Vous êtes sur la page 1sur 64

Antenne et propagation HF

Dr. Abdoul Karim MBODJI

UGB, Dakar 2017


version 2.0

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 1


Objectif du cours
1. Comprendre les principes de fonctionnement d'une antenne en bande
étroite.
2. Concevoir une antenne pour garantir une liaison hertzienne.
3. Décrypter et utiliser des descriptions techniques d'antennes, en rapport
avec un cahier de charge donné.
4. Faire un bilan de liaison pour garantir le bon fonctionnement d’une liaison
hertzienne fixe.

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 2


Programme

1. Introduction
2. Rayonnement radioélectrique
3. Caractéristiques d’une antenne
4. Exemple d’antennes
5. Réseau d’antennes

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 3


Bibliographie
 Paul F. Combes, Micro-Ondes : Cicrcuits passifs, propagation, antennes. Dunod,
Paris 1997.
 Odile Picon et coll, « les antennes théorie, conception et applications », Dunod,
Paris 2009.
 C.A. Balanis, « Antenna theory : analysis and design », 3ème éd., Wiley, 2005.
 W.L. Stutzman et G.A. Thiele, « Antenna theory and design », Wiley, 1981.
 J.D. Kraus et al., «Antennas for all applications», Mc Graw Hill, 2002.
 C. Letrou, « Antennes et rayonnement », INT, 1990.
 L. Eyraud, G. Grange, H. Ohanessian, « Théorie et technique des antennes »,
Vuibert, 1973.

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 4


1. Introduction

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 5


c
1. Introduction 
f
1.1. Spectre des ondes électromagnétiques
Avec c = 3. 108 m.s-1

Les micro ondes ou HF (λ = 1 m pour f = 300 MHz à 1mm pour f = 300 GHz)

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 6


1. Introduction
1.2. Caractéristiques d’un milieu isotrope homogène

Un milieu est caractérisé par :


 Sa constante diélectrique ou permittivité  (F/m)
 Sa perméabilité magnétique  (H/m)
 Sa conductibilité  (s/m)
Un milieu isotrope homogène est caractérisé par les deux constantes  et 

D E   0 r
avec
B  H    0 r

1
0  109 F/m constante diélectrique du vide
36
0  4 10-7 H/m perméabilité magnétique du vide
avec  0  0 c 2  1
ONDE ET PROPAGATION HERTZIENNE 2016-2017 7
1. Introduction
1.2. Caractéristiques d’un milieu diélectrique à perte

 Un milieu sans pertes : il est défini par une conductivité nulle et une permittivité réelle

 (σ  0 ; ε réel)
 Un milieu avec pertes conductrices : il est défini par une conductivité finie et une permittivité réelle

 (σ fini ; ε réel)
Dans ce cas, apparait une permittivité équivalente avec l’Eq. de Maxwell nommée M.A.

 
  e    j , ou  e     /  e , avec   arctg
2  j

 
 Un milieu avec pertes conductrices et diélectriques: i.e. (σ fini ; ε complexe)
 
  e   '  j   '' 
 
ONDE ET PROPAGATION HERTZIENNE 2016-2017 8
2. Rayonnement radioélectrique

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 9


2. Rayonnement radioélectrique

 Equations de Maxwell

1. Cas général 2. Dans le vide

 H  H
rot E   Maxwell – Faraday rot E  
t t
divH  0 Maxwell - Thomson divH  0

E E
rot H  ( j   ) Maxwell – Ampère rot H  
t t

divE  Maxwell - Gauss
divE  0

2. Rayonnement radioélectrique
 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :
1. Cas général

Le rotationnel de l’équation de Maxwell-Faraday

    H
rot rot E   rot
 t



 

   
rot rot E  grad divE   E  

t
  
rot  H

1 2 E j 1 avec v 
1

c
E  2   grad εμ ε r μr
v t 2
t 
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :

1. Cas général :

Le rotationnel de l’équation de Maxwell-Faraday

    
rot rot  H   rot j   rot
E
t

 1 2 H
 H  2
v t 2
   rot j  
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :


