompagne d'autres troubles:

L est d'autant plus imprécis dans notre


esprit que les mots des spécialistes sont
passés dans le langage courant et sont utili-
permet de rester à la surface et de ne pas plon-
ger dans les causes enfouies d'une souffrance
qu'on ne se sent pas prêt à affrontep, écrit
insomnie, boulimie, migraine, agitation ...
Plus difficile à endurer, la crise d'angoisse
aiguë. Une étude américaine a montré que sur
sés à tort et à travers. Tellement répandus que Alain Braconnier. Elle a donc une origine et un échantillon de 8 000 personnes de 15 à
les souffrances qu'ils désignent finissent par un sens: on est angoissé par quelque chose 54 ans 5 % avaient au moins eu dans leur vie
ne pas être reconnues. ((C'est pas grave, ça qu'il s'agit de rechercher afin de pouvoir com- une attaque anxieuse ou un trouble panique:
va passer. .. Secoue-toi 1 !! poser avec sa propre anxiété. La personne sensation d'étourdissement, cœur qui bat la
l'angoisse, explique Alain Braconnier, se dis- angoissée lutte contre les tensions intérieures chamade, sentiment de mort ou de catastrophe
tingue de la dépression. On commence à par- et les dangers extérieurs. ((Cequi revient à dire imminentes. Mais le véritable trouble panique
Ier de dépression lorsqu'une profonde tristesse, que l'angoisse nous est utile, souligne le Dr provoque des crises régulières pendant plu-
une ((envie de rien)), s'associent à une sensa- Braconnier, quand nous nous sentons dépas- sieurs semaines, voire plusieurs années et
tion d'abattement et d'épuisement physique. sés par des événements réels ou fantasmés. )) nécessite un travail sur soi-même et généra-
C'est une réponse à un traumatisme. Les méca- Il Y a des degrés dans l'angoisse. ((L'anxiété lement une aide psychologique.
nismes psychiques sont proches de ceux du deuil. courante)) est en effet largement partagée et
l'angoisse, plutôt qu'un état, est un compor- chacun apprend à la maîtriser avec ses propres
tement mental inconscient. C'est en quelque «trucs l>. Le trouble anxieux généralisé est dia- Lire l'ouvrage d'Alain Braconnier, IlLes bleus
sorte une stratégie du psychisme: on se dis- gnostiqué quand l'individu a, de manière chro- de l'âme. Angoisses d'enfance, angoisses
simule derrière son angoisse pour fuir une dou- nique, peur de tout et peur pour un rien. Cette d'adultes!), Calmann-Lévy, 1995,98 F.

-~)- Dans cette activité, vous allez procéder en trois temps pour prendre connaissance du
texte suivant.
Ne lisez pas le texte. À partir des trois éléments suivants: le titre, le chapeau et la
photo, que pouvez-vous inférer quant au contenu de l'article suivant? S'agit-il:
a. du récit de la vie de l'agriculteur français figurant sur la photo?
b. d'une analyse de la condition des agriculteurs français?

-~6 Survolez maintenant le texte (toujours sans le lire) et repérez les données chiffrées
(dates, chiffres, pourcentages). Quelles hypothèses supplémentaires faites-vous sur le
contenu du texte à partir de ces éléments?
Lisez maintenant le texte entier. L'auteur de cet article cherche-t-il plutôt:
a. à alerter l'opinion publique sur la situation dramatique des paysans?
b. à insinuer que les agriculteurs ont souvent des revenus illégaux?
c. à donner une série d'informations objectives sur la condition des agriculteurs?

Le monde des agriculteurs est aujourd'hui un


Agriculteur: monde disparate: ils sont devenus peu nom-
nus non agricoles varie avec le type d'exploi-
tation: elle passe de 30 % dans l'élevage et
une profession breux et leur mode de vie tend à se rapprocher
de ceux des autres catégories socioprofession-
la polyculture à 45 % pour les exploitations
céréalières ou viticoles.
à part entière? nelles, tout en gardant quelques spécificités
liées aux contraintes de cette adivité.
Paradoxalement, les revenus non agricoles les
plus importants vont aux exploitations qui rap-
En 1851, 20 millions de Français (un sur deux) portent le plus: dans ce cas, ils proviennent de
vivaient de l'agriculture. Depuis, la diminution revenus de la propriété (terres en location ou
a été constante: les familles d'agriculteurs capital immobilier). Pour les exploitations les
représentaient 10 millions de personnes en moins riches, les revenus non agricoles sont
1950, et 4 millions en 1990, soit 6 % de la constitués de traitements et salaires. Le modèle
population totale. La population agricole fami- du paysan-ouvrier qui datait du Xlxe siècle a
liale s'est réduite des trois quarts en vingt ans: pratiquement disparu, mais on constate que,
ce sont surtout les jeunes, et plus particuliè- de plus en plus souvent, les femmes ont une
rement les jeunes femmes, qui sont partis. activité rémunérée à l'extérieur. Par ailleurs,
C'est une population vieillie, à dominante mas- l'emploi antérieur au mariage avec un ou une
culine, qui caradérise aujourd'hui les paysans. exploitant(e) est fréquemment maintenu.
En outre, 30 % des exploitants de 30 à 34 ans Au total, les revenus d'origine non agricole ont
en 1993, contre 18 % en 1979, sont céliba- tendance à réduire légèrement les disparités
taires. Dans cette catégorie de la population, entre paysans riches et pauvres. Toutefois, pour
le déclin du mariage n'est pas compensé par 15 % des foyers d'agriculteurs, ces types de
l'union libre. Cependant, le nombre de femmes revenus sont inexistants, du fait de l'activité
exploitantes n'a cessé de s'accroître: elles agricole qui mobilise toute la famille (c'est sur-
représentent 20 % des agriculteurs contre 8 % tout le cas pour l'élevage bovin et ovin); ou du
Âgé en moyenne de 50 ans, l'agriculteur fran- en 1970. fait de l'implantation dans des régions isolées
çaisse retrouve souvent seul à gérer son exploi- Aduellement, plus d'une famille d'agriculteurs comme le Limousin et l'Auvergne. Pour ces
tation. Le modèle de la ferme familiale tend sur trois perçoit des revenus provenant d'une familles, l'absence de revenus d'appoint va
à disparaÎtre. activité non agricole. La répartition des reve- de pair avec les revenus agricoles les plus bas.
I!l'li.i. '=F," Quelle est la structure générale de ce court fait divers?
Quels indices matériels (typographie, par exemple) vous ont aidé à la repérer?

Il perd le contrôle de sa moto:


le retraité à l'hôpital
M, Jean-Marie Tïnoy, un retraité de 63 ans domicilié à Sainte-Savine,
a été blessé dans un accident survenu jeudi en début de soirée à
proximité de Prugny,
Il était approximativement 18 h lorsque le sexagénaire, qui circulait
à moto sur le CO 53 dans le sens Torvilliers/Prugny, perdit soudain
le contrôle de sa machine à la sortie d'un virage à gauche, La Suzuki
alla finalement s'immobiliser dans un fossé.
Souffrant du poignet droit et de la clavicule gauche, le retraité savi-
nien a été transporté au Centre hospitalier de Troyes par les sapeurs-
pompiers de la CAT. Le constat de cet accident a été effectué par
les gendarmes de la brigade d'Estissac.

Il Y a une trentaine d'années, Laurence Wylie, un


sociologue américain, a souligné les différences
de posture existant entre les Américains et les
Français.
Pour lui, la « bulle» des Américains est plus large:
leurs vêtements sont plus larges, leurs gestes
plus amples, ils se balancent d'un pied sur l'autre,
latéralement, supportent mal un contact phy-
sique trop proche. Bref, ils ont besoin d'espace.
Les Français, en revanche, ont appris à ne pas
faire de gestes trop larges: les bras restent près
du corps, qui est le plus souvent un peu tendu,
un peu raide, et la gestuelle concerne essen-
tiellement les mains et les avant-bras.
Bien entendu, il ne faudrait pas généraliser car,
qu'il s'agisse des Français ou des Américains,
la posture dépend aussi pour une bonne part de
chaque individu et de la classe sociale à laquelle
il appartient.

La forêt est depuis toujours ressentie comme un tence même est vécue comme une menace pour
espace de violence et d'exclusion dominé par le l'ordre du monde. Mais ce peut être aussi quelque
mythe de l'homme sauvage. De très nombreuses illustre fugitif, un noble contraint à l'errance par
légendes l'attestent. Il s'agit souvent d'un être bes- un pouvoir magique, un roi devenu ermite. Dans les
tial, se nourrissant d'herbes et de racines, privé de deux cas, la forêt représente une terre de refuge mais
parole, qu'il faut capturer et détruire car son exis- aussi une terre d'épreuves.
10 À votre avis, le paragraphe suivant est-il l'introduction ou la conclusion d'un texte
(traitant de l'évolution démographique en France)? Justifiez votre réponse.

P
lus que jamais donc, à une époque où les couples ont une
maîtrise presque parfaite de leur fécondité, celle-ci dépend
de leurs motivations profondes. Depuis près d'un demi-siècle,
les sociologues essaient de comprendre, au travers d'enquêtes
d'opinion, les raisons de la baisse continue de la fécondité. Ne serait-
il pas plus sage d'inverser le propos et d'essayer de savoir pour-
quoi les couples d'aujourd'hui font encore des enfants afin de com-
prendre ce qui pourra les motiver à en faire encore demain ?

Faites le plan du texte suivant en indiquant les indices que vous avez utilisés:
- indices matériels (image du texte);
- indices linguistiques (termes d'articulation logique).

y a-t-il encore, dans la France d'aujourd'hui, une spécificité que les processus qu'ils décrivaient n'abolissaient pas pour
marquée de la condition ouvrière par rapport aux autres autant les écarts, et que les progrès avaient un prix. Pas de
groupes sociaux? propriété ouvrière, le plus souvent, sans endettement ni sans
Nul ne contestera que trente années de croissance se sont un intense effort d'autoproduction. Quant à la scolarisa-
soldées par une nette élévation des chances d'accès des tion, ses limites apparaissent clairement si l'on veut bien ne
ouvriers à toute une série de biens. En témoigne d'abord le pas oublier que les diplômes auxquels accèdent, aujour-
formidable bond de la propriété et du confort domestique d'hui plus qu'hier, les enfants d'ouvriers, sont précisément
ouvriers, que Michel Verret mettait en évidence à la fin des aussi ceux qui sont les plus atteints par la dévaluation.
années soixante-dix. En témoignent aussi les progrès sub- Il n'est donc nullement incompatible de souligner à la fois
stantiels de la scolarisation des enfants d'ouvriers à partir des l'ampleur des changements et le maintien des écarts. Maintien
années soixante et au cours des années soixante-dix, dont visible dans la sphère du travail (rémunérations, pénibilité des
Jean-Pierre Terrail a souligné l'importance et les implications. tâches, exposition aux nuisances) aussi bien que dans les
Mais ces deux acteurs montraient aussi,de multiples manières, domaines de la santé, de l'espérance de vie, de la culture ..

{.Z:. Proposez un titre et trois intertitres au texte suivant qui présente La Rue, l'un des
magazines créés par et pour les SDF (sans-domicile-fixe).

[Intertitre] de travailleurs et logement HLM). La permanence de la CPAM (caisse


La Rue propose à toute personne en difficulté un travail et donc la primaire d'assurance maladie) de Paris permet de régler les problèmes
possibilité de redevenir acteur de sa vie en dehors de tout assista- de sécurité sociale des vendeurs, et la permanence juridique (animée
nat. Mais avec ce travail, il faut un statut. Car seul un statut légal par cinq avocats) prend en charge leurs dossiers juridiques. Les
permet de sortir du travail au noir qui nourrit et se nourrit de l'ex- ateliers d'écriture redonnent la parole aux vendeurs. Sans oublier
clusion. La Rue propose donc à ses vendeurs le statut de vendeur- l'atelier de théâtre, les cours de boxe et l'atelier de musique, autant
colporteur de presse. TIouvre droit à l'affiliation au régime géné- de lieux d'expression et de reprise de confiance en soi.
ral de la Sécurité sociale en tant que travailleur indépendant (La Rue [Intertitre]
paie la totalité des charges sociales, salariales et patronales, le L'exclusion est un combat, pas un marché. La Rue n'est donc pas
vendeur perçoit donc 7,80 F net par magazine). une entreprise comme les autres. Sa vocation: mettre l'efficacité
[Intertitre] économique au service de dividendes humains. Et pour concilier
L'exclusion ne se résume pas à une cause unique. Les vendeurs finis- l'économie et l'insertion, une éthique forte est indispensable.
sent souvent à la rue après un cumul des ruptures: chômage, divorce, TIest nécessaire, pour travailler avec des personnes fragiles, d'uti-
perte du logement, etc. Pour s'extraire de cet engrenage, un revenu liser des méthodes irréprochables. Cette éthique, La Rue l'a choisie
est nécessaire mais insuffisant. C'est pourquoi, depuis sa création, dès son lancement - tant vis-à-vis des acheteurs que pour les ven-
La Rue propose à ses vendeurs un ensemble d'actions concrètes. deurs - et la réaffirme dans sa charte déontologique (lire ci-dessous).
La responsable d'insertion de La Rue, une assistante sociale, coor- En contrepartie de votre solidarité, le respect de quelques règles élé-
donne ces actions montées en partenariat avec de nombreuses asso- mentaires, dont notamment la transparence financière, est indis-
ciations et des bénévoles. Ainsi, le service d'accès au logement de pensable. Elles permettent, seules, de différencier une initiative de
Paris a déjà trouvé un toit pour plus de trois cents vendeurs, soit en lutte contre l'exclusion d'une machine à exploiter la misère. C'est
urgence (CHRS, hôtel social, foyer), soit sur le long terme (foyer pourquoi La Rue publie ses comptes.
0-------------
1 3. Repérer les procédés de substitution dans un texte
Ces procédés de substitution (par exemple les mots anaphoriques qui représentent
d'autres mots situés plus haut dans le texte) sont essentiels au lecteur pour comprendre
au fur et à mesure de sa lecture de qui et de quoi il est question dans le texte.
Ces termes de ({ reprise» permettent au texte de progresser de phrase en phrase, de
paragraphe en paragraphe, en restant intelligible.
On distingue généralement:
• les anaphores grammaticales (par exemple, un pronom personnel: il, elle ... ; un relatif:
qui, que ... ; ou encore un démonstratif: celui-ci, cette dernière ... ).
Par exemple, dans la phrase: Pierre est arrivé: il vous attend, le pronom il est l'anaphore
de Pierre.
• les anaphores lexicales (des synonymes: demeure pour maison, voiture pour auto-
mobile; des hyperonymes: bâtiment pour maison, moyen de transport pour voiture).
Mais l'anaphore lexicale est parfois plus complexe, l'élément anaphorique pouvant
reprenàre tout un segment Ge p'nlo's,'è, 'ù'l'l'è'P'n~à""'èÇ)'ù'ù'fl'Pà~à~~à'P\;\'è, 'ù'fl~ \d~~."
Par exemple.' A p<9/7'7/ du ;el' odo.b/é;. la cJ/aA~tio/J a)temée sera mjse en place à Pari
en cas de pollution atmosphérique grave. Cette décision a été rendue publique ce matin.
Ici, cette décision reprend toute la phrase précédente.

Relevez tous les termes servant à désigner San Clemente a Casauria (province de
Pescara, Italie).

Rien ne semble pouvoir troubler la quiétude de cette


abbaye plus que millénaire où domine le style roman
mais où le gothique cistercien intervient déjà.
C'est à l'empereur Ludovic Il que l'on doit la fondation
de ce chef-d'œuvre en 871. Labbaye aurait été instal-
lée à l'emplacement d'un sanctuaire païen nommé Casa
Aurea, d'où son nom. Saccagé par les Sarrasins au xe
siècle puis par les Normands au Xie, le monastère est
reconstruit au XIIe par les moines cisterciens et il connaît
alors une nouvelle splendeur. Hélas, une longue déca-
dence et un tremblement de terre entraînèrent la des-
truction d'une grande partie des bâtiments. [ ... ]
En sortant de l'église, n'oubliez pas de visiter le musée
Casauriense.

-14:· Dans le fait divers suivant, relevez tous les termes désignant les protagonistes: le buralist
et ses agresseurs.

Hier,tard dans la nuit, Marcel Lebideau, buraliste à Marceaux, a


été réveillé par des bruits suspects provenant du rez-de-chaussée
de son pavillon. Il s'est aussitôt levé et a surpris des individus
qui essayaient de forcer la porte de son garage. Ayant déjà été
importuné à diverses reprises par cette bande, il a pu les identifier.
Il les a menacés d'appeler la police s'ils ne déguerpissaient pas
sur-le-champ. Les rôdeurs ont filé mais sont revenus quelques
minutes plus tard, au nombre de trois. Le commerçant, excédé
devant tant d'audace, a saisi son fusil de chasse, est sorti et a
tiré en l'air pour les intimider. Lun des malfrats, un jeune homme
bien connu des services de police, s'est brusquement jeté sur lui
et a tenté de s'emparer de son arme. C'estalors qu'un second coup
de feu est parti blessant le jeune agresseur à la cuisse. La police,
alertée par les voisins, est arrivée sur les lieux et a embarqué
tout ce joli monde. Le buraliste, qui possédait un permis de port
d'arme, a été laissé en liberté.
t-~ Retrouvez dans le texte de ces « brèves» le verbe qui correspond au nom présent
dans le titre.
1. Mort d'une figure de la Résistance
2. Visite de Lionel Jospin
Visite de Lionel Jospin
3. Occupation de trois sites de Bull
À Hongkong pour la réunion annuelle du FMI et de
la Banque mondiale, le ministre des Finances, Domi-
Mort d'une figure nique Strauss-Kahn, a annoncé hier que le Premier
ministre, Lionel Jospin, se rendrait en Chine « au prin-
de la Résistance
temps prochain ».
Vrrginia d'Albert-Lake, figure de la Résistance,
déportée à Ravensbruck, est décédée samedi à
son domicile de Pleurtuit (Ille-et-Vilaine) à
SOCIAL
l'âge de 87 ans. Engagée dans la Résistance en
Occupation de trois sites de Bull.
1943 avec son mari Philippe au sein du réseau Troiscentsgrévistesdu serviceclientsde Bull-Francese sontins-
Comète, cette Américaine a notamment orga- talléshierdansl'enceintedu siègede l'entrepriseà Louveciennes
nisé le passage de plus d'une soixantaine (Yvelines).Parallèlement,leurs camaradespoursuivaientle blo-
d'aviateurs de France vers l'Espagne. Elle cage du site de Massy (Essonne),et installaientun barrage fil-
devrait être inhumée samedi dans le carré arné- trant devantcelui de Saint-Ouen(Seine-Saint-Denis).

À partir de ces titres de journaux, présentés sous forme nominalisée, proposez une
forme verbalisée. Rédigez une phrase complète.
1. Mise en examen de l'ancien PDG de Panzani
2. Israël: retour progressif des travailleurs palestiniens
3. Pithiviers: réouverture prochaine de la maternité

Exercice de nominalisation: reprenez le texte de ce tract sous forme nominalisée, c'est-


à-dire en substituant au verbe le nom correspondant.
Par exemple: La Bourse de Tokyo a légèrement baissé -+ Légère baisse de la Bourse de Tokyo.

Nous, ouvriers et employés de l'atelier 3 de la SODIREp,


exigeons que
- nous soit octroyée une prime immédiate de 500 francs
- la Carte orange 4 zones soit totalement remboursée
- le contrôle à l'entrée de l'entreprise soit assoupli
- la politique du « zéro défaut» soit abandonnée

Dans le texte suivant, cochez le terme qui vous paraît convenir le mieux par rapport
au contexte.
La France vieillit. Et pourtant, le nombre d'habitants ne cesse d'augmenter, indique l'Institut national
d'études démographiques (INED) dans un bulletin rendu public le 15 mars 1995. Le cap des 58 millions
a été atteint au 1er janvier 1995 alors que la ... (1) ... des 57 millions avait été franchie en 1991 et celle
des 56 millions en 1988.
Mais cette ... (2) ... est davantage due à un allongement de la durée de la vie qu'à un nombre élevé de
naissances. En conséquence, la population française vieillit: 15 % de la population a plus de soixante-
cinq ans. Parallèlement, les jeunes sont moins nombreux. Cette ... (3) ... de la population est la résultante
d'un triple phénomène: stabilité du nombre des naissances, recul de la mort, baisse du solde migratoire.
D'après les (,Dossiers et Documents,) du Monde, déco 1995.

(1) a. la quantité b.la barre c.la taille


(2) a. progression b. victoire c. situation
(3) a. explosion b. évolution c. croissance
4. Repérer les mots clés, les idées essentielles et secondaires
les mots clés
Cesont les mots qui sont le plus chargés de sens,qui reflètent le mieux les idées essentielles
d'un texte.
Comment rechercher les mots clés d'un texte?
• Regardez attentivement le titre, le sous-titre, le chapeau, les intertitres. Le plus souvent,
ils contiennent les principales idées du texte, soit telles quelles, soit par le biais de termes
formellement proches (nominalisation, adjectivation, verbalisation) ou sémantiquement
proches (synonymes, par exemple).
• Posez-vous les questions que se pose tout journaliste: Qui? Quoi? Où? Quand?
Pourquoi? Avec quelles conséquences? Concentrez votre attention sur les « mots pleins»
et éliminez les autres, c'est-à-dire les mots-outils (conjonctions, prépositions, etc.), les
mots imprécis, trop généraux ... Les « mots pleins» qui reviennent le plus souvent seront
vraisemblablement les mots clés du texte. Ils vous aideront à comprendre quelles sont
les idées essentielles du texte.

-,l--~'';il 1.Regardez le titre et le chapeau de cet article. Répondez aux questions suivantes:
- Quoi? - Qui? - Quand?
2. En lisant rapidement le texte, relevez les mots ayant un sens proche de:
- baccalauréat - candidats

rité des classes creuses: baisse démo- didats au bac 1997. Près de 100000
graphique oblige. élèves y postulent dans 56 spécialités.
Plus de 628000 candidats vont Aujourd'hui un peu moins de deux jeunes De nouvelles séries voient le jour d'une
plancher dès lundi matin. Les bacs sur trois obtient ce sésame pour les études année sur l'autre. La construction et la
pro et techno sont les seuls à atti- supérieures, et ce taux varie peu d'une réparation en carrosserie sont les der-
rer plus de candidats cette année. année sur l'autre. Les séries générales nières nouveautés.
À partir d'aujourd'hui, six lycéens souffrent le plus d'une certaine désaf- Cette année l'examen ne connaîtra pas
racontent leurs angoisses, leurs fection. 58 % des candidats avaient opté de grands bouleversements, puisque rien
espoirs et leurs rêves d'avenir. pour un baccalauréat S - scientifique -, n'a été décidé pour le simplifier; ça se
ES - économique et social- ou L -litté- compliquerait plutôt! Les candidats qui
tress maximum pour les candidats
S au bac. En métropole, les épreuves
écrites commencent lundi. Elles se ter-
raire - l'an dernier, ils ne sont plus que
57 % cette année. Cependant le rééqui-
librage entre les séries scientifique et lit-
avaient raté leur épreuve de français en
première peuvent - à condition de l'avoir
précisé au moment de l'inscription -
mineront le 23 juin pour les séries géné- téraire que souhaitait réaliser l'ancien repasser cette matière en terminale. Pour
rales, le 24 en technologie et le 26 en ministre François Bayrou a échoué. Le la première fois aussi, les candidats han-
professionnel. Les oraux de la deuxième bac littéraire perd plus de 2 % de ses can- dicapés ou atteints d'une maladie grave
série (rattrapage) devront, eux, être bou- didats! Le bac économique limite l'éro- ayant échoué l'an dernier peuvent désor-
clés pour le Il juillet. Cette année, sion à 0,69 % et le scientifique à 0,79 %. mais conserver durant cinq années le
628112 candidats sont inscrits, soit 2000 Mais ce dernier reste le plus prisé. Surtout bénéfice de leurs notes supérieures à
de moins que l'an dernier. Le bac ferait- des meilleurs élèves. la moyenne des épreuves du premier
il moins recette? n s'agit plutôt des Les bacs technologiques ou profes- groupe.
conséquences de l'arrivée à la majo- sionnels attirent plus d'un quart des can-

-~~0 Supprimez dans ces trois phrases ce qui n'est pas essentiel à l'information.
1. Lorsqu'ils sont sortis de Matignon où ils avaient été reçus par le Premier ministre, les
différents responsables des centrales syndicales ont déclaré qu'ils étaient profondément
déçus à la suite de l'entretien que leur avait accordé le chef du gouvernement.
2. Le Quai d'Orsay a opposé un démenti tout à fait formel à la nouvelle selon laquelle
notre ambassadeur auprès du gouvernement pakistanais aurait effectué des démarches,
officiellesou officieuses,en vue d'obtenir la libération des deux jeunes Français qui ont été
récemment inculpés pour trafic de drogue et condamnés à dix ans de détention.
3. Malgré de nombreuses difficultés qu'ils ont fmalement réussi, non sans mal, à surmonter
deux jeunes gens originaires de la ville de Marseille ont fait le tour du monde pendant toute
une année en voyageant uniquement en auto-stop et ceci afm de mener une enquête sur
les conditions de vie, d'études et de travail des jeunes du monde entier.

2'1 1. Parmi ces trois titres, lequel vous paraît le mieux correspondre au contenu du
texte suivant?
a. Tous conditionnés par la couleur
b. Le bleu apaise-t-il vraiment?
c. Méfions-nous des couleurs, elles nous trahissent
2. Quelles sont les deux phrases qui expriment les deux idées essentielles du texte?

Si vous buvez un excellent bordeaux dans un verre avaient à porter. On les repeignit en vert clair. Elles
aux parois vertes ou brunes, il vous paraîtra moins semblèrent immédiatement plus légères. Des ateliers
bon que si vous le dégustez dans un verre ballon sont repeints en bleu pâle ou en jaune et l'absen-
en cristal. Eh oui, nous sommes totalement condi- téisme diminue de façon significative, la qualité
tionnés par la couleur et les industriels le savent bien! du travail s'améliore, les relations humaines aussi.
Les techniciens du marketing utilisent les codes des Le bleu apaiserait, le rouge exciterait, le noir attris-
couleurs pour nous faire acheter ce qu'ils veulent. terait, l'orange stimulerait l'appétit. .. Bien entendu,
Un exemple: longtemps, on a associé au noir l'idée les couleurs n'ont pas de valeur en elles-mêmes, il
d'élégance, de luxe. et certains produits, alimentaires s'agit d'une symbolique purement culturelle. Au
entre autres, récupèrent cette connotation de «dis- Japon, par exemple, la couleur du deuil est le blanc
tinction» (le café par exemple). Diverses expériences, et non le noir comme chez nous.
dans d'autres domaines, montrent à quel point nous Variations dans l'espace mais aussi dans le temps.
sommes influencés par la couleur. À New York, il En France, jusqu'au XIX" siècle, les jeunes paysannes
y a quelques années, les dockers se plaignaient du revêtaient le jour de leur mariage leur plus belle robe,
poids excessif des caisses (noires ou grises) qu'ils qui était presque toujours rouge.

~2. 1. Comparez ces deux textes. Qu'apporte le texte B par rapport au texte A?
2. Que peut-on déduire des différents emplois de l'imparfait?
Texte A
Clovis apparut dans l'histoire vers 481, après le décès de son père Childéric. Il devint alors roi
des Francs saliens. Peu à peu, il élimina tous ses concurrents: en 486, il annexa le royaume de
Syagrius et choisit Paris comme capitale de son royaume. Cinq ans plus tard, il arracha Blois aux
Armoricains. En 493, il épousa Clotilde, la nièce - catholique - du roi des Burgondes. En 496, il
vainquit les Alamans à Tolbiac puis battit les Wisigoths à Vouillé. Cependant, il ne put venir à bout
des Burgondes.
À sa mort, en 511, son royaume fut partagé entre ses quatre fils.
Texte B
Clovis, alors qu'il était âgé d'une quinzaine d'années, apparut dans l'histoire vers 481, après le décès
de son père Childéric, un roitelet franc qui tenait la région située entre l'Escaut et la Somme,
alors que d'autres groupes francs étaient installés sur le Rhin et que différents peuples d'origine
germanique se partageaient le territoire de la Gaule. Clovis devint alors le roi des Francs saliens.
Le modèle romain et son hégémonisme restait fascinant pour l'ensemble de ces peuples, en
particulier pour Clovis. Peu à peu, il élimina tous ses concurrents: en 486, il annexa le royaume
de Syagrius, qui était le chef du dernier État gallo-romain, et choisit Paris comme capitale de son
royaume. Cinq ans plus tard, il arracha Blois aux Armoricains. En 493, il épousa Clotilde, la nièce
- catholique - du roi des Burgondes. Il entrait ainsi dans le club des grands qui se partageaient
les vestiges de l'Empire romain d'Occident. En 496, il vainquit les Alamans à Tolbiac. La Gaule du
Nord était à lui et il pouvait désormais se lancer à la conquête de celle du Sud: il battit les Wisigoths
à Vouillé.
Cependant, il ne put venir à bout des Burgondes (ses fils devaient y parvenir quelques années
plus tard).
À sa mort, en 511, son royaume, qui était très vaste, fut partagé entre ses quatre fils. Ceux-ci allaient
poursuivre la politique de conquête de leur père.
LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE
ue de loin, par exemple d'un pays en voie de la crise qu'il n'y paraît: recul de l'âge adulte et appa-

V développement, la France apparaît comme


une espèce de paradis. N'est-elle pas le pays
au monde le plus visité par les touristes? À mesure
rition d'une nouvelle période de la vie, intercalée
entre la fin de l'adolescence et le début de l'indé-
pendance financière que procure un emploi stable;
que l'on s'en approche, apparaissent néanmoins çà diminution du nombre des mariages; augmenta-
et là quelques taches plus sombres qui ont pour nom tion du nombre des familles monoparentales ou
exclusion, racisme, violences urbaines, etc, Au point recomposées. Tout se passe comme si, sous l'effet
du chômage et de la crise économique, il était aussi
d'occulter ce qui en fait encore l'harmonie et l'ori-
difficile de créer une nouvelle famille que de quitter
ginalité.
sa famille d'origine.
Un spectre conditionne actuellement tous les autres,
En comparaison, à l'autre extrémité de la vie, la situa-
le chômage. La plupart des grands problèmes dits de
tion des retraités apparaît bien moins difficile, essen-
société sont conditionnés par la raréfaction et la pré-
tiellement parce qu'ils disposent souvent d'un patri-
carité de l'emploi. Chez les jeunes, le phénomène
moine de rapport qui complète leur pension de
est particulièrement inquiétant: actuellement, deux retraité, toujours inférieure aux revenus d'activité.
chômeurs sur cinq ont moins de trente ans; l'alter- En 1970, la vieillesse était souvent synonyme de pau-
nance chômage-emploi précaire devient pour une vreté. Actuellement, le niveau de vie des plus de
grande majorité le lot commun. Parallèlement, appa- soixante ans a rejoint, voire dépassé, celui des actifs.
raissent, de plus en plus nombreux, des îlots de grande Cette évolution positive des conditions de vie des
précarité: près de 2200 000 personnes occupent des personnes âgées est la conséquence d'une nette amé-
logements hors normes ou vivent dans la rue. lioration des pensions versées et aussi le résultat
Inquiets, les Français observent cette réalité, ce tissu du confort matériel fourni par la possession d'un
social qui, insensiblement, se délite. De nouveaux patrimoine (par exemple, les personnes à la retraite
comportements apparaissent, sans doute plus liés à sont propriétaires ou en accession à la propriété plus

~~~ Parmi ces deux comptes rendus de même longueur, concernant tous deux le texte de
l'activité précédente, lequel vous semble correspondre le mieux à l'idée générale? Pourquoi?
Texte A
Les Français s'inquiètent car de plus en plus de gens vivent dans une très grande précarité: plus de
2 000 000 de personnes habitent dans des logements insalubres ou sont même souvent dans la
rue. Les jeunes gens sont plus touchés que les personnes âgées. Ils sont souvent obligés de rester
trop longtemps chez leurs parents à cause du chômage. Les personnes âgées sont finalement
mieux traitées et leurs revenus ont beaucoup augmenté.
Texte B
La situation sociale en France n'est pas aussi brillante qu'on le pense parfois. Le chômage frappe
durement le pays, en particulier les jeunes qui restent donc plus longtemps dépendants de leur famille.
Un peu partout, la précarité augmente et le tissu social tend à se déliter. Seuls. les retraités connaissent
une situation plus enviable. La possession d'un patrimoine et des pensions revalorisées font que leurs
revenus égalent désormais (voire dépassent) ceux des actifs.

5. Repérer les indicateurs temporels et les relations logiques


5.1. Les indicateurs temporels
Ils vous permettent de localiser dans un énoncé un événement:
• soit par rapport au moment où l'on parle (ou écrit), par exemple dans les phrases:
Je suis venue hier. Il viendra demain. Nous l'avons rencontré la semaine dernière, etc.
On parle alors de repères déictiques.
• soit par rapport à un point de repère déjà présent dans le contexte, par exemple dans
les phrases:
1/arriva à Londres le 10janvier 1991 et, le lendemain, il était déjà reparti.
1/était déjà venu là l'année précédente mais, cette année-là, il était resté plusieurs jours.
On parle alors de repères anaphoriques.
• soit sans aucune relation ni avec le moment où l'on parle ni avec aucun élément du
contexte, par exemple dans les phrases:
Le 21 janvier 1793, Louis XVI fut guillotiné.
Il naquit à Lyon par un beau matin d'octobre.
Il s'agit alors d'une référence autonome, indépendante.
5.2. Les relations logiques
On distingue généralement deux types d'articulateurs:
• ceux qui servent à organiser le texte (tout d'abord,en premier lieu, ensuite, d'autre
part, enfin, pour conclure .. .);
• ceux qui indiquent le lien logique existant entre deux faits, deux idées. Ce lien peut
exprimer par exemple la cause (car, parce que, en raison de .. .), la conséquence (donc,
par conséquent, il en résulte que ...), le but (pour, afin de, dans le but de ...), le temps
(lorsque, dès que, aussitôt que, avant que ...), la concession (cependant, mais, avoir
beau ...), etc.

~t Dans les trois exemples suivants, les repères temporels se réfèrent-ils au moment où
l'on parle (sont-ils déictiques?) ou se réfèrent-ils à un élément présent antérieurement
dans le texte (sont-ils anaphoriques?)?
1. Chers camarades, le dilemme est réel: ou bien il nous faut procéder à des restructurations
dans l'entreprise ou bien, d'ici quelques années, nous devrons mettre la clé sous la porte.
2. n y a cent ans, la plupart des appartements parisiens n'avaient ni toilettes ni salle d'eau.
3. Il aurait dû partir le 25 août pour Valparaiso mais ce jour-là, il était si malade qu'il ne
put s'embarquer. Il ne le fit que dix jours plus tard.

Dans cette notice biographique consacrée à Victor Hugo, relevez tous les indicateurs
temporels.

En 1822, Victor Hugo était déjà considéré par ses amis comme
un poète plein d'avenir. Il était né exactement vingt ans plus tôt
à Besançon, où son père commandait une garnison. Ce n'est cepen-
dant qu'en 1831 qu'il connut la célébrité avec son roman Notre-
Dame de Paris. Écrivain désormais reconnu, aimé des femmes,
père comblé, tout semblait lui sourire. Hélas, en 1843, la mort
de sa fille Léopoldine l'affecta si profondément qu'il cessa d'écrire
pendant huit ans. Le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte
en 1851 le contraignit à l'exil: il ne devait revoir la France que
dix-neuf ans plus tard, après l'abdication de celui qu'il nom-
mait par dérision Napoléon le Petit.
Douloureuses, ses années d'exil furent néanmoins très fructueuses:
c'est à cette époque qu'il rédigea en effet ses plus beaux textes,
à commencer par Les Misérables en 1862.
Il mourut à Paris en 1885. Il avait alors 83 ans. L'État lui fit des
funérailles nationales et le peuple de Paris, dont il était l'idole,
l'accompagna en foule au Panthéon.

Précisez quelle est la relation logique dans les dix phrases suivantes (cause, conséquence,
condition/hypothèse, comparaison, opposition/concession, but). Soulignez le mot ou
l'expression qui vous ont aidé à l'identifier.
1. La plupart des syndicats s'élèvent vivement contre les dernières mesures gouvernementales,
si bien qu'une nouvelle journée d'action est à l'étude.
2. Il a beau vivre depuis des années à Londres, il maîtrise encore assez mal l'anglais.
3. Moins autoritaire, il parviendrait mieux à faire passer ses idées au sein de son équipe.
4. En dépit des appels au calme, la situation reste très tendue dans l'ensemble de l'île.
5. Les risques d'embrasement dans la région sont bien moindres qu'il y a cinq ans.
6. Au cas où vous l'ignoreriez, je vous informe qu'en France, les chiens ne peuvent entrer
dans les magasins d'alimentation.
7. Pourvu que l'on parvienne à une solution équitable pour tous, le reste importe peu!
8. Si je te dis cela, c'est seulement à dessein de te prévenir.
9. Craignant d'énoncer quelque sottise, il préféra garder le silence.
10. Si les Français se défendent assez bien en escrime et en judo, il n'en va pas de même pour
d'autres disciplines olympiques.

28 Dans les cinq phrases suivantes, la relation logique est-elle de but ou de conséquence?
Que pouvez-vous en conclure quant à l'emploi des modes indicatif et subjonctif?
1. Le conférencier articulait bien de façon que tout le monde l'entende, même du fond de
la salle.
Z. L'accusé a fait une mauvaise impression lors de son procès, de sorte que les jurés l'ont
condamné sévèrement.
3. Il nous a très clairement expliqué la situation, de sorte que toute ambiguïté a été levée.
4. Le jour des élections, vous devrez pénétrer dans l'isoloir et bien tirer le rideau, de manière
que personne ne sache pour qui vous allez voter.
5. Le Parc des expositions de Paris va être agrandi et modernisé de sorte qu'il pourra rivaliser
avec ceux de Berlin ou de Francfort.

29 Les paragraphes de ce texte ont été mélangés. Retrouvez l'ordre de ce texte en indiquant
la nature des liens logiques unissant les différentes propositions.
a. En effet, tous les historiens s'accordent pour dire qu'il n'existe pas de « conduite maternelle»
universelle.
b. Autrement dit, comme tous les mythes, il peut être ou ne pas être, naître ou disparaître.
c. Selon Élisabeth Badinter, l'instinct maternel n'existe pas, ce serait un mythe.
d. Au contraire, l'attitude de la mère varie selon sa culture et selon son histoire personnelle.
e. Bref, une conclusion qui peut sembler cruelle s'impose: ce n'est qu'un sentiment.
f. Il est donc essentiellement contingent.

3'0 Même consigne sur un texte plus long. Quel titre pourriez-vous proposer?
a. Cette fièvre n'est pas récente, elle date des débuts de la Cinquième République.
b. Un tel coup de force ne serait guère possible aujourd'hui puisque les instituts de sondage
se trouvent, en principe du moins, hors de tout contrôle politique.
c. C'est vers cette époque (en 1963 exactement) que paraît dans France-Soir (et réalisé par
l'IFOP) le premier baromètre de popularité des hommes politiques.
d. C'est en effet depuis que la Constitution a modifié le mode d'élection du président de la
République, en 1962, qu'a commencé le phénomène.
e. Comme ceux qui suivirent, ce n'était alors qu'un simple instrument aux mains de l'État
qui l'interdisait lorsque cela l'arrangeait.
f. La France, où l'on publie chaque année plus de 500 sondages politiques, arrive nettement
en tête de tous les pays « sondo-maniaques )}.
g. Par exemple, en 1963, lors de la grande grève des mineurs ou encore en 1968 au moment
des événements, tous les sondages furent autoritairement suspendus.
6. Repérer les différents types d'argumentation
Argumenter, c'est présenter ses idées à l'aide de preuves, de raisonnements, d'exemples,
dans l'intention de convaincre son interlocuteur du bien-fondé d'une thèse.
Lorsque l'on argumente, que fait-on le plus souvent?
1. On invoque une référence prestigieuse, une autorité indiscutable (les spécialistes,
une sommité scientifique ) ou le sens commun, le «bon sens», l'avis général (1/est
de notoriété publique que , Chacun sait bien que ... ). C'est un «argument d'autorité ».
2. On invoque des données scientifiques ou des faits historiques - les « leçons de
l'histoire» - qui servent à appuyer ce que l'on affirme.
3. On assortit son argumentation de données chiffrées (qui paraissent d'autant plus
indiscutables que la source indiquée est considérée comme sérieuse).
4. On essaie de démontrer qu'un fait, un événement va nécessairement entraîner
telle ou telle conséquence et que, donc, il faut choisir la «bonne» solution.
5. On passe en revue avantages et inconvénients (on pèse le pour et le contre), pour
justifier de manière «raisonnée» son choix.
6. On concède quelque chose à l'adversaire: on reconnaît qu'il peut avoir des arguments
contraires aux nôtres mais on en fait état pour mieux les combattre (exemple: Bien
sûr, on pourra m'objecter que ..., cependant, je reste persuadé que ... ).
7. On donne des exemples qui servent à illustrer nos arguments.
8. On implique l'interlocuteur: on fait appel à son sens moral, à ses sentiments, à ses
émotions, à ses intérêts. On sollicite son adhésion.

~Jt: Dans le texte suivant, relevez les expressions servant à concéder quelque chose à
quelqu'un.

'ai aimé passionnément Paris dès que j'y suis Et cependant, pour rien au monde, je ne quitterais

J arrivé. Bien sûr, on dit souvent, avec quelque rai-


son, que l'on vit mieux en province, que la vie
y est plus calme, moins artificielle, meilleur mar-
Paris pour la province: c'est une ville dont la splen-
deur et l'harmonie restent pour moi incomparables.
Bordeaux est aussi d'une beauté très grande, c'est
ché aussi. J'admets bien volontiers que les Parisiens vrai. Toulouse a un charme et une gaieté indéniables,
sont souvent ridicules, qu'ils sont arrogants et infa- Lyon de la majesté, Marseille de l'énergie, je ne le
tués d'eux-mêmes, que le centralisme à la française conteste pas. Mais aucune de ces villes, aussi inté-
fait de la capitale une hydre à mille têtes qui prospère ressante soit-elle, ne me donne l'impression comme
aux dépens de la province. Tout cela, je ne le nie pas. Paris d'être toujours à découvrir.

Si la pub nous vantait les mérites d'un produit qui nous débarrasse
des mauvaises odeurs, éclaircit notre teint, évite les rides, blanchit
les dents, améliore le souffle, clarifie la voix ... nous courrions vite
l'acheter. C'est pourtant ce qui se produit lorsqu'on arrête de fumer.
Et les bénéfices sont immédiats à tout âge. Finie l'affreuse odeur
de tabac dans les vêtements, les cheveux et dans la maison.
Quelques jours suffisent à retrouver un bon odorat et un goût
correct quelques semaines sans tabac vous rendent votre souffle
et un meilleur teint, quelques mois et vos poumons sont nettoyés.
Si vous toussiez, votre toux se calme et vous vous sentez physique-
ment plus performante. Au bout de quelques années, le risque du
cancer du col de l'utérus baisse considérablement. Après dix ans
d'abstinence tabagique, le risque du cancer du poumon diminue
d'environ 50 %. Après quinze ans sans tabac, le risque d'infarctus
redevient comparable à celui d'une femme qui n'a jamais fumé.
33 Ce texte concerne également le tabagisme mais les arguments avancés diffèrent sensi-
blement de ceux que vous avez relevés dans l'activité précédente. Relevez les arguments
présentés dans ce second texte.

morts par affection cardio-vasculaire et de 80 à 90%


des décès par insuffisance respiratoire chronique. Au
Chacun sait que fumer est nuisible pour la santé, mais total, 3 millions de personnes, dont 500000 femmes,
jusqu'à quel point? Si tous les fumeurs pouvaient lire meurent chaque année du tabac dans le monde. Dans
le rapport statistique de 553 pages sur la mortalité due la plupart des pays sous-développés, alors que la
au tabac dans les pays développés (années 1950- consommation de tabac a baissé chez les hommes,
2000), publié pour la récente Conférence mondiale elle s'est élevée chez les femmes. D'ailleurs, selon
sur le tabac,il ne resterait pas beaucoup d'adeptes de les experts,le tabagisme féminin n'a pas encore atteint
l'herbe à Nicot. Car,si pendant longtemps on a pu son taux maximal: si les femmes continuent à aug-
mettre en doute les effets nocifs du tabac, les choses menter leur consommation de cigarettes, le nombre
sont claires aujourd'hui. Comme le soulignait le Pr de victimes doublera d'ici à l'an 2020.
MauriceTubiana,cancérologue, président de la confé- Aux États-Unis, où les femmes fument depuis plu-
rence: « Lusage du tabac est le principal facteur de sieurs décennies, le cancer du poumon vient de
mortalité prématurée, entre 30 et 65 ans, qui soit évi- détrôner le cancer du sein au hit-parade des affec-
table. » Le rapport révèle des chiffres effarants: ainsi, tions féminines. Nous n'en sommes pas encore là en
un fumeur sur deux meurt d'une maladie liée au taba- France, mais la tendance est la même ... avec
gisme.Il encourt d'autant plus de risques qu'il a com- quelques décennies de retard. À l'heure actuelle,
mencé à fumer jeune. On estime que le tabac est à 60000 décès par an,dont 3000 chez les femmes,sont
l'origine de 30% des morts par cancer, de 25% des dus directement ou indirectement au tabac.

Elle,24/10/94.

34 Quelle comparaison faites-vous entre ces deux types d'argumentation (activités 32


et 33)? Quelles hypothèses pouvez-vous faire quant aux destinataires respectifs de
ces deux textes?

§.;;··J'5 Voici deux textes extraits des professions de foi que Jacques Chirac et Lionel Jospin,
tous deux candidats, ont envoyées à tous les électeurs (élection présidentielle de mai-
juin 1995). Comment chaque candidat s'adresse-t-il aux électeurs? Quel type d'argu-
mentation utilise-t-il pour les convaincre?

..s:oi';"' ,p.."" F•..


o.lo-.~':l c.~d'''o",r;;.... e....
~ r-_ \:""
\~""lo..\iO~ .l.~ C>.o ••.••••••.. " •••. ,;,So") ••. t.t' ~ •. ~l NI.....

~....,..~ 0.. ~""."'dr-<l.J .soif '.~!> l


c( ••,,,.;,.,,,
.•.
~~~' ••.••.•••. c.•...• J do"",, ~ .• "',l.•::•• Ô'.•."1•. ....t, JlT

..Q", F....•."-t'- r •. ~rr-.•••. ro..J~~I\.;JtN,.t~n..,


0.1 ••.•••

roJ,s;bl .•.. aL ,..•..• t r.. d ••.•...." ~ •. '10...:.1•...


J
1. Ce bulletin de parrainage, émanant de l'association «Partage», met en avant divers
arguments afin de mettre en confiance le destinataire. Lesquels?
2. «Partage» avance un argument qui ne relève pas de la morale, de l'éthique. Lequel?

BULLETIN DE PARRAINAGE L 'As.s0ci.2rion"PARTAGE AVEC LES ENFANTS DU MONDE" a ér/- fond& en


1973. Sa mission ~ dintavenir partout où les enfants souffrent de la folie des
hommes. des accidents de la nature. <k5 rud~ du climat. des épidémies. Associ.arion à
but non lucratif. agrttc: par la Fondation de Frana:. eUe m totalement indépendante de
tout pouvoir politique ou religieux.
PARTAGE inte",;cm aujourd'hui dans les p:.tys suiv;uu::s :
B.-\NGLADESH. Bt.N1N, BRt.sll., C\MBODGF. CHlI.I, t.QUATEUR, HAIT!,
HONDURAS, INDE, UBAN. THAl'IAt'{DE. VItr-NAM. Près de 12000 enfants som

Pour sauver aCtuellement parrainés par plus de 50 000 dOrnltcur:'i.

l'avenir d'un enfant Part:~e


Grand Prix de la Transparence
a reçu le Grand Prix de la Transparence pour la c1art~ de ses rapports financiers.
Cette distinerion est la n:connaiss::mcc de la rigu~ :oIYec laqudle nOll$ gérom les fonds qui
nous som versés et de nOtre souci consum d'efficaciré er de clané financière.
victime de la violence Par aiUcun. PARTAGE AVEC LES E,"JFA.'rrs DU MONDE est membre du Comité de
la Ch3rte de Déontologie des Associations humanitaires.

ou de la misère fê: COMni DI LA CHARTl

dans son pays. ~donnef en confiance

Partagez. en toute confiance


Pan:ige s'engage ~ VOUS g;u-anrir, par libre consu.lrarion de ses
comptes et sur simple demande. la bonne répartition er uùlisarion
des fondscollo:::tés.

MEMBRFS
• Théodore :'v10NOD de l'Académie des Sciences. Alfred KASTLER
(prix Nobd)! • Bonwd D.AVEL. Génbal1=!= d< 8OUARD1ERE t
• G"""", All.WRIGHT • René DUMONT. Oo<mu D.rud LEROY
• Goa,&," HOURD1N • M>;"" Guy AURE."lCHE • jean VANIER
• Jean TOUlAT t • lem coss t • Thich l\.IHATHANH • Cao Ngoc
PHUONG • M:iÏtrejean-~ues de FEUCE. Edmond KAISER.

BULLETIN DE PARRAINAGE

o OUI, j'ai décidé de parrainer un ",fart, du Tt='Mondepend;m,"


au mow un an en &isaot pour lui.,chaque mQis. un:~t '<0" ~
de 200F. Le DosslerdePârrain., que jev:ûs a:ès1vîte ~~, '
çomponenla photô de mon filleul et la dC$CTÎpôon de ~
conditions de vie. Si je décide un jour d'arrêter mQn ~.
"PARTAGE AVEC LES E.'1FANTS DU MONDE" 1roUven>
un autre parr.ün quÎ continuera à prendre en charge mon filleul.

LJ rai préféré fuire un pamù~age non nominarif et vencr 100 F.


ch~que moi$.,poue 1JfI groupe d'crtEtnr:sdu T IO'$-Monde
Je recevrai un dossier cooœrnant ces enfants que je SiOUciens.

o OUI) je veux sam'tT un enfant du Tiers-Monde en dl:\'ellall[ LJ je ne parraine pas un cnf.m( pour l'instUlt. mais j'ai {OUtde même
son parrain pour une période d'au moins un an. Em~'eL-moi voulu &.ire pour crs tt1f.I.nrs un don ponauel de :
le Dossier de Parrainage du perir t:nf.mt qui 2ttrnd depuis le plus
longtemps. Q dossitt penonnd comprrnd la photo de mon fiUL"UJ. ainsi
que b description ck: so; conditions de vie.
Je ••'Oill rm parvenirci-joinr mon pn:micTvt:rSemcm mensuel lk 200F
1"" m!que bancoJ", = po=! (CCR N' 33 066 56 GLoSa"",,) ;
l'o~ de "PARTAGEAVEC lES ENFANTS DU lI.«ONDE~. DÉDUcnON FISCALE
50 % tU nn vmmInIlS j} PARTAGE AVEC LES
o Je prC'ae parraina- un groupe d'enf.tnts du TIers-Monde, de façon non ENFANTS DU MONDEsmt diduajhlaé H'X im.,prw
Jans 14 limik <k 6 % tk votn' tTVrnll impou&
nomirutin· ..•et ••'OUS fais panuûr ci-joint mon premier \-ersernrot U /Iflrr.û,~~ mmsud tk ZOO F w A7W~Ôbnr. m jitir.
mensud de: 100 E Je ~1'aÎ un dœsia conttnU!lr les enf.mu que: je: qwl()()FVQJlJ~binf1"r;ks~.Jist-:.·r.irrss4irn.

"",,,,",-
o Je rK peux pas parrainer un eohm pour l'înswlt. mais je désire
RenYO}"tt '\vtre BuJJetin ci-contre et ajoutez votte nom à la liste
néanmoÎns &in::pour o:::senfants un don, ci~joinl, de :
des nombreuses personnalités qui soutiennent PARTAGE
CJ 80 F CJ 120 F CJ 250 F CJ ...•... F(don libre)
Gmrmc AiJu'TigiJr. C1wrID Azn,,'1lUT, MiMnIr l...tjNntin; T'hIodo" Mqrwti,
HA FBG.l !ùzY"'Jmd Ba"", NIUhaiU fuyt-, PaJfM Mq1"tolu. Cl.twk Nt:N.ga1'#, Pinn,
MADAME DOMINIQUE POISSON QUINTON ]mir Birkill. jarqucs ChJb.z,,-lX/m.as, Abbr Pinrr, &mmrI Pit'lH, MKhd Roulti.
13 PASSAGE DUHESME jton-Loup o,ritim, Bmuz,J C!.n>t:1, Y/.It1 Simon, AmU' Si,,€lair, Gil/n Vrgnmub,
75018 PARIS Jrnn-Usup Dahadù, ChaM DUmQlU,
Yvn Dutdl, S«-u,. Emm.1nuAk j~.ln
!Ymu. Fr,lnft Gail. Manin Gray,
7. Repérer les différents types de textes d'après leurs fonctions; repérer les
marques de l'énonciation, l'implicite, les modalités appréciatives
7.1. Les différents types de textes
Même s'ils ont souvent deux ou plusieurs fonctions, les textes ont en général une fonction
dominante. Les différents types de textes sont les suivants:
• Textes à dominante narrative (les récits, les histoires, les souvenirs). Ils racontent quelque
chose, se situent le plus souvent dans le passé et suivent une certaine chronologie.
On peut s'attendre à rencontrer dans ces textes: des temps du passé, des repères
chronologiques (des dates, par exemple), des termes tels que à cette époque, trois jours
plus tard, soudain, qui permettent de bien suivre la suite des événements.
• Textes à dominante descriptive (il est rare qu'un texte soit purement descriptif mais
les passages descriptifs sont fréquents dans les textes narratifs: nouvelles, romans, récits,
par exemple). Le narrateur s'efface alors plus ou moins devant ce qu'il décrit. Les
deux temps communément utilisés pour décrire sont le présent et l'imparfait, lorsqu'il
s'agit de textes évoquant le passé.
• Textes à dominante explicative (par exemple, les textes scientifiques, les notices
explicatives, les commentaires de schémas, de sondages, certains documents administratifs).
Ils ont pour but d'informer et sont en général très structurés; les différentes explications
sont présentées de manière ordonnée, logique: tout d'abord, ensuite,en outre, par
ailleurs, enfin, etc.
• Textes à dominante argumentative (on propose un raisonnement qui vise à convaincre
l'interlocuteur). Ces textes sont fortement structurés (une introduction, différents
arguments introduits par un articulateur logique de cause, de but, de concession ... ,
souvent étayés par des exemples, une conclusion). L'auteur est toujours présent, même
implicitement, de même que l'interlocuteur qui est sa « cible ».
• Textes à dominante prescriptive (les recettes, les conseils, les règlements) qui « disent
de faire quelque chose ». On trouve souvent, dans ces textes, des impératifs ou des
infinitifs et le destinataire est clairement identifié: c'est à lui, précisément, que s'adresse
l'injonction.

}1 Ce texte cormnente un sondage effectué par l'institut Louis Harris en août 1993. Relevez
les éléments qui vous permettent de classer ce document dans la catégorie des textes
explicatifs.

L:autre aspect de l'évolution est que ce patrimoine


est de plus en plus souvent considéré comme
Les Français montrent un engouement croissant un bien collectif qui doit être accessible à tous:
pour leur patrimoine national. 55 % des interrogés sont hostiles à ce qu'on y
Selon un sondage Louis Harris d'août 1993, 80 % loge des activités commerciales, et 18 % seule-
d'entre eux aiment visiter les sites qui s'y ratta- ment pensent que les sites doivent être rentabi-
chent, 77 % s'en disent fiers et 61 % déclarent lisés d'une manière ou d'une autre. Gilles Corman,
y « retrouver leurs racines H. l'analyste du sondage, n'estime pas que cet inté-
Oue mettent-ils derrière le mot « patrimoine H ? rêt croissant (également constaté dans d'autres
D'abord, pour tout le monde, les châteaux, les pays en Europe) soit le signe d'une crispation pas-
églises, et les maisons de style. Ensuite, ce sont séiste ou d'un « vieillissement intellectuel H.
les sites archéologiques (97 %) et les œuvres d'art D'autres interprétations se présentent: réconci-
anciennes (95 %). Mais beaucoup y incluent éga- liation politique, apaisement du rapport à l'histoire
Iement des sites naturels (78 %), des chansons et et à l'identité nationale, occupation de l'espace
des métiers (65 %). Certains, enfin, y placent cultuel laissé libre par la religion. On notera par
des constructions et des objets modernes: archi- ailleurs que le phénomène est plus inscrit dans
tecture contemporaine, usines, puits de mines les valeurs que dans la pratique: le Français visite
(45 %). Le patrimoine ne comprend donc pas que en moyenne un monument par an ...
des monuments historiques.

~8 Quels éléments permettent de dire que le texte qui suit est de caractère nettemen1
prescriptif? À qui s'adresse-t-il: aux élèves, aux parents ou aux enseignants? Justifie2
votre réponse.
- Les règles d'or -
fi existe de nombreux moyens d'informer l'élève de ce qu'on pense de lui: - Dans ce qui est dit aux parents et à l'administration
remarques personnelles, commentaire porté sur les copies et toute conver-
- Les absences répétées sont à signaler.
sation cherchant à expliquer à l'élève ce que l'on est en droit d'attendre,
Le bulletin scolaire est un aboutissement, il contient généralement une - Les parents peuvent être simplement informés; on peut également
reprise de ce qui a déjà été dit antérieurement à l'élève mais le reprend souhaiter qu'ils collaborent avec le professeur en surveillant le travail
de façon à lui redonner de l'énergie dans son travail. à la maison ou en combattant en même temps que le maître les défauts
qu'il signale,
- Dans ce qui est dit à l'élève - Une mesure grave telle que l'orientation ou le redoublement ne doit
- Mieux vaut encourager que critiquer. pas surprendre les intéressés quand elle est décidée,
- Un élève qui a bien travaillé mérite des félicitations sans restriction, - Mieuxvaut en évoquer l'hypothèse (ce qui peut amener l'élève à tra-
- L'appréciation doit donner à l'élève un conseil pour s'améliorer. vailler) que décider sans prévenir.
- Souvent la valorisation de légers progrès ou d'un travail intéressant - L'appréciation doit permettre de situer l'élève par rapport au niveau
montre à l'élève qu'il peut réussir et lui donne confiance, de la classe et aux performances normales attendues,
- Fixer des objectifs peut apporter une motivation et stimuler l'effort

-39 Pour chacun de ces cinq fragments, dites s'il s'agit d'un texte plutôt narratif, descriptif,
explicatif, argumentatif ou prescriptif.
Texte A. Par définition, un réfugié est une personne qui a dû fuir son abri habituel à la suite de
persécutions, de quelque ordre qu'elles soient Il y a environ douze millions de réfugiés à travers le
monde, la majorité se trouvant dans le tiers monde, Il n'est pas évident que ce réfugié trouvera un abri
semblable dans le pays d'accueil.

Texte B. La vie au camp était rythmée par la canicule, Il était hors de question de travailler quand
le soleil était à son zénith et les quelques hamacs, sous l'unique arbre multicentenaire et hospitalier,
semblaient fort accueillants, La poussière était omniprésente, elle tournoyait dans la chaleur implacable,

Texte C. Si vous avez envie de partir, vous aussi, de donner quelques mois, quelques années de
votre vie pour les malheureux que vous allez aider à survivre ou que vous ferez revivre, il vous faut
quelques conseils pratiques, Lorsqu'on part pour le tiers monde, il vaut mieux être allégé au maximum,
On doit donc prendre les objets les plus nécessaires et ceux qui peuvent être polyvalents, Commençons
par les vêtements: il faut voir pratique et solide! Prenez plutôt des habits de coton et des chaussures
Pataugas, Passons au matériel de soin: en premier lieu, des collyres, des vermifuges, des pastilles
de permanganate comme antiseptique, Les pansements font partie de l'absolue nécessité,

Texte D. Léducation, cela prend du temps mais les pays en voie de développement s'y consacrent
souvent beaucoup et les progrès sont étonnants, Un des programmes les plus intéressants est
sûrement celui de l'association « Lenfant pour l'enfant}), Mais il faut bien prendre garde de ne
pas confondre éducation et autoritarisme, Lorsque nous arrivons avec nos moyens et notre
culture occidentale en Afrique ou en Asie, nous risquons de choquer, nous risquons l'incompréhension,
Le respect des cultures locales est important Ce n'est pas parce que l'on vient aider les gens qu'on
doit leur imposer notre façon de voir les choses, Lexemple le plus frappant est celui de l'installation
d'hôpitaux made in France dans les pays africains, On fabrique des chambres avec tout ce qui
est nécessaire aux soins mais personne ne prévoit de locaux pour loger la famille du malade
ainsi que les bêtes qui les accompagnent Priver le malade de cette présence, qui est pour lui un
réconfort et une sécurité, réduit énormément les chances de guérison et rend ses rapports avec
ceux qui le soignent beaucoup plus difficiles,

Texte E. Plus de mille enfants, trois cents femmes et quelques vieillards sont rentrés au pays
samedi dernier, Après avoir cheminé sur des routes jonchées de cadavres, cette caravane est rentrée
au pays, Voilà déjà trois ans que ces réfugiés sont en fuite et cela fait six mois qu'ils vivent dans
les montagnes, mangeant des herbes et des fruits, dormant dans des grottes ou sous des arbres,
Vu les conditions dans lesquelles ils vivent depuis longtemps, on ne s'étonne pas de voir les
nombreuses maladies dont ils sont atteints,
Ces cinq textes sont extraits de Leur silence est un cri de
M.-c' Choquet et B. Richard, © Librairie Arthème Fayard, 1990.
7.2. Les marques de l'énonciation
Dans un texte, il est important de savoir qui est le narrateur. Qui parle?
1. Parfois, le narrateur est ouvertement et constamment présent, par exemple dan~
la correspondance, les romans épistolaires ou dans les récits à la première personne.
2. D'autres fois, il ne l'est que par moments, par exemple lorsque l'auteur s'adressE
au lecteur.
3. D'autres fois encore, il n'intervient qu'indirectement, de manière implicite (par le biai!
d'un jugement, par exemple).
4. Enfin, le narrateur peut être absent du récit: c'est le cas dans les récits « objectifs)
(relation d'un fait divers par exemple) mais aussi, par exemple, dans les textes scientifiques

40 Que représentent les différents «on» du texte suivant? L'auteur est-il présent, même
de manière déguisée, ou totalement absent?
Jadis, comment mourait-on? Très différemment de la manière dont on le fait aujourd'hui.
Tout d'abord, il s'agissait presque toujours d'une « mort annoncée n : on sentait sa mort venir, on S')
préparait, on l'attendait chez soi « gisant au lit malade n, On considérait la mort subite comme unE
calamité, un châtiment divin.
Ensuite, mourir était un acte social, une cérémonie publique très codifiée, organisée par le mouran
lui-même qui réunissait autour de son lit parents, enfants et voisins pour un dernier adieu très solen nE
(que l'on se souvienne par exemple du Lys dans la vallée d'Honoré de Balzac).
On peut dire qu'à cette époque, l'homme est véritablement maître de sa mort, il la contrôle el
d'une certaine manière, la met en scène.

41 Dans le texte suivant, quelles sont les indications à propos de la place du narrateur
S'agit-il d'un point de vue:
- externe (les faits semblent relatés par un observateur extérieur);
- interne (les faits sont présentés à travers la vision d'un personnage);
- «omniscient» (le narrateur connaît tout de la situation, relate les faits et expliqu
les sentiments de tous les personnages)?
Justifiez votre réponse.

Un jour qu'il était allé au marché d'Argueil pour y vendre son cheval
- dernière ressource -, il rencontra Rodolphe.
Ils pâlirent en s'apercevant. Rodolphe, qui avait seulement envoyé
sa carte, balbutia d'abord quelques excuses puis s'enhardit et même
poussa l'aplomb (il faisait très chaud, on était au mois d'août) jusqu'à
l'inviter à prendre une bouteille de bière au cabaret.
Accoudé en face de lui, il mâchait son cigare tout en causant, et Charles
se perdait en rêveries devant cette figure qu'elle avait aimée. Il lui
semblait revoir quelque chose d'elle. C'était un émerveillement. Il aurait
voulu être cet homme.
I.:autre continuait à parler culture, bestiaux, engrais, bouchant avec
des phrases banales tous les interstices où pouvait se glisser une allu-
sion. Charles ne l'écoutait pas; Rodolphe s'en apercevait, et il suivait sur
la mobilité de sa figure le passage de ses souvenirs. Elle s'empour-
prait peu à peu, les narines battaient vite, les lèvres frémissaient; il y eut
même un instant où Charles, plein d'une fureur sombre, fixa ses yeux
contre Rodolphe qui, dans une sorte d'effroi, s'interrompit. Mais bien-
tôt la même lassitude funèbre réapparut sur son visage.
- Je ne vous en veux pas, dit-il.
Rodolphe était resté muet. Et Charles, la tête dans ses deux mains,
reprit d'une voix éteinte et avec l'accent résigné des douleurs infinies:
- N on, je ne vous en veux plus!
Il ajouta même un grand mot, le seul qu'il ait jamais dit:
- C'est la faute de la fatalité!
Rodolphe, qui avait conduit cette fatalité, le trouva bien débonnaire
pour un homme dans sa situation, comique même et un peu vil.
7.3. Objectivité et subjectivité dans un texte
Beaucoup de textes (de presse, par exemple) prétendent à l'objectivité: ils pensent
rapporter un fait, décrire un comportement, donner une information sansfaire intervenir
aucun jugement personnel. Dans la réalité, l'objectivité est rarement atteinte car il
est difficile de s'abstenir de tout jugement et souvent, malgré lui, le journaliste laissera
transparaître-son opinion en ne précisant pas le point de vue adopté, en ne citant pas
ses références, en amputant les déclarations de quelqu'un ou en ne les restituant pas
dans leur contexte ... Il y a mille manières de tomber dans la subjectivité, à commencer
par les pièges de la langue: un simple adverbe ou un adjectif peuvent laisser passer
un jugement de valeur. Le discours scientifique lui-même s'inscrit dans un contexte
(politique, économique, social), dans un système de valeurs, et ne peut guère être
parfaitement neutre.

42." ~ En quoi cet article de presse cherche-t-il à orienter notre opinion? Quels éléments peut-
on relever de ce manque d'objectivité?

BELGIQUE

Meurtre à l'école
Bruxelles

ixballes pour laver l'affront subi dans la cour de l'école: lundi,

S à Bruxelles, un adolescentturc de quinzeans, Isa Y... , a froi-


dement abattu, pendant un cours, son camarade de classe
Celale,également âgé de quinze ans. Un peu plus tôt, Celale avait
ridiculisé Isa et, furieux, ce dernier avait aussitôt quitté l'école pro-
fessionnelle Apeji, pour aller se saisir, chez lui, d'un revolver Smith
et Wesson 9 mm. C'est accompagné de sa mère et de ses deux
sœurs qu'lsa est ensuite retourné en taxi à l'école. Faisant irrup-
tion en salle de mathématiques, il a menacé d'abord le profes-
seur avant d'abattre à bout portant Celaleet de l'achever de deux
balles dans la tête. Sa mère et ses sœurssont restées impassibles.
Isa Y... a été confié au juge de la jeunesse, qui devait le placer
dans un foyer où il restera jusqu'à sa majorité.

-43 Comparez ces deux versions du même fait. Lequel vous semble le moins objectif?
En quoi réside l'implicite?

Deux passagères du bus 29 emmenées en garde à vue


On ne marche pas impunément sur le pied d'un agent de police. où l'explication se poursuit sous le regard des passants.
Cela peut coûter jusqu'à dix heures de garde à vue, comme L'homme au pied sensible révèle qu'il est fonctionnaire de
le démontre la récente mésaventure de deux passagères de police et laisse entendre que l'outrage ne restera pas impuni.
l'autobus 29. Mardi peu avant midi, une femme enceinte monte Avec des collègues venus en renfort, il conduit les dames au
à l'arrêt Beaubourg en compagnie de sa vieille mère qui porte poste de police de la rue Beaubourg. La garde à vue ne prend
sur son visage tatoué la marque de son origine kabyle. C'est fin que vers 23 heures au commissariat central de la rue Louis-
alors que la grand-mère chétive heurte malencontreusement Blanc. Entre-temps, la grand-mère a pu être examinée aux
l'orteil hypersensible d'un solide gaillard qui exige des excuses. urgences médico-judiciaires qui constatent quelques ecchy-
L'étrangère ne s'exécutant pas avec toute la clarté requise, moses ainsi que la perte de deux dents sur pivot. Elle a dû être
l'offensé hausse brutalement le ton. Les versions divergent admise hier soir au service de radiologie de l'Hôtel-Dieu. Les
pour expliquer comment on en vint à des échanges de griffures médecins craignent la fracture d'une côte.
et de coups. L'«insolente» a-t-elle délibérément martyrisé à Le policier impulsif a eu la malchance de se défouler sur la
nouveau l'orteil précédemment meurtri? Le gaillard s'est-il mère d'une jeune avocate bien décidée à ne pas laisser pas-
laissé aller à quelques injures racistes, déclenchant ainsi la ser la bavure. Elle veut porter plainte dès aujourd'hui et
colère des deux femmes insultées? Toujours est-il que les recherche activement les témoignages de passagers du 29.
trois protagonistes descendent du bus rue Vieille-du-Temple A.A.
Garde à vue prolongée pour un orteil écrasé
ONZE HEURES de garde à vue dont six en dépit Lesdeux femmes sont conduites au commissariat de
d'une remise en liberté ordonnée par le parquet: Baya la rue Beaubourg (3e arrondissement), où elles sont
Zouaoui, soixante-trois ans, et sa fille, Sadia Kaced, placées en garde à vue. Vers 17 h 30, le parquet de
ne sont pas près d'oublier ce que peut coûter de mar- Paris, averti par la famille, ordonne leur remise en
cher sur les pieds d'un policier. Surtout lorsque, liberté. Reste une formalité à accomplir: un exa-
comme ce mardi 27 février, l'incident se transforme men aux urgences médico-judiciaires de l'Hôtel-Dieu.
en affrontement et en insultes. Entre 12 heures et La mère souffre en effet d'ecchymoses, la fille, en-
23 h 30, elles sont passées par trois commissariats ceinte, a perdu deux dents à pivot et se plaint de
parisiens, sans oublier l'institut médico-judiciaire de maux de ventre. Toutes deux reçoivent une incapa-
l'Hôtel-Dieu. cité temporaire de travail (ITT) de trois jours, tandis'
Lorsque les deux femmes montent dans l'autobus 29 \ que l'inspecteur, lui aussi examiné pour des contu-
ce matin-là, elles rensent simrlement à la consul- sions et des griffures, est arrêté deux jours.
tation d'ophtalmologie à l'hôpital des Quinze-Vingts, Loin de retrouver alors leur liberté, elles sont rame-
où la mère a rendez-vous. Mais, dès le départ du véhi- nées au poste de police, puis transférées au com-
cule, les choses se gâtent. Mme Zouaoui marche missariat de la mairie du 3e, avant de finir leur course
sur les pieds d'un grand blond d'une trentaine d'an- à la 3e division de police judiciaire, dans le 1De arron-
nées. Lejeune homme réclame des excuses, la vieille dissement. Ce n'est que vers 23 h 15, après une nou-
femme s'exécute. À partir de là, les versions diver- velle intervention du parquet, que les deux femmes
gent. Elles racontent qu'il ne veut rien entendre, se seront finalement libérées.
met à crier des propos racistes, puis gifle l'une d'elles. L'inspecteur a déposé plainte pour violence volon-
Lui assure que la sexagénaire lui marche à nouveau taire et outrage à agent. La mère et la fille s'apprê-
sur le pied et l'insulte. Tous les trois se retrouvent sur tent à faire de même. Le parquet de Paris a, « par
le trottoir, rue Vieille-du-Temple. Nouveaux cris, nou- simple précaution », souligne-t-il, saisi l'inspection
vel échange de coups, sous le regard de quelques générale des services (ICS), la police des polices, afin
témoins aujourd'hui introuvables. Les deux femmes d'y voir plus clair.
veulent appeler la police. C'est alors que le jeune
homme sort sa carte d'inspecteur. NATHANIEl HERZBERG

44 À l'université, une étudiante s'approche de son professeur à la fin d'un cours et lui pose
une question concernant l'exposé qu'elle doit faire la semaine suivante. Elle aimerait
qu'il lui donne une précision sur un point de cet exposé.
Elle peut s'adresser à lui de trois manières différentes (sans que le sens changf
réellement).
1. Excusez-moi, monsieur, je veux vous demander une précision au sujet de mon expos(
de jeudi prochain.
2. Excusez-moi, monsieur, je voudrais vous demander une précision au sujet de mor
exposé de jeudi prochain.
3. Excusez-moi,monsieur,j'aurais voulu vous demander une précisionau sujet de mon expost
de jeudi prochain.
Quelle nuance voyez-vous entre ces trois attitudes? Dans votre langue, ces troi!
possibilités existent-elles? Si elles existent, quelle serait la nuance entre elles?

45 Voici l'extrait d'un dialogue entre deux personnes. Dans cette conversation, diver:
éléments indiquent un certain implicite: chacun des interlocuteurs sait très bien à quo
l'autre fait allusion. Quels sont ces éléments? À votre avis, quel type de relatiOl
entretiennent les locuteurs?
R: Alors, madame X, qu'est-ce que vous me prenez aujourd'hui? Essayez voir mes pommes, elle
sont épatantes.
Mme X: Oui, ce sera pour moi; mais donnez-moi aussi des oranges parce que Paul, vous savez, le
pommes ! ...
R: Et comment va-t-il ? On ne le voit plus guère.
Mme X: Oh, couci-couça! Rien de bien nouveau ... Il s'en voit bien toujours avec la petite. Mai
hein, la vie, c'est la vie ..
R: Oh, ça oui (ton approbateur - silence).
Mme X: Et comme fromage?
R: Essayez voir celui-là, il est fameux.
Mme X: Ah non, pas pour moi ... [' .. J Donnez-moi ce petit chèvre-là, plutôt, et du onze comme d'habitude.
R: Et Aline, comment elle va?
Mme X: Ah ben, c'est toujours pareil. Y a rien à faire pour la décider; ça met son père en fureur;
que voulez-vous que j'y fasse, à mon âge surtout ... Enfin, quand même, il faut bien que jeunesse
se passe! Ils n'auront pas toujours vingt ans, ces jeunes! Et puis, je vais vous dire, ils ont bien
raison de pas trop s'en faire, les soucis viendront bien assez tôt. Moi, si à leur âge j'avais eu cette
liberté, je me serais pas privée. Pas vrai? Bon, allez, au revoir, Robert.
R: C'est ça 1 Allez, au revoir, madame X.

Comprendre les différents types de questions


On vous posera trois types de questions:
1. Questions portant sur un point de détail: on vous demandera de définir un mot,
d'expliquer une expression ou une tournure. Attention, les verbes « définir» ou
« expliquer» ne seront pas nécessairement utilisés. On peut formuler autrement la
question: « Qu'entend-on par ... ? », « Comment, dans ce contexte, comprenez-vous ... ? »,
« Quel sens l'auteur attache-t-il à ... ?»
Les activités 46,47 et 48 vous aideront à comprendre ce type de questions.
2. Questions portant sur une comparaison: comparaison entre deux aspects d'un même
texte, entre deux opinions, entre deux états de fait ou deux situations. Le verbe
« comparer» sera généralement utilisé mais vous pouvez aussi rencontrer: « confronter »,
« mettre en parallèle », «faire le parallèle entre »...
Pour ce type de questions, voir les activités 48, 49 et 50.
3. Questions sur l'opinion de l'auteur, sur son point de vue, éventuellement sur le
non-dit, l'implicite de son discours. On vous demandera le plus souvent: « Quelle est
l'opinion de l'auteur à propos de ... ?» ou « Que veut dire l'auteur lorsqu'il affirme
que ... ? ». Attention cependant, cesquestions cherchent également à tester votre «finesse»
de lecture, votre capacité à repérer ce qui se cache « sous les mots» (l'ironie, par exemple).
Vous aurez aussi à exprimer votre opinion personnelle. Si tel est le cas, cela vous sera
demandé explicitement: « Vous, personnellement, que pensez-vous de ce sujet? », « Quel
est votre sentiment (votre opinion, votre avis) sur ce sujet? », « Quelles solutions
proposeriez-vous à ce problème?» Cette opinion devra être argumentée.
Les activités 51, 52, 53 et 54 vous permettront de revoir l'expression de l'opinion et
du jugement.

Relisez le texte de l'activité 19 consacré au baccalauréat. Si l'on vous pose la question:


« Comment comprenez-vous, dans ce texte, l'expression "ne plus faire recette"? »,
quelle sera la réponse la plus pertinente?
Réponse A
Pour le journaliste, le fait qu'il y ait moins de candidats que l'année dernière est dû à la
baisse démographique (diminution des 18-20 ans).
Réponse B
Cela signifie: cesser d'avoir du succès, cesser d'attirer des candidats.

Relisez le texte B de l'activité 22 concernant Clovis, roi des Francs. Quelle pourrait être
la question à laquelle correspondrait cette réponse: {(TIYa trois verbes: élimina, vainquit,
battit. »
48 Relisez le texte de l'activité 23, « La société française». Quelle serait la question corres-
pondant à cette réponse: « Souvent, les retraités ont investi une partie de leur épargne
dans l'immobilier. Ils ont acheté un appartement en ville ou au bord de la mer, un
chalet à la montagne en vue de les louer. Ces loyers leur assurent un complément
de revenus. »
Question A
Comment peut-on expliquer que les retraités aient un patrimoine de rapport?
Question B
Pourquoi la situation des personnes âgées est-elle moins défavorable que celle des jeunes?

