Vous êtes sur la page 1sur 8

ISSN 1662 – 4599 15 juin 2009

Horizons et débats
Horizons et débats
9e année
Case postale 729, CH-8044 Zurich No 23
Tél.: +41 44 350 65 50
Fax: +41 44 350 65 51
E-mail: hd@zeit-fragen.ch AZA
www.horizons-et-debats.ch
CCP 87-748485-6
8044 Zurich

Hebdomadaire favorisant la pensée indépendante, l’éthique et la responsabilité


pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains
Edition française du journal Zeit-Fragen

Le G20 et la hiérarchisation
du système financier international
par Jean-Claude Paye, Belgique*
hd. L’article ci-dessous montre que Ainsi, les juridictions anglo-
dans les attaques américaines et alle- saxonnes disposent d’un avantage
mandes contre la Suisse et son secret substantiel sur la Suisse en cas de dis-
bancaire, il ne s’agit pas de justice parition du secret bancaire: l’opacité
fiscale. L’abolition du secret ban- de leurs trusts est plus complète.
caire n’aura pas d’influence sur l’éva-
sion fiscale car il existe des moyens Cible du G20: destruction
– anglo-saxons – beaucoup plus ef- de la place financière suisse
ficaces qui permettent aux riches de La Suisse, l’une des principales places
ce monde de soustraire leurs avoirs financières mondiales, est la cible prin-
au fisc. Pour Jean-Claude Paye, les cipale de ce G20. Il s’agit en fait d’une
attaques contre le secret bancaire tentative de réorganisation du système
suisse sont une tentative des centres financier international à ses dépends.
offshore américains et britanniques Les choses sont déjà apparues claire-
de réorganiser à leur avantage le sys- ment à travers l’affaire UBS. L’action
tème financier international. de l’administration étasunienne contre
L’opération «lutte contre la fraude cette banque helvétique est l’utilisa-
fiscale» lancée de manière si com- tion d’une opération contre l’évasion
plaisante par le ministre allemand fiscale de ses nationaux, afin de modi-
des finances SPD Peer Steinbrück sert fier, à son avantage, les règles de fonc-
d’autres intérêts, c’est-à-dire la cen- tionnement du système bancaire mon-
tralisation du système financier mon- dial.
dial sous la direction anglo-saxonne.
Si le monde se laissait faire, il serait La hiérarchisation du
plus éloigné que jamais de la réorga- système financier international
nisation du système financier mon- Les Etats-Unis et leur satellite des Ca-
dial – réclamée au début de la crise – raïbes ainsi que les centres offshore
en vue de davantage de transparence, sous pavillon britannique, contrôlent
de justice et d’éthique. La social-dé- chacun un marché de l’«argent gris»,
mocratie allemande est redevable au presque égal à celui de la Suisse. Suite
monde d’une nouvelle explication à l’offensive étasunienne, la Suisse,
concernant une nouvelle trahison. qui détient encore 27% du marché
de l’épargne mondiale, gérée hors du
Le Sommet du G20 à Londres (avril pays de résidence, pourrait rapide-
2009) a présenté un programme de ment abandonner le terrain à ses con-
1100 milliards de dollars destiné à currents principaux: le Royaume-Uni
Bourses de Londres et de New York. Les milieux financiers qui donnent le ton ici continuent de contrôler le système
soutenir le crédit. Cependant, aucun financier global. Quand l’argent leur fait défaut, ils s’emparent de celui des autres pays et lancent des campagnes et ses îles Anglo-Normandes, l’île de
plan de relance global coordonné contre les Etats qui ne veulent pas collaborer, mais le monde ne se laissera pas faire. (photo reuters) Man et Dublin qui traitent 24% de ces
n’est annoncé. Comme dans l’ensem- capitaux, ainsi que New York, Miami,
ble des politiques économiques nationales, viennent d’être établies par l’OCDE. La pre- apparaître comme le propriétaire aux yeux du les Caraïbes et Panama qui détiennent 19%
l’objectif n’est pas d’entraîner une relance de mière, la liste noire ne comprend que quatre fisc. S’il est «discrétionnaire et irrévocable», des 7300 milliards de dollars placés hors
la machine économique par une augmenta- Etats, tel le Costa Rica et l’Uruguay, des pays la banque qui ouvre le compte peut ne pas frontières. La moitié de cette somme ne se-
tion de la demande des ménages, mais de n’ayant aucun rapport de force au niveau in- exiger l’identité du bénéficiaire. Une per- rait pas déclarée.
promouvoir une redistribution des revenus, ternational. La deuxième, la liste grise, qui sonne qui a constitué un tel trust à l’étran- Suite à la menace d’être inscrite sur la liste
principalement vers le secteur bancaire. Ce comprend les pays «ayant des efforts à faire ger n’est nullement taxée, car elle n’est plus des paradis fiscaux de l’OCDE, la Suisse a
processus s’accompagne d’une hiérarchisa- en matière de coopération fiscale» comprend considérée comme propriétaire de ses biens. ouvert une brèche dans son secret bancaire.
tion accrue du système financier internatio- la Suisse et le Luxembourg, mais aussi... la Quant au bénéficiaire du trust, qui est en prin- Elle va abandonner la distinction entre fraude
nal. Belgique. La troisième, la liste blanche, celle cipe imposable, son identité n’est pas exigée et évasion fiscales et consentir à l’échange
des pays coopératifs comprend le Royaume- lors de l’ouverture du compte. de renseignements, au cas par cas, en ré-
Des listes arbitraires: Uni, qui, avec la City possède un des prin- Les îles de Jersey et Guernesey, toutes ponse aux demandes, concrètes et fondées,
outils de la guerre économique cipaux centres offshore du monde, ainsi que deux territoires britanniques, sont des juri- des administrations fiscales de pays tiers.
Ce double mouvement est perceptible dans quatre de ses «territoires dépendants»: Jersey, dictions spécialisées dans la constitution des Le Luxembourg et l’Autriche, les deux der-
l’étude des «acquis» du sommet. L’essentiel a Guernesey, l’Ile de Man et les Iles Vierges. trusts. C’est également le cas du Delaware et niers membres de l’Union européenne dé-
porté sur «la lutte contre les paradis fiscaux». Les Etats-Unis en font évidemment partie et des Caraïbes, qui servent de refuge à l’argent sirant garder leur secret bancaire ont fait de
L’action se fonde à partir de trois listes qui cela sans aucune note désignant les pratiques «gris» en provenance des Etats-Unis, ainsi même. Cependant, il n’a jamais été question,
opaques d’Etats tels que le Delaware ou le que de Miami, qui accueille aux USA les ca- par exemple, d’inclure sur cette liste des Etats
Wyoming. pitaux latino-américains qui veulent échap- américains comme le Delaware dont les LLC
Sommaire L’offensive s’est focalisée sur le secret per au fisc de leur pays. Singapour, en trai- (Limited Liabilities Compagnies) sont sous-
bancaire, présenté comme étant le moyen pri- tant des fortunes asiatiques ou européennes, traites à toute forme d’imposition.
vilégié de l’évasion fiscale. Lors de leur dé- a la même fonction. Placée dans le contexte de la crise finan-
claration finale, les pays du G20 ont même Les grandes banques suisses se sont éga- cière, cette opération, sous hégémonie étas-
Crimes de guerre des Israéliens affirmé que «l’ère du secret bancaire est ter- lement lancées dans le marché des trusts. unienne, «de lutte contre la fraude fiscale»,
page 2 minée». Elles exigent peu d’informations sur les apparaît bien comme une tentative de la part
Obama est en train de se ayants droit économiques de trusts «discré- des Etats de récupérer des capitaux destinés
Les «trusts» anglo-saxons: tionnaires et irrévocables», mais elles con- à financer en partie les aides consenties aux
transformer en un Dick Cheney principal outil de la soustraction fiscale
page 2 servent l’identité du constituant du trust. Les banques et aux assurances. Cependant, tous
Cependant, actuellement, la moitié du mar- banques anglo-saxonnes pratiquent un usage les fraudeurs du fisc ne sont pas appelés à ap-
Le crédit-bail transfrontalier ché offshore se concentre dans les trusts, des encore moins contraignant, en ne retenant porter leur contribution, les plus aisés auront
en Autriche créations juridiques anglo-saxonnes, qui ne que des informations sur le contractant, le toujours la possibilité de faire appel à l’in-
page 3 nécessitent pas de secret bancaire pour pou- «trustee», la société de gestion et d’adminis- génierie fiscale des trusts afin d’échapper à
voir se mettre à l’abri du fisc. Ce n’est plus tration du trust. Ce qui leur permet, dans les l’impôt. Cette opération de soustraction fis-
La página en español un marché de la discrétion bancaire, mais faits, d’obtenir une opacité complète de la cale leur sera d’autant facilitée s’ils placent
pages 5/6 celui des techniques juridiques en ingénierie personne désirant échapper au fisc. Elles ar- leurs capitaux dans des centres offshore étas-
fiscale. Ainsi, l’évasion fiscale s’est déplacée rivent ainsi à une confidentialité encore plus uniens ou anglo-saxons, dans des territoires
L’Allemagne privatise progressivement vers ces structures légales. grande, sans secret bancaire au sens formel placés sous contrôle direct de la puissance
370 kilomètres d’autoroute Les trusts sont devenus le principal outil de du terme. Même si, lors d’une enquête dé- dominante. •
page 5 la soustraction fiscale, le substitut le plus effi- terminée, les législations obligent ces places
cace au secret bancaire. financières à remettre les informations sur * Jean-Claude Paye est l’auteur du livre «La fin de
L’agriculture suisse a un avenir Le trust est un véhicule de droit anglo- leurs clients, ces dernières ne peuvent four- l’Etat de droit: La lutte antiterroriste, de l’état d’ex-
page 7
saxon, qui permet à une personne fortunée nir des renseignements qu’elles ne disposent ception à la dictature.». Editions La Dispute, 2004.
de se dessaisir de sa fortune, afin de ne pas en pas. ISBN 2-84303-096-X
page 2 Horizons et débats No 23, 15 juin 2009

