Vous êtes sur la page 1sur 14

Notions de métrologie | Biophysique • UE3

Tutorat Santé Lyon Sud

UE3

Notions de métrologie

Cours du Professeur R.COHEN

L’ensemble des cours du Professeur R.COHEN fait habituellement l’objet de X QCMs au concours.

Le présent support de cours fourni par le Tutorat Santé Lyon Sud est destiné à faciliter votre prise de notes
mais ne constitue en aucun cas une référence pour le concours. Seuls les cours ayant été dispensés par les
enseignants et les supports mis à disposition par leurs soins sont légitimes. Veuillez prendre note que seul
les polycopiés directement téléchargés depuis Spiral Connect sont certifiés en provenance du tutorat, toute
autre source est potentiellement compromise.

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 1/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

SOMMAIRE

I. GENERALITES SUR LES GRANDEURS PHYSIQUES ................................................................................... 3


I.A. DEFINITION D’UNE GRANDEUR ......................................................................................................................3
I.B. DIFFERENTS TYPES DE GRANDEURS .................................................................................................................3
1. Grandeurs scalaires..............................................................................................................................3
2. Grandeurs vectorielles .........................................................................................................................3
I.C. MESURE DES GRANDEURS.............................................................................................................................4
1. Mesurage direct ...................................................................................................................................4
1. Mesurage indirect ................................................................................................................................5
II. SYSTEMES D’UNITES........................................................................................................................... 5
II.A. UNITES FONDAMENTALES ET UNITES DERIVEES ................................................................................................5
II.B. UNITES DU SYSTEME INTERNATIONAL (SI) ......................................................................................................5
1. Définition officielle des unités fondamentales .....................................................................................5
2. Unités supplémentaires SI ....................................................................................................................7
3. Unités dérivées SI .................................................................................................................................7
II.C. MULTIPLES ET SOUS-MULTIPLES DECIMAUX ....................................................................................................7
1. Les ordres de grandeurs .......................................................................................................................7
2. Les préfixes du SI ..................................................................................................................................8
II.D. UNITES USUELLES AUTORISEES HORS SI ..........................................................................................................8
III. DIMENSIONS DES GRANDEURS .......................................................................................................... 9
III.A. DEFINITIONS ET EXEMPLES ..........................................................................................................................9
III.B. APPLICATIONS ..........................................................................................................................................9
1. Vérification de l’homogénéité d’une relation .......................................................................................9
2. Expression de l’unité d’une grandeur dérivée ......................................................................................9
3. Conversions d’unités d’un système dans un autre..............................................................................10
4. Dimension des constantes universelles ..............................................................................................10
5. Analyse dimensionnelle......................................................................................................................11
6. Lois d’échelle ......................................................................................................................................12
IV. ERREURS ET INCERTITUDES DE MESURE .......................................................................................... 12
IV.A. CAUSES D’ERREURS SUR LES MESURES ........................................................................................................12
IV.B. CLASSIFICATION DES ERREURS ...................................................................................................................12
1. Erreurs aléatoires ...............................................................................................................................12
2. Erreurs systématiques ........................................................................................................................13
IV.C. INCERTITUDE D’UNE MESURE ....................................................................................................................13

2/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

I. GENERALITES SUR LES GRANDEURS PHYSIQUES


Métrologie : science qui étudie la mesure des grandeurs, l’emploi des unités et la préparation des étalons.

I.A. DEFINITION D’UNE GRANDEUR


- Propriété d’un système ou d’un phénomène susceptible d’être exprimée quantitativement.
- Valeur numérique d’une grandeur : rapport de cette grandeur à une grandeur de même espèce
prise comme unité.
 Ex : Longueur L ℓ = L/ L 0 L = 15,5 m
Longueur unité (arbitraire) L0 ℓℝ L = ℓ . L0

I.B. DIFFERENTS TYPES DE GRANDEURS

1. Grandeurs scalaires
Elles sont entièrement caractérisées par une valeur numérique positive ou négative, suivie de l’unité.
Ex : masse, température, charge électrique, pression, énergie, potentiel,…

2. Grandeurs vectorielles
Elles sont entièrement caractérisées par un vecteur, donc par leur norme, leur point d’application, leur
direction et leur sens.
On distingue deux catégories de vecteurs : les vecteurs vrais et les pseudovecteurs.

