Vous êtes sur la page 1sur 58

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/323759285

Théorie et méthode en psychologie sociale

Book · January 2015

CITATIONS READS

0 10,335

4 authors:

Ramon Arce Francisca Fariña


University of Santiago de Compostela University of Vigo
333 PUBLICATIONS   3,013 CITATIONS    291 PUBLICATIONS   2,574 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Mercedes Novo Angel Egido


University of Santiago de Compostela Catholic University of the West
188 PUBLICATIONS   1,274 CITATIONS    25 PUBLICATIONS   28 CITATIONS   

SEE PROFILE SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Estimating the Epidemiology and Quantifying the Damages of Parental Separation in Children and Adolescents View project

Academic coping View project

All content following this page was uploaded by Ramon Arce on 14 March 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


THÉORIE ET MÉTHODE
E PSYCHOLOGIE SOCIALE
Ramón Arce, Francisca Fariña,
Mercedes Novo et Angel Egido

THÉORIE ET MÉTHODE
E PSYCHOLOGIE SOCIALE
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise, d’une part, que les « copies
ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non
destinées à une utilisation collective » et d’autre part, que les analyses et les
courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute
représentation intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou
de ses ayants droit ou ayant cause est illicite ».
Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit,
constituerait donc une contrefaçon sanctionnée.
Copyright : © Les auteurs.

Texte traduit par María Novo Pérez et Josefa Delfina Doce Caaveiro
Ce travail a été financé par la Consellería de Educación e Ordenación
Universitaria, Dirección Xeral de Promoción Científica e Tecnolóxica do
SUG et par FEDER (Fonds Européen de Développement Régional)
PRÉSE TATIO

Les livres que nous trouvons dans les librairies et les bibliothèques sont
fréquents, ils sont ou prétendent être un rapprochement introductif à la
Psychologie Sociale. Il convient alors de se demander le pourquoi de cet
ouvrage. La réponse est simple : la Psychologie Sociale n'est pas unique et
unitaire. Elle est pleine de dualismes : scientifique et historique, quantitative
et qualitative et cætera. Ces diverses alternatives ne sont pas non plus
singulières mais offrent un continu de possibilités. Les paradigmes ou les
cadres théoriques supposent des options d'adhésion qui facilitent, de façon
heuristique, l'interprétation et la compréhension de l'information discordante.
Cependant, cette association entraîne beaucoup de limitations
méthodologiques et l'adoption de dogmes d'une validité générale très
douteuse. En résumé, afin d'obtenir un rapprochement approuvé, on assume
certaines limitations ou tournures. Ainsi même quelques sujets ne peuvent
pas faire l'objet d'une étude pour contrevenir aux principes généraux du
cadre théorique (p.ex. les représentations internes à l'individu n'ont pas été
abordées dès l’apparition de la conduite sociale). C’est pour cela que nous
nous sommes proposés de réviser les alternatives théoriques les plus
significatives en même temps que de compléter un rapprochement écliptique
dont nous prenons part et que nous exposons comment il est mis en oeuvre
avec des travaux originaux des auteurs.
Janvier 2008
SURVEILLA T LE PASSÉ :
HISTOIRE DE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE

I TRODUCTIO
Cartwright (1979) a constaté que 90% des psychologues sociaux étaient
présents en ce moment historique. C'est-à-dire, les dernières décennies
concentrent presque tout le savoir en Psychologie Sociale. Avec ces
considérations, Farr (1996) a affirmé que la Psychologie Sociale a un long
passé, mais une histoire courte. Cependant, la brève histoire de notre
discipline a été écrite dans une clé particulière, guidée par Allport, qu’il est
nécessaire de reconstruire à nouveau (Blanco, 1993 ; Graumann, 1987 ;
Ibáñez, 1990). À notre avis, cet événement est dû à ce qu'on a écrit des
révisions historiques d'une manière prématurée.
Il existe deux clés de lecture de l'histoire de la Psychologie Sociale :
temporaire ou dualiste. Une lecture dualiste, Psychologie Historique v.
Psychologisante (Ibáñez, 1990), Psychologie Sociale de l'Individu v. du
Groupe (Turner, 1994), n'est pas fidèle aux épisodes vécus dans lesquels une
version a éclipsé l'autre jusqu'aux débuts d'une nouvelle ère de pluralisme
dans laquelle nous nous trouvons. C’est pour cela que nous effectuerons un
récit chronologique et, dans la mesure du possible, intégrateur.
Dans les diverses chronologies, après avoir réfléchi sur les antécédents
et la naissance de la discipline, sont unanimement partagées les différentes
périodes à indiquer. Le plus commun implique d’organiser l'histoire autour
de trois étapes : la Psychologie Sociale Moderne, la Période de Crise, et la
Post-Crise. Cette fragmentation est totalement adéquate en termes
paradigmatiques puisque, en accord avec Kuhn (1970), les mouvements
paradigmatiques se produisent seulement quand sont présentes une série
d'anomalies qui mènent à leur substitution, ou à leur remise en question.
Il nous reste seulement un avertissement : pour quelques auteurs la crise
n'a pas existé. Fait qui est signalé parce qu'ils évitent de parler d'elle dans
leurs documents ou manuels (un bon exemple peut être vu dans le manuel de
Psychologie Sociale publié par Myers en 2005, et plus concrètement dans le
développement historique de Turner).
Antécédents
Nous pouvons dire que l'histoire de la Psychologie a eu son origine avec
l'apparition de l'homme, puisque l'être humain le plus primitif que nous
puissions nous imaginer devrait être capable de prévoir, avec plus ou moins
de succès, les réactions des semblables, c'est-à-dire, leur conduite.
L'expression faciale, la mimique, le discours, le ton de la voix, etc. seraient
le moyen à travers lequel constituer des théories ou formuler des prévisions
de la conduite des autres.
Établir un point évident de début de la Psychologie est une tâche qui ne
va pas jouir d'une acceptation totale du fait qu’on a recouru, parfois, à la
fantaisie, exprimée de façon mythologique afin de pallier ce dilemme. Dans
cette direction se dirige la proposition de Fariña et Vila (1996) : l'Histoire
mythologique dit que Socrate s’est retiré pour méditer à l'Oracle du Dieu
Apollon, à Delphes, pour surmonter la crise existentielle dans laquelle il était
plongé. Et Sibylle lui répond : connais-toi toi-même. Avec cette phrase, le
Dieu Apollon crée, si ce n’était pas fait précédemment, la Psychologie (p.
24). Postérieurement, Aristote avec son livre sur l'âme écrit le premier
manuel systémique de Psychologie. Évidemment, il s'agit d'une Psychologie
spéculative, bien que des observations empiriques très réussies ne soient pas
absentes. Dans cette première Psychologie on a établi une grande partie des
bases de la Psychologie postérieure (Tortosa, Fariña et Novo, 2008).
Cependant, ce paradigme philosophique n'a pas été maintenu de manière
indéfinie, bien qu'il soit aussi certain qu’aujourd'hui il existe une
Psychologie Philosophique.
Après ces débuts tellement prometteurs, une léthargie prolongée se
produit, jusqu'à ce qu’au XVIIe Siècle apparaisse au sein de la philosophie
une inquiétude due au problème de la réalité de nos connaissances. Le
rationaliste Descartes (1596-1650) fut le premier philosophe qui s'est centré
sur cette question. Cet auteur a établi dans notre discipline le dualisme
esprit- corps et par conséquent, le surgissement de deux psychologies : une
mentaliste et l’autre de conduite. Polémique avec des échos encore récents
et, pas encore résolus. Spinoza (1632-1677), autre rationaliste, a corrigé le
dualisme cartésien à travers l'isomorphisme esprit-corps. Entre le XVIIe et le
XVIIIe siècles apparaît en Angleterre l'école empiriste de Locke (1632-
1704), Berkeley (1685-1735) et de Hume (1711-1776). Du premier d'entre
eux, Locke (1632-1704), nous nous souvenons encore de deux grandes
contributions : l'association d'idées, et l'esprit comme tabula rasa. Pour ces
philosophes, la sensation ou les sensations sont à l'origine de la
connaissance, et cette croyance les oblige à étudier de manière systématique
les processus psychiques. Dans un prisme psycho-logiciste il faut souligner
qu'ils prennent comme paradigme ce qui est associationniste. Loin de

12
s'opposer au rationalisme cartésien, leur monde a continué à être celui de la
conscience et des états mentaux. La méthode d'étude qu'ils utilisent est celle
de l'observation, mais vu que ce qu'ils observent est la conscience, leur
méthode réelle d'activité est réduite à l'introspection (Caparrós, 1979).
Un point de repère fondamental dans le développement de la
Psychologie Sociale a été les formulations d’Auguste Comte (1798-1857),
fondateur de la Sociologie et un des créateurs du positivisme (Arce, Fariña et
Novo, 2008). Selon ses postulats, la connaissance se déroule en trois étapes :
théologique, métaphysique et positive. Dans l'étape positive, la méthode
observationnelle supplante l'imagination et l'argumentation. Comme
continuateur, John Stuart Mill (1806-1873), empiriste, a proclamé, dans une
tentative d'éviter tout type de préconceptions dans les résultats scientifiques,
que seulement l'expérience et l'observation pourraient fournir de nouvelles
connaissances. Comme conséquence, la définition de positiviste est arrivée à
supposer une acceptation non critique de la méthode scientifique comme la
seule façon d'obtenir de la connaissance.
Une autre option de classification des sciences et sa méthode, et avec
référents actuels, part du philosophe Dilthey qui a établi que, dans les
sciences humaines, la connaissance va au-delà de l'explication, requérant
spécifiquement une compréhension. Ceci implique, par conséquent, la
proposition d'une Psychologie Sociale historique basée sur une méthodologie
compréhensive (herméneutique). Spécialement significative a été la combi-
naison avec la Théorie Pragmatique, basée sur le langage, de Wittgenstein.
Celle-ci est soutenue par l'hypothèse que les individus, comme êtres sociaux,
sont des agents actifs qui agissent librement et qui emploient le langage
comme moyen d'expression. Nous retournerons sur ce point dans le
développement des divers cadres théoriques.

L'irruption de la Psychologie Sociale comme discipline


Bien que nous puissions déjà trouver de nombreuses références à la
Psychologie Sociale dans des philosophes européens du XIXe Siècle comme
Hegel, Comte, Spencer, Le Bon ou Tarde, ce n’est qu’en 1898 que Norman
Triplett publiera la première étude empirique de Psychologie Sociale ; à
partir de là commence une nouvelle ère. L'étude de Triplett a consisté à
vérifier quel effet avait dans le rendement, face au travail d'un sujet isolé, la
présence d'autres, trouvant qu'il était plus présent en présence d'autres. Effet
dynamogène rebaptisé postérieurement par Allport comme fourniture
sociale. Afin d'établir l'influence d'autres personnes dans l'exécution
individuelle, le français Ringelman (1880, cité par Brehm et Kassin, 1989)
s’est référé à l'étude de Triplett. Mais ce travail n'a pas été publié jusqu'à
1913, ce qui l'a relégué à l'ostracisme le plus pur.

13
Un autre des points d’inflexion dans la naissance d'une discipline est
l'apparition des premiers textes. On affirme historiquement que les premiers
manuels datent de 1908, Social Psychology Ross et An Introduction to Social
Psychology écrits par William McDougall, mais on avait précédemment écrit
deux livres, un en italien [Orano, P. (1901). Psicologia Sociale. Bari :
Lacerta]; et l'autre en langue française (Bunge, C (1903). Principes de
Psychologie Individuelle et Sociale. Paris : Alcan]. Probablement, la langue
leur a ôté le rôle protagoniste historique qui leur correspond. Bien que l’on
attribue généralement aux deux à l'unisson la paternité de la Psychologie
Sociale moderne, dans certaines occasions nous pouvons trouver la mention
seulement à l’un d'eux. Ces lectures répondent à des histoires filtrées d'une
manière partielle. Ainsi, pour ceux d'une tendance sociologique, l'initiateur a
été le Ross américain (nous devons rappeler que celui-ci présentait une
orientation sociologique avec des topiques tels que la mode, l’opinion
publique, les coutumes, les conflits sociaux), tandis que McDougall a
davantage choisi un ton psychologique et biologique, en se centrant sur les
instincts comme les principaux déterminants de la conduite humaine et, par
extension, du comportement social.
Voici le surgissement dans sa version officielle, positiviste (Allport,
1968). Les versions officieuses incluent d'autres points de référence qui se
caractérisent par un non-individualisme, un non-expérimentalisme ou un
historicisme. Bien qu'on puisse inclure encore plus, deux récits historiques
préalables à la version officielle méritent d'être soulignés sans la crainte de
retourner à des philosophies sociales (Graumann, 1990): La Völkerpsycho-
logie et la Psychologie des Masses.
La Völkerpsychologie s'est intéressée, face à la Psychologie Générale
focalisée à l'étude de l'esprit de l'individu, à l'analyse de l'esprit collectif, de
là son caractère social. Ce furent Steinthal (1823-1899) et Lazarus (1824-
1903) qui ont fait la frappe du terme avec l'édition d'une revue Völkerpsy-
chologie en 1860. Cependant, les définitions de l'esprit collectif variaient
selon les contextes entre la façon de penser en termes sociaux des individus
jusqu’à arriver au concept de « super esprit ». (Haines, 1980). Une histoire
psychologique de l'humanité est la Psychologie des Peuples qui prétend
décrire cet esprit collectif des peuples. Concrètement, les tâches qu’elle s’est
assignées sont de deux ordres : a) décrire les éléments constitutifs de l'esprit
commun (Volksgeist) à travers l'étude du langage, des mythes et des
coutumes ; et b) étudier les esprits des divers peuples (Volksgeister) (Blanco,
1988). Par conséquent, c'est aussi une Psychologie Comparée.
L'allemand Wilhem Wundt (1832-1920), en ce temps-là père de la
Psychologie expérimentale individuelle, a compris premièrement la
Psychologie des Peuples comme un complément de ses idées individuelles

14
(Danziger, 1983). Il a aussi signalé que les connaissances sociales ne
pourraient pas être si objectives que celles de la Psychologie expérimentale.
Comme méthode d'étude, il a proposé l'observation en son état le plus pur
face à l'introspection d'études individualistes. Bien que quelques auteurs
citent Wundt comme le maximum exposant de la Völkerpsychologie, cette
affirmation doit être comprise dans une personnalité complexe, puisque son
adhésion aux thèses historicistes de cette dernière a été totale dans un
premier temps, pour s’écarter rapidement vers des thèses individualistes
(Blumenthal, 1970), finissant, comme synthèse kantienne, dans l'adjudi-
cation à la Psychologie des Peuples d'un rôle complémentaire de la
Psychologie individuelle (Graumann, 1990). Même ainsi, son ouvrage
historiciste est très prolifique (10 volumes). De lui part le premier paradigme
en Psychologie, le structuralisme, porté jusqu'à son expression maximale par
Titchener (Caparrós, 1979). Ce fut précisément Titchener qui, à l'occasion de
son décès en 1921, a affirmé que Wundt était, de fait, un psychologue
expérimental qui s’était plongé dans la Psychologie Sociale dans une
deuxième étape, en pleine sénilité. Entre les raisons sous-jacentes à cette
exaltation/réprobation, peut-être la plus transcendantale, est la I ère Guerre
Mondiale. Aux États-Unis on a adopté la leçon qu’a ébauchée Hall : les
dangers apparaissent quand l'individu sera subordonné comme une cellule
dans une unité organique plus grande. Dans ce contexte, la suggestion peut
facilement se transformer en contagion (cité chez Billig, 1982). Les
déclarations de McDougall ont été montrées plus sévères, arrivant à qualifier
comme une réalisation de la guerre l'abandon de la théorie d'origine
germanique qui avait dominé le domaine dans la période pré-belliqueuse.
Ces circonstances ont amené à ce que l'influence de la Psychologie des
Peuples dans la Psychologie Sociale émergente fût faible, mais non de cette
manière son incidence indirecte (Jackson, 1988). Il s'ensuit que pendant de
nombreuses années on maximiserait le Wundt expérimentaliste et on
minimiserait son principe non expérimentaliste sur les phénomènes supra-
individuels. De nos jours, déjà éloignés de ces pressions sociales
momentanées, on admet qu'il est le fondateur tant de la Psychologie
expérimentale non sociale que de la Psychologie Sociale non expérimentale
(Ovejero, 1994). Cette coexistence sui generis est fondée sur ce que Wundt
concevait comme une application de la méthode expérimentale aux
phénomènes de base de l'individu, mais non ainsi aux processus complexes
et supra-individuels où la méthode expérimentale n'est pas un outil valable.
La Psychologie des Masses est une autre version collective enracinée
dans des pays comme la France, l'Italie ou la Russie (Álvaro, 1995). Les
personnages symboliques de cette orientation sont Tarde (1843-1904),
Durkheim (1858-1917) et Gustave Le Bon (1841-1931). Graumann décrit
(1990) cette Psychologie comme la confluence de deux modèles : un

