Vous êtes sur la page 1sur 26

ITB – 1re année d'études

Formateur

Finance d’entreprise

Livret d’animation – V16

INTERNATIONAL

INT- 01-05-02-J1
Vous avez des remarques et/ou des suggestions sur ce document ?
Nous vous remercions de nous les transmettre à l'adresse suivante
conception.itb-france@cfpb.fr
en précisant le numéro de page et les références figurant en bas à gauche du pied de page.

Concernant les articles de presse : Reproduction effectuée par le CFPB avec l’autorisation
du CFC. Toute nouvelle reproduction est soumise au préalable à l’autorisation du CFC.

Dernière mise à jour effectuée en mai 2016

Support pédagogique conçu et diffusé auprès de ses étudiants et animateurs par :

© CENTRE DE FORMATION DE LA PROFESSION BANCAIRE

Ce support de formation constitue une œuvre de l’esprit protégée par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle et dont les droits
d’auteur sont la propriété exclusive du C.F.P.B. Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes des paragraphes 2ème et 3ème de
l’article L. 122-5, d’une part, que "les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation
collective" et, d’autre part, sous réserve du nom de l’auteur et de la source, que "les analyses et courtes citations justifiées par le caractère
critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information", toute reproduction et/ou représentation intégrale ou partielle, par quelque moyen
que ce soit, non autorisée par le C.F.P.B. ou ses ayants-droit est strictement interdite et sanctionnée au titre de la contrefaçon par les articles
L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

INT-01-05-02-J1-FO  CFPB
Note à l’attention des formateurs

Ce livret d’application se compose d’un ensemble d’activités sous forme de questions ouvertes et fermées
(à traiter le matin) ainsi que de deux cas applicatifs (à traiter l’après-midi) qui ont été réalisés pour
compléter la présentation des diaporamas et le travail sur la base du fascicule.
Un troisième cas applicatif est en ligne sur le Campus afin de permettre aux étudiants de faire le lien avec
cette première journée.
Ces cas vont constituer le « fil rouge » de chacune des trois journées afin de disposer d’une progression
pédagogique.
Les formateurs devront donc avoir préparé ces cas, ceci afin de permettre aux étudiants d’acquérir les
fondamentaux de la finance d’entreprise.
Les étudiants auront préalablement préparé les thèmes individuellement :
 à l’aide du fascicule finance d’entreprise ;
 à l’aide du Campus CFPB au niveau du diaporama et du cas présenté.
Ils auront la possibilité de requérir des apports complémentaires de « savoir » auprès des formateurs lors
de ces journées.

■ Préconisations à faire aux étudiants


 La prise de notes est indispensable au moment des corrections, car la première journée se
compose du compte de résultat et du bilan de deux sociétés. C’est à partir de ces éléments
que se poursuivront les deux autres journées.
L’attention des étudiants est donc importante lors des restitutions.
 Le support « étudiant » comprend le cas d’application énoncé sans corrigé. Les corrections
seront réalisées en séance.
 Chaque groupe aura à rapporter à l’oral une part de la réflexion menée au travers du cas.
Les groupes s’exprimeront à tour de rôle. Il s’agit de développer une pensée structurée et
constructive.
À la fin de chaque journée, une synthèse sera effectuée pour amener l’ensemble des groupes au même
niveau de progression et vers une analyse commune du cas.
Le début de la journée suivante se composera d’une mini-synthèse de la première journée ceci afin de
permettre rapidement aux étudiants d’être au niveau attendu dans le cadre de cette matière.

INT-01-05-02-J1-FO 1  CFPB
PLAN DE TRAVAIL DE JOURNÉE

Thème Méthodes et outils Objectifs pédagogiques Durée


Présentation des apprenants en désignant
un étudiant qui ensuite en désignera un autre,
Présentation
Tour de table. etc. Ceci afin de créer la cohésion du groupe. 0 h 15
de la journée
Présentation du formateur de son cursus
et de son expérience professionnelle.

Présentation du programme Finance


Présentation d’entreprise (thèmes, sous thèmes…).
Exposé de l’animateur. 0 h 15
du programme Présentation des objectifs pédagogiques
de la première journée.

Activité 1.
Exercice.
Restituer les principes d’établissement
Travail en sous-groupes. 0 h 30
du compte de résultat.
Le compte Restitution d’un rapporteur
de résultat et apports collectifs.

Activités 2 et 3. Identifier les opérations participant


à la construction du compte de résultat et relier 0 h 15
Questions fermées. le revenu de l’entreprise aux flux de trésorerie.
Pause 0 h 15
Activités 4 et 5.
Questions ouvertes.
Travail en sous-groupes. Identifier les soldes intermédiaires de gestion.
Les soldes
intermédiaires Restitution d’un rapporteur Identifier les soldes, la CAF et relier le revenu 0 h 50
de gestion et apports collectifs. aux flux de trésorerie.
Activité 6.
Question fermée.

