Vous êtes sur la page 1sur 14

PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE

RECHERCHE

AUTEUR :
ANTONIO PANTOJA VALLEJO

PRÉSENTATION ET
SOUTENANCE D'UN TRAVAIL
DE RECHERCHE1
U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

1. INTRODUCTION

Tant dans la rédaction que dans la soutenance orale d'un travail de recherche, le chercheur a
pour objectif de communiquer avec le jury et de lui transmettre l'essence des efforts consentis,
tout en ressortant les contenus les plus significatifs de son travail. Diverses techniques orales,
visuelles, écrites, graphiques, etc. sont utiles dans ce processus. De nos jours, les ressources
multimédia sont très pertinentes, car elles font du monde idéographique un élément essentiel
utile pour la soutenance d'un quelconque travail réalisé.

Concernant la rédaction du résumé qui servira de base à la soutenance, on doit ajuster au


maximum son contenu et parvenir à l'essentiel. Le temps disponible est assez court et il est
nécessaire de présenter au jury les données les plus pertinentes de la recherche et les
conclusions qui en découlent.

Tout ce qui a trait au côté oral, à l'utilisation de la parole, est d'une importance vitale dans la
soutenance dû au fait que c'est le mode qui prévaut toujours dans l'exposé, car il est privilégié
par rapport au mode visuel, avec une pertinence spéciale accordée au moment de l'échange
avec le jury. Pour autant, l'on doit y faire grande attention, tout en sachant que l'art oratoire
requiert une pratique et une certaine expérience.

1. (Synthèse de chapitre, portant le même nom, publié dans le livre : Pantoja, A. (Coord.) (2009). Manual básico
para la realización de tesinas, tesis y trabajos de investigación (pp. 387-400). Madrid : Éditions EOS. [La
présente adaptation a été réalisée conformément à l'élaboration de l'auteur du texte original. Tous droits
réservés à FUNIBER].

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 1


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

2. QUELQUES PRÉCISIONS SUR L'EXPRESSION ORALE

La voix sera l'instrument principal utilisé dans l'exposition et nous devons par conséquent lui
accorder une attention particulière. Pour utiliser de manière adéquate les organes de la voix et
éviter toute tension forte, il est possible de suivre les procédures appropriées consistant à
corriger les sons mal prononcés par l'exagération de l'union des lèvres ou le contact de la langue
avec les dents, les syllabes terminées en « r » ou par le ralentissement de l'articulation dans les
phrases qui contiennent des mots susceptibles d'être compliqués. Il faut toutefois le faire sans
changer la manière naturelle de parler, c'est-à-dire, sans tomber dans des expressions
artificielles inutiles, qui dénotent une certaine insécurité, de la nervosité et même de la
pédanterie.

Il n'est pas aisé de parvenir à tout cela si l'on n'a pas clairement conscience d'une telle nécessité.
Pour ce faire, il sera utile de prêter attention aux éléments suivants (Sierra Bravo, 2003) :

• Intensité : amplitude des vibrations des cordes vocales. Elle requiert des efforts et dépend
de la forte ou de la faible intensité d'expiration.

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


• Ton : fréquence des vibrations qui donne lieu à l'abaissement de la voix, grave ou aigüe,
etc. L'intonation et la modulation en dépendent.
• Timbre : il s'agit du mode particulier de vibration de la voix, c'est ce qui lui donne un
caractère personnel.
• Durée : grande ou petite prolongation des sons émis.

Au travers de ces quatre éléments, la prononciation des mots qui constituent le discours parlé
est ainsi formée. Par voie de conséquence, pendant l'exposé oral, certains mots auront plus de
pertinence que d'autres en fonction de la modulation de voix de l'orateur. L'intonation offre les


nuances nécessaires à la construction et la reconstruction des phrases dans des efforts
intermittents, qui montrent de l'intérêt que celui qui parle accorde à quelques mots ou fragments
de textes, en fonction du ton avec lequel ils sont prononcés.