L'homme descend du singe, a-t-on coutume de dire. (sexuels, par exemple) comparables. Au plan intel-
Il est vrai que les similitudes entre eux sont frap- lectuel, on peut dire que l'un et l'autre ont une intel-
pantes. Au plan physique, ils se ressemblent mor- ligence et un langage, même si l'intelligence de
phologiquement, ont la même station verticale, uti- l'homme est plus abstraite et si, contrairement à celui
lisent la main de façon peu différente, ont des instincts du singe, son langage est articulé en paroles.

.~0 Dans ce texte, comparant les données INSEE sur la part des femmes dans la population
active européenne entre 1983 et 1996, relevez trois termes qui servent en mêm(;
temps à comparer et opposer.

Si l'on compare la proportion de parités. Dans certains pays, comme la


femmes actives en Europe entre 1983 Finlande ou la Suède, les femmes
et 1996, on constate qu'elles sont de représentent près de la moitié de la
plus en plus présentes sur le marché population active. En revanche, ce taux
du travail. Alors quOelles représentaient tombe au-dessous de 40 % en Italie,
environ 38 % de la population active en Espagne, en Irlande ou en Grèce.
au début des années 80, ce taux a C'est aux femmes, d'autre part, que
dépassé 42,5 % en 1996. En d'autres l'on doit l'essentiel de la croissance
termes, plus de quatre travailleurs sur de l'emploi en Europe. Entre 1975 et
dix sont des travailleuses. Cette aug- 1995, en effet, l'emploi masculin a
mentation se constate dans tous les stagné autour de 86 millions, tandis
pays de l'Union. Cette moyenne de que l'emploi féminin passait de 46 à
42,5 % cache cependant quelques dis- 61 millions.

;)
l Quels mots proposeriez-vous pour remplacer les blancs?
(1) a. maximalistes b. volontaristes (2) a. universalistes b. optimistes

Les Droits de l'homme intangibles reconnus (mais pas nécessairement


appliqués) dans la plupart des États sont peu nombreux: droit à la vie,
droit à ne pas être réduit en esclavage ou en servitude, droit à ne pas subir
torture et traitements dégradants, droit à la non-rétroactivité de la loi
pénale. Bien que cette liste se décline essentiellement à la forme néga-
tive (droit à ne pas), bien qu'elle soit réduite (les libertés de l'esprit
sont absentes comme les droits économiques, sociaux, culturels), elle
n'en est pas moins essentielle. C'est déjà un progrès, disent certains. C'est
tragiquement insuffisant, proclament d'autres.
C'est l'un des multiples débats actuels autour des droits de l'homme
qui opposent minimalistes et ... (1)... , ... (2)... et relativistes.
Dans ce texte, relevez les verbes permettant d'exprimer l'opinion (favorable, défavo-
rable ou «neutre}»).

LES TOURISTES ÉTRANGERS années. American Express a effectué un sondage


auprès de touristes américains: 75 % d'entre eux ont
NOUS JUGENT
jugé sympathiques les gens qu'ils ont rencontrés

D 'après un rapport
social sur l'image
du Conseil
de la France
économique
à l'étranger,
et et 57 % estiment que l'accueil s'est amélioré depuis
cinq ans. Beaucoup s'émerveillent de voir que les
l'accueil que les Français réservent aux touristes hôtels sont propres et les transports efficaces.
laisse souvent à désirer. À l'étranger, on considère Selon le responsable d'une agence de tourisme, les
souvent les Français comme «peu sympathiques », Allemands auraient une image moins positive: ils
on les trouve «arrogants et suffisants» et on déplore pensent que les Français ne les aiment pas et rechi-
leur incivilité. gnent à l'idée de sortir des circuits organisés.
Cette mauvaise réputation est tenace ! Quant aux Japonais, ils sont d'avis que Paris n'est
En réalité, une fois sur place, de nombreux touristes pas une ville sûre et se plaignent souvent d'être «ama-
sont agréablement surpris de constater que l'accueil qués ». Ils regrettent aussi souvent que si peu de
en France s'est nettement amélioré depuis quelques Français parlent une langue étrangère.

~~ 1. Relevez les termes qui expriment le soutien (avoir une attitude favorable à) et
ceux qui expriment le rejet (avoir une attitude opposée à).
2. Quel synonyme pourriez-vous proposer pour l'adjectif qui se trouve dans le titre:
des réactions «mitigées}) ?

Après l'accord signé entre la CNAM permettre une meilleure qualité des soins accord, dénonçant son « manque de cré-
(Caisse nationale d'assurance maladie) et la prise en compte de la personne du dibilité». La Confédération des syndicats
et MG-France, le principal syndicat des malade dans son intégralité. Il n'est pas médicaux français (CSMFI s'est viveme-
médecins, accord prévoyant un « suivi le seul à applaudir. La Mutualité fran- ment élevée, elle aussi, contre l'accord,
médical ') qui lierait chaque assuré social çaise, par exemple, approuve également: qu'elle qualifie de « provocateur». Cette
à un médecin généraliste, les réactions elle estime que cet accord va respon- vive réaction est partagée par un autre
sont mitigées tant dans le monde de la sabiliser les acteurs (malades et méde- syndicat de médecins, la Fédération des
mutualité que chez les médecins. Jean- cins), favoriser la coordination et ratio- médecins de France, qui rejette cet
Marie Spaeth, président de la CNAM, se naliser les dépenses. À l'opposé, les accord, ne correspondant pas, selon elle,
félicite de cet accord, soulignant qu'il va Mutuelles de France critiquent cet « à sa façon d'envisager la médecine».

~ 1. Dans quelles phrases Françoise Giroud exprime-t-elle sa position personnelle?


2. Le ton de cet article est-il plutôt: dramatique? neutre? moqueur?

n trouve de tout aux États-Unis. Même des Rappelons qu'en France la loi reconnaît et punit

O gens sensés.
féministe
Mais à quel délire
sont-ils
puritano-
en train de succomber?
«Envoyé spécial» nous a montré nn garçon de 16 ans
le harcèlement sexuel mais seulement
exercé par nn - ou nne - supérieur(e)
Dans l'armée américaine, féminisée
quand il est
hiérarchique.
à 10 %,
renvoyé de l'école parce qu'il avait embrassé nne 849 plaintes ont été déposées cette année. Le har-
petite compagne. Harcèlement sexuel. Les parents cèlement sexuel commence quand un homme
sont fous de rage. ils réclament en justice des indem- touche le bras d'nne femme. C'est la règle de base,
nités. Cela fait l'affaire de l'nn des rrùlliers d'avocats on ne doit pas toucher. Le Club Méditerranée a
qui se saisissent des cas de harcèlement sexuel et dû donner des instructions strictes à ses GO:
obtiennent des indemnités substantielles. Dans nn « Faites très attention, ne touchez pas, cela ?WUS
collège de Boston, relève du harcèlement sexuel coûte les yeux de la tête. » Devenir intouchables,
l'usage des mots «grognasse», «salope», «putain» ... est-ce donc l'idéal des Américaines? Le pire est
Cinq lycéennes ont attaqué les coupables. qu'elles sont en train d'y arriver.
L'activité 55 (1.) correspond à l'objectif 1, l'activité 55 (2.) aux objectifs 3 et 5.
L'activité 56 (1.) correspond à l'objectif 4 et l'activité 56 (2.) à l'objectif 7.

55 1. Ce document a-t-il pour fonction:


a. de présenter l'ouvrage de Marie Thirion et Marie-Josèphe Challamel?
b. d'informer les parents sur les rythmes du sommeil chez l'enfant?
c. de donner quelques conseils aux parents?
2. Remettez les questions à leur place dans le document en indiquant quels indices
vous ont aidé.
a. Un enfant a besoin de combien d'heures de sommeil pour récupérer?
b. La rentrée scolaire peut-elle provoquer des troubles du sommeil?
c. Faut-il coucher les enfants tôt pour leur permettre de mieux dormir?
d. Quelles sont les conditions à réunir pour aider l'enfant à s'endormir?
e. Peut-on parler de qualité du sommeil pour un enfant?

La qualité du sommeil est la indispensable. Mais il y a un moment rd du coucher de votre enfant pendant
où l'enfant doit rester dans sa chambre, les vacances. » Si l'on a affaire à un petit
même pour tous les enfants
même s'il ne s'endort pas. Il ne doit pas dormeur couche-tard et que l'on exige
Pour aider les enfants avoir l'impression que, s'il va se cou- qu'il soit couché à 8 heures, il ne vas
à être de bons dormeurs, cher, c'est parce que l'on veut se débar- pas dormir. Pire, il va s'angoisser à l'idée
rasser de lui. Car, dans ce cas, il va lut- de ne pas dormir. En revanche, il faut
l'environnement affectif
ter contre le sommeil. Si la chambre essayer de le coucher à heure régulière.
compte plus que le confort
n'est pas synonyme de punition, si l'en- 5. L'école est l'une des principales
matériel. Cest l'avis d'Hélène fant sent qu'il a sa place, il faut lui faire causes d'angoisse. La plupart des parents
De Leersnyder, pédiatre. confiance. L'important est qu'il ne soit le savent. Au moment de la rentrée, ils
plus sur le territoire des grandes per- entourent l'enfant, le préparent psycholo-
1. HÉLÈl\TE DE LEERSNYDER: Sur le plan
matériel, les conditions idéales consis- sonnes pour lui éviter de passer son giquement. C'est quelques semaines
temps devant la télé jusqu'à une heure après la rentrée que les problèmes appa-
teraient à préserver pour l'enfant un lieu
tardive. raissent. L'enfant ressent à ce moment
à lui, une chambre au calme où il puisse
se retrouver seul sur son territoire. Mais 3. Il Y a beaucoup de fausses idées qui l'ampleur de la tâche qui lui incombe.
tout le monde ne peut pas avoir une circulent à ce sujet. À partir du moment Il faut alors échanger, parler avec lui.
chambre par enfant ou un apppartement où un enfant est endormi, il déroule son Les relations avec les copains, la cour
sur jardin. L'essentiel est de créer un cycle de sommeil dans le même ordre, de récréation, la cantine sont plus sou-
environnement psychique tranquille. de la même façon et avec la même durée. vent en cause que les résultats scolaires.
Cela veut dire deux choses: que les Dans tous les cas, le sommeil est inva- Pour aider un enfant à trouver du plai-
parents consacrent du temps à l'enfant riable, c'est pourquoi il est incorrect sir à donnir, il faut savoir ce qui se passe
avant le coucher, et que ce moment soit de dire que certains enfants ont un mau- dans sa tête.
un temps d'échange, un temps apaisé, vais sommeil, ou un sommeil agité. Il
qui ne corresponde pas à celui des n'existe quasiment jamais de patholo-
À LIRE _
devoirs scolaires, du bain ou du dîner, gies des cycles du sommeil chez l'en-
Le Sommeil, le rêve, l'enfant. ouvrage cosi-
de toutes les tâches à faire obligatoire- fant. Cenes, il y a des enfants qui bou-
gné par Marie Thirion et Marie-Josèphe
ment au cours de la soirée. gent plus que d'autres ou qui font parfois
Challamel,est un guide pratique destiné aux
2. Non, l'heure du coucher importe peu. des rêves agités. Mais une fois que le parents: quel est le besoin de sommeil de
Ce qui compte, c'est ce moment sommeil est enclenché, il est le même l'enfant aux différentes étapes de son déve-
d'échange avec les parents. L'enfant dor- pour tout le monde. loppement? Jusqu'à quel âge doit-ilfaire la
mira mieux s'il est couché à 21 heures 4. C'est extrêmement variable. Il existe sieste? Comment faire dormir un enfant qui
30, après avoir vu ses parents, que s'il des gros dormeurs, du nourrisson à ne le veut pas? Quand doit-on consulter? ...
se couche à 20 heures, sans avoir vu per- l'adulte. Je donne toujours ce conseil Paru chez Albin-Michel, « Bibliothèque de
sonne. Ce temps passé ensemble est aux parents: «Respectez un rythme natu- la famille », 362 p., 130 F.

56 1. Quelles phrases dans le texte concernent plus précisément «l'environnement affectif»


mentionné dans le chapeau de l'article?
2. Dans quelle partie de l'interview Hélène De Leersnyder se met-elle en scène elle-
même en tant que médecin pédiatre?
Expression écrite

Objectifs généraux

1. Réduire un texte
1.1. Éliminer ce qui n'est pas essentiel dans un texte
Les pléonasmes
C'est le fait d'exprimer plusieurs fois la même chose: par exemple monter en haut,
descendre en bas, sortir dehors ...
Parfois, le pléonasme est volontaire, c'est une marque d'expressivité (par exemple: il
a applaudi des deux mains, je l'ai vu de mes propres yeux), mais bien souvent, il n'ajoute
rien à la phrase et doit alors être supprimé.
Les « mots creux»
Ce sont tous ces mots vides qui alourdissent la phrase sans apporter d'information.
Par exemple, dans la phrase: Les communistes italiens, après beaucoup d'hésitations,
ont finalement accepté de voter avec leurs partenaires le budget, ce qui a ainsi permis
de mettre un terme à la crise qu'ils avaient eux-mêmes ouverte, on peut supprimer
certains éléments inutiles. Voici une suggestion de phrase allégée: Les communistes
italiens ont finalement voté le budget, mettant ainsi fin à la crise qu'ils avaient ouverte.

Les cinq phrases suivantes présentent des redites (répétitions, redondances). Identifiez-
les et reformulez les phrases en supprimant l'un des deux éléments.
1. Ils ne comprenaient rien et elle était très agacée car, comme tu le sais, elle déteste devoir
répéter deux fois la même chose!
Afin de le persuader de renoncer à son projet, ses deux amis se relayèrent tour à tour
mais en vain.
Bien.Je vais vous expliquer précisément comment et de quelle manière tout ceci est arrivé .
L TIm'a proposé de partir quelques jours à Milan mais personnellement, quant à moi, j'aurais
..
préféré Venise.
.. Les déclarations de l'accusé, après vérification, se sont avérées tout à fait vraies.

Dans les cinq phrases suivantes, remplacez les locutions verbales en caractères gras
ar un verbe unique exprimant la même idée.
L'année dernière, il a fait un séjour de trois mois au Guatemala.
Vous ont-ils enfm fait part de leur décision?
Tai pensé qu'il était préférable de le mettre au courant des rumeurs qui couraient sur
son compte.
Je voudrais bien rester à la maison ce week-end pour pouvoir mettre en ordre tous
mes papIers.
.. S'il continue à agir ainsi, à tort et à travers, cela finira fatalement par faire du tort à sa
réputation.

Dans les deux phrases suivantes, supprimez ce qui est inutile quant à l'information.
éécrivez-les en ne gardant que l'essentiel.
D'après une étude menée par l'INSEE, les revenus des personnes âgées actuellement à
la retraite, revenus qui étaient très en retard sur ceux des actifs dans les années 70, pourraient
peut-être les avoir aujourd'hui rattrapés, voire même dépassés.
2. Si l'on en croit les experts, qui s'accordent tous sur ce point, les disparités entre les pay:
occidentaux tendraient à devenir moins importantes alors qu'inversement, les écart:
entre les divers pays en voie de dévoppement se seraient nettement accentués.

60 Même consigne pour le texte suivant.


Au Moyen Âge, le pauvre a une double image: d'une part, il représente l'homme qui provoque le
désordre, celui qui gêne la vie quotidienne dans la cité; mais d'autre part, le pauvre est aussi - et nou~
avons là tout l'héritage de la morale chrétienne - celui par qui le riche, en lui faisant l'aumône
pourra assurer son salut éternel.

61 Même consigne pour le texte suivant, plus long.


Parcequ'il s'agit d'une île, la Corse est défavorisée par cet état insulaire car elle est éloignée des granŒ
centres économiques de l'Europe et aussi parce que ses sols, qui sont diversifiés mais pauvres, E
permettent pas une agriculture rentable, sauf peut-être en ce qui concerne la vigne ou encore le:
agrumes. L:îlede Beauté s'est donc transformée peu à peu en région monotouristique même si ce-
afflux de visiteurs (un million et demi environ) ne vient guère qu'en juillet et août et ne suffit pas ~
rendre l'île autosuffisante. C'est donc l'État français qui assure le complément et qui participe à hautev
de 60 % aux ressources des ménages corses (pour être plus précis encore, l'État investit deux fo:~
plus par habitant en Corse que dans la mieux lotie des autres régions du continent).

62 Lisez ce texte entièrement pour en saisir le sens général. De nombreux éléments


(redondances, «formules creuses», etc.) peuvent être éliminés, en particulier dans le
premier et dans le dernier paragraphe.
1. Réduisez le premier paragraphe de ce texte au tiers (soit 45 mots + ou - 10%).
2. Réduisez le dernier paragraphe au tiers également (soit de 25 à 30 mots).

En 1968, il Y avait en France un peu moins de nouvel étudiant qui a l'impression de se retrou-
500 000 étudiants et l'on parla cependant, à ver dans un monde où règne l'arbitraire.
l'époque, de véritable explosion des effectifs uni- Une fois inscrit, le voilà propulsé, anonyme, dans
versitaires; or, aujourd'hui, plus de deux millions des amphithéâtres bondés.
de jeunes poursuivent leurs études au-delà du Savoir prendre des notes et pouvoir les réutili·
baccalauréat. ser, élaborer une bibliographie, gérer son emploi
Il ne s'agit plus aujourd'hui de ces « héritiers» du temps, rédiger selon les codes en vigueur, pré-
qu'évoquaient Bourdieu et Passeron dans leur si parer et présenter un exposé dans les règles ...
célèbre ouvrage Les Héritiers. Les étudiants et Les difficultés semblent parfois insurmontables
la culture (Éd. de Minuit, 1966). Désormais, tout et, au bout d'un semestre ou deux, on jette
a changé: le public des universités provient en l'éponge. Le taux d'échec en premier cycle es
très grande partie des classes moyennes, voire sévère: trop d'étudiants ne sont pas préparés
populaires. De plus, il ne s'agit plus, comme c'était à affronter ce monde de la «tac», dont ils n'avaient
le cas jadis, des meilleurs élèves des lycées (ceux- pas soupçonné la singularité.
là préférant le plus souvent s'orienter vers les La réforme qui a été proposée en 1997 tente de
classes préparatoires, en vue de se présenter aux remédier, autant que faire se peut, à certaines de
concours d'entrée aux grandes écoles ou vers ces difficultés. En particulier, il a été décidé de
d'autres formations, tout aussi sélectives). mettre en place des tutorats, tutorats qui seron
Ces « nouveaux étudiants» ne connaissent pas assurés par des enseignants ou par des étudiants
les « codes» et se sentent perdus dans les uni- de deuxième, voire de troisième cycle. D'autre
versités qui, trop souvent, font peu d'efforts pour part, un semestre d'orientation devrait permet·
les aider à mieux s'intégrer. Comprendre les bro- tra au nouvel étudiant de se familiariser avec
chures des différentes filières, décrypter leur lan- l'institution, de prendre le temps de la réflexion
gage souvent hermétique, apprendre à construire et donc de construire son cursus avec plus de
un cursus cohérent, autant de difficultés pour le discernement.

~6): Voici un témoignage oral qui a été retranscrit. Dans ce document se mêlent récit
commentaires personnels. De nombreux éléments sont inutiles pour comprendre c.
dont il s'agit et peuvent donc être éliminés.
1. Repérez les éléments essentiels de ce fait divers: Quoi? Quand? Pourquoi? Avec quell'"
conséquences?
2. À partir de ces éléments, rédigez un entrefilet de 5 lignes maximum dans lequel vous
relaterez cet accident pour un journal local. Pensez à donner un titre à votre article.
Attention, le récit est en français oral familier, votre entrefilet est à rédiger en français
écrit standard.

« Moi, j'étais juste là devant la boulangerie, je venais y a quand même des gens qui habitent là, tout de
de commander un gâteau pour dimanche, comme même! Ah, c'était pas beau à voir, moi qui tourne
tous les samedis, et j'allais traverser quand ça s'est de l'œil dès que je vois une goutte de sang 1J'ai appelé
produit Il pouvait être dans les quatre heures et demie les gendarmes, ceux de Liars, hein, parce que chez
cinq heures moins le quart. Le jeune, là, sur sa moto, nous y en a pas. On peut pas dire, ils sont arrivés vite
il a brûlé le stop, ou bien peut-être qu'il l'a pas vu, il et le petit jeune, on l'a porté à l'hôpital, à Grenoble,
se voit pas assez, ça fait dix ans qu'on réclame mais j'imagine. Encore heureux qu'il avait un casque, y en
pensez! rien à faire, et puis il a vu la voiture qui arri- a tant qui en mettent pas!
vait mais au lieu de s'avancer vite, d'accélérer, quoi, Mais vous savez, ici, à Chennières, ce carrefour, il
il a dû prendre peur, il a freiné sec. Alors, bien sûr est mauvais, ça fait dix ans qu'on le dit que ce stop,
ça a pas raté, l'autre lui est rentré dedans, c'était une on le voit mal à cause du café, là, la Civette, ça cache,
Renault 19, je le sais parce que mon beau-frère a la ya pas à dire, ça cache! Bon, finalement, il s'en
même, celle-là elle était pas d'ici, c'était une 75, des tire pas trop mal, une jambe cassée, ça aurait pu être
Parisiens; comme tous les Parisiens, il allaittrop vite. pire. Mais ça fait un choc, j'en suis encore toute
Ils pensent jamais que même si c'est la nationale 85, retournée. ))

1.2. Condenser un texte, dégager les idées essentielles


Ce travail se fera en plusieurs temps:
• Analysez les différentes étapes de la pensée de l'auteur: quel est le plan suivi par
l'auteur? Entourez les termes servant à articuler logiquement le raisonnement.
• Dégagez la démarche de l'auteur (s'agit-il d'un plaidoyer, d'une démonstration, d'une
critique ... ?) et l'idée principale du texte, qui est souvent exprimée dans l'introduction
et/ou dans la conclusion; puis, à l'intérieur de chaque étape du raisonnement - qui
correspond souvent à un paragraphe -, recherchez quelle est l'idée essentielle. Quels
sont les mots clés?
• Éliminez les pléonasmes, les expressions vides de sens, les exemples non significatifs,
les détails secondaires, les digressions, les énumérations ... , bref, tout ce qui n'est pas
directement utile à la compréhension du texte.
• Reformulez paragraphe par paragraphe en prenant bien garde de ne pas procéder
par « collages}) (c'est-à-dire mettre bout à bout des phrases empruntées au texte initial).
Vous devez reformuler le texte avec vos propres mots.
• Veillez enfin, en le relisant, à la cohérence de l'ensemble du texte: les relations logiques
entre les différents paragraphes sont-elles clairement indiquées?

1. Quels sont les deux mots essentiels dans ce texte?


2. Proposez un titre.
Depuis 1973, le nombre des mariages en France n'a cessé de décliner. L:année précédente (1972),
il avait atteint un « pic» : 417 000. C'était le dernier sursaut car, dès 1973, la baisse fut très forte.
En 1980, la France ne comptait plus que 334 000 unions et 270 000 en 1987 Il Y eut une légère
remontée entre 1988 et 1990, année où l'on enregistra 287 000 mariages, mais cette embellie fut
de courte durée et la tendance revint à la baisse dès l'année suivante. En 1995, 234 000 mariages
ont été célébrés, soit moitié moins que dans la période d'après-guerre.

Voicil'introduction d'un texte consacré à la violence urbaine. En une phrase, énoncez-


en l'idée essentielle.
Si l'on devait en croire les médias, la violence serait un phénomène propre à cette fin du xxe siècle.
Les frustrations de tous ceux qui ne peuvent accéder aux délices de la société de consommation
expliqueraient l'émergence de la « violence au quotidien », cette violence souvent gratuite: agressions
verbales ou physiques, graffiti, dégradations, larcins ... Les pauvres se vengeraient de se voir ainsi
marginalisés.
66 1. Le texte suivant est consacré aux habitudes alimentaires des Français. Présentez
l'idée générale en adoptant deux points de vue différents:
- en soulignant la relation d'opposition existant entre la réputation des Français et
la réalité quotidienne;
- en soulignant la relation cause/conséquence: voilà pourquoi les habitudes alimentaires
des Français ont changé.
2. Proposez deux titres, l'un soulignant la relation d'opposition, et l'autre la relation
de cause/conséquence.

L
es Français ont toujours une réputation de gour-
mets bien que leurs habitudes alimentaires aient
beaucoup changé depuis une vingtaine d'années.
Certes, ils aiment toujours la bonne chère (qui occupe
bon nombre de leurs conversations) mais le mode de vie
actuel ne favorise guère la gastronomie. Le temps où l'on
mitonnait pendant des heures un coq au vin ou un lape-
reau sauce grand-mère semble révolu. Seule demeure
la nostalgie de ce temps béni où l'on prenait le temps.
Lesfemmes d'aujourd'hui travaillent dans leur très grande
majorité et n'ont plus le loisir de se mettre vraiment aux
fourneaux. À midi, les enfants mangent à la cantine et
les parents, surtout en région parisienne, sur leur lieu de
travail. Le dîner est donc devenu le seul repas où l'on
se retrouve en famille. Mais il s'agit le plus souvent d'un
dîner vite préparé: soupe en sachet, produits surgelés
réchauffés au micro-ondes ou steaks grillés, salade toute
prête, fromages et fruits ... Et ce dîner, qui est le seul
moment où tous les membres de la famille pourraient se
retrouver, est en réalité de plus en plus «éclaté» car la
pratique du grignotage se répand rapidement. Dans bien
des familles, en raison des horaires décalés, chacun rentre
à la maison à une heure différente, ouvre le réfrigérateur
et grignote quelque chose «sur le pouce ».

2. Enchaîner, articuler
2.1. Comment marquer les différentes étapes d'un raisonnement?
Voici quelques-uns des termes les,plus courants:
• Expressions permettant d'introduire le développement: Avant d'entrer dans net =
sujet, examinons ... / Au préalable, je voudrais signaler que ... / Avant même d'abordé
mon sujet, je voudrais préciser que ...
• Premier terme d'une énumération: D'abord, ... / Tout d'abord, ... / En premier lieu, ..
Mon premier point portera sur ... / J'aborderai d'abord ... / Le premier facteur semb =
être ... / Une première remarque s'impose: ...
• Autres termes marquant un nouveau stade du raisonnement: Ensuite, ... / En secor:
lieu, ... / Passons maintenant à ... / Venons-en à présent à ... / Second facteur :... /
nous faut considérer aussi ... / Outre ce que l'on vient d'évoquer, il faut abordE
également... / Outre cela, ... / En outre, ... / Par ailleurs, ... / D'autre part, ... / De plus,.
• Termes introduisant le dernier point d'un raisonnement: Enfin, ... / Ma derniè =
remarque portera sur ... / Abordons pour finir ... / Je terminerai par ... / Je voudrais no'
pour finir ... / Le dernier point concerne ...
• Et pour conclure: En conclusion, ... / Pour conclure, .. .! Bref, ... / En bref, ... / En somme, ..
En un mot, ... / Pour résumer d'un mot: ... / En résumé, on peut dire que /1/ ressc-
de tout ce qui précède que ... / En définitive, .. .! Finalement, ... / Au total, .
67 Quels termes proposeriez-vous pour souligner la progression du raisonnement dans le
texte suivant?
LA TÉLÉVISION
On accuse souvent la télévision de tous les maux: elle rendrait paresseux, passif et influençable,
elle nous manipulerait, elle empêcherait nos enfants de travailler, etc.
Je ne suis pas totalement d'accord, je pense que ce medium présente de nombreux aspects positifs .
... (1) ... , elle est comme une fenêtre ouverte sur l'ailleurs. Elle nous permet en effet d'aller où nous
n'irons jamais, de connaître des cultures éloignées, d'élargir notre horizon et donc, peut-être, de
nous rendre plus ouverts à l'altérité.
La télévision est ... (2). .. , bien souvent, un instrument de culture. Elle nous donne accès à l'opéra
ou au théâtre, nous permet d'assister à des débats sur la littérature ou le cinéma par exemple .
... (3) ... , elle nous instruit: une grande partie de nos connaisances vient de la télévision. Ceci est
particulièrement vrai pour les enfants. On compare souvent la presse à la télévision, au désavantage
de cette dernière, qui serait plus superficielle. Ce n'est pas faux, sans doute, mais rien ne remplacera
l'émotion du direct, la force de l'image. Je voudrais, ... (4) ... , insister sur un point: la télévision est pour
beaucoup une compagnie, parfois la seule compagnie. Je pense par exemple aux personnes âgées,
aux isolés, aux handicapés .... (5) ... , il faudrait cesser de diaboliser ainsi la télévision: en elle-même,
elle n'est pas un mal. Ne peut être mauvais que l'usage que l'on en fait.

Remarque
Dans l'activité précédente, parmi les termes permettant de marquer les différents stades
d'un raisonnement, vous avez peut-être proposé en (2) ou en (3) par ailleurs.
Attention à ne pas le confondre avec ailleurs et d'ailleurs.
• ailleurs = autre part, en un autre lieu. Indique le lieu.
Exemple: L'été prochain, il ne veut pas retourner en Grèce, il préfère aller ailleurs.
• par ailleurs = de plus, d'autre part, en outre. Permet, dans le déroulement d'un
raisonnement, d'introduire un nouvel élément.
Exemple: Au cours de cette réunion, nous avons abordé la question générale du statut
des personnels titulaires. Par ailleurs, la situation des vacataires (contrats à durée
déterminée, en particulier) a été longuement évoquée.
• d'ailleurs. Il n'existe pas de synonyme exact à ce mot qui, dans un raisonnement,
fait suite à une série d'arguments déjà avancés. D'ailleurs apporte en renfort un élément
nouveau (invoquant souvent la vox popult).
Exemple 1 : Je n'ai pas envie d'aller à Orléans voir ta sœur, je suis fatigué, j'ai mal à la
tête, je préfère rester à la maison et lire. D'ailleurs, je suis sûr qu'elle a oublié qu'elle
nous avait invités. (ou: D'ailleurs, il va pleuvoir; ou: D'ailleurs, j'ai entendu à la radio
qu'il y avait un embouteillage monstre à la sortie de Paris.)
Exemple 2: Je trouve que cette secrétaire est particulièrement désagréable. D'ailleurs,
elle est en mauvais termes avec tout le monde. (ou: D'ailleurs, elle fait toujours une tête
d'enterrement.; ou: D'ailleurs, dans cette entreprise, ils sont en général vraiment peu
accueillants.)

Dans les cinq phrases suivantes, utilisez ailleurs, par ailleurs ou d'ailleurs.
1. Je ne veux pas que tu ailles au cinéma ce soir. D'abord, tu n'as pas terminé tes devoirs.
En plus, tu n'as pas fait grand-chose cette semaine. Et puis, tu y es déjà allée samedi dernier,
au cinéma! , ce soir, nous avons des invités, il faut que tu sois là pour les accueillir.
2. il n'a pas voulu venir avec nous voir cette pièce de Corneille , dès qu'il s'agit d'une
pièce classique, il refuse!
3. Actu~llement, il réside en France mais il a longtemps vécu .
4. Si tu ne retrouves pas ce livre à sa place habituelle, il n'y a pas de mystère, tu as dû le
mettre .
5. La situation n'est pas totalement bloquée. En effet, patronat et syndicats ont décidé de
se revoir dans quinze jours , de son côté, le ministre du Travail doit s'entretenir
avec les partenaires sociaux pour faire avancer le dossier des pré-retraites.
0-------------
2.2. Rappel des principaux articulateurs logiques

• Exprimant la cause
• Une préposition suivie d'un nom de personne ou de chose: à cause de ... / grâce à .
ou d'un nom de chose seulement: en raison de ... / à la suite de ... / par suite de 1
pour cause de ... / compte tenu de ... /
+ de crainte (ou de peur) de ... / par crainte (par peur) de ...
+ à force de (idée d'insistance, de ténacité),
+ faute de / manque de ... / par manque de ... (= parce que ... ne pas),
+ sous prétexte de ... (cause faussement invoquée).
• Une conjonction ou un adverbe reliant deux énoncés: en effet, car .
• Une conjonction de subordination: parce que ... / étant donné que / vu que ... / dL
fait que ... / comme ... / puisque ...
Attention! Deux poi nts dél icats:
1. Parce que / puisque / car n'ont pas exactement la même valeur:
- parce que introduit la cause de ce qui est dit dans la proposition principale:
Exemple: Je suis en retard parce que mon réveil n'a pas sonné.
- en utilisant puisque, on considère que l'interlocuteur sait de quoi il s'agit, conna',
la vérité. C'est en quelque sorte une « justification».
Exemple 1 : Tu t'en vas déjà, tu vas faire un tour? Bon, eh bien puisque tu sors, rapporte-
moi du pain, s'il te plaÎt.
Exemple 2: Bon, puisque tu triches, je ne joue plus!
- car (niveau plus soutenu) introduit une explication, avec souvent une idée de justification
Il est parfois suivi, dans un but d'insistance, par en effet.
Exemple: J'ai fait cela car c'était mon devoir.
2. Comme a une valeur temporelle et/ou causale.
Exemple 1 : Comme il rentrait chez lui, il rencontra Pierre.
(ici, comme = alors que, valeur de temps)
Exemple 2: Comme il était content, il se mit à rire.
(ici, comme = étant donné que, valeur de cause)
• Exprimant la conséquence
• Une conjonction ou un adverbe: donc. .. / d'où / aussi... / ainsi , ainsi donc ... / alors...
de là... / par conséquent ... / en conséquence / c'est pourquoi .
• Une conjonction de subordination: si bien que ... / de telle manière que, de telle faço~
que, de telle sorte que ... / de manière que ...
• Exprimant la concession
• Une préposition suivie d'un nom: malgré ... / en dépit de .
• Deux propositions reliées par un mot de coordination: mais / pourtant. .. / cependant...
toutefois ... / néanmoins ... / tout de même ... / quand même / même si... / en tout cas..
• Une conjonction de subordination: bien que ... / quoique ... / encore que ... / il n'e~
reste pas moins que ... / ceci étant, n'oublions pas que ... / en revanche ... / par contre ...
au contraire ... / même si...
Attention! Un point délicat: avoir beau (+ infinitif)
Cette locution figée comporte une idée de concession. Est présente l'idée que I~
conséquence naturelle d'un fait, d'une attitude n'est pas réalisée, que le but recherch~
n'est pas atteint ou que l'on obtient le contraire de ce qui était prévisible.
Exemple 1 : Il a beau travailler beaucoup, il ne réussit pas.
Exemple 2: Il a eu beau se dépêcher, il a raté son train.
Exemple 3: Tu auras beau le supplier, il continuera à dire non.
• Exprimant la comparaison/opposition
• Une préposition suivie d'un nom: au lieu de ... / à côté de ...
• Deux propositions reliées par un mot de coordination: en échange ... / en revanche.
• Une conjonction de subordination: tandis que ... / alors que ... / au lieu que ...
Attention! Un point délicat: par contre (dont le sens est proche de en revanche) e,
considéré comme incorrect par l'Académie et s'emploie cependant de plus en pl -
fréquemment, surtout à l'oral.
• Exprimant la condition et l'hypothèse
De nombreux procédés permettent d'exprimer la condition et l'hypothèse. Parmi les
plus fréquents, on relèvera, outre le si, qui reste le plus souvent employée:
• Une préposition suivie d'un nom: en cas de ... / avec. .. / sans ...
Exemple: En cas d'absence, adressez-vous en face.
• Une locution + infinitif: à moins de ... / à condition de ...
Exemple: Tu peux être à l'heure, à condition de te dépêcher un peu.
• Une conjonction de subordination (avec un verbe au subjonctif): à moins que / pour
peu que ... / en admettant que ... / pourvu que ... / à condition que ... / sans que .
Exemple: J'irai, à condition qu'elle soit d'accord.
• Une conjonction de subordination (avec un verbe au conditionnel): au cas où ...
Exemple: Au cas où tu changerais d'avis, préviens-moi.
• Un gérondif
Exemple: En lisant les petites annonces, tu trouverais un studio.
Les subordonnées introduites par si sont cependant les plus nombreuses:
Exemple 1 : Si tu viens ce soir, tu pourras rencontrer Pierre.
(La condition - ou la supposition - exprimée ici a de fortes chances de se réaliser: « La
rencontre avec Pierre est certaine si tu viens ».)
Exemple 2: Si tu venais ce soir, tu pourrais faire sa connaissance.
(La réalisation est possible mais est plus douteuse: « Tu pourrais probablement faire
sa connaissance si tu venais ».)
Exemple 3: Si tu étais venu hier soir, tu l'aurais rencontré.
(<<Tun'es pas venu, tu ne l'as pas rencontré», le fait ne s'est pas réalisé.)

• Exprimant l'insistance
ceci à plus forte raison parce que ... / ceci d'autant plus que ... / et qui plus est. .. / a
fortiori ... / non seulement. .. / mais encore ... / d'ailleurs ...
• Illustrant par l'exemple
Je citerai par exemple ... / Je prendrai un exemple, celui de ... / Un exemple me suffira,
celui de ... / On peut prendre l'exemple de ... / Je voudrais illustrer ce fait à l'aide d'un
exemple: ...

Exprimer la cause et la conséquence


Soit les deux phrases:
1. Le personnel navigant d'Air France a déposé un préavis de grève pour le 8 novembre
prochain.
2. Des perturbations sont à craindre ce jour-là.
Reliez ces deux phrases de manière à faire apparaître la relation cause/conséquence
en utilisant:
a. comme + cause + conséquence
b. cause + si bien que + conséquence
c. conséquence + en raison de + cause

Exprimer la relation de concession/opposition


Soit les deux phrases:
1. il existe une loi interdisant de fumer dans les lieux publics.
2. Beaucoup ne la respectent pas, par exemple dans les universités ou dans les couloirs du
métro.
Reliez ces deux phrases de manière à faire apparaître la relation de concession en
utilisant:
a. bien que + subjonctif
b. avoir beau + infInitif
c. en dépit de + nom
71 Exprimer la condition et l'hypothèse
Dans les cinq phrases suivantes, la relation condition/hypothèse est exprimée de la
même manière: par une subordonnée introduite par si. Proposez, pour chacune d'elles,
une autre façon d'exprimer cette relation.
1. S'il avait travailléun peu plus régulièrement, il aurait probablement été reçu à cet examen.
2. Si par hasard je ne pouvais pas venir à la réunion, je vous passerais un coup de fù.
3. S'il n'y avait pas eu cet embouteillage, je serais arrivé beaucoup plus tôt.
4. Si on les avait mieux renseignés, ils ne se seraient pas perdus dans le métro.
5. Je t'accompagnerai au théâtre si (et seulement si) j'ai terminé mon travail.

72 À partir de chaque couple de phrases, rédigez une phrase complexe en faisant apparaître
le lien logique existant entre les deux phrases.
1. il a travailléjour et nuit pendant des mois pour réussir ce concours. Il l'a fmalement obtenu
brillamment.
2. Les pouvoirs publics ont appelé tous les Français à « faire leur devoir de citoyens» en allant
voter dimanche. Plus d'un tiers des électeurs ne se sont pas déplacés.

73 À partir des phrases suivantes présentées de manière isolée, rédigez un texte construit
qui comportera trois paragraphes:
(1) - a - b - c - d (2) - e - f - g - h (3) - i -j - k
Vous ferez apparaître les relations logiques (cause, conséquence, but, opposition,
comparaison ... ) existant à l'intérieur de chaque paragraphe et entre les différents
paragraphes .
• Paragraphe 1
a. Les femmes nées entre 1945 et 1950 ont commencé très jeunes à avoir des enfants.
b. 10% d'entre elles étaient mères avant l'âge de vingt ans.
c. La libéralisation des mœurs avait commencé.
d. La contraception n'était pas encore entrée dans les mœurs.
- Définir la relation logique entre (a, b) et (c).
- Définir la relation logique entre (c) et (d).
-+ Rédaction du premier paragraphe .

• Paragraphe 2
e. Aujourd'hui, la contraception est beaucoup mieux maîtrisée.
f. Les filles font des études beaucoup plus longues.
g. Le chômage s'étend.
h. Les jeunes couples retardent la naissance de leur premier enfant.
- Définir la relation logique entre (e, f et g) et (h).
-+ Rédaction du deuxième paragraphe.

• Paragraphe 3
i. Pour la génération des femmes nées en 1945, 60 % des femmes étaient mères à 25 ans.
j. Pour celle des femmes nées en 1965, à peine un tiers d'entre elles sont dans ce cas.
k. Le nombre des femmes ayant leur premier enfant après 30 ans s'accroît régulièrement.
- Définir la relation logique entre (i) et 0).
- Définir la relation logique entre (i) et (k).
-+ Rédaction du troisième paragraphe.

• Relisez l'ensemble de votre texte pour veiller à sa cohérence.


74 Rétablissez les liens logiques qui manquent dans le texte suivant (conjonctions, adverbes,
verbes).
C'est vers le milieu des années quatre-vingt que le nombre de ménages français propriétaires de
leur logement est devenu majoritaire. En 1988, il atteignait 53,6 % de la population, c'est-à-dire 7 %
de plus qu'en 1978.
La récente enquête « Logement» réalisée par l'INSEE montre ... (1} ... que cette progression s'est
arrêtée depuis la fin des années quatre-vingt. En 1992, 53,8 % des Français sont propriétaires de
leur logement, soit un gain de 0,2 % seulement.
Ce ralentissement ... (2} ... avant tout par la hausse des prix à la vente, (3} ... cette augmentation
a évolué très différemment selon les régions. On peut mentionner ... (4} d'autres facteurs freinant
le mouvement d'accession à la propriété, ... (5} ... l'évolution des structures familiales (divorces,
union libre et autres), le vieillissement de la population ou encore une plus grande mobilité professionnelle.

Rappel
Le plus souvent, argumenter se fait en trois étapes:
1. on présente sa thèse, son point de vue;
2. on prend en compte les points de vue différents (voire opposés) pour les confronter
aux nôtres;
3. on cherche à convaincre le lecteur (ou l'interlocuteur) de la supériorité de nos arguments.

Présentation d'une argumentation. VOuspouvez vous rapporter, pour faire cette activité, à
l'objectif 6 de la partie « Compréhension écrite» (en particulier à l'activité 31).
Soit l'affirmation suivante: « Vivre en banlieue n'est pas toujours une malédiction.))
À partir de ce thème, rédigez un texte structuré de 25 à 30 lignes (1. énumération
des critiques généralement adressées à la vie en banlieue; puis 2. réfutation de ces
critiques) en suivant le canevas suivant:
- Introduction
- Certes, il est vrai que...
- D'autre part, on ne peut nier. ..
- Cependant, ...
- En outre, .. ,
- Dernier point à considérer, et non des moindres: ...
- Conclusion

1. Dressez le plan détaillé du texte suivant en faisant apparaître les relations logiques
entre les différentes parties.
2. Faites-en un compte rendu en 150 mots (+ ou -10%).

Lorsque le Japon, après 1945, aligna l'essentiel suprême était le père de famille. Lorsque celui-
de sa législation sur celle de son vainqueur, il ci, pour des raisons d'âge ou de santé, décidait
renonça en particulier au sytème familial qui avait de se retirer, il transmettait nom, charge et patri-
cimenté sa cohésion sociale au cours de longs moine à son fils aîné. Cette charge consistait essen-
siècles. Ce système, fondé sur le concept de ie tiellement à assurer les soins dus aux ancêtres, à
(ou «famille-souche»), avait été la pierre angulaire veiller au bien-être des vieux parents et, d'une
de l'idéologie rnilitaro-fasciste. Aux yeux des vain- manière générale, à maintenir ou accroître la pros-
queurs américains, son éradication devait donc périté, la cohésion et le renom de la famille. En cas
conjurer à jamais les risques de récidive. de stérilité ou d'absence d'enfant mâle, l'adoption
Cet ancien système familial, typique d'une d'un héritier (avecou sans lien de parenté) était un~
société agraire et fortement marquée par le confu- pratique courante; celui-ci prenait le nom de sa
cianisme, se caractérisait par la préservation à tout nouvelle famille et se trouvait du coup investi de
prix de la lignée et celui à qui incombait cette tâche la même autorité qu'un héritier «nature!».
,
Si la législation ne porte plus trace de ce système, il va diriger les destinées. Enfin, il n'est pas rare
on rencontre dans le Japon actuel des comportements non plus que des parents à la retraite, misant s
et des choix qui s'inspirent encore de l'esprit du ie la piété filiale de leur fils aîné, attendent de lui quO
et ce, sur trois points de résistance. veille sur leurs vieux jours et leur assure, chez 1
Le premier concerne le culte des ancêtres: on ou à proximité, une existence décente. La sociéŒ
attend de l'aîné qu'il préside les funérailles, qu'il jugera sévèrement un fils aîné qui accepterait, sam
veille à l'entretien de la tombe familiale, qu'il raison évidente, que ses parents aillent en mais -
conserve sur l'autel domestique reliques, tablettes de retraite.
et photos des ancêtres, qu'il organise les réunions Comme très souvent donc au Japon, le pas ~
de famille célébrant les anniversaires de morts, etc. se survit bien dans un cadre législatif forte me .
Il est également considéré comme normal que occidentalisé: on joue sur les deux registres, ce q
l'aîné succède à son père dans le cas d'une entre- donne à la société à la fois souplesse et cohésio
prise familiale (exploitation agricole, échoppe d'ar- Le passé sert encore de repère mais il reste bie-
tisan, commerce, etc.). Comme corroI aire à cet entendu que chacun se conformera à ce qu'on atte
usage, il n'est pas rare qu'en l'absence d'héritier « normalement» de lui en fonction des contrain
mâle, on trouve à la fille aînée un mari qui pren- de la vie moderne. Pression douce mais pressio-
dra, comme fils adoptif, le nom de la maison dont quand même.

3. Entraînement à la rédaction à partir d'un plan, de données chiffrées


de graphiques
3.1. Rédiger à parfir d'un plan
Voici, présentés de manière schématique, les différents types de plans:
• Le plan de type linéaire ou chronologique
C'est par exemple le plan bâti sur une chronologie; on considère successivement
événements, que l'on regroupe souvent en différentes périodes. Cependant, pour é .
la monotonie, on conseille souvent de ne pas suivre trop strictement cet ora
chronologique et de le rompre par des retours en arrière, la mise en exergue d'
fait particulièrement saillant, etc.
Exemples: une biographie, l'historique d'une entreprise, le déroulement d'une opéra'
militaire, etc.
• Le plan bâti sur une opposition
C'est le plan classique « pour »/« contre ». Ce plan est le plus souvent en deux pa
(avantages/inconvénients, par exemple).
Exemples: comparaison de deux programmes électoraux, la télévision est-elle un b'
ou un mal?, avantages et inconvénients de la non-sélection à l'entrée à l'université,
Une variante bien connue de ce plan est le plan thèse-antithèse-synthèse (qui est d'aill
plutôt antithèse-thèse-synthèse puisque, généralement, on réfute d'abord les argum
de l'adversaire avant de présenter les siens propres).
• Le plan construit à partir de regroupements permettant de procéder par catégori
On envisage un phénomène succcessivement sous ses différents aspects.
Exemple: les causes de la Révolution française - causes philosophiques, historiqu
politiques, institutionnelles, etc.
• Le plan bâti sur un raisonnement
Dans un plan de ce type, on examinera d'abord la situation (et, éventuellement sescau
puis on envisagera les conséquences possibles et, le caséchéant, quelles solutions peuv
être apportées.
Bien souvent, c'est une combinaison de cesdifférents types de plans que vous choisir
Cependant, quel que soit le plan que vous adopterez, veillez à ce qu'il soit c1airem
structuré (mieux vaut trop d'articulateurs logiques que pas assez!) et à ce que les di
rentes parties - de préférence, pas plus de quatre - soient de longueur à peu près éga.=

Exercice à partir d'un plan linéaire {(assoupli », par exemple bâti sur une chronolo
avec retours en arrière et mise en valeur de certains éléments.
En vous aidant des données biographiques ci-dessous, rédigez deux paragraphes: l'un
en utilisant dans l'ordre: i - f - h - g; l'autre en utilisant dans l'ordre: a - j - g - h.

ARTHUR RIMBAUD
a. 29 octobre 1854: naissance à Charleville.
b. 1870-1871: premiers poèmes, premières révoltes contre l'autorité familiale, premières
fugues à Paris.
c. Automne et hiver 1871 :rencontre avecVerlaine,fréquentation des cercles littérairesparisiens.
d. 1874: nouveau voyage en Angleterre; rédaction des Illuminations.
e. 1875: abandon de toute activité poétique, début des voyages,activité commerciale (Aden ... ).
f. 1883: premières publications de ses œuvres. Indifférence de Rimbaud.
g. 1886: publication des flluminations.
h. 10 novembre 1891: mort de Rimbaud à Marseille.

Voici un plan détaillé concernant l'histoire des cafés parisiens. En suivant ce plan,
rédigez un texte de 35 lignes environ, avec une introduction de 3 à 4 lignes et une
conclusion de 3 à 4 lignes également.
Les cafés parisiens
- Jusqu'à [m XVIIe siècle, tavernes (vin seulement).
- 1670, le café (Cour de Louis XIV); grand succès, ouverture de «boutiques de café».
- 1686, il signor Procopio ouvre le Procope (qui existe toujours) à Saint-Germain-des-Prés.
Café ou liqueurs, glaces + lire les gazettes + discuter politique et littérature.
1714: 300 cafés à Paris, luxueux, plutôt intellectuels.
- 1788: 1800 cafés.
- 1807: 4000 cafés. (Révolution = nombre des cafés doublé.)
- XIXe siècle: multiplication des «assommoirs où les pauvres se saoulent à l'absinthe.
1)

- Début du xxe: des paysans d'Auvergne (< bougnats »)viennent à Paris; ils vendent et livrent
bois et charbon et dans leur boutique en même temps café. Actuellement encore, 80 %
des garçons de café = Auvergnats.
- Aujourd'hui, cafés bien moins nombreux, fonction sociale différente, on y passe «en vitesse».
Résistent les cafés prestigieux: Les Deux Magots, Le Flore, etc.

Le plan bâti sur une opposition (1)


Dans certaines régions, à titre expérimental, les écoles primaires ont mis en place
la semaine de quatre jours (lundi, mardi, jeudi et vendredi). En contrepartie, les enfants
ont quelques jours de vacances en moins dans l'année. Quels sont les avantages et
les inconvénients de cette organisation? À partir des éléments suivants, construisez
deux textes (l'un pour, l'autre contre) de 20 à 25 lignes chacun.
Avantages
1. Le week-end est libre (donc possibilité de voir davantage les parents; possibilité de se
reposer deux jours de suite; possibilité d'organiser des activités plus longues).
2. Tout le monde sait que les vacances des écoliers français sont trop longues et qu'ils finissent
par s'ennuyer. Leur supprimer quelques jours est une bonne chose.
3. Le mercredi reste libre, ce qui est également une bonne chose (activités sportives, culturelles,
religieuses, etc.).
Inconvénients
1. Du vendredi au lundi, les enfants risquent d'oublier ce qu'ils ont appris (cela crée une
rupture trop longue).
2. Pour les familles qui ont les moyens financiers d'organiser des loisirs pour les enfants, ce
peut être une bonne chose; pour les enfants moins privilégiés, cela peut signifIer deux jours
d'affùée à traîner sans savoir que faire.
3. S'il y a des frères et sœurs au collège ou au lycée, la rentrée ne se fera pas au même momen:,
ce qui pose des problèmes d'organisation.
80 Le plan bâti sur une opposition (2)
Le service militaire en France est supprimé; il est désormais remplacé par une armée
de métier. Cette décision du gouvernement a divisé les Français. Voici les principaux
arguments avancés par les uns et les autres. À partir de ces arguments, rédigez un
texte structuré (avec une introduction, un développement et une conclusion) de 40 lignes
environ. Dans votre texte, vous aurez à présenter successivement les deux argumentaires
puis à proposer votre propre point de vue.
Arguments favorables à la suppression du service militaire
1. C'est un an de perdu pour les jeunes, à un âge où ils ont mieux à faire (trouver un emploi,
continuer ou reprendre des études, etc.).
2. Cela entraîne une rupture par rapport à leur environnement (familial, sentimental, etc.).
3. À l'époque actuelle, on a besoin de vrais spécialistes et non de jeunes gens totalement inef-
ficaces en cas de guerre.
4. De toute façon, beaucoup de jeunes, surtout les fùs de cadres ou professions libérales,
réussissaient à échapper au service militaire en se faisant réformer.
Arguments hostiles à la suppression du service militaire
1. Même s'il n'est pas parfait, le recrutement était relativement démocratique.
2. L'année de service était le seul moment dans la vie où il y avait un réel brassage social, où
les jeunes de tous les milieux pouvaient se rencontrer.
3. Le service militaire pour tous (la conscription obligatoire) est un héritage de la Révolution
française.Faire son service,c'est faire preuve de son sens civique,c'est être pleinement citoyen.
4. Pour certains jeunes en difficulté, l'année du service était l'occasion de faire le point sur
leurs acquis (bilans de compétences, par exemple), d'acquérir une formation professionnelle,
de passer leur permis de conduire, etc.

- 81 Le plan par catégories


Il est question, depuis plusieurs années, que tous les élèves des écoles maternelles et
primaires passent à la semaine scolaire de quatre jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi).
Les enfants entreraient alors en classe une semaine plus tôt que les autres (autour
du 25/26 août). Certains départements appliquent déjà ce calendrier. Cependant,
les critiques sont nombreuses.
1. Regroupez ces critiques en trois catégories: celles qui relèvent du domaine médical,
celles qui relèvent du domaine scolaire et celles qui relèvent du domaine familial.
Certaines critiques peuvent relever de deux ou même trois domaines.
2. Rédigez, à partir de votre plan, un texte de quinze lignes environ (avec une brève
introduction, un développement en trois parties et une phrase de conclusion).
A. Les parents ne sauront pas occuper intelligemment leurs enfants tout un week-end.
B. L'alternance travail intense/repos total est préjudiciable à la santé de l'enfant.
C. Les enfants vont passer tout le week-end devant la télévision. Leur capacité d'attention
en classe en souffrira: ils deviendront des « enfants-zappeurs».
D. n faudra travailler plus intensivement pendant les quatre jours d'école: c'est très fatigant
pour les enfants.
E. La plupart des familles prennent leurs vacances au mois d'août. Ce système les oblige à
écourter les vacances.
F. Le samedi matin, c'est le seul moment où les parents (qui travaillent toute la semaine,
peuvent être un peu tranquilles, faire les courses, etc.
G. Pour arriver à faire tout le programme de l'année dans ces conditions, ce sera très difficile
H. Pour les familles qui ont un enfant en primaire et un enfant au collège ou au lycée, c'es:
un vrai casse-tête puisqu'il y aura deux calendriers différents.
1. Une rupture complètede deux jours est catastrophique:le lundi matin, les enfantsont tout oublié
J. Pour les familles qui ont de l'argent, une maison à la campagne, c'est peut-être intéressan:
mais pour les autres, cela veut dire tout le week-end dans la rue ou devant la télévision.
=S Z-"1 Plan bâti sur un raisonnement
À partir du plan-idées suivant, rédigez un texte construit de 25 lignes, comportant
une introduction très brève, un développement en trois parties (la situation, les causes,
les conséquences) et une rapide conclusion.
La baisse du taux de natalité en France
• La situation
Actuellement, taux de natalité en France = 1,6 enfant par femme (2,8 en 1965 et plus de 3 dans les
années d'après-guerre). Dans les autres pays d'Europe, situation semblable (Italie et Espagne =
1,2; Allemagne = 1,3; etc.).
• Les causes
- On aborde de plus en plus tard l'âge adulte (études plus longues, etc.).
- Les femmes travaillent de plus en plus; concilier travail et famille est problématique.
- Vie urbaine difficile: pollution, logements trop petits, équipements pour les enfants insuffisants, etc.
- Difficultés économiques (les enfants coûtent cher).
- Contraception largement pratiquée (70 % des femmes).
- L« enfant-roi », attentes des parents très grandes.
• Les conséquences
- La population française vieillit (d'où problème des retraites: actuellement, un actif pour deux inactifs
- donc, nécessité de prévoir retraite par capitalisation individuelle et plus seulement par répartition).
- Déséquilibre démographique = risque de déclin de l'Occident.
Mais
- Personnes âgées en meilleure santé qu'il y a trente ans, restent actives.
- Troisième âge = marché intéressant (revenus importants; gros consommateurs).

3.2. Rédiger à partir de données chiffrées


Vocabulaire du commentaire de tableaux chiffrés, de courbes,
de diagrammes, de sondages
• La liste qui vous est proposée ci-dessous n'est évidemment pas close. À vous de la
compléter au fur et à mesure de vos lectures.
- On peut noter ..., on notera que ..., il est à noter que ...
- On peut remarquer que ..., remarquons d'abord ..., une première remarque s'impose: ... ;
si l'on s'en tient à l'essentiel (aux données essentielles / aux phénomènes les plus notables
/ aux traits les plus saillants / aux points les plus significatifs), on remarque que ...
- On constate que ..., on peut constater que ..., une constatation immédiate s'impose: ...
- Soulignons tout d'abord que ..., nous soulignons d'abord ...
- Signalons en premier lieu ..., il semble intéressant de signaler ...
- On voit bien ..., on voit bien que ...
(Tous ces verbes peuvent se construire avec un nom ou avec une subordonnée au mode
indicatif.)
- L'examen des chiffres indique que (montre que .. .)
- Au vu des chiffres, on constate que .
- Un simple coup d'œil sur les chiffres permet de dire que ...
- Une étude un peu attentive (ou un examen un peu attentif) des chiffres indique ...
- Si nous considérons (examinons) les chiffres, nous constatons ...
Augmenter, diminuer, rester au même niveau
• Le pourcentage des... est en hausse, va croissant, croÎt de 4 points, s'accroÎt de 4 points,
a augmenté de 4 points, progresse régulièrement, s'est sensiblement élevé (accru), a
connu une forte augmentation (progression, croissance, hausse), a connu un net
accroissement, est en plein essor.
Le franc suisse a décollé, s'envole, explose, crève le plafond, atteint un niveau record.
• La proportion des... est en baisse, est en chute libre, s'est effondrée, a beaucoup baissé,
a fortement diminué, ne cesse de décliner, a brutalement chuté, a connu une forte
diminution (une forte baisse), a atteint son niveau le plus bas (un niveau-plancher), a
légèrement fléchi (a subi un léger fléchissement).
• Le nombre des... reste stable, n'a guère changé, reste stationnaire (au même niveau),
stagne (connotation négative).
À partir des chiffres suivants (nombre de titres de journaux quotidiens et no
d'exemplaires parus à Paris et en province de 1945 à 1995), indiquez les grandes
téristiques de cette évolution à Paris et en province en essayant de les relier aux
cipaux événements historiques. À votre avis, comment peut-on expliquer cette évolutim::

Évolution de la presse quotidienne à Paris et en province


Paris Province

Titres Tirage Titres Tirage


(en milliers) (en milliers) (en milliers) (en milliers)

1945 26 4606 153 7532

1950 16 3678 126 7256


1

1955 13 3779 116 6823

1960 13 4 185 98 7170

1965 13 4211 92 7857

1970 1 13 4278 81 7587


1 1

1975 12 3 195 71 7411


Rappel
1980 12 2913 73 7535 - 40 millions d'habitants en :.
- 46 millions en 1960
1985 12 2777 70 7109
- 52 millions en 1975
1990 11 2657 68 7084 - 56 millions en 1990
- un peu plus de 58 millions
1995 10 2532 65 7053 aujourd'hui

Rédigez un commentaire d'une quinzaine de lignes reprenant l'essentiel de


informations à partir des trois documents suivants:
1. courbe de l'espérance de vie en France de 1800 à 1980;
2. données chiffrées sur l'espérance de vie actuelle des hommes et des femmes en Fr
3. chiffres sur l'inégalité des Français devant la mort.
DOCUMENT 1
Taux de natalité et de mortalité depuis 1800
(Nombre annuel de naissances et de décès pour 1000 habitants)

,,- \

Taux de natalité 1
l "
._

1 .••••.••••••• ,
Taux de mortalité
'- _.-.,
\
\ ,-,
\ •..,,"" '.. - .... - .•..•.

5
1800 1810 1820 1830 1840 18501860 187018801890 1900 1910 1920 1930 19401950 1960 1970 1980 1990 •
DOCUMENT 2
Espérance de vie à la naissance pour les hommes
et les femmes en France entre 1980 et 1998
1980 1985 1990 1995 1998
1 1

Hommes 70,2 1
71,5 72,7 73,8 74,6
1

Femmes 78,4
1
79,5
1
80,9
1
81,9 82,2

DOCUMENT 3
Vous avez 35 ans. Voici le nombre d'années qui vous restent à vivre (en moyenne, naturellement)
selon que vous êtes:
- professeur: 43,5 ans - ouvrier spécialisé: 37,2 ans
- agriculteur: 40,4 ans - personnel de service: 36,2 ans
- employé de bureau: 38,7 ans - manœuvre (non spéc.): 34,S ans

~ Commentez de manière personnelle - en une quinzaine de lignes - ce tableau concernant


l'évolution des temps moyens d'une journée moyenne entre 1986 et 1999.

Hommes Femmes
En minutes par jour
1986 1999 1986 1999
Activités à dominante féminine'
Couture 0 0 18 9
Entretien du linge 2 2 37 28
Ménage 9 11 57 67
Soins aux enfants et aux adultes 6 7 34 28
Cuisine 14 14 75 69
Vaisselle 10 8 39 28
Total 41 42 260 229
1
Activités mixtes'
Jeux, éducation des enfants 5 6 9 10 1, Ont été considérées com-
Courses 18 27 28 37 me activités « féminines» ou
Soins aux animaux domestiques 6 7 4 5 « masculines» celles dont la
Comptes et démarches 6 7 4 5 réalisation est assurée à
Total 35 47 45 57 plus de 60% par des femmes
ou des hommes; celles aux-
Activités à dominante masculine' quelles les deux sexes par-
Entretien et divers 10 8 4 3 ticipent avec une intensité
Jardinage 25 22 9 9 sensiblement égale ont été
Bricolage 32 41 2 5 qualifiées de « mixtes »,
Total 67 70 15 17 Champ: ensemble des indi-
vidus de 15 ans et plus vivant
Ensemble 143 160 320 303 en couple.
INSEE, enquêtes Emploi du temps 1986 et 1999,
in France, portrait social 1999-2000, p. 140,

'~Q Voici un tableau présentant l'évolution de la structure de la consommation des Français


entre 1970 et 1997. On constate par exemple qu'en 1970 les Français consacraient plus
du quart de leur budget à se nourrir et près de 10 % à se vêtir. En vous référant à ce
tableau, répondez en quatre à cinq lignes aux deux questions suivantes.
1. Comment expliquez-vous qu'en France, comme dans tous les pays économiquement
comparables (Allemagne ou Grande-Bretagne, par exemple), le poste de dépense « alimentation)}
tende à diminuer régulièrement depuis vingt-cinq ans?
2. Comment expliquez-vous que le poste « santé)} ait aussi fortement augmenté?
Coefficent budgétaire (en %) Montant 1997

1970 1997 (en milliards de francs)


1

Alimentation, boissons, tabac 26,0 17,9 871,0


(dont: viandes, fruits frais, tabac) (7,4/7,4/7,5) (4,4/0,7 /7,5) (273,6/39,4/75,3)
Habillement 9,6 5,2 252,8
~ogement, chauffage, éclairage 15,3 22,5 1092,9
Equipement du logement 10,2 7,3 356,6
Santé 7,1 10,3 498,0
Transports, communications 13,4 16,3 789,5
(dont: automobiles) (2,6) (2,7) (732,7 )
Loisirs, culture 6,9 7,4 360,8
(dont: matériel électronique) (0,8) (0,6) (37,7 )
Autres biens et services 11,5 13,1 635,7

Consommation finale des ménages 100,0 100,0 4857,3

91
4. Préciser, nuancer, reformuler
4. ,. Employer le mot juste

87 Dans les phrases suivantes, remplacez faire et mettre par des verbes plus précis.
1. Son directeur de maîtrise lui a faii des compliments et, en effet, il a fait une prouesse:
imaginez qu'il a fait - et très bien 1 - son mémoire en trois mois alors que la plupart des
étudiants mettent au moins un an à }.7ire ce travail.
2. Ce jour-là, je rencontrai Michel Rozier qui faisait sa promenade quotidienne et je ne pus
m'empêcher de lui faire quelques plaisanteries sur son activité: « Vous faites là un drôle
de métier, lui dis-je. Quoi? Vous faites t011"les discours du président; il vous charge de faire
tous ses textes, on le complimente à propos de son style et cela ne vous fait pas ombrage? )}
3. Pour bien comprendre le déroulement des opérations, le capitaine mit la carte au mur; il
mit de petits drapeaux de couleur aux endroits stratégiques occupés par l'une et l'autre
armée. Dès qu'une nouvelle lui parvenait du front, il faisait les changements nécessaires.
C'est avec passion que chaque jour, il faisait ce travail.

88 Même consigne avec problème: vous devez trouver cinq mots plus précis que
« problème ».
Le problème est de savoir si l'on va régler le problème entre ces deux pays par la force ou par
la négociation. Bien évidemment, la négociation est toujours préférable mais l'on risque de
se heurter à certains problèmes qui seront difficiles à dépasser. Le problème est d'autant plus
grave qu'il y a un autre problème inquiétant: celui de la sécheresse qui risque d'accentuer la
dramatique situation des populations de toute cette région.

89 Dans les phrases suivantes, quel mot, parmi ceux qui vous sont proposés, vous semble
convenir le mieux? Vous devez utiliser tous les mots proposés (une fois chacun).
croissance - augmentation - agrandissement - extension - développement - hausse.
1. Le gouvernement a annoncé que la ..... des prix pour novembre était de 0,2%.
2. Pour l'année qui vient, les experts de l'OCDE tablent sur une ..... de 2% du PNB dans
la plupart des pays de l'Union européenne.
3. On craint une ..... des combats dans l'est du pays.
4. Le directeur des Nouvelles Galeries prévoit un ..... de ses magasins dont la surface passerait
à près de 3 000 m2.
5. Le ..... de nos affaires exige une ..... du capital.
90 Quel est le sens exact des expressions suivantes? Quel énoncé correspond à la phrase
initiale?
1. Il a réfuté cette théorie.
a. Il a admis qu'elle était fausse.
b. Il a refusé d'en tenir compte.
c. Il a démontré qu'elle était fausse.
2. Il a laissé entendre qu'il y avait eu des irrégularités lors des élections.
a. Il a insinué qu'il y avait eu des irrégularités.
b. Il a refusé d'admettre qu'il y avait eu des irrégularités.
c. Il a dit haut et fort à tous ceux qui voulaient l'entendre qu'il y avait eu des irrégularités.
3. Elle soutient qu'il ignorait tout de cette histoire.
a. Elle souligne qu'il ignorait tout de cette histoire.
b. Elle prétend qu'il ignorait tout de cette histoire.
c. Elle suppose qu'il ignorait tout de cette histoire.
4. Il affecte de croire que cette affaire est réglée définitivement.
a. Il fait semblant de croire que cette affaire est réglée définitivement.
b. Il est très affecté car il croit que cette affaire est réglée définitivement.
c. Il se refuse à croire que cette affaire est réglée définitivement.
5. Il se défend d'être à l'origine de cette rumeur.
a. Il dit qu'il n'est pas à l'origine de cette rumeur.
b. Il interdit les accusations selon lesquelles il serait à l'origine de cette rumeur.
c. Il défend son droit d'avoir propagé cette rumeur.

91 Synonymie et changement de construction


Souvent, pour varier vos tournures, vous allez utiliser un synonyme. Attention aux
changements de construction que cela peut entraîner. Répondez aux questions suivantes
en utilisant le verbe synonyme (ou quasi synonyme) entre parenthèses. Opérez les
changements de construction nécessaires. Attention! le changement de construction
implique un changement de pronom.
Exemple: - Je me rappelle cet heureux temps. Et toi? (se souvenir)
- Oui,je m'en souviens bien. (je me souviens de ce temps)
Je me le rappelle (construction directe: se rappeler quelque chose) mais je m'en
souviens (construction indirecte: se souvenir de quelque chose).
1. - Il m'a annoncé sa décision hier soir. Et toi? (faire part)
- Moi aussi, ...
2. - Tu utilises tous les jours ta voiture? (se servù~
-Non, ...
3. - Elle fait partie de ce groupe de travail ou non? (participer)
- Bien sûr, ...
4. Ils ont contesté cette décision? (s'opposer)
- Oui, fmalement, ...
5. - Alors, tu as fini par triompher de ton vertige? (vaincre)
- Oui, je pense que ...
o~------------
4.3. Attention aux énoncés syntaxiquement incorrects ou ambigus
Parfois, certaines phrases sont incorrectes par manque de cohérence syntaxique: c'est
le sujet qui commande la phrase. Cette incohérence peut être évidente, par exemple
dans la phrase: (( Trop courte, elle était ridicule avec cette robe» où l'on comprend bien
que c'est la robe et non la fille qui est ((trop courte ». Cependant l'incohérence est
souvent beaucoup plus difficile à déceler.
D'autre part, certaines phrases peuvent être ambiguës, en particulier à cause des pronoms
(par exemple dans la phrase ((je lui parle», si l'on ne connaît pas le contexte, on ne
sait pas si lui est masculin ou féminin).

Les phrases suivantes sont toutes soit incorrectes) soit ambiguës. Reformulez-Ies de
manière à les rendre claires.
1. En vous remerciant à l'avance de votre amabilité,veuillezcroire, cher Monsieur, à l'expression
de mes sentiments distingués.
2. Il m'a donné son adresse pour lui écrire cet été.
3. Afin de terminer mon travail, le chef de service m'a demandé de rester un peu plus tard
au bureau ce soir.
4. Le malheureux n'a pas de chance: en sortant de chez lui, un automobiliste l'a renversé.
5. Cet automobiliste a donc heurté ce piéton qui a été blessé et a pris la fuite.

Remarque
On, source fréquente d'ambiguïté
Comme vous le savez (cf. activité 40), on peut avoir différents sens en français:
- Victor et moi, on s'entend bien. (on = nous)
- En France, on préfère le vin à la bière. (on = les gens en général)
- Chut, écoute, je crois qu'on a sonné. (on = quelqu'un)
- Dans cet exposé, on cherchera à expliciter les raisons d'un tel comportement. (on = je)
- Alors, ma belle, on s'est levée tôt ce matin! (on = tu ou vous)
On est donc un mot utile puisqu'il peut remplacer toutes les personnes. On comprend qu'il
soit utilisé aussi intensivement. Mais une successionde on peut entraîner une confusion.

Dans la phrase suivante) quel sens attribuez-vous aux différents on?


On n'aime pas beaucoup, quand on va au cinéma et qu'on a simplement envie de s'y divertir,
qu'on nous raconte des histoires tristes ou des histoires tellement compliquées qu'on n'y
comprend rien, surtout lorsqu'on voudrait nous faire croire qu'il s'agit de pensées profondes.

4.4. Attention à respecter les différents registres de langue


On distingue généralement trois registres (ou niveaux) de langue:
1. Le registre soutenu, recherché, élégant (lorsqu'il est trop recherché, on le qualifiera
de précieux, d'affecté, de prétentieux), que l'on rencontre surtout à l'écrit ou dans des
discours préparés et prononcés en public.
Caractéristiques: syntaxe complexe (enchaînement de subordonnées, par exemple),
relations logiques marquées, vocabulaire étendu, recherche du mot juste.
2. Le registre standard, courant. C'est celui qu'utilisent par exemple deux adultes qui
se connaissent peu ou celui que l'on utilise dans l'écrit courant. .
3. Le registre familier: c'est celui que l'on emploie dans les échanges quotidiens avec les
amis ou la famille.
Caractéristiques: syntaxe plus relâchée Quxtaposition de phrases courtes, ruptures de
construction), lexique moins nuancé, abondance de mots passe-partout (chose, truc,
machin, problème, situation ... ; faire, mettre ...), approximations.
On distingue parfois un quatrième registre, le registre vulgaire. Nous n'en parlerons pas
ici car vous ne le rencontrerez pas dans le cadre de l'examen auquel vous vous préparez.
W Dans les phrases qui suivent, le verbe indique toujours une idée de reproche, de blâme.
En vous aidant de votre dictionnaire si besoin est, classez ces verbes en trois catégories:
plutôt soutenu / plutôt standard / plutôt familier.
1. L'auteur de ce texte engage la controverse avec les tenants de la philosophie post-moderne
et leur décoche quelques flèches bien senties, non exemptes de raillerie.
2. L'auteur de cet ouvrage fustige l'attitude des pouvoirs publics, incapables, selon lui, de sortir
d'une prudente expectative dans le domaine de l'immigration.
3. L'auteur de cet article ne mâche pas ses mots: la réduction du travail à 35 heures est pour
lui un non-sens, une absurdité, une hérésie économique.
4. La ministre déplore que le projet de loi sur la taxation du gas-oil ait été remis à plus tard.
5. Le directeur a secoué les puces à tous ceux qui en prenaient à leurs aises avec les horaires.
6. Cet homme politique qui, on le sait, aime ferrailler avec ses adversaires, a cloué le bec à
son contradicteur de manière magistrale.
7. On ne peut s'empêcher de réprouver l'attitude des pouvoirs publics en cette occasion.

~s: Voici 16 verbes. En vous aidant de votre dictionnaire si besoin est:


1. classez-les en deux séries de huit quasi-synonymes (il ne s'agit pas de verbes
strictement synonymes) ;
2. classez-les, à l'intérieur de chaque série, en:
- langue soutenue;
- langue standard;
- langue familière (ou vulgaire).
réprimander - tancer - remercier - gronder - congédier - blâmer - renvoyer - licencier -
engueuler - virer - vider - sermonner - chapitrer - admonester - foutre dehors -
révoquer.

Les phrases suivantes, extraites de copies d'étudiants, sont compréhensibles mais elles
sont lourdes et leur style est trop relâché pour un travail écrit de type universitaire.
Modifiez-les en les rendant plus concises et en utilisant un registre plus « académique ».
n existe différentes solutions.
1. Dans le texte qui nous est proposé, l'auteur nous explique pourquoi il n'est pas d'accord
avec le fait que le gouvernement supprime les allocations familiales pour les familles qui
ont un revenu supérieur à 25 000 francs par mois.
2. L'article du Monde nous dit que c'est parce qu'il n'y a plus assez de crédits pour entretenir
le matériel en 1998 que l'armée se voit dans l'obligation d'immobiliser au sol 26 Mirage 2000,
ce qui fait à peu près 8 % de la force aérienne de combat dans notre pays.
3. L'IFOP a publié il y a quelques jours une enquête qui expliquait que plus de la moitié
des fumeurs (53 % exactement, qui sont surtout soit des gros fumeurs soit des gens âgés
de plus de 35 ans) disent qu'ils ont déjà fait au moins une tentative dans leur vie pour
arrêter de fumer.

y 4.5. Reformuler

Reportez-vous à l'activité 42. Reformulez cet article de manière objective, neutre, en


supprimant les modalités appréciatives. Votre compte rendu ne doit pas dépasser 5 lignes.
Ç) 8 Même travail à partir de cet article dont vous ferez un compte rendu neutre de 8 lignes
maximum.

Une jeune étudiante musulmane, de pendant une semaine, logée et nour- avons demandé gentiment, non pas
nationalité française, qui devait faire rie chez ces récoltants-manipu- de le retirer mais de se retirer», ont-
les vendanges en Champagne, s'est lants », a précisé Me Ludot, avocat. ils déclaré estimant qu'il se serait
fait refouler dès son arrivée par les « Dès son arrivée dans la propriété, posé «un problème de cohabita-
viticulteurs qui l'avaient embauchée ses employeurs lui ont fait com- tion».
sous prétexte qu'elle portait un fou- prendre qu'elle ne pouvait rester», «Ma cliente, de père français catho-
lard islamique. a poursuivi l'avocat, et «ceci en lique et mère algérienne musul-
Le couple d'exploitants a fait l'ob- dépit de l'existence d'un contrat de mane, avait déjà fait les vendanges
jet d'une citation directe en correc- travail signé». «Nous avons 40 ven- l'an dernier, dans le vignoble aubois
tionnelle pour discrimination et dangeurs, dont certains sont musul- et, tout en portant le foulard, n'avait
comparaîtra le 29 octobre devant le mans, mais pour éviter tout trouble rencontré aucun problème », a sou-
tribunal de Châlons-sur-Marne. ou toute réaction hostile, dans son ligné Me Ludot. «J'ai demandé que
«Ma cliente, Naoual Davienne, 23 intérêt à elle, le port de son fou- le couple soit poursuivi sur la base
ans, étudiante en biologie, s'est pré- lard aurait pu lui porter préjudice », de l'article 225 du code pénal rela-
sentée mardi soir chez des viticul- ont confirmé les viticulteurs dans tif à la discrimination, notamment
teurs d'Étoges, au sud d'Épernay, des déclarations faites à un huissier. à l'embauche ou au licenciement»,
où elle devait faire les vendanges «Dans ces conditions, nous ne lui a-t-il conclu.

Objectifs spécifiques

1 l
une
Répondre aux différents types de questions
1. Premier type de questions
Expliquer un point particulier du texte (le titre, un mot, une expression ou une phrase,
information
Attention!
chiffrée, etc.).
vous devez toujours donner le sens de ce mot ou de cette phrase dans son
contexte précis (quel sens particulier a-t-il dans ce contexte ?).