- Vecteurs vrais ou vecteurs polaires :


Vecteurs dont le sens est défini sans ambiguïté, indépendamment de toute convention d’orientation dans
l’espace.

Exemples : la vitesse , la quantité de mouvement , l’accélération , la force , le champ électrique ,


- Pseudovecteurs ou vecteurs axiaux ( ) :


Vecteurs dont le sens est arbitraire, c’est-à-dire lié à une convention d’orientation de l’espace.
Exemples de pseudovecteurs :
 Moment cinétique
Point d’application O
Direction perpendiculaire au plan (O ; , )
Sens du repère : orthonormal direct

Rappel : produit vectoriel anticommutatif :

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 3/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

 Vitesse angulaire

 Champ magnétique

Produit vectoriel :

Calcul des coordonnées :

I.C. MESURE DES GRANDEURS


Le mesurage d’une grandeur se réfère à sa valeur numérique. Il peut être direct ou indirect.

1. Mesurage direct
Par comparaison directe à une grandeur de même espèce. Par exemple : la mesure d’une masse avec une
balance à deux plateaux.
4/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)
Notions de métrologie | Biophysique • UE3

1. Mesurage indirect
Par le biais d’une relation permettant d’obtenir la grandeur. Par exemple :
- La mesure de l’aire d’un quadrilatère : S = L . ℓ
- La mesure d’un signal (absorbance) pour déduire une concentration à l’aide d’un étalonnage.

II. SYSTEMES D’UNITES

II.A. UNITES FONDAMENTALES ET UNITES DERIVEES


- Pour chaque grandeur, il est nécessaire de choisir une seule unité internationale adoptée par toute
la communauté scientifique.

- Pour l’ensemble des grandeurs, il est nécessaire d’un système cohérent d’unités car les grandeurs
sont liées entre elles par des lois physiques.

⇒Constitution d’un système d’unités international (SI) :


 Choix arbitraire des unités d’un nombre minimum de grandeurs : les grandeurs
fondamentales ↔ unités fondamentales (ou de base).
 Toutes les autres sont des grandeurs dérivées ↔ unités dérivées.

SI : 7 grandeurs fondamentales ↔ 7 unités fondamentales

Longueur L

Masse M

Temps T

Intensité de courant électrique I

Température thermodynamique Θ

Intensité lumineuse J

Quantité de matière N

II.B. UNITES DU SYSTEME INTERNATIONAL (SI)

1. Définition officielle des unités fondamentales


 La seconde (s)

Elle est définie à partir de la période ou de la fréquence d’une radiation électromagnétique émise par les
atomes de 133Cs.
Niveaux d’énergie d’un atome de 133Cs :

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 5/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

La mesure de ν permet d’obtenir la période T =1/ ν  1s = n*T


L’atome de 133Cs est un étalon de temps. Dans la définition atomique l’incertitude est environ égale à 10 -13 s
(1s/300000 ans). Dans la définition précédente (la rotation de la Terre), l’incertitude est environ égale à 10-9
s.

 Le mètre (m) :

D’après la Conférence Générale des Poids et Mesures (1983) : « Le mètre est la distance parcourue par la
lumière dans le vide pendant une durée de 1/299 792 458 secondes »
 La vitesse de la lumière (autrefois mesurée) a désormais une valeur fixée conventionnellement :
c = 299 792 458,000 m.s-1.
L’unité de longueur dérive de l’unité de temps : par le facteur de conversion c → L = cT
L’atome 133Cs est aussi un étalon de longueur.

 Le kilogramme (kg) :

1889 → masse du prototype international en Pt irridié

 L’ampère (A) :

 Le kelvin (K) :

1967 → « Le K est la fraction 1/273,16 de la température thermodynamique du point triple de l’eau. »

Température Celsius (°C) : t (°C) = T (K) – 273,15

 La candela (cd)

 La mole (mol) :

« Quantité de matière d’un système contenant autant d’entités élémentaires qu’il y a d’atomes dans 0,012
kg de 12C ».