Il s'agit là de la richesse du processus d'investigation, la soutenance orale que mérite un bon


travail, présenté de manière écrite avec tout le luxe de détails, mais qui requiert l'empreinte
personnelle de son auteur pour en faire ressortir les éléments clés. Dans ce devenir des phrases,
ce dernier ne contrôle pas seulement le ton, mais aussi la vitesse du discours, en fonction du
degré d'importance de ce qui se dit, ou des pauses qui permettront une respiration adéquate et
l'amélioration générale de la clarté de l'exposé.

Pour exercer la voix avant la soutenance du travail, il est possible de réaliser quelques exercices à
propos, et de manière périodique parmi lesquels :

• Parler de manière réfléchie d'un thème lié à l'investigation et enregistrer. Cet exercice
permet d'identifier les failles et de les corriger, notamment les nuances, le ton de la voix, la
mauvaise prononciation et les redondances de termes, entre autres.

2 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

• Se faire écouter par des proches, notamment des frères et amis, qui d'une manière sincère
pourront vous aider à améliorer l'expression orale.
• Écouter les autres dans un contexte similaire ; il serait également convenable d'écouter
des discours, de prendre part à des débats, des forums et des discussions, dans lesquels
interviennent des personnes utilisant un vocabulaire technique et formel.

L'expression orale peut présenter plusieurs irrégularités que l'investigateur doit percevoir dans la
mesure du possible. La première concerne le vocabulaire qui peut être pauvre, rare, limité et
truffé de répétitions. Dans ce cas, l'on pourrait penser que vous ne dominez pas le sujet, dont on
attend une certaine expertise de votre part. Les mots mal prononcés, trop répétés par manque
de synonymes peuvent laisser penser au jury que vous doutez.

Une deuxième possibilité renvoie à la mauvaise prononciation due au manque d'habitude


concernant l'utilisation de certains termes, y compris les doutes relatifs à leur utilisation.

Comme troisième cas, nous avons la difficulté d'alignement des idées, dans une forme de
discours sans concordance, les idées sont déconnectées en elles même. Comme s'il s'agissait
d'éléments d'un texte ou d'une idée mal organisée.
U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

Toutes ces possibilités, qui pourraient ternir la qualité du discours, trouveront solution si l'on
s'exerce pendant les mois et les semaines précédentes.

3. PRÉPARATION DE L'EXPOSÉ

Le processus de transmission d'un rapport de recherche, souvent constitué d'une centaine de


pages, en seulement quelques lignes de texte qui seront l'ossature de l'exposé de l'investigation,
n'est pas un travail aisé. Il implique des travaux d'analyse et de synthèse, qui mettent à épreuve

la capacité de l'étudiant à trouver le sens du discours le plus important du processus


d'investigation et ses éléments constituants, sans en oublier les composants qui peuvent causer
un déséquilibre dans la compréhension des données disponibles.

Ces raisons confirment l'idée selon laquelle il faut réaliser un premier brouillon dans lequel on
relève les points les plus significatifs de la recherche, avant de les utiliser comme ressource dans
l'exposé, ce qui renforcera l'élément principal que sera la parole.

Au moment de rédiger le point concernant la représentation ou les transparences dans le cas où


l'on va utiliser un support digital, il convient de prendre en compte les éléments suivants :

• La première page sera la page d'accueil contenant les données basiques du travail de
recherche présenté.
• Ensuite viendra une brève table des matières exposant la trajectoire personnelle et
mettant l'accent sur ces activités développées qui maintiennent une relation avec l'objet
de la recherche ou avec le programme de doctorat. Il faudra faire preuve d'habileté pour
attirer l'attention du jury sur les points de grand intérêt relatifs à l'étude réalisée.

