Vous êtes sur la page 1sur 66

Comptabilité générale

approfondie
LPTCF 2 C CESAG
Mars 2010

Auteur : Mamadou Gueye

[Tapez le résumé du document ici. Il s'agit généralement d'une courte synthèse du document. Tapez
le résumé du document ici. Il s'agit généralement d'une courte synthèse du document.]
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

LES PRINCIPES COMPTABLES

Le SYSCOA repose sur 9 principes dont les 8 sont unanimement appliqués par les normes
internationales. Ce sont :

- La prudence
- La permanence des méthodes
- La correspondance Bilan de Clôture – Bilan d’Ouverture
- La spécialisation des exercices
- Le coût historique
- La continuité de l’exploitation
- La transparence
- L’importance significative
- La prééminence de la réalité sur l’apparence.

1. Le principe de la prudence :

C’est l’appréciation raisonnable des événements et des opérations à enregistrer au titre de l’exercice.
Son but est de permettre d’éviter de transférer dans les exercices à venir des risques nés dans
l’exercice et susceptibles d’entraîner des pertes futures. Dans son application toute perte probable
doit être enregistrée alors que le gain probable n’est pas à enregistrer.

Exemple 1 : Les gains de change probables ne sont pas enregistrés alors que les pertes probables
de change sont enregistrées.

Exemple 2 : La perte probable sur créance client sera enregistrée.

2. La permanence des méthodes

Le SYSCOA repose sur un certain nombre de règles d’évaluation et de présentation. Pour assurer la
comparabilité des états financiers, l’on doit appliquer les mêmes règles d’évaluation et de présentation
des états financiers. Des changements dans la législation ou la réglementation comptable qui sont
d’origine externe s’imposent à toutes les entreprises et seront permis.
Exemple 1 : une entreprise qui utilise la méthode PEPS pour valoriser ses stocks ne doit pas la
changer en cours d’exercice.
Exemple 2 : le compte de résultat système normal se présente toujours de la même façon quelle que
soit la nature de l’entreprise.

Les changements d’origine interne décidés par l’Entreprise ne sont permis que s’ils sont justifiés et
entraînent des modifications substantielles, des conditions d’activités où la recherche d’une image
fidèle améliorée.

3. La correspondance Bilan de Clôture – Bilan d’Ouverture

« Le bilan d’ouverture d’un exercice doit correspondre au bilan de clôture de l’exercice précédent ».
Article 34 du Règlement Relatif au Droit Comptable.

Ce principe admet deux exceptions :


- En cas de changement de la réglementation comptable (par exemple passage du PCS au
SYSCOA).
- En cas de correction d’une erreur fondamentale
Dans ces deux cas, on peut imputer directement l’incidence de ces changements sur les capitaux
propres.

4. La spécialisation des exercices

L’article 59 du règlement stipule « le résultat de chaque exercice est indépendant de celui qui le
précède et de celui qui le suit ; pour sa détermination, il convient de lui rattacher et de lui imputer les
opérations et événements lui sont propres et ceux-là seulement ».

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Exemple 1 : une société achète des fournitures de bureau le 15 novembre N pour 300 000 F. Au 31
décembre N tout n’est pas consommé : il reste en magasin des fournitures évaluées à 100 000 F.
Dans le traitement comptable de cette information, les charges sont réduites de 100 000 F ; le compte
« charges comptabilisées d’avance » 476 est débité contre le crédit de 605 « Autres achats »

5. Le coût historique

C’est le coût constaté auquel sont enregistrés en unités monétaires courantes, les biens, les créances
et les dettes, à leur date d’entrée dans le patrimoine de l’Entreprise. Le coût historique est représenté
par le coût réel d’acquisition pour les biens achetés, le coût de production pour les biens fabriqués par
l’Entreprise, la valeur actuelle pour les biens acquis à titre gratuit ou par la valeur de celui des clients
dont l’estimation est la plus sûre en cas d’échange.

Exemple : une entreprise achète un ordinateur 800 000 F, frais d’installation 50 000F. TVA
récupérable 18%. Le coût du bien est 850 000 F ; c’est sa valeur d’entrée dans le patrimoine de la
société : c’est le coût historique qui ne change pas tant que le bien est utilisé par l’entreprise. Bien sur
à la fin de chaque année il est amorti

Ce principe admet une exception en cas de réévaluation lorsqu’il y a une tendance inflationniste
avérée.

6. La continuité de l’exploitation

« Toute entreprise est considérée comme étant en activité c’est-à-dire devant continuer à fonctionner
dans un avenir raisonnable ou prévisible » Article 39

7. La transparence

Elle implique la clarté, la bonne information, la régularité et la sincérité objective de l’Entreprise. Aussi
l’entreprise doit :
- se conformer aux règles et procédures du SYSCOA
- présenter et communiquer clairement et légalement l’information sans intention de dissimuler
la réalité derrière l’apparence, ne pas dissimuler des résultats positifs pour réduire l’impôt sur
les sociétés.
- respecter la règle de non compensation (par exemple les soldes des comptes banques d’une
entreprise ne sont pas compensables).

8. L’importance significative

« Tous les événements susceptibles d’influencer les jugements que les destinataires des états
financiers peuvent porter sur le patrimoine, la situation financière est le résultat de l’entreprise sont
significatifs ».

En application de ce principe, on peut par exemple arrondir les coûts unitaires moyens pondérés pour
évaluer les stocks ou regrouper certains postes dans les états financiers. On mentionne certaines
informations dans l’Etat annexé.

9. La prééminence de la réalité sur l’apparence

Ce principe donne la priorité à la réalité économique sur l’apparence juridique dans les états
financiers. Son application est limitée aux cas suivants :

- Biens acquis dans un contrat de crédit-bail


- Effets remis à l’escompte et non échus.
- Charges de personnel facturées par d’autres entreprises
- Biens détenus avec réserve de propriété
- Biens mis à la disposition du concessionnaire par le concédant.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

CONCLUSION

Le respect de tous ces principes conduit à l’image fidèle qui résulte de l’application de bonne foi des
règles et des procédures du SYSCOA en fonction de la connaissance que les responsables des
comptes doivent normalement avoir de la réalité et de l’importance des opérations, des événements et
des situations.
L’image fidèle est un objectif supposé atteint lorsque les comptes sont réguliers et sincères.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

DIPLOME SUPERIEUR COMPTABLE


SESSION 2004

COMPTABILITE des SOCIETES


Durée : 4 heures – Coefficient 2
Cette épreuve comporte quatre dossiers indépendants à traiter obligatoirement.
Aucun document n’est autorisé : en annexe figure un extrait du plan comptable

DOSSIER 1 : Cadre conceptuel (noté sur 6 points)

1-1 PRINCIPES COMPTABLES

En fonction des principes comptables retenus par le SYSCOA, il vous est demandé de justifier la
comptabilisation des événements suivants :


PRINCIPES COMPTABLES EVOQUES ET
EVENEMENTS COMMENTAIRES

1 Un gain de change réel réalisé après la clôture de


l’exercice N est intégré dans les états financiers du dit
exercice
2 Toutes les pertes probables sont enregistrées alors
que seuls les profits réels sont enregistrés
3 Les transactions suivantes sont réalisées auprès du
même tiers :
- achat de biens et services
- vente de biens et services
4 En cas de doute avoir une appréciation pessimiste
des faits et maintenir la méthode d’évaluation déjà
utilisée
5 Les opérations non comptabilisées à l’année N par
omission deviennent des opérations de l’année
suivante
6 Le patrimoine du concessionnaire intègre les biens
pris en concession
7 Le bénéfice partiel d’un contrat pluri- exercices est
imputé au résultat de chaque exercice d’exécution
8 Une immobilisation non amortissable est réévaluée
librement par dérogation

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

FINANCEMENT DE L’ENTREPRISE PAR UN EMPRUNT ORDINAIRE


ASPECTS COMPTABLES

1. Qu’est qu’un emprunt ordinaire ?

Pour réaliser leurs objectifs de développement et de croissance les entreprises ont besoin de
ressources pour financer leurs investissements. Parmi les possibilités qui s’offrent à elle il y a les
emprunts ordinaires. Un emprunt ordinaire est un emprunt réalisé auprès d’une seule banque ou
d’un seul organisme. C’est un emprunt qui n’est pas fractionné, c’est un emprunt qui forme un tout
d’où le nom d’emprunt indivis. Il est différent d’un emprunt sous forme d’obligations où
l’emprunteur s’adresse au public et émet des obligations pour lever une somme d’argent
important.

2. Modalités de remboursement

On peut avoir plusieurs modalités :

- Un emprunt indivis peut être à terme (in fine). Dans ce cas périodiquement l’entreprise paie au
bailleur les intérêts calculés sur la somme empruntée et à terme rembourse la totalité de
l’emprunt. Un tel procédé ne nécessite pas des calculs compliqués.
- Un emprunt indivis peut être remboursé par amortissement constant. Dans ce cas
périodiquement l’entreprise rembourse une somme fixe et paie les intérêts calculés sur le
montant restant dû.
- Un emprunt indivis peut être remboursé par annuité constante. Dans ce cas périodiquement
la même somme est versée représentant l’amortissement de la dette et les intérêts.
Les deux dernières modalités nécessitent de construire un plan d’amortissement financier.

3. Comment construire le plan d’amortissement ?

3.1 Remboursement par amortissements constants

Soit E le montant de l’emprunt


Soit m le montant de l’amortissement c'est-à-dire la fraction du capital qui est remboursée.
Soit n le nombre de période
Soit t le taux de placement

E
m
n
intérêt = dette restante x t

Exemple : Une société emprunte le 1/4/N 20 000 000 remboursable au moyen de 5 annuités.
ere
L’amortissement est constant. La 1 annuité est payable 1/4/N+1. Le taux d’intérêt est 10 % l’an.
Etablir le plan d’amortissement.

m = 20 000 000 / 5 = 4 000 000


N° Date Intérêt de la Amortissement Annuités Dette vivante
échéance d’échéance période (1)
0 1/4/N 0 0 0 20 000 000
1 1/4/N+1 2 000 000 4 000 000 6 000 000 16 000 000
2 1/4/N+2 1 600 000 4 000 000 5 600 000 12 000 000
3 1/4/N+3 1 200 000 4 000 000 5 200 000 8 000 000
4 1/4/N+4 800 000 4 000 000 4 800 000 4 000 000
5 1/4/N+5 400 000 4 000 000 4 400 000 0
20 000 000
(1) Dette vivante = dette restante = capital restant dû

3.2 Remboursement par annuités constantes

Reprenons le plan avec remboursement par annuités constantes.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Voici quelques règles permettant d’établir le plan d’amortissement:


t
a= E n
a= annuité constante
1 (1 t )

n
1 1 t
E= a
t

n
1 t 1
E = m1 m1 = montant du premier amortissement
t

mk = m k 1
1 t mk = amortissement de rang k

k 1
mk = m 1 1 t

DA = Dettes amorties

DA = m 1 m2 m3 .......... ...... mk

(1 t) k 1
DA m k = m 1 Dette vivante = E – DA
t
n k
1 1 t
Dette vivante = a t

Intérêt
Dette vivante =
t
-1
mn = a(1 + t) mn = Dette vivante de rang n= dernier amortissement

Dans notre l’annuité constante (a) est obtenue ainsi :


0 ,1
a = 20 000 000 5
= 5 275 950
1 (1,1)
On aura le plan d’amortissement suivant :

N° Date Intérêt de la Amortissement Annuité Dette vivante


échéance d’échéance période
0 1/4/N 0 0 0 20 000 000
1 1/4/N+1 2 000 000 3 275 950 5 275 950 16 724 050
2 1/4/N+2 1 672 405 3 603 545 5 275 950 13 120 505
3 1/4/N+3 1 312 050 3 963 900 5 275 950 9 156 605
4 1/4/N+4 915 660 4 360 290 5 275 950 4 796 315
5 1/4/N+5 479 635 4 796 315 5 275 950 0
20 000 000

4. Traitement comptable

En considérant le remboursement par annuités constantes et en considérant que l’emprunt soit


contracté le 01/04/N, voici le traitement comptable en N et N+1.
Date de mise à disposition des fonds (01/04/N)
_______________ ____________
521 Banque 20 000 000
162 Emprunts et dettes auprès des EC 20 000 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Emprunt bancaire

Date de fin d’exercice (31/12/N)

1-4-N 31-12-N 1-4-N+1

9 mois 3 mois

Intérêt couru = 2 000 000 x 9/12 = 1 500 000

______________ 31/12/N______________
6712 Intérêts des emprunts auprès des Ets Cr. 1 500 000
1662 Intérêts courus sur emprunts. 1 500 000
Intérêt d’exercice = 2.000.000 x 9/12

Dettes financières au bilan du 31/12/N = 21 500 000 (20 000 000 + 1 500 000)

En N+1
Début de l’exercice N+1 (2/01/N+1)

____________ 02/01/N+1________
1662 Intérêts courus sur emprunt 1 500 000
6712 Intérêts des emprunts aup. des EC 1 500 000
Pour le solde du compte débité

Dans la balance au 31/01/N+1 le compte 6712 qui est un compte de charge peut avoir un solde
créditeur car on n’aura pas encore passé les écritures au 01/04/N+1
N.B. : Le compte 6712 avait été soldé à la fin de l’exercice N, son solde est devenu créditeur. Il reste
créditeur jusqu’au 01/04/N+1 date de paiement de la première annuité.

Date de remboursement de la première annuité à la date du 01/04/N+1

_________________ 01/04/N+1_____________
162 Emprunts et dettes auprès des Ets de crédits 3 275 950
6712 Intérêts des emprunts aup des E.C 2 000 000
521 Banques 5 275 950
ère
Remboursement 1 annuité

Date de fin d’exercice N+1

1-4-N+1 31-12-N+1 1-4-N+2

9 mois 3 mois

Intérêt couru = 1 672 405 x 9/12 = 1 254 304

________________31/12/N+1 _____________
6712 Intérêts des emprunts 1 254 304
1662 Intérêts courus sur emprunt 1 254 304
Intérêt 1 672 405 x 9/12 = 1 254 304

Incidence dans le compte de résultat de N+1 : présentation du compte 671


671
01/04/N+1 2 000 000 1 500 000 01/01/N+1
31/04/N+1 1 254 304 1 754 304 SD

C’est ce montant qui figure dans le compte


de résultat de N+1 et qui représente les frais
financiers.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Incidence dans le bilan de N+1


Dettes financières (16)
02/01/N+1 1 500 000 21 500 000 01/01/N+1
01/04/N+1 3 275 950 1 254 304 31/12/N+1

SC = 17 978 354

C’est ce montant qui figure dans le bilan au 31/12/N+1

NB : les années à venir les modalités de l’analyse ne changent pas à savoir :


En début d’année solder les intérêts courus de la période précédente.
A la date d’échéance comptabiliser l’annuité en la décomposant en amortissement et en
intérêts (voir plan d’amortissement)
En fin d’année calculer et comptabiliser les intérêts courus.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

CONTRAT DE CREDIT-BAIL CHEZ LE PRENEUR

1°/ Principes

Le Crédit-Bail « CB » est l’une des applications du principe de la prééminence de la réalité


économique sur l’apparence juridique. Lorsqu’une société souscrit un contrat de crédit-bail, le bien
appartient au bailleur et ne pourrait en principe entrer dans le patrimoine du preneur qu’au terme du
contrat avec la levée de l’option d’achat.