Les crimes de guerre des Israéliens


lors de la récente guerre contre Gaza
Rapport de la Commission d’enquête indépendante sur Gaza
thk. L’ancien rapporteur spécial pour la Pa- que les Palestiniens ne possédaient que des que certains soldats aient eu cette intention
lestine et de ses régions occupées, John Du- armes très simples, alors que les Israéliens et devraient répondre de leurs crimes.» La
gard d’Afrique du Sud, a présenté le 3 juin, utilisaient du matériel très moderne, à par- commission en est arrivé à cette conclusion,
lors d’une réunion parallèle à la 11e session tir de la mer, de l’air et de la terre. Il sou- au vu des massacres et des informations ve-
du Conseil des droits de l’homme à Genève, ligna aussi le fait qu’Israël utilisa du phos- nues d’un certain nombre de soldats faisant
son rapport d’enquête indépendant concer- phore blanc dans une région très dense en état de l’influence de rabbins allant dans le
nant les violations des droits humains lors de population, cela en violation des règlements sens que «la Terre sainte devait être débar-
la récente guerre entre Israël et la bande de internationaux. rassée des non-juifs». Etant donné que les
Gaza. Ce rapport fut rédigé sur demande de Cette agression a causé d’énormes dom- soldats se trouvaient sous le commandement
la Ligue arabe. mages: plus de 3000 maisons et appartements du gouvernement israélien, ce dernier doit,
Cette commission d’enquête comprenait le furent détruits, 11 000 endommagés. 215 fa- selon la Convention pour la prévention et
président John Dugard, le professeur néerlan- briques et 700 entreprises privées, 15 hôpi- la répression du crime de génocide, pren-
dais Paul de Waart, le juge norvégien Finn taux, 43 centres de soins, 28 bâtiments gou- dre ses responsabilités en tentant d’empê-
Lynghjem, l’avocat germano-chilien Gonzalo vernementaux, 60 stations de police furent cher ces crimes et, en cas d’échec, d’enga-
Boye, le médecin légiste portugais Francisco soit fortement endommagées, soit détruites. ger des poursuites pénales. Le 3 juin, à l’ONU à Genève, John Dugard a
Corte Real et l’avocate australienne Realene L’armée israélienne n’épargna ni les lieux de Dans l’ensemble, la commission en arrive présenté son rapport d’enquête indépendant sur
Sharp. culte, ni les écoles. 53 installations de l’ONU à la conclusion qu’Israël s’est rendu coupable la récente guerre contre Gaza. (photo thk)
Cette commission d’enquête s’est rendue furent touchées. en diverses occasions de crimes contre l’hu- d’intenter avec cependant toute la prudence
à Gaza du 22 au 27 février et y rencontra de Suite à cette liste, la commission d’enquête manité et de crimes de guerre. Mais elle ac- requise par la gravité du reproche, une ac-
nombreuses personnes, dont des victimes et conclut que l’armée israélienne «n’avait éta- cuse aussi le Hamas d’avoir, par ses attaques tion en justice contre Israël. La Ligue arabe
des témoins de l’opération militaire israé- bli aucune différence d’avec les civils, ou aux roquettes, pris sur soi la mort de civils devrait également inciter des Etats à tra-
lienne, ainsi que des membres des autorités, entre objectifs civils et militaires.» Suite à innocents. duire devant les cours de justice nationales
des médecins, des avocats, des hommes d’af- cela, la commission déclare qu’il y a eu «une Le président de la commission d’enquête, les personnes coupables de crimes relevant
faires, des journalistes et des membres d’or- différence énorme entre ce qu’ont eu à subir John Dugard, a soumis, à la fin de son rap- du droit international. Israël devrait fournir
ganisations non-gouvernementales et de l’ad- les Israéliens par les attaques des Palestiniens port, différentes recommandations à la Ligue des compensations pour les installations ara-
ministration de l’ONU. et ce que les Palestiniens ont eu à déplorer arabe. En premier lieu, elle devrait engager bes détruites. De plus, il recommande de ras-
Les résultats de tous ces entretiens et en- en morts et en destruction dans la bande de l’Assemblée générale de l’ONU, de même sembler tous les documents touchant la vio-
quêtes sont désastreux et mettent à jour la Gaza». Ces faits et d’autres encore contenus que son Conseil de sécurité, à déposer une lation du droit international humanitaire en
brutalité de l’opération militaire israélienne. dans le rapport sont à classer comme crimes plainte auprès de la Cour internationale de Palestine, afin de pouvoir, plus tard ou en cas
Parmi les 1400 personnes tuées au cours de de guerre commis par Israël. justice. De plus, il propose au gouvernement de récidive, profiter des preuves à disposi-
ces trois semaines de combats se trouvaient Selon Dugard, il est difficile de répon- suisse de convoquer les Etats signataires de tion. Ce rapport devrait être distribué au plus
850 civils, dont 300 enfants et 110 femmes. dre à la question de savoir si l’attaque israé- la IV e Convention de Genève à une réunion grand nombre possible d’organisations inter-
Le nombre des blessés dépassait les 5000. Il lienne contre Gaza et la mort de 1400 per- afin de débattre des résultats du rapport. Pa- nationales et porté à la connaissance du pu-
y eut aussi les crimes commis de sang froid sonnes relève du génocide. En effet, il n’est rallèlement, la Ligue arabe devrait atti- blic.
par des soldats israéliens, qui les ont même pas possible de prouver directement l’inten- rer l’attention de tous les Etats signataires Le nombre de chefs d’accusation, que
confirmés auprès de l’«Oranim military col- tion déclarée de détruire tout ou partie d’un de la IV e Convention de Genève sur le fait John Dugard présente dans son rapport, est
lege». groupe national, ethnique, racial ou reli- qu’ils sont tenus, selon l’article premier de stupéfiant. Il est souhaitable qu’au vu de ce
Du côté israélien, on a dénombré, au cours gieux comme le prévoit la Convention. Et la Convention, d’agir en faveur du respect rapport, qui correspond pour l’essentiel aux
de cette guerre, 4 civils tués et 182 blessés, pourtant, la gravité de l’agression contraint de celle-ci. résultats des enquêtes de son successeur Ri-
touchés par des roquettes palestiniennes, 10 la commission à s’orienter vers cette inter- En outre, il recommande aux pays-mem- chard Falk, la communauté internationale
soldats tués, dont 3 du fait de l’armée israé- prétation. Il est vrai que le but de l’armée bres de la Ligue arabe – en conformité avec agisse dans le sens du droit international.
lienne elle-même et 148 blessés. L’enquê- israélienne n’a pas été la destruction totale l’article 9 de la Convention pour la préven- C’est la condition même d’une paix durable
teur Dugard a attiré l’attention sur le fait du peuple palestinien, mais «il se pourrait tion et la répression du crime de génocide – en Palestine. •

Obama est en train de se transformer en un Dick Cheney


par Paul Craig Roberts*

hd. Au cours de sa visite au Moyen-Orient et torture. Appuyant son adhésion à la politique agissements anticonstitutionnels du gouver- taire américain. Le chômage américain qui
avant tout avec son discours à l’Université du de Bush/Cheney, les démocrates de la Cham- nement américain ne pourront pas porter monte en flèche fournit les troupes nécessai-
Caire, le président Obama a tenté de gagner bre des représentants lui ont refusé le budget plainte, cela afin d’empêcher les Américains res aux guerres expansionnistes d’Obama.
à sa politique un large public arabe et isla- nécessaire à la fermeture de Guantanamo. et le monde entier de tirer les leçons des actes Le Président peut faire de grands discours
mique . De nombreux médias du monde en- On continuera d’enlever des personnes illégaux perpétrés au nom de la sécurité na- sans malmener la langue. Il sait sourire et
tier l’ont soutenu unanimement, comme s’ils (en général sur la foi de fausses informations tionale et d’exiger des responsables qu’ils ré- amener les gens à croire à sa rhétorique. Le
s’étaient concertés. Ceux qui se sont montrés fournies par leurs adversaires) et de les in- pondent de leurs actes politiquement et juri- monde, ou du moins une grande partie de
sceptiques et ont demandé que les actes suc- terner dans des prisons du tiers-monde pour diquement.» celui-ci, semble se satisfaire des paroles mo-
cèdent aux paroles n’ont généralement pas les y interroger. Une nouvelle fois, Obama En d’autres termes, Obama s’est engagé à dérées qui font passer la politique de supré-
été pris au sérieux. Or ces demandes sont a remplacé par une «réforme» sa promesse couvrir les crimes du régime Bush et à assu- matie de l’exécutif et d’hégémonie mondiale
tout à fait justifiées: non seulement l’expé- d’abolir une pratique illégale. Selon lui, la rer que son propre régime pourra continuer à qui était celle de Dick Cheney. •
rience que l’on a de la politique étrangère pratique des détentions secrètes (renditions) agir de manière illégale et anticonstitution- (Traduction Horizons et débats)
américaine au cours des dernières décen- a été réformée et n’impliquera plus la torture. nelle. * Paul Craig Roberts est l’auteur de la loi Kemp-
nies mais également celle des déclarations Comment le savoir? Obama va-t-il confier à Obama s’oppose à la publication de la der- Roth et fut Sous-secrétaire au Trésor du gouverne-
d’Obama et de ce qu’il a fait jusqu’ici. C’est un agent du gouvernement la mission de sur- nière série d’épouvantables photos de tortures ment Reagan. Il fut rédacteur en chef adjoint au Wall
ce qu’explique Paul Craig Roberts, ex-Sous- veiller les traitements réservés par des bru- qui viennent d’être découvertes. Il prétend Street Journal et rédacteur à la National Review.
secrétaire américain au Trésor. tes du tiers-monde aux personnes enlevées? que cette publication va susciter la colère des Source: www.informationclearinghouse.info/arti-
Etant donné la propension de la police amé- insurgés et les amener à tuer les soldats amé- cle22671.htm (21/5/2009)
L’Amérique et son président ont perdu leur ricaine à brutaliser les citoyens américains, ricains. Bien sûr que c’est insensé. Ceux qui
âme. Un pays désespéré a élu un président rien ne peut garantir que les victimes ne se- résistent à l’occupation de leur pays par les
qui promettait le changement. Des Amé- ront pas torturées. troupes américaines et les mercenaires de Horizons et débats
ricains étaient venus de tout le pays assis- Obama a défendu le programme d’écou- l’OTAN ont déjà pour vocation de tuer nos Hebdomadaire favorisant la pensée indépendante,
ter à Washington, par un froid glacial, à la tes téléphoniques sans mandat de l’Agence de soldats et ils savent que les Américains tor- l’éthique et la responsabilité
cérémonie de prestation de serment. Aucun sécurité nationale instauré par le gouverne- turent tous ceux qu’ils capturent. Obama pour le respect et la promotion du droit international,
du droit humanitaire et des droits humains
autre président n’avait attiré une telle foule. ment Bush/Cheney et confirmé l’argumenta- s’oppose à cette publication parce qu’il sait
La bonne disposition du peuple à son égard et tion juridique selon laquelle l’«immunité de que l’image barbare de l’armée américaine Editeur
ses attentes suffisait pour qu’il mette fin aux juridiction» protège les fonctionnaires gou- que donnent ces photos va saper l’appui aux Coopérative Zeit-Fragen
guerres gratuites et fasse passer des réformes vernementaux de toutes poursuites pénales guerres qui enrichissent le complexe militaro- Rédacteur en chef
importantes, mais il a trahi le peuple pour fa- et civiles lorsqu’ils violent les lois américai- sécuritaire, qui calment le lobby pro-Israël et Jean-Paul Vuilleumier
voriser d’autres intérêts. Il se fie à son attitude nes et les droits constitutionnels des citoyens. récompensent ceux qui ont financé sa cam- Rédaction et administration
Case postale 729, CH-8044 Zurich
et à sa rhétorique modérées pour convaincre Le ministère de la Justice d’Obama a pris la pagne. Tél. +41 44 350 65 50
les gens que le changement est en route. défense de Donald Rumsfeld dans un procès Obama est également revenu sur sa pro- Fax +41 44 350 65 51
Or le changement que nous observons est intenté par des détenus dont Rumsfeld avait messe de retirer les troupes d’Irak. A la cons- E-Mail: hd@zeit-fragen.ch
en lui et non dans sa politique. Il est en train violé les droits. ternation de ses partisans, il laisse là-bas Internet: www.horizons-et-debats.ch
de se transformer en un Dick Cheney. Il est en Par une «déclaration signée» (signing sta- 50 000 soldats américains. Les autres sont en- CCP 87-748485-6
fonctions depuis à peine quatre mois et l’on tement: acte par lequel le président modifie voyés en Afghanistan et au Pakistan où, sous Imprimerie
pourrait déjà écrire un livre entier sur les pro- la signification d’un texte de loi), Obama a les yeux d’Obama, la guerre a éclaté sur une Nüssli, Mellingen
messes qu’il n’a pas tenues. renoncé ce mois-ci à protéger les «whistle- grande échelle et où les bombardements de Abonnement annuel 198.– frs / 108.– €
Il avait déclaré qu’il allait fermer Guanta- blowers», ceux qui dénoncent au Congrès les civils ont déjà fait un million de réfugiés.
ISSN 1662 – 4599
namo, la prison où l’on torturait, et abolir les actions illégales de l’exécutif. Et la guerre contre l’Iran reste une option.
cours illégales connues sous le nom de tribu- Obama revendique des pouvoirs encore Sur l’insistance de Washington, l’OTAN © 2009 Editions Zeit-Fragen pour tous les textes et les illustrations.
Reproduction d’illustrations, de textes entiers et d’extraits impor-
naux militaires. Mais maintenant, il dit qu’il plus étendus que Bush pour l’exécutif. A ce effectue des manœuvres sur un ancien terri- tants uniquement avec la permission de la rédaction; reproduction
va réformer ces tribunaux et poursuivre les sujet, Bruce Fein écrit: «En principe, le pré- toire soviétique, préparant la voie à un futur d’extraits courts et de citations avec indication de la source «Hori-
zons et débats, Zurich».
procédures, mais sans aveux obtenus sous la sident Obama soutient que les victimes des enrichissement du complexe militaro-sécuri-
No 23, 15 juin 2009 Horizons et débats page 3