Activité 7.
Question ouverte.
Déterminer les grandes masses du bilan
Le bilan : Travail en sous-groupes. pour en apprécier la portée économique
les grandes Restitution d’un rapporteur et financière. 0 h 40
masses et apports collectifs. Identifier les causes possibles
de leurs variations.
Activité 8.
Question fermée.
Activités 9 et 10.
Questions ouvertes.
Les besoins Travail en sous-groupes. Déterminer les besoins de financement à court
et la couverture
Restitution d’un rapporteur terme de l’entreprise et leur évolution 0 h 30
des aléas à court
et apports collectifs. selon les choix des dirigeants.
et long terme
Activité 11.
Question fermée.
Déjeuner

Activité 12. Être capable de tirer des conclusions 0 h 30


à la lecture d’un compte de résultat
Premier cas Travail en sous-groupes. 0 h 30
et d’un bilan.
Secteur industriel Restitution d’un rapporteur Comprendre les SIG et les grandes masses
et apports collectifs. du bilan. 0 h 30

INT-01-05-02-J1-FO 2  CFPB
Thème Méthodes et outils Objectifs pédagogiques Durée
Pause 0 h 15
Activité 13. 0 h 30
Être capable de tirer des conclusions
Second cas Travail en sous-groupes. à la lecture d’un compte de résultat 0 h 30
Secteur des
Restitution d’un rapporteur et d’un bilan. Comprendre les SIG
services
et les grandes masses du bilan. 0 h 30
et apports collectifs.
Exposé actif du formateur
Synthèse à partir du diaporama Campus Synthèse par les étudiants des notions
0 h 15
de la journée qui devra avoir été consulté avant essentielles à retenir de la journée.
la journée de formation.

INT-01-05-02-J1-FO 3  CFPB
THÈME No 1
LE COMPTE DE RÉSULTAT

ACTIVITÉ 1

Consignes formateur

Travail en sous-groupes, restitution d’un rapporteur et apports collectifs puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Quelles sont les rubriques du compte de résultat et leur signification économique ?

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR
L’ensemble des soldes des comptes de charges et de produits du compte de résultat d’une entreprise est
regroupé en une architecture à trois étages reprenant trois rubriques essentielles :
Exploitation - Financier - Exceptionnel
La rubrique exploitation regroupe les produits et les charges directement liés à l’exploitation de l’entreprise,
c’est-à-dire à son activité la plus systématique : s’il n’y a pas d’exploitation, il n’y a pas d’entreprise.
La rubrique financière regroupe les produits et les charges financières de l’entreprise. Activité moins
systématique, cette rubrique enregistre la conséquence des choix financiers de l’entreprise.
La rubrique exceptionnelle regroupe les produits et les charges non récurrents et ne revêtant pas le
caractère d’exploitation ou financier (plus ou moins-values de cessions d’actifs, créances irrécouvrables par
exemple).
Le compte de résultat se présente donc sous l'architecture suivante :
Produits d’exploitation - charges d’exploitation
(décaissables ou non décaissables)
= Résultat d’exploitation (positif ou négatif)
Produits financiers - charges financières
(décaissables ou non décaissables)
= Résultat financier (positif ou négatif)
Résultat d’exploitation + Résultat financier = Résultat courant avant impôts (positif ou négatif)
Produits exceptionnels - charges exceptionnelles
(décaissables ou non décaissables)
= Résultat exceptionnel (positif ou négatif)
Résultat courant avant impôts (positif ou négatif) + Résultat exceptionnel (positif ou négatif) -
participation des salariés aux résultats de l’entreprise - impôts sur les bénéfices =
Résultat de l’exercice

INT-01-05-02-J1-FO 4  CFPB
COMPTE DE RÉSULTAT (en k€) N
Ventes de marchandises
Production vendue de biens et services
CHIFFRE D'AFFAIRES NET
Production stockée
Production immobilisée
Subventions d'exploitation
Reprises sur prov. et amort., transferts de charges (1)
Autres produits
Total des produits d'exploitation
Achats marchandises
Variation de stocks de marchandises
Achats de matières premières et autres approv.
Variation de stocks de mat. 1re et autres approv.
Autres achats et charges externes (2)
Impôts, taxes et versements assimilés
Salaires et traitements
Charges sociales
Dotations aux amortissements sur immobilisations
Dotations aux provisions sur actif circulant
Dotations aux provisions pour risques et charges
Autres charges
Total des charges d'exploitation
RÉSULTAT D'EXPLOITATION
Produits financiers de participations
Produits des autres valeurs mobilières
Autres intérêts et produits assimilés
Reprises sur provisions et transferts de charges
Différence positive de change
Produit net sur cessions de V.M.P.
Total des produits financiers
Dotations financières aux amortissements et provisions
Intérêts et produits assimilés
Différence négative de change
Charges nettes sur cessions de V.M.P.
Total des charges financières
RÉSULTAT FINANCIER
RÉSULTAT COURANT AVANT IMPÔTS
Produits exceptionnels sur opérations de gestion
Produits exceptionnels sur opérations en capital
Reprises sur provisions et transferts de charges

INT-01-05-02-J1-FO 5  CFPB
COMPTE DE RÉSULTAT (en k€) N
Total des produits exceptionnels
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion
Charges exceptionnelles sur opérations en capital
Dotations exceptionnelles sur amort. et prov.
Total des charges exceptionnelles
RÉSULTAT EXCEPTIONNEL
Participation des salariés
Impôts sur les bénéfices
RÉSULTAT NET
(1) dont transfert de charges
(2) dont crédit-bail mobilier
Crédit-bail immobilier
Loyers immobiliers et chg locatives
Sous-traitance
Personnel extérieur à l'entreprise

ACTIVITÉ 2

Consignes formateur

Retour interactif des étudiants puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Qu’enregistre le compte de résultat ?

a) Les subventions d’exploitation. 


