Vous êtes sur la page 1sur 168

UNIVERSITE DE SAÏDA - Dr MOULAY TAHAR

FACULTE DE TECHNOLOGIE
DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL ET D’HYDRAULIQUE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES EN VUE DE L’OBTENTION


DU DIPLOME DE MASTER EN GENIE CIVIL
OPTION : BATIMENT ET RISQUES GEOTECHNIQUE

Thème
Etude et calcul d'un bâtiment en béton armé
RDC+10 étages
Présenté par
R
M LAZRAGUI HADJ AHMED KHALED
MR GUERANDI MUSTAPHA

Soutenu en Juin 2017, devant le jury composé de :

M. Seddik Président
M. Yeghnem Reda Encadreur
M ELLE Benguediab Examinateur
M. Belakhal Examinateur
M. Harbit Invité

Année universitaire 2016-2017


Remerciement

Nous remercions Dieu ,le Tout-Puissant, qui nous a


donné la force et le courage pour poursuivre nos études.

Nous remercions notre professeur Mr. Yeghnam Reda


d’avoir accepté de nous encadrer, sans ses orientations et ses
suggestions les plus inestimables, surtout pour sa patience.

Un grand merci à tous nos professeurs qui nous ont


suivis et aidés pendant notre cursus universitaire.

Sans oublier de remercier tous qui nous ont aidés


d’achever ce modeste travail soit de prés ou de loin.

Khaled et mostapha
DEDICACE
C’est avec une immense reconnaissance que je
dédie ce modeste travail :

A Mes parents qui m’ont éclairés mon chemin et qui


m’ont encouragés et soutenus tout au long de mes études
et aussi pour leurs soutiens pendant les moments
difficiles de mon travail.

A Mon binôme <Greundi mostapha > .

A Monsieur ex chef de département <Medjber> ainsi que


Monsieur <Driss khodja>

A Tous les enseignants de génie civil qui ont été le


guide de ma formation de Master.

Khaled
DEDICACE
C’est avec une immense reconnaissance que je
dédie ce modeste travail :

A mes parents qui m’ont éclairés mon chemin et qui


m’ont encouragés et soutenus tout au long de mes études
et aussi pour leurs soutiens pendant les moments
difficiles de mon travail.

A tous les enseignants de génie civil qui ont été le


guide de ma formation de Master.

mostapha
Sommaire
CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET

1- Introduction…………………………………………………………….……………1

2- But ………………………………………………......................................................1

3- Présentation de l’ouvrage …………………………………………………………..1

4- Caractéristiques géométriques……………………………………………................2

5- Caractéristiques géométriques du sol…………………………………………...…..2

6- les charges ……………………………………………………………………..……2

7- Conception structurelle …………………………………………………..………...3

7-1 : Plancher………………………………………………………………….……3.

7-2 : Maçonnerie …………………………………………………………………...3

7-3 : Contreventement………………………………………………………………3

7-4 : Escaliers ……………………………………………………………………....3.

7-5 : Revêtement ……………………………………………………………………3

8- Caractéristiques des matériaux……………………………………………..………4.

8-1 : Le béton……………………………………………………………….………4.

8-1-1 : Caractéristiques physiques et mécaniques du béton ………………….…4

8-1-2 : Coefficient de poisson ………………………………………………..…5

8-1-3 : Les contraintes limites …………………………………………………...5

8-2 : l’acier………………………………………………………………………….…7

8-2-1 : Module d’élasticité longitudinale ……………………………………..…7

8-2-2 : Contraintes limites ……………………………………………………….7

9- Coefficient de scellement………………………………………………………….. 8

10- Les règlements utilisent………………………………………………...………….9

11- Les logiciels utilisent……………………………………………………..………..9

12- Conclusion ………………………………………………………………………...9

CHAPITRE II : PREDIMENSIONNEMENT
1- Pré dimensionnement des planchers.……………………………………………...11.

1-1 : Plancher corps creux……………………….......................... ………………. 11

1-2 : Plancher dalle pleine………………………………………………………….11

2- Pré dimensionnement des poutres………………………………………………....13

2-1 : Pré dimensionnement des poutres principales (P.P)…… …………………....13

2-2 : Pré dimensionnement des poutres secondaires (P.S)… ……………………...14

3- Descente des charges……………………………………………………………....15

3-1 : Plancher terrasse inaccessible……………………………………………...…15

3-2 plancher étage courant………………………………………………………....16

3-3 Surcharge d’exploitation ………………………………………………………16

3-4 Dégression des Surcharges d’Exploitation …………………………………....17

4- Pré dimensionnement des poteaux………………………………………………...18

4-1 : Surfaces afférentes ………………………………………………………….18

4-2 : Critère de résistance ………………………………………………………....19

4-3 : Dimensionnement des poteaux de (RDC ) …………………………………..21

4-4 : Critère de flambement ……………………………………………………… 22

4-5 : Vérification selon RPA ………………………………………………..……23

5- Pré dimensionnement des voiles…………………………………………………..24

5-1 : Voile de contreventement…………………………………………………….24

6- Conclusion ………………………………………………………………………..25

CHAPITRE III : ETUDE DES ELEMENTS NON STRUCTURAUX

1- Les escaliers ………………………………………………………………….……27

1-1- Introduction ……………………………………………………………………..27

1-2 Conception ……………………………………………………………………27

1-3 Schéma statique ……………………………………………………………....28

1-4 Les Caractéristiques techniques ……………………………………………….28

1-5 Détermination des efforts ……………………………………………………..31


1-6 Ferraillage ……………………………………………………………………..32

2-1 Calcul de l’acrotère ………………………………………………………………40

2-2 Ferraillage …………………………………………………………………..…41

3-1 Balcon………………………………………………………………………….…45

3-1 Calcul de balcon……………………………………………………………....45

4- Etude de l’ascenseur……………………………………………………………….48

4-1-Introduction …………………………………………………………………..48

4-2 Dimensions de l’ascenseur …………………………………………………...49

4-3 Evaluation des charges ……………………………………………………….49

4-4 Choix des câbles …………………………………………………………...…50

4-5 Vérification au poinçonnement ……………………………………………….51

4-6 Calcul des sollicitations ………………………………………………………51

CHAPITRE IV : ETUDE DES PLANCHERS

1- Introduction……………………………………………………………………..…58

2- Plancher à corps creux ……………………………………………………………58

3- Etude des poutrelles…………………………………………………………….…58

3-1 : Phase de calcul (avant le coulage)………………………………………....58


3-2 : Phase de calcul (après le coulage)……………………………………………59

3-3 : Type des poutrelles ………………………………………………………...60

4- Charge et surcharge ……………………………………………………………….60

5- Choix de la méthode de calcul ………………………………………………….…60

5-1 : La méthode forfaitaire …………………………………………………….…60

5-2 : La méthode de Caquot ……………………………………………………... 61

6- Calcul des sollicitations (E.L.U) …………………………………………………..61

7- Calcul des sollicitations (E.L.S) ………………………………………………..…70

8- Calcul du ferraillage ………………………………………………………………79

8-1 E.L.U ………………………………………………………………………….79

8-2 Vérification à E.L.S…………………………………………………………...81


8-3 Vérification vis-à-vis l'effort tranchant………………………………………..81

8-4 Diamètre des armatures transversales………………………………………....82

8-5 Ancrage des barres …………………………………………………………....82

8-6 Calcul de l'espacement des armatures transversales ……………………….…84

8-7 Ferraillage de la dalle de compression ………………………………………..85

9- Calcul de la flèche………………………………………………………………....86

9-1 Vérification de la flèche……………………………………………………..…86

9-2 Vérification des conditions…………………………………………………….86

9-3 Calcul des moments fléchissant………………………………………………..87

9-4 Calcul des contraintes suivant les sollicitations………………………………..88

9-5 Calcul de  g ,  p ,  j
…………………………………………………………..88

9-6 Calcul des moments d inertie …………………………………………………..88

9-7 Calcul de flèche total et admissible………………………………………….…89

CHAPITRE VI : ETUDE SISMIQUE

1- Introduction………………………………………..………………………………91

2- Méthode de calcul ……………………………………………….……………….91

3- Choix de la méthode de calcul …………………………………………………91.

4- Méthode statique équivalente…………………………………………………….91

4-1 : Conditions d’application de la méthode statique équivalente………………92

4-2 : Modèle admis par la méthode statique équivalente…………………………92

4-3 : Calcul de la force sismique totale par la méthode statique équivalente……..92

4-4 : Estimation de la période fondamentale (T) …………………………………94

5- Méthode dynamique modale spectrale …………………………………………....96

5-1 Conditions d’application de la méthode dynamique modale spectrale………..96

5-2 Modalisation…………………………………………………………………...96

5-3 Spectre de réponse ………………………………………………………….…96

6- Vérifications réglementaires selon le R .P.A…………………………………..…..98


6-1 Période fondamentale de la structure…………………………………………..98

6-2 Résultats du modèle numérique…………………………………………….….98

6-3 Interprétation des résultats…………………………………………………....100

6-4 Déplacements latéraux inter- étage………………………………………...…100

6-5 Conclusion…………………………………………………………………....102

CHAPITRE VII : ETUDE DES ELEMENTS STRUCTURAUX

1- Introduction…………………………………………………….............................104

2- Calcul de béton armé des poteaux………………………………………………..104

2-1 : Caractéristique mécanique des matériaux…………………………………..104

2-2 : Les résultats des sollicitations…………………………………………....…105

2-3 Exemple de calcul ……………………………………………………………105

2-4 Calcul des armatures transversales………………………………………..…108

2-5 Vérification à l’effort tranchant ……………………………………………..109

3- Ferraillage des poutres…………………………………………………………...111

3-1 : Application ………………………………………………………………....111

3-2 : Résultats de ferraillage des poutres………………………………………....112

3-3 Section d’armatures transversales minimale ………………………………...116

3-4 Vérification à l’effort tranchant ……………………………………………...116

3-5 Schémas de ferraillage des poutres principales……………………………...116

4- Etude des voiles…………………………………………………………………..117

4-1 : Introduction ………………………………………………………………...117

4-2 : Le système de contreventement……………………………………………..117

4-3 ferraillage des voiles…………………………………………………………117

ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

1- Introduction………………………………………………………………………124
2- Choix de type de la fondation………………………….…………………………124

2-1 : Semelles filantes …………………………………………………………...125.

2-2 : PREDIMENSIONEMENT ……………………………………………..…125


2-3 : Condition de rigidité……………………………………………………..…127

2-4 : Vérification de poinçonnement……..……………………………………..127

2-5 : Vérification de la stabilité…………………………………………………128

3- Ferraillage du radier …………………………………………………………….130

4- Débord………………………………………………………………………..…134

4-1 Ferraillage du débord ……………………………………………………….134

5- Dimensionnement et ferraillage de la nervure…………………………………..136

5-1 hauteur de la nervure…………………………………………………………136

5-2 ferraillage de la nervure……………………………………………………...137

6- conclusion ………………………………………………………………………140

CONCLUSION GENERALE………………………………………………..144

BIBLIOGRAPHIE…………………………………………………………..146

LES ANNEXES
LA LISTE DES TABLEAUX :
 Chapitre I : PRESENTATION DU PROJET

N° Les titres Pages

1 Les états limites 4

2 Valeurs de la limite d’élasticité garantie Fe 7

 Chapitre II : PREDIMENSIONNEMENT

N° Les titres Pages

1 Les sections des poutres sont résumées 15

2 charge permanente de plancher terrasse 15

3 charge permanente de plancher étage courant 16

4 Tableau récapitulatif de descente des charges 17

5 Dégression des Surcharges d’Exploitation 17

6 évaluation des charges 18

7 Tableau récapitulatif des sections des poteaux centraux 21

8 tableau récapitulatif des sections des poteaux de rive 22

9 tableau récapitulatif des sections des poteaux d’angle 22

10 vérification vis-à-vis du flambement des poteaux centraux 23

11 pré dimensionnement des éléments structuraux 23

 Chapitre III : ELEMENTS NON STRUCTURAUX

N° Les titres Pages

1 Tableau Pour les charges de Rez de chaussée 29

2 Tableau Pour les Etage courant 30


3 tableau Le Palier 30

4 tableau pour la charges de acrotère 40

5 tableau pour les charges de balcon 45

6 Les Moments dus à la charge concentrée à l’ELUR 52

7 Les Moments dus à la charge concentrée à l’ELUR 54

 Chapitre IV : ETUDE DES PLANCHERS

N° Les titres Pages

1 représente les efforts 78

 Chapitre V : ETUDE SISMIQUE

N° Les titres Pages

1 Coefficient d’accélération de zone(A). 93

2 pourcentage d’amortissement critique (). 93

3 Périodes caractéristiques (T1, T2). 93

4 Coefficient CT 94

5 Coefficient de comportement global (R 94

6 Valeurs des pénalités (pq). 95

7 Coefficient de pondération 𝛃 95

8 Participation de la masse modale effective 99

9 Déplacement inter-étage 101


 Chapitre VI : ETUDE DES ELEMENTS STRUCTURAUX

N° Les titres Pages

1 les sollicitations dans les poteaux 105

2 Les armatures longitudinales dans les poteaux 108

3 Vérification de l’effort tranchant dans les poteaux 110

4 111
les moments maximums et des efforts tranchants en (KN)

5 Les armatures longitudinales dans les poutres principales 113

6 Les armatures longitudinales dans les poutres secondaires 115

 Chapitre VII : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

N° Les titres Pages

1 vérification des contraintes suivant XX 129

2 vérification des contraintes suivant YY 129

3 Les efforts à L’ELU 131

4 Les efforts à L’ELS 131

5 Le ferraillage a L’ELU 133

6 le ferraillage a L’ELS 134

7 Calcul le ferraillage du débord à L’ELU 135

8 Calcul le ferraillage du débord à L’ELS 135

9 Choix des barres du débord 136

10 vérification des contraintes à l’ELS 139


LA LISTE DES FIGURES :
 Chapitre I : PRESENTATION DU PROJET

N° Les titres Pages

1 Diagramme de déformation-contrainte (ε bc, σ bc) de béton 5

2 Diagramme de déformation-contrainte (ε s, σ s) de béton 7

 Chapitre II : PREDIMENSIONNEMENT

N° Les titres Pages

1 Schéma d’un plancher à corps creux 11

2 Coupe verticale d’un plancher à corps creux 12

3 Dimensions de section en T 13

4 Section transversale de la poutre principale 14

5 section transversale de la poutre secondaire 14

6 plancher terrasse inaccessible 15

7 détail des constituants du plancher d’étage courant 16

8 Surface aff d'un poteau sollicité 19

9 surface aff (poteau de rive) 19

10 Coupe de Voile 24
 Chapitre III : ETUDE DES ELEMENTS NON STRUCTURAUX

N° Les titres Pages

1 Schéma du volée et du paleir de RDC 27

2 : Schéma du volée et du paleir d’EC 27

3 : schéma statique de l’escalier de RDC 28

4 schéma statique de l’escalier de EC 28

5 Schéma d’un escalier 31

6 Schéma statique de la poutre palière 35

7 Dimension de l’acrotère 40

8 schéma statique de l’acrotère 40

9 Schéma statique du balcon 45

10 ferraillage des balcon 48

11 Plan d’action d’un ascenseur 49

12 Schéma d la surface d’impact 51

13 appui d’ascenseur 52

14 charge concentrées de l’ascenseur 52

 Chapitre IV : ETUDE DES PLANCHERS

N° Les titres Pages

1 Corps Creux 58

2 La nervure 58

3 schéma statique des poutrelles 60

4 Diagramme des moment fléchissant 63

5 Diagramme des efforts tranchants 63


6 Diagramme des moment fléchissant 65

7 Diagramme des efforts tranchants 66

8 schéma statique des poutrelles 66

9 Diagramme des moments fléchissant 67

10 Diagramme des efforts tranchants 67

11 schéma statique des poutrelles 68

12 Diagramme des moments fléchissant 69

13 Diagramme des efforts tranchants 69

14 Diagramme des moment fléchissant 72

15 Diagramme des efforts tranchants 72

16 Diagramme des moment fléchissant 74

17 Diagramme des efforts tranchants 75

18 schéma statique des poutrelles 75

19 Diagramme des moments fléchissant 76

20 Diagramme des efforts tranchants 76

21 schéma statique des poutrelles 77

22 Diagramme des moments fléchissant 78

23 Diagramme des efforts tranchants 78

24 Dimensions des poutrelles 79

25 Crochet à 45 ° 83

26 ferraillage de poutrelle 84

27 Ferraillage de la dalle de compression 85


 Chapitre V : ETUDE SISMIQUE

N° Les titres Pages

1 Propagation du séisme. 91

2 Structure vue (3D ROBOT). 97

 Chapitre VI : ETUDE DES ELEMENTS STRUCTURAUX

N° Les titres Pages

1 Schéma de ferraillage des poteaux 110

2 Schéma de ferraillage des poutres P.P 116

3 Schéma de ferraillage des poutres P.S 116

4 Dimensions de voile 119

5 Disposition des armatures verticales dans les voiles 121

6 disposition du ferraillage du voile 122

 Chapitre VII : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

N° Les titres Pages

1 panneau le plus sollicité 131

2 Schéma statique de débord 134

3 Représentation schématique de débord 141


Abréviation

A : accélération de zone, section.


E : module de YONG.
F : force en générale.
G : action des charges permanentes.
I : moment d`inertie en générale.
Mtab : moment fléchissant équilibre par la table de compression.
Ms : moment de calcul service.
Mu : moment de calcul ultime.
N : effort normal.
Pq : pénalité à retenir dans la détermination du coefficient Q.
Q : facteur de qualité; action des charges d'exploitation.
R : coefficient de comportement, la force résultante de vent.
T : période fondamentale de la structure, effort tranchant.
V : force sismique.
W : poids total de la structure.
a : une dimension (en générale longitudinale).
b : une dimension transversale (longueur d'une section).
b0 : épaisseur brute de l'âme d'une poutre en "T".
d : distance utile.
e : l’excentricité.
f : la flèche.
fe : limite d'élasticité de l'acier.
fcj : résistance caractéristique à la compression du béton age de "j" jours.
ftj : résistance caractéristique à la traction du béton age de "j" jours.
h0 : épaisseur de la dalle de compression.
he : hauteur d'étage.
he : hauteur de la nervure.
j : nombre de jours.
i : rayon de giration d'une section.
k : coefficient en générale.
lf : longueur de flambement.
n : coefficient d'équivalence acier- béton; grandeur exprimée par nombre entier.
St : la valeur de l'espacement des armatures transversales.
γs : coefficient de sécurité.
Ø : diamètre des armatures.
σs : contrainte d’acier.
σbc : contrainte de béton.
τ : contrainte tangentielle.
ε : déformation coefficient d’amortissement critique.
ν : coefficient de POISSON.
Ψs : coefficient de scellement.
β : coefficient dépend de l’élancement du poteau.
λ : élancement mécanique, ou géométrique.
Δ : variation.
μ : moment réduit.
δ : déplacement.
Chapitre

PRESENTATION DU PROJET
Présentation de l’ouvrage 2017

I.1 Introduction :
Le développement économique dans les pays préfère la construction verticale dans un souci
d’économie de l’espace .
L’Algérie se situe dans une zone de convergence de plaques tectoniques, donc elle surreprésente
comme étant une région à forte activités sismique , c’est pourquoi l’Algérie soumis tout temps
une activité sismique intense

Cependant, il existe un danger représenté par ce choix (construction verticale) à cause des
dégâts comme le séisme qui peuvent lui occasionner.

Pour cela, il y a lieu de respecter les normes et les recommandations parasismiques qui
rigidifient convenablement la structure.

I. 2.But :

- La sécurité (le plus important) assurer la stabilité de l’ouvrage.

- Economie: sert à diminuer les coûts du projet (les dépenses) .

- Confort.

- Esthétique.

*: L’utilisation du béton armé (B.A) dans la réalisation c’est déjà un avantage


d’économie, car il est moins chère par rapport aux autres matériaux (charpente en
bois ou métallique) avec beaucoup d’autres avantages comme par exemples :

- Souplesse d’utilisation.

- Durabilité (duré de vie).

- Résistance au feu

I.3.Présentation de l’ouvrage :

L’ouvrage faisant l’objet de la présente étude est un bâtiment de type


multifonctionnel en (R+10) , (RDC) a usage commerciale et les autres étages a usage habitation
la structure représente une forme rectangulaire et elle est implantée à la wilaya d’ Oran. Cette
région est classée en zone de sismicité moyenne IIa selon la caryer de zonage illustré dans
RPA 99/version 2003.

Page 1
Présentation de l’ouvrage 2017

I. 4.Caractéristiques Géométriques :

L'ouvrage a les caractéristiques géométriques suivantes: -

-Longueur totale (m) 33.6


- Largeur totale (m) 14.3
- Hauteur de R.D.C. (m) 4.08
- Hauteur d’étage courant (m) 3.06
- Hauteur totale sans cage d’ascenseur (m) 34.68
- Hauteur totale avec cage d’ascenseur (m) 37.74

I. 5. Caractéristiques géométriques du sol

D’après le rapport géotechnique (des essais in situ et au laboratoire ont été réalisés) le
sol présente une bonne assiette pour le bâtiment. La contrainte admissible est calculée à partir
des essais de pénétration dynamique.
La contrainte admissible sera calculée à titre indicatif selon la relation de Meyerhof :
σadm =Rp /F
Avec : Rp =75 résistance minimale enregistré à proximité de la profondeur d’ancrage pour
l’ensemble du site F=30 (facteur de sécurité)

- On a σadm = 2.5bar.
- L'angle de frottement interne du sol φ = 35°

- La cohésion C = 0 (sol pulvérulent).

I. 6.les charges :
Elles sont classées en charges « statiques » et « dynamiques ». Les charges statiques
comprennent le poids du bâtiment lui-même, ainsi que tous les éléments principaux de
l’immeuble .les charges statiques agissent en permanence vers le bas et s’additionnent en partant
du haut du bâtiment vers le bas.

Les charges dynamiques peuvent être la pression du vent, les forces sismiques, les vibrations
provoquées par les machines, les meubles, les marchandises ou l’équipement stockés.

Les charges dynamiques sont temporaires et peuvent produire des contraintes locales,
vibratoires ou de choc.

Page 2
Présentation de l’ouvrage 2017

I. 7.Conception structurelle :

I. 7.1planchers :

En ce qui concerne le type de plancher, on a opté pour un plancher semi-préfabriqué en «


poutrelles+corps creux +dalle de compression», pour les raisons suivantes :

 Facilité de réalisation.
 Les portées de notre projet ne sont pas grandes.
 Réduire le poids du plancher et par conséquent l’effet sismique.
 Minimiser le coût de coffrage.

Néanmoins, il existe des zones où on a opté pour les dalles pleines, à cause de leurs formes
irrégulières (des triangles ou des trapèzes), et ça dans le but de minimiser le temps et le coût
nécessaire pour la réalisation des poutrelles adaptées à ces zones.

I. 7.2.Maçonnerie

 La maçonnerie de notre structure sera exécutée en briques creuses.


 Murs extérieurs : ils sont constitués en deux rangées
Brique creuse de 15 cm d’épaisseur.
L’âme d’air de 5 cm d’épaisseur.
Brique creuse de 10 cm d’épaisseur.
 Murs intérieurs (cloisons de répartition) : ils sont constitués par une cloison de 10 cm
d’épaisseur.

I. 7.3.Contreventement

Le contreventement est assuré par les éléments structuraux qui concourent à la résistance et
la stabilité de construction contre les actions horizontales telle que le séisme et le vent.

En utilisant pour cela :

 Des voiles intérieurs et dans les deux sens longitudinal et transversal.


 Des portiques constituent par des poteaux et des poutres.

I. 7.4.Escaliers

Sont des éléments en gradins, ils permettent la circulation verticales des personnes entre les
étages. Ils sont construits en B.A.

I. 7.5.Revêtement

 Enduit en ciment pour les murs et les plafonds.


 Carrelage pour les planchers et les escaliers.

Page 3
Présentation de l’ouvrage 2017

I.8.Caractéristiques des matériaux :

I. 8.1 Béton :

Le béton est un mélange composé de ciment, de gravier, de sable et d’eau, en proportions


déterminées, il peut être utiliser en grand masse, mais il est le plus souvent associer à l’acier
donnant ce qu’on appelle « béton armée », car en général, le béton seul résiste mal à la

traction et se fissure dans les zones tendues par les sollicitations résultantes du poids propre
et de l’application des charges d’exploitation.

Composantes Graviers15/25 Sable0/5 Ciment Eau

Volume 800 l 400 l 7 sacs 175 l

Poids (Kg) 1200 600 350 175

Tableau1 composantes de béton

I. 8.1.1 Caractéristiques physiques et mécaniques du béton:

A- Résistance du béton :

 Résistance caractéristique : :(Art A-2.1.11 BAEL 91).

La résistance à la compression est égale à la rupture par compression à « j » jours sur un


cylindre de 200 cm2 de section.

 Compression : fC28 = 25 Mpa « pour j = 28 jours ».

La résistance à la traction du béton « ftj» à l’âge d’un jour « j » varie en fonction de sa


résistance à la compression à 28 jours.
La résistance à la traction est conventionnellement définie par les relations suivantes :
 Traction : fT28 = 0,6 + 0,06 fC28 = 2,1 Mpa.