On brade pour des milliards d’infrastructures publiques


Le crédit-bail transfrontalier en Autriche
par Renate Schramm, Vienne

En Autriche aussi la vente de biens commu- n’ont rien à faire de ce qu’ils ont acheté. Ce
naux et nationaux à des investisseurs améri- qui est du domaine de l’économie réelle est
cains a beaucoup de succès. Le «crédit-bail secondaire.
transfrontalier» («Cross Border Leasing» ou Mais pour autant le vendeur, qui reprend
CBL) est pratiqué depuis le milieu des an- en leasing ce qu’il vient de vendre, est lié par
nées 90. On vend donc pour des milliards contrat au nouveau propriétaire, l’investis-
d’infrastructures et on les rachète en crédit- seur. L’ÖBB (Chemins de fer fédéraux autri-
bail. Les contrats sont conclus pour 99 ou chiens), par exemple, a coutume de mettre en
100 ans, mais peuvent être résiliés au bout vente les trains dont on n’a plus l’usage. Mais
de trente ans. Le preneur (p. ex. la commune l’investisseur a opposé son veto, argumen-
de Vienne) a alors un droit de préemption à tant que ces trains lui appartenaient et donc
un prix fixé lors de la conclusion du contrat. ne pouvaient être vendus. La même chose
Le volume de la transaction doit s’élever à s’est produite à Stuttgart. Le Conseil munici-
150 millions de dollars au moins car les frais pal de la ville voulait construire un pont sur le
annexes (avocats, consultants et autres «fa- Neckar et la bretelle d’accès à ce pont aurait
cilitateurs», appelés «Arranger», qui font le empiété de quelques mètres sur le terrain de
lien entre tous les participants) sont si éle- la station d’épuration qu’elle avait vendue à
vés que la transaction n’est pas rentable à un investisseur. Celui-ci éleva des objections
moins. et les édiles durent réviser leurs tracés, ce qui
Par les temps de crise actuels, les ris- entraîna un surcoût de 20 millions d’euros.
ques liés à de telles affaires deviennent Un propriétaire de remonte-pente d’Inns-
énormes et communes et entreprises publi- bruck voulait installer un canon à neige pour
ques de fournitures diverses commencent à la piste située sous son remonte-pente. Pour
trembler. Werner Rügemer, auteur du livre «Vivre libres suppose aussi de protéger les richesses acquises avec l’argent des impôts et de les cela il lui aurait fallu pomper l’eau de la cen-
«Cross Border Leasing» (Münster 2004), administrer pour les mettre au service du bien de tous les citoyens.» (photo caro) trale hydraulique. La TIWAG a dû demander
chargé de cours à l’Université de Cologne son accord à l’investisseur, qui a refusé.
et membre de l’ONG allemande «Business au nom de la ville et peuvent en principe en par les banques à des acheteurs immobiliers, On peut se demander ce qu’on a signé au
Crime Control» (http://businesscrime.de/), a faire ce qu’elles veulent à la seule condition des firmes et des artisans, mais à des «prati- juste? Mais le secret reste – selon toute appa-
tenu en avril 2009 en Haute-Autriche, Basse- d’acquitter chaque année les traites du cré- ques de carrousel». Cela signifie que 90% des rence – la priorité suprême.3 Il est de fait im-
Autriche et à Vienne plusieurs conférences dit. affaires traitées par les banques étaient des af- possible d’établir qui, de l’autre côté, a vrai-
sur le thème «Cross Border Leasing ou Com- Dans sa conférence, Werner Rügemer faires entre banques. ment signé le contrat.
ment les communes édifient leurs infrastruc- montre clairement que les promoteurs et prin-
tures sur du sable», organisées par l’«Atelier cipaux acteurs de ce crédit-bail transfronta- Infrastructures autrichiennes L’«avantage au comptant»
Paix et solidarité». Les explications ci-des- lier ne sont pas les investisseurs avec leurs déjà en leasing est en réalité une prime d’assurance
sous se fondent essentiellement sur ces con- prétendus avantages fiscaux, mais bien plu- Selon le rapport de la Cour de comptes, l’Autri- Presque tous les jours on assiste quelque
férences. tôt les banques qui leur accordent des prêts. che a déjà conclu 2004 transactions CBL pour part à un «sauvetage» de banque. Que les
Car elles vont désormais encaisser des inté- un volume total d’environ 17,904 milliards Etats soutiennent des banques plus ou moins
Des investisseurs américains acquièrent des rêts pendant 30 ans. d’euros (voir encadré). L’«avantage au comp- en faillite, ne surprend pas plus que cela
infrastructures en Europe: réseaux de tout-à- Et les banques à qui les investisseurs re- tant» s’élevait à 1,046 milliard d’euros. Ça Rügemer. Qui sait que la puissance publique
l’égout, d’eau potable, de tramways, métros mettent le prix de l’achat des installations se a l’air de faire beaucoup d’argent. Mais si le s’est portée garante de ces contrats CBL? Ces
et chemins de fer, centrales de production voient ainsi accorder un prêt sans intérêt qui vendeur de départ, maintenant utilisateur du prétendus «avantages au comptant», ces 4 à
d’électricité et de chauffage, stations d’épura- leur permet d’accroître leurs fonds propres. crédit-bail, voulait rompre le contrat, il pour- 7% qui sont versés aux villes ou aux com-
tion, halls de foires et écoles. En échange, ils Pendant trente ans, elles administrent l’argent rait lui en coûter plusieurs fois l’«avantage au munes sont presque une prime d’assurance!
obtiennent pour plusieurs années d’énormes versé au vendeur sans autre obligation que de comptant». Le rapport poursuit: «L’insolva- Dans ces volumineux contrats les vendeurs
réductions d’impôts. payer chaque année les traites de leasing au bilité éventuelle des instituts de crédit ainsi ont inclus une clause de protection: si l’une
Mais réfléchissons un peu: ces infrastruc- nouveau propriétaire, l’investisseur. que des assureurs (banques de dépôt) consti- des banques engagées rencontre des difficul-
tures sont maintenues en parfait état avec Plus encore: en règle générale les banques tue un risque supplémentaire. Ce risque est à tés, c’est la ville (le vendeur) qui est garante.
l’argent des impôts et doivent être sans cesse pratiquent un véritable «carrousel». Car les la charge exclusive du partenaire autrichien. Il en va ainsi pour la TIWAG et les Ateliers
rénovées. Elles sont destinées aux citoyens banques qui accordent le prêt à l’investis- En effet, l’investisseur étranger peut, en cas communaux d’Innsbruck (IKB). Les IKB
et financées avec leur argent. Elles sont pro- seur appartiennent le plus souvent au même d’insolvabilité des banques de dépôt, réclamer avaient déposé de l’argent chez AIG (Ameri-
priété publique car exclusivement d’intérêt groupe bancaire que celles qui en perçoivent une partie de l’«avantage au comptant» précé- can International Group Inc.), actuellement
public. Dans une démocratie, cela va de soi. le montant. Et ainsi les banques accroissent demment versé, car celui-ci était lié à l’achè- en pleine crise. Et c’était un très gros dépôt:
Et il va donc aussi de soi que l’Etat les main- leurs fonds propres bien que l’argent ne fasse vement de la réalisation du contrat.» le PDG d’IKB, Harald Schneider, a parlé de
tienne à l’abri de toute spéculation. qu’entrer et sortir. «6 ou 7 zéros» (cf. «Profil» du 22/9/08).
Lorsqu’on engage une transaction CBL, Rügemer appelle les CBL produit financier Il ne s’agit pas des infrastructures,
on crée un trust dont le siège se trouve le structuré et par la même occasion en pointe mais uniquement de faire des affaires Garantie et coût des transactions CBL
plus souvent dans l’Etat du Delaware1 aux les dangers. Même la crise financière actuelle Les objets de transaction CBL ne sont guère Mais justement la crise a changé quelques
USA ou tout autre paradis fiscal, par exem- n’est pas due à un excès de crédits accordés que les supports de l’affaire. Les investisseurs données, selon Rügemer. Un signe en est que
ple les Iles Caïman; mais ce trust n’investit la puissance publique se porte désormais ga-
pas dans un objet concret. Le tribunal compé- Le «Cross Border Leasing» en Autriche: rante; car si les agences de notation4 jettent
tent se trouve – comme pour toutes les autres un soupçon sur la solidité d’une banque de
transactions CBL – à New-York2. Un tel con- petite chronologie crédit, les villes sont tenues de fournir des ga-
trat comporte plus de 1000 pages et il est ré- 1998: tramway et métro de Vienne. Vo- Linz AG: centrales électrique et de chauf- ranties supplémentaires aux investisseurs. La
digé exclusivement en langue juridique et lume des transactions: 550 millions de fage, réseau électrique, société écran impliquée s’inquiète; elle n’est
économique anglaise et donc difficile à com- dollars. Oberösterreich Ferngas: réseau de gaz de pas sûre que la banque va lui payer ses trai-
prendre. 1998: tramway et métro de Vienne. Vo- Haute-Autriche, tes de leasing pendant par exemple les 24 ans
Ce type d’affaires, nous dit Rügemer, a lume des transactions: 170 millions de Energie AG Oberösterreich: réseau élec- à venir. Donc les villes, l’ÖBB ou la TIWAG
été proposé essentiellement à des Européens dollars. trique et centrales hydroélectriques de par exemple, doivent acheter pour 50 ou 100
comme solution à des dettes considérables. 1999: après l’externalisation des Wiener Haute-Autriche, millions d’euros de bons du Trésor améri-
Pour cela on a eu recours à des consultants Stadtwerke (entreprise communale vien- ÖBB: gares, locomotives, wagons, signa- cains et les placer dans une autre banque sur
qui leur ont vendu ce CBL en le présentant noise regroupant toutes les entreprises lisation, le compte de l’investisseur.
comme une solution toute simple. publiques) sans décision du conseil mu- Société Verbund: toutes les centrales sur Cela donne déjà le vertige, mais Rügemer
nicipal: tramway et métro de Vienne. Vo- le Danube, mentionne encore une autre garantie: l’obli-
Le crédit-bail transfrontalier – lume des transactions: 400 millions de Telekom et Mobilkom Austria: diverses gation de changer de banque quand la nota-
les principaux acteurs en sont les banques dollars. installations de transmission (1998: 200 tion de la première a baissé.
Selon les pratiques courantes du néolibéra- 2001: tramway et métro de Vienne. Vo- millions de dollars, 1999: 400 millions Mais c’est très difficile à l’heure actuelle,
lisme, poursuit Rügemer, tous les achats sont lume des transactions: 550 millions de de dollars, 1999: 200 millions de dollars, car les banques ne veulent pas prêter de tel-
faits à crédit. L’investisseur ou la société dollars 1999: 190 millions de dollars), les sommes. Les coûts d’un changement de
écran (cf. note 1) emprunte l’argent auprès 2003: Service des eaux des 21e et 22e ar- BEWAG: réseau électrique, banque peuvent s’élever à quelques millions
de plusieurs banques. Cet argent est ensuite rondissements (commune de Vienne): BEGAS: réseau gazier, et tous les contractants doivent donner leur
versé à la société écran et non à une entre- environ 550 millions de dollars. Austrocontrol: installations de contrôle accord.
prise comme par exemple les Tiroler Was- 2003: Centre de traitement de données du trafic aérien, Et pour cela on a besoin des consultants,
serkraftwerke (TIWAG, Centrales hydro- de la Municipalité de Vienne (commune Connect: installations de transmission, qu’il faut payer. Rügemer parle de ces con-
électriques du Tyrol, ndt.), qui a vendu ses de Vienne), 1ère tranche: environ 100 mil- IMMOFINANZ: Immeuble de bureaux au sultants, qui ne conseillent pas aux acheteurs
installations. Celle-ci ne touche que 4 à 7% lions de dollars; la 2e tranche du projet Wienerberg, de résilier les contrats, mais sont au contraire
«d’avantage au comptant» – c’est le terme de transaction n’a pu être effectuée en Stadtwerke Innsbruck: station d’épura- très bien payés uniquement pour les mainte-
technique qui désigne l’argent directement raison des modifications législatives pré- tion et canalisations, nir.
versé par l’investisseur au vendeur de l’infras- vues aux USA. Post AG: centres de tri postal, Un exemple: le Syndicat des eaux du Lac
tructure, et qui garantit à ce dernier un pré- D’autres accords de CBL ont été évoqués TIWAG: Centrales hydroélectriques du de Constance inclut 300 communes, il est
tendu avantage, puisqu’il peut apparemment par Sepp Rieder, adjoint au maire de Tyrol, responsable de tout le système d’approvi-
disposer librement de cet argent, tout en con- Vienne chargé des finances, le 23/4/03, IKB: Innsbrucker Kommunalbetriebe, éta- sionnement en eau potable du Bade-Wur-
tinuant à se servir de l’installation. Le reste qui n’a pas précisé les dates et volumes blissements communaux d’Innsbruck. temberg, puits artésiens, canalisations etc. La
est placé dans des banques, qui administrent des transactions prévues: Source: Les Verts, Vienne
ensuite pendant 30 ans ces grosses sommes Suite page 4
page 4 Horizons et débats No 23, 15 juin 2009