Vrai, elles sont reprises dans le compte de résultat.
b) Les immobilisations corporelles. 
Faux, il s’agit d’une rubrique de l’actif du bilan.
c) Les dettes financières à plus d’un an. 
Faux, il s’agit d’une rubrique du passif du bilan.
d) Les charges financières. 
Vrai, elles sont comptabilisées au niveau du résultat financier.
e) Les loyers relatifs à des financements en crédit-bail. 
Vrai, ils sont comptabilisés dans les charges externes.

INT-01-05-02-J1-FO 6  CFPB
ACTIVITÉ 3

Consignes formateur

Retour interactif des étudiants puis synthèse par le formateur

 TRAVAIL À EFFECTUER
Quelles sont les affirmations exactes concernant le calcul du résultat d’exploitation ?

a) Produits d’exploitation moins charges d’exploitation. 


b) Produits d’exploitation moins charges d’exploitation moins subvention d’exploitation. 
Faux, au niveau des subventions d’exploitation.
c) Produits d’exploitation moins charges d’exploitation (décaissables ou non
décaissables).

Vrai, sont reprises des charges décaissables et non décaissables.
d) Produits d’exploitation moins charges d’exploitation (uniquement décaissables). 
Faux, car on tient compte des notions de décaissables et non décaissables et pas uniquement des
décaissables.
e) Produits d’exploitation moins charges d’exploitation non décaissables uniquement. 

INT-01-05-02-J1-FO 7  CFPB
THÈME No 2
LES SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

ACTIVITÉ 4

Consignes formateur

Travail en sous-groupes, restitution par un rapporteur ; apports collectifs puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Définissez la valeur ajoutée et indiquez à quoi elle sert.

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR
La valeur ajoutée retrace le concept de création ou d’accroissement de valeur que la mise en œuvre des
facteurs de production ajoute aux biens et services en provenance des tiers ou acquis sur les marchés. De
ce fait, elle est un bon indice de l’importance jouée par une entreprise dans un processus de création de
valeur qui peut être mesurée par le ratio valeur ajoutée / production de l’exercice. Plus ce ratio est élevé,
plus l’entreprise a intégré dans son propre processus de production les différentes phases de fabrication de
son produit.
La valeur ajoutée ne comprend ni les subventions d’exploitation ni les autres produits et autres charges
d’exploitation. Comme la production, elle comprend des valeurs non homogènes : production vendue
valorisée au prix du marché, variation de la production stockée et production immobilisée valorisées au coût
de production. Elle intègre le coût des personnels extérieurs et non les charges de l’effectif de l’entreprise
ainsi que les annuités de crédit-bail.
Les facteurs de la valeur ajoutée sont des produits (vente de marchandises et production) et des charges
(consommations intermédiaires) dont les prix sont déterminés par les forces du marché. Son évolution dans
le temps est dans l’ensemble plutôt lente et le chef d’entreprise n’a donc sur elle qu’une influence assez
limitée.
Les taux de valeur ajoutée sont souvent le reflet de certains secteurs d’activité.
L’affectation de la valeur ajoutée entre personnel et organismes sociaux, administrations, prêteurs et
entreprise (y compris les associés) donne une idée de la combinaison des facteurs de production retenue
par l’entreprise et leur importance relative.

INT-01-05-02-J1-FO 8  CFPB
ACTIVITÉ 5

Consignes formateur

Travail en sous-groupes, restitution par un rapporteur ; apports collectifs puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Pourquoi l’EBE est-il un SIG important ?

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR
L’EBE est la ressource potentielle que l’entreprise tire régulièrement de son activité courante telle qu’elle
résulte de la production, des opérations de négoce et de prestations de services avant que ne soit
considérée l’incidence sur les résultats de la structure de financement des actifs retenue par le dirigeant.
Il est donc calculé avant toute incidence tenant à la politique d’amortissements (mode linéaire, dégressif,
autre…) et de provisions ainsi qu’avant toute influence découlant du choix du dirigeant entre le recours à des
ressources en capitaux propres ou en capitaux d’endettement.
L’utilisation de cet agrégat est intéressante car, étant indépendant de la structure financière de l’entreprise, il
est un bon instrument de mesure de ses performances économiques, évaluées par le ratio EBE / CMO-
Capitaux mis en œuvre. Dans la pratique le ratio Charges financières / EBE doit être inférieur à 30 %.
Dans la mesure où cet agrégat reste assez homogène dans le temps, il permet de faire une analyse
pertinente d’une suite chronologique de plusieurs exercices. Il permet également de faire des comparaisons
inter-entreprises intéressantes.

INT-01-05-02-J1-FO 9  CFPB
ACTIVITÉ 6

Consignes formateur

Retour interactif des étudiants puis synthèse par du formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Comment se calcule l’EBE ?

a) À partir des immobilisations financières. 