99 Lisez le texte suivant consacré aux vacances des Français puis répondez aux trois
questions suivantes.
1. Comment comprenez-vous l'expression <desacro-saint pont de l'Ascension) ?
2. À quelle partie du texte correspond la photo p. 51 ? Proposez une légende pour cette photo.
3. Quel est le ton de la dernière phrase? Reformulez cette phrase de manière plus neutre.

L es Français ont obtenu leurs premiers congés payés en 1936, au moment du Front populaire.
Pour la première fois, ils allaient pouvoir prendre des vacances tout en étant payés. On imagine
mal aujourd'hui à quel point cette loi révolutionna les esprits. De nombreux photographes ont immor-
talisé cet été 36 qui vit partir sur les routes, à bicyclette, tant de familles qui n'avaient jamais vu la
mer. La mer qui, pour tant de générations, avait représenté l'inaccessible rêve, l'espace infini, «luxe,
calme et volupté ». Deux semaines de congés payés en 1936 et trois exactement vingt ans après (1956).
Pompidou accorda ta quatrième semaine en 1969, Mitterrand la cinquième en 1982. Dans la réalité,
si l'on compte le sacra-saint «pont» de l'Ascension, les lundis de Pâques ou de la Pentecôte, le 1er Mai,
te 8 Mai, te 14 Juillet, le 15 Août, le 1" et le 11 Novembre (et j'en oublie sans doute), on dépasse
souvent assez largement les cinq semaines de congés payés.

Q ue font les Français de ce temps libre? Pour les trois quarts, ils partent et si leur destination
favorite est toujours la grande bleue, comme du temps de leurs grands-parents, cet engoue-
ment a significativement diminué. Lescitadins sont de plus en plus nombreux à redécouvrir les charmes
de la campagne et le «tourisme vert». Campagne française! Huit Françaissur dix restent dans l'Hexagone
et ceux qui s'aventurent à l'étranger (en Espagne, le plus souvent) ne s'éloignent guère des plages.
Lisez ce texte qui concerne l'aménagement du Grand Louvre et répondez aux trois
questions qui suivent.

L
orsqu'en 1981, le nouveau gouvernement décide de réorganiser
le Louvre et de rendre tout l'espace à sa vocation première (un
musée), il fallut procéder au déménagement du ministère des
Finances,ce qui suscita bien des protestations de la part des fonctionnaires
qui furent «exilés» à Bercy.
Le musée lui-même était très délabré et l'on décida de le réaménager
totalement.
Sur la nécessité d'agir, il y avait consensus mais les passions se
déchaînèrent dès que fut connu le projet architectural. Saforme pyramidale
était comme le signe même de la folie des grandeurs du président,
que le Canard enchaÎné surnomma tout de suite Miterramsès ou encore
Tontonkhamon. On cria d'autant plus au scandale que l'architecte,
Ieoh Ming Pei, avait été choisi par Mitterrand sans même qu'un concours
eût été organisé.
Pour que cette Pyramide fût construite, il fallait l'accord du maire
de Paris. Chirac appréciait le projet mais devait tenir compte de l'avis des
Parisienset le tollé était quasi général. C'était, à les en croire, un sacrilège,
un scandale: comment pouvait-on envisager de toucher à un espace
aussi chargé d'histoire? La xénophobie s'en mêla: pourquoi un architecte
« sino-américain » et non un Français?
Enthousiaste, Mitterrand voulait absolument que Pei réalise cette
pyramide; ce dernier, qui tenait aussi beaucoup à son projet, se dépensa
sans compter, à sa manière affable, discrète et pédagogique, pour
convaincre les uns et les autres.
Aujourd'hui, les Parisiens plébiscitent le Grand Louvre dont ils sont
très fiers et la Pyramide, à laquelle, finalement, ils se sont fort bien habitués.

1. Pourquoi le mot « exilé)} (ligne 5) est -il placé entre guillemets?


2. Que signifie l'expression « se dépenser sans compter)} (lignes 22-23) ?
3 . De quoi accusait-on précisément François Mitterrand?
La violence augmente-t-eIJe? cloîtré chez soi, on investit dans des portes blindées, des inter-
Si l'on devait en croire les médias, la violence serait un phé- phones, des judas, des entrebâilleurs ou des chiens, féroces
nomène propre à cette fin du xxe siècle. On entend souvent de préférence.Avant de sortir, on boucle sa maison et on glisse
dire que l'émergence de la violence naît des frustrations négligemment dans son sac à main une bombe lacrymogène.
de ceux qui ne peuvent accéder aux délices de la société de Au cas où ...
consommation. Et Dieu sait si leur nombre augmente, en En fait, tous les historiens sont formels: la violence était
ces temps de crise et de chômage! bien pire dans les siècles passés.Au Moyen Âge, les tire-Iaine
Alors, les angoisses diffuses se précisent, deviennent peurs étaient légion et s'aventurer seul dehors, la nuit tombée,
puis terreurs. Dégradations, rapines, attentats, le mythe de la était très risqué. Il existe encore aujourd'hui à Paris une rue
violence gratuite s'épanouit en cette fin de millénaire: la ville Vide-Gousset, en mémoire de ces malandrins qui détrous-
devient une jungle, le métro un coupe-gorge et chaque pas- saient prestement les passants.
sant croisé à la tombée de la nuit en un quartier un peu désert, La mort violente était beaucoup plus présente qu'aujour-
un agresseur en puissance. Bientôt, nos villes,jadis si paisibles, d'hui : guerres, pillages, révoltes écrasées dans le sang, tor-
ces villes où il faisait si bon vivre, où régnait la convivialité tures et exécutions publiques, crimes de sang, viols ... ,la vio-
et où la solidarité était de règle, nos villes deviendront aussi lence faisait hélas partie de la vie quotidienne.
dangereuses que New York, qui cristallise toutes nos hantises. On a toujours tendance, et c'est bien humain, à idéaliser le
Alors,nous aussi, comme à New York, par crainte des attaques passé. En l'occurrence, cette nostalgie d'un supposé « âge
ou des cambriolages, on s'enferme à triple tour, on reste d'or» est sans fondement aucun.

1. Comment comprenez-vous la phrase: (1 New York, qui cristallise toutes nos hantises» ?
2. (lAvant de sortir, on glisse négligemment dans son sac à main une bombe lacrymogène.
Au cas où ... » Que pensez-vous de l'emploi de l'adverbe négligemment dans ce contexte?
3. Relevez tous les synonymes du mot peur et classez-les selon leur degré d'intensité.

Politesse traditionnelle qu'ils sortiront de l'univers doux et harmonieux rai les enfants «moins polis» qu'avant, ils s'en
et politesse informelle où ils peuvent être naturellement polis, ils se retrou- rejettent mutuellement la responsabilité, lesparents
La politesse traditionnelle, héritée du XIX' siècle, veront totalement démunis. " De cette «nouvelle» accusant l'école et l'école les parents. À l'intérieur
très formelle (on emploie certains mots et pas politesse, la plupart des éducateurs sont d'ailleurs des familles, la politesse suscite également des
d'autres), hiérarchisée, avec des formes réservées revenus. Alors, ils se remettent à enseigner les conflits entre les générations.
aux enfants, et enseignée par «dressage», sub- «formes». Simplement, ils ne les transmettent Derrière l'évolution de la politesse, se cache aussi
siste. «Cette politesse de façade (respecter les conve- plus de la même manière. Françoise Dolto et les l'évolution de la place de l'enfant, de son sta-
psychanalystes de l'enfance sont passés par là: on tut, de ses droits et de ses relations avec les adultes.
nances, cacher ses sentiments) reste un facteur de
ne peut pas «foroer" un enfant à être poli. On met Et il est de plus en plus admis qu'au plan humain
discrimination sociale important, précise Sophie
en jeu le plaisir, ou l'utilité. «Merci» et «s'il te du moins, l'enfant est l'égal de l'adulte. Les
Duchesne, notamment dans les relations profes-
plaît" sont ainsi présentés comme des «mots enfants ne vouvoient plus leurs parents, ne se tai-
sionnelles, où elle domine encore. »
magiques,,: on montre à l'enfant qu'en les sent plus à table. Ils ont droit au moins au même
Elle cohabite désormais avec une «nouvelle" poli-
employant, il peut obtenir ce qu'il veut. «Avec le respect que leurs aînés ...
tesse, plus informelle: peu importe les formes, risque, souligne Sophie Duchesne, qu'il ne soit Mais cela n'implique pas que les adultes puissent
du moment que l'intention y est; autrement dit, poli qu'avec ceux dont il attend quelque chose ... » se dédouaner du devoir de transmettre. «Le pire
un enfant n'est pas obligé de dire «bonjour
est de ne rien dire à l'enfant dans ce domaine, de
madame », il peut se contenter d'un sourire ou Des notions confuses le laisser dans le brouillard, conclut Sophie
d'une marque d'attention ... Mais cette «politesse pour les parents Duchesne. Peu importe qu'on exige de lui un
du cœur» est en réalité beaucoup plus exigeante Lesadultes, en somme, sont rarement d'accord sur sourire ou de dire bonjour, l'important c'est
pour l'enfant, car on lui demande d'avoir envie ce qu'est la «vraie" politesse ou la« bonne» édu- d'attendre qu'il manifeste d'une manière ou
«naturellement» d'être aimable avec les autres, cation. «Ces notions restent confuses, constate d'une autre que les autres existent pour lui.
de les respecter. «Finalement, souligne la socio- Sophie Duchesne. Autour des questions les plus Transmettre à un enfant la politesse, c'est aussi
logue, on demande à l'enfant de faire preuve d'une simples, les avis divergent. Faut-il, par exemple, lui transmettre la vision qu'on a de lui et des
socialisation extrêmement aboutie, de parcourir exiger d'un enfant qu'il dise "s'il te plaît" pour lui autres, de la place de chacun dans la société,
en quelques années de sa vie le cheminement de servir à goûter? Certains pensent que oui et res- de la société à laquelle on croit. Si personne n'ose
siècles de civilisation. tent intransigeants. D'autres, au contraire, esti- plus dire ce qu'il ressent en matière de politesse,
Cette conception de la politesse, ajoute-t-elle, est ment qu'il s'agit d'un chantage odieux. Mais ils il risque de ne plus rien y avoir à transmettre.»
encore plus discriminante, car seule une poignée abordent rarement le sujet entre eux.» Alors, au-delà de nos divergences, osons trans-
de privilégiés peuvent se passer des formes. La La politesse est aussi l'objet de conflits entre les mettre et parlons-en!
majorité des enfants n'en sont pas capables: dès enseignants et les parents: s'ils trouvent en géné-

La Croix, 17/10/97.
1. Pourquoi, dans le premier paragraphe, le mot dressage est-il placé entre guillemets?
2. Dans le texte, quelle est l'expression qui serait l'opposé de politesse de façade» ? En (1

quoi ces deux types de politesse s'opposent-ils?


3. Dans quelle phrase Christine Legrand explique-t-elle quel est le devoir des parents en
ce qui concerne la politesse de leurs enfants?
o 2. Deuxième type de questions
Mise en relation de deux éléments du texte ou de deux informations (pour les opposer,
pour les rapprocher, pour exprimer en quoi elles sont complémentaires); comparaison
avec la situation dans votre propre pays.
Confronter, établir des comparaisons
Quelques expressions utiles:
• pour regrouper:
- des verbes: comparer, rapprocher, établir un parallèle entre deux faits; ces deux
phénomènes se ressemblent, peuvent être mis en relation;
- des adjectifs: ces deux faits sont semblables, similaires, équivalents, peu différents,
comparables;
- des noms: on remarque une certaine similitude, ressemblance, proximité entre les
deux attitudes
• ... et pour opposer:
- des verbes: les deux théories s'opposent l'une à l'autre, se différencient l'une de l'autre,
diffèrent, divergent;
- des adjectifs: ces deux opinions sont opposées, sont dissemblables, sont contraires,
sont contradictoires, sont totalement (nettement, légèrement) différentes;
- des noms: il existe une profonde contradiction entre ces deux théories, une divergence
de vues, un désaccord.

=t-:0J'.'Sl Reprenez le texte de l'activité 101 et répondez à la question suivante en 8 lignes environ.
Dans votre pays, existe-t-il, comme en France, un sentiment d'insécurité croissant?

IiRt04-~Voici cinq opinions à propos d'une éventuelle privatisation d'Air France. Les quatre
premières personnes interviewées ne seraient pas hostiles à cette privatisation.
Quelle est l'opinion qui, à votre avis, se rapproche le plus de celle de Nicolas Da
Silva Seabra? Quelle phrase vous a aidé à effectuer le rapprochement entre les deux
points de vue? (5 lignes)

Seriez-vous choqué par une privatisation d'Air France?


• Nicolas Da Silva • Arnaud ·Alain • Fabienne • Riad
Seabra Gobron Delbove Leberre Bourguiba
• 21 ans • 23 ans • 59 ans • 40 ans • 23 ans
• Plombier • Militaire • Styliste • Mère au foyer • Serveur
- Soissons (02) -Taverny (95) - Cannes (06) - Clamart (92) - Paris (Ville)
« Ce ne serait pas plus « La privatisation, « Ce serait bien de pri- « Ce ne serait pas pire « Je ne suis pas favo-
mal. Les alliances que si c'est bon pour la vatiser et cela amélio- que la privatisation de rable du tout à une
cela permettrait de compagnie, tant mieux. rerait l'image de la Renault. C'est une privatisation.
passer avec d'autres Personnellement cela compagnie: les perche tendue pour Air France, c'est un
compagnies devraient ne me gênerait pas Francais qui achète- sauver l'emploi. Il n'y a symbole, comme l'était
déboucher sur une qu'Air France devienne raient des actions pas d'autre solution. le paquebot "France".
augmentation de une entreprise privée. auraient le sentiment Air France rencontre Personnellement,
l'activité et la création D'autant que cela d'être propriétaires actuellement des pro- j'ai toujours choisi Air
de nouveaux emplois. pourrait représenter d'un petit bout d'avion. blèmes pour se déve- France pour voyager
Ces liens permet- une bonne affaire d'en Mais personnellement, lopper et l'entreprise plutôt que les compa-
traient à Air France devenir actionnaire: je n'en achèterais pas: risque d'être victime de gnies étrangères.
d'être plus forte pour comme moi-même qui il n'y a que les inves- la concurrence étran- Il ne reste déjà plus
affronter la concur- suis plutôt satisfait du tissements à risques gère. Mais si on décide beaucoup de soçiétés
rence étrangère. service d'Air France, qui rapportent et Air de privatiser, il faudra nationalisées. L'Etat
De plus en plus, ce je crois que beaucoup France ne sera pas préserver un pourcen- liquide tout et il n'y
seront des grands de gens préfèrent une affaire de ce type. tage du capital pour aura bientôt plus rien.
groupes qui géreront voyager français.)} J'ai toujours voyagé éviter que toutes les En plus, la privatisation
tout. La SNCF non plus sur cette compagnie et actions soient ache- serait, c'est certain,
ne pourra pas rester j'en suis satisfait.)} tées par les Allemands un coup dur pour
indépendante très ou les Anglais.)} l'emploi.»
longtemps. )}
1{))' Lisez rapidement l'introduction de ce texte puis la première partie (sous-titrée
«Aujourd'hui»), qui est assez longue mais facile d'accès. Répondez ensuite à la question
qui se trouve à la fin du texte, page suivante.

Pourquoi la faim persiste-t-elle dans un monde où domicile fixe, personnes âgées, mais aussi jeunes
théoriquement, chaque être humain dispose de 2700 ayant quitté leur famille et ne percevant pas d'aides
calories(l) pour se nourrir, soit largement plus que sociales;
ses besoins physiologiques (estimés en moyenne à - dans les pays en développement, les disponibilités
2200 calories) ? aussi sont suffisantes: les quelque 4 milliards et demi
Les 750 millions de personnes qui, aujourd'hui, ne de personnes du tiers monde pourraient, si la nour-
mangent pas à leur faim augurent-elles de lende- riture était également répartie, disposer chacune de
mains plus sombres encore, parce que la terre a atteint 2500 calories par jour, soit près de 20 % de plus que
des limites naturelles, au-delà desquelles il n'est plus leurs besoins! Pourtant, 750 millions de personnes
possible d'accroître la production alimentaire? En souffrent de malnutrition. Pourquoi?
clair, courons-nous à la famine, comme le prédi- 1) parce qu'elles ne produisent pas suffisanunent
sent certains auteurs? pour subvenir à leurs besoins: trois quarts d'entre
Telles sont les deux questions clés soulevées par elles sont des ruraux, dont la plupart pratiquent une
ce Cahier français consacré aux problèmes alimen- agriculture d'autosubsistance précaire dans des
taires dans le monde. régions isolées, enclavées ou marginales sur le plan
Les réponses apportées à ces questions sont large- climatique,
ment développées dans les articles qui suivent, tous 2) parce qu'elles sont trop pauvres pour ache-
rédigés par des spécialistes reconnus des questions ter la nourriture qu'elles ne produisent pas elles-
agricoles et alimentaires. mêmes, quand bien même celle-ci serait disponible
Résumons-les en quelques données essentielles. dans leur environnement proche,
3) parce que leurs habitudes alimentaires sont
Aujourd'hui souvent néfastes, notamment pour les jeunes enfants,
La faim persiste dans un monde d'abondance parce entretenant une malnutrition d'ignorance que l'édu-
que la nourriture est mal répartie. Le problème de cation, et notamment l'éducation des mères, per-
l'injustice de la répartition n'a rien à voir avec celui mettrait de résoudre.
des disponibilités: Enfin, une trentaine de millions de personnes souf-
- dans les pays développés, 1,2 milliard de personnes frent de la faim parce qu'elles vivent dans des pays
disposent en principe, chacune, de plus de 3400 calo- en guerre, sont victimes de famines, parfois déli-
ries par jour, soit 50 % de plus que leurs besoins, bérées, et dépendent de l'assistance alimentaire inter-
mais chômage et exclusion ont provoqué la résur- nationale pour survivre: le monde compte environ
gence d'une nouvelle pauvreté, qui se traduit, entre 25 millions de réfugiés et autant de déplacés (per-
autres, par des carences alimentaires chez les per- sonnes ayant dû quitter leur foyer sans toutefois fran-
sonnes les plus vulnérables et les plus isolées: sans chir de frontières).

Disponibilités alimentaires par habitant destinées à la consonunation humaine directe,


données historiques et projection (calories/jour)
1961-1963 1969-1971 1979-1981 1990-1992 2010
Pays en développement (a) 1960 2130 2320 2520 2730
Afriquesubsaharienne 2100 2140 2080 2040 2170
1
Proche-Orient/Afrique du Nord 2220 2380 2840 2960 3120
Asie de l'Est 1750 2050 2360 2670 3040
Asie du Sud 2030 2060 2080 2300 2450
Amérique latine/Caraibes 2360 2510 2720 2740 2950
Pays développés 3020 3180 3270 3330 3470
Ex-économies centralement planifiées 3130 3290 3350 3160 3380 (b)
Autres 2980 3130 3230 3410 3510
Monde entier 2300 2440 2580 2710 2860
(a) Les 93 pays en développement compris dans l'étude FAO «Agriculture mondiale: horizon 2010» et représentant 98,5 %
de la population totale des pays en développement.
(b) La moyenne des années 1988-1990 précédant la réforme est supposée rétablie d'ici à 2010.
./ Comment résoudre la faim ? Le défi à relever est donc circonscrit et connu:
La démocratie et la paix pour ceux qui sont vic- il faudra nourrir 12 milliards d'hommes d'ici un
times des famines, des politiques de développement siècle et demi.
rural et une meilleure justice sociale, alliées à la Un tel défi soulève deux questions essentielles:
généralisation de l'instruction primaire, pour ceux - celle du «développement durable» : comment,
qui souffrent de malnutrition, permettraient dès sans problèmes de pollution majeurs, assurer l'ali-
aujourd'hui de venir à bout de la faim. Malheureu- mentation de l'humanité, tout en préservant la capa-
sement, les problèmes alimentaires d'une partie de cité de régénération des milieux naturels et les res-
l'humanité ne sont pas considérés comme des prio- sources en eau potable? Michel Griffon montre
rités internationales. que cette question peut être en partie résolue par
le concept de la «Révolution doublement verte» ;
- celle de la sécurité alimentaire des plus pauvres.
Contrairement à ce qu'affirment certains Cassandre Dans la mesure où l'offre alimentaire s'ajuste à
professionnels, l'humanité ne court pas à la famine: la demande solvable, comment faire en sorte que
- d'abord parce que si la production de céréales les plus démunis aient accès à l'alimentation, alors
semble s'essouffler depuis quelques années, c'est que les prix des céréales risquent de flamber et que
parce que les pays développés ont choisi, volon- l'aide n'a jamais été aussi basse? Isabelle Le
tairement, de réduire leur production agricole pour Normand définit les conditions de la sécurité ali-
cause de surproduction et d'effondrement des cours, mentaire, tandis que Philippe Engelhard souligne
et parce que les pays de l'Est enregistrent une baisse que rien n'est perdu, y compris dans le continent
temporaire de leurs productions, liée à la période le plus incertain: l'Afrique noire.
de transition qu'ils vivent. Hormis ces deux situa- Reste que la faim ne disparaîtra jamais de la surface
tions spécifiques - et qui ne doivent rien à d'éven- de la terre si elle continue d'être utilisée comme
tuelles limites naturelles -, non seulement la pro- l'arme par excellence des conflits des pauvres, si
duction s'accroît plus vite que la population, mais la communauté internationale accepte que des popu-
de gigantesques réserves de production existent, lations puissent être sacrifiées pour des raisons poli-
à la fois en termes de rendements, qui sont loin tiques sans se mobiliser.
d'avoir atteint leur maximum, mais aussi de super- Cette question-là reste en suspens dans un monde où
ficies cultivées: selon la FAO, dans les pays en progressent les égoïsmes nationaux, particulièrement
développement, la superficie actuellement cultivée de la part des pays les plus riches, au Nord comme
(700 millions d'hectares) pourrait être multipliée au Sud.
par deux, sans toucher aux forêts, aux zones pro- Sylvie Brunei,
tégées ou inhabitées! C'est dire la marge de Directeur scientifique de l'Action contre la Faim
manœuvre dont dispose l'humanité; (1) Ce chiffre est obtenu une fois déduite la part des disponi-
- d'autant que loin de croître indéfiniment, la popu- bilités qui ne servent pas à l'alimentation humaine, soit la moi-
lation mondiale devrait se stabiliser aux alentours tié de la récolte mondiale de céréales, qui oscille chaque année
autour de 1900 millions de tonnes: sur ce total, 20 % est uti-
de 11,5 à 12 milliards de personnes vers 2150: par- lisé pour l'alimentation animale (voir article p. 108),5 % sert
tout, y compris en Afrique noire, la deuxième phase de semences, et. .. 25 à 30 % est perdu après la récolte par suite
de la transition démographique (celle où la baisse de procédés de conservation inadéquats et de destruction par
des ravageurs, particulièrement dans les pays pauvres. C'est
de la natalité commence à s'ajuster à la baisse de dire d'ailleurs la marge de manœuvre dont dispose le monde
la mortalité) est amorcée. si les disponibilités actuelles, déjà, étaient mieux gérées.

« Les problèmes alimentaires dans le monde », Cahiers français, n° 278,


La Documentation française, Paris, 1996.

Question
Quel est le paradoxe mis en évidence par l'auteur aussi bien pour les pays développés que
pour les pays en voie de développement?

Observez le tableau «Disponibilités alimentaires par habitant»,


1. En réutilisant le « vocabulaire du commentaire >} qui se trouve avant l'activité 83 et les
indications données plus haut (< Établir des comparaisons >}), comparez l'évolution des
disponibilités alimentaires par habitant dans les pays de l'Mrique subsaharienne, dans les pays
de l'Asie du Sud et dans ceux de l'Asie de l'Est.
2, Lisez ensuite la seconde partie du texte (< Demain >}) et expliquez en quoi la faim peut
être <d'arme par excellence des conflits des pauvres >}.
3. Troisième type de questions
Questions portant sur votre opinion personnelle
Vous aurez, dans ce type de questions, à prendre position, c'est-à-dire par exemple:
- à expliciter la position de l'auteur (éventuellement à en repérer l'implicite) et à
vous situer par rapport à elle;
- à présenter de façon argumentée votre manière de concevoir le problème posé
dans le texte (comment envisagez-vous cette question? quelles solutions préconisez-
vous?) ;
- à faire des hypothèses sur les conséquences possibles du problème posé ou de l'un des
aspects du problème posé.
Rappel de quelques manières d'exprimer son opinion personnelle
• Quelques verbes:
Je pense que, je crois que, il me semble que, j'ai l'impression que, j'estime que ...
• Quelques locutions:
- À mon avis, pour moi, pour ma part, selon moi ...
- En ce qui me concerne, quant à moi (ces deux locutions ne peuvent s'utiliser que si
l'on a exprimé antérieurement l'opinion d'autres personnes).

f:OO Reprenez le texte de l'activité 21 sur les couleurs puis répondez aux questions suivantes.
1. Pensez-vous, comme l'auteur de ce texte, que nous sommes largement conditionnés par
la couleur? Argumentez votre point de vue en 8 lignes environ.
2. Dans votre pays, quelle est la symbolique du noir, du rouge et du vert? (8 lignes)

te:;' Reprenez le tableau de l'activité 85 consacré à la répartition des tâches au sein des
ménages en France puis répondez aux questions suivantes.
1. À votre avis, ce tableau est-il purement informatif ou cherche-t-il à démontrer quelque
chose? Argumentez en 8 lignes environ à partir d'un exemple ou deux.
2. Si l'on faisait le même type d'enquête dans votre pays, obtiendrait-on des résultats
comparables, selon vous?

La rumeur
La rumeur est partout, quelles que soient les sphères de notre vie sociale.
Elle est aussi le plus ancien des mass medias. Avant que n'existe l'écriture, le
bouche-à-oreille était le seul canal de communication dans les sociétés. La rumeur
véhiculait les nouvelles, faisait et défaisait les réputations, précipitait les émeutes
ou les guerres. L'avènement de la presse, puis de la radio et enfin l'explosion
de l'audiovisuel ne l'ont pourtant pas éteinte. Malgré les médias, le public
continue à tirer une partie de son information du bouche-à-oreille. [' . .J Malgré
cela, on ne sait pas grand-chose sur les rumeurs. Rarement un phénomène social
aussi important aura été aussi peu étudié: événement mystérieux, presque
magique, la rumeur constitue encore un no man 's land du savoir.
Où commence et où s'arrête le phénomène appelé rumeur? En quoi est-il
différent de ce que l'on appelle communément le bouche-à-oreiIle? En fait,
le concept se dérobe quand on croit l'avoir cerné. Chacun croit savoir recon-
naître une rumeur quand il en rencontre une mais personne n'arrive à en
donner une définition satisfaisante. En somme, si chacun a le sentiment très fort
de l'existence des rumeurs, aucun consensus n'existe pour délimiter avec
précision où commence et où finit le phénomène.

1. À votre avis, pourquoi la rumeur est-elle un phénomène si peu souvent étudié?


2. Pouvez-vous citer un exemple de rumeur revenant fréquemment dans votre pays?
lU À partir de ces deux documents concernant la consormnation alimentaire des Français:
1. Analysez d'abord chacun de ces documents (notez la question abordée et les idées
essentielles) .
2. Confrontez ensuite ces documents: qu'expriment-ils de cormnun? de différent?
y a-t-il certains points qui ne sont développés que dans l'un des documents?
3. Faites la synthèse de ces deux textes.

Le bifteck n'a plus la cote Les cinq commandements


Dans les années 70, tous les nutritionnistes s'accor- de la morale alimentaire contemporaine
daient à dire que rien n'était meilleur pour la santé et Lorsque l'on parle de gastronomie ou de santé, de goût
pour la ligne qu'un steak-haricots verts: c'était le menu ou d'habitudes alimentaires, les propos revêtent presque
recommandé par les diététitiens et aussi par les revues toujours une tonalité morale. Le rapport de ce qui est bon
féminines. Le steak donnait de l'énergie, du muscle au goût et de ce qui est bon pour le corps est arbitré par
et. .. pas de graisse. En revanche, étaient à proscrire les la morale. Les discours des mangeurs contemporains
plats en sauce, le beurre, le lait, les féculents, l'huile, opposent constamment la santé au plaisir, la règle (dié-
bref tout ce qui favorisait l'apparition du cholestérol. .. tétique) à la transgression (gourmande), le goût à la
Mais vers la fin de cette décennie, on découvre que substance, la nutrition à la sensation. Ils parlent de leur
la viande regorge de «graisses animales ». Le mot alimentation, même quand ils ne sont pas explicitement
fait peur, il évoque cholestérol et cancers divers. « au régime», en termes d'« écarts », d' « entorses », de
Par ailleurs, les journaux rappellent que produire de «petit péché», etc.
la viande coûte scandaleusement cher (en céréales, Cette morale alimentaire contemporaine peut être for-
pour nourrir les animaux). L'Occident consomme trop mulée sous forme d'un petit nombre de commandements:
alors que tant de pays n'ont pas le minimum vital. 1. «Il faut manger de tout» car tout, en petite quantité
Autre facteur incitant les Français à diminuer leur bien sûr, est profitable à la santé.
consommation de viande: les multiples scandales liés 2. «Il faut accorder toute son attention à ce que l'on
à sa production (veaux ou poulets aux hormones; plus mange» (acheter des produits de qualité qui soient
récemment, l'affaire des «vaches folles » qui a révélé «authentiques », bien les cuisiner, manger lentement,
à quel point nous nous sommes éloignés d'une ali- bien mastiquer).
mentation «naturelle», etc.). Actuellement, les Français 3. «Résister aux tentations» (refuser les «mauvais»
(qui restent néanmoins les plus gros consommateurs aliments, gras et/ou sucrés; ne pas grignoter à toute
de bœuf d'Europe) effectuent un certain retour à ce heure et ne pas sauter de repas).
«naturel» et leurs pratiques alimentaires sont plus 4. «Être raisonnable» en réfléchissant à ce que l'on
variées que dans le passé: ils mangent plus de poisson, mange, en évitant les aberrations, en respectant la régu-
plus de légumes, de «produits allégés» et de «produits larité des horaires.
diététiques», des céréales au petit déjeuner. Les Français 5. «Ne pas oublier le plaisir» (c'est aussi un devoir,
d'aujourd'hui mangent moins et mangent mieux. le «devoir de gratification»).

112 Répondez aux questions concernant les documents ci-dessus.


1. Comment comprenez-vous le titre du document 1: «Le bifteck n'a plus la cote»?
2. Le gourmet, le gourmand et le goulu aiment tous trois manger mais pas de la même manière.
Quelle différence faites-vous entre ces trois termes? (3 lignes)
3. Un retour à une alimentation (<naturelle»vous semble-t-il possible? Argumentez votre point
de vue. (6 lignes)
4. Comment, dans le document 2, comprenez-vous le cinquième «commandement»; «Ne
pas oublier le plaisir»? En quoi cela peut-il être un «devoir»? (8 lignes)
5. Dans votre pays, les habitudes alimentaires ont-elles changé au cours des vingt dernières
années? Précisez. (8 lignes)
~B2
L'épreuve Ce document sonore peut être remplacé par un
~: ~2_ document vidéo d'une durée de 4 minutes/4 minutes
et demie environ.
Objectif global: comprendre un document oral
Après deux passages du document, vous devez
authentique et en expliciter le contenu.
répondre, par écrit, à des questions écrites du type
Deux types d'épreuve: individuelle ou collective. Oui/Non, Vrai/Faux, à choix multiple (QCM) ou à
des questions plus larges.
Facultés requises
Ce module s'adresse aux candidats possédant un
très bon niveau oral (au moins 800 heures de fran-
çais) : il faut faire preuve d'un niveau de compré-
_:
Entraînement

Ce chapitre comporte 125 activités organisées


hension et d'expression orales en langue non spé-
cialisée proche de celui d'un natif. autour de 28 enregistrements de documents sonores.
Dans le cas d'une épreuve individuelle, vous devrez Pour chaque enregistrement, des activités de com-
connaître les techniques de l'entretien: apporter des préhension (découverte, exploration, repérage) et
précisions, discuter des affirmations, comprendre d'expression (réemploi, reformulation, prise de
l'intérêt d'un document. parole) permettent de s'entraîner progressivement
La capacité à intéresser l'auditeur peut être aussi à l'épreuve de l'unité B2 du DALF.
évaluée, ainsi que la capacité à répondre à ses ques-
tions (avec argumentation, nuances et points de vue) . Ces activités ont été conçues afin d'être travaillées
Les activités qui suivent vous prépareront dans cette de manière séquentielle, les unes après les autres,
optique. Elles vous seront également très utiles pour mais vous pouvez aussi les travailler de manière
la partie (<Entretien) du module B4. aléatoire, en fonction de vos goûts ...
Une fréquentation régulière et assidue des médias Certaines activités sont des activités d'expression
audiovisuels en français est vivement recommandée. orale qui permettent de reprendre certains tours
Contactez les centres d'enseignement de français linguistiques entendus dans les enregistrements.
les plus proches de votre domicile: Instituts fran- Même si ces activités ne s'inscrivent pas directe-
çais, Centres culturels français, Alliances françaises, ment dans les objectifs du B2, dans sa modalité col-
afin d'emprunter des documents audio et vidéo lective, elles représentent une bonne préparation
et d'obtenir les renseignements techniques concer- à l'épreuve du B4.
nant les médias francophones disponibles dans votre
pays: RFI (Radio France Internationale) en ondes Les difficultés sont proposées d'une manière
courtes ou relayée par des FM locales, TV 5 (chaîne cyclique. L'essentiel étant de vous familiariser avec
de télévision francophone regroupant des émissions des documents variés, tant du point de vue de l'en-
de chaînes françaises, suisses, belges, québécoises vironnement sonore que du point de vue du thème
et des programmes africains) par satellite ou sur ou des niveaux de langue, vous pouvez les abor-
le câble, France Inter, France Culture, France Info der comme bon vous semble, soit individuellement,
en sous-porteuse audio de TV5, etc. soit avec d'autres étudiants, soit bien entendu avec
votre professeur.
Trois activités bilans clôturent cette préparation,
à réaliser dans les conditions de l'examen.
Après deux écoutes d'un même enregistrement
sonore, reformuler les informations contenues dans
Conseils
le document en fonction des indications fournies
par un questionnaire. Pour la compréhension orale
Durée: 30 minutes. Réponse écrite à un ques- Nous vous conseillons d'écouter plusieurs fois le
tionnaire écrit. document proposé, avant et après l'activité.

Le support est aussi un document sonore authen- Concentrez-vous sur une séquence à la fois (chaque
tique d'une durée de 3 minutes environ. séquence est signalée par un « bip) sonore).
Lisez bien l'objectif (titre de l'activité) ainsi que les tion et de gagner un peu de temps pour réfléchir
consignes de l'activité. à la suite de ses propos. On peut en user mais, bien
sûr, ne pas trop en abuser.
Pour l'expression m'ale • Pour faire une pause: En fait. .. / Si vous voiliez ...
Nous vous conseillons d'utiliser une cassette per- / À la limite ...
sonnelle qui vous permettra de vous enregistrer • Quand on termine son intervention et qu'on recherche
et de vous réécouter, ou encore de vous faire écou- l'approbation: Quelque part ...
ter par un professeur. • Dans une énumération: etc.
Parlez toujours de manière spontanée sans lire les • Pour répondre: Tout à fait ... / Absolument ...
notes écrites que vous avez pu préparer.

Au cours de l'entretien, n'hésitez pas à demander


des précisions, des clarifications pour vous assu-
1. Il existe un certain nombre de traits caracté- rer que vous avez bien compris votre interlocu-
ristiques de l'oral: teur et, surtout, que celui-ci vous a bien compris.
• Élision du (,ne >}dans les négations.
4. Niveau de langue
• Élision de la voyelle ('u >}du pronom ('tu >}devant
d'autres voyelles: Tout en cherchant le maximum de précision, de
tu as --+ t'as compréhension et de facilité, utilisez toujours les
tu es --+ t'es formules les plus standard possible. Méfiez-vous
tu auras --+ t'auras des expressions trop popiliaires : hors d'un contexte
• Suppression du pronom ('il» dans certaines formes bien précis, elles sont d'un emploi extrêmement
impersonnelles comme: délicat.
ilya --+ y'a En général, on s'adresse à une personne en utili-
il faut --+ faut sant ('VOUS >}.

2. Tics de langage à la mode Ne tutoyez (n'employez ('tu >})que si votre inter-


locuteur vous y invite expressément, même si
Un certain nombre de mots reviennent périodi-
celui-ci vous dit ('tu >},vous ne pourrez lui dire
quement dans la bouche des Français qu'ils utili-
« tu >}
que s'il vous dit: « On peut se tutoyer. >}
sent un peu comme une ponctuation. Ces mots sont
vides de sens mais ont le gros avantage de permettre (,Tu>}ne s'adresse qu'à une personne déterminée.
à celui qui les utilise d'éviter les ('euh ... >}d'hésita- Si l'on parle en général, on utilise « on >}ou ('vous >}.
Enregistrement 1: C'est la voix ...
Ce premier enregistrement est un montage de 10 documents oraux. Dans les activités
qui vont suivre vous aurez à déterminer le canal de transmission utilisé (radio/télévision,
téléphone, haut-parleur ... ), à identifier les locuteurs (nombre de locuteurs, femme,
homme), puis le caractère public ou privé du document. Plus que d'activités de
compréhension, il s'agit d'activités d'attention auditive.

~~{ Identifier l'origine d'un message


1. Écoutez deux fois les documents contenus dans l'enregistrement 1.
2. Remplissez le tableau.

Message ou
N° séquence Haut-parleur Répondeur Radio ou Télé Direct

LI
1.2

1.3

1.4

1.5

1.6

1.7

1.8

1.9

1.10

3. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 1 et vérifiez vos


réponses.
114 Identifier le nombre de locuteurs et leur voix
A. Écoutez chaque séquence de l'enregistrement 1.
Dans chaque message:
1. Combien de voix entendez-vous?
2. Est-ce que ce sont des voix d'hommes ou de femmes?

Nombre
N° séquence Homme(s) Femme(s)
de locuteurs
1.1

1.2

"l_~
" 1.4
"
1.5

1.6

1.7

1.8

1.9

1.10

B. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 1 et vérifiez vos


réponses.

Déterminer la nature d'un document


1. Écoutez chaque séquence de l'enregistrement 1.
2. S'agit-il de documents à caractère public ou privé?

N° séquence Public Privé


1.1

1.2

1.3

1.4

1.5

1.6

1.7

1.8

1.9

1.10

3. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 1 et vérifiez vm


réponses.
Déterminer l'intention de communication des locuteurs
1. Écoutez chaque séquence de l'enregistrement 1.
2. Les personnes qui parlent désirent-elles informer, s'informer ou demander des
informations, remercier, avertir ou mettre en garde? Une seille réponse possible.

1
N° séquence Informer S'informer Remercier Mettre en garde
1

1.1
1

1.2
1

1.3

1.4

1.5
1
1.6 1

1
!
1
1.7 1

1.8 1

1.9
1

1.10

3. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 1 et vérifiez vos


réponses.

Déterminer la situation de communication


1. Écoutez chaque séquence de l'enregistrement 1.
2. Où pourriez-vous entendre ces enregistrements ou ces dialogues?
Plusieurs réponses sont possibles.
1
Gare ou Magasin Salle de
N° séquence Aéroport
1

conférence Dans la rue Chez vous


1 ou Café
1

1.1
1
1
1
1.2 1 !

1.3

1.4 i
1

1.5
1
1

1.6 1

1.7 i
i
1
1.8
1

!
1.9 1

1.10

3. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 1 et vérifiez vos


réponses.
Enregistrement 2: C'est la vie ...
Cet enregistrement est un montage de cinq documents.

Identifier les attitudes ou les sentiments


1. Écoutez les documents contenus dans l'enregistrement 2.
2. Indiquez par une croix l'intention ou l'attitude exprimée en fonction de l'intonation.

Énervement
N° séquence Confusion Avertissement Surprise Ignorance
Colère

2.1

2.2

2.3
2.4

2.5

3. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 2 et vérifiez vos


réponses.

9 Enregistrement 3: Ça fait combien?


1 Cet enregistrement est un montage de 5 séquences contenant des quantités chiffrées.

~ Comprendre les chiffres et les nombres


1. Écoutez les différentes séquences de l'enregistrement 3.
2. Complétez les blancs par des quantités en chiffres.
• Haut-parleur
Gare de Besançon, ... (a) ... minutes d'arrêt.
• Répondeur téléphonique
Vous êtes bien au ... (b) ... , veuillez laisser votre message après le bip sonore.
• Haut-parleur: aéroport
Arrivée du vol ... (c) en provenance de Lyon.
Arrivée Hall '" (d) , Porte ... (e) ...
• Direct: à la terrasse d'un café
- Monsieur, combien on vous doit, s'il vous plaît?
- Alors un demi, un kir, ça nous fait ... (f)... francs.
- C'est combien le demi?
- ... (g)... francs et ... (h) ... francs le kir.
• Haut-parleur: dans une gare
Attention quai n° ... (i)... voie A, le train régional ... 0) ... à destination de Port-Bou
partir. Prenez garde à la fermeture automatique des portes. Attention au départ!
3. Écoutez de nouveau les documents contenus dans l'enregistrement 3 et vérifiez v
réponses.
,r\~ _

Y Enregistrement 4: En panne sur l'autoroute


1 Extrait de l'interview d'un responsable d'une société d'autoroutes.

Identifier et comprendre des quantités chiffrées


1. Écoutez l'enregistrement 4.
2. Retrouvez les quantités qui correspondent aux indications suivantes:
a. . tonne b. .. francs c.. minutes
d. .. kilomètres e... % f. . heures et heures
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 4 pour vérifier vos réponses.

Lire des unités et des quantités chiffrées


1. Lisez à haute voix les quantités suivantes:
1,8t 361F 3ümin 5km 25% 18het8h
2. Enregistrez-vous et écoutez-vous.
3. Comparez avec l'enregistrement 4.

Enregistrement 5: Les coûts d'une autoroute


Autre extrait de J'interview d'un responsable d'une société d'autoroutes.

Repérer des quantités chiffrées


A. Écoutez l'enregistrement 5 et répondez aux questions suivantes.
1. À quoi servent 100 F de péage?
a. Charges fmancières
b. Frais de personnel
c. Grosses réparations
d. Achats et services extérieurs
e. Impôts et taxes
2. Quelle est la conclusion que l'on peut tirer de ces chiffres?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 5 pour vérifier vos réponses.

Enregistrement 6: La sécurité sur les autoroutes


Dernier extrait de l'interview d'un responsable d'une société d'autoroutes.

Repérer des pourcentages (%)


1. Écoutez l'enregistrement 6 une première fois.
2. Écoutez une deuxième fois l'enregistrement.
3. Indiquez les causes d'accidents en fonction des pourcentages donnés:
a. 31 % b. 14% c. 11% d. 8% e. 11%
f. 6 % g. 6 % h. 5 % i. 3 % j. 3 % .
4. Quelle conclusion peut-on tirer de ces chiffres?
5. Écoutez de nouveau l'enregistrement 6 pour vérifier vos réponses.
~
V !

i Enregistrement 7: la montagne Pelée


Un géographe fait la description de la montagne Pelée.

1~4 Repérer des informations


Écoutez une première fois l'enregistrement 7.
1. Quelle est l'origine géologique de la montagne Pelée?
2. Quelle est son altitude?

Retrouver des informations sur un document graphique


1. Localisez sur une carte (carte des Antilles + carte de la Martinique) l'endroit où se
trouve la montagne Pelée.
2. Quelles sont, dans l'enregistrement 7, les informations qui vous ont permis de situer
la montagne Pelée?

Lire des quantités chiffrées


1. Écoutez une nouvelle fois l'enregistrement 7.
2. Lisez cette description de la montagne Pelée, puis enregistrez-vous.
Le volcan actif de la montagne Pelée culmine à 1 397 m au-dessus de la baie de Saint-
Pierre et occupe 1/8 de l'île de la Martinique dans les Petites Antilles. Depuis l'arrivée
des colons en 1635, quatre cycles d'éruption ont été observés (1792, 1851, 1902, 1929),
celuide 1902 étant, de loin,le plus catastrophique.TI a provoqué la mort de 28000 personnes
et la destruction des villes de Saint-Pierre et du Morne-Rouge.
3. Écoutez l'enregistrement 7 et comparez avec votre propre enregistrement.

? Enregistrement 8: Bilan toxicologique de l'humanité

Repérer des données chiffrées


1. Écoutez l'enregistrement 8.
2. Indiquez, en chiffres absolus, le nombre de consommateurs de:
opium ... (a) ... , héroïne ... (b) ... , cocaïne ... (c)... , amphétamines ... (d) ... , barbituriques
... (e) ... , etc.
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 8 et vérifiez vos réponses.

Relativiser
1. Écoutez l'enregistrement 8.
2. Quels sont les termes utilisés pour relativiser les quantités énoncées?
... il Y a un rapport de l'Organisation mondiale de la santé qui vient récemment de
donner une note de vérité à la chanson de la Canadienne Fabienne Thibaut, « Le monde
est stone»... Alors, il s'agit, vous vous en doutez, de statistiques effarantes sur la consom-
mation de drogues à l'échelle mondiale. Alors voici ce que l'humanité consomme:
... (a) ... sur la terre (b) 2 millions d'opiomanes, ... (a) trois quarts de million
d'héroïnomanes et (c) 5 millions de cocaïnomanes et (a) (d) 2 millions
d'amateurs d'amphétamines, 3 millions et demi de consommateurs de barbituriques,
sédatifs et tranquillisants. Alors voici, c'est une liste un peu longue euh, n'est-ce pas?
C'est le bilan toxicologique de l'humanité.
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 8 et vérifiez vos réponses.

Utiliser des termes spécifiques - Vocabulaire


A. Écoutez l'enregistrement 8 et répondez aux questions suivantes.
1. Comment appelle-t-on dans l'enregistrement 8 les consommateurs:
d'opium ... (a) ... , d'héroïne ... (b)... , de cocaïne ... (c)... ?
2. Comment appelle-t-on, d'une manière générale, les consommateurs de ces
substances toxiques ... (d)... ?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 8 et vérifiez vos réponses.

Utiliser des termes spécifiques - Vocabulaire


Répondez aux questions suivantes:
1. Comment appelle-t-on les habitants de chaque pays?
a. Allemagne
b. Autriche
c. Danemark
d. Luxembourg
e. Portugal
2. Où habitent-ils?
a. . Allemagne
b Autriche
c Danemark
d. . Luxembourg
e Portugal

Reformuler des informations


1. Observez le tableau suivant:
L'urbanisation dans quelques pays d'Europe en 1990

Pays Population Population


totale (millions) urbaine (%)
Allemagne 79,5 84,0
Autriche 7,6 57,4

Danemark 5,1 86,2


Luxembourg 0,4 83,8

Portugal 10,4 32,9

2. Faites un commentaire du tableau ci-dessus en utilisant des quantités absolues.


Vous pouvez le faire oralement. Enregistrez-vous, puis écoutez-vous.
Exemple: C'est au Danemark que le taux d'urbanisation est le plus élevé:sur une population
de plus de 5 millions,un peu plus de 86 % des habitants vivent en ville.
?
Repérer des informations
A. Écoutez l'enregistrement 9 et répondez aux questions.
1. À quel moment de la journée ce document a-t-il été diffusé?
2. À qui s'adresse-t-on?
3. De quoi parle-t-on?
4. Quel est le but final du document?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 9 pour vérifier vos réponses.

Comprendre et visualiser
Définir avec précision - Vocabulaire
1. Écoutez l'enregistrement 9.
2. Mettez en relation le dessin et la définition.

CRABE D.m. (néerl. crabbe). Crustacé décapode, ÉCREVISSE nJ. (mot francique). Crustacé d·eau CREVETTE nJ. (forme picarde de chevrette).
marin, littoral ou d'eau douce, à abdomen court douce, atteignant 10 an de long, muni de pinces, 1. Petit crustacé décapode marin, nageur, dont
et replié sous le céphalothorax, et portant une comestible. (Ordre des décapodes; longévité: plusieurs espèces sont comestibles: la crevette
paire de grosses pinces. (Représenté par 20 ans environ.) <> Être rouge comme une écrevisse, grise, les crevettes roses dont le bouquet (palémon).
2000 espèces constituant le sous-ordre des très rouge (comme l'écrevisse après la cuisson). 2. Crevette d'eau douce: gammare.
brachyoures, dont certaines sont comestibles
et communes aux côtes européennes: tourteau,
étrille, crabe enragé.)

Décrire avec précision - Vocabulaire


A. Écoutez l'enregistrement 9 et répondez aux questions.
1. Dans le document, on utilise trois adjectifs pour définir la crevette, lesquels?

c.
2. Ces adjectifs sont au féminin. Mettez-les au masculin puis donnez leur contraire.

3. Comment sont les crevettes habituellement?


Elles sont:

c.
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 9 pour vérifier vos réponses.
y
i Enregistrement 10: La tortue luth

135 Comprendre et visualiser des informations


1. Écoutez l'enregistrement 10.
2. Indiquez sur la carte le périple effectué par la tortue luth.

(
(
OCEAN
OCEAN
ATLANT/QL/E

Décrire avec précision - Vocabulaire


1. Écoutez l'enregistrement 10.
2. Complétez le tableau suivant:
a. taille
b. poids
c. forme
d. couleurs
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 10 pour vérifier vos réponses.
Expression - Décrire
1. Faites une description orale d'un animal domestique (votre chat, votre chien ... ),
sauvage (un lion, une baleine ... ) ou mythique (une licorne, un dragon ... ).
2. Enregistrez-vous.
3. Comparez votre description et celle donnée dans l'enregistrement 10.
Avez-vous parlé de la taille, du poids, de la forme, des couleurs?

Retrouver des informations


A. Écoutez l'enregistrement 10 et répondez aux questions suivantes.
1. Qui étaient les Guanches?
2. Que sont-ils devenus?
3. La tortue luth, que représentait-elle pour eux?
4. Comment le sait-on?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 10 pour vérifier vos réponses.

139 Repérer les termes de reprise


A. Écoutez l'enregistrement 10 et répondez aux questions suivantes.
1. Dans l'emegistrement, on utilise plusieurs termes différents pour désigner la tortue
luth, lesquels?
2. Et pour désigner les Guanches?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 10 pour vérifier vos réponses.

Expression - Reformuler
1. Faites maintenant un petit exposé sur les Guanches ou d'autres peuples en tenant
compte des questions suivantes.
- Où habitaient-ils? À quelle époque? Quelles étaient leurs coutumes? Comment le
sait-on?
- Comment ont-ils disparu?
2. Enregistrez-vous.
3. Comparez votre production avec l'enregistrement 10.

71
Enregistrement 11: Qu'est-ce qu'un responsable?
Un homme politique parle de sa conception d'un chef de parti.

Expliquer, définir
A. Écoutez l'enregistrement 11 et répondez aux questions suivantes.
1. Quels sont les cinq verbes clés utilisés par cet homme politique?
2. Quelle est la base de l'autorité selon lui? Complétez la phrase.
la qui vient de la .
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 11 pour vérifier vos réponses.

Repérer les termes qui structurent le discours


1. Écoutez l'enregistrement 11.
2. Quels sont les termes utilisés pour organiser le discours?
a. b. c .
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement Il pour vérifier vos réponses.
143 Définir
1. À votre tour, donnez une définition d'un bon joueur de football en tenant compte
des caractéristiques suivantes: rapidité, agilité, précision, endurance, bonne forme
physique, sang-froid, esprit d'initiative, esprit d'équipe.
2. Enregistrez-vous, puis écoutez-vous.
3. Comparez avec l'enregistrement 11.

/"._-------------------------------

'1 Enregistrement 12: Titres d'un journal radio


144 Compréhension globale
1. Écoutez l'enregistrement 12.
2. Combien d'informations différentes sont données?
3. Dans quelle(s) rubrique(s) pouvez-vous les classer?
a. Politique intérieure Info nO: b. Économie Info nO: .
c. Étranger Info nO: d. Sports Info nO: .
e. Faits divers Info nO: f. Météorologie Info nO: .
4. Écoutez de nouveau l'enregistrement 12 et vérifiez vos réponses.

145 Compréhension détaillée


A. Écoutez les séquences 1 et 2 de l'enregistrement 12 et répondez aux questions.
1. Quelles sont les températures prévues?
a. Brest
b. Toulouse
2. Complétez le bilan de la catastrophe aérienne.
a. 27 .
b. 10 .
c. 4 .
B. Écoutez de nouveau les séquences 1 et 2 de l'enregistrement 12 et vérifiez vos réponses.

·14' Nominalisation
A. Retrouvez dans les séquences 3 et 4 de l'enregistrement 12 les expressions nominales
qui correspondent aux phrases verbales suivantes.
1. La chambre d'accusation de la cour d'appel de Paris doit décider si le P-DG de la SNCF
sera maintenu en détention ou s'il sera libéré.
La chambre d'accusation de la cour d'appel de Paris doit décider de son ... (a) ... en
détention ou de sa ... (b)... .
2. Le campus de Jussieu sera fermé avant la [m de l'année.
Cette ... (a) ... est jugée irréaliste.
B. Écoutez de nouveau les séquences 3 et 4 de l'enregistrement 12 et vérifiez vos réponses.

Verbalisation
Transformez en phrases verbales les titres suivants.
1. Suite de la visite du président d' Mrique du Sud en France
Le président d' Mrique du sud .
2. Victoire de l'Italien Massirno Podenzana dans la Ise étape du Tour de France
L'Italien Massirno Podenzana . .
I~'
v-,'-------------------------------
Enregistrement 13: Journal radio

148 Compréhension globale


A. Écoutez tout l'enregistrement 13 et répondez aux questions.
1. Combien d'informations différentes sont données?
2. Dans quelle(s) rubrique(s) pouvez-vous les classer?
a. Politique intérieure Info nO: d. Circulation Info nO: .
b. Publicité Info nO: e. Faits divers Info nO: et .
c. Étranger Info nO: f. Horoscope Info nO: .
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 13 et vérifiez vos réponses.

149 Compréhension détaillée


A. Écoutez la séquence 1 de l'enregistrement 13 et répondez aux questions.
1. Quelle est la cause de l'accident?
2. Quel est le bilan de cet accident?
B. Écoutez de nouveau la séquence 1 de l'enregistrement 13 et vérifiez vos réponses.

Se sensibiliser à la correspondance phonie/graphie - Transcription du son laI


1. Écoutez la séquence 2 de l'enregistrement 13.
2. Complétez la transcription de la séquence.
Russie: l'état de s té du présid t russe reste préoccup t. Il pourrait être soumis
à une nouvelle interv tion. D s quelques inst.. ts, la chronique de notre
correspond t à l\1oscou.
3. Lisez-la à haute voix. Enregistrez-vous.
4. Écoutez de nouveau la séquence 2 de l'enregistrement 13 et comparez avec votre
production.

15'1 Retrouver des informations


1. Quelles sont les informations de l'enregistrement 13 qui ont déjà été commentées
dans l'enregistrement 12?
a. La nouvelle nO qui annonce b. La nouvelle nO qui parle de .
2. Écoutez de nouveau les enregistrements 12 et 13 pour vérifier vos réponses.

15'2. Rapporter les paroles de quelqu'un


Écoutez la séquence 3 de l'enregistrement 13. Quelle est la formulation employée
correspondant à cette phrase?
«Il n'y aura plus d'étudiants dans les locaux d'ici la fin de l'année), c'est ce qu'a annoncé le
président de la République.
Le président de la République a annoncé .

15'3 Se sensibiliser à la correspondance phonie/graphie


Utiliser les temps adéquats
1. Écoutez la séquence 4 de l'enregistrement 13.
2. Complétez avec des formes verbales la transcription de la séquence.
Le président-directeur général de la SNCF '" (a)... quelques jours pour savoirs'il ... (b)...
en détention. La chambre d'accusation de la cour d'appel de Paris ... (c)... son arrêt en
délibéré à jeudi matin. Le gouvernement ... (d) ... le P-DG de la SNCF si son séjour en
prison ... (e)....
3. Écoutez de nouveau la séquence 4 de l'enregistrement 13 et vérifiez vos réponses.
Se sensibiliser à la correspondance phonie/graphie - Sigles
1. Écoutez les séquences 4 et 5 de l'enregistrement 13.
2. Donnez les sigles qui correspondent aux expressions suivantes.
a. Président-directeur général
b. Société nationale des chemins de fer français
c. Toutes taxes comprises
3. Écoutez de nouveau les séquences 4 et 5 de l'enregistrement 13 et vérifiez vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez la séquence 6 de l'enregistrement 13.
B. Observez la carte et repérez les lieux dont il est question.

C. Répondez le plus complètement possible aux questions suivantes.


1. Quels sont les problèmes mentionnés dans la séquence?
2. Sur quelle voie de circulation?
3. Comment comprenez-vous cette mise en garde: «Attention si vous avez un avion à
prendre! » ?
D. Écoutez de nouveau la séquence 6 de l'enregistrement 13 et vérifiez vos réponses.

-Ji';; Compréhension détaillée


A. Écoutez la séquence 7 de l'enregistrement 13 et répondez aux questions.
1. Quel est le signe du jour ?
2. Quelles sont les prévisions?
3. Quel est le ton de ces prévisions?
B. Écoutez de nouveau la séquence 7 de l'enregistrement 13 et vérifiez vos réponses.

Vocabulaire - Dérivation
1. Donnez le substantif qui correspond à chaque verbe.
a. maintenir b. détenir c. intervenir
d. entretenir e. remplacer f. ralentir
2. Donnez l'adverbe qui correspond aux adjectifs suivants.
a. violent b. exceptionnel
3. Écoutez tout l'enregistrement 13 pour retrouver ces mots.
:"\_------------------------------
U
! Enregistrement 14: La sécurité routière

t58 Compréhension globale


1. Écoutez l'enregistrement 14.
2. À qui s'adresse-t-il principalement?
3. Quelle est sa fonction?
a. se plaindre D b. demander D c. informer 0 d. proposer 0 e. conseiller 0
4. De combien de parties est-il composé?
5. De quoi est-il question?
6. Écoutez de nouveau l'enregistrement 14 et vérifiez vos réponses.

159 Compréhension détaillée


A. Écoutez la première partie de l'enregistrement 14 et répondez aux questions.
1. À quel moment de la journée et à quelle époque de l'année a-t-il été diffusé?
2. Quel est l'état de la circulation?
a. accidents: .
b. état des routes: ., .
c. état du trafic: .
B. Écoutez de nouveau la première partie de l'enregistrement 14 et vérifiez vos réponses.

Comprendre et visualiser des informations - La localisation


1. Écoutez la première partie de l'enregistrement 14.
2. Repérez sur la carte ci-contre les endroits dont il est question.
3. Complétez le texte:
L'autoroute A6 est toujours coupée ... (a) ... , ... (b) ... sud-nord. Autre accident ... (c) ...
autoroute A26 .,. (d) ... Cambrai et Saint-Quentin. La circulation est dangereuse en raison
des orages ... (e) ... Pyrénées mais aussi ... (f) sud-ouest d'une manière générale. Routes
glissantes également ... (g)... Champagne, (h) ... Ardennes, ... (i) ... Centre et ... 0) ...
Massif central.
4. Écoutez de nouveau la première partie de l'enregistrement 14 et vérifiez vos réponses.

Comprendre des informations - L'expression de la cause


A. Écoutez la première partie de l'enregistrement 14, puis repondez aux questions:
1. Pourquoi l'autoroute A6 est-elle coupée?
2. Pourquoi la circulation est-elle dangereuse au pied des Pyrénées?
3. Pourquoi le centre-ville de Metz est-il interdit à la circulation?
B. Écoutez de nouveau la première partie de l'enregistrement 14 et vérifiez vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez la seconde partie de l'enregistrement 14, puis répondez aux questions.
1. Sur quoi portent les conseils de la deuxième partie?
2. De quoi est-il question aussi?
a. du problème des poules grillées 0
b. du problème des ampoules grillées 0
3. Est-ce un problème courant?
4. Que se passe-t-illorsque la voiture est chargée?
5. Que faut-il faire alors?
B. Écoutez de nouveau la seconde partie de l'enregistrement 14 et vérifiez vos réponses.
Marseille
Perpignan

Compréhension détaillée - Vocabulaire


1. Retrouvez dans la seconde partie de l'emoegistrement 14les expressions qui indiquent
que le réglage des phares n'est pas une opération compliquée.
a. b. c .
2. Écoutez de nouveau la deuxième partie de l'enregistrement 14 et vérifiez toutes
vos réponses.

Expression - Conseiller
1. Vousêtes un responsable de la Sécurité routière. Sur le modèle de l'enregistrement 14,
donnez des conseils aux automobilistes en ce qui concerne la vérification de la
pression des pneus en fonction des indications suivantes.
Avant le départ vérifier l'état des pneus / Si usés, les changer /Vérifier la pression en fonction
des indications de la marque / Pneus sous-gonflés, risques d'éclatement et d'accidents
souvent mortels / Si voiture chargée et sur un long trajet, augmenter légèrement la pression
des pneus / Sur les autoroutes, stations gratuites de gonflage et d'équilibrage des pneus.
2. Enregistrez-vous.
'~

'''-.J' -------------------------------

165 Repérer des .informations - Compréhension globale


A. Écoutez l'enregistrement 15 et répondez aux questions.
1. TIs'agit:
a. d'un exposé "
LJ

b. d'un débat 0
c. d'un reportage D
d. d'un message publicitaire
2. Dites combien de personnes interviennent et caractérisez-les.
a. . personnes:
b .
c .
d .
e .
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 15 et vérifiez vos réponses.

166 Repérer et visualiser des informations - Compréhension détaillée


1. Lisez cet article.

Annecy en tremble encore


La Haute-Savoie a subi, dans la nuit de dimanche
à lundi, une secousse tellurique de magnitude
5,2, l'une des plus importantes depuis une tren-
taine d'années dans la région.
Le séisme, survenu à 2 h 13, a été ressenti jusqu'à
Grenoble, Besançon, Belfort et Lyon.
l:épicentre était situé à une trentaine de kilo-
mètres au nord-est d'Annecy. Des répliques ont
été enregistrées et il pourrait s'en produire
d'autres.
À Annecy et dans les environs, outre un blessé
très léger, on déplore de nombreux dégâts maté-
riels: cheminées effondrées, bris de verre, toitures
et véhicules endommagés.

VEst républicain, 16 juillet 1996.

2. Écoutez de nouveau l'enregistrement 15.


3. Soulignez les informations que vous retrouvez dans l'article ci-dessus.
4. Retrouvez sur la carte ci-contre les lieux dont il est question.
5. Écoutez de nouveau l'enregistrement 15 et vérifiez vos réponses.

Repérer des informations - Compréhension détaillée


1. Lisez l'article de l'activité 166.
2. Écoutez l'enregistrement 15.
3. Par rapport à l'article de l'activité 166, il Ya trois informations supplémentaires.
Lesquelles?
a. b... .... c.. .
4. Écoutez de nouveau l'enregistrement 15 et vérifiez vos réponses.
-1";3 Élargir le vocabulaire
1. Écoutez l'enregistrement 15.
2. Donnez trois expressions synonymes du mot «séisme».
a. b. c .
3. Retrouvez les dégâts matériels occasionnés par le tremblement de terre.
a. Voitures b. Cheminées c. Vitres d. Murs .
4. Écoutez de nouveau l'enregistrement 15 et vérifiez vos réponses.

Raconter, rapporter
1. Dans l'enregistrement 15, écoutez de nouveau le témoignage de la vieille dame
et complétez le rapport de sa déclaration.
Elle ne ... (a) ... pas. C'était deux heures et quart quand elle ... (b) ... pendant quelques
secondes ces tremblements qui ... (c) ont secouée dans le lit.
Ça ... (d) a fait vraiment peur et (e) ... cœur a battu, là, pendant un moment. Les
jambes (f) ... et elle ... (g) ... que la maison allait s'écrouler ...
2. Écoutez de nouveau le témoignage de la vieille dame et vérifiez vos réponses.
.~-------------------------------

! Enregistrement 16: Un géophysicien


·1:?Q Comprendre globalement.
A. Écoutez l'enregistrement 16 et répondez aux questions.
1. Quelle est la nature du document? il s'agit:
a. d'une conférence D
b. d'un débat D
c. d'une interview C
d. d'un témoignage D
2. Quelle est la profession de celui qui intervient le plus longuement?
3. De quoi parle-t-il?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 16 pour vérifier vos réponses.

Repérer des informations - Compréhension détaillée


1. Écoutez l'enregistrement 16.
2. Répondez aux questions. (? signifie: on ne sait pas vraiment.)
3. Notez les éléments qui justifient vos réponses.
a. La Savoie est la seille zone à risque. Vrai D Faux D ?D
b. On peut prédire les séismes. Vrai D Faux D ?D
c. On prend des précautions depuis longtemps. Vrai D Faux 0 ?0
d. En Savoie, il existe des normes parasismiques. Vrai 0 Faux 0 ?0
4. Écoutez de nouveau l'enregistrement 16 pour vérifier vos réponses.

Parler avec précision


1. Reformulez oralement les phrases en remplaçant les mots soulignés par «même}}.
2. Enregistrez-vous.
a. il y a toujours une série de répliques pendant les heures et aussi pendant les quelques
jours qui suivent le séisme.
b. Toutes les constructions doiventobéir à certainesnormes parasismiques,les constructions
individuelles également.
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 16 pour vérifier vos réponses.

Repérer les éléments qui structurent le discours


Organiser son discours
1. Écoutez la fin de l'enregistrement 16 et complétez la déclaration.
Joseph Martineau: Euh, oui.... (a) ... , il y a une chose qu'on ne sait pas faire, c'est pré ...
prédire le la sismicité, dire quand le séisme aura lieu.... (b)... ce que l'on peut faire c'est
prévoir, faire de la prévention ... (c) ... essayer de construire les bâtiments en parasismique
et je sais que depuis un an dans la région de Grenoble ... (d) ... sans doute également en
Savoie, toutes les constructions, même les constructions individuelles, doivent obéir à
certaines normes parasismiques en ce qui concerne les fondations par exemple...
2. Écoutez de nouveau la fin de l'enregistrement 16 pour vérifier vos réponses.

Mettre en relief
1. Écoutez la fin de l'enregistrement 16 et complétez la déclaration.
2. Reformulez la phrase en insistant sur les éléments soulignés:
a. On ne sait pas prédire la sismicité. b. Par contre, on peut prévoir.
3. Écoutez de nouveau la fin de l'enregistrement 16 pour vérifier vos réponses.
,",
y Enregistrement 17: Un volcanologue

-+)j Comprendre globalement


A. Écoutez l'enregistrement 17 et répondez aux questions.
1. Combien de personnes interviennent dans ce document?
2. Quel âge donnez-vous à cette personne?
a. 18-20 ans == b. 36-40 ans 0 c. plus de 60 ans 0
3. Quelle est la nature du document? TIs'agit:
a. d'une conférence D b. d'un débat 0
c. d'une interview D d. d'un témoignage 0
4. Quel est le ton utilisé?
a. neutre D b. didactique 0
c. humoristique 0 d. passionné 0
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 17 pour vérifier vos réponses.

-t;"fli Repérer des informations - Compréhension détaillée


A. Écoutez l'enregistrement 17 et répondez aux questions.
1. Quelle est la profession de la personne qui intervient?
2. Que pense-t-elle de la vulgarisation scientifique?
3. Quand lui est venu le goût d'expliquer aux autres les phénomènes scientifiques qu'il
observe?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 17 pour vérifier vos réponses.

~'N Élargir le vocabulaire


A. Écoutez l'enregistrement 17 et répondez aux questions.
1. Quel sport a pratiqué avec passion la personne qui intervient dans l'enregistrement?
2. À quel âge?
3. Retrouvez deux expressions propres à ce sport.
a. b. .. ....
4. Retrouvez les mots qui ont un rapport avec la géologie.
a. b. c... .. .. d... .
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 17 pour vérifier vos réponses.

--1:;:7i,~,u
~tT:RU"·' E'largt'r le vocabulat're
Dans quelle catégorie peut-on classer les adjectifs suivants?
démesuré, délicieux, formidable, magnifique, splendide, fabuleux, colossal, stupéfiant,
superbe, savoureux, énorme, excellent
a. très beau b. très bien c. très bon d. très grand

Exprimer son opinion et s'auto-évaluer


1. Répondez, sous forme de mini-exposé, aux questions suivantes.
La science est-elle à la portée de tous? La science est-elle explicable à tous? Que pensez-
vous de la vulgarisation scientifique? Quand on veut simplifier, ne devient-on pas
simpliste?
Recherchez le vocabulaire approprié, préparez schématiquement votre réponse,
puis enregistrez-vous.
2. Écoutez-vous. Avez-vous structuré votre réponse? Le débit, le rythme de votre
parole sont-ils réguliers?
.~
Y~E-n-r-eg-i-st-r-e-m-e-n-t
-18~:-u-ne~p-a-ss-io-n~~~~~~~~~~~~~~-

180 Compréhension globale


A. Écoutez l'enregistrement 18 et répondez aux questions.
1. Combien de personnes interviennent dans ce document? .
2. Quel âge donnez-vous à cette personne?
a. 18-20 ans 0
b. 25-35 ans 0
c. plus de 40 ans 0
3. Quelle est la nature du document? TIs'agit:
a. d'une conférence 0
b. d'un débat 0
c. d'une interview 0
d. d'un témoignage 0
4. Quel est le ton utilisé?
a. neutre 0
b. didactique 0
c. humoristique 0
d. passionné 0
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 18 et vérifiez vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez l'enregistrement 18 et répondez aux questions.
1. Quelle est la profession de la personne qui intervient?
2. Quelle est sa passion?
3. Que pense-t-elle de cette passion?
4. Quand a-t-elle eu envie de faire partager ses goûts?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 18 et vérifiez vos réponses.

Rechercher les mots adéquats - Élargir le vocabulaire


1. Écoutez l'enregistrement 18.
2. Retrouvez huit mots ou expressions qui ont un rapport avec la profession de la
personne qui intervient dans l'enregistrement.
a. b...................... c...................... d .
e. ... .. .. .. .. ..... . f. ..................... g.. .................... h... .
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 18 et vérifiez vos réponses.

S'exprimer, parler de soi, raconter


Avez-vous une passion? Parlez-en. Comment vous est-elle venue? La partagez-vous
avec d'autres?
1. Recherchez le vocabulaire approprié (voir l'activité 182).
2. Préparez schématiquement votre récit en utilisant les expressions suivantes:
J'avais... ans / C'était en / À ce moment-là je... / C'est alors que... / Un beau jour... /
Et puis, de fù en aiguille / Progressivement... / Finalement... / C'est ainsi que...
3. Enregistrez-vous.
4. Écoutez-vous. Avez-vous structuré votre récit? Le débit, le rythme de votre parole
sont-ils réguliers? Avez-vous utilisé un vocabulaire précis et adéquat?
5. Comparez votre production avec l'enregistrement 18.
~184 S'exprimer, donner son opinion, argumenter
La photographie est-elle un art? Tout le monde peut-il devenir photographe? Quand
on veut reproduire la réalité, ne cherche-t-on pas à se l'approprier, à la modifier en
fonction de ses propres goûts?
1. Préparez votre réponse en utilisant les expressions suivantes:
TI est sÛTque ... / Bien évidemment... /Tout dépend de... / Non seulement... mais aussi....
(+ inversion du sujet) ... / Si bien que ... / On peut donc dire que ...
2. Enregistrez-vous.
3. Écoutez-vous. Avez-vous structuré votre réponse? Le débit, le rythme de votre
parole sont-ils réguliers? Avez-vous utilisé un vocabulaire précis et adéquat?
4. Comparez votre production avec l'enregistrement 18.

cr Enregistrement 19: Une chanson de Vincent Leyderwein

Écoute globale
Écoutez la chanson sans trop faire attention aux paroles: concentrez-vous sur la
musique, les instruments, l'ambiance.
1. Quels sont les instruments principaux?
2. Quelle(s) couleur(s) associez-vous à cette chanson?
3. Quel titre donneriez-vous à cette chanson?
4. Essayez de justifier vos réponses en vous enregistrant. Écoutez-vous.

Écoute globale
A. Écoutez de nouveau la chanson en faisant un peu plus attention aux paroles.
1. Quelle atmosphère se dégage de cette chanson?
a. le désespoir D b. la tendresse D
c. la joie D d. la nostalgie D
2. Quels sont les thèmes évoqués?
a. la vieillesse D b. l'enfance D
c. l'amour D d. la solitude D
B. Justifiez vos réponses en vous enregistrant. Écoutez-vous.

Rechercher des indices - Écoute détaillée


Écoutez de nouveau la chanson et répondez aux questions.
1. Quel extrait correspond au refrain ?
2. Maintenant, essayez de rétablir l'ordre des différents couplets.
3. Proposez un autre titre.
a. Dans mon adolescence
Je plongeais dans la boue
Devant la fille aimée
Et j'y trouvais plaisir
b. Dans ce blockhaus qui m'abritait du vent
Je m'inventais des morts
Et dans ces bars premières bières en famille
J'y cherchais mes racines
c. Quand sur le carrelage froid
De la salle à manger
Je me laissais tomber
Le vertige me grisait
d. Et je grattais la terre
Éperdu jusqu'au sang
Les ongles acérés
Sueur et sang mêlés
e. J'ai comme un tatouage au cœur
Qui ne s'effacera jamais
Et est chevillé au corps
Jusqu'à l'heure de ma mort dans le Nord
f. Pour creuser un terrier
Et m'y ensevelir
Enfoui à tout jamais
Juste à tes côtés dans le Nord
g. Dans l'atelier ou sur la corde à linge
Je découvrais la vie
Dans la DS qui fliait vers la mer
C'était les Walkyries

@imlm8~;;;11 Identifier des lettres et des mots


Lisez à haute voix les groupes de lettres suivants et écrivez les mots qu'ils évoquent.
1. DS
2. ID
3. NRJ

HRmI~Hj Prendre la parole - S'entraîner à l'expression


1. Sans trop de préparation, racontez pendant trois minutes vos habitudes d'enfant.
Utilisez les expressions suivantes pour organiser votre récit.
Quand j'avais... ou ... ans ... / J'avais l'habitude de ... / J'aimais bien ... / Je ne supportais
pas ...
Mais un jour... / C'est alors que ... / C'est à ce moment-là que ... / Je me suis rendu compte
que ... / Depuis ce jour-là ... / Et encore maintenant...
2. Enregistrez-vous puis écoutez-vous. Avez-vous réussi à parler pendant trois minutes
d'affilée? sans interruption? Comment avez-vous procédé? Avez-vous suivi le fil
de votre inspiration? Une ébauche d'organisation apparaît-elle?

o 1 Enregistrement 20: Un poème de Vincent Leyderwein

Impression globale
1. Écoutez l'enregistrement 20, associez-le à une ambiance.
a. Un bistrot à Paris 0 b. Sur le pont Charles à Prague 0
c. Une salle de bal à Buenos Aires 0 d. Un couloir de métro à Barcelone 0
2. Justifiez votre choix en une minute en utilisant les expressions suivantes:
n me semble que ... J'imagine cette scène... Je vois... personnages qui ... L'un ... l'autre ...
3. Enregistrez-vous puis écoutez-vous.
t91 Compréhension globale
Écoutez de nouveau l'enregistrement 20 et répondez aux questions.
1. Combien de personnes interviennent dans ce document?
2. Quelle est la nature du document? C'est:
a. une interview
b. une conférence Il
c. un témoignage [J
d. un poème L...J

3. Quel est le ton utilisé?


a. neutre [J
b. tragique
c. confidentiel
d. didactique

192.. Compréhension détaillée


Écoutez plusieurs fois l'enregistrement 20 pour affiner vos réponses.
1. Quelle est la nature apparente du document?
2. À qui s'adresse-t-on?
3. À quoi se compare le locuteur?
4. Par quoi se termine le document?

Comparer - Vocabulaire: expressions imagées


Mettez en relation les deux termes des comparaisons et donnez-en la signification.
1. Aimable comme A. un chien a. particulièrement pacifique
2. Blanc comme B. l'or b. peu accueillant, peu aimable
3. Malade comme C. une porte de prison c. très pâle
4. Doux comme D. un cœur d. très malade
5. Jolie comme E. un agneau e. d'une très grande franchise
6. Franc comme F. un linge f. très belle
Évidemment, plusieurs solutions sont possibles si vous ne connaissez pas ces expressions
toutes faites. TIfaudrait donc faire des recherches dans un dictionnaire.

194· S'entraîner à l'expression libre


1. Choisissez une série d'objets, dites ce qu'ils évoquent pour vous, spontanément.
a. Une pomme de pin et des coquillages.
b. Une vieillemontre et une photo jaunie.
c. Un blouson en cuir et des lunettes noires.
d. Une affiche de cinéma et un roman policier.
e. Des timbres-poste et une carte du monde.
Utilisez les expressions suivantes: Je vois... J'imagine ... , parce que ... , etc.
2. Essayez de produire le plus de phrases possible. Enregistrez-vous.
3. Pendant combien de temps avez-vous parlé sans interruption?

Organiser l'expression libre


C'est quoi la vie pour vous?
1. Sans préparation préalable, répondez à cette question en trois minutes. Enregistrez-
vous.
Utilisez les expressions suivantes: À mon avis... Selon moi ... Quand je parle de ... ,
je pense à ... Ça s'explique par le fait que ... Cependant ... C'est ainsi que ...
2. Répondez maintenant en deux minutes. Enregistrez-vous.
3. Répondez finalement en une minute. Enregistrez-vous.
4. Écoutez-vous. Avez-vous réussi à parler pendant trois minutes d'affilée? sans
interruption? Comment avez-vous procédé? Avez-vous suivi le fil de votre
inspiration? Une ébauche d'organisation apparaît-elle?Y a-t-il des différences entre
les trois versions?