6/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

Constante d’Avogadro : NA = 6,022.1023 mol-1

2. Unités supplémentaires SI

- Unité d’angle plan : le radian (rad)


𝓵
Α=
𝐑

- Unité d’angle solide : le stéradian (sr)


S
Ω=

Pour tout l’espace : Ω = 4π sr


Ces deux grandeurs sont sans dimension.

3. Unités dérivées SI

Volume m3

Accélération m.s-2

Vitesse angulaire Rad.s-1 ou rad/s

Concentration molaire volumique Mol.m-3 ou mol/m3 (unité usuelle mol.L-1)

Charge électrique Coulomb (1 C = 1 A.s)

Force Newton (1N = 1 kg.m.s-2)

Energie (travail) Joule (1J = 1 kg.m².s-2)

Puissance électrique Watt (1W = 1 kg.m².s-3)

Pression Pascal (1 Pa = 1 kg.m-1.s-2)

Fréquence Hertz (1 Hz = 1 s-1)

II.C. MULTIPLES ET SOUS-MULTIPLES DECIMAUX

1. Les ordres de grandeurs


Exemples pour la longueur (m) :

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 7/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

2. Les préfixes du SI
Nom Symbole Valeur Nom Symbole Valeur
Deca da 101 Deci d 10-1
Hecto h 102 Centi c 10-2
Kilo k 103 Milli m 10-3
Mega M 106 Micro µ 10-6
Giga G 109 Nano n 10-9
Tera T 1012 Pico p 10-12
Peta P 1015 Femto f 10-15
Exa E 1018 Atto a 10-18
Zetta Z 1021 Zepto z 10-21
Yotta Y 1024 yocto y 10-24

II.D. UNITES USUELLES AUTORISEES HORS SI


Ce sont des unités incohérentes : non multiples décimaux des unités SI.
Par exemple :
- Le temps : la minute (min), l’heure (h), le jour (d), l’année (y)
- Le volume : le litre (ℓ ou L) → 1 L = 10-3 m3 = 1 dm3 et 1 mL = 10-6 m3 = 1 cm3
- La concentration molaire volumique : mol.L-1 → 1 mol.L-1 = 103 mol.m-3
- La pression : le bar (bar) → 1 bar = 105 Pa
 Unités usuelles interdites :
o L’atmosphère → 1 atm ⋍ 105 Pa
o Le torr (mm Hg) → 1 torr = 133 Pa
- L’énergie : électron-volt → 1eV = 1.602.10-19 J
 Unité usuelle interdite : calorie → 1 cal = 4,185 J

8/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

III. DIMENSIONS DES GRANDEURS

III.A. DEFINITIONS ET EXEMPLES


La dimension d’une grandeur dérivée quelconque G peut-être exprimée sous la forme d’une équation à
partir des dimensions de base des 7 grandeurs fondamentales :

dim G = [G] = Lα.Mβ.Tγ.Iδ.Θε.Nζ.Jη avec α, β, δ, γ, ε, ζ, η ϵ Q

Exemples :
dx
- Vitesse v = ẋ = → [v] = L.T-1
dt
- Accélération a = ẍ → [a] = LT-2
- Force F = MA → [F] = MLT-2
- Fréquence ν = 1/T → [ν] = T-1
- Angle plan α → [α] = 1 (pas d’unité !)
- Vitesse angulaire ω = α̇ → [ω] = T-1
- Quantité de mouvement p = mv → [p] = MLT-1

III.B. APPLICATIONS

1. Vérification de l’homogénéité d’une relation


- Les deux membres ont la même dimension.
- Dans un même membre, tous les termes d’une somme (ou différence) doivent avoir la même
dimension.

Exemple 1 : équivalence masse – énergie

E0 = mc²
[F].L = MLT-2L M(LT-1)²
 ML²T-² =  ML²T-2

Exemple 2 : invariant relativiste

Particule de masse m, quantité de mouvement p, énergie totale E


E² - p²c² = m²c 4
4 -4 -1 -1
M²L T (MLT )²(LT )² M²(LT-1)4
 M²L4T-4 =  M²L4T-4

2. Expression de l’unité d’une grandeur dérivée


 La pression P ?