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 3


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

• La transparence doit être maintenue concernant les données basiques du doctorat, de la


thèse, du master ou projet de recherche dans lequel se situe le rapport que vous présentez
et soutenez.
• Remerciements.
• Table des matières en forme de tirets, pas nécessairement longue.
• Introduction avec des aspects principaux qui ont motivé le travail d'un point de vue
personnel et scientifique.
• Justification dans laquelle on explique les motifs qui ont poussé à la réalisation de l'étude.
• Problématique.
• Objectifs de la recherche.
• Hypothèses (s'il y en a).
• Cadre théorique qui sous-tend la recherche.
• Méthodologie de la recherche.
• Analyse des principaux résultats obtenus, avec des exemples, des schémas et des

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


tableaux accompagnés d'explications concrètes et de leurs interprétations.
• Conclusions.
• Limites et prospectives, qui reflètent non seulement une analyse complète, mais
également ces problèmes qui ont généré les données finales fournies, y compris les
perspectives pour les recherches futures.

Pour développer chaque point du contenu, il convient de rappeler que le plus important est de
montrer les éléments les plus significatifs. Par exemple, si nous voulons dire que notre travail
était fondé sur la théorie de Piaget, il en résulte que le plus intéressant serait uniquement de


montrer sur l'écran le nom de ladite théorie, une photo de son auteur pour la rendre plus
attrayante et l'expliquer aux autres. En cas de renforcement d'un concept, à cause de son
influence sur le déroulement de la recherche, il doit être expliqué, mais de manière concise.

La partie principale, celle qui intéresse le plus le jury, est celle du développement, l'analyse des
résultats et les conclusions. Par conséquent, il ne faut pas se limiter à des explications
secondaires qui contribuent uniquement à distraire l'attention et à perdre du temps. Par
exemple, si le travail contient une grande quantité de données statistiques (incluses
majoritairement en annexe), vous n'aurez qu'à montrer les transparences les plus
représentatives sous forme de schémas qui résument ou condensent ce qui a été souligné à la
fin de l'étude. Il s'agit là des données qu'il faut défendre pendant l'exposé, en faisant allusion à
celles qui ne figurent pas dans les références par manque d'espace ou de temps.

Pour déterminer le nombre de références à inclure dans chaque section, on peut prévoir le temps
que l'orateur, s'il est méticuleux, peut inclure dans le pointeur (si le besoin se présente). En guise
d'illustration, prenant comme référence 45 minutes d'exposé, l'on peut assigner à chaque partie
les durées suivantes :

4 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

• Présentation et bref Curriculum Vitae : 5 minutes.


• Introduction et justification : 3 minutes.
• Problématique, objectifs et hypothèses : 5 minutes.
• Cadre théorique : 8 minutes.
• Méthodologie de la recherche : 5-7 minutes.
• Analyse des résultats : 13-15 minutes.
• Conclusions, limites et prospective : 5 minutes.

D'une manière pratique, nous comprenons de fait que nous aurons recours un certain
programme informatique comme PowerPoint pour la présentation de l'exposé, avec lequel on
améliorera de manière substantielle notre capacité à toucher le jury et le public. Ledit support
multimédia, par son potentiel, génère également des erreurs à éviter dans la mesure du
possible. Ici figurent quelques pistes :

• Ce qu'il faut faire :


U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

 Utiliser un style unique pour toutes les diapositives.


 Mettre dans chaque diapositive le texte adéquat. Il est préférable d'employer des
phrases courtes ou des mots précis, et les considérer comme fondement du discours.
Deux ou trois lignes de textes suffisent par paragraphe.
 Inclure une photo ou une image dans chaque diapositive. Ceci rend le message plus
intuitif.
 Contrôler les animations en prévision du temps disponible. Plus le texte est animé, plus
le processus est lent, tout comme le message.