15
médecin et un autre criminologue. Du modèle médical de contagion
bactériologique, on a impliqué une contagion mentale qui pourrait
transmettre un état anomique dans les masses. De la criminologie, ils ont pris
la responsabilité amoindrie de la personne plongée dans une masse de délit.
Gabriel Tarde, précurseur de la Psychologie des Masses, publie en 1890
Les Psychologies de l'Imitation où il spécifie que l'imitation est la base de
l'interaction sociale. En outre, il réduit les phénomènes sociaux à une
relation entre deux personnes. Finalement, nous soulignons qu'il infiltre une
certaine rationalité à la masse irréfléchie (Blanco, 1988), qui se produit à
travers l'avis versé dans les moyens de communication (imitation). Celle-ci
est d'abord instaurée dans l'individu qui, postérieurement, transmet aux
autres.
Dans de nombreuses occasions non incluses dans ce récit de
Psychologie des Masses par ses critiques graves envers la Psychologie
Sociale, on doit reconnaître à Durkheim deux de ses contributions à la
Psychologie Sociale moderne : ses concepts de conscience collective et de
règles (Jiménez Burillo, 1981). Prenant ce vieux modèle d'actualité, s'il
ressuscitait probablement il ne montrerait pas une veine anti-psychologique-
sociale. Plutôt, il influencerait des jugements de valeur négatifs de quelques
pratiques psychologiques.
Gustave Le Bon, auteur de Psychologie des Masses, qu’Allport (1985)
qualifia comme le plus influent de toute l'histoire en Psychologie Sociale, a
concrétisé les postulats centraux de la Psychologie des Masses. Comme nous
l’avons déjà établi, Le Bon a présupposé que les masses étendent leur
influence par une contagion hypnotique qui se nourrit de la suggestion. La
contagion hypnotique est le processus par lequel des sentiments et des
conduites sont divulgués dans la masse au moyen de l'imitation mutuelle. La
masse peut émettre des conduites anormales parce qu'elle est illogique et
chez elle s’estompe la responsabilité de l'individu. Postérieurement, on ne
remet pas en question les actions parce que la masse est crédule. C'est-à-dire,
l'individu est soumis au groupe. Dans le but de synthèse, Turner (1994)
affirme que bien que le concept d'esprit collectif soit rejeté aujourd'hui, les
hypothèses des individuations et d’influence sociale demeurent.
Comme Pinillos (1962) et Torregrosa (1974) le manifestent clairement,
beaucoup des problèmes signalés par ces courants sont de pleine actualité
surtout dans la Psychologie Européenne. Malheureusement, ces orientations
n’ont pas été seulement reconnues comme étant l'illumination de la
Psychologie Sociale mais on les a coupées net (Ibáñez, 1990). L’apparition
d'une Psychologie Sociale Européenne, qui pour le moment n’a fait que
commencer et qui nécessite des signes d'identité propres, a récupéré de
l’oubli et mis en lumière ces pratiques.

16
Retournant récemment à la transcription dominante de la chronique de
la Psychologie Sociale, nous nous trouvons face à une Psychologie
psychologisante qui étudie l'individu dans la société. À cette occasion il
n'existe pas non plus une lecture uniforme. De cette manière, nous nous
trouvons avec une Psychologie Sociale orientée vers les processus
interindividuels (p. ex McDougall), tandis qu'une autre est focalisée dans la
structure sociale, c'est-à-dire, le contexte social (p.ex. Ross) (Graumann,
1990). Marqué avec un dilemme semblable à celui de Wundt avec la
Psychologie Expérimentale et Sociale, McDougall soutenait d'une part une
Psychologie instinctive et, selon quelques auteurs en même temps, une
tendance sociologique (Álvaro, 1995). Parmi ces contributions, il convient
de souligner l'individualisme et l'empirisme qui ont marqué le devenir de la
Psychologie Sociale. Pour sa part, Ross est le point de départ de la
Psychologie Sociale Sociologique développée postérieurement dans
l'Interactionnisme et la Théorie du Rôle, que nous verrons plus loin en détail.
Dans cette ligne, c'est le Fonctionnalisme (Cattell, James, Dewey, Baldwin)
qui est apparu comme une réponse aux restrictions du structuralisme. Face à
celui-ci, il a souligné l'étude des processus psychologiques comme des
activités qui produisent des conséquences dans le milieu naturel ; il s'est
spécialement intéressé aux applications au monde social ; il a reconnu la
variabilité interindividuelle et changea l'objet et la méthode d'étude de la
Psychologie (Tortosa, 1989).
Floyd Allport (1924) a défendu une explication individualiste de
l'interaction sociale qui n'était qu'une extension de la théorie de la conduite
de l'apprentissage. Concrètement il a souligné qu'il n'y a pas de psychologie
des groupes qui ne soit essentielle ainsi qu’une psychologie de l'individu (p.
4). Pour cela il s’aida de ses programmes de recherche seule- ensemble
(alone-together) dans lesquels il démontra que les personnes influençaient
les unes sur le rendement des autres soit par interaction soit à travers des
sentiments comme la rivalité ou la compétition. En conséquence et selon
Turner (1994), la Psychologie Sociale n'était pas nécessaire comme une
science différente (p. 10). C'est-à-dire, la Psychologie Sociale est une partie
de la Psychologie, bien qu'avec une identité propre.
Comme aboutissement de cette dernière tendance, Murphy et Murphy
en 1931 ont publié un livre intitulé Psychologie Sociale Expérimentale qui
viendrait marquer définitivement les chemins de la Psychologie Sociale. À
celui-ci a suivi le premier Handbook of Social Psychology publié par
Murchison en 1935, qui a marqué la fin de l’ère pré-expérimentale (Jones,
1985).
À partir d'ici, on a produit une subculture qui distinguait entre les
véritables scientifiques et ceux accusés d’être des philosophes (Jackson,

17
1988). Évidemment, les bons étaient expérimentalistes, individualistes et
positivistes.
En résumé, nous pouvons conclure que, dans ses origines comme
discipline dans la Psychologie Sociale coexistaient deux versions, une
psychologisante et l’autre historique. La version psychologique, la plus
adaptative, a même éclipsé et nié l’historique. Ce n’est que récemment
qu’elle a été récupérée en Europe, on ne lui a pas attribué un rôle significatif
dans la petite chronologie existante de la Psychologie Sociale.

La Psychologie Sociale moderne (1935-1960)


Une fois apparue comme discipline, la Psychologie Sociale est devenue
fondamentalement une Psychologie Sociale expérimentale (Lindzey et
Aronson, 1985). Celle-ci, en principe, posait une série de problèmes de
solution difficile : comment pouvoir combiner les demandes d'une
expérience avec les phénomènes psycho-sociaux? (Jones, 1985). Les
situations expérimentales de Sheriff ou d’Asch ont rapidement démontré que
ce problème avait une solution.
À cause de la IIe Guerre Mondiale, se produit un changement dans la
scène de la création psychologique - sociale qui part de l'Europe et arrive
jusqu’en Amérique du Nord. Déjà avant la Guerre mais motivées par
l'atmosphère pré-belliqueuse, les principales figures de la Psychologie
Sociale de l'époque avaient émigré en Amérique (p.ex. Lewin, Heider ou
Adorno). Sur cette base, Cartwright (1979) affirma qu’Hitler avait été le
principal promoteur de la Psychologie Sociale aux USA. Les succès hors de
doute de la Psychologie en général, et de la Psychologie Sociale en
particulier, pendant la Guerre, ont amené à ce que l'administration investisse
davantage de fonds dans la recherche et dans l’accroissement du prestige
professionnel (Benjamin, 1986). Nous sommes face à l'époque dorée de la
Psychologie Sociale. La figure suivante rassemble les principales contribu-
tions. Quand nous aborderons l'objet de la Psychologie Sociale, nous
développerons avec attention ces rapprochements.

18
Figure 1
Auteur Contribution Événement Social Critique
Changement d’Attitudes
Lewin IIe Guerre Mondiale
Leadership
Adorno et alia Autoritarisme Crimes nazis
G. Allport Préjugé Stéréotypes Mouvement des droits Civils
Conformité
S. Asch Hystérie anti-communiste
Perception de personnes
Dissonance cognitive
L. Festinger
Comparaison sociale
Théorie de l'attribution
F. Heider
Théorie de l'équilibre
C. Hovland et Persuasion
alia Changement des attitudes
J. Thibaut &
Échange social
H. Kelley

Crise de confiance, identité ou paradigme en Psychologie Sociale (1961-


1975)
Pendant les années 60 et 70, s’est produite la grande explosion dans
l'activité de recherche et d’intérêt vers la Psychologie Sociale. Devant une
telle avalanche, le nombre de revues s'est multiplié, donnant y compris
capacité à la régionalisation (p.ex. British Journal of Social and Clinical
Psychology, 1963 ; Journal of Personality and Social Psychology, 1965 ;
Journal of Psychology Social Experimental, 1965 ; ou l'European Journal of
Social Psychology, 1971). Une période d'enthousiasme qui s'est aussi
reflétée dans les associations. Ainsi, les membres de la Section VIII de
l'APA grandissaient à partir de 1961 dans un taux annuel supérieur à 12%,
jusqu'à représenter 15% de tous les membres de l'APA durant les années
1971 et 1972 (Latané, 1988).
Cependant, en plein tourbillon, sont apparues des voix critiques qui
alertaient des dangers inhérents aux études psycho-sociales. Gergen (1973),
qui est le grand stimulateur de la polémique, affirma que la conduite sociale
est changeante puisqu'elle repose sur les conditions sociales qui, comme il
est facilement déductible, varient tout au long de l'histoire. En outre, on
commença à observer que les théories conduisent généralement à ce que
Jones (1985) a appelé point mort empirique. Deux principales préoccu-
pations : le réductionnisme et le positivisme. Dans les paragraphes
précédents, nous soulignions que Floyd Allport soutenait, en accord avec la
Psychologie régnante, qu'il n'existe pas une Psychologie de groupes qui ne
soit pas essentiellement une Psychologie de l'individu. Par conséquent, les

19
groupes se sont limités à être une extension des explications individuelles ;
et les explications de la conduite externe à l'individu, comme
l'Interactionnisme Symbolique ou le versant Écologique, se sont simplement
ignorés (Pepitone, 1981,1986). Ce fort caractère individuel de la Psychologie
Sociale s'est centré seulement sur l’un des éléments : l’individu, sur les trois
(l’individu, les autres, l’environnement) qui composent le dilemme explicatif
de la conduite sociale (Moscovici, 1985). Cet état des choses a conduit à
plusieurs limitations (Senn, 1988): a) la Psychologie Sociale des
intergroupes se veut insensible aux processus puisqu’elle se centre seulement
sur le fonctionnement cognitif et/ou motivationnel de l'individu ; b) effectuer
une lecture de la conduite sociale depuis une seule dimension ne peut qu’être
faux puisque la fragmentation ne peut pas conduire à une explication
complète c) la prépondérance de ce qui est individuel a rendu la Psychologie
Sociale insensible à beaucoup de questions ; d) la généralisation des données
individuelles à des groupes est, dans beaucoup d'occasions, impossible ; et e)
les théories individualistes oublient généralement l'effet de contexte.
La seconde source de préoccupation est le positivisme, c'est-à-dire,
l'acceptation de la méthode scientifique. On a mis en doute l'éthique, la
validité et le pouvoir de généralisation de ces résultats. L’artificiel, les
digressions sur des questions méthodologiques insignifiantes et l'abordage de
matières insignifiantes, ont amené les psychologues appliqués à interroger
l'utilité de telles recherches.
Une dernière note d'intérêt est la perméabilité à produire des théories et
diriger les recherches en accord avec les modes et les intérêts politiques et
sociaux du moment, le Zeitgeist. Cependant, et sans rejeter l'influence des
avatars sociaux et politiques dans ce qui est dans les clichés étudiés, il faut
espérer que celle-ci soit chaque fois moins importante au fur et à mesure que
le corpus théorique se développe dans les divers secteurs (Prentice-Dunn,
1988).
Comme conclusion, Elms (1975), après avoir analysé les détails dans les
débats sur la crise, a déduit que la crise était plus une question de manque de
confiance que de manque théorique ou paradigmatique. Il ne s'agissait pas
d'une question paradigmatique parce que simplement on n'avait pas encore
atteint un statut paradigmatique. Par rapport aux critiques éthiques,
méthodologiques et théoriques, il professa des remèdes faciles. Par consé-
quent, il a prescrit aux dissidents une thérapie qui renforcerait leurs ego
faibles. Bien que cette dérivation soit la plus acceptée (p.ex. Jones, 1985),
ses arguments et raisonnements sont, pour le moins, discutables. Comme
exemple valable, il est très incertain que la Psychologie Sociale vivrait une
situation pré-paradigmatique (Parker, 1989).

20
Malheureusement, les approches critiques n'ont pas été accompagnées
du développement de solutions réelles significatives. Il s'ensuit qu'il pourrait
être prétendu que la dite crise n'a pas existé. On pourrait conclure que les
critiques ont contribué au débat idéologique, mais non à la réflexion
pratique. Par conséquent, le positionnement positiviste a été imposé. Mais
l'effort n'a pas été anodin. Dans ce sens, la nouvelle situation se résume dans
la coexistence des différents niveaux d'analyse proposés par Doise (1986) :
intra-personnel, interpersonnel et situationnel, positionnel, et idéologique.
De cette manière, non seulement on donnait entrée aux résultats déjà atteints
mais on permettait aussi l'entrée de nouvelles réalisations complémentaires
depuis d'autres niveaux d'analyse. Avec l'ensemble de tout cela, on pourrait
obtenir un meilleur rapprochement au fait social.

Post-crise : une ère de pluralisme (1976-)


Les alternatives de sortie de la crise étaient au nombre de trois, en
supposant son existence réelle : hyperbolique, intégratrice ou pluraliste. Une
sortie hyperbolique suppose, de nouveau, le contrôle de certaines
psychologies sur d’autres, un nouvel exil. Celle-ci n'a pas été la solution,
mais malheureusement presque rien n’a été fait pour obtenir une solution
intégratrice. Probablement le Zeitgeist cherchait une confrontation, non une
résolution du conflit intégrateur (Jackson, 1988). Il s'ensuit que certains
(p.ex. Elms, 1975) ont entaché la crise de crise de confiance. Toutes les
parties ont gagné théoriquement : les méthodes sont plus rigoureuses et il
existe une plus grande permissivité.
La date à laquelle on a considéré la crise comme terminée a été 1976
(Berkowitz et Walster, 1976 ; Deutsch, 1976). À partir de 1976 on
commence à spéculer sur l'existence d'un pluralisme théorique et
méthodologique (p.ex. Brehm et Kassin, 1989) qui entre nous a été défendu,
entre autres, par Torregrosa (1985), Ovejero (1991), Garrido (1991), Munné
(1991,1993) ou Álvaro (1995). Indépendamment de ce pluralisme théorique
et méthodologique, on n'est pas arrivé à des solutions intégratrices réelles, le
plus avancé de ce qui a été obtenu, ce sont de multiples critiques (Houts et
d'autres, 1986). C'est-à-dire, éclecticisme et laissez faire, laissez passer. Il
paraît que nous avons avancé dans l'apprentissage de certaines des leçons de
l'histoire ébauchées par Blanco (1993).