En application des nouvelles dispositions, le SYSCOA prévoit d’enregistrer la valeur du bien comme
une acquisition que rien ne distinguera des autres biens de l’entreprise. En revanche la dette
correspondante est enregistrée au passif dans les dettes financières.

Le bien est alors amorti comme s’il appartenait à la société (amortissement comptable) tandis que la
dette correspondante est également amortie (amortissement financier). Périodiquement, la société
paie les redevances convenues au bailleur. Ces redevances seront traitées dans un premier temps
comme des services extérieurs et seront retraitées par la suite.

2°/ Traitement comptable


er
Traitement comptable pour le 1 exercice

On retiendra les points suivants :

1- Signature du contrat de CB

D. 24 Matériel……………………………… VE
C 173 Dettes de CB…………………. VE

VE = valeur d’entrée = montant de la dette

2- Versement de la première redevance à la signature du contrat

D. 623 Redevance de CB…………………. R1


C 521 Banque…………………….. R1

R1 : Montant de la première redevance

3- A la fin du premier exercice, retraitement de la Redevance

La redevance est décomposée à la fin de chaque exercice en amortissement financier et en


intérêt.Toutefois, le montant de la première redevance est considéré en totalité comme le premier
remboursement de la dette c’est-à-dire le premier amortissement financier (m 1).

31-12-N
D 173 Emprunt CB……………….. m 1 = r1
C 623 Redevance de CB…………………... m1 = r1
Dans un deuxième temps, les intérêts courus sont traités ; il s’agit de rattacher à l’exercice, la fraction
des intérêts payables dans la deuxième annuité, mais appartenant au premier exercice

Charge d’intérêt de N = Intérêts courus


D 672 Intérêt dans loyer de crédit-bail……………. IC1
C 176 Intérêts courus sur dettes de CB………… IC1

IC1 = Intérêts courus de l’année 1

IC1 = I2 (12 – m)/12

I2 = Intérêt de la 2e annuité
m = Nombre de mois qui sépare le début de la l’exercice N à la date de

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

ère
paiement de la 1 redevance si elle est payée annuellement.

4- Constatation de l’amortissement comptable

D 681 Dotation aux amortissements d’exploitation……. a1


C 284 Amortissement du Matériel…………………… a1

a1 = VE x t% x (12 – m) ;
12
t = taux de l’amortissement comptable

Conséquences du traitement dans le résultat financier de l’exercice 1

1. Dans le compte de résultat, les charges financières augmentent de IC1 diminuant le


résultat financier. Tandis que les amortissements augmentent de a 1 diminuant le résultat
d’exploitation.

Le total des charges supportées la première année est = IC1 + a1

2. Dans le bilan l’actif se présente ainsi

Actif Montant brut Amortissement Montant net

Matériel VE a1 VE - a1

Au passif, les dettes financières se présentent ainsi :


er
Dettes financières = E – m1 + IC1 m1 = montant du 1 amortissement
E = VE = Emprunt
IC1 = Intérêt couru année 1

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Traitement comptable année 2

On observera les étapes suivantes :

1. Début exercice 2

La première phase est de solder les intérêts courus à la fin de l’année 1

D 176 Intérêts courus sur dettes de CB…… IC1


C 672 Intérêt des loyers de CB……………… IC1

2. Versement de la deuxième redevance au cours de l’exercice 2

Au moment du paiement de la deuxième redevance on passe l’écriture suivante :

D 623 Redevance de CB……… r2


C 521 Banque………………… r2

r2 = r1 (la redevance r est le plus souvent constante)

3. Retraitement comptable à la fin de l’exercice 2

La société doit décomposer la redevance r2 en amortissement et en intérêt.

D 173 Emprunt de CB…... m2 = r2 – I2


D 672 Intérêt du loyer de CB……... I2
C 623 Redevance CB……………………………r2

4. Enregistrement des Intérêts courus à la fin de l’année 2

D 672 Intérêt du loyer de CB…….. IC2


C 176 Intérêts courus………….. IC2

IC2 = Intérêts courus de l’année 2

IC2 = I3 (12 – m)/12

4. Constatation des amortissements

D 681 Dotations aux amortissements d’exploitation……… a2


C 284 Amortissement du Matériel……………………… a2

a2 = VE x t%
Conséquences du traitement dans le résultat financier de l’exercice 2

Dans le compte résultat de l’exercice 2, les charges financières augmentent de I2 + IC2 -


IC1
Le résultat d’exploitation est diminué de a2 représentant la dotation de l’exercice.
Dans le bilan, l’actif se présente comme suit :

Actif Montant brut amortissement Montant net


Matériel VE a 1 + a2 VE - (a1 + a2)

Au passif les dettes financières seront calculées ainsi :

Dettes financières = E - m1 + IC1 - IC1 - m2 + IC2

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

17
m1 E
IC1 IC1
m2 IC2

Solde du compte 17 = E – (m1 + m2) + IC2

Amortissements financiers

NB : les années qui suivent le traitement comptable ne présente aucune particularité. Le même
traitement que l’année 2 sera opéré. C’est seulement à la dernière année qu’on observe une
particularité dans le traitement comptable.

Traitement comptable dernière année

Il faut distinguer deux cas :


- Le cas où l’option est levée c’est-à-dire que la société achète le matériel en payant le prix
convenu après le versement de la dernière redevance.
- Le cas où l’option n’est pas levée c’est-à-dire que la société n’achète pas le bien et le retourne
à son propriétaire.
er
Dans le 1 cas : On ne constate pas l’entrée du bien dans le patrimoine (puisque c’est déjà fait).
Cette hypothèse de levée de l’option était implicite. C’est ce qui a entraîné toutes les écritures déjà
passées. Par ailleurs le prix de la levée de l’option est tellement incitatif que la société a toujours
intérêt à lever l’option en achetant le bien. L’écriture suivante doit être alors constatée.

D 173 Dette de CB…………. …………Montant de la dette restante


D 672 intérêt dans loyer de CB………Intérêt
C 521 Banques………………… Prix de levée de l’option

Le compte 173 est ainsi soldé et l’état annexé fait disparaître les mentions portant sur le crédit-bail.

ème
Dans le 2 cas :
On fait comme s’il s’agissait d’une cession avec comme prix de cession le montant de la dette
restante. Aussi devrait constater la sortie de l’immobilisation, le solde des amortissements et
l’annulation de la dette restante. On aurait les écritures suivantes :

1- D 681…………….. Dotation complémentaire


C 284…………………………… DC

2- La sortie de l’immobilisation
D 812 Valeur comptable des cessions d’immo……. VO
C 24 Matériel …………………………………..VO

3- Solde des amortissements


D 284 Amortissement du matériel……………….. A
C 812 Valeur comptable des cessions d’immo …… A

4- Annulation de la dette
D 173 Emprunt CB………………. Dette restante
C 822 Produits des cessions d’immob. Corpor. Dette restante

Application :

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

La société XADIJA.SA spécialisée dans la fabrication de matériels agricoles souscrit un contrat de


CB pour acquérir un matériel industriel utilisable pendant 6 ans 8 mois (DUP). Le prix indiqué dans le
contrat est de 100 000 000 F.
Le contrat porte sur une durée de 5 ans avec le paiement d’une redevance annuelle d’un montant de
er
26 969 107 F. La première redevance est payable à la conclusion du contrat soit le 1 Mars N.
e
A l’issue de la 5 année la société aurait la possibilité d’acheter le matériel pour 8 000 000 F (prix
de levée de l’option).

Travail demandé :

1) Etablir le tableau d’amortissement comptable du matériel (système linéaire)

2) Etablir le tableau d’amortissement financier de la dette de crédit-bail.

3) Passer toutes les écritures nécessaires (année N, N + 1, N + 2) en indiquant à la fin de


chaque année les incidences sur le compte de résultat et le bilan.

4) Passer les écritures nécessaires de l’année N + 5 (année de levée de l’option en envisageant


le cas de levée de l’option et le cas de non levée de l’option).

SOLUTION :

1. Plan d’amortissement du matériel

PLAN D’AMORTISSEMENT
Nature : Matériel Industriel Système : linéaire
Valeur d’entrée : 100 000 000 DUP : 6 ans 8 mois
Date d’acquisition 1-3-N Taux : 15%
Année Calculs Amortissement Amort.cumulé V.N.C.
N 100 000 000 x 15 % x 10/12 12 500 000 12 500 000 87 500 000
N+1 100 000 000 x 15 % 15 000 000 27 500 000 72 500 000
N+2 100 000 000 x 15 % 15 000 000 42 500 000 57 500 000
N+3 100 000 000 x 15 % 15 000 000 57 500 000 42 500 000
N+4 100 000 000 x 15 % 15 000 000 72 500 000 27 500 000
N+5 100 000 000 x 15 % 15 000 000 87 500 000 12 500 000
N+6 100 000 000 x 15 % x 10/12 12 500 000 100 000 000 0

2. Plan d’amortissement financier de la dette de Crédit-Bail

Recherche du taux équivalent de l’Emprunt (E)

On établit le graphique suivant pour y voir plus clair.

On pose :
4
1 (1 t)
5
E = a a a '( 1 t ) a = montant de la redevance
t
a’ = prix de levée de l’option

Dans notre cas E= 100 000 000 a= 26 969 107 a’= 8 000 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

On aura l’équation suivante à résoudre pour déterminer t


4
1 (1 t)
5
100 000 000 = 26 969 107 + 26 969 107 8 000 000 ( 1 t )
t

4
1 (1 t) -5
100 000 000 – 26 969 107 = 26 969 107 + 8 000 000 (1+t)
t
4
1 (1 t) -5
73 030 893 = 26 969 107 + 8 000 000 (1+t)
t
A ce stade on procède alors par essai pour trouver t. Il s’agit de prendre un taux donné de calculer le
deuxième membre de l’équation. Le but est d’obtenir deux valeurs de t qui encadre l’équation. Plus les
valeurs de t sont proches plus on a de précision. Après avoir trouvé deux valeurs de t, on procède par
interpolation linéaire.

Par exemple pour t = 15 % E = 107 942 738 100 000 000


Pour t = 18% E = 103 024 545 100 000 000
Pour t = 22% E= 97 180 358 100 000 000
On voit que t est compris entre 18% et 22%.
On pratique l’interpolation comme suit :
t = 18 % 103 024 545

t=? 100 000 000

t = 22 % 97 180 358

0 , 22 0 , 18 100 . 000 . 000 103 . 014 . 545


t = 0, 18 + = 0, 200668
97 . 180 . 358 103 . 014 . 545

Taux = 20 %
N.B. : Quand les redevances ne sont pas constantes, ça ne change rien au problème. On utilisera
toujours la méthode de la recherche par essai.
On obtient le plan d’amortissement suivant :

N° Date Dette vivante Intérêt de la Amortissement Annuité


échéance d’échéance en début période
0 1/3/N 100 000 000 0 26 969 107 26 969 107
1 1/3/N+1 73 030 893 14 606 179 12 362 928 26 969 107
2 1/3/N+2 60 667 965 12 133 593 14 835 514 26 969 107
3 1/3/N+3 45 832 451 9 166 490 17 802 617 26 969 107
4 1/3/N+4 28 029 834 5 605 967 21 363 140 26 969 107
5 1/3/N+5 6 666 694 1 333 306 6 666 694 8 000 000

100 000 000

3. Ecritures année N
____________ 1-3-N ____________
241 Matériel et Outillage 100 000 000
173 Emprunt équivalent de CB 100 000 000
Contrat de CB (acquisition d’un matériel)
----------------------- d° --------------------
623 Redevance de CB
521 Banque 26 969 107
ère
(Règlement de la 1 Redevance) 26 969 107
---------------------31-12-N ---------------
173 Emprunt équivalent de CB
623 Redevance de CB 26 969 107
(Solde du compte crédité) 26 969 107
----------------------- d°---------------------

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

672 Intérêts du loyer de CB


176 Intérêt courus 12 171 816
IC =14 606 179 x(12-2) /12 12 171 816
------------------------ d°--------------------
681
Dotation Amortissements d’expl.
2841 12 500 000
Amort. Matériel et Outillage
12 500 000
(Dotation de l’exercice)
Conséquences sur les Etats Financiers de l’année N

Compte de résultat

Total charges = 12 171 816 + 12 500 000 = 24 671 816


Charges financières charges d’exploitation

Dans le bilan

- Actif

Actif Montant brut Amort. Montant net

Matériel et Outillage 100 000 000 12 500 000 87 500 000

- Passif

Dettes financières = …………………………. 85 202 709


(100 000 000 – 26 969 107 + 12 171 816)

3.2. Ecritures ANNEE N+1

__________ 1-1-N+1 ____________


176 Intérêts courus 12 171 816
672 Intérêts de loyer de CB 12 171 816
(Solde du compte 176)
-------------------1-3-N+1-----------------
623 Redevance de CB 26 969 107
521 Banque 26 969 107
e
(Règlement de la 2 redevance)
-------------------31-12-N+1--------------
672 Intérêts du loyer de C.Bail 14 606 179
173 Emprunt de CB 12 362 928
623 Redevance de CB 26 969 107
(Retraitement de la redevance)
---------------------- d° ---------------------
672 Intérêts de loyer de CB 10 111 327
176 Intérêts courus 10 111 327
10
IC 12 . 133 . 593 x
12
681 ---------------------- d°---------------------- 15 000 000
2841 Dotation aux amort. d’exploitation 15 000 000
Amort. du Matériel & Outillage
(Dotation de l’exercice)

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Incidences dans les Etats financiers de l’année 2

Dans le compte de résultat

Charge d’exploitation………. 15 000 000


Charges financières……….. 12 545 690
Charges Totales 27 545 690

Les charges financières de l’exercice ont calculées comme suit :

672
31/12/N+1 14 606 179 12 171 816 1/1/N+1
31/12/N+1 10 111 327 12 545 690 sd

Pour le bilan N+1

Actif

Actif Montant brut Amort. Montant net

Matériel et Outillage 100 000 000 27 500 000 72 500 000

Passif

Dettes financières = (85 202 709 – 12 171 816 – 12 369 928 + 10 111 327) =
70 772 202

17
1/1/N+1 12 171 816 85 202 709 1/1/N+1
31/12/N+1 12 362 928 10 111 327 31/1/N+1
SC70 772 202

Ecritures de la dernière année N+5

Levée de l’option
__________ 1-3-N+5 ____________
623 Redevance de CB 8 000 000
521 Banque 8 000 000
---------------------- d°----------------------
173 Emprunt équivalent de CB 6 666 694
672 Intérêt dans loyer de CB 1 333 306
623 Redevance de Crédit-Bail 8 000 000

Hypothèse de non levée de l’option

__________ 1-3-N+5 ____________


681 Dotation Amort. d’exploitation 2 500 000
2841 Amort. Matériel & Outil. 2 500 000
Dotation compl. (15 000 000 x 2/12)
------------------------ d°--------------------
812 Valeur Comptable des cess° d’Im. 100 000 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

241 Matériel & Outillage 100 000 000


(Sortie)
------------------------ d°--------------------
2841 Amort. du Matériel & Outillage 75 000 000
812 V.C. des cessions d’immob. 75 000 000
(Solde d’amortissement)
------------------------ d°--------------------
173 Emprunt de CB 6 666 694
822 Pdt de cession d’immob. 6 666 694
(Pour solde du compte débité)

N.B. : Il existe deux cas de non traitement de Crédit-Bail

1- Cas des contrats de faible valeur :


C’est lorsque la valeur du contrat ne dépasse pas 5 % du total brut des immobilisations. Dans ce cas
le montant de la redevance est une charge à enregistrer au débit du compte 623.