2. Dans le vide :

L’équation de propagation du champ électrique devient

 1 2 
   2 2  E  0
 c t 

L’équation de propagation du champ magnétique devient

 1 2 
   2 2  H  0
 c t 
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :


2. Dans le vide : Cas d’un régime sinusoïdal :

L’équation de propagation du champ électrique devient

2
E  2 E  0
c

L’équation de propagation du champ magnétique devient

2
H  2 H  0
c
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :


Onde plane : définition

C’est dans cette zone que les


antennes sont utilisées dans la
majorité des cas surtout en
télécommunication.
La puissance transportée par le
champ décroit selon l’inverse du
carré de la distance (r).

Ondes
planes
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :


Onde plane : définition

Une OEM est dite plane si en un instant donné, les champs e et h ne dépendent
qu’une seule variable (z).

e e
i.e.  0
x y
h h
 0
x y
2. Rayonnement radioélectrique
,
 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :
2. Solutions dans le vide : Cas d’un régime sinusoïdal :

On suppose que r  1,   0,  r  1

Partant des équations M-F rotE   j 0 H et M-A rot H  j 0 E


E y H y
 j 0 H x  j 0 E x
z z
E x H x
  j 0 H y   j 0 E y
z z
0   j 0 H z 0   j 0 E z

Les composantes Hz et Ez sont nulles. Le champ E et H sont transversales on parle TEM (Transverse Electromagnétique)
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :


2. Solutions dans le vide : Cas d’un régime sinusoïdal :

Une onde plane qui a comme axe de propagation z peut être schématisée comme suit :

x
h

y z

e
2. Rayonnement radioélectrique

 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :

Polarisation d’une onde plane


2. Rayonnement radioélectrique
 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :
Energie transportée par une OP

Le produit scalaire avec le champ électrique est


j.E  rotH  E    0 E 2
2 t
D’après les résultat en outils mathématiques :

rotH E  rotE H  div HE


En servant de l’équation Maxwell-Faraday, on a :

j E 
  0

 2 1 2

 E  2 2 H   div E H  0  
t 2  D 0 c 
P
2. Rayonnement radioélectrique
 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :
Energie transportée par une OP
La densité d’énergie électromagnétique est calculée par
0  1 2
D   E  2 2 H  en J.m-3
2

2 0 c 
Le vecteur de Poynting désigne la direction de propagation de l’énergie

P  E H 
1
0
EB en W/m 2

L’équation de conservation de l’énergie se met sous une forme


D
 divP   j  E
t
2. Rayonnement radioélectrique
 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :
Rappel
Energie transportée par une OP
 B
A l’absence de charges et du courant  rot E  j k  E  
t

  0, j 0  B  1 k E
 
Calcule du vecteur de Poynting

P
0
1

E B 
 0

E k E 
1
 0
k
E2

c0
ez  E2

En calculant la densité d’énergie de l’onde plane monochromatique dans le vide


0 0E2  0c 2 B 2
D
2
E 2
 c2 B2  
2

2
 0E2
2. Rayonnement radioélectrique
 Equation d’onde (Eq. de Helmholtz) :
Energie transportée par une OP

Intensité d’une OEM : est l’énergie électromagnétique traversant une surface unité par
unité de temps. Elle est donnée par la relation :
c 0 E 2 1
T
1
I OEM   P   Pdt
2 2 T0

Puissance électromagnétique : est le flux du vecteur de Poynting au travers d’une surface

pOEM   P.dS
S
TD n° 1
2. Rayonnement radioélectrique
 Source isotrope La puissance rayonnée par unité d’angle solide dans la direction , 
est donnée par :
P,  
Pa
(Watts/stréradian)
4

La puissance rayonnée par unité de surface à la distance R est


donnée par :

pR , ,  
Pa
(Watts/m 2 )
4R 2
1 E2
pR , ,   E H  E.H 
1 1
(Watts/m 2 )
2 2 2 120
Pa E2
 
4R 2
240
60Pa
E (V/m)
R
2. Rayonnement radioélectrique
 Dipôle élémentaire ou dipôle infinitésimal ou doublet de hertz

Il est une antenne dont la longueur dl est petite par rapport à la longueur d’onde  dl  50  .
Le Courant I est uniforme.

