Vous êtes sur la page 1sur 5

PHYSIQUE 261 RESUME DE COURS

ELECTRONIQUE – AMPLI OP

A. Symbole et introduction

L'amplificateur opérationnel, ou plus simplement ampli-op, est un circuit intégré


composé principalement d'un amplificateur différentiel.
Il est composé au minimum de cinq broches.
Celui-ci constitue un étage d'entrée de très grande impédance. Des étages
intermédiaires comportent des éléments amplificateurs de tension pour obtenir une
grande valeur du facteur d'amplification différentielle, et des éléments correcteurs
permettant de maintenir la tension de sortie pratiquement à zéro lorsque les tensions
d'entrée sont telles que e+ - e- = 0.
L'étage de sortie de l'ampli-op est un montage amplificateur de puissance de très
faible impédance de sortie.
L'amplificateur ne contient pas de condensateur de couplage sur les entrées e+ et e-.
Il pourra donc fonctionner en continu.

© LES DONNEES PUBLIEES SONT LA PROPRIETE EXCLUSIVE DE L’EI.CESI PAGE 1/5


PHYSIQUE 261 RESUME DE COURS

I. L'ampli-op idéal

L'amplificateur opérationnel idéal possède une impédance d'entrée infinie entre


les entrées e+ et e- (impédance différentielle), une impédance de sortie nulle et
un gain différentiel infini.

Il peut donc être représenté par le schéma suivant :

VS ne peut excéder les tensions d'alimentation V+ et V-.


En fonctionnement linéaire on a : V- < VS < V+. Comme VS = A(e+ - e+) et que A est
infini, cela restrain alors le fonctionnement du régime linéaire. Le régime linéaire ne
fonctionne que pour : ε = e+ - e- = 0.

II.La contre réaction

Nous avons vu que l'ampli-op possédait un gain très élevé et que la tension de
sortie était donnée par : VS = Ad (e+ - e- ) = Ad ε
Puisque le gain est très grand, et dans le cas idéal infini, dès que l'on va imposer une
différence de potentiel, même faible, ε entre les bornes d'entrée e+ et e-. Il va y avoir
saturation de l'ampli-op :
Si e+ > e-, ε > 0 et VS = +VOPP
Si e+ < e-, ε < 0 et VS = +VOPP

L'utilisation de l'ampli-op est donc très limitée et se réduit à un comparateur


testant le signe de ε.

Nous allons voir qu'un montage simple à réaction, consistant à prélever une partie du
signal de sortie et à le réinjecter sur une entrée e- va nous permettre d'éviter la
saturation et de concevoir un grand nombre de montages fonctionnels.
On montrera de plus que cette réaction sur l'entrée e- améliore grandement les
caractéristiques des montages réalisables à partir d'ampli-op.

© LES DONNEES PUBLIEES SONT LA PROPRIETE EXCLUSIVE DE L’EI.CESI PAGE 2/5


PHYSIQUE 261 RESUME DE COURS

La contre réaction (ou réaction négative, ou encore réaction sur e-) s'effectue suivant
le schéma fonctionnel suivant:

On a ajouté à l'amplificateur de gain en tension A, un bloc de fonction de transfert B.


Le différenciateur en entrée sera pour l'ampli-op réalisé par les entrées e+ et e-.
On a maintenant : S = Aε=A(E - BS), soit un transfert total : H = S/E = A/1+AB
On a donc maintenant un montage dont le gain est ajustable par variation de B.
Selon la forme donnée à B (réel, complexe…) on pourra obtenir des montages
réalisant différentes opérations (addition, soustraction, filtrage, dérivation…)

III.Les montages à contre réaction (amplificateur opérationnel idéal)

1 - Amplificateur de tension inverseur


Nous avons vu précédemment que vis à vis des courants de polarisation les deux
entrées devaient présenter la même impédance. C'est pourquoi l'entrée e+ doit voir
pour retourner à la masse R1 en parallèle avec R2.

L'ampli-op est considéré comme idéal : aucun courant n'entre par les bornes e+ et e-.
La borne e+ se trouve donc à la masse. C'est une masse virtuelle car elle ne se
rapporte qu'aux tensions ve et vs et non aux tensions de polarisation V+ et V-
L'ampli-op étant idéal, on a e+ - e- = ε = 0
Aussi ve = R1i et vs = - R2i si bien que l'on a :

A = vs/ve = - R2/R1

Remarque : le même raisonnement s'applique à deux impédances complexes Z1 et Z2


pour le régime sinusoïdal.

© LES DONNEES PUBLIEES SONT LA PROPRIETE EXCLUSIVE DE L’EI.CESI PAGE 3/5


PHYSIQUE 261 RESUME DE COURS

2Amplificateur sommateur non inverseur

On doit respecter la règle : R1 // R2 = R3 // R'3


R1 + R2
vs = -(R1 + R2)i et e- = -R1i donc v s = e−
R1

ve − v'e R'3 ve + R3v'e


i' = et e+ = ve − R3i ' =
R3 + R'3 R3 + R'3
En prenant R1 = R2 = R3 = R'3 on réalise l'équation : vs = ve + v'e

IV.Les montages comparateurs (amplificateur opérationnel idéal)

Ce sont essentiellement des montages dans lesquels l'ampli-op fonctionne à


saturation et non en régime linéaire.
Comme nous l’avons vu (cf.3) l’ampli-op est naturellement en fonctionnement
comparateur (non linéaire).
On aura donc une tension ε = e+ - e- qui sera non nulle. Il faudra veiller à n'appliquer
que des tensions d'entrée inférieures aux tensions d'alimentation.

B. Comparateur simple

On définit une tension de référence (par exemple par un pont diviseur sur V+ et V-)
que l'on applique sur e- (cette tension de référence reste inférieure à V+ et V-).
On applique sur l'entrée e+ une tension ve à tester.
Si ve> vréf on a e+ > e- donc ε > 0 et comme il n'y a pas de contre réaction,
Alors vs = Aε sature vers +VOPP. L’amplification A étant infinie.

© LES DONNEES PUBLIEES SONT LA PROPRIETE EXCLUSIVE DE L’EI.CESI PAGE 4/5


PHYSIQUE 261 RESUME DE COURS

Si ve< vréf on a e+ < e- donc ε < 0.


Alors vs = Aε sature vers -VOPP. L’amplification A étant infinie.
Si on trace ce qui se passe dans un diagramme vs, ve, on obtient :

Au basculement, la caractéristique n'est pas parfaitement verticale. En effet


l'amplificateur fonctionne alors en linéaire. On a : vs = A(e+ - e-) = A(ve - vref) si bien
que la pente du basculement est A.

© LES DONNEES PUBLIEES SONT LA PROPRIETE EXCLUSIVE DE L’EI.CESI PAGE 5/5