2- Cas où les risques attachés à la propriété ne sont pas transférés au Preneur :


Dans le cas où l’entreprise n’a pas l’intention dès le départ de lever l’option, on peut traiter le contrat
comme indiqué plus haut.

NB : Il faut noter que lorsqu’une entreprise utilise plusieurs petits contrats de crédit-bail représentant
au total 20 % des immobilisations, un retraitement simplifié s’impose. Le montant de la redevance
totale est retraité en amortissement et en Intérêt.

On calcule alors un rapport k avec :

Valeur Initiale des contrats


k=
Total des échéances des contrats

Montant de la dotation aux amortissements = Redevance x k

Montant des Intérêts = Redevance x (1 – k)

Application :
Ainsi, si le montant de la Redevance est de 10 000 000
k = 0, 4 Dotation = 10 000 000 x 0, 4 = 4 000 000
Intérêt = 10 000 000 x (1 – 0, 4) = 6 000 000

Ecritures en fin d’année

D 681 Dotation aux amortissement d’exploitation….. 4 000 000


D 672 Intérêt dans loyer de CB……………………….. 6 000 000
C 623 Redevance de CB…………………… 10 000 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

CHAPITRE 2: FINANCEMENT DE L’ENTREPRISE PAR UN EMPRUNT OBLIGATAIRE

1- QU’EST QU’UN EMPRUNT OBLIGATAIRE ?


L’emprunt obligataire est un emprunt fractionné sous forme d’obligations de même valeur nominale. Il
réunit donc plusieurs prêteurs appelés obligataires. L’obligataire détient ainsi un titre de créance émis
par une société, une collectivité locale ou un Etat. En général l’emprunt obligataire est un montant
élevé et s’adresse au public.
Cependant la société qui émet l’emprunt doit avoir au moins 2 ans d’existence et son capital doit être
entièrement libéré. L’emprunt doit être agréé par l’autorité publique et respecter les formalités de
publicité.
L’emprunteur s’engage à rembourser à une date donnée quel que soit son résultat (bénéfice ou
perte). Le placement est donc plus sûr car l’obligataire est certain de récupérer sa mise et ses intérêts
sans courir beaucoup de risque si ce n’est la faillite de l’emprunteur ou alors une variation en baisse
des taux d’intérêts sur le marché financier.

2- COMMENT CONSTRUIRE LE PLAN D’AMORTISSEMENT ?


2-1- Modalités de remboursement :
L’emprunt obligataire peut être remboursé selon plusieurs modalités

Remboursement par annuités constantes


Le montant de l’annuité comprenant l’amortissement et les intérêts est sensiblement le même à l’issue
de chaque période. Par conséquent le nombre d’obligations amorties à la fin de chaque période n’est
pas le même.

Remboursement par amortissements constants :


La valeur de chaque amortissement ne change pas, le nombre d’obligations remboursées étant le
même. Les intérêts sont calculés sur le nombre d’obligations restantes. Par conséquent l’annuité
change.

Remboursement en bloc
Aujourd’hui de plus en plus cette modalité est appliquée. Il s’agit chaque année de verser les intérêts
(coupon) et d’attendre la fin de l’emprunt pour rembourser toutes les obligations émises d’un seul
coup.

2-2- Termes utilisés :


Certains termes sont beaucoup utilisés. Il convient d’en donner la signification.
Souscription : C’est l’engagement des obligataires à acquérir un certain nombre
d’obligations. L’emprunt peut être totalement couverte ou partiellement couverte.

Valeur nominale (C): C’est la valeur attribuée à l’obligation

Nombre d’obligations (N) : C’est l’ensemble des obligations émises et qui doivent être
remboursées.

Prix d’émission (E) : C’est le montant versé par l’obligataire pour obtenir une obligation.
C’est le prix d’une obligation. Il peut être égal à la valeur nominale (E = C) : on parle
d’émission au pair. Il peut être inférieur à la valeur nominale (E < C) ou au dessus du pair
c’est-à-dire supérieur à la valeur nominale (E > C).

Prime d’émission : C’est la différence entre le prix d’émission et la valeur nominale si E < C

Prix de remboursement : C’est le montant versé à l’obligataire à l’occasion du


remboursement(R). Ce montant est soit égal à l’obligation, soit supérieur à l’obligation.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Prime de remboursement : C’est la différence entre le prix de remboursement (R) et la


valeur nominale si R > C

Double prime si R > C > E. Dans ce cas prime = R – E. La double prime correspond à une
prime d’émission à laquelle s’ajoute une prime de remboursement.

Coupon : C’est l’intérêt versé pour chaque obligation. Il se calcule ainsi : C = C x t%

Taux facial ou taux nominal : C’est avec ce taux qu’on calcule les intérêts.

Date de jouissance : c’est la date de départ du décompte des intérêts.

Durée de l’emprunt : c’est le nombre d’années à l’issue duquel l’emprunt est amorti ou
remboursé.

2-3- Tableau d’amortissement financier

Annuités constantes :
Dans un emprunt indivis l’annuité est obtenue ainsi :
t
a= E n
1 (1 t )
t
Pour un emprunt obligataire E = NC d’où a = NC n
1 (1 t)
E = montant de l’emprunt obligataire
N = nombre d’obligations
C = valeur nominale

Illustration

Une société veut emprunter 100 000 000 F en émettant 2.000 obligations de valeur nominale 50 000
F. Taux de l’emprunt 10 %. L’emprunt est remboursable au moyen de 5 annuités constantes. Date de
l’emprunt 1/3/N. Construire le plan d’amortissement financier.

Solution :
0 ,1
 Annuité constante = 2.000 x 50 000 5
= 26 379 748
1 1,1

ère
1 année
 Coupon = 50 000 x 10 % = 5 000
ère
 Intérêt de la 1 année = 5 000 x 2 000 = 10 000 000
 Amortissement théorique = 26 379 748 – 10 000 000 = 16 379 748
 Nombre d’obligations à amortir = 16 379 748 / 50 000 = 327, 59 ≈ 328
 Amortissement réel = 50 000 x 328 = 16 400 000

ème
2 année
 Nombre d’obligations restantes = 2.000 – 328 = 1 672
ème
 Intérêt de la 2 année = 5 000 x 1 672 = 8 360 000
 Amortissement théorique = 26 379 748 – 8 360 000 = 18 019 748
 Nombre d’obligations à amortir = 18 019 748 / 50 000 = 360, 39 ≈ 360
 Amortissement réel = 50 000 x 360 = 18 000 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

ème
3 année
 Nombre d’amortissements restants = 1 672 – 360 = 1.312
ème
 Intérêt de la 3 année : 5 000 x 1312 = 6 560 000
 Amortissement théorique = 28 379 748 – 6 560 000 = 19 819 748
 Nombre d’obligations à amortir = 19 819 748/50 000 = 396, 39 ≈ 396
 Amortissement réel = 396 x 50 000 = 19 800 000

Les mêmes calculs seront effectués année 4 et année 5.

On aura le tableau suivant :

N° Date Nombre Intérêt de la Nombre Amortissement Annuités


Echéance d’échéance d’obligations période d’obligations
à amortir restantes
0 01/03/N+1 0 0 2 000 0 0
1 01/03/N+2 328 10 000 000 1 672 16 400 000 26 400 000
2 01/03/N+3 361 8 360 000 1 312 18 000 000 26 360 000
3 01/03/N+4 396 6 560 000 916 19 800 000 26 360 000
4 01/03/N+5 436 4 580 000 480 21 800 000 26 380 000
5 01/03/N+6 480 2 400 000 0 24 000 000 26 400 000

La valeur de remboursement R peut être supérieure à la valeur nominale C. Dans ce cas, il y a lieu de
Ct
calculer le taux d’intérêt réel t’ t'
R

Le plan d’amortissement sera construit, au début, avec une valeur égale à N x R.


L’annuité est obtenue alors ainsi :

t'
Annuité constante : NR x n
1 (1 t')

Construire le plan d’amortissement avec une valeur de remboursement égale à 50 500.

Coupon = 50 000 x 10 % = 5 000


5 000
Taux d’intérêt réel = = 9, 9 %
50 500
0 , 099
Valeur à rembourser = 100 000 000 5
= 26 575 514, 62
1 (1 0 , 099 )
N° Date Nombre Intérêt de la Nombre Amortissement Annuités
Echéance d’échéance obligations à période obligations
amortir restantes
0 01/03/N+1 0 0 2.000 0 0
1 01/03/N+2 328 9 999 000 1.672 16 564 000 26 563 000
2 01/03/N+3 361 8 359 164 1.311 18 230 500 26 589 664
3 01/03/N+4 396 6 554 345 915 19 998 000 26 552 345
4 01/03/N+5 436 4 574 543 479 22 018 000 26 592 543
5 01/03/N+5 479 2 394 761 0 24 199 500 26 534 261

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Amortissements constants :

Le nombre d’obligations à amortir (à rembourser) est constant soit 400 (2.000/5).

Le plan d’amortissement se présente ainsi :

N° Date Nombre Intérêt de Nombre Amortissement Annuités


Echéance d’échéance d’obligations à la période d’obligations
amortir restantes
0 01/03/N+1 0 0 2 000 0 0
1 01/03/N+2 400 10 000 000 1 600 20 000 000 30 000 000
2 01/03/N+3 400 8 000 000 1 200 20 000 000 28 000 000
3 01/03/N+4 400 6 000 000 800 20 000 000 26 000 000
4 01/03/N+5 400 4 000 000 400 20 000 000 24 000 000
5 01/03/N+6 400 2 000 000 0 20 000 000 22 000 000

Coupon = 50 000 x 10 % = 5 000 Amortissement = 400 x 50 000 = 20 000 000

Amortissement in fine (en bloc)

N° Ech Date Nombre Intérêt de la Nombre Amortissement Annuités


d’échéance d’obligations période d’obligations
à amortir restantes
0 01/03/N+1 0 0 2.000 0 0
1 01/03/N+1 0 10 000 000 2.000 0 10 000 000
2 01/03/N+2 0 10 000 000 2.000 0 10 000 000
3 01/03/N+3 0 10 000 000 2.000 0 10 000 000
4 01/03/N+4 0 10 000 000 2.000 0 10 000 000
5 01/03/N+6 2.000 10 000 000 0 100 000 000 110 000 000

NB : Ces plans d’amortissement sont établis avec l’hypothèse E = C = R

3 TRAITEMENT COMPTABLE.
ère
Dans le traitement comptable de l’emprunt obligataire, la 1 année, 2 phases sont à distinguer :
- à la réalisation de l’emprunt
- à la fin de l’exercice
Les années qui suivent, il faudra distinguer :
- le début de l’exercice
- la date de remboursement
- la fin de l’exercice

1. Première année :
A la souscription, il n’est pas toujours nécessaire de passer les écritures comptables. Les frais
engagés devront cependant être enregistrés par nature (publicités, frais d’impression de titres,
commissions bancaires).
A la réalisation, il convient de passer les écritures suivantes :
Débiter 521 : banque.
Débiter 206 : prime de remboursement des obligations.
Créditer 161 : Emprunt obligataire.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

A la fin de l’année, il convient de :


- constater les intérêts courus. Débiter 6711 Créditer 1661
- transférer les frais dans le compte 202(6) : frais d’émission des emprunts par le crédit du
compte 781 : transferts de charges d’exploitation.les frais sont soient répartis sur la durée de
l’emprunt soient considérés comme charges de l’exercice (à ne pas transférer dans ce cas).
-Amortir directement les primes de remboursement en débitant 687(2) : Dotations aux amortissements
des primes de remboursement des obligations et en créditant 206 : prime de remboursement des
obligations.
Notons que les primes sont amorties sur une durée maximum de 5 ans.
2. Les années suivantes :
-au début de l’année, il faut solder les intérêts courus.
-à la date d’échéance, constater le remboursement de l’emprunt en passant les écritures suivantes :
Débiter 161 : Emprunt obligataire.
Débiter 671(1) : intérêts des emprunts obligataires.
Créditer 521 : Banque.
Créditer 442(3) : Impôts et taxes recouvrables sur les obligations.
-A la fin de l’année, on doit amortir les frais et les primes (amortissement direct) et constater les
intérêts courus.