Faux, les immobilisations financières sont dans le bilan.
b) À partir de la VA - Impôts et taxes - Salaires et traitements - Charges sociales. 
Faux, Il manque dans cette proposition : les subventions d’exploitation.
c) À partir de la VA + Subventions exploitation - Impôts et taxes - Salaires et 
traitements - Charges sociales.
d) À partir du CA - Impôts et taxes - Salaires et traitements - Charges sociales. 
Faux, C’est à partir de la valeur ajoutée.
e) À partir de la VA - Impôts et taxes - Salaires et traitements. 
Faux, Il manque les charges sociales et les subventions d’exploitations

INT-01-05-02-J1-FO 10  CFPB
THÈME No 3
LE BILAN LES GRANDES MASSES

ACTIVITÉ 7

Consignes formateur

Travail en sous-groupes, restitution par un rapporteur ; apports collectifs puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Présentez les différentes masses de l’actif et du passif du bilan.

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR

Masses de l’actif

IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
(Valeur brute - Amortissement = Valeur nette)

IMMOBILISATIONS CORPORELLES ACTIF IMMOBILISÉ


(Valeur brute - Amortissement = Valeur nette) (Valeur brute - Amortissement = Valeur nette)

IMMOBILISATIONS FINANCIÈRES
(Valeur brute - Provision = Valeur nette)

STOCKS ET ENCOURS
(Valeur brute - Provision = Valeur nette)
ACTIF D’EXPLOITATION
ET HORS EXPLOITATION
CRÉANCES
(Valeur brute - Provision = Valeur nette)
(Valeur brute - Provision = Valeur nette)

CHARGES CONSTATÉES D’AVANCE

VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT


(Valeur brute - Provision = Valeur nette)

TRÉSORERIE ACTIVE
BANQUES ET ÉTABLISSEMENTS
FINANCIERS

INT-01-05-02-J1-FO 11  CFPB
■ Immobilisations incorporelles
Ce sont principalement des droits sur des biens immatériels acquis ou créés par l’entreprise (brevet,
marques, fonds commercial, droit au bail, dépenses RD).

■ Immobilisations corporelles
Il s’agit de tous les biens immobiliers et mobiliers corporels dont l’entreprise est propriétaire et qu’elle utilise
durablement dans le déroulement de son processus de production (terrains, constructions, équipements,
installations industrielles, matériels de transport).
L’usure de ces matériels doit être constatée par des dotations aux amortissements à constituer, même en
cas d’exercice déficitaire (amortissement linéaire, dégressif).

■ Immobilisations financières
L’entreprise peut se développer en acquérant non plus des biens d’équipement en direct mais en achetant
une société existante. Le classement des titres dans le bilan est effectué selon les motivations des dirigeants
qui ont prévalu au moment de leurs acquisitions :
 le poste « titres de participations » regroupe les titres acquis avec la volonté de les conserver
longtemps et d’exercer un rôle significatif.
Une société détenue à plus de 50 % est qualifiée de filiale. Si la part de capital détenu est
comprise entre 10 et 50 %, on parle de participation.
Les entreprises liées sont celles qui sont susceptibles d’être consolidées par intégration
globale. Les créances sur ces entreprises sont comptabilisées dans un poste bien
individualisé ;
 le poste « Autres valeurs immobilisées » regroupe outre les dépôts et cautionnements, les titres
acquis en vue de réaliser un placement ou de développer une activité de gestion de portefeuille.

■ Actifs sans valeur - Charges à répartir sur plusieurs exercices


À la différence des investissements, les actifs sans valeur n’ont pas vocation à générer des flux futurs et
doivent de ce fait être couverts par des fonds propres. Il s’agit :
 du capital souscrit non appelé ;
 des frais d’établissements ;
 des charges à répartir sur plusieurs exercices ;
 des primes de remboursement des obligations ;
 de l’écart de conversion actif.

■ Actifs circulants
Ils comprennent :
 les stocks ;
 les créances commerciales ;
 les autres créances ;
 les disponibilités.

INT-01-05-02-J1-FO 12  CFPB
Masses du passif
Situation nette
(Capital + Réserves + Report à nouveau + résultat de
Capitaux
l’exercice)
propres
Subventions d’investissements
Provisions réglementées Ressources propres
Titres et emprunts participatifs + emprunts subordonnés +
obligations convertibles + ORA + C/C associés stables ou Quasi-fonds
bloqués + provisions pour risques et charges à caractère propres
Ressources
de réserve - Non valeurs
structurelles
Provisions
Provisions pour risques et charges
pour risques
(exigibles sous condition)
et charges

Emprunts obligataires + Emprunts et dettes auprès Dettes structurelles


des Établissements de crédit + Emprunts et dettes (fraction des dettes
financières diverses + crédit bail à + de 1 an à l’origine)

Dettes fournisseurs et comptes rattachés + Dettes fiscales


Dettes
et sociales + Avances et acomptes reçus + Autres dettes
d’exploitation
+ Produits constatés d’avance + Dettes sur
et hors exploitation
immobilisations

Effets escomptés non échus + Concours bancaires


Dettes financières
courants (crédits de mobilisation de créances sur Trésorerie
à court terme
l’étranger, sur l’État, crédits de trésorerie mobilisables) + Passive
(- de 1 an, à l’origine)
Banques (soldes créditeurs)

■ Les capitaux propres


Ils comprennent :
 le capital initial souscrit par les associés puis le produit des différentes augmentations de capital
intervenues ultérieurement (capital + prime d’émission, prime de fusion…) ;
 les résultats non distribués conservés obligatoirement dans l’entreprise ;
 les subventions d’investissement et des provisions réglementées.

■ Les quasi-fonds propres


Ils comprennent :
 les comptes courants d’associés stables ;
 les obligations convertibles en actions ;
 les emprunts participatifs avec clause de subordination.