• Ce qu'il ne faut pas faire :


 Mettre des couleurs stridentes ou des fonds qui empêchent de voir avec clarté.
 Utiliser des polices d'écriture illisibles. Les plus usitées sont Times New Roman, Arial,
Helvética, Georgia, Tahoma. Celles-ci se retrouvent dans n'importe quel ordinateur, et
leur utilisation évite des risques inutiles.
 Inclure, à moins que le thème l'impose, des musiques ou autres effets qui peuvent
dévier l'acte académique et détourner l'attention sur les contenus exposés.
 Utiliser des petites lettres qui rendent le texte illisible. Il faudrait utiliser la taille 18 ou
plus.
 Sursaturer l'espace sur l'écran avec des images et du texte. Il est mieux d'utiliser une
diapositive pour chaque concept, tableau ou schéma.
 Animations lourdes qui tournent, se rapprochent, s'éloignent, disparaissent, se
détordent, etc.

En guise d'illustration, nous présentons dans a figure 1 plusieurs diapositives de PowerPoint.

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 5


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


Figure 1. Quelques modèles de diapositives.

6 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

4. L'ACTE DE SOUTENANCE DE TRAVAUX DE


RECHERCHE

Comme référence pour le chercheur, les étapes de la soutenance des travaux de recherche, avec
quelques nuances en fonction des cas, à savoir thèses doctorales, travaux de fin de master, etc.,
sont les suivantes :

1. Réunion préliminaire privée du jury pour concrétiser tout le processus. Elle dure souvent
quelques minutes.
2. Le président demande au secrétaire d'ouvrir la session publique, en faisant entrer le
candidat et les personnes présentes.
3. Le président donne lecture de la loi qui réglemente l'acte, salue le candidat et lui accorde
un temps pour son exposé. Dans le cas des thèses doctorales, la durée de temps
impartie est souvent d'environ 45 minutes.
4. Après l'exposé, le président donne la parole, à tour de rôle, à chaque membre du jury en
commençant par le secrétaire. Avant, il demande au candidat de bien répondre aux
U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

questions à la fin de l'intervention de chaque membre ou qu'il s'attende à ce que ceux-ci


se ruent sur lui pour qu'il défende ses arguments.
5. Il s'ouvre un débat duquel fusent des commentaires de tout type, critiques, suggestions,
éloges et réponses diverses. Pendant les interventions, chaque examinateur laisse
entendre que ce qu'il fait est une suggestion ou un apport, ou bien, s'attend à une
réponse concrète à sa question.
6. Si le président le souhaite, il invite les docteurs présents à intervenir si ces derniers
l'estiment opportun. Pareillement, le directeur de thèse doit également donner son avis
par rapport au travail.

7. À la fin de la session de questions et de réponses, le président demande à tout le monde


de libérer la salle pour la délibération de la note finale.
8. Quand le public réintègre la salle, le président lit la note finale attribuée au travail,
clôturant ainsi la soutenance.

5. CONSEILS POUR UNE BONNE SOUTENANCE

Avant d'entamer l'acte même de soutenance, nous présentons ici en résumé, quelques conseils
qui peuvent s'avérer utiles pour améliorer l'exposé oral, le contrôle des nerfs et la tension, tout
comme la prise en compte des détails :

1. Travailler coude à coude avec le directeur de thèse ou du travail de recherche, écouter


attentivement tous ses conseils et ses suggestions. Toute modification du projet doit être
réalisée par vous deux et toujours avec son autorisation préalable.

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 7


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

2. Toujours chercher le soutien et la compréhension du directeur. Par conséquent, vous


devez préparer ensemble la soutenance, le rencontrant le temps qu'il faut, préparant la
stratégie concrète à suivre. Il convient d'identifier tout problème éventuel qui pourrait
survenir et la manière de le résoudre. Cette préparation est un travail d'équipe.
3. Assister à une ou plusieurs soutenances de travaux de recherche et prendre des notes
concernant les points positifs et négatifs de la part du candidat. Vérifier si ce dernier
semble détendu ou nerveux, les stratégies qu'il utilise pour rester concentré, l'interaction
entre lui et le jury, la manière de répondre aux questions, etc. Voir ce que vous feriez à sa
place.
4. Trouver des occasions pour débattre de votre recherche avec des amis, des camarades
ou autres chercheurs. Écouter leurs suggestions sur les points forts et les points faibles
de votre travail. Cet exercice vous permettra d'avoir un autre avis sur votre propre travail.
5. La soutenance devant le directeur, le tuteur ou un expert proche du chercheur permet de
corriger les expressions, les gestes, postures, hésitations face aux questions, etc.
6. Pendant la soutenance il faut être ouvert aux critiques et suggestions du jury. Pendant la
phase de réponse aux questions il est possible d'employer des phrases du genre « Merci