Champ rayonné

 1   jkr
E r  j60k 2 Idlcos
j
 3
e
 kr  kr  
2

1 1   jkr r
E   j30k 2 Idlsin 
j
 3
e
 kr kr  kr  
2

k2 1 j   jkr
H  j Idlsin  2 
e
4  kr kr  
E   H r  H   0; k  2 / Dès que kr  1, soit r   / 2 en pratiquer  5  les facteurs en 1/ kr 
2

et 1/ kr  peuvent etre négligés


3
2. Rayonnement radioélectrique
 Dipôle élémentaire ou dipôle infinitésimal ou doublet de hertz

La condition r   / 2 apparait une Onde Progressive Pure (OPP).

Champ rayonné
2
60 j
Idlsin e
r
E  j 
r
2
j
Idlsin e
1 r
H  j 
2r
E   H r  H   0; k  2 /
2. Rayonnement radioélectrique
 Dipôles dans le cas général

Champ rayonné

2
60 j
dzI (z)sin P e
r
dE( P)  j 
r
Le cahmp total rayonné est donné, en amplitude complexe, par :
2
l j r
60 
2
 sin P I (z)
e
E ( P)  j dz avec k  r  PM
 l
r 
R  OM
2. Rayonnement radioélectrique
 Dipôles dans le cas général

Champ rayonné

Avec les approximation de la zone lointaine , nous avons :


l
60 e  jkR
E (P)  j sin  I(z)e jkz cos(  )
dz
 R l
3. Caractéristiques des antennes

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 30


3. Caractéristiques des antennes

Une antenne est caractérisée par les paramètres suivants


 Fonction caractéristique de rayonnement
 Diagramme de rayonnement
 Directivité
 Gain
 Rendement
 Aire de captation
 Impédance d’antenne
 Facteur d’antenne
 Largeur de bande
 Alimentation
3. Caractéristiques des antennes

 Fonction caractéristique de rayonnement

Le champ électrique n’ayant pas de composante selon le vecteur radial


s’exprime par : E
E  E  u  E  u
H
1
Le champ magnétique s’en déduit par : H  (u E )
Z
0
Avec l’impédance dans le vide Z0 
0
3. Caractéristiques des antennes

 Fonction caractéristique de rayonnement


Ainsi, la définition de la fonction caractéristique de rayonnement est donnée par

F,   
1
2Z

f1 ,   2  f 2 ,   2 
La fonction caractéristique de rayonnement normalisée est définie par :
F  ,  
Fn  ,   
Fmax  ,   NB :

Soit en fonction de la densité surfacique de puissance : 0  Fn ,   1


p,  
Fn ,   
p max ,  
3. Caractéristiques des antennes

 Fonction caractéristique de rayonnement (F.C.R.): dipôle

 l   l
cos k cosθ   cos k 
e  jkR  2   2
sinθ 
60π 2I 0
E(P)  j
λ R k sin 2 θ 
 l   l
cos k cosθ   cos k 
Z e  jkR  2   2
E(P)  j I0
2π R sinθ 
 l   l
cos k cosθ   cos k 
E θ   2   2*
f θ  
1

E θ  π/2  sinθ   l 
1 - cos 

3. Caractéristiques des antennes

 Fonction caractéristique de rayonnement (F.C.R.): dipôle

Il y a 2 cas intéressants

- Celui du dipôle démi - onde (l  /2)


 l   l  
cos k cosθ   cos k  cos cosθ 
f θ    2   2* 1
 2 
sinθ   l  sinθ 
1 - cos 

- Celui du dipôle onde entière (l   )
 
cos 2  cosθ 
1 coscosθ   1 2 
f θ   . 
2 sinθ  sinθ 
3. Caractéristiques des antennes

 Diagramme de rayonnement
3. Caractéristiques des antennes

 Diagramme de rayonnement
3. Caractéristiques des antennes

 Directivité, gain, rendement

La directivité ou le gain de directivité est le rapport de la puissance P,  , par unité d’angle
solide à la puissance que rayonnerait la source isotrope par unité d’angle solide.