3. Illustration :

La société SANGOMAR émet 20 000 obligations de valeur nominale 60 000 le 1/07/2006.La valeur de
remboursement est de 60 000.Le taux d’intérêt est de 10%.La durée est de 4 ans. Le remboursement
a lieu le 30/09 de chaque année. La commission prélevée par le banquier est de 1%.la TOB (taxe sur
les opérations bancaires) étant de 17%.Le taux de la retenue à la source 13%.

Travail à faire :
Construire le plan d’amortissement avec annuité constante ainsi que le plan d’amortissement avec
amortissement constant.
Passer les écritures en 2006 ,2007 et 2008.

Résolution :
Plan d’amortissement avec annuité constante.

t
E = NC d’où a = NC n
1 (1 t)

E = montant de l’emprunt obligataire


0 ,1
 Annuité constante = 20 000 x 60 000 5
= 378 564 964
1 1,1
N° Date Nombre Intérêt de la Nombre Amortissement Annuités
Echéance d’échéance d’obligations période d’obligations
à amortir restantes
0 01/03/N+1 0 0 20 000 0 0
1 01/09/2006 4 309 120 000 000 15 691 258 540 000 378 540 000
2 01/09/2007 4 740 94 146 000 10 951 284 400 000 378 546 000
3 01/09/2008 5 214 65 706 000 5 737 312 840 000 378 546 000
4 01/09/2009 5 737 34 422 000 0 344 220 000 378 642 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Plan d’amortissement constant.

N° Date Nombre Intérêt de la Nombre Amortissement Annuités


Echéance d’échéance d’obligations à période d’obligations
amortir restantes
0 01/09/2006 0 0 20 000 0 0
1 01/09/2007 5 000 120 000 000 15 000 300 000 000 420 000 000
2 01/03/2008 5 000 90 000 000 10 000 300 000 000 390 000 000
3 01/03/2009 5 000 60 000 000 5 000 300 000 000 360000 000
4 01/03/2010 5 000 3 000 000 0 300 000 000 330 000 000

Ecritures comptables :
Année 2006 :

30/09/2006
1 135 960
521 Banque 000
206 Primes de remboursement des obligations 50 000 000
631 frais bancaires (1 200 000 000*1%*1,17%), 14 040 000
1 200 000
161 Emprunt obligataire (6 000 *20 000). 000
Réalisation de l'emprunt.
31/13/2006
202(6) frais d'émission des emprunts 14 040 000
781 transferts de charges d'exploitation. 14 040 000
Transferts de frais bancaires.

Dotations aux Amorti des es
681(1) immobilisées, 3 510 000
202(6) frais d'émission des emprunts. 3 510 000
Amortissement des frais (14 040 000/4=3 510 000)

Dotations aux Amort des
687(2) prime de remboursements. 12 500 000
206 Prime de remboursement des obligations. 12 500 000
Amortissement des primes (50 000 000/4=12 500 000)

Intérêts des emprumts
6711 obligataires. 30 000 000
1661 Intérêts courus sur emprunts obligataires 30 000 000
Intérêts courus de la période (120 000 000*3/12)

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Remarque : l’amortissement de la prime pouvait se faire en utilisant la formule suivante :

Prime x Intérêt de l’exercice


A=————————————
Intérêt total

Ainsi on passerait l’écriture suivante :


Débit 687(2)………………4 772 905.
Crédit……………………………….4 772 905.

50 000 000 * 30 000 000


Amortissement prime =————————————=4 772 905.
314 274 000

Année 2007 :

01/01/2006
Intérêts courus sur emprunts
1661 obligataires 30 000 000
6711 Intérêts des emprunts obligataires 30 000 000
Solde des intérêts courus.
01/10/2007
161 Emprunt obligataire 258 540 000
6711 intérêt des emprunts obligataires 120 000 000
521 Banque 362 940 000
4423 impôts et taxes (120 000 000*13%) 15 600 000
Remboursement de 4 309 obligations.
31/12/2007
Dotations aux Amort des
681(1) charges immobilisées, 3 510 000
202(6) frais d'émission des emprunts. 3 510 000
Amortissement des frais(14 040 000/4=3 510 000)

Dotations aux Amort des
687(2) prime de remboursements. 12 500 000
206 Prime de remboursement des obligations. 12 500 000
Amortissement des primes(50 000 000/4=12 500 000)

Intérêts des emprumts
6711 obligataires. 23 536 500
1661 Intérêts courus sur emprunts obligataires 23 536 500
Intérêts courus de la période(120 000 000*3/12)

Remarque : Pour l’amortissement de la prime, si on avait choisi de l’étaler au prorata des intérêts, on
aurait l’écriture suivante :
Débit 687(2) …………………………18 063 298.
Crédit 206……………………………18 063 298.

50 000 000 *(120 000 000-30 000 000+23 536 500)


Amortissement =—————————————————————=
314 274 000
Amortissement =18 063 298.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

AMORTISSEMENTS DEROGATOIRES

C’est une fraction d’amortissement comptable ne correspondant pas à l’objet normal d’un
amortissement et comptabilisé en application de texte d’origine fiscal. Au plan économique, seul
l’amortissement avec le système linéaire se justifie (système de droit commun).

L’application du système accéléré ou du système dégressif ne se justifie que sur le plan fiscal par
dérogation. Ainsi les systèmes d’amortissements fiscaux donnent droit à l’amortissement dérogatoire.

Amortissements

Pour dépréciation Dérogatoires


« Amortissement économique » « Supplément fiscalement autorisé »
quel que soit le mode de calcul Ne constate pas une
dépréciation

OUI NON
Constatation d’une Diminution d’une Différence > 0
charge valeur d’actif
d’exploitation immobilisé Dans la formule

Débit 681… Crédit 28xxx


Dotations aux amortissements Amortissements des
des immobilisations immobilisations incorporelles
incorporelles et corporelles et corporelles

Constitution d’une Diminution de provision


provision réglementée réglementée
Débit : 851 dotations aux provisions Débit : 151 amortissements dérogatoires
réglementées Crédit : 861 reprise de provisions
Crédit : 151 amortissements dérogatoires réglementées

Amortissement dérogatoire = Amortissement Fiscal – Amortissement


Economique

Si la différence est 0, cela implique une dotation de provision réglementée. Dans ce cas, on débite le
compte 851 pour le crédit du compte 151.

Si la différence 0, cela implique une reprise de provision.


Dans ce cas D 151 C 861

Par ailleurs, la dotation économiquement justifiée est comptabilisée normalement en débitant le


compte 681 par le crédit de 28

D 681
C 28

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Exemple :
Le 1 avril 2004 une machine avait été acquise au prix de 23 600 000F (dont 18% de TVA
récupérable). La durée d’utilisation est de 5 ans. Cette machine bénéficie du régime de
l’amortissement dégressif. On considérera que la dépréciation économique coïncide avec
l’amortissement au système linéaire.
1- Présenter le plan d’amortissement au système linéaire
2- Présenter le plan d’amortissement au système dégressif
3- Présenter le plan d’amortissement permettant de distinguer l’amortissement fiscal,
l’amortissement économique et l’amortissement dérogatoire.
4- Enregistrer les écritures d’inventaire à la fin des trois premiers exercices.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

SOLUTION
1/ Plan d’amortissement au système linéaire

Années Amortissement.
(économique)

Base Dotation Cumul V.N.C. Observation


2004 20000000 3000000 3000000 17000000
2005 20000000 4000000 7000000 13000000
2006 20000000 4000000 11000000 9000000
2007 20000000 4000000 15000000 5000000
2008 20000000 4000000 19000000 1000000
2009 20000000 1000000 20000000 0

2/ Plan d’amortissement au système dégressif

Années Amortissement.
dégressif

Base Dotation Cumul V.N.C. Observation


2004 20000000 6000000 6000000 14000000
2005 14000000 5600000 11600000 8400000
2006 8400000 3360000 14960000 5040000
2007 5040000 2520000 17480000 2520000
2008 2520000 2520000 20000000 0

3/ Plan d’amortissement mettant en évidence l’amortissement dérogatoire

Années Amortissement. Amortissement. Amortissement.


(fiscal. autorisé) (économique) dérogatoire
Dotation Cumul V.N.C. Dotation Cumul V.N.C. Dotations Reprises
2004 6000000 6000000 1400000 3000000 3000000 17000000 3000000
2005 5600000 11600000 8400000 4000000 7000000 13000000 1600000
2006 3360000 14960000 5040000 4000000 11000000 9000000 640000
2007 2520000 17480000 2520000 4000000 15000000 5000000 1480000
2008 2520000 20000000 0 4000000 19000000 1000000 1480000
2009 1000000 20000000 0 1000000
4600000 4600000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

4/ Enregistrement

31/12/2004
681 Dotations aux amortissements 3000000
2841 Amortissement du mat et out 3000000
Dotation de l’exercice
851 Dotations aux prov. Réglementées 3000000
151 Amortissements dérogatoires 3000000

31/12/2005
681 Dotations aux amortissements 4000000
2841 Amortissement du mat et out 4000000
Dotation de l’exercice
851 Dotations aux prov. Réglementées 1600000
151 Amortissements dérogatoires 1600000

31/12/2006
681 Dotations aux amortissements 4000000
28…. Amortissement du……… 4000000
Dotation de l’exercice
Amortissements dérogatoires 640000
151 Reprise de provisions réglementées 640000
861
31/12/2007
Dotations aux amortissements 4000000
681 4000000
Amortissement du………
28….
Dotation de l’exercice
1480000
Amortissements dérogatoires
151 1480000
Reprise de provisions réglementées
861
31/12/2008
681 Dotations aux amortissements 4000000
Amortissement du………
28…. 4000000
Dotation de l’exercice
151 Amortissements dérogatoires 1480000
861 Reprise de provisions réglementées 1480000
31/12/2009
681 1000000
28…. Dotations aux amortissements 1000000
Amortissement du………
151 Dotation de l’exercice 1000000
861 Amortissements dérogatoires 1000000
Reprise de provisions réglementées

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Application:

L’entreprise Diagne estime que, sur les 18 000 000 F d’amortissements fiscaux Qu4elle comptabilise
fin 2004, 9 800 000F seulement sont économiquement justifiés. En revanche, fin 2005,
l’amortissement fiscal est tombé à 4 700 000F contre 8 000 000F d’amortissements économiques.
Tous ces amortissements concernent les matériels industriels.

Travail à faire : Présenter au journal les écritures d’inventaire fin 2004 et fin 2005.

Tableau

Années Amortissement. Amortissement. Amortissement.


(fiscal. autorisé) (économique) dérogatoire
Dotation Cumul V.N.C. Dotation Cumul V.N.C. Dotations Reprises
2004 18000000 9800000 8200000
2005 4700000 8000000 3300000

Enregistrement

31/12/2004
681 Dotations aux amortissements 9800000
28…. Amortissement du……… 9800000
Dotation de l’exercice
851 Dotations aux prov. Réglementées 8200000
151 Amortissements dérogatoires 8200000

31/12/2005
681 Dotations aux amortissements 8000000
28…. Amortissement du……… 8000000
Dotation de l’exercice 3300000
151 Amortissements dérogatoires
861 Reprise de provisions réglementées 3300000

Exercice à faire :
Le 15 septembre 2006 une machine avait été acquise au prix de 42 480 000F (dont 18% de TVA
récupérable). La durée d’utilisation est de 6 ans 3 mois. Cette machine bénéficie du régime de
l’amortissement dégressif. On considérera que la dépréciation économique coïncide avec
l’amortissement au système linéaire.
1- Comptabiliser l’acquisition
2- Présenter le plan d’amortissement au système linéaire
3- Présenter le plan d’amortissement au système dégressif
4- Présenter le plan d’amortissement permettant de distinguer l’amortissement fiscal,
l’amortissement économique et l’amortissement dérogatoire.
4- Enregistrer les écritures d’inventaire à la fin des trois premiers exercices.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

1/ Plan d’amortissement au système linéaire

Années Amortissement.
(économique)

Base Dotation Cumul V.N.C. Observation

2/ Plan d’amortissement au système dégressif

Années Amortissement.
dégressif

Base Dotation Cumul V.N.C. Observation

3/ Plan d’amortissement mettant en évidence l’amortissement dérogatoire

Années Amortissement. Amortissement. Amortissement.


(fiscal. autorisé) (économique) dérogatoire
Dotation Cumul V.N.C. Dotation Cumul V.N.C. Dotations Reprises
2006 4800 4800 31200 1680 1680 34320 3120
2007 12480 18720 5760 7440 28560 6720
2008 7488 11232 5760 13200 22800 1728
2009 4492,8 6739,2 5760 18960 17040 1267,2
2010 2695,68 4043,52 5760 24720 11280 3064,32
2011 2021,76 2021,76 5760 30480 5520 3738,24
2012 2021,76 0 5520 36 000 0 3498,24

11 568 11568

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

OPERATIONS EN MONNAIES ETRANGERES

Aujourd’hui, pratiquement toutes les entreprises effectuent des opérations en monnaie étrangère
(devises) prenant ainsi un risque financier (pertes ou gains).

Le SYSCOA distingue 3 cas :


- Cas des biens
- Cas des créances et dettes
- Cas des disponibilités

1- Cas des biens :

1.1 Cas des immobilisations


« Pour les immobilisations la valeur d’entrée est représentée par le coût d’acquisition converti en franc
CFA sur la base du cours de change le jour de l’acquisition ».

Exemple 1 : Acquisition d’une immobilisation corporelle


Une société achète un matériel industriel auprès de son fournisseur américain au coût de 10 000 $ us
le 1-03-N
Les modalités de règlement indiquent 25 % au comptant, le reste dans 3 mois. Le cours du Dollar le
1-03-N est 1 $ = 980 FCFA. Passer les écritures

____________ 1-3-N ____________


2411 Matériel Industriel 9 800 000
481 Fournisseur d’Investissement 9 800 000
(Achat de Matériel Fact. n°…..)
---------------------- d° ---------------------
481 Fournisseur d’Investissement 2 450 000
521 Banque 2 450 000
(Règlement chèque n°…….)

Le 01-06-N (jour de règlement des 75 % restant soit 7 500 $) le cours du $ est de 1 000 F CFA pour
1$. Passer les écritures

______________ 1-6-N _______________


481 Fournisseur d’Investissement 7 350 000
676 Perte de change (1.000 – 980) x 7.500 150 000
521 Banque (1.000 x 7.500) 7 500 000
Règlement ch n°….
La société décaisse 7 500 $ soit 7 500 000 FCFA perdant ainsi 150 000 FCFA

Si le cours du $ était de 920 F pour 1 $ on aurait l’écriture suivante :


____________ 1-6-N ____________
481 Fournisseur d’Investissement 7 350 000
521 Banque (7.500 x 920) 6 900 000
776 Gain de change (920 – 980) x 7.500 450 000
Règlement ch n°….