■ Provisions pour risques, provisions pour charges


Afin de donner une image fidèle de la société, toute charge approximativement connue doit faire l’objet d’une
provision, même en l’absence de bénéfice.

■ Les dettes structurelles


Elles se composent :
 des emprunts auprès des établissements de crédit ;
 des emprunts obligataires ;
 des emprunts et dettes financières diverses.

■ Les dettes d’exploitation


Elles comprennent :
 les dettes envers les fournisseurs ;
 les autres dettes d’exploitation (Trésor, organismes sociaux, etc.).

■ Les dettes financières CT (trésorerie passif)


Elles comprennent :
 les effets escomptés non échus ;
 les concours bancaires courants.

INT-01-05-02-J1-FO 13  CFPB
ACTIVITÉ 8

Consignes formateur

Retour interactif des étudiants puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Retrouvez l’affirmation exacte concernant l’actif immobilisé ?

a) Il ne comprend que des immobilisations brutes. 


b) Les amortissements sont comptabilisés au niveau des actifs. 
c) Les stocks et encours font partie de l’actif immobilisé. 
Faux, il s’agit des actifs d’exploitation.
d) Il n’a pas d’influence sur le FDR. 
Faux, si l’actif immobilisé augmente cela risque d’entraîner une réduction du FDR.
e) Il rentre dans le calcul du BFR. 

INT-01-05-02-J1-FO 14  CFPB
THÈME No 4
LES BESOINS ET LA COUVERTURE
DES ALÉAS À COURT ET LONG TERME

ACTIVITÉ 9

Consignes formateur

Pour les activités 9 et 10, travail en sous-groupes, restitution par un rapporteur ; apports collectifs puis
synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Expliquez la composition du BFR.

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR
Le BFR d’exploitation correspond au solde entre les actifs d’exploitation et les dettes courantes liées
directement au cycle d’exploitation. Dans la majorité des entreprises ce solde représente un besoin de
trésorerie permanent, plus ou moins fluctuant au cours de l’année, que les dirigeants doivent financer. On y
trouve :
 les stocks ;
 des avances et acomptes versés sur commandes ;
 les créances clients et comptes rattachés ;
 des créances diverses ;
 les dettes envers les fournisseurs ;
 les autres dettes d’exploitation.
Le BFR global comprend, outre le BFR d’exploitation, diverses créances et dettes à court terme le plus
souvent. On y trouve :
 des avances ou prêts ;
 le capital souscrit et appelé et non encore versé ;
 les dettes envers les fournisseurs de biens d’équipement ;
 certaines dettes fiscales liées au paiement de l’IS ;
 des dettes non directement liées au cycle d’exploitation.

INT-01-05-02-J1-FO 15  CFPB
ACTIVITÉ 10

 TRAVAIL À EFFECTUER
Expliquez à quoi sert le fonds de roulement.

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR
Le FDR est l’excédent des ressources stables sur l’actif immobilisé. Son calcul s’effectue en faisant la
différence entre les capitaux propres, les provisions, les dettes structurelles et l’actif immobilisé.
La justification de cet agrégat vient d’abord d’une règle de bonne gestion qui impose que des emplois
durables soient financés par des ressources au moins aussi durables que ces derniers. Le respect de cette
règle permet à l’entreprise de s’éviter bien des soucis de trésorerie.
Il convient de constater que dans la plupart des entreprises le cycle d’exploitation génère, en raison des
décalages entre les opérations qui les ont fait naître et les mouvements de trésorerie qui leur sont liés, un
besoin à financer plus ou moins conséquent à raison de l’importance des actifs circulants entrant dans le
processus de production. Ce besoin a donc réellement un caractère permanent et doit être financé
partiellement par des ressources permanentes.
Le niveau que doit atteindre le FDR est difficilement chiffrable, mais un ratio de l’ordre de 60 % du BFR
paraît acceptable pour s’affranchir de difficultés de trésorerie fréquentes. C’est surtout l’évolution de ce ratio
qui doit être analysée.
Certaines entreprises ou secteurs d’activité développent des cycles de production qui ne génèrent pas de
besoin : grande distribution, sociétés de ventes par abonnements, société percevant d’importants acomptes
sur travaux… Ces situations n’imposent donc pas que le FDR soit positif.

ACTIVITÉ 11

Consignes formateur

Retour interactif des étudiants puis synthèse par le formateur.

 TRAVAIL À EFFECTUER
Comment peut-on calculer la trésorerie nette d’une entreprise ?

a) Trésorerie actif moins trésorerie passif moins les encours de mobilisation factor. 
b) Fonds de roulement moins besoins en fonds de roulement. 
Il s’agit du calcul à partir des grandes masses du bilan.
c) Trésorerie actif moins trésorerie passif moins les dettes à MT. 
d) Trésorerie actif moins trésorerie passif moins les comptes courants d’associés. 
e) Trésorerie actif moins trésorerie passif. 
Il s’agit de la vérification de la trésorerie.

INT-01-05-02-J1-FO 16  CFPB
Note à l’attention des formateurs concernant les thèmes suivants
(compte de résultat et bilan pour les cas Autoclaves industriels et Dedersoft)

■ Organisation de l’après-midi de cette première journée


Au cours de cet après-midi deux cas sont à traiter :
 un premier cas sur le secteur industriel ;
 un second cas sur le secteur des services.