21
PAGES 22 TO 134 ARE NOT SHOWN IN THIS PREVIEW

IF YOU ARE INTERESTED IN THIS BOOK, CONTACT THE EDITORIAL AT


http://www.editions-harmattan.fr/
BIBLIOGRAPHIE

ADAMS, S. (1965). Inequity in social exchange. In L. Berkowitz (Ed..).


Advances in Experimental Social Psychology (Vol. 6). New York :
Academic Press.
ADAMS, S. & ROSEMBAUM, W.E. (1962). The relationship of worker
productivity to cognitive dissonance about wage inequity. Journal of Applied
Psychology, 46, 161-164.
ADORNO, T.W., FRENKEL-BRUNSWIK, E., LEVINSON, D.J., &
SANFORD, R.N. (1950). The Authoritarian Personality. New York : Harper
and Brothers.
ALLEN, J.L., WALKER, L.D., SCHROEDER, D.A. & JOHNSON, D.E.
(1987). Attributions and attribution-behavior relations : The effect of level of
cognitive development. Journal of Personality and Social Psychology, 52,
1099-1109.
ALLPORT, F.H. (1924). Social Psychology. Boston, Mass.: Houghton
Mifflin Company.
ALLPORT, G.W. (1968). The historical background of modern social
psychology. In G. Lindzey & E. Aronson (Ed.), Handbook of Social
Psychology (2ª Ed.). Reading, Mass.: Addison-Wesley.
ALLPORT, G.W. (1985). The historical background of social psychology.
In G. Lindzey,&E. Aronson (Eds.), Handbook of Social Psychology (Vol. 1,
3ª.). New York : Random House.
ALONSO-QUECUTY, Mª.L. & ARCE, R. (1992). Jurados Mentirosos :
Análisis de la Reconstrucción de la Evidencia. Inédito, Universidad de La
Laguna.
ÁLVARO, J.L. (1995). Psicología Social : Perspectivas Teóricas y
Metodológicas. Madrid : Siglo XXI.
AMSEL, A. (1989). Behaviorism, 'eobehaviorism, and Cognitivism in
Learning Theory. Hillsdale, N.J.: LEA.
ANDERSON, N.H. (1968). Likableness ratings of 555 personality-trait
words. Journal of Personality and Social Psychology, 9, 272-279.
ANDERSON, N.H. (1974). Cognitive algebra integration theory applied to
social attribution. In L. Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social
Psychology (Vol. 7). New York : Academic Press.
ANDERSON, N.H. (1981). Foundations of Information Integration Theory.
New York : Academic Press.
ANDERSON, N.H. & HUBERT, S. (1963). Effects of concomitant verbal
recall on other effects in personality impression formation. Journal of Verbal
Learning and Verbal Behavior, 2, 379-391.
ANDERSON, R.C. & ORTONY, A. (1975). On putting apples into bottles.
A problem of polysemy. Cognitive Psychology, 7, 167-180.
ANGUERA, Mª.T. (1989). Metodología de la Observación en las Ciencias
Humanas. Madrid : Cátedra.
ANGUERA, Mª.T. (1990). Metodología observacional. In J. Arnau, Mª.T.
Anguera,&J. Gómez (Eds.), Metodología de la Investigación en las Ciencias
del Comportamiento. Murcia : Servicio de Publicaciones de la Universidad
de Murcia.
ANGUERA, Mª.T. (1995). Tratamiento cualitativo de datos. In Mª.T.
Anguera, J. Arnau, M. Ato, R. Martínez, J. Pascual, & G. Vallejo (Eds.),
Métodos de Investigación en Psicología. Madrid : Síntesis.
ARCE, R. (1989). Perfiles Psicosociales, Veredicto y Deliberación de
Jurados Legos. Tesis Doctoral, Universidad de Santiago de Compostela.
ARCE, R. (1995a). El Jurado desde la Perspectiva Psicológica. Su
Selección. III Encuentros de Psicología y Ley, Ourense.
ARCE, R. (1995b). Jury instructions. Murder trials. Expert Evidence, 4(2),
80-81.
ARCE, R., & FARIÑA, F. (1995). El estudio psicosocial de la víctima. In
M. Clemente (Coord.), Fundamentos de la Psicología Jurídica. Madrid :
Pirámide.
ARCE, R., & FARIÑA, F. (1997). Sesgos en la formación de juicios y
decisiones de los Jurados : La aproximación de no-modelo. In F. Fariña & R.
Arce (Eds.), Investigación y Psicología Jurídica. Madrid : Fundación
Universidad Empresa.
ARCE, R., FARIÑA, F. & NOVO, M. (1996). Cognition and Judicial
Decision Making. XXVI International Congress of Psychology, Montreal.
ARCE, R., FARIÑA, F. & NOVO, M.(2008). Del método en Psicología. In
F. Fariña, F : Tortosa & R. Arce (Eds.), Introducción a la Psicología (pp. 31-
52). Valencia : Promolibro
ARCE, R., FARIÑA, F. & REAL, S. (1993). De los modos y maneras de las
ruedas de identificación policial. Revista Xurídica Galega, 5(3), 41-49.

136
ARCE, R., FARIÑA, F. & SOBRAL, J. (1995). Construcción estadística de
perfiles predictores de sesgo en la formación de juicios. Revista de
Psicología Social, 10(1), 3-16.
ARCE, R., FARIÑA, F. & SOBRAL, J. (1996). From jurors to jury decision
making. A non model approach. In G. Davis, M. McMurran, C. Wilson & S.
Lloyd-Bostock, S (Eds.), Psychology and Law. International Perspectives.
Berlín : Walter de Gruyter.
ARCE, R., FARIÑA, F. & VILA, C. (1994). Análisis de contenido en la
interacción de jurados legos homogéneos. Análisis y Modificación de
Conducta, 20(74), 817-831.
ARCE, R., FARIÑA, F. & VILA, C. (1995). Análisis de los factores
individuales y grupales explicativos de la indulgencia/rigidez de los jurados.
Boletín de Psicología, 47, 103-120.
ARCE, R., FARIÑA, F. VILA, C. & REAL, S. (1996). From Juror to Jury
Memory of the Evidence. VI European Conference on Psychology and Law,
Siena.
ARCE, R., SOBRAL, J. & FARIÑA, F. (1990a). Hacia un modelo gráfico-
descriptivo de la toma de decisiones. El ejemplo de los jurados. Boletín de
Psicología, 29, 87-96.
ARCE, R., SOBRAL, J. & FARIÑA, F. (1990b). Una aproximación al
análisis de la interacción de jurados. En Libro de Simposios del III Congreso
'acional de Psicología Social. Santiago : Tórculo.
ARCE, R., SOBRAL, J. & FARIÑA, F. (1991). Acerca de la participación
de los jurados en la deliberación y sus implicaciones legales. Análisis y
Modificación de Conducta, 17(51), 71-82.
ARCE, R., SOBRAL, J. & FARIÑA, F. (1992). Verdicts of psychosocially
biased juries. En F. Lösel, D. Bender & T. Bliesener (Eds.), Psychology and
Law. International Perspectives. Berlin : Walter de Gruyter.
ARONSON, E., BREWER, M. & CARLSMITH, J.M. (1985).
Experimentation in social psychology. In G. Lindzey, & E. Aronson (Eds.),
Handbook of Social Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New York : Random
House.
ASCH, S.E. (1946). Forming impressions of personality. Journal of
Personality and Social Psychology, 41, 258-290.
ASCH, S.E. (1951). Effects of group pressure upon the modification and
distorsion of judgment. In H. Getskow (Ed.), Groups, Leadership and Man.
Pittsburg, PA.: Carnige Press.

137
ASCH, S.E. (1952). Social Psychology. Englewood Cliffs, N.J.: Prentice
Hall.
ASCH, S.E. (1956). Studies on independence and conformity : A minority of
one against a unanimous majority. Psychological Monographs, 70(9, núm.
416).
ASHMORE, R.D. & DEL BOCA, F.K. (1981). Conceptual approaches to
stereotypes and stereotyping. En D.L. Hamilton (Ed.), Cognitive Processes
in Stereotyping and Intergroup Behavior. Hillsdale, N.J.: LEA.
AVERMAET, E. van (1990). Influencia social en los grupos pequeños. In
M. Hewstone, W. Stroebe, J.P. Codol, & G.M. Stephenson (Eds.),
Introducción a la Psicología Social. Barcelona : Ariel.
AYESTARÁN, S. (1987). Las representaciones sociales del grupo. In D.
Páez et al. (Eds.), Pensamiento, Individuo y Sociedad. Cognición y
Representación Social. Madrid : Fundamentos.
AZJEN, I., DALTO, C.A. & BLYTH, D.P. (1979). Consistency and bias in
the attribution of attitudes. Journal of Personality and Social Psychology,
37, 1871-1876.
AZJEN, I. & FISHBEIN, M. (1975). A bayesian analysis of attribution
process. Psychological Bulletin, 82, 261-277.
BAKEMAN, R. & GOTTMAN, J.M. (1989). Observación de la
Interacción : Introducción al Análisis Secuencial. Madrid : Morata.
BALCH, R.W., GRIFFITHS, C.T., HALL, E.L.& WINFREE, L.T.
(1976).The socialization of jurors. The voir dire as a rite of passage. Journal
of Criminal Justice, 4, 271-283.
BALES, R.F. (1950). Interaction Process Analysis : A Method for the Study
of Small Groups. Reading, Mass.: Addison-Wesley.
BANDURA, A. (1971). Psychological Modelling. Chicago. Ill.: Aldine.
BANDURA, A. (1973). Aggression : A Social Learning Analysis.
Englewood Cliffs, N.J.: Prentice Hall.
BANDURA, A. (1983). Principios de Modificación de Conducta.
Salamanca : Sígueme.
BANDURA, A. & WALTERS, R.H. (1963). Social Learning and
Personality Development. New York : Holt, Rinehart and Winston.
BAR-HILLEL, M. (1980). The base-rate fallacy in probability judgments.
Acta Psychologica, 44, 211-213.

138
BARKER, R.G. (1968). Ecological Psychology : Concepts and Methods for
Studying the Environment of Social Behavior. Stanford, Mass.: Stanford
University Press.
BARKER, R.G.& WRIGHT, H.F. (1954). Midwest and its Children : The
Psychological Ecology of an American Town. Evanston, Ill.: Row-Peterson.
BARON, R.A. & BYRNE, D. (1991). (6ª Ed.). Social Psychology.
Understanding Human Interaction. Boston, Mass.: Allyn and Bacon.
BARON, R.A. & BYRNE, D. (2005). Psicología Social (10ª Ed.). Madrid :
Prentice Hall.
BARTLETT, F.C. (1932). Remembering. Cambridge, Mass.: Cambridge
University Press.
BARON, R.A. & BYRNE, D. (2005). Psicología Social. Madrid : Prentice
Hall.
BASABÉ, N. & PÁEZ, D. (1992). Los Jóvenes y el Consumo del Alcohol :
Representaciones Sociales. Madrid : Fundamentos.
BEKERIAN, D.A. & DENNET, J.L. (1988). Jury decisions and retention of
information. In P.J. Van Koppen, D.J., Hessing & G. Van den Heuvel (Eds.),
Lawyers on Psychology and Psychologists on Law. Amsterdam : Swets &
Zeitlinger.
BEM, D.J. & ALLEN, A. (1968). On predicting some of the people some of
the time : The search for cross-situational consistencies in behavior.
Psychological Review, 81, 506-520.
BENJAMIN, L.T.Jr. (1986). Why don't they understand us? A history of
pychology's public image. American Psychologist, 41, 941-946.
BERKOWITZ, L. (1974). Some determinants of impulsive aggression : Role
of mediated associations with reinforcements for aggression. Psychological
Review, 81, 165-176.
BERKOWITZ, L. (1989). Frustration-aggression hypothesis : Examination
and reformulation. Psychological Bulletin, 37, 245-257.
BERKOWITZ, L., KLANDERMAN, S.B. & HARRIS, R. (1964). Effects of
experimenter awareness and sex of subject and experimenter on reactions to
dependency relationships. Sociometry, 27, 327-357.
BERKOWITZ, L., & WALSTER, E. (1976). Equity theory : Toward a
general theory of social interaction. In L. Berkowitz (Ed.), Advances in
Experimental Social Psychology (Vol. 9). New York : Academic Press.
BERRY, J.W. (1967). Independence and conformity insubsistence-level
societies. Journal of Personality and Social Psychology, 7, 415-418.

139
BILLIG, M. (1976). Social Psychology and Intergroup Relations. London :
Academic Press.
BILLIG, M. (1982). Ideology and Social Psychology : Extremism,
Moderation and Contradiction. Oxford : Basil Blackwell.
BILLIG, M. & TAJFEL, H. (1973). Social categorization and similarity in
intergroup behaviour. European Journal of Social Psychology, 3, 27-52.
BLANCO, A. (1988). Cinco Tradiciones en la Psicología Social. Madrid :
Morata.
BLANCO, A. (1993). Paternidades y filiaciones en la psicología social.
Psicothema, 5, 13-29.
BLAKE, R.R. & MOUTON, J.S. (1962). Overevaluation of own group's
product of intergroup competition. Journal of Abnormal Social Psychology,
64, 237-238.
BLAKE, R.R. & MOUTON, J.S. (1984). Solving Costly Organizational
Conflicts. San Francisco, CA.: Jossey-Bass.
BLUMENTHAL, A.L. (1970). Language and Psychology. Historical
Aspects of Psycholinguistics. New York : John Wiley and Sons.
BLUMER, H. (1981). El Interaccionismo Simbólico. Barcelona : Hora.
BONAL, R. & ROS, A. (1992). La Representació Social de la Justicia.
Barcelona : Centre d'Estudis Juridics i Formació Especialitzada.
BRAY, R.M. & KERR, N.L. (1982). Methodological considerations in the
study of the psychology of the courtroom. In N.L. Kerr & R.M. Bray (Eds.),
The Psychology of the Courtroom. New York : Academic Press.
BREHM, J.W. (1966). A Theory of Psychological Reactance. New York :
Academic Press.
BREHM, S.S.M. & KASSIN, S.M. (1989). Social Psychology. Boston,
Mass.: Houghton Mifflin Company.
BRIÑOL, P., FALCES, C. & BECERRA, A. (2007). Actitudes. In F.
Morales, M. Moya, E. Gaviria & I. Cuadrado (Eds.), Psicología Social (pp.
457-490). Madrid : McGraw-Hill.
BROCK, T.C. & BUSS, A.H. (1962). Dissonance, aggression and evaluation
of pain. Journal of Abnormal and Social Psychology, 65, 192-202.
BROWN, R. (1990). Relaciones intergrupales. In M. Hewstone, W. Stroebe,
J.P. Codol, & G.M. Stephenson (Eds.), Introducción a la Psicología Social.
Barcelona : Ariel.
BRUNER, J.S. & GOODMAN, C.D. (1947). Value and need as organizing
factors in perception. Journal of Abnormal Social Psychology, 42, 33-44.