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


pour votre contribution, j'en tiendrai compte », ou « Je mettrai en pratique l'idée que vous
me donnez avant la publication du travail. Je vous en remercie ». Dans ces moments de
tension, cela permet que tous les membres du jury soient satisfaits, contents que leurs
commentaires aient été pris en compte. En cas d'absence de compromis formel, après la
soutenance, le candidat peut insérer les points qu'il considère opportuns.
7. Maintenir la concentration toute la durée de l'exposé, pensant toujours au motif de ce
dernier.
8. Démontrer en tout temps une certaine maîtrise du sujet, employant un vocabulaire
spécifique.


9. Ordonner la soutenance autour d'idées clés de manière à éduquer et à enseigner,
introduisant le jury dans tous les aspects de l'étude.

Enfin, avoir confiance en vous-même, croire en votre formation et votre capacité à transmettre
les connaissances que vous avez mis tant de temps à acquérir. Profiter de ce moment et pensez
que le public saura apprécier et reconnaître les efforts consentis.

6. L'EXPOSÉ ORAL

L'émission de la voix doit être claire et le son, profond et raisonnant. C'est ainsi que vous
parvenez à intensifier l'impact de l'idée, bien qu'il serait quelques fois utile de varier le volume de
la voix pour capter l'attention de l'auditoire. Dans tous les cas, il est important de moduler la voix
et de ne pas l'entrecouper, encore moins la diminuer à la fin des phrases. Modifier le ton pour
éviter la monotonie et l'ennui produit de bons résultats, et le fait d'avancer un pied, de bomber le
torse et de maintenir une position ferme et droite vous serait d'une grande utilité (Janner, 1986).

8 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

Selon Sierra Bravo (2003, p. 438), il vous sera utile de prêter attention pendant l'exposé aux
considérations suivantes :

• La respiration : il faut la contrôler en faisant des inspirations rapides et fréquentes et en


pensant à faire des pauses entre les signes de ponctuation. L'expiration sera lente et sans
sortie brusque d'air, laissant une partie dans les poumons avant d'inspirer pour avoir un
exposé normal et sans que les nerfs ne déstabilisent le rythme.
• La relation avec le public présent : la relation sera constante, sans porter l'attention sur
une personne précise ni sur un point spécifique (objet ou lieu), parcourant du regard
différentes zones de la scène. De manière spéciale, ce sont les membres du jury qui
doivent retenir le regard de l'orateur, et il accordera son attention à chacun d'eux de
manière cyclique. Le regard doit être clair, et traduire une franchise identifiable par toutes
les personnes présentes. Le langage, dans sa technicité, permettra dans la mesure du
possible, que le public suive bien.
• Gestes et expression orale : les gestes représentent une forme d'exposé qui complète la
voix. Au travers de ceux-ci, on met en relief des attitudes de rejet, d'admiration, de joie ou
d'enthousiasme concernant ce que l'on a fait. Par conséquent, ils doivent être sincères,
U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

synchronisés avec les paroles qui les soutiennent, posés à temps, diversifiés, clairs et
naturels.

Il serait toujours bien d'apprendre quelques phrases à utiliser pendant l'exposé oral, qui, peuvent
être modifiées en fonction du déroulement des faits, elles permettent également à l'orateur de
jouer avec élégance le rôle qu'il doit jouer. En guise d'illustration :

• « Je m'adresserai à la troisième personne aux Messieurs docteurs membres du jury ».