■ Thème
 Le compte de résultat : analyse de la rentabilité de l’entreprise.
 Le bilan : analyse de la structure financière de l’entreprise.

■ Organisation du travail en sous-groupe


Déterminer les objectifs
 Expliquer les variations d’un exercice à l’autre.
 Identifier les forces et les faiblesses de l’activité et la rentabilité des deux entreprises.
 Déterminer le fonds de roulement, le BFR, et la trésorerie nette.
 Expliquer les variations d’un exercice à l’autre et les éventuels déséquilibres structurels.
 Extraire les forces et les faiblesses de la structure financière des deux entreprises.

■ Préconisations complémentaires
La prise de notes est indispensable au moment des corrections car lors de la prochaine journée ce seront
les mêmes études de cas qui seront utilisées pour poursuivre l’analyse.

■ Les prérequis essentiels à maîtriser


Pour être en mesure de bien réussir cet exercice, les étudiants doivent avoir assimilé les sujets suivants :
 l’utilité des documents comptables et fiscaux issus des obligations des entreprises ;
 la structure et la compréhension des différents niveaux du compte de résultat ;
 la structure et la compréhension des soldes intermédiaires de gestion ;
 la distinction entre charges décaissables / calculées et charges variables / fixes ;
 la structure et la compréhension des différents niveaux du bilan ;
 la structure et la compréhension du fonds de roulement ;
 la structure et la compréhension du besoin en fonds de roulement.

INT-01-05-02-J1-FO 17  CFPB
THÈME No 5
PREMIER CAS : AUTOCLAVES INDUSTRIELS

ACTIVITÉ 12

 SITUATION
Vous allez travailler sur la situation financière d’un de vos clients, la société AUTOCLAVES INDUSTRIELS.
La société AUTOCLAVES INDUSTRIELS est une SAS au capital social de 330 000 €, détenue par M. Pierre
MAZAUX (85 %) et son épouse Mélissa MAZAUD (15 %). Cette dernière n’est pas employée dans l’affaire,
elle exerce le métier d’ophtalmologue dans une importante clinique privée de la région parisienne.
La société AUTOCLAVES INDUSTRIELS est spécialisée dans la conception et la fabrication d’autoclaves
haute pression. Le but de ces appareils est de simuler une réaction et de mesurer les conséquences de
celle-ci dans un environnement de pression et de température.
Depuis sa création, AUTOCLAVES INDUSTRIELS a accumulé un savoir-faire dans le développement
d’appareils de haute technicité répondant aux besoins spécifiques de ses clients. La société propose des
équipements complets intégrant le système de mesure et de contrôle des données, ce qui la différencie de
ses concurrents positionnés sur une autre offre de produits plus standards.
M. MAZAUD, 63 ans, est officiellement à la retraite depuis février N. Il souhaite aujourd’hui transmettre son
entreprise.

 DOCUMENTS (FOURNIS EN ANNEXE)


 Bilans de la société AUTOCLAVES INDUSTRIELS pour N et N-1 (imprimés CERFA 2050 et
2051).
 Compte de résultat de la société AUTOCLAVES INDUSTRIELS pour N et N-1 (imprimés
CERFA 2052 et 2053).
 Tableau d’affectation du résultat et renseignements divers pour les années N-1 et N (imprimés
CERFA 2058C).
 Tableau des Soldes Intermédiaires de Gestion pour les années N et N-1.
 Bilan fonctionnel pour les années N et N-1.

Nota

Le bilan en grandes masses (ou bilan fonctionnel) des études de cas Autoclaves et Dedersoft (activité 13)
privilégie une présentation en valeur brute, bien que le fascicule préconise plus particulièrement une
présentation en valeur nette ; préciser aux étudiants que les deux approches sont possibles sans que cela
nuise à l’analyse globale.

INT-01-05-02-J1-FO 18  CFPB
 TRAVAIL À EFFECTUER 1
a) Mener une analyse comparative de la situation de la société AUTOCLAVES INDUSTRIELS
en vous basant sur les calculs fournis pour les différents exercices.
b) Présenter les points forts et les points faibles vous paraissant les plus pertinents.

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR

■ Analyse comparative des données de N par rapport à N-1


Soldes Intermédiaires de Gestion
L’activité progresse de plus de 14,6 % sur la période de N-1 à N.
Contraction de la valeur ajoutée de N-1 à N qui passe de 2 705 à 2 590 k€.
AUTOCLAVES INDUSTRIELS enregistre une progression plus forte de ses consommations de matières
premières et des autres achats et charges externes par rapport à l’évolution de son activité. Bonne maîtrise des
frais de personnel + 9 %. Contraction forte de l’EBE compte tenu d’une certaine dérive au niveau achats.
Niveau de RN en retrait mais encore d’un bon niveau.
La CAF est à un niveau satisfaisant et permettrait de faire face à un endettement supplémentaire si
nécessaire.

■ Points forts / points faibles


Points forts
 Un marché porteur où AUTOCLAVES INDUSTRIELS semble bien se positionner.
 Bonne indépendance financière (frais financiers faibles).
 Excellente rentabilité RN/CA 13 % en N-1 et 7 % en N.
Points faible
 Contraction de l’EBE d’un tiers de N-1 à N (est-ce une hausse des prix brutale ? ou une dérive
de l’entreprise à ce niveau ?).