140
BRUNER, J.S. & POSTMAN, L. (1947). Emotional selectivity in perception
and reaction. Journal of Personality, 16, 69-71.
BUCKHOUT, R. (1974). Eyewitness testimony. Scientific American, 231,
23-31.
BRUNER, J.S. & POSTMAN, L. (1948). An approach to social perception.
In W. Dennis,&R. Lippit (Eds.), Current Trends in Social Psychology.
Pittsburg : Pittsburg University Press.
BUCKHOUT, R. (1974): Eyewitness testimony. Scientific American, 231,
23-31.
BURGER, J.M. (1981). Motivational biases in the attribution of
responsability for an accident : A meta-analysis of the defensive- attribution
hypothesis. Psychological Bulletin, 90, 496-512.
BURGESS, R. & BUSHELL, D. (1969). Behavioral Sociology. New York :
Columbia University Press.
BURKE, P.J. & REITZES, D. (1981). The link between identity and role
performance. Social Psychological Quarterly, 44, 83-92.
BYRNE, D. (1961). Interpersonal attraction and attitude similarity. Journal
of Abnormal and Social Psychology, 62, 713-715.
CACIOPPO, J. & PETTY, R.E. (1981). Effects of extent of thought on the
pleasentness of P-O-X triads : Evidence for three judgmental tendencies in
evaluating social situations. Journal of Personality and Social Psychology,
40, 1000-1009.
CAJAL, B. (1994): El Cambio de Veredicto en el Jurado : Influencia de
Variables Psicosociales. Doctoral thesis. Universidad Autónoma de
Barcelona.
CAMPBELL, D.T. (1957). Factors relevant to the validity of experiments in
social setting. Psychological Bulletin, 54, 297-312.
CAMPBELL, D.T. (1961). The mutual methodological relevance of
anthropology and psychology. In F.L.K. Hsu (Ed.), Psychological
Anthropology. Homewood, Ill.: Dorsey.
CAMPBELL, D.T. & STANLEY, J.C. (1966). Experimental and
Quasiexperimental Designs for Research. Chicago : Rand McNally.
CANTO, J.M. (1994). Psicología Social e Influencia. Estrategias del Poder
y Procesos de Cambio. Málaga : Aljibe.
CANTOR, N. (1981). A cognitive-social approach to personality. En N.
Cantor & J.F. Kihlstrom (Eds.), Personality, Cognition, and Social
Interaction.

141
CANTOR, N. & MISCHEL, W. (1979). Prototypes in person perception. In
L. Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology (Vol. 12).
New York : Academic Press.
CAPARRÓS, A. (1979). Introducción Histórica a la Psicología
Contemporánea. La Psicología Ciencia Multiparadigmática. Barcelona :
Rol.
CARABAÑA, J. & LAMO DE ESPINOSA, E. (1978). Resumen y
valoración crítica del interaccionismo simbólico. In J. Jiménez & L. Morga
(Eds.), Teoría Sociológica Contemporánea. Madrid : Tecnos.
CARRERA, P. & FERNÁNDEZ-DOLS, J.M. (1992). La observación :
Cuestiones previas. In M. Clemente (Coord.), Psicología Social. Métodos y
Técnicas de Investigación. Madrid : Eudema Psicología.
CARTWRIGHT, D. (1979). Contemporary social psychology in historical
perspective. Social Psychology Quarterly, 42, 82-93.
CEA, Mª.A. (1992). La encuesta psicosocial (1). En M. Clemente (Coord.),
Psicología Social. Métodos y Técnicas de Investigación. Madrid : Eudema
Psicología.
CECI, S.J., Peters, D. & Plotkin, J. (1985). Human subjects review, personal
values, and the regulation of social science research. American Psychologist,
40, 994-1002.
CHAIKEN, S. (1980). Heuristic versus systematic information processing
and the use of source versus message cues in persuasion. Journal of
Personality and Social Psychology, 39, 752-766.
CHAPMAN, L.J. & CHAPMAN, J.P. (1967). Genesis of popular but
erroneous psycho-diagnostic observation. Journal of Abnormal Psychology,
72, 193-204.
CHARROW, R.P. & CHARROW, V.R. (1979). Making legal language
understandable : A psycholinguistic study of jury instructions. Columbia
Law Review, 79, 1306-1374.
CHRISTIE, R. & JAHODA, M. (1954). Studies in the Scope and Method of
"The Authoritarian Personality". Glencoe, Ill.: Free Press.
CLEMENTE, M. (1992). Psicología Social Aplicada. Madrid : Eudema
Psicología.
CLEMENTE, M. & FERNÁNDEZ, I. (1992). La medición de actitudes. In
M. Clemente (Coord.), Psicología Social. Métodos y Técnicas de
Investigación. Madrid : Eudema Psicología.
COOK, T.D., BEAN, J.R., CALDER, B.J., FREY, R., KROVOTZ, M.L. &
REISMAN, S.R. (1970). Demand characteristics and three conceptions of

142
the frequently deceived subject. Journal of Personality and Social
Psychology, 14, 185-194.
COOK, T.D. & CAMPBELL, D.T. (1979). Quasi-Experimentation. Boston,
Mass.: Houghton Mifflin Company.
COOK, T.D. & SHADISH, W.R. (1994). Social experiments : Some
developments over the past fifteen years. Annual Review of Psychology, 45,
545-580.
COOLEY, C.H. (1964). Human 'ature and the Social Order. New York :
Shocken Books (original de 1902).
CORLETT, J.A. (1991). Some connections between epistemology and
cognitive psychology. 'ew Ideas in Psychology, 9(3), 285-386.
COWAN, C.L., THOMPSON, W.C. & ELLSWORTH, P.C. (1984). The
effects of death qualification on jurors' predisposition to convict and on
quality of deliberation. Law and Human Behavior, 8(1/2), 53-79.
CRANO, W.D. & BREWER, M.B. (1977). Principles of Research in Social
Psychology. New York : MacGraw-Hill
CRESPO, E. (1995) Introducción a la Psicología Social. Madrid.
Universitas.
CRESSEY, D.R. (1953). Other People's Money. Glencoe, Ill.: Free Press.
CRUTCHFIELD, R.S. (1955). Conformity and character. American
Psychologist, 10, 191-198.
CRUTCHFIELD, R.S. (1959). Personal and situational factors in conformity
to group pressure. Acta Psychologica, 15, 386-388.
DANE, F.C. (1990). Research Methods. Pacific Grove, CA.: Brooks/Cole.
DANZIGER, K. (1983). Origins and basic principles of Wundt's
Völkerpsychologie. British Journal of Psychology, 22, 303-313.
DEAUX, K. (1976). Sex : A perspective on the attribution process. In J.H.
Harvey, W.J. Ickes & R.F. Kidd (Eds.), 'ew Directions in Attribution
Research. Hillsdale, N.J.: LEA.
DEAUX, K., DANE, F.C.& WRIGHTSMAN, L.S. (1993). Social
Psychology in the '90s. Pacific Grove, CA.: Brooks/Cole.
DELCLAUX, I. (1981). El método. In J.F. Morales (Ed.), Metodología y
Teoría de la Psicología. Madrid : UNED.
DENZIN, N.K. (1978). The Research Act. New York : MacGraw-Hill.
DEUTSCH, M. (1949). A theory of cooperation and competition. Human
Relations, 2, 129-152.

143
DEUTSCH, M. (1976). Theorizing in social psychology. Personality and
Social Psychology Bulletin, 2, 131-141.
DEUTSCH, M. & GERARD, H. (1955). A study of normative and
informational social influences upon individual judgment. Journal of
Abnormal Social Psychology, 51, 629-636.
DEUTSCH, M. & KRAUSS, R.M. (1976). Teorías en Psicología Social.
Buenos Aires : Paidós.
DI GIACOMO, J.P. (1981). Représentations Sociales et Comportaments
Colectifs. Tesis Doctoral, Universidad Católica de Lovaina.
DIAMOND, S.S. (1993). Instructing on death : Psychologists, juries, and
judges. American Psychologist, 48, 423-434.
DIESING, P. (1972). Patterns of Discovery in the Social Sciences. Chicago,
Ill.: Aldine.
DOISE, W. (1978). Groups and Individuals : Explanations in Social
Psychology. Cambridge : Cambridge University Press.
DOISE, W. (1979). Expériences entre groups. París : Mouton.
DOISE, W. (1986). Las relaciones entre grupos. In S. Moscovici (Ed.),
Psicología Social. Barcelona : Paidós.
DOISE, W., DESCHAMPS, J.C. & MUGNY, G. (1985) (2ª Ed.). Psicología
Social Experimental. Autonomía, Diferenciación e Integración. Barcelona :
Hispano Europea.
DOISE, W., SPINI, D., JESUINO, J.C., NG, S.H. & EMLER, N. (1994).
Values and perceived conflicts in the social representation of human rights :
Feasibility of a cross-national study. Swiss Journal of Psychology, 53(4),
240-251.
DOLLARD, J., DOOB, L.W., MILLER, N.E. MOWRER, O.H. & SEARS,
R.R. (1939). Frustration and Aggression. New Haven, Conn.: Yale
University Press.
DOLLARD, J. & MILLER, N.E. (1977). Personalidad y Psicoterapia.
Bilbao. Desclée de Brouwer.
DOMÉNECH, J.M. (1991). Métodos Estadísticos en Ciencias de la Salud.
Barcelona : Signo.
DOMS, M. & VAN AVERMAET, E. (1980). Majority influence, minority
influence, and conversion behaviour : A replication. Journal of Experimental
Social Psychology, 16, 283-292.
DOUGLAS, J.D. (1976). Investigative Social Research. Beverly Hills, CA.:
Sage.

144
EISER, J.R. (1980). Cognitive Social Psychology. London : MacGraw-Hill.
EISER, J.R. (1989). Psicología Social. Actitudes, Cognición y Conducta
Social. Madrid : Pirámide.
ELEJABARRIETA, F. (1986). La Representación Social de la Informática y
Algunos Efectos Psicosociales de la Informatización. Tesis Doctoral,
Universidad Autónoma de Barcelona.
ELEJABARRIETA, F., VALENCIA, J. & WAGNER, W. (1993). The
Personification Effect : A Way of Objectification of the Unfamiliar in the
Social Representation of Sexual Infidelity. Comunicación presentada al
General Meeting of European Association of Experimental Social
Psychology, Lisboa.
ELLIOT, D.S., HUIZINGA, & AGETON, S.S. (1985). Explaining
Delinquency and Drug Use. Beverly Hills, CA.: Sage.
ELLIOT, R., & ROBINSON, R.J. (1991). Death penalty attitudes and the
tendency to convict or acquit. Law and Human Behavior, 15(4), 389-404.
ELLSWORTH, P.C. (1977). From abstract ideas to concrete instances. Some
guidelines for choosing natural research settings. American Pyschologist,
48(2), 604-615.
ELMS, A.C. (1975). The crisis of confidence in social psychology.
American Psychologist, 30, 967-976.
EMERSON, R.M. (1969). Operant psychology and exchange theory. In R.
Burgess & D. Bushell (Eds.), Behavioral Sociology. New York : Columbia
University Press.
EMERSON, R.M. (1981). Social exchange theory. En M. Rosenberg & R.H.
Turner (eds). Social Psychology. Sociological Perspectives. New York :
Basic Book Publishers.
ERIKSON, P.M. & ROGERS, L.E. (1973). New procedures for analyzing
relational communication. Family Process, 12, 245-267.
EYSENCK, H.J. & KAMIN, L. (1985) (2º Ed.). La Confrontación sobre la
Inteligencia : ¿Herencia, Ambiente? Madrid : Pirámide.
FARR, R.M. (1996). The Roots of Modern Social Psychology. Oxford : Basil
Blackwell.
FARIÑA, F. & ARCE, R. (1993). Ansiedad ante los Ordenadores. Madrid :
Eudema Psicología.
FARIÑA, F., ARCE, R. & REAL, S. (1994). Ruedas de identificación : De
la simulación y la realidad. Psicothema, 7(1), 395-402.

145
FARIÑA. F., ARCE, R., SOBRAL, J. & CARAMÉS, R. (1991). Predictors
of anxiety towards computers. Computers in Human Behavior, 7, 263-267.
FARIÑA, F., ARCE, R. & GONZÁLEZ, A. (1995). Definición de la Carga
de la Prueba a Jurados. V Congreso Nacional de Psicología Social,
Salamanca.
FARIÑA, F., NOVO, M., ARCE, R. & VILA, C. (1996). Construcción de
una escala predictora de sesgos en la formación de juicios. In D.E. Gómez &
X.L. Saburido (Eds.), Salud y Prevención : 'uevas Aportaciones desde la
Evaluación Psicológica. Santiago : Servicio de Publicaciones de la
Universidad de Santiago de Compostela.
FARIÑA, F. & VILA, C. (1996). Introducción a la Psicología Básica.
Santiago : Nino.
FARR, R.M. (1996). The Roots of Modern Social Psychology. Oxford : Basil
Blackwell.
FERNÁNDEZ-DOLS, J.M. (1990). Patrones para el Diseño de la
Psicología Social. Madrid : Morata.
FERNÁNDEZ-REY, J., BERNAL, M. & FARIÑA, F. (1991). Efectos del
contexto en la estructura interna de las categorías. Revista de Psicología
General y Aplicada, 44, 11-19.
FERNÁNDEZ-RÍOS, M. (1985). La teoría de campo. En C. Huici (dir.).
Estructura y Procesos de Grupo. Madrid : UNED.
FESTINGER, L. (1957). A Theory of Cognitive Dissonance. Evanston, Ill.:
Row Peterson.
FESTINGER, L. & KATZ, D. (1953). Research Methods in the Behavioral
Sciences. New York : Dryden.
FESTINGER, L., RIECKEN, H. & SCHACHTER, S. (1956). When
Prophecy Fails. Minneapolis, Minn.: University of Minnesota Press.
FEYERABEND, P.K. (1975). Against Method. London : NBL.
FINKELMAN, D. (1978). Science and psychology. American Journal of
Psychology, 179-199.
FISCH, R. & DANIEL, H.K. (1986). Tendencias de la investigación y
publicación en psicología social experimental : 1971-1980. Un análisis
temático del Journal of Experimental Social Psychology, the European
Journal of Social Psychology, The Zeotschrift fur Sozialpsychologie. In G.
Serrano & J. Sobral (Eds.), Lecturas de Psicología Social. Santiago :
Tórculo (original European Journal of Social Psychology, 12, 395-412,
1982).

146
FISHBEIN, M. & AZJEN, I. (1973). Attribution of responsability : A
theoretical note. Journal of Experimental Social Psychology, 9, 148-153.
FISHBEIN, M. & AZJEN, I. (1975). Belief, Attitude, Intention, and
Behavior : An Introduction to Theory and Research. Reading, Mass.:
Addison-Wesley.
FISHER, L.A. & BAUMAN, K.E. (1988). Influence and selection in the
friend-adolescent relationship : Findings from studies of adolescent smoking
and drinking. Journal of Applied Social Psychology, 18, 289-314.
FISHER, R. (1990). The Social Psychology of Intergroup and International
Conflict Resolution. New York : Springer-Verlag.
FISHER, R., GEISELMAN, R.E., RAYMOND, D.S., JURKEVICK, L.M
&. WARHAFTIG, M.L. (1987). Enhancing enhanced eyewitness memory :
Refining the cognitive interview. Journal of Police Science and
Administration, 15, 291-297.
FISKE, S.T. & TAYLOR, S.E. (1984). Social Cognition. Reading, Mass ::
Addison-Wesley.
FISKE, S.T. & TAYLOR, S.E. (1991) (2ª ed). Social Cognition. New York :
McGraw-Hill.
FLEISS, J.L., COHEN, J.& EVERITT, B.S. (1969). Large sample standard
errors of kappa and weighted kappa. Psychological Bulletin, 72, 323-27.
FOA U.G. & FOA U.B. (1975). Resource Theory of Social Exchange.
Morristown, N.J.: General Learning Press.
FREE v. PETERS, (1991). 778 F. Supp. 431 N.D.Ill.
FUNDER, D.C. (1987). Errors and mistakes : Evaluating the accuracy of
social judgement. Psychological Bulletin, 101, 75-90.
GARCÍA, E. (1993). Aprendizaje social. In A. Puente (Coord.), Psicología
Básica. Introducción al Estudio de la Conducta Humana. Madrid : Eudema
Psicología.
GARCÍA, L. & MOYA, J. (1993). Historia de la Psicología. II. Teorías y
Sistemas Psicológicos Contemporáneos. Madrid : Siglo XXI.
GARCÍA-PABLOS, A. (1988). Manual de Criminología. Introducción y
Teorías de la Criminalidad. Madrid : Espasa Calpe.
GARFINKEL, H. (1964). Studies of the routine grounds of everyday
activities. Social Problems, 11(3), 225-250.
GARRIDO, E. (1987). Prólogo. In A. Bandura. Pensamiento y Acción.
Fundamentos Sociales. Barcelona : Martínez Roca.