? Enregistrement 21: Enseigner le français

Écoute globale
A. Écoutez l'enregistrement 21 et répondez aux questions.
1. Quelle est la nature de ce document?
a. une conférence 0
b. un reportage 0
c. une publicité 0
d. une interview 0
2. À qui s'adresse ce document?
3. Combien de personnes interviennent dans ce document?
4. Combien d'hommes? Combien de femmes?
B. Écoutez de nouveau l'em'egistrement 21 pour vérifier vos réponses.

Compréhension globale
A. Écoutez l'enregistrement 21 et répondez aux questions .
••
1. Pouvez-vous déterminer l'identité et les professions respectives de chaque locuteur?
CAest le premier à prendre la parole.)
A. a .
B. b .
C. c .
ft. d .
2. 'Les personnes interviewées se connaissent-elles entre elles?
a. la première et les autres? Oui 0 Non 0
b. la deuxième et la troisième? Oui 0 Non 0
3. Qu'ont-elles en commun?
4. Pour quelles raisons interviennent-elles dans l'enregistrement?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 21 pour vérifier vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez l'enregistrement 21 et répondez aux questions.
1. Combien y a-t-il de grandes séquences dans l'enregistrement?
2. D'où est originaire la personne qui intervient dans la première grande séquence?
a. d'Mghanistan
b. du Kurdistan
c. du Kazakhstan
d. du Kirghizistan
3. Et les autres?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 21 pour vérifier vos réponses.
199 Compréhension détaillée
A. Écoutez la première séquence de l'enregistrement 21 et répondez aux questions.
1. Quel est le statut du français au Kirghizistan?
2. Qu'est-ce qui a motivé Barteboul à apprendre le français?
3. Quelle expression est utilisée par le journaliste pour demander des précisions?
4. Combien y a-t-il de stagiaires du Kirghizistan au stage de formation organisé par le
Centre de linguistique appliquée de Besançon?
5. Combien sont déjà venus en France?
B. Écoutez de nouveau la première séquence de l'enregistrement 21 pour vérifier
vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez le début de la seconde séquence de l'enregistrement 21 et répondez aux
questions.
1. y a-t-il une grande différence entre le français enseigné par Fatima et celui parlé
dans les rues en France ?
Oui D Non D
2. Quelle expression utilisée par Fatima le démontre?
3. En Algérie,y a-t-ilune différence entre les générations en ce qui concerne l'apprentissage
du français?
Oui D Non D Laquelle?
a. les adultes utilisent plutôt .
b. les jeunes plutôt .
4. Comment les jeunes d'Algérie ont-ils accès au français de tous les jours?
a. par la radio D
b. par les journaux D
c. par la télévision par satellite D
5. Quelle est l'expression utilisée par Fatima?
il yen a beaucoup (c'est-à-dire qui possèdent une antenne parabolique de récep-
tion des émissions de télévision par satellite).
B. Écoutez de nouveau le début de la seconde séquence de l'enregistrement 21 pour
vérifier vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez la fin de la seconde séquence de l'enregistrement 21, répondez aux questions
et complétez les phrases qui justifient vos réponses.
1. Auparavant on parlait beaucoup le français en Algérie?
Oui D Non D
le français est une langue que l'Algérie .
2. Et maintenant aussi?
Oui 0 Non 0
c'est quand même .
3. C'est un phénomène général?
Oui 0 Non D
il Ya quartier .
B. Écoutez de nouveau la frn de la seconde séquence de l'enregistrement 21 pour
vérifier vos réponses.
~.C@~ Compréhension détaillée
A. Écoutez la fin de la seconde séquence de l'enregistrement 21 et complétez les phrases.
La personne qui répond cherche à éluder les questions très directes du journaliste. Quelles
sont les phrases qui le prouvent?
1. ...... mais vous êtes au courant de ce qui se passe
2. Vous suivez l'actualité je pense, .
3. c'est un petit peu une force extérieure vous vous en doutez
B. Écoutez de nouveau la fm de la seconde séquence de l'enregistrement 21 pour vérifier
vos réponses.

Compréhension détaillée
Reliez les expressions typiques du français oral et leur signification.
A. Pour conclure a. si vous voulez
B. Pour marquer une hésitation b. hein?
C. Pour rechercher l'approbation c. voilà
D. Pour nuancer d. euh ...

S'entraîner à l'expression libre


Le journaliste termine en disant: «comme quoi enseigner le français, ce n'est pas
toujours évident dans certains pays ».
Et dans votre pays, quelle est la situation de la langue française? Avez-vous rencontré
des difficultés pour l'apprendre? De quel ordre? Rencontrez-vous des difficultés pour
l'utiliser? De quel ordre?
1. Sans rien écrire, essayez de répondre en une minute. Enregistrez-vous.
2. Écoutez-vous. Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous réussi à parler pendant
une minute, sans trop d'hésitations? Avez-vous réutilisé des expressions propres
à l'oral?

? Enregistrement 22: Partir

Écoute globale
A. Écoutez l'enregistrement 22 et répondez aux questions.
1. Combien de personnes interviennent dans cet enregistrement? Combien d'hommes,
combien de femmes?
2. Où situez-vous cette conversation?
a. dans une agence de voyages D
b. dans un café ou dans un restaurant D
c. dans la rue D
d. dans un magasin de vêtements D
3. Comment défmissez-vousle caractère des personnages? CA: est le premier à intervenir.)
A. a. dynamique D B. a. dynamique D
b. timide D b. timide D
c. agressif D c. agressif D
d. sympathique D d. sympathique D
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 22 et vérifiez vos réponses.
.~, Écoute détaillée
1. Écoutez l'enregistrement 22 et complétez le tableau.
2. Écoutez de nouveau l'enregistrement 22 et vérifiez vos réponses.
,
Destination Logement Durée Prix Conditions Activités
1

...... . .....
i 2290 F forfait ...... Rien à signaler
1 hôtel
1
1
+ ......
...... hôtel . ..... ...... F 1 avion aller- Pas d'activités
...... .. .... F la nuit 1 retour spécifiées
. ........

Canada ...... 1
1 semaine ...... F ...... pers. min. Pas d'activités
1
1

Québec
i + avion ...... spécifiées
+ ......
Helsinki ...... 6 jours
1

i ...... F ...... + ...... visites Helsinki


Saint- (hôtel flottant) transferts Saint-
Pétersbourg + ...... Pétersbourg
...... différents . ..... 11900 F avion aller découverte
hôtels 1 et retour de ...... ,
des ethnies du
Sud malgache,
visite de
réserves, ......
...... différents 10 jours ...... F vols aller visite de
...... ...... + et retour Mexico ......
Yucatlln ...... transferts calèche
Acapulco 2 déjeuners ...... mayas
au bord repos au bord
...... du Pacifique

Repérer les éléments qui permettent de localiser dans l'espace


Complétez.
S'ils le veulent, ils peuvent aller ... (a) ... Corse, ... (b) ... Calvi ou ... (c) ... Canada, ... (d) ...
Montréal. ... (e) ... Québec, ils ont la possibilité de loger ... (f) ... un chalet. S'ils le préfèrent,
ils peuvent faire une croisière ... (g) ... bateau ... (h) ... Helsinki ... (i) ... Saint-Pétersbourg.
Mais ils ont le temps et ils aiment la chaleur: ils préféreront probablement faire un voyage
... (j) ... Madagascar, ... (k) ... le sud de l'île ou ... (1) ... Mexique.

Justifier une impression et s'auto-évaluer


À votre avis quel va être le choix de la cliente?
1. Justifiez votre réponse en utilisant certains mots ou expressions proposés ci-dessous:
- Opinion: personnellement / à mon avis / je crois que / je pense que / il me semble que ...
- Cause: comme / parce que / car / à cause de / grâce à / puisque / étant donné que ...
- Conséquence: par conséquent / c'est pourquoi / c'est la raison pour laquelle / si bien que ...
2. Répondez oralement, à partir de quelques notes écrites éventuellement. Enregistrez-
vous puis écoutez-vous.
Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous réutilisé les expressions proposées?
Avez-vous réussi à parler pendant une minute, sans trop d'hésitations? Avez-
vous réutilisé des expressions propres à l'oral ?
i.:@::9 Exprimer son opinion et s'auto-évaluer
1. Préférez-vous les vacances actives, sportives, tranquilles, culturelles? Où aimeriez-
vous aller? Avec qui partiriez-vous? Avec qui ne partiriez-vous surtout pas? Proposez
plusieurs possibilités en justifiant votre choix.
2. Faites des hypothèses sur le temps, l'argent, l'époque de l'année, le type de voyage
(organisé ou pas) ...
3. Préparez schématiquement votre réponse. Enregistrez-vous puis écoutez-vous.
Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous réutilisé les expressions proposées?
Avez-vous réussi à parler pendant une minute, sans trop d'hésitations? Avez-
vous réutilisé des expressions propres à l'oral?

Enregistrement 23: Un chanteur


Cet enregistrement est très long: il dure 6 minutes. Le jour de l'examen, le document
audio qui vous sera proposé ne devrait pas dépasser 3 minutes. Si nous vous proposons
un document si long, c'est en vue de votre préparation: « qui peut le plus, peut le moins »,
dit-on.

Écoute globale
A. Écoutez l'enregistrement 23 et répondez aux questions.
1. De quel genre de document s'agit-il?
a. d'une conférence D
b. d'un débat D
c. d'un témoignage D
d. d'une interview D
2. Où a lieu cet enregistrement?
a. dans un studio de radio D
b. dans un café D
c. dans la rue D
d. dans une salle de concert D
3. Combien y a-t-il de locuteurs?
Hommes femmes .
4. Quels sont les thèmes abordés?
a. la musique D
b. la politique D
c. la science-fiction D
d. la littérature D
e. la peinture 0
f. le sport 0
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 23 et vérifiez vos réponses.

Compréhension détaillée
1. Écoutez l'enregistrement 23 et complétez la fiche.
Nom: Leyderwein Prénom: Âge: .
Lieu de naissance: dans de la France
Profession: ~ " .. , " " " .
. Domicile: '" dans le quartier de .
2. Écoutez de nouveau l'enregistrement 23 et vérifiez vos réponses.
Compréhension détaillée
A. Écoutez l'enregistrement 23, répondez puis complétez la phrase qui justifie la
réponse.
1. Le locuteur interviewén'a jamais aimé la musique rock. Vrai D Faux D
ça fait partie de .
2. TIn'a pas toujours chanté seul. Vrai D Faux D
quand je me suis mis .
3. TIest passé progressivement à la chanson. Vrai D Faux D
ça s'est fait .
4. Ses influences sont exclusivementmusicales. Vrai D Faux D
mes influences musicales
5. TIva faire un nouveau disque, un CD. Vrai D Faux D
mes projets, c'est qui est en cours de réalisation
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 23 et vérifiez vos réponses.

Repérer des informations - Vocabulaire


Cette activité est relativement difficile: l'enregistrement est très long et l'exercice
ne porte que sur une ou deux phrases. TIfaudra donc vous concentrer au maximum.
A. Écoutez l'enregistrement 23 et associez les différents éléments.
1. le cinéma A. un tableau a. Yves Simon
2. la peinture B. un bouquin b. Schubert
3. la littérature C. un morceau c. Rembrandt
4. la musique D. un fIlm d. Wenders
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 23 et vérifiez vos réponses.

Repérer des informations et les visualiser - Vocabulaire


1. Classez ces instruments de musique:
a. boîte à rythmes b. accordéon c. contrebassse
d. synthé(tiseur) e. guitare électrique f. piano
A. Instruments acoustiques: .
B. Instruments électriques: .
2. Écoutez de nouveau l'enregistrement 23 et vérifiez vos réponses.
3. Identifiez les autres instruments de musique cités.
Expression de l'opposition
A. Écoutez l'enregistrement 23 et retrouvez les expressions qui permettent de compléter
les phrases suivantes.
1. j'ai commencé à jouer dans des groupes de rock, ce n'est plus du tout du rock,
ce sont des chansons.
2. les rythmiques sont présentes mais c'est de la chanson.
3. certains morceaux sont complètement acoustiques d'autres sont beaucoup plus
orchestrés.
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 23 et vérifiez vos réponses.
Ces expressions sont très utiles pour nuancer.

Exprimer son opinion et s'auto-évaluer


Êtes-vous d'accord avec le chanteur Vincent Leyderwein? Peut-on vraiment apprécier
une chanson dont on ne comprend pas le texte?
1. Justifiez votre réponse en utilisant certains mots ou expressions proposés ci-dessous:
- Opinion: personnellement / à mon avis / je crois que / je pense que / il me semble que ...
- Cause: comme / parce que / car / à cause de / grâce à / puisque / étant donné que ...
- Conséquence: par conséquent / c'est pourquoi / c'est pour ça que / donc .
- Opposition: même si / cependant / pourtant / quand même / en revanche .
2. Répondez éventuellement à partir de quelques notes écrites. Enregistrez-vous puis
écoutez-vous.
Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous réutilisé les expressions proposées?
Avez-vous réussi à parler pendant une minute, sans trop d'hésitations? Avez-
vous parlé de manière spontanée en utilisant des expressions propres à l'oral?

9 Enregistrement 24: Les bastides

Situation de communication
A. Écoutez l'enregistrement 24 et répondez aux questions.
1. Combien de locuteurs interviennent?
a. lOb. 2 0 c. plus de 2 0
2. Combien d'hommes, combien de femmes?
3. Les locuteurs se connaissent-ils?
Oui 0 Non 0
4. Comment sont leurs rapports?
a. cordiaux 0
b. amicaux 0
c. indifférents 0
d. un peu difficiles 0
5. L'un des locuteurs est: l'autre est:
a. un peu pédant 0 e. un peu pédant 0
b. vexé 0 f. vexé 0
c. cordial 0 g. cordial 0
d. chaleureux 0 h. chaleureux 0
218 Compréhension globale
A. Écoutez l'enregistrement 24 et répondez aux questions.
1. De quoi s'agit-il?
a. une conférence
b. un témoignage
c. un meeting
d. une interview
2. Qu'est-ce qui a motivé la rencontre des interlocuteurs?
a. un événement culturel ::J
b. un événement sportif u
c. un fait divers n
d. un événement politique C
3. Quel est le sujet de la conversation?
a. le cinéma Li

b. l'histoire ::J
c. la géographie [J
d. l'urbanisme [J
(plusieurs réponses sont possibles.)
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 24 et vérifiez vos réponses.

A. Écoutez l'enregistrement 24 et complétez.


1. L'Aquitaine est située:
a. dans le Sud-Est
b. dans le Nord-Ouest
c. dans le Sud-Ouest
d. dans le Nord-Est
2. C'est une région que se disputaient:
a. le roi de .
b. le roi d' .
c. le comte de .
3. Une bastide est:
a. une prison 0
b. une malson 0
d. une ville [J
c. une région [J

4. Les bastides ont été créées aux:


a. XIIe, xme siècles [J
b. ne, me siècles [J
c. XIVe, xv" siècles [J
c. Ne, ve siècles [J
5. Les bastides sont organisées autour:
a. de l'église paroissiale 0
b. du château seigneurial 0
c. de la place centrale 0
d. de la maison communale 0
(Plusieurs réponses sont possibles.)
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 24 et vérifiez vos réponses.
Élargir le vocabulaire
1. Écoutez l'enregistrement 24.
2. Donnez les adverbes qui dérivent des adjectifs suivants puis placez-les dans les
phrases.
a. fmal .
vous n'avez eu que l'embarras du choix pour faire le choix de vos sites...
b. immédiat .
les bastides se reconnaissent parce qu'il y a une place centrale, en général avec des
voûtes sur les côtés .
c. apparent .
on a ces constructions totalement artificielles et qui ont réussi euh je crois
que c'est ... euh un un exemple de réussite...
d. effectif .
je crois que ça mérite j'allais dire un détour .
e. évident .
on passe des fùms, , qui font référence d'une part au Moyen Âge mais aussi au
mythe de la liberté qu'incarnait Robin des bois...
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 24 et vérifiez vos réponses.

S'exprimer et s'auto-évaluer
Sans être urbaniste, vous avez sûrement une idée de .ce que pourrait être une ville
idéale. Pensez aux logements, bien sûr, mais aussi aux différents équipements: sportifs,
scolaires et universitaires, commerciaux, de loisirs. Pensez aussi aux transports,
aux espaces verts, etc., tout en étant réaliste.
1. Organisez votre réponse. Pour cela, choisissez certains mots proposés dans la
liste suivante: avanttout / d'abord / surtout / ensuite/ après / en même temps / en + participe
présent / de préférence / plutôt / non seulement ... mais aussi / enfm / fmalement / bref
2. Répondez éventuellement à partir de quelques notes écrites. Enregistrez-vous puis
écoutez-vous. Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous traité les thèmes proposés?
Avez-vous réussi à parler pendant une minute, sans trop d'hésitations? Avez-vous
réutilisé des expressions propres à l'oral ?

? Enregistrement 25: Les Canadair

A. Écoutez l'enregistrement 25 et répondez aux questions.


1. Combien de locuteurs interviennent?
a. lOb. 2 0 c. plus de 2 0
2. Combien d'hommes, combien de femmes?
3. Les locuteurs se connaissent-ils? Oui 0
4. Que font-ils?
a. journaliste b. pompier c. pilote
A. locuteur 1 B. locuteur 2 C. locuteur 3
5. Y a-t-il des bruits extérieurs? Lesqueis?
6. Où a lieu la conversation? Retrouvez sur la carte les lieux dont il est question.
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 25 pour vérifier vos réponses.
Compréhension globale
A. Écoutez l'enregistrement 25 et répondez aux questions.
1. De quoi s'agit-il?
a. une conférence 0
b. un témoignage 0
c. un reportage 0
d. une interview 0
2. Quel est le thème traité?
a. la lutte contre l'exclusion 0
b. la lutte contre la délinquance 0
c. la lutte contre les incendies 0
d. la violence dans les stades 0
3. Quel est le sujet de la conversation?
a. les avions 0
b. les véhiculestout-terrain 0
c. les pompiers 0
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 25 pour vérifier vos réponses, puis passez à
l'activité suivante.

Compréhension détaillée
A. Écoutez l'enregistrement 25 et répondez aux questions.
1. Combien de types d'avion sont utilisés?
a. deux 0 b. trois 0 c. quatre 0
2. Parmi ces avions,lesquels sont utilisés?
a. Canadair 0 b. Tracker 0 c. Fokker 0 d. Hercules 0
3. Quelle est la capacité, en litres d'eau, de chacun de ces avions?
A. Canadair a. 6 000 1
B. Fokker b. 12 000 1
C. Hercules c. 5 500 1
4. Aujourd'hui, combien d'avions sont utilisés en tout sur la base de Marignane?
a. 4 0 b. 8 0 c. 26 0 d. 46 0
5. Combien de personnes travaillent sur cette base?
a. 200 0 b. 215 0 c. 300 0 d. 400 0
B. Écoutez de nouveau l'.enregistrement 25 pour vérifier vos réponses.

Compréhension détaillée
A. Écoutez l'enregistrement 25 et répondez aux questions en complétant les phrases.
1. Le Canadair est appelé officiellement CL .
2. Quelles sont les caractéristiques de cet avion?
... en clair le Canadair, l'avion (a) et (b) à ... (c) ... , un avion qui va directement
remplir ses ... (d) ... citernes (e) l'eau, (f) litres sont ... (g)... à chaque écopage,
ce qui paraît bien peu par rapport ." (h) de l'avion ...
3. Quels sont les deux substances embarquées dans le Canadair?
4. Comment et quand utilise-t-on ces substances?
a. ça forme une ." (a) ... qui est chargée de recouvrir la ... (b) et de l' ... (c) ... mais
ce produit ne peut pas être utilisé lorsqu'il y a des (d) .
b. donc à ce moment-là, on revient au largage d' (e) avec un effet de ... (f)... de
... (g) ... kilos par ... (h) ... et donc, ça peut être (i) pour l' ... (j) ....
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 25 pour vérifier vos réponses.

Expression du but
1. Complétez cet extrait de l'enregistrement 25.
... parce qu'il s'agit d'un bateau et ce soit un bon bateau de mer, il faut que la coque
soit longue, soit large, soit haute les ailes qui supportent les moteurs ne soient pas
à ... au niveau de l'eau ...
Ces expressions indiquent le but, l'intention et sont suivies du subjonctif.
2. Reformulez la même idée en complétant les phrases suivantes.
a nos camarades pompiers sont obligés de se retirer afm qu'on (pouvoir) larguer
l'eau sans danger pour eux ...
b. ... nous demandons à nos camarades pompiers de se retirer de peur qu'ils (être) .
blessés ...
c. ... nous demandons à nos camarades pompiers de se retirer pour qu'il n'y (avoir)
...... pas de danger pour eux ...
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 25 pour vérifier vos réponses.

S'exprimer et s'auto-évaluer
À votre avis, que faudrait-il faire pour protéger les forêts?
1. Organisez votre réponse. Pour cela, choisissez certains mots proposés dans la
liste suivante: avant tout / d'abord / surtout / ensuite / après / en même temps / en + participe
présent / de préférence / plutôt / non seulement ... mais aussi / enfin / fmalement / bref
2. Répondez éventuellement à partir de notes écrites. Enregistrez-vous puis écoutez-
vous. Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous traité le thème proposé?
Avez-vous réussi à parler pendant une minute, sans trop d'hésitations? Avez-vous
réutilisé des expressions propres à l'oral?
Enregistrement 26: Une comédienne, Alexandra Kasan

,!,~~;~ Situation de communication


A. Écoutez une seille fois l'enregistrement 26 et répondez aux questions.
1. Combien de locuteurs interviennent?
a. 1 D b. 2 D c. plus de 2 D
2. Combien d'hommes, combien de femmes?
3. Les locuteurs se connaissent-ils?
Oui D Non D Unpeu D
4. Comment sont leurs rapports?
a. cordiaux D
b. détendus D
c. indifférents D
d. un peu difficiles D
5. Où a lieu la rencontre?
a. dans la rue D
b. dans un studio D
c. dans un restaurant D
6. Commentle sait-on?
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 26 pour vérifier vos réponses, puis passez à
l'activité suivante.

Se sensibiliser au vocabulaire familier


Quelle est la signification de ces expressions familières?
Retrouvez-les dans l'enregistrement.
a. quand j'étais môme
b. quand elle était gamine
c. le boulot
d. le beau mec
e. une copine de classe
f. un gros cul
Consultez le corrigé pour vérifier vos réponses ou un dictionnaire unilingue récent.

~}@'!@ Se sensibiliser au vocabulaire familier et aux expressions imagées


Quelle est la signification des expressions suivantes?
Retrouvez-les dans l'enregistrement.
1. à tout bout de champ
a. à tout instant D c. n'importe où D
b. partout D d. sans raison D
2. je rougis pour un oui ou pour un non
a. sans motif D b. quelquefois oui d'autres fois non D
c. très facilement D d. très fréquemment D
3. j'étais toujours celle qui tenait la chandelle
a. celle qui assistait aux succès amoureux des autres D
b. celle qui était d'une beauté resplendissante D
c. celle à qui on racontait tout 0
Consultez le corrigé pour vérifier vos réponses ou un dictionnaire unilingue récent.
Se sensibiliser au vocabulaire familier et aux expressions imagées
Retrouvez les expressions suivantes dans l'enregistrement et indiquet'leur signification.
1. TIlui doit une fière chandelle
2. J'ai vu trente-six chandelles
3. Brûler la chandelle par les deux bouts
4. Ce sont des économies de bout de chandelle
5. Le jeu n'en vaut pas la chandelle,
a. Dépenser trop
b. Cela n'en vaut pas la peine
c. Être redevable à quelqu'un d'un service rendu
d. Avoir un éblouissement à cause d'un coup
e. Une épargne insignifiante
Consultez le corrigé pour vérifier vos réponses ou un dictionnaire unilingue récent.

iKTa~~Tn Expression
Lisez le petit article suivant et répondez à la question.

Linda Evangelista déconseille le régime mannequin


Avis aux jeunes filles qui rêvent d'avoir le look mannequin. La
belle Linda Evangelista tient à les mettre en garde. «Arrêtez de
suivre des régimes pour essayer de nous ressembler. Ça ne sert
absolument à rien. Si nous avons des corps longilignes et pas la
moindre graisse, c'est uniquement parce que nous sommes des
monstres génétiques! » C'est elle qui le dit...

Faut-il donner de l'importance, donnez-vous de l'importance à l'aspect physique


des gens?
1. Organisez votre réponse. Pour cela choisissez certains mots proposés dans la liste
suivante: avant tout / d'abord / surtout / ensuite / après / en même temps / en + participe
présent / de préférence / plutôt / non seulement ... mais aussi / enfm / [malement / bref
2. Répondez brièvement par écrit, puis enregistrez-vous sans lire vos notes et écoutez-
vous. Avez-vous respecté les consignes? Avez-vous traité le thème proposé? Avez-
vous réussi à parler pendant une minute, sans trop d'hésitations, sans digressions?
Avez-vous réutilisé des expressions propres à l'oral?

? Enregistrement 27: Les sciences sociales

l%~'ill Compréhension globale


A. Écoutez l'enregistrement 27 et répondez aux questions.
1. De quoi s'agit-il?
a. une conférence D b. un témoignage D c. un meeting D d. une interview D
2. Qu'est-ce qui a motivé la présence du ou des locuteur(s)?
a. un événement culturel D
b. un événement sportif D
c. un fait divers D
d. un événement politique D
3. Quel est le ton employé?
a. neutre '!

b. humoristique
c. didactique
d. passionné
(Plusieurs réponses sont possibles.)
4. Avec quel domaine le sujet traité a-t-il un rapport?
a. l'histoire [J
b. l'anthropologie [J
c. la géographie [J
d. l'urbanisme [J

Compréhension globale
1. Écoutez le début de l'enregistrement 27.
Quel est le rôle de ce paragraphe?
a. faire une introduction [J
b. présenter le plan [J
c. se présenter [J
d. se justifier [J
(plusieurs réponses sont possibles.)
2. Complétez cette transcription du début de l'enregistrement 27.
... la double tâche que vous m'avez assignée, en effet, est ... (a) ... difficile... euh ... car il
s'agira en fait pour moi, euh, de m'élever euh, du général au particulier, alors que les
ethnologues ont ... (b) ... tendance de de (c) ... à privilégier, euh, la démarche inverse...
dans un premier temps en effet, je ... (d) vous présenter, euh, une perspective ... cavalière
sur l'évolution récente de l'anthropologie française, en mettant l'accent sur sa spécificité
au regard d'autres traditions scientifiques nationales ce panorama ... (e) ... tronqué, vu
le temps ... (f) ... bref qui m'est imparti, me servira (g)... de toile de fond pour aborder
dans un deuxième temps ... (h) ... caractéristiques présentes de l'anthropologie ...
3. Écoutez de nouveau l'enregistrement 27 et vérifiez vos réponses.
4. Quel est le rôle de toutes ces expressions?
a. argumenter [J
b. exprimer son opinion [J
c. nuancer [J
d. s'exprimer avec prudence [J
(Plusieurs réponses sont possibles.)

Compréhension détaillée
A. Retrouvez dans l'enregistrement 27 les expressions qui justifient les affrrmations
suivantes.
1. Au cours de ces trois dernières décennies, l'anthropologie et la sociologiefrançaises ont
été très créatives.
... l'anthropologie et la sociologie-françaises ont connu, au cours de ces trois dernières
décennies, .
2. Le structuralisme et le marxisme sont apparemment deux mouvements de pensée
totalement irréconciliables.
... le structuralisme et le marxisme deux mouvements de pensée .
3. Les deux courants de pensée se sont inspirés l'un de l'autre.
À cette époque, en effet, le structuralisme .
B. Écoutez de nouveau l'enregistrement 27 et vérifiez vos réponses.
2.3 6 Structurer son discours - Mots de liaison
1. Complétez la transcription de cet extrait de l'enregistrement 27.
C'est ... (a) ... des années soixante, ... (b) ... , que ... l'anthropologie structurale de Claude
Lévi-Strauss commence ... à entrer dans le domaine commun, proposant une ... approche ...
des faits de culture et de société, en termes de variations dans des oppositions contrastives
dont d'autres secteurs des sciences humaines mesurèrent ... très rapidement l'intérêt ...
... (c) ... , la relecture ... des grands textes de Marx, par des philosophes, comme Louis
Althusser, ou par des anthropologues, comme .i\1aurice Godelier, mettait en lumière ...
l'originalité, chez Marx, d'une conception de la causalité des phénomènes sociaux, qu'une
longue tradition d'exégèse dogmatique ou humaniste avait contribué à occulter ...
... (d) ... la scène était mûre ... pour une vaste confrontation intellectuelle, paradoxalement
marquée par une volonté de s'approprier les outils conceptuels de la partie adverse, afin...
de les intégrer dans des problématiques qui leur étaient, à première vùe, étrangères ...
... (e) ... , ... (f) , le structuralisme se réclamait de lvlarx et les marxistes se prétendaient
structuralistes (g) , les développements les plus originaux, me semble-t-il, de
l'anthropologie et de la sociologie ew .... françaises contemporaines, sont issus de cette
oscillation entre structure et événement, entre permanence et changement, entre quête des
invariants et logique de l'action, entre euh, morphologie sociale et ... dynamique sociale...
2. Écoutez de nouveau l'enregistrement 27 et vérifiez vos réponses.
3. Toutes ces expressions servent à:
a. marquer la chronologie [J b. organiser le raisonnement [J
(Plusieurs réponses sont possibles.)

Résumer
1. Écoutez de nouveau l'enregistrement 27 et essayez de le résumer oralement.
2. Enregistrez-vous.
3. Complétez le texte suivant afin de lui donner un sens.
Le développement des sciences sociales en France ... (a) ... des dernières années a été
marqué ... (b) ... une opposition dynamique ... (c) ... deux systèmes de pensée à première
vue incompatibles: le marxisme et le structuralisme. L'exemple de l'anthropologie montre
pourtant que cette confrontation de méthodes a contribué ... (d)... l'émergence de paradigmes
et ... (e) ... objets originaux qui attestent ... (f)... fécondité présente de la discipline.
4. Comparez ce texte et votre résumé oral.
Activités bilans - Exemples d'épreuves

Nous vous proposons trois entraînements à l'épreuve du 82 du DALF. Les deux premiers
sont du type « oral collectif» (compréhension orale de documents accompagnés de
questionnaires écrits qui demandent des réponses complètes et rédigées ou des réponses
à cocher). Le troisième est du type « oral individuel».
Réalisez cet entraînement dans les conditions de l'examen (30 minutes) pour pouvoir
vous auto-évaluer correctement.

f' _

'-r Activité bilan 1 - Oral collectif


1 Enregistrement 10: L'extraordinaire odyssée de la tortue luth

Épreuve
Vous allez entendre un enregistrement sonore de 2 minutes qui parle d'une espèce
de tortue migratrice, la tortue luth.
• Écoutez une première fois l'enregistrement 10.Vouspouvez prendre des notes si vous
le désirez.
• Prenez connaissance du questionnaire, lisez toutes les questions.
• Écoutez une deuxième fois l'enregistrement 10, prenez des notes complémentaires
et commencez à répondre.
L'extraordinaire odyssée de la tortue luth
1. Expliquez le titre du document.
2. Pourquoi cet animal est-il considéré comme le plus grand reptile du monde?
3. Pourquoi l'appelle-t-on {(tortueluth)?
4. La tortue luth a-t-elle une couleur uniforme?
5. Quelle est la raison de ses migrations?
6. Combien de tortues de cette espèce reste-t-il actuellement?
7. Pourquoi certaines tortues sont-elles arrivées aux Canaries?
8. Quand et comment les Guanches ont-ils disparu?
9. Que représentait la tortue luth pour les Guanches?
10. Quelle peut être l'explication du retour de la tortue luth aux Canaries?

Auto-évaluation
• Écoutez de nouveau l'enregistrement 10,puis lisez la transcription pour corriger vos
réponses.
• Comptez 2 points par réponse correcte.
Question 1: j2 Question 6: j2
Question 2: j2 Question 7: j2
Question 3: j2 Question 8: j2
Question 4: j2 Question 9: j2
Question 5: j2 Question 10: j2 . Total: j20
o~--------------------------
, Activité bilan 2 - Oral collectif
Enregistrement 28: La congélation des corps humains

Consignes
Vous allez entendre un enregistrement sonore de 4 minutes concernant la congélation
des corps humains.
• Écoutez une première fois en vous concentrant sur le sens global. Ne cherchez pas
à prendre de notes.
• Vous aurez ensuite 4 minutes pour prendre connaissance du questionnaire qui
vous sera distribué. Les questions suivent l'ordre de l'enregistrement.
• Écoutez l'enregistrement une seconde fois en répondant aux questions.
• Vous aurez encore 5 minutes pour relire et compléter vos réponses.

Questionnaire
1. Pour quelle raison certains Américains veulent-ils se faire congeler après leur mort?
(Répondez à l'aide d'une phrase.)

2. Qui est interviewé? (Cochez une seule phrase.)


a. Un chercheur universitaire 0
b. Le fondateur d'une secte 0
c. Le collaborateur d'une revue 0

3. Qui est à la tête de ce marché de congélation des corps humains >} ?


{<

(Cochez une seule phrase.)


a. Des sociétés commerciales D
b. Un groupe de médecins 0
c. Des pharmaciens 0
4. Le corps est congelé pour ... (Cochez une seule phrase.)
a. Une dizaine d'années 0
b. Une période illimitée 0
c. Un siècle 0
5. Après la mort, le sang est remplacé par un mélange contenant ... (Cochez une seule phrase.)
a. du glycérol 0
b. de l'eau glacée 0
c. de l'azote liquide 0
6. À quelle température est maintenu le corps après congélation? (Cochez une seule case.)
a. 187 0
0
b. 193 0
0
c. 196 0
0

7. D'après l'interview,... (Cochez une seule case en regard de chacune des phrases.)
Vrai faux ?
a. Les plantes peuvent être congelées pendant une durée indéterminée. 0 o 0
b. Tous les animaux peuvent être congelés pendant quelques semaines. 0 o 0
c. Seuls certains animaux peuvent être congelés pendant quelques semaines. 0 o 0
8. Cette méthode qui consiste à congeler le corps humain après la mort est-elle scientifique?
(Répondez à l'aide d'une ou deux phrases.)

9. D'après l'interview, ... (Cochez une seule case en regard de chacune des phrases.)
Vrai faux ?
a. Un organe humain peut être congelé. o 0 0
b. Un organe humain ne peut actuellement être conservé o 0 0
plus de quelques heures.
c. Un organe humain pourra à l'avenir être conservé
grâce à des produits chimiques.
10. Lorsqu'un corps est congelé, qu'arrive-t-il aux cellules? (Répondez à l'aide d'une phrase.)

11. En quoi consistent les recherches scientifiques actuelles, dans ce domaine?


(Répondez à l'aide d'une ou deux phrases.)

1. L'espoir de ressusciter un jour grâce aux progrès à venir de la médecine.


2. c. Le collaborateur d'une revue.
3. a. Des sociétés commerciales.
4. b. Une période illimitée.
5. a. Un mélange contenant du glycérol.
6. c. 196 degrés Celsius.
7. a.? b. Faux c. Vrai
8. Elle n'est pas du tout scientifique. Elle relève des fantasmes de l'homme.
9. a. Faux b. Vrai c.?
10. Les cellules sont détruites par la cristallisation de l'eau.
11. Trouver le moyen de congeler l'organisme humain sans que les cellules soient détruites.

Auto-évaluation
• Écoutez de nouveau l'enregistrement 28, puis lisez la transcription pour corriger vos
réponses.
• Évaluez-vous en fonction de la grille suivante:
Question 1: ./2 Question 7: /3
Question 2: /1 Question 8: /2
Question 3: /1 Question 9: /3
Question 4: /1 Question 10: /2
Question 5: /1 Question 11: /3
Question 6: /1
Total: /20
Les questions
Elles sont toujours au nombre de cinq mais peu-
1. L'unité B3 a pour objectif de vérifier votre com- vent être d'importance et de longueur variables:
préhension et votre expression écrites en langue cela peut aller de questions ponctuelles auxquelles
de spécialité, dans le domaine que vous avez choisi. vous pouvez répondre en deux ou trois lignes à des
il existe quatre grands domaines de spécialité: questions exigeant un développement d'une dizaine
1. Lettres, sciences humaines et sociales de lignes.
2. Mathématiques et sciences de la matière Le barème des questions est fonction de leur impor-
3. Sciences de la vie tance relative.
4. Sciences économiques et sciences juridiques
Ces questions peuvent porter sur les documents
Quelles connaissances en « langue de spécialité)}
eux-mêmes (sur l'un des documents ou sur la pro-
attend-on de vous? blématique d'ensemble) ou solliciter de votre part
il ne s'agit en aucun cas de connaissances très éten- une implication plus personnelle (donner votre opi-
dues dans le domaine concerné mais seulement d'un nion, proposer une solution, faire état de votre expé-
bon niveau (i fm d'études secondaires ». C'est votre rience, etc.).
maîtrise de la langue qui sera évaluée beaucoup plus Vous serez évalué et sur l'adéquation de votre
que vos connaissances en la matière. réponse à la question posée et sur vos compétences
2. L'épreuve comporte delL,{exercices distincts mais plus strictement linguistiques.
reposant sur le même support:
- une synthèse de différents documents traitant
d'un même sujet;
- cinq questions qui portent sur l'ensemble du
dossier.

La synthèse
La synthèse
il s'agit, à partir de plusieurs documents écrits por-
• Objectif 1. Approche globale d'un texte: identi-
tant sur le même sujet, de synthétiser les informa-
fication, fonction, domaine de référence, organi-
tions qui s'y trouvent et de les reformuler avec
sation et composition générales.
vos propres mots.
-+ 10 activités (238 à 247).
il vous faudra donc: • Objectif2. Repérage des mots clés, des idées direc-
a. bien identifier chaque document, comprendre trices dans chaque document.
son propos et son organisation logique; -+ 10 activités (248 à 257).

b. découvrir la problématique commune à tous • Objectif 3. Repérage des marques temporelles et


les documents et en dégager les idées essentielles; des articulations logiques, repérage des différents
c. sélectionner, comparer et classer ces informa- types d'argumentation.
tions; -+ 10 activités (258 à 267).

d.les reformuler en un texte unique dont vous éta- • Objectif 4. Repérage des marques de l'énoncia-
blirez vous-même le plan avec vos propres mots tion, repérage de l'in1plicite.
mais de manière neutre (vous ne devez pas faire de -+ 5 activités (268 à 272).

commentaires personnels). Vous pouvez mention- • Objectif 5. Comparaison de différents documents:


ner vos sources pour plus de clarté. Une consigne - analyse du type de relation existant entre deux ou
de longueur vous est indiquée (+ ou - 10 %) ; plusieurs documents;
e. introduire brièvement votre texte (présentation - regroupement des différentes idées communes,
de la problématique générale) et proposer une complémentaires ou opposées pour élaborer un plan.
conclusion personnelle mais objective. -+ 15 activités (273 à 287).
• Objectif 6. Intégration de différents éléments rele- 239 - 243 - 247 - 253 - 254 - 258 - 260 - 262 -
vés dans les textes en un texte unique concis, cohé- 268 - 270 - 277 - 278 - 279 - 280 - 285 - 286 -
rent et articulé.
287 - 293 - 294 - 295 - 296 - 305 - 309 - 318 -
-* 14 activités (288 à 301).
319 - 321 - 326 à 332;
Les questions • domaine 2 (sciences pures) mathématiques) infor-
matique) :
- Questions de type 1 : 5 activités
238 - 241 - 244 - 249 - 264 - 288 - 289 - 33
- Questions de type 2: 5 activités
- Questions de type 3 : 5 activités à 338;
- Questions de type 4: 5 activités • domaine 3 (sciences de la vie) écologie, médecine}:
- Questions de type 5 : 5 activités 250 - 256 - 261 - 266 - 269 - 272 - 283 - 284 -
297 - 298 - 299 - 300 - 301 - 306 - 310 - 311 -
Les activités bilans
312 - 313 - 314 - 315 - 320 - 339 à 344;
Domaine 1: 6 activités • domaine 4 (sciences économiques et sciences juri-
Domaine 2: 6 activités diques) :
Domaine 3:6 activités
245 - 248 - 252 - 255 - 259 - 265 - 273 - 274 -
Domaine 4: 6 activités
275 - 276 - 281 - 282 - 290 - 291 - 292 - 302 -
Classification par domaine de spécialité 303 - 304 - 307 - 308 - 316 - 317 - 321 - 322 -
des textes proposés dans l'unité B3 : 323 - 324 - 325 - 345 à 350;
• domaine 1 (lettres) arts) sciences humaines et • hors classification (par exemple,jaits divers):
sociales) : 240 - 242 - 246 - 251 - 257 - 263 - 267 - 271.
La synthèse

Objectif 1
Approche globale du texte:
- identification, fonction et domaine de référence,
- organisation et composition générales.
La synthèse que vous aurez à rédiger le jour de l'épreuve de l'unité 83 concernera deux,
trois ou quatre textes portant sur le même sujet. Cependant, avant d'entamer le
travail spécifique à la synthèse, sur l'ensemble des documents, il semble utile de vous
entraîner à bien saisir la spécificité d'un document: son origine, sa nature, sa fonction,
son organisation.
Conseils pour appréhender globalement un texte
• Avant de vous lancer dans la lecture des documents que l'on vous propose, examinez-
les d'abord globalement, en prêtant une attention particulière à la forme et aux références:
- Taille et organisation matérielle de chaque document: sa longueur, le nombre de
paragraphes, les types de caractères (présence ou non d'italiques, par exemple, ou encore
mots en caractères gras).
- y a-t-il des illustrations (photos, dessins, schémas, courbes ... )?
- Le document est-il signé? Y a-t-il certaines indications concernant le signataire (titre,
fonction, etc.)?
- Le document est-il référencé (nom du journal, de la revue ou de l'ouvrage,
éventuellement nom du lieu de publication et de l'éditeur)?
- Est-il daté? (Ce point est très important car il permet de prendre en compte le contexte
historique de chacun des documents.)
• En un second temps, parcourez rapidement l'ensemble des documents: lecture des
titres, sous-titres, intertitres; lecture des premières et des dernières lignes, des amorces
de paragraphes.
Vous aurez ainsi une idée du contenu général des documents et pourrez déjà formuler
quelques hypothèses sur les questions auxquelles ils sont censés répondre.

En regardant l'image «globale» (photo, titre et sous-titre) de ce texte, pouvez-vous


dire s'il s'agit plutôt:
a. du compte rendu d'un article paru dans une autre revue scientifique?
b. d'une lettre extraite du Courrier des lecteurs?
c. d'un article présentant une découverte scientifiqueimportante venue de Grande-Bretagne?
Quel indice avez-vous utilisé pour répondre?

«Leading-edge vortices vaux qui expliquent en partie


in insect flight» pourquoi les insectes jouissent

'
«<Nature», 19/26 déco 1996)
aérodynamique est une
d'une portance plus grande que
ne le permettraient les mécanis-

L science compliquée; il
n'est donc pas tout à fait
surprenant que le vol des insectes
mes de vol usuels (oiseaux,
avions). Ils ont mené des expé-
riences en soufflerie, d'abord avec
ne soit pas encore compris. Mais des sphinx (papillons de nuit de
Charles Ellington et ses collègues l'espèce Manduca sexta) mainte-
britanniques ont publié des tra- nus à l'extrémité d'une tige. Mais
pour avoir une VISIOn plus ailes, à leur base; ce tourbillon décrochage. Les détails de ces phé-
détaillée de l'écoulement d'air au- se déploie vers l'extrémité des nomènes sont encore à préciser.
tour des ailes, visualisé par des ailes tout en s'élargissant, puis Et surtout il reste à identifier le
traînées de fumée, ils ont utilisé se décroche de l'insecte. La rota- mécanisme qui engendre les tour-
un modèle mécanique et motorisé tion de l'air au dessus de l'aile y billons et à vérifier que ces résul-
du papillon, de taille beaucoup crée une dépression, et augmente tats sont généralisables aux autres
plus grande. Que révèlent les cli- donc la portance du papillon. insectes, voire à des oiseaux
chés? Lors de chaque coup d'ailes L'extension du tourbillon en direc- capables de voler lentement ou de
vers le bas, un petit tourbillon naît , tion du bout des ailes semble aussi faire du surplace comme les coli-
au niveau du bord antérieur des l jouer un rôle, en retardant le bris.

239 En regardant le titre et le chapeau de cet article, pouvez-vous dire s'il provient plutôt:
a. d'une revue spécialisée dans les sciences de l'éducation?
b. d'une revue de vulgarisation scientifique?
c. d'une revue grand public?
Quel indice vous a aidé?

CHRONIQUE DE L'ÉDUCATION financièrement ambiguë. Un bon tuteur doit être quel-


par Marie-Christine Jeanniot qu'un qui rassure, écoute avec une patience infi-
nie, valorise le moindre progrès. Les cracks dans une
Un tuteur pour apprendre matière sont souvent les moins bien placés pour per-

Certains enfants ont du mal à apprendre. Une


I cevoir les difficultés des autres dans le domaine où
justement ils excellent: un père polytechnicien aura
personne extérieure à la famille, choisie pour
souvent le plus grand mal à comprendre et à admettre
ses qualités d'écoute et sa pédagogie, les aidera
que son fils soit «bouché» en maths. Ses explica-
à remonter la pente.
tions risquent d'être énervées et de trop haut niveau.
eaucoup d'enfants progressent quand on peut

B
Sans même qu'il s'en rende compte! Mieux vaut
leur accorder une attention et une aide indi- choisir un lycéen ou un étudiant pour ses qualités
viduelles. La première personne susceptible d'écoute et de pédagogue. Ou recourir à une aide
d'aider son enfant est la maman. Elle l'encourage spécialisée et mal connue: celle d'orthophonjstes
à se mettre au travaille soir, pour les fameux devoirs spécialement formées à la rééducation des enfants
à la maison. Elle peut lui permettre de s'organiser, au langage des mathématiques, par exemple. On peut
de préparer son cartable. Sa situation privilégiée s'adresser au Gepalm, 60, bd Saint-Marcel, 76005
auprès de l'enfant, si son travail lui en laisse le temps, Paris. Tél. : 47078211.
est cependant piégée: il arrive que celui-ci en pro- Quelle que soit la méthode pratiquée, l'essentiel est,
fite pour cultiver la symbiose avec sa mère. Et que pour un enfant en difficulté, de se sentir compris
ses frères et sœurs en soient jaloux. Si l'enfant s'ha- et aimé. Grâce à une écoute patiente, il remonte pro-
bitue à travailler pour et par la mère, il risque d'avoir gressivement la pente et moillfie son attitude. Nul
ensuite des difficultés à se prendre en charge, chose n'est irrémédiablement perdu et nul ne devrait être
extrêmement néfaste, à partir de la 6e. Mieux vaut définitivement classé comme irrécupérable. Certains
donc chercher une aide extérieure à l'école et à la enseignants sont hostiles à toute aide extérieure
famille. Bien sûr, une institutrice peut remettre en donnée aux élèves, au motif que cela encourage leur
selle l'un de ses élèves après une longue maladie, passivité. Pourtant, tout être humain est capable de
par exemple. Mais choisir la maîtresse comme tuteur progression, à son rythme, à condition qu'on lui
à long terme risque de ne rien arranger si elle a déjà, redonne confiance.
en classe, du mal à percevoir et à accepter les dif-
ficultés de l'enfant. Par ailleurs, la situation risque Avec François Marchand,
de devenir malsaine vis-à-vis des autres élèves et psychologue de l'éducation

240 Prenez rapidement connaissance de ce document, sans le lire entièrement. À votre


avis, son objectif est-il plutôt:
a. de critiquer?
b. d'informer?
c. de raconter un fait divers?
Justifiez brièvement votre réponse.
Fourrière: quai des prunes
Ça peut aller très vite. Quelques minutes après 1 qu'un trente-huit tonnes. Une fois en fourrière,
le dépôt de la contravention sur le pare-brise, vous avez quarante-cinq jours pour récupé-
votre véhicule peut être embarqué à la fourrière. rer votre bien. Au-delà de ce délai, c'est consi-
Pas le temps de dire ouf et vous voila à la pis- déré comme un abandon et la voiture est soit
ter. En fait, il suffit d'appeler son commissariat détruite, soit vendue aux domaines. Préparez
de quartier: un système informatique permet de votre carnet de chèques ou votre carte bleue:
retrouver l'auto fautive même l'on n'a ni ses les tarifs augmentent cette année. Outre le paie-
papiers, ni son numéro d'immatriculation en ment de la contravention, la note passe de 450
tête. Du moment que vous vous souvenez de sa à 600 F pour les véhicules légers et les frais
couleur ... de garde, de 21 à 30 F par jour.
En général, l'enlèvement se fait en fonction de Centresde transit à Paris: Bercy (01-43-46-69-38), Pantin
l'urgence. Si vous êtes dans un couloir de bus, (01-44-52-52-10), Batignolles (01-42-93-51-30), Pouchet
vous avez peu de chance d'y échapper. Et pas (01-42-63-18-27), Halles (01-42-21-44-63), Balard (01-45-
question d'espérer une accalmie pendant la 58-70-30), Montparnasse (01-43-20-65-24), Foch (01-45-
nuit: les sociétés privées chargées de l'enlè- 01-80-13). Les quatre fourrières sont, pour Paris, boule-
vement peuvent intervenir vingt-quatre heures vard Macdonald(01-40-38-13-70) et à Bonneuil-sur-Marne
sur vingt-quatre. Elles sont quatre à Paris, choi- (01-43-39-72-30) pour les véhicules en bon état, à Clichy
sies sur appels d'offre relancés tous les quatre (01-47-31-22-15) atLa Courneuve(01-48-38-31-63) pourles
ans. Elles peuvent subtiliser aussi bien un vélo autres.

2.41- 1. Regardez tout d'abord le titre, la typographie et l'organisation générale de cet


article. Est-ce plutôt, selon vous:
a. le compte rendu d'un ouvrage consacré à la vie de Pasteur et à celle de Pouchet?
b. une prise de position en faveur des théories de Pouchet?
c. le récit d'une polémique scientifique entre Pasteur et Pouchet?
Justifiez brièvement votre réponse.
2. L'article se compose de deux parties bien distinctes. La seconde partie présente-
t-elle plutôt:
a. trois analyses commentant cette controverse entre Pasteur et Pouchet?
b. trois résumés des théories scientifiques postérieures aux travaux de Pasteur et de Pouchet?
Quels mots vous ont aidé à répondre?

Une controverse célèbre: plication de cette histoire existe: • Le point de vue de la sociologie
quelques années plus tard, un relativiste. Pasteur a su persuader
Pasteur, Pouchet Anglais nommé Bastian, refaisant l'Académie. Il avait une réputation
et la génération les mêmes gestes que Pouchet, supérieure à celle de Pou ch et. Sa
verra apparaître des micro-orga- victoire permettait le développe-
spontanée nismes dans ses éprouvettes. La dis- ment de la biologie de laboratoire.
cussion théorique ne sera pas réou- Elle était aussi un argument contre

V
ers le milieu du XIXe siècle,
une controverse opposa pen- verte pour autant, mais la victoire le darwinisme.
dant plusieurs années Louis de Pasteur semble du coup reposer • Le point de vue de l'ethnomé-
Pasteur à Felix Pouchet sur la ques- sur une part de chance. On a appli- thodologie. Pasteur a gagné parce
.on de savoir si des organismes qué à cette histoire les points de qu'il a impressionné Pouchet avec
\ivants pouvaient apparaître dans vue respectifs qui sont ceux de l'his- ses expériences. Si Pouchet ne s'était
des milieux ne contenant aucun toire et de l'épistémologie rationa- pas retiré, il aurait pu avoir le des-
germe». listes d'un côté, de la sociologie et sus provisoirement. Dans ce cas
Les deux savants imaginèrent cha- de l'ethnométhodologie de l'autre. Pasteur n'aurait pas été crédité de
un des séries d'expériences con- • Le point de vue rationaliste- cette découverte.
adictoires à base de décoctions réaliste. Les idées de Pasteur étaient
stériles ». plus cohérentes. Ses méthodes
-Académie des sciences ayant étaient plus rigoureuses que celles B. Latour,{(Pasteur et Pouchet: hétéro-
on né raison une première fois à de Pouchet. Ses expériences ont genèse de l'histoiredes sciences », da
asteur, en 1864 Pouchet se retira convaincu parce qu'elles étaient en M.Serres, Éléments d'histoire des scie~-
e la compétition. Une petite com- accord avec la nature. ces, Bordas, 1989.
-242 Sans lire le texte entièrement mais en prenant connaissance du titre, de la légende
de la photo, des premières et des dernières lignes, des dates et des noms propres.
pouvez-vous:
1. dater cet article (année et mois)?
2. dire si Pierre Emmanuel a dirigé:
a. l'Institut national de l'audiovisuel (INA) ?
b. la Vidéothèque de Paris?
c. la Maison de la poésie?

Aux inquiétudes que lui inspirait la grande ville, il


répondit par les actes, vieille habitude contractée dès
la Résistance par ce poète engagé dans son temps,
grand penseur (et passeur) de la culture, qui diri-
«Le vieux Parisn'est plus. Lafonne d'une ville change
gea notamment, de 1975 à 1980, l'Institut national
plus vite, hélas, que le cœur d'un mortel. » Pierre
de l'audiovisuel.
Emmanuel donnait raison à Baudelaire qu'il aimait
En février 1984, lors d'une conférence filmée et
à citer, mais le fondateur de la Vidéothèque de Paris,
conservée dans le fonds de la Vidéothèque (série
disparu voici dix ans, le 22 septembre 1984, n'était
«Paris au jour le jour»), il expose aux côtés de
pas l'homme des «hélas».
Jacques Chirac son projet futuriste: ouvrir au public
un lieu où serait entreposée et progressivement consti-
tuée en images la mémoire de la ville. Un «écran où
la cité se peint en songe », écrivait-il dans Sodome
(1972), où la vision de cette structure-miroir figu-
rait déjà. Ces images, archives et production, seraient
visibles par tous, à la carte, reliant les hommes per-
dus et isolés dans la mégalopole et les avatars de leur
époque. Les chercheurs pourraient à travers elles
se situer au carrefour de deux enjeux majeurs qui,
aux yeux du poète, constitueraient notre avenir: le
phénomène urbain et l'audiovisuel.
L'écrivain quitta ce monde trop tôt pour constater
combien il voyait clair ... Son œuvre, prolixe, s' ins-
crit dans les livres et au cœur de Paris: à la Maison
de la poésie (dont il jeta les bases en 1983 avec Pierre
Seghers) et à la Vidéothèque, inaugurée quatre ans
après sa mort. Là, le curieux peut l'y retrouver, et
l'entendre évoquer cet « homme déjà ancien»: « Il
a trop lu pour n'être né qu'à sa datelTrop voyagé
pour n'être né qu'à son lieu/ll a pour poumon arti-
ficielle futur. »Valérie Marin La Meslée
L'œuvre de Pierre Emmanuel est éditée au Seuil.
France Culture lui rend hommage dans les programmes
des 22, 24 et 29 septembre.

TéléraTnaJ

243 Dans ce bref article du journal La Croix consacré à la politesse, il y a trois citations
1. Repérez-les.
2. En quoi nous aident-elles à repérer l'organisation logique du texte?

•La politesse est morte, vive la sin- 1 auprès des éducateurs et des parents lénaires philosophes et moralistes. ou monter sur les tables· s'ils en am
cérité?· C'est à travers cene question de très jeunes enfants, choisissant Certes, un rustre généreux vaudra envie., la plupart des éducateurs ont
un peu provocatrice que la Seita ainsi de remonter· à la source· de la toujours mieux qu'un ·salaud. trop compris que, dès la crèche, la sin-
lance en 1993 son opération annuelle politesse, c'est-à-dire aux premiers poli. Et la génération des soixante- cérité ne suffit pas. ·La politesse n'est
de mécénat. •La politesse est morte, moments de son apprentissage. huirards ne s'est pas privée de le pas morte. Elle a simplement changé
vive la politesse., réplique Sophie Ce duel entre la sincérité et la poli- rappeler. Mais hormis quelques par- de forme. Ou plutôt plusieurs for-
Duchesne, sociologue au CNRS, tesse ne date pas d'hier: d'Aristote à tisans de la sincérité à tout crin qui mes coexistent aujourd'hui., précise
après avoir longuement enquêté La Bruyère. il agite depuis deux mil- laissent leurs enfants tirer la langue Sophie Duchesne.
Prenez connaissance du titre, des "premières et des dernières lignes de ce t:ext:e du
Monde sur les dinosaures.
La dernière phrase est une réponse. À quelle question (présente dans le texte)
correspond-elle?

Ils nous parlent de nous


COMBIEN d'adultes font-ils la différence entre le chercher les grands dinosaures pour les musées de la
Majungatholus, le Muttaburrasaurus, le Maiasaura et côte Est. 7hceratops, Stegosaurus,Allosaurus, Tyranno-
le Mussaurus? À cinq ans, pourtant, n'importe quel saurus: tous ces spécimens ont d'abord été décou-
enfant sait les reconnaître. Pourquoi s'intéressent·ils verts en Amérique du Nord, dont ils sont, pour la plu-
tant aux dinosaures? La première réponse qui vient part, exclusivement originaires.
à l'esprit est que les dinosaures sont grands, féroces L'immense succès des dinosaures viendrait donc de
et qu'ils ont disparu. Mais elle ne convainc pas: il existe l'esprit d'entreprise de l'Angleterre victorienne,d'abord,
quantité d'autres grands animaux féroces disparus. puis des États-Unis, pays dynamique, riche en dino-
Alors, pourquoi? Peut·être par les hasards de l'histoire. saures, où la publicité et le sens du spectacle ont tou-
Les premiers dinosaures scientifiquement décrits jours été pris plus au sérieux qu'ailleurs. Mais une autre
- Megalosaurus (1824) ,l'Iguanodon (1825) et Hylaeo· caractéristique pourrait également expliquer leur suc·
saurus (1833) - furent,en 1842,collectivement recon· cès: l'anthropomorphisme. Beaucoup de dinosaures,
nus comme appartenant à la classe des reptiles géants notamment parmi les plus anciens, étaient bipèdes.
par l'anatomiste britannique Richard Owen. C'est lui Nombre d'entre eux possédaient,en outre,des « mains»
l'inventeur du nom « dinosaure », ou « terrible lézard ». capables de saisir. Leurs membres, par leurs propor-
Ces sauriens parlaient à l'imagination du public dans tions (postérieurs longs et puissants, antérieurs courts
un Empire britannique en pleine expansion.L'engoue- et graciles), ne sont pas sans rappeler ceux de l'être
ment pour les dinosaures se renforce encore au humain. Ils avaient, enfin, un « visage »,donc une cer-
contact d'une autre société dans laquelle triomphent taine expression. Les yeux des dinosaures carnivores,
l'optimisme et le progrès: les États-Unis d'Amérique souvent rapprochés, placés à l'avant de la tête, leur
de la fin du siècle dernier. L'Ouest n'a pas été conquis donnaient presque figure humaine ... La réponse serait
par les seuls cow-boys et chercheurs d'or, mais aussi donc simple: nous aimons les dinosaures parce qu'ils
par des bandes d'aventuriers hauts en couleur, partis nous parlent de nous. Henry Gee.

~45 1. Identifiez la nature du prelY'.ierparagraphe. Pourquoi, à votre avis, le journaliste


a-t-il choisi de commencer ainsi son article?
2. Prenez connaissance de ce texte sans le lire entièrement:
- lisez le titre, le chapeau et les intertitres;
-lisez ensuite le premier paragraphe et les lignes situées au début et à la fin de chacune
des deux parties.

Le sous-emploi toucherait
7 millions de personnes
Un rapport commandé par Alain Juppé au Commissarial général
au Plan et rendu public hier se propose de mieux mesurer
la place du chômage dans la société.
« Les quelque 3 millions de Rapport noir élevée, la France occupe une position
chômeurs au sens du BIT ne C'est un rapport très noir que le décalée.« La France, note le rap-
forment que le noyau dur d'un Commissariat général au Plan a pré- port, affiche le taux de chômage leplus
vaste phénomène de décomposition élevé de tous les grands pays déve-
senté hier. Ce document, commandé
de la relation au travail. loppés du G7 à l'exception de l'Italie »,
par Alain Juppé en avril 1996, s'at- sans que pour autant la structure du
Celui-ci touche près de 7 millions tache à déterminer la spécificité du marché du travail soit atypique.
de personnes, sans compter les chômage français au sein de l'Union Parmi les principales différences,
personnes qui composent leur européenne. l'étude met l'accent sur les« taux d'in-
environnement familial immédiat et En effet, au sein même du modèle activité des 15-24 ans, faible en
qui subissent directement toutes les social européen dans lequel la flexi- France, de 32 % contre près de 60 à
retombées matérielles et psycho- bilité des salaires nominaux est rela- 70 % dans les pays anglo-saxons ou
logiques négatives de la situation. » tivement faible et la protection sociale les pays du Nord de l'Europe J
(58,5 % en Allemagne) ». À l'autre port estime que «si les chiffres du le sociologue Robert Castel, l'écono-
extrême de la pyramide des âges. on chômage exercenr des ejjèts très néga- miste Jean-Paul Fitoussi et le direc-
observe d'ailleurs le même phéno- tifs sur le moral du pays. c'est parce teur de l'IRES (Institut de recherche
mène: «La France se caractérise au que chacun sait qu'il s'agit de la économiques et sociales) Jacque
sein du G5 par un fort taux d'inacri- parrie émel"gée de l'icebel"g de la pré- Freyssinet, propose notamment un
vité des personnes âgées de 55 à 64 carité ». nouveau critère d'évaluation du chô-
ans, plus particulièrement pour les mage de longue durée.
({ Sous-emploi massif»
hommes: plus de 55 % des hommes de Si on effectue une moyenne de
cette tranche d'âge en France sont en En effet, un «sous emploi massif» est périodes cumulées de chômage sur
retrait du marché du travail, alors que notamment constitué par les contrats trois ans, au lieu de considérer comme
dans les autres pays du G5 ce taux se à durée déterminée (CDD) de courte chômeur de longue durée toute per-
situe généralement entre 30 et 40 %, il durée ou les missions d'intérim, dont sonne inscrite depuis au moins l-
est même inférieur à 15 % au Japon. » une faible part débouche sur des mois à l'Anpe, la part des chômeu _
Analysant l'ampleur du phénomène empiois stables, explique-t-il. de longue durée passe de 35 à 64 lié
et son impact psychologique, le rap- Le rapport, rédigé conjointement par en 1996, souligne-t-il.

Répondez ensuite par Vrai ou Faux:


1. Le nombre des chômeurs en France est de sept rrüllions de personnes.
2. Le rapport du Commissariat général au Plan insiste sur les effets négatifs de la précarr.:
sociale.
3. Ce rapport compare la situation française à celle des autres pays de la Communa -
européenne.

246 1. En regardant le titre, les deux indications qui le précèdent et l'intertitre, pouYe~-
vous dire s'il s'agit plutôt:
a. d'un article paru dans un journal régional commentant la sortie du dernier Guide Hache-
des Vins 1998?
b~ d'une publicité pour le Guide Hachette des Vins 1998 parue dans une revue spécialisé -
c. d'une publicité pour le vin de Champ ...;J1\..prue dans un quotidien national?
2. Au-dessus du titre, on peut lire: «Pour en finir avec les idées reçues ... ». Qu
phrase du texte évoque ces «idées reçues» ?
CHAMPAGNE À signaler que les étoiles n'expriment pas un rapport cr ~
lité-prix (par exemple, le petit champagne pas cher dég -
Pour en finir avec les idées reçues ...
on ne sait où). mais la qualité intrinsèque du vin par rap -
à son appellation.
Le Guide Hachette des vins fait Les « Cheurlin » ont quasiment investi [e guide 98. Ca::=
honneur aux producteurs de l'Aube grande fami[le à ramifications multiples de Cel[es-sur-O '==
La sortie du Guide Hachette des vins est toujours un évé- rafle plusieurs étoiles, Richard Cheurlin s'offre même
nement. En feuilletant ses pages, l'amateur suppute les coup de cœur. De même que Gallimard, des Riceys,
plaisirs à venir. Il tâche, à travers les commentaires, d'ima- son champagne rosé. Des mi[lésimes 91 et 93 réussis <~-
giner les saveurs que réservent les vins sélectionnés. Huit écrire: « décidément Iï\ube est championne des annË=_
mille cette année, sur 22500 boutei[les soumises à l'ap- difficiles ».
préciation de 800 dégustateurs. Et non pas de « un ou deux Autre caractéristique: l'apparition des blancs de bla- _
palais jugeant les vins à l'aune de leur subjectivité », ainsi (champagnes réalisés exclusivement à partir de rais -
qu'il est précisé dans le document qui accompagne le blancs) dans une région réputée pour son pinot noir. Le ==
guide ... Le fait d'être « [a bible» n'exclut pas, on le voit, les est souligné d'un « totalement inattendu» dans un
coups de patte à une possible concurrence. de cœur pour un blanc de blancs de Jean Laurent, e-
Anonymat des boutei[les et dégustation à l'aveug[e confè- millésime de Cristian Senez se trouve même qualifié -
rent leur crédibilité aux jugements portés sur les vins. Comme très grand champagne.
aussi l'indépendance du guide par rapport au marché du vin. Un seul regret: aucun Aubois n'est retenu en co E=_
Figurer dans le « GHV» constitue donc pour [e produc- champenois.
teur une reconnaissance indiscutable, voire indiscutée. Mais le guide a bien d'autres mérites. La découverte-
47 bouteilles nées dans l'Aube domaines, de nouveaux producteurs, voire de nou e :
appellations. Pour [a première fois, le Guide flirte a =-
Aussi, lorsque 47 champagnes élaborés dans IAube y ont
les frontières et emmène les œnophiles jusqu'en Sui....:;
droit de cité, les Aubois devraient-ils y regarder à deux fois
avant de lancer l'inévitable et dédaigneux: « [1 n'y a pas de Sylviane Mo
bon champagne dans Iï\ube » qui ne fait que témoigner
de leur inculture.
1. Les différents paragraphes de ce texte, excepté le premier, commencent tous par
«Et si... ». Cette formule exprime-t-elle plutôt:
a. une injonction?
b. une condition?
c. une hypothèse?
d. une suggestion?
2. La plus grande partie de ce texte s'adresse plutôt:
a. aux enfants qui n'aiment pas lire?
b. aux professeurs qui veulent faire aimer la lecture aux élèves?
c. aux parents qui se plaignent de ce que les enfants ne veulent plus lire?
3. À qui s'adresse le dernier paragraphe?

Et si, en prime, on racontait l'histoire? Si on la faisait


flairer, pour mettre en appétit? Comme le faisait Georges
_-e rien demander en échange ... Perros: « Il nous racontait Don Quichotte! Madame
Bovary! D'énormes morceaux d'intelligence critique,
_-e pas donner le plus petit devoir. .. mais qu'il nous servait d'abord comme de simples
'interdire de parler autour» histoires. »
Et si on laissait de côté « Le programme» ? Que « les
- commencement était le dogme: il faut lire. « Il faut
élèves, réconciliés avec ce qui se lit, se rapprochent en
'e », dit le père à son fils, le professeur à son élève
cercles concentriques des œuvres qui sont à lire ».
=: l'enfant à lui-même. Las de cette consensuelle injonc-
:lOn, Daniel Pennac lance cet antidogme scandaleux: Et si l'on reconnaissait le droit de sauter des pages?
.e pas lire est un droit. Lequel, rassurons-nous, contient Avant que « d'autres le fassent à leur place» dans les
;; n corollaire et le fonde: lire est un droit. fameuses versions « pour la jeunesse ».

Et si, au lieu d'exiger la lecture, le professeur déci- Et si l'on acceptait le droit de ne pas finir un livre?
-ait soudain de partager son propre bonheur de lire? » « Le livre nous tombe des mains? Qu'il tombe. » Même
_ire à voix haute, libère « le plaisir séquestré dans ces si sa chute laisse un sentiment de défaite. Un jour, peut-
reniers adolescents par une peur secrète: la peur (très être, on le ramassera. Peut-être pas. On peut ne pas
ancienne) de ne pas comprendre ». Se souvenir, enfin, aimer Stendhal.
qu'un roman raconte d'abord une histoire. Et si l'on prenait le droit de relire, le droit de lire n'im-
Et si l'on renonçait à la glose, au commentaire? « Une porte quoi, n'importe où, n'importe comment? À haute
seule condition à cette réconciliation avec la lecture: ne voix même. Le droit de grappiller. Le droit de ne pas
rien demander en échange ... Ne pas donner le plus petit vouloir en parler ... Et si, et si et si ..
devoir ... S'interdire absolument de "parler autour" ». Conseils empruntés par Laurence Liban à
Lecture-cadeau. Lire et attendre. Comme un roman {Folio}, par Daniel Pennac.

1 Objectif 2
- Repérage des mots clés
- Repérage des idées directrices
Il est indispensable d'identifier ces mots clés car ils vous aident à comprendre le
déroulement logique du texte.
Ces mots sont des mots « pleins », ils sont porteurs du sens principal et expriment les
idées essentielles de l'auteur. Ils reviennent donc souvent (eux-mêmes ou des mots ou
expressions de sens proche).
Conseils pour repérer les mots clés
1. En lisant, éliminez les mots vides de sens (mots grammaticaux, mots très généraux,
etc.).
2. Lisez attentivement les passages où figurent très vraisemblablement ces mots clés:
- le titre, le sous-titre, le chapeau et les intertitres;
- l'introduction, qui présente la problématique générale du texte et annonce souvent
le plan qui sera suivi;
- la conclusion, qui rappelle succinctement les différents points traités et pose des jalons,
envisage la question de manière prospective.
D'une manière générale, les textes sont organisés en différentes étapes, présentées
souvent sous forme de paragraphes.
Chacun de ces paragraphes développe une idée principale souvent accompagnée d'idées
complémentaires qui servent à l'expliquer, à la préciser, à la justifier, parfois à l'aide
d'exemples. Cette idée principale est exprimée par un ou plusieurs mots clés. Au fur
et à mesure de votre lecture, soulignez les mots qui vous semblent essentiels et notez,
en marge, l'idée directrice de chacune de ces étapes du texte.

248 La première phrase du texte suivant annonce son thème: la classe ouvrière décline.
Dans le texte, relevez les mots ou expressions reprenant cette idée de déclin.
QU'EST DEVENUE LA CLASSE OUVRIÈRE?
La classe ouvrière décline inexorablement. En 1975, on comptait plus de 8 millions d'ouvriers contre
à peine 7 millions vingt ans plus tard. Et de ces 7 millions, il faut encore ôter un million de chômeurs.
En pourcentage, cela ne représente plus que 25 % des actifs (contre 40 % en 1962).
Cette « classe ouvrière)}, dont l'identité sociale, la force et la fierté s'étaient constituées dans les
grandes entreprises, semble en voie de disparition avec l'effondrement de la grande industrie. Ce son-
en effet les « fiefs» de la classe ouvrière qui ont payé le plus lourd tribut à la crise: les mines, le textile.
la sidérurgie, la métallurgie, les chantiers navals, l'imprimerie ont tour à tour fait naufrage par suite
de restructurations et d'automatisation. Des régions entières (le Nord et l'Est surtout) connaisse:
aujourd'hui de graves difficultés, matérielles et identitaires.
Le chômage frappe durement les moins qualifiés des ouvriers, remplacés par des machines. Pour eu
il n'y a guère de chance de retrouver un jour un emploi. Mais même ceux qui sont plus qualifié
connaissent la précarité et la concurrence. Les plus compétents eux-mêmes craignent le licenciemen
Ils savent que l'on trouvera aisément, en ces temps de chômage, un ouvrier plus jeune, mieux
formé et plus souple.
Les organisations syndicales, qui subissent elles aussi le contrecoup de la crise, sont impuissantes
à y faire face et les ouvriers leur accordent de moins en moins de confiance pour faire aboutir leur
revendications.
Peu syndiqués, peu politisés aussi. Le Parti communiste, qui recueillait un tiers des votes ouvriers
dans les années 70, en a perdu les deux tiers, au profit bien souvent du Front national.
Les repères traditionnels de la classe ouvrière s'effritent. Les modes de vie tendent à s'uniformiser,
d'autant que les deux tiers des ouvriers travaillent actuellement dans le secteur tertiaire, le plus souve :
dans des petites ou moyennes entreprises. Les quartiers ont cessé d'être homogènes, les citée:
ouvrières ayant souvent été désertées et la consommation courante, l'influence des médias aidan-
est désormais à peu près la même pour tous.
Les nouvelles conditions de vie des ouvriers (temps de transport plus long, habitat plus dispersé
temps passé devant la télévision, accès à l'automobile, etc.) favorisent le repli sur soi des familles
et affaiblit la sociabilité de voisinage et l'identité de classe.

249 1. Le titre de cet article se présente sous forme de question. Dans le texte, queL
éléments (lexicaux et grammaticaux) expriment l'incertitude quant à la vie sur Mars?
2. Quel indice permet de supposer yu'il y a ou qu'il y a eu de la vie sur Mars?
Qu'objectent certains chercheurs?
y A-T-IL DE LA VIE SUR MARS?
Annoncée au mois d'août 1996, la nouvelle avait fait grand bruit en pleine torpeur estivale: les chercheu _
de la NASA auraient découvert des fossiles de bactéries sur une météorite provenant de Mars
Selon le patron de la NASA, ce serait là l'indice qu'une forme de vie aurait existé sur Mars il y ê
trois ou quatre milliards d'années et que la vie serait donc apparue sur la Terre et sur Mars à pe
près en même temps.
Cependant, pour de nombreux chercheurs, cette découverte ne prouve pas grand-chose, les « indices
en question pouvant fort bien s'expliquer par quelque cause purement chimique.
Le doute subsiste donc. Les trois engins lancés ces prochaines semaines vont-ils résoudre l'énigme?
Pas sûr car il faudrait pour cela que l'on puisse les atteindre, ces fameuses bactéries fossiles
vraisemblablement enfouies assez profondément dans le sol de la « planète rouge)}.
~s:e 1. L'amiante vient de sortir d'un « trou ». De quel trou s'agit-il?
2. Quels types de textes viennent de réglementer l'utilisation de l'amiante? Cochez
la ou les réponses correctes.
a. des décrets
b. des ordonnances
c. des lois
d. des arrêtés

~amiante sort du trou niveau supérieur ou égal à 25 fibres par litre. Le dia-
gnostic doit, lui, être établi avant le 1er janvier 1997.
Le problème de l'amiante a été escamoté pendant près
Lesecond décret est relatif à la protection des travailleurs
de vingt ans. La preuve? Le trou noir qu'a traversé la
contre les risques liés à l'amiante. Des arrêtés,en février
réglementation sur le sujet entre 1978 et 1996. Depuis
l'interdiction des flocages à l'amiante en mars 1978, et mai, précisent aussi les conditions d'agrément d'or-
seuls les textes parus cette année sont venus préciser ganismeshabilitésà procéder auxcontrôlesde la concen-
les conditions de protection contre les risques liés à tration en poussières d'amiante dans l'air ainsi qu'aux
l'amiante ainsi que les obligations de contrôle et de tra- règles techniques que doivent respecter les entreprises
vaux. Le premier des décrets du 7 février 1996 prévoit qui effectuent les travaux de confinement et de retrait
que les propriétaires d'immeubles bâtis doivent recher- de l'amiante. Enfin, en juillet une commission intermi-
cher la présence d'amiante, procéder éventuellement nistérielle pour la prévention et la protection contre
à des contrôles périodiques, voire à des travaux selon les risques liés à l'amiante a été créée. De nouveaux
le niveau d'empoussièrement relevé: contrôle tous les textes sont en préparation sur les conditions de finan-
trois ans pour un niveau inférieur ou égal à 5 fibres cement des travaux liés à l'amiante et les agréments
par litre; tous les deux ans entre 5 et 25 fibres par délivrés aux entreprises spécialisées.
litre; travaux à engager dans les douze mois pour un

~~ 1 1. À votre avis, cet article est-il extrait d'un journal français ou étranger? Quel indice
vous a aidé?
2. Relevez dans ce texte les mots et expressions empruntés au vocabulaire guerrier.
3. Quel titre proposeriez-vous?

santé publique et consterné devant le prix des


opérations de nettoyage, le conseil municipal
- De Paris- a interdit de nourrir les pigeons.
Loffensive a été planifiée avec une rigueur toute Mais, confrontée à des nourrisseurs de pigeons
militaire: 82 sites ont été classés zones d'intense irréductibles, la mairie a décidé d'adopter des
activité de l'ennemi, et 10 d'entre eux vont faire mesures plus radicales. Après étude des places
l'objet d'une intervention armée immédiate. Une et des rues où l'envahisseur a concentré ses
brigade spéciale a été équipée de filets et de troupes, un plan de bataille a été élaboré.
bombes de gaz. Les survivants seront neutra- Récemment, lors d'une descente sur le par-
lisés par voie de stérilisation forcée, et les col- vis du Centre Georges-Pompidou, 1 200 vola-
laborateurs seront réprimés. Paris a déclaré la tiles ont été faits prisonniers. Le conseil muni-
guerre à son ennemi à plumes: le pigeon. «Cette cipal prévoit de mobiliser une deuxième brigade
fois, on ne plaisante plus », déclare Olivier antipigeons courant novembre. Par ailleurs, la
Chaumet, membre du service d'hygiène de la ville a mis à l'étude un puissant contraceptif,
ville. «II y a aujourd'hui des dizaines de colonies l'ornesteril, que l'on pourrait administrer aux
d'un millier d'oiseaux dans toute la ville. » Il y colonies qui font de la résistance, ajoute
a quelques années, soucieux de préserver la M. Chaumet.