B- Module de déformation longitudinale du béton : (Art A-2.1. 21 BAEL91).

 Module instantané : E i = 11000 3√𝑓𝑐28 = 32164,195 Mpa


 Module différé : E v = 3700 3√𝑓𝑐28 = 10818,9 Mpa

Page 4
Présentation de l’ouvrage 2017
I. 8.1.2 Coefficient de poisson : (Art A-2.1.3 BAEL91).

υ = 0.2 pour le calcul des déformations. υ = 0 (zéro) pour le calcul des sollicitations.

I. 8.1.3 A- Les contraintes limites (Art A-4. 3.4 BAEL91).

Etat limite ultime Les sollicitations de calcul à considérer résultant des combinaisons
d’action dont on retient les plus défavorables. La contrainte limite du béton en compression est :
0.85𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = ; Dans notre cas : 𝑓𝑏𝑢 = 14.17[MPa]
𝜃 𝛾𝑏

bc Notation :

 1 durée  24 h

0.85fcj   0.9 1h durée 24 h


b   0.85 durée 1h

 b 1.5 Combinaisons courantes.

 b 1.15 Combinaisons accidentelles.

0 2‰ 3.5 ‰
bc

1. Diagramme contraintes – déformations de béton à l’ELU

0‰≤𝜀bc≤2‰ bc= 0,25 × fbc × 103 × εbc × (4 ₋103 × εbc)


2‰≤𝜀bc≤3,5‰ bc= fbu
fbu : La résistance de calcul du béton qui vaut : fbu = 0,85 (fcj / θ . γb ).
Avec :
  est un coefficient qui tient compte de la durée d’application des charges :
 1 : lorsque la durée probable d'application de la combinaison d'action considérée est
supérieure à 24 h.
 0,9 si cette durée est comprise entre 1 h et 24.
 0,85 si elle est inférieure à 1 h.
En général on prend 𝛉 = 𝟏
Coefficient de sécurité 𝛄𝐛 :
γb = 1,5 pour les cas courants.
γb = 1,15 pour les situations accidentelles.

Page 5
Présentation de l’ouvrage 2017
Pour γb = 1,5, θ = 1 et fc28= 25 MPa
fC28 25
σbc= 0.85 × = 0.85 ×
θ×γb 1×1.5

σbc =14.2 MPa

B- Contrainte de cisaillement :(Art A -5.1.21 BAEL91).


La contrainte de cisaillement ultime pour les armatures droites (α=90°) est donnée par les
expressions suivantes :
Vu
τu = bd ≤ τ̅u

𝜏𝑢 La contrainte de cisaillement admissible.


̅̅̅:
Vu : Effort tranchant ultime. b : La largeur de la section.
Avec :

 u  min 0,2. f c 28  ;5MPa  Dans le cas d‘une fissuration peu nuisible :


 b 

 u  min 0,15. f c 28  ;4MPa  Dans le cas d’une fissuration préjudiciable ou très


 b 
préjudiciable.

C- Etat limite de service : (ELS):(Art A-4.5.2 BAEL91).


Les déformations nécessaires pour atteindre l’ELS sont relativement faibles. On suppose
donc que le béton reste dans le domaine élastique. On adopte la loi de Hooke pour d´écrire le
comportement du béton à l’ELS, pour des charges de longue durée Eb = Evj et ν = 0,2
La contrainte de compression du béton ne doit pas dépasser la limite suivante :

σbc ≤ σ
̅̅̅̅
bc

̅̅̅̅̅
σbc = 0.6 fc28 avec fc28= 25 MPa̅̅̅̅̅
σbc =0.6×25 =15 MPa = 15 MPa

Page 6
Présentation de l’ouvrage 2017
Tableau I.2 : Valeurs de la limite d’élasticité garantie Fe

Type Nuance Limite Emploi


élastique
fe (MPa)
Ronds FeE22 215 Emploi courant.
lisses FeE24 235 Epingles de levage des pièces
préfabriquées
Barres HA FeE40 400 Emploi courant
Type 1 et 2 FeE50 500
Fils tréfiles FeTE40 400 Emploi sous forme de barres droites
HA Type 3 FeTE50 500 ou de treillis.
Fils tréfiles TL50 500 Treillis soudés uniquement emploi
lisses Type 4 Φ>6mm courant
TL50 520
Φ≤6mm

I. 8.2 Caractéristiques des aciers utilisés:


I. 8.2.1 Module d’élasticité longitudinale: (Art A-2.2.1 BAEL91).
Il est noté (Es), sa valeur est constante quelle que soit la nuance de l’acier.
Es=200000 MPa

I. 8.2.2 Contraintes limites :


A- Etat limite ultime de résistance E.L.U.R :
Le comportement des aciers pour les calculs à l’ELUR vérifie une loi de type élasto-
plastique parfait, comme décrit sur le diagramme contraintes-déformations.
a - Diagramme contraintes – déformations :(Art A-2.2.2 BAEL91).
Ce diagramme est valable pour tous les aciers et tout leurs modes d’élaboration Fig. (I.2)
s

𝒇𝒆
𝜸𝒔 Allongement
Еs
10‰
𝓔𝒔
𝓔𝒔𝒍 = 10‰
Raccourcissement
𝒇𝒆
𝜸𝒔 𝑬𝒔

Page 7
Présentation de l’ouvrage 2017
L’allongement maximal de l’acier est limité à 10%.
fe
Déformation Longitudinale de l’acier : ℰsl = γ .
s ES

 De l’origine au point A une droite d’équation :0< ℰs ≤ ℰsl = Es ℰs [MPa] (loi de


Hook).
f
 Du point A au point B une horizontale d’ordonnée : ℰsl < ℰs ≤ 10‰σs = γe [MPa].
s

σs : Contrainte d’acier ; Fe : La limite d’élasticité


Es = 2×105 MPa« Module de Young» ; γs : Coefficient de sécurité ayant pour
valeurs
γs = 1,15 : Situation durable ou transitoire.
γs= 1,0 : Situation accidentelle.
B- Etat limite service E.L.S :
Il est nécessaire de limiter l’ouverture des fissures (risque de corrosion des armatures), et en
limitant les contraintes dans les armatures tendues sous l’action des sollicitations de service
d’après les règles BAEL91, on distingue trois cas de fissuration :
C -Fissuration peu nuisible : (Art A-4.5.32 BAEL91).
L’élément situé dans un endroit clos et couvert pas de limitation de la
contrainte σs .
 Fissuration préjudiciable :(Art A-4.5.33 BAEL91).
L’élément exposé aux intempéries La contrainte est limitée à :
2
𝛔 𝐬 min [3 fe ; 110√ηftj ] [MPa] et Ø ≥ 6 mm.
̅̅̅̅=

 Fissuration très préjudiciable :(Art A-4.5.34 BAEL91).


L’élément exposé à un milieu agressif la contrainte est limitée à
1
𝛔
̅̅̅̅=
𝐬 min [2 fe ; 90√ηftj ] [MPa]et Ø ≥8 mm.

Avec : 𝜂 = 1 ; Pour les ronds lisses.


𝜂 : Coefficient de fissuration
𝜂 = 1.5 ; Pour les hautes adhérences.

I.9 Coefficient de scellement 𝛹 :(Art A-6.1.21 BAEL91).


𝛹𝑠 : Coefficient de scellement
𝛹𝑠 = 1 ; Pour les ronds lisses.

𝛹 𝑠 = 1.5 ; Pour les hautes adhérences.

Page 8
Présentation de l’ouvrage 2017

I.10 Les règlements utilisent


B.A.E.L 91 Modifié 99.
R.P.A 99 Version2003.
C.B.A 93.
D.T.R.

I.11 Les logiciels utilisent


• robot 2014 : Pour la modélisation de la structure.
• AUTOCAD 2015 : Pour les dessins des plans.
Word (2007)
Excel (2007)

I. 12 Conclusion :
Dans ce 1er chapitre, non avons présenté préinscription du projet avec toutes ses
caractéristique, nous avons donné les caractéristiques des matériaux utilisées ainsi que les codes
et règlement en vigueur. Le Chapitre suivant fera l’objet du pré dimensionnement de tous les
éléments structure de notre ouvrage.

Page 9
Chapitre

PRE DIMENSIONNEMENT DES


ELEMENT STRUCTURAUX
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017

II- Introduction :
Le pré dimensionnement a pour but le pré calcul des sections des différents éléments
résistants de la structure. Il sera fait selon les règlements techniques Algériens. C’est-à-dire
BAEL 91, RPA 99 /V2003 et DTR ceci pour avoir des épaisseurs économiques et éviter ainsi
un surcoût d’acier et du béton.

II.1-Pré dimensionnement des Planchers :


Les planchers sont des aires horizontales limitant les différents niveaux d’étage d’un
bâtiment. Leur principal rôle est la transmission des efforts horizontaux aux différents éléments
de contreventement et la répartition des charges et surcharges sur les éléments porteurs. En plus
de cette participation à la stabilité de la structure, ils offrent une isolation thermique et
acoustique entre les différents étages.
Dans notre structure, on a deux types de planchers : un à corps creux et l’autre en dalle
pleines pour les portes à faux.
II .1.1-Plancher à corps creux :
Ce type de plancher est constitué par des éléments porteurs (poutrelles) et par des éléments
de remplissage (corps creux).

Fig. (II.1) : Plancher à corps creux


a-Epaisseur des planchers :
La hauteur du plancher est déterminée à partir de la condition de rigidité donnée par le
B .A.E.L 91 comme suit :

L
ht  ; L  4,35 m.
22,5
h t  0,193m  Plancher 16  4 .

Avec : 4cm : épaisseur de la table de compression.


16cm : épaisseur du corps creux.

Page 11
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017

4 cm dalle
de compression

16 cm corps creux

Fig. (II.2) : Coupe verticale d’un plancher à corps creux.


b- Les poutrelles :
Les poutrelles seront disposées suivant la plus petite portée pour réduire la flèche. La section
transversale de la poutrelle est assimilée à une section en (T) ayant les dimensions suivantes :

 Calcul de la largeur de la nervure :


0.4h ≤ b0 ≤ 0.8h avec h= 20cm
8cm ≤ b0 ≤ 16cm
Pour des raisons de construction, on prend b0 = 12cm.

 Calcul de la largeur d’une aile de la section en T :


b1 ≤ (Ln − bo)/2
b1 ≤ Lmax /10
6h0 ≤ b1 ≤ 8h0
Avec : -Ln : La distance entre axes des nervures (Ln= 60cm).
-Lmax : La plus grande portée de la poutrelle entre nus d'appuis (Lmax = 400cm).

D'ou:
𝑏1 ≤((60 − 12)/2) = 24𝑐𝑚
b1 ≤(400/10) = 40cm On prend b1 = 24 cm.
(24cm ÷ 32cm)

 Vérification:
b = 2b1+ b0 = 2× 24 + 12= 60cm
On adoptera donc un plancher de (16+4) cm avec les dimensions suivantes :

Page 12
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
60

b=60cm 4
24 24
b0 = 12cm 20 18
h0=4cm
h=20cm
12

Fig.(II.3) : Dimensions de la section en T

II.2-Pré dimensionnement des poutres:


En construction, il existe plusieurs types de poutres qui sont des éléments structuraux qui
servent à transmettre les charges verticales et horizontales aux poteaux, et assurent par le
chaînage entre les poteaux la stabilité de l’ouvrage. Le pré dimensionnement des poutres
s’effectua en se basant sur les conditions suivantes :
 Critère de rigidité (flèche);
 Critère de résistance ;
 Vérification des conditions imposées par le RPA.

II .2.1-Poutres principales :
a-Critère de rigidité :
 Hauteur de la poutre :
D’après le B.A.E.L91 la hauteur la poutre doit respecter la condition de la flèche suivante :
L/15 < h < L/10
Avec : L : la portée maximale de la poutre et h : la hauteur de la poutre.
L = 540 cm donc : 540/15 < h < 540/10
Soit : 36 < h < 54 On prend h= 40 cm.
 La largeur de la poutre :
0,4h ≤ b ≤ 0,8h soit 0, 4×40 ≤ b ≤ 0, 8×40 ⇒ (16 ≤ b ≤ 32) cm
On prend b= 30 cm.
b- Vérification des conditions imposées par le RPA :
Selon l’article 7.5 .1 du RPA les poutres doivent respecter les dimensions ci -âpres :
 b≥ 20 cm ⟾ b= 30cm > 20 cm ……………………...... Condition vérifiée.
 h≥ 30 cm ⟾ h=40cm> 30 cm …………………………Condition vérifiée.
 h/b ≤ 4 ⟾ 40/30 =1,33<4 …………………………. Condition vérifiée.

Page 13
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
Toutes les conditions sont vérifiées, la section des poutres principales est de (30×40) cm2 .

40

30
Fig. (II.4) : Section transversale de la poutre principale.
II .2.2-Poutres secondaires :
a-Critère de rigidité :
 La hauteur de la poutre :
On a L = 435 cm. L/15 < h < L/10 soit 435/15 < h < 435/10 (29 <h < 43.5) cm
On prend h= 35 cm.
 La largeur de la poutre :
On prend b= 30 cm.
b- Vérification des conditions imposées par le RPA :
Selon l’article 7.5 .1 du RPA les poutres doivent respecter les dimensions ci -âpres :
 b≥ 20 cm ⟾ b= 30cm > 20 cm ……………………...... Condition vérifiée.
 h≥ 30 cm ⟾ h=30cm> 30 cm ……………….…………Condition vérifiée.
 h/b ≤ 4 ⟾ 30/30 =1<4 …………………………….. Condition vérifiée.
Il est inutile de vérifier le critère de résistance.
Toutes les conditions sont vérifiées, la section des poutres secondaires est de (35× 30) cm2.

35 P.S

30
Fig. (II.5) : section transversale de la poutre secondaire.

Page 14
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
Tableau II.1 Les sections des poutres sont résumées

Poutres Section cm2

Principales (40x30)

Secondaires (35x30)

II.3- Descente de charges :


La descente de charges à pour but de déterminer les charges et les surcharges revenant à
chaque élément porteur au niveau de chaque plancher. Les différentes charges et surcharges sont
en général:
Les charges permanentes (G).
Les charges d'exploitation ou surcharges (Q) .

II.3.1-Plancher terrasse inaccessible:


Les constituants de ce type de plancher sont représentées comme suit :

1
2
3
4
5
6

Fig. (II.6) plancher terrasse inaccessible


 Plancher terrasse non accessible

Tableau II.2 charge permanente de plancher terrasse


Plancher G(KN/m2)

1. Gravillon de Protection (4 cm). 0.85

2. Etanchéité Multicouche (2 cm). 0.12

3. Béton en Forme de Pente (1%). 2.20

4. Isolation thermique en liège (4cm) 0.16

5. Corps Creux (16+4). 2.80

6. Enduit en plâtre 0.27

Gt = 6.40

Page 15
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
1

Figure II.7 détail des constituants du plancher d’étage courant

II.3.2 plancher étage courant

Tableau II.3 charge permanente de plancher étage courant

Plancher G (KN/m2)

1. Cloison légère 1

2. Carrelage + mortier 1

3.. - Dalle à corps creux (ep = 16+4) cm 2.80

4. - Enduit au ciment (ep = 1,5 cm ) 0.40

5- lit de sable (ep =4 cm) 0.36

Ge =5.56

II.3.3 Surcharge d’exploitation


Le bâtiment est a usage (d’habitation + commerciale), ce qui implique :

Q = 1 KN/m² Terrasse Non Accessible.

Q = 1.50 KN/m² Etage Courant.

Page 16
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
Tableau (II.4) : Tableau récapitulatif de descente des charges.

PLANCHER G Q
: (KNM²) (KN/M²)

Terrasse 6.40 1
inaccessible
Etage 5.56 1.50
courant

II .3.4 A- Dégression des Surcharges d’Exploitation

Sous terrasse …………………… Q0.

Sous étage 1 …………………….. Q0+Q1.

Sous étage 2 ……………………. Q0 +0,95 (Q1 + Q2).

Sous étage 3 ……………………. Q0 +0,90 (Q1 + Q2 + Q3).

Sous étage 4 ……………………. Q0 + 0,85 (Q1 + Q2 + Q3 + Q4).

3 n
Sous étage n …………………….. Q0 + (Q1+Q2+…………. +Qn) Pour n≥5.
2n

B- Dégression des Surcharges d’Exploitation

Tableau II.5 Dégression des Surcharges d’Exploitation

Q (KN/m2)
La Terrasse Q0 1
10ème étage Q0 + Q1 2.50
9ème étage Q0 + 1.9Q1 3.85
8ème étage Q0 + 2.7Q1 5.05
7ème étage Q0 + 3.4Q1 6.10
6ème étage Q0 + 4 Q1 7.00
5ème étage Q0 + 4.5Q1 7.75
4ème étage Q0 + 5 Q1 8.50
3ème étage Q0 + 5.5Q1 9.25
2ème étage Q0 + 6 Q1 10.00
1er étage Q0 + 6.5Q1 10.75
RDC Q0 + 6Q1 11.50
Q = 11.50

Page 17
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
C- évaluation des charges

Tableau II.6 évaluation des charges

valeur cumulée des charges Valeur non cumulée des charges


et sur charges et sur charges
Q(KN/m2) G(KN/m2) Q(KN/m2) G(KN/m2)
1.00 6.40 1.00 6.40
2.50 11.96 1.50 5.56
3.85 17.52 1.50 5.56
5.05 23.08 1.50 5.56
6.10 28.64 1.50 5.56
7.00 34.20 1.50 5.56
7.75 39.76 1.50 5.56
8.50 45.32 1.50 5.56
9.25 50.88 1.50 5.56
10.00 56.44 1.50 5.56
10.75 62.00 1.50 5.56
11.50 67.56 1.50 5.56

II .4 Pré dimensionnement des poteaux


Le calcul est basé en premier lieu sur la section du poteau le plus sollicité
(central), la section afférente est la section résultante de la moitié des panneaux entourant
le poteau (figure ).

II.4.1 Surfaces afférentes :


a- Poteau central :
4.35+3.80 5.40+4.0
Saff = ( )+( ) = 21.998 𝑚²
2 2

Page 18
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017

4.7 m

2.17 m
P s P.P : Poutre principale

P.S : poutre secondaire

4.07 m
P.p
1.90 m

2m 2.7 m

Figure II. 8 Surface aff d'un poteau sollicité.

5.4 / 2 4 /2

b- Poteau de rive :
3.15 5.4+4
Saff = ( )( ) = 7.402 𝑚²
2 2

Saff = 7.402 𝑚²

Fig. (II.10) : surface aff (poteau de rive)

c- Poteau d’angle : Saff = 2,75 m²

II.4.2 Critère de résistance :


D’après l’article B.8.4.1 de CBA93 : l’effort normal agissant ultime Nu d’un poteau
doit être au plus égal à la valeur suivante :

 f c28 f 
Nu  α B r A e 
 0.9 θ γ b s 
Avec :
Nu: Effort ultime
Br : Section réduite d’un poteau donnée par : Br  b  2cmh  2cm
AS : section d’acier minimale.
fc28 : contrainte de compression du béton à 28 jours ( en prend fC28= 25 MPa )

Page 19
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
fe: contrainte limite élastique des aciers (en prend fe= 400 MPa)
b: Coefficient de sécurité du béton tel que
b = 1,5 situation durable ou transitoire.
= 1,15 situation accidentelle.
s Coefficient de sécurité de l’acier tel que :
s= 1,15 situation durable ou transitoire.
 = 1 situation accidentelle.
: Coefficient de réduction destiné à tenir com
pte à la fois des efforts du second ordre et de l’excentricité additionnelle.
: L’élancement du poteau considéré.
  0.85 1  0.2 352     50   0,6.(50  )²  50    70 .
On prend un pourcentage d’armature : As/ Br = 1%
On prend : λ =35 α = 0.708
Pour que toutes les armatures participent à la résistance du poteau on a :
 f f 
Br  β N u  bc  100 e 
 0.9θ γS 
f c 28  25 MPa   1.15 γb = 1,5 ; fe= 400 MPa ; s = fe/ 𝜸s = 348 MPa
; s
Tout poteau sera sollicité par un effort normal de compression majoré
N u  1.35 G  1.5 Q
Q = q. Saff G = N.Saff+[ (Npp +Nps).n]

Avec :
N : la charge permanente cumulée a un niveau donné.
Pp : poids propre de la poutre principale.
Ps : poids propre de la poutre secondaire.
n : nombre d’étage supporter par chaque poteau.
Laffps : longueur afférente de poutre secondaire.
Laffpp : longueur afférente de poutre principale.
Q : Charge d’exploitation réduite cumulée au niveau donné.
G : Charge permanente réduite cumulée au niveau donné. Saff : Surface afférente
supportée par chaque poteau soit central de rive ou d’angle.
La section obtenue sera généralisée par les autres poteaux de même niveau.

Page 20
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
II.4.3 Dimensionnement des poteaux de (RDC ) :
a- Poteau central :
poids propre de la poutre principale :
5.4+4
NPp= b  h = 25000,30, 4 = 300daN NPp. Lpp= 300 ( ) = 1410 daN
2
Poids propre de la poutre secondaire :
4.35+3.8
NPs= b  h = 25000,30,35 = 262.5daN NPs. Lps= 262.5  ( )=
2
1070daN
G= ( 675621.998)+[(1410+1070).11]= 175898.48 daN
Q = 21.9981150= 25297.7 daN
NU = 1,35175898.48 + 1,5029147.35 = 281183.973 daN
Nu 281183.973
Br  )
fc28 f  25 400 
( A e 0.708  
0.9 * b S  0.9.1.1,5 1.15.100 
Br  1834.23cm²
On prend b = 50 cm
Br  b  2cmh  2cm  1834.23  h 
1834.23
 2  40.21 cm
50  2
On prend h = 50cm Soit (b x h)= (50x50) cm²
De la même manière, les calcules permettent d’adopter les valeurs suivantes :
b- Poteau de rive :
On prend h = 50cm et b= 50 cm
c- Poteau d’angle :
On prend h = 50cm et b= 50 cm
L’ensemble des résultats pour les autres niveaux est synthétisé dans le tableau ci-
dessous :
Tableau (II.7) : Tableau récapitulatif des sections des poteaux centraux
ETAGE NG NQ SAFF PP PS N NU BR
10 1196 250 21.99 1410 1070 1 80595,2208 525.735
9 1752 385 21.99 1410 1070 2 101561,5146 662.501
8 2308 505 21.99 1410 1070 3 122032,8534 796.039
7 2864 610 21.99 1410 1070 4 142009,2372 926.348
6 3420 700 21.99 1410 1070 5 161490,666 1053.429
5 3976 775 21.99 1410 1070 6 180477,1398 1177.280
4 4532 845 21.99 1410 1070 7 199199,6286 1299.410
3 5088 916 21.99 1410 1070 8 218153,1144 1423.047
2 5644 991 21.99 1410 1070 9 237139,5882 1546.898

Page 21
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
1 6200 1075 21.99 1410 1070 10 256423.035 1672.687
RDC 6756 11.50 21.99 1410 1070 11 281183.973 1834.2356

Tableau (II.8) : tableau récapitulatif des sections des poteaux de rive


ETAGE NG NQ SAFF PP PS N NU BR
10 1196 250 7.042 1410 413 1 41082,3132 267.986
9 1752 385 7.042 1410 413 2 47794,0434 311.768
8 2308 505 7.042 1410 413 3 54347,3286 354.516
7 2864 610 7.042 1410 413 4 60742,1688 396.230
6 3420 700 7.042 1410 413 5 66978,564 436.911
5 3976 775 7.042 1410 413 6 73803,5292 482.432
4 4532 845 7.042 1410 413 7 79089,2544 515.911
3 5088 916 7.042 1410 413 8 85125,5916 555.287
2 5644 991 7.042 1410 413 9 91204,2168 549.939
1 6200 1075 7.042 1410 413 10 97377,99 635.211
RDC 6756 1300 7.042 1410 413 11 105030,7152 685.131

Tableau (II.9) : tableau récapitulatif des sections des poteaux d’angle

ETAGE NG NQ SAFF PP PS N NU BR
10 1196 250 2.75 518 413 1 19203 125.265
9 1752 385 2.75 518 413 2 21773,4 142.013
8 2308 505 2.75 518 413 3 24287,55 158.431
7 2864 610 2.75 518 413 4 26745,45 174.464
6 3420 700 2.75 518 413 5 29147,1 190.131
5 3976 775 2.75 518 413 6 32728,125 213.490
4 4532 845 2.75 518 413 7 34136,025 222.764
3 5088 916 2.75 518 413 8 36644,19 239.235
2 5644 991 2.75 518 413 9 38494,95 251.108
1 6200 1075 2.75 518 413 10 40874,1 266.628
RDC 6756 1300 2.75 518 413 11 44269,5 288.776

II.4.4-Critère de flambement :
Avec :  : Élancement ;
lf : longueur de flambement ;
lf = 0,7 l0
l0 : longueur libre du poteau
i : rayon de giration de la section de plan de flambement
i= I B
B: Aire de la section du béton seul ;

Page 22
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
I : moment d’inertie.
I = b.h 3 12  On aura donc

 = 12lf a
Tableau (II.10) : vérification vis-à-vis du flambement des poteaux centraux

NIVEAU B*H B= L0 LF= 0,7*L0 I= ƛ =LF /I I MIN


B*H
10 35*35 1225 3,06 214,2 10,10 21.20 125052,08
9 40*40 1600 3,06 214,2 11,54 18,55 213333,33
8 40*40 1600 3,06 214,2 11,54 18,55 213333,33
7 40*40 1600 3,06 214,2 11,54 18,55 213333,33
6 45*45 2025 3,06 214,2 12,99 16,48 341718,75
5 45*45 2025 3,06 214,2 12,99 16,48 341718,75
4 45*45 2025 3,06 214,2 12,99 16,48 341718,75
3 50*50 2500 3,06 214,2 14,43 14,84 520833,33
2 50*50 2500 3,06 214,2 14,43 14,84 520833,33
1 50*50 2500 3 ,06 214,2 14,43 14,84 520833,33
RDC 50*50 2500 4.06 284.2 14.43 19.69 520833.33

Pour les poteaux de rive et d’angle les conditions sont vérifiées.