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Exemple 2 : Acquisition de titres de participation


La Société ALPHA a acquis à l’occasion de la création d’une société marocaine 500 actions de valeur
nominale de 6 000 Dirham. Ces actions sont libérées de moitié à la création (le 1-04-N). Cours du
Dirham ce jour 1 Dirham = 50 F CFA. Passer les écritures. Les actions seront considérées comme
des titres de participation, la société ALPHA détenant plus de 20% du capital.
_____________1-4-N____________
26 Titres de participation (500 x 6000) x 50 150 000 000
521 Banque 75 000 000
472 Versement restant à effectuer sur titre 75 000 000
(Acquisition de 500 actions)

Rappel sur les titres:


On distingue :
- titres de participation (26) évalués au coût d’acquisition
- titres immobilisés (274) évalués au prix d’achat sauf les titres immobilisés de l’activité de
portefeuille (TIAP) évalués au coût d’acquisition
- titres de placement (50) évalués au prix d’achat
La Société Marocaine appelle le reste du capital le 1-07-N+1 la Société ALPHA libère ses actions.
Cours du Dirham : 1 Dirham 61 F CFA
____________1-7-N+1_____________
472 Versement restant à effectuer sur titres 75 000 000
676 Perte de change 16 500 000
521 Banque 91 500 000
Libération du reste

1.2 Cas des stocks


Il faut distinguer deux cas :
- Le cas où les stocks sont détenus à l’étranger
- Le cas où les stocks sont acquis à l’étranger avec détention en zone CFA.
1. Détention à l’étranger
Principe : La valeur en devises étrangères de stocks détenus à l’étranger est convertie en francs CFA
en fin d’exercice, à un cours égal, pour chaque nature de stock à la moyenne pondérée des cours
pratiqués à la date d’achat ou d’entrée en magasin des stocks.
Des provisions peuvent être constituées si la valeur au jour de l’inventaire compte tenu des cours de
change de ce jour est inférieure à la valeur d’entrée en compte.
Application :
Une société achète un produit Y sur le marché international qu’elle stocke à l’étranger. Pour l’année
N, les mouvements de l’exercice sont les suivants :
01/01 Stock initial : 40 000 tonnes évaluées à 120$ la tonne (1$ = 850 CFA)
09/03 Sortie de 25 000 tonnes :
19/06 Acquisition de 22 500 tonnes à 105$ la tonne (1$ = 900CFA)
14/10 Sortie de 10 000 tonnes
22/12 Sortie de 14 500 tonnes
La société utilise la méthode PEPS pour ses évaluations et l’inventaire intermittent.
Le cours du dollar au 31.12.N est 859 F CFA pour 1 dollar.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

T.A.F.:
1. Evaluer la valeur des stocks au 31.12.N
2. Régulariser le stock au 31.12.N

Solution
Stock final au 31 12 = 40 000 – 25 000 + 22 5000 – 10 000 – 14 500 = 13 000
Valeur du stock en $ = 13 000 x 105 = 1 365 000.
Evaluation du stock en FCFA.
Cours moyen pondéré en CFA = (40 000 x 850 + 22 500 x 900)/(40 000 + 22 500)
= 868
Valeur du stock en FCFA = 1 365 000 x 868 = 1 184 820 000

Ecritures au 31.12.N
Débit 311 Marchandises…………………………………………… 1 184 820 000
Crédit 6031 Variation des stocks de marchandises……………… 1 184 820 000
(Constatation du stock final.)
Débit 6031 Variation des stocks de marchandises ……………….. 4 080 000 000
Crédit 311 Marchandises ………………………………..…………… 4 080 000 000
(Annulation du stock initial)
Constatation de la charge provisionnée si le cours du jour est inférieur au cours moyen pondéré.
Débit 6593 charges provisionnées d’exploitation sur stocks…………… 12 285 000
Crédit 391 Dépréciation des marchandises …………………………….. 12 285 000
1365000 x (868– 859))

2. Détention dans l’UEMOA


Le SYSCOA a prévu pour cette comptabilisation quatre méthodes possibles de valorisation :

1- valorisation des achats et des stocks au cours d’achat (ou cours moyen calculé sur la durée de
rotation des stocks) ;

2- valorisation des achats au cours du jour d’achat et valorisation des stocks :


soit au cours du jour de clôture pour la totalité,
soit au cours du jour de clôture pour la partie non encore payée de ces stocks et au cours
d’achat pour la partie déjà payée (ou cours moyen d’achat), ou, pour cette dernière partie, au
cours à la date du paiement (ou cours moyen de paiement) ;

3- valorisation selon un cours interne de période fixée par l’entreprise :

4- achats et stocks payés valorisés au cours du jour du paiement (ou cours moyen), achats et stocks
non encore payés valorisés au cours du jour de clôture.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Application (voir Guide d’application pages 250-251)


L’entreprise C a acquis sur le marché international une matière première régulièrement tout au long
de l’année N. Par mesure de simplification, nous supposerons que le cours mondial de cette matière
est resté inchangé à 10 dollars la tonne

Mouvements de matières Cours du dollar


15/02/N 400 T 510
17/05/N 800 T 485
12/08/N 500 T 520
19/10/N 600 T 535
22/11/N 300 T 525
31/12/N néant 530

Le stock initial est nul.

Le stock final à la clôture de l’exercice (31/12/N) est de 700 tonnes. On suppose que la livraison du
19/10/N a été payée comptant et pour deux tiers au 22/11/N. La livraison du 22/11/N a été payée
comptant pour moitié et le solde sera payé au 31/1/N + 1.
er
1 méthode : valorisation des achats et des stocks au cours d’achat

Achat : 15/02/N 400 x 10 x 510 = 2 040 000


17/05/N 800 x 10 x 485 = 3 880 000
12/08/N 500 x 10 x 520 = 2 600 000
19/10/N 600 x 10 x 535 = 3 210 000
22/11/N 300 x 10 x 525 = 1 575 000

Stock final (premier entré, premier sorti) ;


300 x 10 x 525 = 1 575 000
400 x 10 x 535 = 2 140 000
--------------
Total 3 715 000 F CFA
eme
2 méthode : valorisation des achats au cours du jour d’achat et valorisation des stocks au cours
du jour de clôture pour la totalité :

La valorisation des achats est inchangée par rapport à la première méthode ;


Valorisation du stock au cours du jour de clôture pour la totalité
700 x 10 x 530 = 3 710 000 F CFA

Variante de la méthode : valorisation du stock au cours du jour de clôture pour la partie non encore
payée et au cours d’achat pour la partie payée :

400 x 10 x 535 = 2 140 000


1/2 (300 x 10) x 525 = 787 500
1/2 (300 x 10) x 530 = 795 000
Total 3 722 500
e
3 méthode : supposons que l’entreprise utilise pour toutes ses opérations en dollars un cours interne
de 528 F CFA.

Toutes les acquisitions seront valorisées à ce cours interne de 528 F CFA et le stock final sera évalué
à 700 x 10 x 528 = 3 696 000
e
4 méthode : variante de la deuxième méthode, les achats sont valorisés en tenant compte de la date
de paiement et non de la date d’acquisition. La valorisation du stock se fait au jour du paiement pour
ceux déjà payés et au cours de clôture pour le solde :

1/2(300 x 10) x 530 = 795 000 (part non payée de la livraison du 22/11)
1/2 (300 x 10) x 525 = 787 500 (part payée comptant de la livraison du 22/11)

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

1/3 (400 x 10) x 535 = 713 333 (part de la livraison du 19/10 payée comptant)
2/3 (400 x 10) x 525 = 1 400 000 (part de la livraison du 19/10 payée 22/11)
---------------
Total 3 695 833 F CFA

2. Cas de créances et des Dettes

Le SYSCOA dispose que les transactions financières ou les transactions commerciales sont
converties au cours de change en vigueur à la date de l’opération.

Exemple 1 : La Société réalise sa vente de 1.000 tonnes au prix unitaire de 200 $ à un client A le 1-9-
N. Cours du $ ce jour 1 $ = 900 F CFA. Enregistrer.

____________ 1-9-N ____________


41110 Client A (1.000 x 200) x 900 180 000 000
702 Vente de Produits finis 180 000 000
Vente fact. n°……….

Le 15-9-N la Société vend à un client B 1.000 tonnes au prix unitaire de 200 $. Cours du jour 1 $ = 1
000 F CFA.

____________ 15-9-N ___________


41111 Client B (1.000 x 200) x 1 000 200 000 000
702 Vente de Produits finis 200 000 000
Vente fact. n°……….

A l’inventaire du 31-12-N, on doit comparer le cours du jour de la devise à son cours au jour
de la vente. S’il y est une différence, on utilise les comptes d’écart de conversion (478 et 479)

478 Ecart de conversion-Actif


479 Ecart de conversion-Passif

A la clôture de l’exercice, il convient d’ajuster les créances sur A et B, à leur valeur actuelle c’est-à-
dire au cours du $ le 31-12-N. A cette date 1 $ = 960 F CFA.
A = 1 000 x 200 = 200 000 $ valeur de la créance = 200 000 x 960 = 192 000 000
B = 1 000 x 200 = 200 000 $ valeur de la créance = 200 000 x 960 = 192 000 000
La société réalise un gain potentiel de 12 000 000 F sur la créance sur le client A puisque la valeur
inscrite est 180 000 000 F. Le montant de la créance est augmenté de 12 000 000 F. la créance sur le
client B doit être réduite de 8 000 000 F pour porter sa valeur à 192 000 000 F. Il y a donc une perte
probable de 8 000 000 F. La société doit couvrir cette perte par une provision.

Ecritures au 31-12-N
____________ 31-12-N __________
411 Clients (1.000 x 200) x 900 12 000 000
479 Ecart de conversion Passif 12 000 000
Ecart = 200.000 x (960 – 900)
------------------------ d°--------------------
478 Ecart de conversion Actif 8 000 000
411 Client 8 000 000
(Ecart = 200.000 x (960 – 1 000)
------------------------d°--------------------
679 Charges provisionnées financières 8 000 000
499 Risques provisionnés 8 000 000

Commentaire :

Les gains latents sont inscrits dans le compte 479 et n’ont aucune incidence sur le résultat de
l’entreprise (respect du principe de prudence).

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Les pertes latentes sont inscrites dans le compte 478 et sont suivis d’une constitution de provision.

Exception aux traitements des écarts de conversion

Le règlement du Droit Comptable prévoit deux cas particuliers, en matière de perte de


change mentionnés dans les articles 56 et 57

Article 56 :
« Lorsque des pertes probables ou des risques latents sont attachés à des opérations d’emprunts
ou de prêts affectant deux ou plusieurs exercices, l’Entreprise doit procéder à l’étalement de ses
pertes ou de ses gains sur la durée restant à courir jusqu’au terme des remboursements ou des
encaissements à venir prévus au contrat (durée moyenne pondérée restant à courir). Le montant
potentiel de la perte totale future est recalculé à la fin de chaque exercice et mentionné dans l’Etat
annexé ».

Illustration :

La Société ALPHA emprunte 200 000 $ le 01-09-N remboursable en 5 annuités constantes. Le taux
d’intérêt est de 10 %. Le cours du $ le jour de l’emprunt est de 1 000 F CFA pour 1 $
1) Etablir le plan d’amortissement financier
2) Enregistrer l’emprunt dans les livres de la Société ALPHA
3) Passer toutes les écritures nécessaires en N, N+1, N+2
Solution
1. Plan d’amortissement financier :

Période Dette vivante Intérêt Amortissement Annuité


01-09-N 200 000 20 000 32 760 52 760
01-09-N+1 167 240 16 724 36 036 52 760
01-09-N+2 131 204 13 120 39 640 52 760
01-09-N+3 91 564 9 156 43 604 52 760
01-09-N+4 47 960 4 800 47 960 52 760
200 000
t
a E n
1 (1 t)
-5
a= 200 000 x 0,1 / (1 – 1,1) = 52 760

2. Journal de la Société ALPHA :

______________ 01-9-N ______________


521 Banque 200 000 000
162 Emprunt & dette E-crédit 200 000 000
(Emprunt 200.000 x 1 000)

3. Ecritures :
Année N
Cours du $ au 31/12/N 1 $ = 1 060 F CFA
Intérêt couru au 31/12/N = ( 20 . 000 x 4 x 1060 ) = 7 066 667
12
_______________ 31-12-N ____________
671 Intérêt des Emprunts 7 066 667
1662 Intérêts courus sur emprunt 7 066 667
Intérêt couru = ( 20 . 000 x 4 x 1060 )
12
--------------------- d°-----------------------
478 Ecart de conversion – Actif 12 000 000
162 Emprunt & dette E-crédit 12 000 000
Ecart = (1060 – 1000) x 200.000
---------------------- d° ---------------------

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

697 Dotat° aux prov. à caract. financier 800 000


194 Provision pour perte de change 800 000

Montant de la provision :
12.000.000 – 12.000.000 x 56
60
puisqu’il reste 4 ans + 8 mois à
courir

Montant de la dette initiale = 200 000


Perte latente 12 000 000 mais elle doit être étalée sur la durée restante à courir soit 56 mois.
C’est en cela que ce point constitue une exception au traitement des écarts de conversion.