«On brade pour des milliards…» Détail intéressant à la marge: affichant au entend dire que la Poste allemande envisage Tirer les leçons?
suite de la page 3 31 décembre un chiffre d’affaires de 156,9 de reprendre la Poste autrichienne. Vente des biens publics – crise économique
milliards d’euros et un bénéfice de 982 mil- Martin Huber, l’ancien dirigeant de – chômage – et pour finir dictature et Ans-
banque américaine AIG, partenaire de cette lions8 la RZB caracole «en tête du Groupe l’ÖBB, a lui aussi toujours misé sur la pri- chluss: voilà ce qui a conduit l’Autriche à la
infrastructure, a fait la plus grosse banque- de banques Raiffeisen autrichien (RBG) et vatisation et le dépeçage de l’ÖBB, souhai- Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, l’his-
route des USA, ce qui leur a coûté 180 mil- est le centre nerveux de la firme RZB» qui tant «économiser» entre 2005 et 2010 plus toire ne se répète jamais à l’identique. Mais
liards de dollars. Le Syndicat des eaux du passe pour un «acteur top niveau», tout spé- de 10 000 emplois. Cet ex-dirigeant, souvent on ne peut nier que des parallèles se font jour.
Lac de Constance a consulté de décembre cialement dans le processus de mondialisa- critiqué publiquement pour ses spéculations Ne voit-on pas aussi à l’heure actuelle, aux
2008 à mars 2009 auprès du cabinet d’avo- tion en Europe centrale et orientale. Et pour- hasardeuses12, réclame, lors de son départ, postes-clés de l’économie, de la politique et
cats Clifford Chance LLP5 ce qui leur a coûté tant Raiffeisen a touché une aide publique de de l’ÖBB des honoraires de 836 654,52 de l’armée, ceux qui enterrent l’indépendance
900 000 euros. A la même séance, il a été dé- 1,75 milliards d’euros.9 euros. de notre pays? Qui par soif de profit se sou-
cidé d’augmenter le prix de l’eau pour épon- mettent sans scrupule à des puissances étran-
ger les frais liés au changement de banque. gères, mettant ainsi en péril notre souverai-
neté, notre neutralité et la paix?
Les contrats et leurs consultants «Vente des biens publics – crise économique – chômage – et pour finir dictature et
Il est urgent de revenir à une République
Il est donc essentiel d’aller y voir d’un peu plus Anschluss: voilà ce qui a conduit l’Autriche à la Seconde Guerre mondiale. Bien autrichienne où les deux principes fondamen-
près chez ces consultants, estime Rügemer. Et sûr, l’histoire ne se répète jamais à l’identique. Mais on ne peut nier que des paral- taux étaient la Constitution et le respect de
pour cela il prend un exemple en Autriche, où lèles se font jour. Ne voit-on pas aussi à l’heure actuelle, aux postes-clés de l’écono- l’Etat de droit. Il faut désormais réparer, dès
le cabinet de consultants Heinrich und Mor- qu’on les a reconnues, les erreurs commises
tinger, dont le siège se trouve à Vienne, a joué mie, de la politique et de l’armée, ceux qui enterrent l’indépendance de notre pays?
pour quelque raison que ce soit. Il faut donc
un rôle essentiel dans les contrats CBL. Qui par soif de profit se soumettent sans scrupule à des puissances étrangères, met- faire entrer la démocratie directe pratiquée en
Ces deux avocats autrichiens en pleine as- tant ainsi en péril notre souveraineté, notre neutralité et la paix?» Suisse dans la Constitution de la République
cension ont été entre le milieu des années fédérale d’Autriche. Aucune autre forme de
90 et 2003 employés de la banque austra- démocratie ne peut protéger du pillage des
lienne Babcock & Brown comme consultants biens publics. Vivre libres suppose aussi de
en leasing transfrontalier pour l’Autriche et Il est clair que cette firme s’est détour- Perspectives protéger les richesses acquises avec l’argent
l’Allemagne. Ils étaient spécialistes des avan- née de l’esprit de la structure coopérative. des impôts et de les administrer pour les met-
tages fiscaux liés à ces transactions. Friedrich Wilhelm Raiffeisen se retournerait Rügemer dit clairement qu’il n’existe aucun tre au service du bien de tous les citoyens.) •
En 2005, l’administration financière amé- dans sa tombe s’il savait quelles affaires on avantage fiscal et qu’au regard de la loi et 1
ricaine a publié des écrits selon lesquels «les fait sous son nom. du droit ces contrats devraient être invali- Une des raisons de la prospérité économique du
Delaware tient à la fiscalité particulièrement favo-
CBL doivent être considérés comme des con- dés. Le conférencier donne en exemple l’Al- rable dont y bénéficient les holdings, si bien que
tournements abusifs de l’impôt et les avan- Fermetures d’entreprise et licenciements lemagne où 20 conseils municipaux, dont presque toutes les grosses firmes des USA y sont
tages fiscaux ne pouvaient être réclamés – retombées des contrats CBL ceux de Bochum, Wuppertal et Gelsenkir- domiciliées. L’«effet Delaware» a conduit envi-
même pour des transactions CBL réalisées Jetons un coup d’œil sur «Die Presse» du chen ont appelé à résilier complètement les ron 620 000 sociétés écrans à y installer leur siège,
antérieurement». Quelques lignes plus bas, 2 mai: l’ÖBB termine l’année 2008 avec une contrats. un grand nombre cachant de gros konzerns. Le
Delaware est considéré comme un paradis fiscal:
on lit que dans les contrats CBL «le risque perte nette de 965,9 millions d’euros. En Mais les banques posent, elles aussi, leurs non seulement la fiscalité y est extrêmement faible
d’un éventuel changement de la législation 2007, elle avait encore un excédent de 42,4 exigences. Elles prétendent n’avoir aucun mais il y est possible, comme autrefois au Liech-
fiscale américaine, y compris l’obligation de millions d’euros. Résultat: les tarifs subis- lien avec le problème fiscal. Les problèmes tenstein, d’y fonder anonymement des entreprises
rembourser au partenaire américain la tota- sent une nouvelle hausse de 4,9%. Et cela sont donc simplement déplacés, et en défi- (toutefois pas anonymes au Liechtenstein). Pour
lité de ce qu’il aurait perdu dans ce cas devait en dépit de l’énorme augmentation du trafic nitive c’est l’Etat, donc le contribuable, qui cela il n’est pas nécessaire de disposer d’un capi-
tal de départ, et le Conseil d’administration peut se
être mis à la charge des communes, au cas où marchandises et voyageurs. Le site oe24. at paie la note. composer d’une seule personne. Autres avantages:
cela n’était pas déjà prévu dans le contrat.»6 nous informe le 23 mars de la réponse de En Autriche, on envisage de plus en plus les séances du Conseil d’administration ne doivent
Mais cette clause n’avait été mentionnée ni l’ÖBB à ces «pertes»: on ferme l’atelier des souvent la résiliation des contrats CBL, pas obligatoirement se tenir au Delaware, ni être
par les banques ni par les consultants. bus. «De fait, malgré des résultats d’exploita- c’est le cas par exemple de l’EAG (Ener- portées à la connaissance du public. (Wikipedia)
2
Ces messieurs Heinrich et Mortinger, tion positifs une transaction financière qui a gie AG Oberösterreich, Société énergéti- Les contrats sont conclus s à New-York car dans cet
qui ont ouvert en 2003 leur propre cabinet mal tourné nous a mis dans le rouge. Il s’agit que de Haute-Autriche, ndt.), comme le Etat les contrats sont valables même s’il s’avère par
se sont eux aussi mis à couvert, car la crise d’un ‹leasing transfrontalier› concernant les rapporte le Wirtschaftsblatt (Journal éco- la suite qu’ils sont en contradiction avec le droit en
vigueur (ici celui des USA). (Wikipedia)
financière, nous dit Rügemer, a fait monter bus de la Poste, conclu par l’intermédiaire de nomique, ndt.) du 26 mars. «Aujourd’hui L’ingénieur diplômé Martin Margulies écrit lui
la demande en consultants. Des consultants la banque Lehman Brothers qui a fait faillite on ne conclurait plus de contrats de leasing aussi dans sa brochure d’octobre 2008 intitulée
de cette sorte ne veulent bien sûr pas avouer l’automne dernier. Nombre d’entreprises pu- transfrontalier», a dit Josef Pühringer, le «Transactions CBL. Infos et argumentaires»:
qu’ils ont fait une faute et préfèrent dire qu’il bliques ont essayé, au moyen de ces combi- gouverneur du Land (région), en apprenant «Une nouveauté […]: il existe un autre tribunal
faut remplir ses contrats. Les contrats CBL naisons jadis très appréciées, de tirer profit avec soulagement la décision du fournis- compétent. Pas en Autriche, mais à Londres. Ce
deuxième tribunal assure à l’investisseur une sé-
traînent autant que possible en longueur, car de niches fiscales américaines. Contrairement seur d’énergie. curité supplémentaire, car il n’existe pas d’accord
ils sont très juteux pour les consultants. aux 613 millions d’euros de CDO10, qui en Günther Platter, le gouverneur ÖVP (Parti entre l’Autriche et les USA garantissant que le con-
Si un investisseur acceptait la résiliation, il 2008 avaient coûté sans doute plusieurs cen- populaire, conservateurs, ndt.) du Tyrol s’ex- trat sera exécuté dans tous ses détails. Il n’est pas
se la ferait payer. Mais l’affaire n’est pas pour taines de millions à l’ÖBB, ces contrats sont prime à ce sujet le 22 mai sur tirol.orf.at: «Si précisé dans le détail quel tribunal est compétent et
autant terminée. Les banques impliquées de- sous la responsabilité du précédent proprié- on avait su alors ce qu’on sait aujourd’hui, dans quel cas. Pour achever de pervertir le tout, une
troisième instance de décision est prévue: un tribu-
mandent ce qu’elles doivent faire pour régler taire, la Poste.»11 on aurait agi autrement – et pas seulement nal d’arbitrage domicilié à New-York et qui juge en
le problème fiscal de l’investisseur, et là on Quand des entreprises ont été pillées et ne nous, mais aussi l’ÖBB ou le Verbund (nom conformité avec les règles de l’OMC.»
s’aperçoit que l’avantage fiscal ne joue qu’un dégagent plus aucun bénéfice pour les action- commercial de l’entreprise publique d’élec- 3
Au Tyrol, Markus Wilhelm a mis sur Internet des
rôle secondaire dans le crédit-bail transfron- naires, elles finissent par être vendues. De tricité autrichienne, ndt.). La TIWAG se de- extraits de contrats CBL conclus par la TIWAG.
talier. même que l’AUA (Austrian Airlines AG, com- mande en ce moment s’il serait raisonnable La TIWAG a intenté à Wilhelm un procès qui a
pagnie aérienne nationale autrichienne, ndt.), et possible de dénoncer ces contrats, cela va duré plus de quatre ans et coûté aux contribua-
N’y a-t-il aucune échappatoire? mise à genoux, a été cédée à la Lufthansa, on de soi.» bles un demi-million d’euros. Les honoraires des
détectives ont explosé et lorsque Wilhelm a exigé
Si l’on suit Rügemer, de tels contrats n’offrent de voir leurs rapports, ils sont restés introuvables.
aucune échappatoire. La ville de Vienne de- (Kronen-Zeitung du 2/5/09)
vait par exemple profiter d’un avantage fis-
Horizons et débats
4
Les agences de rating (ou notation) sont des entre-
cal aux USA, mais cette niche a été fermée, prises privées à but lucratif dont le métier est d’éva-
et les conséquences éventuelles sur l’investis- luer la solvabilité d’entreprises de toutes les bran-
Hebdomadaire favorisant la pensée indépendante, l’éthique et la responsabilité ches, des Etats et des collectivités qui leur sont
seur de cette fermeture sont à la charge de pour le respect et la promotion du droit international, subordonnées sous forme d’une combinaison de
la ville. Concrètement cela signifie qu’on doit du droit humanitaire et des droits humains lettres, comprise d’ordinaire entre AAA ou Aaa
faire des économies dans toutes les entrepri- (meilleure qualité) à D (insolvable). (Wikipedia)
ses concernées: licenciements, allongement Abonnez-vous à Horizons et débats – journal publié par une coopérative indépendante 5
Clifford Chance LLP est une association d’avo-
de la durée temps de travail, renforcement L’hebdomadaire Horizons et débats est édité par la coopérative Zeit-Fragen qui tient à son indépendance cats comptant plus de 7500 collaborateurs dans le
des contrôles pour les malades, suppression politique et financière. Tous les collaborateurs de la rédaction et de l’administration s’engagent
monde entier. Clifford Chance est présent dans 30
de congés ou au contraire congés forcés, chô- centres financiers et économiques de premier plan
bénévolement pendant leur temps libre. L’impression et la distribution sont financées uniquement par répartis dans 21 pays au total. Son chiffre d’affai-
mage partiel, non paiement ou paiement par- les abonnements et des dons. La coopérative publie aussi l’hebdomadaire Zeit-Fragen en allemand et le res mondial s’élève pour l’année 2007–2008 à
tiel des salaires ... mensuel Current Concerns en anglais. 1,86 milliards d’euros. Son siège se trouve à
Pendant que quelques politiques cherchent Londres. (Wikipedia)
des moyens d’éviter ces drames, nombre de Je commande un abonnement annuel au prix de 198.– frs / 108.– € 6
http://de.wikipedia.org/wiki/Cross-Border-
banques conservent le même cours. C’est Nouveau: Je commande un abonnement annuel au prix d’étudiants de 99.– frs / 54.– €
Leasing
ainsi qu’on lit sur le site7 de la Raiffeisen 7
www.rzb.at/eBusiness/rzb_tem-
Zentralbank Österreich AG (RZB, Banque Je commande un abonnement de 6 mois au prix de 105.– frs / 58.– € plate1/1023296711504-353930775592173986_
centrale Raiffeisen autrichienne SA, ndt.) Je commande un abonnement de 2 ans au prix de 295.– frs / 185.– € 1025215187128_1025215564808-1027805897216-
NA-NA-DE.html
l’invitation suivante: «Votre entreprise pos- Je commande à l’essai les six prochains numéros gratuitement. 8
Die Presse.com du 26/3/09. Bilan: Raiffeisen pro-
sède des centrales, des réseaux de trans- jette une augmentation de capital.
port d’électricité ou de télécommunications Veuillez nous envoyer _____ exemplaires gratuits d’Horizons et débats no _____ pour les
9
remettre à des personnes intéressées. «Wirtschaftsblatt» du 23/5/09. Christian Conrad,
(fixes ou mobiles), des avions, des éléments article sur les subventions de l’Etat: «C’est pour-
de chemins de fer, des infrastructures routiè- quoi on m’appelle aussi Lazare.»
res à péage, des biens immobiliers à usage Nom / Prénom: 10
Collaterallized Debt Obligation (CDO, obligation
professionnel, des installations de traitement adossée à des actifs) recouvre tous les instruments
Rue / No:
des eaux usées, y compris éventuellement des financiers appartenant au groupe des titres adossé à
systèmes d’adduction, des réseaux de distri- des actifs (Asset-backed Securities) et des produits
NPA / Localité: de crédit structurés (Wikipedia)
bution d’eau potable ou de tout-à-l’égout, des 11
www.oe24.at/wirtschaft/OeBB_schliesst_Postbus-
incinérateurs, des oléoducs ou gazoducs, des Téléphone: Werkstaette_in_Wien__0441196.ece
installations informatisées dont la valeur cu- 12
http://de.wikipedia.org/wiki/Martin_Huber_(Ma-
mulée s’élève à 150 millions au moins? Dans Date / Signature:
nager)
ce cas contactez nos experts pour discuter des
A retourner à: Horizons et débats, case postale 729, CH-8044 Zurich, Fax +41-44-350 65 51
possibilités de prendre un crédit-bail trans- Traduit par Michèle Mialane et révisé par Fausto
CCP 87-748485-6, Horizons et débats, 8044 Zurich
frontalier.» Giudice, www.tlaxcala.es
No 23, 15 juin 2009 Horizons et Horizons
débats – La página en español
et débats page 5