~~z Parmi les titres suivants, lequel vous semble convenir le mieux à ce document?
a. L'évolution des formes de délinquance en France
b. Délinquance: faut-il croire aux statistiques officielles?
c. Les Français ne croient plus en leur police
d. Crimes, délits et infractions: toujours plus!
Justifiez votre réponse.
La réalité du crime est mal connue et les statistiques ies \'ols et recels. les viols et les violences exercées 1

ne la reflètent que très imparfaitement: en effet, elles sur des mineurs. Pour ces deux dernières catégo-
ne prennent en compte que les affaires qui arri- ries, le fait que les victimes portent plainte plus sys-I
vent jusqu'aux serYices de police ou de gendarme- tématiquement que dans le passé explique sans doute
rie et il est bien hasardeux d'extrapoler à partir de cet accroissement. De ces crimes, délits et infractions
ces chiffres. De nombreuses infractions, en effet, res- diverses, bien peu seront élucidés par la police, excepté
tent à jamais cachées et, bien souvent, surtout pour pour les crimes de sang (les trois quarts le sont).
certains délits mineurs (Yiolences verbales, menaces, En fait, ce qui augmente le plus, c'est la «petite vio-
petits vols ... ), les victimes renoncent à porter plainte. lence au quotidien" : dégradation dans les lieux
Ces réserves faites sur la fiabilité des statistiques offi- publics, vols à l'étalage, insultes, agressions souvent
cielles, examinons-les cependant. Le ministère de sans gravité mais récurrentes. Cela accroît chez
l'Intérieur publie régulièrement des chiffres concer- nombre de Français un très vif sentiment d'insé-
nant l' « évolution de la criminalité". En les consul- curité, accompagné d'une perte de confiance en la
tant, on constate que le nombre total des infractions police (( Pas la peine de porter plainte, ils les arrê-
a été multiplié par six en quarante ans. En hausse: tent et ils les relâchent tout de suite,,).

Les énoncés suivants correspondent-ils à l'essentiel des réponses faites par Philippe
Meirieu?
a. Plutôt que de faire refaire à l'enfant ce qu'il a fait en classe, il vaut mieux l'aider à réfléchir,
et surtout lui faire confiance. Le punir en supprimant les activitésextrascolaires est inefficace.
b. Il faut que les parents aident l'enfant à trouver sa propre méthode d'apprentissage. Il
doit «apprendre à apprendre».
c. Il est souhaitable que l'enfant commence toujours ses devoirs par ce qu'il préfère et
garde ce qui l'ennuie pour la [m.
d. Les parents doivent se mettre à la place de l'examinateur et prévoir toutes les critiques
qu'on pourrait faire à l'enfant.
e. Le grand problème avec la télévision,c'est que les enfants «zappent», ce qui entraîne souvent
passivité et incapacité à concentrer son attention.
Justifiez votre réponse.

Conseils aux parents


Interview de Philippe Meirieu
professeur en sciences de l'éducation à l'université Lumière Lyon-II,
auteur des «Devoirs à la maison» (Éd. Syros).
Le Point: Que peuvent faire les lui confiera des responsabilités, qu'on lui temps personnel du travail à la maison.
parents pour aider leurs enfants apprendra à anticiper, à préparer un On doit aussi l'aider à trouver la
dans leurs études? méthode de travail qui lui conviendra.
voyage, à prévoir un budget, etc.
Philippe Meirieu: I! ne sert à rien de À l'inverse, une erreur classique à évi- I! n'y a pas deux enfants qui appren-
«courser" votre enfant dès son retour ter: supprimer les activités extrasco- nent de la même manière, chacun déve-
de classe pour lui faire réciter ses tables laires dès que le travail en classe va loppe sa propre stratégie. Certains
trigonométriques 1 Toutes les études que moins bien. Les études montrent en retiendront mieux en faisant une affiche
nous avons effectuées à l'université effet que les enfants qui réussissent bien avec des dates clés, d'autres en faisant
Lyon-II montrent qu'il n'y a aucune cor- sont ceux qui ont des activités sportives, des fiches de synthèse, d'autres en s'en-
rélation entre le temps passé par les associatives ou culturelles, qui déve- registrant au magnétophone, d'autres
parents à aider leur enfant et la réus- loppent leur intelligence. encore en invitant un copain pour s'in-
site scolaire. Plutôt que de se transfor- terroger mutuellement. C'est aussi aux
Mais quelle aide concrète
mer en « prof du soir", mieux vaut faire parents de savoir déceler cela.
peut-on apporter à son enfant
vraiment son métier de parent. C'est- pour les devoirs à la maison? Faut-il faire réciter les leçons?
à-dire créer un environnement éducatif Tout d'abord, on peut lui apprendre à Ça peut être une aide importante. Mais
favorable, mettre son enfant dans une s'organiser, à gérer l'espace et le temps. la meilleure façon d'aider un enfant ou
situation de réflexion intelligente. On Exemple: à l'entrée en sixième, lui un adolescent à vérifier ses connaissances
l'aidera vraiment chaque fois qu'on dis- apprendre à disposer sur son bureau des n'est pas de le « faire réciter» - de toute
cutera avec lui d'un film, d'une émission dossiers de couleurs différentes pour s'y façon, il n'est pas question de savoir par
de télévision ou des événements de la vie retrouver entre les diverses disciplines. cœur les cinq pages d'un chapitre d'his-
quotidienne familiale; chaque fois qu'on Ou encore l'inciter à faire un emploi du toire - mais de l'aider à se mettre à
la place de l'examinateur, et même de cette nature. :'-lais c'est inutile d'ex- ensemble des émissions intéressantes,
d'un examinateur sadique 1 Qu'il se tàsse horter un adolescent à couper sa musi- et s'astreindre à les suivre sans changer
à lui-même les objections et les critiques que: l'important est qu'il déco une lui- de chaîne.
que cet examinateur lui ferait. même que cela altère son rendement. Et Aujourd'hui, en effet, les enfants «zap-
Faut-il exiger que le travail puis tout dépend des personnes et du pent» tout, même les livres: ils com-
soit fini avant l'heure du dîner? type d'exercice. La musique n'aide pas mencent tout et ne finissent rien.
à mémoriser, mais elle peut cependant Dès qu'ils rencontrent une petite diffi-
Certains jeunes travaillent mieux sur la
lancée de la journée de cours, d'autres aider dans des phases de mobilisation culté, ils passent à autre chose. Il faut
des idées, pour chercher ce qu'on n'a pas absolument développer leur capacité
ont besoin d'un temps de décompres-
ion. Il n'y a pas de règle. Mais on peur encore trom'é, par exemple dans le cas d'attention.
aiguiller son enfant, en lui demandant, d'une dissertation française. N'y a-t-il pas trop de devoirs
par exemple: «Quel type de de'oir as- Autre dilemme des parents: à faire le soir à la maison?
u à faire ce soir' », «As-tu plus de faut·il laisser son enfant regarder Idéalement, il faudrait qu'il y ait le
chances de bien le faire si tu t'y mets la télévision autant qu'il le désire? moins possible de travail à la maison.
maintenant ou plus tard> ». Supposons Sur l'ensemble de l'année civile, on a Peut-être la première tâche des parents
qu'un élève ait à faire un exercice de calculé qu'un jeune de 14 ans passe 10 d'élèves doit-elle être de se mobiliser
mémorisation, une recherche docu- à 20 % de pl us de tem ps devant la télé- pour que les apprentissages méthodo-
mentaire et une carte de géographie. S'il vision que devant ses professeurs. Mais logiques fondamentaux - faire une note
aime dessiner, dites-lui: «Commence c'est moins un problème de quantité de synthèse, un schéma, une fiche de
par la carte, pour te détendre, et si cela que de qualité. À mon sens, ce contre lecture, réviser un contrôle, bref, tout
t'ennuie, passe aux autres exercices.» quoi il faut lutter, c'est le «zapping », ce qui fera plus tard la réussite profes-
Faut-il laisser un adolescent qui est une attitude de consommation sionnelle - ne soient plus renvoyés à
écouter de la musique passive, de surconsommation. Le conseil la maison et soient enfin pris en charge
en travaillant? que je donnerais aux parents: passer un par l'école .•
Globalement, la mémorisation n'est pas peu de temps à lire l'hebdomadaire de
favorisée par une perturbation auditive télévision avec leur enfant pour choisir

Le Point, sept. 1989.

2.)4 Les énoncés suivants correspondent-ils à l'essentiel des réponses faites aux quatre
questions concernant le « bon prof» ?
1. Réponse à la première question:
L'inspecteur évalue les enseignants mais ses visites sont rares et rapides et ses appréciations
sont souvent assez peu pertinentes.
2. Réponse à la deuxième question:
Le prof n'a qu'une influence très limitée sur les progrès des élèves; la scolarité antérieure et
l'origine sociale sont plus déterminantes.
3. Réponse à la troisième question:
Les meilleurs professeurs seraient traditionnels, plutôt directifs, assez jeunes et surtout sachant
se faire respecter.
4. Réponse à la quatrième question:
La majorité des enseignants refusent d'être évalués en fonction des résultats de leurs élèves.
Justifiez votre réponse.

lectif H, « pas d'échanges entre les enfants H, « pas assez


de correction des erreurs des élèves H •.•

1) Sur quoi repose aujourd'hui l'évaluation 2) Comment mesurer l'efficacité d'un prof?
pédagogique des euseignants ? Des chercheurs enquêtent depuis dix ans sur les pratiques
Sur la visite de l'inspecteur. Évaluation rare (en moyenne des maîtres du primaire et leur impact sur les résultats des
ous les sept ans), brève et aléatoire: des inspecteurs ayant élèves. Pour cela, ils mesurent les progrès d'élèves de
isité 39 classes de CP se sont hasardés à formuler en même profil scolarisés dans des classes différentes. Le
'"nilieu d'année un pronostic sur la qualité de l'enseigne- bilan est toujours le même: ceux de Mme X ont fait plus
ment dispensé. I!s se sont trompés une fois sur deux. Les de progrès en une année que ceux de Mme Y Le maître
enseignants qui se sont avérés finalement très performants est très important, mais il ne fait pas tout. Bon ou mauvais,
- c'est-à-dire dont les élèves ont beaucoup progressé (voir il n'interviendrait que pour 15 % dans les progrès de sa
ci-dessous, question 2) - avaient reçu des reproches du classe. Un peu moins en français, un peu plus en mathé-
type: « parle trop H, ({ manque de calme", « travail trop col- matiques et en sciences, et quand les élèves sont
faibles. Les acquis des élèves sont en grande partie dus le souligne Marie Duru, pionnière avec Alain Mingat des
à leur niveau scolaire initial et à leur origine sociale, très recherches sur l'efficacité des maîtres: « Nous ne sommes
peu à la taille de la classe, contrairement à l'idée reçue .. pas à la veille de pouvoir être prescriptifs et dire, comme
On sait aussi que le maître très efficace réussit à la fois les Américains il ya quinze ans, ce qui marche, "wha:
à faire progresser globalement ses élèves et à réduire l'hé- works" ! Ils en sont revenus. Si déjà on savait repérer é
térogénéité de sa classe, en faisant avancer davantage les coup sûr les maÎtres catastrophiques ... »
élèves faibles.
4) Faut-il changer de système d'évaluation?
3) Quel est le profil type du bon prof? René Monory en avait lancé l'idée, suivi quelques années
Son grade n'intervient que peu dans son efficacité, pas plus tard par François Bayrou: il fallait « sortir les ense-
plus que sa formation, sauf en début de carrière, ou son gnants de l'incapacité de savoir où ils en sont» et « prendre
style pédagogique. Une étude conclut même que les ensei- davantage en compte dans la rémunération et les carrières
gnants directifs traditionnels, pratiquant un enseignement le dynamisme professionnel ». « Credo libéral et ma::::
collectif, auraient un léger avantage sur les animateurs biaisés» avait tonné un syndicat. On en resta là.
recourant à l'enseignement différencié tenu comme modèle Aujourd'hui, le ministère avance prudemment sur ce te--
aujourd'hui ... En revanche, la plupart des chercheurs ont rain. Quand on ne sonde pas, on audite ou on teste. À =
établi une variation de l'efficacité selon l'âge. Il semble Toussaint se tiendra un forum interne intitulé « De la noté-
qu'après une période de rodage s'installe une vitesse de tion à l'évaluation des personnels enseignants)}. Le dire -
croisière qui dure jusqu'à une quinzaine ou une vingtaine teur de l'Évaluation et de la Prospective, Claude Thélo·
d'années d'exercice; ensuite, les performances diminuent estime que dans dix ans le système sera en mesure E
légèrement. Mais ils restent prudents: cette efficacité « rendre opératoire l'évaluation des enseignants dans ::
un peu moindre est-elle due à l'usure du métier ou au départ cadre d'une politique rénovée des ressources humaines
des meilleurs vers d'autres fonctions? Le corps enseignant sera-t-il prêt à accepter d'être jUgE
Au total deux traits du « bon)} maître sont clairement éta- à l'aune des progrès des élèves? 20 % des professeurs 0_
blis: c'est un Pygmalion, qui a des attentes positives vis- second degré et 35 % des instituteurs seulement s'y déc Er
à-vis de son public, et il gère très bien le temps de sa classe. rent favorables.
Difficile pour le moment d'aller beaucoup plus loin. Comme

25'5 1. Dans le texte suivant, Michel Winock affirme, dans la dernière phrase, que la Fran
se considère comme «l'instituteur universel», Trouvez dans le textes deux phrases
exprimant approximativement la même idée.
2. L'idée essentiene de ce texte est-ene p]utôt:
a. La France, pays des Droits de l'homme, a une responsabilité morale au plan internation~=
même si cela doit agacer nos partenaires.
ou bien:
b. Bien qu'elle ne soit plus une puissance de première importance, la France continue à vouloir
exercer son influence au plan international.

Nos ancêtres n'ont pas fait la Révolution contre un despote particulier mais au
nom des droits naturels - ceux de tous les hommes. C'est parce que 1789 est
«lié aux intérêts de l'humanité », comme disait Kant, qu'elle eut son retentisse-
ment et qu'elle changea la face du monde.
[... ] Les guerres de la Révolution et de l'Empire, qui retournent l'Europe de
1792 à 1815, ont confirmé - et cette fois par les armes -le goût présomptueux des
Français à régenter les autres pays.
(... ] L'ambivalence de la tentation missionnaire, qui s'était révélée surtout au
moment des conquêtes napoléoniennes, connut une nouvelle étape avec l'entre-
prise coloniale.
[... ] Forte de ce passé -les guerres de la Révolution et de l'Empire, les entreprises
coloniales -, la France s'est accoutumée à penser l'universel, comme si l'univers
lui était à charge. [... ] La France a cessé d'être une puissance coloniale. Il lui
reste quelques possessions outre-mer, buttes-témoins d'un empire disparu, trans-
formées en départements ou territoires d'outre-mer. Elle n'a pas perdu pour autant
sa propension à intervenir dans les affaires du monde, comme si elle cultivait inter-
minablement la nostalgie d'une grandeur perdue. De Gaulle voulut toujours par-
ler de pair à compagnon avecles chefs d'État des plus grandes puissances, et nombre
de nos partenaires occidentaux sont fatigués de voir notre pays leur faire des leçons
de morale, comme s'il était l'instituteur universel.
256 1. L'objectif essentiel du texte suivant est-il plutôt:
a. de dénoncer la politique agro-alimentaire des multinationales en Inde?
b. d'informer sur la situation agro-alimentaire générale de l'Inde?
c. de critiquer le caractère trop conservateur des agriculteurs indiens?
2. Parmi les trois phrases suivantes (de même longueur: 33 mots), laquelle vous semble
exprimer le mieux l'essentiel du texte? Justifiez votre choix.
a. Beaucoup d'Indiens protestent contre l'obligation qui leur est faite par les sociétés telles
que Kentucky Fried Chicken ou Pepsi Food de consommer à la manière occidentale (passage
à l'alimentation carnée par exemple).
b. La multiplication des fast-foods dans de nombreuses régions de l'Inde (Kentucky Fried
Chicken ou Pepsi Food, entre autres) entraîne un déséquilibre écologique car nourrir les
animaux coûte très cher, surtout en maïs.
c. La politique agro-alimentaire des multinationales en Inde entraîne des déséquilibres
écologiques graves: modification des habitudes alimentaires, gaspillage de céréales et d'eau
pour nourrir les animaux, mainmise sur de nombreuses exploitations, etc.

À Bangladore, en Inde, début 1996, des agricul- lages entiers. De même, l'eau, si précieuse en bien
teurs ont mis à sac un Kentucky Fried Chicken. Il des régions de l'Inde, est gaspillée pour nourrir les
s'agissait d'un acte politique, les manifestants exi- animaux.
geant la fermeture de tous les fast-foods installés Les multinationales, telles que Pepsi Food, achè-
dans le pays. tent toute la production de nombreuses exploitations
Les écologistes considèrent qu'ils sont une atteinte indiennes. Elles leur vendent à bas prix semences
à l'équilibre écologique de l'Inde puisqu'ils incitent étrangères et matériel agricole et, en contrepartie,
les gens à consommer des aliments camés, «ce que leur garantissent un prix d'achat stable.
le pays ne peut pas se permettre». La conséquence?
Pour nourrir les poulets destinés à ses restaurants, Ces exploitations dépendent étroitement des mul-
Kentucky Fried Chicken, par exemple, utilise une tinationales et le nombre de variétés cultivées ne
quantité énorme de maïs qui pourrait nourrir des vil- cesse de diminuer en Inde.

257 1. Appliquez à ce fait divers la «recette du journaliste débutant ». Posez-vous les


questions suivantes et notez brièvement la réponse:
- De quoi s'agit-il?
- Qui sont les protagonistes?
- Où cela s'est-il passé?
- Quand?
- Pourquoi est-ce arrivé?
- Comment, dans quelles circonstances?
- Quelle sera la conséquence de ce fait?
2. À partir de vos notes, rédigez un compte rendu de 70 mots (+ ou - 10 %) reprenant
l'essentiel des informations.

ENQUÊTE ~ Arrêté à 81 ans, il était recherché depuis vingt ans pour meurtre

Fin de cavale pour l'ex-condamné à mort


cet ancien proxénète devant ses res- se seraient en effet écoulés, entraînant
ponsabili tés. automatiquement la prescription dans
RANCIS SICILIANO, 81 ans, À quelques jours près, en effet, Francis cette affaire.

F a été rattrapé par son passé. En


l'interpellant à son domicile en
début de semaine, dans le quartier
Sicilano aurait pu échapper à la jus-
tice car le meurtre pour lequel il est
poursuivi remonte au mois d'août
Accusé d'homicide volontaire, Francis
Siciliano, qui avait abattu dans le
quartier de l'Opéra, en plein centre
populaire de la Belle-de-Mai, les poli- 1975 et sa condamnation à la peine de de Marseille, le frère d'une jeune
ciers de la brigade criminelle du SRPJ mort par contumace au 29 novembre prostituée dont il se prétendait le
de Marseille ont brutalement remis 1977. Or, le 29 novembre, vingt ans protecteur, avait jusque-là réussi
à échapper aux recherches des tement vétuste et ses voisins le dépei- 11 Il dQit être rejugé
policiers, vivant une longue cavale gnent comme un homme irascible. 1 il leur a également expliqué qu'il avait
dans la clandestinité. «Il occupait l'appartement depuis 1 choisi le nom de Joseph Dumas car
6 ou 7 ans. Je ne l'appréciais pas du cet homme qu'il connaissait était mort
Irascible
tout. Un jour, on a eu un différend et au début de sa cavale. Francis Siciliano
1
Sous la fausse identité de Joseph on ne se parlait plus », raconte l'un des a été incarcéré aux Baumettes où il
Dumas, il résidait au 47, rue Jean-
Cristofol dans le IIIe arrondissement
l
quatre locataires de l'immeuble. Selon a rejoint le club restreint des octogé-
un autre «il ne fréquentait personne». naires enfermés derrière les barreau.J(
de Marseille, à quelques centaines Après son interpellation et lors de son d'une prison. Théoriquement, il devrait
de mètres seulement du lieu du crime interrogatoire, Francis Sicilial10a tenté être rejugé devant une cour d'assise
pour lequel il avait été condamné par dans un premier temps de nier son comme tous les condamnés par contu-
la cour d'assises des Bouches-du- passé. Finalement, il a été confondu
mace. «Comme cela, je pourrai enfin
Rhône. par une photo et par ses empreintes
toucher ma retraite d'ancien mili-
Selon les premiers éléments de l'en- digitales. il a dit en substance aux poli-
taire», aurait-il déclaré durant sa garde
quête, ce serait une dénonciation ano- ciers qu'il était maintenant soulagé
à vue.
nyme qui aurait pemlis aux enquêteurs parce qu'il en avait assez de vivre tou-
de le localiser et de l'identifier. Francis jours sous la menace d'une éventuelle
Siciliano vivait seul dans un appar- arrestation.

o! Objectif 3
- Repérage des indicateurs temporels et des articulateurs logiques
- Repérage des marqueurs argumentatifs et des différents types d'argumentation
L'articulation logique
Il est important de repérer la manière logique dont s'articulent les documents. Reposen'-
ils, par exemple:
- sur une chronologie (par exemple, documents concernant l'évolution d'un phénomène) .
- sur une opposition (documents du type « Pour/Contre », « Certes, ... Cependant, ... »).
- sur une relation cause/conséquence?
- sur le passage en revue de différents points de vue?
En parcourant votre texte, notez au passage les marques de l'articulation, les liens
logiques (chronologie, énumération, cause, conséquence, comparaison, opposition, etc)
à l'intérieur des paragraphes et entre les différents paragraphes; cela vous aidera ensuite
à visualiser l'organisation logique du document dans son entier.

258 Dans le texte suivant, les indicateurs temporels ont été supprimés. Ils se trouvent
dans le désordre, à la suite du texte. Remettez-les à la place qui leur convient.
L'explosion du Magenta
Achevée à Brest , cette superbe frégate de 97 mètres de long, pesant plus de 7 000 tonnes, était
certainement, , l'un des plus grands bateaux en bois au monde.
Lhistoire commence réellement , plus précisément , devant le port deToulon , une
énorme déflagration réveille les Toulonnais: le Magenta, qui arrive de Tunis, vient d'exploser; il
coule à pic, emportant avec lui toute sa cargaison, un véritable trésor archéologique comprenant 3 000
stèles votives du provenant de Carthage. C'était là le résultat de de fouilles menées par
un archéologue célèbre, Pricot de Sainte-Marie , les scaphandriers remontèrent de l'épave des
stèles et des fragments de statues.
Et puis, pendant , tout le monde oublia l'épave, Ce n'est que , , que Jean-Pierre
Laporte reprend les recherches. La chance lui sourit puisque les plongeurs exhument de l'épave de
nombreux objets , c'est un vrai trésor qu'ils remontent: la tête en marbre de l'impératrice Sabine.

Indicateurs temporels à replacer:


a. plus d'un siècle e. récemment i. en 1861
b. Le 9 mai 1995 f. Pendant des mois j. À 3 h 35
c. en 1875 g. le 31 octobre de cette année-là k. à l'époque
d. ne siècle h. trois années 1. en 1994
?"25 9 Re~érer la lC\Ib'-C1,.Q~d:u-,;:~._"_t-~'h-"t-~(\\

Le titre de cet article annonce: « Loi Veil: un bilan contrasté ».


1. En quoi les deux courbes exprirrlent-elles ce contraste?
2. Quel est, dans le texte, le terme d'articulation marquant l'idée de contraste?

Loi Veil : un bilan contrasté


V ingt après le vote de la loi Veil, les démographes français dressent un bilan contrasté. Deux
évolutions leur paraissent inquiétantes: le nombre absolu d'avortements baisse, certes,
depuis 1976 mais {(trop lentement >, -le taux d'IVG reste l'un des plus élevés d'Europe. Et le
nombre d'avortements répétés (deux et plus) a augmenté «'modestemen,t », mais sensiblement
jusqu'en 1990. L'avortement représente, pour des femmes 80 me de
contraception - une attitude liée, semble-t-il, à un
manque d'information. Reste que l'amélioration
sanitaire apportée par la loi Veil est indé-
niable: moins de deux décès par an, conJre
un par jour dans les années 1960.

[.2.60 Repérer la logique d'un texte (2)


1. À votre avis, ce texte est-i11'introduction ou la conclusion d'un article? Justifiez
votre réponse.
2. Ce texte souligne un paradoxe. Quel mot articule les deux éléments de ce paradoxe?
3. En quelques lignes, précisez en quoi consiste ce paradoxe.

roust est Je grand écrivain français du xxe siècle: unanime n'est pas venue d'emblée, même si elle n'a pas

P «Il domine l' histoire du roman francais au xxe


siècle », juge le Petit Larousse. Certains Je VOlent
même dominer toute la littérature moderne, comme Jean-
trop tardé. Cela pose avec d'autant plus de force la ques-
tion: comment et pourquoi, d'abord marginal, par son ori-
gine juive, sa sexualité, sa mauvaise santé, son snobisme,
Yves Tadié, proustien s'il en est, qui n'hésite pas à com- longtemps l'objet de culte d'une secte d'initiés, a-t-il
conquis cette place centrale, au point de résumer et de
mencer ainsi une monographie de grande diffusion:
représenter pour nous à lui seul toute la littérature fran-
«Marcel Proust est le plus grand écrivain du xxe siècle.»
çaise, voire toute la civilisation occidentale?
[... ] Or, Proust n'a pas toujours, loin de là, joui de cette
La sociologie de la réception de l' œuvre de Proust reste
position suréminente parmi les grands écrivains fran- à faire. Mais de ce développement déconcertant, il faut
çais. Hugo avait atteint une hauteur extraordinaire de proposer des motifs à la fois externes, «para-proustolo-
son vivant: la rue où il habitait s'appelait déjà Victor-Hugo; giques» si l'on veut, et internes, car si le livre de Proust
ses funérailles nationales, en 1885, furent l'une des célé- est aujourd'hui le lieu par excellence de la mémoire lit-
brations majeures de la Troisième République. Pour Proust, téraire française, cela ne peut pas être tout à fait étran-
en revanche, mort en 1922 à cinquante et un ans, la gloire ger au fait que la mémoire en soit un thème central et qu'il

Ce texte est extrait d'un article d'Antoine COMPAGNON, «La Recherche du temps perdu de Marcel Proust)},
in Les Lieux de mémoire, tome III. Les France, vol. 2, édition publiée sous la direction de P. Nora, Paris, Gallimard, 1992.
261 Repérer la logique d'un texte (3)
Remettez les différents paragraphes du texte suivant dans l'ordre. Soulignez le mot
ou l'expression qui vous a guidé.
a. Ensuite, dès la naissance, les enfants doivent en prendre en quantité suffisante car il va
renforcer l'émail de leurs dents.
b. Mais, outre le fluor, certains principes d'hygiène sont à respecter.
c. Dernier conseil: attention aux chocs. En cas de chute sur les dents, faites tout de suite
une radiographie. En effet, une cassure ou une fêlure ne se voient pas toujours à l'œil nu.
d. Ceci est encore plus important dans certaines régions où la teneur de l'eau en fluor est
faible ou en cas de mauvais équilibre alimentaire.
e. Ensuite, pensez à brosser les dents de votre enfant au moins deux fois par jour et ce, dè
l'âge de dix mois.
f. Savez-vous que c'est avant même leur naissance que vous devez vous préoccuper des dents
de vos enfants? En effet, on conseille le fluor aux femmes enceintes, pour elles et pour leur
futur bébé.
g. Par ailleurs, un peu plus tard, dès l'âge de deux ans, emmenez-le chez le dentiste deux
fois par an, même en l'absence de douleur. Ces visites de contrôle permettent de traiter
les caries à leur début, lorsqu'elles sont encore faciles à soigner.
h. D'abord, évitez le sucre dans les biberons: il faut éviter le contact trop répété du sucre avec
les dents.
1. En ce cas, le médecin peut prescrire un complément quotidien en fluor.

t:2.6z., Repérer la logique d'un texte (4)


Les questions posées par Le Nouvel Observateur (octobre 1997) et les réponses d'Alain
Bentolila, spécialiste de l'illettrisme, ont été mélangées.
1. Associez chaque question à sa réponse.
2. Retrouvez l'ordre de l'ensemble de l'entretien. Indiquez les éléments (grammaticaux
ou lexicaux) qui vous ont aidé.

Des adultes incapables de lire une phrase de plus de trois mots!

Lecture: les ratés de l'école


Alain Bentolila vient de remettre à Jacques Chirac un premier rapport sur l'illettrisme.
Avec 6 à 8 % des jeunes adultes concernés, la situation est préoccupante.
1. Alain Bentolila. Que c'est faux. Le mot illettrisme d'autre part qu'il y ait entre 6 et 8 % des jeunes adultes
n'existait pas il y a vingt ans et le phénomène n'est de 18 à 25 ans qui ne peuvent lire que des phrases
sérieusement mesuré que depuis sept ans au plus. simples de trois mots.
il faut rappeler qu'en un siècle notre école a réussi
à éradiquer l'analphabétisme, c'est-à-dire l'inca- 3. A. Bentolila. Anêtons de faire de mauvais pro-
pacité de lire et d'écrire le moindre mot: il est passé cès à l'école, qui effectue un travail de plus en plus
de 50 % sous Jules Ferry à 15 % en 1920 et 0,8 % difficile. Pour la lecture, l'enjeu est tout autre que
aujourd'hui. L'illettrisme, lui, recouvre différents celui d'hier: il faut apprendre à tous les enfants à
degrés de difficulté de lecture. lire, en faire des lecteurs polyvalents, autonomes et
Il touche aujourd'hui de 6 à 8 % de nos jeunes flexibles. Or ces enfants sont de plus en plus dis-
adultes: c'est bien assez préoccupant pour qu'on suadés de lire ! La télé, pour ne parler que d'elle, les
évite de tomber dans le catastrophisme. met en effet dans une situation permanente de pré-
visibilité: ils savent quand et où les choses se pas-
2. A. Bentolila. Ils ont au moins le mérite de résul- sent et qui sont les personnages. Cette habitude
ter de tests étalonnés pendant plusieurs années et d'avoir pratiquement compris avant même d'avoir
administrés à des dizaines de milliers d'élèves On tout vu est à l'opposé de la démarche de la lec-
estime qu'entre 12 et 15 % d'élèves entrant au col- ture, labeur solitaire, plein de risques et d'inconnu,
lège ne peuvent pas aller au bout d'un texte d'une souvent générateur d'anxiété au départ.
page. Ils distinguent des mots, lisent des phrases Cela di t, l'effort accru des maîtres au cours des
simples et tirent des informations fragmentaires mais dernières années est visible mais inégal: il a sur-
ne saisissent pas le sens de cette page. Il semble tout porté sur les premières classes de l'école
,/ élémentaire et l'acquisition des mécanismes fon- trise du langage mathématique, qui s'apprend! D'où
damentaux de la lecture, et ne s'est pas poursuivi au- l'extrême variabilité des tests, et la difficulté de
delà, ce qui se traduit par une diminution des très les interpréter.
mauvais lecteurs mais aussi par une stagnation des
très bons. 6. A. Bentolila. Luc Ferry dit des bêtises. Il fait
comme des tas de gens savants et d'hommes poli-
4. A. Bentolila. Ne plus croire qu'on apprend à lire tiques qui croient que, parce qu'ils savent bien lire,
en début d'école primaire et qu'ensuite, c'est ter- ils peuvent s'ériger en experts de la langue et de la
miné. Il faut perfectionner ensuite cet apprentis- lecture. Il pousse à bout les chiffres et les inter-
sage au travers de l'enseignement des différentes prète sans nuances, comme tous ceux qui ont inté-
disciplines jusque dans les deux premières années rêt à se positionner sur un terrain qui ameute les
de collège. Faisons de l'histoire ou des maths, mais foules. L'illettrisme est un sujet qui se nourrit de
veillons toujours à finir d'apprendre à lire au moyen la suspicion du public à l'égard de l'école, de la peur
d'un énoncé, d'un résumé, d'un schéma ou d'une des parents devant l'avenir de leurs enfants, et de
carte. l'angoisse d'être dans une société productrice
Plus important, l'école doit prendre conscience de d'ignares et de« barbares ». Luc Ferry est sans aucun
ce qui rate et changer ses méthodes. Il y a sans doute doute un républicain, mais de telles affirmations sont
des techniques à mieux utiliser, mais je crois pour dangereuses. Je prédis que nous aurons sous peu dans
ma part davantage à une prise de conscience de nos boîtes à lettres un tract du Front national sur le
l'ordre de l'éthique. Qu'est-ce qui cloche le plus chez thème: «Il a 40 % d'illettrés dans nos écoles: à
les jeunes illettrés aujourd'hui? Sont-ils des déchif- qui lafaute?» Non, il n'y pas 40% d'enfants «qui
freurs ânonnants ? Non. Trois fois sur quatre, ils gla- ne savent pas lire» dans nos écoles et, à catégorie
nent quelques mots et élaborent à partir de ces mots sociale égale, les enfants d'origine étrangère ne
une histoire qui n'a pas grand-chose à voir avec le connaissent pas plus de difficultés de lecture que les
texte qu'ils ont lu. Les maîtres doivent leur apprendre autres. «Ne pas savoir lire» ne veut d'ailleurs rien
le respect d'un texte, rétablir une valeur d'exigence. dire.
La lecture, aussi, suppose une morale.
Propos recueillis par ANNE FOHR QUESTIONS
(l) «Le Point» du 27 septembre 1997. a. N. O. La faute à l'école?
b. N. O. Que faut-il faire?
5. A. Bentolila. il n'y a pas, d'un côté ceux qui savent c. Le Nouvel Observateur. L'illettrisme ne cesse
lire, et de l'autre ceux qui ne savent pas. Nos capa- d'augmenter en France. Tout le monde l'affirme. Que
cités en lecture varient suivant les circonstances. faut-il en penser?
Rares sont ceux qui ne sont jamais en difficulté d. N. O. Peut-on sefier aux chiffres que vous publiez
devant une forme d'écrit. Les intellectuels ne savent vous-même dans le rapport remis au président de la
pas toujours lire le langage des notices ou des docu- République?
ments techniques. De nombreux élèves échouent e. N. O. Qu'entendez-vous par là?
dans une discipline parce qu'ils n'ont pas appris à f. N. O. Pourtant, les chiffres ne cessent d'augmen-
lire son langage spécifique: de nombreux blocages ter: leprésident du Conseil national des Programmes,
en maths relèvent tout simplement d'une non-maî- Luc Ferry,a récemment signé un article (1) qui annon-

Repérage des différents arguments


Dans chacun des documents, au fur et à mesure de votre lecture, vous relèverez les
arguments avancés, paragraphe par paragraphe, ou, si le plan est clairement indiqué,
partie par partie.
C'est donc à un inventaire des différents arguments que vous allez procéder, afin de
pouvoir établir, ultérieurement, des comparaisons entre les documents.

1F~6~'Repérage d'arguments (1)


1. Quel est l'objectif essentiel de ce document, envoyé par Amnesty International à
l'ensemble des donateurs?
a. Apporter des informations sur l'organisation de ce mouvement.
b. Annoncer les nouvelles mesures prises en assemblée générale.
c. Prouver son honnêteté, manifester son souci de transparence.
d. Faire appel à la générosité des donateurs et les inciter à faire connaître Amnesty autour
d'eux.
Vous pouvez soutenir Amnesty
en toute confiance.
la suite de la mise en cause d'une grande association
A de lutte contre le cancer et du discrédit qu'elle a
pu jeter sur l'ensemble du monde associatif, nous tenons
à rappeler clairement et fermement les principes déonto-
logiques d'Amnesty.
Merci de lire les informations et les chiffres qui suivent. Nous
ne doutons pas de votre confiance, mais nous voulons vous
prouver, s'il en était besoin, qu'elle est bien placée et que
vous pouvez la faire partager autour de vous.

Des contrôles rigoureux sont exercés à tous


les niveau.~par de nombreuses autorités compétentes
et par des représentants des membres d'Amnesty.
• La section française d'Amnesty International est dirigée par un bureau
exécutif de 7 membres, élus par l'Assemblée Générale de l'association.
Ces dirigeants exercent leurs fonctions à titre bénévole et ne perçoivent
pour cela aucune rémunération.
Ils sont conseillés et contrôlés par un conseil national composé de
22 conseillers nationaux bénévoles élus par les membres de groupes.

• Le bureau exécutif est assisté par divers comités dont le Comité


Finances qui est composé d'experts bénévoles, indépendants des
instances dirigeantes:
Ce Comité Finances contrôle la gestion de l'association qui, elle même,
est placée sous la responsabilité du directeur et du trésorier.

Il Les comptes annuels sont discutés et approuvés par un vote de l'Assemblée


Générale. Les budgets sont également votés par cette Assemblée.

• La dernière Assemblée Générale d'Amnesty, réunie en congrès, s'est tenue


à Tours en mai 1996 en présence de près de 1.000 délégués élus par les
membres qui sont au nombre de 22.000 (répartis en 390 groupes locaux).

• Les comptes d'Amnesty sont certifiés, chaque année, par l'un des plus
importants c.abinets français de Commissaires aux Comptes, le cabinet
MAZARS & GUER<\RD.
Ils sont envoyés à notre autorité de tutelle, ainsi qu'au Ministère de
l'Intérieur.

• Les comptes d'A'lll1esty International sont publiés dans la revue men-


sueile de l'association, la Chronique, et sont ainsi adressés à tous les
abonnés et adhérents.
Ils sont également coilSultables au siège de l'association et disponibles
par courrier, sur simple demande.
EMPLOIS 1995 RESSOURCES1995
53.258.000 f 57.864.08Of
(Plus 4.606.000 F d'excédent de l'exercice)

Frais d'appel à ln générosité. Cotisations. 6.444.000 F


A chats pour revente.
4.279.000 F (8 %) (JI,2 %)
6.745.000 F (12,7 %) \ Ressources diverses*.
(cartesde vœ"'; Dotation aIL< 1.869.000 F (3,2 %)
T-shirts ...)
amortissements. Abonnements.
1.039.oooF 5.834.oooF
Frais (1,9 %) (10,1 %)
d'information et Dons non affectés.
de communication. 33.223.000 F
621.oooF Autres frais*. (57,4%)
(1,2 %) 350.oooF
(0,7%)
Frais de
traitement des dons. Mission
956.000 F (1,8 %) Sociale. Véntes de
34.799.000 F produits.
(65,3 %) 7.942.oo0F Legs non affectés.
(13,7 %) 2.552.000 F (4,4 %)

'Frais de manifest1ltion (51.(}()() F), autres ProvisiollS (271.(}()() F), 'Mécénat et fXlrrninage(112(}()() F), mOlti!estatirms(323.(}()() F),
frais financiers (2ï.(}()() F), Impôts et taxes (l.(}()() F). produits financiers (698.(}()() F), œprise sur provisions (76.()(}() F),
autres ressources (660.(}()() F).

Voici des exemples des actions menées


par la section française d'Amnesty en 1995.
Nous avons participé à plusieurs campagnes
d'information et d'action dont:
• Une campagne sur le Burundi et le Rwanda de juin à octobre.
• Une campagne sur l'IndonésietTlIllor oriental de fin septembre 1994 à mars 1995.
• Une campagne sur le Soudan de fin janvier à fin juillet.
• Une campagne "femmes" du début mars à fin décembre.
• Une action en faveur des enfants en octobre/novembre.

enombreuses actions de lobbying ont été lan· Notre service d'actions d'urgence a lancé 1.048 actions
D cées par les plus hautes instances de l'association
et plus de mille courriers ont été également adressés aux
urgentes, qui ont été relayées dans les 48 heures
par les Réseaux d'actions urgentes d'Amnesty
différentes autorités politiques ou gouvernementales. en France.
De plus, des centaines de milliers de pétitions ont été
envoyées par nos membres et nos donateurs. Les groupes français d'Amnesty ont directement
pris en charge 117 nouveaux dossiers de prisonniers
Des actions d'Education aux droits de l'Homme ont
d'opinion.
été menées dans de très nombreux lycées et écoles par
des enseignants ou des membres d'Amnesty. Le service réfugiés a ouvert 348 dossiers de deman-
21.000 livres et publications traitant des droits de deurs d'asile ou de personnes risquant l'expulsion
l'Homme, ainsi que des rapports d'Amnesty, ont été vers un pays, où leur vie pourrait être en danger ou
diffusés auprès du public. leurs droits bafoués.

lInI!es1!)çintemalionai
SECTION FRANÇAISE
4, rue de la Pierre-Levée 75011 PARIS
Tél.: 014923 1111· Fax: 0143382615
MINITEL 3615 AMNESTY
2. Dans la seconde partie du document (en six points), certaines parties sont en
caractères gras. TIs'agit des arguments ayant le plus de poids.
Parmi les phrases suivantes, cochez celles qui traduisent le message qu'Amnesty veut
faire passer.
a. Faites-nous confiance: nos responsables sont parfaitement désintéressés.
b. Faites-nous confiance car nous sommes des spécialistesde l'aide humanitaire et nous avons
obtenu de nombreux succès.
c. Faites-nous confiance car nos comptes financiers sont très étroitement contrôlés.
d. Des milliers de Français (22 000 membres et des dizaines de milliers d'abonnés) nous font
confiance: faites comme eux.
e. Le fonctionnement d'Amnesty est parfaitement démocratique: le bureau est élu par les
délégués, qui sont élus par la base.

264 Repérage d'arguments (2)


Le titre de cet article se présente sous forme de question: «Pourquoi sauver Apple?)}
Pour Claude Soula, il y a de «bonnes raisons)} d'aimer Apple et donc de le sauver.
TIévoque certains arguments en faveur de Apple.
Parmi les raisons suivantes, cochez celles qui apparaissent dans le texte.
1. Les micro-ordinateurs Apple coûtent moins cher que les Pc.
2. Les micro-ordinateurs Apple sont plus faciles à utiliser.
3. Apple existait avant les PC, les autres n'ont fait que copier sur Apple.
4. Apple est spécialement bien adapté aux enfants (logiciels de jeux ou logiciels éducatifs,
par exemple).
5. Lutter pour sauver Apple, c'est lutter contre le monopole d'IBM et de Microsoft.
6. Les micro-ordinateurs Apple sont infiniment plus esthétiques que leurs rivaux.

Pourquoi sauver Apple? DOS qui permet à cette bête de communiquer avec
nous, a réussi un tour de force avec sa demi ère livrai-

P
ourquoi faut-il sauver Apple? Pour la plu- son, le système Windows 95: elle a imité visuel-
part des utilisateurs de micro-ordinateurs qui lement la famille Macintosh. L'idiot de base arrive
n'ont jamais connu que son rival de type PC, désormais à communiquer presque aussi facilement
né de l'union entre une machine IBM, une puce Intel avec un PC qu'avec un Mac. Mais ce presque vaut
et les logiciels de Microsoft, la mobilisation de cette encore très cher. Windows 95 cache une énorme fai-
secte qui suit avec passion tous les soubresauts du blesse: le méchant langage MS-DOS, impénétrable
fabricant californien doit paraître bien étrange. aux humains normaux. Et de temps en temps,
Pourquoi s'interroger sur chaque décision de ses Windows 95 peut se bloquer, et montrer sa vilaine
dirigeants? Pourquoi surveiller l'évolution de ses face cachée ...
parts de marché et inonder les journaux du monde Microsoft a bien travaillé, mais on a toujours raison
entier des dernières nouvelles du front? Pourquoi d'aimer Apple. On peut trouver d'autres justifica-
enfin considérer IBM, Intel et Microsoft comme des tions à cette passion: aux Etats-Unis, pays qui cul-
grands Satans conspirant à tuer le petit génie? tive facilement la paranoïa, aimer Apple, c'est
il Ya beaucoup de mauvaises justifications, mais au défendre la liberté d'expression, c'est lutter contre
moins une bonne raison: Apple a inventé la sim- les méchants IBM et Microsoft. Même les nouveaux
plicité en informatique (par exemple: la souris, milliardaires de la Silicon Valley, comme Larry
les icônes, la gestion visuelle des fichiers ... ) et cela Ellison, s'en méfient: eux aussi pensent que le but
n'a pas de prix. Même un anti-Apple (cette per- ultime de Bill Gates, le patron de Microsoft, est
version existe aussi) ne pourra pas nier ce fait: un de régner sur tous les cerveaux de la planète pour
Apple, par rapport à un PC, c'est un Homo sapiens les manipuler à son profit. Alors, malgré toutes les
que l'on voudrait comparer à son ancêtre de erreurs stratégiques commises par la firme à la
Neandertal. Sur un Macintosh, tout est facile: lire pomme, malgré son arrogance naturelle et l'orgueil
un CD-Rom ou accéder à Internet, alors qu'on ne de ses dirigeants, il n'y a pas que les romantiques
compte plus les utilisateurs de PC qui passent des à vouloir sauver Apple. S'ils réussissent, tant mieux.
nuits à essayer de débloquer leur machine et finis- S'ils perdent, que personne ne vienne se plaindre.
sent par abandonner. Après tout, ce sont quand même les consommateurs
Bien sûr, le PC a fait des grands progrès. Microsoft, qui ont élu le Pc. Malgré toutes les mises en garde...
la firme de logiciels qui a inventé le langage MS- Claude Soula
Repérage d'arguments (3)
Ce texte aborde la question de la carte scolaire. Rappelons que jusqu'à présent, les
élèves devaient impérativement être scolarisés dans l'établissement (école, collège ou
- moins strictement -lycée) le plus proche de leur domicile. TIétait très difficile d'obtenir
une dérogation à cette règle. L'État envisage de modifier cet état de choses.
1. Relevez:
- les arguments avancés par le gouvernement en faveur de cette modification;
- les arguments opposés à cette décision.
2. À votre avis, le journaliste Luc Bronner est-il favorable ou opposé à la décision que
le gouvernement a proposée le 12 octobre. Justifiez votre réponse (3 ou 4 lignes).

LE GOUVERNEMENTVIENT-IL de signer dis-


crètement la mort de la carte scolaire? Le prin- La carte scolaire vit-elle
cipe selon lequel les élèves sont scolarisés dans
les établissements scolaires en fonction de leur
ses derniers jours? L'État
domiciliation connaît-il ses dernières semaines supprime les justificatifs
d'application? La décision de ne plus exiger de
justificatifs de domicile pour toutes les démaro'ies de domicile pour les
administratives courantes, prise le 12 octobre démarches administratives.
lors du conseil interministériel pour la réforme
de l'État (CIRE), risque d'être lourde de consé- Pour une inscription
quences pour l'éducation nationale. À partir du
1er décembre, les parents pourront justifier de
scolaire, une déclaration
leur lieu de résidence en signant une simple décla- sur l'honneur des parents
ration sur l'honneur. Ils n'auront plus à « produire
systématiquement une ou plusieurs quittances sera donc suffisante.
ou factures diverses n, lorsqu'ils demandert une
inscription dans une école, un collège ou un lycée,
Surprenant!
comme l'a annoncé le ministère de la fonction
publique et de la réforme de l'État. zones urbaines 7 Inutile. Acheter ou louer un stu-
Cette mesure, qui s'inscrit dans la politique dio transformé administrativement en résidence
gouvernementale de simplification des relations principale? Inutile aussi. Louer une boîte à lettres
entre les administrations et les usagers, va très et bénéficier d'une vraie-fausse quittance?
certainement renforcer le consumérisme scolaire. Déménager? Obtenir une dérogation? Il suffira de
« Cette décision conduit à la mort de la carte sco- rédiger une déclaration sur l'honneur et se
laire si le gouvernement maintient sa position. débrouiller pour que le courrier adressé par l'éta-
C'est la porte ouverte à l'aggravation des phéno- blissement ne soit pas renvoyé avec la mention:
mènes d'évitement des collèges ou lycées moins « N'habite pas à l'adresse indiquée».
bien réputés, notamment dans les zones urbaines, Le ministère de la fonction publique ne veut
particulièrement en Ile-de-France», s'indigne Jean- pas croire à cette hypothèse. D'abord « parce que
Jacques Roméro, secrétaire général du Syndicat nous faisons confiance aux Français et qu'il faut
national des personnels de direction de l'éduca- cesser de considérer que les usagers sont des
tion nationale (SNPDEN). Le principe de la sec- délinquants en puissance» indique-t-on dans l'en-
torisation ne tient en effet qu'à la possibilité, pour tourage du ministre, Michel Sapin. Ensuite, parce
les chefs d'établissement ou les maires, de véri- que « des contrôles pourront être effectués»
fier si l'élève candidat à l'inscription relève bien de et que les « cas douteux pourront être vérifiés».
son secteur d'affectation. Enfin « parce que toute fausse déclaration est
Avec l'instauration d'une simple déclaration passible de poursuites pénales n et que des sanc-
sur l'honneur, la fraude devient facile. Les vieilles tions seront demandées, ajoute-t-on au minis-
ficelles utilisées pour obtenir une inscription dans tère de la fonction publique. Pour toutes ces
l'établissement désiré perdent de leur intérêt. raisons, le ministère n'envisage pas, pour l'heure,
Se domicilier chez un parent ou à l'adresse de leur de revenir sur son projet. Un décret, rr en cours
entreprise, comme cela se pratique fréquemment de finalisation», devrait être publié d'ici quelques
en région parisienne comme dans toutes les autres semaines.
266 Reprenez le texte de l'activité 256. Ce texte dénonçait la politique menée par Pepsi
Food en Inde. En cinq lignes, rédigez la contre-argumentation que pourrait produire
Pepsi Food pour défendre son action dans ce pays.

267 Parmentier a utilisé différents types d'arguments pour convaincre les Français de
l'excellence de la pomme de terre.
1. Relevez dans le texte suivant les principaux préjugés existant à son époque contre
la pomme de terre.
2. À chacun de ces préjugés, Parmentier a opposé un argument particulier. Associez
à chaque préjugé la réponse de Parmentier.

dent à une bonne partie de rire aux dépens du mon-


sieur de la ville avec ses idées folles et son mépris
Parmentier: des anciens ... Mais quelle n'est pas la surprise
vaincre les préiugés des paysans du coin quand des feuilles poussent,
des tiges grandissent, des fleurs apparaissent, dans
L'homme de la pomme de terre
ce champ réputé maudit !

P armentier naît, à Montdidier (Somme) le


12 août 1737. A cette époque, la pomme de
terre a déjà été introduite en Europe, au xrve siècle,
Connaissant depuis l'histoire de la Genèse l'at-
trait du fruit détendu, Parmentier ne tente pas, à
ce stade, de pousser son avantage. TI n'essaye pas
par des moines espagnols revenant du Pérou dont de convaincre les gens. Au contraire! TI fait gar-
ils ont aussi rapporté le tabac. Mais ce tubercule der toute la journée le champ par des soldats en uni-
a connu un triste sort. Surtout en France. On l' ac- forme et planter partout des panneaux stipulant que
cuse de provoquer la lèpre et d'être tout juste bon tout vol sera puni. Comme il se garde bien de conser-
à nourrir les cochons! En Bourgogne, un édit offi- ver ses soldats pendant la nuit, c'est bientôt, dans
ciel va même jusqu'à l'interdire. Vers 1675, la l'obscurité, une véritable «hémorragie» de pommes
pomme de terre gagne cependant l'Irlande, où elle de terre ... des pommes de terre qui seront bien-
est bientôt cultivée en grand, la Saxe en 1717 et tôt plantées dans tous les jardins des environs et
la Prusse en 1738. essaimeront au-delà de toute espérance ... «Une
Pharmacien pendant la guerre de Sept Ans, chose si bien gardée ne peut être que précieuse, il
Parmentier est fait prisonnier dans le Hanovre. n'y a pas de raison que les grands se la réservent»,
C'est dans sa geôle qu'il vérifie par lui-même se disent les chapardeurs impénitents.
les excellentes qualités nutritives des pommes La victoire de Parmentier est complète quand,
de terre. Libéré et de retour en France, il n'a de se rendant à la cour avec quelques fleurs de pomme
cesse de la faire connaître et d'en promouvoir la de terre des «Sablons» pour prouver son suc-
culture pour lutter contre les disettes. Mais c'est cès, il voit le roi Louis XVI les mettre à sa bou-
compter sans l'opposition tenace des préjugés. La 1
tonnière ... et tous les nobles bientôt de l'imiter!
pomme de terre est toujours censée provoquer
En 1772, le mémoire de Parmentier sur les ver-
la lèpre, aux dires des médecins, et rendre défi-
tus de la pomme de terre pour vaincre les disettes
nitivement inculte toute terre où elle aura poussé.
est présenté à l'Académie de Besançon et il obtient
En 1776, devenu pharmacien aux Invalides, il le premier plix.
décide d'inviter chez lui les plus grands esprits de
En 1803, Parmentier est l'un des fondateurs
son temps, pour un banquet où on ne mangera que
de la Société de Pharmacie (aujourd'hui Académie
des pommes de terre, sous toutes les formes et à
Nationale de Pharmacie).
toutes les sauces. Franklin et Lavoisier, deux
savants réputés, sont du nombre. Convaincus à C'est à la fois le triomphe de la vérité et la
l'issue de ce festin, ils seront désormais des alliés revanche de son humble défenseur. .. Désormais,
de poids dont les déclarations sauront être enten- tout le monde veut de ses semences.
dues. Reste le problème de la terre. Parmentier Parmentier meurt pauvre, mais heureux du suc-
réussit à obtenir du roi Louis XVI une propriété, cès d'une œuvre qui lui tenait à cœur. Grâce à lui,
«les Sablons », dont le sol, comme son nom l'in- le spectre de la faim disparaît en Europe. Un plat
dique, n'est que du sable stérile. Rien n' y a jamais populaire porte son nom: le hachis Parmentier
poussé. Parmentier plante ses semences sous l' œil (gratin où l'on alterne une couche de purée et une
goguenard de la population locale. Tous s'atten- couche de viande hachée).
Objectif 4
- Repérage des marques énonciatives
- Repérage du point de vue de l'auteur
- Repérage de l'implicite
Marques de l'énonciation
Vous avez à définir la démarche de l'auteur, donc à repérer les différents moments
du texte où il prend position et les moyens qu'il utilise pour ce faire.
Quels moyens?
Par exemple, dans le cas d'un texte polémique, l'auteur peut:
- concéder certains des arguments à l'adversaire pour les réfuter ensuite,
- critiquer un point de vue,
- dénoncer un fait,
- réprouver une attitude,
- adresser des reproches à quelqu'un ...
Il peut, pour tenter de convaincre son lecteur, faire appel:
- à son intelligence en sollicitant ses facultés logiques,
- à sa sensibilité en utilisant la rhétorique,
- à son sens moral ...
Il peut également étayer ses dires par des exemples, recourir aux arguments d'autorité
en invoquant la caution de « spécialistes », faire appel au « bon sens» ou à l'opinion
du plus grand nombre (ex.: « Personne n'ignore que ... », « On sait bien que ... », « On
estime généralement que ... »), etc.
Attention! Souvent, il est difficile de repérer les marques de l'énonciation: l'auteur
ne dit pas toujours « je»; son opinion peut s'exprimer de manière indirecte, par exemple
au travers d'un verbe, d'un adjectif ou d'un adverbe qui, soudain, révèlent la présence
d'un jugement de valeur dans un texte qui se présentait comme neutre, objectif.

268 Dans ce texte se trouvent de nombreux «on» (ils ont été mis en gras pour vous aider
à les repérer).
1. Pouvez-vous dire ce que représente chacun d'eux?
2. L'un de ces «on» représente-t-il plus particulièrement l'auteur de ces lignes?
3. Que peut-on conclure sur l'emploi de «on»?

La civilisation maya
Que sait-on aujourd'hui de l'ancienne civilisationmaya? Toutd'abord,
elle est beaucoup plus ancienne et a duré beaucoup plus long-
temps qu'on ne l'avait pensé: en réalité, elle remonterait au ve siècle
avant J.-c. (elle serait donc contemporaine du fameux «siècle de
Périclès») et aurait duré au moins dix ou douze siècles.
Les iIlscriptions que l'on peut voir sur les monuments, chronique
détaillée et très précisément datée des événements politiques,
tels que guerres, querelles de dynastie, alliances et renversements
d'alliances, paiement de tributs ... , permettent de comprendre la
trame de l'histoire «pleine de bruit et de fureur» de ce peuple, beau-
coup moins pacifique et contemplatif qu'on le prétendait.
Par qui a été détruit le monde maya au IXe siècle? Comment a
pu s'effondrer un monde ayant atteint un tel degré d'organisation
(techniques de culture sophistiquées, système d'irrigation très déve-
loppé, etc.)? On a avancé diverses hypothèses: une agression étran-
gère, des affrontements répétés entre cités rivales, l'impossibilité
pour le pouvoir central (installé dans la ville de Tikal) de contrô-
ler l'ensemble de ses possessions et conquêtes ... Ou peut-être une
conjonction de ces trois facteurs. Une seule certitude: à la fin du rxe
siècle, on ne trouve quasiment plus rien de cette civilisation et de
ce peuple (on estime qu'il a perdu 90% de sa population).
f\
v-----------------------

Le texte suivant provient d'un journal étranger. De quel pays, à votre avis? Quels
indices avez-vous utilisés?

Pour un Britannique non averti, sés assurer une remise en état des de brûlures d'estomac [littéralement,
ce qui frappe le plus dans l'intérêt foies malmenés. Selon les médecins, «brûlures de cœur" en anglais]. Si
fervent qu'éprouvent les Français c'est au moment des fêtes de fin l'on évoque ce genre d'affection
pour leur santé, c'est leur passion d'année que le mal frappe le plus devant eux, ils croient que l'on parle
pour le suppositoire. Les Anglais durement, pendant la période où les d'un chagrin d'amour.
considèrent ce médicament a\"ecune Français consomment force vin, foie Nombreux sont les articles parais-
indicible horreur et ne se résignent gras et huîtres. Les plus de 35 ans sant dans la presse qui expliquent
à l'utiliser qu'en cas d'urgence abso- constituent le groupe le plus exposé que la crise de foie est un mythe, que
lue. Les Français, eux, trom'ent et, d'après les statistiques, les femmes les symptômes n'ont absolument
génial de s'en fourrer un au premier y sont plus sujettes que les hommes. rien à voir avec l'organe incriminé
signe de rhume. Le folklore français veut que ce et qu'ils sont probablement liés à
Mais la véritable contribution spé- soient les œufs, le chocolat, les la migraine, à la constipation ou aux
cifiquement française aux annales oignons et les huîtres qui sont à blâ- excès alimentaires. En général, les
de l'hypocondrie, c'est la crise defoie mer. Mais un mauvais vin peut aussi vraies maladies du foie provoquent
[en français dans le texte]. Inconnus être en cause. Il est donc recom- la jaunisse et une grande fatigue.
hors des limites de l'Hexagone, les mandé aux sujets à risque de s'en Mais les vieilles traditions ont la vie
symptômes de cette affection bien- tenir aux grands crus, mis en bou- dure et les Français continuent de
aimée sont la nausée, les troubles teille au château, naturellement [en considérer leur foie avec une pro-
hépato-billiaires, la migraine et les français dans le texte]. Le foie est fonde suspicion mêlée de tendresse.
spasmes intestinaux. Ce qui, pour considéré depuis très longtemps en En fait, ce qu'il y a de vraiment
un Français, n'a rien à voir avec une France comme un organe perni- insupportable chez les Français, c'est
banale indigestion ou de vulgaires cieux. Déjà à la fin du siècle dernier, que, en dépit de leur forte consom-
brûlures d'estomac. les médecins français l'estimaient mation de vin, de produits laitiers
La moindre pharmacie française comme étant à la source de la plu- et de Gitanes sans filtre, ils sont bien
regorge de remèdes homéopathiques part des troubles digestifs. Les Fran- moins nombreux que nous à souf-
et de tisanes aux noms exotiques cen- çais ne souffrent en revanche jamais frir de maladies cardio-vasculaires.

Quels mots, dans ce texte, montrent que l'auteur est favorable à la nouvelle orthographe
du français?

ontrairement à ce qui se passe en Belgique près ou de loin, aux dernières recommandations

C et en Suisse, ce texte, modéré et bien


accepté, ne fait curieusement l'objet d'au-
cune information publique en France. Les nou-
de 1990. Ont été ainsi introduits, entre autres, les
changements d'accents aigu et grave, des mots
latins, des emprunts, des conjugaisons du type
velles graphies ont pourtant pour la plupart été céderlcèderai, de l'ensemble des composés sur
enregistrées dans les Dictionnaires, en particulier entre et contre, des composés sur verbes (type
dans le Petit Robert et le Petit Larousse Illustré un essuie-glace, des essuie-glaces, avec pluriel
(dernières éditions), ainsi que par l'Académie fran- régulier), etc.
çaise, soit dans le tExte de sa ge édition, soit en Il est temps que le public soit informé de ce pro-
listes séparées. cessusd'évolution, qui le concerne au premier chef.
C'est ce qui a été confirmé par différents son- Les utilisateurs du français seront ainsi mieux à
dages, et en particulier par une prochaine publi- même, s'ils le désirent, de tenir compte des chan-
cation de l'association (Nina Catach, Les variantes gements dans leurs pratiques quotidiennes. Les
graphiques dans les dictionnaires, avec plus de enseignants pourront pour le moins, de leur côté,
5000 variantes nouvelles relevées dans une dizaine et ce n'est que justice, ne pas compter de fautes
de dictionnaires, dont l'Académie). Ce travail a aux examens et concours pour les mots dont l'or-
permis de constater que les trois quarts de ces thographe est d'ores et déjà admise et recom-
enregistrements nouveaux sont conformes, de mandée par l'Académie française.
l'université et aux abords du cam- œuvre. En conclusion, la solution VII, libérant ainsi d' «autres établis-
pus, ne s'embarrasse pas de nuances. miracle à tous les malheurs qui sem- sements» dont l'utilisation future n'est
Ce fascicule très complet, qui se veut blent s'acharner sur Jussieu tombe pas précisée. Ces «autres établisse-
apparemment avant tout soucieux de dans toute sa logique: «Dans ces ments» occupent des mètres carrés
la santé publique, décrit avec minutie conditions, la solution qui s'impose extrêmement précieux, qui permet-
les ravages de l'amiante et les risques est de transférer l'université Paris-VII traiènt, une fois libérés, de créer un
encourus par les usagers du site. Il [... ] vers une autre implantation. » Et nouveau front de Seine en plein cœur
évoque ensuite - avec une précision le document d'indiquer que le démé- de la capitale, avec vue imprenable
tout aussi surprenante - l'extrême nagement de Paris-VII permettrait de sur l'île Saint-Louis, dans un quartier
complexité et le coût élevé des opé- regrouper toutes les activités de Paris- peu pourvu en immeubles neufs ...
rations de désamiantage à mettre en VI dans les anciens locaux de Paris- D.A.

Objectif 5
Comparer différents documents
Repérer quel type de relation existe entre différents documents (éléments
communs, opposés ou complémentaires entre plusieurs textes)

273 Comparaison de plusieurs versions d'un même événement


Vous avez déjà pris connaissance (activité 257) du fait divers suivant. Comparez la
version qui vous a été proposée aux trois versions ci-dessous, plus concises.
1. Quels sont les éléments d'information communs aux quatre articles?
2. Quel article ne mentionne pas la loi sur la prescription en matière criminelle?
3. Quel article ne précise pas le motif de la condamnation à mort en 1977 de Francis
Siciliano?

CONDAMNÉ À MORT: MARSEILLE DÉPÊCHES


20 ANS SOUS UN FAUX NOM Fin de cavale • JUSTICE: un homme de quatre-
Condamné à mort par contumace, un vingt-un ans, condamné à mort par
Un homme de 81 ans, arrêté ven-
homme a vécu pendant vingt ans sous contumace en 1977, a été arrêté, ven-
dredi à Marseille après une dénon-
un faux nom sans être inquiété. Francis dredi 7 novembre, à Marseille. Francis
ciation, a raté à un mois près la
Siciliano, aujourd'hui âgé de 81 ans, prescription de sa condamnation Siciliano, accusé d'avoir tué, en 1975,
a été arrêté vendredi à Marseille où il à mort prononcée en 1977. Francis l'un de ses rivaux dans une affaire de
habitait. En 1977,la cour d'assises des Siciliano devrait être rejugé par une proxénétisme, vivait depuis vingt-deux
Bouches-du-Rhône l'avait jugé par cour d'assises comme tous les ans sous une fausse identité. Il aurait
défaut après un règlement de comptes condamnés par contumace. En pu bénéficier, dans quelques semaines,
qui avait fait un mort. Confondu par des attendant, il rejoint le nombre res- de la prescription de vingt ans en
photos, ila reconnu avoir emprunté une treint des octogénaires enfermés matière criminelle. TI devrait être rejugé
identité. Il a été placé en détention. derrière les barreaux d'une prison. par une cour d'assises.

274 1. L'une de ces « brèves» apporte l'essentiel de l'information, tout en étant très concise.
Laquelle? Justifiez votre choix.
2. Comparez cet article à celui que vous aviez rédigé pour l'activité 257.

275 Reprenez le texte que vous avez étudié dans l'activité 248: « Qu'est devenue la classe
ouvrière? ».
Par rapport à ce document, le tableau suivant est-il plutôt:
a. une illustration du texte?
b. une information venant en complément du texte, élargissant la problématique posée?
c. une information apportant un point de vue opposé à celui du texte?
d. une information apportant une précision à l'une des parties du texte?
e. une information apportant des éléments de comparaison en ce qui concerne l'ensemble
du texte ou une partie du texte?
(Plusieurs réponses sont possibles.)
Population active par catégorie socioprofessionnelle
(en %)

1962 1975 1982 1990 1995 1998


1

Agriculteurs exploitants 15,9 7,8 6,3 4,1 3,2 2,7


Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 10,9 8,1 7,8 7,3 6,9 6,5
1 1

Cadres et professions intellectuelles sup. 4,7 7,1 8,1 10,7 12,1 12,3
Professions intermédiaires 11,0 16,0 16,9 18,8 19,9 20,0

Employés 18,4 23,4 26,6 27,6 29,4 29,8

Ouvriers 39,1 37,3 32,9 30,4 27,2 27,4

Chômeurs n'ayant jamais travaillé 0,0 0,3 1,5 1,1 1,3 1,4
TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

2'7'6 Même consigne (établir le type de relations existant entre deux documents) avec cette
courbe concernant l'évolution du taux de syndicalisation des salariés en France de
1955 à 1993.

Évolution du taux de syndica1isation


(en %)

10
195560 65 70 75 80 85 9093

'2fl;7 Les documents suivants concernent tous trois la rénovation du Centre Pompidou.
1. Deux de ces documents proviennent de la même enquête. Lesquels? Quel indice
vous a aidé à le deviner?
2. Quel est le type de relation existant entre ces deux articles?
a. L'un apporte des explicitations complémentaires.
b. L'un s'oppose à l'autre sur un point particulier.
c. L'un est une illustration par l'exemple de l'autre.
Travaux d'urgence
L'Opéra Bastille et la Grande Arche, inaugurés il y a
Le ministre de la Culture annonce sept ans à peine, sont eux victimes du même mal
aujourd'hui le calendrier des travaux étrange. Leurs façades s'effritent et il a fallu poser en
hâte des filets de protection. Quant à la Cité de la
de réhabilitation de Beaubourg. musique, elle a eu les pieds dans l'eau quelques
Fin 1997, le bâtiment sera fermé semaines seulement après son inauguration en 1991.
Qui faut-il accuser? La fréquentation assidue des tou-
pour une durée de deux ans.
ristes? L'usure prématurée des nouveaux matériaux?
D'autres monuments parisiens La pollution? Les architectes, les constructeurs? Seule
construits récemment, tels l'Opéra certitude, la liste est longue des bâtiments publics
victimes d'avaries. Et les monuments modernes sem-
Bastille et la Grande Arche, montrent blent moins armés pour défier le temps que Notre-
déjà des signes de faiblesse. Dame ou la tour Eiffel. Aujourd'hui, il faut prévenir le
pire. Mais ces travaux, imposés par l'urgence, risquent

L
es grands monuments modernes qui font la de coûter une fortune à l'État, sans parler des batailles
fierté des Parisiens sont décidément bien fra- prévisibles entre experts et assureurs.
giles. De Beaubourg à l'Opéra Bastille, en pas- Aujourd'hui, des voix s'élèvent parmi les spécialistes.
sant par la Cité de la musique, la Grande Arche de Commentant la fermeture prolongée de Beaubourg,
La Défense ou l'Institut du monde arabe, tous ces édi- Claude Mollard, l'un des fondateurs du centre, jette
fices construits récemment passeront-ils le cap de un pavé dans la mare. Selon lui, l'État aurait sous-
l'an 2000? Les spécialistes sont aujourd'hui à leur estimé le succès de Beaubourg, qui attire chaque année
chevet. Pour Beaubourg, à bout de souffle après vingt 8 millions de visiteurs. Au lieu d'entretenir le bâtiment
ans de fonctionnement, le diagnostic est sans appel, régulièrement depuis son ouverture en 1977, on a trop
et le remède radical. Fin 1997, le centre devra être attendu. Résultat: Beaubourg est vieux avant l'âge.
fermé pendant deux ans pour bénéficier de grands Une « erreur de prévision» qui risque de coûter très
travaux de réhabilitation. Coût: 600 millions de francs. cher. Claude Mollard est persuadé que beaucoup de
Philippe Douste-Blazy, le ministre de la Culture, doit visiteurs ne retrouveront plus le chemin de Beaubourg
détailler le calendrier du chantier aujourd'hui. après deux longues années de séparation forcée. J. H.

CLAUDE MOLLARD est l'un des tèle d'habitués qu'il ne retrouvera pas centre Pompidou aboutirait à une fré-
fondateurs de Beaubourg. Il a géré forcément en l'an 2000. quentation journalière de plus de
l'établissement au moment de sa créa- 10000 visiteurs. Ce qui se traduirait
- Qui a, selon vous. commis cette
tion, en 1977. Cet énarque, ancien par une usure rapide des locaux. D'où
erreur de gestion ? N'étiez-vous pas
conseiller culturel de Jack Lang, est la nécessité de travaux d'entretien
vous-même l'un des principaux déci-
aujourd'hui conseiller à la Cour des réguliers. Ce jeune inspecteur des
deurs?
comptes. finances m'avait affirmé au contraire
- Si, mais dès le départ j'ai dit qu'il que la fréquentation se limiterait à
- Fin 1997,le centre Pompidou fer-
fallait prévoir un entretien régulier du 3 000 visiteurs par jour. Il se trompait.
mera pendant deux ans pour cause
centre et prévoir un budget annuel. Le Ce jeune inspecteur, il s'appelait Alain
de grands travaux. Pouvait-on évi-
problème, c'est que nous, les concep- Juppé ...
ter cette fermeture prolongée?
teurs, nous n'avons pas été entendus
- Comment analysez-vous le succès
Claude Mollard. - Oui, on pouvait par les technocrates du ministère des
du centre Pompidou avec vingt ans
éviter cette fermeture qui est à la fois Finances, qui ont la haute main sur
de recul?
ridicule et dangereuse. Ridicule parce le budget. L'État finance à hauteur de
qu'on aurait dû prévoir dès le départ 85 % le fonctionnement du centre. - Ce centre, qui a été inauguré en
un programme de travaux d'entre- Aucun véritable programme d'entre- février 1977 et qui regroupe une grande
tiens annuels. Au lieu de ça, on n'a tien annuel n'a été prévu. bibliothèque, un centre d'art contem-
rien fait - ou presque - pendant vingt porain et le temple de la création indus-
- Qui deviez-vous convaincre à
ans. On a attendu que le centre soit à trielle, tout cela regroupé au même
l'époque?
bout de souffle. Résultat, aujourd'hui endroit, a remporté dès le départ un
on est obligé de fermer Beaubourg - Je me souviens d'une anecdote: immense succès populaire. Rendez-
pendant deux ans. Une fermeture j'avais tenté de convaincre un jeune vous compte, plus de 8 millions de visi-
aussi longue est dangereuse. Le inspecteur des finances en lui expli- teurs par an ! Le centre a été victime
centre risque de perdre une clien- quant que le succès prévisible du de son succès.
Rénovation du centre Georges-Pompidou
Gain de beauté pour Beaubourg
Vingt ans après son ouverture, le Centre tion Fernand Léger, pour s'achever le 31 fit des expositions temporaires. La biblio-
Georges-Pompidou s'offre une spectaculaire décembre 1999. Une date symbolique entre thèque publique d'information (BP!), qui
cure de rajeunissement. Les travaux dure- toutes. Ce vaste chantier a été confié aux capitalise à elle seule 48 % de la fréquen-
ront deux ans pendant lesquels le Centre architectes lauréats, Renzo Piano, l'un des tation du Centre, n'est pas la mieux servie
sera fermé, ou presque. Le choix d'une réno- pères de Beaubourg, et Jean-François Bodin, avec 1000 m2 supplémentaires. Mais elle
vation rapide et son ampleur indiquent un spécialiste des réaménagements de musées. bénéficiera d'un accès indépendant.
budget considérable. Au total plus de Que vont devenir les 20 000 visiteurs quo-
LES ŒUVRES VONT
600 millions de francs seront dépensés d'ici tidiens de Beaubourg durant les travaux? Ils
VISITER LA FRANCE
l'an 2000, ce qui équivaut au coût du futur pourront toujours accéder aux terrasses, voir
musée du Trocadéro consacré aux arts pri- Pour gagner de la place, le personnel admi- une exposition du peintre allemand Max
mitifs. Conçu à l'origine pour recevoir nistratif devra quitter le navire pour le quar- Berkmann. Et les fidèles de la BP1 trouve-
5 000 visiteurs, Beaubourg en accueille près tier de l'Horloge tout proche. Les collections ront provisoirement refuge dans une salle
de 20 000 chaque jour. Ce succès explique permanentes gagneront ainsi 4 000 m2 de 700 places du quartier de l'Horloge. Quant
« l'incontestable usure ", selon Jean- et s'étendront sur la totalité des quatrième aux oeuvres habituellement exposées elles
Jacques Aillagon, son président. (collections historiques) et troisième étages vagabonderont pendant deux ans à travers
Si les travaux extérieurs engagés par Jacques (collections contemporaines). Précision: sur la France, à Colmar, Nice, Mulhouse, Nantes,
Toubon sont en cours d'achèvement, ceux 40 000 œuvres conservées à Beaubourg, Lyon, Villeneuve-d'Ascq, Rouen, Toulouse,
de l'intérieur ne démarreront pas avant l'au- seules 900 sont actuellement exposées. Le ainsi qu'à l'étranger.
tomne prochain à la clôture de l'exposi- cinquième étage gagnera 1000 m2 au pro-

ÎJ,~8 Le dessin ci-dessous illustre l'un des articles concernant la rénovation du Centre
Pompidou. Lequel? Justifiez vote réponse.

~9 Trois articles de presse commentent l'entretien accordé à Michel Field par François
Léotard le 2 novembre 1997.
1. Comment est qualifié l'entretien F. Léotard/M. Field dans ces trois articles?
2. Quelle est la part consacrée aux paroles de chacun des protagonistes? Que peut-
on en conclure?
3. Lequel de ces articles est le moins sévère pour François Léotard?
Argumentez votre réponse.
François Léotard en ferait-il trop? Hier soir, sur TF 1, monsieur Field. Vous confondez le rapport et le pré-rap-
l'émission «Public» a donné lieu à une très vive algarade port. Avez-vous seulement pris connaissance de la réponse
entre l'animateur, Michel Field, et son invité, le prési- contenue dans ce rapport! Vous faites l'amalgame alors
dent de l'UDF, François Léotard. Ce dernier, sur les nerfs, que mon action en tant que ministre de la Défense a été
a en effet haussé brutalement le ton dès que la discus- exemplaire! » Field, étonné: «C'est trop facile, François
sion est venue sur <<1'Affaire Yann Piat» (le livre dont il Léotard. Vous avez quand même été inculpé, notamment
a obtenu, devant la justice, que soient retirés certains dans une affaire concernant votre villa. » François Léotard
passages) et, plus largement, sur la situation dans le Var. s'emporte: «Mais monsieur Field, vous n'êtes pas dans
un prétoire! » Le journaliste, souriant: «Enfin, il y a quand
« Mon action a été exemplaire» même des éléments de suspicion! »
Extraits du dialogue entre l'ancien ministre et le journa- François Léotard, prêt à quitter son fauteuil: «Eh bien,
liste. Field: «Un rapport de la chambre régionale des passez un coup de fil au ministère de la Défense et à son
comptes a épinglé sévèrement la vente des terrains mili- locataire socialiste Alain Richard. Vous verrez que tout ça
taires de Fréjus lorsque vous étiez maire et ministre de est faux 1»
la Défense. » Léotard, furieux: «Vous me faites honte,

LES PETITES PHRASES DUWEEK·END du Var, accusant Field de "ne pas faire son comme tête de liste de l'opposition en
travail ' .• C'est honteux ce que vous êtes Provence-Alpes-Côte-d'Azur. "J'espère faire
François Léotard (UDF) : en train de faire, parce que c'est un amal- dans cette région, comme en Ile-de-France,
«Amalgame honteux» game" a lancé l'ancien ministre de la des listes communes" a-t-il rappelé. 11 a tou-
Violente passe d'armes hier soir sur TF1 entre Défense au journaliste qui énumérait dans tefois averti: "Si jamais en lIe-de-France
le président de l'UDF, François Léotard, et l'actualité varoise les" choses qui choquent on arrivait à des listes différentes, il y aurait
l'animateur de l'émission ,Public., Michel la morale publique. et affirmait: ·11 y a des aussi des listes différentes en Provence. Mais
Field. François Léotard s'est défendu avec affaires autour de vous.' Le calme revenu je pense qu'il faut laisser à ceux qui pro-
véhémence contre toute accusation de mal- sur le plateau, François Léotard a évoqué poseraient cette stratégie la responsabilité
versation dans la vente des terrains militaires le combat qu'il entend mener aux régionales de leur échec."