II.4.5-Vérification selon RPA :
a- FamilleI :
- Min (b1, h1) =(50,50)= 50 cm ≥25cm c.v
- Min (b1, h1) = 50cm≥he/20=306/20=15,3 c.v
- 1/4 50/504  1/4< 1 < 4 c.v.
Mêmes vérifications sont effectuées pour les poteaux des familles II et III, elles sont
vérifiées
Tableau (II.11) : pré dimensionnement des éléments structuraux
NIVEAU POUTRES POTEAUX
p.p p.s poteaux de centre poteaux de rive poteaux d'angle
bxh bxh B H b h B H
10 30x40 30x35 35 35 35 35 35 35
9 30x40 30x35 40 40 40 40 40 40
8 30x40 30x35 40 40 40 40 40 40
7 30x40 30x35 40 40 40 40 40 40
6 30x40 30x35 45 45 45 45 45 45
5 30x40 30x35 45 45 45 45 45 45
4 30x40 30x35 45 45 45 45 45 45

Page 23
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017

3 30x40 30x35 50 50 50 50 50 50
2 30x40 30x35 50 50 50 50 50 50
1 30x40 30x35 50 50 50 50 50 50
RDC 30x40 30x35 50 50 50 50 50 50

II.5-Pré dimensionnement des voiles :


Les voiles auront le rôle de contreventement, le bâtiment en reprenant les efforts
horizontaux (tel que le séisme et le vent) d’une part ont le rôle de reprendre les efforts
verticaux (tel que les charges permanentes et les charges d’exploitations).
D’après le R.P.A 99 v 2003, les éléments satisfaisants la condition L > 4a (sachant
que a> he/20) ; sont considérés comme voiles. L’épaisseur minimale du voile est de15
cm. De plus l’épaisseur doit être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage He et
des conditions de rigidité aux extrémités.
II.5.1 - Voiles de contreventement :
Sont considérés comme voiles les éléments satisfaisants à la condition
L ≥ 4a
a : épaisseur du voile
L : la largeur du voile
L’épaisseur de voile doit satisfaire la condition imposée par RPA99 v 2003 :
a ≥ he / 20
II.5.1.1RDC :

he 3,97
a  a  19,850 cm.
20 20
 a  20 cm.
a

he
l
II.5.1.2 Étage courant :

he 3,06
a  a  15,3 cm. Fig II.11 : Coupe de Voile.
20 20
 a  20 cm.

II.6. Conclusion :

Page 24
Pré dimensionnement des éléments structuraux 2017
Le pré dimensionnement que nous avons effectué sur les éléments structuraux a
pour but d’assurer la résistance, la stabilité et l’économie de la structure, tout en
satisfaisant les règles de RPA et les différents critères. Le Chapitre suivant fera l’objet
d’étude des planchers de notre ouvrage.

Page 25
Chapitre

ETUDE DES ELEMENT S NON


STRUCTURAUX
Etude des éléments non structuraux 2017

III.1 Les escaliers


III.1.1 Introduction
Un escalier est constitue d’une succession de gradins, il sert à relier deux différents niveaux
d’une construction.

La cage d’escalier est située à l’intérieur du bâtiment et l’escalier adopté est du type coulé en
place dont la paillasse viendra s’appuyer sur les paliers.

III.1.2 . Conception

Dans notre cas l’escalier a des marches droites, constitué de trois volées et deux palier.

1,36m

2,4m 1,5m

Figure III 1 : Schéma du volée et du paleir de RDC

1,02m

2,4m 1,5m

Figure III.2 : Schéma du volée et du paleir d’EC

Page 27
Etude des éléments non structuraux 2017
III .1.3 Schéma statique

P1
P2

2.40m 1.50m

Figure III.3 : schéma statique de l’escalier de


RDC

P’1
P’2

2.40m 1.50m

Figure III.4 : schéma statique de l’escalier de EC

III .1.4 Les Caractéristiques techniques :

A- Rez de chaussée
Hauteur : H=4.08 m .

Giron : g=30 cm .

Hauteur de la marche à partir de la formule de BLONDEL :

On a : 59 < 2h+g < 66  14,5< h < 18 s

Pour : h =17cm  on aura 24 marches

H
Il y a troix volées (  1.36m )
3

- L’inclinaison de la paillasse :

1.36
tg   0,566    29.53
2.4

Alors :

2.4
- La longueur de paillasse est égale à : l   2.75m
cos

B- Etages courants
Hauteur : H=3,06 m .

Page 28
Etude des éléments non structuraux 2017
Giron : g=30 cm .

Pour : h =17cm  on aura 18 marches entre chaque étage

On a trois volées dans chaque étage, la hauteur de chaque volée 1,02m

Donc : il y a 6 marches sur une volée

- L’inclinaison de la paillasse :

1.02
tg   0.425    23.02o
2.4

Alors :

2.4
- La longueur de paillasse est égale à l  2.60m
cos

C- La volée
La volée de l’escalier est assimilée à une dalle simplement appuyée des deux cotés.

L’épaisseur de la paillasse est comprise entre :

L/30 < ep < L/20  425/30 < ep <425/20 L= Lv + Lpal

14,16 < ep < 21,25

On prend ep=16cm

III.1 Tableau Pour les charges de Rez de chaussée :

CHARGEMENTS Charge (KN/m2)

1 Poids propre de la paillasse 5.50

2 Poids propre de la marche 1.87

3 Carrelage (2cm) 0.44

4 Mortier de pose (2cm) 0.40

5 Lit de sable 0.36

6 Enduit de plâtre 0.20

7 Garde corps 1.00

∑Gi 9.77

Page 29
Etude des éléments non structuraux 2017
III .2Tableau Pour les Etage courant :

CHARGEMENTS Charge (KN/m2)

1 Poids propre de la paillasse 4.44

2 Poids propre de la marche 1.87

3 Carrelage (2cm) 0.44

4 Mortier de pose (2cm) 0.40

5 Lit de sable 0.36

6 Enduit de plâtre 0.20

7 Garde corps 1.00

∑Gi 8.71

III .3 tableau Le Palier


CHARGEMENTS Charge (KN/m2)

3 Carrelage (2cm) 0.44

4 Chape 0.40

5 Lit de sable 0.54

6 Dalle pleine (BA, e=16cm) 4.00

7 Enduit plâtre 0.20

∑Gi 6.58

Page 30
Etude des éléments non structuraux 2017

Fig III.5 : L'escalier

III.1.5 .Détermination des efforts

Paillasse RDC : G1 = 9.77 KN/ml

Paillasse EC : G’1 = 8.71 KN/ml

Palier RDC et EC : G2 = 6.58 KN/ml

Surcharge : Q = 2.50 KN/ml

 Les combinaisons de chargement :


A- ELU :

P1 = 1.35G1 + 1.5Q = 16.94KN/ml

P2 = 1.35G2 + 1.5Q = 12.63KN/ml

P’1 = 1.35G’1 + 1.5Q = 15.51KN/ml

P’2 = 1.35G2 + 1.5Q = 12.63KN/ml

B- ELS :

P1 = G1 + Q = 12.27KN/ml

P2 = G2 +Q = 9.08KN/ml

P’1 = G’1 + Q = 11.21KN/ml

P’2 = G2 + Q = 9.08KN/ml

 Les sollicitations internes


A- -Pour le RDC on a :
a- ELU :

M0 = QL²/8 = 16.94(3.5)²/8 = 25.94KN.m

Mtu=0.8M0=20.752 KN.m

Page 31
Etude des éléments non structuraux 2017
Mau=0.4M0= 10.376 KN.m

Vu=QL/2 = 29.46 KN

b- ELS

M0=QL²/8 =18.86 KN.m

Mts=0.8M0=15.08 KN.m

Mas=0.4M0=7.54 KN.m

Vmax = 21.47KN

B- Pour l’EC on a :
a- ELU :

Mmax = 23.75KN.m

Vmax = 27.14KN

b- ELS:

Mmax = 17.16KN.m

Vmax = 19.62KN

Remarque :

Nous remarquons qu’il n’y a pas de changement important entre les sollicitations internes
de RDC et EC dans les deux cas ( ELU et ELS ). A cause de cette effet et pour raison de sécurité
et aussi pour la facilité du calcul, on fera le ferraillage pour le RDC et on assimilerons les mêmes
résultats dans les étages courantes

III .1.6 Ferraillage

Le calcul se fait en flexion simple pour une bande de 1m. la fissuration est considérée
comme peu nuisible.

Mmax= 25.94KN.m
Vmax = 29.64KN.m

fc28 = 25 Mpa

Acier type 1 FeE400

Page 32
Etude des éléments non structuraux 2017

0.85 f c 28
fbu =  fbu = 14.17 Mpa
b
d = 0.9 h  d = 0.144 m

Mu
=   = 0.088
b0 d ² f bu

 < c = 0.186, pas d’armature comprimée

On a dans le domaine 1; s = 348 Mpa , s = 10 

 = 1.25  1   (1  2)    = 0.116

Z= d  1  0.4  = 0.137m

Mu
As = = 5.43 cm²
Z s

 Condition de non fragilité


0.23bo df t 28
Amin > = 1,74 cm²
fe

As> Amin : condition vérifier

 choix des barres


On prend : 5HA 12 = 5,65 cm², espacées de 20cm.

 Armatures de répartition
As
Ar = = 1,41 cm² ; Amin 1.74 cm2
4
4HA 8 = 2.01cm², espacées de 25cm.

 Vérification au cisaillement
On doit vérifier la condition suivante : u < u’

Vu max
u =
b0 d

Vu = 296.4KNm

u = 0,029.64/ (1x0.144) = 0.206 Mpa

u’= min ( 0.15 fc28 / b , 4 MPa) = 3.26 MPa

Page 33
Etude des éléments non structuraux 2017
u < u’ : pas de risque de cisaillement, Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

 Vérification des contraintes à l’ELS :


Mmax = 187.8KN.m

Y ≤  b 0,6f c28 =15MPa


Mser
b 
I

on a :

En travée: A S = 3, 39 cm2

Sur appui : A S = 7,7 cm2

Mser
En travée: b  Y =3,58 MPa < 15 MPa………….vérifié
I

Mser
Sur appui : b  Y =7,26 MPa < 15MPa………….vérifié
I

A- Ferraillage de la poutre palière


La poutre palière est dimensionnée d’après les formules empiriques données par le CBA 93 et
vérifié en considérant le RAP 99/version 2003.

a- Selon le CBA 93
la hauteur ‘h’ de la poutre palière doit être :

L L
h cm
15 10

540 540
h
15 10

36  h  54cm , on prend : h = 40cm

- la largeur b de la poutre palière doit être :

0,4h  b  0,8h

16  b  32 cm, on prend : b = 30

b- Selon le RPA99/ version 2003


- h ≥ 30 : vérifier, h = 40

- b≥ 20 : vérifier b=30

Page 34
Etude des éléments non structuraux 2017
- h/b = 40/30 = 1.3 < 4, condition vérifier

Donc on choisie un section de la poutre palière b × h = 30×40 cm2

q2 q1
q2

Figure III.6 : la poutre palière

1,5m 2,5m 1,5m

 Sollicitation
-Le poids propre de la poutre

G = 1 0,30  0,4  25 = 3 KN/ml

-Le poids propre de la paillasse :

qv = 9,77x1,5=13.67 KN/ml

-Poids propre de palier :

qp=6.58x1,5 = 9.21KN/ml

Q=2.50 x1,5=3.50 KN/ml

 Combinaison de charge
a- ELU :

qu1 = 1.35 x (3 + 136.7) + 1.5 x3= 27.08KN.m

qu2 = 1,35 x (92.1+3) + 1,5 x 3= 21.06KN.m

b- ELS :

qu1 = (3 + 136.7) + 3= 19.67KN.m

qu2 = (92.1+3) +3 = 15.21KN.m

On remarque qu’il n’y a pas de grand déférence entre qu1 et qu2 , donc on généralise la charge la
plus importante sur tout la longueur du poutre palière :

On trouve que :

Vu= RA = Rb = 27.08x5,4/2=65.57KN

Page 35
Etude des éléments non structuraux 2017

Pl ²
Mmax (en travée) = = 29.50 KN.m
24
Pl ²
Mmax (sur l’appui) = = 59.00KN.m
12
III .6.2 Ferraillage
Le calcul se fait en flexion simple avec vérification de cisaillement, la fissuration est
considérée comme peu nuisible.

a- En travée.

Mmax= 29.50KN.m

fc28 = 25 Mpa

Acier TYPE 1 FeF40

0.85 f c 28
fbu =  fbu = 14.17Mpa
b
d = 0.9 h  d = 0.36 m

Mu
=   = 0,053
bo d ² f bu

 <  = 0.186, pas d’armature comprimée

On a dans le domaine 1, s = 348 Mpa , s = 10 

 = 1.25  1   (1  2)    0.068

β= d  1  0.4  = 0,350m

Mu
As = = 2,42cm²
 s

 Condition de non fragilité :


0.23bo df t 28
Amin > = 1.30 cm²
fe

As >Amin : condition vérifier

 Choix des barres :

Page 36
Etude des éléments non structuraux 2017
On adopte : 4HA 12 = 4.52 cm²

b- sur appui :

Mmax = 5900KN.m

0.85 f c 28
fbu =  fbu = 14.17 Mpa
b
d = 0.9 h  d = 0.36 m

Mu
=   = 0,107 Mpa
bo d ² f bu

 < c = 0,186, pas d’armature comprimée

On a dans le domaine 1 , s = 348 Mpa , s = 10 

 = 1.25  1   
(1  2) ,  = 0,142

β= d  1  0.4  = 0,340m

Mu
As = = 4,99cm²
 s

 Condition de non fragilité :


0.23bo df t 28
Amin > = 1.30 cm²
fe

As > Amin : condition vérifier

Choix des barres :

On prend : 5HA 12 = 5,65 cm²

III 1.6.3 Vérification au cisaillement :

On doit vérifier la condition suivante : u < u’

Vu max
u =
bod
Vu = 6557KN

Page 37
Etude des éléments non structuraux 2017
u = 0.06557 / (0.36 0.3 ) = 0,61 Mpa

u’= min ( 0.15 fc28 / b , 4 MPa) = 3.26 MPa

u < u’ : pas de risque de cisaillement, Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

III.1.7.4 Vérification a l’ELS :

Mt ser = 29.50KN.m

Ma ser = 59.00KN.m

Y ≤  b 0,6f c28 =15MPa


Mser
On doit vérifier que : b 
I

et :  sc <  sc
= 240MPa

En travée:  bc  2.16MPa < 15MPa : vérifié

 sc
 16.71<240MPa : vérifié

Sur appui :  bc  3.95MPa < 15MPa : vérifié

 sc
 33.07<240MPa : vérifié

III .1.6.4 Condition de la flèche :

Pour une poutre encastrée à ses extrémités, la flèche est donnée par l’expression :
pl 4
f 
384 EI
I : l’inertie de la poutre

bh3
I = 0.3  0.43 / 12 = 0.0016 m4
12
E : est le module de YOUNG, donné par :

E = 3.2105 KN/cm² =3,2x104MN/m²

L : le longueur de la poutre L = 5,4 m

P : 24,285 KN/ml

Donc on obtient : ƒ=1,16x10-3 m=0,116cm

On doit également vérifier que :

Page 38
Etude des éléments non structuraux 2017

l
f f   0.5cm =1,14cm
1000
f  0,0116cm

f  f , la condition est vérifiée

 Les Armatures transversales :


Les armatures transversales doivent vérifiées :

t  minh / 35, b0 /10,l 

t  min40 / 35,30 /10,1.2 = 1.14cm

On prend t = 8mm

At = 4HA8 = 2.01 cm² ( 1 cadre + 1 étrier )

 Calcul de l’espacement des armatures transversales :


-A partir des condition de CBA 93 les armatures transversales doivent respectées les conditions
suivantes :

1. St  min (0.9d ; 40cm)


St  min (32.4; 40cm)

2. St  Atfe/(0.4b0)
St  67cm

-A partir d’art 7.5.2.2 de RPA 99/version 2003, les armatures doivent respectées les conditions
suivantes :

-Zone courante : St  h/2 = 20cm

-Zone nodale : St ≤ min (h/4; 12  l ) = 10cm

On adopte les espacements suivants :

-Zone courante : St = 20cm

-Zone nodale : St = 10cm

Page 39
Etude des éléments non structuraux 2017
III .2 Calcul de l’acrotère.
L'acrotère est un élément de sécurité au niveau de la terrasse ,servant de garde-corps
contre toute chute accidentel. Elle est assimilée à une console encastrée, soumise a son poids
propre et a une charge due à la main courante.
Le calcule se fait à la flexion composée.

La surface de l’acrotère est :

S = (0,08+0,1)x0,1/2+0,1x0,6= 0,069 m2

CHARGEMENTS Charge (KN/m2)

1 Poids propre de l’acrotère 25×0,069 = 1,725

2 Revêtement 0,18× 2 × 0,015 ×0,6 =0.32

∑Gi 2.045

III.5 tableau pour la charges de acrotère

10cm 10cm

2cm
8cm

60cm

Figure III.7 : Dimension de l’acrotère

P q

Figure III.8 : schéma statique de l’acrotère

Page 40
Etude des éléments non structuraux 2017
 Sollicitations
Pour le ferraillage on prend une bande de 1m de longueur :

-Effort normal

Nu = 1.35NG =1.35x2.045= 2.76 KN/ml

Nser = NG = 2.045 KN/ml

-Moment de flexion

Mser = NQ×h = 1×0.6 = 0.60 KN.m

Mu = 1.5×M = 0.90 KN.m

-Effort tranchant

V = NQ = 1.00 KN/ml

Vu = 1.5V = 1.50 KN/ml

III .2.1 Ferraillage


La fissuration est considérée comme préjudiciable l’acrotère est exposé aux intempéries,
(variation de température, l’eau, neige, etc. …).Le calcul effectuera donc à l’ELS et l’ELU.
a. calcul à l’état limite ultime (ELU)
a.1. Calcul de l’excentricité

e0 = Mu/Nu = 0.9/2.76= 0.371m, e0 =32.61 cm

e1 = ht/6 = 10/6, e1 = 1.67 cm

e0 > e1 : la section est partiellement comprimée (S.P.C)

III .2.1.1 Vérification aux flambements :

d’après l’article B.8.3.2 de CBA93


Lfx = Lfy = 2L = 1.2m (cas d’une console)
-x = (Lf12)/h
x = 41.56
- = Max (50, Min(67 e0 /h, 100))
= Max (50, Min(67 0.3261 /0.1, 100))   = 100
x <  : donc pas de risque de flambement.

Page 41
Etude des éléments non structuraux 2017
III .2.1.2 Calcul de coefficient de majoration f :
f = min(1.4, 1 + 0.15(/35)2  (h/e0)
f = 1.06

Les efforts majorés ont donc pour valeurs

Nu* = fe  Nu = 1.062.76 = 29.25KN

Mu* = Nu*  (e0 + ea ) = 29.25 (0. 3261 + 0.02)

Mu* = 10.10KN.m

III .2.1.3 Evaluation des moments aux niveaux des armatures tendues :

Mu / A = Mu*/G + Nu* (d-h/2)

Mu / A = 1.01 + 29.25 (0.08 – 0.1/2)

Mu / A = 13.90KN.m

III .2.1.4 Calcul en flexion simple

On peut maintenant terminé le calcul par assimilation à la flexion simple.

Mu
= =0.107 10-2 / (10.08²14.17)   = 0.012
bo d ² f bu

  c = 0.186, pas d’acier comprimé (SSAC)

On a dans le domaine 1, s = 10, s = 348 Mpa

 = 1.25 (1 - (1-2))

 = 0.015

Z = d (1 – 0.4)

Z = 8.9 cm

A1 = Mu / Zs

A1 = 0.45 cm²/ml

As = A1 – Nu/s

As = 0,366 cm²/ml
b. Calcul de la section à l’éta limite de service (E.L.S)

Mser = 6.00 KN/m

Page 42
Etude des éléments non structuraux 2017
Nser = 20.45 KN

b.1 Calcul de l’excentricité :

e0 = Mser/Nser = 0. 6/2.045 = 0.293 m, e0 =33. 51cm

e1 = ht/6 = 10/6, e1 = 1.67 cm

e0 > e1 : la section est partiellement comprimée (S.P.C)

b.2 Evaluation des moments aux niveaux des armatures tendues :


Mser / A = Mser/G + Nser  (d-h/2)

Mu / A = 0.6 + 2.045 (0.08 – 0.1/2)

Mu / A = 0.661 tm

-La contrainte du béton est donnée à ELS par la formule suivante :

bc = 0.6 fc28 = 15 Mpa

-La contrainte de l’acier :

sc = min (2/3 fc, 150 Mpa ) (Fissuration préjudiciable)


= 1.6

sc = min (2/3  400, 1501.6)

sc = 240 Mpa

b.3. calcul du moment limité du service M’ :

M’ = r  bd²bc

r = r/2 – (1- r/3)

r = 15bc / (15bc +s )

r = 1515 / (1515+240)

r = 0.484
 r = 0.203
 M’ = 0.025 MN.m
Mser < M’(0.0006<0.025

Donc : A’ = 0 (pas d’armature comprimée)

Z = d (1 -r/3)

Page 43
Etude des éléments non structuraux 2017
Z = 7.55 cm

Aser = Mser /Zs

Aser = 0.331 cm²/ml

C. Vérification de condition de non-fragilité :

On a : Amin > 0.23b0 d  (ft28 / fe)  Amin > 1.086cm²

Donc As > max (As, Aser, Amin)


On adopte : 4HA6 = 1.13 cm²/ml espacée de 25cm

d. Vérification au cisaillement :

On doit vérifier la condition suivante : u < u’

Vu max
u =
b0 d

Vu = 1.50 KN/m

u = 0,0015/ (1x0.144) = 0.016 Mpa

u’= min ( 0.15 fc28 / b , 4 MPa) = 3.26 MPa

u < u’ : pas de risque de cisaillement, Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

e. L’armature de répartition :

Ar = As / 4 = 0.2825 cm²
On adopte 3HA6 avec un espacement de 15 cm

Page 44
Etude des éléments non structuraux 2017
III.3. Balcon

On général le balcon est constitué d’une dalle pleine dont l’épaisseur est conditionnée par :

 L / 15< e <L / 20 +7 avec : Lmax = 1,4m


 9.33  e  14cm
On prend : e = 15 cm.

Le balcon est constitué par une console en béton armé

On estime le poids propre du balcon comme suit :

Balcon G (KN/m2)

2. Carrelage + mortier 1.00

3. - Dalle pleine 3.50

4. - Enduit au plâtre 0.27

5- lit de sable 0.36

5.13

III.6 tableau pour les charges de balcon

III .3.1 Calcul de balcon


III.3 .1.1Evaluation des charges
G = 5.13 KN/m²
Q =3.50 KN/m² p

A- Combinaison des charges


Nser = (G + Q) L = 12.08 KN/ml e= 15cm
Nu = (1.35G + 1.5Q) L = 17.04 KN
L = 1.4 m
Mser = Nser xL /2 = 8.41 KN.m
Mumax = Nu xL /2=11.92KN.m Figure III.9
B- Le Ferraillage shema
La fissuration est considérée comme préjudiciable car le balcon est exposé aux
intempéries, (variation de température, l’eau, neige, etc. …).Le calcul effectuera donc à l’ELS et
l’ELU.
a. état limite de résistance (ELU)

On a :
Mumax = 11.92KN.m
Nu = 17.04 KN

fc28 = 25 Mpa

Page 45
Etude des éléments non structuraux 2017
Acier TYPE 1 FeE400

0.85 f c 28
fbu =  fbu = 14.17 Mpa
b
d = 0.9 h  d = 0.126 m

Mu
=   = 0.0405
b0 d ² f bu

 < c = 0.186  pas d’armatures comprimées


 Domaine 1, s = 348 Mpa, s = 10 

 = 1.25  1   (1  2)    = 0,068

Z= d  1  0.4  = 0.123 m

Mu
As = =2,77 cm²
Z s

b. état limite de service (ELS)

Mser = 8.41 KN.m

Nser = 12.08 KN

-La contrainte du béton est donnée à ELS par la formule suivante :

bc = 0.6 fc28 = 15 Mpa

-La contrainte de l’acier :

bc = min (2/3 fc, 150 Mpa ) (Fissuration préjudiciable)


= 1.6

bc = min (2/3  400, 1501.6)

bc = 240 Mpa

 calcul du moment limité du service M’ :


M’ = r  bd²bc

r = r/2 – (1- r/3)

r = 15bc / (15bc +s )

Page 46
Etude des éléments non structuraux 2017
r = 1515 / (1515+240)

r = 0.484
 r = 0.203
 M’ = 0.048 MN.m
Mser < M’ (0.01208<0.048)

Donc : A’ = 0 (pas d’armature comprimée)

Z = d (1 -r/3)

Z = 10.56cm

Aser = Mser /Zs

Aser = 3.50 cm²

 Condition de non fragilité :


0.23bo df t 28
Amin > = 1,52cm²
fe

Donc As > max (Ault, Aser, Amin)


D’où : As = 3.31cm²
 Choix des barres :
5HA 10 = 3,93 cm² avec un espacement de 30cm

 Armatures de répartition :
As
Ar = = 0,98cm²
4
4HA 8 = 2,01 cm² espacées de 25cm.