 TRAVAIL À EFFECTUER 2
a) Mener une analyse comparative de la situation de la société AUTOCLAVES INDUSTRIELS
en vous basant sur le bilan fonctionnel.
b) Présenter les points forts et les points faibles vous paraissant les plus pertinents.
c) À partir des éléments en votre possession, déterminez la trésorerie nette de chaque
exercice ceci à partir du FDR et du BFR, procédez ensuite à la vérification de la
trésorerie.

(en k€) N-1 N

Calcul FDR
Ress. stables - Actif immobilisé

Calcul BFR
Actif d’exploitation et h. exploitation
- Dettes d’exploitation et hors expl.
TN = FDR - BFR

Vérification
Trésorerie actif - Trésorerie passif

INT-01-05-02-J1-FO 19  CFPB
 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR

a) Analyse comparative N / N-1


La société AUTOCLAVES INDUSTRIELS dispose d’un bon ratio de solvabilité, les ressources propres
représentant plus de 45 % du total bilan.
Les actifs d’exploitation sont stables, peu de provisions sur postes clients.
Dettes d’exploitations qui se contractent au cours de l’exercice N. Les autres dettes se composent en grande
partie des produits constatés d’avance.
La trésorerie actif apparaît largement positive même si elle se contracte entre N-1 et N.

b) Points forts / points faibles


Points forts
 Bonne solvabilité.
 Trésorerie largement positive.
Points faibles
 Variation des autres dettes d’un exercice sur l’autre qui peut déséquilibrer le bilan.
 Actif immobilisé largement amorti.

c) À partir des éléments en votre possession, déterminez la trésorerie nette de chaque exercice
ceci à partir du FDR et du BFR.

(en k€) N-1 N


Calcul FDR
2 777 - 615 = 2 162 2 913 - 658 = 2 255
Ress. stables - Actif immobilisé
Calcul BFR
Actif d’exploitation et h. exploitation 3 387 - 2 085 = 1 302 3 456 - 1 771 = 1 685
- Dettes d’exploitation et hors expl.
TN = FDR - BFR 2 162 - 1302 = 860 2 255 - 1 685 = 570
Vérification
860 - 0 = 860 570 - 0 = 570
Trésorerie actif - Trésorerie passif

INT-01-05-02-J1-FO 20  CFPB
THÈME No 6
DEUXIÈME CAS : COMPTE DE RÉSULTAT
ET BILAN DEDERSOFT

ACTIVITÉ 13

 SITUATION
Vous allez travailler sur la situation financière d’un de vos clients, la société DEDERSOFT.

■ Présentation de l’entreprise
DEDERSOFT est un éditeur et intégrateur de solutions CRM destinées aux PME et Grands comptes. Créée
au début des années 2000 par 3 associés, la société est aujourd’hui encore dirigée par ces derniers
(présidence tournante).
DEDERSOFT développe une solution CRM complète, destinée aussi bien à une force commerciale qu’à un
service de communication ou marketing. Dotée de toutes les fonctionnalités nécessaires à la gestion de
contacts, la gestion d’affaires et le suivi marketing, DEDERSOFT peut également répondre à des
problématiques très précises : gestion d’emails entrants, envoi de SMS, statistiques, etc.
La société dispose donc d’un logiciel décliné en une vingtaine de solution adaptée à des secteurs
spécifiques. Tous les logiciels développés se caractérisent par une grande simplicité d’utilisation et une
facilité d’extraction de données et de tableaux.
Le dynamisme de DEDERSOFT repose aujourd’hui essentiellement sur le mode SaaS qui représente la
quasi-totalité des ventes. Le chiffre d’affaires généré est constitué d’une part de service et d’autre part par
des abonnements. Les abonnements sont annuels mais sont reconduits dans 95 % des cas. Ceci confère
une récurrence d’activité très importante. DEDERSOFT compte aujourd’hui près de 800 clients.
Afin de développer ses produits, DEDERSOFT dispose de 8 développeurs et de 24 intégrateurs, la
distribution s’effectuant par 16 commerciaux.
La société dispose de 8 serveurs hébergés chez 2 prestataires. Les infrastructures techniques sont
régulièrement auditées par les clients. Plus de 10 ans après la création de la société et 4 ans après une
première opération de recomposition du capital, le management souhaite sécuriser une partie de leur
patrimoine en réalisant du cash.

 DOCUMENTS (FOURNIS EN ANNEXE)


 Bilans de la société DEDERSOFT pour N et N-1 (imprimés CERFA 2050 et 2051).
 Compte de résultat de la société DEDERSOFT pour N et N-1 (imprimés CERFA 2052 et 2053).
 Tableau d’affectation du résultat et renseignements divers pour les années N-1 et N (imprimés
CERFA 2058C).
 Tableau des Soldes Intermédiaires de Gestion pour l’année N et N-1.
 Bilan fonctionnel pour les années N et N-1.

INT-01-05-02-J1-FO 21  CFPB
 TRAVAIL À EFFECTUER 1
a) Mener une analyse comparative de la situation de la société DEDERSOFT en vous basant
sur les calculs fournis pour les différents exercices.
b) Présenter les points forts et les points faibles vous paraissant les plus pertinents.