Faut il plaindre M. Léotard? pal' Alain Rollat


FAUT- IL ménager un homme public? Faut -il iui épargner les sujets 1 « Vous me faites honte, monsiew' Field. ,

de contrariété quand il traverse une mauvaise passe? Faut-il le traiter - Je vous pose des questions liées à des documents ...
avec modération lorsqu'il se trouve dans une situation difficile? Faut- - Vousfaites un amalgame. Je trouve ça nul!
il faire preuve d'indulgence à son égard si l'adversité paraît s'acharner - Ne répondez pas comme cela. C'est tropfacile!
contre lui? Comment déterminer le seuil au-delà duquel la - Je trouve tout à fait lamentable la façon dont vous vous
mansuétude devient complaisance? Comment interviewer François comportez. Si vous pensez que lesjournalistes vont continuer
Léotard? d'être respectés en agissant de cette manière .. ,
Toutes ces questions, Michel Field, qui recevait, dimanche soir, le -Il Y a des affaires autour de vous, vous nepouvez pas le nier ...
président de l'UDF sur le plateau de « Public», les avait sans doute - Êtes-vous procurew; monsieur Field?
tournées et retournées mille fois dans sa tête. Comment interroger - Non, je suis citoyen.
honnêtement cet élu en proie aux pires accusations sans preuve? - Alors,soyez bon citoyen! Un bon citoyen, cela essayede regarder
Comment le faire sans alimenter la calomnie, mais sans lui servir la vérité. Cen'est pasce que vous faites ...
non plus de faire-valoir? Comment confronter cet homme blessé à - Votrecri d'alarme sUI'ltl démocratie aurait gagné à ceque vous
sa part d'ombre sans faire le jeu de ses calomniateurs? Comment vous eJ..pliquiezfranchement sur un certtlin nombre d'affaires .
le ramener au passé dont il est comptable sans raviver le présent dont - Lejour où vous serez e7u, monsieur Field,on en reparlera »
il est victime? Le contraire, donc, d'un entretien de connivence. Un face-à-face
Michel Field a choisi de ne pas s'autocensurer. 11 a posé à François d'anthologie. En faisant son travail en conscience, Michel Field,
Léotard, d'emblée, les questions que l'ancien ministre n'aime pas que l'on disait bétonné, a honoré sa profession. En exprimant sa
qu'on lui pose sur ses anciens démêlés judiciaires et administratifs. révolte sans fard, François Léotard, qui paie le denier du culte de
Ce fut donc, pendant quatre minutes, avant que l'émission reprenne l'image, à laquelle il a tant sacrifié, a gagné en authenticité ce qu'il
son cours habituel, un entretien hors du commun consensuel de a perdu en sang-froid. La télévision privée, elle, y a gagné en
TFl: citoyenneté.
Regrouper les éléments communs, complémentaires ou opposés afin d'élaborer
un plan
Après avoir:
1. lors de l'analyse de chaque document, repéré et numéroté (a,b,c, etc.) les idées
directrices,
puis
2. défini le type de relation existant entre les différents points de vue exprimés (s'agit-
il: d'idées à peu près semblables, d'idées opposées, d'idées qui se complètent ou d'idées
qui n'apparaissent que dans l'un des documents ?),
vous allez regrouper ces idées sous un petit nombre de rubriques, ce qui va vous aider
à organiser votre synthèse, à faire votre plan.
Conseils
1. Partez du texte qui vous semble le plus complet, le plus argumenté et le plus clair.
2. Pour mieux visualiser l'ensemble, le plus simple est d'organiser ce travail au brouillon,
sous forme de tableau.
Par exemple, si vous aviez à confronter trois documents que vous avez ainsi annotés:
- document 1 = quatre idées directrices, a, b, c, d;
- documents 2 et 3 = trois idées directrices, a,b,c;
vous pourriez parvenir à un tableau de ce type:
Relations entre... Doc. 1 Doc. 2 Doc. 3
• Points communs
(idées à peu près semblables) idées (a,b) idée (c) idée (a)
• Points opposés
(idées divergentes) 0 idée (a) idée (b)
• Points complémentaires
ou particuliers idée (c,d) idée (b) idée (c)
Le fait d'avoir dégagé les points communs, les divergences et les apports particuliers
de chaque texte vous aidera à choisir tel ou tel type de plan pour votre synthèse.
On ne peut recommander un plan type. En effet, vous choisirez tel ou tel type de
plan selon la nature et le contenu des documents proposés. En d'autres termes, vous
n'avez pas totalement l'initiative, vous êtes contraint, dans le choix de votre plan, par
la documentation qui vous est proposée.
Rappel
Ce qui est évalué dans ce type d'épreuve est votre capacité:
1. à comprendre les informations qui vous sont données;
2. à apprécier leur importance relative et leur pertinence par rapport à la problématique
générale;
3. à les mettre en relation;
4. à rassembler les idées essentielles en un tout cohérent.
Un conseil, cependant: quel que soit le type de plan que vous choisirez, il doit dans tous
les cas être clairement « lisible ». Mieux vaut un plan un peu trop « scolaire» qu'un
plan difficile à percevoir.
Même si le plan type n'existe pas, on peut rappeler ici quelques exemples de plans:
a. Si les points communs entre les textes sont nombreux, vous opterez plutôt pour un
plan de type descriptif (par exemple en suivant un ordre chronologique ou en procédant
à une sorte d'inventaire, catégorie par catégorie).
b. Si les textes expriment des points de vue opposés, c'est plutôt vers un plan de type
polémique que vous vous orienterez.
c. Si les thèmes que vous avez relevés dans les documents sont complémentaires, votre
plan sera vraisemblablement plutôt de type analytique ou déductif (par exemple, les
causes d'un phénomène et ses conséquences).
Bien entendu, vous n'êtes pas obligé d'adopter strictement tel ou tel plan. Le plus souvent,
vous pouvez les combiner. Par exemple, faire dans une première partie l'analyse des
causes d'un phénomène en suivant un ordre chronologique puis, dans une seconde
partie, opposer deux types de conséquences (positives/négatives).
2:8::l'!!l À partir des deux textes suivants, regroupez les idées communes et proposez un
plan de type « chronologique ».

Il subsiste, en France, un tabou certain concernant les questions d'argent, qui peut s'expliquer
historiquement par le mépris que toutes les classes dirigeantes affichaient envers l'argent. L:Église
catholique affirmait que le salut passait avant tout par la pauvreté. L:aristocratie ne s'occupait pas
d'argent, elle laissait cela à des professionnels, les banquiers et les notaires.
(... 1 Dans la littérature, l'argent est bien souvent mis en cause parce qu'il corrompt les hommes.
Harpagon, ({ l:Avare n de Molière, accumule l'argent, fait fructifier son patrimoine ... et finit par ne
plus aimer que son or. Le Bourgeois gentilhomme est ridicule parce que c'est un parvenu. Les romanciers
du XIX8 siècle, Balzac, Zola, Stendhal, décrivent longuement les passions cupides qui mènent leurs
héros à leur perte.
[. .. ]11 n'est pas de bon ton de paraître riche, d' ({afficher sa fortune n. L:héritier fortuné est toujours mieux
considéré que le « parvenu n, traité facilement de « nouveau riche n. On ne parle pas aisément de ce
qu'on gagne, sauf peut-être avec les intimes, et encore! Il est de mauvais goût de parler de ses revenus
ou de ceux des autres; se permettre de demander à quelqu'un combien il gagne peut être considéré
comme choquant.
N. Mauchamp, Les Français, mentalités et comportements, Paris, CLE International, 1996.

Texte 2 LES FRANÇAIS RÉCONCILIÉS AVEC L'ARGENT


Longtemps associé, dans l'idéologie de gauche, aux notions d'inégalité et d'exploitation, l'argent a été
réhabilité dans la décennie 80. En même temps que la fortune, l'argent, le luxe étaient de plus en plus
présents dans les médias, la réussite économique est apparue moins suspecte, acceptée puis valorisée.
comme si l'adhésion aux valeurs de l'entreprise, la reconnaissance des mérites de la réussite personnelle
étaient une façon de compenser, d'oublier une crise au sein de laquelle un grand nombre de Français
avaient quand même le sentiment de tirer leur épingle du jeu.
Symbole s'il en est du mythe de l'argent, la Bourse a connu un véritable engouement dans toutes
les classes d'âge: 8 % des Français disposaient de valeurs mobilières en 1978, 18 % en 1991 (et 22 %
en 1996). Mais encore plus significatif, Il l'argent des autres », celui des Il gagnants », n'est plus

aujourd'hui aussi critiqué qu'il pouvait l'être il y a dix ans.


G. Harchuel, in I.:État de la France 1993-1994, éd. La Découverte.

2.82. À partir des deux textes précédents, regroupez les idées opposées et proposez un plan
de type « polémique ».

2.8 3 Les progrès de la génétique


Documents
1. Interview de J. Testard (Libération, 4 novembre 1997).
2. Article de R. de Closets et J. Hennen (Le Parisien, 12 novembre 1997).
3. Opinions recueillies auprès de cinq Français (Le PaTisz'en, 12 novembre 1997).
L'ensemble de ces documents analyse les progrès de la génétique de la même façon:
fascinants mais dangereux.
Regroupez-les:
- Les progrès de la génétique sont fascinants parce que:
Texte 1: _ .._. .. ...... .. _ _.. .. .. .
Texte 2: .
Texte 3:
mais
- Les risques de dérapage sont nombreux. Par exemple:
Texte 1: _ _ .
Texte 2 : _.__ __
._ .
Texte 3:
Le déout de ~ô~\\"\de rhUffiô\\\té \)
Jôc~ues 1estôlt'. ~~
Pour le biologiste, la tentation de l'eugénisme va devenir de plus en plus grande.

U n monde peuplé d'hommes et de femmes issus d'em-


bryons sélectionnés pour leurs «bons gènes». C'est
le cauchemar eugéniste mis en scène par le film américain
probabilités de donner naissance à un enfant atteint d'une
maladie génétique grave reconnue comme incurable". Et
donc de ne rechercher qu'un seul gène de "maladie grave".
Gattaca (lire ci-dessus). Pure science-fiction ou antici- L'autre frein à la sélection des bébés in ovo est d'ordre
pation d'un avenir proche? Réponse de Jacques Testart, technique. On ne peut prélever plus d'une ou deux cel-
«artisan» du premier bébé éprouvette français (Amandine, lules sur un embryon de douze cellules sans risquer de
née en 1982), aujourd'hui directeur de recherche à l'Inseml le détruire. Or, dans chaque cellule prélevée, on ne peut
et biologiste au laboratoire de fécondation in vitro de chercher qu'une poignée de gènes. Difficile, dans ces condi-
l'Hôpital américain (Neuilly). tions, d'avoir un véritable "profil" du patrimoine géné-
«Je suis convaincu que la sélection génétique des embryons tique de l'embryon, qui compte plusieurs milliers de gènes.
est promise à un grand avenir, si on n'y prend garde. Dès Mais ces obstacles ne sont pas insurmontables. La loi fran-
1986,j'avais donné l'alarme sur cette question dans l'Œuf çaise sera nécessairement assouplie sous la pression
transparent. La génétique, appliquée à la fécondation in d'autres pays, puisque se préparent actuellement des lois
vitro qui conduit à créer plusieurs embryons d'un même de bioéthique au niveau européen. Parallèlement, les tech-
couple, va permettre de "lire" le patrimoine héréditaire de niques évoluent. Des chercheurs tentent de mettre au point
ces embryons. À partir de là, on pourra décider de ne don- des techniques permettant de déceler simultanément un
ner un avenir qu'à ceux portant des gènes supposés confé- nombre croissant de gènes. Tandis que des biologistes s' ef-
rer un caractère "favorable": résistance à un virus, force forcent de multiplier une cellule d'embryon pour en obte-
musculaire supérieure, aversion pour la violence ... nir plusieurs milliers, dès lors disponibles pour tous les
Freins juridique et technique. Pour en arriver là, il suf- tests génétiques possibles. Arrivera donc un jour où un
fira essentiellement de s'appuyer sur le "diagnostic pré- embryon pourra être passé au crible d'une myriade de tests
implantatoire" (DPI). Cette technique permet d'ores et génétiques. Mucoviscidose et myopathie, bien sûr. Mais
déjà de rechercher la présence d'un gène particulier chez aussi prédisposition à un cancer, à l'infarctus, à l'asthnle,
un embryon fécondé in vitro: on prélève une cellule sur à la myopie, voire à des comportements. Des généticiens
un embryon de 2 ou 3 jours, puis on soumet l'ADN de n'affirment-ils pas avoir découvert des gènes de l'ho-
mosexualité et de la violence?
cette cellule à un test génétique pour y déceler un carac-
Clonage et archaïsme. Dans ces conditions, pour peu
tère héréditaire. Le DPI est déjà pratiqué chez plusieurs
que se forge une image du citoyen idéal, la tentation sera
de nos voisins européens et aux États-Unis pour déter-
grande de faire le tri - indolore - des embryons in vitro.
miner si un embryon est fille ou garçon ou porteur d'un
Tout y incite. Les parents qui souhaitent un enfant parfait,
gène de maladie (mucoviscidose, notment). Cependant,
la société qui veut des individus dont la bonne santé sera
ce type de diagnostic génétique a pour l'instant une por-
source d'économies, l'industrie qui produira ces tests,
tée limitée, pour deux raisons.
les praticiens de la fécondation in vitro et les généticiens
«Arrivera un jour où un embryon pourra être passé qui découvrent de nouveaux débouchés. En regardant
au crible de tests génétiques: mucoviscidose, myopathie, un peu plus loin, on peut imaginer que certains de ces pré-
mais aussi prédisposition à l'asthme, à la myopie, à des cieux enfants jugés presque parfaits seront éventuellement
comportements ... » Jacques Testart clonés. Et là, alors, ce sera la fin de l'humanité. On revien-
dra au mode le plus archaïque de reproduction du vivant.
La première est juridique. Le diagnostic préimplanta- Celui par lequel la vie a commencé, il y a 3,5 millions
toire est interdit en France tant que ne sont pas parus au d'années: la division d'une cellule à l'identique. C'est
Journal officielles décrets d'application de la loi de bio- ce que font les bactéries.»
éthique, votée en 1994. Cette loi prévoit d'autoriser le DPI
"à titre exceptionnel" pour les couples ayant "de fortes

1 Désormais, à partir d'une goutte de ({Un engagement moral


sang, d'un cheveu ou d'un morceau très important»
186 pays ont signé hier la de peau, on peut déterminer la cou-
Déclaration universelle sur le leur des yeux d'un individu, son héré- Face à cette menace, la communauté
génome humain et les droits dité, son type racial, ses maladies, son internationale a décidé de mettre la
de l'homme sous l'égide de espérance de vie ... Bref, c'est notre science, et en particulier la génétique,
l'Unesco. Depuis quelques carte d'identité, avec tous nos secrets sous surveillance.
les plus intimes, qui est contenue dans L'Unesco (organisation des Nations
années, la science avance à
nos cellules et dans nos gènes. C'est unies pour l'éducation, la science et
grands pas dans la connais- dire les risques de dérapages; au cas la culture), qui regroupe 186 pays, a
sance du patrimoine génétique où ces milliers d'informations confi- signé hier à Paris la Déclaration uni-
humain. Il s'agit aujourd'hui 1 dentielles tomberaient entre des mains verselle sur le génome humain et les
d'empêcher les dérapages. mal intentionnées. droits de l'homme.
Georges Kutukdjian, directeur de recèle aussi des risques considérables
l'unité de bioéthique de l'Unesco, pour l'avenir (manipulations géné-
n'hésite pas à qualifier ce texte d' «his- tiques, clonage d'animaux en série, En France, l'utilisation de tests géné-
torique ». «Il complète et actualise aliments génétiquement modifiés ... ). tiques peut certes être ordonnée par
la Déclaration universelle des droits «Des menaces existent déjà et concer- la justice pour aider à la recherche de
de l'homme, qui date de 1948, en y nent notre vie de tous les jours, la vérité. Mais ces procédés soulèvent
intégrant les nouvelles menaces que explique Georges Kutukdjian. Il y a parfois un débat éthique, comme en
peuvent représenter les découvertes d'abord des risques de disclimination témoignent deux affaires récentes, lors-
scientifiques récentes». Pour ce haut entre individus. Savez-vous par qu'un juge d'instruction a décidé de
fonctionnaire, cette déclaration n'a pas exemple que certains pays envisagent
contrôler tous les habitants du village
de valeur contraignante pour les États, de réaliser des tests génétiques à l'em-
de Pleine-Fougères (llle-et- Villaine)
mais elle signifie un «engagement bauche pour s'assurer que les em-
dans le cadre de l'enquête sur le viol
moral très important». Le texte adopté, ployés ne tomberont pas malades? Ou
s'il rappelle le principe de la «liberté bien que certains assureurs pourraient et l'assassinat d'une fillette, ou, plus
de la recherche scientifique», fait pri- refuser de délivrer une assurance vie récemment, lorsque la justice a ordonné
mer «les droits et les libertés fonda- à des clients atteints par une mala- l'exhumation du corps de l'acteur Yves
mentales des individus, sur toute autre die génétique? Se pose également Montand pour réaliser un test génétique
considération ». le problème de la confidentialité des de paternité, à la demande d'une jeune
Si la génétique ouvre aujourd'hui des données génétiques avec la réalisa- femme qui prétend être sa fille.
perspectives médicales passionnantes tion de fichiers, et du consentement Autant de débats que le législateur
(traitement de certains cancers, pré- libre et éclairé des individus soumis français va devoir trancher à la lumière
vention des maladies héréditaires), elle à ces tests ... » de la déclaration de l'Unesco.

Craignez-vous les progrès de la génétique?


·Joël '. Roger • Hylda • Agnès • Dominique
Bompays Demy Ghenou de Monteder Berthe
• 51 ans • 47 ans • 20 ans • 21 ans • 26 ans
~ Restaurateur • Agent SNCF • Étudiante • Étudiante • Agent EDF
• Château-Thierry (02) • Saint-Leu-la-Forêt (95) • Paris XVIII" • Metz (57) • Amiens (80)
« Ça ne me fait pas 1 « Les progrès de la « À la fois, ça peut « Les progrès de la « Je trouve cela plutôt
peur. De toute façon, génétique m'effraient. faire peur et ça peut génétique me font bien. C'est l'évolution
on ne peut pas lutter Ça me choque. être rassurant. peur car on essaye de la vie. Avoir un
contre le progrès. N'importe quel dicta- En fait tout dépend de maîtriser la nature clone, pourquoi pas?
Avoir un clone, teur pourra créer la de l'éthique des à tout prix et cela Choisir la couleur des
je trouverais cela société qu'il voudra. scientifiques qui s'en implique quasi auto- yeux et des cheveux de
plutôt marrant. Je me Ilfaut laisser faire la occupent. Mais les matiquement des mes enfants ne me
sentirais peut-être nature. Quand on fait risques de dérive sont dérapages. Imaginez dérangerait pas. Le
moins seul. Par contre, un gosse, ça se passe réels. Pourtant sur le si Hitler avait pu cloner problème, c'est de maî-
je ne suis pas d'accord dans le lit, pas dans un plan médical, ça peut des personnes jusqu'où triser les dérapages.
pour que l'on puisse laboratoire. Le clonage améliorer des choses. ça aurait pu aller. Car sur le principe, je
définir à l'avance la me fait tout aussi peur. Le progrès est toujours Ce n'est pas comme trouve le progrès de la
couleur des yeux des J'ai envie de garder nécessaire. Mais il ne cela qu'on fera un génétique plutôt inté-
enfants par exemple. ma propre personnalité faut pas non plus que monde meilleur. Si ça ressant. Mais il est évi-
C'est la nature qui sans avoir un double l'homme puisse tout peut aider à mieux dent que si un dicta-
décide et elle seule.)} en face de moi.)} maîtriser et que la guérir, tant mieux. Mais teur peut imposer une
nature n'ait plus fabriquer un gamin aux race type, ça devient
d'incidence sur la vie.)} yeux bleus, ça ne m'in- très dangereux.)}
téresse pas. La nature
doit faire son travail.»

284 À partir des éléments regroupés dans l'activité précédente, élaborez un plan détaillé
basé sur cette opposition.

2.8 ): Dégagez les idées essentielles de chacun des textes suivants et déterminez:
1. ce qu'ils ont en commun;
2. en quoi le point de vue du second texte est différent de celui du premier;
3. en quoi ce second texte complète le premier.
Les Français les lecteurs éventuels (y compris plus en plus le numérique (près d'un
parmi le public scolaire et universi- million et demi de lecteurs de CD-
lisent-ils encore? taire) qui affirment n'avoir pas suf- ROM achetés fin 1996, essor du
rès de trois Francais sur dix fisamment de temps à consacrer à une vidéodisque, développement àes ré-
P (27 %) ne lisent jamaIs. Ce chiffre
peut paraître important, il est cepen-
lecture désintéressée et gratuite. Ce
public, habitué à «zapper» avec la
seaux Internet, etc.) occupent désor-
mais une place considérable dans
dant en baisse: il y a dix ans, en effet, télévision ou les jeux vidéo, adopte l'univers des Français.
un bon tiers des Français (35 %) souvent la même habitude face aux Périodiquement, on annonce que l'au-
n'avaient lu aucun livre au cours de livres. Certains éditeurs se sont en- diovisuel et les nouvelles technolo-
l'année écoulée. gouffrés dans ce créneau et proposent gies vont tuer le livre. Rien n'est
Qui sont les non-lecteurs? Ce sont plu- des «versions allégées» de grandes moins sûr. On peut en effet suppo-
ât des hommes, âgés de plus de cin- œuvres classiques (éditions proposant ser qu'elles devraient servir le livre,
quante ans, peu diplômés, agriculteurs une remise en perspective du type «la surtout lorsqu'il s'agit d'ouvrages de
ou ouvriers. vie et l' œuvre », un résumé détaillé référence comme les dictionnaires ou
En fait, aux deux extrêmes, il existe du livre avec, la plupart du temps, les encyclopédies, plutôt que le
deux catégories de lecteurs: les «gros en «version originale» les passages concurrencer.
lecteurs» ayant lu plus de dix livres les plus significatifs et un appareil cri- Enfin, les Français aiment les livres:
dans l'année, qui représentent moins tique permettant au lycéen ou à l'étu- leur attitude à l'égard du livre et de la
de 25 % de l'ensemble - dont 3 % de diant de rédiger une dissertation sur lecture est très positive; ils admirent
«très gros lecteurs» : plus de cinquante le sujet). ceux qui écrivent, aiment offrir ou
livres par an; les «petits lecteurs» Mais ce n'est pas la seule raison à la recevoir àes livres qu'ils considèrent
(moins de deux livres dans l'année) désaffection vis à-vis du livre et de comme des objets à part et respectent
environ 20 %. la lecture. L'audiovisuel (96 % des en tant que source de savoir et d'en-
Selon diverses études, c'est la lon- ménages ont au moins une télévision, richissement personnel.
gueur des livres qui éloigne le plus près de 70 % un magnétoscope) et de

Pour Francis Marcoin, responsable Cette distance plus grande avec le livre et
du département de Lettres modernes la lecture peut-elle expliquer les difficultés
de l'Université du Littoral, il faut nuancer ou les échecs de bon nombre d'étudiants ?
le regard porté sur le rapport entre Il Y a quelque chose d'un peu agaçant dans le
les étudiants et la lecture. discours actuel qui tend à magnifier la lecture.
Il faut resituer la lecture dans des comportements
Selon vous, est-il vrai que les étudiants culturels plus larges, fondés sur une capacité
lisent moins qu'autrefois? d'écoute, d'entendement. La question n'est pas
C'est le statut de l'étudiant qui a changé et avec tant de savoir si les étudiants lisent beaucoup
lui le rapport au livre. Le projet de bon nombre mais bien plutôt s'ils sont capables de se mou-
d'étudiants est avant tout d'ordre profession- voir dans les textes, de donner un sens à leurs
nel. Faire des études supérieures ne répond plus diverses lectures. Ceci étant, on peut très bien
nécessairement au désir d'accéder au statut être bon étudiant et lire peu.
d'intellectuel. Par ailleurs, la dépolitisation des
universités accentue cet effritement d'une iden- Cela signifie-t-il que les étudiants
tité "étudiant-intellectuel». Dans les années 70, ont aujourd'hui une pratique
le livre et le groupe étaient le support d'une iden- plus utilitaire de la lecture?
tité. Quand les étudiants lisaient Balthes, Genette En France, la pédagogie de la lecture et de la lit-
ou Foucault, ils voulaient s'inscrire dans les débats térature est marquée par une tradition de la
du moment. Ce mode de reconnaissance par lecture intensive, une sorte de rumination du
la lecture s'est estompé. texte, qui passe par deux exercices très codifiés:
Aujourd'hui, cela ne correspond plus à la situa- l'explication de texte et la dissertation.
tion intellectuelle qui prévaut en France. Le dis- Or, il est manifeste, par exemple, que la dis-
cours universitaire a renoué avec une pratique sertation est d'abord un exercice de rhétorique,
plus traditionnelle. En outre, il est évident que démontrant la capacité à poser une probléma-
les "nouveaux étudiants», c'est-à-dire ceux qui tique et à conduire un raisonnement, mobilisant
n'auraient pas été à l'université il y a encore un savoir-faire plus qu'elle n'incite à la lecture
cinq ans, n'ont plus la même connivence avec extensive des oeuvres.
le livre. Et tout d'abord, par manque de moyens D'autre part, s'exerce actuellement sur l'univer-
financiers. sité une pression sociale, il faut préparer les;;
4~ étudiants à un avenir professionnel. On est même des études ou doit-on la maintenir pru-
pris dans un cercle qui conduit à renforcer les demment en marge?
exercices classiques pour consolider les bases et Se pose la question de l'évaluation. Il semble
préparer à des diplômes considérés comme des indispensable d'intégrer ce type d'activités au cur-
passeports indispensables pour l'emploi. sus académique. En effet, s'il reste purement «gra-
tuit .. et ludique, il entrera rapidement en con-
En dehors des programmes, des concours tradiction avec les autres exigences de l'institution.
et des exigences professionnelles, Il faudrait associer la lecture à toutes les autres
reste-t-il quelque place, à l'université, formes d'expression: organiser des rencontres
pour le plaisir de la lecture? avec des comédiens, des metteurs en scène pour
La question est délicate. Cela suppose d'abord faire découvrir aux étudiants ce qui peut être fait
que l'on invente de nouveaux types d'exercices, sur un texte, le travail de la voix, du corps, de
plus fondés sur le goût de l'écriture et de la créa- lumières ... Bref, de leur ouvrir des entrées indi-
tion. En outre, peut-on prendre la responsabilité rectes sur d'autres pratiques de la lecture.
d'introduire cette nouvelle approche au cœur (Lespropos ont été recueillis par Gérard Courtois.)

!!"î::86;;;a Reprenez les deux textes de l'activité 285. Proposez un plan «mixte» en partant du
premier texte et en suivant le canevas ci-dessous.
1. Présenter la situation
Tout semblerait indiquer que les Français lisent de moins en moins. En effet:
- Les Français en général. ..
- Quant aux étudiants ...
2. Énoncer les causes
On peut attribuer cette désaffection à l'égard de la lecture à diverses raisons:
- En ce qui concerne la population française en général, ...
a .
b .
- Pour les étudiants, ...
a. Même cause que le (a) précédent.
b .
3. Nuancer le point de vue
Cependant, dire que «le livre est mort» n'est pas vrai. En effet, les Français ...
Quant aux étudiants, ce qu'il faudrait faire, c'est ...

~2"89·Reprenez les deux textes travaillés dans les deux activités précédentes mais, cette fois,
focalisez votre attention sur le second texte, le premier passant alors au second
plan, en complément.
Vous pourriez alors construire un plan du type:
1. Constat
Les étudiants lisent moins qu'avant: ...
(+ d'ailleurs, les Français en général lisent assez peu: ... )
2. Les causes
Pourquoi les étudiants lisent-ils moins?

(+ les raisons sont-elles différentes pour les Français en général?)


3. Les solutions possibles
Quelles solutions envisager dans les universités?
Conclusion (optimiste): livre et lecture généralement appréciés des Français.
Faites ce plan de manière détaillée.
Objectif 6
Entraînement à la rédaction de la synthèse
Qu'attend-on de vous?
À partir des différents documents proposés, vous devez en dégager la problématique
générale et construire un texte unique, intégrant les idées essentielles de ces documents.
Votre texte doit être concis (on vous indiquera le nombre de mots à ne pas dépasser),
équilibré, cohérent, articulé et objectif.
Attention! Vous devez utiliser vos propres mots et non faire un collage à partir des
textes supports.
Vous pouvez utiliser les mots clés mais vous ne devez pas reprendre des phrases entières
des textes.

~~ À partir de cet entretien entre Michel Alberganti, journaliste, et Pierre Levy et Jean-
Pierre Balpe, professeurs à l'université de Paris-VIn:
1. Relevez les points opposant Pierre Levy et Jean-Pierre Balpe.
2. y a-t-il des points d'accord entre eux? Si oui, lesquels?

nique. C'est la matérialisation du fait qu'il n'y a pas d'op-


D eux philosophes opposent leurs interprétations des
conséquences de la manipulation des outils de télé-
communication sur les relations entre les hommes. Pierre
position entre les télécommunications et la communica-
tion réelle.
Levy, professeur, et Jean-Pierre Balpe, directew; travaillent - Jean-Pierre Balpe: Il n'est pas évident que l'instan-
tous les deux au département hypermédia de l'univer- tanéité favorise l'intelligence. Lorsque les communau-
sité Paris- VIII. Le premier croit à la création d'une intel- tés intellectuelles réagissent en temps réel, elles ne pren-
ligence collective tandis que le second dénonce les méfaits nent plus aucun recul et se privent ainsi d'une maturation
de la compression du temps. nécessaire. Avec le courrier électronique, vous avez à
peine le temps de répondre à une question qu'une autre
Quels effets sur les rapports humains peut avoir la
arrive. La compression du temps réclame une gestion
prolifération actuelle des moyens de communication
de la réflexion. Elle demande à l'individu d'être capa-
auxquels les technologies sans fil confèrent une puis-
ble de dire: maintenant, je vais réfléchir. Or les gens
sance accrue?
capables d'avoir une telle approche de la pensée font par-
- Pierre Levy: La première conséquence souvent attri- tie de ceux qui possèdent un haut niveau intellectuel.
buée à ce phénomène, c'est la substitution éventuelle de Le phénomène actuel va donc accentuer encore la cou-
la rencontre physique par les télécommunications. Je pense pure avec ceux qui n'ont pu accéder à ce niveau. Mon
qu'il s'agit d'un fantasme exploité par une idéologie tech- gros souci réside dans le constat qu'une société à deux
nophobe selon laquelle nous risquons de perdre notre corps. vitesses est en train de s'installer très vite.
Le vrai monde serait en train de disparaître. Or, depuis un
La communication n'est-elle pas en train d'envahir
siècle, alors que les moyens de communication ont
chaque instant de la vie professionnelle et privée?
constamment progressé, on constate que les moyens de
transport n'ont cessé de se développer et d'être de plus en - P. L. : À mon avis, le problème est tout à fait réel dans
plus utilisés. La corrélation est très forte: plus on télé- le domaine du travail. Les cadres, souvent en déplace-
communique, plus on se déplace physiquement. Il n'y a ment, de moins en moins au bureau, ne sont plus jamais
donc pas de substitution mais, au contraire, entraîne- tranquilles, même dans le TGV. Leur temps est exploité
ment mutuel. La véritable dynamique n'est pas dans le au maximum. De plus, la distinction entre le travail et
remplacement du réel par le virtuel, mais dans l' aug- la vie privée devient de plus en plus floue. En plus de
mentation générale de tous types de contacts, d'interac- l'évolution économique générale, celle des moyens de
tions, de connexions ... Par ailleurs, des études ont éta- communication accentue ce brouillage des distinctions
bli que les gens qui utilisent le plus le téléphone sont ceux entre les espaces publics et privés. En revanche, on ne
qui rencontrent le plus d'autres personnes physiquement. peut éviter de constater que les gens qui n'ont aucune rai-
On trouve, d'un côté, l'homme d'affaires ou le chercheur, son professionnelle particulière d'utiliser des téléphones
qui travaillent de manière coopérative, utilisent Internet et portables ou des systèmes de radiomessagerie s'en ser-
le téléphone portable et font de multiples rencontres. De vent juste pour maintenir le contact. On se demande juste
l'autre, la personne âgée, dont le téléphone ne sonne jamais, «comment ça va». On n'échange pas vraiment d'infor-
attend désespérément que ses petits-enfants l'appellent mations. Mais les gens aiment ça ! Dans les aéroports, on
et ne rencontre que les commerçants du quartier. Pour moi, voit des gens qui ont l'air très occupés avec leur téléphone
le téléphone sans fil illustre parfaitement ce phénomène. portable alors qu'ils ne disent que des banalités, juste pour
Non seulement on voyage mais, en plus, on télécommu- rester en contact avec leurs congénères. ~
~ - J.-P. B.: Moi, je refuse le téléphone portable. Si je Il faut savoir se servir d'un dictionnaire ou d'un index.
l'avais, je sais que je tomberais dans un piège qui fait Quelqu'un qui a bien réussi son enseignement primaire
qu'à toute minute du jour, je serais pris par l'urgence de n'a pas besoin de plus. L'enseignement devrait mettre
régler des petits problèmes quotidiens et je n'aurais plus beaucoup plus l'accent sur ce point. L'autre risque concerne
le temps de faire autre chose. Je préfère le filtre du répon- la consommation passive. Internet peut devenir une grosse
deur. Je peux alors mieux gérer mon temps. Je me suis télévision. Au contraire, chacun doit se rendre compte qu'il
donné des heures précises pour utiliser Internet. Sans cela, a quelque chose à enseigner aux autres. La richesse de cet
je sais que je serais pris dans cette instantanéité de l'ur- échange nous met tous en situation de participer à l'in-
gence. Beaucoup de problèmes sont filtrés par la distance telligence collective.
qui donne à chacun une zone de respiration qui permet - J.-P. B: Je ne crois pas que le cerveau humain soit capable
d'avoir une pensée autonome. Or les gens croient que plus de s'adapter à des technologies qui fonctionnent en temps
ils sont sollicités par ce flux d'interaction, plus ils sont réel. Le temps réel de la machine, c'est la vitesse de la
importants. Le téléphone portable devient ainsi un signe lumière. Notre cerveau ne fonctionne pas comme cela.
de distinction sociale. Les gens passent leur temps à com- n faudrait que nous devenions tous des génies capables,
muniquer. Ce qu'ils disent est sans intérêt mais cela leur en une fraction de seconde, d'analyser toutes les impli-
donne un statut. Je crains qu'Internet devienne également cations de ce qui se passe et de réagir.
un statut social. C'est le cas actuellement avec l'adresse Le cerveau collectif peut-il, lui, réagir aussi vite que la
électronique. Je crains que le flux de pensée n'empêche de machine? Je crois que non. L'homme n'est intelligent que
penser. lorsqu'il prend le temps de réfléchir.
Dans l'urgence, on revient à l'instinct, qui représente le
Faut-il développer un apprentissage partù:ulier pour maî-
fonctionnement en temps réel pour l'homme. En voi-
triser les nouveaux moyens de télécommunication?
ture, on freine sans réaliser ce que l'on fait. Cela entraîne
- P. L. : La difficulté est souvent plus psychologique que des erreurs qui provoquent des accidents que l'on aurait
technique ou financière. Chacun doit pouvoir identifier ce pu éviter en réfléchissant un peu. Les réflexes sont pri-
qu'il a envie de savoir et se sentir autorisé à l'apprendre. mitifs. C'est le cerveau reptilien qui agit. Le cerveau supé-
Pour cela, il faut des réflexes intellectuels qui permet- rieur, lui, prend son temps. _
tent de s'orienter. Cela relève de l'enseignement primaire.

289 Les points de désaccord étant plus nombreux que les points communs, c'est vers
une synthèse basée sur cette opposition que vous allez vraisemblablement vous orienter.
À partir du plan suivant, rédigez une synthèse de 150 mots environ (+ ou -10%).
Introduction: multiplication moyens de télécommunication.
- Effets?
- Avis partagés.
I. Pour P. Levy:
a. multiplication télécom. pas incompatible avec contacts directs
ex.: chercheur, hommes d'affaires.
b. la télécom. peut aider à « participer à l'intelligence collective»
II. Pour J -P. Balpe, par contre, la télécom. :
a. empêche de réfléchir (trop rapide - nécessité prendre du recul)
b. donc accentue inégalités (être soumis ou non à la machine)
Conclusion: Un seul point d'accord: la télécom. peut devenir tyrannique.

Votre synthèse doit présenter les idées essentielles en un texte concis,


équilibré et cohérent.

290 Vous trouverez plus bas la synthèse qu'a proposée un étudiant à partir des deux textes
suivants concernant l'évolution de la consommation des Français entre 1962 et 1995.
La consigne exacte était: «Vous ferez une synthèse de ces deux textes en 150 mots
(+ ou - 10%). Pour cela, vous dégagerez leurs idées essentielles, vous les regrouperez
et les classerez en fonction du thème commun à ces documents et vous les présenterez
avec vos propres mots, sous forme d'un nouveau texte, suivi et cohérent. })
Texte 1
Dans les années 60, la demande de consommation excédait largement l'offre: il fallait attendre des
mois pour obtenir une voiture, des années une ligne téléphonique.
En 1962, seuls 28 % des logements étaient équipés d'une douche ou d'une baignoire et 40 % de
WC intérieurs. Il n'y avait qu'un quart des foyers à posséder un réfrigérateur (98 % aujourd'hui), un quart
un lave-linge, 23 % un téléviseur (contre 98 % aujourd'hui) et moins d'un sur dix (9 %) avait le privilège
d'avoir le téléphone alors que tous les foyers ou presque en sont aujourd'hui équipés (98 %).
À cette époque, on consommait encore peu de yaourts, de jus de fruits ou de fromage mais trois
fois plus de pommes de terre et deux fois et demie plus de pain. Le vin était le plus souvent {(de table n,
c'est-à-dire ordinaire (l'essor des vins de qualité supérieure ne se produira que dans les années 70). Ces
produits étaient achetés à l'épicerie du coin: les super et hypermarchés n'existaient pas encore.
En 1975, la situation s'est fortement améliorée puisque 70 % des foyers disposent d'une baignoire et/ou
d'une douche (91 % en 1995) et 65 % de toilettes dans le logement (87 % aujourd'hui). Les besoins
en réfrigérateurs étaient déjà quasiment saturés (à 90 %) ainsi que les besoins en lave-linge (72 %).
Dans ces années 65!75, la hausse continue des revenus (on est à l'apogée des Trente Glorieuses) permet
à un plus grand nombre d'accéder à des produits jusqu'alors inaccessibles (par exemple, en ce qui
concerne l'alimentation: huîtres, saumon fumé, fruits exotiques, etc.), et qui désormais leur sont proposés
dans de multiples grandes surfaces à la périphérie des villes. Deux ménages sur trois (64 %) ont en
effet une voiture en 1975, contre à peine 30 % en 1962 (mais 83 % aujourd'hui).
Dans ces années 75, années fastes s'il en fut, les besoins primaires (manger, se loger, s'habiller)
sont satisfaits. Émergent alors de nouveaux besoins, davantage liés à la santé, aux loisirs et à la culture.

Texte 2
A-t-on tout pour être heureux? On pourrait le croire car, en effet, le taux de croissance de la consommation
est passé de 3,5 % dans les années 70 à moins de 2 % aujourd'hui. S'il est vrai que les besoins
primordiaux sont saturés, les Français sont encore relativement sous-équipés en micro-ordinateurs
(moins de 25 %), camescopes et chaînes hifi. D'autre part, les enquêtes du CREDOC (Centre de
recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) montrent que le désir de consommer
davantage existe très fortement pour les Français aux revenus faibles ou très moyens (on peut rappeler
que cinq millions de personnes au moins vivent actuellement dans la précarité) et pour les jeunes,
habitués à consommer beaucoup plus que leurs aînés. Cet appétit de consommation concerne surtout
le logement et les loisirs pour les premiers, les loisirs, les vacances et la culture (au sens large)
pour les seconds.

Synthèse proposée par l'étudiant


Les deux textes qui nous sont proposés concernent l'évolution de la consommation des Français
entre 1962 et 1995.
Si l'on se reporte aux années 60, on constate que l'équipement des ménages était faible: peu de
foyers disposaient d'une machine à laver ou d'un réfrigérateur, du téléphone ou d'une voiture. Il
y avait peu de toilettes et peu de salles de bains dans les logements.
Dans les années 70, grâce à la hausse des revenus (nous sommes alors à l'apogée des Trente Glorieuses),
les choses se sont nettement améliorées: les Français ont équipé leur logement de baignoires, de
douches et de WC, ils ont acheté une voiture et découvert des produits qui ne leur étaient pas
accessibles jusqu'à ce moment-là (par exemple, l'alimentation de luxe comme les huîtres, le saumon
fumé, les fruits exotiques, etc.).
Aujourd'hui, la quasi-totalité des foyers sont suréquipés sauf en matériel informatique et en
camescopes.
Par ailleurs, cinq millions de personnes sont exclus socialement et l'appétit de consommation,
surtout chez les jeunes, reste fort. (151 mots)
Lisez attentivement les deux textes et la synthèse proposée par cet étudiant. Vous allez
en faire une analyse critique (relevé des points positifs et des points discutables).
Tout d'abord sur la forme:
1. Cet étudiant a-t-il suivi la consigne de longueur?
2. Quel type de plan a-t-il choisi? Son choix vous semble-t-il pertinent?
Justifiez votre réponse.
·-291 Reprenez les deux textes et la synthèse proposés dans l'activité précédente. Votre analyse
critique va maintenant porter sur les deux aspects suivants:
1. L'étudiant a-t-il bien dégagé l~s idées essentielles?
2. Son texte vous paraît-il équilibré?
Justifiez votre réponse.

292 À vous! Proposez une version améliorée de cette synthèse (en respectant la consigne
de longueur: 150 mots + ou - 10%).

293 Voici cinq documents concernant la recrudescence de la tuberculose:


- document 1: un article de Trait d'union-MOEN Paris de février 1996;
- document 2: un encadré extrait du même article de Trait d'union-MOEN Paris;
- document 3 : un article du Monde du 19 août 1999;
- document 4: un extrait d'un article de Médecins sans frontières infos de juillet/août 1999 ;
- document 5 : un second extrait du même article de Médecins sans frontières infos.
Lisez rapidement ces articles et définissez le type de relation qui existe entre eux:
1. En quoi le document 1 est-il différent des documents 3,4 et 5?
2. Quel document (3,4 ou 5) développe la dernière phrase du document 1?
3. Les documents 3 et 4 donnent certaines informations comparables. Lesquelles?
4. Les documents 4 et 5 proviennent du même article. Comment sait-on que le
document 5 émane d'une organisation humanitaire?

PRÉVENTION

La tuberculose est une maladie en pleine recrudescence

O
N CROYAIT s'en être débarrassé que c'est là qu'est concentrée la majo- « primo-infection}) restée endormie, soit
pour de bon et la voilà de retour rité des populations immigrées provenant à une nouvelle contamination.
dans nos contrées. À la fin du XIX· des pays en voie de développement où Les symptômes sont souvent discrets:
siècle, la tuberculose était une maladie la tuberculose est encore un fléau (3 mil- fièvre en fin de journée, amaigrissement
extrêmement répandue. Elle tuait une lions de morts par an dans ces pays). progressif, perte d'appétit, toux. Dans
personne sur sept. Les progrès en C'est également dans les villes que se 80 % des cas, la tuberculose se traduit
matière d'hygiène, l'arrivée des antibio- trouve la plus forte concentration de per- par une affection pulmonaire. Mais elle
tiques et du vaccin ont permis de beau- sonnes atteintes du sida. Or, la tubercu- peut également toucher les os ou l'ap-
coup réduire la mortalité et l'incidence lose est une complication fréquente de pareil urogénital. Dans les cas très
de la maladie. Depuis une quarantaine l'infection par le VIH. C'est là, encore, que graves, elle peu provoquer des ménin-
d'années elle perdait du terrain. Si bien l'on trouve le plus de gens en situation pré- gites. En cas de traitement mal suivi, des
que l'on pensait pouvoir l'éradiquer com- caire. Ces personnes sont les premières rechutes peuvent se produire.
plètement d'ici l'an 2010. Et pourtant ce touchées par ce genre de maladies.
ne sera pas le cas. Elle revient en force Il faut enfin savoir que les personnes Une période d'isolement
dans les pays occidentaux. âgées, du fait de l'affaiblissement de leurs de deux à trois semaines
défenses, sont une population à risque. Une personne contaminée devra suivre
Les personnes âgées sont Gare aux grands-parents tousseurs! un traitement par antibiotiques d'au
une population à risque moins six mois, sans interruption. La
En France, on a enregistré une recru- On peut être contaminé période pendant laquelle un malade es
descenée entre 1991 et 1994 (+ 6 % en sans développer la maladie contagieux, est de deux à trois semaines
1992, + 8 % en 1993). Et l'on compte La tuberculose est une maladie micro- après la mise en route du traitement. La
aujourd'hui 17 cas pour 100000 habi- bienne contagieuse, due au bacille de personne doit alors suivre une période
tants. Un millier de personnes en meu- Koch. Elle se transmet essentiellement d'isolement. ((Le meilleur moyen d'évi-
rent chaque année. Depuis 1994, tou- par l'intermédiaire des postillons. Une ter la maladie est encore la vaccina-
tefois, le nombre de cas semble de personne contagieuse contamine dix tion JJ, poursuit le professeur Léophonte.
nouveau se stabiliser. personnes par an. D'où la nécessité de Une fois la maladie contractée, les trai-
((L'incidence de la tuberculose est deux dépister les tousse urs chroniques 1 On tements par antibiotiques sonttrès effi-
fois plus importante dans les villes, peut être contaminé et ne pas dévelop- caces s'ils sont bien suivis. On a cepen-
notamment à Paris, qu'à la campagne ", per la maladie pendant des mois, des dant découvert, à New York, il y trois a
explique le professeur Paul Léophonte, années ou même toute la vie. Lorsque quatre ans, qu'un bacille de tuberculose
du service de pneumologie du CHR de la maladie se déclare, cela peut alors sur cinq était résistant aux médicaments.
Rangueil à Toulouse. Tout d'abord, parce être dû soit à la réactivation de cette Florence Jacquemou
Le BCG est-il toujours efficace?
La vaccination du BCG est obligatoire pour les enfants à l'âge de six ans,
et chez les plus jeunes dès lors qu'ils sont accueillis en collectivité. Dans
les milieux défavorisés, elle se fait dès la naissance. Elle est rembour-
sée par la Sécurité sociale. « Le BCG est un vaccin bien toléré» confie
le professeur Léophonte. Il faut savoir qu'il est efficace seulement dans
un cas sur deux environ. Mais il prévient les complications graves dans
quatre cas sur cinq. En outre, sa protection ne s'exerce que trois mois
après l'inoculation Depuis qu'il a été créé, le BCG a toujours la même
composition, mais des travaux sont actuellement en cours pour poten-
tialiser son efficacité. Et en France, il n'est pas à l'ordre du jour, comme
dans certains pays européens où la maladie avait presque complète-
ment disparu, de le supprimer!

• MÉDECINE: le tiers de l'humanité est conta-


miné par le bacille tuberculeux, soit 1,86 milliard
d'individus, selon une information de l'Orga-
nisation mondiale de la santé (OMS), publiée par
l'association médicale américaine JAMA, dans
son journal daté du 18 août. La tuberculose s'est
considérablement répandue depuis 1990 en rai-
son de l'abandon de certaines structures de
soins, de l'ex'pansion du sida et de la croissance
de la population. En 1997,7,96 millions de nou-
veaux cas étaient répertoriés dans les 212 pays
collaborant à l'OMS. Le Sud-Est asiatique,
l'Afrique sub-saharienne et l'Europe de l'Est sont
les régions les plus touchées.

La tuberculose revient en force, non seulement dans les pays frap-


pés par l'épidémie de Sida, mais aussi dans les républiques de l'ex-
URSS,où le système de soins est défaillant et où la résistance du bacille
aux traitements devient dramatique.
Lutter contre la tuberculose, c'est entreprendre des actions de long
terme pour rendre les traitements cohérents, afin de ne pas augmenter
la résistance aux antibiotiques, ce qui est quasiment impossible dans
les pays en guerre, par exemple.
C'est aussi, et de plus en plus, lutter contre les préjugés: trop sou-
vent, les victimes de cette maladie de la pauvreté, aujourd'hui étroi-
tement associée au Sida (un tiers des personnes séropositives sont
atteintes de tuberculose, d'après l'Organistation Mondiale de la Santé),
ne se font pas soigner, par peur d'être rejetées par leur entourage.
Mourir aujourd'hui de tuberculose, est-ce normal?
Le mois dernier, à l'hôpital de Soukhoumi, en I1apparition et l'extension de ces formes de tuberculose
Abkhazie, Véra est morte de tuberculose. Depuis des résistantes est un phénomène récent et les médecins
mois, les médecins ne savaient plus comment la soi- sont très démunis face aux malades qui en souffrent.
gner, alors que les traitements contre la tuberculose Dans notre progrme en Sibérie, plus d'un tiers des
sont bien connus du personnel médical. Car ici, patients sont infectés par un bacille multi-résistant. Des
comme dans d'autres pays du monde y compris dizaines de patients pour lesquels il faut imaginer des
l'Europe et l'Amérique du Nord, la maladie se déve- remèdes à partir d'anciennes molécules, dont certaines
loppe à nouveau. Mais Vera était atteinte d'une fomle sont toxiques, ou de nouvelles, très onéreuses et dont
que l'on qualifie de multi-résistante. Cela signifie que les effets sont encore mal évalués. Alors, que faire?
les médicaments utilisés habituellement ont été Nous portons actuellement tous nos efforts sur la pré-
impuissants à la guérir. Un premier traitement a débou- vention de l'apparition de nouveaux cas par un trai-
ché sur un échec ou une rechute. Dans ce cas-là, le tement soigneux des malades. Mais nous tentons aussi
personnel médical ne dispose, pour effectuer une nou- de faire pression pour que la recherche s'oriente vers
velle tentative, que de traitements coûteux, très longs de nouveaux médicanlents ou l'amélioration des pro-
(près de 2 ans) et mal tolérés. duits existants

294 En vue de l'élaboration d'une synthèse à partir des cinq documents précédents,
on peut envisager différents types de plans. En voici deux exemples. À vous
de compléter ces plans.

Introduction
Depuis une dizaine d'années, nette recrudescence de la tuberculose.
1. Les faits
- On pensait qu'avec l'arrivée des antibiotiques et les progrès de l'hygiène, la tuberculose
serait bientôt éradiquée.
- Mais recrudescence de cette maladie en France (1000 morts chaque année) et partout
dans le monde.

2. Les causes
- Âge: les personnes âgées (de plus en plus nombreuses) sont plus vulnérables que les autres.
- Pauvreté et ses corollaires: manque d'hygiène, drogue, sida.
- Manque de structures médicales des pays moins développés et/ou en guerre.
3. Les solutions envisageab1es
- Informer sur la maladie (action de prévention) et lutter contre les préjugés.
- Vacciner (même si le BCG n'est pas efficace à 100 %).

Conclusion
Tuberculose liée à la précarité de certaines populations. Son traitement doit donc dépasser
la question proprement médicale.

Introduction
Le dernier rapport de l'OMS (18 août 1999) alerte l'opinion: recrudescence d'une maladie
presque éradiquée: la tuberculose.
Annonce de plan: la situation dans les pays moins développés (Sud-Est asiatique, Afrique
sub-saharienne, Europe de l'Est) bien plus alarmante que celle d'un pays comme la France.
1. Les caractéristiques de cette maladie
- Maladie le plus souvent pulmonaire (80 % des cas) et très contagieuse.
- ContamiIlation principale: .. ... ....... . . .
- Essentiellement une maladie « urbaine» : concentration de population en situation précaire.
2. La situation en France (les clillfres, les causes, les solutions)
- Tuberculose en recrudescence même si stabilisation. Aujourd'hui 1 000 morts/an.
- Personnes à risque: . ... .... ..... .. ... . .
- Indispensable de se faire vacciner, même si le BCG pas toujours efficace.
- Nécessité d'accroître l'efficacité des vaccins (prévention) + chercher des remèdes plus
efficaces (guérison).
3. La situation dans le monde (les faits, les causes, les solutions)
- La situation se dégrade depuis la ans. Actuellement, trois millions de morts/an.
- Recrudescence imputable en grande partie aux difficultés économiques de ces pays
(manque d'hygiène, prévention insuffisante, sida, équipement médical défaillant).

Conclusion
La lutte contre la tuberculose et les nouvelles formes qu'elle prend = défi à relever. Urgent
de se mobiliser .....•prévenir la maladie + trouver des remèdes plus adéquats.

2.~~ À partir de l'un des plans proposés dans l'activité précédente, rédigez une synthèse
de 200 mots (+ ou - 10 %).

2 ~~ Donnez un titre:
- à la synthèse qui se baserait sur le plan 1 ;
- à la synthèse qui se baserait sur le plan 2.
Votre texte doit être parfaitement objectif.
Attention!
- Vous ne pouvez pas introduire de commentaires personnels, même de manière
allusive, dans cet exercice. Vous devez reformuler les idées essentielles des textes avec
vos propres mots mais sans faire intervenir votre subjectivité.
- Même si vous avez des connaissances sur le contenu des documents proposés,
vous ne pouvez pas introduire d'autres informations que celles qui s'y trouvent.

29'7/,..
1
1. Dans la synthèse rédigée à partir des documents ci-dessous, les idées essentielles
des deux textes ont-elles été reprises? Argumentez votre réponse. La synthèse était
à rédiger en 130 mots environ.
2. En quoi cette synthèse manque-t-elle d'objectivité? Répondez avec précision.
Texte 1
En Europe et aux États-unis, les rendements agricoles ont été intensifiés à tel point qu'on ne sait
que faire des surplus. Lune des solutions est de les vendre à très bas prixaux pays du tiers monde,
touchés par une malnutritionchronique. Problème: cette politique,loind'aider ces pays, accentue leurs
difficultés en accroissant leur dépendance vis-à-vis des produits importés et en ruinant les petits
agriculteurs locaux, incapables de résister à cette concurrence. D'ores et déjà, de nombreux pays
enregistrent un recul inquiétant de leurs produits locaux au profit des produits importés. Un exemple,
le Sahel où les cultures traditionnelles (mil, sorgho, manioc) ont fortement diminué tandis que les
importations de blé augmentaient d'autant. On s'oriente vers une accélération de ce processus: les
États-Unisvont remettre en culture vingt millionsd'hectares et leur capacité d'exportation augmentera
d'un tiers.
Léconomiede marché est un leurrecar l'agriculturedes pays développés est massivement subventionnée
et peut donc exporter à des prix très bas, ce qui ruine les productions locales.
Un second problème se pose aux pays en voie de développement: depuis une vingtaine d'années,
les petits producteurs tendent à abandonner leurs terres et à grossir les bidonvilles entourant les
capitales pour laisser place à de grandes exploitations produisant exclusivement pour l'exportation.

Texte 2
Actuellement, selon la FAO, il existe de par le monde environ 30 000 plantes comestibles, dont
7 000 cultivées ou ramassées pour la consommation. C'est-à-dire des centaines de milliers de variétés.
Or, des milliers de variétés ont déjà disparu et le pire est encore à venir: on parle d'un million de variétés
qui pourraient disparaître dans les prochaines années.
Depuis le début du siècle, la diversité génétique s'est beaucoup réduite. Exemple: en Amérique du
Nord, en 1900, il Y avait 800 variétés de maiS, il en reste une cinquantaine; plus de 400 variétés de
tomates contre moins de 100 aujourd'hui. Cet appauvrissement est dû à l'extension de l'agriculture
intensive et à l'introduction de nouvelles espèces plus rentables dont les semences et les gènes sont
distribués partout dans le monde par de grandes multinationales.
Ce phénomène est très préoccupant car plus le nombre d'espèces est réduit, plus elles sont vulnérables
aux maladies, ce qui risque d'accentuer l'insécurité alimentaire, en particulier dans le tiers monde.

Synthèse proposée
Les textes qui nous sont proposés abordent tous deux la question de la fragilité croissante du
tiers monde en matière alimentaire et incriminent la politique agricole des pays développés.
Les États-Unis et l'Europe inondent de leurs surplus agricoles les pays en voie de développement,
sous prétexte de les aider. D'autre part, pour accentuer leur dépendance économique, ils favorisent
dans ces pays (par le biais des multinationales) l'agriculture intensive à partir d'un petit nombre de
semences sélectionnées dans les pays riches.
Les conséquences sont catastrophiques pour le tiers monde: les petits propriétaires ne peuvent
résister à la concurrence (les surplus agricoles des pays riches sont vendus à très bas prix) et les
populations, désormais imprégnées de la culture occidentale, s'habituent à une alimentation de
type «fast-food », abandonnant les produits agricoles locaux.

298 Proposez une version améliorée (plus complète et plus objective) de cette synthèse en
150 mots environ (+ ou -10%).

Pour finir, comment conclure et... comment introduire?


On recommande souvent de rédiger l'introduction après le développement et la
conclusion. En tout cas, il est indispensable d'avoir au préalable organisé le plan de votre
synthèse de manière précise pour savoir quelle est la question centrale posée dans le
dossier.
Votre introduction doit être très brève: formulation de la problématique générale
du dossier et présentation des documents.
Attention!
Certains des documents qui vous ont été proposés dans les activités qui précèdent étaient
de type didactique (non authentiques ou adaptées de documents authentiques), l'objectif
premier étant de vous entraîner progressivement aux différents savoir-faire requis.
Il n'en ira pas de même le jour de l'examen: on ne vous proposera que des documents
authentiques, dont les sources seront citées (auteur, éditeur, lieu d'édition, date).
Vous devrez tenir compte de ces indications dans la réalisation de votre synthèse (par
exemple, bien vérifier les dates des différents documents).
Dans votre introduction, vous pouvez présenter ces sources dans un souci de clarté.
Ce n'est cependant pas une obligation.
Trois conseils
1. Évitez les formules passe-partout, du type: « De tout temps, les hommes ... ».
2. La formulation la plus simple est en général la meilleure. Par exemple: « Le dossier
présenté traite de ... », « Les documents proposés traitent tous de ... », « Les documents
présentés dans ce dossier abordent la question de ... ».
3. Si vous présentez les documents, référencez-les précisément et brièvement (spécialité
de l'auteur, type de document, tonalité générale par exemple).
Votre conclusion, qui est nécessairement personnelle puisqu'elle porte sur l'ensemble
des documents, doit être très brève et objective (vous ne devez faire aucun commentaire
personnel).
Rappel de quelques amorces de conclusion:
-« En conclusion, il semble bien que »
-« Pour conclure, on peut dire que »
- «II ressort de ce qui précède que »
- «Au total, la question centrale semble bien être celle de ... »
- «Au-delà de leurs divergences, les auteurs s'accordent sur le fait que ... »

~~ ÇJ Voicicinq documents* concernant l'hygiène des Français:


1. Le début d'un article de F. Giroud paru dans Elle en 1951.
2. Les résultats de l'enquête à laquelle s'est livré ce journal.
3. Une publicité pour le savon Palmolive parue en 1951 dans le journal Marie-Claire.
4. Un article paru dans Les Dossiers du Canard enchaîné, juillet 1993.
5. Un tableau comparatif «Les Européens et la propreté» (Procter et GambIe ADF, cité
par G. Mermet, dans Francoscopie 1997).
À partir de ces différents documents, donnez un titre à l'ensemble de ce dossier
thématique.
* Lors de l'épreuve B3, il est rare que l'on vous propose plus de quatre documents, sauf s'ils
sont faciles d'accès. Ce qui est le cas dans ce dossier.

Les Françaises sont-elles sales? Onze questions désagréables


Cette question a surgi devant nous un jour que, Les femmes que nous avons interrogées se classent dans les catégo-
réunies dans un bureau, nous avons vu entrer ries suivantes: dix pour cent disposent d'une salle de bains, trois pour
deux jeunes Suédoises sans beauté véritable, cent d'une douche, cinquante et une d'eau courante chaude etfroide,
sans élégance, mais fraîches, nettes, dorées, quatorze n'ont pas d'eau courante.
appétissantes comme des petits pains frais. Voici le questionnaire que nous leur avons soumis:
OUI NON
- Qu'est-ce qu'elles ont, ces filles du Nord ?...
• Est-ce que vous vous démaquillez tous les soirs? 40 60
a dit quelqu'un.
• Procédez-vous à une toilette complète tous les jours? 52
- Elles ont qu'elles sont propres, a répondu
Deux fois par semaine? 11
une voix.
Toutes les semaines? 23
- Vous ne prétendez pas que les Françaises sont 14
Moins souvent?
sales? s'est exclamée une troisième. • Vous lavez-vous les cheveux toutes les semaines? 11
Et devant l'ardeur subite de la discussion, nous Tous les 15 jours? 15
avons décidé alors d'entreprendre immédia- Tous les mois? 39
tement une enquête sérieuse sur ce sujet grave: Moins souvent? 25
l'hygiène. • Vous servez-vous d'une brosse à ongles? 48 52
Les résultats sont assez affligeants pour que D'un bidet? 62 38
nous nous en alarmions. De désodorisant? 54 46
Interrogé sur l'opportunité de vous en instruire, • Changez-vous de culottes tous les jours? 17
le ministre de la Santé publique nous a dit: 2 fois par semaine? 53
- Bravo, ayez le courage de parler et vous nous Toutes les semaines? 29
aiderez dans notre tâche. Si toutes vos lectrices, Moins? 1
averties, font campagne pour une hygiène • Lavez-vous gaine ou porte-jarretelles tous les mois? 56
meilleure, vous aurez fait du bon travail. Tous les 2 mois? 17
Tous les 5 ou 6 mois? 21
Jamais? 6
• Vous lavez-vous les dents deux fois par jour? 17
1 fois par jour? 50
De temps en temps? 18
Jamais? 15
• Avez-vous une permanente? 64 36
La renouvelez-vous 3 fois par an? 6
2 fois par an? 24
1 fois par an? 34
Une pure Suédoise - esprit sain dans un corps
Et surtout sain - sort d'une salle de sport et s'indigne:
« Ce qui frappe, c'est de voir une majorité de
n'amène pas Lulu... femmes bien habillées, bien maquillées, qui,
après avoir sué pendant une heure au cours
d'abdos-fessiers, se rhabillent pour la plupart
sans prendre de douche. Un peu de paifum, du
rouge à lèvres, beaucoup de déodorant, et la
journée continue! » Car si les Français sont
sales, au moins savent-ils soigner la façade.
Nous dépensons chaque année toujours plus
en parfums et maquillage qu'en produits d'hy-
giène pure.
Et si on nous trouve les cheveux propres, en
revanche les dents sont souvent « sales, noires
et mal arrangées ». la % d'entre nous confes-
sent ne jamais se les brosser. Pourtant, en 1991,
la barre des 100 millions de brosses à dents
vendues annuellement a été franchie, contre
83 millions trois ans plus tôt.
Serions-nous définitivement les premiers à
ce hit-parade de la crasse? Il semblerait que
non: au chapitre des habitudes d'hygiène dou-
teuse, et l'on se console comme on peut, la
réputation de nos voisins britiches bat la nôtre
à plate couture. « Les Français sont sales?
s'étonne cette Italienne après dix ans de vie
parisienne. Ah bon, je croyais que c'étaient les
Anglais!» La crasse, c'est toujours l'autre.

Douches Bains Brosses Tubes de Utilisent un Se lavent


(par semaine) (par semaine) à dents dentifrice déodorant avec
(par an) (par an)
Allemands 4,4 1,0 2 4,9 76% mains
Britanniques 3,7 3,0 1,4 2,9 86% mains
Espagnols 4,7 1,1 0,8 4,5 75% éponge
Français 4,4 1,0 1,2 3,9 52% gant
Italiens 3,8 1,0 1,2 3,3 72% éponge
3a e 1. Analysez les relations logiques existant:
- entre les documents 1, 2, 3 et 4,
- entre les documents 1,2,3 et 5,
- entre les documents 4 et 5.
2. Proposez ensuite trois types de plans en vue d'une synthèse:
- plan A en agençant les documents dans l'ordre 1,2,3,4,5;
- plan B en agençant les documents dans l'ordre 4,1,2,3,5;
- plan C en agençant les documents dans l'ordre 5,4, 1, 2, 3.

$~ ; Rédigez:
1. une introduction de 30 mots environ pour la synthèse que vous écririez à partir
du plan B;
2. une brève conclusion évoquant la pérennité des stéréotypes (qui pourrait convenir
quel que soit le plan adopté).
Questions

Que cherche-t-on à évaluer dans cet exercice? Tout comme dans l'exercice de synthèse,
vos capacités d'expression écrite.
Ici seront évaluées vos compétences d'ordre pragmatique (votre réponse est-elle pertinente
par rapport à la question 7) et d'ordre linguistique (vos phrases sont-elles correctes
grammaticalement, votre vocabulaire précis et nuancé, votre expression cohérente 7).
Les tâches que l'on vous proposera dans ces questions sont beaucoup plus diversifiées
que dans la synthèse.
Vous rencontrerez:
1. des questions portant sur un point précis: définir un mot, une expression, expliquer
le sens d'une expression dans un contexte bien précis, expliquer le titre de l'un des
documents ... ;
2. des questions précises elles aussi mais portant sur des éléments un peu plus larges:
expliquer le rôle d'un exemple, expliquer la fonction exacte d'une citation, comparer
deux données chiffrées, expliciter la position de l'auteur sur l'un des aspects de la question
(<<Qu'entend l'auteur par ... 7») ... ;
3. des questions plus larges: expliquer une phrase de l'un des textes, comparez deux
prises de position, comparez une donnée chiffrée et un document ... ;
4. des questions vous demandant d'exprimer votre opinion personnelle (<<Êtes-vous
d'accord avec l'idée que ... 7»), d'émettre des hypothèses sur le sujet abordé ou sur la
position de l'auteur, de suggérer des solutions (<<Selon vous, quelle serait la meilleure
solution pour ... 7») ... ;
5. des questions visant à élargir le débat: apporter des précisions ou des nuances, modaliser
en fonction des contextes, donner des exemples, expliquer la situation de votre pays en
ce qui concerne cette question, établir des comparaisons entre le contexte français et
celui de votre pays ...
Comment sont notées les questions?
Les questions sont notées sur 20 et représentent le tiers de la note totale. Le barème
de chaque question est fonction de son importance relative: il va de 2 à 3 points pour
les questions les plus brèves (questions très ponctuelles, réponses en trois ou quatre
lignes) à 8 à 10 points pour les questions exigeant une réponse plus longuement
développée et plus élaborée (de 6 à 12 lignes).

;;p~,J(J2.~Reportez-vous au texte que vous avez déjà travaillé dans l'activité 248: «Qu'est devenue
la classe ouvrière? » et répondez de précisément en trois lignes à la question suivante:
Pourquoi, au début du deuxième paragraphe, l'expression «classe ouvrière» est-elle
entre guillemets?
Conseil: relisez attentivement tout le deuxième paragraphe de ce texte.

aj'()3;= Relisez le texte de M. Winock proposé dans l'activité 255 et répondez en cinq lignes
à la question suivante:
Que signifie,dans ce contexte, l'expression: <<l'ambivalencede la tentation missionnaire»
de la France? (troisième paragraphe)
Conseil: vous devez chercher deux éléments pour expliquer cette tentation missionnaire
«< ambivalence»).
Reportez-vous au second texte de l'activité 281 intitulé «Les Français réconciliés avec
l'argent», et répondez en cinq lignes à la question suivante:
Pourquoi l'expression ((l'argent des autres ii est-elle en italique et entre guillemets?
Conseil: relisez également le premier texte de l'activité 281, et plus particulièrement le
dernier paragraphe. Cela vous aidera à mieux comprendre qui sont « les autres ».

Reportez-vous à l'interview que F. Marcoin a accordée au Monde sur le thème:


«Les étudiants et la lecture» (activité 285). À la deuxième question de G. Courtois,
F. Marcoin trouve «quelque chose d'un peu agaçant dans le discours actuel qui tend
à magnifier la lecture ». De quoi s'agace-t-il précisément? Répondez en quatre lignes.
Conseils:
1. Attention au sens exact des mots « agaçant» et « magnifier».
2. Le dernier paragraphe du texte précédent, « Les Français lisent-ils encore? », peut vous
aider à répondre.

Lisez le texte qui suit puis répondez de manière précise à la question suivante:
Pourquoi a-t-on appelé ainsi le sommeil «paradoxal» ? En quoi réside le paradoxe?
(5 lignes)
Conseil: pensez aux différentes manières d'exprimer la concession/opposition. Par exemple:
alors que (ou tandis que) / bien que (+ subj.) / cependant ...

C'est depuis qu'ont été mises au point des méthodes - le stade du «sommeil surprofond» (rythme très
scientifiques permettant de contrôler l'activité élec- lent, "petite mort ,,).
trique du cortex (au début des années 30) que la Ce n'est qu'en 1959 qu'un chercheur français (à
connaissance des mécanismes du sommeil a pro- la suite de diverses expérimentations américaines)
gressé de manière décisive. démontra l'importance d'un nouveau type de som-
Les électro-encéphalogrammes (EEG) permirent meil qu'il nomma" sommeil paradoxal". Lors de
d'analyser l'ensemble des points de la boîte crâ- cette phase, qui représente environ un cinquième
nienne. Ces enregistrements furent complétés par de la durée totale d'un cycle de sommeil, les
l'enregistrement des mouvements des muscles rythmes cardiaque et respiratoire deviennent irré-
faciaux et oculaires et par celui des rythmes res- guliers, les mouvements oculaires rapides, l'activité
piratoires et cardiaques cérébrale est intense mais le relâchement muscu-
On détermina quatre rythmes cérébraux: laire total. C'est la phase où le dormeur rêve.
a. le type alpha correspondant à un rythme "état Le premier épisode de "sommeil paradoxal" appa-
de veille calme,,: le patient est éveillé, il est pai- raît environ une heure et demie après l'endormis-
sible, il a les yeux fermés; sement. Il fait suite aux stades 1 (endormissement),
b. le type bêta: le patient a les yeux ouverts et 2 (sommeil léger), 3 (sommeil profond) et 4 (som-
exerce une activité mentale; meil très profond). Il s'agit d'épisodes brefs (de
c. le type thêta: endormissement du patient (ralen- quinze à vingt minutes) apparaissant très soudai-
tissement du rythme physiologique); nement de 90 minutes en 90 minutes approxima-
d. le type delta: le sommeil est lent et profond, tivement. Ces épisodes deviennent cependant, au
le rythme physiologique très ralenti. cours de la nuit, de plus en plus longs et de plus
Entre 1934 et 1938, des chercheurs américains dis- en plus rapprochés.
tinguèrent cinq phases dans le sommeil lui-même Actuellement, le traitement informatique des don-
(qui, jusqu'alors, était considéré "en bloc,,): nées permet de détailler de plus en plus finement
- le stade de l'endormissement. Il comporte deux les différentes phases du sommeil paradoxal (quand
phases: (1) somnolence et (2) assoupissement; débure-t-il? comment se décompose-t-il? quels en
- le stade du « sommeil léger» fragile (le patient sont les "accidents"? quand se termine-t -il?).
peut être réveillé facilement); On connaît de mieux en mieux les mécanismes
- le stade du «sommeil profond» (le rythme est physiologiques de cette phase du sommeil; ce n'est
lent, c'est à ce moment-là que le dormeur se re- pas pour autant, bien sûr, que l'on va résoudre
pose vraiment et refait le plein d'énergie); l'énigme du rêve lui-même.
3-07 Reportez-vous au texte 1 de l'activité 290. En cinq lignes, pouvez-vous expliquer ce
qu'étaient les «Trente Glorieuses» ?
Conseil: regardez bien les dates: entre 1965 et 1975, on est à l'apogée (au point le plus haut)
de ces « Trente Glorieuses,).

308 Reportez-vous au texte 1 de l'activité 297. En cinq lignes, expliquez en quoi l'aide
alimentaire peut être un «leurre» pour les pays du tiers monde?
Conseil: pensez au sens premier du mot « leurre') : appât artificielpour la pêche (qui sert donc
à attirer et à tromper le poisson).

30 9 Reportez-vous au document 2 de l'activité 293 : «Le plan Allègre: pédagogie d'abord».


En six lignes, expliquez le sens de la phrase de Claude Allègre à la fm du premier
paragraphe: «TIfaut résister à la tentation de faire le tout-quincaillerie pour faire le
tout-pédagogie. »
Conseils:
1. Le titre et le chapeau de cet article vont vous aider à répondre.
2. Relisez le deuxième paragraphe du document 1 de cette même activité (article du Monde).
Cela vous aidera à comprendre le sens exact de l'expression (<letout-quincaillerie ,).

31 Q Reportez-vous à l'activité 299. Dans son article intitulé «Les Françaises sont-elles
propres?» (Elle), Françoise Giroud mentionne la réaction du ministre de la Santé
publique? Quel est le but de F. Giroud? Répondez en cinq lignes.
Conseils:
1. Lisez attentivement les phrases précédant celle-ci et faites attention aux points suivants:
- à qui s'adresse l'article?
- quels sont les adjectifs qualifiant cette enquête?
- en quoi est-elle « alarmante') ?
2. Pour vous aider à répondre, voici la conclusion de cet article:

Nous le répétons, l'hygiène est une question


d'éducation.
Celles qui ne l'ont pas reçue peuvent toutes
l'acquérir. Elle est aussi révélatrice que la façon
de se tenir à table. Elle est à la base de la santé
publique, elle est le signe même de la
civilisation.

)11 ' Reportez-vous à l'activité 283 et expliquez en cinq lignes le sens et la portée du titre:
«Jacques Testard: "Le début de la fin de l'humanité" ».
Conseil: attention! le risque, avecune question de ce type, est d'exprimer une opinion person-
nelle. Ce n'est pas ce qui vous est demandé.

o1 EntraÎnez-vous à répondre aux questions de type 3

·'·3'1-z Reportez-vous au document 3 de l'activité 283.


En six lignes, comparez les déclarations des personnes interrogées.
Conseil: comparez d'abord lesréponses 1,2,3 et 4 (un mot revient:lequel?) puis lesréponses 2,
3 et 5 (la même crainte revient: laquelle ?).
313 Reportez-vous au document 2 de cette même activité 283 (article du Parisien sur la
génétique). En six lignes, comparez le dernier paragraphe de cet article à la brève
suivante (Ouest-France).
Conseils:
1. Précisez l'objet exact de la brève d'Ouest-France.
2. Comparez la manière dont est présentée la requête d'Aurore Drossard.

Mgr David et Montand:


« Profanation»
Mgr Jacques David, vice-président des
évêques de France, « ressent comme
une profanation» la décision de la Cour
d'appel de Paris d'exhumer le corps
d'Yves Montand pour comparer son
ADN à celui d'Aurore Drossard, recon-
nue comme sa fille par un premier
jugement contesté par les autres héri-
tiers du comédien. <<Jusqu'où ira-t-on
au nom de la vérité et de la justice,
pour ne plus respecter même les
morts? », demande Mgr David. « J'ai
le sentiment qu'on dépasse une fron-
tière », ajoute l'évêque d'Évreux, qui
participe à l'assemblée épiscopale.

314 Lisez ce texte de Medhi Tafti intitulé « À quoi rêvent les bêtes? », puis répondez de
manière précise et avec vos propres mots en cinq lignes à la question suivante:
Comment peut-on faire la preuve que les animaux, comme les hommes, rêvent?

À quoi rêvent les bêtes?


Toute personne ayant un chat ou sonuneil paradoxal, devraient éga- maux. Le seul outil est le langage,
clùen vous dira qu'ils rêvent, car lement avoir du rêve. De la même avec lequel nous communiquons
ces animaux présentent des com- façon, l'absence de sommeil para- le contenu de nos rêves.
portements typiques de leur doxal chez les autres animaux L'absence de langage chez tous
espèce, tout en étant endormis. exclurait l'existence d'une activité les autres animaux nous interdit
Chez l'homme, le rêve s'élabore onirique. de connaître leurs rêves. Nous
par la conjonction du sommeil Toutefois, les rêves utilisent des avons tout de même un moyen
paradoxal, de la mémoire et du éléments mémorisés, aussi bien expérimental qui consiste à abo-
langage. Nous savons que si l'on dans la mémoire à court terme lir l'atonie musculaire caracté-
réveille un dormeur pendant une que dans celle à long terme. Même ristique du sommeil paradoxal, et
phase de sommeil paradoxal et si les structures cérébrales, néces- à ainsi observer le comportement
qu'on lui demande s'il rêvait, nous saires à la mémoire, existent chez de l'animal pendant les phases de
avons 80 % de probabilités de une grande partie des animaux, sommeil paradoxal.
recueillir un rêve comportant des nous connaissons très mal leur Dans ces conditions, un chat
images et actions. C'est pourquoi capacité de mémoire. présente des comportements
les rêves ont été associés au som- Néanmoins, nous devons ad- typiques de jeu ou de chasse d'un
meil paradoxal. Or, une activité mettre que la grande majorité des objet ou d'une souris imaginaire
mentale existe aussi pendant le animaux Cà l'exception peut-être ainsi que des comportements
sommeillent, mais elle se diffé- des insectes et des poissons) a d'agressivité et de défense. Tout
rencie souvent du rêve par sa pau- probablement des traces mémo- laisse à penser qu'un chat, comme
vreté en images. Si l'on admet que risées, nécessaires à la réalisation un homme, rêve de scénarii carac-
le sommeil paradoxal s'accom- des rêves. Le dernier problème téristiques de son espèce pendant
pagne de rêves, tous les oiseaux à résoudre reste le moyen de ses phases de sommeil paradoxal.
et les mammifères, qui ont du détection des rêves chez les ani- M.T.
L'entretien dont est extrait le texte suivant a été publié dans le même numéro de la
revue Sciences et avenir (RS, décembre 1996), et il est également consacré au rêve
chez les animaux.
Comparez en six lignes les déclarations de Michel Jouvet, qui est l' « inventeur)} du
sommeil paradoxal, et celles de Medhi Tafti.
Conseils:
1. Observez les précisions apportées par M. Jouvet.
2. Le langage utilisé est différent. En quoi? Les deux textes s'adressent-ils exactement au
même public?