• « Je commencerai la soutenance de mon travail par un exposé introductif ».

• « Avec la permission du jury, je commencerai ma soutenance par les remerciements ».


• « Trouvez ci-dessous la table de matières de mon travail. J'ai fait ce choix, pensant ajuster
mon exposé et dans l'idée de vous donner la thèse de doctorat complète ».
• « Je continuerai mon exposé en présentant les lignes maitresses qui définissent la
méthodologie utilisée dans ma recherche ».

De la même manière, les aspects suivants peuvent être très utiles s'ils sont pris en compte dans
l'acte de soutenance orale. Parfois, il s'agit de détails qui peuvent faire la différence :

a) Les membres du jury sont appelés « Messieurs/Mesdames » ou s'il s'agit d'un membre
précis « Dr. Pérez », « Dre. García », etc.
b) Regarder les membres du jury en face, ne jamais maintenir le regard sur l'écran de
projection. Il est possible regarder l'écran d'un ordinateur portable, dans ce cas, ce
dernier sera placé entre l'orateur et le jury, de manière à ce qu'il permette au candidat de
regarder les deux au même moment, avec un regard stable.

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 9


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

c) Prendre une position commode et à laquelle on est habitué. On n'est pas obligé de parler
assis ou debout, chacun choisit la position qui lui plaît.
d) Il convient d'employer tous les termes techniques possibles, liés au sujet de la recherche,
le candidat fait ainsi preuve d'expertise concernant le thème de la soutenance.
e) Pendant la soutenance, il sera également intéressant de faire référence à d'importants
travaux connexes, principalement si parmi les auteurs se trouvent quelques membres du
jury.
f) Les gestes doivent être soignés au détail près. Des mouvements de bras excessifs, de
mains, de tête ou de pieds, indiquent une claire sensation de nervosité.
g) Il n'est pas recommandé d'avoir dans la main un bout de papier, une carte, ou tout type
de document, vous êtes sensé bien maîtriser le sujet, il serait par conséquent inutile de
lire quoi que ce soit.
h) Les diapositives -une quasi-obligation de nos jours- impliquent une référence dans le
langage du candidat et une manière de maintenir la compréhension du jury, comme nous
l'avons évoqué dans les paragraphes précédents. Mais cela ne signifie pas qu'il faille
répéter le texte de ces diapositives, car la répétition donne une mauvaise impression et

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


traduit une certaine insécurité.

Il est aussi possible de préparer et d'apporter quelques diapositives de réserve ou au contraire


d'en omettre certaines, pour faire des adaptations improvisées dans le temps imparti, afin
d'éviter que le président donne précise que le temps de l'exposé a été dépassé ou écourté. Par
exemple, si pour une raison, l'on confirme que nous avons mis plus de temps que prévu pour la
diapositive 15 et qu'il existe dans celle-ci la possibilité de se passer des cinq suivantes (l'orateur
a inclut une icône ou autre élément de renvoi par exemple), nous effectuons un saut à la
diapositive vingt, réduisant la durée de l'exposé. On suppose ainsi que les contenus des
diapositives seize à dix-neuf étaient négligeables.


Pour éviter les imprévus, il est recommandé de s'entraîner quelques jours avant, dans un endroit
précis dans lequel il est possible d'exposer librement. Cet exercice nous permettra d'analyser la
taille de la salle, la distance entre l'orateur et le jury, la position de ce dernier, la résonance,
l'équipe de son, les lumières, etc. Les détails sont très importants et l'improvisation une
mauvaise compagne.

Dans cet essai précédent, dans le lieu de la soutenance, l'on peut bien évaluer les aspects que
l'on va déceler et défendre. Il s'agit là d'une excellente opportunité pour terminer au mieux les
ajustements :

• Nouveauté et originalité : souligner les nouvelles connaissances apportées.


• Importance : dans quelle mesure le thème à étudier aura une signification pour la société
et contribuera à l'extension du champ d'étude.
• Intérêt : pour la science et pour le chercheur.