[F] M.L.T¯²
[P] = = = M.L-1.T-² ⇒ P en kg.m-1.s-² = Pa
[S] L²

 La différence de potentiel U ?

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 9/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

U dF
E= et F = q.E ⇒ U =
d q
[d].[F] L.M.L.T¯²
[U] = = = M.L².T-3.I-1 ⇒ U en kg.m².s-3.A-1 = V
[q] T.I
3. Conversions d’unités d’un système dans un autre
Exemples de calcul de facteur de conversion SI → CGS
 Force [F] = MLT -2

𝑈𝐹 (SI) kg m 𝑠 −2
= . .( ) = 103.10².1 = 105 → 1 N = 105 dyn
𝑈𝐹 (CGS) g cm 𝑠

- Energie, travail [W] = ML²T -²


𝑈𝑊 (SI) kg 𝑚 2 𝑠 −2
𝑈𝑊 (CGS)
= .
g
(
𝑐𝑚
) .(𝑠) = 103.104.1 = 107 → 1 J = 107 erg

4. Dimension des constantes universelles


G, h, kB et c
- Constante de gravitation G : Isaac Newton (1642 – 1727)
mm′
‖F⃗‖ ∝ ⃗ ‖ = G.mm′
‖F
r² r²
MLT-2
MLT-2 M²L-2 [G] = = M-1.L3.T-2
M²L-2
G = 6.673.10-11 kg-1.m3.s-2

- Constante de Planck h : Max Planck (1858 – 1947)


→ Théorie de la physique quantique (Nobel de Physique en 1918). Pour un rayonnement
électromagnétique de fréquence ν, l’énergie d’un photon E :
E = hν

[E] -2
[h]=
[ν]
= ML²-1T = ML²T-1
T

 Dimension d’une action (énergie x temps) ; h = quantum d’action h = 6.6261.10-34 J.s

- Constante de Boltzmann kB : Ludwig Boltzmann (1844 – 1906)


→ Thermodynamique statistique
Energie d’agitation thermique à température T
Energie cinétique de vibration dans un solide :
𝐄̅ = kBT

[E]
[kB] = = ML²T-2Θ-1
θ

Relation entre kB et R :
10/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)
Notions de métrologie | Biophysique • UE3

R
kB = R en J.K-1.mol-1 et NA en mol-1
NA

 Equation d’état des gaz parfaits : PV = nRT ou PV = NkBT


N est le nombre de molécules réelles, N = nN A

- Constante c vitesse de la lumière dans le vide : Albert Einstein (1879 – 1955) → théorie de la
relativité restreinte
Prix Nobel de Physique en 1921
c = vitesse limite (indépassable) dans l’Univers
c invariante ∀ référentiel
[c] = LT-1
c² est le coefficient de conversion masse – énergie (E0 = mc²)
c² ⋍ 1017 m².s-2

5. Analyse dimensionnelle
Méthode qui permet de calculer les valeurs numériques des exposants dans une relation entre grandeurs
différentes. G1 = k.Gm n
2 .G3 … k est une grandeur sans dimension
A partir des dimensions de G1, G2, G3,… on déduit la valeur des exposant m,n,… c'est-à-dire la forme de la
loi physique.

Exemple : la résistance de l’air ⃗R sur un objet


On suppose ‖R ⃗ ‖ fonction de la masse volumique ρ de l’air, de la vitesse v et de la section S de l’objet :
‖R⃗ ‖ = k. ρn .vm.Sp (k sans dimension)
MLT-2 = (ML-3)n.(LT-1)m.(L²)p
MLT-2 = Mn.L-3n+m+2p.T-m
n=1 n=1
-3n+m+2p = 1 p=1 ⃗ ‖ = k. ρ.v².S
⇒ ‖R
-m = -2 m=2

Autre exemple : la période d’oscillation d’un pendule


- De quels paramètres dépend T ?
Longueur ℓ, masse m et accélération de pesanteur g ?
- Hypothèse : T est proportionnelle au produit de puissances de ces paramètres
T= k.ℓα.mβ.gδ