L. M. Comment peut-on étudier la vie onirique des ou bien d'excitations de la sphère sensorielle qui sur-
animaux non humains? viennent en même temps que des comportements
Michel Jouvet. Nous ne pouvons évidemment pas adaptés à ces hallucinations de fuite ou d'attaque?
compter sur les récits de rêve. Mais la découverte des L'hypothèse de rêve d'action chez l'espèce féline est
comportements oniriques permet cependant de sup- plausible bien qu'elle soit difficilement réfutable. Des
poser que certains animaux ont des rêves. Le cas le comportements oniriques ont également été mis en
mieux connu de notre laboratoire est le chat. En détrui- évidence chez des hommes atteints de lésions du tronc
sant le Locus cœrulus a, responsable de l'atonie mus- cérébral, touchant les structures inhibitrices du tonus
culaire, on a constaté que le chat en phase de som- musculaire. Là encore, ces lésions permettent de voir
meil paradoxal présentait des caractéristiques ce que l'individu «fait» pendant son rêve. Ces com-
nouvelles. Il mimait des comportements très struc- portements sont le plus souvent des attaques violentes.
turés et typiques de son espèce comme l'attaque et la On a rapporté notamment le cas aux États-Unis d'un
poursuite de proies imaginaires, le léchage, des individu qui a violemment attaqué sa conjointe au
frayeurs, des attitudes de combat. .. La destruction de cours d'une nuit alors qu'il était en plein sommeil.
cette partie du cerveau permet ainsi de voir ce que Ces comportements oniriques surviennent exclusi-
le chat «fait» quand il rêve. S'agit-il de comporte- vement pendant le sommeil paradoxal et s' accom-
ments automatiques organisés sans imagerie onirique pagnent chez l'homme de rêves.

3J 6 Dans les activités 250 et 272 a été abordé le thème de l'amiante et plus précisément
celui de la présence massive d'amiante dans les locaux de Paris VII-Jussieu.
Relisez ces deux articles pour retrouver le contexte.
Comparez les deux articles qui suivent, consacrés tous deux à cette même question,
en faisant porter votre attention:
- sur les dates;
- sur les différences de ton entre les deux articles (6 lignes).

Jussieu, l'inertie fait monter la pression


Le comité antiamiante a décrété 24 heures de blocus du campus.
n'y
l aura, aujourd'hui, pas un dénoncent l'absence d'engagement complète sur l'ensemble des pro-

I seul étudiant sur le campus pari-


sien de Jussieu. Un blocus a été
décrété pour 24 heures par le comité
financier et les retards. Le plan
Bayrou prévoyait de financer le
désamiantage à hauteur de 1,2 mil-
blèmes de sécurité» du campus.
Bernard Dizambourg, président de
l'établissement public (EPA)chargé
antiamiante, emmené par Michel liard sur trois ans. des travaux de désarniantage, réfute
Parigot, et l'intersyndicale. Seule Cette opération« campus mort» est l'accusation d'abandon du plan ini-
une centaine de personnes sera aussi un pas supplémentaire dans tial. Il précise que son projet vise
autorisée à franchir les «barrages », la guérilla entre Claude Allègre et aujourd'hui à une remise en sécu-
sur les 40 000 étudiants et 6 000 per- Michel Parigot, le second accusant rité complète du campus, dés a-
sonnels des deux universités et de le premier de ne pas prendre la miantage compris. « Tout le monde
l'Institut de physique du globe. mesure du danger que fait peser la peut considérer que les choses ne
L'initiative se veut une réponse à ce présence d'amiante sur la santé des vont pas assez vite », se défend-il.
qu'ils qualifient de « volonté délibé- usagers du campus. Elle intervient « Il y aura de la suspicion tant que
rée (du ministre de l'Éducation, alors que plusieurs plaintes ont été le désamiantage de la première barre
n.d.l.r.) de saboter le plan de désa- déposées. Le président de l'univer- n'aura pas commencé », regrette-
miantage» présenté en septem- sité Denis- Diderot (Paris-VII) a, de t-il, avant de certifier que les travaux
bre 1996 par François Bayrou, le son côté, saisi le tribunal adminis- démarreront bien à la fin du premier
prédécesseur de Claude Allègre. Ils tratif pour obtenir «une expertise trimestre 1998. ,)
/ Le président de l'EPA reconnaît pus seront disponibles d'ici à deux plantation à Tolbiac d'un site uni-
simplement avoir abandonné l'idée, ans. La Halle-à-Farine, sur la ZAC versitaire.
émise par Bayrou, d'installer pro- Tolbiac, 15 000 m2, fait également Enfin, deux autres bâtiments, à
visoirement des locaux à Gentilly. partie des locaux qui peuvent être louer, l'un proche de Tolbiac, l'autre
Pour répondre à la nécessité de dis- « rapidement disponibles ». Les dis- du côté du CBA, viendraient com-
poser de locaux pendant les travaux, cussions avec la mairie de Paris pro- pléter le dispositif. Michel Parigot
en plus des 6 000 m2 de préfabriqués gressent. Cette solution est définie répond, lui, que « la plaisanterie a
qui seront construits d'ici à mars, comme une « contribution» de la assez duré».
Dizambourg assure que 8 000 m2 de ZAC au règlement de la situation
constructions définitives sur le cam- d'urgence, qui préfigurerait l'im-

Jussieu fait ses cartons personnels seront accueillis dans des préfabri-
Branle-bas de combat. Jussieu, le plus grand qués, installés autour de Jussieu et, dans le
campus universitaire d'Europe, déménage. Pour 156 arrondissement, une partie du commissa-
la bonne cause, puisque les universités de Paris- riat à l'énergie atomique sera réquisitionnée
VI, Paris-VII et l'Institut de physique du globe pour les cours. Enfin, à Gentilly, les deux hec-
vont enfin être désamiantés. Le contrat entre tares du stade Lénine, désaffectés depuis vingt
le ministère de l'Éducation et les universités vient ans, verront fleurir pas moins de 15000 mètres
tout juste d'être signé, et les travaux débuteront carrés de préfabriqués d'ici la rentrée univer-
en avril prochain. Il faudra trois ans pour décon- sitaire de septembre prochain. Une solution qui
taminer les 220000 mètres carrés du campus, n'enchante pas tout le monde: les habitants
le tout pour la coquette somme de 1,2 milliard de la cité du Chaperon-Vert, voisine du stade,
de francs. D'ici là, les facs continueront de fonc- avaient fini par rendre vie à cette immense friche
tionner: étudiants, enseignants, techniciens et en l'aménageant en espace vert.

~i= Voiciun dernier article sur le thème de l'amiante.


À votre avis, quelle est la position de l'auteur:
- par rapport au contenu du rapport de l'Inserm?
- par rapport aux déclarations de C. Allègre?
Votre réponse (la lignes) doit être argumentée.

Le rapport sur l'amiante est rendu public


Cette étude de l'Inserm évalue à 1950 le nombre des décès en 1996
QULIFlÉ de «nul» par Claude Allègre, donné des «instructions» au directeur de d'amiante. Elles visent particulièrement le
ministre de l'éducation nationale, de la l'Inserm, Claude Griscelli, afin de bloquer chrysotile, principale fibre d'amiante pro-
recherche et de la technologie, le rapport ce texte.Leministre de la recherche s'en est duiteau Canada..Pour les Canadiens,le risque
l'Institut national de la santé et de la défendu - «Pourquoi voudriez-vous que de mésothéliome (un cancer spédfiquement
recherche médicale (Inserm) consacré aux je me sois opposé à la diffusion d'un texte attribué à l'exposition à l'amiante) «par
sur la santé des principaux typesd'ex- de médiocre qualité?», a-t-il déclaré lors exposition au chrysotile est probablement
. 'on à l'amiante vient d'être finalement d'une conférence de presse -, avant de s'at- surestimé par l'Inserm». Marcel Goldberg,
lié. Unesynthèse en avaitété diffuséeen taquer violemment à l'étude de l'Inserm, l'un des rédacteurs du rapport français,
1996, à la veille de l'interdiction défi- qui, selon lui, aurait été « taillée en pièces reconnmt qu'effectivement,pour cette affec-
. . e de l'amiante en France, intervenue par le Research Coufleil canadien» . tion particulière, le chrysotile est proba-
lOS janvier 1997. L'étude de l'Inserm éva- Renseignements pris, le rapport français a blement moins toxique que l'amosite et la
- à 1950 le nombre de décès liés à effectivementfaitl'objet d'une étude critique crocidolite,d'autres fibres amiantées,«Mais
amiante en France en 1996 (LeMonde du demandée par les autorités canadiennes à la le risque pour le cancer du poumon est du
. et 1996). Sociétéroyaledu Canada..Maisles remarques même ordre», souligne-t-il.
reste que la publication de l'intégralité du adressées sont loin d'avoir la violence des Cette défense d'une production nationale
ent a beaucoup tardé. Au point que épithètesemployéespar le ministre français. n'est cependant pas le cœur du débat, qui
rerue scientifique britannique Nature a Lespremières remarques canadiennes por- réside dans la question, toujours épineuse,
, récemment que ClaudeAllègreavait tent sur la toxicité des différentes fibres des faibles doses, et qui se retrouve
~
é,fi'Taussidans le nucléaire. M. Allègre se rapporte à des populations importantes. octobre 1996, une plainte pour «
résume ainsi la querelle: le rapport de Mais ils sont statiquement trop faibles (en cation et diffusion defaus
l'IIl,senn «confond hautes doses et basses deçà des marges d'erreur) pour être contre le rapport du groupe
doses, ce qui est complètement différent. observés avec certitude. Pour Etienne de l'Académie de médecine. De
Connaissant la grave maladie qu'est la Fouruier, toxicologue à l'hôpital Femand- l'Office parlementaire d'éval
silicose, refuseriez-vous d'emmener un Widal (Paris) et auteur d'un rapport de choix scientifiques et techniq
enfant sur une plage parce qu'il pour- l'Académie de médecine sur l'amiaute, récemment que le travail de
rait respirer la silice du sable?» «l'extrapolation linéaire à zéro» rete- de médecine ne lui paraissait
Existe-t-il un seuil en deçà duquel des nue par l'Inserm aboutit à un nombre de même niveau d'exigence et de
matières réputées toxiques à haute dose cancers induits «imaginaires». Comme que l'expertise de l'Insenn, qu'il
n'ont plus de potentiel nocif pour l'indi- Claude Allègre, il évoque la parabole de d'«exemple à suivre ».
vidu? «Jamais on ne pourra trancher, la silicose et des enfants sur la plage. En dépit des contestations do
estime Marcel Godberg. La méthodologie jet, le modèle linéaire, sans seuil,
la jJ~.us appropriée. ' pour mettre en évi-\ «Connaissant la grave le seul instrument retenu par l'ens
qence un éventuel accroissement du maladie qu'est la silicose, des orgauismes de
risque, lorsqu'on atteint les valeurs régle- refuseriez-vous d'emmener gés des évaluations q
mentaires des expositions profession- Lesexperts canadiens
nelles, consisterait à suivre des cohortes un enfant sur une plage acte à leurs col
de 325000 personnes présentant ces parce qu'il pourrait respirer n'est peut-être
cfinditi01lS d'expositionpendant soixante le silice du sable?)} liste, mais c'est
ans!» Un protocole difficile à mettre en qu'il convient d'ad
Claude Allègre
place! Les épidémiologistes doivent là santé publique», a
affronter un problème classique de «puis- Lesvictimes de l'amiante refusent cet argu- épidémiologiste à
sance statistique». ment. Le Comité anti-amiante de Jussieu Frappier (Montréal), qui a «
Les effets pourraient, certes, concerner et l'Association nationale de défense des rapport canadien .•
un grand nombre de personnes si l'on 1 victimes de l'amiante ont déposé, en

Le Monde, 14/11197.

Conseils: 1. Interrogez-vous sur le choix du journal de mettre en évidence la phrase de Claude


Allègre sur le siliceet la silicose.2. Lisez plus attentivement le premier et le dernier paragraphe
du texte.

Reportez-vous au texte 1 de l'activité 285 et répondez de manière personnelle à


cette question:
Comment, selon vous, l'audiovisuel et le numérique pourraient inciter les gens à
lire davantage? (5 lignes)
Conseil: vous pouvez réutiliser les données chiffrées du texte et également faire référence
à la situation dans votre pays en ce qui concerne la lecture.

Reportez-vous à l'interview de Philippe Meirieu (activité 253) et répondez en six lignes


à la question suivante:
Quelles solutions proposeriez-vous pour remédier, chez les enfants, au fléau du
« zapping)} ?
Conseil: dans une question de ce type, il y a deux risques: reprendre ce que dit l'auteur et/ou
se contenter de vagues recommandations.
Essayez d'envisager des solutions précises et très concrètes.

Reportez-vous à l'activité 283 et répondez de manière personnelle et en argumentant


votre opinion à la question suivante:
Pensez-vous que les progrès de la génétique présentent un risque réel ?
Conseil: efforcez-vous de ne pas reprendre telles quelles !es réponses des cinq personnes
interrogées mais d'exprimer votre point de vue.

L'entretien suivant, accordé par Michel Serres au Monde de ['éducation de juillet-


août 1996, concerne l'appauvrissement de la langue française.
Lisez-le attentivement et expliquez, en huit lignes, quelle est votre position: êtes-vous
d'accord avec Michel Serres?
Conseils:
1. Attention! les propos de 1v1.ichelSerres sont moins « passéistes et plus complexes qu'une
>)

lecture hâtive pourrait le faire croire.


2. Demandez-vous pourquoi M. Serres utilise le terme - très fort et très marqué
historiquement - de « collabo >).

({La langue française souffre)}


L'auteur de l'Éloge de la philosophie en En revanche, on n'hésite pas à écorcher l'espagnol
langue française, Michel Serres, membre ou l'italien à la radio, par exemple. On a le droit d'as-
de l'Académie française, fustige les élites, sassiner toutes les langues sauf la dominante, et c'est
qui, selon lui, sont responsables de à cela que vous reconnaissez la servitude.
l'appauvrissement de notre langue. La langue est une affaire corporelle. Tenez, il y a
L'académicien est convaincu qu'il faut d'abord quelque temps, j'étais à une exposition des œuvres
faire comprendre à ceux qui l'apprennent de Fragonard. Devant moi,en face d'un tableau, une
qu'elle est une source infinie de beauté. mère et son enfant:« C'est quoi, le volant? dit le petit
Que représente pour vous la langue française? - Mais c'est un badminton, répond la mère. - Ah !je
- La langue française a toujours été ma passion. comprends », dit-il.La langue française est devenue
Je n'ai jamais été entouré que de dictionnaires. étrangère pour certains Français, et c'est là que com-
J'aime sa transparence, sa beauté. Mon rapport avec mence la douleur.
la langue française est intimement lié à mes racines. Il y a toujours eu des emprunts. Ce n'est pas
Quand je lis Montaigne, je le comprends. Quant à nouveau.
Rabelais, je le comprends moins parce que je suis - Certes,cela s'est toujours passé. Au XVIe siècle, nous
de langue d'oc et non de langue d'ail. Je suis néan- avons importé mille cinq cents mots d'italien. La
moins bilingue puisque j'ai appris à lire et à parler règle est simple. Lorsque le mot étranger arrive, la
les deux. L'écrivain de langue française est une sorte langue l'accueille, l'absorbe et évolue. Mais lorsqu'on
de compositeur. Je crois qu'il existe une alliance la détruit sciemment, il y a défiguration. Pourquoi
secrète avec ce dernier chez les parleurs de langue dire «cash» quand peut-on dire «en espèces)}?
française. Rameau,Berlioz,Poulenc ... ilYa une sono- Pourquoi dire «best of)}au lieu de « le meilleur de)}?
rité française. Ce serait du snobisme si ce n'était pas l'imitation des
Comment percevez-vous l'évolution actuelle de puissants. Mais le problème vient de l'intérieur,c'est-
notre langue? à-dire de nous-mêmes, les Français.
- Ce qui me frappe le plus aujourd'hui, c'est que Que voulez-vous dire par là?
la langue française souffre. Elle est entrée depuis - Les classes dominantes, hommes d'affaires, jour-
vingt ou trente ans dans un moment de grande dou- nalistes,banquiers, scientifiques,n'ont pas conscience
leur. Nous sommes assez nombreux à en avoir de leur langue. Ils ne la respectent pas. Et je dis que
conscience, les étrangers peut-être plus que nous la langue française est en train de devenir la langue
encore. Ce basculement a eu lieu au moment où, des pauvres. La langue des riches n'est plus le fran-
dans les rues de Paris, les mots de langue anglaise çais. Ils parlent un autre idiome, encore non défini.
l'ont emporté sur ceux de langue française. Les C'est d'autant plus curieux que notre pays aime pro-
publicitaires ont une part de responsabilité impor- fondément sa langue.À ce sujet,je me souviens d'une
tante dans cette situation. anecdocte tout à fait révélatrice de mon accusation:
N'est-eepas au départ une forme de mode, voire un jour, un grand quotidien français avait titré:
de snobisme que d'avoir utilisé certains mots «Delors out)}.Je rencontrai par hasard le directeur
de langue anglaise? de ce journal et lui dis: «Vous avez raté la manchette
- Le mot «snobisme» n'est pas suffisamment fort. Je de ce jour: «Delors dehors )}.Il me répond: «Ne trou-
dirais «collabo». Je m'explique: il est de tradition vez-vous que "out", c'est plus fort que "dehors"?)}
d'emprunter aux puissants leurs usages, on les mime. Le pouvoir médiatique est redoutable.

9 EntraÎnez-vous à répondre aux questions de type 5

Reportez-vous au texte de l'activité 252 sur l'évolution des diverses formes de délin-
quance. On dit souvent que la délinquance augmente dans des proportions alarmantes
un peu partout. En six lignes, nuancez cette affirmation.
Conseils:
1. Attention à ce que recouvre réellement le terme «délinquance». Vous pouvez évoquer la
situation dans les siècles passés.
2. Pensez à tous les facteurs qui interviennent. Entre autres, l'évolution des comportements
et des modes de vie (habitat, techniques de communication, par exemple) ou encore aux effets
du chômage.

Reportez-vous aux deux textes de l'activité 281 et répondez, en huit lignes, à la question
suivante:
Pensez-vous que l'attitude que l'on a envers l'argent (est-ce un tabou ou non?) soit
dépendante de la classe sociale à laquelle on appartient?
Conseils: Attention! cette question est difficile:
- car elle élargit beaucoup ((on») le contenu des deux textes (qui se placent dans une perspective
purement française) ;
- la notion de «classe sociale» est assez imprécise. Restez donc prudent dans votre réponse;
- d'autres facteurs peuvent entrer en jeu: culturels ou religieux, par exemple.
Vous pouvez prendre des exemples en France mais aussi dans d'autres pays, dont le vôtre (où
la structure sociale est vraisemblablement un peu différente).
Demandez-vous si, en général, l'attitude face à l'argent évolue et ce que cela pourrait signifier.

Le texte suivant énumère les pouvoirs du président de la République française.


Dans votre pays, les pouvoirs du chef de l'État sont-ils de même importance que ceux
du président de la République en France? (10 lignes)
Conseils: Attention! il s'agit d'une question de type «comparatiste» avec toutes les difficultés
que cela entraîne: il est toujours délicat de comparer deux faits, deux éléments, sans prendre
en compte les différences de contexte.
1. Comparer ce qui est comparable: le «chef de l'État» n'est pas nécessairement président de
la République. Distinguez, si nécessaire, «chef de l'État» et «chef de gouvernement».
2. Faites attention aux différents domaines considérés: défense, diplomatie, politique intérieure,
économie, etc.
3. La Constitution française dote le président de la République d'une arme spéciale, l'article 16.
Précisez s'il existe dans la Constitution de votre pays une disposition analogue?

La réforme de 1962, en instituant l'élection du président au suffrage universel, lui donne une légitimité
populaire qu'il n'avait pas auparavant.
Les pouvoirs du président de la ve République sont très étendus. Nous n'en citerons que quelques-uns:
1. Il veille au respect de la Constitution, assure la continuité de l'État; il est garant de l'indépendance
nationale, du respect des accords et des traités (art. 5).
2. Il est {(chef des armées» et le {(maître du feu nucléaire ». Le problème se pose, bien évidemment,
de savoir comment seraient prises les décisions en cas de cohabitation. Il semble que ce soit l'Élysée
qui, seul, puisse engager la force de dissuasion.
3. C'est lui qui nomme le Premier ministre et ildispose en ce domaine d'une réelle marge de manœuvre.
Il peut choisir quelqu'un n'appartenant pas au Parlement (V. Giscard d'Estaing, par exemple, a choisi
R. Barre qui n'était pas même député) ou n'appartenant à aucun parti politique précis.
4. Il préside le Conseil des ministres, {(signe les ordonnances et les décrets délibérés en Conseil
des ministres» (art. 13). Il peut également refuser de les signer (droit de veto, utilisé par exemple
par François Mitterrand entre 1986 et 1988).
5. Il peut dissoudre IAssemblée nationale et convoquer de nouvelles élections (art. 12). C'est ce
qu'a fait Jacques Chirac en juin 1997
6. Ilpeut {(soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics»
(art. 11).
7. Il dispose enfin d'une arme redoutable: l'article 16, qui donne au président les pleins pouvoirs
pour prendre les « mesures exigées par les circonstances».
Dans quelles circonstances peut-on employer l'article 16?
- En cas de « menace grave pour les institutions de la République», pour « l'indépendance de la nation»
ou « l'intégité du territoire».
- En cas d'interruption du fonctionnement régulier des pouvoirs publics.
Il n'a été utilisé qu'une fois, par de Gaulle, lors du « putsch des généraux» en 1961 au moment de
la guerre dAlgérie. Il est resté en vigueur plusieurs mois (une incertitude subsiste en ce qui concerne
la durée possible de son application).

·i~';:Lisez les deux textes qui suivent et répondez, en huit lignes, à la question suivante:
Pensez-vous que le télétravail va se développer dans votre pays?
Conseil: attention! les deux textes apportent bon nombre d'arguments mais demandez-vous
s'ils sont pertinents par rapport à la situation (économique mais aussi sociale et culturelle)
de votre pays.

Texte 1
Depuis la fin des années 80, avec le développement des fax et des modems dont le prix n'a cessé
de baisser, la formule du {(télétravail » est devenue monnaie courante. Quelques milliers de sociétés
(environ 3 000 à l'heure actuelle) se sont {( mises au vert» un peu partout en France, employant
plus de 20 000 personnes. Ces sociétés proposent leurs services aux entreprises soucieuses d'alléger
leurs charges.
De nombreuses entreprises parisiennes se sont montrées très intéressées par ce mode de travail;
elles font traiter leur courrier courant par des secrétaires qui vivent souvent à des centaines de kilomètres
de là, au fin fond de la Bretagne ou en Lozère. La formule est avantageuse pour les employeurs: on
paie le plus souvent le travail à la tâche, ce qui représente une économie considérable lorsque l'on
a un volume d'affaires à traiter variable d'un mois à l'autre. Pas de secrétaire à payer à temps plein
même pendant la morte-saison.
Tâches de secrétariat courant (saisie informatique du courrier, envois en nombre, réponse aux appels
téléphoniques, gestion d'agendas et prise de rendez-vous, par exemple pour les cabinets médicaux):
il s'agit le plus souvent d'un travail peu spécialisé, même si l'on voit de plus en plus d'entreprises faisant
appel aux « télétravailleurs» pour des tâches un peu plus « pointues», la comptabilité par exemple.
Jusqu'ici, ce secteur était en pleine expansion, d'autant que la seule ombre au tableau, le prix des
communications téléphoniques, allait disparaître en 1998 avec l'alignement des tarifs pour tout le
territoire.
Cependant, on peut craindre un certain essoufflement. D'abord, les progrès de la bureautique (répondeurs,
enregistreurs interrogeables à distance, téléphones mobiles, ordinateurs portables, etc.) en font un
concurrent redoutable. Le métier de secrétaire est en plein déclin (dans de nombreux secteurs, le
nombre de secrétaires a été divisé par quatre ou cinq en une dizaine d'années) ; d'autre part, quitte
à faire saisir des textes hors de l'entreprise, pourquoi ne pas s'adresser au plus offrant, c'est-à-dire
à certains pays en voie de développement qui proposent du personnel très qualifié à des prix plus que
compétitifs?
Pour les entreprises françaises de télétravail, la solution serait sans doute d'offrir des services de
plus en plus spécialisés; traduction dans des domaines très précis, gestion, comptabilité, etc.

Texte 2
Nadine M., 47 ans, travaille dans une société de secrétariat à distance. Elle explique les raisons de
ce choix, ses conditions de travail et de vie. Voici la retranscription d'une partie de cette interview
réalisée en avril 1997.
{(J'ai travaillé vingt-cinq ans à Paris, pour une société d'import-export. On était cinq secrétaires à
plein temps et deux mi-temps. Le problème, c'est qu'on était Porte dAuteuil et moi, j'habitais en banlieue
nord, bien après Stains, dans le 93, c'est-à-dire que j'avais plus de deux heures de transport tous les
jours. Sans compter le bruit, la pollution et aussi que les banlieues, ça a beaucoup changé, depuis quinze
ou vingt ans, beaucoup changé. En 93, j'ai hérité d'une maison, la maison de ma mère, dans un petit
village en Corrèze. On y allait en vacances l'été, avant. [, .. 1
L:idéea mûri petit à petit de quitter la région parisienne et de partir vivre là-bas. Mon mari a été mis
en préretraite à cause de son asthme il ya deux ans et ça a été le déclic. Faut dire qu'en plus, ma
boîte battait un peu de l'aile à l'époque et après 45 ans, on est les premiers licenciés, c'est sûr. J'ai
préféré prendre les devants.
Bref, enfin, je savais qu'en 95, ASTERavait installé un centre en Corrèze, tout près de chez nous, dans
le bourg à côté. [. ..] Comme j'avais quand même une bonne expérience, ils m'ont prise et voilà. On
est cinq ici aussi, dans le même bureau, mais on se gêne pas, on est séparées par des cloisons, on
s'entend presque pas. On s'occupe du courrier d'une bonne douzaine d'entreprises d'un peu
partout, Toulouse, Montpellier, Bordeaux. Bon, l'avantage, c'est qu'on vit mieux, ça, c'est sûr, mon
mari bricole, il pêche, il jardine, il s'occupe de la maison; quand je rentre, c'est quand même agréable
de retrouver une maison, le jardin. On vit moins stressé, c'est sûr, même si, des fois je me dis que
c'est quand même vraiment un tout petit bled, un peu mort. Alors, bien sûr, à côté de ça, c'est vrai
qu'on est mal payé, moins de 7 000 francs, c'est peu. Pour le travail, c'est un peu routine-routine,
c'était plus intéressant chez SENOX, c'est vrai. Là, c'est de la saisie et c'est tout. On est devant l'écran
toute lajournée, quand même, ça esquinte les yeux. Mais on s'entend bien, c'est une bonne ambiance,
on est quand même plus libre que dans une boîte normale, par exemple, si j'ai besoin, je peux m'arranger
avec les autres, ça pose pas de problème ... )}
Activités bilans
dans le format de l'examen

Domaine 1: Lettres, art, sciences humaines et sociales


Dossier: « Réfugiés en Europe: menace sur le droit d'asile)) (3 documents)

Avant de commencer votre synthèse, définissez de manière précise et en trois lignes


maximum ce qu'est un réfugié politique.

Vous ferez une synthèse de ces documents en 240 mots environ.


Pour cela:
Vous dégagerez les idées principales de ces textes, vous les regrouperez et les classerez
en fonction du thème commun à tous ces documents. Vous les présenterez avec vos
propres mots, sous forme d'un nouveau texte suivi et cohérent.
Attention!
- Vous devez suivre un ordre qui vous est propre et non mettre bout à bout plusieurs résumés.
- Vous ne devez pas introduire d'autres idées que celles qui sont dans le dossier ni faire de
commentaires personnels.
- Vous pouvez réutiliser des mots clés mais non des phrases ou des passages entiers.

Répondez de manière précise aux cinq questions posées sans reprendre de phrases
du document.

Un journaliste algérien menacé de mort par les Groupes islamiques armés (GIA)
en raison de son activité professionnelle et politique peut-il obtenir en France le statut
de réfugié politique? Justifiez votre réponse. (5 lignes)

Quelles sont les principales victimes des conflits et des persécutions? Cela correspond-
il à l'image que l'on se fait généralement du réfugié politique? (5 lignes)

À votre avis, pourquoi pendant deux siècles les réfugiés politiques français ont-ils choisi
l'Angleterre? (6 lignes)

Comment pouvez-vous expliquer qu'en cas de rejet de leur demande d'asile, la plupart
des «déboutés» choisissent de passer à la clandestinité? (8 lignes)
.332 Que pensez-vous de]a différence que fait ]e HCR entre un réfugié politique et un
réfugié économique? (8 lignes)
Barème des questions (sur 20)
Question 1 =3 points
Question 2 = 3 points
Question =
3 4 points
Question 4 =5 points
Question =
5 5 points

QU'EST-CE QU'UN RÉFUGIÉ?


Selon la Convention de Genève, un réfugié est « une personne qui se trouve hors de son pays d'origine
car elle craint d'y être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance
à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. Elle ne peut ou ne veut se réclamer de la
protection de ce pays ou y retourner par crainte de subir des persécutions. »
Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), organisation internationale qui protège les réfugiés, demande
aux États de faire la distinction entre réfugiés politiques et réfugiés économiques. Elle veut « éviter
que le système de protection des réfugiés soit submergé par un flot de migrants obéissant à des
motivations économiques ».
En 1994, on dénombrait plus de vingt-trois millions de réfugiés politiques de par le monde. Contrairement
à ce que l'on imagine souvent, la plupart d'entre eux se trouvent dans les pays en voie de développement.
Il s'agit, à 80 %, de femmes et d'enfants. Un réfugié sur deux est un enfant.
À ces vingt-trois millions de réfugiés, il faut ajouter trente millions de personnes déplacées à l'intérieur
de leur propre pays.

Texte 2
lE DROIT D'ASilE
Ce droit existe depuis plus de 3 500 ans mais, pour en rester à une époque plus récente, c'est au
moment où Louis XIV révoqua l'édit de Nantes, en 1685, qu'est née la tradition de l'asile politique
en Europe. En effet, cette révocation contraignit presque 300 000 protestants à quitter la France
pour aller se réfugier en Angleterre, en Hollande, en Allemagne. Au cours des deux siècles suivants,
IAngleterre fut la première terre d'asile pour les Français. Nobles fuyant la Révolution (1792) puis
l'Empire (1805); Charles X, Louis-Philippe, Napoléon III, fuyant les révoltes de 1830, 1848, 1871 ;
opposants à Napoléon III (comme Victor Hugo), ouvriers communards échappés aux massacres
versaillais ... , à tous IAngleterre sera accueillante.
La Première Guerre mondiale, la Révolution russe, la chute de l'Empire ottoman, la guerre d'Espagne,
la Seconde Guerre mondiale: durant toute la première moitié de ce siècle, la liste des tragédies et
donc celle des réfugiés ne cesse de s'allonger.
En 1947, l'ONU crée l'Organisation internationale pour les réfugiés (OIR), qui deviendra en 1951 le HCR
(Haut Commissariat aux réfugiés). Cette même année 1951, une convention est signée à Genève,
précisant le statut et les droits des réfugiés politiques.
À partir des années 70, la Convention de Genève a dû faire face à un afflux de nouveaux réfugiés,
venus dAsie du Sud-Est, dAmérique latine et des pays de l'Est. Depuis une quinzaine d'années, le
nombre de demandes, que l'on avait espéré voir décroître du fait de la fin de la guerre froide, a continué
d'augmenter (en provenance dAsie, dAfrique, d'Iran, de Turquie, de Bosnie ... ).

Texte 3
lE DROIT D'ASilE AUJOURD'HUI
Les pays les plus riches ne sont pas les plus généreux: en Europe, obtenir le statut de réfugié politique
relève de l'exploit. En France, par exemple, sur 25 964 demandes déposées en 1994, 77 % ont été
rejetées. Le problème est d'autant plus grave que, depuis les accords de Schengen signés le 26 mars 1995
entre la France, IAllemagne, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Espagne et le Portugal, une
personne rejetée dans l'un de ces pays ne peut s'adresser aux six autres.
Le demandeur d'asile, s'il n'a pas été refoulé dès sa descente d'avion, s'adresse à l'OFPRA (Office
français de protection des réfugiés et apatrides) qui lui remet, en attendant de statuer, un recipisse.
Ce document lui permet de résider en France temporairement et d'obtenir une allocation mais il ne
peut en aucun cas travailler.
C'est au demandeur d'asile de prouver devant la commission que sa sécurité est réellement menacée
dans son pays d'origine. Au cas où sa demande est rejetée, il dispose d'un mois pour faire appel de
ce jugement. S'il se voit opposer un second refus, il doit quitter le territoire. Beaucoup préfèrent
alors passer à la clandestinité.

Domaine 2: Sciences et techniques


Dossier: {( Les galaxies)} (2 documents)

Vous ferez une synthèse de ces documents en 200 mots environ.


Pour vous aider à repérer les différents points abordés dans le document 1, répondez
d'abord à la question suivante:

~'El Le texte se compose de six paragraphes de longueur différente. À quelle question


répond chacun de ces paragraphes?
Paragraphe 1= Question .
Paragraphe 2= Question .
Paragraphe 3= Question .
Paragraphe 4= Question .
Paragraphe 5= Question .
(a) Qu'y a-t-il au cœur d'une galaxie?
(b) De quoi se compose une galaxie?
(c) Comment évoluent-elles?
(d) Qu'est-ce qu'une galaxie?
(e) Comment se sont-elles formées?
(f) Toutes les galaxies se ressemblent-elles?

Répondez de manière précise et avec vos propres mots aux quatre questions posées
ci-dessous.

~El On parle parfois de « galaxie cannibale ». Quelle phrase du texte explique ce dont il s'agit?

~~t1 Comment pourrait-on expliquer ce qu'est la « masse sombre» d'une galaxie? (5 lignes)

~Jfi Dans le document 2 figurent un certain nombre de galaxies. Pouvez-vous les


reconnaître? S'agit-il de galaxies: elliptiques, lenticulaires, spirales? (4 lignes)
Barème des questions (sur 20)
Question 1 = 5 points
Question 2 = 5 points
Question 3 = 5 points
Question =
4 5 points

Document 1
Tous ceux qui observent le ciel par une nuit sans lune peuvent apercevoir une forte concentration
d'étoiles formant comme un ruban blanchâtre: la Voie lactée. Il s'agit de notre galaxie et le So!eil
n'est qu'une étoile parmi les milliards d'autres qui la composent.
Longtemps, les astronomes ont cru que l'Univers se limitait à la Voie lactée; ils pensaient que les
nébuleuses, même les plus floues, donc les plus lointaines, lui appartenaient. Ce n'est qu'en 1923
que IAméricain Hubble détermina la distance à laquelle se trouvait la galaxie dAndromède et prouva
qu'elle se situait au-delà de notre galaxie. Actuellement, les télescopes les plus modernes pourraient
observer des milliards de galaxies.
Les étoiles sont regroupées dans des zones bien localisées de l'espace pour former des systèmes
- des galaxies - de structures diverses. Les étoiles y naissent, évoluent et meurent au sein d'un milieu
interstellaire constitué d'hydrogène, d'hélium et de diverses autres molécules. La plupart de ces
galaxies sont formées de deux grandes familles d'étoiles: les étoiles bleues, jeunes et chaudes, et
les étoiles rouges, vieilles et froides.

Vues à travers un télescope ({normal », elles semblent très floues. En réalité, elles possèdent une
grande variété de formes et de structures: certaines sont elliptiques (rondes ou elliptiques et
homogènes), d'autres lenticulaires (un centre plus dense et un disque), d'autres encore spirales (les
plus nombreuses; elles ont un bulbe et un disque et deux ({bras» en rotation autour du centre).
Les avis sont partagés sur la question de savoir si la diversité de ces formes correspond à des
stades différents de leur évolution ou si elles sont fixées dès leur formation.

Au centre, toutes les galaxies possèdent un noyau très brillant formé d'une très forte concentration
d'étoiles. Ce noyau est parfois ({actif» et peut alors dégager une énorme quantité d'énergie.

Il est très difficile de connaître, pour chacune de ces galaxies, le nombre et la masse des étoiles qui
la composent. En effet, il existe, tout autour de chacune d'elles, un halo contenant une ({masse cachée»
(ou ({masse sombre») dont la composition reste encore très mystérieuse et qui représenterait plus
de 90 % de la masse totale de la galaxie.
Notre galaxie est entourée d'une trentaine d'autres galaxies, très proches, liées entre elles par un effet
de gravitation. Ce groupe fait partie d'un ({super-groupe» (appelé ({super-amas») contenant des milliers
de galaxies. Chacun de ces ({super-amas» se trouve à l'intersection de filaments qui entourent des
vides dépourvus de galaxies.
Les galaxies n'évoluent pas de manière isolée mais interagissent, souvent avec violence (possibilité
de collisions, par exemple, ou de capture et d'absorption d'une galaxie par une autre).

Dans le modèle du Big Bang, l'Univers est en expansion et la matière qu'il contient s'étend sans cesse.
Parfois, cette matière se condense et forme des halos qui s'agrègent les uns aux autres. Au centre
de ces halos naîtront des étoiles. Il s'agit donc d'un processus de formation en perpétuelle évolution
(moins intense cependant que dans le passé).
On pense que les étoiles les plus vieilles des galaxies se sont formées au tout début de l'Univers.

En observant des galaxies situées à de grandes distances, les astronomes peuvent retracer leur
histoire: à l'origine, une galaxie, c'est une accumulation d'hydrogène et d'hélium au centre d'un
halo de ({masse sombre». Puis les premières étoiles se forment dans les zones les plus denses. Elles
transforment une partie de leur hydrogène en hélium puis l'hélium en carbone et en éléments plus
lourds (processus de ({nucléosynthèse »). Lorsque leur réserve d'hydrogène est épuisée, les étoiles
explosent, restituant au milieu interstellaireun gazenrichien hélium et en éléments lourds qui permettront
ensuite à d'autres générations d'étoiles de naître. (610 mots)
Extraits d'un article paru dans La Recherche, février 1997.
Document 2
Photo - Classificationdes galaxies en quatre grands types.

Domaine 3: Sciences de la matière et de la vie


Dossier: {( Le clonage)} (5 documents)

Vous ferez une synthèse de ces documents en 200 mots environ.


Pour cela, vous dégagerez les idées principales de ces textes, vous les regrouperez et
les classerez en fonction du thème commun à tous les documents. Vous les présenterez
avec vos propres mots, sous forme d'un nouveau texte suivi et cohérent.
Attention!
- Vous ne devez pas mettre bout à bout plusieurs résumés de textes.
- Vous ne devez pas introduire d'autres informations que celles contenues dans le dossier ni
faire de commentaires personnels.
- Vous pouvez réutiliser des mots clés du dossier mais non des phrases entières.

Exercice 2
Répondez de manière précise aux cinq questions posées sans reprendre de phrases
du document.

On a pu dire que la brebis B était une « mère porteuse». Comment pouvez-vous


expliquer cette expression? (5 lignes)

Au plan économique, cette « première» est d'une importance considérable, en particulier


pour l'agriculture. Quelles perspectives peut-on envisager, selon vous? (5 lignes)
Les documents 2 et 3 abordent la même question, celle de l'éventualité du clonage
humain, mais leur analyse est assez différente. En quoi? (6 lignes)

De nombreux États se sont prononcés pour l'interdiction du clonage humain. Les


Églises en ont fait autant (document 4). Avec quels arguments? (reformulez avec
vos propres mots) (6 lignes)

@TM:.RS Pensez-vous que l'on doive adopter une législation précise concernant le clonage?
Si oui, quelles en seraient les grandes lignes? Si non, pouvez-vous exposer vos
arguments? (12 lignes)

Barème des questions (sur 20)


Question 1 = 3 points
Question 2 = 3 points
Question 3 = 4 points
Question 4 = 4 points
=
Question 5 6 points

En Écosse, une brebis nommée Dolly est née en Jusqu'à présent, il semblait impossible d'obtenir
juillet 1996 dans des conditions extrêmement par- un tel résultat avec des mammifères supérieurs. Ce
ticulières : l'animal a été «fabriqué» à partir du clo- n'est qu'après des centaines de tentatives que les
nage d'une brebis adulte. Cette nouvelle a eu un très scientifiques écossais sont parvenus à ce clonage.
fort retentissement car c'est une première mondiale. Les perspectives, tant scientifiques qu'économiques,
Les chercheurs ont prélevé chez une brebis (A) une sont considérables.
cellule provenant des glandes mammaires et conte- Dans le champ de la médecine, cette découverte
nant la totalité du patrimoine génétique de l'ani- pourrait aider à mieux comprendre certaines mala-
mal; ils ont ensuite enlevé le noyau de cette cellule dies génétiques ou certains cancers. D'autre part,
(a) et l'ont transplanté dans l'œuf (ou ovule) fécondé il sera désormais possible de reproduire des animaux
- mais dont on avait ôté le noyau - d'une autre bre- ayant le même génome que l'on pourra utiliser à des
bis (B). Cette cellule réceptrice (b) a la propriété fins thérapeutiques (production d'anticorps, par
de reprogrammer le patrimoine génétique (l'ADN) exemple). L'animal deviendrait donc un «labora-
du noyau de la cellule initiale (a). Ainsi est née Dolly, toire» produisant des médicaments.
génétiquement semblable à sa «mère».

Document 2
Entretien de Jean-Yves Nau avec le professeur Axel Khan, généticien (extrait d'un article
du Monde du 25/2/1997) + un schéma «L'expérience historique de clonage}).

- TIs'agit selon moi d'un travail d'une importance fon- de la médecine


damentale, considérable et d'une très grande portée éco- 1er des ani
nomique. Au plan fondamental il s'agit là d'une ouver- Imagin
ture importante qui va nous permettre d'étudier quels sont des ind
les mécanismes moléculaires qui, dans les cellules soma-
tiques, empêchent la totipotence et par quelles voies on
urner à la totipotence. Ces voies et ces méca-
ont très mal connus et sont très i rtants en
biologie. Ce sont ces mécanismes qui main éveillés
ou endormis de manière stable les différ es dans
. les différents chromosomes. D'un po' ono-
'est évidemment le clonage des êtres les plus
envisager, comme les cher-
ifférentes perspectives le champ
une difficulté qui pourrait soulever de très jumeau de son père dans la mesure
s: le recours à cette technique pour lut- dernier aurait été réactivé grâce
Aujourd'hui pour lutter contre la sté- de la mère.
urnaine, de nombreuses équipes ont tes-vous opposé. t
injection de spermatozoïdes no lonag
ocyte féminin. D'autres ont égalem
ellules sexuelles masculines immat
amont dans la lignée germinale mâle.
terdira, un jour, d'avoir recours au noyau
matique pour donner naissance à un être
ce cas l'enfant ne sera pas exactement le

Pour la première fois dans l'hisloire des sciences, un mammifère a' c


à partir du noyau d'une cellule somatique prélevée sur un animal adulte.

Document 3
Entretien de Bernard Banga avec Gérard Huber, bioéthicien.

V. M.: À travers le clonage se profile ridée de pou- dire à la disparition de l'autre et à la confusion totale
voirse reproduire à l'identique pour continuer à vivre entre l'un et l'autre.
après sa mort. U. M.: Le clonage animal, parce qu'il conduira inexo-
G. H.: Le clonage de l'homme par l'homme correspond rablement vers le clonage humain, devrait donc sus-
à la réalisation d'un désir profondément ancré dans citer un réel débat sur la légitimité de cet axe de
la structure inconsciente: pouvoir se reproduire à par- recherche?
tir de soi-même. Ce scénario de parthogenèse est pré- G. H.: Je suis partisan d'un moratoire qui donnerait lieu
sent dans les mythes fondateurs des représentations à une véritable controverse publique. Les comités
de l'humanité. Nous devons prendre conscience que d'éthique ne peuvent plus fonctionner à huis clos. Il
l'Homme peut réaliser ce désir pour la première fois convient de prévoir de nouvelles structures de réflexion
dans son histoire. et de délibérations ouvertes sur la cité auxquelles pour-
Cela ne met pas le clonage en position d'être une avan- raient participer les citoyens, le décideurs et les indus-
cée libératrice pour autant. En effet, ce désir s'inscrit triels. L'État pourrait organiser des audiences publiques
dans l'histoire de l'aliénation de l'homme par lui-même. de controverse entre experts indépendants et institu-
Depuis l'aube de l'humanité, l'aliénation de l'un par tionnels. Nous pourrions nous inspirer des conférences
l'autre est mue par une dialectique du maître et de l'es- nationales d'éthique au Danemark, aux Pays-bas et
clave qui s'établit sur une différence économique, géo- en Angleterre. L'objectif: porter le débat à l'école, à
politique, idéologique, « raciale» ... le clonage des autres l'université et dans les lieux de travail pour tirer toutes
cédera rapidement la place à l'autoclonage, c'est-à- les conséquences d'un choix de société.
La condamnation des Églises
Jean Paul II a implicitement condamné la recherche scientifiques n'entreprennent bientôt des expériences
sur le clonage en dénonçant les « expérimentations de clonage sur l'être humain. Seulement 2 % des
dangereuses» pour le respect de la vie. Meir Lau, Allemands, selon ce sondage, seraient disposés à
grand rabbin d'Israël, a affirmé que le clonage humain se laisser cloner.
contredit la loi religieusejuive et a dénoncé les « mani- Le clonage devrait être puni par l'amputation des
pulations génétiques auxquelles se livrent certains mains et des pieds ou par la peine capitale, a pour sa
scientifiques », qui « n'ont pas pour but de guérir et part estimé Mohamed Ben Saleh al-Othimine, un
sont en conséquence prohibées par la religionjuive ». dignitaire religieux saoudien. « Je pense que la
À Bucarest, l'Église orthodoxe de Roumanie s'est moindre peine qui devrait être infligée à ceux qui ont
également prononcée contre le clonage humain, affir- inventé le clonage est l'amputation des mains et des
mant que « cela est en contradiction avec le principe pieds,. sinon, ils devraient être exécutés, a-t-il affirmé.
de la création divine ». En Allemagne, un sondage Il s'agit d'une manipulation du genre humain. C'est
a conclu que 80 % des personnes craignent que les la plus grande perversion de la terre. »

Domaine 4: Scienceséconomiques et juridiques


Dossier: « Le RMI» (2 docu ments)

Vous ferez une synthèse de ces documents en 250 mots environ.


Dégagez les idées principales des textes, regroupez-les et classez-les en fonction du
thème commun. Présentez-les avec vos propres mots en un texte suivi et cohérent.
Attention!
- Ne faites pas de « collage » mais organisez votre texte selon l'ordre qui vous est propre.
- Ne faites pas de commentaires personnels, n'ajoutez rien aux éléments du dossier.
- Réutilisez les mots clés des textes mais ne reprenez surtout pas des phrases entières.

Exercice 2
Répondez aux questions suivantes avec vos propres mots.

Les personnes qui sont au RMI depuis plus de deux ans ont peu de chances de retrouver
un travail. Comment cela peut-il s'expliquer? (6 lignes - 3 points)

Alain J uppé a déclaré en 1995 : «Le RMI est une sorte de "prison sans barreaux"
qui ne permet pas d'insérer, qui démobilise et n'incite pas à travailler.» Vivement
critiqué, il a rétorqué que c'est par «respect des gens» qu'il avait dit cela. À votre avis,
qu'avait-il voulu exprimer? (6 lignes - 3 points)

La critique nO5 concernant 1'«obligation alimentaire» a suscité des protestations dans


les médias, dans les partis, dans l'opinion. Pourquoi? (6 lignes - 4 points)

Dans votre pays, existe-t-il un revenu minimum garanti comme le RMI? Comment
est traité le problème de la très grande pauvreté? (12 lignes - 6 points)
Barème des questions (sur 20)
Question 1 = 3 points Question 4 = 4 points
Question 2 = 3 points Question 5 = 6 points
Question 3 = 4 points

Ou'est-ce que le RMI? Oui finance le RMI?


Le Revenu minimum d'insertion a été créé en 1988, sous le L'État en finance un peu plus des 4/5 et les départements, qui
gouvernement de Michel Rocard, à la quasi-unanimité des sont en charge du volet ({insertion », 1/5.
parlementaires. À l'origine, il s'agissait d'une structure tran-
Aujourd'hui, qui sont les RMistes?
sitoire permettant d'aider les personnes exclues de la vie éco-
nomique à s'y réinsérer (d'où le ({i» d'insertion). Ontablait alors 1. Près de 60 % sont des personnes isolées sans enfants, 20%
sur une reprise économique et donc sur une diminution du des couples (dont 15% avec un ou plusieurs enfants), 20%
chômage. Tel n'a pas été le cas et le nombre des allocataires des familles monoparentales (le plus souvent, la mère et un
n'a cessé d'augmenter. Cette loi représentait une réelle avan- ou plusieurs enfants).
cée sociale accordant aux laissés pour compte de la société 2.11 s'agit souvent de personnes jeunes (un RMiste sur deux
un minimum de ressources et, tout aussi important, une cou- a moins de 35 ans, 15 % seulement plus de 50), pour la plupart
non diplômés et chômeurs de longue durée.
verture sociale (ouverture des droits à l'assurance maladie).
3. Un peu plus de 100000 personnes, en situation de très
Oui peut en bénéficier? grande précarité, sont au RMI depuis sa création.
Cette allocation est ouverte aux personnes dont les res- 4. Très peu de RMistes trouvent ou retrouvent un emploi stable,
sources, ainsi que celles des personnes vivant sous leur toit, ils sont le plus souvent dirigés vers d'autres dispositifs pré-
sont inférieures au montant de ce RMI, soit actuellement envi- caires (comme les contrats emploi-solidarité ou les stages
de formation), très peu payés et à durée très limitée.
ron 2600 francs pour une personne seule. Il faut avoir plus
de 25 ans (sauf si l'on a un enfant à charge). Les étrangers les critiques que l'on entend souvent
ayant une carte de séjour depuis plus de trois ans peuvent à propos du RMI
en bénéficier. 1. Cela coûte trop cher à la collectivité: entre 1989 et 1994, les
Quelles sont les démarches à effectuer? La personne dési- dépenses ont triplé et depuis 1994, il ya près de 150000 allo-
reuse de toucher le RMI doit remplir tous les trois mois une cataires de plus.
déclaration de revenus (ou plutôt de non-revenus). On a parlé, 2. Le volet ({insertion» reste en panne, en raison d'un taux de
à plusieurs reprises, de ({fraude au RMI ». Enfait, selon un rap- chômage toujours croissant. les départements ne remplis-
port de l'inspection des affaires sociales (1995), cette fraude sent pas leur part du contrat (aider le RMistes à retrouver
serait très peu importante, de l'ordre de 1 %. Par ailleurs, près un emploi). De leur côté, les allocataires ne cherchent pas
de 150000 personnes qui pourraient avoir droit au RMI ne le vraiment à sortir de ce dispositif.
réclament pas, en général faute d'information. 3. Certains accusent le RMI d'être ({un encouragement à la
Certaines prestations sociales, comme les allocations fami- paresse ». Pour une femme élevant seule trois enfants, par
liales ou l'allocation logement, peuvent s'ajouter au RMI. exemple, les diverses allocations qu'elle est en droit de per-
Créé en 1988, le RMI concernait dès l'année suivante 460000 cevoir avoisinent le SMIC et pourraient donc la dissuader
foyers, soit presque un million de personnes. Un peu plus d'un de chercher un emploi.
million de foyers sont allocataires du RMI, soit plus de deux 4. Le RMI ne suffit pas pour vivre mais il assure une couver-
millions de personnes. ture sociale. Il encouragerait donc le travail au noir, les petits
boulots non déclarés.
Combien touchent les {(RMistes»? 5. Certains RMistes viennent de familles relativement ({aisées »,
Depuis le 1sr janvier 2000, le RMI est fixé à 2550 francs pour en tout cas susceptibles de les nourrir. C'est à elles, disent cer-
une personne seule, 4330 francs pour un couple + 800 francs tains, de prendre en charge ({leurs» exclus, il est indispensable
par enfant à charge. de réintroduire la notion d'({obligation alimentaire» des familles.

«Le RMI, c'est comme une grosse étiquette qu'on 1 qu'on touche un petit salaire. Avec 1000
a dans le dos. Moins il y a de gens qui la voient, nous deux, on pourrait économiser.
mieux ça vaut. Quaudje vais chercher ma fille à rait s'acheter un pavillon avec u
l'école, j'attends que les autres parents soient sortis, comme tout le monde. Moi aussi,
comme ça, il n'y a pas de bavardages. Plusieurs fois, vailler et payer des impôts. Cela
dans la cité, on m'a reproché de vivre aux crochets seulement grâce aux autres. ( ... ] C'est
de la société. Alors, je ne dis plus rien, j'évite de par- a qui exagèrent. Dans la tour C, j'en
1er de moi et de mes problèmes quotidiens. ( ... ] qui dépense tout son RMI dans la
On ne demande pas grand-chose, juste un travail pas ça normal. Nous, on s'en sert p
en fixe. On est prêts à faire n'importe quoi pourvu enfants. Et on aimerait bien pouvoir s
L'épreuve Facultés requises
!&~~ ~
Cet examen s'adresse aux candidats possédant un
Nature de l'épreuve: épreuve orale. très bon niveau oral (au moins 800 heures de fran-
Exposé sur un sujet correspondant à la spécialité çais) : il faudra faire preuve d'un niveau de com-
choisie par le candidat, suivi d'un entretien avec préhension et d'expression en langue spécialisée
le jury. proche de celui d'un natif.
• Durée: 1 h Les candidats doivent connaître les techniques de
• Coefficient: 1 l'exposé oral (nécessaires dans les situations de pré-
• Préparation: 1 h sentation de rapports, de conférences, situations
fréquentes dans le cadre de l'enseignement supé-
rieur ou de la vie professionnelle), ainsi que celles
Remarques
de l'entretien sur un thème donné (apporter des
• Les instructions officielles ne précisent pas les spé- précisions, discuter des affirmations, comprendre
cialités proposées aux candidats, mais il est d'usage les intentions de l'interlocuteur).
que chaque centre national établisse une liste de La capacité à intéresser l'auditeur (la plupart du
cinq à six domaines qui, en général, coïncident avec temps non expert en la matière) est donc évaluée,
les domaines de spécialité de l'unité A6 du DELF ainsi que la capacité à répondre à ses questions (avec
Nous avons retenu les domaines suivants: argumentations, nuances et points de vue).
1. Lettres, sciences humaines et sociales
2. Sciences économiques
3. Sciences juridiques
4. Sciences exactes, mathématiques, physique
5. Sciences de la vie, biologie, médecine
• Préparation
Depuis peu, le domaine « Communication profes-
sionnelle » a été introduit dans certains pays. Le jury vous donnera, en fonction du domaine que
vous aurez choisi au moment de l'inscription à l'exa-
• L'usage du dictionnaire unilingue peut être auto-
·men, le sujet de l'exposé, éventuellement le ou les
risé, mais ce n'est pas toujours le cas.
documents liés au domaine choisi et au sujet, et des
feuilles de brouillon.
Vous disposerez, à partir de ce moment-là, d'une
heure de préparation.
Présenter oralement une réflexion structurée sur
un sujet donné, accompagné ou non d'un ou plu-
sieurs documents, en relation avec la spécialité choi-
- Première partie: vous présenterez votre exposé au
sie par le candidat.
jury. Pendant ce temps, le jury prend des notes et
Il ne s'agit pas de faire un compte rendu ou une
n'intervient pas. Votre exposé comportera une intro-
synthèse orale comme dans le cas de l'unité A6
duction et une conclusion. Vous pourrez mettre
du DELF: les documents sont fournis comme sup-
en évidence quelques points importants en les illus-
port, comme complément au sujet de l'exposé.
trant d'exemples, introduire des informations, des
Cette épreuve a pour fonction d'évaluer les quali-
idées et des commentaires personnels.
tés d'organisation, de réflexion et d'expression du
candidat en français, et non ses connaissances spé- - Deuxième partie: une fois votre exposé terminé (si
cifiques dans la spécialité concernée. Ce n'est pas le cheminement de votre pensée est clairement
une « question de cours », mais on ne saurait se exprimé et si votre conclusion est bien faite, le
contenter d'une énumération de clichés, de lieux jury s'en rendra compte sans que vous ayez besoin
communs, d'imprécisions ou de manque de rigueur. de le dire explicitement), le jury vous posera des
Cet exposé est donc une petite conférence (n'ou- questions et s'entretiendra avec vous sur le contenu
blions pas qu'il y a une heure de préparation). de votre exposé.
Entraînement 1. Quelques expressions utiles pour l'exposé
_~~ /(0~
• Exposer: (Tout) D'abord, ... (Puis, ensuite, ... (
Ce chapitre comporte 100 activités organisées de Enfm, ...
la manière suivante: • Reprendre ses propres paroles: Je voudrais rappe-
- 12 activités préliminaires pour se préparer à ler que ... ( Il me faut ajouter que ... ( J'aimerais sou-
l'épreuve d'exposé et d'entretien, exercices d'échauf- ligner que ... ( Il faut remarquer que ...
fement aussi bien physiques qu'intellectuels; • Insister: Sans vouloir insister ... ( Je voudrais rap-
- 22 activités pour le domaine 1 «Lettres, sciences peler que ( J'ai déjà déclaré que ... ( Il me faut
humaines et sociales » que nous vous conseillons ajouter que ( J'aimerais souligner que ... ( Il faut
d'effectuer même si ce n'est pas le domaine que vous remarquer que ...
avez choisi, pour acquérir une méthode de travail; • Synthétiser: En gros, ... ( En bref, ( En deux
- 16 activités pour s'entraîner spécifiquement dans mots, ... (En peu de mots, ... (Donc, (Bref, ...
le domaine 2 «Sciences économiques »; ( Enfm, bref, ...
- 16 activités pour s'entraîner spécifiquement dans • Résumer: Pour résumer, je voudrais dire que (
le domaine 3 «Sciences juridiques »; Si je devais résumer en quelques mots, je dirais que .
- 17 activités pour s'entraîner spécifiquement dans Quand on fait un exposé, il vaut mieux ne pas faire
le domaine 4 «Sciences exactes, mathématiques, de digressions, ne pas «sauter du coq à l'âne», ne
physique »; pas trop entrer dans les détails pour ne pas «fati-
- 17 activités pour s'entraîner spécifiquement dans guer» son interlocuteur et surtout pour ne pas perdre
le domaine 5 «Sciences de la vie, biologie, médecine». le fIl de ses idées ou l'essentiel de ce que l'on a à
L'ensemble des activités est plutôt axé sur l'exposé, dire. C'est pourquoi les petites expressions indi-
première partie de l'épreuve de l'unité B4. Pour quées ci-dessus sont particulièrement utiles.
la seconde partie, l'entretien, il serait bon de passer
aux activités d'expression de l'unité B2. 2. Quelques expressions utiles pour l'entretien
Dans chaque domaine, les dernières activités sont Au cours de l'entretien, n'hésitez pas à demander
des activités bilans à réaliser si possible dans les des précisions, des clarifications pour vous assurer
conditions de l'examen. que vous avez bien compris votre interlocuteur et
que, surtout, celui-ci vous a bien compris.
• Reformuler - Faire reformuler
Il n'existe pas a priori de parcours obligatoire. Vous - Reformuler: Ce que je veux dire, c'est ...
pouvez, si bon vous semble, aller directement aux
- Demande de répétition: Pardon? Comment?
activités concernant votre spécialité. En effet, vous
Évitez: Hein? Quoi?, de même que: Qu' est-ce que
trouverez le même type d'activités dans chaque
vous dites?
domaine. Nous vous conseillons, toutefois, de faire
Dites plutôt: Pardon, vous pouvez répéter? (Vous
d'abord les activités préliminaires - activités 351
pourriez parler moins vite, un peu plus fort, s'il vous
à 362 - qui sont des exercices d'échauffement aussi
plaît? (Pardon, je n'ai pas bien compris.
bien physiques qu'intellectuels.
- Demande de clarification: Qu' est-ce que vous vou-
L'idéal serait, après avoir fait ces activités 351 à 362,
lez dire par ... ? ( Qu' est-ce que vous entendez par ...
de passer par les activités 363 à 383 concernant le
( Où voulez-vous en venir? ( C'est-à-dire?
domaine 1 - Lettres, sciences humaines et sociales -,
- Faire reformuler: Vous dites que ... (Vous pensez
avant d'arriver aux exercices en rapport avec la spé-
que ... (Vous me demandez si ... , c'est (bien) ça?
cialité de votre choix.
- Exprimer sa compréhension: Oui, c'est ça. ( Bien
L'ensemble des activités est plutôt axé sur l'exposé,
sûr. ( Je vois.
première partie de l'épreuve B4. Pour la deuxième
- Demande de confirmation: Vous avez bien dit ... (
partie, l'entretien, il serait bon de se référer aux acti-
C'est bien n'est-ce pas?
vités d'expression de l'unité B2.
- Réponses possibles: Tout à fait ... ( Absolument ...
(etc.
Quelques remarques
• Niveau de langue
L'unité B4 du DALF est l'aboutissement d'un par-
Tout en cherchant le maximum de précision, de
cours auquel vous vous êtes préparé dès l'oral 1
compréhension et de facilité, utilisez toujours les
de l'unité Al ou de l'unité A2 du DELF, s(vous
formules les plus standard. Méfiez-vous des expres-
avez passé toutes les unités du DELF. Souvenez-
sions trop populaires: hors d'un contexte bien pré-
vous, on vous demandait de faire un exposé. Bien
cis, elles sont d'un emploi extrêmement délicat.
sûr, les thèmes relevaient plus de l'expérience quo-
tidienne que de la pure réflexion mais, déjà, on vous Si on veut généraliser, on utilise «on» ou «vous».
demandait de bien structurer vos propos. «TUl) ne s'adresse qu'à une personne déterminée.
Préparation à l'exposé et à l'entretien

Activités préliminaires: activités 351 à 362


Se préparer à la prise de parole
Cesexercicessont à la fois des exercicesde prise de parole et de prise de consciencede
soi et de savoix, desexercicesde relaxation et de stimulation de la réflexion. Il s'agit d'une
«gymnastique» physique et mentale, d'une préparation à l'exposé oral et à l'entretien.
L'idéal serait de disposer d'un magnétophone enregistreur/lecteur. À défaut, parlez à
haute voix, le plus fort possible.

S'écouter parler - Lecture


Lisez à haute voix, en vous enregistrant, le texte suivant jusqu'à la fin. Prenez votre
temps. Essayez, dans la mesure du possible, de jouer les différents rôles. Ne vous laissez
pas impressionner par la difficulté apparente du texte: continuez et essayez d'en
comprendre globalement le sens.
Il était une fois un prince étranger qui avait décidé de passer quelques jours de vacances en
France.Comme à son habitude, il descendit dans un des plus grands hôtels de Parisoù un appartement
lui était réservé en permanence. Dès qu'il pénétra dans le hall accompagné de sa suite, le directeur
se précipita à sa rencontre et le salua respectueusement. Pendant ce temps, son secrétaire demanda
au réceptionniste la clé de l'appartement. Ce dernier se confondit en excuses:
- Son Altesse aurait dû nous informer de sa venue, dit-il. En ce moment, il yale Salon de IAuto
et puis le Salon du Camping et du Caravaning et puis le Salon de la Pêche et de la Chasse. Bref,
la suite est occupée, mais que Son Altesse ne s'inquiète pas, nous allons régler ce petit contretemps
immédiatement.
Puis il alla prévenir le directeur. Celui-ci pâlit fortement et son visage se couvrit de tics en envisageant
après moult tortures d'esprit les conséquences les plus néfastes pour son avenir professionnel
immédiat. Il se mit à imaginer de multiples solutions mais, face à l'impossibilité matérielle de les
concrétiser, sa prestance due à son statut tomba en ruine: il était au bord des larmes. Après
trente minutes de vains tourments, il se résignait à aller s'aplatir aux pieds du prince lorsque, miracle,
le garçon d'ascenseur lui sauva la mise.
Penché à son oreille, le petit groom lui souffla la solution. Au fur et à mesure des explications
une lueur de joie s'allumait dans l'œil droit du directeur et sur ses fines lèvres rehaussées d'une
moustache du plus bel effet se dessina un sourire de satisfaction.
Ayant retrouvé toute sa prestance, le directeur se dirigea à nouveau vers le prince au comble de
la colère et lui assura qu'il ne s'agissait en réalité que d'une légère modification qu'il voulait annoncer
personnellement à Son Altesse. La chaîne d'hôtels dont il n'était qu'un modeste représentant
était en effet en train de mettre la dernière main à l'aménagement d'un pavillon de chasse, ayant
appartenu à Louis XIV lui-même, merveilleusement situé au beau milieu d'un vaste parc au cœur
même de la forêt de Rambouillet. Qu'en pensait Sa Majesté?
- Taratata ! pensa bien fort, rouge de colère, la majesté en question.
Ce qui en clair pouvait vouloir dire: « Non mais, ça va pas! Vous m'avez bien regardé? Vous me
prenez pour qui? Pas question de quitter Paris! )}
Rassemblant toutes ses qualités de diplomate et toute sa science de la parole, le directeur expliqua
qu' « en raison de Sa fidélité à notre maison, bla bla bla... , notre P-DG offre gracieusement à Son
Altesse le séjour dans ledit palais et qu'en plus il met à Sa disposition une magnifique berline pour ...
etc., etc. ».
Le prince se radoucit. Une fois réglés quelques petits problèmes inhérents à ce bouleversement
de ses habitudes, il retrouva son calme princier et daigna du bout des lèvres accepter ladite proposition.
Écoutez-vous. Si vous n'êtes pas satisfait(e) de votre lecture (vous êtes bon juge),
réenregistrez-vous.
Passez à l'activité suivante.

Parler - S'écouter parler


Préparation à l'entretien - Réflexion - Expression
Réfléchissez au sens du texte que vous venez de lire (activité 351) et répondez à haute
voix aux questions suivantes.
1. DéfInissez le ton de ce texte. Est-il: technique? poétique? sérieux? ironique? polémique?
moralisateur? comique? amusant? stupide? littéraire? vulgaire? JustifIez et enregistrez
votre réponse. (Vous pouvez choisir plusieurs réponses.)
2. Relevez dans le texte les différentes expressions de temps qui permettent de comprendre
l'ordre chronologique des événements.
3. Quels sont les différents personnages qui interviennent dans ce texte? Enregistrez votre
réponse.
4. Un conflit les oppose, lequel? Enregistrez votre réponse.
S. Quel personnage vous semble le plus important? Pourquoi? Enregistrez votre réponse.
6. Imaginez le dialogue complet entre le réceptionniste et le secrétaire. Enregistrez-vous en
tenant les deux rôles et en changeant de voix.
7. Quels arguments le directeur utilise-t-il pour convaincre le prince? Qu'auriez-vous fait,
qu'auriez-vous dit à sa place? Enregistrez votre réponse.
8. Finalement, qui trouve une solution au problème? Enregistrez votre réponse.
9. Maintenant, dites quel personnage vous semble le plus important? Enregistrez votre réponse.
10. Écoutez votre réponse à la question 5. Avez-vous choisi le même qu'auparavant? Sinon,
pourquoi? Enregistrez votre réponse.
11. Relevez tout le lexique qui indique le malaise du directeur et celui qui montre que le prince
est un client important à ne pas perdre.
12. Imaginez la réponse complète du directeur. Enregistrez votre réponse.
Écoutez-vous. Êtes-vous convaincu(e) par vos réponses? Avez-vous bien joué les
différents rôles?

Préparation à l'entretien - Expression spontanée


Choisissez un des dilemmes suivants. C'est un peu comme dans l' oral n 1 de l'unité A2 O

du DELF. Sans rien écrire, envisagez les deux aspects de la question et, après un
petit moment de réflexion, répondez en 1 minute en vous enregistrant.
Vous pouvez utiliser les expressions suivantes: d'une part, d'autre part; d'un côté, de
l'autre; non seulement ... mais aussi; par ailleurs ...
'<.1. Le rap, le rock?
2. La viande, le poisson?
3. La peinture abstraite, la peinture fIgurative?
4. Le jour, la nuit?
'\.(5. Une macro discothèque, une petite boîte de jazz?
6. Une journée ensoleillée d'été, une journée ensoleillée d'hiver?
7. Salé, sucré?
Écoutez-vous. En combien de temps avez-vous répondu? Avez-vous justifié votre
choix? Vos arguments étaient-ils logiques, cohérents, vraisemblables, convaincants?
Les avez-vous illustrés d'exemples? Avez-vous évité les réponses vagues du genre
« ça dépend ... » ? Vous êtes-vous imaginé en tant qu'auditeur?
Refaites cet exercice périodiquement.

Préparation physique à la prise de parole - Relaxation


L'idéal, évidemment, serait de pouvoir s'allonger, mais soyons réalistes et restons
en position assise. Tous les mouvements suivants doivent être exécutés graduellement,
sans secousses.
Pendant le temps de préparation de votre exposé (1 heure), rien ni personne ne
vous interdit de consacrer cinq minutes à ces exercices.
1. Décontraction des bras. Commencez par le bout des doigts. Détendez-les le plus possible
puis remontez le long des bras jusqu'à ce qu'ils pèsent une tonne.
2. Décontraction des épaules. Sous le poids des bras, laissez-les aller vers l'avant puis tout
doucement ramenez-les en arrière, très très lentement.
3. Décontraction du cou. Penchez votre tête vers l'avant, ramenez-la vers l'arrière en passant
par la gauche puis ramenez-la vers l'avant en passant par la droite. Recommencez en
tournant dans le sens contraire. Tout cela très très lentement ...
Refaites ces exercices périodiquement.

Préparation physique à la prise de parole - Articulation


Il est extrêmement important de vous faire correctement entendre. Voici quelques
phrases de «mise en bouche», comme disent les acteurs. On les appelle des trabalenguas,
comme on dit en espagnol, ou des tongue-twisters en anglais.
Lisez les phrases suivantes en vous enregistrant.
- Trois tristes tigres, trois tigres tristes.
- L'assassin sur son sein suçait son sang sans cesse.
- Un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur.
- Je veux et j'exige, j'exige et je veux.
- Aggrippine s'agrippa au premier gredin venu.
- Buvons de ce bon vin de Provence.
- Plus on en a, plus on en veut. Moins on en a, plus on en veut aussi.
- Je cherche un chien noir sans collier rouge.
- Les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches, archisèches?
- Six fûts six caisses, six caisses six fûts.
- Quel beau métier professeur!
- C'est combien ces six saucissons-ci? C'est six sous ces six saucissons-ci.
- Un gros grain d'orge.
- Tu veux tout? Tu prends tout! Pourquoi te tourmentes-tu ?
- César cessa de causer.
Écoutez-vous. Refaites cet exercice périodiquement.

);~ Préparation à l'entretien oral- Intonation


Encore un exercice emprunté aux acteurs. Répétez à haute voix cette phrase selon
l'intonation indiquée:
« Comment? Tu te maries et tu ne m'en as rien dit! »
1. Vous êtes surpris (e). 4. Vous êtes déçu(e).
2. Vous êtes fâché(e). 5. Vous êtes surpris(e) mais contentee).
3. Vous êtes aigri(e).
Enregistrez-vous. Êtes-vous satisfait(e)? Sinon, refaites l'exercice.
Préparation physique à la prise de parole - Respiration
Si vous vous observez dans le miroir d'une armoire à glace, vous constaterez que vous
respirez à la hauteur de la poitrine. C'est une respiration incomplète qui bloque votre
voix. Tous les chanteurs vous le diront. Vous devez donc vous entraîner à la respiration
ventrale.
Décontractez-vous au maximum selon les exercices de l'activité 354 puis respirez
de la manière suivante: poussez le ventre en avant tout en inspirant. L'inspiration
monte du ventre vers l'estomac puis arrive aux poumons. Expirez par la bouche en
laissant l'ah- vibrer.
Quand vous êtes bien habitué(e) à la respiration ventrale, vous pouvez pratiquer la
respiration rythmée soit le lendemain, soit deux jours plus tard.
Commencez par la respiration ventrale puis respirez selon ce rythme:
- inspiration,
- rétention,
- expiration.
Vous pouvez faire ces exercices en marchant dans la rue, chez vous en regardant la
télévision, debout, assis ou couché par terre.

Préparation physique à la prise de parole - Articulation


Voici de nouveau un truc d'acteur pour travailler l'élocution et se rendre intelligible.
Lisez ces phrases en mettant un crayon ou un stylo en travers de la bouche.
- Vous voiliez habiller la vie? Devenez vite un bon couturier!
- Un gros dindon dodu dîna, dit-on, d'un gros dodu dindon.
- Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes. (Racine)
- Pour ce spectacle sportif dans ce stade, nous avons spécialement préparé ce spectaculaire
numéro du scorpion.
- Espèce d'espace aseptique.
- Le temps est un aigle agile dans un temple.
- Vous avez de beaux yeux, vous savez?
Enregistrez-vous et écoutez-vous. Refaites cet exercice périodiquement.

Préparation physique à la prise de parole - Respiration rythmée


Commencez la respiration ventrale puis respirez selon ce rythme.
Vouspouvez aussi inspirer et expirer par l'une ou l'autre narine. TI vous suffit de boucher
alternativement chacune des deux narines après avoir inspiré puis expiré:
1. narine droite: inspiration 4. narine droite: expiration
2. narine gauche: expiration 5. narine droite: inspiration
3. narine gauche: inspiration 6. narine gauche: expiration, etc.
Cette respiration est vivement conseillée avant ou après un travail intellectuel car elle
favorise l'irrigation du cerveau. Vous pouvez la pratiquer pendant au moins 4 minutes.

Préparation physique à la prise de parole - Intonation


En vous enregistrant, dites la phrase suivante:
«Le match s'est déroulé dans une parfaite correction ... })
- normalement - en criant
- très rapidement - en riant
- à voix basse - en pleurant
- très lentement - en bégayant
Écoutez-vous et, si vous n'êtes pas satisfait(e), recommencez.
),.~! Préparation à l'exposé - Concentration
Lors de la préparation de l'exposé, il est important de mobiliser le plus rapidement
possible vos capacités de réflexion, donc de vous concentrer.
Fermez les yeux et fixez votre attention sur les bruits que vous entendez: bruits de
la rue, pas dans les couloirs, bruits dans la salle où vous êtes, etc.
Ouvrez les yeux et choisissez un objet parmi ceux qui vous environnent: table, poster,
stylo, etc.
Refermez les yeux et essayez de décrire mentalement l'objet choisi en le décomposant:
forme, matière, couleurs, etc.
Ouvrez de nouveau les yeux et comparez avec l'objet réel.
Passez rapidement à l'activité suivante.

~aH Préparation à l'entretien - Expression spontanée


Choisissez un des thèmes suivants. Sans rien écrire, envisagez les deux aspects de
la question et, après un petit moment de réflexion, répondez en 2 minutes en vous
enregistrant.
Vous pouvez utiliser les expressions suivantes: d'une part, d'autre part; d'un côté, de
l'autre; non seulement... mais aussi; par ailleurs...
Même si vous n'êtes pas d'accord, efforcez-vous de trouver des arguments contraires
à votre avis.
1. Pour ou contre les (< Mangas ).
2. Pour ou contre la censure sur Internet.
3. Pour ou contre les combats d'animaux (chiens, coqs, etc.).
4. Pour ou contre les voitures dans le centre des villes.
5. Pour ou contre les sports à risques (rafting, canyonning, escalade, etc.).
6. Pour ou contre une seule langue de communication.
7. Pour ou contre la médecine traditionnelle.
8. Pour ou contre l'énergie nucléaire.
9. Pour ou contre les régimes amaigrissants.
10. Pour ou contre les traditions.

L'exposé et l'entretien
_4!'l,,?i';> . :..:.;';~~!IIB!IIB

Durant cette épreuve, vous serez notamment apprécié(e) sur:


• les qualités spécifiques d'un exposé réalisé {( à la française)} et en particulier sur:
- la manière dont vous aurez su délimiter le sujet;
- la qualité et la richesse de votre information et de votre argumentation;
- votre aptitude à présenter un exposé construit avec une introduction, un plan
{(logique)} et clairement défini, une conclusion;
• votre capacité, au cours de l'entretien, à répondre précisément aux questions de
l'interlocuteur, sans digressions ni détails superflus;
• votre capacité à argumenter, à donner votre point de vue, à nuancer;
• votre capacité à intéresser l'auditeur;
• votre compétence linguistique:
- lexique et syntaxe;
- phonétique, fluidité, intonation.
Même s'il ne s'agit pas d'une {(question de cours)} cherchant à évaluer des connaissances
spécifiques dans la spécialité concernée, dans ce type d'épreuve la rigueur est de
mise: on ne saurait se satisfaire d'approximations, de généralisations abusives, d'une
suite de banalités ou de lieux communs.
Domaine de spécialité 1 :
Lettres, sciences humaines et sociales (activités 363 à 383)

1. L'exposé
• Contrairement à tout ce que l'on peut penser ou entendre dire, ce domaine n'est
pas le plus abordable, le plus «facile », car c'est le domaine le plus vaste et celui qui
fait appel au lexique le plus ample.
• Vous disposez d'une heure pour préparer cet exposé.
• Pendant la préparation, vous devez:
- bien comprendre le sujet pour bien délimiter votre exposé;
- réunir le maximum d'idées sur le sujet;
- organiser ces idées selon un plan logique;
- préparer l'introduction;
- préparer la conclusion.