 Vérification au cisaillement :
On doit vérifier : u < u’

Vu max
u =
bo d

Vu = 16.95KN

u = 0,096 Mpa

u’= min ( 0.15 fc28 / b , 4 MPa) = 3.26 Mpa

u < u’ : pas de risque de cisaillement, Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

 Vérification au séisme :

Page 47
Etude des éléments non structuraux 2017
D’après RPA99/ version 2003 art 6.2.3 les éléments en console doivent être calculés sous
l’action des forces horizontales suivant la formule :

Fp = 4ACpWp

A : coefficient d’accélération donnée par le tableau 4.1 du RPA 99/version 2003, pour la zone II
et le groupe d’usage 2 :

A = 0.15
Cp : facteur de force horizontal donné par le tableau 6.1 du RPA 99/version 2003, pour l’élément
console

Cp = 0.8
Wp : poids de l’élément considéré

Wp =4,9 KN/ml

D’où

Fp = 40.150.84,9 = 2,352 KN/ml


Mumax = 330KN.m
Le calcul de ferraillage en flexion simple nous donne ;
As = 0.76cm²
Sa nous donne une nappe inférieur au niveau des appuis,
Chois des armatures : 4HA8 (2.01cm²)

4AH10

20cm 14cm

Nappe inferieur 4T8

Bonde noyée 0.6m L=1.4m

Figure III.10: ferraillage des balcon

III.4- Etude de l’ascenseur :


III .4.1-Introduction :
La circulation verticale dans des immeubles de construction récente et en grande partie
assurés par les ascenseurs. Lors de la planification de tel ensemble. Vue le nombre assez
important d’étage, un ascenseur est obligatoire afin d’assurer le confort et le bien être des
usagers.

Page 48
Etude des éléments non structuraux 2017
Les ascenseurs sont classés en plusieurs groupes selon leur usage. Ils sont composés de
3 parties essentielles :
- Le treuil de levage ;
- La cabine ou la benne ;
- Le contre poids ;

Fig. (III -11): Plan d’action d’un ascenseur


III .4.2- Dimensions de l’ascenseur :
Le choix a été porté d’après la norme –NF-P82.208 (tableau, ascenseur et monte-charge
sur un ascenseur de charge nominale de : 630 kg, caractérisé par une surface utile maximale de :
1,66 m², transportant 8 personnes avec une vitesse de 1,2 m/s
La dalle qui supporte l’ascenseur est en béton armé d’épaisseur 15 cm. Puisque notre
ascenseur est destiné principalement au transport des personnes ; il est donc de classe I d’après la
norme (NF-P82.209).
La gaine d’ascenseur est de 26,26m, conçue de façon à assurer une protection contre
l’incendie et l’isolation acoustique. Les dimensions de l’ascenseur sont les suivantes :
Largeur = 1,1m.
Profondeur = 1,4m.
Largeur de passage libre =0,8 m.
Hauteur de passage libre = 2,1 m.
Hauteur de course = 37.74 m.
La cabine et le contre poids sont réunis aux extrémités par une nappe de câble d’acier qui
portent dans les gorges de la poulie du treuil. Soit :
Pm : La masse de la cabine +treuil+accessoires + pendentifs+ câble = poids mort.
Q : La charge en cabine.
Pp : La masse du contre poids.
Pp : pm  Q / 2.
III .4.3-Evaluation des charges :
La masse de la cabine est composée de la somme des masses suivantes :
 Masse de la surface totale des côtés :
Surface latérale : S1  2.1,4  1,1.2,1  8,19 m . M 1  11,5.8,19  94.185daN
2

 Cette masse doit être majorée de 10% d’ou : M 1  94.185  (49.185  0.1)  10.6daN

Page 49
Etude des éléments non structuraux 2017
 Masse du plancher :
 Surface du plancher : S2 = 1,4 x 1,1 = 1,54 m2 M2 = 110 x 1,54=169,4 DaN
 Masse du toit :
 Surface du toit ; S3 = 1,54 m2 M3 = 20 x 1,54= 30,8 DaN
 Masse de l’arcade : M 4  60  80.1,1  148daN
 Masse du parachute : M 5  100daN
 Masse des accessoires : M 6  80daN
 Masse des poulies de moulage : L7  30.2  60 daN
 Masse de la porte de cabine : S8 = 0,16 m2 M 8  80  25.1,68  122daN
 Poids mort total : Pm   M i  813.8daN.
Q 630
 Masse du contre poids : Pp  Pm 
 813.8   1128.8daN.
2 2
 Masse du treuil en haut + moteur : P  1200daN
III .4.4- Choix des câbles :
La charge de rupture est égale au produit de la charge de rupture d’un câble par leur
nombre (n) et par type de moulage (m) (deux brins), donc m = 2.
Cr  Cr d ' un cable. .n.m 1

Cr  Cs .M 2
 Cs : coefficient de sécurité qui doit être au minimal égal à 12
 M : La somme de la charge utile Q et le poids mort Pm
Donc : Cr  12.630  813.8  17325.6daN
Pour obtenir la charge de rupture nécessaire, il convient de faire intervenir le coefficient de
câblage qui est : 0,85
17325.6
Cr   20383.06 kg
0,85
La norme NFP (82-210) impose un rapport D/d entre le diamètre primitif de la poulie (D)
et le diamètre nominal de câble (d) d’au moins égale à quelque soit le nombre de trous.
d = D/45 Avec (D) variant de 400 à 800 mm.
On prend : D=450 mm Donc : d = 450/45 =10 mm
Du tableau donnant les caractéristiques des câbles, on prend d = 9,45 qui a une masse
linéaire de (0,396) et une charge admissible totale de C rl  6323daN
De la relation (1) : n  Cr Crl d 'un cable   20383.06 6323X 2  1,61 soit 2 Câbles.

Pour compenser les efforts de torsion des câbles, on prévoit en général un nombre pair. On prend
donc n = 2
 Masse des câbles: M c  2 x0.396x32.12  25.883daN

Page 50
Etude des éléments non structuraux 2017
 Charge totale permanente : G=
Pp+Pm+Mc+P=1128.8+813.8+1200+25.883=3168.483 daN
 Charge d’exploitation : Q  630daN
 E.L.U.R : Qu=1,35G+1,5Q =5222.45daN
 E.L.S : Qser=G+Q= 3798.483daN
III .4.5-Vérification au poinçonnement :
IL est nécessaire de vérifier la résistance des dalles au poinçonnement c'est-à-dire l’effet
d’une charge concentrée appliquée par des appuis du moteur (moteur à 4 appuis). On à une
condition dite de non poinçonnement :
f cj
Qu  0,045.U c .h. BAEL 91.P.125
b
Avec : Uc : Périmètre du contour au niveau du feuillet moyen calculé
h : Epaisseur de la dalle.
Qu : Charge de calcul à l’E.L.U.R
La force « F » concentrée développe un effort tranchant Qu (de cisaillement) en charge point de
la dalle : Q’u=Qu/4 =5222.45/4=1305.61 daN
La section d’appui est de (10.10) cm2
On à : h = 15 cm, les dimensions u et v du rectangle d’impact au niveau
Qu du feuillet moyen de la
dalle avec un angle d’incidence de 45°.

u  u0  h0

v  v0  h0 u  v  10  15  25 cm. h/2 V1
45°
uc  2 u  v   100 cm. h/2

25
Qu  0,045.100.15.  11250 daN
1,5
Qu= 1305.61daN< 11250 daN b V

La dalle résiste au poinçonnement, Uc


et aucune armature de l’effort tranchant a
n’est nécessaire.
U
Fig. (III -12): Schéma d la surface d’impact
III .4.6- Calcul des sollicitations :
1- E.L.U.R :
a-sous charge concentrée :
Soit « P » la charge totale appliquée sur un rectangle centre au centre de la plaque. Les
moments engendrés par cette charge se calculent au moyen d’abaques ; obtenus par la méthode
de (PIGEAUD).Ces abaques de (PIGEAUD) nous donnent les coefficients (M1)et (M2 ) selon
les rapports lx/ly, u/lx et v/ly pour chaque rectangle.

Page 51
Etude des éléments non structuraux 2017

M xu  M 1 .Pu M xs  M 1  0,2M 2 .Pser


à l ' E.L.U .R : v  0 :  à l ' E.L.S : v  0,2 : 
M yu  M 2 .Pu M ys  M 2  0,2M 1 .Pser
On a 4 charges concentrées sur 4 appuis. On adopte donc le système superposition et le
rectangle de répartition sur chaque charge est : u x v
2,2
P
La charge: P 
v.u 25 30 25
Avec : P  Qu  1305.61daN A A1 B1 B

1305.61 25
P   20889.81 daN / m 2 A3 A2 B2 B3
0,25.0,25 v

2,5
30
u
l x  2,2 m D3 D2 C2 C3

l y  2,5 m
25 Appui du moteur
D D1 C1 C

Fig. (III -13) : appui d’ascenseur


Puisque la charge n’est pas concentrique, on procède de la façon de la suivante : On
divise un rectangle fictif donnant les charges symétriques :
(I) (II) (III) (IV)
U3
U1

U4
U2

V1 V2 V3 V4

Fig. (III - 14): charge concentrées de l’ascenseur

Tableau (III 7) : Les Moments dus à la charge concentrée à l’ELUR

RECTA U V U/L V/L M1 M2 S (M2) Pʹ MX (DANM) MY


NGLE (M) (M) X Y (DANM)

I 0,7 0,7 0,32 0,24 0,155 0,114 0,49 10236 1586,58 1166,9
II 0,2 0,7 0,09 0,24 0,214 0,130 0,14 2924,57 625,86 380,19
II 0,7 0,2 0,32 0,07 0,164 0,166 0,14 2924,57 479,63 485,48
IV 0,2 0,2 0,09 0,07 0,240 0,209 0,04 835,59 200,54 174,64

Page 52
Etude des éléments non structuraux 2017

Calcul des moments aux charges concentrées :


 M xc  1586,58  625,86  479,63  200,54  681,63daN  m

 M yc  1166,90  380,19  485,48  174,64  475,87daN  m
b- sous charge répartie :
Le poids propre de la dalle (e =15 cm) : G  0,15 .2500  375daN / m²
La dalle machine non accessible P  100 daN / m²
qu  1,35.G  1,5.P  1,35. 375  1,5.100.1  656,25 daN / ml
  l x l y  2,2 2,9  0,79  0,4  La dalle travaille suivant les deux sens.
 x  0,0608  y  0,5274
Dans le sens de la petite portée : M x   x .qu .l x2
Dans le sens de la grande portée : M y   y .M x
M x  656,25 .0,0608.2,2 2  1931,16 N .m

M y  0,5274.1931,16  1018,49 N .m
C -Moments totaux appliqués sur la dalle :
M xt  M xc  M x  6816.3  1931.16  8747,46Nm

M yt  M yc  M y  4758,7  1018,49  5777,19N .m
En travée : M tx  0,8.M x  6997,68N .m M ty  0,8.M y  5777,19.m
En appui : M ax  0,5.M x  4373.73N .m M ay  0,5.M y  2888,6 N .m
d- ferraillage de la dalle :
 E.L.U.R :
a-Sens X : En travée :
M t  6997,68.m ; d x  0,9 x15  13,5cm.
M tx 6997,68  A  0
   0,027   AB  0,186  poivot A  
b.d x . bc 100.13,5 .14,2  s  348MPa
2 2

M tx
  0,034   0,986 Aux   1,51cm 2 / ml
 .d x . s
En appui : M ax  4373,73 N .m
 A  0
  0,017   AB  0,186  poivot A  
 s  348MPa
4373,73
  0,021   0,992 Aux   0,94cm 2 / ml
0,992x13,5x348
b-Sens Y : d y  d x  1cm  13,5  1  12,5cm.
1-En travée : M y  4621,75N .m

Page 53
Etude des éléments non structuraux 2017

 A  0
  0,021   AB  0,186  poivot A  
 s  348MPa
My
  0,027   0,989 Auy   1,07 cm 2 / ml
 .d y . s
2-En appui : M ay  2888.60 N .m
 A  0
  0,013   AB  0,186  poivot A  
 s  348MPa
2888,6
  0,016   0,994 Auy   0,67 cm 2 / ml
0,994.12,5.348
e-Vérification à l’effort tranchant :
Sens X :
l 2,2
x
Vmax  q. x  Qu  656,25.  1305,61  2027,49 daN.
2 2
Vxu 2027,49
u 
x
  0,15 MPa
b.d x 1000.135
f c 28
 u  0,07.  1,16MPa
b  ux   u
Pas de reprise de bétonnage ;
Les dispositions constructives générales sont supposées respectées ; les armatures
transversales ne sont pas nécessaires.
 E.L.S :
a- sous charge concentrée : Qser  G  q  3798.483 daN.
Qser q ser 949,62
q ser   949,62 daN. Pser   2
 15193,93 daN / m 2
4 S 0,25
Pour une bande de 1 ml : P  15193,93 daN / m 2
M xs  M 1  0,2.M 2 .P
On a : v  0,2 à l ' E.L.S  
M ys  M 2  0,2.M 1 .P
Avec : P’ = Pser.S
Tableau (III -8) : Les Moments dus à la charge concentrée à l’ELUR

RECTA U V U/L V/L M1 M2 S (M2) Pʹ MX (DANM) MY


NGLE (M) (M) X Y (DANM)

I 0,7 0,7 0,32 0,24 0,155 0,114 0,49 7445,03 1323,73 1079,53
II 0,2 0,7 0,09 0,24 0,214 0,130 0,14 2127,15 510,52 367,57
II 0,7 0,2 0,32 0,07 0,164 0,166 0,14 2127,15 419,47 422,88
IV 0,2 0,2 0,09 0,07 0,240 0,209 0,04 607,76 171,27 156,19

Page 54
Etude des éléments non structuraux 2017

Donc : M xc  565,01 daN.m M yc  445,27 daN.m


b- sous charge répartie :
Qser  G  P  375  100  475 daN / ml
Pour une bande d’un mètre qser  475 daN / ml
  l x l y  0,76  0,4  La dalle travaille suivant les deux sens.
 x  0,0672  y  0,658

Dans le sens de la petite portée M x  x .qser .lx2


M y   y .M x
Dans le sens de la grande portée
M tx  1544.93 daN.m

M ty  1016.56daN.m
C-Les moments appliqués sur la dalle :
-En travée : M tx  0,8.M x  5756.03 N .m
M ty  0,8.M y  4375.41 N .m
-En appui : M ax  0,5.M x  3597.52 N .m
M ay  0,5.M y  2734.63 N .m

d-vérification à l’E.L.S :
sens X :
1-En travée : M sert  5756.03N .m
Puisqu’on une fissuration préjudiciable, on calcule Aser.
2 
  s  min f e ;110 . f tj    1,6 pour les H . A
3 
2 
 s  min 400;110 1,6.2,1   201,63MPa M ser
3  1   0,0016
b.d 2 . s
3
  1  301  1,047 cos   2  0,933    21.09

 
 1  1  2  . cos 240    0,201 K1  15.
1   l   59.63
 3 l

 bc  s  2,54MPa   bc  0,6. f c28  15MPa  A  0
K
l
   M ser 5756.03
1  1  l   0,933 A    2,27 cm 2 / m
 3  ser  .d . s 0,933.13,5.201,63
 l
2-En appui : M ser a  3597.52N .m

Page 55
Etude des éléments non structuraux 2017
1  0,00098 K1  77.88  bc  2,13 MPa   bc  0,6. f c28  15MPa  A  0

1  0,946 A  1,4 cm 2 / m
ser
Les armatures calculées à l’E.L.U.R conviennent.
Sens-y :
Même chose que le sens x, les armatures calculées à L’ELU conviennent.
f tj
Condition de non fragilité : Amin  0,23.b.d x . Avec f tj  0,6  0,06 f c 28  2,1MPa
fe

2,1 2
Sens x : Amin  0,23.100.13,5  1,63cm .
400 ml
2,1 2
Sens y : Amin  0,23.100.12,5  1,51cm .
400 ml
Armatures finales :
Sens x : En travée :
Atx  max 1,51 ; 1,63;2,27  2,27 cm 2 / ml Le choix : Atx  4T10 m  3,14 cm 2 / ml
Avec : St  25cm
Sens x : En appui :
Atx  max  Au ; Amin ; Aser   0,94 ; 1,4;1,63  1,63 cm 2 / ml
Armatures finales : Le choix : Atx  4T10 m  3,14 cm 2 / ml Avec : St  25cm
Sens-y: En travée :
Atx  max 1,07 ; 1,63;2,27  2,27 cm 2 / ml
En appui : Atx  max  Au ; Amin ; Aser   0,94 ; 1,4;1,63  1,63 cm 2 / ml
Armatures finales : Le choix : Atx  4T10 m  3,14 cm 2 / ml Avec : St  25cm

Page 56
Chapitre

ETUDE DES PLANCHES


Etude des planchers 2017
IV Etude des planchers
IV.1 Introduction

Les planchers ont un rôle très important dans la structure Ils supportent les charges
verticales, les transmettent aux éléments porteurs et aussi ils isolent les différents étages du
point de vue thermique et acoustique, on distingue :
- plancher à corps creux.
- plancher à dalle pleine.
16cm
IV.2 Plancher à corps creux
Ce type de plancher est constitué
d'éléments porteurs (poutrelle) et
éléments de remplissage (corps creux)
60cm
de dimensions (16  20  60) cm3, le tout surmonté
20cm
d’une dalle de compression de 5cm d’épaisseur.
Figure IV.1 Corps Creux
IV.3 Etude des poutrelles
Les poutrelles sont des éléments préfabriqués, leur calcul est associé à celui d’une poutre
continue semi encastrée aux poutres de rives.
Les poutrelles sont calculées en deux phases :

A- Type des poutrelles :


 Type 1 :

A B , C
3.00 m 4.35 m

 Type 2 :

A B C D E
3.00 m 4.35 m 3.80 m 3.15 m

Figure. IV.3 schéma statique des poutrelles.

Page 58
Etude des planchers 2017

IV.4 Charge et surcharge


 Plancher terrasse : G=6.60 KN/m2
Q=1.00 KN/m2
 Plancher étage courant : G = 5.56 KN/m2.
Q =1.50 KN/m2.

IV.5 Choix de la méthode de calcul


Selon le cas étudier on distingue :

a- La méthode forfaitaire
Cette méthode est utilisée si les conditions suivantes sont vérifiées :
1) Q ≤ Min (2×G ; 5000 N/m2).
2) Inertie constante.
Ln
3) Le rapport de longueur entre deux portées successives doit vérifier : 0,85   1,25
Ln 1
4) Fissuration non préjudiciable.
Cette méthode n’est pas applicable car la 3éme condition n’est pas vérifiée, C.A.D

3
 0,82  0.85 : donc on utilise la méthode de Caquot exposé ci-dessus
4,35

b- la méthode de Caquot

Qwl / 3e  Qelw
/3

Map= - ﴿ ﴾
8,5l / e  l / w 
.

l/=l ﴾pour les travées de rives﴿

l/=0,8l﴾pour les travées de intermédiaire﴿

Mi Mi+1
Mi-1
lw le

ql q M i  M i 1 
Mt= x  x2  x
2 2 l

l  M i  M i 1 
x  
2  ql 

Page 59
Etude des planchers 2017
IV.6 calcul les sollicitation a elu

IV.6 .1 Type 1 :
a- Plancher terrasse Calcul des charges par mètre linéaire

G = 6.60 KN/m²

P = 1.00 KN/m²

q = (1,35 G + 1,5 Q) x 0,6

q = 6.246 KN/ml à E.L.U.R

B
q= 6.246 KN/ml
A C D E

3m 4.35 m 3,8 m 3,15 m

 les moments sur appuis sont :

MAap=0

6.24  (3)3  6.24  (3.48)3


MBap=﴿ ﴾= 7.833 KNm
8,53  3.48

6.24  (3.48)3  6.24  (3.04)3


MCapp= ( )= 7.908 KN.m
8,53.48  3.04

6.24  (3.04) 3  6.24  (3.15) 3


MDapp= ) = 7.038 KN.m
8,53.04  3.15

MEapp= 0

 les moments en travée


3  7.833 
X=   =1.91 m
2  6,24  3 

6,24  3
1.91 
6.24
1.912 
7.8331.91
Mt= = 11.48 KNm
2 2 3

Page 60
Etude des planchers 2017

4.35  0.075 
X=   = 2.17 m
2  6,24  4.35 

6,24  4.35
2.17 
6.24
2.172 
0.075 2.17
Mt = = 14.97 KNm
2 2 4.35

3.8   0.87 
X=   =1.86m
2  6,24  3.8 

6,24  3.8
1.86 
6.24
1.862 
 0.871.86
Mt = =11.68KNm
2 2 3.8

3.15   7.083 
X=   =1.21 m
2  6,24  3.15 

6,24  3.15
1.21 
6.24
1.212 
 7.0831.21
Mt = = 4.60 KNm
2 2 3.15

 calcul des efforts tranchants :

(a-b): tw = mw – me / l + q. l / 2 = 0 – 7.833 / 3 + 6.24 (3) / 2 = 6.74 kn

te = mw – me / l - q. l / 2 = 0 – 7.833 / 3 – 6.24 (3) / 2 = -11.97 kn

(b-c): tw = 7.833 – 7.908 / 4.35 + 6.24 (4.35) / 2 = 13.55 kn

te = 7.833 – 7.908 / 4.35 – 6.24 (4.35) / 2 = -13.58 kn

(c-d): tw = 7.908 – 7.038 / 3.8 + 6.24 (3.8) / 2 = 12.08 kn

te = 7.908 – 7.038 / 3.8 – 6.24 (3.8) / 2 = -11.62 kn

(d-e): tw = 7.038 – 0 / 3.15 + 6.24 (3.15) / 2 = 12.06kn

te = 7.038 – 0 / 3.15 – 6.24 (3.15) / 2 = -7.59 kn

7.908
7.833 7.038

A B C D E
M

4.60
11.86

Page 61
Etude des planchers 2017

11.48

14.79

Figure IV .4 Diagramme des moment fléchissant, M [KN.m]

13.55 12.08
12.06
6.47
T A B C D E

7.59

11.62
11.97 13.58 1
Figure IV .5 Diagramme des efforts tranchants

b- Plancher étage Calcul des charges par mètre linéaire

G = 5.56 KN/m²

P = 1.50 KN/m²

q = (1,35 G + 1,5 Q) x 0,6

q = 5.85 KN/ml à E.L.U.R

B
q= 5.85 KN/ml
A C D E

3m 4.35 m 3,8 m 3,15 m

 les moments sur appuis sont :

Page 62
Etude des planchers 2017

MAap=0

5.85  (3) 3  5.85  (3.48) 3


MBap=﴿ ﴾= 7.34 KNm
8,53  3.48

5.85  (3.48) 3  5.85  (3.04) 3


MCapp= ( =7.41 KN.m
8,53.48  3.04

5.85  (3.04) 3  5.85  (3.15) 3


MDapp= = 6.59 KN.m
8,53.04  3.15

MEapp= 0

 les moments en travée


3  7.34 
X=    = 1.91 m
2  5.85  3 

5.85  3
1.91 
5.85
1.912 
7.341.91
Mt= = 10.76 KNm
2 2 3

4.35  0.28 
X=   = 2.18 m
2  5.85  4.35 

5.85  4.35
2.18 
5.85
2.182 
0.28 2.18
Mt = = 13.97 KNm
2 2 4.35

3.8   0.82 
X=   =1.86 m
2  5.85  3.8 

5.85  3.8
1.86 
5.85
1.862 
 0.821.86
Mt = =10.15 KNm
2 2 3.8

3.15   6.59 
X=   = 1.21m
2  5.85  3.15 

5.85  3.15
1.21 
5.85
1.212 
 6.431.21
Mt = = 4.33 KNm
2 2 3.15

 calcul des efforts tranchants :

(a-b): tw = mw – me / l + qs. l / 2 = 0 – 7.34 / 3 + 5.85 (3) / 2 = 6.33 kn

te = mw – me / l - qs. l / 2 = 0 – 7.34 / 3 – 5.85 (3) / 2 = -11.21 kn

(b-c): tw = 7.34 – 7.41 / 4.35 + 5.85 (4.35) / 2 = 12.73 kn

Page 63
Etude des planchers 2017
te = 7.34 – 7.41 / 4.35 – 5.85 (4.35) / 2 = - 12.56 kn

(c-d): tw = 7.41 – 6.59 / 3.8 + 5.85 (3.8) / 2 = 11.33 kn

te = 7.41 – 6.59 / 3.8 – 5.85 (3.8) / 2 = -10.89 kn

(d-e): tw = 6.59 – 0 / 3.15 + 5.85 (3.15) / 2 = 11.30 kn

te = 6.59 – 0 / 3.15 – 5.85 (3.15) / 2 = -7.12 kn

7.41
7.34 6.59

A B C D E
M

4.30
10.15
10.76

13.97

Figure IV .6 Diagramme des moment fléchissant, M [KN.m]

12.63 11.30
11.33
6.33
T A B C D E

7.12

11.21 10.89
12.56
Figure IV .7 Diagramme des efforts tranchants

IV.6 .2 Type 2 :

a- Plancher terrasse Calcul des charges par mètre linéaire

G = 6.60 KN/m²

P = 1,00 KN/m²

Page 64
Etude des planchers 2017
q = (1,35 G + 1,5 Q) x 0,60

q = 6,24KN/ml à E.L.U.R

q= 6,24 KN/ml
A C
B

3.0 m 4.35 m

Figure IV .8 schéma statique des poutrelles.

 les moments sur appuis sont :


MAap=0

6.24  (3) 3  6.24  (4,35) 3


MBap=﴿ ﴾= 10.91 KNm
8,53  4,35

Mcapp= 0

 les moments en travée


3  10.91 
X=    =2.08 m
2  6,24  3 

6.24  3
2.08 
6.24
2.082 
10.91 2.08
Mt= = 13.53 KNm
2 2 3

X= 1.77 m

Mt= 9.80 KNm

 calcul de l’effort tranchant t :


(a-b): tw = mw – me / l + qs. l / 2 = 0 – 10.91 / 3 + 6.24 (3) / 2 =5.72 kn

te = mw – me / l - qs. l / 2 = 0 – 10.91 / 3 – 6.24 (3) / 2 = -12.99 kn

(b-c): tw = 10.91 – 0 / 4.35 + 6.24 (4.35) / 2 = 16.08 kn

te = 10.91– 0 / 4.35 – 6.24 (4.35) / 2 = - 11.06 kn

10,91

Page 65
Etude des planchers 2017

A C
M B

9.80
13.53

Figure IV .9 Diagramme des moments fléchissant, M [KN.m]

16,08

5.72

A B C
T

12.99 11.06

Figure IV .10 Diagramme des efforts tranchants

b- Plancher etage Calcul des charges par mètre linéaire

G = 5.56 KN/m²

P = 1,00 KN/m²

q = (1,35 G + 1,5 Q) x 0,60

q = 5.85KN/ml à E.L.U.R

q= 5.85 KN/ml
A C
B

3.0 m 4.35 m

Figure IV .11 schéma statique des poutrelles.