Control sobre la escuela


Reestructuración del sistema escolar suizo según la ideología neoliberal
por Alfred Burger

En estos últimos meses, se ha revelado que las y mejoraría su calidad. Las escuelas exis- Fracaso de los nuevos métodos la centralización del sistema escolar en Suiza
medios financieros influyentes que operan en tentes y otras instituciones públicas podrán Esta crítica comenzó en los años ochenta con y una limitación progresiva de la soberanía
el mundo entero no se cortan un pelo a la venderse a empresas. Se trata de una realidad ataques contra la escuela que estaba, se decía, cantonal sobre la escuela.
hora de hacer negocio con las necesidades actual, no sólo en los EE.UU. y en otros paí- fijada en estructuras esclerotizadas y en una Un examen de algunos aspectos de las re-
fundamentales de los hombres y de arruinar ses anglosajones sino también en Alemania, pedagogía caracterizada por una enseñanza formas escolares en marcha nos revelará sus
economías nacionales enteras para satisfacer donde se están vendiendo establecimientos magistral e idéntica para todos los alumnos relaciones con la ideología neoliberal.
su codicia y su sed de poder. Frente a esta si- escolares y administraciones enteras a em- como antaño. Aunque hasta los años noventa
tuación, habría que reconsiderar bajo todos presas privadas. Algunos especialistas piden la OCDE haya atribuido siempre una buena Apertura al mercado
sus aspectos diferentes fenómenos económi- una reforma radical del sistema educativo que nota a la escuela suiza por estar enraizada de- Mencionemos en este sentido la creación de
cos y sociales de los últimos años que han implique una mayor autonomía de las escue- mocráticamente, por dar una oportunidad a unidades escolares autónomas. Esta estrate-
provocado malestar en un gran número de las. «Las escuelas deben, claro está, ser finan- todos los niños y porque la mayoría de ellos gia procede de los EE.UU. y del pensamiento
personas. La transparencia del análisis per- ciadas por el Estado, pero dirigidas por insti- alcanzaban un buen nivel, se pretendía refor- neoliberal de Milton Friedman. Con la auto-
mite una reflexión clara, indica perspecti- tuciones privadas.»2. marla de forma radical. Al principio se cues- nomización de lo que se llama la «reforma es-
vas de acción y hace posible la resistencia. Sin embargo, ¿tiene esto algo que ver con tionaron los métodos de enseñanza, que fue- colar basada en la eficacia», las escuelas han
A modo de ejemplo, examinaremos de cerca nuestro sistema escolar suizo? Sin lugar a ron modificados. Los maestros tenían que de ser liberadas de la sujeción estatal, mien-
los cambios que se han producido en el ám- dudas, aunque durante mucho tiempo no nos abandonar una enseñanza indiferenciada que tras que la economía y la industria educativa
bito de la escuela. hayamos percatado de esta tendencia. había superado muchas pruebas y empezar a toman las misiones del Estado.4 La escuela
«individualizarla» (programas de trabajo se- cuenta con competencias ampliadas y se orga-
«Los objetivos del Estado se alcanzan El pensamiento neoliberal impregna manales, trabajo individual, talleres, etc.). Sin niza en un marco determinado por el Estado,
mejor mediante un mercado educativo com- todos los ámbitos de la sociedad embargo, no existe ninguna prueba científica recibe un presupuesto global y debe orientar
petitivo que mediante un monopolio estatal. Hace ya más de veinte años que el paisaje es- que demuestre las ventajas de los métodos sus actividades consecuentemente. Así se es-
[…]. Como en otros ámbitos económicos, colar suizo se viene modificando. Una razón individualizados. Al contrario: los resultados tablece una correspondencia con las empre-
dicho mercado libre y competitivo aumen- esencial para este cambio, desgraciadamente de los alumnos medios y malos son peores sas privadas. Las escuelas deben ser, como el
tará la calidad y reducirá los costes.»1. ignorada en nuestro país, es la teoría neolibe- con estos métodos.3 resto de empresas, liberadas al máximo de las
Esta cita de Milton Friedman, uno de los ral de la Escuela de Chicago de Milton Fried- regulaciones y las leyes.
representantes más conocidos del neolibe- man. En el mundo entero, aun si los procedi- Desmantelamiento de
ralismo, que se ha convertido hoy en día en mientos cambian, la gente tiene que adaptarse las estructuras democráticas Unas exigencias mínimas son suficientes
el fundamento del orden económico en la al pensamiento neoliberal. Y este se basa en Debido a este empeoramiento en los alum- El Estado se contenta con fijar un marco legal
mayoría de los países industriales, señala principios económicos que constituyen el fun- nos, en nuestro país, muchos maestros no han y unas reglas de juego. Friedman considera
hacia dónde debería ir la escuela. Para Fried- damento de todos los ámbitos de la sociedad, querido modificar su pedagogía contrastada. que el Estado debería limitarse a fijar unas
man un sistema escolar privado competitivo no sólo de los de la economía de mercado, Entonces, se modificaron las estructuras y se exigencias mínimas, tal y como sucede en el
mejoraría la calidad de la escuela y permiti- sino también de los que hasta ahora eran re- «adaptaron a las necesidades actuales». Lo control de las normas mínimas en materia de
ría una reducción de los costes. Para aumen- gulados por los Estados y colectivos, como que se había constituido de manera democrá- higiene en los restaurantes.5 Por eso, aquí ya
tar la eficacia, propone que se someta a la es- el sistema escolar, los transportes, la gestión tica fue desmantelado y suprimido, como las no se juzga a las escuelas más que en su con-
cuela al mismo mecanismo de control al que del agua y la electricidad. Los partidarios de comisiones escolares de distritos en el can- junto y no hay interés respecto al trabajo de
él mismo ha sometido a la economía. Fried- la Escuela de Chicago, ya en el tiempo de la tón de Zurich o la inspección en el cantón de los maestros. Lo único que cuenta es la efica-
man argumenta a favor de la privatización de dictadura de Pinochet en Chile y otros países Argovie. La inspección escolar se reorganizó cia de las diferentes «empresas escolares» en
las escuelas públicas para que la competencia de América del Sur, realizaron experimentos jerárquicamente. En todo el país, las leyes es- su conjunto, constituidas por un logo propio,
de estas no recaiga en el Estado y se convier- para saber qué resultaría de la penetración colares relativas a la enseñanza primaria fue- una imagen de marca y maestros que trabajan
tan de este modo en escuelas autónomas. En del pensamiento neoliberal en todos los ám- ron revisadas de tal modo que los cambios todos en la misma sintonía.
el sector educativo, son las empresas centra- bitos de la sociedad. Las consecuencias para planificados no pudieran ya ser anulados por Las escuelas privadas del cantón de Zu-
das en el beneficio las que ofrecen las pres- la población fueron catastróficas, con la con- los ciudadanos. Así, vemos cómo la pobla- rich ya no son controladas como antes por
taciones de servicios. En los EE.UU., hoy en siguiente pobreza y polarización creciente de ción pierde en este momento su influencia di- representantes elegidos por el pueblo, en-
día, centenares de miles de niños van a es- la sociedad. recta sobre las escuelas. cargados de vigilar si estos ofrecían una en-
cuelas dirigidas por empresas como Edison. Del mismo modo, en nuestro país, la desre- Los cambios impuestos desde arriba, uni- señanza equiparable a la de las escuelas pú-
El Estado no conserva más que la misión de gulación, la liberalización y las privatizacio- dos a la evolución demográfica, han condu- blicas. Cada dos años, un funcionario del
garantizar unas normas mínimas. nes han progresado ya mucho. Pensemos cido a una heterogeneidad creciente en las Departamento de la Instrucción Pública con-
solamente en las telecomunicaciones, la ges- clases que provocado que la individualiza- trola si se respetan ciertas normas relativas a
Educación y autoridades tión de la electricidad y el sistema sanitario. ción sea casi inevitable: cada niño trabaja a la formación de los maestros, a los locales, a
privadas responsables Y se prevén otras etapas más. La economiza- su ritmo y cada vez más como él mismo en- la utilización de la lengua de enseñanza, etc.
Friedman propone «cheques-educación» que ción no retrocede ante la educación, sino que tiende. Ahora, en los centros de formación de La calidad de la enseñanza y de la manera de
permitan a los padres escoger las escuelas avanza a zancadas sin que el motivo de los profesores, se enseñan casi exclusivamente
que consideren mejores para sus hijos, lo que cambios en la enseñanza salte a la vista de los métodos individualizados. Por ende, con
estimularía la competencia entre las escue- ciudadanas y ciudadanos. el plan HarmoS vivimos una tendencia hacia Continuación página 6