147
GARRIDO, E. (1991). Psicología social española : "Hijos de la crisis".
Interacción Social, 1, 139-148.
GECAS, V., SCHWALBE, M. (1984). Beyond the looking glass : Social
structure and efficacy-based self steem. Social Psychology Quarterly, 46,
77-88.
GERARD, H.B. & HYOT, M.F. (1974). Distinctiveness of social
categorization and attitude toward ingroup members. Journal of Personality
and Social Psychology, 29, 836-842.
GONZÁLEZ, L, & CANTO, J. (1995). La influencia minoritaria en
psicología social : Apuntes para una reconstrucción histórica. Revista de
Psicología Social, 10(1), 75-99.
GERBASI, K.C., ZUCKERMAN, H.,& REIS H.T. (1977). Justice needs a
new blindfold : A review of mock jury research. Psychological Bulletin, 84,
323-345.
GERGEN, K.J. (1973). Social psychology as history. Journal of Personality
and Social Psychology, 26, 309-320.
GERGEN, K.J. (1978). Experimentation in Social Psychology : A
reappraisal. European Journal of Social Psychology, 8, 507-527.
GERGEN, K.J. (1989). La psicología postmoderna y la retórica de la
realidad. In T. Ibáñez (Coord.), El Conocimiento de la Realidad Social.
Barcelona : Sendai.
GLASS, A.L. & HOLYOAK, K.J. (1986). Cognition. New York : Random
House.
GOFFMAN, E. (1979). Relaciones en Público. Madrid : Alianza
Universidad.
GOODALE, J.G. (1988). La Entrevista : Técnicas y Aplicaciones para la
Empresa. Madrid : Pirámide.
GOODE, W.J. (1960). Norm commitment and conformity to role-status
obligations. American Journal of Sociology, 66, 246-258.
GRAUMANN, A.F. (1990). Introducción a una historia de la Psicología
Social. In M. Hewstone, W. Stroebe, J.P. Codol, & G.M. Stephenson (Eds.),
Introducción a la Psicología Social. Barcelona : Ariel.
GREENWALD, A.G. (1980). The totalitarian ego : Fabrication and revision
of personal history. American Psychologist, 35,,603-618.
HAINES, H. (1980). The Origins of Modern Social Psychology. Universidad
de Auckland.

148
HALL, C.S. & LINDZEY, G. (1968). The relevance of freudian psychology
and related viewpoints for social sciences. In G. Lindzey, & E. Aronson
(Eds.), Handbook of Social Psychology (1ª Ed.). New York : Random
House.
HALL, P.M. (1972). A symbolic interactionist analysis of politics.
Sociological Inquiry, 42, 35-75.
HARTWICK, J., SHEPPARD, B. H. & DAVIS, J. H. (1982). Group
remembering : research and implications. In R. Guzzo (Ed.), Improving
Group Decision Making in Organizations : Working from Theory. New
York : Academic Press.
HARRÉ, R. (1983). Nuevas direcciones en psicología social. In J.R.
Torregrosa, y B. Sarabia (Eds.), Perspectiva y Contexto en Psicología
Social. Barcelona : Hispano Europea.
HARRÉ, R. (1992). What is real in psychology : A plea for person. Theory
and Psychology, 2(2), 153-158.
HARRÉ, R. & SECORD, P.F. (1972). The Explanation of Social Behavior.
Oxford : Basil Blackwell.
HASTIE, R. (1980). Memory for behavioral information that confirms or
contradicts a personality impression. In R. Hastie, T.M. Ostrom, E.B.
Ebbesen, R.S. Wyer, D.L.Jr. Hamilton & D.E. Carlston (Eds.), Person
Memory : The Cognitive Basis of Social Perception. Hillsdale, N.J.: LEA.
HASTIE, R. (1981). Schematic principles on human memory. En T.E.
Higgins, C. Herman & M.P. Zanna (Eds.), Social Cognition : The Ontario
Symposium on Personality and Social Psychology (Vol. 1). Hillsdale, N.J.:
LEA.
HASTIE, R. (1984). Causes and effects of causal attribution. Journal of
Personality and Social Psychology, 46(1), 44-56
HASTIE, R., PENROD, S. & PENNINGTON, N. (1983). Inside the Jury.
Cambridge, Mass.: Harvard University Press.
HASTORF, A.H., SCHNEIDER, D.J., & POLEFKA, J. (1970). Person
Perception. Reading, Mass.: Addison-Wesley.
HEBERT, J. & ATTRIDGE, 1975). A guide for developers and users of
observation systems and manuals. American Educational Resources Journal,
12(1), 1-20.
HEIDER, F. (1944). Social perception and phenomenal causality.
Psychological Review, 51, 358-374.
HEIDER, F. (1958). The Psychology of Interpersonal Relations. New York :
John Wiley and Sons.

149
HENRIQUES, J., HOLLOWAY, W., URWIN, C., VENN, C., &
WALKERDINE, V. (1984). Changing the Subject : Psychology, Social
Regulation, and Subjectivity. London : Methuen.
HEWSTONE. M. (1989). Causal Attribution : From Cognitive Processes to
Collective Beliefs. Oxford : Basil Blackwell.
HEWSTONE, M. & ANTAKI, C. (1990). Teoría de la atribución y
explicaciones sociales. In M. Hewstone, W. Stroebe, J.P. Codol & G.M.
Stephenson (Coord.), Introducción a la Psicología Social. Una Perspectiva
Europea. Barcelona : Ariel.
HIGBEE, K.L., MILLARD, R.J. & FOLKMMAN, J.R. (1982). Social
psychology research during the 1970s : Predominance of experimentation
and college students. Personality and Social Psychology Bulletin, 8, 180-
183.
HIGGINS, E.T., RHODES, W.J. & JONES, C.R. (1977). Category
accesibility and impression formation. Journal of Experimental Social
Psychology, 13, 141-154.
HIMMELWEIT, H. & GASKELL, G. (1980). Societal Psychology.
London : Sage.
HOGG, M.A. & VAUGHAN, G.M. (1995). Social Psychology. An
Introduction. London : Prentice Hall.
HOMANS, G.C. (1958). Social behavior and exchange. American Journal of
Sociology, 63, 597-606.
HOMANS, G.C. (1974) (2º Ed.). Social Behavior : Its Elementary Forms.
New York : Harcourt, Brace and World.
HOUTS, A.C., COOK, T.D. & SHADISH, W.R.Jr. (1986). The person-
situation debate : A critical multiplist perspective. Journal of Personality,
54, 52-105.
HUERTAS, J.A., BLANCO, A. & DE LA CORTE, L. (1994). G.H. Mead :
Las distintas voces de un autor. Una primera aproximación historiográfica a
su influencia en la psicología social. Revista de Historia de la Psicología,
15(3-4), 291-303.
HUICI, C. (1985a). La orientación psicoanalítica. In C. Huici (Dir.).
Estructura y Procesos de Grupo. Madrid : UNED.
HUICI, C. (1985b). Relaciones intergrupales II : El paradigma del grupo
mínimo. En C. Huici (dir.). Estructura y Procesos de Grupo. Madrid :
UNED.

150
HUICI, C. (1986). Psicología social cognitiva : Algunas contribuciones
europeas. En H. Peraita (Coord.), Psicología Cognitiva y Ciencia Cognitiva.
Madrid : UNED.
IBÁÑEZ, T. (1985). 'ew Look en Psicología Social : Teoría de la Acción y
Autoorganización. Barcelona : Servicio de Publicaciones de la Universidad
Autónoma de Barcelona.
IBÁÑEZ, T. (1989). El Conocimiento de la Realidad Social. Barcelona :
Sendai.
IBÁÑEZ, T. (1990). Aproximaciones a la Psicología Social. Barcelona :
Sendai.
IBÁÑEZ, T. (1991). Naturaleza del conocimiento psicosocial construido por
las revistas "estándar" de la disciplina. Interacción Social, 1, 45-64.
INSKO, C. (1965). Verbal reinforcement of attitude. Journal of Personality
and Social Psychology, 2, 621-623.
JACKSON, J.M. (1988). Social Psychology, Past and Present. An
Integrative Orientation. Hillsdale, N.J.: LEA.
JANIS, I.J. (1972). Victims of Groupthink. Boston : Houghton Mifflin
Company.
JANIS, I.J.& MANN, L. (1977). Decision Making. New York : Free Press.
JAVALOY, F. (1993). El paradigma de la identidad social en el estudio del
comportamiento colectivo y de los movimientos sociales. Psicothema,
5(suplemento), 277-286.
JIMÉNEZ-BURILLO, F. (1981). Psicología Social. Madrid : UNED.
JIMÉNEZ-BURILLO, F., SANGRADOR, J.L., BARRÓN, A. & DE PAÚL,
P. (1992). Análisis interminable : Sobre la identidad de la psicología social.
Interacción Social, 2, 11-44.
JODELET, D. (1984). Representation sociale : Phénomènes, concept et
theorie. En S. Moscovici (Ed.), Psychologie Sociale. París : PUF.
JOHNSON, S.M. & BOLSTAD, O.D. (1973). Methodological issues in
naturalistic observation : Some problems and solutions for field research. In
L.A. Hamerlynck, L.C. Handy & E.J. Mash (Eds.), Behavior Change :
Methodology, Concepts, and Practice. Champaign, Ill.: Research Press.
JONES, E.E. (1985). Major developments in social psychology during past
five decades. In G. Lindzey & E. Aronson (Eds.), The Handbook of Social
Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New York : Random House.

151
JONES, E.E. & DAVIS, K.E. (1965). From acts to dispositions. In L.
Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology (Vol. 2). New
York : Academic Press.
JONES, E.E. & NISBETT, R.E. (1971). The Actor and the Observer :
Divergent Perceptions of the Causes of Behavior. New York : General
Learning Press.
JONES, R.A. & DAY, R.A. (1977). Social psychology as symbolic
interaction. In C. Hendryck (Ed.), Perspectives on Social Psychology.
Hillsdale, N.J.: LEA.
KAHNEMAN, D. & TVERSKY, A. (1973). On the psychology of
prediction. Psychological Review, 80, 237-251.
KALVEN, H. & ZEISEL, H. (1966). The American Jury. Boston, Mass.:
Little Brown.
KAPLAN, M.F. (1982). Cognitive processes in the individual juror. In N.L.
Kerr & R.M. Bray (Eds.), The Psychology of the Courtroom. New York :
Academic Press.
KAPLAN, M.F. (1989). Factores psicológicos en la conducta de jurados. In
A. Garzón (Ed.), Psicología y Justicia. Valencia : Promolibro.
KAPLAN, M.F. & KEMMERICK, G. (1974). Juror judgment as
information integration : Combining evidential and non-evidential
information. Journal of Personality and Social Psychology, 30, 493-499.
KASSIN, S.M. & WRIGHTSMAN, L.S. (1979). On the requeriments of
proof : The timing of judicial instructions on mock jury verdicts. Journal of
Personality and Social Psychology, 37, 1877-1887.
KELLEY, H.H. (1967). Attribution theory in social psychology. In D.
Levine (Ed.), 'ebraska Symposium on Motivation. Lincoln, Nebr.:
University of Nebraska Press.
KELLEY, H.H. (1971). Attribution and Social Interaction. New York :
General Learning Press.
KELLEY, H.H. (1972). Causal Schema in the Attribution Process. New
York : General Learning Press.
KELLEY, H.H. (1973). The process of causal attribution. American
Psychologist, 28, 107-128.
KELLEY, H.H., & THIBAUT, J.W. (1978). Interpersonal Relations : A
Theory of Interdependence. New York : John Wiley and Sons.
KELMAN, H.S. (1961). Processes of opinion change. Public Opinion
Quarterly, 25, 57-58.

152
KIRK, R.E. (1982). Experimental Design : Procedures for the Behavioral
Sciences. Pacific Grove, CA.: Brooks/Cole.
KONECNI, V.J. & EBBESEN, E.B. (1992). Methodological issues in
research on legal decision-making, with special reference to experimental
simulations. In F. Lösel, D. Bender & T. Bliesener (Eds.), Psychology and
Law. Berlin : Walter de Gruyter.
KRUGLANSKI, A.W. & AZJEN, I. (1983). Bias and error in human
judgment. European Journal of Social Psychology, 13, 1-44.
KUHN, D., PENNINGTON, N. & LEADBEATER, B. (1983). Adult
thinking in developmental perspective. In P.B. Baltes & O.G. Brim (Eds.),
Life-Span Development and Behavior (Vol. 5), Orlando, FL.: Academic
Press.
KUHN, M.H. (1964). Major trends in symbolic interaction theory in the past
twenty-five years. Sociologica Quaterly, 5, 61-84.
KUHN, M.H. & McPARTLAND, T.S. (1954). An empirical investigation of
self-attitudes. American Sociological Review, 19, 68-76.
KUHN, T.S. (1962). The Structure of Scientific Revolutions. The
International Encyclopedia of Unified Science (Vol. 2). Chicago : University
of Chicago Press.
KUHN, T.S. (1970). Logic of discovery or psychology of research? In I.
Lakatos & A. Musgrave (Eds.), Criticism and the Growth of Knowledge.
Cambridge : Cambridge University Press.
LAMBERTH, J. (1982). Psicología Social. Madrid : Pirámide.
LAMBERTH, J.,& BYRNE, D. (1971). Similarity attraction or demand
characteristics. Personality, 2, 77-91.
LANGER, E.J. (1975). The illusion of control. Journal of Personality and
Social Psychology, 32, 311-328.
LANGER, E.J. (1978). Rethinking the role of thought in social interaction.
In J.H. Harvey, W. Ickes & R.F. Kidd (Eds.), 'ew Directions in Attribution
Research (Vol. 2). Hillsdale, N.J.: LEA.
LANGFORD, N.S. (1975). The development of the concept of development.
In S. Modgi & C. Modgil (Eds.), Piagetian Research : Compilation and
Commentary. Windsor : NFER.
LATANÉ, B. (1988). Social psychology and how to revitalize it. In M.R.
Leary (Ed.), The state of social psychology [special issue]. Journal of Social
Behavior and Personality, 3(2), 1-12.
LATANÉ B., & DARLEY J. (1970). The Unresponsive Bystander : Why
doesn't He Help?. New York : Appleton Century Crofts.

153
LATOUR, B. (1985). Science in Action. Cambridge, Mass.: Harvard
University Press.
LEFCOURT, H.M. (1981). Research with the Locus of Control Construct
(Vols. 1 et 2). New York : Academic Press.
LEÓN, J.Mª., FERNÁNDEZ, I., LÓPEZ, A.,& CAMACHO, C. (1992).
Instrumentación en psicología social. In M. Clemente (Coord.), Psicología
Social. Métodos y Técnicas de Investigación. Madrid : Eudema Psicología.
LERNER, M.J. (1966). The Injust Consequences of the 'eed to Believe in a
Just World. Comunicación presentada al Congreso de la American
Psychological Association, New York.
LERNER, M.J. (1971). Justified self-interest and the responsability for
suffering : A replication and extension. Journal of Human Relations, 19,
550-559.
LEVENTHAL, G.S., ALLEN J. & KEMELGOR, B. (1969). Reducing
inequity by recollocating rewards. Psychonomics Science, 4, 295-296.
LEYENS, J.P., YZERBYT, V. & SCHADRON, G. (1996). Stéréotypes et
cognition sociale. Bruxelles : Mardaga.
LEVINE, N.J., & PAVELCHAK, M.A. (1985). Conformidad y obediencia.
In S. Moscovici (Ed.), Psicología Social (Vol. 1). Barcelona : Paidós.
LEWIN K. (1943). Force behind food habits and methods of change.
Bulletin of 'ational Research Council, 108, 35-65.
LEWIN, K. (1947). Frontiers in group dynamics. Human Relations, 1, 5-42.
LEWIN, K. (1951). Field Theory and Social Science. New York : Harper
and Row (trad. cast.: La Teoría de Campo en la Ciencia Social. Buenos
Aires : Paidós, 1975).
LEWIN, K., LIPPIT R. & WHITE, R. (1939). Patterns of aggressive
behavior in experimentally created social climates. Journal of Social
Psychology, 10, 271-299.
LEYENS, J.P. & CODOL, J.P. (1990). Cognición social. In M. Hewstone,
W. Stroebe, J.P. Codol & G.M. Stephenson (Coord.), Introducción a la
Psicología Social. Una Perspectiva Europea. Barcelona : Ariel.
LINDZEY, G. & ARONSON, E. (Eds.), The Handbook of Social
Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New York : Random House.
LOCKETT v. OHIO, (1978). 438 U.S. 606.
LOFTUS, E.F. (1979). Eyewitness Testimony. Cambridge, Mass.: Harvard
University Press.