Page 66
Etude des planchers 2017

c- les moments sur appuis sont :


MAap=0

5.85  (3) 3  5.85  (4,35) 3


MBap=﴿ ﴾= 10.23 KNm
8,53  4,35

Mcapp= 0

d- les moments en travée


3  10.23 
X=    =2.04 m
2  6,24  3 

6.24  3
2.04 
6.24
2.042 
10.23 2.04
Mt= = 13.06 KNm
2 2 3

X= 1.79 m

Mt= 10.08 KNm

Calcul de l’effort tranchant T :


- l’effort tranchant est donnée par :
M  Me
TW  T0  W
L

MW  M e
Te  T0 
L

q.l
T0 
2

(A-B): Tw = Mw – Me / L + Qs. L / 2 = 0 – 10.23 / 3 + 6.24 (3) / 2 =5.95 KN

Te = Mw – Me / L - Qs. L / 2 = 0 – 10.23 / 3 – 6.24 (3) / 2 = -12.77 KN

(B-C): Tw = 10.23 – 0 / 4.35 + 6.24 (4.35) / 2 = 15.92 KN

Te = 10.23– 0 / 4.35 – 6.24 (4.35) / 2 = - 11.22 KN

10,23

A C
M B

10.08 Page 67
13.06
Etude des planchers 2017

Figure IV .11 Diagramme des moments fléchissant, M [KN.m]

15.92

5.95
A B C
T

11.22
12.77

Figure IV .12 Diagramme des efforts tranchants

IV.7 Calcul des sollicitations (E.L.S)

IV.7.1 Type 1 :
a- Plancher terrasse Calcul des charges par mètre linéaire

G = 6.60 KN/m²

P = 1.00 KN/m²

q = ( G + Q) x 0,6

q = 4.62 KN/ml à E.L.S

B
q= 4.62 KN/ml
A C D E

3,8 m 3,15 m
3m 4.35 m

Page 68
Etude des planchers 2017
 les moments sur appuis sont :

MAap=0

4.62  (3) 3  4.62  (3.48) 3


MBap=﴿ ﴾= 5.799 KNm
8,53  3.48

4.62  (3.48) 3  4.62  (3.04) 3


MCapp= ( )= 5.855 KN.m
8,53.48  3.04

4.62  (3.04) 3  4.62  (3.15) 3


MDapp= ) = 5.211 KN.m
8,53.04  3.15

MEapp= 0

 les moments en travée


3  5.799 
X=    =1,91m
2  4.62  3 

4.62  3
1.91 
4.62
1.912 
5.7991.91
Mt= = 8.50 KNm
2 2 3

4.35  0.056 
X=   = 2.17 m
2  4.62  4.35 

4.62  4.35
2.17 
4.62
2.172 
0.056 2.17
Mt = = 10.59 KNm
2 2 4.35

3.8   0.644 
X=   =1.86m
2  4.62  3.8 

4.62  3.8
1.86 
4.62
1.862 
 0.644 1.86
Mt = =8.02 KNm
2 2 3.8

3.15   5.211 
X=   =1.21 m
2  4.62  3.15 

4.62  3.15
1.21 
4.62
1.212 
 5.2111.21
Mt = = 3.42 KNm
2 2 3.15

 calcul des efforts tranchants :

(a-b): tw = mw – me / l + q. l / 2 = 0 – 5.799 / 3 + 4.62 (3) / 2 = 4.99 kn

Page 69
Etude des planchers 2017
te = mw – me / l - q. l / 2 = 0 – 5.799 / 3 – 4.62 (3) / 2 = -8.86 kn

(b-c): tw = 5.799 – 5.855 / 4.35 + 4.62 (4.35) / 2 = 10.03 kn

te = 5.799 – 5.855 / 4.35 – 4.62 (4.35) / 2 = -10.06 kn

(c-d): tw = 5.855 – 5.211 / 3.8 + 4.62 (3.8) / 2 = 8.94 kn

te = 5.855 – 5.211 / 3.8 – 4.62 (3.8) / 2 = -8.60 kn

(d-e): tw = 5.211 – 0 / 3.15 + 4.62 (3.15) / 2 = 8.93 kn

te = 5.211 – 0 / 3.15 – 4.62 (3.15) / 2 = -5.62 kn

5.855
5.799 5.211

A B C D E
M

3.42
8.02
8.05

10.59

Figure IV .13 Diagramme des moment fléchissant, M [KN.m]

10.03 8.94 8.93


4.99
T B C D E
A
Page 70
Etude des planchers 2017

5.62

8.60
8.86 10.06
Figure IV .14 Diagramme des efforts tranchants

b- Plancher étage Calcul des charges par mètre linéaire

G = 5.56 KN/m²

P = 1.50 KN/m²

q = ( G + Q) x 0,6

q = 4.23 KN/ml à E.L.S

B
q= 5.85 KN/ml
A C D E

3m 4.35 m 3,8 m 3,15 m

 les moments sur appuis sont :

MAap=0

4.23 (3) 3  4.23 (3.48) 3


MBap=﴿ ﴾= 5.31 KNm
8,53  3.48

4.23 (3.48) 3  4.23 (3.04) 3


MCapp= ( = 5.36 KN.m
8,53.48  3.04

4.23 (3.04) 3  4.23 (3.15) 3


MDapp= = 4.77 KN.m
8,53.04  3.15

Page 71
Etude des planchers 2017
MEapp= 0

 les moments en travée


3  5.31 
X=    = 1.91 m
2  4.23  3 

4.23  3
1.91 
4.23
1.912 
5.311.91
Mt= = 7.78 KNm
2 2 3

4.35  0.05 
X=   = 2.17 m
2  4.23  4.35 

4.23  4.35
2.17 
4.23
2.172 
0.05 2.17
Mt = = 10.00 KNm
2 2 4.35

3.8   0.59 
X=   =1.86 m
2  4.23  3.8 

4.23  3.8
1.86 
4.23
1.862 
 0.591.86
Mt = =7.34 KNm
2 2 3.8

3.15   4.77 
X=   =1,21 m
2  4.23  3.15 

4.23  3.15
1.21 
4.23
1.212 
 4.771.21
Mt = = 3.13 KNm
2 2 3.15

 calcul des efforts tranchants :

(a-b): tw = mw – me / l + qs. l / 2 = 0 – 5.31 / 3 + 4.23 (3) / 2 = 8.115 kn

te = mw – me / l - qs. l / 2 = 0 – 5.31 / 3 – 4.23 (3) / 2 = -4.57 kn

(b-c): tw = 5.31 – 5.36 / 4.35 + 4.23 (4.35) / 2 = 9.18 kn

te = 5.31 – 5.36 / 4.35 – 4.23 (4.35) / 2 = -9.21 kn

(c-d): tw = 5.36 – 4.77 / 3.8 + 4.23 (3.8) / 2 = 8.17 kn

te = 5.36 – 4.77 / 3.8 – 4.23 (3.8) / 2 = -7.89 kn

(d-e): tw = 4.77 – 0 / 3.15 + 4.23 (3.15) / 2 = 8.17 kn

Page 72
Etude des planchers 2017
te = 4.77– 0 / 3.15 – 4.23 (3.15) / 2 = -5.14

5.31 5.36 4.77

A B C D E
M

3.13
7.34
7.78

10.00

Figure IV .15 Diagramme des moment fléchissant, M [KN.m]

8.17
8.11
T A B C D E

5.14

4.57 7.89
9.21
Figure IV .16 Diagramme des efforts tranchants

IV.7.2 Type 2 :

a- Plancher terrasse Calcul des charges par mètre linéaire

G = 6.60 KN/m²

P = 1,00 KN/m²

q = ( G + Q) x 0,60

q = 4.62KN/ml à E.L.S

Page 73
Etude des planchers 2017
q= 4.62 KN/ml
A C
B

3.0 m 4.35 m

Figure IV .17 schéma statique des poutrelles.


 les moments sur appuis sont :
MAap=0

4.62  (3) 3  4.62  (4,35) 3


MBap=﴿ ﴾= 8.08 KNm
8,53  4,35

Mcapp= 0

 les moments en travée


3  8.08 
X=    =2.08 m
2  4.62  3 

4.62  3
2.08 
4.62
2.082 
8.08 2.08
Mt= = 10.02 KNm
2 2 3
X= 1.77 m

Mt= 7.26 KNm

 calcul de l’effort tranchant :


(a-b): tw = mw – me / l + qs. l / 2 = 0 – 8.08 / 3 + 4.62 (3) / 2 =4.23 kn

te = mw – me / l - qs. l / 2 = 0 – 8.08 / 3 – 4.62 (3) / 2 = -9.62 kn

(b-c): tw = 8.08 – 0 / 4.35 + 4.62 (4.35) / 2 = 11.90 kn

te = 8.08– 0 / 4.35 – 4.62 (4.35) / 2 = - 8.19 kn


8.08

M A B
C

10.02 7.26

Figure IV .18 Diagramme des moments fléchissant, M [KN.m]

Page 74
Etude des planchers 2017

11.90

4.23

A B C
T

9.62 8.19

Figure IV .19 Diagramme des efforts tranchants

b- Plancher etage Calcul des charges par mètre linéaire

G = 5.56 KN/m²

P = 1,00 KN/m²

q = ( G + Q) x 0,60

q = 4.32KN/ml à E.L.S

q= 4.23 KN/ml
A C
B

3.0 m 4.35 m

Figure IV .20 schéma statique des poutrelles.

 les moments sur appuis sont :


MAap=0

4.23 (3) 3  4.23 (4,35) 3


MBap=﴿ ﴾= 7.40 KNm
8,53  4,35

Mcapp= 0

 les moments en travée


3  7.40 
X=    =2.08 m
2  4.23  3 

Page 75
Etude des planchers 2017
4.23  3
2.08 
4.23
2.082 
7.40 2.08
Mt= = 9.17 KNm
2 2 3
X= 1.77 m

Mt= 6.64 KNm

 calcul de l’effort tranchant t :


(a-b): tw = mw – me / l + qs. l / 2 = 0 – 7.40 / 3 + 4.23 (3) / 2 =3.87 kn

te = mw – me / l - qs. l / 2 = 0 – 7.40 / 3 – 4.23 (3) / 2 = -8.81 kn

(b-c): tw = 7.40 – 0 / 4.35 + 4.23 (4.35) / 2 = 10.90 kn

te = 7.40– 0 / 4.35 – 4.23 (4.35) / 2 = - 7.49 kn

7.40

A C
M B

6.64
9.17

Figure IV .21 Diagramme des moments fléchissant, M [KN.m]

10.90

3.87
A B C
T

Page 76
Etude des planchers 2017

7.49
8.81

Figure IV .22 Diagramme des efforts tranchants

Niveau Type poutrelle Mt (KN.m) Ma (KN.m) Tmax (KN)

ELU ELS ELU ELS ELU ELS

Etage 1 13.53 10.00 10.91 5.36 16.08 9.21


courante
2 13.06 7.40 10.23 9.17 15.92 10.90

terrasse 1 14.79 10.59 7.9 5.85 13.58 10.06

2 13.97 10.02 7.41 8.08 12.78 11.90

Tableau IV.1 représente les efforts

IV.8 Calcul du ferraillage


IV.8.1 E.L.U :
M tab : Le moment fléchissant équilibré par la table de compression.

Si M tab  M max : la zone comprimée se trouve dans la nervure et la section des calcules
sera une section en "Té".

Si M tab  M max : la zone comprimée se trouve dans la table de compression et la section en


"Té" sera calculée comme une section rectangulaire de dimension b  h  .

a- En travée :
 Vérification de l’étendue de la zone comprimée :

 h 
M tab   bc  b  h 0  d  0 
 2 

h0

h d
As Page 77

b0
Etude des planchers 2017

 b  1,5
  1,15
 s
 feE400

Avec ;  fc28  25MPa
 ft 28  2,1MPa

 bc  14,2MPa

 s  348MPa

 b c  14,20 MPa. ; b  60 cm ; h0  4cm ; d  0,9h  18 cm


 4
M tab  14,20  60  4  18    54528 N .m
 2
M tab  54528 N .m  M tmax  14790 N .m.

Donc, la zone de compression se trouve dans la table de co0mpression et la section de


calcul sera une section rectangulaire de dimension : b  h   60  20 cm 2

 Vérification de l’existence des armatures comprimées A  :


M tmax 14790
   0,053 l = 0.318 (acier FeE400)
b  d   bc 60  182 14,20
2

Donc A  n'existe pas.

 
  1,25 1  1  2   0,068

  1  0,40  0,972

fe
s   348 MPa.
s

M tmax 14790
A   2.429 cm 2
  d   s 0,97218  348

 condition de non fragilité :

f t 28 2,1
A min  0,23  b  d   0,23  60  18   1,30 cm 2
fe 400

Aadoptif  max  cal ;  min   2,42 cm 2

Page 78
Etude des planchers 2017

Choix : 3T12 A  3,39 cm2

b- En appui :
La section sera calculée comme une section rectangulaire de dimension :

b0  h  = 12 20 cm . 2

 Vérification de l'existence des armatures comprimées  A :


M amax 10910
   0,197  l = 0.236 (acier FeE400)
b0  d   bc 12  182 14,20
2

Donc A  n'existe pas.

 
  1,25 1  1  2   0,27

  1  0,40  0,892
  0,892

10910
A  1,95 cm 2
0,89218  348

 Condition de non fragilité

f t 28 2,1
A min  0,23  b  d   0,23 12 18   0,26 cm 2
fe 400

Aadoptif  max  Amin , Acal   1,95 cm 2

Choix : 2T12 A  2,26 cm 2

IV.8.2 Vérification à E.L.S


Comme la fissuration est considérée comme préjudiciable, donc il n'y a aucune vérification à
effectuer concernant  s .

section rectangula ire


   1 f c 28
flexion simple   
Acier Fe E400 2 100

Si cette inégalité est vérifiée, donc la vérification de  b n'est pas nécessaire :

Mu
Avec :   .
M ser

Page 79
Etude des planchers 2017
a- En travée :
14790
   1,39
10590

1,36  1 25
  0,068  
2 100

  0,068  0,445  c.v

b- En appui :
10910
  1.18
9170

  0,27  1.18  c.v

Donc les armatures calculées à l'E.L.U conviennent à l’E.L.S

IV.8.3 Vérification vis-à-vis l'effort tranchant


Pour des armatures transversales perpendiculaires à la ligne moyenne.

, la condition suivante doit être vérifiée :

 f c 28 
 u   ad  min  0,2 ; 5 MPa 
 b 

 ad  min 3,33 ; 5 MPa   3,33 MPa

T max 16080
u    0,74 MPa
b0  d 120  180

 u  0,74 MPa   ad  3,33 MPa  c.v

IV.8.4 Diamètre des armatures transversales

Le diamètre  t des armatures d'âme doit être inférieur ou égal à la plus petite des trois
quantités suivantes :

h b 
 t  min  ;  L ; 0 
 35 10 

Avec :

h : Hauteur totale de la poutrelle.

 L : Diamètre maximal des armatures longitudinales.

Page 80
Etude des planchers 2017
b 0 : Largeur de l'âme de la nervure.

t  min 0,74 ; 1,2 ; 1,2

On prend  t  6 mm avec une nuance d'acier FeE235

Choix : 26 A t  0,57 cm2

IV.8.5 Ancrage des barres


A- Contrainte d’adhérence limite
Pour assurer un ancrage correct d’empêcher le glissement de l’armature dans la gaine du
béton, il faut limiter la contrainte d’adhérence à la valeur suivante :

 su  0,6. 2 . f fj

1.......... ..... RL

1,5.......... ..HA

 su  0,6.1,52.2,1  2,84MPa.

B- Calcul d’ancrage des armatures :


a- Ancrage droit:
 Longueur de scellement droit :
Les barres rectilignes de diamètre ϕ et de limite élastique fe sont ancrées sur une longueur
de scellement droite ( Ls )
ϕ fe
Ls = ( ) × ( )
4 τsu
avec: τsu : contrainte limite d′ adherence.
τsu = 0,6 × ψ2s × ftj
ψ2s ∶ coefficient de scellement des barres egale a 1,5 en general pour les aciers H. A.
τsu = 0,6 × (1,5)² × 2,1 = 2,84 MPa
ϕ fe 1,2 400
Ls = ( ) × ( ) = ( ) × ( ) = 42,25 cm
4 τsu 4 2,84
Ls = 42,25 cm > La = 30cm (la largueur de la poutre).
On utilisera donc un ancrage courbe (crochet à 45°).

b- Ancrage courbe : un crochet à 45° :

Page 81
Etude des planchers 2017
Pour que cet ancrage soit assuré, on doit avoir :
L1 + 2,56 × L3 ≥ Ls − 3,92 × r
r ≥ 5ϕPour les aciers H. A. r ≥ 5 × 1,2 Soit r = 6 cm
L3 = 6 × ϕ12 = 6 × 1,2 = 7,2cm
Donc : L1 ≥ 42,25−(2,56 × 7,2) − (3,92 × 6) ⇒ L1 ≥ 0,298 cm
ф 1,2
L = L1 + r + 2 ⇒ L = 0,298 + 6 + = 6,9 cm
On a :{ 2
Lréel = La − c ⇒ Lréel = 30 − 3 = 27 cm
Lréel> L⇒ 27cm > 6,9 cm condition vérifiée.
On peut utiliser l’ancrage courbe (crochet à 45°).

Fig. (IV.24) : Crochet à 45 °

IV.8.6 Calcul de l'espacement des armatures transversales


D'après le B.A.E.L 91 :

At u  0,3 f t 28

b0  t1 0,9 f e (sin   cos  )
s

f t 28  0,6  0,06 f c 28  2,1 MPa .

  90

At  0,9 fe
Donc :  t1    t1  66 cm
b0   s ( u  0,3 f t 28 )

t 2  min 0,9d ; 40 cm 

t 2  min 16,2 ; 40 cm   t 2  16,2 cm

Page 82
Etude des planchers 2017

At  fe
t 3 
b0  sin   0,4

0,57  215
t 3    t 3  25,53 cm
12  0,4

 t  min  t1 ,  t 2 ,  t 3    t  min 16,2; 25,53, 66 

On prend :  t  15 cm

2T12
60 cm.
Treillis Soudés Ø6.
4 cm.
(200 200)
16 cm.

2Ø6
12 cm.
3T12

Figure IV .25 ferraillage de poutrelle

IV.8.7 Ferraillage de la dalle de compression :


Selon le B.A.E.L l’hourdis doit avoir une épaisseur minimale de 4 cm et être armé d’un
quadrillage de barres (treillis soudé) dont les dimensions des mailles ne doivent pas dépasser :
⇨ 20 cm (5p.m) pour les armatures perpendiculaires aux nervures.
⇨ 33 cm (3p.m) pour les armatures parallèles aux nervures.
200 A┴
Lorsque L1 ≤ 50 cm on a : 𝐴┴ ≥ et A // ≥ en cm² /ml.
fe 2
4 .L1 A┴
Lorsque 50cm ≤ L1≤ 80cm on a : A┴ ≥ et A // ≥ en cm² /ml.
fe 2

Avec : A┴ : La section des armatures perpendiculaires aux nervures.


A // : La section des armatures parallèles aux nervures.
L1 : La distance entre axes des nervures.
fe : La limite élastique (treillis soudé ф ≤ 6 mm).
On a : m <L1 = 60 cm <80cm
a- Armatures perpendiculaires aux nervures :

Page 83
Etude des planchers 2017
4 .L1 60
A┴ ≥ = 4× 235 = 1, 02 cm² /ml A┴ = 1,02 cm² /ml
fe
Soit A┴ = 5 ф 6 = 1,41 cm² /ml
b- Armatures parallèles aux nervures:
A┴ 1,41
A // ≥ = = 0,71 cm² /ml
2 2
Soit A // =5 ф 6 = 1,41 cm² /ml
Pour le ferraillage de la dalle de compression on adopte un treillis soudé  6 dont les
dimensions des mailles est égale à15 cm suivant les deux sens.

Fig (IV.26 ) : Ferraillage de la dalle de compression

IV.9 Calcul de la flèche


IV.9.1 Vérification de la flèche
D'après les règles B.A.E.L 91, Nous montrons qu'il n'est pas nécessaire de calculer la
flèche d'une poutre ou d'une poutrelle si cette dernière est associée à un hourdis et si toutes les
inégalités suivantes sont vérifiées :

h 1
a) 
L 16

h 1 M t service
b)  
L 10 M a service

A 4,2
c) 
b0  d fe

Avec : L : La portée de la travée entre nus d'appui.

Page 84
Etude des planchers 2017
h : La hauteur totale de la section droite.

d : La hauteur utile de la section droite.

b0 : La largeur de la nervure.

M tservice : Le moment en travée maximal à E.L.S.

M aservice : Le moment en appui maximal à E.L.S.

A : La section des armatures tendue.

f e : La limite élastique de l'acier utilisé (en MPa).

IV.9.2 Vérification des conditions


h 20 1
a.   0,037   0,0625  C.N .V
L 540 16

b. h  20  0,037  1  10.59  0,115  C.N .V


L 540 10 9.17

A 3,39 4,2
c.   0,0156   0,0105  CN ..V
b0  d 12  18 400

Ces trois conditions ne sont pas vérifiées, donc le calcul de la flèche est nécessaire.

G : Charge permanente après mise en place des cloisons.


P : Charge Totale (P = G + charge d'exploitation).
J : Charge permanente avant la mise en place des cloisons.