Année N+1
Au début de l’exercice N+1, les comptes 478 et 166 doivent être soldés.
______________ 1-1-N+1 _____________
162 Emprunt & Dette des Etats -crédit 12 000 000
478 Ecart de conversion - Actif 12 000 000
(Pour solde du cpte crédité)
------------------------ d°----------------------------
1662 Intérêts courus sur emprunt 7 066 667
671 Intérêts des emprunts 7 066 667
(Pour solde du cpte débité)

La première annuité serait remboursée le 1-9-N+1. Le cours du Dollar est ce jour de 985 F CFA par $.
____________ 01-9-N+1 _________
162 Emp. & Dettes auprès de Ets-Crédit 32 760 000
671 Intérêts des Emprunts 19 700 000
521 Banque 51 968 600
776 Gain de change 491 400
ère
Remboursement de la 1 annuité

La Société doit décaisser 52 760 $ convertis en F CFA au cours du jour soit 51 968 600 (52 760 x
985). Ce montant est décomposé en amortissements (32 760) et en Intérêts (20 000) $ = 19 700 000
F CFA. Le montant de la dette évalué au cours du jour devient $ 32 760 x 985 = 32 268 600 F CFA.
La dette avait été évaluée à 32 760 (32 760 x 1 000). Ce qui donne naissance à un gain de change de
32 760 000 – 32 268 600 = 491 400.
31-12-N+1
Au 31/12/N+1 le cours du $ est de 1020 F CFA pour 1 $. Passons les écritures.
____________ 31-12-N+1 ___________
671 Intérêts des emprunts 5 680 500
1662 Intérêts courus sur emprunts 5 680 000
(Intérêts courus = 16 724 x 4 x 1020)
12
----------------------- d°----------------------------------
478 Ecart de conversion – Actif 3 344 800
162 Emprunts & Dettes Ets-crédit 3 344 800
Montant de la dette au 31/12/N+1 (cours du jour)
200.000.000 – 32.760.000 = 167.240.000
170.584.800
- 167.240.000
3 344 800
-----------------------d° ----------------------------------
697 Dotation aux provisions financières 91 947
194 Provisions pr pertes de change 91 947
Ajustement à la hausse = (891 947 – 800 000)

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Montant de la perte probable différée = 3 344 800 x 44 = 2 452 853


60
Provision nécessaire = 3 344 800 – 2 452 853 = 891 947
Provision existante (solde du compte 194) = 800 000
Ce qui explique l’ajustement à la hausse 91 947 (891 947 – 800 000)

Article 57 :

« Lorsque l’entreprise décide d’intégrer dans une position globale toutes les opérations traitées avec
l’étranger non encore dénouées à l’inventaire, une compensation est admise entre pertes probables et
gains latents devise par devise.
La dotation à une provision pour perte de change est limitée à l’excédent des premières sur les
seconds ».

Illustration :

La Société ALPHA entretient des relations commerciales avec ses clients A et B et ses fournisseurs X
et Y. Elle a réalisé les opérations suivantes au cours de l’année :

- Le 15/03/N : Vente de 1.000 tonnes au client A à 20 UM (Unité Monétaire) la tonne. Cours de


l’UM : 1 UM = 805 FCFA

- Le 25/03/N : Règlement de la moitié de la créance. Cours de l’UM 825 FCFA.

- Le 19/07/N : Achat de 1.200 tonnes au fournisseur X à 12 UM la tonne. Cours de l’UM : 1UM


= 852 FCFA. Règlement du 1/4 au comptant.

- Le 25/09/N : Vente de 800 tonnes au client B à 22 UM la tonne. Cours de l’UM = 802 FCFA.

- 27/10/N : Achat de 500 tonnes au fournisseur Y à 11 UM la tonne. Cours de l’UM = 795


FCFA.

TRAVAIL A FAIRE

- Enregistrer ses opérations


- Dresser un état des créances et des dettes au 31/12/N
- Calculer la position globale de change
- Passer les écritures de régularisation.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Solution :
1- Journal de ALPHA

_______________15-3-N______________
411.11 Client A 16 100 000
701 Vente de marchandises 16 100 000
Vente : 1.000 x 20 x 805 = 16.100 000
------------------------25-3-N---------------------
521 Banque (10.000 x 825) 8 250 000
411.11 Client A 10.000 x 805 8 050 000
776 Gain de change 200 000
Gain de change (825 - 805) x 10.000
------------------------ 19-7-N -------------------
601 12 268 800
Achat de Marchandises
401.11 12 268 800
Fournisseur X
Achat (1.200 x 12 x 852)
------------------------- d°-------------------------
401.11 Fournisseur X 3 067 200
521 Banques 3 067 200
Achat (1200 x 12 x 852x25%)

------------------------25-9-N --------------------
411.12 Client B 14 115 200
701 Vente de Marchandises 14 115 200
Vente : 800 x 22 x 802
-------------------------27-10-N -----------------
601 Achats de Marchandises 4 372 500
401.12 Fournisseur Y 4 372 500
Achat : 500 x 11 x 795

2- Tableau des créances et des dettes :

U.M FCFA
Créances
Client A 10 000 8 050 000
Client B 17 600 14 115 200
TOTAL 1 27 600 22 165 200

Dettes
Fournisseur X 10 800 9 201 600
Fournisseur Y 5 500 4 372 500
TOTAL 2 16 300 13 574 100
Solde 11 300 8 591 100

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

3- Calculons la position globale de changes au 31/12/N sachant que le cours du jour est
de 730 FCFA pour un U.M.
Créances converties au 31-12-N = 27 600 x 730 = 20148 000

Dettes converties au 31-12-N = 16 300 x 730 = 11 899 000

Solde au 31-12-N = 11 300 x 730 = 8 249 000

Perte probable = 8 591 100 - 8 249 000 = 342 100

Si le cours était de 800, la position de change serait 9 040 000


Solde : 11 300 x 800 = 9 040 000
Résultat = 9 040 000 - 8 591 100 = 448 900
Il aurait un gain potentiel de 448 900
4- Ecritures de régularisation

_______________31-12-N______________
478 Ecart de conversion Actif 750 000
411.11 Client A 750 000
Ecart = 8 050 000 – (10 000 x 730)
---------------------------- d°-------------------------
478 1 267 200
Ecart de conversion Actif
411.11 1 267 200
Client B
Ecart (14 115 200 – 17 600 x 730)
---------------------------- d°-------------------------
401.11 Fournisseur X 1 317 600
479 Ecart de conversion Passif 1 317 600
Ecart = 9 201 600 – (10 800 x 730)

401.12 ---------------------------- d°------------------------- 357 500


479 Fournisseur Y 357 500
Ecart de conversion Passif
Ecart = 4 372 500 – (5 500 x 730)
---------------------------- d°-------------------------
679 Charges provisionnées financières 342 100
499 Risques provisionnés 342 100
Perte probable

3. Cas des disponibilités

Les liquidités ou exigibilités immédiates en devises existantes à la clôture de l’exercice sont converties
en FCFA sur la base du dernier cours de change. Ainsi les différences de conversions (pertes ou
gains de change) sont directement pris en compte dans le résultat de l’exercice.

Illustration :

Une société encaisse 1000 $ le 15-12- N. A cette date le cours du dollar est de 850 FCFA pour 1 $.
Enregistrer l’encaissement

______________15-12-N______________
571 Caisse 850 000
411 Client 850 000
Encaissement (1 000 x 850)

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Au 31-12-N : Le cours du $ est de 825 FCFA pour 1 $. La société détient toujours


en caisse les 1000 $.
Il faut constater une perte de change de 25 000 FCFA. ((850 – 825) x 1000)

______________31-12-N ______________
676 Perte de change 25 000
571 Caisse 25 000
Perte : (850 – 825) x 1000

Ainsi le résultat financier intègre une perte de 25 000 FCFA.

Au 31-12-N : Si le cours du $ est de 900 FCFA pour 1 $. La société détient toujours


en caisse les 1000 $.
Il faudra constater un gain de change de 50 000 FCFA. ((900 – 850) x 1000). Le résultat financier
intègre un gain de 50 000 FCFA.

______________31-12-N ______________
571 Caisse 50 000
776 Gain de change 50 000
Gain : (900 – 850) x 1000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

LES CHARGES IMMOBILISEES : (COMPTE 20)

Une charge correspond à un emploi définitif. En principe, on ne doit pas la retrouver dans l’actif d’un
bilan. Certaines charges non répétitives seront transférées à l’actif pour permettre de les répartir sur
plusieurs exercices grâce à leurs amortissements.
On distingue :
- Les frais d’établissement.
- Les charges à répartir sur plusieurs exercices.
- Les primes de remboursement des obligations.
1. Définition

Frais d’établissement :
Ce sont « des frais attachés à des opérations qui conditionnent l’existence ou le développement de
l’entreprise mais dont le montant ne peut être rapporté à des productions de biens ou de services
déterminés »

Exemples :
Frais de constitution d’une société (frais de publicité légale, honoraire du notaire, droit
d’enregistrement…) ; frais engagés lors d’une augmentation de capital ; frais d’entrée à la bourse ;
frais de restructuration.

Charges à répartir sur plusieurs exercices :


Ce sont des frais engagés au cours de l’exercice mais qui concerne les exercices suivants. Elles
représentent un actif fictif.

Exemples :
Frais de notaires pour l’acquisition d’un terrain, droit de mutation pour l’acquisition d’une construction,
frais d’émission d’un emprunt.

Prime de remboursement des obligations (cf emprunt obligataire)


C’est la différence entre le prix de remboursement d’une obligation et sa valeur nominale. Elle peut
être nulle si l’obligation est remboursée à sa valeur faciale.

2 Traitement comptable

Ces frais sont enregistrés dans les comptes de charge par nature au cours de l’exercice. A la fin de
l’exercice, on procède à leur transfert en débitant (20….) et en créditant (78…).
Il s’agira de les amortir selon le procédé de l’amortissement direct. En définitif, c’est l’amortissement
qui représente une charge supportée par l’entreprise.

Prime de remboursement des obligations (cf emprunt obligatoire)

Passons les écritures en 2006


_______________ 01/10/06 _____________
521 Banque 1 135 960 000
206 Primes de remboursement des obligations 50 000 000
631 Frais bancaires 14 040 000
161 Emprunt obligataire 1 200 000 000
Réalisation de l’emprunt obligataire
--------------------- 31/12/06 ------------------
202 Frais d’émission des emprunts 14 040 000
(2) 781 Transfert de charges d’exploitation 14 040 000
Transfert des frais bancaires
-------------------------- d° ---------------------
681 Dotation aux amortissements des primes de 3 510 000
(1) remboursement des obligations
781 Frais d’émission des emprunts 3 510 000
Amortissement des frais

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

--------------------------- d° --------------------
687 Dotation aux amortissements des primes de 12 500 000
(2) remboursement des obligations
2002 Primes de remboursement des obl. 12 500 000
(6) Amortissement de la prime
--------------------------- d° --------------------
6711 Intérêt des emprunts obligataires 30 000 000
1661 Intérêts courus sur emprunt obl. 30 000 000
Intérêt couru de la période (120.000.000 x 3/12)

Remarques :
L’amortissement de la prime pouvait se faire en utilisant la formule suivante :

Pr ime x int érêt de l ' exercice


Amortissem ent
Intérêt total

Ainsi on passerait l’écriture suivante la première année :


D 687 (2)………………………………………… 4 772 905
C 206…………………………………………………. 4 772 905

30 000 000
Amortissement prime = 50 000 000 x 4 772 905
314 274 000
Année 2007
_______________ 01/10/07 _____________
1661 Intérêt courus sur emprunts obligataires 30 000 000
6711 Intérêt des emprunts obligataires 30 000 000
Solde des intérêts courus
--------------------- 01/10/07 ------------------
161 Emprunts obligataires 258 540 000
6711 Intérêt des emprunts obligataire 120 000 000
521 Banque 362 940 000
4423 Impôts et taxes recouvrables sur les 15 600 000
obligataires
Remboursement de 4309 obligations
--------------------- 31/12/07 ------------------
6811 Dotations aux amort. des charges immob. 3 510 000
202 (6) Frais d’émission des emprunts 3 510 000
Amortissement des frais
--------------------------- d° --------------------
687 (2) Dotation aux amort. des primes de remb. 12 500 000
206 Prime rembours. des obligataires 12 500 000
Amortissement des primes

-------------------------- d° ---------------------
6711 Intérêt des emprunts obligataires 23 536 500
1661 Intérêts cours sur emprunts obligat. 23 536 500
Intérêts courus (94 146 000 x 3/12)

Remarque :
Pour l’amortissement de la prime, si on avait choisi d’étaler au prorata des intérêts, on aurait l’écriture
suivante :

D (687 (2) Dotation aux amortissements des primes de remboursements des obligataires : 18 063 298
C 206 Prime de remboursement des obligations 18 063 298
120 000 000 30 000 000 23 536 500
Amort. de la prime = 50 000 000 x 18 063 298
314 274 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

LES SUBVENTIONS D’INVESTISSEMENT

I- DEFINITION

Les subventions sont des sommes ou biens en nature octroyés par l’Etat et ses démembrements ou
par les organismes internationaux à l’entreprise. On distingue :

- Les subventions d’investissement qui permettent à l’entreprise d’acquérir ou de créer des


immobilisations ou de financer les activités à long terme. Ces subventions font parties des
capitaux propres et seront classées en 14.

- Les subventions d’exploitation qui permettent de compenser l’insuffisance de certains produits


d’exploitation ou de faire face à certaines charges d’exploitation.

- Les subventions d’équilibre qui permettent de constater tout ou partie de la perte qu’aurait dû
constater l’entreprise si aucune ressource ne lui avait pas été accordée.

II- TRAITEMENT COMPTABLE

1- Subvention d’investissement :
Au moment de l’octroi de la subvention le compte « Etat subvention d’équipement à recevoir » est
débité par le crédit de 14.

A la réception, on débite un compte de trésorerie ou un compte d’immobilisation (s’il s’agit de bien en


nature) contre le crédit de 449.

A l’acquisition de l’immobilisation débite le compte d’immobilisation contre 4….. ou 5……

A la fin de chaque exercice on reprend une partie de la subvention en débitant 14 et en créditant 865
(reprise de subvention d’investissement).

Ainsi chaque année une partie de la subvention est enregistrée dans les produits HAO.

CAS N°1 : Biens non amortissables

Une entreprise reçoit un terrain octroyé par une commune pour aider les entreprises.
Valeur du terrain 100 000 000.
Date d’octroi de la subvention 01/01/00

Journal de l’entreprise

___________________ __________________
449 100 000 000
141 100 000 000

Octroi de la subvention
----------------------------- d° ----------------------------
222 100 000 000
449 100 000 000
Mise à la disposition du terrain
A la fin de l’année N, on passe l’écriture de reprise d’une quote-part de la subvention. On reprend 10
% du montant de la subvention (cas général) ou s’il y a une clause d’inaliénabilité, une somme
déterminée en fonction du nombre d’années pour lesquelles les biens sont aliénables.
_________________31/12/N ________________
141 10 000 000
865 10 000 000

Reprise de la subvention sur terrain


Les subventions augmentent le résultat et donc subissent l’impôt sur les sociétés. En claire chaque
année l’Etat reprend 25 % du montant de la subvention reprise.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

CAS N°2 : Biens amortissables

Une entreprise reçoit une subvention de 60 000 000 pour l’acquisition d’un matériel industriel.
Les fonds sont débloqués le 01/05/2005.
Le matériel est acheté le 15/05/2005. Il est amortissable au taux de 15 %
Sa date de mise en service est le 01/06/2005.