154
LOPEZ, M. (2007). Revisiones y nuevas aportaciones a la Teoría de la
Disonancia. In F. Morales, M. Moya, E. Gaviria & I. Cuadrado (Eds).
Psicología Social (pp. 535-559). Madrid : McGraw-Hill.
LOTT, B. & LOTT, A.J. (1985). Learning theory in contemporary social
psychology. In G. Lindzey & E. Aronson (Eds.), The Handbook of Social
Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New York : Random House.
LUGINBUHL, J. (1992). Comprehension of judges' instructions in the
penalty phase of a capital trial. Law and Human Behavior, 16(2), 203-218.
MacKAY, D.G. (1988). Under what conditions can theoretical psychology
survey proper? Integrating the rational and empirical epistemologies.
Psychological Review, 95(4), 559-565.
McNAMARA, K., VATTANO, F. & VINEY, W. (1993). Verdict,
sentencing, and certainty as a function of sex of juror and amount of
evidence in a simulated rape trial. Psychological Reports, 72(2), 575-583.
MADIGAN, R., JOHNSON, S. & LINTON, P. (1995). The language of
psychology. APA style as epistemology. American Psychologist, 50(6), 428-
436.
MANICAS, P.T.,& SECORD, P.F. (1983). Implications for psychology of
the new philosophy of science. American Psychologist, Abril, 399-413.
MANSTEAD, A.S. & SEMIN, G.R. (1990). Metodología en psicología
social : Convirtiendo las ideas en acciones. In M. Hewstone, W. Stroebe, J.P.
Codol & G.M. Stephenson (Coord.), Introducción a la Psicología Social.
Una perspectiva Europea. Barcelona. Ariel.
MARGOLIS, J. (1987). Psychology and its methodological options. In J.
Margolis, P.T. Manicas, R. Harré & P.F. Secord (Eds), Psychology :
Designing the Discipline. Oxford : Basil Blackwell.
MARKUS, H. & ZAJONC, R.B. (1985). The cognitive perspective in social
psychology. In G. Lindzey & E. Aronson (Eds.), Handbook of Social
Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New York : Random House.
MARTÍNEZ, M.F. & GARCÍA, M. (1992). Técnicas y procedimientos para
el estudio de las representaciones sociales. In M. Clemente (Ed.), Psicología
Social. Métodos y Técnicas de Investigación. Madrid : Eudema Psicología.
MAYOR, J. (1989). El método científico en psicología. In J. Arnau & H.
Carpintero (Eds.), Historia, Teoría y Método. Madrid : Alianza.
MEAD, G.H. (1969). Espíritu, Persona y Sociedad. Buenos Aires : Paidós.
MELTZER, B.M.W. & PETRAS, J.W. (1972). The Chicago and Iowa
school of simbolic interaction. In R. Manis & B.W. Melter (Eds.), Simbolic
Interaction. Boston, Mass.: Allyn and Bacon.

155
MELTZER, B.M.W., PETRAS, J.W. & REYNOLDS, L.T. (1975). Symbolic
Interactionism : Genesis, Varieties, and Criticism. London : Routledge.
MERTON, R.K. (1957). Social Theory and Social Structure. Glencoe, Ill.:
Free Press
MILGRAM, S. (1963). Behavioral studies of obedience. Journal of
Abnormal and Social Psychology, 67, 371-378.
MILGRAM, S. (1970). The experience of living cities. Science, 167, 1461-
1468.
MILLER, N.E. (1941). The frustration-aggression hypothesis. Psychological
Review, 48, 337-342.
MILLER, N.E. (1948). Theory and experiment relating psychoanalitic
displacement to stimulus-response generalization. Journal of Abnormal
Social Psychology, 43, 155-178.
MILLER, N.E. & DOLLARD, J. (1941). Social Learning and Imitation.
New Haven : Yale University Press.
MIRÓN, L. (1991). Familia, Grupo de Iguales y Empatía : Hacia un
Modelo Explicativo de la Delincuencia Juvenil. Tesis Doctoral, Universidad
de Santiago de Compostela.
MORALES, J.F. (1981a). La Conducta Social como Intercambio. Bilbao :
Desclée de Brouwer.
MORALES, J.F. (1981b). Metodología y Teoría de la Psicología. Madrid :
UNED.
MORALES, J.F. (1994) (Coord.), Psicología Social. Madrid : McGraw-Hill.
MORALES, J.F. Identidad social y personal. In F. Morales, M. Moya, E.
Gaviria
& I. Cuadrado (Eds). Psicología Social (pp. 787-805). Madrid : McGraw-
Hill.
MORALES, J.F.& HUICI, C. (1994). Procesos grupales. En J.F. Morales
(Coord.), Psicología Social. Madrid : McGraw-Hill.
MORALES, F., MOYA, M., GAVIRIA, E. & CUADRADO, I. (2007).
Psicología Social (3ª Ed.). Madrid : McGraw-Hill.
MOSCOVICI, S. (1961/1976). La Psychanalyse, son Image et son Public.
París : PUF
MOSCOVICI, S. (1980). Toward a theory of conversion behavior. In L.
Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology (Vol. 13).
New York : Academic Press.

156
MOSCOVICI, S. (1981). On social representations. In J.P. Forgas (Ed.),
Social Cognition : Perspectives on Everyday Understandings. London :
Academic Press.
MOSCOVICI, S. (1985a). Psicología Social (Vols. 1 et 2). Barcelona :
Paidós.
MOSCOVICI, S. (1985b). Social influence and conformity. In G. Lindzey,
& E. Aronson (Eds.), Handbook of Social Psychology (Vol. 2, 3ª Ed.). New
York : Random House.
MOSCOVICI, S., LAGE, E. & NAFFRECHOUX, M. (1969). Influence of a
consistent minority on the responses of a majority in a colour perception
task. Sociometry, 32, 365-380.
MOSCOVICI, S. & PERSONNANZ, B. (1991). Studies in social influence
VI : Is Lenin orange or red?. Imagery and social influence. European
Journal of Social Psychology, 21(2), 101-118.
MOWRER, O.H. (1960). Learning Theory and Behavior. New York :
Robert E. Krieger.
MUGNY, G. (1981). El Poder de las Minorías. Barcelona : Rol.
MUGNY, G. & PÉREZ, J.A. (1991). Influencia minoritaria y
constructivismo social. Suplementos Anthropos, 27, 101-109.
MUNNÉ, F. (1982). Psicologías Sociales Marginadas : La Línea de Marx
en la Psicología Social. Barcelona : Hispano Europea.
MUNNÉ, F. (1989). Entre el Individuo y la Sociedad : Marcos y Teorías
Actuales sobre el Comportamiento Interpersonal. Barcelona : PPU.
MUNNÉ, F. (1991). La dominación epistemológica y la crítica externa en
las ciencias sociales. Interacción Social, 1, 33-41.
MUNNÉ, F. (1993). Pluralismo teórico y comportamiento social.
Psicothema, 5, 53-64.
MURPHY, G. & MURPHY, L.B. (1931). Experimental Social Psychology.
New York : Harper.
MUTRAN, E. & REITZES, D.C. (1984). Intergenerational support activities
and well-being among the elderly. American Sociological Review, 49, 117-
130.
MYERS, D. G. (2005). Psicología Social. México. Prentice Hall.
MYERS, D. G. (2008). Exploraciones de la Psicología Social. Madrid :
McGraw-Hill

157
NAGEL, S., NEEF, M. & LAMM, D. (1981). Decision theory and jury
decision making. In B. Sales (Ed.), The Trial Process. New York : Plenum
Press.
NAIL, P.R. (1986). Toward an integration of some models and theory of
social response. Psychological Bulletin, 100(2), 190-206.
NEWCOMB, T.M. (1953). An approach to the study of communicative acts.
Psychological Review, 60, 393-404.
NEWCOMB, T.M. (1961). The Acquiantance Schip Process. New York :
Holt, Rinehart and Winston.
NISBETT, R.E. & KUNDA, Z. (1985). Perception of social distributions.
Journal of Personality and Social Psychology, 48, 297-311.
NISBETT, R.E. & ROSS, L. (1980). Human Inference Strategies and
Shortcomings of Social Judgment. Englewood Cliffs, N.J.: Prentice Hall.
NOVO, M., ARCE, R. & FARIÑA, F., (2003). El heurístico. Perspectiva
histórica, concepto y tipología. In Novo, M. & ARCE, R. (Eds.) (2003).
Jueces : Formación de juicios y sentencias (pp. 39-66). Granada : Grupo
Editorial Universitario.
NOVO, M. & ARCE, R. (Eds.) (2003). Jueces : Formación de juicios y
sentencias. Granada : Grupo Editorial Universitario.
OLCZAK, P.V., KAPLAN, M.F. & PENROD, S.D. (1991). Attorneys' lay
psychology and its effectiveness in selecting jurors : Three empirical studies.
Journal of Social Behavior and Personality, 6(3), 431-452.
ORIVE, R. (1988). Social projective and social comparison of opinions.
Journal of Personality and Social Psychology, 54, 953-964.
ORNE, M.T. (1962). On the social psychology of the psychological
experiment : With particular reference to demand characteristics and their
implications. American Psychologist, 17, 776-783.
ORNE, M.T. (1969). Demand characteristics and the concept of quasi-
controls. In R. Rosenthal & R.L. Rosnow (Eds.), Artifact in Behavioral
Research. New York : Academic Press.
OSGOOD, C.E. & TANNEMBAUM, P.T. (1955). The principle of
congruity in the prediction of attitude change. Psychological Review, 62, 42-
55.
OSKAMP, S. (1972). Methods of studying human behavior. In L.S.
Wrightsman (Ed.), Social Psychology in the Seventies. Monterey, CA.:
Brooks/Cole.

158
OVEJERO, A. (1991). Algunas consideraciones sobre la crisis de la
psicología social : Causas, consecuencias y tendencias futuras. Interacción
Social, 1, 169-184.
OVEJERO, A. (1994). Wilhelm Wundt : ¿Fundador de la psicología
experimental no social o de la psicología social no experimental? Revista de
Historia de la Psicología, 15(1-2), 123-150.
PÁEZ, D., ECHEBARRÍA, A., VALENCIA, J., ROMO, I., SAN JUAN, C.
& VERGARA, A. (1991). AIDS social representation, contents and
processes. Journal of Community and Applied Social Psychology, 1, 29-32.
PAICHELER, G., & MOSCOVICI, S. (1985). Conformidad simulada y
conversión. In S. Moscovici (Ed.), Psicología Social. Barcelona : Paidós.
PARKER, I. (1989). The Crisis in Modern Social Psychology and How to
End It. London y New York : Routledge.
PARSONS, T. (1966). El sistema social. Revista de Occidente,
PENNINGTON, N. (1981). Causal Reasoning and Decision Making : The
Case of Juror Decisions. Doctoral Thesis, Harvard University.
PENNINGTON, N. & HASTIE, R. (1986). Evidence evaluation in complex
decision making. Journal of Personality and Social Psychology, 51(2), 242-
258
PEPITONE, A. (1981). Lesson from the history of social psychology.
American Psychologist, 36, 972-985.
PEPITONE, A. (1986). The role of culture in the theories of social
psychology. American Psychologist, 36, 972-985.
PÉREZ, J.A. (1991). Nuevos procesos de la influencia mayoritaria.
Suplementos Anthropos, 27, 132-136.
PÉREZ, J.A. (1994). La influencia social. In J.F. Morales (Coord.),
Psicología Social. Madrid : McGraw-Hill.
PÉREZ, J.A. & MUGNY, G. (1988). Psicología de la Influencia Social.
Valencia : Promolibro.
PETTIGREW, T.F. (1979). The ultimate attribution error : Extending
Allport's cognitive analysis of prejudice. Personality and Social Psychology
Bulletin, 5, 461-476.
PETTY, R.E. & CACIOPPO, J.T. (1986). Communication and Persuasion.
Central and Peripheral Routes to Attitude Change. New York : Springer-
Verlag.
PIAGET, J. (1937/1981). El papel de la imitación en la formación de las
representaciones. Infancia y Aprendizaje, 2 (Monográfico), 1981.

159
PINILLOS, J.L. (1962). Introducción a la Psicología Contemporánea.
Madrid : C.S.I.C.
POPPER, K.R. (1961). The Logic of Scientific Discovery. New York :
Science Editions.
POTTER, J. & LITTON, I. (1985). Some problems underlying the theory of
social representations. British Journal of Social Psychology, 24, 81-90.
POTTER, J. & WETHERELL, M.S. (1987). Discourse and Social
Psychology : Beyond Attitudes and Behaviour. London : Sage.
PRENTICE-DUNN, S. (1988). The evolution and impact of topics in the
mainstream of social psychological research. In M.R. Leary (Ed.), The state
of social psychology [special issue]. Journal of Social Behavior and
Personality, 3(2), 1-12.
PRESS, J.S. (1992). La estadística en la selección de jurados : cómo evitar
jurados adversos. In J.M. Tanur et al (Eds.), La Estadística : Una Guía de lo
Desconocido. Madrid : Alianza Editorial.
RABBIE, J.M. & HORWITZ, M. (1969). Arousal of ingroup-outgroup bias
by a change win or lose. Journal of Personality and Social Psychology, 13,
269-277.
REAL, S. (1995). Análisis y Evaluación de las Ruedas de Identificación.
Memoria de Licenciatura, Universidad de Santiago de Compostela.
REED, J. (1965). Jury deliberation, voting and verdict trends. Southwest
Social Science Quarterly, 45, 361-370.
RODRÍGUEZ, A. (1993). La imagen del ser humano en la psicología social.
Psicothema, 5(Suplemento), 65-79.
RODRÍGUEZ, A. & BETANCOR, v. (2007). La Cognición Social. In F.
Morales, M. Moya, E. Gaviria & I. Cuadrado (Eds). Psicología Social (pp.
125-167). Madrid : McGraw-Hill.
ROGERS, L E. (1979). Relational Communication Control Coding Manual.
Cleveland, OH.: Cleveland State University.
ROGERS, L.E. & FARACE, L.V. (1975). Analysis of relational
communication in dyads. New measurement procedures. Human
Communication Research, 1, 222-239.
ROSE, A. (1982). El interaccionismo simbólico. En J.R. Torregrosa,&E.
Crespo (comps.). Estudios Básicos de Psicología Social. Barcelona : Hora.
ROSENTHAL, R. (1964). The effect of the experimenter on the results of
psychological research. In B.A. Maher (Ed.), Progress in Experimental
personality Research (Vol. 1). New York : Academic Press.