G  556 Kg m 2

On a :  P  556  150  706 Kg m 2
 J  556  100  456 Kg m 2

G  5560 0,60  3336 N ml



Pour b  0,60 m  P  7060 0,60  4236 N ml
 J  4560 0,60  2736 N ml

IV.9.3 Calcul des moments fléchissant

Page 85
Etude des planchers 2017

 G  L2 3336 (5.402 )
M G  0,71  0,71  8633.40 N .m.
 8 8
 P  L2 4236 5.40
2

 P
M  0 ,71   0 ,71   10962.55 N .m.
 8 8
 J  L2 2736 5.40
2

 J
M  0, 71   0, 71   7080.63N .m.
 8 8

a- Module du modèle de déformation longitudinale :

Ei  11000  3 f c 28  11000  3 25  32164,19 MPa

Ev  3700  3 f c 28  3700  3 25  10818,86 MPa

b- Détermination du centre de gravité :

yG 
 A .y
i i

(b.h 0 ).(h 0 /2  h  h 0 )  (h  h 0 )b 0. (h  h 0 )/2  .A s .c
A i (b.h 0 )  (h  h 0 )b 0  η.A s
(60.4)(2 20  4)  (20  4).12.(20 4)/2  15.3,39.2
yG 
(60.4)  (20  4).12  15.3,39
y G  10,97

Y1 = h-Yg =9,03 cm

c- Détermination du moment d'inertie :

by 3G (b  b 0 )(yG  h 0 ) 3 b 0 (h t  y G ) 3
Ig     15As (d  y G ) 2
3 3 3
60.(12,84) (60  12).(12,84 4) 12.(20  12,84) 3
3 3
Ig     15.3,39.(18  12,84) 2
3 3 3
I g  45018,20 cm 4

d- Pourcentages des armatures :


A 3,39
   0,015
b0  d 12  18

Page 86
Etude des planchers 2017
IV.9.4 Calcul des contraintes suivant les sollicitations
M 8633.40
 sg  g   169.78MPa.
A  z 3,39  15

M P 10962.55
 sp    215.58 MPa
A  z 3,39 15

M J 7080.36
 sj    139.24 MPa
A  z 3,39 15

IV.9.5 Calcul de  g ,  p ,  j :

 1,75 f t 28   1,75  2,1 


g  1    1    0,299
 4     sg  f t 28   4  0,015 169.78  2,1

 1,75 f t 28   1,75  2,1 


P  1    1    0,244
 4     sp  f t 28   4  0,015 215.58  2,1

 1,75 f t 28   1,75  2,1 


J  1    1    0,351
 4     sj  f t 28   4  0,015 139.24  2,1

IV.9.6 Calcul des moments d'inertie fictifs


1,1  I 0
If 
1     
1,75. 𝑓𝑡28
𝜇 = 𝑚𝑎𝑥 [1 − ; 0]
4. 𝜑. 𝜎𝑠 + 𝑓𝑡28
1,75.2,1
Phase (1)  𝜇 = 𝑚𝑎𝑥 [1 − ; 0] = 0,710
4.0,0156. 169.78 + 2,1
1,75.2,1
Phase (2)  𝜇 = 𝑚𝑎𝑥 [1 − ; 0] = 0,763
4.0,0156.215.58 + 2,1
1,75.2,1
Phase (3)  𝜇 = 𝑚𝑎𝑥 [1 − ; 0] = 0,65
4.0,0156.139.24 + 2,1

0,05  f t 28 0,05  2,1


i    2,69
 b0   12 
 2  3 .  2  3    0,015
 b  60 

Page 87
Etude des planchers 2017

2 0,02  f t 28 0,02  2,1


v  i    1,07
5  b0   12 
 2  3      2  3   0,015
 b  60 

1,1  I 0 1,1  45018,20


I fgi 
1  i   g  1  2,69  0,710  17017.77 cm
 4

1,1 I 0 1,1 45018,20


I fgv    27262.57 cm 4
1  v   g  1  1,07  0,763
1,1 I 0 1,1 45018,20
I Pfi    16222.93 cm 4
1  i   P  1  2,69  0,763
1,1 I 0 1,1 45018,20
I fJi    18017.10 cm 4
1  i   J  1  2,69  0,650
IV.9.7 Calcul de flèche (total et admissible)
M g  L2 8633.4  435
2
f gi    0,29 cm
10  Ei  I fi 10  32164,19 17017.77
g

M g  L2 8633.4  435
2
f gv    0,55 cm
10  Ev  I fgv 10 10818,86  27262.57

M J  L2 10962.55  435
2
f Ji    0,39 cm
10  Ei  I fJi 10  32164,19 16222.93

M P  L2 7080.36  435
2
f Pi    0,23 cm
10  Ei  I fi 10  32164,19 18017.10
P

IV.9.7.1 La flèche totale


   
f t  f gv  f Ji  f Pi  f gi  0,55  0,29  0,23  0,39

f t  0,10 cm

IV.9.7.1 La flèche admissible


L 435
Pour L  435 cm  500 cm  f max    0,87 cm
500 500

Donc f t  0,10 cm  f max  0,87 cm condition vérifier

Page 88
Chapitre

ETUDE SISMIQU
Etude sismique 2017

V.1-Introduction :
Le séisme est un phénomène naturel, caractérisé par des secousses qui se propagent sous
forme d’ondes, dites « ondes sismique » engendrant à leur tour un mouvement du sol . Ainsi
toute construction en béton armé sera conçue pour reprendre les forces horizontales dues à
l’action du vent ou du séisme.
En présence de ce dernier, le bâtiment aura un comportement élastique, il sera considéré
comme un système à plusieurs degrés de liberté.

Figure V-1 : Propagation du séisme.

V.2-Méthode de calcul :
Plusieurs méthodes approchées ont été proposées afin d’évaluer les efforts internes
engendrés à l’intérieur de la structure sollicitée ; le calcul de ces efforts sismiques peut être mené
par deux méthodes :
 Méthode statique équivalente.
 Méthode dynamique modale spectrale.
V.3-Choix de la méthode de calcul :
Vu à la configuration irrégulière en plan du bâtiment étudié, il est nécessaire de procéder
la méthode dynamique modale spectrale en utilisant le spectre de réponse défini dans le RPA 99
version 2003. Néanmoins, à cause de certaines vérifications il est indispensable de passer par la
méthode statique équivalente.

V.4-Méthode statique équivalente :


Dans cette méthode, les forces sismiques réelles qui se développent dans la construction
sont remplacées par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés
équivalents à ceux de l’action sismique.
Le mouvement du sol peut se faire dans une direction quelconque dans le plan horizontal.
Les forces sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées successivement
suivant deux directions orthogonales caractéristiques choisies par le projeteur.

Page 91
Etude sismique 2017
V 4.1-Conditions d’application de la méthode statique équivalente :
La méthode statique équivalente peut être utilisée dans les conditions suivantes :
 Le bâtiment ou bloc étudié, satisfait la régularité en plan et en élévation avec une hauteur
au plus égale à 65m en zones II.
 Le bâtiment ou bloc étudié présente une configuration irrégulière tout en respectant la
condition de hauteur suivante :
Zone II : groupe d’usage 2, si la hauteur est inférieure ou égale à 7 niveaux ou 23m.
V 4.2-Modèle admis par la méthode statique équivalente :
Le modèle du bâtiment à utiliser dans chacune des deux directions de calcul est plan
avec les masses concentrées au centre de gravité des planchers et un seul degré de liberté en
translation horizontale par niveau.
La rigidité latérale des éléments porteurs du système de contreventement est calculée à
partir de sections non fissurées pour les structures en béton armé ou en maçonnerie.
V 4.3-Calcul de la force sismique totale par la méthode statique équivalente :
D’après (l’Art 4.2.3 de RPA99 /version2003) La force sismique totale V, appliquée à la
base de la structure, doit être calculée successivement dans les deux directions horizontales et
orthogonales selon la formule :
𝐀×𝐃×𝐐
𝐕𝐬𝐭𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 = × 𝐖
𝐑
Avec :
 A : Coefficient d’accélération de zone.
 D : Facteur d’amplification dynamique moyen.
 Q : Facteur de qualité.
 R : Coefficient de comportement.
 W : Poids total de la structure.
a. Classification du site :
Selon le tableau (3.2) du RPA99/version2003 les sites sont classés en quatre catégories en
fonction des propriétés mécaniques des sols qui les constituent.
b. Coefficient d’accélération de zone (A):
Il est donné par le tableau (4.1) du RPA99/version2003, en fonction de la zone sismique
et le groupe d’usage du bâtiment.

Page 92
Etude sismique 2017
Tableau (V.1) : Coefficient d’accélération de zone(A).

ZONE GROUPE COEFFICIENT


D’USAGE (A)
II. a 02 0,15
c. Facteur d’amplification
dynamique moyen (D) :
Il est en fonction de la catégorie de site, du facteur de correction d’amortissement (η) et
de la période (T).
2,5 𝜂 0 ≤ 𝑇 ≤ 𝑇2
2
2,5𝜂(𝑇2/𝑇)(3) 𝑇2 ≤ 𝑇 ≤ 3,0
𝐷= 5
2 3,0 ( )
3
{ 2,5 𝜂 (𝑇2⁄3,0) (3) ( ) 𝑇 ≥ 3.0𝑠
𝑇
c.1-Facteur de correction d’amortissement (𝛈):
Il est donné par la formule (4.3) du RPA99/version2003 :
η = √7⁄(2 + ξ) ≥ 0,7

Tableau(V.2) : pourcentage d’amortissement critique ().

REMPLISSAGE PORTIQUES POURCENTAGE


D’AMORTISSEMENT ( Ξ )
Dense en béton armé 𝟕%

Avec : ξ (%) le pourcentage d’amortissement critique fonction du matériau constitutif, du type de


construction et de l’importance des remplissages donné par le tableau (4.2) du RP99/v2003.
7
η = √2+7 = 0,88 > 0,7

c.2-Périodes caractéristiques (T1, T2):


Les périodes caractéristiques associées à la catégorie du site sont déterminées dans le
tableau (4.7) du RPA 99/v2003.
Tableau(V.3) : Périodes caractéristiques (T1, T2).
SITE T1 (S) T2 (S)
rocky (catégorie S1) 0,15 0,30

Page 93
Etude sismique 2017
V .4.4 Estimation de la période fondamentale (T) :
La valeur de la période fondamentale (T) de la structure peut être estimée à partir de
formules empiriques ou calculée par des méthodes analytiques ou numériques. La formule
empirique est donnée par le RPA 99/V2003:
T= CT hN (3/4) (4-6)
Avec : hN : Hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau +
la cage de l’assenseure (N). hN= 37.74 m
CT : Coefficient, fonction du système de contreventement, du type de remplissage et donné par le
tableau (4.6) du RPA 99/V2003.
Tableau(V.4) : Coefficient CT.
SYSTEME DE CONTREVENTEMENT COEFFICIENT
(CT)
Contreventement assuré partiellement ou 0 ,05
totalement par des voiles en béton armé

T= 0,05×37.74 (3/4) ⇒ T = 0,76s

T empirique = T .1, 3 > T numérique

T numérique = 0.86 s < 1,3× 0, 0.76 = 0,99 s …………condition vérifiée.

2
on a T2 ≤ TX ≤ 3,0s ⇒ D = 2,5η(T2/T)(3)

0.30
2,5×0,88 ( 0,99 ) (2/3) ⇒ D = 0.99

A- Coefficient de comportement global de la structure (R):

Sa valeur est donnée par le tableau (4.3) du RPA 99/v2003, en fonction du système de
contreventement.
Tableau (V. 5) : Coefficient de comportement global (R).

SYSTEME DE COEFFICIENT
CONTREVENTEMENT (R)
Portiques contreventés par des voiles 4

Page 94
Etude sismique 2017
B- Facteur de qualité (Q) :
Le facteur de qualité de la structure est fonction de :
- La redondance et de la géométrie des éléments qui la constituent.
- La régularité en plan et en élévation.
- La qualité du contrôle de la construction.
La valeur de Q est déterminée par la formule : Q = 1 + ∑61 Pq
Pq : Est la pénalité à retenir selon que le critère de qualité q " est satisfait ou non".
Sa valeur est donnée au tableau 4.4 du RPA 99/v2003.

Tableau (V.6): Valeurs des pénalités (pq).

PQ
Critère q Observé N/ observé
1) Condition minimale sur les files de 0 0,05
contreventement
2) Redondance en plan 0 0,05
3) Régularité en plan 0 0,05
4) Régularité en élévation 0 0,05
5) Contrôle de la qualité des matériaux 0 0,05
6) Contrôle de la qualité de l’exécution 0 0,10

Donc le facteur de qualité Q: Q= 1+ (0 ,05+0,05+0,10) ⇒ Q = 1,2

C- Poids de la structure :
Combinaison de calcul du poids total :
WT = ∑ni=1 Wi avec Wi = WGi + βWQi
 WGi : poids dû aux charges permanentes et à celles des équipements fixes éventuels, solidaires
de la structure.
 WQi : charges d’exploitation.
 β ∶ coefficient de pondération, fonction de la nature et de la durée de la charge d’exploitation
et donné par le tableau (4.5) du RPA 99/v2003
Tableau (V.7): Coefficient de pondération 𝛃.

TYPE D'OUVRAGE COEFFICIENT DE


PONDERATION 𝛃
bâtiment à usage d’habitant et 0,20
bureaux

Page 95
Etude sismique 2017

Donc le poids total de la structure est donné par les résultats ROBOT  WT = 54670 KN.
D- Calcul de la force sismique totale à la base:
V statique = (0,15 × 0.99 × 1,2/4) × 54670 = 2447.1kN
V.5-Méthode dynamique modale spectrale :
C’est une méthode dynamique de la structure sous des force sismique représentées par un
spectre de réponse, par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le
maximum des effets engendrés dans la structure par ces forces, ces effets sont par la suite
combinés pour obtenir la réponse de la structure.

V 5.1-Conditions d’application de la méthode dynamique modale spectrale :


La méthode d’analyse modale spectrale peut être utilisée dans tous les cas, et en
particulier, dans le cas où la méthode statique équivalente n’est pas permise.

V 5.2- Modalisation :
Pour notre structure l’irrégularité en plan mène à un phénomène de torsion et comportant
des planchers rigides, alors elle doit être représentée par un modèle tridimensionnel, encastré à la
base et où les masses sont concentrées au niveau des centres de gravité des planchers avec (03)
DDL (2translation horizontales et une rotation verticale).
V 5.3- Spectre de réponse :
L’action sismique est représentée par le spectre de calcul définit dans l’Art (4.3.3) du
RPA 99/v2003 par les formules (4.13):
1,25 A (1 + (T/T1)(2,5η(Q/R) − 1)) 0 ≤ T ≤ T1
2,5η(1,25A)(Q/R) T1 ≤ T ≤ T2
5
Sa Q T2 (3)
= 2,5η(1,25A) ( ) ( ) T2 ≤ T ≤ T2
g R T
2 5
T2 (3) 3 (3) Q
{ 2,5η(1,25A) ( ) ( ) ( ) T ≤ 3,0s
3 T R

A:Coefficient d’accélération de zone. η : Facteur de correction d’amortissement.


ξ : Est le pourcentage d’amortissement critique. Q : Facteur de qualité.
R : Coefficient de comportement global de la structure.
T1 ; T2 : Périodes caractéristiques associées à la catégorie du site.
Le spectre de réponse est défini par un mini logiciel (Spectre R.P.A.exe) programmé sur
les formules ci-dessus permettant d’extraire le graphe du spectre qui va être introduit au logiciel
utilisé ROBOT.

Page 96
Etude sismique 2017
5.4- Les étapes à suivre pour la modélisation de la structure sous ROBOT:
- Entrer la géométrie du modèle étudié.
- Spécifier les propriétés des matériaux utilisées.
- Définir les sections des éléments frames et les éléments Shell de l’ouvrage.
- Définir le spectre de réponse pour la structure.
- Définir les cas de charges (statiques, dynamiques) et les assigner aux nœuds et éléments.
- Définir les combinaisons d’action (sismique, ultime et service).
- Définir la masse source des planchers.
- Spécifier les conditions aux limites (appuis et diaphragme).
- Spécifier le nombre de mode à considérer.
- Démarrer l’exécution du problème, analyser les résultats obtenues selon les
recommandations du RPA, apporter des corrections au modèle s’il ya lieu.

Fig. (V.2) : Structure vue (3D ROBOT).

Page 97
Etude sismique 2017
V.6- Vérifications réglementaires selon le R .P.A:
V 6.1- Période fondamentale de la structure:
Selon l’Art (4.2.4) du RPA 99/v2003 les valeurs de T, calculées à partir des méthodes
numériques ne doivent pas dépasser celles estimées à partir des formules empiriques appropriées
de plus de 30%.
T empirique = T .1, 3 > T numérique
T numérique = 0.86 s < 1,3× 0, 0.76 = 0,99 s …………condition vérifiée.

A- Vérification de l’effort sismique (Base Réactions) :


a- Suivant x : V DynamiqueX = 2580 kN
VstatiqueX = 2447.1 kN
2580kN > 0,8. 2447.1 =1957.60 kN ……………………………… Condition vérifiée.
b- Suivant y : V DynamiqueY= 2740 kN
VstatiqueY = 2447.1 kN
2740 kN > 0,8.244701 = 1957.60 kN………………………………… Condition vérifiée.
V 6.2- Résultats du modèle numérique obtenu après avoir lancé les calculs (exécution du
Problème), et justifications selon le R.P.A :

Page 98
Etude sismique 2017

Cas/Mode Fréquence Période Masse Masse Masse Masses Masses Masses Tot.mas. Tot.mas. Tot.mas.
[Hz] [sec] Modale Modale Modale Cumulées Cumulées Cumulées UX [t] UY [t] UZ [t]
UX [%] UY [%] UZ [%] UX [%] UY [%] UZ [%]

1 1,16 0,86 67,98 0,00 99.99 67,96 0,00 0,0 5470,37 5470,37 0,0
2 1,31 0,76 0,00 64,66 99.99 67,96 64,65 0,0 5470,37 5470,37 0,0
3 1,90 0,53 0,06 0,00 0,0 68,02 64,65 0,0 5470,37 5470,37 0,0
4 4,15 0,24 16,75 0,00 0,0 84,77 64,65 0,0 5470,37 5470,37 0,0
5 5,66 0,18 0,00 20,17 0,0 84,77 84,82 0,0 5470,37 5470,37 0,0
6 8,47 0,12 0,00 0,00 0,0 84,77 84,82 0,0 5470,37 5470,37 0,0
7 8,72 0,11 6,64 0,00 0,0 91,41 84,83 0,0 5470,37 5470,37 0,0
8 9,96 0,10 0,04 1,12 0,0 91,44 85,95 0,0 5470,37 5470,37 0,0
9 12,57 0,08 0,00 2,61 0,0 91,45 88,56 0,0 5470,37 5470,37 0,0
10 13,10 0,08 0,01 3,57 0,0 91,48 92,10 0,0 5470,37 5470,37 0,0
11 13,55 0,07 0,00 0,11 0,0 91,46 92,24 0,0 5470,37 5470,37 0,0
12 13,78 0,07 3,01 0,02 0,0 94,47 92,25 0,0 5470,37 5470,37 0,0
13 14,62 0,07 0,02 0,01 0,0 94,50 92,26 0,0 5470,37 5470,37 0,0
14 14,74 0,07 0,00 0,03 0,0 94,50 92,28 0,0 5470,37 5470,37 0,0
15 15,44 0,06 0,01 0,00 0,0 94,51 92,28 0,0 5470,37 5470,37 0,0
16 16,42 0,06 0,00 0,00 0,0 94,51 92,29 0,0 5470,37 5470,37 0,0
17 16,62 0,06 0,01 0,00 0,0 94,52 92,29 0,0 5470,37 5470,37 0,0

18 17,80 0,06 0,03 0,05 0,0 94,55 92,34 0,0 5470,37 5470,37 0,0
19 18,20 0,05 0,03 0,13 0,0 94,58 92,46 0,0 5470,37 5470,37 0,0
20 18,32 0,05 0,69 0,00 0,0 95,27 92,47 0,0 5470,37 5470,37 0,0
a) Participation modale (massique) Tableau (V.8) : Participation de la masse modale effective.

Page 99
Etude sismique 2017
V 6.3 Interprétation des résultats définis dans le tableau ci-dessus :
1)-La période analytique : T dynamique = 0.86 s
2)-Mode 1 On a une translation horiozntale suivant l’axe Y est de : UY = 67.98 %
3)-Mode 2 On a une translation horizontale suivant l’axe Y est de : UX = 64.66 %
4)-10 ème modes Le pourcentage des participations massiques atteint les 90% dans le 10 ème mode.
Alors la somme des masses modales (Somme de 𝛼𝑖 ) effectives est égale à 90 % au moins de la
masses totale de la structure.
Sum UX = 91.48 % > 90 %
∑ 𝛼𝑖 = {
Sum UY = 92.10 % > 90 %
-Résultats après interprétation :
Dans chaque mode de vibration, on a une translation suivant l’une des deux directions
d’excitation orthogonales, de plus la rotation dans les premiers modes est intolérable. Le nombre de
mode combiné est de 10 modes de vibration.
V 6.4 Déplacements latéraux inter- étage :

Selon l’Art (5.10) du RPA 99/v2003 les déplacements relatifs d’un étage par rapport aux
étages qui lui sont adjacents ne doivent pas dépasser 1% de la hauteur de l’étage. D’après la formule
(4.19), le déplacement horizontal à chaque niveau K de la structure est calculé comme suit :
δK = R∙ δeK
δeK : Déplacement du aux forces sismiques Fi (y compris l’effet de torsion).
R : Coefficient de comportement.
Le déplacement relatif au niveau "K" par rapport au niveau " K-1 " :
∆K = (δK − δK−1 ) ≤ 1%. he
he : la hauteur d’étage.
On a : R = 4
Après analyse des résultats on obtient le tableau ci-dessous.

Page 100
Etude sismique 2017

Sens-X (cm) Sens-Y (cm)

Niveau 1%he δK y ΔKy Observa


δKx ΔKx Observa

11 3,06 7,2 0,5 C.V 6.3 0,6 C.V


10 3,06 6.7 0,7 C.V 5.7 0,7 C.V
9 3,06 6 0,6 C.V 5 0,6 C.V
8 3,06 5.4 0,7 C.V 4.4 0,7 C.V
7 3,06 4,7 0,7 C.V 3.7 0,6 C.V
6 3,06 4 0,7 C.V 3,1 0,6 C.V
5 3,06 3,3 0,6 C.V 2.5 0,6 C.V
4 3,06 2,7 0,7 C.V 1.9 0,5 C.V
3 3,06 2 0,6 C.V 1,4 0,5 C.V
2 3,06 1,4 0,6 C.V 0.9 0,4 C.V
1 3,06 0,8 0,5 C.V 0,5 0,3 C.V
RDC 4,08 0,3 0,3 C.V 0,2 0,2 C.V

Tableau (V.9) Déplacement inter-étage

Page 101
Etude sismique 2017

V 6.5 Conclusion :
Dans ce chapitre nous avons effectué l'étude sismique, nous avons utilisé le logiciel
«ROBOT» pour la rapidité dans les calculs.
Ceci m'a permis d'acquérir des connaissances sur la manipulation du logiciel ainsi que sur
l'interprétation des résultats et leur vérification avec les règles et les normes du RPA99 version
2003.

Page 102
Chapitre

6
ETUDE DES ELEMENT S
STRUCTURAUX
Etude des éléments structuraux 2017
CHAPITRE IV

CALCUL DE BETON ARME DES ELEMENTS STRUCTURAUX

IV-1.Introduction

Ce chapitre consacré aux calculs des armatures dans les poteaux, les poutres et les murs voiles. Les
calculs des différentes sollicitations obtenues des différentes combinaisons de charges et les
sections des armatures longitudinale et transversal sont effectués à l’aide du logiciel Auto desk
Robot Structural Analyses. Les combinaisons de charge considérées dans ces calculs sont :

1,35G +1,5Q Combinaison fondamental, selon BAEL 91

G+Q Combinaison fondamental, selon BAEL 91

0,8G ± E Combinaison accidentelle, selon RPA99/2003

G+Q+E Combinaison accidentelle, selon RPA99/2003

IV-2.Calcul de béton armé des poteaux

Un poteau est soumis à un effort normal « N » et à un moment de flexion « M » dans les deux sens
soit dans le sens longitudinal et le sens transversal. Donc les poteaux sont sollicités en flexion
composée. Les armatures seront calculées sous les effets des sollicitations les plus défavorables. Les
sections d’armatures sont d’abord déterminées par le logiciel Auto desk Robot structural analysés et
vérifiées par le taux de pourcentage minimaux et maximaux des armatures obtenues, selon le
BAEL91 et le RPA99/2003, sont alors considérées.
Les armatures sont calculées par les combinaisons des efforts suivants :

Effort normal maximal et le moment correspondant.


Effort normal minimal et le moment correspondant.
Moment fléchissant maximal et l’effort normal correspondant.