L’Allemagne privatise 370 kilomètres d’autoroute


par Axel Mayer, directeur du BUND de la section Rhin Supérieur du Sud

Le péage perçu pour les camions ouvre la Remplacez maintenant tout simplement le le marché à la Via Solutions Südwest GmbH indications, ce sont seulement 110 millions
voie à un nouveau modèle de profits qui va terme de garage, par celui de voie autorou- & Co. KG. La concession prévoit, pour une d’euros qu’ils investiront de leur propre ar-
à l’encontre de l’environnement: Il y a bon tière et le terme de loyer par celui de péage période de trente ans, l’extension de l’auto- gent et leurs prêts dans l’extension de l’auto-
nombre d’entreprises et de groupes multi- pour camion... route A 5 à six voies autoroutières pour le route A 5.» (Source: Baden-Online)
nationaux qui veulent gagner des milliards Quelques questions concernant la privati- tronçon entre Baden-Baden et Offenburg, Lors de l’élaboration des contrats dont re-
moyennant des autoroutes privatisées grâce sation des autoroutes: ainsi que la gérance et l’entretien de l’A 5 lève la privatisation qui a été évaluée de ma-
au péage perçu. Il y a six projets (pour le mo- • Pour quelle raison l’Etat peut-il «offrir» des entre Malsch et Offenburg. nière très critique par la Cour des comptes
ment!) qui sont prévus. Un premier objet a autoroutes que nous tous avons payées? La privatisation partielle de devoirs pu- fédérale allemande, les fonctionnaires du mi-
été commencé au mois de mai au Rhin Su- • Croyez-vous qu’à l’avenir, les transports blics implique en même temps que les con- nistère des Transports ont eu «de l’aide pro-
périeur. Tandis que la privatisation des che- des marchandises et des personnes soient tribuables paient à long terme non seulement fessionnelle». Comme le gouvernement fé-
mins de fer est un sujet discuté dans toute transférés aux chemins de fer alors qu’un les frais de la construction et les taux d’in- déral a dû l’avouer en 2006, des lobbyistes
la République fédérale, la privatisation des grand nombre de voyageurs et de mar- térêt, mais par le biais du péage obligatoire de l’industrie de construction «ont aidé» les
autoroutes commencée se poursuit sans chandises qui voyagent sur l’autoroute pour les camions, ils doivent payer les pro- fonctionnaires à résoudre des «questions spé-
grands débats encore en public. rapportent beaucoup de profit? fits de l’entreprise privée. On n’a pas tiré ciales» par rapport au PPP [Partenariat pu-
• Avez-vous jamais comparé la qualité des la leçon des fautes (privatisation / dérégula- blic-privé]. Des lobbyistes externes de l’in-
La privatisation d’une autoroute n’est rentrable autoroutes nationales suisses à la qualité tion) provoquées par la crise financière et dustrie de construction dans les ministères et
pour les entrepreneurs que dans le cas où le douteuse des autoroutes italiennes pri- économique. Ce sont comme toujours les des lobbyistes industriels camouflés en repré-
plus grand nombre de voitures particulières et vées? contribuables qui portent les risques finan- sentants du peuple... Ainsi, l’Etat devient la
de camions prennent l’autoroute. Un transfert • Pourquoi les responsables n’ont-ils pas ciers. «Selon les reportages publiés par les proie des intérêts privés orienté vers le profit
aux chemins de fer n’est pas l’intention des tiré une leçon de la crise financière et éco- médias, 400 millions d’euros sont financés et l’environnement en souffre.
gérants privés. Par cette privatisation, on ne nomique (privatisation / dérégulation) et par des prêts bancaires. En conséquence 200 Ce modèle PPP vaut seulement la peine
parvient ni à la durabilité, ni à la protection des faillites causées par le «Cross Border millions viennent de la Banque européenne pour les gérants si un maximum de trafic, de-
des ressources ou du climat. Leasing»(crédit-bail transfrontalier)? d’investissement (BEI, Luxembourg). Les mandant beaucoup d’énergie et nuisant au
Imaginez que l’Etat, c’est-à-dire nous tous, • Qui est-ce qui connaît, en détail, le con- membres de l’UE sont les propriétaires de climat, passe par les autoroutes privées, c’est
possédions deux garages. Ces deux garages tenu exact des contrats de privatisation? la BEI. Les autres 200 millions d’euros sont ce que dit aussi la Cour des comptes fédérale
seraient construits, entretenus et réparés C’est précisément ce manque de connais- fournis, selon Vinci, par un consortium ban- allemande. A notre époque de réserves éner-
moyennant les impôts et les taxes que nous sance qui a occasionné des faillites aux caire dont font partie les banques espagno- gétiques en baisse et de changement du cli-
aurions payés et leur location rapporterait «Cross Border Leasing». les Banco Bilbao Vizcaya Argentaria et San- mat, l’évitement et la délocalisation du trafic
des revenus rentables. Alors, un entrepreneur En mai dernier a eu lieu la transmission offi- tander, la banque belge KBC et la banque ne seront, à cause de ces lobbys, malheureu-
privé propose de bâtir un garage supplémen- cielle de la concession pour le modèle des en- néerlandaise NIBC. Il s’agit de ‹prêts ban- sement plus un thème d’actualité! •
taire et de réparer ces trois garages pendant trepreneurs de l’autoroute A 5 entre Malsch et caires› qui, d’après Vinci, «ne présupposent
les 30 ans à venir. Cependant, il demande (et Offenburg. aucun recours aux sociétaires». Cela veut Source: http://vorort.bund.net/suedlicher-oberrhein/
obtient!) le loyer non seulement pour ce nou- En février, la présidence du district de dire que Via Solutions Südwest ne doit pas autobahn-privatisierung-kosten.html
veau garage, mais pour tous les trois... Karlsruhe au Bade-Wurtemberg avait accordé se porter garant pour ces prêts. D’après leurs (Traduction Horizons et débats)
page 6 Horizons et Horizons
débats – La página en español
et débats No 23, 15 juin 2009

«Control sobre la …»
Continuación de la página 5

trabajar ya no interesa: en este ámbito es el


«mercado el que decide», según se dice.
Clasificaciones del producto «escuela»
En las escuelas autónomas, el control del Es-
tado ya no tiene lugar a nivel administrativo,
sino en forma de medidas como el desarrollo
de la organización escolar y la supervisión
que deben conducir a las escuelas a un nivel
parecido, con objeto de que puedan ser com-
paradas. Para ello, es necesario el control de
calidad, es decir, el control de los resulta-
dos escolares por medio de tests estandari-
zados. Por ello, ya no se ponderan las dife-
rencias regionales. En las escuelas que tienen
un elevado porcentaje de alumnos de lengua
extranjera se deben crear mecanismos com-
pensatorios (p.e: más dinero para cursos de
refuerzo) o establecer un índice social para
que sea posible establecer comparaciones.
Las escuelas han de ser comparables para
que los clientes – padres y niños – puedan
escoger. La posibilidad de comparar las es-
cuelas permite clasificarlas, lo que motiva a
cada una de ellas a mejorar. De la misma ma-
nera en que los padres pueden escoger dife-
rentes productos o empresas en función de la
calidad y de los precios, podrán también es-
coger la mejor escuela para sus hijos. Se trata
de una práctica que ya es corriente en los paí-
ses anglosajones.
Esta tendencia llegará aquí igualmente: un (foto caro)
punto esencial de «HarmoS» es la introduc-
ción de tests estandarizados para toda Suiza no hay becas para estudios del Estado como constató Henning Günther, privilegian a los de las escuelas de nuestro país. No podemos
con el objetivo de efectuar comparaciones. antes. Como en la economía, cada uno es niños que han aprendido antes a trabajar de considerar las evoluciones en Suiza, por ejem-
Los tests lingüísticos serán conformes a las libre para alcanzar, en un contexto compe- manera disciplinada y estructurada. «Detrás plo la unificación de nuestro sistema escolar
consignas europeas (portafolio europeo de titivo, los objetivos de los que es capaz. La de la retórica neoliberal del autodesarrollo con HarmoS, sin considerar lo que pasa en
las lenguas). economía liberal ha erigido, en principio, la se perfila una dicotomía social cada vez más otros países. Mayer y Ramírez, dos investi-
libertad de decisión del individuo sin inter- despiadada.»11 gadores en el ámbito educativo, ven en estas
Gestión y orientación del cliente vención del Estado. La realización personal tendencias un elemento de una «world educa-
Cuando se habla de las escuelas del futuro se es considerada el mejor modo de satisfacer Las competencias en lugar y en tion ideology».
evoca expresamente la «orientación cliente». las propias necesidades y de ser libre. sustitución de la educación Como la relación con la Escuela de Chi-
No es una casualidad el que una Consejera Como es habitual en la economía actual, cada cago de Milton Friedman y con el neolibe-
de Estado zuriquesa haya lamentado que to- Cada uno es su propio empresario persona en formación debe disponer de un ralismo, que nos ha conducido a una de las
davía sea un poco pronto para contratar a di- Como el resto de personas, los alumnos son portafolio en el que se enumera todo lo que peores crisis económicas de la historia, es to-
rectores de escuela que hayan estudiado ges- los únicos responsables de sus actos. Desde el ha aprendido durante su edad escolar, desde talmente evidente, resulta indispensable hacer
tión económica en la universidad. principio, han de aprender por su propia ini- el principio. Es aquí donde vemos que ya no una pausa para que la población suiza pueda
Recordemos también que el antiguo Con- ciativa y bajo su propia responsabilidad. Por se trata para nada de educación, como oía- preguntarse si quiere continuar con las refor-
sejero de Estado Buschor había sido profesor consiguiente, es el aprendizaje autoguiado e mos antes; ya no se piden más que aptitudes, mas escolares en esta dirección o si, visto el
de Economía y que este previó que había que individualizado el que ocupa el primer lugar llamadas «competencias» que han de probar fracaso punzante de estas ideas, sería necesa-
cambiar por completo el sistema escolar zu- en la escuela actual. El mensaje neoliberal del que un alumno puede atestiguar que ha rea- rio volver a la pedagogía para crear una es-
riqués. Buschor estudió en St. Gallen y en los constructivismo es que cada uno debe con- lizado la formación suficiente para subsistir cuela primaria fundada en teorías de solidez
EE.UU., se refirió siempre al modelo anglo- vertirse en un sistema que se crea a sí mismo en el mundo económico. La noción de com- científica en lugar de en las teorías insoste-
sajón y jugó un papel decisivo, primero, en y debe ser el único artífice del éxito de su petencia utilizada actualmente se percibe, fi- nibles del neoliberalismo. Hay que plantear
la reforma del sistema de salud de Zurich y, aprendizaje. En síntesis, en la teoría construc- nalmente, como una auto-adaptación perma- esta cuestión porque, en 20 años, nos encon-
después, en la del sistema escolar de acuerdo tivista no hay realidad objetiva, sino que cada nente a las exigencias del mercado.12 Con la traremos ante un hundimiento del sistema
a los principios neoliberales. Dicha reforma uno construye su realidad, aquella que le con- noción de «competencias», se pretende alcan- educativo – similar al que asistimos hoy en
la llevó acabo junto a su amigo Rolf Dubs, viene. Pero el autocontrol en el aprendizaje zar una objetividad y una neutralidad de va- día en la economía – que tendrá graves con-
igualmente profesor de Economía de St. Gal- no quiere decir nada más que un comporta- lores. En realidad, esas competencias se fijan secuencias para la vida de nuestros jóvenes y
len, que siempre se ha manifestado a favor de miento adaptado a la función. Al final, cada como normas por la OCDE (Organización para nuestra democracia.
una escuela primaria autónoma. Sin embargo, uno se convierte en su propio «pequeño em- para la Cooperación y el Desarrollo Econó-
escribió que la autonomización no compor- presario», responsable de su éxito o de su fra- mico), organismo económico, y se corres- Traducción por José Luis Egío, revisado por Manuela
taba avances pedagógicos y que sus efectos caso.9 ponden con la idea de que, «en las socieda- Hernández.
positivos sobre la calidad de la enseñanza no des modernas, son necesarias para una vida
estaban probados científicamente.6 Otras in- La individualización, noción engañosa satisfactoria, desde el punto de vista perso- 1
Friedman, M., en: Wall Street Journal, 5 de di-
vestigaciones de la Universidad de Saint-Gall Individualización no quiere decir lo que el nal y económico y también para una parti- ciembre de 2005.
muestran que las reformas estructurales intro- término deja entender, es decir que el maes- cipación activa para la vida en sociedad».13 2
www.sueddeutsche.de/politik/134/402914/text, 13
ducidas ahora aquí han conducido a una es- tro debe alentar a los alumnos de forma indi- Los europeos han de dejar que los agentes de julio de 2007.
cuela de dos velocidades en Nueva Zelanda.7 vidual. Se trata, en primer lugar, de un cam- de la OCDE prescriban lo que hay que en- 3
Todo esto prueba que lo que se pretende con bio del papel del maestro. Siempre según el señar a sus hijos en las escuelas. La misma cf. Günther, H., Kritik des offenen Unterrichts,
Bielefeld 1996.
estas transformaciones está relacionado con credo de Milton Friedman: la escuela y los instancia controla que esto sea así gracias a
4
las estructuras económicas y no con la pe- profesores no son directamente responsables los tests PISA. cf. Steiner-Khamsi, G., Szenario 2010 zur wi-
dagogía y los niños. La forma de compor- del éxito del aprendizaje de los alumnos. Su- rkungsorientierten Schulreform, in: VPOD-Maga-
Encarrilar la privatización zin 108/98.
tarse de los partidarios de las reformas trai- cede como en la empresa: ésta conoce sólo
5
ciona la hipocresía y la deshonestidad con la una responsabilidad, la del aumento de los Todo encaja: HarmoS no es nada más que el cf. Friedman, M., Kapitalismus und Freiheit, Mu-
nich 2002, p. 113.
que las aplican de forma solapada, sin debate, beneficios. Cualquier otra responsabilidad establecimiento en Suiza de un sistema esco-
6
sin consultar al pueblo y utilizando una «tác- queda en manos de los asalariados. Los pro- lar unificado, conforme a la OCDE, en un pa- cf. Dubs, R., Teilautonomie der Schulen, Anna-
tica de guerrilla».8 Con los bonitos concep- blemas éticos que resultan de ello se enco- norama escolar muy diverso y adaptado a las hme, Begriffe, Probleme, Perspektiven, in: Pader-
borner Universitätsrede, Paderborn 1999, p. 7.
tos de autonomía, individualización, apren- miendan al individuo.10 regiones. Una vez que nuestro sistema escolar
7
dizaje autónomo, igualdad de oportunidades, se haya centralizado de este modo, los acuer- cf. Eberle, F., New Public Management im
etc., despiertan el interés del ciudadano por El maestro entrenador dos GATS, acuerdos sobre la privatización de Neuseeländischen Bildungswesen. Institut für
Wirtschaftspädagogik, St. Gallen 1999, p. 45.
un tema que no pasaría ningún examen cien- Siguiendo igualmente los principios de la los servicios públicos firmados por la Confe-
8
tífico. economía de mercado, aprender o no depende deración sin votación popular, estarán ya pre- cf. Neue Zürcher Zeitung, 18/2/1992.
de la responsabilidad de los niños. Evidente- parados para alcanzar el objetivo que siempre 9
cf. Pongratz, L.A., Konstruktivistische Pädagogik
Garantizar un mínimo de educación mente, solo son capaces de tenerla los niños han negado, es decir, la apertura a la privati- als Zauberkunststück, in: Pongratz, L.A./Nike, W./
Para Milton Friedman, el Estado sólo está que han adquirido en casa las aptitudes para zación del sistema educativo público según el Masschelin, J., Kritik als Pädagogik – Pädagogik
obligado a satisfacer ciertas necesidades bá- aprender de una forma responsable y organi- modelo anglosajón. En este proceso, la demo- als Kritik. Opladen 2004.
sicas de la gente que no llega a resistir la com- zada. El papel del maestro ya no es el de con- cracia directa cae en la trampa bajo la excusa 10
cf. Friedman, M., Kapitalismus und Freiheit, Mu-
petencia económica. Por esta razón, siempre ducir a los alumnos hacia un objetivo común, de que supone un «obstáculo al comercio». nich 2002, p. 35.
existirá una cierta tasa natural de paro. Desde sino el de hacer de entrenador, de animador, 11
cf. Pongratz, L.A., Konstruktivistische Pädagogik
esta perspectiva, la escuela debe garantizar de acompañante en el aprendizaje y de prepa- Conclusiones als Zauberkunststück, in: Pongratz, L.A./Nike, W./
una formación básica, tal y como contempla rador de los materiales de estudio. Este debe Aunque sólo hayamos podido mencionar al- Masschelin, J., Kritik als Pädagogik – Pädagogik
als Kritik. Opladen 2004.
el credo de todos los políticos responsables mantenerse al margen del proceso educativo gunos puntos, resulta claro que durante los
12
de la educación. Lo que sobrepasa esta for- para evitar restringir la autodeterminación de últimos decenios ha tenido lugar una econo- cf. Pongratz, L.A.-, Plastikwörter. Notizen zu
mación es asunto del alumno y depende de su los niños. mización solapada de nuestro sistema esco- Bildungsreform, in: Engagement 3/2007, p. 161–
170.
libre elección. La formación de apoyo debe, Sin embargo, las formas de aprendizaje lar. Desregulación, privatización y autonomi-
13
por tanto, ser financiada particularmente. Ya autoguiado son socialmente selectivas, como zación se apoderan cada vez más y por igual cf. Deutsches Pisa-Konsortium (Ed.) 2001, p. 16.
No 23, 15 juin 2009 Horizons et débats page 7