160
ROSENTHAL, R. (1966). Experimental Effects in Behavioral Research.
New York : Appleton-Century-Crofts.
ROSENTHAL, R. & JACOBSON, L. (1968). Pygmalion in the Classroom :
Teacher Expectation and Pupils' Intellectual Development. New York : Holt,
Rinehart and Winston.
ROSS, L. (1977). The intuitive psychologist and its shortcomings. In L.
Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology (Vol. 10).
New York : Academic Press.
ROSS, L. & LEPPER, M.R. (1980). The perseverance of beliefs : Empirical
and normative considerations. En R.A. Schweder & D. Fiske (Eds.), 'ew
Directions of Methodology of Behavioral Science : Fallible Judgment in
Behavioral Research. San Francisco : Jossey-Bass.
RUBINGTON, E.,& WEINBERG, M.S. (1981). The Study of Social
Problems : Five Perspectives. Oxford and New York : Oxford University
Press.
RUNKEL, P.J. & McGRATH, J.E., (1972). Research on Human Behavior :
A Systematic Guide to Method. New York : Rinehart, Holt and Winston.
SABUCEDO, J.M. (1985). Autoritarismo y Actitudes Sociopolíticas.
Santiago : Tórculo.
SAHAKIAN, W.S. (1975). History and Systems of Psychology. New York :
Schenkman (trad. cast.: Historia y Sistemas de la Psicología. Madrid :
Tecnos, 1987).
SAKS, M.J. & HASTIE, R. (1986). Social Psychology in Court. Malabar,
FL.: Robert E. Krieger.
SAKS, M.J. & KIDD, R.F. (1980). Human information processing and
adjudication : Trial by heuristics. Law and Society Review, 15, 123-160.
SAMPSON, E.E. (1981). Cognitive psychology as ideology. American
Psychologist, 36(7), 730-743.
SARNOFF, I. (1960). Psychoanalitics, theory and social attitudes. Public
Opinion Quarterly, 24, 251-279.
SCHANK, R.C. & ABELSON, R.P. (1977). Scripts, Plans, Goals and
Understanding. Hillsdale, N.J.: LEA.
SCHELLENBERG, J.A. (1981). Los Fundadores de la Psicología Social :
S. Freud, G. H. Mead, K. Lewin & B. F. Skinner. Madrid : Labor.
SCHUMAN, H. & KALTON, G. (1985). Survey methods. In G. Lindzey &
E. Aronson (Eds.), Handbook of Social Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New
York : Random House.

161
SEALY, A.P. & CORNISH, W.R. (1973). Juries and the rule of evidence.
Criminal Law Review, April, 320-322.
SEARS, D.O. (1983). The person-positivity bias. Journal of Personality and
Social Psychology, 44, 233-250.
SEARS, D.O. (1986). College sophomores in the laboratory : Influences of a
narrow data base on social psychology's view of human nature. Journal of
Personality and Social Psychology, 51, 515-530.
SEBASTIÁN DE ERICE, J.R. (1989). La Interacción Focalizada en el
Pensamiento de Erwing Goffman. Fundamentación Filosófica. Madrid :
Editorial de la Universidad Complutense.
SELLS, S.B. (1969). Ecology and the science of psychology. In E.P.
Willems & H.L. Raush (Eds.), 'aturalistic Viewpoints in Psychological
Research. New York : Holt, Rinehart and Winston.
SENN, D.J. (1988). The myopic social psychology. In M.R. Leary (Ed.),
The state of social psychology [Special issue]. Journal of Social Behavior
and Personality, 3(2), 1-12.
SEOANE, J. (1980). Problemas epistemológicos de la Psicología actual.
Análisis y Modificación de Conducta, 6(11-12), 91-107.
SERRANO, G. & SOBRAL, J. (1986). Introducción : Notas para una
delimitación de la psicología social. In G. Serrano & J. Sobral (Eds.),
Lecturas de Psicología Social. Santiago : Tórculo.
SHAW, M. (1974). New science or non-science? Contemporary Psychology,
19, 96-97.
SHERIF, M. (1936). The Psychology of Social 'orms. New York : Harper
and Row.
SHERIF, M. (1958/1984). Las influencias del grupo en la formación de
normas y actitudes. In J.R. Torregrosa & E. Crespo (Comps.). Estudios
Básicos de Psicología Social. Barcelona : Hora (original en E.E. Maccoby,
T.M. Newcomb & E.L. Hartley (Eds.), Readings in Social Psychology. New
York : Holt, Rinehart and Winston, 1958).
SHERIF, M. (1966). In Common Predicament : Social Psychology of
Intergroup Conflict and Cooperation. Boston, Mass.: Houghton Mifflin
Company.
SHERIF, M., HARVEY, O.J., WHITE, B.J., HOOD, W.R. & SHERIF,
C.W. (1961/1988). The Robers Cave Experiment : Intergroup Conflict and
Cooperation. Middletwon, CT.: Wesleyan University Press (original
Intergroup Conflict and Cooperation : Their Social Psychology. London :
Routledge and Kegan Paul, 1961).

162
SHERIF, M. & HOVLAND, C. (1961). Social Judgment. New Haven : Yale
University Press.
SHERIF, M. & SHERIF, C.W. (1953). Groups in Harmony and Tension :
An Integration of Studies on Intergroup Relations. New York : Octagon.
SHOTTER, J. (1984). Social Accountability and Selfhood. Oxford : Basil
Blackwell.
SIERRA-BRAVO, R. (1983). Técnicas de Investigación Social. Madrid :
Paraninfo.
SIGALL, H.E., ARONSON, E. & VAN HOOSE, T. (1979). The cooperative
subject : Myth or reality? Journal of Experimental Social Psychology, 6, 1-
10.
SIMON, R.J. (1967). The Jury and the Defense of Insanity. Boston, Mass.:
Little Brown.
SKOLIMOWSKI, H. (1979). Racionalidad evolutiva. Cuadernos Teorema,
35.
SKOWRONSKI, J.J. & CARLSTON, D.E. (1989). Negativity and extremity
biases in impression formation : A review of explanations. Psychological
Bulletin, 105, 131-142.
SLOVIC, P., FISCHHOFF, B. & LICHTENSTEIN, S. (1977). Behavioral
decision theory. Annual Review of Psychology, 27, 1-39.
SNYDER, M., TANKE, E.D. & BERSCHEID, E. (1977). Social perception
and interpersonal behavior : On the self-fulfilling nature of social
stereotypes. Journal of Personality and Social Psychology, 35, 656-666.
SNYDER, M.L.& SWANN, W.B.Jr. (1978). Behavioral confirmation in
social interaction : From social perception to social reality. Journal of
Personality and Social Psychology, 36, 1202-1212.
SOBRAL, J., ARCE, R.& FARIÑA, F. (1989). Aspectos psicosociales de las
decisiones judiciales. Revisión y lectura diferenciada. Boletín de Psicología,
25, 49-74.
SOBRAL, J., & PRIETO, A. (1993). Psicología y Ley. Las Decisiones
Judiciales a Examen. Madrid : Eudema Psicología.
SPITZER, R.L., WILLIAMS, J.B.W., GIBBON, M. & FIRST, M.B. (1990).
User's Guide for the Structured Clinical Interview for DSM-III-R.
Washington : American Psychiatric Association Press.
STAW, B.M. & ROOS, J. (1989). Behavior in escalation situations :
Antecedents, prototypes, and solutions. In L.L. Cumming & B.M. Staw
(Eds.), Research in Organizational Behavior. Creenwich, CT.: JAI Press.

163
STAATS, A.W. (1970). A learning-behavior theory : A basis for unity in
behavioral-social science. In A.R. Gilgen (Ed.), Contemporary Scientific
Psychology. New York : Academic Press.
STAATS, A.W. (1975). Social Behaviorism. New York : Dorsey
STAATS, A.W. (1983). Paradigmatic behaviorism : Unified theory for
social and personality psychology. In L. Berkowitz (Ed.), Advances in
Experimental Social Psychology (Vol. 16). New York : Academic Press.
STRYKER, S. (1973). Fundamental principles of social interaction. In N.J.
Smelser (ed). Sociology. New York : John Wiley and Sons.
STRYKER, S. (1980). Symbolic Interactionism. Menlo Park, CA.: Benjamin
Cummings.
STRYKER, S. (1981). Simbolic interactionism : Themes and variations. In
M. Rosenberg & R.H. Turner (Eds.), Social Psychology. Sociological
Perspectives. New York : Basic Book Publishers.
STRYKER, S. & STAHAM, A. (1985). Simbolic interaction and role
theory. In G. Lindzey & E. Aronson (Eds.), The Handbook of Social
Psychology (Vol. 1, 3ª Ed.). New York : Random House.
TAJFEL, H. (1972). La catégorization sociale. En S. Moscovici (Ed.),
Introduction à la Psychologie Sociale. París : Larrouse
TAJFEL, H. (1978). Differentiation between Social Groups : Studies in the
Social Psychology Intergroup Relations. London : Academic Press.
TAJFEL, H., FLAMENT, C., BILLIG, M.G.& BUNDY, R.P. (1971). Social
categorization and intergroup behaviour. European Journal of Social
Psychology, 1, 149-178.
TAJFEL, H., & TURNER, J. (1979). An integrative theory of intergroup
conflict. In W.C. Austin & S. Worchel (Eds.), The Social Psychology of
Intergroup Relations. Monterey, CA.: Brooks/Cole.
TANFORD, S. & PENROD, S.D. (1984). Social influence model : A formal
integration of research on majority and minority influence processes.
Psychological Bulletin, 95, 189-225.
TANFORD, S., & PENROD, S.D. (1986). Jury deliberations : Discussion
content and influence processes in jury decision making. Journal of Applied
Social Psychology, 16(4), 322-437.
TETLOCK, P.E. & LEVI, A. (1982). Attribution bias : On the
inconclusiveness of the cognition motivation debate. Journal of
Experimental Social Psychology, 18, 68-88.
THIBAUT J.W. & KELLEY, H.H. (1959). The Social Psychology of
Groups. New York : John Wiley and Sons.

164
THORNTON, B., HOGATE, L., MOIRS, K., PINETTE, M. & PRESBY,
W. (1986). Physiological evidence for an arousal-based motivational bias in
the defensive attribution of responsability. Journal of Experimental Social
Psychology, 22, 148-162.
TORREGROSA, J.R. (1974). Teoría e Investigación en la Psicología Social
Actual. Madrid : I.O.P.
TORREGROSA, J.R. (1983). Sobre la identidad personal como identidad
social. In J.R. Torrregrosa & B. Sarabia (Eds.), Perspectivas y Contextos de
la Psicología Social. Barcelona : Hispano Europea.
TORREGROSA, J.R. (1985). Ortega y la Psicología Social Histórica.
Revista de Psicología Social, 0, 55-66.
TORREGROSA, J.R. & CRESPO, E. (1982). Estudios Básicos de
Psicología Social. Madrid : Hora-CIS.
TORTOSA, F. (1989). Estructuralismo y funcionalismo. In J.M. Mayor, &
J.L Pinillos (Eds.), Tratado de Psicología General. Historia, Teoría y
Método. Madrid : Alhambra Universidad.
TORTOSA, F., FARIÑA, F. & NOVO, M. (2008). Corrientes anteriores a la
Psicología Científica. In F.Fariña, F. Tortosa & R. Arce (Eds), Introducción
a la Psicologia Social (pp. 55-82) Madrid : Biblioteca Nueva
TUDDENHAM, R.D. (1958). The influence of a distorted group norm upon
individual judgment. Journal of Psychology, 46, 227-241.
TVERSKY, A. (1977). Features of similarity. Psychological Review, 84,
327-352.
TURNER, J.C. (1975). Social comparison and social identity : Some
prospects for social intergroup behavior. European Journal of Social
Psychology, 5, 35-47.
TURNER, J.C. (1985). Some categorization and the self-concept : A social
cognitive theory of group behaviour. In E.J. Lawler (Ed.), Advances in
Group Process (Vol. 2). Greenwich, CONN : Jai Press.
TURNER, J.C. (1988). Tema de discusión : Teoría, método y situación
actual de la psicología social. Revista de Psicología Social, 3, 99-128.
TURNER, J.C. (1994). El campo de la psicología social. In J.F. Morales
(Coord.), Psicología Social. Madrid : McGraw-Hill.
TURNER, J.C., HOGG, M.A., OAKES, P.J., REICHER, S.D. &
WHETHERELL, M. (1987). Rediscovering the Social Group : A Self
Categorization Theory. Oxford : Basil Blackwell
TVERSKY, A. & KAHNEMAN, D. (1971). Belief in the law of small
numbers. Psychological Bulletin, 76, 105-110.

165
TVERSKY, A. & KAHNEMAN, D. (1974). Judgment under uncertainty :
Heuristics and biases. Science, 185, 1124-1131.
TVERSKY, A. & KAHNEMAN, D. (1980). Causal schemas in judgments
under uncertainty. In M. Fishbein (Ed.), Progress in Social Psychology (Vol.
1). Hillsdale, N.J.: LEA.
VALLES, M.S. (1992). La entrevista psicosocial. In M. Clemente (Coord.),
Psicología Social. Métodos y Técnicas de Investigación. Madrid : Eudema
Psicología.
VÁZQUEZ, J.M. & LÓPEZ RIVAS, P. (1962). La Investigación Social.
Madrid : OPE.
VISAUTA, B. (1989). Técnicas de Investigación Social. Barcelona : PPU.
WAGNER, W., & ELEJABARRIETA, F. (1994). Representaciones
sociales. E J. F. Morales. (Coord.), Psicología Social. Madrid : McGraw-
Hill.
WALSTER, E. (1966). Assignment of responsability for an accident.
Journal of Personality and Social Psychology, 3, 73-79.
WATSON, D. (1982). The actor and the observer : How are their
perceptions of causality divergent? Psychological Bulletin, 92, 682-700.
WEICK, K.E. (1985). Systematic observational methods. In G. Lindzey, &
E. Aronson (Ed.), Handbook of Social Psychology (2ª Ed.). Reading, Mass.:
Addison-Wesley.
WEINER, B. (1980). Human Motivation. New York : Holt, Rinehart, and
Winston.
WERNER, H. (1948). Comparative Psychology of Mental Development.
New York : International University Press).
WICKER, A.W. (1975). An application of a multipletrait-multimethod logic
to the reability of observational records. Personality and Social Psychology
Bulletin, 4, 575-579.
WILLIAMS v. FLORIDA (1970). United States Reports, 399, 78-145.
WILSON, T.P. (1970). Normative and interpretative paradigms in sociology.
En J.P. Douglas (Ed.), Understanding Everyday Life. Chicago : Aldine.
WRIGHTSMAN, L.S. (1972). Theories in social psychology. En L.S.
Wrightsman (Ed.), The Social Psychology in the Seventies. Monterey, CA.:
Brooks/Cole.
WYER, R.S., & SRULL, T.K. (1984). Handbook of Social Cognition.
Hillsdale, N.J.: LEA.

166
GLOSSAIRE

Acquisition. La perception initiale d'un événement.