[T] = [ℓ]α.[m]β.[g]δ
[T] = Lα.Mβ.(LT-2)δ = Lα+δ.Mβ.T-2δ
Or [T] = T

α+δ=0 α=½
ℓ ℓ
β=0 β=0 T = k.√ ⇒ Avec observation T = 2π. √
g g
-2δ δ=-½

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 11/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

6. Lois d’échelle
 Effet des dimensions (taille, masse) sur des phénomènes physiques ou physiologiques pour une
classe donnée d’êtres vivants.
 Loi de Kleiber : P = k.mα
Valable pour des fonctions très diverses (respiration, nutrition, etc), α ⋍ 0,75
 Puissance musculaire (en W) – animal homéotherme :
P = 4,1.m¾
P/m = 4,1.m-¼
 Rythme cardiaque ?
P dépend de la fréquence cardiaque (N) et du volume sanguin qui est lui-même proportionnel à la masse
(m).
 P = k’.m.N or P = 4,1.m¾
 N ∝ m-¼

IV. ERREURS ET INCERTITUDES DE MESURE


 Nombre de chiffres significatifs : 3 kg = 3,000007 kg ?
 Fonction des performances de la méthode de mesure.
 Adaptation de la mesure à l’utilisation (en biologie par exemple).

IV.A. CAUSES D’ERREURS SUR LES MESURES


Erreur : c’est la différence entre la valeur trouvée g et la valeur vraie g0 ↔ erreur = g – g0
Elle peut être par excès (g > g0) ou par défaut (g < g0).
Il y a deux causes principales :
- L’instrument de mesure, jamais parfait et qui peut perturber la grandeur mesurée
- L’expérimentateur.

IV.B. CLASSIFICATION DES ERREURS

1. Erreurs aléatoires
 Elles interviennent au hasard par excès ou par défaut au cours de la répétition du mesurage d’une
grandeur.
 Les causes : l’expérimentateur (lecture), les causes extérieures (T, p, vibrations, …), la nature
aléatoire de la grandeur mesurée (RA).
 Il faut faire une répétition du mesurage et un calcul de moyenne.
 La dispersion des valeurs trouvées correspond à l’erreur de fidélité du mesurage.
 Expression : écart-type (s), coefficient de variation (CV = s⁄g̅ ).

Valeur moyenne g̅ ⋍ valeur vraie g0 en absence d’erreur systématique

12/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

2. Erreurs systématiques
 Elles interviennent toujours dans le même sens.
 Les causes viennent généralement de l’instrument (étalonnage), ou de la méthode de mesure
 Ex : une pesée avec le zéro décalé entraine une erreur systématique.
 Erreur systématique ↔ défaut de justesse (biais) du mesurage.
 Expression : écart absolu ou relatif.

Erreur systémique (par excès)

Une mesure exacte est une mesure juste et fidèle.

IV.C. INCERTITUDE D’UNE MESURE


En général un seul mesurage ne permet pas de dissocier les deux types d’erreur.
On peut estimer l’erreur maximale susceptible d’être commise dans les conditions de mesurage, c'est-à-
dire l’incertitude absolue de la mesure ⇒ G = (g ± Δg) unité
Δg
Incertitude absolue : Δg et incertitude relative : (x100 → exprimée en %)
g

Calcul des incertitudes :


 G somme (ou différence) de grandeurs → incertitude absolue
G = a ± b → ΔG = Δa + Δb

 G produit (ou rapport) de grandeurs → incertitude relative


a ΔG Δa Δb
G = a x b ou G = → = +
b G a b

(a+b)
 Exemple : G=
c
ΔG Δ (a+b) Δc Δa+ Δb Δc
= + = +
G (a+b) c (a+b) c
Présentation du résultat :
 Exemple :
G = 0,4174523 u et ΔG = 0,01859 u
 G= (0,42 ± 0,02) u

Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017) 13/14


Notions de métrologie | Biophysique • UE3

Les résultats sont présentés à deux chiffres significatifs.

14/14 Tutorat Santé Lyon Sud (2016-2017)