Pθ,

Dθ,  avec Pr   Pθ,dΩ, dΩ  sin dd
Pr / 4 π 0

Dans la direction de rayonnement maximal 0 , 0 , on note la directivité :

P0 θ 0,0 
Dθ 0,0  
Pr / 4 π

Autre formule
Fn  ,  
D ,   
 F  ,  d
1
4
n
3. Caractéristiques des antennes

 Directivité, gain, rendement


P, 
G (, )  4
Pa

Si la direction n’est pas précisée, il faut considérée la direction de rayonnement maximal.

P  ,    P0 0 , 0  
G  4 0 0 0 ou G dB  10 log 4 
Pa  Pa 

Le rendement d’une antenne est le rapport entre la puissance totale rayonnée à la puissance d’alimentation
Pr
 , G  D
Pa
TD n° 2
3. Caractéristiques des antennes

 Surface effective ou aire de captation

S A θ, =
Pr
Φ
λ2
SA θ, = G A θ, 

Pr=S A θ,  Φ
3. Caractéristiques des antennes

 Bilan de puissance

Pe G e λ 2
Densité de puissance rayonné à Puissance reçue est : Pr = p r .SA  .
PG 4R 4 π
2
la distance R : p r = e e2
4R  λ 
2

Pr = Pe G e G r  
 4R 
3. Caractéristiques des antennes

 Bilan de puissance
2
 λ  atténuation en espace libre ou
Formule de Friis Pr = Pe G e G r  p , avec  p =   : affaiblissement de propagation
 4 πr 

PrdB  PedB  G edBi  G rdBi  20 log(f )  20 log(r )  147.5

D’autres formules pratiques :

 p dB = 92.5  20 log R km 20 log f (GHz)


 p dB = 32.5  20 log R km 20 log f (MHz)
4. Exemples d’antennes

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 44


4. Exemples d’antennes

 Doublet de Hertz

Diagramme de rayonnement sur les 2 plans


F.C.R en puissance

f θ  = sin 2 

F.C.R en champ

f θ  = sin

Sur le plan θ En 3 D
4. Exemples d’antennes

 Dipôle rayonnant

Fonction
caractéristique
 l   l
cos 2π cosθ   cos 2π 
 l  λ   λ
f  θ,  =
 λ sinθ
4. Exemples d’antennes

 Antenne cornet

L’erreur de sur les bords doit être inférieur


à π/4 : δ ≤ λ/8 et L ≥ a2/ λ
4. Exemples d’antennes

 Antenne cornet

F.C.R.
 a 
cos π sinθ x 
f θ  =  λ 
plan H : x
  a
2 2

  -   sinθ x 
2  λ 

 b 
sin π sinθ y 
f θ y = 
λ 
plan E : b
 sinθ y
λ
4. Exemples d’antennes

 Antenne tourniquet
Constituée de 2 dipôles /2 croisés, alimentés avec un déphasage de 90°.
Elle est utilisée pour la radiodiffusion à modulation de fréquence (FM).
jt j t  /2 
 Doublets : courants i1  I 0 e et i1  I 0 e
champs rayonnés en point M r, 
Antenne tourniquet
e -jkr jt e -jkr j t  /2 
e1  V0 sin e et e2  V0 cos e
r r
e - jkr
E Total  E  V0 sin  jcos
r
Diagramme de rayonnement

E  
V0

r
/2
1/ 2
 Dipôles    
cos  cos  cos 2  sin 
2

E Total
V
E 0 2  2 
r sin 
2
cos 
2

Diagrammes de rayonnement
TP n° 1 : Pratique en Labo associé avec Matlab
5. Réseau d’antennes