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR

a) Analyse des données de N par rapport à N-1


Soldes Intermédiaires de Gestion
 Progression significative de l’activité avec une progression de 14,6 % du chiffre d’affaires.
 Progression de près de 9,2 % de la valeur ajoutée. Cette progression est moins rapide que
celle du chiffre d’affaires et donc le taux de valeur ajouté (VA / Production) est en baisse de
3,3 pts pour s’établir à 65,1 %.
 Augmentation soutenue de l’EBE, en croissance de 27,7 %, plus rapide que le chiffre d’affaires.
Ainsi, le ratio EBE / Production est en progression de 2,1 pts pour atteindre un très bon niveau
de 20,5 %. La bonne maîtrise des charges de personnel (augmentation limitée à 2,7 % pour
une activité en croissance de 14,6 %) explique cette bonne évolution.
 Le résultat d’exploitation progresse moins vite que l’EBE (+ 21,8 % contre 27,7 % pour l’EBE),
suite à des dotations nettes d’amortissements et de provisions plus importantes (passage de 30
à 97 k€). Le ratio REX / Production ne progresse que de 1,2 pts pour atteindre 19,1 %.
 Le résultat courant est proche du résultat d’exploitation, le résultat financier n’étant pas
significatif.
 Le résultat net connait une progression de 10,4 % moins marquée que le résultat d’exploitation,
car le poids de l’impôt sur les sociétés progresse et passe de 18 % à 23,9 % du résultat. Ainsi
le ratio RN / Production baisse de 0,5 pts pour s’afficher à 14,1 %.
 La capacité d’autofinancement progresse plus vite que le résultat net (+ 17,9 % contre 10,4 %
pour le résultat net) car elle n’est pas impactée par la progression des dotations nettes aux
amortissements et provisions. Le ratio CAF / Production progresse de 0,5 pts et atteint 15,6 %.

b) Points forts / points faibles (à suggérer)


Points forts
 Progression de l’activité.
 Maîtrise des charges de personnel.
 Niveau élevé de l’EBE.
 Croissance de la CAF.
Points faibles
 Léger recul du ratio bénéfice net / CA.

INT-01-05-02-J1-FO 22  CFPB
 TRAVAIL À EFFECTUER 2
a) Mener une analyse comparative de la situation de la société DEDERSOFT en vous basant
sur le bilan fonctionnel.
b) Présenter les points forts et les points faibles vous paraissant les plus pertinents.
c) À partir des éléments en votre possession, déterminer la trésorerie nette de chaque
exercice ceci à partir du FDR et du BFR, procédez ensuite à la vérification de la
trésorerie.

(en k€) N-1 N


Calcul FDR
Ress. stables - Actif immobilisé
Calcul BFR
Actif d’exploitation et h. exploitation
- Dettes d’exploitation et hors expl.
TN = FDR - BFR
Vérification
Trésorerie actif - trésorerie passif

 DÉVELOPPEMENT FORMATEUR

a) Analyse comparative de la situation de la société DEDERSOFT en vous basant sur le bilan


fonctionnel.
Analyse comparative de l’actif
 L’actif immobilisé est en légère progression (+ 8,4 %) essentiellement à la progression des
immobilisations corporelles brutes (+ 11,3 %). À noter que l’actif immobilisé est modeste
(comme dans la plupart des sociétés de service) et en conséquence, l’augmentation en N ne
représente que 31 k€.
 L’actif d’exploitation et hors exploitation est en baisse de 4,5 %. Cette baisse est liée à la légère
réduction des créances clients (- 3,5 %). À souligner l’importance des créances clients qui
représentent en N-1 et en N respectivement 65 % et 56 % du total bilan.
 La trésorerie active est en forte progression (+ 68 %), avec une réduction des placements en
valeurs mobilières de placement au profit des disponibilités.
Analyse comparative du passif
 Amélioration des ressources propres (+ 11,8 %) et maintien du niveau des ressources propres
à près des deux tiers du total du bilan.
 Les ressources stables suivent la même tendance (+ 13,2 %) que les ressources propres.
 Les dettes d’exploitation et hors exploitation progressent également de 11,3 % liées à
l’augmentation des dettes fiscales et sociales en cohérence avec l’augmentation des charges
de personnel.
 La variation des dettes fiscales et sociales ne s’explique pas uniquement par l’augmentation
des dettes sociales liées au personnel mais également par une progression des dettes fiscales
(TVA) en lien avec la croissance de l’activité.

b) Présenter les points forts et les points faibles vous paraissant les plus pertinents.
Points forts
 Niveau des ressources propres.
 Absence de dettes structurelles et de crédits court terme.
 Niveau de la trésorerie active.
Point faible
 Importance des créances clients.

INT-01-05-02-J1-FO 23  CFPB
c) À partir des éléments en votre possession, déterminer la TN de chaque exercice ceci à partir
du FDR et du BFR.

(en k€) N-1 N


Calcul FDR
2 987 - 363 = 2 624 3 354 - 395 = 2 959
Ress. stables - Actif immobilisé
Calcul BFR
Actif d’exploitation et h. exploitation 2 884 - 1 133 = 1 751 2 750 - 1 261 = 1 489
- Dettes d’exploitation et hors expl.
TN = FDR - BFR 2 624 - 1 751 = 873 2 959 - 1 489 = 1 470
Vérification
873 - 0 = 873 1 470 - 0 = 1 470
Trésorerie actif - trésorerie passif

INT-01-05-02-J1-FO 24  CFPB

Vous aimerez peut-être aussi