Comprendre le sujet
Lisez attentivement les questions posées pour bien délimiter le sujet. Si vous disposez
de documents, lisez-les rapidement en cherchant à identifier les problèmes posés et
les éléments propres à la culture française ou francophone que ces matériaux présentent.
Contentez-vous de repérer les idées principales, quelques chiffres ou exemples qui
vous paraissent intéressants. L'utilisation d'un dictionnaire unilingue est quelquefois
autorisée, alors profitez-en pour mieux comprendre l'intitulé du sujet.
Choisissez un des sujets suivants puis cherchez dans le dictionnaire la définition des
mots soulignés.
~
a. \ Civilisation du temps libre ou civilisation du temps vide? Vous ferez un exposé sur l'avenir des
>'"sociétés humaines, en particulier des sociétés occidentales.
b. tous exposerez la fonction de la télévision pour le public et vos réflexions sur son financement
..--;j(privé, national, publicitaire). (Espagne,juin 1991-)--
..è> On assiste, actuellement, à des confrontations de civilisations. Comment envisagez-vous, sur ce
plan, l'avenir de la société humaine au xxt siècle? (affrontements ou enrichissements mutuels,
unification, uniformisation, multiplicité, parcellarisation .. .) (Espagne, février 1991)
Récrivez le sujet en substituant ces mots par leur définition.

9 Rechercher des idées et les organiser (activités 364 à 367)


1 Faites tO\Jtes les activités puis reportez-vous au corrigé pour vérifier vos réponses.

Réunir des idées


Il serait imprudent de compter uniquement sur votre inspiration pour nourrir le
développement de votre exposé durant votre intervention.
Pendant la préparation, inscrivez sur un brouillon les idées vous venant à l'esprit, puis
organisez-les en colonnes. Par exemple: sur une colonne, les idées et, parallèlement,
les exemples permettant d'illustrer ces idées.
Ces illustrations orales peuvent être des statistiques, des pourcentages ou, pourquoi
pas, de courtes anecdotes. L'humour n'est pas interdit.
Sujet: Eexception culturelle francophone: les radios doivent diffuser au moins 40% d'œuvres d'artistes
francophones à la radio. Qu'en pensez-vous?
Notez dans une colonne vos i.déeset, dans une autre, des exemples illustrant ces idées.
),6)' Classer les éléments
À partir de vos réflexions sur le sujet de l'activité 364, classez dans une colonne les
avantages et dans l'autre les inconvénients des quotas obligatoires.

')66 Enrichir le matériau initial


À partir de votre réflexion sur le sujet de l'activité 364, cherchez à:
- préciser en approfondissant l'analyse d'un argument en fonction des questions simples
suivantes:.quoi? comment? où? pourquoi?;
- illustrer à l'aide d'exemples diversifiés;
- comparer les deux modalités: interventionnisme ou libéralisme;
- diversifier les approches: point de vue intellectuel, économique, artistique, moral, social,
politique, technique, scientifique, psychologique, familial, collectif,individuel, quantitatif,
qualitatif...
- contredire: cet argument est-il absurde? Pourquoi?

Organiser les idées


il est important maintenant de mettre un peu d'ordre.
À partir du sujet de l'activité 364, classez les avantages et les inconvénients que vous
avez trouvés en fonction des différents acteurs: les compagnies de disques, les radios,
les interprètes, le public ...

Commencer - L'introduction (activités 368 à 371)


Pendant la préparation, prenez le temps de rédiger votre introduction en une ou
deux phrases complètes.
- Évitez de donner votre opinion dès l'introduction.
- Appuyez-vous sur des faits d'actualité pour amener votre sujet.
- Posez le problème que vous allez traiter.
- N'anticipez pas la conclusion.

Introduire un sujet
Imaginez que vous devez animer un débat télévisé sur la« discrimination positive».
Imaginez les intervenants, chacun ayant un point de vue différent sur la question:
responsable politique, journaliste, féministe, mère de famille, adolescente, syndicaliste ...
Faites la présentation du sujet, enregistrez-vous et comparez avec la proposition du
corrigé.
Sujet: Dans la société contemporàine, dans le monde du travail et de la politique, on parle d'attribuer
une place proportionnelle aux femmes, on parle de «parité» et même de «discrimination positive ».
UJus direz quelles sont les raisons de cette proposition et ses implications. Qu'en est-il dans votre
, r:c' ~.
>

pays!' j-j/?,',c'.

~~AA Commencer un exposé


Présentez le sujet suivant comme s'il s'agissait d'une conférence en tenant compte du
public: profane, spécialiste, passionné, indifférent ...
Sujet: La télévision, accès à la connaissance ou simple moyen de distraction?
Enregistrez-vous et comparez avec la proposition du corrigé.
Texte en annexe:
« Le pouvoir des médias », Roland Le Mollé, Le Dauphiné, 28 mars 1997.
C'est le titre d'un petit livre que Grégory Derville, pas par fausser le fonctionnement de la démocratie
chercheur au CNRS et professeur de sciences poli- en y important quelques défauts rédhibitoires du
tiques à l'Institut d'études politiques de Grenoble, genre: manipulations et politiques-spectacle?
vient de présenter à la librairie Arthaud du Campus L'auteur dresse un historique des recherches et des
et dans lequel il fait le point sur ce qui apparaît théories sur le sujet, mais surtout il examine de
comme une petite peur du XX' siècle. près les rapports entre le politique et les médias à
Le sous-titre du livre est clair: «mythe ou réalité» travers quelques stéréotypes du genre: un homme
est une autre façon de poser la question de savoir jus- politique doit-il être pour autant un professionnel de
qu'où peut s'exercer notre pouvoir sur les médias, la communication, les médias seront-ils le vecteur
quel contre-pouvoir opposer si tant est que notre d'une «démocratie directe» que l'on voit arriver avec
inquiétude est fondée, si oui, quelles sont les rai- un mélange d'espoir et d'appréhension? Du fait des
sons de cette inquiétude? Comme l'explique René médias, le discours même de l'homme politique se
Bourgeois, directeur des Presses universitaires de transforme dans la mesure où il doit l'adapter à une
Grenoble, où a été publié l'ouvrage, «s'il n'existe masse confuse qui se répartit entre téléspectateurs,
aucune raison de croire encore en l'omnipotence des auditeurs, mais aussi lecteurs. Alors il faut tendre
médias, on ne peut leur dénier un impact certain dont vers la simplification, risquer la schématisation (les
il est difficile d'apprécier la juste mesure». C'est cette «petites phrases» en sont une illustration). Dans l'ex-
juste mesure que tente d'apprécier avec une grande pression «politique-spectacle», le terme « spectacle»
rigueur scientifique Grégory Derville dans cet ouvrage pèse de tout son poids de détérioration: il faut don-
clair, simple, bien articulé et convaincant. ner au discours politique un caractère distrayant
C'est vrai que la montée en puissance des médias ou tout au moins non ennuyeux. L'auteur en sait
a été spectaculaire ces dernières années en France et quelque chose, lui qui a soutenu sa thèse sur le
dans le monde. Elle se concrétise par une hausse très «Bebête-Show ». D'autre part, les médias entraînent
nette du nombre des chaînes de télévisions, ce qui une personnalisation de plus en plus marquée de
entraîne une espèce de «consommation de pro- la politique. Ce qui est loin d'être une bonne chose
grammes» ; elle se vérifie aussi par la belle pros- malgré les rassurantes apparences.
périté des instituts de sondage et des officines de L'auteur prolonge sa réflexion en travaillant actuel-
marketing politique. À partir de là les réflexions lement sur les rapports entre les journalistes et leurs
inquiètes commencent à affluer. Tel l'apprenti sor- sources d'information et sur les stratégies dévelop-
cier qui ne maîtrise plus sa création, les médias ne pées pour accéder aux médias. Nous attendons avec
seraient-ils pas devenus tout-puissants au point de impatience qu'il nous en fasse part.
nous engloutir? Jusqu'à quel point ne finissent-ils • ROLAND LE MOLLÉ

Situer l'objet d'une réflexion


Sujet: vvus envisagerez le «concept de laïcité ii dans la société occidentale et dans votre société.
Quelle(s) réflexion(s) vous inspire cette proposition d'introduction au sujet ci-dessus?

Liée à la notion de non-confessionnalité de l'État, à l'obligation


d'accueil des enfants à l'école publique sans discrimination
de sexe, de nationalité ou de religion, la laïcité ne semblait
plus stimuler l'unité de la République française. Or un certain
nombre de faits a relancé le débat sur les valeurs laïques,
moins archaïques que certains avaient pu le croire. Dans une
société de plus en plus multiculturelle et face à la montée des
fondamentalismes religieux, quelle est la place de la laïcité,
principe inhérent à la culture jacobine, dans le monde actuel?

Présentation de l'ouvrage de Gilles Kepel, La Revanche de Dieu.


Chrétiens,juijs et musulmans à la reconquête du monde,
Points actuels, Éditions du Seuil, Paris, 1991.

Vous animez une table ronde sur le même le thème. Imaginez les intervenants, chacun
ayant un point de vue différent sur la question: laïc, confessionnel, rationnel, mystique,
agnostique, scientifique, religieux ...
À votre tour, proposez une introduction.
Poser un problème
Présentez le sujet suivant comme s'il s'agissait du thème d'un débat télévisé.
Sujet: La publicité, limites éthiques.
Imaginez les intervenants, chacun ayant un point de vue différent sur la question:
publicitaire, cinéaste, créateur, parent, éducateur, chef d'entreprise ... , et le public:
profane, spécialiste, passionné, indifférent ...
Enregistrez-vous et comparez avec la proposition du corrigé.
Écoutez-vous puis évaluez-vous (5: très satisfait, 3 : plutôt satisfait, 1: pas du tout
satisfait) : expression; phonétique, rythme, prosodie; vocabulaire suffisamment riche,
précis et clair; correction grammaticale.

Préparer un guide d'exposé (activités 372 à 374)


Divers types de plan
Il existe deux façons complémentaires de concevoir l'organisation du corps de votre
exposé: le plan-schéma et le plan-idées.
Quelques exemples de plans-schémas:
• Le plan chronologique ou historique
A B
1. le passé 1. la situation antérieure
2. le présent 2. la situation (autrefois ou maintenant)
3. l'avenir 3. la situation postérieure
• Le plan comparatif
C D E
1. aspects positifs (avantages) 1. vrai (d'accord) 1. situation en France
2. aspects négatifs (inconvénients) 2. faux (pas d'accord) 2. situation dans votre pays
3. bilan 3. bilan 3. bilan
• Le plan du général au particulier ou inversement
F G
1. problème général 1. problème particulier à petite échelle
2. problèmes plus particuliers 2. ce problème à une échelle plus grande
3. étude d'un problème 3. implications au niveau général
à titre d'exemple
• Le plan dialectique
H
1. thèse
2. antithèse
3. synthèse
Reportez-vous aussi aux conseils donnés p. 40, unité 81.

Bâtir un plan
Sujet: «La littérature d'imagination: possibilité de vivre plusieurs vies, d'avoir accès à des visions
du monde et à des sensibilités éloignée de nous»? Ou bien: «Le roman: évasion pour êtres faibles,
femmes, enfants, vieillards, malades, détenus»? (Phrasesextraitesd'un article de Bertrand Poirot-
Delpech, de l'Académiefrançaise,Le Monde, 21/9/94.)
A partir de ces deux conceptions opposées, vous exposerez votre propre conception du roman ou de
la littérature d'imagination, en général, en l'illustrant d'exemples précis, pas nécessairement pris dans
la littérature française. (Espagne, février 1995)
Texte en annexe:
« Pour le roman », Bertrand Poirot-Delpech, de l'Académie française, Le Monde, 21 sept. 1994.
BERTRAND POIROT-DELPECH demander lesquels.
de l'Académie française La littérature d'imagination n'a pas seulement l'avan-
Un inédit de Jules Verne sort cette semaine. Cela se fête. tage de pressentir le futur. Elle permet de vivre plusieurs
«Le Monde des livres» daté 23 septembre dira à quel point vies, d'avoir accès à des visions du monde et à des sen-
Paris au xxe siècle s'est peu trompé sur notre aujourd'hui. sibilités éloignées de nous. N'ayant pas part au déver-
Une remarque plus générale s'impose. Verne n'a pas été gondage verbal des dirigeants et de leurs maîtres à com-
une exception. Pour imaginer l'avenir, les romanciers sont muniquer le néant, les romanciers nous défendent contre
meilleurs que les experts, toujours. les déviations subreptices du langage.
Cette affirmation ne relève pas d'un chauvinisme de
boutique. Aucun prévisionniste patenté n'a décrit la fin du Il faudrait une rubrique quotidienne pour débusquer à
millénaire avec la prescience d'un Welles (La Guerre leur naissance les détournements de vocabulaire qui ren-
des mondes, 1897) ou d'un Huxley (Le Meilleur des dent opaque, à dessein, la vie publique. La dernière entour-
mondes, 1932), toujours cités en référence. Pour stigma- loupe porte les mots exclu et exclusion.
tiser des absurdités de l'administration, aucun rapport Le chômage a permis aux responsables économiques de
de la Cour des comptes ne vaut, encore maintenant, Courte- se dédouaner à bon compte. Un sans-emploi ne fait plus
line (1860-1929), Jarry (1873-1907) ou Kafka (1883-1924). figure d'exploité, car cela supposait un employeur-exploi-
On a même formé à ce propos des adjectifs passe- teur, et le titulaire d'un salaire, même bas, fait figure de
partout et qui durent: ubuesque, kafkaïen. privilégié. L'inactif forcé passe désormais pour la victime
S'il fallait ne citer qu'un livre sur l'écrasement de l'in- d'une fatalité venue d'ailleurs - «la crise» -, d'une mal-
dividu au siècle des totalitarismes, ce serait évidement chance sans rapport avec les logiques du profit et l'enri-
Le Procès de Kafka, de préférence aux essais en usage chissement des autres catégories sociales.
dans les écoles grandes et petites, qui sont venus après L'absence du mot exclueur dans les dictionnaires devient
coup et ignorent l'essentiel: la perception subjective des
garante de ce que l'état d'exclu n'a pas de cause connue,
choses.
qu'il résulte d'un coup du sort, justiciable du bon cœur, et
Les futurs élèves de Saint-Cyr devraient étudier de près
non plus de la politique. Élus et candidats se trouvent dis-
Le Désert des Tartares de Buzzati, Le Balcon en forêt
pensés de reconnaître des torts, de désigner des coupables,
de Gracq et La Route des Flandres de Claude Simon, pour
et de proposer de moins mauvais partages. Il leur suffit
connaître l'attente de l'improbable à quoi se réduira leur
d'être peinés, inquiets des banlieues et «soucieux du
existence - du moins on l'espère. Pour approcher l'irra-
social», d'en appeler à l'imagination généreuse de «tous»,
contable absolu que fut la Shoah, rien n'a égalé à ce jour
à la «base», au «quotidien», «sur le terrain», etc. Une
les œuvres de créateurs, écrivains comme Anthelme, Primo
aubaine, à l'approche d'élections!
Levi, Jorge Semprun ou Wiesel, et cinéastes comme
Insensiblement, une mode verbale est en train d'as-
Lanzmann, Ophuls et Resnais.
seoir l'opinion obscurantiste que l'emploi ne dépend pas
de mesures gouvernementales et douloureuses pour tous,
Chaque automne voit resurgir les mêmes sornettes contre mais d'initiatives sympathiques de la société civile. Les
le roman. Ce dernier ne serait qu'une évasion pour êtres drames sociaux de l' Hexagone se voient appliquer le pro-
faibles, femmes, enfants, vieillards, malades, détenus. cessus qui a servi dans les crises internationales: la
Un décideur-gagneur ne saurait s'embarrasser de telles dissimulation de l'impuissance et de la démission
mômeries. À lui les livres d'actualité et d' «idées », les sta- publiques sous des élans du cœur, si populaires dans
tistiques et autres sondages, censés aider à saisir l'époque les sondages. En déclinant paresseusement les dérivés
et à y régner. Ces essais «jetables» sont favorisés par l'au- du mot exclusion, le citoyen contribue à installer dans
diovisuel parce qu'ils se prêtent mieux que l'imaginaire les esprits un fatalisme de l'irresponsabilité. Ce fai-
à de vagues débats, donc au spectacle. sant, il accomplit un acte politique. Il aide à faire glisser
Pour discréditer la fiction, une même calomnie reprend les problèmes intérieurs vers une autre forme d'huma-
force chaque année. Critiques et prix seraient truqués, et nitaire, c'est-à-dire -la Bosnie et le Rwanda en témoi-
la qualité de la production française pâtirait d'une sur- gnent - d'expédient photogénique et sans lendemain.
abondance maladive. Nos auteurs ne verraient pas plus Cela aussi, Jules Verne l'avait prédit, en imaginant la
loin que leur nombril. «Moi, essaient de faire croire cer- foule de 1960 moins asservie par les machines que par
tains contempteurs du roman, je relis les classiques ou les le conditionnement culturel d'une banque omniprésente à
auteurs étrangers! » La charité commande de ne pas leur vocation «instructionnelle ».

Le Monde, 21/9/94.

Parmi les divers types de plans-schémas proposés p. 183,choisissez-en un qui convienne


au sujet ci-dessus. En faisant correspondre à chaque partie des idées et des exemples,
vous obtiendrez un plan-idées.
Schématisez sur une page ce plan-idées en indiquant:
-les étapes (titre et sous-titres, très lisibles);
- les idées principales et les exemples (en quelques mots).
Comparez avec le corrigé.
Organiser le guide de l'exposé (activités 373 et 374)
Les mots qui aident à organiser: les articulateurs
Pour aider à l'organisation de votre exposé et pour faciliter la compréhension du
cheminement de votre réflexion, voici quelques articulateurs parmi les plus utilisés.
1. Pour organiser la succession des idées et des informations:
1er élément éléments suivants élément final
d'abord ensuite enfin
tout d'abord puis
(ou tout autre articulateur
qui sert à ajouter)
avant tout
premièrement deuxièmement
troisièmement
en premier lieu en second lieu, etc.
non seulement mais encore, mais aussi
2. Pour ajouter une idée ou un élément d'information qui va dans le même sens que
le précédent: de plus, de même, par ailleurs, en outre, d'autre part, également...
3. Pour exprimer l'opposition-concession: mais, cependant, toutefois, pourtant,
néanmoins ...
4. Pour exprimer l'opposition-contraste: en revanche, au contraire, par contre, par
ailleurs, d'une part ... d'autre part, d'un côté ... d'un autre côté, d'un côté ... de l'autre ...
Remarques
({ D'autre part)} et ({ par ailleurs)} peuvent être:
- l'équivalent de « de plus)} (pour ajouter);
- l'équivalent de « en revanche)} (pour opposer).
Attention! Ne confondez pas « par ailleurs)} et « d'ailleurs)}.
5. Pour introduire une idée nouvelle dont il faut tenir compte car elle est essentielle
au raisonnement, un mot magique: ({ OP>.
« Or)} souligne la relation entre deux faits. Il peut s'agir d'une relation de concordance
ou d'une opposition.
6. Pour introduire une explication, car, en effet...
une justification:
7. Pour introduire une conséquence, une déduction: en conséquence, par conséquent,
donc, c'est pourquoi, aussi (+ inversion du sujet), ainsi...

Organiser le plan-idées
Sujet: Le bicentenaire de la Révolution de 1789, le cinquantième anniversaire de la libération de
Paris, le5ecentenaire de la découverte de l'Amérique, etc.
VOus exposerez votre opinion sur les commémorations d'événements de ce type et sur l'importance
de la mémoire historique. (Espagne, février 1995)
Schématisez sur une page le plan-idées correspondant au sujet ci-dessus en indiquant:
-les étapes (titre et sous-titres, très lisibles);
- les idées principales et les exemples (en quelques mots) ;
-les mots de liaison permettant d'articuler les idées.
Comparez avec le corrigé.

Préparer un guide d'exposé


Sujet: Eexception culturelle dans les accords du GATI; les quotas de chansons en français à la radio ...
Faut-il réglementer la culture pour la préserver?
Dans votre exposé, vous parlerez de la situation de la culture nationale dans votre pays face à la
mondialisation.
Schématisez sur une page le contenu de votre exposé.
En plus des étapes et des idées principales, indiquez:
-les mots de liaison (mais n'en abusez pas, votre objectif n'est pas de démontrer que vous
connaissez tous les articulateurs de la langue française !) ;
- les informations que vous risquez de ne pas retrouver durant l'exposé, faute de temps ou
à cause du trac (les noms propres, les illustrations orales, chiffres ... ).
Comparez avec le corrigé.

Q Passer d'une idée principale à une autre - La transition (activités 375 et 376)
1 Latransition permet de passerd'une idée principale à l'autre sansrupture brutale de
l'exposé. Le mieux est de tracer d'abord un bilan rapide de l'étape qui s'achève puis
de poserune question pour faire rebondir le débat et annoncer l'idée générale suivante.
Articulateurs à utiliser dans une transition:
1. Pour reprendre, résumer une idée: bref, ainsi, en somme, somme toute ...
2. Pour introduire:
- une autre manière de dire (une équivalence ou une interprétation): c'est-à-dire,
autrement dit, ce qui revient à dire que, en quelque sorte, en somme ...
- un exemple: par exemple, entre autres, en particulier, particulièrement, notamment...
- une précision,une rectification: en fait, en réalité, en vérité, plus précisément, ou plutôt. ..
3. Pour ajouter un élément que l'on présente comme une preuve supplémentaire,
quelque chose qui vient confirmer la thèse, un renforcement: d'ailleurs, d'autant
que, d'autant plus que, d'autant moins que ...
4. Pour introduire une objection et sa réponse:
L'objection est constituée par un fait ou un argument qui soutient la thèse adverseet
dont l'auteur reconnaît la validité. Elle peut être introduite par: certes, bien sûr,
évidemment, naturellement, il est vrai que ... , ou par un articulateur qui marque
l'opposition: mais, cependant, pourtant, toutefois, néanmoins, il n'empêche que ...

Choisir une transition


À partir du sujet de l'activité 374.
Sujet: Eexception culturelle dans les accords du GATT, les quotas de chansons en français à la radio ...
Faut-il réglementer la culture pour la préserver? Dans votre exposé, vous parlerez de la situation
de la culture nationale dans votre pays face à la mondialisation.
Examinez le plan suivant:
Introduction. En prenant comme point de départ les quotas obligatoires de chansons
francophones à la radio, amener la réflexion sur la question:
Faut-il réglementer la culture?
1re partie. Oui, dans quels cas et pourquoi? Exemples pris dans la réalité de votre pays.
ze partie. Non, dans quels cas et pourquoi? Exemples pris dans la réalité de votre pays.
Conclusion. Votre opinion personnelle et ouverture du débat sur l'avenir d'une culture '
« mondiale >}.

Parmi les quatre transitions proposées ci-dessous pour relier les deux parties, une
seille convient. Laquelle? Pourquoi?
a. Passons maintenant à la seconde partie du développement: pourquoi ne faut-il pas
réglementer la culture?
b. Nous venons de montrer pourquoi il fallait réglementer la culture. Voyons maintenant
pourquoi il ne faut pas le faire.
c. Les cultures, surtout si elles sont minoritaires, ont quelquefois besoin de soutien, notamment
de la part des institutions. Cependant, jusqu'où peut-on aller dans ce sens si l'on veut
maintenir une certaine spontanéité, une certaine créativité?
d. Il y a beaucoup d'arguments en faveur de la réglementation de la culture. Montrons
dans la seconde partie les arguments contraires.
Faire une transition
Préparez une transition permettant de relier les deux idées générales suivantes:
1. La musique est omniprésente dans notre vie quotidienne.
2. Rares sont ceux qui savent écouter véritablement de la musique.

Terminer - La conclusion (activités 377 à 379)


• Pendant la préparation, prenez le temps de rédiger votre conclusion en une ou
deux phrases complètes.
- Résumez ce que vous venez d'exposer, mais évitez les formules répétitives du genre:
{(comme je l'ai dit avant ».
- Exprimez votre opinion mais évitez de vous contredire.
- Amorcez un débat plus large.
• Cette conclusion peut être marquée par une expression qui annonce:
- une conclusion: en conclusion, pour conclure, on peut en conclure que ...
- la reprise, le résumé de l'idée générale: bref, ainsi, en somme, somme toute ...
- un choix (quand plusieurs thèses ont été exposées): finalement, en définitive, en
fin
de compte, tout bien considéré, tout bien pesé ...
- une déduction, une conséquence: en conséquence, par conséquent, donc, c'est pourquoi,
aussi (+ inversion du sujet), ainsi ...

Conclure un exposé
Sujet: La violence chez les jeunes. Violence physique et violence verbale. Les médias dissertent
abondamment sur ce sujet. Ce discours correspond-il, selon vous, à une réalité? Quelles en sont les
causes? Quels remèdes pourrait-on envisager? (Espagne, septembre 1996)
Lisez la conclusion suivante.
Même si la violence chez les jeunes est le reflet des tensions qui existent dans la société, ni
la précarité ni la marginalisation ne semblent pouvoir expliquer totalement ce phénomène.
Peut-être s'agit-il d'un problème de valeurs. Peut-être faudrait-il, comme certains le suggèrent,
faire des campagnes de promotion de la civilitécomme cellequi a eu lieu en France au printemps
1997 sous le thème: « En avril, soyons civils... et en mai soyons fair-play!»
Quelle est sa fonction? (Plusieurs réponses sont possibles.)
a. exprimer une opinion
b. amorcer un débat plus large
c. mettre en valeur l'orateur

Terminer un exposé
On peut, éventuellement, terminer sur une phrase «choc ».
Proposez un plan pour le sujet suivant.
Sujet: «La société a été complètement bouleversée à partir du moment où l'humanité a dépassé la
vitesse du cheval au galop» selon certains anthropologues. l/ous ferez un exposé sur la relation
entre l'évolution des communications et les modifications qu'elles ont apportées dans les relations
humaines au cours de ce siècle.
Préparez une conclusion, puis consultez le corrigé.

~â" Conclure par une citation


Vous pouvez aussi vous appuyer sur une citation. N'oubliez pas d'en citer l'auteur.
Proposez une conclusion pour le sujet suivant.
Sujet: Une étude de l'INSEE de juillet 1995 fait apparaître que le nombre de personnes vivant seules
s'accroît.l/ous direz quelles sont, à votre avis, les causes et les conséquences de ce phénomène et s'il
en est de même dans votre pays. (Espagne, juin 1996)
Texte en annexe (ne faisant pas partie du sujet original qui n'en fournissait pas):
«Une attitude de consommateur», interview de Jean-Claude Kaufmann, sociologue au CNRS,
Le Figaro, 13 mars 1997.

« Une attitude de consommateur»


Pour le sociologue Jean-Claude Kaufmann, le partenaire conjugal
est de plus en plus souvent assimilé par son conjoint à un produit.
Jean-Claude Kaufmann est socio- milieux ruraux, mais aussi les sent plus à l'aise dans son couple,
logue au Centre national de la ouvriers et, paradoxalement, les son insatisfaction lui fait renvoyer au
recherche scientifique (CNRS). Il est exclus. Car lorsque la vie vous rejette second plan son engagement.
l'un des spécialistes du mariage et de la société, il fauttenter d'y entrer Que cela plaise ou non, il y a dé-
de son évolution dans notre pays. à nouveau avec toutes les marques sormais dans le secret des cœurs
Il a écrit plusieurs ouvrages dont de la légitimité: un vrai travail, un vrai une attitude de consommateur, le
Sociologie du couple aux Presses logement, une vraie famille. partenaire conjugal peut, en par-
universitaires de France et La Trame tie, être assimilé à un produit que
- Est-ce le mariage-institution ou
conjugale, analyse du couple par l'on choisit.
la vie à deux qui est remis en cause
son linge. Pour Le Figaro, il donne - Pourquoi l'âge des nouveaux
par les jeunes Français?
son analyse sur la crise du mariage. mariés ne cesse-t-il de s'élever?
- C'est le mariage-institution qui est
Le Figaro. - Pourquoi le mariage ne remis en cause par les jeunes cou- - L'âge au mariage augmente dans
semble-t-il plus une nécessité à de ples, pas la vie à deux. Celle-ci, au l'ensemble de l'Europe, avec une
nombreux couples? contraire, est de plus en plus sou- régularité remarquable. Cela s'ins-
Jean-Claude Kaufmann. - Le ma- haitée, et même idéalisée: on rêve crit dans un mouvement plus géné-
riage a complètement changé de qu'elle soit intense, riche, authen- rai de {(report des engagements n.
place dans la vie conjugale, et cela tique, transparente. Les jeunes ne sont pas pressés de
en l'espace d'une génération. Il y L'épreuve des faits est souvent s'établir dans la vie adulte. La jeu-
a trente ans, il était une institution nesse est le moment où tous les
cruelle face à des rêves aussi purs.
fondatrice: le couple, soutenu par choix, tous les avenirs semblent en-
Ce qui produit ce paradoxe: le cou-
les familles, entrait dans la vie à core possibles. Reporter les enga-
ples se brisent parce qu'on demande
deux par cet événement très fort. gements, c'est, en quelque sorte,
trop au couple. Résultat: statisti-
Aujourd'hui, au contraire, la vie à rester jeunes plus longtemps.
quement, ce n'est pas seulement le
deux avance à petits pas, par un - Deux mariages sur trois sont aussi
nombre des mariages qui diminue
franchissement d'étapes succes- des mariages religieux. Cette pro-
mais aussi, plus largement, la vie à
sives. Au début, les deux partenaires portion vous paraît-elle importante?
deux.
ne souhaitent pas s'engager trop - Je ne sais pas si le terme mariage
vite, le seul lien est sentimental et Robe blanche religieux est très juste. Les couples
relationnel. C'est à cette phase que et bruit de cloches veulent avant tout un vrai mariage.
l'opposition au mariage est la plus Or, il est difficile d'imaginer un vrai
forte. - De moins en moins de mariages, mariage sans sa symbolique et son
Puis progressivement le couple de plus en plus de divorces, n'y a- décorum: la robe de mariée, le bruit
s'installe, matériellement et dans la t-il pas là une contradiction? des cloches sur les marches de
durée: il devient une vraie famille, - Le nombre de divorces augmente l'église. Toutefois, ce souhait repose
le désir d'enfants s'impose. Alors les moins rapidement aujourd'hui. En sur un héritage de religiosité qui
idées changent sur le mariage. effet, on se marie après une période demeure. Et, quand ils sont au cœur
- Existe-t-il des milieux plus réti- de vie à deux informelle, quand on de l'événement, les nouveaux con-
cents que d'autres au mariage? est sûr de vouloir s'engager, pour la joints sont souvent assez surpris de
- Les jeunes couples les plus oppo- vie. Il est vrai, toutefois, que l'on ressentir aussi fortement en eux la
sés au mariage se recrutent dans les continue à divorcer malgré cet cérémonie. Même s'ils ont décidé
milieux les plus diplômés. Ce sont eux engagement que l'on avait souhaité. de se marier religieusement par con-
qui ont inventé le nouveau mode Cela montre combien le couple mo- vention ou poussés par les familles,
d'entrée en couple à petits pas à par- derne est travaillé par une contra- ils ressentent alors une intensité
tir du milieu des années 60 et qui diction centrale: on veut le vivre pro- qu'ils souhaitaient secrètement. Car
continuent à porter ce modèle. Les fondément, mais pas à n'importe quel elle marque la force et la sincérité
défenseurs du mariage sont plus prix. La valeur déterminante, aujour- de leurs engagements.
diversifiés: les grandes familles, les d'hui, est l'individu. Le jour où il ne se Propos recueillis par G. N.

Enregistrez-vous et comparez avec la proposition du corrigé.


Écoutez-vous puis évaluez-vous (5: très satisfait, 3 : plutôt satisfait, 1 : pas du tout
satisfait) : expression; phonétique, rythme, prosodie; vocabulaire suffisamment riche,
précis et clair; correction grammaticale.
Stratégies communicatives pour l'entretien
L'amabilité, le sourire et le sens de l'humour sont les meilleures des stratégies. De même
que la politesse et la patience.
• Maintenir le contact:
- pour solliciter l'attention:
... n'est-ce pas? f Et vous, qu'en dites-vous? f Qu'en pensez-vous? f Quel est votre avis
sur la question? f Vous n'êtes pas d'accord? de mon avis?
- pour revenir sur un point oublié, introduire une anecdote ... :
À propos ..., à ce propos ... f (Tiens,) Au fait... f (D'ailleurs) ça me fait penser que ... , ça
me rappelle que ... f Si vous me permettez, j'aimerais (vous) dire que ...
• Gagner du temps pour réfléchir:
- au début d'une prise de parole:
Bon ... Eh bien ... Voilà ... f Euh ... C'est-à-dire que ... f Si j'ai bien compris ...
- au milieu d'une prise de parole:
Alors ... donc. .. f Cela dit. .. f Donc, pour nous résumer ...
• Manifester son ignorance:
Rien ne vous empêche d'avouer, l'air ennuyé mais compétent, votre ignorance momen-
tanée. Il faudra, toutefois, laisser entrevoir une possibilité de réponse ultérieure après
une demande de précision.
Je ne vois (vraiment) pas ... f Aucune idée, pas la moindre idée f (Je suis désolé, mais) ...
f pour le moment, pour l'instant, dans l'immédiat. ..
• Se rattraper, éclaircir un quiproquo:
Là encore, l'humour et la sincérité sont les meilleures solutions.
Permettez-moi de ... f Je voudrais préciser ce que je viens de dire pour éviter toute
équivoque, toute interprétation erronée f Mes paroles ont dépassé ma pensée f J'ai parlé
trop vite, sans réfléchir f Laissez-moi préciser mon idée, ma pensée, expliquer ma position
f Il me semble que je me suis mal exprimé(e), que je n'ai pas été suffisamment clair(e)
f Je ne voulais pas dire que ... mais que ... f Mon intention n'était pas de ... mais de ... f
Non, ce n'est pas du tout ce que je voulais dire ...
• Expliquer:
En fait, il s'agit de ... , En réalité ... , Dans la pratique ... f Ne vous méprenez pas sur
(cette attitude), c'est en fonction de ..., en raison de ..., à cause de .
Ceci peut s'expliquer par ... f Ceci se comprend si l'on considère que , si l'on tient compte
du fait que ...

Préparation à l'entretien - Compréhension - Expression


Cherchez dans la liste les énoncés qui servent à:
a. prendre la parole b. couper la parole c. conserver la parole
1. - Désolé (e) de vous interrompre, mais ...
2. - Attendez, attendez, je continue ...
3. - Si je puis me permettre ...
4. - Écoutez, il faut que je vous dise quelque chose.
S. - Ah oui, tiens justement, ça me rappelle que ...
6. - Bon d'accord, mais il faudrait préciser.
7. - J'ai une question à poser.
8. - Dites, monsieur (madame) X, je voulais vous demander une chose ...
9. - Permettez, je fInis ma phrase ...
10. - Je peux continuer?
11. - Je serai bref.
12. - Laissez-moi terminer, madame (monsieur)!
Préparation à l'entretien - Expression spontanée
Comme dans l'activité 353, choisissez un des dilemmes suivants.
1. Partir, revenir?
2. Votre pays, un pays étranger?
3. Moto, voiture?
4. L'eau, le feu?
5. Théâtre, cinéma?
6. Madonna, Marilyn ?
7. Le temps, l'argent?
Réagissez immédiatement et enregistrez-vous. Prenez votre temps: faites des pauses
de 2, 3 ou 5 secondes entre vos différents arguments.
Écoutez-vous. En combien de temps avez-vous répondu? Avez-vous justifié votre
choix? Vos arguments étaient-ils logiques, cohérents, vraisemblables, convaincants?
Les avez-vous illustrés d'exemples? Avez-vous évité les réponses vagues du genre
«ça dépend ... })?
Avez-vous utilisé des expressions telles que: d'une part, d'autre part; d'un côté, de l'autre;
non seulement ... mais aussi; par ailleurs... ?
Avez-vous fait des pauses entre les différentes «idées fortes}) ?Vous êtes-vous imaginé
en tant qu'auditeur? Les pauses ont justement pour objet de forcer l'attention de
l'auditeur, de l'obliger à attendre ce qui va suivre.

Activité bilan: exposé


Sujet: S'en sortir par l'école. (Maroc, mai 1996)
• Vous préparerez un exposé sur le thème proposé (temps de préparation: 1 h).
• Votre exposé (durée: 15 min environ) devra présenter une réflexion personnelle ordonnée.
Vous pouvez vous aider des textes joints et des réflexions qu'ils vous inspirent.
• Ensuite le jury vous posera des questions et s'entretiendra avec vous pour approfondir
certains points de votre exposé.
Durée de l'épreuve: 1 heure.
Textes en annexe:
«Les réussites improbables », entretien avec Smaïn Laacher, Caroline ReIfter, Le Monde de
l'éducation, novembre 1995.
«L'école, creuset de l'intégration», entretien avec Marceau Long, Stéphane Pair, Le Monde
de l'éducation, novembre 1995.
LES RÉUSSITES IMPROBABLES
Sociologue, chercheur à l'École des hautes études en sciences sociales, Smaïn Laacher a étudié les conditions et les limites
de la réussite scolaire des jeunes issus de l'immigration. Il pointe l'importance de l'histoire familiale et du rapport des
parents avec l'école.

« Une morale éducative - Ce n'est pas sur l'échec mais sur la Tous ces atouts, les parents n'ont pas
quotidienne de l'effort, réussite que vous avez axé vos travaux. forcément réussi à les faire fructifier ici
de la persévérance Comment des jeunes qui avaient peu de pour eux-mêmes, mais ils les mettent au
chances d'accéder à l'enseignement service de leurs enfants. Il ne s'agit pas
continuelle pour toujours
supérieur y sont-ils parvenus? Y a-t-il d'une « mobilisation» au sens où cela
grignoter des positions
un certain nombre de clés qui rendent impliquerait une intention tout entière
sur une pente ascendante.» compte de leurs trajectoires? orientée vers un projet. Et, objectivement,
« On parle souvent d'école et d'immi- - Malgré des histoires familiales fort dis- on ne peut pas demander à des familles
gration en termes de «problèmes», pro- semblables en pays d'émigration comme qui ne sont elles-mêmes pas passées par
blèmes d'échec et problèmes de com- en terre d'immigration, j'ai retrouvé plu- l'école, ou du moins pas par celle-là, et
munication, entre autres. Comment les sieurs caractéristiques communes à qui souvent, en outre, ne parlent pas le
analysez-vous? toutes les biographies recueillies auprès français, d'avoir des intentions scolaires.
- Avant la décennie 70, l'immigration ne d'étudiants maghrébins en IUT', grandes Non, le rapport à l'école de ces parents
posait pas problème à la société française écoles ou facultés. C'est d'abord l'exis- me semble plutôt être fait d'une intelli-
parce qu'il y avait du travail et pas beau- tence de grands-parents « originaux» gence pratique que l'on pourrait quali-
coup d'enfants. C'était une immigration ou «marginaux»: commerçants, petits fier de capacité à adopter une attitude
majoritairement masculine, et que ces propriétaires ou salariés, ce sont des conforme, et leur meilleure intervention,
hommes seuls ne soient pas intégrés dans gens sachant lire et écrire l'arabe et par- la plus efficace, ne porte pas sur l'école
l'espace public ne constituait pas fran- fois même le français. Il y a aussi un mais sur les conditions périphériques
chement une préoccupation fondamen- nombre élevé de diplômés parmi les d'une bonne scolarité.
tale des Français. C'est en devenant des oncles, tantes, cousins, résidant le plus De fait, il ne faut pas se leurrer2: devant
géniteurs que les travailleurs ont généré souvent dans le pays d'origine. Ces l'école, ces familles-là sont aussi dému-
des difficultés. En venant au monde, leurs « héros de la réussite », personnages nies que les autres. C'est une espèce de
enfants ont fait advenir « la famille immi- réels ou appartenant à la mythologie division du travail qui s'instaure: la réus-
grée» qui, avec ses besoins en matière familiale, ont indiscutablement servi site scolaire, c'est l'affaire de l'institu-
de logement, de santé, d'école, etc., ne d'horizon et de point de comparaison tion, pas des parents. Et l'institution, c'est
pouvait plus laisser indifférente la com- aux jeunes que j'ai rencontrés. On relève bien sûr quelque chose d'abstrait, mais
munauté nationale. Ces parents, qui également une corrélation étroite entre c'est des mains qui se tendent. Les étu-
n'avaient pas connu eux-mêmes l'école, l'emploi de leur père et le rapport de diants rencontrés onttous évoqué le rôle
travaillaient et n'avaient d'autre préten- leurs parents avec l'école: les pères de fondamental qu'ont eu, à partir du col-
tion que d'avoir des enfants qui «fassent ces étudiants ne sont devenus ce qu'ils lège et pour le reste de leur scolarité,
honneur». C'est l'école, avec le champ sont aujourd'hui - polisseur, ouvrier qua- des enseignants qui ont été pour eux de
des possibles qu'elle a ouvert, qui a sus- lifié, magasinier, artisan bijoutier, maçon- véritables substituts du père.
cité chez eux de grandes espérances. Les plâtrier, électromécanicien - que parce - Comment fonctionne l'idée du retour
Maghrébins appartiennent à une civili- qu'ils ont eux-mêmes suivi des cours chez les Maghrébins?
sation du livre et de l'écrit: ils ont de plus d'alphabétisation et cherché à progres- - C'est un leurre. Une hypocrisie struc-
toujours côtoyé une société qui valorisait ser dans leur métier. On conçoit donc turale (tout le monde sait et personne
au plus haut point l'école. La colonisation aisément que cela les ait prédisposés à ne dit rienl. Mais croire au retour, c'est
leur a notamment appris qu'avoir du une plus grande compréhension des une manière de pouvoir continuer à vivre
savoir, c'est avoir du pouvoir, du respect, normes scolaires et surtout incités à et à lutter contre l'adversité, ça permet
des possibilités de mobilité sociale. En croire en l'incontournable nécessité de de durer et d'endurer. Mais on y croit
termes d'immigration, les enfants vont à l'école. Enfin, outre des « stratégies» seulement quand il n'y a pas d'enfants.
l'école. Tout est permis en théorie. Mais résidentielles particulières (on cherche Après, ça devient une formidable ma-
les résultats obtenus ne se sont pas mon- à habiter dans des lieux à forte densité chine à parler avec eux. l:important n'est
trés à la hauteur des attentes parce que de ... Français), les familles des étu- plus le retour, c'est la conversation qui
les enfants sont arrivés à un mauvais diants interviewés se caractérisent par a pour but de constituer un ordre fami-
moment: celui d'une longue période de une morale au sens fort du terme. lial et une mémoire commune, de liqui-
chômage. Au-delà du fait de vouloir le bien pour ses der le passé et aussi de se mobiliser sur
Cependant il convient de relativiser la enfants - et en particulier un bien qui l'école parce qu'on sait bien que c'est
prétendue spécificité de l'échec scolaire passe par l'instruction -, c'est cette mo- ici que la partie se déroule et nulle part
des enfants d'immigrés: ce sont d'abord rale éducative quotidienne de l'effort, de ailleurs. »
des enfants issus de catégories sociales la persévérance continuelle pour toujours Propos recueillis par Caroline Helfter.
défavorisées et ils doivent, en outre, vivre grignoter des positions sur une pente Le Monde de l'éducation, novembre 1995
sur un mode accéléré une familiarisation ascendante, qui tient tout le monde
avec l'institution scolaire pour laquelle debout et offre du même coup aux enfants
les familles populaires françaises ont dis- la possibilité d'être disponibles pour 1. IUT: Institut universitaire de technologie.
posé de deux à trois générations. l'école. 2. Se leurrer: se tromper, se faire des illusions.
UN ENTRETIEN AVEC MARCEAU LONG
L'ÉCOLE,CREUSET' DE I:lNTÉGRATION
Président du Haut-Conseil à l'intégration, Marceau Long estime que si l'école demeure le grand vecteur
de l'intégration des populations d'origine étrangère, le chômage massif rend celle-ci plus difficile.

({la culture d'origine peut être le point - Pourtant les origines culturelles sont souvent
de départ d'une intégration réussie.» avancées comme une difficulté supplémentaire,
ne serait-ce que par l'environnement familial où
« L'existence du Haut-Conseil à l'intégration (HCI) l'on ne parle pas toujours le français.
traduit-elle une volonté politique de repenser - Cela peut effectivement poser problème, mais je crois
notre modèle d'intégration? profondément que l'école reste un des grands, le pre-
- La création du HCI date de 1990. À cette époque, mier peut-être, creuset d'intégration. Sur un plan plus
il y a eu dans les milieux politiques et parlementaires général, nous pensons aussi que la culture d'origine
une prise de conscience aiguë du fait que l'immigra- peut être le point de départ d'une intégration réussie et,
tion avait changé. À l'immigration de «travail» s'était à ce titre, il nous paraît tout à fait normal que les regrou-
de plus en plus substituée une immigration de «rap- pements culturels se produisent comme, historiquement,
prochement des familles », devenue de ce fait beaucoup ils se sont d'ailleurs toujours produits.
plus visible, notamment avec la scolarisation des enfants.
- Pensez-vous que la réussite scolaire et l'inser-
Il a donc fallu sérieusement réfléchir aux conditions
tion professionnelle, autrement dit l'intégration
dans lesquelles l'intégration sous cette nouvelle forme
sociale, soient les seuls synonymes d'une inté-
pourrait s'effectuer. Tel est l'objet du travail du Haut-
gration achevée?
Conseil créé par Michel Rocard et composé de membres
- Précisons tout d'abord que la réussite sociale n'est
aux sensibilités politiques différentes.
pas toujours une réussite scolaire. Nous avons par
- Quels sont, en matière d'éducation, les critères exemple remarqué au HCI que l'on trouve parmi les
qui vous permettent d'apprécier la réalité de immigrés un pourcentage plus fort de créateurs d'en-
l'intégration? treprises que dans les autres catégories, sans que cela
- Nous avons dégagé un certain nombre d'« indica- soit toujours le résultat de la réussite scolaire des indi-
teurs », parmi lesquels figurent évidemment les cur- vidus. Cela dit, il est certain que l'insertion sociale faci-
sus scolaires ainsi que le nombre et la nature des lite l'intégration. Pour chacun, le travail est source d'un
diplômes obtenus. La difficulté sérieuse réside dans sentiment d'utilité sociale et de prestige à l'égard de sa
la complexité de la comparaison des données entre famille Tout cela est mis en cause sans accès à l'em-
enfants immigrés et enfants français de souche selon ploi. Ce n'est pas l'unique clé du problème, mais il faut
les milieux socioprofessionnels. Finalement, nous avons avouer que lorsque l'on se trouve confronté à une pé-
conclu que la réussite scolaire est, dans l'ensemble, riode de chômage, l'intégration est plus compliquée.»
du même niveau. Notre dernier rapport confirme cette
Propos recueillis par
conclusion: à conditions égales, il n'y a pas globale-
Caroline Helfter.
ment de «handicaps» de réussite des enfants immigrés.
L'enquête récente de l'INED2 fait cependant apparaître 1. Un creuset d'intégration: ici, un outil de ...
une moindre réussite pour les enfants d'origine algé- 2. Cf. Michèle Tribalat: Faire France. Une enquête sur les
rienne ou portugaise. immigrés et leurs enfants. La Découverte, 1995,232 p., 110F.

Activité bilan: entretien


Sujet: S'en sortir par l'école. (Maroc, mai 1996)
/'/
2. La réussite sociale est-elle toujours imputable à la réussite scolaire?
Quels sont les critères d'une véritable intégration sociale?
3. Comment, à votre avis, la culture d'origine peut-elle être le point de
départ d'une intégration réussie?
Suggestions de réponses

1. Les obstacles:
- enfants issus de catégories sociales défavorisées
- parents non scolarisés
- milieu familial non francophone
- chômage des diplômés.
2. La réussite scolaire n'est qu'un élément entre autres dans la réussite
sociale. Les critères de l'intégration sociale:
- la scolarisation
- la nature des diplômes
-le travail
-la création d'une entreprise
3. Point de vue justifié et illustré par des exemples.

À partir de la fiche de l'examinateur, répondez aux questions en utilisant les suggestions


de questions du guide d'entretien et enregistrez-vous. Écoutez-vous. Contrôlez vos
réponses, le rythme et la prononciation. Évaluez-vous en fonction de la grille de notation
suivante:

• Adéquation de l'exposé au thème proposé 2


1 • Capacité à poser et introduire le débat

• Pertinence des informations retenues


• Capacité à mobiliser les connaissances fondamentales
dans la spécialité choisie 4
• Capacité à présenter des points de vue, à argumenter, à nuancer
• Capacité à illustrer sa réflexion d'exemples pertinents

• Clarté et cohérence de la production


- présentation hiérarchisée des informations et des idées
- mise en valeur des points forts et des articulations essentielles 4
- capacité à conclure

• Capacité à réagir aux sollicitations de l'interlocuteur


• Capacité à:
- apporter des précisions, rectifier, compléter
- défendre ou nuancer sa position
- relancer ou élargir le débat

• Compétence linguistique:
- phonétique, prosodie, fluidité
- morphosyntaxe
• Degré d'élaboration du discours:
1 - richesse du lexique

! - élaboration des phrases


1 aptitude à varierl'expression
-

TOTAL ÉPREUVES ORALES: 120


Domaine de spécialité 2 :
Sciences économiques (activités 384 à 399)
Plutôt que de commencer directement par les activités qui suivent, faites d'abord les
activités préliminaires 351 à 362, puis celles concernant le domaine de spécialisation
1 : Lettres, sciences humaines et sociales, activités 363 à 383.

I~~------------------------------
V
1
1. L'exposé
!
• Vous disposez d'une heure pour préparer cet exposé.
• Pendant la préparation, vous devez:
- bien comprendre le sujet pour bien délimiter votre exposé;
1 - réunir le maximum d'idées sur le sujet;
- organiser ces idées selon un plan logique;
- préparer l'introduction;
1 - préparer la conclusion.

~g4 Comprendre le sujet


Lisez attentivement les questions posées pour bien délimiter le sujet. Si vous disposez
de documents, lisez-les rapidement en cherchant à identifier les problèmes posés et
les éléments spécifiquement français ou francophones que ces matériaux présentent.
Contentez-vous de repérer les idées principales, quelques chiffres ou exemples qui
vous paraissent intéressants. L'utilisation d'un dictionnaire unilingue est quelquefois
autorisée, alors profitez-en pour mieux comprendre l'intitulé du sujet.
Choisissez un des sujets suivants puis cherchez dans le dictionnaire la définition des
mots soulignés.
a. VOusdirez si, à votre avis, la modicité de l'impôt peut stimuler l'économie. (Espagne,février 1996)
b. Les perturbations dans les transports et leur impact sur la vie économique et sociale.
c. Dans quelle(s) mesure(s) les sciences économiques peuvent-elles revendiquer un statut scientifique?
(Espagne, février 1995)
Récrivez le sujet en substituant ces mots par leur définition.

cr1
Rechercher des idées et les organiser (activités 385 à 388)
Faites toutes les activités puis reportez-vous au corrigé pour vérifier vos réponses.

Réunir des idées


Il serait imprudent de compter uniquement sur votre inspiration pour nourrir le
développement de votre exposé durant votre intervention. Pendant la préparation,
inscrivez sur un brouillon les idées vous venant à l'esprit, puis organisez-les en colonnes.
Par exemple: sur une colonne, les idées et, parallèlement, ce qui permet d'illustrer ces
idées (pourcentages, exemples, courtes anecdotes ... ).
Sujet: I.;informatique et la télématique ont favorisé l'apparition du télétravail et les bureaux virtuels
ont tendance à se développer rapidement. VOusferez un exposé sur les nouveaux types de relations
entre les entreprises et leurs employés, vous en envisagerez les avantages et les inconvénients et
vous nous ferez part de vos conclusions quant à l'impact de cette nouvelle modalité de travail sur
la société.
Notez vos idées dans une colonne et les illustrations orales correspondantes dans
une autre.
38>6 Classer les éléments
À partir de vos réflexions sur le sujet de l'activité 385, classez dans une colonne les
avantages et dans l'autre les inconvénients du télétravail.

387 Enrichir le matériau initial


À partir de votre réflexion sur le sujet de l'activité 385, cherchez à:
- préciser en approfondissant l'analyse d'un argument en fonction des questions simples
suivantes: quoi? comment? où? pourquoi? ;
- illustrer à l'aide d'exemples diversifiés;
- comparer les deux modalités: télétravail et travail traditionnel;
- diversifier les approches: point de vue intellectuel, économique, artistique, moral, social,
politique, technique, scientifique, psychologique, familial, collectif, individuel, quantitatif,
qualitatif... ;
- contredire: cet argument est-il absurde? Pourquoi?

'388 Organiser les idées


TI est important maintenant de mettre un peu d'ordre.
À partir du sujet de l'activité 385, classez les avantages et les inconvénients que vous
avez trouvés en fonction: du travailleur, de l'employeur et de la société.

Commencer une réflexion


Observez ce début de texte.
«Est flexible ce qui plie aisément », indique le Petit Larousse, avant de donner comme exemple:
l'horaire flexible, et de souligner l'admirable flexibilité du roseau. Seulement voilà, il se
trouve que <d'homme roseau pensant» ne se plie pas facilement aux nouvelles conditions
de l'emploi [... ]. (< Tuyau flexible»,Ivan Levaï, rubrique « Tribune de la Presse »,La Tribune,
3 décembre 1996.)
Comment démarre-t-il? Quels commentaires pouvez-vous faire? Quel est le thème
traité? Sur quel ton?

Situer l'objet d'une réflexion


En général, une introduction indique le contexte et le thème dont il est question ainsi
qu'une présentation de l'intervention.
Retrouvez ces différentes parties dans ce début de texte.
Un nouveau chantier se dessine pour l'Europe avec l'élargissement de l'Union aux pays
d'Europe centrale et orientale. Préalable aux négociations d'adhésion, les Quinze devront
mener à bien la réforme du traité de Maastricht, tâche confiée à la conférence inter-
gouvernementale (eIG) qui doit s'achever en juin à Amsterdam. À l'aube de ces nouvelles
échéances, la Revue d'études comparatives Est-Ouest a choisi de rendre compte, à partir
d'exemples précis, du regard que portent les acteurs eux-mêmes sur les enjeux de la
négociation à venir. «< L'élargissement à l'Est de l'Union européenne », rubrique «Enjeux »,
Le Monde, 1er avril 1997.)
À votre tour, préparez une introduction pour le sujet d'exposé suivant.
l}élargissement à l'Est de l'Union européenne.

Poser un problème
Sujet: Le libre-échange, les quotas et la politique agricole commune.
Présentez le sujet comme s'il s'agissait du thème d'un débat télévisé.
Imaginez les intervenants, chacun ayant un point de vue différent sur la question,
et le public: profane, spécialiste, passionné, indifférent ou sceptique ...
Comparez avec le corrigé .

..~ •..~ •.2:. Commencer un exposé


Sujet: La monnaie unique: quels enjeux pour l'Europe?
Présentez le sujet comme s'il s'agissait du thème d'un débat télévisé.
Imaginez les intervenants, chacun ayant un point de vue différent sur la question,
et le public: profane, spécialiste, passionné, indifférent ou sceptique ...
Enregistrez-vous et comparez avec la proposition du corrigé.
Écoutez-vous puis évaluez-vous (5 : très satisfait, 3 : plutôt satisfait, 1: pas du tout
satisfait) : expression; phonétique, rythme, prosodie; vocabulaire suffisamment riche,
précis et clair; correction grammaticale.

0------------------------
! Préparer un guide d'exposé (activités 393 à 395)

~.93 Choisir un type de plan


Parmi les types de plans proposés p. 183,choisissez-en un qui convienne au sujet suivant.
Transports et flux tendus. T70usferez un exposé sur l'importance des transports et leur impact sur
la vie économique et sociale.

Organiser le plan-idées
À partir du plan-schéma, vous pouvez faire un plan-idées en faisant correspondre à
, ! chaque partie des idées et des exemples.
l '

Schématisez sur une page le plan-idées correspondant au sujet ci-après en indiquant:


-les étapes (titre et sous-titres,très lisibles);
- les idées principales et les exemples (en quelques mots).
Sujet: Dans quelle(s) mesure(s) les sciences économiques peuvent-elles revendiquer un statut scientifique?
(Espagne, février 1995).

Organiser le guide de l'exposé


Schématisez sur une page le plan-idées correspondant au sujet suivant.
Sujet: La monnaie unique: quels enjeux pour l'Europe?
Complétez les étapes et les idées principales en indiquant:
-les mots de liaison pour passer d'une idée à l'autre (d'une part, d'autre part, de même,
or, malgré, et, cependant... ) ;
-les informations que vous risquez de ne pas retrouver durant l'exposé faute de temps ou
à cause du trac (les noms propres, les chiffres... ).
Terminer - La conclusion (activités 396 à 398)
Pendant la préparation, prenez le temps de rédiger votre conclusion en une ou deux
phrases complètes.
- Résumez ce que vous venez d'exposer, mais évitez les formules répétitives du genre:
«comme je l'ai dit avant».
- Exprimez votre opinion mais évitez de vous contredire.
- Amorcez un débat plus large.

:3:96 Conclure une réflexion


Observez cette fin de texte.
« I:Europe sera sociale ou ne sera pas », précisait M. Mitterrand. Gouvernement et patronat
[... ] ont commencé à apporter leur réponse. Rien n'interdit aux citoyens d'en forger une autre.
(<Feu sur l'État providence>},Christian de Brie, Le Monde diplomatique, janvier 1994.)
Comment termine-t-elle? Sur quel ton?
Quels commentaires pouvez-vous faire?

Terminer une intervention


Sujet: Repenser le travail? D'accord) mais comment? Changer) partager) reconstruire?
Observez cette fin de texte.
TI faut un débat très clair avec les classes moyennes supérieures (les « cadres >}): que voulez-
vous? Plus de fric sur votre compte en banque ... ou des emplois pour vos enfants dans
une société pacifiée? [... ] (<Partager les emplois ne suffit pas, il faut en inventer d'autres >},
Alain Lipietz, Libération, 4 avril 1997.)
Quel est le procédé utilisé pour terminer? Quel est le ton utilisé?
Quels commentaires pouvez-vous faire?

Conclure un exposé
Proposez une conclusion pour le sujet suivant.
Sujet: I:Union européenne et le marché mondial. Le libre-échange) les quotas et la politique
agricole commune.
N'hésitez pas à prendre position. C'est justement au moment de la conclusion que
vous pouvez le faire en toute liberté.
Enregistrez-vous et comparez avec la proposition du corrigé.
Écoutez-vous puis évaluez-vous (5: très satisfait, 3: plutôt satisfait, 1 : pas du tout
satisfait) : expression; phonétique, rythme, prosodie; vocabulaire suffisamment riche,
précis et clair; correction grammaticale.

? 2. Exemple d'épreuve: exposé

Activité bilan: exposé


Sujet: Dans quelle(s) mesure(s) les sciences économiques peuvent-elles revendiquer un statut scientifique?
(Espagne, février 1995)
Texte en annexe: « Le prix Nobel de sciences économiques. Orthodoxie garantie >}, Christian
Schmidt, Le Monde, Il octobre 1994.
LE PRIX NOBEL DE SCIENCES ÉCONOMIQUES

ORTHODOXIE GARANTIE
Le prix Nobel de sciences économiques pour observées a rapproché les méthodes d'investiga-
1994doit être décerné cette semaine. Qui l'a reçu tion de la science économique des standards des
jusqu'ici? Massivement attribué à des Américains, sciences de la nature.
ce prix, le plus «jeune ii des Nobel (vingt-cinq ans), Un regard sur le contenu des grandes revues de
a moins récompensé des découvertes que des sciences économiques montre clairement que les
champs de recherche, plutôt couronné des valeurs économistes mathématiciens, très vite distingués
par le jury de Stockholm, ne sont plus aujourd'hui
sûres que des innovations - ou seulement quand
1 minoritaires dans la profession. En relation avec ces
celles-ci avaient été reconnues par le milieu scien-
changements, le milieu de la recherche s'estorga-
tifique. En cela, il obéit aux mêmes règles impli-
nisé autour de centres et laboratoires dotés sou-
cites que dans les autres disciplines (physique,
vent de moyens de calcul présentant des affinités
chimie, médecine, voire littérature). croissantes avec ceux des sciences dures.
Le dernier champ de recherche consacré par 1
Ce phénomène a commencé aux États-Unis
le Nobel, en 1993, a été l'histoire économique et immédiatement après la Seconde Guerre mon-
plus précisément la ii nouvelle histoire écono- diale. Rien d'étonnant dans ces conditions que les
mique» créé par Robert Fogel et Douglas North. deux derniers des trente-quatre prix Nobel attri-
Ce dernier, dans l'entretien qu'il a accordé au bués à ce jour aient récompensé des chercheurs
Monde, met en évidence le rôle des institutions américains. La prise de conscience de l'utilité
politiques et des technologies dans la croissance, sociale des travaux des économistes n'est peut-
ainsi que la montée des coûts des transaction de être pas étrangère non plus à la décision de
l'économie. De ces « coûts de transaction», un l'Académie des sciences suédoise de créer un
autre grand économiste, réputé « nobélisable», prix Nobel de sciences économiques. Dans les
Oliver Williamson, présente une version différente, attendus qui accompagnent chacun des prix, le
jury insiste souvent sur le caractère novateur des
qui explique les relations entre les firmes.
recherches du lauréat ayant donné lieu à des
'est en 1969 que fut décerné le premier prix applications directes dans différents domaines de
C Nobel de « sciences économiques institué en
mémoire d'Alfred Nobel». L'idée d'une relation
l'action économique.
Quelles qu'aient pu être les raisons véritables
entre la science économique et cette prestigieuse qui ont présidé à son institution, le prix Nobel de
récompense est cependant beaucoup plus sciences économiques fête cette année ses vingt-
ancienne. Dès 1907, Léon Walras écrivait un bref cinq ans. La liste des économistes récompensés
mémoire pour présenter sa candidature au prix offre un échantillon dont on peut tirer directement,
Nobel de la paix qui existait depuis 1901. Aux yeux ou par défaut, quelques enseignements sur les voies
de Walras, la science économique, qu'il estimait de recherches empruntées par la science écono-
incarner, méritait une reconnaissance internatio- mique. Cette réflexion conduit dans un deuxième
nale; reconnaissance qu'un prix attribué par la temps à se demander quelle est l'incidence de cette
Fondation Nobel devait pouvait lui apporter. institution sur jes conditions concrètes dans les-
À l'époque, même Walras n'envisageait pas que quelles s'effectuent ces recherches.
cette science nouvelle pût déjà prendre sa place Une première classification se dégage du pal-
aux côtés de la physique, de la chimie, de la physio- marès. Elle correspond à quatre types de lauréats.
logie et de la médecine. 1\ soutenait seulement De grandes personnalités généralistes dont les
qu'elle contribuait à la paix entre les hommes par contributions traduisent un vaste spectre d'inté-
ses enseignements. En ce début du siècle la majo- rêts: on pense tout naturellement à Paul Samuelson
rité des esprits scientifiques n'étaient pas prêts à (1970), à Kenneth Arrow et John Hicks (1972) et à
le suivre, même sur ce terrain, et Walras n'obtint Maurice Allais (1988). Des innovateurs récompen-
pas le prix Nobel de la paix. sés pour un apport très spécifique: Wassily Leontief
Un peu plus de soixante ans plus tard, la science et sa méthode « input/output» (1973), Herbert Simon
économique fit son entrée par la grande porte dans et sa rationalité limitée (1978), Franco Modigliani et
le club fermé des disciplines scientifiques consa- sa théorie du cycle de vie de l'épargne (1985),
crées par un prix Nobel. Cette évolution s'explique Ronald Coase et son analyse des coûts de tran-
d'abord par les transformations intervenues durant saction (1991). Des chefs de file ou initiateurs d'une
cette période dans ce que Walras appelait encore école de pensée comme Fredrich Hayek et la tra-
au début du siècle l' « économie politique ii. La com- dition autrichienne (1974), Milton Friedmann et le
binaison d'un recours a ccru à la formalisation monétarisme (1976),James Buchanan et l'école du
mathématique dans l'énoncé des hypothèses et « public choice» (1986), Gary Becker et l'approche
la formulation des résultats avec un affinement micro économique des comportements sociaux
continu dans le traitement statistique des données (1992). Enfin des chercheurs représentatifs
l~ d'un domaine particulier de l'analyse écono- matière d'observation et de prévision. Cette ins-
mique, ainsi Ragnar Fr"lsch(1969)et Lawrence Klein titution localisée à Cambridge \Massachusetts)
(1980) pour l'économétrie, Richard Stone (1984) pour a accueilli notamment Simon Kuznets (1971) et
la comptabilité nationale, Harry Markowitz, Merton George Stigler (1982)2, Ainsi un réseau de
Miller et William Sharpe (1990) pour la théorie finan- recherche aux imbrications multiples s'est tissé
cière, Robert Fogd et Douglass North (1993) pour aux États-Unis, accueillant non seulement des
l'histoire quantitative. chercheurs américains mais aussi des Européens
et des Japonais. Si les idées demeurent le fait des
Généralistes. Les grands généralistes sont de plus
individus, les progrès de la recherche économique
en plus rares. Beaucoup des personnalités vivantes
sont inséparables depuis la Seconde Guerre mon-
ont déjà été récompensées et l'évolution de la dis-
diale de l'organisation du milieu en réseaux.
cipline économique dans le sens de la complexité
Une autre particularité des décisions du comité
et d'un certain éclatement rend aujourd'hui diffi-
du prix Nobel réside dans son apparente indiffé-
cile la maîtrise de l'ensemble du domaine par une
rence à la chronologie. En 1974, Hayek se voit attri-
seule personne. On constate également que les
buer le prix avec Gunnar Myrdal pour ses travaux
derniers économistes récompensés appartiennent
relatifs à la théorie monétaire et à la théorie des
de plus en plus souvent à la quatrième catégorie.
conjonctures qui datent d'avant la guerre. Maurice
Cela s'explique aussi par la dynamique de la
Allais a dû attendre 1988 pour que ses recherches
recherche en sciences économiques. Si les résul-
menées pendant la guerre fussent récompensées.
tats originaux de très grande portée n'ont pas été
Quant à Ronald H. Coase, c'est seulement en 1991
très nombreux sur une période qui ne couvre que
que le jury de Stockholm rendit hommage à son
vingt-cinq ans, on a assisté, en revanche, à l'appa-
fameux article de 1937 sur la nature des firmes3.
rition ou au développement de nouveaux champs
Ces délais peuvent paraître considérables. Ils
de recherches que l'Académie suédoise a voulu
ne signifient pas cependant que le comité du prix
saluer. Cette tendance devrait se poursuivre, tant
Nobel de sciences économiques statue hors du
il reste de domaines où la recherche apparaîttrès
temps. Mais ces décalages rappellent opportu-
féconde qui n'ont pas encore connu cet honneur.
nément que certaines idées qui n'ont pas retenu
On songe, entre autres, à la théorie des jeux, à
l'attention des contemporains au moment où elles
l'économie expérimentale et aux travaux sur la
étaient diffusées peuvent être à l'origine, parfois
santé et l'environnement.
très longtemps après leur publication, d'un cou-
Un second enseignement se dégage de la liste
rant de recherche actif très fécond: la recon-
des trente-quatre prix Nobel qui ont été attribués.
naissance, en quelque sorte, de l'utilité d'une
Rappelons que ce ne sont ni les œuvres ni les
mémoire collective suffisamment longue à laquelle
hommes qui sont récompensés, mais les travaux
onttoujours été attachés les historiens de la pen-
délimités avec précision dans les attendus de
sée économique.
chaque prix. Ces travaux émanent très souvent
d'équipes, où tout au moins de centres intellec- Oubliés. Une réflexion sur les oubliés du jury de
tuels clairement identifiés. Six prix Nobel ont effec- Stockholm est également nécessaire pour com-
tué leur recherche à l'université de Chicago, quatre prendre l'évolution de ce milieu. On peut en trou-
au MIT (Massachusetts lnstitute of Technology). ver des exemples dans chacune des catégories
D'autres institutions américaines ont joué un qui ont été distinguées. Boulding, qui est mort l'an-
rôle essentiel. La Fondation Cowles, créée en 1932 née dernière, fut à sa façon un grand généraliste
par l'industriel Alfred Cowles dans le Colorado, à l'imagination toujours en éveil. Shackle, décédé
fixée en 1939 à Chicago, où elle resta jusqu'en 1955 peu de temps avant, laisse une contribution ori-
avant de s'établir à New Haven dans l'environ- ginale à l'analyse de la décision en incertitude
nement de l'université de Yale 1. Cet établissement avec son concept de « surprise potentielle ». On
fut l'un des principaux creusets de l'économie chercherait en vain les noms de Joan Robinson,
mathématique et de l'économétrie. Dix des prix Piero Sraffa et Nicholas Kaldor parmi les lauréats.
Nobel y ont travaillé plus ou moins directement. Aucun des représentants de la célèbre école de
Parmi eux, en particulier, Arrow (1951), Tjaliing Cambridge d'après guerre n'a retenu l'attention de
Koopmans (1975) et Gérard Debreu (1983), qui don- l'Académie suédoise.
nèrent leur essor à la recherche mathématique On se souvient pourtant de leur contribution
en économie, mais aussi Lawrence Klein (1980), critique aux théories traditionnelles du capital et
Jarnes Tobin (1981) et Robert Solow (1987), à qui des prix. De même, à l'exception peut-être de
la macroéconomie doit en partie ses lettres de Myrdal, le courant institutionnaliste n'a jamais été
noblesse scientifiques. récompensé. Tous ces absents ont un point en
Il ne faut pas oublier non plus l'importance du commun, leurs travaux s'inscrivaient dans une
National Bureau of Economic Research (NBER), perspective hétérodoxe et prenaient pour point de
où ont été conduits certains des travaux empi- départ la critique d'une approche majoritairement
riques qui font aujourd'hui figure de pionniers en acceptée par la communauté scientifique. ;,'
Ainsi se dessinent les différentes dimensions à reconnaître les innovations lorsqu'elles sont déjà
du rôle joué par l'institution de ce prix Nobel dans éprouvées par le milieu scientifique que de cher-
la recherche en sciences économiques. Il a sans cher à anticiper cette reconnaissance.
conteste favorisé l'organisation du milieu en sti-
CHRISTIAN SCHMIDT,
mulant la compétition entre les individus et entre professeur à l'université Paris-Dauphine.
les équipes. Ce faisant, il a ouvert également le
champ à la mise en œuvre de stratégies scienti-
1. Cowles Fiftieth Anniversary, New Haven, Cowles
fiques personnelles. Tout ceci rapproche aujour-
Foundation, 7982.
d'hui le monde de la recherche économique de 2. National Bureau of Economie Raseareh, Publications
celui de la physique, de la chimie ou de la phy- 1921-1990, Cambridge, 7990.
siologie. Mais il apparaît aussi le gardien d'une 3. R. H. Coase, « The Nature of the Firms», Economica,
certaine orthodoxie, plus enclin, jusqu'à présent, 4,7987.

Mettez-vous dans les conditions de l'examen:


- Vous avez une heure pour préparer votre exposé.
- Lisez attentivement le sujet.
- N'oubliez pas de consulter le dictionnaire, si vous y avez droit, et utilisez-le pour bien défInir
les mots clés du sujet.
- Faites une recherche d'idées et d'exemples les illustrant.
- Ordonnez ces éléments en un plan cohérent.
- Préparez l'introduction.
- Préparez la conclusion.
Attention! Le texte en annexe dont il ne faut pas faire un résumé vous est donné à titre
informatif.
- Faites votre exposé en vous enregistrant.
- Écoutez-vous et évaluez-vous en fonction de la grille de notation suivante:

•. Forme: organisation formelle.


Chuté du plan.
-Contenu: enchaînement des idées.
Progression de la réflexion.

- Capacité à répondre précisément


aux questions de l'interlocuteur,
sans digressions :nidétails superflus.
Domaine de spécialité 3 :
Sciencesjuridiques (activités 400 à 416)
Avant de commencer les activités qui suivent, nous vous conseillons de faire d'abord les
activités préliminaires 351 à 362, puis celles concernant le domaine de spécialisation 1 :
Lettres, sciences humaines et sociales, activités 363 à 383.

Cf 1. L'exposé
• Vous disposez d'une heure pour préparer cet exposé.
• Pendant la préparation, vous devez:
- bien comprendre le sujet pour bien délimiter votre exposé;
- réunir le maximum d'idées sur le sujet;
- organiser ces idées selon un plan logique;
- préparer l'introduction;
- préparer la conclusion.

4ii Comprendre le sujet


Lisez attentivement les questions posées pour bien délimiter le sujet. Si vous disposez
de documents, lisez-les rapidement en cherchant à identifier les problèmes posés et
les éléments spécifiques à la culture française ou francophone que ces matériaux
présentent. Contentez-vous de repérer les idées principales, quelques chiffres ou
exemples qui vous paraissent intéressants. L'utilisation d'un dictionnaire unilingue
est quelquefois autorisée, alors profitez-en pour mieux comprendre l'intitulé du sujet.
Choisissez un des sujets suivants puis cherchez dans le dictionnaire la défmition des
mots soulignés:
a. UJus direz si la justice est armée pour lutter contre la fraude fiscale ou la délinquance économique
et financière. (Espagne, juin 1996)
b. Pourquoi les génocides restent-ils impunis?
c. Dans quelle(s) mesure(s) le droit peut-il revendiquer un statut scientifique?
Récrivez le sujet en substituant ces mots par leur définition.

Rechercher des idées et les organiser (activités 401 à 404)


Faites toutes cesactivités les unes après les autres. Il n'y a pas de corrigé spécifique, mais
vous pouvez vous reporter à celui de l'activité 409.

Réunir des idées


Il serait imprudent de compter uniquement sur votre inspiration pour nourrir le
développement de votre exposé durant votre intervention. Pendant la préparation,
inscrivez sur un brouillon les idées vous venant à l'esprit, puis organisez-les en colonnes.
Par exemple: sur une colonne, les idées et, parallèlement, les exemples permettant
d'illustrer ces idées.
Sujet: Le jury populaire, une participation de la société aux affaires de la justice? Après avoir fait
un tour d'horizon sur cette institution, vous donnerez votre point de vue sur la question.
Classez vos idées dans une colonne et des exemples illustrant ces idées dans une autre.

Classer les éléments


À partir de vos réflexions sur le sujet de l'activité 401, classez dans une colonne les
avantages et dans l'autre les inconvénients du jury populaire.
Enrichir le matériau initial
À partir de votre réflexion sur le sujet de l'activité 401, cherchez à:
- préciser en approfondissant l'analyse d'un argument en fonction des questions simples
suivantes: quoi? comment? où? pourquoi? ;
- illustrer à l'aide d'exemples diversifiés;
- comparer les différentes modalités: jury professionnalisé, jury populaire, jury mixte;
- diversifier les approches: point de vue intellectuel, économique, artistique, moral, social,
politique, technique, scientifique, psychologique, familial, collectif, individuel, quantitatif,
qualitatif. .. ;
- contredire: cet argument est-il absurde? Pourquoi?

404 Organiser les idées


il est important maintenant de mettre un peu d'ordre.
À partir du sujet de l'activité 401, classez les avantages et les inconvénients que
vous avez trouvés en fonction: du juge, du prévenu et de la société.

o Commencer - L'introduction (activités 405 à 408)


1
Pendant la préparation, prenez le temps de rédiger votre introduction en une ou
! deyx phrases complètes.
i - Evitez de donner votre opinion dès l'introduction.
. - Appuyez-vous sur des faits d'actualité pour amener votre sujet.
- Posez le problème que vous allez traiter.
- N'anticipez pas la conclusion.

40:5' Commencer une réflexion


Sujet: Crimes de guerre et justice internationale.
Observez ce début de texte.
La justice internationale est difficile à exercer. Elle relève de subtiles transactions politique,
comme le prouvent les « procès impossibles)}des criminels bosniaques et rwandais. Pourtant,
la communauté internationale s'est dotée de tribunaux pour condamner les génocides et les
crimes de guerre. [... ] ((Pourquoi les génocides restent-ils impunis? )},entretien avec Olivier
Russbach, Luc Brunet, Guide de l'actualité 96/97, Phosphore Hors série, Bayard Presse, S. A.)
Comment est-il organisé? Quelle est son utilité?

40' Situer l'objet d'une réflexion


Sujet: Licenciements économiques et plans sociaux. VOus envisagerez la pertinence de l'autorisation
administrative de licenciement.
Observez ce début de texte.
Tout projet de licenciement économique portant sur au moins dix salariés dans une même
période de trente jours entraîne, outre la procédure de consultation du comité d'entreprise,
la nécessité pour l'entreprise de présenter un plan socialdont l'objet est d'éviter les licenciements
ou d'en limiter le nombre, afin de faciliter le reclassement du personnel dont le licenciement
ne peut être évité. Une loi du 27 janvier 1993 couramment appelée loi Aubry prévoit que
« la procédure de licenciement est nulle et de nul effet tant qu'un plan visant au reclassement