ANTENNES ET PROPAGATIONS 2017-2018 51


5. Réseau d’antennes
 Concept

 Ensemble de sources ;
 Dispositif d’alimentation Beam forming network
permet de commander les amplitudes et les phases;
5. Réseau d’antennes
 Principe de fonctionnement

Hypothèses
N sources (Si)
A i e ji alimentation complexe
f i θi  F.C.R

En un point M de l’espace (zone de rayonnement lointain)


Ai  jk Si M 2
E i = Kf i (i ) e j i e ; k
Si M 
K est le facteur d’homogénéité, constant dépendant des éléments rayonnants
5. Réseau d’antennes
 Principe de fonctionnement

On pose Si M  OM  d i cos(αi ) donc

Ei =
K  jk OM
OM
e 
f i (θi )Ai e j i  kd i cos(αi )  
D’où le champ total rayonné par le réseau est

E=
K  jk OM
OM
e   f (θ
i )A e  
i 
i
j i
avec  i  i  kd i cos(αi )
i

Diagramme de rayonnement du réseau


5. Réseau d’antennes
 Application à un réseau à N antennes colinéaires équidistantes

Si on considère l’association de n sources élémentaires isotropes alimentées avec la


même amplitude et la même phase, la somme des champs devient :

 A e   
n 1
K  jk OM
E= e i
j ψi
f i θi   f θ  i
OM i 0

 jk OM
j iψ 
n -1
e
E = E0  e avec E0  K A0 ,   0
i 0 OM


E M  =E 0 1  e j  e j2  ...  e jn  2   e jn 1  
1  e jn
1  e j
5. Réseau d’antennes
 Application à un réseau à N antennes colinéaires équidistantes
n
jn  j n jn sin
e j n  2 
2 2 2
E M  =E 0
e e 2
.  E 0e 2

j  j j 
e 2
e 2
e 2
sin
2
n
sin
E M   E 0
2
la valeur maximale du champ Emax  nE0

sin
2 n
sin
F  
1 2
D’où le F.C.R égal
n 
sin
2
5. Réseau d’antennes

 Application n
sin
F  
1 2
Le F.C.R d’un réseau linéaire est égal
n 
sin
2
1.
1.1. Démontrer que si
ψ
 30 , alors F α  peut s’écrire sous la forme F α  
sinx
x
1.2. Etablir une relation entre cosα  et cos 0  définissant son domaine de validité.
2

1.3. Application si   0 et d  /2.


2.
2.1. Position du 1er zéro du diagramme;
2.2. Application si   0 et d  /2.
2.3. Position et niveau du premier lobe secondaire.
5. Réseau d’antennes

 Antenne Yagi

Inventée par les japonais Shintaro Uda et Hidetsugu Yagi


Utilisée pour la réception TV.
Les éléments constitutifs sont :
 Dipôle ½ qui est l’élément actif ;
 Directeurs espacés de d < λ/2 <=> réseau d’antenne ;
 Réflecteur placé en arrière du dipôle ½, empêche les ondes en
provenance de l’arrière d’atteindre le dipôle.

Antenne réseau à rayonnement longitudinal.


5. Réseau d’antennes

 Antenne Yagi

Si on place une antenne non alimentée proche


du dipôle initial, on alimente celle-ci par
couplage. En choisissant des tailles légèrement
différentes de ces parasites, on peut créer des
comportements réflecteur ou directeur.
5. Réseau d’antennes

 Antenne Yagi

En combinant l’effet d’éléments réflecteurs et directeurs, on obtient une antenne fortement


directive : le Yagi.
5. Réseau d’antennes

 Antenne Yagi

Quatre antennes placées dans l'espace sont comparées sur la


figure ci-contre :

 antenne isotrope en vert, référence 0 pour le calcul du gain ;


 yagi 2 éléments en bleu ;
 yagi 5 éléments en rouge ;
 yagi 9 éléments en noir.
TD n° 3
TP n° 2 : m-manna
Fin

DR. MBODJI

Vous aimerez peut-être aussi