L’agriculture suisse a un avenir


Lors de l’Assemblée générale de la «Neue
Bauernkoordination Schweiz» (Nouvelle
Coordination paysanne suisse), le profes-
seur Hans Hurni, chef du «Centre pour l’en-
vironnement et le développement» (CDE) de
l’Université de Berne, a répondu sans ambi-
guïté à la question relative au rôle actuel et
futur de l’agriculture suisse dans le monde:
Oui, l’agriculture multifonctionnelle de la
Suisse pourrait même être un modèle global.
L’avenir de l’agriculture suisse est entre les
mains des petits paysans.

gl. Markus Ritter, président de l’Union des


paysans saint-gallois et premier orateur lors
de l’Assemblée générale de la Nouvelle Coor-
dination paysanne suisse à Gossau (SG), le
22 mai, a présenté ses réflexions sur une stra-
tégie de succès pour les paysans. Il a mis par-
ticulièrement l’accent sur l’union des paysans
qui ont besoin que leurs intérêts soient repré-
sentés à tous les niveaux, face à la Politique
agricole 2011 (PA 2011) ainsi qu’à l’OMC et
au libre-échange général. Les négociations
avec l’OMC sont certes au point mort mais
les paysans ne se réjouissent pas non plus de
l’accord sur le libre-échange avec l’UE prévu
par le Conseil fédéral.
Selon Ritter, on devrait expliquer aux ci-
toyens l’importance de la protection de l’agri-
culture indigène: «Avec le libre-échange, les
paysans obtiennent certes les prix de l’UE
pour les matières premières, cependant dans
le commerce, les prix ne baissent pas pour
autant.» L’écart entre les bas prix à la pro-
duction payés aux paysans et les prix de
vente aux consommateurs continuera à se
creuser. Le prix de 50 centimes pour le litre
de lait est absolument insuffisant, il doit être
plus élevé. Ce qui pourrait arriver de pire à Petite exploitation agricole dans la campagne appenzelloise (photo mv)
l’agriculture, c’est que ses produits n’aient
plus de valeur. 1. En 2050, on devra nourrir 30% d’êtres hu- menter de manière à assurer l’alimentation – une occupation du territoire décentralisée,
Lors de la vive discussion qui a suivi, la si- mains de plus qu’aujourd’hui de la population mondiale. Dans différentes – le bien-être animal,
tuation actuelle des producteurs de lait après 2. Le recours à l’agriculture pour la produc- régions de la planète, on peut déjà obtenir – la garantie du revenu des paysans.
l’abolition des contingents a été unanime- tion d’agrocarburants est problématique des succès. Pour Hurni, le soutien de la population
ment jugée catastrophique depuis le premier 3. La biotechnologie (que les paysans con- Hurni a montré aussi, en s’appuyant sur est essentiel pour le maintien de l’agricul-
mai 2009. On a fait remarquer, dans un es- tinuent du reste de développer depuis des des exemples, la diversité des problèmes à ture suisse: Si l’on «crée une attitude bien-
prit d’autocritique, qu’on avait manqué l’oc- centaines d’années, par exemple au moyen laquelle on doit faire face dans l’agriculture veillante» au sein de la population, elle
casion de fonder une organisation commune de croisements) et qui nécessitent donc des solutions tout sera prête à payer davantage les produits
du secteur laitier. Il n’existe plus de régula- 4. Le changement climatique aussi diverses. En Ethiopie, par exemple, on agricoles. Il a cité à ce sujet une étude sur
tion de la quantité de lait à produire, si bien 5. Les effets des nouvelles technologies sur la cultive encore des céréales à une altitude de les attentes de la population suisse envers
qu’actuellement on en produit 10% de trop. santé, par exemple le génie génétique 3300 mètres. Grâce à l’aménagement de ter- l’agriculture. Plus d’un tiers des personnes
Dans une perspective de long terme, on 6. Les ressources naturelles rasses représentant maintenant 18% de la su- interviewées se sont montrées «conserva-
estime que l’idéologie de la croissance qui 7. Les petits paysans perficie cultivable et développées au cours trices»: elles souhaitent conserver les struc-
s’est perpétuée est responsable de ce pro- 8. Le savoir local des siècles, on a pu obtenir d’importants ré- tures traditionnelles. Un autre tiers est plus
blème. Hans Stalder, président de la Nou- 9. Le rôle de la femme dans les exploitations sultats. «axé sur l’écologie» et dans ce groupe, la
velle Coordination paysanne suisse, a familiales Au Tadjikistan, la pénurie d’eau est un gros moitié se jugent «écologistes novateurs» et
sollicité une aide urgente pour stopper l’évo- Hans Hurni a présenté la «success story» problème. Dans certaines régions, il ne pleut l’autre moitié plutôt «conservateurs écolo-
lution actuelle: il est prévisible que dans 50 de l’agriculture globale à l’aide de quelques pas du tout et l’ensemble de l’irrigation a lieu gistes». Moins d’un tiers des interviewés se
ans, si l’on continue sur cette lancée, il n’y chiffres: Tandis qu’en 1950, elle nourrissait au moyen de l’eau provenant des montagnes considèrent comme des «réformateurs li-
aura plus qu’une poignée de paysans. On en tout 2,5 milliards d’individus, elle en nour- du Pamir. On compte sur le fait que les gla- béraux de l’économie» pour qui la rentabi-
peut observer cette évolution dans toute rissait déjà 4 milliards en 1975 et même 6,5 ciers fondront au cours des 50 prochaines an- lité est prioritaire. Sur ce point, Hurni était
l’Europe: les paysans qui possèdent une ex- milliards en 2000. La superficie agricole to- nées à la suite du réchauffement climatique, du même avis que le président des paysans
ploitation de 1000 hectares veulent s’agran- tale n’ayant pas augmenté, la productivité de mais jusque-là, on devra trouver de nouvel- saint-gallois Markus Ritter qui a plaidé pour
dir de plus en plus; celui qui possède 1000 l’agriculture a triplé. les solutions pour le maintien de l’agricul- qu’on explique aux citoyens l’importance de
vaches veut en avoir 1500. On voit main- Toutefois, aujourd’hui, 40% de la récolte ture. Cependant, le changement climatique la protection de l’agriculture indigène afin
tenant, avec les banques, où mène la crois- de céréales sont utilisés pour l’alimenta- provoque à d’autres endroits des inondations de les motiver à la soutenir.
sance à tout prix. Il a souligné la valeur de tion animale. Les habitudes alimentaires se comme il y a une année au Myanmar (Birma- Le fait que la population doive être impli-
la paix sociale, qui est en danger. modifient. Ainsi, les Chinois et les Indiens nie). On peut et doit développer à long terme quée dans le développement de l’agriculture
Un intervenant a mentionné que la devise mangent de plus en plus de viande. des solutions adaptées aux situations particu- est reconnu au niveau international. L’impor-
«Agrandis-toi ou abandonne» a été pendant La moitié des quelque 1600 millions lières. tant est que les individus se parlent au-delà
longtemps défendue par les conseillers d’en- d’hectares de superficie agricole dont on des barrières linguistiques et cherchent une
treprise et les écoles d’agriculture. dispose actuellement dans le monde est cul- L’agriculture multifonctionnelle en solution commune.
Hans Stadler a fait remarquer que l’en- tivée de manière métabolique, c’est-à-dire Suisse: un modèle La discussion qui a suivi a montré que
semble de la politique agricole mondiale avait exclusivement au moyen de la force muscu- A bien des égards, l’agriculture multi- pour les paysans présents, la situation ac-
longtemps été axée sur la croissance. laire. Les 50% restants de la superficie agri- fonctionnelle, telle qu’elle existe en Suisse tuelle qui menace vraiment leur existence
cole sont cultivés de manière mécanique, aujourd’hui, peut être un modèle global. Ses était le problème le plus important. Notre
Changement de cap mais cela par seulement 1% de la popula- objectifs sont les suivants: tâche commune, que nous devons prendre à
de la politique agricole globale tion mondiale travaillant dans l’agriculture! – la sécurité de l’approvisionnement de la po- bras-le-corps, consiste à réaliser dans un délai
C’est à ce moment-là que le principal orateur 99% des familles paysannes dans le monde pulation (actuellement, il se situe à 60% en raisonnable les perspectives à moyen et long
de la soirée, le professeur Hans Hurni, est in- travaillent dans des petites exploitations de Suisse), terme du Rapport sur l’agriculture mondiale
tervenu. Un des principaux auteurs du Rapport 1,3 hectare en moyenne. Ici, il existe un po- – la préservation des moyens de subsistance présentées par Hans Hurni. •
sur l’agriculture mondiale de l’ONU, paru en tentiel énorme pour l’avenir. La production, en tenant compte de la diversité biologi-
2008 (cf. Horizons et débats nos 44 du 3/11/08 même de ces petites exploitations, pourrait, que,
et 52 du 29/12/08), a donné, à l’aide d’une en s’adaptant aux conditions locales, aug- – l’entretien du paysage, (Traduction Horizons et débats)
multitude d’informations, un vaste aperçu de
l’agriculture mondiale. La parution du Rap- Degré de mécanisation de l’agriculture globale
port sur l’agriculture mondiale permet de jus- Agriculture totale Agriculture métabolique Agriculture
tifier un changement de cap de la politique (reposant sur la force musculaire) mécanisée
agricole globale qui promet à l’humanité une Superficie agricole en millions d’ha 1600 800 800
meilleure survie: l’avenir est dans l’agriculture
Population travaillant dans l’agriculture en millions (en%) 2600 (100%) 2575 (99%) 25 (1%)
paysanne.
Nombre d’exploitations en millions 608 600 8
Le Rapport a été élaboré par le Conseil
Superficie agricole moyenne par exploitation en ha 2,6 1,3 100
mondial de l’agriculture fondé il y a qua-
Proportion de céréales en % 50 50 50
tre ans et qui compte 400 membres, spécia-
listes issus de différentes régions. Ils ont tenu Production de céréales par année (tonnes/ha) 2 1 3
compte des aspects suivants: Production de céréales par année en millions de tonnes 1600 400 1200
page 8 Horizons et débats No 23, 15 juin 2009