Analyse des Processus d'Interaction/Interaction Process Analysis (IPA),
Attitude. Sentiment, relativement stable, ou positif ou négatif devant un
objet d'attitude (personne ou objet). L'attitude est dirigée par trois
composantes : cognitives, affectives et comportementales.
Auto-concept. Évaluation qu'une personne effectue d’elle-même.
Biais de Confirmation. Tendance des personnes à chercher, interpréter et
créer l’information qui vérifie leurs croyances.
Caractéristique Centrale. Caractéristique de prototype ou centrale dans la
caractérisation d'une personne qui détermine notre réaction envers cette
dernière.
Caractéristiques de la Demande. Biais expérimental selon lequel les sujets
impliquent l'hypothèse expérimentale et ils se conduisent de sorte que cela
favorise leur confirmation.
Catégorisation. Processus cognitif qui permet à l'individu d'interpréter les
stimulants en fonction de ses similitudes et différences. Les contenus, c'est-
à-dire, les catégories sont acquises à travers le processus de socialisation.
Complice. Sujet expérimental dont la conduite répond aux indications
directes de l'expérimentateur.
Condescendance. Acceptation de l'influence des autres, dans l'attente
d'obtenir quelque chose favorable dans le futur.
Conduite. Courant théorique qui explique la conduite en termes de
stimulants et réponses.
Conformité. Le changement de comportement ou d’attitude d'un individu
afin de l'harmoniser avec le comportement ou l'attitude d'un groupe.
Connaissance Sociale. Comme connaissance elle implique les processus
cognitifs d’acquisition, représentation et récupération de l'information ; et,
comme sociale, elle étudie la connaissance sociale, tant dans sa structure que
dans son contenu.
Corrélation. Instrument statistique qui établit une relation, en termes de
coprésence, entre deux variables ou plus.
de Bales (1950). Système structuré pour l'analyse de l'interaction de groupes,
basée en catégories. Les données sont choisies, enregistrées, codifiées dans
des unités significatives, et interprétées par des non participants.
Diffusion de la Responsabilité. Tendance par laquelle, dans des situations
d'urgence, la présence d'autres personnes réduit la prédisposition d’aider, vu
que cela diminue la responsabilité que perçoit chaque individu.
Échelle Likert. Instrument pour la mesure d'attitudes dans lequel les sujets
répondent dans une échelle le degré d’accord ou de désaccord dans un
ensemble d'items.
Effet de Primauté. Effet par lequel il existe une tendance à faire que
l'information reçue finalement exerce une plus grande influence dans
l'impression résultante.
Effet de Récence. Effet par lequel il existe une tendance à faire que
l'information reçue d'abord exerce une plus grande influence dans
l'impression résultante.
Effet des espoirs de l'Expérimentateur. Biais expérimental par lequel les
chercheurs influencent les résultats à travers leur influence dans la conduite
des sujets.
Effet Hawthorne. Effet par lequel des travailleurs qui se sentaient observés
augmentaient leur productivité.
Empathie. Processus qui consiste à être mis à la place de l'autre pour
pouvoir prévoir ses réactions.
Enquête. Technique de recherche qui consiste à l'utilisation d’un entretien
ou des questionnaires qui se passent à un échantillon représentatif de la
population objet.
Étude de Domaine. Une étude de domaine implique qu'elle est portée dans
un contexte de domaine, mais sans manipulation expérimentale.
Expérience de Domaine. C'est une expérience, avec ses manipulations
expérimentales menées à bien par les chercheurs, mais elle est conduite dans
une atmosphère naturelle.
Expérience de Laboratoire. Expérience, avec ses manipulations
expérimentales, menées à bien par les chercheurs dans un laboratoire.
Expérience aturelle. Expérience, c'est-à-dire, cela implique des
manipulations expérimentales qui ne sont pas effectuées par
l'expérimentateur, mais elles sont naturellement produites.
Fiabilité. Évaluation de la consistance d'un instrument de mesure.
Groupthink. Phénomène qui affecte des groupes homogènes qui prennent
des décisions très transcendantes et qui vicient leurs activités, se basant sur

168
l'illusion d'invulnérabilité, croyance dans une moralité partagée, de la
pression vers l'unanimité, etc.
Heuristique/biais Cognitif. Ce sont des "raccourcis" cognitifs et des
stratégies que nous utilisons pour donner sens au monde complexe où nous
nous développons.
Hindsight. Tendance des gens à rappeler leurs jugements dans le passé
comme plus justes que ce qu’ils ont réellement été, ou à assumer que d'autres
personnes devraient avoir su ce qui arriverait. Dans le présent manuel on
l’interprète aussi dans le sens de fournisseur de la congruence d'un jugement,
une fois connue la décision collective ; c'est-à-dire, de post-vision.
Importance Hédonique. Le degré dans lequel une action est gratifiante ou
décevante pour l'observateur de cette dernière.
Influence Minoritaire. Processus par lequel une minorité arrive à influencer
les croyances et les conduites de la majorité. L'influence peut être tant
directe (c’est-à-dire, demander une conversion) qu’indirecte (voire, être
endormie ou se montrer dans d'autres sujets).
Influence Sociale. Pression qui est exercée sur un ou plusieurs individus
pour influencer leur conduite ou leurs attitudes.
Intelligence. Ce que mesurent les tests d'intelligence. Capacité d'adaptation.
Dans ce manuel, produit du développement phylogénétique et
ontogénétique.
Locus de Contrôle. Style de personnalité qui informe sur les conceptions
qui sont soutenues autour du mode de contrôle de la conduite. Est interne
tout ce qui attribue au sujet le contrôle de la conduite, et sont externes ceux
qui croient que les conduites sont contrôlées par des agents externes (p.ex.
d’autres puissants, hasard).
Modèle Additif. Modèle de formation d'impressions qui est basé sur la
somme de l'information sur une personne pour la constitution d'une
impression.
Modèle de Moyenne. Modèle explicatif de la formation d'impressions qui
concrétise le résultat de celle-ci dans la moyenne arithmétique de
l'information disponible sur une personne. Quand on ajoute l'effet du
contexte, il est connu comme modèle de moyenne pondérée.
Modèle ormatif. Modèle qui est affirmé sur la base d'une exécution
optimale dans la formation de jugements.
Mouvement Autocinétique. Phénomène consistant dans une illusion
perceptive de mouvement en l'absence de stimulants contextuels ;
concrètement, une lumière immobile sous forme de point rouge produit
l'illusion de mouvement dans une situation d'obscurité totale.

169
iveau de Comparaison (NC). Système dont nous, les individus, disposons
pour évaluer la satisfaction avec les alternatives de réponse. Les éléments
qui conforment le NC sont deux : les expériences passées et leur importance
à un moment donné.
iveau de Comparaison d'Alternatives ( Calt). Complément du NC qui
nous sert à décider si maintenir une relation ou l'établir ; basée sur une
maximisation de résultats, puisque même si une relation est positive, il peut
apparaître une autre alternative plus favorable qui conseillerait de changer le
lien.
orme. Espoirs globaux d'activité qui instituent les conduites générales à
exécuter.
Observation Participante. Technique d'observation dans laquelle
l'observateur s'introduit dans le groupe pour procéder à cette dernière.
Observation Systématique. C'est une technique de récolte de données dans
laquelle celles-ci sont choisies, enregistrées, codifiées dans des unités
significatives, et interprétées par des sujets non participants.
Personnalité Autoritaire. Celle qu’on caractérise par un super moi dur et
punitif, le moi faible, et les élans agressifs conséquents sont projetés vers les
autres. Comme élément caractéristique on trouve le préjugé, et, comme
élément secondaire, les stéréotypes.
Polarisation Collective. Il est plus probable que les décisions prises en
groupe soient plus extrêmes que la moyenne des décisions individuelles
préalables.
Préjugé. Attitude négative envers une personne étant membre d'un groupe
racial, ethnique ou minoritaire.
Réalisme Expérimental/Mondain. Degré de similitude de la situation
expérimentale avec la vie réelle et son impact sur les sujets.
Recherche Appliquée. Celle qui prétend résoudre des problèmes réels.
Recherche d'Archives. Recherche menée à bout avec des banques de
données officielles.
Recherche de base. Recherche dont l'objectif est la génération de
connaissances.
Rôle. Ensemble de symboles qui sont rassemblés dans certaines situations
sociales (p.ex. l’étudiant, la maîtresse de maison, le fils).
Sociogramme. Méthode d'étude des relations interpersonnelles dans un
groupe.
Stratégie Minimax. Théorie de l'Échange qui est basée sur la règle :
minimisation des coûts et maximisation des récompenses.

170
Théorie de Domaine. Théorie générale de la motivation dans laquelle outre
les facteurs personnels, les facteurs environnementaux définissent la
conduite.
Théorie de l’Essentiel. Théorie de la mise en cause dont l'objectif est de
déterminer pourquoi une certaine relation causale se produit.
Théorie de la capacité de Manipulation. Théorie de la mise en cause qui se
base sur la manipulation de variables afin de vérifier dans une variable
dépendante les effets de cette manipulation.
Théorie de la Comparaison Sociale. Théorie qui postule que nous, les
personnes, nous suivons un élan d’évaluer nos capacités en comparaison
avec celles des autres.
Théorie de la Configuration. Complément de la théorie de la covariance
pour cas d'une seule observation, selon laquelle nous recourons à des
configurations et des schémas causals.
Théorie de la Congruence. Basée sur la notion d'équilibre, elle est orientée
à expliquer la direction dans le changement d'attitude. Le principe de
congruence signale que pourvu qu'un changement dans une attitude ou une
évaluation se produise, celui-ci est toujours orienté en direction d'augmenter
de la congruence avec le cadre de référence.
Théorie de la Covariance. Théorie de l'attribution qui fonde les processus
d'attribution sur trois critères : la distinction, le consensus et la consistance.
Théorie de la Dissonance Cognitive. Théorie explicative du changement
d’attitudes ou conduite qui est soutenue dans l'inconsistance/dissonance de
deux éléments cognitifs.
Théorie de la Frustration-Agression. Théorie selon laquelle la frustration
incite à l'agression, et l'existence d'agression présuppose une frustration
comme origine.
Théorie de la Réactance. Théorie qui soutient que quand on limite une
certaine personne dans les conduites alternatives qu’elle possède pour une
situation donnée, on produit chez elle une tendance à récupérer cette liberté,
qui se montre dans un compromis avec la conduite menacée.
Théorie de l'Action Motivée. Théorie qui plaide que la conduite d'un
individu est conséquence de l'union de l'attitude vers l'objet, plus les
croyances normatives.
Théorie de l'Apprentissage Social. Théorie qui maintient que la conduite
est apprise à travers l'observation des autres et aussi à travers l’expérience
directe et ses renforcements correspondants et punitions.
Théorie de l'Asymétrie. Théorie de l'équilibre qui est basée sur le fait
qu’une relation symétrique a tendance à développer des actes analogues,

171
tandis qu'une asymétrique, entre des êtres interdépendants, dévoile des actes
communicatifs acheminés à réduire la divergence.
Théorie de l'Attribution. Terme générique qui comprend un groupe de
théories explicatives qui décrivent comment les gens exploitent les causes de
la conduite.
Théorie de l'Échange de Ressources. Théorie de l'échange, dont l‘objet
d'analyse n'est pas l’échange mais l’échangé, qui est évalué en fonction de
ses similitudes et ses différences.
Théorie de l'Échange Social. Théorie qui est soutenue sur la base que les
personnes calculent les profits et les coûts d'une relation pour déterminer si
l'établir ou la continuer.
Théorie de l'Équilibre. Théorie qui est basée sur la tendance des personnes
à chercher et maintenir une harmonie des éléments cognitifs.
Théorie de l'Équité. Théorie qui établit que les relations entre des
personnes sont plus satisfaisantes quand la raison entre les résultats et les
investissements est semblable pour tous les deux.
Théorie de l'Identité Sociale. Théorie dont les postulats impliquent que les
personnes favorisent à l'endo-groupe par rapport à l'exo-groupe pour
améliorer leur auto-estime.
Théorie de l'Inférence Correspondante. Théorie selon laquelle nous
déduisons les causes de la conduite d'une autre personne en fonction de
l'attribution d'intention, l'attribution de dispositions, et l'opportunité sociale
des effets.
Théorie des Représentations Sociales. Théorie du sens commun qui fait
compréhensible la réalité sociale pour les individus.
Traitement Heuristique. Jugement sur la validité d'une information basée
sur des heuristiques simples.
Validité Externe. Le degré de généralisation à la vie réelle qui peut être
effectué à partir d'une étude. C’est aussi la probabilité que les mêmes
résultats puissent être obtenus dans d'autres contextes expérimentaux.
Validité Interne. Degré de contrôle ou certitude avec laquelle l’on peut
maintenir que les effets expérimentaux sont dus aux manipulations
expérimentales.
Variable Dépendante. Variable dans laquelle on mesure les effets des
manipulations dans la variable indépendante.
Variable Indépendante. Facteurs que l'expérimentateur manipule afin de
vérifier s'ils reflètent des effets dans la variable dépendante.

172
TABLE DES MATIÈRES

PRÉSENTATION ...................................................................................................... 9

SURVEILLANT LE PASSÉ : HISTOIRE DE LA PSYCHOLOGIE SOCIALE... 11


Introduction .......................................................................................................... 11
Antécédents...................................................................................................... 12
L'irruption de la Psychologie Sociale comme discipline ................................. 13
La Psychologie Sociale moderne (1935-1960) ................................................ 18
Crise de confiance, identité ou paradigme en Psychologie Sociale
(1961-1975) ..................................................................................................... 19
Post-crise : une ère de pluralisme (1976-) ....................................................... 21

CONCEPT................................................................................................................ 23
Un rapprochement à la Psychologie Sociale.................................................... 23

OBJET ...................................................................................................................... 27
Introduction .......................................................................................................... 27
Interactionnisme Symbolique et Théories du Rôle .......................................... 28
Introduction ............................................................................................. 28
Origine et développement........................................................................ 29
Concepts de base ..................................................................................... 30
Le milieu symbolique : Symbole, signification et valeur................... 30
Symboles naturels, symboles avec signification et empathie............. 30
Les symboles comme moyen d'apprentissage .................................... 31
Groupements de symboles : Rôle et structure .................................... 31
La pensée comme processus symbolique........................................... 32
Le processus de socialisation dans la perspective inter-actionnaire ........ 33
Méthodes d'étude ..................................................................................... 34
Courants................................................................................................... 35
Les écoles de Chicago et d'Iowa ........................................................ 35
L'Ethnométhodologie ......................................................................... 36
La Théorie du Rôle ............................................................................ 37
Conclusions ............................................................................................. 38
Valorisation Critique.......................................................................... 38
Influence ou poids de l'Interactionnisme dans la Psychologie Sociale39
Conduite Sociale .............................................................................................. 40
Introduction ............................................................................................. 40
Théories de l'Échange .............................................................................. 41
Le Concept d'Échange........................................................................ 42
Le Sens de l'Échange dans la Vie Sociale .................................... 42
La Contribution de l'Anthropologie.............................................. 42
L'Approche Psycho-sociale .......................................................... 43
La Théorie d’Homans ........................................................................ 44
Propositions de base ..................................................................... 44
Interaction et Influence................................................................. 44
La Psychologie des petits groupes : Thibaut et Kelley....................... 45
Récompense, Coûts et Résultats................................................... 45
Pouvoir et Normes........................................................................ 47
La Théorie de l’Échange chez Blau ................................................... 49
Processus de Développement des Groupes Sociaux..................... 49
L'Échange Social : Fonctions et Principes.................................... 50
Autres formes d'Échange.............................................................. 50
Développements Postérieurs des Théories de l'Échange.................... 50
Théorie de l'Équité........................................................................ 50
Théorie de l'Echange de Ressources............................................. 51
Valorisation générale des Théories de l’Échange .............................. 52
Apprentissage social ................................................................................ 53
Théorie de frustration-agression......................................................... 53
Apprentissage Social et Imitation ...................................................... 54
La Théorie de l'Apprentissage Vicariant de Bandura......................... 55
Contributions plus significatives ............................................................. 56
Psychologie Sociale cognitive ......................................................................... 57
Introduction ............................................................................................. 57
Antécédents ............................................................................................. 59
Muzafer Sherif ................................................................................... 59
Kurt Lewin ......................................................................................... 62
Solomon Asch .................................................................................... 64
Psychologie Sociale Cognitive ................................................................ 68
Recherche de Consistance.................................................................. 68
Le Sujet comme Processeur d'Information......................................... 72
Le Sujet comme Perdant d'Information.............................................. 78
Biais Motivationnels..................................................................... 78
Biais Cognitifs .............................................................................. 81
Conclusions ............................................................................................. 87
Alternatives minoritaires à la Psychologie Sociale traditionnelle.................... 87
La Psychanalyse et les psychologies sociales marginalisées ................... 90
Psychologie Sociale européenne.............................................................. 92
Représentations sociales..................................................................... 92
La théorie de l'identité sociale............................................................ 94
L'influence minoritaire ....................................................................... 97
Évaluation critique ............................................................................. 99

MÉTHODE............................................................................................................. 101
Introduction ........................................................................................................ 101
Modalités de recherche .................................................................................. 101
Cadres de recherche en Psychologie.............................................................. 104
La Recherche d'Archives ....................................................................... 104

174
L'Enquête ............................................................................................... 105
L'Expérience Naturelle .......................................................................... 108
L'Étude de Domaine .............................................................................. 110
L'Expérience de Domaine...................................................................... 111
L'Expérience de Laboratoire.................................................................. 113
Récapitulation ........................................................................................ 118
De ce qui est quantitatif et de ce qui est qualitatif ......................................... 123
Causalité v. description ou signification du comportement ........................... 125
Techniques de récolte de données.................................................................. 126
D’autres éléments qui affectent directement la méthode ............................... 130
L'échantillon .......................................................................................... 130
Analyse de Données .............................................................................. 131

NOTE FINALE ...................................................................................................... 133

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................. 135

GLOSSAIRE .......................................................................................................... 167

175

View publication stats