IV-2.1 Caractéristique mécanique des matériaux

Situation Béton Acier FeF40

b fc28 (MPa) σbc (MPa) s Fe (MPa) s (MPa)

Durable 1,5 25 14,2 1,15 400 348

Accidentelle 1,15 25 18,47 1 400 400

Remarque :
Pour le ferraillage des poteaux on adopte le même ferraillage pour chaque section, on aura donc les
zones suivantes :
Zone 01 : RDCemeétage→ 3eme étage,poteau 50×50
Zone 02 : 4eme étage → 6eme étage,poteau 45×45
Zone 03 : 7eme étage →9 eme étage,poteau 40×40
Zone 04 : 10eme étage → cage d’escalier,poteau 35×35

Page 104
Etude des éléments structuraux 2017
IV-2.2 Les résultats des sollicitations donnés par robot :

Les résultats des efforts internes les plus défavorables pour toutes les combinaisons, donnés par le
logiciel robot sont résumés dans le tableau qui suivent :

Combinaison Combinaison accidentelle


fondamentale
1er cas 2ème cas 3ème cas
1,35G + 1,5 P 0,8G ± E G + P+E
Section Nmax Mcorr Nmin Mcorr Mmax Ncorr
(cm2) (kN) (kN.m) (kN) (kN.m) (kN) (kN.m)
50×50 1751.96 5.35 1564,50 1,98 100,77 381,73
45×45 1187,34 3.00 651,39 5.41 96.86 350,05
40×40 677,14 7.72 362,03 36.91 77.41 240,71
35×35 191,33 8.17 115,13 29.99 51.01 147,66

Tableau IV-1 les sollicitations dans les poteaux selon le logiciel Robot

IV-2.3 Application
Les calculs d’armatures par Robot nécessitent l’affectation des paramètres de calcul suivants :
Fc28 = 25MPa
Acier longitudinal HA400 avec diamètres choisis Ø16;
Acier transversal RL235 avec les diamètres choisis Ø8 ;
Distance de la première barre transversale à partir de la base du poteau= 5cm ;
Longueur de recouvrement égale à 40 Ø
Crochets à 90°
Poteaux 50×50
Armatures obtenues par Robot
8HA16 = 16,09 cm2
4-Exemple de calcul :
4.1)-Armatures longitudinales :
Prenons un exemple de calcul le poteau de section (50x50) en adoptant les sollicitations à
l’ELUR.
 1er cas :
h= 50 cm → d = 0,9.h= 0,9.50= 45 cm.
Combinaison fondamentale → 1,35G + 1,5P

Page 105
Etude des éléments structuraux 2017
𝑁𝑚𝑎𝑥 = −1751.96 KN
{
𝑀𝑐𝑜𝑟𝑟 = 5.35KN. m
𝑀𝑐𝑜𝑟𝑟 5.35
𝑒𝐺 = = = 0,003𝑚 = 0.3 𝑐𝑚
𝑁𝑚𝑎𝑥 1751.96
h
= 4,16cm > eG → compression centrée.
12
Le calcul se fait en compression simple ; D’après le BAEL91 on a :
Br fc28 Afe Nu Br fc28 γs
Nu ≤ α ( + ) ⇒ Au ≥ ( − ).
0,9θγb γs α 0,9θγb fe
Avec : Br : la section réduite:
Br = (a−2)2 → Br = (50−2)2 = 2304 cm2
On a déjà pris 𝜆 ≤ 35 dans le dimensionnement des poteaux afin de faire travailler la totalité des
armatures à la compression.
𝑙𝑓 = 0,7 . 𝑙0 = 0,7.4,06 = 2.84 𝑚 .
𝑙𝑓
𝜆 = ; 𝑎𝑣𝑒𝑐: 𝐼 𝑎4 𝑎2 50
𝑖 𝑖=√ ⟶𝑖=√ ⟶ 𝑖 = √ ⟶𝑖= ⟶ 𝑖 = 14,43𝑐𝑚.
{ 𝐵 12. 𝑎2 12 √12
0,85
⟶ 𝜆 =14,84 < 35⇒ α = 𝜆 2
= 0,82 et Nu= 1751.96 KN
1+0,2( )
35
1751.96 2304. 25 1,15
𝐴1 ≥ [( − ). ] . 10 = −1163,74 𝑐𝑚2
0,8 0,9.1.1,5 400
𝐴1 = −1163,74 𝑐𝑚2 < 0 ; signifie que la section du béton résiste toute seule.
D’après la combinaison fondamentale la section du poteau n’a pas besoin d’armature.
2ième Cas : Combinaison accidentelle G  P  1,2 E x 

M max  100.77KN  m

 N corr  381.37KN

M max 100.77 100 h


e1    26.42cm   4,16 cm 
N corr 381.37 12

h
e1 >  L’effort normal est appliqué hors du noyau central
12

 La section sera sollicitée à flexion composé

Page 106
Etude des éléments structuraux 2017
Remarque :

Dans les pièces comprimées, il apparaît un risque de flambement, ce qui impose de


majorer l'excentricité réelle de l'effort normal appliqué  les pièces soumises à un effort
normal de compression doivent être justifiées

vis-à–vis de l'état limite ultime de stabilité de forme.

Dans tous les poteaux de notre structure, l’élancement   35 (voir pré


dimensionnement des poteaux) avec :

lf lf lf
  3.46  35   10.11 ( : Élancement géométrique)
h h h

lf  e 
  max 15,20 1  Dans tous les cas  le poteau est peut élancé.
h  h
Donc, la section peut être justifiée en flexion composée vis-à–vis l'état limite ultime
de résistance, à condition de remplacer l’excentricité du 1er ordre e1 par une
excentricité majorée :

Le calcul se fait à l'état limite ultime de stabilité de forme (E.L.U.S.F).

 s  N Br  f c 28 
A2    
f e   0,9   b 

1,15  381.37 100 2304100 25 


A2      A2  121.31cm 2  A3  0
400100  0,81 0,9 1,5 
Armatures obtenus Selon BAEL91
Armatures minimale
0,2. b. h 8(b + h)
Amin = max ( ; )
100 100
0,2.50.50 8. (50 + 50)
Amin = max ( ; )
100 100
Amin = 8cm2
Armatures maximale
Amax = 5% a × b
Amax = 125cm2
Armatures obtenus Selon RPA99/2003
Armatures minimale
Amin = 0,8% a × b
Amin = 0,8% 50 × 50
Amin = 20 cm2

Page 107
Etude des éléments structuraux 2017
Armatures maximale
Zone courante
Amax = 4% a × b
Amax = 100cm2
Zone de recouvrement
Amax = 6% a × b
Amax = 150 cm2
Armatures finales
A= max (AROBOT;A calcul ; ABAEL; ARPA)
A = 20 cm2
Section appliquée
On prend4HA20 + 8HA16 = 28,64 cm2
Remarque :
Les sections d’armatures longitudinales retenues pour les types des poteaux sont rapportées
dans le tableau suivant :
Section AROBOT A calcul Amin BAEL Amin RPA A adoptée Choix des barres
2
50×50 16,09 cm 0 cm2 8 cm2 20 cm2 20 cm2 4HA20+8HA16
45×45 9,23 cm2 0 cm2 7,2 cm2 16,2 cm2 16,2cm2 12HA16
40×40 8,16 cm2 0 cm2 6,4 cm2 12,8 cm2 12,8cm2 8HA16
35×35 6,18 cm2 0 cm2 5,6 cm2 9,8 cm2 9,8cm2 8HA14

Tableau IV-2 Les armatures longitudinales dans les poteaux

IV-2.4 Calcul des armatures transversales


Selon RPA99/2003, les armatures transversales des poteaux sont calculées à l’aide de la
formule suivante :
ρ .V
A t  a u .t
h1 .f e
Vu est l’effort tranchant de calcul ; h1 est la hauteur totale de la section brute ;fe est la contrainte
limite élastique de l’acier d’armature transversale ;a est un coefficient correcteur qui tient compte
du mode fragile de la rupture par effort tranchant il est pris à 2,50 si l’élancement géométrique λ g
dans la direction considérée est supérieur ou égal à 5 et 3,5 dans le cas contraire ;t l’espacement des
armatures transversales.

VI-2.4.1 Espacement :

La valeur maximale de l’espacement est fixée comme suit :


a- En zone nodale (zone IIa)
t≤ min (10 Ø,15cm)
t≤ min (16 ,15cm)
On prend une valeur de t =10cm.

Page 108
Etude des éléments structuraux 2017
b- En zone courante :
T ≤ 15Ømin = 24 cm

On prend la valeur de t = 15 cm.

VI-2.4.2 Calcul de l’élancement géométrique du poteau λg:

lf 0,7  4,06
λg =   5,68 a = 2,50
a 0,50

Pour a = 2,50

Vu =98.45 KN

a.Vu 2,50  98.45.10.0,1


At = .t   2.09cm 2
h1 . fe 0,50  235

On prend 6T8 = 3.02 cm2

Soit 3 cadres de Ø8

La quantité d’armatures transversales minimale est donnée comme suite :

At
en %
t×b
On a λg = 5,68 donc la quantité d’armatures transversale est supérieur à 0,3 %

a- En zone nodale

At 3,02
= = 0,0059 = 0,6 % > 0,3 %
t×b 10 × 50
b- En zone courante

At 3,02
= = 0,0039 = 0,4 % > 0,3 %
t×b 15 × 50
IV-2.5 Vérification à l’effort tranchant :

τu ≤ τu

Avec

V𝑚𝑎𝑥
τu =
a×d
Vmax= 98.45 KN

Page 109
Etude des éléments structuraux 2017
98.45 × 1000
τu = = 0,43 MPa
50 × 45 × 100
La fissuration est peu nuisible
fc28
τu = min (0,2 γ ; 5 MPa) = 3,33 MPa.
b
0,43 ≤3,33

Les vérifications de l’effort tranchant dans la section la plus grande des poteaux rapportés dans le
tableau suivant :

Section (cm2) V𝑚𝑎𝑥 𝛕𝐮 (MPa) 𝛕𝐮 (MPa)


50×50 140,49 0,43 3,33

Tableau IV-3 Vérification de l’effort tranchant

Schémas des ferraillages des poteaux :

Poteau de (50x50) cm² Poteau de (45x45) cm²


4HA16

2HA20 4HA16

4HA16 4HA16

6𝜙8 6𝜙8

2HA20 4HA16

Poteau de (40x40) cm² Poteau de (35x35) cm²


3HA16 3HA14

2HA16 2HA14

4∅8 4∅8

3HA16 3HA14

IV-3 Calcul béton armé des poutres :


Page 110
Etude des éléments structuraux 2017
Pour le ferraillage des poutres, on a divisé la structure en deux zones, à savoir la zone 1 comprend
les poutres des étages courants; la zone 2 comprend les poutres des planchers terrasses.
Pour chaque zone, le logiciel Robot calcule le ferraillage de la poutre qui on a choisi. Les sections
d’armatures finales retenues pour les poutres sont les sections maximales calculées par Robot, ou
celles données par le pourcentage minimal préconisé par le BAEL91 ou RPA99/2003

Le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la poutre est
de 0,005 section ; le pourcentage total maximum des aciers longitudinaux est de 0,04 section en
zone courante et 0,06 section en zone de recouvrement.

Les sollicitations des poutres principale et secondaire dans les deux zones sont résumées dans le
tableau qui suit

En appui En travée
Effort tranchant
M a max Mas M t max Mt s
Tmax KN 
KN  m KN  m KN  m KN  m

Poutre principale
103.32 75.32 47.26 34.28 128,67
P.P 30  40 cm
2

Poutre secondaire
34.83 25.36 25.76 18.36 111,33
P.S 30  35 cm
2

Tableau VI.3 les moments maximums (en travée et en appui) et des


efforts tranchants en (KN)
Tableau IV-4Les sollicitations dans les poutres selon le logiciel Robot

IV-3.1 Application
Le calcul des armatures des poutres par Robot nécessitent l’affectation des paramètres de calcul
suivants :
Fc28 = 25MPa
Acier longitudinal HA400 avec diamètres choisis Ø14 et Ø16;
Acier transversal RL235 avec les diamètres choisis Ø8 ;
Ferraillage par file ;

Nombre de lits des armatures inférieures à ≥ 1 ;

Nombre de lits des armatures supérieures à ≥ 1 ;

Type des aciers transversaux

Page 111
Etude des éléments structuraux 2017
Prendre en compte les armatures secondaires avec des diamètres identiques aux barres principales

Crochet de barres transversales à 90°

IV-3.2 Résultats de ferraillage des poutres

Poutre principale 30×45 cm2 de la zone 1

Armature obtenues par Robot

Les armatures longitudinales

A- ELU
a- En appui 6HA16 = 12,06 cm2
b-
En travée 3HA16 = 6,03 cm2
B- ELS :
a- En appui
Comme la fissuration est peu nuisible, il suffira de vérifier seulement la contrainte dans le béton :
σbc ≤ σbc
σbc = 0,6fc28
σbc = 0,6×25 = 15 MPa
Position de l’axe neutre :
Moment statique au niveau de l’axe neutre :
b.y12
Sy1y’1= -15.A (d-y1) =0
2
Sy1y’1 = 50y12 + 180,9 y1 – 7326,45 = 0

y1= 10,43 cm
Moment d’inertie au niveau de l’axe neutre :
b.y13
I y1y’1 = +15.A (d-y1)2 =174916,93 cm4
3
Mser
K1 =
I y1y’1
75720
K1 = = 0,43
174916,93

σbc = K1xy1=4,46MPa≤ σbc = 15 MPa

L’armature calculée à L’ELU convient.

b- En travée
Position de l’axe neutre :
Moment statique au niveau de l’axe neutre :
b.y12
Sy1y’1= -15.A (d-y1) =0
2
Sy1y’1 = 50y12 + 90,45 y1 – 3663,25 =0

y1= 7,70 cm
Moment d’inertie au niveau le l’axe neutre :

Page 112
Etude des éléments structuraux 2017
b.y13
I y1y’1 = +15.A (d-y1)2 = 103472,92 cm4
3
Mser
K1 =
I y1y’1
34280
K1 = = 0,33
103472,92

σbc = K1xy1 = 2.45MPa≤ σbc = 15 MPa

L’armature calculée à L’ELU convient.

C- Armature minimale
a- Selon BAEL91

ftj
Amin = 0,23. b. d.
fe
2,1
Amin = (0,23.30.45. )
400

Amin = 1,63 cm2

b- Selon RPA99/2003

Amin = 0,5% b × h

Amin = 0,005 30 × 45 = 6,75 cm2

D- Armatures finales
a- En appuis
A= max (AROBOT; ABAEL; ARPA)
A = 12,06 cm2

En prend 6HA16 = 12,06 cm2

b- En travée

A = max (AROBOT; ABAEL; ARPA)


A = 6,75 cm2

En prend 3HA16 = 8,04cm2

type AROBOT Amin BAEL Amin RPA A adoptée Choix des barres
En appui 12,06 cm2 1,63 cm2 6,75 cm2 12,06 cm2 6HA16
P.P
En travée 6,03 cm2 1,63 cm2 6,75 cm2 6,75 cm2 3HA16

Tableau IV-5 Les armatures longitudinales dans les poutres principales

Page 113
Etude des éléments structuraux 2017
Poutre secondaire 30×35 cm2

Armature obtenues par Robot

Les armatures longitudinales

A- ELU
a- En appui 6HA14 = 9,23 cm2
b-
En travée 3HA14 = 4,62 cm2
B- ELS
a- En appui
Comme la fissuration est peu nuisible, il suffira de vérifier seulement la contrainte dans le béton :
σbc ≤ σbc
σbc = 0,6fc28
σbc = 0,6×25 = 15 MPa
Position de l’axe neutre :
Moment statique au niveau de l’axe neutre :
b.y12
Sy1y’1= -15.A (d-y1) =0
2
Sy1y’1 = 50y12+ 138,45y1 - 4984,2 =0

y1= 7,65 cm
Moment d’inertie au niveau de l’axe neutre :
b.y13
I y1y’1 = +15.A (d-y1)2 =114201,50 cm4
3
Mser
K1 =
I y1y’1
25360
K1 = = 0,22
114201,50

σbc = K1xy1=1.69MPa≤ σbc = 15 MPa


L’armature calculée à L’ELU convient.

b- En travée
Position de l’axe neutre :
Moment statique au niveau de l’axe neutre :
b.y12
Sy1y’1= -15.A (d-y1) =0
2

Sy1y’1 = 50y12 + 69,3y1 – 2494,8 =0

y1= 6,40 cm
Moment d’inertie au niveau de l’axe neutre :
b.y13
I y1y’1 = +15.A (d-y1)2 = 60717,89 cm4
3
Mser
K1 =
I y1y’1

Page 114
Etude des éléments structuraux 2017
18360
K1 = = 0,30
60717,89

σbc = K1xy1= 1.93MPa≤ σbc = 15 MPa

L’armature calculée à L’ELU convient.

C- Armature minimale
a- Selon BAEL91

ftj
Amin = 0,23. b. d.
fe
2,1
Amin = (0,23.30.35. )
400

Amin = 1,26 cm2

b- Selon RPA99/2003

Amin = 0,5% b × h

Amin = 0,005 30 × 35 = 5.25 cm2

D- Armatures finales
a- En appuis
A = max (AROBOT; ABAEL; ARPA)
A = 9,23 cm2

En prend 6HA14 = 9,23 cm2

b- En travée

A = max (AROBOT; ABAEL; ARPA)


A = 5.25 cm2

En prend 3HA16 = 6,03 cm2

Type AROBOT Amin BAEL Amin RPA Aadoptée Choix des barres
En appui 9,23 cm2 1,26 cm2 5.25cm2 9,23 cm2 6HA14
P.S
En travée 4,62 cm2 1,26 cm2 5.25 cm2 5.25 cm2 3HA16

Tableau IV-6 Les armatures longitudinales dans les poutres secondaires

Page 115
Etude des éléments structuraux 2017
IV-3.3 Section d’armatures transversales minimale :
Selon le RPA99/2003 la quantité d’armatures transversales minimales des poutres est donnée par la
formule suivante
At = 0,003 x St x b
Ou st est l’espacement des armatures transversales ; b est la largeur de la poutre
a- En zone nodale :
h
St ≤ min (4 ; 12ϕl )
St ≤ min(15; 19,20) = 15 cm
soitSt = 10cm.
At= 0,003 x St x b = 0,003.10.30 = 0,9 cm2
b- En zone courante :
h
St ≤ = 15 cm → St = 15cm.
2
At= 0,003 x St x b = 0,003.15.30 = 1,35 cm2
Soit 4ϕ8 = 2,01 cm²(cadre Ø8 + étrier)pour les deux zones.
IV-3.4 Vérification à l’effort tranchant :

τu ≤ τu
Avec
v
τu =
a∗d
Vmax= 205,41 KN
205,41 × 1000
τu = = 1,69 MPa
30 × 40,5 × 100
La fissuration est peu nuisible
fc28
τu = min (0,2 γ ; 5 MPa) = 3,33 MPa.
b

1,69 ≤3,33 Condition vérifiée


IV-3.5 Schémas de ferraillage des poutres principales :

6HA16 En travée
3HA16

4𝜙8
4𝜙8

3HA16 6HA14

Page 116
Etude des éléments structuraux 2017

appui En travée
6HA14 3HA16

4𝜙8 4𝜙8

3HA16 6HA14
IV-3.6Schémas de ferraillage des poutres secondaires

IV-4) ETUDE DES VOILES :

Les violes sont des éléments destines à résister aux efforts horizontaux tel que du vent et du
séisme et aussi à équilibre la structure vis-à-vis de la rotation autour de l’axe vertical
passant par le centre de torsion.

IV-4-1) FERRAILLAGE DES VOILES :

Les voiles sont calculés dans deux directions horizontales et verticales à la flexion
composée en général, sous effort de compression N et un moment de flexion M. Tiré à
partir des fichiers résultats de ROBOT BAT22 sous les combinaisons suivant

1,35G  1,50Q

GQ

G  Q  1,2E  Selon le RPA2003

GQ E

0,8G  E

Le calcul se fait selon la combinaison la plus défavorable et convenable aux conditions


suivantes :

Page 117
Etude des éléments structuraux 2017

 Pourcentage des armatures horizontales et verticales :


 0,15% de la zone globale des voiles.
 0,10% en zone courante.
 Espacements des aciers verticaux et horizontaux S t  min1,5a;30cm  .

 Longueur de recouvrement :
 40Ø pour les barres situées dans les zones. Où le renversement de signe des
efforts est possible.
 20Ø les barres situées dans les zones comprimées sous l’action de toutes les
combinaisons possibles des charges.
 Les deux nappes d’armature doivent être reliées avec au moins 4 épingle au m2.
 Le diamètre des barres verticales et horizontales ne doit pas dépasser 1/10 de
l’épaisseur de voile.
 Les barres horizontales doivent être disposées vers l’extérieur.

IV-4-2) LES SOLLICITATIONS :

Sens vertical Sens horizontal

N11  1825KN N 22  1751.38KN

M 11  33.37KN .m M 22  41.06KN .m

a) ferraillage de sens vertical :

N11  1825KN

M 11  33.37KN .m

 Calcul de l’excentricité :
eT  e1  e a  e 2

M 11 33.37
e1   e1   e1  0,018m  1.8cm
N 11 1825

Page 118
Etude des éléments structuraux 2017

 L 
ea  max 2;  e1  2cm Avec L  3m
 250

3.L2f
e2  2    ;   2 ; L f  0,7 L  2,1m
10000h

M per
    0,88
M per  M ser

Donc e2  2,60cm

Alors eT  2,60  2  1.8  eT  6,4cm

M u  eT  N  M u  206.849KN .m

Nu
1    1  0,29  0,81
b.h. f bc

  f  1   0,1561

e NC    b  e NC  3,12cm  eT  6,40cm Section partiellement comprimée.

 h
M ufict  N u   e  d    M ufict  3334.40KN .m
 2

M ufict 3334.40
  
14.2  20  63
2 2
f bu .b.d

   0,29 <  lim  0,392

 ' 0 Pas d’armature comprimée.


  1,25 1  1  2     0,404

  1  0,4    0,838

M tu 3.334
 tfict   tfict  104   s  15.7cm 2
 .d . st 0,838 0,63 400

Page 119
Etude des éléments structuraux 2017
Donc on adopte par les conditions minimales de BAEL99 et RPA2003 :

 b.h 
 s  max2;2,17;3cm 2   s  3cm 2
f
 s  max  ;0,23.b.d . t 28 ;0,15%.b.hcm 2 
1000 fe 

 Choix d’armature :
On prend 5T12   s  5,65cm 2 / ml

 L’espacement : selon le BAEL99 et le RPA2003


Dans la zone courante : S t  min1,50h;30cm   S t  30cm  S t  20cm

h 20
Dans la zone nodale : S t   St   S t  10cm
2 2

b) ferraillage de sens vertical :

N 22  1751.38KN

M 11  41.06KN .m

 Calcul de l’excentricité :
eT  e1  e a  e 2

M 11 41.06
e1   e1   e1  0,023m  2.3cm
N 11 1751.38

 L 
ea  max 2;   e1  2cm Avec L  3,00m
 250

3.L2f
e2  2    ;   2 ; L f  0,7 L  2,1m
10000h

M per
    0,83
M per  M ser

Donc e2  4.8cm

Alors eT  2.3  4.8  2  eT  9,10cm

Page 120
Etude des éléments structuraux 2017
M u  eT  N  M u  373.646KN .m

Nu
1    1  0,53  0,81
b.h. f bc

  f  1   0,376

e NC    b  e NC  7.59cm  eT  9,10cm Section partiellement comprimée.

 h
M ufict  N u   e  d    M ufict  76.59KN .m
 2

M ufict 0.7659
  
14.2  0.2  63
2 2
f bu .b.d

   0,06 <  lim  0,392

 ' 0 Pas d’armature comprimée.


  1,25 1  1  2     0,424

  1  0,4    0,830

M tu 0.7659
 tfict    tfict  104   s  12.36cm 2
 .d . st 0,830 0,18  400

 Vérification des sections minimales selon BAEL99 et RPA2003 :


 b.h 
 s  max2;2,17;3cm 2
f
 s  max  ;0,23.b.d . t 28 ;0,15%.b.hcm 2 
1000 fe 

 s  3,73cm 2

 Choix d’armature :
On prend 5T12   s  5,65cm 2 / ml

 L’espacement : selon BAEL99 et RPA2003


Dans la zone courante : S t  min1,50h;30cm   S t  30cm  S t  20cm

Page 121
Etude des éléments structuraux 2017
h 20
Dans la zone nodale : S t   St   S t  10cm
2 2

4épingles/m 5T12/ml
²

5T12/ml

5T12/ml

5T12/ml
5T12/ml

4épingle/m²

5T12/ml Page 122


Etude des éléments structuraux 2017

Page 123
Chapitre

ETUDE DE L’INFRASTRUCTUR
Etude de l’infrastructure 2017

VII-1) INTRODUCTION :
Une fondation est destinée à transmettre au sol, dans les conditions les plus
favorables,

les charges provenant de la superstructure.

En cas de séisme, les fondations exécutent un même mouvement de translation que le


sol

qui les supportent.

Le calcul des fondations ne peut se faire que lorsque l’on connaît :

• La charge totale qui doit être transmise aux fondations (donc au sol);

• Les caractéristiques du sol sur lequel doit reposer la structure.

Le choix du type de fondation dépend en général de plusieurs paramètres dont on cite :

- Type d’ouvrage construire.


- Les caractéristiques du sol support ;
- La nature et l’homogénéité du bon sol.
- La capacité portance de terrain de fondation.
- La charge totale transmise au sol.
- La raison économique.
- La facilité de réalisation.
- Le type de la structure.

VII.2. Choix du type de fondation

Notre ouvrage étant réalisé en voiles porteurs, avec un taux de travail


admissible du sol d’assise qui est égal à 2 bars, il y a lieu de projeter à priori, des
fondations superficielles de type : - Des semelles filantes (semelles sous murs).

- Un radier général.

Le choix de type de fondation se fait suivent trois paramètres.

- La nature et le poids de la superstructure.

- La qualité et la quantité des charges appliquées sur la construction.

- La qualité du sol de fondation.

D’après les caractéristiques du sol (une contrainte moyenne admissible =2 bars)

Page 125
Etude de l’infrastructure 2017
Sur le quel est implanté notre ouvrage et la proximité du bon sol par rapport à la
surface, nous a conduit dans un premier temps à considérer les semelles filantes
comme solution.