Fonction et importance du potassium


pour l’organisme humain
Effets potentiels d’une absorption accrue de potassium-40 radioactif
par Andreas Bau, docteur en médecine et Hans Könitzer, docteur es sciences
Depuis février 2009, nous possédons les résul- (rayonnement ionisant) s’opère essentielle-
tats d’études d’échantillons de sol provenant Quels types d’armes a-t-on utilisés? ment par la formation de radicaux libres.
de Serbie dans lesquels l’ingénieur nucléaire Le GSH a en outre une fonction protectrice
H.-W. Gabriel et le physicien D. Schalch ont Le fait que les guerres soient utilisées que conséquence des essais d’armes contre les effets des mutagènes chimiques
découvert des modifications remarquables de pour tester de nouvelles armes est une nucléaires. Qu’est-ce que cela signifie? (substances qui modifient le patrimoine gé-
la composition isotopique du potassium.1 La réalité bien connue mais cruelle. Et cha- Quels types d’armes a-t-on utilisés ici? nétique), lesquels représentent un danger
proportion de potassium-40 radioactif y est cun peut imaginer que les nombreux Après le bombardement du bâtiment de pour les cellules. On considère généralement
100 fois plus élevée que dans le potassium scientifiques et ingénieurs au service de la télévision, dans le centre de Belgrade, que cette fonction antioxydante du GSH pro-
naturel. l’industrie d’armement ne gagnent pas deux des cadavres des 16 employés tués tège contre le cancer parce qu’elle neutralise
Le potassium existe à l’état naturel sous leur vie uniquement en rééditant d’an- n’ont pas été retrouvés. Le film Yugos- les effets des radicaux libres. Mais sans le
la forme d’un mélange de 3 isotopes: po- ciennes armes, même si le secret qui lavia: the avoidable war*, nous apprend fournisseur d’énergie qu’est l’ATP, la cellule
tassium-39, potassium-40 et potassium-41, règne dans ce domaine est bien gardé, qu’ils se sont littéralement «volatilisés». ne peut pas fabriquer suffisamment de GSH
dont les proportions sont respectivement de que les débats publics ne sont pas sou- La chaleur a dû être si intense qu’elle et les mécanismes de réparation cellulaire ne
93,94%, 0,0117% et 6,73%. La proportion de haités, et sont même en partie étouffés ne peut avoir été produite que par des fonctionnent plus.2
potassium-40 radioactif, source de rayonne- par tous les moyens. Mais maintenant, on munitions radioactives, par une explo- Le potassium-40 absorbé avec la nourri-
ments bêta et gamma à longue demi-vie, est ne peut plus cacher le fait qu’en Irak, en sion nucléaire en réduction. A-t-on testé ture et parvenu dans les cellules endommage
donc très faible: 0,0117%. Somalie, en Serbie, au Kosovo, en Afgha- ici une nouvelle génération d’armes nu- le noyau cellulaire et la synthèse de l’ATP
Les échantillons de sol ont été étudiés nistan, au Liban et à Gaza, partout où cléaires? dans les mitochondries et par conséquent les
par spectrométrie gamma et analyse chimi- les Etats-Unis et leurs alliés ont mené des Au vu des problèmes sanitaires consta- processus de réparation.
que. Les résultats sont très fiables et reproduc- guerres ou livré des armes, ceux-ci n’ont tés dans les pays concernés et également
tibles. Ce qui est remarquable, c’est la répar- pas laissé derrière eux que des morts et chez les anciens combattants des armées
Obstacles à la dégradation
tition isotopique très élevée de potassium-40, des destructions. De tous ces pays nous des Etats-Unis et de l’OTAN, les pays qui
des métaux lourds
plus de 100 fois celle du potassium naturel. proviennent des informations alarman- ont utilisé ces armes se doivent, au re- Le GSH possède une autre fonction impor-
Si l’on part du principe qu’une différence tes sur des blessures ou maladies incon- gard du droit international, de faire enfin tante: il contribue à débarrasser les cellu-
éventuelle de nature du sol ne peut entraîner nues et sur l’augmentation inédite des toute la lumière sur la question. L’hu- les des métaux lourds toxiques. Ceux-ci se
qu’une modification infime (environ 1‰) de cas de cancers, des dommages généti- manité a le droit de savoir rapidement fixent sur le GSH et sont transportés vers
la répartition isotopique, nous devons nous ques et des malformations chez les nou- ce qui s’est passé et ce que cela signifie la vésicule biliaire où ils sont éliminés. Ce
demander quelle est la cause de cette concen- veau-nés. pour sa survie. Sinon tous les discours sur processus a deux applications pratiques: il
tration beaucoup plus élevée de potassium- Dans certaines régions d’ex-Yougosla- le droit, les droits de l’homme, la démo- peut d’une part dégrader le GSH excéden-
40. vie, on a été frappé par le fait que cer- cratie, l’écologie et la protection de l’en- taire et d’autre part désintoxiquer les cellu-
Le potassium-40 n’apparaît pas comme taines maladies sont apparues peu après vironnement ne seront plus qu’une sinis- les des métaux lourds2. On comprend ainsi
un produit de la désintégration du thorium l’utilisation des armes. On est également tre mystification. pourquoi une atteinte de la fonction indispen-
ou de l’uranium. Cela permet d’écarter frappé par l’augmentation considérable Il s’agit ici manifestement de crimes de sable des mitochondries par des substances
l’uranium comme élément d’origine du po- des cancers multiples: les victimes ne guerre. Ceux qui contribuent à les dissi- radioactives, par exemple le potassium-40, a
tassium-40. Ce dernier ne peut résulter que souffrent pas d’un seul type de cancer muler s’en rendent complices. C’est une des effets si dévastateurs.
de la transformation d’un autre élément à la mais de deux ou trois. conséquence que la communauté in-
suite d’un rayonnement radioactif. Ainsi, le Depuis, on a acquis un certain nom- ternationale avait tirée de la Seconde
Dérèglements cellulaires
calcium-40 non radioactif donne naissance bre de connaissances, notamment en ce Guerre mondiale et qu’elle avait inscrite
mettant la vie en danger
au potassium-40 à la suite d’un bombarde- qui concerne l’uranium dit «appauvri». La dans les règles du droit international. L’organisme utilise encore l’ATP issu de
ment neutronique. En outre, comme l’ana- poussière d’uranium dégagée par la com- Tous les responsables gouvernementaux la «centrale énergétique des cellules» pour
lyse des échantillons révèle une concentra- bustion suivant l’explosion d’une bombe et parlementaires des pays de l’Alliance une autre fonction vitale. Les liquides cor-
tion plus élevée d’autres isotopes radioactifs est faite de nanoparticules qui passent de guerre sont concernés. porels et cellulaires sont, à cause des ions
tels que le carbone-14 et le béryllium-10, il les barrières hémato-encéphalique et L’article ci-contre évoque les effets du qu’ils contiennent, des électrolytes. La pré-
faut supposer que les radio-isotopes men- placentaire et peuvent pénétrer dans les potassium-40 radioactif sur l’organisme sence de certains ions sur les membranes
tionnés se sont formés à la suite de réac- cellules, ce qui entraîne une toxicité ra- humain. Il montre notamment comment biologiques de la cellule et des organelles
tions nucléaires ayant eu lieu sur place. Cela diologique et chimique. sont détruits les mécanismes de répara- cellulaires produit des potentiels électri-
laisse présumer l’utilisation d’armes impli- Les études d’échantillons de sol serbe tion, c’est-à-dire d’importantes fonctions ques sur ces membranes indispensables aux
quant ce genre de réaction nucléaire (armes viennent de livrer de nouveaux résul- de défense du corps contre la formation fonctions vitales. Ici, le rapport ions de so-
nucléaires tactiques). tats. On n’y a pas seulement trouvé de de cellules cancéreuses. Il laisse deviner dium/ions de potassium surtout est très im-
La question se pose de savoir quels dan- l’uranium et de ses sous-produits de dé- les effets de cet isotope sur la vie terres- portant. A l’intérieur de la cellule, il y a
gers pour l’organisme humain résultent d’une sintégration mais d’autres éléments ra- tre. davantage de potassium et à l’extérieur da-
absorption considérablement accrue de potas- dioactifs. Ces découvertes posent de Erika Vögeli vantage de sodium. L’équilibre sodium/po-
sium-40 radioactif. Nous allons tout d’abord graves questions. Ainsi la composition tassium est maintenu grâce aux effets con-
exposer les fondements médicaux de l’impor- isotopique du potassium apparaît dif- * Yugoslavia: the avoidable war», USA/D joints de la pompe à sodium-potassium et
tance du potassium. férente de celle mesurée dans le potas- 1999/2001, réalisateurs: George Bogdanich et de la perméabilité de la membrane cellu-
Martin Lettmayer. Version anglaise sur vidéo:
sium naturel et n’a aucun rapport avec google.com/videoplay?docid=58601861211530
laire. La pompe à sodium-potassium est un
Fonction et importance du potassium les sous-produits de désintégration de système enzymatique gourmand en éner-
47571 (1re partie) et video.google.com/videopl
pour l’organisme humain l’uranium mais on la connaît en tant ay?docid= 6371060303901674397 (2e partie). gie qui consomme 30% à 70% de l’ATP fa-
Il est question ici du potassium naturel tel briqué par l’organisme. Nous avons men-
que nous l’absorbons quotidiennement avec tionné plus haut l’importance considérable
notre nourriture. A l’état naturel, le potas- de l’ATP dans le cadre de la fonction des
sium est présent uniquement sous la forme humain, animal et végétal ne peut donc pas Les mitochondries, mitochondries. Un approvisionnement in-
de cation (ion de charge positive). C’est le faire la différence entre le potassium-39, le centrales énergétiques de la cellule suffisant en ATP provoque un dysfonction-
cation le plus important de toutes les cel- potassium-40 et le potassium-41. Il absorbe Pour comprendre la fonction remarquable nement de la pompe à sodium-potassium et
lules des organismes humains et animaux. le mélange isotopique et n’est pas en mesure des mitochondries, décrivons-les brièvement. porte atteinte à la perméabilité de la mem-
Il est indispensable à la fonction cellulaire. de séparer le potassium-40 radioactif des iso- Structures en forme d’œuf d’environ 300 à brane cellulaire. Ces dérèglements entraî-
Les aliments particulièrement riches en po- topes non radioactifs avant les processus mé- 800 nm de longueur et de 100 nm d’épais- nent finalement des déséquilibres des élec-
tassium sont la viande, la banane, l’abricot, taboliques. seur, ce sont les plus grosses organelles des trolytes de l’espace intra- et extracellulaires
le kiwi, la groseille, la pomme de terre, le cellules. Elles sont entourées d’une double qui entraînent une modification du volume
chou-fleur, le chou frisé, le fenouil, l’épi- Le potassium est le facteur membrane et se trouvent près du noyau. Elles cellulaire, ce qui met la vie en danger.
nard et le céleri. En outre, les champignons le plus important de l’exposition possèdent leur propre ADN (acide désoxyri- Nous venons de montrer l’importance
blancs et les noix en contiennent également de l’organisme aux radiations internes bonucléique, support de l’information généti- capitale du potassium pour le maintien de
beaucoup. Le potassium présent dans l’organisme se que) et peuvent ainsi synthétiser leurs propres fonctions vitales de l’organisme. Il en ré-
L’organisme humain sain peut très bien trouve pour 98% dans les cellules et pour protéines. Elles sont le «lieu de respiration» sulte que le potassium-40 radioactif, sous-
gérer une absorption accrue de potassium 2% seulement hors des cellules. «L’exposi- de la cellule et leur fonction principale con- produit d’armes absolument inhumaines
par la nourriture. Ainsi, la consommation tion interne de l’homme a la radioactivité siste à synthétiser l’ATP (adénosine triphos- d’une guerre absolument inhumaine, met
d’une quantité de bananes n’entraîne pas est déterminée actuellement par la mesure phate), principal fournisseur d’énergie de tous en danger des processus vitaux et consti-
une augmentation de potassium dans les du potassium-40. Elle s’élève à environ 0,2 les processus métaboliques. C’est pourquoi on tue une menace pour l’existence même des
cellules. Mais les choses sont différentes mSv/a. Lorsque la concentration de potas- les appelle aussi les «centrales énergétiques» hommes. •
quand nous absorbons du potassium dont sium-40 augmente d’un facteur 100, la ra- de la cellule.
la composition naturelle a été modifiée par dioactivité atteint 20 mSv/a(!!), ce qui repré-
une concentration accrue de potassium- sente un niveau très élevé.»1 On comprend Atteinte du système (Traduction Horizons et débats)
401. C’est par le biais de la nourriture que ainsi que l’isotope radioactif potassium-40 réparateur des cellules
l’on absorbe ces doses plus élevées de po- dont on a trouvé la concentration multipliée L’énergie, sous forme d’ATP, est notamment 1
H.W. Gabriel, D. Schalch. Spectrométrie
tassium-40 présentes dans le sol et dues à par 100 dans les régions d’ex-Yougoslavie nécessaire pour fabriquer l’antioxydant glu- gamma, énergie du rayonnement bêta, exa-
l’utilisation de certaines armes. Mais le po- étudiées et qui est transporté dans les cel- tathion (GSH) contenu dans la partie hydro- men de la modification de la répartition des
tassium-40 pénètre également dans l’orga- lules par la nourriture, cause, par ses radia- soluble du liquide cellulaire. Le GSH est le isotopes naturels. Horizons et débats, no 11/12
nisme par inhalation de poussières qui sont tions, des dommages aux fonctions vitales premier système réparateur des principales du 30/3/09.
dans l’atmosphère. du noyau cellulaire et des organelles cellu- structures cellulaires qui ont été endomma- 2
Rosalie Bertell. Berufsrisiken des Krieges
On sait que les isotopes d’un élément chi- laires, en particulier des mitochondries, le gées par des radicaux libres. Ces derniers (Les risques professionnels de la guerre).
mique ne peuvent pas être différenciés chi- noyau étant la partie la plus sensible aux ra- sont des particules chimiques hautement Zeit-Fragen no 41 du 11/10/06.
miquement. La biochimie du métabolisme diations. réactives et le rayonnement radioactive