10 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

• Précision : relever le superflu, ne pas divaguer, ni donner des données qui ne feront que
créer la confusion.

Et pour terminer, dans l'exposé, il faut maintenir un langage approprié à la discipline scientifique
dans laquelle s'inscrit la recherche et, pour autant éviter les nuances et les mots vulgaires qui
traduisent uniquement de l'insécurité dans le discours. Par exemple, « d'accord », « bien », etc.

7. LE MOMENT EST ARRIVÉ

Le jour tant attendu est arrivé, c'est l'occasion de démontrer que le travail réalisé est de bonne
qualité, et c'est le point culminant de ce dernier. C'est l'occasion de mettre en pratique tout ce
dont nous avons traité jusqu'ici dans le présent chapitre.

Ce jour doit être normal, comme tout autre, même si ce n'est pas le plus adéquat pour réaliser de
nouvelles tâches qui peuvent vous rendre nerveux. Tout doit être prêt et très bien soigné, pour
que le chercheur ou candidat puisse se concentrer sur l'exposé et éviter d'avoir recours aux
U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

improvisations.

La tenue est un détail très important. Il s'agit d'un acte académique de grande importance,
surtout s'il s'agit d'une thèse de doctorat. Mettre le vêtement qui sied à la circonstance, sans
extravagances. Il est convenable de ne pas utiliser des éléments appellatifs qui peuvent dévier
l'acte et centrer l'attention sur des questions périphériques ou externes, comme c'est le cas pour
les chaînes, les colliers, les porte-clés, etc. qui par leur bruit peuvent être désagréables.

Il est préférable de faire une copie de tout ce qui peut être un motif de rupture ou de
dysfonctionnement. Par exemple, des copies imprimées des diapositives et des archives, tant sur

une clé USB ou sur un CD ; des piles de réserve pour le présentateur (pointeur laser) ; y compris
un projecteur et un ordinateur portable de rechange. Sait-on jamais.

Il est également bien de remettre au début l'exposé un dossier simple contenant des copies
imprimées de toutes les diapositives. Ce dossier peut être déposé sur la table de chaque
membre du jury ou il est possible de le leur donner en mains propres Certains programmes
comme PowerPoint donnent la possibilité d'imprimer des diapositives au format réduit. Dans le
menu « Imprimer » se trouve une partie portant le même nom, où l'on sélectionne « Documents »
et à la droite l'on détermine le nombre de diapositives par feuille. Si l'on en choisit trois, on les
imprime avec à côté de chacune d'elles des lignes pour écrire.

Ceci étant fait, on ne doit pas simplement lire le texte de la diapositive, cela traduit un sentiment
d'insécurité de la part de l'orateur. Il est fondamental d'expliquer, d'illustrer de manière naturelle,
de laisser entendre que l'on maîtrise le sujet et que l'on a des connaissances spécifiques.

Outre une bonne modulation de la voix qui permet de bien comprendre le message, plus
particulièrement pour le jury, on doit également bien gérer les pauses, qui peuvent aider à

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 11


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

occulter la nervosité, pour penser et pour parvenir à une gestion effective du temps. Une pause
au moment adéquat de l'exposé permettra au candidat de donner de l'intérêt aux mots (Janner,
1986). Par exemple, avant l'entame de l'exposé, le candidat doit faire une pause jusqu'à ce que
le public se taise ou lorsqu'il veut dire quelque chose d'important qui résume une partie de
l'étude.

Un point à garder en mémoire de manière permanente est que le jury et le public veulent écouter
un orateur, le centre d'intérêt ne doit donc pas être la présentation de l'ordinateur.