VII.2.1. Semelles filantes

La surface du semelle sera déterminer en vérifiant la condition :

N N
  sol S 
S semelle  sol

A l' ELS:

N
S 
 sol

Ns= 6019,86 t ;  sol = 2.5 bars =25 t/m2


 S  240.79 m2

On a :

La surface du bâtiment est : S bât = 480,48 m²

Conclusion :

La surface totale des semelles occupent plus de 50% du surface d’emprise de


l’ouvrage, en finalité nous étions obligés d’envisager la solution du radier général
comme fondation.

Ce type de fondation pressente plusieurs avantages qui sont :

- L'augmentation de la surface de la semelle (fondation) minimise la forte


pression apportée par la structure

- La réduction des tassements différentiels

- Néglige les irrégularités ou l’hétérogénéité du sol

- La facilité d’exécution

VII-2-2) PREDIMENSIONEMENT :

L  5.40m

L : La plus grande longueur entre les poteaux.

Page 126
Etude de l’infrastructure 2017

 Radier (Dalle) :
L 540
h  h  h  27cm
20 20

On prend : he  40cm

 Poutre de libage (nervure) :


L 540
h  h  h  54cm
10 10

On prend : h  70cm et b  50cm

Il faut vérifier que :

N
   sol  250KN / m 2
A

N : Effort normale de la structure à l’état limite de service N  N ser  Ps  Pp  Pr .

Ps : Poids de la semelle (radier).

Pp : Poids de la poutre de libage.

Pr : Poids du remblai.

A : L’emprise totale de l’immeuble est de : S bât = 480,48 m², est la surface du


bâtiment ;

L’emprise totale avec un débordement de : d (débord)  max ( h / 2 ; 30cm ) = 50cm

Donc :

S = 15,3 × 34,6 = 529,38 m²

Ps  A.h. b  Ps  529.38  0,40  25

 Ps  5293.8 KN

Pp  b.h.L. b  Pp  2975KN

Pr   . Arad .b  Pp  17  529.38  0,50

 Pp  4699,73KN

Page 127
Etude de l’infrastructure 2017
N ser  60198.69KN

Donc : N  60198.69  5293.8  2975  4699.73  N  72967.22KN

N 72967.22
Alors :        137.83KPa
A 529.38

  137.83KPa   sol  250KPa.......... .......... .......... .......... .......... .......... .......... . C.V

VII-2-3) CONDITION DE RIGIDITE :

 4.E.I
L Le Tel que L e : La longueur élastique de la poutre est donnée par Le  4 .
2 K .b

K : Coefficient de raideur donnée par le rapport de sol K = 4×104 KN/m 3.

I : Inertie de la poutre.

E : Module d’élasticité du béton E  11000 3 f cj  32164,20MPa .

b : La largeur de la poutre.

L : La longueur maximale entre les poteaux.

0,50  0,70
3
b.h 3
I  I  I  14.2916103 m4
12 12

4.E.I
Le  4  Le  9.79m
K .b


L  5.4m   Le  15.73m.......... .......... .......... .......... .......... .......... .......... C.V
2

VII-2-4) VERIFICATION AU POINÇONNEMENT :

f c 28
Il faut vérifier que : Pu  Pu  0,045.U c .h.
b

Pu  1972.35KN

h  0,40m

U c  2.U  V 

U  V  a  h0  U V  50  1,40  U  V  190cm  1,90m

Page 128
Etude de l’infrastructure 2017
Donc : U c  2  1,90  1,90  U c  7,60m

25  103
Pu  0,045  7,60  0,40   Pu  2280KN
1,5

Pu  1972.35KN  Pu  2280KN .......... .......... .......... .......... .......... .......... .......... ... C.V

VII-2-5) VERIFICATION DE LA STABILITE :

A) Vérification des contraintes :

Nt M 3. 1   2
Avec  1, 2   .y ; m 
A I 4

 Centre de graviter (CDG) :


X  16.75m

Y  6.070m

I : Moment d’inertie de radier.

I X  33105.09m 4

I Y  54939.76m 4

N : Effort extrait des résultats de logiciel ROBOT..

M  M r  V .ha

M r : Moment résultant.

V : Effort tranchant.

Page 129
Etude de l’infrastructure 2017
Les sollicitations et les vérifications des contraintes sont données sous les tableaux
(VII-2) et (VII-3) suivants :

 Sens XX :
Combinaison N x (KN) M y (KN.m) σ1 (KN/m2) σ2 (KN/m2) σm (KN/m2)

ELU 82496.85 19.84 155.82 155.84 155.82

ELS 60198.69 14.60 113.72 113.71 113.71

G+Q+E 60198,69 17159,88 122.36 105.06 118.03

0,8G ± E 41606.27 17159.53 87.27 69.91 82.93

 1  250  2  250  m  250


Vérification des contraintes
C.V C.V C.V
Tableau VII-1) vérification des contraintes suivant XX.

 Sens YY :
Combinaison N y (KN) M x (KN.m) σ1 (KN/m2) σ2 (KN/m2) σm (KN/m2)

ELU 82496.85 5.09 155.82 155.84 155,83

ELS 60198.69 3.72 113.72 113.71 113,71

G+Q+E 60198,69 17159,88 115.91 111.51 114.81

0,8G ± E 41606.27 17159.53 80.82 76.82 79.82

 1  250  2  250  m  250


Vérification des contraintes
C.V C.V C.V

Tableau VII-2) vérification des contraintes suivant YY.

Page 130
Etude de l’infrastructure 2017
VII.3. Ferraillage du radier

Le radier fonctionne comme un plancher renversé dont les appuis sont


constitués par les poteaux et les nervures est soumis à une pression uniforme
provenant du poids propre de l’ouvrage et des surcharges.

Donc on peut se rapporter aux méthodes données par le BAEL 91.

A. Méthode de calcul

Notre radier comporte des panneaux de dalle appuyés sur 4 cotés soumis à une
charge uniformément répartie.

Les moments dans les dalles se calculent pour une bande de largeur unité et ont pour
valeurs :

-dans le sens de la petite portée : Mx=µx.q.Lx2

-dans le sens de la grande portée : My=µy.Mx

Les valeurs des µx , µy ont fonction de (  = Lx/Ly )

Pour le calcul, on suppose que les panneaux sont partiellement encastrés aux niveaux
des appuis,

D’où on déduit les moments en travée et les moments sur appuis.

-Si le panneau considéré est continu au-delà des appuis (panneau intermédiaire)

 Moment en travée :(Mtx=0,75.Mx ; Mty=0,75.My)


 Moment sur appuis :(Max=0,5.Mx ; May=0,5.My)
- Si le panneau considéré est un panneau de rive

 Moment en travée : (Mtx=0,85.Mx ; Mty=0,85.My)


 Moment sur appuis : (Mtx=0,3.Mx ; Mty=0,3.My)
-Le calcul se fera pour le panneau le plus sollicité uniquement. Ce dernier a les
dimensions montrées dans le schéma ci-joint, où Lx est la plus petite dimension.

Le rapport de la plus petite dimension du panneau sur la plus grande dimension doit
être supérieur

à « 0,40 »

B. Evaluation des charges et surcharges

Les valeurs des charges ultimes:

Page 131
Etude de l’infrastructure 2017
a- ELU

NU
qu   155.83KPa
S rod
qu  155.83KPa

b- ELS

qser  113.71KPa

C- Calcul du ferraillage

Lx 4,35
   0,805
Ly 5,4 Ly = 5,4 m

α > 0,4

Lx= 4,35

Figure 8.1 panneau le plus sollicité

Détermination des efforts :

Tableau VII-3) Les efforts à L’ELU :

Lx(m) Ly(m) α Sens x Sens y

µx Mx Mtx Max µy My Mty May


KN.m KN.m KN.m KN.m KN.m KN.m KN.m
4.35 5.4 0,805 0,055 162.17 121.63 81.08 0,613 99.41 74.65 49.70

Tableau VII-4) Les efforts à L’ELS:

Lx(m) Ly(m) α Sens x Sens y


µx Mx Mtx Max µy My Mty May
KN.m KN.m KN.m KN.m KN.m KN.m KN.m
4.35 5.4 0,805 0,055 118.34 88.75 59.17 0,613 72.54 54.40 36.72

Page 132
Etude de l’infrastructure 2017
Ferraillage : exemple de calcul
a/ Sens x-x :

En travée :

E.L.U :

162.17 103  A'  0


  0,028   AB  0.186  
14,2100 63²  s  348MPa

α = 1,25 × (1 − √1 − 2μ) = 1,25 × (1 − √1 − 2 × 0,028 ) ⇒ α = 0,035


β = 1 − 0,4α = 1 − (0,4 × 0,003) ⇒ β = 0,986

162.17 103
Au   7.50 cm ² / ml
348 0,986 63

E.L.S:

118.34 103
1   0,020   A' 0
14,2 100 63²

α = 1,25 × (1 − √1 − 2μ) = 1,25 × (1 − √1 − 2 × 0,020 ) ⇒ α = 0,025


β = 1 − 0,4α = 1 − (0,4 × 0,025) ⇒ β = 0,99

118.34 103
Aser   5.45 cm 2 / ml
348  63  0,99

Condition de non fragilité :

2,1
Amin  0,23100 63  7,6cm² / ml
400

Armature finale

A = max (7.50 ; 5.45 ; 7,6)  A = 7.6 cm²/ml

Page 133
Etude de l’infrastructure 2017

 Calcul des armatures à L’ELU :


Les résultats obtenus sont récapitulés dans le tableau suivant :

Sens XX Sens YY
En travée Sur appuis En travée Sur appuis
Mu (KN.m) 121.63 81.08 74.65 49.70
µ 0,021 0,014 0,013 0,008
µ < 0.186 Oui Oui Oui Oui
As (cm2/ml) 5.66 3,77 3,47 2,31
Asmin (cm2/ml) 7,60 7,60 7,60 7,60
Choix des 6HA14 6HA14 6HA14 6HA14
barres
As adopté 9,24 9,24 9,24 9,24

Tableau 8.5: Le ferraillage a L’ELU

b. état limite de service (ELS)

Exemple de calcul :

Le sens X :a)-En travée :


𝑡
𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑥 =59.17 N.m ; d = 63

2
𝜎̅𝑠 = min ( fe ; 150η) ; η = 1,6 pour les HA
3
𝑓𝑡𝑗 = 2,1 MPa ⇒ 𝜎̅𝑠 =240 MPa.
𝑡
𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑥 59.17 ∗ 10 3
𝜇1 = 𝜇1 = = 0,006
b. d2 . 𝜎̅𝑠 100.632 . 240
𝜆 = 1 + 30.0,006 = 1,18; cos 𝜑 = 1,18(-3/2) = 0,78𝜑 = 38.72°
38.72 15(1 − 0,237)
α1 = 1 − 2√1,18. cos (240 + ) = 0.237 ; K1 = = 48.31
3 0,237
240
𝜎𝑏𝑐 = 48.31 = 4.96MPa ; 𝜎𝑏𝑐 = 0,6𝑓28 =15 MPa.
On a : 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 ⇔ il n’y’a pas d’armature comprimée.
0,237
⇒ Aser=0 ; β1 = 1 − = 0,91.
3
Mser 59.17. 103
Atser = = = 6,38 cm2 /ml
σs β1 . d
̅̅̅. 240.0,92.63

Page 134
Etude de l’infrastructure 2017
 Armatures minimales :

𝑓𝑡𝑗 2,1
𝐁. 𝐀. 𝐄. 𝐋: Amin = 0,23. b. d. → Amin = (0,23.100.63. ) → Amin = 1,63 cm2 /ml
𝑓𝑒 400

 Détermination des armatures à L’ELS : fissuration très préjudiciable


Sens transversal Sens longitudinal
En travée Sur appuis En travée Sur appuis
Mser (KN.m) 88.75 59.17 54.40 36.72
α 0.231 0.237 0.242 0.250
β 0.92 0.92 0.91 0.91
𝜎𝑏𝑐 4.80 4.96 5.10 5.33
𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 Oui Oui Oui Oui
2 6.38 4.25 3.95 2.66
As (cm /ml)
Asmin (cm2/ml) 7,60 7,60 7,60 7,60
Choix des barres 6HA14 6HA14 6HA14 6HA14
As adopté 9,24 9,24 9,24 9,24

Tableau 8.6: le ferraillage a L’ELS

VII.4 Débord :

VII.4.1 Ferraillage du débord :

b  1m
h  70cm
d  63cm
L  0,5m 0,5m

qu  155.83 KN m 2  1ml
qser  113.71 KN m 2  1ml
f bc  14,17MPa

A- A L’ELU :
M u 1947
μ = b×d2 ×σ = ⇒ μ = 𝟎, 𝟎𝟎𝟑𝟒
bc 100×632 ×14,2

Page 135
Etude de l’infrastructure 2017
A′ u = 0
μ ≤ μAB = 0,34 ⇒ Pivot A {σs = fe / γs = 400 ⇒ σs = 348 MPa
1,15

α = 1,25 × (1 − √1 − 2μ) = 1,25 × (1 − √1 − 2 × 0,003 ) ⇒ α = 0,039


β = 1 − 0,4α = 1 − (0,4 × 0,003) ⇒ β = 0,994
Mu 1947
Atu = = ⇒ 𝐀𝐭𝐮 = 𝟎. 𝟖 𝐜𝐦𝟐
σs × β × d 348 × 0,994 × 63

qu L2
Mu   M u  19.47KN .m
2

M u KN .m  d m  β 
As cm 2 
19.47 0,63 0,0031 0,994 0,8
Tableau 8.7: Calcul le ferraillage du débord à L’ELU

B- A L’ELS

qser L2
M ser   14.21KN .m
2
𝑡
𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑥 14.21 ∗ 10 3
𝜇1 = 2
𝜇1 = = 1.4 10−4
b. d . 𝜎̅𝑠 100.632 . 240
𝜆 = 1 + 30.1.4 10−4 = 1,04; cos 𝜑 = 1,04(-3/2) = 0,94𝜑 = 19.46°
19.46 15(1 − 0,414)
α1 = 1 − 2√1,04. cos (240 + ) = 0.414 ; K1 = = 21.23
3 0,414
240
𝜎𝑏𝑐 = 21.23 = 11.30MPa ; 𝜎𝑏𝑐 = 0,6𝑓28 =15 MPa.
On a : 𝜎𝑏𝑐 < 𝜎𝑏𝑐 ⇔ il n’y’a pas d’armature comprimée.
0,414
⇒ Aser=0 ; β1 = 1 − = 0,86.
3
Mser 14.21. 103
Atser = = = 6,38 cm2 /ml
σs β1 . d
̅̅̅. 240.0,86.63

Ms d α β 𝜎𝑏𝑐 As
14.21 0,63 0.414 0.86 11.30 1.09

Tableau 8.8: Calcul le ferraillage du débord à L’ELS

Page 136
Etude de l’infrastructure 2017
C- Les vérifications
a- Condition de non fragilité

As  Asmin

tel que :

f tj
Asmin  0.23bd
fe
Amin
s  3,8cm 2

D- Choix des barres du débord

As ELU  As ELS  Choix des


(cm²) (cm²)
Asmin (cm²) barres
Esp. (cm)

4HA12
0,8 1.9 3,8
 As  4,52 15cm

Tableau 8.9: Choix des barres du débord

VII.5 . Dimensionnement et ferraillage de la nervure

VII .5.1 hauteur de la nervure :


Lmax
hn  ; Lmax  5,4m
10
hn  0,54m

On prend : hn = 55 cm

a- Condition de la longueur élastique:


1

Le= 
4 EI  4 2 LMAX

 Kb  

Avec :

Le : longueur élastique.

LMAX : distance maximale entre deux voiles successifs est égale 5,40m.

E : Module d’élasticité du béton E =32164195 KN/m2.

Page 137
Etude de l’infrastructure 2017
b : largeur du radier ( bande de 1 mètre).

K : coefficient de raideur du sol rapporté à l’unité de surface

pour un sol moyen ; K=40000 KN/m3

3K  (2 L /  ) 4 / E 3 .
1

D’où : hn  MAX

hn  80.69 cm.

On opte : hn = 81 cm

VII .5.2 ferraillage de la nervure :


A- Charges et surcharges

On suppose que la fondation est suffisamment rigide pour assurer que les
contraintes varient linéairement le long de la fondation.

Dans ce cas on considère que les nervures sont appuyées au niveau des
éléments porteurs de la superstructure et chargées en dessous par les réactions du sol.

Pour le calcul on a trouvé :

Pu .L2y  2  155.83  5.4   0,805 


2 2

M 0u   1    M 0u  
 1  

8  3  8  3 

 M 0u  445.30KN .m

Pser .L2y  2  113.71 5.4   0,805 


2 2

M 0 ser   1    M 0ser   1  



8  3  8  3 

 M 0 ser  324.94KN .m

 En travées :
M ut  0,75M ou  M ut  333.957KN .m

M sert  0,75M 0 ser  M ut  243.705KN .m

 En appuis :
M ua  0,50M 0u  M ua  222.65KN .m

M sera  0,50M 0 ser  M sera  126.47KN .m

Page 138
Etude de l’infrastructure 2017
B- Calcul du ferraillage :

Le tableau suivant récapitule les résultats trouvés

avec: h = 81cm, b = 50cm, c = 5cm

 En travées :
M ut  333.975KN .m ; h  0,81m ; b  0,50m

d  0,9.h  d  0,73m

M ut 333.975103
  
0,50  0,73 14,20
2
b.d 2 . f bu

   0,118  lim  0,392  '


s 0 

  1,25 1  1  2     0,157

  1  0,4    0,939

M ut
s    s  14cm 2
 .d . s

 En appuis :
M ua  222.65KN .m

  0,079   lim  0,392  '


s 0 

  1,25 1  1  2     0,099

  1  0,4    0,960

M ut
s    s  9.33cm 2
 .d . s

 La section minimale :

Page 139
Etude de l’infrastructure 2017
f c 28
 min  0,23.b.d .   min  2.17cm 2
fe

 sa   min Donc on prend a   sa  9.33cm 2

 st   min Donc on prend t   st  14cm 2

 Choix d’armatures :
o En travées : 4T20 + 4T12   t  12,57  4.52

 t  17.09cm 2

o En appuis : 4T16 + 2T14   a  8,04cm 2  3.08cm 2

  a  11.08cm 2

 Vérification à ELS :
M ser M ser
 x   .x ; K ;  bc  K . y
I I

 s   bd . s  
y  x  15.  1  1
7,5. s 
2
b  

I
b. y3
3

 15  s  d  y 
2

Vu que la fissuration est peu préjudiciable on à :

 Aucune limitation des contraintes pour l’acier.


 La contrainte du béton  bc   bc  15MPa

M ser s y I K  bc
 bc  15MPa
KN / m  MPa 
Cas
KN.m cm  cm
2
cm  4
3

travées 243.705 17.09 20.80 606500.200 40182.12 8.53 C.V

Appuis 126.47 11.08 17.40 443390.032 285234.19 4.96 C.V

Tableau VII-10) vérification des contraintes à l’ELS

Page 140
Etude de l’infrastructure 2017
A- Vérification de la contrainte tangentielle
On doit vérifier que:
Vu  f 
u    u  min0.2 c 28 ;5MPa  =pour une fissuration préjudiciable  u  3.3MPa
bd  b 
Vu  155..83 * 5.4  841.48KN
841.48.103 La condition est vérifiée
u   2,67  3.3......
500.630
B- Les armatures transversales
Espacement :
D’après le RPA99, les armatures transversales ne doivent pas dépasser un espacement
S t de :

h   70 
S t  min  ;12 L   min  ;12.2,5  17.5cm
4  4 
 S t  15cm en zone nodale

h
St   35cm
2
on. prend : S t  30cm zone courante

D’après leCBA93 l'espacement des armatures transversales ne doit pas dépasser les
valeurs :
St  min15 L ;40cm, a  10cm

 L : Le plus petit diamètre d’armature longitudinale

a : le plus petit coté des dimensions transversales du poteau


S t  min15  2.5;40cm;50  10cm
S t  37.5cm  st  30cm

VII .6 Conclusion :
D’après les prescriptions des deux règlements cités ci avant on adopte un espacement
des armatures transversales dans les deux sens :
Zone nodale : S t  15cm

Zone courante : S t  30cm

Page 141
Etude de l’infrastructure 2017
Diamètre des armatures transversal :
Il est définie par :
1
 t   Lmax
3
 t  10.66
on prend :  t  1.2cm

C- Les armatures de peau


2
AP  3 cm  0,7  2,1cm 2
m

Par paroi on prend :

2 HA14  3,08cm 2 (Fissuration préjudiciable)

D- Etude du débord de radier


Le débord de radier est assimilé à une console de largeur L=50cm.
Le calcul se fera pour une bande de largeur b=1m ; h=0,7m et d=0,63m.
Représentation schématique :

L=50cm

Vérification au cisaillement :
T=qL

M=qL2/2


VU
  U  Min0,2 f c 28 ;5MPa   3.3MPa .

b 
b0 d

Ou :

Page 142
Etude de l’infrastructure 2017
VU  qU  L  155.83  0,5  0,07MPa.

 b  0,19MPa   U   3.3MPa.

Donc : Le cisaillement est vérifié, les armatures d’effort tranchant ne sont pas
nécessaires.
Condition de non fragilité :

AMin  0,23b0 dft 28 / f e  7,6cm 2 / ml.


AS  7,6cm 2  514

Page 143
Conclusion
conclusion 2017
La réalisation du projet de fin d'étude ,qui est une synthèse de plusieurs années
de formation, nous a permis d'approfondies nos connaissances théoriques et
pratique sur le calcul des structures à plusieurs niveaux tout on respectant les
règlements
-RPA 99v 2003 ET le BAEL91
Pour contribuer a l'analyse dynamique de la structure on a utilisées
logiciel ROBOT pour résoudre plusieurs problèmes rencontrés, exemple:

-L'étude des panneaux de formes irrégulières et appuyés sur deus ou trois


contours
-De donner une modélisation spécifié de la structure étudiée
-d'effectuer des analyses dynamiques par spectre de réponse
Et on a utilisé logiciel AUTO-CAD qui est un outil servant a automatiser le
dessin et
Permet de modéliser un projet sur ordinateur
* D’une part (économie) l’estimation des quantités du béton et d’aciers
nécessaire. En effet, le pré dimensionnement a donné des sections de poteaux
non économiques.
*D’une part (stabilité)
Pour ce la nous avons fait une étude (technico-économique) de notre
bâtiment pour
Obtenir une ; * structure de bonne stabilité
* structure économique

Finalement nous espérons que ce mémoire soit le premier pas vers la vie
professionnelle et un guide pour ce qui s’intéresse de près ou loin au métier de
l’ingénieur en génie civil.

Page 145
Bibliographie
Livre :
Règles Parasismiques Algériennes RPA99/version2003.

Règles de Conception et de Calcul des Structures en Béton Armé CBA 93.

Règles (BAEL 91 modifié 99) techniques de conception et de calcul des


ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états –
limites.

DTR B-C 2-2 charges permanentes et charges d’exploitation.

Pratique de béton armé B.A.E.L 91-Jean perchat et Jean roux.

Mémoire de fin d’étude des promotions précédentes.

Logiciels :
 ROBOT millenium 2014 : Modalisation de la structure.
 Auto CAD 2015 : Réalisation des planches GC.
 R.P.A99.

Page 147
‫ملخص‬

‫ه ذ الاشروذذعبالة ذ ع لة ذ دعاسذذتلنية ذذتلزةب ذ ةل ة ذذتلسذذشة تل ا لةوذذعل‬


‫طبا قل لد تل لي دلاشباقعتل بال تلبهعا لاشرصةفتلضر لاشرةطيتلاشةشةاش تل‬
‫‪II.a‬لحسبلرعشةلدعاستلهةدستلاشةالةللاشبةائعي‪ .‬ل‬
‫لرحييتل باسطتلاشع عض لبلاألةرذد لبلاشبذدعا ل ا لاشسعسذ ةتلاشرسذلحتل‬
‫شضذذر لاسذذنيعاعلاش ة ذذتلبلري برنل ذ للششذذللاشحرذذبال لاشعربد ذذتلبلاأل ي ذذت‪.‬ل‬
‫ق سلبلنسل حلرسنلفلاشعة صعلاألس س تلرصذر لط يذ لشلرعذ علبلاشيذباة ل‬
‫اشرعربلل ل لحسذبلري ذ سلدعاسذتلهةدسذتلاشذةالةللاشبةائذعيلاشرعذدلل عذدل‬
‫ةشذذةالل‪21‬رذذ ي‪)RPA99/version2003( 2003‬لبلري ذذ س االسذذرة ل‬
‫اشرسلح(‪.)CBA93‬ل ل‬

‫‪RESUME‬‬
‫‪Le présent mémoire, étudie un bâtiment en R+10 à‬‬
‫‪usage multiple. Il est implanté à belgayd dans la wilaya‬‬
‫‪de ORAN .Cette région est classée en zone sismique IIa‬‬
‫‪selon le RPA-99 /version 2003.‬‬
‫‪Cet ouvrage est une structure mixte (portiques-‬‬
‫‪voiles), et le pré dimensionnement des éléments‬‬
‫‪porteurs a été fait conformément au CBA93 et‬‬
‫‪RPA99/version2003. L’analyse sismique de la structure a‬‬
‫‪été réalisée par le logiciel de calcul par élément finis‬‬
‫‪robot.‬‬

‫‪Page 148‬‬
Page 149

Vous aimerez peut-être aussi