Traitement comptable en 2005, 2006 et 2007

En 2005 :
_______________15/04/05 _____________
449 60 000 000
142 60 000 000

L’octroi de la subvention

_______________ 01/05/05 _____________


521 60 000 000
449 60 000 000
L’octroi de la subvention
---------------------- 15/05/05 -----------------
241 60 000 000
521 60 000 000
Acquisition du matériel

A la fin de l’année 2005, l’entreprise procède à l’amortissement du bien. Il convient de reprendre une
partie de la subvention égale au montant de l’amortissement.
Ainsi on aura l’écriture suivant :
_______________ 31/12/05 _____________
681 5 250 000
2841 5 250 000
Amortissement de l’exercice
---------------------- 15/05/05 -----------------
142 5 250 000
865 5 250 000
Reprise de la subvention
En 2006 :
_______________ 31/12/06 _____________
681 9 000 000
2841 9 000 000
Amortissement de l’exercice
-------------------------- d° ---------------------
142 9 000 000
865 9 000 000
Reprise de la subvention

En 2007 :
_______________ 31/12/07 _____________
681 9 000 000
2841 9 000 000
Amortissement de l’exercice
-------------------------- d° ---------------------
142 9 000 000
865 9 000 000
Reprise de la subvention

Remarque :
En cas de cession, le reste de la subvention est à reprendre.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

LES CONTRATS PLURI-EXERCICES

1) Qu’est-ce qu’un contrat pluri-exercices ?

On entend par contrat pluri-exercices un contrat portant sur la réalisation d’un bien ou d’un service
dont l’exécution s’étale sur au moins deux exercices.

2) Quelles sont les méthodes prévues par le SYSCOA ?

Trois méthodes sont proposées :


 La méthode à l’achèvement.
 La méthode à l’avancement.
 La méthode du bénéfice partiel à l’inventaire.

2-1 La méthode à l’achèvement :

D’après cette méthode, le résultat provenant du contrat (Bénéfice ou Perte) n’est pris en compte que
lors de la livraison du bien. En conséquence, au cours des exercices d’exécution, aucun résultat ne
serait généré.
Ainsi, la démarche à suivre est la suivante :
o Exercice d’exécution :
-aucun chiffre d’affaires n’est constaté
-les charges sont enregistrées dans les comptes de la classe 6 au fur et à mesure qu’elles
surviennent.
-en fin d’exercice, le coût de production de l’opération est porté dans les en-cours de travaux ou
de services (compte 34 ou 35) par le crédit de la variation des en-cours (compte 734 ou 735).
-les acomptes reçus des clients subsistent au passif du bilan.
-en cas de dépréciation sur la partie du contrat exécuté, l’entreprise constate la diminution des
en-cours.
-s’il existe un risque de perte à terminaison, une provision financière pour risque et charge
(compte 193) doit être constatée.

o Exercice de terminaison :
-le chiffre d’affaires total est enregistré
-les charges de l’exercice de terminaison sont enregistrées.
-le coût de production des en-cours des exercices précédents est annulé en débitant le compte
734 ou 735 par le crédit des comptes 34 ou 35.
-solde les acomptes reçus en les virant dans les comptes clients concernés.
-reprendre les dépréciations constituées et solder la provision financière.
Illustration :
Cas N°1 : Contrat bénéficiaire.
Une entreprise a signé un contrat de vente de services pour 300 000 000 le 01/04/2006.La durée
prévue est de 20 mois. Les charges engagées en 2006 s’élèvent à 120 000 000.

En 2006, les écritures suivantes seront passées :

D 6… Charges par nature 120 000 000


C 4 ou 5.. Compte de tiers ou de trésorerie 120 000 000
31/12/06

120 000 000


D 35.. Services en cours 120 000 000
C 735.. Variation des en cours de service

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

En 2007, si les charges engagées s’élève à 85 000 000 et le chiffres d’affaires réalisées en fin de
contrat est de 300 000 000, les écritures suivantes seront passées :

…/../07

D 6… Charges par nature 85 000 000


C 4 ou 5.. Compte de tiers ou de trésorerie 85 000 000
1/12/07

D 411 Clients 300 000 000


C 706 Services vendus 300 000 000
1/12/07

D 35.. Services 85 000 000


C735 85 000 000

D735 205 000 000


C35 205 000 000

Cas N°2 : Contrat déficitaire.


Une entreprise a exécuté plusieurs tranches de travaux programmé sur trois exercices .Les coûts ont
été ventilés pour chacun des exercices dans le tableau suivant (en milliers de francs).

Exercices Coûts prévisionnels Prix de vente Coûts réels.


2006 3 000 3 000 4 000
2007 5 000 4 000 6 000
2008 4 000 3 000 5 000
12 000 10 000 15 000

-passons les écritures en 2006 :


31/12/2006

342 Travaux en cours 4 000 000

734(2) V de stock de travaux en cours 4 000 000


constatation des en-cours

659(3) Charge provsin d'expltion sur stocks. 1 000 000

C394(2) Dépréciation des travaux en cours. 1 000 000


dépréciation des en-cours

691 Dot aux provisions d'exploitation 2 000 000


193 Prov sur pour pertes sur marché à 2 000 000
achèvement futur.
Perte à terminaison

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Rappel : il y a dépréciation lorsque le coût réel est supérieur au coût prévisionnel.


Il y a provision financière lorsque le prix de vente est inférieur au coût total prévisionnel
Résultat prévisionnel = Vente prévisionnel-coût prévisionnel
= (3000+4000)-(5000+4000)
= -2 000 000 ainsi la perte à terminaison est enregistrée ci-dessus est
dans un compte 19
-Passons les écritures en 2007 :
31/12/2007

D342 Travaux en cours 6 000 000


C7342 Vrtions ds stock de travaux en cours 6 000 000
constatation des en-cours

D659(3) Chrge provsin d'expltion sur stocks. 1 000 000

C394(2) Dépréciation des travaux en cours. 1 000 000


dépréciation des en-cours

D193 Prov pur pert sur mrch à achv futur 1 000 000
C791 Reprises de provisions 1 000 000
D’exploitation.
Perte à terminaison

-Passons les écritures en 2008.

.../../2008

D6… 5 000 000


C4..ou 5. 5 000 000
constation des chrges de
termnaison

D34… travaux en-cours. 5 000 000

C734.. variation des travaux en-cours. 5 000 000


coût de production.

D411 Clients 10 000 000


C705.. travaux facturés 10 000 000
chiffres d'affaires.

D734 variation des travaux en-cours 15 000 000


C34.. travaux en-cours 15 000 000
solde des en-cours

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

D394.. Dépréciation des travaux en-cours 2 000 000

C7593 Reprises de charges provis 2 000 000


d'exploitation sur
stocks.

D193 Prov pour prte sur march à achevmt 1 000 000


futur
C791 Reprises de prov d'exploitation 1 000 000

2-2 Méthode à l’avancement :

 En quoi consiste cette méthode ?


Il s’agit de comptabiliser le chiffre d’affaires partiel au fur et à mesure de l’avancement du contrat .Par
conséquent, un résultat partiel sera constaté au fur et à mesure de l’exécution du contrat .Ce qui
permettrait d’avoir une meilleure information pour les tiers. Cette méthode est la seule admise par les
normes comptables internationales et est aussi appelée Méthode au Pourcentage des Travaux
Exécutés.
 Démarche à suivre :
o En cours d’exécution du contrat
-les charges sont enregistrées au fur et à mesure qu’elles interviennent.
-aucun en-cours n’est constaté sauf la partie déjà exécutée et non encore acceptée par
le client.
-le chiffre d’affaires estimé à partir du pourcentage d’avancement des travaux est porté
au crédit du compte de la classe 7 par le débit du compte client.
-aucune dépréciation n’est constatée sur les travaux déjà exécutés tout simplement
parce que le compte 34 n’est pas utilisé.
-une provision financière peut être constatée.

o En fin de contrat :
-la comptabilisation ne change pas cependant.

NB : il vaut mieux en début d’exercice, annuler les produits enregistrés dans le compte
client facturé et de constater la totalité de la facture à la livraison des travaux.
Comment déterminer le pourcentage d’avancement (PA) ?

PA = Coût des travaux exécutés


Coût total prévisionnel.
CA estimé=CA prévu X PA.

6…
4 ou 5 40 000 000
40 000 000

4II 48 000 000


702 48 000 000

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

2-3 La méthode du Bénéfice Partiel à l’inventaire :

Cette méthode ne vise que les contrats prévisionnellement bénéficiaire .Elle résulte de l’application de
l’article 60 alinéa2 : « Peut être considéré comme réalisé à cette date(date de clôture d’un exercice) le
bénéfice résultant d’une opération partiellement exécutée et acceptée par le client lorsqu’il est
possible de prouver avec une sécurité suffisante que le contrat est suffisamment avancé pour que ce
bénéfice partiel puisse s’insérer normalement dans le bénéfice global prévisionnel de l’opération dans
son ensemble »

Traitement comptable ou démarche à suivre :


Exercice d’exécution :
-aucun chiffre d’affaires n’est inscrit en classe 7.
-les charges par nature sont constatées au fur et à mesure qu’elles surviennent.
-en fin d’exercice, le coût de production de l’opération est porté dans les en-cours (comptes 34
ou 35 par le biais de 734 ou 735).
-les acomptes reçus subsistent au passif du bilan.
-la quote-part de résultat est enregistrée comme suit :
Créditer 753 :Quote-part de résultat sur exécution partiel de contrats pluri-exercices
Débiter 475 : Créances sur travaux non encore facturables.
Exercice de terminaison :
-le chiffre d’affaires total est enregistré en classe 7 contre 411
-les charges de l’exercice de terminaison sont enregistrées dans les comptes de la classe 6.
-le coût de production des en-cours des exercices précédents est annulé (solder le compte 34 ou
35).
-les acomptes reçus des clients sont virés dans les comptes clients concernés(les acomptes sont
ainsi soldés).
-la quote-part de résultat bénéficiaire enregistrée antérieurement dans le compte 475 est soldée
ainsi :
débiter 653 :quote-part de résultat sur exécution partielle de contrats pluri-exercices).
créditer 475 : Créances sur travaux non encore facturables.

Comment déterminer la quote-part à appliquer pour trouver le bénéfice partiel ?


On peut utiliser les rapports suivants :

 Premier rapport :

R = coût de production des travaux réalisés à la clôture des comptes


coût de production totale estimée

ou r = coût réel
coût total prévu
le coût réel est déterminé par la comptabilité analytique de gestion.

 Deuxième rapport r :

r= Valeur ajoutée dans l’exercice


Valeur ajoutée prévisionnelle.

Ainsi, on déduit que Quote-part de bénéfice = r x Bénéfice prévu.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Illustration :

Une entreprise a exécuté plusieurs tranches de travaux sur trois exercices. On a recueilli les données
ci-dessous :

Année N N+1 N+2 Total

CR (Coût réel) 900 1300 2000 4200

CP (Coût prévu) 1000 1200 1800 4000

CA estimé. 6000

Passons les écritures en N, N+1 et en N+2.

BP (Bénéfice Prévisionnel) = CA estimé-CP


=6000-4000=2000.
BP=2000.
-à l’année N, on r = 900 = 0.225 et Quote –part = 2000 x 0.225 = 450.
4000
-à l’année N+1 , on a r=1300 =0.325 et quote-part=2000 x 0.325 = 650.
4000
-à l’année N+2, on a r=2000 =0.5 et quote-part=2000 x0.5=1000.
4000

Ecriture en N :

.../../N

D6… 900
C4..ou 5. 900
constatation des charges
d’exécution
31 /12/N

D34… travaux en-cours. 900

C734.. variation des travaux en-cours. 900


coût de production.

Créances sur travaux non encore


D475 facturables 450
D753 qte part de rslt sur exct prt de contra 450

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Ecriture en N+1 :
.../../N+1

D6… 1 300
C4..ou 5. 1 300
constatation des charges
d’exécution
31/12/N+1

D34… travaux en-cours. 1 300

C734.. variation des travaux en-cours. 1 300


coût de production.

Créances sur trv non encore


D475 factrble 650
D753 qte part de rslt sur exct prt de contra 650

Ecritures N+2 (Exercice de terminaison)

.../../N+2

D6… 2 000
C4..ou 5. 2 000
constation des chrges de termnaison
1/10/N+2

D411 Clients 6 000

C705 Travaux facturés 6 000


coût de production.

D734 variation des stocks travaux en cours 2 200


C34 travaux en cours. 2 200

D653 1 100
C475 1 100

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

DOSSIER II : CONTRAT DE CREDIT-BAIL

La Société Anonyme SAXRE a acquis le 01/10/N un matériel industriel d’une valeur hors taxe de 125
000 000 F CFA amortissable sur 10 ans en système linéaire. Ce matériel est entièrement financé par
un crédit-bail au taux fixé de t % sur 8 ans.

A la signature du contrat, cette société possède à l’actif de son bilan des immobilisations d’une valeur
de 500 000 000 F CFA.

- Le prix de levée de l’option d’achat est fixé à 2 % de la valeur du contrat


- La redevance de Crédit-bail est constante et payée à la date du 30/09 de chaque année à
compter de l’année N
- Les intérêts inclus dans redevance, sont calculés à terme échu et dont le premier montant
s’élève à 15 150 000 F CFA.
- Le deuxième amortissement financier s’élève à 8 850 000 F CFA
- Le troisième amortissement financier s’élève à 10 177 500 F CFA.

Travail à faire :

1) Préciser si un tel contrat de crédit-bail peut-il bénéficier du principe de la prééminence de la


réalité sur l’apparence ?
Réponse motivée.