Pendant l'exposé, il faut attirer l'attention du jury sur les aspects qui ont été préparés et
considérés comme très importants, desquels les conclusions ont un poids spécifique vu qu'elles
reflètent le résultat obtenu. Mais avant d'arriver à ces conclusions, il faut situer le travail
d'investigation dans le cadre théorique du champ disciplinaire donné, reliant la recherche aux
domaines de connaissance et lignes de recherche, montrant les ruptures et les cohérences. Par
la suite, nous présenterons l'objet d'étude et la méthodologie. Dans cette séquence, nous
pouvons consacrer quelques minutes pour décrire les problèmes rencontrés et ce qui a été fait à
chaque moment pour les résoudre.

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


En somme, pendant l'exposition il ne faut pas oublier les aspects que dans les semaines
précédentes vous avez jugés fondamentaux et qui ont été inclus dans les diapositives ou dans
les annotations que vous avez faites. À cela il faut ajouter la gestion du temps, un élément qui
n'est pas des moindres, en prenant en compte le fait que les inévitables pressions du moment
peuvent rendre certaines explications considérées comme très simples dès le départ en
explications plus longues et complexes.

Le moment des questions arrivé, il faut être prêt, sans tensions excessives, mais disposé, avec
une bonne liste d'éventuelles réponses écrites et apprises. Pour ce faire, le candidat peut
compter sur l'aide inestimable de certains camarades qui pendant la simulation de l'exposé dans


les jours précédents peuvent aider à relever certains points faibles susceptibles d'être motif de
questionnement.

Les membres du jury prennent généralement en compte une série d'aspects dans l'évaluation
des travaux. Certains ne coïncident pas forcément avec l'acte de présentation et de soutenance,
mais ils sont pris en compte bien avant ce moment, car ils affectent le travail, même s'ils n'ont
pas de solution car ils font référence au texte, il convient toutefois d'en tenir compte pour les
résoudre pendant l'acte final de soutenance orale. Le tableau 1 présente quelques-uns de ces
aspects.

12 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

Tableau 1. Aspects considérés par le jury.

Type Aspects considérés

• Organisation, structure, rédaction et présentation.


• Pertinence et adéquation de la révision théorique au problème étudié.
• Actualité des références bibliographiques.
Présentation
• Justification et adéquation de la méthodologie utilisée.
écrite
• Analyse de données réalisée et son adéquation au thème.
• Présentation des données et discussions autour de celles-ci.
• Adéquation aux normes de citation.

• Organisation et structure de la présentation.


Présentation • Clarté de l'exposé.
orale • Vocabulaire adéquat.
• Adéquation des réponses aux questions du jury.

8. ÉPILOGUE
U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA

Après un travail consciencieux de plusieurs mois, voire d'années, l'étude est prête à être exposée
et faire l'objet d'un débat devant un jury. Les moments de préparation précédents sont vitaux,
tels que le choix des parties, des textes, du vocabulaire, des couleurs de fond des diapositives,
etc. Ce sont les signes d'une certaine attention et d'une étude soignée. Ce sont des travaux de
synthèse minutieuse pour arriver à une claire compréhension du message. Le moment de
l'exposé n'est pas des moindres, il constitue la fin du parcours, le temps de l'évaluation du travail.

On peut dire que le chercheur joue le tout pour le tout, pour éviter qu'un bon travail se transforme
en échec devant un jury ou qu'il apparaisse comme une étude médiocre.

Pour conclure, maintenant que le travail est fini, présenté et évalué, c'est le temps de préparer
quelques articles dans lesquels inclure les aspects les plus importants et significatifs de l'étude.
Les idées à ce moment sont plus claires et il est plus facile de souligner de façon précise les
contributions apportées.

9. RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE

[1] Janner, G. (1986). Cómo hablar en público. Bilbao : Éditions Deusto. Sierra Bravo, R.
(2003). Tesis doctorales y trabajos de investigación científica. Madrid : Thomson.

MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE 13


PRÉSENTATION ET SOUTENANCE D'UN TRAVAIL DE
RECHERCHE

U NIVERSIDAD I NTERNACIONAL I BEROAMERICANA


14 MÉTHODOLOGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. LECTURE RECOMMANDÉE

Vous aimerez peut-être aussi