2) Donner les autres applications faites du principe de la prééminence de la réalité sur


l’apparence par le SYSCOA

3) Calculer le taux de l’intérêt de l’emprunt

4) Calculer la valeur de la redevance annuelle constante arrondie au million près

5) Présenter les cinq premières lignes du tableau d’amortissement financier

6) Présenter les trois premières lignes de tableau d’amortissement comptable

7) Passer au journal de la Société les écritures relatives aux dates :


- du 01/10/N
- du 31/12/N
- du 01/01/N+1
- du 30/09/N+1
- du 31/12/N+1

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

DOSSIER III : EMPRUNTS OBLIGATAIRES

Une Société Anonyme « TRANSPORT DU CAP-VERT », a émis au pair le 01/04/N un emprunt de N


obligations de 20 000 F, au taux d’intérêt de 10 %, remboursables par annuités constantes en 6 ans.
Elle devra ainsi rembourser :
- le 31/03/N+1 : U1 obligation
- le 31/03/N+2 : 2090 obligations
- le 31/03/N+3 : 2299 obligations

Les statuts de la société préviennent qu’en cas d’émission d’un emprunt obligataire, il sera imputé sur
le bénéfice distribuable et après attribution d’un intérêt statutaire de 5 % aux 25.000 actions de 10 000
F, une réserve pour amortissement d’emprunt (soit 1.131 réserves pour obligations amorties, le solde
étant à la disposition de l’assemblée générale. La dotation à la réserve doit être égale au financement
correspondant aux obligations à rembourser durant l’exercice au cours duquel les bénéfices sont
affectés. En cas d’insuffisance de bénéfices, la réserve doit être constituée par affectation d’autres
réserves libres ou facultatives.
Le bénéfice net de l’exercice N s’est élevé à 80 000 000 F. L’AGO du 28/02/N+1 décide un dividende
maximum.
La réserve légale s’élève à 40 000 000 F au 31/12/N.

Travail à faire :

1) Rappeler les conditions nécessaires à l’émission d’un emprunt obligataire


2) Classer les emprunts selon les conditions d’émission
3) Présenter le tableau de répartition du bénéfice de l’exercice N. Ecritures correspondantes
(taux IRVM/10 %)
4) Présenter les écritures du service de l’emprunt au 31/03/N+1 (taux IRVM = 6 %)
5) La Société constate durant les années N+1 et N+2, des résultats en progression. Quels seront
au bilan établi au 31/12/N+3 les soldes des comptes :
1131 Réserves pour obligations amorties
1611 Emprunt obligataire ordinaire

6) Reconstituer le tableau d’amortissement financier ou remboursement de l’emprunt.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

EXAMEN DE COMPTABILITE GENERALE APPROFONDIE

Durée : 4 heures
Cette épreuve comporte quatre dossiers indépendants à traiter obligatoirement.
Les documents ne sont pas autorisés.

Dossier 1 : Cadre conceptuel (noté sur 4 points)

1-2 PRINCIPES COMPTABLES


En fonction des principes comptables retenus par le SYSCOA, il vous est demandé de justifier la
comptabilisation des événements suivants :


PRINCIPES COMPTABLES
EVENEMENTS EVOQUES ET COMMENTAIRES

1 Les effets escomptés non échus figurent au bilan


2 Toutes les pertes constatées sont enregistrées
3 Les comptes clients débiteurs et les comptes clients créditeurs
ne sont pas compensables
4 Une entreprise utilise le système allégé chaque année pour la
présentation de ses états financiers
5 La société a enregistré en 2007 une facture de 2006 qui avait
été omise
er
6 Les capitaux propres d’une société au 1 janvier d’une année
sont identiques à leur niveau au 31 décembre de l’année
précédente
7 A l’inventaire un stock de fourniture de bureau d’une valeur de
300 000 est constaté
8 Un emprunt contracté en devise est évalué au cours du jour
de l’emprunt

1-3 PRINCIPES COMPTABLES (A rendre avec la copie)


Citer quatre des neuf principes du SYSCOA en les commentant brièvement et donner un exemple
pour illustrer le principe évoqué. Ne pas choisir les exemples du cours.


Principe Illustration

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Dossier 2 : Contrat de crédit-bail (noté sur 5 points)

La MAS.SA souscrit un contrat de crédit bail le 1/4/N pour l’obtention d’un matériel industriel dont la
durée normale d’utilisation de 5 ans. La valeur de ce véhicule est dans le contrat est de 90 000 000 F.
Le contrat de crédit bail porte sur une durée de 4 ans et prévoit le versement d’une redevance
annuelle constante de 24 600 000 FCFA (TVA récupérable 18%) le 1/4/N septembre de chaque
année. Premier versement du 1/4/N réglé par chèque bancaire.
em
Possibilité pour l’entreprise d’acheter le véhicule à l’issue de la 4 année moyennant le versement
d’une somme égale à 16 147 983 F HTVA 18%. Le taux réel d’intérêt de ce contrat est de 15%.
Travail à faire :
8) Préciser si un tel contrat de crédit-bail peut-il bénéficier du principe de la prééminence de la
réalité sur l’apparence ?
9) Donner une autre application faite du principe de la prééminence de la réalité sur
l’apparence par le SYSCOA
10) Présenter le tableau d’amortissement financier.
11) Dresser le tableau d’amortissement comptable de ce matériel amorti selon les principes de
l’amortissement dégressif.
12) Présenter les écritures passées par la société le 1/4/N, le 31/12/N, le 1/1/N+1, le 1/4/N+1 et
le 31/12/N+1.
13) Journaliser la levée de l’option d’achat le 1/4/N+4.
14) Quelles auraient été les écritures dans le cas où l’option n’aurait pas été levée ?

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Dossier 3 : Opérations en devises (noté sur 5 points)

Une entreprise de vente de matériel électronique haute précision décide d’acquérir du matériel aux
Etats-Unis. Elle sollicite sa banque américaine pour obtenir un prêt de 250 000 dollars US. Le prêt est
er
encaissé le 1 septembre 2007. Il est remboursable au moyen de quatre annuités constantes. Le taux
d’intérêt annuel est de 12%.
Le tableau suivant indique le cours du dollar en franc CFA aux dates différentes :
Dates Dollar
2/01/2007 1005
01/09/2007 1000
31/12/2007 950
2/01/2008 990
1/09/2008 980
31/12/2008 1010

Il vous demandé d’établir le plan d’amortissement financier et de passer toutes les écritures
nécessaires de l’exercice 2007 et 2008.

Dossier 4 : Emprunts obligataires et charges immobilisées (6 points)

La société anonyme KEB’S.SA émet un emprunt obligataire dans les conditions suivantes :
- date d’émission : 1/08/2007
- date de souscription et de jouissance : 1/09/2007
- durée de remboursement : 3 ans
- date de remboursement 1/09/2008 ; 1/09/2009 ; 1/09/2010
- taux d’intérêt nominal : 8%
- remboursement par annuités constantes
- nombre d’obligations : 50 000 entièrement souscrites
- le prix d’émission (E) est égal à 19 500
- la valeur nominale de l’obligation (C) est égale à 20 000 F
- le prix de remboursement de l’obligation (R) est de 20 000 F.
- la commission prélevée par la banque représente 1% du montant de l’emprunt
- les frais de publicité s’élèvent à 5 000 000 F.HT TVA 18% et sont réglés à l’émission par
chèque bancaire.
- tenir compte de l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières (IRVM) taux 13%
- la prime est amortissable conformément aux intérêts de l’exercice
- les autres frais sont à transférer et à amortir sur 3 ans

5. Dire succinctement la différence entre un emprunt ordinaire et un emprunt obligataire


6. Présenter le tableau de remboursement de l’emprunt
7. Passer les écritures en 2007 et 2008

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Annexe dossier 1 à rendre


PRINCIPES COMPTABLES EVOQUES ET COMMENTAIRES

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Annexe dossier 2 : A rendre

Plan d’amortissement financier

N° Date Intérêt de la Amortissement Annuités Dette vivante


échéance d’échéance période

Calcul

Annexe dossier 3 : Contrat de crédit bail (noté sur 5 points)


Plan d’amortissement

PLAN D’AMORTISSEMENT
Nature : Système :
Valeur d’entrée : DUP :
Date d’acquisition :
Date de mise en service : Taux :
Année Calculs Amortissement Amort.cumulé V.N.C.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Plan d’amortissement

PLAN D’AMORTISSEMENT
Nature : Système :
Valeur d’entrée DUP
Date d’acquisition
Date de mise en service : Taux
Année Calculs Amortissement Amort.cumulé V.N.C.

4. Plan d’amortissement du matériel

PLAN D’AMORTISSEMENT
Année Amortissement eco Amortissement dégre Dotations Reprises

5. Plan d’amortissement financier

N° Date Intérêt de la Amortissement Annuités Dette vivante


échéance d’échéance période

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Annexe dossier 4 à rendre

Echéance Obligations Intérêts Obligations Amortissement Annuités


vivantes amorties financier

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

EXAMEN FINAL DE COMPTABILITE APPROFONDIE

LPTCF2 Groupe C
Durée : 4 heures – Coefficient 2
Cette épreuve comporte deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement.
Aucun document n’est autorisé sauf le plan comptable

DOSSIER 1:Principes comptables et méthodes d’évaluation


(Noté sur 2 points)
Il vous est demandé d’analyser le texte qui suit dans afin d’identifier à chaque paragraphe le ou les
principes comptables qui ressortent des informations données et de donner votre appréciation sur la
conformité

Texte
Le chef comptable de la société GOAN.SA installée dans la zone industrielle de Diamniadio est
préoccupé par un certain nombre d’opérations exécutées dans l’année.
En début d’année, il a été décidé d’ex tourner toutes les opérations de régularisation concernant les
ajustements des charges et des produits passés à l’inventaire de l’exercice précédent. Il s’est
toujours aussi rendu compte que certaines provisions n’avaient pas été passées à la clôture de
l’exercice précédent et il a enregistré dans l’exercice en cours ces dotations. Il a également
enregistré des factures de téléphones omises lors de l’inventaire précédent.
Au mois d’avril, le litige avec un tiers vient d’être dénoué et le jugement donne raison à l’entreprise.
Le chef comptable estime qu’il n’est pas approprié de reprendre la provision antérieurement
constituée et attend l’avis de son avocat.
En fin d’année, un bâtiment acquis au mois de juin est évalué en intégrant dans son coût les
honoraires du notaire, les droits de mutation, les commissions de courtage avec calcul d’annuité en
système accéléré sur injonction de sa direction pour faire baisser les impôts alors que le système
linéaire avait été pratiqué les exercices antérieurs pour les bâtiments anciens.

NB : Répondre à ces questions en remplissant l’annexe 1

DOSSIER II : Techniques comptables approfondies (noté sur 14 points)

2-1 Contrats pluri exercices (5 points)


L’entreprise YASSA a conclu un important marché d’électrification rurale à réaliser à compter du
1/4/2007 au 30/3/2009. Les conditions sont les suivantes :
- date de signature du contrat : 1/4/2007
- prix de facturation globale : 5 milliards de FCFA
- les charges globales sont estimées à 4 milliards FCFA dont 3,5 milliards de charges de
production.
- retenue de garantie sur facturation : 5%
- avance de démarrage : 40%
- tous les règlements se feront par chèque bancaire
Année 2007
- les charges engagées s’élèvent à 1,5 milliards FCFA
- travaux stockés au 31/12/2007 : 1,2 milliards FCFA
Année 2008
- charges engagées durant l’année 2008 : 1 milliards FCFA dont 800 millions FCFA pouvant être
incorporés au coût de production

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

Année 2009
- engagement des charges restantes
- au 25/2/2009 tous les travaux sont livrés et facturés conformément aux prévisions
- faire abstraction de la TVA
- les prévisions sont conformes aux réalisations

Travail à faire :
1- Pourquoi un tel contrat est pluri exercices
2- Quelles sont les méthodes prévues par le SYSCOA pour ces contrats ?
3- Retracer succinctement les différences entre ces méthodes
4- Passer au journal de l’entreprise YASSA toutes les écritures nécessaires de la signature
jusqu’au 25/2/2009 sachant qu’elle utilise la méthode du bénéfice partiel

2-2 Emprunts obligataires et charges immobilisées (6 points)


La société anonyme KEB’S.SA émet un emprunt obligataire ordinaire dans les conditions suivantes :
- date d’émission : 1/08/2007
- date de souscription et de jouissance : 1/09/2007
- durée de remboursement : 3 ans
- date de remboursement 1/09/2008 ; 1/09/2009 ; 1/09/2010
- taux d’intérêt nominal : 8%
- remboursement par annuités constantes
- nombre d’obligations : 50 000 entièrement souscrites
- le prix d’émission (E) est égal à 19 500
- la valeur nominale de l’obligation (C) est égale à 20 000 F
- le prix de remboursement de l’obligation (R) est de 20 000 F.
- la commission prélevée par la banque représente 1% du montant de l’emprunt
- les frais de publicité s’élèvent à 5 000 000 F.HT TVA 18% et sont réglés à l’émission par
chèque bancaire.
- tenir compte de l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières (IRVM) taux 13%
- la prime est amortissable conformément aux intérêts de l’exercice
- les autres frais sont à transférer et à amortir sur 3 ans

5. Dire succinctement la différence entre un emprunt ordinaire et un emprunt obligataire


6. Présenter le tableau de remboursement de l’emprunt
7. Passer les écritures en 2007 et 2008

2-3 Opérations diverses (7 points)


La société KOKO.SA a réalisé les opérations suivantes durant l’année 2007 :
- 1/4/2007 Achat d’un matériel industriel 60 millions HT. Frais d’installation 5 millions HT. TVA
18% récupérable. DUP : 6 ans. Amortissement dégressif.
- 1/7/2007 réception d’un terrain de 25 millions octroyé par la ville de Lapaix
- 1/9/2007 Emprunt de 420 000 dollars US encaissé le même jour. Le cours du dollar est 1 dollar
égal 600 F CFA. Le remboursement se fait par amortissement constant en 3 ans. Le taux
d’intérêt est de 12%. Les remboursements se feront aux dates ci-après 1/9/2008, 1/9/2009,
1/9/2010. Cours du dollar au 31/12/2007 : 1 dollar = 640 FCFA. Cours du dollar au 1/9/2008 : 1
dollar = 580 FCFA. Cours du dollar au 31/12/2008 : 1 dollar = 615 FCFA
- 1/11/2007 souscription d’un contrat de crédit-bail de 120 millions pour l’achat d’un matériel
industriel. Le taux d’intérêt est de 10%.Le règlement se fera par le versement de 4 redevances
annuelles constantes le 1/11 de chaque année et par versement du prix de levée de l’option
d’achat d’un montant de 8 millions. La TVA sur la redevance est récupérable. Le matériel est
amorti selon le système linéaire sur 6 ans.

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar
Cours de comptabilité approfondie par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP/UCAD Dakar

-
8. Passer les toutes écritures en 2007 et 2008
NB : fournir tous les tableaux qui permettent de faire les enregistrements. Vous pouvez faire le
tracé de votre choix pour les plans d’amortissement

Cours de comptabilité financière par Mamadou Guèye professeur de TQG à l’ENSETP de Dakar

Vous aimerez peut-être aussi